Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 4. Éléments de topographie urbaine

Gérard Chouquer, Valérie Bel, Pascale Violet, Laure Vincent, Michèle Bois et Thierry Odiot

Texte intégral

1Si les limites de la ville sont aujourd’hui, on l’a vu, assez bien établies, on ne dispose que d’informations parcellaires concernant l’urbanisme (évolution, trame urbaine, densité de l’habitat, parure monumentale, approvisionnement en eau, etc.).

2Ces informations ont déjà été publiées en partie par Cl. Boisse dans son ouvrage sur le Tricastin (1968). Vérifiées, complétées avec l’aide de N. Chandru et de M. Bois, et enrichies par la publication des mosaïques par H. Lavagne (1979) et par les fouilles récentes, elles font ici pour la première fois l’objet d’une cartographie réalisée sur fond cadastral au 1/2 000e (fig. 25). Ce plan est accompagné de notices descriptives et de documents figurés complémentaires. Il ne concerne que les découvertes antiques intra muros et les gisements situés à proximité immédiate de la ville. Les sites ruraux ou péri-urbains plus éloignés seront décrits dans les chapitres suivants. Une autre carte, consacrée aux sites de la période médiévale sera présentée dans la deuxième partie de l’ouvrage.

3Chaque notice comporte la localisation du gisement, la date et la circonstance de la découverte, une description et une datation des structures, avec renvois bibliographiques et commentaires éventuels sur leur interprétation. Les dix premiers numéros correspondent aux tronçons du rempart conservés en élévation décrits dans le chapitre 2 auquel nous renvoyons.

4Cet inventaire archéologique est suivi d’une synthèse provisoire sur la topographie urbaine d’Augusta Tricastinorum.

La carte archéologique de la ville antique

- Gisement n° 1 : Place de l’Esplan.
Tronçon de la courtine orientale du rempart gallo-romain conservé en élévation sur 1,60 m de hauteur, retrouvé lors d’une fouille de sauvetage urgent en 1988. Antérieur au milieu du Ier s. ap. J.-C. et probablement du début du Ier s. ap. J.-C. Cf. supra : chap.3.

- Gisement n° 2 : Place de la Tour Neuve.
Tronçon du rempart conservé en élévation visible jusqu’en 1988 sur 7,75 m de long, aujourd’hui dissimulé derrière un enduit. Cf. supra : chap. 2.

- Gisement n° 3 : Le Courreau.
Courtine du rempart gallo-romain apparaissant en coupe, noyé dans le parement du rempart moderne. Observation de Ph. Thirion, 1991.

- Gisement n° 4 : Le Jardin Messié.
Tronçon de courtine du rempart mis au jour dans des sondages, sous le mur de clôture actuel, en 1991. Cf. supra : chap. 3.

- Gisement n° 5 : Stade municipal.
Tronçon de courtine du rempart conservé en élévation sur 42 m de long et 2,80 m de haut. Cf. supra : chap. 2.

- Gisement n° 6 : Les Lavandes.
Tronçon de courtine du rempart conservé en élévation sur 70 m environ de long et 1,20 m de haut. Cf. supra : chap. 2.

- Gisement n° 7 : Chemin du Docteur Jean Pradelle.
Tronçon du rempart gallo-romain repéré dans une tranchée en 1986. Cf. supra : chap. 2.

- Gisement n° 8 : Carrefour de l’avenue du Général de Gaulle et de la départementale n° 59.
Tronçon du rempart gallo-romain aperçu dans une tranchée en 1991. Cf. supra : chap. 2.

- Gisement n° 9 : La cathédrale.
Tronçon de courtine mis au jour lors d’une fouille de sauvetage au sud de la cathédrale en 1991. Cf. supra : chap. 3

- Gisement n° 10 : Hôpital.
Chapiteau en pierre du Midi, actuellement conservée dans une collection particulière à Saint-Paul (fig. 53). Il proviendrait de l’hôpital, situé à l’extérieur de la ville antique, mais les conditions et le lieu exact de sa découverte ne sont pas connus.

53- Chapiteau provenant de l’ancien hôpital

53- Chapiteau provenant de l’ancien hôpital

Musée SPTC

- Gisement n° 11 : Rue de la Pousterle, à la porte Fanjoux.
Fragments de mosaïque visibles en 1835, aujourd’hui perdus. Lavagne 1979, p. 93, n° 99.

- Gisement n° 12 : Passage Saint-Estève.
Fragments de mosaïque (musée Calvet, Avignon), mur en petit appareil et bloc architectural (base ?) en pierre du Midi (fig. 54).
Selon H. Lavagne cette mosaïque peut être assimilée au pavimentum dont parle Columelle, pavement utilisé dans les bassins de décantation des huileries.
Le mur en petit appareil régulier (hauteur des assises : 9-10 cm) est conservé dans la partie basse de la façade nord d’une maison, à environ 1,65 m en contrebas du sol actuel de la rue Saint-Estève. Il apparaît en deux points distants de 3 m ce qui permet de restituer un segment d’environ 5 m de long. L’un des tronçons est conservé sur 1,20 m de haut. Il englobe un bloc quadrangulaire mouluré (largeur 1,30 m, hauteur 45 cm, épaisseur minimum 30 cm) disposé horizontalement entre deux assises, apparemment en remploi. Deux autres blocs quadrangulaires en pierre du Midi, sans moulures apparentes, sont placés sur l’assise supérieure du mur.
Epoque gallo-romaine.
Selon Boyer de Sainte-Marthe qui écrit au début du XVIIIe s., « ... on voyait il n’y a pas si longtemps (...) quelque vieux reste d’un amphithéatre assez proche du Palais Episcopal... ». Cette tradition a été reprise par Cl. Boisse qui restitue un théatre à cet emplacement.
Boyer de Sainte-Marthe 1710, p. 3 ; Boisse 1968, p. 129-131 et dépliant ; 1974, p. 24 ; Lavagne 1979, p. 91-92, n° 100.

54- Mur en petit appareil et bloc mouluré en remploi, passage Saint-Estève

54- Mur en petit appareil et bloc mouluré en remploi, passage Saint-Estève

- Gisement n° 13 : Rue Montant-au-Château.
Fouille de la Société d’Archéologie, 1974.
Fragment de pavement de terrazzo-signinum (3,40 m x 1,10 m) conservé dans une cave. Il est bordé à l’est par un mur orienté nord-sud. La mosaïque a été détruite au nord par l’installation d’un sarcophage monolithe avec alvéole céphalique et au sud par la fondation d’un second mur.
Mobilier recueilli : sigillée du sud de la Gaule, sigillée paléochrétienne, agrafe de linceul (associée au squelette), céramique commune grise.
H. Lavagne date la mosaïque du Ier ou du IIe s. après J.-C. Le mobilier céramique résiduel témoigne d’une occupation à partir du Haut Empire et d’une utilisation funéraire au Moyen Âge.
Boisse 1974, p. 24-29 (avec plan et coupe schématiques) ; Lavagne 1979, p. 95-96, n° 101.

- Gisement n° 14 : Rue d’Aiguebelle.
Pierre de pressoir, conservée en remploi dans un mur de clôture (fig. 55).
Forum (emplacement où s’encastrent les jumelles) d’un pressoir pouvant être du type décrit par Caton. Calcaire dur.
Epoque gallo-romaine.

55 – Pierre de pressoir, rue d’Aiguebelle

55 – Pierre de pressoir, rue d’Aiguebelle

Proprieté – Messié – André

- Gisement n° 15 : Rue Montant-au-Château.
Deux bas-reliefs trouvés au XIXe s. dans le jardin de l’ancien hôtel d’Audiffret. Ces bas-reliefs sont actuellement conservés dans le mur de clôture méridional de cette propriété (fig. 56) :
- bas-relief n° 1 : Amour sur un char conduit par deux lions ;
- bas-relief n° 2 : Jupiter, Ino et Bacchus ou Léda et le cygne.
Epoque gallo-romaine. Interprétés par Cl. Boisse comme les métopes de l’arc de triomphe du quartier Saint-Jean (voir gisement n° 19).
Chaper 1878, p. 252-254 ; Boisse 1974, p. 32-33. ; Espérandieu 1899

56 – Bas-reliefs, hotel d’Audiffret

56 – Bas-reliefs, hotel d’Audiffret

- Gisement n° 16 : Place de l’Esplan.
Fouille de sauvetage, 1988.
Grand mur stylobate augustéen antérieur au rempart, remblais du milieu du Ier s. ap. J.-C. et mur postérieur à ces remblais peut-être également d’époque gallo-romaine. L’occupation romaine recouvre des niveaux protohistoriques (fonds de cabanes du VIe s. av. J.-C.). Le site conserve également les traces de constructions médiévales. Cf. supra : chap. 3 et infra : chap. 9

- Gisement n° 17 : Rue Bonne.
Mosaïque conservée en place dans une cave, à environ 1,50 m de profondeur sous le sol actuel de la rue. Elle a été dégagée en 1976 par H. Lavagne sur une superficie d’environ 19 m2. Elle s’étendrait dans les caves de deux maisons voisines. En outre, des fragments de mosaïque (Lavagne 1979, n° 104), aujourd’hui perdus, ont été récupérés dans une tranchée creusée au lendemain de la dernière guerre à quelques mètres à l’ouest de la cave.
Ier s. ap. J.-C.
Cf. : Lavagne 1979, p. 96 à 98, n° 103 et 104.

