Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 1. La villa du Palais dans son cadre régional

Jean‑Claude Béal, Mylène Lert et Anne Schmitt

Texte intégral

1.1. Cadre géographique et géologique de la villa du Palais (J.‑Cl. Béal, A. Schmitt)

1Depuis Valence, le Rhône s’écoule contre les derniers contreforts, ardéchois, du Massif Central, constitués de formations calcaires et de terrains marneux. Quelques épanchements de basalte, à Rochemaure, se situent dans le prolongement du massif du Coiron (fig. 1). Les bourgs de cette rive droite s’abritent à la faveur de petits bassins, souvent des cônes de déjection de rivière ou ruisseau, comme à Meysse, à Rochemaure, au Teil ou à Viviers où un plateau rocheux permet en outre au bourg de dominer la confluence de l’Escoutay et du Rhône.

Fig. 1 – Cadre géographique et géologique général de la villa du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (dessin et DAO : V. Vachon, É. Bayen, A. Schmitt).

Fig. 1 – Cadre géographique et géologique général de la villa du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (dessin et DAO : V. Vachon, É. Bayen, A. Schmitt).

2Sur la rive gauche, la plaine valentinoise se referme, au sud du cours de la Drôme, vers Loriol-sur-Drôme et Saulce-sur-Rhône, sur le massif calcaire crétacé (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation n4) de la forêt de Marsanne où se développe une région de vallées et de hautes collines. L’ultime pointe méridionale du massif atteint Montélimar, supportant le château des Adhémar qui domine la ville. Vers l’est s’ouvrent alors les vallées du Roubion et du Jabron qui confluent l’une avec l’autre à Montélimar tandis qu’au sud se développe la plaine de Montélimar dont le substratum est constitué essentiellement de marnes gargasiennes (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation n6).

3Longue de sept kilomètres, cette plaine, partagée entre les communes de Montélimar au nord et de Châteauneuf-du-Rhône au sud, se referme, à la hauteur de Viviers, contre un massif dominé par les collines du Navon (335 m d’altitude), de Montchamp (350 m) et de Roucoule (386 m), faites de calcaire urgonien (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation n4-5 U), d’origine récifale ; caractérisé par sa dureté et par la finesse de son grain malgré la présence de quelques fossiles (rudistes), ce calcaire est présent sur une épaisseur de plus de 250 m, que le Rhône perfore au défilé de Donzère.

4D’est en ouest, la plaine alluviale est large de cinq kilomètres environ, entre le cours du Rhône et le massif de calcaire urgonien (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation n4-5 U). Elle comprend à l’ouest des terres basses (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation Fza), inondables, vers 65 m d’altitude, puis, autour de 75 à 80 m, une terrasse supérieure (Lorenchet de Montjamont et al. 1979, formation Fya), correspondant à la terrasse würmienne des géologues, avant de rencontrer à l’est la côtière qui supporte, autour de 100 à 150 m d’altitude, le plateau de Bondonneau et la commune d’Allan ; dans le détail, les niveaux de terrasses et les cônes de déjection s’imbriquent d’une façon complexe (voir 3.1). Descendant du massif de Roucoule, la Riaille en est le seul cours d’eau permanent, au régime torrentiel, qui parcourt la plaine, dans sa partie la plus méridionale. Son cours inférieur est, depuis les travaux de la CNR, entièrement artificiel.

5Au sud du défilé et du bourg même de Donzère, hors de l’emprise de notre étude, s’ouvre à nouveau une plaine, celle de Pierrelatte, qui s’étire sur une vingtaine de kilomètres, jusqu’à Bollène (Vaucluse), en face de Pont-Saint-Esprit (Gard), bordée à l’est par des hauteurs, principalement de la Garde-Adhémar, Clansayes et Saint-Restitut au pied duquel s’est développée la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

1.1.1. Le bassin de Montélimar et les grands travaux

6Deux événements, l’aménagement du Rhône et, plus récemment, le développement de l’urbanisation montilienne, ont, de nos jours, considérablement modifié l’aspect de la plaine de Montélimar.

7Engagé à la fin du XIXe siècle en vue de la production d’électricité d’origine hydraulique, l’aménagement du Rhône a nécessité des travaux importants.

8Pour équiper la partie centrale du bas-Rhône, plusieurs chantiers, associant l’ouverture de canaux, la création d’écluses et la construction de centrales hydroélectriques, furent ouverts à partir de 1952, à commencer par celui de Donzère-Mondragon dans la plaine de Pierrelatte. Il fut suivi par celui de Montélimar (Ritter 1957) où l’aménagement d’un canal de dérivation long de 13,5 km et doublant le fleuve sur la rive gauche, permit de créer une chute d’eau de 16,5 m en moyenne à Châteauneuf-du-Rhône, à la centrale Henri-Poincaré mise en service en 1958 (fig. 2). Dans la commune, une cité ouvrière de huit hectares fut édifiée au nord du château de Combeaumont et immédiatement à l’ouest du site du Palais pour loger le personnel des chantiers tandis que les travaux d’aménagement des abords atteignirent, au sud du parc de Combeaumont, à l’ouest du bourg, le pied de la terrasse würmienne.

Fig. 2 – L’usine hydro-électrique Henri-Poincaré et la grande écluse sur le canal de dérivation de Montélimar ; au premier plan, la limite de la zone affectée par les travaux d’aménagement au sud de Combeaumont (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 2 – L’usine hydro-électrique Henri-Poincaré et la grande écluse sur le canal de dérivation de Montélimar ; au premier plan, la limite de la zone affectée par les travaux d’aménagement au sud de Combeaumont (cliché : J.‑Cl. Béal).

9Aucune découverte archéologique ne fut alors signalée, à l’exception de celle d’un site antique, faite à Châteauneuf-du-Rhône par M. Brustel en 1956 (voir 1.2.2.4, « Le cours et les rives »). Il est vraisemblable que d’autres vestiges ont été détruits sans signalement et certain qu’une partie des terres basses fut considérablement perturbée.

10Aujourd’hui, le développement du bassin de Montélimar est fort, et particulièrement celui de l’aire urbaine du chef-lieu (Bonnet, Dupré 2013), qui regroupe les trois quarts de la population du bassin (80 000 habitants). À elle seule, la commune même de Montélimar, qui dépassait 16 000 habitants au recensement de 1954, atteint, selon l’INSEE, 38 581 habitants en 2017, la population de Châteauneuf-du-Rhône passant dans la même période de 1 214 habitants à 2 709 habitants alors que, sur la rive droite du fleuve, la population du Teil ou de Viviers était à peu près stagnante.

11Mais l’essor économique conjugué à celui de la population n’a pas entraîné d’accroissement de la documentation archéologique d’époque historique jusqu’au début des années 2000, où les opérations de terrain sur des sites gallo-romains ont été multipliées et la documentation, du même coup, enrichie tandis que se réduisaient les zones encore accessibles à la recherche.

1.1.2. La villa du Palais dans la plaine de Montélimar

12C’est à 1,4 km au nord-est du bourg de Châteauneuf-du-Rhône, et à 6,8 km du centre de Montélimar, que, sur la rive gauche de la Riaille, s’étend la villa antique du Palais (fig. 1), composée de trois entités principales, la résidence du Palais à l’ouest de la RD 73 qui relie Châteauneuf-du-Rhône à Montélimar, la partie rustique et agraire du Grand Palais, entre la RD 73 et le chemin de Champblanc, et, à l’est, l’ensemble funéraire antique de la Labre, entre le chemin de Champblanc et le chemin de la Labre qui mène au Moulinas et à Pagnères par un gué sur la Riaille. La découverte de ces trois entités a relevé de logiques différentes : la résidence du Palais a été mise au jour dans le cadre d’une fouille programmée dont la conduite ne devait pas être menée jusqu’à la destruction des vestiges ; la partie agraire de la villa et l’ensemble funéraire sont connus par des opérations d’archéologie préventive en réponse à des projets de lotissement dont la réalisation a entraîné la destruction des sites.

13Il nous a paru enfin difficile de ne pas prendre en considération un quatrième site, celui de Morterol à l’entrée du défilé de Donzère, dont l’interprétation est, selon nous, liée à la villa du Palais.

1.2. Le Palais dans son contexte territorial antique (J.‑Cl. Béal, M. Lert)

1.2.1. La cité des Tricastins et la question du cadastre B dans la plaine de Montélimar

14La villa du Palais peut être replacée dans deux cadres administratifs antiques, celui de la civitas et celui du cadastre B d’Orange.

1.2.1.1. La civitas des Tricastins (M. Lert)

15Le nom des Tricastini apparaît dans la littérature antique sous Auguste avec Tite Live (Histoire Romaine, V, 34, 5) qui mentionne explicitement les Tricastins à deux reprises, rapportant à chaque fois le trajet de troupes, gauloises ou carthaginoises, menaçantes pour Rome. Le règne de Tarquin l’Ancien voit le passage sur les terres des Tricastins, en l’an 155 de Rome (598 av. J.‑C.), de Gaulois conduits par Bellovèse, neveu d’Ambigat, roi celte biturige, à la recherche de terres nouvelles où s’implanter. Le même auteur évoque également le peuple tricastin lorsqu’il décrit la traversée de la région par les armées carthaginoises menées par Hannibal (Lert et al. 2009 : 42). D’autres mentions d’auteurs antiques permettent de situer le territoire des Tricastini à l’est du Rhône, entre les Vocontii à l’est, les Segovellauni au nord et les Cavarii au sud. Il s’agit d’une zone fertile et stratégique contrôlant une partie de la moyenne vallée du Rhône et l’accès vers les Préalpes à l’est.

16Après la réorganisation administrative de la Gaule voulue par Auguste, apparaît, dans la province de Narbonnaise, une civitas des Tricastins, avec, comme capitale, Augusta Tricastinorum (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, III, 36) qualifiée de Colonia Flavia Tricastinorum dans une inscription trouvée à Vaison-la-Romaine (AE 1962 : 143 ; Goudineau 1979). La cité est donc assurément devenue une colonie latine entre 69 et 96 de notre ère.

17Définir l’emprise du territoire des Tricastins à l’époque impériale (fig. 3) est une interrogation légitime et un exercice complexe pour lequel les outils traditionnels sont défaillants : les quelques bornes milliaires connues dans la région ne portent pas d’indication de distance depuis la capitale et l’histoire des limites du diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux est difficile à établir à partir des textes médiévaux disponibles pour le secteur (Lert et al. 2009 : 48). D’après un texte de 1086, il semble cependant que l’église de « Lavronato », identifiable à celle, un siècle auparavant, de « Ladornaio » localisée au Palais (voir 9.1), relevait du diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Bois 1992 : 20).

Fig. 3 – La cité des Tricastins (d’après le CIL, XII).

Fig. 3 – La cité des Tricastins (d’après le CIL, XII).

18Discutée est la signification même de l’expression « terres rendues aux Tricastins » qui figure en commentaire sur certaines des plaques du cadastre B découvert à Orange. L’interprétation retenue par G. Chouquer est que les territoires situés à l’est du cardo maximus, au nord du decumanus maximus et du Lez pourraient constituer le territoire des Tricastins après les assignations augustéennes de terres aux colons (Chouquer 2013 : 47‑50). Mais le territoire originel des Tricastini aurait été vraisemblablement plus étendu.

19Après la réforme de Dioclétien, le territoire tricastin est intégré, dans la province de Viennoise (Notitia Galliarum, XI, 9 ; Seeck 1876 : 269), au sein du diocèse civil des Sept Provinces dirigé depuis Vienne d’abord puis, à partir de 396 ou un peu après, depuis Arles (Biarne et al. 1986 : 13‑15 et 85‑87 ; Février et al. 1989 : 282).

1.2.1.2. Le cadastre B d’Orange (J.‑Cl. Béal)

20Depuis la découverte à Orange, en 1949 et 1950 pour l’essentiel, de fragments de marbre inscrits qui appartenaient à des documents cadastraux d’époque flavienne, et depuis leur édition par A. Piganiol (1962), la recherche à leur sujet n’a pas cessé. Il est acquis que le cadastre B couvre notamment la plaine de Montélimar comme celle de Pierrelatte.

21Ainsi possède-t-on, du nord au sud, plusieurs groupes de fragments qui concernent le défilé de Donzère, les basses terres ou les terrasses d’Allan (fig. 4). Un fragment enfin (n° 404), sur lequel une route est figurée, a été localisé par Fr. Salviat (1985) dans cette dernière zone (voir 1.2.2.1, « Le fragment 404 du cadastre B »). La villa du Palais est dans la centurie DD XXXII, CK III, non documentée par les fragments des marbres d’Orange, mais qui, située à l’ouest du cardo maximus, a dû faire partie des terres coloniales et non rendues aux Tricastins (Odiot, Bois 1992 : 18 ; Lert et al. 2009 : 44).

Fig. 4 – Grille théorique et centuries du cadastre B documentées par les marbres d’Orange dans la plaine de Montélimar (d’après Favory 2013 : fig. 10). Polygones verts : principales villae. Cours du Rhône selon la carte de Cassini (DAO : V. Vachon, É. Bayen).

Fig. 4 – Grille théorique et centuries du cadastre B documentées par les marbres d’Orange dans la plaine de Montélimar (d’après Favory 2013 : fig. 10). Polygones verts : principales villae. Cours du Rhône selon la carte de Cassini (DAO : V. Vachon, É. Bayen).

22Le devenir du cadastre B et de la praefectura chargée de la gestion des terres dans son emprise (Chouquer 2013 : 46) est assez incertain ; G. Chouquer (2013 : 174‑175) a fait observer que, dans des délais qui nous échappent, « la cité des Tricastins [pouvait] être tentée de retrouver la cohérence de son territoire et de limiter les interventions des magistrats d’Orange » sans que, pour autant, les traces physiques des centuries soient effacées.

23Ainsi les tracés fossiles qui rappellent l’impact de la centuriation jusqu’à l’époque actuelle sont-ils nombreux. À s’en tenir à ceux qui reflètent les limites des centuries, on peut mentionner d’abord ceux qui sont repris dans les limites communales entre Allan et Châteauneuf-du-Rhône (Bel, Benoit 1986 : 84‑89, fig. 6‑7 ; Jung 2001 : 50‑52, fig. 3). Plusieurs chemins reprennent les limites de centuries sur plusieurs kilomètres : le chemin de la Grangette au Grand Pélican et au Devès marque sur 2,5 km la bordure septentrionale des centuries DD XXXV – VK I et II, KK I et II, le chemin de Grange Neuve à Girane et à Combe, sur 1,2 km, celle des centuries DD XXXIV – KK IV, V (fig. 5). Les limites de parcelles témoignent aussi de la cadastration (Bel, Benoit 1986 : 84‑89, fig. 1) et par exemple, sur 1,2 km au nord de Berrière, du tracé du cardo maximus.

Fig. 5 – Tracé du cardo maximus du cadastre B et localisation de la source et de l’aqueduc de Pagnères (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 5 – Tracé du cardo maximus du cadastre B et localisation de la source et de l’aqueduc de Pagnères (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

24Cette documentation est relativement abondante au nord du XXXIIIe decumanus, plus pauvre au sud où se trouve la villa du Palais, même si A. Piganiol (1962 : pl. XL) avait cru pouvoir retenir quelques indices dans la zone montagneuse qui sépare Châteauneuf-du-Rhône de Donzère : le relief est sans doute pour beaucoup dans l’absence – ou dans l’effacement – des traces fossiles. On peut en tout cas considérer que le site du Palais se trouvait dans l’emprise du cadastre B et dans la partie septentrionale de la civitas des Tricastins, qui s’étendait jusqu’au nord du bassin de Montélimar.

1.2.2. Le réseau antique : la route et le fleuve (J.‑Cl. Béal)

25Dans une étude très détaillée parue en 2009 (Jung 2009 ; Favory 2013 : 55‑72), C. Jung a tenté de restituer vingt-huit « itinéraires présumés antiques » en distinguant, d’une part, le tracé de la « voie d’Agrippa » de Vienne et Valence vers Orange et Arles, d’autre part, le réseau terrestre secondaire, principalement en Valdaine à l’est et dans les plaines de Montélimar et de Pierrelatte au sud.

26Nous ne discuterons ici que de deux de ces itinéraires, d’abord, sur un point de détail, le tracé de la « voie d’Agrippa » (itinéraire n° 9 de Valence vers Orange), puis l’itinéraire n° 3, de Montélimar à Châteauneuf-du-Rhône et Donzère, avant de rappeler l’existence de la voie « de Valérien » sur la rive droite du fleuve.

