Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

L'occupation antique

Chapitre 3. L’enceinte et l’urbanisme : les données de fouille

François Vaireaux, Thierry Odiot et Valérie Bel

Texte intégral

1Trois fouilles récentes permettent de proposer, grâce aux données stratigraphiques, une fourchette chronologique pour la construction et l’abandon du rempart gallo-romain : le site de l’Esplan (fig. 25, n°1-16), le site du Jardin Messié (fig. 25 n° 4-33) et le site de la cathédrale (fig. 25, n° 9). Ces sondages apportent aussi des exemples concrets de relations entre le mur d’enceinte et l’urbanisme environnant.

Le site de l’Esplan

2Des restes de la courtine occidentale du rempart gallo-romain ont été découverts lors de travaux de décaissement d’un jardin en terrasse, sur le flanc méridional de la colline du château (parcelle 195 et 196, section AN). Ils étaient jusqu’alors cachés par le rempart moderne, sous des remblais médiévaux et modernes.

  • 87 Intervention réalisée par V. Bel. M. Bois et Th. Odiot. La fouille du secteur ouest (niveaux protoh (...)

3Outre la fouille de niveaux protohistoriques signalés au début de cet ouvrage, l’intervention des archéologues a dû se limiter au relevé d’une coupe stratigraphique longue de 18 m et d’une puissance moyenne de 2,50 m, implantée perpendiculairement à la courtine (fig. 32 et 33)87. Les couches réunies par phases d’occupation sont décrites ici en suivant l’ordre chrono-stratigraphique, de la plus ancienne à la plus récente.

32 – Plan général de la fouille de l’Esplan

32 – Plan général de la fouille de l’Esplan

33- Coupe stratigraphique du site de l’Esplan

33- Coupe stratigraphique du site de l’Esplan

Phase I : l’occupation préromaine

Description

4Les niveaux de la phase I reposaient directement sur le substrat.

- Couche 5 : couche de sable et de graviers lessivés, brun clair, avec, dans le secteur nord, un très grand nombre d’éclats de galets de quartzite anguleux et de dimensions variables. La couche 5 est visible sur toute la longueur de la coupe et suit l’inclinaison du sol naturel sur lequel elle repose (pente de 16 % du nord vers le sud). Les plus gros éléments sont inclinés dans le sens de la pente. L’épaisseur de la couche est irrégulière (entre 0 et 30 cm) et diminue globalement du nord vers le sud.

5Il s’agit de l’horizon Β d’un sol lessivé, qui témoigne de l’enlèvement uniforme et donc probablement volontaire du paléosol antérieur à la première occupation attestée sur le site.

- Couche 16 : couche sombre, constituée d’un sédiment sablo-limono-argileux, contenant quelques graviers et des inclusions de charbon de bois. Elle forme une petite lentille posée sur le substrat, au sud de la coupe, sous le mur 0.

6Il pourrait s’agir d’une fosse contemporaine de l’occupation primitive.

- Couche 1 : couche brun-noir, moins sombre que la précédente et de texture homogène. Elle est constituée d’un sédiment humique riche en matières organiques, sablo-limoneux, qui contient des nodules de carbonates de chaux, des inclusions de charbons de bois et de gros galets de quartzite disposés en amas. La couche 1 repose soit directement sur le substrat, soit sur la couche 5. Le pendage nord-sud est encore bien marqué dans la partie nord de la coupe (8 %) et tend à devenir presque nul au sud, la couche s’épaississant sensiblement (10 à 40 cm d’épaisseur).

7Elle correspond à la couche d’occupation et/ou de nivellement la plus ancienne.

Datation

8La coupe elle-même n’a fourni aucun élément de datation, mais des niveaux stratigraphiquement équivalents ont pu être observés dans un sondage situé à une dizaine de mètres à l’ouest de la coupe. Leur fouille a permis de caractériser la nature de l’occupation de cette phase et d’en préciser la chronologie. On a pu mettre en évidence les restes de deux maisons successives en matériaux légers associés à un mobilier abondant, datable du deuxième tiers du VIe s. av. J.-C.

Phase II : la première implantation gallo-romaine

Description

- Couche 6 : horizon très fin, irrégulier (moins de 2 cm d’épaisseur), visible au sommet de la couche 1, et matérialisé par des nodules carbonatés. Il est limité à la partie sud de la coupe, entre le mur 25 et le creusement n° 50 qui le recoupent. Son pendage est à peu près nul.

9Il pourrait s’agir d’un horizon d’accumulation au contact des horizons A et Β d’un paléosol.

- Couche 7 : similaire par sa nature et sa texture à la couche 1, la couche 7 est plus chargée en matière organique. Elle est recoupée par le mur 25 et repose soit sur la couche 1, soit sur le couche 6. Le pendage nord-sud, sensible au nord du mur 25, disparaît pratiquement au sud où la couche s’épaissit.

10Il pourrait s’agir de l’horizon A d’un paléosol antérieur à la construction du mur 25.

Datation

11Les seuls indices chronologiques concernant cette phase ont été recueillis lors de la fouille d’un niveau équivalent à la couche 6 et reposant directement sur les couches protohistoriques. Il s’agit de plusieurs fragments résiduels de céramiques du premier âge du Fer et de quatre tessons attribuables à la période gallo-romaine au sens large : un fragment de céramique à engobe interne rouge pompéien, un fragment de céramique à engobe argileux non grésé, et deux fragments de céramique commune claire.

Phase III : le premier bâtiment gallo-romain attesté

12Cette phase est caractérisée par la construction d’un grand mur maçonné (mur 25) (fig. 32 et 34) auquel se rattachent des niveaux de construction (couches 27 et 8) et d’occupation (couches 3 et 26).

Description

- Creusement 59 : fosse creusée dans les couches 1, 6 et 7 pour la fondation en tranchée étroite du mur 25.

- Mur 25 : la fondation maçonnée est constituée de blocs de pierre du Midi, appartenant au faciès grossier des affleurements locaux. Ces blocs, non équarris, sont noyés dans un mortier de chaux et de sable de l’Eocène local, riche en oxyde de fer et de couleur rosée. La fondation a été conservée sur 80 cm de profondeur et sa largeur était de 70 cm. Le mur 25 repéré dans la coupe a été mis en relation avec un mur de facture identique mis au jour dans le sondage ouest et conservé sur une longueur de 8 m, sans aucun retour. Ce mur comportait, sur sa face sud, deux contreforts trapézoïdaux maçonnés, larges de 1,10 m à la base et de 0,80 m au sommet. Ces contreforts, débordant de 0,39 m, sont espacés de 3,5 m. Le mur 25 étant situé dans l’axe du mur du sondage ouest, il est très probable que l’on soit en présence d’un seul et même mur.

13La présence des contreforts maçonnés, la longueur de la structure, font penser à un mur stylobate de portique ouvrant sur un grand bâtiment. Dans cette optique, et dans l’hypothèse d’une colonnade régulièrement espacée, établie sur des contreforts de même largeur, il est logique de restituer (fig. 32) un segment de mur de 24 m de long au minimum comportant six bases de colonnes.

- Couche 27 : mince couche de mortier rose (2 cm d’épaisseur), horizontale et régulière, couvrant le sommet de la maçonnerie 25.

14Il s’agit d’un niveau d’égalisation entre la fondation (n° 25) et la première assise (disparue) du mur en élévation. Dans cette hypothèse, le sol contemporain de la construction du mur doit être situé au sommet de la couche 7.

- Couche 8 : couche de couleur blanche, constituée de chaux, d’éclats de taille en pierre du Midi, de graviers et de fragments de charbons de bois. Elle est formée de deux lentilles, situées de part et d’autre du creusement n° 52 — ce dernier correspondant au négatif du mur en élévation. Elle est recoupée, au sud, par le creusement n° 50 et repose sur la couche 7 et en partie sur la fondation du mur 25.

15Elle correspond au sol de travail de la construction du mur 25.

- Couche 3 : couche brun-rouge, sablo-limoneuse, avec de gros fragments de charbons de bois. Elle se développe en biseau au sud du creusement n° 52.

16Couche d’occupation fonctionnant avec le mur 25. Son profil en biseau pourrait signifier que l’on se situe en marge d’une zone d’érosion (espace de circulation, par exemple).

- Couche 9 = couche 26 : couches sablo-limoneuses grises, avec des inclusions de charbons de bois. Ces deux couches se développent de part et d’autre du creusement n° 52. La couche 9 est interrompue au sud par le creusement n° 50. La couche 26, au nord, se distingue mal de la couche 1 sous-jacente, de nature très proche.

17Couches d’occupation fonctionnant avec le mur 25.

Datation

18Seule la couche 26, postérieure à la fondation du mur 25, a livré des fragments de céramiques. Ils ne permettent pas cependant de caler la chronologie de cette phase :

- 1 fragment de fond annulaire de cruche en céramique commune claire ;

- 1 fragment de panse de céramique commune claire ;

- 1 fragment de panse de céramique commune sombre non tournée.

