Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Chapitre 10. La fouille de la rue des Écoles

Pascale Violet et Laure Vincent

Texte intégral

1En 1986, une opération de sauvetage a permis, pour la première fois à Saint-Paul, de retrouver des vestiges d’une occupation d’époque médiévale au cœur de l’agglomération (fig. 91, n° 12). Cette fouille s’est déroulée dans le cadre d’un programme de rénovation urbaine qui prévoyait la démolition du bâti ancien et la construction de nouveaux immeubles. Faute de temps, les démolitions des bâtiments ayant pris du retard, il n’a pas été possible de réaliser une fouille exhaustive du terrain concerné par l’opération. Les observations effectuées dans une série de sondages étendus complétés par de longues tranchées (fig. 64) permettent de distinguer huit phases dans l’histoire de l’occupation du site. Les trois premières phases sont attribuées à la période antique et sont présentées dans la première partie de l’ouvrage. La dernière phase d’époque romaine, marquée par la destruction des constructions antérieures, est semble-t-il suivie d’une très longue période d’abandon : les couches et les aménagements attribués aux XIIe-XIIIe s. recouvrent en effet directement l’arase des murs gallo-romains et le remblai du IIe s. qui scelle l’occupation antique.

Les vestiges

Phase IV : aménagement du mur 81

2À une époque indéterminée, mais avant le XIIe-XIIIe s., date des installations qui le recouvrent, un large mur (de 1,40 m d’épaisseur) est implanté dans le remblai 2033 de la zone 2, secteur 1 (fig. 66, coupe 1 et fig. 103) qui pourrait être gallo-romain. Ce mur de direction nord-sud, est repris ensuite par une série de murs médiévaux. Son tracé correspond à un alignement de murs maîtres et de faîtages, visible sur les photographies aériennes, sur toute la longueur de l’îlot (Morin 1986). Conservé seulement en fondation, il présente deux parements grossiers dont l’un, à l’ouest, a été perturbé par la construction d’un mur postérieur (mur 80). Le blocage est constitué de moellons de calcaires et de grès noyés dans beaucoup de terre. Sa largeur et son indéniable rôle structurant nous ont conduit un temps à l’interpréter comme un segment de rempart. Cette hypothèse n’est étayée par aucun texte ni aucune autre découverte. En outre, elle ne s’accorde guère avec la qualité très fruste de la construction et l’absence de fossé. Simple mur de parcelle, mur de soutènement (il est situé au bas d’une pente de 5 %), rempart ? Les données de fouille, trop lacunaires, ne permettent de préciser ni la fonction de cette construction, ni sa datation.

103- Plan des vestiges médiévaux (phases IV à VI) de la rue des Ecoles

103- Plan des vestiges médiévaux (phases IV à VI) de la rue des Ecoles

Phase V : habitat du Moyen Âge

3La fouille a révélé l’existence d’un bâti, mal conservé, et fortement perturbé par les fosses postérieures et par les constructions du Bas Moyen Âge. Ainsi ne subsistent que les fondations des murs. Cet habitat est représenté par deux ensembles architecturaux bien distincts, l’un situé à l’ouest, l’autre au nord.

4- L’habitat ouest :

5Les limites sud et est d’un bâtiment ont été mises au jour dans le secteur 1 de la zone 2 (fig. 66, coupe 1). Elles sont matérialisées par l’existence de deux murs perpendiculaires, chaînés entre eux (murs 78 et 80). Le mur 80, à l’est, reprend l’orientation du mur 81 décrit précédemment. Cet habitat n’a pu être dégagé dans son intégralité, la surface fouillée étant très restreinte (2,40 m x 1,50 m). Sa construction est liée à l’apport d’un remblai (2024) préparatoire à l’installation d’un sol en terre battue (2004), mis en évidence à l’intérieur de cet espace. Ce sol, à peu près horizontal, présentait des traces d’aménagements de trous de piquets et d’un trou de poteau. Au nombre de neuf, ceux-là forment deux lignes parallèles au mur est (mur 80). La première rangée est à 32 cm de ce mur, la seconde à environ 42 cm. L’écart moyen entre ces trous est de 26 cm. Ils sont situés à 70 cm de distance du mur sud (mur 78).