- Gisement n° 18 : Rue des Ecoles.
Fouille de sauvetage programmé, 1986.
Deux tronçons de murs gallo-romains très arasés, et un troisième aperçu dans la coupe d’une tranchée. L’emplacement de la fouille correspond à la mosaïque n° 105 de l’ouvrage de H. Lavagne (1979, p. 94). Cette localisation a été confirmée lors de la fouille par Cl. Boisse, informateur de H. Lavagne. Aucune mosaïque — s’il y en a jamais eu — n’a été retrouvée à cet endroit.
Les murs ne sont pas datés, mais la céramique recueillie dans les remblais qui les scellent témoigne d’une occupation à partir du début du Ier s. ap. J.-C. jusqu’au IIIe s. Le site est à nouveau occupé au Moyen Âge. Cf. infra : chap.9.

-Gisement n° 19 : Quartier Saint-Jean.
Mur en grand appareil à joints vifs en pierre du Midi, de direction est-ouest. Il est visible sur une longueur totale de 5 m environ, dans une impasse du quartier Saint-Jean (fig. 57-58), et de part et d’autre de cette impasse, dans les parcelles attenantes à l’ouest : il est visible dans la cour de la parcelle 96 dont il constitue la limite nord et dans une pièce de la parcelle 271, partiellement recouvert par les enduits modernes (fig. 59).
Dans l’impasse, il est conservé sur une hauteur de 6,43 m (dont 0,60 m sous le sol actuel). Son épaisseur (soit celle des blocs) est de 0,55 m environ. La partie située dans la ruelle est percée d’une porte à arc en plein cintre de 3, 31 m de haut (de l’arête au seuil antique observé sur 0, 50 m de large, dans le fond d’une tranchée, à l’occasion de travaux récents) et de 1,60 m de large. Seul le pieddroit méridional est entièrement visible, l’autre étant inclus dans les murs des maisons mitoyennes. Du côté nord, l’arcade doublée d’une archivolte moulurée (large de 0,30 m), repose sur deux impostes en légère saillie de 0,13 m de haut, situées à 2,40 m du seuil antique. Le relief est peu marqué et l’ensemble est en mauvais état de conservation. Cette paroi du mur, qui pourrait correspondre à la façade de l’édifice originel, a été entaillée postérieurement pour aménager deux niches quadrangulaires. De part et d’autre de ces niches, à la base de la deuxième assise à partir de l’extrados, on distingue une arête horizontale moulurée qui paraît être d’origine. Cette paroi du mur est également percée en plusieurs endroits de petits trous carrés qui ont été interprétés par A. Sagnier (1889, p. 264) comme des trous de scellement d’une inscription.
Selon ce même auteur (p. 265), « au pied droit occidental de ce portique est adhérent un pilastre cannelé d’une largeur de 0,40 m et d’une hauteur actuelle de 2,50 m ». « J’ai constaté — ajoute-t-il — dans l’écurie de la même maison un second pilastre et un troisième dans l’épaisseur du mur de la maison suivante. Ces trois pilastres entièrement pareils m’ont paru privés de leurs chapiteaux (...) Dans la cave se trouvent d’énormes quartiers de pierre qui paraissent avoir servi de fondation ». L’un de ces pilastres est encore visible dans la maison attenante à l’impasse et ses dimensions correspondent à celles données par A. Sagnier (fig. 57).
Sur la face méridionale du mur (fig. 58), tous les blocs présentent des traces d’un piquetage régulier. On distingue nettement 5 assises de blocs au-dessus de l’extrados de l’arcade et 4 assises pour les pieds-droits. L’arceau lui-même est composé de 7 claveaux. Les hauteurs des assises sont les suivantes : 0,52 m, 0,53 m, 0,59 m, 0,60 m, 0,63 m et 0,64 m.
D’après Cl. Boisse, il pourrait s’agir des restes d’un arc de triomphe à trois portes, situé à proximité du forum de la ville qu’il situe à l’emplacement de l’ancien couvent des Frères Maristes (voir gisement n° 29). A. Sagnier fait le lien entre ce mur et la découverte de fragments de frises dans une cave du même quartier (voir gisement n° 19). L’étude architecturale de ce mur reste à faire : elle devra confirmer ou non son attribution à l’époque gallo-romaine. Notons que le Cartulaire de Richerenche (1136) mentionne l’existence d’un « palais » attenant à l’église Saint-Jean dont les vestiges subsistent encore à proximité.
Par ailleurs, l’actuelle porte Notre-Dame, proche du quartier Saint-Jean était appelée, selon L. A. Boyer de Sainte-Marthe (1710, p. 3), porte « de la colonne », érigée selon la tradition en « l’honneur d’Auguste ». N. Delacroix (1817, p. 309) décrivant le mur du quartier Saint-Jean précise : « Contre cette muraille, on a bâti des maisons dans les caves desquelles on découvre des mosaïques, des sculptures. On en a retiré deux bas-reliefs ».
Cf. : Boisse 1974, p. 32-33 ; Sagnier 1889, p. 263276 ; et infra : chap. 9.

57 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face nord

57 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face nord

58 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face sud

58 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face sud

59- Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : un des pilastres de la face nord

59- Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : un des pilastres de la face nord

- Gisement n° 20 : Quartier Saint-Jean.
Dans une cave, en 1885, découverte d’une mosaïque d’environ 30 m2 (Sagnier 1889, p. 263). Les fragments conservés, proviennent, selon H. Lavagne (1979, p. 102), de trois tapis d’un même ensemble qu’il date du début du Ve s. ap. J.-C. (Lavagne 1979. p. 99, n° 107).
D’après un témoin de la découverte,« une partie des mosaïques rappelait les fondements du sanctuaire d’une église » (Sagnier 1889, p. 276). En outre, l’emplacement de sa découverte est située dans l’emprise de l’église Saint-Jean, telle que M. Bois propose de la restituer (cf. infra). Selon H. Lavagne, les arguments stylistiques et archéologiques sont insuffisants pour déterminer s’il s’agit de pavements d’un lieu de culte ou d’une riche demeure privée (Lavagne 1979, p. 104).
Au-dessous de cette mosaïque ont également été mis au jour de nombreux fragments d’une frise aujourd’hui perdue, mais dont on possède une description par un témoin de la découverte, A. Sagnier (1889, p. 264) :

« Cette frise, dont la longueur paraît avoir été considérable, à en juger par les parties que j’ai vues, et par le nombre plus grand encore des fragments restés dans le sol ou déjà exhumés des maisons voisines, consiste en grands rinceaux de feuilles d’acanthe de haut style corinthien ou composite. Au-dessous de ces feuilles d’acanthe se déroulent deux longs filets ou chapelets d’oves, de grandes perles et autres objets, et l’intervalle des deux filets est occupé par une large bande de lignes géométriques entrecroisées. Le tout se termine en haut et en bas par des moulures plates. J’ai vu aussi des feuilles d’acanthe détachées qui paraissent avoir servi de modillons ou d’antéfixes. Cette riche décoration architecturale dont les débris avaient été enfouis à l’état de remblais au moment de la construction de la mosaïque, avait appartenu évidemment à quelque édifice somptueux des beaux temps de l’art romain. Pour mémoire, je dois ajouter que le propriétaire a trouvé dans les décombres une monnaie du haut empire, trop fruste malheureusement pour désigner à quel règne elle appartenait. »

A. Sagnier attribue cette frise à la décoration du monument dont un mur est encore conservé dans les maisons voisines (voir gisement n° 18).

- Gisement n° 21 : Place de la Libération.
Lors de travaux de voirie, découverte de céramique d’époque romaine (commune grise kaolinitique, sigillée sud gauloise et sigillée claire B) et médiévale (musée de Saint-Paul-Trois-Châteaux). Pas de structures relevées.
Haut Empire.

- Gisement n° 22 : Ecole Notre-Dame.
Fragment de corniche en pierre du Midi (37 cm de haut, 30 cm de large à la base et 47 cm au sommet, 53 cm de profondeur actuelle au sommet, 33 cm à la base). Conservé dans une collection particulière à Saint-Paul, il provient de l’Ecole Notre-Dame où il était entreposé. Le lieu exact et les conditions de sa découverte nous sont cependant inconnus (fig. 60).

60- Fragment de corniche provenant de l’école Notre-Dame

60- Fragment de corniche provenant de l’école Notre-Dame

Musée SPTC

- Gisement n° 23 : Le Pialon.
Selon des témoignages oraux, des gradins, interprétés alors comme les vestiges d’un amphithéâtre ( ?), auraient été aperçus lors de la construction des immeubles du Pialon dans les années soixante.

