Version classiqueVersion mobile

Évolution d’un quartier périphérique d’Augustonemetum

 | 
Julien Ollivier

Chapitre 9. Témoignages de la vie économique

François Blondel, Samuel Longepierre, Véronique Montembault, Julien Ollivier et Julie Viriot

Texte intégral

1Les activités économiques occupent une place centrale dans le quartier antique de l’ancienne Gare routière. L’auberge figure parmi les premiers édifices (phase 1a) et plusieurs ateliers sont établis à la charnière des IIe et IIIe siècles, lors de l’investissement de la rive droite du cours d’eau (phase 2a).

2Le mobilier fournit de multiples informations sur les activités pratiquées au sein de ces locaux ou à proximité. Leur analyse confirme certaines interprétations issues de l’observation des vestiges, tout en suggérant la présence d’artisanats qui n’ont laissé aucune autre trace que les déchets qu’ils ont produits ou les outils nécessaires à leur pratique.

9.1. Commerce et échanges (JV)

3La commercialisation des différents produits manufacturés ou denrées est exclusivement représentée par des objets liés à la pesée. On dénombre neuf petits poids de mesure en plomb (fig. 182, nos 1-9) qui servaient aux mesures précises, dans le cadre du commerce de préparations pharmaceutiques, de parfums ou encore pour les métaux précieux et l’orfèvrerie. À ces petites mesures s’ajoutent plusieurs objets retrouvés de façon isolée sur le site mais se rapportant tous à un système plus complexe de balance. On compte deux poids de balancier en plomb, l’un de forme biconique de 31 g, le second de forme tronconique, de 80 g (fig. 182, nos 10 et 11). Ces éléments sont munis à leur sommet d’un petit anneau de suspension par lequel ils étaient fixés à l’axe principal gradué des staterae, balances à curseur dites « romaines », permettant par leur déplacement de lire la mesure. Ce type de balance ne dispose que d’un bras à l’autre bout duquel on place un crochet pour suspendre l’objet à peser. Un individu renvoie au type des balances dites « à fléau » (fig. 182, no 12). Elles se composent d’un axe principal, le fléau, longue tige effilée aux extrémités souvent décorées et fuselées comme c’est le cas ici. Ce fléau n’est pas monté sur axe vertical mais suspendu à un crochet placé en son centre, ce qui donne une certaine mobilité à l’instrument. La particularité de notre exemplaire réside dans sa réalisation en laiton, avec des graduations marquées par l’incrustation de points de cuivre à intervalles réguliers. Une dernière catégorie de balance est attestée sur le site par au moins trois éléments fragmentaires, dont un petit plateau en étain perforé de trois trous sur le contour permettant sa suspension par des chaînettes. Il est de dimensions très réduites (3 cm de diamètre), ce qui tend à le rattacher à une balance à trébuchet. Le plateau ne porte aucune signature, au contraire de nombreux exemplaires retrouvés en Gaule romaine. Ce type de balance est aussi muni d’un curseur, généralement plus travaillé ou décoré (Božič 2005 ; Goudineau, Brentchaloff dir. 2009 : 107-177 ; Hartmann 2014 ; Büttner, Schlehofer 2019).

Fig. 182 - Instrumentum (commerce).

Fig. 182 - Instrumentum (commerce).

4Enfin, les échanges commerciaux – en l’occurrence l’accueil des voyageurs – pourraient aussi être illustrés par l’ensemble des pièces attribuables au champ du transport, qui figurent largement dans l’ensemble étudié (fig. 183). À celui-ci se rattachent les nombreuses pièces constitutives de char (clavettes, moyeux, suspensions de caisses) ainsi que de l’attelage et du harnachement (fragment de mors, pendants de harnais, rivets et appliques décoratives, ou encore tintinabula).

Fig. 183 - Instrumentum (transport).

Fig. 183 - Instrumentum (transport).

9.2. La meunerie-boulangerie (FB, SL, JV)

5Cette activité a été clairement mise en évidence dans le bâtiment F grâce à la découverte de nombreuses meules de grand diamètre et d’une base de pétrin mécanique en basalte, mais également par plusieurs pièces en bois et objets métalliques.

  • 1 Le terme « moulin artisanal » désigne ici un moulin utilisé dans un espace de mouture de type meune (...)

6Hormis deux exemplaires découverts en partie nord (fig. 184, no 4, fig. 185, no 16), les meules de moulins artisanaux1 forment deux nettes concentrations en partie sud-ouest de l’emprise.

Fig. 184 - Les catilli de moulins artisanaux.

Fig. 184 - Les catilli de moulins artisanaux.

7Le bâtiment F comprend à lui seul 12 des 21 meules artisanales retrouvées sur le site (catilli nos [1], [2], [5], [7] et [8] ; metae nos [10], [11], [13], [15], [17], [18] et [19]). À l’exception des metae nos [11] et [13], toutes ces pièces sont issues des niveaux de démolition du bâtiment, datés de la deuxième moitié du IIIe siècle (phase 2b).

