Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 5. Les sépultures

Valérie Bel

Texte intégral

1Le hasard des découvertes archéologiques et le développement de l’urbanisation font que, de la ville antique de Saint-Paul-Trois-Châteaux, on connaît mieux les sépultures que les maisons ou les monuments publics. En effet, la première fouille du Service Régional de l’archéologie (en 1982, 1983 et 1985) a porté sur un large secteur de la nécropole dite du « Valladas », au sud-ouest de l’agglomération. On dispose ainsi de l’une des plus importantes séries de tombes des Ier et IIe s. ap. J.-C. du sud-est de la Gaule, après celles de Lyon et de Fréjus. La documentation archéologique et l’abondant mobilier recueillis permettent de suivre l’évolution des pratiques funéraires pendant près de deux siècles et d’appréhender un peu la société tricastine antique. Ce site devant faire l’objet d’une publication détaillée, seuls sont présentés ici les principaux résultats.

2Par ailleurs, bien que d’un intérêt plus limité, des découvertes fortuites, parfois anciennes, nous renseignent sur l’existence d’autres lieux consacrés aux tombes aux abords de la ville et dans les campagnes environnantes.

Les découvertes isolées

3Si l’on excepte une stèle (CIL, XII, n° 5856), trouvée au XIXe s. en remploi dans la propriété des Frères Maristes (fig. 25, n° 28g), intra muros, tous les autres gisements funéraires sont situés à l’extérieur de l’enceinte gallo-romaine. Deux d’entre eux pourraient être liés à la présence d’une voie d’accès à la ville :

  • Le premier est représenté par une incinération contenant une urne apparemment en céramique, et accompagnée d’une assiette, d’une coupe et de quatre balsamaires. Elle a été trouvée lors de la construction de la voie ferrée, à 300 m environ à l’est de la courtine orientale et 200 m du cinquième cardo (fig. 25, n° 44). Elle se trouve dans le prolongement de l’ancien chemin de Sourne qui reprend peut-être, comme on l’a vu, un tracé antique. Aucune autre sépulture n’a été signalée dans ce secteur, et des sondages réalisés en 1986 dans une parcelle voisine au nord-est se sont révélés négatifs.

    • 101 Urne de type Isings 67a, pichets de type Isings 57 et 58, un second vase de type Isings 67a et troi (...)

    Une autre incinération avec urne a été mise au jour plus au nord, près d’une patte d’oie située sur le tracé théorique du cinquième cardo, à 200 m environ de l’enceinte. Le vase cinéraire, en verre, était placé dans un coffre cylindrique en pierre du Midi. L’urne et le mobilier d’accompagnement, également en verre101, permettent de dater la tombe de la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C.

  • 102 La distance qui sépare ces sites de l’enceinte (200 à 300 m) est tout à fait comparable à celle qui (...)

4Ces deux tombes attestent l’existence de lieux funéraires suburbains, d’importance indéterminée mais probablement modeste, à peu de distance des accès est et nord-est de la ville102.

  • 103 Bulletin de la Société d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1878, p. 101 ; Sautel 1957, p. (...)
  • 104 Bulletin de la Société d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1868, p. 462 ; Sautel 1957. p. (...)