1.2.2.1. La route de Valence vers Orange : le segment de Montélimar au col de Malataverne

  • 1 C’est en 1891 que la commune de Rac est devenue la commune de Malataverne ; le changement de nom s (...)

27Le tracé de la route antique de Valence vers Orange est, en Tricastin, assez bien connu dans ses grandes lignes. Deux étapes routières sont mentionnées dans les itinéraires routiers antiques, à Acunum (lieu-dit Aygu à Montélimar) et à Novem Craris (lieu-dit Le Logis de Berre aux Granges-Gontardes) dans la partie septentrionale de la plaine de Pierrelatte (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 374‑377). Plus ponctuellement, le segment de Montélimar au col de Malataverne1 mérite d’être étudié de plus près, dans la mesure même où il traverse ou longe la plaine de Montélimar, passant à quelque distance de la villa du Palais : on sait que, pour les agronomes antiques, le voisinage de la route pouvait être une source d’inquiétude (Columelle, Res Rusticae, I, 5) ou de profit (Caton, De Agricultura, 1, 3).

28Deux bornes milliaires, plus ou moins déplacées, sont localisées sur ce tracé que le fragment n° 404 du cadastre B permet de mieux définir.

Les bornes milliaires

  • 2 IMP(eratori) CAES(ari) / L(ucio) DOMITIO / AURELIANO / P(io) F(elici) I(nvicto) AUG(usto) P(ontifi (...)

29À Montélimar, une borne milliaire cylindrique (CIL, XII, 5553 ; CIL, XVII/2, 164)2 a été découverte en 1766, servant de borne à l’angle sud-est de l’enclos des Récollets, c’est-à-dire dans l’espace compris entre la rue Pierre-Julien, la rue Chartrousse, la rue du Collège et la rue Malaréac (fig. 6). Coston (1878 : 20) suppose qu’elle « avait été […] déterrée lors de la construction de ce couvent en 1619 ».

Fig. 6 – Le réseau antique (en vert) dans la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

Fig. 6 – Le réseau antique (en vert) dans la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

30La borne est datable entre 272, année où Aurélien est acclamé Gothicus Maximus, et 275, année de son assassinat. L’indication de distance, et de l’origine de la distance, a disparu. Elle prend place entre la borne de la Coucourde-Derbières (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 235), à neuf kilomètres au nord, érigée en l’honneur de Dalmatius et datée de 335‑337, et la plaque milliaire du Rac à Malataverne, dressée sous Tibère, à huit kilomètres au sud (voir ci-dessous). L’une et l’autre sont également sans indication des distances ou de leur origine.

31Considérée comme ayant été peu déplacée, la borne passe pour une preuve que la voie antique de Valence vers Orange traverse Montélimar. Coston (1878 : 19‑20 ; voir encore Jung 2009 : 87), reprenant Candy, tire aussi argument de la découverte de « plusieurs cercueils en pierre » lors de la construction de la Caserne en 1740, à l’entrée nord de Montélimar et en 1762 lors de la construction de l’hôtel de Chabrillan, rue Pierre-Julien, vestiges dont l’antiquité paraissait douteuse à A. Lacroix (1866 : 382). On a aussi cru reconnaître le pavé de la voie antique sous la rue Pierre-Julien : mais l’on peut se demander si les « larges pavés exhumés depuis peu du sol de la Grande Rue, où ils rentraient dans la formation des assises de la voie d’Agrippa » (Gilles 1930) n’appartiennent pas plutôt à un pavement d’époque moderne. La question du franchissement du Roubion, immédiatement à l’aval de sa confluence avec le Jabron, reste aussi incertaine : M. Bois (in Jung 2009 : 87) a proposé, sans pouvoir le démontrer, que le pont détruit en 1386 ait été un pont antique.

  • 3 TI(berius) CA[e]SAR / DIVI AUGUST[i] F(ilius) / AUG(ustus), P[o]NTIFEX / MA[xim]US / TR[ibunic(ia) (...)

32Selon une note manuscrite des archives privées Vallentin du Cheylard (cahier I, de L. Vallentin du Cheylard, inscr. n° 25 ; Coston 1878 : 22), la borne de Malataverne, dite aussi « de Rac » (CIL, XII, 5554 ; CIL, XVII/2, 165)3 fut découverte vers 1842 ou un peu avant « entre les [collines] de Rouco[u]le et de Montchamp, [à] l’emplacement de la voie romaine, par M. B[…], juge de paix ». Elle fut ensuite déplacée et « encastrée dans le perron de l’escalier (en dessous) de la maison de campagne de M. Mathieu, juge de paix, façade du midi, au quartier du Colombier, territoire de Rac ». Cette maison est aujourd’hui, selon un renseignement de M. Étienne (président de la Société archéologique de Malataverne) l’hôtel-restaurant du Colombier (parcelle ZI, n° 39), au sud du bourg de Malataverne, entre les collines du Navon et de Montchamp (fig. 6).

33Comme la plupart des trente-quatre bornes de Narbonnaise datées du règne de Tibère (Rathmann 2003 : 215), ce milliaire, daté entre le 1er juillet 31 et le 30 juin 32, se présente sous la forme d’une plaque de calcaire dont, ici, la façade est entourée d’une mouluration qui délimite le champ épigraphique sur trois côtés, la pierre étant sur la quatrième – la base – incomplète (fig. 7).

Fig. 7 – La borne milliaire de Rac (cliché : J.‑Cl. Béal ; coll. Vallentin du Cheylard).

Fig. 7 – La borne milliaire de Rac (cliché : J.‑Cl. Béal ; coll. Vallentin du Cheylard).

34Ce milliaire « tabulaire » doit être rapproché de ceux qu’on connaît plus au sud (Gascou, Terrer 1996), dans les cités de Nîmes ou de Fréjus par exemple, avec le même formulaire épigraphique ; on doit le considérer comme une célébration de la continuité augustéenne, après la chute de Séjan en octobre 31 (Arnaud 2011 : 49‑50).

Le tracé de la voie : les hypothèses anciennes

35Pour Espanet (1859) dont on ne sait sur quoi il se fondait, la voie de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Montélimar « traversait les collines à l’est de Montchamp, descendait par Goudouli [Les Coudoulis, commune d’Allan], passait au Roure et venait, par le quartier de Dromette, à Montélimar ». J. Sautel (1957 : 112) envisageait un tracé « soit par la bordure des collines qui surplombent la plaine par Bondonneau (commune d’Allan, canton de Montélimar), soit directement par la Route Nationale n° 7 vers le col de Malataverne et Rac », hypothèses qui visaient à relier des points de découvertes archéologiques, tout particulièrement à Bondonneau, à l’est de la plaine de Montélimar, où des « thermes » avaient été découverts au XIXe siècle (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 149) et à Rac, commune d’où provenait la borne de Tibère. La carte jointe à l’ouvrage de Sautel proposait un autre tracé, suivant la RD 73 de Montélimar à Châteauneuf-du-Rhône, pour gagner ensuite Donzère.

36Cl. Boisse (1968 : 107) adoptait un tracé un peu plus oriental qui « correspond dans ses grandes lignes au tracé de la Route Départementale n° 206 » (avec une voie secondaire vers Allan) jusqu’à Malataverne où la voie franchissait la Riaille avant d’accéder au col de Malataverne, entre Roucoule et Montchamp.

37Pour l’essentiel de son tracé, C. Jung (2009 : 87‑88) retient le même itinéraire, qui peut s’appuyer, à la sortie de Montélimar, sur une découverte funéraire (« plusieurs tombeaux renfermant des ossements humains avec des vases et des coupes en terre brune et une petite fiole en verre » : C[oston ?] 1883 ; Coston 1891 : 511) faite au XIXe siècle sur la commune de Montélimar, « dans une terre appartenant au sieur Jossaud située à cent mètres environ au sud-est du point où l’ancien chemin de Saint-Paul [soit la RD 206] rejoint la route nationale [RN 7] ». Mais on peut signaler aussi une autre découverte funéraire, au Conquet, sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône (fig. 6) : « Peu avant 1964, la marquise de La Bruyère a donné à R. Vallentin du Cheylard 6 céramiques romaines pouvant former le mobilier d’une tombe à incinération […]. Au nord-est du croisement du chemin du Conquet et de la RD 206, la berge orientale du ruisseau du Conquet a entamé un niveau (prof. 1 m) contenant du mobilier romain. […] » signalé par P. Morand en 1993 (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 214). On ne sait rien de la villa qui aurait été repérée à proximité, en prospection aérienne, par Th. Odiot (Jung 1994 : fig. 1, n° 9), mais cette dernière découverte, qui invite à infléchir de quelques centaines de mètres vers l’ouest le tracé proposé par C. Jung, invite aussi à revenir sur le fragment n° 404 du cadastre B d’Orange.

Le fragment n° 404 du cadastre B d’Orange et les hypothèses récentes

38Parmi les fragments de plaques inscrites qui constituent les documents cadastraux d’Orange, Fr. Salviat (1985) a attiré l’attention sur le fragment n° 404 du cadastre B (Piganiol 1962 : 312, pl. XXVIII). Ce fragment, provenant du bord droit d’une des plaques qui le composent, porte la mention incomplète -]XXII CK I[- au-dessous de laquelle courent « deux lignes parallèles, écartées de 0.0075 » qui « traversent la centurie de gauche à droite » : elles représentent le tracé d’une route courant dans le sens nord-sud. Fr. Salviat a proposé d’y voir un segment de la « voie d’Agrippa » de Vienne vers Orange, seule représentée sur le cadastre B, sur des fragments de plaques qui ne concernaient jusqu’ici que la plaine de Pierrelatte. Pour lui, la restitution de la centurie concernée est DD X]XXII CK I : on serait ici immédiatement au nord de Malataverne et à l’est de la source de Pagnères dont cette centurie est séparée par le passage du cardo maximus (fig. 6).

39Cette interprétation a été remise en cause par C. Jung (2009 : 89‑90) qui considère que « si la localisation au sein des marbres en DD XXXII CK I peut paraître satisfaisante, son report sur un fond de carte et sur le terrain l’est beaucoup moins. En effet, le tracé de la voie se retrouve à l’à-pic d’une des terrasses du Rhône, à proximité du lieu-dit Pozier ». Mais plus de la moitié orientale de cette centurie est sur un plateau qui, à 108 m d’altitude, supporte la RD 206 reliant Montélimar à Malataverne : ce serait le « chemin ferré » du Moyen Âge (Boisse 1968 : 107) qui se prolonge vers le sud, selon un tracé qui figure sur la carte de Cassini.

40À dire vrai, C. Jung (2009 : 87‑88 ; Favory 2013 : 59), restituant l’inscription sous la forme DD XXXII CK III (fig. 6), cherche à proposer un tracé qui, partant au nord de la RD 206, tienne compte de la présence d’une « voie », a priori « d’Agrippa », contre le bâtiment fouillé dans les années 1968‑1970 par Cl. Latarche (1969 : 296 ; voir 1.2.4.1, « La villa de la Riaille ») ; mais nul n’a songé à vérifier par un sondage que cette « voie » en était bien une et l’on ne connaît ni la largeur ni la structure de cet épandage de gravier qui peut être aussi bien celui d’une cour. D’autre part, l’attention du chercheur a été attirée par le toponyme « La Borne » qui figure sur la carte de Cassini et qui paraît en fait avoir désigné une borne communale, positionnée sur le cadastre napoléonien (1811) à 750 m à l’ouest du site fouillé par Cl. Latarche, à la limite de Châteauneuf-du-Rhône et Malataverne ; elle est au début d’une série de bornes qui ponctuent les limites de Châteauneuf-du-Rhône avec Allan et Montélimar.

41Ainsi donc on peut considérer que la voie suit à peu près, comme C. Jung l’avait proposé pour sa seule partie septentrionale, le tracé de l’ancien « chemin de Saint-Paul », actuelle RD 206, jusqu’à Malataverne, et se poursuit ensuite contre le flanc oriental de la colline de Montchamp, où sont depuis passées la RN 7 et l’autoroute A7, pour aboutir plus au sud à l’étape routière de Novem Craris. Le tracé que nous retenons la rapprocherait du cardo maximus à la hauteur de Pagnères.

1.2.2.2. Un itinéraire secondaire

42Reprenant une hypothèse de Sautel, C. Jung (2009 : 99) a proposé d’identifier un itinéraire secondaire (n° 3) quittant Montélimar à La Fourche, atteignant Châteauneuf-du-Rhône par le tracé de l’actuelle RD 73 (fig. 8) en passant au Palais, pour franchir ensuite les collines qui surplombent le défilé de Donzère en desservant les sites de Château-Porcher et de Saint-Saturnin, et descendre vers Donzère et Le Logis-de-Berre. Ce tracé était cohérent avec l’idée qu’au Palais et à Donzère se soient trouvées des agglomérations antiques. Mais on ne peut envisager qu’une voie publique passe dans l’espace resserré compris entre la façade orientale de la pars urbana et la clôture de la pars rustica de la villa du Palais.

Fig. 8 – La route médiévale entre Châteauneuf-du-Rhône et Donzère ; au second plan, le site du Palais et le canal de dérivation du Rhône (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 8 – La route médiévale entre Châteauneuf-du-Rhône et Donzère ; au second plan, le site du Palais et le canal de dérivation du Rhône (cliché : J.‑Cl. Béal).

43En fait, c’est peut-être à partir du haut Moyen Âge que ce tracé fut employé pour gagner directement Donzère, où un bourg s’était développé, et desservir au passage les communautés de Château-Porcher et de Saint-Saturnin. Son ouverture témoigne du fait que, vers la fin de l’Antiquité, les deux parties de la villa du Palais avaient cessé d’être perçues comme un même ensemble architectural.

44Il devint ensuite le premier tracé de la route royale, marquée par l’implantation de la forteresse de Montpensier, au XIIIe siècle ; ainsi, en 1480, les voyageurs revenant de Jérusalem passaient par Mornas, Pierrelatte, Donzère, Châteauneuf et Montélimar (Schefer 1882 : 123).

1.2.2.3. La route de la rive droite du Teil à Bourg-Saint-Andéol

45Dans le réseau en étoile des voies partant d’Alba Helviorum (Alba-la-Romaine, capitale des Helviens), deux se dirigeaient vers l’est. Une première « voie d’Antonin » descendait par le ravin du Frayol en direction de Valence et Vienne par la rive droite du fleuve, Rochemaure, Meysse et Cruas. La seconde rejoignait Viviers par la vallée de l’Escoutay et se poursuivait en direction du sud. Immédiatement au nord de Viviers, la voie franchissait l’Escoutay sur un pont encore en élévation que M. Guyon (2011) propose de dater du IIe siècle, voire d’Antonin le Pieux s’il faut relier son édification aux travaux de bornage du règne de cet empereur. Une série de sept bornes au nom d’Antonin le Pieux ponctue en effet le trajet entre Alba et la limite septentrionale de la cité des Helviens, auxquelles s’ajoutent onze bornes entre Alba et la limite méridionale (Napoli, Rebuffat 1992 ; ILN Helviens 2011 : 169‑192).

46Entre Le Teil, Viviers et St-Just-Ardèche, une voie « de Valérien » reliait ces deux axes (Arnaud 1966 : 132‑149). En effet, une troisième série de bornes plus récentes que les précédentes constitue des hommages à Valérien (ILN Helviens 2011, n° 109 à Rochemaure, n° 110 à Viviers, n° 111 à Cruas), à Maximien (ILN Helviens 2011, n° 112 [?] à Cruas, n° 113 à Bourg-Saint-Andéol, n° 114 [?] à Gras), à Constant I César (ILN Helviens 2011, n° 115 à Cruas, n° 116 au Pont de Labaume), à Constantin César (ILN Helviens 2011, n° 117 à Bourg-Saint-Andéol), à Constance Chlore divus, Licinius junior et un empereur indéterminé au Teil (ILN Helviens 2011, n° 118). On a vu dans la concentration de ces bornes tardives sur la rive du Rhône la preuve d’une vitalité de cet axe du bord du fleuve.

