Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 7. Échanger et consommer dans la villa du Palais

Cécile Batigne Vallet, Christine Bonnet, Charlotte Carrato, Christian Cécillon, Éric Durand, Marie Gagnol, Dominique Lalaï, Christophe Landry et Jannick Roussel-Ode

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de : Estelle Avon [contributeur] Aline Langlois [contributeur]

Texte intégral

1L’examen des données architecturales de la villa du Palais montre que, conçue dès l’origine sur un plan ambitieux, elle prend à l’état III une remarquable extension qu’on peut comparer avec celle de quelques autres villae du territoire de Montélimar. Tout en explicitant certaines des bases sur lesquelles se fonde la chronologie du site, l’étude du mobilier permet d’apercevoir dans quels réseaux d’échanges se placent ses occupants, dont le statut peut être précisé.

7.1. Étude numismatique et circulation monétaire (Chr. Cécillon)

7.1.1. Introduction

2Au cours de l’ensemble des fouilles menées depuis 1987, 148 monnaies et un médaillon contorniate ont été recueillis. Seize monnaies frustes sont demeurées indéterminées et ne sont pas décrites dans le catalogue, à l’exception de deux monnaies frustes provenant du pécule en coffret (C132, C133). Parmi les 132 monnaies identifiables (dont le médaillon), près d’un quart du numéraire (23,5 %) ne peut être placé dans un contexte stratigraphique précis. L’apport de ce mobilier non phasé n’est, toutefois, pas négligeable puisqu’il permet d’alimenter des statistiques à l’échelle microrégionale des différentes émissions monétaires inventoriées et de leur diffusion, notamment pour l’Antiquité tardive. On a donc distingué les monnaies prélevées dans des contextes archéologiques bien cernés de celles découvertes hors contextes mais utiles pour les statistiques d’ordre général, ou bien encore de celles provenant de dépôts volontaires (un pécule en coffret et des offrandes dans une sépulture). Enfin, une attention particulière a été apportée au médaillon contorniate du IVe siècle découvert dans la résidence.

7.1.2. Le numéraire du Haut-Empire (Ier siècle av. J.‑C. - IIe siècle ap. J.-C.)

3On recense seulement six monnaies (C1‑C6), exclusivement des divisionnaires en cuivre (sesterce, dupondius et as), frappées à l’extrême fin du Ier siècle av. J.‑C. et au cours des deux premiers siècles de notre ère (fig434, périodes 1a à 7b ; fig435). La faible représentation du monnayage du Haut-Empire s’explique, sur le site du Palais, par la destruction et les remaniements des substructions anciennes au profit de la résidence tardive ; à la Labre et à la Maladrerie, le cimetière et les vestiges fossoyés ont essentiellement été fréquentés et aménagés durant l’Antiquité tardive.

Fig. 434 – Répartition par séquences chronologiques des 132 monnaies identifiables utilisées pour l’étude selon la classification de Crawford/Reece ; ex. abréviations : P1a = Période 1a : 27 av. J.‑C.-2 av. J.‑C.) [Chr. Cécillon].

Fig. 434 – Répartition par séquences chronologiques des 132 monnaies identifiables utilisées pour l’étude selon la classification de Crawford/Reece ; ex. abréviations : P1a = Période 1a : 27 av. J.‑C.-2 av. J.‑C.) [Chr. Cécillon].

Fig. 435 – Répartition par séquences chronologiques (classification de Crawford/Reece) des 132 monnaies (Chr. Cécillon).

Classification des périodes Séquences chronologiques Nombre de monnaies (%)
1a 27 av. J.-C.-2 av. J.‑C. 1 : (0,75 %)
1b 2 av. J.-C.-41 ap. J.‑C. 3 : (2,27 %)
2a 41-54 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
2b 54-68 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
3 69-96 ap. J.-C. 1 : (0,75 %)
4 96-117 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
5 117-138 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
6 138-161 ap. J.-C. 1 : (0,75 %)
7a 161-180 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
7b 180-192 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
8 192-222 ap. J.-C. 1 : (0,75 %)
9a 222-238 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
9b 238-260 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
10 260-275 ap. J.-C. 7 : (5,30 %)
11 275-294 ap. J.-C. 0 : (0,00 %)
12 294-318 ap. J.-C. 2 : (1,51 %)
13a 318-330 ap. J.-C. 5 : (3,78 %)
13b 330-348 ap. J.-C. 19 : (14,39 %)
14 348-364 ap. J.-C. 35 : (26,51 %)
15a 364-378 ap. J.-C. 25 : (18,93 %)
15b 378-388 ap. J.-C. 10 : (7,57 %)
16a 388-402 ap. J.-C. 22 : (16,66 %)

4Parmi ces monnaies, le dupondius (C1) frappé à Nîmes sous le règne d’Auguste, vers 27‑10 av. J.‑C., provient d’un lambeau de sol colluvié du site de la Labre (Fait 211 : voir 7.1.5) repéré à proximité du four mis au jour en limite orientale de la nécropole. Cette monnaie, associée à des tessons de céramique du Ier siècle ap. J.‑C., présente un degré d’usure moyen à faible ; elle n’a vraisemblablement pas connu une circulation longue et son usage ne peut être contemporain de la nécropole tardive. Sa présence induit au contraire une fréquentation du site de la Labre entre le début de la période augustéenne et la fin du Ier siècle car les dupondii de Nîmes (parfois coupés en deux) furent couramment utilisés en Gaule durant tout le Ier siècle pour pallier la pénurie de petites monnaies nécessaires aux achats quotidiens. C’est ce qu’on voit sur la marge occidentale du vicus de Boutae à Annecy (Haute-Savoie), où 50 % du numéraire issu des contextes du Ier siècle est constitué de dupondii augustéens nîmois (Cécillon 2015 : 235).

5Un as (C5) de Domitien frappé à Rome en 88‑89 a été exhumé d’un remblai (US 1105) situé dans la résidence, sous la mosaïque des Amours 831 de l’aile septentrionale, dans un contexte que le mobilier céramique associé situe également au Ier siècle.

6Par ailleurs, on relève la présence d’un sesterce (C6) d’Antonin le Pieux qui montre une usure moyenne dans un remblai de l’espace 868, situé dans l’aile nord de la résidence et datable du IIIe siècle. Il convient de souligner ici que les stocks importants de monnaies sénatoriales (bronzes senatus consulto) frappées par la dynastie antonine ont pourvu à l’alimentation du circuit monétaire de la Gaule durant les premières décennies du IIIe siècle en raison du déficit de monnaies divisionnaires émises par la dynastie sévérienne (Estiot 1996 : 48). Ce schéma économique s’illustre sur la majeure partie des sites de la Gaule, voire dans les provinces occidentales de l’Empire (Doyen 2007 : 197‑198).

7Enfin, l’as lyonnais (C2) d’Auguste à l’autel de Lugdunum frappé en 12‑14 et les deux asses (C3, C4) de Tibère émanant de l’atelier de Rome, qui présentent tous trois un faible degré d’usure et qui furent trouvés respectivement sur les sites du Grand-Palais, du Palais et de la Maladrerie, proviennent de contextes de l’Antiquité tardive ; contenues dans des sédiments remaniés ou déplacés, ces monnaies peuvent être considérées comme résiduelles.

7.1.3. Le numéraire du IIIe siècle

8Avec seulement sept unités recensées, le corpus des monnaies frappées au IIIe siècle s’avère tout aussi restreint que celui des Ier et IIe siècles (C7‑C13) [fig434, périodes 8 à 11 ; fig435]. À l’exception d’un denier (C7) à l’effigie de Julia Domna, épouse de Septime-Sévère, les espèces recueillies ont toutes été frappées dans la seconde moitié du IIIe siècle. Il s’agit soit d’antoniniani officiels de l’Empire central (Gallien et Claude II : C8, C9), soit d’imitations frappées d’antoniniani du type Divo Claudio (C10, C11, C12) et de l’Empire gaulois (Tétricus Ier : C12).

9Seules deux monnaies de cette période peuvent être replacées dans une stratigraphie. Il s’agit d’un antoninianus officiel (C8) de Gallien et d’une imitation frappée d’un antoninianus posthume (C12) de Claude II le Gothique, issue d’un atelier irrégulier dans les années 270‑280. Le premier antoninianus, frappé à Rome en 267 ou 268, a été recueilli dans le comblement d’une fosse daté du Ve siècle (aile ouest de la résidence). L’imitation, quant à elle, reposait sur le sol d’occupation de la salle 868 (aile nord de la résidence) dans un niveau d’abandon (US 861) datable entre 350 et 425. La circulation de monnaies officielles et d’imitations de la seconde moitié du IIIe siècle est attestée dans des horizons stratigraphiques du IVe siècle en de nombreuses occurrences (Cécillon 2015 : 240‑241 ; Delmaire 1982 : 260‑261). De même, l’usage d’antoniniani du IIIe siècle durant les Ve-VIIe siècles est également courant. Pour exemple, deux antoniniani de Gallien ont été découverts dans une tombe d’un cimetière mérovingien fouillé récemment à Annecy (Rapport Cécillon 2015 : 236).

10Outre ces deux monnaies, on relève la découverte, sur le site de la Labre, d’un denier sévérien (C7) daté de 203. La présence de ce denier à fleur de coin, trouvé lors d’un décapage, pourrait témoigner d’une fréquentation des lieux au début ou durant le courant du IIIe siècle. Les monnaies d’argent circulaient peu (on trouve surtout, lors des fouilles, des deniers fourrés mis au rebut lors de contrôles de poids). On ne peut exclure, pour cette raison, que ce denier de bon aloi ait été thésaurisé pendant de longues années avant d’être remis en circulation ; il a donc pu être perdu tout aussi bien au début que vers la fin du IIIe siècle, ou bien même lors de la fréquentation du cimetière à l’époque tardo-antique.

7.1.4. Le numéraire tardo-antique (IVe-Ve siècles)

11Avec 118 monnaies identifiables recensées (soit une part de 89,39 % du mobilier monétaire étudié), le numéraire tardo-antique est le mieux représenté sur les divers sites de la villa (fig434 et fig435). Cependant, à l’image des monnaies du IIIe siècle, toutes ces pièces ne proviennent pas de contextes stratigraphiques définis. Ainsi, pour les fouilles de 1987 ou de 1993 comme pour les fouilles de la résidence, sur 39 monnaies identifiables frappées durant l’Antiquité tardive (soit 53,84 % du lot tardif), seulement 21 peuvent être placées avec précision en stratigraphie, tandis que certaines proviennent de la prospection des déblais de fouilles. Quand ces monnaies sont inventoriées dans des niveaux bien repérés, la datation de ces contextes s’avère très étirée : soit entre 350 et 425 (état IIIb), soit dans le courant du Ve siècle. De plus, ce numéraire est, la plupart du temps, issu de comblements liés à l’abandon de caniveaux et de drains ou de remblais. Sur le site de la Maladrerie, qui a livré 20 nummi et maiorinae des IVe-Ve siècles, 35 % du numéraire, recueilli lors de décapages mécaniques ou dans des couches de terres rapportées, ne peut être rattaché avec certitude à un horizon stratigraphique bien cerné. Enfin, sur les 53 monnaies frappées entre 300 et le début du Ve siècle et récoltées au cours de l’opération du Grand-Palais, la majeure partie est issue de couches d’abandon (destruction et remblais de nivellement), des comblements de tranchées de récupération de murs, ou de comblements de fossés ; tous ces contextes sont, eux aussi, datés de manière large par la présence de mobiliers céramiques de la fin du IVe siècle et du début du Ve siècle.

12La présence du numéraire tardo-antique sur la majorité des sites de Châteauneuf semble surtout liée à des fréquentations ponctuelles lors de phases de récupération de matériaux, de réoccupations de bâtiments délabrés (?) ou la remise en état de terres agricoles (comblements de fossés, nivellements…). Le même constat a été établi pour certains quartiers du vicus de Boutae à Annecy (Cécillon 2015 : 251).

13L’inventaire du corpus monétaire tardo-antique, tous contextes confondus (y compris hors stratigraphie), montre une faible représentation (26 %) des émissions de la première moitié du IVe siècle frappées essentiellement sous les règnes de Constantin Ier et de ses fils, jusqu’en 348 (fig. 435). En effet, les trois quarts des monnaies récoltées ont été émises ou imitées après 348 et jusqu’au début du Ve siècle.

  • 1 « Taillé au 1/96 L. » signifie que le poids théorique du nummus correspond au 1/96 d’une livre rom (...)

14Ainsi, dans la résidence, deux nummi constantiniens (C16, C18) taillés au 1/96 L.1 et frappés au début des années 320 peuvent être placés en contexte ; ils alimentaient encore le circuit monétaire de la seconde moitié du IVe siècle ou celui du courant du Ve siècle. Sur le site du Grand-Palais, un nummus lyonnais de 332 (au 1/132 L.) au nom de Constantin II César (C22) côtoyait dans le comblement d’un fossé (F682) une maiorina de Gratien frappée en 383. Sur le même site, dans une couche de remblai de nivellement datable de la fin du IVe et du début du Ve siècle (US 1014), un nummus (C32) célébrant les vincennalia de Constance II (émission de 347‑348) a été découvert en compagnie de deux nummi d’Arcadius (C110, C122) frappés vers 388‑402. Dans le remblai 1028, une imitation des années 336‑340 (C36) est la plus ancienne unité d’un lot de neuf monnaies dont la plus récente (C77) appartient à la dynastie valentinienne (années 364‑378). De même, dans un autre remblai (US 1027) daté lui aussi vers la fin IVe et le début du Ve siècle, sur sept monnaies recensées, cinq nummi au 1/192 L. frappés entre 336 et 348 (C28 à C31, C37) étaient associés à une maiorina de Gratien émise en 383. Sur le site de la Maladrerie, un nummus au 1/192 L. des années 341‑348 (C23) a été recueilli sur un niveau de sol du bâtiment n° 90 (US 117), daté de la fin du IVe siècle ou début du Ve siècle, avec deux nummi (C119, C120) taillés au 1/216 L. du type Victoriae Auggg, frappés sous le règne de l’empereur Théodose Ier dans les années 388‑395.

15Si le numéraire frappé avant 348 aux noms de Constantin Ier et de ses fils successeurs (Constantin II, Constant et Constance II) semble alimenter, dans de faibles proportions, le circuit monétaire local de la seconde moitié du IVe siècle et des premières décennies du Ve siècle, on constate que ce sont surtout les émissions monétaires de Constance II, frappées dans les années 350, et celles de la dynastie valentinienne des années 364‑378 qui fournissent la majeure partie du contingent monétaire durant la période 350‑425 ou le courant du Ve siècle. Avec 35 unités, les premières représentent près de 30 % du corpus tardo-antique, tandis que les secondes, avec 25 nummi recensés taillés au 1/120 L., totalisent 21,18 % de ce même lot (fig436).

Fig. 436 – Répartition par séquences chronologiques (classification Crawford/Reece) des 118 monnaies identifiables des IVe-Ve siècles (Chr. Cécillon).
(*) Il peut s’agir aussi pour certains nummi indéterminés « aux deux Victoire face à face, tenant chacune une palme et une couronne » de l’émission Victoria Avggg (fin IVe-début du Ve siècle).

Périodes Crawford/Reece Types monétaires Émissions officielles Imitations Total (%)

12 (294‑318)
- Memoria Felix
[Maxence pour Constance Chlore]
1
- Sac Monetas Avgg et Caess Nn
[Maximien Hercule]
1 2
(2,36 %)
13a (318‑330) - Caesarvm Nostrorvm
[Constantin Ier pour Crispus (x 1) et pour Constantin II (x 2)]
3
- Providentiae Avgg
[Constantin I]
1
- Providentiae Caess
[Constantin Ier pour Constantin II « César »]
1 5
(4,23 %)
13b (330‑348) - Gloria Exercitvs (2 étendards)
[Constantin Ier (x 1) ; Constantin Ier pour Constance II (x 1) et pour Constantin II (x 1)
3

- Gloria Exercitvs (1 étendard)
[Constantin Ier (x 2) ; Constantin Ier pour Constance II (x 1) ; Constance II (x 1) ; Constant (x 1) ; indét. (x 3)]
5 3
- Victoriae Dd Avgg Q Nn (*)
[Constance II ou Constant (x 3) ; imit. Constant (x 1) ; imit. Constance II ou Constant (x 3)]
3 4
- Vot XX Mvlt XXX
[Constance II]
1 19
(16,10 %)
14 (348‑364) - Felicitas Reipvblice
[Magnence]
1
- Fel Temp Reparatio (« au cavalier terrassé »)
[Constance II (x 14) ; Constance II pour Constance Galle (x 1) et pour Julien (x 1) ; indét. (x 2 ) ; imit. (x 4)]
18 4
- Salvs Dd Nn Avg Et Caes
[Magnence]
1
- Spes Reipvblice
[Constance II (x 5) ; Constance II pour Julien « César » (x 2 ; Constance II ou Julien II (x 1)]
8
- Victoriae Dd Nn Avg et Caes
[Magnence (x 1) ; imit. Magnence (x 1)]
1 1
- Vot […]
[Julien II ou Jovien]
1 35
(29,66 %)
15a (364‑378) - Gloria Romanorvm [Valentinien Ier (x 2) ; Valens (x 4) ; Gratien (x 1) ; indét. (x 3)] 10
- Secvritas Reipvblicae [Valentinien Ier (x 2) ; Valens (x 4) ; Gratien (x 1) ; indét. (x 8)] 15 25 (21,18 %)
15b (378‑388) - Reparatio Reipvb [Gratien (x 3) ; Magnus Maximus (x 1) ; Théodose Ier (x 1) ; Valentinien II (x 1) ; imit. Magnus Maximus (x 1)] 6 1
- Spes Romanorvm [Magnus Maximus (x 2)] 2
- Vot XV Mvlt XX [Gratien] 1 10 (8,47 %)
16a (388‑402) - Victoria Avggg [Arcadius (x 5) ; Théodose Ier (x 3) ; Valentinien II (x 3) ; indét. (x 6) ; imit. Théodose Ier (x 1) ; imit. Valentinien II (x 1)] 17 2
- Salvs Reipvblicae [Arcadius (x 1) ; indét. (x 2)] 3 22 (18,64 %)

16Dans les fouilles de 1987 et de 1993 ou dans celles de la résidence, très peu de monnaies de Constance II (des maiorinae des années 348‑358) sont exploitables ; mais il faut signaler, dans la résidence, la présence dans le comblement d’un drain (US 186) daté de manière large du Ve siècle, d’une maiorina de Constance II (C57) associée à 2 nummi valentiniens des années 364‑378 (C81, C86) et à 2 minimi ou nummi au 1/216 L. (C126, C127) de la dynastie théodosienne, frappés entre 388‑402. Sur le site du Grand Palais, la majeure partie des monnaies a été découverte dans des couches d’abandon, de destruction ou de nivellement (US 1002, 1003, 1014, 1018, 1020, 1025, 1027, 1028, 1030), dans des comblements de tranchées de récupération de substructions (US 160, 161, 1001) ou dans les comblements/aménagements de fossés qui recoupent les substructions (US 610, 682, 1006, 1046). Ces contextes stratigraphiques sont tous attribuables à la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle ; dans ces derniers, notamment les remblais (US 1025, 1028) qui ont livré le plus de numéraire, les émissions officielles ou irrégulières (imitations) du règne de Constance II (principalement les Fel Temp Reparatio au cavalier terrassé) et les pièces valentiniennes (nummi au 1/120 L. aux types Gloria Romanorum et Securitas Reipublicae) sont très souvent associées. Dans l’US 1030, deux maiorinae (dont une imitation) au cavalier terrassé des années 348‑358 (C48, C74) ont été découvertes avec des monnaies théodosiennes des années 388‑402 (C124, C130). Provenant du diagnostic d’A.-Cl. Remy au Grand Palais, deux maiorinae au cavalier terrassé (C51, C63) de 348‑358 et 355‑360 de Constance II circulent encore aussi à la fin du IVe et au début du Ve siècle. Enfin, sur le site de la Maladrerie, dans le fossé F28, une maiorina de Constance II au cavalier terrassé (C45) et un nummus (C92) de la dynastie valentinienne daté des années 364‑378 ont été exhumés avec trois nummi de la dynastie théodosienne des années 388‑402 (C114, C115, C123).

17L’arrêt de la frappe des « bronzes » dans les années 410‑420, au sein des ateliers monétaires occidentaux (Lyon, Arles, Aquilée et Trèves) et les fermetures de ces derniers, maintient l’usage de monnaies constantiniennes et valentiniennes durant le Ve siècle. Le même faciès monétaire se rencontre sur le site tardo-antique savoyard de Portout (Jacquin in Pernon 1990 : 93‑107). L’absence, dans la villa du Palais, de monnaies du IVe siècle coupées volontairement en deux voire en quatre, nous incite à penser que les petites monnaies divisionnaires ne se raréfient pas encore de manière trop significative. La division des monnaies par cisaillage se généralise surtout en Gaule à partir du milieu du Ve siècle (Brénot 1986 : 197). Alors que la majeure partie des occupations ou des fréquentations ponctuelles – lors de phases de récupération de matériaux – sont plutôt datables de la fin du IVe siècle et du premier quart du Ve siècle, in fine, tous contextes confondus, seulement un quart de monnaies (soit 32 unités) sont frappées entre 383 et 402 par la dynastie théodosienne. Ce dernier lot monétaire est essentiellement constitué de nummi taillés au 1/216 L. (types Victoria Auggg et Salus Reipublicae) [C110‑C131] de factures officielles ou bien de fabrications irrégulières (imitations frappées).

18On note également la présence de pièces de grand module – des maiorinae au 1/60 L. telle que la maiorina « au Chrisme » (C55) de Magnence (350‑353) et celles au type Reparatio Reipub des années 383‑388 (C101, C102, C105 à C109). Si les pièces de grand module semblent plutôt thésaurisées sous la dynastie constantinienne (elles sont plutôt rares dans les niveaux de cette période), il semble, comme on peut le constater ici, qu’elles circulaient davantage à la fin du IVe siècle, du moins dans le sud-est de la Gaule, ou en Gaule méridionale, comme on l’a relevé sur plusieurs sites de Lyon à la Méditerranée (Brénot 1986 : 197).

7.1.4.1. La diffusion ou circulation régionale du numéraire tardo-antique

19Si, dans le corpus étudié, près de 40 % des monnaies identifiables émises au IVe siècle ou au début du Ve siècle ne peuvent être attribuées à un atelier monétaire précis, on peut relever que la quasi-totalité du numéraire tardif dont la provenance peut être établie est issue d’ateliers occidentaux (fig. 437).

Fig. 437 – Répartition des ateliers par séquences chronologiques (classification de Crawford/Reece) du numéraire des IVe-Ve siècles. Abréviations des ateliers : Tr : Trèves ; Ly : Lyon ; Ar : Arles ; Ar/Ly : Arles ou Lyon ; Aq : Aquilée ; Ar/Aq : Arles ou Aquilée ; Sis : Siscia ; Nic : Nicomédie ; Ind. : atelier indéterminé ; Irr. : atelier irrégulier (Chr. Cécillon).

Fig. 437 – Répartition des ateliers par séquences chronologiques (classification de Crawford/Reece) du numéraire des IVe-Ve siècles. Abréviations des ateliers : Tr : Trèves ; Ly : Lyon ; Ar : Arles ; Ar/Ly : Arles ou Lyon ; Aq : Aquilée ; Ar/Aq : Arles ou Aquilée ; Sis : Siscia ; Nic : Nicomédie ; Ind. : atelier indéterminé ; Irr. : atelier irrégulier (Chr. Cécillon).

20Les monnaies frappées dans l’atelier d’Arles dominent largement dans l’inventaire, suivies d’assez loin par les espèces produites à Lyon. Bien que l’atelier lyonnais se trouve relativement près de Châteauneuf-du-Rhône, il semblerait – dans la limite des découvertes effectuées sur les sites étudiés – que le circuit monétaire local était plutôt approvisionné par l’atelier provençal. Ainsi, les circuits d’approvisionnement ou les échanges tardo-antiques seraient plutôt orientés vers le sud de la Gaule.

21Ce constat se trouve inversé plus à l’est du Rhône, près des Alpes (Cécillon 2015 : 250). Le monnayage arlésien frappé durant la période 348‑364, notamment les espèces émises sous le règne de Constance II, se trouve le mieux représenté à Châteauneuf. Les valeurs d’approvisionnement entre le numéraire issu de la Moneta de Lugdunum (Lyon) et celui émanant de l’atelier d’Arles tendent à se niveler ensuite, sous les dynasties valentinienne et théodosienne entre 364 et 402. La part infime de monnaies de l’atelier de Trèves est, en revanche, notable au regard des inventaires de numéraires tardo-antiques de la région lyonnaise, des Alpes ou de la vallée du Rhône, qui montrent toujours un apport certain de monnaies trévires dans le circuit monétaire régional.

22Quant au monnayage d’imitation de prototypes du IVe siècle, il apparaît, avec moins de 15 % des monnaies tardo-antiques recensées, comme peu significatif dans le circuit monétaire local entre 350 et 425 ; ce sont surtout les prototypes de la dynastie constantinienne qui sont les plus imités, notamment le type au cavalier terrassé et à la légende Fel Temp Reparatio des années 348‑358.

7.1.4.2. Le pécule en coffret

23Un lot de douze petites monnaies divisionnaires (fig438) en cuivre (11 nummi et une maiorina réduite) a été découvert au Palais, dans le comblement d’un caniveau aménagé dans le jardin et situé près de l’aile orientale de la résidence (US 616/161). L’abandon ou l’obstruction de cette canalisation est datable de l’état IIIb, soit entre 350 et 425. Ces piécettes trouvées groupées avec des fragments de ferrures et accompagnées d’une petite clef étaient, sans doute, contenues dans un petit coffret en matériau périssable ; seuls les éléments métalliques sont parvenus jusqu’à nous.

Fig. 438 – Les monnaies du pécule en coffret (« fouille du Palais », US 616). Les monnaies sont classées dans l’ordre chronologique des émissions (Chr. Cécillon).

US N° cat. N° inv. Règne/Période Atelier/datation
616
161
C33 98.161.9 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L. de la dynastie constantinienne au type Gloria Exercitus (1 étendard) Atelier irrégulier : années 336‑340 ap. J.‑C.
616
161
C61 98.161.2.2 Maiorina de Constance II (337‑361) au type Fel Temp Reparatio (« cavalier terrassé ») Atelier indéterminé : années 348-358 ap. J.‑C.
616
161
C76 98.161.3 Nummus au 1/120 L. de la dynastie valentinienne (Valens ou Gratien) au type Securitas Reipublicae Lyon : 367-375 ap. J.‑C.
616
161
C78 98.161.4 Nummus au 1/120 L. de Valens (364-378) au type Gloria Romanorum Arles : 365-367 ap. J.‑C.
616 C89 98.161.7 Nummus au 1/120 L. de Valens (364-378) au type Securitas Reipublicae Atelier indéterminé : 364-378 ap. J.‑C.
616
161
C83 98.161.2.1 Nummus au 1/120 L. de la dynastie valentinienne au type Gloria Romanorum Arles ou Lyon : 364-378 ap. J.‑C.
616
161
C90 98.161.8 Nummus au 1/120 L. de Valens (364-378) au type Securitas Reipublicae Atelier indéterminé : années 364-378 ap. J.‑C.
616 C93 98.161.6 Nummus au 1/120 L. de Gratien (367-383) au type Gloria Romanorum Atelier indéterminé : années 367-378 ap. J.‑C.
616
161
C91 98.161.11 Nummus au 1/120 L. de la dynastie valentinienne (Valentinien Ier ou Valens) au type Securitas Reipublicae Atelier indéterminé : années 367-378 ap. J.‑C.

616
161

C96

98.161.5

Nummus au 1/120 L. de la dynastie valentinienne au type Securitas Reipublicae

Atelier indéterminé :

années 367-378 ap. J.‑C.

616

161

C132

98.161.10

Nummus au 1/216 L. ou 1/252 L. de la dynastie théodosienne (?) ou imitation frappée du milieu du IVe siècle ap. J.‑C.

Atelier indéterminé (irrégulier ou officiel) : milieu du IVe siècle ap. J.‑C. ou fin IVe-début du Ve siècle ap. J.‑C. (années 380-402) ?

616

161

C133

98.161.12

Nummus au 1/216 L. ou 1/252 L. de la dynastie théodosienne (?) ou imitation frappée du milieu du IVe siècle ap. J.‑C.

Atelier indéterminé (irrégulier ou officiel) : milieu du IVe siècle ap. J.‑C. ou fin IVe-début du Ve siècle ap. J.‑C. (années 380-402) ?

24L’arc chronologique du numéraire identifiable s’étire de 336 à 378. Il rassemble des monnaies de la dynastie constantinienne – une imitation d’un nummus au 1/192 L. (C33) et une maiorina réduite (C61) –, 8 nummi taillés au 1/120 L. de la dynastie valentinienne aux types Gloria Romanorum et Securitas Reipublicae, émises dans les ateliers occidentaux entre 364 et 378 (C76, C78, C83, C89‑91, C93, C96), et 2 nummi très fortement corrodés (C132, C133) dont l’identification ne peut être assurée ; il peut s’agir soit d’imitations de prototypes de la dynastie constantinienne (vers le milieu du IVe siècle ?), soit de nummi taillés au 1/216 L. ou au 1/252 L. de la dynastie théodosienne des années 388‑402. La forte proportion de nummi valentiniens incite à penser que cet ensemble de monnaies a été constitué et dissimulé dans les années 360‑370. La très faible valeur intrinsèque des monnaies déposées dans ce coffret ne permet pas vraiment de qualifier ce lot de dépôt de thésaurisation ; il se peut néanmoins que cette maigre somme ait appartenu à une personne de petite condition sociale qui aurait souhaité cacher son petit pécule dans la structure hydraulique qui n’était peut-être plus fonctionnelle. L’hypothèse d’un dépôt de fondation semble devoir être écartée. Il paraît, en effet, peu probable que l’on ait placé un objet dans une canalisation en service sous peine de gêner l’écoulement de l’eau : les dépôts de monnaies de fondation sont plutôt placés sous des niveaux de sol, dans des trous de poteau, sous des seuils, voire dans l’appareillage des murs… Enfin, l’évocation plus poétique de la cache d’un petit pécule que, par jeu, des enfants auraient dissimulé, ne peut également être totalement écartée. Toutes les interprétations restent envisageables pour tenter d’expliquer la présence de ce petit ensemble monétaire en ce lieu.

7.1.4.3. Les monnaies du cimetière tardo-antique de la Labre

25Une seule tombe à inhumation (SP 98) du cimetière de La Labre contenait des monnaies, deux petites divisionnaires de bronze (C17, C19) frappées sous le règne de Constantin Ier. Ces deux nummi ont été disposés sur les yeux du sujet inhumé ; ils portent l’effigie et la titulature de Constantin II, l’un des trois fils de Constantin Ier, César de 317 à 337. Le mince écart chronologique relevé entre les émissions des deux revers (321‑322 et 324‑330) et le faible degré d’usure de ces deux pièces à l’effigie du même prince sont autant d’arguments qui plaident en faveur d’un dépôt de ce numéraire durant les années 320‑330.

26La pratique du dépôt d’offrande monétaire sur un œil ou les deux yeux du sujet inhumé, observée en Gaule, ne semble pas y être limitée à une période ou à une aire géographique particulière. On relève ce type d’offrande du Ier siècle de notre ère jusqu’au IVe siècle au moins (davantage d’exemples concernent l’Antiquité tardive où les dépôts monétaires sont plus souvent multiples) et ce, aussi bien dans les Gaules qu’en Helvétie par exemple.

27Ainsi, dans l’espace funéraire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte d’Or) [Brénot et al. 1982 : 73], l’inhumation d’adulte n° 12 datée de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère contenait un as d’Auguste disposé dans l’orbite gauche. À Avenches (Suisse), D. Castella (1999 : 86) signale que, dans le cimetière antique d’En Chaplix, « une situation particulière d’offrande mérite d’être mentionnée : une monnaie a peut-être été déposée sur un des yeux de l’individu masculin de la St. 199 ». Cette tombe est datée d’environ 200 ap. J.‑C. Dans la nécropole gallo-romaine de la rue Perdue à Tournai (Belgique ; Brulet, Coulon 1977 : 94‑95 et 116) qui a livré 178 sépultures, deux tombes présentaient des offrandes monétaires placées sur les yeux. La tombe 94 – une inhumation intacte – contenait cinq monnaies, deux de Constantin Ier (310 et 313), deux de Constantin II (324‑330 et 330‑331) et une de Constant (333‑334). Une monnaie était placée dans la cavité oculaire gauche (Constantin), une à hauteur du bras droit et trois à hauteur du bassin. L’enfouissement est postérieur à 330. Sur le même site, la tombe 155 – une inhumation intacte – renfermait trois monnaies de Constantin Ier frappées en 310‑313, 313‑317 et 315‑316 : l’une était placée dans la cavité oculaire droite, une autre dans la cavité oculaire gauche et la troisième déposée à hauteur du fémur droit. L’inhumation est postérieure à 315. À Lyon, sur le site du 1, place Eugène-Wernert (Rapport Cécillon à paraître), dans la tombe SP 4174 datée par C14 de la fin du IVe siècle, deux maiorinae au type Reparatio Reipub (émissions monétaires datables des années 383‑387) étaient disposées sur chacune des orbites oculaires. La trace d’un tissu très fin sur l’une des monnaies confirme que la tête du sujet était, sans doute, recouverte d’un voile ou d’un linceul. Dans le cimetière tardif de Sierentz (Haut-Rhin) [Dumez et al. 1999 : 235, fig. 4 : tableau de distribution des monnaies dans les tombes], quatre tombes contenaient des monnaies déposées sur les deux yeux : dans la tombe 10 (sujet masculin orienté nord-sud) se trouvaient deux monnaies datées entre 383 et 387 (TPQ), dans la tombe 15 (sujet masculin orienté nord-sud), deux monnaies de même date, dans la tombe 49 (sujet féminin orienté nord-sud), deux autres enfin de même date. La tombe 64 (sujet féminin orienté nord-sud) contenait deux monnaies datées entre 367 et 378. Enfin, dans son ouvrage de synthèse sur les espaces funéraires romains en Gaule septentrionale, A. Van Doorselaer (1967 : 138), précise, concernant les tombes à inhumation, que « c’est en grand nombre que des pièces ont été retrouvées dans les sépultures à inhumation. Elles sont le plus souvent placées sur la bouche du squelette, parfois sur un œil, par exemple à Amiens (Somme) ou sur les deux yeux, par exemple à Boulogne (Pas-de-Calais) [mention sans référence bibliographique]. Les monnaies ne sont pas particulières aux tombes païennes puisqu’on en a recueilli dans des tombes chrétiennes du IVe s. placées, elles aussi tantôt dans la bouche, tantôt dans la main… ».

7.1.5. Catalogue (fig439 à fig443)

Fig. 439 – Les monnaies de la villa du Palais : du règne d’Auguste à la dynastie constantinienne (27 av. J.‑C.-IVe siècle ap. J.‑C.) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 439 – Les monnaies de la villa du Palais : du règne d’Auguste à la dynastie constantinienne (27 av. J.‑C.-IVe siècle ap. J.‑C.) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 440 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 440 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 441 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne et la dynastie valentinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 441 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne et la dynastie valentinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 442 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie valentinienne et la dynastie théodosienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 442 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie valentinienne et la dynastie théodosienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 443 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie théodosienne (fin du IVe siècle-début du Ve siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

Fig. 443 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie théodosienne (fin du IVe siècle-début du Ve siècle) [cliché : Chr. Cécillon].

28Mode de description métrologique et du degré d’usure (dans l’ordre) : métal ; masse ; axe d’orientation des coins selon le cadran horaire ; diamètre ; degré d’usure de la monnaie (lorsqu’il peut être apprécié) selon la classification utilisée dans le Bulletin de l’inventaire des trouvailles monétaires suisses (Frey-Kupper, Dubuis, Brem 1995) : U0 = usure non visible ; U1 = non à peu usé ; U2 = légèrement usé ; U3 = usé ; U4 = fortement usé ; U5 = fruste ; par exemple : Ae ; 1,42 g ; 6 h ; 18 mm ; U1.

29Abréviations métal : Ae = alliage à base de cuivre ; Ag = argent.

30À la fin de la notice de chaque monnaie, on trouvera les données concernant sa provenance (site, localisation topographique ou stratigraphique, renvoi éventuel à un inventaire du mobilier propre à chaque site). Abréviations des sites : ACR (diagnostic préventif d’A.‑Cl. Remy au Grand Palais) ; CL (fouille préventive de Chr. Landry au Grand Palais) ; CR (fouille préventive de Chr. Ronco à la Maladrerie) ; CJ (sondages programmés de C. Jung au Palais) ; EF (fouille préventive d’E. Ferber à la Labre) ; JCB (fouilles programmées de J.‑Cl. Béal au Palais) ; PC (sondages programmés de P. Carlier à la Maladrerie).

31Les monnaies sont présentées selon la périodisation de Crawford et Reece (Reece 1972).

PÉRIODE : 27 AV. J.‑C.-2 AV. J.‑C. (Crawford/Reece, période 1a)

AUGUSTE (27 av. J.‑C.-14 ap. J.‑C.)

• Nîmes

32C1 Dupondius, 27 av. J.‑C. ou 16/15‑10 av. J.‑C.

D/ [I]MP [D]IVI F

Têtes adossées d’Agrippa à gauche coiffé de la couronne rostrale et d’Auguste tête nue à droite

R/ COL N[EM]

Crocodile à droite enchaîné à un palmier surmonté de volutes ; sous le crocodile, deux palmes

Ae ; 12,32 g ; 2 h ; 26,2 mm ; U1-U2

RPC I, 522 ou 523 (p. 153)

(EF. 2006. Fait 211. Inventaire des objets : n° 36)

PÉRIODE : 2 AV. J.‑C.-41 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 1b)

TIBÈRE (14‑37)

• Lyon

33C2 As, Auguste pour Tibère César, 12‑14 ap. J.‑C.