5Les autres découvertes ponctuelles faites dans un rayon d’un kilomètre autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux sont trop éloignées de l’agglomération pour être rattachées à une nécropole urbaine : la plus proche est en effet distante de plus de 700 m de l’enceinte. Ces tombes sont en outre généralement situées à proximité d’un habitat reconnu en prospection. C’est notamment le cas, à l’ouest de la ville, d’une incinération avec urne en céramique (lieu-dit « Miègesolles ») (fig. 78, n° 125) et d’une tombe (lieu-dit « Les Alènes ») (fig. 78, n° 127) ayant livré, mêlés à un sédiment cendreux, des ossements brûlés, de la céramique commune et sigillée (dont un fragment de type Drag. 35) et de la verrerie. À l’est, une incinération avec urne en céramique kaolinitique, trouvée dans le talus du chemin de Frémigière (lieu-dit « Bellevue ») (fig. 78, n° 134), peut être mise en relation avec un site d’habitat, ainsi qu’avec le troisième cardo du cadastre Β d’Orange qui passe précisément à cet endroit. Elle était accompagnée d’un balsamaire en verre de type Isings 82 al qui suggère une datation de la fin du Ier s. ou du IIe s. ap. J.-C. Dans ce même quartier de « Bellevue », « sur une voie rurale en réfection », fut exhumée au siècle dernier une sépulture comportant « un miroir poli orné de couronnes de feuillages gravées, muni d’un manche orné d’une figurine de Mercure ; un étui en métal contenant une matière grasse et noire ; des vases à parfum ; une urne ; des lampes ; des fragments de fer et des ossements brûlés ». Ce mobilier était semble-t-il placé dans un coffre en bois de 0,50 m de côté dont on a retrouvé les clous103. Mentionnons enfin la découverte, au début du XIXe s., « sur le coteaux de Sainte-Juste », au sud-est de la ville, « de lampe sépulcrale, pot, soucoupe, miroirs, monnaies, pendants d’oreille »104 qui proviennent manifestement d’une ou de plusieurs sépultures gallo-romaines.

6Toutes les tombes que l’on peut dater sont des incinérations du dernier tiers du Ier s. ou du IIe s. On ne connaît aucune tombe du IIIe s. Seule une sépulture sous tuiles en bâtière datée des IV-VIe s., découverte lors des fouilles de la cathédrale et de ses abords (voir plus loin), témoigne peut-être de l’existence au Bas Empire d’une nécropole au nord de la ville.

La nécropole du Valladas : organisation

7Les fouilles du Valladas (fig. 25, n° 43) ont montré l’importance de la nécropole qui s’étendait à l’extérieur de l’angle sud-ouest de l’enceinte gallo-romaine, le long d’une voie est-ouest située sur le tracé du huitième decumanus du cadastre Β d’Orange (Bel 1986). La chaussée, large de 6 m, était constituée de recharges de graviers, de sable et de mortier. Bordée de deux fossés et d’un mur, elle paraît avoir été créée à l’époque augustéenne, autour du changement d’ère, probablement pour relier la ville à la voie d’Agrippa (fig. 73).

73- Plan de la nécropole du Valladas avec proposition de restitution du parcellaire antique

73- Plan de la nécropole du Valladas avec proposition de restitution du parcellaire antique

Phases 1 et 2 : deuxième tiers du Ier s.
Phase 3 : troisième tiers du Ier s.
Phase 6 : dernier tiers du IIe s.

8Les 240 tombes mises au jour se trouvaient le long de cette voie, principalement du côté nord, formant un ruban irrégulier de 30 à 100 m de large (environ 2 500m2). Seule la limite méridionale de la nécropole est connue. L’espace funéraire pourrait être au moins quatre fois plus étendu à l’ouest et au nord du site – estimation fondée sur la répartition des découvertes fortuites (fîg. 25, n° 43 b à f) : lots de mobiliers caractéristiques (tessons brûlés, vases complets) recueillis dans des déblais de terrassement (n° 43 b, c et d) ; ou tombes trouvées dans des tranchées (n° 43 e et f). Ainsi, dans l’hypothèse (toutefois assez incertaine) d’une occupation régulière et uniforme, la nécropole-compterait-elle près d’un millier de sépultures pour une période couvrant un peu moins de deux siècles : la tombe la plus ancienne est datée des années 20-30 ap. J.-C. ; la plus récente a été mise en place au cours du dernier quart du IIe s.

9En dehors du decumanus (c’est-à-dire de la voie et de ses annexes), l’occupation augustéenne n’est attestée que par quelques fragments résiduels de sigillée italique. Les tombes de cette époque sont peut-être à rechercher plus à l’est, aux abords de la porte méridionale de la ville.

10Il semble que les premières tombes aient été établies sur un terrain vierge de construction et peut-être cultivé. Ceci est suggéré par la présence de multiples fossés étroits, parallèles à la voie et antérieurs aux tombes ou enclos funéraires, vestiges possibles de plantations. Par la suite, tout au long des deux premiers siècles ap. J.-C., le site ne semble pas avoir eu d’autre vocation que funéraire.

