Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 4. La résidence du Palais

Jean-Claude Béal, Véronique Blanc-Bijon, Nicolas Delferrière, Emmanuelle Dumas, Djamilla Fellague, Marie Gagnol, Christophe Landry, Jean-Marc Mignon, Bernard Rémy †, Jannick Roussel-Ode et Anne Schmitt

Texte intégral

1Les vestiges architecturaux de la résidence du Palais et de la partie rustique du Grand Palais seront présentés successivement, dans les chapitres 4 et 5, et dans des séquences chronologiques comparables, mais nous avons d’abord regroupé ici les quelques traces d’occupation ancienne rencontrées dans les deux quartiers, avant d’aborder la description de la résidence.

4.1. Première occupation antique au Palais et au Grand Palais (J.‑Cl. Béal, Chr. Landry)

4.1.1. Les traces d’une occupation ancienne (J.‑Cl. Béal, Chr. Landry)

2Si des traces d’occupation du Néolithique sont connues aux confins septentrionaux de Châteauneuf-du-Rhône à « la Roberte », dans le quartier des Îles (Rapport Beeching et al. 1995), ou au sud sur la colline du Navon (Rapport Beeching, Brochier 1994), le secteur de la Maladrerie a également livré une sépulture du Néolithique ancien (Rapport Cordier, Brochier 2005b) et un lambeau de sol du Néolithique final (Rapport Ronco 2006). Aux âges des Métaux, le site de Château-Porcher, au sud de la commune, a livré quelques éléments attestant une fréquentation au Bronze final IIIb et au début du premier âge du Fer (Odiot 1990 : 65 ; Sergent 1997 et 1998), puis à la transition entre premier et second âges du Fer (Ode 1996) avant d’être réoccupé au Moyen Âge. Le site voisin de Saint-Saturnin (commune de Donzère) a également livré des témoins de l’âge du Bronze et de la fin de l’âge du Fer (Odiot 1990). Le site de la Roberte présente en outre des sépultures qui ont été rattachées à la Protohistoire (Jung 1994 : 36). Dans le secteur de la Maladrerie, un site de la fin de l’âge du Bronze a pu être étudié (Rapport Cordier, Brochier 2005b ; Rapport Ronco 2006), révélant deux alignements parallèles (fig. 26, n° 10) de foyers à pierres chauffées datés du VIIIe siècle av. J.‑C. (Bronze final 3b - Hallstatt C). Dans le secteur de la Labre, trois fosses sont également attribuables au Bronze final (Rapport Ferber 2006 : 98).

3Les quartiers du Palais et du Grand Palais ont été fréquentés bien avant l’implantation de la villa.

4Au Palais, un vase du Néolithique, écrasé sur place, a été trouvé sous un niveau de limon argileux rouge (altitude : 72,85 m) sous le jardin de la résidence tardive. Un sondage effectué sur la rive sud du torrent de la Riaille a mis en évidence des témoins d’une occupation à l’âge du Fer, et notamment d’un habitat attribué à La Tène finale (Berger 1993). Moins anecdotique, un petit lot de mobilier céramique tardo-républicain (50‑25 av. J.‑C.) provient, pour la plupart de ses éléments, de contextes remaniés de la bordure occidentale de la résidence. Un lambeau d’occupation en place (US 142 et 172) a cependant été reconnu dans le même secteur, sectionné par l’implantation du portique de façade occidental de la résidence (voir 7.2.1 l’étude d’É. Durand).

  • 1 Pour la dénomination des structures, nous avons respecté l’usage de chaque responsable de fouilles (...)

5Au Grand Palais, l’existence d’une occupation ancienne du site a été également entraperçue, lors de la fouille des traces de plantation antiques, mais la recherche systématique des niveaux anciens, qui aurait nécessité le décapage extensif de la zone jusqu’à l’apparition de la terrasse, n’a pas pu être entreprise. Ainsi deux trous de poteau (TP 2032 et TP 2042)1, fouillés respectivement dans le secteur oriental et le secteur occidental de la zone de plantation, sont antérieurs aux niveaux antiques. Stratigraphiquement, ils peuvent être rattachés aussi bien au Néolithique qu’à la Protohistoire. Vingt-deux pièces lithiques ont en outre été mises au jour sur le site, soit dans les dépôts antérieurs à l’Antiquité, soit dans des fosses de plantation, auquel cas ces éléments proviennent des sédiments inférieurs extraits lors du creusement des fosses et remis en place au moment de la plantation. D’autres pièces lithiques proviennent des niveaux fouillés dans les bâtiments de la partie rustique de la villa et se trouvent de toute évidence en position intrusive. Ce mobilier, identifié par S. Saintot (Rapport Landry 2012 : 71‑72, fig. 22), compte aussi bien des éclats de débitage que des fragments de nucleus ou de lame, et concerne le Paléolithique récent, le Néolithique final et la Protohistoire. Deux pièces sont notamment attribuables à la culture chasséenne, amplement documentée au sud de Montélimar.

6Dans la zone occidentale de la plantation, un remblai (US 1079) scelle les traces du premier verger identifié sur le site. Si aucune datation absolue de la mise en œuvre de ce verger n’a pu être envisagée, il est antérieur à tous les états de l’établissement antique étudié. Ce remblai, lié à un exhaussement artificiel de la zone construite rendu nécessaire par les désordres hydriques fréquents dans le secteur, renferme un mobilier céramique tardo-républicain. La présence de ces artefacts témoigne d’une occupation contemporaine ou immédiatement antérieure à la plantation du premier verger, que l’on situe vers 50‑25 av. J.‑C. (voir ci-dessous 7.2.2 l’étude d’É. Durand).

7Ainsi doit-on considérer que, mal caractérisée, la première installation antique dans notre secteur d’étude vers 50‑25 s’inscrivait dans une fourchette chronologique où s’inscrivaient aussi les déductions coloniales de 36‑35 et un peu avant le tracé, augustéen, du réseau centurié du cadastre B d’Orange entre la plaine d’Orange et celle de Montélimar.

8La résidence était implantée, comme souvent dans la plaine de Montélimar (fig. 4) et dans la plaine tricastine (C. Jung in Favory 2013 : 69‑71 : un site sur deux), à proximité d’un axe théorique (decumanus DD XXXII) du réseau centurié, configuration dont Th. Odiot (1994 : 95) puis C. Jung (in Favory 2013 : 69‑71) concluaient que, antérieurs aux créations d’habitats – s’ils ne leur étaient pas contemporains –, les axes de la centuriation leur avaient fourni un réseau viaire commode. Mais, ici, aucune trace du decumanus DD XXXII n’a été trouvée au sol dans les sondages de S. Bleu au Grand Palais, à l’est desquels d’ailleurs le tracé du decumanus au sol aurait dû parcourir la pente septentrionale abrupte de la colline de la Labre.

4.1.2. La résidence du Palais : l’état I (J.‑Cl. Béal)

9L’état I (fig. 47) est le premier état auquel on puisse attribuer quelques vestiges bâtis, d’abord une construction en L, conçue à la fois pour habiller une terrasse artificielle et recevoir des portiques qui en délimitent l’espace ; un autre petit groupe de constructions demeure, quant à lui, incompris.

Fig. 47 – Plan de l’état I de la résidence (appartenance incertaine des murs 804 et 806 à 808 à l’état I) [DAO : E. Dumas].

Fig. 47 – Plan de l’état I de la résidence (appartenance incertaine des murs 804 et 806 à 808 à l’état I) [DAO : E. Dumas].

4.1.2.1. La construction d’une terrasse artificielle

  • 2 Le sommet de la couche de galets de la terrasse est à 71,80 m au pied de la résidence, à l’ouest d (...)

10À l’arrivée de la Riaille dans les terres basses du Rhône, le plancher de la terrasse würmienne (voir ci-dessus), fait de graviers ponctuellement surmontés de limon argileux rouge, présentait, à l’emplacement de la résidence, une légère inclinaison du sud vers le nord, puisque son plafond passait de 73,73 m au niveau de la salle basilicale 442, à 73,25 m immédiatement au sud du grand bassin 417 (fig47). La terrasse était, plus au nord, sectionnée par la vallée de la Riaille ; aussi la surface du terrain présente-t-elle aujourd’hui une dépression de 3 m environ au nord du chemin d’accès à la maison Ginot par rapport à ce qu’on observe au sud de ce chemin2.

11Il est vraisemblable que le rebord septentrional de ce chemin repose sur un soutènement. En tout cas, les photographies aériennes de L. Monguilan suggèrent qu’un long mur d’orientation est-ouest ait existé en avant du talus du chemin (fig22). L’étude planimétrique de J.‑M. Mignon (voir 4.6) montre de son côté que les constructions de l’état II pourraient s’inscrire dans un carré de 200 pieds dont ce mur constituerait l’un des côtés.

12À l’ouest, le rebord de la terrasse géologique fut habillé de deux murs de soutènement pour créer un terre-plein artificiel. Des dispositifs de ce genre étaient en revanche inutiles à l’est et au sud, où la terrasse remonte légèrement. Cependant, la nécessité s’imposait d’organiser l’évacuation des eaux de ruissellement vers l’ouest et le pied de ce terre-plein à travers la masse des constructions.

13C’est à ces nécessités que répond la construction d’une terrasse artificielle sur laquelle tous les bâtiments, depuis les plus anciens, furent construits.

4.1.2.2. Le soutènement de la terrasse artificielle à l’ouest

14Un long mur 103‑104 fut édifié pour former à l’ouest un mur de soutènement arasé aujourd’hui à 74,29 m au nord et 74,41 m à l’ouest de l’emplacement de la fontaine occidentale 444 de l’état IIIb. Sa présence est attestée depuis l’angle qu’il forme, au sud, avec le mur 391‑405 en retour vers l’est, jusqu’à sa déchirure par un canal tardif 631, près de l’angle nord-ouest du jardin de la résidence de l’état IIIb, soit sur 37 m. C’est sur son axe que seront construites, plus au nord, à l’état III, les structures reprises aujourd’hui dans la maison Ginot (voir 4.5.1).

15Large de 0,90 m, le mur s’élevait à partir d’un ressaut de fondation situé, sur le parement oriental, à 73,12 m au nord près du canal 631 et 73,32 m au sud, au niveau de la fontaine 444, soit au sommet d’un limon argileux qui doit être celui de la terrasse würmienne. Enfin, près de l’articulation avec le mur 109‑544, ce ressaut, non atteint, se trouvait en dessous de 72,72 m, ce qui pourrait témoigner de la présence d’une légère dépression antérieure du terrain. Le ressaut de fondation occidental ne nous a jamais été accessible. Le parement occidental du mur présentait un petit appareil régulier, qui devait être visible dans le premier état du bâtiment avant d’être enfoui lors de la construction de l’espace de déambulation de l’état IIIb (voir 4.5.5.1). À l’est, les assises de pierres, d’abord faites de moellons de taille variable jointoyés au mortier, étaient plus régulières dans les quatre niveaux supérieurs conservés, sans qu’on puisse qualifier la construction de petit appareil réglé ou d’opus vittatum classique (fig48). Le mur a donc été construit de ce côté comme une élévation enterrée et une épaisse couche de terre mêlée de pierres et d’éclats de taille (US 150 au niveau de la fontaine) a été rapportée contre elle.

Fig. 48 – Parement oriental du mur 103‑104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 48 – Parement oriental du mur 103‑104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

16Deux murs (109‑544 et 391‑405) liés au mur 103‑104 forment les limites d’un portique de façade méridional 681. Entre eux, un collecteur général s’écoulait de l’est vers l’ouest et traversait le mur 103‑104 par une ouverture clavée ménagée dans le mur. Elle était large de 0,50 m environ dans son état premier (fig49), qui sera modifié par la suite (voir 4.5.8.2, le canal 540). Son intrados atteignait 73,56 m d’altitude à l’est et 73,52 m à l’ouest. Une épaisse dalle, aussi large que le mur lui-même (0,90 m), était conservée au débouché occidental du canal où elle formait un linteau en saillie d’une trentaine de centimètres sur le nu du mur ; sa partie supérieure était à 73,08 m d’altitude et la trace subsiste, à l’état III, d’un arrachement du mur qui fermait l’espace entre la dalle et la voûte : laissant un volume d’air entre le linteau et l’intrados de la voûte, comme on l’a observé ailleurs, l’eau s’écoulait sans doute sous le linteau, sur une hauteur que nous n’avons pu mesurer pour des raisons de sécurité. Ce dispositif n’est pas conservé à l’est du mur 103‑104, où rien ne subsiste non plus du premier canal, qui pouvait être en bois.

Fig. 49 – Canal aménagé dans le mur 104 : ouverture primitive clavée et reconstruction tardive du piédroit méridional (dessin : A. Devillechaise ; DAO : M. Drot).

Fig. 49 – Canal aménagé dans le mur 104 : ouverture primitive clavée et reconstruction tardive du piédroit méridional (dessin : A. Devillechaise ; DAO : M. Drot).

4.1.2.3. L’amorce d’un portique de façade occidental

17Immédiatement au sud de l’emplacement de la fontaine 444 de l’état IIIb, un mur 108bis, parallèle au mur 104, était lié au mur 109 (fig47). Large de 0,60 m, il était fait d’assises régulières, hautes de 0,10 m en moyenne, liées au mortier. Arasé à 74,39 m, il servit de fondation au mur 108 plus récent et a été détruit lors de la construction de la fontaine 444 et de ses canaux d’évacuation des eaux. Nous ne l’avons pas retrouvé au nord de la fontaine.

18Il forme sans doute, avec le mur 104, l’amorce d’un portique de façade occidental large de 3,50 m environ, hors stylobate ; son niveau de sol, supérieur au niveau d’arasement, n’est pas connu.

4.1.2.4. Le portique de façade méridional 681

19Liés au mur 103‑104, les deux murs parallèles 109‑544 au nord et 391‑405 au sud traversaient d’est en ouest l’ensemble de la parcelle fouillée, sur 45 m environ, et disparaissaient à l’est sous le portique oriental de l’état IIIb.

20Large en élévation de 0,60 m, le mur 544 présentait un parement méridional régulier, dont les joints étaient tirés au fer, et un ressaut de fondation au nord à l’altitude de 73,28 m près de la liaison avec le mur 104 (fig50). Le mur 405, large en élévation de 0,73 m, était construit en appareil régulier (fig51). Sur chacune de ses faces, il présentait un ressaut de fondation vers 73,93 m à son raccord avec le mur 104 ; l’altitude de ce ressaut s’élève à 74,09 m à 5 m à l’est, ce qui témoigne d’une légère pente de l’est vers l’ouest. L’apparente différence d’épaisseur du mur (entre 0,73 m et 0,97 m suivant les points de mesure) dépend du niveau d’arasement, au-dessus des ressauts à l’ouest, au-dessous à l’est. Perçu à l’extrémité sud-est du pavillon de l’état II, un élargissement ponctuel de la fondation au sud du mur pourrait témoigner d’une reprise à travers l’US 597 (IIe siècle).

Fig. 50 – Parement méridional du mur 109‑544 ; l’assise supérieure appartient à l’élévation du mur et les joints ont été protégés par l’adjonction du mur 543 contre eux (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 50 – Parement méridional du mur 109‑544 ; l’assise supérieure appartient à l’élévation du mur et les joints ont été protégés par l’adjonction du mur 543 contre eux (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 51 – Parement méridional du mur 391‑405 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 51 – Parement méridional du mur 391‑405 (cliché : J.‑Cl. Béal).

21Liés au mur 104, ces deux murs délimitaient un portique méridional 681 large de 4,20 m environ. Le sol de ce portique se serait trouvé vers 74,03 m, au moins à l’articulation avec l’aile occidentale, si le petit lambeau de béton de tuileau 546 conservé contre le ressaut septentrional du mur 405 (fig49) en est bien la trace. Il pourrait avoir été supporté par un remblai dans lequel était pris le premier état du canal d’évacuation des eaux.

4.1.2.5. Les autres vestiges de l’état I

22Engagé sous le portique oriental de la résidence des états IIb et III et arasé vers 74,26 m d’altitude dans son jardin, séparé de l’aile septentrionale par le passage d’un drain postérieur au XIIIe siècle et détruit à l’ouest lors de la création du grand bassin 417, un petit ensemble de vestiges (fig47, ensemble A) comporte d’abord deux pièces mitoyennes de même longueur (4,60 m environ). La première est dotée d’un sol de béton de tuileau ; sa limite orientale disparaît sous le portique 445 de la résidence tardive ; la seconde est large de 2,85 m environ. Elles sont séparées par deux murs accolés. Quatre amorces de murs sectionnés lors de la création du bassin 417 sont disposées symétriquement sur le côté occidental des salles et deux autres amorces, sur son côté septentrional, ont été sectionnées au passage du drain postérieur au Moyen Âge. En l’état, cet ensemble n’est pas compréhensible.

23Plus au nord, la fouille conduite en 2001 dans le quadrant nord-ouest de l’espace 874, arrêtée à 73,70 m, a mis en évidence, vers 74,30 m en moyenne, l’existence d’un niveau de galets (US 1111) également attribuable à l’état I. Sur ce niveau, une couche limoneuse 1110 a livré un mobilier du Ier siècle, tandis que, sous ce sol apparaissent des traces ténues d’une occupation non datée, dans un limon jaune puis rouge où la fouille a été arrêtée à 73,37 m. Dans l’espace 833, un lambeau de mur 1180, d’orientation nord-sud, fait de blocs liés à la terre, a été brisé en deux segments et sectionné lors de la construction du mur de fond 911 du portique septentrional. Il est recouvert par une couche charbonneuse dont le prolongement (US 1142) est apparu aussi dans l’espace voisin 831 au niveau du ressaut de fondation du mur 906a de l’état IIa.

  • 3 Le léger décalage qu’on observe entre les deux sections du mur épierré 804 relevé dans nos sondage (...)

24Enfin, les tranchées ouvertes par P. Sarrazin en 1988 puis par nos soins en 2000, principalement entre le portique de façade occidental et le grand bassin de l’état IIIb ont montré que des murs épierrés (fig47, murs 804, 806 à 808 et 816) existaient dans cet espace. Faute d’un décapage extensif plus important qui n’était pas réalisable, le plan qu’ils dessinent, s’ils sont bien contemporains, reste problématique. Leur chronologie même est incertaine. Aux points d’observation, les tranchées d’épierrement des murs 8043 et 806 s’ouvrent entre 73,65 m et 73,80 m, soit 0,69 m au moins sous le niveau de circulation du couloir du bâtiment voisin (état IIa : 74,34 m) sans qu’on puisse rien conclure puisqu’elles sont recouvertes directement par un épandage de matériaux de construction issus de la destruction finale des vestiges. En revanche, la tranchée d’épierrement du mur 807 est scellée, sous l’épandage, par une couche sableuse mêlée de mobilier de construction, témoin du passage d’un courant d’eau antérieur au creusement du grand bassin. Nous avions, par défaut, rattaché ces murs à l’état I de la résidence (Rapport Béal, Landry 2016 : 15) ; J.‑M. Mignon propose de les intégrer à une large aile occidentale de l’état II de la résidence à laquelle se rattachent en tout cas les murs épierrés 641‑803 et 816 (voir 4.6.3.2).

4.1.2.6. Datation de l’état I

25On dispose de peu d’éléments pour dater ces premières et déjà importantes constructions.

26Le mobilier de l’US 1110 comportait des fragments de céramique à paroi fine siliceuse, de la céramique non tournée du Haut-Empire, un mortier à collerette et bord en bourrelet, attribuable au Ier siècle, vers 50 au plus tôt.

  • 4 La chronologie des états de la résidence a été d’abord esquissée au cours de la fouille ; elle a é (...)

27Les quelques vestiges de l’ensemble A engagés sous le portique oriental de la résidence tardive ont servi de support ponctuel au stylobate du portique oriental des états II et III ; ils furent recouverts par une US 944 riche en mobilier. En effet, selon Chr. Bonnet4 :

[…] pour un total de 67 vases, la céramique fine compte 45 % de l’ensemble avec une majorité de céramiques sigillées. Parmi celles-ci, les types représentés sont, pour certains, présents dès l’époque tibérienne (Drag. 18B, Ritt. 1, Ritt. 9, Drag. 24/25A dont un marbré) et, pour d’autres, plutôt à partir de l’époque claudienne (Drag. 4/22, Ritt. 8). Une estampille OF FIRMON sur le fond d’une coupelle de type Drag. 33A se rapporte à Firmo II de la Graufesenque. La céramique à paroi fine calcaire de Lyon rassemble un fragment de bol à décor de crépis et un fragment de pot à décor sablé. La céramique commune comprend des pots à épaule carénée de la catégorie non tournée du Haut-Empire, un mortier à bord en bandeau en céramique commune claire et des fragments de bouilloire à pâte grise kaolinitique. Les amphores ne livrent que des panses de conteneurs gaulois (amphore de Marseille du Haut-Empire et G1 à pâte kaolinitique), hispaniques (Dr. 20), et orientaux (amphore carotte). En l’absence de vases flaviens, une datation entre 40 et 70 ap. J.‑C. est envisageable pour ce lot.

28Le lot constitue le seul TAQ à la construction des structures que nous venons d’évoquer et qui sont par ailleurs postérieures à la première installation des années 50‑25 av. J.‑C.

29Parmi les éléments architecturaux recueillis au Palais et étudiés par D. Fellague (voir 4.8.1.1), une base (n° 1) et un chapiteau ionique (n° 5) sont datables à la fin de l’époque républicaine et à l’époque augustéenne ; d’autres pièces pourraient appartenir à la même période. Parmi les fragments de décors peints, N. Delferrière a proposé d’identifier des éléments du Ier siècle et des décors du IIe style pompéien, d’époque augustéenne. Les uns et les autres doivent être attribués à un édifice de haute époque, rasé éventuellement jusque dans ses fondations.

4.2. La résidence du Palais à l’état IIa (J.‑Cl. Béal, E. Dumas)

30L’état IIa (fig. 52) voit la création d’une première résidence à jardin central entourée d’un péristyle dont les quatre branches desservent des bâtiments.

Fig. 52 – Plan des parties fouillées de la résidence du Palais à l’état IIa (DAO : E. Dumas).

Fig. 52 – Plan des parties fouillées de la résidence du Palais à l’état IIa (DAO : E. Dumas).

31Chacune des ailes de l’édifice comporte un portique et un bâtiment dont les vestiges sont décrits successivement, en commençant par l’aile septentrionale. On connaît assez bien les ailes septentrionale et méridionale, que reliait sans doute une aile occidentale dont l’extension vers l’ouest est incertaine ; l’aile orientale est entièrement sous la RD 73. Le jardin est, du nord au sud, long de 16,20 m environ, pour une largeur plus incertaine, d’une quinzaine de mètres.

4.2.1. L’aile septentrionale de l’état IIa

4.2.1.1. Le portique septentrional

32Le portique septentrional 1022 (fig. 53) n’est connu qu’en deux endroits. Il est préservé d’une part sur 8,50 m depuis l’angle nord-est du stylobate dans le sondage de 2017 (fig. 54 et fig. 55) car il a été détruit au-delà par un drain est-ouest, postérieur à l’époque médiévale, dont le creusement a fait disparaître la plus grande partie de son stylobate et du sol de sa partie orientale. D’autre part, plus à l’ouest, alors qu’il a été largement entamé dans sa partie occidentale par l’aménagement des abords de la maison Ginot, qui ont également oblitéré le raccord entre le portique septentrional et l’aile occidentale, un fragment de son sol (moins d’1 m2) a été reconnu en 2001 devant les espaces 831 et 872.

Fig. 53 – Plan de l’aile septentrionale : numérotation des espaces et des murs mentionnés dans le texte (fond : extrait du plan général des vestiges [M. Drot] ; DAO : M.‑N. Baudrand et J.‑Cl. Béal).

Fig. 53 – Plan de l’aile septentrionale : numérotation des espaces et des murs mentionnés dans le texte (fond : extrait du plan général des vestiges [M. Drot] ; DAO : M.‑N. Baudrand et J.‑Cl. Béal).

Fig. 54 – Vue générale de l’extrémité orientale du portique septentrional 1022 (cliché : E. Dumas).

Fig. 54 – Vue générale de l’extrémité orientale du portique septentrional 1022 (cliché : E. Dumas).

Fig. 55 – Plan général, tous états confondus, de l’extrémité orientale du portique septentrional (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

Fig. 55 – Plan général, tous états confondus, de l’extrémité orientale du portique septentrional (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

33Il était limité au nord par le mur de fond 911 (fig. 56), qui garde cette fonction jusqu’à la fin de la résidence. Dans le sondage de 2017, le mur était large de 0,57 m et son élévation était parementée, dans cet état, à l’aide de moellons de taille régulière ; sa base, non atteinte, était située à un niveau inférieur à 73,85 m d’altitude, soit 0,50 m sous le sol du portique. Au niveau des espaces 831 et 872, le mur de fond 911 présentait le même parement méridional à moellons réglés, sur une hauteur de 0,20 m au-dessus du niveau du sol (soit jusqu’à 74,50 m).

Fig. 56 – Plan de l’extrémité orientale du portique septentrional à l’état IIa (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

Fig. 56 – Plan de l’extrémité orientale du portique septentrional à l’état IIa (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

34Au sud, le portique était limité par une colonnade posée sur un mur stylobate 2017.9 dont il ne restait plus que la fondation de mortier de 0,58 m de largeur, destinée à recevoir les dalles qui couronnaient le mur. À son extrémité orientale, ses dalles avaient été entièrement récupérées. La fondation présentait néanmoins un plan horizontal à 74,11 m pour les recevoir. Les dalles devaient ainsi faire une vingtaine de centimètres de hauteur puisque le plan horizontal était situé 0,20 m en dessous du niveau de circulation dans le portique. La conservation, par endroits, d’empreintes de dalles dans l’épaisseur du sol du portique permet de se faire une idée de leur longueur : l’une d’elles était longue de 0,80 m, une autre de 1,50 m (fig. 56).

35Ce portique, comme celui de l’aile méridionale où la mesure peut aussi être prise, était large de 2,75 m à 2,80 m. Il s’inscrivait dans la moyenne des portiques de villae. Un peu plus large que les portiques de la villa de la Plaine à Privas (2,40 m : voir ci-dessus, 1.2.5.2, fig21, n° 5) et de Brèze à Limony (2,65 m : voir ci-dessus, 1.2.5.2, fig. 21, n° 3), c’est le format moyen des portiques de la villa de la Plaine à Alba (voir ci-dessus, 1.2.5.2, fig. 20, n° 1), à peine inférieur à celui des portiques de service de partie rustique de la villa de la ZAC de Provence à Montélimar (2,87 m à 3 m : voir ci-dessus, 1.2.4.1, fig. 14, n° 6). Ce format est comparable à celui du portique de la villa des Cloisets à Colmier-le-Bas (Haute-Marne ; Didier, Harmand 1976 : 14 : 2,70 m), à ceux de la villa de Montronneau (Dordogne : Gaillard 1997 : 147‑148 : entre 2,50 m et 2,70 m) ou au portique interne de la villa de la Grange du Bief à Anse (Rhône : Béal, Coquidé, Tenu 2013 : 295 : 2,90 m). Les portiques des domus, mesurés hors stylobate, dépassent rarement 2,80 m de largeur, et présentent souvent une variation en fonction de l’exposition, les branches de portiques tournées vers le sud étant plus larges que les autres (Mémoire Galmiche 1996 : 116‑117, fig. 20). C’est, enfin, souvent aussi la largeur des portiques de rue (Frakes 2009 : 465‑469).

  • 5 En France, l’article R4216-5 du code du travail définit, parmi les règles de sécurité, une « large (...)

36Selon les normes aujourd’hui en vigueur5, un portique de 2,75 m permettrait le passage aisé, de front, de quatre à cinq personnes.

37Le sol du portique (2017.8 et 1118) est un béton de chaux blanc décoré de petits galets et d’éclats de tesselles de couleur (blanc crème, noir et rose, notamment), dont le niveau de circulation se situait entre 74,28 m et 74,36 m. À son extrémité orientale, il présentait à plusieurs endroits de sa surface des taches noirâtres dues à un incendie dont ce sont les seules traces. Ce sol a été coulé entre le stylobate et le mur de fond 911 contre lequel il remonte légèrement (fig57), sur un radier de pierres disposées à plat ou sur chant, de 8 cm d’épaisseur, posé sur une couche de limon brun d’au moins 0,30 m d’épaisseur rapportée contre le mur 911, qui n’a pas livré de mobilier archéologique.

Fig. 57 – Vue en coupe, depuis l’ouest, du sol et du mur de fond 911 du portique septentrional à l’état IIa (cliché : E. Dumas).

Fig. 57 – Vue en coupe, depuis l’ouest, du sol et du mur de fond 911 du portique septentrional à l’état IIa (cliché : E. Dumas).

38À l’extrémité orientale de ce portique (fig56-58), un seuil (SE 2017.25) de 2,80 m de largeur, le mettait en communication avec un couloir d’entrée. Ce seuil était fait de trois dalles de calcaire partiellement récupérées (fig59). De la plus septentrionale (L. : 0,70 m), brisée dans son épaisseur lors de sa récupération, subsiste la partie inférieure prise dans le mortier de scellement ; des deux autres (L. : 0,82 m et 0,90 m), entièrement récupérées, on ne connaît plus que l’empreinte qu’elles ont laissée dans le mortier à 74,15 m d’altitude. Afin d’avoir la même altitude que le sol du portique, elles devaient être hautes d’une quinzaine de centimètres. La largeur de ces dalles, qui dépassait 0,40 m, n’a pu être mesurée, puisqu’elles étaient engagées sous la berme du sondage.

Fig. 58 – Négatif du stylobate (2017.9) du portique septentrional de l’état IIa ; vue depuis l’ouest (cliché : E. Dumas).

Fig. 58 – Négatif du stylobate (2017.9) du portique septentrional de l’état IIa ; vue depuis l’ouest (cliché : E. Dumas).

Fig. 59 – Vue depuis le sud de l’extrémité méridionale du seuil SE 2017.25 ; à gauche, marche de l’escalier postérieur 2017.7 (cliché : E. Dumas).

Fig. 59 – Vue depuis le sud de l’extrémité méridionale du seuil SE 2017.25 ; à gauche, marche de l’escalier postérieur 2017.7 (cliché : E. Dumas).

39Dans le même secteur, le portique était traversé par la canalisation CN 2017.11, entre le jardin et la salle 891. Large de 0,34 m, elle était haute de 0,26 à 0,33 m. Son fond et ses parois étaient revêtus de mortier de tuileau. Sa couverture (dalles de terre cuite, de pierre ou planches en bois) a disparu. La canalisation étant apparue ouverte à l’emplacement d’une déchirure du sol du portique, on ne peut non plus savoir si la canalisation était visible et accessible depuis le portique ou si elle était recouverte par le sol du portique. Le faible espace disponible entre le sommet des parois de la canalisation et la surface du sol, 0,10 m tout au plus, nous indique que la couverture de la canalisation devait faire moins de 0,10 m d’épaisseur.

40Le passage aménagé pour la canalisation dans le mur stylobate de l’état IIa a été détruit lors de la construction d’un nouveau mur stylobate, mais le passage aménagé dans le mur de fond du portique a été préservé. Deux dalles en calcaire de (0,6 x 0,15 m par 0,10 m de hauteur et 0,25 m de profondeur pour celle du sud) couvraient la canalisation sous le mur ; ces linteaux plats étaient engagés de 0,10 m à leur extrémité dans la maçonnerie des piédroits. Les parois et le fond du tronçon du canal qui passait sous le mur de fond du portique n’ont pas été revêtus de mortier de tuileau.

41Enfin, à l’ouest, devant l’espace 831, le lambeau conservé du sol 1118 était adossé à un mur nord-sud 1115 (l. : 0,40 m), lié au mur 911 (fig53 et fig60) : on pourrait être ici à l’extrémité occidentale du portique et à l’articulation de l’aile septentrionale avec une aile occidentale (voir 4.2.4).

Fig. 60 – Coupe stratigraphique du portique septentrional : lambeau de sol 1118 du portique de l’état IIa sous le sol 936b du portique tardif entre deux branches (comblements 1122 et 1123‑1124) du drain post-médiéval (DAO : M. Drot).

Fig. 60 – Coupe stratigraphique du portique septentrional : lambeau de sol 1118 du portique de l’état IIa sous le sol 936b du portique tardif entre deux branches (comblements 1122 et 1123‑1124) du drain post-médiéval (DAO : M. Drot).

4.2.1.2. Le bâtiment septentrional

42Dans son état IIa, le bâtiment septentrional n’est que partiellement connu (fig52), notamment dans son extension vers l’ouest et vers l’est. En l’état de notre documentation, ce dernier s’étendait au moins sur 8,5 x 16,5 m (soit une surface d’au moins 140 m2) et comportait au moins trois espaces différents, 831, 833 et 891, à l’arrière duquel se développait une petite pièce (1004). De ces espaces, nous connaissons essentiellement la nature de leur sol, hormis pour l’espace 891 qui est mieux connu. Aussi, nous attacherons-nous particulièrement à l’étude de cet espace 891 et au fonctionnement des latrines qu’il abritait.

Le bâtiment et ses niveaux de circulation

43À l’arrière du portique et de son mur de fond, le bâtiment se développait entre le mur 906a à l’ouest, le mur 1107 au nord et le mur de fond du portique 911 au sud (fig53).

44Conservé en élévation pendant toute la période antique (fig61), le mur 906a (l. : 0,53 m), d’orientation nord-sud, est conservé sur 2 m de hauteur environ au-dessus de sa fondation. Il était lié au mur de fond du portique et, au nord, au mur 1107. À l’extérieur, au niveau de l’espace 872, son parement, fait de moellons à peu près réguliers dont les joints étaient tirés au fer, supportait un enduit lissé beige (ép. : 3 cm). À sa base, entre 73,46 m et 73,60 m, suivant les points de mesure, un petit bec de mortier tourné vers l’extérieur du mur était en connexion avec un premier niveau de chantier sableux, ce qui laisse penser que le sol n’était pas construit et que l’espace 872 était alors libre de construction. En revanche, à l’est, le parement interne du mur 906 est plus irrégulier d’aspect. Son ressaut de fondation se trouvait à 73,06 m ; un rétrécissement de l’élévation se produisait à 73,34 m, altitude à partir de laquelle apparaissaient des joints tirés au fer.

Fig. 61 – Parement occidental des segments successifs a (état IIa), b (état IIb) et c (état III) du mur 906 (dessin : D. Fellague ; DAO : M. Drot).

Fig. 61 – Parement occidental des segments successifs a (état IIa), b (état IIb) et c (état III) du mur 906 (dessin : D. Fellague ; DAO : M. Drot).

45Au nord, le bâtiment était fermé par le mur perpendiculaire 1107 (l. : 0,50 m), lié au mur 906. Les deux murs présentaient d’ailleurs un aspect comparable. À l’articulation des murs 906 et 1107, un enduit beige, assez altéré, couvrait leur face interne (fig62), à partir de l’altitude de 73,95 m et le ressaut de fondation du parement méridional du mur 1107 est à 73,32 m, à rapprocher du rétrécissement d’élévation du mur 906 à 73,34 m.

Fig. 62 – Parement oriental du mur 906a à l’état IIa et remblaiement de l’espace 831 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 62 – Parement oriental du mur 906a à l’état IIa et remblaiement de l’espace 831 (cliché : J.‑Cl. Béal).

46L’extension du mur 1107 vers l’est était conséquente, même s’il a été beaucoup démonté. Au raccord avec le mur 906a, il a été arasé à 74,12 m, lors de la construction, dans un état postérieur, du sol de mortier blanc 986. Plus à l’est, il est arasé sous le sol de la pièce 1001 de l’état suivant. Nous l’avons mis au jour ensuite à la base du praefurnium 855 de l’état IIIb (segment 902‑1107) où, arasé à 74,22 m, il supportait les deux murs latéraux du praefurnium ; il était aussi réemployé (segment 1003 arasé à l’altitude du sol : 74,57 m) comme limite du sol des latrines dans l’espace 891. Un autre petit tronçon de ce mur est enfin conservé en élévation, en réemploi dans le mur 915 qui sépare plus tard les pièces 891 et 874. Il est absent plus à l’est où il pourrait avoir été démonté lorsqu’ont été construits les canaux chauffants de la salle 874. Ce mur 1107, qu’on peut suivre sur 16,50 m, était donc un élément structurant du bâtiment de l’état IIa.

47Les niveaux de circulation dans le bâtiment ont pu être définis en plusieurs points.

48Dans l’espace 831, une mince couche de petits galets a été trouvée vers 74,80 m, assise sur un épais remblai stratifié (US 1105, 1126, 1130, 1132, 1136, 1141), entre les murs 906a et 1107. On peut la mettre en relation avec l’enduit mural beige et considérer qu’ils constituaient le sol et l’enduit mural d’une pièce dont l’extension vers l’est nous demeure inconnue.

49Au centre, dans l’espace 833, les perturbations antiques et modernes gênent la lecture. Mais sous les perturbations est apparu un sol en terre battue, dont le niveau était autour de 74 m. Un troisième espace (891), que nous identifions comme des latrines, est pourvu, dès cet état, d’un sol en béton de tuileau dont le niveau de circulation était autour de 74,15 m.

50À l’est, un sol de mortier blanc 1104 (alt. : 74,56 m), entraperçu entre les canaux chauffants du quart nord-ouest de la salle 874 dans son état IIIb pourrait appartenir à l’état IIa et peut-être indiquer l’existence d’au moins une pièce à l’est de la salle 891. Mais il est à noter que ce sol en mortier blanc ne fut pas redécouvert lors du sondage de 2 m2 ouvert en 2017 entre les canaux chauffants du quart sud-ouest de la salle, alors que ce sondage fut creusé jusqu’à une côte de 73,62 m ne livrant que des structures du IIIe siècle.

51Il semblerait donc que, dans l’état IIa, le niveau de circulation des différents espaces du bâtiment septentrional s’étageait de l’ouest vers l’est pour rattraper la pente du terrain : il passait de 73,60 m dans l’espace ouvert 872, à 74 m environ dans l’espace 831 et à 74,15 m dans l’espace 891 et à 74,56 m dans l’espace 874, si ce dernier appartient bien à l’état IIa. Le niveau de circulation du portique était, quant à lui, plus haut que celui de la plupart des différents espaces qu’il bordait, puisqu’il était à 74,30 m. Il faut donc imaginer qu’il fallait descendre depuis le portique dans les pièces du bâtiment septentrional, sans doute parce que le portique et les espaces s’étageaient aussi dans une pente sud-nord.

Les latrines 891

52Longue de près de 6 m, la salle 891 (fig63) était close au nord par le mur 1003‑1107, à l’est par le mur 915, au sud par le mur de fond du portique 911 auquel le précédent est lié ; sa limite occidentale n’a pas été identifiée ; elle se situait dans l’espace 833, à l’ouest du mur 857 qui fermait les latrines à partir de l’état IIb. La surface de cette pièce n’est donc pas connue dans l’état IIa.

Fig. 63 – Vue générale de la salle 891 ; au premier plan, portique septentrional 1022 (cliché : E. Dumas).

Fig. 63 – Vue générale de la salle 891 ; au premier plan, portique septentrional 1022 (cliché : E. Dumas).

53Liée au mur 911 et construite comme lui, une maçonnerie 1149 (l. : 0,58 m), parallèle au mur oriental 915 (fig64) et à 0,80 m de lui, limitait à l’est un sol 1150 de béton de tuileau rouge rosé décoré d’éclats de calcaire blanc, à une altitude moyenne de 74,15 m. Ce sol s’achevait contre le mur 911 et la maçonnerie 1149 par un quart-de-rond d’étanchéité (l. : 0,24 m ; H. : 0,15 m) et conservait par endroits des traces de peinture rouge ailleurs absentes (fig65). Les murs 911 et 1107 étaient enduits, au moins dans leur partie inférieure, d’un mortier de tuileau de 2 cm d’épaisseur, qui était conservé jusqu’à leur niveau d’arasement ; il subsistait jusqu’à 74,83 m d’altitude au maximum contre le mur 915. La maçonnerie 1149 semble avoir été, elle aussi enduite, d’un mortier de tuileau sur sa paroi occidentale si l’on en juge par la bande de 6 cm de largeur qui n’a pas été lissée au sommet du quart-de-rond du sol qui la bordait et qui était destiné à le recevoir.

Fig. 64 – Égout latéral des latrines 891 de l’état IIa (vue depuis le nord) ; au second plan, portique septentrional (cliché : E. Dumas).

Fig. 64 – Égout latéral des latrines 891 de l’état IIa (vue depuis le nord) ; au second plan, portique septentrional (cliché : E. Dumas).

Fig. 65 – Traces de peinture rouge conservées sur le bourrelet oriental du sol 1150 des latrines 891 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 65 – Traces de peinture rouge conservées sur le bourrelet oriental du sol 1150 des latrines 891 (cliché : J.‑Cl. Béal).

54La maçonnerie 1149 présente un plan supérieur horizontal autour de 74,12 m (fig66), soit 7 cm plus bas que le bourrelet d’étanchéité, qui a conservé par endroits, contre son bord oriental, une fine couche d’un mortier blanc peu compressé (US 2017.18) où se lisaient cinq empreintes planes de dimensions diverses (11 x 11 cm ; 23 x 20 cm au moins pour les deux les plus complètes) évoquant des pièces de bois et laissant apparaître le négatif d’une structure disparue (fig67). L’une de ces empreintes, allongée, était percée d’un clou. Les données disponibles ne permettent pas de restituer ce dispositif ni d’imaginer au-dessus de la maçonnerie 1149 un bâti réunissant des pièces de bois horizontales et verticales ; il est d’ailleurs possible que ces pièces de bois aient été tout simplement des plaquettes destinées à caler des dalles dans le mortier de scellement.

Fig. 66 – Maçonnerie 1149, vue depuis l’est (cliché : E. Dumas).

Fig. 66 – Maçonnerie 1149, vue depuis l’est (cliché : E. Dumas).

Fig. 67 – Détail des traces dans le mortier à la surface de la maçonnerie 1149 ; vue depuis l’ouest (cliché : E. Dumas).

Fig. 67 – Détail des traces dans le mortier à la surface de la maçonnerie 1149 ; vue depuis l’ouest (cliché : E. Dumas).

55Une canalisation de 0,70 m de largeur, dont le fond et les parois étaient enduits de mortier de tuileau, courait entre cette maçonnerie 1149 et le mur oriental 915 sur toute la longueur de la pièce. Le fait que sa paroi orientale, la maçonnerie 1149, était enduite sur 0,30 m de hauteur alors que sa paroi occidentale, le mur 915, était enduite sur 1 m de hauteur (jusqu’à 74 m) nous permet, comme nous allons le voir, avec l’étude de l’arrivée et de l’évacuation de l’eau, de proposer d’identifier cette salle 891 à des latrines.

L’identification des latrines collectives à égout latéral

56L’identification des latrines collectives à égout latéral dans l’espace 891 repose sur la présence, dans la pièce, d’un égout latéral, d’une maçonnerie présentant un plan horizontal pour supporter les dalles d’un marchepied sur son bord, et sur les variations importantes de sections et de pentes des canalisations alimentant l’égout et l’évacuant (fig. 68).

Fig. 68 – Sections de la canalisation 2017.11 et de l’égout 998 dans la pièce 891 et dans l’espace 940 (relevés et DAO : J.‑Cl. Béal, M. Drot et E. Dumas).

Fig. 68 – Sections de la canalisation 2017.11 et de l’égout 998 dans la pièce 891 et dans l’espace 940 (relevés et DAO : J.‑Cl. Béal, M. Drot et E. Dumas).

57Sur le plan architectural, le négatif observé au sommet du mur 1149 permet d’y restituer des dalles habillées à l’est et à l’ouest de mortier de tuileau (fig69). On peut leur attribuer une hauteur de 0,16 à 0,17 m environ, en considérant que c’est la hauteur moyenne d’une marche, ce qui porte leur plan supérieur vers 74,34 m. Sur et contre les dalles pouvait venir la façade d’une banquette percée adossée au mur de fond 915 et soutenue dans la canalisation par un bâti de bois. La banquette pouvait être haute de 0,53 m au moins au-dessus des dalles, sa surface d’utilisation atteignant l’altitude de 74,87 m à laquelle l’enduit de tuileau qui revêtait le parement du mur 915 cesse d’être conservé. Des hauteurs de sièges comparables ont été déjà observées (Bouet 2009 : 100, banquettes des latrines des thermes des Lutteurs à Vienne - Saint-Romain-en-Gal [Rhône], des thermes du Nord à Nice - Cimiez [Alpes-Maritimes], de la Maison du Prétoire à Vaison-la-Romaine [Vaucluse]). Des hauteurs de chute comparables, atteignant un mètre du siège au fond de la canalisation, sont également connues (Bouet 2009 : 99 : latrines de la villa d’Avenches [Suisse, Vaud], de la schola de l’Îlot des Cordeliers à Poitiers [Vienne], des thermes du Nord de Nice - Cimiez). Enfin, la largeur du canal 1148 et celle de la banquette qui la surmonte n’ont rien d’inhabituel.

Fig. 69 – Proposition de restitution de la pièce des latrines collectives de la résidence aux états IIa en haut et IIb en bas (DAO : E. Dumas).

Fig. 69 – Proposition de restitution de la pièce des latrines collectives de la résidence aux états IIa en haut et IIb en bas (DAO : E. Dumas).

58Sur le plan hydraulique, l’égout latéral des latrines, de section rectangulaire (0,70 x 0,30 m) a une faible pente (0,34 %) dans la moitié méridionale de la pièce où il a été fouillé en 2017 puisqu’il passait de 73,83 m à son entrée dans la pièce à 73,82 m trois mètres en aval. Il était alimenté par la canalisation 2017.11, venant de l’angle nord-ouest du jardin, qui présentait en amont une pente de 3,18 %, sous le portique où elle passait, sur 3,75 m de longueur, de 73,99 m au sud, à son entrée sous le portique, à 73,88 m au nord, contre son mur de fond 911.

59Le passage d’une canalisation de petite section (0,30 m de largeur) et à forte pente à un égout de large section (0,70 m de largeur) et à faible pente (fig68, coupe 1 et 2) permettait d’accélérer la vitesse de l’eau et d’obtenir de bonnes conditions d’écoulement des fluides malgré la faiblesse de la pente de l’égout dans les latrines (Wéry 1898 : 84). La présence à l’entrée de la pièce 891 d’une petite chute de 0,05 m permettait, quant à elle, d’éviter un éventuel reflux de l’égout vers l’amont.

60À sa sortie des latrines, l’évacuation se faisait à travers l’espace 940 par un égout équipé de banquettes de visite 998 (fig. 68, coupe 3) et d’un chenal resserré qui concentrait les dépôts, comme on en connaît dans le chenal de certaines sections d’aqueducs (Adam 1989 : fig. 567‑570) ou d’autres collecteurs comme celui qui ceinture la grande exèdre de l’aire A d’Alba (Ardèche : Dupraz, Fraisse 2001 : 131, fig. 103). Le collecteur avait un profil en U en partie basse où il était large de 0,50 m et haut de 0,50 m et était doté, de part et d’autre, à 74,12 m, d’une banquette enduite de tuileau, large de 0,25 m à 0,32 m. Les parois de la canalisation étaient enduites de tuileau sur 0,80 m de hauteur tandis que son fond était un mortier blanc non lissé. Le fond de ce collecteur se trouvait vers 73,63 m d’altitude, ce qui induit, entre le collecteur et le dernier point observé de l’égout de latrines, à cinq mètres de là, une pente théorique de 4 % qui pouvait être atteinte soit avec une forte accélération de pente, soit avec la création, à la sortie des latrines, d’une cascade d’une dizaine de centimètres. Ces deux systèmes destinés à accroître l’efficacité du flux ont pu exister puisqu’ils sont tous deux connus dans des égouts des latrines des provinces gauloises : une marche de 0,15 m de hauteur est, par exemple, connue à proximité de l’exutoire dans l’égout des latrines des thermes de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne) et une chute de 0,11 m au niveau de l’exutoire de l’égout des latrines des thermes de la Maternité à Evreux (Eure), tandis qu’une pente de 4 % a été observée dans l’égout du « bâtiment public » de Poitiers (Vienne) à la sortie de la salle des latrines A (Bouet 2009 : 116 et 267). Au-delà d’une pente de 3 %, le radier des égouts ayant tendance à devenir glissant (Wéry 1898 : 83), on comprend tout l’intérêt de la présence de cette banquette de circulation ici, au niveau de l’exutoire des latrines, et en aval d’un tronçon d’égout à 4 % de pente théorique pour permettre de nettoyer ce collecteur et éviter son engorgement mais aussi pour vérifier l’état de ses parois et de son radier qui, du fait de la chute ou de la forte pente qui le précédait, risquait de s’abîmer rapidement par frottement.

  • 6 Sa liaison avec l’égout des latrines a été occultée par une maçonnerie à l’état IIIb.

61L’exutoire de l’égout était sans doute déjà intégré à une petite pièce de service 1004, qui était fermée à l’ouest par le mur 857 et au nord par le mur 991 qui lui est lié (fig68). L’eau était sans doute évacuée vers l’ouest en direction des zones basses et du cours de la Riaille par la canalisation 995 (l. : 0,40 m à 0,35 m) qui longeait au sud le mur septentrional 991 de la pièce 10046. La canalisation passait sous le mur 857 par une ouverture équipée d’un linteau de pierre calcaire (L. : 0,36 m) qui couvrait l’ouverture à 74,27 m d’altitude à sa base, mais la fouille n’a pas atteint le fond de la canalisation. La partie occidentale de la pièce 1004 était alors dotée d’un sol en mortier de tuileau (SL 993, à 74,15 m d’altitude), qui jouxtait le canal 995 (fig. 70). Au sommet du piédroit méridional du canal apparaît le négatif de sa couverture et, contre le revêtement d’enduit de mortier de tuileau du mur 991, la trace supérieure d’un scellement de cette couverture est conservée à 74,39 m (fig71). Sous cette couverture, une ouverture carrée (0,12 x 0,12 m) était ménagée dans le mur 991 à 74,03 m d’altitude, sans doute pour évacuer dans la canalisation 995 des eaux venant du nord, hors de l’emprise des fouilles.

Fig. 70 – Partie occidentale de la pièce 1004 : sol 995 et canal 1182 ; à gauche, porte du praefurnium 940 de l’état III (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 70 – Partie occidentale de la pièce 1004 : sol 995 et canal 1182 ; à gauche, porte du praefurnium 940 de l’état III (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 71 – Traces de scellement de la couverture et débouché d’une conduite dans le canal 1182 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 71 – Traces de scellement de la couverture et débouché d’une conduite dans le canal 1182 (cliché : J.‑Cl. Béal).

62La canalisation latérale de la pièce 891 était longue de 5,90 m. Aussi, sur la base des données réunies par A. Bouet (2009 : 100‑103), peut-on considérer que la banquette pouvait être percée de sept lunettes de 0,20 m de diamètre, espacées d’un entraxe de 0,60 m : sur les 59 latrines identifiées dans des villae par A. Bouet, 12 ou 13 comportaient 7 places ou plus. La superficie de la salle 891 elle-même n’est pas connue, puisqu’on n’a pas pu mettre sa clôture à l’ouest en évidence. Elle est en tout cas supérieure à 18,29 m2. Sans qu’une corrélation étroite s’établisse entre superficie et nombre de places, on peut mentionner plusieurs latrines comparables, dans la villa des Roches à La Chapelle-Vaupelteigne (Yonne : 19 m2, 6 places), dans celle de Schwarzuecht à Echternach (Luxembourg : 21,28 m2, 20 places), dans celle de Las Peiras à Rabastens (Tarn : 22 m2, 6 places), dans celle à Nennig (Allemagne, Sarre : 22,6 m2, 9 places), ou dans celle de Kobig à Wiltingen (Allemagne, Rhénanie-Palatinat : 23,07 m2, 10 à 14 places suivant les hypothèses) [Bouet 2009 : 266‑267, n° 77 ; 289‑290 : n° 102 ; 256 : n° 67 ; 294 : n° 108 ; 306 : n° 120].

4.2.2. L’aile orientale de l’état IIa

63Cette aile est à peu près entièrement prise sous la RD 73 et on ne dispose que de peu d’informations à son sujet.

4.2.2.1. Le portique oriental

64Le portique oriental du péristyle de l’état IIa n’a pu être entrevu que sur quelques centimètres carrés à son extrémité nord en 2017 (fig56). Trop à l’ouest par rapport à la fouille de 1993 dans le fossé de la RD 73, il était trop à l’est pour celle des années 2000, et peut-être détruit par l’ouverture d’une tranchée d’EDF qui, de toute façon, en interdisait l’accès.

65La fondation maçonnée de son stylobate (MR 2017.23), observée sur 0,80 m de longueur, était construite de la même manière que celle du portique septentrional avec laquelle elle formait un angle et à laquelle elle était liée. Elle est arasée à 74,14 m, soit sensiblement à la même altitude que le mur MR 2017.9 (74,11 m).

66Le type de sol dont il était revêtu n’est pas connu. Il était peut-être en béton blanc comme le portique septentrional 1022 et le portique méridional 687 qu’il devait relier ; son niveau de sol devait être situé, lui aussi, autour de 74,30 m. Il aurait ainsi fait 17 m d’une longueur sur laquelle J.‑M. Mignon propose de restituer huit colonnes, avec des entraxes de 2,42 m environ.

4.2.2.2. Le bâtiment oriental

67Dans leur fouille de 1993 (fig72), C. Jung et A. Allimand ont pu ouvrir un étroit sondage à l’est du portique oriental, dont elles ont mis au jour le mur de fond 35, et entre les murs 31 et 36 qui lui sont liés. Elles y ont également découvert une série de murs qu’il n’est pas possible d’identifier et de décrire du fait de l’étroitesse de la fenêtre d’observation.

Fig. 72 – Plan des fouilles de 1993 (d’après Jung 1993).

Fig. 72 – Plan des fouilles de 1993 (d’après Jung 1993).

4.2.3. L’aile méridionale de l’état IIa

68L’aile méridionale de la résidence de l’état IIa (fig52 et fig. 73) se développait entre le portique méridional interne 687, qui ouvrait sur le jardin intérieur, et le mur de fond du portique de façade méridional 681, qui fut renforcé.

Fig. 73 – Plan détaillé d’une partie de l’aile méridionale (DAO : M. Drot).

Fig. 73 – Plan détaillé d’une partie de l’aile méridionale (DAO : M. Drot).

4.2.3.1. Le portique 687

69Troisième branche du péristyle du jardin intérieur, le portique 687 était, au sud, parallèle au portique septentrional 1022. Son extrémité orientale et son raccord avec le portique oriental n’ont pu être observés car ils se trouvaient en dehors de l’emprise fouillée. Son extrémité occidentale aboutissait, elle, à un autre portique qui desservait le bâtiment occidental.

70Ce portique (l. : 2,80 m) était limité au nord par un mur stylobate 973bis (l. : 0,60 m) dont les dalles ont été récupérées, laissant apparaître, conservé jusque vers 74,15 m d’altitude au maximum, le lit d’attente en moellons réguliers assez gros (H. : 0,10 à 0,15 m), auxquels des briques étaient ponctuellement associées.

71Le mur de fond de ce portique était le mur 641‑803 (l. : 0,60 m), mur porteur du bâtiment, à l’ouest du couloir 618, puis, à l’est du couloir 618, sans doute la paroi 623, que nous n’avons pu voir que sur une cinquantaine de centimètres car elle a été sectionnée lors de la création du stylobate du portique de la résidence de l’état III.

72Le portique était doté d’un sol 622 de béton blanc à inclusions de calcaire (voir 4.8.2.3), à l’altitude de 74,34 m comparable à celle du portique septentrional. Ce sol était d’abord bien conservé à l’est, encore qu’il ait été lui aussi sectionné lors de la création du stylobate de la résidence tardive ; il reposait sur un radier de blocs de 0,10 à 0,15 m de longueur. Plus à l’ouest, le sol était rapidement lessivé et destructuré (fig74) au point d’apparaître en stratigraphie comme une couche de petits galets progressivement dépourvus de liant jusqu’à ce que l’érosion en fasse disparaître la trace.

Fig. 74 – Émissaire du canal 610 à travers le mur stylobate du portique méridional ; au second plan, sol du portique en cours de destructuration (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 74 – Émissaire du canal 610 à travers le mur stylobate du portique méridional ; au second plan, sol du portique en cours de destructuration (cliché : J.‑Cl. Béal).

73Courant sous le sol, une galerie technique 610 (l. : 0,33 m) traversait obliquement le portique, depuis son issue parementée dans le jardin intérieur jusqu’au couloir 618.

4.2.3.2. Le bâtiment méridional

74C’est tout un corps de bâtiment, dont la construction impliquait peut-être que le portique de façade méridional 681 fût renforcé, qui était adossé au nord de ce portique 681 et ancré dans un démontage partiel de son mur de fond 544, comme on peut l’observer notamment à l’articulation des murs 544 et 648 ou, plus à l’ouest, à l’articulation des murs 544 et 615 (fig73).

75De ce bâtiment, on a une connaissance incomplète, notamment parce qu’il se prolongeait vers l’est sous le portique oriental de la grande résidence de l’état III et sous la RD 73 et que son extrémité occidentale a été détruite lors de la création de la fontaine monumentale de la même époque. Il était large de 12,20 m environ du nord (mur 641‑803) au sud (mur 544).

76D’un premier espace 686 presque entièrement engagé sous le portique oriental (L. : 6,70 m du nord au sud), on ne connaît que la paroi 619 (l. : 0,39 m) qui le fermait à l’ouest et l’amorce des parois 623 et 624 qui le fermaient au nord et au sud. La nature et l’altitude de son sol ne sont pas connues.

77Mitoyen à l’ouest, un couloir 618 (l. : 1,37 m) traversait le bâtiment du nord au sud, et débouchait au sud sur une pièce ou une cour, mettant le portique 687 de cette aile en relation avec le portique de façade méridional. Le sol 621 du couloir 618 était, à l’altitude de 74,34 m, un sol de béton blanc à inclusions de fragments de calcaire blanc, identique à celui du portique 687. Sous le sol courait une galerie technique 610 (l. : 0,30 m) dont le fond de mortier blanc se trouvait à 73,80 m ; il n’y a pas de pente entre les deux points où nous avons pu en faire l’observation. Les piédroits étaient constitués de deux murets recouverts par le sol du couloir, dans lequel était ménagé le logement de dalles ou de planches pour la couverture du canal, retrouvé ouvert. Destinée à recevoir un tuyau de plomb ou de bois non retrouvé, cette galerie menait, à l’état IIa, au canal qui traverse le portique de façade méridional et dont les caractéristiques sont identiques.

78À l’ouest du couloir 618, le reste de ce que nous connaissons du bâtiment, limité par les murs porteurs 641, 620 et 544, larges de 0,60 m, est d’abord divisé en pièces rectangulaires par des cloisons plus étroites (par ex. : l. du mur 648 : 0,47 m ; l. du mur 592 : 0,38 m). Les cinq premières pièces au moins (998 et au nord 983b et 984b, 684 et au nord 647, 690), sont des salles chauffées conservées au niveau des chambres de chaleur des hypocaustes, les niveaux de circulation et les accès ayant été rasés.

79Ainsi, du sol 711 de mortier lissé sur hérisson de galets de la pièce 998, subsiste, au sud, un lambeau, qui doit sa préservation au fait qu’il supportait, à l’altitude de 73,64 m, la fondation du mur 672 de l’état IIb (fig75) ; on ne peut savoir si le sol de briques 997 présent à 73,67 m à l’état IIb dans le couloir 996 existait déjà dans l’état IIa : cela traduirait une partition de l’espace 998 en deux unités. L’écart d’altitude (0,70 m) entre le sol 711 et celui, voisin, du couloir 618 (74,34 m), suggère bien qu’on ait eu affaire au sol 711 de la chambre de chaleur d’une pièce sur hypocauste et non à son niveau de circulation. Une autre observation va dans le même sens, puisque les quatre murs de la pièce 998 sont recouverts d’un enduit de mortier feuilleté blanc (fig. 76) dont la base se situe, suivant les points de mesure, entre 73,83 m et 74,04 m : on peut donc restituer un niveau de circulation dans la pièce, au-dessus de la chambre de chaleur de l’hypocauste, vers 74 m ou un peu au-dessus – éventuellement à une altitude voisine de celle du sol du couloir 618 (74,34 m).

Fig. 75 – Sol 711 visible en coupe sous le mur 672 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 75 – Sol 711 visible en coupe sous le mur 672 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 76 – Au centre, mur 544 ; à droite son enduit feuilleté présent aussi sur le mur 648 (pièce 998) ; à gauche au premier plan, sommet lisse du mur 543 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 76 – Au centre, mur 544 ; à droite son enduit feuilleté présent aussi sur le mur 648 (pièce 998) ; à gauche au premier plan, sommet lisse du mur 543 (cliché : J.‑Cl. Béal).

80Dans la pièce 684, voisine à l’ouest de la pièce 998, le sol de la chambre de chaleur était fait de dalles de terre cuite, récupérées pour la plupart au moment de l’abandon du bâtiment de l’état II et dont le mortier qui les supportait et qui porte leur empreinte (fig77) se trouve à 73,55 m d’altitude. Cependant, contre le bord septentrional de la pièce, courait, en une bande étroite à 74,15 m, un sol, sans doute de béton blanc, dont ne subsiste plus que le radier de galets (L. : 0,15‑0,20 m) posés obliquement et recouverts de quelques petits galets ronds plus petits qui devaient appartenir à sa couche de mortier de surface. Il devait former le sol de circulation d’une partie non chauffée de la pièce (Degbomont 1984 : 118). De la pièce mitoyenne 690, on ne connaît qu’une partie du sol de briques, récupérées, de la chambre de chaleur, vers 73,55 m également.

Fig. 77 – Négatifs des dalles de terre cuite du sol de la pièce 684 ; au premier plan, piedroits arasés d’un passage d’air chaud dont les briques du sol sont encore en place (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 77 – Négatifs des dalles de terre cuite du sol de la pièce 684 ; au premier plan, piedroits arasés d’un passage d’air chaud dont les briques du sol sont encore en place (cliché : J.‑Cl. Béal).

81La chambre de chaleur de la pièce 983b était dotée d’un sol de mortier léger, posé sur le substrat argileux sans hérisson de support. La rétraction du substrat a eu pour effet que ce sol, à 73,85 m aujourd’hui, s’est affaissé, laissant des lambeaux de mortier à la base des murs 592 et 985. Le même phénomène affecte sans doute aussi la salle voisine.

82Dans les murs de la pièce 998, deux ouvertures sont percées, qui permettaient la circulation de l’air chaud entre cette pièce et les voisines. Au nord, dans le mur 592, une ouverture maçonnée (l. : 1,19 m) était habillée de piédroits en dalles de terre cuite qui rétrécissaient à 0,58 m le passage d’air chaud vers la pièce 983b (fig. 78). Il est assuré qu’il n’y avait pas de passage identique vers la pièce 984b, qui pouvait éventuellement recevoir de l’air chaud par une ouverture dans le mur 985, très dégradé. À l’ouest, dans le mur épierré 648, des fragments de briques encore en place appartiennent aux piédroits d’un passage analogue vers la pièce 684. Enfin, entre les pièces 684 et 690 existaient, semble-t-il, deux ouvertures de chauffe (fig73 et fig77), l’une, observée dans une des tranchées de 1988 près de l’angle nord-ouest, l’autre, large de 0,40 m, plus au sud.

Fig. 78 – Passage d’air chaud entre les suspensurae des salles 998 et 983b (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 78 – Passage d’air chaud entre les suspensurae des salles 998 et 983b (cliché : J.‑Cl. Béal).

83La localisation des praefurnia à partir desquels ces pièces étaient chauffées reste problématique : ils étaient sans doute dans l’un ou l’autre des espaces qui occupaient la partie occidentale du bâtiment, puisqu’il faut exclure qu’ils aient été situés dans l’emprise de l’un des deux portiques ; il n’y a ni traces de chauffe ni aménagement particulier dans la salle 983b.

84Enfin, au nord de la pièce chauffée 684, il restait, de la pièce 647 non chauffée et mitoyenne du portique 687, deux lambeaux érodés d’un sol, à 74,15 m, fait d’un radier de moellons (L. : 0,10‑0,20 m) qui formaient en surface un niveau à peu près horizontal. Dans l’angle nord-est de la pièce, un bourrelet de béton blanc incluant des galets assurait le raccord entre le sol et le mur 591. Ce niveau de circulation est identique à celui de la salle voisine 684 et se rapproche du niveau de circulation (74,34 m) dans le portique.

85À l’ouest de ce groupe de salles, on peut seulement esquisser le plan d’autres pièces. Ainsi, la salle 685, large de 5,20 m environ, paraît-elle occuper toute la largeur du bâtiment, tandis que, séparées d’elle par le mur 615 (l. : 0,58 m) et entre elles par le mur 634 (l. : 0,58 m) qui lui est lié, se trouvent ensuite deux salles presque carrées (5,30 x 5,70 m et 5,30 x 5,30 m) dont le sol a disparu, le niveau d’arasement atteignant ici 73,98 m au maximum au raccord avec le mur 615 ; le mur 691 qui ferme ces deux salles à l’ouest est épierré.

4.2.3.3. La consolidation du portique 681 de la façade méridionale

86Connus dès l’état I, le mur de fond 544 et le stylobate 405 du portique méridional 681 furent, dès l’état IIa sans doute, doublés (fig79 et fig80) sur leur face interne par le mur 406 au sud et la structure 543 au nord, plaqués contre eux et adossés à leur extrémité occidentale contre le mur 104 du portique de la façade occidentale.

Fig. 79 – Doublement des murs du portique de façade méridional 681 ; à gauche, bassin de la salle 998 (état IIb), à droite, canal central 542 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 79 – Doublement des murs du portique de façade méridional 681 ; à gauche, bassin de la salle 998 (état IIb), à droite, canal central 542 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 80 – Coupe du portique de façade méridional 681 dans le sondage 532 (DAO : M. Drot).

Fig. 80 – Coupe du portique de façade méridional 681 dans le sondage 532 (DAO : M. Drot).
  • 7 L’apparition des joints beurrés caractérise plutôt des constructions plus récentes, à partir de l’ (...)

87Le mur 406, large en élévation de 0,57 à 0,60 m, est arasé d’est en ouest entre 74,17 m et 73,70 m. L’élévation était faite de moellons irréguliers, assemblés à l’aide d’un mortier abondant entre des parements à joints beurrés7.

88Construit de la même façon, l’ensemble 543 est arasé à une altitude variant de 73,97 m à 73,67 m mais il est plus complexe que le mur 406 et résulte de l’addition d’éléments successifs. Des contreforts furent d’abord édifiés. De l’ouest vers l’est, se succédaient ainsi (fig81) les contreforts 632 (1,97 x 0,92 m), 613 (2,14 x 0,93 m) et 675 (2,20 x 1 m). Aujourd’hui arasés, ces renforts pouvaient s’élancer pour former des pilastres ou des arcades. On n’observe pas d’espacement régulier entre les trois renforts connus, mais la partie la plus orientale de l’édifice nous manque et avec elle, peut-être, un quatrième contrefort.

Fig. 81 – Relevé en plan des renforts du mur 543 (dessin : J.‑Cl. Béal, P. Ferreira, J. Vial ; DAO : M. Drot).

Fig. 81 – Relevé en plan des renforts du mur 543 (dessin : J.‑Cl. Béal, P. Ferreira, J. Vial ; DAO : M. Drot).

89Ils furent ensuite, dans un délai qu’on ne peut préciser, reliés par des segments de murs d’épaisseur variable (0,62 m entre les contreforts 632 et 613 ; 0,76 m à l’est du contrefort 613 ; 0,70 m de part et d’autre du contrefort 675). Un gros contrefort 633 (3,42 x 1,16 m) fut en outre inséré entre le contrefort 632 et le piédroit septentrional du passage d’eau construit sous le pavillon 682. Ces segments de murs ne s’élevaient pas au-dessus du niveau de circulation dans le portique. Aussi leur sommet garde-t-il par endroits la trace d’un lissage à la truelle et non d’un arasement par arrachement, vers 74 m d’altitude. Une zone de lissage large de 0,76 m et de plusieurs mètres de longueur apparaît ainsi au sommet du mur, entre les contreforts 613 et 633 ; elle était peut-être interrompue vers l’est par un contrefort non repéré sous l’axe de circulation du chantier, puisqu’à l’ouest du contrefort 675, une zone de lissage plus étroite (0,70 m) s’étend sur 2,05 m (fig82). À l’est de ce renfort, après une zone arasée, un secteur lissé traversé par le canal 674 s’étend à nouveau sur une longueur indéterminée. Il est vraisemblable que l’absence de lissage, ici ou là, sur les sommets de murs, ne soit qu’accidentelle.

Fig. 82 – Vue depuis l’ouest : sommet lissé à la truelle du mur 543 à l’ouest du contrefort 675 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 82 – Vue depuis l’ouest : sommet lissé à la truelle du mur 543 à l’ouest du contrefort 675 (cliché : J.‑Cl. Béal).
  • 8 Dans le pavillon d’angle 682, nous avons proposé d’identifier le sol de l’état I, adossé au mur 40 (...)

90Dans un sondage ouvert à 27 m à l’est du pavillon d’angle 682, un lambeau de sol 645, en béton de tuileau à inclusion de gros agrégats de terre cuite, est encore conservé à l’altitude de 73,91 m (fig83), équivalente à l’altitude des lissages au sommet du mur 5438. Sectionné par le passage du canal de l’état III, ce sol était appuyé contre le parement septentrional du mur 406, enduit là de mortier de tuileau et il pouvait s’appuyer au nord contre le parement des segments de murs 543 et contre les contreforts. Il paraît être ce qui subsiste du sol du portique de l’état IIa, posé sur un remblai et sur la couverture du canal contemporain entre les murs 406 au sud et 543 au nord. Ce sol a été détruit, presque partout sans doute, dans l’état III.

Fig. 83 – Sol de tuileau 645 du portique de la façade méridionale de l’état IIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 83 – Sol de tuileau 645 du portique de la façade méridionale de l’état IIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

91Le contre-fortage du mur de fond primitif 544 permettait d’y appuyer le bâtiment méridional, mais ces structures furent aussi construites pour permettre d’augmenter la pente du canal d’évacuation de l’eau, au prix du déchaussement de la base des murs primitifs 544 et 405 (fig80). D’ailleurs, les ressauts de fondation des nouveaux murs se trouvent à une altitude inférieure à celle des murs qu’ils doublaient, comme on a pu l’observer en deux points. D’une part, à 8 m à l’est du pavillon d’angle 682, le ressaut du mur 543, large, du reste, de 0,30 m, était à 73,34 m d’altitude, soit environ 0,50 m plus bas que le ressaut du mur 544 auquel il était adossé et qui, d’ailleurs, fut dégradé lorsqu’on construisit le nouveau mur. Le ressaut de fondation du mur 406 était à la même altitude que celui du mur 543. D’autre part, sous le pavillon d’angle et près du raccord avec le mur 104, le ressaut du mur 406, à 73,23 m, était 0,80 m plus bas que celui du mur 382-391‑405 auquel il était adossé.

92Du canal d’évacuation lui-même, rien ne subsiste à l’état IIa comme à l’état I où son existence était pourtant déjà avérée : les remaniements de l’état III, où un canal maçonné apparaît, expliquent ce fait.

4.2.3.4. Un pavillon d’angle 682

93Une pièce 682 (6,30 x 4,25 m, 26 m2) occupait l’articulation du portique de la façade méridionale avec son retour occidental et formait un pavillon d’angle (fig52). Limité au nord et au sud par les murs préexistants 543 et 405, il était fermé à l’ouest par le mur 104, qui apparaît aujourd’hui arasé à un niveau de 73,86 m inférieur à celui du sol 118 de la pièce ; son axe sera repris plus tard par le mur 111 (voir 4.4.3), qui se prolongeait vers le sud. Enfin, le pavillon était fermé à l’est par le mur 605.

94Cet épais mur 605 (l. : 1,06 m), lié aux deux murs 543 et 406, barrait l’infrastructure et l’élévation du portique 681. Arasé aujourd’hui entre 74,16 m et 74,28 m, il comportait en infrastructure (fig84) une ouverture médiane dont subsistent les piédroits, à demi détruits dans l’état IIIb. Les parements de ces piédroits étaient jointoyés au fer (fig85) et un ressaut d’élévation (l. : 0,08 m) apparaît à 73,69 m à l’extrémité du piédroit méridional ; mais la base de l’élévation, située en dessous de 73,27 m, n’était pas accessible, sauf à détruire les vestiges plus récents : l’altitude du fond du canal est donc inconnue. Ce piédroit est le seul dont la longueur soit conservée : elle permet de restituer par symétrie la largeur de l’ouverture, autour de 1,40 m. Cette ouverture qui devait être couverte d’un linteau, permettait le passage d’un canal, en bois sans doute, sous l’élévation du mur 605.

Fig. 84 – Schéma d’évolution de l’extrémité occidentale du portique de la façade méridionale. État I : évacuation des eaux du canal méridional par une ouverture dans le mur 104 ; état IIa : doublement des murs au nord et au sud et création du pavillon 682 ; état IIIb : destruction du pavillon, réfection et doublement du canal méridional par un canal 527 (DAO : E. Dumas).

Fig. 84 – Schéma d’évolution de l’extrémité occidentale du portique de la façade méridionale. État I : évacuation des eaux du canal méridional par une ouverture dans le mur 104 ; état IIa : doublement des murs au nord et au sud et création du pavillon 682 ; état IIIb : destruction du pavillon, réfection et doublement du canal méridional par un canal 527 (DAO : E. Dumas).

Fig. 85 – Piédroit méridional de l’ouverture dans le mur 605 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 85 – Piédroit méridional de l’ouverture dans le mur 605 (cliché : J.‑Cl. Béal).

95La pièce était dotée d’un sol 118 (voir 4.8.2.3, la résidence de l’état II) de mortier blanc à inclusions de plaquettes de marbre et de schiste (fig. 86), posé sur un hérisson de gros galets. Il se trouve à 74,38 m d’altitude, soit une cinquantaine de centimètres (deux marches) au-dessus du sol 645 du portique tel que nous proposons de l’établir (à 73,90 m), et au niveau de circulation des autres pièces de l’aile méridionale.

Fig. 86 – Détail du sol 618 du pavillon d’angle (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 86 – Détail du sol 618 du pavillon d’angle (cliché : J.‑Cl. Béal).

96Contre l’angle externe sud-est du pavillon 682, une plaque d’enduit peint a été retrouvée in situ, habillant le parement méridional du mur 382-391‑405 ; la peinture fut appliquée, à un moment de l’état II, sur une couche de mortier blanc épaisse de 10 mm, elle-même adossée à une couche de mortier de tuileau de 10 cm d’épaisseur. Conservé au maximum, sur 0,32 m de hauteur, le fragment est long d’environ un mètre, et comporte un fond jaune sur lequel s’esquisse une tache rouge qui invite à y voir une figuration en faux marbre (voir ci-dessous, 4.8.3). Sa base se trouve à 0,14 m au-dessus du ressaut méridional de fondation du mur 405 (73,96 m), inférieur au niveau de sol dans le pavillon mais comparable au niveau de circulation dans le portique. Il sera recouvert dès l’état IIIa par des remblais que soutiendra à l’ouest la création du mur 111 prolongeant le mur de terrasse 104 vers le sud.

4.2.4. L’aile occidentale de l’état IIa

97Le jardin de l’état IIa était limité à l’ouest par une quatrième aile, occidentale, du péristyle. Deux lambeaux en subsistent, conservés au nord et au sud du grand bassin 417 (fig52).

98Nous avons vu, en effet, que le lambeau de sol 1118 du portique septentrional (voir ci-dessus, 1.2.1.1) était adossé à un mur 1115 très dégradé qui était lié au mur de fond du portique septentrional et pouvait servir de mur de fond à un portique occidental. À 6,80 m environ de ce mur, un mur 1117, parallèle, pouvait, avec lui, délimiter un corps de bâtiment occidental étroit. Le long des espaces 872 et 831, un couloir (l. : 1,30 m) permettait de traverser ce bâtiment, voire de desservir ces espaces.

99De la même façon, au sud, un couloir symétrique, de même largeur, se dessine entre le mur 641‑803 du bâtiment méridional et le mur 804. Fondés à travers le limon argileux rouge qui recouvre les galets de la terrasse würmienne, ces murs sont arasés vers 73,65 m et épierrés en dessous du niveau de circulation dans le portique mais la stratigraphie montre qu’ils étaient contemporains. Entre ces deux couloirs, des pièces mitoyennes pouvaient prendre place.

100Plus à l’ouest, les tranchées ouvertes en 1988 et en 2000 ont recoupé des murs ou des tranchées d’épierrement des murs 804, 806 et 807‑808 (voir ci-dessus, 4.1.2.5 et fig27). En l’absence constatée de sols sur la hauteur de la tranchée, ces constructions doivent être identifiées comme des élévations enterrées destinées à supporter un niveau de circulation disparu. Entre elles ont été rapportés des remblais plus ou moins limoneux, incluant parfois des fragments de tuiles et de mortier d’un état antérieur (état I ?), mais qui ne nous ont pas livré de mobilier datant. Cette interprétation est confirmée par le fait que le ressaut de fondation du mur 803, mur septentrional de l’aile méridionale, a été observé dans l’une de ces tranchées, à 73,40 m, recouvert par un remblai d’un mètre environ pour que soit atteint le niveau de circulation dans le bâtiment.

101Ces structures témoignent de subdivisions de l’espace dans le sens est-ouest. J.‑M. Mignon (voir 4.6.3) propose d’attribuer ces structures non pas à l’état I comme nous l’avions d’abord envisagé, mais à une aile occidentale large de l’état IIa, dont la toiture couvrirait aussi les pièces situées à l’ouest du secteur thermal du bâtiment méridional.

102Si donc l’existence d’un bâtiment occidental est certaine, sa largeur peut être discutée, entre un bâtiment étroit auquel succéderait à l’ouest un jardin pris entre des portiques dont le stylobate était inaccessible à la fouille au nord et détruit au sud, et un bâtiment large s’étendant jusqu’à un portique de la façade occidentale.

4.2.5. Le portique de la façade occidentale

103L’existence d’un portique de façade occidental est certaine près du pavillon 682, et vraisemblable plus au nord, même si les vestiges que nous en avons observés à la hauteur du bassin à exèdres de l’état III sont plus récents et non liés aux murs 804, 806 et 807.

4.2.6. Datation de l’état IIa

104En chronologie absolue, les données sont très peu nombreuses du fait notamment que certaines structures ont été creusées dans le sous-sol et parfois jusque dans la terrasse würmienne. On dispose cependant d’un peu de mobilier pour fixer au moins un TPQ à la création de l’état IIa.

  • 9 Voir la contribution de Chr. Cécillon (7.1).

105Ainsi, dans l’aile septentrionale, les remblais antérieurs à la construction du sol de circulation de l’espace 831, et en particulier les US 1136, 1132, 1126 et 1105, « peuvent être datés du Ier siècle par la céramique sigillée et la céramique non tournée du Haut-Empire » (Chr. Bonnet) qu’il contient ; une monnaie de Domitien (C5)9 a été trouvée à la surface de l’US 1105. Les remblais adossés au nord au mur 1107 (US 1114, US 1128, US 1129) ont livré également un mobilier flavien. Le sondage ouvert en 2017 n’a pas apporté ici d’éléments nouveaux.

106Dans l’aile méridionale et dans un sondage ouvert à 8,90 m à l’est du pavillon d’angle 682 (fig80), des remblais (US 548 et US 549) ont été rapportés de même sous le niveau du sol du portique et contre les murs 543 et 406 ; ils sont sans doute en place dès l’état I et remaniés à l’état IIa. Selon l’analyse de Chr Bonnet, ils ont livré « un mobilier céramique du Ier siècle ap. J.-C., l’US 549 associant le type Drag. 18B en sigillée sud gauloise et la céramique non tournée du Haut-Empire, l’US 548 regroupant les types Drag. 27, Drag. 33A et Drag. 18B en sigillée sud gauloise et de la céramique non tournée du Haut-Empire ». Ce mobilier peut être attribué aux années 40‑80. C’est dans ce remblai que furent construits les états successifs du canal médian, en bois sans doute d’abord, puis en maçonnerie.

107Le remblai (US 593) rapporté enfin, de la même façon, sous le sol 118 du pavillon 682 a livré, selon Chr. Bonnet, une cruche à lèvre moulurée en céramique commune claire et un fond de lampe de type Firma avec l’estampille COMMUNIS, deux éléments qui coexistent à l’époque flavienne.

108On retiendra donc que l’installation de l’état IIa peut être située vers la fin du Ier siècle. Mais la date du passage à l’état IIb, avec ses importantes modifications, ne peut être définie précisément.

4.3. La résidence du Palais à l’état IIb (J.‑Cl. Béal, E. Dumas)

109À l’état IIb (fig87), la résidence subit d’importantes modifications plus ou moins bien documentées : l’élargissement des portiques intérieurs, l’agrandissement du bâtiment septentrional, la suppression de l’éventuel bâtiment occidental, le réaménagement du bâtiment méridional et la création d’aménagements hydrauliques dans le jardin central et au sud de la résidence.

Fig. 87 – Plan des parties fouillées de la résidence du Palais à l’état IIb (DAO : E. Dumas).

Fig. 87 – Plan des parties fouillées de la résidence du Palais à l’état IIb (DAO : E. Dumas).

4.3.1. L’aile septentrionale de l’état IIb

4.3.1.1. Le portique septentrional

110Ce portique a été observé au nord-est du jardin en 2017, dans le même sondage que le portique de l’état IIa ; il n’en subsistait rien en revanche devant les espaces 872 et 831 où une petite partie du sol de l’état IIa était en revanche encore conservée. Enfin, une partie de l’élévation de son stylobate a pu être observée depuis l’espace 872 jusqu’à 2,65 m de l’angle nord-ouest du portique.

111À l’état IIb (fig88), le portique septentrional 1022 (fig89) fut élargi, passant de 2,80 m à 3,70 m ; il en fut de même, au sud, du portique 687. Il est rare que les portiques de villae atteignent 3,70 m de largeur. C’est cependant le cas de certains des portiques de la villa de la Plaine à Viviers (Ardèche : 3,20 à 3,70 m ; voir ci-dessus, 1.2.5.2 et fig21, n° 2), du portique de la façade principale de la villa des Grandes Terres à Beynost (Ain ; Motte, Vicherd 2008 : paragr. 2 : 3,70 m). Un élargissement du portique, de 2,70 m à 3,10 m, a été également réalisé sur le péristyle de la villa (état IIIb) des Prés Bas à Loupian et Chr. Pellecuer (Thèse Pellecuer 2000 : 166) a supposé, comme nous, qu’elle impliquait une modification de la hauteur et des entraxes des colonnes. De rares portiques de domus atteignent ou dépassent cette largeur : c’est le cas, sur le site de Saint-Romain-en-Gal, de l’une des branches des portiques de la maison au Lion (branche occidentale : 4,15 m) et d’une maison anonyme (branche orientale : 4 m) [Mémoire Galmiche 1996 : fig. 20, n° 15 et n° 24]. C’est aussi le cas de quelques portiques de rue, par exemple à Arles (Frakes 2009 : n° 024 : site de l’esplanade des Lices : 3,75 m), à Laudun (Frakes 2009 : n° 033 : portique du forum : 3,60 m), à Alésia (Frakes 2009 : n° 076 : portique du forum : 3,88 m).

Fig. 88 – Sondage de 2017 : plan du portique à l’état IIb (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

Fig. 88 – Sondage de 2017 : plan du portique à l’état IIb (DAO : E. Dumas ; relevé topographique : V. Vachon).

Fig. 89 – Plan général de l’aile septentrionale à l’état II b : numérotation des espaces et des murs mentionnés dans le texte (DAO : M.‑N. Baudrand et J.‑Cl. Béal).

Fig. 89 – Plan général de l’aile septentrionale à l’état II b : numérotation des espaces et des murs mentionnés dans le texte (DAO : M.‑N. Baudrand et J.‑Cl. Béal).

112L’élargissement des portiques autour du jardin intérieur de la résidence fut un chantier important qui supposait le démontage du portique de l’état IIa, la construction des nouveaux stylobates et, au moins, le recyclage des dalles et colonnes des portiques ; mais il est vraisemblable que la hauteur des colonnes et l’ancrage de la charpente dans le mur de fond furent également modifiés. Cette opération correspondait, on le voit, à un désir de convivialité et, selon les normes actuelles, un portique de 3,75 m permettrait le passage de front de six personnes ; mais elle témoigne aussi du souhait de rapprocher le format des portiques de celui des édifices urbains, notamment publics.

113De plus, le sol du portique fut exhaussé. Cette modification entraîna le démontage des dalles du stylobate précédent et la construction d’un nouveau mur stylobate 628a dont la fondation était tangente à celle de l’ancien mur stylobate de l’état IIa. Large de 0,83 m, la tranchée de récupération des dalles (fig58), fut remplie avec des matériaux de construction, essentiellement des fragments de mortier et d’enduits peints rouges jetés en vrac et qui recouvrirent aussi le ressaut de fondation du stylobate 628a.

114Le nouveau mur stylobate 628a était large de 0,89 m à 74,10 m, altitude du ressaut de fondation large lui-même de 0,31 m ; la base de sa fondation n’a pas pu être atteinte à cause de l’exiguïté de l’espace disponible entre le mur et la berme du sondage ; mais elle se situait à une altitude inférieure ou égale à 74 m, c’est-à-dire à celle du fond du canal 2017.11.

115Au-dessus d’une fine couche de terre mêlée au mortier (ép. : 8 mm), l’élévation du mur, large de 0,58 m, était faite de deux assises constituées de petits moellons de calcaire réguliers (L. : 0,30 m ; H. : 0,10 m) liés avec un mortier fin de chaux beige ; elles sont conservées jusqu’à 74,35 m d’altitude à son extrémité orientale et jusqu’à l’altitude de 74,50 m dans la partie la plus occidentale du stylobate, sous les reprises tardives du mur.

116Aucun élément ne nous permet de connaître les dimensions des dalles de ce stylobate car les dalles du mur stylobate de l’état IIb ont été enlevées lorsque ce dernier a été surélevé de deux assises de réglage supplémentaires à l’état III. La largeur identique des plans supérieurs des fondations des murs stylobates des états IIa et IIb rend possible la réutilisation de dalles du stylobate de l’état IIa dans la construction du stylobate de l’état IIb.

117À l’ouest, le raccord du stylobate 628 au mur de soutènement de la terrasse 103‑104, vraisemblable, n’a pu être observé ; en revanche, à son extrémité orientale, son raccord avec le mur stylobate du portique oriental, qui a aussi été reconstruit à cet état, a pu être observé.

118L’agrandissement de la largeur du portique et, par rapport au précédent, la surélévation du ressaut de fondation du nouveau mur stylobate de 0,25 m ont nécessité de refaire le sol du portique, le sol de béton de l’ancien portique étant devenu trop étroit et son niveau de circulation trop bas. Le niveau de circulation de ce portique auquel on accédait dorénavant depuis son extrémité orientale en gravissant un escalier, a ainsi dû être alors exhaussé au moins d’une quarantaine de centimètres par rapport au sol précédent.

119Le massif de maçonnerie de cet escalier droit d’au moins deux marches (ESC 2017.7 : 3,70 m de largeur pour 0,82 m de profondeur) a été construit entre le mur de fond 911 et le nouveau stylobate 628a, directement sur l’ancien sol de béton blanc du portique et sur le comblement de la tranchée de fondation du nouveau mur stylobate 628 (fig90 et fig91). Seule sa marche de départ (L. : 3,70 m ; l. : 0,32 m ; H. : 0,2 m) est conservée ; elle est constituée de trois dalles rectangulaires de calcaire qui présentent des traces d’usure sur leur giron qui est autour de 74,50 m d’altitude.

Fig. 90 – Extrémité orientale du portique septentrional et base de l’escalier d’accès (cliché : E. Dumas).

Fig. 90 – Extrémité orientale du portique septentrional et base de l’escalier d’accès (cliché : E. Dumas).

Fig. 91 – Escalier d’accès au portique septentrional ; vue depuis l’est (cliché : E. Dumas).

Fig. 91 – Escalier d’accès au portique septentrional ; vue depuis l’est (cliché : E. Dumas).

120La première marche est constituée de trois dalles de même épaisseur (0,20 m), mais de longueurs et de profondeurs différentes (1,33 x 0,44 m pour la plus méridionale ; 1,23 x 0,50 m pour celle du centre ; 1,13 x 0,45 m pour celle du nord), qui sont alignées à l’est et adossées à l’ouest à un massif de maçonnerie constitué d’une assise de 0,10 m de hauteur de petits blocs de calcaire d’une vingtaine ou d’une trentaine de centimètres surmontée d’une arase de briques (ép. : 0,04 m) liées par du mortier aux trois blocs de calcaire constituant la marche de départ. L’arase de briques est surmontée sur 0,02 m d’épaisseur par une couche de mortier qui devait recevoir les dalles d’une marche disparue. Sur la surface des blocs de la première marche, une bande striée (fig92) large de 0,10 à 0,14 m, réservée contre leur bord occidental, facilitait le scellement d’une seconde marche. La marche supérieure, qui devait être ici la marche palière, manque ; ses dalles ont été enlevées à l’état III, lors de l’allongement du portique septentrional vers l’est.

Fig. 92 – Dalle centrale de la marche de départ de l’escalier (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 92 – Dalle centrale de la marche de départ de l’escalier (cliché : J.‑Cl. Béal).