8La découverte, dans la salle F1, de la base intacte d’un pétrin mécanique (fig. 62) indique une fonction de boulangerie pour cet espace. Les diverses meules exhumées dans le bâtiment F ont pour leur part servi dans des boulangeries ou des meuneries hydrauliques, comme en témoigne leur typologie (catilli de type 13c et metae de type 21c/31c). Toutefois, lorsque ces types ont été retrouvés dans des boulangeries, il s’agit principalement de « cuisines-boulangeries » de domus ou d’établissements ruraux, qui se distinguent des boulangeries urbaines du monde romain par leur moindre envergure. Ces dernières sont principalement associées, durant le Haut-Empire, à des moulins à traction animale de type Pompéi, en l’état de nos connaissances (Longepierre 2012). De plus, il semble que dans ces « cuisines-boulangeries », le diamètre des deux types de meules considérés (13c et 21c/31c) soit relativement restreint (entre 55 et 60 cm). Ce n’est pas le cas de celles retrouvées dans le bâtiment F puisque leur diamètre important (70/75 à 85 cm) est comparable à celui des meules hydrauliques également de types 13c et 21c/31c. Leur présence dans le bâtiment F n’est pas due au hasard. Outre leur nombre, elles comprennent trois metae entières qui, par conséquent, ne peuvent pas correspondre à des éléments résiduels. De plus, elles se trouvent majoritairement dans les niveaux de démolition du bâtiment, ce qui permet de les mettre en relation directe avec son occupation. Ainsi, leur présence ici suggère l’existence d’un lien fonctionnel au sein de ce bâtiment, qui aurait abrité une boulangerie et une meunerie hydraulique.

9Directement au pied du bâtiment F, dans un niveau de débordement du chenal, deux autres metae « hydrauliques » entières (fig. 185, no 14 et fig. 186, no 21) ont été découvertes. Cette couche a également livré un fragment de la paroi du pétrin mécanique (fig. 62, fr. paroi no 2).

Fig. 185 - Les metae de moulins artisanaux.

Fig. 185 - Les metae de moulins artisanaux.

10La deuxième concentration de meules « hydrauliques », de même forme que les précédentes (catilli de type 13c et metae de type 21c/31c), se situe dans la zone du cours d’eau qui a été dégagée à l’ouest, au contact du canal qui le longe en rive gauche.

11Ce lot se répartit à l’intérieur même du chenal, dans des niveaux attribués pour l’essentiel au IIIe siècle. Il se compose de trois fragments de catilli « hydrauliques » (fig. 184, nos 3, 6 et 9) et deux metae « hydrauliques », dont une entière (fig. 185, no 12 et fig. 186, no 20). Toutes ces meules ont des diamètres importants (70/75 à 85 cm), à l’exception de la meta [no 20], dont le diamètre estimé est compris entre 55 et 60 cm. On peut néanmoins l’attribuer, par sa typologie (31c,23), à un moulin artisanal de type meunerie-boulangerie. Mais compte tenu de son cadre de découverte, il s’agit plus précisément, sans doute, d’une petite meule hydraulique, comme on en connaît également en Gaule Narbonnaise (Longepierre 2012).

12Un dernier exemplaire a été découvert isolé plus au nord, dans un remblai contemporain du chantier de construction de l’extension occidentale de l’auberge (phase 2a ; fin du IIe siècle ou début du IIIe siècle). Il s’agit d’un fragment de catillus « hydraulique » (fig. 184, no 4).

13Toutes les meules dont la typologie renvoie à une période plus précise au sein de la période romaine appartiennent essentiellement aux deux premiers siècles de notre ère. Ainsi, parmi les neuf catilli de moulins artisanaux (fig. 184), cinq sont suffisamment conservés pour que l’on connaisse le type de logement d’anille employé. Il s’agit dans tous les cas de trous circulaires (diam. moyen : 2,5 cm) creusés sur leur face supérieure pour la fixation d’une anille crampon* par-dessus. Or, ce système disparaît au cours de la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C., ou à la fin de ce siècle, au profit de l’anille barrette* par-dessous. S’agissant des 12 metae également en relation avec des moulins artisanaux (fig. 185, 186), leur typologie livre une datation plus vague (Ier-Ve siècle). Toutefois, neuf d’entre elles semblent se rattacher, de préférence, aux deux premiers siècles de notre ère, compte tenu de leur très faible épaisseur (type 21c : h. du flanc inférieure à 5 cm). On ne rencontre pas ici les metae massives de type Barbegal diffusées en Gaule entre la charnière des IIe-IIIe siècles et la fin du IVe siècle.

Fig. 186 - Les metae de moulins artisanaux.

Fig. 186 - Les metae de moulins artisanaux.
  • 2 Le Bois 92, initialement considéré comme un coin, n’est pas représenté sur la fig. 187.

14Trente-trois alluchons* en bois2 (tab. 17 ; fig. 187) appartenant au mécanisme d’engrenage d’un ou plusieurs moulins ont par ailleurs été découverts dans le dépotoir de la salle F2 (phase 2b) (Martinez, Ollivier 2018 : § 72-76 ; Blondel, Ollivier, Viriot 2021). Tous sont en frêne, à l’exception du [Bois 483] – en hêtre –, et ont été réalisés au tour. Leur tête présente le plus souvent d’importantes traces d’usure et certains comportent un tenon pour leur assemblage dans le rouet*.

Tab. 17 - Les alluchons (dimensions en mm).