-Gisement n° 24 : Hôtel de Provence.
Sondage (2 m x 2 m) de Cl. Boisse et de la Société d’Archéologie, à l’occasion de l’installation d’une cuve, en 1974. Sous une épaisseur de 0,60 m à 0,70 m de terre végétale, couches de remblais contenant des vestiges antiques (briques, tegulae, mobilier céramique...) surmontant un sol d’opus signinum situé à 1,65 m de profondeur.
Conservé au musée de Saint-Paul-Trois-Châteaux : une monnaie de Domitien, une de Marc-Aurèle ; clous, céramique commune, sigillée arétine, sigillée de la Gaule du Sud (Drag. 37), sigillée claire B, marbre, amphore, os, tuile, tesselles de mosaïque, perles en verre, épingles en os et en bronze.
Les céramiques et les monnaies permettent de proposer une durée de vie du site allant de la période augustéenne à la fin du Ile s. Notons que le sol naturel n’a pas été atteint.
Boisse 1974, p. 15-18 (avec plan de situation et coupe schématique).

- Gisement n° 25 : Groupe scolaire, rue de Serre-Blanc.
Fragment de mosaïque (3,70 m x 3,40 m) trouvée lors de la construction du groupe scolaire. La plus grande partie perdue ; un fragment conservé au musée de Saint-Paul. Période sévérienne.
Lavagne 1979, n° 110, p. 104-105.

- Gisement n° 26 : Route départementale n° 59 (ancien chemin de Sourne).
Dans une tranchée établie en 1985 le long de la route départementale, au sud du groupe scolaire, tronçon de mur de 30 m de longueur minimum.

- Gisement n° 27 : Route départementale n° 59.
Dans la même tranchée, en 1985, le long de l’ancien couvent des Maristes, tronçon de mur de 15 m de long et mobilier céramique : sigillée claire B, sigillée de la Gaule du Sud, amphore gauloise, amphore italique, grise kaolinitique, céramique non tournée (mobilier conservé au musée de Saint-Paul).
Haut Empire.

-Gisement n° 28 : Ancienne voie de chemin de fer de Pierrelatte à Nyons.
Série de découvertes fortuites lors de la construction du chemin de fer en 1885, le long de l’actuelle départementale n° 59. Ils sont mentionnés sur un plan, daté du 30 avril 1885, exécuté par le chef de travaux de la ligne de chemin de fer et conservé aux Archives des Monuments Historiques (n° 187).

-n° 28 a :
Deux pavements contigus (Lavagne 1979, n° 111 et 112) dont l’un mesurait 9 m x 3 m lors de sa découverte (conservés en petits morceaux au musée de Clermont- Ferrand). Le n° 111 est daté par H. Lavagne des années 130-150 ap. J.-C. Ils ont été trouvés à 1,50 m de profondeur.
Lavagne 1979, p. 105-108 ; Plan des Archives des Monuments Historiques, n° 11 et 12.

-n° 28 b :
« Petit objet en bronze, deux pierres meulières constituant une meule à moudre le grain. » trouvés à environ 60 m à l’est des pavements précédemment cités (n° 10 sur le plan des Archives des Monuments Historiques). Perdus.

-n° 28 c :
« Carrelage en marbre » trouvé à 90 m environ à l’est du gisement 28a et à 2,80 m de profondeur (n° 9 sur le plan des Archives des Monuments Historiques). Perdu.
Lavagne 1979, p. 108, n° 113.

-n° 28 d :
« Fragment de corniche en marbre, ordre dorique » « trouvé à 108 m environ à l’est du gisement 28a, à 3 m de profondeur (n° 8 sur le plan des Archives des Monuments Historiques). Perdu.

-n° 28 e :
 »Lampadaire en bronze« trouvé à 138 m environ à l’est du gisement 28a, à 3 m de profondeur (n° 7 sur le plan des Archives des Monuments Historiques) et conservé au musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en- Laye (fig.61).

61 – Lampadaire en Bronze

61 – Lampadaire en Bronze

Musée de Saint-Germain-en-Laye

-n° 28 f :
 »Traces d’une construction de 46 m de long sur 11, 50 m de large« trouvées à 146 m environ à l’est du gisement 28a (n° 3 sur le plan des Archives des Monuments Historiques). D’après le relevé, le bâtiment était divisé, dans le sens de la longueur, en 7 pièces alignées est-ouest. L’une de ces pièces était ornée d’une mosaïque aujourd’hui perdue, située à 3 m de profondeur (n° 4 sur le plan des Archives ; Lavagne 1979, n° 114). De ce même bâtiment proviennent encore »...(des) fragments de corniche en marbre (ordre toscan)... (et un) tuyau en plomb...« (respectivement n° 6 et 5 sur le plan de 1895).

-n° 28 g :
 »Une pierre tumulaire« trouvée à environ 230 m à l’est du gisement n° 28 a. Perdue.

- Gisement n° 29 : Bâtiments de la Congrégation des Frères Maristes.
Pièce ornée d’une mosaïque de 6, 55 m χ 3, 35 m, à côté d’une seconde pièce au sol d’opus signinum (détruit), trouvées à 1,50 m de profondeur, en creusant une cave en 1884. Un tuyau en plomb courait sous la mosaïque et se dirigeait vers un bassin »situé à 15 m en avant et à droite« . Au même endroit fut trouvé une inscription funéraire (CIL XII, 5856) et, à proximité, une seconde mosaïque (perdue).
Le pseudo emblema de la mosaïque représentant Hercule délivrant Hésione est conservé au musée Calvet à Avignon. Une patte de scellement en plomb et des fragments de sigillée du sud de la Gaule conservés au musée de Saint-Paul-Trois-Châteaux proviendraient de ce même endroit.
Mosaïque du milieu du IIIe s., opus signinum du le s. ap. J.-C.
Lavagne 1979.n° 118 et 119, p. 111-112.

-Gisement n° 30 a : Piscine municipale.
Pavement de mosaïque détruit lors du creusement de la piscine en 1964. Quelques fragments conservés au musée de Saint-Paul-Trois-Châteaux.
Lavagne 1979, n° 121.

- Gisement n° 30 b : Piscine municipale.
Pavement de mosaïque découvert en creusant les fondations d’une maison au nord de la piscine en 1964. Fragments conservés au musée de Saint-Paul-Trois- Châteaux.
Le motif conservé se retrouve sur le pavement du gisement n° 20 (Lavagne 1979, n° 99), daté du Ve s.
Lavagne 1979, n° 122, p. 113.

- Gisement n° 31 : Le Courreau, jardin Paut.
Pavement découvert fortuitement dans un jardin. Réenfoui.
Boisse 1979, p. 3.

- Gisement n° 32 : Rue de la piscine, jardin Barras.
Trois sondages (2 m2, 4 m2 et 5 m2) effectués par la Société d’Archéologie en 1977, dans un jardin au sud du précédent.
Sous 0,60 m à 0,90 m de terre végétale, vestiges antiques : tegulae, imbrices, fragments d’enduits peints (rouges, verts, noirs, bleus, blancs) ; tronçon de canalisation de direction sud-est/nord-ouest, établi à 1,90 m de profondeur sur un lit de sable de 0,10 m d’épaisseur, au- dessus d’une couche de mortier de 20 cm d’épaisseur reposant sur le terrain naturel ; cette canalisation était recouverte par une couche argileuse de 0.40 m d’épaisseur. Réenfouis.
Mobilier conservé au musée de Saint-Paul-Trois- Châteaux : céramique non tournée, céramique commune grise kaolinitique, céramique commune claire, amphore gauloise, sigillée de la Gaule du Sud, fragments d’objet en fer dont une boucle de ceinture.
Haut Empire.
Boisse 1979, p. 2-17 (avec plans et coupe schématiques).

- Gisement n° 33 : Jardin Messié.
Trois sondages réalisés en 1991 dans un jardin situé à l’est des gisements n° 33 à 35, contre le rempart, intra muros. Fragment d’une mosaïque installée contre le mur d’enceinte ; mur postérieur et perpendiculaire au rempart ; fosse d’époque augustéenne antérieure à la construction de l’enceinte ; tronçon de canalisation de direction nord-sud et restes d’un bassin en mortier de tuileau.
Cf. supra : chap. 3.

-Gisement n° 34 : Rue de la piscine, jardin Badéa.
Mosaïque découverte fortuitement en 1964-1965 dans un jardin, au sud du précédent. Réenfouie.
Boisse 1979, p. 3 ; Lavagne 1979, p. 114, n° 123.