121À la base de la contremarche de la première marche, un sol de mortier 2017.22 (fig88) qui était conservé sur quelques centimètres de largueur à une altitude 74,27 m sur toute la longueur du palier inférieur, doit avoir été celui du couloir d’entrée. La faible épaisseur du lit de mortier (5 cm) qui a été arraché sur toute la surface du palier au cours de l’état III laisse penser que ce sol devait être constitué à cet endroit d’éléments dignes d’être récupérés, des dalles en pierre par exemple.

122Si la marche supérieure de cet escalier avait la même hauteur que sa marche de départ, ce qui est vraisemblable, le niveau de circulation dans le portique septentrional de l’état IIb s’établirait vers 74,70 m, altitude compatible avec des dalles de stylobate d’une épaisseur de 0,35 m, supérieure donc à celle qu’on restitue pour les dalles du stylobate de l’état IIa (0,20 m).

123Mais cette altitude de 74,70 m est aussi identique à celle du sol mosaïqué 936 du portique de l’état III, seul niveau de sol mis au jour au-dessus de celui du portique de l’état IIa. Cette donnée impose de réfléchir à la nature du sol du portique septentrional de l’état IIb, qui n’est pas apparu à la fouille en 2017. Le sol 936 a été retrouvé directement sur le sol 2017.8 du portique de l’état IIa alors que, son décor géométrique recouvrant l’escalier qui se trouvait à l’extrémité orientale du portique de l’état IIb (fig55), ce sol mosaïqué appartenait assurément à l’état III.

124Deux hypothèses sont ainsi envisageables : ou bien le sol construit lors de l’agrandissement du portique à l’état IIb a été détruit lors de la réfection du portique et de la réalisation du sol mosaïqué à l’état III ; ou bien il a été utilisé comme support de la mosaïque du portique de l’état III. Cette dernière hypothèse a notre faveur car elle explique les différences notables observées dans la construction du support du sol mosaïqué 936 entre la partie qui se développait à l’est de l’escalier du portique de l’état IIb et celle qui se développait à l’ouest de ce dernier, soit dans l’emprise du portique de l’état II b.

125En effet, à l’est de l’escalier, le support du sol 936, observé en coupe dans le sondage en 2017, était composé de trois couches de mortier rose superposées (un mortier de tuileau rose foncé d’une dizaine de centimètres d’épaisseur comportant des cailloux d’un centimètre de diamètre ; un mortier fin et dense de couleur rose clair comportant de petits cailloux et des éléments de terre cuite sur 5 cm d’épaisseur et une fine couche mortier de tuileau très fin de couleur très rose sur 1,5 cm d’épaisseur). À l’ouest de l’escalier, devant les salles 891 et 874 où fut découvert en 2001 le fragment ARM 120 de la mosaïque SL 936, il n’était composé que de deux couches de béton (un béton de chaux blanc d’une dizaine de centimètres d’épaisseur comportant des cailloutis et des fragments de brique, surmonté d’un béton rose à granulométrie fine de 3 cm d’épaisseur comportant de la chaux et de la brique pillée).

126Ce choix atypique de construire différemment le support d’un même sol suivant l’endroit où il se trouve s’explique par le fait que le fragment ARM 120 réutilise un sol de béton blanc préexistant, celui de l’état IIb, comme support pour la mosaïque 936 tandis qu’à l’est de l’escalier, le support de la mosaïque a dû être entièrement construit. Dans cette hypothèse, les fragments du sol de l’état IIb auraient ainsi été déposés avec la mosaïque ARM 120 ou détruits lors de sa dépose.

4.3.1.2. Le bâtiment septentrional

127À l’état IIb, le bâtiment septentrional est agrandi vers le nord et son espace intérieur réorganisé (fig89).

L’augmentation de la surface

128Si le mur 1107 fermait au nord le bâtiment septentrional de l’état IIa, c’est, dans l’état IIb, un nouveau mur 880 qui remplit cette fonction. En effet, le mur 1107 fut supprimé et le mur 880 (l. : 0,52 m), parallèle à lui, fut construit à 0,75 m plus au nord (face interne), en petit appareil, réglé par des joints tirés au fer (fig93 et fig94).

Fig. 93 – Élévation du mur 880 au nord de l’espace 834 (dessin : S. Mayoud ; DAO : M. Drot).

Fig. 93 – Élévation du mur 880 au nord de l’espace 834 (dessin : S. Mayoud ; DAO : M. Drot).

Fig. 94 – Élévation du mur 880 sous le couloir de l’état III : les joints tirés au fer sont recouverts, dans la partie supérieure du mur, par un enduit à la truelle de l’état III (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 94 – Élévation du mur 880 sous le couloir de l’état III : les joints tirés au fer sont recouverts, dans la partie supérieure du mur, par un enduit à la truelle de l’état III (cliché : J.‑Cl. Béal).

129Le ressaut de fondation du mur 880 est à l’altitude de 73,89 m, soit 0,57 m plus haut que celui du mur antérieur 1107, et dans les remblais apportés contre ce mur (US 1114, 1128, 1129). Au-delà de l’espace 831, il se prolongeait vers l’ouest et il a été détruit lors de l’aménagement récent d’un emplacement de stationnement. Vers l’est, il était raccordé au mur nord-sud 906a par un nouveau tronçon 906b (fig95), dont la fondation, à 73,66 m, est devenue visible du fait d’un décaissement moderne, et par un autre (905b) au mur 905 qui fermait l’espace 831 à l’est ; ces deux murs étaient construits de la même façon dans leur partie ancienne réemployée dans l’état suivant (fig. 61). Il était enfin relié au mur 857.

Fig. 95 – Élévation du segment de mur 906b (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 95 – Élévation du segment de mur 906b (cliché : J.‑Cl. Béal).

130Cette opération permit de reculer de 1,37 m vers le nord la façade septentrionale de ce bâtiment. Elle faisait sans doute partie du même projet que l’élargissement du portique septentrional et relevait d’une volonté d’accroître l’emprise du bâtiment au sol et sans doute aussi son élévation. Nous l’associons à la réorganisation de son espace intérieur.

La réorganisation de l’espace intérieur

131Quatre pièces au moins furent créées en restructurant l’espace intérieur : la salle 872, incomplètement conservée, la salle 831, la salle 1001 et la salle 874. La salle 891 des latrines fut, quant à elle, réduite (fig87 et fig89).

132À l’ouest du mur 906a-b, on peut en effet restituer un premier état de la salle 872, dont l’extension vers l’ouest n’est pas connue. De son sol de mortier blanc, situé vers 74,60 m, pourrait subsister un lambeau dans l’angle sud-est de la pièce sous les canaux chauffants de l’état IIIb. Il est ailleurs absent ou disparu. D’autres pièces ont pu exister, hors de l’emprise de la fouille, à l’ouest de la pièce 872.

133À l’est du mur 906a-b, la salle 831 (7,15 x 5,40 m ; 38 m2) et la salle 1001 (7,15 x 6,20 m ; 44 m2) sont séparées l’une de l’autre par le mur 905 (l. : 0,52 m) qui présente le même appareil que le mur 880 auquel il est lié (fig96). La pièce 1001 est fermée à l’est par le mur 857‑882, qui est également lié au mur 880 et présente, lui aussi, des joints tirés au fer dans son état IIb.

Fig. 96 – Mur 905, vu de l’est : à gauche, joints tirés au fer dans la partie ancienne du mur, à droite, restauration tardive. Au premier plan, sol de la salle 1001 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 96 – Mur 905, vu de l’est : à gauche, joints tirés au fer dans la partie ancienne du mur, à droite, restauration tardive. Au premier plan, sol de la salle 1001 (cliché : J.‑Cl. Béal).

134Ces deux pièces, 831 et 1001, sont également dotées de sols de béton blanc lissé à inclusions d’éclats de calcaire blanc, posé sur un hérisson de galets liés au mortier : leur épaisseur atteint 0,25 m environ. Le sol 986 de la salle 831 est à 74,36 m d’altitude, à la hauteur d’un élargissement des murs, le sol 865 de la salle 1001 est vers 74,50 m d’altitude, il sera largement défoncé à l’état III. À nouveau donc, le niveau de sol variait d’une pièce à l’autre et l’on descendait par une marche ou deux du portique dans les salles.

135Dans les murs périmétraux de ces trois pièces 872 (fig97), 831 (fig98), et 1001 (fig99) se trouvaient des groupes de deux tuyaux. Chacun d’eux était formé de deux imbrices placées face à face, encastrées dans le mur et affleurant au ras du parement. Leur base se trouvait à quelques centimètres au-dessus du niveau des sols : dans la salle 872, à 74,69 m d’altitude, pour un sol vers 74,60 m, dans la salle 1001, au ras du sol de mortier blanc ; à l’angle nord-est de la salle 831, l’un des tuyaux descendait à 0,30 m du sol, plus bas que l’autre, tandis qu’au sud, dans le mur 911, les deux tuyaux étaient à la même altitude, à une vingtaine de centimètres au-dessus du sol. L’état de conservation des vestiges ne permet jamais de savoir jusqu’à quelle hauteur ces tuyaux pouvaient monter. Le plan des tuyaux est, d’autre part, incomplet, puisque les remontages de murs de l’état III peuvent avoir été conduits à partir d’un niveau inférieur à celui de la base des tuyaux.

Fig. 97 – Tuyau d’aération au-dessus du sol de la pièce 872, après démontage des canaux de chauffe (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 97 – Tuyau d’aération au-dessus du sol de la pièce 872, après démontage des canaux de chauffe (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 98 – Angle sud-ouest de la pièce 831 à l’état IIb : sol de mortier blanc à la hauteur de l’épaississement du mur 911 ; tuyau d’aération au-dessus du sol (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 98 – Angle sud-ouest de la pièce 831 à l’état IIb : sol de mortier blanc à la hauteur de l’épaississement du mur 911 ; tuyau d’aération au-dessus du sol (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 99 – Plan des tuyaux d’aération conservés dans les salles 872, 831 et 1001 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 99 – Plan des tuyaux d’aération conservés dans les salles 872, 831 et 1001 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).
  • 10 Courriel de Th. Fournet (IRAA, Lyon) en date du 12 octobre 2015.
  • 11 P. Dubedat identifie par ailleurs et à tort les canaux de chauffe de la villa comme des canaux de (...)

136Ces tuyaux, sans rapport avec des évacuations d’eau emmurées (par ex. en Italie, à Ostie et à Rome : Broise, Scheid 1987 : 36‑37, fig. 33‑35), ne sont pas à confondre non plus avec les cheminées emmurées signalées en Gaule en contexte thermal (Bouet 2003a : 268‑269, fig. 226). Deux autres exemples d’emploi de ces tuyaux nous sont connus, l’un à Pétra (Jordanie) en contexte thermal10 et l’autre dans la villa du Gleizia d’Augreilh à Saint-Sever (Landes : Dubedat 2003). À Pétra, une des salles des thermes des IIe et IIIe siècles fouillés par Th. Fournet était équipée d’un tuyau cylindrique de terre cuite, encastré dans un mur et qui descendait jusqu’à la base de la chambre de chauffe sans présenter de communication avec l’hypocauste. La découverte est restée sans explication. En revanche, à Saint-Sever (Landes), P. Dubedat (2003 : 109, pl. XVIII-XIX, photos XIII‑XIV) a rencontré plusieurs tuyaux de ce type. Il considère le dispositif comme des « drains muraux verticaux », attesté dans trois salles de la villa du Gleizia d’Augreilh, dont deux – au moins – sont chauffées par des suspensurae à canaux ; mais il n’y a aucune connexion entre les « drains verticaux » et les canaux. Selon le fouilleur, « cet aménagement relativement sophistiqué s’explique par la nature argileuse du sol et se retrouve d’ailleurs dans les édifices beaucoup plus récents et modernes des Landes » dont il ne donne cependant pas d’exemple11.

137On peut donc considérer que le programme de restructuration de l’aile septentrionale incluait la construction de murs assainis par ce dispositif ; on verra revenir la question, à l’état III, de l’assainissement de ce secteur.

Les latrines de la salle 891 et les canalisations du portique septentrional

138Dans l’état IIb, la création de la pièce 1001 se fit au détriment de la pièce des latrines 891 dont l’extension vers l’ouest fut réduite pour former une pièce d’environ 18,70 m2 (5,87 x 3,18 m). Elle fut alors fermée à l’ouest par le nouveau mur 857‑882 et toujours par les murs 1003‑1007, 915 et 911 sur les trois autres côtés (fig. 100).

Fig. 100 – Plan des latrines de la pièce 891 à l’état IIb et de leurs raccords au réseau hydrologique (DAO : E. Dumas).

Fig. 100 – Plan des latrines de la pièce 891 à l’état IIb et de leurs raccords au réseau hydrologique (DAO : E. Dumas).

139Pour permettre de fonder le mur 857, le sol de béton de tuileau 1150 de la salle des latrines fut perforé. Le parement oriental du mur fut enduit de béton de tuileau sur 6 cm d’épaisseur et 0,31 m de hauteur au-dessus du sol. L’enduit se terminait par un ressaut triangulaire de 6 cm de largeur et 10 cm de hauteur, surmonté par une couche d’enduit de mortier de tuileau de 2 cm d’épaisseur, conservée jusqu’à 74,55 m, c’est-à-dire jusqu’au sol de béton blanc (2017.26) de l’état III, soit sur 0,40 m d’élévation au-dessus du sol de mortier de tuileau (fig. 101).

Fig. 101 – Angle sud-ouest de la pièce 891 ; négatif d’un seuil sur le mur 911 (cliché : E. Dumas).

Fig. 101 – Angle sud-ouest de la pièce 891 ; négatif d’un seuil sur le mur 911 (cliché : E. Dumas).

140Deux nouveaux accès furent ouverts, l’un dans l’angle sud-ouest de la nouvelle pièce et l’autre au nord de la pièce.

141Depuis le portique, une porte donnait dorénavant accès aux latrines à l’angle des murs 857 et 911. Pour cela, une ouverture fut percée dans le mur 911 lors de la construction du mur 857 comme l’atteste le prolongement, dans l’épaisseur du mur de fond du portique, de l’enduit de béton de tuileau qui a été appliqué sur la paroi orientale du mur 857. Le mur de fond du portique et le béton de tuileau qui enduisait sa paroi nord furent alors ponctuellement arasés à 74,35 m pour accueillir le seuil de cette porte (fig. 101) ; l’altitude du négatif de ce seuil est compatible avec la mise en place d’une marche intermédiaire pour accéder au sol du portique de l’état IIb restitué vers 74,70 m. Le piédroit oriental et par conséquent la largeur, supérieure à 0,80 m, de cette ouverture ne sont pas connus car elle a été détruite, dans sa partie orientale, par le passage de la tranchée d’un des sondages de 1988. Son piédroit occidental était conservé sur une assise d’une quinzaine de centimètres de hauteur, soit jusqu’à 74,50 m ; il était enduit lui aussi de mortier de tuileau sur deux centimètres d’épaisseur.

142L’égout des latrines, qui étaient toujours en fonction, fit alors l’objet d’une réfection : c’est en effet peut-être à cette occasion qu’une seconde couche d’enduit de tuileau de 2 cm d’épaisseur fut appliquée sur ses parois méridionale et orientale, doublant son épaisseur initiale (0,04 m).

143Enfin, une conduite en plomb alimentait alors la salle des latrines en eau sous pression. De cette conduite qui venait du jardin, seule reste la tranchée en U (2017.17) de 0,22 m de largeur, profonde d’une quinzaine de centimètres, qui était destinée à accueillir le tuyau en plomb et qui a été creusée dans le sol du portique de l’état IIa (fig88). La tranchée a été suivie sur 3,42 m de longueur sur son tronçon traversant le portique septentrional. Un passage de 0,17 m de largeur et d’au moins 0,10 m de hauteur a été aménagé dans la fondation du nouveau mur stylobate (628a), au niveau de sa première assise de réglage, pour laisser passer la conduite à 74,22 m. La seconde assise de réglage de la fondation du mur stylobate a été arasée par le drain post-médiéval à cet endroit ; aussi est-il impossible de savoir si un espace avait aussi été aménagé au niveau de la seconde assise de réglage et donc de savoir si le passage aménagé pour la conduite faisait 0,10 ou 0,20 m de hauteur dans le mur stylobate. Sous le portique nord, où le fond de la conduite passe de 74,22 m, au niveau du mur stylobate, à 74,12 m, à proximité du mur de fond du portique, la conduite avait une pente de 2,9 %. La largeur réduite du passage aménagé dans le nouveau mur stylobate et dans l’ancien sol du portique, un peu moins d’une vingtaine de centimètres laisse penser que la conduite devait se résumer à un tuyau posé à même le sol. Le trajet du tuyau dans la pièce est inconnu, la tranchée de 1988 ayant fait disparaître les traces de son passage à son entrée dans la pièce.

144Les eaux de l’égout des latrines étaient vraisemblablement toujours évacuées par l’égout 995 à travers l’espace 940 et la pièce 1004, comme à l’état IIa, et continuaient à être alimentées par la canalisation 2017.11 qui, depuis le jardin, passait sous le portique.

145À la faveur des travaux entrepris à l’état IIb pour élargir le portique septentrional, l’extrémité amont de cette canalisation fut refaite au niveau de son entrée sous le portique, et une seconde conduite (2017.10) fut greffée sur la première.

146À l’emplacement de l’ancien et du nouveau mur stylobate du portique septentrional où la canalisation a été refaite, le nouveau tronçon, appelé CN 2017.11b, a une largeur de 0,30 m ; il a été observé sur 1,10 m à son entrée sous le nouveau mur stylobate du portique (MR 628a). Dans le jardin, à l’ouest du nouveau stylobate, la canalisation 2017.11 a été en grande partie détruite par le passage du drain post-médiéval qui l’a arasé à 74,16 m, si bien qu’il n’en subsistait plus que le fond (situé à 74 m) et la première assise de ses parois. Elle est, en revanche, mieux conservée à son entrée dans le portique puisque la portion refaite entre l’ancien et le nouveau mur stylobate, longue de 0,90 m, y est conservée sur 0,31 m de hauteur (fig. 88) jusqu’à 74,31 m d’altitude. Les parois ont été reconstruites avec un parement de blocs de calcaire liés à un blocage de mortier contenant des blocs de pierre et des fragments de terre cuite sur 0,90 m de longueur. La paroi occidentale faisait 0,20 m de largeur, sa paroi orientale jusqu’à 0,25 m à l’emplacement de l’ancien mur stylobate.

147Le tracé semble alors avoir été légèrement infléchi par rapport au précédent, pour raccorder une seconde canalisation 2017.10 sous le portique. Un léger décalage (0,02 m) est d’ailleurs visible au niveau du raccord entre les parois occidentales de l’ancien et du nouveau tracé (CN 2017.11 et CN 2017.11b : fig. 102).

Fig. 102 – La canalisation 2017.11 et, au premier plan, sa réfection 2017.11b, vues depuis le sud-est (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 102 – La canalisation 2017.11 et, au premier plan, sa réfection 2017.11b, vues depuis le sud-est (cliché : J.‑Cl. Béal).

148Au raccordement des deux canalisations, l’ancienne paroi orientale de la canalisation CN 2017.11 a été détruite et une dalle trapézoïdale en calcaire coquillier (L. : 0,80 m ; ép. : entre 6 cm et 14 cm), qui formait un éperon en avant du massif de maçonnerie qui reliait les deux canalisations, a été posée de chant pour répartir l’eau dans les deux canalisations. Sa face antérieure a été amincie du côté ouest pour élargir le passage vers la canalisation 2017.10. Son plan supérieur était horizontal à 74,33 m sur 0,40 m puis présentait un décrochement de 0,04 m à la base duquel se trouvait une encoche de 0,02 m de largeur suivie d’un bourrelet de 0,02 m de hauteur au-delà duquel le plan supérieur de la dalle était incliné sur 0,36 m de longueur entre 74,27 m et 74,19 m (fig. 103). La dalle répartitrice, les parois refaites de la canalisation CN 2017.11b et ses piédroits dans le nouveau mur stylobate présentent tous un plan horizontal autour de 74,31 m, ce qui invite à restituer autour de 74,31 m le plan supérieur des parois de la canalisation CN 2017.11b et donc le départ de sa couverture.

Fig. 103 – Profil des canalisations CN 2017.11 et 2017.10 au niveau de leur séparation par la dalle répartitrice (en haut) et relevé de la face occidentale de la dalle répartitrice (en bas) [relevés et DAO : E. Dumas].

Fig. 103 – Profil des canalisations CN 2017.11 et 2017.10 au niveau de leur séparation par la dalle répartitrice (en haut) et relevé de la face occidentale de la dalle répartitrice (en bas) [relevés et DAO : E. Dumas].

149Sur le tronçon refait 2017.11b, le fond et les parois ont été enduits de tuileau, à l’exception de la dalle répartitrice. Le fond de la canalisation, à 74 m, est horizontal sur 1,10 m de longueur où elle a été reconstruite. La partie reconstruite semble ainsi constituer une sorte de sas où la canalisation est haute de 0,31 m, 0,30 m de largeur et où son fond est plat avant sa subdivision en deux canalisations à plus petite section et à plus forte pente puisqu’elles faisaient une vingtaine de centimètres de largeur pour une vingtaine de centimètres de hauteur et avaient une pente d’un peu plus de 3 %. L’encoche présente au premier quart de la dalle répartitrice semble ainsi être située à l’endroit où les deux canalisations s’individualisent et où l’on passe d’une couverture et d’un fond horizontaux à une couverture et un fond à plan incliné. Cette encoche sur le plan supérieur de la dalle répartitrice, en lien avec la couverture de la canalisation, était peut-être liée à un système de regard situé à l’entrée des deux petites canalisations. Rappelons que le niveau de circulation est situé vers 74,70 m.

150À l’aval de la dalle répartitrice, la nouvelle canalisation 2017.10 a été observée sur les 2,90 m où elle traverse le portique septentrional du sud vers le nord. Sur ce tronçon, le sol de béton blanc du premier portique (2017.8) a été cassé sur 0,80 m de largeur en moyenne et sur 2,90 m de longueur pour sa construction (fig. 104).

Fig. 104 – Déchirure du sol de mortier blanc lors de la construction de la canalisation CN 2017.10, vue depuis le nord (cliché : E. Dumas).

Fig. 104 – Déchirure du sol de mortier blanc lors de la construction de la canalisation CN 2017.10, vue depuis le nord (cliché : E. Dumas).

151Les parois et le fond de la canalisation 2017.10, dont le mode de couverture n’est pas connu, sont enduits de béton de tuileau, comme ceux de la canalisation 2017.11, jusqu’à leur sommet qui se trouve à 73,23 m d’altitude en moyenne. Les parois de la canalisation, hautes d’une vingtaine de centimètres, ondulent si bien que la largeur du canal, qui est irrégulière, est tantôt réduite à 0,12 m tantôt élargie à 0,25 m. La disparition du béton de tuileau par endroits a permis de voir qu’elles étaient construites avec des fragments de tuiles prises dans du mortier blanc. La couverture n’était pas conservée. D’après l’espace disponible entre le sommet des parois du canal et la base du support du sol du portique, sa couverture devait faire 0,1 m d’épaisseur si elle était située sous la base de son radier ou 0,2 m si le support du sol a été coulé directement dessus. Sa disparition pourrait s’expliquer soit par le fait qu’elle a été en bois, soit par le fait que les dalles de terre cuite ou de pierre qui la composaient ont été arrachées avec le support du sol du portique. Il faudrait ainsi alors envisager que le sol du portique de l’état IIb ait été détruit à l’emplacement des deux canalisations, avant la réalisation du sol mosaïqué de l’état III.

152La canalisation 2017.10 a une pente de 3,45 % sur ce tronçon où elle passe d’une altitude de 74,01 m à 73,91 m en 2,90 m. Sous le portique, sa pente est plus forte que celle de la canalisation 2017.11 qui était de 3,18 %. Cette inclinaison plus importante de son fond est induite par un tracé plus court sous le portique que celui de la canalisation 2017.11.

153La canalisation 2017.10 passait ensuite à travers le mur de fond 911 du portique. Une dalle de couverture en U de calcaire de 0,45 m de longueur et de 0,15 m hauteur (altitude supérieure : 74,35 m) reposait sur les piédroits du canal à son passage dans le mur, dont elle dépassait au sud de 7 cm (fig105). Elle se poursuivait au-delà vers le nord, dans l’espace 874, et à la verticale du canal de chauffe occidental 1012 de la pièce 874 de l’état III. Le bon état de conservation du canal de chauffe, dont le fond en béton de tuileau est à l’altitude de 74,29 m, soit au moins une trentaine de centimètres au-dessus du fond de la canalisation CN 2017.10 (fond à 73,93 m), n’a pas permis de l’observer dans la pièce 874 où la superposition des deux structures est certaine. Cependant, observé dans un sondage réalisé au droit du canal de chauffe occidental de cette pièce 874, un mur nord-sud (2017.13) arasé à 74,12 m d’altitude, présentait la même orientation que la paroi orientale du canal de chauffe et pourrait avoir été la paroi orientale du canal 2017.10.

Fig. 105 – La canalisation CN 2017.10 (au premier plan) et le canal de chauffe occidental 1012 de la pièce 874 (au second plan) ; vue depuis le sud (cliché : E. Dumas).

Fig. 105 – La canalisation CN 2017.10 (au premier plan) et le canal de chauffe occidental 1012 de la pièce 874 (au second plan) ; vue depuis le sud (cliché : E. Dumas).

154L’enduit de béton de tuileau de la canalisation CN 2017.11 semble avoir aussi été refait à cette occasion sur son ancien tronçon qui passait sous le portique puisqu’aucun raccord n’est visible entre le béton de tuileau qui recouvrait l’ancien et le nouveau tronçon. Cette réfection à l’état IIb de l’ensemble de la canalisation 2017.11 sous le portique pourrait d’ailleurs expliquer que le sol du portique 2017.8 de l’état IIa ait été détruit à l’emplacement du passage de la canalisation CN 2017.11.

L’espace 874

155Pour les raisons que nous avons données ci-dessus, on ne peut savoir comment cet espace évolue à l’état IIb.

L’espace 940

156C’est peut-être dans l’état IIb que la petite pièce 1004 fut divisée par un mur en L dont la branche méridionale fut percée plus tard d’une porte donnant un second accès aux latrines.

4.3.2. L’aile orientale de l’état IIb

4.3.2.1. Le portique oriental

157Ce portique a pu être observé en trois points, au nord-est, à l’articulation avec le portique septentrional dans le sondage de 2017 d’une part, à l’est d’autre part, dans la fouille de 1993 et dans la fouille des années 2000 qui a mis sa façade au jour.

158Il fut aussi reconstruit pour être élargi (fig. 88 ; fig. 100) comme le portique septentrional, sa largeur étant alors portée sans doute aussi de 2,80 m à 3,70 m.

159Le nouveau mur stylobate du portique oriental, le mur 501, a une fondation maçonnée de 0,80 m de largeur qui n’a été observé en 2017 (fig. 106) que sur 1 m2 dans l’angle nord-est du portique. La base de sa fondation n’a pas pu être atteinte à cause du peu d’espace disponible entre les deux murs stylobates et la berme du sondage ; elle se situe à une altitude inférieure ou égale à 74 m comme celle du mur stylobate du portique septentrional.

Fig. 106 – Vue de l’angle des fondations des murs stylobates des portiques du nord et de l’est depuis l’est (cliché : E. Dumas).

Fig. 106 – Vue de l’angle des fondations des murs stylobates des portiques du nord et de l’est depuis l’est (cliché : E. Dumas).

160Sa fondation maçonnée a été appuyée en partie basse contre les fondations maçonnées du mur stylobate antérieur (2017.23) comme le fut celle du nouveau mur stylobate du portique septentrional. Elle présente un décrochement de 0,25 m vers l’est. Elle était arasée à une altitude de 74,06 m sur les 0,40 m de longueur où elle a été observée dans l’emprise du sondage de 2017, soit en dessous du niveau supérieur des assises du mur stylobate du portique septentrional.

161Le parement du stylobate 501 a pu être étudié en 2001 entre son sectionnement par le drain post-médiéval au nord et le portique de façade méridional. Sa construction (fig107) n’y était pas homogène puisque son parement ne comportait que ponctuellement des joints tirés au fer. À sa base, ses assises étaient assez bien réglées. Elles sont ainsi visibles vers 74,45 m au nord du dé 523 et jusqu’à proximité du dé 534 ; contre le négatif de dé 699, est apparu le négatif d’un tuyau destiné à alimenter une fontaine (voir 4.3.5.1).

Fig. 107 – Parement du stylobate du portique oriental, au sud du drain post-médiéval : assises réglées à droite du dé 715 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 107 – Parement du stylobate du portique oriental, au sud du drain post-médiéval : assises réglées à droite du dé 715 (cliché : J.‑Cl. Béal).

162À l’articulation théorique du stylobate du portique 501 avec le stylobate du portique méridional 687 du péristyle, l’observation du parement montre que sur 2,35 m au nord du dé tardif 523, les assises régulières disparaissent, sans césure nette, et que le mur a été repris à un niveau bas, à l’état III, avec des moellons de formes plus irrégulières, sans jointoiement au fer, et avec des inclusions d’un quart de colonne en terre cuite et de fragments de briques, dans un mortier moins homogène. Cette réfection a fait disparaître les traces de l’articulation du mur stylobate 501 avec le mur stylobate méridional. On retrouve ensuite deux ou trois assises mieux réglées jusqu’au-delà du mur 624 (mur 501bis).

163La conservation du sol de béton du portique de l’état III (?) n’a permis d’observer l’intérieur du portique de l’état IIb que sur 0,20 m2 à son extrémité nord où il fut cassé lors du sondage de 2017.

164Dans ce microsondage effectué à l’extrémité nord du portique, passait une canalisation 2017.21 (fig106), construite en même temps que le nouveau mur stylobate du portique oriental (MR 501) puisqu’un des blocs du piédroit de la paroi nord du canal était encore pris dans la fondation du mur stylobate du portique septentrional (MR 628a). Il ne subsistait aucune trace d’un niveau de sol entre cette canalisation qui fut arasée à 74,21 m avant l’installation du sol 536 du portique oriental de la résidence de l’état III et ce sol lui-même dont le radier de galets a été installé à 74,61 m (fig. 108). Cette canalisation s’élevait vraisemblablement jusqu’à 74,41 m, soit jusqu’au sommet d’une tranchée comblée de fragments de tuiles à l’emplacement de la canalisation, qui devait correspondre à son comblement après sa mise hors d’usage, ce qui ferait une canalisation de 0,20 m de hauteur. Le sol du portique, qui devait faire au moins 0,10 m d’épaisseur, devait ainsi être situé au minimum autour de 74,50 m d’altitude. Le fait que le radier du sol du portique oriental (SL 536) de la résidence de l’état III repose sur la même couche de remblai (US 2017.15) que le sol mosaïqué du portique septentrional (SL 936b) de la résidence tardive invite à penser que le sol de l’état II b du portique a été détruit en même temps que le sol du palier, soit au cours de l’état III, lors de la réfection des sols des portiques.

Fig. 108 – Coupe nord-sud à l’articulation des portiques du nord et de l’est (relevé : E. Dumas et J. Gérez ; DAO : E. Dumas).

Fig. 108 – Coupe nord-sud à l’articulation des portiques du nord et de l’est (relevé : E. Dumas et J. Gérez ; DAO : E. Dumas).

165La canalisation passait sous le portique oriental pour se diriger vers le jardin. Elle a été mise au jour sur 1,40 m de longueur dans l’emprise du sondage de 2017, au niveau de son passage dans le mur stylobate du portique oriental (MR 501) ; sa paroi nord-ouest a été observée sur 1,40 m de longueur contrairement à celle du sud-est qui n’a été vue que sur 0,20 m car elle se trouvait majoritairement en dehors de l’emprise du sondage (fig88).

166Son fond et ses parois ont été installés sur une fine couche de limon noirâtre de 5 cm d’épaisseur qui reposait sur les fondations maçonnées de l’ancien mur stylobate du portique oriental (MR 2017.23) et sur celle du nouveau (MR 501). Son fond était fait avec des tuiles plates disposées en ligne face contre terre, leurs rebords préalablement cassés. Les trois tuiles qui ont été dégagées en 2017 mesuraient entre 0,46 et 0,49 m de longueur et entre 0,32 à 0,34 m de largeur. Comme elles n’étaient pas engagées sous les parois de la canalisation, la largeur de la canalisation correspondait à celle des tuiles et oscillait donc entre 0,32 et 0,34 m.

167Ses parois étaient faites de petits blocs de calcaire liés à la terre. Sa paroi nord, qui a pu être observée sur 1,40 m de longueur, mesurait entre 0,20 et 0,40 m de longueur et était conservée sur 0,10 à 0,15 m de hauteur ; la largeur de sa paroi sud n’est pas connue car elle se prolongeait en dehors de l’emprise de fouille.

168Au sommet de la paroi nord subsistait une pierre en débord, à l’extrémité orientale du mur stylobate du portique nord (MR 628a) ; elle pourrait avoir servi à soutenir la couverture de la canalisation. La mise au jour de tuiles plates à rebords à 0,20 m au-dessus du fond de la canalisation (c’est-à-dire à 74,41 m), laisse penser qu’elle a pu être couverte de tuiles plates, mais la présence d’un clou de charpente au sommet de cette couche de tuiles n’exclut pas non plus qu’il s’agisse d’un remblai constitué de reste de tuiles provenant d’une toiture.

169Les deux altitudes prises à 1,50 m de distance sur le fond de la canalisation indiquent que l’eau s’y écoulait du nord-est vers le sud-ouest, à une altitude située entre 74,17 et 74,15 m, sur les 1,50 m où elle a été observée, c’est-à-dire selon une pente de 1,34 % sur cette section. Le fait que le fond et les parois de la canalisation n’aient pas fait l’objet d’un soin particulier pour assurer leur étanchéité, les tuiles qui en constituaient le fond et les blocs qui formaient ses parois étant liées à la terre même, au niveau des fondations du mur stylobate, laisse penser que l’eau ne devait pas circuler directement dans cette canalisation mais plutôt à l’intérieur d’un tuyau, la canalisation devant être considérée comme une galerie technique qui servait de gaine de protection.

4.3.2.2. Le bâtiment oriental

170Étant, comme le mur de fond du portique oriental, hors de l’emprise des fouilles, l’extension et la structuration de ce bâtiment restent inconnues.

4.3.3. L’aile méridionale de l’état IIb

4.3.3.1. Le portique méridional 687

171À l’état IIb, le portique méridional a été élargi comme on l’a constaté pour le portique symétrique de l’aile septentrionale. Contre le mur stylobate 973bis de l’état antérieur IIa, subsiste un mur largement épierré dans lequel il faut voir le stylobate de l’état IIb ; il disparaît à 22 m à l’ouest du stylobate oriental, l’érosion ayant ici détruit les vestiges jusqu’à 73,65 m.

172L’élargissement du portique s’est accompagné sans doute, ici aussi, d’un exhaussement du sol du portique, comme pour les autres branches du péristyle, où il est, du reste, vraisemblable qu’on ait circulé à un niveau constant (74,70 m). Aucune trace du sol de ce portique rehaussé n’a subsisté, les constructeurs de la résidence de l’état IIIb ayant arasé à une altitude moyenne de 74,45 m toutes les structures des états antérieurs pour la création d’un grand jardin intérieur.

4.3.3.2. Le bâtiment méridional

173À l’état IIb, comme à l’état IIa, seule la moitié orientale du bâtiment méridional est convenablement connue (fig. 109), sa moitié occidentale ayant été érodée. Des modifications affectèrent alors plusieurs des salles de sa moitié orientale, qui étaient toujours chauffées à l’état IIb, dans le but de développer la vocation balnéaire de ce secteur. Ces salles étaient conservées sous leur sol de circulation, au niveau de leurs substructions de chauffe.

Fig. 109 – Plan détaillé d’une partie de l’aile méridionale à l’état IIb (DAO : E. Dumas).

Fig. 109 – Plan détaillé d’une partie de l’aile méridionale à l’état IIb (DAO : E. Dumas).

174À l’est, le couloir 618 qui mettait en communication le portique 687 au nord et la façade méridionale de la résidence fut élargi d’une cinquantaine de centimètres du côté oriental, avec la construction d’un mur 501b dans l’axe du stylobate du portique oriental 501 dans lequel il sera inclus à l’état III. Il est donc possible qu’à l’est de ce mur, une nouvelle pièce ait été recouverte par le portique tardif, avec une emprise voisine de celle de l’état IIa (pièce 686) que limitaient les murs 624‑619-623. Le sol du couloir, en théorie à 74,70 m d’altitude comme le portique, n’était pas conservé.

175Dans le couloir, à 6,45 m de son entrée, un massif de maçonnerie 986 (1,70 x 1,47 m) fut construit, en tranchée étroite, à 0,15 m du mur 501b et appuyé sur l’angle des murs 619 et 624. Adossé à l’est au mur 620, il est encore conservé jusqu’à 74,34 m d’altitude. Sa création condamnait le canal 610 de l’état IIa.

176La salle 998 fut réduite, avec la création de l’étroite pièce 996 (6,35 x 1,55 m environ) entre le mur primitif de la pièce à l’est (620) et un nouveau mur (676). Cette pièce était dotée, à 73,63 m, d’un sol 997 de briques (L. : 0,46 x 0,33 m) prises dans un support de mortier. Ces briques, qui n’ont pas été récupérées lorsque, à l’état III, les piédroits d’une dérivation du canal 610 ont été posés sur le sol du couloir (fig109 et fig110), suivaient les contours d’un massif plus petit que le précédent (1,45 x 0,47 m) et adossé à l’est au mur 620. Son sommet, en légère pente, était lissé et atteignait environ 73,85 m, soit une vingtaine de centimètres au-dessus du sol de la pièce. On pourrait donc avoir ici le soubassement d’un escalier de pierre ou d’une échelle de meunier qui, assis de part et d’autre du mur 620 sur les deux massifs de maçonnerie, permettait, par une ouverture à travers le mur 676, de descendre à la pièce 996 créée alors.

Fig. 110 – Couloir 996, réoccupé par une dérivation tardive du canal 610 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 110 – Couloir 996, réoccupé par une dérivation tardive du canal 610 (cliché : J.‑Cl. Béal).

177La pièce 998 ainsi réduite fut, d’autre part, modifiée en vue de l’installation d’un bassin sur suspensura dans l’espace 642 (fig111). Le sol 711 de la pièce fut défoncé au nu des murs antérieurs 592 au nord, 648 à l’ouest et 544 au sud. Quatre murs liés les uns aux autres (à l’ouest, 663, l. : 0,78 m ; au sud, 672, l. : 0,54 m ; à l’est, 676, l. : 0,74 m ; au nord, 977, l. : 0,56 m) furent plaqués contre les parois de ce surcreusement jusqu’à sa base (à 73,04 m d’altitude) et assurèrent la stabilité des murs déchaussés (fig109). Leur ressaut de fondation externe est situé à environ 73,60 m. L’altitude irrégulière de leur sommet conservé (entre 74,02 m à la jonction des murs 672 et 663 et 74,29 m près de l’angle nord-est de la pièce) résulte du démontage opiniâtre des élévations (fig. 112). Deux ouvertures de chauffe, dont la hauteur n’est pas connue, furent aménagées, la première dans le mur 663 (l. : 1,00 m), en concordance avec l’ouverture antérieure du mur 648 et à la même altitude (vers 73,64 m) qu’elle, la seconde au même niveau à l’est (l. : 1,28 m), dans le mur 676 qui séparait la salle 998 de la pièce 996 (fig112) ; dans le mur 977, une troisième correspondait sans doute à celle qui avait été faite dans le mur 592, mais l’arasement du mur 977 à cet endroit ne permet pas de le vérifier. Ces ouvertures étaient habillées de piédroits de briques, récupérées par la suite, qui en réduisaient la largeur, comme on l’observe à l’état IIa.

Fig. 111 – Bassin chauffé 642 ; vue depuis le nord (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 111 – Bassin chauffé 642 ; vue depuis le nord (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 112 – Bassin chauffé 642 en cours de fouille, vu depuis le sud ; dans l’angle nord-est, démontage antique partiel du mur (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 112 – Bassin chauffé 642 en cours de fouille, vu depuis le sud ; dans l’angle nord-est, démontage antique partiel du mur (cliché : J.‑Cl. Béal).

178Dans cet espace surcreusé, trois autres maçonneries (978, 979 et 980) furent appliquées respectivement contre les murs 663, 672 et 676, pour former une banquette en U, large de 0,50 m, à une altitude de 73,59 m à 73,66 m. Elle s’arrêtait à 2,40 m du mur septentrional 977 contre lequel furent construites successivement, à la même altitude, deux maçonneries (981 : l. : 0,87 m ; 982 : l. : 0,70 m). Le couronnement des maçonneries était habillé de briques, dont l’une est à cheval sur 981 et 982, ce qui atteste que les deux maçonneries ont rempli à un moment une fonction commune (fig. 113).

Fig. 113 – Angle nord-ouest du bassin 642 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 113 – Angle nord-ouest du bassin 642 (cliché : J.‑Cl. Béal).

179L’espace 642 disponible entre ces banquettes était donc, in fine, de 3,75 x 1,60 m ; son fond, qui apparaît aujourd’hui fait d’un mortier léger à 73,04 m, était, sans doute, lui aussi, recouvert de dalles de terre cuite. L’aménagement d’ouvertures de chauffe dans les murs périmétraux montre bien que cet espace central entrait dans une circulation d’air chaud entre l’est et l’ouest. Il faut donc restituer (fig. 114), au centre de la cavité, une suspensura à pilettes soutenant le fond d’une cuve aujourd’hui récupérée ou détruite, une seconde suspensura sur le sol actuel des banquettes, soutenant le niveau de circulation antique au-dessus des banquettes. Des tubuli, à la périphérie de la pièce, pouvaient assurer un complément de chauffage et le tirage.

Fig. 114 – Le bassin suspendu 642 : coupe restituée (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 114 – Le bassin suspendu 642 : coupe restituée (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

180La communication entre la suspensura du bassin et celle des banquettes pouvait être assurée de deux manières, soit par une communication directe de la partie haute de la suspensura du bassin vers la partie basse de la suspensura des banquettes, soit par l’intermédiaire de tubuli formant une paroi contre la cavité du bassin puis contre sa paroi verticale comme on le voit dans la villa d’Andilly-en-Bassigny (Haute-Marne ; fig115).

Fig. 115 – Bassin suspendu de la villa d’Andilly-en-Bassigny ; une banquette sur pilettes entourait le bassin suspendu, le praefurnium était en contrebas (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 115 – Bassin suspendu de la villa d’Andilly-en-Bassigny ; une banquette sur pilettes entourait le bassin suspendu, le praefurnium était en contrebas (cliché : J.‑Cl. Béal).

181Dans la restitution que nous proposons (fig114), des briques de 0,08 m d’épaisseur sont posées sur le mortier du sol à 73,04 m et reçoivent des pilettes hautes de 0,70 m ; à leur sommet, deux rangées de dalles forment un plancher qui reçoit le fond de la cuve. Nous avons attribué une épaisseur de 0,20 m à la maçonnerie du bassin dont le fond se situe vers 74,15 m d’altitude. D’autres pilettes disposées de la même façon sur la banquette reçoivent le bord du bassin et le niveau de circulation ; leur hauteur minimale est déduite de celle des passages d’air chaud dont l’intrados de la voûte, plus bas que le haut des pilettes, devait être vers 74,30 m. On est conduit à proposer que le niveau de circulation autour du bassin se soit situé vers 74,70 m. On notera que cette altitude de circulation, qui peut être celles des pièces voisines 684 et 690, est également celle qu’on retient pour le portique 687 et pour le couloir 618 de l’état IIb.

182De même, au nord du bassin, les deux maçonneries 981 et 982 formaient une banquette et supportaient une suspensura. Son niveau de circulation offrait aux baigneurs un espace de détente (2,50 x 1,57 m). Entre la banquette septentrionale et la banquette en U, un espace large de 0,73 m est vacant à l’est comme à l’ouest : ce peut être l’emplacement de trappes de visite qui donnaient, en cas de besoin, lumière et accès au sous-sol de la pièce.

183On peut donc identifier cette pièce 998 comme un solium à bassin suspendu. Sans doute les bassins sont-ils généralement chauffés (Bouet 2003a : 264) par des praefurnia situés à un niveau plus bas que leur fond. Parfois cependant, la chaleur issue du praefurnium gagne, après être passée sous le bassin, ses parois et les banquettes qui l’entourent. Ainsi, aux thermes d’Uriage (Isère : Bouet 2003a : 265, fig. 224), un praefurnium situé à un niveau bas envoie de l’air chaud dans une suspensura à canaux rayonnants située au même niveau et sous le fond du bassin ; puis l’air remonte le long des parois verticales du bassin et gagne une autre suspensura dont les pilettes supportent le niveau de circulation sur les banquettes qui entourent le bassin. Des dispositifs comparables sont, selon A. Bouet, connus à Arles, aux thermes de l’Esplanade des Lices, ou dans la villa de Loupian.

184La dernière modification qui nous soit perceptible affecta la pièce 684 à l’extrémité méridionale de laquelle une abside susceptible de recevoir une vasque fut construite ; ses murs furent ancrés dans un démontage partiel des murs antérieurs 648 à l’est et 544 au sud (fig116).

Fig. 116 – Abside de la salle 684 : le mur est adossé à l’est et ancré au sud dans le mur 544 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 116 – Abside de la salle 684 : le mur est adossé à l’est et ancré au sud dans le mur 544 (cliché : J.‑Cl. Béal).

185À la suite des modifications effectuées à l’état IIb, cette partie de l’édifice doit être identifiée comme le secteur thermal de la résidence, plutôt qu’une succession de salles chauffées, accessible depuis le nord et le portique intérieur 687. La pièce chauffée 684, dotée d’une abside, peut avoir été un caldarium que flanquait à l’est le bassin 642 (Bouet 2003a : 44‑50) ; vu l’épaisseur des murs 676 à l’est et 663 à l’ouest, on peut envisager que le solium était couvert d’une voûte. L’étroite pièce 996 pourrait alors avoir abrité la salle de chauffe et son praefurnium, sans qu’on puisse retrouver des traces de foyer dans cette pièce entièrement investie par un canal à l’état III, mais cette fonction pourrait expliquer que l’ouverture de chauffe entre les pièces 996 et 998 soit plus large que les autres. La petite salle 983b était également chauffée, mais on ne peut prouver que la petite salle mitoyenne 984b l’était aussi, vu l’état de dégradation des parois dans lesquelles devraient se trouver les passages de chaleur. À l’opposé, la salle 690 apparaît comme un tepidarium rectangulaire, alimentée en air chaud depuis le caldarium à travers le passage d’air large de 0,40 m environ, et la salle 685 comme un frigidarium.

186Ces thermes sont « à itinéraire rétrograde », imposant à l’utilisateur un retour sur ses pas, une fois le caldarium atteint.

187On ne sait comment évoluent les pièces fortement érodées qui sont situées plus à l’ouest.

4.3.4. Le devenir du portique et du bâtiment de l’aile occidentale de l’état IIb

188Nos connaissances sont, ici, plus incertaines encore que pour l’état précédent, faute de données stratigraphiques. Mais l’étude des vestiges architecturaux amène à la conclusion que l’aile occidentale de l’état IIa, quelle qu’ait été alors son ampleur, a été détruite (fig87). D’une part, en effet, l’identification du stylobate 628 et de son extension jusque dans la partie occidentale de la résidence est assurée et incompatible avec l’existence d’une aile occidentale large dont J.‑M. Mignon a fait la proposition pour l’état IIa. D’autre part, comme nous allons le voir, l’adjonction, à l’état IIb, d’un bassin assez large courant du portique septentrional au portique méridional s’est faite au détriment du portique occidental connu à l’état précédent. J.‑M. Mignon (voir 4.6.4) propose donc que cette aile ait été rasée au profit d’un jardin agrandi.

4.3.5. Le jardin intérieur

189Le jardin agrandi de l’état IIb était enclos entre les portiques 1022 au nord, 687 au sud et un portique oriental mal connu ; avec la destruction de l’aile occidentale de l’état IIa, il atteignait à l’ouest le portique de la façade occidentale et une superficie de quelque 611 m2 (41,60 x 14,70 m environ). Le niveau archéologique du jardin n’a nulle part été observé, soit qu’il ait été, à l’ouest, emporté par l’érosion des vestiges, soit qu’à l’est il ait été arasé au profit du jardin de la résidence tardive ou confondu avec lui.

190Il était orné d’une fontaine et, sans doute, de deux bassins successifs.

4.3.5.1. La fontaine

191Une fontaine avait été installée dans l’angle sud-est du jardin (fig. 87) où les fondations de son bassin rectangulaire ont été retrouvées contre le stylobate du portique 687 et en face du couloir 618. Elles se présentaient sous la forme d’une fosse subrectangulaire dans laquelle trois dalles de calcaire coquillier avaient été posées à plat sur un hérisson de pierres. Deux de ces dalles ont été retrouvées. La dalle la plus à l’ouest mesurait 0,66 x 0,59 m et avait une épaisseur de 0,18 m ; sa voisine, plus petite, faisait 0,61 x 0,39 m et avait une épaisseur de 0,16 m. De la troisième, la plus à l’est, il ne subsistait qu’un négatif, engagé sous le portique oriental (fig74) : cette dernière observation suggère que la fontaine existait peut-être dès l’état IIa, où elle se serait trouvée adossée au portique oriental, mais à un mètre du stylobate du portique méridional.

192Les trois dalles avaient été calées à leur périphérie par des blocs de pierre (L. : 0,15‑0,20 m) et leur plan supérieur formait, à 74,06 m, une surface horizontale qui pourrait correspondre au fond d’un étroit bassin rectangulaire en grand appareil. Le fond de ce bassin était en contrebas du niveau de circulation dans le portique (74,34 m à l’état IIa ; 74,70 m à l’état IIb).

193Ce bassin était alimenté par un tuyau dont le négatif a été retrouvé, vers 74,45 m d’altitude, traversant le mur stylobate du portique oriental : large de 0,10 m à l’est, il se rétrécissait à 0,05 m contre le bord du stylobate, et sa pente montait de l’est vers l’ouest, pour envoyer dans le bassin un jet en pression. Son eau était peut-être évacuée, à l’état IIa, à travers la galerie technique 610 qui courait sous le couloir 618 (voir ci-dessus) et, à l’état IIb, à travers le jardin, en rejoignant celle du bassin du jardin.

194Au vu du format réduit de ce bassin (L. minimale : 0,98 m ; l. : 0,61 m), il ne faut pas y voir un bassin ornemental mais une de ces fontaines qu’on connaît dans les jardins de quelques domus de Vienne - Saint-Romain-en-Gal (Desbat 1994 : 200, fig. 174) ou de Limoges (maison 35 : Loustaud 2000 : 230, fig. 104 et 108).

4.3.5.2. Les bassins successifs : d’un état IIb à un état IIc ?

195À l’état IIb, un bassin ornemental, rectangulaire et orienté nord-sud, a dû orner le jardin. En effet, à 11,90 m à l’ouest du stylobate du portique oriental (fig87) un mur d’orientation nord-sud, était adossé au stylobate du portique méridional, et donc postérieur à sa construction. Conservé sur 2 m, il a été déchiré lors de la construction du grand bassin 417 tout comme le sol en béton de tuileau 974 qui s’étend entre ce mur et le stylobate, à 74,08 m, altitude à laquelle le mur est aussi arasé.

196L’extension originale de ce sol vers l’ouest n’est pas connue, oblitérée qu’elle était au moment de la fouille par la présence d’un axe de circulation sur le chantier ; mais, à en juger par les photographies aériennes prises par L. Monguilan (fig23), un fragment symétrique en subsistait contre le stylobate du portique septentrional, et la photo montre que la largeur conservée pouvait être de l’ordre de 4 à 5 m. J.‑M. Mignon (voir 4.6.5) propose d’y voir les extrémités d’un bassin qui, barrant la cour du nord au sud, fut aménagé au détriment de l’aile occidentale de l’état IIa. Son fond se trouvait 0,62 m sous le niveau de circulation restitué (74,70 m environ) dans les portiques 1022 au nord et 687 au sud.

  • 12 Sur l’existence éventuelle d’un état IIc, voir 4.6.5 les considérations de J.‑M. Mignon.

197Par la suite, un bassin allongé dans le sens est-ouest aurait succédé au précédent, modification unique mais importante d’un état IIc suggéré par J.‑M. Mignon12 pour qui il s’agissait du grand bassin à deux exèdres 417 : on peut discuter de la date à laquelle ce grand bassin apparaît dans la résidence. En tout cas, la vidange du bassin 417 passe par un segment de tuyau de plomb de grand diamètre qui peut, aussi bien, y être en réemploi mais dont l’estampille doit être rapprochée de celle d’un tuyau d’Alba-la-Romaine employé dans un contexte du IIe siècle (voir 4.7.4).

4.3.6. Les portiques des façades occidentale et méridionale

198Le portique 681 de façade méridionale (fig117) ne paraît pas connaître d’évolution à l’état IIb.

199Avec la démolition de l’aile occidentale, le portique de façade occidental doit devenir une galerie à double file de colonnes.

Fig. 117 – Plan linéaire de l’extrémité sud-ouest du bâtiment méridional et du portique externe 681 ; en gris sombre, état II ; en gris clair, états postérieurs (DAO : M. Drot).

Fig. 117 – Plan linéaire de l’extrémité sud-ouest du bâtiment méridional et du portique externe 681 ; en gris sombre, état II ; en gris clair, états postérieurs (DAO : M. Drot).

4.3.7. Le grand bassin méridional externe

200En 1988, P. Sarrazin avait mis au jour, dans l’une de ses tranchées, un segment de mur isolé, d’orientation nord-sud, resté non interprété. L’ouverture d’un sondage en 2017, en faisant apparaître sur une dizaine de mètres un autre secteur de cette structure, a permis de comprendre qu’il s’agissait de la paroi orientale et de la paroi occidentale d’un grand bassin aménagé à l’extérieur et au sud de la résidence de l’état II (fig87). La fondation du mur du portique méridional de l’état IIIb a, dans sa partie médiane, sectionné ces parois qui lui sont à peu près perpendiculaires.

201Conservées jusqu’à l’altitude de 73,85 m, soit au sommet de la terrasse géologique de galets dans laquelle le bassin fut creusé, ces parois (l. : 0,50 m ; H. conservée : supérieure à 0,30 m) étaient constituées de plaquettes de calcaire, non parementées extérieurement, contre lesquelles était posé un enduit intérieur de mortier de tuileau épais de 5 cm. Il recouvrait en partie le sommet conservé des plaques, sans correspondre pour autant au sommet des parois qui s’élevaient nécessairement au-dessus du terrain naturel.

202Rectiligne sur sa plus grande partie, le mur occidental s’infléchissait vers l’est à son extrémité méridionale ; l’existence d’une courbure identique au nord est vraisemblable. Tout au plus peut-on restituer ainsi une partie d’un bassin large de 6,55 m, d’orientation nord-sud et dont la longueur dépasserait 12 m.

203S’il comporte bien deux extrémités arrondies, ce bassin s’inscrirait dans la typologie générale des bassins antiques (Aupert, Bouet 2012 : fig. 28a, type IV, 16 ; Bouet, Cavalier 2015 : fig. 10 : exemples de bassin de ce type dans des frigidaria de thermes publics à Enns [Autriche] et à Ankara). Son positionnement perpendiculaire à la façade principale de la résidence n’est pas sans parallèles, par exemple dans la villa de Famechon (Somme : environ 60 x 6 m, voir Vermeersch 1981) ou dans celle de Merbes-le-Château (Belgique, Hainault : Authon, Paridaens 2009). Il souligne la perspective nord-sud de la résidence de l’état II.

204Le remblaiement du bassin (fig118) a d’abord été réalisé avec une terre brune fine, sans mobilier archéologique, qui recouvrait également la terrasse géologique, jusqu’à l’altitude de 74,05 m. Elle se prolongeait vers le sud au-delà du bassin et témoigne d’une phase de mise en jardin de cet espace. Puis, lors du nivellement préalable à la construction de l’aile méridionale de la résidence de l’état III, des remblais (débris de construction, lentilles de cendres…) ont été rapportés (fig118, US b et c). On ne dispose donc pas d’arguments pour dater précisément le creusement dans le terrain naturel ni le démontage et le comblement du bassin, que seule la vraisemblance permet d’attribuer à l’état II et à une mise en scène du paysage incluant le bassin et la colonnade du portique de façade méridional, en recourant à une ressource en eau copieuse.

Fig. 118 – Remblais (US d) du grand bassin méridional de l’état II et remblais (US b-c) de la salle basilicale de l’état IIIb ; US a : terre végétale et terrain miné au XXe siècle (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 118 – Remblais (US d) du grand bassin méridional de l’état II et remblais (US b-c) de la salle basilicale de l’état IIIb ; US a : terre végétale et terrain miné au XXe siècle (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

4.3.8. Datation de l’état IIb

205Si la datation absolue du passage de l’état IIa à l’état IIb ne peut être définie, on dispose d’un peu plus de données chronologiques pour le TAQ à la fin de l’état IIb.

206Ainsi, dans l’aile septentrionale, le comblement des différents canaux et les apports de remblais comportent un mobilier attribuable à la fin du IIe siècle et au début du IIIe siècle qui peut constituer un TAQ aux aménagements de l’état IIb.

207De même, dans l’aile méridionale, le remblaiement des pièces surcreusées est parfois stérile : lors de l’abandon du bâtiment, les briques de sol et de pilettes sont récupérées ; les fragments issus de la démolition des suspensurae sont évacués et les pièces 984 et 690 sont remblayées avec du limon argileux vert. Il livre aussi parfois un peu de mobilier : ainsi le comblement de la pièce 642 (US 907 et 913) notamment a livré quelques dizaines de tessons, associant notamment la sigillée claire B aux sigillées rouges. Le bouchage du canal 610 qui court sous le sol du couloir 618 (US 612 et 659, US 928bis et 934) a livré un mobilier antérieur à la fin du IIe siècle.

208Il semble donc que l’état II de la résidence occupe, dans son ensemble, une période comprise entre la fin du Ier siècle et le IIe siècle ou plutôt le début du IIIe siècle, sans qu’on puisse dater le moment où intervient le passage de l’état IIa à l’état IIb.

4.4. La résidence du Palais à l’état IIIa (J.‑Cl. Béal, E. Dumas)

209Au IIIe siècle, la résidence est restructurée selon un nouveau parti architectural (fig. 119) : avec la suppression de l’aile méridionale antérieure et l’allongement des branches orientale et occidentale du portique, l’édifice s’ouvre largement vers le sud, rompant avec le principe d’une construction centrée autour d’un jardin. Les principales modifications de détail qui nous soient encore perceptibles concernent l’aile septentrionale.

Fig. 119 – Plan général de la villa à l’état IIIa (dessin et DAO : E. Dumas).

Fig. 119 – Plan général de la villa à l’état IIIa (dessin et DAO : E. Dumas).

4.4.1. L’aile septentrionale de l’état IIIa (fig120)

Fig. 120 – Plan du bâtiment septentrional à l’état IIIa et numérotation des structures mentionnées dans le texte (DAO : M. Drot).

Fig. 120 – Plan du bâtiment septentrional à l’état IIIa et numérotation des structures mentionnées dans le texte (DAO : M. Drot).

4.4.1.1. Le portique septentrional

210Dans l’emprise du sondage de 2017, seul endroit où ce fait est observable, on constate qu’à l’état IIIa, après la mise hors d’usage des canalisations et la condamnation de l’escalier d’accès oriental, un nouveau sol est construit dans le portique septentrional.

211En effet, les canalisations qui passaient sous le portique ont été mises hors d’usage et comblées de manière homogène, par une unique couche de terre limoneuse, ce qui plaide en faveur d’un comblement rapide et délibéré des canalisations ; les couvertures, qui ont aujourd’hui entièrement disparu, avaient été enlevées avant la réfection des sols des portiques.

212La conduite 2017.17 a également été récupérée avant l’installation du nouveau sol du portique puisque la tranchée creusée dans le sol de béton blanc du premier état du portique a été découverte vide et comblée de terre limoneuse.

213L’escalier a été condamné : sa marche palière a été récupérée et le massif de l’escalier arasé à 74,57 m ; le sol de son palier inférieur a été arraché et remblayé jusqu’à 74,41 m, soit sur 0,30 m d’épaisseur, avec une terre limono-sableuse mélangée à des fragments de terre cuite architecturale (US 2017.15) sur laquelle a été posé le radier du nouveau sol 936 du portique qui atteint 74,70 m d’altitude.

214La réfection du portique implique ensuite l’élévation du stylobate et la réfection du sol.

215L’élévation du mur stylobate 628b du portique nord a pu être observée sur 9,20 m de longueur dans le sondage de 2017, où quatre assises de réglages étaient conservées (fig. 121). Alors que les deux assises inférieures, appartenant à l’état IIb, étaient faites avec de petits moellons de calcaire réguliers, liés avec un mortier de chaux fin et homogène, les deux assises supérieures étaient faites de blocs de calcaire plus ou moins réguliers liés à un mortier de chaux grossier qui comprenait des nodules de chaux et de petits éclats de terre cuite. Le mur stylobate a donc été rehaussé de ces deux assises de réglages supplémentaires de 0,10 m de hauteur chacune, le plan supérieur de la fondation du mur stylobate se trouvant désormais à 74,55 m.

Fig. 121 – Élévation du mur stylobate (628) du portique septentrional à l’état II (gris sombre) et à l’état IIIa (gris clair) [dessin : J.‑Cl. Béal et E. Dumas ; DAO : E. Dumas].

Fig. 121 – Élévation du mur stylobate (628) du portique septentrional à l’état II (gris sombre) et à l’état IIIa (gris clair) [dessin : J.‑Cl. Béal et E. Dumas ; DAO : E. Dumas].

216Ce mur conservait encore deux de ses dalles à son extrémité orientale en 2001 (fig. 122). La dalle la plus à l’ouest était cassée à son extrémité occidentale ; elle mesurait 0,58 m de largeur et plus de 0,80 m de longueur. Un trou de louve (L. : 10,5 x 2 cm, H. : 5,5 cm) était encore visible sur sa face supérieure. Il paraît vraisemblable que ce trou de louve a été situé au milieu de la dalle ; si c’était bien le cas, il faudrait alors restituer une longueur originelle de 0,88 m à cette dalle. Les dimensions de la seconde dalle ne sont pas connues.

Fig. 122 – Dalles en place sur le stylobate du portique de l’état IIIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 122 – Dalles en place sur le stylobate du portique de l’état IIIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

217Le sol du portique septentrional pourrait être, dès cet état IIIa, le sol mosaïqué 936 ; il recouvrait l’ancien escalier. La condamnation de l’escalier a ainsi permis d’allonger le portique septentrional de 4,65 m vers l’est par rapport aux portiques des états précédents.

218Ce sol du portique présentait une très faible pente de l’est vers l’ouest puisque le plan supérieur du fragment le plus à l’est était à 74,72 m tandis que ceux des fragments découverts plus à l’ouest étaient à 74,70 m pour le grand fragment découvert devant les salles 891 et 874 et à 74,66 m pour le plus occidental, mis au jour devant la salle des Amours (salle 831), soit une dizaine de mètres à l’ouest du fragment précédent.

4.4.1.2. Le bâtiment septentrional de l’état IIIa

219Plusieurs modifications affectèrent le bâtiment septentrional à l’état IIIa, dont la plupart visaient à installer dans les salles des dispositifs chauffants à partir de praefurnia aménagés dans des espaces de service situés au nord des salles.

Salles 872bis et 872

220Par rapport à l’état précédent, le mur 906 est à nouveau prolongé vers le nord (segment 906c : fig. 61) ; il n’est, pour l’essentiel, conservé que jusqu’au niveau du sol de la salle 832 de l’état suivant, à 74,40 m. Le sommet de sa fondation se trouve à 73,44 m, soit 0,22 m au-dessous de celle du segment 906b et, sur le parement occidental, seul observé, l’aspect de l’élévation de ce nouveau tronçon diffère de celui des états précédents : les blocs employés sont peu mis en forme, de tailles diverses, et liés par des joints beurrés d’un mortier peu compact à inclusion de galets.

221Ce mur forme la clôture orientale de la suspensura d’une salle détruite 872bis. Une ouverture large de 0,46 m y est aménagée à l’altitude de 73,60 m ; son plafond n’est pas conservé. Elle permettait une arrivée de chaleur depuis un praefurnium situé à l’est du mur, dans l’espace 868 et sous le sol de la pièce 869 de l’état suivant : ce praefurnium n’a pas été fouillé, à l’exception d’un étroit sondage au ras de l’ouverture. Le mur présente à l’ouest un ressaut d’élévation à 74,03 m, et, à 74,15 m, la base de deux tubuli rectangulaires à 0, 50 m au nord de cette ouverture ; l’arasement du mur n’a pas permis que d’autres tubuli soient conservés.

222Par rapport aux mesures prises dans la suspensura orientale de la salle basilicale de l’état suivant, on peut considérer que le niveau de circulation détruit dans la pièce se trouvait une quarantaine de centimètres au-dessus de la base des tubuli, soit vers 74,55 m, altitude analogue à celle des salles voisines.

223À l’ouest du mur 906b, la salle 872, dont l’extension vers l’ouest n’est pas connue, s’étendait sans doute vers le nord jusqu’à un mur qui prolongeait l’axe du mur 880 et séparait la salle 872 de la salle 872bis ; il n’en subsiste qu’un arrachement.

224Le sol de cette salle doit avoir été le sol en opus sectile 921 (voir 4.8.2.3, « Les pavements de l’état IIIa »), dont il ne reste, dans un support de mortier de tuileau, que les négatifs des plaques qui le décoraient, vers l’altitude de 74,54 m, comparable à celle des sols de mortier blanc des salles 831, 1001 ou 874.

225Ce sol se substituait sans doute au sol de mortier blanc de l’état IIb et reposait sur un mètre de remblai en moyenne (fig123), l’extension du bâtiment vers l’ouest ne pouvant se faire que par l’apport massif de ces remblais pour rattraper non seulement le dénivelé entre la terrasse würmienne et les terres basses en direction de l’ouest, mais aussi l’incision faite dans la terrasse par le cours de la Riaille au nord. Le sol a été sectionné lors de la construction des canaux de chauffe de l’état postérieur.

Fig. 123 – Salle 872 : sol en opus sectile (SL 921) sous les remblais de l’état IIIb ; au second plan, canal chauffant de l’état IIIb (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 123 – Salle 872 : sol en opus sectile (SL 921) sous les remblais de l’état IIIb ; au second plan, canal chauffant de l’état IIIb (cliché : J.‑Cl. Béal).

Salles 831 et 1001

226Si la salle 831 paraît avoir subi peu de modifications durant cette période, il en va autrement de la salle 1001.

227Dans un premier temps, une porte mit la salle 1001 en communication avec la salle voisine 891. Elle disposait d’un seuil de pierre (l. : 1,05 m) conservé dans l’élévation du mur 857 qui les sépare (fig. 124). Le plan supérieur de la pierre de seuil était à 74,68 m, soit 0,18 m (une marche) au-dessus du sol de mortier blanc de la pièce 1001 et 0,08 m au-dessus du sol de la pièce 891.

Fig. 124 – Seuil mettant en communication les salles 891 et 1001 (vue depuis la salle 891) [cliché : E. Dumas].

Fig. 124 – Seuil mettant en communication les salles 891 et 1001 (vue depuis la salle 891) [cliché : E. Dumas].

228Dans une seconde étape, le sol de mortier blanc de la salle servit de support à une suspensura. Cela impliquait le bouchage de la porte de communication vers la pièce 1001 ou l’exhaussement d’un nouveau seuil au-dessus de l’altitude maximale conservée du mur 857 (75,05 m) à cet endroit.

229La destruction méthodique du sol dans l’état suivant IIIb n’a, dans la pièce, rien laissé du sol et du dispositif de suspensura. Mais l’installation de cette suspensura est contemporaine de la transformation de la salle voisine 891 en salle chauffée sur toute sa surface ; dans le mur qui les séparait, un passage de chaleur voûté 1027 (l. : 0,41 m ; h. : 0,43 m) fut ouvert au ras des sols, à 74,48 m d’altitude ; l’intrados de cette ouverture est à 74,95 m, ce qui fixe le niveau du sol suspendu – au-dessus de l’intrados – vers 75,10 m si l’on tient compte d’une épaisseur minimale de radier du sol. Il faut donc alors sans doute deux marches pour accéder à la salle depuis le niveau de circulation dans le portique (74,70 m).

230Un premier état mal connu du praefurnium 855 alimentait sans doute depuis le nord la salle 1001. Long de 2,35 m du nord au sud, il serait fermé au sud par le mur 894 (l. : 0,40 m), lié au mur 890 (l. : 0,35 m). Cette hypothèse permet d’expliquer que le praefurnium 855, tel qu’il nous apparaît dans son état final (état IIIb), ne soit pas dans l’axe médian nord-sud de la pièce 1001 modifiée, alors qu’il est dans l’axe médian de la pièce 1001 dans son état précédent IIIa ; ce praefurnium de l’état IIIa aurait ensuite été presque entièrement recréé au même emplacement.

Salle 891 : transformation des latrines en salle chauffée

231C’est aussi à l’état IIIa que les latrines furent transformées par la création d’un nouveau sol et de canaux chauffants.

232Le sol de tuileau des latrines (1150) fut abandonné et les dalles qui surmontaient la maçonnerie 1149 furent récupérées. Une fine couche de sable (2017.19) comportant quelques fragments d’enduits de mortier blanc recouvrit l’ancien sol de la pièce et la maçonnerie 1149. Elle était surmontée d’une couche de remblai de 0,20 m d’épaisseur (2017.31), constituée d’une terre marron clair limoneuse, et très légèrement sableuse, compacte et très homogène sur laquelle fut posé le radier de pierre du nouveau sol de béton de la pièce (2017.27). Ces couches n’ont pas livré de mobilier.

233Sur ce remblai, un nouveau sol en béton blanc 2017.27 fut construit, autour de 74,58 m d’altitude (fig. 125). Il était fait d’un mortier de chaux grossier chargé de cailloutis et de galets de 0,17 m d’épaisseur qui reposait sur un radier de blocs de pierre disposés de chant, de 0,17 m d’épaisseur (fig. 126). Il a ainsi été exhaussé d’une quarantaine de centimètres par rapport au sol précédent et se rapprochait de celui des salles voisines. Ce sol était limité, comme le précédent, par le mur 1149, laissant vide l’emplacement du canal des latrines.

Fig. 125 – Vue générale de la salle chauffée 891 à l’état IIIa (niveau du sol 2017.27) ; à gauche, seuil bouché et passage de chaleur 1027 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 125 – Vue générale de la salle chauffée 891 à l’état IIIa (niveau du sol 2017.27) ; à gauche, seuil bouché et passage de chaleur 1027 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 126 – Salle 891 : superposition du sol SL 2017.27 supportant la suspensura de l’état III sur le sol SL 1150 des latrines de l’état II (dessin et DAO : E. Dumas).

Fig. 126 – Salle 891 : superposition du sol SL 2017.27 supportant la suspensura de l’état III sur le sol SL 1150 des latrines de l’état II (dessin et DAO : E. Dumas).

234Cet espace des latrines fut rechemisé et réduit par la construction de deux parois faites de blocs liés au mortier, adossées à l’est au mur 915 et à l’ouest contre le mur 1149 ; conservées sur 0,50 m de hauteur, elles mesuraient 0,26 m de largeur et n’étaient parementées que du côté du canal. Entre elles, un canal 988 (l. : 0,32 m) fut construit. Il a pu être observé sur 3,10 m de longueur dans le sondage de 2017 après la destruction du fond en béton de tuileau d’un canal postérieur 982 qui le surmontait. Les parois du canal 988 reposaient sur le fond en tuileau de la canalisation 1148 et son fond sur le limon sableux qui comblait la canalisation 1148 sur deux centimètres. Le fond du canal était constitué d’une couche de mortier blanc de 0,12 m d’épaisseur. Sur les trois mètres où il a été observé, il présentait une très légère pente montant du sud vers le nord, passant de 73,98 m au sud de la pièce, contre le mur 911, à 74,02 m à l’extrémité nord du sondage de 2017, soit une pente de 1,29 %, inversée par rapport à celle de la canalisation hydraulique antérieure. Ce fond, désormais perméable, et sa pente inversée conduisent à y voir non plus une nouvelle canalisation destinée à conduire de l’eau mais bien un premier canal de chauffe alimenté depuis le nord, par un praefurnium qui précédait sans doute celui (940) de la phase IIIb et sur lequel nous avons peu d’informations.

235L’installation d’un chauffage par canaux est contemporaine de celle du sol de béton blanc (2017. 27) dans la pièce 891. Peut-être le sol 2017.27 fut-il d’abord conçu comme le sol de circulation de la pièce à l’état IIIa et ces canaux surmontés seulement de banquettes chauffantes, comme on en connaît dans la villa de Marendeux-sur-Monthey (Suisse, Valais ; Wiblé 1998) ou dans celle de Montreux-Baugy (Suisse, Vaud ; Morel 1988 : 207, fig. 4 à 6), mais aussi dans l’insula 8 de Martigny (Suisse, Valais) ou à Lyon, dans l’îlot du Verbe Incarné (Delaval 1995, vol. I : 116‑145 et vol. IV : pl. 38). Mais, dans un second temps, le passage de chaleur 1027 entre les pièces 1001 et 891 fut ouvert à peu près dans l’axe médian de la pièce 891 qui, comme sa voisine 1001, devint alors une salle tout entière sur suspensura à canaux, dont le sol de circulation se trouvait sans doute au-dessus de l’intrados du passage 1027, vers 75,10 m.

La salle 874

236Dans le quadrant nord-ouest ouvert en 2001 dans la salle 874, un sol de béton blanc 1104 est apparu vers 74,55 m d’altitude sous le hérisson de la mosaïque de l’état IIIb dont il est séparé par une mince couche brun noir.

237Dans le quadrant sud-ouest ouvert en 2017 sous le support de la mosaïque 875, deux murs perpendiculaires et liés ont été mis au jour (fig. 119). Ils ont été arasés vers 74,13 m, sans doute lors de la construction des canaux chauffants de l’état IIIb. Le mur nord-sud 2017.13 n’a pu être observé que sur une longueur de 0,94 m ; le mur est-ouest 2017.1 avait déjà été rencontré dans le quadrant voisin sud-est en 2001 (mur 1131) au fond d’une fosse médiévale et est connu au total sur 3,40 m. Il pourrait constituer la clôture méridionale d’une pièce dont l’US 1104 serait le sol et qui n’occuperait que la partie septentrionale de l’espace 874.

238Un remblai (US 2017.2‑3-4), dont la base, inférieure à 73,62 m, n’a pas été atteinte, a été rapporté dans l’angle formé par la réunion de ces deux murs.

L’aire de service et les praefurnia de l’aile septentrionale à l’état IIIa

239La construction d’un mur 992 et de son retour vers le sud 1181 (fig. 120) permit de disposer au nord de la salle 1001, d’un terre-plein pour alimenter le praefurnium 855 et le premier praefurnium 940, lié à la transformation des latrines en salle chauffée. Le tronçon du mur 857 inclus dans la salle 1004 fut abattu. Des remblais (US 979) furent rapportés sur l’US 978 de l’état IIa, contre le ressaut de fondation (73,88 m) et la base du mur 880 et contre les deux murs précédents.

240Une porte 947 (l. : 0,90 m), aménagée dans le mur 880d et contre le mur 857, mettait alors ce terre-plein en communication avec l’espace 1004 ; seul son piédroit oriental était appareillé. Sa base était à la hauteur du sommet de la fondation du mur 880d, à 74,60 m, soit quelques centimètres au-dessus du sol de mortier blanc de la pièce 891. La porte disparut avec l’aménagement du canal chauffant est-ouest de la salle 891 (état IIIb), dont le muret septentrional l’oblitérait.

241On ne sait quel était l’aspect de la bouche du praefurnium 855, qui ne requerrait pas d’aménagement particulier. L’accroissement des charbons de bois dans l’US 879 à proximité de la bouche du praefurnium témoigne d’une activité de chauffe en milieu ouvert. Le praefurnium 940 fut, quant à lui, aménagé dans la pièce antérieure 1004. Ce praefurnium était, alors, une simple pièce carrée découpée dans l’espace antérieur par la construction d’un mur 1001bis superposé, à l’altitude de 74,33 m, à celui, arasé, de l’état IIa ; ses fondations, creusées dans l’US 979 sont largement débordantes (l. : 0,50 m) du côté occidental. L’élévation du mur est en moellons de calcaire irréguliers à joints beurrés. C’est peut-être dès cette époque que fut placé en élévation, dans le mur 1001bis, un seuil de porte 989 dont la face supérieure était à l’altitude de 74,77 m et qui donnait accès à la fournaise du praefurnium : nous la décrirons cependant lors de l’étude de l’état IIIb où sa présence est certaine.

242On voit donc apparaître dans le bâtiment septentrional des salles chauffées non thermales dont, régionalement, on connaît d’autres exemples à cette époque, à Alba-la-Romaine, dans l’une des pièces de la domus n° 1 du Pinard (Dupraz, Rigaud 1996 : 76‑79, pièces n° 1 et 2), et dans la villa de la Plaine (voir ci-dessus, 1.2.5.2 et fig. 20, n° 1 ; Béal 1984). Des salles non thermales à suspensura sur canaux ont été aménagées au IVe siècle dans la villa des Prés Bas à Loupian (Hérault : Thèse Pellecuer 2000 : 137‑139).

4.4.2. L’aile orientale de l’état IIIa

4.4.2.1. Le portique oriental

243Sabrant le bâtiment méridional, l’allongement du portique oriental vers le sud n’a cependant pas laissé ici de traces archéologiques : nous avons vu pourquoi. C’est par symétrie avec l’allongement du portique occidental qu’on peut en faire l’hypothèse.

244Deux observations très ponctuelles ont pu être faites.

245Dans l’angle nord-ouest du portique oriental, le sol de béton, qui comportait des inclusions centimétriques de terre cuite, a été coulé sur 0,26 m d’épaisseur ; sa surface supérieure était à 74,81 m, soit 0,10 m au-dessus de celle du sol du portique nord. Ce sol était limité au nord par un seuil dont le négatif est conservé sur 0,50 m de largeur et 0,22 m de hauteur dans l’épaisseur du sol du portique oriental (fig. 108 et fig. 127). Ce seuil dont l’empreinte n’a été vue qu’en coupe dans le sondage de 2017, devait s’étendre sur 3,75 m de longueur, soit la largeur du sol du portique oriental et être constitué de dalles de pierre prises dans l’épaisseur du sol de terrazzo lorsque celui-ci a été coulé. La surface des sols des portiques nord et oriental ayant 0,10 m de décalage, le seuil entre les deux devait être à la même altitude que le sol du portique oriental, c’est-à-dire à 74,81 m, et ainsi être surélevé par rapport au sol mosaïqué du portique nord qui était, lui, à 74,70 m.

Fig. 127 – Vue en coupe, depuis l’ouest, de la mosaïque 936 du portique septentrional et du sol de tuileau du portique oriental : entre eux, négatif d’un seuil (cliché : E. Dumas).

Fig. 127 – Vue en coupe, depuis l’ouest, de la mosaïque 936 du portique septentrional et du sol de tuileau du portique oriental : entre eux, négatif d’un seuil (cliché : E. Dumas).
  • 13 C’est ce même mur que nous avons pu retrouver dans un bref sondage mené contre le fossé occidental (...)

246De leur côté, C. Jung et A. Allimand ont, en 1993, pu ouvrir un étroit sondage sous le sol du portique de l’état IIIb (Rapport Jung, Allimand 1993 : 11) et à l’ouest du mur de fond du portique de l’état IIIb, entre le 44e et le 52e m depuis l’extrémité septentrionale de l’aile. Sous le mur de fond, ici dénommé M1513 (fig. 72), les fouilleurs ont mis au jour un second mur de même orientation générale, lié à un mur perpendiculaire M14 qui n’a pu être observé que sur quelques décimètres de longueur. On pourrait être ici non pas dans un bassin comme le croyaient les fouilleurs, mais a l’extrémité méridionale du portique de l’état IIIa et dans une pièce formant un sas d’entrée.

4.4.2.2. Le bâtiment oriental

247Aucune observation n’est disponible.

4.4.3. L’aile occidentale de l’état IIIa

248C’est dans l’état IIIa que, comme le portique oriental, la galerie occidentale à double colonnade est prolongée d’une douzaine de mètres vers le sud, entre les murs 104bis-111 à l’ouest, 112 au sud et 108‑114 à l’est, au-delà du bâtiment méridional détruit (fig. 119).

249Le mur 111 (l. : 0,60 m), prolongeant le mur 104, est posé sur l’angle démonté des murs 104 et 109 de l’état antérieur (fig. 128) ; sa construction s’est faite au détriment du sol 118 du pavillon 682, déchiré latéralement sur une largeur d’une cinquantaine de centimètres pour permettre son passage. Au-delà de l’angle des murs 104 et 405, il se prolonge sur plus de 14 m et a donc cette première fonction de prolonger le soutènement de la terrasse artificielle.

Fig. 128 – Adossement du mur 111 du portique occidental contre l’angle des murs 104 et 109 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 128 – Adossement du mur 111 du portique occidental contre l’angle des murs 104 et 109 (cliché : J.‑Cl. Béal).

250Parallèlement à lui, et à 3,80 m environ, le nouveau mur stylobate 108‑114 (l. : 0,50 m) est construit, sabrant le sol du pavillon antérieur 682 (fig. 117) ; des blocs de pierres brutes non liées au mortier calent le mur dans la déchirure du sol. Plus au nord, il est posé, à 74,39 m d’altitude, sur le mur antérieur 108bis, stylobate du portique occidental ancien. Plus au sud, il est lié au mur 112 (l. : 0,60 m), en retour vers l’ouest, qui vient buter contre le mur 111, fermant ainsi au sud l’extension du portique. Le mode de construction de ces deux murs, sans moellons ni assisages réguliers et avec des joints beurrés de mortier beige, le rattache clairement aux constructions de l’état III.

251La nature du sol de la galerie n’est pas connue, non plus que son altitude, supérieure au niveau du sol (74,38 m) dans le pavillon de l’état II au-dessus duquel les vestiges sont détruits ; les murs 111 et 112 sont arasés vers 74,23 m et 74,36 m.

4.4.4. Le jardin extérieur au sud : une villa ouverte

252En prolongeant les deux portiques de l’est et de l’ouest, ce dernier adossé à un mur 111 qui se poursuivait en direction du sud, les bâtisseurs de la villa délimitaient un espace plus vaste qu’auparavant pour y aménager une terrasse artificielle dont les remblais seraient retenus à l’ouest par le portique et le mur 111. Dans cet espace, nous avons mis au jour au sud le mur 409 (l. : 0,58 m), à 6,60 m du stylobate du portique occidental auquel il est parallèle (fig117). Adossé au parement méridional du mur 405 du portique primitif, il est détruit à la même altitude que lui, au ras du ressaut de sa fondation, large de 2 à 3 cm de chaque côté du mur. Antérieur à l’état IIIb, il est sectionné par le passage du mur stylobate du portique de la résidence tardive. Sa longueur est ainsi de 13,20 m. Il peut, dans l’état IIb ou antérieurement, avoir servi à stabiliser les remblais de la terrasse artificielle.

253Dans cet état IIIa, la résidence n’est donc plus refermée autour d’un espace central, mais elle adopte un plan en U, qu’on connaît aussi, par exemple, de manière beaucoup moins développée il est vrai, pour la villa de la Plaine à Alba-la-Romaine (voir ci-dessus, 1.2.5.2 et fig20, n° 1), sans doute aussi pour celle de Saint-Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux (voir ci-dessus, 1.2.5.1 et fig. 14, n° 1) ainsi que pour l’établissement augustéen de Croumouneau à Uzès (Gard) et la villa de Monte Collisi (It.) mentionnés tous deux par Chr. Pellecuer (2000 : 75, fig. 22‑14 et 22‑15). La villa de la Guyomerais à Chatillon-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) pourrait appartenir au même type (Ferrette 2012).

254On ne peut évaluer de quel poids pèse dans le fonctionnement de la résidence la disparition de l’aile méridionale qui abritait les thermes, puisqu’on ne sait à quel moment commence l’extension de la résidence vers le nord au-delà de l’emprise de nos fouilles. Quoi qu’il en soit, c’est, au plus tôt, à la suite de cette fermeture du bâtiment méridional des thermes que le canal 610 est dévié pour passer à travers la pièce 996 désormais inutile (fig110 et fig. 111) : deux piédroits de maçonnerie sont posés sur le sol de brique de la pièce et raccordés sommairement aux piédroits antérieurs, pour rejoindre le grand canal médian 540 ; seule la dernière dalle de couverture subsiste.

255C’est peut-être, enfin, à ce moment que le grand bassin méridional est bouché à l’aide d’une terre brune et fine pour permettre qu’un jardin soit aménagé dans tout cet espace (fig. 118). Mais en l’absence de mobilier archéologique dans ce comblement, on doit s’en tenir ici à une hypothèse.

4.4.5. Datation de l’état IIIa

256Encore que peu nombreuses, les données les moins médiocres proviennent du bâtiment septentrional.

257Dans la salle 872, le sol en opus sectile repose sur plusieurs couches de remblais adossées au mur 906 (fig129). À la base de la stratigraphie observée, l’US 955 comprend, d’après l’analyse de Chr. Bonnet, un tesson de sigillée claire B précoce à vernis orange vif accompagné d’un bord d’assiette de type Drag. 36. Le TPQ, autour de 130 ap. J.‑C., correspond au début de production de la sigillée claire B. L’US 954 livre de la céramique sigillée sud gauloise (Drag. 37) associée à un pot à col et bord oblique en céramique commune tournée rouge (fin IIe-IIIe siècle). L’US 951, comprend un tesson de sigillée claire B précoce associé d’une part, à un tesson de céramique non tournée du Haut-Empire et, d’autre part, un pot à col et bord oblique et un plat à bord rentrant en céramique commune tournée rouge. Ces derniers évoquent clairement le répertoire de la fin du IIe et du IIIe siècles dans ce secteur de la vallée du Rhône (Bonnet 2002 : fig. 12). L’US 950 ne contient aucun élément datant.

Fig. 129 – Relevé de la coupe stratigraphique de l’espace 872 (dessin : Y. Emery, P. Ferreira, C. Sauvage ; DAO : M. Drot).

Fig. 129 – Relevé de la coupe stratigraphique de l’espace 872 (dessin : Y. Emery, P. Ferreira, C. Sauvage ; DAO : M. Drot).

258Sous le sol de l’aire de service du praefurnium de la salle des Amours 831 (état IIIb) et du couloir 860 qui la dessert (état IIIb), les US 1133, 1134, 1138, 1139 et 1143, ont livré un mobilier (céramique non tournée du Haut-Empire, pot à col et lèvre déversée en céramique tournée grise : pot lèvre verticale à gorge en céramique grise kaolinitique, céramique sigillée claire B), dont les éléments les plus récents conduisent également au IIIe siècle. Ces US ne semblent cependant pas être alors recouvertes par un sol construit, dont la création deviendra en revanche nécessaire à l’état IIIb pour recevoir le praefurnium de la salle des Amours.

259Les remblais rapportés contre le ressaut de fondation (73,88 m) et la base du mur 880 pour aménager le terre-plein de l’aire de service du praefurnium 940 (état IIIb) ont livré un lot de mobilier céramique (US 979 : ensemble I de l’étude céramologique : voir 7.3.2.1) constitué dans la seconde moitié du IIIe siècle. L’US 979 a également livré une monnaie d’Antonin le Pieux (C6 : voir 7.1.5 l’étude de Chr. Cécillon).

260Dans le sondage de 2017 sur le portique septentrional, le mobilier céramique qui est issu du comblement des canalisations tend à situer leur mise hors d’usage au cours – voire au début – du IIIe siècle (Rapport Béal, Dumas 2017 : 14‑15, 31‑32). Les comblements des canalisations 2017.11 (US 1148) et 2017.10 qui passaient sous le portique septentrional ont en effet livré, selon l’analyse de Chr. Bonnet, 32 tessons de sigillée claire B (types Desbat 8, Desbat 12, Desbat 66 et Desbat 84), un tesson de céramique métallescente, un tesson d’africaine commune, 32 tessons de céramique commune claire dont une amphorette à fond cylindrique et une cruche à lèvre débordante, 25 tessons de céramique tournée rouge dont un pot COM-O-M A4 ; 12 tessons de céramique grise kaolinitique dont un pot KAOL A12 et une bouilloire KAOL F1 qui permettent de dater son comblement du IIIe siècle. Celui de la canalisation 2017.21 qui passait sous le portique oriental a livré un tesson de sigillée claire B du type Desbat 14 (Drag. 37) qui est daté entre 210 et 250, huit tessons d’un mortier à collerette courte et bord en bourrelet en céramique commune claire et deux tessons d’un vase indéterminé en céramique grise kaolinitique qui ont également permis de dater son comblement du IIIe siècle. Dans la pièce 891, la canalisation des latrines CN 1148 a été comblée, au moment de sa mise hors d’usage, avec un limon sableux qui a livré cinq tessons de sigilée claire B (dont le type Desbat 12), trois de commune claire avec une cruche à lèvre débordante et un de céramique grise kaolinitique qui permettent de proposer une datation de 140 au IIIsiècle selon Chr. Bonnet.

261De même, sous le sol de la pièce 874 et dans son quart sud-ouest, les remblais les plus récents rapportés sous ce sol ont livré du mobilier du IIIe siècle : de l’US 2017.2 proviennent quatre fragments de panse de sigillée claire B de type indéterminé, un tesson d’africaine commune et deux tessons dont un bord de pot de type KAOL A12 en céramique grise kaolinitique. Il en va de même du comblement d’une fosse apparue dans le même sondage, qui a livré sept tessons de sigillée claire B dont le type Desbat 71 (Desbat 1988) et Saint-Péray type 41 (Desbat 2002), un de céramique métallescente, trois de céramique commune claire, 19 de céramique grise kaolinitique dont un pot à lèvre verticale et gorge interne (Bonnet 2002), un pot KAOL A12 et huit tessons d’amphore gauloise dont le type G4. Dans le quadrant nord-ouest, l’US 1100 placée sous le sol blanc 1104 contenait aussi un rare mobilier de la fin du IIe siècle et du IIIe siècle.

