Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 5. La partie agraire de la villa du Palais : les bâtiments

Christophe Landry

Texte intégral

1À l’est de la résidence, un ensemble de vestiges a d’abord fait l’objet de prospections et de mentions ponctuelles qui ont attiré l’attention sur eux. Une première tentative d’appréhension globale a été faite par le biais de la photo-interprétation, dont les résultats sont discutés ici, puis la multiplication des fouilles préventives a permis d’avoir du secteur économique de la villa une perception partielle mais assise sur les vestiges constatés au sol et de revoir les premières hypothèses. On distingue ainsi un secteur de bâtiments (chapitre 5) relevant de la partie agraire (pars rustica) de la villa, et une zone de champs qui sera traitée dans le chapitre 6.

5.1. La photo-interprétation du site : analyse critique

5.1.1. Méthode d’étude

  • 1 Mission 1960_FR 213_P_5000, cliché n° 1, 26 mai 1960.

2Les travaux de photo-interprétation ont conduit par le passé à interpréter le site du Palais comme une agglomération, ancrant dans les esprits, jusque très récemment, l’idée d’« un habitat aggloméré antique fixé au haut Moyen Âge par la présence d’un établissement religieux » (Favory 2013 : 108‑109). L’intérêt pour la prospection aérienne du site date des survols réalisés en 1979 (Monguilan 1983 et 2007). En 1993, C. Jung (1994) proposait, dans le cadre de son mémoire de DEA, l’interprétation d’un cliché de l’IGN1 et en publiait les résultats. Les outils à disposition des chercheurs de l’époque ne permettaient d’appliquer que des méthodes graphiques classiques qui conduisaient nécessairement à des biais, par exemple une déformation lors des reproductions ou des agrandissements.

3Le SIG créé par B. Moulin lors de la fouille de 2010‑2011 et exploité par V. Vachon nous a permis de recaler avec précision les vestiges mis au jour ainsi que les clichés ayant servi à la photo-interprétation, qui ont été préalablement redressés et géoréférencés, et d’ainsi confronter à la réalité du terrain les arguments qui ont jadis plaidé pour l’interprétation du site comme une agglomération.

4Le plan portant les hypothèses d’interprétation de 1994 (Jung 1994 : fig. 3) a donc été superposé au cliché de 1960 (fig. 318), révélant de nombreuses déformations liées à des problèmes d’orientation et d’échelle. Néanmoins, cette étape permettait d’identifier les traces visibles sur le cliché et retenues par C. Jung, et de vérifier si elles correspondaient à des faits archéologiques, une fois les niveaux de recouvrement décapés.

Fig. 318 – Photo-interprétation par C. Jung (1994) d’un cliché de l’IGN pris le 26 mai 1960 (géo-référencement : V. Vachon).

Fig. 318 – Photo-interprétation par C. Jung (1994) d’un cliché de l’IGN pris le 26 mai 1960 (géo-référencement : V. Vachon).
  • 2 Mission 1979_F 3-18-12_P_14500, cliché n° 328, 13 août 1979.

5Afin de compléter ce travail de confrontation entre vues aériennes et plan des vestiges avérés, il semblait opportun de se pencher sur d’autres documents, datés notamment de 1979, année particulièrement chaude et sèche, propice aux forts contrastes pour la croissance du couvert végétal. Nous avons pu étudier un cliché de l’IGN redressé et géoréférencé, pris à la verticale du quartier du Palais2. Si certaines zones nettes en 1960 ne le sont plus sur le cliché de 1979, la zone septentrionale de la partie résidentielle de la villa apparaissait très clairement, de même que le grand bassin central, non retenu dans la photo-interprétation de 1994.

5.1.2. L’aile méridionale de thermes monumentaux ?

6Au sud de la résidence et dans la zone méridionale de la pars rustica, de nombreuses traces avaient été interprétées comme des maçonneries en 1994. Plusieurs bâtiments, notamment, avaient été identifiés, orientés selon un axe nord-ouest - sud-est décalé par rapport à celui de l’ensemble de la villa. Quatre bâtiments étaient repérés au sud de la partie résidentielle (fig25, d), dont l’un a été avéré à la fouille, l’existence de deux autres semblant très probable, et un troisième étant plus douteux. Deux bâtiments étaient identifiés au sud du chemin de la Maladrerie (fig25, j), que l’on ne distingue pas vraiment sur le cliché géoréférencé, et qui semblent dès lors assez hypothétiques, tandis que le bâtiment fouillé par C. Ronco (fig26, n° 10) n’est pas visible sur le cliché, non plus que les infrastructures mises au jour lors de la fouille de l’hiver 2010‑2011 au Grand Palais, au nord du chemin de la Maladrerie (fig26, n° 9), restées insoupçonnées jusqu’alors.

7En revanche, une aile méridionale et son retour vers le sud sautent aux yeux sur le cliché de 1960 (fig. 319 et fig. 320). Ces bâtiments étaient alors interprétés comme la partie méridionale de thermes monumentaux. La fouille de 1987 (fig26, n° 1 ; Rapport Carlier 1987) avait conforté cette hypothèse, par la mise au jour de « bassins ». Une partie de l’aile sud avait alors été dégagée grâce à un sondage extensif. Ce dernier mit en évidence des murs enduits de mortier de tuileau et des sols conservés, dont un vaste espace en béton de chaux, que l’on distingue parfaitement sur la photographie de 1960 (fig25, e et f). Cet espace ne correspond à l’évidence pas à un bassin mais bien à un sol bétonné. Le mur sud de l’aile méridionale était interprété par P. Carlier comme le soubassement d’un aqueduc, alors qu’il apparaît plutôt comme le mur extérieur d’un bâtiment. Son axe est repris plus à l’est par un tronçon de mur encore visible en 2011 en bordure du chemin de la Maladrerie ; il pouvait s’agir d’un mur d’enclos ceinturant une partie de la zone cultivée, tel qu’on en voit dans les villae « à pavillons multiples alignés » (Ferdière et al. 2010). Après réexamen du cliché aérien, il semble acquis que ce mur s’intègre en définitive à un vaste ensemble bâti, que rien, dans les niveaux fouillés en 1987, ne permet de désigner comme un espace thermal.

Fig. 319 – Détail de la photo-interprétation : l’aile méridionale de la pars rustica sur le cliché de 1960 (cliché : IGN).

Fig. 319 – Détail de la photo-interprétation : l’aile méridionale de la pars rustica sur le cliché de 1960 (cliché : IGN).

Fig. 320 – L’aile méridionale de la pars rustica : données cumulées de la photo-interprétation et de la fouille de 2010‑2011 (SIG et DAO : Chr. Landry).

Fig. 320 – L’aile méridionale de la pars rustica : données cumulées de la photo-interprétation et de la fouille de 2010‑2011 (SIG et DAO : Chr. Landry).

5.1.3. Le parcellaire d’une agglomération secondaire ?

8C’est à l’est de la partie résidentielle que sont nés les arguments plaidant pour l’hypothèse d’un habitat aggloméré. La photo-interprétation de 1994 mentionnait en effet des traces de parcellaire non datées (fig. 25, k, n et o) dans la moitié nord du Grand Palais (fig26, n° 8), qui a fait l’objet d’un diagnostic Inrap en 2005 (Rapport Bleu 2006), tandis qu’un parcellaire antique était vu (fig. 25, l) dans la moitié sud que nous avons fouillée. On perçoit bien sur le cliché de 1960 (fig318) les écueils qu’il avait fallu éviter pour ce travail d’interprétation : limites actuelles, limites en cours d’effacement, traces de labours, de tracteurs, etc. Néanmoins, une fois ces fausses pistes éliminées, à quoi correspondent les traces retenues ?

9L’exercice de confrontation aux vestiges mis au jour a été entrepris sur ces deux emprises et les traces retenues en 1994 ont pu être hiérarchisées.

5.1.3.1. Les hypothèses validées

10Plusieurs traces linéaires correspondent à trois faits d’époque romaine. Il s’agit d’abord d’un des énormes fossés collecteurs qui structurent la plantation antique (voir 6.2.6). Les autres collecteurs qui remplissent la même fonction n’ont pas été décelés sur les photographies aériennes, non plus, du reste, qu’un mur médiéval qui traverse tout le terrain du nord au sud. Un fossé secondaire semble pouvoir être retenu parmi les structures visibles en photographie aérienne, toutefois avec une marge d’imprécision de deux ou trois mètres. Et une dernière trace pourrait se superposer à l’énorme maçonnerie contrefortée (Pi 8 : voir 5.3.2.1, phase 1), encore que celle-ci ne soit pas visible en tant que telle sur le cliché IGN, en dépit de tous les tests effectués de variation de la luminosité et des contrastes.

11Toutes les autres traces retenues comme antiques en 1994 correspondent à des drains modernes et contemporains (fig. 321). Il est du reste surprenant de constater que certains drains, parfois peu profondément enfouis, sont totalement invisibles sur les photographies aériennes. C’est le cas d’un énorme drain empierré (F 316) mis au jour lors de la fouille, qui prolonge une limite de champ est-ouest elle-même encore en usage en 1960. De même, un massif maçonné quadrangulaire (F 866), daté de l’époque contemporaine grâce à la fouille de 2010‑2011, n’est pas visible sur les vues aériennes, alors qu’on distingue parfaitement un autre massif plus au nord, non appréhendé par les sondages de 2005 (Rapport Bleu 2006), si bien qu’il n’est pas daté.

Fig. 321 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces à fort taux de probabilité identifiées comme des drains modernes (SIG et DAO : Chr. Landry).

Fig. 321 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces à fort taux de probabilité identifiées comme des drains modernes (SIG et DAO : Chr. Landry).

5.1.3.2. Interprétations raisonnables ou incertaines ; limites de l’exercice de photo-interprétation

12On peut considérer que certaines traces linéaires retenues comme antiques en 1994 relèvent d’hypothèses raisonnables (fig. 322), essentiellement dans la partie nord où les sondages n’ont pas exploré toute la surface et n’offrent qu’une vision partielle des vestiges. On ne peut en effet pas disqualifier ces traces, d’autant que certaines, sans se superposer parfaitement aux vestiges mis au jour lors du diagnostic, s’en rapprochent beaucoup si l’on considère l’imprécision de la cartographie publiée alors. Dans ces cas-là, les traces identifiées correspondraient assez bien à des fossés antiques, participant au réseau qui structure la zone cultivée et qui a pu être étudié en 2010‑2011 dans la partie sud (voir 6.2.6).

Fig. 322 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces considérées comme raisonnablement fiables et susceptibles de désigner des fossés antiques (SIG et DAO : Chr. Landry).

Fig. 322 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces considérées comme raisonnablement fiables et susceptibles de désigner des fossés antiques (SIG et DAO : Chr. Landry).

13L’exemple le plus complexe concerne une zone plus au sud où des traces vues sur le cliché de 1960, couplées avec l’existence de sols repérés en 1987, avaient conduit à l’évocation d’une voie venant du sud-est en direction de la villa. Cette hypothèse a été reprise dix ans plus tard lors de la fouille de la nécropole tardo-antique de la Labre pour en justifier la localisation. Cette voie n’a pas été retrouvée lors de la fouille de la Maladrerie (Rapport Ronco 2008), alors qu’elle aurait dû impacter durablement le sous-sol si l’on considère la conservation d’un bâtiment en bordure de son tracé présumé, mais les traces retenues en photo-interprétation se superposent globalement au double alignement de foyers protohistoriques mis au jour lors de la même fouille (fig26, n° 10). Ce constat n’implique pas l’inexistence d’un axe de circulation tardo-antique reprenant cette orientation : aucune preuve matérielle de sa présence ne peut être établie (hormis les tronçons de fossés identifiés en 2018 et 2020, voir 5.2.3.6), mais l’organisation spatiale générale du site et la topographie invitent à conserver cette hypothèse d’une voie nord-ouest - sud-est.

14Cela dit, il faut constater que la majorité des traces ne correspond à rien et que le trop grand décalage observé par rapport aux vestiges existants ne permet pas d’incriminer la déformation cartographique.

15Ainsi, on voit à quel point il est hasardeux de construire des trames spatiales à partir de prospections, alors même que la complexité des réseaux fossoyés retrouvés en fouille ne le permet pas toujours : au Grand Palais, le réseau présente plusieurs phases que l’archéologie de terrain ne nous permet pas de discerner avec suffisamment de précision pour qu’on puisse raisonner en surfaces antiques avérées. Or l’étude métrologique des plantations, menée lors de la fouille du Grand Palais, a permis de mettre en évidence la précision extrêmement normée qui était appliquée dans la gestion du terroir de ce domaine antique. Aussi, le réseau fossoyé devrait-il obéir également à ces lois, mais on constate que les réseaux de drainage s’adaptent plutôt bien dans ces terres basses aux nécessités du terrain, en dépit de ce que laisse attendre tout modèle prédictif.

16Il était encore écrit en 2013 que « les prospections pédestres, les découvertes anciennes et les sondages ponctuels inciteraient plutôt à interpréter le site du Palais comme une agglomération secondaire, dont la superficie peut être estimée à environ 8 ha. Il est difficile de trancher définitivement sur la nature du site, mais on ne peut exclure que les vestiges interprétés par J.‑Cl. Béal comme la “pars urbana” d’un centre domanial ont pu constituer un ensemble monumental public » (Favory 2013 : 108). Les arguments apportés par l’interprétation des prospections aériennes n’étaient certes plus invoqués, mais cette conclusion demeurait, en dépit des dernières fouilles réalisées. La confrontation de l’ensemble des informations grâce au SIG permet ainsi de ne conserver parmi les éléments vus d’avion que les plus fiables. Il s’agit principalement d’éléments structurants de l’établissement antique, comme l’aile sud de la pars rustica, dont on ne perçoit que les lignes directrices principales, mais qui devait abriter un vaste complexe de communs et d’infrastructures artisanales et agricoles. Les grandes lignes de l’organisation spatiale du site ont en partie perduré à travers le parcellaire moderne mais il est acquis désormais que, pour le complexe du Palais, l’identification d’un habitat aggloméré doit être rejetée.

5.2. Organisation spatiale de la partie agraire et des champs

17En 2010, la surface minimale de 4,5 ha était évoquée pour la villa du Palais (Ferdière et al. 2010 : paragr. 159), tandis qu’on arrivait à un site de 8 ha en 2013 (Favory 2013 : 108). Or l’observation attentive du cliché de 1979 laisse penser que le plan que nous connaissons aujourd’hui pourrait être précisé et complété. En effet, dans la parcelle ZM 132 (fig. 25), une limite de cultures moderne, active en 1960, a disparu vingt ans plus tard, et ne pollue plus la vision que nous avons du terrain. La trace laissée par ce fossé subactuel ne suffit pas à occulter une masse plus large bien que diffuse. Elle s’aligne sur l’extrémité nord de la partie résidentielle (fig. 323). À la suite de l’aile orientale appréhendée lors de la fouille de 2010‑2011, et de l’aile méridionale vue en prospection aérienne et confirmée par la fouille de 1987, l’existence d’une aile septentrionale apparaît fort vraisemblable, conférant à l’établissement une structuration symétrique séduisante, avec un axe médian recouvrant à peu près celui de la partie résidentielle de l’état IIIb.

Fig. 323 – Tracé de l’aile septentrionale de la pars rustica, en rapport avec les vestiges les plus septentrionaux de la résidence du Palais (SIG et DAO : Chr. Landry).

Fig. 323 – Tracé de l’aile septentrionale de la pars rustica, en rapport avec les vestiges les plus septentrionaux de la résidence du Palais (SIG et DAO : Chr. Landry).

18Si cette symétrie est avérée, la villa se structurerait en quatre zones bien marquées : à l’est, les zones cultivées, vergers, puis vignes et champs, puis, en direction de l’ouest, une vaste cour agricole flanquée de quatre ailes ininterrompues et adossée à la partie résidentielle, à l’ouest de laquelle s’étendait l’espace dégagé des terres basses avec vue sur le Rhône (fig. 324). L’ensemble serait desservi par l’hypothétique chemin qui, venant de la voie majeure de Valence vers Orange, passerait aux abords de l’espace funéraire de la Labre et de quelques bâtiments désaxés par rapport au reste du complexe.

Fig. 324 – Plan d’ensemble associant les données de photo-interprétation et de fouille (SIG et DAO : V. Vachon, Chr. Landry, W. Widlak).

