Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D'Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux

 | 
Thierry Odiot
, 
Valérie Bel
, 
Michèle Bois

Introduction

Texte intégral

1Cette publication résulte du développement des recherches archéologiques à Saint-Paul-Trois-Châteaux depuis 1982, date à laquelle se met en place une politique de protection systématique du patrimoine archéologique rural et urbain. Les sites archéologiques identifiés ont été inscrits en 1983 dans le Plan d’Occupation des Sols de la commune, et c’est à ce titre que le Service Régional de l’Archéologie a été amené à surveiller les travaux d’aménagement et à entreprendre une série de fouilles de sauvetage d’importances diverses. Les nouvelles découvertes ont à leur tour suscité un regain d’intérêt pour l’étude du passé antique et médiéval de la cité tricastine. Elles ont également incité la municipalité à nommer, en 1988, un conservateur, G. Galliano, pour élaborer un projet de musée archéologique. De nouvelles enquêtes ont été engagées, comme celles que M. Bois (archéologue, correspondante du Service Régional de l’Archéologie) et N. Chandru (alors présidente de la Société archéologique de Saint-Paul) ont entreprises à partir des archives de la commune. Parallèlement, et de façon complémentaire, l’étude des campagnes (prospections, études de photo-interprétation portant sur les plaines de Pierrelatte et Saint-Paul-Trois-Châteaux) a été menée dans le cadre du programme collectif « Occupation des sols en Narbonnaise depuis la conquête romaine jusqu’au Moyen Age ». Ce travail fait l’objet d’une publication globale au sein d’un autre ouvrage (Odiot, à paraître). Certains aspects en seront repris et développés ici.

2Toutes ces recherches ont bénéficié de travaux plus anciens. Ceux d’abord des érudits locaux dont le précurseur est L.-A. Boyer de Sainte-Marthe auteur de l’Histoire de l’église cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux. (1710). En dépit de quelques erreurs et d’interprétations souvent sujettes à caution, il donne toutefois une analyse fidèle des actes qui nous sont connus (il n’y a donc pas lieu de rejeter les mentions de ceux qui ont disparu depuis son époque). Au début du XIXe s., un autre érudit, J.-C. Martin, curé de Clansayes, a laissé quelques annotations en marge de documents originaux mais son travail est resté à l’état de manuscrit. Il faut encore citer les noms d’A. Lacroix (1863-1893), de L. Fillet (1908), auteurs de monographies consacrées à Saint-Paul-Trois-Châteaux, ainsi que de F. Vallentin (1883) qui s’est particulièrement intéressé aux antiquités gallo-romaines. J. Sautel, dans la notice de la Carte archéologique de la Gaule romaine (1957) reprend pour une large part ces travaux, ainsi que ceux, plus récents, de l’abbé L. Boisse. L’ouvrage fondamental pour la période médiévale reste la Gallia Christiana Novissima (abrégée ici en G.C.N.), parue en 1909, où se trouve rassemblée par les soins de U. Chevallier la quasi totalité des documents concernant l’ancien diocèse de Saint-Paul, de ses origines à sa suppression par le Concordat. Puis, la publication du premier cartulaire de l’évêché, par J. de Font-Réaulx (1950), est venue compléter cet ensemble.

3Depuis une vingtaine d’années, l’étude du passé tricastin a été reprise par la Société d’Archéologie de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Son bulletin, Tricastini (cinq numéros parus entre 1976 et 1984), donne le compte rendu des fouilles et des prospections qu’elle a réalisées. N. Chandru a très largement contribué à la mise à jour de la carte archéologique précédemment établie par Cl. Boisse. Ce dernier a consacré sa thèse, publiée en 1968, à l’étude du Tricastin dans l’Antiquité. Cette monographie (Boisse 1968) rassemble l’essentiel de la documentation archéologique ancienne et présente les résultats — quelquefois de façon trop imprécise — de ses recherches personnelles, notamment les fouilles de Novemcraris (Le Logis de Berre, Les Granges Gontardes). Enfin, et surtout, on citera la publication par H. Lavagne en 1979 des mosaïques de la cité tricastine dans le cadre du Recueil des mosaïques de la Narbonnaise (Lavagne 1979).

