Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Conclusion générale

Jean-Claude Béal, Frédérique Blaizot et Christophe Landry

Texte intégral

1Au terme des travaux menés principalement depuis les années 1980, la villa du Palais est aujourd’hui mieux connue ; un bilan peut être dressé et quelques remarques proposées.

2La villa s’élevait à l’extrémité méridionale de la plaine de Montélimar, dans un territoire restructuré par Rome selon la centuriation dite du cadastre B d’Orange. Passant à l’est de la villa, la voie majeure qui traversait cette plaine était celle qui allait de Lyon et Valence vers Orange et le Sud ; à la latitude du Palais, cette voie se rapprochait du cardo maximus du cadastre B dont l’hypothèse qu’il ait constitué la limite orientale des terres du Palais doit être discutée. L’étude topographique de l’espace funéraire de la Labre, à l’est du Palais, suggère qu’il ait été bordé par un chemin de liaison entre cette voie majeure et la villa.

3En marge de ce territoire, deux capitales de cité de taille moyenne existaient au Haut-Empire : Alba pour les Helviens à l’ouest du Rhône, Augusta Tricastinorum (Saint-Paul-Trois-Châteaux) pour les Tricastins à l’est du fleuve, l’une et l’autre à un peu plus d’une quinzaine de kilomètres de la villa. Viviers, archéologiquement mal connue, ne devint sans doute une ville que dans l’Antiquité tardive, quand elle remplaça Alba comme capitale des Helviens. L’identification de Montélimar comme urbs doit, quant à elle, être récusée, et, comme bourg, reste largement à démontrer. La localisation d’une étape routière d’Acunum – ce qui ne constitue pas une agglomération – sur la rive gauche du Roubion est en revanche acquise. Huit villae de taille moyenne se dressaient dans la plaine montilienne, et trois grands établissements, outre celui du Palais qui reste cependant le seul qu’on connaisse largement par la fouille, et dont la prégnance architecturale s’imposait encore en 1859 à A. Espanet. Cette relative densité des villae et ce relatif éloignement de villes relativement modestes qui disposaient d’ailleurs de leur propre territoire vivrier, suggèrent que la production des villae de la plaine de Montélimar ait été destinée à un marché plus lointain, approvisionné notamment par le Rhône, et qu’elles aient été ainsi tournées vers des produits faciles à transporter après transformation comme le vin ou l’huile, ou après séchage comme les grains et les fruits secs ou séchés.

4L’étude géomorphologique d’E. Morin et J.L. Brochier a montré que, sur la terrasse würmienne où la villa du Palais fut construite, les pratiques agricoles intensives, notamment à partir du second âge du Fer, avaient entraîné une érosion marquée et une perte progressive des capacités agronomiques du terroir. En outre, les fonds de vallée s’étaient colmatés, ce qui entraînait des dérèglements hydrologiques et des crues. L’exhaussement des niveaux d’occupation des parties basses fut la réponse architecturale à ce fait, tout comme une intense activité de drainage dans les champs de la villa du Palais.

