Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Conclusion

Thierry Odiot

Texte intégral

1Au terme de cette série de contributions sur la cité des Tricastins, tout essai de synthèse paraît présomptueux. Aussi bien tel n’est pas l’objet de cet ouvrage qui s’apparente davantage à un travail de couture. De recherches dispersées, nées parfois du hasard et de la nécessité – celle des sauvetages – est apparu le besoin de faire un point des connaissances et de poser les questions que suggéraient une documentation souvent incomplète et les nécessaires comparaisons avec d’autres cités où la recherche était plus ancienne et programmée. Origine, urbanisme, société, occupation du sol (...) nous ont semblé des sujets capitaux auxquels la documentation disponible permettait de poser des questions à défaut d’apporter des réponses satisfaisantes. Nous avons surtout tenu d’une part à regarder cette cité dans le temps – en soulignant les continuités et les ruptures des origines protohistoriques à la fin du Moyen Âge – et d’autre part en sortant des limites étroites des remparts à tenter de comprendre la mise en valeur d’un territoire. Toutefois, chacun des grands thèmes abordés, par le biais de fouilles, d’observations de terrain ou encore d’études d’archives, laisse un sentiment d’insatisfaction. Les auteurs ont fait part avec beaucoup d’honnêteté, tout au long de ce livre, de leurs interrogations. Il n’est sans doute pas inutile de souligner les lacunes et d’autres questions pendantes.

2Les rares données disponibles pour la protohistoire dénotent l’absence d’étude globale du secteur. La méconnaissance de la culture matérielle et des implantations laisse en suspens des questions pourtant classiques : les oppida sont-ils la seule forme d’agglomération dans cette région ? Novem Craris est-elle une agglomération commerciale, un sanctuaire ou une riche ferme indigène ? Quelles sont les relations entre les sites en grotte du défilé de Donzère et les sites de hauteur ? Quels sont les rapports avec les sites ardéchois et vauclusiens ? Comment saisir les éventuelles fermes indigènes (par exemple le site de Pignedores à Pierrelatte), la structuration du paysage durant l’âge du Fer et l’impact réel de la romanisation ?

3Durant la période gallo-romaine, le rôle politique du chef-lieu des Tricastins, les raisons qui lui ont permis de se voir doter d’un rempart et son statut juridique dans le réseau colonial d’Orange sont encore mal cernés. Les éléments structurants de l’espace urbain – cardo maximus et decumanus – , les monuments publics – forum, édifices de spectacles et de jeux, thermes publics, sanctuaires – restent à découvrir. Pourtant les découvertes se succèdent qui montrent les limites de nos acquis. Pendant que le manuscrit recevait d’ultimes corrections, trois chantiers enrichissaient notablement nos connaissances sur la ville romaine : une fouille de sauvetage urgent (B. Guillaume) à l’emplacement d’une future maison de retraite, sur le site des Sablières, a permis de reconnaître partiellement le plan d’une domus fondée à la fin de la période augustéenne, et surtout de relever, au dessus des niveaux d’abandon dans le courant du deuxième siècle, un dépotoir contenant plus de deux tonnes d’amphores gauloises. Qu’il s’agisse d’un atelier ou d’un entrepôt, voici une nouvelle pièce à verser au dossier de la viticulture.

4Une nouvelle mosaïque, (fig. 120) a été découverte, à l’été 1992, dans le jardin de Maître Messié. Limitrophe, mais postérieure au premier pavement décrit dans ce volume, elle développe sur 108 m2, un décor de triclinium rectangulaire avec un pseudo-emblema dont certains motifs inédits suggèrent l’existence d’un atelier local.

120- Mosaïque de triclinum, fin Ier début II ap. J.-C.

120- Mosaïque de triclinum, fin Ier début II ap. J.-C.

5Enfin dispose-t-on d’éléments nouveaux sur le rempart. Ainsi un sauvetage a livré des niveaux essentiels pour la datation précise de la construction de la courtine (qui se situerait dans l’extrême fin de la période augustéenne ou durant le règne de Tibère). Par ailleurs, un sondage réalisé contre le rempart amène J.-C. Bessac à formuler de pertinentes observations sur sa construction. En effet, la pierre employée est du calcaire coquillier appartenant à l’étage miocène anciennement exploité dans les collines dominant la ville au sud ; il s’agit d’une bonne pierre de taille tendre sauf dans la couche superficielle appelée « découverte » par les carriers, inutilisable en raison de sa fracturation et de son manque d’homogénéité (elle peut être très dure par endroit). Cette partie doit être éliminée, parfois sur plusieurs mètres d’épaisseur pour atteindre la bonne roche. C’est pourtant cette pierre de rejet qui, en dépit de ses défauts, a été utilisée dans le gros œuvre du rempart. Les blocs les moins fracturés auraient servi en priorité à la taille, très sommaire, du petit appareil des parements tandis que la pierre de tout-venant aurait constitué le blocage interne des murs. Ici, plus qu’à Nîmes, cet emploi de la « découverte » semble lié à un souci de bonne gestion. La construction du rempart permettait d’atteindre rapidement l’affleurement de bonne pierre de taille sans risquer, par des rejets en bord de carrière, un rapide étouffement de l’exploitation. Contrepartie : la rentabilité – il fallait davantage de temps pour tailler et poser ce petit appareil en roche de médiocre qualité – et l’esthétique en souffraient. Il faudra vérifier si les parties plus ostentatoires comme les portes n’étaient pas mieux traitées. Ces observations soulèvent bien des questions sur le coût du rempart, sur son maître d’ouvrage, et naturellement sur le statut des carrières.

6Les limites de l’étude sont également nettes pour la période médiévale : mauvaise connaissance du mobilier céramique notamment pour le haut Moyen Âge, manque de fouilles, optique juridique des textes ne permettent pas de régler de façon satisfaisante le problème du castrum du Bas-Empire, la localisation d’un certain nombre d’édifices religieux ou encore l’occupation des sols de cette époque. Au moins peut-on espérer beaucoup des études d’élévation à l’occasion des travaux des restaurations des édifices anciens.

7Au total, cet ouvrage doit être regardé moins comme un point d’aboutissement que comme un point de départ. Toute nouvelle opération de recherche sur ce terroir y trouvera des éléments de problématique. On ne doit pas craindre le manque de documentation, les découvertes de la dernière année l’illustrent. Plus important me paraît le soutien à accorder aux chercheurs qui ont su depuis quelques années regrouper leurs compétences et faire appel à des spécialités indispensables à l’archéologie comme le paleoenvironnement. Il est désormais vital d’élargir le champ d’étude pour mieux replacer l’histoire d’Augusta Tricastinorum dans celle de la moyenne vallée du Rhône.

Table des illustrations

Titre 120- Mosaïque de triclinum, fin Ier début II ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M

Auteur

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access