Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Chapitre 4. Synthèse et réflexions

Sébastien Nieloud-Muller

Texte intégral

1Le croisement de l’ensemble des données étudiées permet de mieux comprendre le site et son environnement. Il sera tout d’abord question de revenir sur la chronologie et la répartition des vestiges, ainsi que sur les principaux critères autorisant à reconnaître qu’il s’agit d’un lieu de culte. L’examen des éléments découverts dans un excellent état de conservation favorise l’identification de pratiques et de gestes rituels en contexte lacustre. L’existence de centaines de piquets et de petits pieux offre l’opportunité de questionner la présence et la fonction des éléments en bois dans les lieux de culte. C’est l’occasion d’aborder la diversité des usages du bois dans la sphère religieuse et de s’interroger plus largement sur les croyances relatives à la matière ligneuse dans le monde romain. L’analyse des vestiges et du contexte du site permet d’en restituer le fonctionnement dans le temps et dans l’espace. Il s’agit d’un lieu de culte communautaire, structuré et organisé qui devait s’inscrire dans un paysage religieux plus large à l’échelle du lac du Bourget. Il est enfin possible, en revenant sur les spécificités et les transformations de l’écosystème lacustre, de proposer différents motifs ayant pu être à l’origine du site.

4.1. Un lieu de culte lacustre

4.1.1. Un gisement unique et homogène

2Tous les éléments recueillis sur le site attestent que le gisement archéologique forme une unité, un tout cohérent. Il ne s’agit pas de vestiges éparpillés et sans rapports, mais de piquets et de pieux plantés dans les sédiments, associés à des restes matériels rassemblés dans un niveau de surface sableux vasard très volatile (cf. 1.1.5.1., 1.3.2.2. et 2.2.4.3. ; fig. 6). Les vestiges antiques identifiés constituent un ensemble ordonné et dans un très bon état de préservation. La cohésion de l’ensemble ressort de la distribution spatiale des vestiges, mais également de la chronologie et de la nature des éléments en bois et des objets découverts.

3La répartition planimétrique des vestiges permet de mettre en évidence des concentrations de pieux dans l’environnement desquels se trouvaient les restes matériels. Cette association relève d’une relation directe entre eux et de choix délibérés pour leurs implantations ou leurs dépôts.

  • 1 Aucune occupation postérieure ne semble avoir provoqué de perturbations ou de dégradations majeures (...)

4Les datations vont également dans ce sens puisque les données chronologiques s’accordent entre elles. Outre la présence de quelques éléments dits « résiduels » et de « pollutions » plus récentes (cf. 1.2.3.), les phases d’abattage des bois et le mobilier autorisent à définir une séquence chronologique couvrant une grande partie du IIe siècle et du IIIe siècle de notre ère (fig. 203)1. Tous les piquets et pieux datés ont été coupés et implantés dans le lac entre les années 123 et 185. Les céramiques sigillées et sigillées claires B sont contemporaines de ces phases d’abattage et il en est de même des monnaies puisque les deux tiers des émissions datent de l’époque antonine, plus particulièrement des règnes d’Hadrien à Commode. Des frappes plus tardives attestent que le site reste fréquenté tout au long du IIIe siècle, peut-être même jusqu’au début du IVe siècle comme le suggère la présence d’une monnaie de l’empereur Constantin.

Fig. 203 - Synthèse des données chronologiques disponibles.

Fig. 203 - Synthèse des données chronologiques disponibles.

5Quant aux vestiges identifiés, ils sont sensiblement similaires. Les observations effectuées sur les bois traduisent des choix délibérés dans leur sélection et leur mise en œuvre (cf. 3.1.1.). Qu’il s’agisse des bois debout ou des bois couchés, ils apparaissent pour leur quasi-totalité comme des piquets ou pieux de section complète, aux diamètres sensiblement équivalents et peu travaillés par l’homme. Il en est de même des objets qui répondent à une même typologie et à une même fonction (petites monnaies en alliages cuivreux, gobelets et petits pots pour les céramiques, etc.).

4.1.2. Des zones distinctes en constante évolution

6Une unité de lieu, une unité de temps et une unité formelle de ses composantes caractérisent donc le site. Toutefois, il ne faut pas le percevoir comme un gisement uniforme et figé puisque la position de chaque élément permet d’individualiser des zones spécifiques, dont le développement diffère dans le temps (fig. 204).

Fig. 204 - Synthèse des données avec caractéristiques principales de chaque zone.

Fig. 204 - Synthèse des données avec caractéristiques principales de chaque zone.

4.1.2.1. L’épicentre du site (zone 2)

7Par bien des aspects, la zone 2 apparaît comme la zone principale du site. Avec plus d’un millier de piquets et pieux, elle est d’abord numériquement la plus importante. Son plan traduit une organisation structurée avec des secteurs individualisables (cf. 3.1.2. ; fig. 82). Au centre se trouve le secteur où la concentration de bois est la plus dense. De part et d’autre, vers le sud et vers le nord, se trouvent divers alignements de bois, tandis que vers l’est et vers l’ouest, l’implantation des bois est plus clairsemée.

8Les données chronologiques indiquent qu’il s’agit de la zone la plus ancienne. Les bois les plus vieux se concentrent dans la partie centrale ce qui démontre qu’elle forme vraisemblablement le cœur originel du site. Ce secteur restera privilégié pour les apports annuels de bois. L’implantation des piquets et des pieux répond à un modèle concentrique, sans doute autour d’un élément polarisant qui se trouvait à cet endroit.

9Les éléments en bois présentent une très grande uniformité. D’un point de vue structurel ils apparaissent assez peu enfoncés dans les sédiments, au diamètre réduit et assez régulier (un peu moins de 6 cm en moyenne). Il ne s’agit quasiment que de chênes, très jeunes dans l’ensemble, et dont la croissance semble avoir bénéficié de conditions favorables.

10Le matériel découvert est peu abondant, sans doute en raison du probable pillage de la zone (cf. 1.2.3.). Un certain nombre de monnaies du IIe siècle proviennent de cette zone. À noter que toutes les émissions postérieures au IIe siècle, quelques céramiques, dont une amphorette complète plutôt caractéristique des contextes du IIIe siècle et un tesson de céramique à revêtement argileux remontant au Bas-Empire, ont été identifiées dans ce secteur.

4.1.2.2. Une zone latérale au fonctionnement différent (zone 1)

11La zone 1 se distingue assez nettement de la zone 2. Elle est constituée de près de 400 piquets et pieux formant un agglomérat qui commence à se constituer une dizaine d’années après le début de l’implantation des bois dans la partie centrale de la zone 2. Au premier regard, le plan de cette zone ne présente pas de cohérence. Toutefois, les données chronologiques indiquent qu’il s’agit, comme pour la zone 2, d’apports progressifs, réalisés année après année. Mais contrairement à la zone 2, les implantations suivent davantage une logique linéaire, qui se fait globalement du nord vers le sud.

