Version classiqueVersion mobile

La villa gallo-romaine du Palais à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

 | 
Jean-Claude Béal
, 
Christophe Landry
, 
Frédérique Blaizot

Introduction

Texte intégral

1À sept kilomètres au sud de Montélimar, le bourg de Châteauneuf-du-Rhône s’adosse au relief montagneux qui forme l’entrée du défilé de Donzère. Il est encore dominé par les ruines du château médiéval de Montpensier dont l’enceinte permettait de contrôler l’accès à Montélimar au nord, mais aussi à Donzère au sud, au Rhône et à Viviers à l’ouest.

2Le site de la villa antique du Palais sous le nom générique duquel nous regroupons plusieurs sites voisins fouillés successivement, se trouve à 1,4 km au nord du bourg, dans une zone atteinte aujourd’hui par la nappe d’urbanisation montilienne. Il comprenait une résidence (pars urbana), des bâtiments rustiques (pars rustica), une zone de champs et un espace funéraire.

3Il revient à Th. Odiot, alors ingénieur au Service régional de l’archéologie en Rhône-Alpes et responsable du département de la Drôme, d’avoir perçu, dès les années 1980, l’intérêt du site et les menaces qu’à court terme l’urbanisation ferait peser sur lui. Avec des moyens limités, il y organisa la première évaluation du site et les premières fouilles de sauvetage, puis proposa à l’un d’entre nous de mener une fouille programmée sur le quartier du Palais. Après lui, J. Tardieu et R. Royet reprirent le dossier et soutinrent notamment le projet de fouille préventive d’une zone de culture au Grand Palais. D’autres opérations préventives devaient suivre.

4Ce sont donc les résultats d’une quinzaine d’années d’observations et d’interventions sur le terrain qui sont présentés ici, au terme d’un projet collectif de recherche qui a mobilisé, entre 2015 et 2020, plus d’une vingtaine de chercheurs de rattachements divers.

5Il s’agissait bien pour nous, dans les limites qu’imposent les données des fouilles, d’appréhender l’ensemble de la villa du Palais, à la fois espace de représentation et espace de production dont nos meilleurs spécialistes du monde rural antique rappelaient en 1990 que « l’un et l’autre se complètent évidemment et [que] seule leur exploration simultanée permet la compréhension globale de l’établissement dans tous ses aspects : niveau de vie, économie, productions, organisation sociale » (Chouquer, Ferdière, Fiches, Van Ossel 1990‑1991 : 41). Il nous paraissait tout aussi nécessaire de replacer la villa du Palais dans son cadre administratif et dans le réseau des routes et le maillage des principaux habitats isolés et groupés dans lesquels elle prenait sa place et d’aborder la question de ses espaces funéraires. L’étude du mobilier issu des différentes fouilles est organisée dans la même perspective.

6En revanche, cette entreprise ne pouvait inclure une réflexion sur l’occupation du territoire, d’une autre nature d’ailleurs que celle que nourrit la fouille : non seulement le sol avait subi, à l’ouest de la villa, des bouleversements importants au cours des années 1950, mais les gisements archéologiques avaient connu une ardente exploitation : les prospections que nous avons conduites ont été peu productives, à la différence des travaux de ce type menés plus au nord, en Valdaine, par J.‑Fr. Berger, ou plus au sud, dans la plaine de Pierrelatte, par Th. Odiot.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search