- Gisement n° 35 : Quartier de la piscine, jardin Chenevier.
Découverte fortuite lors de la construction d’une maison au sud-est de la piscine en 1979. Cl. Boisse signale la présence à 3 m sous le sol actuel de 5 tronçons de mur »de différents aspects, dénotant au-moins 3 époques différentes« dont : un mur en opus caementicium (longueur visible : 8 m ; largeur : 1,20 m), à parements en appareil soigné, d’orientation nord-sud avec un retour perpendiculaire vers l’est (longueur 2,30 m ; largeur : 0,80 m) ; un deuxième mur identique d’orientation nord-sud aperçu dans une coupe ; deux murs parallèles comportant »deux chaînages de briques« , de direction nord-sud (largeur : 0,90 et 0,70 m) distants de 1,40 m et visibles sur 4,35 m de long environ, recoupés »proprement« au sud par un grand mur est-ouest suivi sur 15 m de long (largeur : 0,50 m). Ce dernier est postérieur au second mur en opus caementicium qu’il a sectionné. Un niveau de sol a semble-t-il été observé à 3 m de profondeur contre ce mur. Sous ce sol, Cl. Boisse mentionne encore la découverte d’une fosse (2 m x 3 m) contenant des résidus charbonneux, des ossements calcinés et de la céramique gallo-romaine, ainsi qu’une base de 56 cm de côté et 21 cm de haut (fig. 62) et un tronçon de fût de colonne (43 cm de diamètre et 50 cm de long), avec trou de scellement carré, en pierre du Midi.
Mobilier conservé au musée de Saint-Paul : tesselles de mosaïque, fer, céramique commune, amphore, mortier de type italique, meule de basalte, brûle-parfum ; amphore italique et Dressel 20, amphore gauloise, verre, sigillée de la Gaule du sud, sigillée claire Β et sigillée africaine.
Occupation du début du Ier s. à la fin du IIe s..
Boisse 1983, p. 96-100 (avec coupe et plan schématiques des structures).

62- Fût de colonne provenant du quartier de la piscine

62- Fût de colonne provenant du quartier de la piscine

Musée SPTC

- Gisement n° 36 : Place de la Tour Neuve.
Fragments de mosaïque découverts en 1946 (musée de Saint-Paul-Trois-Châteaux).
Lavagne 1979, p. 96, n° 102.

- Gisement n° 37 : Stade municipal.
Tesselles découvertes lors de travaux d’agrandissement du stade, près du mur d’enceinte, en 1960.
Boisse 1979, p. 3.

- Gisement n° 38 : Les Lavandes.
Ramassages de surface. Pas de structures signalées lors de la construction du lotissement en 1980 malgré une surveillance de la Société d’Archéologie.
Enduit peint rouge, jaune, blanc, bleu, vert, noir. Tesselles de mosaïques (dont : Lavagne 1979, n° 125). Céramique grise kaolinitique, céramique commune claire, céramique non tournée, lampes à huile, amphores, mortiers. Verre, brûle-parfum, os, outil en fer. Minerais de fer, scories, fond de creuset en fer. Céramique sigillée : Drag. 35/36, Ritt. 14b, Ritt 8, Drag. 33, Drag. 37, Drag. 18/31, 24/25, 27. Sigillée claire Β.
De la première moitié du Ier s. ap. J.-C. à la fin du IIe s.

-Gisement n° 39 : Enclos des Frères Maristes.
Découvertes fortuites de mosaïques et de tronçons de colonnes en 1832, 1838 et 1884 (à 1,25-1,50 m de profondeur semble-t-il). Perdues. Leur localisation est incertaine, l’enclos des Maristes s’étendant au nord et au sud de l’actuelle route départementale n° 59.
Lavagne 1979, n° 115 à 117.
Epoque gallo-romaine.

- Gisement n° 40 : Chemin de Serre-Blanc.
Les traces de deux chemins ont été observées lors de travaux de voirie sous l’actuelle route de Serre-Blanc qui semble reprendre un axe ancien (fig. 63). Le chemin le plus ancien (n° 2) mesurait 3,60 m de large.

63- Coupe du chemin de Serre-Blanc

63- Coupe du chemin de Serre-Blanc

1-Asphalte de la route actuelle
2-Radier de gravier de la route actuelle
3-Terre rouge
4-Sable jaune
5-Chemin ancien 1 : cailloutis
6-Chemin ancien 2 : cailloutis
7-Radier du chemin 2 : cailloutis et mortier de chaux
8-Sable rouge

- Gisement n° 41 : Les Sablières.
Un sondage réalisé en 1990, a permis de repérer des niveaux d’occupation datés au plus tôt de la fin du IIe s. ap. J.-C. Par ailleurs, une fouille de sauvetage très récente (1992), a révélé la présence, dans ce même secteur, de niveaux d’occupation d’époque augustéenne, d’une domus urbaine comportant un pavement mosaïqué, un dépotoir d’amphores et un four. Son étude est en cours.

- Gisement n° 42 : Les Fougues.
Fragments de céramique et éléments de thermes découverts en prospection de surface.

- Gisement n° 43 : Le Valladas.
Nécropole occupée aux Ier et IIe s. s ap. J.-C., comportant des sépultures à incinération et à inhumation, deux enclos et un grand mausolée circulaire ; voie large de 6 m, bordée de fossés et d’un mur, implantée à la fin du Ier s. av. J.-C. ou au tout début de notre ère sur le 8e decumanus du cadastre Β d’Orange.
Cf. infra : chap. 5 et Bel 1986.

- Gisement n° 44 : Ancienne voie de chemin de fer de Pierrelatte à Nyons.
 »Patère antique, urne funéraire contenant 4 lacrymatoires, petite coupe« , trouvées à 2,50 m de profondeur (n° 1 sur le plan des Archives des Monuments Historiques, n° 187).

- Gisement n° 45 : Piéjoux.
Sépulture à incinération de la fin du Ier s. ou du début du IIe s. ap. J-C.

5T. Odiot, V. Bel

La fouille de la rue des Écoles : les niveaux gallo-romains

  • 99 L’équipe de fouille était composée de B. Maire, Cl. Raynaud, P. Réthoré, P. Sarasin, L. Vincent et (...)

6Cette opération a été réalisée dans le cadre d’un programme de rénovation urbaine qui prévoyait la démolition du bâti ancien et la construction de nouveaux logements sur les côtés ouest (parcelles 50 à 53, section AM) et est (parcelle 88, section AN) de la rue des Ecoles, au cœur de la ville actuelle (fig. 25, n° 18). Les fouilles se sont déroulées de juin à septembre 1986, en sondages limités implantés au fur et à mesure de l’avancée des démolitions (fig. 64)99. Au préalable, un relevé architectural du bâti visible avait été réalisé par F. Morin et L. Vincent.

7L’ensemble du terrain a été divisé en trois zones, elles-mêmes subdivisées en secteurs. Seules la zone 1, au sud, et les secteurs 1 et 2 de la zone 3, au nord, ont pu être fouillés de manière exhaustive. Le secteur 2 de la zone 3, au centre, a été dégagé jusqu’au niveau supérieur des silos médiévaux. Les autres secteurs ont seulement été décapés jusqu’au niveau des constructions modernes. Ces sondages partiels ont été complétés par deux tranchées perpendiculaires (sections 1 et 2) implantées dans les zones 2 et 3. Enfin, une autre tranchée, de direction nord-sud, a été réalisée dans la parcelle 88, au sud-est de la fouille.

8Les observations effectuées à l’occasion de ces différents sondages permettent de distinguer huit phases dans l’histoire de l’occupation du site. Les trois premières phases sont attribuées à la période antique, les phases suivantes au Moyen Âge et à l’époque moderne. Ces dernières seront décrites dans la seconde partie de l’ouvrage. L’occupation antique n’est attestée que par quelques lambeaux de constructions incomplètes et très arasées dont la lecture est rendue difficile par l’exiguïté des sondages et la présence de l’habitat postérieur qui rompt la continuité stratigraphique. Ces données fragmentaires ne sont toutefois pas sans intérêt pour la connaissance de la topographie de la cité tricastine.

64- Fouilles de la rue des Ecoles : plan d’implantation des sondages

64- Fouilles de la rue des Ecoles : plan d’implantation des sondages

(z = zone, s = secteur)

La topographie initiale

9La surface d’un paléosol a été repérée dans la zone 2, secteur 2, à 90,66 m d’altitude (voir l’étude pédologique en annexe). Il n’était conservé que sur une surface de 1 m2 environ, mais la présence, sur tout le site, de l’horizon A (c) permet de restituer la topographie initiale du secteur (fig. 65). Celui-ci est dominé par deux pentes : une pente vers l’ouest de 7 %, et une pente vers le nord de 2,6 %. La topographie, par la suite, gardera les principaux traits de sa disposition naturelle, mais sera entièrement anthropique.

65- Topographie initiale du site de la rue des Ecoles

65- Topographie initiale du site de la rue des Ecoles

Les chiffres indiquent les altitudes

Phase I : les premiers aménagements

10Le premier apport anthropique est un remblai (2036 = 3084) qui repose directement sur l’horizon A (c) (fig. 66, sections 1, 2, 3, 5), il est donc postérieur à l’érosion du paléosol. Fouillé sur une surface réduite (environ 6 m2), il est plus épais dans les parties basses du terrain, et réduit ainsi légèrement le dénivelé initial du site. La nature de ce remblaiement peu stable et irrégulier fait penser à un apport de déblais dans un secteur peu urbanisé de la ville plutôt qu’à une opération de nivellement. À l’exception d’un fragment de céramique médiévale, probablement intrusif, le lot est homogène et contient des éléments caractéristiques du Ier s. ap. J.-C. :

sigillée du sud de la Gaule : 2 fr. de forme Drag. 27, 1 fr. de type Ritt. 14 a et 1 fr. décoré de rinceaux, type Drag. 30 ; 59 fr. de céramique commune engobée ; 1 fr. d’imitation de sigillée proche du type Drag. 33.

11Le fragment de sigillée de type Ritt. 14 donne un terminus post quem de 40 ap. J.-C.