12Les nouveaux bois mis en œuvre viennent compléter, soit en périphérie soit au centre, de petits agglomérats de piquets déjà existants. Il est permis de parler d’une forme d’attractivité qui peut s’expliquer par la volonté de renforcer les ensembles les plus récents, là où les bois ont été installés depuis peu. Le glissement observé semble correspondre à des déplacements traduisant la durée de vie d’une structure en milieu immergée qui est estimée à une vingtaine d’années (Pétrequin 1984 : 62-63). De fait, le vieillissement des piquets les plus anciens pourrait expliquer la progression mise en évidence, mais également le fait que l’implantation des bois se fasse sur un modèle suivant une succession de différents pôles.

13D’après les caractéristiques des bois, le corpus apparaît beaucoup plus hétérogène que dans la zone 2. D’une manière générale ils semblent implantés plus en profondeur dans les sédiments.

14Les onze essences identifiées sont représentées dans cette zone qui concentre d’ailleurs à elle seule la quasi-totalité des essences autres que le chêne. Le diamètre des bois reste réduit (un peu plus de 6 cm en moyenne), mais ils paraissent plus âgés que ceux de la zone 2. Les mesures de la largeur des cernes semblent indiquer qu’ils n’ont pas bénéficié de conditions aussi favorables que ceux de la zone 2. Ainsi, qu’il s’agisse de leur diamètre, de leur âge ou de la largeur des cernes, les disparités sont très importantes d’un bois à l’autre et ne présentent pas la même régularité que les bois de la zone 2.

15Quant au matériel il est beaucoup plus foisonnant que dans la zone 2. Il se caractérise également par la présence de monnaies, qui ne dépassent toutefois pas le IIe siècle, et par un mobilier céramique contemporain. Les céramiques sont représentées par un nombre non négligeable de récipients complets en céramique fine et par d’abondants restes de céramiques communes. À noter également la présence d’un mobilier métallique bien plus riche ainsi que davanatage de restes de faune.

4.1.2.3. Une zone en marge aux caractéristiques propres (zone 3)

16Quant à la zone 3, elle n’est documentée que par un faible nombre de bois à l’implantation plutôt lâche. Malgré le peu de données exploitables, elle se distingue clairement des deux autres zones.

17La densité des bois est beaucoup plus faible et quelques alignements de bois doublés semblent se dessiner. Les caractéristiques des bois sont différentes des autres zones et en particulier de la zone 2. Seules des essences autres que le chêne sont documentées. Les piquets et pieux apparaissent plus profondément enfoncés et leur diamètre est également plus important. Enfin, alors que les coupes de bois apparaissent plus fréquentes en automne/hiver dans les zones 1 et 2, aucun bois n’a été coupé à ces saisons dans la zone 3. Toutes ces données convergent pour reconnaître une fonction différente de cette zone par rapport aux deux autres.

18Quant au matériel il ne se compose que de rares éléments mobiliers, dont trois monnaies contemporaines de l’empereur Marc Aurèle.

4.1.3. Un site aménagé, mais non construit

19L’examen des données disponibles pour les zones 1 et 2 permet a priori d’exclure l’existence de structures bâties. En effet, la répartition des bois, leur morphologie, leur implantation et leur écartement ne permettent pas de restituer de constructions. L’examen du plan de ces zones montre l’absence de cohérence structurelle dans la répartition des bois. Au premier abord, la zone 1 se présente comme un regroupement informe de piquets et de pieux. Il en est de même de la zone 2 qui est formée d’alignements, mais ces derniers ont des contours imprécis et il est difficile d’expliquer la concentration de bois au centre de la zone, tout comme le relatif éparpillement de certains bois vers l’est et l’ouest.

20Il faut aussi noter l’absence totale de pièces de bois avec traces de tailles spécifiques pour l’assemblage (tenons, mortaises, etc.). De plus, les piquets et pieux constituant le site sont pour l’essentiel de petits diamètres (cf. 3.1.3.4. ; fig. 90 à 92). Ils sont nombreux à avoir moins de 6 cm de section, ce qui les rend peu solides. À cela s’ajoute la présence de bois d’essences inadaptées à la construction. Quant à la présence de terres cuites architecturales, le faible nombre d’éléments découverts écarte toute restitution d’une potentielle couverture de tuiles.

  • 2 À titre de comparaison, pour l’ensemble des stations littorales de Clairvaux (Jura), le diamètre de (...)

21Il a été proposé que la solidité d’une éventuelle superstructure aurait pu être assurée par la concentration même des bois. Cependant, leurs profondeurs d’enfouissement indiquent qu’ils ne pouvaient pas supporter d’élévation pondéreuse (fig. 88). L’examen des éléments prélevés avec leur base montre qu’il s’agit de piquets et pieux flottants, c’est-à-dire plantés seulement dans la craie lacustre. Les profondeurs observées variaient de quelques centimètres à quelques décimètres ce qui est très faible pour assurer une stabilité verticale (résistance à la charge) ou une stabilité horizontale (résistance aux vents et aux poussées latérales)2. C’est d’ailleurs sans doute ce qui a en partie provoqué la chute de certains bois couchés découverts sur le site.

22Enfin, la répartition planimétrique des piquets et pieux en fonction de leur phase d’abattage montre une absence de relation logique dans la distribution entre des bois de mêmes années. Ces observations ne permettent pas en effet de montrer d’alignements ni de plans favorisant l’identification d’unités construites. La forme du site et les éléments venant d’être cités permettent d’ores et déjà d’éliminer certaines hypothèses relatives à la fonction de ce gisement. Dès la découverte du site, il fut souligné que la petitesse des bois ne permettait pas de conclure à un aménagement lié à la batellerie (Marguet 2002 : 123). Les structures en lien avec la navigation sont le plus souvent formées de pieux relativement massifs (Wawrzinek 2014). C’est, entre autres, le cas de l’appontement PNLV 2, situé à quelques dizaines de mètres du site PNLV 1, qui est constitué de robustes pieux sur lesquels des traces de mortaises ont pu être observées (cf. 1.1.5.1. et 2.3.4.3.). La situation est identique pour les structures de Châtillon II (cf. 2.3.4.1.), d’Anthy-sur-Léman (cf. 3.2.5.1.), des ports de Genève (Bonnet et al. 1989 : 4-9) et d’Avenches (Bonnet 1982 : 127-131). Quoi qu’il en soit, et en dépit du nombre de bois présents dans les zones 1 et 2 du site PNLV 1, les structures auraient été trop fragiles pour supporter un véritable platelage.

23De surcroît, les sites liés à la batellerie ont le plus souvent une forme longitudinale. Leur construction matérialise la rive ou bien ils sont parallèles ou perpendiculaires à celle-ci. Le plus généralement, leur plan est conditionné par la nécessité de disposer d’un tirant d’eau suffisant pour accueillir une ou plusieurs embarcations. Or, d’un bout à l’autre du site PNLV 1 et plus spécifiquement à hauteur de l’allongement observé dans la zone 2, le dénivelé n’est que d’une dizaine de centimètres d’un bout à l’autre de l’emprise des bois. En définitive, la mise en œuvre des piquets et des pieux sur le site apparaît inadaptée pour la batellerie et très différente de celles des sites mentionnés (plan, robustesse des éléments structurels, etc.). Il faut ajouter également l’absence de ferrures et de clous de construction dans le corpus de mobilier mis au jour. Enfin, la répartition du matériel archéologique permet d’éliminer l’existence d’une superstructure, notamment parce qu’il se concentre entre les piquets et pieux et se fait rare en dehors de l’emprise des bois.

