Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 9. Le site après l’antiquité

Jean-Claude Béal et Christophe Landry

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de : Alban Horry [contributeur] Manon Cabanis [contributeur]

Texte intégral

9.1. Les sources textuelles (Chr. Landry)

1Les sources médiévales font mention du site dès le Xe siècle. Des recherches avaient été menées par F. Vaireaux au début des années 1990, et les textes alors rassemblés traduits par C. Treffort et cités par C. Jung (Jung 1993 : 1‑2). Deux chartes conservées dans la Gallia Christiana Novissima font ainsi état d’une « cors Ladornaio », ou « Latronaco », et de l’église Saint-Pierre. La première, n° 252 (Chevalier 1901 : col. 103‑104), datée du 12 décembre 951, émane de l’archevêque d’Arles Manassès, qui concède à un certain Gontard l’usufruit de l’église, de la curtis et de ses dépendances dans le comté de Trainense. La seconde charte, n° 302 (Chevalier 1901 : col. 135‑136), est datée du 16 mai, a priori de l’année 1007, et mentionne la concession en précaire des mêmes biens à un certain Giraud et à ses fils, par l’archevêque d’Arles Pons de Marignane (Jung 1994 : 45‑46).

2Deux autres documents apparaissent ensuite dans le Grand Cartulaire de l’abbaye d’Ainay (Charpin-Feugerolles 1885). La charte n° 31 du 26 février 1153, dans laquelle l’évêque Eugène confirme les biens de l’abbaye, fait état d’une « ecclesia de Palatio et de Castello Novo », première mention du toponyme du Palais. Puis la charte n° 6 du 17 novembre 1250 confirme également la possession du « Prioratum de Palatio et ecclesiam de Castronovo », l’église du Palais ayant reçu le statut de prieuré. Le prieuré de Saint-Pierre du Palais demeure propriété de l’abbaye d’Ainay jusqu’à la Révolution (les terriers se trouvent dans la série 11G des AD du Rhône, section ancienne). Au XIXe siècle, l’abbé Vincent (1863 : 13 et 26) évoquait l’histoire du prieuré qui comptait des « bâtiments claustraux, une église, un cimetière » gravement mis à mal pendant les guerres de religion. Mais à son époque, l’établissement est tombé en ruine, et si sa localisation pose toujours problème aujourd’hui, peut-être faut-il en voir des vestiges dans la « vaste enceinte » décrite par Delacroix en 1835 (Delacroix 1835 : 462). Les ruines alors observées sur le site du Palais peuvent-elles correspondre à des éléments du prieuré, édifiés sur ceux de la villa tardo-antique, puis récupérés au XIXe siècle ?

3Notons enfin le toponyme de la Maladrerie, lieu-dit voisinant au sud le quartier du Palais, et qui renvoie vraisemblablement à une annexe du prieuré, destinée à l’accueil des lépreux (Vincent1863 : 15). Aucune découverte archéologique n’a pu pour l’heure donner corps à cet établissement. Aux dires de l’ancien propriétaire de la Savinière, vaste propriété bordant le chemin de la Maladrerie, et donc entourée par les nouveaux lotissements, les murs de cette demeure seraient médiévaux, et reposeraient sur d’importantes substructions romaines (conduites, bassins…) perçues lors de travaux de rénovation. Ces dires ne peuvent être vérifiés, mais cette maison constitue néanmoins une des trois seules bâtisses du quartier du Palais portées sur le cadastre napoléonien en 1811 (maison Fabrajon : Section E, Le Freyssinet, parcelle n° 377 ; AD Drôme, 3 P 3336/7).

9.2. Chronologie de l’occupation : les céramiques médiévales au Palais et au Grand Palais (A. Horry)

4D’un point de vue archéologique, on constate qu’après l’abandon de la villa, quelques traces de fréquentation des VIe et VIIe siècles ont été identifiées. J. Roussel-Ode a remarqué la présence de fragments de coupes en verre à décor rapporté blanc (voir ci-dessus, 7.4.3.4, et fig. 477, n° 40‑41), dont elle signale du reste que ces éléments « présentent avec les vases à décor gravé du IVe siècle, le caractère le plus luxueux du corpus », ce qui pose une question sans réponse.