Fig. 324 – Plan d’ensemble associant les données de photo-interprétation et de fouille (SIG et DAO : V. Vachon, Chr. Landry, W. Widlak).

19La surface occupée par la villa, hors zone cultivée, s’élève ainsi à 5,8 ha. Si l’on conserve la largeur nord-sud maximale des constructions pour restituer l’étendue des cultures, en prolongeant les vergers vers l’est jusqu’au pied de la colline de la Labre, limite topographique forte, on atteint pour l’emprise documentée des champs une surface minimale de 14 ha.

20Dans ces conditions, les proportions de la villa du Palais seraient à rapprocher de celles des villae du type 3 « à cour agricole de plan compact » (Ferdière et al. 2010, paragr. 128‑132), même si l’organisation des ailes ceinturant la cour est plus complexe que la juxtaposition de simples « pavillons » sur le plan répétitif. En effet, hors espace occidental, et hors zones cultivées, la villa présenterait un plan globalement carré d’un peu plus de 200 m de côté.

5.3 Les bâtiments rustiques

  • 3 Nous tenons à saluer collectivement, pour leur compétence et leur résistance, tous ceux qui ont pa (...)

21Quatre secteurs comportant des bâtiments d’exploitation ont été appréhendés en fouille : une partie de l’aile orientale et de l’angle sud-est (fouilles de Chr. Landry au Grand Palais en 2011)3, une partie de l’aile sud de la cour agricole (fouilles de P. Carlier en 1987), une partie d’un des bâtiments désaxés au sud de la partie résidentielle (fouilles de J.‑Cl. Béal en 2000), et un bâtiment désaxé (dit de la Maladrerie) intercalé entre la villa et la nécropole (fouilles de Chr. Ronco en 2006).

22Pour l’ensemble des installations, en raison des trop faibles surfaces mises au jour (seul le bâtiment de la Maladrerie offre un plan complet) l’interprétation fonctionnelle de ces édifices demeure problématique.

23Au Grand Palais, le bâtiment n° 1 est, à l’état II, contemporain des vergers dont il pourrait occuper la marge occidentale, en séparant la résidence et la cour agricole d’une part, de l’espace cultivé proprement dit d’autre part. Vers la fin du IIIe siècle, le site subit les crues dévastatrices de la Riaille. Le domaine est alors restructuré (état III). Le bâtiment n° 1 est démantelé au profit de nouvelles constructions situées un peu plus au sud : elles constituent le complexe de bâtiments n° 2. Ce second programme architectural comporte des installations, peut-être de transformation et de stockage des récoltes.

5.3.1. Les annexes agricoles du Haut-Empire : mise en place d’un plan symétrique (fig325 et fig326)

Fig. 325 – Plan général des bâtiments du Grand Palais : en noir : bâtiment n° 1, en rouge, complexe de bâtiments n° 2 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).

Fig. 325 – Plan général des bâtiments du Grand Palais : en noir : bâtiment n° 1, en rouge, complexe de bâtiments n° 2 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).

Fig. 326 – Évolution des constructions (DAO : P. Rigaud).

Fig. 326 – Évolution des constructions (DAO : P. Rigaud).

24La nature du site et des vestiges n’a pas permis de dater finement en stratigraphie chacune des structures de la zone bâtie et des plantations à l’intérieur de l’époque romaine. Pour l’état II, le mobilier mis au jour dans les premières constructions en dur reconnues au sein de la villa rustique, provient exclusivement des phases de récupération tardives de matériaux, et on ne peut donc raisonner qu’en termes d’antériorité relative.

  • 4 Pour l’ensemble de la céramique des états II à IV, l’étude est due à Chr. Bonnet (Rapport Landry 2 (...)

25L’attribution des vestiges de la zone cultivée à l’époque romaine, qui, en soi, était à démontrer, est fondée sur vingt-neuf tessons de céramique issus majoritairement des fosses de plantation, huit seulement provenant de fossés structurant les vergers4. Parmi les rares éléments recueillis dans ces derniers, on ne trouve aucun marqueur tardif, et très peu d’éléments précoces, hormis un fragment de céramique campanienne en position résiduelle et un bol en céramique peinte apparenté au type Périchon 16, produit entre autres à Vienne (Isère) à l’époque augustéenne. Le reste du corpus appartient au répertoire du Haut-Empire : un fragment de sigillée sud-gauloise et un fragment de céramique peinte, pour la céramique fine, et des fragments de céramique grise kaolinitique, de céramique tournée grise et de commune claire, pour la céramique commune. Quatre amphores datées du Haut-Empire sont également représentées, dont une amphore gauloise, une amphore hispanique Dressel 20 et un conteneur gaulois de la région de Marseille à pâte finement micacée.

5.3.1.1. L’État II du Grand Palais : construction des annexes agricoles

  • 5 Pour les rares données antérieures à cet état, voir ci-dessus, 4.1.1.

26Cet état (fig327) correspond à la mise en place du bâtiment n° 1, vraisemblablement en lien avec la structuration de la surface agricole, dont l’exploitation évolue vers une logique de rendement matérialisée par l’implantation de vastes vergers, après l’abandon de modes culturaux n’ayant laissé comme traces que quelques fossés et les fosses du système 115.

Fig. 327 – Plan général de la zone d’étude du Grand Palais à l’état II (DAO : W. Widlak).

Fig. 327 – Plan général de la zone d’étude du Grand Palais à l’état II (DAO : W. Widlak).

Phase 1

Le bâtiment  n° 1 et la cour

27Au cours de la première phase est élevé un long mur M 160 (fig. 328), d’orientation nord-sud. Il ferme vraisemblablement à l’est un bâtiment n° 1 qui constitue l’aile orientale de la cour agricole, les terrains situés plus à l’est étant dévolus aux vergers et à une production intensive. Chaîné au mur M 160, un lambeau de maçonnerie M 2076, observé sur 0,20 m, forme le retour vers l’ouest de ce long mur. Aussi incomplet soit-il, il permet d’envisager que le bâtiment  n° 1 se développait vers l’ouest, M 160 ne constituant dès lors pas un simple mur de délimitation, mais s’insérant bien dans un ensemble architectural plus vaste.

Fig. 328 – Le mur M 160 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 328 – Le mur M 160 (cliché : équipe de fouille).

28Dans cette optique, deux tronçons de mur mis au jour plus à l’ouest par Chr. Ronco en 1989 peuvent nous interpeller. Les structures F1 et F3, alors enregistrées dans les sondages n° 1 et n° 2 de son diagnostic, étaient interprétées à l’époque comme des sections d’un fossé nord-sud. Or la morphologie du creusement, ainsi que la nature de leur comblement, très riche en mortier de chaux détritique, s’apparentent très fortement aux caractéristiques constatées en 2010‑2011 pour la partie intégralement récupérée du mur M 160. Les dimensions ainsi que l’aspect du comblement, vus en coupe, concordent parfaitement, tandis que la largeur reportée sur le plan semble démesurée par rapport aux photographies. On peut donc réviser l’interprétation originelle et voir dans ces deux tronçons les vestiges d’un second mur récupéré, parallèle à M 160. Plus au sud dans le sondage n° 4 de ce diagnostic, un drain moderne, similaire aux nombreux aménagements qui perturbent M 160, condamne toute possibilité d’identification de la tranchée de cette maçonnerie de fondation. Ce mur récupéré, distant de 21 m à l’ouest de M 160, pourrait correspondre à la façade, côté cour, du bâtiment n° 1 et en constituer un témoin supplémentaire, ténu mais précieux.

29Le mur M 160 respecte précisément l’orientation nord-sud de la pars urbana de l’état II dont la limite méridionale concorde approximativement avec l’axe du mur M 2076 (fig324). Étudié sur une longueur de 50 m, il se prolonge, au nord de l’emprise fouillée, dans la parcelle ZM 447. Sa tranchée de récupération est en effet visible en coupe dans la berme septentrionale de la parcelle décapée (fig. 329). À supposer que le mur M 160 se poursuive jusqu’à la limite septentrionale atteinte par les constructions de la pars urbana, la surface des ailes et de la cour agricole atteindrait 15 000 m², depuis les constructions les plus orientales repérées en 1989 (Rapport Ronco 1989). Les longues tranchées alors réalisées n’avaient pas mis au jour d’autres vestiges construits dans cet espace, peut-être en raison de l’intervalle important laissé entre les sondages. En outre, l’intérêt porté aux traces agraires dans les années 1980 n’était pas encore celui insufflé par les travaux de la décennie suivante, et les problématiques nouvelles qu’ils ont fait naître. Aussi peut-on toujours envisager l’existence de jardins ou d’autres types de cultures au sein de cet espace.

Fig. 329 – Coupe de la tranchée de récupération de M 160 à la limite nord de l’emprise (cliché : équipe de fouille).

Fig. 329 – Coupe de la tranchée de récupération de M 160 à la limite nord de l’emprise (cliché : équipe de fouille).
Structure du mur M 160 et de l’aile orientale

30Connu seulement en fondation et inégalement conservé, le mur M 160 suit la légère pente naturelle du sud au nord : le lit de pierre le plus haut apparaît à 75,79 m d’altitude au sud, à 75,35 m à la limite avec son tronçon entièrement récupéré (à 35 m plus au nord). Le niveau d’apparition de la tranchée de récupération se situe à 75,21 m en limite nord de l’emprise. Si sa largeur est relativement constante, d’environ 0,55 m, son mode de construction varie sensiblement, même si la fondation demeure en tranchée étroite. Sur environ 22 m dans sa partie sud, on observe une semelle (fig. 330), constituée d’un seul lit de pierres calcaires de petit module grossièrement équarries, liées par un mortier de chaux blanc. Les lits sus-jacents sont généralement récupérés, sauf en quelques endroits où un lit de pierres calcaires de module moyen subsiste, présentant deux parements relativement réguliers et un blocage interne grossier lié avec le même mortier blanc. La hauteur conservée atteint alors 0,20 m. Plus au nord, sur 13 m, le mur se distingue par une semelle de galets de quartzite recouverte d’une fine couche de mortier blanc, sur laquelle s’installe un lit de pierres de plus gros module, grossièrement parementé. Le mur est récupéré jusqu’à la semelle de galets sur une longueur continue de 3,20 m.

Fig. 330 – Coupe du mur M 160 (DAO : W. Widlak ; les légendes qui figurent dans le cadre en rouge sont communes aux fig. suivantes).

Fig. 330 – Coupe du mur M 160 (DAO : W. Widlak ; les légendes qui figurent dans le cadre en rouge sont communes aux fig. suivantes).

31Ainsi, le mur M 160 a échappé à la récupération totale sur une longueur de 35 m. Il est toutefois, tout au long de cette portion, recoupé par de nombreuses fosses, fossés et drains. Mais, sur le tronçon le plus au nord, observé sur une longueur de 15,40 m, il a été méticuleusement récupéré. Ne reste plus qu’une tranchée large d’environ 0,65‑0,70 m, aux parois très légèrement évasées et au fond plat. Le comblement s’apparente à un limon peu argileux brun, où dominent des fragments de mortier de chaux et du mortier pulvérulent. La céramique prélevée dans ce comblement est attribuable au Haut-Empire, ce qui laisse penser que le mur a été raccourci précocement.

32La différence constatée dans les matériaux utilisés pour la mise en œuvre des fondations du mur M 160 indique une rupture dans le processus de son édification. La moitié nord semble avoir été installée dans un second temps, et les galets disposés dans la tranchée de fondation pourraient refléter une volonté d’apporter un caractère drainant à la fondation, face à des contraintes hydrologiques permanentes dans ce secteur. La hauteur du mur M 160 ne peut être restituée, mais sa longueur très importante et l’absence de contreforts laissent envisager une élévation en terre et bois et une moindre consommation de pierres.

33Quand on observe de plus près la surface conservée de la maçonnerie, deux anomalies apparaissent. Tout d’abord, à environ 14,50 m du raccord avec le mur M 2076, la maçonnerie s’élargit sensiblement (0,90 m), formant un massif quadrangulaire qui comporte deux gros blocs d’angle. De même, à 26,60 m, la première assise présente un gros bloc traversant toute la largeur de la maçonnerie et précédant une longueur de 4,30 m où seule la semelle de galets subsiste, avant la reprise de la première assise qui offre un semblant de parement sud. Ces ruptures permettent d’envisager deux probables ouvertures, d’une largeur légèrement supérieure à 4 m, et distantes l’une de l’autre d’environ 13 m. La largeur de telles ouvertures serait suffisante pour livrer le passage à une charrette.

34Le mobilier mis au jour au contact des fondations de M 160 (une monnaie, un fragment de verre) nous permet de situer la récupération des matériaux en plusieurs épisodes, au-delà d’un terminus post quem au milieu du IVe siècle. La construction de ce mur doit avoir eu lieu au cours du Haut-Empire ; elle est sans doute contemporaine de l’implantation des premiers vergers à fosses quadrangulaires, qui viennent jusqu’aux abords du mur M 160 et du bâtiment n° 1. La succession de plusieurs systèmes de vergers, qui ne semble pas se prolonger au cours de l’Antiquité tardive, n’exclut pas une mise en place de ce mur dès le Ier siècle ap. J.‑C.

35À l’est du mur M 160, lui sont par la suite accolées deux pièces, Pi 7 et Pi 6, distantes d’une trentaine de mètres. Leurs surfaces (30 et 33 m²) sont relativement similaires.

La pièce Pi 7

36La pièce Pi 7 (fig. 331) s’avère très fortement perturbée par la récupération des matériaux et par les fossés et les drains qui ont été creusés depuis la fin de l’Antiquité et jusqu’à la période moderne.

Fig. 331 – La pièce Pi 7 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 331 – La pièce Pi 7 (dessin et DAO : P. Rigaud).

37Un mur M 1041 ferme la pièce au sud. Sa relation avec M 160 est oblitérée par le creusement du fossé FS 631. Les vestiges d’une semelle de fondation apparaissent néanmoins à la cote de 75,31 m, sur 1,70 m de longueur et environ 0,60‑0,70 m de largeur. Ils se présentent sous la forme de pierres calcaires et galets de modules variés, liés et en partie recouverts par du mortier de chaux blanc. Plus à l’est, le fossé FS 162 entaille la structure sur une largeur de 0,90 m ; ne demeure que la base de la semelle (US 1043, alt. sup. : 75,21 m), composée de blocs calcaires de moyen module et de galets organisés de façon assez lâche et associés à des fragments de tegulae. Ces éléments prolongent M 1041 de 2 m vers l’est, sur une largeur de 0,60 m. Ce mur restitué présente une longueur de 4,50 m pour une hauteur maximale conservée de 0,20 m.

38La pièce est fermée au nord par un mur M 1040 (fig. 332), distant de 4,70 m du précédent et conservé sur une longueur de 2,90 m. Les fossés FS 631 puis FS 162 oblitèrent la relation avec la tranchée de récupération de M 160 sur 1,50 m de largeur. Le mode de construction de M 1040 s’apparente bien à celui de la moitié nord de M 160 : seule la semelle de fondation est conservée, sous la forme d’un radier de galets de quartzite, large de 0,65‑0,70 m, avec inclusions de rares fragments de tegulae ; il est recouvert d’une chape de mortier de chaux blanc, dont la surface apparaît à 75,27 m. L’épaisseur maximale conservée ne dépasse pas 0,15 m. Vers l’est, le mur est complètement recoupé par le drain moderne Dr 166 (XVIIIe siècle).

Fig. 332 – Le mur M 1040 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 332 – Le mur M 1040 (cliché : équipe de fouille).

39La clôture de la pièce à l’est est à peine conservée sous forme d’un alignement de matériaux F 193 (fig. 333) perturbé par le drain Dr 166. Sur une longueur de 2,70 m et sur 0,40 m de large, quelques pierres calcaires et une tegula posée à plat et fracturée, peuvent être interprétées comme une base de solin, ou comme le fond d’une tranchée de récupération dont les limites supérieures auraient été occultées par les perturbations successives du terrain.

Fig. 333 – Le solin M 193 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 333 – Le solin M 193 (cliché : équipe de fouille).

40Deux empierrements mal datables (F 1042 et F 1044) pourraient évoquer des bases supportant des installations diverses.

41La fonction de cette pièce Pi 7 est difficile à définir. L’absence de niveau de sol peut s’expliquer par le lessivage dû aux phénomènes hydrologiques, omniprésents dans ce secteur de la parcelle, point bas soumis à de fortes inondations (remontée de nappe et convergence des ruissellements de surface).