24D’autres pistes d’interprétation ont été envisagées : habitat lacustre, pêcherie, radier de digue, estacade ou aménagement de berges. Même si la petite taille et la multiplicité des bois, la variété des essences utilisées, ainsi que l’éparpillement des phases d’abattage pouvaient aller dans ce sens, ces hypothèses ne résistent pas longtemps à l’analyse en raison des caractéristiques spécifiques du site, ainsi que pour les arguments identiques à ceux exposés précédemment.

25À la différence des deux zones principales, la zone 3 pourrait toutefois témoigner de l’existence d’un platelage correspondant à l’extrémité d’une structure d’appontement ou d’une plate-forme d’accès. Cette interprétation se fonde sur la mise en évidence d’alignements de bois doublés, de plus gros diamètres que les autres bois du site et de l’utilisation de l’orme qui est reconnu dans l’Antiquité pour sa solidité pour les constructions immergées. Malheureusement, nous ne disposons d’aucune donnée chronologique permettant de mettre en évidence la contemporanéité de ces bois entre eux. En suivant cette probabilité, deux hypothèses de restitution sont envisageables (fig. 205). La première consisterait à la positionner selon un axe nord-est/sud-ouest (a), et la seconde sur un axe nord-ouest/sud-est (b). Cette dernière paraît plus probable dans le sens où la structure serait perpendiculaire à la rive actuelle et parallèle à l’appontement PNLV 2, mais surtout parce qu’elle pointerait sur la partie centrale de la zone 2, là où la concentration de bois et de mobiliers est très importante. Malheureusement, en raison d’un enfouissement plus important à mesure que l’on approche de la rive, il n’a pas été possible d’en définir les limites nord-ouest.

Fig. 205 - Hypothèses de restitution de la plateforme supposée de la zone 3 du site. À noter que dans le cas de l’hypothèse 2, l’appontement pointerait sur le centre de la zone 2. Il serait dans l’axe de la rive actuelle et antique et parallèle à l’appontement du site PNLV 2.

Fig. 205 - Hypothèses de restitution de la plateforme supposée de la zone 3 du site. À noter que dans le cas de l’hypothèse 2, l’appontement pointerait sur le centre de la zone 2. Il serait dans l’axe de la rive actuelle et antique et parallèle à l’appontement du site PNLV 2.

26En définitive, en dehors de cette zone, la fonction des zones 1 et 2 ne s’impose pas immédiatement. C’est en examinant plus attentivement le mobilier archéologique et sa répartition qu’il est possible de déterminer leur destination.

4.1.4. Des reliefs de pratiques rituelles

27D’après l’ensemble des caractéristiques des bois, le site PNLV 1 ne s’apparente pas aux types de gisements archéologiques qui sont le plus fréquemment reconnus en contexte lacustre. Aucun parallèle direct n’a d’ailleurs pu être identifié dans les lacs des domaines alpin et jurassien. En dehors des éléments en bois, l’étude du mobilier archéologique permet d’avancer sur la compréhension de la fonction principale du site. Si individuellement chaque élément matériel peut se retrouver dans des contextes très divers, l’examen de leur association et de leur répartition permet de déterminer qu’il s’agit d’un lieu de culte.

28L’étude de l’assemblage s’avère significative. Elle l’est d’autant plus qu’elle prend en compte tout le mobilier sans se limiter à une catégorie de vestiges. Toutefois, le corpus est vraisemblablement incomplet en raison de la disparition des éléments les plus légers (cf. 2.2.4.3.), ainsi que des ramassages et pillages, anciens ou plus récents (cf. 1.2.3.). Cependant, il paraît être suffisamment représentatif. Comme pour les éléments en bois, l’assemblage du matériel présente une remarquable cohérence chronologique, typologique et fonctionnelle. Il se caractérise essentiellement par la présence de récipients en céramique, de petites monnaies en alliage cuivreux, d’objets manufacturés en métal, auxquels il faut ajouter des restes de faune.

29La proportion importante d’objets entiers est à souligner. L’essentiel des récipients en céramiques fines est encore utilisable et certains objets métalliques étaient complets comme le style ou les deux couteaux qui ont conservé leur tranchant et une partie de leur manche en bois.

30Il faut noter ensuite la présence d’objets sensiblement identiques qui traduit une sélection volontaire d’objets. Les céramiques fines sont principalement représentées par des gobelets issus de productions d’ateliers différents et il en est de même des petits pots – qui peuvent s’apparenter à des gobelets – et des plus grands pots. Les deux couteaux sont quasiment identiques et répondent à une même fonction et cela vaut également pour les clochettes. Ces similitudes attestent que leur présence ne relève pas du hasard, mais témoigne d’une sélection. La présence de monnaies traduit également des choix délibérés et amène à se demander pourquoi des objets pouvant encore être utilisés et ayant encore une valeur marchande ont été abandonnés sur ce site.

31Il faut enfin rapporter la présence d’éléments qui se rencontrent très fréquemment sur les sites relevant de la sphère religieuse. Ils montrent que cet assemblage apparaît singulier et se distingue du simple dépotoir ou d’autres contextes (domestique, artisanal, etc.). Les arguments énoncés et les analogies avec d’autres ensembles de la sphère cultuelle permettent de reconnaître que ces vestiges se rattachent au domaine du symbolique et du religieux.

4.2. Gestes et pratiques

32Il ressort de l’examen de l’assemblage des éléments présents qu’il s’apparente à ce que l’on est susceptible d’identifier sur des gisements relevant de la sphère cultuelle. À partir des données de fouilles il est possible d’aller plus loin sur la compréhension des pratiques et des gestes qui sont à l’origine de la présence de ces reliefs sur le site.

33L’analyse de la répartition des objets atteste qu’ils ont été abandonnés volontairement sur place et qu’il s’agit donc de dépôts en position primaire. La principale difficulté pour leur étude réside dans le fait que l’ensemble est partiel en raison de vraisemblables récupérations et pillages. Pour autant, les observations de terrain et l’analyse spatiale des éléments encore présents permettent de mettre en évidence la complexité des pratiques et des gestes qui les précèdent. Les monnaies identifiées, ainsi que les récipients en céramique ont pu être utilisés dans la cadre de pratiques diverses. Certains présentaient des traces de mutilations et de potentiels bris volontaires. D’autres récipients et d’autres objets étaient complets. Leur concentration dans certains secteurs ainsi que la présence de faune consommée amène à restituer de potentielles pratiques sacrificielles et l’existence de petits autels dans un secteur localisé du site. La présence d’un brûle-encens, de clochettes, d’un stylet et d’un fragment de pigment invite à se questionner sur les motifs de leur présence sur le site.