5Quelques rares tessons de céramique sont également attribuables aux VIe-VIIe siècles, et une agrafe à double crochet (PU42) trouvée en prospection serait datable des VIIe-VIIIe siècles : les uns et les autres témoignent peut-être d’une fréquentation sporadique ; mais l’essentiel du mobilier céramique qui correspond à l’occupation médiévale présente les éléments caractéristiques des vaisselles utilisées aux XIe et XIIe siècles, voire au tout début du XIIIe siècle.

6Les assemblages de céramiques, assez ténus, totalisent 885 tessons pour un NMI de 56 individus. Les éléments typologiques sont assez peu nombreux et l’essentiel du mobilier est constitué de fragments de panse. L’analyse macroscopique des tessons révèle une présence majoritaire de productions grises dont le cœur de la pâte est blanc et qui correspondent aux céramiques « kaolinitiques ». Ces éléments sont proches des produits connus dès le début du Moyen Âge que l’on attribue à ce jour à la région de Dieulefit et qui sont amplement diffusés en Drôme provençale.

7Il est difficile de fixer une chronologie très précise en raison d’éléments typologiques assez peu marqués. Seuls les bords nous renseignent et ces derniers sont de deux types, ceux munis d’une lèvre en bandeau et ceux munis d’une lèvre évasée. Les premières (fig. 630, n° 1 à 17) sont issues de pots globulaires multifonctionnels (cuisson ou stockage) et appartiennent au type dit de deuxième génération, postérieur au haut Moyen Âge, c’est-à-dire une lèvre en bandeau évasé à axe externe divergent. Certaines présentent un bandeau vertical (fig. 630, n° 1) ou triangulaire (fig. 630, n° 6). Quant aux secondes, les lèvres évasées avec (fig. 630, n° 19 à 34) ou sans (fig. 630, n° 18, 36 et 38) gorge interne, elles sont plus difficiles à associer à une forme particulière qui peut être soit un pot globulaire, soit un pichet à bec pincé ou encore une cruche à bec ponté.

Fig. 630 – Les céramiques de l’occupation médiévale (dessin et DAO : A. Horry).

Fig. 630 – Les céramiques de l’occupation médiévale (dessin et DAO : A. Horry).

8Ces deux dernières formes sont par ailleurs attestées à plusieurs reprises. Les cruches à bec ponté destinées au stockage sont les plus représentées (fig. 630, n° 32 et 33). Quelques petits pichets à bec pincé et un bord évasé arrondi, probablement une gourde, complètent le corpus des récipients destinés aux liquides. On mentionnera également un bord arrondi sans gorge (fig. 630, n° 35) et un bord infléchi (fig. 630, n° 37).

9Les fonds découverts sont majoritairement bombés (fig. 630, n° 41), ce qui permet d’écarter une chronologie antérieure au Xe siècle, et aucun ne présente de marque en relief. Cette donnée est importante car cette caractéristique affecte systématiquement les céramiques régionales entre les Xe et XIe siècles jusqu’au nord de la vallée de la Drôme (Horry 2006 : 402‑403).

10Les décors sont rares et on signalera quelques panses qui présentent des motifs imprimés à la molette. D’autres fonds plats et larges font référence aux formes diffusées au-delà du XIe siècle, en particulier sur les sites mentionnés plus bas (fig. 630, n° 39‑40 et 42‑43). Les bandes d’argile rapportées et digitées présentes sur quelques tessons de panses sont plutôt des éléments de renfort sur des pots de dimensions plus importantes. On notera enfin l’absence de céramiques recouvertes de glaçure plombifère qui apparaissent dans le courant du XIIIe siècle.

11Hormis les céramiques décrites ci-dessus et que l’on peut classer dans les vaisselles domestiques, on mentionnera deux découvertes dans le cimetière du Grand Palais étudié par Chr. Ronco (1993b). Le diagnostic de 1989 avait livré, dans la sépulture n° 3, un récipient complet, un pichet à bec pincé en céramique grise (Horry 2017 : 82) et, lors de la fouille de 1992, un récipient très fragmentaire avait été découvert dans une sépulture. Ces éléments sont très caractéristiques des dépôts dans les tombes du sud du Dauphiné.