4A Saint-Paul-Trois-Châteaux, la première opération de fouille extensive a porté en 1982, 1983 et 1985, sur un secteur de la nécropole sud-ouest de la ville gallo-romaine, au lieu-dit Le Valladas (Bel 1986 ; Bel 1990 ; fouille de C.-A. Sabatier et V. Bel). Dans le même temps (de 1983 à 1985), un autre sauvetage programmé permettait de dégager une villa suburbaine sur le site de Saint-Vincent (fouille de C.-A. Sabatier, T. Odiot). En 1985, des silos médiévaux étaient mis au jour à l’occasion d’une fouille du Service Régional de l’Archéologie sur le site néolithique des Moulins (fouille de A. Beeching). Suivront ensuite une série d’interventions à l’intérieur des limites des villes antique et médiévale — série inaugurée en 1986 par la fouille de vestiges du Moyen Age, rue des Ecoles (P. Violet, L. Vincent et Cl. Raynaud). En 1988, une fouille de sauvetage urgent, malheureusement limitée dans le temps, révélait l’existence d’une occupation protohistorique à Saint-Paul-Trois-Châteaux et permettait en outre de réaliser la première coupe stratigraphique contre le rempart gallo-romain (site de l’Esplan ; fouille de E. Thevenin, V. Bel et T. Odiot). Les sondages effectués en 1990 et 1991 par T. Odiot, P. Poupet et F. Vaireaux (Les Sablières, Jardin Messié, porche de la cathédrale) apportaient des données complémentaires concernant l’enceinte et l’occupation romaine intra muros. Enfin, il faut mentionner un sondage réalisé en 1990 par J.-F. Reynaud dans le transept nord de la cathédrale.

5Parmi les dernières opérations citées, certaines sont encore en cours d’étude et ne seront pas présentées dans ce volume. D’autres, comme la fouille de la nécropole du Valladas, celle de l’habitat protohistorique de l’Esplan ou la recherche sur les campagnes du Tricastin à l’époque romaine et au début du Moyen Age, doivent faire l’objet de publications plus amples. Leurs principaux résultats seront cependant repris dans ce recueil qui tente de proposer à travers une série de contributions diverses, des éléments nouveaux pour une synthèse sur la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux et son terroir.

6Cet ouvrage répond au besoin, de la part des chercheurs qui s’intéressent actuellement à l’archéologie tricastine, de faire le point sur les récents acquis et les nouvelles questions issues du développement des fouilles. Il s’agit de confronter une documentation parfois hétéroclite (lecture rapide de coupes, ramassages de surface, sondages, sauvetages programmés, sources écrites), et des approches diverses, à une analyse globale du développement de de la cité et de son terroir.

7La plupart des participants à ce recueil ont eu souvent l’occasion de travailler ensemble et constituent une équipe informelle, même si leurs recherches ont quelquefois été menées indépendamment les unes des autres. Cette dernière remarque explique en partie le délai qui sépare la mise en chantier du projet en 1988 de son aboutissement.

8Nous avons adopté une présentation chronologique : une première partie est ainsi consacrée à la période antique ; une seconde à la période médiévale.

9En introduction à l’ouvrage, une contribution présente le cadre géographique et géologique, ainsi qu’un rappel des principales données historiques sur le Tricastin à l’âge du Fer et pendant la période romaine.

10La partie consacrée à l’occupation antique s’ouvre par une étude des inscriptions de la cité tricastine. L’enceinte du Haut Empire est abordée dans deux articles collectifs : l’un rassemble les documents — archives, découvertes fortuites — qui ont permis son identification et une restitution de son tracé ; le second décrit les données recueillies lors des sondages implantés contre le rempart et tente de dater sa construction (sites de l’Esplan et du Jardin Messié). Dans le cadre de la ville antique ainsi restituée, la contribution suivante propose, à partir d’une cartographie des découvertes anciennes et récentes, une synthèse sur l’urbanisme tel qu’il est actuellement perceptible. La topographie des sites funéraires est abordée dans l’article suivant qui présente en outre les principaux résultats de l’étude de la nécropole du Valladas. Puis, à partir des données de fouille de la villa péri-urbaine de Saint-Vincent, un article fait le point sur l’évolution de l’occupation des sols autour de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Enfin est abordée la question de la répartition des terres entre les Tricastini et les Romains, d’après l’étude du cadastre d’Orange.

11La seconde partie comporte une présentation critique des sources concernant l’histoire de la cité épiscopale au Haut Moyen Age, complétée par une synthèse sur la topographie de l’agglomération médiévale et une étude des restes d’habitat, des silos et du mobilier archéologique découverts sur le site de la rue des Ecoles.

12Un troisième et dernier volet, présenté en annexe, est consacré à une série d’études sur l’environnement (pédologie et palynologie) de certains sites précédemment décrits.

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access