11On ne sait à quel moment situer la construction du mausolée circulaire dont les fondations ont été retrouvées à l’est du site (fig. 73 et 74). Tout au plus peut-on noter que ce monument se trouve dans un secteur de la fouille proche de la ville et essentiellement occupé par des tombes du Ier s., notamment du deuxième et troisième quart de ce siècle. Ce monument se rattache par son plan au type des grands tombeaux circulaires apparus en Italie à l’époque augustéenne et attesté par exemple à Fréjus (monument de la Tourrache : Février 1977), Autun (monument de la Gironette : Duval 1963) ou Augst en Suisse (Berger 1975). Il mesurait 16,20 m de diamètre à la base et pouvait atteindre une hauteur de 5 m environ, si l’on se réfère aux proportions du mausolée de Munatius Plancus à Gaete (Fellmann 1957). Il s’élevait à quelques mètres du huitième decumanus, à proximité de son croisement avec le quatrième cardo, autre voie antique probable, et dans le prolongement de la courtine méridionale. Le choix de l’emplacement, tout autant que celui de la forme (une sorte de tour) participent sans doute de la même démarche ostentatoire. Il est probable que celui qui l’a fait construire appartenait à l’aristocratie municipale. Sa sépulture n’a pas été conservée. On note aussi l’absence de tombe autour du monument, du moins dans le secteur fouillé.

74- L’ustrinum et le mausolée de la nécropole du Valladas

74- L’ustrinum et le mausolée de la nécropole du Valladas

12Très tôt – dès le deuxième quart du Ier s., si l’on en juge par les tombes qu’ils renferment — deux enclos maçonnés quadrangulaires sont établis au nord du decumanus. Ils sont séparés de la voie par un grand fossé que des dépôts de colluvions, mais aussi semble-t-il des apports anthropiques, finissent de colmater au cours du deuxième tiers du Ier s. Des similarités évidentes dans le choix de l’implantation, le plan ou le mode de construction des deux monuments, font penser qu’ils ont été édifiés suivant le même programme et à peu près à la même époque. En effet, bien que de dimensions inégales (24 p. x 20 p. et 84 p. x 42 p.), ils sont, l’un comme l’autre, plus larges en façade qu’en profondeur, avec en outre un mur donnant sur la voie, plus épais que les autres, et sur lequel s’appuient des murets de refend perpendiculaires. Ces aménagements n’ont pas été conçus au départ pour abriter des tombes (celles qui s’y trouvent sont récentes) et pourraient être liés par exemple à la présence de portes donnant sur la voie ou à la décoration du mur de façade.

13Par la suite, l’organisation initiale des enclos, induite par leur plan, n’a pas été respectée : dans le petit enclos, l’un des murets est détruit par la plus ancienne structure du monument, un ustrinum ; dans le grand enclos, si deux des plus anciennes tombes (d’époque claudienne) ont été implantées aux abords des grandes niches latérales et dans un souci évident d’axialité, la plupart des sépultures se répartissent ensuite en trois groupes bien distincts qui correspondent à une division de l’espace en trois concessions égales. On peut suivre ainsi l’évolution de l’occupation de cet enclos pendant près de deux siècles : la parcelle orientale est occupée dès les années 40-50 jusqu’au début du IIe s. ; la parcelle occidentale se couvre de tombes au cours du dernier tiers du Ier s. et du premier tiers du IIe s. ; elle semble ensuite abandonnée tandis que la concession centrale, à peu près vide au Ier s. est fréquentée jusqu’à la fin du IIe s. au moins.

14Ces observations font penser que ces deux enclos ont été construits par un entrepreneur à partir d’un modèle unique, puis ont été vendus (peut-être même revendus par lots dans le cas du grand enclos) à des familles ou communautés différentes. Une telle interprétation, déjà proposée par J.M.C. Toynbee (1971) à propos de la nécropole d’Aquilée, ne s’oppose pas à ce qui est connu du droit des tombeaux romains (de Visscher 1963).

