Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Conclusion

Sébastien Nieloud-Muller

Texte intégral

1L’objectif initial de la reprise des investigations subaquatiques sur le gisement de Conjux était de documenter les vestiges encore présents et d’appréhender la fonction du site. Il a été rapidement atteint par la reconnaissance des restes d’un rare exemple de lieu de culte lacustre. L’analyse et le croisement de l’ensemble des données ont permis de dépasser ce premier objectif en restituant la morphologie du site et son organisation, son développement au cours du temps et les pratiques dont il a été le cadre.

2Au-delà du site, ces recherches autorisent à porter un regard nouveau sur les questions complexes relatives aux sanctuaires lacustres et aux lacs sacrés. Elles enrichissent les réflexions sur les dépôts en milieux humides et plus largement sur l’interprétation des éléments mobiliers découverts dans les eaux qui ne peuvent se comprendre qu’en regard de leur contexte. Elles invitent à réfléchir sur la place et l’usage du bois dans les sanctuaires. Elles offrent enfin l’occasion de repenser le rapport entre l’eau et le religieux et de réfléchir sur les moyens d’identifier et de caractériser les lieux de culte en milieu naturel.

3Le gisement de Conjux apparaît tout d’abord comme un site homogène, dont les vestiges – essentiellement des piquets en bois et des éléments mobiliers – présentent un très bon état de préservation. La cohérence de l’ensemble permettait de mener un examen scientifique approfondi.

4Le site se trouve à proximité de l’exutoire du lac, la Saviere. Il est situé au carrefour de voies terrestres et aquatiques dans un secteur d’interface entre la terre et l’eau. L’ensemble de cette zone était soumis à de nombreuses transformations en raison des fluctuations du Rhône et de la nappe de l’étendue d’eau. Lorsque le Rhône était en crue, un phénomène naturel remarquable se produisait régulièrement, peut-être tous les ans. Le cours de la Saviere s’inversait entièrement pour refluer alors vers le lac. Ce phénomène naturel remarquable et rare à l’échelle du globe n’est sans doute pas étranger à la présence d’un lieu de culte à cet endroit.

5D’après l’analyse des vestiges, il en ressort que le culte était communautaire, annualisé et saisonnier. La répartition des piquets et du matériel traduit une organisation en zones distinctes aux caractéristiques spécifiques. Les centaines de datations dendrochronologiques disponibles offrent la possibilité de modéliser le développement de ces zones, année après année, et pendant près de six décennies du IIe siècle de notre ère.

6La zone plus ancienne, à l’ouest, possède un plan organisé autour d’un secteur central. Elle est constituée d’apports de piquets implantés en prenant soin de ménager des espaces libres pour accéder en son centre. Une concentration plus importante de piquets et de matériel laisse deviner qu’il devait s’y trouver initialement un élément polarisant qui a pu prendre la forme d’une statue, d’un autel ou d’un autre élément remarquable. Le brassage chronologique du matériel laisse deviner que les dépôts de matériel se sont faits à distance des piquets et pieux. Ils pourraient traduire des rites de jets. Le plan se maintient au cours du temps et son accès a pu être réservé à des officiants ou à un nombre limité de pratiquants.

7À l’inverse, la zone située à l’est, quasi contemporaine de quelques années, possède un plan moins lisible au premier abord. Elle est également constituée d’apports annuels de bois formant des petites concentrations indépendantes, qui croissent et se déplacent au cours du temps. Les liens planimétriques et chronologiques entre les éléments ligneux et les mobiliers attestent qu’ils ont été déposés ensemble. Certaines découvertes autorisent même à reconnaître des interventions in situ. Quant à l’abondance et la plus grande variété du matériel, elles indiquent une diversité de pratiques et de règles plus larges et que la zone était accessible et sans doute fréquentée par davantage de pratiquants.

8La troisième zone est beaucoup moins bien connue en raison du faible nombre de bois et de mobiliers identifiés. D’après la localisation et les caractéristiques des pieux prélevés, ils pourraient témoigner d’une structure d’appontement aménagé peut-être au moment d’une fluctuation du lac vers la fin du IIe siècle.