12Les céramiques de l’occupation médiévale sont donc très proches de celles connues dans les contextes des XIe- début du XIIIe siècle, de la Drôme des collines au nord, jusqu’au Tricastin au sud (Raynaud 1992) en passant par la vallée de la Drôme (Alcamo 1986). Les fouilles conduites sur le tracé du TGV Méditerranée (Horry 2006), en particulier celles du site de Saint-Martin à Chabrillan, offrent également de nombreuses similitudes. Ces éléments constituent un assemblage relativement peu diversifié à l’instar de ce que l’on peut observer sur les sites régionaux, tant urbains que ruraux, du Moyen Âge central. Aucun élément particulier ne permet de déterminer un statut social ou des critères d’occupation particuliers.

9.3. La résidence du Palais au Moyen Âge (J.‑Cl. Béal, avec la collab. de M. Gagnol)

9.3.1. Les aménagements construits dans la partie nord-est de la résidence

13Trois pièces de l’aile septentrionale de la villa de l’état IIIb (fig. 631) ont été l’objet d’aménagements médiévaux, des XIe et XIIe siècles d’après le mobilier céramique.

Fig. 631 – Localisation des vestiges médiévaux dans la résidence du Palais (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 631 – Localisation des vestiges médiévaux dans la résidence du Palais (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

14Dans la salle 874, l’alignement de quatre blocs sans mortier forme un mur (909) d’orientation est-ouest dont ne subsiste qu’un lambeau, posé sur les vestiges de la mosaïque 875 qui ornait la salle. Le mur oriental de la pièce a été prolongé vers le sud à l’aide d’autres gros blocs sans liant de mortier. Il barre ainsi, partiellement au moins, le portique septentrional. Le comblement d’une fosse 1109 qui perforait le sol mosaïqué de la pièce a livré du mobilier céramique (US n° 1103) de cette époque.

15Il en va de même du mur occidental 908 de la salle 891, objet d’un prolongement identique. Sur le portique lui-même, un mur de gros blocs sans mortier, très dégradé, double au sud de mur de fond 911 du portique ; quelques lambeaux forment un retour à l’équerre vers le sud. Ils sont associés à du mobilier céramique (US 1108) contemporain du précédent. C’est dans cette zone que les lacunes de la mosaïque qui ornait l’aile du portique ont été bouchées avec un mortier épais qui rétablit un sol de circulation uniforme (voir ci-dessus, 4.8.2.3, les observations de V. Blanc-Bijon sur ce ragréage).

16Enfin, au nord du mur de fond du portique, la pièce 891, dont la suspensura a été démontée (voir ci-dessus) comporte un foyer fait de dalles de terre cuite 893 que, dans son dernier état, recouvre un remblai terreux (n° 892) qui a livré un mobilier céramique des XIe et XIIe siècles, répandu dans toute la pièce et sur lequel enfin les constructions se sont effondrées.

9.3.2. Les aménagements construits dans la partie occidentale

17Un tronçon de mur 110 (L. : 3,50 m) d’orientation nord-sud, fait de blocs peu équarris de calcaires divers liés à la terre est posé sur le sol du pavillon 682 (état II) et recouvre le remblai de la tranchée faite pour aménager de dernier état du drain couvert (état IIIb). Ce remblai (US 507) contient principalement du mobilier céramique médiéval. Il en va de même du remblai (US 519) déversé, dans le même secteur, dans une déchirure du sol de mortier blanc 118 contre le mur 104 et contre le niveau le plus récent adossé contre le parement du mur méridional du pavillon.

18À quelques mètres au nord, un petit lambeau de mur, orthogonal au précédent, et qui présente les mêmes caractéristiques que lui, est posé sur le canal oriental d’évacuation de la fontaine de l’état IIIb. À proximité, une petite fosse (n° 608) a livré un fragment de plaque-boucle du XIIIe siècle (voir ci-dessous l’objet PU43).

19Un mobilier céramique épars a été recueilli dans ce secteur très remanié par l’érosion et la culture.

