Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

Le Tricastin, cadre géographique et historique

Thierry Odiot, Franck Perrin et Michèle Bois

Texte intégral

1Saint-Paul-Trois-Châteaux occupe un petit bassin situé sur la marge orientale de la plaine de Pierrelatte (fig. 1, 2 et 3), dans la moyenne vallée du Rhône. Celle-ci se développe entre les monts de l’Ardèche à l’ouest, le défilé de Donzère au nord, une ceinture de collines (dont celle de Barry) à l’est, et au sud, un coude du Rhône accentué vers l’est. À proximité immédiate de l’axe rhodanien, Saint-Paul se trouve en outre au débouché d’un couloir qui permet d’atteindre, à travers les collines du Tricastin, la vallée du Lèz, voie d’accès naturelle vers les Préalpes. Le site est arrosé par la Robine, ruisseau qui prend sa source au sud-est de la commune, vers Saint-Restitut.

1 - Vue aérienne de Saint-Paul-Trois-Châteaux

1 - Vue aérienne de Saint-Paul-Trois-Châteaux

3 - Augusta Tricastinorum et son territoire : limites du Tricastin et principaux sites protohistoriques et gallo-romains

3 - Augusta Tricastinorum et son territoire : limites du Tricastin et principaux sites protohistoriques et gallo-romains

La géologie

  • 1 D’après la carte géologique au 1/ 50 000e : Valréas XXX-39, relevés G. Demarcq (Goguel 1964).

2Une partie de la ville antique puis la ville médiévale se sont développées sur une petite colline, émergence du Cénomanien1 (c2C) constituée de calcaires gréseux verts et située au centre d’une dépression recouverte d’alluvions récentes (fig. 4).

4 - Carte géologique de la région de Saint-Paul-Trois- Châteaux

4 - Carte géologique de la région de Saint-Paul-Trois- Châteaux

3Comme on le verra, l’agglomération antique débordait largement au sud et à l’ouest de cette colline, sur la partie basse de la dépression. Celle- ci est recouverte, au nord et à l’ouest, par des dépôts argileux humides d’origine lacustre. Elle est limitée :

  • à l’ouest, par la moyenne terrasse (rissienne) du Rhône (Fy2R : alluvions blanches dans leur épaisseur affectés par une rubéfaction sur leurs 2 à 3 mètres supérieurs) ;

  • au nord, par trois émergences collinaires vraconiennes (cls : sables gréseux, légèrement calcareux, homogènes, jaunes et ocres, à grésification irrégulière et pustuleuse) ;

  • à l’est, par les massifs de Chatillon et Chante- perdrix : ces formations comportent à la base des niveaux cénomaniens (c2G : grès verts glauconieux, marneux et sableux), surmontés de dépôts fluvio-lacustres de l’éocène inférieur (e4-2 : sables siliceux blancs, jaunes, roses ou vineux, et parfois des bancs d’argile colorée) et, dans leur partie sommitale, de molasse gréseuse verdâtre du Burdigalien (m1V) ;

  • enfin, au sud, la plaine de Saint-Paul est dominée par le massif de Saint-Restitut, sur lequel s’est développé l’oppidum de Barry. Il est formé de cinq étages géologiques : turonien à sa base (c3 : grès calcaires, calcaires gréseux et parfois calcaires jaunâtres) ; puis éocène inférieur (e4-2 : cf. supra), surmonté des molasses gréseuses verdâtres burdigaliennes déjà citées (mIV : cf. supra) couronnées par la molasse calcaire de Saint-Paul (mlC), puis par un lambeau de la haute-terrasse du Rhône (Villafranchien FylR : galets de quartzites alpins). La molasse calcaire burdigalienne, connue sous le terme générique de pierre du Midi, est très anciennement exploitée. Cette pierre tendre à demi-ferme peut former une bonne chaux, mais, facile à travailler et résistante, elle est surtout appréciée comme pierre de taille et de construction. Une étude récente (Philippe 1989) montre que l’utilisation de ce type de matériau est attestée à Lyon et à Vienne depuis la période augustéenne. Les carrières de Saint-Paul-Trois- Châteaux constitueraient ainsi l’affleurement le plus septentrional parmi ceux susceptibles d’avoir approvisionné ces deux cités antiques.

4T. Odiot

Le peuplement protohistorique

Découvertes récentes

5En 1988, une fouille de sauvetage dans le centre historique de Saint-Paul-Trois-Châteaux révélait, au lieu-dit l’Esplan, l’existence d’un habitat du premier âge du Fer, daté vers 500 av. J- C. Il s’agissait des vestiges d’une habitation en matériaux périssables (bois, torchis) construite sur une pente aménagée grâce à une terrasse artificielle. Cette structure contenait des fragments de vases de stockage modelés, de la vaisselle de table peinte de filiation grecque (Perrin, à paraître), divers récipients en céramique grise monochrome certainement produits dans le Vaucluse, ainsi que des fragments d’amphores massaliètes archaïques à pâte micacée (Bellon 1990, p. 249) associés à quelques objets vestimentaires en bronze. De l’outillage en galets (broyons), de la faune ainsi que des restes humains non incinérés complétaient ces découvertes domestiques.

  • 2 Les sources concernant Saint-Paul-Trois-Châteaux préromain et gallo-romain, ainsi que les données c (...)

6La stratigraphie observée sur environ 40 m2 à l’Esplan montre que les premières occupations gallo-romaines succédaient immédiatement aux couches de l’âge du Fer ; ainsi apparaît un hiatus de presque quatre siècles dans l’occupation de ce secteur de l’antique Augusta Tricastinorum, chef- lieu durant l’Empire du peuple des Tricastini2. Faut-il pour autant conclure à l’absence d’habitats des IVe-Ier s. av. J.-C. ? Rappelons que plusieurs années de surveillance n’avaient jamais révélé la présence d’habitats protohistoriques. L’exemple de Bourges incite à la prudence : alors que la ville a mérité de César le nom d’urbs, les niveaux gaulois n’ont été révélés que très récemment. (Almagro- Gorbea 1990). Dans ces conditions, la présence hors contexte sur l’Esplan d’un unique fragment de vase en campanienne A tardive pourrait être le fragile indice d’une fréquentation tardo-républicaine du lieu. Cela ne permet pas pour autant de conclure à l’existence d’une importante agglomération de la fin du second âge du Fer à Saint-Paul ayant précédé Augusta Tricastinorum : une occupation limitée dans l’espace et le temps est aussi envisageable et ses implications sur l’origine de Saint-Paul d’un tout autre ordre.

7Il faut admettre que la cité gallo-romaine s’implante sur un site, auparavant bien occupé par une population de la fin du premier âge du Fer et éventuellement fréquenté à la fin du second âge du Fer. Mais si la ville gallo-romaine n’a pas oblitéré une agglomération gauloise, où rechercher celle-ci ?

Les origines d’Augusta Tricastinorum

  • 3 Un mortier porte sous la lèvre une marque de proprièté illisible, sans doute en grec.
  • 4 À Lyon, la campanienne est absente des niveaux des années 40/20 av. n. è. ; au moins cinq points de (...)