6Cet aménagement ne peut correspondre à une division de l’espace par une cloison interne en raison de la proximité du mur 80. Il est possible d’envisager plutôt la présence d’une installation en bois (de type établi, table, poulailler, clapier...), contiguë au mur — les poteaux supportant une armature horizontale ancrée dans la maçonnerie.

7Une fosse (105) contemporaine de la construction des murs a livré un petit vase en céramique commune grise (fig. 114, n° 142), contenant les ossements d’un félidé.

8À une dizaine de mètres à l’est de l’habitat qui vient d’être décrit, la tranchée est-ouest (fig. 66, coupe 1) recoupe un mur (119) que la stratigraphie permet d’inclure dans cette séquence, en dépit de l’absence de matériel. Ce mur n’est rattaché à aucune autre construction. Le niveau supérieur de la couche 2067 pourrait correspondre à un sol de terre battue. Ceci n’a pu être vérifié par la fouille en raison des contraintes de sécurité.

9- L’habitat nord (fig. 103 et 104) :

10Dans la zone 3, secteur 2, la présence de trois murs a permis de délimiter deux espaces appartenant à une même structure. Celle-ci a connu plusieurs états d’aménagement.

104 - Plan des différents états de l’habitat nord

104 - Plan des différents états de l’habitat nord

État 1

11Il est représenté par trois murs (85, 94, 97) formant une pièce rectangulaire dont la largeur (nord-sud) est de 3,80 m. La superficie fouillée de cette pièce est de 12 m2. Un accès permet de pénétrer dans le bâtiment : un seuil (90) est situé dans l’angle sud-est. D’autre part, le mur est (94) comportait un aménagement sous forme d’un pilier engagé dont il ne subsistait qu’une partie (93). Un sol de terre battue fonctionne lors de cet état (3030 = 3059). Cette couche a été entaillée par la construction des murs, puis elle a servi de niveau de circulation, sa surface étant fortement tassée et présentant de nombreux fragments de charbon de bois.

12Un foyer (92) est aménagé à 0,60 m du mur 97, à 2,12 m du mur sud (85) et à 0,97 m du mur est (94). De forme circulaire, il est entouré, à l’opposé du mur, d’un arc de pierres calcaires. La sole (fig. 105) est constituée en grande majorité de fragments de tegulae et de briques, ainsi que de quelques dalles calcaires comportant des traces de rubéfaction. Une couche de sable et d’argile (3 à 4 cm d’épaisseur) fortement brûlée la recouvrait. C’est dans la couche d’abandon (3062), composée de cendres éparpillées, qu’a été recueilli l’essentiel du matériel céramique (fig. 117, n° 192 à 196) et osseux.

105 - Foyer de l’habitat nord

105 - Foyer de l’habitat nord

État 2

13Aucune modification du bâti n’apparaît, les murs et le sol en terre battue perdurent. Toutefois, le foyer est abandonné, comme en témoigne la couche 3065 éparpillée sur et autour de lui. Pardessus ce foyer, un remblai (3057) est déposé avant la construction d’un nouvel aménagement. Ce dernier ne subsiste que sous la forme d’une semelle de fondation (M. 88, fig. 66, coupe 3) dont la fonction reste indéterminée. Le mobilier de la couche 3057 comporte des fragments de céramique grise médiévale (fig. 116-117, n° 179, 180, 188, 189, 191) et une obole pougeoise frappée de 1080 à 1180, à la légende MONE(TA) avec une croix et SC MANUE avec chrisme (Olivier 1927, pl. VIII, 21).

État 3

14L’apport d’un nouveau remblai (3012) rehaussant le niveau d’occupation atteste la destruction de cette installation. Contemporainement, à l’est, la construction d’un nouveau mur (106) témoigne d’un changement structurel du bâtiment (fig. 66, coupe 5). Ce mur permet de délimiter un nouvel espace dont la limite est inconnue. Sa superficie explorée est de 7 m2. La superficie totale fouillée de ce bâtiment, au dernier état, est de 19 m2. Un remblai (3002) très tassé, ayant probablement servi de niveau de circulation, fonctionne avec ce mur.