47Parmi les bornes de Valérien qui donnent leur nom à ce tronçon de voie, il faut retenir particulièrement celle qui a été trouvée à Viviers (CIL, XII, 5571, CIL, XVII2, n° 184, ILN Helviens 2011, n° 110) dans les fondations de l’église Notre-Dame-du-Rhône. Datée de 255 et aujourd’hui perdue, elle indiquait la distance de XIV milles (18 km) sans préciser l’origine de cette distance. Alba étant à une douzaine de kilomètres de Viviers par la vallée de l’Escoutay, O. Darnaud et ses collègues (2008 : 55) en ont conclu que l’origine des distances n’était pas Alba mais Saint-Paul-Trois-Châteaux, à 18 kilomètres de Viviers mais sur la rive gauche du fleuve, et qu’il fallait y voir la preuve que la cité des Tricastins s’étendait jusque sur la rive droite du Rhône, comme peuvent le suggérer aussi les empiétements du cadastre B d’Orange sur cette même rive (fig. 4). B. Rémy (ILN Helviens 2011 : 194) n’a pas retenu cette hypothèse osée et a pensé que le bornage de la « voie de Valérien » prolongeait vers le sud celui de la « voie d’Antonin », depuis le Ve mille situé au Teil.

1.2.2.4. Le fleuve

Le cours et les rives

48Dans la partie méridionale de la plaine de Montélimar, les cartes récentes font apparaître à l’est du Rhône une bande large d’un kilomètre où les terres agricoles sont perforées de gravières ouvertes sans qu’il y ait jamais eu de contrôle archéologique. Cette bande de terre était encore au XIXe siècle une juxtaposition d’îles aux contours mouvants parmi lesquelles, du nord au sud, le Roubion et la Riaille sur la rive gauche et l’Escoutay sur la rive droite, viennent confluer avec le Rhône. De ce fleuve au cours en tresse témoignent, pour la période antique, quelques fragments du cadastre B. Sur la plaque III M (fragment n° 201 : Piganiol 1962 : 241) apparaît un méandre du Roubion, sur la plaque IV F (fragment n° 217 : Piganiol 1962 : 253, fig. 28), sans doute un méandre du Rhône ; ni l’un ni l’autre ne concordent avec des méandres modernes ce qui montre à la fois la permanence du style en tresse de ce secteur du fleuve et la variation de son tracé au fil du temps.

49En revanche, dans le défilé de Donzère, sur 3,2 km entre les ponts de Viviers et de Donzère, le cours du fleuve est rectiligne. Sur la rive droite, le bras secondaire visible au sud de la colline Saint-Michel sur la carte de Cassini a aujourd’hui disparu. Le cours du fleuve apparaît là également rectiligne sur la plaque IV F du cadastre B d’Orange (fragment n° 2213‑214 : Piganiol 1962 : 251 et 255, fig. 28). On sait que, dans un fleuve réputé rapide depuis l’Antiquité (Allix 1930 : 85 ; Decourt, Lucas 2000 ; Rossiaud 2007 : 126‑127), la pente et la vitesse s’accroissaient encore dans le défilé. Vers la limite entre Donzère et Châteauneuf-du-Rhône, le « Bec de Malmouche » (la « mauvaise bosse ») constitue une difficulté supplémentaire, « un étranglement formé par des rochers dont l’un connu sous le nom de Malmouche, se dérobe sous les eaux et détermine, en les relevant, un rapide très dangereux pour la navigation » (Ferrand 1887 : 241).

50Il est possible que les îles du fleuve aient été occupées ou utilisées dans l’Antiquité pour l’embarquement ou la pêche. En tout cas, au cours de l’exploitation des gravières de Sainte-Agnès (fig. 6, n° 3), du mobilier archéologique (céramique, vaisselle métallique non datées) aurait été découvert (rens. de M. Mandrin et de Th. Odiot), ainsi qu’un pilier de maçonnerie. Mais cette donnée, peu précise, ne peut être confirmée.

51En revanche, à l’extrémité méridionale de la plaine de Montélimar, un site antique moins mal documenté a été signalé en 1956 par M. Brustel « au lieu dit Combeaumont, sur les chantiers de la Compagnie nationale du Rhône, au sud de l’usine Henri Poincaré » (Veyrier 1958). La localisation de cette découverte a fait l’objet d’approximations. On l’a située au nord du château de Combeaumont (Vaireaux 1993 : n° 13, 14, 15, 16) ou « dans le parc du château de Combomont » (Jung 1994 : 38), mais l’examen de l’emprise des travaux de la CNR, telle qu’elle apparaît sur les photographies de l’IGN de 1959, permet de la localiser « au sud de l’usine Henri-Poincaré », entre la pointe méridionale du parc du château de Combeaumont et le pont sur la Riaille canalisée (fig. 6, n° 4), soit à 800 m environ de la villa du Palais.

52M. Brustel a noté la présence de tuiles et de murs liés au mortier, dont on n’a pas le plan. Contrairement à ce qu’affirme H. Lavagne (1979 : 124, n° 166), aucune mosaïque n’a été alors découverte. Le mobilier comporte des céramiques communes dont une oenochoe à bec tréflé et des vases miniatures, des fragments de sigillées rouges, des lampes, treize monnaies du Ier siècle et des anneaux métalliques. Sans doute à cause de l’abondance du mobilier céramique, M. Brustel a proposé d’y voir un atelier de potier et de tuilier mettant en œuvre l’argile locale, hypothèse retenue par S. Gagnière (1956 : 259‑260, fig. 17) et Cl. Boisse (1968 : 56 et 201) et envisagée par J.‑Cl. Alcamo (1986 : 92). Mais M. Brustel ne signale ni four ni ratés de cuisson. G. Barruol a considéré que le mobilier pouvait avoir appartenu à des dépôts votifs et il a identifié le site comme un lieu de culte (Barruol 1992 : 64‑65, n° 8 et fig. de la p. 72). Selon le découvreur, l’épandage de mobilier se prolongeait sur plusieurs centaines de mètres (Boisse 1968 : 201).

53Dans le même quartier, M. Mandrin nous a affirmé qu’au moment des travaux de la CNR, des blocs ornés avaient été jetés en remblai à la hauteur du pont sur la Riaille canalisée. Mais nous n’avons rien retrouvé dans ces terrains bouleversés et complètement réaménagés aujourd’hui. On soulignera cependant que ce lieu était, aux XVIIIe et XIXe siècles au moins, à proximité immédiate d’un bras du Rhône et que le site antique pourrait avoir constitué un accès commode au fleuve.

La traversée du fleuve

54Plusieurs chercheurs ont tenté de trouver un point antique de franchissement du Rhône dans le secteur qui nous intéresse. Au Teil, selon H. Cogoluehne (Thèse Cogoluehne 1980 : 52) rejoint par R. Rebuffat (2002), une traversée existe peut-être à l’époque romaine ; cette opinion ne repose que sur la vraisemblance. De même, pour C. Jung (2009 : 111), « il faut probablement imaginer une traversée du Rhône au niveau de Montélimar et du Teil », la voie antonine permettant ensuite de rejoindre Alba.

55J. Dupraz (2012 : 44) a avancé l’hypothèse que Viviers ait abrité un « port traversier (bac ou pont) » et signalé que des relevés bathymétriques réalisés par la CNR avaient montré une série d’anomalies linéaires dans le fleuve, entre ce point et la pointe du quartier de l’Île à Châteauneuf-du-Rhône. Il pourrait bien s’agir en fait de la « barre de Viviers » qui, avec la « barre de Donzère » sont deux affleurements rocheux dans le fleuve, à l’entrée et à la sortie du défilé de Donzère, où ils constituent des obstacles dangereux dans ce secteur d’écoulement rapide (Béthemont 1972 : 90). De toute façon, il resterait encore un kilomètre à franchir en zone inondable et l’hypothèse que ces traces soient celles des fondations d’un pont est peu vraisemblable.

56Du reste, les données historiques ne permettent pas de remonter avant le XVIe siècle. En effet, le pont suspendu qui relie actuellement Viviers (Ardèche) à Châteauneuf-du-Rhône est une construction des années 1950, remplaçant le premier pont connu sur ce site, qui datait de 1845. Auparavant le franchissement du Rhône était assuré par un bac à traille établi en amont du pont actuel, en s’appuyant sur une île qui divisait le fleuve en deux branches. Plus au nord, un second bac est établi vers 1800, en lien avec le développement des carrières et de la cimenterie Pavin de Lafarge. Enfin, un bac à traille est connu au XVIe siècle à l’aval du pont suspendu du Teil, à la hauteur du confluent du Frayol et un autre en amont du pont (Decrock, Havard 2010).

1.2.3. La question des habitats agglomérés (J.‑Cl. Béal)

57La villa du Palais se trouve, nous l’avons dit, à 17 kilomètres à vol d’oiseau de la capitale de cité Augusta Tricastinorum, et à 12 kilomètres d’Alba Helviorum, deux petites villes qui disposaient d’un bassin vivrier dans leur proche banlieue (Odiot, Raynaud 1992 : 132‑139 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 87‑93, fig. 40). La villa serait également proche, si l’on en croit la tradition, de plusieurs agglomérations secondaires antiques (fig. 9), à Montélimar (7 kilomètres à vol d’oiseau), à Viviers (3,5 kilomètres) et à Donzère (6 kilomètres au plus court), mais aussi à Rochemaure (9 kilomètres), Ancône (8 kilomètres) et Allan (5 kilomètres), sites sur la nature et l’importance desquels il faut s’interroger si l’on veut saisir leurs éventuelles relations avec la villa. On ne prendra pas en compte les habitats groupés un peu plus éloignés sur la rive ardéchoise ou dans la plaine du Tricastin, comme l’agglomération de Bourg-Saint-Andéol (Dupraz, Fraisse 2001 : 218‑226) ou la mutatio mal connue de Novem Craris (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 374‑377).

Fig. 9 – Habitats groupés éventuels (Rochemaure, Acunum et Viviers), villae et habitats de hauteur de la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

Fig. 9 – Habitats groupés éventuels (Rochemaure, Acunum et Viviers), villae et habitats de hauteur de la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

1.2.3.1. Montélimar

La question d’Acunum

  • 4 On n’abordera pas ici la question de l’hypothétique oppidum de « Dourion » (Barruol 1969 : 243 ; O (...)

58C’est d’abord sur la base de deux toponymes, Acunum et Acusio, que l’existence d’une ville antique à Montélimar a été envisagée4.

59Acunum est mentionné comme étape routière dans la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne (IV, 26 ; Schnetz 1940 : 63) et dans la Table de Peutinger, entre Batiana (lieu-dit Bance à Saulce-sur-Rhône, Drôme) au nord, à XII MP (millia passuum), et Senomagos (lieu-dit Saint-Pierre-de-Sénos, à Bollène, Vaucluse) au sud, à XVIII MP (Weber 1976 : pl. III). Sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (Parthey, Pinder 1848 : 263, paragr. 553), la mansio « Acuno » apparaît à XII MP de « Bantianis » et à X MP de « Novem Craris ».

60Suivant Walckenaer (1839 : 209‑211) et Desjardins (1878 : 226), contre d’Anville (1760 : 31‑33) qui propose de l’identifier à Ancône, au bord du Rhône et à 3,5 km au nord-ouest de Montélimar (voir encore Favory 2013 : fig. 2), G. Barruol retient l’identification d’Acunum à Montélimar, tant parce que les indications de distance lui paraissent y porter, que parce que la filiation toponymique d’Acunum à Ayguno, lieu-dit de Montélimar attesté en 1183, à Aygun connu en 1540, puis Aygu (Brun-Durand 1891 : 16) ne pose pas de problème. L’étape d’Acunum serait donc établie « immédiatement au sud du confluent du Roubion et du Jabron » (Barruol 1969 : 243) au quartier d’Aygu, avant d’être « abandonnée au cours du Haut Moyen Âge au profit de Montilium/Montélimar », le Mont d’Adhémar (Dauzat 1963 : 475), à un kilomètre de là.

61De son côté, Ptolémée (Géographie, II, X, 14) mentionne Acusio, toponyme dont on a fait un synonyme de l’Acunum des Tricastins ; mais il compte « Acusio, colonia », parmi les villes des Cavares, ce qui, d’un point de vue topographique, a un sens à condition qu’on se reporte à l’époque préromaine de la confédération des Cavares (Barruol 1969 : 236‑237 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 89) qui s’étirait vers le nord au-delà de Montélimar.

62Enfin, suspectant une erreur dans le texte de Ptolémée, G. Barruol (1969 : 26) suggère, de manière assez confuse, de « donner à Arausio [i.e. Orange] le titre de colonia et peut-être le supprimer en face d’Acusio (près Montélimar) qui a pu néanmoins être colonie latine » : le détail a son importance, et ce qu’on entrevoit aujourd’hui des vestiges antiques ne plaide pas en faveur d’une urbs, ayant ou non rang de colonie, si tant est que, dans ce texte discuté, on puisse même retenir l’assimilation d’Acusio à Acunum.

Les vestiges au quartier d’Aygu

63Du fait de la filiation toponymique incontestable d’Acunum à Aygu, les érudits se sont particulièrement intéressés à ce quartier (fig. 10). Quelques points précis de découvertes peuvent être signalés. Les premières se concentrent autour du prieuré et de l’église Notre-Dame d’Aygu.

Fig. 10 – Localisation des sites de Montélimar-ville et d’Acunum (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

Fig. 10 – Localisation des sites de Montélimar-ville et d’Acunum (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).

64Au XVIIIe siècle, la stèle funéraire dressée par [-]IMELIVS pour son épouse (fig. 11) fut découverte « dans une fouille faite sous la masure dite Notre Dame de l’Aigu » (Veyne, Rolland 1956 : 40 ; Blanc 1982 : 126‑127, n° 103 ; AE 2010 : 355, n° 902). Cités par A. de Coston (1872 : 17), Candy père et fils évoquent les nombreuses découvertes de mobilier antique faites au quartier du prieuré d’Aygu (des « vases en terre et en verre, des briques à rebords, des morceaux d’amphores, des tourteaux en terre cuite épais dans leur circonférence et ouverts dans le milieu en forme de bague », des monnaies), d’inscriptions funéraires antiques, de tombeaux pour partie au moins mérovingiens (les sarcophages « étaient plus larges à la tête qu’aux pieds, dépourvu[e]s d’inscriptions »).

Fig. 11 – Autel funéraire inscrit d’Acunum (d’après Veyne, Rolland 1956).

Fig. 11 – Autel funéraire inscrit d’Acunum (d’après Veyne, Rolland 1956).

65En août 1810, deux lettres de Faujas de Saint-Fond à Walckenaer signalent la découverte « d’une seule fois » mais à une date alors non précisée, dans les ruines du prieuré d’Aygu, d’un trésor, semble-t-il, composé d’« un très-grand nombre de médailles impériales en moyen et petit bronze depuis Gallien jusqu’aux enfants de Constantin, des tombeaux romains, des fragments d’inscriptions et des urnes sépulcrales » (texte cité dans Rémy 1988 : 23‑24, n° 24). Ce document s’appuie sans doute en partie sur une note de Candy (AD Drôme, 13 T 1478), préparée pour répondre à l’enquête lancée en 1810 par l’État et le préfet Descorches : selon lui une tradition locale évoquerait la présence d’« un ancien temple du paganisme […] consacré à Jupiter » ; plus précisément :

  • 5 Des précisions sont apportées sur l’identification des monnaies dans la suite du texte et dans Lac (...)

Il y a environ quarante ans qu’au moyen de quelques fouilles faites sur cet emplacement, on découvrit différents débris de pieds de stat[ues ? ---], quelques restes d’inscriptions latines qu’on ne connaît plus et qui se sont égarées maintenant. Il ne reste de ce bâtiment qu’une petite partie de muraille épaisse, massive, construite avec des pierres [---] taillées en carré et parfaitement mises, mais noircies par le temps. Ces conjectures sont encore fortifiées par les découvertes faites depuis peu de temps aux abords du pont sur le Roubion lors du creusement du terrain où l’on a établi la nouvelle grande route. On y a trouvé plusieurs médailles en cuivre de différentes grandeurs et frappées sous le règne des empereurs Auguste, Néron, Antonin, Gordien, Philippe et autres. Quelques bagues du même métal, des [cercueils ?] en pierre et beaucoup d’autres en tuiles sarrasines remplies d’ossements. Ces fouilles [ont] été faites à environ cent mètres de l’ancien temple dont on a parlé ci-dessus5.

66D’après l’étude minutieuse de R. Avril (1947), le prieuré et l’église Notre-Dame d’Aygu (fig. 10, n° 6) se situaient entre la route d’Espeluche (avenue de Saint-Didier) et le rebord de la terrasse qui domine le Roubion, à l’est de l’ancien tracé de la route royale encore visible sur le cadastre napoléonien.

