Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation médiévale

Chapitre 9. L’agglomération médiévale

Jean-François Reynaud, François Vaireaux et Michèle Bois

Texte intégral

1Les découvertes archéologiques récentes ont considérablement renouvelé l’histoire de la cité durant la période antique. On aurait aimé qu’elles apportent plus de lumière sur celle du Moyen Âge. La topographie urbaine de la cité épiscopale est encore bien mal connue pour les époques paléochrétiennes et médiévales. En effet, la rupture des guerres de religion entraîna un profond bouleversement de son organisation : l’évêque fut obligé de s’exiler en 1567, comme le chapitre en 1571 (Lacroix 1863-1893, VIII, p. 397-398). Cet abandon par ceux qui détenaient le pouvoir dura jusqu’à la fin du siècle. De cette époque date la disparition des églises urbaines Saint-Etienne, Saint-Sulpice et Saint-Jean, les deux premières étant entièrement démolies, et une partie de la dernière englobée dans des habitations privées. Seule la cathédrale put traverser cette période sans trop de dommages et les réparations du XVIIe s. n’en ont pas affecté considérablement la structure médiévale. On peut mesurer l’ampleur des changements attribuables à cette grande rupture de la deuxième moitié du XVIe s. grâce au terrier des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, tel qu’il a été reconstitué au début du XVIIe s. Il a en effet été rédigé sur deux colonnes : la première reprend les parcelles reconnues par leurs possesseurs en 1540 et la seconde en face indique celles que l’on a pu retrouver au XVIIe s. De nombreux blancs marquent les propriétés perdues par l’ordre.

2Les découvertes archéologiques récentes, comme celle d’une aire d’ensilage des XIIe-XIIIe s., sur le site de la rue des Ecoles, au cœur de l’agglomération, posent plus de questions qu’elles n’en résolvent.

3Pour retrouver des éléments de topographie urbaine il faut recourir aux terriers de l’évêque, notamment celui de 1507 qui donne un état des lieux à la fin du Moyen Âge, aux actes conservés dans le plus ancien cartulaire de l’évêché et qui s’échelonnent entre 1205 et 1275, et, pour le Haut Moyen Âge, à la Vie de saint Paul, déjà citée (G.C.N. Saint-Paul n° 4).

La localisation des églises disparues

4À ce jour, cinq lieux de culte chrétien ont été identifiés dans la zone comprenant la cité épiscopale et ses alentours immédiats. Nous ne nous intéresserons pas ici aux églises rurales plus éloignées, qu’elles soient ou non situées sur le territoire actuel de la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

5À l’intérieur des murs médiévaux se dressaient, avant les guerres de religion, les églises Saint-Etienne, Saint-Sulpice (apparaissant liée au château épiscopal) et Saint-Jean ainsi que la cathédrale actuelle, la seule à avoir subsisté. À l’extérieur des murs se trouvait l’église Notre-Dame.

La cathédrale

Les origines

6Il est hors de notre propos ici de nous attarder sur la cathédrale qui se dresse au nord-ouest de la ville médiévale depuis au-moins le XIIe s. (fig. 91, n° 1). À la date de 852, on la trouve dédiée à Notre-Dame-et-Saint-Paul dans le texte d’un diplôme impérial. Mais il a été établi que ce document est un faux, fabriqué au milieu du XIIe s., en même temps qu’un autre daté de 1154, dans le but d’assurer les droits des évêques de façon à « confirmer un état de fait et de droit dont les preuves juridiques manquaient » (Cart. Saint-Paul, n° 5-6, p. 7). On ne peut donc affirmer que tel était bien son vocable en 852, sous l’empereur Lothaire. Tout au plus peut-on penser qu’au milieu du XIIe s., on ne se souvenait pas qu’elle ait pu porter un autre nom. Or, un autre document, la Vie de Saint Paul rapporte que ce saint avait lui-même préparé son sarcophage monolithe (ubi concavam rupem suant jam mancipando paraverat sepulturae) dans la basilique des Saints-Apôtres-et-Martyrs (basilica beatissimorum apostolorum et martyrum). L’auteur de ce texte précise qu’elle s’est appelée ensuite Saint-Paul en l’honneur de l’évêque dont elle conservait le tombeau. On peut donc probablement identifier la basilique funéraire dans laquelle est enterré le saint au lieu de culte qui deviendra ensuite la cathédrale. On aurait là une basilique suburbaine auprès de laquelle la notoriété du saint évêque aurait entraîné un déplacement du siège cathédral. L’absence de mention de la cathédrale dans la Vita constitue par ailleurs une preuve que son emplacement était distinct aussi bien de celui du castrum, dont il est question à propos d’une apparition miraculeuse du saint évêque lors d’un siège de la ville, que de celui de deux édifices funéraires, la basilique des Saints-Apôtres-et-Martyrs et l’église Saint-Etienne (voir ci-dessous).

7Les fouilles effectuées dans le transept nord de la cathédrale (fouilles J.-F. Reynaud, 1990) (fig. 91, n° la), rue Monseigneur Sibourg, au sud de la nef (fouilles F. Vaireaux, 1991) (fig. 91, n° 1b) ou les observations faites en 1985 au moment de la construction de l’actuel musée de la Truffe, à l’est du chevet de la cathédrale (fig. 91, n° 1c), ont montré la présence de sépultures en sarcophage bien antérieures aux premières mentions du cimetière médiéval (voir ci-dessous). Ces découvertes archéologiques concordent avec les indications de la Vie de saint Paul et ne s’opposent pas à l’hypothèse identifiant le site de la cathédrale avec celui d’une ancienne basilique funéraire établie, comme on l’a déjà souligné, à l’extérieur du rempart de la ville antique.