19Par ailleurs, la fouille du sondage ouest a permis d’identifier, au-dessus de la couche 6, des niveaux de mortier de chaux qui correspondent très probablement à la couche 8 de la coupe (couche d’installation du mur 25). Le matériel associé comportait de nombreux tessons résiduels de céramique du premier âge du Fer et 11 fragments d’époque romaine :

- 1 fragment de panse décoré de céramique sigillée italique. La taille du tesson ne permet pas d’identifier la forme du vase de manière certaine. Le décor d’oves est cependant le plus souvent associé à la forme de calice Drag. 11.

- 1 fragment de bord à lèvre éversée en céramique peinte. La taille du tesson ne permet pas de préciser la forme du vase. Les caractéristiques de la pâte (brun-orangé uniforme, avec de fines inclusions de mica et des grains de calcaire opaque) le rattachent aux productions de Vienne (Arcelin 1981). Couverte brun-rouge sur la paroi externe avec une bande réservée de 5 mm de large sous le bord.

- 2 fragments de panse de céramique commune engobée ; pâte calcaire claire avec de fines inclusions de mica ; engobe rouge.

- 1 fragment de cruche ou d’olla en céramique commune claire.

- 1 fragment de bord de jatte ou de coupe en céramique commune claire ; bord droit limité à l’attache de la panse par une colerette comme les mortiers à bandeau de la première moitié du 1er s. ap. J-C..

- 3 fragments de panse d’amphores.

- 2 fragments de panse en céramique commune sombre à pâte kaolinitique.

20Il est difficile d’avancer une datation à partir d’un lot aussi modeste. Si la présence d’un tesson de sigillée italique et l’absence de sigillée gauloise suggèrent une chronologie augustéenne, ces éléments sont trop ténus pour asseoir une datation définitive.

Phase IV : le chantier de construction du rempart

21A cette phase se rattachent les murs 0 et 56, leurs tranchées de fondation (50, 55), la destruction du mur 25 (creusement 52 et couche 24), des surfaces de nivellement, de circulation et de travail (11, 24) et enfin une couche d’occupation (60).

Description :

- Creusement 50 : il recoupe en biseau les couches 1, 6, 7, 8 et 9 ; il est interrompu au sud par le mur 0.

22Il s’agit d’un aménagement (tranchée ou nivellement) préalable à la construction du mur 0.

- Creusement 55 : creusement vertical de 40 cm de profondeur environ, recoupant les couches 1 et 16, et contre lequel est construit le parement de la fondation du mur 0. Il n’y avait pas de tranchée de fondation visible.

- Couche 15 : elle est composée de blocs de grès-quartzite très durs de couleur brun-vert, posés sur chant, qui sont naturels dans le substrat géologique de la colline.

23Il s’agit du radier de fondation du mur 0. Le choix de ce matériau peut s’expliquer par sa dureté et surtout par sa facilité d’extraction ou de collecte sur les pentes mêmes de la colline de Saint- Paul-Trois-Châteaux ou sur celle de Piéjoux, distante de 700 m. Ces blocs ont été compactés dans la roche mère (sable argileux) et ont servi d’assise régulatrice et stabilisante.

- Mur 0 : mur de 1, 24 m de largeur minimale (le parement sud a disparu) conservé sur une hauteur de 1, 60 m (soit 13 assises) au- dessus du ressaut de fondation. Il est soigneusement fondé sur une base maçonnée de 60 cm de haut et de 1, 42 m de large dans son état actuel, elle-même bâtie sur le radier de blocs de quartzite (couche 15). Le mur et sa fondation sont constitués d’un parement en petit appareil en pierres du Midi (moellons de 25 χ 10 cm pour l’élévation, de 25 x 16 cm environ pour la première assise et la fondation) et d’un blocage de pierres du Midi noyées dans un mortier jaune-orangé tendre et friable (fig. 35 et 36). Le mur est fondé en fosse étroite (creusement 55) jusqu’au milieu de la deuxième assise (joints débordants, pierres du parement grossièrement taillées), puis en tranchée (creusement n° 50) pour les assises supérieures.
On a pu suivre le mur 0 vers l’ouest sur une longueur de 14 m (fig. 32). La plupart du temps, seule la fondation est conservée. Le mur est ensuite interrompu en biseau, et repris par un second mur qui présente une orientation légèrement différente (mur 57). Ce dernier est fondé en fosse, sans parement, et constitué d’un blocage de pierres de Saint-Paul noyées dans un mortier de chaux rose contenant de nombreux fragments de charbon de bois. Une seconde reprise a été observée dans la coupe (mur 56). La présence d’une fosse moderne installée contre le rempart n’a pas rendu possible le calage stratigraphique. Le parement sud était détruit et le parement nord conservé sur 6 assises (65 cm). Une ouverture était visible dans la partie sommitale de ce mur à l’aplomb de la coupe stratigraphique. La technique de construction utilisée est la même que pour le mur 0. L’appareil est cependant plus irrégulier et plus petit. Le liant employé est un mortier de chaux rose.

35 - Parement de l’enceinte gallo-romaine (mur 0)

35 - Parement de l’enceinte gallo-romaine (mur 0)

36 - Détail du parement de l’enceinte (mur 0)

36 - Détail du parement de l’enceinte (mur 0)

24Il s’agit du mur d’enceinte. Le parement et le blocage interne de ce mur sont constitués de pierre du Midi.

25Les deux modules utilisés pour la taille des moellons du parement se retrouvent sur deux sites ruraux : en remploi dans la partie claudienne de la villa du Molard à Donzère (Odiot à paraître), et dans le premier état (de datation incertaine) de la villa de Saint-Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux dont il sera question plus loin.

26Les moellons et le blocage interne sont liés de façon homogène par un mortier de chaux de couleur beige-jaune. Cette teinte est due au sable utilisé (colluvions provenant des massifs alentours). Ce type de liant se retrouve, à quelques variations de couleur près (dues à l’altération du mur et aux variations de faciès de ces sables), sur tous les segments du rempart repérés. Ce matériau forme l’essentiel du sous-sol dans l’espace délimité par le rempart. Il s’agit donc ici encore d’une extraction de matériaux locaux.

- Couche 13 : couche hétérogène composée d’éclats de taille en pierre de Saint-Paul, de mortier blanc et rose et de lentilles de sédiment humique.

27Elle constitue la base du remplissage de la tranchée de fondation du mur 0 (creusement 50). Les matériaux présents dans cette couche pourraient provenir de la construction du rempart.

- Couche 14 : couche de sédiments humiques sableux, de texture homogène, contenant quelques éclats de taille, des fragments de tuiles et des inclusions de charbons de bois.

28Ce niveau matérialise le sommet du remplissage de la tranchée de fondation du mur 0, au niveau du ressaut de fondation.

- Creusement 52 : tranchée verticale au-dessus du mur 25, creusée à partir du sommet des couches 9 et 26. Au nord, la paroi du creusement est située à l’aplomb du mur ; au sud, par contre, elle est un peu en retrait. Elle mesure 56 cm de large, 38 cm de profondeur au sud et 28 cm au nord.

29Il s’agit de la tranchée de récupération des matériaux du mur 25 dont il ne subsiste que la fondation. La destruction de ce mur a donc été réalisée entre la mise en place de la fondation de l’enceinte et les travaux d’égalisation du terrain (couche 11 ) préalables à l’élévation du rempart.

- Couche 24 : couche hétérogène de mortier blanc et jaune-orangé, de chaux et d’éclats de taille. Elle s’étend sur toute la longueur de la coupe, recouvrant les couches 1 et 26 au nord, et les couches 9 et 14 au sud. Elle constitue également le comblement du creusement n° 52. Au nord du mur 25, elle forme une strate épaisse et régulière de 20 cm d’épaisseur environ, légèrement inclinée vers le haut et vers le nord. Au sud du mur, elle est intermittente et ne dépasse pas 10 cm d’épaisseur, faisant ainsi disparaître la différence de niveau qui existait entre la couche 9 et la couche 26, à la phase précédente.

30Ce nivellement, formé de matériaux de construction ou de destruction, est postérieur au comblement de la tranchée de fondation du rempart (couche 14) d’une part, et à la destruction du mur 25 d’autre part.

- Couche 92 : il s’agit d’un fin niveau sub-horizontal (0,2 à 5 cm d’épaisseur), de couleur blanc à marron suivant les endroits, formé de chaux, de petits éclats de pierre du Midi. 11 a été repéré sur une dizaine de m2 de superficie dans le sondage 1 uniquement. Il est creusé de bandes parallèles de 15 à 20 cm de large, distantes d’environ 1,20 m et orientées nord-sud (fîg. 37).