15Ces deux remblais 3012 et 3002 ont livré de nombreux tessons (3002 : fig. 116, n° 160 à 166 ; 3012 : fig. 116, n° 167 à 173), des ossements et une quantité importante de scories de fer (environ 3 kg). Au nord de ce bâtiment, un sol (3029 : fig. 116, n° 174 à 178) et un remblai (3060) indiquent une occupation extérieure synchrone à l’habitat.

16La tranchée de récupération du mur 97 a livré un lot important de céramique grise attribuable aux XIIe-XIIIe s. (fig. 116, n° 181 à 186).

17- Le puits 83 (fig. 66, coupe 2 et fig. 106) :

18À six mètres au sud de cet habitat, un puits de forme circulaire, de 1,14 m de diamètre, a été creusé dans la molasse jusqu’à une profondeur de 3 m. Ce puits n’est pas maçonné, ce qui a permis de relever différentes traces liées à son installation.

19Dans la paroi, en quatre points situés en vis-à-vis, s’alignent verticalement des négatifs rectangulaires de 10 à 16 cm de largeur, de 20 cm de hauteur et de profondeur variable. Ces trous permettent de restituer le système de construction utilisé par le puisatier : une armature de bois descendant au fur et à mesure de l’excavation, s’ancrant dans les parois grâce à ces sortes de trous de boulin. Ils pouvaient aussi servir, par la suite, à l’entretien de la structure.

20Au fond du puits, le cuvelage de bois était bien conservé, la nappe phréatique n’ayant pas varié. Il était sans doute formé d’une succession de planchettes d’une largeur d’environ 10 cm, dont les interstices étaient colmatés à l’aide de branchages. Des prélèvements, confiés au laboratoire pour une datation dendrochronologique, se sont révélés impropres à ce type d’analyse.

21De la superstructure du puits, il ne subsistait pratiquement rien. Des trous de poteaux, au nombre de trois, engagés au sommet de la paroi, indiqueraient un chemisage en bois et peut-être en pierre — de nombreux blocs de calcaire taillés ont été retrouvés dans le comblement. La date de construction n’a pu être établie : lors de la récupération de la superstructure, tous les liens stratigraphiques ont disparu. Le matériel recueilli dans le comblement ne donne, quant à lui, qu’un terminus post quem.

22L’étude de l’organisation interne de ces habitats ne peut être approfondie en raison du peu d’éléments recueillis dans les sondages. De l’habitat ouest, la fouille n’a révélé qu’un angle de pièce, aux dimensions inconnues, avec un aménagement en bois associé à un mur. De l’habitat nord, on connaît une pièce de 3,80 m de large et d’au moins 3 m de long. Son extension vers l’ouest n’a pu être déterminée, mais on note que la limite induite par le mur 85 (mur sud) est encore visible sur le cadastre actuel, sur toute la longueur de l’îlot. Une telle longueur pour un habitat n’est pas compatible avec ce que nous connaissons de la maison médiévale. Les niveaux de circulation (3029-3062) retrouvés au nord du bâti n’appartiennent sans doute pas à cet ensemble, les parcelles médiévales se développant essentiellement en longueur. Ainsi, cette architecture détermine un parcellaire étroit et allongé, de 3,80 m de large comprenant une cour, au moins une pièce, et peut-être un jardin. La largeur de ce parcellaire peut être comparée à celle de l’habitat ouest qui est de 2,40 m minimum.