8-Le quartier canonial

9Le terrier épiscopal du début du XVIe s. permet de situer approximativement les bâtiments du chapitre et le cimetière (fig. 91, n° 2a et b). Contigu à la maison du sacriste, celui-ci s’étend au sud de la cathédrale, dans la quarta porte aquaria qui est située entre la place, à l’est, et l’enceinte, au nord et à l’ouest (f° 51). On y trouve aussi la maison et le jardin du prévôt du chapitre (f° 75, 117), celle de l’hebdomadier (f° 66), celle du précenteur (f° 70), et celle des simples chanoines (f° 56, 61, 67). C’est aussi dans ce quartier qu’est située la crota du chapitre (f° 70), c’est-à-dire le grenier (graniario capituli, f° 109) qu’on appellera plus tard le « tinal ». Cet édifice occupe sans doute une surface importante puisqu’il confronte plusieurs maisons. Entre la muraille nord de la ville et la butte portant le château s’étend la quarta Fontis Jourt. Le cimetière de la cité, les bâtiments de l’œuvre de l’église, la maison du curé y sont mitoyens (f° 369). La maison de l’archidiacre se trouve en limite sud de cette quarta et de la quarta platee, c’est-à-dire de la place publique.

91- Carte archéologique de l’agglomération médiévale

91- Carte archéologique de l’agglomération médiévale

10M. Bois

L’archéologie et le sous-sol de la cathédrale

11L’actuelle cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux a été pour l’essentiel construite à l’époque romane. Sa situation, au centre d’une bourgade délimitée à l’époque médiévale, par une enceinte circulaire, parait logique. Toutefois les découvertes récentes montrent qu’elle est implantée à l’extérieur de l’enceinte antique et à l’emplacement d’une nécropole du Haut Moyen Âge. Cette situation contraire aux traditions paléochrétiennes peut s’expliquer grâce à une nouvelle interprétation des textes et à la lumière de sondages effectués à l’intérieur de l’église et le long de son flanc sud (fig. 50 et 92).

92 - Plan général de la cathédrale, Haut Moyen Âge

92 - Plan général de la cathédrale, Haut Moyen Âge

12À l’intérieur de la cathédrale, les sondages réalisés dans le cadre d’une opération des Monuments Historiques afin de retrouver les altitudes des sols romans n’ont pas été menés à une profondeur suffisante pour atteindre les niveaux du Haut Moyen Âge. Un relevé des anciens caveaux des évêques et des chanoines situés à la croisée du transept a fourni des éléments de stratigraphie. En effet, certaines parois de ces caveaux ne sont pas entièrement parementées et de véritables coupes stratigraphiques sont restées visibles (fig. 93). Ainsi, la paroi est de la salle occidentale laisse voir un sol en mortier de tuileau (h :-1,35) au-dessus d’un radier de galets et d’un sarcophage en calcaire blanc (S. (sépulture) 6) qui lui-même sert de fondation à la paroi nord (fig. 92 et 93). Un deuxième sarcophage (S.7) occupe la même position sous la paroi sud avec un léger décalage vers l’est. Un sondage autour du pilier nord-ouest de la croisée a été à l’origine de la découverte d’un caveau inconnu voûté en berceau, auquel on accède par un petit escalier à l’ouest. Ce caveau a été creusé dans un secteur lui aussi occupé par des sarcophages monolithes (fig. 94). À l’est, trois d’entre eux (S. l, 2 et 3) ont été coupés à leur extrémité (fig. 95). Le plus septentrional a conservé son couvercle (h :-1,50). Dans l’angle sud-est, apparaît le flanc d’un sarcophage (S.5) qui a servi de fondation à la paroi, il est surmonté d’un couvercle, d’un remblai et d’une dalle (de sol ?, h : - 1,20). À l’ouest, un sarcophage (S.4), accolé au précédent et coupé lors de la construction du mur, laisse voir l’intérieur de sa cuve aux parois parallèles et son couvercle directement recouvert d’un sol en mortier de tuileau (h :-1,35m.).

93 – Elévation des caveaux intérieurs

93 – Elévation des caveaux intérieurs

Caveau à la croisée du transept

94- Le caveau nord, plan et stratigraphies

94- Le caveau nord, plan et stratigraphies

13À l’extérieur, la fouille a révélé le tracé de l’enceinte du Haut Empire et l’existence de deux niveaux de sépultures de types variés. Le mur d’enceinte, dégagé sur une faible longueur devant le porche latéral sud (fig. 92, A), a été bien identifié par ailleurs. Son orientation correspond à l’un des axes du maillage de la cité antique ; celui de l’église romane est très oblique par rapport à celle-ci. Ce rempart est — en chronologie relative — l’élément le plus ancien du sondage.

14Un premier niveau de sépultures est ensuite installé. Il recoupe les horizons contemporains de l’enceinte en continuant d’en utiliser les sols (h : - 0,50 m). Il s’agit d’un coffre en tegulae (S.8) de section quadrangulaire et d’un sarcophage monolithe (S.9) de plan trapézoïdal, fermé par un couvercle de pierre en batière pourvu d’acrotères aux angles. Cette sépulture était recouverte d’une petite structure tumulaire.

15Le second niveau de sépulture est stratigraphiquement incomplet, sa partie supérieure a été affectée par les modifications ultérieures des niveaux de sols. Son altimétrie est moins homogène que pour le premier niveau. Les sols contemporains peuvent être statistiquement reconstitués autour de h : + 0,35 m. Ce niveau compte deux sarcophages monolithes (S. 10, niveau supérieur de la cuve, h : + 0,08 m. et S. 11, repéré lors de travaux antérieurs (observations Th. Odiot), niveau supérieur de la cuve, h : + 0,20 m.). Les autres sépultures appartenant à ce niveau sont des coffres de dalles courtes et épaisses, de plan trapézoïdal ou anthropomorphe (pour ceux identifiables), sans fond aménagé (S. 12 à 16).