5Si la première occupation antique de la résidence, à peu près contemporaine de l’établissement du cadastre B, remonte aux années 50‑25 av. J.‑C., ses traces sur le site sont ténues. L’évolution architecturale de la partie résidentielle peut être suivie entre le Ier siècle et le Ve siècle ap. J.‑C. Un habitat d’une certaine ampleur (état I) existait sans aucun doute sous les Julio-Claudiens. Construite à son tour sur les mêmes axes, qui ont été conservés jusque dans les phases les plus récentes, la résidence de la fin du Ier et du IIe siècle (état II) était organisée, classiquement, autour d’un jardin central (fig. 638). L’étude de J.‑M. Mignon montre que le projet architectural a pu être conçu sur la base d’un carré de 200 pieds. La largeur des portiques, initialement de 2,70 m comme souvent, a été portée, vers la fin du IIe siècle au plus tôt, à 3,70 m et la distribution des pièces a été refaite au cours du IIIe siècle (état IIIa), dans un mouvement d’amplification des espaces. Cependant, la demeure s’ouvre sur des jardins extérieurs par le portique de la façade occidentale et par celui de la façade méridionale, face auquel s’étire un grand bassin. Ainsi, dès l’état II, la partie d’habitation était distincte de la partie rurale. Ce parti n’est pas si fréquent dans le Sud-Est. On le connaît régionalement dans la villa sévérienne de la Plaine à Alba (fig20, n° 1) ou dans celle du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) où la partie rustique occupait 12 ha sans avoir jamais été l’« espace unique rigoureusement ordonnancé » (Royet 2015 : 89) qu’on voit dans la villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) [Motte, Vicherd 2008 : paragr. 48‑62] et plus généralement dans les villae « à pavillons multiples alignés ». Le modèle associant la résidence et la partie agraire autour d’une même cour et offrant un pied à terre ou un gîte modeste à un propriétaire est plus courant, par exemple à Roussas ou Maubec (fig16, n° 1, 2), comme dans la villa de Bas-Juliau à Alba (fig21, n° 1). C’est le parti adopté pour la villa de Vareille (Mauné 2003 : fig. 9) à partir de sa phase V (IIe siècle) ou pour la villa de la période II (de la seconde moitié du Ier siècle au milieu du IVe siècle) des Prés Bas à Loupian (Thèse Pellecuer 2000 : 127‑130, fig. 31‑2), encore que la partie résidentielle occupe ici une vingtaine de salles. Contrairement à l’hypothèse courante selon laquelle une « crise du IIIe siècle » aurait affecté les sites ruraux, parmi d’autres, l’extension de la villa du Palais est notable à cette époque et trouve des parallèles dans la cité de Nîmes (Buffat 2011 : 163‑164) ; encore faudrait-il pouvoir dater plus précisément chacune des modifications de cet état IIIa.

Fig. 638 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIa : vue cavalière depuis le nord-ouest (dessin : M.‑N. Baudrand).

Fig. 638 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIa : vue cavalière depuis le nord-ouest (dessin : M.‑N. Baudrand).

6Si, telle qu’elle apparaît alors, la résidence, par l’importance de son infrastructure et son emprise, dépassait déjà le modèle régional moyen, c’est vers 350‑400 (état IIIb) que la superficie fut doublée et la conception revue (fig. 639), soit au moment où, en Aquitaine aussi, de nouvelles villae étaient construites et d’autres largement modifiées (Balmelle 2001 : 115‑117). Au nord de la partie que nous avons fouillée, là où nos connaissances sont très limitées, la résidence s’est alors étendue dans des proportions et des modalités qui nous échappent encore. Au sud, une nouvelle aile fut créée, incluant une salle basilicale à deux exèdres qui comptait parmi les plus vastes de l’Occident romain, ainsi qu’un « bâtiment du sud-ouest » desservi par un triportique et sur la fonction duquel on peut débattre. L’augmentation de la stature sociale des propriétaires est alors patente. L’ampleur des constructions et de la parure rapproche alors quelque peu la villa du Palais des grandes villae d’Aquitaine (Balmelle 2001) alors qu’on peine, pour le moment au moins, à trouver des équivalents dans les cités voisines, celle de Nîmes notamment où l’on connaît pourtant des villae restructurées au IVe siècle (Buffat 2011 : 166), ou en Auvergne, où des reconstructions de villae, mal datées du reste, montrent à l’inverse la réduction et non l’extension des résidences (Chabert 2011 : 344‑346, fig. 1‑2). On mesure mal encore, à Saint-Romain-de-Jalionas, l’évolution de l’emprise de la résidence entre Haut-Empire et Antiquité tardive, tandis que des travaux conséquents se déroulent sur le site aux IVe et Ve siècles (Royet 2015 : 89‑91).

Fig. 639 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIIb : vue cavalière depuis l’est (dessin : M.‑N. Baudrand).

Fig. 639 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIIb : vue cavalière depuis l’est (dessin : M.‑N. Baudrand).

