Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 21-23


Texte intégral

1L’étude de la villa en Gaule connaît depuis quelques décennies un heureux bouleversement. L’archéologie préventive apporte avec une grande régularité des dossiers spectaculaires par l’ampleur des dégagements réalisés ainsi que des points de vue nouveaux sur ces établissements domaniaux. Cet emballement documentaire demande d’être à l’affût de toute nouvelle parution d’articles, d’ouvrages et même de posts sur internet, sur les réseaux sociaux et professionnels. Il y a encore vingt ans, la seule monographie d’une fouille de villa en France était celle de Georges Fouet sur Montmaurin (Haute-Garonne) parue dans les suppléments de la revue Gallia en 1969, que l’on trouvait dans la plupart des bibliothèques d’archéologie. Ce foisonnement d’informations va donner lieu bien évidemment à des synthèses d’une ampleur nouvelle, dont on peut avoir déjà une idée avec les productions du programme européen RurLand, sur les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive. C’est dans cet environnement scientifique en pleine mutation que prend place l’ouvrage sur la villa du Palais à Châteauneuf-du-Rhône et je remercie Jean-Claude Béal, Christophe Landry et Frédérique Blaizot de m’avoir confié, peut-être de façon imprudente, le soin de rédiger cet avant-propos et de discuter ainsi de la contribution de ce travail collectif à une meilleure définition de la villa en Narbonnaise.

2Dans des territoires intensément étudiés comme la moyenne vallée du Rhône, la pratique de l’archéologie préventive, malgré tout son potentiel, doit être conjuguée à d’autres formes d’investigation pour répondre aux multiples questionnements élaborés au fil d’une recherche au long cours. Le risque pourrait être que des sites majeurs soient absents, sinon sous-estimés, dans nos restitutions sur une occupation des sols plurimillénaire, parce qu’ils ne sont pas localisés tout simplement dans le périmètre de l’urbanisation contemporaine. Des programmes volontaristes doivent permettre de les réinsérer dans toute tentative de reconstruction de ce qu’étaient les campagnes de l’époque gallo-romaine. L’ouvrage sur le site du Palais me paraît bien relever de cette démarche, puisqu’il est le résultat d’un projet collectif de recherche, selon le format mis en place par le ministère de la Culture, qui a permis de redonner de la cohérence à un ensemble de données composite fait de découvertes anciennes, de fouilles qui le sont un peu moins, d’opérations programmées et aussi de sauvetage ou préventives. Un tel résultat n’a été possible qu’avec le concours de plus d’une vingtaine de collaborateurs et spécialistes relevant d’une pluralité d’institutions de recherche, avec des intervenants des principaux laboratoires et équipes de l’est et du sud de la France. La part prise d’ailleurs par les collègues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives montre, s’il en était encore besoin, que les projets de recherche transcendent les ruptures en fait superficielles imposées à notre discipline par le Code du patrimoine.

3Le site du Palais est un bon exemple de ces sites ruraux dont l’identification a été objet d’une controverse que l’on peut résumer rapidement avec la formule villa ou vicus ? À partir des années 1980, en réaction au modèle exclusif de la villa dans les campagnes de la Gaule romaine, l’attention des chercheurs s’est focalisée sur les agglomérations de tout rang, autres que le chef-lieu de la cité, qui participent concurremment avec le centre domanial à la dynamique de peuplement, à l’organisation sociale ainsi qu’à l’exploitation économique des terroirs. Si cette idée est aujourd’hui largement admise, de nombreux sites archéologiques, de façon plus prosaïque, prêtent à des divergences d’interprétation. C’est ainsi que, dans la classification automatique d’Archaeomedes, qui a constitué une voie de rupture avec la typologie traditionnelle, émergeait une classe de sites de très grande étendue, de plusieurs hectares de superficie, livrant parfois des signes de luxe, des matériaux à la mosaïque ou la statuaire, et pouvant être occupés durant plus de cinq siècles. L’hypothèse de la grande villa n’était pas écartée a priori mais peut-être sous les effets d’un modèle hiérarchique des formes de l’habitat dominé par l’agglomération secondaire. Placé aux limites du territoire tricastin, qui est un des principaux ateliers du programme européen traitant du midi de la France, le site du Palais, du fait de l’histoire chaotique des recherches, a été jusqu’à une date récente considéré comme l’une de ces agglomérations. Le dossier porté à la connaissance du lecteur me semble mettre un point final au débat typologique et réinscrit dans le paysage rural de la cité ces très grandes villae, peu nombreuses, mais qui peuvent être un pôle de pouvoir, d’attraction pour les populations rurales et un centre de production et de consommation. On ne comprendrait pas la longévité de ces domaines – ici, au Palais, du changement d’ère au Ve siècle – et la récurrence des efforts d’entretien et de développement consentis par les propriétaires successifs – avec les trois principaux états de la villa du Palais – sans évoquer l’assise foncière indispensable à la permanence des élites. Ces établissements domaniaux que l’on pourrait qualifier de villae de statut prennent place à côté de villae d’investissement, à l’image du site du Mollard à Donzère (Drôme), dont la dimension résidentielle est bien moindre et dont l’activité répond à une certaine conjoncture économique favorisant une viticulture extensive.