15L’organisation de type nucléaire, observée dans le grand enclos, caractérise en fait l’ensemble du site. À l’extérieur des enclos, les groupes ne comportent pas plus de 4 tombes par période de 50 ans environ – sachant bien sûr que seules les tombes datées de façon assez précise, soit 60 % du total environ, sont décomptées. Ceci pourrait faire penser à des groupes familiaux (au sens large), d’autant que les rares sépultures d’enfant connues par l’anthropologie, et les quelques tombes contenant du mobilier à caractère féminin (45 environ) sont réparties de manière aléatoire dans toute la nécropole. Des différences apparaissent parfois entre les tombes contemporaines d’un même groupe. Ce phénomène est surtout sensible à partir de l’époque flavienne : auparavant, les groupes sont plutôt homogènes mais se distinguent assez nettement les uns des autres. Ces différences concernent la qualité et la quantité des offrandes présentes ou bien- et cela, on le verra plus loin, va souvent de pair- le mode de sépulture adopté. On serait tenté d’interpréter cette hétérogénéité en termes de richesse ou d’appartenance sociale. Elle est cependant assez relative : si l’on excepte les tombes préflaviennes dont plusieurs renfermaient plus de 30 voire plus de 60 offrandes, les écarts quantitatifs ne sont pas très importants (au IIe s., la sépulture la plus riche ne comporte que 16 offrandes). En outre, dans le domaine funéraire, il n’y a pas forcément de lien entre l’investissement matériel et la richesse du défunt. De ce point de vue, l’aspect extérieur et visible de la tombe est plus significatif, mais n’a laissé que de modestes vestiges (deux stèles, de simples amas de terre).

16Quoi qu’il en soit, l’existence de tels groupements de tombes induit celle d’une division de l’espace en concessions funéraires qui pouvaient être délimitées par des bornes, des haies, ou encore des fossés. Les vestiges de drains et de murets, tous à peu près parallèles ou perpendiculaires à la voie, permettent de restituer un parcellaire régulier (fig. 73) fondé sur deux modules principaux : l’un de 42 p. (soit la largeur du decumanus) que l’on retrouve par exemple dans les dimensions du grand enclos ; l’autre de 100 p., distance qui sépare le decumanus du fossé nord. Ainsi le mur occidental du grand enclos et le mur situé à l’ouest du mausolée sont-ils distants de 284 p. ce qui peut se décomposer en 2 x 100 p. + 2 x 42 p.

17Le développement de la nécropole s’est donc fait à l’intérieur du cadre cadastral, en progressant globalement de l’est vers l’ouest, de la ville vers la campagne, avec toutefois des exceptions notables : tel ce groupe de tombes établi à l’extrémité nord-ouest du site au milieu du Ier s., alors qu’il ne manquait pas d’espace plus près de la voie ou de la ville. Notons que dans un premier temps, les sépultures sont de préférence implantées près des limites de concessions et plus souvent vers le fond qu’en façade.

18Au moins 13 tombes sont créées avant le milieu du Ier s. ; elles sont réparties en sept groupes dont deux se trouvent à l’est du site et deux dans les enclos. Au cours du deuxième tiers du Ier s., 13 concessions, dont 8 nouvelles, sont occupées par 22 sépultures. La fréquentation du site culmine à la période flavienne : peu de parcelles sont réellement abandonnées, tandis que l’espace funéraire s’agrandit de 12 nouvelles concessions, ce qui porte à 21 le nombre de groupes dans lesquels se répartissent 41 sépultures. Si encore 33 tombes (au moins) peuvent être attribuées à la fin du Ier s. ou au début du IIe s., le début de la période antonine marque cependant la fin de l’expansion topographique du site : il y a beaucoup moins de nouvelles créations d’aires funéraires, alors qu’il reste de la place disponible. Pour les deuxième et troisième tiers du IIe s., on ne compte plus que 24 sépultures qui n’occupent plus que 10 parcelles. Faute de données chronologiques précises, il n’est pas possible de savoir à quel moment se produit l’abandon des concessions et s’il a été progressif ou rapide : en effet, beaucoup de sépultures dépourvues de mobilier caractéristique, ne peuvent être datées ; or, nombre d’entre elles pourraient être postérieures à la fin du Ier s., date à partir de laquelle les fossiles directeurs comme la sigillée se raréfient. La fin de l’occupation gallo-romaine du site est marquée par la destruction des enclos dont témoignent des fosses comblées avec des matériaux de construction. À l’ouest, des niveaux de colluvionnement recouvrent le sol et certaines tombes des Ier et du IIe s. Ces niveaux sont cependant impossibles à dater avec précision car ils n’ont livré que des éléments résiduels.