67Devenu propriétaire dans ce secteur en 1873, F. Durand y fit des découvertes :

En creusant les fondations d’un pavillon et en faisant une tranchée pour enlever du gravier, on a trouvé beaucoup d’ossements, des morceaux d’amphores romaines, facilement reconnaissables à leur extrémité en argile massive et terminée en pointe […] ainsi qu’un glacis (pavimentum) qui paraît remonter à l’époque romaine ; Il est formé, comme ceux qu’on rencontre en si grand nombre à Aps [i.e. Alba Helviorum] de petits morceaux de briques, de tuiles et de pierre mêlés à du ciment. Il repose sur un lit de cailloux posés de champ un peu en biais, à plus d’un mètre de profondeur ; ce qui prouve son ancienneté, c’est qu’il a été percé, probablement après la destruction d’Acunum, pour y faire, avec des pierres plates, un tombeau dans lequel on a trouvé un squelette. (Coston 1872)

68Ce « glacis » est signalé par H. Lavagne (1979 : 137, n° 183) qui précise que c’est « probablement un terrazzo-signinum, mais il n’est pas exclu que les éléments mêlés au ciment aient formé un décor rustique ». On apprend aussi que « M. Durand, géomètre, a fait extraire des fondations d’une muraille ayant fait partie du prieuré d’Aygu la partie inférieure d’un tombeau romain en pierre de Chamaret : il ne reste plus que quelques lettres suivies du mot DEDICAVIT et d’une ascia très nettement gravée » (C[oston ?] 1883).

69Un peu plus à l’est, et en 1876, on a découvert « au quartier de Notre-Dame d’Aygu, sur le site de l’ancien Acunum, en creusant les fondations d’une villa par le capitaine Genevey-Montaz […], dans une ancienne salle de bains romaine […] une mosaïque de soubassement à cubes taillés à facettes », trouvée avec de « nombreuses tuiles sarrazines, poteries » (Lavagne 1979 : 137, n° 182). Selon H. Lavagne, il peut s’agir d’une mosaïque pour salle d’eau, permettant l’évacuation de l’eau entre les pointes des cubes, ou d’une mosaïque de bassin de décantation, pour la même raison. A. de Coston (1891 : 512) signale :

En 1884, en enlevant du gravier au quartier d’Acunum ou d’Aygu, vis-à-vis la maison du capitaine Genevey-Montaz, on a trouvé les traces d’un grand nombre de trous fort rapprochés les uns des autres, creusés dans le gravier apporté par le Jabron. Ils avaient de 2 mètres à 2 m 50 de profondeur, étaient remplis d’une terre plus noire que la couche végétale et contenaient des morceaux de briques à rebords, d’amphores de petite et de grande dimension, de poterie brune, quelques ossements d’animaux et des défenses de sangliers. Le haut et le bas de ces trous, de forme ronde, étaient plus petits que la partie centrale, ce qui leur donnait la forme de meules de paille ou de foin. 

70L’auteur émet, parmi d’autres, l’hypothèse qu’il s’agisse de silos, ce qui paraît vraisemblable.

71Ce terrain, ancienne parcelle 936 du cadastre napoléonien, ainsi que la « villa Genevey-Montaz », dont la grille d’entrée en fer forgé s’orne du monogramme GM, sont parfaitement localisables au n° 9 de l’avenue de Saint-Didier (parcelle BO, n° 11).

72Quoi qu’il en soit, on doit considérer que le prieuré et l’église d’Aygu étaient installés dans les ruines d’un site antique important, villa, mansio, l’un n’excluant pas l’autre. Les sondages faits en 2006 sur la place Saint-James, à une centaine de mètres au sud du site d’Aygu (Rapport Bocquet, Couteau, Sarrazin 2006) sont parfaitement négatifs et suggèrent que le site ne s’étende pas de ce côté, si du moins il n’y a pas eu ici, avant l’aménagement de la place, les très forts décapages de terre végétale et de graviers pratiqués à certains endroits dans ce quartier.

73Beaucoup plus confuses sont les découvertes funéraires faites plus à l’est. Selon A. de Coston (1878 : 17), « en ouvrant une tranchée pour ouvrir la route d’Espeluche [qui prolonge l’avenue de Saint-Didier], vers 1845, on a trouvé soit des tombeaux, soit des fragments d’inscriptions qui ont été employés à la construction des maisons du faubourg Saint-James. De nos jours encore, on rencontre dans tous les terrains compris entre ce faubourg et la croix de Saint-Didier, sur la route d’Espeluche, beaucoup d’ossements et de débris de petits pots en terre brune, qu’on plaçait autrefois dans les tombeaux [antiques et médiévaux]. […] Au mois de janvier 1875, en abaissant le sol sur lequel repose cette croix, pour en extraire du gravier, on a trouvé un assez grand nombre de squelettes recouverts par des briques à rebords ou des pierres plates ». D’autres sépultures, qui restent à localiser, ont également été signalées par M. Veyrier.

Les vestiges antiques sous Montélimar-ville

74L’importance du bourg gallo-romain a été largement surestimée par l’érudition locale. Pour l’époque impériale, en effet, Cl. Boisse (1968 : 22 ; 1992 : 59) estimait qu’il s’étendait sur 2,5 km du nord au sud, hors nécropoles, des Catalins au quartier Saint-James, et sur 500 m de largeur moyenne ; il proposait la localisation d’un forum, d’un temple, de plusieurs aqueducs, d’une trame urbaine, en se fondant sur ses analyses de photo-interprétation (Boisse 1982 ; 1992), selon une méthode d’approche des villes mise alors en œuvre au Centre de recherches d’urbanisme auquel il était professionnellement rattaché. Il ajoutait, sur la colline de Narbonne qu’occupa plus tard le château des Adhémar, un temple dédié sans doute à Mercure. L’hypothèse d’un « village-rue s’étendant sur près de 3 km » était encore envisagée récemment par Th. Odiot (2010 : 125).

75Mais dans l’emprise du noyau urbain de Montélimar (fig. 10, n° 1 à 4), trois sites seulement ont livré du mobilier antique, en quantité variable. En 1977, la démolition des Vieilles Halles, voisines de l’église Sainte-Croix, et le creusement d’un emplacement de 1 100 m2 sur 2,50 m de profondeur en moyenne, ont permis de mettre au jour et de détruire, sous un cimetière médiéval, « les restes d’un comptoir antique […] partie sous l’abside de Sainte-Croix, partie sous la rue Pierre-Julien » (Boisse 1992 : 63). Il semble qu’il y ait eu là des « substructions ». Parmi le mobilier antique, M. Lambert (1977) a signalé des fragments de céramique campanienne A, de céramique peinte, de sigillée rouge ou claire, de céramique métallescente, des fragments d’amphores, du verre, des tuiles. Deux monnaies ont été trouvées, l’une d’Auguste, l’autre de Constance II, ainsi qu’une intaille. À une centaine de mètres à l’est, la fouille de l’îlot des Pénitents a mis au jour une fosse contenant deux fragments de sigillée rouge, un fragment de sigillée claire et un fragment d’enduit peint (Delomier, Poirot 2009) : les auteurs en ont conclu avec raison qu’ils étaient à la périphérie d’un site antique. Enfin, à une centaine de mètres au nord, la place du Marché a fait l’objet d’un diagnostic en 2006. Un sondage profond a pu atteindre, sur une emprise limitée, des niveaux contenant un peu de mobilier de La Tène finale et de l’époque romaine (Bocquet 2008).

76Les autres informations sont plus vagues. La collection Vallentin du Cheylard comporte du mobilier antique provenant de travaux « dans la Grande Rue [i.e. la rue Pierre-Julien], les rues de la Juiverie, Saint-Pierre, Saint-Martin » (Sautel 1957 : 36‑37 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 446). Peut-être peut-on imaginer un groupe de découvertes dans les parties hautes, voisines, de ces trois dernières rues. Mais, quoi qu’on ait dit (Lavagne 1979 : 137, n° 185), aucune mosaïque n’a été trouvée sous la « Grande Rue » de Montélimar : M. Gilles (1930 : 314), racontant sa visite de la maison Vallentin, dit seulement qu’« au ras du sol [de la pièce qu’il visite] aussi, c’est la multitude d’autres menus débris anciens : restes de mosaïques, larges pavés exhumés depuis peu du sol de la Grand Rue où ils rentraient dans la formation des assises de la voie d’Agrippa ».

77On ne peut rien conclure de la présence de blocs et de fragments de mortier de tuileau en réemploi dans les murs de la chapelle Saint-Pierre au château des Adhémar, sur la colline de Narbonne (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 446) : ils proviennent de l’exploitation d’un site plus ou moins lointain et non identifiable. Rien non plus ne peut être conclu de la présence de tombes à inhumation signalées au nord, à la porte Saint-Martin, même si on y a vu une marge urbaine et la preuve que la voie antique venant de Valence passait à proximité : ces « cercueils en pierre » (Coston 1878 : 20) ne sont pas datés (voir ci-dessus). Au sud du Roubion, les six sarcophages découverts en 1820, de forme trapézoïdale, ne sont pas antiques, pas plus, comme le note A. de Coston (1878 : 19), que les « tombeaux » découverts en 1845 sur la route d’Espeluche. Plus à l’est, aux abords de la croix de Saint-Didier, « un assez grand nombre de squelettes recouverts par des briques à rebords ou des pierres plates » (Coston 1878 : 19) fut découvert en 1875 : il n’est pas possible d’y distinguer d’éventuelles tombes antiques – voire de l’Antiquité tardive –, des tombes médiévales qui ont dû être aménagées à proximité de l’église Saint-Didier dont la croix garde le souvenir.

Le corpus épigraphique de Montélimar-ville

78Outre la borne milliaire que nous avons évoquée ci-dessus (voir 1.2.2.1), le corpus épigraphique de la commune de Montélimar comporte trois épitaphes trouvées au quartier d’Aygu, une épitaphe trouvée dans le quartier de Montmartel à l’est de la ville (CIL, XII, 1743) et une autre, sans doute encore une épitaphe, découverte en 1990 par M. Bois en réemploi dans l’église Saint-Pierre au château des Adhémar (Bois et al. 2009 : 403‑404). S’y ajoutent deux autres inscriptions trouvées en réemploi dans le centre-ville de Montélimar et sur lesquelles nous voulons revenir.

  • 6 D(is) [M(anibus)] / M(arci) JUL(ii) THEODORI IIIIIIVIRI A[U]G(ustalis) [DEAE] / AUG(ustae) VOCONTI (...)
  • 7 C’est à ce titre que l’inscription figure dans les ILN, VII, 1, Die ; mais la provenance montilien (...)

79La première inscription (CIL, XII, 1581 ; ILN, VII, 1, Die, n° 29 ; Rossignol 2021 : 46‑48) est un bandeau inscrit presque complet : manquent principalement le bord supérieur de la pierre, large de quelques centimètres, et la queue-d’aronde de droite, aujourd’hui perdue, qui contenait la lettre M. Haut de 0,25 m pour une longueur conservée de 1,36 m, ce bloc, découvert avant 1877 entre le Roubion et le Jabron, paraît petit pour avoir servi de linteau à un mausolée ; le bandeau couronnait sans doute plutôt un enclos funéraire comme on en connaît beaucoup dans la Drôme, par exemple chez les Voconces (Desaye, Rémy 2012 : 61). Le texte6, une épitaphe datable de la seconde moitié du IIe siècle ou du IIIe siècle, fait connaître deux personnages : l’un, M. Julius Theodorus, a été sévir augustal à Die7, où il est sans doute connu par une autre inscription (ILN, VII, 1, Die, n° 4), l’autre, M. Julius Regulus, est son affranchi et veille à la sépulture de son patron, qui avait des attaches dans les deux cités des Voconces et des Tricastins où se trouve sa sépulture.

80M. Julius Theodorus et son affranchi n’avaient certainement pas de résidence dans l’hypothétique bourg d’Acunum. On serait en peine, en effet, de trouver des demeures qui correspondissent à leur rang social dans ces bourgs où les plans de domus sont rares tout comme les décors mosaïqués (pour le Languedoc voisin par exemple, voir Matthieu 2002). Sans doute B. Rémy a-t-il tenté de montrer que, dans la cité de Vienne « une bonne partie des notables des couches supérieures de la cité avaient choisi d’établir leur résidence principale dans les agglomérations urbaines secondaires et non dans la capitale » (Rémy 1998 : 86‑87) ; mais ces résultats sont biaisés par le fait que les villes et bourgs modernes concentrent les réemplois de blocs qui peuvent provenir des sites ruraux voisins. Il est ainsi vraisemblable que M. Julius Theodorus était propriétaire de l’une ou l’autre des villae signalées à la périphérie de l’actuelle Montélimar (voir 1.2.4.2, « Les grandes villae entre Montélimar et le défilé de Donzère »).

81De la deuxième inscription (CIL, XII, 1742 ; Rossignol 2021 : 49‑51), qui pourrait provenir d’un groupe de blocs tirés du lit du Roubion en 1614 (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 445), n’est conservée que l’extrémité droite inscrite dans un cadre mouluré à queues-d’aronde latérales, dont subsistait une partie de la queue-d’aronde droite (Sautel 1957 : 133 ; Veyne, Rolland 1956 : 46), qui n’est aujourd’hui plus visible. La partie subsistante est disposée sur quatre lignes, le texte initial pouvait en comporter sept à huit si l’on considère que le fragment de queue-d’aronde conservé indiquait à peu près l’axe médian du bloc inscrit (L. cons. : 0,43 m ; H. cons. : 0,20 m).

  • 8 --- / [---ARE]LATE NU / [MERARIO PATR]ONO EIUS / [DEM CORP(oris) COLLEGI]UM UTRI / [CULARIORUM LU] (...)
  • 9 Sur les utriculaires, transporteurs par voies d’eau ou de terre, voir en dernier Verdin 2005 ; l’i (...)
  • 10 CIL, XIII, 1954, 1960, 1979, 1985, 1998, 2009, 2023, 2039. Les utriculaires sont également connus (...)
  • 11 --- / [---]LA[--]NU / [---patr]ONO EIUS / dem corp(oris) ? ---] UM UTRI / [clariorum --- Lu]GUDUNI (...)

82L’établissement difficile de ce texte a conduit à des lectures diverses dont nous ne rappellerons que les deux dernières. Pour H. Desaye et B. Rémy8, le collège des utriculaires9 ayant leur siège à Lyon, qu’on connaît également par d’autres inscriptions lyonnaises10, célébrerait un personnage qui aurait été trésorier et patron d’un collège d’Arles et qui devait bien avoir aussi des attaches dans la région de Montélimar pour que dédicace lui soit faite ici. Mais B. Rossignol (2021), soumettant cette restitution à une critique sévère, croit ne devoir garder qu’un texte réduit11 et conclut que le personnage honoré ici était « le patron d’un collège et avait des liens avec le collège des utriculaires de Lyon, sans doute aussi comme patron. Cela implique sans doute à la fois une aisance économique et une insertion dans les milieux commerçants, voire l’appartenance à l’ordo d’une cité ». Quoi qu’on en ait dit (Boisse 1968 : 119 ; Arces 2001 : 12) le texte ne prouve pas qu’il y ait eu une activité d’utriculaires à Acunum, ni, d’ailleurs, qu’il y ait eu un bourg d’Acunum.

83Ainsi, ni les vestiges archéologiques ni les documents épigraphiques ne fournissent d’arguments suffisants pour parler d’une agglomération, et moins encore d’une colonie, sous Montélimar-ville. Sauf découvertes à venir dans le centre de Montélimar, où les diagnostics les plus récents sont négatifs pour l’Antiquité, on doit donc admettre que le quartier d’Aygu a dû abriter un relais et un habitat isolé comportant au moins une pièce mosaïquée, mais que l’existence d’une agglomération à Montélimar reste à démontrer, tandis que, nous le verrons, plusieurs villae sont connues sur le territoire communal.

1.2.3.2. Viviers

84Le bourg de Viviers se trouve en territoire helvien, en face de Châteauneuf-du-Rhône, sur la rive droite du fleuve et adossé au promontoire de Châteauvieux sur lequel se dresse la cathédrale (fig. 12).

Fig. 12 – Vue aérienne de Viviers en direction de l’ouest : au centre, à côté de la cathédrale, Châteauvieux et le plateau de la Plaine (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 12 – Vue aérienne de Viviers en direction de l’ouest : au centre, à côté de la cathédrale, Châteauvieux et le plateau de la Plaine (cliché : J.‑Cl. Béal).