37 - Traces d’ornières contemporaines de la construction du rempart gallo-romain

37 - Traces d’ornières contemporaines de la construction du rempart gallo-romain

31La présence de matériaux de construction permet de caractériser un sol de travail que la stratigraphie autorise à mettre en relation avec la construction du rempart. Les creusements recti- lignes pourraient être interprétés comme des ornières ou des empreintes d’un véhicule (tombereau ou charriot) dans un sol meuble.

- Couche 11 : couche homogène, beige-rosâtre, sableuse, contenant des particules de charbon de bois et des nodules de carbonate de chaux. Elle est régulière (5 à 10 cm d’épaisseur) avec un léger pendage nord-sud. Présente sur toute la longueur de la coupe, elle recouvre les couches 14 et 24, ainsi que le ressaut de fondation du rempart.

32Couche de nivellement.

- Couche 60 : horizon très fin (0,5 cm), fugace, de couleur verte, visible par endroits à la surface de la couche 11.

33Sol de ruissellement.

Datation

34L’ensemble du matériel attribuable à cette phase provient de la couche 11 dont l’installation est postérieure à la construction du rempart proprement dite. Là encore, les indices chronologiques sont très minces et ne permettent de proposer qu’une fourchette large, soit les deux premiers tiers du premier siècle ap. J-C. :

- 1 petite anse bifide en céramique commune claire. Il s’agit probablement d’un type de gobelet ou de godet caréné, appelé parfois « pot à fard », que l’on rencontre notamment dans des dépôts votifs (Fiches 1978). La nécropole de Saint-Paul en a livré 5 exemplaires, tous résiduels, dans des couches de comblement de tombes, et un sixième dans le niveau supérieur du remplissage du fossé nord de la voie (Bel 1986).

1 - fragment de lampe à volutes.

Phase V : quatrième phase d’occupation gallo-romaine

Description

- Couche 12 : couche verdâtre sombre, constituée de sables molassiques avec des inclusions de chaux.

35Remblai.

- Couche 4 : couche hétérogène de sables molassiques verdâtres, contenant des lentilles argileuses, des nodules de carbonate de chaux, des inclusions de tuiles et de galets de quartzite et de la céramique. Cette couche était plus épaisse au sud (50-60 cm) qu’au nord (25 cm environ). De ce fait, elle occulte presque complètement le pendage nord-sud initial.

36Remblai.

-Couche 58 : couche intermédiaire dans le remblai 4, au profil ondulé, irrégulier. Elle est constituée de sable gris sombre, hétérogène, et renferme des inclusions de gros éléments (galets, tuiles, pierres du Midi).

37Lentille dans le remblai 4.

Datation

38Le remblai 4 comportait un mobilier abondant et homogène dont un fragment de coupe de type Drag. 24/25, en sigillée du sud la Gaule, caractéristique du deuxième quart et du milieu du 1er s. ap J-C. Il faut donc situer la construction de l’enceinte avant le milieu du 1er s.

39Le reste du matériel était constitué de :

- 1 fragment de céramique sigillée du sud de la Gaule ;

- des fragments de deux lampes à volutes en céramique à parois fines ; si ce type de lampe a été fabriqué pendant tout le 1er s. et même au-delà, les productions à parois fines sont assez caractéristiques de la première moitié du 1er s. ;

- 1 fragment de panse de céramique à revêtement argileux ; pâte calcaire jaune paille, engobe brun-orangé sur les deux faces ;

- 2 fragments de petite urne ou cruche en céramique commune claire ;

- 1 fragment de fond plat en céramique commune sombre kaolinitique ;

- 1 fragment de bord de couvercle en céramique commune sombre tournée ;

- 1 fragment de panse d’amphore gauloise ;

- 1 fragment d’anse d’amphore hispanique ;

- 1 fragment d’enduit peint.

Phase VI : construction

40Cette phase correspond à l’implantation d’un mur (n° 23) et aux niveaux de travail matérialisant son installation.

Description

- Couche 17 : couche de chaux et de graviers blancs, régulière (5-10 cm d’épaisseur), présente sur toute la longueur de la coupe, au-dessus du remblai 4. Elle est recoupée par plusieurs structures (mur 23 et fosse 51 notamment).

41Niveau de travail.

- Couche 54 : couche de sable gris contenant des inclusions de mortier rose, de nodules d’argile verte et de carbonate de chaux. Elle est irrégulière (0-10 cm d’épaisseur) et visible au sud de la coupe.

42Lentille dans la couche 17.

- Creusement 53 : tranchée à bords obliques dans laquelle est établi le mur 23.

43Tranchée de fondation.

- Mur 23 : mur de 70 cm de large, conservé sur 70 cm de haut au-dessus du sol. Il est construit en moellons de calcaire (pierre du Midi) et de grès, disposés en assises régulières et liés avec un mortier de chaux jaune-orangé. Il est établi sur une base maçonnée constituée de galets de quartzite noyés dans un béton jaune clair très compact et très dur, renfermant des graviers roulés.

- Couche 18 : couche sablo-argileuse grise, meuble et aérée, avec des gravillons.

44Comblement de la tranchée de fondation du mur 23.

Datation

45En l’absence de mobilier, la datation du mur 23 est impossible. Toutefois le mode de construction (matériaux mis en œuvre, type de tranchée, largeur) suggère de le rattacher à la période romaine.

Phases VII et VIII

46On attribue à la phase VII une série de couches de remblai (couches 30 à 33 et 37, 38) non datées, mais postérieures à la construction du mur 23 dont elles scellent l’abandon. La phase VIII est caractérisée par le creusement, dans ces mêmes remblais, d’un drain et d’une cave (couches 46, et 20) dont le comblement cendreux a livré un tesson de céramique vernissée médiévale.

- Couche 31 = couche 30 : couche de sable jaune-verdâtre (de même nature que la couche 4), avec des inclusions de nodules d’argile verte, de mortier rose, de charbon de bois, de petits éclats de taille en pierre du Midi et de galets de quartzite. Couche régulière de 30 à 40 cm d’épaisseur, de pendage quasiment nul au nord du mur (couche 31). et en biseau au sud (couche 30) où elle est recoupée par les creusements 51 et 46.

47Remblai.

- Couche 32 : horizon sableux rouge (semble-t-il rubéfié), assez compact et fin (0-5 cm d’épaisseur). Il recouvre la couche 31 dans la partie médiane de la coupe.

- Couche 33 : couche de sable verdâtre, contenant des petites inclusions de carbonate de chaux et de charbon de bois (30-40 cm d’épaisseur).

48Remblai.

- Couche 37 : couche sablo-argileuse hétérogène, de couleur rose à verdâtre, avec des nodules d’argile verte, de carbonate de chaux, des inclusions de mortier et de petits fragments de charbon de bois. Couche en biseau, interrompue au sud par la fosse 51 et au nord par la fosse 46.

49Remblai ?

- Couche 38 : couche sablo-argileuse brun-rouge, avec des inclusions de charbon de bois, de mortier, d’éclats de taille en pierre du Midi et de tuiles. Elle repose sur la couche 37 et elle est recoupée au sud par le creusement 51.

50Remblai.

- Couche 39 : couche sablo-argileuse grise avec des fragments de charbon de bois, des pierres calcaires et des tuiles. Elle est interrompue par les fosses 46 et 51 et elle repose sur les remblais C37 et C38.

- Couche 40 : couche hétérogène brun-gris, contenant des inclusions de gros éléments (mortier jaune, brique, tuile) et de charbon de bois.

- Creusement 51 : fosse ou tranchée très profonde (1,60 m), au profil incurvé, creusée contre le rempart.

- Couche 19 : couche de marne verte.

- Couche 21 : couche de galets de quartzite, dans un sédiment sableux non compacté.

51Comblement de drain.

- Couche 41 : horizon fin, grisâtre, très meuble. Il recouvre le drain n°21.

- Couche 42 : couche de chaux, contenant des fragments de tuile.

- Couche 47 : petite couche très détruite, de sable brun, avec des inclusions de charbon de bois et des fragments de tuile.

- Creusement 46 : grande fosse de 1,30 m de large et de 1 m de profondeur. La paroi nord est constituée par le mur 23 qui est cependant antérieur à son creusement.

52Aménagement d’une cave.

- Mur 20 : mur de pierres calcaires et de galets de quartzite, liés à la terre (sédiment argilo-sableux, avec des nodules de carbonate de chaux et des fragments de mortier). Il s’agit, en fait, de deux murets disposés à angle droit, étroitement liés entre eux (chaînage d’angle). L’un est coupé selon un axe transversal ; il est appliqué contre la paroi sud de la fosse 46. Le second est coupé selon un axe longitudinal et n’est conservé que sur trois assises.

53Murs de construction de la cave.

- Couche 2 : couche de cendres grises avec des lentilles de sable. Elle contient des ossements (faune), de gros fragments de charbon de bois et des tessons. Elle repose sur les pierres du mur 20.