16D’autres tombes ont été repérées lors de travaux précédents (fig. 50) : à l’est de la cathédrale (Maison de la Truffe et du Tourisme) ont été mis au jour en 1985 d’autres sarcophages monolithes (observations M. Bois). Plus au sud, des témoignages oraux évoquent la découverte de sarcophages lors de l’aménagement de l’escalier menant à la place de la mairie.

17Ces nombreuses sépultures attestent la présence d’une zone funéraire : un coffre de tegulae suggère même une origine paléochrétienne (entre le IVe et le VIe s.), les sarcophages rectangulaires appartenant au même horizon (Colardelle 1983). Le sarcophage trapézoïdal (au sud) pourrait être plus tardif (VIe-VIIIe). Les coffres de dalles présentent les caractéristiques du modèle de transition entre les sépultures « mérovingiennes » et romanes (VIIIe-XIe s.). Malheureusement, aucune de ces tombes ne renfermait de matériel qui puisse fournir des critères de datation plus fins et il reste impossible de dater de manière précise la transition entre les deux niveaux de sépultures.

18Ces fouilles révèlent aussi la présence de maçonneries que l’imbrication étroite avec d’autres constructions empêche de dater précisément ainsi que d’en restituer le plan.

19Tout d’abord, les sépultures fournissent des renseignements capitaux sur la date de disparition du rempart antique dans la topographie urbaine. Les remblais séparant S. 11 (niveau inférieur) de S. 14, 15 et 16 (niveau supérieur) contiennent de nombreux moellons de l’enceinte, reconnaissables à leurs dimensions (hauteur de 0,13 m). Sa destruction paraît donc bien attestée dès le Haut Moyen Âge, mais rien n’indique qu’elle ait été totale. Plus probante est la découverte de sarcophages à l’emplacement de l’escalier de la place de la Mairie. Ces sépultures se situent, selon l’axe du tronçon retrouvé du rempart, à l’intérieur de la ville (fig. 50). Il faut donc supposer que le rempart ne jouait déja plus son rôle de limite à ce moment, les inhumations intra muros étant, en théorie, encore prohibées.

20Plus à l’ouest, un mur (fig. 92, Β) s’appuie sur le rempart (A) alors arasé tout en suivant son orientation. Il est recoupé par l’angle d’une maçonnerie (C), elle-même noyée sous le massif de fondation de la chapelle gothique. Morphologiquement, l’orientation et la proximité de ce bâtiment C le rendent incompatible avec l’état roman du porche, ce qui permet d’en réduire la fourchette de datation à une époque préromane.

21Le dégagement de la base de la façade du bras sud du transept a mis en évidence une construction antérieure. Son orientation est décalée de quelques degrés vers le sud-est par rapport à celle de l’église romane. Ses fondations sont en gros appareil de calcaire chattien hé par de la terre (fig. 92, D et fig. 96). Ce mur de 5 m de longueur est marqué à ses extrémités par un imposant chaînage d’angle conservé en élévation. Ceci permet de restituer l’altitude du sol contemporain à une cote voisine de h : + 0,40 m, c’est-à-dire sensiblement égale à celle du second niveau de sépultures (le couvercle de S. 13 étant à h : + 0,40 m). Il est donc possible d’avancer une fourchette de datation située entre le premier niveau de sépultures (Ive-VIe s. environ) et la construction romane du transept (début du XIIe s.) au niveau de sol extérieur plus élevé encore (h : + 1,30 m).

95- Elévation occidentale du caveau nord

95- Elévation occidentale du caveau nord

96- Elévation extérieure du transept sud

96- Elévation extérieure du transept sud

22Aucune autre trace de construction préromane n’est apparue en sous-sol à l’intérieur de l’église. Les recherches menées par A. Hartmann sur les élévations n’ont pas non plus identifié de structures de cette époque (Hartmann-Virnich 1989). On ne peut pour autant exclure l’hypothèse d’une basilique funéraire contemporaine des premières sépultures. La présence d’un sol en mortier de tuileau au-dessus de celles-ci, l’espacement relativement réduit entre elles, leur orientation dans le même axe — qui est celui de la structure préromane, puis de la cathédrale romane — suggèrent en effet un édifice intermédiaire.

23Par ailleurs, une construction d’époque carolingienne pourrait être attestée par un fragment de barrière de chancel en remploi à la base du pilier nord-ouest de la croisée romane (fig. 92, Ε et fig. 97 et 98). À partir de cet élément de 1,30 m de long, on peut facilement reconstituer un quatre-feuilles lié à la torsade (Buis 1975, p. 226-228). La comparaison la plus proche dans l’espace serait à faire avec Saint-Guilhem-le-Désert qui présente le même décor d’oves et de perles dans le ruban. À Vienne, où les rubans s’enroulent en nœuds le long de la bordure, le motif serait postérieur à 863. Ce décor est également fréquent dans tout le sud-est de la France en Arles, à Fréjus, Saint-Marcel d’Ardèche et Vaucluse-la-Fontaine (Chatel 1981, p. 69). On le retrouve aussi en Italie dès le Ville s. (Saint-Jean du Latran, Aquilée, Grado, Rivoli, Turin).