Bois

Essence

L. tête

Diam. tête

L. corps

Diam. corps

L. tenon

Type

Sous-type

68        

Fraxinus excelsior

74

45

54

69

Fraxinus excelsior

104

60

71

Fraxinus excelsior

234

50

35

72

Fraxinus excelsior

236

44

54

73

Fraxinus excelsior

198

42

35

75

Fraxinus excelsior

136

51

52

92

Fraxinus excelsior

184

46

B

93

Fraxinus excelsior

188

51

B

266

Fraxinus excelsior

174

62

210

50

A

3

267

Fraxinus excelsior

134

48

346

40

A

466

Fraxinus excelsior

134

56

284

46

48

A

2

467

Fraxinus excelsior

131

56

290

45

A

2

468

Fraxinus excelsior

112

65

38

50

A

1

469

Fraxinus excelsior

100

60

118

50

A

470

Fraxinus excelsior

134

62

3

54

A

2

471

Fraxinus excelsior

78

58

55

50

A

472

Fraxinus excelsior

142

60

64

48

A

473

Fraxinus excelsior

170

60

6

A

3

474

Fraxinus excelsior

136

54

6

42

A

2

475

Fraxinus excelsior

136

64

34

51

A

2

476

Fraxinus excelsior

135

60

26

50

A

2

477

Fraxinus excelsior

115

62

18

50

A

1

478

Fraxinus excelsior

110

64

2

44

A

1

479

Fraxinus excelsior

130

62

4

A

2

480

Fraxinus excelsior

168

62

A

3

481

Fraxinus excelsior

134

58

42

48

A

2

482

Fraxinus excelsior

96

58

38

48

A

483

Fagus sylvatica

128

55

A

2

484

Fraxinus excelsior

88

60

52

50

B

485

Fraxinus excelsior

144

66

18

52

B

486

Fraxinus excelsior

146

58

15

50

B

487

Fraxinus excelsior

131

50

175

38

A

488

Fraxinus excelsior

140

48

166

38

A

Fig. 187 - Les alluchons.

Fig. 187 - Les alluchons.

15Deux types ont été reconnus. Le type A regroupe les alluchons à tête cylindrique, dont la longueur détermine trois sous-catégories (1 à 3), auxquelles il n’a pas été possible d’attribuer certains exemplaires en raison de leur état de conservation. Le type B désigne les alluchons à tête taillée en sifflet. Ces différents types et modules indiquent que les éléments appartenaient à des parties distinctes du moulin, à plusieurs structures de mouture ou correspondaient à des pièces de remplacement.

16De telles découvertes sont rares, même si quelques fouilles récentes ont permis de mettre au jour des alluchons en contexte de meunerie hydraulique : un exemplaire en frêne rue Fontgiève (Martinez dir. 2021 : 103), un autre sur le site de l’Embanie à Art-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle ; Defressigne et al. 2016 : 82, fig. 6) et 5 alluchons en bois de fruitiers à Vannes (Morbihan ; Bernard et al. 2016 : 105-106). La collection la plus importante provient néanmoins de Barzan, où 76 exemplaires ont été mis au jour dans un puits utilisé pour l’alimentation en eau des thermes publics, par l’intermédiaire d’une chaîne à godets (Coadic, Bouet 2005 : 31-44 ; Coadic 2007 : 71).

17D’autres éléments en bois, issus des mêmes contextes, peuvent sans doute être associés à la même activité.

18Les cuves monoxyles (fig. 188)
[Bois 734], salle F2 (phase 2b)
L : 1 168 mm ; l : 350 mm ; H : 375 mm
Quercus sp. (chêne)
Cuve taillée dans une même bille grossièrement équarrie, de section presque carrée. L’évidage de la cuve présente des bords droits et un fond curviligne remontant presque jusqu’aux extrémités extérieures. Un petit trou sur l’une des extrémités a été rebouché à l’aide d’un petit bout de bois taillé en sifflet (Bois 736), sans doute pour rendre la cuve parfaitement étanche.

Fig. 188 - Les cuves monoxyles.

Fig. 188 - Les cuves monoxyles.

19[Bois 735], salle F2 (phase 2b)
L : 1 176 mm ; l : 358 mm ; H : 375 mm
Quercus sp. (chêne)
Cuve taillée dans une même bille grossièrement équarrie, de section presque carrée et identique au [Bois 734], mais en moins bon état de conservation. L’évidage de la cuve présente également des bords droits et un fond curviligne remontant presque jusqu’aux extrémités extérieures.

20Commentaire :
Ces deux cuves sont presque identiques et issues d’un même chêne. Elles ont été équarries à la hache et évidées à l’herminette (ou un outil analogue), tandis que leurs extrémités ont probablement été sciées.

21Disposées côte à côte dans l’angle nord-est de la salle F2, elles étaient associées à une troisième pièce en chêne placée à l’ouest, perpendiculairement aux cuves (Bois 500 ; fig. 63). Faute de comparaison, l’interprétation précise de ces dernières demeure délicate, même si la recherche d’étanchéité semble évidente (utilisation de monoxyles, pièce de réparation). Peut-être que ces cuves servaient à attendrir les grains par trempage avant leur mouture (Blondel, Ollivier, Viriot 2021), même si peu d’indices permettent de le prouver, hormis la présence de pollens et de carporestes (voir supra, chap. 3.1.2).