9D’une manière générale, les observations de terrain et l’étude du matériel prélevé ont permis de reconnaître différentes pratiques rituelles connues ou plus inattendues. Les relevés subaquatiques attestent qu’il s’agit de reliefs en position primaire. Les éléments mobiliers étaient associés aux piquets en bois. Ils étaient soit déposés au moment de l’implantation des piquets, soit accrochés ou fixés en élévation sur eux. Ils correspondent pour l’essentiel à des dépôts progressifs et annualisés. Les pratiques reconnues renvoient aux dépôts monétaires (rites de jet, dépôt sous des fonds de pots en céramique, association à des piquets), à l’offrande alimentaire, à la mutilation volontaire et aux divers moyens de communication entre la communauté humaine et la sphère divine par l’intermédiaire de l’écriture, de l’encens ou du son produit par le bronze. À cela s’ajoutent de potentiels restes sacrificiels.

10L’importance numérique des piquets et leur concentration indiquent qu’ils tenaient une place importante dans le cadre des pratiques rituelles. Pour la plupart ils ne peuvent pas témoigner de structures construites. Ils s’apparentent davantage à des piquets plantés individuellement ou par petits groupes, le plus fréquemment à proximité de bois déjà en place. Certains peuvent être interprétés comme des marqueurs de limites et de signalisation, des mâts servant de supports à des éléments intervenants dans le cadre du culte ou prenant part dans le processus rituel (couronnes, guirlandes, bandelettes ou rubans, supports d’écrit ou de représentations, offrandes, oscilla ou ex-voto). Certains ont pu servir de bases à de petits autels et de petits édicules, de supports de torches, voire de représentations anthropomorphes. Il est toutefois délicat de trancher entre ces différentes propositions qui peuvent se combiner sans s’exclure. Il est également possible que les apports de ces petits pieux puissent témoigner d’une pratique rituelle. C’est du moins ce qui se dégage des caractéristiques des bois choisis. Il pourrait alors s’agir de marqueurs d’offrandes ou bien de piquets coupés et implantés sur le site dans le cadre de cérémonies plus complexes dont les modalités nous échappent. En cela ils ont pu se rapprocher des sacrifices d’arbres ou d’arbustes et des dendrophories documentées dans les sources gréco-latines.

11La mise en relation de l’ensemble des données disponibles permet enfin de restituer des gestes et d’approcher les croyances qui en sont à l’origine. Il est probable que l’origine et l’existence de ce lieu de culte se trouvent dans son contexte naturel. Il pourrait être mis en relation avec les variations saisonnières du niveau du lac au IIe siècle de notre ère et avec l’inversion du cours de la Saviere. Il est possible que ces fluctuations, régulières, mais inexpliquées à l’époque, aient été attribuées à une divinité agissante ayant le contrôle du lac. Plus largement, le site de Conjux semble s’intégrer à un ensemble cultuel plus vaste, qui doit être considéré en regard des autres sanctuaires contemporains du val du Bourget. Quoi qu’il en soit, il s’intègre pleinement, au même titre que d’autres lieux de culte, dans le paysage religieux des communautés vivant dans l’est de la cité de Vienne.

12Malgré toutes ces avancées, les vestiges du gisement conservent encore une grande part d’inconnu. Afin d’améliorer davantage la compréhension du site, des observations complémentaires peuvent être envisagées. Une étude micro-tomographique aux rayons X du bois dans lequel une monnaie a été découverte devrait permettre de déterminer comment la monnaie a été introduite à l’intérieur. Cela pourra favoriser la datation du piquet, ainsi que la chronologie des gestes successifs reconnus sur l’ensemble. Des analyses de contenu des récipients en céramique pourraient être réalisées afin de mettre en évidence la nature des préparations ou des décoctions qu’ils ont pu initialement contenir. Un examen plus approfondi du fragment d’ocre rouge, du stylet et des graffitis permettrait d’apprécier davantage les liens entre ces éléments, ainsi que la question de l’écriture et des représentations au sein du site. De même, une étude tracéologique sur les traces de découpes de la faune et sur les couteaux favoriserait la compréhension des potentielles relations entre ces reliefs et ces instruments.