Les rites funéraires

19L’incinération est prédominante au Valladas puisqu’on ne dénombre que 26 inhumations pour 215 incinérations. Si l’incinération est pratiquée pendant toute la durée de l’occupation du site, l’inhumation d’adultes n’est pas attestée de façon certaine avant le deuxième tiers du IIe s. Il faut cependant préciser que la plupart des tombes de ce type ne sont pas ou mal datées (Bel 1992). L’absence de séparation entre les incinérations et les inhumations suggère qu’il n’y a pas eu de rupture, mais un changement progressif.

  • 105 Déterminations anthropologiques ont été faites par L. Buchet pour les inhumations et G. Grévin pour (...)

20Parmi les individus inhumés, on identifie un enfant de 6 ans105 et 7 enfants en âge périnatal. Deux sont accompagnés d’un mobilier datable du troisième quart du Ier s. pour l’un et de la fin du Ier s. ou du début du IIe s. pour le second, périodes au cours desquelles les adultes étaient normalement inhumés. Cette pratique est bien attestée dans les nécropoles gallo-romaines et l’on sait qu’à Rome (Pline, Nat. hist., VII, 16), les enfants qui n’avaient pas encore de dents n’étaient pas incinérés. Plus inhabituelle est la pratique observée ici à quatre reprises, et qui consiste à inhumer un bébé dans une sépulture à incinération d’adulte. Il n’est pas du tout exclu que ces dépôts aient été effectués en deux étapes, avec une réouverture de la tombe, mais cette hypothèse n’a pu être vérifiée. Dans l’une de ces tombes « mixtes » le mobilier destiné à l’enfant (composé d’un biberon, d’une coupe et d’un balsamaire) était nettement séparé des offrandes réservées à l’adulte (13 vases, une lampe et 6 balsamaires).

21On ne connaît qu’une seule incinération d’enfant, attribuée à un individu âgé de 5 ans environ. Les restes osseux étaient placés dans une urne fermée par un couvercle, au-dessus d’un balsamaire et d’une couche d’ossements appartenant à un adulte. Cette disposition fait penser que les deux individus ont été incinérés séparément, et une fois encore, même si on n’en a observé aucune trace, on ne peut écarter l’hypothèse d’une réouverture de la tombe et de l’urne.

22Un tel geste, qui fait de la sépulture une sorte de caveau familial non bâti, est attesté pour au moins une (et peut-être trois) inhumation(s) d’adultes et pour une incinération en place. Il existe dans le grand enclos trois sépultures à inhumation multiples, comportant deux ou trois individus (de même sexe ou de sexes opposés), placés dans des cercueils en bois superposés. Dans l’un des cas, l’analyse de la position des restes osseux des différents squelettes montre que le dépôt du deuxième individu a entraîné des déplacements des membres durant la décomposition de la première inhumation.

23Tous ces sujets étaient placés sur le ventre. Cette pratique, très fréquente au Valladas (elle concerne 14 tombes sur 19), est connue dans d’autres nécropoles gallo-romaines, notamment à Lyon et à Fréjus. Elle caractérise principalement les tombes en cercueil qui sont par ailleurs plus riches en mobilier et plus soignées que les tombes en terre libre.

24Cette notion de degré de soin et d’élaboration du rituel est particulièrement nette dans le domaine de l’incinération. On distingue d’abord deux principaux modes de sépulture : les incinérations en place (ou sépultures primaires selon la terminologie des ethnologues), et les dépôts d’incinération (sépultures secondaires).

25Le premier mode consiste à brûler le défunt dans la tombe elle-même – à la fois lieu de la transformation du cadavre et lieu de conservation des ossements qui sont le support du culte funéraire. Ces fosses rectangulaires, aux parois verticales et rubéfiées, sont bien reconnaissables (fig. 75). Le fond est recouvert d’une couche charbonneuse qui conserve généralement des bûches incomplètement brûlées, des fragments osseux et du mobilier détruit par le feu. La position de ces différents éléments permet de supposer que les offrandes reposaient sur le fond. Elles étaient ensuite recouvertes de bois, tandis que défunt était placé au-dessus de cet ensemble, dans un cercueil léger ou sur une civière, comme le suggère la présence de clous.