22Un élément de moulin ? (fig. 189)
[Bois 171], dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 72 mm ; l : 39 mm ; ép. : 20 mm
Fraxinus excelsior (frêne)
Pièce de bois présentant de nettes traces de travail. Deux découpes en arrondi ont été réalisées sur les extrémités.

Fig. 189 - Des éléments de moulin ?

Fig. 189 - Des éléments de moulin ?

23Commentaire :
Cet élément peut être comparé à 28 pièces en chêne découvertes à Barzan (Coadic, Bouet 2005 : 37-38), dont les dimensions sont cependant différentes (L : 100 mm ; l : 50 mm ; ép. : 20 mm). Elles présentent les mêmes découpes aux extrémités et pourraient être liées au fonctionnement de la chaîne à godets qui équipait le puits dans lequel elles ont été découvertes.

24Un support de roue ? (fig. 189)
[Bois 366], dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 595 mm ; larg. : 200 mm ; ép. : 158 mm
Ulmus sp. (orme)
Pièce de section importante, mais de faible longueur, parfaitement équarrie. Elle présente de nombreux aménagements, comme ses deux tenons avec une découpe à 45° aux extrémités, une feuillure en biseau et un creusement sans doute destiné à recevoir une autre pièce en bois ou en métal, avec de nettes traces d’usure. Un trou de clou est également visible à proximité de ce creusement.

25Commentaire :
Cet élément évoque, au moins au niveau du creusement, la traverse d’une ossature soutenant le mécanisme d’un moulin du site de la rue Fontgiève, qui présente une encoche en demi-sphère (Martinez, Ollivier 2018 : § 46-49). De plus, comme pour le [Bois 366], cette traverse présentait une légère entaille pour accueillir un élément en métal disparu, assemblé par clouage comme le suggère la présence d’un trou de clou (Martinez dir. 2021 : 103-104).

26Les pièces métalliques du pétrin mécanique n’ont pas pu être clairement reconnues, mais elles sont peut-être en partie présentes dans les objets en fer indéterminés de l’ensemble. En revanche, un racle de boulangerie a été identifié (fig. 190, no 3). Cette tige en fer de grandes dimensions est munie à une extrémité d’un crochet simple permettant sa suspension. La seconde extrémité devait — même si cela n'est pas indispensable — être complétée d’une tôle, large et plane, en métal. Cet outil permettait de répartir les braises dans le four chaud ainsi que de les retirer après utilisation (Monteix, Noûs 2021 : 234).

Fig. 190 - Instrumentum (artisanat de l’os, du bois et boulangerie).

Fig. 190 - Instrumentum (artisanat de l’os, du bois et boulangerie).

27On peut enfin rattacher à cette catégorie plusieurs fragments correspondant vraisemblablement à un support métallique dont la surface est paillée. Il s’agit d’une sorte de plaque de moyennes ou grandes dimensions permettant d’isoler du sol des denrées alimentaires. Ce procédé est encore usité aujourd’hui pour des pains et ou des fromages fabriqués artisanalement (Leconte 2013 ; Higelin 2019 ; Ferdière, Séguier 2020).

9.3. Autres artisanats (FB, VM, JV)

9.3.1. Le travail du cuir

28Dans la classe des cuirs indéterminés, les deux éléments du lot 137 présentent une surface usée et correspondent donc à des restes d’objets. Cependant, leur état fragmentaire et l’absence de tout indice de mise en œuvre interdisent la moindre identification typologique des pièces.

29Dans la classe des chutes de fabrication, nous comptabilisons uniquement les trois éléments du lot 132.

30Caractérisées par une face grain* exempte de toute usure, ainsi que par des bords droits attestant une découpe récente au moment du rejet, ces chutes appartiennent à la catégorie des chutes secondaires produites par l’artisan lors de la levée sur la peau des différentes pièces constitutives de l’objet qu’il va fabriquer (Montembault 2014).

31Mais, à l’époque romaine, les chutes sont également utilisées dans la réalisation d’objets et servent notamment de garniture dans les chaussures à multiples semelages* (Montembault 1998a). Ce réemploi ne produit pas de trace caractéristique et, si de telles chutes sont découvertes éparses, rien ne peut permettre leur identification en tant que pièce constitutive d’un objet.

32Outre les fragments de cuir, cet artisanat est attesté par plusieurs instruments identifiés dans le lot des objets métalliques. On dénombre notamment 15 alènes en fer. Il s’agit de courtes tiges biconiques dont la partie droite, soie de section quadrangulaire, était insérée dans un manche le plus souvent en bois, tandis que l’extrémité, de section circulaire et parfois courbe, permettait de percer le cuir. Ce travail de poinçonnage était destiné à l’insertion de clous ou d’un lien, pour l’assemblage des pièces entre elles, vraisemblablement apparenté à de la cordonnerie dans le cas présent. On note aussi la présence d’un grand couteau à pied en fer, à lame rectangulaire (Jacobi 1974). De même, deux andouillers sciés et polis ont pu être identifiés pour servir à l’ornementation de pièces de cuir, poinçonnage ou lacération, ainsi que trois polissoirs (fig. 191, nos 6, 8 et 9).

Fig. 191 - Instrumentum (artisanat du textile et du cuir).

Fig. 191 - Instrumentum (artisanat du textile et du cuir).

33Le travail du cuir pourrait également être illustré par deux bobines en bois (fig. 192).