24Ces différents sondages permettent donc de mieux connaître le secteur où s’installera plus tard la cathédrale. L’enceinte du Haut Empire a certainement disparu dès le début du Haut Moyen Âge, lorsque s’établit à cet emplacement une zone funéraire. On peut donc supposer que l’évêque Paul a été inhumé dans cette nécropole, qu’une basilique funéraire, peut-être dédiée aux Saints-Apôtres, a été construite sur les lieux et a bientôt pris le vocable du saint évêque. Si l’on en croit les textes c’est peut-être à l’époque carolingienne que la cathédrale a été transférée du centre de la cité dans l’ancienne basilique funéraire, qui sera ensuite reconstruite à l’époque romane.

97- Panneau de chancel

97- Panneau de chancel

98- Plan de localisation du panneau de chancel

98- Plan de localisation du panneau de chancel

25J.F. Reynaud, F. Vaireaux

Saint-Étienne

26Dans la Vie de saint Paul, une église ainsi dédiée renferme le tombeau de saint Torquat, le prédécesseur de Paul. Le protomartyr Etienne est aussi le titulaire de l’église disparue que l’on a localisée à l’est de la porte Fanjoux, approximativement à l’extrémité de l’actuelle rue Saint-Estève (fig. 91, n° 3a). La mention juxta ecclesia sancti Stephani se retrouve dans le cadastre de 1507. Il semble qu’elle ait été ruinée pendant les guerres de religion : aucune mention n’en a été retrouvée par la suite, et il n’en subsiste plus aucun vestige apparent. Comme la cathédrale proche, mais bien distincte, cette église à vocation funéraire se trouvait, aux premiers temps chrétiens, à l’extérieur du centre urbain. Dans ce même quartier, des sépultures et des sarcophages signalés, malheureusement de façon imprécise, confirment la fonction funéraire qui lui est attribuée dans la Vie de saint Paul (fig. 91, n° 3b).

Saint-Sulpice

27Nous savons qu’une église dédiée à Saint- Sulpice fut reconstruite à la fin du XIIe s., ou au début du XIIIe s., en tous cas avant 1207 (Cart, de Saint-Paul, n° 23, 24, 25). Il est explicite que cette église était située à proximité immédiate de la résidence épiscopale en 1238 (in stare episcopi in plateola ante portas ecclesie Sancti Sulpicii n° 94). Mais contrairement à ce qu’affime J. de Font- Réaulx (1950, p. 171), les seules données du cartulaire ne permettent pas de situer cette résidence épiscopale. Il faut recourir à deux autres textes, le récit de la translation d’une partie des reliques de saint Restitut depuis le village qui porte son nom jusqu’à la cathédrale, en 1465 (G.C.N. col. 21) et la Vie de saint Paul. Le premier situe la chapelle Saint-Sulpice, dans laquelle ont été un moment déposées les reliques apud castrum Tricastinum quod antiquitus Torona vocabatur. Un passage du second texte permet de localiser sans ambiguïté ce castrum Torona à Saint-Paul-Trois-Châteaux (voir ci-dessous).

28On ne peut préciser l’emplacement de l’ancienne chapelle. Une sépulture avec une châtelaine et une clef ainsi qu’un sarcophage monolithe à logette céphalique ayant livré une agrafe de linceul, trouvés près de l’ancien château de l’évêque (Boisse 1974, p. 24-29) (fig. 91, n° 6) pourrait s’y rapporter.

Saint-Jean

29En 1136, dès avant la fondation de Richerenches, les Chevaliers du Temple de Jérusalem reçoivent de l’évêque et d’un certain nombre de familles de Saint-Paul, l’église Saint- Jean (fig. 91, n° 4) et le quartier attenant, qui comprend une construction dénommée palais et des places situées autour (ecclesiam Sancti Ihoannis cum palacio quod illi adheret et cum plateis que sunt in circuitu, Cartulaire de Richerenches n° 122 et 128). Postérieurement à cette date, on ne trouve plus de mention de cette église dans les actes relatifs aux Templiers, possesseurs aussi de celle de Saint-Vincent, hors les murs. Au début du XVIe s. pourtant, les Hospitaliers, héritiers des Templiers, possèdent encore des biens dans la quarte Chevalière, autour de l’église Saint-Jean. En 1507, l’église Saint- Jean existe toujours, puisqu’elle est citée comme confront nord à un chazal construit entre deux maisons à l’est et à l’ouest et le barri de la ville au sud (Terrier de l’évêque f. 111). Sa disparition est sans doute liée aux troubles dus aux guerres de religion.

30Une tradition locale, qui n’est étayée par aucun document authentique, fait de Saint-Jean le baptistère de la première cathédrale (Delacroix 1817. p. 309 ; Boisse 1964, p. 7 ; Boisse 1968 et 1974a, p. 33).

31Ce quartier, situé dans l’angle sud-ouest de l’enceinte médiévale, possède un certain nombre de vestiges antiques et médiévaux qu’il est nécessaire de mentionner. La première travée occidentale de l’église se trouve englobée à l’intérieur des maisons jusqu’au premier arc doubleau qui dépasse des toitures environnantes (fig. 91, n° 4a, fig. 99). Des murs de refend s’appuient sur ces constructions anciennes où sont conservés des éléments architecturaux dont la datation pourrait concorder avec l’époque où a été rédigée la charte. En outre, plusieurs découvertes ont été signalées dans ce quartier : une « croix primitive » — probablement un christ roman — (Boisse 1974b, notice 40), conservée dans une collection particulière à Saint-Paul ; dans les rues alentours, des sépultures en sarcophages (Boisse 1974a, p. 32) (fig. 91, n° 4d) ; dans une cour, entre l’église au nord et le rempart moderne au sud. un « charnier humain » et un sarcophage orienté, constitué de gros blocs équarris et d’un « cube équarri creusé d’une cavité hémicylindrique, céphalique », recouvert de deux grosses dalles (Boisse 1974a, p. 33-34) (fig. 91, n° 4c). Mais la trouvaille la plus importante concerne une mosaïque qui pourrait bien appartenir à l’intérieur même de cette église (fig. 91, n° 4b). Découverte en 1885 (Sagnier 1889), elle a été datée par H. Lavagne (Lavagne 1979, n° 107) du tout début du Ve s. (fig. 25, n° 20). D’après un témoin présent lors de sa mise au jour, une partie de ce pavement « rappelait les fondements du sanctuaire d’une église ». Or, la localisation de cette découverte correspond à l’emprise de l’église de Saint-Jean telle qu’on pourrait la restituer avec trois travées de nef et une abside.