Phase II : l’occupation d’époque romaine

12Sur le remblai initial apparaissent des restes disséminés de constructions, leurs niveaux d’occupation et quelques fosses.

13Certains de ces vestiges, comme le mur 107 repéré dans une tranchée (fig. 66, section 1), sont peu significatifs et ne fournissent pas d’indication précise sur l’orientation du bâti. Seule est conservée la semelle de fondation en moellons de calcaire et de grès liés à la terre, sans parement (larg. 62 cm, haut. 30 cm). Un fragment de hérisson (2041), constitué de moellons de grès fichés dans le remblai 2036, semble avoir fonctionné avec ce mur. Il n’a pas livré de mobilier.

66 – Fouilles de la rue des Ecoles : coupes stratigraphiques

66 – Fouilles de la rue des Ecoles : coupes stratigraphiques

14Au nord du site, dans la zone 3, deux murs (102 et 103) attestent la présence d’une structure plus complète (fig. 67). Ces murs ont conservé deux assises en moellons calcaires liés à la terre, aux parements réguliers, sur une semelle de fondation en grès. Le mur 103, installé perpendiculairement contre le mur 102, détermine deux espaces dont seul le plus occidental a pu être fouillé sur une surface de 13 m2 : il présentait des traces d’aménagements liés à la préparation d’un sol, sous la forme d’une fine couche (3074) constituée de cailloutis et de limon (fig. 66, section 3). Le sol d’occupation lui-même a disparu lors de l’arasement de cette construction.

67- Fouilles de la rue des Ecoles : plan des vestiges antiques (phase II)

67- Fouilles de la rue des Ecoles : plan des vestiges antiques (phase II)

15Le mobilier associé à la couche 3074 (fig. 69, n° 35 à 42) comprend notamment 18 fr. de sigillée du sud de la Gaule (formes Drag. 33, Ritt. 12, Drag. 35/36 décoré, Drag. 24/25, Hermet 19 ou 24 ( ?), Hermet 9, Drag. 29), 1 fr. de sigillée claire Β (assiette de type Desbat 3 ?), un gobelet en céramique à parois fines de type Mayet XLII à décor d’écaillés de pommes de pin ; un fond de cruche (n° 39) et une forme ouverte (n° 42) en commune à pâte calcaire ; un fond (n° 36) et un bord d’urne lissé (n° 37) en commune sombre non tournée ; 43 fr. de commune grise (n° 35, 38 et 40) et 1 fr. de tige cylindrique en os (n° 41).

16Le fragment de sigillée de type Hermet 19 ou 24 donne un terminus post quem de 80 ap. J.-C. et la présence d’un fragment de sigillée claire Β suggère une datation de la fin du IIe s. ou du début du IIIe s. ( ?).

17La fosse 104 que scellent les couches recouvrant les murs, pourrait être attribuée à cette phase d’occupation (fig. 66, section 5). Elle est de forme sub-circulaire, et mesure environ 1,30 m de profondeur et 0,30 m de diamètre. Elle a livré un mobilier abondant, notamment osseux, qui ne fournit cependant aucune indication sur la nature de son utilisation.

18Mobilier de la fosse 104 (fig. 69, n° 43 à 46) : 2 fr. de sigillée italique dont un rebord attribuable au service Ib de Haltern ; 1 fr. de bol de Roanne ; 1 fr. de lampe à bec d’enclume (n° 44) ; 11 fr. de commune grise : n° 43, 45 et 46 (diam. sup. à 60 cm).

19Ce mobilier associé constitue un lot homogène datable du début du Ier s. ap. J.-C. La position stratigraphique de la fosse 104 (postérieure au remblai 3084) oblige toutefois à descendre cette datation, le mobilier pouvant être considéré comme résiduel. Il suggère cependant l’existence d’une occupation du secteur plus ancienne, peut-être détruite lors de l’installation du remblai 3084.

20Un autre ensemble de constructions, très perturbé par les installations postérieures, apparaît dans la zone 1, à l’extrémité sud du site (fig. 67). De ce bâti on ne connaît que l’angle sud-est, formé par deux murs perpendiculaires (98 et 100). Le mur 99 pourrait correspondre à un aménagement postérieur : il clot l’espace à l’ouest et ne délimite qu’une petite superficie (5 m2). Le mur 100 (larg. 54 cm, haut. 18 cm) présente une semelle de fondation entièrement en grès aux parements très grossiers. Le mur 98 (larg. 54 cm, haut. 20 cm), également conservé en fondation, comporte deux parements peu soignés en moellons calcaire de module régulier, et un blocage en petits moellons calcaires. Enfin, le mur 99 (larg. 70 cm, haut. 30 cm) est fondé en tranchée étroite avec des parements peu soignés en moellons de grès et de calcaire de module irrégulier. Tous ces murs sont liés à la terre.

21Malgré l’absence de relation stratigraphique, la similitude d’orientation et de mode de construction, de cet ensemble et du bâti nord décrit précédemment, permet de les attribuer à la même phase d’occupation. C’est également à cette phase qu’il faut probablement rattacher deux autres unités stratigraphiques : la couche 2118, remblai sablolimoneux avec un mobilier abondant (ossements, céramiques, 2 fr. d’enduit peint), comblant une petite dépression (fig. 66, section 1), et la fosse 101 repérée dans la coupe 2 (fig. 66). Cette fosse de forme circulaire a livré un mobilier peu fragmenté constitué en majeure partie de tessons d’amphores et d’ossements de faune.

22Mobilier de la couche 2118 (fig. 68, n° 11 à 21) : 8 fr. de sigillée du sud de la Gaule (formes Ritt. 8, Drag. 24/25, 33, 15/17, 27) ; 3 fr. de lampe dont 1 à bec d’enclume et 1 à bec rond ; 4 fr. de céramique à parois fines dont un gobelet sablé d’origine probablement lyonnaise, un bord de type Mayet XXXVII/XXXVIII et 1 fr. à décor guilloché ; 1 fr. de céramique engobée (n° 11) ; 4 fr. de céramique peinte, type bol de Roanne ; 6 fr. de céramique engobée rouge pompéien dont le n° 14 ; un plat en céramique commune à pâte sableuse rouge brique, muni d’un petit pied annulaire (céramique culinaire africaine ?) ; un petit vase (n° 21) en céramique commune calcaire ; 25 fr. de commune grise (n° 12, 13, 15 20) ; 1 fr. de verre de type Isings 51.

23Mobilier de la fosse 101 : 1 fr. de sigillée du sud de la Gaule et 1 fr. de lampe indéterminés.

24Dans l’ensemble, les lots attribués à cette phase d’occupation sont caractérisés par la présence de nombreux tessons résiduels du Ier s. ap. J.-C. (sigillée italique, sigillée du sud de la Gaule, céramique peinte, lampe à bec d’enclume, céramique commune engobée...) aux côtés de productions plus récentes (sigillée claire B, céramique culinaire africaine ?) qui suggèrent une datation de la fin du IIe s.

68- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier résiduel gallo-romain des contextes médiévaux

68- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier résiduel gallo-romain des contextes médiévaux

Musée SPTC

69- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier gallo-romain de la phase II

69- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier gallo-romain de la phase II

Phase III : destruction du bâti et nivellement

25Des murs de la phase II, il ne subsistait que les fondations (murs 98, 99, 100, 107) ou, au mieux, les deux premières assises de l’élévation (murs 102, 103). Cette destruction n’est visible archéologiquement que pour le mur 107, où elle se traduit par une tranchée de récupération (128 : fig. 66, coupe 1). Un remblai (3071 = 3056) a été déposé sur environ la moitié du site, scellant les murs arasés. Ses limites ont été établies au sud, grâce à la tranchée n° 2, et à l’ouest, grâce à un sondage dans une cave (fig. 64). Il ne comportait pas de matériau pouvant provenir de la destruction des maçonneries antérieures, ce qui laisse penser qu’elles ont été partout récupérées. Son dépôt a achevé de niveller le terrain dans le sens sud-nord. S’il a pu, par la suite servir de terre de jardin, aucune reprise de la pédogénèse n’a été observée.

26Mobilier de la couche 3056 (fig. 68, n° 28 à 31) : 2 fr. de sigillée du sud de la Gaule de forme Drag. 18 ; 2 fr. de sigillée claire Β ; 1 fr. d’imitation précoce ; 2 fr. de lampe à pâte calcaire ; 6 fr. de céramique peinte dont 1 bord de type bol de Roanne (n° 28, 29) ; 1 plat en céramique à vernis rouge pompéien ; 11 fr. de commune grise (n° 30, 31) ; 1 fr. de céramique grise médiévale, probablement intrusif.

27Mobilier de la couche 3071 (fig. 68, n° 32 à 34) : 6 fr. de sigillée du sud de la Gaule (formes Drag. 18, 29b, 33, 35/36) ; 1 fond d’assiette en imitation de sigillée précoce ; 2 fr. de lampe ; 11 fr. de commune grise (n° 32 à 34) ; 1 fr. d’amphore de type Dressel 28 ; 15 fr. de céramique grise médiévale (pollution postérieure).

