Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 6. Le paysage et les champs de la villa du Palais

Christophe Landry, Manon Cabanis et Sophie Martin

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de : Jacques Léopold Brochier [contributeur] Bertrand Moulin [contributeur]

Texte intégral

1Au Grand Palais, grâce à un décapage de 1,35 ha (fig380), l’étude d’une partie du domaine située au plus près de la villa a porté sur une zone de plantation qui a révélé 779 structures fossoyées parmi lesquelles on distingue notamment 388 fosses rectangulaires et 334 fosses circulaires de plantation (fig381), auxquelles s’ajoutent 133 structures linéaires (fossés ou drains). Cette masse de données conduit à réfléchir sur le paysage, la structuration des champs et l’identification des productions agricoles qui y sont attestées. Deux sources sont ici disponibles, l’analyse malacologique et carpologique des données paléo-environnementales et l’étude archéologique des traces de plantations, des fossés et des cheminements.

Fig. 380 – Vue aérienne du site du Grand Palais (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

Fig. 380 – Vue aérienne du site du Grand Palais (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

Fig. 381 – Plan des secteurs de la zone de plantation du Grand Palais (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).

Fig. 381 – Plan des secteurs de la zone de plantation du Grand Palais (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).

6.1. Les données paléoenvironnementales

6.1.1. L’apport de l’analyse malacologique (S. Martin)

6.1.1.1. Introduction

2Les paysages agricoles antiques sont souvent d’abord compris par l’étude des fossés parcellaires, des chemins et des fosses de plantation, lorsqu’elles sont conservées. La caractérisation de l’orientation de ces éléments, de leur trame et de leur insertion au sein des exploitations agricoles, ainsi que la mise en évidence des parcelles, permettent de comprendre la structuration de ces espaces agraires.

3Concernant les plantes exploitées au sein de ces espaces, en dehors des vignobles dont les fosses sont caractéristiques, ce sont surtout des structures archéologiques périphériques, tels que les puits à proximité des établissements, qui donnent des informations sur l’agriculture antique, par l’étude des restes botaniques (Jung, Bel 2017 : 41‑112). La malacologie continentale, dans ce contexte, apporte des données sur la structure des formations végétales au sein des parcelles et sur la caractérisation des agrosystèmes locaux : en effet, les escargots sont très dépendants de cette structure et constituent un biomarqueur local qui permet de spatialiser l’information paléoenvironnementale (Martin 2017 ; Martin et al. 2017).

4Le site du Grand Palais a livré un ensemble exceptionnel de structures de plantations antiques, notamment liées à des vergers et des vignobles qui ont fourni l’opportunité d’une étude fine d’un paysage agraire antique, dans un cadre interdisciplinaire mêlant archéologie et archéologie environnementale.

6.1.1.2. Matériel et méthodes

Postulat méthodologique

5En l’absence de stratigraphie conservée associée aux plantations, l’analyse malacologique a porté sur le remplissage des fosses de plantation mises au jour, soit viticoles, soit arboricoles. Le postulat méthodologique consiste à considérer que les comblements de ces fosses nous renseignent sur le milieu immédiatement antérieur au creusement. En effet, nous partons du principe que lors d’une plantation, un premier apport volontaire de terre est effectué au moment du dépôt de la plante au fond de la fosse ; ce sédiment provient de la terre extraite précédemment et particulièrement de l’horizon supérieur du sol et de la litière comme le préconisent les agronomes latins (par ex. : Columelle, De l’agriculture, V, IX) et comme on l’observe dans les pratiques traditionnelles. Autrement dit, le comblement du fond d’une fosse de plantation, correspondant à l’horizon supérieur du sol creusé, indique le milieu environnant juste avant la mise en place de la plantation. Nous considérons donc ici les fosses de plantation comme des pièges à sédiments, qui ont conservé des niveaux de sols absents des stratigraphies (Figueiral et al. 2010) ; il en ira de même pour les analyses carpologiques et anthracologiques (voir 6.1.2).

Stratégie d’échantillonnage et protocole d’analyse

6À partir du très grand nombre d’échantillons prélevés au Grand Palais, un panel représentatif de différentes structures archéologiques a été sélectionné afin que nous puissions obtenir la meilleure image de la gestion des milieux. Pour cela, après que nous avons examiné macroscopiquement l’ensemble des refus de tamis, les similitudes et les différences entre les échantillons d’un même groupe archéologique ont été prises en compte, pour sélectionner des archétypes malacologiques. Ainsi, la liste des échantillons malacologiques analysés comporte 17 prélèvements qui concernent les différentes phases de l’occupation antique. Pour le Haut-Empire, cinq fosses de plantation d’arbres ont été sélectionnées en vue de l’étude malacologique ; pour l’Antiquité tardive, sept fosses de plantation de vignes, deux échantillons provenant du niveau d’amendement antérieur à la mise en place des vignobles, un fossé parcellaire et deux prélèvements provenant d’un fossé d’un bâtiment agricole sont concernés.

7Le prélèvement des échantillons a été réalisé par l’équipe de fouille, chaque échantillon correspondant à environ dix litres de sédiment brut. Le tamisage n’a pu être effectué dans des conditions optimales pour l’analyse malacologique (tamis à maille de 0,5 mm) car il n’a été possible que sur des tamis à maille de 1 et 1,25 mm. Il en résulte une probable sous-estimation des plus petites espèces d’escargots ; ce biais méthodologique reste pourtant négligeable du fait de l’intérêt environnemental de cette série.

8Les coquilles obtenues ont été déterminées et comptées, selon la méthode préconisée par Sparks (1961) : comptage du fragment caractéristique de la coquille le plus fréquent pour chaque taxon – soit l’ouverture soit l’apex (en fonction de la conservation différentielle des espèces) – pour obtenir un NMI. L’identification des taxons et l’interprétation écologique ont été réalisées par comparaison avec une collection de référence et par le recours à des ouvrages de référence, notamment de Welter-Schultes (2012) et de Kerney, Cameron (2006). La nomenclature utilisée ici est celle qui a été établie par Welter-Schultes (2012).

6.1.1.3. Résultats

9Dans les 17 échantillons antiques analysés, 5 187 restes malacologiques ont été pris en compte : ils sont répartis en 30 taxons terrestres (5 031 coquilles) et 5 taxons aquatiques (156 coquilles).

10Les effectifs globaux sont suffisants (plus de 300 individus en moyenne par échantillon) pour permettre des analyses statistiques et une interprétation paléoécologique. Cependant, deux échantillons provenant de fosses de plantation et deux autres issus du niveau d’amendement présentent des effectifs très faibles (entre 8 et 89 coquilles), ce qui réduit largement leur fiabilité. Cette pauvreté pourrait s’expliquer par un dépôt très rapide du sédiment.

L’état I du milieu au Ier siècle av. J.‑C.

11Les occupations antiques s’insèrent dans une séquence sédimentaire colluvio-alluviale dont l’étude, géomorphologique (voir ci-dessus) et malacologique, livre des informations sur les conditions édaphiques et le paysage végétal avant l’implantation antique. L’analyse géomorphologique met ainsi en évidence plusieurs séries d’inondations importantes liées aux crues de la Riaille qui déposent des limons de débordement sur l’ensemble du site et provoquent l’érosion des dépôts anciens.

12En ce qui concerne les données malacologiques, ces limons incluent une malacofaune largement dominée par des espèces de prairies humides (Trochulus hispidus, Vertigo pygmaea, Succinella oblonga, Pupilla bigranata, Vallonia pulchella). Elles indiquent des milieux très ouverts, quasi exclusivement herbacés, qui impliquent nécessairement des activités humaines d’importance. En effet, en l’absence de perturbations anthropiques, les assemblages malacologiques seraient composés, à l’instar des dynamiques végétales, d’espèces forestières ou semi-forestières, qui sont totalement absentes de ces niveaux. D’autre part, malgré le caractère hygrophile des espèces les plus abondantes, l’humidité locale est somme toute relative, et probablement saisonnière, puisqu’on compte également des espèces plus nettement xérophiles (Candidula unifasciata particulièrement). Ces observations sont en accord avec le caractère post-dépositionnel de l’hydromorphie mis en évidence par l’analyse géomorphologique.

13Le développement local des prairies humides pourrait refléter une exploitation de type pastoral, alors qu’aucune espèce liée aux milieux cultivés n’est recensée. Les résultats malacologiques s’accordent avec la fréquentation discrète, du point de vue archéologique, du site au Ier siècle av. J.‑C. (voir ci-dessus). L’implantation du Haut-Empire s’intègre donc dans un paysage déjà défriché et largement exploité.

L’état II, avant la création des vergers du Haut-Empire

14Les assemblages malacologiques des fosses de plantation de vergers sont composés presque exclusivement d’espèces de milieux ouverts, et les marqueurs de boisements sont absents (fig. 382). Ils comprennent des proportions assez élevées d’espèces à tendance hygrophile (Trochulus hispidus, Vallonia pulchella, Pupilla bigranata, Succinea oblonga), en association avec des espèces plus nettement xérophiles (Candidula unifasciata, Candidula gigaxii). L’espèce de broussailles Monacha cartusiana est également bien représentée. Ces assemblages paraissent ainsi correspondre à des milieux herbacés hauts et frais, de type prairies assez denses.

Fig. 382 – Diagramme malacologique du site du Grand Palais (S. Martin).

Fig. 382 – Diagramme malacologique du site du Grand Palais (S. Martin).

15Ces milieux sont en faveur d’une exploitation pastorale, qui ne reflète pas la mise en place des vergers, alors que les marqueurs rudéraux/culturaux et des espèces anthropophiles habituels des milieux cultivés et habités sont absents. Étant donné le contexte taphonomique, de fonds de fosses de plantation, ces assemblages indiqueraient le milieu immédiatement antérieur au creusement des fosses, ce qui confirmerait le postulat de départ et qui expliquerait l’absence totale de perception des vergers.

16Les rapports entre les indicateurs de prairies humides et ceux de pelouses sèches varient en fonction de la localisation des fosses de plantation : les milieux sont plus humides dans la partie ouest du site alors qu’ils sont plus secs dans la partie est. La différence d’humidité locale entre ces échantillons s’explique par la topographie qui influe sur les conditions édaphiques.

L’état III, avant la plantation des vignes de l’Antiquité tardive

17Les assemblages malacologiques de l’amendement préalable à la plantation du vignoble présentent des effectifs très réduits du fait d’une vitesse de sédimentation élevée ; leur interprétation paléoécologique est donc fragile. Dans un ensemble marqué par des milieux très ouverts, on soulignera, cependant, l’occurrence d’indicateurs semi-forestiers, comme Clausilia bidentata et Pomatias elegans (fig. 382). Cette tendance est également exprimée dans deux fosses de plantation de vigne. Ces espèces pourraient refléter la présence de boisements juste avant la mise en place des vignobles.

18En revanche, les autres fosses de plantation de vigne correspondent à des milieux très ouverts, dominés par les espèces xérophiles de pelouses sèches (Candidula unifasciata, Candidula gigaxii), alors que la part des espèces de prairies humides (Vallonia pulchella, Trochulus hispidus) est plus réduite que dans les prélèvements effectués dans les vergers du Haut-Empire. Cette double présence peut traduire des variations saisonnières du degré d’humidité locale. La prédominance des espèces de pelouses sèches dans cette deuxième série de fosses de plantation de vigne implique le développement local des herbacées rases. Celles-ci indiqueraient un pastoralisme intensif, comme en témoignent les données malacologiques des pelouses actuelles héritées du surpâturage (Labaune, Magnin 2002).

19Encore une fois, l’absence des espèces rudéro-culturales est remarquable pour des assemblages provenant de fosses de plantation, d’autant plus que les données issues du paysage actuel mettent en avant le bon enregistrement des vignes dans les assemblages malacologiques (Martin, Magnin 2010). C’est donc bien à nouveau le milieu immédiatement antérieur à la plantation que les malacofaunes expriment ici. De ce fait, les différences en termes de présence ou d’absence d’indicateurs de boisement entre les deux séries d’échantillons peuvent suggérer un décalage chronologique entre eux, le premier groupe caractérisant le moment où la pression pastorale est la plus forte et le second groupe, lié à l’amendement du site, correspondant à l’abandon de cette activité, précédant alors la mise en place des plantations de vigne.

20Concernant les fossés parcellaires, leurs assemblages malacologiques sont très semblables à ceux issus des fosses de plantation de vigne. Cependant, du point de vue taphonomique, ils ont une tout autre signification : en effet, contrairement aux fosses de plantation, les fossés se comblent en général progressivement, par des apports latéraux ou longitudinaux qui témoignent alors de l’état du milieu contemporain ou immédiatement postérieur à l’abandon du fossé. Ainsi, avec des assemblages évoquant également des pelouses pâturées, ces fossés parcellaires paraissent synchrones de l’état du milieu antérieur à la mise en place du vignoble, ce qui semble également confirmé par l’étude archéologique.

21Enfin, alors que, pour la phase du Haut-Empire, les différentes zones agricoles se distinguaient en fonction d’un gradient d’humidité est-ouest liée à la topographie, pour l’Antiquité tardive les conditions édaphiques, tous secteurs confondus, sont globalement en faveur de milieux plus secs, mettant en évidence un effort de drainage général du site.

La zone bâtie de l’Antiquité tardive

22Les assemblages provenant des fossés ceinturant la possible tour-grenier (voir ci-dessus) se caractérisent par l’occurrence de quelques espèces semi-forestières et forestières (Pomatia elegans, Vallonia costata et Discus rotundatus), même si ce sont encore les espèces de milieux ouverts qui dominent les cortèges malacologiques. Ces dernières sont plutôt indicatrices d’herbacées hautes de type prairies (Vallonia pulchella, Trochulus hispidus). Ces assemblages enregistrent donc le développement d’une strate arborée au sein des formations prairiales, même si cette couverture arborée, voire arbustive, est encore peu développée. Ce début d’une reconquête arborée peut être lié à une diminution de la pression anthropique concomitante de l’abandon du site.

23Ces fossés révèlent également la présence de mollusques d’eau douce, particulièrement des petits bivalves du genre Pisidium. Le milieu aquatique reste cependant très modeste et a vraisemblablement un fonctionnement temporaire, du fait de l’effectif et de la richesse spécifique faibles de l’ensemble du cortège aquatique.

6.1.1.4. Conclusion

24L’analyse malacologique du site du Grand Palais s’est avérée particulièrement complexe, du fait d’une certaine homogénéité des assemblages et de la difficulté d’interprétation de données issues directement de fosses de plantation. Même s’il est probable que les biais liés au tamisage aient joué un rôle dans l’observation, l’homogénéité des assemblages semble tout de même refléter l’ambiance environnementale. La grande majorité des échantillons est ainsi composée d’une malacofaune de milieux très ouverts, soit de pelouses sèches, soit de prairies plus humides, tous en faveur de pratiques pastorales plus ou moins intenses. Comme le prévoyait le postulat initial, les assemblages malacologiques issus des systèmes de plantation de vignes et d’arbres ne semblent livrer aucune information sur ces plantations, alors qu’ils paraissent, au contraire, enregistrer le mode de gestion pastorale antérieur. Cependant, l’hypothèse de vergers et de vignobles coexistant avec ces pratiques pastorales n’est pas à exclure, comme cela a pu être suggéré pour des systèmes antiques analogues (Jung, Bel 2017).

6.1.2. L’apport de l’analyse carpologique et anthracologique (M. Cabanis)

25Les prélèvements sédimentaires soumis à une analyse archéobotanique ont été échantillonnés essentiellement dans des fosses de plantation d’arbre ou de vigne mais aussi dans des bâtiments antiques et dans une fosse-silo des Xe-XIIe siècles. L’étude archéobotanique de ces contextes archéologiques particuliers peut aider à la caractérisation des essences de vergers ou de vignes mais aussi à appréhender les dynamiques de remplissage de ces structures agraires.

26Les problématiques carpologiques et anthracologiques concourent, avec la malacologie, à caractériser la fonctionnalité des différentes structures archéologiques, à établir des relations spatiales et temporelles, mais aussi à connaître l’agrobiodiversité par l’étude de ces traces de plantation sur les terres agricoles de la villa du Palais. L’archéobotanique apporte également des données sur la mosaïque paysagère au travers des habitats principaux : forêt, pelouses, adventices de printemps et d’automne, friches, etc.

6.1.2.1. Matériel et méthode

27Cinquante-trois faits ont été traités en carpologie et en anthracologie. Ils se sont tous révélés positifs en macrorestes végétaux (fig. 383), préservés grâce à leur état carbonisé. Il s’agit du mode de fossilisation le plus fréquent sur les sites d’ambiance sèche. Ce mode de conservation est restrictif car seuls sont conservés les macrorestes végétaux amenés au contact, accidentellement ou volontairement, avec le feu.

Fig. 383 – Synthèse des analyses archéobotaniques, états I à V (M. Cabanis).

Fig. 383 – Synthèse des analyses archéobotaniques, états I à V (M. Cabanis).

28L’identification des graines est réalisée par anatomie comparée sous loupe binoculaire à divers grossissements (de x 6,5 à x 40), à l’aide d’atlas d’anatomie de carpologie (Beijerinck 1947 ; Jacquat 1988) et de notre collection de référence de graines et de fruits actuels et fossiles.

29Le comptage des graines et des fruits a été réalisé en NMI. Par exemple, quand nous sommes en présence de deux fragments de caryopse de céréale donnant environ une moitié chacun, nous comptons un reste entier en NMI. Selon le jugement de l’analyste, le NMI est le nombre de restes en équivalent entier. Nous adoptons ce dénombrement afin de faciliter les calculs de pourcentage et de permettre un croisement des données archéobotaniques homogènes à l’échelle internationale.

30L’identification anatomique des charbons de bois est effectuée à l’aide d’un microscope photonique à réflexion fond clair/fond noir et des grossissements allant de 100 à 1 000 ; l’observation est faite par simple fracture à la main selon les trois plans anatomiques du bois, transversal, longitudinal – tangentiel, longitudinal – radial. Les structures observées sont comparées à celles décrites dans les atlas d’anatomie (Schweingrüber 1990) et à la collection de référence des bois carbonisés actuels.

6.1.2.2. Résultats

31Les résultats sont présentés selon les grands états identifiés sur le site et donc selon une chronologie allant du Ier siècle av. J.‑C. au Moyen Âge, l’essentiel des données étant concentrées sur l’Antiquité ; les résultats concernant le Moyen Âge sont présentés dans le dernier chapitre du volume (voir 9.4.4).

État I : Ier siècle av. J.‑C., système 11, verger en fosses circulaires

32L’étude archéobotanique des fosses de plantation (PL 2034, PL 38 et PL 43) du premier verger a révélé (fig. 384) un spectre archéobotanique relativement faible constitué d’un charbon de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) et de 34 semences carbonisées de plantes sauvages dont une majorité de chénopode blanc (Chenopodium album) et deux autres taxons : la renouée faux-liseron (Fallopia convolvulus) et la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare). Ces trois taxons de plantes herbacées sont le reflet d’activités humaines et témoignent d’une terre remuée et riche en nitrates.

Fig. 384 – Analyse archéobotanique du système 11, état I : 1er siècle av. J.‑C., fosses de plantation d’arbres (M. Cabanis).

n° de prélèvement 26 199 172
Fait 2034 38 43
Zone Plantation Plantation Plantation
Secteur ouest ouest ouest Total
Volume (en litres) 10 10 10 30
Nom latin Nom vernaculaire Système 11 11 11
Plantes sauvages Type de reste
Adventices cultures printemps/été
Chenopodium album Chénopode blanc semence carbonisée 25 1 26
Adventices cultures automne/hiver
Fallopia convolvulus Renouée faux-liseron semence carbonisée 8 8
Friches/ décombres
Polygonum aviculare Renouée des oiseaux semence carbonisée 1 1
Total NMI 34 1 35
Arbres
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc charbon de bois, tronc dur 1 _ 1
Total NR 1 1

État II : avant la création des vergers du Haut-Empire, systèmes 1 à 10 et fossés

33Les treize fosses de plantations de vergers des systèmes S1 à S10 (voir 6.2.4.1) sont pauvres en restes végétaux, constitués d’un total de 13 graines et 10 charbons de bois (fig. 385). Parmi les plantes cultivées, une graine de millet commun (Panicum miliaceum) et une graine de céréale (Cerealia) ont pu être identifiées. L’assemblage de plantes sauvages est constitué de chénopode blanc, de renouée faux-liseron (Fallopia convolvulus), d’euphorbe (Euphorbia sp.), de gaillet croisette (Galium cruciata) et d’épiaire (Stachys sp.). Les charbons de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) dominent le spectre. Du hêtre (Fagus sylvatica) a été également observé dans ces fosses de plantation.

Fig. 385 – Analyse archéobotanique des systèmes 1 à 10, état II : Haut-Empire, fosses de plantation d’arbres (M. Cabanis).

Fig. 385 – Analyse archéobotanique des systèmes 1 à 10, état II : Haut-Empire, fosses de plantation d’arbres (M. Cabanis).

34Les huit fossés étudiés dont cinq dans la zone de plantation ouest (PL 128, PL 101, PL 115, PL 673 et PL 40) et trois dans la zone de plantation est (PL 891, PL 72 et PL 949) n’ont livré que 13 graines et 3 fragments de charbons de bois (fig386). Le spectre carpologique est constitué d’une semence de céréale cultivée, de huit graines de chénopode blanc (Chenopodium album), 2 graines de scirpe sétacé (Scirpus setaceus), une graine de trèfle (Trifolium sp.) et une graine de vesce sauvage (Vicia sp.). Deux charbons de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) et un charbon de pin sylvestre (Pinus sylvestris) ont été identifiés.

Fig. 386 – Analyse archéobotanique de l’état II : Haut-Empire, fossés (M. Cabanis).

Fig. 386 – Analyse archéobotanique de l’état II : Haut-Empire, fossés (M. Cabanis).

État III : avant la plantation des vignes de l’Antiquité tardive, systèmes 12 et 13 et fossés

35Les prélèvements datés de cette phase sont nombreux, 22 échantillons ayant été prélevés dans les systèmes de plantation de vigne 12 et 13 (voir 6.2.4.1) et 3 autres dans deux fossés proches de la zone bâtie (fig387 et fig388).

Fig. 387 – Analyse archéobotanique des systèmes 12 et 13, état III : Antiquité tardive, fosses de plantation de vigne (M. Cabanis).

Fig. 387 – Analyse archéobotanique des systèmes 12 et 13, état III : Antiquité tardive, fosses de plantation de vigne (M. Cabanis).

Fig. 388 – Analyse archéobotanique de l’état III : Antiquité tardive IV‑Ve siècles, fossés (M. Cabanis).

N° de prélèvement 37 et 38 254, 255 et 256 404, 405, 406, 407, 408 et 409
Fait 682 682 610 Total
Volume (en litres) 10 10 10 30
Zone Bâtiment F Bâtiment F Bâtiments F
Nom latin Nom vernaculaire Identification Fossé Fossé Fossé
Plantes cultivées Type de reste
Cerealia Céréales caryopse carbonisé NMI 1 1
Hordeum vulgare Orge vêtue caryopse carbonisé 2 2 4
Plantes sauvages
Poa sp. Ray grass semence carbonisée 1 1
Total NMI 3 3 6
Arbres
Carpinus betulus Charme Charbon de bois 2 _ 2
Corylus avellana Noisetier Charbon de bois 2 2
Pinus sylvestris Pin sylvestre Charbon de bois 19 6 19 44
Prunus type avium Merisier/cerisier type Charbon de bois 4 4
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois 6 6
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tronc fendu 3 3
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tige fendue 5 5
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tronc dur 16 2 18
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tige dure 1 7 1 9
Ulmus campestris Orme champêtre Charbon de bois 1 1
Total NR 30 36 28 94

36Le tri a révélé un à huit carporestes dans chacune des 22 fosses de plantation de vignes, et un charbon de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) dans les fosses PL 707 et PL 731. Un total de 11 caryopses de céréale carbonisées en NMI est décompté dans sept fosses. 19 fruits de cynorrhodon (Rosa sp.) sont identifiés dans six fosses de plantation. Ces fosses ont livré également un spectre de 6 taxons d’herbacées sauvages pour seulement 9 graines dont le chénopode blanc (Chenopodium album), les renouées faux-liseron (Fallopia convolvulus) et des oiseaux (Polygonum aviculare), la petite oseille (Rumex acetosella), l’ivraie (Lolium sp.), le brome (Bromus sp.). Les adventices d’hiver et d’été dominent cet assemblage carpologique. Les friches en seconde position sont représentées par la renouée des oiseaux.

37Les assemblages des fossés proches de la zone bâtie sont constitués d’une diversité taxinomique importante d’essences arborées. Les charbons de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) et de pin sylvestre (Pinus sylvestris) sont majoritaires. Les taxons secondaires sont le prunellier (Prunus type avium), l’orme champêtre (Ulmus campestris), le charme (Carpinus betulus) et le noisetier (Corylus avellana).

État IV : Ve siècle

38Deux prélèvements ont été étudiés dans la zone de plantation ouest (fig389). La zone de rejet de foyer Fy 35 a révélé deux pépins de raisin (Vitis vinifera) et un assemblage anthracologique varié et constitué majoritairement de charbons de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius) et de pin sylvestre (Pinus sylvestris). Les taxons secondaires sont le buis (Buxus sempervirens) et le merisier/cerisier (Prunus type avium). La fosse Fs 158 n’a livré que deux graines de mauvaises herbes, chénopode et gaillet croisette (Galium cruciata) ainsi que deux charbons de chêne à feuillage caduc.

Fig. 389 – Analyse archéobotanique de l’état IV : Antiquité tardive (M. Cabanis).

N° de prélèvement 191, 192 et 193 463, 467 et 468 Total
Fait 35 158 20
Volume (en litres) 10 10
Zone Plantations Plantations
Secteur ouest ouest
Nom latin Nom vernaculaire Identification rejet de foyer Fosse
Fruits
Vitis vinifera Raisin pépin carbonisé 2 2
Plantes sauvages
Adventices cultures printemps/été
Chenopodium album Chénopode blanc semence carbonisée 1 1
Prairies/ Pelouses
Galium cruciata Gaillet croisette semence carbonisée 1 1
Total NMI 2 2 4
Arbres
Buxus sempervirens Buis Charbon de bois, tige 1 1
Pinus sylvestris Pin sylvestre Charbon de bois 9 9
Prunus type avium Merisier/cerisier type Charbon de bois 1 1
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tronc fendu 1 1
Quercus caducifolius Chêne à feuillage caduc Charbon de bois, tronc dur 9 2 11
Total NR 21 2 23

6.1.2.3. Discussion : aperçu diachronique de l’environnement végétal des états I à IV

39Les résultats (fig383) issus des analyses paléobotaniques réalisées, entre autres, dans 38 remplissages de fosses de plantation de vigne et d’arbres, permettent d’entrevoir une évolution du paysage agricole dans lequel s’inscrivent ces fosses de plantation. Ces résultats archéobotaniques étant généralement pauvres et lacunaires, il est assez délicat de caractériser le milieu en détail.