8À quatre kilomètres au sud de Saint-Paul- Trois-Châteaux, a été reconnu un important habitat fortifié de hauteur, l’un des plus vastes de Gaule méridionale (environ 40 hectares) avec Murvielles-Montpellier, Carsac, Aumes et Agen. Par le tracé de ses remparts (Odiot 1991) et la superficie enclose, l’oppidum de Barry semble plus se rapprocher des sites laténiens que des habitats perchés de Gaule méditerranéenne, généralement de faibles dimensions. Le site est connu par des prospections qui permettent de conclure à sa fréquentation aux VIe-Ve s. et surtout aux Ile- Ier s. av. J.-C. Près d’un demi-millier de monnaies de cette époque (certaines frappes datent de la fin du Ille s.) ont été recueillies et étudiées (Gentric 1981) (fig. 5) : cette présence témoigne de la fonction commerciale du site et de ses liens avec Marseille grecque. De la céramique a été récoltée tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des remparts : pour l’essentiel, elle est d’origine italique : elle comprend des mortiers à pâte jaune sablée3, de la campanienne A tardive très érodée et des fragments d’amphores. À ces fragments de vaisselle culinaire et de table s’ajoutent des objets de parure : il s’agit de fibules des types Feugère 5a 26 ( = Nauheim) (Feugère 1985, n° 606 et p. 229-232). L’époque de ces objets hors contexte stratigraphique se situe probablement après le milieu du IIe et avant le dernier tiers du Ier siècle : le type de « Nauheim » existe dès 123 av. J.-C. à Fellbach-Schmiden (Allemagne) et dès 109 av. J.-C. à Besançon (Plank 1982 ; Choel 1991) pour disparaître probablement dans les années 70/60 av. J.-C. ; l’autre parure est fréquente dans des contextes des deuxième et troisième quart du Ier s. av. J.-C. Quant à la campanienne A, pour autant que l’on puisse en juger sur une série numériquement faible et en mauvais état, elle doit être datée à partir du milieu du IIe s. (présence de doubles sillons incisés connus à Carthage) juqu’à la fin de l’exportation en Gaule rhodanienne, vers 40/30 av. J-C. ( ?) (Morel 1990, p. 63)4.

5 - Drachme d’argent de Marseille, (ante 123 av. J-C.)

5 - Drachme d’argent de Marseille, (ante 123 av. J-C.)

Poids: 2,57 g. diam.: 17-17,8 mm. (Musée de Bollène)
Quinaire d’argent au cavalier frappé dans la vallée du Rhône (vers 75-51 av. J.-C.).
Poids : 1,89 g. diam. : 14,3-14,9 mm.

Musée de Bollène

9Au vu de ces données, l’oppidum de Barry (fig. 6 et 7) paraît bien être l’agglomération indigène antérieure à Augusta Tricastinorum : il fait d’ailleurs partie du territoire des Tricastini d’après le cadastre d’Orange. Le site, probablement chef-lieu de ce peuple à l’époque républicaine, est d’ailleurs identifié à l’Aeria des sources antiques (Barruol 1972). Cette « ville celtique » mentionnée par Apollodore (d’après Etienne de Byzance) existe dès le milieu du IIe s., ou peut-être peu après, puisque l’auteur grec mentionne avec Aeria, Fabia, probable fondation de Q. Fabius Maximus, vainqueur en 121 av. J-C. de la coalition des Arvernes et des Allobroges (Barruol 1972, p. 972). Dans cette hypothèse, un déplacement de l’habitat aurait eu lieu, le site de hauteur étant progressivement délaissé au profit du site de plaine : ce schéma est connu à Bibracte, Mont-Beuvray abandonnée pour Augustodunum, Autun.

6- Carte des sites protohistoriques dans le Tricastin

6- Carte des sites protohistoriques dans le Tricastin

7 - Partie sud de l’oppidum de Barry

7 - Partie sud de l’oppidum de Barry

10Si Aeria désigne, aux yeux des grecs, l’oppidum, alors le nom celtique Senomagos « le vieux marché », conservé dans la toponymie locale sous celui de Saint-Pierre-de-Senos, au pied de 1’oppidumserait celui d’un bas-quartier, indispensable à tout trafic dans la plaine. Ce mode d’habitat double est d’ailleurs connu régionalement à l’âge du Fer, au Pègue (Drôme) et à Soyons (Ardèche).

11Une seconde hypothèse serait celle du déplacement de toponyme. En effet, à l’époque médiévale, des foires se tenaient sur le plateau même, ce qui permet d’envisager l’existence, sur l’oppidum durant la protohistoire, d’un espace d’échanges. Dans cette perspective, on rappelera les découvertes monétaires qui proviennent d’un espace réduit, « le champ des Médailles ». Seule une découverte épigraphique pourrait confirmer l’une ou l’autre de ces deux hypothèses (Barruol 1969, p. 249 ; Barruol 1972, p. 995).

  • 5 La spoliation de terres chez les Helviens au profit de Marseille en 77 av. n. è. a peut-être modifi (...)

12Quoi qu’il en soit, un nouveau toponyme succèdera à Senomagos, celui de Noiomagos, « le nouveau marché » qui sera probablement l’éphémère premier nom du site de Saint-Paul-Trois-Châteaux, disparu ensuite au profit d’Augusta Tricastinorum5. Dans ce cadre, défini en 1969 par G. Barruol, la présence de céramique campanienne erratique est plus compréhensible et l’on devrait s’attendre à la découverte de niveaux préaugustéens dans le centre de la ville.

Les Tricastini

13La région de Saint-Paul-trois-Châteaux est donc occupée par les Tricastini à l’époque de la conquête romaine : mais qu’en était-il auparavant ? Plus précisément, est-il possible d’attribuer aux Tricastini l’occupation de la fin du Ve s. av. J.-C. découverte à Saint-Paul-Trois-Châteaux sur le site de l’Esplan ? Cette interrogation, qui porte en elle l’idée d’un peuplement protohistorique stable dès l’âge du Fer, est provoquée par un texte de Tite-Live (5, 34, 5) qui écrit sous le règne d’Auguste. Il relate la migration partielle de certains peuples de Gaule centrale vers l’Italie qui conduira à la prise de Rome en 384 av. J.-C. Ce texte permet aux Tricastini de sortir de l’anonymat. C’est vraisemblablement dans le premier quart du IVe s. que des Bituriges - localisés à l’époque de César dans la région de Bourges - rencontrent des Tricastini implantés au pied des Alpes. Ceux-ci seraient installés près de reliefs très marqués, suffisamment élevés pour effrayer les Gaulois à la recherche d’un accès vers l’Italie. Sans dénier au Tricastin actuel la possession de hautes montagnes, il faut se demander si cet épisode du texte livien n’indique pas une localisation vers l’est des Tricastini, au-delà des limites envisagées pour l’époque tardo-républicaine. Dans cette hypothèse, ce peuple aurait occupé anciennement un territoire plus oriental et plus montagneux que celui défini à partir du cadastre Β d’Orange (Barruol 1969, p. 260-267). Ce n’est qu’à une date plus récente (IIIe/début du IIe s. ?) que le centre de gravité du territoire tricastin se serait déplacé vers le Rhône, secteur en essor, mais sous influence cavare. La comparaison entre Le Pègue, site de la frontière orientale à la fin du Ier s. av. J.-C. qui est principalement occupé de la fin du VIe s. au IIIe. s. av. J.-C. et de Barry, surtout fréquenté et/ou occupé aux IIe/Ier s. av. J.-C. semble confirmer cette évolution. Les sources antiques sont peu précises sur la localisation des Tricastini, mais ne contredisent pas l’hypothèse de travail d’un peuplement stable dès le tout début du IVe s. av. J.-C. L’archéologie irait aussi dans ce sens : le mobilier découvert à l’Esplan est très proche de celui du Pègue dans les couches de la fin du Vie/début du Ve s.. Les similitudes portant sur la céramique peinte (Perrin, à paraître) et sur la vaisselle modelée (décor de chevrons incisés) laissent penser à un seul et même peuplement. Mais s’agit-il déjà des Tricastini ?