4.2.1. Diversité des pratiques liées aux monnaies

34L’examen du corpus monétaire apporte des éléments concernant des pratiques rituelles diverses. Pour l’essentiel leur répartition permet de montrer qu’il s’agit de dépôts progressifs et continus (cf. 3.9.3.). Certaines pièces se trouvaient associées directement à des éléments en bois, tandis que d’autres étaient sous des fonds de pots ou présentaient des marques de manipulations. Bien que la présence en nombre de monnaies soit courante dans les lieux de culte, notamment en contexte lacustre, ces diverses pratiques demeurent méconnues.

4.2.1.1. Des dépôts progressifs et continus

35La localisation précise de toutes les monnaies découvertes sur le site permet de formuler différentes remarques sur la chronologie de leur apport sur le site, sur leur dispersion, ainsi que sur les modalités de leur déposition.

36Le corpus n’est sans doute pas complet en raison des prélèvements, anciens ou plus récents, effectués sur le site. La présence d’un certain nombre de monnaies sous une grosse pierre pourrait en effet laisser deviner que le matériel était initialement beaucoup plus abondant dans ce secteur (fig. 206). Quoi qu’il en soit, la très grande majorité des monnaies se trouvait dans l’environnement des piquets. Elles permettent d’évaluer la durée de la fréquentation du site et de son évolution (cf. 3.9.2.). L’intensité des dépositions apparaît plus importante à la période antonine, précisément lorsque les bois étaient implantés sur le site.

Fig. 206 - Fragment de tegula (n° 5), de monnaies (n° 49, 83, 95, 108 et 115) et un fragment d’amphore découverts sous une pierre.

Fig. 206 - Fragment de tegula (n° 5), de monnaies (n° 49, 83, 95, 108 et 115) et un fragment d’amphore découverts sous une pierre.
  • 3 Dans la plupart des cas, entre la date de frappe de la monnaie et son dépôt, la fourchette chronolo (...)

37Les monnaies sont également à proximité de piquets ou de pieux quasiment contemporains, ce qui atteste de liens directs entre ces éléments. Leur répartition témoigne de dépôts progressifs3 qui répondent à des logiques de développement spécifiques.

38La plupart des monnaies ont été découvertes posées à plat sur les sédiments (fig. 207). Il est possible que certaines d’entre elles témoignent de rites de jet (iactatio stipis). C’est vraisemblablement le cas des monnaies de la zone 2 qui apparaissent assez éparpillées dans sa partie centrale. À l’inverse, dans la zone 1 la proximité des piquets et des monnaies contemporaines indiquait qu’elles avaient été déposées initialement très proches de leur lieu de découverte. Des jets répétés de monnaies effectués à distance se seraient traduits par un éparpillement et une répartition chronologique hétérogène. Elles ont donc soit été immergées à hauteur des piquets, soit elles se trouvaient initialement en élévation.

Fig. 207 - Exemple de monnaies découvertes seules et à plat sous les sédiments vasards superficiels.

Fig. 207 - Exemple de monnaies découvertes seules et à plat sous les sédiments vasards superficiels.

39Dans la zone 1, deux monnaies ont également été mises au jour sous des fonds de pots retournés (cf. 3.9.6. ; fig. 201). Ces éléments témoignent de dépôts volontaires, mais surtout d’une intervention directement à hauteur des sédiments.

4.2.1.2. Offrandes monétaires en contexte cultuel et en contexte aquatique

40D’une manière générale, en l’absence de textes sur les motifs ayant concouru à l’abandon de monnaies en Gaule romaine, il est délicat d’interpréter avec assurance ces « gestes coutumiers, sinon rituels ou cultuels » (Popovitch 2012 : 29). Pour y remédier, il n’y a pas d’autres solutions que de considérer les sources textuelles concernant Rome et d’autres provinces de l’Empire, ainsi que les données archéologiques. Dans les sources latines, il est question de stips pour parler de l’offrande monétaire (Facchinetti 2003 : 17). Cette pratique peut renvoyer à des réalités diverses (Cazanove 2012a : 62-263 et note n° 40 ; Malrieu 2005 : 99, Golosetti 2019, etc.). Il s’agit, entre autres, de pièces monnayées, de faible valeur, que l’on donne à des mendiants, que l’on offre sous forme d’étrennes à des proches ou comme offrandes à des divinités (Toutain 1911 : 1515-1516). Comme le soulignait Jules Toutain, elles pouvaient être aussi bien déposées (stipem ponere) que jetées (stipem jacere). C’est en ce sens que les archéologues interprètent les découvertes monétaires en contexte cultuel comme des témoins de pratiques de « jet » ou de « dépôt ». Toutefois, comme le rappelle Stéphane Izri, ces interprétations sont souvent avancées sans que des éléments tangibles observés puissent permettre de véritablement les appuyer (2011 : 641-643). Ces explications masquent vraisemblablement une réalité plus complexe, du moins une plus grande variété d’usages de la monnaie à la période romaine. C’est ce qu’il ressort des nombreuses recherches récentes qui mettent bien en avant la palette plus large de gestes et de pratiques (Desnier 1983 ; Aubin, Meissonier 1994 ; Izri 2011 ; Popovitch 2012 : 29 ; Németh 2013 ; Vurpillot 2016, vol. 1 : 392, vol. 2 : 337-338 et 353).

41Jules Toutain reconnaissait également que l’usage d’offrir des monnaies aux divinités des eaux était très largement répandu (Toutain 1911 : 1516). Cette proximité entre numéraire et milieux aquatiques a été soulignée à de maintes reprises et a fait l’objet de plusieurs contributions (Popovitch 2012 : 29 ; Cazanove 2012a ; 2012b ; Gruel 2015). Grazia Facchinetti (2003 ; 2004) a notamment procédé à un recensement de différents ensembles monétaires dans ces milieux (résurgences et petites étendues d’eau) ainsi qu’à un examen de cette documentation afin de comprendre les modalités de ces dépôts et leurs significations. Encore plus que pour les découvertes terrestres, on se borne le plus souvent à considérer ces découvertes monétaires en termes de simple dépôt ou rite de jet.

42Pour aller plus loin concernant le sens de telles pratiques, il est nécessaire de ne pas se focaliser sur les seules monnaies, mais de raisonner plus largement sur l’ensemble des rituels de iactatio. Les travaux de Charles Delattre sont en ce sens particulièrement éclairants (2009 : 19-45 et 85-108). En abordant longuement les stipes monétaires, ainsi que d’autres catégories d’objets jetés, il a bien montré que ces gestes s’inscrivent le plus souvent dans des espaces marquant une limite physique et symbolique.

43En contexte lacustre de nombreux sites ont livré, à proximité de la berge, des ensembles monétaires significatifs, notamment en Gaule. Sur le site de la Mer de Flines (Nord) ont été découverts plusieurs milliers de monnaies pour l’essentiel de la période romaine (Nieloud-Muller 2019b : 266-277 et 415-423). Toutefois, la plupart du temps les données sont trop lacunaires pour que l’on puisse déterminer les modalités mêmes de leur abandon. Seules les observations réalisées dans le cadre de fouilles subaquatiques sont en mesure d’apporter des éléments sur ce point.