9.3.3. Un chantier de récupération autour de la salle basilicale

20Un groupe d’hommes travaillant à partir de la cour de service a démonté partiellement l’extrémité septentrionale du drain 186, notamment le piédroit épais qui supportait à l’est la voûte qui couvrait l’entrée du drain, ainsi que, jusqu’au sommet de sa fondation, le mur de l’exèdre occidentale de la salle basilicale. Les blocs étaient entassés dans l’angle sud-est de la salle de service (fig. 632), non sans que des plaquettes de calcaire aient été disposées verticalement pour isoler le stock de matériau de la paroi subsistant, peut-être pour canaliser les ruissellements éventuels. La bouche du praefurnium septentrional de la salle a été bouchée par un gros bloc de pierre, ce qui réduisait le risque que des animaux fouisseurs s’installent dans son canal.

Fig. 632 – Démontage médiéval du mur de l’exèdre occidentale de la salle basilicale et stockage de matériau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 632 – Démontage médiéval du mur de l’exèdre occidentale de la salle basilicale et stockage de matériau (cliché : J.‑Cl. Béal).

9.3.4. Traces d’occupation médiévale de la salle basilicale

21Dans la partie orientale de la salle (fig. 631), davantage préservée de l’érosion, sous la terre végétale et un niveau d’éboulis, est apparu, à 74,66 m d’altitude, un niveau 419 de terre noire cendreuse, à 1 m au sud de la séparation entre l’exèdre et le reste de la salle (mur 822). Il entourait les fragments d’ouverture en briques dont nous avons déjà parlé (voir ci-dessus, 4.5.4.2) et peut témoigner de la présence, à cet endroit, d’un espace de travail ou d’abri temporaire.

9.3.5. Des inhumations

22Deux inhumations plus ou moins incomplètes ont été trouvées. Dans la première (354), un corps, orienté à l’est, avait été posé dans la déchirure du stylobate du portique arrière (branche occidentale), à l’altitude de 74,62 m. La seconde (378), de même orientation, avait été posée sur le sol 423 qui scelle l’hypocauste oriental de la salle basilicale, à 74,73 m d’altitude ; seule la partie supérieure du corps est conservée. Des fragments de crâne et de dents ont été trouvés à l’extérieur de la salle basilicale et de son angle sud-est (340).

23Aucune de ces structures n’est datée, mais elles constituent sans doute les sépultures les plus occidentales du cimetière dont Chr. Ronco a fouillé en 1989 et 1992, dans la parcelle n° 225 à l’est de la RD 73, une quinzaine d’inhumations, où les morts avaient tous la tête à l’ouest, le défunt regardant en direction de la Jérusalem céleste selon l’usage chrétien. Ces tombes sont datées par elle entre le IXe siècle et le XIIe siècle (Ronco 1993b). Dans le même secteur, des sépultures ont été recoupées par A. Allimand et C. Jung dans la tranchée n° 1 de leurs fouilles de 1993. Enfin, d’autres tombes médiévales ont déjà été rencontrées au Palais à date plus ancienne (Chatrousse 1843 ; Espanet 1859 ; Vincent 1863 ; Lacroix 1868 ; voir ci-dessus, 2.1.2).

9.3.6. Objets médiévaux trouvés dans la résidence (M. Gagnol)

24PU41 – Clé (fig501). Clé en fer à rotation avec canon creux, panneton à dent, manche cylindrique terminé par un anneau, mis au jour dans une couche médiévale. L. 82 mm. US 348 (aile occidentale, réoccupation médiévale).

25PU42 – Agrafe à double crochet (fig501). Fragment d’agrafe à double crochet à corps rectangulaire plat, sectionné au niveau d’un percement circulaire d’1 mm de diam. Alliage cuivreux. L. 15 mm ; L. 9 mm ; ép. 1 à 2 mm. Terre végétale.

26PU43 – Plaque-boucle (fig501). Plaque émaillée d’une plaque-boucle « carrée » percée de deux trous de rivets et dont le décor polychrome forme une sorte de croix présentant un cercle en son centre. Alliage cuivreux. L. 34 mm ; L. 32 mm ; ép. 2 mm. Comblement de la fosse médiévale 608.