La pièce Pi 6

42Près de l’extrémité méridionale du bâtiment  n° 1, la pièce Pi 6 (fig334) s’avère nettement moins perturbée que la pièce Pi 7, même si les niveaux contemporains de son fonctionnement ont également disparu.

Fig. 334 – La pièce Pi 6 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 335) [dessin et DAO : P. Rigaud].

Fig. 334 – La pièce Pi 6 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 335) [dessin et DAO : P. Rigaud].

43Le mur M 161 la ferme au sud. Long de 5,40 m, large de 0,50 m et orienté est-ouest, il apparaît à 75,83 m et forme un angle avec l’extrémité sud de M 160. Les deux maçonneries sont chaînées. Celle du mur M 161 est constituée de deux lits de pierres calcaires de moyen module, grossièrement équarries et liées par un mortier de chaux blanc-gris. La hauteur conservée atteint au maximum 0,30 m. Le mur est complètement percé par le fossé FS 631, sur une largeur de 2 m, puis, plus à l’est, défoncé sur environ 0,60 m de largeur que sont venus combler divers éléments (fragments de panse de dolium, tegulae, gros blocs) ; il ne se prolonge pas davantage vers l’est, ce qui implique un retour vers le nord et le mur M 172, leur raccord étant oblitéré par une fosse de récupération.

Fig. 335 – Stratigraphie de la pièce Pi 6, vue du sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 335 – Stratigraphie de la pièce Pi 6, vue du sud (cliché : équipe de fouille).

44À l’est, le mur M 172, qui apparaît à 75,73 m (L. cons. : 3,30 m ; l : 0,64 m) présente une maçonnerie identique à M 161, et la même hauteur conservée de fondation. Son extrémité nord a été entièrement récupérée mais aucune tranchée de récupération n’était visible, sans doute en raison du creusement postérieur d’une fosse Fs 1039, quadrangulaire comblée sur 0,10 m de profondeur par des matériaux de démolition.

45Le mur M 171 ferme la pièce Pi 6 au nord. Sa maçonnerie, qui apparaît à 75,75 m, vient clairement s’appuyer sur celle du grand mur M 160. Le mode de construction est le même que celui des deux murs précédents. Sa largeur atteint 0,50 m. Le fossé nord-sud FS 631 le recoupe sur une largeur d’1,40 m (fig335). Son extrémité orientale est également récupérée.

46Le seul aménagement à l’intérieur de la pièce est une probable base en fondation d’un poteau central (F 609), constituée de quelques blocs, sur environ 0,60 m de côté. La multiplication des fosses de récupération de matériaux, ainsi que les dommages occasionnés par le fossé FS 631, n’aident pas à identifier l’emplacement d’une éventuelle ouverture en direction des vergers ou des autres espaces de la pars rustica.

47Les pièces Pi 6 et Pi 7 ont sans doute été ajoutées rapidement après la construction du mur M 160, façade orientale du bâtiment n° 1. Elles évoquent des loges, peut-être destinées à la surveillance des allées et venues entre le verger et le reste de la villa ou des pièces (ou un appentis pour Pi 7) qui servent par exemple à stocker du matériel agricole. En tout cas, à Verneuil-en-Halatte, la villa de la Bufosse (Collart 1996 : fig. 1 et 2) montre un exemple éclairant et bien documenté de bâtiments adossés de ce type ouvrant vers l’extérieur : le mur de clôture de la partie agraire de la villa est, en effet, bordé, du côté intérieur, par un portique à piliers de bois, et les bâtiments adossés à ce mur et extérieurs à la cour ouvrent sur des petites parcelles profondes d’une trentaine de mètres dont la largeur est proportionnée à celle de chacun des bâtiments.

48Il faut en effet rapprocher les pièces Pi 6 et Pi 7 des « pavillons » alignés en nombre contre les clôtures de nombreuses grandes villae (Ferdière et al. 2010). D’une surface souvent supérieure, ils paraissent être des « cellules à fonction mixtes » renvoyant à une « organisation du travail et des travailleurs extrêmement rationnelle et volontariste » (Ferdière et al. 2010 : paragr. 225 et 227) : au Grand Palais, cette rationalité pourrait ainsi s’appliquer à une gestion fractionnée du personnel, du matériel et des récoltes du verger auquel les loges font face. On ne peut du reste exclure que deux autres bâtiments espacés comme le sont les pièces Pi 6 et Pi 7 aient été adossés au mur M 160 dans la partie septentrionale restée hors de l’emprise de la fouille.

Phase 2 : la pièce Pi 5, extension de l’aile sud

49Comme ailleurs, des perturbations postérieures viennent gêner la compréhension des secteurs situés à l’angle de M 160 et de l’aile méridionale. Ainsi, le secteur situé au sud du mur M 161, est rendu difficilement lisible en raison d’un sondage ouvert lors du diagnostic, où il avait été conclu qu’une grande fosse empierrée perturbait cet espace. Le sondage a été poursuivi en profondeur afin d’observer le terrain en coupe, et la réalité apparaît plus complexe. On se trouve ainsi au niveau d’un nœud où se rencontrent plusieurs fossés et drains vraisemblablement creusés au Ve siècle dans un état IV, vers la fin de l’occupation du site en tant que complexe agricole (fig. 336 et fig. 337).

Fig. 336 – Stratigraphie du secteur G (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 336 – Stratigraphie du secteur G (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 337 – Coupe est des fossés FS 1021 et du drain Dr 1022 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 337 – Coupe est des fossés FS 1021 et du drain Dr 1022 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

50Notons qu’aux abords du sondage, deux empierrements ont été individualisés en plan. Le premier, US 1054, s’apparente à un amas circulaire de galets, d’un diamètre de 0,70 m, apparu à 75,86 m. Le second, US 1055, d’aspect similaire (diamètre 0,80 m), est apparu à 75,70 m. Il s’agit là d’une structure mentionnée dans le sondage du diagnostic. Ces structures n’ayant pu être fouillées, leur interprétation reste en suspens : bases de poteaux, résidus de structures drainantes, fosses de pierrier ?

51Néanmoins un lambeau de mur M 1050 atteste le raccordement des deux ailes, et au moins un espace peut être circonscrit, par les murs M 1026, 1066, 1032, 1063, et 1029 (fig. 325 et fig. 337), démontrant que dans une phase 2, la pièce Pi 5 est ajoutée au sud-est du bâtiment n° 1.

52Le mur M 1050, qui apparaît à 75,70 m, suit l’orientation est-ouest du mur M 161 précédemment décrit, tout en présentant un très léger désaxement vers le sud. D’une longueur totale de 3,70 m, il commence à l’ouest séparé de M 161 par un espace vide de 0,16 m. Cette anomalie ne peut être due à une perturbation car ce bord occidental présente un semblant de parement. Sans doute faut-il imaginer une jointure ou cloison en matériaux périssables. À l’est, sa relation avec les maçonneries de la pièce Pi 5 n’est pas établie, car le drain moderne Dr 166 vient le perforer. M 1050 est installé dans une tranchée large de 0,70 m, observée en coupe sur 0,40 m de profondeur et creusée dans l’US 1079. La fondation est conservée sur deux assises de petites pierres calcaires grossièrement équarries et liées à la terre, mais des résidus de mortier de chaux sont visibles, certainement issus de la récupération de l’élévation. Sur les deux mètres les plus à l’est, le mur présente une largeur de 0,60 m, avec une vague esquisse de parements nord et sud. Il est chaîné avec un retour M 1025 vers le sud et le tronçon ouest présente une légère différence dans l’appareillage (largeur plus proche de 0,50 m), qui laisse penser qu’il s’agirait d’un ajout permettant de réaliser la jonction avec la pièce Pi 6. Cependant, la liaison entre les deux tronçons n’est pas claire car une fosse Fs 538 vient entailler la maçonnerie. En outre, la tranchée d’installation de M 1050 est recoupée par un probable fossé FS 1118.

53Le retour nord-sud M 1025 n’est conservé que sur 1,20 m de longueur et 0,15 m de hauteur. Ne subsiste plus, à 75,78 m, qu’un lit (l. : 0,65 m) de pierres calcaires grossièrement équarries et de modules irréguliers. Également entaillé par la fosse Fs 538, le mur est probablement stoppé au sud par le creusement de la fosse Fs 1117 (fig338) dont le fond atteint la terrasse géologique à 0,88 m de profondeur (74,99 m).

Fig. 338 – La pièce Pi 5 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 336) [dessin et DAO : P. Rigaud].

Fig. 338 – La pièce Pi 5 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 336) [dessin et DAO : P. Rigaud].

54Construit sur le même axe est-ouest que M 1050 (fig338), le mur M 1026 ferme la pièce Pi 5 au nord. Long de 4 m, large de 0,70 m et conservé sur 0,20 m de hauteur, il apparaît à 75,84 m. Il se présente sous la forme d’une semelle de petites pierres calcaires sur laquelle prend place une assise de moellons calcaires, parementée au nord et au sud, avec un blocage interne. Seuls quelques nodules de mortier de chaux blanc rappellent l’existence d’un liant. L’assise parementée est majoritairement récupérée mais quelques pierres subsistent, notamment à l’angle avec le mur M 1032, les deux murs étant chaînés (fig. 339). Le mur est installé en tranchée étroite dans l’US 1079, mais le niveau d’occupation n’est pas conservé, hormis peut-être au niveau de l’US 173, empierrement pseudo-circulaire de 0,70 m de diamètre au sud du mur. Le tout est scellé par l’US 1027 s’apparentant à un remblai de nivellement.

Fig. 339 – Détail de l’angle des murs M 126 et M 1032 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 339 – Détail de l’angle des murs M 126 et M 1032 (cliché : équipe de fouille).

55On note l’existence d’un « coup de sabre » à 3,20 m de l’extrémité orientale, à partir duquel la semelle se prolonge vers l’ouest avec une plus forte proportion de galets, jusqu’au retour M 1066.

56Le mur M 1066, orienté nord-sud, apparaît à 75,74 m. Il n’est conservé que sur 1,50 m de longueur, coupé au sud par la fosse Fs 1053. En outre seul le parement oriental est préservé, et la largeur n’excède plus 0,40 m. En effet, le drain moderne Dr 166 l’entaille dans le sens de la longueur, comblé en partie avec des matériaux issus du mur préexistant. Toutefois, le lambeau de mur conservé apparaît chaîné avec le tronçon de M 1026 situé à l’ouest du « coup de sabre » déjà mentionné.

57Apparu à 75,86 m, le mur M 1032‑M 1063 ferme la pièce Pi 5 à l’est. M 1032 constitue le retour vers le sud de M 1026, auquel il est chaîné. Son mode de construction est similaire, et l’assise parementée est globalement mieux conservée, quoique d’une largeur n’excédant pas 0,60 m. L’angle de M 1026 et M 1032 est très légèrement renforcé au niveau de la semelle de fondation, débordant de 0,15 m vers l’intérieur de la pièce. À 2 m au sud, le mur est perforé par la grande fosse Fs 1053, au-delà de laquelle la maçonnerie M 1063 prolonge l’axe de M 1032 sur une longueur d’1,50 m. M 1063 apparaît à la même cote altimétrique que M 1032, et présente la même largeur et le même appareillage. En revanche, il est à son tour oblitéré au sud par le creusement du fossé drainant Dr 1081 (état IV). Notons que le mur est scellé par un remblai tardif (US 1027 et US 1028) qui couvre tout le secteur.

58Orienté est-ouest, le mur méridional M 1029 est sensiblement parallèle au mur M 1026, dont il est distant de 7,50 m. Sa portion de trois mètres la plus à l’ouest présente des caractéristiques proches de celles de M 1032 et M 1026 : même largeur de 0,60 m, même appareillage. Il ne s’insère pas dans le plan du complexe de bâtiments n° 2. Certes, la relation avec le mur M 1032-M 1063 n’existe plus (creusement du drain Dr 1081 notamment), et sa côte inférieure de 76,03 m se trouve nettement plus haute. Il faut néanmoins voir en M 1029 le mur fermant au sud la pièce Pi 5. En effet, la différence altimétrique résulte du pendage nord-sud naturel du substrat, auquel les constructeurs ont dû s’adapter, adossant leur construction à la légère pente et exhaussant leur niveau de sol au lieu de l’excaver. Le mur M 1029 se poursuit ensuite vers l’est sur un tronçon long de 6,10 m. Mais le mode de construction n’est plus du tout le même : l’appareillage est très irrégulier, et la largeur n’excède plus 0,40 m. À moins d’imaginer un mur totalement déparementé, on ne peut comprendre ce tronçon comme la même entité. En outre, sur toute la longueur de M 1029, soit près de 9 m, une couche de démolition (US 1067), très dense en pierres calcaires (avec de rares fragments de tuiles), indique un effondrement vers le nord de M 1029, recouvrant en partie le fossé drainant Dr 1081. Le mur M 1029 apparaît comme la reprise tardive en élévation d’une maçonnerie préexistante, prolongée vers l’est, afin d’édifier un muret destiné à contreforter un remblai de terrasse. Ce dernier ayant cédé, les pierres viennent sceller Dr 1081, lui-même déjà postérieur à l’abandon de Pi 5 et donc au tronçon bien appareillé de M 1029.

59Ainsi, la pièce Pi 5 constitue un espace interne dont la surface atteint 23,5 m². Toutefois, cet espace peut correspondre à un réaménagement, puisque le « coup de sabre » observé dans la maçonnerie de M 1026 semble indiquer une reprise, ou la condamnation d’une ouverture vers le nord. Dans ce cas, en étendant la pièce jusqu’aux murs M 1050 et M 1025, sa surface originelle, plus grande que les deux premières pièces Pi 6 et Pi 7, s’élèverait à 41,5 m².

60Dans un second temps, le mur M 1026 est repris en fondation, et la pièce est divisée en deux espaces inégaux par l’adjonction du mur M 1066. Le plus grand, à l’est, occupe une surface de 23,5 m². Le creusement de la fosse Fs 1053 condamne totalement toute possibilité d’interprétation de la fonction de la pièce.

61Malgré les très fortes perturbations au sein de l’espace situé à l’ouest de Pi 5, il est probable que cette pièce soit l’extrémité orientale de l’aile sud de la pars rustica.

62Cette extension de la surface bâtie ne peut, là encore, être située précisément dans le temps, puisqu’aucun mobilier n’est contemporain du fonctionnement de cette pièce. La construction de Pi 5 est à situer sans doute au cours du Haut-Empire, certainement peu après l’établissement de la pièce Pi 6. Un corpus mobilier du Ve siècle provient exclusivement de remblais de démolition dont ceux comblant la grande fosse Fs 1053.

63Comme on l’a vu, le premier état de la résidence est julio-claudien et le programme architectural de son état IIa est réalisé vers la fin du Ier siècle (voir 4.6.2). Il ne serait pas incohérent que la structuration que nous observons pour la partie rustique date de ce moment-là. Aucune trace de plantation n’est apparue sous le bâtiment n° 1 au sein des sondages réalisés en fin d’opération, ce qui constitue un argument supplémentaire pour relier à cet état l’implantation des vergers à fosses quadrangulaires.

64Ainsi, on ne peut exclure que la structuration parcellaire de la cour agraire ne soit déjà établie à la fin du Ier siècle ap. J.‑C. autour d’un axe est-ouest proche de celui de la résidence de l’état II : l’ensemble s’inscrirait alors dans une forme proche de ce que M. Reddé (2018 : 155) a défini récemment comme la villa de plan « axial transversal ».

5.3.1.2. L’aile sud vue d’après la fouille de 1987 : l’« aqueduc »

65En raison des faibles moyens mis en œuvre, la fouille de 1987 n’a pas pu aller au-delà d’un diagnostic amélioré, sans décapage extensif mais avec une succession de sondages en tous sens, se recoupant pour certains. Cette méthode n’a pas permis d’appréhender dans leur intégralité les bâtiments pourtant entièrement conservés sur la parcelle. Nous nous intéressons ici à un long mur interprété alors comme la base d’un aqueduc.

