Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Chapitre 11. Étude céramologique

Claude Raynaud

Texte intégral

1Elle a pour thème, un lot de mobilier du site de la rue des Ecoles. Les céramiques attribuées à la période antique ont été étudiées dans le chapitre 4.

La céramique médiévale

Étude typologique et comparaisons

2Tout en présentant de notables variations de couleur, de texture et de forme, les céramiques médiévales de Saint-Paul constituent un ensemble relativement homogène, dominé par les vases à pâte kaolinitique. Par leurs caractères techniques tout autant que par leur morphologie, ces poteries se rattachent sans difficulté aux productions céramiques des XIIe et XIIIe s. de la basse vallée du Rhône, telles que l’étude des ateliers de Bollène (Vaucluse) et de l’Uzège (Gard) permet de les définir (Thiriot 1985 et 1986) (fig. 111 à 118).

3Le trait majeur de cette céramique est la prédominance des vases fermés à fond plat ou légèrement bombé, à col court souvent muni d’un bec ponté (n° 63, 64, 71, 81, 109) et d’une anse rubannée opposée au bec et toujours appliquée sur la lèvre (n° 63, 64, 83, 89). Celle-ci, courte et le plus souvent divergente, affecte de nombreuses variantes se rangeant sans difficulté dans la typologie établie pour la production de l’atelier de Bollène (Thiriot 1985. 123-126).

Type 1 : lèvres à gorge

4Nettement dominante, cette forme représente 49 % des 101 lèvres étudiées, pourcentage très voisin de celui de l’atelier de Saint-Blaise-de-Bauzon à Bollène, où le même type représente 43 % des lèvres (Thiriot 1985, 123). Autre concordance avec cet atelier, cette forme est la plus fréquemment associée aux becs pontés (n° 63, 71, 81, 109). Les quatre variantes de lèvres observées à Bollène sont présentes à Saint-Paul :

  • lèvre infléchie à gorge interne (n° 57, 58, 67, 82, 86, 87, etc.) ;

  • lèvre oblique plus aplatie à légère concavité interne (n° 54, 77, 78, 81. 84, 89, 90. etc.) ;

  • lèvre épaisse anguleuse à gorge interne (n° 63, 79. 99, 109, 122, 149. etc.) ;

  • lèvre fine avec amorce d’un bandeau, marquée par une légère concavité interne (n° 72, 112, 113, 177).

5Le diamètre d’ouverture de la lèvre (diamètre extérieur) est extrêmement variable mais se répartit en deux groupes principaux, l’un entre 91 et 114 mm, l’autre entre 120 et 138 mm. La difficulté d’effectuer des mesures précises sur les fragments de bords de ces vases a déjà été soulignée (Thiriot 1985, 122-123). Aussi, ces mesures doivent être reçues avec une forte probabilité d’erreurs, de l’ordre de 10 % environ. Néanmoins, ces deux groupes marquent la spécificité de ces vases, régulièrement calibrés. Seuls échappent à cette norme un très petit vase (n° 96, 78 mm de diamètre d’ouverture) dont le col, marqué par une carène, est aussi très particulier et se rattache à un vase à panse étroite dont on connaît quelques exemplaires en Provence (Thiriot 1985, fig.4, n° 8), ainsi que 6 vases à large col, d’un diamètre situé entre 144 et 186 mm.

Type 2 : lèvres rondes

6Bien représentées, ces lèvres sont cependant moins nombreuses que le type précédent et constituent 28 % du lot. Là encore, plusieurs variantes sont attestées et l’on observe, comme dans l’atelier de Bollène, la rareté des becs verseurs associés à cette forme de lèvre (un seul exemplaire, n° 64) ;

  • lèvre mince à profil curviligne : prédominante à Bollène (Thiriot 1985, 125), cette forme l’est aussi à Saint-Paul (n° 51, 52. 53, 116, 152, 153, 156, 165, 175, 180) ;

  • lèvre épaisse arrondie ou à légère concavité interne (n° 64, 85, 95, 108, 174, 181, 200) ;

  • lèvre mince oblique à méplat interne (n° 73, 74, 83, 140, 141, 150, 172, 182, 205).