54Vidange de foyer.

55L’importance de ces remblais (1 m d’épaisseur minimum) s’explique par la présence du rempart qui a servi jusqu’à aujourd’hui de mur de soutènement dans ce secteur de bas de pente. En outre, la parcelle qui était située dans l’enceinte du château de l’évêque a été peu urbanisée et utilisée comme jardin depuis au moins 1810.

56L’étude de la coupe stratigraphique du site de l’Esplan fait donc apparaître l’existence d’au-moins huit phases d’occupation, dont une attribuable à l’époque protohistorique (Vie s. avant J.-C), quatre — peut-être cinq — à la période gallo-romaine, les dernières étant médiévales, sans que l’on soit en mesure de préciser davantage leur datation. Les premières traces de constructions ne sont pas antérieures à la période augustéenne d’après les maigres éléments que nous avons pu recueillir. Elles ont été implantées sur un paléosol postérieur à l’occupation de l’âge du Fer, dont elles ont fait disparaître, en cet endroit, l’horizon supérieur. La construction du rempart (avant le milieu du 1er s. après J-C.) marque une rupture dans l’occupation du site et probablement une réorganisation du quartier, l’espace attenant au mur d’enceinte étant, dans un premier temps au moins, laissé libre de construction.

Le site du jardin Messié

  • 88 Nous tenons à remercier Maître Messié pour sa collaboration et l’intérêt qu’il porte à nos recherch (...)
  • 89 Sondages menés sous la direction de Th. Odiot, avec l’aide de M. et Mme Andrieu, V. Bel, N. Chandru (...)
  • 90 Fouille de H. Tricon, avec la collaboration de N. Sapet et J.-C. Mege.

57Au printemps 1991, Maître Messié88 mettait à la disposition des archéologues son jardin situé à l’intérieur de la ville antique et attenant à la courtine orientale de l’enceinte romaine (parcelle 352, section AN) (fig. 25, n° 4-33). Cette opportunité nous a permis de réaliser trois sondages destinés d’une part, à vérifier le tracé du rempart en cet endroit, à préciser sa datation et ses relations avec l’urbanisme environnant, d’autre part, à connaître, la densité du tissu urbain dans un secteur où les découvertes antérieures attestaient la présence d’un habitat antique ; et à compléter enfin les observations pédologiques des sites de la rue des Ecoles, de L’Esplan et des Sablières. Cette opération a été réalisée dans le cadre du programme H1189. Elle a été poursuivie, au cours de l’été, par le dégagement d’un pavement de mosaïque mis au jour dans l’un des sondages90 (fig. 38) : la municipalité a en effet décidé de prendre en charge la dépose et la restauration de cette pièce exceptionnelle qui sera exposée au musée de Saint-Paul- Trois-Châteaux.

38 – Jardin Messié, sondage 2

38 – Jardin Messié, sondage 2

58Nous décrirons dans l’ordre : les résultats d’un premier sondage implanté perpendiculairement à l’enceinte au sud de la parcelle, et qui a livré la séquence stratigraphique la plus complète ; puis la mosaïque découverte dans le second sondage contre le rempart ; et enfin les vestiges de constructions antiques aperçus dans un troisième sondage, situé à une dizaine de mètres à l’ouest de l’enceinte.

Le sondage 1

59Cette première tranchée a permis de mettre au jour la maçonnerie du rempart (mur 38), conservé à cet endroit sur une hauteur d’environ 0,50 m en élévation, sur une fondation de 0,55 m de profondeur. Le mur est apparu immédiatement au-dessous du sol actuel et à l’aplomb du mur de clôture du jardin. Son parement n’est préservé que dans la partie inférieure (une seule assise en élévation et 3 assises en fondation). La fondation est construite sur un radier de blocs de quartzite, dans une tranchée étroite à la base (sur 20 cm de profondeur) qui s’élargit ensuite. On n’a pas observé de ressaut de fondation. Les matériaux utilisés dans ce tronçon de mur sont en tous points comparables à ceux qui ont été observés sur le site de L’Esplan.

60Deux coupes ont été relevées sur les parois nord et sud de la tranchée, celles-ci présentant des séquences stratigraphiques sensiblement différentes (fig. 39 et 40). Les couches, réunies par phase, sont décrites dans l’ordre chrono-stratigraphique, de la plus ancienne à la plus récente.

La coupe nord (fig. 39)

- Couche 1 : fond de fouille, partie supérieure d’un horizon ayant subi une pédogénèse. Cette altération est marquée par la présence importante de matières organiques.

- Couche 2 : colluvions sableuses avec quelques lentilles argileuses. Cette phase correspond à une arrivée continue de sédiments provenant des parties plus élevées du relief.

- Couche 16 : niveau sablo-limoneux brun clair ; horizon ayant subi une pédogénèse.

- Couche 17 : niveau sablo-argilo-limoneux de couleur noire, chargé en charbon de bois, céramique, fragments osseux de faune, briques, et interprété comme un niveau d’occupation.
Mobilier associé : 1 fr. d’imitation de sigillée italique ( ?) ; 2 fr. de céramique à parois fines siliceuse dont un fr. décoré d’écaillés ; 1 fr. de céramique peinte (couverte blanche) ; 2 fr. de lampe à pâte calcaire dont 1 fr. de décor de médaillon illisible ; 1 jatte à bord rentrant (fig. 41, n° 1), 1 vase caréné (fig. 41 n° 2) et 1 olla (fig. 41, n° 3) en commune sombre non tournée ; 1 couvercle (fig. 41, n° 4), 1 pot ovoïde à col décoré (fig. 41, n° 5) en commune sombre tournée ; un fond de cruche ou d’amphorette (fig. 41, n° 6) en commune claire.

- Couche 18 : niveau sablo-argileux.

- Couche 20 : creusement et comblement de la tranchée de fondation du rempart.
Mobilier associé : 1 fr. de panse de coupelle en sigillée italique, attribuable au service I de Haltern.

- Couche 21 : blocs et galets de quartzite, lentille dans le comblement de la tranchée de construction du rempart, contenant des ossements de faune et des fragments de céramique.
Mobilier associé : 1 fr. de sigillée italique ( ?) ; 1 fr. de céramique commune sombre à décor ocellé ; 1 fr. de céramique peinte à fond ombiliqué ; 1 fr. de type olla en commune sombre.

- Mur 38 : rempart (voir ci-dessus).

- Couche 25 : niveau sablo-argileux à argilo-sableux, postérieur à la destruction du rempart.

-Couche 26 : sable et lentilles d’argile, nombreux blocs et matériaux de destruction ; ce niveau est postérieur à l’abandon de l’occupation antique ; il pourrait correspondre à une arrivée de colluvions qui ont remanié du mobilier antique et ont été perturbées par des activités plus récentes (plantations d’arbres par exemple).

-Couche 27a : sol actuel (humus et horizon, labouré ou bêché).

-Couche 27b : couche sablo-limoneuse n’ayant pas subi de processus visible de l’altération pédogénétique. Il s’agit de la partie inférieure non perturbée de la couche 27a.

-Mur 40 : mur de clôture actuel construit sur les restes du rempart antique préalablement arasé (creusement 39).

39- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face nord

39- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face nord

La coupe sud (fig. 40)

- Couche 1 : fond de fouille, partie supérieure d’un horizon ayant subi une pédogénèse. Cette altération est marquée par la présence importante de matière organique.

- Couche 2 : colluvions sableuses avec quelques lentilles argileuses. Cette phase correspond à une arrivée continue de sédiments provenant de parties plus élevées du relief.

Mobilier associé : 1 fr. de sigillée italique ; 1 fr. de rebord d’assiette en verre vert clair.

- Creusement 37 : creusement d’une fosse antérieure au mur 22.

- Couche 5 : colluvions de sables avec lentilles argileuses, provenant de l’érosion des bords de la fosse 37.

Mobilier associé : 1 fr. d’imitation de céramique campanienne (forme apparentée au type Morel 5/7a ?), vernis argileux non grésé brun-noir (fig. 41, n° 7) ; 1 fr. de céramique engobée ( ?), vernis argileux non grésé orangé.

-Couche 6 : sédiment limono-argileux de couleur noire fortement chargé en charbon de bois. Comblement de la fosse 37.

-Couche 7 : lentille sableuse dans le comblement de la fosse 37.

-Couche 8 : sédiment limono-argileux fortement chargé en charbon de bois. Comblement de la fosse 37.

-Couche 9 : lentille sablo-argileuse, colluvions de sables avec lentilles argileuses, provenant des bords de la fosse 37. Comblement de la fosse 37.

-Couche 10 : sédiment limono-argileux de couleur noire fortement chargé en charbon de bois. Comblement de la fosse 37.