262Pour dater l’extension du portique oriental, nous disposons d’un seul lot de mobilier, issu des fouilles de C. Jung et A. Allimand sous le sol du portique oriental de l’état III. L’US 53 (Rapport Jung, Allimand 1993) y a livré la partie inférieure d’un vase tulipiforme tripode en céramique tournée rouge à engobe micacé. Ce modèle, attesté à Saint-Romain-en-Gal au début du IIIe siècle (Leblanc, Desbat 1992 : fig. 11 n° 1), est un vase phallique. Le vase du Palais est lacunaire mais il comporte un petit trou où devaient s’attacher les testicules. Des vases phalliques du même type ont été recueillis dans la Saône à Epervans et à Lux en amont du Port Guillot (Devauges 1979 : 461, fig. 25). La pâte et l’engobe micacé évoquent les productions du val de Saône (étude de Chr. Bonnet).

263De même, entre les altitudes de 74 m et de 73,53 m environ, soit sous le niveau théorique de circulation dans la branche occidentale du portique de l’état IIIa et à son extrémité méridionale, l’US 148 a livré un petit lot de mobilier céramique que Chr. Bonnet attribue au IIIe siècle.

264Enfin, le comblement du bassin 642 de l’aile méridionale de l’état II, induit par la destruction de l’aile méridionale de la résidence ancienne lors de la restructuration de l’état III est couronné par l’US 876 qui a livré un rare mobilier attribuable lui aussi à la même période du IIIe siècle.

265On peut donc attribuer la restructuration de l’état IIIa au IIIe siècle ; la résidence connaîtrait ensuite un siècle sans modification majeure.

4.5. La résidence du Palais à l’état IIIb : la résidence tardive (J.‑Cl. Béal)

266La phase tardive de la résidence constitue le moment de son extension maximale connue à travers les vestiges fouillés mais aussi, dans sa partie la plus septentrionale, par des observations ponctuelles et des photographies aériennes que nous présentons avant la partie fouillée. Cette dernière, dont la surface est le double de celle de l’état II, s’organise à nouveau autour d’un jardin à péristyle.

4.5.1. Vestiges de constructions au nord de la zone fouillée

267Au nord de l’emprise des fouilles du Palais, dans le hangar accolé à l’est de la maison Ginot (parcelle ZM 316), des constructions antiques (fig. 130, en haut) ont été arasées au niveau du sol actuel, vers 71,30 m d’altitude. À un segment de mur large de 0,74 m orienté sur l’axe du mur 103-‑104 s’adosse à l’est l’amorce d’un mur en arc de cercle, large de 0,64 m, qui forme sans doute une voûte couchée comparable à celle qu’on connaît plus au sud. À 2,50 m au sud, apparaît un retour d’angle vers l’est ; à 4 m de là s’ouvre peut-être une porte. À l’ouest du segment de mur principal, un mur perpendiculaire a été repéré sur 4,30 m ; il sert de base, sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, au mur médian de la maison. Le mode de construction de ces murs, recourant aux moellons bruts liés par un mortier à joints beurrés, est identique à celui mis en œuvre principalement dans l’état III de la résidence. Ces constructions pourraient s’inscrire dans une extension de la résidence vers le nord à l’état IIIb. La question se pose, alors, de la forme que prenait leur élévation.

Fig. 130 – Plan général de la villa à l’état IIIb (DAO : E. Dumas).

Fig. 130 – Plan général de la villa à l’état IIIb (DAO : E. Dumas).

268Plus au nord encore, dans la parcelle ZM 317a, dont l’altitude actuelle est de 71,80 m en moyenne, l’existence de bâtiments est connue par les photographies aériennes prises à partir de 1979 (fig22 et fig23) par L. Monguilan (1983). Elles montrent, vers le milieu de la parcelle, trois pièces rectangulaires en saillie sur l’angle nord-ouest d’une enceinte au sud de laquelle s’adossent d’autres pièces : l’ensemble s’étend sur une quarantaine de mètres au nord de la maison Ginot. C. Jung (1994 : 43) avait considéré qu’il s’agissait d’un édifice indépendant de la résidence, mais l’ensemble est orienté comme les parties fouillées et sa façade occidentale pourrait s’aligner sur le mur 103-‑104 de l’aile occidentale. J.‑F. Berger (1995 : 90‑91, fig. 7c), en ouvrant un sondage à travers ces vestiges, a attribué la construction des murs rencontrés au IIIe ou au IVsiècle. Ces constructions ne sont pas sans évoquer, avec un format comparable, l’adossement de petites salles au bâtiment  n° 1 de la partie agraire (voir 5.3.1.1, « Le bâtiment n° 1 et la cour ») et pourraient être interprétées comme l’extrémité occidentale de l’aile septentrionale de la partie agraire ; mais on ne voit pas l’intérêt de salles, normalement liées à une zone de champs, à proximité immédiate, ici, de la rivière. Il peut s’agir aussi de l’avancée ultime de la résidence vers le nord. Dans cette hypothèse, la résidence tardive s’étirerait du nord au sud sur quelque 170 m.

4.5.2. L’aile septentrionale de la résidence à l’état IIIb

4.5.2.1. Le portique septentrional

269Le mur stylobate 628 de ce portique (fig131), large de 0,58 m, a été dégagé dans le sondage de 2017, où quatre assises de réglage étaient conservées. Si les deux assises inférieures étaient faites de moellons de calcaire réguliers liés par un mortier de chaux homogène attribuable à l’état IIb, les assises supérieures étaient faites de moellons calcaires de formes plus diverses, liés par un mortier grossier incluant des nodules de chaux et des éclats de terre cuite (fig132).

Fig. 131 – État IIIb, aile septentrionale : numérotation des pièces et murs mentionnés dans le texte (DAO : J.‑Cl. Béal).

Fig. 131 – État IIIb, aile septentrionale : numérotation des pièces et murs mentionnés dans le texte (DAO : J.‑Cl. Béal).

Fig. 132 – Stylobate du portique septentrional : superposition de l’état II et de l’état III ; vue depuis le nord (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 132 – Stylobate du portique septentrional : superposition de l’état II et de l’état III ; vue depuis le nord (cliché : J.‑Cl. Béal).

270Un autre sondage ouvert à 2,65 m de l’angle nord-ouest du portique et sur 2 m de longueur a permis d’observer le stylobate dans sa partie occidentale. À cet endroit, il est conservé à une altitude de 74,50 m, compatible, une fois les dalles du stylobate posées sur leur support, avec un niveau de circulation à 74,70 m comme dans le sondage de 2017. Son parement méridional était fait, comme plus à l’est, de moellons réguliers de 0,10 m de hauteur environ, qui dénote une mise en œuvre homogène, à nouveau de l’état II ; mais une reprise de maçonnerie y est marquée par le recours à des joints beurrés et par l’emploi de fragments de tuiles ou de briques (fig133). Le mur s’est ensuite déversé vers le sud d’une dizaine de degrés.

Fig. 133 – Stylobate du portique septentrional : supports des dalles du stylobate repris en briques et tuiles (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 133 – Stylobate du portique septentrional : supports des dalles du stylobate repris en briques et tuiles (cliché : J.‑Cl. Béal).

271Le mur de fond 911 du portique est hérité lui aussi de l’état II de la résidence. Là où il a pu être observé, devant les salles 831 et 872 et à son extrémité orientale principalement, il est caractérisé, au-dessus des parties attribuables à l’état II, par le recours à des matériaux calcaires divers, assez peu mis en forme et associés ponctuellement à de gros galets. Il était habillé sur sa face méridionale d’un enduit beige épais de 2 cm, arasé au niveau du sol.

272À l’état IIIb comme à l’état précédent, le portique atteignait 3,74 à 3,80 m de largeur, soit la largeur moyenne des portiques de péristyle dans les villae tardives d’Aquitaine (Balmelle 2001 : 133, fig. 56). Son sol, à 74,70 m d’altitude dans le sondage de 2017, était orné d’une mosaïque à décor géométrique 936 (voir 4.8.2.3, « Portique septentrional, mosaïque 936 »). Un seuil d’orientation est-ouest (fig. 127) marquait la transition et formait une petite marche entre le sol mosaïqué du portique septentrional à 74,70 m d’altitude et le sol de béton de tuileau du portique oriental à 74,81 m. Ce seuil, dont ne subsiste que le négatif, était presque dans l’axe du stylobate du portique septentrional dont la mosaïque se prolongeait donc jusqu’au mur de fond du portique oriental. Il en allait sans doute de même à l’extrémité occidentale où l’état des vestiges ne permet plus de le vérifier. La mosaïque couvrait donc primitivement toute la longueur (50,20 m environ) du portique septentrional soit une surface d’environ 188 m2.

4.5.2.2. Le corps de bâtiment septentrional

Les deux pièces à l’ouest de la salle 872

273Grâce à la courtoisie de M. Ginot, nous avons pu topographier un angle de mur construit dans le même appareil que le reste de l’aile septentrionale à l’état III et visible en surface dans le jardin de la parcelle ZM 316. Il permet de définir la largeur, vers 7 m, d’une salle mitoyenne à l’ouest de la grande salle 872 et de supposer l’existence d’une salle suivante (fig130). Aucun vestige n’apparaissait en surface au-delà et l’existence d’un pavillon d’angle symétrique du pavillon 1021 (voir 4.5.5.3, « Les pavillons ») reste hypothétique.

La grande salle 872 et la salle 872bis

274Succédant à une pièce de l’état antérieur ornée d’un sol en opus sectile, la grande salle 872 a été détruite à l’ouest et au nord à l’époque moderne.

275Sa largeur est-ouest peut être restituée par symétrie à 10,60 m car elle était chauffée par une suspensura sur canaux le long des murs et dans l’axe médian de la pièce, dont le canal chauffant est conservé. Sa longueur nord-sud était analogue à celle de la salle voisine 831 (7 m), dont le mur septentrional 880, aujourd’hui abattu immédiatement à l’ouest de la salle, se prolongeait vers l’ouest comme le montrent les traces d’arrachement.

276Du sol mosaïqué 873 de la salle 872 (voir 4.8.2.3, « Pièce 872, mosaïque 873 ») quelques tesselles subsistaient, à peine encore scellées au moment de la fouille, à la surface d’un support en béton de tuileau, en partie conservé à 75,25 m d’altitude, soit 0,70 m au-dessus du sol antérieur d’opus sectile 921 (fig129). Il a été construit une fois les plaques de l’opus sectile démontées et récupérées, et les remblais (US 936 et 948) déversés pour exhausser le sol. Supporté par un hérisson de galets qui recouvre les canaux de chauffe, le niveau de circulation dans la pièce est donc 0,55 m environ au-dessus de celui du portique septentrional (à 74,70 m).

277Le mur 911, qui fermait la pièce au sud, était plus épais ici (l. : 0,77 m) que devant la salle voisine 831 (l. : 0,50 m). Deux seuils, sans doute, y sont aménagés dont le seul conservé (1000b) a été retrouvé près de l’angle sud-est de la salle (fig134). Son négatif est long de 1,35 m, à l’altitude de 74,65 m ; devant lui, le mur périphérique du canal de chauffe s’élargit de quelques centimètres. L’ensemble pouvait donc recevoir trois marches qui permettent de passer du niveau du portique à celui de cette vaste salle (74,20 m2).

Fig. 134 – Négatif d’un emmarchement ouvert dans le mur de fond du portique septentrional devant la salle 872 ; au premier plan, bourrelet de mortier au raccord de la mosaïque et du mur (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 134 – Négatif d’un emmarchement ouvert dans le mur de fond du portique septentrional devant la salle 872 ; au premier plan, bourrelet de mortier au raccord de la mosaïque et du mur (cliché : J.‑Cl. Béal).

278Le chauffage de la pièce était assuré par une suspensura sur canaux. Les murets qui doublaient les murs de la salle et qui délimitaient les canaux étaient larges de 0,30 à 0,35 m, les canaux eux-mêmes de 0,32 m environ ; ils étaient hauts d’une quarantaine de centimètres et avaient été fondés, en perforant le sol en opus sectile de l’état antérieur (fig129), sur un étroit lambeau de sol blanc subsistant de l’état IIb dans l’angle sud-est de la pièce, et, ailleurs, à travers des couches de remblais. Leur fond se trouvait vers 74,45 m à 74,50 m d’altitude, soit une trentaine de centimètres au-dessus de la base de la fondation des murets ; il était fait d’un mortier léger de tuileau posé sur un hérisson de galets.

279Ces murets s’interrompaient à une longueur variant de 0,10 à 0,30 m des murs, pour créer une chicane qui aboutisse à des cheminées d’angle avancées (Bouet 2003a : fig. 226). Dans cette pièce, seule la cheminée du sud-est (0,20 x 0,095 m) est conservée (fig135), dont le muret oriental recouvrait le tuyau d’aération qui y avait été aménagé dans l’état IIb (fig97). L’évacuation des gaz pouvait se faire par cette cheminée, soit à travers le mur de la façade méridionale et au-dessus du portique, soit à travers le mur oriental de la pièce, s’il y avait un décrochement de toiture entre les couvertures des salles 872 et 821.

Fig. 135 – Cheminée d’angle avancée à l’angle sud-est de la salle 872 ; en haut, tuyaux d’aération de l’état II (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 135 – Cheminée d’angle avancée à l’angle sud-est de la salle 872 ; en haut, tuyaux d’aération de l’état II (cliché : J.‑Cl. Béal).

280Le praefurnium qui alimentait les canaux pouvait se trouver dans l’espace 872bis, entièrement détruit.

La salle des Amours 831

281La salle des Amours (7,32 x 5,36 m ; 39 m2) doit son nom à son sol, une mosaïque 871 (altitude : 74,86 m) à décor figuré (voir 4.8.2.3, « Salle des Amours de l’aile septentrionale, mosaïque SL 871 »). Son aménagement (pose d’une suspensura à canaux et de la mosaïque) a été précédé de gros travaux, puisque les murs de la pièce de l’état antérieur, abattus au niveau du support de la suspensura, voire en dessous par endroits, furent largement repris (fig136) à l’exception du mur occidental 906a-b, bien conservé (fig61).

Fig. 136 – Relevé de la façade septentrionale du mur 905 : remontage de l’état III sur les vestiges de l’état II (dessin : C. André ; DAO : M. Drot).

Fig. 136 – Relevé de la façade septentrionale du mur 905 : remontage de l’état III sur les vestiges de l’état II (dessin : C. André ; DAO : M. Drot).

282On accédait à cette salle depuis le portique septentrional 1022 : le seuil (L. : 1,40 m), dont le négatif a été retrouvé, avait été aménagé dans le mur 911 (fig137) à l’altitude de 74,60 m environ. Sa construction est liée à celle d’un canal de chauffe qui le longe au nord ; il a été sommairement bouché par la suite.

Fig. 137 – Relevé en plan de la suspensura de la salle des Amours 831 ; emplacement du seuil 1000 (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 137 – Relevé en plan de la suspensura de la salle des Amours 831 ; emplacement du seuil 1000 (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

283La mosaïque était posée sur une suspensura à canaux qu’alimentait au nord un praefurnium. Au centre de la pièce, un fléchissement du sol fut compensé, avant la pose de la mosaïque, par une recharge de 2 cm d’épaisseur en mortier léger blanc.

284Cette suspensura fut posée sur le sol de béton blanc 986 (74,35 m d’altitude) de l’état antérieur. Des quarts-de-rond d’étanchéité en mortier de tuileau furent rapportés au raccord entre les murs et le sol 986 et noyés sous les murets des canaux chauffants. La suspensura comportait trois canaux parallèles, d’orientation nord-sud, le long des murs et dans l’axe médian de la pièce ; ils étaient réunis par trois canaux d’orientation est-ouest de même disposition. Ces canaux, hauts d’une quarantaine de centimètres, larges d’une trentaine, étaient recouverts par des plaques de terre cuite mince (2 à 3 cm) ou des tegulae dont les rebords avaient été arasés (L. de la seule tegula intacte : 0,53 m ; autres mesures : L. entre 0, 51 et 0,54 m). Ces plaques et ces tuiles supportaient des dalles plus épaisses de terre cuite qui recevaient le mortier de la mosaïque. Cependant, les articulations entre les canaux étaient couvertes de grandes dalles de terre cuite (0,61 x 0,62 m par exemple à l’articulation du canal médian nord-sud et du canal latéral sud). À 1,50 m de l’entrée du praefurnium 954bis qui assurait le chauffage de la pièce, une tuile porte une estampille en creux : TIIRTI SVRI / TEGV[--- (voir 4.7.3.2).

  • 14 « Rumford a proposé de rétrécir l’ouverture des cheminées près du foyer […] afin d’augmenter la ra (...)

285Deux cheminées avancées sont connues. L’une était ménagée dans l’angle nord-est de la salle, par l’interruption du muret oriental à 0,15 m de l’angle et celle du muret septentrional à 0,58 m de l’angle. Posée sur les murets, une dalle de couverture en terre cuite (0,62 x 0,62 m ; ép. : 0,05 m) présentait dans l’angle nord-ouest de la pièce (fig138) une découpe rectangulaire (0,12 x 0,10 m) qui permettait le passage de l’air chaud et des fumées. Sur cette découpe était posé un tubulus, tandis qu’un second, mitoyen, était posé sur la dalle et ne communiquait pas avec la chambre de chauffe. Les deux tubuli tangents émergeaient au-dessus du sol mosaïqué et constituaient une cheminée apparente dans l’angle nord-est de la pièce. Ce dispositif permettait d’améliorer le tirage d’une cheminée avancée, dont la section (0,20 x 0,12 m environ) résultait de l’addition des deux tubuli, en plaçant la moitié seulement de sa base au-dessus de l’étroit goulet ménagé dans la dalle découpée : c’est sur ce principe que les cheminées « à la Rumford » furent inventées en 179614.

Fig. 138 – Cheminée 895 à l’angle nord-est de la salle des Amours (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 138 – Cheminée 895 à l’angle nord-est de la salle des Amours (cliché : J.‑Cl. Béal).

286Une seconde cheminée de même type se trouvait dans l’angle nord-ouest de la salle, à proximité immédiate de l’arrivée de l’air chaud provenant du praefurnium ; elle est plus dégradée. Un muret de 0,17 m, dans lequel était ouverte l’entrée du canal chauffant venant du praefurnium, s’interrompait à 0,20 m du mur 906 pour y laisser la place d’une cheminée large de 0,20 m. En élévation, la fumée de ces deux cheminées, dans les angles nord-est et nord-ouest, devait s’évacuer par des conduits placés sur la façade septentrionale du bâtiment, du côté de la cour de service.

Les salles issues de la partition de la pièce 1001

287Dans l’état IIb (fig87), la grande salle 1001 comportait sans doute une suspensura alimentée par un praefurnium en position médiane, que complétait une arrivée de chaleur depuis la pièce 891. Après le démontage de la suspensura, l’espace fut redistribué (fig130). Un couloir 860 fut créé à l’ouest, et le reste de la surface fut subdivisé en trois, une pièce 833 et, plus petits et dissymétriques, les espaces 858 et 834, encadrant un nouveau praefurnium 855.

Le couloir 860

288La construction d’un mur 910 permit d’isoler un couloir de service 860 (l. : 1,35 m), longeant la salle des Amours. Il donnait accès depuis le portique 1022 aux salles de service situées à l’arrière du bâtiment. On pouvait donc contrôler par là l’accès aux espaces de service et au portique.

289Le mur 910 (l. : 0,47 m) fut construit en blocs de calcaire de tailles variées, liés avec un mortier beige et recouvertes de joints beurrés. Il était adossé au mur 880 et posé sur le sol de l’espace 1001 à une altitude moyenne de 74,60 m. Le sol du couloir, en mortier blanc – celui de la salle 1001 de l’état IIIa –, s’achevait au nord contre un seuil de bois posé sur l’arasement du mur 880 à 74,40 m et dont subsiste le négatif (fig139). L’extrémité méridionale du couloir n’a pas été mise au jour.

Fig. 139 – Couloir 860 au second plan, derrière le mur 880 échancré à l’emplacement du seuil entre le couloir et l’aire de service ; le sol de l’aire de service est enlevé (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 139 – Couloir 860 au second plan, derrière le mur 880 échancré à l’emplacement du seuil entre le couloir et l’aire de service ; le sol de l’aire de service est enlevé (cliché : J.‑Cl. Béal).
La salle 833

290Cette pièce (4,93 x 4,59 m au maximum) a été défoncée par des travaux, d’époque moderne sans doute, qui ont largement spolié les vestiges et gênent la compréhension de son évolution.

291La pièce était fermée au sud par le mur de fond 911 du portique 1022, à l’ouest par le mur 910 et à l’est par le mur 857. Au nord, trois tronçons de murs, 1026 à l’ouest, lié au mur du couloir 910, 879 à l’est et le tronçon 895 encastré dans l’emprise du praefurnium, furent construits sur un même axe et constituaient une limite sur la nature de laquelle nous reviendrons.

292Dans cet espace, le sol de mortier blanc 865 fut, dans l’Antiquité, découpé et détruit au nu des murs, et ses débris évacués. Ce surcreusement de la pièce atteignit au moins la profondeur de 74,25 m, soit la base du hérisson de blocs qui supportait le sol. À ce niveau fut installé dans un remblai limoneux (US 859) un vide sanitaire fait d’amphores dont, seuls, deux exemplaires incomplets subsistaient, l’un placé à l’envers à 74,27 m d’altitude près de l’angle sud-ouest de la pièce (fig140), l’autre non, posé à 74,21 m d’altitude contre le mur 894 du praefurnium 855. Cette technique d’assainissement par des lits d’amphores, longtemps cantonné à la Gaule du sud et à l’Italie, est connue jusqu’à Mayence au moins ; des exemples du Bas-Empire ont été signalés en Italie (Ehmig 2002).

Fig. 140 – Salle 833 : amphore abouchée d’un vide sanitaire ; à l’arrière-plan, face septentrionale du mur de fond du portique, à gauche, mur 1180 de l’état I (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 140 – Salle 833 : amphore abouchée d’un vide sanitaire ; à l’arrière-plan, face septentrionale du mur de fond du portique, à gauche, mur 1180 de l’état I (cliché : J.‑Cl. Béal).

293Au-dessus du vide sanitaire, vers 74,90‑75,06 m d’altitude suivant les points de mesure, était posé un sol de mortier de tuileau 864 dont le défonçage moderne n’a laissé que deux bandes étroites : l’une est large de 0,30 m au nord où elle recouvre le mur 894 du praefurnium ancien (?), l’autre atteint 0,65 m à 0,90 m à l’est. À 0,20 m environ au-dessous de ce sol 864, le mur occidental 910 présente dans la pièce un ressaut d’élévation large d’une dizaine de centimètres et également visible dans l’espace 858 où le sol de tuileau n’est pas conservé. Il permettait sans doute d’améliorer l’assise du mur 910, posé sans fondation sur le sol de mortier blanc de l’ancienne pièce 1001.

294Près de l’angle sud-est de la pièce, un muret 883, large de 0,27 m et long de 1,83 m, est conservé, sur une vingtaine de centimètres de hauteur, sur le lambeau du sol 864 et contre le mur oriental de la pièce 833 (fig141). Il s’étend entre l’ouverture voûtée 1027 au nord et l’angle sud-est de la pièce à 0,44 cm duquel il s’arrête : ménageant, dans le coin sud est de la pièce, l’emplacement d’une cheminée d’angle avancée, il paraît être l’ultime vestige de la paroi orientale d’un canal chauffant, comme on en voit dans les pièces voisines. En revanche, sur la bande orientale de ce sol 864 subsiste, dans l’angle nord-est, une dalle de pilette d’hypocauste, posée de manière non accidentelle, strictement orthogonale aux murs de la pièce. On ne peut pas exclure qu’elle soit l’ultime vestige d’une suspensura sur pilettes dont une partie de la pièce pouvait être équipée (Degbomont 1984 : 123, fig. 208). Le sol de mortier de tuileau de la salle 833 a donc supporté une suspensura dont les murs étaient habillés de mortier de tuileau, conservé dans le petit renfoncement de la pièce contre l’espace 858 et contre le mur oriental de la pièce. Le niveau de circulation dans la salle 833 pouvait se trouver alors vers 75,55 m si l’on admet que les canaux avaient une quarantaine de centimètres de hauteur comme ceux de la salle 831 et le sol qu’ils supportaient une épaisseur de l’ordre d’une quinzaine de centimètres.

Fig. 141 – Salle 833 : muret oriental 883 d’une suspensura posée sur le sol déchiré 864 ; à l’extrémité de la règle apparaît l’ouverture ménagée dans le sol 864 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 141 – Salle 833 : muret oriental 883 d’une suspensura posée sur le sol déchiré 864 ; à l’extrémité de la règle apparaît l’ouverture ménagée dans le sol 864 (cliché : J.‑Cl. Béal).

295Il peut paraître hasardeux – vu le poids de maçonnerie concernée – qu’on ait posé une suspensura sur un sol supporté par un vide sanitaire, mais on connaît au moins deux autres cas comparables. À Nimes, découvert lors de l’élargissement du chemin Bas de Grézan, un vide sanitaire fait d’amphores Dr. 20 supportait une suspensura à pilettes (Fiches, Veyrac 1996 : 497, n° 664, fig. 376). Aux thermes d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne), la dalle de maçonnerie qui supporte un hypocauste à pilettes était supportée elle-même par des piles faites de trois dalles de terre cuite superposées qui créent sous elle un vide sanitaire haut d’une quarantaine de centimètres (Degbomont 1984 : 163, fig. 303).

 

296Deux sources de chaleur peuvent être identifiées.

297Succédant au praefurnium de l’état IIIa, un nouveau praefurnium 855 (1,80 x 0,65 m) fut en effet rebâti (fig142) au même endroit. Il fut aménagé depuis le sol de la cour de service au nord, en découpant le sol de mortier blanc 865 et en construisant des murs qui définissaient le périmètre du praefurnium contre cette découpe (c’est le cas des murs 881 [l. : 0,34 m] et 895) ou directement sur le sol de mortier blanc (mur 890 [l. 0,58 m]) et  mur 894 qui lui est lié) ; le mur 894 fut rasé à l’est en dessous du niveau du sol de mortier de tuileau 864 qui supportait la nouvelle suspensura (fig143).

Fig. 142 – Praefurnium 855 ; à gauche, salle 834, à droite, espace 858 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 142 – Praefurnium 855 ; à gauche, salle 834, à droite, espace 858 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 143 – Articulation de la pièce 833 et du praefurnium 855 (dessin : Fl. Barreto ; DAO : M. Drot).

Fig. 143 – Articulation de la pièce 833 et du praefurnium 855 (dessin : Fl. Barreto ; DAO : M. Drot).

298L’opération supposait qu’à l’entrée du praefurnium, on abattît partiellement le mur 880 qui limitait les salles au nord pour le reprendre, en même temps que l’on construisait les murs 881 et 890, avec un mortier plus poreux, des moellons plus irréguliers et une assise de briques de part et d’autre de l’ouverture. À leur extrémité septentrionale, les deux murs 881 et 890 présentaient un décrochement rentrant à l’est (mur 881), saillant à l’ouest (mur 890), large de 0,10 m, long de 0,35 m (fig142). Il doit s’agir d’un système de fermeture du praefurnium, dont la nature nous échappe.

299Ce praefurnium débouchait par-dessous dans la chambre de chaleur comme on en connaît des exemples à Avenches (ici fig144 : palais de Derrière la Tour ; Morel 2010, vol. II : 195‑198, salle chaude L 112 et praefurnium St 83) ou à Konz (Van Ossel 1992 : fig. 57) par exemple ; c’est le type II de la classification d’A. Bouet (2003 : 241‑244). Il pouvait alimenter aussi bien la salle 833 que les deux petits espaces latéraux 858 et 834.

Fig. 144 – Alimentation d’une suspensura par une ouverture aménagée dans le sol qui en supporte les pilettes : l’exemple de la villa de Derrière la Tour à Avenches (Suisse), d’après Morel, Castella, Pury-Gysel 2010, fig. 179.

Fig. 144 – Alimentation d’une suspensura par une ouverture aménagée dans le sol qui en supporte les pilettes : l’exemple de la villa de Derrière la Tour à Avenches (Suisse), d’après Morel, Castella, Pury-Gysel 2010, fig. 179.

300Une seconde source de chaleur, d’appoint (Degbomont 1984 : 188‑189, fig. 321), se trouvait à l’est, où le sol de mortier de tuileau 864 est déchiré en demi-cercle (diam. : 0,55 m) à la hauteur de l’ouverture voûtée, ce qui permettait à l’air chaud venant de la suspensura de la pièce 891 de monter dans la suspensura nouvelle de la salle 833.

301L’accès à cette pièce se faisait par le portique 1022 ; il faut compter environ quatre marches de 0,21 m entre le niveau de circulation dans la pièce (vers 75,55 m) et le niveau de circulation sous le portique (à 74,70 m), le surcreusement de la pièce 833 ayant permis d’y limiter l’exhaussement du niveau de circulation dans la pièce.

L’espace 858 et la pièce 834

302À l’est et à l’ouest du mur de fond du nouveau praefurnium, deux segments de murs furent construits sur le même axe que le tronçon 894, posés sur le sol de mortier blanc, 879 à l’est (l. : 0,49 m), 1026 à l’ouest. Ils isolent deux espaces, 858 et 834 (fig142).

303À l’ouest du praefurnium 855, le petit espace 858 (1,98 x 0,74 m), a conservé le sol de mortier blanc de la grande salle antérieure 1001, ici à l’altitude d’environ 74,58 m. Sur lui sont posées en ligne des amphores tardives, placées à l’envers (fig145) et calées par quelques pierres : il subsiste trois amphores avec bouchon (voir 7.3.2.6), prises dans un niveau argileux conservé sous la couche de démolition ; elles formaient ainsi un vide sanitaire qui supportait un sol disparu, dont l’altitude était sans doute comparable à celle qu’on peut restituer pour l’espace 833.

Fig. 145 – Relevé en plan des amphores des vides sanitaires des espaces 834 et 858 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

Fig. 145 – Relevé en plan des amphores des vides sanitaires des espaces 834 et 858 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

304À l’est du praefurnium 855, une couche argileuse jaune 839 recouvre le sol de mortier blanc (ici à l’altitude : 74,62 m) de la pièce 834 (2,62 x 1,91 m). Elle a livré cinq amphores posées à l’envers et bouchées, disposées sans doute en lignes parallèles pour constituer un vide sanitaire et supporter un sol disparu (fig145) ; une sixième est plus mal conservée et localisée, les bouchons de trois autres amphores ont été retrouvés déplacés (voir 7.3.2.6). Le niveau de circulation dans cet espace devait être comparable à ceux de l’espace 858 et de la pièce 833.

305La fonction de ces deux espaces, et particulièrement de l’étroit espace 858, ne peut être précisée ; mais il est possible que la construction des segments de murs 879 et 1026 ait eu une fonction structurante, en stabilisant une construction en partie décaissée, et qu’au niveau de circulation, la partition de la salle 1001 en trois espaces n’ait pas été matérialisée.

L’espace 891

306À l’état IIIb, la pièce 891 est une pièce chauffée, sur suspensura à canaux chauffant à partir du praefurnium 940. Le démontage partiel des vestiges et leur arasement au niveau du sol de mortier blanc (à 74,57 m) lors de la réoccupation médiévale de cet espace nous privent du sol de circulation dans la pièce de l’état IIIb et de la plupart des canaux de la suspensura. Subsistent néanmoins les bases de deux canaux chauffants provenant l’un et l’autre du praefurnium 940 (voir ci-dessous) et partiellement encastrés dans le sol de la pièce (fig146).

Fig. 146 – Plan de l’extrémité nord-est de l’aile septentrionale (DAO : E. Dumas).

Fig. 146 – Plan de l’extrémité nord-est de l’aile septentrionale (DAO : E. Dumas).

307Le premier (983 ; l. : 0,30 m environ) d’orientation est-ouest (fig147), était pris entre deux murets plaqués d’une part, au nord, contre le prolongement oriental du mur 880 (alt. cons. du sommet du muret : 74,68 m), d’autre part au sud, contre le mur 1003. Les deux murets et le fond du canal étaient recouverts d’un enduit de mortier léger beige rosé. À l’articulation du muret septentrional et de l’entrée dans le praefurnium, les deux murets sont dressés au moyen de fragments de brique. Le fond du canal passait de 74,31 m à l’articulation des deux canaux au sortir du praefurnium 940 à 74,40 m près de son extrémité occidentale, où il aboutissait à une cheminée d’angle avancée (l. : 0,10 m) ; prolongeant obliquement le canal en direction de l’angle de la pièce, cette cheminée est longue de 0,30 m.

Fig. 147 – Salle 891, base du canal de chauffe d’orientation est-ouest 983 ; à son extrémité occidentale, cheminée en direction de l’angle de la pièce, visible après démontage du muret tardif 908 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 147 – Salle 891, base du canal de chauffe d’orientation est-ouest 983 ; à son extrémité occidentale, cheminée en direction de l’angle de la pièce, visible après démontage du muret tardif 908 (cliché : J.‑Cl. Béal).

308L’autre canal (982 ; l. : 0,30 m environ), d’orientation nord-sud (fig148), empruntait le tracé du canal de chauffe de l’état IIIa (fig149 ; voir aussi 4.4.1.2, « Salle 891 »). Le muret qui le limite à l’est est conservé au maximum à 74,62 m. Son extrémité méridionale est détruite, mais à 2,20 m de l’extrémité méridionale de la pièce, le surcreusement de ce canal dans le sol n’est que de 0,10 m : sa pente va de 74,31 m à l’articulation des deux canaux jusqu’à 74,50 m à son interruption. Il était également enduit.

Fig. 148 – Salle 891. Relevé du parement occidental du mur 915 et profil du canal chauffant 982 jusqu’à son arasement au sud (dessin : C. André ; DAO : M. Drot).

Fig. 148 – Salle 891. Relevé du parement occidental du mur 915 et profil du canal chauffant 982 jusqu’à son arasement au sud (dessin : C. André ; DAO : M. Drot).

Fig. 149 – Salle 891. Dans la coupe, sol de l’état III et base du canal de chauffe à la verticale de la canalisation des latrines ; en bas, sol des latrines (cliché : E. Dumas).

Fig. 149 – Salle 891. Dans la coupe, sol de l’état III et base du canal de chauffe à la verticale de la canalisation des latrines ; en bas, sol des latrines (cliché : E. Dumas).

309Le niveau de circulation dans la pièce était forcément supérieur à l’altitude maximale conservée (74,68 m) des murets comme à celle (74,90 m) de l’intrados de l’ouverture 1027. Sur la base de canaux hauts d’une quarantaine de centimètres recouverts du sol de circulation, le niveau de circulation devait se trouver au-dessus de 75,10 m.

310On ne sait à partir de quel moment de l’état IIIb un mur 908 (L. : 3,75 m ; l. : 0,34 m), recouvrant la cheminée d’angle, vient d’abord s’adosser au mur occidental 857 (l. : 0,52 m). Puis il forme avec lui un mur unique en partie haute et sa largeur atteint 0,85 m ; il est conservé en élévation jusqu’à 75,10 m, soit 0,40 m au-dessus du sol du portique (74,70 m).

La salle 874

311L’histoire de cette pièce avant son état récent est mal connue. La pièce (fig130 et fig146) se trouve en bordure de la fouille, et de son mur oriental 1007 on ne connaît que le parement ; mais l’existence d’une bande de cubes blancs le long de ce mur montre qu’il est bien la limite orientale de cette pièce, légèrement trapézoïdale (L. : 9,46‑9,26 m ; l. : 5,88‑5,77 m). À l’ouest, le mur 915 (l. : 0,56 m), lié dès l’état II au mur de fond du portique, a été abattu à un niveau bas (vers 74,50 m) et est doublé désormais, contre son parement oriental, par le mur 916 (l. : 0,46 m) antérieurement à la création des canaux chauffants et à la mise en place de la mosaïque ; en élévation, le mur 916 recouvre l’arasement du mur 915 et se substitue à lui. Comparable au doublement du mur 857 de la pièce voisine 891, cette opération témoigne de l’importance des démolitions et reprises de murs dans ce secteur.

312Le sol est une mosaïque à décor géométrique 875 (voir 4.8.2.3, « Pièce 874 de l’aile septentrionale, mosaïque 875 ») ; on y circule à l’altitude de 74,96 m, soit une vingtaine de centimètres au-dessus de l’altitude du portique.

313Sous ce sol se trouve une suspensura dont les canaux chauffants sont fondés vers 74,20 m d’altitude à travers les niveaux antérieurs et par conséquent parementés sur la seule face intérieure du canal ; il est possible que le tracé du canal occidental reprenne celui du canal hydraulique de l’état II (fig150). La suspensura comporte un canal central et deux canaux latéraux d’orientation nord-sud, reliés par trois canaux d’orientation est-ouest ; des cheminées existent au moins dans les angles sud-ouest et sud-est. Le fond des canaux est vers 74,29 m. À partir du praefurnium 940, ces canaux, larges de 0,30 m environ, sont d’abord couverts de dalles de terre cuite (L. : 0,62 à 0,66 m ; l. : vers 0,40 m ; ép. : 5 cm), puis de tegulae aux rebords abattus, tournées vers le haut ou le bas indifféremment, mais toujours transversales à l’axe des canaux.

Fig. 150 – Salle 874. Doublage du mur 915 par le mur 916 ; à gauche, canal chauffant de la salle 874 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 150 – Salle 874. Doublage du mur 915 par le mur 916 ; à gauche, canal chauffant de la salle 874 (cliché : J.‑Cl. Béal).

314Le prolongement du mur occidental de la pièce 874 vers le nord, sous le chemin d’accès à la maison Ginot, montre que s’y développait au moins une nouvelle pièce 874bis, prolongement que nous avons déjà constaté ci-dessus.

L’angle nord-est du bâtiment

315L’assemblage des données de la fouille de C. Jung avec celles de nos travaux montre qu’il subsiste à l’extrémité orientale de l’aile un espace large de 2,50 m environ (fig146), susceptible d’avoir formé une galerie prolongeant le portique oriental. À 7 m de l’angle nord-ouest de l’aile orientale, les fouilles de 1993 ont fait apparaître une partie d’un massif de maçonnerie de nature indéterminé (St 43) qui peut avoir participé à un dispositif d’entrée.

Aires de service et praefurnia de l’aile septentrionale

316À l’arrière des salles que nous venons de décrire, on accédait, depuis le couloir 860 (fig131), à un petit portique 1025 et, vers l’est et l’ouest, à deux espaces de service 868 et 832, au sol en mortier de tuileau sur un radier de blocs (L. : 10‑15 cm), à 74,56 m d’altitude environ.

317Fermé à l’ouest par le mur 912, qui n’est conservé que sur 2,20 m de longueur environ, le petit portique 1025, large de 1,80 m environ et dont l’extension vers le nord est inconnue, comportait au moins deux piliers, de bois sans doute, posés, vers 74,60 m d’altitude, sur deux dés en pierre du Midi (0,45 x 0,44 m ; entraxe de 0,95 m environ) ; l’un de ces dés avait été placé sur le mur occidental 1181 de l’aire de service, l’autre, à la même altitude, dans un remblai terreux, avant que le sol de la cour de service ne soit construit.

318Le portique ouvrait à l’est sur la cour de service 868, dont la limite septentrionale est hors de l’emprise de fouille. Dans cet espace à ciel ouvert, se trouvait le débouché du praefurnium 855, qui alimentait la salle 833 et ses annexes, et le praefurnium 940 qui assurait l’alimentation des salles 874, 891 et, à travers elle, 833.

319Au débouché du praefurnium 855, le sol de la cour présente un surcreusement de 0,04 m en quart de sphère (fig151) sur une quarantaine de centimètres de côté, délimité par des pierres et comblé avec des fragments de tegulae. À l’intérieur du praefurnium, deux blocs (L. : 0,40 m) semblent calés contre les murs latéraux et le mur 880 ; entre eux, un petit passage permettait sans doute une arrivée de l’air nécessaire au tirage.

Fig. 151 – Aménagement du sol de l’aire de service au débouché du praefurnium 855 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 151 – Aménagement du sol de l’aire de service au débouché du praefurnium 855 (cliché : J.‑Cl. Béal).

320Le praefurnium 940 (fig146 et fig152) était installé sur le canal d’évacuation 988, antérieur (fig153), remblayé et bouché à son extrémité par un bloc de maçonnerie. Sa fournaise était accessible depuis la cour de service, par une porte ouvrant à 74,78 m d’altitude, soit 0,21 m au-dessus du sol de la cour, dans le mur qui fermait le praefurnium à l’ouest. On y voit en effet un seuil de porte 989 en calcaire (L. : 0,60 m ; l. : 0,41 m) qui présente à l’ouest une butée, et à l’extrémité d’une petite saignée, l’emplacement d’une crapaudine ; il ne subsiste plus que l’amorce des piédroits de l’ouverture (fig70). La présence de cette porte est remarquable. En effet, alors que, pour F. Kretzschmer, une porte percée d’un trou est nécessaire au bon fonctionnement et au tirage du praefurnium, A. Bouet (2003a : 244‑245) s’est montré sceptique quant à l’existence de portes des praefurnia, tout en reconnaissant parfois les traces d’un dispositif de clôture ; il signale que, dans les thermes du Forum d’Herculanum, « une porte en fer obturait les bouches des praefurnia ». Nous avons, ci-dessus, évoqué la possibilité que le praefurnium 855 disposât d’un système de fermeture.

Fig. 152 – Praefurnium 940 vu depuis le nord : à droite, porte d’accès, à gauche, canal de chauffe de la salle 872, en haut, canal de chauffe de la salle 891 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 152 – Praefurnium 940 vu depuis le nord : à droite, porte d’accès, à gauche, canal de chauffe de la salle 872, en haut, canal de chauffe de la salle 891 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 153 – Coupe du drain 988 de l’état II et de son remplacement par le praefurnium 940 à l’état III (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

Fig. 153 – Coupe du drain 988 de l’état II et de son remplacement par le praefurnium 940 à l’état III (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

321À l’intérieur de cet espace rectangulaire restreint (moins de 2 m2), des petits massifs de maçonnerie étaient adossés aux angles des murs. Ils soutenaient, à 74,25 m d’altitude, une pellicule de mortier de tuileau qui formait le fond de praefurnium et se creusait en cuvette au centre de la structure, sous l’effet du tassement du remblai de l’égout dans lequel le praefurnium était installé (fig153). Le canal de chauffe qui alimentait la suspensura de la salle 874 passait, à 74,29 m d’altitude à l’issue du praefurnium, sous une dalle de calcaire molassique, très dégradée aujourd’hui, qui soutenait le mur occidental de la pièce à cet endroit : l’emploi de la molasse, dont la résistance thermique est supérieure à celle du calcaire, est fréquent en Narbonnaise (Bouet 2003a : 236). Un autre canal alimentait la suspensura de la pièce 891 par une ouverture ménagée dans le mur 880d en direction des canaux de chauffe 982 et 983. Après un effondrement, cette ouverture fut reprise au mortier de terre, comme du reste la section du mur 915 à laquelle elle devait être liée. Les vestiges sont ici très dégradés.

322À l’ouest, derrière le petit portique 1025, l’accès à la cour de service 832 se faisait en contournant l’extrémité du mur 912 (ou par une porte percée dans ce mur s’il se prolongeait). Le praefurnium 954bis, alimentant la salle des Amours, s’y trouvait, non pas en position médiane mais déporté vers l’ouest, l’arrivée de chaleur étant à 0,77 m de l’angle nord-ouest de la pièce 831 : ce n’est pas sans autres exemples (Bouet 2003a, passim). C’était un aménagement assez sommaire (fig154). Le sol, à l’altitude, ici, de 74,48 m, fut, dans l’angle sud-ouest de l’aire de service, creusé sur quelques centimètres en direction du sol bétonné qui supportait la suspensura de la salle des Amours. Quelques blocs et briques rapportés contre le mur 880 permettaient d’aménager un canal (l. : 0,35 m) qui débouchait, sous la pièce mosaïquée 831, dans les canaux de la suspensura qui la chauffaient : le mur 880 fut déchiré pour permettre le passage du canal venant du praefurnium. À l’entrée de ce canal, deux redents symétriques de 0,10 m réduisaient la largeur du canal et devaient permettre d’oblitérer l’ouverture. L’état des vestiges ne permet pas de s’assurer que, comme il est vraisemblable, ce canal était couvert. Le praefurnium, du type III de la classification d’A. Bouet (2003 : 241‑244), est donc ici entièrement construit à l’extérieur de la salle qu’il chauffe.

Fig. 154 – Praefurnium alimentant la salle des Amours depuis l’aire de service 832 (dessin : L. Pastor ; DAO : M. Drot).

Fig. 154 – Praefurnium alimentant la salle des Amours depuis l’aire de service 832 (dessin : L. Pastor ; DAO : M. Drot).

323Trois autres creusements de faible importance (0,05 m en moyenne) dans le sol de béton (fig154) ont dû recevoir la base de piliers de bois destinés à un appentis dans cet espace par ailleurs à ciel ouvert : le premier (0,70 x 0,40 m) se trouvait à l’angle des murs 880 et 912, le second (0,50 x 0,45 m) à 1,80 m environ, contre le mur 880, et le troisième contre le mur 906 et immédiatement au nord du praefurnium.

324Le praefurnium de la salle 872, mitoyenne à l’ouest de la salle des Amours, pouvait enfin, nous l’avons dit, se trouver dans la salle 872bis, dont nous avons évalué l’altitude du sol vers 74,55 m, et qui pourrait avoir été reconvertie en salle de service.

4.5.3. L’aile orientale de l’état IIIb

4.5.3.1. Le portique oriental

325Le portique 445 de l’aile orientale (fig155 et fig156) est le mieux conservé, même s’il a été perforé longitudinalement par une tranchée d’installation téléphonique et si son mur de fond 535 se trouve au-delà de l’emprise de la fouille de 1996‑2001, dans le fossé occidental de la RD 73. Il y est connu par la fouille de C. Jung en 1993 (fig72 : mur 15‑37). La tranchée de fouille ouverte à cet endroit a en effet pris en écharpe le mur de fond du portique, si bien que, dans sa moitié septentrionale, elle apporte quelques informations sur l’aile orientale qui se développe à l’est de ce mur, tandis que, dans sa moitié méridionale, elle complète nos informations sur le portique lui-même.

Fig. 155 – Plan du portique oriental (dessin : E. Vidil ; DAO : M. Drot).

Fig. 155 – Plan du portique oriental (dessin : E. Vidil ; DAO : M. Drot).

Fig. 156 – Vue générale du portique oriental (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 156 – Vue générale du portique oriental (cliché : J.‑Cl. Béal).

326Le mur de fond doit être identifié en effet au « mur nord-sud » mis au jour sur 60 m de longueur dans le fossé de la RD 73 (Rapport Jung, Allimand 1993 : 10). Puissamment fondé sur plus d’1,60 m de hauteur, il conserve une partie de son élévation en petits moellons de calcaire liés avec du mortier blanc ; l’aspect succinct du rapport ne permet pas de savoir s’il présente plusieurs états. Pour notre part, nous avons au moins pu le positionner à la faveur d’un bref sondage dans le fossé de la RD 73, qui nous permet de connaître la largeur du portique (3,75 m hors stylobate) à cet endroit.

327À une altitude comprise, suivant les points de mesure, entre 74,83 m et 74,71 m, comparable à celle du portique septentrional, le sol 445 du portique, conservé sur toute la longueur mise au jour, était en mortier de tuileau et à identifier aux US 163, 168, 170, 173 de la fouille de 1993 (Rapport Jung Allimand 1993 : 11) que les responsables interprétaient alors comme le fond d’un bassin. Il dominait d’une trentaine de centimètres le niveau du jardin tardif.

328Il était limité à l’ouest par un mur stylobate 501, large de 0,60 m, réemployant des parties du stylobate de l’état IIb, complétées par des assises moins régulières à joints beurrés où les moellons de calcaire coquillier se mêlent à ceux de calcaire dur ; comme dans le portique septentrional, des fragments de briques et de tuiles y sont réemployés, par exemple à gauche du dé 715 (fig157) ainsi que deux briques de demi-colonne. À la hauteur du grand canal est-ouest 540‑542, les murs du portique de façade méridional de l’état II furent rasés pour supporter la fondation du portique oriental, encore que subsiste un tronçon du mur 544, réemployé dans le stylobate, immédiatement au nord du dé 571 (fig158).

Fig. 157 – Stylobate de la partie septentrionale du portique oriental (dessin : N. Peyraud, A. Sawick ; DAO : M. Drot).

Fig. 157 – Stylobate de la partie septentrionale du portique oriental (dessin : N. Peyraud, A. Sawick ; DAO : M. Drot).

Fig. 158 – Stylobate de la partie médiane du portique oriental (dessin : J.‑B. Gaillard ; DAO : M. Drot).

Fig. 158 – Stylobate de la partie médiane du portique oriental (dessin : J.‑B. Gaillard ; DAO : M. Drot).

329Le stylobate (L. : 48,40 m) était couronné de dalles de calcaire gris beige de la colline de Monceau, et non en pierre du Midi, comme on l’a constaté sur l’unique dalle subsistante du portique septentrional. Ces dalles étaient plus hautes d’une dizaine de centimètres que le sol du portique même, le raccord entre le sol et les dalles du stylobate étant assuré par une petite bande de mortier blanc large de 0,10 m. Ces dalles ont été récupérées pour la plupart, sauf dans la partie septentrionale du portique, où leurs dimensions ont pu être relevées (L. : entre 0,87 et 0,97 m ; ép. : entre 0,13 et 0,17 m).

330À intervalle moyen de 2,36 m – soit environ huit pieds – d’axe en axe des dés (fig155) et avec une variation constatée, non négligeable, entre 2,40 m et 2,20 m, la succession des dalles s’interrompait pour laisser place à un dé de calcaire en pierre du Midi, à une altitude moyenne de leur sommet à 74,77 m : ils affleuraient en fait au même niveau que les dalles. La charge de toiture était donc supportée par les dés pris dans la maçonnerie et non répartie par un stylobate dont c’est la fonction classique, mise en œuvre par exemple dans les maisons de Saint-Romain-en-Gal (Mémoire Galmiche 1996 : 113). La technique est connue dans les portiques de rue de Limoges (Loustaud 2000 : 91) et A. Bouet (2003b : 150 et tableau p. 151) a fait observer de son côté que les portiques de villes et de bourgs dotés d’un « véritable stylobate » sont peu nombreux. Un certain nombre de dés a été récupéré, dont la position est marquée par leur négatif, parfois par une lacune plus importante.

331Ces dés, hauts de 0,27 m environ, étaient généralement de plan rectangulaire (entre 0,60 m et 0,39 m de côté), un peu moins longs dans le sens nord-sud qu’ils n’étaient épais dans le sens est-ouest. Certains d’entre eux ont été amaigris sur certaines faces, soit qu’ils aient été réemployés, soit pour recevoir contre eux une dalle de couverture d’un caniveau : c’est le cas du dé 570 (fig159) tandis que le dé 715 était réemployé avec la masse de mortier qui avait assuré un scellement précédent (fig157). On peut retrouver ou restituer l’emplacement de 21 colonnes.

Fig. 159 – Dé 570 du stylobate du portique oriental, amaigri au nord pour recevoir la dalle de couverture du caniveau 569 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 159 – Dé 570 du stylobate du portique oriental, amaigri au nord pour recevoir la dalle de couverture du caniveau 569 (cliché : J.‑Cl. Béal).

332Aucun fragment de colonne ou de chapiteau n’a été trouvé aux abords immédiats du portique. Ils sont peu nombreux dans le corpus réuni par D. Fellague (voir ci-dessous, 4.8.1) et les grandes bases de colonnes vues par A. Espanet (voir ci-dessus, 2.1.2.5) ne peuvent prendre place sur les dés dont la largeur au sommet est parfois à peine de 0,40 m. Au reste, le massif de calcaires durs du Robinet de Donzère se prête mal à l’extraction de linteaux, de tambours ou de fûts de colonnes : les carrières qui ont été ouvertes au XIXe siècle à Châteauneuf-du-Rhône à la base du Robinet approvisionnaient surtout les grands chantiers (endiguement du fleuve, remblais de la voie ferrée) en matériau d’enrochement. Le recours à des colonnes construites en briques est sans doute plus envisageable ; le site du Palais a livré quatre fragments de briques de colonne en fouille, deux autres sont en réemploi dans le stylobate du portique oriental, et plusieurs en réemploi dans les parois du bassin central 417.

333Dans sa phase la plus récente, le portique oriental a été fermé par un mur ou un muret conservé sur deux assises au maximum : cette modification est visible dans la partie septentrionale du portique (fig157), mais les traces d’une reconstruction analogue sont perceptibles plus au sud, entre les dés 523 et 538, ou à côté du dé 539 (fig158) où le muret se substitue aux dalles du stylobate. Cette modification n’est pas datable précisément, mais, dans la mesure où elle a affecté l’ensemble du portique oriental, elle n’est sans doute pas postérieure à la fin de la résidence antique.

4.5.3.2. Le corps de bâtiment oriental

334Du corps de bâtiment oriental, pour l’essentiel sous la RD 73, on sait peu de choses, même si la réinterprétation des données des fouilles de C. Jung en 1993 permet de recueillir quelques informations, qui portent sur les deux extrémités du corps de bâtiment.

335À l’extrémité septentrionale de la tranchée de fouille n° 2 ouverte dans le fossé occidental de la route, les fouilleurs ont mis au jour un espace couvert, au sol non construit. On peut être ici dans l’aménagement d’un accès au bâtiment.

336Derrière le mur de fond du portique oriental (M 35‑37), se trouvait une salle 710 sur suspensura à canaux. Les travaux de C. Jung (1993 : 13, « grand caniveau en Y ») ont mis au jour (fig72 et fig160), à l’angle nord-ouest et entre M 37 et M 42 qui lui est lié, l’extrémité du canal médian, son retour au nord, l’arrivée du canal latéral et la cheminée qui se trouvait dans l’angle de la pièce (ST 39-Pi 710). Le symétrique au sud a disparu, détruit lors du creusement du drain post-médiéval, sauf le mur M 36, lié à M 35‑37 et symétrique du mur M 40. La pièce avait donc une largeur de 6,40 m environ. Puis viennent des pièces (707 à 709 notamment) qui semblent avoir eu une histoire complexe, le fouilleur notant plusieurs reprises de murs et une superposition de sols construits. L’étroitesse de la fenêtre d’observation ne permet pas d’exploiter les informations recueillies, notamment sur la présence de plusieurs niveaux de sol dans les différentes pièces, ni d’identifier chacune des salles.

Fig. 160 – Canaux de la salle chauffée 710 du bâtiment oriental (cliché : C. Jung) ; le nord est à droite.

Fig. 160 – Canaux de la salle chauffée 710 du bâtiment oriental (cliché : C. Jung) ; le nord est à droite.

337À l’extrémité méridionale du bâtiment (fig72, ST 10), la tranchée de fouille a permis d’observer les structures qui se trouvaient à l’ouest du mur de fond du portique et près de l’articulation avec le portique méridional. C. Jung (Rapport Jung, Allimand 1993 : 10‑11) a ainsi dégagé une « structure 157 [… qui] se présente sous forme d’une succession de marches enduites d’un tuileau très fin. On pourrait penser à un escalier menant à une piscine », au fond de laquelle apparaît « une couche brun noir très organique » ; elle est liée au mur de fond du portique. Elle note l’absence singulière de murets limitant ce « bassin ». Immédiatement au sud, elle rencontre (structure 10) un massif de maçonnerie large de 4 m et recouvert de mortier de tuileau suivi d’une évacuation d’eau (structure 159).

338À la suite de nos travaux, la lecture de ces vestiges peut être précisée, puisque nous en avons retrouvé le prolongement, à l’ouest du fossé de la route et de la tranchée téléphonique qui les sectionne (fig130, Pi 578). Le massif 10 appartient en fait à une exèdre 578 dotée d’un sol en béton de tuileau grossier à 74,79 m d’altitude (fig161), soit un peu au-dessus du niveau de circulation dans les portiques. L’exèdre était ceinturée par un mur 587 (l. : 0,61 m) dont le large ressaut de fondation extérieur (l. : 0,16 m), visible seulement au voisinage du caniveau 582‑669, était habillé de mortier de tuileau : il en résulte l’effet d’« escalier » noté par C. Jung. Sans doute cette exèdre au sol à peine surélevé par rapport à celui des portiques occupait-elle l’extrémité méridionale d’une salle de l’aile orientale qui empiétait sur le portique et dont la largeur peut être restituée, par symétrie, à 6 m. Le niveau de circulation dans la salle était identique à celui du portique si l’on se souvient que le niveau de circulation dans l’exèdre est souvent un peu plus haut que dans le reste de la pièce. Le caniveau 582‑669, large de 0,30 m (alt. moyenne : 74,13 m), coulait du sud-est vers le nord-ouest et se prolongeait dans l’angle sud-est du jardin (caniveau 669). Il était un moment tangent au mur de l’exèdre. Sans doute – ce qu’on n’a pu vérifier – était-il rejoint par les évacuations d’eau 157 et 159 des fouilles de 1993.

Fig. 161 – Coupe contre l’exèdre de la salle 578 (dessin : A. Duc ; DAO : M. Drot).

Fig. 161 – Coupe contre l’exèdre de la salle 578 (dessin : A. Duc ; DAO : M. Drot).

339Selon C. Jung, la structure 157 est liée au mur de fond du portique ; le sol du portique recouvre, quant à lui, l’enduit de mortier de tuileau du caniveau 582‑669, ce qui peut n’être que l’indice d’une péripétie technique : l’exèdre est donc bien contemporaine des portiques et de cette phase de la résidence.

340Enfin, dans la tranchée 1 de la fouille de 1993, à l’est de la RD 73, C. Jung et A. Allimand ont mis en évidence un long mur (M 313) d’orientation nord-sud dont seul le parement oriental était connu (fig72). À ses extrémités, il reliait deux massifs de maçonnerie au nord et deux autres au sud. Au nord, les deux massifs, M 330 (l. : 1,10 m en élévation ; 1,60 m en fondation) et M 340 (l. : 0,90 m selon Rapport Jung, Allimand 1993) n’ont pu être observés en coupe. Au sud, en revanche, les deux massifs M 311 et M 305 ont connu des histoires parallèles. Ils étaient d’abord constitués chacun d’un mur unique (l. : 1,10 m et 0,94 m) à 2,24 m de l’autre, puis un second mur plus mince a été accolé contre leur parement interne, réduisant cet espace à 1,26 m. Les deux massifs, arasés vers 74,78 m, formaient une saillie de 1,40 m par rapport au parement du mur nord-sud. Il peut s’agir de contreforts ; mais, si l’on observe que le milieu de cette structure est à peu près sur l’axe médian du portique oriental des états IIb et IIIa, on peut proposer de l’interpréter comme la fondation d’un porche d’entrée reliant la partie rustique et la résidence ; les massifs pourraient avoir été des dés supportant des colonnes. Dans cette hypothèse, la largeur du bâtiment oriental contre lequel ce porche serait adossé serait d’une douzaine de mètres.

341Pour mal connu qu’il soit, ce corps de bâtiment est important, en ce qu’il donne l’accès principal, à ses deux extrémités et surtout dans son axe médian, à la partie la plus prestigieuse de la résidence : on se souvient ici de la description qu’A. Espanet a faite des vestiges (voir 2.1.2.5).

4.5.4. L’aile méridionale de l’état IIIb

342L’aile méridionale (fig162) est une construction homogène, menée d’un seul jet et dont tous les murs sont liés. Elle comporte un portique et une grande salle basilicale qui ferment au sud la résidence en U de l’état IIIa, et sur lesquels s’articule, au sud, un petit portique à trois branches qui dessert le bâtiment du sud-ouest et d’autres pièces. La façade occidentale de la demeure est en outre développée, avec l’adjonction d’une terrasse et de pavillons. Tous ces bâtiments sont construits à l’aide de moellons de calcaire de dimensions irrégulières, pris dans un mortier abondant et des joints beurrés.

Fig. 162 – Plan de l’aile méridionale de l’état IIIb (DAO : M. Drot).

Fig. 162 – Plan de l’aile méridionale de l’état IIIb (DAO : M. Drot).

4.5.4.1. Le portique méridional

343Le portique méridional 438 était large de 3,80 m environ. Son sol était couvert d’une mosaïque à décor géométrique 360 (voir 4.8.2.3, « Portique méridional, mosaïque 360 ») conservée seulement à l’est, à une altitude moyenne de 74,70 m. Le sol fut ensuite progressivement écorché d’est en ouest par l’érosion (par ex. : perte de 0,25 m d’altitude à 16,20 m de l’extrémité occidentale), laissant apparaître son support de mortier puis son hérisson de petits blocs 427, avant d’être complètement arraché. Long de 42,20 m, le mur stylobate 346 a été épierré à l’est. Dans sa partie médiane, il n’est plus conservé que jusqu’à 74,40 m d’altitude, soit une trentaine de centimètres sous le niveau de circulation dans le portique. Il fut fondé en tranchée étroite jusqu’à 74,02 m, niveau où apparaît un large ressaut de fondation (0,30 m), observé, près de son extrémité occidentale, à 73,64 m d’altitude au nord du mur et à 73,84 m au sud, soit un mètre environ au-dessous du niveau de circulation dans le portique. Il était alors large de 0,62 m, ce qui, du reste, ne préjuge pas de sa largeur au sommet de l’élévation.

344En revanche, dans sa partie la plus occidentale où il était plaqué contre l’angle des murs 112 et 114, puis contre le mur 112 de l’état IIIa qu’il vient doubler, il n’est large que de 0,38 m (fig163), la réunion des deux murs formant le stylobate. À son extrémité occidentale, il est adossé, mais non lié au mur de soutènement 111 (état IIIa) d’orientation nord-sud.

Fig. 163 – Adossement du stylobate du portique méridional de l’état IIIb sur l’angle des murs 112 et 114 de l’état IIIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 163 – Adossement du stylobate du portique méridional de l’état IIIb sur l’angle des murs 112 et 114 de l’état IIIa (cliché : J.‑Cl. Béal).

345Aucune variation ponctuelle de l’épaisseur du stylobate 346 ne dénote de mise en valeur particulière en élévation de l’emplacement des entrées dans la salle basilicale ou de l’axe médian du portique. Sur la base d’un entraxe de 2,36 m comparable à celui du portique oriental, le stylobate, long de 42 m, pouvait théoriquement supporter 19 colonnes, mais aucun de leurs emplacements n’est conservé. J.‑M. Mignon restitue 20 colonnes un peu plus resserrées, hautes de 4,50 m environ.

346Le mur de fond 345 subsiste encore jusqu’à l’altitude de 74,92 au raccord avec le mur oriental 344 de la salle basilicale qui lui est adossée, mais n’atteint plus, au raccord avec le mur 111, à son extrémité occidentale, que 74,18 m. Il est large de 0,61 m sur toute sa longueur. Lui aussi était, à son extrémité occidentale, adossé et non lié au mur 111. Ce mur fut construit en élévation enterré dans une tranchée en V, au-dessus de larges ressauts de fondation (0,25 à 0,30 m) observés vers 73,60 m d’altitude à mi-longueur, soit plus profondément que le stylobate 346. Toute l’élévation enterrée est recouverte d’un enduit mural beige grossier. Observée en 2017 dans l’axe médian du portique, sa fondation (H. : 0,60 m sous le ressaut ; l. : environ 1 m) est faite de trois rangs de blocs au-dessus d’un niveau de galets, blocs et mortier dont la base est assise dans la terrasse géologique de petits galets, vers 73,09 m. La hauteur totale du mur enfoui est donc de 1,61 m, comparable à celle du mur de fond du portique oriental vu par C. Jung et A. Allimand (Rapport Jung, Allimand 1993 : 10).

4.5.4.2. La grande salle basilicale

Description

347Adossée par son grand côté au portique méridional, la grande salle basilicale (fig164 et fig165) est large de 11,30 m environ à l’extérieur, et sa largeur est comprise à peu près trois fois dans sa longueur extérieure (34,20 m). Elle comporte un espace rectangulaire 442 (23,45 x 10 m intérieurement) auquel est accolée, à chacune de ses deux extrémités, une exèdre en demi-cercle outrepassée de 7,30 m de diamètre (439 à l’est et 970 à l’ouest), sur suspensura. La longueur intérieure de la salle est de 32,80 m.

Fig. 164 – Plan de la salle basilicale (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

Fig. 164 – Plan de la salle basilicale (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

Fig. 165 – Coupe longitudinale entre la salle basilicale, la cour de service et le pavillon 1021 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 165 – Coupe longitudinale entre la salle basilicale, la cour de service et le pavillon 1021 (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

348L’épaisseur des murs des exèdres était de 0,62 m en général, sauf pour les petits tronçons 342 et 344 de part et d’autre de l’exèdre orientale, qui atteignaient 0,80 m, sans doute parce que des entrées des praefurnia de la partie centrale s’ouvraient dans ces courts segments. J.‑M. Mignon nous fait observer que cette faible épaisseur exclut que les exèdres aient été couvertes d’une voûte de maçonnerie en cul-de-four et impose, comme dans l’espace central 442, une couverture en charpente dont il évalue le sommet vers 9 m de hauteur. Ces murs étaient habillés de mortier de tuileau (ép. : 0,02 m) sur leur face interne ; un décor (enduits peints ou placages de marbre, dont rien ne subsiste) devait y être fixé.

349Le sol de l’exèdre orientale 439 était un béton de tuileau lissé en surface, à l’altitude de 74,89 m, sur un hérisson de gros blocs (l. : 0,25 m). Il y avait sans doute, entre les exèdres et la partie centrale de la pièce, une marche dont le nez était, à l’est, le mur 822, comme on l’observe couramment, dans la villa de Loupian par exemple (Lavagne, Prudhommme, Rouquette 1976 : 217 : marche de 0,10 m) ou dans des demeures d’Afrique du Nord (Rebuffat 1974 : 448‑449 ; plus généralement, Morvillez 2011a : 278).

350Le sol de circulation de la partie centrale a disparu. On ne retrouve plus dans la salle que, sous le niveau d’occupation médiévale (US 419) à 74,66 m d’altitude dans la partie sud-est de la salle, des remblais stratifiés en dessous de 74,64 m. Observés en coupe dans l’axe médian de la salle (fig118) et à 4,50 m de l’exèdre orientale (fig166), ils étaient constitués d’une alternance de plaques de mortier léger, de fines couches de chaux, de galets, de tuiles concassées ou de niveaux cendreux ou terreux, qui ne composaient pas un sol de circulation dans la pièce achevée mais caractérisent des niveaux de chantier, posés sur un remblai de terre qui recouvrait les galets de la terrasse géologique. Du reste, l’un de ces niveaux de chantier était à la même altitude (74,44 m) que la base des ouvertures de chantier dont nous parlerons ci-dessous. On doit donc restituer le sol primitif de l’espace 442 au-dessus de 74,64 m d’altitude, à une hauteur comparable à celle du portique méridional (74,70 m) ou un peu au-dessus si le passage du portique à la grande salle se faisait par une marche, mais à une hauteur inférieure à celle du sol de l’exèdre (74,89 m).

Fig. 166 – Relevé stratigraphique des remblais rapportés dans la salle basilicale ; a : plaques de mortier de tuileau disloquées ; b : niveau de tuiles concassées ; ca à cd : niveaux de chantiers (épandage de mortiers altérés) ; d : couche cendreuse ; e : terre brune (dessin : E. Regagnon ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 166 – Relevé stratigraphique des remblais rapportés dans la salle basilicale ; a : plaques de mortier de tuileau disloquées ; b : niveau de tuiles concassées ; ca à cd : niveaux de chantiers (épandage de mortiers altérés) ; d : couche cendreuse ; e : terre brune (dessin : E. Regagnon ; DAO : M.‑N. Baudrand).

351On en conclura que le sol de la partie centrale de la pièce était à une altitude comprise entre 74,70 m et 74,89 m, et même entre 74,70 m et 74,80 m environ. Il est difficile de supposer que ce sol ait été fait d’une mosaïque de 230 m2 sur un support mince, quand, dans le portique voisin, la mosaïque contemporaine 360 avait, avec son hérisson, une épaisseur d’une bonne vingtaine de centimètres ; il est possible que le sol de la pièce ait été un dallage ou un plancher arraché au Moyen Âge.

352Recouvert par le sol de l’exèdre orientale, le mur 822 était large de 0,65 m, ce qui permet d’en faire un stylobate intérieur recevant la charge de colonnes, deux par exemple, pour séparer l’espace privilégié de l’exèdre de l’espace central 442. Le mur avait été construit en même temps que les tronçons de mur 342 et 344 auxquels il est lié, sauf pour la dernière assise où s’amorçait la courbure de l’exèdre (fig167). Le mur était parementé sur sa face occidentale, où son ressaut de fondation se situait en dessous de l’altitude de 74,16 m ; en revanche, sa face orientale n’était pas parementée. On en conclura qu’il fut construit depuis l’espace central 442 avant que les remblais n’y soient rapportés : il empêchait alors les remblais d’envahir l’espace dévolu à la suspensura de l’exèdre, dont le plancher est à 74,06 m.

Fig. 167 – Exèdre orientale de la salle basilicale : mur stylobate intérieur 822 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 167 – Exèdre orientale de la salle basilicale : mur stylobate intérieur 822 (cliché : J.‑Cl. Béal).

353L’exèdre occidentale a servi de carrière de pierre au Moyen Âge (voir 9.3.3) et, conservée au maximum à 73,96 m d’altitude, elle est très largement démontée. Son sol a disparu, mais il était sans doute comparable, en structure et en altitude, à celui de l’exèdre orientale.

  • 15 Sur la hauteur des pilettes, voir Bouet 2003a : 254.
  • 16 A. Bouet (2003a : 94-‑95, pl. 227) signale des « cheminées encastrées » dans une dizaine d’établis (...)

354Les deux exèdres, surélevées, étaient seules sur hypocauste comme l’est l’abside E’ de Loupian (Lavagne, Rouquette, Prudhommme 1981 : 174 ; Thèse Pellecuer 2000 : 183). À l’est, nous avons très ponctuellement démonté le dispositif. Habillé de briques, le support maçonné de la suspensura se trouvait, nous l’avons dit, à 74,06 m, soit 0,83 m sous le niveau de circulation dans l’exèdre. Posées sur ce support (fig168), des pilettes (H. : 0,56 m)15, faites de briques carrées de format bessalis (Bouet 1999 : paragr. 13‑24), larges de 0,22 m (ép. : 0,04 m), soutenaient des dalles de terre cuite de format bipedalis (l. : 0,63 m ; ép. : 0,04 m) qui recevaient le hérisson du sol. Encastrées dans la paroi de l’exèdre16, cinq tubuli (section : 0,15 x 0,11 m) prenaient l’air chaud au sommet des pilettes, à 74,47 m. Leur espacement varie de 1,70 m à 2,50 m, pour éviter qu’une cheminée soit placée à la verticale des praefurnia ; encore l’un d’entre eux, au sud, est-il voisin de l’ouverture d’un des praefurnia.

Fig. 168 – Coupe de la suspensura de l’exèdre orientale de la salle basilicale (dessin : E. Régagnon ; DAO : M. Drot).

Fig. 168 – Coupe de la suspensura de l’exèdre orientale de la salle basilicale (dessin : E. Régagnon ; DAO : M. Drot).
  • 17 J.‑M. Mignon propose un autre mode de fonctionnement où, des praefurnia médians, l’air chaud passe (...)

355Chacun des hypocaustes des exèdres était alimenté à partir de deux praefurnia enterrés, le premier étant ouvert dans l’axe médian, le second sur le côté (fig164)17. Ainsi, à l’est, le praefurnium médian 398 était un espace étroit (0,92 x 0,92/0,95 m), aux murs parementés, accessible par un passage de 0,72 m de largeur. Il communiquait avec la suspensura par une ouverture de 0,43 m, ouverte à 73,95 m – soit 0,11 m au-dessous du plancher de la suspensura – et conservée sur 0,70 m d’élévation ; la construction de ses piédroits et de sa voûte associait des claveaux de briques et des plaques de calcaire. Un mur étroit 397 (l. : 0,47 m), au tracé en baïonnette, servait de coupe-vent, au nord du praefurnium ; il était adossé au mur de l’exèdre. Le praefurnium latéral était aménagé à l’ouest du praefurnium médian, dans une petite pièce 440 surcreusée au niveau du ressaut de fondation des murs (fig169 et fig170). Il communiquait lui aussi avec la suspensura par une arche large de 0,43 m, ouverte à 73,95 m et conservée sur 0,65 m d’élévation. Un dispositif identique, en symétrie inversée, devait chauffer l’exèdre occidentale et compléter le chauffage de la partie médiane de la salle : les vestiges en sont rasés à leur base ; l’extrémité du mur coupe-vent 928 s’appuyait, comme celle du praefurnium lui-même, sur le piédroit oriental de l’égout construit avant lui (voir 4.5.8.3).

Fig. 169 – Salle 440 commune à deux praefurnia ; en bas à gauche, coup de sabre oblique d’une ouverture de chantier (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 169 – Salle 440 commune à deux praefurnia ; en bas à gauche, coup de sabre oblique d’une ouverture de chantier (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 170 – Relevé des bouches des praefurnia alimentés par la salle 440 (dessin : A. Michot ; DAO : M. Drot).

Fig. 170 – Relevé des bouches des praefurnia alimentés par la salle 440 (dessin : A. Michot ; DAO : M. Drot).

356La partie centrale de la grande salle était limitée au nord par le mur 345, mur de fond du portique méridional, et au sud par le mur 328, large, comme lui, en élévation, de 0,62 m et comme lui habillé d’enduit de tuileau (ép. : 3 cm) sur sa face interne. Pour J.‑M. Mignon, la hauteur de la salle atteignait au faîtage une douzaine de mètres.

357Dépourvue de suspensura, cette partie de la pièce était chauffée par des canaux (424 au nord et 433 au sud) courant sur les longs côtés de la pièce, le long des murs 345 et 328 (fig164). Pour leur réalisation, une tranchée fut creusée le long de chacun des murs dans les remblais rapportés à l’intérieur de la salle, et un canal de chauffe (l. : 0,30 m) aménagé, entre deux murets (fig118) de pierres sèches (l : 0,15 m). Le fond était marqué par une mince couche de mortier ou une couche d’argile (ép. : 0,02 m), la couverture étant faite de dalles de terre cuite ou de tegulae (L. : 0,48 x 0,35 m) recouvertes de mortier de tuileau lissé en surface (fig171).

Fig. 171 – Canal chauffant 424 de la salle basilicale : au premier plan, dalles de terre cuite couvrant le canal, au centre, couverture maçonnée des dalles (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 171 – Canal chauffant 424 de la salle basilicale : au premier plan, dalles de terre cuite couvrant le canal, au centre, couverture maçonnée des dalles (cliché : J.‑Cl. Béal).

358Encastrées dans les murs longitudinaux et interrompant les murets de pierres sèches, des tubuli (0,16 x 0,11 m), groupés par deux, prenaient la chaleur du canal de chauffe et devaient assurer de tirage du dispositif (fig164). Leur entraxe depuis l’angle intérieur sud-est comme depuis l’angle intérieur nord-est de l’espace 442 était successivement de 3,54 m, 5,28 m, 6,40 m, 5,28 m et 3,54 m, espacement qui permettait d’ouvrir des baies pour la lumière sans interférer avec les conduits des cheminées. Au bout des canaux, deux tubuli mitoyens (section : 0,15 x 0,11 m) achevaient le dispositif (fig172).

Fig. 172 – Extrémité orientale du canal chauffant 424 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 172 – Extrémité orientale du canal chauffant 424 (cliché : J.‑Cl. Béal).

359Le canal méridional 433 prenait la chaleur dans la pièce surcreusée. Il s’engageait sous le mur de la grande salle par une arche large de 0,80 m, haute de 0,55 m et ouvrant à 74 m. Au nord de cette arche, une petite ouverture carrée (l. : 0,10 m), non perforante, était ménagée dans le mur 343 de l’exèdre : elle permettait sans doute de manœuvrer une barre pour bloquer l’accès au canal chauffant (fig170). Le canal aboutissait contre le mur 404 à l’ouest, à l’altitude de 73,83 m soit 0,17 m plus bas qu’au point de départ, contrairement à la pratique qui veut qu’on fasse monter la chaleur. La base des deux tubuli ouvrait à 74,38 m. Le sommet de la couverture du canal, large de 0,80 m à 1 m, atteignait l’altitude de 74,61 m à son extrémité occidentale.

360Au nord, l’entrée du canal 424 était couverte d’une voûte dont ne subsistent qu’une brique et deux claveaux ; elle a été retrouvée bouchée tardivement par des blocs de maçonnerie qui en obstruaient l’entrée. Le canal prenait la chaleur au praefurnium latéral ouest ouvrant à 73,78 m pour alimenter les tubuli encastrés dans le mur latéral 345 et la conduire dans l’angle nord-est de l’espace 442, jusqu’aux tubuli terminaux dont la base est à 74,48 m (fig172). Le fond du canal septentrional était donc en pente régulière montant du praefurnium (73,78 m) vers l’extrémité opposée (fond à 73,96 m), à la différence du canal méridional. Le sommet de la couverture du canal septentrional atteignait l’altitude de 74,37 m dans l’axe médian du canal 424 (fig173).

Fig. 173 – Coupe du canal chauffant 424 de la salle basilicale ; US 1 à 3 : remblais sous le sol de la salle ; US 4 et 5 : remblais liés à la construction du canal de chauffe (DAO : M. Drot).

Fig. 173 – Coupe du canal chauffant 424 de la salle basilicale ; US 1 à 3 : remblais sous le sol de la salle ; US 4 et 5 : remblais liés à la construction du canal de chauffe (DAO : M. Drot).

361Enfin, deux séries de données recueillies pendant la fouille permettent de se faire une idée, d’une part de la localisation des accès à la grande salle, d’autre part de l’aspect des ouvertures.

  • 18 On notera au passage que l’ouverture clavée 852 aménagée dans le mur méridional de la grande salle (...)

362En deux endroits (on peut en restituer un troisième) dans le mur 345 qui séparait la grande salle de l’aile méridionale du portique central et en deux endroits dans le mur 328 qui séparait la grande salle du portique arrière, des coups de sabre coupaient obliquement le mur, comme si on avait affaire à des ouvertures (fig164) alors qu’elles sont pratiquées sous les niveaux de sol, et bouchées grossièrement (fig174) par des pierres maçonnées avant qu’on ne rapporte contre ce bouchage le remblai nécessaire à la pose des sols. La même remarque a été faite en deux autres endroits, sur le mur qui fermait le praefurnium latéral 440 et dans l’angle nord-ouest de la loge 421. Or on sait que la grande salle – comme du reste l’ensemble de ce secteur – a été construite en élévation enterrée depuis un niveau bas : le ressaut septentrional de fondation des murs 343 et 345, au-dessus duquel le mur est parementé, est à 74 m d’altitude pour un niveau de circulation vers 74,70‑74,80 m. Les tranchées que nous avons ouvertes dans la salle montrent que du remblai a été partout rapporté pour soutenir le sol : environ 164 m3 de remblai (23,45 x 10 x 0,70 m) ont ainsi été nécessaires pour remblayer l’espace central 442 de cette pièce. La base des ouvertures constatées dans le mur 345 étant à 74,40‑74,45 m, il faut comprendre ces ouvertures comme des accès temporaires au chantier permettant un passage plus facile vers l’intérieur de la pièce en cours de remblaiement18. Ces coups de sabre dans les murs de la salle étaient à l’évidence donnés à l’emplacement des futures portes qui mettraient en communication les portiques et la salle et leurs bouchages recevaient les seuils.

Fig. 174 – Ouverture de chantier dans le mur 345, sous le niveau du sol mosaïqué du portique méridional 438 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 174 – Ouverture de chantier dans le mur 345, sous le niveau du sol mosaïqué du portique méridional 438 (cliché : J.‑Cl. Béal).

363Il y a donc eu, entre le portique méridional 438 et la salle, trois portes, la première ouvrant à 1 m de l’angle nord-est de l’espace rectangulaire 442, la seconde à 10,80 m, dans l’axe médian, et la troisième pouvant être restituée par symétrie à 1 m de l’angle sud-est. Il y a également eu deux portes donnant sur les ailes orientale et occidentale du petit portique arrière, la première à 0,95 m de l’angle sud-est de l’espace 442, la seconde à 1,09 m de l’angle sud-ouest du même espace. Au nord, du côté du portique 438, la largeur de ces ouvertures ne peut être précisée du fait de l’arasement des vestiges. Elle atteignait au moins 1,43 m pour l’une et 1,57 m pour l’autre, du côté du portique arrière 1017.

364D’autre part, à l’intérieur de la salle et contre le stylobate 822 de l’exèdre orientale, trois blocs de maçonnerie longs de 0,60 m, déplacés, sont apparus dans le niveau d’occupation médiévale 419. Ils sont formés de superpositions de briques maçonnées, toujours incomplètes (fig175), et sont sans doute des fragments d’encadrement d’ouvertures (fenêtres ou portes) réservés dans les élévations puisque les fragments les mieux conservés montrent trois des quatre côtés des briques : on peut supposer le quatrième côté engagé dans le mur. La pratique en est attestée dans quelques constructions du XIXe siècle et du début du XXe siècle à Châteauneuf-du-Rhône (anciens communs du château de la Grangette, aujourd’hui médiathèque communale par exemple) et à Malataverne, où ces encadrements construits se substituent à ceux de pierre du Midi fréquents plus au sud. Les fenêtres des exèdres et sans doute plus généralement de la salle étaient équipées de vitres comme le montre la découverte de fragments de vitre et de pattes de fixation de vitre (voir 4.7.2) dans le comblement du praefurnium 440 et sur le sol tardif qui recouvre le praefurnium 398.

Fig. 175 – Fragment en L d’une embrasure de briques dans une ouverture dans la salle basilicale (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 175 – Fragment en L d’une embrasure de briques dans une ouverture dans la salle basilicale (cliché : J.‑Cl. Béal).

Forme et fonction de la salle basilicale

365D’un strict point de vue formel, la salle basilicale est comparable à la fois, dans des formats deux à six fois supérieurs, à certaines basiliques de forum, comme la basilique Ulpia de Rome, ou à certaines salles de thermes publics où des bassins peuvent prendre place dans les absides (Nielsen 1990 : frigidarium de Kôm el Dosheh, C 284, p. 35, fig. 213 ; tepidarium et caldarium de Corinthe, C 261, p. 32, fig. 210 ; caldarium des thermes de Constantin à Trèves, C 81, p. 12, fig. 98). C’est la forme, aussi, du tepidarium des thermes privés de la villa de Piazza Armerina (Romizzi 2006 : 52, n° 9, fig. 6, n° 6, et ici fig. 176, n° 2). Mais la même forme a été donnée à des vestibules d’entrée (Baldini Lippolis 2001 : 55 et notes 56‑59 : entrée a forcipe) dans des domus (maison de Junius Bassus à Rome : Baldini Lippolis 2001 : 269‑270 ; villa de Desenzano : Romizzi 2006 : fig. 1, pièce n° 3 ; domus de Jebel Oust : Ben Abed, Scheid 2005 : fig. 14, ici, fig. 176, n° 8), ou des demeures rurales (villa de Thésée à Nea Paphos ; Baldini Lippolis 2001 : 227, pièce n° 69 : accès depuis la rue). C’est une fonction de ce type qu’il faut attribuer à la « grande salle intermédiaire » à deux exèdres (28 x 6,24 m environ) de la villa du Gleyzia d’Augreilh à Saint-Sever (Landes : Dubedat 2003 : 58‑62, pl. XIV).

Fig. 176 – La salle basilicale du Palais comparée à d’autres salles à deux absides latérales : 1‑Quesada (Esp., Jaen), villa de Brunel (d’après Sottomayor 1985 : fig. 5) ; 2-Piazza Armerina (It., Sicile), villa del Casale (d’après Romizzi 2006 : fig. 6) ; 3‑Castelculier (Fr., Lot-et-Garonne), villa de Castelculier (d’après Fages 1995 : fig. 125) ; 4‑Montréal-du-Gers (Fr., Gers), villa de Séviac (d’après Lapart, Petit 1993 : fig. 113/9) ; 5‑Montrozier (Fr., Aveyron), villa d’Argentelle (d’après Cérès 1859 : pl. 1) ; 6-Annaba (Algérie), domus d’Hippo Regius (d’après Rebuffat 1969 : 674) ; 7- Esparragosa de Lares (Esp., Badajoz) : villa de La Sevillana (d’après Aguilar Saenz, Guichard 1993 : fig. 38) ; 8‑Djebel Oust (Tunisie, Zaghouan), villa (d’après Ben Abed et Scheid 2005 : fig. 14) ; 9-Sbeitla (Tunisie, Kasserine), domus de Sufetula (d’après Bullo, Ghedini 2003, vol. 2 : fig. de la p. 202) [DAO : M.‑N. Baudrand].

Fig. 176 – La salle basilicale du Palais comparée à d’autres salles à deux absides latérales : 1‑Quesada (Esp., Jaen), villa de Brunel (d’après Sottomayor 1985 : fig. 5) ; 2-Piazza Armerina (It., Sicile), villa del Casale (d’après Romizzi 2006 : fig. 6) ; 3‑Castelculier (Fr., Lot-et-Garonne), villa de Castelculier (d’après Fages 1995 : fig. 125) ; 4‑Montréal-du-Gers (Fr., Gers), villa de Séviac (d’après Lapart, Petit 1993 : fig. 113/9) ; 5‑Montrozier (Fr., Aveyron), villa d’Argentelle (d’après Cérès 1859 : pl. 1) ; 6-Annaba (Algérie), domus d’Hippo Regius (d’après Rebuffat 1969 : 674) ; 7- Esparragosa de Lares (Esp., Badajoz) : villa de La Sevillana (d’après Aguilar Saenz, Guichard 1993 : fig. 38) ; 8‑Djebel Oust (Tunisie, Zaghouan), villa (d’après Ben Abed et Scheid 2005 : fig. 14) ; 9-Sbeitla (Tunisie, Kasserine), domus de Sufetula (d’après Bullo, Ghedini 2003, vol. 2 : fig. de la p. 202) [DAO : M.‑N. Baudrand].

366Si ces grandes salles sont souvent perpendiculaires au portique qui les dessert (Balmelle 2001 ; Morvillez 2007 : fig. 3‑4), on connaît au moins, à 150 km à l’est de Cordoue, à Quesada (Espagne, Andalousie, lieu-dit Bruñel), une autre villa fouillée de 1965 à 1972 (Gorges 1979 : 271‑272, pl. XLVII ; Sotomayor 1985 ; Hidalgo Prieto 2008 ; Chavarria Arnau 2007 : 250‑252, n° 82 ; ici fig. 176, n° 1), dont la grande salle (46,70 x 13,60 m) est, comme ici, adossée par son grand côté à un portique au sol en opus signinum avec lequel elle communique par une unique porte médiane large de 3 m. P. Sotomayor note que la salle n’avait pas de sol bétonné ou mosaïqué, et évoque l’hypothèse d’un sol de terre battue. Il n’y a pas vu non plus de système de chauffage du bâtiment. Rejetant avec raison l’hypothèse, avancée par certains, qu’il s’agisse d’un lieu de culte chrétien, P. Sotomayor refuse aussi d’y voir, malgré la présence des exèdres, une salle de réception et avance singulièrement l’idée que ce soit un entrepôt ou en tout cas un bâtiment à vocation agricole : on peut récuser cette interprétation.

367Le parallèle avec la salle basilicale du Palais paraît, à première vue, plus proche encore, puisque cette salle a été implantée sur un quadriportique de l’état antérieur, qu’elle ampute d’une moitié (Georges 1982 : fig. 9 ; Hidalgo Prieto 2008 : fig. 373). Pour P. Sotomayor, le demi-portique subsistant continuait à être utilisé, comme l’atteste à ses yeux l’existence d’une petite porte ouverte dans le mur de la salle, donnant accès à l’espace central, en jardin, du portique : le fait même qu’elle ne débouche pas sur une branche du demi-portique subsistant fait douter de cette interprétation et de la persistance du demi-portique.

  • 19 Le contexte des salles à deux exèdres (Balmelle 2001 : 164, fig. 63, a-b) des villae de Sana (114 (...)

368Une seconde villa espagnole, celle de La Sevillana, a été comparée à celle de Quesada (Aguilar Saenz, Guichard 1993 : 120‑121, fig. 42, a ; Chavarria Arnau 2007 : 257, n° 88 ; ici fig. 176, n° 7). Adossée à la pars urbana, une salle à double abside de 31,50 x 6,20 m « devait être pavée de dalles dont subsistent quelques fragments ». Elle a paru aux auteurs de la publication être un cryptoportique, construit en partie basse d’une pente dans laquelle la pars urbana est édifiée. Mais la dénivellation est seulement de 1,80 m entre le point le plus haut de la pars urbana et le sol de la salle à double abside, à laquelle il ne semble pas qu’on accède autrement que par un escalier depuis cette partie de la maison : le rôle d’entrepôt que A. Aguilar Saenz et P. Guichard sont tentés de lui attribuer n’est guère compatible avec ce fait, tandis qu’on peine à restituer au-dessus de cette salle, comme ils le proposent, un étage de réception auquel on ne sait comment on accède19.