Fig. 192 - Objets en bois (travail du cuir).

Fig. 192 - Objets en bois (travail du cuir).

34[Bois 173], dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
Diam. : 58 mm ; H : 47 mm
Buxus sempervirens (buis)
Objet tourné composé de deux parties hémisphériques disposées de part et d’autre d’un axe cylindrique et sur lesquelles une très nette usure dissymétrique est visible.

35[Bois 353], niveau de destruction de la salle A6 (phase 1b)
Diam. : 55 mm ; H : 51 mm
Buxus sempervirens (buis)
Objet tourné composé de deux parties hémisphériques disposées de part et d’autre d’un axe cylindrique. Une usure est perceptible, mais elle est moins marquée que pour le [Bois 173], probablement en raison de son mauvais état de conservation.

36Commentaire :
Bien qu’issus de contextes différents, ces deux objets sont très semblables. Les traces d’usure dissymétriques impliquent un geste régulier et répété.
Des bobines comparables ont été mises au jour en France, en Suisse, en Angleterre ou en Allemagne (Jauch, Weiss 2012 : 20-23) et, à Clermont-Ferrand, sur les sites de la rue Gaultier de Biauzat, de l’ancienne confiturerie Humbert et de la rue Fontgiève (Martinez dir. 2021 : 145-146). Si différentes interprétations ont été proposées, un réexamen des données suggère leur usage pour lisser ou polir les peaux afin de les assouplir (Blondel 2021 : 146-162).

9.3.2. Le tissage

37Le textile (fig. 191, nos 1-5) est un artisanat délicat à caractériser puisque les outils qui le concernent sont fréquemment présents sur les sites, mais plutôt comme témoins d’une activité limitée à la sphère domestique qu’en tant que véritables indices de production. Le tissage et le filage semblent peu présents puisqu’on compte seulement une fusaïole et un fragment de fuseau. En revanche, la couture est bien représentée par des aiguilles en os, en fer et en bronze. Elles représentent 31 individus, soit 11 % de la tabletterie, dont huit pour lesquelles le chas est conservé. On compte aussi 23 fûts et pointes qui sont apparentés à des aiguilles.

38Parmi les objets en bois, le tissage est représenté par deux fuseaux et, probablement, une aiguille (fig. 193).

Fig. 193 - Objets en bois (tissage).

Fig. 193 - Objets en bois (tissage).

39[Bois 461], niveau de destruction dans la salle A6 (phase 1b)
L : 186 mm ; diam. : 10 mm
Juniperus communis (genévrier)
Fragment d’un bois, peut-être tourné, évoquant un fuseau de tissage.

40[Bois 462], canal longeant le cours d’eau (phase 2b)
L : 126 mm ; diam. : 14 mm
Buxus sempervirens (buis)
Fragment de bois tourné évoquant un fuseau de tissage.

41[Bois 705], niveau d’occupation de la salle E1 (phase 2a)
L : 109 mm ; diam. : 5 mm
Abies alba (sapin)
Objet d’aspect filiforme et de section ronde, plus réduite que celle des fuseaux. Une des extrémités conservée est épointée.

42Commentaire :
Ces éléments filiformes, avec un rétrécissement au niveau des extrémités, sont caractéristiques des activités de tissage. Ils sont souvent réalisés dans des résineux ou des buis, par tournage (Blondel 2018, vol. 1, 510-513). Des parallèles peuvent être établis avec un exemplaire découvert dans une tombe des Martres-de-Veyre, où il était associé à deux fusaïoles — dont une encore en place sur le fuseau —, une quenouille et de la laine (Audollent 1922 : 290 ; Blondel 2018, vol. 1, 510), ou encore des objets mis au jour à Bordeaux (Sireix dir. 2008 : 244, fig. 7 ; Maurin dir. 2012 : 377, fig. 5), à Nîmes (Mille et al. 2018), à Saintes (Saedlou 2002 : 190, fig. 113) ou encore à Lattes (Piquès, Buxó dir. 2005 : 179, fig. 33) pour ne citer qu’eux. Le [Bois 705], interprété comme une aiguille, pourrait également s’apparenter à une branche de quenouille (Rossignani, Sannazaro, Legrottaglie dir. 2005 : 199-224).

9.3.3. Le travail des matières dures animales et la boucherie

43La présence d’un artisanat de l’os, de la corne et du bois de cerf apparaît clairement sur le site à travers les ébauches d’objets divers identifiées (cinq épingles et une charnière), la trentaine de déchets de manufacture portant des traces caractéristiques d’étapes de façonnage intermédiaires (débitage et tournage) et un grand nombre de cornes et d’os sciés ainsi qu’un bois de cerf. En revanche, aucun des espaces mis au jour n’a pu être précisément identifié comme un atelier. La concentration de ces éléments au niveau de la partie occidentale du bâtiment F permet de supposer que ces espaces de travail aient été localisés à cet emplacement ou bien à proximité immédiate, en dehors de l’emprise de fouille. De même, l’important lot de jetons découvert plus au nord (voir supra, chap. 8.3.2) suggère une fabrication locale et peut-être in situ (Feugère, Prévot 2008 ; Rodet-Belarbi, Lemoine 2010).