7Parmi les matériaux de construction mis en œuvre dans la partie résidentielle, le gros de la maçonnerie était fait en pierres locales, d’abord équarries, puis, dans les états tardifs, fracturées et noyées dans un mortier de chaux abondant, ce qui, dans le processus de construction, réduit la part de la taille de la pierre en augmentant la consommation de liant. Les blocs architecturaux, d’abord réalisés en pierre du Midi le furent ensuite à partir de roches extraites de la carrière plus proche de Monceau. L’emploi du verre à vitre mis en place à l’aide de pattes de plomb semble avoir été assez systématique dans la villa tardive, dont l’ornementation rejoint les canons des résidences aristocratiques romaines de cette époque. Ainsi, l’étude des quelques fragments sculptés en marbre conduit à les rapprocher de la petite statuaire d’Aquitaine vers l’extrême fin du IVe siècle. De même, une statue de Muse, aujourd’hui perdue, doit être rapprochée de découvertes faites dans d’autres villae européennes, où elles donnaient des propriétaires l’image de mousikoi andres, d’hommes proches des canons romains de la culture, qu’évoquent aussi, régionalement, les bustes retrouvés dans la villa de Crest. Au-delà des parentés de décors, notamment pour les mosaïques des portiques, l’étude fine des mosaïques témoigne de mains, de pratiques, mais aussi de datations distinctes, ce que confirme l’étude du mobilier céramique. L’analyse stylistique amène de son côté à envisager l’hypothèse d’ateliers d’inspiration orientale ou aquitaine. La présence de mosaïques à tesselles de verre, à feuilles d’or ou d’argent est notable.

8Le réexamen des clichés aériens suggère que les bâtiments rustiques étaient adossés à la résidence et organisés, sans doute à l’état II de la villa, en quatre ailes perpendiculaires autour d’un large espace central. De l’aile orientale, on connaît la façade d’un bâtiment auquel étaient adossées des cellules ouvertes sur le verger à la gestion rationalisée duquel elles participaient sans doute. L’amorce d’une aile en retour apparaît au sud-est. Les deux autres ailes sont mal connues, à travers les photographies aériennes et de rares vestiges.

9À l’état III de la villa, l’aile orientale et sans doute l’aile septentrionale furent abattues et l’aile méridionale reportée de quelques mètres vers le sud. Ce qu’on en connaît y montre alors des espaces de stockage et des installations sans doute vinicoles, pour partie au moins. Cette partie rustique dont la présence identifie la villa du Palais comme un centre domanial, est plus rarement connue aux IVe et Ve siècles dans les villae d’Aquitaine (Balmelle 2001 : 94 et fig. 31‑32) : sans doute s’agit-il d’un état de la recherche.

10Plus à l’est, dans la zone des champs, grâce à la mise en œuvre d’une méthode fondée sur la modélisation métrologique automatisée des données, la masse des informations a pu être triée et ordonnée. Il faut remarquer l’existence d’un verger au Ier siècle av. J.‑C., que recouvrent des dépôts alluviaux de la Riaille. Différentes restructurations des plantations d’arbres ont pu ensuite être mises en évidence, ainsi qu’un effort pour assurer tout à la fois l’irrigation et le drainage des parcelles, face aussi à des inondations qui ont affecté également les bâtiments rustiques. La création de parcelles de vigne vers la fin du IIIe ou au IVe siècle est à souligner, dans un contexte régional de déprise de la viticulture que confirme l’étude des sites locaux comme les villae de Maubec et de la ZAC de Provence à Montélimar et, plus loin, la villa du Mollard à Donzère.

11L’étude des mobiliers recueillis contribue aussi à la compréhension de la villa.

12La petite série monétaire qui nous est parvenue est principalement composée de monnaies des IVe et Ve siècles. Ce corpus permet d’ouvrir des pistes sur la circulation monétaire antique en moyenne vallée du Rhône. Les monnaies tardives frappées dans l’atelier d’Arles dominent largement, ce qui suggère que les circuits d’approvisionnement ou les échanges tardo-antiques auraient plutôt été orientés vers le sud de la Gaule, à l’inverse de ce qu’on observe plus à l’est du Rhône et près des Alpes. Le médaillon contorniate trouvé sur le site du Palais est daté du milieu du IVe siècle. La présence de cet objet peu courant est significative : l’exemplaire du Palais peut laisser supposer que son propriétaire bénéficiait d’un haut rang social et qu’il avait des liens avec l’élite impériale ; une conclusion identique a été tirée de la découverte de deux médaillons contorniates dans la grande villa tardive de La Olmeida (Espagne ; Chavarria Arnau 2007 : 49, fig. 4). En Gaule, C. Balmelle (2001 : 37‑46) a évoqué l’hypothèse que des sénateurs de divers rangs, des membres des curies ou des magistrats municipaux aient pu être propriétaires des grandes résidences tardives ; dans le nord de la Gaule, M. Kasprzyk (2016 : 272) n’a pas exclu qu’il en ait été de même pour des grands fonctionnaires de Rome.