  • 6 Les deux contre-exemples non-celtiques d’ethniques formés sur le préfixe tri- ne sont pas clairs da (...)

14La perspective d’appréhender une population gauloise à une date ancienne de l’âge du Fer est d’un grand intérêt en raison de certaines implications nées de la rencontre du seul texte de TiteLive et de thèses linguistiques. En effet, l’ethnonyme Tricastini pourrait être celtique comme l’est celui de plusieurs peuples du sud-est de la Gaule et des Alpes, également composé à partir du préfixe Tri- : Tricores, Tricorii, Triulatti, Tritolli ( ?), Triumpilini ( ?). Cette construction se retrouve aussi en Gaule du nord - les Tricasses de Troyes et dans le sud-est de la Bretagne (Grande)-les Trinoventes-. Toutefois, certains peuples aux ethnonymes proches pourraient être non celtiques comme les Triboces, implantés sur le Rhin et plus vraisemblablement germaniques, et les Tridentini, installés en Italie du Nord, dans la zone linguistique rhétique proche de l’étrusque et non indoeuropéenne. Notons que ceux-ci, tout comme les Tricastini, laisseront leur nom à la région qu’ils occupaient, le Trentin et à leur capitale, Trente6.

15La thèse linguistique déjà ancienne de la celticité des Tricastini implique, si l’on se réfère à Tite-Live, un peuplement celtique ou partiellement celtique du sud de la Drôme, antérieur au début du IVs. av. J.-C. Avec les Segobriges de la région de Marseille, les Tricastini seraient l’un des plus anciens peuples celtiques ou celtisés de Gaule (Barruol 1969, p. 207-209). Ces deux peuples constitueraient les témoignages intermédiaires d’un peuplement plus vaste affectant l’Italie du Nord-Ouest, plus précisément la région du Tessin, et le Centre de l’Espagne, en Vieille-Castille. En effet, une présence celtique est assurée dès le premier âge du Fer par l’existence de témoignages épigraphiques, datés du VIe s. ou de peu antérieurs.

  • 7 Ces objets conservés dans une collection particulière m’ont été transmis pour identification (Th. O (...)
  • 8 Tous mes remerciements à la famille Despagniet à Saint-Restitut pour les facilités accordées lors d (...)

16Dans le sud de la Drôme, la présence de mobilier de typologie hallstattienne a depuis longtemps été signalée, principalement lors des fouilles du Pègue (Lagrand 1987) : par exemple, les fibules à timbale du type Mansfeld F4, également attestées sans contexte précis à Donzère (Vignard 1961, fig. 5, n° 29). De la même commune proviendraient des plaques en tôle de bronze ornées au repoussé et au poinçon, appartenant peut-être à des harnachements hallstattiens7. Des analogies avec d’autres régions du domaine celtique sont à signaler. Dans le répertoire céramique modelée de l’Esplan apparaissent des vases décorés de lignes entrecroisées, tracées au lissoir : c’est un décor fréquent dans la culture celtique de Golasecca. La même origine est probable pour une fibule du type de la Certosa découverte à Donzère (Lambert 1976, p. 37, fig. 7, n° 6). Toutefois, l’ethnicité des Tricastini est un problème plus complexe qu’il n’y paraît, si l’on en juge par une découverte récente effectuée au pied de l’oppidum de Barry. Il s’agit d’un dépôt d’incinération découvert fortuitement8 près de Saint-Paul-Trois-Châteaux, plus exactement à Saint-Restitut, au lieu dit « La Rouverette ». Cette tombe en pleine terre, apparemment isolée, a livré une partie des ossements incinérés d’un individu. Les offrandes se composaient d’une fibule du type Golfe du Lion, fréquent en Gaule méridionale et en Ibérie, et de vaisselle : un vase de stockage modelé, orné de chevrons incisés après cuisson, proche d’exemplaires découverts au Pègue, ainsi qu’une coupe sans anse en céramique grecque d’Occident grise monochrome et ce qui semble être la vasque d’une louche en bronze. L’ensemble est daté du milieu à la fin du VIe s. : cette tombe est donc à peu près contemporaine de l’habitat de l’Esplan. Par son mode d’ensevelissement et par son mobilier, cette sépulture évoque plus le Languedoc que toutes autres régions, en particulier la nécropole de la Bergerie Hermet à Calvisson (Gard) (Dedet 1973). Pourtant à l’est du Rhône, Avienus signalerait pour la fin du VIe s. la présence de Ligures et non de Celtes (Avienus, Ora Maritima, v. 612-614), tandis qu’à l’ouest, Hécatée de Milet, dans un fragment contesté, place les Celtes au-delà des Ligures de l’arrière pays de Marseille (Hécatée de Milet, frg. 19, 21).

17Comme on le voit, l’étude des Tricastini, de leur indépendance à leur entrée dans le monde romain, est particulièrement complexe en raison de la densité d’informations livrées sur un territoire limité. Il est certain que la région de Saint-Paul-Trois-Châteaux constitue un secteur privilégié pour l’étude des processus de celtisation et de romanisation en Gaule du Sud-Est. L’existence de nombreux oppida dans ce secteur (cf. encart ci-contre) témoigne du potentiel de ce territoire.