7Moins nombreux que ceux du type précédent, ces bords ne se classent pas aussi nettement en groupes selon leur diamètre d’ouverture, qui varie généralement entre 105 et 174 mm. Deux vases de taille exceptionnelle s’écartent de cette fourchette avec des diamètres de 264 et 291 mm (n° 152 et 153). Ce dernier exemplaire se distingue de surcroît par sa pâte sableuse micacée et par sa couleur extérieure beige-orangé.

Type 3 : lèvre triangulaire

8Un seul exemplaire se rattache à ce type, à lèvre convergente et léger ressaut externe (n° 97). Cette forme, que Ton peut rattacher à un vase semi-ouvert, est peu fréquente en règle générale dans la basse vallée du Rhône, mais elle est régulièrement présente dans les ateliers de Bollène et de Saint-Victor-des-Oules (Gard) (Thiriot 1985, fig. 10. n° 1,2 ; fig. 11, n° 24).

111- Céramiques provenant des silos médiévaux de la rue des Ecoles

111- Céramiques provenant des silos médiévaux de la rue des Ecoles

Type 4 : lèvres en bandeau

9Les lèvres en bandeau vertical ou légèrement obliques sont beaucoup plus fréquentes à Saint- Paul (21 %) que dans l’atelier de Saint-Blaise-de-Bauzon (7 %). Les bandeaux sont généralement soulignés par un ressaut externe et munis d’une concavité interne (n° 68, 91 à 93, 100 à 104, 118, 119, 154, 155, 160 à 162, 171, 173, 176, 179, 186, 212).

10Le diamètre d’ouverture de ces vases est très comparable à celui des types précédents et oscille entre 111 et 135 mm, sans que l’on puisse déceler des groupes au sein du lot. Quelques vases s’écartent de cette fourchette, avec un diamètre de 108 mm (n° 118) ou supérieur à 138 mm (de 138 à 156 mm, 4 exemplaires).

Lèvre à section quadrangulaire

11Un seul bord se rattache à ce type : lèvre épaisse anguleuse à légère concavité supérieure (n° 163). Cette forme n’est pas connue à Bollène mais peut être rapprochée du type 11 des productions de Saint-Victor-des-Oules (Thiriot 1986, fig. 32a, n° 11). Les bords analogues sont plus fréquents dans la plaine bas-languedocienne, par exemple en Lunellois (Amblard 1985, fig. 5. n° 17, 20,21).

Autres caractères morphologiques

12Le diamètre de certains fonds de vases a pu être restitué, mais ce calcul à partir de fragments est souvent aléatoire à cause des importantes retouches qui affectent les fonds après le tournage : raclage, rectification à l’estèque. Il s’agit de fonds larges au contour irrégulier, dont le diamètre peut varier notablement d’un endroit à l’autre. Les dimensions exprimées par les dessins sont des moyennes calculées sur deux ou trois mesures, et se situent entre 75 mm (n° 59) et 159 mm (n° 75). Le bas de panse est très évasé, formant avec le fond un angle variant entre 121 et 133°, évase- ment très voisin de celui des productions de Bollène (Thiriot 1985, 123). Cet angle est exceptionnellement plus fermé (n° 114 et 138, 116 et 118).

13Cinq becs pontés ont été recueillis. L’un d’entre eux appartient au type ancien constitué par un tuyau écrasé contre la lèvre. Vu de dessus, il présente la forme d’un bec de canard, pincé en sa partie médiane. Dans l’atelier de Saint-Victor-des-Oules, cette forme est rattachée aux productions du XIIe s. (Thiriot 1986, fig. 32c). Les autres becs ont une forme plus ample et plus large et sont munis d’un plus grand orifice sur la panse du vase (n° 63, 71, 81, 109). À Bollène comme à Saint-Victor, ces becs sont caractéristiques des productions du XIIIe s. (Thiriot 1985, 126 ; Thiriot 1986, fig. 32d).