13Sur l’ensemble des secteurs de la zone d’étude le mobilier céramique est assez peu abondant. Au-delà de l’apport chronologique à l’étude des sites, les céramologues ont cherché à percevoir, à partir du matériel dont ils disposaient, quelques grandes orientations.

14L’étude de la céramique du Ier siècle av. J.‑C. met en évidence une première occupation des années 50‑25 av. J.‑C., témoin précieux dans une région qui a connu l’implantation de la colonie d’Orange. Le lot étudié montre un fort pourcentage de céramique kaolinitique qui invite à rechercher un atelier précoce à proximité, au sud de la vallée de la Drôme. La rareté des amphores et des dolia à cette époque, particulièrement dans la partie rustique de la villa, doit être rapprochée de l’absence de viticulture aux abords immédiats de la villa des états I et II.

15Constaté aussi dans le monnayage, l’hiatus observé sur l’ensemble de la villa résulte de l’arasement des structures construites de l’état I, tel qu’on l’observe sur le terrain. Mais le mobilier céramique est à nouveau, entre le milieu du IIIe siècle et la fin du Ve siècle, assez abondant pour que sept ensembles aient pu être caractérisés et que soit abordée la question de l’approvisionnement de ce secteur de la vallée du Rhône, au sud de la Drôme et à proximité du Languedoc. Trois conclusions importantes doivent être retenues, et en premier lieu qu’à partir de la fin du IIIe siècle, les céramiques de luxe prennent, avec les amphores importées, une part croissante des échantillons céramiques, évolution à mettre évidemment en lien avec le développement considérable de la villa. Les céramiques luisantes savoyardes apparaissent en nombre à partir du IVe siècle, à la différence de ce qu’on observe dans la plaine valentinoise, mais comme on le constate en Provence et dans le Languedoc. Le même tropisme méridional apparaît avec les importations de sigillées d’Afrique du nord, rares dans le Valentinois, et présentes ici tant dans la résidence que, par exemple, sur le site modeste de la Maladrerie.

16La verrerie provient principalement de la partie résidentielle. À côté des verres à vitre, la vaisselle comprend principalement des vases à boire et à présenter, les gobelets et les coupes. Les formes identifiées sont celles du Ve siècle, caractérisées par la teinte vert olive. Cependant, quelques vases sont attribuables au IVe siècle et d’autres à la fin du Ve siècle et à la première moitié du VIe siècle, ce qui est remarquable sur le site.

17Les restes de faune, principalement domestiques, proviennent aussi, pour l’essentiel, de la partie résidentielle de la villa. Les caractéristiques de l’alimentation carnée humaine mises en évidence dans les occupations de la villa du Palais témoignent de consommateurs privilégiés, et cette vision est particulièrement prononcée au Bas-Empire. La consommation des mammifères et des oiseaux en est révélatrice mais aussi celle des mollusques marins qui proviennent des côtes méditerranéennes, provençales plutôt que languedociennes : elle montre aussi, comme la vaisselle et les conteneurs céramiques, l’ouverture de la villa à des produits d’origine plus ou moins lointaine (plus généralement : Carrié, Rousselle 1999 : 547‑549), à l’opposé de la conception ancienne de la villa tardive repliée sur elle-même.

18De l’étude de l’instrumentum ressort la présence de quelques activités économiques (élevage, artisanat) pour partie sans doute alimentées par le recyclage des matériaux à la fin de l’occupation de la villa. Si les fusaïoles attestent, comme souvent, la fabrication de fil sur le site, les activités de production artisanale de la villa, à peu près absentes au Palais, pouvaient se dérouler plus loin, par exemple au hameau de Combeaumont, proche du fleuve, selon un schéma comparable à celui du hameau artisanal et portuaire du Bourbou à 900 m de la villa de Loupian (Pellecuer 2000 : 225‑240).