66Ce mur (l. : 0,70 m), orienté est-ouest, a été dégagé sur une longueur de 73 m (fig26, fig. 324) sans qu’aucun mur de refend soit mis au jour. Il était construit en « pierres de tailles variables » ; une assise d’élévation était conservée sur toute la longueur, tandis que certaines portions comportaient encore une seconde assise. Sur les 73 m dégagés, une différence altimétrique de 0,29 m a été constatée pour la première assise entre l’est et l’ouest. Sa fondation, un massif maçonné profond de 0,63 m pour une largeur de 0,90 m, était aménagée en tranchée large. Des tuiles posées à plat ont été découvertes en plusieurs points à l’aplomb nord du mur.

  • 6 Ce lambeau de ce mur était encore visible en 2011 en bordure du chemin de la Maladrerie (voir 5.1. (...)

67L’absence de refend, le pendage est-ouest, la présence d’un tronçon en élévation sur le même axe, à l’est, à l’angle du chemin de Champblanc6, et l’existence d’une résurgence à l’est de ce chemin, ont conduit P. Carlier à voir un seul et même mur sur 350 m de longueur, qui aurait constitué le soubassement d’un aqueduc.

68Cette interprétation ne peut plus être retenue aujourd’hui. Tout d’abord, la source ne correspond pas nécessairement à une réalité de l’Antiquité, si l’on considère la complexité des réseaux de drainage qui se sont succédé sur ces terrains, comme la fouille du Grand Palais a permis de le constater. En 1987, l’eau coulait par intermittence, mais à chaque fin d’hiver des eaux ruissellent partout dans le sous-sol de la colline de la Labre, et les terres basses sont inondées. Il ne s’agit donc pas d’une source, susceptible d’alimenter un aqueduc qui approvisionnerait un établissement de l’ampleur du Palais.

69Le pendage observé pour la première assise n’excède pas 0,4 %, ce qui ne constitue ni une pente importante pour une adduction en pression, ni une erreur notable pour des maçons construisant un mur d’une telle longueur. La comparaison de ce mur avec le mur M 160, façade orientale du bâtiment n° 1 du Grand Palais, laisse apparaître de grandes similitudes dans la mise en œuvre, qui, du reste, constituent le principal argument pour rattacher le mur vu en 1987 à l’état II du Grand Palais.

70En outre la photo-interprétation (fig319 et fig. 320) permet de restituer avec une bonne probabilité un mur parallèle à celui de 1987 à dix mètres au nord, sous l’actuel chemin de la Maladrerie, formant avec lui une aile méridionale (voir ci-dessus). Comme pour le mur M 160, aucun mur de refend fondé n’existe dans l’aile sud. En l’état actuel des observations, comme le suggère la photo-interprétation, il semble réaliste d’envisager une cour agricole ceinturée par des ailes d’une dizaine de mètres de largeur, et d’environ 1 300 m² de surface au sol chacune, quand bien même le raccordement de l’aile méridionale à l’aile orientale reste problématique.

71Le tronçon visible en élévation à la croisée des chemins de Champblanc et de la Maladrerie, aux joints beurrés caractéristiques de la période tardive, appartiendrait donc plutôt, quant à lui, à la clôture d’une partie du domaine.

72La fouille de 1987 ne permet pas de dater le long mur sud de l’aile méridionale, pas plus que le bâtiment n° 1 du Grand Palais n’a pu être daté de façon absolue. La datation relative du Grand Palais permet néanmoins de dire que l’aile orientale n’est plus en service quand le complexe de bâtiments n° 2 est construit à l’angle sud-est de la cour agricole. Cela ne signifie pas pour autant que l’aile méridionale soit également démantelée. Située légèrement plus en amont, elle perdure pendant l’Antiquité tardive, comme le prouve l’aménagement des bassins mis au jour en 1987.

5.3.2. Les infrastructures de l’Antiquité tardive

73Sur l’ensemble du site du Grand Palais, la datation absolue de l’état III s’appuie sur un corpus céramique de 197 tessons, issus des parcelles de vigne, de quelques fossés des zones de champs, des niveaux de récupération de l’aile orientale (bâtiment n° 1), d’un foyer aménagé dans le second complexe architectural, ainsi que des fossés qui ceinturent ce dernier. Au sein de ce lot, on dénombre 12 tessons de céramique fine, 35 fragments de céramique commune, 147 morceaux d’amphore et trois restes de dolium. La céramique à revêtement argileux tardive se partage entre productions rhodanienne et alpine : la rhodanienne est composée d’une coupe indéterminée à lèvre en amande et d’un plat à marli apparenté au type Lamb. 32, tandis qu’un fond de gobelet provient des ateliers savoyards. La céramique commune tournée rouge est représentée par un mortier à collerette et lèvre en bourrelet COM-O-M D1 (Py 1993a) et la commune grise kaolinitique par un plat à lèvre divergente en amande ou KAOL C9. La céramique tournée rouge accompagne les amphores africaines et hispaniques parmi lesquelles on reconnaît les types tardifs Dr. 23 et Dr. 20.

74Ce corpus céramique permet de dater l’état III du IVe siècle jusqu’au début du Ve siècle, ce que confirme l’étude des monnaies (voir 7.1.5). Ainsi, le monnayage découvert dans les niveaux de récupération du bâtiment n° 1 est émis dans les années 348‑361. Deux monnaies recueillies sur des niveaux de circulation au sein du complexe rustique tardif (US 1045 et US 1065) sont des émissions datant des dynasties constantinienne et valentinienne. Dans un des fossés ceinturant les bâtiments (FS 682), des monnaies de la dynastie constantinienne de 332 et 348‑361 côtoient une maiorina de Gratien frappée en 383. Le mobilier ne permet pas de dater plus précisément les différentes phases distinguées grâce à la chronologie relative.

5.3.2.1. L’état III du Grand Palais 7

  • 7 Ce texte reprend les données que nous avons déjà publiées (Landry 2018), en les développant et les (...)

75La zone occupée dans l’état II par le bâtiment n° 1 est abandonnée sans que l’espace dégagé soit colonisé par les plantations. Est-ce à dire que ce mode cultural est lui aussi abandonné au profit d’un nouveau type d’exploitation du sol ? Dans le secteur occidental de la plantation, on ne peut pas exclure catégoriquement que les installations du complexe de bâtiments n° 2 concernent le traitement de la production des vergers tandis que, dans le secteur central et le secteur oriental de la zone de plantation, les vergers sont, vraisemblablement au même moment, remplacés par des parcelles de vigne et par des prés : l’élevage par exemple est illustré par la découverte de sonnailles de bovin dans le comblement de fossés (voir 7.6.2). Ainsi, la réorientation des modes d’exploitation du domaine, qui semble pouvoir être mise en relation avec la création du nouveau palais rural, nous incite à défendre l’hypothèse d’une restructuration globale de la villa.

76L’état III (fig340) est caractérisé par une réorganisation complète de cette zone de la pars fructuaria. Le bâtiment n° 1 est arasé et ses matériaux sont récupérés, ouvrant la cour agricole vers l’est. Un nouveau programme architectural voit le jour avec l’implantation du complexe de bâtiments n° 2, le plan des installations maçonnées se décalant vers le sud (fig. 325, fig. 326 et fig. 341).

Fig. 340 – Plan général de la zone d’étude à l’état IIIb (DAO : W. Widlak).

Fig. 340 – Plan général de la zone d’étude à l’état IIIb (DAO : W. Widlak).

Fig. 341 – Les constructions du bâtiment n° 2 (en rouge l’emplacement de la coupe fig. 350) [dessin et DAO : P. Rigaud].

Fig. 341 – Les constructions du bâtiment n° 2 (en rouge l’emplacement de la coupe fig. 350) [dessin et DAO : P. Rigaud].

77Avec toute la prudence que nous imposent les contraintes et limites liées à l’opération préventive, nous avançons l’hypothèse d’une construction des premiers éléments du complexe de bâtiments  n° 2 à la toute fin du IIIe siècle ou au tout début du IVe siècle, donc à peu près contemporaine de l’état III de la pars urbana (voir ci-dessus). Nous nous appuyons pour cela sur la céramique du IVe siècle provenant des fossés (FS 1100, FS 1102 et FS 682) qui ceinturent le bâtiment et sont colmatés lors de la phase 2 de l’état III. Ce complexe de bâtiments n° 2 s’apparente à une unité de stockage et de transformation des récoltes, dont la surface appréhendée dans le cadre de la fouille 2011 n’excède pas 256 m², s’étirant sur 32 m d’est en ouest.

Phase 1 : la pièce Pi 2 et l’espace Pi 8

78La première phase d’aménagement du complexe est marquée par un changement radical dans la mise en œuvre des maçonneries. Si l’orientation nord-sud du bâtiment n° 1 est maintenue, les nouvelles constructions adoptent un caractère infiniment plus massif, avec des fondations larges et profondes, des mortiers jaunes très différents, et l’utilisation de contreforts.

79C’est ce qu’on constate avec la pièce Pi 2 et l’espace Pi 8 délimité par les murs M 1060 et M 1119. Ces deux éléments sont distants d’un peu plus de 17 m. Aucune relation directe ne permet d’attester leur contemporanéité mais l’orientation commune, la présence des contreforts ainsi que l’utilisation du mortier jaune, constituent des arguments forts en faveur d’un unique programme constructif.

80Ces constructions sont implantées légèrement au sud des pièces méridionales (Pi 5 notamment) du bâtiment n° 1 et les sols sont nettement surélevés. Doit-on voir dans cette volonté d’élever des maçonneries renforcées une réaction face à des facteurs de risque qui auraient causé l’abandon du bâtiment n° 1 (inondations ou secousses sismiques comme la commune en a encore connus en 1873 ; Boisse 1934 ; Georges 1935 ; Lambert 2013), ou s’agit-il simplement d’une adaptation à de nouvelles fonctions rendues nécessaires par la restructuration économique du domaine, et qui se traduirait par la construction de bâtiments à un ou plusieurs étages ? Les deux motivations ne s’interdisent d’ailleurs nullement l’une l’autre. Le grand nombre de fossés et de drains aménagés aux différentes périodes atteste la nécessité récurrente d’assainir le terrain. Les crues de la Riaille ont dû certainement conditionner les transformations du bâti. Si la forte crue attestée à la fin du IIe siècle (Berger 1996) a pu entraîner le renouvellement des vergers, on peut considérer que des dynamiques hydrologiques similaires ont dû endommager le bâtiment n° 1, conduisant peut-être à sa démolition au siècle suivant.

La pièce Pi 2 : fouloir ou base de pressoir ?

81À l’angle sud-ouest de l’emprise fouillée, la pièce Pi 2, orientée est-ouest comme le mur M 1060 et l’aile sud du bâtiment n° 1, est délimitée au nord par le mur M 1005 et à l’est par le mur M 1103 qui constitue son retour vers le sud. L’extension de la pièce vers l’ouest et le sud n’est pas connue. Les fondations des deux murs sont massives et deux contreforts externes consolident le parement nord et l’angle nord-est.

82Mis au jour sur 4,90 m de longueur, le mur M 1005 (fig. 342) apparaît à la côte de 76,26 m en son point le mieux conservé. L’élévation, d’une largeur de 0,50 m, est conservée sur 0,32 m de hauteur et constituée de deux parements et d’un blocage interne de pierres calcaires et de galets, avec un liant de mortier de chaux gris. Trois assises de parement sont conservées, composées de moellons calcaires d’un module régulier (0,12‑0,20 m de long), et de quelques galets (notamment en première assise). Les joints du parement sont tirés au fer et les assises sont régulières (0,08 m de hauteur). À 3,10 m du retour vers le sud, un contrefort quadrangulaire renforce la maçonnerie dont il adopte le même appareil. Long de 0,95 m, il forme une saillie de 0,30 m par rapport au parement nord. La fondation du mur (fig. 343 et fig. 344), en tranchée étroite, mesure 0,50 m de hauteur et présente un ressaut de 0,20 m au nord (elle n’a pu être observée au sud, mais on peut estimer une largeur totale de 0,90 m au minimum). Elle se compose de cinq lits de galets de quartzite (0,20 x 0,15 m) liés par un mortier de chaux jaune similaire à celui observé dans l’élévation de M 1060.

Fig. 342 – Le mur contreforté M 1005 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 342 – Le mur contreforté M 1005 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 343 – Le mur M 1005 et son massif de fondation (cliché : équipe de fouille).

Fig. 343 – Le mur M 1005 et son massif de fondation (cliché : équipe de fouille).

Fig. 344 – Coupe du mur M 1005 et M 101 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 344 – Coupe du mur M 1005 et M 101 (dessin et DAO : P. Rigaud).

83Le mur oriental M 1103, apparu à la cote de 76,32 m, n’a pu être dégagé que sur une longueur de 0,70 m. Si la largeur de l’élévation (0,55 m) est légèrement supérieure à celle du mur M 1005 auquel il est chaîné, son mode de construction est en tout point identique.

84L’articulation des murs M 1005 et M 1103 est également consolidée par un contrefort qui déborde de 0,30 m des parements, formant ainsi un carré d’1 m de côté ; le massif de fondation est en saillie de 0,20 m par rapport au parement. Cette caractéristique souligne le souci de consolider en ce point l’assise de l’édifice dès la mise en œuvre des fondations, par l’apport de près d’1m3 de galets et de mortier jaune.

85Le sol SL 1002 (fig345) qui équipe cette pièce a été dégagé sur 11,5 m², mais la couche supérieure n’était conservée que sur la moitié occidentale de cette surface, entamée cependant par des creusements modernes. Une monnaie du IVe siècle (C38) a été trouvée au contact du radier, à proximité de M 1005, où la surface du sol n’est pas conservée.

Fig. 345 – Le sol SL 1002 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 345 – Le sol SL 1002 (cliché : équipe de fouille).

86Le sol est constitué par un massif maçonné de 0,24 m d’épaisseur : un premier radier de galets liés par un mortier de chaux jaune, supporte un second niveau de radier composé de pierres calcaires et de grès liés par un mortier de chaux beige-jaune. L’ensemble est recouvert par un béton hydraulique constitué de mortier beige à denses inclusions de petits éléments de tuileau. La surface du sol se trouve ainsi, en son point le mieux conservé, à 76,56 m, soit 0,80 m plus haut que le sommet des fondations des murs M 1005 et M 1103 et presque immédiatement sous la surface de l’actuel chemin de la Maladrerie, qui bordait la fouille.

87La nature du mortier utilisé peut évoquer une fonction isolante, et, par-là, un éventuel rapport avec des liquides. On exclura l’hypothèse que la pièce Pi 2 soit un bassin ou une cuve, qui supposerait de restituer un niveau de sol encore plus haut et, étant donné la topographie actuelle du terrain, un arasement considérable depuis l’Antiquité. Mais l’hypothèse d’une plateforme contrefortée ayant servi de fouloir (à olives, à raisins ?), ou de support à l’installation d’un pressoir, est séduisante.

88L’usage des contreforts est chose courante dans les grandes villae viticoles, mais on constate dans la toute proche villa du Molard à Donzère (Drôme ; voir ci-dessus, fig19, n° 1), que seules les salles abritant les pressoirs sont contrefortées, notamment avec des contreforts d’angle (Brun 2005 : 46). Dans la villa du Fayn, à Roussas (Drôme ; voir ci-dessus, fig. 16, n° 1), c’est à une façade du cellier que sont adjoints des contreforts (Jung et al. 2001 : 118), mais les celliers sont généralement situés en contrebas des cuves, et à plus forte raison des fouloirs et des pressoirs. Or dans le cas présent, le sol de Pi 2 se trouve 0,40 m plus haut que le niveau de circulation de l’espace Pi 8.

89Dans ces conditions, il est tentant de proposer pour la pièce Pi 2 une fonction de pressoir, mais il faut rappeler que la surface fouillée, où aucun aménagement n’a été perçu dans les maçonneries, est extrêmement réduite.

La salle Pi 8 : vestiges d’une tour-grenier ou d’un entrepôt à étage ?

90La salle Pi 8 est limitée par le mur M 1060, qui subsiste seulement sur 3,50 m, au nord et, à l’est, par le mur M 1119 qui se prolonge hors de l’emprise de fouille : les dimensions de cet espace ne sont donc pas connues.

91Le mur M 1060 (fig. 346) est une maçonnerie puissante (l. : 1,25 m), conservée au maximum, entre son niveau d’apparition (76,16 m) et la base de la fondation (75,10 m), sur plus d’1 m ; mais cette élévation est entièrement récupérée à l’est, au niveau du contrefort d’angle et du retour sud M 1119. À l’ouest, un fossé (FS 1082), d’orientation nord-est - sud-ouest, l’a complètement entaillée jusqu’à la fondation (fig. 347).