14Hormis quelques cannelures aménagées sur Tépaulement de certains vases (n° 58, 81, 153, 200, 205), les éléments décoratifs sont peu fréquents : quelques fragments de haut de panse portent un décor de molette constitué de bâtons verticaux, et un vase est décoré de cordons rapportés digités (n° 71). Ce dernier décor, déjà connu dans les productions rhodaniennes du XIe s. (Faure-Boucharlat 1980, pl. II n° 6), est aussi représenté dans la céramique des XIIe-XIIIe s. de Saint Victor-des-Oules (Thiriot 1986, fig. 33 q, r, s).

Datation et conclusion

15Aucune donnée intrinsèque à la fouille ne propose une datation absolue pour les niveaux médiévaux. L’absence de numéraire ne permet pas de combler cette lacune, mais l’abondance des éléments comparatifs relevés par l’étude céramologique fournit quelques repères. On a plusieurs fois souligné l’étroite parenté du mobilier de l’habitat de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de celui des ateliers de potiers de la basse vallée du Rhône et de l’Uzège, sites de référence pour une bonne partie du Midi méditerranéen. Les concordances les plus probantes ont pu être établies avec la production de l’atelier de Saint-Blaise-de-Bauzon à Bollène, situé à moins de 10 km au sud de Saint-Paul. C’est donc au XIIIe s. qu’il faut situer l’utilisation des silos de la rue des Ecoles, puis leur comblement par les dépotoirs d’un quartier d’habitat voisin. L’absence totale de céramique glaçurée, dont on situe généralement l’apparition en Provence dans la seconde moitié du XIIIe s. (Demians D’Archimbaud 1980, 346-349), permet peut-être de resserrer cette datation à la première moitié ou aux deux premiers tiers du siècle, mais cet argument a silentio ne peut être retenu sans réserve.

16L’homogénéité du faciès céramique, suggère que le comblement des silos s’est effectué dans un temps relativement court, en dépit du chevauchement de plusieurs fosses, qui n’ont pu fonctionner simultanément.

17L’état actuel de la typologie des céramiques ne permet malheureusement pas de saisir les nuances chronologiques des différents ensembles et d’utiliser pleinement les éléments de chronologie relative induits par la stratigraphie.

18Dans l’étude consacrée à un four de l’atelier de Bollène, J. Thiriot regrettait l’absence de données comparatives sur les sites utilisateurs de cette céramique (Thiriot 1985, 126). L’analyse du mobilier de Saint-Paul-Trois-Châteaux vient donc à point nommé pour combler — encore très partiellement — cette lacune. La proche parenté du mobilier des deux sites rend très vraisemblable une origine commune, qui ne pourrait être confirmée que par des comparaisons sur pièces et par quelques analyses physico-chimiques, entreprise dépassant le cadre de la présente étude. Si une partie au moins de la céramique de Saint-Paul peut provenir de l’atelier voisin de Saint-Blaise-de-Bauzon, d’autres centres producteurs ont certainement alimenté le marché de la cité drômoise, et notamment les ateliers de l’Uzège, une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest. Un bord de vase à lèvre quadrangulaire, forme absente à Bollène et attestée à Saint-Victor (cf. supra), suggère une telle provenance. Plus près de Saint-Paul, l’atelier supposé de Notre-Dame-de-la-Calle près de Dieulefit (Drôme) a livré lui aussi un mobilier très voisin par sa morphologie et sa technique de fabrication (Alcamo 1983, 266-283). L’existence de cet atelier à la fin du XIIe s. et au XIIIe s. n’a pu être encore clairement établie, mais le contexte géologique de Dieulefit et la vieille tradition potière de la région en font un centre producteur très vraisemblable.

19Ces hypothèses concernant les possibilités d’approvisionnement en céramique de Saint-Paul-Trois-Châteaux reflètent l’état actuel des recherches sur la diffusion des productions potières dans la moyenne et la basse vallée du Rhône. Les ateliers y sont moins mal connus que dans d’autres régions, les sites utilisateurs restent à étudier.

Table des illustrations

Titre 111- Céramiques provenant des silos médiévaux de la rue des Ecoles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre 112
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 113
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre 114
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre 115
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 116
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre 117
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre 118
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access