19La fouille, partielle, de l’ensemble funéraire de la Labre a mis au jour cinq dépôts de crémation de la fin du IIe siècle et de la première moitié du IIIe siècle et cent cinq inhumations des IVe et Ve siècles, de types divers. Les sépultures des occupants de la villa au Ier siècle av. J.‑C., au Ier siècle et durant la majeure partie du IIe siècle semblent absentes de la Labre, en tout cas de la partie fouillée, ce qui ramène à l’hypothèse qu’existent d’autres lieux sépulcraux, par exemple sur le site de Morterol, comme on a pu le mettre en évidence lors des grands décapages caractérisés par la dispersion de tombes ou de petits groupes de tombes de courtes durées dans le finage des habitats (Blaizot 2009 ; Blaizot 2018). L’étude d’une stèle funéraire retrouvée anciennement sur le site du Palais met en évidence la présence d’une affranchie en milieu rural à l’état II.

20L’ensemble des tombes tardives est assez classique, avec une accrétion de sépultures à un noyau plus ancien vraisemblablement établi au bord d’une voie. Il présente cependant des caractères plutôt « modernes », comme le faible nombre de sépultures dotées en mobilier et aussi sa dynamique, puisqu’il compte un minimum de cent sépultures sur une durée estimée à deux siècles. En cela, il s’inscrit dans les tendances dominantes de l’Antiquité tardive et se caractérise par une surreprésentation des hommes qui, bien que déjà relevée dans ces contextes chronologiques (Blaizot 2009 : 305‑307), interroge. La localisation de l’ensemble funéraire dans le périmètre de la villa incite à l’associer à cette dernière, encore qu’il soit toujours difficile de mettre les ensembles funéraires en relation avec les établissements connus aux alentours (Blaizot et al. 2015 : 18 ; Blaizot 2018 : 497). Si l’on assiste, durant cette période de la fin de l’Antiquité, à la fixation d’un certain nombre d’espaces funéraires, à savoir que l’on commence à inhumer dans un lieu précis sur une certaine durée, on ignore de quelle manière se faisait le recrutement de ces « grands » espaces funéraires qui, dans nos régions, émergent dans le courant du IVe siècle ; ces derniers accueillaient-ils l’ensemble de la population d’un établissement, ou bien des personnes – ou la totalité des personnes – issues de plusieurs établissements proches ?

  • 1 Du point de vue de l’analyse paléodémographique, il est à noter que l’estimation du nombre d’indiv (...)

21Cependant, à partir des données disponibles, la restitution de la population vivante à un moment donné est de quinze à vingt individus1, ce qui relativise l’échelle à laquelle le recrutement a pu être effectué : l’ensemble funéraire de la Labre pourrait correspondre aux individus issus d’un seul établissement.

22L’espace funéraire ne conserve aucune superstructure susceptible de nous renseigner sur le statut des divers individus inhumés. Seule la surreprésentativité masculine serait compatible avec le modèle économique de la villa, ainsi que, peut-être, la présence d’individus dont le mode d’inhumation et notamment la position du corps ne sont pas conventionnels : ces deux caractères associés inciteraient à voir dans ces inhumés, avec beaucoup de prudence, des « travailleurs spécialisés » dépendants de la villa (Freu 2013).

23Le plan de l’ensemble que constituent la partie résidentielle et la partie rustique de la villa se rapproche de celui des grandes villae à pavillons multiples sur lesquelles M. Reddé et A. Ferdière ont attiré l’attention, en soulignant qu’en Narbonnaise, on ne connaît que deux autres cas, atypiques à dire vrai, à Genève et à Saint-Romain-de-Jalionas, cas plus douteux, soit dans la partie la plus septentrionale de la province (Ferdière et al. 2010 : 394). Sans être exceptionnelle, la recherche de symétrie et d’ordonnance dans les bâtiments de la résidence est ici, d’un état à l’autre, remarquable, et J.‑M. Mignon a souligné le rôle des axes de symétrie dans l’organisation du site. Construits selon la même orientation, les principaux bâtiments agricoles, pour ce qu’on en connaît ou pressent, semblent s’être développés autour d’une cour centrale dont l’axe est-ouest prolongerait celui de la résidence de l’état III. Plus à l’est, la même orientation est aussi celle des différentes plantations et elle structurait donc, vers l’est depuis la résidence, 400 m d’espace construit ou cultivé et même 500 m si on prolonge l’axe médian jusqu’au petit podium trouvé à l’ouest de la résidence, au bord de la rive post-antique de la Riaille. Cette unité d’orientation proclamait visuellement l’unité de projet et l’appartenance à un ensemble unique, même si, en dehors de ce bloc, des bâtiments, au sud, pouvaient suivre une orientation différente d’une quinzaine de degrés ; celle, en tout cas, du cadastre B d’Orange n’a jamais été retenue.