369Des salles à deux exèdres, souvent plus petites, sont également connues en milieu urbain, à Sbeitla (Sufetula, Tunisie) par exemple, où l’édifice des Saisons, autrefois considéré comme une schola et aujourd’hui comme une domus tardive, comporte, d’une part, une vaste salle principale absidée et mosaïquée, ouvrant sur le péristyle central, d’autre part, deux salles (L. entre 12 et 15 m ; l. max. : 4,50 m environ) à deux absides encadrées de colonnes (fig176, n° 9). La première, au sud-est, ouvrait par une unique porte sur l’angle du péristyle et donnait à l’opposé accès à un étroit espace à ciel ouvert ; la seconde, au sud-ouest, était accessible par un couloir absidé longeant la salle principale et donnait par deux portes sur deux petites pièces (Bullo, Ghedini 2003 : 201‑203, maison n° 1, salles n° 13 et 6) ; la nature du sol de ces pièces n’est pas connue. La maison voisine comporte une salle identique, mosaïquée (Bullo, Ghedini 2003 : 204‑205, maison n° 2) et une quatrième, de taille voisine, se trouve à Annaba (Hippo Regius, Algérie : Marec 1954 : 416 ; Rebuffat 1969 : 674 ; ici fig176, n° 6).

  • 20 À la suite d’Y. Thébert, L. Caillebat mentionne une mosaïque de Carthage où le mot BASSILICA appar (...)

370Dans les maisons urbaines ou rurales, ces salles doivent être considérées comme de véritables basiliques privées (voir L. Caillebat dans Vitruve, De Architectura, VI : 184‑185, note 16)20 dont, à une période plus ancienne, Vitruve (De Architectura, VI, 5, 1) recommandait la construction – à l’équivalent des basiliques publiques – dans les demeures des nobiles appelés notamment à gérer les hautes magistratures ou à recevoir leurs clients. Wallace Hadrill (1994 : 18‑21) avait cru en reconnaître quelques-unes dans les demeures d’Herculanum ou de Pompéi, Thébert (1985 : 364) en a identifié en Afrique du Nord, à Bulla Regia (Tunisie) ou à Timgad (Algérie).

  • 21 Selon l’Histoire Auguste (Gordien III, 32), il y avait dans la villa des Gordiens à Rome « trois b (...)

371La très vaste salle du Palais, d’environ 280 m2, pour une longueur d’environ 33 m, absides comprises, est typiquement une basilica centenaria, une basilique privée d’un peu plus de 100 pieds, telle qu’on en connaît quelques-unes au Bas-Empire, en milieu urbain et en milieu rural (Morvillez 2007)21 où elles sont destinées, en tant que salle d’audience, à l’accueil des colons du domaine et des clients qui ont pu escorter le propriétaire à la campagne, plutôt qu’à l’organisation de banquets. Y. Thébert (1985 : 360), de son côté, avait clairement distingué, parmi les espaces de représentation, ceux en lesquels il faut voir des salles de réception – salles à manger ou lieux plus retirés d’une réunion entre amis – et ceux qui permettent d’assurer les liens de la clientèle et de la dépendance sociale. Leurs exèdres, qui, comme dans la résidence du Palais, disposaient d’un chauffage particulier et étaient souvent un peu surélevées, pouvaient y recevoir le maître de maison, dominant ses hôtes.

  • 22 Le corpus des références textuelles et iconographiques a été dressé par P. Veyne (1981).

372Après P. Veyne (1981), Y. Thébert (1985 : 361‑363) a souligné l’importance de ces espaces semi-publics et les hommages que les clients et les personnels dépendants y apportaient dans les rencontres cérémonieuses dont on a mention par quelques textes et mosaïques et quelques reliefs, sur la frise de la face septentrionale du mausolée d’Igel (All., Rhénanie-Palatinat) par exemple22. Sur ce relief, on voit un groupe de six paysans qui entrent, passant par une porte voûtée et s’appuyant sur leur bâton, dans un espace iconographiquement défini comme intérieur par la présence d’une tenture, près de laquelle le maître du domaine les attend, debout, à droite. Ils lui apportent en hommage qui, un lièvre, qui des poissons, un agneau, un coq, des fruits. Également intéressante pour notre propos est la mosaïque du seigneur Julius à Carthage (IVe siècle). Au registre supérieur, trois personnages s’approchent de la maîtresse assise sur un banc pour lui offrir des canards, des olives, un agneau. Au centre de la mosaïque est représentée la résidence, à pavillons d’angles et portique de façade, derrière lequel apparaissent un ensemble de salles thermales et une grande salle médiane. Au registre inférieur, à gauche, la domina à sa parure, debout devant un fauteuil et accoudé à un pilier, reçoit des poissons et des roses ; à droite, le dominus, assis sur un fauteuil surélevé, reçoit des raisins, un lièvre, des grues, mais aussi un placet à son nom. Ces deux scènes sont évoquées dans un environnement conventionnel champêtre qui souligne le caractère rural de la cérémonie, mais les activités (domina à sa parure notamment) et la présence de mobilier placent la cérémonie dans un espace intérieur.

  • 23 Même interrogation sur le rôle et le statut de la domina dans Thébert 1985 : 362 ; sur les femmes (...)

373Si l’on peut risquer une hypothèse, la disposition des deux personnages principaux, concentrant l’attention dans les deux angles de la mosaïque, permet peut-être de comprendre qu’il y ait eu, dans certaines de ces salles et particulièrement dans celle du Palais, deux absides opposées, accessibles depuis la pars rustica par les deux branches du portique arrière, étroit, tandis que le maître et la maîtresse23, éventuellement accompagnés, entraient dans la salle par le portique noble et large, pour se diriger vers les absides chauffées. Au sol de mortier de tuileau des absides, peut-être recouvert de tapis pour l’occasion, s’opposait le sol plus sommaire (plancher, dallage ?) de la partie centrale qui recevait les personnels dépendants. L’absence de sol en dur a également été remarquée dans la villa de Bruňel et peut-être dans celle de Castelculier (Lot-et-Garonne ; fig. 176, n° 3).

374Le mode même d’accès à la salle est significatif. Au nord, où le large portique à quatre branches ouvert sur le paysage de la vallée du Rhône invitait à jouir du jardin, de la fraîcheur et du murmure des eaux, l’aile du portique qui longeait la salle offrait trois accès ; au sud, les deux branches du portique étroit où la vue était confinée derrière les murs de cette salle et du bâtiment du sud-ouest, conduisaient à deux portes. Dans cette perspective, on peut identifier les deux petites pièces 421 et 441 qui flanquent le portique arrière, étroit, à sa jonction avec la salle basilicale comme des loges d’huissiers ou d’appariteurs qui contrôlaient l’accès à la salle, contrôle inutile du côté du portique noble. On connaît d’autres cas d’accès séparés du maître et des visiteurs dans les villae de Nérac et de Montcaret (Balmelle 2001 : 176‑177).

4.5.5. L’aile occidentale de l’état IIIb

4.5.5.1. La pergola

375La pergola constituait le quatrième côté du péristyle, dans un plan mixte qui fusionnait celui de la villa à péristyle et celui de la villa à portique de façade.

376Les vestiges (fig130) de cette aile occidentale du portique (3,57 m entre les murs) sont partout conservés sous le niveau de circulation reconnu ailleurs vers 74,70 m : ainsi le mur occidental n’est-il conservé, au niveau de la fontaine 444, qu’à 74,41 m, n’atteignant plus, au sud, que 74,23 m à la jonction avec l’aile méridionale du portique et, au nord, 74,31 m avant le passage de l’égout 631. Au raccord entre le mur stylobate 108 et le canal d’évacuation des eaux 145, une dalle de couverture est en place dans le mur à 74,56 m, ce qui constitue un terminus minimal pour la hauteur du niveau de circulation sous la pergola.

377Ces vestiges sont en partie assis sur des constructions antérieures. Le mur occidental de l’aile est le mur 104, reconstruit, et son prolongement 111 au-delà de son articulation avec le mur 544 (fig117). À l’est, l’aile est limitée par le mur 102‑108bis posé sur le mur 108‑114.

378Outre les deux caniveaux qui bordent la fontaine et en évacuent les eaux, l’aile occidentale du portique est également traversée par deux égouts, 631 au nord et 516 au sud (voir 4.5.8.2). Aucune de ces structures ne présente de couverture maçonnée comme c’est le cas lorsqu’elles traversent des espaces construits. On peut en conclure que l’aile occidentale du portique n’était ni fermée ni couverte : formulée par G. Charpentier (MOM), l’hypothèse qu’une pergola à double file de colonnes formait le quatrième côté du portique sans constituer une barrière visuelle absolue nous a paru s’imposer et est renforcée par le fait qu’elle ne s’adosse pas à l’ouest à un corps de bâtiment construit.

4.5.5.2. L’exèdre et la fontaine

379En position médiane à 19,90 m des stylobates du portique septentrional comme du portique méridional, une construction 444 (fig177) arasée à une trentaine de centimètres sous le niveau théorique de circulation (vers 74,70 m), est adossée au mur 104 et forme une saillie dans le jardin ; elle a du reste été construite au détriment des constructions antérieures dont les vestiges subsistaient dans le jardin.

Fig. 177 – Relevé en plan de la fontaine occidentale (dessin : G. Charpentier ; DAO : M. Drot).

Fig. 177 – Relevé en plan de la fontaine occidentale (dessin : G. Charpentier ; DAO : M. Drot).

380C’est d’abord un massif de maçonnerie 105 qui était clairement visible en photo-interprétation du cliché de la mission FR 213‑50 de l’IGN, qui montrait aussi les deux murs parallèles de la pergola, et il apparaissait avec beaucoup d’évidence (fig23) sur un cliché de L. Monguilan (1983).

381Il s’inscrivait dans une forme rectangulaire (8,90 x 5 m) dans laquelle était aménagé un espace en demi-cercle ouvrant à l’ouest et formait donc, de ce côté, une voûte couchée (fig178), parementée sur sa face occidentale au-dessus d’un large ressaut de fondation à l’altitude de 73,80 m. Cette voûte couchée atteste la fonction, secondaire, de ce massif qui servait aussi de contrefort calant à l’est la terrasse artificielle. De ce point de vue, on doit le rapprocher de la voûte couchée de la parcelle ZM 316 (voir 4.5.1) et des voûtes couchées du jardin en terrasse de la villa de Cueil à Andance (voir 1.2.5.1 et fig. 21, n° 6) ou de celles de Toulaud (Ardèche ; Dupraz, Fraisse 2001 : 410, fig. 538‑540). Mais on peut, en outre, envisager qu’à l’ouest, barrant la galerie, la voûte couchée se soit prolongée en élévation pour former une vaste exèdre semi-circulaire (diam. : 7 m) ouverte vers l’ouest, la plaine et le paysage rhodanien (voir 4.6.7).

Fig. 178 – Voûte couchée de la fontaine occidentale (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 178 – Voûte couchée de la fontaine occidentale (cliché : J.‑Cl. Béal).

382Par ailleurs, le massif de maçonnerie était prolongé, à l’est, par deux antes larges de 0,90 à 0,93 m et longues de 2 m, reliées entre elles par un mur 552 large de 0,62 m. Dans l’espace ainsi délimité était aménagé un bassin 122 (6,80 x 1,70 m), aujourd’hui assez dégradé (fig179). De ce bassin ne subsiste en effet qu’une partie de son fond, le reste ayant été détruit par un trou de plantation moderne. Le radier de fondation était constitué d’une première couche de gravier épaisse de 0,15 m environ, dont le niveau supérieur était chargé en mortier léger, puis d’une seconde couche qui supportait le fond du bassin à l’altitude de 74,61 m ; il était habillé en mortier de tuileau et équipé de quarts-de-rond d’étanchéité qui attestent que les parois verticales, disparues, en étaient également revêtues. Ces parois étaient pour l’essentiel hors sol, ce qui ne suffit pas à expliquer la largeur des antes : peut-être supportaient-elles les colonnes latérales d’un petit édicule couvrant le bassin, à moins qu’elles n’aient reçu un décor aquatique.

Fig. 179 – Coupe du bassin de la fontaine (dessin : L. Galera, G. Longuenesse ; DAO : M. Drot).

Fig. 179 – Coupe du bassin de la fontaine (dessin : L. Galera, G. Longuenesse ; DAO : M. Drot).

383Le parement oriental du massif de maçonnerie présente, à 74,26 m d’altitude, un retrait en biseau qui s’élargit du milieu du massif vers son bord septentrional où il atteint 0,30 m de largeur. Ce décrochement permettait sans doute l’arrivée d’un tuyau venant alimenter le bassin en eau sous pression (fig180). L’évacuation de l’eau devait, quant à elle, se faire à partir de deux orifices situés en hauteur sur le mur oriental 552 du bassin, à 1,30 m environ de ses angles extérieurs. En témoignent les deux canaux symétriques 145 au sud et 217 au nord dont les extrémités orientales, au terme d’un parcours recourbé en crosse, viennent buter là contre le mur (fig177 et fig181) pour recevoir les eaux jaillissant de ces orifices ; le fond des canaux est à 74 m d’altitude.

Fig. 180 – Fontaine occidentale : à gauche, logement d’un tuyau d’alimentation en eau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 180 – Fontaine occidentale : à gauche, logement d’un tuyau d’alimentation en eau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 181 – Fontaine occidentale : canal d’évacuation de l’eau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 181 – Fontaine occidentale : canal d’évacuation de l’eau (cliché : J.‑Cl. Béal).

384Sans doute aussi l’eau du bassin pouvait-elle s’évacuer par simple débordement par-dessus le mur 552. En effet, le parement extérieur du mur était également enduit de mortier de tuileau, et un canal (l. : 0,18 m ; H. cons. : 0,12 m), lui aussi enduit de mortier de tuileau, courait à son pied à 74,27 m (fig177), entre deux murets dont l’un, de largeur irrégulière, était plaqué contre la découpe du terrain encaissant et dont l’autre (l. : 0,20 m) était adossé aux murs du bassin ; ce muret pouvait, en élévation, former une marche sur laquelle l’eau, débordant par-dessus le mur, pouvait ruisseler, à moins qu’il ait supporté des orthostates habillant le bassin. Ce canal ne présentait pas de véritable pente sauf à ses extrémités où la pente était de 0,27 m sur 0,55 m de longueur, pour aboutir aux deux conduits d’évacuation latéraux 145 et 217.

385Ces deux conduits, dont les parois étaient habillées de mortier de tuileau, avaient une largeur de 0,35 m en moyenne et une section conservée piriforme (fig. 182), pour une hauteur maximale conservée de 0,66 m ; mais ils étaient sensiblement plus hauts, puisqu’à leur sommet conservé subsiste l’amorce d’un deuxième niveau, plus large, incluant la couverture du canal, nécessaire à l’endroit où les deux canaux passaient sous le sol du portique occidental. C’est ce qu’on observe (fig183) à l’articulation du piédroit méridional 107 du canal 145 avec le mur stylobate 108 : ce stylobate de l’état III a été déchiré pour laisser le passage au canal 145, et, sur le même axe, le piédroit méridional du canal a été surélevé en encorbellement, recevant une dalle à son sommet conservé, à 74,56 m d’altitude, sans doute pour supporter un linteau sur lequel repose la fin du stylobate contre le massif 105. Il est ainsi vraisemblable que la partie supérieure de l’ouverture était visible depuis le jardin (à un niveau théorique vers 74,45 m) et constituait une prise d’air assurant la ventilation du réseau d’eau.

Fig. 182 – Fontaine occidentale : coupe des canaux latéraux 145 et 217 (DAO : M. Drot).

Fig. 182 – Fontaine occidentale : coupe des canaux latéraux 145 et 217 (DAO : M. Drot).

Fig. 183 – Fontaine occidentale : articulation du stylobate et du piédroit (107) du canal 145 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 183 – Fontaine occidentale : articulation du stylobate et du piédroit (107) du canal 145 (cliché : J.‑Cl. Béal).
  • 24 Dauphin (emprise du socle : 0,80 x 0,27 m) alimentant un bassin de 75 m2 de la villa de Prondines  (...)

386Au même niveau, le massif de maçonnerie présente deux concavités symétriques en forme de quart de sphère (fig177 et fig182, coupe A), larges et profondes d’une soixantaine de centimètres (altitude du fond au nord : 74,19 m) ; l’irrégularité du fond montre cependant qu’il a été déchiré, peut-être par des récupérateurs du métal qui les habillait. Intégrées dans l’élévation du massif, elles étaient enduites de mortier de tuileau et se déversaient dans les conduits d’évacuation sous une petite arche clavée dont le négatif du premier claveau subsiste du côté méridional (fig184). Quoiqu’approximativement situées à l’articulation des portiques et de la fontaine, ces concavités, aménagées dans l’épaisseur des antes, ne pouvaient pas servir de réceptacles à l’eau des toitures. En revanche, chacune d’elles pouvait, à travers un tuyau de plomb aujourd’hui disparu, recevoir la vidange du bassin, facilitée par la dénivellation de 0,42 m entre le fond du bassin et celui des cavités. En outre, une seconde branche de ce tuyau pouvait conduire là l’eau de vasques aménagées pour recevoir le jet d’eau d’un décor aquatique posé sur les antes : on connaît ainsi, par exemple, des dauphins (Hermary 2009) ou des lionnes de fontaine24.

Fig. 184 – Fontaine occidentale : réceptacle donnant dans le canal 145 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 184 – Fontaine occidentale : réceptacle donnant dans le canal 145 (cliché : J.‑Cl. Béal).

387Les deux conduits 145 et 217, dont le passage vers l’aval était ménagé au détriment des murs 108 et 104, évacuaient l’eau vers l’ouest, sous la galerie et la terrasse où nous avons pu observer, adossé au parement occidental du mur 104, un court segment parementé du piédroit septentrional de la canalisation 145. La couverture devait être, ici encore, non pas voûtée mais faite de dalles. La pente du conduit 145, mieux conservé que son symétrique au nord, était de 1,4 cm par mètre ; mais le débouché des conduits à travers le mur 712, hors de l’emprise de la fouille, n’a pu être observé.

4.5.5.3. L’espace de déambulation et les pavillons

L’espace de déambulation

  • 25 Cet espace est très largement en dehors de l’emprise de la fouille, limitée à la parcelle ZM 317. (...)

388À l’ouest de la fontaine, dans la parcelle ZM 31625, le parement occidental d’un mur de soutènement 712, de largeur inconnue, est encore visible en surface sur 10 m de longueur dans le talus, en contrebas de la terrasse. Il présente un retour d’angle, ou en tout cas une interruption construite, à l’extrémité méridionale visible. Un autre segment, à 7 m au nord du précédent, est visible sur 1,60 m. Ces deux tronçons doivent appartenir à un mur de soutènement d’une terrasse qui, dans l’état IIIb, double la galerie à l’ouest, délimitant un espace large de 5,50 m et long de plus de 50 m (fig130). Des remblais ont clairement été rapportés entre le mur 712 et le mur primitif 104 dont ils cachent le parement occidental en petit appareil.

389Du reste, au nord du mur 147‑931 qui ferme le pavillon 1021 (fig162), aucun mur en élévation ne divise transversalement cet espace et l’absence de couverture voûtée des canalisations invite à y voir un terre-plein ou une seconde et large galerie et non une aile construite répondant à l’aile orientale – un espace en tout cas découvert : on constate en effet que, sous le niveau de circulation dans le pavillon méridional ou sous le bâtiment du sud-ouest, les canalisations étaient couvertes d’une voûte dont le sommet avait un profil en chapeau de gendarme, tandis que les couvertures sont plutôt faites de planches ou de dalles quand les canalisations passent sous des espaces découverts : cette juxtaposition des deux techniques de couverture est connue aussi pour l’aqueduc de Cologne par exemple, où la partie voûtée supporte un regard (Kretzschmer 1966 : 51, fig. 81 ; voir Grewe 1986 : 62‑63).

390Ce large espace, sans doute lui aussi à une altitude de 74,70 m, permettait d’offrir une nouvelle aire à la promenade, dont on connaît l’importance dans la conception des résidences dès le début de l’Empire (Gros 2001 : 296‑299), voire, mais nous n’en avons pas la preuve, de donner un accès vers les terres basses. Elle permettait aussi de rétablir une circulation nord-sud que la création de l’exèdre interrompait.

Les pavillons

391Le mur 147‑931 constituait la limite septentrionale d’une pièce 1021 de 5,75 m par 9,25 m (fig162) sous le sol de laquelle passait l’égout 410-521, muni dans cette partie de son trajet d’une couverture construite en chapeau de gendarme. Situé dans l’axe du stylobate du portique méridional, ce mur, large de 0,47 m, n’est conservé que jusqu’à 74,09 m d’altitude à proximité du mur 111 auquel il est adossé et non lié (fig185). Parallèlement à lui au sud courait, adossé au mur 111, le mur 932, large de 0,76 m, et conservé au même endroit jusqu’à 74,17 m. La pièce 1021 était enfin fermée à l’ouest par le mur 712, ou par un autre mur sur le même axe que lui, conservé au maximum à 73,08 m d’altitude (l. : de l’ordre de 0,70 m) et dans lequel était percée l’issue de l’égout 521 (voir 4.5.8.2, « Le canal 540 et ses affluents »). Les liaisons des murs 147‑931, 932 et 712 n’ont pu être observées.

Fig. 185 – Articulation entre le mur d’orientation nord-sud 111 de l’état IIIa, au centre, et les murs qui lui sont adossés, 147, mur du pavillon 1021 de l’état IIIb, en bas, et, en haut, 112, mur du portique de l’état IIIa, et 113, extrémité du stylobate du portique méridional de l’état IIIb (cliché J.‑Cl. Béal).

Fig. 185 – Articulation entre le mur d’orientation nord-sud 111 de l’état IIIa, au centre, et les murs qui lui sont adossés, 147, mur du pavillon 1021 de l’état IIIb, en bas, et, en haut, 112, mur du portique de l’état IIIa, et 113, extrémité du stylobate du portique méridional de l’état IIIb (cliché J.‑Cl. Béal).

392Cette salle 1021 peut avoir appartenu à une tour accessible directement depuis le portique méridional et l’aire de déambulation et marquant la limite des bâtiments construits autour du jardin central (fig130). Il est vraisemblable que son pendant ait existé au nord, dans la parcelle ZM 316. Alors que les bâtiments se poursuivaient plus au nord et au sud, ces deux tours qui, sur le plan architectonique, contenaient entre elles les galeries occidentales, produisaient aussi, sur le plan visuel, l’effet des pavillons d’angle qu’on connaît dans les villae à galerie de façade (Gros 2001 : 326).

393Nous n’avons pas de preuve que le pavillon méridional, le seul qui nous ait été, partiellement, accessible, ait, selon un schéma attesté dans la villa de la Grange du Bief à Anse (Rhône : Béal, Coquidé, Tenu 2014 : 307, fig. 393‑394), enfermé un escalier pour relier le niveau de circulation dans la galerie occidentale, sous la pergola et sur la terrasse (74,70 m environ) et le niveau de circulation au pied de la terrasse, vers 71,40 m d’altitude. On ne peut non plus exclure que le retour d’angle rencontré dans le mur 712 corresponde à l’emplacement d’un escalier.

394En tout cas, la construction des pavillons relève du même projet architectural que l’aménagement de l’esplanade qu’ils encadrent et en était contemporaine.

4.5.6. Le jardin central, la vasque et le grand bassin

4.5.6.1. Le jardin central

395Le péristyle de la résidence de l’état IIIb enfermait un jardin de 48 x 41,50 m environ (1 992 m: fig130 ; fig186), d’une taille très supérieure à celle de la plupart des jardins des villae d’Aquitaine (Balmelle 2001 : fig. 56). Le niveau du jardin n’est conservé que sur une bande large de quelques mètres parallèle au portique oriental, le reste ayant été emporté par l’érosion. La terre noire de ce jardin a été rencontrée vers 74,35 à 74,40 m, par exemple, sous la couche 561 de tuiles effondrées de la toiture et sur le sol de mortier du couloir 618 appartenant à l’état II. L’existence de gouttières de pierre posées au sol et recevant les eaux des toits des portiques, n’a pas été constatée, mais elle est suggérée – à un moment de l’histoire de la résidence tardive (US 625) – par un bloc creusé d’une rigole en T employé à l’issue du caniveau 569 et qui peut provenir du réemploi d’une gouttière de ce type (voir 4.5.8.2, « Le canal 569 »).

Fig. 186 – Plan général de l’espace du jardin de la villa tardive (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 186 – Plan général de l’espace du jardin de la villa tardive (DAO : M.‑N. Baudrand).

396Deux aménagements hydrauliques plus significatifs doivent être signalés, la présence d’une vasque avec son dispositif d’évacuation, et le creusement d’un grand bassin.

4.5.6.2. La vasque

397À une dizaine de mètres de l’angle sud-est du jardin, est apparu un aménagement particulier et ornemental (fig187). Une dalle monolithe de calcaire (n° 652) de 1 x 1 m environ, aujourd’hui très dégradée, était disposée parallèlement au portique oriental. Elle couvrait, à l’altitude de 74,28 m, l’extrémité d’un canal couvert de dalles (n° 671) qui rejoignait obliquement, plus à l’ouest, les caniveaux 540 et 669. Immédiatement au sud de cette dalle, subsiste un lambeau d’une pellicule de mortier blanc, épaisse de 5 à 10 mm, formant un sol (n° 649), posé directement sur l’arasement du mur 406 de l’état II, à 74,19 m (fig188).

Fig. 187 – Dalle 652 support d’une vasque et son canal d’évacuation des eaux 671 posés sur l’arasement des murs 405 et 406 de l’état II et entre les canaux 540 et 669 (dessin : D. Fellague ; DAO : M. Drot).

Fig. 187 – Dalle 652 support d’une vasque et son canal d’évacuation des eaux 671 posés sur l’arasement des murs 405 et 406 de l’état II et entre les canaux 540 et 669 (dessin : D. Fellague ; DAO : M. Drot).

Fig. 188 – Dalle support de vasque et son canal d’évacuation des eaux (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 188 – Dalle support de vasque et son canal d’évacuation des eaux (cliché : J.‑Cl. Béal).

398À leur voisinage, un fragment de vasque circulaire galbée (voir 4.8.4.3, « Les labra ») en marbre a été trouvé dans la couche de terre noire 561/574 qui recouvre les vestiges construits.

4.5.6.3. La plaque inscrite

399C’est aussi du jardin et de l’US 561 située sous la couche de tuiles effondrées du portique oriental que proviennent les fragments d’une inscription sur une plaque de marbre très partiellement conservée (voir 4.8.4.3, « Les autres objets de pierre ») et dont subsistent deux fragments concordants. B. Rémy propose d’y lire le nom d’un personnage CUR(---), mais le texte dans son ensemble n’est ni restituable ni datable.

4.5.6.4. Le grand bassin 417

400Très visible sur un cliché de L. Monguilan (fig29), le grand bassin (fig186) n’apparaît en revanche pas sur la photo-interprétation faite en 1994 (Jung 1994 : fig. 3). Son appartenance au même programme de construction que celui de l’aile méridionale ne peut être démontrée stratigraphiquement du fait du niveau d’arasement des vestiges et il est possible que ce bassin, ou un autre un peu plus petit, se soit trouvé là dès un état précédent (voir 4.6.5). Son utilisation à l’état IIIb est en tout cas assurée par la stratigraphie (fig189) et la parenté formelle entre le bassin et la salle basilicale est notable : la salle basilicale et ses exèdres étaient visibles au-dessus du mur de fond du portique méridional. Il n’a pas été construit strictement sur l’axe de symétrie nord-sud du jardin, puisqu’il est à 8,65 m du stylobate du portique oriental mais à 7,80 m du stylobate occidental de l’état IIIb.

Fig. 189 – Coupe nord-sud du grand bassin 417 : US 2 à 4 : déversement de débris de construction de l’état IIIb depuis l’aile septentrionale ; US 5 : comblement terreux après l’abandon ; US 6 : niveau de destruction de la paroi méridionale : plaques de mortier de tuileau, fragment de mortier jaune (relevé : D. Fellague, A. Michot ; DAO : M. Drot).

Fig. 189 – Coupe nord-sud du grand bassin 417 : US 2 à 4 : déversement de débris de construction de l’état IIIb depuis l’aile septentrionale ; US 5 : comblement terreux après l’abandon ; US 6 : niveau de destruction de la paroi méridionale : plaques de mortier de tuileau, fragment de mortier jaune (relevé : D. Fellague, A. Michot ; DAO : M. Drot).

401Doté de deux absides, l’une à l’est et l’autre à l’ouest (diam. : 4,18 m à l’ouest), ce bassin (L. totale extérieure : 25,40 m ; l. intérieure : 8,60 m à l’ouest, 7,96 m à l’est ; surface : 161 m2 environ) s’inscrivait dans une forme trapézoïdale (fig186), laissant un espace de 2,5 m à l’ouest, à 3 m à l’est, entre le stylobate du portique septentrional et lui-même pour permettre la circulation des gens et l’entretien de sa surface.

402Son fond était fait d’un mortier blanc, aujourd’hui dégradé en surface, en pente légère vers l’ouest, passant de 73,55 m à 73,40 m d’altitude. Des quarts-de-rond d’étanchéité (0,08 x 0,08 m) raccordaient le fond aux parois, dont la hauteur conservée ne dépasse pas 0,50 m. Observée à l’est, la paroi, épaisse de 0,60 m, incluait dans sa construction des réemplois de terres cuites, tegulae, briques de colonne en demi-cercle ou en cercle complet (fig190). La paroi était recouverte intérieurement de plusieurs couches de mortiers de tuileau, terminées en surface par une couche de mortier blanc (ép. totale : 0,06 m). Une épaisse coulée de mortier de tuileau 429, conservée à l’extérieur et au nord du bassin jusqu’à l’altitude supérieure de 74,41 m, servait sans doute au scellement d’orthostates ou de maçonneries qui formaient la partie haute des parois, arasées aujourd’hui, au maximum à 74,03 à l’est et à 73,75 m à l’ouest, soit en dessous du niveau du jardin.

Fig. 190 – Briques de colonnes (demi-diamètres ou diamètres complets) en réemploi dans la paroi septentrionale du grand bassin ; le nord est en bas (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 190 – Briques de colonnes (demi-diamètres ou diamètres complets) en réemploi dans la paroi septentrionale du grand bassin ; le nord est en bas (cliché : J.‑Cl. Béal).

403L’eau était amenée dans l’angle nord-est du bassin par un canal 888 (fig186), large de 0,40 m et habillé de mortier de tuileau. Il est aujourd’hui arasé au niveau de son fond à 74,20 m et il n’en subsiste qu’une courte section en direction de l’amont, le reste ayant été détruit lors du creusement du drain post-médiéval. L’altitude du fond de ce canal fournit à peu près le niveau maximal d’eau conservée dans le bassin pour éviter les refoulements dans le canal d’amenée : 0,65 m à l’est et 0,80 m à l’ouest. Le volume d’eau stockée dans le bassin était donc de l’ordre de 116 m3, dont la surface arrivait à 0,15‑0,20 m sous le niveau du jardin. Sans doute aussi des jets d’eau alimentés par des tuyaux fournissaient-ils, comme pour la fontaine 444, une arrivée d’eau, et son accompagnement sonore.

404La vidange se faisait vers l’ouest, par un canal 809 qui s’ouvrait à l’angle nord-ouest du bassin (fig191) en direction de l’angle nord-ouest du jardin, comme on en voit pour la vidange du grand bassin (208 m2) de la villa de Caumont-sur-Durance (Mouraret 2011 : 132 : canal maçonné large de 0,65 m), et dans plusieurs des domus de Vienne - Saint-Romain-en-Gal (Mémoire Galmiche 1996 : 140, fig. 43). Pour cette vidange, le sol était, à l’intérieur du bassin, surcreusé d’une dizaine de centimètres (fig192) et recevait un sabot de plomb (dim. : 0,25 x 0,25 m). Devant lui arrivait, à la base de la paroi, l’ouverture d’un tuyau de plomb scellé au mortier de tuileau qui passait sous une dalle qui supportait à cet endroit la paroi maçonnée du bassin. Le surcreusement du sabot permettait sans doute de manœuvrer une bonde de bois pour obturer le tuyau : la technique, pour rudimentaire qu’elle soit, est efficace et permet encore, au XXIe siècle, de vidanger les étangs. Le même type de sabot de plomb a été rencontré sur le site de la Riaille (voir 1.2.4.1) où Cl. Latarche décrit un canal de vidange d’un bassin vinicole à partir d’« un joli petit caniveau, apparemment en pierre, dont le départ en arrondi, profond d’environ 7 cm et large de 10 cm, est cimenté […]. Il est garni d’une plaque de plomb recourbée » (Rapport Latarche 1969‑1970 : 1 ; Rapport Latarche 1971, photos non numérotées). À Vienne - Saint-Romain-en-Gal, au point le plus bas du grand bassin en U de la maison des dieux Océan (état 3B-3C : 70‑170 ap. J.‑C.), une bonde (diam. 0,10 m) était ouverte dans un bloc de calcaire placé, comme ici, verticalement, à la base de la paroi du bassin (Desbat 1994 : 161, photo 108). Le dispositif de vidange du grand bassin de la villa de Condoumine à Puissalicon (Hérault : Bacou 1971 : 101‑102) était comparable (voir encore, pour la villa de la Chapelle-Vaupelteigne, Thèse Borau 2010 : 277).

Fig. 191 – Canal et tuyau de vidange du grand bassin (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 191 – Canal et tuyau de vidange du grand bassin (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 192 – Sabot de la bonde de vidange du grand bassin ; le nord est à droite (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 192 – Sabot de la bonde de vidange du grand bassin ; le nord est à droite (cliché : J.‑Cl. Béal).

405Long de 0,79 m pour un diamètre de 0,18 x 0,16 m, le tuyau de vidange, marqué (voir 4.7.4) au nom de T. ATIUS PROCULIN(us), ressortait de l’autre côté du mur sur une quarantaine de centimètres à l’extérieur du bassin (fig191), dans le canal 809 (l. : 0,40 m) enduit de mortier de tuileau, dont le fond et la paroi septentrionale étaient préservés de la puissance du courant d’eau lors des vidanges, l’un par une tegula sur laquelle reposait le tuyau, l’autre par une plaque de marbre (L. : 0,75 m) glissée verticalement entre le tuyau et la paroi. Ce canal avait d’abord une pente assez forte, passant de 73,34 m d’altitude dans le bassin à 72,80 m trois mètres plus loin, soit une pente de 18 % apte à offrir un fort débit à la vidange et un nettoyage efficace du fond du bassin par appel d’eau ; elle était ensuite à peu près nulle en direction de l’entrée du canal sous le stylobate du portique septentrional, passage qui, en lui-même, n’a pas été accessible à la fouille. Conservé sur 0,16 m de hauteur contre le bassin, et sur 0,42 m à 3 m de là, ce canal est épierré sur sa longueur connue, au moins dans sa partie supérieure, si bien qu’on ne peut connaître sa hauteur et son mode de couverture, même s’il paraît présenter dans les premiers mètres les caractéristiques typologiques des canaux à section piriforme de la fontaine.

406Le même dispositif d’un tuyau de plomb passant par une courte galerie technique pour s’achever dans un caniveau est connu à Peyrus (Drôme : Ronco 1993a : 64, fig. 15 ; sur ce bassin, voir 1.2.5.1).

407L’alimentation et la vidange conservées ne sont sans doute qu’une partie du dispositif d’alimentation et d’évacuation de l’eau, tant il est vrai qu’un volume d’eau aussi considérable ne peut rester stocké dans le bassin sans se corrompre. Le bassin devait donc comporter un trop-plein en hauteur, sans doute à la verticale du canal d’évacuation dans lequel l’eau pouvait retomber : nous n’en avons aucune trace, mais c’est ce qu’on peut voir, après restauration il est vrai, pour le bassin de la maison au Buste d’argent à Vaison-la Romaine ou pour ceux des maisons de Vienne - Saint-Romain-en-Gal ; l’association, classique, d’une bonde et d’un trop-plein est signalée par exemple dans une fontaine de la rue de Stabies à Pompéi (Adam 1989 : 279‑280, fig. 594), ou, encore à Vienne - Saint-Romain-en-Gal, dans le grand bassin de la maison des dieux Océan (Desbat 1994 : 161, photo 108) et dans la fontaine n° 123 de la villa tardive de Montmaurin (Haute-Garonne : Fouet 1983 : 84, pl. XVI).

408Au-delà du jardin, le canal d’évacuation passait sous le portique, puis, sans doute, à travers le pavillon septentrional pour sortir à l’air libre au niveau de la terrasse inférieure.

409Avec la fontaine occidentale, le grand bassin 417 constitue un élément peu courant du décor, de l’ambiance et du statut de la résidence. Les bassins ornementaux, dont la construction et le fonctionnement posent des problèmes particuliers, ne sont en effet pas toujours inclus dans le programme architectural de la pars urbana des villae. Ainsi n’en connaît-on que dans onze des 165 villae « à pavillons multiples alignés » répertoriées dans les provinces des Gaules et des Germanies (Ferdière, Gandini, Nouvel, Collart 2010 : sites d’Asquins, Beaurieux, Cravant, Echternach, Gémeaux, Limé [Pont-d’Ancy], Mettet, Mercin-en-Vaux, Peltre, Tonnerre, Verneuil-en-Halatte). En Aquitaine, sur un corpus de 109 villae, C. Balmelle ne signale guère que le grand bassin de la villa du Palat à Saint-Émilion (Gironde ; Balmelle 2001 : 403‑405, n° 50) à absides aux deux extrémités ; mais il est vrai que les plans complets de villae sont peu nombreux. En Bourgogne du nord (Nouvel 2009 : 378), les villae « de statut supérieur » (ER 3a de la classification de P. Nouvel) qui représentent 37 des 456 établissements ruraux étudiés, en possèdent toutes, pour autant qu’on puisse le savoir, tandis qu’environ 70 % des villae de la catégorie de rang immédiatement inférieur (ER 3 : 57 sites) en sont dotés. Les villae de statut inférieur en sont évidemment à peu près dépourvues.

410Plus localement, entre Drôme et Ardèche où R. Royet (2006a : 146‑149) identifie 20 villae, des bassins de grande taille sont connus dans les villae de Cueil à Andance (Ardèche ; L. : 24,50 x 1,30 m environ ; fig. 21, n° 6) ou des Mingaud à Saint-Paul-lès-Romans (Drôme ; L. : 22 x 1,50 m environ ; fig. 14, n° 4), ou, plus encore, de Saint-Pierre à Peyrus (Drôme ; L. : 49 x 4,50 m environ ; fig. 16, n° 4) ; l’existence de bassins de taille plus modeste est connue dans trois autres villae, celles de Maubec à Montélimar, de la Plaine et de Bas-Juliau à Alba-la-Romaine (fig16, n° 2, fig20, n° 1, fig21, n° 1 ; sur l’ensemble de ces villae, voir 1.2.4.1 à 1.2.4.5).

411Par sa forme, le grand bassin du Palais, « en miroir Louis XV » dans la terminologie des paysagistes d’aujourd’hui, entre dans les typologies existantes de P. Aupert et A. Bouet (2012 : fig. 28a, type IV, 21) pour l’Aquitaine et le nord de l’Espagne ou, plus largement de L. Farrar (2000 : 75‑76, type C) ou d’H. Dessales (2011 : fig. 1, type à absides ; Dessales 2013 : fig. 2, 6, type 5b). Pour la Narbonnaise, É. Chassillan (2011 : 18 et note 56) n’en connaît pas en milieu urbain, mais en mentionne deux, le premier, incertain, dans la villa des Baumelles à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), le second, dans la villa des Prés Bas à Loupian (Hérault) ; ce dernier, cependant, de 5 x 1,90 m, ne comporte qu’une abside (Thèse Pellecuer 2000 : 95‑96) et n’est pas conservé au-delà du IIIe siècle. H. Dessalles, qui mentionne aussi l’exemplaire très vraisemblable de la villa de Villelaure (Vaucluse), considère que les bassins à décor d’abside, qui remontent à celui de la villa de Livie à Prima Porta, apparaissent en Italie dans le dernier tiers du Ier siècle av. J.‑C. et en Gaule vers le changement d’ère, le plus ancien bassin connu à absides sur les deux petits côtés étant celui de la villa des Papyri à Herculanum.

412Le type a en fait une assez vaste diffusion (fig193 et fig194) et le bassin du Palais compte parmi les plus vastes mais le format varie dans des proportions sensibles, de même que le rapport entre les proportions du bassin et celles de l’espace qui le reçoit. Moins longs et proportionnellement plus larges que les étroits euripes des villae des Papyri ou du Palat (fig193, n° 4 et n° 8) sont en effet, outre celui du Palais, les bassins de la villa suburbaine du Rozier à Feurs (Loire : 20 x 5,5 m ; fig194, n° 3), de la villa de Mettet (Belgique : 18,10 x 7,10 m ; fig193, n° 2) que complète une abside sur l’un des grands côtés, de l’une des domus du centre de Limoges (Haute-Vienne : fig193, n° 3). Les autres bassins sont plus petits. H. Dessalles observe que ces bassins sont généralement situés au centre du péristyle. Ce n’est cependant pas le cas pour quelques-uns (fig193, n° 2 et fig. 194, n° 1, 4, 5 et 7), qui, comme au Palais, ont été creusés à proximité d’une aile qu’il s’agissait de valoriser. Par rapport à un bassin rectangulaire de même taille, leur forme permet à la fois d’accroître l’impression de longueur en réduisant la superficie en eau, d’augmenter la perception de l’axe médian longitudinal du bassin, ce qui peut être important dans la perspective de mise en place d’un décor, et de disposer de deux espaces spécifiques aux points d’arrivée et de départ de l’eau.

Fig. 193 – Exemples de bassins à deux absides latérales comparés à celui de la villa du Palais (n° 1). N° 2 : Mettet (Belgique), villa de Bauselenne (Mahieu 1919 : pl. II) ; n° 3 : Limoges (Fr., Haute-Vienne), domus à lopus sectile (Loustaud 2000 : fig. 53) ; n° 4 : Herculanum, villa des Papyri ; n° 5 : Heitersheim (All. ; Nuber 1997 : fig. 5) ; n° 6 : Pompéi, domus VIII, 2, 26 (Pompéi 1998 : 191) ; n° 7 : Vaison-la-Romaine (Fr., Vaucluse), domus au portique « de Pompée » (Provost, Meffre 2003 : fig. 384) ; n° 8 : Saint-Émilion (Fr., Gironde), villa du Palat (Aupert, Bouet 2012 : fig. 18) [DAO : M.‑N. Baudrand].

Fig. 193 – Exemples de bassins à deux absides latérales comparés à celui de la villa du Palais (n° 1). N° 2 : Mettet (Belgique), villa de Bauselenne (Mahieu 1919 : pl. II) ; n° 3 : Limoges (Fr., Haute-Vienne), domus à l’opus sectile (Loustaud 2000 : fig. 53) ; n° 4 : Herculanum, villa des Papyri ; n° 5 : Heitersheim (All. ; Nuber 1997 : fig. 5) ; n° 6 : Pompéi, domus VIII, 2, 26 (Pompéi 1998 : 191) ; n° 7 : Vaison-la-Romaine (Fr., Vaucluse), domus au portique « de Pompée » (Provost, Meffre 2003 : fig. 384) ; n° 8 : Saint-Émilion (Fr., Gironde), villa du Palat (Aupert, Bouet 2012 : fig. 18) [DAO : M.‑N. Baudrand].

Fig. 194 – Exemples de bassins à deux absides latérales comparés à celui de la villa du Palais. N° 1 : Fraga (Esp.), villa Fortunatus (Gros 2001 : fig. 378) ; n° 2 : Vieux (Fr. Calvados), maison au Grand Péristyle (Vipard 2001 : fig. 1 ; n° 3 : Feurs (Fr., Loire), villa du Rozier (Valette 1999 : fig. 33) ; n° 4 : Éphèse (Turquie), domus 1 (Lang-Auinger 1996, fig. 77) ; n° 5 : Volubilis (Maroc), « palais de Gordien » (Thouvenot 1958 : fig. 8) ; n° 6 : Aix-en-Provence (Fr., Bouches-du-Rhône), domus du jardin de Grassi (Guyon, Nin, Rivet 1998, fig. 79) ; n° 7 : Aix-en-Provence (Fr., Bouches-du-Rhône), domus de l’enclos des Chartreux (Guyon, Nin, Rivet 1998, fig.180) ; n° 8 : Éphèse (Turquie), domus 2 (Thür 2005 : fig. 75) ; n° 9 : Almedinilla (Esp.), villa d’El Ruedo (Vaquerizo Gil, Carrillo Diaz-Pines 1995 : fig. 9) ; n° 10 : Mitra (Esp.), villa de Cabra (Moreno Alcaide 2011 : fig. 1) [DAO : M.‑N. Baudrand].

Fig. 194 – Exemples de bassins à deux absides latérales comparés à celui de la villa du Palais. N° 1 : Fraga (Esp.), villa Fortunatus (Gros 2001 : fig. 378) ; n° 2 : Vieux (Fr. Calvados), maison au Grand Péristyle (Vipard 2001 : fig. 1 ; n° 3 : Feurs (Fr., Loire), villa du Rozier (Valette 1999 : fig. 33) ; n° 4 : Éphèse (Turquie), domus 1 (Lang-Auinger 1996, fig. 77) ; n° 5 : Volubilis (Maroc), « palais de Gordien » (Thouvenot 1958 : fig. 8) ; n° 6 : Aix-en-Provence (Fr., Bouches-du-Rhône), domus du jardin de Grassi (Guyon, Nin, Rivet 1998, fig. 79) ; n° 7 : Aix-en-Provence (Fr., Bouches-du-Rhône), domus de l’enclos des Chartreux (Guyon, Nin, Rivet 1998, fig.180) ; n° 8 : Éphèse (Turquie), domus 2 (Thür 2005 : fig. 75) ; n° 9 : Almedinilla (Esp.), villa d’El Ruedo (Vaquerizo Gil, Carrillo Diaz-Pines 1995 : fig. 9) ; n° 10 : Mitra (Esp.), villa de Cabra (Moreno Alcaide 2011 : fig. 1) [DAO : M.‑N. Baudrand].
  • 26 Un bassin de ce type est mentionné à Fréjus dans l’emprise d’un nymphée monumental, auquel il sera (...)
  • 27 Hinc frigidaria dilatatur, quae piscinas publicis operibus exstructas non impudenter aemularetur.

413Les bassins à absides sur les petits côtés ne sont pas propres à l’habitat26. Ainsi en trouve-t-on un, de 9,43 x 4,70 m, devant le temple du sanctuaire d’Aubigné-Racan (Sarthe : Lambert, Rioufreyt 1994 : 95‑98) tandis qu’un autre orne le jardin à portique de la bibliothèque d’Hadrien à Athènes (MacKendrick 1981 : 475). Quelques natationes de thermes publics adoptent la même forme, avec des longueurs comprises entre la dizaine et la trentaine de mètres. Les unes sont, en Occident, aux thermes de Moingt à Montbrison (Loire ; Blin, Le Barrier, Thirion 1991 : 186, fig. 3 ; Lavendhomme 1997 : 137, fig. 89 : 41 m env. x 6,20 m), ou aux thermes d’En Perruet à Avenches, et surtout dans les provinces d’Afrique et d’Orient. Leur présence dans les frigidaria est bien attestée (Bouet 2015 : 257‑259, fig. 10). Du reste, le parallèle qu’on peut établir entre le bassin du Palais et certains bassins d’édifices publics a déjà été fait, en 465 ap. J.‑C., par Sidoine Apollinaire (Lettres, II, 2, 5) à propos de sa villa d’Avitacus : « À la suite [du caldarium] s’étend la salle froide, qui pourrait sans présomption rivaliser avec les piscines construites pour les bâtiments publics »27. Il poursuit en mentionnant (Lettres, II, 2, 8) la piscina à ciel ouvert jointe à la salle froide : on ne sait quel en était le format, mais elle pouvait contenir 20 000 modii (soit 175 m3) d’eau.

414L’ambiguïté du statut de certains sites où figurent ces bassins à double abside (Chassillan 2011 : 145) transparaît avec le cas du « portique de Pompée », qualifié aussi de « sanctuaire à portique » de la Villasse à Vaison-la-Romaine (fig193, n° 7) : profond d’1,60 m, il a été construit au cours du Ier siècle ap. J.‑C. Ses parois où s’ouvrent des amphores couchées, montrent qu’il avait une fonction de vivier, ce qui invite à y voir cependant une domus considérable (sur les difficultés d’interprétation de cet ensemble : Bouet 2010 : paragr. 37‑42).

4.5.7. Le secteur de service méridional

415Par opposition au secteur noble organisé autour du quadriportique, un autre secteur se trouve au sud de la grande salle méridionale, au service de laquelle il nous paraît être, au moins pour partie.

416Ce secteur comprend principalement (fig195) un portique secondaire à trois branches, accessible depuis la salle basilicale et par le sud sans doute, un bâtiment du sud-ouest drainé en sous-sol et une cour de service placée dans sa dépendance. Comme pour la salle basilicale, l’ensemble est construit avec des apports de remblais tardifs.

Fig. 195 – Plan linéaire du secteur adossé à la salle basilicale (DAO : M. Drot).

Fig. 195 – Plan linéaire du secteur adossé à la salle basilicale (DAO : M. Drot).

4.5.7.1. Le portique secondaire et la cour méridionale

  • 28 On peut donc classer la résidence parmi les « demeures à péristyles multiples dont un péristyle pr (...)

417C’est à la suite des sondages menés sur le site par P. Sarrazin en 1988 que Chr. Ronco avait proposé d’identifier sur le site « des thermes monumentaux avec palestre » (Ronco 1993b : 3, fig. 1, f). Une série de tranchées et de décapages de surface nous a permis de reconnaître dans la « palestre » un portique assez dégradé lié à la résidence de l’état IIIb28.

418C’est un portique à trois branches de 2,80 m de largeur, ouvert au nord et contemporain de la construction de la salle basilicale à laquelle ses maçonneries étaient liées. La longueur des branches orientale et occidentale du stylobate était de l’ordre de 11,80 m, celle du stylobate de l’aile méridionale atteignant 16,70 m.

419L’aile orientale 443 était délimitée par le mur de fond 402 (l. : 0,62 m) et le stylobate 403 (l. : 0,47 m), l’un et l’autre largement épierrés et arasés vers 74,75 m, là où les maçonneries sont conservées. Cette aile mettait le portique arrière en communication avec la grande salle et desservait au moins une petite cellule 441 (2,75 x 1,80 m) adossée au sud au praefurnium 440. Il ne paraît pas y avoir eu d’autres pièces qui ouvrent sur cette aile du portique et la pièce 441 peut, comme la pièce 421, être une loge d’où un portier contrôlait l’accès à la grande salle. Dans le piédroit septentrional de l’entrée dans cette pièce un passage de tuyau était ménagé (voir 4.5.8.1, « Circulation d’eau en pression dans la résidence »).

420L’aile méridionale du portique 1016 (L. intérieure : 23,60 m) était délimitée par le mur de fond 1018, arasé, quand il n’est pas complètement épierré, à 74,57 m d’altitude. Le stylobate 1019 qui lui est associé est arasé à la même altitude. À l’est, le mur de fond se prolongeait légèrement au-delà du mur 402 de l’aile orientale, sans doute pour former un contrefort ; il s’achevait à l’ouest contre la petite pièce qu’on restitue au sud de l’entrée du bâtiment du sud-ouest. Dans son axe médian, deux départs de murs perpendiculaires, espacés de 2,45 m, et conservés sur 2,50 m au maximum, peuvent avoir constitué les murs latéraux d’une entrée. L’hypothèse qu’il puisse s’agir d’une exèdre rectangulaire médiane ne peut être exclue au vu de l’état des vestiges, mais elle serait bien mal mise en valeur et supposerait que le mur du fond en ait disparu.

421L’aile occidentale 1017 mettait le portique en communication avec la grande salle et desservait le bâtiment du sud-ouest et les petites pièces qui le jouxtent, 421 qui peut avoir été une loge d’appariteur, 426 et, au sud de l’entrée dans le bâtiment, une loge très dégradée. Son stylobate 1020 (l. 0,47 m), largement épierré lui aussi, est architecturalement lié au mur de fond 328 de la grande salle.

422Nulle part conservé, le niveau de circulation dans le portique peut cependant être évalué par rapport à ce qu’on sait du bâtiment du sud-ouest : le sol de la petite salle 421 était au moins à 74,79 m, celui du bâtiment lui-même au-dessus de 74,76 m, qui est le niveau d’arasement du massif 181‑189. On doit donc restituer le niveau de sol du portique secondaire vers 74,80 m ou un peu au-dessus.

423Au centre de ce portique se trouvait un jardin ou une cour (16,80 x 11,90 m). Le niveau de circulation dans cet espace nous est inconnu. Il était au-dessus du niveau d’arasement du stylobate (74,57 m), altitude à laquelle, sous la terre végétale, affleure un fin lit de mortier, niveau de chantier de part et d’autre du stylobate 1020, sur lequel se condensent, contre le mur 328, des chutes et des éclats de tailles liés à la construction de l’édifice.

424Plus petit que le portique du jardin central, doté d’ailes moins larges, de 0,90 m environ, et d’un stylobate plus fin qui doit avoir supporté des piliers de bois, ce portique secondaire et les espaces qu’il dessert doivent avoir eu un statut inférieur à celui des constructions organisées autour du jardin central.

4.5.7.2. Le bâtiment du sud-ouest

425Lié au mur 328 qui ferme la grande salle au sud, se développait un bâtiment (23,40 x 13,70 m ; fig196) construit, comme la salle basilicale elle-même, sur une terrasse artificielle. Sa forme n’est pas parfaitement orthogonale, puisque les parois d’orientation est-ouest présentaient une inclinaison de 93° – et non de 90° – vers le sud par rapport au mur qui soutenait l’édifice à l’ouest : il s’agit d’une erreur de chantier. Ce bâtiment est arasé presque partout au niveau du sol de la grande salle ou un peu au-dessus à l’est (entre 74,72 m et 74,96 m) et sensiblement en dessous (entre 74,17 m et 74,34 m) contre sa façade occidentale.

Fig. 196 – Plan du bâtiment du sud-ouest et numérotation des murs (DAO : M. Drot).

Fig. 196 – Plan du bâtiment du sud-ouest et numérotation des murs (DAO : M. Drot).

426Il prenait appui sur le mur de terrasse 193‑207 (l. : 0,60 m) qui se prolongeait vers le sud au-delà de l’emprise du bâtiment et que contrebutait à l’ouest le mur 215 parementé sur sa seule face occidentale (l. : 0,32 m).

427Les murs qui ceinturaient le bâtiment au sud ou à l’est étaient liés au mur de terrasse et entre eux ; à l’articulation des murs 302 et 304, l’absence de chaînage des murs n’est qu’apparente : le démontage d’une assise permet de mettre le chaînage en évidence. En revanche les parois qui divisaient le bâtiment en travées étaient liées à ceux de la façade orientale, et non au mur de terrasse 193‑207, les maçons, après avoir édifié les murs périmétraux, continuant leur travail de l’est vers l’ouest à la rencontre du mur de soutènement. Les deux extrémités du drain 186 (voir ci-dessous) étaient également liées aux murs des façades du nord et du sud.

428Les murs périmétraux du bâtiment étaient épais de 0,55 m à 0,65 m suivant les points de mesure ; cependant, l’épaisseur du mur 328 (0,62 m) se réduisait à 0,47 m, puis 0,38 m à l’ouest de la salle 421, où il ne supportait plus les élévations de la salle basilicale. Les subdivisions des cellules 421 et 426 avaient des murs plus étroits (0,45 m), les subdivisions du grand espace central (mur 302 et 306 au sud, 329 au centre, et 330 au nord) étaient aussi larges.

429À l’est, le bâtiment, qui ouvrait sur le portique secondaire, comportait plusieurs petites pièces de part et d’autre d’une entrée médiane. Ainsi, au nord de l’entrée, trouvait-on d’abord, la petite loge 421 (2,85 x 1,90 m) et la pièce 426 (2,85 x 3,70 m environ). Les ressauts de fondation connus pour ces murs atteignent 74,30 à 74,35 m et une ouverture large de 1,26 m (au nord, 372 et au sud, 380) était ménagée dans le mur oriental de chacune d’elles, à 74,35 m au nord et à 74,58 m au sud (fig197), en façade orientale du bâtiment. Dans la loge 426, un petit lit de mortier pulvérulent courait sur un amas de blocs vers 74,30 m : il paraît s’être agi d’un niveau de chantier, surmonté d’autres apports de remblais jusqu’au niveau d’arasement qui atteint ici 74,78 m. Dans la loge 421, le remblai de la pièce faisait partie d’un épais blocage de pierres et de mortier (US 308‑318) qui, recouvrant le canal 359 qui courait le long de la façade méridionale de la salle basilicale (voir ci-dessous, 4.5.8.3), atteignait le niveau d’arasement des murs et débordait sur l’aile occidentale du portique arrière (fig198). Posé sur des niveaux intermédiaires de chantier et aplani à sa surface, il constituait le hérisson du sol des deux pièces, les ouvertures 372 et 380 pratiquées dans le mur étant non pas des seuils, mais, comme dans la grande salle méridionale (voir ci-dessus, 4.5.4.2), des accès de chantier. Le sol des pièces s’établissait donc au-dessus de 74,79 m, sommet du blocage de pierres et mortier.

Fig. 197 – Loge 421 : ouverture de chantier et, à gauche, un passage pour un tuyau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 197 – Loge 421 : ouverture de chantier et, à gauche, un passage pour un tuyau (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 198 – Loge 421 et branche occidentale du portique arrière : blocage 308‑318 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 198 – Loge 421 et branche occidentale du portique arrière : blocage 308‑318 (cliché : J.‑Cl. Béal).

430Au sud de l’entrée médiane dans le bâtiment, dans un secteur massivement récupéré, deux amorces de murs très dégradées, contre les parements des murs 302 et 324 amènent à restituer également une petite pièce qui répondait à la pièce 426 et dont le mur méridional était dans l’axe du mur de fond de la branche méridionale du portique de service. Rien n’atteste l’existence d’une autre pièce qui réponde à la pièce 421.

431L’entrée médiane dans le bâtiment avait la forme d’un vaste vestibule plus large que profond (5,50 x 3,30 m environ). Elle était fermée à l’est par le mur 323, conservé jusqu’à 74,80 m et fondé d’abord en tranchée étroite dans la couche de galets de la terrasse géologique : le ressaut de fondation oriental se situait vers 73,64 m soit 1,15 m au moins au-dessous du niveau de circulation sous le portique et dans le bâtiment. Au-dessus, la construction fut poursuivie en élévation enterrée dans une tranchée en V dans le limon rouge qui la surmonte jusque vers 74,20 m où un fin lit de mortier marque un niveau de chantier adossé au parement du mur. Enfin, des apports de remblais (US 361) atteignaient l’altitude de 74,54 m où un nouveau niveau de chantier correspondait à la base d’un enduit mural de mortier partiellement conservé ici dans la terre végétale : le niveau de circulation définitif se trouvait encore au-dessus. On peut rapprocher ces observations du niveau de chantier observé dans les espaces voisins, à 74,30 m dans la cellule 426 et à 74,44 m dans la salle basilicale, et considérer que la salle basilicale et le bâtiment du sud-ouest ont été édifiés ensemble et selon un rythme commun, et leur sol posé sur des apports massifs de remblais.

432Cette entrée médiane donnait vers l’ouest sur un vaste espace central (9,20 x 10,2 m), qui pouvait être couvert. De part et d’autre, l’espace était, en infrastructure en tout cas, divisé en travées latérales allongées d’est en ouest (L. : 9,20 m environ) de largeurs comparables (vers 3,40 m) par une série de murs d’orientation est-ouest (n° 330, 329, 303) épais de 0,62 m. Le mur oriental du compartiment le plus au sud y était doublé par un contrefort 305, large de 0,51 m, dont le ressaut de fondation était à 74,59 m ; un autre contrefort (192), symétrique, doublait à l’est le mur occidental 193 : rasé sans doute au sommet de sa fondation et à l’amorce d’une élévation plus étroite (fig199), il y était large de 0,72 m. Ces contreforts furent ajoutés dans un second temps, alors que les remblais nécessaires à la circulation dans le bâtiment avaient déjà été rapportés. Il est vraisemblable que cette travée n’était pas couverte dans un premier temps.

Fig. 199 – Bâtiment du sud-ouest : contrefort (sectionné en deux parties par le passage d’une tranchée de 1988) adossé au mur occidental 193 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 199 – Bâtiment du sud-ouest : contrefort (sectionné en deux parties par le passage d’une tranchée de 1988) adossé au mur occidental 193 (cliché : J.‑Cl. Béal).

433Un drain 186 traversait du nord au sud l’infrastructure du bâtiment (fig196). C’est un canal entièrement voûté, dont le fond était à une altitude de 73,65 m sur la majeure partie de son parcours, qui descendait cependant à 73,48 m à son issue méridionale. Son tracé n’est pas strictement rectiligne : cette anomalie résulte de l’erreur de chantier mise en évidence dans la réalisation du bâtiment lui-même. Bâti, en effet, par deux équipes qui, l’une depuis la paroi septentrionale, l’autre depuis la paroi méridionale, construisaient deux segments du drain orthogonaux par rapport à ces parois et destinés à converger, l’édifice ne pouvait présenter un tracé linéaire ; il est dommage que nous n’ayons pu observer le raccord, dégradé, en baïonnette qui, seul, a pu permettre de rattraper l’erreur initiale.

434Le canal, large intérieurement de 0,63 m, était construit entre deux parois relativement minces (0,34 à 0,37 m à l’ouest, 0,47 m à l’est). La présence de parements sur ses faces externes montre qu’il avait été construit en élévation enterrée, avant que le bâtiment ne soit remblayé jusqu’à son niveau de circulation.

435Les parois étaient surmontées d’une voûte surbaissée (fig200) faites de dalles grossières de calcaire employées en claveaux et prises dans du mortier. La voûte était légèrement déportée (0,13 m environ) vers l’est par rapport à l’axe médian du canal. Le fond et les parois du canal, sur 0,15 m, étaient enduits de mortier de tuileau, puis de mortier jaune sur 0,42 m jusqu’à l’imposte également enduite ; au raccord des parois et du fond courait un quart-de-rond d’étanchéité.

Fig. 200 – Coupe du drain 186 du bâtiment du sud-ouest au niveau des massifs 181 et 189 (DAO : M. Drot).

Fig. 200 – Coupe du drain 186 du bâtiment du sud-ouest au niveau des massifs 181 et 189 (DAO : M. Drot).

436À son extrémité septentrionale, le drain se terminait au nord du mur 328 par deux massifs rectangulaires de maçonnerie, l’un à l’ouest (l. : 0,79 m ; L. : 1,35 m env.), l’autre à l’est (l. : 1,10 m), détruit à son extrémité septentrionale. Sans doute s’agissait-il en fait, avant l’arasement des vestiges, d’une voûte en chapeau de gendarme qui recouvrait l’entrée du drain, comme on l’observe à l’entrée du drain 521 sous le portique méridional (voir 4.5.8.2, « Le canal 540 et ses affluents »). Un dispositif comparable s’observe au sud, au raccord entre le drain et le mur 303, où les deux massifs de maçonnerie présentaient la même dissymétrie (à l’ouest, massif 189 : l. : 0,57 m ; L. : 1,33 m ; à l’est, massif 181 : l. : 1,20 m ; L. : 1,28 m) et appartenaient à un même bloc d’environ 3,15 m par 1,30 m (fig200 et fig201). On peut en conclure, comme nous l’avons supposé, que, dans un premier temps, la travée la plus méridionale n’était pas couverte.

Fig. 201 – Voûte du drain 186 : au centre, massifs 181 et 189 qui recevaient la voûte en chapeau de gendarme (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 201 – Voûte du drain 186 : au centre, massifs 181 et 189 qui recevaient la voûte en chapeau de gendarme (cliché : J.‑Cl. Béal).

437Au nord des deux massifs 180 et 181, les piédroits du drain étaient adossés et non liés, ce qui n’est pas le cas au sud et ce qu’on doit interpréter encore comme résultant de la conduite du chantier : la jonction finale des différentes parties du drain constituait une gêne pour apporter les remblais, et fut retardée jusqu’au dernier moment. Du parement méridional du massif 181 émergent en outre quatre blocs de pierre (fig202) qui, dans la maçonnerie moderne de pierre en tout cas, servent de cale-pieds pour faciliter l’ascension pendant la construction.

Fig. 202 – Drain 186 : cale-pied saillant dans le parement du massif 181 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 202 – Drain 186 : cale-pied saillant dans le parement du massif 181 (cliché : J.‑Cl. Béal).

438L’arasement de la voûte du drain 186 à 74,76 m amène à situer au-dessus de cette altitude le niveau de sol dans les pièces situées à l’ouest de l’entrée médiane et sans doute dans l’ensemble du bâtiment du sud-ouest : le niveau de circulation dans les cellules 421 et 426 à l’est s’établissait, nous l’avons vu, au-dessus de 74,79 m.

439À son issue méridionale (fig203), le drain ouvrait sur l’extérieur par une arche large de 0,66 m intégrée au mur de façade méridionale 306. Au-delà de la façade méridionale du bâtiment, le mur 307 était adossé à son angle sud-est ; il n’en subsiste que l’amorce conservée aujourd’hui jusqu’à l’altitude maximale de 74,17 m. Au sud-ouest, le mur 193 se prolongeait et est encore conservé sur près de 6 m de longueur. Ces deux murs assuraient le soutènement des terres.

Fig. 203 – Débouché du drain 186 dans le mur 306 de la façade méridionale du bâtiment du sud-ouest (dessin : G. Michelon ; DAO : M. Drot).

Fig. 203 – Débouché du drain 186 dans le mur 306 de la façade méridionale du bâtiment du sud-ouest (dessin : G. Michelon ; DAO : M. Drot).

440Le drain 186 était destiné éventuellement à aérer le remblai sur lequel le sol du bâtiment du sud-ouest était posé, encore que ce dernier fût couvert, et sans doute surtout à évacuer les eaux qui tombaient dans la cour de service qui jouxte le bâtiment au nord.

441Avec son ouverture médiane avancée et ses loges latérales, le plan du bâtiment rappelle un peu celui des « granges » antiques (Ferdière 1988, vol. II : 72‑73 ; Ferdière, Gandini, Nouvel 2017) plurifonctionnelles (lieux de stockage, étables, ateliers, logements) dont certaines, à Mer (Loir-et-Cher) par exemple, présentaient comme ici des subdivisions allongées de l’espace central. Mais elles étaient en général un peu plus petites et le porche médian, sur lequel ouvraient les loges latérales, était séparé de la grande salle. En outre, ces bâtiments étaient isolés, à la différence du bâtiment du sud-ouest du Palais, intégré à la résidence de l’état IIIb, et qui ouvrait sur son portique secondaire, ce qui n’est pas compatible avec une fonction strictement agricole qui suppose un accès direct par des véhicules : les entrepôts à nefs multiples de la villa du Quiou (Côte-d’Armor) sont situés à l’extrémité du portique d’entrée de la résidence, mais une entrée indépendante existe à l’arrière du bâtiment (Arramond, Requi 2012 : fig. 1 et fig. 2).

442Deux hypothèses peuvent être formulées au terme des discussions entre l’archéologue et l’architecte.

443Pour l’archéologue, la division du bâtiment en un espace central auquel des nefs latérales sont jointes invite à y voir un magasin de stockage de denrées nécessaires au fonctionnement de la demeure : bois peut-être pour l’approvisionnement des praefurnia, biens meubles divers pour l’ornementation et le fonctionnement – certainement périodique – de la grande salle ou plus généralement de la demeure. On aurait donc affaire à un horreum, au sens d’une resserre, comme celle où, au IIe siècle, Tullus (Pline le Jeune, Lettres, VIII, 18) entassait les statues dont il n’avait pas l’usage immédiat pour ses jardins.

444Le point de vue de l’architecte (voir 4.6.7.2) est différent. Considérant que la division de l’espace en travées peut avoir pour objectif de diviser et de stabiliser les remblais en infrastructure sans qu’elle se répercute sur la superstructure, il met en avant la position avantageuse de cette salle sur le rebord de la terrasse artificielle et suggère d’y voir un espace de réception ou de repas couplé avec la salle basilicale.

4.5.7.3. La cour de service 698

445Entre l’exèdre occidentale de la grande salle, le bâtiment du sud-ouest et le pavillon 1021, existe une cour (fig195) qui permet notamment d’alimenter les praefurnia occidentaux de la grande salle. Cet espace est, pour l’essentiel, à ciel ouvert. Les égouts qui en traversent le sous-sol ne présentent pas de couverture maçonnée, ce qui leur permet de recevoir une partie des eaux de surface tandis qu’une autre est évacuée par le drain 186 ; de plus, à l’embouchure des praefurnia, les fumées montent librement.

446Cette cour et les bâtiments qui l’avoisinent ont fait l’objet d’une intense récupération au Moyen Âge et le secteur est assez bouleversé. Néanmoins, le niveau antique de circulation peut être restitué approximativement entre le fond du praefurnium 914 (73,84 m) et la base du drain 186 à son issue dans la cour de service (73,65 m), soit environ à un mètre au-dessous du niveau de circulation dans le portique méridional, dans la salle basilicale (fig165) et dans le bâtiment du sud-ouest. Cette cour était peut-être un peu en pente du nord vers le sud, si l’on en juge par l’égout qui la borde au nord et qui est conservé à 74,17 m d’altitude (voir ci-dessous, 4.5.8.2).

447Deux petites pièces sont adossées au bâtiment du sud-ouest. Le mur 205 (l. : 0,46 m) de leur façade orientale est lié au mur 328, leur séparation 204 (l. : 0,45 m) est liée au mur 205 (fig196), sans qu’au niveau d’arasement des murs apparaissent de liaison avec le mur de terrasse 207. Leur clôture au nord a disparu. Il doit s’agir d’appentis couverts.

448Il est exclu qu’on ait accédé à la cour de service depuis l’exèdre de la grande salle, possible qu’on l’ait fait par une échelle de meunier depuis le portique. Peut-être y arrivait-on surtout depuis le bâtiment du sud-ouest, si l’on peut imaginer une porte au-dessus de l’extrémité septentrionale du drain 186, et un escalier appuyé au massif de maçonnerie, ou par une échelle de meunier. L’alimentation du praefurnium en bois depuis le bâtiment du sud-ouest en serait facilitée.

4.5.8. La circulation des eaux dans la résidence à l’état IIIb

449Nous avons déjà abordé cette question à propos de la fontaine occidentale et du grand bassin, éléments ornementaux et structurants de l’édifice de l’état IIIb. Nous ajouterons ici les observations qui concernent l’approvisionnement et le réseau d’évacuation de l’eau.

4.5.8.1. L’approvisionnement en eau

Circulation d’eau en pression dans la résidence

450À l’arrière de la grande salle basilicale, trois observations montrent qu’il y a eu un projet – au moins – de circulation d’eau en pression. Dans le mur qui fermait à l’ouest la petite loge orientale 441, une ouverture rectangulaire fut aménagée dès le projet de construction à l’altitude moyenne de 74,65 m, soit à un niveau inférieur au niveau de circulation dans la branche orientale du portique secondaire sur lequel ouvrait cette salle. Une ouverture identique (H. : 0,30 m ; l. : 0,20 m) apparaît aussi, à une altitude moyenne de 74,42 m, dans le mur oriental de la loge 421 (fig197) qui ouvrait sur la branche occidentale du portique. Elle aussi était sous le niveau de circulation. Enfin, un trou circulaire (diam. : 0,20 m) au nord (fig204) et rectangulaire au sud (fig205) fut aménagé à l’altitude moyenne de 74,03 m dans le mur stylobate de la branche méridionale du grand portique, juste au-dessus de l’extrados de la voûte de l’égout 521. Ces ouvertures étaient destinées à recevoir des tuyaux qui pouvaient servir à alimenter des vasques et labra dans le jardin et sous les portiques. Cependant le trou du canal 542 a été trouvé bouché au nord par deux gros galets, et nous n’avons pas vu de négatif pour le logement des tuyaux, particulièrement lors de la fouille de la loge 421.

Fig. 204 – Passage pour un tuyau dans le mur 346 (côté nord) du stylobate du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 204 – Passage pour un tuyau dans le mur 346 (côté nord) du stylobate du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 205 – Passage pour un tuyau dans le mur 346 (côté sud) du stylobate du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 205 – Passage pour un tuyau dans le mur 346 (côté sud) du stylobate du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

451Nous avons aussi repéré, dans le massif de la fontaine occidentale (voir 4.5.5.2), l’arrivée d’un tuyau d’alimentation à 74,26 m d’altitude, venant du nord cette fois : il relève donc d’une autre origine.

452Un autre tuyau d’amenée d’eau a été signalé, sous le sol du portique oriental lors des fouilles de 1993 (Rapport Jung, Allimand 1993 : 12, fig. 10, n° 189 ; ici, fig28). Il se trouvait à la hauteur de la pièce 708, à une altitude difficile à évaluer avec précision (environ 0,50 m sous le sol du portique oriental). C’était un tuyau de petit diamètre qui présentait une soudure au milieu du segment qui en était visible dans la tranchée de fouille. Pour les fouilleurs, son installation est « assez tardive ».

L’origine de l’eau : l’aqueduc de Pagnères

453Sans doute la Riaille qui passait à proximité immédiate du site, fournissait-elle à la villa une bonne partie de l’eau qui lui était nécessaire, par puisage direct ou à l’aide d’un barrage. Un puits (antique ?), aujourd’hui disparu, a été signalé aux abords de la maison Ginot (Chatrousse 1843 ; Espanet 1859). Mais il est vraisemblable qu’une partie de l’eau soit arrivée de la source de Pagnères (fig. 5), par l’aqueduc qu’on y connaît, à 1,8 km en ligne droite.

454À Pagnères en effet, Cl. Boisse avait pu observer, à l’occasion du défonçage d’un champ situé à l’ouest de la RN 7, le tracé d’un aqueduc souterrain, enfoncé vers 1 m à 1,20 m de profondeur sous le sol actuel (soit approximativement 90 m d’altitude). D’orientation est-ouest, il avait été suivi sur 200 m vers l’ouest (Leglay 1973 : 534). L’aqueduc captait très vraisemblablement une partie des eaux de la source de Pagnères dont l’abondance et l’importance sont connues aux XVIIIe et XIXe siècles. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une auberge de Pagnères tenue par les capitaines-châtelains de Châteauneuf-du-Rhône, y assurait le gîte, le couvert, l’abreuvoir et les mules de renfort aux rouliers qui s’engageaient dans la côte en direction du col de Montchamp (Gilles 1929 : 155) ; en 1868, M. Pavin de Lafarge, propriétaire du domaine de Pagnères, obtint de l’administration l’autorisation d’en capter le trop-plein d’eau pour alimenter son domaine du Moulinas, à 200 m à l’ouest de la source et irriguer ses terres (AD Drôme, dossier 53 S 27).

455Quelques petits fragments de la conduite maçonnée étaient, encore de nos jours, visibles en surface dans les parcelles ZM 72a et 73a 5 (fig5) ; nous avons pu observer en 2000 des morceaux plus importants, rejetés dans la rive de la Riaille (fig206), sur une centaine de mètres en aval du gué du chemin de la Labre ; ils ne sont plus visibles en 2016. Construit à l’aide de pierres et galets pris dans du mortier de chaux (ép. du fond : vers 30 cm), le canal, enduit intérieurement de mortier de tuileau (4 cm d’épaisseur), y est large de 29 cm environ ; il est couvert d’une voûte en arc outrepassé haute intérieurement de 0,70 m environ.

Fig. 206 – Fragment du canal de l’aqueduc de Pagnères rejeté dans la rive de la Riaille (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 206 – Fragment du canal de l’aqueduc de Pagnères rejeté dans la rive de la Riaille (cliché : J.‑Cl. Béal).

456Pour Boisse (1992 : 62), cet aqueduc alimentait la villa de Tourvielle sur la commune de Malataverne ; mais cette villa se trouve à dix mètres au moins au-dessus de la source de Pagnères. La destination de l’aqueduc n’est en fait pas connue mais il aboutissait vraisemblablement à la villa du Palais. Du fait du relief et notamment de la butte de la Labre, un tracé en ligne directe n’était pas possible, mais cette colline peut être contournée par le nord. Un tracé par la rive gauche de la rivière est peu probable, mais tout à fait possible par sa rive droite (2 km) où s’ouvre une plaine en pente douce vers l’ouest (fig1). En 2016, la prospection du cours de la rivière ne nous a pas permis de trouver de point de franchissement de l’aqueduc, mais le cliché aérien de 1979 étudié par Chr. Landry (voir 5.1) laisse apparaître dans la partie agraire une trace incurvée, qui, par son orientation générale nord-est - sud-ouest en direction du cœur de la partie résidentielle, pourrait correspondre à l’arrivée d’une adduction d’eau.

457Si les aqueducs antiques à usage privé longs de quelques centaines de mètres sont aujourd’hui bien attestés, on en connaît aussi qui dépassent une longueur de mille mètres. La villa de la Coue d’Auzenat à Brossac (Charente) est alimentée par un aqueduc prenant l’eau à un kilomètre ; des fragments de conduite en plomb ont été retrouvés dans cet aqueduc qui est, à proprement parler, une galerie technique (Vernou 1993 : 74). Les deux villae de Mayran et de Gragnon 2 (Gard) reçoivent leur eau d’un même aqueduc connu sur 1 060 m (Buffat, Petitot, Vidal 2011). La villa de Bauselenne à Mettet (Belgique, province de Namur) était alimentée par un aqueduc de 2 km environ, dont la plus grande partie a été retrouvée et étudiée (Mahieu 1919 : 146‑155). Enfin, long d’environ 3,150 km et alternativement en souterrain, sur mur-bahut ou sur arcades, l’aqueduc d’Arthon-en-Retz (Loire-Atlantique) alimentait, lui aussi, une probable villa (Provost 1988 : 69, n° 48, fig. 12 ; Monteil, Lambert, Rioufreyt 2015). Ces captages, en eux-mêmes, constituent des signes de luxe que les propriétaires de villae se plaisent à signaler : la piscine à ciel ouvert de la villa d’Aydat (Sidoine Apollinaire, Lettres, II, 2, 3) était alimentée par le captage d’un cours d’eau issu de la montagne et conduit jusqu’au bassin où six têtes de lion sculptées le recrachaient en autant de jets d’eau.

458Il a paru naturel à certains que le point de captage et l’emprise du tracé de ces aqueducs se soient trouvés sur la propriété de ceux qui les avaient fait construire (par ex. : Mauné, Pailhet, Sekhari 2005, citant J.‑G. Gorges : 145 et note 107), ce qui permettrait d’évaluer l’extension de cette propriété. On voit cependant, à travers les textes juridiques (pour la Gaule romaine : Burnand 1980) que le droit de capter l’eau sur la propriété d’autrui ou de traverser cette propriété pour faire passer l’aqueduc qui mène l’eau à une ville, un bourg ou une villa peut être offert, cédé ou négocié (Cicéron, Lettres, CXLV, 4). Il est en revanche acquis que la source se trouvait contre le bord occidental du cardo maximus et plus ou moins à proximité du passage de la voie antique.

4.5.8.2. Le réseau d’évacuation des eaux à travers le jardin

459Pour avoir choisi un plan centré sur des jardins ceints de portiques surélevés, les architectes de la résidence ont dû prévoir un dispositif efficace pour rassembler et évacuer les eaux réunies ou piégées dans les jardins (fig207). Outre l’évacuation de surface dont subsistent quelques traces, le dispositif peut être observé le long du portique oriental à l’issue duquel des caniveaux évacuaient l’eau provenant des toitures du bâtiment et du portique, mais aussi dans le jardin central et dans la cour de service, où divers dispositifs permettaient d’évacuer l’eau vers l’aval, à l’ouest. On ne sait jusqu’à quand le canal 610 et sa dérivation restèrent en fonction ; mais leur gabarit était insuffisant pour collecter les eaux issues du bâtiment oriental, pour lesquelles de grands canaux furent créés.

Les grands canaux

460Trois canaux, passant sous l’aile orientale de la résidence débouchaient dans le jardin.

Le canal 1183

461À 0,45 m au sud du dé 523 (fig158 et fig207), le canal 1183, large de 0,20 m, était, à l’altitude de 74,29 m, creusé de 0,05 m dans le sol du couloir 618 de l’état II et passait sur le comblement du caniveau. Il était haut de 0,25 m environ, et sans doute couvert en encorbellement ; mais son sommet est pris dans un remontage tardif de ce segment de mur. Cela explique sans doute que, si son piédroit septentrional était parementé, son piédroit méridional, au contraire, était habillé d’une brique scellée au mortier. Son tracé vers l’ouest, perpendiculaire au portique, n’est connu dans le jardin que sur 2,50 m.

Fig. 207 – Plan général des structures de stockage et d’évacuation hydrauliques (DAO : E. Dumas).

Fig. 207 – Plan général des structures de stockage et d’évacuation hydrauliques (DAO : E. Dumas).
Le canal 569

462Immédiatement au nord du dé 570 (fig158 et fig159), se trouvait l’émissaire du canal 569, déjà observé en 1993 : c’est « la structure St 51 et les murs qui l’encadrent M 18 et M 19 » (Rapport Jung, Allimand 1993 : 12) dont on sait donc qu’elle traversait le mur de fond du portique pour prendre l’eau dans le bâtiment oriental ou plus à l’est (fig72). Ce canal, large de 0,25 m (H. : 0,35 m environ), était aménagé, avec un profil en U, dans une partie très remaniée du stylobate 501. Ses parois étaient enduites de mortier de tuileau, appliqué au nord sur un bloc orthogonal de moyen appareil ; au sommet des parois, l’enduit se retournait à l’horizontale pour assurer le scellement d’une dalle en encorbellement supportant la dalle de couverture, pour l’insertion de laquelle le dé 570 avait été retaillé. Son fond, à 74,15 m d’altitude, était concave, avec deux bombements latéraux au raccord avec les parois. La terre conserve, de part et d’autre de ce canal, l’empreinte d’une rigole concave, large d’une cinquantaine de centimètres, qui courait contre le stylobate. Il peut s’agir du négatif, également observé à la verticale du dé 571, de gouttières de pierre courant au sol à la verticale des toitures pour en récupérer les eaux de pluie. Devant la bouche du canal 569, un bloc de calcaire (l. : 0,44 x 0,40 m) pourrait avoir été une dalle de ce type (fig208) creusée d’une rigole longitudinale, à la perpendiculaire de laquelle, dans une deuxième étape, une seconde rigole a été creusée pour former un coude. En tout cas, l’écoulement des eaux se poursuivait aussi à travers le jardin, à une altitude moyenne de 74,06 m, dans le prolongement de l’une des branches du T. Le passage lui était frayé par deux déchirures à travers les murs de la pièce 998 de l’état II, vers 74‑73,80 m (fig209). La trace ainsi repérée sur 8 m, ne peut plus en être suivie plus à l’ouest.

Fig. 208 – Évacuation de l’eau à l’issue du canal 569 (dessin : Fr. Chaléat ; DAO : M. Drot).

Fig. 208 – Évacuation de l’eau à l’issue du canal 569 (dessin : Fr. Chaléat ; DAO : M. Drot).

Fig. 209 – Canal 569 : au second plan, profil du canal dans le stylobate du portique oriental ; au premier plan, déchirure du mur oriental du solium 642 de l’état II pour frayer un écoulement aux eaux du canal (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 209 – Canal 569 : au second plan, profil du canal dans le stylobate du portique oriental ; au premier plan, déchirure du mur oriental du solium 642 de l’état II pour frayer un écoulement aux eaux du canal (cliché : J.‑Cl. Béal).

463Dans le jardin, le sommet des deux canaux 569 et 1183 devait émerger au-dessus du niveau de circulation (vers 74,40 m), mais leur partie basse y était enfouie. Succédant aux maçonneries, c’est sans doute une conduite en planches, couverte et non conservée, qui emmenaient les eaux plein ouest vers l’aval. Elles ne pouvaient, faute d’une pente suffisante, rejoindre les canaux qui cernaient la fontaine et il est vraisemblable que ces conduites emmenaient l’eau vers le grand bassin.

Le canal 540 et ses affluents

464Le canal 540 (fig158 et fig207) a aussi été observé à l’est en 1993 (fig72, St 171) où il traversait le mur de fond du portique oriental. À la différence des deux précédents, son tracé reprenait, d’abord approximativement, le tracé antérieur de l’égout connu dès l’état II.

465Au passage sous le stylobate du portique, le caniveau 540‑542 était habillé de mortier de tuileau et une dalle de pierre posée en encorbellement servait à supporter la dalle du stylobate. Le fond était, à la sortie du caniveau, à 73,97 m (H. sous la dalle en encorbellement : 0,40 m). Les piédroits, plusieurs fois remontés, étaient habillés d’un mortier de tuileau interrompu à 3,30 m à l’ouest du stylobate. Ensuite, le canal s’infléchissait vers le nord et rétrécissait, pour être rejoint par les caniveaux 669, venant du secteur de la salle à exèdre de l’aile orientale (voir ci-dessus, 4.5.3.2) et 671, venant du secteur de la vasque (voir ci-dessus, 4.5.6.2). Son altitude était alors seulement de 73,40 m, soit une pente de 0,57 m sur 3,30 m de longueur.

466À partir de là, le canal s’alignait sur l’axe de l’état II. Faits de moellons irréguliers et mal assisés assemblés à joints beurrés, ses piédroits étaient construits en tranchée étroite dans un remblai contenant du mobilier du Ier siècle ap. J.‑C. (US 548, 549, 559) et en entamant le niveau d’argile et de gravier qui constituent le terrain naturel.

467L’altitude du fond du canal, enduit de mortier de tuileau, passait de 73,40 m à l’est à 72,61 m à l’ouest, à l’aplomb du pavillon 682, soit une pente de 0,79 m sur 34,50 m (2,30 %). Les parois étaient partiellement enduites de mortier de tuileau, le mortier se retournant à son sommet dans l’épaisseur du mur tandis qu’à la base courait un quart-de-rond d’étanchéité. C’est ce qu’on constate par exemple à l’aplomb du pavillon 682 où le canal, large de 0,45 m, est enduit sur 0,75 m de hauteur à l’ouest et 0,68 m à l’est ; au-dessus, le mur est ici appareillé mais non enduit. En revanche, le segment étudié à 8,90 m du pavillon semble faire exception (fig80), avec un fond de galets et des parois non enduites : ce peut n’être que le résultat d’une dégradation ponctuelle.

468La hauteur conservée des piédroits, et par conséquent la profondeur du canal, s’accroissait d’est en ouest, passant de 0,88 m à la hauteur du caldarium de l’état II à 1 m à l’aplomb du pavillon 682 de l’état II. À l’aplomb du pavillon, une tuile posée en encorbellement sur le piédroit oriental de l’égout paraît avoir amorcé une couverture du canal en tuiles ou en planches : cette couverture n’était, en tout cas, pas étanche si bien que l’égout recevait aussi les eaux du jardin arrivant à lui par infiltration et remplissait une fonction de drain.

469À l’aplomb du pavillon 682, l’égout 540‑542 se divisait en deux branches (fig207).

470La première (segment 516) était dans l’axe est-ouest du segment 540 et passait sous l’emprise du pavillon de l’état II. Le canal, construit ici grâce au découpage du sol 118 de l’état II, était complètement couvert par un plafond de dalles de calcaire maçonnées les unes aux autres, dont la face supérieure atteignait 73,93 m ; ce plafond était scellé au mur 104. Les deux piédroits du canal, large ici de 0,44 m, étaient intérieurement couverts d’un enduit de lissage de mortier jaune en partie haute et, en partie basse, d’un enduit de tuileau, qui se retourne dans l’épaisseur du mur. Ces deux piédroits s’engageaient sous une voûte clavée horizontale ménagée dans une phase antérieure dans le mur 104 (voir ci-dessus, 4.1.2.2), réduisant de ce fait l’emprise de l’ouverture (fig210), tandis que leur partie haute butait contre le parement du mur 104 pour supporter une couverture de dalles. Le fond du canal n’a pas pu être atteint. À la sortie de la voûte clavée et à l’ouest du mur 104, le canal 516 se poursuivait sous la terrasse, par deux piédroits enduits de mortier de tuileau, conservés à 73,96 m d’altitude et désormais sans couverture maçonnée. Il y remplissait sa fonction drainante, ce qui invite bien à considérer l’espace sous lequel il s’engage comme un espace ouvert et non couvert.

Fig. 210 – Segment 516 du grand canal médian à sa jonction avec le mur 104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 210 – Segment 516 du grand canal médian à sa jonction avec le mur 104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

471Le très court sondage que nous avons pu ouvrir là n’a pas permis d’atteindre le fond ; mais il a montré que, à 0,44 m sous l’intrados de la voûte clavée, une dalle de pierre était prise dans les deux parements du mur 104 (altitude de sa face supérieure : 73,08 m). Elle supportait dans un état antérieur l’écoulement de l’eau. Désormais, l’espace entre l’intrados et la dalle était maçonné, l’eau s’évacuant sous la dalle qui avait désormais une fonction de linteau. Cependant, dans un état antérieur à l’état IIIb et à la création de l’espace de déambulation qui doublait la pergola de l’aile occidentale, la pression du courant avait fait exploser cette paroi dont il ne restait que quelques arrachements au-dessus du linteau (fig211). L’issue du canal au-delà de la terrasse n’a pas pu être observée.

Fig. 211 – Segment 516 du grand canal médian à l’ouest du mur 104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 211 – Segment 516 du grand canal médian à l’ouest du mur 104 (cliché : J.‑Cl. Béal).