D/ [TI] CAESAR AVGVST F IM[PERAT VII]

Tête laurée de Tibère à droite

R/ ROM ET A[VG]

Autel du sanctuaire confédéral de Lugdunum

Ae ; 10,73 g ; 12 h ; 27 mm ; U1

RIC I2, 245

(CL. 2012. Secteur B. US 1018. Inventaire des monnaies : n° 24)

• Rome

34C3 As, 22‑23/30 ou 31‑37 ap. J.‑C. ; pour Auguste divinisé

D/ [DIVVS] AVGVSTVS PA[TER]

Tête radiée d’Auguste à gauche

R/ [PROVIDENT] / SC de part et d’autre de l’autel de la Providence

Autel de la Providence

Ae ; 7,78 g ; 12 h ; 26,1 mm ; U1

RIC I2, 81

(JCB. 1998. US 617. Inventaire des objets : n° 98‑156)

35C4 As, 22‑23/30 ou 31‑37 ap. J.‑C., pour Auguste divinisé

D/ [DIVVS AV]GVSTVS PA[TER]

Tête radiée d’Auguste à gauche

R/ [PR]OV[I]DE[NT] à l’exergue / SC dans le champ

Autel de la Povidence

Ae ; 6,28 g ; 10 h ; 25,5 mm

RIC I2, 81

(CR. 2008. Fossé 08. Inventaire des objets : n° 9)

PÉRIODE : 69‑96 AP. J.‑C. (Crawford/Reece période 3)

DOMITIEN (81‑96)

• Rome

36C5 As, 88‑89 ap. J.‑C.

D/ IMP CAES DOMIT AVG GERM COS XIIII CENS PER PP

Tête laurée de Domitien à droite

R/ VIRTVTI-AVGVSTI / SC dans le champ de part et d’autre de Virtus

Virtus casquée debout à droite, le pied gauche posé sur un casque, tenant de la main droite une haste et de la main gauche un parazonium

Ae ; 11,44 g ; 6 h / 29,2 mm ; U1

RIC II2, 650 (p. 311)

(JCB. 2001. US 1105. Inventaire des objets : n° 01‑05)

PÉRIODE : 138‑161 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 6)

ANTONIN LE PIEUX (138‑161)

• Rome

37C6 Sesterce, 138‑161 ap. J.‑C.

D/ [...ANTO]NINVS […]

Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite

R/ […]

Personnage féminin debout à droite ; deux enfants (?) à côté de lui

Ae ; 25,21 g ; 6 h ; 31‑33 mm / U2-U3

(JCB. 2000. US 979. Inventaire des objets : n° 2000.154)

PÉRIODE : 192‑222 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 8)

SEPTIME-SÉVÈRE (193‑211) pour JULIA DOMNA

• Rome

38C7 Denier, 203 ap. J.‑C. (6e officine)

D/ IVLIA-AVGVSTA

Buste de Julia Domna à droite

R/ PIETAS-PVBLICA

La Piété voilée debout à gauche, levant les deux mains ; à sa droite, autel allumé

Ar. ; 3,29 g ; 12 h ; 18 mm ; U1

RIC IV/I, 574

(EF. 2006. Décapage mécanique. Inventaire des objets : n° 31)

PÉRIODE : 260‑275 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 10)

GALLIEN (253‑268)

• Rome

39C8 Antoninianus, 267‑268 ap. J.‑C.

D/ [GALLIE]NVS AVG

Tête radiée de Gallien à droite

R/ DI[ANAE C] ONS AVG / XI à l’exergue

Antilope ou gazelle marchant à droite

Ae ; 2,35 g ; 12 h ; 12,7 mm ; U2

RIC V/I, 181

(JCB. 1996. US 131. Inventaire des objets : n° 96/018)

CLAUDE II « LE GOTHIQUE » (268‑270)

• Rome

40C9 Antoninianus, 268‑270 ap. J.‑C.

D/ [IM]P CLA[VDIVS PF AVG ?]

Tête radiée de Claude II à droite

R/ […] AVG / lettre A ou ∆ dans le champ à droite

Personnage féminin debout de face, la tête à gauche, tenant une cornucopia de la main gauche et une patère (?) de la main droite

Ae ; 1,96 g ; 1 h ; 11,5‑13,4 mm ; U1 

(JCB. 1997. Décapage mécanique. Inventaire des objets : n° 2003.3)

IMITATIONS : DIVO CLAVDIO (après 270-années 280)

• Ateliers irréguliers

41C10 Imitation frappée, antoninianus de consécration de Claude II le Gothique (268‑270), années 270‑280 ap. J.‑C.

D/ […]

Tête radiée de Claude II à droite

R/ [CONSECRATIO]

Autel funéraire allumé

Ae ; 0,48 g ; 6 h ; 15 mm (flan lacunaire)

RIC V/I, 261

(CR. 2008. Hors Stratigraphie. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

42C11 Imitation frappée, antoninianus de consécration de Claude II le Gothique (268‑270), années 270‑280 ap. J.‑C.

D/ [DI]VO CLAVD[IO]

Tête radiée de Claude II à droite

R/ [CONSECRATIO]

Aigle de face aux ailes éployées, la tête tournée vers la gauche

Ae ; 1,11 g ; 6 h ; 13,5‑14 mm ; U2-U3

Prototype RIC V/I, 266

(PC. 87. S3, C2, N4. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

43C12 Imitation frappée, antoninianus de consécration de Claude II le Gothique (268‑270), années 270‑280 ap. J.‑C.

D/ [DIVO CLAVDI]O

Buste (ou tête ?) radié de Claude II à droite

R/ C[ONSECRATIO]

Iconographie non visible

Ae ; 1,15 g ; axe : non visible : 12,1‑12,7 mm : U0

(JCB. 2000. US 861. Inventaire des objets : n° 2000.66)

IMITATION : TÉTRICVS Ier (271‑274)

• Atelier irrégulier

44C13 Imitation frappée, Antoninianus (radientes), années 270‑280 ap. J.‑C.

D/ [TET]RICVS [...] AV[G]

Tête radiée, barbue, de Tétricus à droite

R/ [PAX AVG ?]

Personnage féminin (Pax ?) tenant de la main droite un rameau d’olivier et de la main gauche un sceptre transversal

Ae ; 1,42 g ; 9 h ; 14,5‑15,6 mm ; U2

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

PÉRIODE : 294‑318 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 12)

• Trèves

45C14 Nummus au 1/48 L., Maxence (306‑312) pour Constance Ier Chlore (305‑306) divinisé, 305‑306 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DIVO CONSTANTINO PIO

Buste voilé et drapé de Constance Chlore à droite, vu de ¾ en avant

R/ MEMORIA FELIX // PTR à l’exergue

Autel accosté de deux aigles

Ae ; 4,62 g ; 6 h ; 24,2‑26,2 mm ; U1

RIC VI, 789

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

• Siscia (?)

46C15 Nummus au 1/32 L., Maximien 1er (286‑310), 300‑301 ap. J.‑C.

D/ IMP C MA[XIMIA]NVS PF AVG

Tête laurée de Maximien à droite

R/ [SA]C MONIIAS AVGG ET CAESS NN (sic !) // [...]S à l’exergue

Moneta (la Monnaie), drapée, debout à gauche, tenant de la main droite une balance et de la main gauche une cornucopia

Ae ; 9,19 g ; 6 h ; 27,1 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur B. US 1020. Inventaire des monnaies : n° 26)

PÉRIODE : 318‑330 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 13a)

• Lyon

47C16 Nummus au 1/96 L., Constantin Ier (307‑337) pour Crispus César (317‑326), 321‑323 ap. J.‑C.

D/ CR[ISPVS]-NOB CAES

Tête laurée de Crispus à droite

R/ CAESARVM NOSTRORVM // 2 captifs assis dos à dos à l’exergue

Couronne dans laquelle est inscrit sur deux lignes VOT / X

Ae ; 2,46 g ; 6 h ; 12‑12,4 mm ; U1

(JCB. 1996. US 131. Inventaire des objets : n° 96/026)

• Arles

48C17 Nummus au 1/96 L., Constantin Ier (307‑337) pour Constantin II César (317‑337), 321‑322 ap. J.‑C.

D/ CONSTANTINVS IVN NOB C

Tête laurée à droite de Constantin II

R/ CAESARVM NOSTRORVM // Q, croissant sous une *, A à l’exergue

Ae ; 2,98 g ; 12 h ; 18 mm ; U1

RIC VII, 243 (D 31/5) ; Ferrando 2010 (2), 843 (p. 198)

(EF. 2006. SP 98. Inventaire des objets : n° 29)

• Nicomédie

49C18 Nummus au 1/96 L., Constantin Ier (307‑337), 328‑329 ap. J.-C (2e officine)

D/ CONSTANTI-NVS MAX AV (sic !) (il manque le « G » de AVG en fin de légende)

Buste diadémé et cuirassé de Constantin I à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ PROVIDEN-TIAE AVGG / SMNS à l’exergue

Porte de camp surmontée de deux tours ; une étoile entre les tours

Ae ; 3,48 g ; 6 h ; 19,7‑20 mm ; U1

RIC VII, 156, S (var.)

(JCB. 1997. US 388. Inventaire des objets : n° 1996-55)

• Ateliers indéterminés

50C19 Nummus au 1/96 L., Constantin Ier (307‑337) pour Constantin II César (317‑337), 324‑330 ap. J.‑C.

D/ C[ONSTANTINVS IVN] NOB C

Buste lauré, drapé, cuirassé de Constantin II à gauche, avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [PROVIDEN-TIA]E CA[ESS] // Lettres d’exergue illisibles

Porte de camp surmontée de deux tours (au-dessus, une étoile ?)

Ae ; 2,78 g ; 6 h ; 20,6 mm ; U1

(EF. 2006. SP 98. Inventaire des objets : n° 30)

51C20 Nummus au 1/96 L., Constantin Ier (307‑337) pour Crispus César (317‑326) ou pour Constantin II César (317‑337), années 320‑330 ap. J.‑C.

D/ […]

Tête laurée de Crispus ou de Constantin II (?) à droite

R/ [CAE]SARVM [NOSTRORVM] // Lettres d’exergue illisibles

Couronne dans laquelle est inscrit sur deux lignes VOT X

Ae ; 2,16 g ; 7 h ; 16 mm

(CR. 2008. Fosse  Fs 73. US 74. Inventaire des objets : n° 18)

PÉRIODE : 330‑348 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 13b)

• Lyon

52C21 Nummus au 1/132 L., Constantin Ier (307‑337), 332 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ CONSTANTI-NVS MAX AVG

Buste diadémé et cuirassé de Constantin I à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLOR-IA EXERC-ITVS // .PLG à l’exergue

Deux soldats debout, face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, deux étendards

Ae ; 2,07 g ; 12 h ; 16,9 mm ; U1

RIC VII, 243 ; Bastien 1982, 229 (p. 178)

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

53C22 Nummus au 1/132 L., Constantin Ier (307‑337) pour Constantin II César (317‑337), 332 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ CONS|[TANT]INVS IVN NOB C

Buste lauré et cuirassé de Constantin II à droite, vu de ¾ en avant

R/ GLOR-IA E[XE]RC-ITVS //.PL[G] à l’exergue

Deux soldats debout, face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, deux étendards

Ae ; 2,09 g ; 12 h ; 15,5 mm ; U1

RIC VII, 244 ; Bastien 1982, 230 (p. 178)

(CL. 2012. Secteur F. Fossé FS 682. Inventaire des monnaies : n° 6)

54C23 Nummus au 1/192 L., Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), 343‑347 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN CONS[TAN…]

Buste diadémé et cuirassé de Constant ou Constance II à droite, avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTORIAE DD [AVGG Q] NN / ST (?) superposées entre les deux Victoire // SL[G] à l’exergue

Deux Victoire face à face tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 0,76 g ; 4 h ; 14,8 mm

RIC VIII, 45‑48 (?) ; Bastien 1985, 59 ou 60 ? (p. 192‑193)

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 117. Inventaire des objets : n° 21)

• Arles 

55C24 Nummus au 1/132 L., Constantin Ier (307‑337) pour Constance II César (324‑337), 332‑334 ap. J.‑C. (1re ou 2e officine)

D/ FL IVLC ONSTANTIVS NOB C

Buste lauré et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA EXERCITVS] / couronne entre les étendards // [P ou SCONST]

Deux soldats debout, face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, deux étendards

Ae ; 1,86 g ; 12 h ; 16,6‑17 mm ; U1

RIC VII, 372 ou 377 ; Ferrando 2010 (2), 1069 (p. 236) ou 1076‑1078 (selon césure)

(JCB. 2001 (prospection des déblais). Inventaire des objets : sans n° d’objet)

56C25 Nummus au 1/192 L., Constantin Ier (307‑337), 335‑336 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ CONSTANTI-NVS MAX AVG

Buste diadémé (rosettes et gemmes) de Constantin à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLOR-IA EXER[C-]ITVS // SCON[ST] à l’exergue

Deux soldats debout face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, un vexillum avec un chrisme

Ae ; 1,29 g ; 6 h ; 17,9 mm ; U1

RIC VII, 394 (D50/1) ; Ferrando 2010 (2), 529 (p. 128)

(CL. 2012. Secteur A. Pièce 1. US 1003. Inventaire des monnaies : n° 13)

Aquilée (?)

57C26 Nummus au 1/192 L., Constant (337‑350), 336‑340 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ CONSTANS - PF AVG

Buste diadémé de Constant à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLORI-A EXERCI-[TVS] // AQS (?) à l’exergue

Deux soldats debout face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier; entre eux, un vexillum avec la lettre C ou couronne (?)

Ae ; 1,34 g ; 6 h ; 15‑16,5 mm ; U1

(PC. 87. S4, C4, N1. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

• Ateliers indéterminés

58C27 Nummus au 1/192 L., Constantin Ier (307‑337), 336‑337 ap. J.‑C.

D/ […C]ONSTAN[TI]-NVS P[F] AV[G]

Buste lauré et cuirassé de Constantin à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA-E]XERC-ITVS // […]S à l’exergue

Deux soldats debout face à face appuyés sur leur bouclier et tenant une haste ; entre eux un vexillum avec I (?)

Ae ; 1,14 g ; 6 h ; 15 mm U1

(EF. 2006. Décapage mécanique. Inventaire des objets : n° 33)

59C28 Nummus au 1/192 L., Constantin Ier (307‑337) pour Constantin II César, 336‑337 ap. J.‑C.

D/ [...]S IVN NOB C

Buste de Constantin II à droite, vu de ¾ en avant

R/ [GLOR]-IA E[XERCITVS] // Lettres d’exergue illisibles

Deux soldats debout face à face appuyés sur leur bouclier et tenant une haste ; entre eux un vexillum

Ae ; 1,23 g ; 6 h ; 14 mm ; U0

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 34)

60C29 Nummus au 1/192 L., Constant (337‑350), 341‑348 ap. J.‑C.

D/ […CONSTAN]-S PF AVG

Buste diadémé (gemmes et rosette frontale) et cuirassé de Constant à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTORI]AE DD A[VGG Q NN] // Lettres d’exergue illisibles

Deux Victoire debout face à face tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 1,36 g ; 12 h ; 13,5 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 38)

61C30 Nummus au 1/192 L., Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), 341‑348 ap. J.‑C.

D/ CONSTAN-[...]

Buste diadémé (gemmes et rosette frontale) et cuirassé de Constant ou de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTORIAE DD [AVGG Q NN] // Lettres d’exergue illisibles

Deux Victoire debout face à face tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 1,37 g ; 12 h ; 14,5‑16,8 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 35)

62C31 Nummus au 1/192 L., Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), 347‑348 ap. J.‑C.

D/ CONS[TAN...]

Buste diadémé et cuirassé (?) de Constant ou de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTORIAE [DD AVGG Q NN] / une palmette entre les Victoire // Lettres d’exergue illisibles

Deux Victoire debout face à face tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 1,50 g ; 6 h ; 14 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 36)

63C32 Nummus au 1/192 L., Constance II (337‑361), 347‑348 ap. J.‑C.

D/ DN CONSTANT-TIVS P[F AVG]

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [V]O[T] XX | MVLT XXX sur 2 lignes dans une couronne // Lettres d’exergue illisibles

Ae ; 1,07 g ; 6 h ; 15 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur B. US 1014. Inv. Mon. : n° 20)

IMITATIONS : PÉRIODE 330‑348 (Crawford/Reec, période 13b)

• Ateliers irréguliers

64C33 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L. de la dynastie constantinienne, prototype : 336‑340 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [GLORIA EXERCITVS]

Deux soldats debout, face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, un vexillum

Ae ; 1,02 g ; 5 h ; 11,5‑12,5 mm ; U0

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.9)

65C34 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L. de la dynastie constantinienne, prototype : 336‑340 ap. J.‑C.

D/ […] (légende hors flan)

Buste diadémé et cuirassé (?) à droite avec le paludamentum

R/ [GLORIA EXERCITVS] (légende hors flan)

Deux soldats debout face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, un vexillum

Ae ; 1,15 g ; 6 h ; 13 mm ; U0

(CL 2012. Secteur G. US 1025. Inventaire des monnaies : n° 30)

66C35 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L. de la dynastie constantinienne, prototype : 336‑340 ap. J.‑C.

D/ DN OII-[...] IIII (sic !)

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé à droite, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA EXERCITVS] // IIII (sic !)

Deux soldats debout, face à face, tenant chacun une haste et s’appuyant sur leur bouclier ; entre eux, un vexillum avec un X

Ae ; 0,94 g ; 9 h ; 13 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur B. US 1020. Inventaire des monnaies : n° 27)

67C36 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L., Constance II (337‑361), prototype de Trèves, 347‑348 ap. J.‑C. (?)

D/ […] CONSTANTIVS PF AVG

Tête diadémée de Constance II à droite

R/ [VICTORIAE DD AVGG Q NN] // TRP suivi d’une palmette stylisée à l’exergue

Deux Victoire debout, face à face, tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 1,34 g ; 6 h ; 13,1 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 42)

68C37 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L., Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), 347‑348 ap. J.‑C.

D/ CONSTAN[...]

Buste diadémé, drapé et cuirassé (?) de Constant ou de Constance II à droite, vu de ¾ en avant

R/ [VICTORIAE DD AVGG Q NN] / Une palmette entre les Victoire // Lettres d’exergue illisibles

Deux Victoire debout, face à face, tenant chacune une couronne et une palme

Ae ; 1,37 g ; 6 h ; 13‑14,2 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 37)

69C38 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L., Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), 347‑348 ap. J.‑C.

D/ [...] (légende hors flan)

Buste à droite

R/ [VICTORIAE DD AVGG Q NN]

Deux Victoire debout face à face, tenant chacune une palme et brandissant chacune une couronne ; entre les Victoire, une palmette

Ae ; 0,98 g ; 6 h ; 14,5 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur A. US 1002. Inventaire des monnaies : n° 12)

70C39 Imitation frappée d’un nummus au 1/192 L, Constant (337‑350) ou Constance II (337‑361), prototype : années 341‑348 ap. J.‑C., ou nummus au 1/216 ou 1/252 L. de la dynastie théodosienne (fin du IVe siècle ap. J.‑C.) ?

D/ […]

Buste diadémé (?), drapé, à droite, vu de ¾ en avant

R/ [VICTORIAE DD AVGG Q NN] ou [VICTORIA-AVGGG]

Deux Victoire debout, face à face, tenant chacune une palme et brandissant chacune une couronne

Ae ; 1,67 g ; 12 h ; 14,2 mm ; U1

(JCB. 1998. US 180. Inventaire des objets : n° 98.180.1)

PÉRIODE : 348‑364 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 14)

• Lyon

71C40 Maiorina, Magnence (350‑353), février-mai 350 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN MAGNENT-[IV]S PF AVG

Buste diadémé (perles et rosettes) et cuirassé de Magnence à droite, avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ FELICITAS-REIPVBLI[CE] // RPLG à l’exergue

Magnence debout, à gauche, tenant une victoriola dans la main droite, et de la main gauche le labarum

Ae ; 4,72 g ; 6 h ; 20,2‑23,5 mm ; U1

RIC VIII, 112 ; Bastien 1985, 139 (p. 209)

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

• Arles

72C41 Maiorina ou centenionalis, Magnence (350‑353), 351‑352 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN MAGNEN-TIVS PF AVG / A derrière le buste

Buste tête nue et cuirassé de Magnence à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTORIAE DD N]N AVG ET CAES / I dans le champ sous les Victoire // PAR à l’exergue

Deux Victoire debout, face à face, tenant ensemble une couronne dans laquelle est inscrit sur quatre lignes VOT / V / MVLT / X

Ae ; 4,27 g ; 12 h ; 18,2‑19,5 mm ; U1

RIC VIII, 171 (D 106/1) ; Ferrando 2010 (2), 1278 (p. 268)

(JCB. 2001 (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

73C42 Maiorina réduite de Constance II (337‑361), 353‑354 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ […CONSTANTI]VS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Constance à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP RE]PA[RATIO] // TCO[N] à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 2,28 g ; 6 h ; 15,5 mm

RIC VIII, 266 (D135/1) ; Ferrando 2010 (2), 1145 (p. 245)

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. Décapage. Inventaire des objets : n° 4)

74C43 Maiorina, Constance II (337‑361), 353‑354 ap. J.‑C. (officine indéterminée)

D/ […]

Buste diadémé (perles ?) et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO] (légende hors flan) / Sans lettre dans le champ // [P, S ou TCON] à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,45 g ; 12 h ; 16 mm ; U1 (flan lacunaire)

RIC VIII, 266 (D135/1) ; Ferrando 2010 (2), 1143 à 1145 (p. 245)

(CL. 2012. Secteur B. US 1046. Inventaire des monnaies : n° 60)

75C44 Maiorina, Constance II (337‑361), 353‑354 ap. J.‑C. (officine indéterminée)

D/ DN CONSTANT-TIVS PF AVG

Buste diadémé (rosette frontale) et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ FEL TEMP REPARATIO / Sans lettre dans le champ // [P, S ou T]CON à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 2,38 g ; 11 h ; 17,8 mm ; U1

RIC VIII, 266 (D135/1) ; Ferrando 2010 (2), 1143 à 1145 (p. 245)

(CL. 2012. Secteur B. US 1065. Inventaire des monnaies : n° 62)

76C45 Maiorina de Constance II (337‑361), 354‑355 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Constance à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [F]EL TEMP-REPARA[TIO] / D dans le champ à gauche // PCO[N] à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,96 g ; 6 h ; 18,2 mm

RIC VIII, 215‑216 (D125/1) ; Ferrando 2010 (2), 1146 (p. 245)

(CR. 2008. Fossé FS 28. Inventaire des objets : n° 10)

77C46 Maiorina de Constance Galle César (351‑354) ou de Julien II César (355‑360), 354 ap. J.‑C. (Galle) ou 358 ap. J.‑C. (Julien) (2e officine)

D/ [DN CONSTANTI]-VS NOB C[AES] ou [DN ILIANN]-VS NOB C[AES]

Buste tête nue et cuirassé de Constance Galle ou de Julien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [F]EL TEMP R-[EPAR]ATIO / D (?) (Galle) ou E (?) (Julien) dans le champ à gauche // S[CO]N à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,43 g ; 6 h ; 17 mm ; U1 (flan lacunaire)

RIC VIII, 223 (D125/3) ; Ferrando 2010 (2), 1341, (p. 282) (Galle) ou RIC VIII, manque (D134/2) ; Ferrando 2010 (2), 1406 (p. 294) (Julien)

(EF. 2006. HS (décapage mécanique). Inventaire des objets : n° 32)

78C47 Maiorina, Constance II (337‑361), 355‑358 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé (deux rangs parallèles de perles et rosette frontale) et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ FEL TEMP REPARATIO / lettre « M » dans le champ // SCON à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 2,15 g ; 12 h ; 16,7‑17,1 mm ; U1

RIC VIII, 272 (D136/1) ; Ferrando 2010 (2), 1151 (p. 245)

(PC. 1987. S4, C,2 N4. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

79C48 Maiorina, Constance II (337‑361), 355‑358 ap. J.‑C. (officine indéterminée)

D/ […CONSTAN-]TIVS PF A[VG]

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO] (légende hors flan) / lettre « M » dans le champ // [P, S ou TCON] à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,45 g ; 12 h ; 16 mm ; U1

RIC VIII, 269 ou 272 (D136/1) ; Ferrando 2010 (2), 1150 à 1152 (p. 245) ou 1162 à 1165 (p. 246), selon les césures

(CL. 2012. Secteur F. US 1030. Inventaire des monnaies : n° 51)

80C49 Maiorina de Constance II (337‑361), 358 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé de Constance à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ FEL TEMP-REPARATIO / E dans le champ à gauche // TCON à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,72 g ; 6 h ; 20 mm

RIC VIII, manque ; Ferrando 2010 (2), 1156 (p. 246)

(CL. 2012. Secteur G. US 1025. Inventaire des monnaies : n° 31)

81C50 Maiorina de Constance II (337‑361), 358 ap. J.‑C. (1re ou 3e officine)

D/ DN CONSTAN[…]

Buste diadémé et cuirassé de Constance II Constance à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL] TEM[P-REPA]RAT[IO] / E dans le champ à gauche // P ou T CON à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

RIC VIII, manque (D134/1) ; Ferrando 2010 (2), 1154 (p. 246) (PCON) ou 1156 (p. 246) (TCON)

Ae ; 1,23 g ; 12 h ; 17 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 44)

82C51 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361), 358‑359 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN [CON]STAN-[TIVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SPES] REI-PVBLICE // VAL ligaturées dans le champ à gauche // PCON à l’exergue

L’empereur Constance II debout, de face, la tête tournée à gauche, en habit militaire, tenant un globe dans la main droite et une haste renversée

Ae ; masse non connue ; 6 h ; 16 mm ; U1

RIC VIII, 277 (D138/1) ; Ferrando 2010 (2), 1173 (p. 247)

(ACR. 2006. S 15. F 109. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

83C52 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361), 359‑360 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN CONST[...]

Buste diadémé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SPES REI-[PVBLICE] // PCON à l’exergue

L’empereur Constance II debout, de face, la tête tournée à gauche, en habit militaire, tenant un globe dans la main droite et une haste renversée

Ae ; 2,20 g ; 6 h ; 16,2 mm ; U1

RIC VIII, 275 (D137/1) ; Ferrando 2010 (2), 1176 (p. 247)

(CL. 2012. Secteur A. US 1004.1. Inventaire des monnaies : n° 16)

84C53 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361), 359‑360 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SPES REI-PVBLICE // SCON à l’exergue

L’empereur Constance II debout, de face, la tête tournée à gauche, en habit militaire, tenant un globe dans la main droite et une haste renversée

Ae ; 1,67g ; 6 h ; 15,2‑16,2 mm ; U1

RIC VIII, 275 (D137/1) ; Ferrando 2010 (2), 1177 (p. 247)

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

85C54 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361) pour Julien II César (335‑360), 359‑360 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ [DN I]VLIAN-V[S NOB CAES]

Buste tête nue, cuirassé de Julien II César à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SPES REI]-PVBLIC[E] // [TC]ON à l’exergue

L’empereur debout, de face, la tête tournée à gauche, en habit militaire, tenant un globe dans la main droite et une haste renversée

Ae ; 1,79 g ; 10‑11 h ; 16,5‑18,7 mm ; U1 (flan lacunaire)

RIC VIII, 275A (D137/2) ; Ferrando 2010 (2), 1419 (p. 296)

(PC. 1987. S3, C2, N4. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

• Ateliers indéterminés

86C55 Maiorina, Magnence (350‑353), 353 ap. J.‑C.

D/ [DN M]AGNE]NTIVS PF AVG

Buste tête nue, cuirassé de Magnence à droite avec le paludamentum (?), vu de ¾ en avant

R/ S[ALVS] D[D NN A]VG[ET CAES] // Lettres d’exergue illisibles

Large chrisme entre A et Ω

Ae ; 4,99 g ; 6 h ; 23 mm

(CR. 2008. Bâtiment n° 90 (décapage mécanique). Inventaire des objets : n° 3)

87C56 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [DN CON]STAN-TIVS [PF] AVG

Buste diadémé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL T]EMP RE-PA[RATIO] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 3,88 g ; 12 h ; 20‑21 mm ; U1

(CJ. 1993. Tranchée 2. US 54 (?). Inventaire des objets : sans n° d’objet)

88C57 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [...CON]STAN[...]

Buste diadémé et cuirassé (?) de Constance II (337‑361) à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO ?] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,07 g ; 12 h ; 15,8‑16,9 mm ; U1 (flan lacunaire)

(JCB. 1998. US 186. Inventaire des objets : n° 98‑186.4)

89C58 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ […CONSTAN]-TIVS P[AVG]

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Constance II (337‑361) à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP - [REPARATIO ] // […]ON à l’exergue

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,65 g ; 6 h ; 16,2 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur C. Pi 6. US 160. Inventaire des monnaies : n° 2)

90C59 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ DN CONS[…]

Buste diadémé et cuirassé de Constance II (337‑361) à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ FEL TEMP[REPARATIO] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,25 g ; 6 h ; 15,5 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur C. Pi 6. US 160. Inventaire des monnaies : n° 1)

91C60 Maiorina, Constance II (337‑361) (?), années 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [...P]F AVG

Buste de Constance II (?) à droite, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,26 g ; 6 h ; 13,5‑15 mm ; U1-U2 (flan lacunaire)

(PC. 1987. S9. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

92C61 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste diadémé et cuirassé (?) de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,62 g ; axe non visible ; 16,2‑19,5 mm ; U0, collée avec une monnaie valentinienne (flan lacunaire)

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.2.2)

93C62 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [...]

Aucune iconographie visible

R/ [FEL TEMP REPAR]ATIO // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 0,92 g ; axe non visible ; 15,2 mm / U0

(CL. 2012. Secteur F. Fossé FS 682. Inventaire des monnaies : n° 7)

94C63 Maiorina, Constance II (337‑361), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [...]

Buste diadémé et cuirassé (?) de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [FEL TEMP REPARATIO] // Lettres d’exergue illisibles

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; masse inconnue ; 6 h ; 15 mm ; U1

(ACR. 2006. S26. F 60. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

95C64 Maiorina, Constance II (337‑361) pour Julien II César (335‑360), 348‑358 ap. J.‑C.

D/ [DN] IVLI[ANVS]-NOB CA[ES]

Buste tête nue et cuirassé de Julien II César à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [F]EL TEM[P REPARATIO] // Lettres d’exergue hors flan

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,74 g ; 12 h ; 17 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 45)

96C65 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361) à droite avec le paludamentum, 355‑360 ap. J.‑C.

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SPES REI-[PVB]LICE // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main droite un globe et de la main gauche une lance renversée

Ae ; 1,14 g ; 12 h ; 16 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur C. Pi 6. US 161. Inventaire des monnaies : n° 3)

97C66 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361), 355‑360 ap. J.‑C.

D/ DN CONSTAN-TIVS PF AVG

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SPES REI-PVBLICE // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main droite un globe et de la main gauche une lance renversée

Ae ; 1,60 g ; 12 h ; 15‑16,9 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur A. Pi 1. US 1003. Inventaire des monnaies : n° 14)

98C67 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361), 355‑360 ap. J.‑C.

D/ [...] (légende hors flan)

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Constance II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SPES REIPVBLICE // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main droite un globe et de la main gauche une lance renversée

Ae ; 1,19 g ; 6 h ; 17 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur B. US 1020. Inventaire des monnaies : n° 28)

99C68 Nummus au 1/156 L., Constance II (337‑361) pour Julien II César (335‑360), 355‑360 ap. J.‑C.

D/ FL CL IV[LIANV]-S

Buste tête nue de Julien II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SPES REIPV]BL[ICE] // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main droite un globe et de la main gauche une lance renversée

Ae ; 1,14 g ; 6 h ; 16,4 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur G. US 1025. Inventaire des monnaies : n° 32)

100C69 Nummus au 1/108 L. de Julien II (360‑363) ou de Jovien (363‑364), 360‑363 ap. J.‑C.

D/ [...]

Tête à droite

R/ [VOT...]

Couronne

Ae ; 1,25 g ; axe non visible ; 17,6 mm ; U0 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur C. Pi 6. US 161. Inventaire des monnaies : n° 4)

IMITATIONS : PÉRIODE 348‑364 AP. J.‑C. (Crawford/Reece 14)

• Ateliers irréguliers

101C70 Imitation frappée d’une maiorina au 1/60 L., Magnence (350‑353), prototype : 350‑353 ap. J.‑C.

D/ [DN MAGNENTIVS] PF AVG

Buste, tête nue et cuirassé de Magnence à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTOR]IAE DD N[N AVG ET CA]ES / // Lettres d’exergue illisibles

Deux Victoire debout face à face tenant toutes deux un bouclier sur lequel est inscrit sur 4 lignes : VOT / V / MVLT / X

Ae ; 1,40 g ; 6 h ; 15,1 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 43)

102C71 Imitation frappée, maiorina, Constance II (337‑361), prototype : 348‑358 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [FEL TEMP REPARATIO]

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,31 g ; 6 h ; 12‑14,2 mm ; U1 (flan lacunaire)

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : sans n° d’objet)

103C72 Imitation frappée, maiorina, Constance II (337‑361), prototype : 348‑358 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [FEL TEMP REPARATIO]

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 1,03 g ; 12 h ; 13,5‑14 mm ; U1

Atelier irrégulier

(CJ. 1993. Tranchée 2. US 54. Inventaire des monnaies : sans n° d’objet)

104C73 Imitation frappée, maiorina, Constance II (337‑361), prototype : 348‑358 ap. J.‑C. 

D/ […] (légende hors flan)

Buste à droite

R/ [FEL TEMP REPARATIO]

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 0,63 g ; 6 h ; 12 mm ; U0 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 39)

105C74 Imitation frappée, maiorina, Constance II (337‑361), prototype : 348‑358 ap. J.‑C. 

D/ […]

Tête ou buste à droite

R/ [FEL TEMP REPARATIO]

Soldat romain terrassant un cavalier barbare

Ae ; 0,49 g ; 9 h ; 12 mm ; U0

(CL. 2012. Secteur F. US 1030. Inventaire des monnaies : n° 52)

PÉRIODE : 364‑378 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 15a)

• Lyon

106C75 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375), 366‑367 ap. J.‑C. (4e émission, 2e officine)

D/ DN VALENT[INI-ANVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien à droite, avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLORIA RO-[MANORVM] / O-FII dans le champ // [LVG]AS à l’exergue

Valentinien I debout, de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et tenant de la main droite, par les cheveux, un captif barbare à demi-agenouillé

Ae ; 1,60 g ; 1 h ; 16,8 mm ; U1

RIC IX, 10axb ; Bastien 1987, 57 (p. 198)

(CL. 2012. Secteur B. US 1018. Inventaire des monnaies : n° 25)

107C76 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378) ou Gratien (367‑383), 367‑375 ap. J.‑C., 2e groupe (1re officine)

D/ […]

Buste diadémé et cuirassé de Valens ou Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REIPVBLI]CAE / OF-I dans le champ // [L]VGP à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 2,46 g ; 6 h ; 17,5 g ; U1

RIC IX, 21a xviiia ou 21b xviiia ; Bastien 1987, 91 (Valens) ou 92 (Gratien) (p. 206)

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.3)

108C77 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 367‑375 ap. J.‑C.

D/ […]F AVG

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA RO]MA[NORVM] / OF-II dans le champ // LVGS à l’exergue

L’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et tenant de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,00 g ; 6 h ; 16 mm ; U1 (flan lacunaire)

Bastien 1987, manque avec OF-II

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 46)

• Arles

109C78 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 365‑367 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN VALEN-[S] P[F] AVG

Buste diadémé (perles et rosette frontale), drapé et cuirassé de Valens à droite, vu de ¾ en avant

R/ GLORIA RO-MAN[ORVM] / OF-I dans le champ (ou avec un globule ?) // CON à l’exergue

L’empereur debout, de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et tenant de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,68 g ; 6 h ; 17,8‑18,5 mm ; U1

RIC IX, 7 div (D176/2) ; Ferrando 2010 (2), 1565 (p. 318) ou RIC IX, 16 bxii (D183/2) ; Ferrando 2010 (2), 1568 (p. 318)

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.4)

110C79 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 366‑367 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN VALEN-[S] P[F AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA RO-MANORVM] / OF-II dans le champ // CON à l’exergue

L’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,33 g ; 6 h ; 16,8 mm ; U1

RIC IX, 16 bxii (D183/2) ; Ferrando 2010 (2), 1567 (p. 318)

(CL. 2012. Secteur G. US 1025. Inventaire des monnaies : n° 33)

111C80 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 364‑369 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ [DN VALEN]-S PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SECVRITAS-REIPVBLICAE / OF-II dans le champ // [...CO]N[ST ?] à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,71 g ; 6 h ; 17‑18 mm ; U1

Référence indéterminable sans la lecture complète de l’exergue

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : sans n° d’objet / B2)

112C81 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375), 371‑376 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN VALENTINI-ANVS P[F A]VG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLO]RIA RO-[MANORVM] / PCO[N] à l’exergue

L’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,88 g ; 6 h ; 16,2‑17,1 mm ; U1 (flan lacunaire)

RIC IX, 7a xiv (D188/1) ; Ferrando 2010 (2), 1512 (p. 311)

(JCB. 1998. US 186. Inventaire des objets : n° 98.186.2)

• Lyon ou Arles ?

113C82 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C. (1re ou 2e officine)

D/ [DN VALEN]-S PF [AVG]

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REIPVBLICAE] / OF-I[...] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,46 g ; 6 h ; 15,5 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 49)

114C83 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ […]

Buste à droite

R/ [GLORIA RO-MANORVM] / OF-II dans le champ // Lettres exergue illisibles

L’empereur debout, de face, la tête tournée à gauche, tenant le labarum de la main gauche et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,51 g ; 6 h ; 17,5‑18 mm ; U2 « monnaie collée au clou en fer » avec une maiorina de Constance II

(JCB. 98. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.2.1) 

115C84 Nummus au 1/120 L., Gratien (367‑383), années 367‑378 ap. J.‑C. (1re ou 2e officine)

D/ DN GR[ATIANVS AVG]

Buste diadémé, drapé et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REI]PVBLI[CAE] / OF-I[...] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,68 g ; 6 h ; 17‑19 mm ; U1-U2

(CJ. 1993. Tranchée 2. US 54. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

• Aquilée

116C85 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375), 364‑367 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN VALENTINI-ANVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SECVRITAS-REIPVBLICAE // SMAQ[P ?] à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 2,67 g ; 6 h ; 18‑19 mm ; U2 (flan incomplet)

RIC IX, 12a, xvi (a) ?

(JCB. 2001. HS (prospection des déblais). Inventaire des objets : n° 01‑502)

117C86 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375), 364‑367 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN VAL[ENTINI-A]NVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SECVRITAS-REIPVBLICAE / SMAQ[P ?] à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,86 g ; 12 h ; 16,9‑18,5 mm ; U1

RIC IX, 12a , xvi (a) ?