Fig. 346 – Le mur M 1060 vu du sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 346 – Le mur M 1060 vu du sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 347 – Le mur M 1060 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 347 – Le mur M 1060 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).

92Dans sa partie la mieux préservée, l’élévation subsiste sur quatre assises (H. : 0,71 m). La maçonnerie, parfaitement parementée au nord comme au sud, est constituée de moellons calcaires de module moyen, équarris au niveau de leur face de parement. Le blocage interne est lié par un mortier de chaux jaune clair, qui comble également les jointures des parements. Ces joints sont largement beurrés. Le sommet de la fondation présente un double ressaut, à 75,48 m au nord et vers 75,65 m au sud, débordant de 0,25 m au sud, et de 0,45 m au nord, pour une largeur totale du massif de fondation atteignant 2 m (0,35 m de profondeur seulement).

93La fondation est installée en comblement d’une tranchée étroite de 0,35 m de profondeur. Elle est constituée de pierres calcaires non équarries, liées par de l’argile verdâtre associée à des fragments de mortier de chaux gris-blanc en réemploi. Quelques fragments de mortier de tuileau sont également réemployés dans la fondation, principalement en limite externe des ressauts, et l’ensemble du massif est recouvert d’une chappe de mortier de chaux jaune avant la mise en place de la première assise de l’élévation. Une plus forte concentration de mortier de tuileau se trouve au niveau du ressaut oriental du contrefort d’angle.

94L’élévation du mur M 1119 et celle du contrefort construit à l’articulation des deux murs ont été entièrement récupérées. Le contrefort s’appuyait en fondation sur un massif quadrangulaire de 6,5 m² (2,6 x 2,5 m) et 2,3 m3 de blocage (fig. 348 et fig. 349). En élévation, cela pouvait représenter, en conservant les mêmes proportions que pour le mur M 1060, une surface de 1,84 x 1,68 m, et une épaisseur de maçonnerie équivalente à 2,80 m de l’angle interne à l’angle externe nord-est.

Fig. 348 – La fondation du mur M 1119, vue de l’est (cliché : équipe de fouille).

Fig. 348 – La fondation du mur M 1119, vue de l’est (cliché : équipe de fouille).

Fig. 349 – Mur M 1119 vu du sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 349 – Mur M 1119 vu du sud (cliché : équipe de fouille).

95Dans la salle Pi 8, l’identification du niveau de sol est compliquée par l’action des récupérateurs (fig350). Un niveau de circulation SL 1088 = 1059 assez compacté, constitué de fragments de tuiles concassées et de petits fragments calcaires pris dans une matrice de limon argilo-sableux, court vers 76,15 m et est sectionné par la tranchée de récupération du mur M 1119. Ce sol est néanmoins postérieur à l’utilisation de Pi 8 comme le démontre sa relation stratigraphique avec le fossé FS 1082 (voir 5.3.3.1). À l’extérieur de la salle et au nord du mur M 1060, les relations avec les différentes unités stratigraphiques sont également rompues par la présence d’un fossé drainant postérieur (Dr 1081). Le premier niveau antique avéré, l’US 1074 (fig351), s’apparente à un remblai de nivellement chargé en cailloutis et fragments de tuiles, dont l’épaisseur (max. 0,14 m) s’amincit progressivement vers le nord pour disparaître à 3,25 m du parement. Cette couche est recouverte par un niveau de circulation SL 1045 extrêmement compact, d’environ 0,04 m d’épaisseur, composé de fragments de tuiles concassées et de cailloutis. Ce niveau, qui court vers 75,98 m d’altitude, ne se retrouve d’est en ouest qu’à l’aplomb de M 1060, et s’étend jusqu’à 3,25 m au nord, matérialisant une pente de 10,45 %. Si ce niveau s’avère, comme nous le pensons, contemporain de M 1060, cela implique un enfouissement du parement sur environ 0,55 m.

Fig. 350 – La stratigraphie de la berme sud : la tranchée de récupération Tr 1061 et le fossé FS 1082 (localisation : fig. 341) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].

Fig. 350 – La stratigraphie de la berme sud : la tranchée de récupération Tr 1061 et le fossé FS 1082 (localisation : fig. 341) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].

Fig. 351 – Stratigraphie de M 1060 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 351 – Stratigraphie de M 1060 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

96On ignore si le mur M 1060 se prolongeait à l’origine vers l’ouest, ou comportait un retour vers le sud. La fondation s’arrête de façon nette, et tout l’espace qui la sépare des pièces Pi 3 et Pi 4 a été, semble-t-il, ravagé par une crue qui a emporté et effacé tout indice, puis il a été perturbé par le creusement du fossé FS 1082. Ces incertitudes ne facilitent pas l’identification de cette salle, une fois écartée l’hypothèse d’une fortification qui ne s’accorde pas avec le contexte de l’établissement.

97Si l’on considère qu’un angle nord-ouest et un second retour vers le sud ont dû être détruits, récupérés, puis toutes les traces des travaux de récupération effacées par les crues, un plan carré est concevable. Le caractère massif des maçonneries impliquant une construction puissante, on pourrait être en présence d’une tour-grenier destinée à stocker des récoltes, sur une surface interne supérieure à 22 m².

98Une récente synthèse (Pellégrino et al. 2017) a montré qu’on connaissait en milieu rural 18 tours liées à la partie résidentielle des villae, à usage d’agrément, tandis que 29 autres se rattachaient à leur partie agraire.

99Ces tours présentent une assez large diversité de forme (carrée le plus souvent, parfois rectangulaire) et de format (entre 14 m2 et 270 m2). La hauteur des fondations, rarement connue, ici d’une quarantaine de centimètres, permet parfois d’envisager des élévations importantes quand elle atteint, comme à Saint-Bézard ou Vareilles (Hérault), 0,75 à 0, 80 m. L’épaisseur des fondations est le plus souvent de 0,60 à 0,80 m, mais il est « fort probable que les élévations aient été plus importantes ou bien que la nature du substrat ait nécessité le renforcement » (Pellégrino et al. 2017 : 197) de la construction quand elle atteint ou dépasse 1 m : on le constate ici où la grande largeur de la fondation (près de 2 m) permet de ne pas ancrer l’édifice profondément, entreprise qui aurait été risquée puisque, le niveau de la nappe phréatique étant atteint, ses fluctuations auraient risqué de déstabiliser la structure. À ce titre, la présence de tuileau sur la frange extérieure des fondations des murs et du contrefort démontre que cette contrainte hydraulique a été prise en compte par les bâtisseurs, qui ont étanchéifié la surface du mortier mis en œuvre. La position de ces fragments de tuileau en façades orientale et septentrionale se comprend si l’on considère que les désordres alluviaux provenaient des versants orientaux d’où coule la Riaille.

100Les murs de ces tours sont souvent contrefortés aux angles et le long des murs externes, pour « rigidifier l’élévation […] et limiter les effets des poussées latérales engendrées par des charges éventuellement disposées dans les niveaux supérieurs. Ces éléments pourraient être l’indice […] de l’éventuelle présence de voûtes séparant le rez-de-chaussée du premier étage ou de voûtes situées uniquement sous les toitures » (Pellégrino et al. 2017 : 197). Mais la fonction de ces tours-greniers est toujours difficile à préciser davantage, sauf si des murets de refend internes parallèles y sont mis au jour, qui peuvent supporter un plancher et assurer une ventilation en sous-sol : ce n’est pas le cas de la salle Pi 8.

101Une autre piste mène vers d’autres formes, voisines, de construction également reconnues dans certaines grandes villae, les entrepôts contrefortés à étage (Ferdière 2015 : paragr. 22‑26, type 2), tels que, régionalement, on en connaît dans la villa de Bas-Juliau à Alba (Ardèche, voir 1.2.5.2 et fig21, n° 1). Celle-ci comporte, dans son état du IIe siècle, un long entrepôt contreforté, auquel se greffe une construction de plan carré, qui présente un contrefort d’angle pouvant rappeler celui du Grand Palais. Les fouilleurs y ont vu un bâtiment de stockage à étage. Ils mentionnent toutefois une élévation à murs en terre sur solins maçonnés, ce qui ne se conçoit que si les contreforts sont prévus pour supporter la charpente structurant la toiture.

102Comme ici, les contreforts latéraux des murs gouttereaux, et parfois des murs pignons, des greniers de type 2 peuvent être complétés par des contreforts d’angle, comme on le voit dans la villa de Bözen (Suisse, Argovie ; Laur-Belart 1925 ; Ferdière 1988, vol. 1 : 181) : elle présente un puissant contrefort d’angle qui renforce l’extrémité de l’aile orientale, structurée, semble-t-il, pour accueillir des installations de traitement agricoles (cuves, pressoir ?). Dans ce cas, il s’avère toutefois difficile d’affirmer avec certitude que l’aile comporte un étage. Le grenier de la villa de Grenchen – ou Grange – (Suisse, Solothurn ; Drack 1967) adopte un plan relativement similaire, avec des murs renforcés, notamment par un contrefort d’angle, au niveau du corps de bâtiment situé à l’est du portique de l’entrée méridionale. La restitution proposée ne montre pas d’étage pour cette partie de l’édifice, mais son aspect rustique semble en faire un corps agricole.

103Au Grand Palais, un tel contrefort est justifié, en termes de fonctionnalité, par la différence de niveau constatée au moment de la construction entre l’espace au sud de M 1060 et la zone cultivée, ainsi que par les problèmes engendrés par les inondations récurrentes de cette zone. Dans ces conditions, dans l’hypothèse d’un bâtiment à étage, le positionnement du contrefort s’avère important pour la stabilité de l’édifice. Au regard des exemples évoqués, la localisation et la surface du bâtiment accréditent l’hypothèse d’un entrepôt. Il pourrait dès lors servir à stocker plusieurs types de productions.

104L’absence d’un mur occidental et la faible surface accessible empêchent cependant de conclure.

Phase 2 : fossés et remblaiement

105Dans une seconde phase de l’état III sont creusés des fossés (FS 1100, FS 1102 et FS 682 notamment) qui enserrent la salle Pi 2 et la salle Pi 8.

106À environ 1,60 m au nord du parement du mur M 1005, un fossé FS 1100 est creusé selon un axe est-ouest, parallèle à ce mur (fig. 352). D’une largeur de 1,90 m, il perfore les US 1079, 1080 et l’US 5, jusqu’à la cote de 75,05 m, présentant une profondeur maximale de 0,95 m. Le profil s’apparente à une cuvette à parois évasées.

Fig. 352 – Vue en coupe du fossé FS 1100, depuis l’est (Pi 1) [cliché : équipe de fouille].

Fig. 352 – Vue en coupe du fossé FS 1100, depuis l’est (Pi 1) [cliché : équipe de fouille].

107Un second fossé, FS 1102, orienté sud-nord et perpendiculaire à FS 1100, longe le mur M 1103, à l’aplomb duquel il est creusé (fig. 344). Le profil est similaire à celui de FS 1100, ainsi que sa largeur (1,90 m), quoique sa profondeur n’excède pas 0,70 m. Toutefois le fond du creusement se situe à une altitude assez proche : 75,08 m. Le fossé entaille un niveau de remblais US 1101, d’une épaisseur proche de 0,50 m, ayant livré des fragments d’amphores et de dolia. FS 1102 perfore également les couches sous-jacentes US 1079, 1080 et 5.

108La relation entre les fossés FS 1100 et FS 1102 n’a pu être observée, mais au regard de leurs similitudes (profondeur, profil, comblement), nous pouvons envisager leur contemporanéité. Ces deux fossés enserrent le massif supportant la pièce Pi 2, qu’ils peuvent contribuer à protéger en drainant les eaux.

109Ces fossés ont permis d’enfouir les matériaux issus de l’effondrement d’une lourde toiture. Ainsi, le comblement du fossé FS 1100 contient une très grande quantité de matériaux de construction, fragments de mortier gris, tegulae et imbrices, ainsi que de nombreux joints de toiture en mortier gris, portant l’empreinte des tuiles, et des résidus de briques d’adobe décomposées.

110Enfin, le fossé FS 682 (fig. 350) reçoit sur toute sa longueur un comblement de limon argileux extrêmement charbonneux (US 682.2). On retrouve cette couche en position finale dans le comblement de FS 610 (US 610.4), ce qui atteste du raccordement des deux fossés, qui forment un angle droit ceinturant l’extrémité orientale du complexe de bâtiments  n° 2. Un troisième côté nord-sud (FS 1035), mal appréhendé, semble également se raccorder à FS 610 plus à l’ouest. Cette couche charbonneuse pourrait évoquer l’évacuation de déblais issus d’un niveau d’incendie, d’autant qu’y ont été mis au jour des monnaies (dont C22 et C62, voir 7.1.5), des petits objets et des déchets d’artisanat métallique.

111À la hauteur de Pi 2, le comblement des fossés s’apparente à l’enfouissement de déblais de destruction, avec des traces d’adobe et les vestiges d’une lourde toiture en tegulae et imbrices jointées au mortier (fig. 353 et fig. 354). Une telle toiture se conçoit tout à fait dans le cadre d’une construction contrefortée comme Pi 2 : ces éléments en proviennent sans doute. Le bâtiment pourrait donc s’être en partie effondré, peut-être suite à un incendie, et avoir dès lors nécessité des réfections. Les quelques fragments de dolium qui accompagnent les déblais laissent entrevoir le renouvellement d’un chai. L’hypothèse d’interprétation de Pi 8 comme entrepôt serait ainsi renforcée, avec toute la réserve que nous impose l’incertitude quant à la localisation des dolia.

Fig. 353 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1102 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 353 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1102 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 354 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1100 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 354 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1100 (cliché : équipe de fouille).

112En tout état de cause, la pars fructuaria, au moment où sont exploitées les parcelles de vigne mises au jour dans le secteur central et le secteur oriental de la plantation, devait nécessairement comporter une zone de stockage de la production. Ce cellier reste à localiser, et on ne peut exclure, étant donné le peu de restes de dolia retrouvés, que ces derniers soient résiduels, et que le chai à dolia ait été en relation avec l’état II, et donc avec le bâtiment n° 1 : des vignes peuvent avoir été cultivées au-delà de la zone de vergers au cours du Haut-Empire, et le stockage au cours de l’Antiquité tardive a pu se faire en tonneaux.

Phase 3

113Une troisième phase de l’état III voit la construction de trois salles supplémentaires autour de Pi 2, dont une, la pièce Pi 3, rompt sensiblement l’orientation générale nord-sud du bâti.

La pièce Pi 3

114Fermée par le mur M 1015 au nord et le mur M 1019 à l’est, la pièce Pi 3 (L. : 4,40 m ; l. indét.) est ajoutée à l’est de la pièce Pi 2 (fig325, fig326, fig. 341) postérieurement au remblaiement du fossé FS 1102. L’orientation des murs est légèrement désaxée par rapport à celle de la pièce Pi 2 : le mur M 1015 est implanté est-nord-est - ouest-sud-ouest, et le mur M 1019 lui est parfaitement perpendiculaire, nord-nord-ouest - sud-sud-est. Située en limite sud de l’emprise, la pièce Pi 3 n’a pu être observée que sur une surface de 12 m².

115D’une longueur de 4,40 m, le mur M 1015 (fig. 355) comporte une fondation, en tranchée étroite, faite de galets et de pierres calcaires non assisés, sans liant, qui forme un ressaut débordant en moyenne de 0,20 m de part et d’autre des parements de l’élévation (fig356), et présente ainsi une largeur totale de 0,94 m. Sa hauteur, faible, est de 0,20 m en moyenne, quelques galets et pierres plus volumineux installés dans le remblai scellant le fossé FS 1102. À la jonction avec le contrefort d’angle de Pi 2, la base de la fondation du mur se situe à 75,90 m, soit au niveau de la surface du massif de fondation du contrefort : les pierres de fondation viennent ainsi s’adosser aux deux premières assises du parement oriental de l’élévation du contrefort. De l’élévation du mur (H. : 0,40 m ; l. : 0,54 m) subsistent trois assises de moellons calcaires grossièrement équarris et de modules irréguliers, liés par un mortier de chaux gris-blanc ; les joints sont beurrés.

Fig. 355 – Coupe des murs M 1015 et M 1019 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 355 – Coupe des murs M 1015 et M 1019 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 356 – Coupe illustrant le comblement de FS 1102 et les remblais de Pi 3 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 356 – Coupe illustrant le comblement de FS 1102 et les remblais de Pi 3 (dessin et DAO : P. Rigaud).