4.2.1.3. « L’argent ne pousse pas sur les arbres »4

  • 4 Proverbe québécois.

44La découverte de quatre monnaies liées directement à des piquets confirme les rapports étroits unissant ces éléments entre eux. Elles ont toutes été identifiées dans la zone 1 et ne relèvent pas d’un rite de jet, mais de gestes très différents (cf. 3.2.4.3. et 3.9.6. ; fig. 135 et 136).

45L’une d’elles, accolée en position verticale contre un piquet, a pu être implantée après la pose du bois, ou bien elle se trouvait initialement attachée sur ce dernier lorsqu’il a été implanté dans la zone (fig. 135c). Deux autres monnaies avaient été identifiées lors de la découverte du site lorsque les piquets avaient été retirés des sédiments pour prélèvements (fig. 135a et 135b). On soulignera la proximité avec les monnaies découvertes au moment de l’extraction d’un pieu à Anthy-sur-Léman (cf. 3.2.5.1. ; fig. 137), ainsi que celles identifiées dans les interstices de la statue en bois de Villeneuve (cf. 3.2.5.1. ; fig. 138).

46Plus étonnante encore apparaît l’introduction d’une monnaie à l’intérieur d’un piquet (cf. 3.2. ; fig. 208). La position de la pièce permet de restituer toute une série de gestes s’inscrivant dans un processus élaboré. La complexité de l’opération montre qu’il ne s’agit pas d’un dépôt spontané, mais au contraire qu’il s’inscrit dans le temps long. Outre ces aspects techniques, les gestes identifiés révèlent d’une démarche relevant en partie du domaine du symbolique. Le but premier a été de dissimuler la monnaie à l’intérieur. Il semble traduire le désir de pérenniser le dépôt et de rendre la pièce invisible et irrécupérable après la coupe du bois. C’est peut-être la même démarche qui présidait au dépôt de monnaies de charpentes d’embarcation (cf. 3.2.5.2. ; fig. 139).

Fig. 208 - Piquet en hêtre dans lequel une monnaie a été introduite.

Fig. 208 - Piquet en hêtre dans lequel une monnaie a été introduite.

a – Restitution possible du geste d’introduction de la pièce ;
b – L’ensemble après la découverte de la monnaie lors du prélèvement du bois (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien. Restitution du bois et de sa monnaie d’après modèle photogrammétrique : Nicolas Leys).

47Ces dernières découvertes invitent à considérer qu’un certain nombre de monnaies découvertes posées à plat sur les sédiments pouvaient être initialement en contact avec les piquets et pieux. Elles pouvaient se trouver dans leur partie supérieure et ont pu se détacher ou tomber lors de l’altération, du pourrissement ou de la rupture de la matière ligneuse.

48Quoi qu’il en soit, les quelques exemples du site de Conjux pourraient témoigner d’un rituel identique visant à déposer une monnaie dans les eaux du lac. Ce rituel a pu prendre des formes différentes en fonction de la volonté des officiants. Ces découvertes montrent aussi à quel point les pratiques touchant à la monnaie dans les lieux de culte peuvent être très diverses en fonction des contextes. Elles permettent d’apporter de nouveaux éléments de réflexion concernant des dispositifs particuliers qu’il a été possible d’identifier en raison de la conservation du bois sur ces sites. Cela autorise à aborder sous un angle nouveau la question des monnaies dispersées dans l’environnement de sanctuaires qui paraissent trop fréquemment interprétées comme des monnaies jetées, voire perdues.

49Sur l’emprise du sanctuaire de La Vallée à Saint-Ambroix (Cher), aucune structure n’a été identifiée, mais les recherches ont permis d’identifier près de deux milliers de monnaies concentrées sur une surface d’environ un hectare. Il s’agit de pièces de la fin de la période laténienne et de bronzes romains, entiers ou fragmentaires. Il a été proposé de reconnaître la présence d’un « lucus, bois ou clairière sacrée, réceptacle d’offrandes monétaires à même le sol, déposées dans un lieu naturel ou planté artificiellement » (Cribellier 2014 ; Krausz 2018 : 283).

50Dans les Appenins, sur le site de Sella del Valoria localisée précisément à la limite entre la Toscane et l’Émilie Romagne, de nombreuses monnaies ont été découvertes. Fréquenté entre le IIe siècle av. et le IVe ap. J.-C., les monnaies se trouvaient dans des petites fosses. Sur une surface investiguée de près de 64 m² ont été identifiées 168 pièces de monnaie. Un certain nombre était rassemblé dans 2 fosses, l’une de 55 cm de diamètre pour 25 cm de profondeur et l’autre de 140 cm de diamètre pour 50 cm de profondeur. Cette dernière présentait deux trous de poteaux qui ont pu soutenir des pieux ou bien des figures de divinités. Toutes les autres monnaies se trouvaient seules dans des petites fosses de petite taille, plus rarement regroupées par deux ou trois (Ghiretti et al. 2013 : 5-6 ; Ghiretti 2017 ; Cavalieri 2018 : 104-107).

51La présence de trous de poteaux dans la grande fosse n’est pas sans évoquer le site du « Petit Abondoux 7 » à Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône) qui se matérialisait par un amas de galets dans lequel se trouvaient plusieurs centaines de monnaies essentiellement datées des quatre premiers siècles de notre ère. Il a été proposé que ce tas de pierres ait pu faire office d’autel ou bien servait à caler l’effigie d’une statue en bois (Rothé, Heijmans 2008 : 838-839, fig. 1331). Pour ces deux sites, il n’est pas impossible que certaines monnaies aient pu initialement être placées sur les éléments en bois disparus ou bien dans leurs interstices.

52Au centre de l’enclos du temple du Martberg (Luxembourg) a été identifiée une grande fosse qui est reconnue comme le négatif d’une statue de culte en bois. À l’extérieur de l’enclos du temple gallo-romain, de nombreuses monnaies en argent se trouvaient dispersées dans l’environnement d’un gros trou de poteau dont l’élévation est restituée sous la forme d’un grand mât (Thomas et al. 2005 ; Poux 2019 : 236 et fig. 15 : 237).

Troncs monétaires et dépôts singuliers de monnaie

Le rapport entre le « tronc » monétaire et le « tronc » de l’arbre doit être souligné. Si les exemples antiques en pierre sont bien connus, il est permis de penser que l’essentiel de ces réceptacles était initialement en bois, assorti ou non de ferrures ou d’autres pièces métalliques. Ils sont sans doute très mal documentés en raison de la pourriture de leur armature ligneuse. Les exemples connus remontent pour l’essentiel de la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours (Havard 1894 : 1548-1549, fig. 883 : 1547 ; fig. 209). Cela pourrait peut-être en partie expliquer pourquoi stipes désigne tout à la fois, dans la langue latine, le pieu et l’offrande de monnaie.
Outre les pratiques couramment abordées dans la bibliographie, il faut mentionner quelques découvertes singulières comme le cas des deux plaques de bronze inscrites découvertes sur le site de l’ensemble cultuel du Sablon à Montigny-lès-Metz (Moselle). Elles présentaient un renfoncement dans lequel se trouvait une monnaie (Vurpillot 2016, vol. 1 : 391-392, vol. 2 : 353). Elles ont été très justement rapprochées des petites jambes en bronze découvertes sur de nombreux sites et en particulier sur le site de Vitrimont (lieu-dit Le Léomont, Meurthe-et-Moselle). D’une taille de près de 15 cm, elles comportaient un trou de suspension à hauteur du pied, tandis que leur contenu de cendre était scellé par une pièce de monnaie fixée au-dessus (Tenèze 1950 : 138 ; Vurpillot 2016, vol. 1 : 392, vol. 2 : 337-338 et 353).