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.186.1)

118C87 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C. (1re ou 2e officine)

D/ DN VALEN-[S PF] AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLORIA-RO[MANORVM] / SMAQ[P ou S] à l’exergue

L’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 2,55 g ; 6 h ; 17,5‑18,2 mm ; U1

RIC IX, indéterminable

(PC. 87. S3, Ter, C1, N1. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

119C88 Nummus au 1/120 L. de Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN VALEN-S PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [G]LOR[IA ROMANORVM] // SMAQS à l’exergue

L’empereur debout à gauche tenant de la main gauche un labarum et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,98 g ; 6 h ; 18,9 mm

RIC IX (Aquilée) 7b (p. 95), ou 17a (p. 97)

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 130. Inventaire des objets : n° 24)

• Ateliers indéterminés

120C89 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.-C.

D/ DN VALEN-S PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ SECV[RITAS-REIPVBLIC]AE // SMQR (?) à l’exergue

Victoria marchant à gauche tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 2,28 g ; 6 h ; 17,5‑17,9 mm ; U1

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.7)

121C90 Nummus au 1/120 L., Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C. 

D/ [DN VA]LE[N]-S [PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REI]PVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 2,05 g ; 12 h ; 17,9 mm ; U0

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.8)

122C91 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375) ou Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C.

D/ [DN V]ALEN[...]

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien ou de Valens à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REI]PVBLICAE // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,92 g ; 12 h ; 11‑16,1 mm ; U1 (flan lacunaire)

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.11)

123C92 Nummus au 1/120 L., Valentinien Ier (364‑375) ou Valens (364‑378), 364‑378 ap. J.‑C.

D/ DN VAL[E]N[…]

Buste diadémé et cuirassé de Valens ou Valentinien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [GLORIA ROMAN]ORVM // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout, à gauche, tenant de la main gauche le labarum et de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 0,63 g ; 11 h ; 15,5 mm (flan incomplet)

(CR. 2008. Fossé FS 28. Inventaire des objets : n° 14)

124C93 Nummus au 1/120 L., Gratien (367‑383), 367‑378 ap. J.‑C. 

D/ DN [G]RATIA-NVS P[F] AVG

Buste diadémé et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ GLORIA RO-MANORVM // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout de face, la tête tournée à gauche, tenant de la main gauche le labarum et tenant de la main droite, par les cheveux, un captif barbare agenouillé

Ae ; 1,37 g ; 6 h ; 16,8‑17,2 mm ; U1

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.6)

125C94 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.-C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [SEC]VRITAS-REIPVBL[ICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,17 g ; 6 h ; 16,5 mm ; U0 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur B. US 1020. Inventaire des monnaies : n° 29)

126C95 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.-C.

D/ […]

Buste à droite

R/ SE[CVRITAS-REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,49 g ; 12 h ; 17,9‑20 mm ; U0

(PC. 1987. S11, C4. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

127C96 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.‑C. 

D/ DN[...]

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,91 g ; 6 h ; 16,7‑17,1 mm ; U1

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.5)

128C97 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.‑C. 

D/ [...]

Buste à droite

R/ [SECVRITAS-REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,61 g ; 12 h ; 16,5 mm ; U0 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 47)

129C98 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.‑C. 

D/ [...]

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVR]ITAS-[REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,12 g ; 6 h ; 15 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur D. US 1028. Inventaire des monnaies : n° 48)

130C99 Nummus au 1/120 L., dynastie valentinienne, 364‑378 ap. J.‑C. 

D/ [...]

Buste diadémé et cuirassé (?) à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SECVRITAS-REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,77 g ; 12 h ; 16,5 mm ; U0

(CL. 2012. Secteur F. US 1045. Inventaire des monnaies : n° 59)

PÉRIODE : 378‑388 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 15b)

• Lyon

131C100 Nummus au 1/216 L., Gratien (367‑383), 381‑382 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ [DN] GRATIA-NVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VOT | XV | MVLT | XX inscrit dans une couronne sur 4 lignes // LVGS à l’exergue

Ae ; 1,39 g ; 6 h ; 14 mm ; U1

RIC IX, 30a2 ; Bastien 1987, 175 (p. 226)

(CL. 2012. Secteur A. Pi 1. US 1001. Inventaire des monnaies : n° 10)

132C101 Maiorina pecunia au 1/60 L, Valentinien II (375‑392), 383 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ DN VALENTINIANVS IVN PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ REPARATIO-REIPVB / S dans le champ en bas à droite // […L]VGS à l’exergue

L’empereur debout, à gauche, tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 3,67 g ; 6 h ; 23 mm

RIC IX, 28 b (3) / Bastien 1987, 185 (p. 229)

(CR. 2008. HS (décapage mécanique de la zone Est). Inventaire des objets : sans n° d’objet)

• Arles

133C102 Maiorina pecunia au 1/60 L, Gratien (367‑383), 381‑383 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ DN GRATIA-NVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ REPARATIO - R[EI]PVB // TCON à l’exergue

L’empereur debout, à gauche, tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 3,99 g ; 6 h ; 24,2 mm ; U1

RIC IX, 20a (D192/1) ; Ferrando 2010 (2), 1649 (p. 327)

(CL. 2012. Secteur A. Pi 1. US 1001. Inventaire des monnaies : n° 11)

134C103 Nummus au 1/216 L., Magnus Maximus (383‑388), 385‑388 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ [DN MAG] M[AXI-MVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Maximus à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [S]PE[S RO-MA-N]OR[VM] // TCON à l’exergue

Porte de camp ouverte au milieu, sans battants, surmontée de deux tourelles ; au-dessus, une étoile

Ae ; 0,74 g ; 12 h ; 11,5 mm

RIC IX (Arles), 29 a (D196/1) ; Ferrando 2010 (2), 1679 (p. 335)

(CR. 2008. HS. Bâtiment n° 90 (décapage mécanique). Inventaire des objets : n° 7)

135C104 Nummus au 1/216 L., Magnus Maximus (383‑388), 385‑388 ap. J.‑C. (1re, 2e ou 3e officine)

D/ DN MAG MAXI-MVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Magnus Maximus à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [SP]ES RO-MANORVM // [P, S ou T]CON à l’exergue

Porte de camp ouverte au milieu, sans battants, surmontée de deux tourelles ; au-dessus, une étoile

Ae ; 1,01 g ; 6 h ; 12,2‑12,8 mm ; U1

RIC IX, 29a (D196/1) ; Ferrando 2010 (2),1677 à 1679 (p. 335)

(JCB. 1998. US 186. Inventaire des objets : n° 98.186.3)

• Aquilée

136C105 Maiorina pecunia au 1/60 L., Théodose Ier (379‑395), 379‑383 ou 383‑388 ap. J.‑C.

D/ DN THEODO-SIVS PF AVG

Buste diadémé (perles) et cuirassé de Théodose à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ REPARATIO-REIP[VB] // SMA[Q ?]

L’empereur debout à gauche tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 4,07 g ; 6 h ; 24 mm (flan incomplet)

RIC IX (Aquilée), 30 d (1‑3) (p. 100) ou 42 b (p. 103)

(CR. 2008. HS. Bâtiment n° 90 (décapage). Inventaire des objets : n° 6)

• Ateliers indéterminés

137C106 Maiorina pecunia au 1/60 L., Gratien (367‑383), 383 ap. J.‑C.

D/ DN GRATIA-NVS PF AVG

Buste diadémé (perles et rosette frontale) et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ REPARATIO [REIPV]B // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 5,28 g ; 6 h ; 23 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur F. Fossé FS 682. Inventaire des monnaies : n° 8)

138C107 Maiorina pecunia au 1/60 L., Gratien (367‑383), 383 ap. J.‑C.

D/ DN GRAT[IA-NVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Gratien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [REPARATIO REIPVB] // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 3,65 g ; 12 h ; 21,5 mm ; U0

(CL. 2012. Secteur D. US 1027. Inventaire des monnaies : n° 41)

139C108 Maiorina pecunia au 1/60 L., Magnus Maximus (383‑388), 383 ap. J.‑C.

D/ D[N MAG] M[AXIMVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Maximus à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [REPARATIO REIPVB] // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout à gauche tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 4,22 g ; 12 h ; 21 mm

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 130. Inventaire des objets : n° 22)

IMITATION : PÉRIODE 378‑388 AP. J.‑C. (Crawford/Reece : période 15b)

• Atelier irrégulier

140C109 Imitation frappée d’une Maiorina pecunia au 1/60 L., Magnus Maximus (383‑388), 383 ap. J.‑C.

D/ [DN] MA[...]

Buste diadémé et cuirassé de Maximus à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ REPA[RATIO REIPVB] // Lettres d’exergue illisibles

L’empereur debout, à gauche, tenant dans la main gauche une victoriola et relevant de la main droite une femme agenouillée

Ae ; 3,53 g ; 6 h ; 20‑20,9 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur F. US 1030. Inventaire des monnaies : n° 53)

PÉRIODE : 388‑402 (Crawford/Reece, période 16a)

• Lyon

141C110 Nummus au 1/216 L., Valentinien II (375‑392), 389‑392 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN VALENTIN[I-A]NVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTOR-[IA AVGGG] // LVGP à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,89 g ; 12 h ; 12,9 mm ; U1

RIC IX, 44b1 ; Bastien 1987, 223 (p. 240)

(CL. 2012. Secteur B. US 1014. Inventaire des monnaies : n° 21)

142C111 Nummus au 1/216 L., Arcadius (383‑408), 392‑394 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ [DN AR]CADI-VS [PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé (?) d’Arcadius à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VI[CTOR-IA] AVGGG // LVGP à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,22 g ; 6 h ; 12‑12,5 mm ; U1

RIC IX, 44e ; Bastien 1987, 231 (p. 244)

(JCB. 1997. US 423. Inventaire des objets : n° 97.423.1)

• Arles

143C112 Nummus au 1/216 L., Valentinien II (375‑392), 388‑392 ap. J.‑C. (1re, 2e ou 3e officine)

D/ DN VALEN[TINIANVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTO[R-IA AVGGG] // [P, S ou T C]ON à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,52 g ; 6 h ;13,5 mm

RIC IX, 30a, 30b ou 30c (D198/1) selon césures ; Ferrando 2010 (2), 1658 à 1662 selon césures au droit (p. 330)

(CR. 2008. HS. Bâtiment n° 90 (décapage). Inventaire des objets : n° 2)

144C113 Nummus au 1/216 L., Arcadius (383‑408), 388‑402 ap. J.‑C. (2e officine)

D/ [DN ARCA]DIVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé à droite d’Arcadius avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTO[R-IA] AVGGG) // SCO[N] à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,99 g ; 12 h ; 13 mm

RIC IX, 1306 (D198/3) ; Ferrando 2010 (2), 1687 (p. 339)

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 130. Inventaire des objets : n° 23)

145C114 Nummus au 1/216 L., Arcadius (383‑408), 388‑402 ap. J.‑C. (1re, 2e ou 3e officine)

D/ [DN AR]CA[DIVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé d’Arcadius à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTOR-I]A AVG[GG] // [P, S ou T]CO[N] à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,71 g ; 6 h ; 12,7 mm

RIC IX, 1306 (D198/3) ; Ferrando 2010 (2), 1686 à 1688 (p. 339)

(CR. 2008. Fossé FS 28. Inventaire des objets : n° 12)

146C115 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne, 388‑402 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ […] PF AVG

Buste diadémé et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTO[RIA AVGGG] // PCON à l’exergue

Victoria marchant à gauche, tenant une palme de la main gauche et de la main droite une couronne

Ae ; 0,84 g ; 12 h ; 12 mm

(CR. 2008. Fossé FS 28. Inventaire des objets : n° 16)

147C116 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne, 388‑402 ap. J.‑C. (3e officine)

D/ […]S PF AVG

Buste diadémé et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTO[RIA AVGGG] // TCON à l’exergue

Victoria marchant à gauche tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,03 g ; 12 h ; 11,6 mm

(CR. 2008. HS. Bâtiment n° 90 (décapage mécanique). Inventaire des objets : n° 8)

• Aquilée

148C117 Nummus au 1/216 L., Arcadius (388‑402), 388‑393 ap. J.‑C. (1re officine)

D/ DN ARCADI-[VS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé d’Arcadius à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ S[ALVS R]-EIPVBLICA (sic !) / chrisme dans le champ à gauche // AQP à l’exergue

Victoria marchant à gauche, traînant de la main gauche un barbare et de la main droite un trophée

Ae ; 1,23 g ; 12 h ; 13 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur A. Pi 1. US 1003. Inventaire des monnaies : n° 15)

• Ateliers indéterminés

149C118 Nummus au 1/216 L., Valentinien II (379‑392), 388‑392 ap. J.‑C.

D/ DN VALENTINIANVS PF AVG

Buste diadémé et cuirassé de Valentinien II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTOR-IA AV[GGG] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,76 g ; 6 h ; 14 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteurs A/B. US 1000/1006. Inventaire des monnaies : n° 9)

150C119 Nummus au 1/216 L., Théodose Ier (379‑395), 388‑395 ap. J.‑C.

D/ DN THEODO-SIV[S PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Théodose à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTOR]-IA A[VGGG] // lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,65 g ; 12 h ; 12,8 mm

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 117. Inventaire des objets : n° 19)

151C120 Nummus au 1/216 L., Théodose Ier (379‑395), 388‑395 ap. J.‑C.

D/ DN THEOD[OSIVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Théodose à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTOR]-IA AVGGG // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,54 g ; 12 h ; 13,8 mm

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. US 117. Inventaire des objets : n° 20)

152C121 Nummus au 1/216 L., Théodose Ier (379‑395), 388‑395 ap. J.‑C.

D/ DN THEODO[SIVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé de Théodose à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTOR-[IA AVGGG] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,35 g ; 6 h ; 12,8 mm ; U1

(CL. 2012. Secteur B. US 1006. Inventaire des monnaies : n° 17)

153C122 Nummus au 1/216 L., Arcadius (388‑402), 388‑402 ap. J.‑C.

D/ DN ARCADIVS P[F AVG]

Buste diadémé et cuirassé d’Arcadius à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTOR]-IA AVGGG // Lettres d’exergue hors flan

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,59 g ; 12 h ; 12 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur B. US 1014. Inventaire des monnaies : n° 23)

154C123 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne, 388‑402 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [SALVS REIPVBLICAE] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, traînant de la main gauche un barbare et de la main droite un trophée

Ae ; 0,65 g ; axe non visible ; 11 mm

(CR. 2008. Fossé FS 28. Inventaire des objets : n° 11)

155C124 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne, années 388‑402 ap. J.‑C.

D/ […]

Buste à droite

R/ [SALVS REIPV]BLICAE // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, traînant de la main gauche un barbare et de la main droite un trophée

Ae ; 0,52 g ; 3 h ; 10,5 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur F. US 1030. Inventaire des monnaies : n° 55)

156C125 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne, 388‑402 ap. J.‑C. ou mi‑Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […P]F AVG

Buste diadémé et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTOR-[IA AVGGG] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,62 g ; 12 h ; 13,2 mm

(CR. 2008. Bâtiment n° 90. Décapage. Inventaire des objets : n° 5)

157C126 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne (?), 388‑402 ap. J.‑C. ou mi‑Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […]

Buste diadémé et cuirassé à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VI]CTO[RIA-AVGGG] // Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,13 g ; 6 h ; 14 mm ; U1

(JCB. 1997. US 186. Inventaire des objets : n° 97.186.1)

158C127 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne (?), 388‑402 ap. J.‑C. ou mi‑Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […]

Buste diadémé et cuirassé (?) à droite avec le paludamentum (?), vu de ¾ en avant

R/ [VICTORIA-AVGGG] / Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,59 g ; 6 h ; 12,1‑13,1 mm ; U0 (flan lacunaire)

(JCB. 97. US 186. Inventaire des objets : n° 97.186.2)

159C128 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne (?), 388‑402 ap. J.‑C. ou mi-Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […]

Buste à droite

R/ [VICTORIA]-AVGGG] / Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 1,18 g ; axe non visible ; 13,5 mm ; U1-U2

(PC. 1987. S11, C4. Inventaire des objets : sans n° objet)

160C129 Nummus au 1/216 L., dynastie théodosienne (?), 388‑402 ou mi‑Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […]

Buste à droite

R/ [VICTORIA]-AVGGG] / Lettres d’exergue illisibles

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,63 g ; 6 h ; 12,5 mm ; U0 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur B. US 1046. Inventaire des monnaies : n° 61)

IMITATIONS : PÉRIODE : 388‑402 AP. J.‑C. (Crawford/Reece, période 16a)

• Ateliers irréguliers

161C130 Imitation frappée d’un nummus au 1/216 L., Valentinien II (375‑392), 388‑392 ap. J.‑C.

D/ DN VAL[ENTINIANVS PF AVG]

Buste diadémé et cuirassé (?) de Valentinien II à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ VICTOR-[IA AVGGG] / Lettres d’exergue hors flan

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,44 g ; 6 h / 11,9 mm ; U1 (flan lacunaire)

(CL. 2012. Secteur F. US 1030. Inventaire des monnaies : n° 54)

162C131 Imitation frappée d’un nummus au 1/216 L., Théodose Ier (379‑395) ?, prototype : 388‑395 ap. J.‑C. ( ?)

D/ [ ...THEOD]O[...]

Buste diadémé et cuirassé de Théodose (?) à droite avec le paludamentum, vu de ¾ en avant

R/ [VICTORIA-AVGGG] / Lettres d’exergue hors champ

Victoria marchant à gauche, tenant de la main gauche une palme et de la main droite une couronne

Ae ; 0,25 g ; 6 h ; 8‑9 mm ; U1 (flan lacunaire)

(PC. 1987. S3, Ter, CAN 1. Inventaire des objets : sans n° objet)

INDÉTERMINÉES DES IVe-Ve SIÈCLES AP. J.‑C. qui faisaient partie du pécule en coffret

163C132 Imitation d’un nummus ou d’une maiorina de la mi- IVe siècle ou nummus de la fin du IVe siècle-début du Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […]

Buste ou tête à droite

R/ […]

Iconographie non identifiable

Ae ; 1,29 g ; axe non visible ; 12,2‑13,2 mm ; U0

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.10)

164C133 Imitation d’un nummus ou d’une maiorina de la mi- IVe siècle ou nummus de la fin du IVe siècle-début du Ve siècle ap. J.‑C. (?)

D/ […] (aucune figure n’est identifiable)

Buste ou tête à droite

R/ […] (aucune figure n’est identifiable)

Ae ; 0,42 g ; axe non visible ; 10‑11 mm ; U0

(JCB. 1998. US 161. Inventaire des objets : n° 98.161.12)

7.1.6. Le médaillon contorniate du Palais

7.1.6.1. Les médaillons contorniates

165Dans le corpus numismatique de la résidence, on relève la présence très singulière d’un médaillon (fig444) dit « contorniate » (C134) en « bronze » datable du milieu ou de la seconde moitié du IVe siècle. Un intérêt tout particulier doit être attaché à cet objet, car la découverte de médaillons classiques, en or, en argent ou en bronze, ou bien de médaillons contorniates en bronze, est fort peu commune. Ainsi, dans le corpus numismatique de Reims, un seul médaillon contorniate tardo-antique est connu, découvert en 1928 (Doyen 2007 : 397‑398), tandis qu’à Lyon, aucun exemplaire n’a été trouvé dans des fouilles archéologiques préventives des quarante dernières années et qu’aucune occurrence ancienne antérieure à 1975 n’y est non plus signalée (constitution du corpus achevée et étude en cours de Chr. Cécillon et D. Frascone).

Fig. 444 – Médaillon contorniate du Palais (cliché : Chr. Cécillon) et une variante du type (134b) [vente Classical Numismatic Group Inc., Triton VIII, lot 1 272, 10 janvier 2005].

Fig. 444 – Médaillon contorniate du Palais (cliché : Chr. Cécillon) et une variante du type (134b) [vente Classical Numismatic Group Inc., Triton VIII, lot 1 272, 10 janvier 2005].
  • 2 D’après les analyses effectuées dans le cadre de l’étude d’I. Bollard, la production des médaillon (...)

166Les médaillons contorniates, d’un module très supérieur au numéraire de bronze en circulation aux IVe et Ve siècles, présentent une bordure rehaussée (d’où leur appellation) accompagnée vers l’intérieur d’un cercle en creux. Frappés dans un alliage cuivreux, ils ont été produits au sein d’ateliers officiels, à Rome pour la plupart – c’est le cas de celui du Palais – et peut-être conjointement dans d’autres ateliers impériaux (Alföldi 1976 ; Bollard 2008 : 301)2.

  • 3 L’analyse a porté sur une sélection de 173 médaillons en bronze (dont 70 contorniates) produits en (...)

167Dans sa thèse, I. Bollard a démontré, en s’appuyant sur les analyses métalliques de médaillons conservés à Paris au Cabinet des médailles3, qu’ils constituaient des multiples de monnaies en circulation et s’intégraient dans le système monétaire romain (Thèse Bollard 2006). Ils subissaient donc les mêmes dépréciations métalliques que les monnaies contemporaines en circulation, et des correspondances existaient entre l’évolution de l’alliage et du poids des monnaies et des médaillons-multiples (Bollard, Barrandon 2006 : 281‑300). À partir de 361, le médaillon n’est plus un bronze argenté ou un billon, mais un cuivre au plomb ! L’étude révèle l’existence de modules de médaillons bien distincts au sein d’une même période, une réduction des diamètres et de l’épaisseur des flans, ainsi qu’une baisse de la masse et l’altération du titre de l’alliage durant tout le IVe siècle (Thèse Bollard 2006 ; Bollard 2008 : 301‑305).

168Si l’ensemble des médaillons émane d’une production officielle confiée aux ateliers monétaires impériaux, la fonction des contorniates et l’origine de l’autorité émettrice diffèrent de celle des médaillons classiques. Les médaillons contorniates sont commandés par le Sénat (ils portent à leur exergue la marque SC : Senatus consulto), alors que les médaillons classiques sont produits par l’empereur. Avec la production des contorniates, le privilège de la frappe du bronze réservé au Sénat perdure donc jusqu’aux IVe et Ve siècles.

169Les thèmes iconographiques figurés aux revers des contorniates évoquent des scènes très prisées à Rome telles que les jeux du cirque et de l’amphithéâtre ou les représentations théâtrales, mais aussi quelques thèmes religieux ou allégoriques (par exemple Hercule, Cybèle, le navigium Isidis ou bien encore Cérès, comme c’est le cas sur l’exemplaire du Palais). Le droit des contorniates présente des grands personnages de l’histoire ou de la culture antique (Alexandre le Grand, César, Homère, Platon, Salluste, Horace), mais aussi des empereurs, divinisés ou non (Auguste, Caligula, Néron ou encore Trajan, comme sur l’exemplaire du Palais) ou, dans l’Antiquité tardive, des empereurs allant de Théodose Ier à Valentinien III.

170Selon A. Piganiol (1945 : 22), la première série de ces contorniates aurait été frappée sous Constance II avant la série des empereurs à partir de Théodose Ier, et serait contemporaine de la visite en 357 de l’empereur à Rome ; ils auraient été distribués en janvier 358. Mais on s’accorde aujourd’hui à penser que la production des contorniates s’échelonne entre 355/360 et 472 ; elle aurait donc duré près de 130 ans, en subissant régulièrement des variations d’alliage dues au processus de refonte ; la frappe de ce type de médaillon aurait débuté vers la fin de la dynastie constantinienne (peut-être sous Jovien en 363‑364 ?) avant d’augmenter de volume sous la dynastie valentinienne, voire théodosienne.

7.1.6.2. Le contorniate du Palais

171C134 Médaillon contorniate, vers le milieu du IVe siècle ap. J.‑C., ou dans la seconde moitié du IVe siècle ap. J.‑C. (?).

D/ IMP CAES NERVA TRAIANO AVG GER DAC PM TRP COS V PP

Buste lauré et drapé de Trajan à gauche, vu de ¾ en arrière

R/ [AN]NO[N-A] AVGVSTA CERES // SC à l’exergue

Annona debout à droite, la main droite posée sur la hanche, offrant de la main gauche une cornucopia (maintenue sur son bras gauche) à Cérès, assise à gauche sur un tabouret, qui tend la main droite vers un modius posé sur un piédestal, et tient de la main gauche un épi.

Ae ; 24,53 g ; 12 h ; ép. : 4,5 mm ; 36,7 mm ; U1

Bibliogr. : Alföldi 1976 : pl. 107, 11. Un exemplaire identique dans la vente Classical Numismatic Group Inc., Triton VIII (10 janvier 2005), lot 1272 ; un autre exemplaire conservé au Museum Fine Art de Boston (MFA 1975, n° 100), daté du milieu ou de la fin du IVe siècle ap. J.‑C.

(JCB. 2001. HS [prospection des déblais de fouilles]. Inventaire des objets : sans n° d’objet)

7.1.6.3. Contorniate et statut social du propriétaire de la résidence du Palais

172Le contorniate du Palais ne provient pas d’un contexte stratigraphique datant mais il pourrait, cependant, appartenir à la première série émise sous le règne de Constance II, vers 355‑361 ou peu après. Seule une analyse de l’alliage couplée à une étude de liaison de coins (Mittag 1999) permettrait de préciser la chronologie de ce médaillon, en se référant au classement des contorniates d’après l’altération de l’alliage établi lors de l’étude d’I. Bollard (2006). Il correspond en tout cas à l’état IIIb de l’évolution de la résidence et informe sur le statut social du propriétaire de la résidence tardive.

173Pour A. Alföldi (1937) en effet, les médaillons contorniates étaient offerts par les patriciens romains à leurs amis lors des jeux liés aux vota publica (Alföldi 1976). La plupart de ces médaillons sembleraient donc liés, selon lui, aux jeux de janvier à l’image des monnaies tardo-antiques figurant des thèmes isiaques. La frappe de ces médaillons aurait alors été autorisée par l’empereur (via le contrôle du Sénat) et sous contrôle du préfet de Rome.

174Selon le même auteur, les contorniates auraient joué le rôle de missilia, c’est-à-dire de vecteurs de la propagande païenne conduite par l’aristocratie romaine, au moins pour les premières séries (celles du milieu du IVe siècle-début du Ve siècle), les scènes païennes disparaissant à partir du règne de Valentinien III. Toutefois, il n’est pas certain que ces médaillons aient joué un rôle d’instrument de propagande païenne si l’on se réfère aux symboles clairement chrétiens qui apparaissent (mais peut-être à des dates plus tardives ?) sur les contorniates, tel que le monogramme de Constantin Ier. Les thèmes abordés pourraient être aussi emblématiques de la ville de Rome et de ses traditions et seraient alors d’expression plus symbolique que véritablement païenne.

175Si les premières séries ont pour origine la célébration des jeux de janvier, certains médaillons auraient été frappés aussi lors d’autres jeux comme les Ludi Apollinares de juillet, les fêtes quinquennales, décennales ou vincennales des empereurs, ces frappes étant alors organisées par les magistrats donneurs de jeux, les préteurs et parfois les consuls en janvier. Par la suite, certains contorniates auraient été émis aux autres jeux prétoriens de l’année. Ils ont enfin pu être frappés aussi lors de jeux offerts par le consul suffect le jour du Natalis urbis, le 21 avril (Chastagnol 1960 : 223).

  • 4 La très grande rareté des découvertes de médaillons contorniates pourrait s’expliquer par la fonte (...)

176Quoi qu’il en soit, la découverte du médaillon contorniate du Palais, objet de prestige et de valeur pécuniaire bien supérieure aux petits nummi contemporains de bronze4, peut laisser supposer que son propriétaire bénéficiait d’un haut rang social et qu’il avait des liens étroits avec l’élite romaine. Le thème de Cérès et de l’Annone figuré au revers du contorniate aurait-il un rapport direct avec les fonctions qu’aurait occupées le dominus de la résidence tardive du Palais au sein de la société romaine en Gaule et avec l’administration frumentaire de Rome ? En l’absence de tout document épigraphique local, cette hypothèse ne peut être, pour l’heure, vérifiée.

7.2. Le mobilier céramique du Ier siècle av. J.‑C. au Palais et au Grand Palais (É. Durand)5

  • 5 Nous remercions S. Barberan (Inrap Méditerranée, Centre Camille Jullian [UMR 7299]), G. Maza et Y. (...)

177Deux ensembles céramiques datés du Ier siècle av. J.‑C. ont été étudiés. L’un, mis au jour en 1996 dans l’emprise de la partie occidentale de la résidence tardive du Palais, a été étudié en 2018, à la suite d’un autre lot, issu des structures agraires du Grand Palais, étudié en 2011. Ces travaux ont permis de préciser la datation de la première phase d’occupation antique de la villa et, au Grand Palais, la présence de ce mobilier dans le comblement homogène d’une quarantaine de fosses de plantation a suscité l’hypothèse d’un premier verger dès le troisième quart du Ier siècle av. J.‑C., à 200 m à l’est de la future résidence.

7.2.1. Le mobilier céramique du Ier siècle av. J.‑C. dans la résidence du Palais

178Ces témoins tardo-républicains, souvent résiduels, proviennent de l’emprise du portique occidental externe de la résidence. Ils indiquent la présence d’une occupation préexistante conservée très partiellement in situ mais en grande partie démantelée par et pendant la phase impériale (remblai de construction, démolition).

179Le corpus céramique de 1996 concerne un lot de 603 fragments (NR) et de 51 individus (NMI) dont 46 bords (fig445). Ils proviennent de onze unités stratigraphiques attribuées à :

  • un niveau de démolition antique daté de 350‑425 (état IIIb de la résidence) : US 152 (214 NR, 35,8 % du total NR) ;
  • deux remblais : US 140 de l’époque tardo-républicaine (65 NR) et US 134 datée du IIIe siècle (9 NR) ;
  • deux couches intactes d’occupation tardo-républicaine (US 142 et 172 : 100 NR) et un niveau d’occupation julio-claudien (US 166 ; 20 NR) ;
  • cinq horizons sédimentaires non qualifiés, perturbés, incluant des artefacts résiduels du Ier siècle av. J.‑C. (190 NR ; 31,8 % du total NR) : US 128, 132, 139, 211-212, 627.

180Les US homogènes conservées sans inclusions postérieures (US 140, 142, 172, 211-212) ne représentent donc que 184 fragments soit 30,8 % du total NR.

181Malgré les spécificités de provenance de ce lot céramique, le corpus des 603 fragments considérés comme contemporains est présenté ici dans son ensemble. Tout le vaisselier tardo-républicain connu pour la moyenne vallée du Rhône est représenté ici, sauf les vases de stockage (dolium), absence dont l’interprétation est malaisée. Treize catégories de céramiques ont été identifiées (fig445) :

  • six productions de céramiques fines représentées par un total de 61 fragments, soit 10,1 % du total NR, dominées par la grise dite « celtique » (30 NR ; 49,2 % du groupe) et la campanienne A (17 NR ; 27,9 % du groupe vaisselle fine, 3,2 % du total de la vaisselle). Quelques rares exemplaires de campanienne C et son imitation à engobé rouge, de celtique engobée (peinte ?) et de parois fines complètent cet ensemble.

182À titre de comparaison, la campanienne A représente, en moyenne vallée du Rhône, 3,1 % du total de la vaisselle sur le site des Brassières-nord à Mondragon (Vaucluse) lors de la phase 50-25 av. J.-C. (Arcelin in Rapport Vermeulen 1997), 0,2 % à Sauzet (Drôme), 2,2 %, sur le site de la rue d’Arménie à Valence (phase 1, 50-30 av. J.-C. ; Silvino et al. 2011) et 1,3 % à Soyons (Ardèche), sur le site du Malpas (phase LT D2b-Auguste ; Delrieu et al. 2015). En Ardèche méridionale, la part de ce même mobilier est de 10,48 % du total de la vaisselle à Grospierres (site des Ferriers) à La Tène C2/D1 (Durand, Pages 2017), 5,14 % à Jastres-nord (commune de Lussas ; Lefebvre 2006) et de 5,18 % à La Tène D1, à 4 % durant La Tène D2 à Alba-la-Romaine (Matal 2003). Chez les Volques Arécomiques, l’ensemble de l’Ermitage à Alès (Gard) livre également une part importante de campanienne A, avec 7,8 % de la vaisselle durant la première moitié du Ier siècle av. J.-C. (Dedet, Salles 2013).

  • quatre productions de céramiques communes (530 NR ; 87,9 % du total) dominées très largement par la céramique non tournée, avec un total de 380 tessons soit 63 % du total et 71,7 % de la vaisselle commune6. La commune tournée à pâte sableuse (14,3 % du groupe vaisselle commune7) semble dominer les vases à pâte kaolinitique (7, 2 %)8 et les vases à pâte claire à argile calcaire (6,8 %)9 ;
  • quelques rares fragments d’amphore (12 NR) dominés par les productions italiques (7 NR) de Campanie et du sud du Latium (Benquet, Olmer 2002) et rares hispaniques (indéterminées) complètent cet ensemble.

183Au total, 58 formes typologiques ont été répertoriées. Elles concernent majoritairement la céramique non tournée (« CNT » dans la terminologie de P. Arcelin [in Py 1993a] que nous employons ici), catégorie surreprésentée dans le corpus du Palais mais la plus mal datée au sein du Ier siècle av. J.‑C. Parmi les 26 individus (NMI des bords) de formes assez ubiquistes, on notera la présence d’urnes ou pots U5a3 (fig446, n° 6), U6c (fig447, n° 12), U7a, de couvercle V1b ou V2 coupe type CNT-PRO C1, C2 (fig446, n° 14‑15) et C3 et de jattes J2a (fig447, n° 13) et J2c (fig446, n° 11).

Fig. 446 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 211-212, US 128, US 140 (remblai), US 142 (occupation) [DAO : É. Durand].

Fig. 446 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 211-212, US 128, US 140 (remblai), US 142 (occupation) [DAO : É. Durand].

Fig. 447 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 152 (démolition) [DAO : É. Durand].

Fig. 447 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 152 (démolition) [DAO : É. Durand].

184Tout comme les formes ouvertes en céramique modelée (coupe C1 et C2 dans l’US 152), les autres bords identifiables n’apportent pas de précisions chronologiques, au mieux un TPQ autour de 300 av. J.‑C. pour les urnes/pots CNT-PRO U5a3 (US 128) et U6c (US 152) ou autour de 150 av. J.‑C. pour les jattes J2a/c (US 142 et 152). Parmi les rares bords de céramique commune tournée (10 individus dont 8 en commune à pâte sableuse), il est à noter la présence d’un pot de type Feurs 1321 (fig447, n° 8) présent également sur le site des Brassières-nord (P. Arcelin in Rapport Vermeulen 1997) dès la fin du IIe et le début du Ier siècle (phase 1B).

185Pour la vaisselle fine, 14 individus sont à signaler (10 NMI des bords). Quatre catégories ont livré des indices typo-chronologiques :

  • trois bords d’assiettes à marli horizontal en campanienne A de forme 6 ou 36 (fig446, n° 1 et 2 ; fig447, n° 1) produites entre 150 et 25 av. J.‑C. et un pied (fig. 447, n° 2) de typologie tardive (G. Maza) ;
  • un fond annulaire en campanienne C (fig. 447, n° 3), de production peut-être sicilienne (Arcelin 2000) ;
  • sept coupes de type grise celtique à bord renflé/bouleté de forme 9 (fig. 446, n° 3 à 5 et 9 ; fig447, n° 5 à 7), produites depuis le milieu du IIe siècle et très fréquentes au Ier siècle av. J.‑C. jusqu’à la fin de la période augustéenne. C’est ce qu’on constate dans la vallée du Rhône au Pègue (Lagrand Thalmann 1973), au Barry (Arcelin 1981), à Chabrillan (Billaud 2002), à Montvendre (Saintot 2002) et plus récemment à Soyons (Delrieu et al. 2015), à Pontaix (Teyssonneyre et al. 2014) et à Sauzet (Collombet et al. 2015). À Valence (rue d’Arménie), ces vases gris fins apparaissent timidement dès la phase 70-50 av. J.‑C. avant d’être bien représentés entre 50/40 et 30 av. J.‑C. et entre 30 av. J.‑C. et le changement d’ère (Maza, Silvino 2011) ;
  • une panse décorée de lignes de points en creux appartenant à un gobelet à parois fines (fig447, n° 4) à pâte siliceuse (production italique ?) qui apparaît en moyenne vallée du Rhône à partir de 100 av. J.‑C. (rens. : G. Maza) voire 60 av. J.‑C. (rens. : Y. Teyssonneyre). Un parallèle avec le type PAR-FIN 2B daté 75/25 av. J.‑C. peut être avancé.

186Au regard des formes typologiques assez ubiquistes, la datation de cet ensemble au troisième quart du Ier siècle av. J.‑C. repose donc essentiellement sur quelques formes typochronologiques avérées mais aussi sur la présence ou l’absence de certaines catégories de productions céramiques.

187Ainsi l’absence de la campanienne B et la rareté de la campanienne C, présente surtout dans la moyenne vallée du Rhône au milieu du Ier siècle (rens. : Y. Teyssonneyre), renvoient vers une datation dans le courant du deuxième quart ou au plus tard le milieu du Ier siècle. En revanche, la part appréciable des céramiques communes tournées à pâte sableuse et des vases à pâte kaolinitique oriente la chronologie générale vers le troisième quart du Ier siècle (rens. : S. Barberan). La céramique kaolinitique présente ici systématiquement dans les US non perturbées (cf. US 140, 142, 172 et US 211-212) renvoie en effet à une production attestée dès les années 50/40 av. J.‑C. en Drôme provençale (Chabrillan : sites de Saint-Martin 2 et de l’Hortal ; Billaud 2002 ; Bonnet, Horry 2010) ou plus au nord à Valence (rue d’Arménie) lors d’une phase datée des années 50-30 av. J.‑C. (Maza, Silvino 2011 ; Silvino et al. 2011) ou encore à Nîmes en très faible quantité entre 50 et 30 av. J.‑C. (Barberan 2013).

7.2.2. Le mobilier céramique du Ier siècle av. J.‑C. au Grand Palais

188Le corpus céramique est constitué ici d’un petit lot de 113 fragments (NR) et de 3 individus (fig. 448). L’état global de conservation est assez moyen avec des surfaces de tessons souvent oxydées et/ou parfois desquamées, altérées par l’acidité des sédiments hydromorphes du site. Le taux global de fragmentation est très élevé : 98 % des tessons observés sont inférieurs à 3 cm. 62 % du corpus provient de 41 structures en creux (plantations), soit moins de deux tessons par fosse. Trois horizons sédimentaires composent le reste de l’ensemble (38 %) : l’encaissant des fosses de plantations (US 4), un remblai (US 977, niveau d’amendement préalable au creusement des fosses du système 12) et l’US 1079 non identifiée (première occupation ?).