23Dans le dernier stade de son évolution, un nouvel espace a été aménagé à l’est de l’habitat nord. La communication avec la pièce principale se faisant par un seuil existant déjà dans l’état précédent. Cet espace pourrait correspondre à une cour semi-couverte, c’est-à-dire comportant un auvent ou un toit débordant. On ne peut affirmer que cette cour ouvrait sur la rue : la fouille n’ayant pas concerné la chaussée, la preuve de la coexistence de l’habitat et d’une rue n’a pu être établie. Cependant, il semble plausible de penser qu’une voie devait se situer à l’est de cette zone. La construction du puits 83 est très probablement contemporaine des habitats. Sa position par rapport au bâti peut s’expliquer par une utilisation communautaire, courante au Moyen Âge.

24La monnaie recueillie dans le remblai préalable aux aménagements du deuxième état de l’habitat nord donne un terminus post quem de 1080. Par ailleurs, l’étude céramologique (cf. infra) permet de dater les aménagements de cette phase des XIIe-XIIIe s. ap. J.-C. Ainsi, après une longue période d’abandon du site, nous assistons à une timide reprise de l’urbanisation de ce quartier, avec la construction de deux unités d’habitation. Un parcellaire très sommaire se met en place, d’une maille de 3,80 m.

Phase VI : l’aire d’ensilage

L’aire d’ensilage et l’habitat de la phase V

25L’absence d’un habitat dense pourrait avoir joué un rôle attractif dans l’implantation de l’aire d’ensilage dont on a retrouvé les vestiges sur toute la moitié est de la zone fouillée. S’il existe une corrélation entre l’abandon de l’habitat nord et la mise en place de l’aire d’ensilage, elle est absente pour l’habitat ouest : certains silos ont donc pu cohabiter avec les habitats et le puits. Quoiqu’il en soit, peu à peu, l’aire s’est agrandie au détriment de l’habitat nord. Ce dernier a alors été arasé, et les matériaux résultant de cette opération, évacués vers un autre emplacement. De nouveaux silos ont été creusés, qui ne respectent pas le parcellaire (silo 90). Notons que la pente, au bas de laquelle s’est installée l’habitation ouest, était peu propice à des structures de stockage, les phénomènes de ruissellement étant néfastes à leur stabilité. Par ailleurs, la datation de la destruction de ce bâti occidental n’a pu être établie en raison des remaniements postérieurs.

Description des silos fouillés

26Vingt-six silos ont été repérés dans la zone 1, treize dans la zone 2, secteur 3 et 4 dans la zone 3. (cf. tableau p. 180) (fig. 103 et 66) Quelques-uns n’ont pas été fouillés et ne sont pas décrits.

Construction et morphologie des silos

27Le sable molassique dans lequel sont creusés les silos constitue un sol stable et sain, d’une bonne perméabilité, susceptible d’assurer la conservation des denrées stockées (fig. 107, 108). Si les marques d’impact d’outils (pioche, pelle) étaient bien visibles, aucune trace d’aménagement interne destiné à renforcer l’étanchéité n’a été observée. Il semble que les fosses soient restées brutes après leur creusement. Or, on sait que le stockage des grains dans de telles structures posait des problèmes de fermentation et de parasites auxquels on tentait de remédier en limitant le contact entre les parois et les grains par un tapissage de paille, d’argile, ou par un enduit d’amurque, et en réduisant les possibilités d’infiltration d’air par des bouchons de paille et de cendre (Bolens 1979). Des dalles calcaires interprétées comme des éléments de bouchage ont cependant été découvertes dans le remplissage de plusieurs silos (44, 55, 67 et 96).

28Les fosses ont un fond généralement plat, des parois verticales (profil en U), légèrement évasées vers le haut, ou évasées vers le bas. La forme en poire ou en goutte d’eau qui diminue la surface des denrées en contact avec l’air, est la plus souvent adoptée. La taille des fosses est assez uniforme : la contenance moyenne des silos est d’environ un mètre cube. Ce choix a pu être dicté par des contraintes physiques (la stabilité des parois est atteinte seulement avec certaines proportions), sociales (lieu de stockage communautaire, peut-être familial), ou encore économiques (quantité et nature des denrées stockées).

29On ne possède que peu d’indices concernant le type de denrées stockées dans ces fosses, leur comblement correspondant à une phase d’abandon et à une utilisation secondaire : seuls quelques grains de blé ont été recueillis dans le silo 67.