75- Exemple d’incinération en place.

75- Exemple d’incinération en place.

N° 1 et 2 : offrandes secondaires (1 : lampe à huile ; 2 : coupe)
N° 3, 4, 5, 7 : offrandes primaires (3 : coupelle ; 4 : coupe ; 5 : cruche ; 7 : pot)

26Originaire semble-t-il du nord de la péninsule italienne, ce type de tombe n’apparaît pas en Gaule avant la période augustéenne. Au Valladas il est présent avant le milieu du Ier s., mais il ne prend vraiment de l’importance qu’à partir de l’époque flavienne et principalement dans les concessions situées à l’ouest du grand enclos. Toutes périodes confondues, les incinérations en place représentent près de 20 % des incinérations, ce qui est à la fois beaucoup par rapport aux autres nécropoles connues en Narbonnaise, et peu par rapport à la nécropole de La Favorite à Lyon (Tranoy 1987) où 40 % des incinérations étaient des sépultures primaires.

27Dans le second mode de sépulture, les restes osseux (ou seulement une partie de ces restes) sont recueillis après la crémation et déposés ensuite dans la tombe définitive. On n’a retrouvé aucune trace d’un lieu permanent consacré aux crémations (ustrinum). En revanche, on a pu identifier au moins deux bûchers en fosse qui, selon toute apparence, n’ont été utilisés qu’une fois, et que Ton peut qualifier « d’individuels » :

  • L’un, daté de l’époque claudienne et situé à proximité du mausolée (fig. 74), était maçonné et a été volontairement détruit après la crémation. La sépulture à laquelle il était associé n’a pas été identifiée.

  • Le second, daté du deuxième tiers du Ier s., était installé contre la façade du petit enclos. L’analyse du mobilier a permis de le mettre en relation avec une sépulture située dans le fond de l’enclos. Cette disposition inattendue montre le rôle important du moment de la crémation dans le rituel. D’ailleurs le bûcher faisait parfois l’objet d’une dépense ostentatoire, dont témoignent par exemple la présence, dans cinq tombes, d’éléments en os de décor de lits brûlés ou bien le dépôt de plus de cinquante balsamaires dont on a retrouvé les restes plus ou moins fondus dans une tombe du deuxième tiers du Ier s.

28Après la crémation, le traitement des restes varie selon les cas. Au Valladas, le dépôt des ossements s’accompagne presque toujours d’un dépôt de résidus charbonneux prélevés sur le bûcher. Dans 30 % des incinérations, une partie des os est séparée des cendres et placée dans une urne qui peut être un récipient ou un sac en matériau périssable (cuir, tissu) (fig. 76). Les ossuaires en plomb, en pierre du Midi ou en verre (fig. 77), – objets spécifiquement funéraires – sont progressivement remplacés à partir de l’époque flavienne, par des objets d’usage plus courant (pot en céramique, coffret en bois) puis par des vases de récupération (cruche ou amphores décolletées). Cette dégradation de l’ossuaire va de pair avec la diminution sensible du nombre de tombes de ce type qui était majoritaire au début de la période.

76- Exemples de dépôts d’incinération avec urne.

76- Exemples de dépôts d’incinération avec urne.

Offrandes secondaires (non brulées) :
N° 3 à 6 : assiettes ;
N° 7, 8 et 10 : coupelles ;
N° 17 pot ; n° 11 : gobelet ;
N° 12 à 16 : cruches.

29Le mode de sépulture de loin le mieux représenté est le dépôt d’incinération sans séparation des ossements. Ces tombes se distinguent des autres par la rareté et la pauvreté du mobilier autant que par leur simplicité. Les rites particuliers, comme le dépôt d’argile verte sur les offrandes, apparaissent presque uniquement dans les incinérations en place et les sépultures avec urne. Ces deux derniers types semblent avoir été adoptés par des groupes sociologiquement proches, les incinérations primaires ayant en quelque sorte pris le relais des incinérations en urne.

77- Urnes cinéraires

77- Urnes cinéraires

Musée SPTC

  • 106 La détermination des restes de faune a été réalisée par Cl. Olive.