189Seule la catégorie « vaisselle » (tournée fine et commune) a été reconnue sur le site. Ici aussi, les fragments de vase de stockage (dolium) et d’amphores dans les fosses de plantation sont à peu près absents. Huit catégories de céramiques ont été identifiées :

  • trois productions de céramiques fines10 (campanienne A, céramique à parois fines et celtique grise majoritaire à 78 % du groupe) représentées par un total de 18 fragments (15,6 % du total) ;
  • cinq productions de céramiques communes (97 NR) dominées très largement par la céramique non tournée (89 tessons) représentent 77,4 % du total et 91,7 % de la vaisselle commune. La commune à pâte claire calcaire (CL-REC ; 4 NR), trois tessons kaolinitiques et un fragment de céramique tournée (CT) à pâte sableuse composent marginalement le reste de cet ensemble.

190Au total, les neuf formes typologiques répertoriées (fig448) concernent toutes la CNT : trois bords de formes ouvertes et l’épaulement de forme fermée ; quasi parité entre fonds plats (trois individus) et annulaires plutôt bas (deux individus). Les témoins d’un décor se résument à deux exemplaires d’impressions digitées (sans cordon) et quelques panses rugosées.

191Au regard de la fragmentation des tessons et des très rares formes typologiques, la datation de cet ensemble repose essentiellement sur la présence de certaines catégories de productions céramiques particulières. Tout comme les formes ouvertes en céramique modelée (C1 en F518 ; C2 ou C3 dans l’US 4), les autres bords identifiables n’apportent pas de précisions chronologiques, au mieux un TPQ autour de 150/70 av. J.‑C. pour le couvercle V1b ou V2 (US 4) et un autre terminus autour de 125 av. J.‑C. (Arcelin in Py 1993a) pour l’urne/pot CNT-PRO U7a (F306, F630). Cette dernière forme a été répertoriée plus au nord, à Valence, sur le camp F de Lautagne (Roumegous 2016) ou rue d’Arménie entre 50/40 et 30 av. J.‑C. (Maza, Silvino 2011 : phase -1B).

192La présence de 14 fragments de commune tournée sableuse grise dans quatre fosses (F389, F571, F742 et F906) évoque un TPQ vers 100/75 av. J.‑C., comme c’est le cas par exemple en Ardèche méridionale à Jastres nord pour ces vases imitant parfois les modèles en campanienne à palmettes (Matal 2003).

193Si la présence de trois tessons de campanienne (A ou A tardive) en F496 et F571 ne précise guère la datation au sein de la seconde moitié du Ier siècle av. J.‑C., les trois fragments de céramique kaolinitique mis au jour seuls (F824) ou associés à de la CNT (F928 et F950) renvoient désormais à une production attestée dès les années 50/40 av. J.‑C. en Drôme provençale (Bonnet, Batigne Vallet 2001 ; Bonnet, Horry 2010). Cette production à pâte blanche ou gris-noir bleuté, identique à son homologue antique de type Dieulefit, apparaît dans la région nîmoise en très faible quantité entre 50 et 30 av. J.‑C. et elle est surtout bien documentée à Nîmes à partir de 30 av. J.‑C. (Barberan 2013). En Ardèche méridionale, trois sites présentent cette association CNT-KAOL. À Aubenas (site de Saint-Pierre, Bourdary ; Rapport Durand et al. 2009), elle est reconnue dans un contexte de 50-25 av. J.‑C. À Alba, elle n’apparaît pas avant la phase 3 augustéenne, associée aux productions de CAMP-A et B, aux DER-C, aux engobés rouges, parois fines et surtout avec l’apparition des sigillées italiques (Matal 2002). A contrario, comme sur le site rhodanien des Brassières-nord à Mondragon (Arcelin in Rapport Vermeulen 1997), cette production est a priori absente en zone de garrigues à Jastres-nord (Matal 2003 ; Lefebvre 2006), pendant les phases 50-25 av. J.‑C. et 25-10 av. J.‑C.

7.2.3. Bilan

194Si l’examen de ce corpus céramique daté entre 50 et 25 av. J.‑C. n’apporte guère de nouveautés au répertoire du vaisselier médio-rhodanien du Ier siècle av. J.‑C., il a le mérite de préciser un peu le faciès culturel de la Drôme provençale, région où les sites de référence sont assez rares. Actuellement, seuls les sites de Montélimar (RN 7 nord-est ; Rapport Lurol 2014), Mondragon (Les Brassières-nord ; Rapport Vermeulen 1997), Pierrelatte (site de Faveyrolles ; Rapport Chatellier et al. 2016), Sauzet (site du bassin A7 ; Collombet et al. 2015), Pontaix (site de La Condamine ; Teyssonneyre et al. 2014) ont fait l’objet d’études récentes et peuvent servir de référence statistique et typo-chronologique. Cet ensemble réparti dans et en périphérie du Tricastin semble se distinguer du groupe valentinois (Valence, sites de la rue d’Arménie et du camp de Lautagne ; Soyons, site du Malpas) présent plus au nord de la vallée du Rhône et des faciès provençaux-languedociens très bien connus.

195Ce petit lot est caractérisé en premier lieu par une vaisselle fine dominée, comme ailleurs dans cette microrégion, par la céramique grise celtique (coupe à bord ourlé) associée dans des proportions moindres à des assiettes en campanienne A alors que l’absence totale de campanienne B est à noter. Une autre spécificité est la quasi absence de dolium et la rareté des amphores (12 NR en 1996), mobilier totalement absent de la partie rustique. Peut-être cette rareté est-elle due au statut du site antérieur à la villa ? Le dernier point concerne la vaisselle commune dominée largement ici comme partout en moyenne vallée du Rhône par la céramique modelée. Ces proportions de céramiques kaolinitiques sont particulièrement fortes ici (7 % du total de la vaisselle) pour un contexte des années 50‑30 av. J.‑C. Attestée aussi sur les sites de Chabrillan, cette importance pourrait témoigner ici d’un particularisme culturel voire de la présence proche d’un atelier, au sud de la vallée de la Drôme, dès les années 50/30 av. J.‑C.

7.3. La villa du Palais : l’approvisionnement en céramique du IIIe siècle au Ve siècle (Chr. Bonnet, C. Batigne Vallet, A. Langlois, E. Avon)

7.3.1. Introduction

196L’objectif de cette étude est de documenter l’approvisionnement en céramique de ce secteur de la moyenne vallée du Rhône du milieu du IIIe siècle à la fin du Ve siècle, le Haut-Empire étant trop faiblement représenté pour fournir des données exploitables. À cette fin, sept ensembles provenant de contextes stratifiés issus de quatre opérations de fouille distinctes ont été retenus (fig. 449). Avec un minimum de 12 vases et un maximum de 87 vases par ensemble, le corpus de 281 objets reste modeste mais cet état de la recherche permet de proposer une première esquisse du faciès céramique du secteur dans l’Antiquité tardive. Les ensembles I, II et VI, VII qui proviennent de la résidence du Palais en constituent la trame principale. Ce mobilier a d’abord été inventorié par A. Langlois dans le cadre de sa maîtrise (Mémoire Langlois 2005), épaulée par C. Batigne Vallet, avec l’objectif de proposer une chronologie de l’occupation du site. Ultérieurement, les assemblages pertinents ont été repris collectivement pour devenir une notice de l’ACR sur les céramiques communes de Rhône-Alpes (Batigne Vallet 2010 ; Batigne Vallet et al. 2012 ; Batigne Vallet à paraître). Les lots du Palais sont étayés par les céramiques de l’état IV du Grand Palais, par celles de l’abandon du site de la Maladrerie et, enfin, par les onze vases déposés dans les inhumations de l’ensemble funéraire de la Labre.

Fig. 449 – Sept ensembles et 282 vases sélectionnés pour l’étude (Chr. Bonnet).

Site Ens. Phasage Datation NR NMI Étude céramologique
Le Palais I Villa tardive état 1IIa 250-300 343 27 C. Batigne Vallet, Ch. Bonnet, A. Langlois, E. Avon
Le Palais II Villa tardive état IIIb 350-400 562 60 C. Batigne Vallet, Ch. Bonnet, A. Langlois, E. Avon
La Labre III Ensemble funéraire 350-400 148 12 Ch. Bonnet
Grand Palais IV État 4 Ve s. 633 87 Ch. Bonnet
La Maladrerie V Abandon du bâtiment Ve s. 343 39 Ch. Bonnet
Le Palais VI Vides sanitaires 400-450 401 22 Ch. Bonnet
Le Palais VII Villa tardive, abandon 450-500 254 35 C. Batigne Vallet, Ch. Bonnet, A. Langlois, E. Avon

197Si les céramiques de la vallée du Rhône, en particulier du département de la Drôme, bénéficient depuis une vingtaine d’années des apports des données de l’archéologie préventive, à commencer par les fouilles faites sur le tracé du TGV Méditerranée entre Valence et Avignon (Collectif 2002 ; Bonnet, Batigne Vallet 2001 ; Bonnet 2002 ; Bonnet 2005‑2006 ; Bonnet, Horry 2010), la commune de Châteauneuf-du-Rhône, restée en marge de ce tracé, a été peu documentée. Le tracé même de la ligne du TGV a livré seulement deux sites antiques sur la commune d’Allan, à environ une dizaine de kilomètres, d’une part, l’établissement rural de la Barque, occupé entre le Ier et le IIIe siècle (Ferber 2002a), d’autre part l’ensemble funéraire de Grange neuve (Ferber 2002b), d’où provient un groupe d’amphores recyclées en cercueils contemporaines de celles que nous avons étudiées à Châteauneuf-du-Rhône.

198Que l’on considère les données recueillies sur ces deux sites ou, de manière générale, l’ensemble de la vallée du Rhône à partir de Valence (Bonnet et al. 2012), les contextes céramiques de l’Antiquité tardive sont beaucoup mieux documentés que ceux des Ier et IIe siècles. C’est également le cas à Châteauneuf où l’ampleur des aménagements tardifs de la villa laisse bien peu de place aux tessons du Haut-Empire.

199À ce jour, seules les amphores africaines de ces trois sites ont été mentionnées dans le cadre d’un article sur les amphores africaines à Lyon, plus particulièrement dans la synthèse sur la circulation des marchandises dans l’axe rhodanien (Lemaître et al. 2011).

200Nous présentons, pour chaque état, un tableau de comptage synthétique. Il permet de visualiser simultanément la répartition des céramiques par grandes familles (céramiques fines, céramiques communes, amphores et autres) et aussi leur répartition par catégorie technique au sein de chacune de ces familles (sigillée claire B, céramique commune tournée rouge, amphore africaine…). En outre, les colonnes du tableau offrent les quantités brutes en NR et en NMI et leur pourcentage. Le NMI correspond au nombre de bords enregistré après tentative de collages ; c’est un NMI strict sans pondération.

7.3.2. Analyse des ensembles

7.3.2.1. Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa, 250‑300

201L’US 979 est un remblai de la zone septentrionale, situé dans l’espace 868 (voir ci-dessus, 4.4.1.2). Il a été découvert sous le sol des praefurnia (sol 869) et a livré 343 fragments pour 27 individus (fig. 450). Les céramiques communes sont particulièrement bien représentées, avec plus des trois quarts des bords, ce qui est rare, mais les mêmes taux ont été enregistrés à Valence (site de Mauboule) pour un ensemble daté de la première moitié du IIIe siècle (Bonnet et al. 2012 : ensemble III).

Fig. 450 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble I (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 62 18 % 6 22 %
Sigillée Claire B 49 4
Sigillée africaine C 6 1
Sigillée Sud Gaule 2 1
Sigillée Centre Gaule 3 0
Métallescente 2 0
Céramiques communes 215 63 % 21 78 %
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 162 14
Tournée rouge 15 3
Claire calcaire 36 2
Tournée grise 1 1
Africaine de cuisine 1 1
Amphores 65 19 % 0 0 %
Gauloise 60 0
Hispanique 3 0
Africaine 1 0
Non identifiée 1 0
Lampe 1 0
TOTAL 343 100 % 27 100 %

Les céramiques fines

202Les céramiques fines sont essentiellement des sigillées claires B, avec quatre individus dénombrés : une coupe de type D. 15 (fig. 451, n° 1), un fragment de collerette de coupelle D. 27, un pot D. 67 (fig. 451, n° 2) et un autre, de type D. 64 ou 68 (fig. 451, n° 3) [Desbat 1988 ; Desbat 2002]. Par ailleurs, des fragments de parois nous indiquent la présence d’une coupelle D. 24 et d’un plat D. 3. La couleur des vernis varie, d’orange à marron davantage grésé. La coupelle D. 24 est datée du début de la production au IIe siècle, alors que plusieurs éléments, les coupes D. 15 et D. 27 notamment, sont caractéristiques de la première moitié du IIIe siècle (Thèse Desbat 1980 : 280). Toutefois le pot D. 67 est encore fréquent jusqu’au début du IVe siècle (Thèse Desbat 1980 : 306).

Fig. 451 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : sigillée Claire B ; 4 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 13 : commune tournée rouge ; 14, 15 : commune claire calcaire ; 16 : commune tournée grise ; 17 : africaine de cuisine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 451 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : sigillée Claire B ; 4 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 13 : commune tournée rouge ; 14, 15 : commune claire calcaire ; 16 : commune tournée grise ; 17 : africaine de cuisine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

203La Gaule du Sud apporte une assiette de type Drag. 18 et un fragment de coupe décorée de type Drag. 29, alors que de la Gaule du Centre vient un pot de type Déch. 72 à décor excisé, élément typique du IIIe siècle. Un plat de type Hayes 50 en sigillée africaine C et deux fragments de céramique métallescente complètent le mobilier de service. Ces deux éléments placent la constitution de l’ensemble dans le courant du IIIe siècle, pas avant les années 220/230.

Les céramiques communes

204L’ensemble des céramiques communes est surtout constitué de céramiques tournées grises à pâte blanche, de nature kaolinitique, avec quatorze objets sur vingt-et-un. Ces céramiques se répartissent entre six formes : pots, plats, marmites, bouilloires mais aussi cruche et jatte. Deux pots ont une lèvre verticale et une gorge interne (fig. 451, n° 4, 5) qui correspond au type KAOL A12, variante A, et apparaît vers le début du IIIe siècle (Meffre, Raynaud 1993a : 490 ; Bonnet 2002 : fig. 4). Un troisième possède un bord en bandeau court à gorge interne (fig. 451, n° 6), type attesté dans la moyenne vallée du Rhône durant le IIIe siècle. Deux plats font référence au type à lèvre épaissie (fig. 451, n° 7, 8), qui est répertorié dans la moyenne vallée du Rhône à partir du IIIe siècle (Bonnet 2002 : fig. 6 n° 7‑9), et un troisième a une lèvre à bourrelet externe. Les trois marmites possèdent un col et une lèvre quadrangulaire à gorge supérieure (fig. 451, n° 9, 10). Elles correspondent au type KAOL B22, fréquent dans le Languedoc occidental durant les IIIe et IVe siècles (Meffre, Raynaud 1993a : 494). Une bouilloire présente un bord en bandeau assez haut (fig. 451, n° 11) et ressemble au type KAOL F1 (Meffre, Raynaud 1993a : 497) ; une autre semble avoir une lèvre simplement déversée et une troisième est mal identifiée. La cruche possède une lèvre déversée. La jatte montre un col et une lèvre en bourrelet déversé (fig. 451, n° 12) et trouve un point de comparaison à Chabeuil (Drôme) durant la seconde moitié du IIIe siècle (Bonnet 2002 : fig. 6, n° 6).

205Les céramiques communes tournées rouges sont des céramiques cuites en mode A dont la pâte est assez caractéristique des ateliers de la région de Valence, riche en grains blancs très nettement visibles. Cette catégorie est représentée par deux pots qui ont une lèvre verticale et une gorge interne, et par une jatte trop lacunaire pour être identifiée (fig. 451, n° 13).

206Les deux objets en céramique commune claire calcaire ne sont pas très courants. Il s’agit de deux cruches, l’une, de grande taille, avec un col large et une lèvre en bourrelet quadrangulaire (fig. 451, n° 14) et l’autre à bord en bandeau haut (fig. 451, n° 15), réalisée sur le modèle des amphores gauloises de type G2.

207Nous avons aussi observé un pot en céramique tournée grise à bord en bandeau court, qui n’est pas réalisée à partir d’argile kaolinitique (fig. 451, n° 16).

208Enfin, un couvercle en céramique africaine de cuisine à bord noirci a été enregistré (fig. 451, n° 17). Il s’agit d’un vase du type Hayes 196, qui, même s’il est recensé dans les chefs-lieux de cités de Gaule du Sud à partir du IIe siècle, est, comme toute la vaisselle africaine, assez rare dans les établissements ruraux de la Drôme (Bonnet 2002 : 360).

Les amphores

209Les amphores de cet ensemble sont surtout représentées par des fragments de vaisseaux gaulois. Un col et un fond appartiennent à une amphore gauloise de type G1 (fig. 452, n° 1, 2). Quelques fragments jointifs du col d’une amphore à pâte calcaire, d’origine orientale ou bien plus sûrement de type G4 offrent un titulus pictus réalisé à l’encre noire sur deux lignes, dont la seconde est composée de deux mots (fig. 452, n° 3). Sa lecture n’a pas été possible mais l’on voit quelques lettres, peintes à l’aide d’un pinceau assez large, se dessiner clairement, notamment grâce aux « pieds » des hastes. Il apparaît notamment que la deuxième lettre de la première ligne est probablement un M et la quatrième, peut-être un N, ce qui donnerait envie d’y lire AMINEUM. Mais la première lettre, qui devrait alors être un A, montre une haste trop courbe pour cela. Le deuxième mot de la seconde ligne semble commencer par un F ou un T alors que la seconde lettre est très clairement un A. Faut-il y lire FALERNUS ?

Fig. 452 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : amphore gauloise (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 452 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : amphore gauloise (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

210Quelques individus proviennent d’Espagne du Sud et sont probablement des conteneurs à sauces de poissons ou salaisons.

211Une anse grossièrement modelée semble, d’après sa pâte céramique, provenir d’Afrique du Nord.

Proposition de datation

212La plupart des céramiques contenues dans cette couche sont produites au IIIe siècle mais un TPQ est fourni pour la constitution de cet ensemble par le plat en sigillée africaine C de type Hayes 50, diffusé dans la vallée du Rhône à partir du deuxième tiers du IIIe siècle. Certaines formes sont caractéristiques de la seconde moitié du IIIe siècle et plusieurs formes sont encore fabriquées au IVe siècle. Nous proposons donc la seconde moitié du IIIe siècle comme date d’assemblage de ce lot.

7.3.2.2. Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb, 350‑400

213Cinq US appartenant à l’état IIIb de la résidence correspondent au niveau immédiatement antérieur à l’installation de la mosaïque 360. Ce sont donc des US situées dans l’aile méridionale du portique : US 935, 937, 938, 939. Dans ce même secteur, nous avons aussi sélectionné l’US 595, située sous le niveau théorique de circulation dans la grande salle basilicale, au sud du portique (voir ci-dessus, 4.5.4.1 et 4.5.4.2). L’ensemble du mobilier retenu totalise 562 fragments pour un NMI de 60 (fig. 453).

Fig. 453 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble II (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 175 31 % 18 30 %
Sigillée Claire B 125 12 67
CRA rhodanienne 17 3 17
Luisante des Alpes du Nord 15 2 10
Sigillée africaine C 7 1 6
Sigillée centre Gaule 3 0 0
Métallescente 3 0 0
Céramiques à paroi fine engobée 1 0 0
Non identifiée 4 0 0
Céramiques communes 335 60 % 40 67 %
Tournée rouge 117 17 43
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 138 13 33
Tournée grise 40 7 18
Africaine de cuisine 3 1 2
Blanche 1 1 2
Claire calcaire 30 0 0
Claire peinte 2 0 0
Non tournée 4 0 0
Non identifiée 1 1 2
Amphores 49 9 % 2 3 %
Africaine 18 2
Hispanique 13 0
Gauloise 10 0
Orientale ? 3 0
Non identifiée 5 0
Lampe 2 0
TOTAL 562 100 % 60 100 %

Les céramiques fines

214Sur l’ensemble du lot, les sigillées claires B représentent le même pourcentage que dans le lot précédent mais deux autres catégories de céramiques fines apparaissent : les céramiques à revêtement argileux rhodaniennes dites « CRA », qui prennent de l’importance sur les marchés au moment où les ateliers de sigillée claire B ferment, à la fin du IIIe siècle, et les céramiques dites « luisantes » des Alpes du Nord qui apparaissent au IVe siècle (Desbat, Picon 1986).

215Les sigillées claires B sont essentiellement des formes du IIIe siècle : Desbat 12 (fig. 454, n° 1), Desbat 26 (fig. 454, n° 2), plats Desbat 3 (fig. 454, n° 3, 4). Certaines d’entre elles sont peut-être plus anciennes : coupes Desbat 8 (fig. 454, n° 5), Desbat 31 (fig. 454, n° 6) et Desbat 13 (fig. 454, n° 7), coupe à collerette Desbat 19, pot Desbat 71 (fig. 454, n° 8). Le pot de type Desbat 67 (fig. 454, n° 9) est probablement le type le plus récent. Certains fragments sont plus tardifs et présentent un revêtement extrêmement peu couvrant qui relève plutôt de la CRA (fig. 454, n° 10), très bien représentée à Lyon à la fin du IVe siècle (Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 32).

Fig. 454 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 10 : sigillée Claire B ; 11 à 13 : CRA ; 14, 15 : CRA/Luisante ; 16 : sigillée africaine C (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 454 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 10 : sigillée Claire B ; 11 à 13 : CRA ; 14, 15 : CRA/Luisante ; 16 : sigillée africaine C (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

216Les CRA rhodaniennes sont illustrées par trois objets : une coupe de type Lamb. 2/Desbat 8, emblématique de cette production tardive (fig. 454, n° 11) [Bonnet, Horry 2010 : fig. 35], un petit pot de type Portout 51 (fig. 454, n° 12) et un plat de type Lamb. 32 à décor de guillochis sur la lèvre (fig. 454, n° 13) [Bonnet, Horry 2010 : fig. 17, n° 59‑60].

217Les céramiques luisantes, c’est-à-dire celles pour lesquelles nous avons la certitude qu’elles sont fabriquées dans l’atelier savoyard de Portout (Pernon, Pernon 1990), sont représentées par un mortier de type Portout 40 (fig. 454, n° 14) et une coupe de type Portout 37 (fig. 454, n° 15). Le premier type est fréquent durant le IVe siècle alors que le second l’est davantage à la fin du même siècle et au début du siècle suivant.

218La céramique en sigillée africaine C est représentée par un plat de type Hayes 50 (fig. 454, n° 16).

Les céramiques communes

219Dans l’ensemble I, les céramiques communes tournées rouges sont très bien représentées, avec presque la moitié des individus. La majorité des formes sont des pots, avec douze bords. Nous comptabilisons cinq pots à col et lèvre en replat incliné (fig. 455, n° 1 à 5), appartenant à un type fréquent dans la moyenne vallée du Rhône durant la seconde moitié du IVe siècle et au Ve siècle (Bonnet et al. 2012 : fig. 75 n° 3). Nous enregistrons aussi deux pots à lèvre en amande verticale (fig. 455, n° 6, 7) se rapprochant du type COM-E-M A3 (var. B) répertorié à partir de 330 dans le Languedoc par Cl. Raynaud (Raynaud 1993a ; Bonnet et al. 2012 : fig. 51, n° 1). Nous dénombrons aussi deux pots à col tronconique et lèvre oblique (fig. 455, n° 8, 9), sur le modèle d’un type qui existe dans le Languedoc depuis le IIe siècle sous l’appellation COM-O-M A4 (Meffre, Raynaud 1993b ; Bonnet et al. 2012 : fig. 30, n° 1), un pot à bord en bandeau court et gorge interne (fig. 455, n° 10), un pot à lèvre verticale à gorge interne (fig. 455, n° 11) et un pot à col et lèvre retombante (fig. 455, n° 12), type assez fréquent au IIIe siècle entre Valence et Montélimar (Bonnet et al. 2012 : fig. 85, n° 3‑4). Un dernier objet n’est pas identifié avec certitude ; il s’agit d’un pot ou d’un pichet à col et lèvre en replat incliné (fig. 455, n° 13). Trois plats ont aussi été comptés : deux ont des parois rectilignes et un bord divergent en amande (fig. 455, n° 14, 15) et correspondent au type COM-E-M C2 dans le Languedoc, qui équipe les cuisines à partir du milieu du IVe siècle ap. J.‑C. (Raynaud 1993a : 342 ; Bonnet et al. 2012 : fig. 51, n° 7). Le troisième individu est un plat à paroi courbe et bord rentrant (fig. 455, n° 16), peut-être couvert d’un engobe micacé, dont la pâte, claire et fine avec des nodules ocres, rappelle les céramiques du val de Saône (Bonnet et al. 2003). Enfin, la batterie de cuisine rouge est complétée par un couvercle à lèvre arrondie simple (fig. 455, n° 17).

Fig. 455 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 17 : commune tournée rouge ; 18 à 26 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 455 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 17 : commune tournée rouge ; 18 à 26 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

220Les céramiques grises à pâte blanche de nature kaolinitique arrivent en seconde position. Elles offrent cinq pots, dont deux sont à col et replat incliné (fig. 455, n° 18, 19), un à lèvre verticale et gorge interne (fig. 455, n° 20), un pot à lèvre en amande (fig. 455, n° 21), d’un type (KAOL A2) connu au IIIe siècle (Meffre, Raynaud 1993a : 489 ; Bonnet 2002 : fig. 2, n° 2), et le cinquième est un pot à lèvre en amande à gorge interne (fig. 455, n° 22), enregistré dans la vallée du Rhône sous l’appellation KAOL A12 pour la période 220/350 (Meffre, Raynaud 1993a : 490 ; Bonnet 2002 : fig. 2, n° 17). Deux plats sont à lèvre épaissie (fig. 455, n° 23) et un troisième est à lèvre aplatie et bourrelet interne (fig. 455, n° 24), noté à Vaison-la-Romaine sous l’appellation COM-O-M C4 depuis 200 jusqu’à 350 (Meffre, Raynaud 1993b : 369). Nous comptons aussi une bouilloire à lèvre en bandeau large (fig. 455, n° 25) et un couvercle caréné (fig. 455, n° 26). Le type KAOL E7 est commun dans la moyenne vallée du Rhône et nous l’avons observé dans des ensembles du IIIe siècle (Bonnet 2002 : fig. 5, n° 12‑13).

221Sept objets constituent le groupe des céramiques tournées grises. Il s’agit de deux jattes, l’une à col et lèvre épaissie et l’autre à col et lèvre en replat incliné (fig. 456, n° 1), type connu aussi à Valence au IVe siècle (Bonnet et al. 2012 : 412), auxquelles s’ajoutent une marmite à col et lèvre quadrangulaire (fig. 456, n° 2), un plat à lèvre épaissie (fig. 456, n° 3), un pot à col et lèvre en replat incliné (fig. 456, n° 4), un couvercle caréné (fig. 456, n° 5) et une bouilloire à lèvre en bourrelet.

Fig. 456 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 5 : commune tournée grise ; 6 : africaine de cuisine ; 7 : céramique blanche ; 8 : céramique claire à peinture rouge ; 9, 10 : amphore africaine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 456 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 5 : commune tournée grise ; 6 : africaine de cuisine ; 7 : céramique blanche ; 8 : céramique claire à peinture rouge ; 9, 10 : amphore africaine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

222Cet ensemble comporte aussi un couvercle en céramique africaine de cuisine de type Hayes 196 (fig. 456, n° 6) et un pichet à lèvre débordante à gorge supérieure en céramique blanche (fig. 456, n° 7), c’est-à-dire en pâte kaolinitique cuite en mode A.

223Certaines catégories ne sont pas représentées dans cet ensemble, comme les céramiques communes claires calcaires. D’autres catégories rares sont observées, notamment une cruche à deux anses en pâte calcaire ornée de peinture rouge (fig. 456, n° 8).

Les amphores

224Les amphores provenant d’Afrique du Nord sont les mieux représentées, avec deux bords. L’un appartient à une amphore Africaine IIIB (fig. 456, n° 9), peut-être vinaire (Keay 25, sous-type 3, ou Bonifay type 28 ; Bonifay 2004 : 119, fig. 64), fréquente durant la seconde moitié du IVe siècle et attestée encore vers 400 à Arles (Bonifay 2004 : 122). L’autre bord se rapporte au type Dr. 30, plus exactement Keay IB (fig. 456, n° 10), attesté à la fin du IVe-début du Ve siècle à Lyon (Lemaître et al. 2011 : 213, fig. 12).

225Nous avons aussi comptabilisé des fragments de vaisseaux provenant de la péninsule ibérique et de Gaule. Quelques fragments viennent peut-être d’Orient.

Autres

226Un fragment de cuve de lampe est enregistré. La pâte céramique est non calcaire et ne porte pas d’engobe. Le fond semble porter une amorce de pied annulaire et l’anse, d’assez grande dimension, est percée d’un trou bien taillé. La réalisation de cette lampe est très fruste et nous n’avons pu en déterminer ni le type ni la région d’origine.

Proposition de datation

227Les sigillées claires B, majoritaires au sein de l’ensemble, offrent toutefois quelques CRA tardives, par exemple la coupe Lamb. 2/Desbat 8 qui n’apparaît pas avant le IVe siècle. Cette production est encore fréquente à Lyon dans un ensemble daté de la fin du IVsiècle ou du Ve siècle (Batigne Vallet, Lemaître 2008). La présence de céramiques luisantes est plus directement l’expression d’une datation durant la seconde moitié du IVe siècle, avec notamment la coupe Lamb. 1/3 ou Portout 37, qui semble être produite en grandes quantités à la fin du siècle.

228Cette datation de l’ensemble II dans la seconde moitié du IVe siècle et peut-être au début du Ve siècle est confirmée par la présence de pots et de jattes à col et lèvre en replat incliné et de plats à paroi rectiligne et lèvre en amande divergente en céramiques communes, mais aussi par les deux amphores d’Afrique du Nord.

7.3.2.3. Ensemble III, ensemble funéraire de la Labre, dépôts des inhumations, 350‑400

229Cet ensemble regroupe les huit vases déposés dans quatre inhumations de l’ensemble funéraire de la Labre (SP 35, 97, 110, 137) auxquels s’ajoutent quatre amphores recyclées en cercueil pour immatures (SP 60, 65, 93) [fig. 457]. Celles-ci se rapportent en fait à seulement trois sépultures, SP 93 étant constituée de la réunion des fragments de deux amphores distinctes.

Fig. 457 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble III (Chr. Bonnet).

NR NMI
Céramiques fines 56 5
CRA rhodanienne 55 4
Luisante des Alpes du Nord 1 1
Céramiques communes 7 3
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 7 3
Amphores 85 4
Africaine 43 2
Hispanique 42 2
TOTAL 148 12

Les céramiques fines

230Les représentants de la céramique fine sont trois gobelets, une cruche et une bouteille. Un gobelet tulipiforme à décor de lunules à la barbotine appartient au type Portout 64 (fig. 458, n° 1), un autre correspond au type Lamb. 14/26 ou Portout 66, également tulipiforme et muni d’une anse (fig. 458, n° 4) et le dernier présente une forme globulaire et une lèvre oblique qui évoque imparfaitement le type Portout 61 (variante Portout 128) de l’atelier de Portout. Ce vase observé sur le terrain au moment de sa découverte est tombé en miettes lors du prélèvement et seul le bord a pu être illustré (fig. 458, n° 7). Les ensembles funéraires tardifs de Savasse et d’Allan (site de Grangeneuve) en ont livré quelques exemplaires avec beaucoup de variations dans les détails. Le gobelet Portout 65 à décor de lunules est déposé dans les tombes du IVe siècle, aussi bien dans le Rhône à Quincieux sur le site des Forgettes (Motte, Blaizot 2015 : SP 1081, n° 21) que dans la Drôme à Ponsas (Richaud, Blanc 1963 : 86, fig. 6) ou dans les tombes languedociennes de Lunel-Viel (Hérault), au Verdier (Raynaud 2010 : fig. 13, n° 207). Il est répertorié parmi les productions de l’atelier de Portout (Pernon, Pernon 1990 : pl. XXXII, n° 134). Le gobelet Lamb. 14/26 est très commun dans les tombes languedociennes, à Lunel (Hérault) au Verdier (Raynaud 2010 : fig. 9), à Montpellier (Hérault) sur le site de Malbosc (Blaizot et al. 2008 : fig. 11), dans la Vaunage à proximité de Nîmes (Gard ; Parodi et al. 1987 : fig. 35, n° 3) ou à Saze (Gard ; Gagnière 1965 : fig. 14, n° 10‑11). On le retrouve même au nord de Lyon à Quincieux (Rhône) dans les tombes du IVe siècle (Rapport Motte, Blaizot 2015). Plus proche de Châteauneuf-du-Rhône, le site de Savasse, au nord de Montélimar, a livré un exemplaire à fond très étroit dont le profil général est très proche de notre modèle (Rapport Ronco 2013 : SP 112, n° 3). D’après Cl. Raynaud, une des occurrences les plus anciennes pour le gobelet Lamb. 14/26 provient d’une tombe datée des années 335 de l’ensemble funéraire de Laudun dans le Gard (Feugère et al. 1987 : 85, n° 13).

Fig. 458 – Ensemble III, ensemble funéraire de la Labre, inhumations ; n° 1, 3, 4, 8 : CRA ; 2, 5, 6, 7 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 9 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 458 – Ensemble III, ensemble funéraire de la Labre, inhumations ; n° 1, 3, 4, 8 : CRA ; 2, 5, 6, 7 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 9 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

231La cruche Portout 95 (fig. 458, n° 3) est également courante dans les contextes funéraires tardifs, que ce soit à Lunel-Viel (Raynaud 2010 : fig. 13, n° 188), à Savasse (Rapport Ronco 2013 : SP 65) ou à Valence dans l’ensemble funéraire des Boulevards (Rapport Ronco 2011 : fig. 63, SP 122). La bouteille (fig. 458, n° 8) sans anse à col haut évasé est un modèle peu courant : l’exemplaire de Savasse a une panse plus développée et un col plus court (Rapport Ronco 2013 : SP 15, n° 2).

Les céramiques communes

232La céramique commune de l’ensemble III compte quatre vases qui appartiennent tous à la catégorie des céramiques tournées grises à pâte blanche. Ce sont deux marmites à col et lèvre plus ou moins quadrangulaire creusée d’une gorge, apparentées au type KAOL B22 (fig. 458, n° 2, 5) [Meffre, Raynaud 1993a : 494]. On la trouve à l’identique sur le site proche d’Allan (site de Grangeneuve), également dans une tombe du IVe siècle (Bonnet 2002 : fig. 7, n° 6). Le plat à bord en bourrelet souligné d’un sillon externe (fig. 458, n° 6) est à rapprocher d’un type découvert à Crest (Drôme) sur le site de Bourbousson et à Savasse dans des contextes de la fin du IVe siècle et du Ve siècle (Bonnet 2002 : fig. 10, n° 16 ; Rapport Ronco 2013 : SP 110). Ce vase n’est pas facile à distinguer du type tardif emblématique dit à lèvre divergente en amande pour la catégorie des céramiques tournées rouges, ou KAOL C9/C10 pour les céramiques grises à pâte blanche que l’on rencontre à partir de Crest et au sud de la rivière Drôme.

Les amphores

233L’utilisation d’amphores recyclées pour inhumer les enfants de moins d’un an est une pratique bien documentée (Blaizot 2009 : fig. 61 ; Silvino, Bonnet 2016). Ici, dans deux cas (SP 60 et SP 65), il s’agit d’amphores africaines de type Keay 25.3 (Africaine IIIB) [Bonifay type 28, Bonifay 2004]. Le col du conteneur de SP 60 révèle une marque anépigraphe faite avant cuisson. L’aspect lacunaire du vase de SP 65 rend l’attribution typologique plus incertaine.

234Pour la tombe SP 93, le réceptacle est constitué des fragments de deux amphores hispaniques. D’une part, une amphore de type Almagro 51A/B sert de cuve et, d’autre part, des fragments d’une éventuelle amphore de type Almagro 51C sont employés comme couverture et comme calage.

235Ces types amphoriques sont couramment réutilisés comme cercueil, par exemple dans l’ensemble funéraire voisin d’Allan (Grangeneuve) et, à Roquemaure (Gard), sur le site de La Ramière, on les trouve aussi bien dans l’ensemble funéraire que parmi les rejets de l’habitat (Barberan 1998).

Proposition de datation

236À l’image de l’argumentation chronologique de l’ensemble II, les dépôts des inhumations comme par exemple les gobelets P. 64 et P. 66 ou encore le plat en céramique grise à pâte blanche, ainsi que les amphores, permettent d’assurer une datation postérieure au milieu du IVe siècle, voire jusqu’au début du Ve siècle.

7.3.2.4. Ensemble IV, le Grand Palais, état IV, 400‑450

237Ce lot est constitué du cumul de l’ensemble des céramiques recueillies dans les niveaux constituant l’état IV du Grand Palais (fig. 459). Nous remarquerons la place exceptionnelle prise par les céramiques fines avec 40 % de l’ensemble, qui concurrencent quasiment les 45 % de céramiques communes. De la même manière, avec 14 %, les amphores atteignent un score exceptionnel en dehors des dépotoirs spécialisés ou des grands centres urbains.

Fig. 459 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble IV (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 128 19 % 37 40 %
CRA rhodanienne 100 32 86
Luisante des Alpes du Nord 14 1 3
DS.P. orangée 2 1 3
Sigillée africaine D 5 2 5
Sigillée gauloise 6 1 3
Non identifiée 1 0 0
Céramiques communes 215 32 % 42 45 %
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 104 25 52
Tournée rouge 59 13 31
Tournée grise 23 1 2
Claire calcaire 6 1 2
Non tournée 22 2 5
Africaine A 1 0 0
Amphores 301 45 % 13 14 %
Hispanique 91 8 62
Africaine 96 3 23
Italie 4 1 8
Gauloise 18 0 0
Non identifiée 92 1 8
Dolium 4 0 0
Lampe africaine 1 1 1
Non identifiée 14 0 0
TOTAL 664 100 % 93 100 %

Céramique fine

238La vaisselle de table est composée pour l’essentiel de CRA rhodaniennes. Le type le mieux représenté est la coupe Lamb. 2/Desbat 8 (12 NMI) [fig. 460, n° 5‑8]. Quatre coupes très lacunaires ne montrent qu’un simple bord en amande. Elles sont accompagnées d’une coupe à collerette (fig. 460, n° 9) et d’une coupelle hémisphérique Lamb. 3 que l’on rencontre couramment, notamment dans les dépôts des tombes (Bonnet et al. 2012 : fig. 60, n° 1‑2). Les plats sont au nombre de quatre : deux plats à paroi oblique de type Darton 40 (fig. 460, n° 10) [Bonnet et al. 2012 : fig. 60, n° 5], un plat à bord en biseau (fig. 460, n° 11) et un plat à bord rentrant (Bonnet et al. 2012 : fig. 66, n° 10). Le bord de pichet est apparenté au type Portout 94. La céramique luisante savoyarde compte sept fragments (fig. 460, n° 3‑4) dont un bord et des panses de coupes Lamb. 1/3. La sigillée africaine D est représentée par deux plats à marli de type Hayes 59 (fig. 460, n° 2) ; ce type est répertorié à Valence dans les niveaux du Ve siècle du site du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (Bonnet et al. 2012 : fig. 79, n° 1). Un grand plat à vernis orangé relève du type 1 des céramiques DS.P. (fig. 460, n° 1) dont la version grise est plus courante comme par exemple à Valence (place des Ormeaux) au Ve siècle (Bonnet et al. 2012 : fig. 67). Un fragment de lampe africaine montre des traces de feu sur le bec.

Fig. 460 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 : DS.P. orangée ; 2 : sigillée africaine D ; 3, 4 : CRA/Luisante ; 5 à 11 : CRA (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 460 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 : DS.P. orangée ; 2 : sigillée africaine D ; 3, 4 : CRA/Luisante ; 5 à 11 : CRA (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Céramique commune

239Si la catégorie tournée rouge était dominante dans l’ensemble II, c’est la céramique commune tournée grise à pâte blanche qui, dans l’ensemble IV, prend le dessus avec deux tiers des céramiques communes. Parmi les vases identifiés, les pots et les plats sont nombreux et équitablement représentés avec respectivement huit et neuf objets, auxquels se rajoutent deux marmites. Les pots ont tous un col mais la lèvre est différente d’un modèle à l’autre. Trois pots à col avec une lèvre creusée d’une gorge (fig. 461, n° 1) ressemblent aux modèles découverts sur le site de Pontiar, daté des années 450/550, à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche ; Alcamo 1986 : fig. IV.27, n° 70). Un autre pot à col est équipé d’une lèvre aplatie inclinée (fig. 461, n° 6) déjà répertoriée dans l’ensemble II. Le vase n° 5 pourrait également être un pot à col et lèvre aplatie inclinée ou une marmite. Un autre pot comporte un col surmonté d’un simple bourrelet (fig. 461, n° 3). Un petit pot à col montre une simple lèvre en bourrelet et une anse (fig. 461, n° 7) à l’instar d’objets interprétés comme des gobelets parmi le mobilier de l’ensemble funéraire de Savasse (Rapport Ronco 2013 : fig. 27, n° 53/3). Les plats (fig. 461, n° 12‑14) montrent un bord en bourrelet plus ou moins replié qui n’est pas sans rappeler le plat à lèvre divergente en amande de la catégorie tournée rouge référencé depuis le milieu du IVe siècle (COM-E-M C2) ; c’est seulement au Ve siècle qu’ils apparaissent sur les sites de la vallée du Rhône, au sud de la vallée de l’Isère, dans une pâte kaolinitique (Bonnet 2002 : fig. 6, n° 12). Un simple plat à bord en bourrelet est également enregistré (fig. 461, n° 15). Les marmites ou jattes à pâte kaolinitique sont rares : un modèle à col évasé et lèvre épaissie (fig. 461, n° 17, COM-E-M B2 var. A) [Bonnet 2002 : fig. 16 n° 13], un modèle à col et lèvre aplatie inclinée (fig. 461, n° 10) [Alcamo 1986 : fig. IV.22, n° 14] et une marmite indéterminée (fig. 461, n° 9). Un bord (fig. 461, n° 5) pourrait correspondre à une jatte apparentée au type KAOL C9/C10.

Fig. 461 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 15 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 16 à 19 : commune tournée rouge (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 461 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 15 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 16 à 19 : commune tournée rouge (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud).

240La catégorie tournée rouge représente un tiers des vases avec sept pots, deux plats et un mortier. Deux pots à col sont des modèles à col et lèvre en amande verticale, bien qu’il y ait un doute sur l’attribution du vase 17 (fig. 461, n° 17). Deux pots présentent un col et une lèvre en bourrelet aplati (fig. 461, n° 16) que l’on rencontre dans les contextes tardifs de la moyenne vallée du Rhône (Bonnet 2005‑2006 : fig. 7, n° 4) ; ils sont accompagnés d’un plat à lèvre divergente en amande (fig. 461, n° 18) [COM-E-M C2] et d’un mortier à collerette et lèvre en bourrelet (fig. 461, n° 19) [Bonnet 2002 : fig. 18, n° 20].

241Deux pots à épaule carénée, dont l’un est décoré de côtes, sont les témoins des productions de céramique non tournée du Ier siècle ap. J.‑C. Elles ont été repérées sur les sites de la moyenne vallée du Rhône (Bonnet, Horry 2010 : fig. 13, n° 24‑26), la découverte la plus à l’est étant dans la vallée de l’Isère à Moirans (Bonnet, Carrato, Delage 2017).

242De rares fragments de céramique tournée grise et un unique fragment de céramique commune africaine A apparaissent également dans cet ensemble.

Les amphores

243Huit amphores sur treize proviennent de la péninsule ibérique, mais les amphores africaines arrivent juste derrière en nombre de restes. Le type hispanique Dr. 23 (fig. 462, n° 1‑6) est le plus fréquent. Deux exemplaires (fig. 462, n° 4, 6) trouvent une comparaison dans les niveaux de la fin du IVe siècle et du premier quart du Ve siècle des fouilles du musée Gadagne à Lyon (Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 47, n° 84/1). Le type Dr. 23 est associé à un exemplaire du type Almagro 50 (fig. 462, n° 7) et un autre du type Dr. 20 (fig. 462, n° 8). Les amphores africaines comptent un conteneur qui pourrait être du type Keay 25 (sous-type 3) ou Bonifay 28 (fig. 462, n° 9) et un autre, également de type Keay 25 sous-type 2 ou 3 (fig. 462, n° 10) [Lemaître et al. 2011 : 215‑216]. D’après M. Bonifay, un exemplaire (fig. 462, n° 11) est difficile à classer entre une africaine spatheion 1 ou spatheion 2, qui est attestée à partir de la seconde moitié du Ve siècle (Bonifay 2004 : fig. 68, type 32). Un bord et un fond d’amphore de Sicile de type Agora M254 complète l’ensemble amphorique (Silvino 2007 : fig. 15, n° 1‑3).

Fig. 462 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 8 : amphore hispanique ; 9 à 11 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 462 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 8 : amphore hispanique ; 9 à 11 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Proposition de datation

244La présence des DS.P. et de la sigillée africaine D alliée au répertoire tardif de la céramique commune tournée grise à pâte blanche garantit une datation du Ve siècle pour cet ensemble IV. Les amphores africaines livrent des modèles qui circulent plutôt dans la première moitié du Ve siècle, confortée par des amphores Dr. 23 plutôt tardives.

7.3.2.5. Ensemble V, abandon du bâtiment de la Maladrerie, 400‑450

245L’ensemble V réunit l’intégralité des céramiques extraites des niveaux d’abandon du bâtiment de la Maladrerie (voir ci-dessus, 5.3.2.5), en particulier le remplissage du fossé F28 qui, à lui seul, compte 22 vases (fig. 463). Là encore, comme dans l’ensemble IV, la céramique fine, avec 44 % de l’ensemble, occupe une place importante.

Fig. 463 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble V (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 103 30 % 17 44 %
CRA rhodanienne 85 13 76
Sigillée africaine D 12 2 12
DS.P. grise 2 1 6
Non identifiée 2 1 6
Céramiques communes 147 43 % 20 51 %
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 107 17 85
Tournée rouge 39 3 15
Claire calcaire 1 0 0
Amphores 91 27 % 2 5 %
Hispanique 58 2
Africaine 33 0
Dolium 1 0
Bouchon en TCA 1 0
TOTAL 343 100 % 39 100 %

Céramique fine

246La majorité de la céramique fine appartient à la catégorie des CRA rhodaniennes. La coupe Lamb. 2/Desbat 8 est représentée par des petits fragments de bords (fig. 464, n° 5‑6) [Bonnet 2005‑2006 : fig. 5, n° 2]. Une autre coupe s’inspire du type Desbat 15 en sigillée claire B. Les plats comptent un modèle à marli (fig. 464, n° 4) apparenté au type Lamb. 32 (Bonnet, Horry 2010 : fig. 17, n° 59‑60), un plat à paroi oblique de type Darton 40 (fig. 464, n° 7) et deux plats à bord replié rentrant (fig. 464, n° 3). Le profil de ces derniers est plus familier parmi les DS.P. de couleur grise (voir Py 1993a, D-S-P 56) mais il a été repéré également avec un revêtement orangé dans les niveaux de la fin du IVe siècle et du début du Ve siècle à Chabrillan (site de l’Hortal) dans la Drôme (Bonnet, Horry 2010 : fig. 30, n° 108).

Fig. 464 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie ; n° 1 : DS.P. grise ; 2 : sigillée africaine D ; 3 à 7 : CRA ; 8 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 464 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie ; n° 1 : DS.P. grise ; 2 : sigillée africaine D ; 3 à 7 : CRA ; 8 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

247Quant à la DS.P. grise, elle compte un unique plat à large marli oblique (Py 1993a, D-S-P 1a) orné d’un décor de motifs quadrangulaires (fig. 464, n° 1).

248Les importations de vaisselle de table africaine sont représentées par deux plats en sigillée D de type Hayes 61 A/B (fig. 464, n° 2) daté du Ve siècle (Bonifay 2004 : fig. 90, n° 1, p. 171).

Céramique commune

249C’est dans l’ensemble V que la céramique tournée grise à pâte blanche est la plus abondante avec 85 % des céramiques communes et une majorité de pots à col. La lèvre peut être un simple bourrelet (fig. 464, n° 9), un bourrelet avec une gorge (fig. 464, n° 10) ou oblique avec la face interne aplatie (fig. 464, n° 8). Ce type aux variantes multiples (Py 1993a, KAOL A17 à KAOL A21) est caractéristique de l’Antiquité tardive (Bonnet 2005‑2006 : fig. 5, n° 5 et fig. 6, n° 8). La marmite à col et lèvre triangulaire à gorge (fig. 464, n° 11) [Bonnet 2002 : fig. 10, n° 2] et le plat à lèvre divergente en amande (fig. 464, n° 12) sont des modèles fréquemment attestés dans les niveaux de l’Antiquité tardive (Bonnet 2002 ; Bonnet 2005‑2006). Le plat à lèvre divergente en amande est produit avec une pâte rouge dès le IVe siècle mais son apparition parmi les pâtes grises kaolinitiques ne semble pas antérieure au début du Ve siècle comme cela se vérifie à Crest (Bonnet 2005‑2006 : fig. 7, n° 2) et à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Raynaud 1992 : fig. 88, n° 9‑11).

250La céramique commune rouge en forte récession comprend un pot à lèvre en amande verticale attesté à partir du IVe siècle dans la Drôme et en Languedoc (Bonnet 2002 : fig. 18, n° 1 et 2 ; Raynaud 1990 : fig. 95, n° 382) et un mortier à collerette (Bonnet 2002 : fig. 18, n° 20).

Les amphores

251Un col d’amphore à huile hispanique de type Dr. 23 (variante C) des ateliers de Tejarillo (Martin-Kilcher 1987 : 59, fig. 30, n° 5 et 6) a été découvert portant encore un bouchon taillé dans une tegula qui s’adapte parfaitement dans l’embouchure (fig. 465, n° 1). Cette variante du type Dr. 23 est attestée entre autres à Portout (Savoie) au Ve siècle (Pernon, Pernon 1990 : pl. XI, n° 7 et 9) et à Lyon, dans la fouille du musée Gadagne (Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 47, n° 84/5 et 84/8). Un bord lacunaire de type Almagro 50 complète le répertoire des amphores hispaniques. Les conteneurs africains ne sont pas identifiés.

Fig. 465 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie, US 98 ; n° 1 : amphore hispanique et bouchon taillé dans une tegula (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 465 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie, US 98 ; n° 1 : amphore hispanique et bouchon taillé dans une tegula (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).

Proposition de datation

252Comme dans l’ensemble IV, la catégorie CRA associée à la sigillée africaine D et à la DS.P. laisse envisager une datation dans la première moitié du Ve siècle, soutenue également par les céramiques communes et les amphores hispaniques tardives.

7.3.2.6. Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb, 400‑450

253L’assemblage (fig. 466) est constitué de la réunion des vases issus des vides sanitaires des pièces 834, d’une part, et 858, d’autre part (voir ci-dessus, 4.5.2.2, « L’espace 858 et la pièce 834 »).

Fig. 466 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble VI (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 8 2 % 0 0 %
CRA rhodanienne 4 0
DS.P. grise 4 0
Céramiques communes 44 11 % 3 14 %
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 42 2
Claire calcaire 2 1
Amphores 340 85 % 10 45 %
Hispanique 249 8
Orientale 63 1
Italique 1 1
Africaine 2 0
Non identifiée 25 0
TOTAL 392 100 % 13 100 %
Bouchons 9 2 % 9 41 %

Pièce 834 (US 839, 841)

254Le vide sanitaire de la pièce 834 regroupe six amphores recyclées déposées à l’envers (fig. 467 et fig468). Cinq sont des amphores hispaniques de type Dr. 23 encore bouchées par une rondelle taillée dans une tegula. Le bouchon en place de l’amphore 839/1 (fig. 467, n° 5) est scellé par du mortier que l’on voit nettement déborder sur la face supérieure. Le bouchon de l’amphore 841/2 (fig468, n° 2) pourrait également être maintenu par un mortier bien que ce soit moins évident que dans le premier cas. En revanche, pour le bouchon de l’amphore 841/1 (fig. 468, n° 4), il semble que ce soit seulement le calcaire mêlé aux sédiments qui, en durcissant, a maintenu le bouchon en place. Trois autres bouchons du même genre, également taillés dans une tegula, ont été découverts isolément.

Fig. 467 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4‑5 : amphore hispanique Dr. 23 et son bouchon taillé dans une tegula ; 6‑7 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin et DAO : Fr. Notter-Truxa).

Fig. 467 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4‑5 : amphore hispanique Dr. 23 et son bouchon taillé dans une tegula ; 6‑7 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin et DAO : Fr. Notter-Truxa).

Fig. 468 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 et leurs bouchons ; 5‑6 : amphores hispaniques Dr. 23 ; 7 : Amphore orientale LR4 ; 8 : amphore Almagro 51C, Portugal (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

Fig. 468 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 et leurs bouchons ; 5‑6 : amphores hispaniques Dr. 23 ; 7 : Amphore orientale LR4 ; 8 : amphore Almagro 51C, Portugal (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

255De manière générale, les amphores Dr. 23 présentent une grande variété typologique. Ici, quatre vases ont une lèvre en bourrelet qui présente la particularité d’être fortement déversée (fig. 467, n° 4, 6 et 7 et fig468, n° 1). Le vase 841/1 (fig468, n° 3), qui relève également du type Dr. 23, montre une embouchure conique (Martin-Kilcher 1987 : fig. 31, n° 1). Deux fonds appartiennent à l’une ou à l’autre des amphores Dr. 23 vues précédemment (fig468, n° 5‑6).

256Le sixième récipient, placé à l’écart, est une amphore orientale LR4 (fig468, n° 7) [Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 51, n° 118/1] également posée à l’envers.

257Éparpillés dans le remblai, ont été recueillis deux fragments d’amphore africaine, 25 fragments d’amphores indéterminées et le bord d’une amphore Almagro 51C (fig468, n° 8) [Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 51, n° 84/41]. La céramique fine y est également représentée par quatre fragments de DS.P. et un fragment de CRA et la céramique commune par deux fragments de bord d’une grande cruche en céramique commune claire et 15 fragments de céramique commune tournée grise à pâte blanche.

Pièce 858 (US 859)

258Le vide sanitaire de la pièce 858 est constitué de trois amphores Dr. 23 dont deux exemplaires à bord en bandeau court et gorge interne (fig469, n° 4 et fig. 470, n° 3) qui évoquent l’atelier d’El Tejarillo (Martin-Kilcher 1987 : Abb. 30, 5 et 6 ; Batigne Vallet, Lemaître 2008 : fig. 47 n° 84/8 et 84/5). Le bord de la troisième amphore Dr. 23 présente un profil en bourrelet creusé d’une gorge (fig. 470, n° 2). Les deux fonds doivent appartenir à l’une ou à l’autre des amphores Dr. 23 déjà comptabilisées (fig. 470, n° 3‑4). Trois bouchons taillés dans une tegula ont également été répertoriés (fig469, n° 1‑3).

Fig. 469 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4 : amphore hispanique Dr. 23 (dessin : É. Bayen, Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

Fig. 469 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4 : amphore hispanique Dr. 23 (dessin : É. Bayen, Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

Fig. 470 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb, n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

Fig. 470 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb, n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).

259Dispersés dans ce remblai ont été recueillis trois fragments de CRA, 29 fragments de céramique commune tournée grise à pâte blanche et trois fragments d’amphore orientale LR4 qui pourraient appartenir au vase 841/5 de la pièce 834.

Proposition de datation

260Là encore, la présence des catégories CRA et DS.P. assorties des amphores Dr. 23 et LR4 permettent de proposer une datation de l’ensemble VI dans la première moitié du Ve siècle.

7.3.2.7. Ensemble VII, résidence du Palais, abandon, 450‑500

261Cet ensemble est constitué de quatre US correspondant à la dernière fréquentation antique du site (fig. 471). Il s’agit de couches de remblais localisées dans la zone septentrionale de la résidence : les US 856 et 863 sont des niveaux cendreux comblant complètement l’espace 855 récemment créé dans l’espace 1001 ; la couche 886 comble l’ouverture récemment ménagée entre l’espace 855 et 868 ; l’US 945 correspond au comblement du praefurnium qui est aménagé en même temps que les restructurations évoquées plus haut (création de l’espace 855 et communication avec l’espace 868). La répartition des céramiques fines et communes de l’ensemble VII est habituelle : un tiers de fines pour deux tiers de communes.

Fig. 471 – Tableau de répartition des céramiques de l’ensemble VII (Chr. Bonnet).

NR % NR NMI % NMI
Céramiques fines 53 21 % 10 30 %
DS.P. grise 29 5 50
Luisante des Alpes du Nord 4 3 30
CRA rhodanienne 18 1 10
Sigillée africaine D 2 1 10
Céramiques communes 164 64 % 24 67 %
Tournée rouge 36 9 37
Tournée grise à pâte blanche (kaol.) 65 8 33
Tournée grise 60 6 25
Blanche 1 1 5
Claire calcaire 2 0 0
Amphores 37 15 % 1 3 %
Africaine 9 0
Hispanique 4 1
Gauloise 4 0
Orientale 8 0
Non identifiée 12 0
TOTAL 254 100 % 35 100 %

Les céramiques fines

262Dans cet ensemble, les céramiques DS.P. sont bien représentées, avec cinq objets sur dix. Il s’agit d’un pot de type Rigoir 6b (fig. 472, n° 1) et d’un plat de type Rigoir 8 (fig. 472, n° 2), tous deux très bien conservés, un mortier de type Rigoir 29 (fig. 472, n° 3), une coupe Rigoir 4 (fig. 472, n° 4) et un pot de type Rigoir 23 (fig. 472, n° 5). Cette céramique, peut-être produite dans le Languedoc ou à Valence, est bien diffusée dans la moitié méridionale de la Gaule durant tout le Ve siècle (Raynaud 1993b : 410).

Fig. 472 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 5 : estampée grise (DS.P.) ; 6 à 8 : CRA/Luisante ; 9 : claire B ; 10 : sigillée africaine D (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 472 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 5 : estampée grise (DS.P.) ; 6 à 8 : CRA/Luisante ; 9 : claire B ; 10 : sigillée africaine D (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

263Trois objets en céramique luisante complètent la vaisselle de service : une coupe de type Portout 21 (fig. 472, n° 6), un pot de type Portout 70 ou P. 71 (fig. 472, n° 7) et une coupe de type Portout 39 (fig. 472, n° 8) portant un graffito constitué de trois droites parallèles horizontales coupées par une ligne verticale en leur milieu.

264Une coupe de type Lamb. 2/Desbat 8 en CRA rhodanienne a également été enregistrée (fig. 472, n° 9). Nous observons aussi un plat en sigillée africaine D (fig. 472, n° 10) : il s’agit du type Hayes 61 B1 (ou Bonifay type 38), dont la datation est aujourd’hui encore incertaine mais semble couvrir le Ve siècle (Bonifay 2004 : 167, fig. 90).

Les céramiques communes

265Ici les céramiques communes tournées rouges et les céramiques tournées grises à pâte blanche kaolinitique sont équilibrées avec un tiers de la céramique commune pour chacune d’entre elles. Parmi les dernières, les pots sont les plus nombreux. Deux d’entre eux ont un col et une lèvre déversée aplatie (fig. 473, n° 1, 2), ce qui les rapproche du type KAOL A19 enregistré dans la moyenne vallée du Rhône dès le dernier tiers du IVe siècle et durant tout le Ve siècle (Meffre, Raynaud 1993a : 491). Figurent aussi dans le lot deux pots à lèvre en amande verticale noircie (fig. 473, n° 3), un pot à col et lèvre en replat incliné (fig. 473, n° 4), un pot à lèvre épaissie (fig. 473, n° 5) et un dernier pot à bord en bandeau mouluré (fig. 473, n° 6). Celui-ci rappelle le type KAOL A22, enregistré dans le Languedoc à partir de 450 (Meffre, Raynaud 1993a : 491). Dans cette catégorie, nous trouvons également un plat à lèvre épaissie (fig. 473, n° 7) et un mortier tronconique à collerette et à engobe micacé (fig. 473, n° 8). Nous avons aussi noté la présence d’un fragment de vase, probablement une jarre, à anses et décor de cordon digité sur le col (fig. 473, n° 9).

Fig. 473 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 9 : commune tournée rouge ; 10 à 17 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 473 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 9 : commune tournée rouge ; 10 à 17 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

266Les céramiques tournées grises à pâte blanche, quant à elles, offrent trois pots à col et lèvre déversée aplatie (fig. 473, n° 10 à 12) et un pot à lèvre aplatie inclinée (fig. 473, n° 13), qui est un type enregistré en Provence à partir de 450 sous l’appellation GR-PRO A3 (Raynaud 1993c : 455), une marmite à col et lèvre quadrangulaire et gorge supérieure (fig. 473, n° 14) et trois jattes, dont deux sont à lèvre aplatie inclinée (fig. 473, n° 15 et 16) et enregistrées en Provence au VIe siècle sous le terme GR-PRO B3 (Raynaud 1993c : 456), et la troisième à col évasé et bord en bandeau (fig. 473, n° 17). Cette dernière correspond au type KAOL B24 attesté dans la moyenne vallée du Rhône et la Provence durant le Ve siècle (Meffre, Raynaud 1993a : 494).

267Les céramiques tournées grises sont à peine moins abondantes que les grises kaolinitiques. Il s’agit de deux pots à col et lèvre déversée aplatie (fig. 474, n° 1 et 2) et d’un pot à lèvre en amande (fig. 474, n° 3), de deux jattes à col évasé et bord en bandeau (fig. 474, n° 4 et 5), et d’un plat à lèvre divergente en amande (fig. 474, n° 6). Nous observons un fond de vase finement tournassé dans cette catégorie, mais avec une pâte de couleur marron dans la tranche (fig. 474, n° 7).

Fig. 474 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 7 : commune tournée grise ; 8 : céramique blanche ; 9 : amphore hispanique ; 10 : amphore africaine ; 11, 12 : amphores orientales (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

Fig. 474 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 7 : commune tournée grise ; 8 : céramique blanche ; 9 : amphore hispanique ; 10 : amphore africaine ; 11, 12 : amphores orientales (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).

268La céramique blanche est une jatte évasée à bord rentrant épaissi (fig. 474, n° 8).

Les amphores

269Nous enregistrons un bord d’amphore hispanique, correspondant vraisemblablement au type Almagro 51C (fig. 474, n° 9). Des fragments de vaisseaux provenant d’Afrique du Nord ont été répertoriés, notamment un fond dont la pâte recèle des quartz éoliens mais également des éléments volcaniques, évoquant une production algérienne (fig. 474, n° 10). Plusieurs fragments appartiennent à des objets venant du bassin oriental de la Méditerranée, notamment deux anses (fig. 474, n° 11 et 12).

Proposition de datation

270Le pourcentage des céramiques DS.P. grises, qui sont accompagnées de céramiques luisantes, milite en faveur de la constitution de l’ensemble vers le milieu le Ve siècle, ce que ne contredit pas la présence du plat Hayes 61B, dont la production, mal datée, semble couvrir le siècle. Plusieurs types nouveaux de céramiques communes sont recensés dès la fin du IVe siècle et d’autres durant tout le Ve siècle, comme la jatte à col évasé, mais le pot à bord en bandeau mouluré, lui, n’existe pas avant le milieu du même siècle, selon J.‑Cl. Meffre et Cl. Raynaud. Nous accepterons de proposer que la dernière phase de fréquentation du site se déroule sur toute la durée du Ve siècle, ce que confirment quelques fragments de verre trouvés dans les US 945 et 863, avec un gobelet de teinte vert olive et un vase vert à décor de filet rapporté blanc opaque de type Foy 21a, qui est habituellement un bon marqueur de la fin du Ve siècle et du début du VIe siècle (voir ci-dessous, 7.4.3.4).

7.3.3. Éléments de synthèse

271Entre le milieu du IIIe siècle et le Ve siècle, l’évolution de la composition de la céramique fine de la villa du Palais illustre clairement le faciès de la moyenne vallée du Rhône et plus spécifiquement celui du sud de la Drôme à proximité du Languedoc. Pour le service de table, tout d’abord, nous voyons que ce sont les sigillées claires B qui sont utilisées dans la deuxième moitié du IIIe siècle, accompagnées de sigillées de Gaule du Sud et du Centre et de céramique métallescente. Au IVe siècle, les sigillées claires B sont désormais escortées de nouveaux produits, les CRA, comprenant les céramiques à revêtement argileux rhodaniennes et quelques céramiques luisantes savoyardes. Les vases du répertoire classique de la sigillée claire B disparaissent totalement dans les ensembles III, IV, V et VI au profit de la CRA à laquelle la céramique DS.P. et la sigillée africaine D viennent également s’adjoindre. Le Ve siècle, quant à lui, voit une évolution notable avec, pour la première fois, une présence massive de DS.P., toujours accompagnée, cependant, de CRA rhodanienne, de céramique luisante et de sigillée africaine D. Cette évolution de l’approvisionnement au sein de l’Antiquité tardive est un phénomène bien connu dans les grands centres urbains et commerciaux comme Lyon (Ayala 1998 ; Silvino 2007 ; Batigne Vallet, Lemaître 2008) et Arles (Richarté, Glibert 2008) dont le vaisselier contient toutes ces catégories.

272Toutefois, si l’on compare la villa du Palais avec les sites drômois, les fouilles d’établissements ruraux sur le tracé du TGV Méditerranée et celles du centre urbain de Valence ont montré un schéma de consommation légèrement différent. Dans l’Antiquité tardive, la ferme-auberge de Bourbousson à Crest et les établissements ruraux de Claveysonnes et de L’Hortal à Chabrillan ne reçoivent pas de céramique luisante savoyarde, ce que l’on pourrait être tenté de mettre sur le compte d’un approvisionnement rural (Bonnet 2005‑2006 ; Bonnet, Horry 2011). Or, la synthèse effectuée sur la céramique de l’Antiquité tardive à Valence montre également la quasi absence des céramiques luisantes savoyardes (Bonnet et al. 2012 : 414‑417). À ce jour, le site du Palais est le premier, dans la Drôme, où la céramique luisante apparaît régulièrement à partir du IVe siècle. La présence de cette céramique au Palais montrerait donc des similitudes, en termes d’approvisionnement, avec la Provence et le Languedoc, comme en témoignent les fouilles d’Arles (Desbat et al. 1990) et de Lunel-Viel (Raynaud 1990) où cette catégorie est bien identifiée.

273Un autre produit importé, la sigillée originaire d’Afrique du Nord, est bien représenté dans la villa : un objet sur six au sein de la vaisselle de l’état IIIa, un objet sur 18 dans l’état IIIb et un sur 10 dans l’état IV. Sur le tracé du TGV drômois entre Valence et Montélimar, les sept établissements ruraux fouillés n’en ont livré aucun fragment (Bonnet 2002) alors que les sites ruraux plus méridionaux en sont mieux dotés. En effet, si on se tourne vers le Languedoc oriental, il semble qu’à partir du IIIe siècle, même dans les campagnes, les importations de céramiques fines africaines peuvent atteindre 15 % de la vaisselle et dominer même toutes les autres productions dans les villes où le commerce est intense, comme Arles ou Marseille, jusqu’au milieu du Ve siècle (Bonifay, Raynaud 2007 : 103‑105). Bien entendu, le statut exceptionnel de la villa du Palais pourrait justifier à lui tout seul une telle différence d’approvisionnement, mais le site de la Maladrerie, un simple bâtiment de service, compte également deux plats en sigillée africaine D sur seulement 20 vases en céramique fine. Châteauneuf-du-Rhône apparaît donc à ce jour comme le secteur le plus septentrional à avoir reçu de la sigillée d’Afrique du Nord et de la céramique luisante en quantité non négligeable, à l’instar de l’approvisionnement provençal et languedocien.

7.4. Le verre : vaisselle courante et d’exception (J. Roussel-Ode)

7.4.1. L’étude de la vaisselle de verre

274La vaisselle de verre recueillie dans la résidence du Palais (fig475 à fig480) comporte 92 vases qui ont pu être identifiés. Ils se rattachent surtout à la catégorie des vases à boire et à présenter. Les gobelets et coupes représentent 73 % des types reconnus. 58 % de ces pièces se caractérisent par une embouchure brute, à lèvre coupée, et par leur coloration qui va de l’incolore-verdâtre au vert olive en passant par le vert et le vert-jaune. Seuls quelques exemplaires sont soufflés en verre bleu-vert ou incolore. Il faut noter que le verre vert olive domine, ce qui ancre le corpus dans le Ve siècle. La matière est souvent criblée de bulles et/ou de filandres. L’aspect du verre olivâtre est souvent lumineux, très brillant. Aucune forme complète n’a été collectée. Seuls deux vases sont archéologiquement complets (n° 27 et 40, fig477).

Fig. 475 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans les sondages de P. Sarrazin en 1988 (J. Roussel-Ode).

Fig. 475 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans les sondages de P. Sarrazin en 1988 (J. Roussel-Ode).

Fig. 476 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 476 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 477 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 477 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 478 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 478 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).

Fig. 479 – La Maladrerie, vaisselle collectée dans les fouilles de M. Bois et P. Carlier (J. Roussel-Ode).

Fig. 479 – La Maladrerie, vaisselle collectée dans les fouilles de M. Bois et P. Carlier (J. Roussel-Ode).

Fig. 480 – Le Grand Palais, le verre de la partie agraire (d’après Colombier 2012 : 111).

Fig. 480 – Le Grand Palais, le verre de la partie agraire (d’après Colombier 2012 : 111).

275L’essentiel des fragments est sans décor, sauf le n° 5 (fig476) qui porte une décoration appliquée sous forme de pastille bleue, les n° 3 et 4 (fig476) qui présentent un décor gravé, le n° 27 (fig477) dont la panse est ornée de côtes hélicoïdales, deux coupes Is. 117 à dépressions (n° 22, fig476, et n° 81, fig479) et six coupes à décor de festons blancs (n° 40‑41, fig477).

7.4.2. Les gobelets

7.4.2.1. Gobelets à lèvre coupée et laissée brute

  • 11 Les références typologiques renvoient à Foy 1995 (notées Foy), Isings 1957 (notées Is.), et à la t (...)

276Le groupe le plus important correspond aux formes Foy 13/1411. Le profil des parois, la proportion des pièces peut faire envisager des variantes morphologiques :

  • des gobelets hémisphériques correspondant au type Is. 96 ;
  • des vases intermédiaires entre les types Is. 96 et Is. 106 ;
  • des gobelets plus tronconiques renvoyant au type Is. 106/109.

277Le n° 5 (fig476) est orné d’un décor à pastilles bleues. Il provient du comblement (US 616) du drain médian n° 540 du jardin de la résidence (état IIIb). Ce décor apparaît au tout début du Ve siècle et est surtout fréquent dans le premier tiers de ce siècle. Il proviendrait de divers ateliers : porté par des vases réalisés en verre olivâtre – ce qui est le cas pour notre exemplaire – il aurait pu être produit dans les ateliers d’Égypte, de mer Noire, d’Espagne, d’Italie mais aussi de Narbonnaise où des indices de fabrication ont été repérés à Marseille et à Arles (Foy 2010 : 413). Le fragment trouvé à Châteauneuf-du-Rhône rappelle un élément arlésien (Foy 2010 : 428‑429, n° 826) ou un tesson trouvé dans la villa de Saint-Sever dans le Gers (Foy, Hochuli-Gysel 1995 : 156 et 169, n° 3).

278Les gobelets à lèvre coupée – comme les coupelles au même rebord coupé – sont facilement réalisables, dans une seule paraison et en une seule opération. La lèvre étant laissée brute, aucune reprise au pontil n’est nécessaire. Aucun fond conservé de ce corpus ne présente d’ailleurs de trace de pontil. Six pieds annulaires (n° 33‑35, fig477 et n° 74‑76, fig479), formés par repli du verre, peuvent appartenir à des formes de gobelets ou de bols ; ils proviennent de la résidence (n° 33 : US 616, comblement du drain médian 540 ; n° 34 : US 680, idem ; n° 35 : US 595, remblai d’aménagement de la salle basilicale) et des fouilles de 1987 dans la zone de la Maladrerie (n° 74‑76). Trois pieds coniques (n° 32, 36, fig477, n° 73, fig479) sont issus de la résidence (n° 32 : US 561, niveau d’effondrement des toitures du portique oriental ; n° 36 : US 510, abandon) et des fouilles de 1987 ; ils renvoient aux formes Is. 109/Foy 14/19. L’un est verdâtre (n° 35), un autre vert olive (n° 73) ; il faut noter la teinte peu courante du n° 36 : incolore à forte nuance cobalt. Cette forme qui existe déjà au IVe siècle dans des teintes claires est réalisée en verre olivâtre au Ve siècle, plus tard en verre vert d’eau.

279Notons la présence d’un fragment de gobelet de prestige, à décor gravé, réalisé dans un verre incolore de belle qualité (n° 3, fig476). L’ornementation se compose de motifs géométriques incisés : un losange disposé horizontalement entre deux carrés contenant chacun un faisceau de cinq lignes courtes horizontales et parallèles ; le bord est souligné par trois lignes concentriques incisées. La forme et le décor renvoient aux productions du IVe siècle. Le fragment a ici été découvert dans l’US 225‑227.

7.4.2.2. Gobelets à lèvre adoucie

280Une série de six bords (n° 23‑26, fig477) renvoie à des gobelets à lèvre adoucie peu marquée, correspondant sans doute au type Foy 18, surtout attesté dans la seconde moitié du Ve siècle. Ils proviennent de niveaux d’occupation de la résidence (n° 23 : US 558, occupation du jardin à l’état IIIb) ou de son abandon (n° 24 et n° 25 : US 680 et US 616, i.e. dans le comblement du drain médian ; n° 26 : US 395 qui forme le comblement du praefurnium n° 440 de la salle basilicale). Découvert dans le remblaiement final (US 945), au Ve siècle, du praefurnium 940 de l’aile septentrionale de la résidence, un vase archéologiquement complet (n° 27, fig477) est festonné de côtes hélicoïdales moulées et peut être assimilé au type Is. 106b, au rebord non coupé ; par la forme de sa lèvre et son décor il rappelle un gobelet découvert dans une tombe de Laneuvelotte (Meurthe-et-Moselle) daté du IVe siècle (Cabart 2008 : 75, fig. 1, n° 1417.4), mais le profil de notre vase semble être moins tronconique.

7.4.3. Les coupes et bols

7.4.3.1. Les coupes Is. 116/117/Foy 15

281Elles sont comparables aux gobelets par leur rebord coupé et souvent par leur coloration. Quinze éléments du corpus correspondent à cette forme (n° 13‑22 de la résidence, fig476 et n° 78‑82 des fouilles de 1987, fig479). Seuls deux vases attestent un décor de dépressions (n° 22 et 81), mais il pourrait y en avoir davantage ; en effet, dans la plupart des cas, seul le bord du vase est conservé. Les tessons importants laissent deviner des coupes en forme de calotte. Les coupes Is. 117 se rencontrent dans la seconde moitié du IVe siècle et au début du siècle suivant. Au Palais, ces fragments de coupes proviennent de l’aménagement du sol de la salle septentrionale 868 à l’état IIIb (n° 17), de l’occupation du jardin (n° 21 : US 558 ; n° 13, 14, 18 : US 574 ; n° 16 : US 818), des comblements terminaux du praefurnium septentrional 855 (n° 22 : US 903), du grand bassin n° 417 (US 418 : n° 19, 20) et du drain 669 dans le jardin (US 670 : n° 15). Ces formes sont banales dans les sites d’habitats de l’Antiquité tardive. À Arles, par exemple, une centaine de pièces a été comptabilisée (Foy 2010 : 413), certaines pouvant résulter d’une fabrication locale (Foy 2010 : 391).