40Au Ier siècle av. J.‑C. (état I), le site a livré un spectre modeste constitué de graines de plantes adventices des cultures d’été (Chenopodium album), des cultures d’hiver (Fallopia convolvulus), d’une plante de friche (Polygonum aviculare) et d’un charbon de chêne à feuillage caduc (Quercus caducifolius). D’après ces faibles données, le paysage dans lequel s’inscrivent les premières fosses de plantation de verger semble assez ouvert et anthropisé. Les taxons de mauvaises herbes (adventices) attestent de manière indirecte un système agricole au moment de la mise en place de ce verger.

41À la phase suivante (état II du Haut-Empire) dans laquelle s’inscrivent les systèmes 1 à 10 de vergers et des fossés, le spectre paléobotanique est plus riche. Ces fosses de plantation et ces fossés sont creusés dans un paysage agricole plus marqué comprenant des plantes cultivées (céréale, millet commun) et des mauvaises herbes adventices des cultures (chénopode, renouée faux-liseron), une plante de bord des eaux (Scirpe sétacé). L’exploitation d’une chênaie héliophile constituée de pin sylvestre et d’un peu de hêtre est visible par la présence des charbons de bois.

42À l’état III, les fosses de plantation de vigne de l’Antiquité tardive (systèmes 12 et 13) ont révélé une variété importante de mauvaises herbes, adventices des cultures d’hiver (renouée faux-liseron, petite oseille), des cultures d’été (chénopode) et des friches et décombres (renouée des oiseaux). Seul un charbon de chêne à feuillage caduc a pu être observé. Les plantes cultivées sont attestées par la présence de grains de céréales. Le cynorrhodon, plante potentiellement cueillie et cultivée, est attesté dans plusieurs fosses de plantation. Le remplissage de ces fosses de plantation de vigne indique donc un paysage de cultures et de friches.

43Pour la même période, le spectre archéobotanique dans les fossés de la zone bâtie est composé de cultures d’orge vêtue et d’une chênaie héliophile et de lisière avec son cortège d’arbres et d’arbustes potentiellement cultivés pour certains : noisetier, merisier ou cerisier, pin sylvestre, orme champêtre et charme.

44Les observations paléobotaniques du Ve siècle (état IV) sont similaires à celles de l’état III. Le milieu exploité est constitué d’une chênaie héliophile et de son cortège d’arbres et d’arbustes héliophiles voire même thermophiles, buis, pin sylvestre et merisier ou cerisier. Il est intéressant de noter la présence de pépins de raisins cultivés dans cet état qui reflète l’occupation et le paysage du Ve siècle. Celui-ci ne semble pas avoir radicalement changé entre l’état III et l’état IV : l’exploitation du raisin est donc bien attestée pendant l’Antiquité tardive.

45La multiplication des prélèvements et leur étude systématique a permis d’obtenir des résultats archéobotaniques tout à fait corrects et d’esquisser une évolution de la paléovégétation pendant toute l’Antiquité. L’étude quasi-systématique du remplissage des fosses de plantation de vignes et d’arbres a permis de caractériser le milieu contemporain du creusement de celles-ci. Au travers de l’étude des mauvaises herbes identifiées dans une bonne partie des prélèvements et des quelques plantes cultivées, ces données nous invitent à imaginer des agrosystèmes diversifiés. La forêt exploitée au Haut-Empire et durant l’Antiquité tardive est une chênaie ouverte et plutôt thermophile.

6.2. Vergers, vignes, champs et pâtures (Chr. Landry, avec la collaboration de J.L. Brochier et B. Moulin)

6.2.1. Introduction et problématique du site

46Les problématiques liées à l’identification des traces de plantation en Gaule romaine focalisent l’attention des chercheurs en archéologie rurale et périurbaine depuis une trentaine d’années, et la recherche a grandement bénéficié de l’intérêt porté au vin et à la vigne (Brun, Laubenheimer 2001 ; Poux, Brun, Hervé-Monteil 2011) ainsi que des décapages extensifs de l’archéologie préventive. Les traces de vignobles sont de mieux en mieux appréhendées et la bibliographie est extrêmement abondante, tant pour la Narbonnaise que, désormais, pour le reste de la Gaule. Mais la recherche n’en est qu’aux balbutiements en ce qui concerne les autres pans de l’arboriculture.

47En effet, si l’oléiculture antique a pu être étudiée essentiellement grâce aux installations de production d’huile fouillées en Narbonnaise (Brun 2005) et si la fructiculture a bénéficié de travaux assez poussés pour la période médiévale (Ruas 2006), les plantations d’arbres antiques ont très rarement été décrites et de nombreux obstacles demeurent face à l’interprétation de leurs traces archéologiques. En dehors de la Gaule, en particulier dans la région de Pompéi et dans les provinces africaines, mais également dans certaines agglomérations de la moitié nord de la Gaule comme Châteaubleau (Seine-et-Marne) et Beaune-la-Rolande (Loiret ; Van Ossel, Guimier-Sorbets 2014), la recherche s’est parallèlement intéressée aux jardins, parcelles à surface limitée au plus près de l’habitat ou de l’espace sacré, en contexte urbain ou périurbain, qui revêtent des fonctions tant vivrières que d’agrément. Ces observations permettent de confronter les sources antiques à des vestiges généralement moins impactés par les travaux agricoles modernes que les zones de champs des grandes villae rurales. Dans ce cas, la réflexion sur les techniques agricoles, mises en œuvre à une échelle beaucoup plus réduite, se réfère au même corpus de sources historiques, celui des agronomes antiques, mais bénéficie d’un échantillon de sites fouillés plus fourni (Jashemski et al. 2017 ; Jashemski 2017 ; Malek 2013). C’est dans ces contextes de jardins que la terminologie désignant les espaces mis en culture est la plus riche et donc la plus débattue (Gleason et al. 2017). Dans la présente étude, le parti a été pris de favoriser une terminologie française la moins tendancieuse sur le plan historiographique : ainsi parlerons-nous de champs, de vignes ou vignobles, de vergers, de plantations, et ne ferons que très exceptionnellement des concessions au latin en usant de façon purement objective des termes d’ager ou de pars fructuaria.

48Pour les contextes d’exploitation agricole à proprement parler, nous n’avons ainsi pu inventorier sur l’ensemble du territoire de la Gaule romaine qu’une vingtaine de sites ayant livré des plantations non viticoles ; mais une exploration en profondeur des archives de certaines régions, ainsi que des rapports de fouille inédits les plus récents, permettrait certainement d’étoffer ce corpus.

49Ce dernier est issu essentiellement d’opérations d’archéologie préventive, parmi lesquelles seuls quelques sites ont donné lieu à une véritable étude publiée de ces traces arboricoles. Les premiers en date se trouvent dans la périphérie de Reims, dans la Marne (Koehler 2003). Mais ce sont les plantations mises au jour sur l’A75, à Valros (Hérault), qui ont permis d’engager une analyse systématique et approfondie de ce type de vestiges (Jung et al. 2009). Dans l’immédiat, force est de constater que toutes les analyses paléoenvironnementales ainsi que toutes les données métrologiques ne sont pas systématiquement exploitées sur les sites qui livrent des traces agraires non viticoles. Si les données métrologiques que l’on rencontre, pour les plantations de vigne comme pour les vergers, coïncident généralement avec celles du schéma d’étude préconisé par Ph. Boissinot (2001), les valeurs exposées se limitent généralement à des moyennes approximatives, qui ne permettent pas une approche statistique satisfaisante.

50Au Grand Palais, face au foisonnement de structures (722 fosses quadrangulaires ou rondes) dont les relations stratigraphiques et même les relations d’antériorité/contemporanéité/postériorité sont difficiles à établir, particulièrement pour les fosses rarement conservées jusqu’à leur niveau d’ouverture, nous avons d’abord envisagé deux premières grilles de lecture : l’une dans laquelle les fosses quadrangulaires mises au jour au Grand Palais pourraient être les fosses de plantation des ceps d’un vignoble, ou l’autre dans laquelle il faudrait regrouper des fosses et y voir la trace d’une culture de la vigne en hautain, associant des arbres porteurs et des ceps.

51Nous avons enfin privilégié un tri des fosses par une analyse métrologique et statistique qui permet de caractériser les différents systèmes de fosses ainsi que la typologie qui a pu en être proposée. Nous pourrons alors définir état par état l’évolution de l’espace agricole du domaine.

6.2.2. Des fosses quadrangulaires de plantation de ceps ?

52Les agronomes antiques (par ex. : Columelle, De l’agriculture, III, 13) évoquent la plantation de ceps dans des fosses, préconisant de planter le vignoble soit sur des terrains entièrement défoncés, technique dont les traces archéologiques ne peuvent être perçues, soit dans des tranchées de défoncement linéaires appelées sulci, soit encore dans des fosses isolées désignées sous le terme de scrobes. Columelle décrit les scrobes comme des fosses allongées, aux deux extrémités desquelles pousse un pied de vigne. Pline (Histoire naturelle, XVII, 35) désigne ces fosses sous le terme d’alvei : ce sont celles que l’on retrouve le plus souvent en Gaule. Pline mentionne également des fosses cubiques de 3 pieds de côté.

53À partir de ces données textuelles et des données archéologiques, Ph. Boissinot (2001 : 52) a établi une typologie des formes de défoncement préalables à la plantation des ceps de vigne : les sulci appartiennent au type 1, les petites fosses rondes au type 2, les fosses qu’il désigne sous le qualificatif de « ramassées », au type 3 et les alvei au type 4.

54Le type 3, dans lequel entrent les fosses quadrangulaires du Grand Palais, rassemble des fosses quadrangulaires ou subquadrangulaires de tailles diverses, ainsi que des fosses oblongues moins allongées que les alvei du type 4 qui ne doivent a priori accueillir qu’un seul cep. À leur sujet, Ph. Boissinot (2001 : 51) écrivait que « les rares exemplaires de ce type retrouvés en Gaule correspondent plutôt à des plantations d’arbres. Elles ne se présentent en effet jamais en série, à moins qu’elles ne soient disposées à grande distance les unes des autres ». Mais au Grand Palais, un grand nombre de fosses quadrangulaires correspondent à ce module et se trouvent alignées à des distances parfois très rapprochées.

  • 1 Explicitation des abréviations reprises des études de Ph. Boissinot : entre deux fosses d’un même (...)

55Des fosses ramassées proches du type 3 ont été mises au jour sur d’autres sites, à Nîmes par exemple (site du Florian : Monteil et al. 1999), mais leurs proportions (0,50 x 0,25 m) les rattachent aux fosses oblongues à un seul cep, comme c’est le cas sur le site de Bruyères-sur-Oise (Val d’Oise) où des fosses subrectangulaires mesurent 0,40 m par 0,20 m (Toupet, Lemaître 2003a ; 2003b). Mais les rares exemples qui se rapprochent véritablement de la morphologie de nos fosses sont concentrés dans la même aire géographique, la moyenne vallée du Rhône. Le site de référence est celui des Girardes à Lapalud (Vaucluse), fouillé à l’occasion des travaux du TGV Méditerranée (Boissinot, Roger 2003). Une immense surface y était occupée par des fosses quadrangulaires mesurant en moyenne 0,77 m de longueur et 0,60 m de largeur, selon une trame non normée basée sur des espacements réduits : rc1 = 1,67 m et dc = 1,19 m. Ces faibles distances ainsi que des traces latérales de provignage ont conduit Ph. Boissinot à les interpréter comme des fosses ramassées de plantation de vigne. Le site des Dèves, à peine plus au sud, avait également permis de localiser des traces du même type de vignoble (Boissinot 2001 : 68). Récemment, à Saint-Restitut (Drôme), lors d’un diagnostic, 27 fosses d’un module de 3 pieds de côté ont été mises au jour (Rapport Durand 2011 : système S93). Leur disposition obéit à une trame orthonormée dont les écartements s’élèvent à 1,60 m en moyenne. Cet aspect rapproche ce système des caractéristiques du vignoble de Lapalud : ces nouveaux vestiges appartiennent sans doute à de la vigne. Enfin, à moins de 8 km au nord du site des Girardes, le diagnostic mené par E. Ferber (Rapport Ferber 2011) sur le site du Freyssinet à Pierrelatte a mis en évidence près de 2 ha occupés par des fosses quadrangulaires de 0,85 x 0,55 m, disposées selon une trame similaire à celle de Lapalud (rc = 1,15 m et dc = 1,8 m).

56Ce type de vignoble semble bien représenter un particularisme régional, et l’on serait tenté d’analyser le site du Grand Palais, distant d’une quinzaine de kilomètres, sous le même prisme. Toutefois, si l’on considère l’ensemble des fosses quadrangulaires, on n’y retrouve pas l’extrême régularité des espacements et des alignements propres aux systèmes des Girardes et des sites voisins. En outre, le rapport lo/la au Grand-Palais est beaucoup plus proche de 1, et les fosses ne sont pas orientées de façon privilégiée selon leur longueur comme c’est le cas à Lapalud. De plus, les recoupements de certaines fosses par d’autres permettent de relativiser les espacements réduits mais non réguliers observés sur l’ensemble du site. Enfin, si, au Grand Palais, nous avons mis au jour des traces linéaires qui reliaient des fosses entre elles, la fouille n’a pas permis de démontrer la contemporanéité de ces traces, qui par ailleurs ne concernent que quelques fragments d’alignement ; elles ont finalement été interprétées comme des fossés antérieurs au creusement des fosses et non comme des empreintes de provignage.

57Dans ces conditions, nous pouvons affirmer que la plantation en fosses quadrangulaires du Grand Palais ne correspond pas à un vignoble à fosses de type 3 tel que défini par Ph. Boissinot.

6.2.3. La question de la conduite de la vigne en hautain

58Les techniques employées pour la conduite et la taille de la vigne sont multiples et diffèrent selon les régions, la nature du terrain ou des cépages, les rendements recherchés ou l’évolution de l’outillage. La conduite de la vigne en hautain, qui consiste à faire grimper le cep et les sarments sur un arbre porteur, ce qui induit le creusement d’autant de fosses de plantation, est aujourd’hui méconnue dans le paysage agricole français, mais il n’en a pas toujours été ainsi et cette grille de lecture des plantations du Grand Palais mérite d’être examinée.

6.2.3.1. Données modernes et sources anciennes

59Connue dès l’Antiquité, cette pratique s’est massivement développée au cours du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, aussi bien en Europe méditerranéenne que sur le territoire français. En témoignent les nombreux traités d’agriculture des XVIIIe et XIXe siècles, s’inspirant de la première somme en langue française produite par O. de Serres :

[…] au haut Dauphiné près de Grenoble, & en Savoie, le plus est d’arbustives & hautes, grimpans avec admiration hautement sur les arbres, où pour les froidures des prochaines montaignes on est contrainct les y loger. En Piedmont & en plusieurs endroits de l’Italie, aussi les vignes fructifient richement sur les arbres : ce qui toutefois n’est pas contrainte du Ciel, qui est là chaud assés pour les plus exquises vignes : mais pour une invétérée coustume tirée de l’Antiquité. (Serres 1600, III, III : 157)

60Il ajoute plus loin :

Les Antiques se sont en cest endroit servis des ormes, chesnes, fresnes, charmes, obiers, cornoalliers, erables : des saules & trembles en lieux humides. Aujourd’hui on y emploie le cerisier, à quoi s’appropriant comme l’on désire par la facilité de la couppe, & n’avoir les racines désagréables à la vigne, est tenu des plus suffisans en ce service : ainsi qu’heureusement se pratique au païs hault du Dauphiné, vers Grenoble ; où pour le support de la vigne, le cerisier est en réputation. Les italiens ont une espèce d’arbre appellé opio, qu’ils estiment surpasser tous autres pour le support de la vigne : après lequel font le plus d’état du fresne. (Serres 1600, III, V : 192)

61Mais, jusqu’au XVIIIe siècle, les agronomes occidentaux ignorent la science de leurs prédécesseurs médiévaux, qui s’avèrent prolifiques en terre d’Islam, comme l’Andalou Ibn Al-‘Awwâm au XIe siècle (‘Awwâm 1864).

62La pratique du hautain n’existait déjà plus au début du XXe siècle que dans le Jurançonnais, les Savoie, le Dauphiné et le Vivarais, alors qu’elle était encore majoritaire après la seconde guerre mondiale dans certaines régions d’Italie, d’Espagne et du Portugal (Pointerau 2006). Aujourd’hui, la viticulture sur hautain ne peut plus être observée sur le territoire français que dans deux régions : en Haute-Garonne, dans le piémont pyrénéen, et en Haute-Savoie, au bord du lac Léman, où il s’agit des fameuses « crosses » dont il reste quelques exemplaires sur une parcelle de la commune de Marin, près d’Evian (fig390).

Fig. 390 – Les « crosses » de Marin, près d’Evian (Haute-Savoie) : derniers hautains rhônalpins (cliché hivernal : Chr. Landry).

Fig. 390 – Les « crosses » de Marin, près d’Evian (Haute-Savoie) : derniers hautains rhônalpins (cliché hivernal : Chr. Landry).

63Dans l’abondant corpus des textes agronomiques antiques, plusieurs auteurs traitent de la conduite sur arbres, comme Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, XVII, 35, 199), au Ier siècle, pour qui « une si longue expérience a prouvé que les crus célèbres ne viennent que sur les vignes arbustives et que les plus vantés y viennent au sommet, les plus féconds au bas », tandis que Palladius (Traité d’agriculture, III, 10, 1), au IVe ou Ve siècle, affirme que, « s’il vous plaît d’avoir un vignoble planté d’arbres, vous devez commencer par élever dans une pépinière du plant de vigne de bonne qualité, de manière à l’en transplanter, quand il aura pris racine, dans une fosse creusée au pied de chaque arbre ».

  • 2 Nous nous sommes efforcés de recourir aux traductions françaises récentes quand elles sont disponi (...)

64Les textes antiques, dont les préconisations en matière de métrologie peuvent, certes, parfois différer, permettent cependant d’imaginer assez bien quels vestiges pouvaient être laissés par ces cultures mixtes. Les recommandations de Pline (Histoire Naturelle, XVII, 35, 203‑205)2 sont très précises à propos de la culture des vignes arbustives :

Les axes des branches doivent regarder le midi et les branches être, à partir de leur naissance, dressées comme des doigts ; les pousses herbacées sont rasées afin qu’elles ne donnent pas d’ombre. L’intervalle convenable entre les arbres, si on laboure le sol, est de quarante pieds en avant et en arrière, de vingt sur les côtés ; si on ne laboure pas, de vingt en tous sens. Chaque arbre soutient souvent dix ceps, et on blâme le paysan qui en met moins de trois. Il ne vaut rien de marier des ormes qui ne soient vigoureux, car la croissance rapide des vignes les tue. Il est nécessaire de planter des ceps dans une fosse de trois pieds, en laissant un pied entre eux et l’arbre. Ici, point de mailleton ni de défonçage, pas de dépense de bêchage, et surtout cette technique a un avantage particulier : il est bon également pour les vignes que le terrain porte aussi des céréales et, de plus, comme ces vignes se défendent par leur hauteur, on n’est pas obligé, comme pour les autres, de les protéger des atteintes des animaux par un mur, une haie ou, en tout cas par des frais de fossés. Des procédés précités, on n’emploie pour les vignes arbustives que le plant-vif et le provin, et ce dernier est double, comme nous l’avons dit : le système des paniers à l’étage est absolument à l’abri des bestiaux ; dans l’autre, on rabat le cep ou un sarment au pied de son arbre ou devant l’arbre sans vigne le plus proche. On recommande de raser ce qui sort de la mère au-dessus du sol, pour supprimer les rejets. On enfouit en terre au moins quatre bourgeons pour faire prendre racine, et on en laisse deux en dehors sur la tête. Toute vigne arbustive se place dans une tranchée longue de quatre pieds, large de trois et profonde de deux pieds et demi.

65Columelle (Les arbres, XVI, 2) s’avère également très précis dans son traité d’arboriculture :

Que celui qui voudra créer une vigne arbustive fasse des trous de quatre [pieds] en tous sens un an avant la plantation des arbres […]. Il convient que les espacements de la vigne arbustive soient de quarante pieds : ainsi les arbres eux-mêmes et les vignes disposées auprès pousseront mieux et donneront de meilleurs fruits. […] La sixième année, si l’arbre paraît déjà fort, vous le marierez de cette façon : laissez un espace d’un pied à partir du tronc de l’arbre, puis, après avoir fait une tranchée longue de quatre pieds, profonde de trois et large de deux et demi, vous la laisserez au moins deux mois exposée à tous les temps. Alors seulement, vers les calendes de mars, couchez-y un plant de vigne de la pépinière d’au moins dix pieds.

66Palladius (Traité d’agriculture, III, X, 5) ne diffère guère de ses prédécesseurs :

Si le sol où vous faites la plantation est une terre à blé, laissez quarante pieds entre chaque arbre, afin que le terrain puisse être ensemencé ; dans un sol maigre, vingt pieds suffiront. À l’intérieur de la fosse, la vigne devra se trouver à un pied et demi de son arbre, car, si elle est placée tout près de celui-ci, elle sera écrasée lorsqu’il se développera.

67Jusqu’au XVIIe siècle, la pédagogie agronomique ne subit ensuite plus guère de réformes, ce qui incite à donner crédit à cette accumulation de creusements conseillée par les Latins. Ainsi au XIe siècle, « La vigne qu’on veut faire monter doit être plantée avec ses racines et sa motte à trois coudées (1,40 m) environ de distance de l’arbre, dans une fosse longue » (‘Awwâm 1864, t. 1 : 351). Chez O. de Serres, la vigne peut être conduite sur de vieux arbres, avec adjonction de deux à quatre nouvelles fosses autour du tronc pour accueillir les ceps, essentiellement côté sud. Cela induit nécessairement des relations stratigraphiques entre creusements et comblements, à corréler à de potentiels décalages chronologiques qu’il doit être possible de percevoir. Il est néanmoins plus profitable pour la vigne de planter en même temps de jeunes arbres et leurs ceps, mais un bon développement racinaire nécessite toujours l’éloignement des mottes : « Tout à la fois, l’arbre & les ceps seront plantés, quatre ceps à chaque arbre, desquels il sera environné : tous lesquels ceps joindront le pied de l’arbre, seulement par le bout du sarment, car les racines de la sautelle [i.e. sarment transplanté] ou chevelue [i.e. pied enraciné] s’en reculeront tant qu’on pourra » (Serres 1600, III, IV : 189). Alciat déjà, au XVIe siècle (fig. 391), utilisait dans ses emblèmes le pied de vigne grimpant sur un vieil orme mort, symbolisant l’amitié durant au-delà de la mort, et sur un olivier vigoureux, l’arbre d’Athéna, pour vanter le sage qui s’abstient de boire du vin (Alciatus 1542 : 40 et 116).

Fig. 391 – Des rumpotini sur les emblèmes d’Alciat. À gauche : le sage s’abstient de vin. À droite : l’amitié dure au-delà de la mort (Alciatus 1542 : 40 et 116).

Fig. 391 – Des rumpotini sur les emblèmes d’Alciat. À gauche : le sage s’abstient de vin. À droite : l’amitié dure au-delà de la mort (Alciatus 1542 : 40 et 116).

6.2.3.2. Une place pour la culture en hautain au Grand Palais ?

68Columelle (De l’agriculture, V, 7) est le premier à évoquer, à propos de la culture en hautain, une pratique et une terminologie singulières des provinces gauloises : « Il y a dans les Gaules une autre espèce de plants d’arbres mariés aux vignes, et qu’on appelle rumpotin : il exige des sujets de petite taille et peu garnis de feuillage. L’obier surtout paraît propre à cet usage : c’est un arbre semblable au cornouiller. Au surplus, la plupart des vignerons ont recours, pour le même service, au cornouiller, au charme, à l’orme, et quelquefois au saule ». Et même si Pline (Histoire naturelle, XIV, 3) attribue cet usage à la Transpadane, on pouvait envisager de déceler des traces des rumpotini de Pline et de Columelle, et plus généralement de la viticulture en hautain, dans les vignobles de la Gaule romaine, hypothèse que Ph. Boissinot (2001 : 52) ne rejetait pas en affirmant, à propos de cette technique de plantation, que, si « on imagine dans ce cas une profusion de fosses autour d’un réseau régulier de creusements plus volumineux, on ne connaît pas pour l’instant une telle configuration de fosses (espacements, emboîtements) dans les décapages archéologiques effectués dans le Midi » ; et cette lecture, du reste, a été récemment envisagée par nos collègues fouilleurs de la villa du Quiou dans les Côtes d’Armor (Arramond, Requi 2012).

69En fait, malgré le foisonnement des fosses, l’hypothèse d’une culture en hautain au Grand Palais ne paraît pas la plus satisfaisante, pour plusieurs raisons.

70Les premières sont climatiques. La vallée du Rhône n’est pas, en raison du mistral, propice à ce type de conduite : le feuillage des arbres ne suffirait a priori pas à protéger les grappes mûrissant sur les branches. Pline le soulignait déjà : « Les vents interdisent cette technique, par exemple en Afrique et dans certaines régions de la Narbonnaise » (Histoire Naturelle, XIV, 3, 14). Le site a ensuite été fortement soumis au cours de son histoire aux inondations, lors des crues de la Riaille et des remontées saisonnières de la nappe phréatique. Le terrain présente ainsi en hiver et au printemps un fort taux d’humidité, qui aurait pu inciter à faire prendre de la hauteur aux ceps de vigne. Mais l’essentiel étant de protéger les grappes de l’humidité et de la fraîcheur matinale du sol, et donc de proscrire la vigne basse, une conduite où les sarments sont relevés systématiquement sur de simples tuteurs suffit amplement : un établissement tel que celui du Palais pouvait parfaitement assumer les coûts induits par l’utilisation de tuteurs en bois ou en roseau.

71D’autre part, si l’on considérait que toutes les fosses au Grand Palais participent d’un même état de la plantation, l’espacement entre les fosses d’un module à 4 pieds serait inférieur aux prescriptions des agronomes antiques puisqu’il ne descend pas en dessous de 20 pieds, même si l’on peut constater une disposition en quinconce relativement régulière, allant dans le sens de ce que dit Pline : « Pour la disposition des arbres, des arbres à vigne et des vignes, l’ordre en quinconce est une habitude et une nécessité : non seulement il est avantageux en laissant passer le vent, mais encore il offre une perspective agréable, les rangées se présentant alignées dans toutes les directions » (Histoire naturelle, XVII, XV, 78).