Fig. 209 - Exemples de troncs monétaires modernes et contemporains de Suisse et de France.

Fig. 209 - Exemples de troncs monétaires modernes et contemporains de Suisse et de France.

a – Samoëns (Haute-Savoie), 16-17e siècles (droits réservés) ;
b – Localisation précise inconnue, 17e siècle (droits réservés) ;
c – Béhuard (Maine-et-Loire), sans datation (Llann Wé² 2013) ;
d – Sierre (Valais), période contemporaine (Jean-Louis Pitteloud, 2020).

Les arbres « engloutisseurs » et arbres à vœux

Outre le cas des monnaies associées à des éléments ligneux pour lesquels une intervention humaine apparaît manifeste, il existe d’autres cas d’objets associés à des arbres vivants, qui, dans leur croissance, finissent par les englober. Cette association – accidentelle ou volontaire – est documentée par les sources textuelles antiques, mais également par une multitude de données ethnographiques.
Dans la plupart des cas, l’absorption des éléments placés sur les arbres n’est pas le but premier et relève de l’évènement accidentel. Il s’agit le plus souvent de clous, de fils barbelés, de pancartes, de balles ou de flèches (Collectif 2006 : 5-6 ; Jacquet 2012 : 5). Dans d’autres cas, certains objets sont volontairement placés sur les arbres afin d’être recouverts par un accroissement de cernes successifs. Les exemples connus relèvent le plus souvent de pratiques rituelles ou du moins de pratiques relevant de la sphère magico-religieuse.
Les sources textuelles gréco-latines ne font pas état d’« arbres à monnaies » à l’image des modèles contemporains des îles Britanniques (cf. 3.2.5.3. ; fig. 140 et 141) et des exemples archéologiques cités. Plus généralement, lorsque Théophraste traite des caractères, de l’exploitation et des usages du bois, il aborde notamment les corps étrangers qui peuvent se trouver dans les arbres (Recherches sur les plantes, V, 2, 4). Il souligne que si « on fait une entaille dans un arbre et qu’on y introduise une pierre ou quelque autre chose de ce genre, l’objet disparaît, enveloppé par les tissus périphériques ». Il illustre son propos en rapportant une anecdote concernant l’oléastre de l’agora de la cité grecque de Mégare : « Un oracle disait que s’il était abattu, la ville serait prise et dévastée, comme elle le fut <quand> Demetrios <en fit le siège> ; dans cet arbre, lorsqu’on le fendit, on découvrit des jambières et d’autres pièces de l’armement attique suspendues à l’endroit où elle avait été déposée en offrande quand <le tronc> avait commencé à se creuser. De cet arbre il ne reste que peu de chose, mais de nombreux faits de ce genre se produisent aussi en bien d’autres endroits ». Théophraste ne donne malheureusement pas de détails sur ces autres lieux et il est tout à fait envisageable qu’ils aient pu concerner des pratiques impliquant l’introduction de pièces de monnaie.
La même anecdote est rapportée par Pline l’Ancien qui en profite pour ajouter quelques précisions (Histoire naturelle, XVI, 199) : « Mégare posséda longtemps sur sa place publique un olivier sauvage auquel de vaillants guerriers avaient fixé leurs armes que l’écorce avait à la longue enveloppées et cachées. De cet arbre dépendait le destin de la cité, un oracle ayant prédit qu’elle serait détruite quand un arbre produirait des armes, ce qui arriva lorsqu’en le coupant on découvrit à l’intérieur des jambières et des casques ». Il ajoute enfin que « les pierres ainsi trouvées préviennent les avortements » ce qui confirme la valeur symbolique pouvant être attachée aux éléments découverts à l’intérieur des arbres (cf. 4.4.5.2.).
En dehors de ces deux précieux témoignages, les données sont très maigres, principalement en raison de la disparition des végétaux qui pouvaient contenir des objets. Pour aller plus loin, il est possible de mobiliser des exemples plus récents observés et décrits par des témoins.
Pour les périodes plus récentes, il est souvent question de statues de la Vierge Marie englobées dans des troncs d’arbre. Ces représentations étaient parfois mises au jour lors de l’abattage d’arbre alors qu’elles étaient complètement englobées et invisibles à l’intérieur du tronc (Collin de Plancy 1821-1822 : 256-357). À Rosnay par exemple, dans l’Indre, il existait un célèbre pèlerinage à la chapelle de Notre-Dame de la Mer Rouge qui se trouvait sur une île d’un vaste étang qui portait le même nom. L’origine de cette tradition remonterait à la découverte au XIIIe siècle d’une statue de la vierge dans le tronc d’un vieux chêne (Lamy 1902 : 25-31). L’origine de l’abbaye de Notre Dame de Beauchêne serait également liée à la découverte d’une statue de la Vierge (Cerizay, Deux-Sèvres ; fig. 210). Au début du XXe siècle, un certain nombre de miracles attribués à la découverte de statuettes de vierges à l’intérieur de troncs d’arbre a été signalé.
Certains auteurs y voyaient la marque de l’intervention du divin, tandis que d’autres tentaient d’expliquer de manière beaucoup plus rationnelle quelles étaient les causes naturelles qui pouvaient expliquer leur présence (Crampon 1936 : 186-189, figure 3, hors texte ; Chalon 1912 : 70-72 ; Audin 1979 : 87-88 et notes n° 22 à 27 : 101, etc.). Le cas plus récent de l’« Arbre Rond » ou de l’« Arbre Crépin », un érable de la commune de Beugin (Pas-de-Calais), est lui aussi significatif. Cet arbre célèbre contenait une statuette de la vierge, mais il a été détruit lors d’un orage en octobre 2019 (fig. 219). Dans la forêt de Chaux (Jura et Doubs) plusieurs chênes possédaient des vierges intégrées dans leurs troncs. L’un d’eux a même fait l’objet de plusieurs dépôts volontaires entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle. Il faut également mentionner toute la série de niches et de chapelles intégrées dans le tronc des arbres et servant d’oratoire (Laugier, Gavot 1969).
La croyance en l’expression du divin à travers certains arbres vivants s’exprime également dans les nombreux exemples d’« arbres à clous » pour lesquels le rite consiste dans l’enclouage d’un élément métallique le plus fréquemment sur le fût, mais également sur les branches. Le tilleul à Gilly (Charleroi, Hainaut), considéré alors comme l’arbre le plus remarquable de Belgique, aurait possédé plus de 70 000 clous plantés dans son tronc, dont un certain nombre caché sous l’écorce (Chalon 1912 : 19 et 31-34 ; Godefroy 1922 ; fig. 220). Dans d’autres exemples, les clous servent également à suspendre des éléments, principalement des morceaux d’étoffe. Ce sont les « arbres à loques » où le rite se traduit par la suspension d’un bout de tissu à une branche ou à un support planté dans le corps de l’arbre (Schmitz 2005 ; Marchant 2013 ; fig. 221). Ces derniers sont très fréquemment associés à des croyances dans les vertus protectrices et guérisseuses de la figure tutélaire associée à l’arbre.