28Bien qu’aucune relation stratigraphique ne permette de l’affirmer, le remblai 2033, visible dans la coupe 2, pourrait avoir été déposé dans cette même phase chronologique comme le suggère sa position dans la séquence et le mobilier qu’il a livré, principalement gallo-romain.

29Mobilier de la couche 2033 : 1 fr. de sigillée du sud de la Gaule de type Ritt. 9 ; 1 fr. de plat en céramique engobée (pâte calcaire claire, engobe noir) et 4 fr. de céramique grise médiévale intrusifs.

30Le mobilier associé à cette phase comporte une forte proportion de tessons résiduels du Ier s. et deux fragments de sigillée claire Β de forme indéterminée, seuls indices d’une datation plus récente que suggère par ailleurs la position stratigraphique du remblai 3056 = 3071.

31Les constructions situées dans la zone 1 ont probablement été arasées au cours de cette phase, bien que dans ce cas, aucune couche gallo-romaine n’ait été observée au-dessus des arases de murs. Ceux-ci étaient, en effet, directement recouverts et partiellement détruits par les installations postérieures.

Le mobilier gallo-romain des niveaux médiévaux

32La plupart des couches stratigraphiquement postérieures à la phase III, ont livré de la céramique résiduelle d’époque romaine (fig. 68, n° 1 à 10 et n° 22 à 27), en même temps que des tessons de céramique grise médiévale : on note en particulier la présence fréquente de tessons de sigillée du sud de la Gaule (fig. 68, n° 4), de sigillée claire Β (dont n° 27) ; quelques fragments de sigillée italique, de lampes, de céramique à parois fines sableuses de tradition républicaine, d’imitation de céramique campanienne (n° 26), de céramique engobée (dont le n° 23), de céramique culinaire africaine, de luisante, de commune calcaire (dont les n° 3 et 24) et de commune sableuse grise (n° 2, 5, 6, 10, 25), à pâte rouge micassée (n° 1) ou non tournée (n° 9) ; et des fragments de verre antique (n° 7 et 22). Dans ces couches apparaissent aussi des éléments de décor de murs ou de sol : tesselles de mosaïque (68), marbre (7 fr.), enduit peint (13 fr.).

33Le site de la rue des Ecoles n’a livré aucun vestige en place d’une occupation antérieure à l’opération de remblaiement que l’on situe entre 40 et 80 ap. J.-C. Cette lacune est cependant difficile à interpréter dans la mesure où la céramique de la première moitié du Ier s. (et même de la période augustéenne) est bien représentée dans les niveaux postérieurs, gallo-romains ou médiévaux. Ces niveaux ont en outre fourni des éléments de décor d’habitat (fragments de marbre, d’enduit peint, tesselles). Deux hypothèses se présentent : soit ce mobilier résiduel provient de déblais apportés d’un autre secteur ; soit les traces éventuelles (qu’on peut supposer légères) d’une occupation antérieure ont disparu en même temps que le paléosol, ce pour une raison inconnue.

34Quoiqu’il en soit, la fouille témoigne d’une urbanisation relativement tardive et modeste — si l’on en juge par les quelques lambeaux de murs conservés — dans un secteur pourtant assez proche de points de découverte de restes de mosaïques du Ier s. On remarque en outre que ces constructions ont une orientation discordante (environ NG-11°-E) par rapport aux autres structures antiques connues à Saint-Paul (voir G. Chouquer, ci-dessous). La fin de l’utilisation et la destruction de ces bâtiments ne peuvent être fixées avec précision (fin du IIe s. ?). Cette phase est semble-t-il suivie d’une très longue période d’abandon apparent, puisque les couches et les aménagements qui se superposent au remblai 3056/3071, sont associés à de la céramique grise médiévale datée des XIIe-XIIIe s. (cf. chap. 11). C’est toutefois dans cette très large fourchette chronologique qu’il faut placer la construction, à l’ouest du site (zone 2, secteur 1 : fig. 66, coupe 2) d’un large mur isolé de direction nord-sud. Il recoupe en effet le remblai 2033 attribué à la phase III et se trouve recouvert par des niveaux et des murs médiévaux. Le fait qu’il structure très fortement l’habitat médiéval de ce secteur nous a incité à le décrire dans le chapitre consacré aux vestiges médiévaux. Une datation plus haute (du Haut Moyen Âge ?) n’est cependant pas exclue.

35P. Violet, L. Vincent

L’apport des documents fiscaux de l’ancien régime

36Les cadastres de 1646 et de 1727, les terriers de l’évêque (1507 et 1508) et de l’ordre de Malte (entre 1428 et 1661), qui mentionnent de nombreux toponymes et micro-toponymes, permettent de restituer certains aspects de la topographie urbaine ancienne. En général, les toponymes désignent, à l’origine, les éléments marquants du paysage de façon claire et dans le langage courant. Mais ces dénominations évoluent lorsqu’elles ne sont plus comprises : par exemple, lorsque l’élément désigné par le toponyme a disparu ou lorsque le langage lui-même s’est modifié. Dans certains cas, le toponyme a pu se déplacer ou englober un territoire plus étendu qu’à l’origine. Ainsi le Pialon, désignait, en 1646, un groupe de parcelles sises au sud-ouest de l’actuelle école du Pialon (fig. 25). Le quartier entre l’actuelle route de Pierrelatte et la ville était nommé le Palais. Ce dernier toponyme a disparu, tandis que le Pialon désigne désormais tout le secteur sud-ouest de Saint-Paul. Les deux toponymes étaient autrefois bien distincts pour la localisation et pour le sens. En effet, on peut supposer que ces termes pouvaient désigner des monuments et des vestiges marquants dans le paysage. Dans le cas du Pialon (Pilhonum, le pilier) il pourrait s’agir d’une tour de l’enceinte antique ou d’un monument funéraire gallo-romain comme celui qui a été découvert dans la nécropole du Valladas (gisement n° 43). Ce terme de Pialon était aussi employé pour désigner le monument marquant l’emplacement légendaire du martyre de Saint-Andéol sur la rive droite du Rhône (commune de Pierrelatte). Le cadastre du XVIIIe s. montre qu’une terre sise dans le quartier du Palais avait pu servir de carrière de pierres, celles-ci provenant probablement de quelques bâtiments en ruine, le sous-sol géologique n’en contenant pas. Lorsque le souvenir des monuments qu’ils désignaient peut-être s’est estompé, leur consonnance presque semblable les a fait confondre en un seul, celui dont le sens était le moins évident.

37Le nom actuel de la porte nord de la ville médiévale, le portail Fanjoux (fig. 25, n° 11), trouve son pendant dans le nom de la colline qui lui fait face, Piedjoux. On a forgé un peu hâtivement, après Boyer de Sainte-Marthe (1710), une étymologie simpliste, Fanjoux venant de Fanum Jovis, c’est-à-dire »le temple de Jupiter« , et Piedjoux de Podium Jovis, »la colline (le puy) de Jupiter« . En fait, au XIIIe s., le quartier qui se trouve à proximité du portail Fanjoux, c’est-à-dire au nord-est de la ville, se nomme la quarte de Font Jocor, que l’on peut traduire par »Fontaine des Jeux« (Cart. Saint-Paul n° 75, 80, 81, 83), et la colline, Podium Judeorum c’est-à-dire le »Puy des Juifs« (Cart. Saint-Paul n° 44). Il existe aussi une tour des Juifs, Turris Judeorum, qui était peut-être une des tours de l’enceinte médiévale à l’est (Cart. Saint-Paul n° 73). Il convient de signaler aussi une autre graphie de ce toponyme dans une donation aux Templiers de Richerenches : cet acte est passé en 1180 dans la maison du Temple à Saint-Paul et concerne des droits »in tenementum dels Chalmais, in territorio de Monte Gaudeo« , que l’on peut traduire »au quartier de Chameau dans le territoire de Piedjoux« (Cart, de Richerenches n° 228). Chameau est une colline située à environ 2 km à Test de Saint-Paul. Cette mention du territoire de Piéjoux pourrait expliquer la phrase obscure de Boyer de Sainte-Marthe, qui situe la carrière de Châtillon sur »une colline appelée Puijou« dans l’analyse d’un acte de 1210 (Boyer de Sainte-Marthe 1710, p. 70). De nos jours, Châtillon et Piéjoux sont deux collines distantes d’environ 1 200 mètres. Des traces importantes de l’exploitation des pierres meulières subsistent au sommet de Châtillon (fig. 119, n° 124).

38On trouve ensuite des formes diverses : les plus couramment employées dans le terrier de l’évêque, en 1507, sont Piéjourt et Font Jourt, que Ton a trouvé une seule fois sous la graphie Fanjos à la page 345, mais qui est aussi écrit Fontijiorum en 1661 (Terrier de Malte, 1661, p. l, A.D.D. 40 H 340). La lecture de ces différentes graphies permet d’éliminer l’hypothèse d’un temple de Jupiter sur la colline de Piéjoux.

39M. Bois

Éléments de topographie urbaine

40La ville d’Augusta Tricastinorum était située dans une enceinte quadrangulaire de 40 ha, beaucoup plus vaste que l’agglomération médiévale. Son tracé n’est pas encore entièrement reconnu : au nord, on ignore si la colline du château, le point le plus haut de l’agglomération, était complètement englobée dans les limites de la ville ; au sud, la restitution proposée, fondée sur le parcellaire ancien, serait à vérifier. Aucune sépulture n’a été mise au jour à l’intérieur de la limite ainsi définie : les tombes des Ier et IIe s. que nous connaissons étaient pour la plupart groupées dans la nécropole du Valladas (fig. 25, gisement n° 43), au sud-ouest de la ville et à proximité immédiate du rempart ; deux tombes isolées ont été signalées au nord (fig. 25, n° 45) et à Test (fig. 25, n° 44), le long d’axes probablement d’origine antique. En effet, si Ton possède très peu de témoignages archéologiques sur le détail de l’organisation et de la trame urbaine, les grands axes du réseau viaire apparaissent assez nettement, soit qu’on en ait trouvé quelques vestiges, soit qu’ils aient été conservés dans le parcellaire actuel. Comme Ta montré la fouille du Valladas (n° 43), une voie est-ouest permettait d’accéder à la porte méridionale en venant de la plaine de Pierrelatte (et de la voie d’Agrippa). Elle empruntait le tracé du 8e decumanus du cadastre Β d’Orange et devait rencontrer un autre axe, nord-sud celui-là, provenant de la plaine rhodanienne par Saint-Pierre-de-Senos/Senomagos et dont l’actuel chemin de Serre-Blanc doit reprendre en gros le tracé. L’antiquité de cette voie a été mise en évidence en un point situé intra muros (n° 40). On note que Taxe change d’orientation au passage de la courtine telle que nous la restituons. Il adopte ensuite un tracé rectiligne jusqu’à la ville médiévale et moderne qui Ta peut-être oblitéré. Il pourrait s’agir du cardo maximus de l’agglomération antique. Le second axe majeur semble bien devoir être situé à l’emplacement de l’ancien chemin de Sourne (actuelle route départementale n° 59), le long duquel ont été repérés une série de bâtiments antiques (n° 26, 27, 28). Il rencontre les courtines est et ouest à l’emplacement probable de portes que Ton restitue d’après le tracé de l’enceinte.

41Compte tenu du caractère très lacunaire de la documentation archéologique disponible, il n’est pas possible de suivre le développement de la ville antique, sinon dans ses très grandes lignes. Il semble que les premiers aménagements doivent être datés de la période augustéenne, et peut-être du début de cette période pour la fosse trouvée dans le Jardin Messié (gisement n° 33). Le mur stylobate du site de l’Esplan (gisement n° 16) est la seule construction attribuable à cette phase, par ailleurs représentée par des tessons de sigillée italique recueillis hors contexte (gisement n° 24), ou en position résiduelle dans des remblais plus récents (gisement n° 18).

42Ces lieux de découverte sont répartis sur les flancs sud et ouest de la colline du château, dans le quart nord-est de la ville. C’est en fait de cette zone que proviennent la plupart des vestiges antiques, toutes périodes confondues. Cette concentration n’est pas due uniquement aux hasard des découvertes et à la géographie des aménagements contemporains, ni aux problèmes de recouvrements sédimentaires dont l’épaisseur est comprise entre 0,30 m (gisement n° 16) - 0,40 m (n° 33), au pied de la colline et 3 m (n° 28f), dans la petite dépression occupée par l’ancien chemin de Sourne. La fouille de la rue des Ecoles (n° 18) et celle des Sablières, font apparaître des secteurs ouverts (jardins ?). Ce dernier exemple montre une domus établie près d’une zone non bâtie relativement vaste. Il semble bien que l’espace délimité par l’enceinte n’ait jamais été rempli. L’existence d’un habitat péri-urbain (si l’on excepte de site plus éloigné de Saint-Vincent) reste incertain : soit les vestiges sont mal situés (n° 36, 37, 10 et 11), soit c’est le tracé même de l’enceinte qui n’est pas connu (cas du site n° 12).

43Les témoins d’une occupation antique se multiplient à partir du Ier s. ap. J.-C. Ainsi neuf gisements ont livré de la céramique sigillée du sud de la Gaule, et sept de la sigillée claire B. On dénombre trois pavements datés par H. Lavagne du 1er s. ap. J.-C. (n° 17, 29, 33), deux des Ier ou IIe s. (n° 12, 13), un des années 130-150 (n° 28 a) et un de la période sévérienne (n° 25). Le seul vestige attribuable au IIIe s. est une mosaïque (site n° 29). Il faut ensuite attendre le Ve s. pour retrouver de nouveaux témoignages d’une occupation, là encore limitée, en apparence, à la colline (céramique estampée grise, gisement n° 13), et au quartier qui occupe son flanc méridional (mosaïques des gisements n° 20 et peut-être 30 b).

44Un quartier de riches domus urbaines se dégage entre le chemin de Serre-Blanc à l’est, la colline au nord, les abords du chemin de Sourne au sud, et le rempart à l’est (voir notamment les vestiges des gisements n° 28, 29 et 33). Au voisinage de cet ensemble, on devine la présence d’un monument public qui n’est plus attesté que par le mur en grand appareil et la frise perdue du quartier Saint-Jean (n° 19 et 20). Ne serait-ce pas dans ce secteur, à proximité du cardo et à peu près à mi-distance des courtines est et ouest de l’enceinte qu’il faudrait situer le forum ? Un temple municipal à Rome et à Auguste est attesté au Ier s. à Saint-Paul par l’épigraphie (CIL XII, n° 1731). L’existence d’autres édifices (voir G. Chouquer, ci-dessous), est conjecturale.

45On sait peu de choses sur les activités économiques de l’agglomération. Le pavimentum du gisement n° 12 et la pierre de pressoir du gisement n° 13 — si, du moins, ils ont bien été trouvés sur place — suggèrent la présence d’une installation à vocation agricole à l’intérieur de l’enceinte (ou à la périphérie immédiate de la ville), au sommet de la colline du château.

  • 100 Un document conservé aux archives municipales faisant l’état du château épiscopal et daté du 19 nov (...)

46L’existence de nombreuses résurgences sur le site même de Saint-Paul (qui s’est appelée Paul-les-Fontaines à la Révolution) a pu assurer une partie au moins de l’alimentation en eau de la ville. À cela s’ajoutaient peut-être des captages aménagés dans les flancs de la colline Sainte-Juste (fig. 70). Ces constructions, dont certaines sont encore utilisées, sont attestées depuis le XVIIIe s. au moins100, mais seraient encore plus anciennes — médiévales, voire antiques. Le système consiste à creuser de profondes galeries dans le calcaire de la colline, pour capter les eaux d’infiltration qui sont ensuite canalisées.

70- Accès au captage du quartier de Boussoux

70- Accès au captage du quartier de Boussoux

47Au-delà des nombreuses lacunes inhérentes à ce type de documentation, les quelques données disponibles font apparaître des discontinuités dans le développement de la ville : discontinuité topographique d’abord, avec de vastes zones »vides« d’habitat à l’intérieur même de l’enceinte augustéenne, comme si le plan d’urbanisation initial n’avait jamais été réalisé ; discontinuité chronologique, la plupart des secteurs étant semble-t-il abandonnés à la fin du IIe s. ou au début du IIIe s., seuls un petit nombre d’entre eux étant à nouveau occupés au Ve s.

48V. Bel

Les enseignements de la morphologie parcellaire

Les orientations dominantes

49L’examen du plan cadastral ancien, en corrélation avec les données de fouille, permet d’avancer quelques hypothèses sur la structure de la ville antique (fig. 71 et 72). La recherche est cependant gênée par la densité très inégale de la trame parcellaire : dans la zone restée urbaine jusqu’à nos jours, on dispose d’une trame serrée, délimitant de micro-parcelles urbaines, riche en informations diverses ; au sud et à l’ouest, en revanche, dans une zone redevenue rurale après le déclin de la ville antique, l’information parcellaire est très faible, notamment en raison de l’existence de vastes parcelles.

71- Relevé des anomalies parcellaires sur le plan cadastral de 1811

71- Relevé des anomalies parcellaires sur le plan cadastral de 1811

72- Proposition de restitution de la topographie de Saint-Paul-Trois-Châteaux

72- Proposition de restitution de la topographie de Saint-Paul-Trois-Châteaux

50Deux orientations majeures semblent marquer ce parcellaire. L’une correspond au réseau antique B, orienté à 5° à l’est du nord géographique. Elle détermine quelques limites élémentaires qui découpent l’espace selon le quart de centurie. Mais, en dehors de la ville haute, où elle semble nettement dominer, cette orientation est très peu représentée.

51L’autre orientation correspond, en fait, aux différentes inclinaisons prisent successivement par les tronçons du rempart sud et est. Celui-ci adopte les valeurs suivantes :

52NG-2°W (tronçon A) ;
NG-4°30’W (tronçon C) ;
NG-6°30’W (tronçon B) ;
NG-8°30’W (tronçon D).

53Chacune de ces orientations trouve des prolongements dans le parcellaire, et il ne semble pas intéressant de chercher à cerner le détail de chacune, dans la mesure où on ne se trouve pas en présence, à chaque fois, d’une trame individualisée, mais bien plutôt d’un faisceau d’orientations très proches.

54Dans la ville haute, cette orientation présente une certaine prégnance, surtout pour des valeurs proches de 6-8°W. Ailleurs, elle est beaucoup plus limitée, déterminant quelques lignes parcellaires au centre et au sud-ouest de la centurie où s’inscrit la ville antique.

Des orientations attestées par les fouilles

55La direction du cadastre B subsiste dans le tronçon de rempart occidental (inventaire n° 8), dans celui trouvé au sud de la cathédrale (n° 9), dans différents murs relevés (n° 12 et 19).

56Les autres orientations se retrouvent également dans les vestiges mis au jour lors de fouilles. Le mur augustéen de la fouille de l’Esplan (n° 16), antérieur à l’enceinte, est à environ 4°W. Le bâtiment romain non daté situé au centre de la centurie (n° 28f) est à 2°W ; le mur n° 26 adopte l’orientation de 4°30’W ; celui numéroté 27, et qui date du Haut Empire, est très proche de 6°30’W ; enfin on retrouve l’orientation de 8°30’W dans les fragments du rempart oriental (n° 2, 3, 4, et 5 sur le plan et l’inventaire archéologiques).

57Peu d’autres orientations divergentes ont été relevées dans la ville. On relève seulement deux murs perpendiculaires qui répondent à l’orientation de 12°E, dans une occupation qui court du début du Ier au II s. (n° 18).

Vestiges monumentaux

58L’examen du plan cadastral »napoléonien« suggère de considérer deux anomalies de forme comme pouvant ressortir à l’Antiquité. Il s’agit en premier lieu d’une forme amorçant un demi-cercle avec quelques lignes rayonnantes qui pourrait correspondre à un théâtre. Il serait adossé au rocher sur lequel se trouve la ville haute, mais extérieur au rempart, selon le tracé désormais convenu pour celui-ci. Son diamètre serait de 65-66 m environ.

59On sait que Cl. Boisse restituait un théâtre à un autre emplacement de la ville. Il semble qu’il ait fondé son idée sur la description de Boyer de Sainte-Marthe qui voyait les restes d’un amphithéâtre »assez proche du Palais Episcopal", et qu’il ait rapproché cette indication d’une vague forme curviligne (rue située à l’est du site 12). Cette identification ne nous paraît pas devoir être retenue car il n’y a pas d’évidence morphologique et parce que Boyer de Sainte-Marthe ne localise pas vraiment son observation (qui concerne en outre plutôt un amphithéâtre qu’un théâtre), et parce qu’une telle localisation est recoupée par le tracé de l’enceinte.

60Nous suggérons également l’hypothèse de localisation d’un amphithéâtre au sud de l’actuelle cathédrale, à partir de l’existence d’un îlot urbain de forme elliptique à l’intérieur duquel on repère plusieurs signes de murs rayonnants. On ne voit aucune autre explication topographique ou historique (l’absence d’église permet d’éviter la confusion avec un enclos ecclésial). Un tel édifice de spectacle, si cette suggestion s’avérait exacte, serait orienté selon la direction du cadastre Β et s’étendrait sur 104-105 m pour le grand axe et 8283 m pour le petit axe.

Essai de restitution du plan urbain antique

61L’ensemble de ces observations suggère les grandes lignes de la structuration de l’urbanisme antique d’Augusta Tricastinorum. La ville antique est marquée par deux orientations principales.

62Le cadastre Β d’orange est, sans aucun doute, préexistant à la première définition topographique de la ville. On ne s’expliquerait pas, sans cela, son influence qu’on relève dans plusieurs domaines :

  • il calibre le développement de la ville et dicte même sa forme à deux des quatre côtés du rempart.

  • à l’est, là où l’enceinte adopte un tracé indépendant du tracé du limes cadastral antique, il est intéressant de voir qu’une patte d’oie, dessinée dans la convergence de chemins, se fait au niveau du limes et non, comme on aurait pu s’y attendre, au niveau du rempart et d’une porte orientale de la ville. Il faut y voir le signe de la force de l’axe cadastral, antérieur ici à la création du rempart, et continuant donc à influencer les formes du paysage.

  • enfin, le dessin, à l’intérieur du rempart et de la centurie qui le calibre, des subdivisions en quart de centurie, malgré les déformations de ces limites par l’autre orientation, tendrait à montrer, dans une zone enclose qui dut rester en partie rurale, la persistance du cadre agraire initial, avant qu’on ne décide de dresser le vaste rempart urbain. Ces subdivisions sont partiellement déformées par les autres orientations observées, mais tout de même encore suffisamment présentes.

63Le cadastre Β a donc vraisemblablement donné sa direction à un tout premier urbanisme de Saint-Paul, à l’époque augustéenne, et sans doute plus précisément aux alentours du changement d’ère. La ville devait être, dans ce premier état, ouverte et encore très rurale.

64On peut penser que c’est à l’érection du rempart, dans les toutes premières années du Ier s. ap. J.-C., qu’on doit l’apparition des nouvelles orientations urbaines, groupées dans un faisceau mesuré entre 2 et 8°W. C’est donc une nouvelle trame qui se diffuse dans l’espace de la ville, désormais délimité par une courtine, en concurrence avec l’orientation du parcellaire issu du cadastre Β d’Orange.

65Le site acquiert dès lors le caractère morphologique qu’il ne perdra plus, l’imbrication de tracés répondant à l’une ou l’autre trame. Les observations issues des fouilles confirment ce fait.

66Mais il n’est pas moins important de constater que ce caractère apparaît sur le site en un très bref laps de temps. Même si les datations sont encore un peu imprécises - le cadastre Β semblant réalisé à Saint-Paul vers le changement d’ère ; le rempart paraissant être créé dans les deux ou trois premières décennies du Ier s., mais plutôt vers le haut de cette fourchette — leur concomitance paraît flagrante, à quelques années près. On est loin, dans ce cas, de datations tranchées et de périodisations franches. Tout, ici, se joue en quelques années — la fin du règne d’Auguste — et pour longtemps. On ne peut réellement parler, pour le site d’Augusta Tricastinorum, de la succession, bien individualisée dans le temps, de phases urbaines différentes et éloignées l’une de l’autre. On évolue plutôt vers l’idée d’un urbanisme plus souple, faisant très vite coexister les directions principales, sans exclure des directions secondaires qui pourraient être éventuellement observées.

67On retiendra de cette approche que le site d’Augusta Tricastinorum a sans aucun doute été fortement marqué par l’arpentage volontaire qu’on a développé sur le site, celui du cadastre B, d’abord, celui des autres phases d’urbanisme ensuite. Mais, à côté de cette volonté normative (dont le calibrage du rempart dans une centurie rend si bien compte), on doit observer la souplesse de mise en œuvre de l’urbanisme qui, dès les débuts de la ville, développe en les associant et en les imbriquant, deux orientations principales.

68G. Chouquer

Notes

99 L’équipe de fouille était composée de B. Maire, Cl. Raynaud, P. Réthoré, P. Sarasin, L. Vincent et P. Violet.

100 Un document conservé aux archives municipales faisant l’état du château épiscopal et daté du 19 novembre 1790, rapporte que l’évêque F.-X. de Reboul de Lambert au XVIIIe s. avait, à titre privé, fait conduire à la fontaine du château l’eau d’un captage vraisemblablement situé sur le territoire de Saint-Restitut (renseignement N. Chandru).

Table des illustrations

Titre 53- Chapiteau provenant de l’ancien hôpital
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 54- Mur en petit appareil et bloc mouluré en remploi, passage Saint-Estève
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre 55 – Pierre de pressoir, rue d’Aiguebelle
Crédits Proprieté – Messié – André
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 56 – Bas-reliefs, hotel d’Audiffret
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 57 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 58 – Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : porte, face sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 59- Mur en grand appareil, quartier Saint-Jean : un des pilastres de la face nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 60- Fragment de corniche provenant de l’école Notre-Dame
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 61 – Lampadaire en Bronze
Crédits Musée de Saint-Germain-en-Laye
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 62- Fût de colonne provenant du quartier de la piscine
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre 63- Coupe du chemin de Serre-Blanc
Légende 1-Asphalte de la route actuelle2-Radier de gravier de la route actuelle3-Terre rouge4-Sable jaune5-Chemin ancien 1 : cailloutis6-Chemin ancien 2 : cailloutis7-Radier du chemin 2 : cailloutis et mortier de chaux8-Sable rouge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 64- Fouilles de la rue des Ecoles : plan d’implantation des sondages
Légende (z = zone, s = secteur)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 65- Topographie initiale du site de la rue des Ecoles
Légende Les chiffres indiquent les altitudes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 66 – Fouilles de la rue des Ecoles : coupes stratigraphiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 67- Fouilles de la rue des Ecoles : plan des vestiges antiques (phase II)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 68- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier résiduel gallo-romain des contextes médiévaux
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 69- Fouilles de la rue des Ecoles : le mobilier gallo-romain de la phase II
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 70- Accès au captage du quartier de Boussoux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 71- Relevé des anomalies parcellaires sur le plan cadastral de 1811
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre 72- Proposition de restitution de la topographie de Saint-Paul-Trois-Châteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/779/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access