4Ces très grandes villae qui occupent le sommet de la hiérarchie des établissements ruraux sont une réalité commune à de nombreuses régions de la Gaule mais restent encore très mal connues en Narbonnaise et cela malgré la place prise, comme cela a été dit, par l’archéologie préventive. Le site du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), dans le nord de la province, est considéré comme l’un de ces centres domaniaux majeurs, un exemple cependant incomplet malgré la poursuite aujourd’hui des investigations. En Languedoc méditerranéen, ce sont le plus souvent les prospections de surface qui permettent d’individualiser de tels sites, sans éviter parfois les interprétations divergentes sur leur statut. Dans les territoires des cités de Nîmes ou de Béziers, la dispersion des vestiges parfois jusqu’à une dizaine d’hectares traduit tout à la fois l’extension des constructions et le déplacement des occupations depuis l’époque tardo-républicaine jusqu’au Moyen Âge. Les exemples révélés par la fouille, au demeurant peu nombreux, ne laissent encore percevoir qu’une très grande diversité de situations. À côté de l’ensemble paradigmique de Chiragan aux Martres-Tolosanes (Haute-Garonne) aux confins occidentaux de la Narbonnaise, publié au début du XXe siècle et qui a pu être interprété comme une villa impériale ou de l’évident hapax que constitue l’exceptionnelle villa maritime de la Nautique à Narbonne (Aude), toujours en cours de fouille sous la direction de Corinne Sanchez, on peut ranger dans cette catégorie des sites comme la Domergue à Sauvian (Hérault) ou la Garanne à Berre-L’étang (Bouches-du-Rhône), dont on ne connaît que certaines composantes résidentielles ou agricoles, les villae de Vareilles à Paulhan ou d’Aspiran, dans l’Hérault où les installations de production viticole et potières dominent… La villa des Prés-Bas à Loupian (Hérault) appartient certainement à cette catégorie si l’on tient compte tout à la fois du quartier artisanal excentré mais dans la dépendance de la villa du Haut-Empire, et du développement de l’architecture résidentielle à l’époque tardive. L’évocation de ces quelques sites confirme bien que la publication de la monographie consacrée à la villa du Palais arrive à point nommé, villa dont les vestiges s’étendent sur plus de cinq hectares et dont on suit la trajectoire continue sur près de cinq siècles. Le lecteur y trouvera quelques données sur la période des déductions des colonies de la moyenne vallée du Rhône et de la mise en place du réseau centurié du cadastre B d’Orange, avec la mise en évidence de témoins tardo-républicains. C’est ensuite le temps du domaine de fondation, où tous les traits de la villa apparaissent de façon précoce, peut-être dès l’époque augustéenne (état I), ce qui rompt avec le schéma du domaine d’accumulation, où plusieurs générations, plusieurs temps d’investissement sont nécessaires pour aboutir à cette formule architecturale. La villa durant le Haut-Empire (état II) est remaniée, agrandie. Le plan original de cette période dont on peut discuter des influences méditerranéennes ou continentales vient compléter le corpus en cours de constitution des centres domaniaux de Narbonnaise. Une évocation en fin d’ouvrage replace la villa dans un paysage agricole restitué grâce aux données de la fouille comme des études spécialisées. Enfin le complexe résidentiel de l’Antiquité tardive (état III) constitue une référence des plus précieuses vu le nombre réduit des villae tardo-antiques découvertes en Gaule méditerranéenne. Les acquis de la recherche régionale ne sont pas encore suffisants pour ne voir dans ce phénomène qu’un effet de source bien que l’on n’ait jamais autant fouillé de sites de villae, ou bien pour conclure à une réalité propre à une époque. Un moment de mutation où les sources textuelles ne témoigneraient que de la nostalgie d’un mode de vie passée des puissants et où de nouvelles formes d’habitat élitaire sont à rechercher sur des sites perchés, révélées par l’archéologie.

