Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Résumé

Texte intégral

1Les travaux menés sur le site de Conjux (lac du Bourget, Savoie) mettent en lumière les vestiges d’un lieu de culte de la période romaine actuellement immergé à plus de 3m de profondeur. Ils étaient constitués principalement de centaines de bases de piquets et de pieux en bois dans l’environnement desquels se trouvaient des éléments mobiliers.

2Le site a été découvert en 2000 dans le cadre des prospections subaquatiques menées par André Marguet pour dresser la carte archéologique des gisements lacustres des grands lacs périalpins. Dix années après sa découverte, le site a fait l’objet d’un travail universitaire (2010) où il a été proposé d’interpréter ces vestiges comme ceux d’un lieu de culte lacustre de la période romaine. À la suite de cette étude, cinq campagnes de terrain ont été menées sur le site (2011-2015), suivies par trois années de préparation à la publication (2016-2018).

3Le site se trouve dans la partie nord du lac du Bourget à proximité de l’embouchure de la Savière, son exutoire naturel. Ce petit cours d’eau occupe une place significative au sein de l’hydrosystème formé par le Rhône, les marais de Chautagne/Lavours et le lac. Périodiquement, lorsque le Rhône est en crue, le cours de la Savière s’inverse et le fleuve reflue dans le lac. Dans le cas de montées des eaux très importantes, le fleuve et le lac submergeaient l’ensemble des terres marécageuses. Seules les buttes calcaires (molards) émergeaient alors de cette vaste plaine liquide.

4En considérant le Rhône comme une limite territoriale, le site se trouvait à proximité de la frontière de la cité de Vienne, mais également de la Narbonnaise. Le lac n’est pas nommé dans les sources antiques, mais certains récits pourraient indirectement faire référence au lac lorsqu’ils traitent du Rhône et des étendues d’eau de son bassin versant. Dans un milieu topographiquement accidenté, le lac du Bourget — à l’interface entre les Alpes et le Jura — offrait une voie de circulation privilégiée concurrençant des itinéraires routiers aventureux. De nombreuses occupations attestent de l’attrait de l’étendue d’eau. Quant à la partie septentrionale du lac, elle était avantagée par le passage de la voie impériale menant de Vienne à Genève, ainsi que par l’existence de la Savière qui ouvrait sur le Rhône. Le site de Conjux était en partie immergé dès la période romaine à proximité de la berge, sous une faible hauteur d’eau, évaluée à moins d’un mètre pour la fin du IIIe siècle.

5L’examen de l’ensemble des vestiges témoigne de reliefs homogènes, en position primaire. Plus de 1 400 éléments en bois ont été topographiés sur le site et près de 400 ont été prélevés pour études dendroarchéologiques. Ils correspondent principalement à des restes de piquets et de pieux faiblement enfoncés dans les sédiments. Ils sont pour l’essentiel de petits diamètres et ne comportent que peu de traces d’interventions humaines, à l’exception de leur taille à la base pour en faciliter la pénétration dans les couches sédimentaires. Onze essences sont en tout représentées avec une très nette prédominance des chênes. Les mesures effectuées montrent qu’il s’agit de bois très jeunes, coupés et plantés dans les eaux du lac, quasiment tous les ans, entre les années 123 et 185 ap. J.-C. et le plus fréquemment en automne ou en hiver. D’une manière générale, il apparaît qu’il s’agit d’un site aménagé, mais non bâti, constitué d’apports annualisés de piquets et de pieux dont l’implantation semble relever de logiques propres.

6Le corpus monétaire est constitué de cent vingt-deux monnaies. Toutes ont été frappées à Rome. Outre quelques monnaies julio-claudiennes, l’ensemble est constitué d’un certain nombre d’émissions flaviennes, principalement frappées sous le règne de Domitien, mais surtout de nombreuses monnaies antonines, avant tout des règnes d’Antonin le Pieux et de Marc Aurèle. Des émissions plus sporadiques de Commode à Constantin complètent cet ensemble.

7L’instrumentum est principalement composé d’objets manufacturés en métal. Plusieurs objets remarquables se distinguent par leur rareté et leur excellent état de conservation. C’est le cas de deux couteaux qui ont conservé leur tranchant et une partie de leur manche en bois. L’un d’eux était estampillé. Des clochettes et un stylet étaient également présents. De nombreux clous de menuiserie ont été découverts dans l’environnement des piquets et des pieux, ainsi que du matériel halieutique et balistique (hameçons, poids de filets en pierre et en plomb).

8La céramique est également abondante et présente un assemblage singulier. Elle se compose d’un ensemble de céramiques fines, dont une série de gobelets entiers en sigillée claire B remontant à la seconde moitié du IIe siècle de notre ère. La céramique commune est représentée principalement par une série de pots de différents modules en céramique commune sombre noire. À cela s’ajoutent différents types de cruches en céramique commune claire dont un certain nombre présente des traces d’altérations volontaires.