Fig. 210 - L’invention de la statue de Notre-Dame-de-Beauchêne (carte postale ancienne, 10866, Éditions Artistiques Raymond Bergevin, La Rochelle).

Fig. 210 - L’invention de la statue de Notre-Dame-de-Beauchêne (carte postale ancienne, 10866, Éditions Artistiques Raymond Bergevin, La Rochelle).

Fig. 211 - L’« arbre rond » de Beugin (Pas-de-Calais). Le tronc de ce Sycomore contenait, à 4 m de hauteur, une statue de la vierge d’une vingtaine de cm, protégée par un grillage, lui-même incorporé dans les cernes du bois. Ce vieil arbre s’est rompu en octobre 2019 (Daniel Dekens).

Fig. 211 - L’« arbre rond » de Beugin (Pas-de-Calais). Le tronc de ce Sycomore contenait, à 4 m de hauteur, une statue de la vierge d’une vingtaine de cm, protégée par un grillage, lui-même incorporé dans les cernes du bois. Ce vieil arbre s’est rompu en octobre 2019 (Daniel Dekens).

Fig. 212 - Partie du tronc du Tilleul cloué de Gilly (Charleroi, Hainaut, Belgique ; Chalon 1912, hors-texte).

Fig. 212 - Partie du tronc du Tilleul cloué de Gilly (Charleroi, Hainaut, Belgique ; Chalon 1912, hors-texte).

Fig. 213 - Arbres à loques de Madron, Cornwall, Angleterre (Jim Champion, août 2007, CC BY-SA 4.0)

Fig. 213 - Arbres à loques de Madron, Cornwall, Angleterre (Jim Champion, août 2007, CC BY-SA 4.0)

4.2.2. Pratiques et gestes associés aux céramiques

  • 5 Pour une énumération des dépôts en nombre nous renvoyons à la bibliographie, ainsi qu’à nos premier (...)

53C’est principalement à partir des céramiques et des traces que présentaient certains récipients qu’il avait été possible de souligner les analogies avec des ensembles de la sphère cultuelle (Nieloud-Muller 2011a). Le corpus s’étant étoffé il est permis de mener d’autres études et de formuler de nouvelles remarques (cf. 3.5.2.). Il faut tout d’abord noter une inégale répartition des céramiques sur le site avec une concentration beaucoup plus importante dans la zone 1 (fig. 184). Elles étaient beaucoup plus abondantes dans la partie septentrionale de cette zone, précisément là où ont été découvertes les monnaies en situation remarquable évoquées précédemment, ainsi que les objets métalliques manufacturés les plus significatifs et les restes de faune (cf. 4.2.4. et 4.2.5.). L’homogénéité chronologique, typologique et fonctionnelle de ce mobilier céramique a été soulignée à plusieurs reprises. Elle dénote un choix volontaire d’objets qui caractéristique des contextes rituels où le nombre et l’association d’objets traduisent une sélection particulière (Tuffreau-Libre 1992 : 128 ; 1994 : 129)5.

54Les récipients découverts correspondent essentiellement à des vases de services, mais également à des vases culinaires servant à la préparation des mets. Il s’agit toutefois principalement de formes hautes répondant à divers usages : vases de conservation des liquides pour les cruches, vases à boire pour les gobelets et vases de cuissons pour les pots. Il est intéressant de constater que des récipients répondant à une même fonction proviennent de régions différentes. Pour les gobelets par exemple, il s’agit de productions de la région savoyarde ou du plateau suisse, de la sphère rhodanienne, du centre de la Gaule et même de Bétique (fig. 214). Ces différences d’origine traduisent bien que les récipients ont été choisis avant tout pour leur fonction. Il faut enfin ajouter que malgré des différences techniques, il existe une évidente proximité morphologique entre les gobelets en céramique fine et les petits pots en céramique commune qui peuvent s’apparenter eux aussi à des gobelets.

Fig. 214 - Gobelets en céramique fine.

Fig. 214 - Gobelets en céramique fine.

55L’interprétation des céramiques dans les lieux de culte pose divers problèmes. Il y a un quart de siècle, Marie Tuffreau-Libre rappelait que, si l’on ne songe pas à contester le caractère d’offrande de certains objets, « on le refuse volontiers à la céramique […], en raison de son analogie avec la vaisselle trouvée en habitat » (Tuffreau-Libre 1994 : 128). Plus récemment Matthieu Poux ajoutait que nos conceptions modernes influencent nos interprétations : « alors que le moindre fragment d’épée ou de bouclier mutilé, fut-il hors contexte, suffit à « faire » un sanctuaire, l’interprétation des céramiques demeure univoque », avant d’ajouter que la vaisselle reste attachée à l’univers du quotidien, qui est le plus souvent considéré comme étranger à la sphère religieuse et cérémonielle (Poux 2004 : 16-19).

56Dans le cas qui nous retient il semble que les récipients n’aient pas été offerts ou déposés comme offrandes, mais qu’ils aient plus simplement servi de support à des offrandes ou dans le cadre de processus rituels. Ils ont pu contenir des restes alimentaires qui n’ont malheureusement pas pu être identifiés, à l’exception de quelques noix retrouvées dans l’environnement de certains récipients. Il faut souligner que ce fruit charnu s’offrait à l’occasion des Saturnales (nuces saturnalitiae), lors de diverses cérémonies et s’utilisaient dans diverses coutumes. Les noix pouvaient également servir d’amulettes et semblent avoir eu plus largement une fonction prophylactique (Lafaye 1909 : 115-116 ; Belfiore 2010 : 725-727). Des analyses de contenu pourraient permettre d’apporter d’autres éléments sur les potentielles préparations ou décoctions qui se trouvaient à l’intérieur des récipients identifiés.

57D’autres céramiques ont quant à elles vraisemblablement pris part dans le cadre de différentes pratiques. Les cruches ont notamment pu servir à des pratiques libatoires qui ne laissent aucune trace visible en milieu aquatique à l’exception des résidus qui ont imprégné la pâte. Là encore des analyses de contenu devraient être faites à l’intérieur. Enfin la présence d’altérations volontaires de certains récipients atteste qu’ils ont été abandonnés sur place après leur dernière utilisation.

58Qu’il s’agisse de liquides ou de solides, laissés à l’état naturel ou bien transformés, seuls ou associés, ces éléments ont le plus souvent disparu. Les sources concernant des pratiques magico-religieuses donnent une image très vivante de certaines pratiques rituelles où il est souvent question de préparations alimentaires et de gâteaux, de bandelettes de tissus, etc. (Bouix 2012), soit des éléments qui disparaissent rapidement, échappant dès lors au regard de l’archéologue.