116Dégagé sur 2,20 m de longueur, le mur M 1019 (fig. 355) est lié au mur précédent et présente les mêmes caractéristiques que lui.

117Par un phénomène d’arasement non identifié, le sol de la pièce Pi 3, qui devait se trouver au-dessus du niveau d’arasement des deux murs, n’est pas conservé : il faut imaginer un niveau de sol situé a minima à l’altitude du sol SL 1002 (76,56 m) de la pièce Pi 2 voisine, soit 0,12 m au-dessus du niveau d’arasement du mur M 1015.

118Dans l’hypothèse où la pièce Pi 2 accueillerait une installation relative à la transformation des récoltes, comme un pressoir ou un fouloir pour les raisins ou les olives, la pièce Pi 3 peut être une salle technique qui participe à la chaîne opératoire. La divergence d’orientation des murs connus par rapport à ceux des pièces de la phase 1 traduit une adaptation à la topographie accentuée par l’exhaussement du secteur.

Le bassin Pi 4

119Peu après l’adjonction de la pièce Pi 3 au complexe initial, un bassin Pi 4 (fig341 et fig357) est accolé à l’est de la pièce Pi 3 et à son mur M 1019. Cet espace, très mal conservé, a subi un très fort arasement et sa limite orientale a disparu, sa limite méridionale étant hors de l’emprise de fouille.

Fig. 357 – Le mur M 1017 et le sol SL 1016 vus du nord (cliché : équipe de fouille).

Fig. 357 – Le mur M 1017 et le sol SL 1016 vus du nord (cliché : équipe de fouille).

120Le mur septentrional M 1017 (L. : 2,60 m ; l. : 0,65 m) vient s’appuyer contre l’angle des murs M 1019 et M 1015 de la pièce Pi 3, sans en reprendre l’orientation, divergente par rapport à celle de la pièce Pi 2. N’en subsiste qu’une semelle de fondation en tranchée étroite d’environ 0,20 m de hauteur, dont le niveau d’arasement coïncide avec celui de l’élévation de M 1015‑M 1019 (76,32 m). Cette semelle est composée de petites pierres calcaires et de galets, sans aucun liant.

121Du sol SL 1016 de la pièce, mal conservé, une petite surface d’environ 5 m² a été mise au jour contre le mur M 1019, à l’altitude de 76,44 m, soit très légèrement au-dessus de la troisième assise de l’élévation de M 1015. Il est fait d’un mortier de tuileau installé sur un hérisson de petites pierres calcaires. Son épaisseur totale atteint ainsi 0,14 m, et sa base, à 76,30 m, se situe très légèrement plus bas que le niveau d’arasement de la fondation de M 1017.

122Ce sol rappelle l’aménagement du fond d’un bassin ou d’une cuve.

L’espace externe SL 1065 et le foyer Fy 1064

123Appuyée contre le parement nord du mur M 1015 dont elle scelle la probable tranchée d’installation (US 1120) et extérieure à la pièce Pi 3, une couche compacte de remblais (US 1065), d’une épaisseur de 0,18 m, a servi de niveau de circulation (fig. 358), associant dans un limon sableux brun quelques fragments de pierres calcaires, de rares fragments de tegulae, quelques charbons de bois et des nodules de mortier gris. Entaillé par le creusement du drain Dr 1081, ce sol n’est malheureusement conservé que sur une surface très réduite et ne s’étend pas à plus d’1,10 m au nord de M 1015. À l’angle de M 1015 et M 1019, sa surface se trouve à 76,30 m.

Fig. 358 – Coupe sud-nord du sol SL 1065 (dessin et DAO : P. Rigaud).

Fig. 358 – Coupe sud-nord du sol SL 1065 (dessin et DAO : P. Rigaud).

124Sur cette surface, des vestiges d’une plaque foyère (Fy 1064) en terre cuite ont été mis au jour (fig. 359). Cette plaque, de forme carrée (0,80 x 0,80 m), a une épaisseur de 0,05 m. Tout autour, le sol SL 1065 présente des traces de rubéfaction de même que le mortier et les pierres qui constituent le parement nord de M 1015, ce qui atteste la chauffe du parement.

Fig. 359 – Le foyer Fy 1064 au nord de Pi 3 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 359 – Le foyer Fy 1064 au nord de Pi 3 (cliché : équipe de fouille).
La pièce Pi 1

125Conjointement à la mise en place des pièces Pi 3 et Pi 4, ou peu de temps après, est ajoutée une salle Pi 1 qui vient s’appuyer au nord contre la pièce Pi 2, après le comblement du fossé FS 1100. Elle est fermée à l’est par le mur M 1000 et au nord par le mur M 1001 qui lui est lié. Large de 3,20 m, elle se poursuit vers l’ouest hors de l’emprise fouillée : seule une surface inférieure à 22 m² a pu être mise au jour (fig. 360).

Fig. 360 – La pièce Pi 1 vue de l’est, avec M 1000 au premier plan (cliché : équipe de fouille).

Fig. 360 – La pièce Pi 1 vue de l’est, avec M 1000 au premier plan (cliché : équipe de fouille).

126La fondation du mur M 1000 est installée en tranchée étroite, renforcée, sur une longueur de 1,20 m depuis le contrefort d’angle de la pièce Pi 2, par un massif de fondation qui s’enfonce jusqu’à une profondeur de 75,62 m. Ce massif est fait de galets de modules moyens liés à la terre, sur 0,34 m à 0,45 m de hauteur et 0,80 m de largeur, qui s’appuient contre la fondation du contrefort et dont les plus hauts recouvrent le ressaut de fondation du contrefort. La fondation du mur forme en outre un ressaut débordant de 0,15 m par rapport au parement ouest. La première assise de l’élévation est composée de moyens et gros moellons calcaires très grossièrement équarris, et la deuxième assise de pierres de modules divers mais plus modestes, dont quelques galets de quartzite, un moellon de tuf. Les moellons de parement sont liés à la terre, et le blocage interne se compose d’éclats calcaires et de résidus de mortier gris. L’élévation mesure 0,65 m de largeur, conservée sur un peu moins de 0,40 m de hauteur (altitude sup. : 76,33 m).

127Le mode de construction de l’élévation (H. : 0,30 m) du mur M 1000 est identique à celui de M 1001, sa largeur étant toutefois légèrement moindre : 0,60 m. La base de sa fondation, à 75,94 m, se trouve plus haut que celle du mur M 1000, le terrain étant légèrement exhaussé par un remblai. Cette fondation, sur une assise (0,10 m de hauteur) de pierres calcaires présente un ressaut débordant de 0,10 m de part et d’autre de l’élévation.

128La caractérisation du sol de la pièce Pi 1 est difficile à définir. En effet, en même temps qu’on construisait le mur M 1000 un radier (ép. : 0,10 m) de galets associés à quelques petites pierres calcaires (US 1069 : fig. 361) était mis en place le long du mur M 1005, sur une largeur maximale de 1,70 m, légèrement supérieure à l’étendue de la partie renforcée du massif de fondation de M 1000. Ce niveau de galets, à l’altitude supérieure de 76,04 m, vient recouvrir tout le ressaut de fondation de M 1005. Ce radier sera par la suite recouvert par un niveau de démolition ou de remblai plus tardif (US 1003 : fig362). La nature et l’altitude précise du niveau de circulation originel de la pièce Pi 1, installé sur le radier 1069 et sur le comblement d’un fossé FS 1100, nous échappent.

Fig. 361 – Le radier SL 1069 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 361 – Le radier SL 1069 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 362 – Stratigraphie de la pièce Pi 1 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 362 – Stratigraphie de la pièce Pi 1 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

129Cependant, la présence d’un radier accolé au mur M 1005 dans la pièce Pi 1 suppose que des éléments d’un certain poids ou nécessitant une certaine salubrité y étaient installés. La largeur de ce radier (1,70 m) qui ne couvre que la moitié de la largeur de la pièce et n’a pas été démantelé, pourrait constituer un indice. Dans l’hypothèse d’un complexe viticole, la pièce pourrait abriter un chai, le radier servant à supporter des fûts de stockage (Desbat 1997) entreposés couchés, et leur longueur pourrait être rapportée à la largeur du radier, leur taille étant à estimer entre les types 3 et 5 définis par É. Marlière (Marlière 2001 : 185‑186).

130Ces contenants, pouvant stocker plus de 1 000 litres, sont pour l’heure attestés essentiellement dans des contextes rhénans ou en Bretagne mais des tonneaux d’une capacité supérieure sont représentés sur le bas-relief en remploi dans l’église Saint-Pierre de Colonzelle (Blanc 1976 : 248 ; Laubenheimer 1990 : 152 ; Marlière 2002 : 141 ; Béal 2007 : 14‑17) à 26 km au sud-est de Châteauneuf-du-Rhône, où ils attestent la circulation de grands tonneaux dans la région. La villa du Palais, proche de l’axe de circulation fluviale que représente le Rhône, pouvait tout à fait stocker et exporter dans de grands fûts une part de sa production. Selon les proportions définies par É. Marlière pour les tonneaux du groupe 5, la partie que nous connaissons de la pièce Pi 1 aurait pu en contenir de quatre à cinq, mais on ignore sur quelle longueur la pièce et son radier se développent vers l’ouest : ce type de salle se développe généralement sur une très grande longueur dans les grandes villae viticoles (par ex. pour la villa du Molard à Donzère, voir Jung et al. 2001 : 116 ; ci-dessus, fig. 19, n° 1). Le fait que le radier de la pièce de stockage soit à une altitude inférieure (de 0,52 m) par rapport au sol du fouloir ou pressoir Pi 2 fournirait un argument supplémentaire à l’identification, dans cette pièce, d’un chai ajouté à l’espace de travail : c’est ce qu’on observe souvent et ce que Palladius (Traité d’agriculture, I, 18) recommande.

Conclusion

131Si le bâtiment n° 1, aile orientale d’une grande cour rustique, renvoyait l’image ordonnée d’un établissement lié aux vergers, le complexe de bâtiments n° 2, déporté vers le sud, semble tourné vers la viticulture si l’on retient nos propositions d’identification et ce que l’étude des champs (voir 6.3.3) permet de montrer. Son équipement évolue par adjonction et mitage de l’espace disponible entre deux structures plus massives de stockage et de traitement du raisin qui devaient marquer ostensiblement le paysage comme, de son côté, la résidence le fait à la même époque.

132Sa durée de vie est difficile à estimer précisément. Tout le mobilier issu des niveaux de l’état suivant fournit un terminus du Ve siècle, sans que l’abandon de l’édifice puisse être mieux situé. Il faut donc envisager environ un siècle et demi d’occupation pour ce bâtiment, qui a souffert de plusieurs perturbations liées aux crues de la Riaille, avant que l’espace dédié aux installations agricoles de la villa se rétracte ou que celles-ci soient à nouveau déplacées.

5.3.2.2. Les infrastructures de l’aile méridionale appréhendées en 1987

133Les observations réalisées pendant l’hiver 1986‑1987 à l’ouest du complexe de bâtiments  n° 2 soulèvent de nombreuses questions, mais les conditions dans lesquelles les fouilles ont été menées ne permettent pas la compréhension du site. Ce secteur était d’une importance capitale en raison de la bonne conservation des vestiges, mais la construction d’un lotissement en a condamné l’accès. Seule la portion nord de l’aile méridionale doit être en partie préservée sous l’actuel chemin de la Maladrerie, et une partie de l’angle sud-est et des bâtiments faisant retour vers le sud sont encore préservés, sur les terrains attenants aux deux maisons anciennes qui bordent au sud le chemin et sont fondées sur les substructions antiques.

134La reprise des données issues des fouilles de 1987 n’est pas envisageable : les modes d’enregistrement sont trop divergents des pratiques actuelles et l’absence d’un enregistrement photographique de qualité empêche toute véritable analyse critique des interprétations de l’époque. Néanmoins subsistent deux faits capitaux : la présence de bassins dans l’aile sud (fig30, I), et l’existence d’un long bâtiment (fig30, H) présentant la même orientation que le pavillon de la Maladrerie.

135Deux bassins étaient parfaitement conservés, dont l’un accolé au mur sud de l’aile (fig. 363 et fig. 364). Dans ce secteur les niveaux étaient enfouis sous 0,60 m de sédiments. La comparaison altimétrique avec les niveaux fouillés en 2010‑2011 ne peut être établie précisément : les données de 1987 ne donnent que les profondeurs par rapport à la surface de l’époque, sans aucun référentiel coté (hormis la mention que la côte IGN 75 traverse le terrain). Le terrain ayant fortement été terrassé depuis, il est impossible de restituer le niveau de surface précis de l’époque. Notons simplement que le niveau de béton de tuileau SL 1002 observé à moins de 40 m au nord-est lors de la fouille du Grand Palais affleure à la cote de 76,56 m. Si l’on en croit les données de 1987, les sols de l’aile sud se trouveraient nettement plus bas, à moins de 75 m.

Fig. 363 – Plan des bassins des fouilles de P. Carlier (d’après Rapport Carlier 1987 : plan n°13).

Fig. 363 – Plan des bassins des fouilles de P. Carlier (d’après Rapport Carlier 1987 : plan n°13).

Fig. 364 – Bassins des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

Fig. 364 – Bassins des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

136Le premier bassin est aménagé contre le mur sud de l’aile. Il mesure 3,82 m de longueur pour 1,90 m de largeur, soit un peu plus de 7 m², les murs qui l’entourent faisant 0,55 m de largeur. Sa profondeur conservée semble avoir été de 0,14 m. Les parois et le fond sont enduits d’un mortier de tuileau rose épais de 2 à 5 cm, supportant une couche de mortier de tuileau fin et lisse de 0,5 cm d’épaisseur. Au raccord des murs et du fond du bassin se trouve un quart-de-rond d’étanchéité en mortier de tuileau, épais d’une dizaine de centimètres.

137Un second bassin est accolé au nord, conçu avec les mêmes techniques d’étanchéité. On ne connaît que sa largeur est-ouest : 1,65 m. Le fond se situe 2 cm plus bas que celui du premier bassin. Le mur qui le ferme à l’ouest est construit en même temps et selon le même mode que ceux du premier.

138Il semble qu’un ou deux autres bassins soient accolés au nord et à l’ouest des deux premiers, puisque les murs sont enduits du même revêtement à l’extérieur : leur fond n’a pas été atteint, la fouille s’étant arrêtée 0,16 m sous le niveau de fond du premier bassin. Un mur repéré en fondations (galets) clôt l’ensemble à l’ouest.

139Les bassins étaient comblés par des remblais contenant divers déchets métalliques (amas de plomb fondu, clous et tiges en fer), restes fauniques brûlés, céramique, verre, et os humain (dans le second). Ces remblais contenaient une très forte densité de tegulae brisées, qui ont conduit les fouilleurs à émettre l’hypothèse d’une couverture en tuiles écroulée dans les bassins lors d’un incendie. L’hypothèse de l’incendie ne peut être vérifiée, mais la question du remblaiement par des vestiges de toiture renvoie aux comblements similaires des fossés FS 1100, FS 1102 et FS 682 de la seconde phase de l’état III du Grand Palais. P. Carlier évoque une datation basse (VIe siècle) pour le mobilier présent dans les remblais des bassins. Il semble plus raisonnable de se fier au mobilier identifié dans les remblais similaires des fossés du Grand Palais, daté des IVe et Ve siècles.

  • 8 Ainsi la villa viticole de Maubec, à une dizaine de kilomètres au nord de Châteauneuf, ou celles d (...)

140On ne peut guère aller loin dans l’interprétation de ces bassins, si ce n’est de constater que leur positionnement les uns par rapport aux autres, et leur décalage altimétrique, rappellent assez précisément les installations vinicoles fréquemment étudiées dans les établissements de Narbonnaise8.