-Couche 12 : niveau sableux à argilo-sableux, avec lentilles argileuses. Cette couche se développe postérieurement au comblement de la fosse 37. Il pourrait s’agir d’un apport naturel de colluvions provenant de la partie haute du secteur.

- Couche 15 : sédiment limono-argileux de couleur noire, fortement chargé en charbon de bois, avec des fragments osseux de faune et quelques tessons.

Mobilier associé : 1 fr. de fond de coupelle à pied annulaire, vernis argileux non grésé : imitation de sigillée ( ?).

- Couche 16 : sédiment sablo-argileux noir, riche en charbon de bois.

- Creusement 36 : creusement de la tranchée de fondation du mur 22.

- Couche 19 : comblement de la tranchée de fondation du mur 22 ; blocs de quartzite et sable.

- Mur 22 : mur perpendiculaire au rempart. La fondation maçonnée est conservée sur 40 cm de profondeur (sa largeur n’a pas pu être déterminée). Elle est constituée de blocs de pierre du Midi. Ces blocs, non équarris, sont noyés dans un mortier de chaux et de sable de l’Eocène local, riche en oxyde de fer lui donnant une teinte rosée à rouge.

- Couche 23 : niveau sableux contenant de nombreux éléments provenant de la destruction du rempart, des fragments de tuile etc...

- Couche 24 : sable et lentilles d’argile, nombreux blocs et matériaux de destruction. Ce niveau est postérieur à l’abandon de l’occupation antique et pourrait correspondre à une arrivée de colluvions qui ont remanié du mobilier antique et ont été perturbées par des activités plus récentes (plantations d’arbres par exemple).

- Couche 27 a et b : cf. supra.

Mobilier trouvé hors contexte : 1 fr. de coupe à bord droit, imitation de sigillée précoce ou de campanienne, pâte calcaire jaune paille, vernis argileux non grésé de couleur brune (fig. 41, n° 8) (voir : Desbat 1986, p. 97, pl. 1, n° 8-13).

40- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face sud

40- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face sud

41- Jardin Messié : mobilier du sondage n° 1

41- Jardin Messié : mobilier du sondage n° 1

Musée SPTC

Interprétation et datation

61La stratigraphie du sondage 1 met en évidence un point jusque-là méconnu de l’histoire de Saint-Paul-Trois-Châteaux : sur un horizon ayant subi une pédogénèse (couche 1), un apport de colluvions marque une phase de déséquilibre de l’environnement proche. A cette époque, le couvert végétal est suffisamment dégradé pour que les sables et argiles puissent être transportés par les eaux de pluie. C’est après cette phase que l’on implante la fosse 37 et que, dans le même temps, se constitue la couche 17. Ces deux événements sont antérieurs à la construction du rempart. Après celle-ci, on établit un mur, perpendiculaire à la courtine (mur 22), qui pourrait appartenir au même ensemble que la mosaïque découverte dans le sondage 2. Ni la démolition de l’enceinte et de l’habitat adjacent, ni les phases postérieures de reprise du colluvionnement n’ont pu être datées.

62Le lot de céramiques provenant du sondage (couches 2, 5, 15, 17, antérieures à la construction de l’enceinte, 20, 21, contemporaine de la construction de l’enceinte et H.S.) paraît homogène et se rattache à la période augustéenne, sans que l’on puisse préciser davantage. Les éléments les plus caractéristiques sont les fragments de céramique à parois fines siliceuse de tradition républicaine (couche 17) — qui pourrait indiquer une fréquentation plus ancienne du site — et le fragment de sigillée italique attribué au Service I (couche 20). Quelques exemplaires peuvent être rapprochés des productions dites d’imitations de sigillée précoces (voire de campanienne dans la couche 5) de Saint-Romain-en-Gal (Desbat 1986, p. 91-104) dont la diffusion est attestée jusqu’à l’époque claudienne.

Le sondage 2

63Une seconde tranchée implantée plus au nord, perpendiculairement au mur de clôture, a permis de retrouver le rempart, à peu près dans le même état de conservation que dans le sondage 1. La découverte d’un pavement de mosaïque, à 0,40 m seulement au-dessous du sol actuel, nous a conduit à interrompre la fouille à ce niveau et, lors d’une seconde opération, à agrandir le sondage pour permettre la dépose de la mosaïque (fig. 38). Une aire de 4,70 x 11 m a ainsi été ouverte jusqu’au niveau de la mosaïque.

64Celle-ci est apparue immédiatement au-dessous de la couche 1 (humus et horizon p du sol, remaniements dus aux pratiques culturales). Son faible enfouissement explique qu’elle ait été endommagée en plusieurs endroits par les travaux agricoles. En outre, elle a été partiellement détruite par plusieurs creusements postérieurs, de sorte que ses limites nord, ouest et sud ne sont pas connues.

65Le creusement le plus important (fosse 5) entaille le pavement et le radier de la mosaïque sur toute leur longueur selon un axe approximativement parallèle au rempart, à environ 2 m de distance de celui-ci. Il s’agit d’une fosse moderne dont seuls sont connus les bords est (la mosaïque) et nord, où elle recoupe une couche qui n’a pas été fouillée. Au sud, la fosse 5 interrompt un niveau (couche 6) riche en matériel de démolition (enduits peints, tuiles, moellons). Seulement dégagée en surface, cette couche semble correspondre au remplissage d’une fosse ayant détruit la partie sud de la mosaïque. Un troisième creusement (fosse 4) formait une tranchée étroite de 0,35 m de large, aux parois rectilignes, qui recoupe la mosaïque et son radier sur toute leur longueur, à 0,45-0,50 m du mur. Il a livré trois tessons de céramique vernissée qui suggèrent une datation récente.

66Du côté est, la mosaïque venait buter contre le parement de la courtine, dont une assise (hauteur : 12 cm) était encore visible au-dessus du sol de la pièce. La maçonnerie du rempart était conservée sur une hauteur de 0,50 m au-dessus du sol antique (la fondation n’a pas pu être observée). Sa largeur apparente est de 0,70 m, à laquelle il faut ajouter l’épaisseur du mur de clôture qui la surmonte (0,50 m). La hauteur des assises mesurée dans le blocage est comprise entre 10 et 13,5 cm. Les moellons du parement ont une largeur moyenne de 22 cm (valeur comprise entre 16 et 29 cm, mesurée sur 12 exemplaires). On a mis en évidence à cet endroit une tranchée (fosse 3, couche 2) qui semble correspondre à des travaux de récupération des matériaux ou d’arasement du mur avant la construction de la clôture moderne.

67Le dégagement de l’ensemble du pavement a permis d’établir l’antériorité du mur d’enceinte : la bordure de tesselles blanches s’interrompait en effet de manière franche et régulière au contact du mur (fig. 42). Tout laisse à penser que la maison à laquelle appartenait cette mosaïque s’était appuyée contre le mur de la ville. Notons qu’aucune trace d’enduit n’a été relevée sur le parement, mais que des fragments ont été recueillis dans le comblement des creusements postérieurs.

42-Jardin Messie : vue générale du pavement prise du nord

42-Jardin Messie : vue générale du pavement prise du nord

En cours de restauration à Vienne

Musée SPTC

68Le fragment dégagé forme un quadrilatère de 7,50 m de long et 1,750 m de large environ, le long côté étant parallèle au rempart. Elle présente de nombreuses lacunes, notamment sur la bordure, à l’emplacement de la fosse 4 (fig. 42 à 46). Quatre couleurs ont été utilisées : le blanc (calcaire clair), le noir (calcaire sombre), le jaune et le rouge (céramique). Les tesselles cubiques de 5 mm de côté et de 7-8 mm de haut sont peu espacées et disposées avec régularité. Un enduit de chaux de 1,2 cm d’épaisseur surmonte un béton de tuileau de 15 cm d’épaisseur installé sur un radier de blocs de quartzite de 13 cm.

43 à 46 – Détails du pavement

43 à 46 – Détails du pavement
  • 91 Nous tenons à remercier Monsieur H. Lavagne de nous avoir autorisé à faire ici mention de ses remar (...)

69La description et les commentaires qui suivent sont dus à Monsieur H. Lavagne, auteur du recueil des mosaïques du Tricastin (1979), qui nous a très aimablement fait part de ses observations sur cette nouvelle découverte91.

70La mosaïque est composée de deux tapis réunis par une lisière rouge (deux rangs) et délimités du côté du mur d’enceinte par une bordure.

71Bordure : bande blanche (40 cm environ), bande noire (environ 10 cm minimum) interrompue par la tranchée postérieure, puis, semble-t-il, bande blanche, à nouveau, conservée sur deux rangs en bordure du champ géométrique. Au sud, le tapis est limité par une bordure composée de deux bandes blanches encadrant une bande noire, toutes de 5 rangs, puis d’un champ noir dont on ne connaît qu’un fragment de 30 cm de large.