85On a considéré, avec vraisemblance mais sans preuves tangibles, que Viviers avait d’abord été un bourg fluvial (Rouchier 1861 : 321 ; Lauxerois 1983 : 97‑98) lié à Alba par une voie qui remontait la vallée de l’Escoutay (voir 1.2.2.3). Ce bourg aurait notamment été le lieu d’exercice des utriculaires connus par une inscription trouvée à Alba (AE 1965 : 144). Mais la caractérisation du site antique de Viviers est complexe. Les vestiges romains connus dans le bourg actuel se résument à peu près (Dupraz 2012) à une partie d’une aire à portique de grande taille mise au jour par Y. Esquieu à Châteauvieux. Construite à une époque indéterminée, elle est scellée par un apport de remblai vers la fin du IVe siècle. Y. Esquieu (1988 : 14‑15) avait proposé d’y voir une aire de temple, d’où on a extrapolé l’existence d’« un centre monumental, avec portique et édifice public » (Favory 2013 : 106), alors même qu’Y. Esquieu n’excluait pas l’hypothèse du « péristyle d’une riche maison privée », hypothèse qui nous paraît bien préférable (Béal 2002 : 287), au regard de ses caractéristiques architecturales.

86De petites quantités de mobilier antique ont également été rencontrées à plusieurs reprises et en divers points de Viviers, et sont datées, les unes, du Ier siècle av. J.‑C., les autres, entre le IIe siècle et le IVe siècle, suggérant que le site ait été fréquenté ou occupé à l’époque romaine, mais les vestiges du bourg sont peut-être à rechercher aussi à proximité du fleuve et sous ses apports de limons, s’il faut accorder du crédit au toponyme qui le désigne, Vivarium, dont l’étymologie renvoie à la rive du Rhône (Béal 2002 : 288, note 37).

87Dans l’Antiquité tardive, le statut de Viviers change avec le déplacement de la capitale des Helviens et du siège de l’évêché d’Alba à Viviers, et les vestiges de cette période sont plus nombreux. Longtemps discutée en effet, la date du transfert du siège politique et religieux à Viviers a été fixée vers 475 par R. Lauxerois (1983 : 201‑204) sous l’épiscopat de Promotus, et un peu plus tard, mais pas après 517, par B. Beaujard et F. Prévot (2004 : 30‑31).

  • 12 Pour un corpus des découvertes, voir Dupraz, Fraisse 2001 : 429-‑440.

88Les données archéologiques et historiques montrent en tout cas que, lorsqu’elle reçoit les pouvoirs politiques et religieux, Viviers est devenue un centre de quelque importance. Deux fragments de sarcophages chrétiens datés du IVe siècle y montrent l’existence d’une communauté chrétienne (Esquieu 1984). Au début du Ve siècle, la ville est devenue temporairement le siège d’un atelier d’état, manufacture d’étoffes de luxe (Notitia Dignitatum, pars Occidentalis, XX, 27 ; Jullian 1920‑1926 : 51, note 4). Les fouilles de 1987 ont révélé, au sud du bourg actuel, un quartier d’habitat et une basilique funéraire du VIe siècle (Dupraz 1995)12.

1.2.3.3. Donzère

89Au sud de Châteauneuf et du défilé qui contraint le cours du Rhône, le site de Donzère (fig. 1), d’abord domaine royal mérovingien, apparaît comme important au VIIe siècle, quand un monastère y est établi, qui devient abbaye de fondation royale sous les Carolingiens (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 350‑351). À défaut de la mention explicite d’un port du VIIsiècle (Odiot 1994 : 83), on connaît l’exemption des péages sur voie d’eau et de terre accordée à l’abbaye en 840 (Font-Réaulx 1938 : 237).

90Pour l’époque antique, Th. Odiot (1994 : 102) a proposé d’identifier à Donzère une agglomération secondaire de six hectares à l’emplacement de la ville actuelle. Elle comporterait « des thermes de grande taille (150 m de long au minimum), ruelle, citerne, la présence de métallurgie du fer », tous vestiges découverts à l’occasion de divers sondages ponctuels (Odiot 1985). L’hypothèse a été reprise ensuite, mais l’improbable extension de ces thermes jette un doute sur elle, même si Th. Odiot a souligné « l’intérêt économique du site ».

91Sous le bourg actuel, deux groupes de découvertes ont été faits (Odiot 1985), principalement à l’occasion de travaux d’adduction d’eau. À l’ouest, le mur septentrional de l’église reposerait sur des vestiges du IVe siècle. À une vingtaine de mètres plus à l’est, dans l’îlot délimité par la Grande Rue et les rues de la Double et de la Bariole, des bassins, limités à l’ouest par cette dernière rue, se développaient sur 20 m, leur largeur étant supérieure à celle de la rue ; une origine antique a été supposée pour la rue de la Bariole. À 80 m à l’est, le second groupe de vestiges comprendrait des bassins, à l’angle de la Grande Rue et de l’impasse de la Juiverie, et une citerne (H. conservée sur 2,7 m ; diam. : 4 m) regroupant les eaux par six bouches, place des Vachers ; Th. Odiot avait proposé d’y voir un castellum divisorium, hypothèse à exclure si les six bouches permettent d’alimenter la citerne et non d’assurer la répartition de l’eau vers l’extérieur (Adam 1989 : fig. 578‑581). Il est, de toute façon, difficile d’identifier une agglomération au vu de ces seuls vestiges.

92Parmi les autres sites repérés sur la commune et identifiés comme des habitats ou plus généralement des constructions isolées, ou funéraires, il faut mentionner la grande villa vinicole du Mollard (Odiot 1996 ; voir 1.2.5.1). Elle exportait certainement une partie de sa production par le fleuve et pouvait avoir sa propre installation portuaire (voir par exemple l’inscription CIL, XII, 3313), mais nous avons émis des doutes sur la présence d’une voie reliant Donzère à Châteauneuf-du-Rhône censée permettre à ces exportations d’éviter à la remonte les forts courants sur le fleuve dans le défilé, même si l’existence de cette voie à partir du haut Moyen Âge est vraisemblable (Bois 1993).

1.2.3.4. Rochemaure (Ardèche) et la question des Vocronnenses

93Après d’autres, J. Rouchier (1914 : 222) a proposé de situer une agglomération à Rochemaure (fig. 1, fig6), hypothèse reprise par J. Dupraz et Chr. Fraisse (2001 : 82, fig. 37) comme dans la récente publication du Tricastin romain (Favory et al. 2013, fig. 2). Au nord du bourg actuel, le hameau des Fontaines a été identifié comme les « Fonts de Collarion » mentionnées dans un texte du XIe siècle (Rouchier 1914 : 222) où l’on a placé une agglomération antique. Trois inscriptions y ont été trouvées (CIL, XII, 2669, 2670, 2671). L’une d’entre elles évoque les cuparii Vocronnenses (l’association funéraire des tonneliers de Vocronne) qui, au IIe siècle, ont assuré la sépulture de l’un des leurs. Vocronne est un toponyme dont on ne peut, certes, pas exclure qu’il désigne un lieu-dit isolé, mais il paraît plus vraisemblable qu’il s’agisse d’une bourgade à proximité du Rhône pour que le transport des marchandises en soit facilité.

94Du reste, dans le territoire des Tricastins, l’emploi de tonneaux de transport est attesté par le relief trouvé à Colonzelle, à une quinzaine de kilomètres à l’est de Saint-Paul-Trois-Châteaux (ESP, III, 6779 et ESP, XIII, 8021 ; Béal 2007 : paragr. 45‑51).

1.2.3.5. Ancône et Allan

95Une carte récemment publiée (Favory 2013 : fig. 2) fait état de deux autres agglomérations antiques drômoises à proximité de la villa du Palais. Il s’agit d’abord, à trois kilomètres au nord-ouest de Montélimar (fig. 1), d’Ancône, où l’on a souvent placé le site d’Acunum ; mais les vestiges archéologiques y font défaut. L’autre est le site de Beauvoir sur la commune d’Allan (fig. 1), à sept kilomètres au sud-est de Montélimar ; mais il pourrait en réalité s’agir d’un sanctuaire rural lié à une source (Rouzeau, Bois 2016 : 99‑113).

1.2.3.6. L’émergence de nouvelles agglomérations dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge

96Trois habitats groupés tardifs sont connus, à Saint-Saturnin (commune de Donzère), à Château-Porcher et peut-être à Saint-Vincent (commune de Châteauneuf-du-Rhône).

97Le site de Saint-Saturnin (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 214), où J. Vital a rencontré quelques céramiques de l’âge du Bronze (Odiot 1990 : 65), se trouve à proximité de la limite de Donzère et de Châteauneuf-du-Rhône. Cl. Boisse (1968 : 48), en le signalant, l’avait identifié comme un oppidum, interprétation reprise par Th. Odiot (1990 : 65) qui y a trouvé en prospection du mobilier des IIe-Ier siècles av. J.‑C. Une enceinte datée de la fin du Ve siècle ap. J.‑C. enferme six à sept hectares d’une zone occupée où se distingue une église attestée par les textes au XIe siècle. Cet ensemble paraît avoir formé un castrum du haut Moyen Âge (Ode, Odiot 2001 : 243 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 214 ; Favory 2013 : 108).

98Signalé par N. Delacroix (1817 : 322) dès le début du XIXe siècle, le site de Château-Porcher (fig. 9, n° 11 ; fig. 13) se trouve à 300 m au nord de celui de Saint-Saturnin, sur un petit plateau, dans la zone de collines qui séparent la plaine de Montélimar de celle de Pierrelatte et à l’aplomb du défilé de Donzère. Tantôt identifié comme une forteresse préhistorique ou médiévale, ou un oppidum laténien (Boisse 1968 : 48 [site n° 2 de « La Montagne »] ; Odiot 1990 : 65), le site a fait l’objet d’une campagne de sondages en 1996. Les premières traces d’occupation y remontent au Bronze final ; quelques niveaux de sol sont ensuite attestés à la fin du premier âge du Fer et au début du second âge du Fer. Mais l’occupation la plus importante est datée des deux derniers tiers du Vsiècle au VIIe siècle. À cette époque, une puissante enceinte, complétée par des fossés, enferme des bâtiments qui ont livré un mobilier riche et abondant. Le site a ainsi été identifié, lui aussi, comme un castrum du haut Moyen Âge (Ode, Odiot 2001 : 243‑245 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 214 ; Favory 2013 : 108) ; l’hypothèse d’un centre domanial de hauteur ne peut être exclue (Schneider 2007 : 26‑29 ; Kasprzyk 2016 : 274).

Fig. 13 – Vue aérienne de Château-Porcher dominant le Rhône ; à gauche, Morterol, la villa du Palais et la plaine de Montélimar (cliché : Chr. Landry).

Fig. 13 – Vue aérienne de Château-Porcher dominant le Rhône ; à gauche, Morterol, la villa du Palais et la plaine de Montélimar (cliché : Chr. Landry).

99À Saint-Vincent enfin (fig. 9, n° 12), après les premiers signalements de Cl. Boisse (1968 : 202), l’enquête minutieuse conduite par Fr. Vaireaux (1993) a montré qu’il y avait là, autour de l’an mil, une petite communauté rurale et une nécropole, mais que le site avait été occupé antérieurement par une exploitation agricole romaine dont la présence n’est attestée que par un épandage de tegulae (Vaireaux 1993 : fig. 1). À 200 m à l’ouest, des tegulae ont aussi été rencontrés dans les substructions de la maison Chenivesse. Des fragments de dolia ont été signalés en réemploi dans les murs de terrasse et dans les clapas (Vaireaux 1993 : 13) : le site a du coup été inclus dans la liste des établissements viticoles du Tricastin (Favory 2013 : 98, n° 147 et fig. 88). Il paraît avoir été au moins un établissement antique, évoluant en une communauté rurale au cours du haut Moyen Âge.

100Incertaine à Montélimar, tardive à Viviers et sur la Montagne de Châteauneuf, vraisemblable à Rochemaure, très discutable à Donzère, la question des habitats agglomérés qui entourent la villa du Palais est beaucoup plus complexe qu’il y paraît d’abord. On peut au moins retenir qu’au Haut-Empire, la villa n’est pas dans la couronne vivrière d’une agglomération importante comme on peut le voir autour d’Alba (Dupraz, Fraisse 2001 : 87) : elle doit tirer plus d’avantages économiques de sa position à proximité du fleuve. Cette situation évolue sans doute avec le développement progressif de Viviers au cours de l’Antiquité tardive, sans que, nous le verrons, la villa perdure suffisamment longtemps pour profiter de l’accession de cette dernière au rang de capitale.

1.2.4. La question des villae (J.‑Cl. Béal)

101Au sud comme à l’est et au nord de la plaine de Montélimar, de nombreux travaux ont esquissé une histoire du peuplement gallo-romain.

102Dans la plaine de Pierrelatte principalement, S. Saulnier (Mémoire Saulnier 1989) puis Th. Odiot (1994) ont étudié une superficie totale de 14 822 ha dont seuls 3 657 ha ont pu faire l’objet de prospections systématiques, mettant au jour 145 sites. La superficie de 23,40 % d’entre eux dépasse un hectare, et 18,60 % ont livré des tesselles de mosaïque, des marbres ou des éléments architecturaux qui caractérisent une villa au sens traditionnel du terme. Vingt-deux sites perdurent du Haut au Bas-Empire, en se prolongeant éventuellement au-delà, onze autres ne sont occupés qu’au Bas-Empire (Ode, Odiot 2001 : fig. 11). Dans le bassin de la Valdaine, J.‑Fr. Berger (1995 : 97‑106, fig. 12‑13) a noté que plus de la moitié des sites étaient abandonnés brutalement dans le courant du IIIe siècle (31 sites sur 50 environ), déclin compensé en partie, aux IVe et Ve siècles, par des créations d’habitats de hauteur (Berger 1995 : fig. 13, c-d).

  • 13 L’une des mosaïques de la villa de la Roudière à Viviers dont trois salles sont connues par une fo (...)

103Sur la rive ardéchoise du fleuve, R. Lauxerois (1983 : 114) avait signalé les villae qui occupaient « le littoral du Rhône » entre Bourg-Saint-Andéol et Viviers, et émis l’hypothèse que leurs propriétaires de l’époque impériale fussent les ancêtres de ceux qui sont mentionnés dans les actes de donation en faveur de l’Église de Viviers. Pour S. Saulnier (Mémoire Saulnier 1989 : 39), les sites de l’Antiquité tardive sont, dans cette zone, moins nombreux que ceux de l’époque impériale, passant de 21 – toutes catégories confondues – à 7, lesquels sont attestés déjà au Haut-Empire. Pour la rive droite au nord de Viviers, on ne dispose pas d’une étude synthétique ; on ne peut évoquer, grâce aux données des fouilles et des études d’archéologie monumentale, que quelques sites qui connaissent une longue durée d’occupation, comme c’est le cas à Viviers où, à la villa de la Plaine13, succède au Ve siècle un édifice à bassin lié au premier ensemble cathédral (Esquieu 1988). De même, au Teil, l’église de Mélas est construite sur une nécropole occupée du VIe au XIIe siècle, qui recouvre des constructions antiques parmi lesquelles les thermes d’une villa en service entre le courant du IIIe et le début du Ve siècle (Masbernat-Buffat 2013). À Cruas, l’abbatiale Sainte-Marie est construite sur une villa antique et une salle à abside datée sans doute du Ve siècle (Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 92‑95 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 242‑247). À Meysse, l’église romane Saint-Jean-Baptiste est construite sur une église baptismale des Ve-VIe siècles qu’il faudrait rattacher à un domaine rural antique encore inconnu (Reynaud 1995 ; sur ce type d’établissement, voir Codou, Colin, Le Nezet 2007 : 61‑66).

1.2.4.1. Les villae de taille moyenne de la plaine de Montélimar

104Parmi les sites d’habitat connus dans la plaine de Montélimar (fig. 4), les prospections pédestres et aériennes et, dans une moindre mesure, les fouilles qui en livrent les plans, ont montré, sur une superficie totale limitée (5 700 ha environ), l’existence, évidemment, d’établissements plus ou moins modestes comme celui du Perchoir14 ; on peut aussi identifier, par l’ampleur de leurs vestiges ou leur niveau de luxe, une dizaine de villae d’importance moyenne (autour de 3 000‑4 000 m2 bâtis) à côté d’autres, semble-t-il, plus importantes, encore que le partage entre les deux groupes reste approximatif. Mais sur cet espace réduit et largement perturbé par les travaux modernes, aucune réflexion statistique n’est possible.