472La seconde branche du canal (521) était séparée de la première par un éperon de maçonnerie, sans dispositif de vanne apparemment (fig212). Au terme d’un premier virage à 90°, le canal traversait le portique méridional de la résidence. En amont du mur stylobate de ce portique, large d’une quarantaine de centimètres, il était d’abord non couvert en dur ; ses piédroits, toujours enduits intérieurement, étaient hauts de 0,88 m (altitude maximale : 73,32 m). Puis le canal (l. : 0,38 m au fond, 0,42 m au sommet) était couvert d’une voûte en chapeau de gendarme qui venait buter contre le stylobate (fig213). À l’entrée sous la voûte, le fond de l’égout, maçonné et équipé de quarts-de-rond d’étanchéité, était à l’altitude de 72,47 m, le sommet de l’extrados de la voûte étant à 74,07 m.

Fig. 212 – Séparation du canal 516 et du canal 521 construit au détriment des murs 405 et 406 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 212 – Séparation du canal 516 et du canal 521 construit au détriment des murs 405 et 406 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 213 – Segment 214‑521 du grand canal à sa jonction avec le stylobate du portique méridional de la villa tardive : passage du canal ouvert au canal couvert d’une voûte en chapeau de gendarme (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 213 – Segment 214‑521 du grand canal à sa jonction avec le stylobate du portique méridional de la villa tardive : passage du canal ouvert au canal couvert d’une voûte en chapeau de gendarme (cliché : J.‑Cl. Béal).
  • 29 Le drain et sa voûte furent construits une fois les remblais rapportés pour atteindre le niveau de (...)

473La voûte courait sous le portique29, sans aucune pente, et venait à nouveau buter contre le mur de fond 345. À la verticale de l’égout, le mur 345 était supporté par un linteau de pierre dont le négatif subsiste à 73,35 m d’altitude, soit presqu’au sommet des piédroits et à une trentaine de centimètres sous l’intrados de la voûte, ce qui laisse à l’évacuation des eaux un chenal utile de 0,88 m (fig214) : cette réduction de la hauteur utile rappelle celle que nous avons observée dans l’égout 516.

Fig. 214 – Coupe du canal 214‑521 contre le mur de fond du portique (dessin : J. Perdomini ; DAO : M. Drot).

Fig. 214 – Coupe du canal 214‑521 contre le mur de fond du portique (dessin : J. Perdomini ; DAO : M. Drot).

474Au sud du mur de fond du portique, par un nouveau virage à 90°, le canal repartait en direction de l’ouest contre le bord de la cour de service (fig. 207) et il recevait les eaux de la branche méridionale 359. Il longeait le mur de fond qui, enduit de mortier de tuileau sur 0,75 m, faisait office de piédroit, à 0,37 m du piédroit méridional. Il n’était plus couvert en dur et s’enfonçait profondément, sur une hauteur qui, depuis le niveau d’arasement des vestiges, atteint 2,15 m à proximité du mur 193 qui ferme la cour de service à l’ouest. Son fond, toujours enduit de mortier de tuileau et équipé de quarts-de-rond, était alors à 72,02 m d’altitude : la pente de cette section de l’égout est donc de 6 % environ ce qui est important et permettait une évacuation rapide des eaux confluant des deux branches des égouts. Le linteau qui permet au mur 193 de franchir l’égout était ici posé à 72,82 m d’altitude, ce qui laissait un chenal utile haut de 0,80 m environ, et le sommet du piédroit méridional est conservé à 74,17 m d’altitude.

475En l’absence de couverture, l’égout, pour étroit qu’il ait été, devait donc être accessible ici, pour des opérations d’entretien et de curage qui pouvaient concerner aussi l’amont et l’aval de ce secteur, depuis la cour de service dont nous avons évalué l’altitude minimale vers 73,75 m en moyenne, peut-être en pente depuis le nord.

476À l’aval, l’égout s’engageait au-delà du mur 193 sous le pavillon d’angle 1021. Il y était à nouveau couvert d’une voûte en chapeau de gendarme qui venait à l’ouest buter contre le parement du mur 712 ; l’extrados de la voûte atteignait ici 73,32 m. L’issue de l’égout à travers le mur se fait par une arcade large de 0,40 m et haute de 0,75 m, dont l’intrados est à 72,61 m (fig215). Elle présente à sa base un monolithe long de 1,20 m (H. : 0,30 m environ), muni d’un ressaut formant saillie à sa partie supérieure et contre lequel on pouvait dresser éventuellement des planches, et un barreau de fer y était scellé, qui interdisait l’accès des animaux fouisseurs à l’intérieur de l’égout. Le sommet de ce monolithe étant à 71,84 m, on peut constater que la pente depuis la cour de service a été ramenée à 2,6 % dans cette section.

Fig. 215 – Issue du canal 521 dans le mur occidental du pavillon (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 215 – Issue du canal 521 dans le mur occidental du pavillon (cliché : J.‑Cl. Béal).

477Le parement occidental du mur montre la très claire trace d’une réfection, large de 1,70 m environ, de cette ouverture, après un très fort arrachement au cours de l’état IIIb. Il n’y a pas d’aménagement conservé à l’extérieur du bâtiment, où le niveau de graviers qui constitue la terrasse naturelle a été rencontré vers 71,80 m.

Le canal 631

478À 17 m au nord de la fontaine 404, le stylobate du portique occidental et son mur arrière ont été percés (fig207), à une date indéterminée, pour laisser le passage à un égout 631, large de 0,27 m au sommet, entre deux murs parallèles 630 et 101 construits dans les remblais et rapportés contre les murs porteurs de la pergola. L’ouverture a été sommairement régularisée à l’aide de fragments de tegulae plaqués contre la déchirure des murs. Il paraît s’agir d’un creusement sommaire pour faire face à un afflux ou une stagnation accidentelle d’eau.

Les caniveaux d’évacuation de toiture

479Au terme d’un parcours à travers les constructions antérieures, le canal 674 (fig216) rejoint le caniveau 540. Sa couverture de dalles réemployées et scellées au mortier a été conservée sur les deux derniers mètres de son parcours, à l’altitude de 74,12 m.

Fig. 216 – Canaux d’évacuation de l’eau 849 et 674 au pied du portique oriental (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 216 – Canaux d’évacuation de l’eau 849 et 674 au pied du portique oriental (cliché : J.‑Cl. Béal).

480Plus sommairement construit entre les canaux précédents, le caniveau 849 commence au pied du stylobate du portique oriental. Il est fait de tegulae pour le fond et de tubuli d’hypocauste ou de pierres pour les parois. Son trajet sinueux creuse la surface des murs 543 et 544 et rejoint également le caniveau 540 en passant sous une grande dalle.

Des rigoles de surface

  • 30 Les rigoles 635, 653 (altitude maximale : 74,38 m) et 655 sont antérieures à la mise en place des (...)

481Des rigoles30 faites de galets ou de pierres juxtaposés sans liant ni fond construit formaient de petits chenaux qui conduisaient l’eau vers le nord-ouest et sans doute en direction du grand bassin 417 (fig217). Au pied du dé 571, un creusement en flaque, peut-être naturellement obtenu par la chute des eaux de toiture, avoisinait l’une de ces rigoles (fig218), qui paraît un aménagement sommaire et tardif.

Fig. 217 – Plan des rigoles d’évacuation des eaux dans le jardin (DAO : M. Drot).

Fig. 217 – Plan des rigoles d’évacuation des eaux dans le jardin (DAO : M. Drot).

Fig. 218 – Rigole dans le jardin (dessin : E. Vidil ; DAO : M. Drot).

Fig. 218 – Rigole dans le jardin (dessin : E. Vidil ; DAO : M. Drot).

4.5.8.3. L’évacuation de l’eau à l’arrière de la grande salle basilicale

482Contre le mur méridional de la grande salle, courait, à l’extérieur, un canal d’évacuation des eaux 359 (fig207), d’orientation est-ouest sur la plus grande partie de son trajet.

483Son origine à l’est n’est pas connue. Il a été rencontré d’abord sous le sol de la petite loge 441. Passant ensuite sous la branche orientale du portique arrière et courant dans le jardin, le canal longeait le mur de la grande salle (fig219). Il était fait alors de deux murets maçonnés parallèles, espacés de 0,45 m et conservés ici sur 0,75 m de hauteur. Le fond du canal en pente vers l’ouest, était maçonné, à l’altitude de 73,39 m. Il n’était pas couvert, les blocs rapportés sur lui étant sans doute autobloquant et le drainage, par là même, rendu plus efficace. Pendant la construction de l’aile méridionale et avant la couverture de la grande salle, le canal recevait les eaux de pluie qui y tombaient par l’intermédiaire d’une ouverture clavée temporaire (852) du mur 328 soigneusement bouché une fois la salle couverte : le canal a reçu dès lors les eaux de toiture.

Fig. 219 – Coupe du drain 359 au sud de la salle basilicale (dessin : A. Douville ; DAO : M. Drot).

Fig. 219 – Coupe du drain 359 au sud de la salle basilicale (dessin : A. Douville ; DAO : M. Drot).

484Le canal passait ensuite sous la branche occidentale du portique secondaire et sous le sol de la loge 421, dont les murs le franchissaient en s’appuyant sur des linteaux de calcaire en réemploi (fig. 197). Couvert d’un amas de blocs, il ne comportait pas non plus de couverture construite. Le fond du canal, haut ici de 0,90 m environ, est à l’altitude moyenne de 73,24 m, soit une pente de 0,15 m sur 8 m environ (pente de 1,87 %).

485À l’ouest de la loge, son trajet s’orientait vers le nord, pour rejoindre le canal 521 dans la cour de service. L’altitude du fond est à 72,38 m au raccord entre les deux branches : la pente, faible donc derrière la grande salle, dépasse désormais 7 %. L’alternance de tronçons à pente faible ou plus forte permet de créer des appels d’eau en réduisant les effets d’érosion dans les secteurs sensibles, comme le passage sous le portique méridional ou le pied du mur méridional de la salle basilicale.

486Le nombre des dispositifs d’évacuation de l’eau montre que cette question était primordiale dans et aux abords de la résidence. Du reste, à l’issue du canal 521 de l’état IIIb comme à celle, antérieurement, du canal 516, subsistent les stigmates de destructions importantes des maçonneries, dont on évalue mal les conséquences sur les bâtiments.

4.5.9. Au sud et à l’ouest de la résidence

487Le niveau de la terrasse inférieure à l’ouest de la résidence s’établit vers 71,40 m d’altitude, soit environ 3,40 m au-dessous du niveau de circulation sous les portiques de la demeure. Les relevés que nous avons recueillis dans les archives de la CNR montrent qu’avant les travaux de la centrale H. Poincarré, la basse plaine s’étendait vers 70 m d’altitude contre le talus de la voie ferrée (construite ici en remblai vers 76 m d’altitude), en pente légère vers 68 m aux abords de la Riaille détournée et canalisée à 400 m à l’ouest. Repéré avec l’aide de J.‑F. Berger en 1996 au plus près de la voie ferrée, le niveau gallo-romain suit une pente comparable à partir de 69,62 m (voir ci-dessus 3.4.2.3, l’étude d’E. Morin).

488À l’extrémité méridionale du bâtiment du sud-ouest, les deux murs 193 et 307 retiennent les terres à l’est. Mais perpendiculairement au mur 193, un mur file vers l’ouest (fig30). Nous l’avons d’abord dégagé sur 3,50 m, puis repéré par sondages jusqu’à un retour d’angle qu’il paraît former à 40 m à l’ouest : contreforté, il y est arasé à 73,38 m d’altitude. D’abord construit en maçonnerie à l’image des autres murs de la résidence tardive, il est ensuite très pauvre en mortier ; seul un dégagement complet permettrait de vérifier s’il n’a pas été repris dans des aménagements modernes. Selon un document retrouvé dans les archives de la fouille de P. Sarrazin, ce mur serait doublé par un second, parallèle, à une dizaine de mètres au sud.

489En tout cas, la présence de ce mur a permis de créer au sud un terre-plein dominant les basses terres, et de réserver en contrebas un espace que le mur 103‑104 et le mur 193‑207 ferment à l’est. Il est vraisemblable que le mur antique d’orientation est-ouest repéré à la base du mur médian de la maison Ginot (fig130) constitue la clôture septentrionale de cet espace, à 112 m de là.

490Nous ne savons rien de l’espace ainsi délimité, que devaient parcourir les canaux provenant de la résidence. Ils rejoignaient sans doute la Riaille dont le tracé antique à l’ouest de la résidence nous échappe. Observé dans les sondages de 1996 (fig220), le chenal de la rivière le plus proche de la villa passait à l’emplacement de la maison Ginot, sectionnant sans doute une partie des constructions antiques, et s’éloignant rapidement vers l’ouest - sud-ouest : il est déjà, à la latitude de la fontaine de l’aile occidentale, à 100 m de la résidence où l’un de nos sondages a mis au jour un empierrement de blocs 012 (diam. : 0,20 à 0,30 m ; ép. : jusqu’à 0,50 m au milieu de la structure) mêlés de fragments de tegulae, socle sans doute d’un aménagement antique indéterminé.

Fig. 220 – Variations du cours de la Riaille à l’ouest de la résidence du Palais (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : W. Widlak).

Fig. 220 – Variations du cours de la Riaille à l’ouest de la résidence du Palais (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : W. Widlak).

4.5.10. Datation de l’état IIIb

491Dans l’aire de service du bâtiment septentrional, la création du couloir 860 amène des modifications assez nombreuses, et notamment, la construction d’un sol de mortier de tuileau entre le mur 906 à l’ouest et le praefurnium 940 à l’est. Ce sol est posé, nous l’avons vu, sur des niveaux de la seconde moitié du IIIe siècle et facilite l’alimentation des praefurnia.

492Mais les modifications les plus importantes sont plus récentes et ont été observées dans le bâtiment septentrional et dans l’aile méridionale.

493Dans le bâtiment septentrional et dans la salle 872, parmi les remblais rapportés sur le sol d’opus sectile de l’état IIIa pour supporter le sol mosaïqué de l’état IIIb, l’US 948 a livré des fragments de céramique à revêtement argileux (type Lamb. 2/Desbat 8), de DSP, de céramique tournée rouge, d’amphore africaine et d’amphore hispanique (Dressel 23) : l’ensemble est datable du Ve siècle (Chr. Bonnet). Le sol mosaïqué est immédiatement recouvert par la terre végétale.

494Dans la salle voisine, les données stratigraphiques fournissent un TPQ ancien : la mosaïque des Amours et le dispositif de chauffage par canaux qui la supporte sont posés sur le sol de l’état IIb ; la marque dont est dotée l’une des tuiles de la couverture des canaux n’est pas antérieure à 150 (voir 4.7.3.2). Mais l’étude stylistique de la mosaïque et particulièrement de sa bordure, invite à dater ce pavement vers la fin de l’Antiquité (voir 4.8.2.3, « Salle des Amours de l’aile septentrionale… »).

495Dans les deux petits espaces 858 et 834, les amphores employées dans la construction du vide sanitaire qui supportait le sol de tuileau 864 et la suspensura datent des années 400‑450 (ensemble VI de l’étude céramologique : voir 7.3.2.6).

496Dans la salle 874 comme dans le portique septentrional, les données recueillies sous les mosaïques ne dépassent pas, nous l’avons vu, le IIIe siècle. Mais nous savons aussi que, dans le portique, la mosaïque 936 se substitue à un sol antérieur. L’analyse des deux mosaïques du portique (mosaïque 936) et de la salle 874 (mosaïque 875) porte, là encore, à une datation tardive, après 350 peut-être (voir 4.8.2.3, « Portique septentrional… » et « Pièce 874 de l’aile septentrionale… »).

497Il y a donc bien des réfections tardives dans l’aile septentrionale, auxquelles il faut rattacher les réfections stratigraphiquement non datées des salles 833 et 874, qui portaient leur niveau de circulation vers 75 m d’altitude.

498Pour les différentes composantes synchrones de l’aile méridionale (salle basilicale, portique arrière et bâtiment du sud-ouest), les données sont homogènes.

499Ouvert sous la mosaïque 360 qui orne le portique méridional et contre le mur septentrional de la salle basilicale, un sondage a montré une succession de couches (US 935, 937, 938, 939) qui constituent l’ensemble II de l’étude céramologique (voir 7.3.2.2), daté de la seconde moitié du IVe siècle et peut-être au début du Ve siècle.

500Sous le niveau théorique de circulation dans la salle basilicale, un mobilier peu abondant a été recueilli dans la tranchée (fig166) ouverte à 4,50 m de l’exèdre orientale et particulièrement dans les niveaux b-c-d. Pour Chr. Bonnet, « sont associés dans cette US la coupe Lamb. 1/3 en céramique luisante des Alpes du Nord, des fragments de CRA rhodanienne, une lampe africaine et des fragments d’amphore africaine. Ceci nous permet d’envisager une datation de la deuxième moitié du IVe siècle ou des premières décennies du Ve siècle ». Les mêmes remblais ont livré une monnaie de Constantin frappée en 328‑329 (monnaie C18 du corpus, voir 7.1.5). De même, dans le sondage ouvert en 2017 dans l’axe médian de la salle, les niveaux de remblai sous le niveau théorique du sol de la pièce ont livré « cinq tessons de céramique à revêtement argileux datables des IVe et Ve siècles » (analyse de Chr. Bonnet).

501Plusieurs unités stratigraphiques bien scellées ont été fouillées dans le bâtiment du sud-ouest. Dans la loge 421 (fig198), le hérisson qui supportait le sol de la pièce (US 308) a livré des fragments de DSP et de céramique grise kaolinitique dont ceux d’un mortier à collerette à dater du Ve siècle. Sous cette couche, Chr. Bonnet retient l’US 322 où « le regroupement d’un tesson de DSP avec une amphore hispanique tardive Dr. 23 autorise aussi une datation du Ve siècle » et l’US 332 où « un bord de pot à col et bord en bourrelet pendant de la catégorie des céramiques tournées rouges évoque des modèles des régions septentrionales datés à partir du milieu du IVe siècle, par exemple à L’Albenc en Isère (Ayala 1994‑1995, fig. 3, n° 11) ». Dans une tranchée ouverte à l’est et contre le mur oriental 304 du même bâtiment, le TPQ du IVe siècle vaut pour le mobilier de l’US 312, déposée à la base de la stratigraphie ; il vaut aussi pour le remblai (US 203 et 224) rapporté contre le drain 186 et les retombées 181 et 189 de la voûte (analyse de Chr. Bonnet).

502C’est donc vers 350‑400 ou encore un peu au-delà qu’il faut situer le nouveau développement de la villa. Si, dans la partie septentrionale, celui-ci s’inscrit dans l’évolution constante du bâti, la construction de l’aile méridionale constitue un événement majeur de datation tardive.

503Enfin, même s’il n’est pas facile de mesurer précisément le temps pendant lequel les propriétaires de la résidence du Palais ont pu jouir de leurs nouveaux bâtiments, quelques unités stratigraphiques ont constitué des pièges fiables pour du mobilier datant l’abandon de la résidence.

504C’est le cas, dans le bâtiment septentrional, des US 856 et 863 piégées dans le comblement du praefurnium 855 et de l’US 945 piégée dans celui du praefurnium 940 qui constituent l’ensemble VII de l’étude céramologique (voir 7.3.2.7) : leur mobilier est daté du Ve siècle, plutôt de sa seconde moitié.

505Au sud, selon Chr. Bonnet, le comblement 422 du praefurnium 440 de la salle basilicale « livre des fragments d’amphores africaines tardives (spatheion), de la lampe africaine et de la céramique CRA. Cette association permet de proposer une datation de la fin du IVe siècle et du Ve siècle » ; on y a aussi recueilli une monnaie d’Arcadius (US 423 ; C111 émise entre 392 et 394 ; voir 7.1.5) et des fragments de vases de verre de la seconde moitié du Ve siècle (voir 7.4.10). Sous le bâtiment du sud-ouest, le comblement (US 197 et 198) du canal 186 est également daté du Ve siècle par C. Batigne Vallet.

506Là où, le long du portique oriental de la résidence, une bande de terre du jardin avait échappé à l’érosion (US 558, 561, 574 notamment), on a retrouvé « pour la céramique fine de la DSP, de la Luisante des Alpes du Nord et de la CRA rhodanienne. La céramique commune est constituée pour l’essentiel de céramique grise kaolinitique et quelques types du Ve siècle ont été repérés. L’ensemble est datable du Ve siècle » (Chr. Bonnet).

507Il faut donc situer l’abandon de la résidence dans le Ve siècle, vers 450 ou un peu après, encore que de rares fragments témoignent d’une présence plus tardive : quelques fragments de verre du début du VIe siècle ou « un bord de gobelet cylindrique strié en céramique commune grise daté entre le VIe siècle et le VIIIe siècle » (Chr. Bonnet) dans une US 140 perturbée. C’est dans ces quelques décennies qu’à un moment le praefurnium oriental de la salle basilicale a été clos et une fine pellicule de mortier répandue pour constituer au-dessus de lui un fragile sol de propreté, dont on rencontre également un lambeau dans le jardin, près de l’emplacement de la vasque et de la dalle 652 qui la supportait.

508Mais on est incapable, en tout cas, de combler la lacune qui conduit à la réoccupation médiévale des murs de la résidence (voir 9.3 et 9.4).

4.6. La résidence du Palais : lecture architecturale et restitutions (J.‑M. Mignon)

509Les vestiges bâtis de la résidence du Palais, remarquables par leur ampleur et, localement, par leur qualité, apparaissent néanmoins très inégalement conservés. Le relief du site, dont le versant ouest s’est érodé du fait du ravinement, est en effet à l’origine d’un fort dérasement des constructions les plus occidentales. Par ailleurs, d’importantes transformations antiques des bâtiments ont, quant à elles, occasionné la destruction de secteurs entiers, notamment au niveau du grand bassin à absides nord. Enfin, bien ultérieurement, le site a été dérasé consécutivement à la mise en culture des terrains.

510À ces destructions parfois conséquentes, d’origines naturelles ou historiques, s’ajoute par endroits la grande complexité des structures bâties elles-mêmes, résultant des importantes et nombreuses transformations antiques des bâtiments évoquées ci-dessus. Dans certains secteurs, les vestiges se présentent ainsi sous la forme de maçonneries enchevêtrées, correspondant à des phases de construction distinctes néanmoins peu différenciées par les techniques et matériaux mis en œuvre, ce qui ne facilite pas leur attribution à tel ou tel état de la résidence.

511L’approche architecturale de l’évolution de la résidence s’est appuyée sur la lecture archéologique des vestiges, formalisée par une série de plans par état. Elle s’est aussi nourrie des échanges avec les auteurs de la fouille, permettant de confronter exigences architecturales – stabilité des constructions, distribution des espaces, prise en compte de la déclivité, gestion des eaux – et données archéologiques recueillies. Ces dernières sont néanmoins apparues parfois insuffisantes, du fait de la difficulté, voire de l’impossibilité, d’établir des liens stratigraphiques entre telle ou telle structure ou autre partie du site.

512Au-delà des questions techniques, pour l’essentiel liées à des exigences structurelles et distributives, la lecture architecturale des vestiges s’est attachée à la composition du plan, à ses possibles symétries, ainsi qu’aux proportions et dimensions des espaces. Ont enfin été pris en compte les facteurs d’ambiance des constructions restituées, faisant intervenir leur exposition solaire – éclairement naturel, ensoleillement – ou bien leur situation – vues sur l’intérieur comme sur l’extérieur des bâtiments. Des propositions relatives aux fonctions des espaces concernés ont ainsi pu être établies autorisant, lorsque c’était possible, la restitution des données programmatiques de la construction.

513La lecture architecturale de l’évolution de la résidence s’organise ainsi suivant trois états principaux pour deux desquels (état IIa et IIIb) il a été possible de proposer un plan restitué, un plan de toiture et des coupes perpendiculaires. De manière à ne pas entretenir de confusion avec les plans par état proposés par les auteurs de la fouille, cette documentation graphique complémentaire, destinée à proposer une vision restituée de l’architecture de la résidence, adopte un mode de représentation nettement distinct, plus suggestif que descriptif.

4.6.1. Le site d’implantation

514Le site d’implantation de la résidence se présente sous la forme du rebord occidental plus ou moins rectiligne d’une terrasse géologique d’orientation nord-sud, dessinant elle-même la marge d’un versant étagé dominant le lit du Rhône qui s’écoule quelque 2 km à l’ouest.

515Un petit cours d’eau au régime intermittent s’écoulant vers l’ouest et le Rhône, la Riaille, entaille la terrasse géologique à moins de 100 m au nord du site antique dont il semble ainsi marquer la limite septentrionale.

516Au sud et à moins de 2 km de distance, la Montagne, un relief peu élevé d’orientation est-ouest dont une échancrure accueille le village médiéval de Châteauneuf-du-Rhône, vient refermer le paysage et, plus largement, la vallée du Rhône, bloquant la vue mais n’ayant pas d’impact réel sur l’ensoleillement.

517À l’ouest, au-delà des terrains situés en contrebas de la résidence, puis du Rhône, la vue s’étend vers le relief ardéchois échancré par la vallée de l’Escoutay qui remonte vers Alba-la-Romaine et borné au sud par le promontoire rocheux sur lequel se dresse le village médiéval de Viviers, sans doute à l’emplacement d’une villa gallo-romaine comme l’a montré la relecture du site antique (Béal 2002 et, ci-dessus, 1.2.5.2).

518La résidence, bénéficiant d’une bonne exposition solaire au sud et jouissant d’une large vue vers l’ouest, paraît ainsi occuper le nord d’un vaste domaine sur lequel se développent à l’est la pars rustica et à l’ouest, au sud et, vers l’est au-delà des bâtiments d’exploitation, les terres agricoles. Le domaine apparaît ainsi délimité au nord par la Riaille, à l’ouest par le fleuve, au sud par la Montagne, enfin à l’est par les terrasses supérieures du versant.

519La résidence du Palais est accessible depuis le sud-est, à partir d’un chemin ouvrant directement sur la voie reliant Lyon à Arles (réseau d’Agrippa), tandis que l’accès à la résidence, dans le prolongement de ce chemin, pourrait longer le côté oriental des bâtiments jusqu’à l’entrée proprement dite, située sur ce même côté. Par ses dimensions, son emplacement et sa situation en contrehaut des terrains bordant le fleuve, la résidence est visible depuis le Rhône ; son site d’implantation répond ainsi au double objectif de donner à voir le grand paysage au-delà du fleuve et, pour ses habitants, d’être vus depuis ce même paysage et le fleuve.

4.6.2. État I - Ier siècle ap. J.‑C.

  • 31 Les dessins originaux des fig221 à fig. 238 ont été réalisés au 1/200e.

520Les vestiges assurément attribués à l’état I de la résidence31, peu nombreux et mal conservés, ne permettent pas une réelle restitution du plan des bâtiments (fig221). Toutefois, les auteurs de la fouille ont proposé qu’appartiennent à cet état I de la résidence les murs de soutènement sud et ouest, délimitant la plateforme pour partie artificielle sur laquelle se dressaient les bâtiments et supportant sans doute, avec les murs qui les longent intérieurement à quelque 7 m et 9 m de distance, deux longs et majestueux portiques ainsi ouverts au sud sur un jardin et à l’ouest sur le grand paysage.

Fig. 221 – Le Palais, état I, plan des vestiges. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les ouvrages souterrains, tels que les égouts, sont représentés au trait pointillé ; les sols bâtis sont indiqués par une trame pointillée ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 221 – Le Palais, état I, plan des vestiges. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les ouvrages souterrains, tels que les égouts, sont représentés au trait pointillé ; les sols bâtis sont indiqués par une trame pointillée ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

521À l’est et au centre de l’emprise supposée de la résidence, plusieurs fondations de murs délimitant une pièce rectangulaire – d’une surface de 15 m² environ – sur laquelle se greffent au moins huit autres pièces très partiellement perçues – dont une à l’est au sol de béton – ont également été attribuées à cet état originel des constructions. D’autres petits tronçons de fondations de murs, perçus à l’ouest et au nord de ce premier ensemble n’autorisent aucune interprétation. Aucune fonction ne peut être proposée pour ces structures très dérasées, par ailleurs interrompues de toute part du fait des constructions réalisées postérieurement dans ces mêmes secteurs.

522Dès ce premier état, la résidence paraît ainsi se développer sur une emprise globalement carrée, de 60 m de côté environ, dont les limites sud et ouest sont marquées par deux puissants soutènements couronnés par des portiques, et dont l’axe médian est-ouest paraît d’ores et déjà inscrit dans la disposition des quelques maçonneries conservées sans que l’organisation générale des bâtiments puisse toutefois être réellement restituée. Les bâtiments s’organisent ainsi sur une plateforme horizontale, pour une large part orientale constituée par la terrasse géologique et, pour une moindre part occidentale, établie sur les remblais maintenus par le puissant soutènement occidental. Cette constitution pour partie artificielle est à l’origine d’une destruction plus prononcée des vestiges les plus occidentaux, détruits par le ravinement consécutif à l’amenuisement sans doute progressif du soutènement. Enfin, un égout construit dans l’axe du portique méridional évacue vers l’ouest les eaux collectées à l’est de la résidence, qui fait en quelque sorte obstacle à leur écoulement naturel suivant la pente du terrain.

4.6.3. État IIa - fin du Ier siècle-début (?) du IIe siècle

523Les vestiges bâtis attribués à l’état IIa de la résidence, plus nombreux, mieux conservés et de fait mieux connus que ceux de l’état I, autorisent cette fois-ci une réelle restitution architecturale des constructions à différentes échelles, depuis la situation des bâtiments dans leur environnement, jusqu’à une proposition de restitution fonctionnelle des différents sous-espaces (fig222).

Fig. 222 – Le Palais, état IIa, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 222 – Le Palais, état IIa, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

524Les constructions se développent sur l’emprise carrée de 60 m de côté environ héritée de l’état I, entre le chemin d’accès restitué à l’est et le rebord pour partie artificiel de la terrasse géologique à l’ouest. Cette emprise, non fouillée en totalité, paraît intégrer des constructions se développant au nord des vestiges étudiés jusqu’à une anomalie du terrain actuel marquant sans doute la limite nord de la résidence. Un vaste jardin, partie intégrante du programme résidentiel, quant à lui partiellement fouillé, se développe au sud de la résidence, sur une largeur sans doute équivalente à celle des bâtiments mais sur une longueur non connue et difficile à estimer.

4.6.3.1. Plan de masse

525Les bâtiments, édifiés sur cette plateforme de 3 600 m² environ, dessinent quatre ailes de largeurs non égales implantées autour d’une cour centrale de plan carré. Si l’aile orientale, comme l’aile occidentale, n’ont été qu’en partie perçues, l’une parce qu’elle se situe sous la RD 73, l’autre parce qu’elle a été très largement détruite lors de la construction du grand bassin à absides nord durant l’état IIc puis du fait de la forte érosion du versant ouest de la plateforme, les ailes sud et nord ont été mieux perçues, donnant lieu, pour l’une comme pour l’autre, au repérage de pièces d’habitation ou de service (fig223).

Fig. 223 – Le Palais, état IIa, plan de masse. Conventions graphiques : les volumes bâtis effectivement repérés sont délimités au trait plein ; les volumes bâtis restitués sont représentés au trait tireté ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 223 – Le Palais, état IIa, plan de masse. Conventions graphiques : les volumes bâtis effectivement repérés sont délimités au trait plein ; les volumes bâtis restitués sont représentés au trait tireté ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

526Le plan de la résidence qui s’organise de part et d’autre d’un axe de symétrie d’orientation est-ouest hérité de l’état I passant par le centre de la cour intérieure, semble par ailleurs obéir à un tracé régulateur rigoureux, basé sur la répétition de modules de longueurs et/ou de surfaces, en pieds romains de 0,295 m, présidant au dimensionnement des structures et des bâtiments. Une trame régulière, dont la maille est un carré de 10 pieds de côté (soit environ 3 m), pourrait ainsi avoir organisé la grande majorité des constructions.

527Il apparaît de fait que le plan de la résidence s’inscrit dans un carré de près de 200 pieds de côté (soit environ 60 m), auxquels s’ajoutent à l’ouest quelque 15 pieds (soit environ 4,50 m) correspondant à la largeur du portique occidental. La cour mesure, quant à elle, 80 pieds de côté (soit environ 24 m), ou 60 pieds (soit environ 18 m) pour l’espace central découvert et 10 pieds (soit environ 3 m) pour les portiques périphériques (fig224).

Fig. 224 – Le Palais, état IIa, tracé régulateur. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les axes et tracés de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 224 – Le Palais, état IIa, tracé régulateur. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les axes et tracés de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

528Dans ce cadre, les différentes largeurs des ailes sont ainsi mesurables ou restituables :

  • aile orientale : 40 pieds (soit environ 12 m) ;
  • aile méridionale : 60 pieds (soit environ 18 m), ou 40 pieds (soit environ 12 m) pour le bâtiment proprement dit et 20 pieds (soit environ 6 m) pour le portique méridional ;
  • aile occidentale : 80 pieds (soit environ 24 m) ;
  • aile septentrionale : 40 pieds de largeur (soit environ 12 m), restituée sans certitude du fait d’une reconnaissance trop partielle de sa limite nord, toutefois perceptible dans le relief actuel fossilisant, en quelque sorte, la limite nord des bâtiments.

529Au-delà du strict respect d’un tracé régulateur, cette organisation du plan des bâtiments doit être avant tout comprise comme la réponse rationnelle à une série d’exigences techniques dont, par exemple, la contrainte liée à la mise en œuvre des couvertures. Le calibrage des dimensions des ailes bâties simplifie en effet la géométrie des intersections des pans de toiture, au niveau des noues et des arêtiers (fig225).

Fig. 225 – Le Palais, état IIa, plan des toitures. Conventions graphiques : les toitures sont représentées au trait plein ou tireté ; les pentes des toitures sont indiquées par une flèche (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 225 – Le Palais, état IIa, plan des toitures. Conventions graphiques : les toitures sont représentées au trait plein ou tireté ; les pentes des toitures sont indiquées par une flèche (dessin : J.‑M. Mignon).

4.6.3.2. Plan intérieur, fonctionnalité et distribution

530La dégradation importante des vestiges ne favorise pas l’interprétation fonctionnelle des espaces et ne permet, au bout du compte, de qualifier avec certitude qu’un très petit nombre de pièces. Il n’en demeure pas moins qu’une proposition peut être formulée quant aux affectations des quatre grandes ailes de la résidence, en fonction de leur situation, de leur taille ou de leur exposition (fig226 et fig227).

Fig. 226 – Le Palais état IIa, plan restitué. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les ouvrages souterrains, tels que les égouts, sont représentés au trait pointillé ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 226 – Le Palais état IIa, plan restitué. Conventions graphiques : les structures effectivement repérées sont représentées au trait plein, double ou simple, avec remplissage hachuré ; les structures restituées sont représentées au trait tireté, double ou simple ; les ouvrages souterrains, tels que les égouts, sont représentés au trait pointillé ; les axes de composition du plan sont représentés au trait mixte (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 227 – Le Palais, état IIa, coupes restituées ouest-est et sud-nord. Conventions graphiques : les structures sont représentées au trait plein, fin lorsque les structures sont vues, épais lorsque les structures sont coupées ; les altitudes NGF sont indiquées de part et d’autre des coupes (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 227 – Le Palais, état IIa, coupes restituées ouest-est et sud-nord. Conventions graphiques : les structures sont représentées au trait plein, fin lorsque les structures sont vues, épais lorsque les structures sont coupées ; les altitudes NGF sont indiquées de part et d’autre des coupes (dessin : J.‑M. Mignon).

531L’aile orientale, mal connue, pourrait accueillir l’entrée dans la résidence, a priori en son centre du fait de sa position par rapport à la desserte du site et de l’axe de symétrie mis en évidence dans l’organisation des masses bâties. Les rares vestiges repérés n’autorisent aucune description davantage détaillée des espaces qu’elle regroupe, au sein desquels il est tout au plus envisageable de proposer la restitution d’une entrée axiale. La façade orientale, possiblement dotée d’un élément remarquable signalant en son centre l’emplacement de l’entrée principale (porche, emmarchement ou portique), pourrait être globalement opaque, garantissant de fait la clôture de l’habitation par rapport à la voie d’accès dans le prolongement de l’hypothétique clôture orientale du jardin sud.

532L’aile occidentale, mal connue également, pourrait être occupée, là encore a priori du fait de sa situation et de son ampleur, par un ensemble de pièces destinées à la réception et/ou à l’habitation. Les quelques tronçons de murs de direction est-ouest perçus pourraient suggérer l’existence d’une partition longitudinale mais décentrée du bâtiment, séparant un premier ensemble de pièces et passages de petite ou moyenne dimension ouvrant à l’est sur la cour et sa galerie occidentale, d’un second ensemble de pièces et passages, de plus grande ampleur, ouvrant quant à eux à l’ouest, sur le grand portique occidental et le paysage. Les façades orientale et occidentale de l’aile pourraient être percées de plusieurs portes et baies destinées à permettre le passage et à laisser entrer la lumière tout en donnant à voir notamment le paysage se développant à l’ouest au-delà de la rive droite du fleuve. Une transparence entre les pièces orientales et occidentales de l’aile pourrait exister, mettant en relation visuelle l’espace fermé de la cour et le paysage extérieur, notamment au niveau d’une salle, ou d’une succession de deux salles disposées en position centrale, comme le laissent supposer les quelques tronçons de murs repérés – deux vastes salles d’apparat disposées en enfilade, de 24 pieds de largeur (soit environ 7 m) par 40 pieds de longueur (soit environ 12 m), mesurant ainsi chacune plus de 80 m² de surface, pourraient ainsi être restituées au centre de cette aile. À l’échelle régionale, des dispositions architecturales approchantes s’observent à Vaison-la-Romaine, au sein de la résidence de la Maison au buste en argent (Carru 1996 : 342‑345), à Orange, dans l’organisation des pièces d’apparat de la domus de La Brunette (Mignon et al. 1997), ou bien encore à Nîmes, où la domus du quartier Clérisseau présente, au centre de la composition du plan, deux grandes salles d’apparat disposées en enfilade ouvrant sur le jardin (Boislève et al. 2012).

533L’aile septentrionale, dont quelques pièces ont été reconnues au nord de la cour, paraît principalement affectée au service comme l’indique la présence de latrines. Globalement, les vestiges observés dans ce secteur se caractérisent par leur caractère fruste, qu’il s’agisse des structures bâties elles-mêmes ou des revêtements de sols et de murs. Les bâtiments pourraient se développer davantage vers le nord, au-delà d’une hypothétique cour, et accueillir les cuisines et autres locaux nécessaires au bon fonctionnement de la résidence.

534L’aile méridionale enfin, dont quelques pièces ont été identifiées au sud de la cour, abritait un ensemble de salles chauffées sans doute thermales, ainsi implantées dans le prolongement des appartements restituables dans l’aile occidentale. Le grand portique méridional, vraisemblablement doté à cette époque de deux pavillons marquant ses extrémités est et ouest, doit ainsi être compris comme un espace d’agrément, bénéficiant d’une bonne exposition solaire et ouvrant au sud sur le jardin.

4.6.3.3. Gestion des eaux (adduction/évacuation)

535Dans cet état IIa, les aménagements liés à l’eau paraissent se limiter à l’évacuation des eaux de pluies collectées au niveau de la cour centrale. Deux égouts construits sous les sols des galeries nord et sud de la cour, se dirigeant l’un vers le nord et les latrines, l’autre vers le sud et les thermes, paraissent correspondre à l’évacuation des eaux collectées par un caniveau – non conservé – sans doute implanté en périphérie de la cour centrale à l’aplomb de l’égout des toitures. Le dispositif, récurrent dans l’architecture antique et tout particulièrement dans ce contexte résidentiel, était destiné à rassembler et évacuer les eaux pluviales dont l’accumulation dans l’espace ouvert de la cour centrale aurait pu menacer les pièces d’habitations disposées sur sa périphérie. Collectées et canalisées, ces eaux pluviales étaient utilisées pour vidanger occasionnellement les latrines au nord. Alors que le prolongement de la canalisation nord n’a pas été reconnu, du fait des limites de la fouille, il a pu être mis en évidence que la canalisation sud rejoignait le collecteur de grande section, construit sous le sol de la grande galerie sud de la résidence dès l’état I, suivant la pente naturelle du terrain et évacuant vers l’ouest des eaux collectées en amont, au niveau de la façade orientale de la résidence et peut-être au-delà. Cet aménagement, par son gabarit et sa monumentalité, ainsi que par les travaux de confortation dont il fait l’objet durant l’état IIa, témoigne de la prise en compte lors de la construction de la résidence, puis tout au long de son occupation, de l’écoulement des eaux de ruissellement d’est en ouest suivant le relief originel.

536Si aucune adduction d’eau n’a été mise en évidence pour cet état IIa de la résidence, il paraît toutefois envisageable de restituer dans la cour intérieure l’existence d’un bassin, suivant, là encore, des dispositions couramment observées en contexte domestique. L’existence d’une adduction et d’une fontaine dans les angles nord-est et sud-est de la cour durant l’état IIb (voir ci-dessous), pourrait étayer cette hypothèse. Dans ce cas, les égouts nord et sud, concourant respectivement à la vidange des latrines et du praefurnium, auraient bénéficié d’une alimentation plus régulière, garante d’une meilleure efficience des dispositifs.

4.6.4. État IIb - IIe siècle

537L’état IIb paraît correspondre à une rénovation des constructions de l’état IIa, se traduisant localement par leur embellissement et entraînant une nette modification morphologique et volumétrique de la résidence, qui semble néanmoins demeurer circonscrite à l’emprise héritée de l’état I. Trop peu renseigné, cet état IIb n’a toutefois pas pu faire l’objet d’une réelle restitution architecturale (fig228).

Fig. 228 – Le Palais, état IIb, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 228 – Le Palais, état IIb, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

538Les transformations et embellissements de l’état IIb pourraient ainsi se traduire par le doublement de la surface de la cour centrale, aux dépens de l’aile occidentale détruite en grande partie, par la création de pièces de réception ou de résidence dans l’aile nord, en remplacement des pièces disparues de l’aile occidentale, mais également par le réaménagement des thermes et, sans doute, par la création de grands bassins, dans la cour centrale et dans le jardin. Sans que les données de la fouille aient permis d’en prendre la mesure, il est probable que cette transformation et cet embellissement de la résidence trouvent pour partie leur origine dans la nécessaire rénovation de constructions déjà anciennes et possiblement, ou localement, vétustes (notamment pour les pièces thermales où chaleur et humidité conjuguées entraînent un vieillissement prématuré des maçonneries). Le basculement des pièces de réception et de résidence, du centre de l’aile occidentale démolie vers l’aile septentrionale réaménagée, pourrait, quant à lui, s’expliquer par la recherche d’une meilleure exposition solaire ; le confort d’hiver prenant en quelque sorte le pas sur la vue sur le paysage. De fait, cet état IIb entraîne une transformation importante de la résidence dont les bâtiments s’organisent désormais en trois ailes enserrant une vaste cour rectangulaire ouverte à l’ouest sur le paysage (fig229).

Fig. 229 – Le Palais état IIb, plan de masse. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 223 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 229 – Le Palais état IIb, plan de masse. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 223 (dessin : J.‑M. Mignon).

539Les galeries nord et sud de la cour centrale, élargies de 2,70 m à 3,70 m, sont prolongées tout au long de la nouvelle cour consécutivement à la démolition de la partie centrale de l’aile ouest et surélevées d’une hauteur de deux marches, soit environ 0,40 m, au-dessus du sol de la galerie orientale demeuré inchangé. À l’ouest, la galerie est dès lors délimitée par deux colonnades, à l’ouest et à l’est, garantissant depuis la grande cour rectangulaire une large ouverture visuelle sur le paysage. À cette monumentalisation de l’architecture de la cour, qui se traduisait sans doute par la construction de nouvelles colonnades mettant plus particulièrement en valeur ses galeries nord, ouest et sud, s’ajoute la création d’un bassin, très partiellement observé, joignant, semble-t-il, les galeries nord et sud.

540Si les vestiges mal conservés à l’ouest ne permettent qu’avec difficulté d’apprécier l’organisation de la grande cour rectangulaire nouvellement créée, les vestiges étudiés au nord de la cour donnent à observer l’installation, en lieu et place des espaces de service de l’état IIa, d’au moins deux pièces de réception, largement ouvertes au sud et dotées de sols de béton de plain-pied avec celui, surélevé, de la galerie nord. Cette modification d’affectation, conséquence d’un déplacement des espaces de réception et de résidence, a dû entraîner un décalage vers le nord des espaces de service, peu appréciable néanmoins en l’état des connaissances limitées des vestiges dans ce secteur.

541Le réaménagement des thermes, sans affecter la volumétrie générale de l’aile sud, traduit à son tour une double démarche visant d’une part à remédier à la vétusté des bâtiments, d’autre part à apporter plus de confort au sein de la résidence, sans doute par la création d’un bassin d’eau chaude.

542Enfin, un grand bassin dont les vestiges n’ont été qu’en partie perçus, paraît être également construit durant cet état IIb au centre du jardin sud, dans l’axe de la grande galerie sud, dont les extrémités demeurent peut-être monumentalisées par la présence de deux pavillons. D’une largeur de près de 7 m pour une longueur excédant 12 m à 13 m, le bassin présente au moins une large exèdre, à son extrémité sud.

4.6.5. État IIc - IIe siècle

543Non envisagé initialement par les auteurs de la fouille, cet état IIc pourrait correspondre à la seule construction d’un vaste bassin, large de 9 m à 10 m et long de 25 m, doté d’absides à chacune de ses extrémités est et ouest, au centre de la grande cour rectangulaire, en lieu et place du bassin créé à l’état IIb, comme le laisse voir sa parfaite insertion dans ce grand espace créé durant l’état IIb (fig230).

Fig. 230 – Le Palais, état IIc, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 230 – Le Palais, état IIc, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

4.6.6. État IIIa - IIIe siècle

544L’état IIIa correspond à un bouleversement général des bâtiments de la résidence, dont l’aile sud et la partie conservée de l’aile ouest de l’état IIa sont définitivement démolies, au profit d’une vaste extension de la grande cour rectangulaire de l’état IIb vers le sud, tandis que sont conservées les ailes est et nord des états IIa et IIb. Encore une fois néanmoins, la reconnaissance partielle et le mauvais état de conservation des vestiges laissent dans l’ombre certains aspects de l’évolution des bâtiments dont, notamment, une probable extension des bâtiments vers le nord comme l’attestent les structures repérées par la seule photographie aérienne (fig231).

Fig. 231 – Le Palais, état IIIa, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 231 – Le Palais, état IIIa, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

545L’aile sud et l’extrémité de l’aile ouest démolies, et assez profondément dérasées, la cour et ses galeries latérales est et ouest se développent désormais vers le sud jusqu’au jardin. La cour de l’état IIIa apparaît ainsi délimitée à l’est, au nord et à l’ouest par trois longues galeries – 51 m à 52 m – bordant pour la première une aile orientale vraisemblablement allongée vers le sud, pour la deuxième une aile nord sans doute profondément remaniée et étendue vers le nord, tandis que la troisième galerie, prolongée vers le sud, conserve le rôle qu’elle avait dans les états I et II, celui de donner à voir le grand paysage se développant depuis les terrains situés en contrebas de la résidence jusqu’au-delà de la rive droite du Rhône. Cette dernière galerie, dans le prolongement de la modification apportée durant l’état IIb pourrait ainsi présenter une double file de colonnes, l’une ouverte à l’est sur la cour, l’autre ouverte à l’ouest sur le grand paysage.

546Le remaniement de la résidence s’accompagne sans doute également de la suppression du grand bassin du jardin construit à l’état IIb, avantageusement remplacé par le nouveau grand bassin de l’état IIc construit au plus près de l’aile nord dont la fonction résidentielle est conservée.

547Cette évolution de la résidence à l’état IIIa, telle qu’elle a été formalisée par les auteurs de la fouille, suscite malgré tout quelques interrogations architecturales, et notamment une question d’ordre programmatique, concernant de façon globale la faiblesse de la surface bâtie par rapport au luxe et à l’étendue de la cour. Si l’hypothèse d’un développement important des constructions vers le nord est recevable, permettant de rééquilibrer ce rapport, elle souffre malgré tout de l’absence de reconnaissance archéologique des vestiges dans ce secteur.

4.6.7. État IIIb - milieu du IVe siècle

548La résidence de l’état IIIa est à nouveau profondément réaménagée, agrandie et embellie, avec la construction de nouveaux bâtiments venant refermer le jardin au sud ainsi qu’avec la monumentalisation de la galerie occidentale du jardin. Ainsi, alors que les ailes est et nord héritées des états antérieurs paraissent conservées, mais néanmoins réaménagées, et que les trois grandes galeries et le grand bassin à exèdres au nord de la cour sont eux-mêmes conservés, une nouvelle galerie construite au sud de la cour vient desservir un ensemble de nouveaux bâtiments, remarquable par son ampleur, tandis qu’une fontaine monumentale, une exèdre et un nouvel espace de déambulation viennent monumentaliser la galerie occidentale du jardin (fig232).

Fig. 232 – Le Palais, état IIIb, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 232 – Le Palais, état IIIb, plan des vestiges. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 221 (dessin : J.‑M. Mignon).

4.6.7.1. Plan de masse

549Dans une version véritablement hypertrophiée du plan de masse de la résidence de l’état IIa, les bâtiments s’organisent désormais autour d’une vaste cour centrale de forme proche du carré suivant quatre nouvelles ailes ou ensembles de bâtiments distincts.

550Du fait des conditions de l’intervention, comme pour les états antérieurs, et plus précisément du fait des limites de la zone de fouille, les ailes est et nord demeurent mal connues dans leurs dimensions générales et leur développement. Tout au plus a-t-il pu être montré que l’aile orientale connaissait sans doute un net prolongement vers le sud, le long du chemin d’accès restitué, néanmoins possiblement affecté davantage à la pars rustica de la villa qu’à sa résidence (fig233).

Fig. 233 – Le Palais, état IIIb, plan de masse. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 223 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 233 – Le Palais, état IIIb, plan de masse. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 223 (dessin : J.‑M. Mignon).

551L’aile ouest, malgré sa monumentalisation, s’apparente à un espace destiné à la seule déambulation reliant, et opposant en même temps, l’espace clos de la cour à l’est et le grand paysage à l’ouest.

552C’est au sud de la résidence que la transformation est la plus remarquable, avec la construction d’un ensemble de bâtiments, eux-mêmes organisés en deux ailes, ouest et nord, disposées sur les côtés d’une cour délimitée par trois galeries. Au nord, le bâtiment est constitué d’une grande salle rectangulaire dotée de deux exèdres, d’une surface proche de 300 m², prolongée à l’est comme à l’ouest par deux espaces de service, découverts en tout ou partie, sous la forme de deux cours avec appentis. À l’ouest, le bâtiment, de plain-pied avec la cour et ses galeries, occupe une position dominante par rapport aux terrains situés à l’ouest et bénéficie à ce titre, comme la galerie ouest de la grande cour, d’une large vue sur le grand paysage.

553Alors que le plan de la résidence de l’état IIa paraissait s’organiser sur une emprise carrée de 60 m de côté suivant un axe de symétrie est-ouest passant par le centre de la cour, carrée puis rectangulaire suivant le même axe, le plan de la résidence de l’état IIIb s’organise sur une emprise beaucoup plus vaste, conservant une largeur de 60 m dans le sens est-ouest, auxquels s’ajoutent néanmoins les 6 m de l’espace de déambulation nouvellement construit à l’ouest, mais se développant sur une longueur largement supérieure à 150 m sans doute et suivant deux axes de symétrie perpendiculaires, nord-sud et est-ouest. L’axe nord-sud, matérialisé par un refend de l’aile nord, traverse en leur centre la grande cour, son bassin à exèdres, ainsi que la grande salle à absides de l’aile sud et la cour à galerie qui lui est associée, pour marquer l’emplacement d’un petit bâtiment – exèdre carrée ou porche d’accès – venant flanquer la galerie sud de la cour. L’axe est-ouest, qui traverse la grande cour en son centre également, détermine, quant à lui, la position d’un porche d’entrée monumental en façade orientale et, dans son prolongement, l’emplacement d’une fontaine tout aussi monumentale construite dans la grande cour, au revers de laquelle se développe une grande exèdre ouverte sur le grand paysage (fig234).

Fig. 234 – Le Palais, état IIIb, tracé régulateur. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 224 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 234 – Le Palais, état IIIb, tracé régulateur. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 224 (dessin : J.‑M. Mignon).

554Au-delà de ces deux axes, fortement imprimés dans la disposition des bâtiments, il semble que le plan de la résidence, comme pour l’état IIa, utilise une trame dont la maille est un carré de 10 pieds de côté. La grande cour, mesure ainsi 160 pieds de longueur (soit environ 48 m) dans le sens nord-sud, pour 140 pieds de largeur dans le sens est-ouest (soit environ 42 m), ou 190 pieds (soit environ 56,5 m) de longueur pour 170 pieds (soit environ 50 m) galeries comprises. La surface de la grande cour de l’état IIIb correspond ainsi à trois fois la surface de la cour des états IIb et IIc. La fontaine monumentale, et l’exèdre qui lui est accolée au revers, s’inscrivent dans un carré de 30 pieds de côté (soit environ 9 m), tandis que la terrasse aménagée au-devant de la galerie occidentale mesure 20 pieds de largeur (soir environ 6 m).

555La grande salle de l’aile sud s’inscrit globalement dans un rectangle de 120 pieds de longueur dans le sens est-ouest (soit environ 35 m) pour 40 pieds de largeur dans le sens nord-sud (soit environ 12 m) ; la salle rectangulaire elle-même mesurant intérieurement 35 pieds de large (soit environ 10 m) pour 80 pieds de longueur (soit environ 23,5 m) et les absides semi-circulaires, de plan légèrement outrepassé, mesurant 24 pieds d’ouverture (soit environ 7,20 m). La cour et ses galeries, construites au sud, s’inscrivent, quant à elles, dans un rectangle de 80 pieds de longueur dans le sens est-ouest (même longueur que la partie rectangulaire de la grande salle) pour 50 pieds de largeur (soit environ 15 m) ; les galeries ayant une largeur intérieure régulière de 10 pieds (soit environ 3 m).

556Les terrains situés à l’ouest et en contrebas de la résidence ont vraisemblablement fait l’objet d’aménagements au cours de cet état IIIb, ou antérieurement, comme le suggèrent quelques amorces de mur de direction est-ouest. Ils ont pu être aménagés en jardin, occupant et embellissant le premier plan du point de vue de la résidence vers l’ouest et le grand paysage. Des escaliers construits à chaque extrémité de la terrasse ouest ont pu permettre de rejoindre ce jardin. Une disposition comparable a pu être mise en évidence à Caumont-sur-Durance où une vaste villa construite en contrehaut de la Durance, dispose vers l’est d’un jardin étagé de grande ampleur au centre duquel a été aménagé un grand bassin allongé ou euripe (Rapport Mignon, Doray 2013 ; Rapport Mignon, Doray 2016).

4.6.7.2. Plan intérieur, fonctionnalité et distribution

557Alors que la disposition intérieure de l’aile orientale demeure pour ainsi dire inconnue et que celle de l’aile nord n’est que très partiellement reconnue, il apparaît, au vu des aménagements créés dans cet état IIIb que la fonction résidentielle de cette partie des bâtiments se prolonge et qu’elle connaît même de nettes améliorations des points de vue du confort et de la qualité du décor. C’est ainsi que la fouille a mis en évidence, pour la majorité des salles de réception ou de résidence identifiées dans ce secteur nord-est, la quasi généralisation du chauffage par le sol au moyen de canaux alimentés par des foyers extérieurs, ainsi que la généralisation des pavements mosaïqués, pour les pièces elles-mêmes et pour la galerie qui les dessert au sud. Au sein de cette aile nord, la présence d’un passage nord-sud prolongé par une galerie associée à une cour de service étaye l’hypothèse du développement des bâtiments vers le nord, accueillant a priori des fonctions de service, suivant ainsi une disposition fonctionnelle héritée des états antérieurs (fig235).

Fig. 235 – Le Palais, état IIIb, plan des toitures. Conventions graphiques : les toitures sont représentées au trait plein ou tireté ; les pentes des toitures sont indiquées par une flèche (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 235 – Le Palais, état IIIb, plan des toitures. Conventions graphiques : les toitures sont représentées au trait plein ou tireté ; les pentes des toitures sont indiquées par une flèche (dessin : J.‑M. Mignon).

558L’aile ouest, dont il apparaissait après les modifications de l’état IIIa qu’elle pouvait présenter une double file de colonnes établissant une transparence entre l’espace clos du jardin à l’est et le grand paysage à l’ouest, est désormais interrompue en son centre par la construction de la fontaine monumentale et, surtout, de l’exèdre tout aussi monumentale qui lui est accolée au revers. La construction d’un nouvel espace de déambulation à l’ouest de la galerie pourrait ainsi trouver sa raison d’être dans le rétablissement de la circulation entre le nord et le sud de la résidence. Il faut alors imaginer le doublement de cette galerie ouest par une terrasse constituant ainsi une sorte de balcon sur le grand paysage se développant à l’ouest de la résidence, dont la largeur s’établit autour de 6 m et la longueur restituée à plus de 70 m (ou 240 pieds). La présence de deux refends, dans la partie sud de cette nouvelle galerie, suggère l’existence d’un pavillon marquant son extrémité sud et, par symétrie, la restitution d’un second pavillon marquant son extrémité nord, suivant une disposition rappelant la grande galerie sud de la résidence de l’état II.

559L’aile sud constitue un second pôle dans le plan de la résidence, caractérisé, comme les espaces de l’aile nord, par son luxe et son confort. Ainsi, alors que le sol de la galerie sud de la grande cour est revêtu d’un pavement mosaïqué, à l’imitation du sol de la galerie nord, la grande salle rectangulaire à exèdres bénéficie elle-même d’un chauffage par le sol, comme les pièces des ailes nord et est. S’il ne demeure aucun vestige du sol de la grande salle rectangulaire, celui de son exèdre orientale conserve en revanche un sol en béton de tuileau. Les deux exèdres sont dotées d’un système de chauffage par hypocauste ; la partie centrale de la salle, rectangulaire, est, quant à elle, équipée de deux canaux souterrains longeant le pied de ses murs gouttereaux. Les espaces de service situés aux deux extrémités de la salle, assimilables à des praefurnia, accueillaient chacun un foyer et les équipements nécessaires à son alimentation et à son entretien. L’air chaud se diffusait dans un premier temps au travers de l’hypocauste de l’exèdre puis, traversant le mur courbe à sa base, alimentait un des deux canaux souterrains de la grande salle rectangulaire. Le praefurnium oriental alimentait ainsi l’hypocauste de l’exèdre orientale et le canal souterrain sud, tandis que le praefurnium occidental alimentait l’hypocauste de l’exèdre occidentale et le canal souterrain nord.

560Par son ampleur, cet ensemble tripartite – salle rectangulaire à exèdres, cour et galeries sud, bâtiment sud-ouest – paraît destiné à la réception d’un grand nombre de personnes. Ses accès, côté nord, depuis les trois grandes portes ouvrant sur la galerie sud de la grande cour pour la grande salle rectangulaire, ou bien côté sud, depuis le porche sud pour la cour sud et ses galeries, distribuant tout à la fois le bâtiment sud-ouest et la grande salle à exèdres, témoignent sans aucun doute d’une hiérarchisation : au nord un accès monumental depuis la résidence pour le maître et ses proches, au sud un accès étroit pour la clientèle (fig236 et fig237).

Fig. 236 – Le Palais, état IIIb, plan restitué. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 226 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 236 – Le Palais, état IIIb, plan restitué. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 226 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 237 – Le Palais, état IIIb, coupe restituée nord-sud. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 227 (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 237 – Le Palais, état IIIb, coupe restituée nord-sud. Conventions graphiques : voir la légende de la fig. 227 (dessin : J.‑M. Mignon).

4.6.8. Conclusion

561Les vestiges de la résidence du Palais offrent un exemple tout à fait clair d’évolution d’un édifice, notamment architecturale, sur la longue durée, alors que sa fonction originelle, celle d’une habitation luxueuse, se perpétue. L’évolution revêt ici par ailleurs un caractère remarquable, qui tient à l’accroissement ininterrompu de la surface, du luxe et du confort de la résidence ; la résidence de l’état IIIb, datée du IVe siècle, marque une sorte d’acmé dans ce processus (fig. 238).

Fig. 238 – Le Palais, schéma d’évolution de la résidence (dessin : J.‑M. Mignon).

Fig. 238 – Le Palais, schéma d’évolution de la résidence (dessin : J.‑M. Mignon).

562Cette évolution architecturale, au-delà de son évidente et progressive hypertrophie, se caractérise par sa nette et précoce rotation vers le sud, à la recherche d’une meilleure exposition solaire et d’un meilleur confort hivernal, comme le confirme le chauffage des salles durant l’état IIIb, sans toutefois délaisser complètement son lien privilégié avec le grand paysage. Ainsi, alors que la résidence de l’état IIa, sans doute dans le prolongement de la disposition des bâtiments de l’état I, privilégiait la vue sur le grand paysage au détriment de l’optimisation de l’exposition solaire – les principaux espaces de réception étaient orientés à l’ouest et non au sud – les résidences des états postérieurs, IIb, IIc puis IIIa, ont entrainé la disparition des pièces d’exposition ouest au profit de pièces exclusivement exposées au sud. Cette évolution a toutefois maintenu et amplifié un lien fort avec le grand paysage qui s’ouvre à l’ouest de la résidence en conservant la grande galerie ouest, puis en l’élargissant dans l’état IIIb. Tout au long de l’occupation de la résidence il semble ainsi que l’on ait accordé une réelle importance à cette aile ouest, tout à la fois balcon sur le Rhône et les monts de l’Ardèche, et façade monumentale signalant la villa depuis le fleuve et sa rive occidentale.

4.7. Notes sur les matériaux de construction au Palais (J.‑Cl. Béal, M. Gagnol, †B. Rémy, J. Roussel-Ode, A. Schmitt)

563La construction et l’évolution de la villa nécessitaient une quantité importante de matériaux divers. Nous avons pu faire quelques observations, plus ou moins avancées, sur les pierres de construction et le vitrage et publions également ici deux estampilles, sur une tuile et un tuyau de plomb.

4.7.1. La pierre de construction (J.‑Cl. Béal, A. Schmitt)

564Dans la construction, deux roches ont été principalement employées, les galets locaux de pierres dures (quartzite par exemple) d’une part et d’autre part, en grande quantité, le calcaire urgonien de « La Montagne », dans deux mises en œuvre différentes.

565Ce sont d’autres roches, la « pierre du Midi » et le calcaire de Monceau, qu’on a employées pour réaliser des blocs architecturaux.

4.7.1.1. Les galets

566Lors des différentes étapes de la construction des bâtiments de la villa, la ressource minérale la plus immédiate, les galets de 10 à 20 cm de diamètre provenant de l’incision de la terrasse würmienne par la Riaille, a été assez peu employée malgré sa proximité. Ces galets ont servi dans les fondations des murs, celles du mur 543 de la résidence (état II) par exemple, dans les sols (couche de galets de l’espace 831 par exemple) ou les radiers de sols (sol 865 de la salle 831 et sol 986 de la salle 1001 : état II) et de mosaïque (mosaïque 936 du portique septentrional). Les galets sont enfin incorporés dans les maçonneries tardives (mur 906c de l’aile septentrionale [fig239], mur stylobate du portique méridional) et employés dans des bouchages ponctuels, du mur 906 par exemple.

Fig. 239 – Emploi de galets dans l’élévation du mur 906c à l’état IIIb (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 239 – Emploi de galets dans l’élévation du mur 906c à l’état IIIb (cliché : J.‑Cl. Béal).

567Ces gros galets sont aussi abondants dans la fouille de 1987 ou dans les fondations des fouilles du Grand Palais (murs 1005 et 1119 par exemple : voir 5.3.2.1).

568Dans l’architecture locale récente, l’emploi des galets est limité à une emprise de 100 à 200 m de la Riaille qui en charrie : on les retrouve à Châteauneuf-du-Rhône, au Palais, dans l’élévation des murs d’endiguement de la rivière ou des murs de clôture du domaine de l’ancienne propriété Broc au XIXe siècle ; la même observation peut être faite sur la commune mitoyenne de Malataverne. Cet emploi limité d’un matériau abondant peut tenir au fait qu’il impose de recourir en maçonnerie à un mortier adapté, souple et perméable, qui facilite la migration de l’humidité que les galets, généralement faits dans un matériau dur et peu perméable, ne retiennent pas, au contraire d’éclats de pierres calcaires (Tardieu 2007).

4.7.1.2. Les blocs de calcaire

Le calcaire urgonien de « La Montagne »

569Le calcaire urgonien de « La Montagne » (Lorenchet de Montjamont et al. 1979 : 8), sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône et à 1,5 km au sud de la résidence du Palais (fig240), est massivement employé en parement comme dans les maçonneries. C’est un calcaire dur, rebelle à la mise en forme.

Fig. 240 – Carte des carrières ayant alimenté la construction de la résidence du Palais (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 240 – Carte des carrières ayant alimenté la construction de la résidence du Palais (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

570Dans les états anciens de la résidence, les blocs de ce calcaire ont cependant été, dans les parements des élévations au moins, sommairement équarris (fig48 et fig. 51) et même, dans les parties visibles, formés en moellons réglés, jointoyés au fer, au Palais (fig. 50 ; parties anciennes du stylobate du portique septentrional et du portique oriental ; parties anciennes du mur 880 par exemple) comme sur le site de Morterol (voir 8.2.2).

571En revanche, dans les constructions les plus récentes, ce calcaire est mis en œuvre en blocs fracturés (L. moy. : 0,20 à 0,30 m) dont l’emploi nécessite une abondante quantité de mortier et des joints beurrés (fig. 202).

572C’est le matériau courant des habitations du village de Châteauneuf, où plusieurs points d’extraction sont connus, dont l’un, immédiatement à la sortie sud-ouest du bourg en direction de Viviers, a été en service au moins à l’époque moderne si l’on en juge par les traces de travail à la barre à mine. D’autres carrières ont été ouvertes au XIXe siècle dans le défilé de Donzère, pour répondre aux besoins de construction de la voie ferrée et du pont de Viviers (AD Drôme : série S, dossier 60 S 18). Mais le matériau n’a jamais fait l’objet d’une exploitation qui dépasse le niveau local, même si la carte géologique (Lorenchet de Montjamont et al. 1979  : 30) prétend que d’« anciennes exploitations » de ce calcaire pour la pierre de taille sont signalées à Châteauneuf-du-Rhône.

573On a plus ponctuellement recouru à d’autres roches, par exemple dans le mur de fond 911 du portique septentrional de la villa de l’état IIIb, dans la partie la plus orientale duquel des moellons de calcaire beige de l’ère tertiaire, à fossiles de gastéropodes et de turritelles, et de calcaire gréseux roux, fossilifère, à gros cristaux de calcite, ont été associés aux moellons de calcaire de la Montagne.

Les blocs architecturaux

La pierre de Montceau

574La colline de Montceau (commune d’Allan), à sept kilomètres au nord-est du site (fig. 240), fournit un calcaire urgonien fin, sublithographique. L’extraction en était attestée au XVIIIe siècle, au moins pour la production d’une chaux de très bonne qualité (Guettard 1779 : 125), et depuis le Moyen Âge pour la pierre à construire (Bois, Girard 2007 : 61). Elle est active au XIXe siècle (Delacroix 1835 : 376 ; Gras 1835 : 96‑97 et 112 ; Répertoire 1890 : 88‑89) et a perduré jusqu’au XXe siècle.

575C’est dans ce matériau que sont faites les dalles du stylobate du portique oriental ainsi qu’un certain nombre d’éléments architecturaux (voir 4.8.1.1, les pièces en calcaire dur n° 12 à 14).

576C’est sans doute aussi dans le calcaire de Montceau que sont faites des dalles du sanctuaire d’Allan et les plaques de deux des inscriptions qui y ont été trouvées (Rouzeau, Bois 2016 : 101 et 103).

La pierre du Midi
  • 32 Géologiquement, le terme, ambigu, de « molasse » désigne plutôt un grès du Bas-Dauphiné et des rég (...)

577Le calcaire gréseux coquiller du Miocène dit « pierre du Midi » ou « molasse »32 est extrait en de nombreux points de la vallée du Rhône et de la Provence (Philippe, Savay-Guerraz 1989 : 153‑159). Il en provient notamment du massif qui s’étire ente Bollène (Vaucluse), Saint-Restitut, Saint-Paul-Trois-Châteaux et Chantemerle-lès-Grignan (Drôme) à une vingtaine de kilomètres environ du site du Palais (fig240) ; l’un de ses points d’extraction, daté du Ier siècle de n. è., a été fouillé au lieu-dit Bois Redon sur la commune de Bollène (Vaucluse) à l’extrémité méridionale du massif de Saint-Restitut (Dufraigne 1999 ; renseignement de M. Lert). L’extraction et l’exportation du matériau ont duré jusqu’aux XIXe (Delacroix 1835 : 376 ; Gras 1835 : 183 ; Répertoire 1890 : 88‑89) et au XXe siècle.

578Dans l’Antiquité, ce matériau a été abondamment employé à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Destinée à des blocs architecturaux, c’est sans doute la « pierre du Midi » drômoise, la plus proche, qui a été commercialisée vers l’amont jusqu’à Vienne et Lyon (Philippe, Savay-Guerraz 1989 : 170) et a servi (Béal, Charpentier 2006 : 341) aux blocs de parements du mausolée de la Sarrasinière à Andance (Ardèche).

579Dans la partie résidentielle de la villa, ce calcaire a été employé pour des éléments de support, dés du portique oriental, dés du petit portique arrière 1025, et dans plusieurs éléments du décor architectural (voir 4.8.1.1, les blocs architecturaux n° 1 à 10).

Le calcaire rosé

  • 33 M. Brun fut instituteur à Châteauneuf-du-Rhône de 1866 à 1873 (Boisson 2001 : 11-‑12).

580N. Delacroix (1817 : 142 ; Delacroix 1835 : 462) signalait l’existence d’une carrière de « marbre blanc, veiné de rouge mat dont on ne connaît que les couches superficielles » à Châteauneuf-du-Rhône. Sc. Gras (1835 : 113, note 1) considérait que c’était, dans une formation de « calcaire blond cristallin », un épiphénomène dû à « quelques veines ferrugineuses ». A. Lacroix (1868 : 171) reprend l’information donnée par N. Delacroix, et ajoute que c’est une « carrière abandonnée aujourd’hui sans doute, puisque les habitants n’ont pas su [lui] en indiquer la position » ; cependant, dans une note finale (p. 234), il ajoute que M. Brun33, instituteur à Châteauneuf-du-Rhône, lui avait écrit pour confirmer l’existence de cette carrière « dans la partie Est et Sud du village » ; « si elle n’a pu vous être indiquée à votre passage ici, c’est qu’elle a cessé d’être exploitée […]. Jusqu’à ce jour, les blocs de la carrière S.-S-E ont été utilisés sur place dans les constructions, à cause du poids des blocs, supérieur d’un tiers environ à ceux du calcaire ».

581La localisation de cette « carrière » reste aujourd’hui inconnue malgré les prospections intenses menées par des chercheurs locaux. Selon M. Lugan, qui exploite à Tavel (Gard) une carrière d’un calcaire comparable, on avait vraisemblablement affaire à un faciès très ponctuel.

582Un calcaire beige rosé a été employé au Palais pour la réalisation de pièce d’architecture (chapiteau n° 11) et de décor (labrum) ; il a servi aussi dans les plaques inscrites du sanctuaire d’Allan (renseignement de M. Lert).

Le calcaire noir

583Plusieurs éléments de plaques faites dans un même calcaire noir du Secondaire ont été retrouvés en 2017, en rejet dans le remblai rapporté sous le sol de la salle basilicale. Ce lot comportait une dalle complète (volée) portant sur une face, brute de taille, des traces de mortier de tuileau, une plaque (brisée en deux fragments) [MUSAT, inv. 7604 ; L. : 29 x 25,4 cm ; ép. : 6,55 cm] dont l’une des deux faces a été dressée et sa finition achevée par ponçage tandis que l’autre est brute de taille (quelques traces de mortier blanc) ; l’un des grands côtés semble obtenu par débitage le long d’une ligne de fracture de la pierre, l’autre est brut de débitage. Les petits côtés paraissent avoir été obtenus par sciage sommaire. Sur la face dressée et près de son bord brut, court une rainure (tracé préparatoire d’un sciage ?), une autre rainure, fine et peu visible, court le long du bord opposé. S’y ajoutent plusieurs fragments présentant des traces de sciage et de ponçage qui ont pu appartenir à des éléments de placage.

584Observé sous binoculaire, ce matériau est en outre identique au calcaire employé dans la réalisation des cubes de mosaïque noire de la villa de l’état IIIb. Sa provenance n’est pas connue.

4.7.2. Les vitres : verre à vitre, fixation des vitres (M. Gagnol et J. Roussel-Ode)

585Le verre collecté dans la villa du Palais provient des campagnes d’interventions archéologiques menées de 1987 à 2010 par différents archéologues. M. Bois, en 1985‑1986, puis P. Carlier, en 1987 (Rapport Bois 1987 ; Rapport Carlier 1987) ont recueilli une centaine de tessons de vases (dont 46 objets identifiables). Deux fragments sont issus de sondages effectués par P. Sarrazin en 1988 au sud de la villa du Palais. Les verreries découvertes dans la résidence du Palais ont été récoltées lors des fouilles dirigées par J.‑Cl. Béal (un peu plus de 1 700 éléments) et, pour quelques tessons, lors des sondages effectués par C. Jung en 1993 sur la partie orientale de la villa (Rapport Jung, Allimant 1993). Le secteur du Grand Palais fouillé par Chr. Landry en 2010‑2011 a livré 71 fragments de verre dont A. Colombier a fait l’étude.

586L’ensemble de la verrerie comporte (fig241) 785 fragments de vases, 335 tesselles de mosaïque, 3 perles et quelques fragments appartenant à des produits semi-finis, ainsi que 1 088 tessons de verre plat, essentiellement du verre à vitre. Les contextes relatifs à la résidence du site sont les plus riches en verres, en particulier ceux localisés dans la partie orientale des bâtiments ; toutefois, cette dernière remarque est à relativiser, la concentration de mobilier sur une bande de quelques mètres le long du portique tenant au fait que l’érosion a emporté les niveaux du jardin plus à l’ouest. Une localisation sur plan des découvertes de verres n’a donc pas été retenue.

Fig. 241 – Comptage du verre collecté sur le site du Palais (J. Roussel-Ode).

La Maladrerie Le Palais Le Grand Palais
Fouilles M. Bois et P. Carlier Sondages P. Sarazin
1988
Sondages C. Jung
1993
Fouilles J.-C. Béal
(1996-2001)
Fouilles Chr. Landry
2010
7 P, 65 V, 14 T + scories, déchets ?,
2 galettes, « creusets »
20 V 18 P, 132 V, 2 T 1053 P, 522 V, 317 T et divers
+ 1 perle, 3 galettes, 2 verres bruts, 1 tige, déchets
10 P, 46 V, 2 T et divers
+ 2 perles, 1 galette
Soit 1071 P, 654 V, 319 T et divers
Au total : 1088 P, 785 V (= 1873 fragments) et 335 tesselles, 3 perles, 6 galettes ; des déchets du travail du verre et des scories ?

4.7.2.1. Le vitrage (J. Roussel-Ode)

587Il semble que la majeure partie des 1 088 fragments de verre plat, recueillis essentiellement sur l’emprise de la partie résidentielle de la villa, correspondent à des vitres. Retrouvées à l’état de débris, elles ont l’aspect de celui de la vaisselle. Dix fragments plats ont été découverts dans la partie agraire du site et sept dans les fouilles Carlier.

588On peut, en croisant toutes les caractéristiques des fragments (teinte, qualité du verre, nature du bord…), envisager que les fragments collectés correspondent à au moins 70 vitres dont on ne connaît pas les dimensions. Ces verres ont été réalisés dans de nombreuses teintes (fig242) qui correspondent à celles qui peuvent s’observer sur la vaisselle. Ce sont les teintes vertes, vert-jaune et vert olive qui prédominent, rappelant les coloris de la vaisselle du début du Ve siècle. Un fragment présente une teinte verte irrégulière marbrée de rouge qui rappelle du mobilier trouvé dans les fosses ou dolia de la villa de Milhaud, dans le Gard, à propos duquel D. Foy note « des veines rougeâtres ou violacées [qui] peuvent être très fines ou bien plus larges et diffuses » (Foy 2005 : 70).

Fig. 242 – Teintes des fragments de verre plat (J. Roussel-Ode).

Teinte Teintes des fragments de verre plat
Verdâtre 130
Bleu-vert 25
Vert 260
Vert olive 466
Vert-jaune 123
Incolore 64
Ambre 3

589Quatre-vingt-un bords de vitres ont été récoltés. Trouvé dans l’US 338, un seul fragment, bleu-vert, présente les caractéristiques des vitres coulées du Haut-Empire. Tous les autres sont issus du soufflage en manchon, technique appelée aussi mulf process. La plupart ont deux côtés brillants mais certains présentent des filandres sinueuses résultant de l’aplatissement de l’extérieur du cylindre de verre sur la surface irrégulière du plan de travail. Les petites bulles sont généralement parallèles au bord. De grosses bulles ovales sont parfois incluses dans la matière. Tous ces éléments confirment le soufflage de la paraison.

590Parmi les bords conservés, 42 sont à arête(s) vive(s) [fig243] et résultent du découpage du cylindre de verre au fer rouge, qui produit une cassure nette. Deux de ces fragments ont un bord biseauté (fig244, n° 9). Trente-huit bords ont un profil arrondi, plus fin que le reste du verre. Parmi ces derniers éléments, souvent grossièrement rectilignes, un fragment porte des traces de pince et sept, réalisés en verre vert, vert-jaune, et surtout vert olive, sont plus ou moins « redressés » (fig. 244, n° 4‑6) ; cette caractéristique rappelle les vitres trouvées dans les fosses et dolia lors de la fouille d’une villa à Milhaud dont le mobilier est daté de l’extrême fin du IVe siècle au premier tiers du Ve siècle (Foy 2005 : 69‑70), ou un débris trouvé dans un dépotoir du Ve siècle du théâtre d’Arles (Foy 2010 : 453 et 457, n° 889). Le bord recourbé « est dû à la taille à chaud pour l’ouverture du cylindre » de verre (Foy 2010 : 453). Un fragment de bord arrondi, vert olive, a conservé une partie du mortier qui avait été utilisé pour sceller la vitre (US 395).

Fig. 243 – Tableau récapitulatif des fragments de verre par type et par couleur (J. Roussel-Ode).

Teintes V. coulé V. soufflé
A bord arrondi A bord(s) coupé(s) Sans bord(s) Total
Plat Redressé Rectiligne En arrondi Biseauté
Verdâtre 5 1 115 121
Bleu-vert 1 8 16 25
Vert 3 1 2 1 237 244
Vert olive 17 4 8 1 263 293
Vert-jaune 4 2 12 101 119
Incolore 2 7 50 59
Ambre 1 1 1 3
Total 1 31 7 39 1 2 783 863

80 bords attestés

783

864

Fig. 244 – Différents types de verres à vitre de la résidence du Palais (DAO : J. Roussel-Ode).

Fig. 244 – Différents types de verres à vitre de la résidence du Palais (DAO : J. Roussel-Ode).

591Les fragments de vitres sont translucides mais leur teinte sombre dans l’ensemble (seuls 7 % du corpus du verre plat, soit 59 tessons, sont incolores) ne peut laisser filtrer beaucoup de lumière. Ces vitres devaient avoir pour objectif d’apporter une clarté agréable dans les pièces et de conserver la chaleur. On retrouve dans un même secteur de la villa la présence de vitres aux bords différents (coupés, arrondis plats ou redressés) et aux teintes diverses ; ainsi, l’US 510, située dans la partie orientale de la villa, a livré aussi bien des tessons verts, incolores, vert-jaune, verdâtres, vert olive ; on observe la même chose pour les US 558, 561, 574 situées dans le même secteur, ou pour l’US 616 correspondant au comblement du caniveau 540 de la villa du IVe siècle.

592Ce vitrage peut être utilisé pour les fenêtres mais aussi devant des niches conçues pour recevoir des lampes (Fontaine, Foy 2005 : 23). Dans la villa, le vitrage, élément de confort et de luxe, peut être mis en relation avec le décor architectural de qualité (mosaïques, enduits peints…).

593Nous ne pouvons déterminer où a été fabriqué ce verre à vitre. En moyenne vallée du Rhône, un atelier de verrier découvert à Vienne, au quartier Saint-Martin, permet d’envisager la fabrication sur place de verre à vitres pour l’Antiquité tardive (Foy, Tardieu 1983 : 113).

4.7.2.2. Les pattes de fixation de vitres (M. Gagnol)

594Quatorze objets de plomb formés de lamelles losangiques percées d’un clou (fig245) ont été retrouvés sur le site du Palais. Il faut y voir des pattes de fixation de vitre.

Fig. 245 – Patte de fixation des verres à vitre (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 245 – Patte de fixation des verres à vitre (cliché : J.‑Cl. Béal).
  • 34 À Belley, ces lamelles n’ont pas été identifiées lors de l’étude.

595Quatre lamelles identiques à celles trouvées sur le site du « Palais », ont été mises au jour lors de fouilles d’un établissement thermal en fonctionnement du IIe à la fin du IIIe siècle à Belley (Ain, site du Clos de l’Évêché : Ferber 2009 : 108)34. Trois d’entre elles se trouvent dans la même US 48 qu’un grand nombre de fragments de vitres (Rapport Ferber 2009 : 67). C’est également le cas pour nos exemplaires.

596Cette association de verre à vitre et patte de fixation se retrouve également sur le site de Loupian, où pattes en plomb et verre à vitre ont été retrouvés ensemble sous l’abside majeure de la villa (Thèse Pellecuer 2000 : 181) où encore à Dalheim (Luxembourg), où elles sont également associées à du verre à vitre.

597L’hypothèse avancée par P. Vipard (Vipard 2009 : 5) abordant la fixation des vitres notamment avec du mortier, quelquefois complété par des petites lamelles de plomb qui pourraient avoir facilité le maintien des vitres et leur remplacement en cas de bris, attire l’attention, même si l’absence de traces de mortier systématique sur nos exemplaires pose question. Cependant, nous pouvons citer la découverte, en 1951, d’un morceau de vitre engagé dans une feuille de plomb pliée en deux et rabattue à angle droit, ce qui ne laisse aucun doute sur l’usage de plomb malléable dans les fenêtres de la villa de Bufosse à Verneuil-en-Halatte (Oise ; Lafond 1966 : 21). Le sertissage dans les baguettes de plomb minces pouvait ainsi éviter les traverses de bois plus larges qui enlevaient une part de la luminosité en réduisant la surface vitrée (Fontaine, Foy 2009 : 427).

598On retrouve ainsi des exemples plus tardifs de ce mode de fixation en vigueur à la fin de l’Antiquité sur les meneaux des fenêtres de la basilique Saint-Polyeucte à Constantinople, percés pour recevoir des fixations en plomb dont deux furent découverts in situ. Mais toutes les ouvertures n’en étaient pas pourvues (Fontaine, Foy 2009 : 437), les archéologues imaginant que l’on se servait alors de plâtre pour faire tenir les carreaux (Harrison 1986 : 140 et 204, fig. 170).

599Nous noterons également l’hypothèse de N. Vanpeene qui avance, pour des objets découverts anciennement dans les thermes de la villa des Bosseno à Carnac (Morbihan ; Vanpeene 2005 : 27‑28) l’idée d’une utilisation qui permettrait « l’ouverture globale ou partielle du cadre vitré ». Même si le cas est peu clair (il semble qu’il ne s’agisse pas du même mécanisme, les objets étudiés par l’auteur étant fixés sur une tige en fer tandis qu’ils sont, ici, en raison de la facture du clou central, fixés, sans doute possible, dans un élément en bois), cette idée d’une « ouverture globale ou partielle du cadre vitré » n’est pas à négliger. En effet, il peut être nécessaire d’utiliser divers systèmes de fermeture et ouverture pour un bâtiment, dans un contexte thermal par exemple.

600D’autres auteurs évoquent cette hypothèse de contrôle de l’aération des salles avec divers systèmes de fermeture et d’ouverture attestés dans les thermes publics ou privés de l’Empire : c’est ce qu’on peut voir, par exemple, dans le tepidarium des thermes du forum de Pompéi où quatre panneaux de verres étaient fixés sur une armature en bronze que l’on pouvait ouvrir à l’aide d’un loquet de ce même métal (Fiorelli 1875 : 232 ; Richardson 1988 : 149).

601Il s’agit, sans doute possible, de pattes destinées à la fixation de vitres en verre sur un cadre en bois. Toutefois le système de fixation exact reste, comme nous l’avons montré, difficile à déterminer. Sans exclure l’hypothèse de l’ouverture et fermeture des vitres, indispensable notamment en contexte thermal, nous pencherons plutôt pour des pattes de fixation destinées à éviter les châssis épais et à augmenter la luminosité des salles.

602L’étude de la répartition des pattes de fixation et des fragments de verre à vitre montre que les fenêtres de la salle basilicale en étaient évidemment équipées, comme en témoignent les découvertes de pattes dans le remblaiement (US 385 et 386) du praefurnium méridional 440, et dans celui (US 395) du praefurnium oriental 398 de la salle, dans le comblement des drains qui l’avoisinent (US 338 dans le canal 336 contre son mur méridional ; US 554 dans le canal 521), et plus généralement à ses abords (cour de service à l’ouest, sol du portique méridional).

603Le bâtiment oriental était également vitré, et les fouilles de C. Jung ont rencontré des fragments de verre à vitre dans les niveaux de démolition, aussi bien à son extrémité septentrionale (US 225‑227) qu’à son extrémité méridionale (US 158, comblant le caniveau qui longe l’exèdre 578). D’autres fragments de verre ont été trouvés sur le sol du portique oriental (US 510). La fouille de la partie orientale du jardin de la villa tardive et contre le portique oriental a livré à la fois quatre pattes de fixation et de nombreux fragments de verre à vitre.

604En revanche, si les fragments de verre à vitre sont nombreux aussi dans les niveaux tardifs de l’aile septentrionale, on n’y a pas trouvé de patte de fixation, dans la partie du moins qui était accessible à la fouille : cela peut correspondre à un emploi différencié de ces objets.

4.7.2.3. L’hypothèse d’un atelier de verrier : les données du site (J. Roussel-Ode)

605Indépendamment des mosaïques trouvées en place, 335 tesselles de verre ont été collectées sur l’ensemble de la villa (dont 319 sur l’emprise de la résidence). Dix-neuf coloris sont opaques et 6 translucides dont 2 agrémentés de feuille d’or (fig246). Par leur grande diversité de teintes, les tesselles donnent la possibilité d’évoquer de nombreuses matières. Les dimensions moyennes des tesselles sont de 10 x 8 x 7 mm. Leur présence induit celle de mosaïques non retrouvées mettant en œuvre des tesselles de verre.

606Lors de ses fouilles de 1987 (Jung 1994 : 41 ; Foy 2008 : 57‑58, fig. 15), à une centaine de mètres au sud-est de la résidence et en marge de ce que nous savons aujourd’hui être l’extrémité de l’aile méridionale de la partie rustique de la villa, P. Carlier mit au jour des murs de galets mal conservés qui semblaient esquisser la forme d’un bâtiment mais aussi des structures et du mobilier qui l’amenèrent à proposer d’identifier ces vestiges comme ceux d’un atelier de verrier en milieu rural, travaillant notamment au décor de la résidence, tandis que D. Foy, en 2003, retenait l’hypothèse d’un atelier d’orfèvre amené à manipuler des matériaux divers ou celle du groupement d’ateliers divers au sein d’une agglomération, comme il arrivait alors encore qu’on identifiât le site du Palais.

607Le mobilier issu des fouilles postérieures à 1987 et la relecture de la documentation permettent-ils aujourd’hui d’envisager une production de verre sur place ? Quatre types de données sont à examiner.

Les galettes

608Ces éléments sont réalisés à partir d’une petite masse de verre visqueux que l’on pose sur une plaque pour l’aplatir avec un battoir. Le produit obtenu se présente sous la forme d’une galette, d’un diamètre compris entre 110 et 220 mm, d’une épaisseur de 5 à 28 mm, qui peut être opaque et colorée ou en verre translucide recouvert ou non de feuille d’or protégée par une mince couche de verre. Ce matériau est à l’origine des tesselles que le mosaïste taille dans cette galette.

609À Châteauneuf-du-Rhône, 8 galettes ont été collectées. Une galette vert-jaune opaque, presque complète (en plusieurs fragments), a été découverte en 1987 (fig247, n° 1). Grossièrement circulaire, cette galette accuse un diamètre de 220 mm environ et a une épaisseur de 17 mm au bord et de 23 mm au centre (Rapport Carlier 1987 : 21 ; Foy 2003 ; Foy 2007 : 46‑47 ; Foy 2008 : fig. 15 ; Roussel-Ode 2010 : 132‑133 ; Foy 2011 : 424) ; un fragment gris-bleu opaque avec un bord a été découvert dans la même fosse (Rapport Carlier 1987 : 21 ; Foy 2008 : fig. 15).

Fig. 247 – Galettes et blocs de verre de la résidence du Palais (cliché et DAO : J. Roussel-Ode).

Fig. 247 – Galettes et blocs de verre de la résidence du Palais (cliché et DAO : J. Roussel-Ode).

610Un fragment rouge à aspect jaspé, opaque, a été mis au jour en 2010 dans la partie agraire du site, dans la fosse 1082. D’une épaisseur de 18 mm, il est constitué d’une matière dense avec seulement quelques vacuoles et de nombreuses marbrures plus sombres (Colombier-Gougouzian 2012 : 157 et fig. 103). Il possède un bord plus fin que le reste du fragment (fig247, n° 2).