5L’état IIIb de la résidence du Palais, construit vers 350‑400, va ainsi être une dernière expression de prestige qui marque la fin de l’histoire pluriséculaire de la villa. Comme pour les périodes antérieures, la perception de cette ultime réalisation est éclairée par une documentation de fouille des plus détaillées et une lecture architecturale exigeante. Le lecteur pourra suivre les permanences de plan qui guident encore le projet mais surtout les ruptures dans la recherche de monumentalité, la création de nouveaux espaces de circulation et de réception. Dans l’inévitable jeu des comparaisons, c’est avec la villa de Valentine (Haute-Garonne) qu’il me semble se dégager des conceptions communes, dans l’axialité privilégiée, la multiplication des cours à péristyle de tailles très différentes comme les transitions recherchées entre les différentes parties. Les chercheurs anglo-saxons ont proposé d’ailleurs des pistes d’interprétation qui font appel aux sciences cognitives pour rendre compte de formules architecturales particulièrement riches et qui seraient le résultat d’une stratégie des élites tardives (par exemple Stephenson 2019). Les cheminements longs et complexes, soutenus par la surabondance des matériaux, des textures et des couleurs variées, la présence de jeux d’eau, de salles d’un volume exceptionnel et utilisant des formes courbes sont destinés à impressionner le système sensoriel et à favoriser la constitution du souvenir chez le visiteur ou l’hôte de la résidence. La villa est bien un outil de représentation sociale mais elle est toujours à cette époque un établissement de production agricole, une fonction parfois remise en question lorsque la recherche était polarisée sur l’exploration des seules parties résidentielles ou parce que l’on a pu croire que la villa tardive n’était plus celle des agronomes de la fin de la République et du début du Principat. On ne peut restituer dans le détail l’ensemble du système de cultures du domaine du Palais au-delà de certaines évidences sur les productions agro-pastorales les plus traditionnelles, mais l’enquête archéologique confirme que les terres les plus proches du centre domanial sont bien cultivées durant cette fin de l’Antiquité. Des études géoarchéologique et bioarchéologique ainsi qu’une opportune opération préventive ont montré que ces vieux terroirs malmenés par l’érosion des sols depuis l’âge du Fer et sous les effets des crues de la Riaille font encore l’objet d’investissements agraires. La succession des plantations bien cernée sur l’ample décapage de la fouille comme l’identification d’installations de transformation et de stockage permettent de discuter d’un nouveau déploiement de la viticulture bien après l’optimum bien attesté du Haut-Empire et dont on sous-estime l’importance pour d’autres régions de la Narbonnaise. D’autres domaines d’étude viennent compléter au fil de la lecture le tableau proposé ; il n’est pas si courant de pouvoir replacer dans l’environnement d’une villa un ensemble funéraire d’au moins une centaine de tombes qui apportent des informations sur les forces de travail de cette grande exploitation agricole. Loin de l’image de l’autarcie domaniale, la consommation au sens large dans la villa – les céramiques bien sûr mais aussi les prestations d’équipes d’artisans pour la réalisation des pavements de mosaïques – révèle la part prise par les courants commerciaux et les influences qui connectent le site avec la Méditerranée.

6Ce développement sur l’état certainement le plus original de la villa permet certes de prendre la mesure de toute la richesse de l’étude de cas que constituent la fouille et l’étude du site du Palais. Il m’a semblé cependant bien agréable à rédiger car j’ai pu découvrir ainsi des similitudes et des différences pour une comparaison stimulante avec une autre étude de cas, celle réalisée sur le littoral languedocien, avec une autre équipe et à une autre époque, pour la villa de Loupian. Je suis sûr que le lecteur trouvera autant d’intérêt et de plaisir à découvrir cette nouvelle monographie de site, une forme de publication qui contribue à l’identité de la recherche archéologique méridionale.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.