9Une analyse plus précise permet de restituer un site à l’organisation structurée en plusieurs zones aux caractéristiques spécifiques. De ces éléments il n’est pas possible de définir la fonction même du site et c’est à partir de l’examen de l’assemblage du matériel qu’il est permis de caractériser un lieu de culte. La présence d’une quantité non négligeable de petites monnaies, d’une multitude d’objets complets ou mutilés, mais également d’objets fréquemment identifiés dans la sphère cultuelle (couteaux, clochettes et turibulum), va dans le sens d’une telle interprétation.

10L’examen des mobiliers permet de raisonner sur la question des gestes et des pratiques. Certains éléments étaient associés entre eux comme la monnaie découverte à l’intérieur d’un piquet, tandis que d’autres pièces étaient liées à d’autres petits pieux. Les parallèles les plus proches permettent de reconnaître une pratique renvoyant au domaine du symbolique. Pour les autres monnaies, certaines ont pu être jetées, mais d’autres ont pu être initialement accrochées en élévation sur les piquets. D’autres monnaies étaient quant à elle positionnées sous des fonds de pots retournés qui témoignent d’interventions in situ. Quant aux céramiques, certaines sont entières et elles ont vraisemblablement servi de contenant à des offrandes ou de récipients entrant dans le cadre du processus rituel. D’autres sont mutilées ou bien brisées et dispersées. La présence d’un stylet et d’un fragment de pigment pourrait témoigner de la pratique de l’écriture, voire de la réalisation de représentations figurées. Enfin, les restes de charbons de bois, les fragments d’une lampe à huile et d’un brûle-encens invitent à se questionner sur la présence du feu à hauteur du site. De même, les restes de faune consommée avec des marques de découpes, ainsi que la présence de jeunes individus, pourraient constituer les potentiels reliefs de rites sacrificiels.

11L’association entre les éléments mobiliers et les piquets et pieux en bois invite à traiter de leur fonction dans le cadre du lieu de culte. La présence de bois couchés atteste que certains avaient la forme de grands mâts. Compte tenu des vestiges identifiés et des sources archéologiques, iconographiques et ethnographiques mobilisées, ces piquets et pieux peuvent être interprétés comme les restes de supports intervenants dans le processus rituel (tituli, couronnes, bandelettes, clochettes, offrandes, torches, etc.). D’autres ont pu servir à matérialiser une limite ou une clôture ou bien de bases d’autels, d’édicules ou de structures légères, toutes les combinaisons étant possibles.

12En raison de leur position et de leur grand nombre, il est permis de penser que ces piquets et petits pieux ne se limitaient pas à une fonction pratique. Ils ont potentiellement pris une place plus importante dans le cadre du culte. Le corpus de Conjux a permis d’entamer une réflexion sur la présence du bois dans les contextes cultuels et sur la valeur symbolique attachée à la matière ligneuse. Un développement est proposé concernant les croyances associées à certaines espèces, la diversité des formes de la statuaire de bois, notamment des piquets anthropomorphes et piliers hermaïques, et plus largement de tous les éléments longitudinaux en bois que l’on est susceptible de rencontrer dans la sphère religieuse.

13Plus concrètement, il est permis, grâce à la précision des données disponibles, d’avancer sur la restitution de l’organisation du culte et des services religieux. Le culte apparaît comme régulier, annualisé avec un caractère saisonnier marqué. Il est vraisemblable qu’il avait lieu en automne ou en hiver. D’après les indices sur l’usage du feu et les référents mobilisés, il est possible que certains rituels aient eu lieu la nuit. Quant aux circulations, elles se faisaient sans doute à pied et elles étaient favorisées par des espaces ménagés pour accéder aux lieux de dépôts.

14Plusieurs motifs peuvent être invoqués pour justifier de l’instauration d’un culte à cet endroit. D’une manière générale, en contexte lacustre, la marque du divin s’inscrit dans les caractéristiques remarquables ou bien dans les bouleversements — réguliers ou épisodiques — que peuvent connaître ces espaces naturels. Pour Conjux, plusieurs hypothèses peuvent être formulées. Le culte a pu être lié aux variations saisonnières de la nappe d’eau qui pouvait conduire à la submersion de l’ensemble des marais de Chautagne et de Lavours. Il a pu également être lié à l’inversion de la Savière, phénomène remarquable et peu répandu à l’échelle du globe, voire aux oscillations inhabituelles et irrégulières du lac dans le contexte des perturbations climatiques des IIe et IIIe siècles. Quant à la divinité agissante du lieu, il est proposé qu’il s’agisse du dieu Savus, voire d’autres dieux ou déesses plus répandus dans les provinces gauloises et la cité de Vienne.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search