99 - Arc doubleau de l’église Saint-Jean

99 - Arc doubleau de l’église Saint-Jean

32À proximité de l’église, mais plus à l’ouest et selon une orientation légèrement différente, se trouve un mur en grand appareil, percé d’une porte qui permet l’accès à l’impasse Saint-Jean (fig. 25, n° 19 et fig. 57-58). La décoration de l’arc, bien que très abîmée, l’a fait attribuer à un monument romain. Peut-être faut-il voir là les restes du « palais » nommé en 1136.

Notre-Dame

33À quelques dizaines de mètres de l’église Saint- Jean, mais hors de l’enceinte médiévale et moderne, se trouvait l’église Notre-Dame qui a donné son nom à la porte ouest. Détruite elle-aussi pendant les guerres de religion, elle fut relevée en 1682 et devint la chapelle du couvent des Dominicains. Cette reconstruction existe encore (fig. 91, n° 5), transformée en réfectoire et en salle des professeurs de l’actuel Lycée Agricole, à côté de la chapelle élevée au début du siècle par les Frères Maristes (Boulomoy 1893). Cette église n’est pas orientée et l’abside est tournée vers le sud.

Le transfert du siège cathédral

34En examinant la situation de Saint-Jean et de Notre-Dame par rapport à l’étendue de la ville antique, on s’aperçoit que ces deux églises très proches se trouvent en position relativement centrale. Elles sont aussi établies à proximité immédiate de l’un des axes majeurs (cardo), encore perceptible dans le parcellaire actuel, et de bâtiments publics, dont témoignent le mur en grand appareil et la frise du quartier Saint-Jean. Il est tentant de voir dans ces deux édifices le groupe cathédral primitif, avant le transfert de son siège à l’emplacement actuel. Cette hypothèse séduisante, conforme à la tradition locale, n’est malheureusement étayée jusqu’à présent par aucune découverte archéologique. Les sources, les données archéologiques et la tradition orale convergent cependant pour établir l’origine funéraire de l’actuelle cathédrale et situer l’emplacement primitif du groupe cathédral probablement entre le quartier Saint-Jean et l’ancienne église Notre- Dame. L’époque du transfert serait à placer entre la rédaction de la Vita de l’évêque Paul, dans laquelle l’église Saint-Paul est encore une basilique funéraire, et 1136, date de la première mention de l’église Saint-Jean et de sa donation aux Templiers. Celle-ci atteste qu’en ce début du XIIe s., la cathédrale occupait l’emplacement actuel et depuis suffisamment longtemps pour que l’ancienne (dans notre hypothèse) puisse être tenue en partie par des laïcs.

35On ne connaît malheureusement pas la date de rédaction de la Vie de saint Paul. Nous disposons seulement d’un terminus post quem fourni par la mention du monastère de femmes fondé par saint Césaire d’Arles (513-542).

36Il serait peut-être possible de rétrécir cette fourchette chronologique, si l’on était sûr de l’authenticité du plus ancien diplôme impérial, daté de 852, qui donne à la cathédrale le double vocable de Notre-Dame-et-Saint-Paul. À l’origine la cathédrale aurait été sous le vocable de Notre-Dame et l’on aurait ajouté celui de Saint-Paul seulement après son transfert sur l’emplacement de l’église funéraire qui conservait la sépulture de Paul. Une translation à l’époque carolingienne serait en accord avec la tradition rapportée par Boyer de Sainte-Marthe, tradition qui attribue à Charlemagne non seulement l’édification de la cathédrale mais aussi la création du chapitre.

37Cependant on s’explique mal comment la construction du rempart médiéval antérieur à 1180 a pu laisser Notre-Dame hors les murs. Il est possible qu’elle ait été ruinée comme le fut Saint-Sulpice au château ou Saint-Vincent hors les murs antiques. Elle n’aurait alors été réédifiée que postérieurement à la construction de l’enceinte médiévale, qui aurait englobé un bâti urbain concentré dans le quart nord-est de la ville antique et autour de la nouvelle cathédrale et du château.

Le castrum

38Le château apparaît comme possession de l’évêque indirectement dès 1367, date à laquelle est signée une transaction entre l’évêque et les habitants dans cette propriété épiscopale, apud Tricastrinum infra fortalicium dicte civitate in aula magna (G.C.N. Saint-Paul n° 387). Mais il est difficile de situer dans le temps l’origine de cette possession.

