Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 2. Le cadre local : approche historiographique

Jean‑Claude Béal

Texte intégral

1Dans l’espace régional que nous venons de présenter, la zone d’étude privilégiée dans nos travaux couvre un espace d’un peu plus de trois kilomètres de côté, à l’est et à l’ouest de la RD 73 qui relie Montélimar à Châteauneuf-du-Rhône, au nord et au sud de la Riaille, le point de franchissement de l’une par l’autre pouvant être considéré comme le centre approximatif de cette zone (fig. 6).

2C’est au sud de la Riaille, aux lieux-dits le Palais, le Grand Palais, la Labre, la Maladrerie, que les descriptions anciennes et les travaux archéologiques récents se sont multipliés, tandis que l’approche géomorphologique embrasse l’ensemble de la zone. Les sites de Pagnères et de Morterol, que nous croyons pouvoir rattacher à la villa, se trouvent sur les limites, orientale pour le premier, méridionale pour le second, de la zone d’étude et ne seront pas abordés dans ce chapitre.

2.1. Les descriptions anciennes de la zone d’étude

3À défaut de tableaux ou de gravures qui représenteraient telle partie de la zone d’étude, nous avons recensé plusieurs textes qui l’évoquent, les plus anciens s’en tenant à de simples mentions toponymiques, les autres apportant parfois des témoignages intéressants sur des vestiges disparus.

2.1.1. « Palais » et « masures » sous l’Ancien Régime

4Le toponyme « Le Palais » apparaît d’abord en 1153 dans le Cartulaire de l’abbaye d’Ainay dont dépend le prieuré de Saint-Pierre-du-Palais (Brun-Durand 1891 : 253‑254 : « ecclesia de Palatio »). Ce toponyme a servi à désigner des monuments qui frappaient l’imagination par leur ampleur : un forum à Alba-la-Romaine (Ardèche), un sanctuaire à Feurs (Loire), des thermes publics à Montbrison (Loire) et à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), pour rester dans le cadre rhônalpin.

  • 1 C’est son fils qui, le premier, prend le nom de Rivière de La Mure ; la famille est propriétaire d (...)

5Au XVIIIe siècle, le terrier Veyrent (1774) évoque à plusieurs reprises le quartier du Palais, à l’ouest de la route de Chateauneuf à Montélimar, ou le quartier de Mezeyras à l’est. Ainsi, au Palais, entre 1754 et 1756, une terre appelée « Mure » et voisine d’une « autre propriété et chazal » est reconnue par A. Rivière1 ; dame Marie Anne Baumel reconnaît de son côté « une propriété jointe ensemble dans laquelle il y a plusieurs chazals et bâtiments démolis ». Ces « chazals » (terme occitan : Gendron 2008 : 146) du Palais désignent les bâtiments en ruine de la villa, alors non reconnus comme antiques.

  • 2 Selon Candy (Coston 1883 : 276), le 7 octobre 1567, les protestants de Châteauneuf-du-Rhône « ruin (...)

6Au quartier de « Mezeyras », toponyme qui remonte au latin maceria et désigne « les ruines » tout comme « La Mure » (première mention en 1598 : Brun-Durand 1891 : 243), le même terrier mentionne « une mazure ou chazal appelée la Chapelle de la Maladrerie »2.

2.1.2. Érudits, amateurs et chercheurs du XIXe siècle au XXIe siècle

2.1.2.1. Fr. Artaud

  • 3 Nous devons la connaissance de ce dossier à Cl. Chomer et E. Dumas : qu’elles soient remerciées ic (...)

7François Artaud (1767‑1838), créateur du musée de Lyon, fut un infatigable voyageur. Il mentionne, dans un de ses carnets déposés à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon (Ms 101, f. 235), la découverte, à Chateauneuf-du-Rhône, à une lieue de Montélimar, dans un terrain appartenant autrefois aux moines d’Ainay, d’une mosaïque et d’une amphore contenant une boîte de plomb remplie de cendres (et dont il précise qu’elle a été brisée par les ouvriers)3.

8Le quartier du Palais dépendait, nous l’avons dit, du prieuré de Saint-Pierre rattaché à l’abbaye clunisienne d’Ainay à Lyon (Vincent 1863 : 25‑26 ; Lacroix 1868 : 185‑186). Il est donc vraisemblable que la découverte signalée par Artaud en provienne.

2.1.2.2. N. Delacroix

9Nicolas Delacroix (1785‑1843), originaire de la Meuse, fut appelé en 1802 par le préfet de la Drôme Marie Descorches-de-Sainte-Croix à travailler auprès de lui. Il remplit dans le département différentes fonctions électives et fut l’auteur de la Statistique de la Drôme. Il écrit :

On voit, à un quart de lieue dans la plaine, une vaste enceinte qui conserve le nom de Palais ; elle était fermée par une muraille circulaire que l’on distingue encore. L’intérieur, aujourd’hui couvert de vignes, est rempli de décombres qui indiquent l’emplacement d’un ancien édifice, qui fut sans doute remarquable par sa magnificence et son étendue. On trouve dans cet endroit des fragments de mosaïques, des tronçons de colonnes, des débris de statues, des urnes, des pierres gravées et des médailles romaines. (Delacroix 1817 : 322)

10Rien, dans les vestiges, ne correspond à une « muraille circulaire », mais la route de Montélimar à Châteauneuf-du-Rhône pénètre dans le périmètre des vestiges de la partie résidentielle de la villa comme il le précise dans l’édition de 1835 du même ouvrage (Delacroix 1835 : 462‑463, « une vaste enceinte que traverse le chemin de Montélimar à Châteauneuf »). Dans cette seconde édition, il ajoute :

J’ai vu moi-même en octobre 1833, dans ce quartier et dans une vigne de M. de la Mure, un beau fragment de mosaïque qui mériterait d’être plus soigneusement conservé. J’ai également vu, dans le jardin de la ferme voisine, un cippe de pierre tendre, qui supporte une ruche à miel, sur lequel on lit l’inscription suivante : D N C SEVERI/USIULIA/NUS SUA / DUIII AEI/VII ANAE/IMARIPI/ENIISIM.

11Ce témoignage oculaire est la première mention précise d’un fragment de mosaïque et de l’inscription CIL, XII, 1741, dont la lecture est ici fautive (voir 8.3) ; la « ferme voisine » est la maison Ginot, située entre la résidence du Palais à l’est et la voie ferrée de Lyon à la Méditerranée à l’ouest (parcelle ZM 316 du cadastre de 1983).

2.1.2.3. P. Chatrousse

  • 4 Nous devons la connaissance de ce texte, ainsi que des tapuscrits de L. Brugier et de M. Trufanow (...)

12Mgr Pierre Chatrousse (1795‑1857), évêque de Valence de 1840 à 1857, fit demander en 1843 sur la paroisse de Châteauneuf-du-Rhône des renseignements parmi lesquels figuraient des données archéologiques (AD Drôme, 1 Mi, 122 - R 8). Le texte4 est la réponse du curé du canton de Montélimar à l’enquête lancée par Mgr Chatrousse.

Au nord ouest à un kilomètre [du bourg] est un quartier appelé l’hôpital. On y voit toujours les vestiges bien marqués de quelques celules [sic] faites en forme d’alcôves. Vis-à-vis est une maison qui a conservé le nom de Palais. Là on a découvert plusieurs tombeaux. Les cadavres étaient renfermés dans des cercueils d’une seule piere [sic] deux ou trois squelettes sont renfermés dans la même tombe. Au même lieu se sont trouvés des pots de terre de forme différente de ceux de nos jours. Des débris de statues, une tête à la Romaine, une petite statue de la Sainte Vierge tenant l’enfant Jésus ; des tronçons de mosaïque, un puits très élégamment bâti, fort bien conservé et de médiocre circonférence ; des pièces de monnaies en cuivre à l’effigie des empereurs Romains. À quelques pas au midi est une vieille muraille selon la forme de nos vieux remparts. Ce mur fait la limite d’un quartier appelé la Maladrerie.

13La localisation générale est précisée par la référence à la « maison qui a conservé le nom de Palais » ; mais le toponyme de « l’Hôpital » n’est pas attesté ailleurs, même s’il prend son sens par le voisinage de celui de « la Maladrerie », hôpital des « ladres » c’est-à-dire des lépreux (voir aussi 8.1, la nécropole de « la Labre »).

14Le texte est d’inspiration chrétienne et s’attache à l’évocation des sépultures. La description de « cercueils d’une seule pièce » fait penser à des sarcophages. L’évocation du mobilier découvert est plus détaillée que dans les textes précédents, même si l’on peut douter de l’identification, au demeurant possible, d’une « petite statue de la Sainte Vierge tenant l’enfant Jésus ».

15La « vieille muraille [… qui] fait la limite d’un quartier appelé la Maladrerie » doit être le mur qui longeait le chemin d’accès à la Savinière depuis l’est, et qui en réalité était, sur le cadastre napoléonien, un peu au sud de la limite entre les lieux-dits cadastraux « le Grand Palais » et « la Maladrerie ».

2.1.2.4. I. Taylor

16Isidore Taylor (1789‑1879) dirigea la publication des Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France. Comme souvent dans le genre littéraire du « voyage », le texte (Taylor 1854 : 221) dépend étroitement des publications et témoins oculaires locaux. La filiation de N. Delacroix (1835) est ici évidente :

Dans la plaine voisine, une vaste enceinte, dont l’intérieur est couvert de vignes et rempli de décombres, paraît avoir appartenu à un édifice antique d’une étendue considérable. On y trouve des fragments de mosaïques, des tronçons de colonnes, des débris de statues, des vases, des pierres gravées et des médailles romaines. Un cippe funéraire sert de support à une ruche à miel dans le jardin d’une ferme.

2.1.2.5. A. Espanet

  • 5 Le délaissé entre les parcelles ZM 132, 217 et 225 et le bord oriental de la RD 73 résulte de ce r (...)

17L’abbé Alexis Espanet (1811‑1886), médecin homéopathe, auteur de nombreux ouvrages de médecine, a collaboré en 1859 au Journal de Montélimar où il a rédigé des notes d’histoire locale, sévèrement critiquées par A. de Coston (1878 : 28‑30). Il n’en demeure pas moins que les deux textes ci-dessous, jamais mentionnés, nous paraissent les plus riches d’informations résultant de choses vues, qui ne dépendent pas de la tradition érudite : ses observations ont été faites alors que, après la construction du pont de Viviers, le chemin de grande communication n° 23, actuelle RD 73, était redressé et recalibré5.

18Dans le Journal de Montélimar (21 mai 1859 : 2), Espanet écrit que la voie de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Montélimar :

[…] traversait les collines à l’est de Montchamp, descendait par Goudouli, passait au Roure et venait, par le quartier de Dromette, à Montélimar. […] Une autre voie romaine se dirigeait vers Châteauneuf-du-Rhône en suivant la même direction que le chemin actuel et passait par le Palais dont la grande entrée était sur cette voie. Le chemin actuel traverse ces ruines, passe à côté des massifs de son portique à moitié détruit et longe, du nord au midi, une immense colonnade d’environ 300 mètres de longueur. Les travaux exécutés récemment pour l’amélioration de ce chemin ont mis à découvert les bases de ces colonnes du côté ouest ; elles ont un mètre de diamètre.

19Un mois plus tard (Journal de Montélimar, 25 juin 1859 : 2), il fait une description plus détaillée :

Les ruines du Palais occupent tout le quartier de ce nom, entre Montélimar et Châteauneuf-du-Rhône ; elles s’étendent depuis la voie ferrée jusqu’à la colline à l’est, sur une étendue de quatre à cinq hectares. Cet espace de terre était sans doute, dans sa partie sud-est, transformée [sic] en parc et entourée [sic] de murs ; on en suit les traces en plusieurs endroits, surtout au nord et à l’ouest, tout le long du talus ou ancienne berge du Rhône qui sépare la plaine haute de la plaine basse. Les bâtiments occupaient plus d’un hectare sur ce côté ouest.
La route de Montélimar à Châteauneuf les traverse du nord au sud, et passe contre l’un des massifs de la porte d’entrée, celui de l’ouest. Le fossé du chemin est entre les deux. Ils ont été dépouillés de leurs pierres de revêtement et de leurs ornements d’architecture. À l’est et à l’ouest, les restes de murs se prolongent jusqu’à la colline, et jusqu’au talus qui domine la plaine basse.
C’était l’entrée d’une immense et somptueuse villa, où devait résider une famille princière, un chef puissant, un vice-roi, un gouverneur. Dans l’étendue occupée par les bâtiments, on a découvert et on découvre tous les jours des objets dont l’art atteste l’époque du bas-empire ou de la décadence. Le principal propriétaire de ces terrains, M. de la Mure, en a fait une collection où figurent une multitude de sarcophages trouvés sur les deux points les plus éloignés des ruines. On y voit une mosaïque fort bien conservée, des restes de statues et de bas-reliefs en marbre blanc, des entablements, des ornements d’architecture, des vases, des médailles, etc.
Les bâtiments avaient probablement deux façades ; l’une au nord, des deux côtés des portiques, l’autre à l’ouest. Cette dernière partie des édifices donnait sur le Rhône, et ses murs étaient fortifiés par un talus de pierres de taille qui subsiste sur un espace assez considérable. On voit encore à l’angle nord-ouest la base des quatre tours qui flanquaient un bâtiment de douze mètres [au ?] carrés. Une ferme occupe en partie cet emplacement. Nous avons vu son antique puits ayant pour abreuvoir un sarcophage et pour appui des vases qu’on y remplit un cippe portant l’inscription Diis Manibus (aux Dieux mânes) avec l’expression des regrets d’un certain Severinus qui avait dressé ce monument à sa mère bien-aimée.
Un autre massif, qui était également flanqué de tours, se trouve à plus de cent mètres de là, vers le sud. Les champs situés à l’est de ces ruines sont remplis de détritus de mosaïques, et recèlent une grande quantité de ruines. On en a successivement retiré des objets antiques en grand nombre. Plus à l’est encore, et sur la ligne nord et sud du portique, au bord du chemin actuel, les travaux exécutés cet hiver, pour son redressement, ont mis à découvert, sur une étendue de plus de deux cents mètres, une rangée de bases de colonnes d’un mètre de diamètre, et espacées de six mètres. Ces restes d’une colonnade aussi vaste et aussi grande ne permettent pas de douter de la magnificence de ce Palais. La série de colonnes qui commence à six mètres du portique, derrière le massif de droite, existait sans doute également sur une ligne parallèle de l’autre côté du portique, et ces deux rangées de colonnes s’étendaient vers le sud, à plus de deux cents mètres. Les travaux de la route ne s’étant pas prolongés au-delà, nous laissent dans l’ignorance de la longueur de cette colonnade.

20Espanet a remarqué que le site – particulièrement la résidence –, se trouve à l’ouest sur le rebord de la terrasse würmienne, adossé à une terrasse artificielle (la « façade » occidentale de « pierre de taille »), tandis qu’au nord subsiste un dénivelé en direction de la rive de la Riaille (la « façade » septentrionale). Les « quatre tours qui flanquaient un bâtiment de douze mètres [au ?] carrés » à l’angle nord-ouest pourraient être en partie ce que L. Monguilan a photographié en 1979 (fig. 23, en haut) ; en tout cas, la « ferme » est l’actuelle maison Ginot. À l’est de la RD 73, l’identification de « parcs » entourés de murs et de vestiges jusqu’au pied de la colline est conforme à ce qu’on peut observer.

Fig. 23 – Photographie aérienne de la résidence du Palais ; les vestiges apparaissent à l’est de la voie ferrée, au nord et au sud de la maison Ginot et de son chemin d’accès (d’après Monguilan 1983 : fig. 2).

Fig. 23 – Photographie aérienne de la résidence du Palais ; les vestiges apparaissent à l’est de la voie ferrée, au nord et au sud de la maison Ginot et de son chemin d’accès (d’après Monguilan 1983 : fig. 2).

21Il est plus difficile de voir à quoi Espanet fait allusion quand il parle d’un « autre massif, qui était également flanqué de tours, [et] se trouve à plus de cent mètres de là, vers le sud » : il peut s’agir du pavillon sud-ouest de la villa de l’état IIIb.

22La RD 73 traverse les vestiges en passant « contre l’un des [deux] massifs de la porte d’entrée » : sans doute faut-il comprendre qu’en face du fragment de mur qui subsiste encore à l’est de la RD 73, l’angle de l’aile septentrionale ou de l’aile orientale de la résidence était encore en élévation à cette époque, créant un effet de passage et de « portique ». Lors de la rectification de la RD 73 dans l’hiver 1858‑1859, une colonnade aurait donc été mise au jour : au-delà de l’exagération vraisemblable des distances, l’information est importante, en ce qu’elle attesterait l’existence d’un accès monumental à la résidence par son aile orientale.

23Espanet est aussi le premier à identifier une villa : il est vrai qu’A. de Caumont avait explicité la notion archéologique de villa dans les années précédentes (Caumont 1831 : 247 ; Pinon 1991 : 72‑73). Espanet précise aussi que le site serait celui d’une « somptueuse villa, où devait résider une famille princière, un chef puissant, un vice-roi, un gouverneur », selon une tendance, dénoncée par N. Duval (1984 : 466‑468), à voir un lieu de pouvoir dans tout habitat important.

2.1.2.6. J.‑A. Vincent

24L’abbé Jean-Abel Vincent (1813‑1891), historien drômois, est plus intéressé par l’édifice chrétien que par la construction romaine. L’énumération du mobilier ou l’évocation de la muraille circulaire dépendent de celles de Delacroix en 1835. Il est cependant le premier à mentionner l’hypothèse que le site médiéval succède à un site antique, villa en l’occurrence. Ainsi écrit-il :

Ce nom [Le Palais] résume la destinée du prieuré de Saint-Pierre […]. Une vaste église, un cimetière, tous les bâtiments nécessaires à l’exploitation de riches domaines ou réclamés par les exigences de la vie monacale, les protestants du seizième siècle en firent table rase. Des fondations couvrent au loin le sol, des mosaïques, des tombes à auge, des tronçons de colonnes révèlent l’antique splendeur et l’étendue de son périmètre. Au milieu de son enceinte que protégeait un mur circulaire, ou à peu de distance, ont été mis à jour des fragments de statues, des urnes, des camées, des médailles à l’effigie des César et un cippe chargé d’une inscription romaine. La présence de ces objets rend vraisemblable et autorise une conjecture déjà émise, le séjour du peuple roi et l’existence d’une villa opulente sur les ruines de laquelle se serait élevé, après la défaite des Maures, le prieuré de St-Pierre du Palais ou du Prétoire. Le mot de Palais, synonyme ici de prétoire, réveille-t-il le souvenir d’un édifice antérieur à l’établissement religieux, ou faut-il voir là un signe distinctif, emprunté à une circonstance de la vie du chef des Apôtres ? (Vincent 1863 : 25‑26)

2.1.2.7. A. Lacroix

25André Lacroix, historien et archiviste du département de la Drôme (1824-1910) s’intéresse plus à la conservation des collections et à l’établissement des textes qu’à la description des vestiges. Il retient l’identification du site comme une « villa », à partir du toponyme et encore que son texte laisse ouvertes d’autres hypothèses. Il est le premier à signaler l’existence des collections Bourlon de Moncey, Broc et Vallentin du Cheylard :

Parmi les débris de poteries à vernis rouge trouvés au Palais-sur-Châteauneuf, il en est qui ont des sculptures lubriques, ce qui est rare dans nos pays. Au même endroit la culture a fait découvrir des pierres gravées, des médailles, des vases, des mosaïques, des statues en bronze et en marbre. Toutes ces richesses avaient été recueillies au domaine de Champblanc par un collectionneur instruit, M. Bourlon de Moncey ; mais il n’en reste plus aujourd’hui qu’une portion fort incomplète chez M. Vallentin, à Montélimar. Des pièces d’or antiques ont été volées chez un autre propriétaire, et M. Broc montre aux curieux un buste d’homme en marbre blanc qui paraît de l’époque romaine. Sur un mur du jardin se voit un fragment de statue représentant un évêque ou un abbé, et dans les débris voisins, des tombes et des morceaux de tuiles dites sarrasines. Enfin la Statistique de la Drôme ayant donné une leçon fautive de l’inscription funéraire découverte au même endroit, M. Allmer m’en a envoyé la transcription suivante : Diis Manibus / C. Severius Julianus Suadulliae Julianeni, matri pientissim(ae). Aux dieux Mânes, C. Severius Julianus a fait ce monument à Suadullia Juliane, sa très-pieuse mère […].

D’aucuns ont supposé que le nom de Palais donné au quartier où se rencontrent le plus d’antiquités indique un établissement considérable ou du moins une très riche villa. L’hypothèse est fondée. Toutefois n’a-t-on pas appelé ainsi le quartier précisément à cause des nombreux vestiges d’opulence qu’il renferme ? (Lacroix 1868 : 177‑179)

26M. Bourlon de Moncey habitait au domaine de Champblanc, à 1,5 km du site du Palais, M. Broc, dans l’actuelle « ferme Crouzet » au Grand Palais, en marge du site ; la famille Vallentin du Cheylard a réuni et conserve une importante collection archéologique à Montélimar. On ne trouve plus aujourd’hui, dans la collection Valentin du Cheylard, que nous avons pu visiter grâce à l’obligeance d’A. d’Arces, que la stèle funéraire de Suadillia Iuliane qui provienne assurément du Palais de Châteauneuf-du-Rhône.

27A. Lacroix (1868 : 235) fait également état d’une lettre qu’il a reçue de l’abbé Renaud :

[…] j’ai visité les objets trouvés au Palais à l’époque des travaux du chemin de fer. Il y avait 1°/ deux pans de mosaïques transportés dans la cour du château de La Mure, l’une artistement faite et l’autre d’une facture grossière ; 2°/ un tronçon de statue fort belle qui a dû faire partie d’un groupe car on y voit sur l’épaule les doigts d’une main étrangère ; 3°/ un socle de statue et un animal mutilé ; 4°/ beaucoup de tombes complètement vides. Avant l’exécution de la voie ferrée, on y avait découvert un fragment de frise d’une excellente exécution, et il se voit encore, en compagnie de deux ou trois autres, dans un appartement du château de La Mure.

2.1.2.8. L. Brugier

28Amateur d’histoire locale, Louis Brugier (1887‑1988) a mis par écrit, sous la forme d’un tapuscrit, le texte des visites qu’il faisait faire à ses connaissances :

Ici [au quartier du Palais] une halte s’impose. Là, de chaque côté de la route et jusqu’à la voie ferrée, s’élevait il y a 18 siècles, une cité gallo-romaine, que la tradition désigne sous le nom de Ville-Longue ; des pans de murs très épais, de nombreuses substructions rappellent l’opulence d’une résidence de quelque proconsul romain ou de la belle villa de quelque patricien. Vers 1850, la construction de la voie ferrée permit de découvrir de nombreux objets anciens antiques [sic] : vases, monnaies, médailles, tronçons de colonnes, fragments de statues en marbres, mosaïques et un cippe romain avec inscription funéraire. La Ville-longue fut dévastée au Ve siècle par les Barbares et anéantie au VIIIe siècle par les Sarrasins.

Vers le IXe siècle, on trouve installé sur l’emplacement de l’antique cité, un prieuré florissant, dénommé Saint-Pierre du Palais [...]. La maison conventuelle fut à son tour ruinée et saccagée au XVIe siècle, au cours des guerres religieuses […]. A l’est de la route actuelle et en bordure de ce qui fut le prieuré, subsiste un long mur très épais, dernier vestige d’une léproserie ou maladrerie, dont le quartier conserve encore le nom. (Brugier 1952 : 2)

29Le texte est assez fautif : la Ville-Longue désigne un quartier du « village » de Châteauneuf et non le site du Palais, le cippe inscrit a été découvert avant l’ouverture de la voie ferrée (voir 2.1.2.2, Delacroix 1835), qui, du reste, passe en remblai et non en déblai dans le quartier du Palais : ses chambres d’emprunt se trouvaient sur la rive droite de la Riaille. La mention du « long mur très épais » peut remonter à Chatrousse 1843 ; elle ne peut en tout cas pas permettre de localiser le prieuré, dont l’emplacement précis n’est pas connu, ni celui de la « maladrerie ». L’auteur mentionne la mise au jour « il y a une dizaine d’années » près de la ferme de la Labre, « à l’occasion d’un défonçage, de nombreuses sépultures en tuiles romaines (tegulae et imbrex) dépourvues de mobilier funéraire ».

30D’autre part, un habitant de Châteauneuf-du-Rhône, J.‑L. Dutilh, a enregistré en 1986 les souvenirs alors très clairs de L. Brugier. On y apprend notamment que, dans le premier tiers du XXe siècle, certains murs du Palais étaient encore en élévation d’un mètre au-dessus du sol, et que l’exploitant d’alors obtint du propriétaire le droit de détruire ces vestiges et de miner le terrain pour faciliter le travail agricole. C’est à cette occasion que L. Brugier put retrouver et emporter une base de colonne trouvée sur le site du Palais et devenue aujourd’hui la propriété de J.‑L. Dutilh. L. Brugier signale aussi qu’on découvrit à diverses occasions un « plafond magnifique » (au sens ancien : le « plafond » d’un bassin) et des sols de mortier de tuileau et que les pierres récupérées furent vendues. Ces minages et ces découvertes de sols construits ont, comme nous le verrons, atteint et dégradé les niveaux médiévaux et antiques de la résidence.

2.1.2.9. J. Sautel

31Le chanoine Joseph Sautel (1880‑1955), qui exhuma le site de Vaison-la-Romaine, fut aussi directeur de la XIIIe circonscription des Antiquités historiques (Ardèche, Drôme, Vaucluse) dès sa création en 1941. La Carte archéologique de la Drôme qu’il avait entrepris de rédiger après celle du Vaucluse parue en 1939, fut publiée, inachevée, après sa mort.

32La brève notice consacrée à Châteauneuf-du-Rhône (Sautel 1957 : 38, n° 60) ne fait état que du site du Palais, où il mentionne l’épitaphe de Suadillia Iuliane et une mosaïque signalée par F. Vallentin. Aucune identification du site n’est proposée.

2.1.2.10. M. Trufanow

33Le dossier tapuscrit réuni par Mireille Trufanow fait, pour la période antique (Trufanow 1967 : 40), une large place au résumé des auteurs antérieurs.

34Elle atteste à son tour la présence de murs encore en élévation au sud de la maison Ginot au XXe siècle : ce sont les « chazals » du XVIIIe siècle (voir ci-dessus) ; ils n’apparaissent ni dans le cadastre napoléonien ni dans les cadastres plus récents. La localisation de l’ancien prieuré dans les murs de la ferme est très douteuse ; mais la tradition d’un souterrain pourrait se rapporter au drainage de la villa tardive, plutôt qu’à une improbable liaison souterraine avec Viviers. On peut en effet lire :

À l’heure actuelle (1947) une petite ferme dite de Palais, occupe une petite portion de l’ancien prieuré. Seuls s’y reconnaissent au rez-de-chaussée, les restes des vieilles voûtes en berceau. Au-devant de l’habitation une vaste bande de près d’un hectare de superficie montre par intervalle, des vestiges de vieilles murailles d’un mètre d’épaisseur aux parements soigneusement appareillés et le gazon recouvre de nombreuses substructions, en outre la sortie d’un souterrain qui reliait le château et le prieuré à la cathédrale de Viviers.

2.1.2.11. L. Monguilan

35À l’occasion de survols du site en 1979‑1980 (fig. 23 et fig. 24), Louis Monguilan (1926‑2017), prospecteur aérien de la vallée du Rhône et de la Provence, vit apparaître deux bassins et, de part et d’autre de la maison Ginot et de son chemin d’accès depuis la RD 73, un maillage serré de murs orthogonaux, au sud duquel trois bâtiments se distinguaient par une orientation différente. Il en conclut qu’« il s’agi[ssai]t probablement d’un vicus gallo-romain situé près de la sortie Nord de la cluse de Donzère » (Monguilan 1983 : 52, fig. 2‑3).

Fig. 24 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de la résidence (fond cadastral antérieur à 1983 ; dessin : H. Monguilan ; Archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

Fig. 24 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de la résidence (fond cadastral antérieur à 1983 ; dessin : H. Monguilan ; Archives du SRA de la région Rhône-Alpes).

36Cette identification d’un « vicus » avait aussi été retenue dans la carte que L. Monguilan avait publiée à l’occasion du colloque de 1981 sur « La villa romaine dans les provinces du Nord-Ouest » (Monguilan 1982 : 191).

2.1.2.12. C. Jung

37Dans un article de synthèse qui faisait suite à la fouille de sauvetage qu’elle avait menée avec A. Allimand en 1993 en marge de la réfection de la RD 73, C. Jung (1994) s’interrogeait sur l’hypothèse que le site fût celui d’un « sanctuaire des eaux en milieu rural » et préférait retenir l’identification d’une agglomération secondaire dont elle aurait entrevu les thermes.

38Cette analyse servit de base au premier programme de recherches monté par l’un d’entre nous en 1996, avant que nous n’en reconnaissions l’inanité (Béal 2002) ; il est plus surprenant que l’hypothèse que le Palais ait été une agglomération secondaire, dotée d’un « ensemble monumental public », ait été relancée plus récemment (Favory 2013 : 108‑109).

2.1.2.13. Collectif 1995

39Dans un article collectif (Collectif 1995 : 25‑28), les membres de la Société archéologique de Montélimar émettent l’hypothèse que « le quartier “du Palais” recouvre en fait plusieurs sites archéologiques, les vestiges appartenant, a priori, à des ensembles distincts », à savoir, au sud, une « villa constantinienne », au nord, à proximité de la Riaille, une « villa de type augustéen », tandis qu’à l’est plusieurs points de découvertes sont notés.

2.1.2.14. A. Bouet

40Le spécialiste des thermes Alain Bouet (2003a, vol. I : 293 et vol. II : 78‑80, fig. 54) rappelle l’interprétation de C. Jung (1994) et l’hypothèse que les « thermes publics du Palais appartiendraient à une agglomération de 30 ha ». À partir de l’analyse de photo-interprétation de C. Jung, il décrit :

Le bâtiment aurait une superficie d’environ 11 500 m2 (115 m de long sur au moins 100 m de large). Il peut être divisé en largeur en deux espaces de 50 m [qui sont en fait la terrasse supérieure de la villa et la terrasse inférieure de la plaine du Rhône]. On y observe une succession de bassins petits et grands, circulaires ou absidaux. Une série de petites pièces semble ceinturer le bâtiment (boutiques ?) Plusieurs traces rectilignes, tant au nord qu’au sud, ont été interprétées comme des adductions d’eau. Il pourrait s’agir d’un édifice à vocation thermale, bien que les sondages n’aient rencontré que très peu d’éléments caractéristiques (pilettes, tubuli).

Au sud-est, d’autres bassins ont été repérés en fouilles ; l’un d’eux a une superficie de 7 m2, un autre de plus de 22 m2, un dernier enfin est large de 1,60 m. Ils pourraient appartenir au même complexe.

En l’absence de fouille, nous resterons prudent au sujet de l’édifice lui-même et de sa superficie. Le plan est peu clair et l’on ne sait si toutes les structures repérées appartiennent à un seul édifice de bain…

41Il conclut (vol. I : 293) que « l’ensemble, reconnu essentiellement par photographie aérienne et par quelques tranchées, demanderait à être précisé et l’hypothèse de sanctuaire des eaux à être vérifiée ».

2.2. Historique de la recherche de terrain (1980‑2017) au Palais et au Grand Palais

42Les premiers travaux archéologiques ne se déroulèrent qu’à partir des années 1980, à l’initiative de Th. Odiot, alors ingénieur d’études au SRA de la région Rhône-Alpes. Outre les survols de L. Monguilan et la carto-interprétation de ce territoire par C. Jung (fig. 25), de nombreuses opérations de diagnostics et de fouilles de sauvetage eurent lieu autour du Palais. C’est à partir de 1996 qu’une fouille programmée se déroula sur la résidence du Palais ; les années 2000 ont principalement vu des opérations préventives se succéder dans la partie rurale de la villa.

Fig. 25 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de l’ensemble du site du Palais (Jung 1994 : fig. 3 modifiée).

Fig. 25 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de l’ensemble du site du Palais (Jung 1994 : fig. 3 modifiée).

2.2.1. Les premiers travaux

43Entre 1985 et 1987, à l’est de la résidence (fig. 26, n° 1), M. Bois (sondages des 23 au 24 décembre 1985 et des 7 et 8 janvier 1986) puis P. Carlier (fouilles entre le 12 février et le 15 mars 1987) firent, en préalable à la construction d’un lotissement, quelques sondages d’évaluation sur les bâtiments ruraux de la partie septentrionale de la parcelle ZM 217 (Rapport Bois 1987 ; Rapport Carlier 1987). Elles mirent notamment en évidence des vestiges que P. Carlier identifia comme ceux d’un atelier de verrier mosaïste sans doute temporaire et lié à la reconstruction de la résidence.

Fig. 26 – Carte générale de la zone d’étude de la protohistoire au Moyen Âge : à l’ouest, résidence du Palais (n° 4‑6), au centre, sondages de M. Bois et de P. Carlier (n° 1), nécropole médiévale (n° 2), tranchées de la RD 73 (n° 3), à l’est, extrémité orientale de la pars rustica et secteur des plantations (n° 8, 9, 10), et nécropole de la Labre (n° 11) [DAO : É. Bayen, W. Widlak].

Fig. 26 – Carte générale de la zone d’étude de la protohistoire au Moyen Âge : à l’ouest, résidence du Palais (n° 4‑6), au centre, sondages de M. Bois et de P. Carlier (n° 1), nécropole médiévale (n° 2), tranchées de la RD 73 (n° 3), à l’est, extrémité orientale de la pars rustica et secteur des plantations (n° 8, 9, 10), et nécropole de la Labre (n° 11) [DAO : É. Bayen, W. Widlak].
  • 6 À défaut d’un rapport, ces travaux sont connus par les notes de terrain de P. Sarrazin.

44En 1988, l’emprise de la partie résidentielle du site fut évaluée par P. Sarrazin6, par le biais de sondages en tranchées parallèles depuis le pont sur la Riaille au nord jusqu’au chemin de Combeaumont au sud, sur près de 600 m. Leur positionnement, comme celui des vestiges rencontrés, fut fait au décamètre et n’est pas toujours parfaitement précis. Cinq de ces tranchées touchèrent la résidence (fig. 27), les autres ne mettant pas de vestiges en évidence.

Fig. 27 – Les sondages de P. Sarrazin en 1988 : report des structures repérées sur le plan général de la résidence (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

Fig. 27 – Les sondages de P. Sarrazin en 1988 : report des structures repérées sur le plan général de la résidence (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).

45En 1989 et 1992, à nouveau à l’est de la résidence, mais dans les parcelles ZM 225 et 226 (fig. 26, n° 2), Chr. Ronco fouilla, avant la construction de trois maisons individuelles, 17 tombes d’un cimetière des IXe-XIIe siècles, et y distingua deux phases séparées par une crue de la Riaille ; elle les associa au prieuré de Saint-Pierre connu à partir du XIIe siècle dans ce quartier par les textes, qui mentionnaient également une vicairie carolingienne, sans que la trace archéologique en ait été encore retrouvée. Un bassin probablement antique fut repéré (Rapport Ronco 1989 ; Rapport Ronco 1992).

46En 1993, C. Jung et A. Allimand intervinrent sur les marges de la RD 73 (fig. 26, n° 3) qui traverse le quartier du Palais (Rapport Jung, Allimand 1993). Provoquée par l’élargissement de la RD 73 que la DDE entreprenait alors, l’opération consistait à surveiller l’aménagement des fossés latéraux de la chaussée sur une largeur réduite (1 à 2 m) mais une longueur conséquente (70 m du côté est, 90 m du côté ouest). Il s’agissait de mieux définir l’organisation de ce qu’on considérait alors comme un bâtiment balnéaire, de distinguer éventuellement d’autres bâtiments et de vérifier si l’hypothèse que le tracé de la RD 73 reprît un axe antique était fondée : ce dernier objectif ne put être atteint, les travaux de la DDE ayant devancé l’intervention des archéologues. Les vestiges que C. Jung put entrevoir dans ces conditions difficiles (fig. 28) appartenaient pour partie à l’aile orientale de la résidence, et pour partie à des bâtiments ruraux antiques. Des tombes médiévales furent aussi mises au jour.

Fig. 28 – Tuyau de plomb trouvé en 1993 dans la tranchée occidentale des fouilles de C. Jung et d’A. Allimand (cliché : C. Jung).

Fig. 28 – Tuyau de plomb trouvé en 1993 dans la tranchée occidentale des fouilles de C. Jung et d’A. Allimand (cliché : C. Jung).

47En 1994, à l’occasion, à nouveau, de la réfection de la RD 73, F. Thiercelin, J.‑Cl. Mège et C. Jung (Rapport Thiercelin, Jung, Mège 1994) ouvrirent le long de la route une dizaine de sondages (fig. 29) implantés en fonction des données de carto-interprétation. Seuls les deux les plus méridionaux (sondages n° 1 et n° 2) se trouvaient dans notre zone d’étude. Si le sondage n° 1 ne confirma pas l’existence de maçonneries suggérée par la carto-interprétation, le second recoupa, au lieu-dit Le Ressaut, le decumanus DD XXXIII du cadastre B d’Orange.

Fig. 29 – Plan des sondages ouverts en 1994 le long de la RD 73 au nord de la Riaille (d’après Rapport Thiercelin 1994 : fig. 9).

Fig. 29 – Plan des sondages ouverts en 1994 le long de la RD 73 au nord de la Riaille (d’après Rapport Thiercelin 1994 : fig. 9).

48En 1996, J.‑F. Berger (Thèse Berger 1996) ouvrit un sondage à proximité de la Riaille et à l’extrémité septentrionale de la résidence, dont quelques murs furent recoupés et la séquence alluviale observée. La localisation de ce sondage reste approximative.

49La même année, parallèlement au début des travaux sur la résidence du Palais, J.‑Cl. Béal (Rapport Béal 1996) fit une campagne de sondages programmés à l’ouest de la voie ferrée de Lyon à Marseille et en contrebas du rebord de la terrasse würmienne (fig. 26, n° 5, partie occidentale). Quatre zones de travail furent définies : dans la zone nord, une douzaine de tranchées furent ouvertes dans la partie septentrionale de la grande parcelle ZO 16 ; dans la zone sud, une tranchée discontinue fut menée dans la parcelle ZP 69, à l’intérieur du parc de Combeaumont, et une autre dans la parcelle ZP 99, au sud de Combeaumont et près du pont sur la Riaille canalisée. À défaut d’avoir rencontré des vestiges, ces sondages permirent d’étudier les apports sédimentaires au pied de la terrasse würmienne et de localiser un cours ancien de la Riaille.

2.2.2. La fouille programmée de la partie résidentielle de la villa

  • 7 Que soient ici remerciés les étudiants de l’université Lumière Lyon 2 et d’ailleurs, trop nombreux (...)

50À l’ouest de la RD 73 et dans l’emprise de la seule parcelle ZM 317, J.‑Cl. Béal ouvrit entre 1996 et 2001, sur le site du Palais, une fouille programmée7 (fig. 26, n° 5, partie orientale) qui mit en évidence, au cours de cinq campagnes d’un mois, plusieurs phases de construction et d’évolution d’une grande villa, entre le Ier siècle et le Vsiècle.

51Cette fouille avait débuté sur un quiproquo. En effet, à la suite des travaux de L. Monguilan et de C. Jung, il apparaissait qu’on avait affaire à une agglomération, suffisamment proche du Rhône pour qu’on pût se poser la question d’une activité marchande à l’entrée du défilé de Donzère. À l’issue de la campagne de 1996, qui montra l’inanité d’une recherche à l’ouest de la voie ferrée où les crues de la Riaille avaient sabré des terrains vides de constructions mais aussi de traces agraires, le conservateur régional de l’Archéologie préconisa un décapage général du site compris entre la voie ferrée et la RD 73. Ce dernier fut réalisé grâce au mécénat généreux de l’entreprise de travaux publics G. Brémont, ce qui permit, au cours de la campagne de 1997, d’identifier la résidence (fig. 30) et d’y développer une fouille qui s’appuya sur les interventions antérieures de P. Sarrazin et de C. Jung.

Fig. 30 – État des connaissances sur la résidence du Palais et ses abords en 2002 (d’après Béal 2002 : fig. 3). A : « bâtiments annexes » ; B : résidence ; C‑D : « bâtiments non fouillés » ; E : « bâtiments annexes » ; F : « gros mur » ; G : « structures antiques et médiévales » ; H : « grand mur » ; I : « salle avec bassins » ; J : « dépendances » ; K : « grand mur d’enclos » ; L : « massif de maçonnerie » (dessin : J.‑Cl. Béal et S. Sorin).

Fig. 30 – État des connaissances sur la résidence du Palais et ses abords en 2002 (d’après Béal 2002 : fig. 3). A : « bâtiments annexes » ; B : résidence ; C‑D : « bâtiments non fouillés » ; E : « bâtiments annexes » ; F : « gros mur » ; G : « structures antiques et médiévales » ; H : « grand mur » ; I : « salle avec bassins » ; J : « dépendances » ; K : « grand mur d’enclos » ; L : « massif de maçonnerie » (dessin : J.‑Cl. Béal et S. Sorin).

52Une dernière opération de terrain se déroula à l’automne 2017 dans le cadre du PCR consacré au site du Palais et sous la conduite d’E. Dumas (fig. 31). En effet, à l’angle nord-est du jardin de la villa de l’état III, la présence d’une mosaïque qui ne fut déposée qu’en octobre 2001 ne nous avait pas permis d’ouvrir un sondage (n° 1) sous le sol du portique tardif, à la recherche d’états antérieurs. La même opération concerna aussi la partie méridionale de la salle 891 mitoyenne du portique. Un autre sondage (n° 2), plus modeste, fut ouvert dans l’axe médian de la salle basilicale de la résidence.

Fig. 31 – Vue générale du sondage programmé ouvert en 2017 à l’angle nord-est de la résidence du Palais (cliché : E. Dumas).

Fig. 31 – Vue générale du sondage programmé ouvert en 2017 à l’angle nord-est de la résidence du Palais (cliché : E. Dumas).

2.2.3. Les diagnostics et les fouilles préventives des années 2000

53À partir de 2005, l’urbanisation de ce quartier s’accéléra et les travaux archéologiques se déplacèrent à une centaine de mètres à l’est de la résidence (fig. 26, n° 8‑9).

  • 8 La mutation rapide du parcellaire dans ce quartier a pour conséquence que la désignation des parce (...)

54Face au projet d’un lotissement (« Le Grand Palais, Les résidences du Ponant »), des sondages de diagnostic furent menés au Grand Palais, par S. Bleu en 2005 dans la partie méridionale de la parcelle ZM 276a (Rapport Bleu 2005), et par A.‑Cl. Remy en 2006 dans la parcelle ZM 120a-b où Chr. Landry mena, du 15 novembre 2010 au 4 février 2011, une fouille préventive de 1,3 ha8, sur une zone de plantation antique limitée à l’ouest et au sud par des bâtiments agricoles très partiellement accessibles à la fouille. Les objectifs scientifiques définis dans le cahier des charges soulignaient la proximité de la résidence du Palais, singulièrement présentée comme la « partie thermale » d’une villa. On considérait que les bâtiments présents dans l’emprise devaient être étudiés sommairement, faute de potentiel stratigraphique ; l’objectif premier était de caractériser les fosses de plantation dont la présence avait été repérée lors des diagnostics, d’étudier l’insertion du domaine dans le cadastre B d’Orange, et de permettre d’esquisser un modèle économique différent de ce qui avait pu être proposé auparavant à partir du site du Mollard à Donzère. L’occupation médiévale devait être plus rapidement traitée.

55Parallèlement, à la Labre, soit à moins de 500 m des murs de la résidence, E. Ferber intervint en 2006 sur la parcelle ZM 335p (Rapport Ferber et al. 2006), à l’emplacement projeté d’un lotissement du « Clos des Amandiers » (fig. 26, n° 11). À la suite du diagnostic mené par F. Cordier (Rapport Cordier, Brochier 2005a), le cahier des charges orientait l’opération vers l’étude prioritaire des vestiges gallo-romains, « principalement des tombes, à caractériser, dater et fouiller et dont il conviendra[it] de définir le rapport au réseau viaire et au cadastre B d’Orange ». E. Ferber mit au jour un cimetière antique de 105 tombes, à inhumation pour la plupart, utilisé à partir du IIsiècle et surtout du IIIe siècle au Ve siècle. La fouille se déroula du 27 mars au 9 juin 2006. La proximité du Palais et l’absence d’autres sites d’habitat antique – dans une zone qui avait fait l’objet de prospections au sol – invitent à voir dans ce cimetière un des lieux sépulcraux de la villa du Palais, celui, peut-être, de personnels dépendants. Au même moment, à la Maladrerie, un diagnostic mené par F. Cordier (Rapport Cordier, Brochier 2005b) conduisait à la fouille d’un bâtiment antique (fig. 26, n° 10), annexe, à l’évidence, de la villa du Palais (Rapport Ronco et al. 2008).

56Plus récemment, en 2013, deux diagnostics furent menés par F. Thiercelin-Ferber, à l’est de la RD 73 et à 350 m au sud de la résidence (parcelles ZM 304 et 310‑311), et un troisième en 2016, par A. Rebiscoul, en face et à l’ouest de la même route (parcelle ZM 314c-d), riches d’informations géomorphologiques mais sans découverte de vestiges antiques. Les quelques résultats d’un ultime diagnostic mené en 2020 par Chr. Ronco à la Maladrerie, dans la parcelle ZM 118a, ont enfin pu être pris en compte dans notre étude.

57C’est au vu du nombre et de la diversité des informations archéologiques disponibles sur les sites voisins du Palais, du Grand Palais, de la Maladrerie et de la Labre qui, à l’évidence, formaient un même ensemble, qu’en 2015 un projet collectif de recherches fut engagé, qui trouve ici son aboutissement.

Notes

1 C’est son fils qui, le premier, prend le nom de Rivière de La Mure ; la famille est propriétaire du château de Combeaumont voisin du Palais (Boisson 2000 : 111) et de la parcelle ZM 317 où se trouvent les vestiges de la pars urbana que nous avons fouillés.

2 Selon Candy (Coston 1883 : 276), le 7 octobre 1567, les protestants de Châteauneuf-du-Rhône « ruinèrent du tout et mirent à bas le tènement des maisons, estables, temple et mur du clos du prieuré de Saint-Pierre-du-Palais ».

3 Nous devons la connaissance de ce dossier à Cl. Chomer et E. Dumas : qu’elles soient remerciées ici de leur aide.

4 Nous devons la connaissance de ce texte, ainsi que des tapuscrits de L. Brugier et de M. Trufanow à J.-L. Dutilh, de Châteauneuf-du-Rhône, que nous remercions avec plaisir de son concours.

5 Le délaissé entre les parcelles ZM 132, 217 et 225 et le bord oriental de la RD 73 résulte de ce redressement.

6 À défaut d’un rapport, ces travaux sont connus par les notes de terrain de P. Sarrazin.

7 Que soient ici remerciés les étudiants de l’université Lumière Lyon 2 et d’ailleurs, trop nombreux pour être cités nommément, qui ont participé aux campagnes de fouilles successives. Fr. Fauret (association Archéotopo) a assuré à titre gratuit les levés topographiques des campagnes successives qui ont bénéficié du soutien logistique de la mairie de Châteauneuf-du-Rhône et du financement du ministère de la Culture et du Conseil général de la Drôme.

8 La mutation rapide du parcellaire dans ce quartier a pour conséquence que la désignation des parcelles évolue. Nos références sont données par rapport à l’édition du cadastre de 1983 ; la parcelle fouillée par Chr. Landry est aujourd’hui divisée et désignée sous les numéros 461 à 480.

Table des illustrations

Titre Fig. 23 – Photographie aérienne de la résidence du Palais ; les vestiges apparaissent à l’est de la voie ferrée, au nord et au sud de la maison Ginot et de son chemin d’accès (d’après Monguilan 1983 : fig. 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 24 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de la résidence (fond cadastral antérieur à 1983 ; dessin : H. Monguilan ; Archives du SRA de la région Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 25 – Schéma d’interprétation redressé d’une photographie aérienne de l’ensemble du site du Palais (Jung 1994 : fig. 3 modifiée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 26 – Carte générale de la zone d’étude de la protohistoire au Moyen Âge : à l’ouest, résidence du Palais (n° 4‑6), au centre, sondages de M. Bois et de P. Carlier (n° 1), nécropole médiévale (n° 2), tranchées de la RD 73 (n° 3), à l’est, extrémité orientale de la pars rustica et secteur des plantations (n° 8, 9, 10), et nécropole de la Labre (n° 11) [DAO : É. Bayen, W. Widlak].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Fig. 27 – Les sondages de P. Sarrazin en 1988 : report des structures repérées sur le plan général de la résidence (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M. Drot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 28 – Tuyau de plomb trouvé en 1993 dans la tranchée occidentale des fouilles de C. Jung et d’A. Allimand (cliché : C. Jung).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 29 – Plan des sondages ouverts en 1994 le long de la RD 73 au nord de la Riaille (d’après Rapport Thiercelin 1994 : fig. 9).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 30 – État des connaissances sur la résidence du Palais et ses abords en 2002 (d’après Béal 2002 : fig. 3). A : « bâtiments annexes » ; B : résidence ; C‑D : « bâtiments non fouillés » ; E : « bâtiments annexes » ; F : « gros mur » ; G : « structures antiques et médiévales » ; H : « grand mur » ; I : « salle avec bassins » ; J : « dépendances » ; K : « grand mur d’enclos » ; L : « massif de maçonnerie » (dessin : J.‑Cl. Béal et S. Sorin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 31 – Vue générale du sondage programmé ouvert en 2017 à l’angle nord-est de la résidence du Palais (cliché : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6978/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 900k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search