13Pour mieux comprendre le site, il est aussi nécessaire d’approfondir la connaissance de son environnement à différentes échelles. Aux abords immédiats du site ont été identifiés quelques pieux isolés à proximité desquels se trouvait un gobelet en sigillée mutilée. Ces quelques vestiges sont situés dans l’axe de l’appontement PNLV 2 dont l’origine remonte à la conquête de la Transalpine et dont la durée d’utilisation n’est pas connue. Il serait intéressant de caractériser les liens unissant ces sites entre eux. Les parties supérieures du site ayant flotté sont peut-être conservées dans les secteurs de la berge antique au nord du lac. La considération des autres gisements archéologiques des environs permettrait de mieux saisir les dynamiques d’occupation dans ce secteur ouvert vers le Rhône et il conviendrait de mesurer les relations entre ces implantations et le réseau de communication terrestre et hydrographique. La perception du paysage antique du gisement nécessite également de se pencher sur les autres sites romains et tardo-antiques du lac du Bourget. La nappe variant d’un bout à l’autre de l’étendue d’eau, tous les sites immergés apportent des indications sur les fluctuations du lac. C’est en prenant en compte l’altitude et la distance par rapport à la rive des gisements les mieux calés chronologiquement qu’il est possible de restituer les tendances des variations du lac au cours du temps.

14Pour le lac du Bourget, elles paraissent avoir été importantes à la période romaine et en particulier au IIe siècle, à l’époque de l’implantation du site PNLV 1 et de trois autres sites contemporains. Ce siècle apparaît d’ailleurs comme une période de forte irrégularité climatique, à la transition entre l’Optimum climatique romain et la Période de transition de l’Empire romain tardif. Les fluctuations observées au lac du Bourget trouvent des correspondances aux tendances reconnues pour d’autres lacs. Dans la même démarche que pour les périodes antérieures au Subatlantique, la poursuite de la comparaison des données du Bourget avec celles d’autres grandes étendues d’eau de la cité de Vienne, en particulier celles d’Aiguebelette, d’Annecy, du Léman et de Paladru, permettront de reconnaître si les variations des lacs ont été synchrones à la période romaine. Cette mise en relation amènera à réfléchir sur les réponses apportées par les communautés humaines face aux métamorphoses du paysage. Les aménagements divers dans le secteur d’interface entre terre et eaux permettent d’évaluer la gestion du risque et les solutions proposées pour y remédier. Ces données pourront enfin être comparées à celles d’autres bassins lacustres de l’arc alpin, à commencer par ceux de Suisse et d’Italie.

15Les données chronologiques fines obtenues à Conjux et les oscillations des niveaux des lacs peuvent être mises en relation avec les bouleversements climatiques du IIe siècle qui ont eu un impact sur la situation politique et économique de l’Empire, mais également sur les mentalités et les croyances.

16Au-delà de la synthèse sur le site et de l’amélioration des connaissances des occupations antiques des lacs et de leur environnement, cette étude a permis d’aborder sous un angle nouveau certains dossiers relatifs à la religion romaine.

17Tout d’abord, les recherches sur les lacs sacrés et les sanctuaires lacustres se focalisaient principalement sur les sources textuelles relatives à l’« or de Toulouse ». Une recherche doctorale consacrée au sujet, initiée en parallèle des recherches menées à Conjux, a permis de montrer la variété des lacs concernés, ainsi que la grande diversité de l’organisation de ces lieux de culte et des pratiques rituelles. Au même titre que le site du lac du Bourget, il s’agit le plus fréquemment de lieux faisant l’objet de cultes communautaires, réguliers et organisés. Comme d’autres sanctuaires, ils s’inscrivent dans les paysages religieux des populations auxquelles ils se rapportent.

18Sur ces sites sont fréquemment conservés des éléments ligneux qui apportent des informations dont on ne dispose pas pour d’autres sites. Les interrogations sur les vestiges en bois du site de Conjux sont à l’origine de réflexions sur la place du bois dans les lieux de culte. Ces recherches montrent également une très grande diversité des usages qui ne peuvent se limiter aux seuls aspects pratiques et techniques. Il est nécessaire de prendre en compte la potentielle valeur symbolique attachée aux essences, à la forme des bois et à la dimension verticale des éléments qui, enfoncés dans le sol, voire dans l’eau, assurent un lien vers le ciel. Les données rassemblées mériteraient de faire l’objet de travaux de synthèse plus approfondis, en particulier sur la statuaire de bois, les multiples traces observées dans les sanctuaires de colonnes, piliers, poteaux et pieux, ainsi que sur la question des reliefs potentiels laissés par les sacrifices d’arbre et les dendrophories.

19Les recherches conduites sur le site et sur ces lieux de culte lacustres amènent à aborder différemment la question des « dépôts en milieux humides » et, par extension, des explications formulées pour justifier de la présence de mobiliers en contexte aquatique. Le site de Conjux et la comparaison avec d’autres sites cultuels immergés suffisent à montrer qu’il n’est pas possible de proposer un modèle interprétatif unique pour exposer les phénomènes de dépositions dans les eaux. Au contraire, ces sites offrent des exemples solides qui s’avèrent bien plus éclairants que les conclusions hâtives et généralisantes, formulées le plus souvent à partir d’une matière dont les contextes sont peu assurés. À l’inverse, les sites bien documentés attestent, par leurs vestiges et leurs spécificités, de la grande diversité des milieux aquatiques touchés et des différentes formes que ces sites pouvaient prendre.