72Enfin, si l’on répartissait les grandes fosses en plusieurs états, on obtiendrait des ensembles strictement orthonormés, mais dont les espacements (30 pieds) resteraient là encore faibles. Or tous les agronomes s’accordent pour dire que la conduite sur arbres est surtout employée dans des contextes nécessitant la polyculture : les espacements doivent être suffisamment grands pour laisser la place au pacage des troupeaux et aux cultures au sol comme les céréales. Cette conduite est aussi privilégiée dans les régions peu propices à la vigne, comme les zones de montagne, afin d’accentuer la maturation du raisin et d’optimiser la qualité du vin.

73En définitive donc, le contexte de la moyenne vallée du Rhône et de l’établissement du Palais ne justifie guère l’emploi du hautain, hypothèse de lecture des vestiges qui doit être révoquée.

6.2.4. Systèmes et types : des outils pour l’analyse planimétrique du domaine

6.2.4.1. Des systèmes de plantation

  • 3 Le type 5 désignait à l’origine le système S10 qui a finalement été intégré au type 1 en raison de (...)

74Si les deux grilles de lecture proposées ci-dessus n’aboutissent pas à une interprétation satisfaisante, l’analyse métrologique, dont les modalités sont exposées en annexe (voir 6.5), permet en revanche d’ordonner les fosses de plantation en une succession d’états couplée à une juxtaposition de parcelles, et de déterminer ainsi treize systèmes cultivés (fig392) cohérents (dix systèmes de fosses quadrangulaires, n° 1 à 10 [fig393] et trois systèmes de fosses circulaires, n° 11 à 13), qui correspondent à autant de plantations dont une typologie a été dressée (types 1 à 4 pour les vergers à fosses quadrangulaires, types 63 à 7 pour les plantations à fosses circulaires).

Fig. 392 – Plan des 13 différents systèmes déterminés par la méthode géométrique (DAO : Chr. Landry).

Fig. 392 – Plan des 13 différents systèmes déterminés par la méthode géométrique (DAO : Chr. Landry).

Fig. 393 – Résultats statistiques concernant les mesures de tous les systèmes (lo, la, dc, rc, de, re) [B. Moulin].

Fig. 393 – Résultats statistiques concernant les mesures de tous les systèmes (lo, la, dc, rc, de, re) [B. Moulin].

75• Le système S1 comprend 29 fosses quadrangulaires réparties sur 2 837 m² au nord-est de la surface de fouille. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont neuf lignes orientées nord-sud et 5 lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée (Do) s’élève à 102 individus à l’hectare. Si on restitue la trame complète en comblant les vides, la densité moyenne théorique (Dmt) atteint 128 individus à l’hectare [Dmt = 10 000 / (rc moy. x dc moy.)].

76• Le système S2 comporte 18 fosses quadrangulaires réparties sur 1 948 m² au nord-est de la surface de fouille. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont sept lignes orientées nord-sud et quatre lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 92 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la dmt atteint 127 individus à l’hectare.

77• Le système S3 comprend 36 fosses quadrangulaires réparties sur 1 975 m² au nord-est de la surface de fouille. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont onze lignes orientées nord-sud et six lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. Un réseau orthonormé de fossés, très cohérent, a été aménagé pour irriguer ce système. La densité observée s’élève à 182 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 289 individus à l’hectare.

78• Le système S4 inclut 39 fosses quadrangulaires réparties sur 1 713 m² du secteur central de la plantation. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont 14 lignes orientées nord-sud et sept lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 227 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 517 individus à l’hectare.

79• Le système S5 est formé de 48 fosses quadrangulaires réparties sur 7 384 m². Le secteur central comprend 71 % des individus. En effet, trois fosses obéissant à la même trame se trouvent sur le secteur occidental, et onze individus constituent un système 5bis sur le secteur oriental. Ces 11 fosses sont implantées selon la même trame, quoique très légèrement décalée vers l’est. Au regard des nombreux vides et des quelques légers décalages constatés pour le secteur central, il semble cohérent d’associer S5 et S5bis. Ce système peut avoir été implanté avec un peu moins de rigueur, et en tout état de cause, les vides pourraient s’expliquer par l’antériorité par rapport aux autres ensembles l’ayant en partie occulté, et par l’action d’évidentes dynamiques érosives, principalement sur la moitié sud de la surface. Le décalage entre S5 et S5bis peut néanmoins constituer un argument en faveur d’un découpage parcellaire. Si l’on prend en compte les 48 structures, on observe un quadrillage orthonormé dont 29 lignes orientées nord-sud et 13 lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 65 individus à l’hectare, mais si on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 517 individus à l’hectare.

80• Le système S6 réunit 68 fosses quadrangulaires réparties sur 7 879 m² couvrant les trois secteurs de la zone de plantation. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont vingt-sept lignes orientées nord-sud et neuf lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. De façon évidente, ce système a souffert de phénomènes ayant oblitéré un grand nombre de structures, notamment sur les secteurs centre et est. Cette observation peut également constituer un argument en faveur de l’articulation de cet ensemble avec un autre système contemporain. En tout état de cause, l’analyse concernant les espacements se focalise sur le secteur occidental, où la trame s’avère nettement plus homogène, avec des effets de limite autorisant une réflexion sur la notion de parcelle. La densité observée s’élève à 86 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 281 individus à l’hectare.

81• Le système S7 comprend 83 fosses quadrangulaires réparties sur 2 391 m² à l’ouest de la surface de fouille. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont neuf lignes orientées nord-sud et cinq lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 347 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 484 individus à l’hectare.

82• Le système S8 regroupe 20 fosses quadrangulaires réparties sur 2 358 m² à l’ouest de la surface de fouille. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont sept lignes orientées nord-sud et cinq lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 85 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 119 individus à l’hectare.

83• Le système S9 réunit 37 fosses quadrangulaires et une fosse circulaire, réparties sur 8 516 m² du secteur occidental de la plantation. L’implantation des fosses n’obéit pas dans ce cas à un quadrillage. La trame est basée sur des alignements est-ouest. Aucun alignement nord-sud ne peut être tracé. L’espacement entre les individus d’une même ligne (de/dc) est fixe, et identique d’une ligne à l’autre ; l’entre-axe rc est fixe également. La densité observée s’élève à 45 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 381 individus à l’hectare.

84• Le système S10 comporte 10 fosses quadrangulaires réparties sur 820 m² du secteur occidental de la plantation. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont trois lignes orientées nord-sud et cinq lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 122 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 126 individus à l’hectare.

85• Le système S11 inclut 22 fosses circulaires réparties sur 1 369 m² du secteur occidental de la plantation. Les structures sont implantées selon un quadrillage orthonormé dont treize lignes orientées nord-sud et sept lignes est-ouest sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 160 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 479 individus à l’hectare.

86• Le système S12 comprend 202 fosses réparties sur 702 m² du secteur oriental de la plantation. Sur trente-sept fosses fouillées finement, 40 % sont rondes et 60 % ovales. Les structures sont implantées selon des alignements nord-sud. Trente-huit lignes sont visibles au sein de l’emprise étudiée. La densité observée s’élève à 2 877 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 10 878 individus à l’hectare.

87• Le système S13 regroupe 110 fosses réparties sur 1 625 m² du secteur central de la plantation. La forme planimétrique des fosses s’apparente à un cercle pour 59 % des individus et à un ovale pour 41 %. Les structures sont implantées selon des alignements est-ouest. Trente-cinq lignes sont visibles au sein de l’emprise étudiée, mais seules six d’entre elles sont suffisamment conservées pour raisonner efficacement en termes de densité. Ainsi, la densité observée s’élève à 4 539 individus à l’hectare. Si l’on restitue la trame complète en comblant les vides, la Dmt atteint 11 708 individus à l’hectare.

 

88Notons que 56 % des individus quadrangulaires des systèmes S1, S2 et S6 présentent leur plus grand côté sur l’axe nord-sud, et 55,9 % de ceux des systèmes S3, S7 et S8 sur l’axe est-ouest. Cette répartition aléatoire semble démontrer qu’aucun alignement n’est privilégié, c’est plutôt l’orientation globale de la trame qui prime : le calcul des azimuts (fig. 394) démontre que chaque système est calé selon le nord géographique, avec des alignements parfaitement nord-sud et est-ouest. La différence entre la longueur et la largeur des fosses quadrangulaires semble relativement peu significative pour de telles structures : 0,10 m en moyenne, pour une valeur médiane à 6,5 cm. Si l’on considère en outre la probable asymétrie dans les phénomènes d’arasement, on peut considérer à ce niveau que ces fosses sont carrées.

Fig. 394 – Résultats statistiques concernant les azimuts de tous les systèmes (B. Moulin).

Fig. 394 – Résultats statistiques concernant les azimuts de tous les systèmes (B. Moulin).

6.2.4.2. Typologie des systèmes

89La classification hiérarchique ascendante (voir 6.5) des dix systèmes à fosses carrées mène à un dendrogramme répartissant les 388 fosses en quatre types (fig395). Le type 1 rassemble les systèmes S1, S2, S8 et S10 (classe 4 du dendrogramme), le type 2 les systèmes S3 et S6, le type 3 les systèmes S4, S5 et S7, et le type 4 correspond au système S9.

Fig. 395 – Résultats de l’analyse des correspondances et de la classification hiérarchique ascendante, conduisant à une typologie des systèmes (B. Moulin).

Fig. 395 – Résultats de l’analyse des correspondances et de la classification hiérarchique ascendante, conduisant à une typologie des systèmes (B. Moulin).
  • 4 L’emploi de cette valeur standard peut être vérifié au Grand Palais en effectuant la moyenne de to (...)

90Afin de définir ces types de systèmes, il faut rapporter toutes les données métriques recueillies à la valeur standard4 du pes monetalis (0,2957 m). Il apparaît alors que les valeurs de dc et rc sont les plus proches de nombres ronds, multiples de 10 voire de 5. Ce résultat semble démontrer que la trame de chaque système a bien été établie à partir des intersections d’un quadrillage orthonormé. Les autres mesures semblent être soumises aux variables taphonomiques. En ce qui concerne lo et la, l’éloignement par rapport à des valeurs entières l’atteste. Il convient dès lors de pondérer ces valeurs en les arrondissant à l’entier supérieur, éventuellement au demi-pied supérieur.

91Nous sommes donc en présence de quatre types morphologiques de plantations :

  • Type 1 : module de trame orthonormée à 30 pieds, module des fosses à 4 pieds ;
  • Type 2 : module de trame orthonormée à 20 pieds, module des fosses à 3 pieds ;
  • Type 3 : module de trame orthonormée à 15 pieds, module des fosses à 3 pieds ;
  • Type 4 : alignements décalés, trame à modules différenciés de rc = 24 pieds et dc = 12,5 pieds, module des fosses à 3 pieds5.

92Pour les systèmes à fosses circulaires, non pris en compte dans la classification hiérarchique ascendante, le système S11 correspond au type 6 du Grand-Palais, avec un module de trame orthonormée à 15 pieds et des fosses circulaires d’un module à deux pieds. Dans la chronologie relative des plantations du Grand Palais, ce type est le plus précoce (voir ci-dessous). L’interprétation de ce type de cultures soulève encore des questions. Les systèmes S12 et S13 forment le type 7, avec des alignements espacés de trois pieds entre axes, des fosses espacées de trois pieds de centre à centre sur un même rang, les fosses étant circulaires et d’un module à deux pieds. Nous présenterons plus loin les éléments permettant de démontrer qu’il s’agit de parcelles de vignes, mais ces fosses correspondent bien au type 2 défini par Ph. Boissinot (2001), type de vigne qui se rencontre fréquemment en Narbonnaise.

  • 6 La base retenue est celle du pes monetalis, sachant que 1 jugère = 2 arpents carrés = 28 800 pieds (...)
  • 7 D = (Dmt x 2 516,52) / 10 000.

93Les densités rapportées aux unités de mesure romaines6 correspondent à 2 737 plants par jugère pour le système S127, et à 2 946 plants par jugère pour le système S13.

6.2.5. La chronologie des systèmes de plantation : aléas et acquis

94Plusieurs méthodes ont été mises en œuvre pour approcher la chronologie des différents systèmes de plantation. Si l’on peut définir une chronologie relative des systèmes, la chronologie absolue restera large, vu le type de vestiges abordés ici, dont il faut s’assurer d’abord qu’ils appartiennent bien à la période antique.

6.2.5.1. L’apport de la stratigraphie générale du site (Chr. Landry, J.L. Brochier)

95L’étude sédimentaire et stratigraphique a permis d’établir que l’ensemble des diverses traces agraires que nous avons définies s’insérait bien dans la période romaine.

96Les fosses de plantation ont en effet été creusées dans une couche de dépôt alluvial (US Y) qui correspond à la sédimentation observée autour de l’habitat (voir ci-dessus). C’est un limon sablo-argileux à argilo-sableux, jaune, apporté au cours de l’occupation romaine par plusieurs inondations depuis le cours de la Riaille comme du versant voisin. Ces dépôts ont été constamment brassés par les activités agricoles de l’occupation romaine, d’où la présence de débris de brique et les remaniements agraires ont d’ailleurs pu persister après l’abandon de l’habitat romain. Le dépôt polyphasé de l’US Y a pu débuter avec les premiers creusements de fosses de culture dans le Ier siècle av. J.‑C., et se poursuivre, en plusieurs dépôts, jusqu’à ce que les constructions d’habitat s’étendent au sud-est du site aux IVe et Ve siècles, voire après l’abandon de cet habitat. Le dépôt de sable postérieur, sur lequel se développe la pédogenèse, US X, est datable du VIIe siècle au XIIe siècle. Il nous donne un terminus ante quem pour les dépôts de l’US Y, dans lesquels sont creusées les fosses de culture. Si le niveau précis d’ouverture des fosses et fossés ne nous est souvent pas perceptible, c’est qu’il peut se faire à plusieurs niveaux de la couche Y. Dès lors, stratigraphiquement, la chronologie des structures en creux sur tout le site ne peut être précisément établie.

97Dans le secteur le plus oriental de la plantation, la sédimentation est plus complexe en raison de la proximité du versant de la colline de la Labre. C’est pourtant un contexte drainant meilleur que celui des secteurs où se trouvent les fosses de culture. Il est également, du fait de son substrat sableux, plus sensible aux périodes de sécheresse que la vigne aurait certainement pu supporter. L’US 977, dans laquelle sont creusées les petites fosses rondes et qui contient beaucoup de fragments de tuiles, s’apparente aux faciès de l’US Y, riches en TCA. Elles relèvent d’un système de culture classique avec charruage. Mais l’US Y, riche en tuile, comme l’US 977, ne constituent pas un repère chronologique précis, ces types de cultures ayant pu apparaître à différents moments et dans différents endroits de l’occupation, jusque dans une période du Moyen Âge antérieure aux VIIe-XIIe siècles.

98L’ensemble des fosses du système S12 apparaît sous une phase grise fortement amendée de l’US Y. Leur ouverture s’est bien faite sous l’US Y car leur remplissage est très différent et se distingue clairement. Il est constitué d’un sable alluvial molassique jaune très semblable à celui de l’US W qui, elle, n’est connue que bien postérieurement. On ne retrouve pas de tel sable sur le site à la période romaine : alluvionnement local du versant disparu, ou apport sableux volontaire des cultivateurs qui sont allés le chercher sur le versant voisin. Il s’agit donc d’un dépôt qui n’existe plus aujourd’hui que piégé dans ces structures en creux. Cela met encore une fois en évidence l’aspect polyphasé de ces dépôts. Une forte troncature succède probablement à l’utilisation des fosses. Après quoi cet espace est transformé et remis en culture sous une autre forme, avec de forts amendements organiques, qui font penser à une zone jardinée.

99L’US X qui recouvre l’ensemble de l’US Y d’époque romaine est un limon sableux ou un sable limoneux brun jaune qui présente une structure polyédrique légèrement développée. Il s’agit donc d’un paléosol pédologique présentant une brunification qui peut être attribuée à un moment de stabilité hydrologique où les dépôts et les érosions de la Riaille se sont faits très rares, voire inexistants. Cette pédogenèse s’exerce sur un sable limoneux qui est d’origine alluviale et représente une instabilité hydrologique précédant ce moment de stabilité.

100Compte tenu de la présence de la couche romaine sous-jacente, on connaît dans l’histoire climatique qui suit deux moments de stabilité paysagère, les IVe et Ve siècles et la période du VIIe au XIIe siècle (Berger, Brochier 2006). La période correspondant au dépôt de sable sur lequel s’est exercée la pédogenèse pourrait dès lors être celle de la fin du Ve au VIIe siècle qui est connue pour comporter de nombreux dérèglements hydrologiques.

6.2.5.2. Les aléas de la datation par le radiocarbone

101La présence de charbons au sein du comblement de fosses de plantation, couplée à celle de graines, permettait d’envisager des datations au radiocarbone. Aussi, comme pour toute étude sur les traces agraires antiques, une stratégie de prélèvement sédimentaire quasi systématique a été mise en place, permettant d’obtenir, pour chaque fosse traitée, une quantité suffisante de microcharbons susceptibles d’être datés par spectométrie de masse par accélérateur tandis que les charbons d’une quinzaine de fosses ont fait l’objet d’une étude anthracologique.

102Il faut rappeler que, dans un contexte de plantation, les écofacts prélevés dans les comblements des fosses appartiennent à un ou à des états antérieurs à la mise en œuvre de la plantation : avant de se retrouver dans les fosses, ils ont été piégés soit dans des couches composées d’apports anthropiques, comme des amendements de la terre arable, soit dans des dépôts alluviaux, qui, comme on l’a vu, sont sur le site largement polyphasés. Ces écofacts se trouvaient donc préalablement dans le terrain creusé lors de la création des vignes ou des vergers et l’effet « vieux-bois », causé par la présence de résidus largement antérieurs à la plantation, ne peut donc être éliminé de façon systématique. De même, on ne peut éliminer totalement le risque de pollution par infiltration depuis les couches sus-jacentes. La prise en compte des graines apporte davantage de certitude, si l’on peut sélectionner des individus à courte durée de vie et écarter les semences persistantes à longue capacité germinatoire comme le chénopode blanc.

  • 8 Ces datations ont été effectuées avec l’aide financière d’A. Morin, artisan-chocolatier à Donzère (...)

103Aussi, dans le cadre d’une problématique de phasage de plantations, importerait-il d’adopter une approche statistique qui permette d’augmenter les chances d’appréhender des écofacts les plus proches chronologiquement de la mise en œuvre de la plantation, en écartant les taxons résilients ou polluants. Mais cette démarche statistique était budgétairement impossible à mettre en œuvre. Quelques tests ont été néanmoins entrepris, qui confirment le caractère inexploitable d’un corpus restreint ; dans l’ensemble, les résultats, une fois critiqués, ne s’opposent pas aux grandes lignes du phasage chronologique établi pour la plantation du Grand Palais. Ainsi, pour le verger du système S3, un échantillon de charbons de bois issu du comblement du fossé d’irrigation FS 891 qui lui est contemporain a fourni la date de 2150 ± 30 AP, soit 361‑56 cal. av. J.‑C. (95,4 % de probabilité, Poz-92897) : un tel résultat permet de réduire le TPQ et n’est pas incompatible avec notre hypothèse de création d’un verger au Haut-Empire. Plus intéressant, un second échantillon est composé des seuls pépins de raisin antiques (vitis vinifera) retrouvés sur le site, prélevés dans le foyer Fy 35 stratigraphiquement postérieur à une fosse du système S11 : la date obtenue est cohérente avec nos propositions (voir ci-dessous) : 1705 ± 35 AP, soit 249‑405 cal. ap. J.‑C. (95,4 % de probabilité, Poz-93230)8.

6.2.5.3. La collecte des artefacts des comblements

104La partie supérieure des fosses n’étant jamais conservée, les comblements des fosses de plantation nous renseignent, rappelons-le, sur les niveaux pédologiques et sur les niveaux d’amendement antérieurs aux creusements et à la création des plantations. Le mobilier (fig396) fournit donc un TPQ non négligeable s’il est typochronologiquement assez parlant. Au Grand Palais, 35,6 % des fosses renfermaient des fragments de tuiles, généralement de petite taille et assez érodés. 14,7 % des fosses contenaient des tessons de céramique (fig397 et fig398). Quant aux autres artefacts (verre, mortier, faune), leur représentation était infime. Ces résultats soulignent l’indigence du corpus, fatalement induite par la stratégie de fouille adoptée.

105On note la quasi-absence d’éléments attribuables à l’Antiquité tardive, hormis quatre tessons provenant du système S12. En revanche, on constate que la moitié des restes (51,5 %) peut être datée sans équivoque des périodes tardo-républicaine, augustéenne et julio-claudienne. Le corpus en lui-même ne permet pas d’esquisser un phasage discriminant et les chiffres évoquent tout au plus la mise en place de la majorité des systèmes au sein d’un substrat précoce, seules les petites fosses circulaires du système S12 apparaissant comme tardives.

Fig. 396 – Nombre de fosses contenant du mobilier (répartition par types de cultures) [Chr. Landry].

S1-10* S11 S12-13** Total
Tuiles ou briques 62 2 47 111
Céramique 38 3 5 46
Verre 2 0 1 3
Mortier 1 0 7 8
Faune 3 0 0 3
*S1 à 10 : vergers
**S12 et 13 : vigne

Fig. 397 – Nombre de fosses contenant de la céramique (répartition par système et période) [Chr. Landry].

S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 Total
LT fin. / Ier s. ap. J.-C. 8 5 2 5 2 2 1 2 1 1 29
Gallo-romain 2 3 4 2 1 1 2 15
Antiquité tardive 1 1 2
Total 10 5 2 8 6 5 1 1 3 4 1 46

Fig. 398 – Répartition du nombre de tessons de céramique par système et période (Chr. Landry).

S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 S11 S12 S13 Total
LT Finale / Ier s. ap. J.-C. 17 4 4 15 10 5 1 2 5 5 68
Gallo-romain 6 1 4 8 7 3 30 59
Antiquité tardive 1 4 5
Total 23 5 4 19 18 13 1 3 2 39 5 132

6.2.5.4. La chronologie relative

106À défaut de datations absolues, nous devons faire appel aux rares éléments de chronologie relative dont nous disposons : quelques recoupements de fosses permettant de hiérarchiser les systèmes entre eux, des relations avec des fossés ayant livré un peu de mobilier et l’insertion stratigraphique d’une structure sous des couches de scellement plus ou moins bien datées.

La chronologie du système S11 à fosses circulaires

107Les indices les plus déterminants concernent ce système, pour lequel des relations avec la stratigraphie de la zone bâtie sont attestées. Plusieurs d’entre eux fournissent un TAQ gallo-romain : la fosse PL 2034 se trouve sous la fosse Fs 35, rejet de foyer qui a notamment livré deux objets, l’un en fer, l’autre en bronze, datés de la période gallo-romaine ; la fosse PL 2051 se trouve sous la grande fosse Fs 1047 dont l’abondant corpus céramique nous fournit un TAQ au Ve siècle ; la fosse PL 2057 se trouve sous le fossé FS 639 dans lequel est installé le mur médiéval M 55/311.

108Enfin, et cette relation est primordiale pour le calage du système S11, les fosses PL 1099 et PL 34/2033 sont scellées par l’US 1079, niveau de remblai contenant exclusivement de la céramique du Ier siècle av. J.‑C. La fosse PL 1099 est apparue dans la zone bâtie à l’extrême limite sud de l’emprise de fouille (fig. 399). Son niveau d’ouverture se situe à 75,63 m tandis que le fond du creusement atteint la cote de 75,45 m. Les altitudes sont similaires pour toutes les fosses les plus proches attribuées au système S11. Ainsi, PL 34/2033 prend place entre 75,65 m et 75,44 m, et PL 2034 entre 75,69 m et 75,43 m.

Fig. 399 – Plan du secteur occidental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 399 – Plan du secteur occidental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

109Ces indices permettent de proposer une mise en place du système S11, le plus ancien, au cours du Ier siècle av. J.‑C., et une durée de vie assez courte avant le scellement par le niveau de remblai ou d’inondation US 1079.

La chronologie des systèmes S4, S5, S6, S7 et S9 à fosses quadrangulaires

110L’étude des recoupements permet d’asseoir la datation de plusieurs systèmes.

111Pour le système S4, deux fosses (PL 823 et PL 844) sont coupées par le fossé FS 824, pour lequel un tesson de céramique kaolinitique nous fournit un TPQ vers 50‑30 av. J.‑C.

112Pour le système S5, les fosses PL 312 et PL 314 se trouvent sous le mur médiéval M 55/311 et sont recoupées par le fossé FS 639 dans lequel ce dernier est installé ; la fosse PL 629 est recoupée par le fossé FS 476 qui lui fournit un TAQ au IVe siècle.

113Pour le système S6, la fosse PL 104 recoupe la fosse PL 105 du système précoce S1 à fosses circulaires ; une fosse carrée non numérotée est recoupée par le fossé FS 682, qui nous fournit un TAQ au IVe siècle.

114Pour le système S7, la fosse PL 491 recoupe la fosse PL 490 du système précoce S1 à fosses circulaires auquel S7 est donc postérieur. La fosse PL 613/2050 est recoupée par la fosse Fs 1047 qui fournit un TAQ au Ve siècle ; quatre fosses (PL 130, PL 132, PL 504 et PL 576) sont coupées par le fossé FS 209/129, qui leur fournit un TAQ au IVe siècle que confirme peut-être la postériorité de la fosse PL 558 par rapport à une sépulture voisine en amphore (Fs 158) attribuable aux IIIe-IVe siècles et dont le fond se trouve 0,13 m sous le niveau d’apparition de la fosse. Enfin, le fossé FS 141 pour lequel nous proposons une datation au Haut-Empire, recoupe sept fosses du système S7 (PL 17, PL 18, PL 147, PL 203, PL 404, PL 406, PL 569) qui lui sont donc antérieures.

115Enfin, pour le système S9, la fosse PL 308 se trouve sous le mur médiéval M 55/311 et est recoupée par le fossé FS 639 dans lequel ce dernier est installé.

116Nous pouvons donc, pour cinq systèmes à fosses quadrangulaires (S4, S5, S6, S7 et S9), proposer une datation entre la période augustéenne et le IVe siècle.

La chronologie des systèmes à fosses circulaires S12 et S13

117Dix-neuf fosses appartenant au système S12 sont creusées dans les sédiments colmatant le fossé FS 72/841 qui recoupe lui-même quatre fosses quadrangulaires (PL 840, PL 844, PL 850 et PL 853) du système S4 du Haut-Empire.