44On distingue plusieurs étapes de la chaîne opératoire du tabletier à travers les déchets collectés. C’est par exemple le cas d’un bois de cerf (fig. 190, no 1), issu de mue, qui a été scié mais non travaillé ainsi que d’un grand nombre d’épiphyses, de diaphyses et de cornes sciées qui entrent dans une phase préliminaire de débitage de la matière osseuse, sans qu’il soit possible d’en identifier la vocation. La seconde étape est illustrée par 14 individus ; l’objet est alors préformé et donc définissable, mais il n’est pas fini : déchets de débitage de baguettes et barrettes épannelées destinées à être transformées en épingles ou aiguilles principalement.

45On note aussi cinq fragments de plaques-supports pour la fabrication des jetons, ainsi que deux déchets de tournage liés à l’élaboration de jetons ou de fusaïoles. Enfin, six éléments sont des produits semi-finis. La forme est donnée de façon précise, le décor est entamé dans le cas des têtes d’épingle notamment, mais l’objet n’est pas abouti puisqu’il manque la finition par polissage du corps de l’objet et la réalisation des décors les plus fins. Ce cas de figure concerne au moins une charnière et plusieurs ébauches d’épingles.

46Les activités de boucherie trouvent enfin leur place dans ce registre malgré un nombre d’indices limité dans le corpus d’instrumentum du site. L’un deux est un grand crochet double, mobile, dont la tige principale est torsadée (fig. 191, no 10). Ce type de crochet, utilisé encore aujourd’hui, permet la suspension de lourdes pièces de viande notamment. L’ensemble compte par ailleurs un anneau formé d’une large pièce plane régulièrement perforée, identifiable à une suspension de charcuteries.

9.3.4. La métallurgie

47Si la métallurgie n’a pas été mise en évidence par la découverte de structures sur le site, la mise au jour de l’important dépôt métallique dans l’espace F2 suggère la présence, en dehors de l’emprise mais en étroite relation avec ce bâtiment, d’un atelier de métallurgie développant les activités de fonderie et de forge. Outre les nombreuses pièces de construction et objets en bois, cet espace concentre un important ensemble de mobilier principalement métallique. Ce lot comptabilise 40 % du corpus collecté sur le site et rassemble 27 % de l’ensemble des objets inventoriés ici, tous matériaux confondus, soit 210 objets répartis sur quatre US qui semblent appartenir à la même phase d’occupation de l’espace (2b). Parmi eux, deux catégories ressortent : les éléments de construction et d’huisserie et les clous. Quelques objets résiduels d’un premier état de fonctionnement du bâtiment ont été observés, mais la majorité des individus semble appartenir à un second état auquel on peut attribuer la fonction de stockage. On note un phénomène de récupération assez limité sur l’ensemble du site concernant les éléments liés à l’assemblage et la construction. En revanche, l’importante concentration de pièces de quincaillerie, de pentures, de clous ou d’outils en fer mis au jour suggère une récupération volontaire de ce matériau en vue d’une reforge par exemple.

9.3.5. La boisellerie

48Un seau
Bois 172, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 134 mm ; l : 38 à 31 mm ; ép. : 9 mm
Abies alba (sapin)
Douelle d’un petit seau ou baquet. L’une des extrémités présente un jable et l’autre une coupe droite sans jable. Des restes de poix sont visibles sur la face interne de la douelle.

49Bois 345, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
Diam. : 111 mm ; ép. : 10 mm
Abies alba (sapin)
Fond de seau ou de tonnelet entier avec un biseau réalisé au ciseau sur son pourtour pour l’assemblage avec les jables des douelles. Des restes de poix sont visibles sur la face interne du fond.

50Commentaire :
Ces deux éléments proviennent probablement d’un même seau. Ils sont tous deux en sapin et le diamètre du fond est compatible avec la largeur de la douelle au niveau du jable et l’inclinaison du biseau de ses côtés. Sa hauteur restituée est de 134 mm pour un diamètre à l’ouverture de 130 mm. Aucune trace d’oxydation ne trahit la présence de cerclage en métal, mais de la poix a été utilisée pour étanchéifier le seau. Il faut probablement envisager un cerclage en bois ou en lien végétal, ce qui pourrait expliquer la présence de poix. À moins qu’il ne s’agisse d’un tonneau coupé en deux et réutilisé par la suite comme petit seau (Blondel 2018 : vol. 1, 586).

51Un baquet
Bois 149, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 538 mm ; l : 116 à 137 mm ; ép. : 20 à 28 mm
Abies alba (sapin)
Douelle de baquet entière. L’une des extrémités présente un jable et l’autre une coupe droite sans jable. Des restes de poix sont visibles sur la face interne de la douelle.

52Bois 237, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 530 mm ; l : 176 mm ; ép. : 2 mm ; diam. estimé : 566 mm
Abies alba (sapin)
Fond de baquet très fragmenté, avec un biseau réalisé au ciseau sur son pourtour pour l’assemblage avec les jables des douelles. Des restes de poix sont visibles sur la face interne du fond.

53Commentaire :
La courbure de la douelle, la largeur du jable et l’inclinaison du biseau de ses côtés invitent à l’associer au fond. Les deux éléments sont en sapin et de la poix a également été appliquée sur les parois internes du baquet. Sa hauteur restituée est de 528 mm et son diamètre à l’ouverture devait atteindre au moins 600 mm. Aucune trace de cerclage métallique n’a été détectée et les mêmes conclusions peuvent être proposées pour ce baquet, en raison de la présence de poix (Blondel 2018, vol. 1, 586).