9.4. Évolution du site du Grand Palais au Moyen Âge (Chr. Landry, avec la collab. de M. Cabanis)

27Les indices attestant une occupation du site à l’époque médiévale sont peu nombreux : ils se résument à quelques aménagements dans la pièce Pi 1, une fosse silo, un mur de limite parcellaire, et à quelques pierriers vraisemblablement destinés à l’assainissement du terrain. Une vingtaine de drains empierrés, pour la plupart aménagés au cours de la période moderne et jusqu’au XIXe siècle constituent les derniers témoins matériels de l’exploitation agricole de ce terrain.

9.4.1. Les indices d’une réoccupation de la pièce Pi 1

28En surface des remblais de l’US 1003, trois éléments permettent de penser que la pièce Pi 1 a été réoccupée postérieurement à la récupération des murs, vraisemblablement au cours du Moyen Âge.

29Il s’agit tout d’abord d’un fin niveau de mortier de chaux gris, US 1008, qui s’étire sur 0,50 m de largeur entre le mur arasé M1001 et le centre de la pièce, où il recouvre en partie des lambeaux de mortier de tuileau. Le silo Fs 1004 perfore ce niveau (fig. 633).

Fig. 633 – Plan et coupe du silo médiéval F1004 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 633 – Plan et coupe du silo médiéval F1004 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

30Ensuite, à l’angle des murs arasés M1000 et M1001, un niveau de mortier de chaux gris US 1007 entoure ce qui apparaît comme un creusement comblé de matériaux divers (pierres, tuiles…). La surface de l’US 1007 présente un léger pendage descendant vers l’intérieur de la pièce. On est tenté de penser à un effet de paroi, ce mortier ceinturant un possible poteau.

31Ces lambeaux de sol en mortier ont-ils un intérêt fonctionnel ? On pourrait y voir une intention d’assainir, d’isoler le sol à proximité de structures sensibles comme le poteau ou le silo ? Ils démontrent en tout cas qu’une structure légère a dû être installée, avec au moins un poteau porteur en partie calé par les fondations des murs de la pièce Pi 1 abandonnée.

32Un petit trou de poteau TP 1012 se trouve également entre le silo et l’US 1007. Ovale (0,15 x 0,20 m), peu profond (0,10 m), il est comblé par un limon sableux noir, charbonneux, comparable aux sédiments qui remplissent le silo.

33Malheureusement, l’ensemble de l’espace auparavant désigné comme Pi 1 n’a pas été dégagé, puisqu’il se poursuit vers l’ouest, hors emprise. Dans ces conditions, ces maigres indices ne nous renseignent guère sur le type de réoccupation, qui pourrait s’apparenter à un simple « squattage » temporaire des ruines tardo-antiques. On peut tout au plus envisager qu’un chantier de récupération des matériaux ait fonctionné quelque temps, laissant des traces de mortier sur les sols, et qu’une couverture légère a dû être aménagée afin d’abriter un silo, voire une éventuelle batterie de silos s’étendant vers l’ouest.

9.4.2. Le silo Fs 1004

34La fosse est creusée dans le remblai tardo-antique US 1003, et le fond perfore le radier US 1069.

35Le creusement revêt un profil campaniforme typique de la plupart des fosses-silo médiévales (fig. 634). Il atteint 0,78 m de profondeur. Le diamètre de l’ouverture mesure 0,60 m, tandis que le diamètre maximal du bombement s’élève à 1,04 m. Les bords de l’ouverture comportent un placage de mortier contenant des fragments de tuile concassés : il s’agit de résidus d’un système d’obturation mis en place au moment du stockage des récoltes. Le niveau de mortier de chaux US 1007 est donc bien contemporain de l’utilisation du silo. Le bouchon en partie constitué de mortier a par la suite été perforé pour extraire les récoltes stockées.

Fig. 634 – Le silo F 1004 en fin de fouille (cliché : équipe de fouille).

Fig. 634 – Le silo F 1004 en fin de fouille (cliché : équipe de fouille).