118Huit fosses du système S13 (PL 622, PL 699, PL 700, PL 717, PL 763, PL 769, PL 770 et PL 2043) recoupent des fosses quadrangulaires des systèmes antiques S4 (PL 716 et PL 751), S5 (PL 639, PL 750, PL 761 et PL 768), ou S6 (PL 698) [fig400]. Une autre fosse (PL 2046) recreuse une fosse (PL 629) du système S5 et le colmatage du fossé FS 476, dont le TPQ se situe quelque part dans le Ve siècle.

Fig. 400 – Des fosses de vigne du système 13 recoupent des fosses quadrangulaires (cliché : équipe de fouille).

Fig. 400 – Des fosses de vigne du système 13 recoupent des fosses quadrangulaires (cliché : équipe de fouille).

119Nous pouvons donc proposer une datation des systèmes S12 et S13 durant l’Antiquité tardive, peut-être au Ve siècle, ces deux systèmes étant postérieurs à tous les autres ; la stratigraphie nous a d’ailleurs montré, dans le cas du système S12, que le dépôt qui scelle ce secteur de vigne intervient entre la fin du Ve et le VIIe siècles.

Synthèse sur la chronologie des systèmes

120Pour préciser la chronologie relative, à l’intérieur de la période antique, entre les dix systèmes à fosses quadrangulaires, il faut observer les cas où plusieurs fosses sont en relation stratigraphique directe.

121On sait que PL 898 (S5) coupe PL 897 (S3), que PL 751 (S4) coupe PL 750 (S5) et que PL 745 (S4) coupe PL 746 (S5), que PL 206 (S6) coupe PL 207 (S8), que PL 513 (S7) coupe PL 512 (S6), que PL 2031 (S9) coupe PL 495 (S6) qui coupe PL 496 (S8) [fig401], que PL 587 (S9) coupe PL 586 (S6) et PL 588 (S7). Ces relations permettent d’établir deux séquences relatives, dont la première (du plus ancien au plus récent : S3/S4/S5) concerne les secteurs est et centre alors que la seconde (du plus ancien au plus récent : S8/S6/S7/S9) concerne les secteurs centre et ouest.

Fig. 401 – La fosse PL 495 recoupe la fosse PL 495 qui elle-même recoupe PL 496 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 401 – La fosse PL 495 recoupe la fosse PL 495 qui elle-même recoupe PL 496 (cliché : équipe de fouille).

122Les systèmes de type 1, à trame orthonormée de 30 pieds, S1 et S2, de même que S10, ne peuvent être insérés dans ces séquences. Toutefois, il semblerait que ces systèmes, présentent une certaine ancienneté comme c’est le cas de S8, lui aussi de type 1, pour les secteurs ouest et centre. Cela peut être aussi le cas des systèmes S1 et S2 qui présentent en outre, eux aussi, un fort taux de fosses profondes. Ces deux systèmes se superposent en plan et l’un remplace l’autre. D’une part S1 et S2, à l’est, et d’autre part S8 et S10 à l’ouest, semblent bien constituer deux parcelles plantées selon une trame de 30 pieds, séparées par toute la surface du secteur centre. Si l’on ne considère que les alignements nord-sud, on constate que S1 et S8 participent à la même trame. Un constat similaire vaut pour S2 et S10, sur une trame décalée.

123Nous identifions donc les systèmes S1 et S8 comme deux parcelles de l’état initial de la plantation. Les systèmes S2 et S10 leur succèdent, la surface centrale éventuellement dévolue à d’autres types de cultures étant majorée.

124Toujours en ne considérant que les alignements nord-sud, les deux systèmes S3 et S6 obéissent à la même trame à 20 pieds caractéristique du type 2. Nous pouvons ainsi considérer que ces deux systèmes perpétuent au cours d’un troisième état la division en une parcelle à l’ouest et une autre à l’est, toujours séparées par un espace occupé par d’autres types de cultures, mais qui serait cette fois structuré par deux haies perpendiculaires.

125Le quatrième état voit encore la densité de la plantation augmenter avec la mise en place des systèmes de type 3 à 15 pieds. Le système S7 est planté sur la parcelle ouest, le système S3 semble maintenu dans un premier temps sur la parcelle est, et le secteur central est investi par le système S4.

126Ce secteur central semble souffrir de perturbations, sans doute une phase d’inondations, et le système S5 vient remplacer S4 et S3 sur les secteurs centre et est. Il se peut que le système S9 de type 4, vienne également à ce moment ou peu après, renouveler la plantation sur la parcelle occidentale. Ces renouvellements constitueraient le ou les deux derniers états (état IV, voire V) de la plantation en fosses quadrangulaires.

6.2.6. Le réseau fossoyé

127Sur l’ensemble du site, un réseau fossoyé complexe a été mis au jour : 133 structures linéaires sont enregistrées. Parmi elles, une distinction a été faite entre les fossés (FS), ayant subi différents processus de colmatage sédimentaire, sans aucune spéculation sur leur fonction, et les drains (Dr) caractérisés par un comblement volontaire initial de blocs de pierre et/ou de galets, ou par un aménagement, des parois notamment, qui permettait d’établir la fonction drainante.

128Au sein de ce réseau, 21 drains sont assurément post-antiques, voire modernes. Parmi les 109 fossés proprement dits, un seul est en toute certitude moderne ; 55 ont été testés en fouille, fournissant une documentation de 77 coupes stratigraphiques. La détermination des sens d’écoulement et de l’orientation des fossés à l’échelle du site a été réalisée à l’aide des données altimétriques mesurées systématiquement aux extrémités des talwegs (fig402).

Fig. 402 – À gauche, plan des principaux fossés antiques ; en rose, axe de circulation éventuel. À droite, fossés d’irrigation (en orange) et hiérarchie des fossés d’évacuation (en bleu) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, B. Moulin].

Fig. 402 – À gauche, plan des principaux fossés antiques ; en rose, axe de circulation éventuel. À droite, fossés d’irrigation (en orange) et hiérarchie des fossés d’évacuation (en bleu) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, B. Moulin].

129Précisons que par convention, afin de pouvoir établir des comparaisons, nous exprimons (fig403) les orientations des fossés converties à partir du nord Lambert (NL), sans tenir compte du pendage et donc du sens d’écoulement : l’angle retenu n’excédera donc jamais 90° à l’est ou à l’ouest du nord Lambert. Néanmoins, les calculs automatisés réalisés à l’aide du SIG nous ont fourni des angles très précis calés sur la référence du nord géographique, prenant comme point de départ pour chaque fossé le point dont la cote altimétrique est la plus élevée : l’angle est compris entre 0° et 360°. Nous considérons que la déclinaison magnétique en cette région du globe est minime, et que les distances mesurées sont trop faibles pour que la déformation causée par la projection Lambert ait un impact sur les angles.

Fig. 403 – Calcul des orientations des principaux fossés étudiés (B. Moulin).

Fossé Angle géogr. Orient. NL
40 307,17 NL 52,8°  O
41 268,87 NL 89,1° E
48 0,11 NL 0,1° E
72 0,16 NL 0,1° E
115 283,11 NL 76,9° O
141 0,70 NL 0,7° E
142 350,31 NL 9,7° O
209 0,69 NL 0,7° E
225 99,16 NL 80,9° O
292 90,78 NL 89,2° O
310 359,19 NL 0,8° O
476 6,73 NL 6,7° E
610 274,73 NL 85,3° O
630 255,70 NL 75,7° E
631 0,11 NL 0,1° E
656 183,85 NL 3,8° E
800 340,66 NL 19,4° O
824 303,56 NL 56,5° O
863 1,29 NL 1,3° E
889 180,00 NL 0,0°
891 270,36 NL 89,8° O
919 2,06 NL 2,0° E
949 0,39 NL 0,4° E
1021 268,05 NL 88,0° E
1022 280,80 NL 79,2° O
1081 269,64 NL 89,6° E
1082 226,06 NL 46,0° E
1100 265,22 NL 85,2° E
1102 339,44 NL 20,6° O

6.2.6.1. L’irrigation

130Dans le secteur oriental de la plantation, quatre fossés contemporains, à la morphologie très caractéristique, forment l’amorce d’un système orthonormé. Il s’agit des fossés FS 891 (prof. : 0,50 m ; l. à l’ouverture : 0,50 m ; l. au fond : 0,30 m), FS 889 (prof. : 0,70 m ; l. à l’ouverture : 0,70 m ; l. au fond : 0,30 m), FS 919 (prof. : 0,60 m ; l. à l’ouverture : 0,60 m ; l. au fond : 0,30 m) et FS 949 (prof. : 0,70 m ; l. à l’ouverture : 0,50 m ; l. au fond : 0,30 m).

131Le fossé FS 891 épouse un axe est-ouest parfait tandis que les trois derniers sont orientés au degré près selon un axe sud-nord. Le sens d’écoulement de FS 891 va de l’est vers l’ouest, tandis que FS 919 et FS 949 s’écoulent vers le nord, et FS 889 vers le sud. Toutefois, on constate que les pendages des fossés diffèrent assez peu de la pente naturelle du terrain. Ainsi, FS 891, avec un pendage de 1,5 %, accentue très légèrement la pente naturelle de 1,25 %. De même FS 949, à 1,2 %, respecte le pendage naturel de 0,87 %. En revanche, FS 919 l’atténue légèrement (0,5 %), tandis que FS 889 l’inverse complètement (1,6 %), soit une différence de près de 2,5 %.

132Ces trois fossés s’ouvrent au même niveau que les fosses quadrangulaires du secteur. Tous trois ont un fond plat, et des parois verticales dans la moitié inférieure puis s’évasant obliquement en partie supérieure (fig404 et fig405).

Fig. 404 – Coupes du fossé d’irrigation FS 949 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 404 – Coupes du fossé d’irrigation FS 949 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 405 – Vue en coupe du fossé d’irrigation FS 949 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 405 – Vue en coupe du fossé d’irrigation FS 949 (cliché : équipe de fouille).

133Ces quatre fossés esquissent une trame orthonormée dont le module n’a pu être mesuré que sur le côté sud. La valeur retenue concerne la distance entre les axes centraux des fossés nord-sud. Elle s’élève en moyenne à 17,70 m et équivaut à 60 pieds. Le système de fosses de plantation quadrangulaires S3 s’insère parfaitement au sein de ce réseau. Aussi, pour ce système comme pour la plupart des autres, la trame étant fondée sur un module carré, on peut extrapoler ce modèle au réseau fossoyé et considérer qu’une intersection prend place tous les 17,70 m. Chaque espace carré ainsi délimité est dès lors occupé par neuf fosses du système S3. Toutes les fosses situées sur la frange périphérique de ces espaces, sont implantées à égale distance des fossés. Ainsi, on compte en moyenne 2,60 m (9 pieds) du centroïde de la fosse jusqu’au bord du fossé, et presque 3 m (10 pieds) si l’on tient compte de l’axe central du fossé.

134En revanche, le fossé FS 863 s’avère postérieur au système S5, lui-même postérieur à S3 et les tronçons qui semblent prolonger le fossé FS 891 vers l’ouest semblent s’apparenter à un résidu de fossé antérieur.

135Ainsi, on peut considérer que ce réseau fossoyé ne dispose pas d’évacuation en son point le plus bas de la zone observée (l’ouest), et fonctionne pour ainsi dire en circuit fermé. Quant à son alimentation, nous n’avons pu l’observer : elle provient nécessairement de l’est, hors de la surface décapée. En outre, le profil particulier de ces fossés ainsi que les faibles pendages observés, ne s’adaptent guère à une fonction purement drainante. Quant à la surface des espaces enclos, elle s’avère trop réduite et disproportionnée par rapport à la largeur et la profondeur des fossés, pour que ces derniers matérialisent des divisions parcellaires. La seule hypothèse viable demeure celle d’un réseau d’irrigation : la proximité de fossés remplis d’eau à la période sèche facilite l’arrosage des végétaux plantés dans les fosses du système S3. Cela suppose une gestion maîtrisée de l’alimentation du réseau, et la localisation d’un tel réseau en ce point de la parcelle n’est pas illogique. En effet, ce secteur est topographiquement en amont des zones occidentales les plus touchées par les inondations, et le moins concerné par les remontées de la nappe du Rhône. Il peut s’avérer relativement sec en période estivale, et l’on serait alors en présence d’un réseau d’irrigation saisonnier rendu nécessaire par la mise en culture d’espèces végétales fortement dépendantes de l’eau.

6.2.6.2. Le drainage et l’assainissement des terres

136En dehors des quatre exemples étudiés ci-dessus, les fossés semblent plutôt avoir pour vocation l’assainissement du terrain et l’évacuation de l’eau, même si certains d’entre eux pourraient également coïncider avec des limites parcellaires pérennes.

Les premiers fossés

137Un certain nombre de structures linéaires non datées et à la fonction indéterminée apparaissent comme antérieures aux différents systèmes de plantations à fosses quadrangulaires. Leur orientation ne correspond à aucune trame logique : c’est le cas du fossé FS 128/131/615/625/630/817/835/855 observé sur 120 m (NL 75°E), du fossé FS 222/616/606/217/675/402 suivi sur 60 m (NL 60°O), du fossé FS 624/668/669 suivi sur 38 m (NL30°O), du fossé FS 526/509 suivi sur 46 m (NL 70°O), du fossé FS 800/798/783 observé sur 26 m (NL 20°O), du fossé FS 671/672/673/223/225/229 vu sur 28,5 m (NL 80,9°O) et du fossé FS 115 suivi sur 19 m (NL 76,9°O).

Des canaux collecteurs

138Peuvent être désignés comme tels cinq larges fossés (fig402 : d’ouest en est, FS 631, FS 209, FS 48, FS 310, FS 72) qui traversent le terrain en s’écoulant du sud vers le nord. Tous larges et profonds, ils semblent avoir drainé les eaux provenant de fossés secondaires, et leurs multiples recreusements attestent une longue durée d’utilisation et l’ampleur des dynamiques hydrologiques.

139Orienté parfaitement vers le nord (NL 0,1°E), le fossé FS 631 peut être suivi sur une longueur de 52 m. L’écoulement suit la pente naturelle vers le nord. Sa largeur maximale atteint 1,70 m, pour une profondeur maximale conservée de 0,70 m. Le profil présente un fond concave et des parois évasés à obliques. Ce fossé semble être raccordé au sud au fossé FS 1021 qui s’écoule vers l’ouest, le complexe de bâtiments n° 2 est donc déjà en place quand ces fossés sont aménagés.

140Le fossé FS 209/129/610/682 a été observé sur 65 m de longueur. Son orientation est calée sur le nord géographique (NL 0,7°E). Plusieurs creusements et curages se succèdent, la largeur maximale atteignant 3,90 m en limite nord de l’emprise. Au maximum, la profondeur atteinte par le premier état s’élève à 1,15 m (fig406). Ce premier état correspond à FS 129, recreusé par deux fois, d’est en ouest, colmaté puis curé (US 129.6). Le creusement le plus puissant revêt un profil à fond en cuvette et parois évasées. Ce premier fossé semble connecté à un fossé FS 610, observé sur 11 m de longueur et qui s’écoule d’est en ouest (NL 85,3°O). Ce dernier a un fond plat et des parois obliques. Le creusement atteint 1 m de profondeur et 1,60 m de largeur. Le fossé FS 129 est par la suite recreusé, alors élargi vers l’ouest : FS 209. Ce creusement s’avère moins profond (0,90 m) et nettement plus concave. Cinq phases successives ont concouru à son colmatage (US 209.a à 209.e).

Fig. 406 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 209/129, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 406 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 209/129, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).

141Ce collecteur est alors prolongé au sud par un nouveau creusement FS 682, observé sur 14 m de longueur. Beaucoup moins profond (0,50 m) et moins large (0,85 m), il présente un fond plat et des parois concaves. Le comblement se fait en deux phases. D’abord, on observe une couche de limon argilo-sableux brun-gris foncé, compact, homogène, contenant de rares cailloutis, charbons et fragments de tuiles. Puis, est rejetée dans le fossé une couche de limon argileux extrêmement charbonneuse, ce de façon homogène sur toute la longueur du fossé. On retrouve cette couche en position finale dans le comblement de FS 610, ce qui atteste le raccordement des deux fossés, qui forment un angle droit ceinturant l’extrémité orientale du complexe de bâtiments n° 2. Un troisième côté, nord-sud, mal appréhendé, semble également se raccorder à FS 610 plus à l’ouest : FS 1035. Cette couche charbonneuse pourrait évoquer l’évacuation de déblais issus d’un niveau d’incendie, d’autant qu’y a été mis au jour un très grand nombre de monnaies, de petits objets et de déchets d’artisanat métallique. Ces fossés sont postérieurs aux systèmes S6 et S7 de fosses de plantation.

142Le fossé FS 48 (= 32) traverse toute la parcelle, sur 65 m de longueur, selon un axe NL 0,1°E. Son creusement présente un fond concave et des parois s’évasant jusqu’à atteindre une largeur de 3,60 m à l’ouverture, pour une profondeur d’1,30 m (fig407). Une première phase de sédimentation a déposé du limon argileux gris assez meuble, contenant quelques rares petits cailloux et fragments de tuile, puis le fossé semble avoir été curé. Il subit ensuite un processus de comblement plus rapide, par l’apport de sédiments majoritairement limono-argileux et gris-jaune, plus fortement anthropisés, avec de nombreuses inclusions de fragments de tuiles et de galets. Une dernière phase de dépôt vient sceller le tout. Le fossé FS 48 est postérieur aux systèmes S6 et S7 de fosses de plantation.

Fig. 407 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 48, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 407 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 48, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).

143Le fossé FS 310/641/640/2073 traverse toute la parcelle. Là encore, une succession de fossés a pérennisé cet axe nord-sud (NL 0,8°O) dont les creusements se sont successivement déportés de l’est vers l’ouest (fig408 et fig. 409). Un premier creusement FS 641 entaille profondément la terrasse glaciaire. Puis un fossé FS 640 (= 67) est creusé, montrant un fond et des parois concaves. Le fond est massivement empierré, avec une matrice limono-argileuse gris marbré (US 640.2). Un second niveau de comblement plus sombre et moins empierré (US 640.1) scelle le fossé, dont la largeur originelle doit dépasser 2 m et la profondeur 0,70 m. Le segment FS 310 est ensuite creusé, recoupant le précédent. Il s’ouvre stratigraphiquement plus haut, mais rien ne permet de conclure à une datation du creusement à une époque postérieure à l’Antiquité tardive. Ce fossé est visible sur 66 m de long, et sa largeur atteint 3,08 m, pour une profondeur de 0,85 m. Le fond est plat et les bords obliques. Ces derniers semblent avoir été aménagés par des empierrements (F 56). Plus tard, au Moyen Âge ou à l’époque moderne peut-être, ce fossé est recreusé et comblé par un limon sableux jaune-gris meuble (US 310.2) dans lequel est aménagé un drain empierré Dr 620, scellé par du limon sableux jaune (US 310.1).

Fig. 408 – Coupes stratigraphiques des fossés collecteurs FS 640 et FS 310 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 408 – Coupes stratigraphiques des fossés collecteurs FS 640 et FS 310 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 409 – Vue en coupe (c3) du fossé collecteur FS 310 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 409 – Vue en coupe (c3) du fossé collecteur FS 310 (cliché : équipe de fouille).

144Légèrement plus à l’ouest, un autre fossé FS 2073 est creusé à une date indéterminée. Son fond est plat et les parois verticales. Sa largeur s’élève à 1,50 m et sa profondeur à 0,80 m. C’est dans le comblement limono-argileux gris et très compact de ce fossé que sera installé le long mur médiéval M 311. Le fossé est postérieur aux systèmes S5 et S9 de fosses de plantation quadrangulaires.

145Enfin, le fossé FS 72 traverse la parcelle du sud vers le nord (NL 0,1°E). Son creusement, assez modeste dans le tiers sud, atteint 2,30 m de largeur et 1,10 m de profondeur plus au nord. Une première phase de comblement se distingue par des litages de sédiments argileux ayant glissé depuis le bord occidental, puis le fossé est colmaté par des couches de limons. Ce fossé est scellé quand sont creusées les fosses de plantation du système S12. Par la suite, à une période très récente, un fossé FS 608 vient recouper son bord oriental. Le fossé FS 72 est postérieur au système S4 de fosses de plantation quadrangulaires.

Des fossés secondaires et tertiaires

146À cette structuration du réseau en grands fossés collecteurs, vient s’ajouter un certain nombre de fossés secondaires, à la fois par leur taille, mais aussi, pour certains, par leur probable relation avec les grands collecteurs dans lesquels ils semblent se déverser. Les fortes perturbations subies par le secteur central, ainsi que les travaux d’assainissement postérieurs à l’Antiquité, ont effacé une grande part des tracés et des relations.

147Certains d’entre eux (FS 59, FS 66, FS 476, FS 654, FS 656) pourraient obéir à une structuration calée sur la trame du cadastre B d’Orange.

148On peut retenir enfin un troisième niveau de hiérarchisation pour ce réseau fossoyé, en considérant des structures linéaires aux dimensions réduites (FS 40, FS 51, FS 292, FS 578, FS 863), qui n’obéissent pas au premier abord à une volonté de structuration du paysage, mais qui ont pu néanmoins présenter une utilité dans le drainage des eaux gravitaires présentes dans la macroporosité des sols, en direction de fossés secondaires ou de collecteurs.

6.2.6.3. Axes de circulation au sein de la plantation

Indices relevés lors de la fouille

149Les données permettant d’évoquer un axe de circulation traversant les plantations sont extrêmement fragmentaires. Aucun véritable chemin n’a pu être observé, alors qu’on attendrait un accès à la villa par l’est, et que le caractère orienté et même orthonormé du domaine incite à rechercher un axe principal s’intégrant au plan symétrique de la pars rustica.

150Seuls quelques indices observés dans des conditions difficiles permettent d’envisager l’hypothèse d’un axe circulation au sein des vergers : elle repose sur une anomalie linéaire vue en plan et des sections de fossés relevés en coupe.

151À l’issue du décapage est apparue en effet une anomalie linéaire beige clair orientée sud-est - nord-ouest qu’on peut suivre sur une longueur d’environ 32 m. Elle correspond à une profonde dépression (F 2072) dans le substrat glaciaire. Sa largeur est d’environ 3 m, mais son épaisseur n’a pu être appréhendée. Les sédiments qui colmatent cette dépression se caractérisent par une forte densité de graviers et roches décimétriques dans une matrice limono-argileuse grise peu compacte (US 2055) sans indice anthropique (fig410). L’hypothèse d’un paléochenal, peut-être en relation avec la dynamique ancienne de la Riaille, est envisageable mais celle d’un chemin creux peut aussi être évoquée.

Fig. 410 – Coupe stratigraphique d’un possible chemin antérieur à la plantation du vignoble (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 410 – Coupe stratigraphique d’un possible chemin antérieur à la plantation du vignoble (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

152En coupe (fig410), sous l’US 977 (= US 2052), qui correspond au niveau d’amendement préparé en préalable à l’implantation des fosses du système S12, apparaissent les profils de quatre fossés qui semblent esquisser la bordure d’un cheminement.

153Le fossé FS 2047 entaille l’US 5, avec un profil en V s’évasant fortement vers le sud. Sa largeur est estimée à 1,30 m, et sa profondeur dépasse 0,50 m. Le fossé FS 2048, situé à 1,92 m au nord du précédent, a un profil en V et un fond plat ; il mesure 1,12 m de largeur et 0,65 m de profondeur. Cette structure fossoyée pourrait être raccordée avec le fossé FS 321 observé en plan plus à l’ouest, où le niveau d’amendement US 977 est absent. Le fossé FS 2056, situé à 2,60 m au nord du précédent, présente un profil en V, très évasé vers le haut. Sa largeur peut être estimée à 1,40 m mais le fond n’est pas atteint. Il est creusé dans les sédiments colmatant Fs 2072, et comblé par une matrice limono-argileuse brune, chargée en graviers. Une forte concentration de blocs et de fragments rocheux s’observe vers la paroi sud. Enfin, le fossé FS 2049 recreuse le précédent, selon un profil en V très marqué, évasé vers le nord. Il est large de 0,80 m pour une profondeur de 0,60 m.

154Les fossés FS 2047 et FS 2056, distants de 6,40 m, pourraient border un premier axe de circulation est-ouest, réorienté ensuite vers le nord-ouest avec l’aménagement de FS 2048 et FS 2049, distants de 3,70 m. L’empierrement observé dans la partie sud de FS 2056, ainsi que le niveau US 2053 présent entre les deux fossés FS 2048 et FS 2049, évoquent singulièrement un niveau de circulation. L’US 2053, épaisse de 0,20 m, s’apparente à un niveau de gravillons, chargé en galets décimétriques, dans une matrice limono-argileuse brun sombre et compacte.

155Il est tentant de corréler cet éventuel axe sud-est - nord-ouest, qui se superpose au tracé de l’anomalie F 2072, avec la limite sud-ouest de la surface occupée par les fosses quadrangulaires du système S1. Le tronçon de fossé FS 658 repéré dans le secteur centre, et qui est creusé dans le colmatage du chenal, semble prolonger cet axe et marquer également la limite sud-ouest du système S4.

La circulation entre les champs cultivés

156Avant le creusement des canaux collecteurs, l’ensemble de la surface est occupé par des vergers, qui ne présentent pas les mêmes contraintes pour la circulation que des champs continus. L’aménagement de chemins au sein d’un verger ne nécessite pas forcément de rupture dans la métrique du parcellaire. En effet, dans la logique d’un verger en taille haute, les espacements entre les arbres sont suffisants pour laisser le passage à des chariots. Les cheminements n’ont ainsi pas nécessairement laissé de traces au sein des trames de plantation.

157Avec l’ouverture des canaux collecteurs, la circulation sur une surface morcelée par autant de fossés parfois larges et profonds nécessite des points de franchissement que l’archéologie ne permet pas d’appréhender, les niveaux d’ouverture n’étant pas conservés. La présence de canaux collecteurs continus du sud au nord empêche a priori une circulation en provenance de la pars rustica. Force est de constater que nous n’avons pas une vision suffisamment étendue du développement du réseau au nord et au sud, et que par conséquent nous échappe l’éventuelle présence, hors emprise, de chemins d’accès. Il faut sans doute envisager le franchissement des canaux collecteurs par des passerelles.

158Quant aux fossés secondaires, Columelle évoque des fossés couverts, donc facilement franchissables (Columelle, De l’agriculture, II, 2).