611De la résidence proviennent un fragment rouge opaque, à bord arrondi, aminci, d’une épaisseur de 14 mm, trouvé dans l’US 680, comblement du caniveau 540 vers 350‑425 (fig247, n° 3), un petit fragment à bord arrondi, gris verdâtre opaque, d’une épaisseur minimum de 14 mm, issu de l’US 561 appartenant à la phase d’abandon (fig247, n° 4), 2 fragments complémentaires à bord arrondi d’une galette vert clair qui comporte des filaments rouges et du verre jaune (fig247, n° 5). Le morceau de galette conservé mesure 100 mm de long, pour une épaisseur maximale de 16,9 mm (épaisseur minimale : 12,5 mm au bord) ; ces fragments ont été trouvés hors stratigraphie. Un fragment de galette ou plaque vert-jaune translucide, à bord arrondi, plus mince que les précédentes et décorée d’une feuille d’or (fig247, n° 6) provient de l’US 616, correspondant également au comblement du caniveau 540 de la villa. La pellicule dorée ne semble pas atteindre les marges du support, comme dans le cas d’une galette trouvée à Saint-Sever dans le Gers (Foy 2011 : 430) ; elle est épaisse de 8 mm et le fragment conservé mesure 70 mm de long. Ce type de plaque est plus rare que les galettes opaques. Dans le Sud de la France, il n’est connu qu’en trois exemplaires : à Marseille sur le site de la Bourse, dans un contexte d’atelier de verrier du VIe siècle, et à Saint-Sever dans les Landes (Foy 2008b : 59).

612Le nombre de galettes collectées à Châteauneuf-du-Rhône rapproche la villa du Palais des prestigieuses résidences aristocratiques de l’Antiquité tardive mises au jour dans le midi de la France (Foy 2007). Leur production n’est pas locale (voir 4.8.2.3, une ou des mosaïques en tesselles de verre).

Le verre brut

613La réalisation de tesselles peut se faire également à partir de blocs de verre non colorés intentionnellement. Deux blocs informes translucides ont été trouvés au Palais. Ils sont constitués de verre lumineux ; l’un, vert, présente de nombreuses arêtes vives (fig247, n° 7) et provient de l’US 680 qui a livré par ailleurs le fragment de galette rouge opaque ; l’autre, vert olive, a été trouvé dans les sondages de 1987 et présente l’aspect formel d’un silex taillé (fig247, n° 8).

614La matière brute, par exemple celle observable à travers les petits blocs de verre collectés, proviendrait de la côte syro-palestinienne mais aussi et surtout d’Égypte (Foy 2009 : 126), notamment le verre de teinte sombre, vert olive ou jaune-brun. Régionalement, le travail de ce type de verre dans des ateliers secondaires est attesté à Arles (Foy 2008a ; Foy 2010 : 391), notamment dans l’officine de la rue Truchet, ou à Marseille (Foy 1998 : 167 et 375 ; Foy 2008a).

Les « chutes » de taille

615Plusieurs fragments semblent résulter de la taille de galette, bloc ou plaque de verre. Un fragment de pâte de verre opaque bleu cobalt en forme de prisme à base triangulaire, qui semble être un déchet, provient de la même US que le fragment de galette rouge et le bloc vert. L’US 510 a livré trois morceaux de pâte de verre opaque à multiples arêtes (deux bleu roi et un vert) et l’US 574 deux fragments de même type, bleu cobalt. Des tesselles mal équarries, notamment un cube translucide vert olive décoré à la feuille d’or, proviennent de l’US 846 ; on peut signaler aussi de nombreux fragments de tesselles et certains cubes, plus gros que les tesselles habituelles qui pourraient illustrer également des déchets de taille.

Le matériel de l’artisan

616Une « pince » dont les bras subsistaient partiellement et qui avait conservé son ressort en bronze, trouvée dans la même couche que la galette jaune (sondage  n° 11, couche 4), a été considérée par P. Carlier comme une « pince de verrier ou de ferronnier ». Nous ne l’avons pas retrouvée ; l’association d’un « ressort » en bronze et de bras en fer est singulière.

617La partie basse d’un vase en céramique kaolinitique a été identifiée comme un « creuset » ; une coulure d’aspect vitreux s’observe sur la paroi externe mais sa paroi interne ne présente pas de coulures vitrifiées, à la différence, par exemple, du creuset de Viviers (Foy 1990 : 207, n° 5).

618Les traces d’activité de mosaïste(s) se retrouvent dans des sites de villa dans le sud de la France, comme à Séviac (Gers) ou à Montmaurin (Haute-Garonne), qui ont livré les mêmes artefacts de travail du verre qu’au Palais (Foy 2007 : 45). Dans le Midi, d’autres sites ont livré des témoignages de cette activité de mosaïstes : des fragments de galettes ont été découverts à Saint-Sever (Landes), d’autres associés à des débris de plaquettes de verre à feuille d’or, à du verre brut et à des tesselles à Rodez (Aveyron) ; dans cette ville, il faut noter des fragments de galettes et des tesselles réalisées dans du verre jaune (Foy 2008b : 57 et fig. 12) fort ressemblant à celui de la galette découverte à Châteauneuf-du-Rhône en 1987. À Arles et à Marseille des fragments de galette ont également été découverts (Foy 2007). D’autres lieux plus septentrionaux ont également fourni ce genre d’éléments.

619L’analogie de couleur et de texture entre les galettes, les blocs de verre, les déchets et les tesselles trouvées sur le site du Palais permet d’envisager qu’une partie tout au moins des cubes de mosaïque ait été taillée sur place. Mais le verre utilisé pour cette activité était-il produit au même endroit ? Parmi toutes les scories collectées lors des fouilles anciennes, quelques-unes présentent une légère vitrification rouge ou bleue ou parfois un point bleu turquoise correspondant à un point cuivreux. Cependant, la vitrification repérée peut résulter d’un travail de métallurgie et le creuset a été identifié par D. Foy comme un creuset de métallurgie (Foy 2007 : 46‑47 ; Foy 2008 : 58). Aucune coulure sur céramique, aucune goutte, aucun fil, aucun mors n’a été collecté. Sans élément nouveau, la présence d’un atelier dans la villa du Palais ne peut être avancée.

4.7.3. Tuiles et briques : une brique estampillée (J.‑Cl. Béal, †B. Rémy, A. Schmitt)

620Aucune étude typo-chronologique globale des tuiles et des briques de la villa du Palais n’a été effectuée, dont, au reste, l’importance du recyclage des matériaux aurait oblitéré des résultats, que la fragmentation des objets rendait aléatoires. Mais on s’est intéressé aux marques portées par certaines d’entre elles.

4.7.3.1. Des marques digitées

621Le corpus des marques digitées sur les tegulae du site funéraire de la Labre a été fait de manière systématique ; on y distingue notamment des marques en boucles ouvertes, serrées, croisées, en forme de S (voir 8.1.2.4). Ce corpus montre, sans pouvoir conclure, que ces marques sont également connues sur le site funéraire de Savasse (Drôme), au nord de Montélimar, dans des proportions différentes. Mais on en trouve également et plus largement, dans la Drôme, à Nyons, où les tegulae de deux inhumations jointes portent la même marque en boucle croisée, ou à Vercheny où une tuile, par ailleurs ornée d’une scène de chasse, porte une marque en boucle ouverte (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 466, fig. 678 et 702, fig. 1059) ou dans l’Ardèche, à Alba-la-Romaine, où une marque en boucle ouverte se trouve sur une tegula estampillée au nom de CLARIANA (Lauxerois 1977 : 34, fig. non numérotée) et, plus largement, sur le territoire français (Goulpeau, Le Ny 1989).

622Nous avons noté, de manière plus aléatoire, que des marques digitées comparables ont été découvertes dans les vestiges de la résidence du Palais.

623Dans la salle 831 de l’état IIIb de cette résidence (voir 4.5.2.2, « La salle des Amours 831 »), le sol mosaïqué reposait sur un hypocauste à canaux couverts par des tegulae dont les rebords avaient été abattus. Le démontage d’une partie de ce sol a permis de relever des marques digitées des divers types in situ (fig248) : des marques de types différents y voisinent sans ordre particulier, suggérant qu’elles soient bien des marques de tâcherons (Charlier 1999 : 164‑172), qui permettaient le décompte de la production individuelle à l’atelier et qui perdaient tout intérêt une fois les tuiles livrées sur un chantier de construction.

Fig. 248 – Localisation des marques digitées et de l’estampille sur les tegulae de l’hypocauste de la salle 831 (dessin et DAO : J. Vial).

Fig. 248 – Localisation des marques digitées et de l’estampille sur les tegulae de l’hypocauste de la salle 831 (dessin et DAO : J. Vial).

4.7.3.2. Une marque estampillée

  • 35 Le numéro d’inventaire est celui attribué dans le programme d’étude des marques sur TCA de la régi (...)

624Dans la même salle 831 et à un mètre de l’entrée du praefurnium, une autre tegula de couverture, brisée en sept fragments jointifs (inv. TEG 145 ; dim. complètes : 47,5 x 35,2 cm)35, portait sur sa face supérieure une marque estampillée sur deux lignes : TIIRTI . SVRI / TIICL[.---], avec un point rond de séparation entre TIIRTI et SVRI (fig249).

Fig. 249 – Tegula estampillée de l’hypocauste de la salle 831 (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 249 – Tegula estampillée de l’hypocauste de la salle 831 (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

625Le texte (hdl. : 0,9 cm) est inscrit en creux, sans cartouche, en lettres capitales. L’estampage a été mal réalisé et les lettres sont difficiles à lire, notamment à la ligne 2. Les E sont rendus sous forme de deux hastes parallèles. À la ligne 1, une bonne partie du V et du R ont disparu dans la cassure de la dalle. La marque peut être restituée par comparaison : Terti Surii / Tecl[a caui ou cani, c’est-à-dire Terti Suri/ Teg(u)la(ria) caui ou cani (opus)] : tuilerie de Tertius Surus, ouvrage de Cavus (ou de Canus).

626À en juger par sa dénomination (duo nomina seconde manière), Tertius Surus était citoyen romain. Tertius, son gentilice latin de formation patronymique, est peu fréquent en Narbonnaise (trois occurrences à Nîmes : CIL, XII, 3593, 3945, 3967) ; Surus, son très probable surnom, était probablement indigène, car on le rencontre fréquemment dans le domaine « celtique » (huit autres occurrences en Narbonnaise). Il est beaucoup moins vraisemblable de penser à Surius, un autre nom indigène (Delamarre 2007 : 175), d’autant qu’il n’est pas connu dans cette acception dans la Province, au moins pour le moment. Ici, comme dans les quelques autres tuiles qui portent cette marque, on ne peut distinguer entre les formes « Cani » et « Cavi ».

627La forme de cette marque est inhabituelle pour la Gaule romaine, notamment par la mention d’une (officina) teg(u)la(ria), d’une tuilerie, sauf à retenir, comme le CIL, une explicitation teg(u)la. G. Fédière (1980 : 14 et note 65, p. 28) signalait une abréviation identique à Rome : N . DECEITI / TEGLA / (ex) FIG(linis) . ASIN(i). POL(lionis) [CIL, XV, 2233]. V. Righini, de son côté, suggérait de restituer des formes (tegula) ARRIANA, (tegula) PANSIANA, etc., plutôt que (figlina) ARRIANA, (figlina) PANSIANA, le mot figlina n’apparaissant jamais qu’au pluriel (Borlengi 2003 : 322, note 18).

628Au vu de ses duo nomina seconde manière, il semble que cet artisan ait été actif après 150.

629La marque est désormais connue par douze exemplaires dans le sud-est de la Gaule. Dans le département du Vaucluse, un exemplaire (CIL, XII, 5679, 71, b : TIIRTI . SURII // TIIGLA CANI [A et N ou V ligaturés) provient d’une villa au lieu-dit Félines, à Saint-Pierre de Senos (commune de Bollène, Vaucluse). Aujourd’hui perdu, l’objet est connu par un estampage fait par Fl. Vallentin (Roumégous 2009 : 149, fig. 70, avec une transcription fautive : Türti Surrii / tiicla Cani). Il n’y a pas lieu d’identifier cet objet à celui qui est conservé au musée Calvet, d’autant que Saint-Pierre de Senos est à 5,5 km au sud et non à l’est de Saint-Paul-Trois-Châteaux où le second exemplaire a été découvert.

630Dans la Drôme en effet, E. Calvet signalait la découverte d’un exemplaire dans le mur d’une grande tour en 1797 aux abords et « au levant » de Saint-Paul-Trois-Châteaux (CIL, XII, 5679, 71, a : TIIRTI . SURII / TIIGLA . CAVI ou CANI : A et N ou V ligaturés ; lecture retenue : CANI). L’objet, conservé au musée Calvet d’Avignon, n’y a pas été retrouvé en 2018, mais il avait été dessiné par G. Fédière (1980 : pl. II, n° 7). Une transcription erronée (Pertius Surius Canus), donnée par J. Sautel (1957 : 28) a été reprise encore récemment (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 589). Une autre estampille (TII[--- ---] / TI[---- ----]) a été trouvée à Saint-Restitut, au quartier du Temple ou de Saint-Paulet, dans les fouilles de J. Anduran en 1974 ou en 1980. La marque TIIRTI SURII / TIICLA CAVI a été restituée (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 592, n° 326). Nous avons pu étudier cet objet (inv. TEG 232) conservé au musée Yvon Guéret de Pierrelatte. Un troisième exemplaire ([…]RTI . SURII / […]A […) provient de la villa de Chamblas à Chamaret (Drôme ; Fédière 1980 : 12‑13) et a été trouvé dans une salle chauffée qui pourrait avoir appartenu à un ensemble thermal. L’objet était conservé au musée des Granges Gontardes au Logis de Berre mais ne figure plus dans le mobilier rapporté de ce musée au MUSAT (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 204).

631En Ardèche, un exemplaire, découvert lors des fouilles de L.‑B. Morel (1885 : 55 : TIIRTI [… / TIIC[…) ; CIL, XII : 859), provient du site du sanctuaire du Châtelet à Andance ; il était conservé au Musée gallo-romain de Lyon (non retrouvé). A. Blanc (1975 : 74) a signalé un exemplaire de la marque TIIRTI SURII / TIICLA.CAVI provenant de Sarras (Ardèche), au quartier de la Rivière, qui était conservé alors dans la collection Montagu à Saint-Vallier (non localisée).

632Dans le département de l’Isère, deux exemplaires proviennent de Vienne : l’un (CIL, XII, 5679, 71, c : --]IRTI [--- / -]ICLA [---]), était conservé au MBAA de Lyon (non vidi), l’autre, trouvé par F. Mazauric au cimetière de Vienne en 1907, est conservé au musée de Nîmes (inv. 907‑23-2 ; Mazauric 1907 : 353 : (…]RTI . SURII … / …]CLA . CAVI …). Enfin, un objet ([-]IIRTI . SURII / [-]IIGLA . CAVI ou CANI), dont la provenance n’est pas connue, est conservé au MBAA de Vienne (Mémoire Chamoux 2010 : n° 38.VIEN.029 ; non retrouvé en 2018).

633Dans le département du Rhône, à Saint-Romain-en-Gal, c’est-à-dire encore dans l’agglomération viennoise antique, il faut mentionner deux exemplaires : le premier ([..]IRTI […), passé du cabinet de M. Chavernod au MBAA de Lyon (Comarmond 1855 : 95, n° 584), provient de Saint-Romain-en-Gal, sans plus de précision ; il n’est plus identifiable. Un autre, inédit (TIIRT . SVRII / TIICLA . CAV[-]), a été découvert en 1969 sur le site archéologique (Rapport GRAAL 1969 : 47 ; ici fig250), dans l’emprise d’une maison très partiellement dégagée qu’il est depuis convenu d’appeler la « Maison anonyme » (Faure-Brac 2006 : 466). Il est conservé au musée de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) où nous avons pu l’étudier (inv. TEG 218). Enfin, une marque de ce type a été trouvée en 1865 à Lyon, au jardin des Plantes (Allmer, Dissard 1892 : 226, n° 490.14 : TIIRTI SURII / TIICLA . CAVI avec ligature du A et du V ; non retrouvé en 2016).

Fig. 250 – Tegula estampillée de Saint-Romain-en-Gal (Musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal, inv. 1992.1.0619 ; cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 250 – Tegula estampillée de Saint-Romain-en-Gal (Musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal, inv. 1992.1.0619 ; cliché : J.‑Cl. Béal).

634Cette marque est donc connue entre Saint-Pierre-de-Sénos et Lyon, soit sur 170 kilomètres environ et fait donc partie des marques « régionales » (sur cette notion : Béal, Chamoux, Schmitt 2019), à la différence, par exemple, de la marque strictement « locale » L. JULIUS CAPER (Fédière 1980 : 10‑11), qui n’a été rencontrée que dans la villa des Mingaud à Saint-Paul-lès-Romans (Drôme : voir ci-dessus 1.2.5.8 et fig14, n° 4). Cependant, les producteurs de la marque TIIRTI SURII / TIICLA . CAVI ont surtout approvisionné des sites privés, de villae, à Chamaret, Sarras, Saint-Pierre-de-Sénos, Saint-Restitut, ainsi qu’une domus à Saint-Romain-en-Gal, leurs autres interventions en milieu urbain portant sur des édifices de nature incertaine. Une intervention sur un édifice public au sanctuaire d’Andance est probable, même si quelques vestiges d’un hameau sont connus autour du sanctuaire sur lequel, du reste, les marques du groupe régional de Clarianus sont les plus nombreuses : les producteurs à emprise régionale, certes à même de rafler les grands chantiers publics comme celui des thermes d’Aix-les-Bains (Béal, Chamoux, Schmitt 2019), ne négligent pas pour autant des chantiers privés plus modestes.

635Les données chronologiques sont minces. À en croire le fouilleur, l’objet de Saint-Restitut aurait été trouvé dans un édifice du Ier siècle, mais, en l’absence de données stratigraphiques, cette information doit être prise avec réserve, comme, à Chamaret, le fait que le site ait connu une importante occupation tardive. À Saint-Romain-en-Gal, la construction d’où provient l’exemplaire découvert en 1969 n’est pas datée précisément : si l’on attribue la construction de la maison au IIe siècle, on ne sait quelle relation stratigraphique le « mur intérieur » sur lequel la brique était « posée » (Rapport GRAAL 1969 : 11) entretenait avec la domus. De manière plus générale, on place l’abandon du site archéologique dans la seconde moitié du IIIe siècle, sans exclure des réoccupations ponctuelles au IVe siècle (Leblanc, Savay-Guerraz 1996 : 117‑118).

636Celui de Châteauneuf-du-Rhône fait partie d’un aménagement de la villa de l’état IIIb. La longueur de la tegula (0,475 m), comparable à celle des autres tegulae employées dans la même pièce (entre 0,46 et 0,52 m), suggère, comme l’identité des pâtes, que la tuile marquée appartient à un lot de tuiles tardives (Feugère 2000a) plutôt qu’à un lot plus ancien.

637Dans le cadre plus large du programme mené par J.‑Cl. Béal et A. Schmitt, la composition chimique de la tuile TEG 145 a pu être comparée à celles des tuiles TEG 218 de Saint-Romain-en-Gal et TEG 232 de Saint-Restitut, seules autres tuiles portant cette estampille qui soient disponibles à ce jour.

638Les analyses ont été effectuées au laboratoire de céramologie de l’UMR 5138 « Archéométrie et Archéologie » (université de Lyon) par fluorescence X en dispersion de longueur d’onde. Les constituants chimiques majeurs mesurés sont les suivants : CaO, Fe2O3, TiO2, K2O, Al2O3, MgO, MnO, Na2O, P2O5. Leurs teneurs sont exprimées en pourcentages d’oxydes. Les éléments traces sont présents en très faible quantité, leurs teneurs sont exprimées en partie par million (ppm) : Zr, Sr, Rb, Zn, Cr, Ni, La, Ba, V, Ce, Y, Th, Pb, Cu. Les taux de La, Y, Th, Pb et Cu sont très faibles et peu interprétables, ils ne sont pas présentés ici.

639Ces trois exemplaires présentent une pâte similaire rouge orangée fine contenant des inclusions grossières, ils sont fabriqués à partir d’une argile non calcaire ferrugineuse. L’étude détaillée des compositions chimiques (fig. 251) montre des différences très faibles entre les trois individus.

640En l’état actuel de la base de données du programme d’étude, il est assuré que ces trois objets proviennent d’un même atelier. Mais si la comparaison avec les références de Lyon permet d’exclure l’hypothèse d’une origine lyonnaise, il est actuellement impossible, en l’absence d’autres références d’atelier, de statuer sur la localisation de cette officine.

641Enfin, la composition chimique de la tuile TEG 145 a été comparée à celles de deux autres tuiles, non marquées (fig. 252).

642La tuile TEG 192 provient, comme la tuile estampillée, de la couverture du canal chauffant de la salle n° 831. La tuile TEG 326, découverte en 2017, faisait, quant à elle, partie du sol du canal chauffant (n° 424) de la salle basilicale 442 (voir ci-dessus, 4.5.2.2, « La salle des Amours 831 ») qui appartient, elle aussi, à l’état IIIb de la résidence. Or l’examen de la composition de ces tuiles montre que les trois exemplaires ne font pas partie d’un même lot. TEG192 et TEG145 diffèrent, entre autres, par leurs taux de calcium (CaO), fer (Fe2O3) et manganèse (MnO). Pour les éléments traces, les différences sont moins marquées. Il est donc vraisemblable que la couverture des canaux de chauffe de la salle des Amours a été faite à partir d’objets ou de lots disparates, éventuellement réemployés : la date de 150 est un TPQ qui a été ici largement dépassé, puisque les données architecturales et l’analyse de la mosaïque concourent à rattacher l’aménagement de la salle à l’état IIIb.

643Quant à TEG 326, elle présente une pâte claire fine très différente des autres. La lecture des données chimiques montre surtout un taux de chaux qui atteint 15,68 %. La plupart des teneurs des autres constituants sont également très différentes. Cette tegula n’a donc manifestement pas été fabriquée avec la même argile et témoigne d’un approvisionnement différent.

4.7.4. Les tuyaux de plomb : un tuyau estampillé (J.‑Cl. Béal, †B. Rémy)

644Pour alimenter en eau sous pression les vasques et la fontaine 444, il était nécessaire de recourir à des tuyaux dont la trace subsiste parfois. Aucun des bracelets qui permettent l’assemblage de tuyaux de bois dont elles révèlent la présence n’a été trouvé, mais deux tuyaux de plomb sont connus.

645Le premier a été rencontré dans la tranchée n° 2 des fouilles de 1993 (fig. 28), à 12,50 m de l’extrémité septentrionale du bâtiment de l’aile oriental, entre les murs M34 et M31. Il y est installé dans une tranchée en V (US 186) à une date « assez tardive […], ultérieure au deuxième sol ». La partie mise au jour présente un raccord en manchon à section polygonale.

646Le second tuyau équipe la vidange du grand bassin de la résidence, attribué à l’état IIIb (fig. 191). L’évacuation se fait en effet par un tuyau de plomb long de 0,81 m et déchiré par endroits à son extrémité orientale, du côté de la bonde où la tôle s’amincissait, et était retournée vers l’intérieur du conduit.

647Réalisé par soudure autogène avec un cordon trapézoïdal (l. : 25 mm ; H. max. : 9 mm) de métal rapporté (Cochet 2000 : 56‑59), il a un diamètre extérieur de 0,17 m, qui le range parmi les fistulae sexagenariae de la nomenclature de Frontin (De Aquaeductu Urbis Romae, I, 54).

648Il portait (fig253) à ses deux extrémités la même marque de plombier dans un cartouche rectangulaire prolongé par des queues-d’aronde (28,9 x 3,4 cm) [champ épigr. : 235 x 25 mm] ; les estampilles étaient placées identiquement, comme il est habituel (Cochet, Hansen 1986 : 58 et 62, fig. 32), près de ses extrémités et de part et d’autre de la soudure ; mais, contrairement à l’habitude, il n’y a, à chaque extrémité du tuyau, qu’une estampille et non deux, ce qu’explique sa longueur réduite, et ce qui montre que le tuyau a été coulé au format voulu, et non redécoupé. L’une des marques était visible dans le canal d’évacuation, l’autre était prise sous la paroi du bassin, dans le mortier de scellement du tuyau.

Fig. 253 – Tuyau d’évacuation du grand bassin (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 253 – Tuyau d’évacuation du grand bassin (dessin et DAO : M.‑N. Baudrand).

649Le texte (hdl : 27 mm) était entouré d’un cadre de 4 mm de largeur. Un point triangulaire sépare T du praenomen du nomen ATIUS. Le texte T. ATIUS PROCULIN, explicité T(itus) Atius Proculin(us), donne le nom d’un fabricant de tuyaux de plomb, qui était apparemment un citoyen romain désigné par ses tria nomina.

650Avec un ou deux T, Attia/us est un gentilice gaulois (Delamarre 2007 : 32 ; Lambert 2009 : 39‑48), bâti sur un hypocoristique. Il est bien attesté en Italie, mais est aussi très courant dans le monde gaulois et la Narbonnaise (cent autres occurrences in Lörincz 2005 : 90). Nom latin (Kajanto 1965 : 177), Proculinus est rare dans le monde romain : deux occurrences dans la Province (CIL, XII, 705, à Arles ; CIL, XII, 5683, 230, à Sainte-Colombe-lès-Vienne).

651L’artisan n’a pas précisé où était implanté son atelier, mais, comme le nom de ce plombier ne se retrouve pas ailleurs, nous pouvons envisager qu’il fût tricastin. Cependant, on ne notera pas sans intérêt que les tuyaux au nom de C. ATTIUS MARCELLINUS (avec deux T), aient été découverts à Vaison et à Alba-la-Romaine (CIL, XII, 5701, 14a-b ; Dupraz, Fraisse 2001 : 130, fig. 100), sans indication du rattachement à une ville. L’appartenance d’ATIUS PROCULIN(us) et d’ATTIUS MARCELLINUS à un même groupe artisanal n’est pas une hypothèse à exclure : ainsi, à Pommiers (Rhône), les deux tuyaux de plomb retrouvés dans la ferme de Bel Air sont aux noms de C. VALER(ius) FORTUN(atus) et de C. VAL(erius) EUTYCHIANUS, sans doute deux affranchis d’un même maître (Béal, Tourgon 2017), tandis que, C(aius) VAS URNAR(ius) et C. VAS GEDOL[---], autres affranchis, sans doute, d’un même maître, diffusent des briques dans la région lyonnaise et en Beaujolais à partir d’un gisement d’argile commun (Béal, Chamoux, Schmitt 2019).

4.8. Les décors de la résidence du Palais (J.‑Cl. Béal, V. Blanc-Bijon, N. Delferrière, D. Fellague)

4.8.1. Les pièces d’architecture moulurées en pierre découvertes en fouille (D. Fellague)

4.8.1.1. Catalogue

652Des pièces d’architecture moulurées ont été exhumées lors de différentes campagnes de fouilles, de 1996 à 2017, principalement dans la partie nord de la résidence, dans l’aile septentrionale ou à l’extrémité nord du portique oriental (fig. 254). Beaucoup ont été trouvées hors stratigraphie (la moitié des pièces du catalogue : n° 2‑4, 6, 8, 10‑11, 13‑15, 17, 20‑21, 28, 32‑33, 35) ; quelques-unes sont en position secondaire, que ce soit en remploi (n° 9) ou dans des remblais (n° 5, 7, 19, 31). Presque toutes les autres pièces furent recueillies dans les couches de démolition (n° 1, 12, 16, 22‑27, 29‑30, 34). Nous n’avons donc pas retenu une présentation par contexte de découverte. Dans le catalogue, les pièces libres, engagées et plaquées sont ordonnées en distinguant d’abord les matériaux (« pierre du Midi », calcaire dur, marbre), puis les différentes composantes de l’ordre, en commençant par la partie inférieure (base, fût, chapiteau…).

Fig. 254 – Plan de situation des découvertes des pièces moulurées prises en compte dans le catalogue (DAO : M. Drot et J.‑Cl. Béal).

Fig. 254 – Plan de situation des découvertes des pièces moulurées prises en compte dans le catalogue (DAO : M. Drot et J.‑Cl. Béal).

653L’ensemble des éléments lapidaires exhumés lors des fouilles n’a pas été examiné et nous nous attacherons ici aux éléments moulurés les plus significatifs que nous avons pu voir et manipuler. Nous ferons quelques exceptions en intégrant des pièces que nous décrirons seulement d’après des photographies.

  • 36 Un bloc en calcaire assez dégradé – que nous n’avons pas examiné – qui est soit une base soit un c (...)
  • 37 L’actuel propriétaire du château de Combeaumont, T. de La Mure, n’a pas connaissance d’objets anti (...)

654Nous n’avons pas inclus dans le catalogue les mentions de découvertes antérieures aux recherches sur le terrain de 1996 même si quelques pièces sont susceptibles d’être conservées36. Le site a fait l’objet de récupérations de matériaux bien après l’époque médiévale et divers éléments d’architecture furent recueillis au XIXe siècle, ainsi que dans la première moitié du XXe siècle. En 1817, N. Delacroix évoquait la découverte de « tronçons de colonnes » (Delacroix 1817 : 322) et l’on sait par A. Espanet que les membres de la famille Rivière de La Mure, les principaux propriétaires sur le site dans la première moitié du XIXe siècle, possédaient « des entablements » et des « ornements d’architecture » (Espanet 1859). Le château familial de Combeaumont conservait ainsi « un fragment de frise d’une excellente exécution […] en compagnie de deux ou trois autres » (Lacroix 1871 : 235)37. La récupération de pièces antiques à l’époque moderne comme les dommages causés aux vestiges pour faciliter le travail agricole expliquent que, lors des fouilles, plusieurs fragments erratiques aient été trouvés au décapage, dans des ramassages de surface.

Les composantes d’ordres libres

Les pièces en pierre du Midi : n° 1‑10

655N° 1 – Base de colonne (fig. 255)

Fig. 255 – Base n° 1, face latérale gauche et face antérieure (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague).

Fig. 255 – Base n° 1, face latérale gauche et face antérieure (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague).

Prov. : aile septentrionale de la résidence, espace de service n° 832 ; US 837 : couche de démolition devant le praefurnium de la salle des Amours (Ve siècle) ; état de conservation : lit de pose conservé. Une face latérale et une face postérieure sont conservées, mais il doit s’agir de parties retaillées. Une cavité circulaire traversant probablement toute la pièce a été creusée au niveau de la scotie.

L. cons. : 22,8 cm ; H. cons. : 17,9 cm ; prof. : 17,2 cm.

Base avec un tore inférieur (H. : env. 8,5 cm) ; une scotie entre deux listels, qui a le profil d’un cavet ; un tore supérieur (H. : 5,6 cm). Au-dessus, un listel et une moulure amorçant un profil concave (apophyge) correspondent sans doute à la partie inférieure du fût.

Nous pourrions hésiter à voir dans cette pièce une base de colonne, qui aurait été retaillée en créant une face latérale et une face postérieure lisses, ou une base de pilastre conçue ainsi dès l’origine. La première hypothèse a notre faveur. Quoi qu’il en soit, la cavité circulaire (diam. : 1,7 cm) observable sur la scotie et sur la nouvelle face postérieure a dû être creusée lors d’un remploi.

  • 38 Thèse Fellague 2007 : 578‑579, avec la bibliographie (pour toutes les références à notre thèse, vo (...)

L’absence de plinthe et la faible hauteur de la scotie en forme de cavet sont des indices pour songer à une chronologie à la fin de la République ou au début de l’époque impériale38. Il serait possible que la base ait été taillée avec la partie inférieure du fût, en plus de l’apophyge, ce qui aurait fourni un indice chronologique supplémentaire pour une date haute, mais ce point n’est pas vérifiable puisque le lit d’attente manque.

656N° 2 – Base ou fût de colonne (fig. 256)

Fig. 256 – Présumé fragment de base n° 2 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 256 – Présumé fragment de base n° 2 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : sondage n° 1 de 2017, extrémité orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : une faible partie d’une face moulurée est conservée.

L. cons. : env. 11,5 cm ; H. cons. : env. 7,6 cm.

Le fragment présente une moulure convexe d’environ 3,3 cm de haut entre deux listels (H. : 0,2 et 0,3 cm) et une partie concave. Il s’agit soit du sommet d’une base de colonne avec les vestiges d’un tore supérieur et de l’apophyge du fût soit de l’extrémité d’un fût de colonne solidaire de la base ou du chapiteau.

Dans le premier cas de figure, le fragment attesterait l’existence de bases de deux modules puisque le tore est considérablement moins haut que le tore supérieur de la base précédente.

657N° 3 – Base de colonne présumée

Prov. : sondage n° 1 de 2017, extrémité orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : partie d’une face moulurée et un lit conservés ; traces de mortier de tuileau importantes sur la face moulurée.

L. cons. : 13,8 cm ; H. : env. 3,9 cm ; prof. cons. du lit de pose : 2,1 cm.

Présumée partie inférieure d’une base de colonne qui débute par un listel, faisant alors probablement office de scamillus (H. : 0,5 cm), et qui conserve une partie d’une moulure concave (possible tore inférieur). Le lit de pose présente une incision qui suit la courbure du listel.

À Lyon, le scamillus sur le lit de pose se rencontre fréquemment sur des bases du début de l’époque impériale (Thèse Fellague 2007 : 76, 300‑301, 382, 579‑580), mais on ne saurait s’en servir comme un indice chronologique car il peut être présent sur des bases plus récentes. Le mortier de tuileau sur le tore témoigne d’un remploi dans une maçonnerie.

658N° 4 – Fût de colonnette (fig. 257)

Fig. 257 – Fragment de fût de colonnette n° 4 et chapiteau ionique n° 5 (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague). Détails du chapiteau n° 5 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 257 – Fragment de fût de colonnette n° 4 et chapiteau ionique n° 5 (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague). Détails du chapiteau n° 5 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : moins de la moitié d’un fût conservé en diamètre ; lit d’attente conservé ; quelques cassures en surface.

L. cons. : env. 23,5 cm ; diam. évalué à 26,2 cm (restitution) ; H. cons. : 24,7 cm ; prof. cons. : 12,6 cm.

Faible portion d’un fût de colonnette lisse. Au lit d’attente, vestiges d’une mortaise (5 cm x 2,3 cm cons. ; prof. : 5 cm), qui a pu être utilisée pour le tournage du fût.

La dimension de la pièce autorise à l’associer au chapiteau ionique n° 5 trouvé sur le site : en effet, le fût a un diamètre équivalent à celui du lit de pose de ce chapiteau, que nous plaçons volontiers au début de l’époque julio-claudienne (époque augustéenne ?) sur des critères typologiques. En outre, le calcaire tendre est de même nature. Il s’agit sans doute de deux pièces contemporaines appartenant à la même colonnade même si les secteurs de découverte sont éloignés d’une cinquantaine de mètres.

659N° 5 – Chapiteau ionique de colonnette (fig. 257)

Prov. : portique méridional de la résidence ; US 548 : remblai du canal 540 sous le portique méridional externe 681 de la résidence IIa (fin du Ier siècle ap. J.‑C.-IIe siècle ap. J.‑C.) ; état de conservation : le lit de pose est conservé, mais le lit d’attente manque. Deux faces jointives du chapiteau sont en partie conservées ; existence de quelques cassures ; la seule volute préservée est dégradée ; le balustre conservé est incomplet.

L. cons. : 24,8 cm ; diam. au lit de pose évalué à 26,2 cm (restitution) ; H. cons. : 13,7 cm ; prof. cons. : 25,7 cm.

Fragment de chapiteau ionique avec deux faces jointives conservées : une face à volutes et l’autre à balustre. Le chapiteau est donc sans doute du type « normal » (présence de volutes sur deux faces opposées). Sous l’échine ionique et le balustre, le bloc comporte le sommet du fût de colonnette avec un congé, un filet et un astragale de perles et de pirouettes. Cinq perles complètes sont conservées ainsi que les vestiges d’une sixième. Les perles sont allongées (l. : 4,4‑4,5 cm). Les pirouettes, légèrement espacées entre elles, adoptent généralement une forme discoïdale, mais elles sont parfois proches de la forme plano-convexe.

La face à volutes comportait un ovolo d’oves et de fers de lance disposé entre deux volutes, dont une seule subsiste. L’ovolo comptait cinq oves avec trois complets au centre, dont les deux latéraux sont recouverts par une demi-palmette. Seul l’ove central a un profil légèrement bombé. À l’extrémité droite, une portion d’ove est coincée entre l’échine et le balustre. Elle devait avoir son équivalent symétrique à gauche. Les oves ont une base épointée et leur sommet devait être plat ou légèrement arrondi, d’après ce que l’on peut juger de l’ove central. Ils sont bien dégagés des coquilles qui les entourent. Ces dernières, de section plate, se rejoignent sous les oves et s’incurvent vers l’intérieur. Les fers de lance sont solidaires des coquilles et présentent une section angulaire.

De la volute conservée à droite subsiste une partie de l’enroulement, mais il reste difficile de préciser comment était l’œil de la volute. Au-dessus de l’échine ionique, un bandeau en retrait faisait office de canal de volute.

Le balustre était orné de deux feuilles d’acanthe reliées par un baudrier (l. : 3 cm) orné de deux gousses. D’après la feuille presque entièrement conservée (l. : 16,6 cm), il s’agit d’une feuille d’acanthe divisée en lobes comportant cinq à six courtes digitations pointues. Les lobes sont parcourus d’une profonde incision axiale incurvée. Les digitations de lobes voisins se rencontrent selon un découpage symétrique offrant des zones d’ombre en forme de gouttes suivies d’un triangle isocèle fermé et d’une figure ouverte.

L’abaque semble comporter deux bandeaux séparés par un congé. Le reste est très dégradé. En partie supérieure du bloc, au niveau du lit d’attente manquant, subsiste une cavité rectangulaire (4,5 cm cons. x 1,9 cm ; prof. cons. : 4,6 cm) positionnée sur la diagonale du bloc. Nous ignorons s’il pouvait s’agir d’un trou de louve désaxé.

  • 39 Seul, l’argument est à manier avec précaution puisque les oves et fers de lance refont leur appari (...)
  • 40 En plus des exemples indiqués, signalons une comparaison plus proche géographiquement avec les blo (...)

L’allongement des perles, la forme des oves et fers de lance39 (Fellague 2007 : 659, type 1a)40, l’importance des demi-palmettes ainsi que les détails de la feuille d’acanthe orientent vers une datation augustéenne. Citons en exemple les feuilles de chapiteaux corinthiens ou composites attribués au « Palais d’Agrippa » (20 av. J.‑C.-10 ap. J.‑C.) à Lyon (Thèse Fellague 2007 : 645‑646).

660N° 6 – Chapiteau toscan de colonne (fig258)

Fig. 258 – Chapiteau toscan n° 6 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 258 – Chapiteau toscan n° 6 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : moins d’un quart d’un chapiteau avec le lit d’attente en grande partie conservé ; cassures ; traces de mortier en surface.

L. cons. : 30,2 cm ; H. cons. : 22,1 cm ; prof. cons. : ca 28 cm. Évaluation du diamètre en partie inférieure, à partir du relevé : 32,80 cm.

La pièce présente une succession de moulures lisses : un possible bandeau dont il ne subsiste que quelques millimètres, un autre bandeau (collet ?), un cavet peu prononcé surmonté d’un listel (couronnement du collet ?), où l’on pourrait hésiter à voir un talon, et un second cavet, à la courbure peu prononcée mais de hauteur importante (échine ?). Enfin, un listel assure la transition avec l’abaque. Une face de l’abaque est conservée en partie (H. : 7,9 cm sans le scamillus).

Le lit d’attente comporte un scamillus (H. : 0,6 cm). Des traces de tournage sont visibles sur la surface du chapiteau.

En raison de la diversité des agencements possibles dans les moulurations des chapiteaux toscans, il semble périlleux de proposer une datation pour un chapiteau dépourvu de motifs. Une datation au Haut-Empire est néanmoins envisageable, d’autant plus que la présence de mortier sur la surface pourrait indiquer un remploi.

661N° 7 – Chapiteau toscan présumé

Prov. : moitié orientale de l’aile méridionale près du pavillon 682 ; US 581 : remblai de nivellement postérieur à la construction du portique occidental de l’état IIb (IIe siècle) ; état de conservation : lit d’attente conservé ainsi que le soffite de l’abaque présumé ; plusieurs cassures.

L. cons. : 24,8 cm ; H. cons. : 10 cm (dont 9,8 cm pour le bandeau) ; prof. cons. : 22 cm.

Pièce avec deux faces jointives comportant un bandeau. Il existe les vestiges d’une moulure circulaire sur une face, ce qui pourrait faire penser que le bloc est, soit la plinthe d’une base, soit, plutôt, l’angle de l’abaque d’un chapiteau. Dans ce cas, nous aurions affaire à un fragment de chapiteau toscan.

662N° 8 – Chapiteau corinthianisant de pilier transformé en claveau (?) [fig259]

Fig. 259 – Chapiteau corinthianisant de pilier transformé en claveau n° 8 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 259 – Chapiteau corinthianisant de pilier transformé en claveau n° 8 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : le lit d’attente originel est conservé ; le relief du chapiteau est dégradé.

L. cons. : 43,8 cm ; H. cons. : 14,7 cm ; prof. cons. : 34,3 cm.

Fragment supérieur de chapiteau, scié et retaillé pour en faire un moellon de section triangulaire, probablement un claveau. Ainsi, le lit d’attente et la partie inférieure sciée du chapiteau (en laissant un léger décrochement) correspondent aux deux lits en coupe du claveau. La face du claveau destinée à être visible (la tête) a été retaillée ; il s’agit de la face opposée à celle qui conserve des vestiges du chapiteau (tête postérieure). Les deux douelles sont grossières (retaille au taillant ?).

Concernant la pièce originelle, seuls le sommet du calathos du chapiteau et une partie de l’abaque sont conservés. En haut à gauche du calathos, une feuille d’acanthe recourbée, qui empiète sur la lèvre, semble être une volute végétalisée plutôt qu’une volute classique de chapiteau corinthien. Subsistent des vestiges du motif axial du calathos avec l’extrémité de trois feuilles au sommet épointé : deux feuilles de directions divergentes, tangentes à la lèvre du calathos, devaient être disposées de part et d’autre d’une gousse à deux valves dont on conserve l’extrémité d’une seule. L’absence d’hélice au centre du calathos confirme que la composition n’est pas celle d’un chapiteau corinthien. Il est donc préférable de choisir la dénomination de chapiteau « corinthianisant ». En outre, le volume assez plat du calathos indique qu’il devait s’agir d’un chapiteau de pilier.

La lèvre du calathos (H. : 1,5 cm) est saillante au centre. L’abaque (H. : ca 6 cm) est composé de trois moulures : un cavet orné de godrons, un listel et un astragale orné. Le relief dégradé de ce dernier peut faire hésiter entre un décor de perles ou, ce qui serait plus attendu, celui d’une torsade (Thèse Fellague 2007 : 681). On conserve des vestiges de cinq godrons à ménisques (l. : ca 3,1‑3,3 cm ; espacement de 0,5 cm), à gauche de l’emplacement du fleuron, légèrement inclinés vers la gauche. Les godrons qui étaient situés de l’autre côté du fleuron (dont on distingue très faiblement les vestiges d’un élément) étaient sans doute inclinés dans le sens inverse.

Le lit d’attente présente des traces d’outil et une ligne incisée sur 9 cm de long. Une cavité creusée au niveau du fleuron (ca 5,5 cm de côté ; prof. : ca 5 cm) pourrait être liée au remploi.

Les chapiteaux corinthianisants sont des pièces à l’ornementation raffinée, qui sont employées dans des habitations luxueuses, mais aussi dans des monuments publics. Le plus souvent, il s’agit de chapiteaux de pilastres en marbre. Il est plus rare de rencontrer des chapiteaux corinthianisants de pilier en calcaire. Ainsi, à Lyon parmi la dizaine de chapiteaux corinthianisants que nous avions observés, deux sont des éléments de colonnes libres (une en calcaire) et deux pièces sont des éléments de piliers (une en marbre, une en calcaire provenant du quartier d’habitation de la Solitude). Il n’y a pas d’indices suffisants pour proposer une chronologie précise, mais une datation au Haut-Empire est tout à fait envisageable.

663N° 9 – Corniche (fig. 260)

Fig. 260 – Corniche n° 9 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 260 – Corniche n° 9 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : découvert en 2001 en remploi dans le blocage dans lequel les canaux de chauffe de la salle des Amours 831 sont construits (état IIIb) ; état de conservation : aucun lit et aucune face latérale n’est conservé ; cassures sur la doucine ; du mortier recouvre encore partiellement le bloc, en particulier en partie inférieure.

L. cons. : 25,4 cm ; H. cons. : 10,4 cm ; prof. cons. : 17,8 cm.

Fragment d’une corniche dont les premières moulures ne sont pas conservées. Il comporte en soffite deux plaquettes rectangulaires (l. : 4 cm ; espace entre les motifs : 1,8 cm), qui ne peuvent pas réellement être appelées des modillons. Au-dessus, la mouluration est en partie conservée avec une doucine et un bandeau. Sur le lit d’attente, qui n’est pas conservé, une partie est démaigrie à l’arrière.

Pour l’instant, nous n’avons pas de parallèles pertinents à proposer pour ce type de corniche.

664N° 10 – Couronnement présumé

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : le lit de pose manque ; le lit d’attente est en partie conservé ainsi qu’une face latérale lisse.

L. cons. : 18 cm ; H. cons. : 14,4 cm ; prof. : 14,8 cm.

Bloc de couronnement présumé avec une face latérale lisse et une mouluration sur deux faces jointives. Sur une face moulurée, le bloc présente en partie inférieure une doucine, un filet, la partie inférieure d’une doucine ou un quart-de-rond. Le reste de la mouluration n’est pas conservé. Sur l’autre face jointive moulurée, le bloc offre en partie supérieure un bandeau et un filet. Il semblerait que les deux faces jointives ne présentaient pas la même mouluration car le prolongement du quart-de-rond ou de la doucine sur une face n’est pas cohérent avec la présence du bandeau sur l’autre face. Il est difficile d’assurer pour autant que ceci témoigne d’une sculpture appartenant à deux époques avec un remploi.

Les pièces en calcaire dur : n° 11‑14

665Les pièces sont majoritairement sculptées dans un calcaire blanc (mais qui peut parfois offrir des teintes rosâtres selon l’éclairage). Il a été identifié par A. Schmitt et J.‑Cl. Béal comme le calcaire à faciès urgonien de la colline de Monceau à Allan, située à sept kilomètres du site (voir ci-dessus, 4.7.1.2).

666N° 11 – Base de colonne (fig261)

Fig. 261 – Base de colonne n° 11 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 261 – Base de colonne n° 11 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : base dégradée, qui comporte quatre fragments jointifs et présente de nombreuses fissures ; les lits sont conservés ainsi qu’à peu près la moitié de la base, en plan. Le bloc a peut-être été buché en partie inférieure.

L. cons. : 38,4 cm ; H. : 25,8 cm ; H. du filet et du listel : env. 1,4 cm ; H. du tore supérieur : env. 5,6 cm.

Base de colonne de type attique. Au-dessus de la plinthe et du tore inférieur, qui n’ont pas été conservés (à part quelques millimètres), subsistent les vestiges d’un listel, d’une scotie en forme de cavet, d’un second listel et du tore supérieur. Traces d’outil sur les lits et sur les moulures.

Par comparaison avec quelques bases lyonnaises, la scotie relativement haute oriente vers une datation postérieure au Haut-Empire (Villedieu 1990 : 42 et fig. 20, bases d’un monument du Ve siècle à Saint-Jean ; Thèse Fellague 2007 : 582). En se basant seulement sur la typologie, il est néanmoins difficile de préciser s’il faut rattacher la pièce à l’état IIb, IIIa ou IIIb.

667N° 12 – Chapiteau toscan de colonnette (fig. 262)

Fig. 262 – Chapiteau toscan de colonnette n° 12 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 262 – Chapiteau toscan de colonnette n° 12 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : aile septentrionale de la résidence, espace de service 832 ; US 837 : couche de démolition devant le praefurnium de la salle des Amours (Ve siècle) ; état de conservation : les lits ne sont pas conservés.

L. cons. : 23 cm ; H. cons. : 18,2 cm ; évaluation du diamètre au lit de pose (restitution, mais avec un lit de pose manquant) : 21,5 cm selon le relevé ; prof. cons. : 17,9 cm.

Fragment de chapiteau toscan avec, de bas en haut, un bandeau conservé sur quelques millimètres. Au-dessus se développe un large cavet, en avancée, un listel puis un bandeau à moins qu’il s’agisse plutôt du départ d’une doucine à l’arrondi peu prononcé.

Il est difficile de préciser la chronologie de la pièce en prenant en compte les seules moulurations lisses. Remarquons cependant que le traitement de surface est similaire sur la base de colonne n° 11, taillée dans un calcaire du même type. Nous pourrions avoir affaire à deux composantes de la même colonnade.

668N° 13 – Chapiteau toscan de colonnette (fig263)

Fig. 263 – Fragments de chapiteaux toscans n° 12 et 13 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 263 – Fragments de chapiteaux toscans n° 12 et 13 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : sondage  n° 2 des fouilles de 2017, dans l’axe médian de la salle basilicale et du portique qui la dessert ; hors stratigraphie ; état de conservation : seule une partie de la face moulurée est conservée.

Dimensions (Rapport Béal, Dumas 2017 : 38) : L. cons. : 16,5 cm ; H. cons. : 11,5 cm.

Fragment de chapiteau toscan de même type, de même caractéristique (traitement de surface) et de même module que la pièce n° 12.

Le fragment appartient ainsi à la même colonnade que le chapiteau n° 12, mais il n’est pas possible de déterminer si les deux éléments appartenaient au même chapiteau car ils ne sont pas jointifs. Remarquons l’éloignement du lieu de découverte des deux pièces (fig. 254).

669N° 14 – Chapiteau corinthien (?) de colonne (fig264)

Fig. 264 – Chapiteau corinthien n° 14 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 264 – Chapiteau corinthien n° 14 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : seuls le lit de pose et une partie de la surface sont conservés ; cassures des feuilles.

L. cons. : 23,7 cm ; diam. évalué à 30,2 cm (restitution) ; H. cons. : 12,1 cm ; prof. cons. : 7,7 cm.

Fragment de la partie inférieure d’un chapiteau dont il ne subsiste qu’une partie de deux feuilles d’une couronne, aux feuilles d’acanthe ou acanthisantes. La pièce est trop lacunaire pour qu’on puisse préciser s’il s’agit du fragment d’un chapiteau corinthien (ou corinthianisant) ou au contraire composite.

La partie inférieure du chapiteau est lisse puisque les feuilles de la première couronne sont sculptées seulement à 3,4 cm du lit de pose. Il ne subsiste que des faibles vestiges de deux feuilles. Nous distinguons en particulier une partie de leur nervure médiane, large et plate, jouxtée de deux profondes rainures verticales. De manière générale, la sculpture est assez plate et il est fait un large usage du trépan. Les deux feuilles voisines entrent en contact de manière symétrique avec deux digitations qui se touchent par la pointe au-dessus d’une partie arrondie, issue de la fusion des deux feuilles à leur extrémité inférieure. Des traces d’un outil à pointe sont visibles au lit de pose.

  • 41 Voici quelques exemples, parmi d’autres, dans Lapart 1985 : fig. 5, 10 et 15 (chapiteaux de l’Anti (...)
  • 42 Voir des comparaisons dans Thèse Domingo 2006 : BAR010 (lobe de forme pointue ; chapiteau composit (...)

Même si le chapiteau est très lacunaire et dégradé, la sculpture conservée est suffisante pour qu’on puisse penser que la pièce est postérieure au Haut-Empire. En effet, quelques éléments orientent vers une datation de l’Antiquité tardive : la bande lisse de hauteur importante avant la sculpture de la première couronne41 ; la sculpture plate ; le large usage du trépan ainsi que l’arrondi en partie inférieure qui unit deux feuilles voisines42. Il s’agit sans doute d’un vestige se rapportant au dernier état de construction de la résidence (Ve siècle).

Un élément de colonne engagée en marbre

670N° 15 – Base de colonnette engagée (fig. 265)

Fig. 265 – Base de colonnette engagée n° 15 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 265 – Base de colonnette engagée n° 15 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; état de conservation : toutes les faces sont en partie conservées ; cassure sur les moulures de la base, à droite, à partir de la scotie ; cassures sur la partie droite de la face postérieure (à moins qu’il s’agisse d’une partie en léger démaigrissement, sur une largeur d’environ 4 cm) ; quelques cassures aux angles de la plinthe et sur des arêtes.

L. de la plinthe : 25,8 cm. ; diam. au lit d’attente évalué à 20,8 cm selon le relevé ; H. : 15,9 cm ; H. de la plinthe : env. 4,8 cm ; H. du tore inférieur : 3,7 cm ; H. du tore supérieur : 2,4 cm ; prof. au lit de pose : env. 8 cm, d’une extrémité à l’autre ; prof. : de 9,1 cm à gauche à 9,7 cm à droite.

Base attique de colonne engagée, qui était donc plaquée contre une maçonnerie. Elle comporte une plinthe, un tore inférieur légèrement en retrait par rapport à la plinthe, un filet, une scotie haute et relativement droite, un autre listel, un tore supérieur de faible hauteur (en retrait par rapport au tore inférieur) ainsi qu’un dernier listel. Un congé fait la transition avec le lit d’attente en retrait.

Comme c’est souvent le cas pour un placage, la face postérieure est inclinée par rapport au lit de pose (inclinaison d’environ 113°), excepté en partie supérieure, mais cette dernière n’est peut-être pas conservée. La couleur rougie de la face postérieure est probablement due au mortier qui était appliqué entre le mur et le bloc.

Par comparaison avec des bases lyonnaises, le profil de la scotie, relativement haute et verticale, oriente vers une datation postérieure au Haut-Empire. La hauteur étant bien plus faible que celle de la base n° 11 (15,9 cm ici contre 25,8 cm), on peut difficilement envisager de restituer les deux colonnades au même endroit ou au même niveau. Remarquons que la longueur de la plinthe de la base n° 15 est équivalente à la hauteur de la base n° 11, sans que nous sachions s’il s’agit d’une simple coïncidence.

Les placages ornés (moulures lisses ou avec des motifs)

Les placages en calcaire dur : n° 16‑21

671N° 16‑17 – Plaques avec un décor de cannelures ondulées

  • 43 Le décor en forme de S est en revanche utilisé à dates plus anciennes sur des objets. Voir l’exemp (...)

La décoration de ces pièces, dont l’orientation est difficile à assurer, est originale : il ne s’agit pas de cannelures torses en spirale, mais de cannelures avec un tracé sinueux en forme de S qui ne sont pas sans rappeler les sarcophages à décor de strigiles. L’existence d’une cavité de scellement sur la pièce n° 17 comme les traces de mortier permettent d’écarter une identification avec des fragments de sarcophages. L’animation non conventionnelle pour les cannelures sur une possible pièce d’architecture43 oriente vers une période postérieure au Haut-Empire. Ceci concorde avec le contexte du fragment n° 16, qui est rattaché à la dernière occupation sur le portique oriental de la résidence.

672N° 16 – (fig266)

Fig. 266 – Fragment de placage n° 16 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 266 – Fragment de placage n° 16 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : extrémité nord du portique oriental de la résidence : dernière occupation sur le portique (350‑425 ap. J.‑C.) ; US 510 : couche de démolition (abandon) ; état de conservation : faces postérieures, antérieure et une face latérale (?) conservées ; fissures.

L. cons. : 30,3 cm ; H. cons. : 18 cm ; prof. : 2,2 cm.

À une extrémité, la plaque présente une bande droite (l. : 2,1 cm) suivie d’une cannelure droite (l. : 2,1 cm) tandis que les autres cannelures sont ondulées. Nous dénombrons les vestiges de onze cannelures ondulées à arêtes vives. Leur largeur varie quelque peu (l. : de 2,3 à 2,6 cm).

La présumée face latérale conservée est biseautée et présente des traces de mortier rose. La face postérieure est lisse.

673N° 17 – (fig267)

Fig. 267 – Fragment de placage n° 17, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 267 – Fragment de placage n° 17, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; calcaire comparable au calcaire de la colline de Monceau à Allan ; état de conservation : les lits manquent ; une face latérale présumée en partie conservée ; quelques cassures sur la face antérieure et la face postérieure.

L. cons. : 27,7 cm ; H. cons. : 27,2 cm ; prof. : env. 5,9 cm.

Placage dont la face antérieure comporte une bande verticale plate et lisse (l. : 3,6 cm), puis les vestiges de sept cannelures à l’extrémité arrondie. Nous ignorons dans quel sens doit se lire le fragment. Nous avons considéré arbitrairement qu’une face en partie conservée était la face latérale gauche. Seule la cannelure gauche est verticale, les autres sont courbées dans le même sens. La cannelure verticale est aussi la seule jouxtée de méplats : les autres cannelures sont à arêtes vives. La largeur de la première cannelure avec les méplats est équivalente à la largeur des autres cannelures à arêtes vives. À cause de la différence de tracés entre la première cannelure et les autres, la deuxième cannelure est tronquée en partie supérieure. L’extrémité arrondie des cannelures était surmontée d’un listel dont il ne subsiste que des faibles vestiges.

Sur la face latérale faiblement conservée, qui est biseautée, il existe une cavité de scellement circulaire (diam. : env. 0,9 cm ; prof. : env. 4 cm). La face postérieure grossière offre des traces de broche. Des traces orangées pourraient être les vestiges du mortier de tuileau appliqué entre un mur et le placage.

674N° 18 – Mouluration de couronnement (ou de base)

Prov. : US 869, sur le sol de tuileau de l’espace de service de l’aile septentrionale (abandon). État de conservation : la face latérale droite semble manquante ; quelques cassures ; présence de mortier de tuileau sur le lit de pose, la face antérieure et la face latérale, attestant le remploi du fragment dans une maçonnerie.

L. cons. : 14,5 cm ; H. : 5,8 cm ; prof. : 6,7 cm ; prof. au lit de pose : 1,5 cm ; prof. au lit d’attente : 6,5 cm.

Couronnement de placage mouluré en face antérieure avec, de bas en haut, un bandeau, une doucine, un filet et un quart-de-rond. La face latérale gauche présente un léger cadre d’anathyrose avec une bande lisse bien travaillée en bordure de la face antérieure.

Il n’est pas possible de préciser la chronologie de ce placage. Les traces de remploi de la pièce dans une maçonnerie pourraient, sans certitude, faire penser à un élément du Haut-Empire.

675N° 19 – Mouluration de couronnement (ou de base)

Prov. : sondage à proximité de l’exèdre orientale ; US 595 : remblai supportant le niveau de circulation dans la salle basilicale, état IIIb.

H. : 5,6 cm ; prof. : 6,9 cm.

Un fragment que nous n’avons pas vu, mais dont le profil a été relevé en 1998, semble pouvoir être rapproché de la pièce n° 18, même si la pièce est désignée comme du marbre blanc.

676N° 20 – Couronnement (fig268)

Fig. 268 – Couronnement n° 20 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 268 – Couronnement n° 20 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : sondage  n° 2 de 2017, dans l’axe médian de la salle basilicale et du portique qui la dessert ; hors stratigraphie ; calcaire comparable à celui de la colline de Monceau à Allan ; état de conservation : face latérale droite manquante ; plusieurs cassures sur la face moulurée ; légères traces de mortier de tuileau sur la face moulurée ainsi que sur le lit d’attente.

L. cons. : 22,9 cm ; H. : 5,7 cm ; prof. au lit de pose : 2,6 cm ; prof. au lit d’attente : 7 cm.

Fragment de placage avec l’extrémité gauche d’un couronnement au-dessus d’une bande lisse de 0,8 cm de haut. Il ne s’agit pas de couronnement de pilastre car aucun fût n’est visible sous le couronnement. Ce dernier comporte une doucine, un listel et un quart-de-rond. À titre d’hypothèse, nous pouvons songer à un couronnement au-dessus du linteau d’une porte (voir des comparaisons dans Fouet 1983 : 106, fig. 49, pl. 24.B).

Il existe une mortaise circulaire (diam. : 0,8 cm) sur le lit d’attente, à proximité de la face latérale droite manquante, qui a sans doute servi pour la fixation d’une « patte à marbre ».

La mouluration est du même type que les pièces précédentes et les hauteurs sont comparables, ce qui permet d’envisager une situation identique. Là aussi, les traces de mortier de tuileau sur la face moulurée pourraient faire songer à un remploi d’une pièce du Haut-Empire.

677N° 21 – Mouluration de couronnement (ou de base)

Prov. : sondage  n° 2 de 2017, dans l’axe médian de la salle basilicale et du portique qui la dessert ; calcaire rosé ? ; hors stratigraphie ; état de conservation : lits et face latérale gauche conservés.

L. cons. : 10,3 cm ; H. : 2,7 cm ; prof. cons. : 6,7 cm.

Fragment de mouluration de couronnement (ou de base) de petit module avec un filet (H. : env. 0,35 cm), une doucine et un bandeau (H. : env. 0,8 cm).

Traces d’outils sur la face latérale gauche. La face postérieure cassée présente des traces d’impact d’un outil qui sont peut-être liées à la récupération des matériaux.

Les placages en marbre : n° 22‑35

678N° 22‑24 – Fûts de pilastres cannelés

Trois fragments exhumés dans le même secteur appartiennent sans doute à des fûts de pilastres cannelés du même type.

679N° 22 – Fût de pilastre cannelé (fig269)

Fig. 269 – Fût de pilastre cannelée n° 22 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 269 – Fût de pilastre cannelée n° 22 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : extrémité nord du portique oriental de la résidence : dernière occupation sur le portique (350‑425 ap. J.‑C.) ; US 510 : couche de démolition ; marbre avec des veines bleutées ; état de conservation : les lits manquent ; cassures sur les faces latérales.

L. : 29,2 cm ; H. cons. : 30 cm ; prof. : 4,4 cm ; l. cannelures : 3,2 cm ; l. des méplats : 2,6 cm.

Probable fragment de fût de pilastre qui comporte cinq cannelures légèrement inclinées. Subsistent des traces de mortier sur la face postérieure ainsi que des traces de mortier de tuileau sur les bords biseautés.

  • 44 Voir l’exemple d’un fût de pilastre de la villa de Chiragan (IIIe-IVe siècles), où la largeur des (...)

La largeur importante des méplats par rapport aux cannelures (80 % de la largeur des cannelures) pourrait être utilisée comme indice pour orienter vers une datation de l’Antiquité tardive44, ce qui s’accorderait avec le contexte de découverte.

680N° 23 – Fût de pilastre du même type

Prov. : identique au fragment n° 22 ; marbre avec des veines bleutées ; état de conservation (d’après une photographie) : deux fragments jointifs ; le marbre est pulvérulent ; les lits manquent.

Deux fragments jointifs présentent les vestiges de quatre cannelures d’un fût de pilastre. Nous n’avons pas examiné de près ces fragments pour vérifier si les dimensions des cannelures et des méplats sont identiques à celles de la pièce ci-dessus.

681N° 24 – Fût de pilastre du même type

Prov. : identique au fragment n° 22 ; matériau : marbre avec des veines bleutées ; état de conservation (d’après une photographie) : une face latérale est peut-être conservée ; les lits manquent.

Fragment avec les vestiges de deux cannelures d’un fût de pilastre (dont une cannelure complète).

682N° 25 – Fragment de feuille d’un chapiteau (fig. 270 à gauche)

Fig. 270 – À gauche, fragment de feuille n° 25 (cliché : J.‑Cl. Béal) ; à droite, fragment avec un décor de feuille n° 26 (cliché et DAO : D. Fellague).

Fig. 270 – À gauche, fragment de feuille n° 25 (cliché : J.‑Cl. Béal) ; à droite, fragment avec un décor de feuille n° 26 (cliché et DAO : D. Fellague).

Prov. : bâtiment septentrional de la résidence, US 945 : couche d’effondrement et de démolition du praefurnium 940 (phase d’abandon) ; matériau : marbre blanc ; état de conservation : d’après une photographie, les deux tiers d’une feuille sont conservés ; cassures de certaines digitations.

Vestiges d’une feuille d’acanthe conservée à peu près aux deux tiers et appartenant sans doute à un chapiteau. Les lobes sont mal individualisés. Les digitations au sommet pointu présentent une section angulaire et sont parcourues d’une incision axiale. Le dos de la feuille est lisse. De manière arbitraire, nous avons rangé ce modeste fragment parmi les placages alors qu’il pourrait tout aussi bien être un fragment de chapiteau de colonne ou de colonne engagée.

Ce type de feuilles, qui pourrait être un héritage des feuilles des chapiteaux « asiatiques » peut trouver des comparaisons pour des chapiteaux de l’Antiquité tardive. Mentionnons l’exemple d’un chapiteau corinthien d’un monument indéterminé d’Antioche (base de données de l’université de Princeton consacrée aux fouilles de 1932‑1939, objet n° 3777-A34). Néanmoins, c’est surtout le contexte stratigraphique qui permet d’envisager une telle chronologie.

683N° 26 – Plaque avec un décor de feuille (fig270, à droite)

Prov. : dans le jardin, à l’avant du portique oriental : occupation de l’état IIIb (350‑425 ap. J.‑C.) ; US 558 : couche de démolition ; matériau : marbre blanc avec des gros cristaux ; état de conservation : lit de pose et face antérieure conservés.

L. : 8,4 cm ; H. cons. : 5,2 cm ; prof. : 1,7 cm.

Fragment de plaque avec les vestiges d’une feuille dont il subsiste la nervure médiane et un lobe, à l’extrémité arrondie. Il est parcouru de nervures horizontales de section concave. Usage important du trépan. Traces de mortier sur la face postérieure.

Le dessin de la feuille n’appartient pas à la décoration du Haut-Empire. Il est donc tentant d’attribuer le fragment à la décoration de la résidence des IVe-Ve siècles (ou aux constructions médiévales qui s’établissent sur le site).

684N° 27 – Couronnement d’angle (fig271)

Fig. 271 – Couronnement n° 27 (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague).

Fig. 271 – Couronnement n° 27 (cliché : MUSAT ; DAO : D. Fellague).

Prov. : dans le jardin, à l’avant du portique oriental, occupation de l’état IIIb (350‑425) ; US 558 : couche de démolition ; matériau : marbre blanc ; état de conservation : lit de pose et lit d’attente conservés ; l’angle des deux faces jointives moulurées manque ; fissures.

L. cons. : 17,1 cm ; H. : 6,1 cm ; prof. : 16,9 cm.

Couronnement mouluré sur deux faces jointives avec un bandeau chanfreiné, un cavet, un listel, un quart-de-rond, un filet et un bandeau.

Nous ne disposons pas d’indice chronologique typologique ; d’après le contexte stratigraphique, la pièce se rattache à l’occupation des IVe-Ve siècles.

685N° 28 – Pièce moulurée de placage (couronnement ?) [fig272]

Fig. 272 – Fragment de placage n° 28 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 272 – Fragment de placage n° 28 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : indéterminée ; hors stratigraphie ; matériau : marbre bleuté (bardiglio ?) ; état de conservation : faces latérales manquantes ainsi qu’un lit ; des traces de mortier sur toutes les faces indiquent un remploi.

L. cons. : 20,9 cm ; H. cons. : 8 cm ; prof. cons. : 1,7 cm ; H. du bandeau : de 3,6 cm à une extrémité à 4 cm à l’autre extrémité.

Pièce de placage incomplète avec un bandeau, un talon et le départ d’une moulure plane, en retrait. On peut hésiter sur l’orientation originelle et la nature de la pièce. Si le bandeau était la première moulure, il s’agirait d’une pièce de mouluration inférieure. S’il était au contraire une moulure supérieure, le fragment pourrait alors être un couronnement, avec un talon droit et un bandeau assez haut. Dans ce cas, le couronnement d’une architrave ou d’une plaque inscrite ne serait pas exclu. Il reste enfin une troisième possibilité de lecture, en considérant une orientation de la pièce non pas à l’horizontale, mais à la verticale.

Sur une face conservée, la présence d’une mortaise circulaire pour une « patte à marbre » (diam. : 0,7 cm ; prof. : 2 cm) indique qu’il s’agirait d’un lit d’attente ou d’une face latérale et orienterait plutôt vers la deuxième ou la troisième hypothèse. Nous avons privilégié la deuxième hypothèse, avec un bandeau horizontal qui constitue la dernière moulure de la pièce.

Sur le bandeau de la face antérieure, possible graffito avec une lettre qui pourrait être un A ou un V et un trait incisé vertical. Sur la face postérieure : présence d’une ligne incisée. En bordure de la face latérale droite manquante, une partie de la face est en retrait par rapport au reste de la surface.

Le fait que la pièce présente des traces de remploi dans une maçonnerie pourrait faire songer, sans certitude, à une datation au Haut-Empire pour un remploi de l’Antiquité tardive.

686N° 29‑32 – Probables jambages de portes

  • 45 La fonction de cette salle 117 de la villa de Montmaurin reste incertaine (Bouet 1998 : 217).
  • 46 Nous remercions Th. Fournet pour cette comparaison et l’envoi de son article à paraître.

Quatre fragments de plaques présentent une décoration similaire. Le motif, qui se répète et qui est séparé par des gorges, est formé par l’association d’un talon et d’un bandeau. Les revêtements correspondent sans doute à la décoration de jambages de portes, dont la longueur complète est fournie par la pièce n° 29. Si nous avons plus l’habitude de rencontrer des jambages avec une mouluration proche de celles des architraves, cette décoration particulière n’est pas sans comparaison. Elle présente un air de ressemblance avec les jambages visibles à l’entrée d’une salle à abside45 de la villa de Montmaurin du IVe siècle (Fouet 1983 : 106, fig. 49, pl. 22, pl. 24), avec des jambages trouvés dans le frigidarium des bains byzantins d’Androna (Syrie) du milieu du VIe siècle (Mundell Mango 2002 : 311 et fig. 11) ou encore avec des éléments de placage des bains de Deir el-Qalaa au Liban, entre les salles 6 et 7 (Charpentier, Fournet à paraître : figures des fragments avant et après la restauration). A priori, dans ces bains du Liban, le décor de porte appartient à la quatrième et dernière phase d’occupation, au plus tôt au VIe siècle ap. J.‑C.46.

Les pièces de Châteauneuf appartiennent sans doute à la décoration de la résidence de l’Antiquité tardive, ce qui s’accorde avec le contexte de découverte des fragments n° 29 et 30 (occupation des IVe-Ve siècles). En revanche, le contexte du fragment n° 31 est plus douteux car il provient de l’US 944, dont le mobilier sert de TAQ pour la datation de l’état 1 ; mais cette US, qui présente un lot de céramiques daté des années 40‑70 ap. J.‑C., contenait en inclusion deux fragments de céramique tardive ainsi qu’un fragment de vaisselle en verre, daté par J. Roussel-Ode de la fin du IVe siècle (voir 7.4.3.3).

687N° 29 (fig273)

Fig. 273 – Fragment de jambage n° 29, face antérieure et postérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 273 – Fragment de jambage n° 29, face antérieure et postérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : extrémité nord du portique oriental de la résidence : dernière occupation sur le portique (350‑425 ap. J.‑C.) ; US 510 : couche de démolition (abandon) ; matériau : marbre blanc pulvérulent et légèrement bleuté ; état de conservation : les lits ne sont pas conservés ; cassures des bordures.

L. : 19,1 cm ; H. cons. : 46,3 cm ; prof. : 3,3 cm ; l. d’un talon et d’un bandeau : 4,3 cm.

Plaque avec trois talons qui alternent avec des bandeaux. Une bande plate est en retrait à une extrémité (l. : 2,3 cm). Sur la face postérieure, qui présente des traces de mortier de tuileau, des bordures latérales sont démaigries offrant ainsi à la partie centrale une surface en saillie (l. : 13,3 cm). De chaque côté de la saillie, il existe une cavité pour l’accrochage de la plaque.

688N° 30

Prov. : aile septentrionale de la résidence, espace de service 832 ; US 837, couche de démolition (abandon) devant le praefurnium de la salle des Amours (Ve siècle) ; état de conservation : deux fragments jointifs ; nombreuses fissures et marbre pulvérulent ; les lits et une face latérale manquent.

L. cons. : 16,5 cm ; H. cons. : env. 10,5 cm ; prof. : 5,1 cm. ; l. d’un talon et d’un bandeau : env. 4,2 cm.

Deux fragments jointifs d’une plaque qui présente une succession de talons et de bandeaux séparés par des gorges. Deux groupes avec l’association talon-bandeau sont complets. Comme pour la pièce précédente, une bande plate est en retrait à une extrémité (l. : 3,4 cm). La face postérieure présente les mêmes caractéristiques que la pièce ci-dessus : la bordure est démaigrie par rapport à la partie centrale en saillie ; traces de mortier de tuileau.

689N° 31

Prov. : bâtiment A de la phase Ia ; US 944 : remblai rapporté sur le sol de l’ensemble A (fin du Ier siècle ap. J.‑C.) ; état de conservation : les lits et une face latérale manquent ; marbre pulvérulent.

Fragment avec une succession de groupes de talons et de bandeaux séparés par des gorges ; deux groupes sont complets. Une bande plate est en retrait à une extrémité. Traces de mortier de tuileau sur la face postérieure. Près de la bordure conservée, une bande est démaigrie par rapport à la partie centrale en saillie.

690N° 32 (fig274)

Fig. 274 – Fragment de placage n° 32, face antérieure et postérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 274 – Fragment de placage n° 32, face antérieure et postérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : hors stratigraphie ; marbre blanc avec des veines bleutées ; état de conservation : les lits et une face latérale manquent.

Fragment avec les mêmes caractéristiques que la pièce précédente pour la face antérieure. Ainsi, deux groupes de l’association talon-bande sont visibles ainsi que les vestiges d’un troisième. Une bande plate est également en retrait à une extrémité. Un trou de scellement circulaire est présent sur la face latérale conservée. À la différence des pièces précédentes, la face postérieure est plate et lisse.

691N° 33 – Plaque avec un décor d’incrustation (fig. 275)

Fig. 275 – Fragment de plaque avec un décor d’incrustation n° 33, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 275 – Fragment de plaque avec un décor d’incrustation n° 33, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : moitié orientale de l’aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; marbre blanc ; état de conservation : aucun lit et aucune face latérale n’est conservé.

L. cons. : 14,6 cm ; H. cons. : 11 cm ; prof. : 3 cm ; l. des triangles : 1,8 cm ; H. des triangles : 2,4 cm.

  • 47 Des chambranles et des linteaux de portes avec un revêtement en marbre en « champlevé » orné de tr (...)

Plaque avec deux rangées de triangles en réserve, dont le fond (prof. : env. 2 à 3,5 mm) est grossièrement traité avec des traces d’outils. On pourrait avoir une hésitation sur la fonction et l’orientation de l’objet. Il pourrait s’agir d’un fragment de jambage de porte (position verticale du fragment), de linteau (position horizontale) ou d’un revêtement de type indéterminé. Nous avons considéré, à titre d’hypothèse, que les deux lignes de triangles se développaient verticalement sur une bande centrale d’un revêtement qui pouvait être un jambage de porte47. Ainsi, la partie à droite de cette bande devait avoir son symétrique à gauche.

Plus précisément, avec l’orientation que nous avons choisie, la face antérieure offre la succession suivante, de gauche à droite : une bande plate ; une première ligne de triangles isocèles en creux (la pointe tournée vers l’intérieur) et leur négatif en léger relief ; une gorge de faible largeur (l. : env. 3,8 mm ; prof. : env. 2 mm), dont la surface est grossièrement traitée, comme les triangles en creux. Cette gorge devait marquer l’axe de symétrie du placage. On rencontre ainsi à droite la seconde ligne de triangles, disposés dans le sens inverse des premiers ; une bande plate ; une gorge, plus large que la précédente (l. : env. 4,2 mm ; prof. : env. 3 mm) ; une large bande plate dont la largeur complète est inconnue. La face postérieure est grossière avec les traces d’un outil à pointe.

  • 48 Nous remercions F. Coden (professeur à l’université de Vérone), N. Blanc (dir. rech. émérite, CNRS (...)
  • 49 Néanmoins, il existe sans doute des précédents à l’époque hellénistique (Bonnani 1998 : 270) et la (...)
  • 50 Nous remercions S. Blin pour les références bibliographiques.
  • 51 Il s’agit d’une hypothèse car les fonds ne sont pas conservés (Boube 2011 : p. 478). Pour les hypo (...)
  • 52 Voir également un mémoire de master soutenu par Cl. Serrano en 2013.

Les triangles et les gorges en creux avec un fond plus grossier que le reste de la plaque sont des zones réservées pour inclure un matériau dont l’adhérence était facilitée par les stries dans ces zones48. Dans l’absolu, en écartant pour l’instant la question de la chronologie, deux interprétations sont possibles. Il pourrait s’agir d’une pièce en « opus interrasile », c’est-à-dire d’une sculpture en réserve pour une incrustation de marbre de couleur ou de pierres (voire de verre ?). Cette technique est en usage en Italie à partir du milieu du Ier siècle ap. J.‑C.49 (Bonnani 1998 : 259‑261 ; Dubois-Pelerin 2007 : 106‑112 ; Boube 2011 : 464, 466 ; Boube 2015 : 63), et de rares exemples des Gaules et de la Germanie Supérieure ont été publiés pour le Haut-Empire et l’Antiquité tardive. Mentionnons des pièces d’Autun et de la villa de Pully en Suisse (Dubois-Pelerin 2011) ; un chapiteau en marbre du musée de Besançon, qui provient du sanctuaire du Clos du Château à Mandeure (Blin 2012a, vol. 1 : 131 ; vol. 2 : 33‑34 et pl. 56 ; Blin 2012b)50 ; des fragments de la villa de Chiragan51 (Boube 2011 et 2015) ainsi que deux fragments trouvés dans la villa d’Andilly-en-Bassigny, en Haute-Marne (Serrano 2019 : 226, fig. 5)52. La technique de marqueterie de marbre est sans doute à nouveau employée à l’époque médiévale.

  • 53 La sculpture « champlevée » (terme consacré par L. Bégule, dans Bégule 1905 : 3, 42-‑43, 49, 69, 7 (...)
  • 54 S. Reinach rappelle par ailleurs le goût oriental pour les incrustations à propos de sculptures de (...)
  • 55 Pour le temple de Zeus à Aizanoi, voir également les références citées dans Bonnani 1998 : note 25 (...)

Une autre forme de technique d’incrustation, le décor « champlevé », qu’il est peut-être préférable d’appeler décor d’incrustation de mastic53, a été distinguée car le matériau ajouté, composite, malléable et souvent de couleur sombre, était assez commun, même si l’effet était remarquable. Ce matériau est désigné dans les publications comme du mastic, du mortier, du ciment, du plâtre, du stuc ou une pâte. Son grand développement dans le bassin oriental de la Méditerranée (Syrie, Palestine, Jordanie, Liban, Israël, Chypre, Asie Mineure) est placé aux Ve-VIe siècles (Rosen-Ayalon 1974 : 232, 236 ; Metzger 1980 : 545, 560‑561 ; Boyd 1989 : 1840 ; Pralong 1998), avec un renouveau à partir des Xe-XIIe siècles (par exemple en Grèce et en Italie). Des cas sont toutefois connus à l’époque romaine, que ce soit au Haut-Empire54 (Boyd 1989 : 184055 ; Violante 2013 : 157 et note 27 avec l’usage de stuc coloré) ou durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Metzger 1980 : 561, avec l’exemple d’une maison de Sirmium en Pannonie ; Coden 2016).

  • 56 Dans Caumont 1841 : 383 et Leymarie 1843 : 17, les auteurs ne connaissaient que les exemples de Ly (...)
  • 57 Sur l’autel dit de saint Guilhem dans l’Hérault, dont la datation controversée oscille entre 1138 (...)

On a longtemps écrit que la technique décorative n’était pas documentée en Gaule durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. En effet, beaucoup ont considéré que les plus anciens exemples connus, qui étaient déjà cités par L. Bégule en 190556, ne seraient pas antérieurs au XIIe siècle et seraient limités. Il s’agit du tombeau de saint Lazare à Autun, de placages dans les églises de Lyon (cathédrale Saint-Jean) et de Vienne (cathédrale Saint-Maurice et église de Saint-André-le-Bas), et peut-être d’un pavement à Saint-Omer (Bégule 1905 : 31 et 69 ; Reveyron 2000 : 29 ; Lagabrielle 2013 : 32 et note 5 ; Rapport Boissard 2018 : 98 ; Reveyron 2018 : 149)57. Néanmoins, selon F. Coden (2016 : 237‑241), plusieurs bas-reliefs de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge avec des sillons ont employé cette technique d’incrustation de mastic en France. Cette analyse offre sans doute de nouvelles perspectives d’interprétation pour bon nombre de pièces. En outre, ce qui complique la distinction entre les deux techniques est le fait que des pièces antiques attestent que les parties réservées pouvaient parfois être remplies à la fois de stuc et de marbre (Violante 2013 : 157 et note 27).

  • 58 Même si, pour juger de la validité de ce critère, il faudrait faire une étude comparative avec un (...)

Nous nous sommes demandé justement si, lorsque nous ne conservions que le support comme ici, il était possible de faire la distinction entre l’opus interrasile des antiquisants et le décor d’incrustation de mastic des médiévistes. Le fond grossier pour faciliter l’adhérence est une constante du décor « champlevé » (Bégule 1905 : 3 ; Rosen-Ayalon 1974 : 232‑233 ; Metzger 1980 : 545 ; Boyd 1989 : 1823). Cependant, dans les exemples d’opus interrasile indiscutables, les cavités présentent aussi un fond grossier ou avec des stries (Bonnani 1998 : pl. 2.1, 3.3, 4.3, 4.4, 5.1, 5.3, 7.3, 11 ; Dubois-Pelerin 2011 : fig. 8 et 10 ; Violante 2013 : fig. 5, 6 et 8 ; Serrano 2019 : fig. 5). Nous ne pouvons donc pas nous fonder sur la rugosité des parties en réserve pour privilégier l’une ou l’autre des interprétations. En revanche, la profondeur des parties triangulaires en réserve pourrait être un indice pour écarter l’interprétation d’un décor d’incrustation de mastic58.

Le fragment a été trouvé hors stratigraphie et il existe bien peu d’arguments pour distinguer une pièce antique ou tardo-antique d’une pièce médiévale avec simplement un décor de triangles. Cependant, pour le traitement d’une partie en réserve d’une pièce médiévale, on aurait sans doute eu une surface plus irrégulière avec le recours à un outil à l’extrémité pointue, tandis que, pour la période romaine, on utilisait plus fréquemment un ciseau droit (Coden 2007 : 304). En outre, les autres fragments d’architecture en marbre pourraient se rattacher aux états de l’Antiquité tardive de la résidence. En bref, nous considérons que la plaque de Châteauneuf recevait probablement des incrustations de marbre (ou de verre) pour les parties en réserve triangulaires et qu’il s’agit sans doute d’une pièce de l’Antiquité tardive (IIIe au début du Ve siècle). On pourrait avoir plus de doute pour les rainures étroites et allongées, d’autant plus que, comme nous l’avons vu, les deux techniques pouvaient être combinées.

Ce placage de Châteauneuf-du-Rhône pourrait trouver une comparaison. Selon F. Coden, que nous remercions à nouveau pour son avis, une plaque inédite en Italie centrale présente un décor similaire avec des marbres sombres incrustés en forme de triangles. Il s’agit d’une plaque quadrangulaire de petite taille avec un disque au centre formé de rangées de triangles concentriques qui aurait été trouvée dans une couche non postérieure au milieu du Ve siècle.

692N° 34 – Plaque avec un décor de chaînette (fig276)

Fig. 276 – Fragment de plaque avec un décor de chaînette n° 34, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 276 – Fragment de plaque avec un décor de chaînette n° 34, face antérieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : extrémité nord du portique oriental de la résidence : dernière occupation sur le portique (350‑425 ap. J.‑C.) ; US 510 : couche de démolition (abandon) ; matériau : marbre blanc avec des veines foncées ; état de conservation : les faces antérieure et postérieure ainsi qu’un lit (ou une face latérale, en fonction de l’orientation de la pièce) sont conservés.

L. cons. : 14,7 cm ; H. cons. : 12,7 cm.

Fragment de plaque ornée d’une chaînette et bordure moulurée, près de la face latérale ou d’un lit. On peut hésiter sur l’orientation. Nous avons considéré qu’il s’agissait d’un décor horizontal avec la partie supérieure d’une chaînette, qui conserve une tresse à deux brins et une partie du motif axial cordiforme la séparant de la tresse inférieure. De cette dernière, ne subsiste que le départ d’un brin. Au-dessus de la chaînette, la pièce comporte deux bandeaux séparés par des gorges.

Ce modeste fragment témoigne de la décoration raffinée d’une plaque dont nous ne pouvons pas préciser la nature, mais qui ornait la résidence de l’Antiquité tardive.

693N° 35 – Plaque avec des cannelures obliques (fig277)

Fig. 277 – Fragment de placage n° 35 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 277 – Fragment de placage n° 35 (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Prov. : aile septentrionale de la résidence ; hors stratigraphie ; marbre avec une teinte grise ou bleue ; état de conservation : faces postérieure, antérieure et une face latérale (?) conservées.

L. cons. : 13,9 cm ; H. cons. : 11,2 cm ; prof. : 2,8 cm.

La face principale présente les vestiges de cinq cannelures obliques à arêtes vives (l. : 2,4 cm) ainsi qu’une bordure, près de la face latérale ou d’un lit. Cette bordure est parcourue de deux gorges (l. : 0,3 cm), qui isolent ainsi deux bandeaux (l. : 1,2 cm et 0,8 cm). La face postérieure lisse comporte une partie démaigrie en bordure de l’arête ainsi que des traces de mortier de tuileau, en particulier près de la bordure démaigrie.

Il n’y a pas beaucoup d’indices pour la datation du fragment, qui appartient probablement à la résidence de l’Antiquité tardive. Remarquons la ressemblance dans le type de bordure avec la pièce précédente.

4.8.1.2. Synthèse

  • 59 « L’étude des éléments architectoniques d’époque romaine retrouvés dans la vallée de la Drôme et à (...)

694La majorité des éléments du catalogue sont dépourvus de motif, ce qui ne facilite pas les typo-chronologies, de même que le faible nombre d’études de pièces d’architecture antiques et tardo-antiques à l’échelle de la cité des Tricastins59 (pour Saint-Paul-Trois-Châteaux, voir Lert et al. 2009 : 56‑57, 62‑63, 67, 90, 99, 136, 141, 144) ou du département de la Drôme (voir en particulier : Planchon, Charpentier 2006 pour un mausolée de Saillans). Malgré tout, des caractéristiques formelles et quelques éléments de contexte permettent de distinguer des pièces du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive.

Les pièces présumées augustéennes en pierre du Midi

695Parmi un premier groupe de blocs en pierre du Midi (n° 1‑10), plusieurs pourraient se placer à l’époque julio-claudienne et sans doute à la fin du Ier siècle av. J.‑C. si l’on s’attache à la faible hauteur de la scotie de la base n° 1, aux oves et fers de lance du chapiteau ionique de colonnette n° 5, mais surtout aux feuilles d’acanthe de son balustre. En outre, le fragment de fût de colonne lisse n° 4 appartient à la même colonnade que ce chapiteau n° 5. Enfin, les bases n° 2‑3 comme la corniche n° 9 aux modillons particuliers pourraient appartenir au même ensemble chronologique, mais les indices manquent pour l’assurer. Pour les autres pièces en pierre du Midi, nous ne nous prononcerons pas sur leur datation, si ce n’est qu’il s’agit d’éléments du Haut-Empire.

  • 60 Nous avions recensé moins de dix chapiteaux ioniques d’époque impériale à Lyon pour des centaines (...)
  • 61 Un seul chapiteau ionique est recensé dans Rapport Piclet 1993 : 24-‑25. Mentionnons ici, pour inf (...)
  • 62 Au moins cinq chapiteaux ioniques sont connus à Toulouse ainsi que dans la collection du musée Lam (...)
  • 63 Il n’y a pas de chapiteaux ioniques dans l’ouvrage de Chr. Maligorne (2006), qui concerne le matér (...)

696L’usage du calcaire coquillier de l’étage miocène n’est pas une surprise puisqu’il en existait des carrières à proximité (plateau de Saint-Restitut). La datation du chapiteau ionique est conforme à ce que l’on connaît de l’emploi privilégié de ce type de chapiteaux en Occident à la fin de la République et au début de l’époque impériale, avec un renouveau à la fin de l’époque impériale (Thèse Fellague 2007 : 599). L’exemplaire de Châteauneuf demeure néanmoins intéressant car les chapiteaux ioniques sont moins fréquents que les chapiteaux corinthiens. Ainsi, on en dénombre assez peu lorsque des lots conséquents de pièces d’architecture ont été inventoriés (exemples de Lyon60, de Vienne61, de Narbonne62, d’une partie de l’ouest de la Gaule lyonnaise63) et il n’est pas rare d’être face à des chapiteaux ionicisants plutôt que ioniques (exemples à Dijon : Durin 2011 : 101‑103 ; à Périgueux : Tardy 2005 : 78‑80 ; à Saintes : Tardy 1989 : 129‑137). La présence du chapiteau de pilier corinthianisant n° 8 est aussi à noter.

697Quoi qu’il en soit, plus que dans leur type, l’intérêt de certains fragments réside dans leur datation présumée augustéenne (n° 1, 2 ?, 3 ?, 4‑5, 9 ?). Il serait séduisant de considérer qu’ils appartenaient au premier état de la résidence pour lequel les indices chronologiques sont maigres (TAQ apporté par un lot de céramiques dans l’US 944 : voir ci-dessus). La conservation des pièces du Haut-Empire en calcaire du Midi tient à leur remploi divers, dans des remblais (n° 5, 7), dans le blocage d’une maçonnerie (n° 9 et sans doute le n° 3) ou comme nouvel élément d’architecture (n° 1, 8). Il est alors difficile de réfléchir à leur position d’origine.