36La structure est ensuite comblée, d’abord par du limon argileux noir, puis par du limon sableux également noir et très charbonneux. Ces sédiments contiennent quelques fragments d’argile rubéfiée, de tuiles et de restes fauniques. Le corpus mobilier compte de nombreux tessons de céramique essentiellement médiévale : 136 tessons de céramique commune à pâte grise kaolinitique, datée des Xe-XIe siècles (étude d’A. Horry). Des éléments résiduels y sont également piégés : trois fragments de verre tardo-antique et une monnaie de Constance II émise dans les années 359‑360 (voir 7.1.5, monnaie C52). Juste sous l’ouverture, le comblement est scellé par de nombreux blocs calcaires et de gros galets, sans doute pour colmater et stabiliser le tout, puis un dernier niveau de limon charbonneux vient recouvrir les blocs. Notons que le rejet de blocs de pierre et de galets à l’intérieur des silos au moment de leur abandon est une pratique fréquemment constatée sur les sites ruraux médiévaux. De nombreux cas ont par exemple été étudiés sur les sites dépendant de la villa de Charvas, à Communay dans le Rhône (Landry 2010 : 43‑47).

9.4.3. Le mur M 311

37Les fondations d’un long mur M 311 parfaitement orienté nord-sud ont été identifiées sur toute la largeur de l’emprise fouillée. Il s’étire sans aucune interruption sur une longueur de 66 m. La fondation, enfouie seulement sous 0,40 m de terre végétale, est installée en tranchée étroite dans le comblement du long fossé nord-sud FS 639 (fig. 635 et fig. 636).

Fig. 635 – Le mur médiéval M 311 vu en coupe dans la berme nord (cliché : équipe de fouille).

Fig. 635 – Le mur médiéval M 311 vu en coupe dans la berme nord (cliché : équipe de fouille).

Fig. 636 – Coupe du mur M 311 (dessin : équipe Inrap ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 636 – Coupe du mur M 311 (dessin : équipe Inrap ; DAO : P. Rigaud).

38La largeur de cette fondation atteint 0,55 m, de même que sa profondeur. Elle est constituée de quatre assises de galets de quartzite sans aucun liant, auxquelles s’ajoute à la base de la fondation, sur le tiers septentrional de son tracé, une assise de réglage en blocs de calcaire grossièrement équarris, également non liés.

39Lors du diagnostic (Remy 2006), quatre tessons de céramique datés des Xe-XIIe siècles lui avaient été associés. Lors de la fouille, le mur M 311 a été recoupé en quatre points de son tracé et son insertion stratigraphique confirme l’attribution de M 311 au Moyen Âge classique.

40Ce mur, qui se prolonge vers le sud et vers le nord, peut être interprété comme la matérialisation d’une limite parcellaire. Il s’agit vraisemblablement d’un côté d’une clôture qui devait ceinturer un espace relativement vaste, sans doute cultivé.

9.4.4. Sur les terres du prieuré de Saint-Pierre-du-Palais ?

41Le mur M 311 pourrait ainsi, pendant le Moyen Âge, ceinturer un champ : on serait alors en présence d’un clos, pouvant éventuellement appartenir au prieuré de Saint-Pierre-du-Palais. Ce dernier est évoqué dans les sources médiévales déjà mentionnées et attesté par l’existence du cimetière traversé par l’actuelle RD 73. Il s’agit là des seuls indices permettant de mettre en relation le site du Palais avec un prieuré dont le nom demeure évocateur. Sa localisation exacte nous échappe encore, mais rappelons l’hypothèse d’une éventuelle réutilisation des ruines de la pars urbana de la villa antique pour la construction des bâtiments de l’établissement prieural.

42Les terrains situés à l’ouest du mur M 311 pourraient ainsi faire partie de l’espace cultivé par les moines pour garantir la subsistance de leur communauté. Ils auraient dès lors également réoccupé les ruines du complexe de bâtiments n° 2, pour y aménager une aire d’ensilage.

43L’étude carpologique engagée par M. Cabanis pour la période antique a été prolongée jusqu’à la période médiévale (fig. 637). Un prélèvement de dix litres de sédiments a été réalisé dans le comblement de la fosse-silo Fs 1004. Il est très riche en graines et charbons de bois. L’assemblage carpologique est constitué de céréales, avec principalement de l’orge vêtue (Hordeum vulgare), du blé amidonnier (Triticum dicoccum) puis des céréales secondaires comme le millet commun (Panicum miliaceum), du seigle (Secale cereale), du blé (Triticum sp) et des fragments de céréales (Cerealia). La catégorie des légumineuses est constituée de vesce cultivée (Vicia sativa) et de fragments de graines légumineuses indéterminées (Fabaceae sativa). Un pépin de raisin (Vitis vinifera) a été également identifié. Le spectre anthracologique est constitué essentiellement de charbons de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) et de seulement un charbon de noyer (Juglans regia).

Fig. 637 – Analyses archéobotanique de la fosse-silo de l’état V : Xe-XIIe siècle (M. Cabanis).

Légumineuses
Fabaceae sativa Légumineuse cultivée semence carbonisée 3
Vicia sativa Vesce cultivée semence carbonisée 3
Fruits
Vitis vinifera Raisin pépin carbonisé 1
Plantes sauvages
Adventices cultures printemps/été
Chenopodium album Chénopode blanc semence carbonisée 4
Adventices cultures automne/hiver
Galium aparine Gaillet gratteron semence carbonisée 1
Prairies/ Pelouses
Bromus ramosus Folle avoine semence carbonisée 1
Galium cruciata Gaillet croisette semence carbonisée 2
Friches/ Décombres
Polygonum aviculare Renouée des oiseaux semence carbonisée 1
Silene alba Silène blanc semence carbonisée 1
Divers
Apiaceae Ombellifère semence carbonisée 1
Bromus sp. Brome semence carbonisée 1
Lolium sp. Ivraie semence carbonisée 1
Setaria sp. Sétaire sauvage semence carbonisée 1
Vicia sp. Vesce sauvage semence carbonisée 1
Total NMI 55
Arbres
Juglans regia Noyer Charbon de bois 1
Quercus caducifolius Chêne à feuillages caducs Charbon de bois 2
Quercus caducifolius Chêne à feuillages caducs Charbon de bois, tronc fendu 10
Quercus caducifolius Chêne à feuillages caducs Charbon de bois, tronc dur 21
Quercus caducifolius Chêne à feuillages caducs Charbon de bois, tige dur 1
Total NR 35

44Cette large variété de cultures peut provenir du propre travail des moines, mais également des impôts en nature perçus par le prieuré de la part des paysans travaillant ses terres. Un pépin de raisin carbonisé a également été identifié dans le comblement du silo : s’il n’est pas résiduel, il atteste d’une pérennité au Moyen Âge de la culture de la vigne, dont le savoir-faire est perpétué notamment par les communautés religieuses. Le vin est officiellement utilisé lors de la messe mais constitue également la boisson de base des populations dans les campagnes méridionales, dans le cadre d’une production désormais exclusivement vivrière. Rappelons qu’un clos de vigne dans le quartier du Palais, nous l’avons évoqué, faisait encore l’objet au XIXe siècle de descriptions de la part d’observateurs attentifs.

45Une multitude de drains, de fosses et tranchées d’épierrement, ainsi que les vestiges d’un puits ou d’une borie (non fouillés), parsèment par ailleurs ce terrain à l’époque moderne, illustrant sa longue exploitation agricole, ainsi que la continuité des problèmes d’inondations saisonnières rencontrés par les paysans qui ont travaillé ces terres.

Table des illustrations

Titre Fig. 630 – Les céramiques de l’occupation médiévale (dessin et DAO : A. Horry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 631 – Localisation des vestiges médiévaux dans la résidence du Palais (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 632 – Démontage médiéval du mur de l’exèdre occidentale de la salle basilicale et stockage de matériau (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 633 – Plan et coupe du silo médiéval F1004 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 634 – Le silo F 1004 en fin de fouille (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Titre Fig. 635 – Le mur médiéval M 311 vu en coupe dans la berme nord (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 636 – Coupe du mur M 311 (dessin : équipe Inrap ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7013/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search