107- Profils de silos

107- Profils de silos

Chronologie et organisation de l’aire d’ensilage

  • 123 Nous remercions Mr Dhénin, du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale, de l’aide qu’il n (...)

30Les nombreux recoupements observés entre les silos (fig. 108) ont permis de distinguer deux séquences de creusement, les anciens silos abandonnés étant utilisés comme dépotoirs. Le remplissage secondaire des silos a ainsi livré, outre de nombreux fragments de céramique gallo-romaine résiduelle, un lot important de céramique grise qui date la fin de leur utilisation du XIIIe s. Les études céramologiques (cf. infra) mettent en évidence l’homogénéité typologique de ce lot dans lequel il n’est pas possible de reconnaître des différences chronologiques. Le comblement des diverses structures semble avoir été réalisé dans un temps relativement bref. Les données fournies par le mobilier céramique sont confirmées par la présence de deux monnaies123.

  • dans le silo 84, un denier melgorien frappé à partir de la seconde moitié du XIe s. jusqu’au XIIIe s. ; sont lisibles, déformées, les légendes suivantes : RAMVNDO, une croix dont deux bras sont fléchés, NARBONA, quatre annelets (Poey d’Avant pl. LXXXV, 17) ;

  • dans le silo 89, une obole viennoise, frappée dans la deuxième moitié du XIIe s. Sont lisibles les légendes suivantes : NOBILIS avec la tête à gauche de Saint Maurice, VIENNA avec une croix cantonnée de 4 besants (Poey d’Avant pl. CVI, 18).

31On note l’existence de plusieurs groupes de fosses formant des grappes. Celles-ci sont au nombre de trois, concentrées au sud du chantier. La première, la plus importante, regroupe douze silos (43, 44, 45, 46, 47, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56), la deuxième huit silos (69, 70, 71, 72, 73,74, 75, 76) et la troisième quatre silos (64, 67, 68 et un non numéroté). Ces grappes tendraient à prouver une certaine organisation spatiale, peut-être due à des groupements familiaux, ou, en tout cas, à une gestion communautaire. Ainsi, le partage de l’espace entre différents utilisateurs, pourrait expliquer les nombreux recoupements des fosses et la présence de secteurs pratiquement vides (au sud-est du site) avec d’éventuelles palissades les séparant. Les familles pouvaient ainsi stocker le surplus de leur récolte destiné aux prochaines semailles ou à la vente. Ou bien des marchands, ayant acheté aux alentours les excédents de récoltes de différents fermiers, pouvaient les ensiler pour en faire le commerce. Il faut peut-être aussi voir, dans ces regroupements de silos, des raisons de gestion économique, et ceci même au sein d’un système communautaire — un groupe de silos étant réservé au stockage d’une denrée spécifique. Outre ces grappes de fosses, il faut noter la présence de cheminements éventuels permettant un accès facile ou la mise en place de limites : il existe en effet, entre les trois groupes de silos, deux espaces larges de 90 cm.

Phases VII et VIII : la fin du Moyen Âge et l’époque moderne

32L’abandon de cette aire ne laisse pas la place à une intense urbanisation, mais, en premier lieu, à un apport de remblais, puis à l’installation de quelques habitations dispersées (fig. 109).

109- Plan des constructions du Bas Moyen Âge et de l’époque moderne (phases VII et VIII)

109- Plan des constructions du Bas Moyen Âge et de l’époque moderne (phases VII et VIII)

33Dans la zone 1, secteur 1, les silos sont recouverts par un remblai (1015) composé de limon brun foncé à la base duquel apparaissent des traînées de sable jaune (terrain naturel remanié). Ces marbrures, ainsi que l’arasement du sommet des silos, semblent indiquer une mise en culture. Cet horizon a livré des fragments de céramique vernissée.

34Dans la zone 2, secteur 3, la couche 2080 qui scelle le comblement des silos, est composée essentiellement de limon brun foncé contenant du charbon de bois. Elle pourrait correspondre à un épais apport de déchets domestiques, dépotoir d’un habitat proche, situé hors des limites de fouille.