9.3.6. Le travail du bois

54On compte également un ensemble d’outils qui appartiennent généralement à l’équipement des menuisiers et ébénistes : une lame de scie, deux burins, deux fers de rabots, un ciselet et une pointe de compas (fig. 190, no 2, fig. 191, no 7). De rares occurrences qui ne sont ni attribuables à un artisanat spécifique, ni à l’agriculture d’après le caractère urbain de l’occupation, comme un fragment de serpette ou encore une lime, ont également été inventoriés (Chardron-Picault dir. 2010 ; Gilles 2016).

55Le travail du bois est par ailleurs attesté par plusieurs éléments, principalement recueillis lors de la fouille du dépotoir de la salle F2 (phase 2b).

56C’est tout d’abord le cas de deux ébauches de bois tourné. Le premier fragment (Bois 54) semble correspondre à une baguette tournée de section circulaire en genévrier, qui aurait par la suite été découpée en biseau. Le second (Bois 57), en revanche, est un raté de tour, dont l’essence n’a pas été identifiée. La pointe de fixation est visible sur l’une de ses extrémités, mais il n’a pas été possible de déterminer la nature de l’objet, en cours de fabrication.

57De nombreuses chutes de travail (213 fragments) ont également été mises au jour. Il s’agit de chutes liées au fendage du bois, de copeaux, de chutes de bois travaillé ou encore de rebuts de découpe. L’ensemble n’a pas pu être étudié de manière exhaustive, mais plusieurs essences sont fréquemment identifiées, comme le sapin pour 90 éléments, le hêtre (14), le frêne (11) et, de manière plus anecdotique, l’aulne (1), le chêne (3) ou encore l’orme (5). Là encore, l’essentiel provient du dépotoir de la salle F2, où il est possible de supposer la présence d’un atelier de travail du bois.

9.3.7. Les outils polyvalents

58Les masses de maillet (fig. 194)
[Bois 94], dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 105 mm ; l : 84 mm ; ép. : 69 mm
Buxus sempervirens (buis)
Masse de maillet de section octogonale parfaitement conservée. L’usure est bien perceptible et résulte d’une longue utilisation, car les deux extrémités sont enfoncées.

Fig. 194 - Objets en bois (outils polyvalents).

Fig. 194 - Objets en bois (outils polyvalents).

59[Bois 259], dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 84 mm ; l : 74 mm ; ép. : 60 mm
Fraxinus excelsior (frêne)
Masse de maillet aux angles arrondis, en mauvais état de conservation. Objet dont l’usure témoigne d’une longue utilisation.

60Commentaire :
Ces deux éléments comportent un orifice pour le manche dont la section n’excède pas 25 mm. Il s’agissait donc de petit outillage, destiné à la finition plutôt qu’au gros œuvre, peut-être pour le travail du bois. Une masse de maillet en frêne, avec un manche en aulne, a également été découverte rue Fontgiève. Elle est plus longue mais présente une largeur et une épaisseur comparables aux [Bois 94] et [259] (Martinez dir. 2021 : 147-148). Un inventaire des découvertes de maillet en Gaule romaine montre la grande diversité des masses dans leur forme, sans doute adaptée à leur usage (Blondel 2018 : vol. 1, 491-499). Le frêne est fréquemment utilisé, le buis en revanche est plus anecdotique et constitue une spécificité du maillet de l’ancienne Gare routière. Il est par ailleurs bien ouvragé et devait appartenir à un artisan spécialisé, sans doute dans le travail du bois.

61Les coins
Bois 23, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 255 mm ; l : 75 mm ; ép. : 68 mm
Abies alba (sapin)
Coin ( ?) de section carrée, traversé par un clou.

62Bois 39, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 245 mm ; l : 43 mm ; ép. : 38 mm
Essence non identifiée
Coin ( ?) taillé en forme de cône, en deux fragments.

63Bois 47, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 192 mm ; l : 61 mm ; ép. : 35 mm
Essence non identifiée
Coin ( ?) travaillé en forme de cône.

64Bois 74, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 255 mm ; l : 52 mm ; ép. : 34 mm
Abies alba (sapin)
Coin ( ?) biseauté sur une moitié et de section rectangulaire. La partie fonctionnelle est bien conservée, mais l’autre extrémité est cassée ou très dégradée.

65Bois 91, dépotoir de la salle F2 (phase 2b)
L : 176 mm ; l : 58 mm ; ép. : 36 mm
Juglans regia (noyer)
Coin ( ?) biseauté sur ses deux faces. Une de ses extrémités n’est pas conservée et présente un trou ( ?).

66Commentaire :
L’hypothèse retenue pour l’interprétation de ces éléments repose principalement sur l’observation de traces de percussion sur une extrémité et d’écrasement sur l’autre. Certains pourraient néanmoins correspondre à des chutes de travail ou à des rebuts.

67Un réa de poulie ? (fig. 194)
[Bois 352], niveau d’abandon dans la salle F2 (phase 3a)
Diam. : 51 mm ; H : 26 mm
Buxus sempervirens (buis)
Petit réa réalisé au tour. Une gorge occupe la périphérie pour permettre l’entraînement et la passage d’une corde. Un trou central (diam. : 11 mm) traverse radialement le réa de part en part.