24L’implantation de la résidence sur le rebord de la terrasse würmienne et à l’articulation de la vallée de la Riaille avec les terres basses du Rhône offrait à ses propriétaires successifs un point de vue idéal sur la plaine qui s’étendait à leurs pieds en direction de l’ouest, du fleuve et des monts d’Ardèche. Elle répondait ainsi à l’exigence de prospectus, de vue qui porte loin et à laquelle rien ne doit faire obstacle, mais aussi de représentation de soi et de signe de puissance (Saliou 1994 : 232‑234), comme le font d’autres sites de villae, par exemple, à l’aval de Vienne, à Clonas (Isère), la villa du bourg (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 2017 : 120‑123), à trois kilomètres du Rhône dont elle dominait la plaine d’une soixantaine de mètres, ou, à Andance (Ardèche), la villa de Cueil (voir ci-dessus, 1.2.5.2) tout à fait voisine du fleuve (voir aussi pour l’Aquitaine, Balmelle 2001 : 329). Immédiatement en face de la résidence du Palais, la topographie de la villa de la Plaine à Viviers (voir ci-dessus, 1.2.5.2) répondait magistralement à cette exigence et ponctuait en rive droite l’entrée du défilé de Donzère comme le faisaient en rive gauche la résidence du Palais et plus encore son très vraisemblable mausolée à Morterol.

25Peut-être trouve-t-on dans cette observation la meilleure explication du choix d’un site qui, sur le plan agronomique, n’était pas le plus favorable, puisqu’il joignait à une fertilité dégradée une tendance à la submersion par les eaux et à l’inondation qui ont laissé des traces et imposé des travaux coûteux et répétés. C’est du moins ce que notre étroit champ d’étude permet d’observer. Mais la contradiction apparente entre la qualité qu’offrait la vue et celle qu’offrait la terre s’efface si l’on admet que les terres des propriétaires du Palais s’étendaient très au-delà de ce champ d’étude. À en juger par les rares fragments du cadastre B qui avoisinent notre zone d’étude (Favory 2013 : fig. 53), les basses terres offraient sans doute un terroir prisé et des sols lourds et très bons, les collines des sols plus pauvres mais propices à l’élevage et à la viticulture, sur lesquels pouvaient s’étendre les propriétés des maîtres du Palais : l’estimation que nous proposons d’un domaine de 400 ha constitue sans doute un minimum, qui se placerait pourtant dans la tranche haute des évaluations qu’on fait aujourd’hui de ces propriétés (Balmelle 2001 : 54‑55).

26Datée de la seconde moitié du IIe siècle ou du début du IIIe siècle, vers la fin de l’état II de la résidence, la stèle de Suadullia constitue l’unique témoignage de la présence d’une personne d’origine servile dans la villa dont l’aile rustique orientale est par ailleurs ponctuée alors de loges : leur présence facilitait une gestion fractionnée du travail dans les vergers et évoque l’intervention de brigades de travailleurs dont le statut social reste indéterminé, directement sous l’autorité du dominus ou de son intendant.

27À l’état IIIb, entre le milieu du IVe siècle et le milieu du Ve siècle au plus tard, alors que, le plus souvent, elle avait disparu des villae, une production vinicole, dont l’importance est difficile à évaluer, s’est développée au Grand Palais, comme en témoignent les traces de vignoble et les constructions, si mal connues soient-elles, de l’aile méridionale de la partie rustique, tandis que la destruction sans reconstruction de l’aile orientale et sans doute de l’aile septentrionale réduisait la place attribuée au traitement et au stockage directs d’autres productions de la villa. Selon la grille de lecture proposée par J.‑P. Brun et G. Congès en 1995, ces nouvelles constructions et la présence d’une partie rustique adossée à la résidence de l’état IIIb montreraient que l’exploitation en faire-valoir direct se poursuivait, sans recours à des coloni exploitants auxquels le propriétaire aurait pu choisir de confier les terres et dont il aurait alors reçu une rente.