35Dans la zone 3, il n’existe pas de remblai de ce type mais un ensemble de trois murs chaînés entre eux, installés en partie sur une fosse qui a livré de la céramique vernissée (3006). Ils sont liés à un sol observé dans la coupe du bord de fouille, composé de dalles calcaires reposant sur un remblai de construction.

36Dans la zone 1, secteur 2, les murs 1031 et 1033 réutilisés comme fondation à l’époque moderne encadraient une calade assise sur un remblai de sable. Cette calade a probablement continué à fonctionner à l’époque moderne.

37D’une manière générale, les constructions qui s’installent sur ces niveaux de remblai, plutôt concentrées dans la partie nord du site, respectent le parcellaire induit par l’habitat médiéval (murs 85, 97, 106). Ce dernier est cependant légèrement décalé vers le sud d’une trentaine de centimètres.

38La construction la plus ancienne, repérée lors du relevé architectural du bâti (Morin 1986) (fig.109, structure A), au nord-ouest du site, est postérieure au remblaiement du XIIIe s. mais pourrait être médiévale. Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire (12,22-12,40 m x 5,73-5,83 m hors-œuvre) dont les murs (de 82 à 90 cm d’épaisseur) présentent un appareillage très soigné en parement et blocage (en pierre du Midi). Ses assises sont comprises entre 18 et 24 cm. Au centre du mur oriental, s’ouvrait à l’origine une porte large de 1,98 m surmontée d’un arc en plein-ceintre appareillé (claveaux de 65 cm de longs). Le seuil est situé à 91,07 m d’altitude. La façade nord, bien conservée, présente un pignon triangulaire qui s’élevait à 8,22 m au-dessus des fondations, et quelques éléments de corniche de la toiture (fig. 110). Dans un deuxième temps, la partie basse a été divisée par un mur associé au bouchage de la porte orientale, et antérieur aux voûtements conservés de part et d’autre. Un bâtiment similaire (même type de construction, largeur presque identique), mais incomplet, a été repéré plus au nord. Il est parallèle au précédent, mais décalé vers l’est et séparé par un ambitus (fig. 109, structure Β). Une enquête dans le bâti actuel (Morin 1986) a permis de retrouver plusieurs autres structures comparables et d’orientation voisine (entre 3 et 5°-E par rapport au nord Lambert) à l’intérieur de l’enceinte médiévale.

110- Relevé architectural de la façade nord de la maison A

110- Relevé architectural de la façade nord de la maison A

39À l’époque moderne, l’urbanisation du quartier s’intensifie : six ensembles architecturaux sont bâtis, accolés les uns aux autres, avec chacun une façade sur la rue. De cette urbanisation, il faut retenir la continuité avec la période précédente : reprise des murs ou des orientations antérieures ; organisation de l’espace en U, largement induite par le bâti ancien. Cet aspect permet de mettre en évidence une pérennité du parcellaire dont les caractéristiques, apparues dès le Moyen Âge, perdurent jusqu’à l’époque moderne. Ainsi peut-on remarquer, sur le cadastre, l’existence de parcelles longues et étroites, identiques à celles du quartier de la rue des Ecoles.

Synthèse des données de fouilles - fig. 111 a 118.

Synthèse des données de fouilles - fig. 111 a 118.

40P. Violet, L. Vincent

Notes

123 Nous remercions Mr Dhénin, du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale, de l’aide qu’il nous a apportée pour l’identification de ces monnaies.

Table des illustrations

Titre 103- Plan des vestiges médiévaux (phases IV à VI) de la rue des Ecoles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 104 - Plan des différents états de l’habitat nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre 105 - Foyer de l’habitat nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 106 – Puits 83
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 107- Profils de silos
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 108- Silos
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre 109- Plan des constructions du Bas Moyen Âge et de l’époque moderne (phases VII et VIII)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 110- Relevé architectural de la façade nord de la maison A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Synthèse des données de fouilles - fig. 111 a 118.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/791/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access