6.2.6.4. Réflexions sur les surfaces parcellaires

159Cet aperçu des réseaux fossoyés qui ont quadrillé l’ager traduit une adaptation aux risques naturels que sont les écoulements venant du versant oriental ou les inondations causées par les remontées de la nappe phréatique. Si le souci de drainer ponctuellement en réaction à des épisodes particuliers est visible, au travers de fossés au tracé parfois anarchique, la structuration raisonnée de l’ager est évidente, rythmée notamment par les canaux collecteurs nord-sud, qui semblent découper des parcelles, dont il nous manque malheureusement les limites matérialisées par les fossés perpendiculaires.

160Les distances séparant les fossés collecteurs devraient permettre d’estimer les unités de surface éventuellement utilisées pour le découpage parcellaire des champs cultivés. Il ressort de ces mesures (fig411) que la plupart des distances séparant les canaux collecteurs ne correspondent pas précisément à la taille d’une division parcellaire connue. Seule la distance séparant FS 631 et FS 310 correspond à des unités antiques. Elle s’élève à 69,15 m, étant par conséquent très proche des 70,968 m constituant les côtés de l’acre, ou heredium, dont la valeur standard équivaut à 5 036,5 m².

Fig. 411 – Tableau des distances relatives entre les fossés nord-sud, en mètres (Chr. Landry).

Fossé 631 141 209 48 310 72
631 0,00 20,70 28,85 59,35 69,15 125,95
141 20,70 0,00 8,15 38,65 48,45 105,25
209 28,85 8,15 0,00 30,50 40,30 97,10
48 59,35 38,65 30,50 0,00 9,80 66,60
310 69,15 48,45 40,30 9,80 0,00 56,80
72 125,95 105,25 97,10 66,60 56,80 0,00

161Cette distance peut aussi correspondre à la longueur d’une jugère, qui représente 2 518 m², mais traditionnellement cette longueur est orientée selon un axe nord-sud, ce qui n’est pas le cas ici.

162La zone orientale permet aussi d’appréhender la plus petite unité de surface déclinée dans cette structuration de l’ager.

163Comme nous l’avons vu, la plantation S3 bénéficiait d’un réseau de fossés d’irrigation obéissant à une trame orthonormée construite à partir d’une mesure de 60 pieds (soit 17,70 m). Si l’on admet que les fossés nord-sud ont la même longueur que les fossés est-ouest, la surface des carrés de la trame varie entre 313 et 315 m², ce qui correspond à une quartelée ou clima (314,78 m²).

164Quoique nous n’en ayons qu’une vue incomplète, la structuration des terres nous paraît donc bien issue de l’intervention d’équipes d’arpenteurs.

6.3. L’évolution du domaine antique (Chr. Landry)

6.3.1. L’état I du domaine : vigne ou verger ?

165De l’état I des plantations mis en place au cours du Ier siècle av. J.‑C., on connaît les fosses circulaires implantées dans le secteur occidental, au plus près de l’emplacement qu’occuperont par la suite les bâtiments de la pars rustica (fig412). Elles s’organisent selon une trame régulière orthonormée de type 6 (trame à 15 pieds et fosses circulaires d’un module de 2 pieds) et constituent le système S11 (voir ci-dessus) : 22 fosses réparties sur 1 369 m² implantées selon 13 lignes nord-sud et sept lignes est-ouest avec une densité moyenne théorique de 479 individus à l’hectare. La profondeur maximale conservée n’excède pas 0,26 m.

Fig. 412 – Plan de la plantation de type 6 au Grand Palais, Ier siècle av. J.-C. (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry, W. Widlak).

Fig. 412 – Plan de la plantation de type 6 au Grand Palais, Ier siècle av. J.-C. (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry, W. Widlak).

166En limite nord de la parcelle occupée par le système S11, on observe un espace périphérique où la trame s’avère moins respectée, mais où quelques indices peuvent nous renseigner sur le mode de conduite de ces cultures, un trou de piquet associé à une fosse pouvant matérialiser l’emplacement d’un tuteur, deux aménagements de calage et un trou de poteau pouvant avoir maintenu des éléments d’une structure aérienne en relation avec un mode de conduite en treille.

167Les sources agronomiques antiques ne mentionnent pas de plantations de vigne en fosses circulaires organisées selon une trame aussi lâche : de tels espacements ne sont évoqués que pour les plantations d’arbres, pour lesquels, cependant, les préconisations ne font état que de creusements quadrangulaires ou de tranchées. En revanche, quelques sites en Gaule ont déjà révélé des traces agraires similaires.

168Dans le cas des sites de la périphérie immédiate de Reims (Marne ; Koehler 2003), l’intérêt du chercheur avait porté essentiellement sur les systèmes à fosses quadrangulaires, mais les plans publiés permettent d’identifier d’autres types de plantations s’apparentant plus ou moins à notre type 6.

169C’est le cas de deux sites fouillés à Cernay-lès-Reims. Aux Petits Didris, ont été mis au jour trois ensembles de fosses dont l’un présente un minimum de deux alignements de fosses circulaires ; leur trame et leurs modules se rapprochent sensiblement du type 6 du Grand Palais et esquissent en effet une trame orthogonale à rc = 3 m et dc = 2 m, les fosses obéissant au même module de 2 pieds. Les espacements sont toutefois inférieurs et la trame n’est pas normée, basée sur un rc à 10 pieds et un dc à 6 ou 7 pieds. Si l’on ignore à quel type de plant ces fosses doivent être associées, il apparaît évident que ce verger est fortement compartimenté, avec plusieurs types de plantations, et qu’en tout état de cause, le système S11 du Grand Palais ne constitue pas un cas totalement isolé. À la Pelle à Four, 73 fosses circulaires au moins ont un diamètre moyen de 0,60 m et sont implantées selon une trame parfaitement orthonormée basée sur des dc et rc moyens de l’ordre de 1,90 m, soit légèrement supérieurs à 6 pieds. Les fosses sont donc nettement plus rapprochées que celles du système S11 du Grand Palais. Si le verger du premier site de Cernay-lès-Reims peut être daté du Haut-Empire, il semblerait que le premier système de la Pelle à Four soit à relier à une occupation de la fin du Ier siècle av. J.‑C. à la première moitié du Ier siècle ap. J.‑C. Dans l’hypothèse où le système à fosses circulaires serait contemporain, il ne serait, dans le temps, guère éloigné du système S11 du Grand Palais.

170À Lunel (Hérault), au mas de Fourques (Rapport Ott, Pancin 2006), 22 fosses circulaires datées du Haut-Empire, dont le diamètre moyen est compris entre 0,50 m et 1,20 m, constituent des haies encadrant un chemin d’accès, démontrant bien qu’arbres ou arbustes peuvent être mis en terre dans des fosses circulaires.

171Enfin le cas de la villa de Vareille à Paulhan (Hérault ; Mauné 2003), est intéressant à plus d’un titre. Des fosses circulaires sont creusées à proximité immédiate des chais au cours de la phase V de l’occupation, qui date de la première moitié du IIe siècle (Mauné 2003 : 319 et 330). Ces fosses, dont le diamètre moyen s’élève à 0,60 m, s’insèrent dans une trame orthonormée basée sur des espacements de 2 m centre à centre. Cette trame couvre une surface de 250 m². L’auteur interprète ce système comme un verger, et fait le lien avec l’analyse des restes anthracologiques prélevés dans les niveaux contemporains de cet état. Ces derniers évoquent la taille et/ou la coupe d’arbres fruitiers : des taxons de Pomoïdés dominent le spectre anthracologique du IIe siècle. Cette sous-famille du groupe des Rosacées (rosideae) désigne des arbres produisant des fruits à pépins comme la pomme, la poire ou le coing. Le sorbier, le néflier et l’aubépine appartiennent également à cette sous-famille. C. Jung parle de Rosacées Maloïdées (Rapport Jung 2011 : 162), autre nom parfois donné aux Rosacées Pomoïdées, mais qui évoque le genre Malus (le pommier). Selon elle, « la petitesse des fosses et leur proximité pourraient plutôt faire penser à la plantation d’une vigne sur treille ou à d’autres plantations, qu’il faudrait associer à un jardin d’agrément ». Certes la proximité de ce verger par rapport aux bâtiments de la villa, et son exigüité plaident pour un jardin d’agrément ou tout du moins pour un verger produisant à moindre échelle. Mais l’idée d’une vigne sur treille suppose des supports aériens, poutres ou joug en roseaux assemblés comme le décrit Columelle (De l’agriculture, IV, 17), maintenus par des poteaux ancrés au sol, ou reposant sur les murs enserrant la zone de verger. La distance entre ces murs s’avère importante et le plan ne semble pas présenter suffisamment de creusements ayant pu accueillir des poteaux. En l’état, donc, il reste difficile de se prononcer : vigne ou arbustes ?

172Au Grand Palais, les espacements du système S11 sont suffisants pour la croissance d’arbres, mais la trame est en revanche trop lâche au premier abord pour de la vigne, surtout en l’absence de traces de complants. On peut néanmoins envisager que d’autres cultures, des légumes par exemple, n’aient pas laissé de traces. En examinant de plus près les modes de conduite antiques de la vigne, on se rend compte que de telles distances entre les ceps sont concevables. En effet l’iconographie nous fournit un exemple de ceps éloignés les uns des autres, sur une des représentations de la mosaïque de la « Maison Godmet » à Tabarka (Tunisie) [musée du Bardo ; Gauckler 1910 : n° 940 ; thèse Zannier 2007]. Des pieds de vignes y sont clairsemés au sein d’un verger. Ces pieds sont vraisemblablement conduits selon la méthode du canterius décrite par Columelle (De l’agriculture, IV, 12) : chaque cep est indépendant, entouré par plusieurs échalas reliés par des perches horizontales. Cette méthode permet notamment de protéger les ceps du vent. Si on envisage un tel mode de conduite pour le système S11, les piquets auraient dû laisser plus de traces que ce que nous avons observé.

173On peut également envisager une vigne rampante, où l’on laisse un maximum d’espace aux ceps pour développer leurs sarments : « Ailleurs, les vents interdisent cette technique, par exemple en Afrique et dans certaines régions de la Narbonnaise où l’on permet le développement des seuls coursons ; elle se traîne à terre comme les herbes, sans cesser de ressembler aux vignes nouvelles, et ses grappes, pompant partout le suc de la terre, sont, à l’intérieur de l’Afrique, plus grosses que le corps d’un petit enfant » (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XIV, 3, 14) ; « La plus grande partie du monde vendange des vignes ainsi renversées sur le sol, puisque cet usage prévaut en Afrique, en Égypte, en Syrie, dans toute l’Asie et en beaucoup de contrées d’Europe » (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XVII, 35, 185).

174Dans le cas de vignes rampantes, le provignage ne laisserait pas les mêmes traces que sur une vigne conduite en rangs, mais en tout état de cause, aucun indice de ce type de reproduction n’était visible au sein du système S11, si bien que nous ne disposons d’aucune preuve en faveur de la vigne.

175L’hypothèse la plus probable demeure finalement celle des arbres, mais pourquoi les fosses ont-elles des dimensions si réduites ? Peut-on concevoir une pépinière d’où les arbres sont transplantés très tôt ? Le plus prudent reste d’envisager des arbustes à faible développement racinaire, ne nécessitant pas le creusement d’une grande fosse.

176Durant l’Antiquité, les arbres sont majoritairement conduits en taille haute-tige : ils sont certes étêtés et maîtrisés (Palladius, Traité d’agriculture, XII, 4), mais les autres formes de taille (demi-tige, basse-tige, gobelet, buisson, cordons, palmettes…) sont apparues plus tard, pour la plupart à l’époque moderne. Peut-on dans le cas du type 6 envisager qu’une taille basse (nécessitant un moindre développement racinaire) ait été prévue dès le moment de la plantation ? Notons que l’on considère aujourd’hui que la taille courte des racines d’un arbre fruitier a un impact positif sur le nombre et la qualité des fruits.

177L’étude archéobotanique des remplissages des fosses du système S11 démontre l’absence de restes attribuables à des arbustes ou à des espèces susceptibles d’être plantées dans de telles fosses. Mais le spectre archéobotanique qui ressort de l’étude reflète, nous l’avons vu, l’environnement antérieur au creusement des fosses. Aussi, il convient d’observer les résultats obtenus sur les échantillons provenant des systèmes postérieurs. Or, là encore, aucun taxon ne semble pouvoir être associé à un tel mode cultural.

178Nous ne pouvons ainsi, pour le système S11, qu’évoquer un verger, en introduisant l’idée d’une éventuelle taille mi-tige ou basse-tige précoce.

6.3.2. L’état II du domaine : des vergers, socle d’une économie de rendement

6.3.2.1. Analyse des fosses quadrangulaires

179Un total de 390 fosses a été mis au jour. Parmi elles, 230 ont pu être testées, soit environ 60 % du corpus. Elles concernent les systèmes des types 1 à 4. Nous présenterons les modalités de leur creusement et de leur comblement avant de nous interroger sur les espèces végétales qu’elles ont pu accueillir.

Le creusement

180La fouille de ces fosses carrées a permis d’observer la morphologie de leur profil. Des données réunies (fig413 et fig. 414) qui concernent le fond et les parois du creusement, il ressort que 138 individus (47,6 %) présentent un profil à fond plat et parois verticales.

Fig. 413 – Morphologie des fosses : fonds (Chr. Landry).

Fond Plat Cuvette Irrégulier
Nombre d’individus 207 14 9

Fig. 414 – Morphologie des fosses : parois (Chr. Landry).

Parois Verticales Concaves Obliques Campaniformes asymétriques Mal conservées
Nombre d’individus 152 7 34 2 22 13

181Sur l’ensemble du corpus, on peut évaluer les profondeurs conservées (fig415). La comparaison à l’intérieur de chaque système permet de confirmer l’analyse spatiale et de conforter la typologie systémique précédemment exposée. Toutes les fosses d’un même système ne sont pas conservées sur la même profondeur, en raison des phénomènes taphonomiques, tant naturels que liés à l’action mécanique lors des sondages puis du décapage, subis par le site dans son ensemble. La variation de l’altitude du fond des fosses à l’intérieur d’un même système est relativement réduite, et reflète essentiellement le pendage propre à la topographie antique.

Fig. 415 – Répartition des fosses par tranches de profondeur (Chr. Landry).

Profondeur <0,10 m 0,10-0,20 m 0,20-0,30 m 0,30-0,40 m 0,40-0,60 m ≥0,60 m
Nbre d’individus 20 72 50 55 22 9

182En revanche, si l’on considère des surfaces réduites au sein de la plantation, on constate bien des disparités de profondeur d’un système à l’autre (fig416). Ce constat permet d’une part de renforcer les hypothèses de chronologie relative entre systèmes. D’autre part, ces disparités apportent un argument concernant la nature des espèces plantées : les arbres ayant un plus ample développement racinaire peuvent nécessiter des fosses plus profondes.

Fig. 416 – Répartition des fosses par tranches de profondeur et par système (Chr. Landry).

Système Nb testées < 0,10 m 0,10-0,20 m 0,20-0,30 m 0,30-0,40 m 0,40-0,60 m ≥ 0,60 m
1 26 1 4 5 6 10 0
2 16 0 7 4 2 3 0
3 34 3 12 11 6 1 1
4 33 5 15 7 6 0 0
5 25 5 9 6 3 2 0
6 33 2 14 10 7 0 0
7 34 0 0 5 20 5 4
8 10 1 0 0 3 2 4
9 17 3 10 1 2 0 1
10 1 0 0 1 0 0 0

183À considérer les 33 individus dont la profondeur excède 0,40 m, il apparaît (fig417) que 58 % des fosses de cette profondeur appartiennent à des systèmes de type 1 (S1, S2 et S8), 33 % au type 3 (S5 et S7), 6 % au type 2 (S3), et 3 % au type 4 (S9). Cette forte représentation du type 1 parmi les fosses les plus profondément conservées, pourrait tenir au module même des fosses de ces systèmes. Si leurs dimensions planimétriques s’élèvent à 4 pieds au carré, on peut envisager que leur troisième dimension s’approche de cette grandeur, si l’on en croit les prescriptions de Columelle (De l’agriculture, V, IX), qui évoque des fosses « de 4 pieds en tous sens ». Le volume de terre extrait pour creuser de telles fosses dépasserait ainsi 1,7 m3 et les fosses les plus profondes mises au jour au Grand Palais ne conserveraient après arasement, avec des valeurs n’excédant pas 1,04 m3, qu’un volume à peine supérieur à la moitié de leur capacité originelle. Mais, on trouve également des profondeurs du même ordre parmi les fosses appartenant aux systèmes de type 3. Cela pose un problème dans la double hypothèse de fosses cubiques et d’un arasement homogène touchant l’ensemble de la plantation. Dès lors, l’idée d’une antériorité des systèmes S7 et S5 pourrait voir le jour. Malheureusement, l’hypothèse de la fosse cubique repose sur la seule prescription de Columelle, qui n’a trait, qui plus est, qu’aux seules plantations d’oliviers. On ne peut exclure l’existence de fosses plus larges que profondes, pour les autres espèces notamment.

Fig. 417 – Répartition par système des fosses dont la profondeur est supérieure à 0,40 m (Chr. Landry).

Fig. 417 – Répartition par système des fosses dont la profondeur est supérieure à 0,40 m (Chr. Landry).

Le mode de comblement (fig. 418 à fig. 421)

Fig. 418 – Exemple d’un transect traduisant plusieurs états ou phases (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 418 – Exemple d’un transect traduisant plusieurs états ou phases (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 419 – Fosse de plantation PL 941 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 419 – Fosse de plantation PL 941 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 420 – Fosses de plantation PL 567 et PL 593 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 420 – Fosses de plantation PL 567 et PL 593 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 421 – Fosse de plantation PL 914 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 421 – Fosse de plantation PL 914 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

184Dans cinquante fosses (22 % des fosses traitées), plusieurs couches de comblement ont pu être distinguées. Dans la grande majorité des cas, soit la profondeur conservée était évidemment insuffisante pour comprendre les modes de comblement, soit les sédiments étaient parfaitement homogènes, ce qui n’implique pas nécessairement un comblement uniforme à l’origine, puisque les battements importants de la nappe du Rhône ont pu contribuer à homogénéiser ces sédiments. De même, le développement racinaire et les bioturbations qu’il entraîne, ont pu homogénéiser ce remplissage. Les coupes les plus lisibles renverraient alors à des plantations ayant échoué, où l’enracinement ne se serait pas bien opéré (Jung et al. 2009).

185De manière générale, quand des différences sont visibles, on constate que le fond de la fosse est d’abord rempli par un limon à matrice assez argileuse, gris-jaune, avec parfois des charges de graviers et quelques petits galets. La partie supérieure du comblement est ensuite constituée d’un limon à matrice nettement plus sableuse, jaune, au sein duquel les galets et inclusions de graviers sont plus rares. Les rares fragments de tuiles ou de céramiques présents dans les fosses ne se trouvent pas de façon privilégiée dans l’une ou l’autre couche.

186La pratique culturale préconisée par Columelle (De l’agriculture, V, IX) et observée sur le site de Champ Redon (Rapport Jung 2011 ; Figueiral et al. 2010 : 424‑426), consiste à déverser dans le fond de la fosse l’horizon supérieur du sol excavé, puis à épandre une couche amendée chargée en charbons, pour sceller finalement le plant avec les sédiments provenant des horizons inférieurs du creusement initial. Ce schéma ne semble pas s’appliquer pour toutes les fosses de Châteauneuf-du-Rhône dont la profondeur permet d’observer le mode de comblement. Le comblement du fond semble plutôt constitué des sédiments de l’US 4 (ancien dépôt holocène de limons d’inondation) extraits lors du creusement de la fosse mais sensiblement brassés, sans doute pour les aérer et les rendre plus meubles. Des apports sont incontestables puisque des fragments de tuiles sont présents dans ces niveaux. Le brassage est assez frappant dans le cas des fosses dont le creusement perfore sensiblement l’altérite de la terrasse (US 5) : on retrouve dans le comblement des poches caillouteuses issues de ce substrat glaciaire (par ex. : PL 914). Les éléments les plus grossiers du substrat semblent certes avoir été écartés, mais l’ordre sédimentaire paraît respecté puisqu’on ne trouve pas, au fond, trace d’éléments évoquant l’horizon pédologique contemporain du creusement. Les limons sableux jaunes que l’on retrouve en partie supérieure n’évoquent, en tout état de cause, aucun horizon antérieur au sol contemporain du creusement. Il faut peut-être alors voir en eux des vestiges de ce dernier, ou des apports exogènes au site.

187Dans le cas des fosses les moins profondes, qui n’entament qu’à peine l’US 4, le comblement est alors exclusivement composé de ce limon sableux jaune : l’hypothèse de l’horizon supérieur déversé en premier au fond de la fosse, serait alors envisageable.

188Pour 18 % des fosses quadrangulaires traitées, une poche de sédiments plus clairs et plus triés était visible en surface, et en coupe dans le comblement supérieur. Circulaire en plan, cette poche présente généralement un profil en cuvette ou en ogive. Le diamètre observé est compris entre 0,30 et 0,80 m, pour une valeur moyenne de 0,50 m. Il s’agit selon toute vraisemblance du négatif de la motte : cette terre entourait les racines du jeune plant. Columelle recommande de laisser, avant de planter des arbres, les fosses ouvertes pendant un an ou au moins deux mois si on y brûle de la paille (Des arbres, XVI et XIX). Le profil très régulier de la motte pourrait évoquer une autre préconisation de Columelle, qui consiste à emballer les racines et la terre de la motte dans « une sorte de tissu qu’on appliquera au pied de l’arbre, et autour duquel on le fixera avec de l’osier, de manière que la terre bien serrée y soit comme emprisonnée » (De l’agriculture, V, IX).

189Néanmoins, la relation entre cette poche et les comblements latéraux n’est pas assez précise pour déterminer s’il s’agit bien d’un négatif, donc provoqué par un comblement latéral postérieur, où s’il s’agit d’un recreusement des sédiments comblant la fosse. Cette méthode de plantation, courante aujourd’hui, pourrait se justifier : la motte est introduite postérieurement dans une cavité recreusant les sédiments qui ont eu le temps de bien se stabiliser à l’intérieur de la fosse. L’ensemble des préconisations des agronomes antiques sur le comblement de ces fosses n’étant, semble-t-il, pas respecté à la lettre sur le site du Grand Palais, la méthode par recreusement ne peut dès lors être exclue.

190Dans 5,65 % des cas étudiés, on observe en coupe ou dans le fond de la moitié fouillée selon notre protocole, un ou plusieurs négatifs de racine. Le comblement de ces négatifs est un sédiment gris et assez meuble. Ces vestiges du système racinaire se rapportent pour la plupart au développement des racines secondaires, mais certaines traces plongent verticalement depuis la limite inférieure de la motte. Le fond de la fosse n’est jamais perforé en son centroïde par une éventuelle racine pivot, mais quelques cas de perforations excentrées ont été attestés. Afin de mieux appréhender le développement du système racinaire et de quantifier les excroissances hors des fosses, il aurait fallu pouvoir fouiller intégralement un plus grand nombre d’individus, ce que les remontées de la nappe ont empêché.

191Un cas bien particulier présente une perforation évidente du fond de la fosse PL 593 (secteur occidental, fig399). À l’évidence, il ne s’agit pas là d’un négatif de racine, mais bien d’un poteau logé dans la fosse. Le diamètre du surcreusement atteint 0,23 m, et la profondeur excède de 0,10 m celui de la fosse. Ce poteau est installé dans l’angle nord de la fosse. Il pourrait, selon toute vraisemblance, s’agir d’un tuteur destiné à maintenir le plant. Cette technique de conduite n’est guère attestée ailleurs sur le site, si ce n’est dans le cas de la fosse PL 491 (secteur occidental, fig399), qui comporte, accolés à son angle nord, deux trous de piquet, Tp 2039 (diamètre de 0,25 m) et Tp 2038 (diamètre de 0,15 m). L’idée de tuteurs placés au nord du plant trouve un intérêt certain dans une région où le vent dominant souffle du nord, parfois très violemment.

6.3.2.2. Comparaison : le verger de l’état II et les vergers des provinces gauloises

192Nos résultats ont été comparés aux données des quelques sites ayant livré des vergers antiques. Un certain nombre d’alignements sont attribués à des haies, et sont donc pris en compte essentiellement en termes de modules de fosses.

193Dans l’état de notre documentation, douze systèmes de fosses carrées appartenant à dix sites présentent une trame qui permette de raisonner sur la notion de verger, et de comparer les valeurs de rc et dc (fig422, avec bibliographie).

Fig. 422 – Carte des principaux sites antiques ayant livré des traces de vergers. 1 : Sauvian (Hérault), « la Lesse » (Rapport Pomarèdes 2011) ; 2 : Valros (Hérault), « Aire de repos » (Rapport Jung, Bel 2010) ; 3 : Valros (Hérault), « Champ Redon » (Rapport Jung 2011) ; 4 : Aspiran (Hérault), « St-Bézard » ; 5 : Paulhan (Hérault), « Vareille » (Mauné 2003) ; 6 : Montpellier (Hérault), « ZAC Malbosc III » ; 7 : Montpellier (Hérault), « Mermoz » ; 8 : Lunel (Hérault), « Mas de Fourques » (Rapport Ott, Pancin 2006) ; 9 : Montfrin (Gard), « le Réal » (Rapport Le Meur et al. 1997) ; 10 : Saint-Victor-la-Coste (Gard), « Mayran » ; 11 : Châteauneuf-du-Rhône (Drôme), « le Grand Palais » ; 12 : Savasse (Drôme), « la Croze » (Rapport Ronco 2012) ; 13 : Roquemaure (Gard), « la Ramière » (Rapport Pomarèdes et al. 1997 ; Barberan et al. 2002) ; 14 : Poussan (Hérault) [Rapport Bourgaut 2010] ; 15 : Reims (Marne), « Rue Clovis - Îlot Capucin Hincmar » (Koehler 2003) ; 16 : Cernay-les-Reims (Marne), « Pelle à Four » (Koehler 2003) ; 17 : Cernay-les-Reims (Marne), « les Petits Didris » (Koehler 2003) ; 18 : Caurel (Marne), « En Droit le Clocher » (Koehler 2003) ; 19 : Les Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme), « Champ Chalatras » (Vallat, Cabanis 2009) ; 20 : Le Quiou (Côtes-d’Armor) [Arramond, Requi 2012] (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).