20La grande variété d’écosystèmes concernés invite à repenser – dans la continuité des réflexions engagées ces vingt dernières années – les rapports entre l’élément aquatique et le religieux et en l’occurrence la notion de « culte de l’eau » ou de « culte des eaux ». Sur les sites cultuels à l’image de celui du Bourget, l’eau n’apparaît pas centrale dans le culte. Elle n’est qu’une composante – peut-être secondaire – d’un écosystème qu’il convient de considérer dans son ensemble. Il apparaît donc nécessaire de prendre en compte les caractéristiques des milieux et leurs transformations, régulières ou plus inattendues, pour comprendre les origines d’un lieu de culte. Les divinités ne s’incarnent pas seulement dans l’élément aquatique, mais dans des écosystèmes reconnus par les communautés humaines comme des espaces propices à la manifestation du divin. Plus qu’une approche focalisée uniquement sur l’eau, il paraît donc plus pertinent de se fonder sur les caractéristiques des milieux aquatiques où ont été découvertes des traces relevant de la sphère religieuse. En complément des recherches concernant les sources et résurgences, les études menées sur les cours d’eau et les lacs montrent que les caractéristiques des différents écosystèmes considérés peuvent être à l’origine de représentations symboliques distinctes en fonction des milieux. Cette distinction entre écosystèmes devrait permettre d’enrichir les recherches sur les rapports du religieux et de l’eau. Elle paraît en tout cas contredire la perception d’un « culte de l’eau » généralisé, voire les distinctions arbitrairement fondées sur la nature ou l’état de l’eau considérée comme « vive », « jaillissante », « courante », « dormante », « calme » ou « morte ».

21Ces réflexions invitent enfin à aborder la question complexe de l’identification et de la caractérisation des lieux de culte en milieu naturel. Comme pour les milieux aquatiques, les divinités peuvent s’incarner dans un contexte minéral et végétalisé particulier. Il peut s’agir de grottes sanctuaires ou de bois sacrés sans qu’il soit question de « culte des pierres » ou de « culte des arbres ». Ces espaces naturels remarquables et leurs transformations pouvaient être considérés comme étant la marque de la puissance des dieux. Si certaines composantes de la nature font l’objet de constructions importantes qu’il est facile d’identifier, d’autres étaient laissées intactes ou faisaient l’objet d’installations très sommaires qui ne laissent que des traces fugaces. Il convient également de sortir d’une vision évolutionniste établissant un passage de sanctuaire naturel à des sanctuaires aménagés puisqu’il apparaît que ces différents types de lieux de culte ont coexisté au cours du temps. Pour ces raisons, il est important de ne pas se limiter à la recherche d’aménagements bâtis pour identifier certains de ces lieux de culte. C’est le plus souvent par l’analyse fine des mobiliers archéologiques et de leur mode de déposition qu’il est possible de déterminer s’ils témoignent de reliefs de pratiques rituelles et d’un lieu de culte organisé.

22Pour avancer sur ces questions, il est indispensable de passer par l’examen des sources et de les croiser. La seule étude des données matérielles ne suffit pas et il est nécessaire de prendre en considération dans l’analyse les caractéristiques des espaces naturels concernées et d’autres sources documentaires. La prise en compte des données textuelles et iconographiques apporte des informations complémentaires sur ce qui a disparu et qui échappe à l’archéologue. En appoint, les sources ethnographiques élargissent le champ des possibles et enrichissent les réflexions et l’interprétation des traces fugaces identifiées. Le réexamen de dossiers plus anciens et de nouvelles découvertes archéologiques permettront enfin d’améliorer notre connaissance des lieux de culte en milieu naturel de la période romaine.

23La perception des paysages religieux ne peut se faire sans l’intégration de ces sanctuaires naturels. Ces derniers aident à comprendre la perception que les communautés humaines se faisaient de leur environnement et notamment de certaines espaces naturels où les dieux s’incarnaient. Ces recherches font plus largement écho aux réflexions contemporaines sur la place de la nature dans les représentations des sociétés occidentales.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search