18F. Perrin

L’occupation protohistorique en Tricastin
Dans la partie du Tricastin qui fait l’objet de notre d’étude, huit sites de hauteur fortifiés semblent avoir été occupés à l’époque préromaine (Odiot 1991).
L’oppidum de Barry
Il apparaît comme l’un des sites majeurs du sud-est de la France, est situé en limite du territoire attribué aux Tricastins de la période gallo-romaine. Implanté sur le rebord sud du massif de Saint-Restitut, qui domine la plaine de Pierrelatte, il contrôle l’accès vers l’intérieur des terres par les vallées du Lez et du Lauzon. L’étude de 500 monnaies provenant d’une collection privée aujourd’hui disparue (Gentric 1981), montre la place prépondérante de Marseille dans le numéraire local. Les émissions de Gallia Comata sont aussi représentées, en particulier celle des peuples situés en direction du Val-de-Loire (Arvernes, Bituriges, Turones). Cette présence de numéraire septentrional est peut-être en rapport avec la circulation de certaines marchandises comme l’étain. La découverte sur le site d’un lingot en plomb estampillé SEGUSIAVIC confirme l’importance commerciale de l’oppidum. On peut se demander dans quelle mesure ce site n’a pas joué un rôle important dans la circulation des céramiques et amphores italiques en direction du Massif Central et dans l’acheminement des produits de retour : en effet, face à Barry, sur la rive droite du Rhône, des prospections ont mis en évidence l’existence d’un site de l’âge du Fer (Saint-Just-d’Ardèche, « les Plantades ») qui a livré plusieurs centaines de tessons de céramique campanienne, et un lot abondant d’amphores italiques. À 5,5 km au nord de ce site de confluence entre Rhône et Ardêche l’oppidum de Saint-Etienne-de-Dion, répond sur la rive droite du fleuve au site de Bany/Aéria.
L’oppidum de Saint-Saturnin et les grottes de Donzère.
Des niveaux d’occupation du Ve s. av. J-C. ont été observés dans le défilé de Donzère (grotte de la Chauve-Souris en particulier) (Vital 1990). Ces grottes sont dominées par le site de hauteur fortifié « en appui sur à-pic » de Saint-Saturnin qui a livré en prospection des tessons d’amphore italique. Cet oppidum dont l’enceinte de pierre sèche est fermée à l’Est par une levée de terre percée d’une porte, couvre une superficie de dix hectares
L’oppidum du Moulon (Roussas) et le site du Logis-de-Berre.
L’oppidum du Moulon est constitué par cinq enceintes concentriques délimitant une surface d’environ 40 hectares. Bien que par sa typologie il se rapproche des enceintes de Gaule méridionale, sa surface maximale (au moment de l’utilisation de la plus grande enceinte est nettement supérieure aux plus grands sites de ce type. L’occupation du site est mal datée, seules quelques céramiques évoquent le tout début de l’âge du Fer.
À côté de ces sites majeurs, les prospections ont révélé l’existence de cinq autres sites fortifiés de hauteur dans les limites du Tricastin : Château-Porcher (Châteauneuf-du-Rhône, le Château (Suze-la-Rousse), Curnier (Montségur-sur-Lauzon), le Château (Grignan), Beauregard (Grignan, Drôme).
Enfin, on situe généralement l’antique Durio, ville Cavare (Strabon IV, 1, 11), sur le plateau de Géry à Montélimar, mais les prospections n’ont pas permis de confirmer cette hypothèse. On notera cependant qu’un important lot de céramiques campaniennes à été découvert dans le centre de la ville de Montélimar (collection Lambert). Durio, comme Novem Craris seraient alors à considérer comme des habitats de plaine. Durio prendra ensuite le nom de Acusio : elle est mentionnée par Ptolémée (2, 10, 8) comme colonia. Le statut de colonie n’est cependant attesté par aucun autre texte. Le nom d’Acusio apparaît sous les formes Acuno, Acunum dans les itinéraires.
Cet inventaire superficiel des sites de hauteur ne doit pas masquer notre méconnaissance des sites de plaine.
On citera pour mémoire :
- une série de cercles (rappelant typologiquement des enclos tumulaires) repérés par photographie aérienne par le Lieutenant Colonel. L. Mon guillan au sud de la ville de Pierrelatte, mais la prospection de surface n’a livré aucun indice matériel.
- toujours sur cette commune une observation lors de sondages montrant l’existence, à 1,70 m de profondeur, d’un niveau livrant de la céramique commune non tournée et un fond de céramique campanienne à palmette (lieu-dit Pignedores),
- le site de plaine du Logis-de-Berre tout proche a fait l’objet de multiples campagnes de fouilles dirigées par l’abbé Boisse et Cl. Boisse. Les données n’ont cependant pas fait l’objet d’une publication synthétique. On notera la mention d’une occupation de la fin du premier âge du Fer (amphore massaliote, céramique attique, céramique « grise monochrome », pseudo-ionienne) et de la fin du second âge du Fer (monnaies celtiques et massaliotes). L’occupation du site se poursuivrait en suite et le site du Logis de Berre apparaît dans les itinéraires antiques sous le nom de Novem Craris (mutatio).
T. Odiot

Les limites du Tricastin gallo-romain

19Le Tricastin est aujourd’hui une petite région naturelle (fig. 3) centrée sur les collines qui dominent à l’est la plaine de Pierrelatte. Mais en fait, ses limites, qui ne correspondent plus à une subdivision administrative particulière, sont perçues de façon relativement floue. Ce toponyme trouve son origine dans le nom du peuple des Tricastini. Fait exceptionnel dans le Sud de la Gaule, l’appellation de ce petit pays a gardé le souvenir du peuple protohistorique par l’intermédiaire du nom de sa capitale gallo-romaine, Augusta Tricastinorum, puis civitas Tricastinorum au Bas-Empire, et siège d’un évêché au Moyen Age. Par un glissement de sens, la forme Tricastinensis s’est altérée en Tricastrinensis, à l’origine de Trois-Châteaux (sur ce sujet voir : Barruol 1969, p. 152-253 et M. Bois dans ce même volume).

20En dépit de la continuité apparente que traduit la toponymie, le territoire des Tricastini reste encore mal défini. Contrairement à bon nombre de cités voisines (comme celle d’Alba, par exemple), aucun milliaire ne mentionne Augusta Tricastinorum de façon certaine et seuls quelques textes antiques, les marbres du cadastre Β d’Orange, les limites du diocèse médiéval et les données de la géographie peuvent aider à cerner les limites du Tricastin. L’ensemble de la documentation concernant les Tricastini a été réuni par G. Barruol (1969) dans son ouvrage sur les peuples préromains du Midi.

Les sources littéraires

21Plusieurs auteurs antiques ont évoqué les Tricastini (Tite-Live, 5, 34, 5 et 21, 31, 9 ; Silius Italicus, Punica, 3, v. 466 sq. ; Ammien Marcellin, 15, 10, 11), non pour l’importance de leur rôle historique, mais plutôt incidemment, de par leur situation sur le trajet emprunté par Bellovèse et Annibal avant la traversée des Alpes. Se fondant sur ces documents et sur les indications du géographe alexandrin Ptolémée (2, 10, 7), G. Barruol (1969, p. 247) situe les Tricastini, membres de la confédération des Cavares, entre les Segauvellones au nord, les Vocontii à l’est, les Cavares au sud et enfin à l’ouest, les Cavares ou les Helvii.