39La Vie de saint Paul apporte un élément de réponse : ce texte fait état de travaux de fortifications au château de Torona. En effet, un miracle opéré par le bienheureux se situe précisément dans ce castrum où s’était réfugié la population lors d’un siège :

« Cependant, après son trépas affligeant, il arriva que les pays de Provence furent cruellement envahis par des ennemis. Ceux-ci, qui dévastaient aussi toutes les régions avec la vigueur de ceux qui font la guerre et qui réduisaient les populations en esclavage, se précipitèrent furieusement au château de Toronne que l’évêque saint Paul avait fortifié. Là, comme la population assiégée touchait les oreilles divines par de grandes lamentations afin que les cris de la gent ennemie soient ainsi retenus, le bienheureux Paul, accompagné de deux enfants en vêtements blancs, se dressa devant eux en faisant le signe de la croix et, conduit par les armées célestes elles-mêmes, il alla devant le chef de l’armée aussi directement que le cours d’une flèche empennée. Alors, tous ensemble, ceux du parti adverse reculèrent épouvantés et frappés de crainte devant le signe qui se présentait (...) les blessures ne remplirent pas les sillons de leur propre sang et ceux qui avaient été témoins du signe du miracle, adoraient le Seigneur en se retournant et, ceux qui fuyaient à travers sa ville, n’osaient rien prendre de leur propre chef pendant qu’ils s’éloignaient, si ce n’est ce qui leur avait été donné en don volontaire et le Seigneur produisit de nombreux autres miracles par son intermédiaire » (Traduction de la Vita Sancti Pauli Tricastinae urbis episcopi et confessori : texte latin dans G.C.N col 4 à 9).

40Ce château, tel que le présente le texte, est situé à proximité immédiate de la ville (ou à l’intérieur de celle-ci ?), puisque la population s’y est réfugiée et que les ennemis la traversent après avoir levé le siège grâce à l’intervention miraculeuse du saint. Or, il se trouve que la colline située au sud de celle qui porte le village de Clansayes porte le même nom de Thoronne. Les Chevaliers de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (et non les Templiers, qui n’ont jamais eu de possessions à Clansayes) y possédaient une église au XIIIe s., l’église Notre-Dame qui avait des fonctions paroissiales (Cart. Saint-Paul n° 97). Ce passage de la Vie de saint Paul ne peut évoquer le Toronne de Clansayes, tout de même bien éloigné de la cité assiégée pour que la population puisse y trouver asile rapidement. Le lieu de refuge ne peut que se situer au sein même de la ville.

41On peut confronter ces indications au récit de la translation des reliques de saint Restitut en 1465. Ces reliques ont été déposées un moment au château tricastin qui s’appelait autrefois Torona sur l’autel de sa chapelle dédiée à Saint-Sulpice, avant d’être exposées sur l’autel majeur de la cathédrale (G.C.N. Saint-Paul col. 21). Or on sait, par les différentes mentions qui sont faites de cette église Saint-Sulpice, qu’elle se situait dès le début du XlIIe s. à Saint-Paul même, dans le palais épiscopal (Cart. Saint-Paul n° 94). Boyer de Sainte-Marthe, trompé par la similitude des noms, dédouble Saint-Sulpice pour en placer une autre à Thoronne de Clansayes. Mais aucun texte ne vient à l’appui de cette assertion. En outre, le récit de la translation indique clairement que les reliques ont quitté l’église de Saint-Restitut approximativement vers deux heures après midi et qu’on les a déposées entre trois et quatre heures sur l’autel de la chapelle Saint-Sulpice. Ce laps de temps correspond tout à fait à celui nécessaire à une procession pour descendre de Saint-Restitut et arriver à Saint-Paul-Trois-Châteaux, et il faudrait le doubler au minimum pour monter jusqu’à Thoronne de Clansayes.

42Ainsi, il paraît clair que la résidence de l’évêque qui se trouve à proximité de l’église Saint-Sulpice, elle-même localisée dans le château de Toronne, occupe le même emplacement au XIIIe s. qu’en 1507. Cependant, d’autres textes du cartulaire font état de rachat par l’évêque d’anciennes parcelles épiscopales passées entre les mains laïques telles celles de Guillaume de Saint-Paul en 1239 et 1244 (n° 73 et 74). Ces parcelles n’étant guère localisables, on ne peut conclure ni à un déplacement antérieur de cette résidence, ni à un rétrécissement de sa surface que l’évêque chercherait alors à rétablir dans son état primitif.

43Il semble possible d’affirmer que les évêques ont possédé très tôt la partie haute de la ville, dénommée château de Toronne depuis le Haut Moyen Âge et dont la Vie de l’évêque Paul précise que celui-ci l’avait fortifié (castrum Toronna quod S. Paulus episcopus firmaverat). Dans ce cas, les prélats devaient être seuls à la tête de la cité, et Ton peut s’expliquer ainsi qu’aucun comte de Tricastin n’apparaisse jamais : l’évêque pourra plus tard s’affirmer évêque et comte, même si les textes sur lesquels il appuyait sa légitimité étaient des faux (Cart. Saint-Paul n° 5 et 6).

44Quelques indications sur la topographie du château nous sont données par le terrier épiscopal de 1507. Il mentionne la résidence de l’évêque (domus) et ses dépendances : casalibus, ortus, viridiarum. Il apparaît à cette époque entouré d’une enceinte bien matérialisée (ambitus sive scintium castri, f° 36). À proximité immédiate (subtus et prope castrum episcopali), c’est-à-dire au sud et en contrebas, se trouve la maison de l’officier chargé de la justice religieuse du diocèse, l’official, (domo officialatis, f° 8). Cette maison est aussi citée comme confront nord (f° 263) et ouest (f° 265) de maisons localisées dans la quarta Aquabelle. Ce quartier s’étendait au sud de la place du château (platea castris, f° 306) et du jardin de l’évêque (orto domini nostri tricastini episcopi, f° 327), c’est-à-dire aux alentours de l’actuelle rue d’Aiguebelle. C’est probablement la maison appartenant à l’abbaye cistercienne d’Aiguebelle qui avait donné son nom à ce quartier limité au sud et à Test par le mur de l’enceinte urbaine (barrium ville).

45Après les destructions dues aux guerres de religions, le palais épiscopal fut relevé de ses ruines, mais c’est entre 1659 et 1669 que l’évêque Claude Ruffier fit construire le palais épiscopal. D’importants vestiges subsistent encore sur l’emplacement du château médiéval malgré les destructions postérieures à la Révolution. Une tour ronde en partie arasée témoigne de l’origine médiévale du site (fig. 91, n° 7). La rue qui permet d’accéder à l’ancien palais épiscopal se nomme encore la rue Montant-au-Château, tout comme en 1507. Le tracé de son enceinte se lit assez aisément dans le parcellaire de 1810 (fig. 91, n° 8). On ne connaît pas l’emplacement exact de l’église Saint-Sulpice, dont on sait qu’elle était située à l’intérieur des murs de l’évêché et donnait sur une placette publique.

46Malgré l’absence de fouilles permettant de définir avec certitude les différentes phases du château épiscopal, les documents d’archives et quelques découvertes archéologiques permettent d’établir la continuité d’occupation de ce sommet de colline, en position dominante par rapport à la cité : rue Montant-au-Château, un sarcophage monolithe avec logette céphalique ayant livré une agrafe de linceul (Boisse 1974, p. 24-29) et une sépulture avec châtelaine et clef (fig. 91, n° 6) ; sur le site de l’Esplan, contre le mur antique repris à cet endroit à l’époque médiévale ou moderne, une cave dont le comblement a livré de la céramique vernissée médiévale (fig. 91, n° 9). Enfin, c’est dans ce secteur, à l’angle de la rue Montant-au-Château et de la rue de l’Evêché que se trouve Tune des rares maisons médiévales encore en élévation de Saint-Paul-Trois-Châteaux (fig. 91, n° 10 ; fig. 100).

100- Maison médiévale de la rue Montant-au-Château (façades est et nord)

100- Maison médiévale de la rue Montant-au-Château (façades est et nord)

L’enceinte de la ville médiévale

47Nous ne disposons d’aucun élément pouvant nous permettre de dater la construction de l’enceinte qui enserre le centre de la ville médiévale. La plus ancienne mention de cette ligne de fortification est contenue dans la charte n° 236 du Cartulaire de la Commanderie de Templiers de Richerenches, charte datée d’environ 1180 (Ripert-Montclar 1907). Il s’agit d’une donation d’une petite maison (domunculam) venant s’ajouter à celles que les chevaliers du Temple possèdent déjà dans le quartier de Saint-Jean, et dont l’un des confronts est formé par le nouveau mur de la cité (novum murum civitatis). Cette indication ne nous permet guère d’évaluer le degré de nouveauté de ce mur par rapport au précédent, mais le décalage chronologique était toujours nettement perçu par les habitants en cette fin du XIIe s.

48Cette enceinte est toujours visible (fig. 101). Le terrier de 1507 indique que le barrium ville était percé de quatre portails dont trois existent encore de nos jours — Porte Notre-Dame (portale Nostri Domine, f° 310 dans la quarta Beate Marie) (fig. 91, n° 11) et Porte des Fontaines (porta aquaria) (fig. 91, n° 12) à l’ouest, Porte Fanjoux (Font Jourt) (fig. 91, n° 13) au nord — la Porte de la Tour Rompue (fig. 91, n° 14) à l’est ayant été détruite au siècle dernier. Cette Tour Rompue était proche de la Tour Neuve (turram novam portalis turris fracte, f° 213) qui a donné son nom à la place s’étendant aujourd’hui extra muros : elle est située à l’extérieur de l’angle rentrant formé par l’enceinte médiévale qui recouvre celle du Haut Empire à cet endroit.

101- L’enceinte médiévale

101- L’enceinte médiévale

L’organisation de l’agglomération à la fin du Moyen Âge

49Le terrier épiscopal de 1507 donne une assez bonne vision de la ville à la fin du Moyen Âge. Il répertorie seulement des biens fonciers rattachés à la directe de l’évêque, mais les autres fonds y figurent néanmoins assez souvent dans les confronts des parcelles analysées. Les parcelles sont classées en propriétés bâties hospitium (maison, hôtel particulier), domus (maison, demeure), casalie (bâtiment annexe), crota (voûte), grangia (grange), stabulum (étable)..., ou non bâties curtis (cour), ortus (jardin), viridarium (verger)..., qui témoignent de l’importance de l’activité rurale à l’intérieur de l’agglomération.

  • 121 Cf. Mistral 1878, Trésor du Félibrige art. cauquiero.
  • 122 Cf. Mistral, 1878, art. code 2

50Les localisations utilisées montrent l’organisation en quartiers ou quarto : Fanjoux, Aiguebelle, Notre-Dame (fig. 102), Porte des Fontaines, Tour Rompue, réparties à l’intérieur de l’enceinte urbaine, barrium ville. Quelques rares noms de rues y apparaissent mais la plupart du temps celles-ci sont anonymes et dites carriera publico ou itinerum, anclrona pour les plus petites, et passagium pour les accès privés. Le notaire a cependant précisé le nom de quelques unes, telle la magna carriera dans la quarta Beate Marie (f° 123) probablement la rue Notre-Dame actuelle. Sont indiqués aussi quelques uns des itinéraires qu’elles desservent comme pour celle qui mène au château (carriera qua iter ad castrum f° 227/228) ou celles qui permettent d’accéder à la cathédrale depuis la Porta aquaria ou depuis la place, la carriera publico tendant ad ecclesiam, où sont encore visibles des façades médiévales (fig. 91, n° 15). Les seules qui portent un nom de métier renvoient au travail du cuir. La rue Pelsarie ou Pelissarie — nous dirions aujourd’hui la rue Pelleterie, comme en Avignon — dans la quarte de la Tour Rompue (f° 221), était celle des peaussiers ou des fourreurs, et la carriera di las chauchieras (f° 39) ou carriera calqueriarum (f° 204) dans la quarte de Fanjoux, est celle des tanneurs121. La carriera caudoliorum dans la quarte Notre-Dame (f° 156) et la carriera Dalcodolo dans celle de Fanjoux (f° 268) doivent très probablement leur nom à leur revêtement de galets122.