68Commentaire :
Ce réa appartient à un ensemble d’éléments composant une poulie. Un réa semblable, aux dimensions légèrement plus réduites (diam. : 40 mm ; ép. : 15,5 mm), a été découvert rue Fontgiève (Martinez dir. 2021 : 147-148). D’autres exemplaires, parfois avec un axe, ont été découverts dans des contextes portuaires ou fluviaux, comme à Marseille (Hesnard et al. 1999 : 65), à Istres (Leffy 1990 : 28) ou encore récemment sur l’épave d’Arles-Rhône 3 (information P. Mille). En contexte fluvial ou maritime, ces réas appartiennent aux poulies nécessaires à la voilure des bateaux. En revanche, dans des contextes éloignés des cours d’eau comme à Clermont-Ferrand, ces poulies devaient servir à des structures de levage (Blondel 2018 : vol. 1, 553-555).

69Un bois tourné indéterminé (fig. 194)
[Bois 346], niveau de destruction de l’exèdre B34 (phase 3b)
Diam. : 51 mm ; H : 26,5 mm
Buxus sempervirens (buis)
Objet tourné avec une rainure interne très bien conservée. Les extrémités sont droites et aucune trace de pointe de tour n’est conservée, ce qui laisse à penser que l’objet a été retravaillé après son tournage.

70Commentaire :
Le parallèle le plus proche pour cet objet a été découvert sur le site de la Cité judiciaire à Bordeaux (Sireix dir. 2008 : 244, fig. 10). Il est interprété comme un raté de tour (godet), ce qui n’est pas le cas ici. Il pourrait avoir été assemblé avec d’autres éléments (pied de meuble ?), comme semblent le montrer les traces d’oxydation perceptibles à l’intérieur de la rainure.

9.4. Conclusion (JO)

71Les études de mobilier fournissent des arguments supplémentaires pour l’interprétation des vestiges. C’est tout d’abord le cas de l’auberge. Si l’activité économique est attestée par la découverte d’instruments liés à la pesée ou encore par l’analyse des monnaies (voir supra, chap. 6.4), il est délicat de les rattacher à une catégorie d’échanges spécifique. On notera simplement que le numéraire des années 260-275 est absent, alors que les sites clermontois de cette période, qui correspond au moment où l’auberge semble transformée en maison, livrent généralement des quantités non négligeables d’antoniniens. En revanche, les nombreuses pièces de harnachement mises au jour sur le site pourraient bien provenir des montures ayant stationné dans l’auberge. Au sein de cette dernière, l’identification de la pièce B5 comme une cuisine est par ailleurs renforcée par la découverte de deux meules de moulin domestique.

72Les résultats les plus probants concernent néanmoins le bâtiment F. La découverte d’une importante quantité de meules de grand diamètre constitue un des principaux arguments pour restituer dans l’espace F2 une meunerie hydraulique, dont la roue était placée directement dans le cours d’eau. La fouille de ce secteur a en outre révélé plusieurs pièces en bois provenant du ou des moulins. C’est tout d’abord le cas des alluchons, qui forment une des principales collections documentées en Gaule pour ce type d’objet. Les cuves monoxyles étaient probablement associées à cette activité, mais leur fonction précise demeure difficile à établir. La meunerie était adossée à une boulangerie, comme le montre la présence d’un pétrin mécanique en place dans l’espace F1. Certaines meules ont également pu être utilisées dans ce cadre, ainsi que différents objets métalliques, au premier rang desquels figure le racle de boulanger.

Notes

1 Le terme « moulin artisanal » désigne ici un moulin utilisé dans un espace de mouture de type meunerie-boulangerie. celui-ci se distingue d’un emploi des meules et d’une consommation.

2 Le Bois 92, initialement considéré comme un coin, n’est pas représenté sur la fig. 187.

Table des illustrations

Titre Fig. 182 - Instrumentum (commerce).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-1.png
Fichier image/png, 349k
Titre Fig. 183 - Instrumentum (transport).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-2.png
Fichier image/png, 357k
Titre Fig. 184 - Les catilli de moulins artisanaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-3.png
Fichier image/png, 301k
Titre Fig. 185 - Les metae de moulins artisanaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-4.png
Fichier image/png, 353k
Titre Fig. 186 - Les metae de moulins artisanaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-5.png
Fichier image/png, 204k
Titre Fig. 187 - Les alluchons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-6.png
Fichier image/png, 508k
Titre Fig. 188 - Les cuves monoxyles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-7.png
Fichier image/png, 510k
Titre Fig. 189 - Des éléments de moulin ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-8.png
Fichier image/png, 283k
Titre Fig. 190 - Instrumentum (artisanat de l’os, du bois et boulangerie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-9.png
Fichier image/png, 383k
Titre Fig. 191 - Instrumentum (artisanat du textile et du cuir).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-10.png
Fichier image/png, 510k
Titre Fig. 192 - Objets en bois (travail du cuir).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-11.png
Fichier image/png, 294k
Titre Fig. 193 - Objets en bois (tissage).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-12.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 194 - Objets en bois (outils polyvalents).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7593/img-13.png
Fichier image/png, 299k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Volume papier

Alpara
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search