Fig. 422 – Carte des principaux sites antiques ayant livré des traces de vergers. 1 : Sauvian (Hérault), « la Lesse » (Rapport Pomarèdes 2011) ; 2 : Valros (Hérault), « Aire de repos » (Rapport Jung, Bel 2010) ; 3 : Valros (Hérault), « Champ Redon » (Rapport Jung 2011) ; 4 : Aspiran (Hérault), « St-Bézard » ; 5 : Paulhan (Hérault), « Vareille » (Mauné 2003) ; 6 : Montpellier (Hérault), « ZAC Malbosc III » ; 7 : Montpellier (Hérault), « Mermoz » ; 8 : Lunel (Hérault), « Mas de Fourques » (Rapport Ott, Pancin 2006) ; 9 : Montfrin (Gard), « le Réal » (Rapport Le Meur et al. 1997) ; 10 : Saint-Victor-la-Coste (Gard), « Mayran » ; 11 : Châteauneuf-du-Rhône (Drôme), « le Grand Palais » ; 12 : Savasse (Drôme), « la Croze » (Rapport Ronco 2012) ; 13 : Roquemaure (Gard), « la Ramière » (Rapport Pomarèdes et al. 1997 ; Barberan et al. 2002) ; 14 : Poussan (Hérault) [Rapport Bourgaut 2010] ; 15 : Reims (Marne), « Rue Clovis - Îlot Capucin Hincmar » (Koehler 2003) ; 16 : Cernay-les-Reims (Marne), « Pelle à Four » (Koehler 2003) ; 17 : Cernay-les-Reims (Marne), « les Petits Didris » (Koehler 2003) ; 18 : Caurel (Marne), « En Droit le Clocher » (Koehler 2003) ; 19 : Les Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme), « Champ Chalatras » (Vallat, Cabanis 2009) ; 20 : Le Quiou (Côtes-d’Armor) [Arramond, Requi 2012] (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).

194Le site de la Ramière à Roquemaure (Gard) a livré les traces d’un verger construit selon deux systèmes. Tous deux présentent des trames où rc et dc valent 50 pieds. Les modules sont de l’ordre de 3 pieds pour l’un, et de 2,5 pieds pour l’autre.

195Les fosses du site du Réal, à Montfrin (Gard), se rapprochent du module à 4 pieds et, outre une haie, il semblerait que le décapage ait touché l’extrémité d’un verger. Seule la valeur de rc est connue, équivalente à 50 pieds.

196Le site d’En Droit le Clocher, à Caurel (Marne), a permis de mettre en évidence un système orthonormé basé sur une trame à 15 pieds avec des modules de fosses proches de 4 pieds.

197À Cernay-les-Reims (Marne) sur le site des Petits Didris, le premier système est orthonormé, avec des espacements de l’ordre de 13 pieds et des modules de fosses à 4 pieds. Le second système est constitué de fosses de 3 pieds, implantées selon une trame différenciée : rc = 30 pieds, et dc = 10 pieds.

198Sur le site de l’îlot Clovis-Capucin-Hincmar à Reims même, le verger présente les plus grands modules de fosses jamais rencontrés : lo et la valent 5 pieds. La trame est orthonormée, basée sur des valeurs de 12,5 pieds.

199Le verger VRG001, identifié sur le site dit de l’aire de repos à Valros (Hérault), se caractérise par des modules proches de 3 pieds, et des espacements atteignant 50 pieds ; sur la même commune, le site de Champ Redon a révélé un verger VRG016 où le module des fosses avoisine 4 pieds, et où les valeurs de rc et dc s’élèvent à 27 pieds.

200Dans le même département, à Sauvian, le site de la Lesse a livré une partie d’un verger non orthonormé mais basé sur une trame néanmoins régulière et en quinconce, où rc = 10 pieds et dc = 12 pieds. Le module des fosses est réduit à 2,5 pieds.

201Enfin, le site le plus proche se trouve à Savasse (Drôme), à une quinzaine de kilomètres au nord de Châteauneuf-du-Rhône, où, à un verger antique succède une nécropole implantée au milieu du IVe siècle. La majorité des fosses appartient à un système correspondant parfaitement au type 1 du Grand Palais : module à 4 pieds, trame à 30 pieds. Il semblerait qu’un autre état soit perceptible mais mal conservé, proche du type 2, avec un module à 3 pieds et une trame à 22 pieds.

202Nous pouvons ajouter à ces sites où les systèmes sont bien documentés, celui de Passo di Corvo, en Italie (Tinè 1983), qui a livré les traces d’un verger organisé selon une trame à 20 pieds.

203La comparaison des données du Grand Palais avec celles issues du recensement des sites des provinces gauloises permet de faire ressortir quelques traits plus ou moins constants. Tout d’abord, les trames sont presque toujours orthonormées ; seules certaines présentent un décalage en quinconce ou des espacements plus grands pour l’entre-axe de ligne à ligne.

204Il semblerait ensuite que les modules majoritaires des fosses soient à 3 pieds ou à 4 pieds. Néanmoins la typologie métrologique des systèmes doit être élargie. On distingue d’une part les systèmes dont la trame est très lâche, comme ceux correspondant au type 1 du Grand Palais et ceux dont les espacements atteignent 50 pieds. Ces vergers, tous en Narbonnaise, se développent sur de très grandes surfaces, pour la plupart à proximité d’une villa. Le second groupe, d’autre part, pourrait rassembler tous les vergers dont les espacements sont compris entre 10 et 25 pieds, associés en général à des modules à 3 pieds, comme les types 2 et 3 du Grand Palais. Ces vergers se trouvent aussi bien dans des petits clos en périphérie d’une agglomération, comme c’est le cas à Reims, ou sur de petites parcelles accolées à un établissement rural de taille moyenne, comme à Sauvian, que sur des exploitations extensives dépendant a priori d’une grande villa, comme nous le voyons au Grand Palais. Les deux groupes sont représentés dès le Ier siècle av. J.‑C. et l’époque augustéenne en Languedoc, et les vergers des deux groupes semblent se multiplier au Haut-Empire.

205À ce jour, la réflexion la plus aboutie concerne les vergers du premier groupe, grâce aux études récentes menées sur les sites de Valros. Le spectre retenu semble cibler des cultures extensives sèches, comme les oliviers, amandiers ou pruniers, vraisemblablement couplées avec une culture intercalaire, fourragère ou céréalière, ou avec la pratique du sylvo-pastoralisme, encore en usage dans les dehesa espagnoles et portugaises (Rapport Jung 2010 :156 ; Rapport Jung 2011 : 166). Pour les vergers du second groupe, les hypothèses sont plus vagues. Seul celui de la Lesse à Sauvian, grâce à un éventuel système d’irrigation associé à des petites fosses peu espacées, a conduit C. Jung à envisager une plantation de pêchers, en se référant aux prescriptions de Palladius (Rapport Jung 2010 : 156).

206Au Grand Palais, on peut, dans l’état de la documentation, restituer au maximum une surface de plantation de 4 ha. En effet, les sondages réalisés sur les terrains situés immédiatement au nord (Rapport Bleu 2006) ont révélé d’autres fosses quadrangulaires, mais au-delà d’une limite septentrionale marquée par un fossé est-ouest, les sondages étaient négatifs. La preuve n’est pas indiscutable car les sondages d’un diagnostic peuvent ne pas déceler un verger avec une trame lâche. Considérons donc la Riaille comme la limite septentrionale naturelle. On peut dès lors circonscrire les vergers entre la Riaille, la limite constatée au sud de notre emprise, et le pied de la colline de la Labre. Sur une telle superficie, selon les types de systèmes pris en compte, on peut restituer de 500 à 2 000 arbres selon les trames. Il s’agit, à l’évidence, d’une logique de culture intensive et de rendement, que seule une exploitation en faire-valoir direct par le propriétaire de la villa est à même d’organiser, assurant le commerce de la production.

6.3.2.3. Identification des productions de l’état II

L’apport des textes antiques

207Les résultats obtenus à l’issue de cette analyse ont été confrontés aux préconisations des agronomes antiques, en particulier de Pline l’Ancien, Columelle et Palladius, qui font des préconisations adaptées à des productions arboricoles spécifiques.

208Tout d’abord, Pline décrit la taille des fosses, pour les arbres en général :

On creusera les trous à l’avance et, si possible, assez pour qu’ils se tapissent d’un épais gazon. Magon recommande de faire cette opération un an à l’avance pour que les trous prennent le soleil et les pluies […]. “Si le terrain est humide, dit Caton, les trous auront trois pieds de largeur à l’orifice, un pied et une palme à la base et quatre pieds de profondeur ; on les garnira de pierres, sinon, de perches de saule vert, sinon encore, de sarment, de façon à exhausser le fond d’un demi-pied”. Nous croyons devoir ajouter, d’après ce qui a été dit de la nature des arbres, qu’il faut planter plus profond ceux qui aiment être à fleur de terre, comme le frêne ou l’olivier. Ces arbres et ceux du même genre doivent être mis à quatre pieds de profondeur. Pour les autres, une profondeur de trois pieds pourrait suffire. (Histoire Naturelle, XVII, 16, 79‑81)

209Il évoque ensuite les trames à respecter pour les arbres fruitiers :

Une partie de ce sujet concerne les intervalles : quelques-uns ont recommandé de planter plus serrés les grenadiers, les myrtes et les lauriers, à neuf pieds d’intervalle toutefois ; les pommiers, un peu plus espacés, et davantage encore les poiriers, encore plus les amandiers et les figuiers. La règle la meilleure sera de considérer l’ampleur des branches, la disposition des lieux et l’ombrage de chaque arbre, car il faut tenir compte de celui-ci. Même de grands arbres ont une ombre peu étendue, quand leurs branches forment une boule, comme le pommier et le poirier ; les cerisiers, les lauriers ont une ombre immense. (Histoire Naturelle, XVII, 17, 88)

210Enfin, il traite des oliviers en particulier, selon les régions :

Dans les lieux ventés, il convient de planter plus serré ; les oliviers cependant demandent le plus grand intervalle ; sur ce point Caton est d’avis, pour l’Italie, de les planter à vingt-cinq pieds et à trente pieds au plus. Mais cela varie suivant la nature des lieux […]. En Afrique – j’en laisse la responsabilité aux auteurs –, on raconte qu’il y a beaucoup d’oliviers appelés milliaires, d’après le poids d’huile qu’ils donnent annuellement. Aussi Magon prescrit-il un intervalle de soixante-quinze pieds en tous sens ou de quarante-cinq au moins en terrain maigre, sec et venté. (Histoire Naturelle, XVII, 19)

211Columelle, comme Pline, réserve une attention accrue aux oliviers. Dans son premier traité, il écrit :

Il convient que, pour un olivier, on ouvre un trou de quatre pieds en tous sens […]. Il convient que les oliviers soient plantés à soixante pieds d’intervalle pour qu’ils aient de la place pour croître en largeur, car ceux qui se développent en hauteur perdent de la vigueur et ne donnent pas assez de fruits. (Des arbres, XVII, 2‑3)

212Il réévalue ensuite ses préconisations :

Un an avant de les transplanter, on leur prépare des fosses de quatre pieds ; et, si le temps n’a pas été propice, avant de mettre ce plant dans la fosse, on y brûle de la paille pour que le feu en rende la terre plus meuble, ce que le soleil et les gelées auraient dû faire. Le moindre espace entre les lignes doit être, dans les terrains gras et propres aux céréales, de soixante pieds d’un côté, et de quarante de l’autre ; dans un sol maigre et impropre à la culture des grains, vingt-cinq pieds d’intervalle sont suffisants. (De l’agriculture, V, 9)

213Enfin, il traite à part les autres arbres fruitiers :

Plantez les arbres à intervalles éloignés, pour qu’au cours de leur développement, leurs branches aient de la place pour s’étendre, car si vous les plantez serrés, vous ne pourrez rien semer dessous, et ainsi eux-mêmes ne seront pas productifs, si vous n’éclaircissez pas le verger ; aussi sommes-nous d’avis de laisser entre les rangées quarante pieds, et au minimum trente. (Des arbres, XIX, 3 ; repris dans De l’agriculture, V, 10)

214Plus tard, Palladius distingue à son tour les oliviers des autres essences :

On les placera en quinconce, dans un terrain renouvelé, ou bien on leur affectera un terrain particulier. […] Ils seront à quinze pieds de distance les uns des autres. […] Si le champ où nous plantons des oliviers est une terre à blé, il faut laisser quarante pieds d’intervalle entre les arbres, et vingt-cinq dans le cas d’un terrain maigre. Nous avons intérêt à diriger les rangées vers le côté d’où souffle le vent d’ouest. Lors de la plantation, il faut les mettre dans des fosses sèches creusées à quatre pieds de profondeur. Il faut aussi, en l’absence de cailloux, y mêler du gravier et du fumier. Si le champ est clôturé, il faut les planter en n’en laissant qu’une faible hauteur au-dessus du sol. Mais s’il risque d’avoir à souffrir du bétail, les troncs doivent être plus hauts. Dans les régions au climat sec, en l’absence de pluie, il faudra aussi arroser. (Traité d’agriculture, III, 18, 5)

215Pour les autres vergers :

Nous pouvons aussi, dans les terrains travaillés à la houe, planter des arbres fruitiers exposés au nord […]. C’est la même terre qui convient à eux et aux vignes. Mais il leur faut des fosses plus grandes, profitables tant au bois qu’aux fruits. Si l’on constitue un verger, on laissera trente pieds entre les rangées […]. On assignera chaque rangée à sa propre espèce, afin que les faibles ne soient pas opprimés par les plus fortes. (Traité d’agriculture, III, 19, 1‑2)

216Palladius réserve également une trame bien précise pour les amandiers :

Les amandiers aiment un terrain dur, sec, caillouteux, et un climat très chaud parce qu’ils ont coutume de fleurir tôt ; aussi faut-il établir ces arbres de telle sorte qu’ils regardent vers le midi […]. Si la sécheresse survient au moment où nous constituons la pépinière, arrosons-la trois fois par mois, et enlevons fréquemment à la pioche les herbes qui poussent autour des amandiers. La terre de la pépinière doit être additionnée de fumier. On peut considérer comme suffisant un intervalle de quinze ou vingt pieds entre les arbres. (Traité d’agriculture, II, 15, 7‑8)

217Il ressort de ces écrits que l’espacement entre les arbres dépend davantage de la nature du terrain et du climat que des essences plantées. Toutefois, il semblerait que les systèmes de type 1 (modules à 4 pieds et trame à 30 pieds) correspondent assez bien à la culture de l’olivier, les autres types de systèmes s’adaptant éventuellement à d’autres arbres fruitiers.

  • 9 Le toponyme « Les Oliviers », encore actif aujourd’hui, est attesté dans le cadastre napoléonien ( (...)

218La question de la limite en latitude pour l’acclimatation des oliviers fait débat depuis longtemps parmi les spécialistes mais, si l’on en croit Columelle, « quoique la plupart des auteurs soient d’avis que cet arbre ne saurait ni vivre ni produire à une distance de soixante milles [i.e. environ 90 km] de la mer, il réussit pourtant bien dans certaines localités qui en sont éloignées » (De l’agriculture, V, 8). Pline dit que des terres peu propices peuvent être assainies artificiellement pour favoriser les cultures méditerranéennes : « Les Éduens et les Pictons ont rendu leurs champs très fertiles avec la chaux, qui se trouve aussi vraiment très bonne pour les oliviers et les vignes » (Histoire Naturelle, XVII, IV, 47). L’implantation d’une oliveraie ne semble donc pas incongrue à la latitude de Châteauneuf-du-Rhône. Ph. Leveau inclut d’ailleurs la région dans la zone de forte présence de l’oléiculture pendant l’époque impériale (Leveau 2003 : 302). J.‑P. Brun évoque également la donation, faite en 674 par le roi Thierry III aux moines d’une abbaye normande, d’un domaine à Donzère afin qu’ils puissent se fournir en huile pour le luminaire (Brun 2005 : 102). La limite actuelle de l’acclimatation de l’olivier remonte jusqu’à la confluence de la Drôme et du Rhône, soit à une quarantaine de kilomètres au nord du site du Grand Palais9.

L’apport des études paléo-environnementales

219Parmi les taxons paléobotaniques recueillis dans les remplissages des fosses de plantation postérieures aux systèmes de vergers ainsi que dans les niveaux de la zone bâtie (voir ci-dessus), contemporains ou directement postérieurs, le chêne à feuillage caduc et le pin sylvestre sont majoritaires mais l’on trouve également du hêtre. Sont ensuite représentés, dans une moindre mesure, le buis, le merisier ou le cerisier « des oiseaux », le prunellier, l’orme champêtre, le charme et le noisetier.

220Les formes de plantation que nous observons sur le site ne semblent a priori pas adaptées au chêne, au pin et au hêtre, dont les taxons renvoient à une exploitation des bois situés sur les collines orientales. Toutefois, l’association d’arbres et de prairies est envisagée à Valros (Rapport Jung 2011 : 153), les arbres pouvant très bien correspondre à des chênes dont le bois de taille est utilisé pour le chauffage, et le feuillage pour l’alimentation et les litières du bétail. Il est vrai, néanmoins, qu’à Valros les espacements sont bien supérieurs et se prêtent davantage à ce genre d’hypothèse. Au Grand Palais, l’élevage est, certes, attesté (voir 7.7.2, les objets PR2, PR3, PR4 : sonnailles, aiguillon de bouvier, ainsi qu’un clou de ferrure) mais dans des niveaux postérieurs à l’exploitation des vergers. Les espacements observés dans la zone des vergers semblent trop réduits pour permettre d’envisager une telle exploitation mixte : dans le cas d’arbres fruitiers, cela supposerait une taille très haute, donc contraignante, pour éviter que le bétail ne détériore les branches basses, et, dans le cas d’une chênaie, le nombre d’arbres restitué impliquerait plutôt une production intensive de bois de construction, et donc la nécessité d’installations et d’outillages dont on ne perçoit pas la présence sur le site. En outre, un tel type de production suppose de mener les chênes à un âge avancé et la durée de vie de la plantation rapportée au nombre d’états observés ne le permettrait pas.

221Le buis et le prunellier conviennent davantage à des haies qu’à une plantation structurée ; quant au merisier ou cerisier, les creusements des fosses ne présentent pas les stigmates caractéristiques de la racine pivot propre à l’espèce. L’orme et le charme peuvent être employés dans la culture de la vigne en hautain (voir ci-dessus Columelle, De l’agriculture, V, 7), mais, comme nous l’avons vu, ce mode d’exploitation ne paraît pas devoir être retenu au Grand Palais.

222Reste le noisetier. Ce dernier fournit en effet des fruits secs consommés pendant l’Antiquité, qui peuvent facilement être stockés. Les auteurs antiques évoquent la culture du noisetier, notamment en Orient et en Italie (par ex. : Pline, Histoire naturelle, XV, 24 ; XVII, 13, 30-34 ; Caton, De l’Agriculture, 8 et 133), et son commerce est attesté (Fiory, Joncheray 1975 ; Pollino 1986).

223Ainsi, hormis peut-être pour le noisetier, les taxons paléobotaniques identifiés sur le site ne semblent pas fournir les marqueurs susceptibles de correspondre aux formes culturales mises en œuvre au Grand Palais. En revanche, l’étude malacologique contribue à cerner la question.

224En effet, les données malacologiques illustrent une mosaïque de conditions édaphiques, représentant à la fois la juxtaposition de milieux humides et de milieux plus secs, et une alternance saisonnière du sec et de l’humide. Le terrain, on l’a vu, est intensivement drainé, et a subi de nombreuses inondations. Toutefois, le drainage le plus efficace, structuré autour des canaux collecteurs, est mis en place postérieurement à l’exploitation des vergers. Cela signifie que les espèces cultivées pouvaient supporter sans trop de problèmes les épisodes humides, ces derniers pouvant même éventuellement leur être bénéfiques. On constate en outre que la zone la plus sèche (secteur oriental) a nécessité l’aménagement d’un réseau d’irrigation pour la culture mise en œuvre au sein du système S3.

225Ainsi les arbres dont la croissance nécessite de l’eau ne sont pas à écarter. Certaines espèces peuvent être évoquées, comme le figuier, le pêcher, le pommier et le poirier. Le noisetier apprécie également les milieux humides même s’il s’adapte très bien aux endroits plus secs.

226Néanmoins les conditions édaphiques du site ne s’opposent nullement à la culture d’espèces adaptées aux variations climatiques saisonnières marquées, comme l’olivier, le figuier ou l’amandier. Notons que l’amandier, dont la production dans la Drôme était conséquente au XVIIIe siècle (Delacroix 1817 : 385‑386), est cultivé aujourd’hui sur la colline située à l’est du Grand Palais, sur des parcelles jouxtant le site de la Labre. Seul peut-être le châtaigner peut définitivement être exclu, le substrat n’étant pas assez calcaire.

Espèces, métrologie, orientation

227Les systèmes de type 1 correspondent assez bien, on l’a vu, aux préconisations des agronomes au sujet des oliviers. La distance de 30 pieds coïncide avec ce qu’ils recommandent pour les terrains « maigres ». Les couches de limon argileux et de limon sableux dans lesquelles sont creusées les fosses ne constituent pas à proprement parler un terrain « maigre », puisque les composantes limoneuses, argileuses et sableuses réparties de façon égale garantissent un sol optimal pour des arbres fruitiers ; mais il faut souligner que l’on considère aujourd’hui qu’une oliveraie plantée sur un terrain humide doit obéir à une trame resserrée (Louis 1989). Les autres types de systèmes peuvent en revanche correspondre à un certain nombre d’espèces, mais si l’on considère la masse de la production engendrée par une telle plantation, les fruits, pouvant être transformés ou séchés afin de garantir leur conservation pendant le stockage, doivent être privilégiés. L’amande, la noix, la prune et la figue s’y prêtent bien.

228Le racinaire de l’amandier convient assez à l’absence de perforation observée sur le fond des fosses, si l’on en croit Columelle : « Chaque amande émet une seule racine et il en sort une tige unique ; quand la racine parvient au fond du trou, arrêtée par la dureté du sol, elle se recourbe et, s’étendant sous forme de branches, elle émet d’autres racines » (Des arbres, XXII, 2). En revanche, le noyer, à racine pivot, semble ne pas avoir été planté au Grand Palais, ce qui n’exclut pas que la noix y ait été récoltée à partir de pruniers ou d’arbousiers servant de porte-greffes (Palladius, Traité d’agriculture, II, 15), qui ne laissent aucune trace de racine pivot. L’analyse du système racinaire permet en effet d’identifier le porte-greffe, et de cerner un certain nombre d’espèces potentielles pouvant lui être greffé (Rapport Jung 2011 : 156), informations qui permettent, une fois corrélées aux préconisations d’espacement, de réduire le spectre des productions.

229En effet, si, aujourd’hui, l’espacement nécessaire entre les arbres est conditionné par le mode de taille plutôt que par l’espèce (Pontoppidan 2001), la métrologie demeure une méthode fiable pour identifier les espèces cultivées par les Romains. Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que la plupart des techniques de taille utilisées aujourd’hui, certaines très complexes, ont été créées à l’époque moderne, parfois à des fins esthétiques davantage que pratiques. La méthode régressive est donc délicate à appliquer à l’histoire des techniques agricoles alors que les agronomes antiques sont suffisamment explicites. Or, s’ils conseillent bien de tailler les arbres fruitiers, à l’instar de Palladius (Traité d’agriculture, XII, 4 : « La taille des oliviers et celle des autres arbres est salutaire, si le climat s’y prête, lorsqu’on en coupe les cimes et qu’on laisse croître en liberté les surgeons sur les flancs. Mais dans un pays inculte et abandonné, on dépouille tout le tronc de l’arbre par le bas, afin que, dépassant la stature des animaux, il s’élève au-dessus de leurs atteintes, et se protège ainsi lui-même par sa hauteur »), les espacements qu’ils conseillent pour chaque espèce tiennent évidemment déjà compte de la méthode de taille la plus adaptée à la récolte (demi-tige, gobelet ?) pour des parcelles dédiées exclusivement à l’arboriculture, comme c’est le cas au Grand Palais au cours de l’état II. La taille haute-tige conviendrait mieux aux grands espacements, observés à Valros (voir ci-dessus), et à une logique de polyculture mariant arboriculture et pastoralisme.

230Enfin, si tous les agronomes antiques s’accordent à dire que chaque arbre doit être marqué avant sa transplantation, afin de lui conserver son orientation, ils ne nous renseignent guère sur l’orientation à donner à la trame de la plantation. Columelle indique simplement au sujet de l’oliveraie qu’« il convient d’exposer les lignes au souffle du favonius, afin qu’il les rafraîchisse pendant l’été » (De l’agriculture, V, 9). Les lignes doivent par conséquent faire face à l’ouest, si bien que, en toute logique, dans le cas d’une trame orthonormée l’orientation des alignements doit être nord-sud et est-ouest.

231Palladius précise que « nous pouvons aussi, dans les terrains travaillés à la houe, planter des arbres fruitiers exposés au nord » (Traité d’agriculture, III, 19), les vignes se trouvant au sud.

232Il semblerait que l’orientation du parcellaire ne dicte pas celle du verger. Ainsi, dans le cas du Grand Palais, le site se trouvant dans l’aire concernée par le cadastre B d’Orange, c’est même l’orientation du verger qui dicte celle du site dans son ensemble : vergers, fossés et bâtiments ne sont pas orientés selon la trame à NL 5°E du cadastre B, mais bien en fonction d’un axe calé sur le nord géographique.

233Cette orientation des rangs selon un axe nord-sud comporte plusieurs avantages ; elle est en règle générale privilégiée de nos jours (Louis 1989). En effet, le nord et le sud sont les deux expositions les moins favorables à une bonne croissance, le nord étant trop froid et le sud trop chaud. Cette orientation garantit aussi un ensoleillement continu (matin et après-midi), et permet de minimiser l’impact du mistral. Ce vent du nord, très froid et violent, s’engouffre entre les lignes nord-sud, et seuls les arbres des lignes est-ouest les plus au nord souffrent de son action. Les agronomes incitent à favoriser les vergers à flanc de coteau, afin de résister aux vents, la plupart des espèces y étant sensibles, hormis le noyer et le pin (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XVII, 18). Des haies disposées au nord peuvent en outre protéger le reste du verger : on trouve couramment de nos jours des haies de cyprès ou de noisetiers. Malheureusement, nous n’avons aucune vision de l’extrémité septentrionale de la surface couverte par les vergers.

Hypothèses sur les productions du verger de l’état II

234À l’issue de ces diverses réflexions, nous pouvons au moins proposer, avec prudence, quelques hypothèses pour les vergers de l’état II du Grand-Palais (fig423).

Fig. 423 – Hypothèses d’identification des espèces d’arbre selon la typologie du Grand Palais. 1 : type 1 (système 1, 2 et 10), oliveraie ; 2 : type 2 (système 3 irrigué), pêchers, poiriers ou pommiers ; 3 : type 2 (système 6), amandiers, noisetiers, noyers ; 4 : types 3 et 4 (systèmes 5, 4, 7 et 9), amandiers, figuiers ou pruniers (DAO : Chr. Landry).