102- Vue aérienne du quartier Notre-Dame

102- Vue aérienne du quartier Notre-Dame

51Il existe des places, platea en latin ou planum en langue vulgaire latinisée. La plus importante est la place publique (platea fori civitate f° 377) où l’on trouve la maison du notaire public tricastin Johannes Remigii, ou celle que possède en fief franc Aymard Arthaud, nobilis vir (f° 304). La place est aussi le centre de la vie commerciale puisque s’y trouvent les sestereyli c’est à dire les pierres à mesurer le blé (f° 304), le banc des bouchers (bancum macelli, f° 303) et la maison de l’apothicaire (f° 369). Il existait une autre place devant le château (platea castri, f° 206). Le Plan des Tours (Planum Turribus, f° 136) doit correspondre à l’actuelle place de l’Esplan, le plan Grannet (planum das Grannietz, f° 303 ou platea granetorum) est peut-être la place aux Herbes mais l’emplacement du Plan du Four (Planum furni f° 304) doit être bâti aujourd’hui. La Place apparaît donc comme le lieu du commerce, alors que les quartiers artisanaux s’étendent au nord et au sud du château.

52Du développement de la ville à la fin de l’Antiquité et au Haut Moyen Âge on ne connaît que très peu de choses : probablement un premier groupe épiscopal autour de Saint-Jean, à proximité du centre (monumental ?) de la ville antique ; au nord, un quartier encore suburbain où sont édifiés deux lieux de culte funéraire, dont l’un deviendra, peut-être à l’époque carolingienne, le siège de la cathédrale. Assez tôt dans le temps, l’évêque, maître de la cité et disposant de pouvoirs régaliens, fortifie le sommet de la colline, castrum Toronna, qui sera le siège de la résidence épiscopale. Cette fortification est complétée avant 1180 par une enceinte plus vaste qui enferme la cité médiévale.

53Ainsi, à partir de cette époque, la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux se trouvait dotée de trois enceintes. En effet, les ruines de la muraille gallo-romaine, désignée dans le terrier de 1507 par les termes barrium vetus (f°218), mura villi antiqua (f°240) ou encore antiquum murum dicti civitatis (f°217), étaient encore bien visibles, notamment dans les quartiers ruraux. Or, on sait que la formation actuelle Saint-Paul-Trois-Châteaux allie à un hagionyme rappelant un de ses premiers évêques, un toponyme de formation médiévale — un « à peu près » qui a transformé un nom prélatin dont le sens n’était plus compris en un composé faisant allusion à une triple fortification. Il est par ailleurs significatif que l’évolution phonétique ait pu se faire de façon différente à la Baume-de-Transit, qu’il faut traduire par la Baume en Tricastin. Cette dernière évolution s’est faite directement à partir des formes attestées au Xe s. telles Tracense, dans la donation de Berthe de Provence à Montmajour en 960 (Manteyer 1908, p. 123, n. 1) et Trainense, qui figure dans un texte d’Arles de la fin de ce siècle (G.C.N. Arles n° 302). Ce n’est donc qu’après la construction de l’enceinte médiévale qu’aurait vu le jour cette transformation de Tricastin en Trois Châteaux.

54À l’intérieur de son enceinte, la ville médiévale occupe le quart nord-est de la ville antique, intégrant au nord des quartiers suburbains à l’époque romaine. Cette enceinte relie le castrum à la cathédrale et aux bâtiments du chapitre, ainsi qu’à Saint-Jean, autre pôle religieux comprenant au XIIe s. une église et un palais, possessions des Templiers.

55Entre ces trois pôles, il n’y a pas de continuité de l’habitat : au XIIe-XIIIe s., le site de la rue des Ecoles est occupé par une aire d’ensilage, la trame urbaine actuelle ne se mettant en place que plus tard. Au début du XVIe s., le terrier de l’évêque témoigne de l’importance de l’activité rurale à l’intérieur de la ville, et de nombreuses parcelles non bâties, pâtures ou jardins apparaissent encore sur le plan cadastral du XIXe s. Enfin, comme on le verra plus loin, au Moyen Âge, la cité épiscopale ne semble pas grouper la totalité de la population à l’intérieur de ses murs, dans la mesure où plusieurs sites fortifiés sont mentionnés dans son terroir dans des textes des XIIe et XIIIe s.

56M. Bois

Notes

121 Cf. Mistral 1878, Trésor du Félibrige art. cauquiero.

122 Cf. Mistral, 1878, art. code 2

Table des illustrations

Titre 91- Carte archéologique de l’agglomération médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 92 - Plan général de la cathédrale, Haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre 93 – Elévation des caveaux intérieurs
Légende Caveau à la croisée du transept
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 94- Le caveau nord, plan et stratigraphies
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 95- Elévation occidentale du caveau nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre 96- Elévation extérieure du transept sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 97- Panneau de chancel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 98- Plan de localisation du panneau de chancel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 99 - Arc doubleau de l’église Saint-Jean
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 100- Maison médiévale de la rue Montant-au-Château (façades est et nord)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 101- L’enceinte médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 102- Vue aérienne du quartier Notre-Dame
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/789/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access