28Or, pour un même propriétaire, entre faire-valoir direct et faire-valoir indirect, l’éventail des modes de gestion était large, ainsi que L. Buffat (2011 : 167‑168) le constate pour les villae de la cité de Nîmes. Un même maître pouvait disposer de plusieurs propriétés (fundi), comme Ausone, possesseur de six domaines (Étienne 1992) et comme, pour l’Égypte du milieu du IIIe siècle en tout cas, le révèlent les archives d’Héroninos (Carrié, Rousselle 1999 : 538‑540). On retiendra au moins de ces documents, pour ce qui nous occupe, que des équipements (greniers, pressoirs) pouvaient être communs à plusieurs fundi d’un même propriétaire ou être localisés dans la villa principale. Ce pouvait être le cas au Palais où les installations de l’aile reconstruite mettaient le propriétaire de la villa à même de traiter à la fois directement la production du site ainsi que, à ferme, les récoltes de ses autres domaines, ou d’autres domaines du voisinage qui ne disposaient plus de ces équipements.

29L’architecture de la résidence apporte un autre élément au débat. En effet, la salle basilicale de l’état IIIb répond, nous l’avons vu, au désir de réunir périodiquement le personnel dépendant de la villa pour des hommages aux propriétaires, des sollicitations aux patrons, mais aussi pour l’examen des affaires en cours, qu’elles concernent l’exploitation ou réclament un arbitrage voire une décision à caractère quasiment juridique parfois : on se souvient du placet qu’un colon du seigneur Julius de Carthage tendait à son dominus.

30É. Morvillez (2007 : 184) a récusé ce type d’interprétation, considérant qu’on « imagin[ait] mal les colons du domaine faire irruption dans un cadre si luxueux, au cœur de la résidence ». Mais il nous a semblé que, loin de « faire irruption », les dépendants accédaient à la salle par un parcours spécifique, isolé de celui des hôtes de la résidence, et qu’en l’absence de mosaïques notamment, comme, du reste, dans la salle comparable de la villa de Quesada, le luxe, dans sa part immobilière qui nous est perceptible, n’était pas si grand, tandis que l’ampleur des volumes et la mise en scène de l’installation des patrons dans les exèdres pouvaient impressionner. La capacité d’accueil de cette salle ne saurait être évaluée précisément, mais la surface de sa partie centrale (234 m2) y permettait en tout cas que plusieurs dizaines de personnes au moins s’y déplacent ensemble aisément.

31Les bâtiments du Palais pourraient donc avoir été au cœur d’un dispositif ramifié dont l’extension nous échappe, faute de textes. Dans une juxtaposition des systèmes économiques dont les archives d’Héroninos donnent encore des exemples, des colons auraient exploité certains fundi tandis que, peut-être, le regard du propriétaire s’exerçait plus ou moins directement sur les abords même de la villa du Palais, dans une posture de propriétaire soucieux de son exploitation dont les sources littéraires, telles les Lettres de Sidoine Apollinaire, donnent de nombreux témoignages (Ouzoulias 2006 : 243) ; un personnel permanent d’une quinzaine d’individus au moins, dont on retrouverait les tombes à la Labre si l’on retient l’hypothèse qu’il ait pu s’agir là de « travailleurs spécialisés », se serait employé au fonctionnement direct de ce domaine du dominus et à celui de sa résidence.

32On peut imaginer qu’après quelques décennies de latence, l’habitat de hauteur de Château-Porcher prenne le relai dans l’exploitation d’un territoire centré désormais plutôt sur les collines. Si le développement de ce type de sites est aujourd’hui mieux connu, dans le Sud (Schneider 2007) comme, par exemple, dans le Centre-Est (Kasprzyk 2016), leur nature précise, villa ou bourg fortifié, reste plus incertaine tout autant que l’identité et le statut de ceux qui sont à l’origine de leur construction ou à la tête de leur gestion.

Notes

1 Du point de vue de l’analyse paléodémographique, il est à noter que l’estimation du nombre d’individus vivants à un moment donné n’est valable que dans le cas d’une population stationnaire, ce qui n’est pas assuré dans le cadre d’apports extérieurs de travailleurs.

Table des illustrations

Titre Fig. 638 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIa : vue cavalière depuis le nord-ouest (dessin : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 639 – Évocation de la villa du Palais à l’état IIIb : vue cavalière depuis l’est (dessin : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search