Fig. 423 – Hypothèses d’identification des espèces d’arbre selon la typologie du Grand Palais. 1 : type 1 (système 1, 2 et 10), oliveraie ; 2 : type 2 (système 3 irrigué), pêchers, poiriers ou pommiers ; 3 : type 2 (système 6), amandiers, noisetiers, noyers ; 4 : types 3 et 4 (systèmes 5, 4, 7 et 9), amandiers, figuiers ou pruniers (DAO : Chr. Landry).

235Les systèmes de type 1 (systèmes S1, S2, S8, S10) correspondent aux deux premières phases du verger à fosses quadrangulaires, où toute la surface pourrait être dédiée à la culture de l’olivier. La mise en évidence d’une huilerie au sein de l’emprise de la partie agraire de la villa permettrait seule de valider une telle proposition.

236En ce qui concerne le type 2 (systèmes S3 et S6), postérieurement, le système S3, avec son réseau d’irrigation, qui, une fois restitué, permet d’envisager une culture sur environ 2 300 m², pourrait concerner une espèce nécessitant un apport hydrique constant, sans forcément impliquer, par sa taille réduite, le séchage ou la transformation directe de la production. On peut ainsi opter pour le pêcher, le pommier ou le poirier. Conjointement, sur la partie occidentale de la plantation, le système 6, avec ses espacements de 20 pieds, pourrait correspondre à la culture de l’amandier, voire du noisetier ou du noyer.

237Puis se succèdent les systèmes de type 3 (systèmes S4, S5, S7) et 4 (systèmes S9), avec des espacements réduits. Ce resserrement du maillage peut correspondre à une logique quantitative au détriment de la qualité de la production et de la durée de vie des arbres, mais cette densité plus élevée est peut-être rendue possible par une augmentation des apports hydriques (colmatage des drains précoces). Les rendements sont certainement multipliés, et le séchage des fruits s’impose : on peut évoquer plusieurs espèces cultivées conjointement ou successivement, comme l’amandier, le noisetier, le noyer, le figuier ou le prunier.

238Vers la fin du IIIe siècle ou peu après, il semblerait que l’exploitation du verger soit abandonnée.

6.3.3. État III : les traces de vignoble

239Les systèmes de type 7 (S12 et S13 à fosses circulaires) mis au jour au Grand Palais ont permis d’attester la culture de la vigne au sein de la fenêtre ouverte sur la zone de culture de la villa. Deux méthodes de fouille différentes ont été appliquées, sur deux systèmes (S12 et S13).

240Ces deux systèmes appartiennent à deux parcelles distinctes, distantes d’environ 40 m. Dans le secteur oriental (fig424), les rangs de S12 sont orientés NL 5°E et constituent les seuls éléments du site qui épousent précisément la trame du cadastre B d’Orange. Mais aucun indice de marqueur parcellaire des IVe et Ve siècles ne vient abonder dans le sens d’une structuration réfléchie des cultures selon cette orientation, d’autant plus que la seconde parcelle de vigne, S13, dans le secteur central (fig425), adopte une orientation des rangs radicalement différente (NL 86°E).

Fig. 424 – Plan du secteur oriental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 424 – Plan du secteur oriental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 425 – Plan du secteur central de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (en haut, plan général, en bas, détail) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen].

Fig. 425 – Plan du secteur central de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (en haut, plan général, en bas, détail) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen].

6.3.3.1. Le système S12

241Une zone d’environ 30 m² a été traitée en fouille fine, au sein du système S12 (fig426 à fig. 428). À l’issue du décapage à la pelle mécanique, une trentaine de fosses étaient visibles. Les nettoyages fins à la truelle ont permis de mettre en évidence sept autres individus, auxquels viennent s’ajouter 51 trous de piquet, ainsi qu’un certain nombre de traces d’excroissances racinaires.

Fig. 426 – Plan du système 12 : plan général et détails (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 426 – Plan du système 12 : plan général et détails (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).

Fig. 427 – Vue aérienne des fosses du système 12 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

Fig. 427 – Vue aérienne des fosses du système 12 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

Fig. 428 – Plan de la zone fouillée finement au sein du système 12 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 428 – Plan de la zone fouillée finement au sein du système 12 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

242Cette zone englobe cinq rangées nord-sud numérotées d’ouest en est, sur une longueur comprenant six fosses sur chaque rang. L’espacement de l’ordre de 3 pieds entre les rangs ainsi qu’entre les fosses d’un même rang semble bien se vérifier à l’issue de la fouille fine. Cependant on constate que les nouvelles fosses, dont la forme et les dimensions respectent sensiblement moins les canons observés pour l’ensemble du système, viennent s’intercaler soit entre deux fosses d’un même rang, soit entre deux rangées. Dans le premier cas, trois fosses sont concernées, PL 2003 sur le rang 1, PL 969 sur le rang 2 et PL 2028 sur le rang 3. Ces fosses sont nettement circulaires, et d’un diamètre plus réduit (0,17 ; 0,27 et 0,21 m). Dans le second cas, on compte quatre fosses, PL 996, PL 995 entre les rangs 1 et 2, PL 372 entre les rangs 3 et 4, et PL 976 entre les rangs 4 et 5. Ces deux dernières diffèrent par leur morphologie : PL 372 est quadrangulaire, et PL 976, subovalaire, revêt des dimensions supérieures à la moyenne (0,66 x 0,52 m).

243Le profil des fosses présente majoritairement un fond plat (89,2 %) et des parois verticales (94,6 %).

244Toutes les fosses sont creusées dans l’US 977, dont la matrice sablo-limoneuse gris verdâtre contient de nombreux fragments de tuiles et quelques tessons de céramique. Ce niveau est caractéristique d’un sol travaillé à la charrue, avant le creusement des fosses, et potentiellement amendé. L’analyse chimique comparative, notamment des taux de phosphate et de nitrate, afin d’évaluer l’impact des apports d’engrais dans la préparation du sol, n’a pu être réalisée. Les fosses présentent toutes le même comblement : un limon sableux jaune marbré. Ces sédiments alluviaux proviennent vraisemblablement d’un niveau de débordement non conservé, et pourraient traduire le souci d’offrir aux racines des plants un sédiment trié et suffisamment meuble pour permettre leur développement.

245La fouille des trous de piquet permet d’établir leur homogénéité morphologique. Tous ont une forme circulaire au niveau d’apparition. Les diamètres sont assez constants, compris entre 0,04 m et 0,09 m, soit un diamètre moyen de 0,07 m. La profondeur conservée varie de 0,03 m à 0,12 m, mais les négatifs ont pu être observés en moyenne sur une profondeur de 0,08 m. Quant aux creusements, ils sont homogènes tant au niveau du fond (en pointe : 83,7 % ; plat : 16,3 %) que des parois (verticales : 87,8 % ; obliques : 12,2 %). Le profil majoritaire (75,5 % des cas) associe des parois verticales et un fond en pointe.

246Les négatifs de piquet sont tous comblés par un limon sableux jaune meuble, fin et trié, qui pourrait évoquer un colmatage rapide par des alluvions de débordement au moment de l’enlèvement des piquets.

247La présence de piquets conditionne la définition du mode cultural. Dès lors qu’il y a des piquets, on est en droit de traiter d’une conduite « en hautain », c’est-à-dire ici maintenus en hauteur (il n’est plus question ici des vignes sur arbre). L’emplacement des piquets, relativement aux fosses, permet en revanche d’introduire l’idée d’une variation des modes de palissage. Ainsi certains trous de piquets se trouvent parfaitement alignés sur l’axe d’un rang (rangs 1 et 5), et à quasi-égale distance de deux fosses voisines sur un même rang (par exemple Tp 966, Tp 2000, Tp 2004 sur le rang 1). Ces derniers peuvent évoquer des échalas reliés par des fils servant de support à la croissance des plants. Mais la majorité des négatifs se trouvent dispersés de façon plus aléatoire, quoique toujours très proches d’une fosse. Il s’agit ainsi plus vraisemblablement de négatifs de tuteurs (également désignés par les termes d’échalas ou mailletons), destinés à accompagner la croissance des pieds : les plants ne sont plus forcément reliés entre eux sur un même rang, ce qui facilite la circulation sur la parcelle. Certaines fosses se trouvent environnées par plusieurs trous de piquet : ainsi PL 962 est accompagnée par trois trous de piquets (Tp 963, Tp 964 et Tp 965). Cela peut correspondre à un renouvellement des tuteurs, mais aussi à une conduite du plant sur deux ou trois tuteurs inclinés qui se croisent, voire à un palissage en lyre, technique qui augmente la surface foliaire.

248Il semble que le palissage sur cette parcelle ne soit pas homogène et systématique, mais adapté à la croissance de chaque individu. Le diamètre réduit des échalas permet en tout état de cause d’avancer l’hypothèse d’un palissage vertical, excluant l’idée d’un palissage oblique ou horizontal de type treille ou pergola.

249Des pieds ont été renouvelés, comme semblent le montrer les fosses qui s’intercalent entre deux rangs. Et des tuteurs ont été plantés après la plantation du pied (ainsi Tp 2027 recoupe le comblement de PL 976).

250Sur la surface étudiée, une dizaine de fosses présentent des excroissances informes, sortes de saignées partant dans diverses directions. Il peut s’agir de traces laissées par les racines, mais également dans certains cas d’une technique de renouvellement des plants propre à la vigne : le provignage ou marcottage par couchage de sarments. Ainsi la fosse PL 969 présente une excroissance latérale vers l’ouest (F 967), qui se termine à côté d’un négatif de mailleton Tp 968. Ces éléments permettent d’envisager PL 969 comme une fosse creusée pour accueillir un plant vif de vigne, F 967 comme la trace de l’enfouissement d’un sarment provenant dudit cep, et Tp 968 comme le tuteur sur lequel est fixé le provin, la partie émergente dudit sarment.

251Le même raisonnement peut être reproduit pour PL 358 qui comporte des excroissances vers PL 996 et les Tp 992 et Tp 993, ou pour PL 359 que des excroissances relient à PL 995, elle-même proche du Tp 2026. Dans ces cas, il faut considérer qu’une fosse a été creusée à l’endroit où le provin est destiné à prendre racine, certainement pour faciliter cet enracinement. Notons que la trace d’enfouissement du sarment n’est pas toujours conservée, car il n’est pas nécessaire de l’enterrer très profondément, notamment si on le maintient en terre au moyen d’un arceau (marcottage aérien) : on peut l’envisager dans les cas de PL 371, PL 372 et PL 278/2028 par exemple. De même, le provignage peut ne pas laisser de trace si aucune fosse n’est aménagée à l’emplacement du futur pied, et si l’enracinement de ce dernier n’atteint pas une profondeur suffisante. En effet, on peut reproduire un cep dont la qualité de la production est intéressante, et puis transplanter le provin dès lors qu’il peut être émancipé, afin de le replanter sur un autre rang ou dans une autre parcelle. Le provin n’a alors pas forcément le temps de laisser une empreinte profonde dans le sous-sol. On peut peut-être interpréter de cette façon les négatifs de mailletons isolés comme Tp 990, Tp 2018 ou Tp 2009. Il s’agirait là davantage d’une nécessité de renouvellement par remplacement des pieds morts, plutôt que d’une stratégie de reproduction dans le but d’augmenter la densité de la parcelle.

252En tout état de cause, la mise en évidence de cette technique de marcottage constitue le plus fiable argument permettant d’interpréter les traces de plantation du système S12 comme les vestiges d’une vigne cultivée.

6.3.3.2. Le système 13

253Le système S13 (fig429) a été appréhendé différemment. L’orientation des rangées de fosses étant facilement identifiable, un rang de vingt fosses a été fouillé finement dans le but d’obtenir un profil complet. Les profils des fosses sont sensiblement similaires à ceux obtenus sur le test de S12. En effet, 65 % des fosses présentent un fond plat et les parois sont toutes légèrement concaves ou obliques à la base. Seule la fosse PL 759 présente un creusement en pointe, éventuellement accentué par l’action racinaire.

Fig. 429 – Vue aérienne de la parcelle de vigne du système 13 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

Fig. 429 – Vue aérienne de la parcelle de vigne du système 13 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).

254La méthodologie appliquée rend les informations spatiales lacunaires. Les traces les plus ténues entre les rangées de fosses ne sont pas mises en évidence. Toutefois, la métrologie ayant permis de rapprocher ces fosses de celles du système S12, il est probable qu’elles correspondent au même type de cultures. En planimétrie, deux trous de piquet ont tout de même pu être identifiés : à l’est de PL 753, l’un est distant de 0,10 m du bord de la fosse, et le second de 0,34 m. Dans un tel cas, l’idée de deux tuteurs en croix s’avère séduisante, et un nettoyage fin de toute la surface couverte par les fosses de ce système, aurait sans doute révélé bien d’autres négatifs de mailletons, voire des traces de provignage.

255La métrologie des systèmes de plantation du type 7 de notre typologie, avec des espacements entre les fosses, proches de 3 pieds en tous sens, coïncide bien avec certaines préconisations des agronomes antiques, notamment celles, pour l’Antiquité tardive, de Palladius :

Lorsque la terre est naturellement grasse, on laissera d’assez grands intervalles entre les vignes, et de petits dans le cas contraire. C’est pourquoi certains viticulteurs, dans le cas de vignes plantées dans un champ entièrement travaillé à la houe, laissent entre les ceps trois pieds d’intervalle dans tous les sens. Mais une disposition de ce genre ne permettra de planter que trois mille six cents sarments par arpent ; tandis que si l’on choisit de laisser entre les vignes deux pieds et demi, on en mettra cinq mille quatre cent soixante seize. (Traité d’agriculture, III, IX, 9‑10)

256En revanche, nos calculs de densité, présentés précédemment et opérés sur la base de mesures exactes en système métrique, divergent fortement. Rapportée en nombre de ceps par arpent, la densité de S12 n’excède pas 1 370 ceps, et celle de S13 s’élève à 1473 ceps. Mais nous l’avons vu, il semblerait que l’étalon utilisé pour le pied dans les vignes du Grand Palais, soit légèrement supérieur à celui du pes monetalis, ce qui explique sans doute cette divergence.

257En outre, les négatifs de tuteur mis en évidence pour les deux systèmes, ainsi que leur positionnement permettent de restituer plusieurs hypothèses de conduite, avec différentes formes d’échalas.

258Palladius explique :

Dans les diverses régions, il existe de nombreuses façons de constituer un vignoble. Mais la meilleure, c’est quand le cep se tient, tel un arbuste, bien établi sur un tronc court. On lui donne au début, le temps qu’il s’affermisse, l’aide d’une canne de roseau dont la hauteur ne doit pas dépasser un pied et demi. Une fois devenu solide, il tiendra tout seul. Une autre méthode consiste à disposer plusieurs cannes autour d’un cep, dont les sarments, attachés à elles, se courbent en cercles successifs. La plus mauvaise position est celle de la vigne qui se couche, étalée sur le sol. Dans tous les cas, la plantation se fait en fosses et en sillons. (Traité d’agriculture, III, 11)

259Le positionnement des tuteurs observé au sein de S12 peut évoquer des ceps indépendants croissant sur un seul tuteur, ce dernier pouvant être renouvelé, ce qui explique la présence de plusieurs trous de piquet à proximité d’une même fosse. On peut également envisager une conduite des rangs sur des portants horizontaux fixés sur des tuteurs fichés en terre à des distances plus ou moins régulières. Enfin, et cette option est séduisante, chaque cep peut être maintenu par plusieurs tuteurs, soit croisés, soit disposés en cercle autour du pied, comme le décrit Palladius.

260Les fosses de plantation de ces deux vignes sont rondes ou légèrement ovales, et correspondent au type 2 défini par Ph. Boissinot (2001). Ce type de vigne se rencontre fréquemment en Narbonnaise, même s’il est nettement moins répandu que les alvei du type 4 de Boissinot.

261De telles plantations de vigne sont notamment mentionnées à Montpellier (Hérault), sur le site du Multiplexe (fouille de L. Sauvage et B. Dedet en1998 ; Chartrain 2007 : fig. 9), où la vigne est datée du début du IIe siècle ap. J.‑C., et sur le site de Mayran (Gard ; Buffat et al. 2005 : 246), où les fosses sont attribuables, comme à Châteauneuf-du-Rhône, à l’Antiquité tardive.

262Mais c’est sur le site de la villa de Vareille à Paulhan (Hérault) que les données sont les plus complètes (Mauné 2003). Le diamètre moyen des fosses de Vareille est similaire à celui des fosses du système S12 du Grand Palais (0,50 m), et l’écartement moyen entre les lignes est également identique (rc = 1 m, soit aux alentours de 3 pieds). L’écartement dc n’est pas disponible, et comme dans la majorité des cas, les éventuels négatifs de tuteurs n’ont pas été appréhendés. Datées de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.‑C., ces traces de vigne sont en revanche beaucoup plus précoces qu’au Grand Palais.

6.3.3.3. Le remembrement de la zone de culture

263Vers la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle, la zone de plantation appréhendée au Grand Palais change de destination. La terre est alors appauvrie, et la culture des vergers périclite, sans doute en raison des inondations et du mauvais drainage des terrains. Un nouveau réseau fossoyé, structuré autour des canaux collecteurs, est alors nécessaire pour les assainir. Ces fossés morcellent le terrain, opérant un remembrement complet du parcellaire dans cette zone.

264Certaines nouvelles parcelles sont vraisemblablement remises en cultures ou dédiées au pacage du bétail. L’étude paléobotanique a ainsi permis d’identifier quelques restes de céréales, notamment dans les comblements des fosses du système S12, mis en place sans doute en même temps que le système S13, postérieur à l’abandon des derniers vergers.

265Les systèmes S12 et S13 sont vraisemblablement exploités pendant l’Antiquité tardive, en complément des cultures céréalières et du pastoralisme.

266Les surfaces des deux parcelles de vignes du Grand Palais s’élèvent à 1 625 m² pour S13 et 702 m² pour S12, mais cette dernière n’est vraisemblablement pas complète et s’étend hors emprise vers l’est. On serait dans les normes préconisées par Columelle qui rappelle que les vignes doivent être divisées en quartiers, séparés par des chemins d’accès sur le rythme du demi-jugère (De l’agriculture, Livre IV, XVIII), c’est-à-dire un arpent (1 260 m²).

267Quant aux densités de plantation, elles sont de l’ordre de 11 000 ceps à l’hectare, ce qui s’avère relativement élevé et pourrait laisser penser à un souhait de rendement plutôt que de qualité ; mais, à dire vrai, le rendement dépend davantage du nombre de grappes par cep et, donc, de la technique de taille employée. Naturellement, en l’absence de chai, l’ampleur de la production ne peut être estimée. On considère aujourd’hui qu’un rendement moyen de 40 hl/ha, pour une parcelle dont la densité est de l’ordre de 10 000 ceps/ha, constitue une production raisonnable permettant d’obtenir une qualité de vin correcte. Aussi, en supposant une taille permettant d’obtenir un tel rendement sur les deux parcelles réunies, la production totale sur une récolte n’excéderait pas 931 litres, ce qui représente 36 amphores, ou à peine un tonneau (types 3 et 5 ; Marlière 2001 : 185‑186).

268Il faut donc considérer que ces parcelles de vigne ne sont pas isolées dans les environs du cœur de la villa, et que d’autres sont également exploitées pendant l’Antiquité tardive, peut-être sur les coteaux orientaux proches du site. En tout état de cause, le morcellement des cultures semble évident, avec des parcelles cultivées en céréales ou en fourrage, des prairies dédiées au pacage, et des vignes clairsemées dans ce réseau parcellaire. On ne peut pas affirmer que la viticulture devient la base de l’économie de la villa, qui a néanmoins abandonné, avec les vergers, une agriculture de rapport très lucrative. Or, la pars urbana prospère alors, devenant progressivement un palais rural, elle doit donc subvenir à cette dépense par d’autres types de productions intensives ou bien alors changer entièrement son modèle de fonctionnement économique.

269À la fin du IIIe siècle, on constate en Narbonnaise un même schéma d’évolution dans plusieurs exploitations viticoles ou oléicoles du Haut-Empire, où les installations liées au pressurage ou au stockage sont désaffectées alors que la partie résidentielle subsiste. C’est notamment le cas pour l’huilerie de Saint-Michel à La Garde (Var ; Brun et al. 1989) et d’autres en Provence (Brun, Congès 1996 : 241‑247), moins nettement dans le Languedoc (Buffat et al. 2001 : 110) où le chai de la villa de Vareille à Paulhan (Mauné 2003 : 334) ferme cependant dans la seconde moitié du IIe siècle. En Tricastin, ceux des villae du Molard à Donzère et du Fayn à Roussas sont fermés à la fin du IIe siècle (Odiot 1996 : 17 ; Jung et al. 2001 : 128) et ceux fouillés aux abords de Montélimar (villae de Maubec et de la ZAC de Provence : voir ci-dessus), le sont au IIIe siècle.

270Dès 1996, J.‑P. Brun et G. Congès expliquaient ce fait par l’évolution du mode d’exploitation des domaines (Brun, Congès 1996) et, dix ans plus tard, pour J.‑P. Brun :

[…] les propriétaires fonciers cess(ai)ent d’exploiter leurs terres directement ou par l’intermédiaire de régisseurs et les donn(ai)ent en fermage à des coloni désormais dans leur dépendance. On passe donc, au cours du IIIe siècle, d’une agriculture majoritairement gérée en faire-valoir direct avec des acteurs indépendants de toutes tailles, allant du petit paysan à l’entrepreneur de culture « capitaliste » à un autre système plus hiérarchique où un nombre croissant de grands propriétaires se contente de percevoir une rente foncière servie par des coloni. (Brun 2005 : 179)

271Au Grand Palais, en revanche, les bâtiments de l’état III semblent s’insérer dans un vaste complexe de transformation et de stockage sans doute destiné à la vinification, ce qui, dans l’interprétation de J.‑P. Brun, constituerait un argument de poids en faveur du maintien tardif du modèle de faire-valoir direct au Palais. Mais, nous le verrons, d’autres analyses peuvent être proposées.

272La viticulture est pratiquée dans l’exploitation du Haut-Empire, comme en attestent les fragments de dolia. Les vignes n’ont cependant pas été localisées. Mais on sait que la villa du Haut-Empire produit à la fois des fruits, très certainement de l’huile, et du vin. Les terrains destinés à la vigne et que nous ne connaissons pas, peuvent tout à fait continuer à produire du raisin aux IVe-Ve siècles. Et on sait grâce à la fenêtre du Grand Palais que de nouvelles parcelles de vignes sont créées. La production viticole de l’établissement a potentiellement pu augmenter, et d’autres récoltes, céréalières par exemple, ont pu garnir les entrepôts du complexe tardif, et représenter une nouvelle manne économique pour les propriétaires, qui ne se contentent pas de toucher une rente, mais contrôlent la gestion de stocks.

6.3.4. État IV : restructuration du domaine agricole

273Les contours de l’état IV sont assez mal définis et, dans la partie rustique, la fin de l’occupation du domaine ne peut être perçue qu’au travers des remblais nivelant le terrain aux abords de la zone autrefois bâtie. Ils renferment en grandes proportions des artefacts datés du Ve siècle (voir 7.3.2.4) qu’on peut rapprocher de la phase d’abandon de la résidence.

274Cet état correspond au démantèlement des installations appréhendées dans la zone bâtie. De nouveaux fossés drainants sont aménagés, mais la structuration du réseau autour de canaux collecteurs orientés du sud vers le nord est maintenue. L’élevage bovin est en outre attesté, par le mobilier présent principalement dans le comblement des fossés FS 476 et FS 1082 (sonnailles, aiguillon). La culture de céréales ne peut être exclue bien que ces dernières ne soient pas représentées parmi les taxons paléobotaniques identifiés pour cet état. La culture de la vigne peut, a priori, perdurer, tout du moins en ce qui concerne la parcelle du système S12. En effet, des pépins carbonisés de vitis vinifera sont attestés dans un niveau du Ve siècle (F 35).

275Dès lors, si les installations agricoles sont abandonnées, sans être déplacées, la mutation vers le faire-valoir indirect se serait, dans l’hypothèse de J.‑P. Brun, produite à ce moment-là. La vigne serait alors cultivée à plus petite échelle, par des fermiers qui pressent et vinifient ailleurs et dont la vigne ne serait qu’une culture vivrière parmi d’autres.

276Ces terres ainsi renouvelées sont par la suite certainement remises en culture, selon un modèle d’exploitation différent, peut-être exclusivement vivrier (jusqu’à l’éventuel contrôle par le prieuré de Saint-Pierre, qu’on connaît mal : voir 9.4.4). Les traces de cette exploitation ne se sont pas conservées, sans doute occultées par le brassage causé par les labours successifs.

6.4. Remarques conclusives sur le domaine de la villa du Palais (Chr. Landry)

277Ce chapitre a permis d’étudier un échantillon de la partie agraire de la villa, afin de proposer par extension des hypothèses de restitution du paysage et des formes d’agriculture pratiquées sur l’ensemble de son territoire. L’analyse du réseau fossoyé permet une réflexion sur la structuration des champs, vignes et vergers. Mais on voit que la fenêtre d’1,5 ha du Grand Palais, si elle permet d’identifier des petites unités parcellaires, ne suffit pas à appréhender l’ensemble du domaine agricole de la villa. À l’échelle du Grand Palais, les données manquent, puisqu’un phasage précis de ce réseau ne peut pas être établi. Dès lors, devant la complexité du réseau fossoyé rencontrée dans le cadre du décapage extensif, on perçoit aisément les lacunes d’une trame reconstruite à partir de données de surface ou de diagnostic préventif. Il ressort néanmoins que ces fossés ont marqué durablement le paysage même s’ils sont, pour la grande majorité d’entre eux, postérieurs aux vergers à fosses quadrangulaires. Il faut imaginer ce réseau fonctionnant au cours d’une phase où domine un autre type d’exploitation agricole alliant élevage et cultures ne laissant pas de traces profondes.