La villa « de Roche » ou « des Ferrotin » à Châteauneuf-du-Rhône (fig. 4 ; fig. 9, n° 7 ; fig. 14, n° 3)

Fig. 14 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Odiot, Raynaud 1992 : fig. 82 ; n° 2, d’après Monguilan 2010 ; n° 3, d’après Tricastin-romain.univ-fcomte.fr/documentation.php (consulté le 13/07/2022), cliché A 9 ; n° 4, d’après Jourdain-Annequin 2004 : fig. de la p. 154 ; n° 5, d’après Monguilan 1981 ; n° 6 d’après une archive d’E. Ferber (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 14 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Odiot, Raynaud 1992 : fig. 82 ; n° 2, d’après Monguilan 2010 ; n° 3, d’après Tricastin-romain.univ-fcomte.fr/documentation.php (consulté le 13/07/2022), cliché A 9 ; n° 4, d’après Jourdain-Annequin 2004 : fig. de la p. 154 ; n° 5, d’après Monguilan 1981 ; n° 6 d’après une archive d’E. Ferber (DAO : M.‑N. Baudrand).

105Selon Cl. Boisse (1968 : 201), ce site a été découvert par l’abbé Escoffier en 1964 à l’est de la « ferme Roche » [i.e. la ferme des Ferrotin]. Il le situe « le long du versant occidental du Bois de Ferrotin, en bordure d’un très ancien chemin parallèle à la voie d’Agrippa ». Cl. Boisse considère le site comme un « très important point à tegulae et nombreux vestiges (poterie sigillée et commune, cubes de mosaïques, etc.) », c’est-à-dire comme une villa.

106En revanche, les prospections aériennes de L. Monguilan montrent très clairement, à quelques dizaines de mètres au sud de la ferme des Ferrotin, le plan de la partie résidentielle d’une villa à péristyle15. La résidence s’organise autour d’un jardin central bordé sur trois côtés au moins par un portique qui dessert diverses salles. Son emprise très approximative est de l’ordre de 35 x 35 m (1 200 m2). L’orientation de la villa est sans doute proche de celle du cadastre B d’Orange, mais ne peut être définie précisément.

107À 300 m au nord de ce site, Cl. Boisse (1968 : 201) pensait avoir aussi repéré des vestiges dans plusieurs champs sur des photographies aériennes. Nous n’avons pas d’autres informations. Le site, sur lequel des fragments de colonnes ont été recueillis, ne nous a pas été accessible.

La villa de la Riaille à Châteauneuf-du-Rhône (fig. 4 ; fig. 9, n° 9 ; fig. 15 ; fig. 16, n° 5)

Fig. 15 – Plan de la villa de la Riaille (d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée : dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 15 – Plan de la villa de la Riaille (d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée : dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 16 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Séris 1996 : fig. n° 2, d’après une archive de J.‑M. Lurol ; n° 3, d’après Leroy 2010 : fig. 11 ; n° 4, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 705 ; n° 5, d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 16 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Séris 1996 : fig. n° 2, d’après une archive de J.‑M. Lurol ; n° 3, d’après Leroy 2010 : fig. 11 ; n° 4, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 705 ; n° 5, d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée (DAO : M.‑N. Baudrand).

108On admettra (comme dans Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 213‑214, fig. 158) que cet établissement viticole est sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône plutôt que sur celle, mitoyenne ici, d’Allan et en tout cas pas sur celle de Malataverne (Jung et al. 2001 : 118‑119 : « site de Termini à Malataverne » ; idem dans Favory 2013 : 157).

109Selon Cl. Boisse (1968 : 201 et 268), ce site a été découvert par l’abbé Escoffier en septembre 1964 et fouillé par Ch. Latarche entre 1966 et 1971 (Latarche 1969). Seule une partie des vestiges était encore accessible, le reste étant pris sous les remblais de l’autoroute A7 alors en construction.

110Il s’agit d’un bâtiment de 22,57 m de longueur dans le sens est-ouest, dégagé sur 9,50 m au maximum dans le sens nord-sud, dans une pente vers le sud. On peut y distinguer deux espaces principaux (A et B), et un (C) à gauche, dont le niveau de circulation est environ 1,20 m en dessous de celui de l’espace A.

111Dans son état le plus récent, l’espace A (9,40 x 6 m environ intérieurement) comprenait deux bassins (A1 et A2) larges intérieurement de 4,25 m d’est en ouest et revêtus de mortier de tuileau ; ils étaient équipés de quarts-de-rond d’étanchéité aux raccords du sol et des murs et dans les angles des murs qui sont encore conservés sur 0,50 m de hauteur environ, dans l’angle nord-est du site. Deux conduits faits d’imbrices traversant le mur permettaient la vidange de l’un de ces bassins vers deux citernes (A3 et A4) ; l’un des conduits était précédé dans le bassin par un canal à section demi-circulaire, habillé à son extrémité d’un sabot en plomb.

112Au sud de l’espace A, l’espace B était, selon le fouilleur, en contrebas de 2 m environ. Il comprenait d’abord une structure B1, identifiée comme un escalier et un perron d’accès à l’espace A. Plus à l’ouest, la fouille a rencontré un dolium (B2) en place, encore haut de 1,4 m (diam. max. : 1,36 m ; diam. min. à la base : 0,42 m) et renforcé à 7 cm au-dessus du fond par un bourrelet épais de 3 cm ; l’intérieur était enduit d’une couche de poix pétrifiée qui atteignait par endroits plusieurs millimètres d’épaisseur. Il est aujourd’hui conservé à la mairie de Malataverne. Une base de pilier (B3) permet d’imaginer que cet espace était couvert. Enfin, à l’ouest, l’espace C, au sol de terre battue, est ouvert au sud.

113À l’ouest du bâtiment, le fouilleur situe « une importante voie romaine » (Rapport Latarche 1968 : 1 et 4) où l’on s’est plu à voir la voie « d’Agrippa » de Vienne vers Orange (Latarche 1969 : 296 ; Jung 2009 : 88), mais qui, nous l’avons dit, n’a jamais fait l’objet d’observations archéologiques. On peut douter qu’ait existé pareille mitoyenneté entre la partie rustique d’une villa et une grande voie antique.

114L’état de la documentation ne permet pas de caractériser l’orientation du bâtiment par rapport à celle de la centurie CK II – DD XXX du cadastre B d’Orange dans laquelle il se trouve (Rapport Latarche 1969‑1970 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 213‑214, fig. 158).

La villa de Tourvieille à Malataverne (fig. 4 ; fig. 9, n° 8)

115De la villa de Tourvieille (Mémoire Javelle s. d., vol. : II, 33), on sait peu de choses. Signalé dès 1961 dans le journal Le Dauphiné Libéré (28 octobre 1961), le site (parcelle ZA, n° 71b) a été visité par l’abbé Boisse et Cl. Boisse en juillet 1963, au moment où il a été mis « à sac par le Génie Rural ». Si de « nombreux vestiges » et des « substructions du Haut-Empire », ont été signalés, ainsi que le « vestige d’une mosaïque de 20 m x 12 m dont les bordures subsistent dans chacun des nouveaux fossés » de la route (Boisse 1968 : 201‑202 et 227), aucun plan n’est connu ; une coupe a été levée et trois photos peu significatives faites par Cl. Boisse (archives du SRA de Rhône-Alpes, G6041). Pour H. Lavagne (1979 : 124, n° 167), cette mosaïque devait avoir un décor géométrique. « Les bordures encore visibles dans les talus en 1970, ne l’étaient plus en 1976 ; mais l’importance des dimensions fait penser soit à un portique, soit plutôt à un groupe de pavements ». Des éléments architecturaux sont signalés en réemploi à la ferme du Moulinas.

116Les prospections que nous avons menées au Clos, à l’ouest de la villa, montrent, à quelques centaines de mètres, la présence de vestiges qui peuvent être ceux de dépendances.

La villa de Chevrières à Donzère (fig. 4)

117Un document récent des archives du SRA de la région Rhône-Alpes (fiche G6047) signale la découverte, à Chevrières, d’un site qui a livré du mobilier antique (sigillée de la Gaule du Sud, sigillée Claire B, sigillée africaine, dolium, amphore, tubuli, enduits peints, mortier). L’information est peut-être à rapprocher de celle que donne Cl. Boisse selon qui des « substructions de villa antique de luxe avec mosaïque » se trouvent au pied du château de Belle Eau, légèrement au nord du site précédent (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 413 ; Rapport Odiot 1988).

La villa de Jarnias à Malataverne (fig. 4 ; fig. 9, n° 10)

118Le site antique de Jarnias a été révélé par des prospections qui ont montré un épandage de mobilier antique, au nord de la ferme du même nom (parcelle ZI 01, n° 13a et 15), sur un carré d’environ un hectare. Un aqueduc maçonné, qui comportait des regards, a été réemployé par le propriétaire de la ferme, pour alimenter une fontaine devant sa maison. Une mosaïque a été découverte. Le mobilier recueilli par le propriétaire comporte, selon ce que nous en avons vu, des éléments architecturaux : un fragment de chapiteau toscan en pierre du Midi, un fragment de base de colonne en marbre, un bloc cubique en calcaire blanc (0,70 x 0,70 m) ; s’y ajoute un mobilier céramique parmi lequel on compte 92 fragments de dolia, d’amphores ou de mortiers, un tesson de campanienne B, un autre de sigillée claire.

La villa de la « ZAC de Provence, lot 1 » à Montélimar (fig. 4 ; fig. 9, n° 4 ; fig. 14, n° 6)

  • 16 Nous remercions E. Ferber de nous avoir transmis les documents nécessaires à l’élaboration de cett (...)

119Révélé lors de l’aménagement de la « ZAC de Provence », le site occupe la partie septentrionale de la parcelle ZS, n° 17, au carrefour du chemin des Cyprès et de la rue G. Moro à Montélimar. La fouille d’E. Ferber16 en 2007 a mis en évidence, sur 4 725 m2, une partie d’un ensemble de bâtiments agricoles. Les vestiges fouillés semblent appartenir à l’aile orientale d’une villa et s’ordonnent autour d’une cour que bordent deux ailes d’un portique large de 2,87 m à l’est et de 3 m au sud. On a reconnu des bassins et peut-être des bases de pressoir vinicole. Situé contre la bordure septentrionale de la centurie UK I – DD XXXVII, le bâtiment est, dès ses premières constructions, orienté sur les mêmes axes que le cadastre B d’Orange. L’établissement, occupé du Ier siècle au IIIe siècle, connaît une phase de démantèlement et de récupération au IVe siècle (Ferber 2009).

La villa de Maubec à Montélimar (fig. 4 ; fig. 9, n° 5 ; fig. 16, n° 2)

120Au nord-est de l’ancienne abbaye des Trappistines de Maubec, L. Monguilan avait, lors de prospections aériennes, repéré en 1981 des anomalies de végétation susceptibles de révéler « des pièces à pavements et des murs orthogonaux qui pourraient appartenir à la partie est et nord d’une villa gallo-romaine sur cour carrée » en partie dans l’enclos du couvent des Trappistines (archives de la carte archéologique du SRA de Rhône-Alpes).

  • 17 Nous remercions J.-M. Lurol d’avoir bien voulu nous transmettre un plan et les éléments descriptif (...)

121Placée sous la responsabilité de J.‑M. Lurol17, la fouille de ce site, en 2016, a permis de mettre intégralement au jour une villa occupée entre le IIe siècle et le IVe siècle.

122La villa occupe environ 2 800 m2 et s’organise sur deux côtés d’une grande cour fermée. La zone d’habitation occupe l’aile septentrionale et un retour à l’ouest, où prend place un petit secteur thermal. Dans la pars rustica, à l’est, se trouve un cellier de 380 m2, à l’extrémité méridionale duquel se situent les salles de traitement vinicole (fouloir, cuves, pressoir ?) ; deux pièces en retour vers l’ouest ont pu avoir une fonction commerciale. Un portique large de 4 à 4,50 m dessert les deux ailes. À l’ouest, contre le mur de clôture et au voisinage du porche d’entrée, se trouve un bassin rectangulaire (55 m2) dont le mur de fond s’orne d’une exèdre. Un chemin d’accès menait depuis l’ouest au porche d’entrée et son prolongement contournait la villa par le sud. Sur trois côtés au moins, un fossé (en jaune sur la fig. 16) isolait la villa. Le site est dans l’angle nord-ouest de la centurie CCIII – DD XXXVIII du cadastre B d’Orange mais l’orientation de la villa (nord-15° est) ne correspond pas à celle du cadastre.

La villa de Ravaly à Montélimar (fig. 9, n° 6)

123À proximité de la ferme de Ravaly, à 625 m au sud de Maubec et sous la chapelle de Saint-André, M. Bois a pu observer en 1982, à l’occasion de l’ouverture d’une tranchée d’adduction d’eau, la présence d’un mobilier gallo-romain daté du Ier siècle au IVe siècle, dont des fragments de dolia, d’amphores et deux fragments d’un pilier mouluré en marbre (mobilier non retrouvé par J. Javelle). Si l’énumération du mobilier évoque celui d’une villa, aucune structure n’en est connue.

1.2.4.2. Les grandes villae entre Montélimar et le défilé de Donzère

124À côté de ces villae de taille moyenne, la plaine montilienne a livré quelques autres sites qui paraissent être ceux de villae de plus grande importance et de durée d’occupation longue, comparables à la villa du Palais. C’est dans l’une ou l’autre des grandes villae de ce type que devaient résider, par exemple, M. Julius Theodorus et le patronus anonyme dont l’existence est connue par les inscriptions de Montélimar.

La villa des Catalins à Montélimar (fig. 9, n° 1)

125Du site des Catalins (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 446‑447), à la sortie nord de Montélimar, est encore visible aujourd’hui, au n° 70 de l’avenue de Saint-Lazare (fig. 17), un long mur en petit appareil régulier signalé dès le XVIIIe siècle. Conservé sur 1,50 m de hauteur en moyenne et repris dans des maçonneries modernes, il sert de mur de soutènement aux vestiges renfermés dans la parcelle AD 1 (lieu-dit du Petit Froment). On a dit, sans preuve, qu’il longeait la voie de Valence vers Orange.

Fig. 17 – Mur de terrasse de la villa des Catalins à Montélimar, route de Valence (cliché : J.‑Cl. Béal).

Fig. 17 – Mur de terrasse de la villa des Catalins à Montélimar, route de Valence (cliché : J.‑Cl. Béal).

126Les vestiges repérés de la villa occupent 1,5 ha à l’est et en contre-haut de ce mur, s’étendant au-delà de l’avenue des Catalins jusqu’au stade du lycée technique. Des mosaïques (Lavagne 1979 : 137, n° 184), des pièces sur hypocauste, des canaux voûtés ont été repérés (fig. 18), sans qu’un plan homogène puisse être proposé. Ces découvertes ont accrédité l’idée qu’il s’agirait des « thermes nord » d’Acunum (Boisse 1962 ; Boisse 1992 : 59‑62, fig. des p. 60‑62) ou en tout cas de thermes monumentaux dans une position « excentré(e) par rapport au gros des découvertes » (Odiot 2010 : 125 et 447). A. Bouet (2003a : 175, n° 99) mentionne ces vestiges dans son corpus des thermes, en soulignant la pauvreté de la documentation dont il dispose. On doit aujourd’hui envisager que les canaux voûtés constituent, comme au Palais de Châteauneuf-du-Rhône précisément, le système de drainage souterrain d’une villa dont l’extension pourrait dépasser 1,5 ha. Selon J. Javelle (s. d., vol. I : 46‑49), l’étude du mobilier provenant de ce site et conservé par l’association SAND amène à reporter la fin de l’occupation au Ve siècle.

Fig. 18 – Section d’un des « aqueducs » des Catalins à Montélimar ; le personnage est l’abbé Boisse (cliché Cl. Boisse ; archives du SRA de Rhône-Alpes).

Fig. 18 – Section d’un des « aqueducs » des Catalins à Montélimar ; le personnage est l’abbé Boisse (cliché Cl. Boisse ; archives du SRA de Rhône-Alpes).