141À l’est de ces bassins, un sol en béton de chaux blanc a été repéré en 1987, et dégagé sur une longueur de 7,50 m. Ce sol, contemporain du mur sud de l’aile méridionale et, semble-t-il, de l’aménagement des bassins, présenterait, selon les chiffres exposés par P. Carlier, un pendage est-ouest de 2 %. Elle évoquait dans son rapport l’hypothèse d’un bassin de rétention d’eau. Ce béton non hydraulique s’avère peu approprié pour un bassin, moins encore si l’on considère les différents mortiers et bétons de tuileau mis en œuvre pour le reste des installations. En outre, ce sol est, on l’a dit, très nettement visible sur la photographie de l’IGN de 1960 : il couvre une surface de l’aile méridionale atteignant 190 m². Cette surface excède celle du grand bassin 417 de la partie résidentielle, dont le fond est, pour le coup, bien recouvert de mortier de tuileau. Le pendage mesuré par P. Carlier ne concerne qu’une surface très réduite (sur un tronçon long de 1,50 m seulement). Il est donc hasardeux d’affirmer que le sol peut présenter un tel pendage sur 25 m de longueur (on aurait alors 0,50 m de différence altimétrique d’est en ouest). Cette pente serait bien supérieure à celle du terrain naturel. Il pourrait s’agir d’un affaissement du sol dans sa partie occidentale, ou d’une pente aménagée seulement à proximité des bassins. Cette zone bétonnée pourrait éventuellement correspondre à une aire de déchargement des récoltes : dans l’hypothèse d’installations vinicoles, les charrettes chargées de vendange pourraient déverser le raisin au plus près des fouloirs et des cuves.

5.3.2.3. Les fragments de l’aile rustique occidentale et le bassin repéré en 1989

142Divers tronçons de murs repérés en bordure de la RD 73 semblent appartenir à la clôture occidentale de la cour agricole.

143Dans la partie la plus méridionale de la tranchée orientale des fouilles de C. Jung en 1993, un premier bâtiment semble se dessiner, quatre murs d’orientation est-ouest (69, 75, 81, 84) s’adossant à un mur nord-sud M 68 (fig72). La construction de cet ensemble serait antérieure au milieu du IIIe siècle (Rapport Jung 1993 : 4).

144Apparus dans la tranchée orientale des mêmes fouilles, les murs M 93, M 232 et M 244 d’orientation est-ouest venaient sans doute buter contre un mur d’orientation nord-sud dont le parement occidental est apparu sur 9 m de longueur dans le fossé de la route en 2016. On aurait donc là un second bâtiment que son appareil apparente aux murs de l’état III de la résidence et qui se développerait vers l’est ; l’axe de son mur de clôture oriental correspondrait assez bien avec celui du premier bâtiment. Il se superposerait en outre à un bâtiment plus ancien et mal connu que le fouilleur attribuait au Ier siècle (Rapport Jung 1993 : 4).

145À une vingtaine de mètres au nord, un troisième ensemble est partiellement apparu dans la tranchée de 1993. Il comprend un mur M 313 d’orientation nord-sud auquel s’adossent deux groupes de deux bases maçonnées (M 305 et 311 ; M 330 et 340) et on peut y voir un porche d’entrée (fig130) reliant la partie rustique et la résidence (voir ci-dessus).

146Enfin, un lambeau de mur apparaît encore en élévation plus au nord (fig. 30, F) ; il doit avoir fait partie des restes de murs qu’A. Espanet a rencontrés dans son excursion au Palais (voir ci-dessus). Large d’1,30 m, il est conservé sur trois mètres environ et sa fondation est partiellement déchaussée. Il est le seul témoin aujourd’hui perceptible de la présence de vestiges construits dans la parcelle ZM 132, et donne du crédit à la lecture que nous proposons ci-dessus d’une résidence adossée à une vaste cour agricole flanquée de quatre ailes ininterrompues.

147À l’intérieur de cet espace, seuls les sondages ouverts par Chr. Ronco en 1989 en préalable à la fouille du cimetière médiéval donnent de très partielles informations.

148Une partie d’un bassin a été alors découverte (fig. 365). Il s’agit d’un angle de bassin partiellement détruit, conservé sur 30 cm de hauteur, dont subsistent deux murs larges d’une trentaine de centimètres, constitués au maximum de cinq assises de tuiles liées au mortier. L’intérieur est enduit d’une couche de 2 à 3 cm de mortier de tuileau. Le bassin, qui repose sur le terrain naturel, a été détruit anciennement : il ne subsiste du mur occidental que la fondation de galets liés au mortier. La largeur intérieure du bassin n’est que de 50 cm.

Fig. 365 – Le bassin repéré lors du diagnostic de Chr. Ronco (1989) [cliché : Chr. Ronco].

Fig. 365 – Le bassin repéré lors du diagnostic de Chr. Ronco (1989) [cliché : Chr. Ronco].

149D’autre part, un petit bâtiment non daté a été dégagé par Chr. Ronco en 1992 à proximité des sépultures médiévales. Il s’agit d’un édicule carré de 3,70 m de côté, dont les quatre murs ont été intégralement récupérés. Rien ne permet malheureusement de dater ces vestiges. À 11 m au sud-ouest, un tronçon de mur également non daté, orienté nord-est - sud-ouest, a été suivi sur 8 m de longueur.

5.3.2.4. Un bâtiment désaxé

150À une vingtaine de mètres au sud de l’aile méridionale de la pars rustica, une construction (fig30, H) assez mal conservée avait été en partie dégagée en 1987 par P. Carlier. Elle est orientée ouest-nord-ouest - est-sud-est et se trouve en bordure sud de l’axe de circulation supposé rejoindre la nécropole de la Labre.

151Le mur sud a été mis au jour sur 29 m de longueur (fig. 366) : il mesure 0,40 m de largeur et présente deux assises de pierres calcaires grossièrement équarries liées au mortier de chaux blanc. Ces assises reposent sur un blocage de fondation de 0,50 m de largeur pour 0,40 m de profondeur. Aucun refend n’avait été identifié, et le mur s’arrêtait à l’est : P. Carlier évoquait un mur dont la construction avait été abandonnée. Au vu de l’état constaté pour le reste du bâtiment, dont la fouille n’apporta pas d’informations claires, on peut plutôt envisager des processus de destruction et de récupération complexes, plus difficiles à percevoir.

Fig. 366 – Grand mur des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

Fig. 366 – Grand mur des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).
  • 9 Dans le parler provençal et ses marges, une « calade » est un espace empierré, le plus souvent un (...)

152Le rapport de 1987 évoque vaguement le nord du bâtiment, interrompu en plusieurs endroits : deux bases de piliers en tuiles ou briques auraient complété son tracé. Ces observations ne s’opposent pas à ce qu’il s’agisse d’un long pavillon désaxé par rapport au reste de la pars rustica. Ce bâtiment semble avoir disposé d’un sol reposant sur un radier de galets, qui n’est pas sans rappeler celui de la salle Pi 1 du Grand Palais. Il semble ici couvrir une surface d’au moins 180 m², que P. Carlier désignait sous le terme de « calade »9. La partie orientale du bâtiment pose question, car P. Carlier y voyait, au travers de plusieurs structures fossoyées, un atelier de verrier. En l’absence de relevés graphiques et photographiques précis, il faut abandonner tout espoir de comprendre ce secteur. Si les fosses en question ont probablement servi de dépotoirs, en marge d’un épandage de tuiles, les arguments avancés pour l’identification de l’atelier de verrier ne reposent véritablement que sur les restes mobiliers de l’activité et les conclusions diffèrent désormais (voir 4.7.2.3).

153La fonction et la datation de ce long bâtiment demeurent donc incertaines. La présence d’un solide radier de galets pourrait laisser envisager une fonction de stockage de matériaux lourds. Quant à la datation de l’ensemble, son orientation similaire à celle du pavillon de la Maladrerie, plaide pour un fonctionnement simultané au cours de l’Antiquité tardive.

5.3.2.5. Le bâtiment de la Maladrerie

154À mi-chemin entre ce dernier bâtiment et la nécropole de la Labre, un nouveau bâtiment a été fouillé en 2006 (fig26, n° 10 ; fig. 367 ; Rapport Ronco 2008). Le terrain a été décaissé autour du bâtiment presque jusqu’à la terrasse würmienne afin d’isoler la construction ainsi surélevée des inondations. La terre ainsi récupérée a pu servir de matériau à l’élévation des murs (fig. 368). Il s’agit d’une construction de 42,40 m² dans l’œuvre, de plan quadrangulaire (11,70 x 4,90 m) [fig. 369 et fig. 370]. Le mur septentrional n’est quasiment pas conservé et l’angle nord-est a intégralement disparu. Les murs sont chaînés et sont fondés en tranchée étroite par trois assises de petits éclats de calcaire urgonien. Cette fondation, large de 0,54 à 0,64 m, ne présente pas de liant. Une assise d’élévation est conservée, principalement sur la structure du mur méridional. Elle est parementée de moellons de grès sur ses deux faces, tandis que le blocage est en terre crue. Un massif de maçonnerie de 0,54 m par 0,60 m flanque au sud le mur méridional : il pourrait s’agir d’un contrefort ou d’un aménagement proche d’une ouverture.

Fig. 367 – Plan du site de la Maladrerie (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

Fig. 367 – Plan du site de la Maladrerie (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

Fig. 368 – Stratigraphie au sud du bâtiment n° 90 (dessin : équipe de fouille ; DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

Fig. 368 – Stratigraphie au sud du bâtiment n° 90 (dessin : équipe de fouille ; DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

Fig. 369 – Vue du bâtiment n° 90 de la Maladrerie depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 369 – Vue du bâtiment n° 90 de la Maladrerie depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 370 – Plan du bâtiment n° 90 (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

Fig. 370 – Plan du bâtiment n° 90 (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).

155Le sol en terre battue (US 117) n’est conservé que dans l’angle nord-ouest du bâtiment : il s’agit d’un limon argileux brun-jaune sur lequel reposaient trois monnaies frappées à l’extrême fin du IVe siècle et au début du Ve siècle (C23, C119, C120, voir 7.1.5). À l’aplomb intérieur du mur occidental, un possible aménagement de pierres et fragments de tuiles a pu servir de base à une installation quelconque. À 0,50 m du mur septentrional, un foyer Fy 122 se présente sous la forme d’une fosse concave de 0,54 m de diamètre, aux parois rubéfiées.

156À 0,50 m à l’ouest de ce foyer, une fosse FS 128 était creusée sur une profondeur de 0,15 m. Elle était comblée par un limon fin charbonneux et contenait un abondant mobilier : une pelle à feu en fer, des fragments de verre et des céramiques tardifs (voir 7.3.2.5) ainsi que quatre monnaies frappées entre 364 et 408 (C45, C92, C114, C115, C123 ; voir 7.1.5). Un autre foyer Fy 123 de 0,20 m de diamètre était placé contre le mur méridional, dont il a chauffé la première assise d’élévation.

157Le mobilier présent dans le niveau d’abandon du bâtiment date du Ve siècle et l’occupation de ce pavillon est à situer dans une période assez courte entre la fin du IVe siècle et le Ve siècle. Il s’agit vraisemblablement d’un habitat, si l’on en croit la typologie de la vaisselle mise au jour dans les niveaux d’abandon et dans le dépotoir qui comble un fossé voisin (FS 8), qui renfermait en outre de nombreux rejets de boucherie.

158Ce pavillon, au même titre que ceux situés plus à l’ouest, est désaxé par rapport au reste de la villa, et semble installé en bordure d’un axe de circulation menant à la nécropole. Il s’agit vraisemblablement d’une annexe où vivaient des employés ou des fermiers œuvrant pour l’exploitation du domaine.

5.3.2.6. Les sondages de 2018 et de 2020

159En juin 2018, un sondage d’une vingtaine de mètres carrés a été réalisé sur la parcelle ZM 118 dans le cadre d’un diagnostic préventif, au sud du complexe de bâtiments  n° 2 du Grand Palais et à proximité d’un des deux pavillons désaxés que la photo-interprétation de 1994 laisse présager. Le sondage n’a pas été terminé et le diagnostic annulé pour des raisons administratives, mais une stratigraphie des niveaux supérieurs a pu être relevée sur une distance de 6,20 m. Sous 0,60 m de couches de surface, un remblai de 0,40 m d’épaisseur a pu être observé, constitué de sables limoneux gris sombre, riches en céramique, scories de fer, mortier de chaux et mortier de tuileau, charbons de bois. Le mobilier, exclusivement du Ve siècle, permet d’associer ce niveau aux remblais de l’état IV du Grand Palais.

160Cette couche peut a posteriori être interprétée comme un niveau de comblement d’un fossé que le sondage a appréhendé dans le sens de la longueur. Il s’agit vraisemblablement d’un long fossé orienté nord-ouest - sud-est que l’analyse en photo-interprétation avait détecté (voir ci-dessus). Ce seul sondage, à peine initié il faut le souligner, ne permettait pas de confirmer l’existence du pavillon désaxé, suggérée elle aussi par la photo-interprétation, mais témoignait largement de la proximité de bâtiments tardifs.

161Un nouveau projet immobilier, concernant une partie seulement de l’emprise de ce diagnostic avorté, a donné lieu à une nouvelle campagne de sondages préventifs en février 2020 (Rapport Ronco 2020). L’emprise était réduite à la parcelle remembrée ZM 118p, correspondant à l’extrémité occidentale de l’ancienne parcelle, où l’analyse de la photo-interprétation atteste la présence de l’aile rustique méridionale, au nord, et d’un vaste bâtiment en retour vers le sud. Les zones abritant les vestiges de ces constructions n’ont pas été sondées, aussi faut-il s’attendre à leur disparition lors du chantier de construction. Néanmoins, deux sondages (n° 2 et  n° 3) ont permis de recouper le long fossé nord-ouest - sud-est, enregistré comme FS 9 (fig. 371).

Fig. 371 – Plan des bâtiments recherchés et des vestiges mis au jour dans les sondages en 2020 (DAO : Chr. Landry d’après N. Saadi et Chr. Ronco).

Fig. 371 – Plan des bâtiments recherchés et des vestiges mis au jour dans les sondages en 2020 (DAO : Chr. Landry d’après N. Saadi et Chr. Ronco).

162Conservé sur une profondeur de 0,80 m, ce fossé présente un profil en U très évasé de 4 m de large, et trois niveaux de comblement, dont l’un, US 10, s’apparente aux déblais de démolition déjà observés dans le sondage de 2018 (fig. 372). Aucun nouveau mobilier datant n’y a été mis au jour, mais il est fort probable que ce remblai soit là encore tardif. Du reste, une fosse indéterminée FS 8, située 1,75 m au nord du fossé, a livré cinq tessons de céramique dont un fragment de plat à bord rentrant en dérivée de sigillée paléochrétienne, daté du Ve siècle.

Fig. 372 – Coupe du fossé F9 relevée dans le sondage n° 3 du diagnostic de 2020 (relevé et DAO : Chr. Ronco, H. Jaudon).

Fig. 372 – Coupe du fossé F9 relevée dans le sondage n° 3 du diagnostic de 2020 (relevé et DAO : Chr. Ronco, H. Jaudon).

163Le fossé F9, reconnu grâce aux sondages de 2018 et 2020 sur une longueur de 54 m, suit la même orientation que le bâtiment de la Maladrerie et que le fossé FS 8 qui borde au sud cet édifice (voir ci-dessus). Les deux fossés sont parallèles et espacés de 12 m si on postule que FS 9 se prolonge aussi loin vers l’est ; cet axe a en tout cas été fossilisé dans le parcellaire moderne, encore maintenu aujourd’hui au travers des divers lotissements qui ont investi le secteur. Ils accréditent l’hypothèse d’un chemin d’accès qui, en provenance de la colline de la Labre, mènerait à la résidence et au secteur où cette dernière se raccorde à l’aile méridionale de la partie rustique.

5.3.3. L’état IV du Grand Palais : démantèlement des bâtiments, assainissement et nivellement du terrain

164Cet état IV concerne exclusivement la première moitié du Ve siècle : il peut être daté grâce à un corpus de 649 tessons de céramique déterminés et une quarantaine de monnaies. Le mobilier provient de fossés et de drains postérieurs à l’abandon d’une partie des constructions de l’état III, des niveaux de récupération de leurs maçonneries, de niveaux d’abandon et de remblais servant de sols de circulation. Le corpus est composé de 128 tessons de céramique fine, 215 fragments de céramique commune, 301 fragments d’amphore, quatre morceaux de dolium et un fragment de lampe (voir 7.3.2.4). Dans les contextes correspondants, les monnaies fournissent un TPQ du début du Ve siècle grâce aux émissions théodosiennes. Ainsi les monnaies découvertes dans le fossé aménagé Dr 1006/1046 sont frappées dans les années 380‑390, tandis que les niveaux de démolition US 1003 et 1030 ont livré des émissions allant jusqu’à 402 (voir 7.1.5). Notons enfin qu’une datation au radiocarbone fournit pour des rejets de foyer un intervalle calibré entre 249 et 405 (voir 6.2.5.2).