Les pièces présumées de l’Antiquité tardive

698Plusieurs pièces en calcaire dur de Monceau et en marbre paraissent se rapporter à des états de la résidence aux IIIe, IVe ou Ve siècle (état IIb, IIIa ou IIIb), en particulier : la base de colonne n° 11 ; le chapiteau corinthien n° 14 ; la base de demi-colonne n° 15 ; des placages divers (n° 16‑17, 22‑27, 29‑34), parmi lesquels des fûts de pilastres. Puisque plusieurs pièces ont été trouvées hors stratigraphie, il est difficile de préciser la chronologie, mais le chapiteau corinthien n° 14, la feuille d’acanthe n° 25 et la plaque avec un décor de feuille n° 26 font sans doute partie des éléments les plus récents (IVe ou Ve siècle). Nous avons exclu que des pièces se rapportent à l’occupation médiévale sur le site, mais nous ne saurions avoir une totale certitude.

699Avec si peu d’éléments, les tentatives d’attribution d’une pièce erratique à des vestiges en place sont aventureuses d’autant plus que les blocs ont pu être déplacés. Rappelons d’ailleurs que les deux fragments de chapiteaux du même type, n° 12‑13, n’ont pas été trouvés dans le même secteur. Nous nous contenterons de quelques remarques.

700Pour les portiques des états II et III, on attendrait en priorité des chapiteaux toscans dont seuls deux fragments ont été exhumés. Nous ne nous prononcerons pas sur la datation de ces pièces en calcaire dur n° 12 et 13, qui pourraient tout aussi bien se placer aux IIe-IIIe siècles que durant l’Antiquité tardive. Remarquons simplement que leurs petites dimensions (estimation du diamètre au lit de pose de 21,5 cm) s’accorderaient avec celles des dés en calcaire du portique oriental de l’état IIIb. Ces derniers permettent d’estimer une longueur des plinthes des bases d’environ 35‑41 cm (l’estimation est faite d’après une photographie et un croquis du dé 570).

701Puisque nous considérons que le chapiteau n° 14 faisait partie des derniers états de la résidence, il ne serait pas incongru de le restituer au portique occidental de l’esplanade ou à la salle basilicale, mais il faudrait alors admettre que le bloc a été déplacé. Si le diamètre restitué du chapiteau n° 14 est proche du pied romain (environ 30 cm au lit de pose), nous ne pouvons pas en déduire pour autant que les colonnes ornées par ce type de chapiteau pouvaient être associées à des fûts de pilastres du type du n° 22 dont la longueur est de 29,2 cm. En effet, la différence de matériau paraîtrait étonnante (chapiteau de colonne en calcaire et chapiteau de pilastre attendu en marbre pour un fût en marbre). On le voit, l’état lacunaire des éléments conservés autorise peu d’associations de pièces. Toutefois, en considérant le matériau (marbre blanc), il n’est pas impossible que le fragment de feuille n° 25, que nous avons rangé sans doute à tort dans la famille des placages, se rapportait à un chapiteau de colonne engagée dont les bases étaient du type de la pièce n° 15. Évidemment, avec seulement les vestiges d’une feuille d’acanthe, on ne peut guère aller plus loin dans la formulation de l’hypothèse.

702Concernant l’ornementation, les plaques avec un décor de strigiles (n° 16‑17), de chaînette (n° 34), de cannelures obliques (n° 35) comme le possible jambage de porte au décor incrusté (n° 33) apparaissent particulièrement intéressants. Ces éléments laissent entrevoir la richesse d’une résidence de l’Antiquité tardive dont nous ne conservons que des maigres témoins lapidaires. Ainsi, bien que modeste, le fragment n° 33 n’en reste pas moins un élément notable car peu de décors en opus interrasile sont connus pour les Gaules.

4.8.2. Les pavements de la résidence du Palais (V. Blanc-Bijon)

  • 64 L’emploi ici du terme « pavement » renvoie à pauimentum qui, s’il désigne à l’origine un sol en te (...)

703L’étude des pavements64 de la résidence du Palais prend en compte non seulement les sols en mosaïque, mais aussi les sols en opus sectile et ceux en béton blanc ou de tuileau. Les descriptions, reprises à partir des rapports de fouilles, des clichés et des relevés, montrent de nombreux sols construits appartenant aux différents états de la résidence. L’étude technique de ces pavements et des matériaux mis en œuvre s’est appuyée sur l’examen des éléments documentaires, en particulier les calques sur film plastique réalisés au moment de la fouille et les dossiers de dépose des pavements, et sur l’observation directe des mosaïques déposées par l’ARM de Saint-Romain-en-Gal (Rhône). L’étude stylistique des trames géométriques et de la rare iconographie figurée a été confrontée à l’analyse du matériel archéologique afin de corroborer les datations des différents états du décor.

4.8.2.1. État de la documentation

704La résidence du Palais a livré plusieurs mosaïques, un négatif de sol en opus sectile, des fragments de pavements, des tesselles et des fragments de galettes en verre ayant probablement servi à tailler des tesselles.

705Certaines découvertes ont été signalées ponctuellement depuis le XIXe siècle. Dans le Recueil général des mosaïques de la Gaule, H. Lavagne a recensé plusieurs mosaïques qu’il attribue au site du Palais, sans en préciser le nombre (Lavagne 1979 : 124, notice 166). M. Bois fournit d’autres éléments (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 215‑216). Des fragments ont été signalés dans la collection archéologique de la famille Vallentin du Cheylard, à Montélimar ; les informations qu’en livre H. Lavagne proviennent d’une rencontre épistolaire avec R. Vallentin du Cheylard, alors que M. Bois a pu examiner la collection. J.‑Cl. Béal et nous-même avons également revu ces éléments grâce à l’amabilité d’A. d’Arces.

  • 65 Outre les rapports de fouilles déposés au MUSAT, les rapports de dépose et de restauration m’ont é (...)
  • 66 Les inventaires de ce matériel sont présentés dans les rapports annuels du PCR du Palais.

706Sur la dizaine de mosaïques attestées, cinq ont été découvertes durant les fouilles de 1996 à 2001, ainsi que le négatif d’un sol en opus sectile. Les vestiges de ces mosaïques ont été déposés de 1998 à 2001 par l’ARM, où certains ont été restaurés sur nid d’abeille d’aluminium entre 1999 et 2001 ; un pavement et deux petits fragments, ces derniers restaurés en 2016‑2017 par M. Hayes, sont désormais exposés au MUSAT et à la mairie de Châteauneuf-du-Rhône ; les autres pavements mosaïqués sont en dépôt à l’ARM65. De plus, issus des fouilles, des fragments ainsi que de nombreuses tesselles isolées – en pierre, en terre cuite ou en verre – ont été réunis au MUSAT ; il nous a été possible de les examiner, de les inventorier et de les photographier de 2015 à 201866. Aucun pavement en béton n’a été déposé.

707C’est en analysant toute cette documentation que nous étudions ci-dessous l’ensemble des sols de la résidence du Palais.

4.8.2.2. Les découvertes anciennes

Delacroix et la tradition érudite

  • 67 Sur la personnalité et le témoignage des érudits, voir ci-dessus, 2.1.2.

708La plus ancienne mention de découverte de mosaïques à Châteauneuf-du-Rhône remonte à 1817. Dans la première édition de sa Statistique du département de la Drôme, N. Delacroix67 signale « des fragmens [sic] de mosaïques » au « Palais » (Delacroix 1817 : 322), et complète, dans l’édition de 1835 : « J’ai vu moi-même en octobre 1833, dans ce quartier et dans la vigne de M. de La Mure, un beau fragment qui mériterait d’être soigneusement conservé » (Delacroix 1835 : 461‑463). On observera que le député de la Drôme élu maire de Valence en 1830, œuvrant dès 1802 à l’un des premiers inventaires des richesses des départements nouvellement créés, non content de compiler les informations recueillies, s’est efforcé de les vérifier. Il est vraisemblable que le « beau fragment » vu en 1833 ne soit pas au nombre de ceux notés en 1817 et que le site ait donc livré au fil du temps plusieurs éléments de pavements.

709Il semble que N. Delacroix soit la source principale des mentions de mosaïques reprises par la suite. En 1843, dans une lettre adressée à Mgr P. Chatrousse, évêque de Valence, le curé de Châteauneuf mentionne « des tronçons de mosaïque » (Chatrousse 1843). Le baron I. Taylor signale des « fragments de mosaïques » situés « dans la plaine voisine » de Châteauneuf (Taylor 1854 : 221). C’est probablement aussi de N. Delacroix que l’abbé J.‑A. Vincent tire ses informations (Vincent 1863 : 25‑26 ; repris dans Lacroix 1868 : 181). Toutefois ces renseignements sont difficiles à exploiter.

710Dans le Journal de Montélimar du 25 juin 1859, A. Espanet indique que « dans l’étendue occupée par les bâtiments [du Palais], on a découvert et on découvre tous les jours des objets dont l’art atteste l’époque du bas-empire ou de la décadence. Le principal propriétaire de ces terrains, M. de La Mure, en a fait une collection […]. On y voit une mosaïque fort bien conservée… ». Il s’agit peut-être là du « beau fragment qui mériterait d’être soigneusement conservé » qu’évoquait N. Delacroix et qui aurait donc été sorti de la vigne où il était apparu et intégré à la collection de la famille de La Mure.

711Si l’on peut s’étonner que Fr. Artaud, auteur d’une toute première Description des mosaïques de Lyon et du midi de la France parue en 1845, ne signale pas le site du Palais, la mention générique de « fragments de mosaïques » sera encore reprise par G. Lafaye dans son Inventaire des mosaïques de la Gaule (1909 : 35, n° 147, citant Vallentin 1882, voir plus bas), puis dans la Carte archéologique de la Drôme du chanoine J. Sautel (1957 : 38, n° 60).

La construction du chemin de fer : une occasion de découvertes ?

  • 68 Brugier (1952 : 2) reprend ainsi cette information, mêlant diverses sources de façon erronée : voi (...)

712La construction du chemin de fer PLM dans la vallée du Rhône apporte son lot de nouvelles découvertes et on sait l’intérêt et le soin accordés aux vestiges antiques par les ingénieurs du PLM, comme cela a été noté à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Lert et al. 2009 : 110 et 174). H. Lavagne, qui réunit dans une unique notice des « découvertes » pour lui datées de 1833, de 1853‑1855 et de 1871, attribue à ces travaux la mise au jour de « mosaïques » au lieu-dit le Palais en 1853‑1855 (Lavagne 1979 : 124, n° 166). Cette information provient d’A. Lacroix qui transcrit, en 1871, une note que lui avait adressée l’abbé Renaud à une date non précisée : « J’ai visité les objets trouvés au Palais, à l’époque des travaux du chemin de fer […]. Il y avait : 1° deux pans de mosaïque transportés dans les cours du château de La Mure, l’une artistement faite et l’autre d’une facture grossière… » (Lacroix 1871 : 235). Mais l’abbé Renaud, digne de confiance selon A. Lacroix, ne dit pas expressément que de nouvelles mosaïques auraient été dégagées, simplement qu’il a eu l’occasion d’en voir dans la cour du château68.

713Alors que tous ses prédécesseurs évoquent des « fragments de mosaïques » sans en indiquer le nombre, l’abbé Renaud précise qu’il y a deux mosaïques dans la collection de La Mure. Il y aurait donc eu une seconde mosaïque mise au jour au Palais et retirée du sol pour rejoindre la « mosaïque fort bien conservée » vue en octobre 1833, puis en 1859 au château de Combeaumont. Ce second fragment « d’une facture grossière » aurait été déposé non entre 1853‑1855, mais plus vraisemblablement entre 1859 et 1871.

714Malheureusement, la brève mention n’apporte pas grand-chose à la compréhension du décor de ces deux fragments, si ce n’est que l’un est « artistement fait » (serait-il figuré ?) et l’autre « grossier ».

La collection Vallentin

715En 1871, l’archiviste A. Lacroix, qui a fondé en 1866 la Société d’archéologie et de statistique de la Drôme, écrit qu’au Palais, « la culture a fait découvrir des pierres gravées, des médailles, des vases, des mosaïques, des statues en bronze et en marbre. Toutes ces richesses avaient été recueillies au domaine de Champblanc par un collectionneur instruit, M. Bourlon de Moncey ; mais il n’en reste plus aujourd’hui qu’une portion fort incomplète chez M. Vallentin, à Montélimar » (Lacroix 1871 : 177‑178). Concernant cette collection déjà ancienne, Lacroix précise que « M. Vallentin a bien voulu m’en donner la description exacte » ; en 1871, il doit s’agir d’Édouard Ludovic Vallentin [1827‑1902], plutôt que de son fils l’épigraphiste Florian Vallentin [1851‑1883]. Comme il n’est aucunement fait état de mosaïque en 1871, force est de conclure que le collectionneur n’en possédait pas encore.

716Publiant en 1882 une nouvelle lecture de la stèle funéraire de Suadullia Julianè (voir 8.3), Fl. Vallentin reprend, aux termes près, ce qu’écrivait N. Lacroix en 1871 et signale que « (son) père possède un assez grand nombre d’antiques provenant du Palais » (Vallentin 1882 : 285). Contrairement à ce que laisse entendre la Carte archéologique de Gaule (CAG) [Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 216], il n’est nullement fait état d’une nouvelle mosaïque qui aurait été trouvée en 1882 et il n’est guère possible de certifier que la collection familiale comporte déjà des mosaïques.

717À partir d’informations qui lui ont été transmises par Raymond Vallentin du Cheylard [1907‑1988], H. Lavagne mentionne dans cette collection quatre fragments « relativement importants, sommairement ouvragés et de couleur grise » (Lavagne 1979 : 124, n° 166).

718Pour la rédaction de la notice de la CAG, M. Bois a consulté la collection et les archives de la famille Vallentin. Elle associe la mention de « fragments de mosaïques » – au pluriel – et celle d’un « assez grand nombre d’antiques provenant du palais » qui, conservés anciennement par Bourlon de Mancey, seraient passés dans la collection Vallentin. Est publiée une photographie d’un petit fragment polychrome (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 216, fig. 161, « Collection Vallentin n° 26.85.3 »).

719Actuellement, la collection Vallentin préserve quatre petits morceaux de mosaïques provenant peut-être de Châteauneuf-du-Rhône, dont un seul fragment que nous attribuons assurément au site du Palais (inv. 26.85.3, voir ci-dessous). Notons dès à présent que ces petits fragments peuvent difficilement correspondre aux mosaïques vues par N. Delacroix et l’abbé Renaud. Nous remercions vivement A. d’Arces pour son accueil et l’accord donné à la publication de ce fragment.

4.8.2.3. Les fouilles récentes

  • 69 Voir le Rapport Béal, Dumas 2017 : 33-‑37, note sur les pavements par V. Blanc-Bijon.

720Depuis août 1996, les fouilles du Palais ont permis de mettre au jour, outre de nombreux éléments de pavements et des tesselles détachées, cinq mosaïques pavant les galeries méridionale et septentrionale du péristyle et des espaces de l’aile nord (fig. 278), ainsi qu’une pièce pavée d’un opus sectile perdu. Elles ont été complétées, en 2017, par une fouille plus ponctuelle menée par E. Dumas qui a dégagé certains niveaux de pavements et de leurs supports dans la zone septentrionale du péristyle, nous autorisant ainsi une observation directe69. Des éléments épars ont aussi été notés dans les zones productives de la villa lors des fouilles du Grand Palais.

Fig. 278 – Plan de localisation des mosaïques dans la résidence du Palais (DAO : M. Drot).

Fig. 278 – Plan de localisation des mosaïques dans la résidence du Palais (DAO : M. Drot).

Les vestiges les plus anciens

721Dans l’état I de la résidence, daté du Ier siècle ap. J.‑C., l’une des deux pièces de l’ensemble A était pavée d’un sol en béton de tuileau ainsi que le portique de façade méridional dont seul un petit fragment SL 546 a pu être reconnu dans l’angle sud-ouest (fig47). Aucun niveau de sol n’a été mis au jour dans le portique occidental.

722En Gaule du Sud, de tels sols construits, ornés ou non, sont fréquents dans les couloirs de circulation tout aussi bien que dans des pièces parfois même d’apparat dès la fin du IIe siècle av. J.‑C. Le décor peut être extrêmement discret et difficilement identifiable sur de simples fragments ; parmi les plus courants sont les semis irréguliers ou plus organisés de tesselles, noires ou blanches, ou d’éclats de pierre, et il existe de nombreuses autres possibilités de trames géométriques. On rencontre également des champs en béton non ornés avec bordure en opus tessellatum monochrome (nombreux exemples notamment à Fréjus ou Arles), voire parfois aussi des décors peints (par exemple à Arles, sol appartenant à l’état ancien du site de la Verrerie, daté entre 70 et 50 av. J.‑C.) et l’on connaît dès cette époque les premières mosaïques de tesselles.

723Il n’est pas impossible que les pièces de la villa ancienne aient comporté aussi, à côté de ces sols en béton, des pavements en opus tessellatum. Dans la partie occidentale du site, l’aménagement d’une terrasse et son soubassement ont livré plusieurs tesselles : elles proviennent de niveaux très perturbés qui ne permettent pas de rattacher ces éléments à un état précis, mais ces aménagements relèvent du premier état de la résidence. Il en est de même des fragments de sol livrés par l’US 519 dans l’espace 171 et de deux cubes de mosaïque issus de l’US 135, dans le comblement de la tranchée de fondation du mur 112.

Résidence de l’état II

Les pavements de l’état IIa

724Dans le deuxième état de la résidence (fin du Ier siècle-IIe siècle), les sols reconnus (fig52) s’ornent encore principalement de pavements en béton de calcaire blanc et en béton de tuileau. Seul, le pavement du pavillon 682 apparaît plus luxueux.

725En deux points du portique septentrional 1022 a pu être observé un sol en mortier (SL 2017.8 et fragment 1118) disposé sur un statumen épais de 8 cm et composé de pierres posées à plat ou de chant. Il est recouvert par une couche de béton blanc, épaisse de 5 à 10 cm, dont la surface lissée présentait un semis irrégulier de petits galets (autour d’un centimètre) de différentes couleurs (noir, blanc et rose), de petits fragments de terre cuite et d’éclats de taille de tesselles blancs, crème ou noirs. La présence de ces éclats pourrait témoigner de l’existence, à la même époque, d’un pavement à décor en tesselles, perdu.

726Le portique méridional 687 était pavé d’un béton blanc chargé de petits galets et à inclusions d’éclats de calcaire blanc en surface. Ce même béton à inclusions de calcaire blanc constituait le sol SL 621 du petit couloir 618 et des pièces 647 et 684 de l’aile méridionale. Un sol semblable ornait vraisemblablement également le portique oriental demeuré inaccessible à la fouille et le portique occidental détruit. Le béton blanc devait conférer à l’ensemble un caractère unitaire qu’il convient de souligner.

727Seules les latrines 891 de l’aile septentrionale et le portique de façade méridional 681 offraient un pavement en béton de tuileau. Le premier sol, SL 1150, contenait de gros éclats de terre cuite de 5 cm en moyenne ; lissée, sa surface montrait des éclats de taille de calcaire blanc crème, également de 5 cm environ. Quant au béton du sol SL 645 du portique reconnu seulement dans un sondage, il comportait aussi de gros fragments de terre cuite. La similitude de ces deux sols, pour lesquels il n’est pas certain qu’il y ait eu une volonté de décor, permet d’entrevoir non seulement leur contemporanéité, mais aussi leur réalisation par un même atelier.

728Dans l’état IIa des vestiges, un pavement se distingue par la richesse et la particularité de son décor : le sol SL 118 du pavillon 682 situé à l’extrémité occidentale du portique de façade méridional. Il était composé d’un béton blanc à inclusions de plaquettes, ou crustae, polygonales en marbre blanc ou triangulaires en schiste noir. De telles inclusions, fréquentes dans des sols en béton de tuileau, ont été nettement moins souvent relevées dans des bétons de calcaire blanc, et en général à une époque plus haute. Parmi les exemples de Narbonnaise, on signalera dans la maison de l’état ancien de la butte Saint-Antoine à Fréjus (Var), datée du début de la colonie de Forum Iulii, un pavement en béton blanc et inclusions d’une pierre locale gris bleuté – de la pélite – (Rivet 2000 : 280 et fig. 517 ; Blanc-Bijon 2013 : 58 ; Excoffon, Midena, Blanc-Bijon 2021 ; Excoffon et al. à paraître) ; plus proche géographiquement est le pavement de la pièce b dans la maison dite « maison aux Tridents » (C1) à Orange (Vaucluse), remontant à l’époque augustéenne (Mignon, Doray 2021).

729La distribution des crustae peut former parfois un décor régulier ou un semis désordonné. S’il est difficile d’identifier la provenance des marbres blancs, on observe que le schiste noir, d’un emploi assez fréquent en Narbonnaise pour ces crustae dans des pavements tant en béton qu’en opus tessellatum ou en opus sectile, provient souvent de la région d’Autun (Vipard, Savary 2004 : 153‑165).

730Ces différents types de béton, très distincts, pourraient révéler l’intervention de plusieurs ateliers dans la résidence de cet état IIa. Lorsqu’il a été possible de l’observer, le niveau inférieur des supports de ces sols, le statumen, est constitué soit de pierres (SL 2017.8), soit de gros galets issus de la terrasse würmienne ou de la rivière (SL 711 de la pièce 998 ; pièce 684 ; pièce 682), ce qui pourrait attester l’existence de deux entreprises (atelier ou, peut-être, époque) de réalisation.

Les pavements de l’état IIb

731Dans l’état IIb, des pavements ont été refaits dans la galerie septentrionale et la galerie occidentale. Le sondage ouvert par E. Dumas en 2017 a permis de saisir le niveau de circulation dans ces deux galeries et montré que le pavement de l’état IIb de la galerie avait été récupéré pour asseoir le pavement de l’état IIIa, une mosaïque. En 2017, un lambeau en béton SL 2017.22 en a été observé, mais l’essentiel du pavement avait été réemployé comme couche de support de la mosaïque 936, ce que les restaurateurs de l’ARM avaient noté en 2001 lors de la dépose des fragments ARM 120 de cette mosaïque, devant les pièces 891 et 874.

Le décor d’un possible bassin

732Découverts dans le comblement du canal 540 de l’état II, deux fragments de mosaïque noire et blanche appartiennent à un décor perdu par ailleurs (fig279).

Fig. 279 – Mosaïque de l’état II (cliché : V. Banc-Bijon).

Fig. 279 – Mosaïque de l’état II (cliché : V. Banc-Bijon).

733Les deux fragments sont jointifs (dim. totales : 38 x 28 cm) et présentent une bande de dix files de grosses tesselles blanches, puis une bande de quatre files noires (hauteur : 4,2 cm), une bande blanche sur laquelle se développe un rinceau à cornets et volutes s’achevant par une feuille cordiforme (hedera) noire (hauteur de la bande : 14,5 cm), enfin un filet triple de tesselles noires. Sur le côté gauche, une bande noire de quatre files limite la bande au rinceau dont la dernière volute se referme sur elle-même ; cette partie, nettement courbe, se poursuit par une zone de mortier lissé, dépourvue de tesselles et perpendiculaire à la surface générale du fragment.

  • 70 Dans les observations techniques, on emploiera « t. » pour « tesselle » ; pour la polychromie, N = (...)

734Observations techniques concernant les tesselles70 :

735Dimensions : les grosses t. Bl gris mesurent de 1,2 x 1,4 cm, pour une épaisseur de 1 cm, à 1,6 x 1,7 cm pour une épaisseur de 1,5 cm ; les t. N, dont la surface est fortement lissée, mesurent de 0,8 x 1 cm, pour une épaisseur de 0,5 à 0,7 cm, à 1 x 1,1 cm pour une épaisseur de 0,5 cm. D’où une densité dans la zone blanche de 39 t./dm² ; dans le rinceau 110 t./dm².

736Palette : N dont 9 t. d’un N plus dense, Bl, Bl gris clair pour les files de t. plus grossières.

737La pose des tesselles est serrée, les joints peu visibles dans la partie comportant les tesselles les plus grosses (présence de calcite ?). La zone décorée en noir et blanc montre des joints vides ou creux, le bain (ou lit) de pose remonte seulement jusqu’à 0,4 cm de la surface lissée des tesselles.

738En surface, le fragment n’est pas régulièrement plan : à mi-hauteur du rinceau, à 9 cm environ de la limite supérieure conservée (filet triple noir), la surface de la mosaïque présente une légère courbe. En revanche, le revers est plan et l’épaisseur du fragment varie de 7 ou 7,5 cm dans la partie basse (tesselles grossières blanc gris) à 2,5 cm (filet triple noir).

739Les couches de support conservées sont au nombre de deux : un bain de pose composé d’un mortier de chaux comportant un peu de terre cuite finement concassée, ou chamotte, a été appliqué sur une épaisse couche de mortier de couleur rosée, très chargé en chamotte.

740Ces observations sur la mise en œuvre, dont la courbe offerte par la partie haute du fragment et les joints creux, permettent de penser que ce fragment devait être disposé verticalement. Il peut avoir appartenu à un bord de muret d’entrecolonnement ou, plus vraisemblablement, au rebord d’un bassin, qu’il n’est plus possible de localiser. Le décor linéaire du rinceau à hederae est très fréquent en Narbonnaise notamment, que ce soit en bordure, voire dans les bandes de raccord des pavements. Le traitement en noir et blanc ne peut être un indice chronologique particulier, mais, à partir du milieu du IIe siècle, on s’attendrait à des touches polychromes dans les feuilles, absentes ici.

Les pavements de l’état IIIa

741Peu d’éléments sont conservés du décor des sols de l’état IIIa. Cinq tesselles de mosaïque provenant d’un sondage mené sous le pavement, après la dépose de la mosaïque 360, se situaient dans une couche homogène sableuse correspondant au niveau préparatoire à la mise en place de la mosaïque (US 935b) ; une autre tesselle a été mise au jour dans l’US 937‑938. Il n’est pas impossible que ces tesselles aient appartenu à un pavement non localisable, antérieur à la mosaïque mise en place dans la seconde moitié du IVe siècle ou au début du Ve siècle.

742La pièce 872 (fig278) préserve in situ le seul décor relevant de cette phase : il s’agit du pavement 921, en opus sectile (fig280), dont est conservé le négatif dans le mortier de support. Ce négatif est rogné de tous côtés par des aménagements relevant du dernier état de la résidence, durant lequel la pièce était chauffée, et, au nord, par l’aménagement moderne d’une place de parking. Il n’est donc pas certain que cette pièce ait eu déjà la largeur d’environ 10,60 m d’est en ouest qu’on lui suppose dans son état ultime. La fouille a montré que ce pavement en opus sectile avait été récupéré dès l’Antiquité, avant la mise en place, à l’état IIIb, d’un sol pavé d’une mosaïque (SL 873, voir ci-dessous).

Fig. 280 – Vue générale du négatif du sol en opus sectile de la pièce 872 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 280 – Vue générale du négatif du sol en opus sectile de la pièce 872 (cliché : J.‑Cl. Béal).

743Les plaques de pierre constituant l’opus sectile (des crustae) étaient maintenues par un mortier de support remontant entre les différents éléments de pierre en formant un joint ; une fois les plaques perdues, les joints sont restés en place. Selon J.‑Cl. Béal (Rapport Béal 2000 : 25), « calés par des plaquettes d’ardoise, des fragments de tubuli et de briques, les éléments du décor semblent s’organiser en bandes de plaques à peu près carrées (22 x 23 cm ; 28 x 30 cm) alternant avec des panneaux rectangulaires ». Cependant on observe que la surface de certains de ces éléments (fig280, en arrière-plan) se situe au moins sur le même plan que le niveau supérieur conservé des joints : il s’agit donc presque assurément non de calage, mais de rares vestiges des plaques elles-mêmes. Au nombre de trois, ces crustae à la surface très lisse sont taillées dans une pierre gris foncé ou noire, peut-être de l’ardoise ou du schiste, qu’il faut distinguer des fragments de calcaire noir découverts en 2017 dans le jardin de la résidence tardive, mais qu’on peut rapprocher du matériau employé dans l’ornementation du sol du pavillon 682 de l’état IIa.

744L’organisation des crustae de cet opus sectile que l’on peut lire grâce aux joints montre clairement que le système géométrique du décor de ce sol varie de part en part, et on relève trois zones distinctes (fig281). À l’ouest, le négatif permet de restituer, sur au moins cinq rangs sur l’axe nord-sud, un quadrillage régulier de cases carrées, dont trois conservent des fragments de pierre noire ; deux des crustae sont triangulaires, la troisième est une plaque plus importante, montrant que la case était unitaire : peut-être s’agissait-il d’un simple damier noir et blanc ? Cependant, si les deux crustae noires triangulaires sont en correspondance, la troisième plaque occupe une case qui devrait être blanche. Le cliché montre que certaines cases devaient être occupées par des crustae assurément carrées, d’autres peut-être pas (traces d’arrachages ?). Les triangles conservés pourraient alors appartenir à des cases occupées par un petit carré sur pointe, perdu, cantonné, dans les angles, par quatre triangles noirs, dans un quadrillage alors plus complexe, dont on a des exemples notamment à Narbonne.

Fig. 281 – Relevé du négatif du sol en opus sectile de la pièce 872 (dessin : P. Ferreira ; DAO : M. Drot).

Fig. 281 – Relevé du négatif du sol en opus sectile de la pièce 872 (dessin : P. Ferreira ; DAO : M. Drot).

745Dans la partie plus centrale du pavement tel qu’il est conservé, les joints indiquent un système faisant alterner, sur un axe est-ouest, des bandes larges et des bandes plus étroites. Les bandes larges devaient être occupées par des plaques rectangulaires, alors que des plaques carrées ornaient plus ou moins régulièrement les bandes étroites. Le relevé montre que cette zone était limitée par une étroite bordure que l’on ne distingue pas sur le cliché. Une case semble avoir conservé de son décor des éléments de plaque(s ?) rose orangé (en terre cuite ? en pierre ou marbre ?). Sur le cliché, le support en mortier de cette zone paraît plus rosé (contenant peut-être plus de terre cuite finement concassée).

746Le long du canal de chauffe 919, le négatif préserve, sur quatre files dans l’axe nord-sud, les traces de crustae alternativement rectangulaires et carrées ; la disposition des plaques rectangulaires est perpendiculaire à celles de la zone précédente. Une bande à l’organisation semblable est également conservée en limite sud.

747Malgré le caractère lacunaire, et partiel, tant de la pièce 872 dans son état décoré par le sol en opus sectile que du pavement lui-même, il a été possible de proposer une organisation du décor centrée autour du panneau alternant bandes étroites et bandes plus larges (fig281). On signalera de prime abord plusieurs parallèles. En premier lieu, au clos de La Lombarde à Narbonne, dans la maison III, un pavement (pièce A) montre une semblable distribution, partiellement en damier régulier, partiellement en lignes alternativement larges ou plus étroites (Sabrié, Solier 1987 : 45, fig. 16). Dans la même maison (pièce F), un pavement qui a conservé ses plaques offre une autre irrégularité : dans une zone du tapis, les cases carrées sont alternativement blanches ou noires, formant un véritable damier, mais, dans une autre partie du pavement, certaines cases sont des carrés noirs, d’autres composées de quatre triangles autour d’un petit carré sur pointe, et parmi ces dernières, certaines sont bichromes, alternant carré noir et triangles blancs ou l’inverse, d’autres sont polychromes (Sabrié 2002 : 27). Le pavement en opus sectile du site de la Verrerie d’Arles, aujourd’hui exposé au Musée départemental Arles antique, présente également une distribution irrégulière des trames géométriques (Blanc-Bijon 1996 : 110, n° 88 et fig. ; Rothé, Heijmans 2008 [notice Blanc-Bijon] : 656 et fig. 977, p. 655).

748Ces exemples soulignent bien les limites à la restitution des sols en opus sectile connus par leur seul négatif, comme celui du Palais pour lequel il est cependant tentant, en restituant une vraie symétrie, de proposer l’hypothèse que la pièce ait été un triclinium.

749La composition du panneau « central », délimité par une bordure étroite, est sans aucun doute à mettre en relation avec un pavement mis au jour à Orange, sur le cours Pourtoules (Bellet 1991 : 67), et exposé dans les salles du musée d’Orange : inscrit dans un tapis également en opus sectile composé en nid d’abeilles d’hexagones noirs (en schiste) bordés par des listels blancs, le panneau central présente une alternance de bandes de plaques carrées et de bandes d’hexagones et de triangles, dans des marbres de couleur noire, grise et jaune (Morvillez 2011b : 111‑128).

750Bien que très modestes, ces vestiges attestent la présence sur le site de pavements et de sols en mosaïque antérieurs au grand décor établi pour cette villa dans l’état IIIb. La qualité de ces pavements, en particulier celui en opus sectile, confirme aussi le niveau social du propriétaire.

Pavements mosaïqués de la résidence à l’état IIIb

Pièce 872, mosaïque 873

751Le sol de la pièce 872, sur hypocauste à canaux (voir ci-dessus, 4.5.2.2), préservait un niveau de support correspondant à un pavement en opus tessellatum 873 quasiment entièrement disparu. L’opus sectile 921 antérieur avait été démonté puis recouvert d’un épais remblai avant que ne soient mises en place les couches d’un sol nouveau : un radier de galets et un niveau en béton de tuileau. C’est au-dessus de cette dernière couche que quelques tesselles étaient encore visibles en place lors de la fouille. En outre, le comblement du canal de chauffe méridional de la pièce a livré quatre petits fragments de mosaïque à tesselles noires ou blanches (L. max. comprises entre 2 cm et 5 cm) qui ne peuvent provenir que de l’effondrement de la mosaïque 873. L’organisation et le décor de cette mosaïque n’étaient plus identifiables.

Salle des Amours de l’aile septentrionale, mosaïque SL 871

752La mosaïque 871, pavant la pièce 831 (voir ci-dessus, 4.5.2.2, « La salle des Amours 831 »), a été mise au jour en 2000 (fig282). Quelques fragments de la bordure du tapis sont conservés sur chaque côté de la pièce ainsi qu’un unique fragment du décor central.

Fig. 282 – Relevé de la mosaïque 871 de la salle des Amours (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 282 – Relevé de la mosaïque 871 de la salle des Amours (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

753En juillet 2001, l’ARM a procédé à la dépose de ce qui restait de ce pavement, soit environ 2,80 m² ; la restauration de deux fragments, aujourd’hui au MUSAT, a été effectuée en 2016‑2017. Un petit fragment de mosaïque figuré conservé dans la collection Vallentin du Cheylard, examiné en novembre 2017 et décrit ci-après, pourrait provenir du tapis central de cette mosaïque 871.

754Observations techniques concernant le support (observations de l’ARM, complétées par V. Blanc-Bijon) :

  • lit de pose : chaux pure de 1 à 7 mm d’épaisseur ;
  • nucleus : béton rose à granulométrie fine, chaux et « brique pilée » sur 3 cm d’épaisseur. Lors d’une visite à l’ARM en juin 2016, une observation complémentaire a porté sur ce nucleus qui paraît avoir été appliqué en deux couches distinctes : une première couche de mortier de tuileau mise en place sur le rudus contient des fragments plats de chaux mal mêlée, elle est épaisse d’environ 1,5 cm ; la seconde couche a environ 1 cm d’épaisseur ;
  • rudus : béton blanc de chaux à très gros éclats de calcaire blanc dur, en très grande densité sur une épaisseur de 15 à 18 cm ; le rapport de dépose interprète à tort cette couche comme « un terrazzo d’un état antérieur de la maison » ;
  • statumen : au-dessus des tuiles qui couvrent les conduits de l’hypocauste, couche de cailloutis (le calcaire semble être le même que celui contenu dans le béton blanc) ; entre les canaux de chauffage, ce statumen est constitué d’un gros blocage de pierres permettant de compenser le niveau.

755Ce sol a fait l’objet d’une recharge : près du centre, deux lignes à angle droit marquées dans le mortier de la recharge signalent l’emplacement d’une structure indéterminée et scellée. Ceci explique peut-être l’état très lacunaire de cette mosaïque. Sous le pavement courent les canaux de chauffe de la pièce, qui ont également contribué à fragiliser la mosaïque.

756Des vestiges de la bande de raccord au mur ont été observés à l’aplomb des murs nord 880, est 905 et ouest 906 : cette bande, dont la largeur maximale conservée est de 8 cm, était constituée de files de tesselles blanches disposées parallèlement aux parois ; trois ou quatre files sont présentes à l’est, et six à l’ouest où l’on note que les tesselles viennent buter contre les enduits pariétaux (fig283).

Fig. 283 – Vue générale de la bordure de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 283 – Vue générale de la bordure de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

757D’une largeur totale de 87 cm, la bordure du tapis est composite. De l’extérieur vers l’intérieur, elle comprend un premier groupe, large de 37 cm, de deux bandes géométriques, soit une ligne d’« arceaux » et un guillochis limité par un filet rouge de part et d’autre (fig284), puis, après trois files blanches du fond, un filet triple (N/Bl/R) cerne une bande ornée d’un rinceau peuplé.

Fig. 284 – Détail de la bordure de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 284 – Détail de la bordure de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

758Large de 17 à 19 cm, la première bordure en ligne d’« arceaux » est composée de demi-cercles (diamètre : 28 à 29 cm) sécants et tangents, déterminant des ogives et des écailles (Décor 1985 : pl. 49b) ; les ogives sont à fond blanc, chacune marquée d’une petite croisette noire de type 1+4, les écailles sont noires et l’espace résultant entre le filet noir extérieur et les écailles est en tesselles de couleur rouge.

759Se détachant sur un fond noir et large de 17 à 17,5 cm, le guillochis polychrome est à âme courbe (Décor 1985 : pl. 75b), une tesselle blanche marquant chaque œillet ; les brins alternent en tons de rouge (N/R/Rose/Bl/N) et tons ocre jaune (N/Ocre/Crème/Bl/N), les âmes sont en tesselles gris-bleu surmontées d’un filet blanc puis d’un filet noir.

760De la bande de rinceau peuplé large de 46 cm, seuls quatre petits fragments perdurent, un sur chaque côté du tapis. Très irrégulier, le tracé du rinceau est interrompu par des personnages. Au sud et à l’ouest (fig285) se devinent des éléments végétaux qu’il serait tentant de lire comme les vêtements de personnages végétalisés : feuille, ou manteau, nervurée et dentée flottant dans un mouvement vif vers la droite pour le fragment sud disposé sur l’axe d’une porte ouverte dans le mur M911 de la pièce, fleuron, ou jupe, en corolle vert d’eau pour ce qui serait alors, peut-être, un personnage féminin marchant également vers la droite sur le fragment ouest (personnage, si c’est bien le cas, qui aurait alors quelque 35 cm de haut, l’élément oblique serait son bras tendu en arrière). Les deux fragments les plus lisibles sont au nord et à l’est. Au nord (fig286), partiellement conservé et récemment restauré par l’ARM, un personnage vu de face, nu et ailé (son aile gauche est conservée, petite et accrochée haut sur l’épaule), un Amour, retient de sa main gauche – dont les doigts sont soulignés de noir – une tige végétale à volutes s’achevant par un gros fleuron de quatre pétales (20 cm de pointe à pointe), alors que des tigelles d’où s’échappent quelques feuilles de lierre bleu-gris clair se terminent en feuilles cordiformes aux nervures bien marquées (plus de 10 cm d’axe). Le corps de l’Amour, les jambes écartées par l’effort (son ombre portée au sol est marquée), est traité dans des tons brun clair alors que son bras est rose, l’aile en dégradé brun-rose - bleu-gris clair, couleurs qui sont aussi celles des végétaux avec des tons de vert clair et un contour noir des feuilles et pétales. L’Amour, dont la tête manque, est haut de 35 cm : il occupait toute la largeur de la bande. Le fragment oriental (fig287) est moins clair : de droite à gauche, on distingue, au milieu de tiges et de feuilles cordiformes du rinceau, le bras gauche d’un autre Amour tenant le rinceau, puis un gros fleuron (?) à pétales rouges et bleu clair (diamètre : 20 cm) et, à gauche, jambes et pieds de personnages négroïdes ou, peut-être, un animal noir (?) dont on ne verrait que le bas des pattes avant tournées vers l’Amour. La disproportion notable entre les personnages et les végétaux évoque des scènes nilotiques, ou pour le moins grotesques.

Fig. 285 – Rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 285 – Rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 286 – Détail du rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 286 – Détail du rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 287 – Détail du rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 287 – Détail du rinceau peuplé de la mosaïque 871 (cliché : J.‑Cl. Béal).

761On a observé (Rapport Béal 2000 : 34) que, dans tous les points reconnus, les personnages sont figurés les pieds du côté des parois de la salle dont la frise n’est séparée que par une trentaine de centimètres, ce qui n’autorise pas à envisager la présence de lits.

  • 71 C. Balmelle (2001 : 281) parle alors de « bords barbelés », dont la présence est la norme en Aquit (...)

762Du décor du tapis central ne subsiste plus qu’un médaillon circulaire cerné d’une couronne en câble (fig288) et inscrit dans une composition en guirlande de laurier fleurie aux éléments soulignés de noir. Les feuilles en fuseau ont une base vert et gris bleuté avec une pointe jaune et blanche ; elles sont alignées par trois et, entre chaque rang, prennent place sur une tigelle gris clair trois petites fleurs rondes (en dégradé de rose et rouge, ou plus orangé) ; latéralement s’échappent de part et d’autre quelques petites feuilles vertes très clair71. La palette développée apporte du mouvement à cette guirlande qui se détache sur fond blanc ; toujours placées du même côté, quelques tesselles blanches marquent une touche de lumière sur les pointes des feuilles de laurier.

Fig. 288 – Médaillon de la mosaïque 871 (cliché après restauration : ARM).

Fig. 288 – Médaillon de la mosaïque 871 (cliché après restauration : ARM).
  • 72 À la suite de cette restauration, le fragment a rejoint les salles d’exposition du MUSAT.

763Le fragment a fait l’objet d’une restauration par l’ARM en 2016‑201772, ce qui permet aujourd’hui d’en préciser la description. Une « figure ailée » notée dès la découverte est cernée par une couronne en câble (largeur : 9,5 à 11 cm) composée de quatre tesselles sur la pointe, en N/R/Bl/R/N, bande limitée par un filet triple N/R/N (largeur totale : 14,5 cm). Les trois couleurs du câble – noir à l’extérieur et blanc sur l’axe – confèrent un effet tridimensionnel à cette bande malgré la pauvreté de la palette employée ici. Le filet triple externe, rouge au centre, se détache du médaillon, indiquant par là qu’il s’agit vraisemblablement d’une trame de cercles tracée en lacis de guirlande de laurier (Décor, pl. 234d).

764Dans le médaillon (diamètre restitué : env. 39 cm), un nouvel examen effectué grâce à la restauration permet de reconnaître un volatile, l’aile gauche et un petit fragment de son aile droite déployés ; une partie de son corps et sa queue sont dans des tons de gris, vert et bleu clair, alors que les pattes sont orangées. L’oiseau, qui pourrait être un échassier, vole ou s’envole vers sa gauche. Il semble retenir dans ses serres quelque chose dans les mêmes tons mais difficilement identifiable (vraisemblablement un petit animal ?).

  • 73 Nous rectifions ici la description du fragment publié par M. Bois qui estime, par erreur, que cet (...)

765Provenant du Palais selon les archives Vallentin, un fragment de la collection Vallentin du Cheylard (fig. 289) revu en 2017 pourrait provenir de cette mosaïque. Ce fragment, portant au revers la mention « Collection Vallentin n° 26.85.3 », mesure environ 10 x 12 cm pour une épaisseur de 3 à 3,5 cm73. Les tesselles ont entre 0,6 et 0,8 cm de côté ; impossible à mesurer en raison du support conservé, leur hauteur est peut-être un peu inférieure. Elles sont maintenues dans un bain de pose étendu sur une couche épaisse de quelque 2 à 3 cm d’un mortier de tuileau assez fin comprenant de gros nodules de chaux résultant d’un mélange inégal.

Fig. 289 – Fragment de mosaïque D de la collection Vallentin du Cheylard (inv. 26.85.3 ; cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 289 – Fragment de mosaïque D de la collection Vallentin du Cheylard (inv. 26.85.3 ; cliché : J.‑Cl. Béal).
  • 74 M. Bois y voit un élément végétal (« des feuilles effilées (?) »), ce qui aurait pu être relié à u (...)

766Sur un fond blanc, on observe une possible tête d’animal74, tête de volatile vue de profil ou, plus vraisemblablement, celle d’un dauphin comme l’indiquent l’axe des files de tesselles et la forme donnée à l’œil dessiné en tesselles noires autour d’un iris constitué d’une tesselle blanche. La palette en V/Bleu gris clair/R/N/Bl correspondrait à celle observée pour l’oiseau du médaillon de la mosaïque aux Amours 871 avec laquelle un rapprochement est tentant, mais que l’on propose ici sous réserves.

767À côté d’éléments connus du répertoire géométrique, bien réalisés pour ce qu’il est possible d’en juger, les éléments figurés montrent une façon plus malhabile, un dessin assez lourd. La conservation extrêmement lacunaire du tapis central n’autorise pas de grandes extrapolations quant au décor et à son interprétation : une composition de cercles traitée en lacis (?) de laurier, chaque médaillon inscrit dans une couronne en câble trichrome et occupé par un animal : un échassier paraît pouvoir être identifié dans le seul médaillon conservé, peut-être aussi un dauphin (?) si le fragment de la collection Vallentin du Cheylard appartient bien à ce pavement. Le dessin de la guirlande de laurier à feuilles vert clair parsemée de petites fleurs rouges et roses, sur fond blanc mais usant d’une belle palette, est assez rigide, tout comme celui du câble. La trame se rencontre fréquemment à la fin du IVe siècle, et on la trouve, bien datée (en 391/392 précisément), dans la synagogue d’Apamée sur l’Oronte (Syrie) par exemple, voire plus tard.

768Les bordures en rinceaux peuplés, peu fréquentes en Narbonnaise, sont souvent mises en œuvre pour des pavements des IIIe-IVe siècles en Orient, en Afrique du Nord, en Aquitaine. Amours et personnages végétalisés inscrits dans le rinceau végétal y sont actifs : arc-boutés, ils retiennent tiges et feuilles. Ces personnages entrent dans la série, ancienne, des grotesques apparue avec les fresques de la Domus Aurea et qui perdure ponctuellement, comme par exemple sur le pavement des thermes dits de Trajan à Acholla (Tunisie). À Châteauneuf-du-Rhône, leur traitement stylistique en fait la particularité. Malgré le grand écart géographique, les parallèles entraînent vers des bordures végétales ou nilotiques où s’activent des putti aptères ou des Amours ailés, qui perdureront jusqu’au VIe siècle, par exemple à Sarrîn (Balty 1990 : 12‑14, 57‑60, 78‑80, en part. pl. H.2). Dans notre pavement, le tracé et le dessin sont aussi maladroits que ceux de Sarrîn et tout est disproportionné ; les quelques vestiges préservés ne permettent pas de lire une bande véritablement continue.

  • 75 Pour le IIe siècle, voir Blake 1936 : pl. 17.1 et 39.1 ; pour Rome à l’époque sévérienne : Blake 1 (...)
  • 76 Pour l’Afrique du Nord, on renverra à Darmon 1980 : 75-‑76 ; exemple polychrome également à Acholl (...)
  • 77 Datée de l’Antiquité tardive aussi, une mosaïque du musée d’Aquitaine à Bordeaux (inventaire D.80. (...)

769Cependant, après un guillochis polychrome sur fond noir, la bordure la plus caractéristique est la ligne d’arcs de cercle sécants déterminant des ogives, ou ligne d’arceaux (Décor 1985 : pl. 49b, avec des variantes) qui paraît être surtout appréciée en Occident. Bien connue en Italie à partir du IIe siècle75, elle y est principalement traitée en noir et blanc ; on notera son usage sur une mosaïque de Saletto di Vigodarzere (province de Padoue) datée de la seconde moitié du IIIe siècle au milieu du IVe siècle (Rinaldi 2007 : 48, mosaïque n° Saletto 1, pl. XLVII, 4) ; de même, cette bordure est recensée quatre fois, dont un exemple polychrome, en Toscane à époque tardive, au IVe, voire Ve siècle (Bueno 2011 : 221‑222). En remontant le Rhône, elle se rencontre sur un nombre relativement important de pavements (huit exemples) en Suisse, tous en noir et blanc, de la seconde moitié du IIe siècle au début du IIIe (Delbarre-Bärtschi 2014 : 53). Aux IIIe-IVe siècles, cette bordure apparaît, toujours en noir et blanc, en Allemagne, sur des pavements trévires. Fréquemment trichrome dans les Gaules, elle borde par exemple deux pavements de la fin du IIe siècle ou du début du IIIe siècle mis au jour sur le site de la Verrerie à Arles, l’un en 1984, l’autre en 2013 (Blanc-Bijon, Rothé 2021 : 10‑13 et fig. 8). Cette bordure est plus présente en Afrique du Nord qui la préfère en polychromie76. Et c’est polychrome aussi qu’on la retrouve plus tardivement dans la tradition aquitaine, par exemple dans les villae de Séviac à Montréal (Gers ; Balmelle, Darmon 1987 : n° 291B et pl. CX, « seconde moitié du IVe s. ? ») ou de Mouneyres à Sarbazan (Landes : Balmelle, Darmon 1987 : n° 252 et pl. LXXVII, « première moitié du Ve s. ? »)77, voir aussi à Souzy-la-Briche avec ses écailles rouges (Essone : Darmon, Lavagne 1977 : n° 483 et 489, « IVe siècle et plus tard » ; Balmelle, Darmon 2017 : 273‑275, « dans le cours du Ve siècle »). Ici, une petite croisette de cinq tesselles noires anime les ogives blanches.

Des compositions semblables à trame en quadrillage droit

770Les branches du péristyle nord et sud ainsi qu’une pièce située au nord-est sont pavées d’une même composition géométrique. Dans le péristyle, les mosaïques sont bordées par une « sparterie » (« natte » ou tresse développée : Décor 1985 : pl. 73f) aux brins alternants, comme cela est fréquent, dans les gammes de bleu, de rouge et d’ocre. Cette sparterie ne se présente pas toutefois partout de la même manière : dans le portique septentrional, elle compte neuf brins de trois tons, alors que dans le portique méridional, elle comporte cinq brins de deux tons seulement (absence de brins bleus) dont l’alternance n’est pas régulière. Ceci implique que les tapis étaient indépendants les uns des autres, une même bordure en sparterie fermant un tapis sur ses quatre côtés : il faut donc restituer un tapis distinct par portique du péristyle.

771Les trois pavements connus offrent une même trame en quadrillage isotrope droit tracé en tresses à deux brins présentant des variantes et se détachant soit sur fond blanc, soit sur fond noir (type Décor 1985 : pl. 135a). Les cases déterminées par ce quadrillage sont chargées de motifs géométriques ou de fleurons qui se répètent de pavement en pavement, sans être identiques. On observe une disposition oblique des motifs apparemment régulière ; en réalité, l’examen attentif montre, pour chaque tapis, des variantes dans une même ligne de remplissage d’une part et des variantes de tapis en tapis d’autre part.

772La trame en quadrillage droit est connue des ateliers de la vallée du Rhône, identifiés et étudiés initialement à partir du gros dossier de Vienne. Cependant les fleurons et, surtout, les compositions géométriques en dégradé de couleurs semblent se rattacher davantage à une autre influence, celle d’ateliers orientaux diffusant durant l’Antiquité tardive jusque dans le bassin méditerranéen occidental. Cette impression première s’est précisée au cours de l’étude.

Portique septentrional, mosaïque 936

773La mosaïque 936 (fig290, fig. 291, fig. 292) pavant le portique septentrional 275, large de 3,70 m, a été mise au jour en 2000. En 2017, les sondages dirigés par E. Dumas ont permis de revoir la zone (voir ci-dessus, 4.5.2.1).

Fig. 290 – Relevé de la mosaïque 936 du portique septentrional (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 290 – Relevé de la mosaïque 936 du portique septentrional (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 291 – Vue générale de la mosaïque 936 du portique septentrional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 291 – Vue générale de la mosaïque 936 du portique septentrional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 292 – Détail de la mosaïque 936 du portique septentrional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 292 – Détail de la mosaïque 936 du portique septentrional (cliché : J.‑Cl. Béal).

774Le tapis était incomplet et seuls plusieurs fragments en étaient conservés. L’ARM a procédé à leur dépose en deux temps : en juillet 2001 a été prélevé un petit fragment ARM 117 d’une superficie de 1,30 m² ; en octobre 2001, ce fut le tour de la dépose des fragments dénommés ARM 120, soit 13 m² d’opus tessellatum et 2 m² de béton de tuileau appartenant à une restauration tardive. Ces éléments n’ont pas encore été restaurés.

775Observations techniques concernant les tesselles et le support :

776Densité : env. 81 à 90 t./dm² (relevé par V. Blanc-Bijon ; le rapport de l’ARM indique que les dimensions des tesselles sont les mêmes que pour le pavement n° 360 déposé en 1999 et signale une bande de raccord en grosses tesselles en terre cuite, ce qui n’apparaît ni pour ARM 117, ni pour ARM 120).

777Palette : N, Bl, R, R orangé (terre cuite), ocre clair, gris-bleu.

778Support (informations de l’ARM pour les panneaux 120) :

  • lit de pose : peut atteindre 2 cm d’épaisseur ;
  • nucleus : béton rose à granulométrie fine, chaux et « brique pilée », sur 3 cm d’épaisseur ;
  • rudus : grosse couche de béton de chaux, blanc, à cailloutis et quelques fragments de terre cuite ; sur une épaisseur de 11 à 12 cm ;
  • statumen : couche de galets plats sur une épaisseur de 5 cm environ disposés sur des couches de remblais très bien « dressés ».

779Concernant le fragment ARM 117, le rapport de dépose indique que le support était différent de celui des fragments ARM 120, mais semblable à celui observé en 1999 dans le portique méridional (ARM 113 = mosaïque 360, voir ci-dessous). Ces deux parties du même portique septentrional présentaient donc des différences importantes dans leur support. L’interprétation a trouvé une explication nouvelle lors du sondage de 2017 et de la découverte de marches appartenant à l’état IIb : pour compenser les différences de niveaux lors de la mise en place de la mosaïque 936 de l’état IIIb, il a été nécessaire d’adapter les couches de son support, mais surtout, le pavement correspondant aux marches de IIb, un sol en mortier, a été préservé dans le support de la nouvelle mosaïque, comme l’a démontré l’analyse stratigraphique d’E. Dumas.

780Le pavement est mieux conservé le long du mur de fond du portique qu’au sud, le long du mur stylobate où passe un drain moderne. La proximité du jardin semble avoir nui aussi à la bonne conservation du pavement.

781En trois points est attestée une bande de raccord en avant du mur nord. Elle est constituée de files de tesselles blanches perpendiculaires au mur et dont la largeur totale est de 5 cm (mesure prise devant la salle des Amours 831) avant de se réduire à une file unique. Du côté sud, en un seul point de 32 cm de long, les files sont également perpendiculaires au mur stylobate et sont conservées sur une largeur de 9,5 cm (soit dix tesselles).

782Délimitée par un filet double bleu-gris, une sparterie sur fond noir constitue la bordure du tapis dont le champ en est séparé par une bande de quatre files blanches. La sparterie est à six brins, chacun large de 4,5 à 5 cm ; la bande, dont la largeur préservée en trois endroits du côté septentrional, mesure 44,5 à 45,5 cm (48 cm devant la salle 831) et les brins se croisent neuf fois dans la largeur. Ces brins sont de trois tons : N/Bl/R/R/N, N/Bl/J/J/N et N/Bl/Bleu gris/Bleu gris/N, le second filet de couleur R, J ou Bleu gris est parfois omis. Sur les fragments préservés, la couleur de chaque brin est régulièrement suivie, mais l’alternance sur un même axe est la suivante : Bleu gris/J/Bleu gris/R/J/R/Bleu gris/R/Bleu gris, ou Bleu gris/J/Bleu gris/J/Bleu gris/R/Bleu gris/R/J, ou R/Bleu gris/R/Bleu gris/R/J/R/Bleu gris/J, ou encore R/Bleu gris/R/Bleu gris/R/J/R/Bleu gris/J/R/Bleu gris/R/Bleu gris/R. Il y a donc parfois eu des « erreurs » dont on ne conserve qu’une trace devant la salle 831, un brin jaune devenant rouge.

783La trame est un quadrillage dessiné par une tresse à deux brins sur fond noir N/Bl/R/R/N et N/Bl/J/J/N ; le second filet de couleur R ou J est parfois omis et dans quelques endroits la couleur est répartie sur trois voire quatre files. Entre deux nœuds, la tresse, large de 9,5 à 12 cm (filets noirs extérieurs non compris), forme parfois quatre, parfois cinq boucles marquées par un œillet blanc. Dans l’angle nord-est du tapis où ne sont conservées que trois cases, la tresse, toujours à deux brins, devient trichrome (N/Bl/R/R/N, N/Bl/Bleu/Bleu/N et N/Bl/J/J/N) à proximité de la bordure en sparterie elle-même trichrome : si chaque brin de la sparterie est d’une même tonalité, ceux de la tresse alternent sur un même axe en R/Bleu/J.

  • 78 Nous mesurons comme bordure de la case ce filet noir, habituellement compté avec la tresse lorsque (...)

784Les cases carrées (les côtés ont de 34,5 à 39,5 cm, soit une dimension moyenne de 38 x 37 cm, filets compris) sont délimitées par le filet simple, plus bleu-gris que noir, qui limite la bande en tresse78. Dans chacune d’elles s’inscrit, après trois files blanches, un carré droit tracé en filet double noir (les côtés ont de 26,5 à 31 cm, soit une dimension moyenne de 29 x 28 cm, filets compris).

785Le quadrillage ménage, sur l’axe nord-sud, cinq rangs de cases, chacune chargée d’un motif géométrique en dégradé de couleurs ou d’un fleuron polychrome, dont la distribution paraît respecter un axe oblique du sud-est vers le nord-ouest. D’ouest en est, la séquence peut être suivie sans interruption sur 19 lignes de motifs : [inconnus], fleurons diagonaux et pétales trifides (rehaussés de noir), fleurons de quatre peltes, damiers en dégradé de couleurs avec effet oblique, fleurons composés d’un quatre-feuilles noir sur les diagonales et de quatre pétales trifides, chevrons en dégradé de couleurs, fleurons simples à huit pétales quadrichromes (rouge, ocre, bleu, blanc) sur fond blanc, fleurons diagonaux et pétales trifides (rehaussés de noir), motif inconnu en dégradé de couleurs, fleurons diagonaux et pétales trifides (rehaussés de noir), damiers en dégradé de couleurs avec effet oblique, fleurons de quatre peltes, fleurons composés d’un quatre-feuilles noir sur les diagonales et de quatre pétales trifides, chevrons en dégradé de couleurs, fleurons diagonaux (alternativement rouge ou ocre clair) et pétales trifides (rehaussés de noir), fleurons simples à huit pétales quadrichromes (rouge, ocre, bleu, blanc) sur fond polychrome (rouge, bleu, blanc), damiers en dégradé de couleurs avec effet oblique, fleurons composés d’un quatre-feuilles noir sur les diagonales et de quatre pétales trifides, fleurons de quatre peltes, fleurons diagonaux (alternativement rouge ou ocre clair) et pétales trifides (rehaussés de noir), [inconnus]. Dans cette distribution très régulière des motifs de remplissage richement polychromes, on notera plusieurs motifs traités dans un style dit en « arc-en-ciel » (damiers, chevrons…).

786Par endroits, la polychromie n’est pas respectée non pas simplement ponctuellement mais sur une zone plus importante : par exemple, il semble que les tesselles ocre clair soient venues à manquer dans un motif en chevrons où une partie alterne sur quatre couleurs et l’autre seulement sur trois ; la tresse à proximité reflète également ce manque en matériau puisque ses deux brins sont exclusivement rouges. Il ne semble pas pour autant qu’il s’agisse là d’une restauration antique.

787Enfin, un croquis de la mosaïque 936 relevé par l’ARM avant dépose mentionne des zones de réparation comblées par un « béton signinum de ragrégage assez fin à flanc de la surface, posé sur le nucleus : épaisseur 2 cm en moyenne, à l’endroit où ils se joignent le plus fin vient après comme un réagréage du réagréage ». Des faiblesses dans ce pavement qui reposait sur une stratigraphie peu classique – résultant elle-même d’un réaménagement – ont donc été réparées dès l’Antiquité sans doute, sinon lors de la réoccupation médiévale de ce secteur, non en remettant en place des tesselles mais en comblant la lacune par un béton de tuileau.

Pièce 874 de l’aile septentrionale, mosaïque 875

788La mosaïque 875 (fig293 et fig294) pavant la pièce 874 légèrement trapézoïdale (L. : 9,46‑9,26 m ; l. : 5,88‑5,77 m) a été mise au jour en 2000. Seul, un fragment est conservé dans la partie septentrionale de cette pièce sur hypocauste à canaux (voir ci-dessus, 4.5.2.2, « La salle 874 »).

Fig. 293 – Relevé de la mosaïque 875 de la pièce 874 (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 293 – Relevé de la mosaïque 875 de la pièce 874 (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 294 – Vue générale de la mosaïque 875 de la pièce 874 (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 294 – Vue générale de la mosaïque 875 de la pièce 874 (cliché : J.‑Cl. Béal).

789L’ARM a procédé en juillet 2001 à la dépose de ce panneau dont il était conservé une superficie de 5 m². Ces éléments n’ont pas encore été restaurés.

790Observations techniques concernant les tesselles et le support :

791Densité : env. 90 à 110 t./dm² (relevé par V. Blanc-Bijon ; le rapport de l’ARM indique que les dimensions des tesselles sont les mêmes que pour le pavement 360 déposé en 1999 et signale de grosses tesselles en terre cuite, ce qui ne peut être le cas ici car les bandes de raccord aux murs n’étaient pas conservées).

792Palette : N, Bl, R, Rose, Beige, Bleu ou Gris.

793Support (observations de l’ARM) :

  • lit de pose : chaux pure de 1 à 3 mm d’épaisseur ;
  • nucleus : chaux et « brique pilée » finement sur 3 cm d’épaisseur ;
  • rudus : couche de béton rose de 11 à 13 cm d’épaisseur, chaux blanche et gros éclats de « brique » qui ressemble à un béton de suspensura ;
  • statumen : galets et pierres posés à plat, sur une épaisseur de 7 à 8 cm. À l’emplacement des canaux de chauffe, le rudus est posé sur de grandes tuiles plates.

794Les mortiers de support de la mosaïque reposent donc par endroits sur des tegulae recouvrant les canaux de chauffe et par endroits sur une stratigraphie plus classique.

795Aucune bande de raccord ni aucun fragment de bordure du tapis se sont conservés.

796La trame est un quadrillage dessiné en tresse à deux brins N/Bl/Rose/R/N et N/Bl/Ocre J/Ocre J/N, sur fond noir comme pour le pavement 936 du portique septentrional. Entre deux nœuds, la tresse, large de 7 à 8 cm, forme cinq boucles marquées par un œillet blanc.

  • 79 Voir la note 105.

797Les cases carrées (dimension moyenne : 39 x 36,5 cm, filets compris) sont délimitées par le filet simple noir ou bleu-gris qui limite la bande en tresse79. Dans chacune d’elles s’inscrit, après trois files blanches, un carré droit tracé en filet double noir (les côtés ont de 27,5 à 31 cm, soit une dimension moyenne de 30 x 28,5 cm, filets compris).

798Le pavement est trop lacunaire pour permettre de restituer le nombre de cases sur chaque axe. Pour ce qui est préservé, les cases sont chargées de motifs géométriques ou de fleurons polychromes distribués sur un axe oblique du sud-ouest vers le nord-est : [inconnus], ailes de moulin, fleurons composés d’un quatre-feuilles sur les diagonales et de quatre pétales trifides, chevrons en dégradé de couleurs, [inconnu], ailes de moulin, damiers en dégradé de couleurs avec effet oblique, fleurons composés d’un quatre-feuilles noir sur les diagonales et de quatre pétales trifides, ailes de moulin, chevrons en dégradé de couleurs, fleurons composés d’un quatre-feuilles sur les diagonales et de quatre pétales trifides, ailes de moulin, [inconnus].

799Si on reconnaît ici certains motifs déjà rencontrés dans le pavement 936 (dégradés de couleurs et fleurons comportant des pétales trifides), on soulignera la présence, répétée, du motif en ailes de moulin dont la distribution polychromique connaît des variantes.

Portique méridional, mosaïque 360

800La mosaïque 360 (ARM 113) pavant le portique méridional 438 (fig. 295 et fig. 296), large de 3,80 m, a été mise au jour en 1997 (voir ci-dessus, 4.5.4.1). Dans le rapport intermédiaire de 1997, J.‑Cl. Béal consacre une annexe (Rapport Béal 1997 : 14‑15) à ce pavement lacunaire, qui était, alors, encore engagé sous un chemin qui permettait la circulation sur le chantier. La partie du portique conservant son revêtement en mosaïque mesurait environ 12 x 4 m. La mosaïque a été déposée par l’ARM en 1999.

Fig. 295 – Relevé de la mosaïque 360 du portique méridional (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 295 – Relevé de la mosaïque 360 du portique méridional (dessin : équipe de fouille ; DAO : M. Drot).

Fig. 296 – Mosaïque 360 du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 296 – Mosaïque 360 du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

801Aujourd’hui, la stratigraphie du support n’est plus observable, mais J.‑Cl. Béal (Rapport Béal 1997 : 23) précisait que l’érosion et les travaux agricoles avaient emporté par endroits les couches de mortiers, d’abord de tuileau, puis blanc, qui la supportaient : absent dans l’axe médian nord-sud du portique, le rudus était encore partiellement conservé à l’altitude de 74,55 m environ, à 10,70 m de l’extrémité occidentale du portique, et le statumen à 74,45 m d’altitude, à 16,20 m de la même extrémité. Les rapports de l’ARM permettent de compléter ces observations sur la mise en place du pavement.

802Observations techniques concernant les tesselles et le support :

803Dimensions des tesselles : env. 0,8 à 1,2 cm de côté dans le tapis, env. 1,5 à 3 cm dans la bande de raccord (t. en terre cuite) ; d’où une densité dans la partie géométrique d’env. 110 t./dm², et pour les bandes de raccord d’env. 45 t./dm² (observations ARM).

804Palette : N (deux qualités de pierre, l’une plus foncée que l’autre, cette dernière étant la plus utilisée), Bl (en marbre), Bl plus grisé (calcaire), R (pierre ou terre cuite ?), R orangé (terre cuite), Ocre J.

805Support (observations de l’ARM et des archéologues) :

  • lit de pose : chaux pure de 1 à 2 mm d’épaisseur ;
  • nucleus : chaux et « brique pamourilée » de 1,5 cm d’épaisseur ;
  • rudus : chaux, sable et gros gravier sur 8 cm d’épaisseur ;
  • statumen : pierres posées de chant sur 10 cm d’épaisseur (le rapport de dépose évoquait 15 à 18 cm d’épaisseur, ce que corrige l’observation archéologique).

806Le relevé des fragments conservés, complété par les photographies des panneaux du pavement restauré par l’ARM, montre qu’une bande de raccord en grosses tesselles de terre cuite était présente tant en avant du mur nord 346 qu’en avant du mur sud 345. À l’aplomb de 345, la bande était conservée en deux points, de même largeur : les tesselles en terre cuite sont disposées en files de six tesselles perpendiculaires au mur, alors que devant le mur 346 la bande était encore présente sur toute la longueur mais, tendant à s’affiner vers l’est, elle comptait cinq à trois tesselles disposées en files parallèles au mur (le relevé est incomplet sur ce point). On note de plus que le mur 346 n’est pas exactement parallèle au mur 345 qui sépare la galerie du jardin. Et c’est bien le rôle d’une « bande de raccord » : mise en place par le mosaïste en fin de travail, une fois la partie centrale du tapis réalisée, la bande de raccord permet de fermer l’espace variable subsistant entre le tapis et les murs. Ces observations laissent penser aussi que le mosaïste a peut-être pu commencer par aligner son tapis sur l’axe de ce mur septentrional.

807Vient ensuite, au sud uniquement, une bande de quatre à six files de tesselles blanches (largeur de la bande : 7 cm) sur lesquelles on a pu observer, sur le fragment conservé au MUSAT à Saint-Paul-Trois-Châteaux, des traces rouges présentes tant sur les joints que sur les tesselles (fig297). À cet endroit, cette présence rouge n’a pas d’explication : il ne peut s’agir de ces couches connues pour renforcer les pavements en béton ou mortier de tuileau (dits en « opus signinum ») et il semble exclu également, en raison de l’écart avec la paroi, que cela soit en lien avec les peintures pariétales, il y aurait eu alors également de la peinture rouge sur les tesselles en terre cuite, ce qui n’a pas été observé par les restaurateurs.

Fig. 297 – Détail des tesselles de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : V. Blanc-Bijon).

Fig. 297 – Détail des tesselles de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : V. Blanc-Bijon).

808Conservée encore sur les deux longs côtés du pavement bien que plus complète au sud, la bordure du tapis, large de 38 cm, comporte un filet double noir (largeur : 2 cm), une sparterie à six brins sur fond noir (largeur de la bande : 28 à 32 cm), une bande de quatre files blanches (largeur : 4,5 à 5 cm) et un filet double noir (largeur : 3 cm). Dans le même esprit que celle du pavement septentrional, cette bordure est cependant nettement moins large. L’alternance des brins de la sparterie (N/Bl/R/N et N/Bl/Ocre/N) n’est pas strictement respectée, les brins se croisant cinq fois dans la largeur changent parfois de couleurs, « erreurs » qui attestent vraisemblablement l’absence de tracé préparatoire précis. Cette irrégularité dans l’alternance des brins s’observe dans cette galerie tant pour la bordure septentrionale que pour celle du sud, et on constate aussi, dans la bordure méridionale (fig298), l’emploi de tesselles nettement plus jaunes que dans la bordure nord, où les tesselles véritablement jaunes sont absentes, remplacées par des tesselles ocre clair (fig299). Cela est assurément un indice de la réalisation de ce tapis par plusieurs mains, plus ou moins expertes.

Fig. 298 – Détail de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : V. Blanc-Bijon).

Fig. 298 – Détail de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : V. Blanc-Bijon).

Fig. 299 – Détail de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 299 – Détail de la mosaïque 360 du portique méridional (cliché : J.‑Cl. Béal).

809La trame est un quadrillage dessiné par une tresse à deux brins N/Bl/R/N et N/Bl/Ocre/N. Elle se détache sur fond blanc, contrairement aux tapis du portique septentrional et de la pièce 874. Entre deux nœuds, la tresse, large de 12 à 13 cm, forme six boucles, une à deux de plus que dans les deux autres tapis. Comme la sparterie, cette tresse présente, elle aussi, diverses irrégularités.

810Les cases carrées (dimension moyenne : 37,5 x 38 cm, filets compris) sont délimitées par un filet double noir. Dans chacune d’elles s’inscrit, après trois files blanches, un carré droit tracé en filet simple noir (dimensions : 23,5 à 26 x 24 à 25,5 cm, filets compris). On notera que les cases et les carrés inclus sont très réguliers, dans plusieurs cas les côtés sont strictement égaux.

811La trame ménage, sur l’axe nord-sud, cinq rangs de cases chargées de motifs géométriques ou de fleurons, dont la distribution paraît respecter un axe oblique du sud-ouest au nord-est, à l’inverse donc du tapis septentrional : [inconnus], fleurons composés d’un quatre-feuilles sur les diagonales et de quatre pétales trifides noires, damiers à petites cases rouges et blanches (6 par côté), fleurons simples bichromes à huit pétales alternativement rouges et blancs, damiers à cases noires (d’est en ouest : 7, 5, 6, 5, 5 par côté), fleurons simples bichromes à huit pétales, croix obliques et triangles dentelés noirs, fleurons composés d’un quatre-feuilles sur les diagonales et de quatre pétales trifides noires, [inconnu], [inconnu], fleurons simples bichromes à huit pétales, [inconnu], [inconnu], [inconnu], fleurons simples bichromes à huit pétales, damiers à petites cases noires ou rouges et blanches (cinq par côté), fleurons composés d’un quatre-feuilles sur les diagonales et de quatre pétales trifides noires, damiers à grandes cases noires et blanches (4 par côté), nœud de Salomon à deux boucles identiques, fleurons simples bichromes à huit pétales, [inconnu].

812On rappellera le sondage conduit après la dépose de cette mosaïque. A été mise en évidence une couche sableuse correspondant à l’aménagement du terrain préalablement à la construction de la mosaïque (US 935b). Cette couche contient des céramiques et cinq tesselles de mosaïque ; une autre tesselle a été mise au jour dans l’US 937‑938. La présence de ces tesselles est troublante : il s’agit soit de tesselles appartenant à un pavement antérieur, soit de déchets résultant de la taille des tesselles de ce pavement SL 360.

Commentaire

813Nous réunissons ici le commentaire concernant les trois pavements 936, 875 et 360 qui utilisent une même trame dessinée en tresse à deux brins, un quadrillage déterminant des cases carrées (Décor 1985 : pl. 135a), avec bordure en sparterie attestée dans les seules galeries du péristyle.

814Malgré des largeurs légèrement différentes, les deux galeries présentent un même nombre de cases dans leur largeur, cases dont les modules sont très semblables d’un pavement à l’autre, même si, plus réguliers dans le tapis méridional, on observe une variation de 5 cm au plus. Ceci est un indice du travail des mosaïstes, et on rappellera qu’il est très fréquent que des cases d’un quadrillage qui paraissent carrées ne le soient pas exactement et qu’un décalage se fasse dans un sens privilégié, ce que l’on note ici : cela peut être mis en lien avec les gestes de ponçage de la surface des pavements par le mosaïste. Les modules différents des sparteries, associés aux bandes de raccord, révèlent aussi les capacités des mosaïstes à adapter une composition à l’espace à orner.

815Cependant la différence majeure entre ces trois tapis de la résidence du Palais tient à la tresse dessinant le quadrillage. Ces tresses sont plus serrées sur le pavement SL 360 qui présente six nœuds à hauteur de chaque case, contre quatre à cinq pour le pavement septentrional. Mais surtout, ces tresses se détachent sur fond blanc dans la galerie méridionale alors qu’elles apparaissent sur fond noir dans les deux autres pavements. Ceci entraîne une modification des cases et des contours des carrés : cases en filet simple (qui est en fait le filet de contour de la tresse) et carrés délimités par un filet double pour la galerie septentrionale et la pièce 874, cases en filet double et carrés délimités par une file noire dans le pavement 360.

  • 80 Voir ci-dessus, note 102 : la bordure en « arceaux » de la mosaïque de la salle des Amours trouve (...)

816Le quadrillage droit dessiné en tresse appartient au répertoire commun des mosaïstes antiques. En Italie, il est mis en œuvre par les mosaïstes romains dès le Ier siècle ap. J.‑C. et perdure encore aux IIIe-Ve siècles, époque à laquelle les remplissages sont en général des motifs géométriques ou des fleurons. À Ostie, bien que traité en noir et blanc selon l’habitude des ateliers de la ville, ce quadrillage est employé à la fin du IIIe-début du IVe siècle dans l’édifice des Augustales80 (Becatti 1961 : n° 421, pl. LXIII) et, en tapis couvrant comme au Palais, au IVe siècle dans la domus dei Pesci (Becatti 1961 : n° 337, pl. CCXXVII). Il se retrouve aussi dans les zones italiennes plus septentrionales (voir Bueno 2011 : 311‑313, en particulier n° FL-17 à Florence et n° LU-12‑VII, dans la nef de Santa Reparata à Lucca).

  • 81 Pour l’Aquitaine, voir Balmelle 2001 et Balmelle, Darmon 2017 : 211‑253.
  • 82 Fouilles encore partiellement inédites dirigées par Jean Guyon.
  • 83 En attendant le DEA resté inédit de S. Robira sur les pavements (univ. Paul-Valéry, Montpellier, 1 (...)

817En Narbonnaise, la composition en quadrillage droit est exploitée par les ateliers de Lyon et de Vienne ; elle permet de nombreuses variations grâce au remplissage des cases « à décor multiple », selon la terminologie établie par H. Stern (1965 : 233‑241), occupées par des trames connues souvent par ailleurs. Parmi les nombreux pavements de ce type reconnus dans la capitale des Gaules ou à Vienne, peu de mosaïques associent quadrillage droit et tresse à deux brins, encore moins les motifs de remplissage tels qu’on les rencontre à Châteauneuf-du-Rhône. Avec un fragment vu en 1932 lors de travaux à la gare de Vienne (Lancha 1981 : n° 280), le pavement découvert en 1876, chemin des Missionnaires à Sainte-Colombe (Lancha 1977 : 15‑26 ; Lancha 1981 : n° 339), serait, à ce jour, la mosaïque la plus comparable si l’on se fonde sur le seul tracé en tresse de la composition, mais ni le module des cases, ni les motifs décoratifs ne s’approchent de ce qu’offrent les trois pavements de la résidence du Palais. Plus proche cette fois topographiquement est le pavement du Pègue (Drôme), daté de la « deuxième ou troisième décade du IIIe s. » par H. Lavagne (1979 : n° 170, pl. XLVII-XLVIII) ; considéré comme perdu depuis le début du XXe siècle, ce pavement a été revu en 2020 (fouilles de l’Inrap dirigées par M. Guérit avec étude du pavement par V. Blanc-Bijon, en cours), les cases y sont chargées de compositions géométriques complexes qui interdisent un lien direct avec le pavement du Palais, comme c’est le cas également de la vaste composition en quadrillage de tresses pavant une pièce chauffée de la partie d’habitation (?) dans la cathédrale de Genève, datée vers 450 (en dernier lieu, voir Delbarre-Bärtschi 2014 : 73 et 244‑246, n° Genève 50.5.1). En Aquitaine, au IVe siècle81, on trouve un emploi du quadrillage à décor multiple (Moncaret, toutes les cases chargées de poissons ; Montmaurin ; Sordes l’Abbaye…) qui se rapproche des pavements du Palais ; là, les ateliers apprécient les tresses (ou bande tressée), souvent bichromes jaune et rouge comme à Châteauneuf-du-Rhône, ainsi que le motif de sparterie que ce soit pour des panneaux restreints ou de dimensions plus importantes, comme la sparterie de la villa d’Aughreilh à Saint-Sever (Landes), dont la datation proposée est « postérieure au IVe siècle ? » (Balmelle, Darmon 1987 : n° 213), voire une sparterie totalement couvrante comme à Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)82. Toutefois, le remplissage des cases distingue les mosaïstes ayant œuvré à Châteauneuf-du-Rhône des ateliers aquitains. C’est dans la phase tardive de la grande villa de Loupian (Hérault, phase IIIb, fin du IVe-premier quart du Ve siècle) que l’on retrouve le quadrillage en tresse dans un module proche de ce qui est mis en œuvre à Châteauneuf-du-Rhône (Lugand, Bermond 2002 : 253 et fig. 297) ; d’autres pavements de la même villa montrent le même traitement en dégradé de couleurs qui marquent les motifs de remplissage sur deux des trois tapis du Palais. L’inspiration, voire la réalisation de ce décor à l’iconographie très nettement plus développée qu’à la résidence du Palais a été attribuée pour une part à des ateliers moyen-orientaux, pour une autre à des ateliers aquitains83. La villa du Palais aurait-elle connu une situation semblable ?

818Dans leur réalisation, les motifs de remplissage des carrés se distinguent assez nettement d’un tapis à l’autre. Le pavement du portique septentrional développe une très large palette : le fleuron à huit pétales semblables est ici traité en quatre couleurs et se détache, dans une série, sur un fond polychrome. Mais surtout sont présents dans cette mosaïque le traitement en dégradé de couleurs, très typiquement originaire des rives orientales de la Méditerranée, et le fleuron de quatre peltes, éléments totalement absents dans le portique sud. Le fleuron à quatre-feuilles et quatre pétales trifides connaît deux traitements, que le quatre-feuilles disposé sur les diagonales soit noir ou en couleurs. Dans le pavement, très lacunaire, de la pièce 874 se retrouvent le traitement en dégradé de couleurs et, toujours, le fleuron à quatre-feuilles et quatre pétales trifides ; cependant ce tapis se distingue principalement par la présence importante du motif en ailes de moulin et par l’accord polychromique général qui fait intervenir des tonalités plus variées. Dans la galerie méridionale au contraire, les motifs de remplissage sont très nettement plus simples ; plus pauvres aussi en polychromie, ils sont trichromes au mieux, avec des fleurons bichromes, rouges et blancs, et une abondance de véritables damiers (en noir ou rouge), les variantes tenant au nombre et aux dimensions des cases du damier. Croix et nœuds de Salomon n’apparaissent que dans ce pavement, alors que l’on retrouve le fleuron à quatre-feuilles et quatre pétales trifides employé dans les trois mosaïques.

819Le traitement appliqué aux remplissages des cases souligne à l’évidence que ces trois pavements ne sont pas de la même main. Il est possible aussi qu’ils ne soient pas précisément contemporains. Comme cela est net aussi, des différences apparaissent dans les structures des supports des trois pavements, or ce type d’observations est en lien étroit avec les habitudes techniques des mosaïstes qu’il révèle, plus encore qu’avec leur possibilité d’approvisionnement en matériaux.

820Après avoir aplani le terrain (le niveau sous la structure n’est en général pas une couche de destruction antérieure ou de remblais, mais bien la première couche de construction dans un chantier de réalisation d’un pavement, son matériel datant alors le sol), le mosaïste dresse un support dont la stratigraphie comprend trois couches, ainsi que le disent tant le traité de Vitruve que la plupart des pavements connus à ce jour.

821Est mis d’abord en place un hérisson ou radier de pierres, le statumen. Sous le pavement 936 (ARM 120), il s’agit d’une couche de galets plats épaisse de 5 cm ; sous le pavement 875, ce sont des galets et des pierres posés également à plat, sur une épaisseur de 7 à 8 cm ; enfin sous la mosaïque 360 et le fragment ARM 117 du pavement 936, des pierres ont été posées de chant (ce que préconise Vitruve), sur une épaisseur de 10 cm. Dès ce premier niveau de mise en œuvre, on décèle donc des « recettes » différentes.

822Ce radier est conforté par une couche de béton grossier, le rudus, qui a comme but principal de maintenir et d’aplanir en surface le statumen. Les trois pavements présentent des rudus différents. Le rudus de la mosaïque 936 (ARM 120) est constitué d’une couche épaisse de 11 à 12 cm d’un béton de chaux, blanc, à cailloutis et quelques fragments de brique. Celui de la mosaïque 875 est une couche de béton rose de 11 à 13 cm d’épaisseur, comprenant de la chaux et de gros éclats de terre cuite ; elle « ressemble à un béton de suspensura », notaient les restaurateurs, ce que la fouille expliquera puisque, alors qu’un caniveau traverse la pièce, « le rudus est posé sur de grandes tuiles plates ». Pour les mosaïques 360 et 936 (ARM 117), la description du rudus transmise par les restaurateurs est la même : la couche, épaisse de 8 cm, contient de la chaux, du sable et du gros gravier.

823Les couches de nucleus comportent, comme fréquemment, de la terre cuite très finement concassée, leur conférant une coloration rosée. Dans les mosaïques 936 (ARM 120) et 875, le nucleus est semblable et de même épaisseur (3 cm), alors que celui des mosaïques 360 et 936 (ARM 117) n’est épais que de 1,5 cm. Petite variante, mais variante tout de même.

824Habituellement en mortier de chaux quasiment pur, le bain de pose est épais de quelques millimètres (1 à 3 mm, jusqu’à 7 mm pour le pavement aux Amours). Pour celui du fragment 936 (ARM 117), il a été noté qu’il atteignait par endroits jusqu’à 2 cm, ce qui est particulièrement épais pour cette couche dont Vitruve ne nous donne pas le nom. Ce bain de pose doit rester frais le temps de la mise en place des tesselles et remonte pour former les joints entre elles.

825On rappellera également qu’un de ces pavements, dans la galerie méridionale, est cerné par une bande de raccord en gros cubes de terre cuite, alors que toutes les autres bandes de raccord connues sont en tesselles plus classiques. L’emploi de plus gros cubes dans les bandes de raccord est fréquent, sans être courant ; lorsqu’ils sont en terre cuite, on évoque parfois un peu rapidement une réfection antique, pas toujours assurée. Nous n’avons aucune explication de leur présence ici.

826Par la technique de réalisation du support, deux groupes se distinguent donc très nettement : la structure du pavement 360 et du fragment ARM 117 de 936 se distingue tout particulièrement, alors que les supports de la mosaïque 875 et des autres fragments du sol 936 (ARM 120) prélevés peuvent être rapprochés.

827Le sondage effectué par E. Dumas en 2017 a permis de comprendre ces différences de « recettes » et d’épaisseurs qui devaient bien être mises en relation avec des mains distinctes, sans doute en raison d’un intervalle de temps important dans leurs réalisations. Le pavement en béton de l’état IIb, SL 2017.22, avait été partiellement maintenu comme support de la mosaïque de l’état IIIa. Ce cas de remploi d’un sol pour le support d’un état successif n’est pas unique. Un exemple bien connu peut toujours être vu dans le portique X du péristyle de la maison de la Cascade à Utique (Tunisie) où se superposent des pavements de techniques différentes, un opus tessellatum recouvert par deux niveaux de sols en opus figlinum (Alexander, Ennaïfer 1973 : mosaïques n° 70, 71 et 74). Une telle séquence de sols, tous en mosaïque, a été rencontrée aussi dans la villa de Desenzano del Garda en Italie du Nord (It., province de Brescia) qui au IVe siècle recouvre une villa établie dès le Ier siècle, ou encore, plus récemment, sur le site de la Verrerie de Trinquetaille à Arles où, immédiatement sous les mosaïques en tesselles de la maison d’Aiôn d’époque sévérienne, a été mise au jour une dense stratigraphie de sols en béton décoré (Blanc-Bijon, Rothé 2021).

828Hormis la présence répétée du fleuron à quatre-feuilles et quatre pétales trifides, les variations dans les motifs sont importantes et se reflètent donc aussi dans les détails techniques de mise en œuvre. Elles attestent assurément l’absence d’indications précises reportées par un tracé préparatoire, qui devait toutefois exister pour assurer la régularité du quadrillage tout au long d’un même portique ; elles pourraient témoigner également de l’intervention non simultanée d’équipes différentes pour les deux galeries du péristyle, mais aussi pour la pièce 874. Certains mosaïstes paraissent plus réguliers que d’autres (voir les variations dans les tresses, par exemple), mais cela seul ne suffit pas à expliquer les différences observées. Si l’on peut considérer que l’emploi des motifs témoigne du vocabulaire exploité et d’abord du dessin connu et maîtrisé, tout autant que la technique par le mosaïste, on serait tenté de ne pas attribuer ces trois pavements à la même main bien sûr, mais pas non plus au même atelier, voire de ne pas les dater exactement de la même époque, sans toutefois pouvoir préciser davantage par des critères stylistiques seuls.

Discussion : des mosaïques d’inspiration orientale ou aquitaine ?

829L’une des caractéristiques des mosaïques de la résidence du Palais dans son état IIIb est l’emploi du style dit « en arc-en-ciel », dont les effets sont donnés par des dégradés de couleurs. Ici, on soulignera que les remplissages de ce type s’organisent à partir non pas d’une tesselle, mais de quatre tesselles réunies d’une même teinte. Étudié par J. Balty en particulier, ce style est habituellement considéré comme attestant une influence orientale diffusée par les ateliers syriens après les années 350 et au Ve siècle. Il se rencontre dans certains remplissages de cases des pavements 936 et 875, mais il est totalement absent, pour ce dont nous pouvons encore en juger, des habitudes du mosaïste ayant réalisé le pavement du portique méridional 360, signifiant que, alors qu’une même trame est utilisée pour ces trois pavements, ceux-ci ont probablement été mis en place à des moments différents, et par des ateliers différents.

830Cette influence orientale s’est répandue vers l’ouest, dans tout le bassin méditerranéen occidental et dans les Gaules, en gagnant l’Aquitaine tardive qui se l’est réappropriée, comme l’a bien montré C. Balmelle (Balmelle 2001 : 262 et 279). Mais on a pu voir aussi, dans les mosaïques de la villa de Loupian, un retour de ces influences depuis les ateliers aquitains. À Châteauneuf-du-Rhône, cette circulation aurait suivi la vallée du Rhône vers le nord sans que l’on en maîtrise les modalités (des ateliers indépendants, comme ils semblent se développer à partir du IIIe siècle, ou des ateliers appartenant à tel ou tel grand propriétaire ?). On n’aura garde d’oublier toutefois l’atelier ayant réalisé les compositions en quadrilobes de peltes, d’inspiration orientale, pour les pavements de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Séguret qui, s’ils ne peuvent plus être rapportés à la pseudo-destruction de la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux en 407, sont assurément de date tardive, au IVe ou au début du Ve siècle (Lert et al. 2009 : 180). Cependant les ensembles plus septentrionaux de Souzy-la-Briche ou de Migennes par exemple, au Ve siècle, paraissent en être exempts.

831Avec les mosaïques des cathédrales de La Major à Marseille, d’Arles, de Digne (Alpes de Haute-Provence), mais aussi de Mariana (Corse), des villae de Loupian, de Caumont (Vaucluse), de Vinon (Var) entre autres, les pavements du Palais à Châteauneuf viennent compléter et, surtout, renouveler le tableau de la présence d’ateliers de mosaïstes tardifs dans la vallée du Rhône.