72Premier tapis : tapis à trame de polygones réguliers sécants et adjacents déterminant des carrés, des hexagones réguliers et des hexagones oblongs, eux-mêmes chargés d’un carré, flanqué de deux triangles noirs (fig. 47). Il s’agit d’une variante du motif n° 172 d du répertoire des motifs géométriques de la mosaïque romaine (Balmelle 1985, p. 264). Mais ici le schéma est compliqué par la présence, dans les hexagones réguliers, d’un triangle isocèle inscrit, lui-même frappé par un petit triangle, en alternance rouge et blanc. Cette disposition du triangle isocèle se retrouve sur un tapis d’Ouzouër-sur-Trézée (Balmelle 1985, n° 204 e, p. 321 ; Darmon 1977, Pl. LXIX, n° 467). Dans cet exemple cependant, il n’est pas fait usage du rouge et le motif n’est utilisé qu’en simple remplissage et non pour tout le tapis.

47- Schéma des tapis

47- Schéma des tapis

73Le traitement du décor est original, et, selon H. Lavagne, unique dans la mosaïque romaine. Il existe un exemple assez proche, mais plus simple et d’une technique plus grossière, dans la Maison de la Gorgone à Ostie (Becatti 1961, n° 42 et pl. LXXII). Le motif est utilisé dans ce cas comme une sorte de rallonge. Les hexagones ne contiennent pas de triangles isocèles comme sur l’exemplaire de Saint-Paul. E. Becatti date ce pavement de la fin du IIIe ou du début du IVe s.. Selon H. Lavagne, cette datation ne peut convenir pour notre tapis dont la technique très soignée et l’habileté du schéma de composition paraît beaucoup mieux s’accorder avec le Ier siècle après J-C.

74Second tapis : il s’agit d’une composition centrée sur une étoile de huit losanges complétée de carrés droits et sur la pointe (fig. 48). Seul est conservé le sommet de ce motif, la lacune couvrant plus des trois quarts du tapis. Ainsi distingue-t-on au centre un des grands carrés (sur la pointe), un fragment de la bordure d’une des branches de l’étoile, le départ de deux autres carrés (droits) ; au nord, un carré d’angle avec un triangle adjacent et le début d’un second ; au sud le tiers d’un second carré d’angle et un fragment de bordure d’un triangle. Enfin, il ne subsiste qu’un des deux losanges contigus au carré central. Cette organisation de la trame est extrêmement courante. En revanche, les remplissages des motifs géométriques sont rares, voire uniques pour certains, comme le note H. Lavagne. C’est ainsi qu’il n’a pu identifier, dans l’un des triangles noirs, le motif en forme de gros fruit terminé par une croisette, portant une pyramide blanche à l’intérieur. De même, il ne voit pas à quoi correspond la sorte d’aileron de requin noir qui orne le carré sur la pointe. Il ne peut s’agir, selon lui, d’un dauphin, malgré l’apparente aile, ce motif étant facile à reproduire, surtout pour un mosaïste de cette qualité. Le grand losange, avec sa propre bordure de losanges alternativement blancs et noirs et une lisière en filet en damier noir et blanc, est également unique selon H. Lavagne. Le petit liseré en damier est un signe d’époque ancienne, tout comme les chevrons alternativement blancs et noirs de la bordure du grand carré sur la pointe : ceux-ci apparaissent sur une mosaïque d’Orange (Lavagne 1979, n° 45) datée de 50 ap. J.-C. et sur un pavement de la Maison du Satyre au Clos de la Lombarde à Narbonne (Sabrié 1987, p. 23, n° 5) datée de 30 ap. J.-C. environ.

48- Reconstitution

48- Reconstitution

75Le champ est limité sur les trois côtés conservés (à l’est, au nord et au sud) par une double bordure. La première est composée d’un guillochis blanc et rouge à « âme noire ». Selon H. Lavagne, ce dessin raffiné et complexe, difficile à exécuter, est assez rare en mosaïque, sauf à époque haute. On en connaît quelques exemples à Pompéi. Il est peu fréquent en Provence et même en Gaule, surtout lorsque le motif possède aussi la couleur rouge qui vient en quelque sorte « surligner » le contour du motif. La seconde bordure est composée de rectangles avec losanges inscrits et de carrés avec trois carrés emboîtés inversés. Elle est fréquente notamment à Pompéi et en Italie du Nord (à Aquilée, par exemple).

76On note le très grand soin apporté à la pose des cubes, très serrés, très rectilignes dans leurs alignements, avec le souci le plus souvent de faire une ligne double de cubes dans le même ton à l’intérieur du motif pour en souligner les contours géométriques.

77H. Lavagne rapproche le style de ce pavement de celui de la grande mosaïque d’Orange (Lavagne 1979, n° 58), datée de la première moitié du Ier s. Le tapis d’Orange témoigne de moins d’invention dans les remplissages, mais on y retrouve le même usage discret d’une polychromie limitée au rouge et au jaune qui viennent enrichir le noir et le blanc. Cette palette limitée est rare et ce sont les deux seuls exemples connus en Narbonnaise.

78L’ensemble des caractères stylistiques (la qualité de la composition, la sobriété des remplissages) conduit H. Lavagne à proposer une datation haute, qui ne peut guère être postérieure au milieu du Ier s. ap. J-C.

Le sondage 3

79Ce sondage (fig. 49) a révélé la présence d’une canalisation maçonnée de direction nord-sud desservant un bassin en mortier de tuileau très endommagé par un creusement postérieur ; ce dernier est comblé par une couche riche en ossements de faune, fragments de céramique et matériaux de démolition : enduit peint monochrome rouge ; tesselles noires plus épaisses et plus irrégulières que celles de la mosaïque du sondage 2 (8-12 mm de côté ; 20-24 mm de haut) ; fragments de tegulae.

Mobilier associé à la couche de démolition : 2 fr. de céramique vernissée moderne ou contemporaine ; 4 fr. de sigillée du sud de la Gaule dont 1 de type Drag. 33 et 1 fr. de fond d’assiette estampillée (Billicatus) ; 1 fr. de céramique à parois fines à pâte calcaire ; 1 fr. de cruche à col strié en céramique commune claire.

49- Jardin Messie : le sondage n°3

49- Jardin Messie : le sondage n°3

80Cette opération a donc permis de mettre au jour un nouveau segment de courtine de 12 m de long situé à seulement 20 m au nord du mur encore en élévation dans le stade municipal. Contrairement à celui-ci, le tronçon découvert dans le Jardin Messié a été arasé au niveau du sol actuel et repris par un mur moderne. Sa largeur minimum peut être estimée à 1,20 m environ.

81D’autre part, la fouille a permis de mettre en évidence l’existence, dans ce secteur, d’une phase d’occupation antérieure à la construction de l’enceinte. Cette phase est datée par le mobilier de l’époque augustéenne et pourrait être contemporaine de celle qui a été observée sur le site de l’Esplan. La surface des sondages profonds étant très réduite, il n’a pas été possible de caractériser la nature de cette occupation à laquelle ne peut être attribué aucun mur. Le matériel associé à cet horizon, et celui trouvé dans la tranchée de fondation du rempart, fournissent de nouveaux indices qui suggèrent de dater ce monument de la période augustéenne. Les couches postérieures au rempart n’ont livré aucun indice chronologique significatif, à l’exception toutefois d’une mosaïque établie contre la courtine que H. Lavagne propose de dater au plus tard du milieu du Ier s. ap. J-C. Cette mosaïque, le mur 22, du sondage 1 et les installations hydrauliques du sondage 3 pourraient appartenir à la même maison.

82La découverte de ce pavement, d’une qualité remarquable, s’ajoute à toutes celles qui ont été faites dans ce secteur, entre la colline du château et la route départementale n° 59, où ont été trouvées la presque totalité des mosaïques romaines de Saint-Paul (gisements n° 17, 28 à 35 de la carte archéologique : voir ci-dessous). Il semble que l’on soit en présence d’un quartier de riches demeures, peut-être situées à proximité du cœur monumental de la ville comme le suggèrent les trouvailles du quartier Saint-Jean (fig. 25, gisements n° 19, 20).

83L’orientation des structures mises au jour (environ NG - 96°-0 pour la mosaïque et 98°-0 pour le mur trouvé en limite du sondage 1) est divergente par rapport à celle de la courtine (NG - 10°-O) et au cadastre Β d’Orange.

84V. Bel, T. Odiot

Le site de la cathédrale

  • 92 Je tiens à remercier ici T. Odiot et J. Tardieu du Service Régional de l’Archéologie ainsi que Y. D (...)

85Les travaux d’assainissement de la chapelle méridionale de la cathédrale effectués par la Conservation Régionale des Monuments Historiques durant les mois de mai et juin 1991 ont provoqué une fouille de sauvetage92. A cette occasion a été étudié un segment supplémentaire de l’enceinte antique de la capitale tricastine (fig. 25, n° 9).

86Cette partie septentrionale restait méconnue, comparativement aux autres limites de la ville. Cette section traverse en effet une partie du chef-lieu où s’est maintenue l’agglomération médiévale et moderne. D’où une série de reformulations cadastrales ayant engendré une nette déconnexion entre le tracé de l’enceinte antique et les délimitations parcellaires actuelles.

87Cette section du rempart avait été identifiée sur cette même place lors de travaux de pose d’un réseau électrique (fig. 50, n° 2). Ces observations réalisées par T. Odiot en 1988 avaient révélé l’arase d’un mur présentant les mêmes caractéristiques que d’autres parties de l’enceinte (mortier, technique de blocage, module des moellons et largeur). L’exiguïté de la section observée (largeur de la tranchée : 0,80 m) n’avait permis de déterminer qu’une orientation approximative du rempart (dans l’alignement de la façade de la mairie), mais attestait déjà son existence à cet endroit.

50- Plan du secteur de la cathédrale : localisation des sondages et du rempart gallo-romain

50- Plan du secteur de la cathédrale : localisation des sondages et du rempart gallo-romain

Conditions d’observation

88Le mur d’enceinte a pu être observé sur une longueur de 9 m, en avant du portail méridional de la cathédrale. Cependant, la qualité des informations recueillies était décevante car :

  • la tranchée dessine une oblique très prononcée par rapport au rempart, d’où l’importance apparente de la longueur connue ; en fait, seulement 4,20 m du parement méridional (intérieur) ont été étudiés ;

  • le mur a été évidé en son centre pour former le canal d’une évacuation d’eau moderne (fig. 51) ; ainsi, le blocage et le parement nord (visible seulement sur une soixantaine de centimètres de long) n’ont pu être étudiés qu’au fond de cet étroit et profond chenal ;

  • ce mur est très arasé : il ne subsiste au mieux (c’est-à-dire sur le parement intérieur) que deux assises d’élévation ;

    • 93 Auxquelles se raccorde le drain réalisé par les Monuments Historiques.

    enfin, la seule statigraphie au contact de ce mur, a été remaniée récemment. En effet, au sud de l’enceinte (zone VII) l’installation de canalisations93 a bouleversé les couches anciennes, visibles seulement dans la coupe orientale de cette zone (fig. 52). Aucune datation précise ne peut être tirée de ces observations, mais cette stratigraphie a permis d’observer le mode de fondation de ce mur.

51- Sondage au sud de la cathédrale

51- Sondage au sud de la cathédrale

Le segment de courtine découvert au sud de la cathédrale (Ζ : VII)

Mode de construction

89Cette maçonnerie, en moyen appareil de pierre du Midi, liée par un mortier jaune paille de bonne cohésion, se distingue par la régularité de ses assises, d’une hauteur constante de 0,13 m. Cette construction est conservée sur 1,80 m de haut. et montre successivement :

  • une fondation en tranchée étroite qui recoupe le sable grossier de l’horizon Β du paléosol contemporain sur une hauteur de 76 cm ; un blocage en constitue la base, son parement est ensuite noyé dans le mortier, excepté les deux assises supérieures qui présentent une hauteur de 13 cm ;

    • 94 Les assises supérieures du rempart présentent une pente de 1 % vers le nord-ouest alors que l’assis (...)

    une fondation en tranchée large attestée par la fosse comblée par la c. 65 recoupant le sédiment c. 31 a sur une hauteur de 76 cm elle aussi ; cette partie est construite trois centimètres en retrait de la précédente ; à sa base se trouve une assise de réglage composée d’éclats de pierre du Midi, afin de rattraper partiellement la pente naturelle94 ; cette partie est composée de 5 assises ;

  • une élévation qui n’est conservée que sur deux assises de 13 cm de haut, construites 5 cm en retrait de la partie précédente.

  • 95 C’est-à-dire au fond du drain moderne, soit, selon l’altimétrie, dans la fondation en tranchée larg (...)

90La largeur de l'élévation, de 1,60 m, a été estimée d’après l’espacement entre le prolongement du parement sud et l’aplomb du parement septentrional95.

Le contexte du rempart

  • 96 Fouilles réalisées en 1990 sous la responsabilité de J.-F. Reynaud.

91Aucune couche contemporaine de cette construction n’a pu être fouillée à son contact direct. Notons cependant la présence de remblais anthropiques extra muros dans les emplacements laissés vierges par les constructions postérieures (fig. 52). Ils contiennent un matériel céramique peu abondant associant des productions locales ainsi que des importations italiques datables du début du 1er s. av. J.-C. Ce niveau de remblais compose le premier niveau d’occupation humaine sur l’ensemble de la fouille menée au sud de la cathédrale, mais est absent des coupes présentées par les caveaux modernes à l’intérieur même de cet édifice96.

52 - Sondage au sud de la cathédrale : coupe stratigraphique contre le rempart

52 - Sondage au sud de la cathédrale : coupe stratigraphique contre le rempart

92Ce sauvetage permet d’appréhender pour la première fois l’abandon de cette ligne de fortifications. Ce fait est d’autant plus important que l'existence ou non de l’enceinte durant le premier Moyen Âge est cruciale pour l’étude de la topographie urbaine et religieuse de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

  • 97 Lecture faite à la boussole placée sur l’alignement du parement sud du mur. Cet écart d’orientation (...)

93La localisation en deux endroits différents de témoins de cette enceinte permet d’en proposer un alignement plus exact. Le rempart adopte localement l’orientation très proche des 5° N.N.-E.97 du réseau Β d’Orange qui structure le terroir tricastin et se situe quelques mètres seulement du tracé restitué d’un decumanus de cette centuriation.

  • 98 C’est le problème de la fermeture du rempart dans l’angle nord-est de la ville, problème que pose l (...)

94Il est envisageable de développer des recherches sur les quelques limites parcellaires d’une orientation voisine et situées à proximité de l’axe actuellement retenu. Ces vérifications, si elles s’avèrent exactes, pourront non seulement attester l’existence du rempart à cet endroit98, mais aussi en restituer plus précisément encore le tracé.

95Les investigations archéologiques réalisées au sud de la cathédrale ont donc permis l’identification et la localisation du seul segment connu de la partie septentrionale du rempart antique de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

96Si elles n’apportent pas de précisions sur sa datation, ces fouilles renseignent quant au mode de construction et à la morphologie de ses parties basses. De plus, elles permettent d’accroître la connaissance de la topographie antique de la ville et ses répercussions sur la topographie religieuse du Haut Moyen Age, tout en approchant l’époque de sa disparition du paysage urbain.

97F. Vaireaux

Les premières traces d’urbanisme romain

98Grâce à ces trois fouilles, l’existence du rempart et d’une phase d’urbanisme antérieur à celui-ci a été pour la première fois, mise en évidence. Cette phase est matérialisée sur le site de l’Esplan par le mur (n° 25) d’un bâtiment à portique d’au moins 25 m de côté (bâtiment A). Il s’agit dans ce secteur de la première occupation connue si l’on excepte les vestiges du premier âge de Fer. En effet, les couches immédiatement antérieures (couches 6 et 7) constituent un paléosol, très chargé en matières organiques, postérieur à l’abandon de l’habitat protohistorique. Ce sol n’a pas été perturbé jusqu’à la construction du mur 25, soit au plus tôt à la période augustéenne. Ce mur, de direction est-ouest, s’inscrit dans une trame distincte du cadastre Β d’Orange (NG-4°-0), qui détermine également les segments sud et sud-est de l’enceinte, et l’axe nord-sud matérialisé par le chemin de Serre-Blanc, comme on le verra plus loin. La découverte d’un tronçon de voie matérialisant le 8° decumanus du cadastre Β (site du Valladas : Bel 1986) permet de situer son implantation à Saint-Paul aux alentours du changement d’ère. Les éléments de datation recueillis sur le site de l’Esplan ne sont pas assez précis pour qu’on puisse établir une chronologie relative entre les deux trames.

99L’exiguïté de la surface décapée ne permet pas de pousser plus loin l’interprétation des premiers aménagements d’époque romaine dans ce secteur. Toutefois, la forme du dépôt des couches d’occupation au sud du mur stylobate suggèrent la présence à cet endroit, d’une zone de passage (voie, trottoir ?) de direction est-ouest.

100Les observations effectuées sur le site du Jardin Messié confirment et complètent les précédentes. On constate, une fois encore, l’existence d’un paléosol antérieur aux premières traces de l’occupation romaine. On note qu’il est moins chargé en matières organiques. Cette différence s’explique par l’absence dans ce contexte de résurgences proches et par les capacités de drainage de la roche mère. Au contraire, sur le site de L’Esplan, les analyses palynologiques laissent entrevoir un milieu local naturellement humide que l’intervention humaine a contribué à assécher (voir P. Brenac dans ce même volume). Le paléosol du site du Jardin Messié est recouvert par un apport progressif de sables et argiles éocènes colluvionnés, provenant de la colline de Sainte-Juste. La présence de mobilier céramique atteste une fréquentation de ce secteur au plus tard à l’époque augustéenne. Cette couche de sable est à mettre en relation avec une phase d’érosion et d’accumulation de matériaux pouvant correspondre au déboisement des pentes de Sainte-Juste et à l’exploitation de cette partie du terroir. On a donc ici la trace d’une phase intermédiaire entre les niveaux de paléosols et la première occupation du secteur. Celle-ci est matérialisée, dans les coupes du sondage 1, par une simple fosse au remplissage charbonneux et par une couche d’occupation augustéennes.

L’enceinte et son évolution

La date de construction

101La première phase d’urbanisation est scellée, sur les sites de l’Esplan et du Jardin Messié, par les niveaux de construction du rempart. Le mur stylobate n° 25 de l’Esplan, ainsi que l’axe de circulation qui lui est parallèle ont été détruits par la construction du rempart qui a entraîné une modification de l’urbanisme du quartier.

102Le matériel archéologique ne permet pas de situer avec précision la phase de construction de ce monument. Elle ne peut être toutefois postérieure au milieu du Ier ap J.-C. — date de l’installation du remblai 4 — voire aux années 30-50 — époque à laquelle il faut, semble-t-il, faire remonter la réalisation de la mosaïque du Jardin Messié. Elle n’est pas non plus antérieure à l’époque augustéenne en raison de la datation du mur 25 de l’Esplan et des premiers niveaux d’occupation du Jardin Messié (couche 2, 17 et comblement de la fosse 37 du sondage 1). Surtout, le mobilier trouvé dans la tranchée de fondation du rempart (couches 20 et 21 du sondage 1) constitue un lot homogène — certes peu important — attribuable à l’époque augustéenne.

103Un argument de chronologie relative est donné par le tracé même du rempart qui s’inscrit globalement dans le cadre de la centurie DD IX CK V. On sait par ailleurs que, dès la fin du premier siècle avant ou le début du premier siècle ap. J.-C., le tracé du VIIIe decumanus (situé à 600 m au sud du bâtiment A) est matérialisé par une voie d’accès importante, si l’on en juge par sa largeur et par la présence d’une nécropole à partir des années 15/20 après J.-C. L’aménagement d’un axe aussi excentré ne se justifie, à notre avis, que dans l’hypothèse de la préexistence du rempart ou d’une planification prévoyant sa construction.

104Il nous semble donc qu’il faille placer la construction de l’enceinte plutôt vers le haut de la fourchette, soit au début du Ier s. ap. J.-C.

Le mode de construction

105Les données recueillies sur ces trois sites sont venues préciser et compléter les observations sur les segments encore en élévation. Le rempart est caractérisé par l’utilisation constante (excepté pour les reprises) de moellons en pierre du Midi maçonnés d’un mortier de chaux jaune paille. Les dimensions des moellons sont assez régulières (entre 10 et 16 cm de hauteur). Le segment conservé à l’ouest du stade présente des lits d’attente horizontaux espacés de 60 cm. La base de la construction n’a pu être observée que sur les sites de l’Esplan et de la cathédrale. La solution adoptée est la même dans les deux cas : fondation construite en fosse étroite, puis en tranchée large. Le mur de la cathédrale est plus profondément fondé et sans doute aussi plus large que celui de l’Esplan (respectivement 1,52 m et 0,78 m de hauteur en fondation et 1,60 m et plus de 1,24 m de largeur en élévation). A ces quelques variantes près, peut-être déterminées par les contraintes topographiques, les divers vestiges de l’enceinte présentent une grande homogénéité. Toutefois, sur le site de l’Esplan, un premier mur (0) est prolongé à l’ouest par un mur postérieur (57), différent du précédent par le liant utilisé et le mode de fondation (en fosse étroite sans parement) : reconstruction postérieure ou simple étape de construction ? Il est impossible de trancher faute de données stratigraphiques et chronologiques suffisantes.

L’habitat contre l’enceinte

106La présence d’une mosaïque contre le rempart (Jardin Messié) témoigne de l’utilisation de cet édifice public pour y appuyer une domus privée. Ceci n’est pas sans rappeler l’exemple d’Orange, où, peu de temps après l’édification de l’enceinte, au tout début du Ier s. ap. J.-C., des murs de refend d’une habitation ont été installés contre la courtine, englobant totalement une des tours (Magdinier 1987). Les auteurs de la fouille soulignent à juste titre que l’installation de maisons privées le long de l’enceinte constituait une occupation illégale de terres publiques. C’était, semble-t-il, un phénomène assez fréquent qu’évoquent explicitement les documents du Tabularium d’Orange (Piganiol 1962). Ceux-ci révèlent que Vespasien tenta de remédier à ces abus en instituant le paiement d’un loyer proportionnel à la surface occupée (Magdinier 1987, p. 94).

Le devenir de l’enceinte

107Les terriers médiévaux et les cadastres modernes en témoignent, l’enceinte, que nous proposons de dater de l’époque augustéenne, est demeurée visible très longtemps dans le paysage, particulièrement dans les quartiers ruraux où ses vestiges ont pu servir de limites parcellaires. Certains segments, intégrés aux murailles médiévales puis modernes ont été restaurés (le mur 56 de l’Esplan correspond probablement à l’une de ces réfections). Mais la fouille de la cathédrale montre que, dans ce secteur du moins, dès la fin de l’Antiquité (entre le IVe et le VIe s.) le mur était en partie détruit.

108V. Bel, T. Odiot

Notes

87 Intervention réalisée par V. Bel. M. Bois et Th. Odiot. La fouille du secteur ouest (niveaux protohistoriques) a été effectuée sous la direction de E. Thevenin avec l’aide de P. Réthoré et P. Sarasin.

88 Nous tenons à remercier Maître Messié pour sa collaboration et l’intérêt qu’il porte à nos recherches.

89 Sondages menés sous la direction de Th. Odiot, avec l’aide de M. et Mme Andrieu, V. Bel, N. Chandru, M. J. Messié, Ph. Thirion, F. Vaireaux.

90 Fouille de H. Tricon, avec la collaboration de N. Sapet et J.-C. Mege.

91 Nous tenons à remercier Monsieur H. Lavagne de nous avoir autorisé à faire ici mention de ses remarques.

92 Je tiens à remercier ici T. Odiot et J. Tardieu du Service Régional de l’Archéologie ainsi que Y. Dutour, B. Guillaume, A. Guillot et I. Rémy pour leur participation aux recherches de terrain, ainsi que la municipalité de Saint-Paul-Trois-Châteaux, notamment N. Chandru et G. Galliano, pour leur soutien.

93 Auxquelles se raccorde le drain réalisé par les Monuments Historiques.

94 Les assises supérieures du rempart présentent une pente de 1 % vers le nord-ouest alors que l’assise de réglage rattrape déjà un pendage de 7 %. La déclivité naturelle antique formait donc un angle d’environ 8 % avec l’horizontale.

95 C’est-à-dire au fond du drain moderne, soit, selon l’altimétrie, dans la fondation en tranchée large, saillante de 5 cm par rapport à l’élévation selon les observations faites sur le parement interne.

96 Fouilles réalisées en 1990 sous la responsabilité de J.-F. Reynaud.

97 Lecture faite à la boussole placée sur l’alignement du parement sud du mur. Cet écart d’orientation peut provenir d’une adaptation à la topographie locale (flanc septentrional de la colline de Saint-Paul).

98 C’est le problème de la fermeture du rempart dans l’angle nord-est de la ville, problème que pose le décrochement vers l’est observé à l’Esplan.

Table des illustrations

Titre 32 – Plan général de la fouille de l’Esplan
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 33- Coupe stratigraphique du site de l’Esplan
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 34 - Le mur 25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre 35 - Parement de l’enceinte gallo-romaine (mur 0)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 36 - Détail du parement de l’enceinte (mur 0)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 37 - Traces d’ornières contemporaines de la construction du rempart gallo-romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre 38 – Jardin Messié, sondage 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre 39- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 40- Jardin Messié : sondage n° 1, coupe stratigraphique de la face sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 41- Jardin Messié : mobilier du sondage n° 1
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 42-Jardin Messie : vue générale du pavement prise du nord
Légende En cours de restauration à Vienne
Crédits Musée SPTC
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 43 à 46 – Détails du pavement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre 47- Schéma des tapis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 48- Reconstitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 49- Jardin Messie : le sondage n°3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 50- Plan du secteur de la cathédrale : localisation des sondages et du rempart gallo-romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 51- Sondage au sud de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Le segment de courtine découvert au sud de la cathédrale (Ζ : VII)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 52 - Sondage au sud de la cathédrale : coupe stratigraphique contre le rempart
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/777/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access