165Cet état voit l’abandon du complexe de bâtiments n° 2 et le début du processus de récupération des matériaux. De nouveaux fossés sont creusés, qui cassent les fondations encore en place (fig. 373). La zone est restructurée par l’aménagement d’une terrasse, et des niveaux de circulation, cette fois en partie conservés, attestent la poursuite de l’exploitation agricole sur les terrains étudiés. La zone autrefois bâtie porte les traces d’un accès à ces terrains, depuis un secteur situé plus au sud, qui nous échappe.

Fig. 373 – Plan de l’état IV du Grand Palais (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).

Fig. 373 – Plan de l’état IV du Grand Palais (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).

5.3.3.1. Phase 1

166Au Ve siècle, le début de la déprise de l’occupation de cette zone est illustré par le creusement du fossé FS 1082, qui entame la maçonnerie du mur M 1060, jusqu’à la surface du massif de fondation.

167Identifié en coupe dans le sondage réalisé le long de la limite sud de l’emprise (fig. 350 et fig. 374), et au niveau de l’extrémité ouest de M 1060 (fig. 375 et fig. 376), soit sur une longueur d’environ 7 m du sud-ouest au nord-est, son tracé n’a pas pu être déterminé plus au nord. De même, la coupe sud ne le sectionne pas perpendiculairement, ce qui empêche d’évaluer de façon précise sa largeur. Son creusement atteint presque 1 m de profondeur, et une importante concentration de blocs calcaires (US 1086) a été rejetée contre la paroi ouest du fossé, très évasée ; quatre phases de comblement ont suivi (US 1092, 1091, 1090, 1089‑1084). La première (US 1092), observée à l’endroit où le fossé perfore l’élévation de M 1060, a livré de nombreux fragments de céramique jetés au fond du fossé, dont une part conséquente d’amphores africaines qui se trouvaient à plat au contact du massif de fondation. Les remplissages suivants contenaient divers rejets de matériaux ou de déchets domestiques.

Fig. 374 – Vue en coupe du fossé FS 1082 dans la stratigraphie de la berme sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 374 – Vue en coupe du fossé FS 1082 dans la stratigraphie de la berme sud (cliché : équipe de fouille).

Fig. 375 – Le fossé FS 1082 coupe le mur M 1060 et est coupé par le drain Dr 1081 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 375 – Le fossé FS 1082 coupe le mur M 1060 et est coupé par le drain Dr 1081 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).

Fig. 376 – Vue photographique de la coupe de la fig. 375 (cliché : équipe de fouille).

Fig. 376 – Vue photographique de la coupe de la fig. 375 (cliché : équipe de fouille).

168Le tout est scellé par le remblai US 1088‑1059 déjà évoqué, qui s’apparente à un niveau de circulation (voir ci-dessus), puis par un nouvel apport de matériaux de démolition US 1087. Cela implique que ce niveau de circulation SL 1088‑1059 sert à un moment où M 1060 est déjà récupéré. La surface de l’US 1079 sous-jacente ne présentant aucun indice de circulation, force est de reconnaître qu’aucune trace d’un sol fonctionnant avec ce mur n’est conservée. Il a dû être entièrement lessivé par la crue qui a probablement conduit à la destruction des murs de Pi 8, avant la mise en place des remblais US 1088 = 1059 puis US 1020‑1030. Il semble ainsi qu’une bonne part du parement interne conservé de M 1060 se trouvait fonctionnellement en fondation.

169Notons en outre que FS 1082 est recoupé par le long fossé drainant Dr 1081, qui longe M 1060 et se prolonge vers l’ouest (voir 5.3.3.2).

170Suit alors une phase de reconquête agricole. La circulation dans ce secteur oriental est attestée au sud du mur M 1060 par la formation d’un sol en terre SL 1059 assaini par l’apport de petits débris de tuile. Au nord le sol SL 1045 continue à être utilisé : il constitue une rampe permettant d’accéder à l’espace cultivé, situé légèrement en contrebas. Le mur M 1029, vestige du premier bâtiment déjà arasé depuis un certain temps, est réutilisé comme base d’un mur de soutènement de terrasse artificielle. Un muret, vague parement de soutien, est en effet élevé entre les vestiges de la pièce Pi 4 et de M 1060.

171Les fondations encore en place du bâtiment n° 1 sont, elles aussi, traversées par des fossés drainant vers l’ouest et le nord (FS 1021/1116 puis FS 1024/1118, FS 631 et enfin Dr 1022).

172Tous ces fossés conservent l’orientation principale des vergers du Haut-Empire et du réseau fossoyé mis en place à l’époque du complexe de bâtiments n° 2. Ils attestent la nécessité qui perdure d’assainir des terrains toujours en culture, à un moment où la villa reste encore un centre important.

5.3.3.2. Phase 2

173La phase suivante est marquée par l’aménagement du long fossé drainant Dr 1081, dont la paroi méridionale est renforcée par un parement de moellons calcaires.

174Ce fossé que nous avons mentionné à plusieurs reprises peut être suivi sur une longueur de 26 m d’ouest en est. Il recoupe plusieurs maçonneries des deux bâtiments (M 1000 et M 1001, M 1063, M 1060), mais son comblement est assurément antique, puisqu’il est recouvert par les remblais US 1014, 1020 et 1030, ainsi que par le niveau d’effondrement US 1067 du second état de M 1029 (mur de terrasse) [fig. 377]. Il se présente sous la forme d’un creusement en U, d’une largeur de 1,05 m pour une profondeur maximale de 0,94 m. Un aménagement (US 1073) de pierres calcaires associées à quelques fragments de tuiles, est disposé au fond, sur une épaisseur d’environ 0,25 m. Un second aménagement de moellons calcaires grossièrement équarris et de rares galets est plaqué contre la paroi sud, formant un muret stabilisateur de quatre assises (US 1046), sur une hauteur de 0,40 m et une largeur de 0,30 m (fig. 378 et fig. 379). Une couche (US 1072) de limon argilo-sableux brun gris compact, à inclusions de petites pierres calcaires, galets et fragments de tuiles, comble ensuite le fossé, s’appuyant contre le muret US 1046.

Fig. 377 – La paroi sud du drain Dr 1081 (US 1046), vue du nord (cliché : équipe de fouille).

Fig. 377 – La paroi sud du drain Dr 1081 (US 1046), vue du nord (cliché : équipe de fouille).

Fig. 378 – Le fossé drainant Dr 1081 vu en coupe, depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 378 – Le fossé drainant Dr 1081 vu en coupe, depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).

Fig. 379 – Coupe du drain Dr 1081 (cf. fig. 378) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].

Fig. 379 – Coupe du drain Dr 1081 (cf. fig. 378) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].

175Le fossé Dr 1081 réutilise à l’est le parement nord de M 1060, entame son ressaut de fondation, et casse à l’ouest l’angle nord-est de la salle Pi 1. C’est seulement par la suite que le mur M 1119 est récupéré jusqu’au massif de fondation. Le fossé est raccordé selon un double pendage, à l’ouest sans doute au fossé FS 1021, et à l’est à un état antérieur du drain moderne Dr 179. Ces aménagements traduisent un souci d’évacuation des eaux vers le nord et l’ouest, suivant la topographie du terrain.

176C’est également au cours de cette phase que de grandes fosses sont creusées un peu partout dans l’ancienne zone bâtie et ses proches environs, pour y enfouir des déblais de démolition et servir de dépotoir : Fs 1053, Fs 1117, Fs 538‑1049, Fs 1047 et Fs 39. Le mobilier prélevé dans ces fosses est daté du Ve siècle.

5.3.3.3. Phase 3

177La dernière phase identifiée pour l’occupation antique concerne les remblais qui scellent toute la zone anciennement occupée par le complexe de bâtiments n° 2. Suite à l’effondrement du mur de terrasse M 1029, des remblais sont amenés pour niveler l’ensemble de la zone : US 1014, 1003, 1020, 1030, 1027 et 1028. Le mobilier présent dans ces niveaux, y compris les nombreuses monnaies et les objets métalliques, date du Ve siècle, et couvre la plupart des aspects d’une vie quotidienne aisée ainsi qu’une large variété de domaines d’activité, ce qui porte à croire que ces terres proviennent de différents secteurs de la villa. Nous sommes vraisemblablement en présence d’un nivellement général de la zone, pour une probable remise en culture, à un moment où la villa est définitivement abandonnée et laissée en ruines, sans doute à la toute fin de l’Antiquité. La présence humaine ne laissera aucune trace sur les parcelles étudiées pendant au moins quatre siècles.

Notes

1 Mission 1960_FR 213_P_5000, cliché n° 1, 26 mai 1960.

2 Mission 1979_F 3-18-12_P_14500, cliché n° 328, 13 août 1979.

3 Nous tenons à saluer collectivement, pour leur compétence et leur résistance, tous ceux qui ont participé à la fouille du Grand Palais dans l’hiver 2010‑2011, et en premier lieu la vingtaine d’archéologues présents sur le site, face au mistral glaçant, dans l’eau, la boue et la neige. Nous exprimons notamment une pensée émue à la mémoire de Julien Brunet (1982‑2022) qui avait commencé sur ce site sa carrière à l'’Inrap. Notre gratitude va aussi aux conducteurs d’engins qui ont réalisé le décapage, pour leur engagement. Que soient enfin loués les spécialistes qui ont contribué aux études qui ont suivi la fouille et les collègues chercheurs qui nous ont conseillé à l’époque sur ce qui constituait, pour le Rhône-Alpes et la Drôme, un défi, à savoir la mise en place à large échelle d’un premier protocole de fouille et d’analyse de traces agraires antiques.

4 Pour l’ensemble de la céramique des états II à IV, l’étude est due à Chr. Bonnet (Rapport Landry 2012).

5 Pour les rares données antérieures à cet état, voir ci-dessus, 4.1.1.

6 Ce lambeau de ce mur était encore visible en 2011 en bordure du chemin de la Maladrerie (voir 5.1.2), mais a été rasé lors de la construction du lotissement des Résidences du Ponant. Aucun relevé topographique n’en a jamais été fait.

7 Ce texte reprend les données que nous avons déjà publiées (Landry 2018), en les développant et les précisant.

8 Ainsi la villa viticole de Maubec, à une dizaine de kilomètres au nord de Châteauneuf, ou celles de la Riaille et du Mollard, disposent de ce type d’installations (voir ci-dessus, 1.2.4.1 et 1.2.5.1, fig. 16, n° 1 et n° 5).

9 Dans le parler provençal et ses marges, une « calade » est un espace empierré, le plus souvent un chemin, voir Mistral 1878 : 423.

Table des illustrations

Titre Fig. 318 – Photo-interprétation par C. Jung (1994) d’un cliché de l’IGN pris le 26 mai 1960 (géo-référencement : V. Vachon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 319 – Détail de la photo-interprétation : l’aile méridionale de la pars rustica sur le cliché de 1960 (cliché : IGN).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 320 – L’aile méridionale de la pars rustica : données cumulées de la photo-interprétation et de la fouille de 2010‑2011 (SIG et DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 321 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces à fort taux de probabilité identifiées comme des drains modernes (SIG et DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 322 – Analyse critique des données de la photo-interprétation : en rouge, les traces considérées comme raisonnablement fiables et susceptibles de désigner des fossés antiques (SIG et DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 323 – Tracé de l’aile septentrionale de la pars rustica, en rapport avec les vestiges les plus septentrionaux de la résidence du Palais (SIG et DAO : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 324 – Plan d’ensemble associant les données de photo-interprétation et de fouille (SIG et DAO : V. Vachon, Chr. Landry, W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 325 – Plan général des bâtiments du Grand Palais : en noir : bâtiment n° 1, en rouge, complexe de bâtiments n° 2 (DAO : V. Vachon, P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 326 – Évolution des constructions (DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 327 – Plan général de la zone d’étude du Grand Palais à l’état II (DAO : W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 328 – Le mur M 160 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 329 – Coupe de la tranchée de récupération de M 160 à la limite nord de l’emprise (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 330 – Coupe du mur M 160 (DAO : W. Widlak ; les légendes qui figurent dans le cadre en rouge sont communes aux fig. suivantes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 331 – La pièce Pi 7 (dessin et DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 332 – Le mur M 1040 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre Fig. 333 – Le solin M 193 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 334 – La pièce Pi 6 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 335) [dessin et DAO : P. Rigaud].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 335 – Stratigraphie de la pièce Pi 6, vue du sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 336 – Stratigraphie du secteur G (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 337 – Coupe est des fossés FS 1021 et du drain Dr 1022 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 338 – La pièce Pi 5 (en rouge, l’emplacement de la pièce et la localisation de la coupe de la fig. 336) [dessin et DAO : P. Rigaud].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Fig. 339 – Détail de l’angle des murs M 126 et M 1032 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 962k
Titre Fig. 340 – Plan général de la zone d’étude à l’état IIIb (DAO : W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 341 – Les constructions du bâtiment n° 2 (en rouge l’emplacement de la coupe fig. 350) [dessin et DAO : P. Rigaud].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 342 – Le mur contreforté M 1005 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 343 – Le mur M 1005 et son massif de fondation (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 344 – Coupe du mur M 1005 et M 101 (dessin et DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 345 – Le sol SL 1002 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Titre Fig. 346 – Le mur M 1060 vu du sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 347 – Le mur M 1060 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Fig. 348 – La fondation du mur M 1119, vue de l’est (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Titre Fig. 349 – Mur M 1119 vu du sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Fig. 350 – La stratigraphie de la berme sud : la tranchée de récupération Tr 1061 et le fossé FS 1082 (localisation : fig. 341) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Fig. 351 – Stratigraphie de M 1060 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 352 – Vue en coupe du fossé FS 1100, depuis l’est (Pi 1) [cliché : équipe de fouille].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 353 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1102 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Titre Fig. 354 – Les remblais d’éléments de toiture dans le comblement de FS 1100 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Titre Fig. 355 – Coupe des murs M 1015 et M 1019 (dessin et DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 356 – Coupe illustrant le comblement de FS 1102 et les remblais de Pi 3 (dessin et DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 357 – Le mur M 1017 et le sol SL 1016 vus du nord (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 358 – Coupe sud-nord du sol SL 1065 (dessin et DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 359 – Le foyer Fy 1064 au nord de Pi 3 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Fig. 360 – La pièce Pi 1 vue de l’est, avec M 1000 au premier plan (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 361 – Le radier SL 1069 vu de l’ouest (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 362 – Stratigraphie de la pièce Pi 1 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 363 – Plan des bassins des fouilles de P. Carlier (d’après Rapport Carlier 1987 : plan n°13).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 364 – Bassins des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Fig. 365 – Le bassin repéré lors du diagnostic de Chr. Ronco (1989) [cliché : Chr. Ronco].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 366 – Grand mur des fouilles de P. Carlier (cliché : P. Carlier ; archives du SRA de la région Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 367 – Plan du site de la Maladrerie (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 368 – Stratigraphie au sud du bâtiment n° 90 (dessin : équipe de fouille ; DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 369 – Vue du bâtiment n° 90 de la Maladrerie depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 370 – Plan du bâtiment n° 90 (DAO : W. Widlak, d’après Rapport Ronco 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 371 – Plan des bâtiments recherchés et des vestiges mis au jour dans les sondages en 2020 (DAO : Chr. Landry d’après N. Saadi et Chr. Ronco).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 372 – Coupe du fossé F9 relevée dans le sondage n° 3 du diagnostic de 2020 (relevé et DAO : Chr. Ronco, H. Jaudon).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 373 – Plan de l’état IV du Grand Palais (DAO : P. Rigaud, Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 374 – Vue en coupe du fossé FS 1082 dans la stratigraphie de la berme sud (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 375 – Le fossé FS 1082 coupe le mur M 1060 et est coupé par le drain Dr 1081 (dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 376 – Vue photographique de la coupe de la fig. 375 (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 377 – La paroi sud du drain Dr 1081 (US 1046), vue du nord (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 378 – Le fossé drainant Dr 1081 vu en coupe, depuis l’ouest (cliché : équipe de fouille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Fig. 379 – Coupe du drain Dr 1081 (cf. fig. 378) [dessin : équipe de fouille ; DAO : P. Rigaud].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6993/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search