La villa de Daurelle et Fortuneau à Montélimar (fig. 4 ; fig. 9, n° 2)

127La villa de Daurelle, au sud-est de Montélimar, est d’abord connue par des prospections qui ont montré que le site était occupé du Ier siècle au VIIe siècle (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 449). Ces prospections ont évalué la superficie construite à deux hectares et y ont recueilli un mobilier céramique important, ainsi que des tubuli et des tesselles de mosaïque (Anonyme 1995b : 18‑21 ; Mémoire Javelle s. d., vol. : I, 29‑40 et vol. II, 9‑13 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 449). Après une première série de sondages conduits par A. Beeching en 1989, une réserve archéologique de quatre hectares a été constituée.

128Les vestiges périphériques ont fait l’objet de fouilles. Ainsi, les terrains compris entre la déviation de la RN 7, le chemin de Fortuneau et l’allée Hispano-Suizza ont fait l’objet d’une campagne de diagnostic archéologique en 2002. Ces travaux ont notamment mis au jour un bâtiment et cinq sépultures à inhumation antiques. Des structures plus légères (mur, fosse, empierrement) sont apparues à 500 m au nord-est en 2005 (Cordier 2007), au nord du chemin de Fortuneau.

La villa de La Roberte à Châteauneuf-du-Rhône (fig. 9, n° 3)

129À La Roberte (Mémoire Javelle s. d., vol. : II, 30‑56), en mai 1972, à l’occasion d’extraction de gravier dans le rebord de la terrasse würmienne (Rapport Chaze, Lambert 1972), des tuiles et des ossements humains ont été rencontrés, qui peuvent avoir appartenu à des tombes, détruites, à coffre de tuiles. Trois vases complets en céramique sigillée à revêtement argileux (sigillée claire tardive) ont été recueillis ; mais on ne peut définir, contrairement à ce qui a été écrit (Colardelle 1983 : 244) ni le nombre des tombes ni leur mobilier spécifique. Un sarcophage de pierre a également été découvert à cette occasion (Rapport Chaze, Lambert 1972). Il est de forme trapézoïdale et non « de plan rectangulaire » (Colardelle 1983 : 244) et possède un couvercle, en bâtière peu développée sans acrotères. La forme trapézoïdale invite à dater le sarcophage au haut Moyen Âge (Colardelle 1983 : 353‑354).

130Le groupe archéologique du MASC à Montélimar a conduit des prospections en contrebas de la terrasse géologique et des vestiges précédents. Ces dernières ont rencontré un abondant mobilier céramique tardif : « sigillée du IIIe au Ve siècle de notre ère, sigillée paléochrétienne et luisante ». À l’ouest de la ferme de la Roberte, la parcelle ZA 33 a livré des tegulae.

131On ne connaît donc pas ici l’emplacement, un peu plus au nord d’après des informations orales que nous n’avons pu vérifier, et l’extension de la partie urbaine de la villa, dont la durée et le statut social élevé, si l’on en juge par la présence du sarcophage, sont remarquables.

132On peut donc identifier huit villae de taille moyenne et trois grandes villae, auxquelles celle du Palais s’ajoute, et qui, pour la plupart, semblent perdurer jusqu’au IVe siècle, voire au Ve siècle – au-delà sans doute à La Roberte –, même si la qualité de notre information est très inégale. Dans cette hypothèse, plus que par une durée d’exploitation exceptionnelle, la villa du Palais apparaît singulière par son état de conservation, par le fait qu’elle a été fouillée et par la forte structuration de son plan, notamment dans son état IIIb, le plus tardif.

1.2.5. Plans de quelques villae de la Drôme et de l’Ardèche (J.‑Cl. Béal)

133La documentation architecturale sur les villae est indigente, et le décompte même de ces sites est généralement difficile. Ainsi, pour l’Ardèche, J. Dupraz et X. Lafon (in Dupraz, Fraisse 2001 : 87 et fig. 40) identifient douze parties urbaines de villae, sur une trentaine de sites de villae potentiels. Pour la Drôme, Th. Odiot (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 127) montre l’inanité d’une tentative de ce type. Pour la cité de Valence, A. Gilles (2016 : 44) retient comme villae documentées par un plan les sites de Porte-lès-Valence (villa de Saint-Gervais connue par la fouille, au plan peu lisible : Gilles 2016 : 232‑236, fig. 244), de Saulce (villa de La Puce connue par des photographies aériennes : voir 1.2.5.1, « Saulce »), de Livron-sur-Drôme (villa de Fontgrand connue par photographies aériennes : Gilles 2016 : 207, fig. 199) et de Chabrillan (villa de Saint-Martin connue par la fouille : Gilles 2016 : 108‑111, fig. 56) ; mais pour ces deux dernières, l’identification comme villa est discutable, G. Chouquer voyant dans le site de Fontgrand un lieu de culte (Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 392‑393, fig. 534‑535) et la caractérisation de celui de Saint-Martin (Martin 2002 : 699‑710) nous paraissant pouvoir être discutée.

134Pour notre part, nous avons réuni ici, en les groupant par département, les descriptions et quelques plans, à échelle constante mais généralement incomplets, de sites qu’on pouvait identifier comme des villae, sans autre ambition que de réunir commodément une partie des documents de comparaison. Ce dossier peut être complété par celui, assez différent, qu’a réuni L. Buffat (2011 : 24‑41) pour la cité de Nîmes.

1.2.5.1. Villae de la Drôme

Donzère (Drôme, praefectura d’Orange), villa du Mollard, état du milieu du Ier siècle à la fin du IIe siècle (fig. 19, n° 1)

Fig 19 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Dechandol, Feuillet, Odiot 1983 : fig. 3 et Odiot 1996 : fig. 6 ; n° 2, d’après Béal, Lucas 2011 : 226‑227, fig. 156 (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig 19 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Dechandol, Feuillet, Odiot 1983 : fig. 3 et Odiot 1996 : fig. 6 ; n° 2, d’après Béal, Lucas 2011 : 226‑227, fig. 156 (DAO : M.‑N. Baudrand).

135D’une superficie de 10 000 m2, la villa viticole du Mollard est constituée de deux ensembles. Au nord-est, un chai allongé, desservi par une galerie couverte, accueillerait 200 dolia pour une capacité de stockage d’environ 2 500 hectolitres, tandis qu’à ses deux extrémités se trouvaient les installations de foulage et pressurage. Au sud-ouest, entre des cours, deux corps de bâtiments pourraient avoir été, selon Th. Odiot, des logements du personnel et des salles techniques (écuries, étables, greniers…) plutôt qu’une partie urbaine de la villa. L’orientation de la villa est sans rapport avec celle du cadastre B d’Orange. Si l’occupation la plus ancienne remonte à la première moitié du Ier siècle, la villa viticole perdure jusqu’à la fin du IIe siècle, mais le site présente des traces d’occupation jusqu’au Vsiècle (Dechandol, Feuillet, Odiot 1983 ; Odiot 1996 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 355).

Erôme (Drôme, cité des Allobroges), villa de Notre-Dame de la Mure (fig. 19, n° 2)

136Fouillé par Cl. Boisse et documenté, avec quelques divergences par rapport à son prédécesseur, par A. Blanc au moment de sa destruction, l’établissement viticole d’Érôme (2 660 m2) comportait, au sud, un vaste cellier (71 x 27,85 m) divisé en trois nefs et, au nord, des emplacements de pressoir avec les bassins de recueil du moût. À une trentaine de mètres au sud-est, d’autres constructions sont signalées, de nature indéterminée (Béal, Lucas 2011 : 226‑227, fig. 155‑156 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 358‑360, fig. 495‑496).

Marsanne (Drôme, cité des Tricastins ?), villa des Rouveyres (fig. 14, n° 2)

137Connue par les prospections aériennes de L. Monguilan, la villa comporte à l’ouest un corps de bâtiment organisé autour d’un jardin central bordé de portiques. À l’est, un second corps de bâtiment, mitoyen du précédent, paraît comporter, lui aussi, un espace central et des constructions périphériques. Au nord, à l’extérieur de la villa, se trouvait sans doute un bâtiment de stockage en matériau périssable, matérialisé par un groupe de quatorze taches disposées sur deux lignes et interprétées comme autant de négatifs de logement de dolia. La villa s’insère dans un parcellaire propre, sans rapport avec le cadastre B ni avec les cadastres du Valentinois ; un fossé la cerne sur deux côtés au moins (Monguilan 1994 : 148‑150, fig. 11 à 13 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 415).

Peyrus (Drôme, cité de Valence), villa de la Chapelle Saint-Pierre, état des Ier-IIe siècles (fig. 16, n° 4)

138De cette villa, on ne connaît que le très grand bassin (dim. restituées : 49 x 4,50 m environ) où alternent des exèdres en demi-cercle disposées symétriquement et une exèdre rectangulaire médiane (prof. : 1,50 m). Il devait orner le jardin de la résidence. L’évacuation se fait par un tuyau de plomb (diam. : 0,10 m) installé dans une galerie technique que prolonge un canal maçonné.

139Les prospections menées en 2012 suggèrent que la villa, dotée d’un secteur thermal, était ornée de mosaïques et s’étendait sur 2,5 ha (Ronco 1993a ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 481‑482, fig. 705 ; Gilles 2016 : 230‑231 et 568).

Pierrelatte (Drôme, praefectura d’Orange), site de l’Espitalet, état des Ier-IIe siècles (fig. 20, n° 2)

Fig. 20 – Plans comparés des villae ardéchoises et drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Ferber, Ronco 2006 ; n° 2, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 709 (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 20 – Plans comparés des villae ardéchoises et drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Ferber, Ronco 2006 ; n° 2, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 709 (DAO : M.‑N. Baudrand).

140Au voisinage immédiat d’une voie qui matérialise le decumanus XI du cadastre B, et dans l’angle nord-est de la centurie DD XI – UK V (en tiretés sur la fig. 20), des sondages ont révélé la présence d’un ensemble de bâtiments dont le plan est complété par des photographies aériennes. Il semble qu’un espace central de cour soit bordé par une aile septentrionale constituée d’une grande salle à laquelle deux pièces plus petites sont adossées ; à l’ouest, une autre pièce serait accolée à un mur en retour, formant une aile occidentale. Deux autres petits bâtiments se trouvent à l’extérieur de ce qui pourrait avoir été l’extrémité d’une partie rustique de villa ; des tesselles de mosaïques et des fragments de placages de marbres ont été trouvés aux abords, en prospection. Ces deux bâtiments sont orientés comme le decumanus XI, à la différence du premier ensemble dont l’orientation diverge de quelques degrés vers l’ouest ; sa partie orientale a été détruite par l’érosion, si bien qu’on ne sait si l’édifice était limité à l’est par le cardo UK V. Si l’un des bâtiments est peut-être augustéen, l’ensemble cesse d’être occupé à la fin du IIe siècle (Savino 2002 ; Collectif 1996 : 85‑86 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 484, fig. 707 à 709).

Roussas (Drôme, cité des Tricastins), villa du Fayn, état entre la fin du Ier siècle et la fin du IIe siècle (fig. 16, n° 1)

141Cl. Boisse avait identifié un ensemble de constructions s’étirant sur 4 500 m2 et remontant à l’époque augustéenne. Les vestiges fouillés par D. Séris, d’une superficie de 2 500 m2, sont ceux d’une partie viticole de villa, construite au milieu du Ier siècle et dont deux ailes sont connues. À l’ouest, un grand chai contreforté a pu abriter 128 dolia pour une capacité de stockage de 1 530 à 1 920 hectolitres. À l’est, un premier groupe de salles a une fonction indéfinie, le second, plus au sud, pourrait avoir été un habitat aménagé au milieu du IIe siècle. L’occupation perdure jusqu’au IVe siècle où le chai est transformé en une succession de salles à décor d’enduits peints (Séris 1996 ; Jung et al. 2001 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 526, fig. 796).

Saillans (Drôme, cité des Voconces), villa de la Maladrerie, état du Ier siècle au IIIe siècle (fig. 16, n° 3)

142Aménagée à partir de la fin du Ier siècle av. n. è. sur des terrasses artificielles, les constructions antiques de la Maladrerie semblent appartenir à deux ensembles. Au nord s’étend une cour bordée à l’est par un chai (L. : 26,85 m) où un stockage en tonneaux succède, à un moment incertain, à un stockage en dolia. Un portail, encadré de pièces à étage, donne accès, par une galerie, à la partie méridionale où se trouvait sans doute la résidence. L’emprise des vestiges connus atteint 8 000 m2. L’occupation est continue jusqu’au VIIIsiècle (Leroy 2010).

Saint-Paul-lès-Romans (Drôme, cité de Valence), villa des Mingaud, état des Ier et IIe siècles (fig. 14, n° 4)

143Les vestiges de la villa sont connus, de manière très partielle, sur une superficie de 5 800 m2 (110 x 53 m environ), mais seule la partie orientale, résidentielle quant à elle, est lisible. Au centre, une cour ou jardin est bordée à l’est et au nord par un portique (l. : 3 m environ), à la branche nord duquel est accolé un bassin à exèdre médiane (L. : 22 x 1,50 m environ). Plusieurs salles pour partie mosaïquées ouvrent sur les portiques ; certaines, à l’est, sont chauffées. Au sud, dans le second état de la villa, un bassin à abside a été ajouté, intégré, semble-t-il, à un secteur thermal. Selon M. Vignard (1965 : 130), la villa a peut-être livré une tête féminine, un buste de Vénus (ESP, III, 2591) et d’autres fragments sculptés, dont l’attribution à ce site reste cependant incertaine.

144L’occupation du site commence peut-être dès le IIe siècle av. n. è., mais la villa n’aurait été construite qu’à partir du milieu du siècle suivant, pour être abandonnée vers le début du Ve siècle au plus tard (Bouet 2003a : 230-233, n° 145 ; Jourdain-Annequin 2004 : 154 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 555‑559, fig. 849).

Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme, cité des Tricastins), villa de Saint-Vincent (fig. 14, n° 1)

145La villa du Ier siècle comporte au nord un bâtiment, le plus ancien, de 66,80 x 16 m divisé en salles dont l’une est équipée de deux bassins techniques mitoyens, dont le rôle n’a pu être précisé. Deux ailes en retour vers le sud sont ajoutées au début de l’époque flavienne. Seule celle de l’ouest (39,50 x 9,10 m) a été intégralement dégagée. La fonction des pièces n’a pu être définie, mais la réfection des bassins à l’état II et la présence d’une porte charretière dans l’aile occidentale suggèrent qu’on soit dans la partie rustique d’une villa. L’occupation perdure jusqu’au Ve siècle. Les bâtiments ne suivent pas les orientations du cadastre B d’Orange (Odiot, Raynaud 1992 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 586).

Saulce (Drôme, cité de Valence) villa de la Puce (fig. 14, n° 5, échelle approximative)

146De la villa, est principalement connue, par photographie aérienne, la partie résidentielle, d’environ 69 x 68 m (4 700 m2), organisée autour d’un jardin central de 30 x 23 m, bordé de portiques sur trois côtés au moins. À titre d’hypothèse, A. Gilles (2016 : 300) a proposé d’identifier comme des chais les « grands espaces vides » qui bordent le portique. Un bâtiment rural se trouverait à 163 m au sud (Monguilan 1981 ; Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 603 ; Gilles 2016 : 300‑302).

1.2.5.2. Villae d’Ardèche

1.2.5.2.1. Alba (Ardèche, cité des Helviens), villa de Bas-Juliau, état des IIe-IIIe siècles (fig. 21, n° 1)

Fig. 21 – Plans comparés des villae ardéchoises à la même échelle : n° 1, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 204 ; n° 2, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 573 ; n° 3, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 342 ; n° 4, d’après Ollier de Marichard, Pruney-Bey 1870 : pl. I ; n° 5, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 393 ; n° 6, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 216 ; n° 7, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 214 (DAO : M.‑N. Baudrand).

Fig. 21 – Plans comparés des villae ardéchoises à la même échelle : n° 1, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 204 ; n° 2, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 573 ; n° 3, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 342 ; n° 4, d’après Ollier de Marichard, Pruney-Bey 1870 : pl. I ; n° 5, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 393 ; n° 6, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 216 ; n° 7, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 214 (DAO : M.‑N. Baudrand).

147La villa est construite autour d’une cour centrale dans l’angle nord-ouest de laquelle se trouverait, selon les fouilleurs, une « fontaine ». Au nord s’étend un grand entrepôt, complété à l’est par une remise dotée d’un étage et desservie par un portique large d’environ 3,30 m (d’après le plan). À l’ouest, un autre portique dessert une aile réservée à l’habitation. Une aile méridionale, composée de petites pièces mitoyennes, est adossée à un mur de soutènement et domine une terrasse inférieure. Un mur barre l’accès à l’est. Cet ensemble a une superficie de 4 500 m2. Principalement occupée entre le Ier et le IIIe siècle, cette villa connaît une occupation réduite au IVe siècle ; le site est abandonné au plus tard au début du Ve siècle (Dupraz, Fraisse 2001 : 184‑186, fig. 204).

Alba (Ardèche, cité des Helviens), villa de la Mure : état du Ier au IIIe siècle (fig. 21, n° 7)

148La superficie de la zone fouillée atteint 1 900 m2 ; elle ne concerne vraisemblablement que la partie rustique de la villa. Au nord-est, un bâtiment doté de contreforts pourrait avoir été un cellier de 480 m2, sur la surface duquel l’emprise de deux salles a été prélevée dans une seconde phase. Perpendiculairement à lui, un autre bâtiment, long de 24 m, abrite deux bassins juxtaposés de 5,4 m3 chacun. Dans la seconde phase, ce bâtiment pourrait, lui aussi, avoir eu une fonction d’habitat, et être complété par un bassin d’agrément. La villa paraît être occupée à partir de la fin du Ier siècle et jusqu’au IVe siècle (Dupraz, Fraisse 2001 : 191‑192, fig. 214).

Alba (Ardèche, cité des Helviens), villa de la Plaine, état au début du IIIe siècle (fig. 20, n° 1)

149La partie résidentielle de la villa est construite en U autour d’un jardin central de 26 x 20 m, l’aile méridionale, non figurée sur le plan, ayant fait l’objet d’observations et non de fouilles et de relevés. La superficie de la zone connue dépasse 3 000 m2. Au nord et à l’ouest, un portique, dont la branche occidentale (l. : 2,76 m en moyenne), la principale, est dotée d’une avancée médiane, dessert des pièces d’habitation pour partie mosaïquées, à la différence des pièces que dessert le portique septentrional (l. : 2,86 m en moyenne). Un bassin de 15 x 3 m s’étire en face de l’aile principale. La partie résidentielle est occupée à partir du Ier siècle av. n. è. et jusqu’au IVe siècle. Située au nord, la partie rustique a fait l’objet d’un diagnostic qui a mis en évidence des structures liées à la viticulture (Béal 1984 : 77‑82, fig. 2 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 188‑189, fig. 210 ; Ferber, Ronco 2006).

Andance (Ardèche, cité des Allobroges), villa de Cueil, état des Ier-IIIe siècles (fig. 21, n° 6)

150La partie résidentielle de la villa était étagée sur plusieurs niveaux : à l’est, des voûtes couchées soutiennent sans doute, en arrière d’elles, un jardin orné d’un bassin d’agrément (dim. : 24,50 x 1,30 m environ) à exèdre médiane. Un triportique paraît avoir cerné le jardin. Au sud, un bâtiment était subdivisé en plusieurs pièces à vocation indéterminée. L’ensemble appartenait à une villa fluviale dont la majeure partie, à l’est, est inconnue ou détruite ; la partie subsistante occupe 770 m2. Au XIXe siècle, l’abbé Caillet (1867 : 43, note 1) avait déjà signalé la découverte de constructions, ainsi que celle d’une « statuette mutilée en marbre blanc » (Caillet 1867 ; Leglay 1966 : 519‑520, fig. 44‑45bis [le site est attribué par erreur au département de la Drôme] ; Blanc 1975 : 76, pl. VIII, fig. 3 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 195‑196, fig. 216).

Bourg-Saint-Andéol (Ardèche, cité des Helviens), villa du Liby (fig. 21, n° 4)

151Interprétée par le fouilleur comme un sanctuaire « libyen » et par J. Dupraz et Chr. Fraisse (2001) comme la partie thermale d’une villa, les vestiges sont plutôt ceux de l’extrémité orientale d’un établissement rural antique. Leur étagement dans la pente permet de reconnaître un espace de fouloir ou pressoir, dominant, de plus de 1,50 m, des bassins. Une grande salle, au sud, pourrait être un chai. À l’ouest, un bâtiment divisé en longues travées doit aussi avoir été un espace de stockage. La fonction rustique de cet ensemble est confirmée par la découverte d’une pierre de pressoir et d’un moulin. La surface connue est d’environ 350 m2 (Ollier de Marichard, Pruner-Bey 1870 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 225, fig. 251‑253).

Limony (Ardèche, cité des Allobroges), villa de Brèze, état du IIe au IVe siècle (fig. 21, n° 3)

152La partie mise au jour de cette résidence comporte deux rangées de salles pour partie mosaïquées, donnant au nord sur un portique (l. : 2,65 m) qui ouvrait sur un jardin. Plus au nord, la fouille aurait mis au jour le mur stylobate d’un portique parallèle au précédent. La surface connue des vestiges est d’environ 350 m2. La villa avait une activité de production vinicole qu’atteste la découverte, hors contexte, d’une pierre de pressoir (Béal, Lucas 2011 : 223‑224, fig. 151 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 284‑286, fig. 342‑344).

Privas (Ardèche, cité des Helviens), villa de la Plaine du Lac, état du IIe au VIe siècle (fig. 21, n° 5)

153Connue partiellement (2 430 m2) par la fouille, la villa se compose de deux parties. À l’est, autour d’un jardin ou d’une cour, se trouvent deux ailes d’un portique (l. : 2,40 m), dont l’une dessert un groupe de salles. À l’ouest, plusieurs salles de tailles diverses, adjointes au corps oriental dans la seconde phase, ouvrent sur une cour centrale. Deux bassins y ont été attribués à l’équipement d’un chai.

154La villa est occupée entre la fin du Ier siècle et le VIe siècle (Dupraz 1995 ; Cossalter 1996 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 313‑315, fig. 393‑395).

Viviers (Ardèche, cité des Helviens), villa de la Plaine (fig. 21, n° 2)

155Les bâtiments les plus anciens rencontrés au nord de la cathédrale de Viviers sont deux branches d’un portique bordant une cour dallée. Celle de l’est est large de 4,80 m et son sol est en opus sectile, celle du nord est large de 3,20 à 3,70 m. Dans le mur de fond de ce portique, une porte donnait accès à une salle au sol de béton. L’existence de vestiges encore plus réduits est connue au sud de la cathédrale. Identifié d’abord comme une partie d’un édifice public, le bâtiment doit plutôt faire partie d’une villa. La partie la plus ancienne connue remonte au IIIe siècle ; elle est modifiée au Ve siècle pour accueillir peut-être le premier groupe cathédral (Béal 2002 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 431‑432, fig. 573‑577).

 

156Comme on le voit, la plupart des plans montrent la partie résidentielle des villae organisée autour d’un jardin ou d’une cour centrale à portiques ; deux résidences paraissent avoir un plan en U. Les superficies connues oscillent autour de 3 000 m2, mais les incertitudes sont grandes. En tout cas, les résidences au plan et sans doute aussi à l’histoire complexes, à l’exemple de celle du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère ; Royet 2006b), ou de celles d’Auvergne, n’apparaissent pas dans ce modeste corpus. La simple comparaison entre la seule partie résidentielle de la villa du Palais (fig. 22) avec les autres villae de la région proche montre d’une part la forte structuration de la première, assise, dès ses premiers états, sur une terrasse artificielle, et d’autre part sa superficie importante, qui double dans la résidence tardive, et à laquelle on ne trouve pas de parallèles locaux, même parmi les grandes constructions rustiques et vinicoles de Donzère ou d’Érôme.

Fig. 22 – Plans de la résidence du Palais (état IIIb) à la même échelle que ci-dessus ; en traits gras : données de fouilles, en traits fins : données issues de l’interprétation des photographies aériennes (DAO : E. Dumas).

Fig. 22 – Plans de la résidence du Palais (état IIIb) à la même échelle que ci-dessus ; en traits gras : données de fouilles, en traits fins : données issues de l’interprétation des photographies aériennes (DAO : E. Dumas).

Notes

1 C’est en 1891 que la commune de Rac est devenue la commune de Malataverne ; le changement de nom s’est accompagné d’un changement de siège.

2 IMP(eratori) CAES(ari) / L(ucio) DOMITIO / AURELIANO / P(io) F(elici) I(nvicto) AUG(usto) P(ontifici) M(aximo) / [GER(manico) MA]x(imo) G[oth(ico) / MAX(imo) ---] / --- [M(ilia) P[assuum).

3 TI(berius) CA[e]SAR / DIVI AUGUST[i] F(ilius) / AUG(ustus), P[o]NTIFEX / MA[xim]US / TR[ibunic(ia)] / POT[esta]TE / XXXII[I re]FECIT ET R[est]ITUIT : « Tibère César Auguste, fils du divin Auguste, grand pontife, dans sa 33e puissance tribunicienne, a refait et restauré (la voie) ». La borne est mentionnée par J. Gascou et D. Terrer (1996 : 59, fig. 8) qui l’attribuent par erreur à la commune de Châteauneuf-du-Rhône. Même erreur dans Koenig (1970 : 203-‑204, n° 127) qui situe arbitrairement la borne à 36 ou 37 milles de Valence.

4 On n’abordera pas ici la question de l’hypothétique oppidum de « Dourion » (Barruol 1969 : 243 ; Odiot, Bel, Bois, 1992 : 17).

5 Des précisions sont apportées sur l’identification des monnaies dans la suite du texte et dans Lacroix 1866 : 382.

6 D(is) [M(anibus)] / M(arci) JUL(ii) THEODORI IIIIIIVIRI A[U]G(ustalis) [DEAE] / AUG(ustae) VOCONTIORUM M(arcus) JULIUS REGU[LUS lib(ertus)] / ET HERES PATRONO OPTIM[O]. « Aux Dieux Mânes de Marcus Julius Theodorus, sévir augustal à Dea Augusta des Voconces, son affranchi et héritier [a offert le monument] pour le meilleur des patrons.

7 C’est à ce titre que l’inscription figure dans les ILN, VII, 1, Die ; mais la provenance montilienne du bloc ne fait pas de doute, quoi qu’en suggèrent Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 446, erreur reprise dans Rémy, Matthieu 2013 : 284, annexe.

8 --- / [---ARE]LATE NU / [MERARIO PATR]ONO EIUS / [DEM CORP(oris) COLLEGI]UM UTRI / [CULARIORUM LU]GUDUNI [CONSISTENTIUM ---] ---. « À [---], à Arles, trésorier, patron du même collège, le collège des utriculaires installés à Lyon ---» (restitution et traduction d’H. Desaye et B. Rémy : Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : 445).

9 Sur les utriculaires, transporteurs par voies d’eau ou de terre, voir en dernier Verdin 2005 ; l’inscription de Montélimar n’est ni « perdue » ni d’une « authenticité douteuse » (Verdin 2005 : 277).

10 CIL, XIII, 1954, 1960, 1979, 1985, 1998, 2009, 2023, 2039. Les utriculaires sont également connus à Vienne, Arles, Alba, etc. (Christol, Fiches, 1999 : 145).

11 --- / [---]LA[--]NU / [---patr]ONO EIUS / dem corp(oris) ? ---] UM UTRI / [clariorum --- Lu]GUDUNI / [consist(entium ? ---]. « [---] au patron de ce même corps [---] des utriculaires installés à Lyon [---] ».

12 Pour un corpus des découvertes, voir Dupraz, Fraisse 2001 : 429-‑440.

13 L’une des mosaïques de la villa de la Roudière à Viviers dont trois salles sont connues par une fouille de 1785, passe pour tardive (Lauxerois 1983 : 114 ; Dupraz, Fraisse 2001 : 430), opinion qu’il faut réserver en l’attente d’une étude de cette mosaïque.

14 Voir le site http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr/images/photos/allan-montelimar/A10.jpg.

15 Voir http://tricastin-romain.univ-fcomte.fr/images/photos/allan-montelimar/A9.jpg. Sur ce site (consulté le 12/09/2022), la villa est localisée par erreur, comme le montrent ses coordonnées cadastrales dans la centurie DD XXXIII – CK II, dans la commune de Montélimar et non celle de Châteauneuf-du-Rhône.

16 Nous remercions E. Ferber de nous avoir transmis les documents nécessaires à l’élaboration de cette notice.

17 Nous remercions J.-M. Lurol d’avoir bien voulu nous transmettre un plan et les éléments descriptifs nécessaires à l’élaboration de cette notice.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cadre géographique et géologique général de la villa du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (dessin et DAO : V. Vachon, É. Bayen, A. Schmitt).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 – L’usine hydro-électrique Henri-Poincaré et la grande écluse sur le canal de dérivation de Montélimar ; au premier plan, la limite de la zone affectée par les travaux d’aménagement au sud de Combeaumont (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 3 – La cité des Tricastins (d’après le CIL, XII).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4 – Grille théorique et centuries du cadastre B documentées par les marbres d’Orange dans la plaine de Montélimar (d’après Favory 2013 : fig. 10). Polygones verts : principales villae. Cours du Rhône selon la carte de Cassini (DAO : V. Vachon, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Tracé du cardo maximus du cadastre B et localisation de la source et de l’aqueduc de Pagnères (cliché : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 6 – Le réseau antique (en vert) dans la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7 – La borne milliaire de Rac (cliché : J.‑Cl. Béal ; coll. Vallentin du Cheylard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 – La route médiévale entre Châteauneuf-du-Rhône et Donzère ; au second plan, le site du Palais et le canal de dérivation du Rhône (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 – Habitats groupés éventuels (Rochemaure, Acunum et Viviers), villae et habitats de hauteur de la plaine de Montélimar (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 10 – Localisation des sites de Montélimar-ville et d’Acunum (dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : V. Vachon, É. Bayen).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 11 – Autel funéraire inscrit d’Acunum (d’après Veyne, Rolland 1956).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 12 – Vue aérienne de Viviers en direction de l’ouest : au centre, à côté de la cathédrale, Châteauvieux et le plateau de la Plaine (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 13 – Vue aérienne de Château-Porcher dominant le Rhône ; à gauche, Morterol, la villa du Palais et la plaine de Montélimar (cliché : Chr. Landry).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 14 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Odiot, Raynaud 1992 : fig. 82 ; n° 2, d’après Monguilan 2010 ; n° 3, d’après Tricastin-romain.univ-fcomte.fr/documentation.php (consulté le 13/07/2022), cliché A 9 ; n° 4, d’après Jourdain-Annequin 2004 : fig. de la p. 154 ; n° 5, d’après Monguilan 1981 ; n° 6 d’après une archive d’E. Ferber (DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 15 – Plan de la villa de la Riaille (d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée : dessin : J.‑Cl. Béal ; DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 16 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Séris 1996 : fig. n° 2, d’après une archive de J.‑M. Lurol ; n° 3, d’après Leroy 2010 : fig. 11 ; n° 4, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 705 ; n° 5, d’après Rapport Latarche 1969‑1970, fig. non numérotée (DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Titre Fig. 17 – Mur de terrasse de la villa des Catalins à Montélimar, route de Valence (cliché : J.‑Cl. Béal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 18 – Section d’un des « aqueducs » des Catalins à Montélimar ; le personnage est l’abbé Boisse (cliché Cl. Boisse ; archives du SRA de Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig 19 – Plans comparés des villae drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Dechandol, Feuillet, Odiot 1983 : fig. 3 et Odiot 1996 : fig. 6 ; n° 2, d’après Béal, Lucas 2011 : 226‑227, fig. 156 (DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Titre Fig. 20 – Plans comparés des villae ardéchoises et drômoises à la même échelle : n° 1, d’après Ferber, Ronco 2006 ; n° 2, d’après Planchon, Bois, Conjard-Réthoré 2010 : fig. 709 (DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 21 – Plans comparés des villae ardéchoises à la même échelle : n° 1, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 204 ; n° 2, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 573 ; n° 3, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 342 ; n° 4, d’après Ollier de Marichard, Pruney-Bey 1870 : pl. I ; n° 5, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 393 ; n° 6, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 216 ; n° 7, d’après Dupraz, Fraisse 2001 : fig. 214 (DAO : M.‑N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 22 – Plans de la résidence du Palais (état IIIb) à la même échelle que ci-dessus ; en traits gras : données de fouilles, en traits fins : données issues de l’interprétation des photographies aériennes (DAO : E. Dumas).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6973/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 723k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search