Les données du cadastre B d’Orange

22En utilisant ces sources et les informations apportées par le cadastre Β d’Orange (fig. 8) (qui mentionne en effet des terres rendues aux Tricastini), A. Piganiol (1962) et G. Barruol (1969) situent le territoire de ce peuple dans le secteur montagneux situé entre Roubion (au nord) et Lèz (au sud) et entre la plaine de Valréas (à l’est) et les piémonts dominant la plaine de Pierrelatte. Les documents cadastraux d’Orange apportent de nouveaux éléments au problème de la limite occidentale du territoire. Les terres laissées aux Tricastini sont en effet toutes situées à l’est du cardo maximus et au nord du decumanus maximus. Si cette donnée est au cœur de la discussion sur la limite ouest du Tricastin, elle est diversement interprétée selon les auteurs. A. Piganiol considère que les Tricastini occupaient primitivement la plaine de Pierrelatte et auraient été refoulés dans les régions déshéritées des avant- monts. G. Barruol conteste cette interprétation et restitue la plaine de Pierrelatte aux Cavares. Ceux-ci auraient ainsi possédé une bande continue de terrains le long du fleuve, du sud d’Orange à Montélimar. comme le suggèrent les textes de Ptolémée qui localise les Cavares immédiatement sous les Segauvellauni, et de Strabon selon lequel Durio, identifiée à Montélimar, était une ville cavare (Barruol 1969, p. 265).

23Cette question a été reprise par G. Chouquer (1980, 1983 et 1991) dans son étude sur les cadastres d’Orange. Selon lui, le cadastre Β est une représentation de l’état du peuplement de la fin du 1er s. av J-C. Si le cardo maximus marque la limite occidentale des mentions des Tricastini, le caractère rectiligne et artificiel de cette limite évoque plus un découpage administratif et foncier arbitraire qu’une frontière politique préromaine. Ces observations semblent confortées par la position du locus gromae au sud de Lapalud. Cette localisation bien au nord de la cité d’Orange s’expliquerait par la volonté des arpenteurs de marquer politiquement et administrativement les frontières de la colonie latine d’Augusta Tricastinorum, dans le quadrant situé au-delà du cardo maximus et à droite du decumanus maximus. Dans cette perspective, on comprend l’intérêt stratégique et la force symbolique que représente l’implantation du locus gromae à proximité immédiate du chef-lieu primitif des Tricastini, Y oppidum de Barry Merdont il seraquestion plus loin, même si le choix de cet emplacement peut aussi avoir une raison technique : l’absence d’obstacle à la visée vers le nord et l’est. Tout en redéfinissant le cadre de la cité tricastine, l’opération de cadastration englobait toute une partie de son territoire. Cette situation pourrait correspondre à un cas de figure décrit par Siculus Flaccus :

« C’est pourquoi on constate qu’on a divisé et assigné des terres prises à des territoires voisins, un grand nombre de soldats vétérans ayant manqué de terres contenues dans le territoire du lieu où on les avait déduits ; on a dressé les formae spécifiques de ces terres prises à des peuples voisins ; c’est-à-dire que chaque région est divisée avec ses limites, et toute les limites ne sont pas tracées à partir d’un seul point, mais comme on l’a dit plus haut, chaque région a sa forma. Chacune d’elles est appelée préfecture (...). Cependant, on n’a pas toujours pris la totalité d’un territoire aux voisins, chaque fois que la terre a manqué à une colonie, mais seulement lorsqu’il fut nécessaire d’y assigner »(Conso 1990)

8. Le cadastre d’orange

8. Le cadastre d’orange

Le cadastre d’orange

Le cadastre d’orange

Musée Municipal d’Orange

24Ainsi, à la lumière de ce texte, tout se passe comme si, dans le cadre du cadastre B, le territoire des Tricastini avait constitué une préfecture à laquelle on aurait pris une partie des terres pour les assigner aux colons d’Orange, terres qui sont toutes situées à l’ouest du cardo maximus et au nord du decumanus maximus. Ce texte pourrait aussi s’appliquer aux cas des Cavares, des Helvii et des Vocontii. On notera que l’emplacement choisi pour implanter le centre du réseau cadastral se situe sur les meilleures terres (ou du moins les plus homogènes) de la moyenne vallée du Rhône comme le préconise Hygin Gromatique

« On a établi le decumanus maximus et le cardo maximus sur le sol le meilleur comme par exemple, dans le territoire d’Hispellum en Ombrie » (L 178, 17-178, 10).

25En conclusion, selon G. Chouquer, le cadastre Β ne représenterait dans la plaine de Pierrelatte que les impératifs de la politique coloniale et non pas la fossilisation d’une limite préromaine. On ne peut donc en tirer argument pour attribuer aux Cavares ce couloir de circulation.

L’apport des limites médiévales

26Dans quelle mesure la circonscription ecclésiastique médiévale du diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux a-t-elle hérité des limites du territoire de la cité gallo-romaine, et au-delà, de celles du peuple protohistorique ? Cette question a été longuement débattue dans l’historiographie régionale (Malbois 1925 ; Catelan 1927 ; Chevalier 1928). Il apparaît en effet que l’évêché tricastin qui « passe pour avoir été l’un des plus petits de France » (Barruol 1969, p. 252, note 3) a connu une histoire mouvementée qui explique les nombreuses fluctuations de ses limites avec les diocèses voisins d’Orange, Vaison, Die, Valence et Viviers. Il s’agit donc de rechercher les frontières primitives de l’évêché qu’on peut supposer plus proches de celles de la civitas de l’époque romaine.

27La limite méridionale de l’évêché a ainsi été redéfinie à la fin du XIe et au début du XIIe s. Avant cette date (entre 1061-1070 et le début du XIIe s.), le diocèse d’Orange est signalé comme étant uni à celui de Saint-Paul (G.C.N., Orange, n° 61) et ce de façon plus que centenaire (G.C.N., Orange, n° 58). Si cette union des deux évêchés est bien établie, la date de celle-ci reste conjecturale, une partie des sources étant sur ce point sujette à caution. Toujours est-il qu’au moment de la séparation des deux évêchés, les contemporains de l’affaire ne semblent pas en mesure de définir clairement leurs limites.

  • 9 On peut remarquer l’absence de Saint-Saturnin, sanctuaire de limite entre Donzère et Montpensier, p (...)
  • 10 Renseignement de Melle O. Peloux (Les Amis du Vieux Donzère).

28Le plus ancien texte faisant état des possessions tricastines serait une bulle de Victor III, datée de 1086, mais dont on ne connaît qu’une analyse de La Pise citée par J. de Font-Réaulx (1956 et 1976). À cette époque fut élu un évêque séparé pour Orange, Guillaume. Ce texte énumère les églises situées en limite ouest et est du Tricastin. Ne sont pas mentionnées celles qui se trouvent à l’intérieur du diocèse ou en limite avec les évêchés de Valence et de Die. Nous disposons donc d’une liste qui semble exhaustive le long du Rhône, face au diocèse de Viviers, ainsi qu’à l’est, au contact de celui de Vaison. Le vide de l’intérieur n’en est que plus frustrant. Cette liste indique un grand nombre d’églises dans la vallée du Rhône : celles-ci s’échelonnent du nord au sud en commençant par celle de Levronato qu’il faut très probablement identifier à celle qui deviendra plus tard Saint-Pierre du Palais. Celle de Châteauneuf (Castronovo) est citée à côté de celle de Montpensier (Montepamerio) : on pense donc à Saint-Nicolas de Châteauneuf et Saint-Vincent audessus de Château-Porcher identifié à Montpensier. Sancta-Maria de Montecalvo, aujourd’hui Notre-Dame de Montchamp, est une église de hauteur, à l’est des précédentes9. Donzère (Donzera) est citée ensuite ainsi que Saint-Christophe (Sancto-Christoforo), aujourd’hui simple lieu-dit de la plaine de la Berre, mais où la localisation de l’église se déduit de celle d’une nécropole médiévale10. Au sud de cette dernière, on trouve l’église de Pierrelatte (Petralata), celle de Sancto-Pastore, quartier de la même commune. Les églises de Lapalud (Paludis), La Motte-du-Rhône (Motta), de Spinaca (Notre-Dame de L’Espinasse ?) sont aujourd’hui situées aux confins des département de la Drôme et du Vaucluse. Un autre groupe appartient au territoire de la commune actuelle de Bollène : l’église de Bollène (Abolena), dont le vocable n’est pas indiqué, de Sancto Johane, sans doute au quartier Saint-Jean au nord-ouest de la ville, de Sagnera, à celui des Saignères au sudouest, de Sancto Erigio, de Saint-Aries dans les collines au sud. Plus au sud encore, l’église de Sancto Johane de Villanova doit être cherchée au quartier Saint-Jean dans la plaine de Mondragon, à l’ouest du canal.

29À l’est, dans la plaine du Lèz, Suze (Seura), Baume-de-Transit (Balmis), Bourbouton (Bolbotone), Colonzelle (Colonzellas), SaintAuban (Sancto Albano) et Sainte-Marie de Richerenches (Sancta Maria de Richerenchis), Grillon (Grillone), Visan (Avisano) et SaintVincent de Visan (Sancte Vincentio de Avisano), ainsi que Saint-Etienne de Chaussonas (Sancte Stephano de Cassagnol) apparaissent en rangs serrés face aux terres vaisonnaises.

  • 11 Sainte-Cécile, Domone ( ?), Saint-André de Monastier (Saint-André des Ramières sur Gigondas), Saint (...)

30Quelques changements sont indiqués : en particulier l’église de Tulette et celle de Saint-Léger qui lui est limitrophe passent de la dépendance d’Orange à celle de Vaison11. Les confins entre Orange et Saint-Paul ne sont pas précisés : la liste ne nomme aucune église dans le territoire compris entre Saint-Ariés et Bollène, à l’ouest, et Suze, à l’est. Tout se passe comme si les limites des territoires de Bollène et de Suze étaient jointives à cette époque et comme si Saint-Blaise-de-Bauzon n’existait pas encore. Cependant cette lacune fut comblée par le pape Innocent II dans le texte de sa bulle de 1137, où il indique ainsi avec précision ces confronts :

« a parte Abolene par stratam regalem que vadit inter duos montes usque ad Diganum et a predicto ponte sicut ascendit aqua de Lèz versus meridiem et usque ad fines Vasiensis episcopatus ».

  • 12 On trouve en effet la forme Lazignana en 1146 (Cart. de Richerenche n° 36).

31Pour que ce texte laconique soit en concordance avec ce que l’on sait, postérieurement, des limites du diocèse, il faut le traduire ainsi : « à la sortie du territoire de Bollène par la route royale qui passe entre deux collines jusqu’à Diganum, et de ce pont en remontant l’eau affluente du Lèz vers le sud (c’est-à-dire le Béal dont le cours suit une orientation nord-ouest, sudest) et jusqu’aux limites du diocèse de Vaison (c’est-à-dire jusqu’au terroir de Tulette) ». Ce qui revient à faire passer son tracé à Test de Bollène, tout d’abord le long de la voie d’Agrippa qui se dirige au sud du Lèz en direction d’Orange, à travers le massif d’Uchaux. Puis l’en séparer et le prolonger entre le territoire de Bauzon qui était compris dans le Tricastin, et celui de Derbous appartenant à Orange. Il est difficile d’identifier Diganum avec Lignane12 comme le fait J. de FontRéaulx, ce nom devant plutôt désigner un passage du Béal. En amont du pont (de Diganum), la ligne de partage devait remonter le cours du Béal depuis le sud-est de Suze-la-Rousse, approximativement vers le midi, jusqu’à Test de Rochegude. Là, ce cours d’eau dont le nom témoigne de son aménagment artificiel, rejoignait un canal venu du territoire de Tulette, dont le tracé est bien visible sur la carte de Cassini.

  • 13 Un acte de délimitation de la seigneurie d’Aiguebelle en 1281 (Chartes d’Aiguebelle n° 109) porte e (...)

32Il est probable que les limites antérieures à la séparation des deux diocèses ne devaient pas tellement s’écarter de ce qui fut établi à cette époque. En effet, le nom même de Bollène (Abolena) signifie « à la borne »13 et les contestations n’ont dû jouer alors que sur une frange de terrain réduite. Peut-être ne concernaient-elles vraiment que la possession du prieuré de Bollène dépendant de l’Ile-Barbe, et dont les revenus étaient importants (Cart, de Saint-Paul, p. 108-109).

33À l’est, le tracé des limites avec Vaison et Die ne semble pas avoir été contesté, mais quelques particularités méritent d’être signalées (Barruol 1969, p. 266). Ainsi Visan, Richerenches et Grillon appartenaient-ils à Saint-Paul, et Valréas à Vaison, alors que Saint-Pantaléon, limitrophe de Valréas à Test, constituait une enclave de Saint-Paul, entre Rousset, qui appartenait à Die, et Noveysan, paroisse la plus septentrionale du diocèse de Vaison. On peut expliquer cette anomalie par la formation du terroir du castrum de Valréas. Celui-ci a dû étendre sa domination au nord, sur la plaine comprise entre la Coronne et le Lèz, et de ce fait isoler Saint-Pantaléon des terres qui formeront ensuite les mandements de Grillon et de Montaigu, situés plus à Test sur la rive gauche du Lèz. Par la suite, le partage de la seigneurie en multiples parts et le transfert des droits de Raymond de Mévouillon à l’évêque de Vaison explique la mainmise de ce dernier sur un des lieux les plus riches du secteur (Chevalier 1928, p. 74-75 ; de Font-Réaulx 1925, p. 142-266).

34Plus au nord, on sait que les confins du diocèse ne coïncidaient pas avec ceux du territoire du castrum de Grignan. À l’ouest du village, deux églises très proches l'une de l’autre et seulement séparées par le cimetière appartenaient chacune à un diocèse : Notre-Dame de Beaulieu étant du ressort de Saint-Paul, et Saint-Vincent, de celui de Die. De l’autre côté de la Berre, le prieuré de Sarçon appartenait à Saint-Paul, alors que le prieuré des Tourettes restait à Die avec la paroisse de Salles. Ce découpage pourrait donc être antérieur à la formation du castrum de Grignan et de son mandement.

35Le diocèse de Saint-Paul s’étendait encore plus au nord, à l’ouest de celui de Die, au-delà des collines boisées qui s’élèvent au nord de la Berre. Dans la Valdaine, le territoire de la paroisse desservie par le prieuré de Portes, peut-être le même que celui du castrum qui le domine, occupe l’angle nord-est du diocèse. Ce toponyme paraît tout à fait adapté à l’emplacement des lieux, aussi bien par rapport au reste du diocèse qu’à la géographie naturelle, le Châtelard de Portes pouvant surveiller Taxe de pénétration vers le sud que constitue le col d’Aleyrac.

36À l’ouest de Portes, la frontière avec le diocèse de Valence semble établie depuis longtemps : la villa de Mastaise (commune de La Touche) est en Tricastin depuis au moins 827, date de la confirmation des biens de l’abbaye de Donzère dans la villa de Masteses, dans l’ager Tricastinensis par Louis Le Pieux (R.D. Sup. n° 7).

37Le Jabron pourrait avoir servi de limite depuis Portes jusqu’à Allan, mais en aval il semble que ce ne soit plus le cas. À la fin du Xe s. ou au début du XIe s., le territoire de la vicaria de Latronaco circonscrit par la Berre, le Roubion et le Rhône, se trouve à la fois sur les deux diocèses. Le texte de la précaire accordée par l’archevêque d’Arles à Géraud et à ses fils, sans doute les ancêtres des seigneurs de Rac, est assez précis pour notre propos puisque les confronts de cette vicaria située en Valentinois et en Tricastin vont de la Berre jusqu’au Roubion, de Berra usque in Rubione et le long du Roubion jusqu’à son confluent avec le Rhône, et sicut Rubion fluvius cadit in Rhodanum. (R. D. n° 1580). Il est donc certain qu’à cette époque, le diocèse de Valence dépassait le Roubion. De même, la bulle de 1183 par laquelle le pape Lucius II confirme à l’abbaye de Γ IleBarbe ses possessions ne laisse aucun doute pour le XIIe s. : Allan est bien en Tricastin alors qu’Aigunum, partie de la commune actuelle de Montélimar sur la rive sud du Roubion, est en Valentinois (de Font-Réaulx 1950, p. 110).

Les données de l’archéologie

Sur la marge septentrionale

38Le cours du Jabron sert de limite à l’évêché et pourrait délimiter la partie nord du territoire tricastin à l’exception du site de Montélimar. G. Barruol envisage l’hypothèse d’une fluctuation des limites politiques entre la cité de Valence et celle de Saint-Paul. La plaine de la Valdaine serait une marche entre les territoires voconce, tricastin et ségauvellone. Il faut souligner la présence, dans ce contexte, de nombreux sanctuaires et d’un trésor monétaire gaulois qui marquaient peut-être la frontière. Nous ne citerons ici que les découvertes les plus spectaculaires :

  • commune d’Allan (au sud du Jabron, en territoire tricastin) : ex voto divers aux thermes de Bondonneau (Sautel 1957, n° 59, p. 37) ; sacellum aux Mères Victorieuses dont il sera question plus loin ;

  • Montélimar, au nord du Jabron, à environ 2 500 m. d’Acunum : les Catalins, ensemble thermal d’une superficie de 3 hectares ;

  • Saint-Gervais-sur-Roubion : près du Roubion, amphore contenant 6 à 7 000 oboles de Marseille (Lacroix 1868, p. 460 ; TAF, vol. 2, Drôme, n° 33).

Sur la marge orientale

39G. Barruol attribue la dépression naturelle de Valréas (assimilée au pagus Aletanus) aux Tricastini en prenant argument des irrégularités des limites de l’évêché de Saint-Paul avec celui de Vaison, l’enclave tricastine de Saint-Pantaléon-les-Vignes dans l’évêché de Vaison paraissant fossiliser une plus grande extension de l’évêché primitif de Saint-Paul. La plaine de Valréas est limitée, sur les contreforts de la montagne de la Lance, par les communes de Montbrison-sur-Lèz, Le Pègue et Rousset-les-Vignes. Un article récent de J.-C. Mège (1986) reprend cette question et montre l’influence de la cité de Vaison sur le pagus Aletanus. Cette influence est marquée à la fois par la présence de linteaux funéraires de type vaisonnais sur la commune de Montbrison, et par une série de dédicaces à Jupiter à la Roue dont le culte, bien représenté dans la cité des Vocontii, est par contre inconnu chez les Tricastini.

Conclusion

La limite septentrionale

40Le Jabron, qui souligne la ligne des reliefs sur lesquels les Tricastini sont bien attestés d’après le cadastre d’Orange, semble pouvoir être considéré comme une frontière acceptable. Portes-en-Valdaine serait donc la dernière commune tricastine au nord du territoire.

La limite méridionale

41Cl. Boisse considère que la limite sud était matérialisée par le cours de L’Eygue, ce qui amènerait la cité des Tricastini largement plus au sud que ne le suggèrent les limites médiévales de l’évêché (cf. supra). G. Barruol, que nous suivons, s’en tient à ces dernières :

« la véritable frontière méridionale des Tricastini était donc constituée par le massif montagneux d’Uchaux, entre Mornas et la Garde-Paréol » (Barruol 1975, p. 263).

42Le territoire tricastin comprendrait ainsi les communes de Lamotte, Bollène, Suze-laRousse, Bouchet et Visan.

La limite orientale

43Cette limite est, elle aussi, difficile à cerner. Si le cadastre d’Orange atteste la présence de terres rendues aux Tricastini dans le secteur de Colonzelle, les limites d’évêché donneraient à ce peuple une extension plus importante. Nous suivrons donc, sur ce point encore, l’avis de G. Barruol qui attribue le pagus Aletanus aux Tricastini, les arguments culturels avancés par J.-C. Mège ne nous paraissant pas déterminants pour cette question des frontières.

La limite occidentale

44Les indications des documents cadastraux d’Orange, tels que G. Chouquer proposait de les interpréter, et ce que nous savons des limites du diocèse au XIe s. concordent sur ce point. Il y a donc tout lieu de penser que la plaine de Pierrelatte appartenait aux Tricastini.

45Il reste difficile de délimiter clairement les frontières protohistoriques des Tricastini à partir de données largement postérieures. Pour la période romaine, et malgré l’apport majeur du cadastre B, le problème est le même, et les choix proposés ici ne sont pas définitifs. Il est à noter que les secteurs les plus litigieux sont précisément les plaines (Pierrelatte, la Valdaine et Valréas). Cette situation, que la toponymie n’est pas non plus en mesure de résoudre, pourrait refléter des fluctuations antiques, comme le propose G. Barruol pour la Valdaine. Peut-être faut-il aussi se demander si les modes de délimitation des territoires n’étaient pas différentes de nos conceptions actuelles.

Les origines et le statut d’Augusta Tricastinorum

46Selon le témoignage de Pline (Histoire Naturelle, 3, 36), Augusta figure parmi les oppida latina de Narbonnaise. Les Tricastini jouissaient donc du droit latin depuis le début du règne d’Auguste, sinon depuis César comme les autres oppida latina de Transalpine (Goudineau 1975, p. 30-34 ; 1979, p. 272 ; Christol 1987-1988, p. 90). La titulature avec colonia est attestée par une inscription trouvée à Vaison (Goudineau 1979) dédiée à une flaminique de la Colonia Flavia Tricastinorum. Le nom de Flavia témoigne probablement des faveurs d’un empereur flavien, peut-être Vespasien, pour la cité tricastine. L’épigraphie nous fait connaître en outre un sévir augustal (CIL XII, n° 5855). Au début du Ve s., la Notitia Galliarum mentionne la civitas Tricastinorum parmi les cités de Viennoise. Chef-lieu de cité au Bas-Empire, elle sera le siège d’un évêché jusqu’à la Révolution.

47Concernant les origines de la ville, deux questions restent en suspens : est-elle une création ex-nihilo ou s’est-elle développée à partir d’un établissement indigène ? En second lieu, à quelle époque faut-il situer le début de l’urbanisation à Saint-Paul ?

48Si l’oppidum de Barry est selon toute vraisemblance l’ancienne capitale des Tricastini, la date du transfert du chef-lieu de cité sur le site de Saint-Paul-Trois-Châteaux est loin d’être assurée. Il faut semble-t-il identifier Noiomagos, la capitale des Tricastini selon Ptolémée (2, 107), Augusta et Saint-Paul-Trois-Châteaux (Barruol 1975, p. 248-249). L’existence de ce double toponyme fait penser que la création de la ville et le changement de chef-lieu, sont bien antérieurs à l’époque augustéenne, mais toutefois, selon G. Barruol postérieurs à la création de la Provincia en 121-119.

49À l’heure actuelle, les données archéologiques ne permettent pas de faire remonter l’occupation de Saint-Paul-Trois-Châteaux avant les dernières décennies du Ier s. av. J.-C., si Ton excepte un fragment de céramique campanienne recueilli hors stratigraphie sur le site de l’Esplan, qui pourrait indiquer une fréquentation du lieu à une date un peu plus haute. Comme on le verra, sur ce même site de l’Esplan, les premiers aménagements d’époque romaine reposent directement sur les niveaux d’occupation du VIe s. av. J.-C.

50Tout comme on maîtrise mal, dans la durée, les rapports entre les sites de Saint-Paul et de Barry/Saint-Pierre-de-Senos, les relations entre le chef-lieu de cité et les agglomérations secondaires proches telles que Le Logis-de-Berre ou Donzère et avec les principaux réseaux (le Rhône, la voie d’Agrippa) restent à étudier.

51T. Odiot, M. Bois

Notes

1 D’après la carte géologique au 1/ 50 000e : Valréas XXX-39, relevés G. Demarcq (Goguel 1964).

2 Les sources concernant Saint-Paul-Trois-Châteaux préromain et gallo-romain, ainsi que les données concernant les Tricastini sont réunies dans : G. Barruol, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Suppl. 1 de la Revue de Narbonaise, 1969,408 p.

3 Un mortier porte sous la lèvre une marque de proprièté illisible, sans doute en grec.

4 À Lyon, la campanienne est absente des niveaux des années 40/20 av. n. è. ; au moins cinq points de découvertes attestent sa présence dans des contextes immédiatement antérieurs à la fondation de Plancus. En revanche, elle figure dans des niveaux de la fin du Ier s. av. n. è. à Saint-Romain-en-Gal, né de l’extension de Vienna, capitale des Allobroges.

5 La spoliation de terres chez les Helviens au profit de Marseille en 77 av. n. è. a peut-être modifié des circuits économiques traditionnels, donnant aux basses terres une place plus prépondérante.

6 Les deux contre-exemples non-celtiques d’ethniques formés sur le préfixe tri- ne sont pas clairs dans la mesure où selon Trogue-Pompée, Trente, chef-lieu des Tridentini serait une fondation gauloise. Quant aux Triboces, rangés au côté du germain d’Arioviste, ils côtoient des peuples incontestablement celtiques. Hors d’Europe occidentale, seuls les Triballi de Mésie semblent avoir eu un ethnique formé sur le même préfixe.

7 Ces objets conservés dans une collection particulière m’ont été transmis pour identification (Th. Odiot). L’ornementation est proche des ceintures hallstattiennes étudiées par I. Kilian-Dirlmeier, mais n’est pas sans rapport avec la décoration des cuirs ornant le char d’Ins (BE. Suisse).

8 Tous mes remerciements à la famille Despagniet à Saint-Restitut pour les facilités accordées lors de la fouille.

9 On peut remarquer l’absence de Saint-Saturnin, sanctuaire de limite entre Donzère et Montpensier, probablement simple dépendance de l’abbaye de Donzère.

10 Renseignement de Melle O. Peloux (Les Amis du Vieux Donzère).

11 Sainte-Cécile, Domone ( ?), Saint-André de Monastier (Saint-André des Ramières sur Gigondas), Saint-Côme et Saint-Damien (Gigondas), Saint-Hypollite passent à l’évêché de Vaison et de l’église de Barbaras à Avignon.

12 On trouve en effet la forme Lazignana en 1146 (Cart. de Richerenche n° 36).

13 Un acte de délimitation de la seigneurie d’Aiguebelle en 1281 (Chartes d’Aiguebelle n° 109) porte en effet la mention terminus sive limes seu bola, ce dernier nom étant la forme romane que l’on commence à écrire : cf. Mistral 1878, "bolo" borne d’un champ, limite d’un territoire, ligne divisoire.

Table des illustrations

Titre 1 - Vue aérienne de Saint-Paul-Trois-Châteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 2- Le Tricastin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 3 - Augusta Tricastinorum et son territoire : limites du Tricastin et principaux sites protohistoriques et gallo-romains
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 4 - Carte géologique de la région de Saint-Paul-Trois- Châteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 5 - Drachme d’argent de Marseille, (ante 123 av. J-C.)
Légende Poids: 2,57 g. diam.: 17-17,8 mm. (Musée de Bollène)Quinaire d’argent au cavalier frappé dans la vallée du Rhône (vers 75-51 av. J.-C.).Poids : 1,89 g. diam. : 14,3-14,9 mm.
Crédits Musée de Bollène
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 6- Carte des sites protohistoriques dans le Tricastin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 7 - Partie sud de l’oppidum de Barry
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre 8. Le cadastre d’orange
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Le cadastre d’orange
Crédits Musée Municipal d’Orange
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/771/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 530k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access