7.4.3.2. Les coupes à bord coupé et décor incisé

282Deux fragments de coupes incolores (n° 4, fig476 et n° 10, fig480) rappellent le traitement décoratif du n° 3 (fig476). En effet, elles portent, elles aussi, un décor gravé géométrique. Dans le cas du n° 10 (fig480), la gravure se répartit en quatre niveaux ornés de stries obliques, de croix ou de losanges, séparés par des bandeaux abrasés (Colombier in Rapport Landry 2012 : 157). En ce qui concerne le n° 4 (fig476), l’ornementation est composée de deux carrés opposés par le sommet et de petits carrés emboîtés.

283Ces coupes peuvent être datées du IVe siècle ou du début du Ve siècle et proviendraient d’ateliers régionaux ou italiens (Foy 2010 : 418‑419). Le n° 4 a été découvert dans un niveau d’abandon (US 887) sur le sol de la salle septentrionale 869 et le n° 10 dans la partie agraire (US 1003).

7.4.3.3. Les bols à rebord ourlé

284Trois bols (n° 28‑30, fig477) forment un petit groupe assez homogène par ses dimensions d’ouverture comprises entre 110 et 120 mm et présentent un bord ourlé. Ces vases reposaient sans doute sur un pied annulaire replié ; ils sont vraisemblablement à rattacher aux types Is. 115/Foy 9, datables de l’extrême fin du IVe siècle. Si le n° 30 était en inclusion dans l’US 944 du Haut-Empire, le n° 28 (US 680, comblement du drain médian du jardin) et le n° 29 (US 561, niveau d’effondrement de la toiture du portique oriental) proviennent de niveaux d’abandon de la résidence. Ils ont été soufflés en verre verdâtre, vert ou vert émeraude. Un quatrième vase (n° 31 ; US 680, idem), de dimensions proches, présente un rebord plus évasé.

7.4.3.4. Les coupes à décor rapporté blanc

285Il s’agit de vases soufflés dans une matière très fine, de teinte vert d’eau, ornés de festons de verre blanc incrustés dont ne subsiste parfois que le négatif, c’est-à-dire un sillon souvent double avec des traces de verre pulvérulent. À chaque inflexion des arceaux de la guirlande s’est formé un petit bouton à l’endroit où la matière a été repoussée. Six vases de la résidence (n° 40‑41, fig477) présentent ce décor, fréquent sur les verreries des habitats et des nécropoles mérovingiennes du nord de la Gaule. Cette ornementation constitue un bon marqueur pour la fin du Ve siècle et la première moitié du VIe siècle (Périn 1995 : fig. 7). Cette datation est confirmée sur plusieurs sites provençaux (par ex. à Marseille, site de la Bourse : Foy 1998 ; à Gardanne : Pelletier et al. 1991). D’après D. Foy, après les années 530‑550 la décoration de filets blancs chute brusquement (Foy 1998 : 169). Deux autres coupes ont un décor rapporté blanc opaque : le n° 39 à la panse fortement carénée et le n° 38 orné d’un double filet concentrique. Ces coupes présentent, avec les vases à décor gravé du IVe siècle, le caractère le plus luxueux du corpus. Les vases n° 40‑41 proviennent de l’US 616, soit du comblement final du drain médian 540 du jardin.

286Quoiqu’isolée, la présence de vases remarquables aussi tardifs dans une résidence abandonnée vers 450 ou un peu au-delà reste problématique.

7.4.4. Les assiettes et jattes

287Peu de vases de grandes dimensions sont attestés. Seuls trois vases à bord ourlé (n° 83‑84, fig479 et n° 9, fig480), deux bleu-vert et un vert olive, et une large embouchure verte à marli et lèvre adoucie (n° 37, fig477) évoquent des assiettes ou des jattes.

7.4.5. Les vases à verser

288Il est plus difficile d’identifier les types auxquels se rattachent les vases à verser. Deux cols (n° 50‑51, fig478), plusieurs fragments d’anses rubanées, certaines à crêtes, des fonds apodes (n° 42‑47, fig478) de teintes fort variées (verdâtre, vert olive, vert, vert-jaune, incolore) renvoient sans doute à des flacons.

289Plusieurs fragments peuvent faire envisager des formes plus précises, notamment des cruches Is. 120/126‑127, types qui remontent au IVe siècle, sont bien attestés au Ve siècle et perdurent au VIe siècle : il s’agit du pied pincé bleu-vert n° 48, en inclusion dans l’US 944 (fig478), qui rappelle les flacons Feyeux T10, de la large embouchure n° 52 (fig478 ; US 680, comblement final du drain 540) verte, à décor spiralé de même teinte, et des deux bords trouvés dans la partie agraire du site (n° 7‑8, fig480, même contexte) – dont l’un est souligné par un cordon rapporté. Une panse ambre, soufflée-moulée, laisse apparaître une rangée d’alvéoles circulaires (n° 49, fig478). Une embouchure verte en forme de bec de canard (n° 86, fig479) provient de la fouille de P. Carlier, sans indication de secteur ; elle rappelle l’embouchure de la cruche n° 370 conservée au musée de Strasbourg, datable de la seconde moitié du IIIe siècle ou de la première moitié du IVe siècle (Arveiller-Dulong, Arveiller 1985 : 167 et 277).

7.4.6. Les vases de stockage

290Ils sont la partie congrue de la vaisselle. Une embouchure (n° 56, fig478) appartient à un petit pot verdâtre à lèvre légèrement ourlée issu de l’occupation du jardin à l’état IIIb. Un bord ourlé largement évasé (n° 87, fig479) et un épais fragment de fond plat bleu-vert semblent aussi correspondre à des pots.

7.4.7. Les vases à parfum

291Seuls deux fragments de balsamaires ont été collectés (n° 57, fig478 et n° 88, fig479). Ils correspondent à des panses étroites. D’identification plus incertaine, le bord ourlé n° 58 (fig478) pourrait également appartenir au petit flaconnage ainsi que le fond apode incolore n° 59.

7.4.8. Les lampes

292Un fragment vert, trouvé dans l’US 514, présente les caractéristiques d’une lampe. Réalisé en verre épais, il possède un bord largement ourlé sur lequel repose une anse (n° 60, fig478). Il évoque la forme Foy 11, tout en affichant une panse moins rectiligne. Certains vases à lèvre coupée, interprétés comme des gobelets, ont pu également être utilisés comme lampe ; l’usage de gobelets ou coupelles en verre en lieu et place de lampes a été révélé par des traces d’huile, par exemple à Karanis (Harden 1936).

7.4.9. Divers

293Un fragment de large rebord incolore évoque l’embouchure d’un encrier (n° 61, fig478).

294On notera enfin que les sondages de 1988 ont livré deux fragments de verre. L’un est un beau fragment de coupe Is. 3b violine, à décor de larges lignes gravées concentriques internes (n° 1, fig475), datable du tout début du Ier siècle ap. J.‑C., correspondant sans doute à l’occupation du site au Haut-Empire. Le second, un fragment de gobelet à lèvre coupée Is. 34, bleu-vert (n° 2, fig475), renvoie aussi à une production de cette période.

295Un fragment de tige creuse de verre à pied (n° 77, fig479), trouvé dans la tranchée 11 lors de la fouille de février 1987, n’est pas antique.

7.4.10. Synthèse

296Par la prépondérance du verre olivâtre, le corpus de la villa du Palais permet de situer une grande partie de la vaisselle en verre dans les décennies centrales du Ve siècle. Toutefois quelques éléments ancrent une partie de la vaisselle en verre dans les décennies finales du IVe siècle et les premières décennies du VIe siècle.

297Le type de mobilier collecté connaît une ample répartition dans tout l’Empire. Ainsi, les vases décorés de pastilles bleues sont attestés en Germanie, en Gaule, en Italie et en Orient. La grande série des vases à lèvre laissée brute renvoie aux collections de l’Antiquité tardive conservées dans de nombreux musées septentrionaux, par exemple au musée de Picardie à Amiens (Dilly, Mahéo 1997 : 110, n° 281‑282 et n° 288‑295), au musée de Beauvais (Arveiller-Dulong et al. 1996 : 23‑25, 33‑34) et à celui de Strasbourg (Arveiller-Dulong, Arveiller 1985 : n° 185‑200, n° 321‑329, n° 334‑336 et n° 340‑344) ou aux découvertes faites dans des nécropoles du nord de la Gaule (par ex. à Épiais-Rhus dans le Val d’Oise ; Vanpeene 1993) ou plus occidentales, que ce soit la nécropole de la Callotère au Boullay-Mivoye (Eure-et-Loir ; Guérit 2010 : 106‑108) ou celle de Marigny-les-Usages (Loiret ; Moirin 2008). Des lots comparables ont aussi été découverts sur des sites méridionaux, comme le Clos de la Lombarde à Narbonne – notamment dans la crypte de la basilique dont le comblement est daté du premier quart du Ve siècle, autour de 425, ou dans les fouilles de la Bourse à Marseille – en particulier dans le sondage n° 10 dont le mobilier est attribué au second quart du Ve siècle (Foy 1998). Dans la moyenne vallée du Rhône, ces vases à lèvre coupée se retrouvent dans la très grande majorité des sites de l’Antiquité tardive, par exemple à Soyons en Ardèche (Colombier-Gougouzian 2013 : 187), ou, dans la Drôme, à Crest, dans l’établissement de Bourbousson (Bonnet 2006 : 499‑501), à Valence, sur la place des Ormeaux dans la domus épiscopale (Fontaine 2006) ou dans la nécropole de Savasse (Ode 2012), dans des contextes datés des IVe et Ve siècles.

298Les objets de verre qui nous sont parvenus ne sont pas la représentation exacte de la vaisselle en usage dans la villa. Le recyclage est un procédé très développé à cette époque comme le montrent notamment les dolia et fosses mis à jour à Milhaud (Foy, Michel 2003).

7.5. Les dolia du Grand Palais (Ch. Carrato)

299Le lot de dolia provenant du site du Grand Palais est constitué de six fragments de panse et d’un fragment de bord de type TRI-6a (Carrato 2017 : 119, fig. 59), provenant de quatre ensembles (F1100 ; US 1024 ; F1101 ; DR 1022) et représentant quatre individus. Ils sont tous fabriqués dans la même pâte de type 1 (Carrato 2017 : 246‑249).

300Cette pâte (fig481 et fig482) est caractérisée par une fraction fine composée de quartz, de muscovite (mica blanc), de calcaire, de micrite (calcaire déstabilisé par la chaleur) et d’oxyde de fer, et par une fraction grossière présentant des grains de calcite de forme rhomboédrique, des oxydes de fer et, en moindre proportion, du quartz, du quartzite, du schiste, du gneiss, des micaschistes et du grès. Ce dégraissant est un mélange provenant de deux gisements différents : la forme rhomboédrique de la calcite est caractéristique de la calcite karstique dont la formation est principalement attestée dans des grottes des régions calcaires. En revanche, la forme et la composition du dégraissant de la fraction fine renvoient à un sable alluvial prélevé sur les rives d’un cours d’eau. Les oxydes de fer pourraient avoir été présents de manière naturelle dans l’argile, à moins qu’ils n’aient été ajoutés comme fondant.

Fig. 481 – Dolium du Grand Palais : aspect à la cassure (cliché : Ch. Carrato).

Fig. 481 – Dolium du Grand Palais : aspect à la cassure (cliché : Ch. Carrato).

Fig. 482 – Dolium du Grand Palais : aspect après sciage (cliché : Ch. Carrato).

Fig. 482 – Dolium du Grand Palais : aspect après sciage (cliché : Ch. Carrato).

301Cette pâte est abondamment attestée dès les années 20‑40 et ce, jusqu’au milieu du IIe siècle, depuis Lyon jusqu’à Narbonne, en passant par la vallée du Rhône et le littoral languedocien. Dans cette aire géographique, elle concerne près du tiers des dolia à partir de l’époque flavienne. De toutes les productions doliaires de Gaule narbonnaise, il s’agit, de loin, de la plus importante, ce qui laisse imaginer la taille de son atelier émetteur.

302En croisant les données archéologiques, pétrographiques et géologiques, nous avons proposé (Carrato 2017 : 248‑249) de localiser cet atelier dans la moyenne vallée du Rhône, au niveau de la confluence de la Drôme au Rhône. Dans ce secteur, toutes les villae à vocation vinicole utilisent des dolia issus de cette production, à l’instar de la villa du Grand Palais. Sur ces sites, les capacités de stockage de vin des exemplaires complets et les marques de capacités connues indiquent que ces grands vaisseaux pouvaient assurer le stockage de 7,6 hl à Sainte-Colombe (Rhône) à près de 25 hl dans la villa du Molard à Donzère.

7.6. Les animaux dans la villa du Palais (D. Lalaï, Chr. Landry)

7.6.1. Les ressources alimentaires carnées (D. Lalaï)

7.6.1.1. Présentation et méthodologie

303Les campagnes de fouille qui se sont succédé dans la villa du Palais ont livré des vestiges animaux relativement nombreux et, généralement, dans un bon état de conservation. Si quelques squelettes avec des liaisons anatomiques préservées sont présents, les témoignages fauniques sont essentiellement des restes isolés. Ces derniers sont le plus souvent très fragmentaires et les séquelles que présentent certains, sous forme de traces de sectionnement et/ou d’entailles, attestent que l’origine de leur état est principalement à rechercher dans les activités humaines.

304Ces restes sont issus de nombreux et très divers contextes archéologiques, niveaux d’occupation, remblais, comblements. Dans une forte majorité, les lots de restes retenus – au total 95 archéologiquement pertinents – sont peu fournis et cette situation a conduit à les regrouper chronologiquement selon les deux grandes périodes d’occupation du site. Deux ensembles fauniques synthétiques rassemblant 26 et 69 lots de vestiges, se rapportant respectivement au Haut-Empire et à l’Antiquité tardive, sont ainsi considérés.

305Les faunes mises en évidence, constituées de vertébrés et d’invertébrés, montrent une importante diversité spécifique. Parmi les animaux vertébrés, la part des mammifères ressort classiquement prépondérante, celle des taxons aviaires demeurant toujours très en retrait. Quant aux invertébrés présents, il s’agit exclusivement de mollusques marins, et plus précisément de bivalves et de gastéropodes.

306Plusieurs atlas et travaux d’ostéologie animale ont été mis à contribution lors de la détermination des vestiges de vertébrés (Barone 1984 ; 1986 ; Boessneck et al. 1964 ; Callou 1997 ; Cohen, Serjeantson 1996 ; Peters 1998 ; Schmid 1972). Cependant, du fait de la grande fragmentation des restes, c’est souvent notre collection ostéologique de référence qui s’est révélée la meilleure ressource. Pour la même raison, les grands os longs complets de membres de mammifères sont rares, et ainsi les estimations des hauteurs au garrot permettant d’apprécier la taille des animaux adultes présents demeurent bien restreintes (mesures des longueurs totales GL [grandes longueurs] d’après Driesch 1976).

307L’analyse de l’importance des différents taxons repose principalement ici sur les nombres de restes. L’appréciation des âges de mortalité des animaux est basée sur la reconnaissance de trois grandes classes : infantile, juvénile et adulte, fondées sur la taille et l’aspect des ossements et quantifiées par le NMI. Dans certains cas, une meilleure précision a pu être donnée grâce à l’observation des éruptions dentaires (d’après Barone 1984), ainsi que des soudures épiphysaires des os (d’après Barone 1986).

308Enfin, un atlas sur les coquillages marins a parfois servi de support à l’identification des mollusques rencontrés (Arrecgros-Déjean 1966).

309Dans l’étude qui suit, les rares squelettes de mammifère retrouvés en connexion anatomique ne sont pas intégrés dans les tableaux d’inventaire. Leur description est cependant chaque fois associée à celle des restes isolés de même appartenance spécifique.

7.6.1.2. La faune dans l’occupation du Haut-Empire (fin Ier siècle-IIIe siècle)

Mammifères et oiseaux

310Les mammifères sont prépondérants dans l’ensemble faunique et ce, que ce soit par leur illustration en restes ou par leur diversité spécifique (fig483). La faune aviaire, quant à elle, se résume à un unique taxon.

Fig. 483 – Nombre de restes déterminés (NRD) par taxon pour l’occupation de la villa du Palais au Haut-Empire (D. Lalaï).

bovin 19
capriné 27
porc 40
sanglier 1
renard 1
chat sauvage 1
lièvre 5
lapin 8
coq domestique 12
Total NRD 114
indéterminé 134
Total 248

311Parmi les taxons mammaliens, certains sont faiblement attestés et se rapportent à la faune sauvage. Pour ce qui concerne le lapin, cet animal est un fouisseur et, de ce fait, on ne peut écarter une possible présence intrusive. La même remarque peut être envisagée pour le renard et le chat sauvage, représentés chacun par un unique témoignage. Du fait de cette incertitude, la présence de ces trois espèces ne peut être retenue comme significative.

312En revanche, les taxons de la triade classique du cheptel (bovins, caprinés, porcs) sont largement prédominants (fig484). Le porc est l’animal de la triade domestique le mieux illustré, aussi bien en NR qu’en NMI. Adultes et juvéniles sont présents et, parmi ces derniers, deux femelles et un mâle sont différenciés. Les caprinés arrivent en second rang. Il s’agit essentiellement d’individus adultes, de sexe indéterminé, avec quatre ovins reconnus. Enfin, plus en retrait, les bovins comprennent exclusivement des animaux adultes, là encore de sexe non identifié. Grâce à l’estimation de sa hauteur au garrot (GL métatarse gauche : 217 mm), la taille d’un individu peut être appréciée : 122 cm si l’on a affaire à un mâle ou 116 cm s’il s’agit une femelle (Matolcsi 1970). Si les animaux juvéniles sont absents chez les bovins et très faiblement représentés chez les caprinés, ce stade d’âge a une illustration élevée chez les porcs, et plus particulièrement dans la tranche d’âge un à deux ans (fig. 485). Chez les adultes de ce dernier taxon, deux sont peu âgés et d’une manière générale aucun ne reflète un âge avancé.

Fig. 484 – Taux de restes des taxons au Haut-Empire (D. Lalaï).

Fig. 484 – Taux de restes des taxons au Haut-Empire (D. Lalaï).

Fig. 485 – Nombre minimum d’individus (NMI) par taxon et par classe d’âge pour l’occupation du Haut-Empire (D. Lalaï).

Espèces NMI n âge estimé
bovins ad 7 1 moins de 4 ans
caprinés juv 1
ad 4
porc juv 7 1 moins de 1 an
1 1 à 1,5 an
1 1,5 an
1 1 à 2 ans
1 1,5 à 2 ans
ad 11 1 2 ans
1 2 à 3 ans
sanglier ad 1
renard ad 1
chat sauvage ad 1
lièvre ad 2
lapin ad 2
coq domest. juv 2
ad 6
ad : adulte ; juv : juvénile ; n : nombre d'individus

313La modestie des restes des principaux animaux domestiques, notamment des caprinés et des bovins, restreint fortement la pertinence de l’étude de leur provenance anatomique (fig486). Quelques constats cependant sont à noter. Ainsi, pour les trois espèces, et si l’on exclut des éléments isolés de denture supérieure, aucune illustration du crâne n’est présente. Au niveau de chacun des taxons, certaines particularités sont également à remarquer. C’est le cas pour le porc où aucun élément du thorax – région pourtant fortement fournie en ossements – n’est présent. Cette carence n’est pas aussi complète pour les caprinés et les bovins mais un fort déficit s’observe néanmoins pour les deux. Enfin, pour ce qui concerne le squelette appendiculaire, les bovins se caractérisent par l’absence de tout témoin des segments haut et moyen de membre postérieur.

Fig. 486 – Provenance anatomique des restes de la triade domestique pour l’occupation du Haut-Empire (D. Lalaï).

Nat. anatomique bov. capr. porc
dents supérieures 1 3
mandibule 2 4 4
dents inférieures 1 5
os hyoïde 1
axis 1
vertèbres 1 3
côtes 3
scapula 1 1 4
humérus 2 2 3
ulna 1 2
radius 2 4 4
métacarpe 2 1 2
os coxal 1 1
fémur 2 1
tibia 2 3
calcanéus 2
talus 1
os du tarse 1
métatarse 1 1 4
Phalange 1 2 1
Phalange 3 2 1

314Deux mammifères sauvages sont associés avec certitude aux espèces domestiques précédentes. Il s’agit du sanglier qui est représenté par une canine inférieure incomplète provenant d’un grand mâle, et du lièvre, représenté par cinq éléments, issus de deux os coxaux et de trois tibias, qui peuvent être rapportés à au moins deux individus adultes.

315Pour ce qui est des trois autres mammifères sauvages présents, la contemporanéité de leurs vestiges avec les autres témoignages demeure incertaine. Pour deux d’entre eux, leur présence repose sur un unique reste issu d’un animal adulte : une mandibule pour le renard et une ulna pour le chat sauvage. Le lapin est, quant à lui, illustré par un petit groupe d’ossements composé de vertèbres, côtes, tibias, calcaneus et métatarses, l’ensemble pouvant appartenir à deux individus adultes.

316Comme c’est fréquemment le cas dans les faunes recueillies lors de fouilles – et cela du fait de leur grande sensibilité aux différents agents taphonomiques – les oiseaux sont peu représentés. Tous se rapportent ici à l’espèce du coq domestique, avec une majorité d’oiseaux adultes (fig485) au sein desquels une poule est reconnue. La distribution anatomique des rares restes découverts (fig487) laisse apparaître que les parties représentées concernent essentiellement les membres avec une sensible prédominance de la région correspondant au pilon.

Fig. 487 – Provenance anatomique des restes de coq domestique pour l’occupation du Haut-Empire (D. Lalaï).

Nat. anatomique coq domestique
coracoïde 1
scapula 1
humérus 1
ulna 1
radius 1
carpo-métacarpe 1
fémur 1
tibio-tarse 4
tarso-métatarse 1

Les mollusques marins

317Les conchyliorestes recueillis se rapportent exclusivement à des mollusques marins bivalves. Cinq espèces sont présentes, dont l’huître plate, la mieux illustrée, deux types de peignes, la coque glauque et le vernis fauve (fig488), les indices de présence de ces quatre derniers taxons étant particulièrement restreints. Pour ce qui concerne le bassin d’origine de ces coquillages, les deux espèces de peignes sont exclusivement méditerranéennes. Sur quelques valves d’huîtres à peu près complètes, des traces d’une action humaine sont observées. Il s’agit d’encoches, toujours localisées sur le bord ventral des valves, qui s’accompagnent d’éraflures sur les surfaces internes de ces dernières. Ces séquelles sont à relier de toute évidence de l’ouverture des coquilles. Pour ce qui est des autres mollusques rencontrés, et notamment des peignes, aucune trace n’est relevée sur les très faibles témoins disponibles.

Fig. 488 – Nombre de conchyliorestes et NMI par espèce de mollusques marins pour l’occupation du Haut-Empire (D. Lalaï).

huître plate 72 (27)
peigne glabre 3 (2)
peigne de Jacob 1 (1)
coque glauque 1 (1)
vernis fauve 1 (1)
Total 78

7.6.1.3. La faune dans l’occupation de l’Antiquité tardive (milieu du IVe siècle-Ve siècle)

Mammifères et oiseaux

318Les mammifères ont une illustration très largement prédominante dans l’ensemble faunique, et ce dans une grande diversité spécifique (fig489). Les oiseaux sont, quant à eux, très en retrait et quasi exclusivement représentés par l’espèce du coq domestique. La présence d’un pigeon d’attribution spécifique incertaine est attestée par un unique témoignage.

Fig. 489 – Nombre de restes déterminés (NRD) par taxon pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

cheval/hybrides avec l'âne ? 15
âne 5
bovins 127
caprinés 214
porc 194
chien 6
sanglier 3
chat sauvage 1
fouine 1
lièvre 1
lapin 1
coq domestique 28
pigeon sp. 1
Total NRD 597
indéterminés 696
Total 1  293

319Si bovins, caprinés et porcs sont classiquement les taxons les mieux représentés, s’ajoute dans cette faune une modeste participation d’équidés (fig490). Parmi ces derniers, la présence de l’âne est reconnue, mais celle du cheval demeure incertaine et on ne peut exclure ici des animaux hybrides de ces deux espèces. Autre mammifère domestique présent, l’espèce canine est illustrée par quelques ossements isolés ainsi que par un petit ensemble d’ossements qui reflète la présence – non relevée lors de la fouille – d’un squelette de chien en connexion anatomique. En ce qui concerne le lapin, le chat sauvage ainsi que la fouine, une présence intrusive ne peut, là encore, être écartée. Il en est de même pour un squelette de renard mis en évidence dans le comblement d’un drain, et dont la mort a pu intervenir dans un terrier. Bien que très faiblement représentés, le sanglier et le lièvre apparaissent alors comme les seules composantes mammaliennes sauvages pouvant être retenues avec certitude.

Fig. 490 – Taux de restes des taxons au Bas-Empire (D. Lalaï).

Fig. 490 – Taux de restes des taxons au Bas-Empire (D. Lalaï).

320Caprinés et porcs sont les animaux de la triade domestique qui possèdent les plus fortes illustrations en restes, celle des premiers montrant une légère avance. Pour les deux taxons, individus adultes, juvéniles et infantiles sont présents, mais cette dernière catégorie reste cependant toujours très faiblement illustrée (fig491). Pour les caprinés, le stade adulte ressort nettement prédominant avec néanmoins une contribution de juvéniles relativement élevée. Pour ces derniers, il ne semble pas qu’une tranche d’âge soit privilégiée. À noter la présence d’un squelette d’un jeune ovin de moins de six mois. Les adultes renferment plusieurs individus manifestement âgés, ainsi que certains à un stade adulte peu avancé. Au sein des caprinés adultes, treize ovins et un caprin sont reconnus. Pour les porcs s’observe une nette prépondérance des individus juvéniles qui devancent les animaux adultes dont la proportion demeure néanmoins importante. Parmi les juvéniles, certains ont moins d’un an mais la tranche d’âge majoritaire est celle des un à deux ans. Chez les adultes, cinq mâles et trois femelles sont différenciés, et, chez les juvéniles, une femelle âgée de moins d’un an, quatre mâles et quatre femelles d’un âge compris entre un et deux ans.

Fig. 491 – NMI par taxon et par classe d’âge pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

Espèces NMI n a
cheval/hybr juv 1 1 1 à 2 ans
ad 9
âne ad 3
bovins ad 33 1 2 ans
5 < 4 ans
caprinés inf 1
juv 11 1 6 mois
1 < 1 an
1 1 an
2 1,5 à 2 ans
ad 54 1 2 ans
2 < 3,5 ans
porc inf 2
juv 36 3 4 à 6 mois
1 6 mois à 1 an
2 < 1 an
3 1 à 1,5 an
3 1,5 an
10 1 à 2 ans
3 1,5 à 2 ans
ad 24 1 2 ans
chien ad 5
sanglier ad 2
chat sauv. ad 1
fouine ad 1
lièvre ad 1
lapin ad 1
coq domest. juv 2
ad 17
pigeon sp. ad 1
ad : adulte ; juv : juvénile ; inf : infantile ; n : nombre d'indiv.
a : âge estimé ; hybr : hybride de l'âne

321Les mesures des rares os longs complets de membres permettent d’estimer les hauteurs au garrot des animaux correspondants (fig492). Les valeurs obtenues pour trois ovins (Teichert 1975) et pour trois porcins (Teichert 1969) semblent indiquer, dans chaque taxon, une certaine proximité des tailles.

Fig. 492 – Estimation de hauteur au garrot d’ovins et de porcs pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

ossement GL (mm) Hg (cm)
ovins talus g 28 64
talus d 29,1 66
31,4 71
porcs talus g 40,4 72
métacarpe IV d 70 74
75,7 80
GL : grande longueur ; Hg : hauteur au garrot

322Les bovins constituent la composante de la triade du troupeau la moins bien représentée, mais aussi celle où le NMI est le plus bas. Ces individus sont tous des adultes et, pour certains, ce stade d’âge est peu avancé. Aucune précision ne peut être apportée sur le sexe et le format des animaux.

323L’appartenance anatomique des vestiges des animaux de la triade domestique fait ressortir que toutes les grandes régions de leur corps sont attestées (fig493). Quelques variations dans les illustrations sont cependant perceptibles entre les taxons, et notamment au niveau des segments charnus des membres. Ainsi, alors que, pour les caprinés et les porcs, la partie correspondant à l’épaule est bien reflétée dans son intégralité, pour les bovins, elle n’est que partielle et ce déficit s’observe également sur les autres segments du membre antérieur. De même, la cuisse et surtout le jarret des caprinés sont bien représentés, nettement plus que pour les bovins et les porcs. Enfin, pour ces deux derniers, il faut relever l’importance des éléments costaux des bovins, et, pour le porc, le nombre relativement important de témoins crâniens, qui ressort d’autant plus au vu de leur faiblesse pour les deux autres taxons.

Fig. 493 – Provenance anatomique des restes de la triade domestique pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

Nat. anatomique bov. capr. porc
cheville osseuse 2
crâne/os crâniens 1 1 14
maxillaire 2 1 15
dents supérieures 5 26 7
mandibule 4 17 28
dents inférieures 8 25 32
os hyoïde 1
axis 1
vertèbres 10 10 5
sacrum 1 1
côtes 42 7 2
sternum 1
scapula 9 12 10
humérus 1 18 9
ulna 2 3 7
radius 1 19 3
carpe 1
métacarpe 3 5 8
os coxal 4 14 7
fémur 3 8 6
tibia 5 19 3
fibula 12
calcanéus 2 2 3
talus 1 3 1
autres os du tarse 2
métatarse 6 12 15
métapodes 2 1 1
phalange 1 7 2 2
phalange 2 2 3 4
phalange 3 1 2

324Les équidés livrent un très modeste ensemble de restes (fig494). L’espèce asinienne est attestée avec trois individus distingués. Les vestiges dans leur grande majorité ne peuvent cependant faire l’objet d’une diagnose précise et sont attribués au cheval ou à ses hybrides avec l’âne. Dix individus sont recensés, essentiellement des adultes auxquels s’ajoute un juvénile d’âge compris entre un et deux ans. Aucun ossement ne présente de séquelle pouvant être reliée à une action humaine.

Fig. 494 – Provenance anatomique des restes d’équidés pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

Nat. anatomique cheval/hybr. ? âne
dents supérieures 4
mandibule 1
dents inférieures 2
scapula 2
radius 2
carpe 1
métacarpe III 1
os coxal 2
tibia 2
calcanéus 1
métatarse III 1
phalange 2 1
Hybr. : hybrides avec l'âne

325Un squelette incomplet et six éléments isolés plus ou moins fragmentés – un maxillaire, une dent supérieure, deux vertèbres lombaires, un radius et un métapode – viennent illustrer la présence de l’espèce canine, avec cinq chiens adultes reconnus. Bien qu’aucune estimation de leur taille ne soit réalisable, il ressort clairement qu’il s’agit d’animaux de petit format.

326Comme dans l’ensemble faunique du Haut-Empire, sanglier et lièvre sont les seuls mammifères sauvages dont la présence ne peut être intrusive. Pour le premier, une troisième molaire inférieure, un métacarpe III et un calcanéus sont rattachés à deux grands mâles adultes. Le lièvre, quant à lui, est seulement reflété par un os coxal issu d’un individu adulte.

327La présence des autres mammifères sauvages repose, pour chacun, sur un unique témoignage. Ainsi, le chat sauvage est représenté par un fragment de mandibule, la fouine par un humérus, et le lapin par un métatarse II.

328Deux taxons aviaires sont attestés, avec l’espèce du coq domestique et un pigeon qui demeure sans attribution spécifique. Le coq domestique livre un nombre non négligeable de restes qui proviennent dans une forte proportion d’oiseaux adultes. Parmi ceux-ci, seule une poule est distinguée. La provenance anatomique des vestiges (fig495) révèle que les illustrations concernent quasi exclusivement les ailes et les pattes, et chez ces dernières plus particulièrement la région charnue du pilon. Pour ce qui est du pigeon, l’unique reste retrouvé consiste dans un coracoïde.

Fig. 495 – Provenance anatomique des restes de coq domestique pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

Nat. anatomique coq domestique
coracoïde 3
humérus 2
ulna 3
radius 2
carpo-métacarpe 1
fémur 3
tibio-tarse 8
tarso-métatarse 5
phalange 1

Les mollusques marins

329L’ensemble de conchyliorestes recueillis est composé principalement de valves plus ou moins fragmentées de mollusques bivalves, et d’un nombre relativement important de tests plus ou moins bien conservés de mollusques gastéropodes (fig496 et fig497). Au sein des premiers, les témoignages d’huîtres plates sont très largement majoritaires avec un NMI élevé. Parmi les peignes présents, le peigne glabre est quasi exclusif, la présence du peigne de Jacob ne reposant que sur un unique témoignage. Très fragmentées, d’assez nombreuses valves de vernis fauves sont également rencontrées. Enfin, une unique observation permet de mettre en évidence la présence de la lutraire elliptique. Surtout observées sur les huîtres mais aussi dans quelques cas sur les peignes glabres, les valves montrent, là aussi, sur leur bord ventral, les encoches plus ou moins marquées qui attestent l’ouverture des coquilles. Parmi les quatre espèces de gastéropodes présentes, le rocher fascié est le plus couramment rencontré. Il distance notamment très largement le rocher épineux. Une faible présence de l’astrée rugueuse est reconnue, et enfin une unique occurrence concerne le cérithe rupestre. Pour ce qui est de la provenance géographique de ces différents taxons, peignes, rochers et astrées sont exclusivement méditerranéens.

Fig. 496 – Nombre de conchyliorestes et NMI par espèce de mollusques marins pour l’occupation du Bas-Empire (D. Lalaï).

huître plate 581 (278)
peigne glabre 63 (29)
peigne de Jacob 1 (1)
vernis fauve 21 (10 ?)
lutraire elliptique 1 (1)
cérithe rupestre 1 (1)
rocher fascié 63 (63)
rocher épineux 5 (5)
astrée rugueuse 4 (4)
Total 740

Fig. 497 – Taux de conchyliorestes par espèce de mollusques marins au Bas-Empire (D. Lalaï).

Fig. 497 – Taux de conchyliorestes par espèce de mollusques marins au Bas-Empire (D. Lalaï).

7.6.1.4. Interprétations

330Les faunes mammalienne et aviaire mises en évidence dans les deux contextes d’occupation que nous avons isolés sont essentiellement de nature domestique. Bovins, caprinés et porcs sont toujours les mammifères les mieux illustrés. Les espèces aviaires se restreignent presque exclusivement à celle du coq domestique. Dans l’Antiquité tardive, la faune domestique voit s’ajouter de faibles participations d’équidés, dont l’espèce asienne, et du chien. Toujours très faiblement attestés, des mammifères sauvages se rencontrent dans les deux occupations. Si l’on excepte la fouine, uniquement présente dans l’Antiquité tardive, sanglier, renard, chat sauvage, lièvre et lapin sont systématiquement représentés. Quant aux oiseaux, un pigeon est présent dans l’ensemble faunique de l’Antiquité tardive mais son appartenance spécifique ne peut être précisée.

331Plusieurs espèces de mollusques marins sont également rencontrées. Si au Haut-Empire il ne s’agit que de bivalves, dans l’Antiquité tardive s’y associent des gastéropodes. En ce qui concerne les premiers, l’huître plate, les peignes, glabre et de Jacob, ainsi que le vernis fauve, sont illustrés dans les deux occupations, la coque glauque et la lutraire elliptique n’étant présentes respectivement qu’au Haut et au Bas-Empire. L’illustration de ces différentes espèces est très variable, huîtres plates surtout et peignes glabres étant les plus rencontrés. Les gastéropodes sont à leur tour relativement diversifiés. Ainsi sont reconnus le cérithe rupestre, le rocher fascié, le plus abondant, le rocher épineux et l’astrée rugueuse.

332Les restes isolés rapportés aux taxons de la triade du cheptel, mais aussi ceux du coq domestique, reflètent des déchets de l’alimentation carnée humaine (découpe de boucherie et/ou consommation sensu stricto). Il en va de même pour ceux des mammifères sauvages habituellement consommés que sont le sanglier et le lièvre. Quant aux équidés et au chien, animaux généralement non consommés dans l’Antiquité, la possibilité de vestiges erratiques remaniés apparaît ici tout à fait vraisemblable. Enfin, que ce soit pour les petits carnivores sauvages, avec le renard, le chat sauvage et la fouine, ou pour le lapin, la faiblesse de leurs témoignages, conjuguée à une forte potentialité d’une présence intrusive, empêchent toute appréciation.

333Pour ce qui concerne les bivalves marins, les nombreuses valves de peignes glabres et surtout d’huîtres plates, notamment dans l’Antiquité tardive, qui portent fréquemment des stigmates d’ouverture, reflètent la consommation de ces coquillages à l’état frais. Les autres espèces rencontrées n’apparaissent, quant à elles, que sous forme très anecdotique, le plus souvent uniquement des fragments de valves, et rien n’indique alors qu’elles aient été consommées. Pour les gastéropodes, leur consommation ne nécessite pas l’ouverture des coquilles et il est ainsi impossible de savoir si toutes les espèces présentes sont consommées. Toutefois ici, seules les deux espèces de rochers sont des escargots de mer classiquement consommés, et si les tests de rochers épineux recueillis demeurent restreints, le nombre relativement élevé de ceux de rochers fasciés témoigne bien de la contribution de ce dernier.

334Si les espèces animales sauvages, qu’il s’agisse de mammifères ou de mollusques marins, ont participé à l’approvisionnement alimentaire du site, cet apport ressort néanmoins très limité, peut-être tout à fait occasionnel. L’essentiel des ressources carnées repose ainsi sur les animaux de la triade classique du troupeau et, dans une bien moindre mesure, sur le coq domestique. Dans les deux occupations concernées, les taux de représentations respectifs des différents taxons de la triade présentent des écarts assez peu marqués (fig498). C’est particulièrement le cas pour les bovins qui constituent toujours la composante animale la moins bien illustrée. S’agissant des caprinés et le porc, on observe une sensible variation entre les deux contextes, avec une légère prédominance des caprinés au Haut-Empire, remplacée par celle du porc dans l’Antiquité tardive.

Fig. 498 – Comparaisons des taux de restes au sein de la triade domestique entre le Haut-Empire et le Bas-Empire (D. Lalaï).

Fig. 498 – Comparaisons des taux de restes au sein de la triade domestique entre le Haut-Empire et le Bas-Empire (D. Lalaï).

335Pour ce qui concerne les stades d’âge des animaux consommés, si les prélèvements de bovins dans les deux occupations portent toujours sur des animaux adultes, dont certains à un stade peu avancé, ceux de caprinés – quasi exclusivement des ovins – et de porcs laissent apparaître certaines spécificités. Ainsi, au Haut-Empire, la consommation des caprinés s’applique essentiellement à des individus adultes alors que, dans l’Antiquité tardive, la proportion d’animaux juvéniles ressort beaucoup plus élevée avec quelques agneaux présents. À noter dans cette dernière occupation la participation d’adultes plus ou moins âgés. Pour ce qui est du porc, au Haut-Empire, animaux adultes et juvéniles sont abattus dans des proportions voisines, alors qu’au Bas-Empire on constate une nette supériorité des juvéniles, dont plusieurs porcelets.

336La gestion humaine des carcasses peut parfois être précisée. Ainsi, au Haut-Empire, les ossements des trois taxons témoignent d’une certaine mixité des rejets avec des déchets issus de la découpe de boucherie et d’autres de la consommation proprement dite : préparations et « reliefs » de repas. En ce qui concerne les pratiques de boucherie, il semble qu’il faille plutôt envisager une découpe secondaire car peu de déchets issus de ses premières étapes sont attestés, mais aussi car certains morceaux charnus font totalement défaut ou sont sous-représentés. Ces derniers ont manifestement suivi un autre parcours alimentaire (une autre préparation ?). Dans le contexte de l’Antiquité tardive, les vestiges bovins illustrent de manière nettement plus complète les différents stades de la boucherie. Ceux-ci sont également perçus sur les restes de caprinés et de porcs, plus particulièrement sur les premiers, mais pour ces deux taxons s’y associent de nombreux témoignages pouvant être rattachés à la consommation sensu stricto.

337Dans les deux contextes chronologiques, les restes du coq domestique se rapportent essentiellement aux segments charnus des membres, plus particulièrement à la partie correspondant au pilon, et de toute évidence reflètent des déchets de repas.

338L’occupation du Haut-Empire, et plus encore celle de l’Antiquité tardive, font état d’une consommation marquée de mollusques marins. Celle-ci porte toujours principalement sur les bivalves, préférentiellement sur l’huître plate, mais au Bas-Empire s’y ajoute une participation non négligeable de pétoncles avec le peigne glabre. Dans ce dernier contexte chronologique, une contribution assez importante de gastéropodes marins est également présente. Elle concerne essentiellement le rocher fascié et peut-être, mais avec une ampleur beaucoup plus réduite, le rocher épineux. Les témoins des autres taxons identifiés, qu’il s’agisse de bivalves, avec la coque glauque, le peigne de Jacob et le vernis fauve au Haut-Empire, et dans l’Antiquité tardive ces deux dernières espèces auxquelles se rajoutent la lutraire elliptique ainsi que des escargots tels que le cérithe rupestre et l’astrée rugueuse, ont de très faibles occurrences, avec des coquilles retrouvées souvent sous forme fragmentaire. Si, dans quelques cas, on ne peut exclure une présence accidentelle dans les lots de coquillages consommés, la plupart des conchyliorestes de ces espèces sont reconnus comme des coquilles « épaves », recueillies vides en bord de mer (Brien-Poitevin 1990). Des études récentes ont clairement établi la circulation de certains de ces vestiges pendant l’Antiquité, et notamment celle du vernis fauve dont on retrouve très fréquemment des fragments de valves – plus rarement des valves intègres – dans des habitats (Bardot 2014). La villa du Palais en apporte ainsi un nouveau témoignage. Les coquilles de vernis fauve sont considérées comme des objets dont la fonction demeure à ce jour incertaine (Rapport Forest 2005 ; Bardot, Forest 2009). Rencontrées également dans certaines tombes de nécropoles antiques languedociennes, leur rôle de lampes a été envisagé (Manniez 2005).

339Les caractéristiques de l’alimentation carnée humaine mises en évidence témoignent de consommateurs privilégiés, et cette vision est particulièrement prononcée dans l’Antiquité tardive. La consommation des mammifères et des oiseaux en est révélatrice mais aussi celle des mollusques marins qui proviennent des côtes méditerranéennes. À ce propos, il est peut-être possible de préciser de quel domaine marin arrive l’une des espèces. En effet, le rocher fascié, relativement abondant au Bas-Empire, privilégie, contrairement au rocher épineux, les biotopes à substrat rocheux. Cette particularité écologique permet peut-être d’envisager une provenance des côtes provençales plutôt que du Languedoc où prédominent les fonds sablo-vaseux (Bardot, Forest 2009 ; Bardot-Cambot 2014).

340Les études fauniques régionales disponibles pour des comparaisons demeurent très limitées. Seule, la faune de l’Antiquité tardive recueillie à Saillans (site de la Maladrerie ; Rapport Masbernat-Buffat 2011), à plus de quarante kilomètres au nord-est de Châteauneuf-du-Rhône, peut être ainsi prise en compte. Les confrontations significatives portent exclusivement sur les contributions des animaux de la triade du cheptel, et laissent apparaître que si, à Saillans et dans la villa du Palais au Bas-Empire, des tendances similaires s’observent pour ce qui concerne les caprinés, toujours prédominants, et les bovins, ces deux faunes se distinguent par la place accordée au porc, nettement en retrait à Saillans mais assez proche des caprinés à Châteauneuf-du-Rhône.

341Enfin, nous avons confronté la composition des lots de faune rencontrés dans la villa du Palais au Haut-Empire et dans l’Antiquité tardive à ceux mis en évidence dans un travail synthétique de V. Forest (2009) sur l’évolution des contributions de la triade domestique dans l’Antiquité en Bas-Languedoc et la Vallée du Rhône, et à l’issue duquel l’auteur a cherché à définir, suivant la chronologie et le statut des occupations concernées, des critères de ruralité et d’urbanité : les grandes tendances qui y sont dégagées peuvent être prises en considération. La villa du Palais s’accorde parfaitement à ces dernières en montrant entre le Haut et le Bas-Empire une nette augmentation de la part des caprinés qui deviennent prépondérants, ainsi que le sensible effritement de la participation porcine, mais elle s’en écarte de manière très perceptible par la place des bovins qui demeure quasiment constante et ce, toujours à un niveau relativement modeste. On ne peut alors exclure que cette caractéristique soit le reflet d’un particularisme local de la consommation carnée, qui aurait perduré sur ce site durant toute l’Antiquité.

7.6.2. Note sur la présence des animaux d’après l’instrumentum (Chr. Landry)

342Si les restes fauniques ne permettent pas de documenter l’élevage sur le site du Grand Palais, et si l’analyse fonctionnelle des bâtiments rustiques ne permet pas d’identifier d’aires de stabulation, quelques artefacts démontrent la présence de bovidés et d’ovicaprinés au sein de l’exploitation agricole. Outre la boucle de harnachement et l’aiguillon de bouvier (voir 7.7.2), la présence de sonnailles dans des comblements de fossés atteste le pacage ou la circulation de bétail.

343Si la sonnaille PR2 mise au jour dans le fossé FS 476 (fig499, à gauche) ne révèle pas un geste particulier dans le processus d’enfouissement, la question se pose pour les sonnailles PR3 du fossé FS 1082 (fig499, à droite), retrouvées emboîtées l’une dans l’autre.

Fig. 499 – Les sonnailles dans le comblement des fossés FS 476 (à gauche) et FS 1082 (à droite) [dessins : F. Pont, cliché et DAO : M. Gagnol].

Fig. 499 – Les sonnailles dans le comblement des fossés FS 476 (à gauche) et FS 1082 (à droite) [dessins : F. Pont, cliché et DAO : M. Gagnol].

344Dans le premier cas, la sonnaille de bovin se trouvait scellée par les limons de comblement du fossé, sans qu’aucun dépôt délibéré puisse être démontré. Il s’agit plutôt d’un objet perdu dans le pré à la suite de la rupture du collier de l’animal, et qui a roulé dans le fossé.

345Dans le cas des sonnailles d’ovicaprinés de FS 1082, l’interprétation est plus délicate. Les objets ont été exhumés d’une couche de remblais de démolition comblant le fossé, parmi un mobilier et des matériaux de construction abondants. Ces sonnailles peuvent avoir été mêlées aux déblais avant le comblement et donc provenir d’une bergerie ou d’un atelier venant d’être démoli, et à l’intérieur duquel les objets étaient rangés.

346La méthode de fouille employée ne permet pas de documenter précisément le mode d’enfouissement des objets dans ce fossé. On ne peut donc exclure un dépôt volontaire, hypothèse que la position emboîtée et l’existence de comparaisons sur d’autres sites autorisent à suggérer. Le dépôt rituel de vases ou d’outils est un geste attesté aussi bien dans les champs qu’à proximité des lieux de vie. Ces dépôts peuvent correspondre à un geste votif, à la dissimulation d’objets, par un forgeron par exemple comme à Soulce-Cernay (Doubs) où sept sonnailles de même taille étaient groupées (Mazimann 2012) ou à divers rituels agraires connus par les sources du corpus gromatique (Favory, Gonzales, Robin 1994 ; Favory et al. 1995 ; 1996 ; 1997) et liés, par exemple, au bornage des champs (Landry 2016 ; Vidal, Petitot 2003 ; Pissot et al. 2013).

347Au Grand Palais, le contexte ne nous permet pas de trancher : le fossé FS 1082 participe certes à la restructuration du territoire et au drainage des champs, mais il se trouve aussi suffisamment proche des bâtiments agricoles. Ce cas serait peut-être plutôt à rapprocher des dépôts d’objets agricoles en fosses, dans ou proches de l’habitat (Feugère 2000b ; Feugère, Gilles 2017), pour lesquels l’hypothèse du geste rituel peut être avancée, sans qu’on puisse pour l’heure comprendre sa signification.

7.7. Équipement de la villa et petit mobilier de la vie courante (M. Gagnol)

7.7.1. Introduction

  • 12 Chaque objet a été numéroté PU…, pour pars urbana, s’il vient de la résidence et PR… s’il vient de (...)

348L’étude du petit mobilier permet d’établir la présence de diverses activités dans la villa du Palais (élevage, artisanat) mais aussi de renseigner divers éléments concernant la construction de la villa et les personnes qui l’ont fréquentée grâce au mobilier lié aux soins du corps et à la vie sociale12.

7.7.2. L’élevage

349Plusieurs objets évoquent l’élevage. La boucle en fer PR1, objet de facture simple, très couramment utilisé durant toute l’Antiquité, servait au harnachement des équidés ou des bovidés. La découverte d’un aiguillon (appelé aussi « pique-bœuf ») PR4 qui, enchâssé au bout d’un bâton, était utilisé par le bouvier pour les diverses fonctions liées à cet élevage, et celle d’une sonnaille de grande taille (PR2) témoignent plus certainement de l’élevage de bovins sur le site. D’autres sonnailles (PR3 ; fig499), de plus petites tailles, semblent quant à elles, plutôt destinées à des ovicapridés. Elles marqueraient ainsi la diversité des pratiques d’élevage sur le site.

350Ces cloches en fer, recouvertes d’une fine couche de bronze destinée à les protéger de la corrosion occasionnée par les intempéries et la transpiration des animaux au cou desquels elles étaient suspendues, apparaissent en Gaule à l’époque augustéenne et se rencontrent couramment dans de très nombreux contextes ruraux échelonnés tout au long de l’Antiquité, du haut et bas Moyen Âge, jusqu’à une date très récente (Feugère 2000b : 173).

351Uniquement représentés dans les couches d’abandon de la pars rustica de la villa, dans un contexte de déplacement des terres lié à « un nivellement général de la zone, pour une probable remise en culture, à un moment où la villa est définitivement abandonnée et laissée en ruines […] » (Rapport Landry 2012 : 130), il semble difficile de préciser à quel état du fonctionnement de la villa ces objets renvoient, mais le dépôt groupé des sonnailles PR3 ne paraît pas, quant à lui, accidentel (voir ci-dessus).

7.7.3. L’artisanat

7.7.3.1. La métallurgie

352Les déchets artisanaux nous donnent de précieux indices sur le travail du métal ayant eu lieu sur le site. On retrouve la présence assez classique des scories de fer PR5, ces accumulations de morceaux de fer oxydés, d’argile, de sable, de calcaire, de cendres et de charbons de bois, d’apparences vitreuses, produites lors d’opérations de réduction du fer dans le cadre d’activités métallurgiques. Toutefois, elles ne sont pas obligatoirement le signe d’une activité artisanale sur le lieu même. En effet, elles sont fréquemment réutilisées à d’autres fins et donc découvertes dans toutes sortes de contextes archéologiques (habitat, fosses-détritus, voirie, constructions diverses, etc.), comme l’atteste leur découverte dans des comblements de fosses de plantation ou des couches de démolition de la pars rustica.

353On trouve également une bonne représentation des déchets de plomb PU20-21 et PR9. Il s’agit ici de chutes de tôle ou de feuille, ou de coulures : des déchets récurrents puisque le plomb était abondement utilisé, dans la construction, que ce soit sous la forme de scellements de fers, de canalisations ou de feuilles diverses de couverture et de réparation, et aussi dans des réparations diverses sur des éléments culinaires (du dolium à la vaisselle de table).

354À l’inverse, les restes d’artisanat du bronze (gouttes, coulures et scories, PR6-8), sont plus rares sur les sites archéologiques. Ils suggèrent ici de façon plus certaine la proximité immédiate d’un atelier, notamment grâce à la présence de gouttelettes, petites billes sphériques formées d’éléments liquides de bronze qui sont projetées dans l’air lors de la fonte. Plutôt courantes dans les villes ou agglomérations secondaires, les traces d’artisanat du bronze dans les villae antiques sont rares. On pourrait citer, en comparaison, les exemples de la villa aux Xenia à Lyon où est attesté un atelier de travail du bronze (Delaval et al. 1995 : 37‑38) et de la villa des Grandes Terres à Beynost (Ain) qui a livré des restes de métallurgie du bronze (Motte, Vicherd 2008 : 281) : certains objets (coulures, gouttes de fusion, etc.) sont issus d’une pratique de récupération, témoignage d’une simple refonte d’objets usés, mais aussi des ratés de fabrication laissant entrevoir la possibilité d’une production d’objets manufacturés à des fins possiblement commerciales (Motte, Vicherd 2008 : 283). On citera également des témoignages de production et réparation d’objets en bronze dans la villa de la Dent à Meyzieu (Rhône ; Béal 2008 : 170‑171), même si les données stratigraphiques ne permettent pas d’établir une concordance chronologique certaine avec la phase d’occupation de la villa.

355C’est certainement le cas ici, puisque les objets proviennent des couches d’abandon de la pars rustica de la villa et c’est également ce que semblent montrer de manière générale les indices de métallurgie (tous métaux confondus). En raison du mouvement des transferts de terres qui a eu lieu sur le site (Rapport Landry 2012 : 130), nous ne pouvons exclure d’y voir la marque d’un atelier de petite ampleur en fonctionnement lors de l’occupation de la villa et destiné à la réparation ou la production de petits objets de facture simple, en lien avec les besoins agricoles ou domestiques du site. Néanmoins, il semble plus cohérent de voir ici une situation de métallurgie liée à la récupération et la refonte opportuniste d’objets abandonnés à l’extrême fin de l’Antiquité dans un contexte de ruine et d’abandon des édifices.

7.7.3.2. L’artisanat du textile

356L’artisanat du textile et plus précisément la production de fil, est représentée par trois fusaïoles, l’une en os (PR12), issue du comblement de la récupération d’un mur de la pars rustica, de type Béal AXXXVI, 1, courant aux Ier et IIe siècles, mais dont on ne peut définir l’extension (Béal 1983 : 327‑328). Des parallèles sont connus en Gaule méditerranéenne comme à Nîmes (Feugère, Manniez 1993 : 288, fig. 260, n° 298), mais aussi à Lyon où un exemplaire encore en place sur son fuseau est conservé au Musée gallo-romain de Fourvière (Béal 1983 : n° 1173‑1176). On notera également la présence de ce type d’objets en Grèce, à Corinthe (Davidson 1952 : n° 2519 et 2520, p. 296 et 299, pl. 123), certainement parmi les plus précoces.

357Une autre (PU22), plus grossière, taillée dans un fragment de terre cuite architecturale et enfin une fusaïole en bois de cerf PU40, ont toutes deux été découvertes dans les niveaux d’abandon du jardin de la résidence. Plusieurs parallèles de ce dernier type sont connus, tous dans des contextes tardifs (entre le Ve et le VIIe siècles). Dans la région, on note plusieurs trouvailles similaires, présentant des décors variés (le décor de la fusaïole du Palais ne peut être défini en raison du passage de l’objet au feu) dans la Drôme à Valence (site de Lautagne : Rapport Rusillon 2015 : fig. 101), dans l’Ardèche au Pouzin (site du couvent des Chèvres : diagnostic E. Ferber ; cat. n° 476 : Gilles 2016 : 241, fig. 252), et à Soyons (site du Malpas ; cat. n° 474 : Gilles 2016 : 312‑313). Le bois de cerf est un matériau dont l’utilisation semble prendre une importance croissante à la fin de l’Antiquité (Feugère, Prévot 2008 : 243). La production de fil, qu’induit la présence de ces fusaïoles, est une activité courante essentiellement domestique dans les villae comme l’avait noté A. Ferdière (1984 : 217).

7.7.3.3. Les autres artisanats

358La paire de forces PR11 découverte dans une couche de remblai de la pars rustica peut avoir été utilisée pour toute activité artisanale. Les forces sont, en effet, des ciseaux à ressort employés à des tâches aussi différentes que la tonte des moutons, la découpe des tissus, les vendanges, la récolte des fruits, la toilette, la chirurgie, etc. Nous pouvons rattacher notre exemplaire au type 2 établi par A. Duvauchelle, regroupant les forces de taille moyenne (entre 150 mm et 300 mm). Ces exemplaires sont plutôt utilisés pour les travaux agricoles, domestiques ou artisanaux (Duvauchelle 1990 : 35).

359La mèche de foret ou drille (PR10), issue du comblement d’une tranchée de récupération de mur de la pars rustica, est un outil mû par un archet ou une courroie, permettant de percer des trous dans une matière organique. Il possède une soie très caractéristique et aisément reconnaissable même à l’état fragmentaire, car elle se présente sous la forme d’une pyramide (Duvauchelle 1990 : 26). L’objet est utilisé dans les travaux de menuiserie (Manning 1985 : 26). On notera également la présence d’une pierre quadrangulaire PU23, provenant d’un niveau d’abandon et pouvant avoir servi de polissoir pour des matières organiques (information de S. Cousseran-Néré, Inrap).

360En dernier lieu, certains objets restent de fonction plus incertaine à ce jour. C’est le cas des deux éléments PR40 et PR41 découverts dans le comblement de fossés postérieurs à la villa. L’objet PR40 semble cependant se rapprocher des versions miniatures du calibre de tonnelier, utilisé pour la mesure des circonférences (Artefacts : CAL-4001). L’objet PR41, de facture similaire, est orné de petites perforations irrégulières semblant dessiner un motif floral.

7.7.4. La construction

361Les éléments de construction en métal sont assez rares sur le site et sont issus des couches de démolitions de la pars urbana ou de la pars rustica. Ils ont échappé à la récupération systématique, fréquente dans ce genre de contexte.

7.7.4.1. Les ferrures

362Trois pitons ou pattes de scellement (PU1-3), formés d’une robuste barre de fer d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, sont destinés à être insérés dans la maçonnerie. Bien que difficilement datables, puisqu’utilisés jusqu’à la période industrielle, ces objets sont liés, sans nul doute, à l’architecture du lieu, plus précisément à la charpente ou à l’huisserie. On retrouve d’ailleurs plusieurs éléments d’huisserie dans la pars rustica comme les fragments de gonds et de penture PR16 et PR17 mais aussi de menuiserie (pitons, ferrures). On y trouve également des éléments architecturaux classiques comme la simple fiche PR15 se rencontrant sur tout type de site et à toutes les époques (Eneau 2002 : pl. 3, objets 56 à 59) mais aussi d’objets plus caractéristiques comme la fiche PR14 destinée à la fixation d’un placage en marbre ou autre (Feugère 2000b : fig. 7, n° 24).

7.7.4.2. Les clous de construction

363Parmi les huit clous de construction (PR22) pouvant être classés, selon J.‑P. Guillaumet (Guillaumet 2003 : 62‑63), dans la catégorie des clous utilisés pour la construction (charpente, clayonnage, etc.), on signalera la présence de restes de tuiles pris dans la corrosion d’un clou de construction situé dans l’US 1014, ce qui permet de suggérer la présence d’une toiture utilisant les clous pointés dans les tuiles et d’admettre l’absence de liteaux dans le système de charpente. La même observation a été faite également à Pontaix (Drôme), sur le site de la Condamine (Rapport Planchon, Teyssonneyre, Dumas 2010).

7.7.4.3. Les pattes de fixation de vitres

364Quatorze pattes de fixation (PU4) en plomb formées de lamelles losangiques percées d’un clou ont été retrouvées sur le site du Palais (voir ci-dessus, 4.7.2.2).

7.7.5. Le mobilier domestique

365Le mobilier domestique a été retrouvé uniquement dans les couches de démolition de la pars rustica, il est principalement composé de fragments de coffret ou d’éléments décoratifs.

366Les éléments de coffrets sont fragmentés mais assez caractéristiques. On trouve ainsi une probable petite clé de coffret (PR23), différentes appliques ayant pu participer à leur décoration (comme PR24) ou une applique rectangulaire (PR25), d’une forme bien documentée par les trouvailles effectuées dans les régions germaniques (Riha 2001 : 550‑561, pl. 43), qui servait probablement à la fois de décoration mais aussi de protection à la matière organique constitutive des coffrets (os, bois, ivoire).

367Des clous décoratifs (PR27‑28) peuvent avoir également servi d’ornements à de petits coffrets ou des meubles plus volumineux, dont la présence est confirmée par un crampon de menuiserie (PR29) ou par les 22 clous de menuiserie (PR31) récoltés sur le site. Ces derniers peuvent avoir été utilisés dans différents cadres comme la fabrication de coffres, ou des types d’assemblages légers comme des seaux en bois, ou d’autres ustensiles de la vie courante. On trouve, d’ailleurs, parmi ce mobilier, un bandage de seau (PR26) dont les pliures volontaires et régulières suggèrent une préparation destinée à refondre l’objet : il pourrait être mis en relation avec le petit atelier de travail du bronze que nous évoquons ci-dessus.

368Une poêle à frire (PR30bis) provient du bâtiment de la Maladrerie.

369Une agrafe de réparation de vase en céramique (PR30) achève d’illustrer ces traces de mobilier domestique. Originellement, la plaquette est composée de deux extrémités arrondies perforées. Le dispositif utilise deux plaquettes de ce type, rivetées ensemble de part et d’autre d’une fissure. Ces réparations en bronze sont utilisées notamment sur les formes alimentaires en bois ou sur celles destinées au feu, sur lesquelles le plomb devait être évité. Un élément similaire daté entre 30 av. J.‑C. et la fin du Ier siècle ap. J.‑C. a été mis au jour à Lattes, au lieu-dit Mas de Causse (Artefacts : AGV-4005).

7.7.6. Soins du corps

7.7.6.1. La parure

370Majoritairement issus de couches d’abandon ou mis au jour hors stratigraphie (à l’exception de la bague PU12 sur laquelle nous reviendrons), les objets de parure proviennent plutôt de la résidence. Ils comprennent notamment des fragments de corps d’épingles en os (PU5), dont aucune tête ou autre décor n’est conservé, ce qui ne nous permet pas de les rapprocher d’un type particulier et encore moins d’avancer une datation. Certaines présentent un corps facetté, d’autres sont parfaitement lisses. Ces objets sont utilisés exclusivement dans la coiffure féminine.

371L’épingle en bronze PU10 coulée, à tête conique sans décor apparent, est plus caractéristique et peut être classée dans le type Riha 11, apparaissant tardivement, à la fin du IIe siècle ap. J.‑C. et perdurant jusqu’à la fin de l’Empire (Riha 1990 : 102). Il s’agit d’une forme courante.

372On dénombre également deux fibules dans ce secteur : un fragment de fibule PU6 dont ne subsiste que l’ardillon ainsi qu’une partie du ressort, et une fibule dite « pseudo-La Tène II », PU8, bien datée du Ier siècle ap. J.‑C. Des exemplaires ont toutefois été découverts dans des contextes plus tardifs : la fibule n° 175 de Lansvillard (Savoie) datée entre la deuxième moitié du IIe et le IIIe siècle mais aussi la fibule n° 251 de Laudun. L’exemplaire de La Brèche (Gard) est, quant à lui, associé à un mobilier funéraire du IVe siècle. Malgré ces comparaisons avec des exemplaires trouvés en contexte tardifs, le type reste clairement un modèle du Ier siècle (Feugère 1985 : 197).

373Deux bagues complètent le mobilier de parure. Tout d’abord, une bague dite « à spirales » (PU12), objet très courant pendant toute la période romaine, mise au jour ici dans une couche datée de la deuxième moitié du IIIe siècle par la céramique. De type Guiraud 6b (Guiraud 1989 : 193‑194) ou Riha 19.3 (Riha 1990 : 42), cette forme, de tradition celtique, est très courante pendant toute la période romaine et en tout contexte dans l’ensemble de l’Empire. La seconde est une bague-clé (PU11) destinée à ouvrir une petite serrure de coffret. Il s’agit d’une bague de type Riha 17, variante 2 (Riha 1990 : 41) ou Guiraud 5b. Existant en Gaule avant la conquête, elle se propage du Ier au IVe siècle. Ce sont des objets retrouvés dans des contextes variés (camps du limes, habitats ruraux et urbains) [Guiraud 1989 : 191‑193]. L’aspect des bagues, délicat, semble plus adapté à une main de femme. E. Riha envisage la possibilité qu’elles aient été utilisées pour ouvrir boîtes à bijoux et valises ; elle y voit des symboles de la maîtresse de maison (Riha 1990 : 41).

374On notera également la présence d’une perle (PU7) en verre transparent de couleur bleue. De type Swift « short biconical beads » (Swift 2000 : 89‑90) ou Riha 12 (Riha 1990 : 86), ces petites perles bleues biconiques se retrouvent plutôt dans des contextes du Bas-Empire et plus particulièrement du IVe siècle. Elles sont bien étudiées dans les provinces du Danube et du Rhin, et semblent moins fréquentes dans les provinces occidentales (Swift 2000 : fig. 102). Plusieurs exemplaires sont toutefois connus en Gaule. Dans le sud-est, il est possible de citer l’exemple d’un collier, constitué de 86 perles de ce type, dans une sépulture de la nécropole du Pillon à Marennes (Rhône ; Blaizot et al. 2001 : 339, SP 504, pl. II, n° 7). On mentionnera également un exemplaire plus local, attesté dans une tombe du IVe siècle à Savasse (Drôme ; Ode 2012 : 47, fig. 3), à une quinzaine de kilomètres au nord du Palais.

375Comme attendu, les éléments de parure apparaissent moins nombreux dans la pars rustica. Bien qu’issus de couches de démolition, ils apportent cependant quelques précisions, principalement d’ordre chronologique, sur les occupants. Le bracelet PR33 est, en effet, un bon marqueur : il se rapproche du Type Riha 3.20 (Riha 1990 : 58‑59) ou Swift b1 (Swift 2000 : 146) regroupant des bracelets ornés d’ocelles, formés d’une tôle de bronze mince et possédant tous la même fermeture en crochet. Bien connus dans les provinces romaines de Germanie mais aussi en Britannia, ces bracelets sont en majorité datés du IVe siècle. Pour la Gaule, I. Bertrand classe ces objets dans le type 2c2 (Bertrand 2003 : 49‑50) et ne signale aucun exemplaire antérieur au IVe siècle. Ils semblent trouver leurs parallèles dans les provinces de Germanie, Belgique et Lyonnaise. Dans la nécropole du Pillon à Marennes (Rhône) ont été mis au jour plusieurs bracelets de ce type, fermés par un crochet, décorés d’incisions et d’ocelles, très proches typologiquement de cette pièce ; ils sont datés de la deuxième moitié du IVe siècle (Blaizot et al. 2001 : 302). Deux autres perles en verre vert (PR34bis) et en forme de baguettes proviennent de la partie rustique.

376La perle en bronze PR34 apparaît également en contexte tardif, comme le montre la découverte d’un objet identique dans une tombe datée du début du Ve siècle de la nécropole de Lunel-Viel (Hérault ; Raynaud 2010 : 251). On retrouve également ce type de perle dans des chronologies tardives à Augst (Suisse ; Riha 1990 : 88).

7.7.6.2. L’habillement

377Deux éléments de ceintures ont été découverts hors stratigraphie dans la résidence. Parmi ces éléments, la plaque-boucle PU14 est une forme originale. Constituée d’une boucle en forme de pelte, elle présente un arc orné de six ergots, dont les extrémités sont retroussées en crosse. L’ardillon formé d’une simple tige repliée insérée dans une perforation de la barre transversale semble avoir été rapporté dans un second temps. La boucle est prolongée par une plaque rectangulaire à l’arrière de laquelle est rivetée une plaque moins épaisse mais de même forme. Le système de fixation original sur la ceinture, quatre rivets, se retrouve sur les premières plaques-boucles généralement datées du Ve siècle. La présence d’ergots sur le pourtour se rencontre sur certaines boucles tardo-romaines de type Teba à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle (Feugère 1993 : fig. 14, n° 4), avant de devenir une signature de quelques séries de plaques-boucles wisigothiques (information de M. Feugère). La boucle PU15, massive, est plus tardive et plus classique, comme le montrent les nombreux exemplaires découverts au sein des nécropoles des Ve-VIIe siècles. Nous pouvons mentionner notamment, dans la région, les boucles des sites des Horts et Saint-Vincent à Lunel-Viel, (Hérault ; Raynaud 2010 : 112 et 176) ou celles du site des Bérards à Châteaudouble (Ardèche ; Mémoire Vaireaux 1989 : pl. 30 et 32). On retrouve également de nombreux parallèles dans le nord-est de la Gaule (Legoux, Périn, Vallet 2004) et jusqu’en Espagne (Járrega 2014 : 240, fig. 30 ; Ripoll 1985 : 113, n° 7).

378L’applique de ceinture PR35, issue d’un niveau de remblai de la pars rustica, est aussi d’un type assez courant de l’Europe centrale au Royaume-Uni, daté entre la fin du IIIe et le début du Ve siècle. Mentionnons les exemplaires semblables d’une sépulture slovène du dernier quart du IIIe siècle à Ljubljana (Petru 1972), mais aussi de Zengövárkony (Hongrie ; Sommer 1984 : pl. 32, n° 7‑12) ou d’Augst (Martin 1967 : 3) datés du début du Ve siècle. En Gaule, on signalera un objet analogue daté entre 350 et 500 à Vermand (Aisne ; Böhme 1974 : pl. 136), sur le site de La Motte à Ecrille (Jura ; Gandel, Billoin, Humbert 2008 : fig. 14, n° 3) ou plus localement, une applique identique à Crest (site de Bourbousson), datée entre la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle (Rapport Bastard, Stephenson 1997 : fig. 102b, n° 10).

379Une série de clous de chaussures PR36-38, dont un a été découvert sur un niveau de circulation, est également issue de la pars rustica du site. Au Bas-Empire, dans la région, l’emploi des chaussures cloutées est bien attesté, comme le montre l’exemple de la nécropole de Savasse (Drôme) où ces clous de petit diamètre sont principalement retrouvés dans les tombes d’adultes de sexe masculin (Gagnol 2015 : 284). Ce type de chaussure correspond certainement aux caligae rusticae mentionnées dans l’Édit de Dioclétien (IX, 5), suggérant son utilisation pour les travaux agricoles.

7.7.6.3. La toilette

380Trois instruments de toilette ont été retrouvés dans la villa. On retrouve assez logiquement ces éléments dans la résidence mais un objet de très belle facture, la pince à épiler PR32, provient de la pars rustica.

381Les objets de toilette de la pars urbana, une cuillère à parfum en os (PU9) et une cuillère-sonde en alliage cuivreux (PU13), sont assez communs. La cuillère à parfum, découverte dans la couche correspondant à la dernière occupation de la pièce 891, peut être rapprochée du type Béal AXXIV, 2a, regroupant les cuillères à parfum en os de moins de 100 mm, avec un cuilleron en forme de goutte d’eau. Il s’agit du type le plus classique, fréquent aux deux premiers siècles ap. J.‑C. mais attesté jusqu’à la fin de l’Empire (Béal 1983 : 246‑247). Le manche de l’objet semble avoir été retravaillé en pointe ultérieurement, peut-être afin qu’il puisse assurer, une fois brisé, une autre fonction. La cuillère-sonde, retrouvée hors stratigraphie, peut être rattachée à un type de spatules simples qui semble apparaître tardivement, par exemple à Augst, entre la fin du Ier et le IIIe siècle (Riha 1986 : 65, pl. 11a). Il s’agit d’un instrument polyvalent, dont l’usage principal est la préparation et la manipulation des fards. Cet instrument de toilette peut devenir un instrument médical quand il est utilisé dans un cadre pharmaceutique (préparation et application des pommades ou de médicaments), voire chirurgical. Cependant, l’abondance de ce type d’objets nous invite plutôt à privilégier leur fonction primaire.

  • 13 Nos remerciements à É. Vigier (doctorante à l’université Lumière Lyon 2) et M. Feugère (CNRS, Arar (...)

382La pince à épiler (PR32), bien que découverte dans un niveau de démolition de la pars rustica, est certainement l’objet le plus remarquable de ce corpus, notamment par son décor soigné. Cet élément peut être classé dans le type Hirt 1 regroupant les pinces avec ressort en forme de U (Hirt 2000 : 105) avec branches à épaules et mors pointus (E. Vigier in Artefacts : PEP-4017). Cette forme est attestée dès le Haut-Empire avec, par exemple, un élément proche de notre objet (seul le décor diffère) mis au jour à Ljubljana, sur le site de la Colonia Iulia Emona (Slovénie) dans un contexte claudio-flavien (Gaspari 2010 : pl. 27, n° 7968). On signalera également un autre élément avec un décor plus semblable, découvert à Naintré (Vienne), sur le site du Vieux-Poitiers, provenant d’un contexte du Haut-Empire (Bertrand 2003 : 100). Cet objet a été découvert dans le théâtre de la ville, réoccupé au IVe siècle. Nous proposerons, pour notre part, une datation tardive pour ce type de pince. En effet, le style de décor de notre exemplaire se rapproche de ceux que l’on retrouve sur les pieds des fibules cruciformes apparaissant au milieu du IVe siècle (type Keller 3 ou Feugère 31c1 : Keller 1971 ; Feugère 1985). Nous mentionnerons également d’autres pinces en Gaule, découvertes lors de fouilles anciennes, mais provenant de sites où des niveaux tardifs sont connus : à Autun (Rebourg 1993 : 197), dans la forêt de Compiègne, à Lacroix-Saint-Ouen (site du Mont-Chyprès), à Mérouville, à Nantes (Mémoire Le Bot 2001 : 140‑141) ou encore à Évreux (site du Vieil-Évreux ; Fauduet 1992 : 125)13.

7.7.7. La vie sociale

383La vie sociale de la pars urbana n’est connue qu’à travers des éléments de jeux, découverts dans les couches d’abandon. Il s’agit d’un jeton en pierre sans décor (PU18), d’un disque plat également en pierre présentant une incision centrale sur les deux faces (PU17) et d’une moitié de jeton en os (PU16) à trois gorges concentriques peu marquées sur une face. De type Béal AXXXIII, 9, ces jetons en os n’apparaissent que rarement avant le milieu du IIe siècle et sont attestés jusqu’au début du IVe siècle (Béal 1983 : 312). Ordinairement désignés comme des jetons, il est également possible qu’il s’agisse de calculi destinés au comptage plutôt qu’à des activités de jeux.

384Le dé PU19 est un cube plein dont le décor est constitué de cercles pointés chiffrés de 1 à 6. Il s’agit d’un dé de type Béal BIII, regroupant l’ensemble des dés pleins antiques (Béal 1983 : 349‑354). Il n’est pas possible d’apporter plus de précision pour ce type d’objets, extrêmement courants dans l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, en contexte urbain et rural. On notera cependant la découverte, dans la même couche, de la fibule PU8 datée du Ier siècle ap. J.‑C.

385Le seul élément pouvant être classé dans la catégorie des échanges commerciaux est un poids quadrangulaire (PR39), en plomb, de 54,3 g, découvert dans une couche de démolition de la pars rustica et marqué de deux incisions représentant la valeur de deux onces (unciae), soit un sextans, c’est-à-dire 54,58 g (une once correspondant à 1/12e de livre romaine) [Mutz 1983 : pl. 1].

7.7.8. Conclusion

  • 14 Un clou de chaussure, une bague et une cuillère à parfum.

386L’étude de ce mobilier permet d’enrichir notre connaissance de la villa du Palais. Très majoritairement daté des IVe-Ve siècles, ce corpus a été remanié et provient, assez classiquement et à l’exception de trois objets14, de couches d’abandon ou de démolition, comblements de tranchées de récupération et fossés recoupant les constructions, plutôt que de couches d’occupation. Toutefois, il nous a permis d’apporter des indices supplémentaires sur le fonctionnement de la villa, sa chronologie et la nature des activités pratiquées.

387Les éléments de construction découverts dans les niveaux de démolition de la résidence signalent un édifice de qualité où l’on décèle des systèmes de fixation de vitrage rarement observés. De manière générale, le mobilier découvert semble toutefois assez ordinaire, même si l’on distingue dans ce corpus la facture remarquable de la pince à épiler (PR32) ou l’originalité de la plaque-boucle (PU14). Ce fait n’est pas surprenant, les objets précieux étant bien évidemment récupérés lors du départ des derniers occupants. Le mobilier restant a ensuite subi en partie une pratique de refonte que l’on peut qualifier d’opportuniste, comme l’attestent les différents déchets artisanaux, notamment du bronze.

388Cette étude est un des rares exemples de corpus publié du petit mobilier d’une villa tardive de la moyenne vallée du Rhône.

7.7.9. Catalogue des objets de la résidence15

7.7.9.1. Construction

389PU1 à PU3 – Éléments architecturaux. Pitons ou pattes de scellement formés d’une robuste barre de fer destinée à être insérée dans la maçonnerie et prolongée en angle droit par une tête plate rectangulaire percée d’un trou circulaire. PU1 (fig500) : L. 111 mm ; US 558 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425). PU2 (fig500) : L. 95 mm ; US 574 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425). PU3 (fig500) : L. 108 mm ; US 576 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

Fig. 500 – Les objets PU1 à PU22 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

Fig. 500 – Les objets PU1 à PU22 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

390PU4 – Pattes de fixation de vitres (fig500). Fragmentées ou entières, il s’agit de lamelles de plomb losangiques de 7 cm à 9 cm de long pour 1 à 2 cm de large, s’effilant aux extrémités et percées d’un clou à tête circulaire plate en fer d’environ 15 mm de long, totalement ou partiellement conservé.

391PU4a – US 385 (comblement du praefurnium 440 de la salle basilicale, abandon, Ve siècle). L. : 37 mm.

392PU4b – US 385 (comblement du praefurnium 440, abandon). L. : 40 mm ; ép. : 2 mm.

393PU4c – US 386 (comblement du praefurnium 440, abandon). L. : jusqu’à 120 mm ; l. : 12 à 17 mm, NR : 5 ; NMI : 5.

394PU4d – US 395 (comblement du praefurnium 440, abandon). L. : 44 mm ; ép. : 2 mm.

395PU4e – US 396 (portique méridional de la résidence tardive, abandon). L. : 79 mm ; l. : 15 mm ; ép. : 2 mm.

396PU4f – US 413 (comblement du canal 359 au sud de la salle basilicale, abandon). l. : 17 mm.

397PU4g – US 558 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425). L. : 89 mm ; l. : 16 mm ; ép. : 4 mm.

398PU4h – US574 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425). L. : 60 mm ; l. 10 mm ; ép. : 4 mm.

399PU4i – US 616 (résidence tardive, comblement du canal 540, abandon, Ve siècle). L. : 53 mm.

400PU4j – US 616 (résidence tardive, comblement du canal 540, abandon, Ve siècle). L. : 48 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 4 mm.

7.7.9.2. Les soins du corps, la parure

401PU5 – Épingles en os (fig500). Fragments de corps d’épingles en os de section subcirculaire ou circulaire. Certaines présentent un renflement central (5.2, 5.3 et 5.5). Aucune tête ou autre décor n’est conservé. PU5.1 : US 168 ; L. : 20 mm ; diam. : 4 mm. PU5.2 : US 358 ; L. : 45 mm ; diam. : 3 à 4 mm. PU5.3 : US 817 ; L. : 79 mm ; diam. : 3 à 5 mm. PU5.4 : HS ; L. : 42 mm ; diam. : 3 à 4 mm. PU5.5 : HS ; L. : 35 mm ; diam. : 3 à 4 mm.

402PU6 – Fibule (fig500). Fragment de fibule à ressort dont ne subsistent que l’ardillon et une partie du ressort à corde interne. Alliage cuivreux. L. 50 mm. US 434 (réoccupation médiévale).

403PU7 – Perle (fig500). Perle biconique en verre transparent de couleur bleue. Ép. 3 mm ; diam. 6 mm ; percement circulaire de 2 mm de diamètre. US 606 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

404PU8 – Fibule (fig500). Fibule dit « pseudo-La Tène II ». L’arc filiforme se prolonge par un pied retourné qui vient se fixer au sommet de l’arc par une bague sans décor ; ressort à quatre spires et corde interne. Alliage cuivreux. L. 62 mm. US 673 (jardin de la résidence tardive, abandon, Ve siècle).

405PU9 – Cuillère à parfum (fig. 500). Cuillère à parfum brisée au niveau du départ du cuilleron. L’autre extrémité est formée d’une pointe. Os. L. 78 mm ; l. : 2 à 9 mm ; ép. : 2 à 4 mm. US 892 (aile septentrionale de la résidence tardive, réoccupation médiévale).

406PU10 – Épingle (fig500). Épingle coulée à tête conique sans décor apparent. Alliage cuivreux. L. : 97 mm. US 944 (état I, 40‑70 ap. J.‑C.).

407PU11 – Bague-clé (fig500). Anneau à partir duquel se projette latéralement un panneton ajouré, dont ne subsiste qu’une simple tige en T brisée. Il s’agit d’une bague-clé destinée à ouvrir une petite serrure de coffret. Le détail du panneton, non visible ici en raison des cassures, correspond à la section du ressort qui une fois introduit dans la serrure, est compressée avec elle. Alliage cuivreuX. Diam. : 21 mm. US 944 (état I, 40‑70 ap. J.‑C.).

408PU12 – Bague (fig500). Bague dite « à spirales », formée d’un jonc filiforme, dont les extrémités forment une simple torsion puis s’enroulent en spirales autour du jonc. Alliage cuivreux. Ép. : 2 mm ; diam. : 21 mm. US 979 (aile sept. de la résidence IIIa, espace 868, seconde moitié du IIIe siècle).

409PU13 – Cuillère-sonde (fig500). Fragment d’une cuillère-sonde. Il s’agit de l’extrémité en forme d’olive, précédé par une petite moulure sur le manche de section circulaire simple. Alliage cuivreux. L. : 57 mm ; ép. : 2 à 7 mm. HS.

7.7.9.3. L’habillement

410PU14 – Plaque-boucle (fig500). Plaque boucle de ceinture rigide formée d’une boucle en forme de pelte, dont l’arc est orné de 6 ergots, les extrémités sont retroussées en crosse. Ardillon formé d’une simple tige repliée, inséré dans une perforation de la barre transversale. La boucle est prolongée par une plaque rectangulaire à l’arrière de laquelle est rivetée (4 rivets) une plaque moins épaisse mais de même forme. Possible brasure. Alliage cuivreux. L. 44 mm ; l. 47 mm. Prospection sur la parcelle ZM 317.

411PU15 – Boucle de ceinture (fig478 [GAG1]). Boucle de ceinture formée d’une tige de section quadrangulaire. La partie proximale est plus fine. L’arc est possiblement formé de deux têtes affrontées très stylisées. L’ardillon est absent. Alliage cuivreux. L. : 38 mm ; l. : 18 mm ; ép. : 3 à 4 mm. HS.

7.7.9.4. La vie sociale : jeux, jetons et dés

412PU16 – Jeton (fig500). Moitié de jeton présentant trois gorges concentriques peu marquées. L’autre face est lisse. Os. Ép. : 2 mm ; diam. : 20 mm. US 125 (aile occidentale de la résidence, état II).

413PU17 – Jeton ? (fig500). Disque plat présentant une incision centrale sur les deux faces. Pierre. Ép. : 5 mm ; diam. : 21 mm. US 510 (aile orientale de la résidence, abandon, Ve siècle).

414PU18 – Pion ou jeton (fig500). Disque dont les deux surfaces sont planes. Pas de décor. Pierre. Ép. : 3 mm ; diam. : 16 mm. US 532 (aile orientale de la résidence, abandon, Ve siècle).

415PU19 – Dé (fig500). Cube plein, dont le décor est constitué de cercles pointés : 1 à 6. Os. L. : 9,5 à 10 mm. US 673 (abandon, Ve siècle).

7.7.9.5. Artisanat

Déchets artisanaux

416PU20 – Quatre plaques en plomb de faible épaisseur dont la plupart sont pliées. US 558 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

417PU21 – Trois coulures de plomb. Prospection de la parcelle ZM 317.

Artisanat du textile

418PU22 – Fusaïole (fig500). Fusaïole taillée dans un fragment de terre cuite architecturale, probablement de type brique. Elle présente un trou central biconique (diam. 11 mm et 8 mm). Ép. : 19 mm ; diam. : 47 mm. US 558 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

Outils artisanaux

419PU23 – Polissoir : pierre quadrangulaire possédant une surface plane et sur l’autre trois traces de 6 à 12 mm de large formant des gorges à section en U. Les côtés sont lisses. L’objet pourrait avoir servi de polissoir pour des matières organiques (information : S. Cousseran-Néré). L. : 92 mm ; l. : 72 mm ; ép. : 30 mm. US 574 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

7.7.9.6. Divers

420PU24 – Anneau plat de section rectangulaire. Fer. L. : 9 mm ; ép. : 4 mm ; diam. : 41 mm. US 574 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

421PU25 – Simple anneau à section subcirculaire. Alliage cuivreux ; L. : 4 mm ; ép. : 4 mm ; diam. : 26 mm. US 934 (jardin de la résidence de l’état II).

7.7.9.7. Indéterminés ou non datés

422PU26 – Lame de couteau : soie de section quadrangulaire prolongée par une lame de section triangulaire ; décrochement entre la lame étroite et la soie effilée. Fer. L. : 58 mm ; l. : 5 à 20 mm ; ép. : 2 à 3 mm. US 131 (aile orientale de la résidence tardive, abandon, Ve siècle).

423PU27 – Couteau (fig501). Couteau composé d’une soie de section carré et d’une longue lame à dos et tranchant légèrement courbes, décrochement entre la lame étroite et la soie effilée. Fer. L. : 158 mm ; l. : 3 à 20 mm ; ép. : 1 à 8 mm. US 878 (cour de service de la résidence, état IIIb).

Fig. 501 – Les objets PU27 à PU44 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

Fig. 501 – Les objets PU27 à PU44 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

424PU28 – Sabot (fig501). Talon conique, creux, de section ovale, avec deux tiges de section carrée prolongeant le profil du cône et dépassant le plan d’ouverture. Orné de deux rainures. Fer. L. : 59 mm. Prospection de la parcelle ZM 317.

425PU29 – Sabot (fig501). Douille conique prolongée par deux tiges quadrangulaires. Fer. L. : 60 mm. US 607 (comblement de la fosse médiévale 608).

426PU30 – Sabots ? (fig. 501). Cônes massifs prolongés par des tiges de section carrée. Diamètre à la base des cônes : 22 à 25 mm. Fer. L. : 60 à 80 mm. US 561 (aile orientale de la résidence tardive, niveau d’effondrement de la toiture du portique, Ve siècle).

427PU31 – Penture ? (fig501). Probable fragment de penture, la radio ayant révélé une série de trous de rivets non lisible à l’œil nu. Fer. L. : 125 mm ; l. : 8 à 33 mm. US 505 (jardin de la résidence tardive, niveau d’abandon, Ve siècle).

428PU32 – Armature (fig501). Tige de fer formant une tête ovalaire interrompue par deux décrochements en U et prolongée par deux tiges. Fonctionnant avec des sabots ? L. : 42 mm. US 514.

429PU33 – Indéterminé (fig501). Lèvre de cruche ? Décor sur le bord. Contexte douteux. Alliage cuivreux. L. : 48 mm ; ép. : 1 à 5 mm. US 563 (jardin de la résidence tardive).

430PU34 – Coulure de plomb. Probablement à fonction architecturale car massive. L. 73 mm. US 574 (jardin de la résidence tardive, état IIIb, 350‑425).

431PU35 – Plaque en fer très dégradée et fragmentée. Indéterminée. L. : 76 mm ; l. : 2 mm. US 597 (jardin de la résidence, état II, IIe siècle).

432PU36 – Rivet (fig501). Tige de section circulaire terminée par une tête sphérique. Alliage cuivreux. L. : 33 mm. US 616 (résidence tardive, comblement du canal 540, abandon, Ve siècle).

433PU37 – Tige de clou. Fer. L. : 32 mm. US 616 (résidence tardive, comblement du canal 540, abandon, Ve siècle).

434PU38 – Indéterminé (fig501). Ruban de tôle sans décor visible s’amincissant à Ses deux extrémités dont l’une est brisée. Alliage cuivreux. L. : 76 mm ; l. : 1 à 5 mm ; ép. : 1 mm. US 853 (résidence tardive, comblement du canal 849, abandon, Ve siècle).

435PU39 – Clé (fig501). Clé à rotation à canon creux, dont le manche est prolongé par un anneau et un bouton terminal brisé. Deux bossettes entre l’anneau et la tige. Décor incisé sur le panneton, qui présente une seule encoche au niveau du museau. Alliage cuivreux. L. : 43 mm. US 616 (résidence tardive, comblement du canal 540, abandon, Ve siècle).

436PU40 – Fusaïole (fig501). Fusaïole ayant subi un passage au feu, sur laquelle on distingue seulement une partie du décor visible sur la face plane : deux rainures et un bourrelet cernant le trou central. Bois de cerf. Ép. : 10 mm ; diam. : 27 mm. US 837 (abandon, Ve siècle).

7.7.10. Catalogue des objets de la partie agraire

7.7.10.1. Agriculture et élevage

437PR1 – Boucle de harnais (fig502). Tige de section rectangulaire, avec extrémités pointues, repliée pour former un rectangle. Un ardillon en fer vient s’enrouler autour de cette tige et semble s’élargir à son extrémité distale. Fer. L. : 47 ; l. : 36 mm ; ép. : 8 mm. US 3.

Fig. 502 – Les objets de la pars rustica (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

Fig. 502 – Les objets de la pars rustica (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

438PR2 – Sonnaille (fig. 499). Sonnaille en tôle de fer sans trace de rivets au niveau du joint vertical. Comme tous les objets de ce type, elle était recouverte d’une fine couche de bronze. Fer. L. : 128 mm ; l. : 93 mm ; ép. : 52 mm ; pds : 1040,8 g. US 476.

439PR3 – Sonnailles (fig499). Il s’agit de deux sonnailles emboîtées, très fragmentées. De petite taille, elles pourraient être attribuées à des ovicaprinés. On distingue très bien ici une couche de bronze sur la surface. Fer. L. : 68 mm ; pds : 139 g. US 1082.

440PR4 – Aiguillon de bouvier. Bande de fer enroulée en spirale, formant un tube ouvert d’où se dégage un aiguillon très abîmé. Fer. L. : 41 mm ; l. : 22 mm ; ép. : 3 mm ; pds : 14,2 g. US 1082.

7.7.10.2. Artisanat

Déchets artisanaux

441PR5 à PR9 – La fouille du secteur agraire a livré de rares scories de fer. PR5 : inv. n° 90, US 1041, pds : 3,60 g ; inv. n° 118, US 296, pds : 15,20 g ; inv. n° 122, US 269, pds : 4,50 g ; inv. n° 123, US 1020, pds : 208,6 g.

Le travail des alliages cuivreux est attesté seulement par trois gouttes (PR6) représentant 4,80 g et quelques coulures (PR7) dues à une chute de métal hors du creuset pendant les manipulations : ces déchets représentent 249,60 g. On a encore rencontré trois scories de bronze (PR8 : 5,60 g) et une plaque présentant des traces de découpes, à identifier comme une chute de tôle (3,2 g).

Les 48 déchets artisanaux en plomb (PR9) sont également peu nombreux : leur poids total est de 1061 g.

On ne peut évaluer quelle part de ces déchets représentaient les scories diverses signalées dans la fouille de P. Carlier en 1987, dans un contexte, du reste, difficile à caractériser.

Outillage

442PR10 – Foret (fig502). Il s’agit ici d’un fragment de mèche de foret, caractérisée par la tête en forme de tronc de pyramide allongé, qui permet de caler la mèche interchangeable dans la tête du foret ou drille. L’objet n’est pas complet, il est brisé au niveau de la tige de section circulaire, l’extrémité distale est absente. US 172. Fer. L. : 55 mm ; pds : 14,6 g.

443PR11 – Fragment de forces (fig502). L’objet est, à l’origine, constitué de deux lames triangulaires, prolongées par une tige d’axe perpendiculaire, s’épaississant pour former à la charnière un ressort en arc de cercle. Ici ne subsiste que la moitié de l’objet, brisé au niveau du ressort et de la moitié de la lame. Fer. L. : 104 mm ; l. : 3 à 11 mm ; ép. : 2 à 12 mm ; pds : 19,7 g. US 1018.

444PR12 – Fusaïole (fig502). Fusaïole dont la face inférieure est plane et ornée de trois gorges concentriques tandis que la face supérieure est bombée en calotte et présente six rainures circulaires. L’objet comporte un trou central perforant de 8 mm de diamètre. Os. Ép. : 7 mm ; diam. : 34 mm ; pds : 7,6 g ; US 1000.

7.7.10.3. Construction

Eléments architecturaux

445PR13 – Scellement (fig502). Scellement indéterminé de section circulaire, non perforé. Plomb. L. : 18 ; diam. : 22 mm ; pds : 36,7 g. US 1028.

446PR14 – Fiche (fig502). Fiche composée d’une tige de section carrée terminée par une tête en L. Fer. L. : 64 mm ; l. : 9 à 14 mm ; ép. : 8 mm ; pds : 26,9 g. US 1062.

447PR15 – Fiche de section rectangulaire dont l’œil de la tête sert d’attache ou de moyen de rotation. Fer. L. : 120 mm ; l. : 28 mm ; ép. : 6 mm ; pds : 78,7 mm. US 1083.

Huisserie

448PR16 – Gond. Tige massive de section subcirculaire. Il s’agit du fragment supérieur, brisé, de la partie mâle d’un gond. Fer ; L. : 71 mm ; diam. : 16 mm ; pds : 72,7 g. US 37.

449PR17 – Penture de porte ou de meuble sur laquelle subsiste un gond cylindrique entier. La penture est brisée à son extrémité et possède un trou de rivet visible. L’objet peut fonctionner avec PR18. Fer. L. : 134 mm ; l. : 41 mm ; pds : 372,8 g. US 37.

Menuiserie

450PR18 – Piton fermé à deux pointes. La tête de l’objet (tordue ici) est formée d’un anneau créé par enroulement tandis que le reste de l’objet est constitué de deux branches appointées rivetées. Ce piton sert à laisser coulisser ou à suspendre un lien. Il peut également servir de partie femelle à une charnière. Contrairement au piton fermé classique, son rivetage permet de le fixer solidement sur des sections peu épaisses de bois. Il était encore utilisé dans les années 1950 dans le monde rural (Guillaumet 2003 : 53). Fer. L. : 47 mm ; l. : 17 mm ; ép. : 2 mm ; pds : 5,2 g. US 174.

451PR19 – Ferrure. Bande de fer plate munis d’un trou de fixation carré. Leur fonction est multiple : renforcer des assemblages, cercler des récipients, protéger des arêtes vives ou des surfaces de l’usure, garnir ou décorer des surfaces nues (Eneau 2002 : 53). L. : 127 mm ; l. : 22 mm ; ép. : 4 mm ; pds : 45,6 g. US 1003.

452PR20 – Piton fermé par percement. Fixé dans un bois, ce piton sert à laisser coulisser ou à suspendre un lien. Il peut également servir de partie femelle à une charnière. Il était encore utilisé dans les années 1950 dans le monde rural (Guillaumet 2003 : 53). Fer. L. : 49 mm ; l. : 14 mm ; ép. : 6 mm ; pds : 8,2 g. US 1028.

453PR21 – Ferrure : bande de fer plat muni de deux trous de fixation carrés. Leur fonction est multiple : renforcer des assemblages, cercler des récipients, protéger des arêtes vives ou des surfaces de l’usure, garnir ou décorer des surfaces nues (Eneau 2002 : 53). Fer. L. : 96 mm ; l. : 60 mm ; ép. : 2 mm ; pds : 34,6 g. US 1028.

Les clous de construction (PR22)

454PR22 – Huit clous, dont la longueur est comprise entre 90 et 280 mm et dont la section est supérieure à 8 mm, ont été mis au jour sur le site. Ils proviennent des US 128 (un indivividu), US 201 (un indiv.), US 399 (un indiv.), US 866 (un indiv.), US 1003 (deux indiv.), US 1014 (un indiv.), et US 1025 (un indiv.).

7.7.10.4. Mobilier domestique

Coffrets

455PR23 – Clé (fig502). Probable clé de petit coffret. Alliage cuivreux. L. : 30 mm ; l. : 2 à 10 mm ; ép. : 2 à 3 mm ; pds : 3,1 g. US 1027.

456PR24 – Applique (fig502). Applique formée d’une tôle pliée pour obtenir une section semi-circulaire. L’objet forme un angle droit. Alliage cuivreux. L. : 152 mm ; l. : 5 mm ; ép. : 3 mm ; pds : 5,5 g. US 1028.

457PR25 – Applique. Tôle rectangulaire présentant deux perforations circulaires (4 mm de diamètre) permettant le rivetage de l’objet. Alliage cuivreux. L. : 40 mm ; l. : 31 mm ; ép. : 1 mm ; pds : 6,3 g. US 1062.

Éléments décoratifs

458PR26 – Bandage de seau (fig502). Tôle en alliage cuivreux, repliée sur elle-même, dont le décor est composé de trois rangées de formes estampées. La rangée centrale présente des cupules réniformes tandis que les rangées supérieures et inférieures sont en forme de trou de serrure. À chaque extrémité de la plaque, d’une longueur (reconstituée) totale d’environ 10 cm, se situe un trou circulaire destiné au rivetage. Les pliures volontaires et régulières de l’objet suggèrent une préparation destinée à refondre l’objet. L. : 40 mm ; l. : 20 mm ; ép. : 1 mm ; pds : 10,9 g. US 610.

459PR27 – Clou décoratif à tête circulaire plate. Alliage cuivreux. Section de la tige : 3 mm ; diam. : 27 mm ; pds : 9,7 g. US 1025.

460PR28 – Clou décoratif en alliage cuivreux, coulé sur une tige de fer, avec une simple tête subcirculaire. Fer et alliage cuivreux. L. : 12 mm ; l. : 9 mm ; ép. : 6 mm ; pds : 1,5 g. US 1028.

Meubles

461PR29 – Crampon de menuiserie (fig502). Cet objet, dont il ne reste qu’un fragment, est identifié comme un crampon de menuiserie. Il est utilisé pour lier ensemble les planches d’un meuble. C’est une pièce en U au plat plus large qu’épais et aux branches appointées. Lors de la pose, les pointes sont rivetées, c’est-à-dire retournées dans le bois (Guillaumet 2003 :134). L’une des extrémités de la pièce est effectivement retournée. L’autre pointe est manquante. Fer. L. : 59 mm ; l. : 24 mm ; ép. : 3 à 6 mm ; pds : 14,1 g. US 1061.

Vaisselle

462PR30 – Agrafe (fig502). Tôle de section rectangulaire présentant une extrémité arrondie perforée, l’autre extrémité de l’objet présente une cassure. Possible agrafe de réparation de vase. Matériau : Alliage cuivreux. L. : 45 mm ; l. : 27 mm ; ép. : 2 mm ; pds : 16,7 g. US 1020.

463PR30bis – Poêle à frire en fer (fig503). Récipient large de 140 mm environ, assez bas, muni d’un manche. On en connaît de nombreux exemples de Grande Bretagne, en France, en Italie, ou dans l’Égypte romaine (Mannig 1985 : 104‑105, inv. n° P 32). L’objet provient du bâtiment de la Maladrerie. L. cons. : 230 mm.

Fig 503 – Poêle à frire PR30bis (dessins : P. Rigaud, DAO : M. Gagnol).

Fig 503 – Poêle à frire PR30bis (dessins : P. Rigaud, DAO : M. Gagnol).

Les clous de menuiserie

464PR31 – Vingt-deux clous de menuiserie ont été mis au jour sur le site : les US 161, 178, 399, 528, 1000, 1004, 1030, 1051,1052 et 2047 ont livré chacune un individu, les US 1014, 1025, 1049 et 1117, deux individus chacune et l’US 1003, quatre individus. Ces clous ont une section comprise entre 4 et 8 mm et une longueur entre 20 et 80 mm.

7.7.10.5. Soins du corps

Toilette - Médecine

465PR32 – Pince à épiler (fig504). Pince présentant un décor varié constitué de rainures horizontales et en zigzag associées à des chevrons. Le ressort est formé d’une bande plate mais les branches, par ailleurs effilées vers le bas, comportent un fort épaississement pour faciliter la préhension. Alliage cuivreux. L. : 140 mm ; l. : 2 à 20 mm ; ép. : 4 à 18 mm ; pds : 29,7 g. US 1020.

Fig. 504 – Pince à épiler PR32 (dessins : J.‑Cl. Sarrazin, DAO : M. Gagnol).

Fig. 504 – Pince à épiler PR32 (dessins : J.‑Cl. Sarrazin, DAO : M. Gagnol).

Parure

466PR33 – Bracelet (fig502). Bracelet formé d’un jonc plat avec un décor d’ocelles poinçonnés réparties sur toute la longueur de la surface externe. La fermeture est assurée par un crochet venant s’insérer dans un orifice prévu à cet effet à l’autre extrémité. Alliage cuivreux. L. : 160 mm ; l. : 4 mm ; ép. : 2 mm ; pds : 6,3 g. US 1030.

467PR34 – Perle (fig502). Perle tubulaire formée d’une fine tôle enroulée. Alliage cuivreux. L. : 23 mm ; diam. : 11 mm ; pds : 2,4 g. US 1014.

468PR34bis – Deux perles (fig505) en verre vert et de section hexagonale. Il s’agit de perles assez répandues de type Riha 23.2 (Riha 1990 : 89‑90). Elles sont datées du IVe siècle en Gaule. Des perles similaires ont été mises au jour, dans la sépulture 65 de la nécropole de Savasse (Drôme), datée du IVe siècle. Les perles de ce type appartenaient probablement à une coiffe (Gagnol 2015). L. : 7 mm ; diam. : 4 mm ; pds : 0,1 g. US 160.

Fig. 505 – Perles en verre PR34bis (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

Fig. 505 – Perles en verre PR34bis (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).

Habillement

469PR35 – Applique de ceinture (fig502). Applique de ceinture formée d’une tôle « en forme d’hélice » sans décor visible. Deux trous à chaque extrémité permettent la fixation de l’objet sur le support. Alliage cuivreux. L. : 62 mm ; l. : 1 mm ; ép. : 1 g ; pds : 3,4 g. US 1027.

470PR36 à PR38 – Clous de chaussures. Trois clous de chaussure en fer ont été découverts. PR36 : L. : 12 mm ; diam. tête : 8 mm ; pds : 0,5 g ; US 1003. PR37 : L. : 14 mm ; diam. tête : 14 mm ; pds : 0,6 g ; US 1018. PR38 : L. : 14 mm ; diam. tête : 8 mm ; pds : 0,6 g ; US 1059.

7.7.10.6. Vie sociale - Commerce

471PR39 – Poids (fig502). Poids quadrangulaire présentant, sur une face, deux traits parallèles gravés. Plomb. L. : 24 mm ; l. : 24 mm ; ép. : 10 mm ; pds : 55,3 g. US 1027.

7.7.10.7. Divers

472PR40 – Calibre ? (fig. 502). Disque de tôle de bronze, percé d’un trou central circulaire de 2 mm de diamètre. Possibles traces d’étamage. Les bords sont découpés et présentent différentes marques. Alliage cuivreux. Ép. : 1 mm ; diam. : 31 mm ; pds : 4,3 mm. US 1072.

473PR41 – Applique ? (fig506). Disque de tôle de bronze très fine, percé d’un trou central circulaire de 2 mm de diamètre. On distingue un décor poinçonné perforant. Alliage cuivreux. Ép. : 1 mm ; diam. : 30 mm ; pds : 1,2 g ; US 1025.

Fig. 506 – Applique PR41 (cliché et DAO : M. Gagnol).

Fig. 506 – Applique PR41 (cliché et DAO : M. Gagnol).

474PR42 – Anneau. Tige de section carrée, formant un demi-cercle de 80 mm de diamètre. Fonction indéterminée. Fer. L. : 87 mm ; l. : 6 mm ; ép. : 6 mm ; pds : 20,8 g. US 1028.

475PR43 – Fragment de petit anneau circulaire de section carré. Fer. Diam. : 37 mm ; ép. : 4 mm ; pds : 5,3 g. US 1003.

476PR44 – Crochet présentant une tige de section ronde. Fer. L. : 48 mm ; l. : 36 mm ; ép. : 8 mm ; pds : 17g. US 1062.

477PR45 – Crochet présentant une tige de section rectangulaire. Il pourrait s’agir d’une extrémité de chaînette. Alliage cuivreux. L. : 21 mm ; ép. : 2 mm ; pds : 0,1 g. US 1046.

478PR46 à PR47 – Plaques et tôles, tiges. La fouille a livré 19 petits fragments de tôle et cinq de plaquette en alliage cuivreux ; s’y ajoutent deux petits fragments de plaque en fer. Dix fragments de petites tiges en plomb ont été découverts, ainsi qu’une douzaine d’autres en fer et en alliage cuivreux.

Notes

1 « Taillé au 1/96 L. » signifie que le poids théorique du nummus correspond au 1/96 d’une livre romaine de métal d'’alliage cuivreux (environ 330 g). Le poids théorique d’un nummus taillé au 1/96 L. correspond donc à 3,43 g.

2 D’après les analyses effectuées dans le cadre de l’étude d’I. Bollard, la production des médaillons ne s’est pas faite dans les ateliers officiels impériaux d’Orient entre 354 et 361.

3 L’analyse a porté sur une sélection de 173 médaillons en bronze (dont 70 contorniates) produits entre les règnes de Dioclétien et Théodose Ier ; l’analyse de l’alliage des médaillons permet de comparer les résultats obtenus avec les données connues pour le monnayage en circulation durant l’Antiquité tardive (Bollard, Barrandon 2006 : 281-‑300).

4 La très grande rareté des découvertes de médaillons contorniates pourrait s’expliquer par la fonte de ces derniers, déjà produits à peu d’exemplaires ; les médaillons devaient être offerts par lots dans des bourses, à l’image des jetons de rétribution administratifs distribués sous l’Ancien Régime en France ; leurs destinataires portaient, parfois, ces jetons à la fonte dans les ateliers monétaires du royaume pour en tirer un gain substantiel.

5 Nous remercions S. Barberan (Inrap Méditerranée, Centre Camille Jullian [UMR 7299]), G. Maza et Y. Teyssonneyre (Eveha Archéologie, Arar [UMR 5138]) pour les informations qu’ils nous ont communiquées.

6 Elle représente 64 % à Montélimar (site de la RN 7 nord-est : Durand in Rapport Lurol 2014), entre 51,2 % du total de la vaisselle aux Brassières-nord (phase 50-25 av. J.-C.) ; 63,3 % à Sauzet, 62,5 % à Valence, rue d’Arménie ; 80 % à Jastres nord et 90 % à Alba.

7 Elle représente entre 24,9 % du total de la vaisselle aux Brassières-nord (phase 50-25 av. J.-C.) ; 59 % à Soyons (Le Malpas : phase 2 : LT D2b-Auguste).

8 37,4 % à Chabrillan, Saint-Martin 2 (phase 50-25 av. J.-C.) ; 1,5 % à Valence, rue d’Arménie (phase 50-30 av. J.-C.), 0,24 % % à Montélimar RN 7 Nord-Est.

9 27,8 % à Montélimar (RN 7 Nord-Est), 23,9 % du total vaisselle aux Brassières-nord (phase 50-25 av. J.-C.) ; 36 % à Sauzet, 33,4 % à Valence, rue d’Arménie (phase 50-30 av. J.-C.), 13,3 % à Soyons (le Malpas).

10 Il est à noter ici la présence de trois fragments de sigillée associés à de la CNT, mise au jour dans une seule fosse (F103). Cette production « italique » est attestée autour de 40 av. J.‑C. à Valence (rues d’Arménie et Bouffier ; Maza, Silvino 2011 ; Silvino et al. 2011), entre 50 et 25 av. J.‑C. à Soyons (Le Malpas ; Delrieu et al. 2015), autour de 50 av. J.‑C. à Lyon (Desbat 2012) et dès les années 50/45 av. J.‑C. à Fréjus (Rivet 2014).

11 Les références typologiques renvoient à Foy 1995 (notées Foy), Isings 1957 (notées Is.), et à la thèse de J.‑Y. Feyeux (1995 ; notées Feyeux).

12 Chaque objet a été numéroté PU…, pour pars urbana, s’il vient de la résidence et PR… s’il vient de la pars rustica. Dans la seconde partie de l’étude, un catalogue présente les objets selon leur provenance.

13 Nos remerciements à É. Vigier (doctorante à l’université Lumière Lyon 2) et M. Feugère (CNRS, Arar [UMR 5138], MOM) pour ces informations.

14 Un clou de chaussure, une bague et une cuillère à parfum.

15 Le NMI et le NR ne sont indiqués dans le catalogue que s’ils sont supérieurs à 1. Les objets non identifiés ne sont pas présentés. Les objets médiévaux sont évoqués dans le chapitre 9. Le corpus exhaustif figure dans Rapport Béal, Landry 2019 : 289-‑303.

Table des illustrations

Titre Fig. 434 – Répartition par séquences chronologiques des 132 monnaies identifiables utilisées pour l’étude selon la classification de Crawford/Reece ; ex. abréviations : P1a = Période 1a : 27 av. J.‑C.-2 av. J.‑C.) [Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 437 – Répartition des ateliers par séquences chronologiques (classification de Crawford/Reece) du numéraire des IVe-Ve siècles. Abréviations des ateliers : Tr : Trèves ; Ly : Lyon ; Ar : Arles ; Ar/Ly : Arles ou Lyon ; Aq : Aquilée ; Ar/Aq : Arles ou Aquilée ; Sis : Siscia ; Nic : Nicomédie ; Ind. : atelier indéterminé ; Irr. : atelier irrégulier (Chr. Cécillon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 439 – Les monnaies de la villa du Palais : du règne d’Auguste à la dynastie constantinienne (27 av. J.‑C.-IVe siècle ap. J.‑C.) [cliché : Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 440 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 441 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie constantinienne et la dynastie valentinienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 442 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie valentinienne et la dynastie théodosienne (IVe siècle) [cliché : Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 443 – Les monnaies de la villa du Palais : la dynastie théodosienne (fin du IVe siècle-début du Ve siècle) [cliché : Chr. Cécillon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 444 – Médaillon contorniate du Palais (cliché : Chr. Cécillon) et une variante du type (134b) [vente Classical Numismatic Group Inc., Triton VIII, lot 1 272, 10 janvier 2005].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Titre Fig. 446 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 211-212, US 128, US 140 (remblai), US 142 (occupation) [DAO : É. Durand].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 447 – Le Palais, mobilier céramique (troisième quart du Ier siècle av. J.‑C.) : US 152 (démolition) [DAO : É. Durand].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 451 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : sigillée Claire B ; 4 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 13 : commune tournée rouge ; 14, 15 : commune claire calcaire ; 16 : commune tournée grise ; 17 : africaine de cuisine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 452 – Ensemble I, résidence du Palais, US 979, état IIIa ; n° 1 à 3 : amphore gauloise (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 454 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 10 : sigillée Claire B ; 11 à 13 : CRA ; 14, 15 : CRA/Luisante ; 16 : sigillée africaine C (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 455 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 17 : commune tournée rouge ; 18 à 26 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 456 – Ensemble II, résidence du Palais, état IIIb ; n° 1 à 5 : commune tournée grise ; 6 : africaine de cuisine ; 7 : céramique blanche ; 8 : céramique claire à peinture rouge ; 9, 10 : amphore africaine (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 458 – Ensemble III, ensemble funéraire de la Labre, inhumations ; n° 1, 3, 4, 8 : CRA ; 2, 5, 6, 7 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 9 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 460 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 : DS.P. orangée ; 2 : sigillée africaine D ; 3, 4 : CRA/Luisante ; 5 à 11 : CRA (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Fig. 461 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 15 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique ; 16 à 19 : commune tournée rouge (dessin : Chr. Bonnet ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Fig. 462 – Ensemble IV, partie agraire du Grand Palais ; n° 1 à 8 : amphore hispanique ; 9 à 11 : amphore africaine (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 464 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie ; n° 1 : DS.P. grise ; 2 : sigillée africaine D ; 3 à 7 : CRA ; 8 à 12 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 465 – Ensemble V, partie agraire, bâtiment de la Maladrerie, US 98 ; n° 1 : amphore hispanique et bouchon taillé dans une tegula (dessin : Chr. Bonnet, DAO : P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 467 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4‑5 : amphore hispanique Dr. 23 et son bouchon taillé dans une tegula ; 6‑7 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin et DAO : Fr. Notter-Truxa).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 468 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 et leurs bouchons ; 5‑6 : amphores hispaniques Dr. 23 ; 7 : Amphore orientale LR4 ; 8 : amphore Almagro 51C, Portugal (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 469 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb ; n° 1 à 3 : bouchons taillés dans une tegula ; 4 : amphore hispanique Dr. 23 (dessin : É. Bayen, Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 470 – Ensemble VI, résidence du Palais, vides sanitaires, état IIIb, n° 1 à 4 : amphores hispaniques Dr. 23 (dessin : Chr. Bonnet, DAO : É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 472 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 5 : estampée grise (DS.P.) ; 6 à 8 : CRA/Luisante ; 9 : claire B ; 10 : sigillée africaine D (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 473 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 9 : commune tournée rouge ; 10 à 17 : tournée grise à pâte blanche kaolinitique (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 474 – Ensemble VII, le Palais, résidence du Palais, abandon ; n° 1 à 7 : commune tournée grise ; 8 : céramique blanche ; 9 : amphore hispanique ; 10 : amphore africaine ; 11, 12 : amphores orientales (dessin et DAO : A. Langlois, C. Batigne Vallet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 475 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans les sondages de P. Sarrazin en 1988 (J. Roussel-Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 476 – Le Palais, vaisselle de verre collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 477 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 478 – Le Palais, vaisselle collectée dans la résidence (J. Roussel-Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 479 – La Maladrerie, vaisselle collectée dans les fouilles de M. Bois et P. Carlier (J. Roussel-Ode).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 480 – Le Grand Palais, le verre de la partie agraire (d’après Colombier 2012 : 111).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 481 – Dolium du Grand Palais : aspect à la cassure (cliché : Ch. Carrato).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 482 – Dolium du Grand Palais : aspect après sciage (cliché : Ch. Carrato).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 484 – Taux de restes des taxons au Haut-Empire (D. Lalaï).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 490 – Taux de restes des taxons au Bas-Empire (D. Lalaï).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 497 – Taux de conchyliorestes par espèce de mollusques marins au Bas-Empire (D. Lalaï).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 498 – Comparaisons des taux de restes au sein de la triade domestique entre le Haut-Empire et le Bas-Empire (D. Lalaï).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 499 – Les sonnailles dans le comblement des fossés FS 476 (à gauche) et FS 1082 (à droite) [dessins : F. Pont, cliché et DAO : M. Gagnol].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 500 – Les objets PU1 à PU22 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Titre Fig. 501 – Les objets PU27 à PU44 de la pars urbana (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 502 – Les objets de la pars rustica (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig 503 – Poêle à frire PR30bis (dessins : P. Rigaud, DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 504 – Pince à épiler PR32 (dessins : J.‑Cl. Sarrazin, DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 505 – Perles en verre PR34bis (dessins : F. Pont, clichés et DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Fig. 506 – Applique PR41 (cliché et DAO : M. Gagnol).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/7003/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 439k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search