30L’évolution du rituel est également marquée par une diminution importante, à partir de l’époque flavienne, du nombre et de la variété des offrandes qu’elles soient brûlées ou non. Ce mobilier est composé principalement de vases pour la boisson et pour la nourriture. Certains d’entre eux, notamment dans les tombes préflaviennes, contiennent des restes alimentaires (ossements de porc ou de capriné, escargots, coquillages...)106. Les ossements de chevaux sont surtout représentés dans le fossé nord, où se trouvait en outre un petit autel votif anépigraphe. Ils apparaissent également parmi les dépôts de vases découverts sur le sol, au-dessus de quelques tombes. Ces témoignages d’un culte funéraire, au caractère peut-être plus gaulois que romain, sont d’autant plus précieux qu’ils sont rares dans notre région.

31À côté de la vaisselle, des balsamaires et des lampes largement représentés au Valladas, figurent dans une incinération sur deux environ, des objets de la vie quotidienne qui reflètent l’adoption d’un mode de vie romanisé : objets de la toilette (miroirs, épingles, strigiles...), de parure, nécessaires à écrire, pièces de jeux, coffrets... Les outils sont exceptionnels : citons un peigne à carder et une serpette trouvée dans une incinération de la fin du IIe s.

32La place des offrandes dans la sépulture répond à des règles précises : ainsi, la vaisselle et les offrandes carnées sont-elles déposées avant les autres catégories d’objets. Dans les tombes les plus riches du deuxième tiers du Ier s., on observe une recherche évidente de la symétrie – on pourrait presque dire de l’harmonie – du dépôt. Les offrandes sont souvent groupées autour de l’urne et réparties selon leur fonction (vaisselle, balsamaires, objets personnels), voire leur nature (verrerie, céramique). Cette organisation, la complexité du remplissage de certaines tombes, témoignent d’un rituel élaboré dont on ne sait cependant à peu près rien.

33En définitive, la nécropole du Valladas donne l’image d’une communauté romanisée, largement ouverte aux influences venues de l’extérieur, mais également attachée à des pratiques traditionnelles. La parure monumentale atteste une certaine vitalité économique – vitalité qui semble s’estomper au IIe s. Toutefois, des phénomènes tels la diminution du nombre de tombes après la période flavienne, et l’appauvrissement progressif des sépultures, doivent être considérés avec prudence : le premier peut être lié à un déplacement de la nécropole, le second à une évolution propre aux rites funéraires.

34V. Bel

Notes

101 Urne de type Isings 67a, pichets de type Isings 57 et 58, un second vase de type Isings 67a et trois balsamaires de type Isings 28a.

102 La distance qui sépare ces sites de l’enceinte (200 à 300 m) est tout à fait comparable à celle qui sépare la nécropole de Saint- Lambert à Fréjus de la porte orientale de cette ville (Béraud 1987 et Bel 1992).

103 Bulletin de la Société d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1878, p. 101 ; Sautel 1957, p. 29.

104 Bulletin de la Société d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1868, p. 462 ; Sautel 1957. p. 29.

105 Déterminations anthropologiques ont été faites par L. Buchet pour les inhumations et G. Grévin pour les incinérations.

106 La détermination des restes de faune a été réalisée par Cl. Olive.

Table des illustrations

Titre 73- Plan de la nécropole du Valladas avec proposition de restitution du parcellaire antique
Légende Phases 1 et 2 : deuxième tiers du Ier s.Phase 3 : troisième tiers du Ier s.Phase 6 : dernier tiers du IIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre 74- L’ustrinum et le mausolée de la nécropole du Valladas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 75- Exemple d’incinération en place.
Légende N° 1 et 2 : offrandes secondaires (1 : lampe à huile ; 2 : coupe)N° 3, 4, 5, 7 : offrandes primaires (3 : coupelle ; 4 : coupe ; 5 : cruche ; 7 : pot)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre 76- Exemples de dépôts d’incinération avec urne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Offrandes secondaires (non brulées) :N° 3 à 6 : assiettes ;N° 7, 8 et 10 : coupelles ;N° 17 pot ; n° 11 : gobelet ;N° 12 à 16 : cruches.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre 77- Urnes cinéraires
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/783/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k

Auteur

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access