278Au-delà, cet aperçu de la structuration parcellaire des champs et vergers conduit à réfléchir à l’étendue des terres ainsi mises en culture pour le compte des propriétaires du Palais. Les premières limites que l’on peut fixer au domaine sont naturelles et topographiques. À l’ouest, le Rhône constitue la limite la plus évidente et la Riaille peut marquer aussi une limite au nord. Vers l’est et le sud, c’est le relief qui forme une limite naturelle. Si l’on restreint les terrains cultivés aux terres basses et aux premières collines peu marquées, on délimite ainsi une surface d’environ 400 ha, qui représente l’étendue de huit centuries romaines. Ce domaine comprend les sites de Pagnères, Combeaumont et Morterol, mais on ignore, même si on le suppose vu le statut du propriétaire, si son étendue est la même depuis la fondation de la première villa, et le demeure pendant toute l’existence du Palais : ainsi les prospections faites sur le site de la villa de Tourvieille (voir ci-dessus, 1.2.4.1 et fig. 9, n° 8) ont livré un mobilier, peu abondant, du Haut-Empire et l’hypothèse de son abandon dans l’Antiquité tardive est envisageable. On a vu aussi que la question du mode de faire-valoir pouvait se poser à la toute fin de l’Antiquité, avec nécessairement des incidences sur l’étendue et la structuration de ce territoire. On ignore bien entendu également quelles parts des terres du domaine sont dédiées aux types de mises en culture identifiées au Grand Palais, et surtout comment ce domaine est découpé. Peut-être que chaque quartier suit un rythme différent, avec une séquence propre dans la succession des cultures et des pratiques. Toutefois, les études paléoenvironnementales menées au Grand Palais éclairent la réalité paysagère d’un territoire forcément plus vaste que la fenêtre où les prélèvements ont été réalisés et on peut par conséquent étendre les hypothèses qui en découlent à l’ensemble du domaine.

279Or ces hypothèses esquissent un paysage fortement conditionné par l’exploitation agricole. Les analyses des coquillages, des charbons de bois et des graines, démontrent que le milieu, avant même la construction de la première villa, est très ouvert, avec soit des pelouses sèches, soit des prairies plus humides : tous les indicateurs sont déjà en faveur de pratiques pastorales plus ou moins intenses. Les taxons de mauvaises herbes attestent de manière indirecte l’exploitation agricole. L’arboriculture y est ainsi déjà présente comme le suggère le verger du système S11. Au moment où se développe la première villa, le paysage se couvre de champs cultivés, produisant notamment des céréales comme le millet commun ou l’orge vêtue. La forêt est exploitée, soit sur le domaine lui-même, soit dans les collines environnantes, dont les liens avec la villa restent indéterminés, pendant toute l’Antiquité, sous la forme d’une chênaie ouverte et plutôt thermophile. Le personnel de cette villa du Haut-Empire plante également au moins un quartier de vergers, expérimentant possiblement l’acclimatation d’une oliveraie, puis en diversifiant sa production fruitière en s’orientant vers des espèces plus variées de fruits nécessitant soit l’irrigation soit au contraire un drainage intensif. Ces vergers évoluent vers une logique économique de forts rendements, misant peut-être sur des fruits à sécher (figue, noix, noisette, prune) ou que l’on peut aussi presser (noix), afin d’utiliser des installations qui préexistent (raisins, olives). La vigne est sans doute également présente sur le domaine, comme le suggèrent les fragments de dolia mis au jour dans les bâtiments d’exploitation (voir ci-dessous, 7.5), mais les vergers semblent dominer l’économie. La villa de l’Antiquité tardive, en revanche, semble miser sur une polyculture plus diversifiée : le vignoble, les champs et les prairies dédiées à l’élevage se rapprochent des bâtiments d’exploitation. Les analyses paléoenvironnementales confirment la culture de la vigne et des céréales, tandis que la forêt environnante continue à être exploitée et que certains secteurs de la première villa sont reconvertis et d’autres laissés en friche.

280Ainsi on peut affirmer que la villa du Palais, dans ses états du Haut-Empire comme pendant l’Antiquité tardive, n’est pas un établissement viticole spécialisé. Si la fonction viticole des bâtiments d’exploitation n’est pas complètement démontrée, en dépit d’indices suggérant l’existence d’équipements spécialisés comme un pressoir et un chai, l’existence d’un vignoble est parfaitement attestée, notamment par le remplacement, contemporain de l’établissement tardif, d’une partie des vergers par des vignes. L’ampleur du complexe agricole tardif, dont on ne perçoit que la marge dans les quartiers du Grand Palais et de la Maladrerie, semble en outre plaider pour l’hypothèse selon laquelle le modèle économique du faire-valoir direct se maintient dans l’établissement, garantissant la prospérité des propriétaires. Tout au long de l’époque romaine, les récoltes, quelles qu’elles soient, céréales, raisins, olives ou fruits à sécher, y sont donc traitées, conditionnées et sans doute stockées sur place avant d’être commercialisées. Vers quels marchés ? Les données archéologiques enregistrées sur le site ne permettent pas de répondre à cette question. Mais la fouille démontre que l’évolution de la villa, qui réoriente tardivement sa production vers une viticulture plus intensive, même si elle n’est pas exclusive, et dont la prospérité croît aux IVe et Ve siècles, ne semble pas suivre le schéma, habituellement rencontré en Narbonnaise (Pellecuer, Pomarèdes 2001 ; Mauné 2003 : 234 ; Durand, Leveau 2004 : 208 ; Brun 2005 ; Buffat 2011), des mutations structurelles majeures que subissent les autres grands centres de production viticole et oléicole.

6.5. Annexe méthodologique : l’analyse métrologique des fosses de plantation du Grand Palais (Chr. Landry, B. Moulin)

281Ce chapitre porte sur la méthode métrologique et statistique mise en œuvre afin de traiter les données enregistrées lors de la fouille, avec l’aide notamment d’un SIG. La caractérisation des plantations nous a autorisés à dresser une typologie fondée à la fois sur le module des structures excavées et sur les trames selon lesquelles sont implantés ces ensembles de fosses. Nous ne traiterons pas ici des types de plantations que nous relions sans aucune ambigüité à la culture de la vigne et qui s’insèrent parfaitement dans la typologie dressée par Ph. Boissinot (2001). Nous écartons donc volontairement les deux parcelles cultivées en scrobes du type 2 de ladite typologie.

6.5.1. Identification des systèmes

282Devant la multiplicité des données amassées sur le terrain et la complexité du plan de la plantation, le SIG s’est avéré un outil déterminant afin de comprendre l’organisation du domaine cultivé. En effet, des analyses statistiques et géométriques s’imposaient indépendamment de tout questionnement quant à la nature même des plantations.

283De la simple observation du plan, il est rapidement ressorti que l’ensemble des fosses obéissait à une logique orthonormée, conformément aux préconisations des agronomes antiques (citons les plus tardifs : Pline l’Ancien, Columelle et Palladius) et aux techniques employées par les arpenteurs romains (cordeaux, jalons, groma…). Les premières tentatives d’analyse statistique, menées en fonction de critères morphologiques sur l’ensemble du panel de structures, n’ayant pas livré de résultats suffisamment discriminants, en raison de la multiplicité des variables introduites, il est apparu indispensable d’éclater le corpus selon des critères cohérents. Une étape d’analyse graphique et géométrique était nécessaire afin d’amorcer le processus d’étude par SIG.

284Cette étape avait pour but d’essayer de définir des systèmes homogènes au sein de la plantation. Dans cette approche, un système désigne un ensemble cultural correspondant à la fois à un état de la plantation et à une parcelle. Cette précision s’avère nécessaire si l’on considère que plusieurs fosses se recoupent et qu’un dense réseau fossoyé participe à la structuration de la plantation, rompant parfois la métrique régulière de certains alignements.

285Dès lors, l’expérience graphique pouvait être initiée, tout d’abord sur la zone orientale, de loin la plus lisible, pour les fosses quadrangulaires, qui posaient le plus de problèmes (fig430). Une première fosse était choisie arbitrairement et deux droites étaient projetées à angle droit, depuis son barycentre ou centroïde, dans toutes les directions où ces droites étaient susceptibles de traverser des fosses en leur centroïde. Les segments formés par la rencontre des droites et des quadrilatères étaient systématiquement mesurés et les valeurs obtenues confrontées. Lorsque deux segments perpendiculaires présentaient des longueurs égales ou très proches, un carré était tracé grâce à une projection par symétrie centrale. Si le quatrième point ainsi obtenu coïncidait avec le centroïde d’une quatrième fosse, le module carré obtenu était alors projeté dans les quatre directions par symétrie axiale (fig431). Si les huit nouveaux points obtenus se superposaient chacun avec le centroïde d’un autre quadrilatère, le module était validé et une grille dressée. Toutes les fosses coïncidant avec les intersections des lignes de la grille étaient associées à un système. L’opération était alors répétée avec les fosses non concernées par ce premier système, jusqu’à ce que tous les quadrilatères soient incorporés à un système. Le même procédé était appliqué pour les structures circulaires et ovales, en utilisant les centres des cercles et des ellipses, ainsi que des projections par symétrie centrale.

Fig. 430 – Recherche de régularité dans la zone la plus simple du site, au moyen d’outils géométriques aléatoires permettant de sélectionner un premier module de 4 fosses (DAO : Chr. Landry).

Fig. 430 – Recherche de régularité dans la zone la plus simple du site, au moyen d’outils géométriques aléatoires permettant de sélectionner un premier module de 4 fosses (DAO : Chr. Landry).

Fig. 431 – Le module peut être reporté dans toutes les directions, autorisant la validation d’un premier modèle de grille (DAO : Chr. Landry).

Fig. 431 – Le module peut être reporté dans toutes les directions, autorisant la validation d’un premier modèle de grille (DAO : Chr. Landry).

286Les trois premiers systèmes ont été définis pour les fosses quadrangulaires de la moitié nord de la zone orientale de la plantation. Les valeurs des côtés de chacun des modules étaient alors rapportées arbitrairement à la valeur communément admise pour le pied romain classique, ou pes monetalis, de 0,2957 m (Boissinot 2001 : 62 ; Barthèlemy, Dubois 2007 : 374), sans présumer à ce stade d’aucune occurrence d’un éventuel système de valeurs local. Les valeurs ainsi obtenues se sont toutes avérées extrêmement proches de rapports entiers : 30 pour les deux premiers systèmes et 20 pour le troisième. Dans les trois cas, les côtés du module étaient alors corrigés, calqués sur la valeur exacte de ces entiers : aucune des structures n’était extraite de son système respectif, critère nous fournissant un indice de recevabilité de la méthode.

287Dès lors, les méthodes d’analyse statistique pouvaient s’appliquer à chaque système, afin de tenter de vérifier l’admissibilité de chaque hypothèse systémique, sans préjuger, même à ce stade, d’aucune adéquation d’un système avec un hypothétique état, ou de l’éventuelle imbrication ou contemporanéité de différents systèmes.

288L’étape suivante relevait alors de l’outil SIG. Le calcul des statistiques descriptives concernait la longueur (lo), la largeur (la), la profondeur (prof.), la forme du fond et des parois des structures. Les valeurs moyennes, médianes et quantiles étaient recherchées pour ces mesures, ainsi que pour d’autres définies par Ph. Boissinot dans le contexte des fosses quadrangulaires de plantation de ceps de vigne du domaine de Lapalud (Boissinot 2001 : 60, fig. 19).

289Ainsi re  désigne l’espacement bord à bord des fosses de deux alignements voisins au sein d’un même système, quand rc correspond à l’entraxe ou distance entre les centroïdes des mêmes fosses ; de est l’écartement bord à bord de deux fosses d’un même alignement, et dc la distance entre les centroïdes de ces fosses (fig432). Toutefois, les fosses de Lapalud obéissaient à un seul et même système et la standardisation exacte des orientations de la longueur et de la largeur des fosses rendaient évidente la détermination de l’orientation des alignements. Pour la plantation de Châteauneuf-du-Rhône, le travail statistique devait être entrepris pour toutes les hypothèses d’orientation, avant de pouvoir définir de façon absolue lo et la selon l’acceptation de la méthode de Ph. Boissinot, et ainsi valider une des hypothèses d’orientation des alignements. Mais le codage préliminaire des mesures nécessitait d’attribuer une orientation arbitraire, systématique et commune à tous les systèmes. Pour cette étape, l’orientation nord-sud a été privilégiée ; les segments nord-sud ont donc été choisis pour désigner lo et les côtés est-ouest pour la. Dans l’analyse statistique, la désignation lo est néanmoins rétablie pour le plus grand côté.

Fig. 432 – Schéma de définition des principales mesures utilisées pour l’étude des fosses de plantation (DAO : C. Bioul, d’après Boissinot 2001).

Fig. 432 – Schéma de définition des principales mesures utilisées pour l’étude des fosses de plantation (DAO : C. Bioul, d’après Boissinot 2001).

290Une fois toutes ces valeurs établies pour chaque système, divers rapports entre elles devaient être calculés afin d’évaluer la valeur exacte du pied effectivement utilisé sur ce site, sachant bien entendu que cette valeur ne pouvait différer que de manière minime de la valeur du pes monetalis.

6.5.2. Description des traitements SIG réalisés (B. Moulin)

291L’extraction de l’information liée à la géométrie des systèmes de plantations, identifiés grâce à la méthode décrite précédemment, a été réalisée à l’aide de l’outil SIG sous une plateforme logicielle ArcGis-Esri intégrant les outils de la compagnie Ianko et Jennessen. Les mesures ont été réalisées pour chaque système selon la routine reproductible présentée ci-dessous de façon synthétique :

  1. sélection du système à traiter à partir du relevé topographique de la fouille ;
  2. extraction des centroïdes de chaque fosse de plantation formant système ;
  3. codage double des centroïdes selon un axe nord-sud et un axe est-ouest ;
  4. création des polylignes à l’aide des centroïdes calculés selon les deux axes (chaque segment de la polyligne est formé d’une ligne dont les extrémités sont les centroïdes d’une fosse) ;
  5. intersection des axes nord-sud et est-ouest et calcul de l’inter-distance nord-sud (dc) et est-ouest (rc) entre les centroïdes de chacune des fosses de plantation formant système (fig433) ;
  6. extraction des azimuts des segments de droite rc et dc pour chaque système par rapport au nord géographique ;
  7. découpage des axes nord-sud et est-ouest à l’aide des polygones des fosses de plantation formant système et calcul de la longueur des segments de lignes présents à l’intérieur des polygones. Une formule à l’aide de l’opérateur « SI » sous Excel permet ensuite de déterminer la valeur « vraie » de lo et de la et de fait l’orientation de la fosse par rapport au nord ;
  8. sélection des segments de lignes situés à l’extérieur des fosses de plantations et calcul de la longueur des segments de lignes sélectionnés, soit re et de.

Fig. 433 – Résultats du travail sur ArcGis pour le système 7 (SIG : B. Moulin).

Fig. 433 – Résultats du travail sur ArcGis pour le système 7 (SIG : B. Moulin).

292L’ensemble de ces traitements a permis l’élaboration d’un tableau de données constitué des valeurs lo, la, re, de, rc, dc, az_rc, az_dc de chaque système de plantation identifié. L’analyse statistique descriptive de chacun des systèmes mesurés a été réalisée à partir de ce tableau de données (fig393 et fig394).

6.5.3. Les outils statistiques (B. Moulin)

293Réalisée à l’aide de la suite Excel et XLstat, la classification hiérarchique ascendante (CAH) consiste à agréger progressivement les individus selon leur ressemblance, mesurée à l’aide d’un indice de similarité ou de dissimilarité. L’algorithme commence par rassembler les couples d’individus les plus ressemblants, puis à agréger progressivement les autres individus ou groupes d’individus en fonction de leur ressemblance jusqu’à ce que la totalité des individus ne forme plus qu’un seul groupe. La CAH produit un arbre binaire de classification (dendrogramme) [fig. 395], dont la racine correspond à la classe regroupant l’ensemble des individus. Ce dendrogramme représente une hiérarchie de partitions, une partition étant obtenue par troncature du dendrogramme à un certain niveau de ressemblance. La partition comporte alors d’autant moins de classes que la troncature s’effectue en haut du dendrogrammme (c’est-à-dire vers la racine).

294À la limite, une troncature effectuée en dessous du premier nœud de l’arbre conduit à ce que chaque classe ne contienne qu’un individu (cette partition est l’assise du dendrogramme) et une troncature effectuée au-delà du niveau de la racine du dendrogramme conduit à une seule classe contenant tous les individus.

295Nous n’avons pas utilisé la métrique de l’espace euclidien (espace de la géométrie classique) car la distance euclidienne augmente à mesure que s’accroît le nombre de variables et sa valeur dépend également de l’échelle de chacune des variables de sorte qu’en changeant simplement leur échelle, on peut obtenir des résultats très différents. Ce problème peut être évité en standardisant les variables ou en utilisant la distance du khi² qui fait intervenir à la fois les sommes des colonnes et des lignes du tableau de données. Dans le cas du calcul de la distance du khi² entre deux lignes par exemple, les termes de chaque ligne sont rapportés à leur somme et une colonne contribue à la distance en raison inverse de son poids. Le calcul de la distance du khi² revient à calculer la distance euclidienne sur des données transformées selon : xij → xij / (xi.vx.j), « xi. » étant la somme sur les colonnes pour la ligne i et « x.j » la somme sur les lignes pour la colonne j. La distance du khi² satisfait au principe d’équivalence distributionnelle, c’est-à-dire que la distance ne change pas entre les lignes ou entre les colonnes en remplaçant deux colonnes ou deux lignes de même profil par leur somme. La distance du khi² est particulièrement adaptée aux tableaux homogènes d’effectifs ou de grandeurs additives (ex. tonnes, kilomètres, pourcentages).

6.5.4. Résultats de l’analyse systémique des fosses de plantation

296L’analyse graphique préliminaire a permis d’identifier treize systèmes cohérents (fig392). Trois d’entre eux concernent des ensembles de fosses circulaires ou ovales, qui correspondent à deux types de systèmes se caractérisant aisément sans nécessiter le traitement statistique complet. Les dix autres systèmes ont été soumis à l’analyse spatiale et statistique exhaustive. Précisons que toutes les mesures ont été traitées et que si une certaine dispersion des valeurs peut être observée au sein d’un même système (notamment pour lo, la, de et re), elle est essentiellement due à des facteurs taphonomiques : la disparition des niveaux d’ouverture originels et l’arasement différencié des structures forcent à considérer avec prudence les mesures en relation avec les côtés des formes géométriques. Mais ces données demeurent nécessaires, à des fins comparatives, puisque les niveaux de sol contemporains des fosses ne sont jamais conservés sur les autres sites. Notons que pour chaque mesure, le panel d’individus pris en compte varie, car il importait de réduire au maximum les marges d’approximation en excluant les individus mal ou peu renseignés.

Notes

1 Explicitation des abréviations reprises des études de Ph. Boissinot : entre deux fosses d’un même alignement, « dc » désigne l’entraxe, et « de » l’espacement bord à bord ; entre deux fosses de deux alignements voisins, « rc » désigne l’entraxe et « re » l’espacement bord à bord (Boissinot 2001). Les fosses sont mesurées selon leurs axes nord-sud (« lo ») et est-ouest (« la »). Pour l’explicitation détaillée de la méthode, voir ci-dessous, 6.5.

2 Nous nous sommes efforcés de recourir aux traductions françaises récentes quand elles sont disponibles ; les noms des éditeurs et des traducteurs des textes sont indiqués dans la bibliographie.

3 Le type 5 désignait à l’origine le système S10 qui a finalement été intégré au type 1 en raison de la faible surface occupée par ce système et la proximité de ses fosses avec celles des deux alignements les plus occidentaux du système S8.

4 L’emploi de cette valeur standard peut être vérifié au Grand Palais en effectuant la moyenne de toutes les mesures de l’ensemble des systèmes : le pied utilisé est de 0,2959 m et la différence avec la valeur communément admise du pes monetalis est infime.

5 L’utilisation d’une trame non orthonormée et du demi-pied (ou deux paumes), ainsi que d’espacements non multiples de 10 ou 5, rompt avec la logique qui s’applique pour les autres systèmes de plantation en fosses carrées.

6 La base retenue est celle du pes monetalis, sachant que 1 jugère = 2 arpents carrés = 28 800 pieds carrés = 2 516,52 m².

7 D = (Dmt x 2 516,52) / 10 000.

8 Ces datations ont été effectuées avec l’aide financière d’A. Morin, artisan-chocolatier à Donzère (Drôme).

9 Le toponyme « Les Oliviers », encore actif aujourd’hui, est attesté dans le cadastre napoléonien (section D2, de la Montagne) de la commune de Châteauneuf-du-Rhône ; dans son entretien avec J.‑L. Duthil, L. Brugier (voir ci-dessus, 2.1.2.8) témoigne avoir encore vu, vers le milieu du XXe siècle, des oliviers cultivés sur le territoire de Châteauneuf-du-Rhône.

Table des illustrations

Titre Fig. 380 – Vue aérienne du site du Grand Palais (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 381 – Plan des secteurs de la zone de plantation du Grand Palais (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Fig. 382 – Diagramme malacologique du site du Grand Palais (S. Martin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 383 – Synthèse des analyses archéobotaniques, états I à V (M. Cabanis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 385 – Analyse archéobotanique des systèmes 1 à 10, état II : Haut-Empire, fosses de plantation d’arbres (M. Cabanis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 386 – Analyse archéobotanique de l’état II : Haut-Empire, fossés (M. Cabanis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 387 – Analyse archéobotanique des systèmes 12 et 13, état III : Antiquité tardive, fosses de plantation de vigne (M. Cabanis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Fig. 390 – Les « crosses » de Marin, près d’Evian (Haute-Savoie) : derniers hautains rhônalpins (cliché hivernal : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 391 – Des rumpotini sur les emblèmes d’Alciat. À gauche : le sage s’abstient de vin. À droite : l’amitié dure au-delà de la mort (Alciatus 1542 : 40 et 116).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 392 – Plan des 13 différents systèmes déterminés par la méthode géométrique (DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 393 – Résultats statistiques concernant les mesures de tous les systèmes (lo, la, dc, rc, de, re) [B. Moulin].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 394 – Résultats statistiques concernant les azimuts de tous les systèmes (B. Moulin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 395 – Résultats de l’analyse des correspondances et de la classification hiérarchique ascendante, conduisant à une typologie des systèmes (B. Moulin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 399 – Plan du secteur occidental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 400 – Des fosses de vigne du système 13 recoupent des fosses quadrangulaires (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 401 – La fosse PL 495 recoupe la fosse PL 495 qui elle-même recoupe PL 496 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 402 – À gauche, plan des principaux fossés antiques ; en rose, axe de circulation éventuel. À droite, fossés d’irrigation (en orange) et hiérarchie des fossés d’évacuation (en bleu) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, B. Moulin].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 404 – Coupes du fossé d’irrigation FS 949 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 405 – Vue en coupe du fossé d’irrigation FS 949 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 406 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 209/129, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Titre Fig. 407 – Vue en coupe du fossé collecteur FS 48, depuis le sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 408 – Coupes stratigraphiques des fossés collecteurs FS 640 et FS 310 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 409 – Vue en coupe (c3) du fossé collecteur FS 310 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Titre Fig. 410 – Coupe stratigraphique d’un possible chemin antérieur à la plantation du vignoble (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 412 – Plan de la plantation de type 6 au Grand Palais, Ier siècle av. J.-C. (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry, W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 417 – Répartition par système des fosses dont la profondeur est supérieure à 0,40 m (Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 418 – Exemple d’un transect traduisant plusieurs états ou phases (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 419 – Fosse de plantation PL 941 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Fig. 420 – Fosses de plantation PL 567 et PL 593 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 421 – Fosse de plantation PL 914 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 422 – Carte des principaux sites antiques ayant livré des traces de vergers. 1 : Sauvian (Hérault), « la Lesse » (Rapport Pomarèdes 2011) ; 2 : Valros (Hérault), « Aire de repos » (Rapport Jung, Bel 2010) ; 3 : Valros (Hérault), « Champ Redon » (Rapport Jung 2011) ; 4 : Aspiran (Hérault), « St-Bézard » ; 5 : Paulhan (Hérault), « Vareille » (Mauné 2003) ; 6 : Montpellier (Hérault), « ZAC Malbosc III » ; 7 : Montpellier (Hérault), « Mermoz » ; 8 : Lunel (Hérault), « Mas de Fourques » (Rapport Ott, Pancin 2006) ; 9 : Montfrin (Gard), « le Réal » (Rapport Le Meur et al. 1997) ; 10 : Saint-Victor-la-Coste (Gard), « Mayran » ; 11 : Châteauneuf-du-Rhône (Drôme), « le Grand Palais » ; 12 : Savasse (Drôme), « la Croze » (Rapport Ronco 2012) ; 13 : Roquemaure (Gard), « la Ramière » (Rapport Pomarèdes et al. 1997 ; Barberan et al. 2002) ; 14 : Poussan (Hérault) [Rapport Bourgaut 2010] ; 15 : Reims (Marne), « Rue Clovis - Îlot Capucin Hincmar » (Koehler 2003) ; 16 : Cernay-les-Reims (Marne), « Pelle à Four » (Koehler 2003) ; 17 : Cernay-les-Reims (Marne), « les Petits Didris » (Koehler 2003) ; 18 : Caurel (Marne), « En Droit le Clocher » (Koehler 2003) ; 19 : Les Martres-d’Artière (Puy-de-Dôme), « Champ Chalatras » (Vallat, Cabanis 2009) ; 20 : Le Quiou (Côtes-d’Armor) [Arramond, Requi 2012] (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 423 – Hypothèses d’identification des espèces d’arbre selon la typologie du Grand Palais. 1 : type 1 (système 1, 2 et 10), oliveraie ; 2 : type 2 (système 3 irrigué), pêchers, poiriers ou pommiers ; 3 : type 2 (système 6), amandiers, noisetiers, noyers ; 4 : types 3 et 4 (systèmes 5, 4, 7 et 9), amandiers, figuiers ou pruniers (DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 866k
Titre Fig. 424 – Plan du secteur oriental de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 425 – Plan du secteur central de la plantation ; localisation : voir fig. 381 (en haut, plan général, en bas, détail) [DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 426 – Plan du système 12 : plan général et détails (DAO : V. Vachon, P. Rigaud, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 427 – Vue aérienne des fosses du système 12 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 428 – Plan de la zone fouillée finement au sein du système 12 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 429 – Vue aérienne de la parcelle de vigne du système 13 (cliché : J.‑P. Gentil-Perret).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Titre Fig. 430 – Recherche de régularité dans la zone la plus simple du site, au moyen d’outils géométriques aléatoires permettant de sélectionner un premier module de 4 fosses (DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Fig. 431 – Le module peut être reporté dans toutes les directions, autorisant la validation d’un premier modèle de grille (DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Fig. 432 – Schéma de définition des principales mesures utilisées pour l’étude des fosses de plantation (DAO : C. Bioul, d’après Boissinot 2001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 433 – Résultats du travail sur ArcGis pour le système 7 (SIG : B. Moulin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6998/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 774k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search