Des mosaïques pariétales

Un décor en mosaïque et peinture murale

832On signalera, dans un niveau d’abandon (US 508) posé sur le sol du portique oriental de la résidence, plusieurs fragments montrant la juxtaposition d’un décor peint (voir 4.8.3, l’étude des enduits peints par N. Delferrière) et d’un décor en tesselles reconnu par les empreintes en négatif laissées par les cubes perdus.

833Les creux dans le mortier s’enfoncent d’environ 0,6 cm et sont assez réguliers ; ils témoignent de tesselles de dimensions moyennes, classiques, voisines de ce que l’on observe pour les sols. Les éléments conservés ne permettent pas d’évoquer un décor en mosaïque mettant ici en œuvre des tesselles en verre, nombreuses sur le site et notamment dans ce même niveau d’abandon 508, et l’on connaît de nombreuses mosaïques pariétales soit exclusivement en tesselles de pierre, soit associant tesselles de pierre et tesselles de verre.

834Ces fragments montrent, en limite d’une zone peinte en rouge, une bande cernée par deux creux de cordelettes (profondeur : env. 0,4 cm). Sur l’un d’entre eux, on observe que la peinture rouge a été mise en place avant les tesselles : elle est présente dans le creux des loculi laissées par les tesselles perdues.

835Ces fragments attestent donc l’existence d’un décor pariétal associant un enduit peint au-dessus duquel s’élevait un décor en tesselles, l’inverse étant très peu probable et le lissage de l’enduit excluant également une juxtaposition verticale. Il n’est possible ni de localiser ce décor, ni de le dater.

Une ou des mosaïques en tesselles de verre : une affaire de galettes

836Si les quelques mosaïques conservées dans la résidence du Palais n’usent pas de tesselles en verre, vingt-neuf US en ont livré (voir aussi ci-dessus, 4.7.2.3, l’étude de J. Roussel-Ode sur le verre). La majorité de ces US sont liées à l’abandon de la résidence (US 164, 386, 508, 510, 531, 558, 561, 566, 574, 585, 616, 617, 625, 680, 887), à la réoccupation médiévale du site (US 607 : comblement d’une fosse médiévale) ou à des zones perturbées par l’érosion du site (US 116, 120, 123, 148, 514). Trois US des fouilles Carlier de 1987 et trois autres des fouilles Landry de 2010 en ont également livré. Dans de rares cas, certaines tesselles pourraient être en « faïence », de la terre cuite vitrifiée (US 561 et 625), mais l’essentiel est en verre translucide et, le plus grand nombre, en verre opaque, dont les techniques de fabrication et de coloration, mais aussi d’usage, sont aujourd’hui analysées dans de nombreuses publications.

837Les tesselles en verre translucide présentent des tons différents (jaune clair, jaune verdâtre, bleu, bleu clair, brun vert, vert plus ou moins soutenu…) et portent encore, pour une quinzaine d’entre elles, des traces de feuille d’or (l’une découverte en 1997, les autres dans les US 510, 558, 561, 574 – 3 tesselles –, 585, 616 – 2 tesselles – et 617) ; deux tesselles sont à feuille d’argent (l’une découverte en 1997, l’autre en 1998 dans l’US 558). Les feuilles d’or, au format carré régulier unique, sont disposées sur un support en verre translucide qui peut offrir divers tons, puis recouvertes d’une fine pellicule de verre généralement parfaitement translucide, la couverte ; cette dernière est souvent perdue, parfois aussi la feuille d’or, en particulier lorsque l’on retrouve les tesselles en vrac. Les teintes diversifiées des supports permettent des variations dans la brillance d’un même décor en mosaïque, et ne doivent en rien être vues comme des emplois différenciés topographiquement ou chronologiquement. Provenant de l’US 616, une tesselle en verre translucide jaune vert, ayant perdu sa feuille d’or et sa couverte, est nettement taillée en triangle, témoignant peut-être d’une pose oblique de certaines files de tesselles.

838Le plus grand nombre de tesselles en verre est en verre opaque de couleur, restituant de nombreuses tonalités : blanc, noir, gris, mauve, blanc mauve, bleu foncé, bleu cobalt, bleu turquoise, bleu clair, bleu mauve, bleu-gris, bleu-vert, vert foncé, vert vif, vert clair, gris vert, jaune vert, jaune, jaune clair, brun rouge, rouge. Ces tesselles en verre offrent les couleurs que la pierre ne fournit pas, mais on note ici des tons qui auraient aisément pu se trouver dans la nature, et l’absence de tesselle en verre orange, couleur étant exclusivement rendue au Palais par de la terre cuite. Dans certaines US, toutes liées à l’abandon du site, sont associés de nombreux coloris : il n’est pas impossible que cela atteste l’existence de décors recherchés, qu’ils soient végétaux ou figurés.

  • 84 L’association de tesselles en verre et en calcaire a été vue par nous dans la voûte de Mor Gabriel (...)
  • 85 Informations du restaurateur Jacques Neguer et de Rina Talgam, de l’université hébraïque de Jérusa (...)

839Plusieurs de ces tesselles en verre ont été mises au jour en association avec des tesselles en pierre : même s’il s’agit de niveaux d’abandon, il n’est pas aisé alors d’attribuer le décor à une paroi, une voûte84 ou à un sol. Et nous savons que des tesselles en verre, même à feuilles d’or, peuvent être mises en œuvre dans des sols, comme à Lod (Palestine) au IIIe siècle85.

840La présence de décor(s) usant de tesselles en verre opaque est également confirmée par la mise au jour de fragments de galettes en verre opaque de couleurs variées : bleu, bleu foncé, gris vert, vert, vert-jaune, jaune vif, rouge.

  • 86 Le fouilleur ajoute : « Ultérieurement, cette fosse a été comblée par un dépotoir dont les différe (...)

841En 1987, P. Carlier rapporte la découverte d’« une plaque de pâte de verre de couleur jaune citron très dense, longue de 20 à 25 cm, épaisse de 2 cm en moyenne ; un autre fragment de pâte de verre de couleur gris vert bleuté » au fond d’une fosse où a été observé « un foyer avec une couche de charbon de bois », avec ce qui a été interprété alors comme des scories et un « creuset ». Dans les conclusions de son rapport, P. Carlier évoque la possibilité d’un « simple four à réchauffer de la pâte de verre contenue dans un creuset afin de la faire s’étaler sur un marbre. La plaque ainsi obtenue était ensuite débitée à froid pour tailler les cubes… » (Rapport Carlier 1987 : 32)86. Considérant le lien étroit entre la production des galettes par un verrier et la mise en œuvre des tesselles en verre par le mosaïste sur le site même, où du verre à vitre trouvé en nombre aurait également été fabriqué, cette activité verrière se serait déroulée entre Ve et le VIIe siècle (Rapport Carlier 1987 : 33‑34, et voir J. Roussel-Ode ci-dessus, 4.7.2.3). Si l’on suit le raisonnement du fouilleur, les galettes ainsi fabriquées sur place et des mosaïques à tesselles en verre seraient à dater de cette période-là. Cette découverte a été interprétée comme un marqueur de la fabrication du matériau par un atelier lié spécifiquement à la décoration de la résidence du Palais.

  • 87 Les plaques légèrement bombées sont principalement circulaires, mesurant 12 à 40 cm environ, cepen (...)
  • 88 Dans ces recherches, ont étudiées en détail les questions de techniques de fabrication, dont la pr (...)

842À partir de là, de nouvelles études, pionnières, menées par D. Foy (2007 : 43‑52) ont porté sur le commerce du verre diffusé, à destination des mosaïstes en particulier, sous forme de galettes plus ou moins circulaires dont les formats sont variés87. Réfutant la fabrication sur place des galettes, ces recherches ont été reprises et développées (Neri 2016)88 et l’on connaît aujourd’hui un très grand nombre de ces galettes, tant en France qu’ailleurs dans le bassin méditerranéen. Nous-même, avec E. Neri, avons eu l’occasion d’en étudier sur plusieurs sites de l’Antiquité tardive, que ce soit à Arles, dans les fouilles de la cathédrale dirigées par M. Heijmans, et à Jérusalem, lors des fouilles menées sur le site de l’Éléona par l’École biblique et archéologique française, sous la direction du père J.‑B. Humbert (Neri, Blanc-Bijon 2016), ainsi qu’à Mor Gabriel dans une opération de conservation et d’étude de la mosaïque du sanctuaire datée vers 512 (Blanc, Blanc-Bijon, Courtois 2020 : 370‑372).

843Si l’on retrouve parfois des galettes fragmentaires non taillées, certaines sont parfois identifiées par leurs rebords une fois taillées en tesselles et mises en œuvre, témoignant d’un emploi intensif. On notera que, s’il laisse derrière lui quelques fragments de galette inusités surtout en verre opaque, le mosaïste exploite les galettes d’or et d’argent au maximum des possibilités puisqu’il use jusqu’aux extrémités des bords arrondis sans feuille d’or, offrant parfois des traces des pinces ayant fixé la succession support - feuille d’or ou d’argent - couverte. Il est cependant très rare de retrouver, comme au Palais, une galette quasiment complète. La galette en verre jaune citron n’a pas, ou très peu, été utilisée par le mosaïste, qui ne l’a pas non plus conservée pour un autre usage. Ceci peut paraître étonnant et questionne sur la propriété de ces matériaux spécifiques, achetés sur le marché du verre plutôt, peut-être, par le commanditaire que par le mosaïste.

844Les tesselles en verre sont bien souvent taillées, voire sciées en cubes très réguliers lorsqu’elles proviennent de galettes en verre à feuilles d’or ou d’argent, alors que dans bien des cas les tesselles en verre opaque sont moins régulièrement taillées ou sciées, ressemblant parfois à des éclats coupés à la pince. Ceci semble également lié à une économie de matériau, plus systématiquement contrôlée pour les tesselles d’or ou d’argent en raison vraisemblablement de leur coût financier.

845Concernant l’accès au matériau, un point est aujourd’hui acquis : la révision du matériel découvert à Châteauneuf-du-Rhône a permis de rejeter désormais l’identification du « creuset ». Si cela ne change rien à l’existence d’une production de galettes par des verriers puis d’une utilisation de ces galettes par les mosaïstes, cela remet en cause une production sur place de ce matériau, et conforte le système économique d’une véritable diffusion complexe du verre destiné aux ateliers de mosaïstes, de la production dans l’atelier d’un verrier à l’entrée dans un circuit de commercialisation avant l’utilisation par le mosaïste. Ce dernier, à cette époque, est un artisan installé ou dépendant d’une officine : les signatures sur mosaïque accompagnées de la formule ex officina, sous diverses formes, semblent apparaître au IIIe siècle. Travaillant évidemment avec son équipe sur le lieu même de la réalisation, lui-même, ou peut-être le commanditaire de la mosaïque, achète le matériau sur un marché commercial alimenté par le verrier. Cependant, à ce jour, aucun élément de galette ou de rejet de travail n’a été mis au jour dans un atelier de production de verre.

846Quant à la chronologie attribuable aux mosaïques usant de telles tesselles en verre, signalons que des tesselles à feuille d’or étaient déjà mises en œuvre dans les décors pariétaux du nymphée de Luculus à Rome à l’époque de Néron. Les éléments en verre opaque de couleurs variées sont également d’un emploi très ancien. Ces tesselles éparses ne permettent donc pas de dégager des indices chronologiques, hors d’études techniques liées à la fabrication de ces matériaux, études que nous n’avons pas envisagées ici en raison des interprétations des US dans lesquelles étaient dispersées ces tesselles.

847La seule assurance est que la résidence du Palais offrait, dans son dernier état au moins – les tesselles provenant des couches d’abandon –, des décors richement colorés par des tesselles en verre dont la très large palette démultipliait encore les possibilités polychromiques des pierres naturelles et de la terre cuite. Ces décors qui devaient compter probablement des éléments végétaux et figurés, pouvaient tout aussi bien appartenir à des pièces d’habitation qu’à des éléments extérieurs comme des fontaines.

848Enfin, dans l’US 616, est présent un élément en verre translucide jaune-vert constitué du même matériau que la tesselle triangulaire mentionnée plus haut mais qui conserve encore un fragment de feuille d’or. Il est possible qu’il ne s’agisse pas là d’un fragment de galette ou d’un fragment à rattacher à un décor en tesselles, mais d’un décor de plaque en verre doré comme il en existe par exemple à Rodez (Foy 2008 : 51‑65).

Autres fragments de mosaïque de la collection Vallentin du Cheylard réputés provenir de Châteauneuf-du-Rhône

849Il nous a semblé utile de signaler ici trois fragments de mosaïque appartenant à la collection Vallentin du Cheylard, dont l’attribution à la résidence du Palais est moins certaine.

850Deux fragments jointifs (A et B, inv. « Collection Vallentin n° 26.85.5 » inscrit au revers du fragment A) figurent une tresse à deux brins identiques (noir/banc/blanc/rouge/noir), limitée par deux filets noirs, un œillet blanc marquant chaque boucle ; de part et d’autre, trois files blanches puis une file noire (fig300). Ces fragments pourraient être rapprochés des pavements ornés d’un quadrillage en tresses, mais il n’est pas possible de les attribuer à l’un ou l’autre des pavements connus, en raison de la distribution même des couleurs dans les deux brins ici semblables. S’ils proviennent bien de la résidence du Palais, hypothèse que seul permet d’avancer un rapprochement entre numéros d’inventaire, ils témoigneraient alors d’une autre mosaïque, inconnue par ailleurs.

Fig. 300 – Fragments jointifs de mosaïque A et B de la collection Vallentin du Cheylard (inv. 26.85.5 [revers] et s. n° ; cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 300 – Fragments jointifs de mosaïque A et B de la collection Vallentin du Cheylard (inv. 26.85.5 [revers] et s. n° ; cliché : J.‑Cl. Béal).

851La composition géométrique du troisième fragment (C ; fig301) est tracée en filet noir (simple ?) qui détermine des cases avec carré sur pointe inscrit chargé d’un petit carré droit, chacun de ces carrés dessinés en filet double noir ; motif indéterminé dans le petit carré droit (une fleurette rouge ?) ; les triangles déterminés par l’inscription du carré sur pointe dans la case sont chargés d’un triangle bleu-gris et rouge. Au vu de ce seul fragment, la trame ne peut être déterminée avec certitude et les possibilités sont multiples. L’interprétation du fragment comme une case d’un quadrillage droit serait l’hypothèse la plus « neutre », mais il aurait pu tout aussi bien être rattaché à un quadrillage de bandes, voire à toute autre composition orthogonale déterminant des cases. Cependant, on notera que ce fragment présente une composition bien différente de celles des pavements connus au Palais. Comme il n’a pas été possible de trouver des informations précises sur la provenance de ce fragment dans les archives de la collection Vallentin, nous ne pouvons certifier que cet élément provient bien de la résidence du Palais, à quelque état que ce soit.

Fig. 301 – Fragment de mosaïque C de la collection Vallentin du Cheylard (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 301 – Fragment de mosaïque C de la collection Vallentin du Cheylard (cliché : J.‑Cl. Béal).

4.8.3. Le décor peint de la résidence (N. Delferrière)

  • 89 L’organisation des différentes parties de cette contribution est inspirée de l’étude claire et pré (...)

852Il n’est pas chose aisée de restituer le décor peint du Palais. Des enduits muraux ont, certes, été découverts in situ en plusieurs points de la résidence, contre les parements du mur 906 ou contre le parement méridional du mur de fond du portique septentrional 1022, mais ils ne semblaient pas avoir été peints et ne présentaient pas de décor. À l’exception d’un vestige d’enduit peint conservé in situ contre le mur 382, les autres décors peints sont peu nombreux, extrêmement fragmentaires et souvent en mauvais état de conservation (surface picturale usée et mortiers érodés). Ils proviennent principalement de couches de remblais, ce qui ne permet pas de les rattacher à une paroi en particulier, ni même à une pièce. Après un nettoyage méticuleux des enduits et plusieurs tentatives infructueuses d’assemblages conséquents, quelques pistes de réflexion peuvent toutefois être avancées grâce à l’observation précise et à l’analyse de certains fragments remarquables89.

4.8.3.1. Mortiers

853Les mortiers des enduits peints découverts sur le site sont extrêmement variés, ce qui témoigne de la très grande hétérogénéité des décors conservés, attestés, pour la plupart, uniquement par quelques fragments.

854Le support de l’enduit peint conservé in situ contre le parement méridional du mur 382-391-405 (aile occidentale, état II), à l’extérieur du pavillon 682, est composé de deux couches : une première de mortier de tuileau, d’environ 10 cm d’épaisseur, et une seconde, de mortier de chaux, blanche, d’une épaisseur de 10 mm (voir ci-dessus, 4.2.3.4).

855Parmi les fragments, un premier ensemble, caractérisé par un champ rouge vermillon et provenant principalement de l’US 642 mais également des US 593 et 659, présente un support en mortier composé de quatre couches, dont l’épaisseur maximale conservée est de 7,7 cm : tout d’abord, une fine couche de mortier de tuileau rose foncé, à granulométrie assez épaisse et comportant des nodules de chaux, conservée sur 0,5 cm, qui pourrait présenter une empreinte de tubulus (?), puis une couche de mortier de chaux sableux, de couleur gris-beige, très compact et à granulométrie très fine, conservée sur 5,5 cm, enfin, une dernière couche de mortier de chaux blanc, compact et à granulométrie moyenne, épaisse de 1,5 cm. La surface picturale repose sur une couche de finition en mortier de chaux blanc, très compact, de 0,2 cm d’épaisseur, qui se distingue nettement de la couche inférieure.

856Provenant de l’US 841, un deuxième ensemble, au décor à imitation de marbre, présente un support en mortier composé de trois couches, dont l’épaisseur maximale conservée est de 3,5 cm : une première couche (1 cm) de mortier de tuileau à granulométrie épaisse, une deuxième couche (2 cm) de mortier de chaux sableux, beige-gris, compact, à granulométrie moyenne, avec de nombreuses inclusions de nodules de chaux, et une dernière et troisième couche de finition (0,5 cm), composée de mortier de chaux blanc, très compact, à granulométrie fine.

857Un troisième ensemble, issu de l’US 561, est constitué de quatre fragments à fond blanc sur lequel se croisent une bande rouge bordée de filets noirs, et un filet jaune. Le mortier de support est composé de deux couches : une première (1,5 cm) de mortier de tuileau rose foncé, à granulométrie assez épaisse avec des inclusions de terre cuite et des nodules de chaux, et une seconde, de mortier de chaux, sableux, beige-gris, à granulométrie fine.

858Un quatrième ensemble, dans l’US 593, est composé de champs rouges séparés par une large bande verte (voir ci-dessous) et présente un support en mortier de chaux, sableux, très compact, à granulométrie plutôt fine et d’une épaisseur maximale conservée de 4 cm ; nous n’avons pas réussi à distinguer différentes couches.

859Un unique fragment jaune (US 593) présente un support en mortier étonnant, peu épais et composé seulement de deux couches : une première couche (1 cm) de mortier de tuileau à granulométrie moyenne avec une quantité de gravier très importante et une seconde (0,4 cm), en mortier de chaux, très compact et à granulométrie fine.

860Plusieurs fragments d’enduits peints provenant de lots différents présentent, au revers des supports en mortier, les empreintes caractéristiques de décors de plafond (US 356, 422, 425, 558, 561, 574, 830, 837 et 843). Il s’agit, en effet, d’empreintes de roseaux ou de baguettes de bois utilisées pour fixer et maintenir le décor peint des plafonds et des voûtes (Barbet, Allag 1972 : 943‑945). Ces éléments ont été appliqués dans différents mortiers : mortier de chaux blanc, fragile, à granulométrie très fine et mortier de chaux sableux, beige, compact, à granulométrie moyenne ; l’épaisseur est néanmoins similaire, autour de 2,5 cm. Certaines empreintes peu profondes (environ 1 cm), correspondent plutôt à de petites baguettes alors que certaines, beaucoup plus profondes (plus de 3 cm) témoignent de l’utilisation de roseaux plus épais. Ces différentes variations indiquent qu’il existait plusieurs plafonds peints sur le site dont seuls quelques fragments subsistent.

861Mentionnons également plusieurs fragments de l’US 944 dont le mortier de tuileau, à granulométrie épaisse et avec de véritables inclusions de terre cuite (mortier hydraulique), et la surface picturale non lissée, rouge foncé presque bordeaux, sont caractéristiques des enduits peints dits techniques, qui revêtaient les parois des bassins et de certains espaces de circulation (Coutelas et al. 2004). Deux fragments, dont la surface picturale est partiellement manquante, témoignent d’une réfection : l’enduit a été appliqué, en effet, sur un précédent enduit peint rouge. Plusieurs éléments appartiennent enfin à des embrasures de portes ou de baies ou aux bords des parois d’un bassin.

4.8.3.2. Fragments et décors principaux

862L’état de conservation général et l’hétérogénéité des fragments d’enduits peints ne permettent pas de restituer un décor en particulier. Cependant, certaines séquences peuvent être replacées, grâce à plusieurs indices conservés, en zone inférieure ou en zone médiane de paroi, ou bien à la jonction entre parois et plafonds.

863L’enduit peint découvert in situ, à l’extérieur du pavillon de l’aile occidentale, sur le parement méridional du mur 382-391‑405 (état II), présentait un fond jaune ponctué d’une tache rouge. Il pourrait s’agir d’une plinthe mouchetée ou d’une imitation de marbre, très fréquentes en zone inférieure de paroi, mais l’état de conservation du vestige n’a probablement pas permis aux fouilleurs de l’identifier.

  • 90 Des analyses sont nécessaires afin d’en caractériser la nature (pur ou en mélange).

864Parmi les fragments découverts sur le site, plusieurs, provenant principalement de l’US 642, mais également des US 593 et 659, appartiennent à un ensemble caractérisé par un champ rouge vermillon. Il fut retrouvé dans le comblement de la résidence ancienne, tel qu’on le perçoit dans le jardin de la résidence tardive, mais également en remblai sous le sol 118, ce qui constitue un TAQ pour la datation du décor, soit avant la fin du Ier siècle ap. J.‑C. Même si la surface picturale n’est pas très bien conservée et que son usure lui donne parfois un aspect rose, l’éclat typique de ce rouge est particulièrement visible. Un fragment (US 642, lot 98 183/3) indique que cette couleur vive est obtenue par l’emploi d’un pigment importé d’Espagne et considéré comme l’un des plus luxueux de l’Antiquité, le cinabre, en raison de multiples petites taches noires qui résultent d’une exposition répétée de la surface picturale à une lumière forte, conséquence du caractère photosensible de ce pigment90. De plus, on constate une sous-couche jaune sur plusieurs fragments, ce qui est typique de la mise en œuvre du cinabre, notamment dans les décors dits du IIe style pompéien. Ce pigment est d’ailleurs particulièrement utilisé dans la mise en œuvre des grands décors luxueux de cette période du Ier siècle. av. J.‑C. (Barbet 1990 : 256‑257), puis jusqu’à la période flavienne. On le retrouve ensuite employé de façon ponctuelle pour rehausser certains motifs. C’est le cas, par exemple, à Lisieux (Calvados), dans le décor du IIIe siècle de la pièce J des thermes publics : un personnage de profil, une Muse d’après A. Barbet, est vêtu d’une tunique bleu clair et d’un manteau rose à rehauts rouge cinabre (Barbet 2008 : 268‑269, fig. 419).

  • 91 Pour une présentation claire et précise des premiers décors du IIe style pompéien, identifiés par (...)

865Les fragments découverts dans la résidence, dont certains de grande taille, présentent de véritables champs rouges, probablement des panneaux, ce qui nous semble être un indice particulièrement significatif pour orienter l’identification de ce décor. Plusieurs fragments s’assemblent, notamment trois avec une bande noire, et constituent une zone de jonction entre le haut de la paroi et le plafond (fig. 302, A) ; cette transition est particulièrement visible sur le support en mortier qui est parfaitement horizontal ; un fragment correspond également à une embrasure de fenêtre ou de porte (fig. 302, B). D’après le contexte de découverte et les informations techniques liées à leur mise en œuvre, ces quelques fragments pourraient correspondre à un décor de IIe style pompéien qui appartiendrait donc au début du premier état de la résidence (état I). Il aurait donc pu être réalisé dès les années qui ont suivi l’arrivée d’Auguste au pouvoir ou juste avant. Notons que, malgré le peu d’éléments conservés, la bande noire avec une sous-couche jaune qui couronne la paroi se retrouve dans le décor de la mégalographie de la villa des Mystères à Pompéi, mais également sur celui de la pièce VIIIb du site de la Verrerie à Arles (Boislève et al. 2017 : 26). Les décors de IIe style pompéien recensés par J. Boislève en 2017 étaient au nombre de dix-sept91 (Boislève et al. 2017 : 35), principalement situés en Narbonnaise, mais également en Lyonnaise et en Aquitaine (La Sioutat à Roquelaure ; Dardenay 2014a ; Dardenay 2014b ; Dardenay 2014c : 148). Peut-on considérer celui de la résidence du Palais comme le dix-huitième décor de IIe style pompéien identifié en Gaule, après les découvertes récentes de Vieille-Toulouse (champ rouge vermillon avec figuration miniaturiste : Dardenay 2014c ; deuxième style schématique à fond blanc : Tessariol, Vial 2017), Fréjus (présenté au 28e colloque de l’AFPMA à Paris en 2015, mais non publié) et Panossas (Poux et al. 2016 : fig. 26) ? Sur tous ces sites, la présence de tels décors pariétaux romains dans le dernier tiers du Ier siècle av. J.‑C., véritables signes extérieurs de richesse, indique que les commanditaires et propriétaires des demeures bénéficiaient de moyens financiers considérables permettant de faire venir des ateliers de peintres italiens particulièrement compétents qui, en plus, peignaient avec du cinabre importé d’Espagne. À Châteauneuf-du-Rhône, malgré quelques indices concordants, il nous est impossible de l’affirmer avec certitude, en raison du peu de fragments conservés.

Fig. 302 – Décor peint de la résidence. A : deux fragments assemblés avec champ rouge vermillon et bande noire sur sous-couche jaune ; B : fragment rouge vermillon qui constitue une embrasure de fenêtre ou de porte (US 642) [cliché : N. Delferrière].

Fig. 302 – Décor peint de la résidence. A : deux fragments assemblés avec champ rouge vermillon et bande noire sur sous-couche jaune ; B : fragment rouge vermillon qui constitue une embrasure de fenêtre ou de porte (US 642) [cliché : N. Delferrière].
  • 92 Nous remercions pour son aide précieuse M.‑A. Janin, doctorante en histoire ancienne à l’universit (...)

866Quelques fragments provenant de l’US 576, c’est-à-dire du remblai répandu antérieurement à la construction de la salle basilicale, conservent la trace d’une inscription peinte en jaune orange sur un fond rouge non lissé et particulièrement fruste ; un filet jaune orange a servi de ductus à la mise en place de l’inscription et participe à sa mise en valeur en la soulignant. L’aspect lacunaire de cette inscription, le contraste qui n’est pas très appuyé entre les deux couleurs et l’état de conservation général des fragments rendent le déchiffrement particulièrement difficile92 et ne permettent pas de proposer la moindre traduction (fig. 303) :

8671 : [---]ṆẠ[---] ou bien [---]ẠỊẠ[---]

2 : [---]ẠT[---]

3 : [---]+Ạ[---]

Fig. 303 – Fragments de l’inscription peinte en jaune sur fond rouge (US 576) [cliché : N. Delferrière].

Fig. 303 – Fragments de l’inscription peinte en jaune sur fond rouge (US 576) [cliché : N. Delferrière].

868Comme nous l’avons déjà dit, l’inscription du Palais a été réalisée en jaune sur fond rouge, ce qui est particulièrement étonnant parce que les couleurs des inscriptions peintes sur enduit sont généralement le noir, le rouge et le blanc (Rebuffat 1995 : 23‑24 ; Barbet 2020 : 23). En raison du caractère très lacunaire de l’inscription, il apparaît difficile de savoir en quelle langue elle est rédigée puisque les lettres capitales « N », « A », « I » et « T », selon ce que nous avons pu déchiffrer, existent en latin et en grec et que les Gaules ont livré de nombreuses inscriptions grecques en contexte domestique : on rappellera seulement ici l’exemple de la mosaïque autunoise des auteurs grecs (Blanchard, Blanchard 1973 ; en dernier : Chardron-Picault 2007). L’absence de traverses pour les hypothétiques « A » pourrait être un argument pour réfuter la possibilité d’une inscription grecque.

  • 93 À Mérida (Augusta Emerita, Lusitanie), une inscription peinte sur enduit a été découverte dans l’a (...)
  • 94 Voir l’exemple, déjà mentionné par R. Rebuffat, de l’inscription peinte à l’entrée de la maison de (...)

869Dans le monde romain, les inscriptions peintes sur enduit, à distinguer des graffites (Barbet, Fuchs 2008), sont variées, mais correspondent le plus souvent à des noms ou à des explications accompagnant une image représentée : scènes mythologiques, jeux de l’amphithéâtre et du cirque (Corbier 2011 : 21 ; Barbet 2020 : 23), enseignes commerciales (Allag 1985 ; Corbier 2011 : 12), images de la vie quotidienne, mais également portraits et scènes funéraires (Rebuffat 1995 : 25 ; Corbier 2011 : 16‑19 ; Sabio Gonzáles, Alonso López, Hidalgo Martín 2014 : 109‑110 ; Barbet 2020 : 23). Les inscriptions électorales peintes de Pompéi sont bien connues (Corbier 2011 : 13 ; Sabio Gonzáles, Alonso López, Hidalgo Martín 2014 : 109), mais il existe aussi des formules « de bienvenue ou prière93 […] de menaces ou d’avertissement94 » (Barbet 2020 : 23), des citations littéraires et des épitaphes (Sabio Gonzáles, Alonso López, Hidalgo Martín 2014 : 35, fig. 7).

  • 95 Dans le cas de scènes de jeux, les dialogues entre les protagonistes sont indiqués grâce aux inscr (...)

870Quand une inscription est associée à une image, soit elle accompagne directement la figuration (nom, titre d’une scène ou citation littéraire) dans le champ iconographique de laquelle elle se trouve et permet d’identifier chaque personnage et de comprendre la scène représentée95 (Corbier 2011 : 22) : il s’agit alors d’une légende permettant au spectateur de décoder l’image ; soit elle constitue la reproduction d’une réelle inscription sur un support d’écriture, comme un volumen par exemple. Mais dans ce cas, si elle peut éclairer la représentation, l’inscription n’en constitue pas une légende explicite (Sabio Gonzáles, Alonso López, Hidalgo Martín 2014 : 110).

871Quoi qu’il en soit, les lacunes, trop importantes, ne permettent pas de connaître le contenu de l’inscription peinte du Palais. Malgré sa belle facture, l’aspect peu soigné du fond rouge nous enjoint d’écarter l’hypothèse d’une légende de pinax. Les comparaisons avec des inscriptions accompagnant des représentations figurées montrent qu’elles sont bien plus soignées et sont, pour celles que nous avons pu trouver, peintes en blanc. C’est le cas notamment à Aubechies (Belgique) où l’inscription (IV)LIVS est située autour de la représentation, dans un médaillon, d’un buste du mois de juillet (Barbet 2008 : 249, qui date stylistiquement la peinture du IIe siècle), et à Saint-Germain d’Esteuil (Gironde), où un personnage agenouillé est accompagné de l’inscription ABOVNV ou APLOVNV (Barbet 2008 : 225‑227, fig. 350‑351, qui date le décor du début du IIe siècle).

872Un ensemble assez soigné provenant du remblai de l’US 593 (état IIa) est daté d’avant la fin du Ier siècle ap. J.‑C. grâce au TAQ apporté par la réalisation du sol 118. Ce décor est connu grâce à quelques fragments dont certains s’assemblent, notamment un champ rouge séparé d’un champ jaune et blanc par une large bande verte bordée d’un filet blanc et d’un filet vert (fig. 304, A). Ils appartiennent principalement à la zone médiane de paroi et correspondent à des panneaux rouges bordés et séparés par de larges bandes vertes ; la présence d’inter-panneaux rouges est également probable et les quelques fragments de fût de candélabre pourraient s’y situer (fig. 304, B). Une corniche moulurée à denticules marqués, sur fond blanc, par des touches colorées rouges et bleues, pourrait également être rapprochée de cet ensemble et être placée en bande de séparation entre zone inférieure et zone médiane ou en couronnement de paroi ; la mouluration de la corniche est représentée par un double filet rose et rouge et est surmontée par un motif non identifié (fig. 305). Cette représentation schématique d’une corniche moulurée à denticules est assez rare en Gaule et nous n’en avons pas trouvé de comparaisons locales. La plus proche de ce décor provient de Carthage (Tunisie), mais le lieu exact de sa découverte est inconnu : le fond, les couleurs utilisées et le traitement avec des touches colorées sur chaque denticule sont identiques (Barbet 2013 : 74‑75, fig. 82, n° 71).

Fig. 304 – Décor peint. A : bande verte séparant un champ rouge et un champ blanc et jaune : départ de la bande de séparation entre zone médiane et zone inférieure (?) ; B : départ (l’arrachement de la surface picturale a-t-il suivi le contour du pied ?) d’un candélabre traité en blanc et vert sur champ rouge (US 593) [cliché : N. Delferrière].

Fig. 304 – Décor peint. A : bande verte séparant un champ rouge et un champ blanc et jaune : départ de la bande de séparation entre zone médiane et zone inférieure (?) ; B : départ (l’arrachement de la surface picturale a-t-il suivi le contour du pied ?) d’un candélabre traité en blanc et vert sur champ rouge (US 593) [cliché : N. Delferrière].

Fig. 305 – Décor peint. Corniche schématique moulurée et à denticules (US 593) [cliché : N. Delferrière].

Fig. 305 – Décor peint. Corniche schématique moulurée et à denticules (US 593) [cliché : N. Delferrière].

873Parmi les autres fragments conservés, notons que quelques-uns appartiennent à une plinthe à fond blanc mouchetée de noir et de vert (US 541 : en comblement du drain central, décor réalisé avant la fin du Ier siècle ap. J.‑C.) et d’autres à une imitation de marbre constituée de veinures ocre rouge sur fond ocre jaune orange (US 841). Ces deux décors se situent en zone inférieure de paroi. Évoquons également les quelques éléments de plafonds qui ont conservé une partie de leur surface picturale, laissant deviner la présence de décors à réseaux composés principalement de cercles, mais aucune restitution n’est possible.

4.8.3.3. Pigments et palette chromatique

874Même si la surface picturale est souvent mal conservée et que de nombreux détails, en particulier des motifs, sont illisibles, la palette chromatique du décor peint de la résidence est particulièrement variée et son application a été réalisée sur des fonds lissés avec soin. Un trait caractéristique de ces décors est la présence, très fréquente, d’une sous-couche rose-rouge sous plusieurs fonds (US 593 en particulier), ce qui témoigne d’un soin certain apporté à la réalisation des enduits peints.

875Les pigments employés dans le décor peint du Palais sont variés. Parmi les couleurs utilisées couramment dans la peinture murale en Gaule (Guineau 2001), citons les ocres rouges et jaunes (en larges champs, surtout rouges, mais quelques fragments attestent également la présence de champs jaunes), les fonds noirs dont beaucoup, fréquemment usés, sont devenus gris et les fonds blancs réalisés, le plus souvent, avec un simple badigeon de chaux. Les verts, qui présentent différentes teintes, des plus claires aux plus foncées pour les bandes et filets d’encadrement, ainsi que pour quelques détails végétaux, proviennent sans doute, pour la majorité d’entre eux, de terres dites vertes, que des analyses permettraient de caractériser avec précision. L’emploi de bleu égyptien est également attesté dans la réalisation de certains verts et pour quelques fragments uniquement bleus (US 348, 581 et 597). Ce pigment de synthèse, importé de Campanie (même si la présence d’ateliers en Gaule n’est pas impossible), est utilisé pour de larges champs, en bandes ou en rehaut de motifs. Enfin, mentionnons à nouveau la présence du cinabre dont l’éclat rouge vif, la photosensibilité et la sous-couche jaune sont caractéristiques (voir ci-dessus). Ce pigment importé d’Espagne, considéré comme le plus luxueux de l’Antiquité romaine, est utilisé sur de larges surfaces dans le décor de la résidence, ce qui peut constituer, d’après nous et comme nous l’avons déjà indiqué, un marqueur chronologique important.

4.8.3.4. Conclusion

876Même s’il ne s’agit plus que de quelques bribes, les fragments d’enduits du Palais témoignent de la variété du décor peint qui ornait les parois et plafonds de nombreuses pièces. L’éventail des pigments employés, dont notamment le cinabre et le bleu égyptien, la variété des supports en mortier et la qualité du lissage de la surface picturale, ainsi que la réalisation des différents motifs et la présence d’une inscription peinte constituent autant d’indices pour l’affirmer. Au niveau de la composition, les plinthes mouchetées et les imitations de marbres en zone inférieure de paroi, la zone médiane rythmée par des panneaux et inter-panneaux et les décors à réseau en plafond s’inscrivent dans les productions picturales courantes dans les Gaules entre le Ier et le IIIe siècles.

4.8.4. La statuaire et les objets de pierre au Palais et au Grand Palais (J.‑Cl. Béal, avec des contributions de D. Fellague et de †B. Rémy)

4.8.4.1. La statuaire : les découvertes anciennes

877Comme le montrent les inventaires préliminaires qu’avaient engagés Fr. Braemer (1982) et A. Ferdière (1988, vol. 2 : 226) et les travaux de L.M. Stirling (2005), on aurait grand tort de considérer que la statuaire découverte en Gaule dans des villae est banale, courante et peu significative.

878Les érudits du XIXe siècle ont signalé à plusieurs reprises la présence, au Palais, de fragments de statues de marbre ou de bronze, réunies « au domaine de Champblanc par un collectionneur instruit, M. Bourlon de Moncey » (Lacroix 1868 : 177‑179). M. de La Mure avait, de son côté, recueilli des cuves de sarcophages, et « des restes de statues et de bas-reliefs en marbre blanc, des entablements, des ornements d’architecture […] ». Ces deux collections ont disparu.

879Certaines de ces statues étaient peut-être médiévales : P. Chatrousse (1843) évoque « une petite statue de la Sainte Vierge tenant l’enfant Jésus » ; A. Lacroix (1868 : 177‑179) parle d’« un évêque ou un abbé ». D’autres semblent avoir été antiques ; Chatrousse (1843) parle d’« une tête à la Romaine », Lacroix (1868 : 177), d’« un buste d’homme en marbre blanc qui paraît de l’époque romaine » et d’« un tronçon de statue fort belle qui a dû faire partie d’un groupe car on y voit sur l’épaule les doigts d’une main étrangère […]. Un animal mutilé… » (Lacroix 1868 : 235) ; Trufanow (1967 : 39) évoque « un buste de femme drapée à la Romaine en marbre blanc […] ; une fort jolie tête de marbre blanc, à la fine barbe et à la courte chevelure ondulée qui nous a paru se rapporter soit au Diau [sic] Pan où [sic] à quelque faune soit peut-être à quelque empereur Romain, Hadrien ou Marc-Aurèle ».

880Quelques fragments, enfin, sont parvenus jusqu’à nos jours ou proviennent des fouilles récentes.

4.8.4.2. La statuaire : les découvertes récentes

881• Muse (fig. 306 et fig307)

Fig. 306 – La Maladrerie. Torse d’une Muse en marbre vue de face ; à gauche, trace de l’arrachement du pilier sur lequel elle était accoudée (cliché : L. Monguilan).

Fig. 306 – La Maladrerie. Torse d’une Muse en marbre vue de face ; à gauche, trace de l’arrachement du pilier sur lequel elle était accoudée (cliché : L. Monguilan).

Fig. 307 – La Maladrerie. Torse d’une Muse en marbre vue du côté gauche ; à droite, trace de l’arrachement du pilier sur lequel elle était accoudée (cliché : L. Monguilan).

Fig. 307 – La Maladrerie. Torse d’une Muse en marbre vue du côté gauche ; à droite, trace de l’arrachement du pilier sur lequel elle était accoudée (cliché : L. Monguilan).
  • 96 Les archives de fouilles du SRA de Rhône-Alpes conservent une note signalant le « repérage de 2 sc (...)

Prov. : ancienne propriété de M. Savin96 à la Maladrerie (parcelle ZM 119a du cadastre de 1994 : fig25) : découvert en creusant la piscine de la maison. Ancienne collection Savin. Perdue : ces objets n’étaient plus en possession de M. Savin en 1996.

Ronde bosse. H. cons. : 70 à 80 cm environ ; marbre. La tête, rapportée sur le corps, et fixée à l’aide d’un tenon, a disparu. Le bas du corps est brisé au niveau des genoux ; nombreux éclats aux épaules et aux avant-bras ; le pilier auquel la Muse était accoudée a été arraché.

Vêtue d’une robe longue et plissée, la Muse est enveloppée dans un manteau à franges. Elle est accoudée sur le sommet d’un pilier dressé devant elle, tenant son menton dans la main gauche, tandis que sa main droite, reportée vers l’arrière au niveau de la taille, tenait un volumen. On peut donc y reconnaître Polymnie, Muse de la rhétorique. La statue est travaillée à l’arrière comme à l’avant et faite pour être vue de tous côtés.

882• Bas relief indéterminé

Prov. : parcelle ZM 119a, lieu dit le Grand Palais du cadastre de 1979 (alors propriété de M. Savin à la Maladrerie). Ancienne collection Savin. Perdue.

Bas relief. H. : de l’ordre d’une soixantaine de centimètres ; calcaire sans doute.

Sculpté sur un bloc de « pierre commune », le relief, si l’on en juge d’après les médiocres photos disponibles, semble montrer deux personnages nus et dansants, l’un au moins étant une femme.

  • 97 Nous devons à l’obligeance de MM. Morand et Véron d’avoir pu étudier cet objet et le suivant. La t (...)

883• Tête de faune joufflu97 (fig. 308)

Fig. 308 – La Maladrerie. Tête d’un faune joufflu en marbre, vu de côté et de face (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 308 – La Maladrerie. Tête d’un faune joufflu en marbre, vu de côté et de face (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : parcelle ZM 226a, du cadastre de 1983. Collection Véron à Ancône (Drôme).

Ronde bosse. H. : 12 cm ; marbre blanc. Nez cassé ; des éclats sur les lèvres et le menton.

Bibliogr. : Anonyme 1995a (« haute de 55 cm [sic] ») ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 218.

Tête joufflue aux oreilles pointues, penchée vers l’épaule gauche. Les sourcils, rendus par une série de petits traits obliques, soulignent les arcades sourcilières hautes ; les pupilles ne sont pas marquées. Les cheveux, drus et serrés, sont réunis en mèches courtes et descendent bas sur la nuque. L’importance du travail au foret et la raideur du rendu des mèches n’invitent pas à proposer une datation de l’œuvre avant le milieu du IIIe siècle.

884• Extrémité de corne d’abondance

Prov. : parcelle ZM 226a, lieu-dit le Grand Palais du cadastre de Châteauneuf-du-Rhône (édition de 1979). Collection Véron à Ancône (Drôme).

Ronde bosse. H. : 48 mm ; marbre blanc.

Ce petit fragment paraît correspondre au rebord supérieur d’une corne d’abondance d’où retomberait une corolle de feuilles. Il en émerge une tige cannelée.

885• Socle d’une statuette (fig. 309)

Fig. 309 – Le Palais, socle en marbre d’une statuette à plusieurs personnages, vue de dessus (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 309 – Le Palais, socle en marbre d’une statuette à plusieurs personnages, vue de dessus (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : fouilles de 1998, US 574 : située dans le jardin et sous le niveau d’effondrement de la toiture du portique oriental, l’US 574 appartient à la phase d’abandon de la résidence.

Ronde bosse. L. max. : 101,5 x 70 mm ; H. max. : 31 mm ; marbre blanc. Le fragment conservé correspond à l’angle antérieur droit du socle.

Le socle est fait d’une plaque de marbre dont l’épaisseur décroît de l’arrière vers l’avant et dont les deux bords partiellement conservés sont moulurés : en façade, un tore surmonte un bandeau lisse, sur le côté gauche, la mouluration est simplifiée et ramenée à deux bandeaux séparés par une gorge. Si le côté est rectiligne, la façade paraît présenter une légère courbure.

À gauche subsiste l’extrémité antérieure d’un pied humain gauche. Les ongles des orteils sont marqués et le gros orteil séparé des autres doigts. À côté, le gonflement de la surface du socle au ras de la cassure signale sans doute que s’y trouvait le pied droit. Plus à droite sur le socle subsistent également les restes d’un autre pied gauche, plus grand que le précédent. Tout près de la façade, subsiste enfin la trace d’une figure de section sommairement ovale. Le socle supportait donc au moins deux personnages, et sa largeur dépassait, du coup, 0,15 à 0,20 m.

886• Bras d’une statuette (fig. 310)

Fig. 310 – Le Palais, bras en marbre d’une statuette (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 310 – Le Palais, bras en marbre d’une statuette (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : fouilles de 1998, US 531 : l’US 531 est une couche remaniée, issue de la démolition de la fontaine occidentale du jardin central et de l’arasement des vestiges.

Ronde bosse. L. cons. : 84 mm ; diam. max. : 39,5 x 35,5 mm ; marbre blanc.

Avant-bras nu et grassouillet et amorce du poignet droit d’un petit personnage. Les traces d’arrachement sur la face interne de l’objet montrent que la main et le bras étaient collés au corps.

887• Fragment de statuette : tronc ou pampre (fig. 311)

Fig. 311 – Le Palais, fragment d’un tronc et plis d’un vêtement (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 311 – Le Palais, fragment d’un tronc et plis d’un vêtement (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : fouille de 1993, US 54, comblement du caniveau qui ceinture l’exèdre 578 (voir ci-dessus, 4.5.3.2) du bâtiment oriental (résidence, état IIIb). Le comblement du caniveau, qui a livré des fragments de céramique et des monnaies de la seconde moitié du IVe siècle (Jung 1993), marque l’abandon de cette structure.

Ronde bosse. L. cons. : 134 mm ; l. max. : 70 mm ; marbre blanc.

Le fragment représente un segment d’un tronc, plus sommairement traité sur la face postérieure que sur les autres. Un personnage au manteau flottant derrière lui y était ponctuellement relié. Il évoque la sculpture tardive de Diane trouvée dans la villa de Petit Corbin à Montagne (Gironde ; Balmelle 2001 : fig. 126a-b) sans que, pour autant, cette identification puisse être établie.

888À une exception près, ces sculptures sont, pour ce qu’on en sait, en marbre. Une partie d’entre elles provient du quartier même du Palais et des terres qui appartiennent à la famille de La Mure et recouvrent la résidence. On ne peut guère aller plus loin, même pour les découvertes récentes : trouvé à proximité de la fontaine occidentale, le bras d’une statuette appartenait peut-être à son décor, mais l’importance de l’érosion et des remaniements de terre empêche de conclure sur ce point.

889Une seconde partie provient du Grand Palais et de la Maladrerie. Il est, certes, possible que le tombeau des propriétaires se soit trouvé de ce côté, ce qui pourrait expliquer la présence de figurations humaines ; mais il est certain aussi que des transferts de terres ont eu lieu entre l’ouest et l’est de la RD 73.

890Certaines de ces statues ont dû être des représentations en grand format (éch. : 1/1 ou au-dessus) ; mais il y a à l’évidence aussi des statuettes. Ainsi, la statue de Muse pouvait être haute de 1,20 m environ. Debout, le faune pouvait mesurer un peu moins d’un mètre ; mais on ne peut exclure qu’il ait fait partie d’un groupe de plus grande taille, tout comme le fragment de bras ; les silhouettes posées sur le socle ne devaient en revanche pas dépasser quelques décimètres, non plus celle qui était reliée à un tronc.

891Ces statuettes, caractéristiques de la décoration des villae tardives (autour de 400 : Stirling 1996 et 2005), pouvaient orner, à Montmaurin (Haute-Garonne), un jardin à péristyle, à Nérac (Lot-et-Garonne), un secteur thermal ou un nymphée ; elles étaient adossées à une paroi ou placées dans une niche (Balmelle 2001 : 233‑237), ce que suggère ici le traitement différencié de la partie postérieure du fragment de tronc.

892Ces œuvres étaient, jusqu’ici, connues surtout dans les villae tardives d’Aquitaine (villae de Nérac, de Castelculier [Lot-et-Garonne], de Montmaurin et de Chiragan aux Martres-Tolosane [Haute-Garonne], de Petit Corbin à Montagne [Gironde]), même si L.M. Stirling (2005 : 71‑73, fig. 34‑36) mentionne une statuette tardive (H. : 0,52 m) de Satyre dans la villa de Wellen (All., Rhénanie-Palatinat ; Binsfeld et al. 1988 : 149‑150, n° 308) et une tête féminine (l. : 0,11 m) de Til-Châtel (Côte-d’Or ; ESP, IV, 3597 ; Deyts 1976 : 200‑201, n° 201), site qu’elle considère comme celui d’un établissement rural. Elles représentaient principalement (Balmelle 2001 : 233‑237) des dieux et des thèmes mythologiques, Diane, Vénus, seule (?) ou entourée d’Amours, victorieuse ou en compagnie d’Adonis, Apollon, Bacchus, Ariane à Naxos, Pan ou Minerve, témoignant ainsi de l’intérêt des élites tardives pour la culture classique.

  • 98 Localement, il faut mentionner un fragment de tête féminine en marbre (partie supérieure du crâne) (...)

893Entamé pour l’Aquitaine tardive par les travaux de L.M. Stirling, le corpus des sculptures trouvées dans les villae françaises reste à faire, après les premières listes données par Fr. Braemer (1982) ou A. Ferdière (1988, vol. 2 : 226). Régionalement, des fragments statuaires ont été signalés dans les villae de Cueil à Andance et des Mingaud à Saint-Paul-lès-Romans (voir ci-dessus, 1.2.5.1 et 1.2.5.2). D’autres sont issus de sites ruraux drômois, villae peut-être, dont la nature est plus mal caractérisée, comme à Beaumont-lès-Valence (buste d’un personnage) ou Rochegude (statue de Bacchus) par exemple (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : n° 037, p. 175, n° 275, p. 515, fig. 779)98.

894Parmi ces sculptures, les Muses sont rares. Trouvée dans la fouille des bains de la grande villa de Caumont-sur-Durance (Vaucluse), une statue de « Muse » (ESP, III, 2565) aujourd’hui conservée au musée Calvet, reste d’identification incertaine. La Muse de Sisteron (Rolland 1949 : 83‑84, fig. 3) a été découverte dans un contexte funéraire périurbain.

895Dans les autres provinces, c’est vers l’Espagne qu’il faut se tourner, où la statuaire des villae a été étudiée par E.M. Koppel (1993 ; 1995). Il signale seulement, parmi les Muses, l’Uranie assise qui ornait la villa de Churriana dans la province de Malaga (Koppel 1995 : 38‑39 ; Napolitano 2014 : 326, fig. 4) ; deux autres têtes de même provenance pourraient avoir appartenu aussi à des Muses.

896Mais les Muses apparaissent aussi en Italie, d’une part en contexte urbain, à Pompéi, dans le jardin de la maison de M. Loreius Tiburtinus (maison II.ii.2), où les statues retrouvées de Mnémosyne et de Polymnie sont posées sur des piédestaux entre les piliers du portique (Jashemski 1993 : 78‑82, n° 135, fig. 84‑85). D’autre part, R. Neudecker (1988) a étudié le décor sculpté sur pierre dans 78 villae italiennes. Parmi les représentations de personnages mythologiques et de divinités, les portraits privés et impériaux, les images des grands ancêtres de la vie politique et culturelle (Périclès, Solon, Démosthène, Anacréon, Pindare…), les Muses ont été représentées, en grand format, dans cinq villae : celle « des Bruttii » à Rieti (Latium), celle « de Maxence » et celle « des Quintilli » à Rome, celle « de Cassius » à Tivoli (Latium) et la villa de Casale à Tor Paterno à côté d’Ostie (Neudecker 1988 : 180‑184, n° 35.3 à 11, 184‑189, n° 37.25, 191‑197, n° 39.24, 229‑234, n° 66.1 à 8, et 237‑240, n° 69.19) ; il faut peut-être y ajouter la villa « de Cynthia » à Tivoli (Neudecker 1988 : 235‑237, n° 68.10). Il est souvent difficile de caractériser les espaces d’où elles proviennent ; mais on doit ajouter à ce petit corpus la villa de Casale Ciuffa à Colonna au sud-est de Rome, d’où proviennent, sinon des statues de Muses, du moins des fragments d’inscriptions, l’une latine (CIL, XIV, 2771) et l’autre grecque (IG, XIV, 1011) qui évoquent l’activité intellectuelle de propriétaires de haut rang social adonnés aux arts du théâtre et de la musique, qui ont consacré un jardin aux Muses (Neudecker 1988 : 145‑147, n° 13). Il n’est pas sans rappeler le Museion de Varron (RR, 111, 5, 10) placé près d’un cours d’eau.

897C’est dire que les décors sculptés de villae figurant des Muses ou des hommes de culture sont peu fréquents et reflètent, comme les statuettes, l’état d’esprit particulier de leurs propriétaires. Dans cette perspective, un cas régional, plus ancien cependant, vaut d’être souligné et rapproché de la découverte du Palais. Dans la Drôme en effet, à Crest, une villa, sans doute, a livré en 1770 un buste du poète Philitas de Cos, datable du début du IIe siècle ap. J.‑C. (Prioux 2008), puis entre 1829 et 1839, un buste d’Ibycos de Rhégion ; un troisième buste, anépigraphe, une tête où l’on a voulu reconnaître Cicéron et une tête d’enfant (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 235‑236 ; Decourt 2004 : 292‑293, n° 198‑199 ; Prioux 2008). É. Prioux (2008 : 70) a considéré que cet ensemble « faisait partie d’une série d’ornements destinés à la bibliothèque privée d’une riche villa ».

4.8.4.3. Les objets de pierre

Fragment de table ou revêtement indéterminé ? (fig312) [D. Fellague]

Fig. 312 – Le Palais, Fragment de table (?) : face supérieure et inférieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

Fig. 312 – Le Palais, Fragment de table (?) : face supérieure et inférieure (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : D. Fellague).

898Prov. : extrémité nord du portique oriental de la résidence tardive (sondage 509) ; US 510 : couche de démolition (abandon).

899L. cons. : 21,6 cm ; H. : 2,4 cm ; prof. cons. : 8,5 cm. Marbre de teinte bleue ; état de conservation : deux faces opposées conservées ainsi qu’une bordure.

900Plaque avec une face visible lisse dont une bordure présente un décor de perles et de pirouettes. Une longue perle (l. : 6,4 cm) aux extrémités peu affinées alterne avec deux courtes pirouettes discoïdales (l. : env. 1,3 cm). La face opposée de la plaque est grossière et présente des traces de mortier. L’astragale de perles et de pirouettes est toujours présent, mais il est en ressaut par rapport au reste de la face, formant ainsi un décrochement.

  • 99 Roux 1973 : 149-‑150. Il y a néanmoins une exception avec la table de Dumbarton Oaks qui devait êt (...)

901Pour l’identification, nous pouvons hésiter entre une plaque verticale appuyée contre un mur ou une autre structure et une plaque horizontale. Sur la face grossière, le décrochement et la poursuite du décor de perles et de pirouettes nous orientent vers la seconde possibilité, sans certitude toutefois. Dans ces conditions, c’est avec une grande prudence que nous proposons d’identifier cette pièce comme un fragment de table. Elle n’est pas sans rappeler les « tables à astragale », des tables, « en fer à cheval » ou circulaires, faisant partie notamment du mobilier liturgique d’églises, répandues dans tout le bassin méditerranéen, en particulier dans la partie orientale (Roux 1973 : 134‑152, 174‑179). La majorité des « tables à astragale » répertoriées par G. Roux présentent un revers travaillé avec soin et devaient donc reposer sur des supports libres, ce qui n’est pas le cas de la plaque de Châteauneuf, qui, dans cette hypothèse, invite à restituer un support maçonné99.

902Une chronologie traditionnelle situait ces plaques à astragale du IIIe au VIe siècle (critiques dans Roux 1973 : 175) ; elle doit être élargie car peu de pièces sont réellement datées. La tendance à vouloir reconnaître systématiquement un usage liturgique pour des tables en marbre a été remise en question, d’autant plus que certaines ont été trouvées en contexte domestique (Bonini 2006 : 80) et d’autres se rapportent encore au banquet en l’honneur des défunts (exemples dans Marrou 1979 ; Duval 1985). Seuls le contexte de découverte, une iconographie particulière ou une inscription peuvent permettre de déterminer la fonction (ornementale, liturgique, liée à un banquet funéraire ou un banquet dans le cadre domestique). Plusieurs objets peuvent ainsi susciter le doute. C’est le cas par exemple d’une table polylobée conservée à l’hôtel de Faucher à Bollène. Si l’on pouvait démontrer qu’elle a été trouvée rue Saint-Jean, en 1885, tout comme les mosaïques recueillies par P. de Faucher (Lavagne 1978 ; Lert et al. 2009 : 64‑65), il pourrait s’agir soit de la table d’autel d’une église préromane de Saint-Paul-Trois-Châteaux soit du riche mobilier d’une demeure de l’Antiquité tardive. Cette table ne réglerait donc pas le débat sur l’interprétation des mosaïques (Lert et al. 2009 : 68), puisqu’elle trouve des parallèles formels aussi bien dans des églises (pour des exemples des Xe-XIe siècles en France, voir Dourthe 1995 : 10) que dans des maisons (exemple d’une pièce d’Antioche de la villa de la « Worcester Hunt » datée du VIe siècle100).

903Pour revenir à la pièce de Châteauneuf-du-Rhône, le contexte stratigraphique permet de retenir l’hypothèse d’identification d’un élément de mobilier de la résidence aristocratique de l’Antiquité tardive. Insistons néanmoins sur le fait que la lecture du fragment est hypothétique.

Les labra

904À la suite des travaux d’A. Ambrogi (1995), on a pris l’habitude de réserver le terme de labrum à des vasques à pieds de plan rectangulaire et de section sommairement semi-cylindrique, qui peuvent dépasser deux mètres de longueur, mais sont le plus souvent plus modestes, notamment dans les habitats. Cependant, H. Dessales (2013 : 150‑160) a fait remarquer que le vocabulaire antique restait flottant à cet égard.

905Ces vasques reçoivent l’eau d’un jet, l’évacuent par débordement et sont donc incluses dans un réseau d’alimentation.

906Le contexte de découverte de ces objets, rarement connu, montre qu’ils sont présents aussi bien dans les édifices publics, thermes notamment, que privés, et, en l’état actuel, plutôt urbains (Dessales 2013). Deux au moins ont été découverts à Châteauneuf-du-Rhône sur le site du Palais.

907• Fragment de labrum (fig. 313 et fig314, A)

Fig. 313 – La Maladrerie, fragment d’un labrum rectangulaire en marbre (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 313 – La Maladrerie, fragment d’un labrum rectangulaire en marbre (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 314 – Le Palais et la Maladrerie, fragments de labra rectangulaires (a) en marbre et (b) en calcaire rose (dessin : M.‑N. Baudrand).

Fig. 314 – Le Palais et la Maladrerie, fragments de labra rectangulaires (a) en marbre et (b) en calcaire rose (dessin : M.‑N. Baudrand).

Prov. : le Palais, sondage n° 1 de P. Sarrazin en 1988 : le fragment a été trouvé dans la zone comprise entre la salle 891 et le grand bassin du jardin.

Trois fragments concordants appartenant à un angle d’une cuve de labrum conservée sur sa hauteur, et brisée à l’attache des pieds.

Marbre saccaroïde blanc ; L. cons. : 36,5 cm ; l. cons. : 15,1 cm ; H. ext. cons. : 19 cm ; H. int. : 15,8 cm.

Les fragments appartiennent à un labrum de plan rectangulaire, qui se rattache au type A II de la classification d’A. Ambrogi (1995 : 13‑19), où les deux pieds sont situés près des extrémités, et se prolongent sur la cuve par une série de moulurations. Celles-ci rejoignent ici la lèvre de la cuve. Les moulurations de l’angle de la cuve présentent une surépaisseur.

908• Fragment de labrum (fig. 314, B)

Prov. : le Palais, fouilles de 2001 : l’objet provient de l’aile septentrionale de la villa (état IIIa) et de l’US 979, remblai de la seconde moitié du IIIe siècle supportant le sol de tuileau 869.

Fragment en calcaire rose appartenant à la partie basse d’un angle de cuve ; L. cons. : 20,4 cm ; H. cons. : 13,7 cm.

Le fragment appartient à un labrum de plan rectangulaire, qui se rattache au type AII de la classification d’A. Ambrogi (1995 : 13‑19). Ces labra à plan rectangulaire sont bien connus dans les demeures urbaines de Pompéi (par ex. Gaston 2007 : pl. 2, maison des Vettii et pl. 3, maison de F. Rufus). En France, des exemplaires commencent à être connus en milieu urbain, à Autun, à Lyon, ou Augst (Gaston 2007) ou à Metz (Delbruck 1932 : 165, fig. 72) ; un exemplaire d’Annecy, en réemploi comme conteneur funéraire (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999 : 163, fig. 114), a été identifié par nos soins comme un labrum. Mais les découvertes au sein de villae sont plus rarement signalées, à Val-de-Reuil (Eure : Follain 2015 : 104, n° La 6‑7, fig. 5), ou bien, identifiées par nos soins, à Saint-Laurent-d’Agny (Rhône : Poux et al. 2014 : 334, fig. 14), à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère : inédit) et à Saint-Symphorien-d’Ozon (Rhône ; Faure-Brac 2006 : 509, fig. 706). La provenance des exemplaires conservés à Saint-Symphorien-d’Ozon et au musée archéologique d’Aix-les-Bains (Savoie ; Rémy, Ballet, Ferber 1996 : 107, fig. 42) est incertaine.

En Italie, à Rome, des labra de grandes dimensions proviennent de la villa suburbaine d’Hérode Atticus et d’une villa détruite lors de la construction des thermes de Dioclétien (Ambrogi 1995 : 100‑101, n° AII, n° 18‑19).

909• Fragment d’une vasque circulaire (fig. 315)

Fig. 315 – Le Palais, fragment d’une vasque circulaire en marbre (dessin : M.‑N. Baudrand).

Fig. 315 – Le Palais, fragment d’une vasque circulaire en marbre (dessin : M.‑N. Baudrand).

Prov. : le Palais, fouilles de 2000 : l’objet a été découvert dans un niveau d’abandon (US 861 ; entre 350 et 425), sur le sol de l’espace 868 de l’aile septentrionale de la résidence tardive.

Marbre blanc ; L : 46 cm ; diam. restitué : 120 cm.

Il n’est pas assuré qu’il s’agisse d’une vasque circulaire : on pourrait aussi avoir affaire à un labrum du type B d’Ambrogi, en forme de lenos : en principe, la lèvre est convexe sur les types BI et BII, vertical sur le type BIII, mais il y a des cas contraires : BI, n° 31, n° 34, n° 36, n° 40, etc.

Les autres objets de pierre

910• Fragment d’inscription (fig316) [†B. Rémy]

Fig. 316 – Fragment d’une inscription (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 316 – Fragment d’une inscription (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : le Palais, US 574 : située dans le jardin et sous le niveau d’effondrement de la toiture du portique oriental, l’US 574 contient un mobilier du Ve siècle et appartient à la phase d’abandon de la résidence.

Marbre blanc ; L. : 22,5 cm ; l. : 19 cm ; ép. : 3,5 cm. Les deux faces de la plaque sont dressées et polies.

Texte mutilé, de deux lignes. Hdl : 5, 6 cm. Point triangulaire de séparation (l. 2).

---

[---]++N√U√[---]

[---]+T · CUR+[---]

---

Lettres gravées profondément et de belle qualité graphique, mais leur « alignement » horizontal sur les lignes n’est pas parfait.

L. 1 : première lettre : ? L ? ; deuxième, V possible ; N et V (dans la cassure de la pierre), certains.

L. 2 : dernière lettre haste verticale qui doit être plutôt une voyelle : seul le I fait l’affaire, voire un E, mais alors pour un nom propre. Aucune consonne possible parmi les noms connus.

À la l. 2, s’il y avait bien un L avant le T, on pourrait penser à la tribu Voltinia, abrégée en VOLT, ce qui est quasiment la règle. On aurait alors, ensuite, le surnom d’un citoyen romain comme Curenus ou Curio. On peut proposer, à titre très hypothétique :

---

[---]L√U√N√U√[---]

[---Uol]t(inia) Curio [---]

---

911• Fragment d’un mortier (fig. 317)

Fig. 317 – Le Palais, fragment d’un mortier en marbre (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 317 – Le Palais, fragment d’un mortier en marbre (cliché : J.‑Cl. Béal).

Prov. : le Palais, fouilles de 1998 : les fragments ont été trouvés dans les niveaux d’abandon (US 510 : entre 325 et 405) qui recouvraient le sol du portique oriental de la résidence.

Marbre blanc ; quatre fragments concordants ; diam. du fond : environ 13 cm ; Ép. du fond : 1,7 cm ; H. cons. : 2,7 cm.

Coupe archéologiquement complète, à fond et rebord plats sur lequel trois incisions obliques appartiennent sans doute à un décor de chevrons plus qu’à une inscription. L’amorce d’un bec verseur ou d’un poucier subsiste. La petite taille du fragment conservé invite à y voir plutôt un objet de table qu’un élément de décor (Dieudonné-Glad, Feugère, Önal 2013 : 187‑189, pl. 51‑52).

912• Fragment d’un vase

Prov. : le Palais, fouilles de 1998 : le fragment a été trouvé dans un niveau d’abandon US 510 (entre 325 et 425) qui recouvrait le sol du portique oriental de la résidence.

Pierre ollaire ; diam. du fond : 15 cm ; Ép. du fond : 0,75 cm ; H. cons. : 1,25 cm ; L. cons. : 8 ,5 cm.

Fragment, semble-t-il, d’un pot tronconique. Le terme de pierre « ollaire » désigne un groupe de roches métamorphiques employées dès l’âge du Fer dans les Alpes suisses et italiennes ; leur usage est surtout développé aux IIIe et IVe siècles, particulièrement pour des récipients culinaires, du fait de leur faible porosité et de leur qualité réfractaire. Les lieux d’extraction du matériau se trouvent dans l’arc alpin. La diffusion de ces objets en Rhône-Alpes ne dépasse à peu près pas l’axe Saône-Rhône vers l’ouest.

Notes

1 Pour la dénomination des structures, nous avons respecté l’usage de chaque responsable de fouilles : nombre seul (J.-Cl. Béal), abréviation, année, nombre (E. Dumas), abréviation, nombre (C. Jung, Chr. Landry et Fr. Blaizot). Les abréviations employées par chacun d’eux sont explicitées au début de l’ouvrage.

2 Le sommet de la couche de galets de la terrasse est à 71,80 m au pied de la résidence, à l’ouest de la salle basilicale.

3 Le léger décalage qu’on observe entre les deux sections du mur épierré 804 relevé dans nos sondages vient du fait que la tranchée d’épierrement est plus ou moins large.

4 La chronologie des états de la résidence a été d’abord esquissée au cours de la fouille ; elle a été précisée sous la conduite de C. Batigne Vallet et de Chr. Bonnet qui ont défini des ensembles céramiques. Chr. Bonnet, dont nous citons alors directement la contribution, a en outre accepté de reprendre avec nous l’étude de certains autres lots de céramique : qu’elle en soit ici remerciée.

5 En France, l’article R4216-5 du code du travail définit, parmi les règles de sécurité, une « largeur type appelée unité de passage de 0,60 m ».

6 Sa liaison avec l’égout des latrines a été occultée par une maçonnerie à l’état IIIb.

7 L’apparition des joints beurrés caractérise plutôt des constructions plus récentes, à partir de l’état IIb, mais le rare mobilier recueilli dans les US 548‑549, sous le sol du portique de façade méridional, appartient au Ier s. (voir 4.2.6).

8 Dans le pavillon d’angle 682, nous avons proposé d’identifier le sol de l’état I, adossé au mur 405, à l’altitude à peine supérieure de 74,03 m (voir ci-dessus, 4.1.2.4).

9 Voir la contribution de Chr. Cécillon (7.1).

10 Courriel de Th. Fournet (IRAA, Lyon) en date du 12 octobre 2015.

11 P. Dubedat identifie par ailleurs et à tort les canaux de chauffe de la villa comme des canaux de drainage.

12 Sur l’existence éventuelle d’un état IIc, voir 4.6.5 les considérations de J.‑M. Mignon.

13 C’est ce même mur que nous avons pu retrouver dans un bref sondage mené contre le fossé occidental de la RD 73, à 3,70 m du stylobate du portique des états IIb-IIIb.

14 « Rumford a proposé de rétrécir l’ouverture des cheminées près du foyer […] afin d’augmenter la rapidité du courant » (d’air chaud et de fumée) [Ardenni, de Fontenelle 1850 : 61 ; voir aussi p. 99, pl. 2].

15 Sur la hauteur des pilettes, voir Bouet 2003a : 254.

16 A. Bouet (2003a : 94-‑95, pl. 227) signale des « cheminées encastrées » dans une dizaine d’établissements thermaux et d’habitats du sud de la Gaule, dès le Ier siècle. Un exemple tardif se trouve dans l’une des salles de la villa de Séviac à Montréal (Gers).

17 J.‑M. Mignon propose un autre mode de fonctionnement où, des praefurnia médians, l’air chaud passe d’abord dans les exèdres puis ressort dans la petite pièce (440 à l’est), couverte dans cette hypothèse, pour s’engouffrer dans les canaux latéraux (voir 4.6.7.2).

18 On notera au passage que l’ouverture clavée 852 aménagée dans le mur méridional de la grande salle n’a rempli son rôle d’évacuation des eaux vers l’extérieur du bâtiment que temporairement, jusqu’à ce que la pose des toitures et l’apport des remblais dans la pièce ne la rendent caduque (voir ci-dessous, 4.5.8.3).

19 Le contexte des salles à deux exèdres (Balmelle 2001 : 164, fig. 63, a-b) des villae de Sana (114 m2) et de Castanet-Tolosan (46 m2) est mal connu.

20 À la suite d’Y. Thébert, L. Caillebat mentionne une mosaïque de Carthage où le mot BASSILICA apparaîtrait au-dessus d’un bâtiment dans un paysage rustique et maritime. Cette mosaïque est très dégradée (Gauckler 1907 : 431, n° 272, pl. XXVI, fig. 1 ; Gauckler 1910 : 212, n° 631 ; CIL, VIII, 24671a) et du bâtiment ne subsiste qu’un fronton triangulaire. BASSILICA peut aussi être un nom de personne (Solin 2003 : 1087).

21 Selon l’Histoire Auguste (Gordien III, 32), il y avait dans la villa des Gordiens à Rome « trois basiliques de chacune cent pieds de long et dont tous les éléments sont à l’échelle d’un tel édifice ». É. Morvillez mentionne également les deux salles à abside unique de Piazza Armerina (salle n° 58 : L. totale : 29,80 m) et du palais de Théodoric à Ravenne (L. totale : 32,20 m).

22 Le corpus des références textuelles et iconographiques a été dressé par P. Veyne (1981).

23 Même interrogation sur le rôle et le statut de la domina dans Thébert 1985 : 362 ; sur les femmes propriétaires en Afrique : Briand-Ponsart 2003.

24 Dauphin (emprise du socle : 0,80 x 0,27 m) alimentant un bassin de 75 m2 de la villa de Prondines : Hermary 2009 ; pour les lionnes, voir, en Auvergne, les travaux récents dont rend compte, en 2019, un bref livret d’exposition au Musée départemental de la céramique à Lezoux (Puy-de-Dôme).

25 Cet espace est très largement en dehors de l’emprise de la fouille, limitée à la parcelle ZM 317. Nous devons à M. Ginot, propriétaire de la parcelle ZM 316, d’avoir pu accéder à ce mur et en faire un nettoyage de surface.

26 Un bassin de ce type est mentionné à Fréjus dans l’emprise d’un nymphée monumental, auquel il serait antérieur. Ch. Gébara (2012 : 209-‑210) propose d’y voir « une réserve d’eau ».

27 Hinc frigidaria dilatatur, quae piscinas publicis operibus exstructas non impudenter aemularetur.

28 On peut donc classer la résidence parmi les « demeures à péristyles multiples dont un péristyle principal » de la typologie de C. Balmelle (2001 : 139).

29 Le drain et sa voûte furent construits une fois les remblais rapportés pour atteindre le niveau de circulation souhaité : l’US 565 témoigne du rebouchage de leur tranchée de construction après la fin du chantier. La même démarche vaut pour les canaux chauffants de la salle basilicale, construits au terme d’une ouverture de tranchée dans les remblais.

30 Les rigoles 635, 653 (altitude maximale : 74,38 m) et 655 sont antérieures à la mise en place des US 561 de tuiles effondrées et US 574 de terre noire.

31 Les dessins originaux des fig221 à fig. 238 ont été réalisés au 1/200e.

32 Géologiquement, le terme, ambigu, de « molasse » désigne plutôt un grès du Bas-Dauphiné et des régions alpines que le calcaire biodétritique qui constitue la « pierre du Midi » (Philippe, Savay-Guerraz 1989 : 142 et 164-‑165).

33 M. Brun fut instituteur à Châteauneuf-du-Rhône de 1866 à 1873 (Boisson 2001 : 11-‑12).

34 À Belley, ces lamelles n’ont pas été identifiées lors de l’étude.

35 Le numéro d’inventaire est celui attribué dans le programme d’étude des marques sur TCA de la région Rhône-Alpes entrepris par J.-Cl. Béal et A. Schmitt.

36 Un bloc en calcaire assez dégradé – que nous n’avons pas examiné – qui est soit une base soit un chapiteau toscan de colonne, a été sauvé de la destruction par M. Brugier dans le premier tiers du XXe siècle (voir ci-dessus, 2.1.2.8). La pièce est conservée chez J.‑J. Dutilh, à Châteauneuf-du-Rhône.

37 L’actuel propriétaire du château de Combeaumont, T. de La Mure, n’a pas connaissance d’objets antiques dans son château ou dans le parc qui l’entoure.

38 Thèse Fellague 2007 : 578‑579, avec la bibliographie (pour toutes les références à notre thèse, voir la bibliographie comparative indiquée).

39 Seul, l’argument est à manier avec précaution puisque les oves et fers de lance refont leur apparition à la fin du Ier siècle et au IIe siècle (Fellague 2007 : 658).

40 En plus des exemples indiqués, signalons une comparaison plus proche géographiquement avec les blocs en calcaire du Midi de la corniche modillonnaire du mausolée augustéen de Saillans (Planchon, Charpentier 2006 : 326-‑327). Voir par ailleurs l’échine ionique de chapiteaux sans balustres de Narbonne et de Toulouse (Maligorne, Badie 2019 : fig. 1, n° 8 et fig. 3, n° 5).

41 Voici quelques exemples, parmi d’autres, dans Lapart 1985 : fig. 5, 10 et 15 (chapiteaux de l’Antiquité tardive du Gers) ; Thèse Domingo 2006 : LLE001-003, CEN026-027 (chapiteaux en Espagne datés des IVe-VIe siècles).

42 Voir des comparaisons dans Thèse Domingo 2006 : BAR010 (lobe de forme pointue ; chapiteau composite de la basilique de San Cugat, daté du IIIe siècle), SIN066-067 (chapiteaux corinthiens de Cordoue des Ve-VIe siècles), SIN155 (chapiteau de Cordoue, date inconnue).

43 Le décor en forme de S est en revanche utilisé à dates plus anciennes sur des objets. Voir l’exemple d’un vase pompéien (Chapot 1907 : 89, fig. 103).

44 Voir l’exemple d’un fût de pilastre de la villa de Chiragan (IIIe-IVe siècles), où la largeur des méplats équivaut même à celle des cannelures (musée de Toulouse, inv. 2000.179.3). Une photographie est accessible sur le catalogue numérique du musée Saint-Raymond (notice de P. Capus).

45 La fonction de cette salle 117 de la villa de Montmaurin reste incertaine (Bouet 1998 : 217).

46 Nous remercions Th. Fournet pour cette comparaison et l’envoi de son article à paraître.

47 Des chambranles et des linteaux de portes avec un revêtement en marbre en « champlevé » orné de triangles, ici près des bordures, sont connus dans l’église de Sarayia (Chypre), à Antioche (Syrie) et dans le sud de l’Asie Mineure (Boyd 1989 : 1828, avec la bibliographie, fig. 8‑9). Un placage de la basilique de la Campanopétra (Salamine de Chypre) comporte aussi un décor d’incrustations de mastic avec des triangles (Roux 1973 : 157-‑158, fig. 75).

48 Nous remercions F. Coden (professeur à l’université de Vérone), N. Blanc (dir. rech. émérite, CNRS), E. Boube et N. Delferrière (doctorant, université de Bourgogne) pour les échanges au sujet des techniques d’incrustation.

49 Néanmoins, il existe sans doute des précédents à l’époque hellénistique (Bonnani 1998 : 270) et la genèse d’un grand développement à l’époque romaine est à placer à l’époque augustéenne (Bonnani 1998 : 271-‑272).

50 Nous remercions S. Blin pour les références bibliographiques.

51 Il s’agit d’une hypothèse car les fonds ne sont pas conservés (Boube 2011 : p. 478). Pour les hypothèses sur la chronologie, voir Boube 2011 : 482-‑483 (troisième quart du Ier siècle et fin du IIIe-début du IVe siècle) et Boube 2015 : 64-‑65.

52 Voir également un mémoire de master soutenu par Cl. Serrano en 2013.

53 La sculpture « champlevée » (terme consacré par L. Bégule, dans Bégule 1905 : 3, 42-‑43, 49, 69, 77) comme l’ « opus interrasile » posent des problèmes de nomenclature et de définition, mais il n’est pas de notre propos ici de développer ces points. Aujourd’hui, l’expression de décor « champlevé » semble délaissée par certains médiévistes, qui préfèrent simplement parler d’incrustations ou plus précisément d’incrustations de mastic (voir en particulier les travaux de F. Coden, par exemple dans Coden 2005 ; 2014 ; 2016).

54 S. Reinach rappelle par ailleurs le goût oriental pour les incrustations à propos de sculptures de Palmyre et de Baalbeck (Reinach 1902 : 26-‑28 ; Reinach 1905).

55 Pour le temple de Zeus à Aizanoi, voir également les références citées dans Bonnani 1998 : note 25 et Pralong 1998 : note 27.

56 Dans Caumont 1841 : 383 et Leymarie 1843 : 17, les auteurs ne connaissaient que les exemples de Lyon et de Vienne en France.

57 Sur l’autel dit de saint Guilhem dans l’Hérault, dont la datation controversée oscille entre 1138 et 1220, le fonds est rempli de verre (Lagabrielle 2013 : 36-‑37 ; Lafay, Mallet 2018).

58 Même si, pour juger de la validité de ce critère, il faudrait faire une étude comparative avec un large corpus des profondeurs des creux dans les deux techniques utilisées, signalons simplement ici qu’à la cathédrale de Lyon, la profondeur de la taille d’épargne du décor « champlevé » est de 0,3 à 0,6 cm (Bégule 1905 : 3) avec une moyenne de 0,5 cm (Rapport Boissard 2018 : 99).

59 « L’étude des éléments architectoniques d’époque romaine retrouvés dans la vallée de la Drôme et à Die [...] reste à faire » (Lert et al. 2009 : 19 ; voir également, p. 171, la nécessité de disposer de descriptions précises de blocs).

60 Nous avions recensé moins de dix chapiteaux ioniques d’époque impériale à Lyon pour des centaines de fragments de chapiteaux corinthiens (Thèse Fellague 2007 : 597-‑600). Depuis, d’autres découvertes ont dû changer le décompte, mais non la proportion.

61 Un seul chapiteau ionique est recensé dans Rapport Piclet 1993 : 24-‑25. Mentionnons ici, pour information, la découverte de fragments de chapiteaux ioniques dans des fouilles de C. Coquidé à Optevoz, une agglomération du nord de la cité de Vienne (étude de D. Fellague, dans le cadre d’une publication à venir dirigée par C. Coquidé).

62 Au moins cinq chapiteaux ioniques sont connus à Toulouse ainsi que dans la collection du musée Lamourguier à Narbonne (Maligorne, Badie 2019 : 317-‑318, 320-‑321), mais il ne s’agit ici que des exemplaires les plus précoces.

63 Il n’y a pas de chapiteaux ioniques dans l’ouvrage de Chr. Maligorne (2006), qui concerne le matériel architectural antique de l’Ouest armoricain.

64 L’emploi ici du terme « pavement » renvoie à pauimentum qui, s’il désigne à l’origine un sol en terre battue (en soi construit aussi), correspond à tout pavement pris dans un sens général, incluant également les différentes couches de support (Vitruve, De Architectura, VII, 1, 1 ; Pline, Naturalis historia, 36, 184-‑189).

65 Outre les rapports de fouilles déposés au MUSAT, les rapports de dépose et de restauration m’ont été transmis grâce à la collaboration de l’ARM et de sa directrice, E. Chantriaux. Leur consultation a été facilitée grâce à l’amitié de M. Lert. Que tous trouvent ici mes remerciements pour leur aide précieuse.

66 Les inventaires de ce matériel sont présentés dans les rapports annuels du PCR du Palais.

67 Sur la personnalité et le témoignage des érudits, voir ci-dessus, 2.1.2.

68 Brugier (1952 : 2) reprend ainsi cette information, mêlant diverses sources de façon erronée : voir ci-dessus, 2.1.2.8.

69 Voir le Rapport Béal, Dumas 2017 : 33-‑37, note sur les pavements par V. Blanc-Bijon.

70 Dans les observations techniques, on emploiera « t. » pour « tesselle » ; pour la polychromie, N = noir, Bl = blanc, R = rouge, J = jaune, V = vert ; les désignations des autres tons sont développées.

71 C. Balmelle (2001 : 281) parle alors de « bords barbelés », dont la présence est la norme en Aquitaine.

72 À la suite de cette restauration, le fragment a rejoint les salles d’exposition du MUSAT.

73 Nous rectifions ici la description du fragment publié par M. Bois qui estime, par erreur, que cet élément aurait été découvert en 1882 (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 216 et fig. 161, fragment D).

74 M. Bois y voit un élément végétal (« des feuilles effilées (?) »), ce qui aurait pu être relié à un rinceau ou un fleuron.

75 Pour le IIe siècle, voir Blake 1936 : pl. 17.1 et 39.1 ; pour Rome à l’époque sévérienne : Blake 1940 : pl. 11.4 ; voir aussi la pièce 7 de la domus des mosaïques marines à Turris Libisonis (It., Porto Torres, en Sardaigne), où les « arceaux » sont en dégradé de couleurs (Gasperetti, Canu et Tedeschi 2018, en part. p. 852-‑853 et fig. 4, IIe-IIIe siècles). L’exemple de l’édifice des Augustales à Ostie, traité en noir et blanc comme cela est commun dans cette ville, est un peu plus tardif : fin du IIIe-début du IVe siècle (Becatti 1961, n° 420, pl. XLII), tout comme les deux bordures des panneaux des pièces B et C dans la maison des Gorgones (Becatti 1961, n° 10 et 42, pl. CCXX). Mais Ostie offre déjà vers 120-‑130 une variante de ces arceaux, toujours en noir cette fois sur fond blanc, dans la maison de Bacchus et Ariane (Becatti 1961, n° 294, pl. XLV).

76 Pour l’Afrique du Nord, on renverra à Darmon 1980 : 75-‑76 ; exemple polychrome également à Acholla à l’époque sévérienne, voir Gozlan, Jeddi 2001 : 130-‑134, n° 90. La mosaïque illustrant le motif dans Décor 1985 : pl. 49a provient de Volubilis (Maroc).

77 Datée de l’Antiquité tardive aussi, une mosaïque du musée d’Aquitaine à Bordeaux (inventaire D.80.2.6) récemment « réapparue » et restaurée, provient, semble-t-il, d’une villa de Pessac (Gironde) et présente également cette bordure que l’on retrouve dans bien d’autres cas.

78 Nous mesurons comme bordure de la case ce filet noir, habituellement compté avec la tresse lorsque celle-ci est à fond noir, afin de faciliter les comparaisons de modules entre les trois pavements.

79 Voir la note 105.

80 Voir ci-dessus, note 102 : la bordure en « arceaux » de la mosaïque de la salle des Amours trouve un parallèle dans le même édifice d’Ostie.

81 Pour l’Aquitaine, voir Balmelle 2001 et Balmelle, Darmon 2017 : 211‑253.

82 Fouilles encore partiellement inédites dirigées par Jean Guyon.

83 En attendant le DEA resté inédit de S. Robira sur les pavements (univ. Paul-Valéry, Montpellier, 1997) et pour la stabilisation de la chronologie, voir la notice de Chr. Pellecuer dans Lugand, Bermond 2002, en part. p. 253-‑254, et, pour l’étude des mosaïques, les différentes publications du site auxquelles H. Lavagne a été associé en 1976, 1977 et 1981.

84 L’association de tesselles en verre et en calcaire a été vue par nous dans la voûte de Mor Gabriel (Turquie du Sud-Est), comme elle est attestée aussi dans la voûte même de Haghia Sophia, à Constantinople.

85 Informations du restaurateur Jacques Neguer et de Rina Talgam, de l’université hébraïque de Jérusalem. Ces découvertes sont en cours de publication par l’équipe de fouilles et par R. Talgam.

86 Le fouilleur ajoute : « Ultérieurement, cette fosse a été comblée par un dépotoir dont les différentes couches de combustion ont été distinguées », sans dater ce comblement.

87 Les plaques légèrement bombées sont principalement circulaires, mesurant 12 à 40 cm environ, cependant certaines galettes sont de forme carrée, probablement coulées dans un moule, cf. Neri 2016 : 76 et note 198.

88 Dans ces recherches, ont étudiées en détail les questions de techniques de fabrication, dont la production de galettes, et de mise en œuvre (voir aussi en bibliographie les nombreux articles de l’auteur sur ces questions).

89 L’organisation des différentes parties de cette contribution est inspirée de l’étude claire et précise du décor peint de la villa de Champ Madame à Beaumont, réalisée par Fl. Monier (Monier 2004 : 113‑120). Pour un inventaire des fragments d’enduits peints découverts sur le site du Palais, voir notre contribution dans Rapport Béal, Landry 2018 : 37‑45.

90 Des analyses sont nécessaires afin d’en caractériser la nature (pur ou en mélange).

91 Pour une présentation claire et précise des premiers décors du IIe style pompéien, identifiés par les toichographologues, nous renvoyons à Barbet 1987 : 7-‑13 ; Barbet 2008 : 40-‑52.

92 Nous remercions pour son aide précieuse M.‑A. Janin, doctorante en histoire ancienne à l’université de Bourgogne - Franche-Comté.

93 À Mérida (Augusta Emerita, Lusitanie), une inscription peinte sur enduit a été découverte dans l’amphithéâtre. Il s’agit d’une dédicace votive à la déesse Némésis (Rebuffat 1995 : 31, fig. 1 ; Sabio Gonzáles, Alonso López, Hidalgo Martín 2014 : 35, fig. 6).

94 Voir l’exemple, déjà mentionné par R. Rebuffat, de l’inscription peinte à l’entrée de la maison de Trimalcion, qui accompagnait la représentation d’un chien enchaîné : canis ingens […] in pariete erat pictus superque quadrata littera scriptum CAVE CANEM (Pétrone, Satiricon, XXIX), « un chien immense […] était peint sur la paroi et au-dessus était écrit en lettres capitales “prends garde au chien !” ».

95 Dans le cas de scènes de jeux, les dialogues entre les protagonistes sont indiqués grâce aux inscriptions peintes.

96 Les archives de fouilles du SRA de Rhône-Alpes conservent une note signalant le « repérage de 2 sculptures dans le restaurant la Savinière à 1 centaine de mètres du site [du Palais] et trouvées dans le terrain de M. Savin ». Elle s’accompagne d’une petite série de diapositives, attribuées à L. Monguilan, qui permettent d’identifier et de décrire les sculptures.

97 Nous devons à l’obligeance de MM. Morand et Véron d’avoir pu étudier cet objet et le suivant. La tête est mentionnée sur une fiche de la Société montilienne des sciences naturelles et historiques, datée du 20/11/1990, conservée dans les archives de fouilles du SRA. Elle décrit les résultats d’une prospection dans la parcelle ZM 226a, lieu dit le Grand Palais du cadastre de Châteauneuf-du-Rhône (édition de 1979).

98 Localement, il faut mentionner un fragment de tête féminine en marbre (partie supérieure du crâne) trouvé hors de tout contexte antique par P. Morand à Pozier (commune de Châteauneuf-du-Rhône) et conservé actuellement à la mairie de cette commune.

99 Roux 1973 : 149-‑150. Il y a néanmoins une exception avec la table de Dumbarton Oaks qui devait être sertie à la partie supérieure d’un socle maçonné.

100 Voir les archives archéologiques des fouilles de 1932-‑1939 sur https://vrc.princeton.edu/archives (consulté le 13/07/22).

Table des illustrations

Titre Fig. 47 – Plan de l’état I de la résidence (appartenance incertaine des murs 804 et 806 à 808 à l’état I) [DAO : E. Dumas].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Titre Fig. 48 – Parement oriental du mur 103‑104 (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 49 – Canal aménagé dans le mur 104 : ouverture primitive clavée et reconstruction tardive du piédroit méridional (dessin : A. Devillechaise ; DAO : M. Drot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 50 – Parement méridional du mur 109‑544 ; l’assise supérieure appartient à l’élévation du mur et les joints ont été protégés par l’adjonction du mur 543 contre eux (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL