Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Table des illustrations

p. 337-345


Texte intégral

Introduction

1Fig. 1 - Localisation du site de Conjux, du lac du Bourget et des grands lacs périalpins (fonds de carte A. Marguet et P.-J. Rey). : 16

Chapitre 1 – De la découverte du site à la valorisation des résultats

2Fig. 2. - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés dans les lacs périalpins français.

  • Tableau a : Tableau de chiffrage par période chronologique avant les prospections (1976) d’après A. Bocquet. CDPA. UISPP Nice 1976.

  • Tableau b : A partir des données bibliographiques et à la suite des travaux du CNRAS/DRASSM, de l’AREOLL et du CALAS/AM. (CNRAS) DRASSM, YB. AREOLL et RC. CALAS. Après les prospections systématiques (juin 2002).

  • Tableau c : Diagramme avant les prospections (1996) et après l’élaboration de la carte archéologique (2002) (A. Marguet, DRASSM, juin 2002) : 20

3Fig. 3 - Carte des gisements sous-lacustres antiques recensés dans les grands lacs du domaine savoyard (A. Marguet, DRASSM) : 22

4Fig. 4 - Carte archéologique du lac du Bourget : localisation des principaux gisements sous-lacustres recensés (A. Marguet/DRASSM, juin 2002). La datation et l’interprétation des différents gisements sont reportées : 24

5Fig. 5 - Plan cadastral des sites identifiés dans la baie de Conjux. La position des axes et des triangles de prélèvements est reportée ainsi que leur profondeur : 27

6Fig. 6 - Vue des piquets dépassant des sédiments vasards lors de la découverte du gisement en février-mars 2000 (opération A. Marguet/DRASSM ; cliché réf. 48517 : Etienne Champelovier/DRASSM). Piquets et éléments de mobiliers visibles en surface au moment de la découverte du site en 2000 (opération A. Marguet/DRASSM ; cliché réf. 48525 : Étienne Champelovier/DRASSM). : 28

7Fig. 7 - Topographie des bois debout et couchés du gisement PNLV 1 le 27 mars 2000 (A. Marguet/DRASSM) : 28

8Fig. 8 - Premiers résultats de l’analyse des vestiges prélevés sur le site. a – Répartition planimétrique des piquets en bois et des mobilier prélevés à l’intérieur du sondage réalisé en 2000 (d’après relevés A. Marguet) ; b – Diagramme dendrochronologique et évolution diachronique dans l’implantation des bois d’après les phases d’abattage alors connues (d’après relevé A. Marguet et Archéolabs, réf. ARC 00/R2527D) : 30

9Fig. 9 - Plan du site avec indication des trois zones et localisation des secteurs décapé, ainsi que des transects de prélèvements des piquets et petits pieux : 32

10Fig. 10 - Tube topographique découvert en 2012 sur le site (S. Nieloud-Muller) : 32

11Fig. 11 - « Cépion ravissant l’or de Toulouse ». Eau-forte de Sébastien Le Clerc, d’après le dessin de Jean-Pierre Rivals, vers 1682 (Musée Paul Dupuy, Inv. 3924). Cette illustration se fonde sur certaines sources antiques qui relatent le pillage des richesses de la ville de Toulouse qui se trouvaient en partie rassemblées dans des lacs sacrés : 35

12Fig. 12 - Délimitation préliminaire de l’emprise des vestiges et définition de la zone d’intervention : 36

13Fig. 13 - Le support ponton positionné à hauteur du site. L’emprise de l’intervention est délimitée en surface par des bouées pour des questions de sécurité (Jonathan Letuppe) : 36

14Fig. 14 - Nomenclature de la trame de triangulation. Cf. figure suivante pour un exemple d’application sur le terrain : 37

15Fig. 15 - Développement de la trame de triangulation sur le site de Conjux : 38

16Fig. 16 - Localisation des carottages sédimentologiques réalisés sur le site : 38

17Fig. 17 - Plongeur numérotant un piquet à topographier. À noter à droite et à gauche des bois déjà numérotés : 40

18Fig. 18 - Synthèse des triangles topographiés avec reports des numéros de bois localisés en fonction des années de campagnes : 40

19Fig. 19 - Principes généraux du découpage spatial pour les travaux de topographie, de décapages et de relevés (d’après Bocquet et al. 1976) : 42

20Fig. 20 - Plongeur en train de dégager les vestiges présents dans la couche vasarde de surface (© Rémi Masson) : 43

21Fig. 21 - Plan de localisation des secteurs décapés : 43

22Fig. 22 - Plongeur relevant les vestiges à l’aide d’un gabarit métallique triangulaire (Duncan le Cornu) : 44

23Fig. 23 - Nombre d’éléments inventoriés pour chaque campagne de terrain : 44

24Fig. 24 - Piquets et pieux numérotés juste avant leur prélèvement pour analyse (© Rémi Masson) : 44

25Fig. 25 - Plan de localisation des secteurs de prélèvement des piquets et pieux : 46

26Fig. 26 - Nombre de bois debout prélevés pour chaque campagne de terrain : 46

27Fig. 27 - Prospection électromagnétique réalisée après décapage sur les bois non prélevés (© Rémi Masson) : 46

28Fig. 28 - Dégradations caractéristiques des bois gorgés d’eau. a. Cellules de bois gorgé d’eau ; b. Bois séché à l’air sans contrôle (ARC-Nucleart): 49

29Fig. 29 - Cuves d’imprégnation au polyéthylène glycol (ARC-Nucleart): 50

30Fig. 30 - Lyophilisateur (ARC-Nucleart) : 50

31Fig. 31 - Piquet avec monnaie avant traitement (ARC-Nucleart) : 51

32Fig. 32 - Couperet avec son manche en bois avant et après traitement (CREAM) : 51

33Fig. 33 - Extraits du film d’animation réalisé pour le parcours muséographique du musée Savoisien (modélisation 3D : Mickaël Gaujoux ; © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 54

Chapitre 2 – Contexte géo-historique et archéologique (fig. 36-77)

34Fig. 34 - Le lac du Bourget vu depuis le massif du Grand Colombier situé au nord (G. Savart, 25 juillet 2010, CC BY-SA 4.0) : 58

35Fig. 35 - Hydrogéologie simplifiée du val du Bourget (d’après Geneviève Maillet-Guy, Université de Franche-Comté, 1989) : 58

36Fig. 36 - Carte du lac du Bourget et du Haut-Rhône entre le défilé de Malarage et Seyssel (d’après Bravard et al. 2002, fig. 4, p. 208) : 60

37Fig. 37 - Extrait de la Carte géométrique d’une partie du cours du Rhône depuis Genève jusqu’au confluent du Guyer pour servir à la limitation des États de France et de Savoie, levée en 1760 sous le commissariat du roi de France et du roi de Sardaigne (ADS, C625). : 61

38Fig. 38 - Bathymétrie du lac du Bourget (d’après carte IGN 1/25000, 3332OT) : 62

39Fig. 39 - Réseau hydrographique du bassin versant du lac du Bourget (d’après documentation du Cisalb, Balvay et al. 2012, fig. 1, p. 12). : 62

40Fig. 40 - La Savière dans son environnement (Géoportail-des-Savoie, orthophotographie haute résolution 2016, © IGN-RGD Savoie Mont-Blanc) : 63

41Fig. 41 - Les grandes phases climatiques de la période romaine à l’Antiquité tardive (d’après Harper 2019, p. 8-9) : 65

42Fig. 42 - Carte des principaux lacs des domaines alpin et jurassien mentionnés dans le texte : 66

43Fig. 43 - Tendances générales des fluctuations du lac du Bourget de la période laténienne à l’Antiquité tardive d’après les carottages sédimentologiques et les données archéologiques recueillies sur le site de Conjux 4 (d’après Magny, Richard 1985, fig. 15, p. 269) : 67

44Fig. 44 - Principaux paramètres archéologiques pris en compte pour la restitution des fluctuations lacustres : 68

45Fig. 45 - Carte des sites romains et tardo-antiques pris en considération pour la restitution des variations du niveau du lac du Bourget. : 68

46Fig. 46 - Mise en relation des tendances théoriques des variations limnimétriques du lac du Bourget (Magny, Richard 1985, p. 268) et des lacs alpins et jurassiens (Magny 1992, p. 33) avec les différents sites archéologiques du lac du Bourget. En bleu les sites lacustres, en vert les sites terrestres submergés par la remontée du niveau des eaux du lac : 70

47Fig. 47 - Tendances générales des fluctuations du Léman de la conquête de la Transalpine au Bas-Empire d’après le croisement des données archéologiques et sédimentaires (d’après Coquoz 1999, p 63-64) : 70

48Fig. 48 - Exhaussement du niveau du lac et évolution théorique de la limite de la rive de l’époque gauloise à nos jours à l’extrémité septentrionale du lac de Neuchâtel (d’après Schwab 1992, fig. 1, p. 317) : 72

49Fig. 49 - Chronologie des gisements lacustres du IIe siècle de notre ère découverts au lac du Bourget (d’après Marguet 2002, p. 121-126). Pour le site PNLV 1, 87,7 % des piquets et des petits pieux ont été abattus entre 131 et 169 ap. J.-C. et 61,6 % entre 140 et 159 ap. J.-C. : 72

50Fig. 50 - Schéma d’organisation et chronologie des gisements des lieux-dits Pré-Nuaz/La Vacherie (PNLV) dans la baie de Portout (données : Marguet 2002, p. 123-124) : 72

51Fig. 51 - Le secteur de la baie de Portout sur la Mappe sarde de 1728. Conjux, vue générale, mappe n° 203, copie de 1732, extrait de la vue générale (C 2666) : 74

52Fig. 52 - Photographie aérienne de la baie de Conjux et de l’embouchure de l’exutoire de la Savière (Remonter le temps, identifiant de la mission : C3331-0081_1937_F3331-3332_0356, cliché n° 356, photo argentique du 1er août 1937) : 74

53Fig. 53 - Observations sédimentaires (a – cliché Jonathan Letuppe ; b – cliché Agnès Philips) : 75

54Fig. 54 - Observations stratigraphiques (relevés et prise de vue Agnès Philips et Sébastien Nieloud-Muller) : 75

55Fig. 55 - Alignement de la zone 2 dans la partie nord-ouest du site, vu depuis l’est (cliché Sébastien Nieloud-Muller) : 76

56Fig. 56 - Emprise de la Transalpine et de la Narbonnaise avec précisions des limites de la cité des Allobroges : 78

57Fig. 57 - Emprise de la cité de Vienne (d’après Rémy 2002, p. 97) : 78

58Fig. 58 - Table de Peutinger, extrait du segment III (copie de Konrad Miller, 1888) : 80

59Fig. 59 - Itinéraire mythique des Argonautes suivant le récit d’Apollonios de Rhodes (d’après Delage 1930, carte III, hors texte) et localisation hypothétique du marais Accion : 80

60Fig. 60 - Le bassin bourgetin dans son environnement orohydrographique avec report du réseau viaire restitué et des agglomérations et stations routières antiques : 82

61Fig. 61 - Carte d’occupation du sol dans l’environnement du lac du Bourget (Segard 2009, fig. 62, p. 99) : 84

62Fig. 62 - Localisation restituée de la voie impériale dans le secteur septentrional du lac du Bourget (d’après Dufournet 1965) : 85

63Fig. 63 - « Route de Vions à Culoz – Le Rhône » (Photographie Grimal, Chambéry, 2636, avant 1929). Ce cliché donne une idée des difficultés de circulation aux abords du Rhône dans ce secteur : 85

64Fig. 64 - Photographie aérienne de l’anomalie longitudinale observée dans la peupleraie du marais de Chautagne (lieu-dit Au Rubilla, parcelle n° 377 ; cliché réalisé le 3 mai 1978 à 11h30 par un pilote de l’ex-base militaire du Bourget) : 85

65Fig. 65 - Extraits de cartes anciennes (ADS 73) : 88
a – Description du duché de Savoie, copie en italien de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Paolo de Forlani, Venise, 1562).
b – Savoie et Bourgogne, réduction de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Abraham Ortelius, Anvers, 1570).
c – Duché de La Savoie (Jodocus Hondius, Amsterdam, 1630).
d – La Savoye divisée en ses grandes parties (Pierre du Val, Paris, 1677).
e – Les duchés de Savoye, de Genevois, de Chablais… (Hubert Jaillot, Paris, 1699).
f – Carte générale de la France, dite « Carte de Cassini », n° 118, feuille 63 (César-François Cassini, Paris 1759-1762).
g – Sans titre (Andrew Dury, St Martin’s-Lane, Londres, 1765).
h – Atlas National de France, n° 85. Départements du Mont-Blanc et du Léman (Chanlaire, Dumez, Paris, 1806)
i – Carte de la France, dite carte d’État-Major. Section de Chambéry, partie sud-est (Dépôt de la Guerre, 1866).
j – Carte de la France dressée par ordre du ministère de l’intérieur. Arrondissement de Chambéry (Hachette, Paris, 1907).

66Fig. 66 - Proposition d’évolution de l’embouchure de la Savière (Castel 1975, n. p.) : 89

67Fig. 67 - Le nom de la Save et ses équivalents en Europe (d’après Udolph, Bodé, 2010, Carte 3, p. 100) : 90

68Fig. 68 - Occupation du sol et découvertes archéologiques dans la partie septentrionale du lac du Bourget : 90

69Fig. 69 - Châtillon sur la Mappe sarde de 1728. Chindrieux, extrait de la vue 4, mappe n° 198, copie de 1732 (C 2616) : 90

70Fig. 70 - Plan du site de Châtillon Port 1 ou Châtillon II, commune de Chindrieux (d’après Castel 2004, p. 142), avec report des datations dendrochronologiques (d’après rapports Archéolabs ARC 94/R1360D et ARC 97/R1360D/2) : 92

71Fig. 71 - Cliché ancien de Conjux avec au loin la baie de Portout (droits réservés) : 92

72Fig. 72 - « Matériel résiduel » de Portout. Garniture d’étui en Bronze ajouré, signé AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANUS F(ecit) (a), statuette de Mercure en bronze plein (b) et intaille en pâte de verre bleu représentant Dionysos ou Bonus Eventus (c) (Pernon et Pernon 1990, fig. 39, 39bis et 40, p. 88, fig. 41, p. 89) : 93

73Fig. 73 - Autel métroaque de Conjux (clichés C.N.R.S. A. Chéné, Centre Camille Jullian) : 93

74Fig. 74 - Emprise des sites PNLV dans la baie de Portout avec report des courbes bathymétriques (d’après relevés Jean-Pierre Gassani et André Marguet, extraits cadastraux : 000 Z 01, 000 A 03, 000 AB 01 et 000 AC 01) : 94

75Fig. 75 - Plan du site de Pré-Nuaz, La Vacherie, site n° 2 (d’après Gassani 2004), avec report des datations dendrochronologiques (d’après rapports Archéolabs ARC 00/R2531D, ARC 03/R2607D/1 et ARC 04/R3065D/1). c. = circa : 94

Chapitre 3 – Le matériel archéologique

76Fig. 76 - Plan de répartition de l’ensemble des piquets et petits pieux et du matériel archéologique sur le site : 98

77Fig. 77 - Matériel archéologique découvert sur le site entre 2000 et 2015 : 99

78Fig. 78 - Vue des piquets et pieux dépassant des sédiments (© Rémi Masson) : 98

79Fig. 79 - Données chiffrées concernant l’étude des éléments en bois prélevés sur le site : 100

80Fig. 80 - Critères pris en compte pour l’étude des éléments en bois du site. Observations réalisées in situ et en post-fouille (a) et en laboratoire (b) : 100

81Fig. 81 - Données numériques relatives au corpus de bois, critères retenus et mises en relation pour l’analyse : 100

82Fig. 82 - Plan du site avec indications des trois zones principales : 102

83Fig. 83 - Schéma d’implantation des piquets et pieux dans la zone 2 : 102

84Fig. 84 - Nombre et proportions de bois topographiés et prélevés par zone : 102

85Fig. 85 - Morphologie des bois debout : 103

86Fig. 86 - Bois couché M06 (S. Nieloud-Muller) : 103

87Fig. 87 - Morphologie et mesures des bois couchés découverts sur le site : M04 et M07 (cliché, dessin et DAO : D. Le Cornu), M05 (Dessin, A. Marguet ; DAO. S. Nieloud-Muller) et M06 (Prises de vue, dessin et DAO : D. Le Cornu). Déterminations et analyses dendrochronologiques : Archéolabs (ARC 00/R2527D et ARC 12/R3908D/3) : 104

88Fig. 88 - Exemple de faible profondeur d’enfouissement des piquets : 105

89Fig. 89 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux sans distinction de zones : 105

90Fig. 90 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux par zone : 105

91Fig. 91 - Pieu équarri prélevé dans la zone 2 du site (dessin et DAO : S. Nieloud-Muller, cliché D. Le Cornu) : 106

92Fig. 92 - Exemples de traces de coupes à la base (a), d’ébranchage (b) et présence d’écorce (c) sur les piquets et pieux (photos : S. Nieloud-Muller) : 106

93Fig. 93. - Diagrammes des proportions d’essences forestières des piquets et pieux pour l’ensemble du site (a) et pour les différentes zones (b) d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs (pour les couleurs de la légende se référer à la figure suivante) : 106

94Fig. 94 - Répartition planimétrique des essences sur le site d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs. À noter que le choix des essences est très différent d’une zone à l’autre : 108

95Fig. 95 - Histogramme de répartition des bois en fonction du nombre de cernes (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs) : 108

96Fig. 96 - Rapport du nombre de cernes par cm par zone. Afin de faciliter la lecture comparative, le nombre de bois est exprimé en pourcentage (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs) : 108

97Fig. 97 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage toutes zones confondues. Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles es apports sont plus importants : 109

98Fig. 98 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage par zone. Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles les apports sont plus importants. : 110

99Fig. 99 - Grandes phases de développement du site d’après les phases d’abattage documentées. Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés : 111

100Fig. 100 - Grandes phases de développement de la zone 2 d’après les phases d’abattage documentées. Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés : 112

101Fig. 101 - Grandes phases de développement de la zone 1 d’après les phases d’abattage documentées. Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés : 114

102Fig. 102 - Évolution de certains paramètres dans le choix des bois au cours du temps (échantillon de 368 bois).
a – Rapport des diamètres en fonction des années ; b – Rapport entre les nombres de cernes et les années : 115

103Fig. 103 - Guide de lecture des relevés des petits pieux (dessins et mesures : M. Chanas, E. Ligier, A. Marguet, S. Nieloud-Muller ; DAO : S. Nieloud-Muller ; clichés D. Le Cornu, S. Nieloud-Muller ; détermination botanique et dates d’abattage : C. Dormoy/Archéolabs ; définition des saisons d’abattage : C. Dormoy/Archéolabs, M.-A. Jeanniot et C. Lavier). Pour la localisation de chaque piquet et pieux, se référer aux figures 18, 25 et 76 : 115

104Fig. 104 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 20 : 116

105Fig. 105 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 27 et 28 : 117

106Fig. 106 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 28 et 29 : 118

107Fig. 107 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29 : 119

108Fig. 108 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29 : 120

109Fig. 109 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 30 et 30’ : 121

110Fig. 110 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 4, 5, 6, 9 et 10 : 122

111Fig. 111 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 14 et 15. : 123

112Fig. 112 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 15 : 124

113Fig. 113 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 15 et 16 : 125

114Fig. 114 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 21, 22 et 23 : 126

115Fig. 115 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25 : 127

116Fig. 116 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25 et zone 3, triangle n° 2 et 4 : 128

117Fig. 117 - Découverte fortuite de l’ensemble lors de la dernière plongée du dernier jour de la campagne (Cliché Duncan le Cornu) : 129

118Fig. 118 - Modèle lasergrammétrique (AlidaD) : 129

119Fig. 119 - Modèle photogrammétrique (Nicolas Leys). L’ensemble est manipulable en ligne sur le site Sketchfab : 129

120Fig. 120 - Images médicales exploitables à partir du logiciel Etiam Viewer Lite. Cela permet de lire à l’intérieur de l’objet : 130

121Fig. 121 - Caractéristiques morphométriques de l’ensemble. Échelle 1/4 (Mesures, dessin et DAO : Stéphanie Roussel) : 130

122Fig. 122 - Piquet (n° 628) associé à une monnaie (n° 13.20.02.01). Échelle 1/2 (Dessin et DAO : Stéphanie Roussel) : 132

123Fig. 123 - État initial du bois après extraction (cliché Duncan Le Cornu, observations Catherine Lavier) : 133

124Fig. 124 - Traces de coupe et départ de branche à la base du piquet (cliché et observations Catherine Lavier) : 133

125Fig. 125 - Piquet appointé en hêtre (Fagus silvatica). Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du bois ; caractéristiques principales du hêtre : bois à pores diffus, rayons ligneux unisériés à multisériés (jusqu’à 20 cellules, 0,5 mm de largeur), épaississement à la limite du cerne (Didier Pousset, inv. BRG001 et CJX0001) : 133

126Fig. 126 - Datation par le radiocarbone d’un cerne central du piquet (Lyon-14236(SacA-49944) : Âge radiocarbone : 1950 ± 30, estimation des intervalles de dates calibrées (2 sigma) : 21-11 BC et 2 BC-120 AD (probabilité de 95,4 %) : 135

127Fig. 127 - Absence de déformations dans le brin dans l’axe de la monnaie (clichés Nicolas Leys, observations Catherine Lavier) : 135

128Fig. 128 - Absences de déformations dans le brin dans la partie inférieure du bois comportant le négatif de la monnaie (cliché et observations Catherine Lavier) : 135

129Fig. 129 - Différentes captures de la monnaie. a – Photographie quelques jours après la découverte (Duncan Le Cornu, LCD-photographer) ; b – Lasergrammétrie (bras de mesure ScanArm Faro ; Rémi Brageu, LAMS – UMR 8220) ; c – Lasergrammétrie (scanné avec AMETEK handy scan 700 – ALIDAD) ; d – Photographie en mars 2017 (Olivier Lempereur, HiSoMA – UMR 5189) ; e – Photogrammétrie en juin 2018 (Nicolas Leys, Rome et ses Renaissances – EA 4081 et ISCD) ; f – Traitement graphique sur illustrator ; g – Radiographie en février 2019 (CREAM) : 136

130Fig. 130 - Comparaison entre une image de scanner numérique de la monnaie du bois et deux asses de Domitien. a – Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale de France, FG 5430 [BNCMER III, p. 279, n° 290] ; b – Vente Rauch 103, 23 mars 2017, lot n° 256) : 136

131Fig. 131 - As de Nerva, droits photographié sous différents éclairages. Asses de Nerva, droits (Solidus Numismatik, vente n° 19, 23 septembre 2017, lot 508 et Classical Numismatic Group, vente n° 90, 23 mai 2012, n° 1522) : 137

132Fig. 132 - As de Nerva, revers photographié sous différents éclairages. As de Nerva, revers (Bertolami Fine Arts, vente n° 15, 27 avril 2015, lot 587) : 137

133Fig. 133 - Bilan des données chronologiques disponibles et proposition de datation de l’ensemble : 139

134Fig. 134 - Gestes potentiels et gestes identifiés témoignant d’une démarche réfléchie inscrite dans le temps long. : 139

135Fig. 135 - Monnaies découvertes en association avec des piquets au sein de la zone 1. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA (dessins des bois : A. Marguet/DRASSM et S. Nieloud-Muller ; clichés O. Lempereur, S. Nieloud-Muller et J. Letuppe) : 140

136Fig. 136 - Circulation des monnaies associées à des piquets en bois. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA (dessins des bois : A. Marguet/DRASSM et S. Nieloud-Muller ; clichés O. Lempereur) : 141

137Fig. 137 - Anthy-sur-Léman, Les Recorts, plan du site et de la structure I (d’après Coquoz 1999, pl. II, fig. 2). Trois monnaies ont été découvertes au moment du retrait du pieu situé au nord-ouest de l’aménagement : 141

138Fig. 138 - La « divinité celtique » de Villeneuve (Vaud, Suisse). Statue vue de face et détail montrant l’ouverture où se trouvaient les monnaies (d’après Wyss 1979, p. 59-60) : 143

139Fig. 139 - Monnaie votive (a) découverte à la proue du chaland Arles-Rhône 3 (b). Elle se trouvait coincée entre deux pièces en bois de la coque (plan de l’épave, 1/50e : CAO Pierre Poveda, CCJ ; DAO Mourad El Amouri, Ipso Facto ; clichés des monnaies, 1/1 : Rémi Bénali, Mdaa/CD13) : 143

140Fig. 140 - Les restes de l’« arbre à monnaie » de l’île Maree, Loch Maree (Northwest Highlands, Écosse). La reine Victoria mentionne dans son journal, à l’occasion de sa visite en 1877, avoir enfoncée une monnaie, probablement à son effigie d’ailleurs (MandyERush, janvier 2019) : 144

141Fig. 141 - Un randonneur utilise un poteau garni de pièces de monnaies pour s’appuyer lors de sa descente du Mont Snowdon (Gwynedd, pays de Galles). Ce poteau sert autant de repère visuel que de soutien pour faciliter les déplacements (Houlbrook 2018, fig. 4.7, p. 123) : 144

142Fig. 142 - Tableau de répartition par règnes et par périodes définies par R. Reece de l’ensemble du matériel numismatique : 146

143Fig. 143 - Graphique de répartition quantitative des monnaies de Conjux par périodes, du deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. au premier quart du IVe siècle ap. J.-C : 146

144Fig. 144 - Photographie de la tranche d’un dupondius de Domitien (catalogue n° 13, échelle x 3) : 146

145Fig. 145 - Denier d’Hadrien identifié après restauration (catalogue n° 25). a – Photographie avant restauration (cliché Duncan Le Cornu) ; b – Radiographie avant restauration (CREAM) ; c – Photographie après restauration (cliché Olivier Lempereur) : 149

146Fig. 146 - Tableau de répartition des monnaies découvertes sur le site suivant leurs dénominations : 149

147Fig. 147 - Présentation du corpus selon les matériaux utilisés : 177

148Fig. 148 - Présentation du corpus selon les catégories fonctionnelles : 177

149Fig. 149 - Différentes vues des couteaux : photographies (S. Bourgeaud-Lignot, n° 1 ; S. Paul, Musée Savoisien, n° 2), radiographies (CREAM de Vienne) et schémas interprétatifs des emmanchements (S. Roussel). Éch. 1/3 : 178

150Fig. 150 - Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du manche en noyer (Juglans regia) du couteau n° 2. Caractéristiques principales du noyer : bois à pores diffus dispersés isolément (accolés en files de 2 à 4 pores), rayons ligneux larges de 2-3 cellules, parfois unisériés, perforations uniques (Pousset 2020 : 6) : 179

151Fig. 151 - Détermination d’un âge C14 sur le manche en bois du couteau n° 2 et calibration du résultat (Centre de Datation par le Radiocarbone, Université Lyon 1) : 179

152Fig. 152 - Parallèles archéologiques de couteaux présentant un renfort vertical et une douille. a : 78, avenue Jean-Jaurès, Nîmes, Gard, sépulture 1185 [dessin : S. Lancelot, étude : Y. Manniez (Bel et al. 2016 : 339, fig. 325)] ; b : La Vigne de Bioaux, Béziers, Hérault, sépulture 4405 [dessin et étude : S. Raux (Bel et al. 2017 : 496, fig. 424)] ; c : ZAC du Vieux Port, Reims, Marne [dessin et étude : M. Brunet (Brunet 2016 : 1623, fig. 15)] ; d : agglomération d’Ambrussum, Villetelle, Hérault, US 8096 (crédit photo : Y. Manniez) ; e : site n° BMV.I/Laye/EA35857.2285, Beaumont-lès-Valence, Drôme (crédit photo : A. Gilles) ; f : fouille ancienne, Saint-Romain-en-Gal, Rhône, contexte non identifié (© Musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal / photographie : P. Veyseyrre). Éch. 1/2 : 180

153Fig. 153 - Quelques représentations de couteaux avec un renfort vertical provenant de divers monuments figurés. Pour la description des monuments, cf. fig. 162 : 182

154Fig. 154 - a : autel funéraire de L. Sestilius Crescens, Aquilée, calcaire, Ier s., Museo Archeologico Nazionale di Aquileia, (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction régionale des musées de la Région Frioul-Vénétie-Julienne) ; b : tympan d’Amiternum, calcaire, env. Ier s., Museo Nazionale d’Abruzzo, l’Aquila, inv. 100 (d’après Zimmer 1982 : 103, fig. 12) ; c : autel funéraire de Concordia Sagittaria, calcaire gris, Ier-IIe s., Museo Nazional Concordiese, Portogruaro (d’après Brusin, Zovatto 1960 : 49, fig. 62) ; d : temple de Vespasien, Rome, époque flavienne, Tabularium, Rome (d’après Siebert 1999 : pl. 5) ; e : autel votif, Velabro, Rome, marbre, époque augustéenne (2-3 ap. J.-C.), Museo Capitolino, Rome, inv. 1909 (d’après Zimmer 1982 : 163, fig. 84) ; f : autel funéraire d’Amemptus, marbre, époque claudienne, Musée du Louvre, Paris (crédit photo : S. Roussel) ; g : autel funéraire, Panté di Provo, Nähe Trento, époque augusto-tibérienne, Trento, Prov. d’Arte, Sez. Archeologia (d’après Siebert 1999 : pl. 9b) ; h : autel funéraire, tombe n° 29, Isola Sacra, Ostie, terre cuite, règne d’Hadrien à Antonin le Pieux, Museo Ostiense, Ostie (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction générale des musées du parc archéologique d’Ostia Antica) ; i : stèle gravée, pierre indigène, fin de la République, Corso Granpriorato di Malta, Capua (d’après Zimmer 1982 : 195, fig. 137) ; j : arc de Glanum, Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône, frise est de l’imposte, in-situ (d’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977 : pl. 21) : 182

155Fig. 155 - Les deux couteaux, les deux clochettes et le stylet. Dessins : S. Roussel (n° 1 et n° 3), E. Karali (n° 2, modifié, n° 4 et n° 5). Photographie estampille (éch. 1) : S. Roussel : 185

156Fig. 156 - Présentation succincte des typologies établies à partir des longueurs et des sections des tiges de clous sur plusieurs sites laténiens (d’après Blondel et al. 2018 : 529, fig. 5) : 186

157Fig. 157 - Classement typologique des clous (d’après Blondel et al. 2018) : 186

158Fig. 158 - Les clous de grande et moyenne dimension (dessins et DAO : S. Roussel) : 188

159Fig. 159 - Les clous de moyenne et petite dimension (dessins et DAO : S. Roussel) : 189

160Fig. 160 - Les autres catégories fonctionnelles (dessins, photographies et DAO : S. Roussel) : 190

161Fig. 161 - Artefact arrondi en céramique. Vase miniature ou ovoïde ? (Crédit photo Hortense Bougherara) : 191

162Fig. 162 - Le mobilier halieutique et balistique (dessins, photographies et DAO : S. Roussel) : 192

163Fig. 163 - L’utilisation de punaises pour la fixation de tissus sur un « arbre à loques » encore fréquenté de nos jours (Pré d’Auge, Calvados). Crédit photo : S. Roussel : 194

164Fig. 164 - Restitution hypothétique de trois techniques d’utilisation des clous du site pour la suspension. 1 : tige de petite taille totalement enfoncée dans le bois ; 2 : tige de taille moyenne enfoncée partiellement pour utiliser la partie non introduite ; 3 : tige de grande taille traversant le piquet et utilisation de l’extrémité comme crochet : 194

165Fig. 165 - Tesson du bronze final découvert au centre de la zone 2 (Dessin et cliché J.-M. Treffort) : 195

166Fig. 166 - Répartition quantitative du mobilier céramique par familles et catégories techniques en NR et NMI : 196

167Fig. 167 - Inventaire typologique des sigillées claires B : 197

168Fig. 168 - Sigillées claires B (dessins et DAO n° 1à 10 et 12 : S. Nieloud-Muller ; n° 11 : A. Gilles pour ; crédits photos S. Bourgeaud-Lignot) : 198

169Fig. 169 - Sigillées claires B (n° 13 à 15 et autres céramiques fines (n° 16 à 29) (dessins et DAO n° 13 à 17, 19 à 21, 28 et 29 : S. Nieloud-Muller ; n ° 18 à 27 : A. Gilles ; crédits photos S. Nieloud-Muller, sauf n° 15 et 20 : S. Bourgeaud-Lignot) : 199

170Fig. 170 - Inventaire typologique des céramiques à pâte grise réfractaire : 201

171Fig. 171 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire (dessins et DAO n° 32, 38, 40, 43, 44, 46 à 48 ; S. Nieloud-Muller ; D. Rodriguez-Lopez : n° 32, 34, 36, 37, 40 et 42 ; n° 30, 31, 33, 39, 41, 45 : A. Gilles) : 202

172Fig. 172 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire (dessins et DAO n° 49, 50, 51, 53, 54, 56 : S. Nieloud-Muller ; n° 50 : D. Rodriguez-Lopez ; n° 52, 55, 57 à 61 : A. Gilles ; crédits photo S. Nieloud-Muller) : 203

173Fig. 173 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire et céramiques kaolinithiques (n° 62 à 66), céramiques non calcaire cuite en mode A (n° 67 à 71) (dessins et DAO n° 62, 64 à 66 et 69 : n° 67 à 70 : A. Gilles ; crédits photo S. Nieloud-Muller) : 204

174Fig. 174 - Céramiques communes claires (n° 72 à 79), amphores (n° 80 et 81) et lape à hile (n° 82). (dessins et DAO n° 72 à 75 et 77 à 79 : S. Nieloud-Muller : n° 77 et 81 : D. Rodriguez-Lopez : n° 76 et 80 : A. Gilles ; crédits photo S. Nieloud-Muller) : 205

175Fig. 175 - Répartition du mobilier céramique par forme, en NMI et NTI : 207

176Fig. 176 - Quantification des terres cuites architecturales découvertes sur le site : 207

177Fig. 177 - Terres cuites architecturales (dessins et DAO : S. Nieloud-Muller) : 211

178Fig. 178 - Nombre de restes osseux et dentaires par taxon et par triangle de fouille (NR : nombre de restes) : 212

179Fig. 179 - Le fragment de pigment rouge (A) recto et (B) verso : 213

180Fig. 180 - Observation sous microscope optique de poudre prélevée à l’intérieur du sachet Minigrip contenant le fragment de pigment : 213

181Fig. 181 - Spectre IRTF (mode ATR) d’un échantillon de poudre rouge, caractéristique d’une argile : 213

182Fig. 182 - Diffractogramme du fragment de pigment en analyse directe, sans prélèvement (mode réflexion) : 214

183Fig. 183 - Plan de répartition de l’ensemble du mobilier et des piquets et petits pieux : 215

184Fig. 184 - Plan de répartition des céramiques : 215

185Fig. 185 - Plan de répartition des monnaies : 216

186Fig. 186 - Plan de répartition du mobilier métallique et lithique. Objets manufacturés à l’échelle 1/5e (n° 2, 4 et 5 : dessins Eva Karali ; n° 3 : dessin Stéphanie Roussel) : 216

187Fig. 187 - Plan de répartition des clous : 217

188Fig. 188 - Plan de répartition du matériel halieutique et balistique : 217

189Fig. 189 - Plan de répartition de la faune et des éléments organiques : 218

190Fig. 190 - Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone (d’après les identifications numismatiques d’Olivier Lempereur) : 218

191Fig. 191 - Plan de répartition des monnaies de la zone 1 par périodes (d’après les relevés de terrain et les identifications numismatiques d’Olivier Lempereur) : 220

192Fig. 192 - Plan de répartition des monnaies de la zone 2 par périodes (d’après les relevés de terrain et les identifications numismatiques d’Olivier Lempereur) : 221

193Fig. 193 - Plan de répartition des monnaies de la zone 3 par périodes (d’après les relevés de terrain et les identifications numismatiques d’Olivier Lempereur) : 222

194Fig. 194 - Schéma de la zone 1 avec localisation des différents regroupements présentés. Ces regroupements ont été faits à partir des datations absolues des phases d’abattage des petits pieux : 222

195Fig. 195 - Regroupement n° 1 (d’après identification numismatiques d’Olivier Lempereur, Clichés Olivier Lempereur et dessin du stilus Eva Karali) : 223

196Fig. 196 - Regroupement n° 2 (d’après identification numismatique : M. Amandry et O. Lempereur, étude céramologique : S. Nieloud-Muller ; clichés : O. Lempereur (monnaies), S. Bourgeaud-Lignot (Céramiques) ; dessin : E. Karali (couteau et clochette), S. Nieloud-Muller (clou avec rivet ?)) : 224

197Fig. 197 - Regroupement n° 3 (d’après identification numismatique : M. Amandry et O. Lempereur, étude céramologique : S. Nieloud-Muller ; clichés : O. Lempereur (monnaies), S. Bourgeaud-Lignot (Céramiques) ; dessin : E. Karali) : 226

198Fig. 198 - Regroupement n° 4 (d’après identification numismatique : M. Amandry et O. Lempereur, étude céramologique : S. Nieloud-Muller ; clichés : O. Lempereur (monnaies), S. Nieloud-Muller (céramique)) : 227

199Fig. 199 - Regroupement n° 5 (d’après identification numismatique et clichés : O. Lempereur) : 228

200Fig. 200 - Répartition planimétrique des fragments de quelques récipients découverts dans la zone 1 (d’après inventaire, collages et cliché : D. Rodríguez-López) : 229

201Fig. 201 - Monnaies découvertes sous des fonds de pots en céramique commune (identification numismatique et clichés : O. Lempereur (monnaies), S. Nieloud-Muller (tuiles) et D. Le Cornu (céramiques) : 230

202Fig. 202 - Tubulure (n° 12) découverte accolée à un piquet en bois. Elle contenait quelques éléments mobiliers et des restes organiques. À noter sur la photographie la présence d’un fond de pot mutilé (S. Nieloud-Muller) : 230

Chapitre 4 – Synthèse

203Fig. 203 - Synthèse des données chronologiques disponibles (d’après analyses dendrochronologiques : Archéolabs ; étude céramologique : A. Gilles et S. Nieloud-Muller et étude numismatique : M. Amandry et Olivier Lempereur) : 234

204Fig. 204 - Synthèse des données avec caractéristiques principales de chaque zone : 234

205Fig. 205 - Hypothèses de restitution de la plateforme supposée de la zone 3 du site. À noter que dans le cas de l’hypothèse 2, l’appontement pointerait sur le centre de la zone 2. Il serait dans l’axe de la rive actuelle et antique et parallèle à l’appontement du site PNLV 2 : 238

206Fig. 206 - Fragment de tegula (n° 5), de monnaies (n° 49, 83, 95, 108 et 115) et un fragment d’amphore découverts sous une pierre (d’après relevés de terrain, identifi¬cation numismatique d’Olivier Lempereur ; photographie de Jonathan Letuppe). : 240

207Fig. 207 - Exemple de monnaies découvertes seules et à plat sous les sédiments vasards superficiels (cliché M. Chanas, J. Letuppe, S. Nieloud-Muller et A. Phillips) : 241

208Fig. 208 - Piquet en hêtre dans lequel une monnaie a été introduite. a – Restitution possible du geste d’introduction de la pièce ; b – L’ensemble après la découverte de la monnaie lors du prélèvement du bois (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien. Restitution du bois et de sa monnaie d’après modèle photogrammétrique : Nicolas Leys) : 242

209Fig. 209 - Exemples de troncs monétaires modernes et contemporains de Suisse et de France. a – Samoëns (Haute-Savoie), 16-17e siècles (droits réservés) ; b – Localisation précise inconnue, 17e siècle (droits réservés) ; c – Béhuard (Maine-et-Loire), sans datation (Llann Wé² 2013) ; d – Sierre (Valais), période contemporaine (Jean-Louis Pitteloud, 2020) : 243

210Fig. 210 - L’invention de la statue de Notre-Dame-de-Beauchêne (carte postale ancienne, 10866, Éditions Artistiques Raymond Bergevin, La Rochelle) : 244

211Fig. 211 - L’« arbre rond » de Beugin (Pas-de-Calais). Le tronc de ce Sycomore contenait, à 4 m de hauteur, une statue de la vierge d’une vingtaine de cm, protégée par un grillage, lui-même incorporé dans les cernes du bois. Ce vieil arbre s’est rompu en octobre 2019 (Daniel Dekens) : 245

212Fig. 212 - Partie du tronc du Tilleul cloué de Gilly (Charleroi, Hainaut, Belgique ; Chalon 1912, hors-texte) : 245

213Fig. 213 - Arbres à loques de Madron, Cornwall, Angleterre (Jim Champion, août 2007, CC BY-SA 4.0) : 245

214Fig. 214 - Gobelets en céramique fine (cliché S. Bourgeaud-Lignot) : 247

215Fig. 215 - Monnaies altérées (clichés Olivier Lempereur) : 248

216Fig. 216 - Perforations sur des pots en céramique commune sombre noire (clichés S. Nieloud-Muller) : 248

217Fig. 217 - Restitution de la perforation d’une céramique (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 250

218Fig. 218 - Perforations sur le fond de récipients en céramique commune claire (cliché S. Bourgeaud-Lignot et S. Nieloud-Muller) : 250

219Fig. 219 - Couteau de la frise d’imposte de l’arc de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence). Emplacement de la frise d’imposte sur le plan et l’élévation de la voûte de l’arc, relevé de la frise d’imposte est (a) et détail de la frise (b) avec dimensions restituées du couteau (c). D’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977, pl. II, III et XXI, n° 8 : 253

220Fig. 220 - Restitution de tintinnabula accrochés sur des piquets (Capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 254

221Fig. 221 - Synthèse des différentes pratiques observées ou supposées dans les différentes zones du site : 255

222Fig. 222 - Essai de restitution du trophée sur palus de Décines, Métropole de Lyon (Ferber 2014, fig. 1b, p. 16 ; DAO F. Lauga) : 257

223Fig. 223 - Pieux isolés identifiés à l’est du site. À quelques mètres se trouvait un gobelet en céramique sigillée présentant des arrachements de fond (clichés S. Bourgeaud-Lignot, dessin et DAO S. Nieloud-Muller) : 258

224Fig. 224 - Hypothèse de restitution de supports d’autel dans la zone 1 du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 258

225Fig. 225 - Quelques exemples de supports de plateformes d’autels ou d’édicules observées à partir des données ethnographiques : 258

226Fig. 226 - Plan du sanctuaire du gouffre de la forêt de Corgebin à Brottes-Chaumont (d’après D. Vurpillot 2016, II, fig. 28, p. 253, d’après L. Thomas, 2003) : 260

227Fig. 227 - Plan des vestiges du sanctuaire de Chamalières (d’après D. Vurpillot 2016, I, fig. 54, p. 252. d’après A.-M. Romeuf et M. Dumontet) : 260

228Fig. 228 - Restes de piquets et de branches noueuses : a-f – Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) : g-i – Sources de la Seine (Côte-d’Or) (Deyts 1983, p. 128, pl. LXXIX, n° 308 ; inv. 75.2.147 ; Photo P. Bert) : 261

229Fig. 229 - Plan du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Somme) et plan de la zone dite « tiers nord » avec nombreux trous de piquets (Brunaux 1993, fig. 1, n.p. et Brunaux et al. 1985, fig. 58, p. 93) : 262

230Fig. 230 - Découverte de nombreux éléments en bois enchevêtrés dans la tourbe sur le site d’Oberdorla, Thuringe (Sanden, Capelle 2002, fig. 27, p. 36) : 263

231Fig. 231 - Reconstitutions hypothétiques de deux « sanctuaires » du site d’Oberdorla (Schmidt 2004, p. 19 ; dessins de l’auteur). a – Ensemble de la fin de l’âge du fer situé au bord du lac avec un piège à poissons enterré (La 22) ; b – Ensemble du début de la période impériale avec au centre deux piquets anthropomorphe, l’un en forme de fourche et l’autre ithyphallique. Au premier plan se trouvent d’autres « idoles ». L’ensemble se trouvait à une dizaine de mètres de la rive du lac (Panthéon I, FR 1, FR 2) : 264

232Fig. 232 - Restitution du Trackway XLII(Jp) de Wittemoor (Basse-Saxe), daté entre 135 et 129 av. J.-C. (Hayen 1971, fig. 16, p. 117) : 264

233Fig. 233 - Paysage sacro-idyllique du milieu du Ier siècle ap. J.-C découverte à Herculanum, sans contexte d’origine précis (Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 9244. Sur concession de la Soprintendenza per I Beni Archeologici di Napoli. Photo S. Wyler; cf. Wyler 2017 § 19-21, fig. 8): 265

234Fig. 234 - Couronne en branches de saule de la fin de la période laténienne découverte sur le site d’Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002, pl. VIII, n° 3) : 265

235Fig. 235 - Exemples de « plaquettes » : a-b : Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) ; c-e : Sources de la Seine (Côte-d’Or) conservées au musée archéologique de Dijon (Deyts 1983, p. 126, pl. LXXVII, n° 293, 295 et 298) : 267

236Fig. 236 - Systèmes potentiels d’accrochage et d’assemblage des éléments sur les piquets du site : 268

237Fig. 237 - « Enfants offrant un sacrifice à Diane et procession ». Fresque de l’époque sévérienne découverte à Ostie. Long. 1,05 m, haut. 0,50 m. (Bibliothèque du Vatican, Rome, cliché : Anderson ; Andreae 1973, fig. 566, p. 446) : 268

238Fig. 238 - Hypothèse de restitution de torches sur le site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 268

239Fig. 239 - Le site de Kozmin Copse dans la toundra de Kanin (district autonome de Nénétsie, Russie). De nombreux éléments sont suspendus aux arbres à certaines périodes de l’année (d’après Ovsyannikov, Terebikhin 1997, fig. 4.11, p. 61 et 4.14, p. 64) : 271

240Fig. 240 - Un ovoo sur les berges du lac Khövsgöl, province d’Hövsgöl, Mongolie. Il se trouve précisément entre la rive et le lac dans la zone de battement de la nappe lacustre : 271

241Fig. 241 - Passerelle d’accès, mâts et drapeaux de prières, lac Kacheopalri, Sikkim, Inde (© Kothanda Srinivasan, 2009) : 272

242Fig. 242 - Mâts et drapeaux de prières, Lac Kathok, Yuksom, Inde (© Jim Kasom, 2006) : 272

243Fig. 243 - Classification du « règne végétal » selon Théophrastre (Recherches sur les plantes, I, 3, 1). Elle aura une grande influence sur ses successeurs, notamment Pline, ainsi qu’à l’époque moderne dans les travaux concernant la classification du vivant : 273

244Fig. 244 - Les différentes « natures » de plantes ligneuses dont il est question dans les sources documentaires : 274

245Fig. 245 - Représentations anthropomorphes en bois découverts sur le plateau suisse. Échelle 1/10e, à l’exception de la statue de Genève à l’échelle 1/20e. Statue de Genève (Musée d’art et d’histoire de Genève, inv. 4261), statue de Villeneuve (Wyss 1979, p. 58), statue d’Yverdon-les-Bains (Brunetti 2001, fig. 1, p. 24 ; MCAH Lausanne, Y. André, Baudry) et statue d’Eschenz (Bürgi 1978, fig. 15, p. 20 ; K. Keller) : 276

246Fig. 246 - Hypothèses de restitution de la statue de Genève dans son contexte : a – La statue à hauteur de la berge et des aménagements portuaires du Ier s. av. notre ère (Gallay 2006, fig. 297, p. 287, dessin d’André Houot). b – Scène d’offrande où des dévots déposent des dons devant la statue dressée au-dessus de l’eau (Maquette de Marius Rappo, 1991, Musée national suisse, Zurich) : 276

247Fig. 247 - Typologie des « idoles de bois » découvertes sur les sites de la sphère germano-scandinave (d’après Behm-Blancke et al. 2012, fig. 33 à 38, p. 89-93) : 277

248Fig. 248 - Restitution du panneau représentant un personnage vêtu de vert devant trois piliers hermaïques, Meikirch (cant. de Berne) – Église 1977, Cryptoportique 15, Panneau 8, 110,5 x 125,5 cm (Fuchs et al. 2004, fig. 120, p. 115) : 279

249Fig. 249 - Éléments en bois rencontrés fréquemment dans la sphère religieuse : 281

250Fig. 250 - Scène de sacrifice (panneau 15) de la mosaïque du « calendrier rustique » découverte à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), début du IIIe siècle ap. J.-C. (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye © RMN-Grand Palais, Michel Urtado) : 282

251Fig. 251 - Mât en tilleul de grande hauteur découvert sur le site d’Oberdorla (d’après Behm-Blancke et al. 2003, fig. 52, p. 155 et pl. 21, n° 4) : 283

252Fig. 252 - Supplique au dieu Silvain. Inscription découverte à Aime (Savoie), CIL XII 103 (Prieur 1977, p. 135) : 285

253Fig. 253 - « Dieu stylite » avec un personnage enfoncé à l’intérieur d’une colonne, hauteur : 9,3 cm (Santrot 1986, fig. 14, p. 225) : 285

254Fig. 254 - Bas-relief de Jongieux (Savoie) représentant Silvain sur la face principale et des doubles thyrses sur les faces latérales (Wuilleumier 1943, fig. 17 et 18, p. 148) : 285

255Fig. 255 - Bacchus et Priape sur le vase Torrita, Musée archéologique, Florence, époque augustéenne (Ersilia Caetani Lovatelli, Roma, Accademia dei Lincei, 1883) : 286

256Fig. 256 - Monnaies de Magnésie du Méandre du cabinet des Médailles, BnF. a. Gordien ; b. Octacilia (Robert 1977, fig. 15, p. 78) : 286

257Fig. 257 - Découverte et transport du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale du Sacrarium du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8929) : 286

258Fig. 258 - Adoration du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale de l’Ecclesiasterion du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8570) : 287

259Fig. 259 - Attis ne faisant qu’un avec un arbre sur la face latérale de l’autel taurobolique de Périgueux (B. Duphy) : 289

260Fig. 260 - Le culte de Cybèle et d’Attis dans la cité de Vienne et ses abords (d’après F. Derksen-Janssens 1972, dans Turcan 1972, hors texte et Derksen-Janssens 1983 dans CCCA, V, fig. 11, p. 84) : 289

261Fig. 261 - Chaudron de Gundestrup. Intérieur, plaque 2 (Musée national du Danemark, Copenhague) : 291

262Fig. 262 - Haut-relief dit des « dendrophores » (Valensi 1969, n° 46) : 291

263Fig. 263 - Restes d’un tronc en chêne découverts au sein du sanctuaire La I du sanctuaire d’Oberdorla. Ils se trouvaient au sein d’une structure en forme d’embarcation où ont été découverts notamment des baguettes (Kultstäbe ; en noir sur le plan), plusieurs pieux rituels et un piquet anthropomorphe (Behm-Blancke et al. 2002, pl. 39, c) : 291

264Fig. 264 - L’arbre de mai en Dauphiné, carte postale ancienne (VII, 20 – Fernand Nathan, Paris, n° 170) : 292

265Fig. 265 - Mâts de mai. Parallèles ethnographiques (Behm-Blancke et al. 2002, fig. 52, p. 155). : 292

266Fig. 266 - Restitution schématique des principales étapes de la chaîne opératoire des dendrophories : 293

267Fig. 267 - Un pieu planté en milieu aquatique recoupe trois milieux différents et deux interfaces : 294

268Fig. 268 - Évocation de dévots et d’officiants sur la beine aux abords du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 295

269Fig. 269 - Principales caractéristiques des zones du site et propositions de restitution. : 297

270Fig. 270 - Proposition de restitution d’une statue au centre de la zone 2 (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien) : 297

271Fig. 271 - Modèles théoriques présidant à l’implantation des piquets en bois d’après les observations réalisées à partir de leur localisation et des différentes phases d’abattage connues : 299

272Fig. 272 - Accessibilité aux deux zones principales. Un écartement théorique de 50 à 60 cm, permettant à une personne de passer entre deux piquets, a été pris en compte : 300

273Fig. 273 - Le site, le lac et un bois sont indissociables et devaient être interdépendants : 300

274Fig. 274 - Les différents indices de lieux de culte répartis tout autour du lac invitent à restituer un « paysage religieux » bourgetin dont le site de Conjux n’était peut-être qu’une composante : 302

275Fig. 275 - Secteur septentrional du lac du Bourget avec embouchure actuelle de la Savière. Vue depuis le sud-est. Dans sa configuration actuelle, le site se trouve à 3,5 m de profondeur et à plusieurs centaines de mètres de la rive (© Lafelt – Sylvain Felten, mars 2022) : 303

276Fig. 276 - Tracé de La Thielle au XIXe siècle avec localisation des paléochenaux de La Tène et du Pré de la Mottaz (d’après Ph. Zuppinger, Laténium) : 303

277Fig. 277 - Gobelet en argent découvert à Avenches. Coupe et déroulement graphique (Duvauchelle 2001, fig. 1, p. 260) : 305

278Fig. 278 - Zürich, Grosser Hafner. Plan d’ensemble avec courbes bathymétriques et localisation des interventions (a). Au centre de l’île se trouve le « temple » gallo-romain (b) dans l’environnement duquel ont été découvertes des monnaies romaines (c) (d’après Primas, Ruof 1981, pl. hors texte et Eberschweiler, Käch 2006, fig. 9, p. 252 et fig. 25, p. 264) : 306

279Fig. 279 - Schéma de l’inversion saisonnière du cours de la Savière : 307

280Fig. 280 - La fête de Bon Om Touk, festival des eaux qui a lieu au Cambodge au moment de l’inversion complète du cours du Tonlé Sap (Leighton Thomas, novembre 2015) : 308

281Fig. 281 - Autel du dieu Savus trouvé dans le lit de la Save. Probablement du IIe s. de notre ère, CIL III 3896 (Šašel-Kos 1994, n° 11, p. 101 ; Musée national de Ljubljana) : 309

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.