59En contexte lacustre, la description de Grégoire de Tours concernant le lac Saint-Andéol (Lozère) met bien en évidence la richesse des éléments jetés par rapport aux restes matériels que nous découvrons (Nieloud-Muller 2019b : 439-440 ; 650-652). Il rapporte que l’on immergeait dans le lac « des linges et des tissus destinés à la confection de vêtements. Certains y jetaient des toisons de laine. Le plus grand nombre y jetaient, chacun selon ses possibilités, des pièces de fromage ou de cire, et diverses sortes de pains, qu’il serait trop long d’énumérer » (À la gloire des confesseurs, 2). Pietro Boglioni proposait la variante de traduction de ce passage de la manière suivante : « du fromage, de la cire et des pains auxquels on avait donné une forme spéciale » (2008, note 8 : 79). Hors de la Gaule, et pour une période antérieure, Pausanias mentionne des jets de gâteaux de farine d’orge dans les eaux du lac d’Ino (Description de la Grèce, III, Laconie, 23, 8-9). C’est un heureux présage quand l’eau les engloutit et un mauvais s’ils restent à la surface.

4.2.3. Intégrité des objets et altérations volontaires

60En raison de bonnes conditions de préservation des vestiges, il a été possible de faire des observations sur le taux de fragmentation des objets découverts et les traces de traitement particulier qu’ils pouvaient présenter. Il en ressort que certains ont été découverts complets et que d’autres montraient des traces évidentes d’altérations volontaires. Quant à l’analyse de la répartition des fragments de céramique, elle autorise à reconnaître une pratique de bris et de dispersion volontaire dans des secteurs privilégiés.

4.2.3.1. Le choix de préserver l’intégrité des objets

61Il a été signalé que sur le site se trouvait un nombre important d’objets entiers au regard de la taille du corpus.

62Pour les céramiques, certains récipients sont intègres ou ne présentent que quelques altérations qui n’en empêchent pas l’usage. Le corpus de céramiques fines, presque exclusivement constitué de gobelets, est le plus évocateur puisqu’une proportion importante d’objets complets a été découverte dans une zone relativement réduite. D’autres récipients présentant quelques altérations, soit sur le bord, soit sur le fond, ont été identifiés aux abords des précédents. On signalera la récurrence de l’enlèvement de fragments de bord qui n’empêche pas d’utiliser l’objet, mais qui pourrait participer d’un acte volontaire et régulier.

63D’autres objets manufacturés, qui relèvent de l’instrumentum, sont entiers, notamment les deux couteaux qui se trouvent dans un état de conservation remarquable, ainsi que le stylet et les deux clochettes dont l’une a même conservé son battant en fer (cf. 3.4.2.2.).

64La présence de tous ces éléments complets ne relève pas d’évènements accidentels. La faible hauteur d’eau sur le site n’était pas un obstacle à leur récupération. Ces objets ont probablement été abandonnés, car ils ont servi dans le processus rituel et ne pouvaient plus être réutilisés dans un autre cadre. C’est ce qui pourrait expliquer l’abandon d’éléments usuels pouvant encore servir. La conservation de l’intégrité des « offrandes par destination » tels que les vases de petits modules ou les figurines est manifeste. Elle peut également concerner les « offrandes par transformation ». Ces dernières peuvent être utilisées dans d’autres contextes où elles sont volontiers abandonnées après avoir été utilisées dans la sphère rituelle. C’est sans doute ce qui explique en grande partie l’abondance des objets complets dans les sanctuaires.

65Dans les contextes cultuels et notamment dans les lieux de culte lacustres, il est très fréquent de mettre au jour des objets entiers. C’est un des éléments qui explique l’intérêt pour les contextes aquatiques puisque ces objets présentent le plus souvent des qualités de conservation remarquable (Nieloud-Muller 2019b : 454-455). Quoi qu’il en soit, les observations sur les objets de Conjux montrent qu’il y a une volonté d’en conserver l’intégrité avant de s’en débarrasser. Parfois, cela pouvait se doubler d’une altération rendant l’objet inutilisable.

4.2.3.2. Mutilations volontaires

66Certaines monnaies présentaient des traces d’altérations qui peuvent témoigner d’une manipulation rituelle. Plusieurs d’entre elles paraissent avoir été chauffées ce qui a entraîné une déformation des revers avec des traces caractéristiques de métal fondu puis refroidi (cf. 3.3.1. ; fig. 215). La manipulation de l’une de ces monnaies a même entraîné la déformation du flan (fig. 144). La mutilation monétaire est fréquente en contexte cultuel, mais prend des formes différentes. Les monnaies sont le plus fréquemment coupées (Kaeser 2013 : 61-62) ou elles comportent des traces d’entailles qui sont interprétées de façons diverses (Aubin, Meissonnier 1994 : 148 ; Izri 2011 : 639, 647-648 ; Popovitch 2012 : 30-33 ; Bossard et al. 2016 : 31-34 ; Wigg-Wolf 2018, etc.). Les exemples du site de Conjux apportent des éléments de réflexion nouveaux concernant des manipulations réfléchies. Elles témoignent d’une forme d’altération méconnue, tardive en regard d’autres traitements.

Fig. 215 - Monnaies altérées.

Fig. 215 - Monnaies altérées.
  • 6 Pour les céramiques fines, le gobelet en sigillée (déch. 72) découvert à quelques mètres à l’ouest (...)

67Ces interventions sont encore plus manifestes sur les récipients en céramique. Elles se présentent le plus souvent sur des récipients en céramique commune sous la forme de perforations6. Elles peuvent alors être situées à différents endroits. Les pots en céramique culinaire sombre noire possèdent des perforations à hauteur de la panse (fig. 216), tandis que les cruches à pâte calcaire présentent des perforations de diamètres variables sur le fond (fig. 202, 217 et 218). Elles ont été réalisées soit par percussion – vraisemblablement quand le contenant était plein – soit par rotation, ou bien par la conjonction des deux gestes.

Fig. 216 - Perforations sur des pots en céramique commune sombre noire.

Fig. 216 - Perforations sur des pots en céramique commune sombre noire.

Fig. 217 - Restitution de la perforation d’une céramique (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 217 - Restitution de la perforation d’une céramique (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 218 - Perforations sur le fond de récipients en céramique commune claire.

Fig. 218 - Perforations sur le fond de récipients en céramique commune claire.

68De nombreuses pistes d’interprétation ont été envisagées pour expliquer ces mutilations : transformation de l’objet en matériel halieutique, ouverture visant à faciliter l’extraction du contenu ou le puisement de l’eau, vase horticole, perforation destinée à une restauration ou à faciliter l’immersion de l’objet, etc. Aucune de ces interprétations n’apparaît toutefois satisfaisante. Les formes des récipients concernés et l’emplacement des perforations empêchent en effet de retenir l’une ou l’autre de ces explications. Il semble même vain de chercher une fonction précise à ces objets après mutilations puisque le plus souvent, ces perforations les rendent tout simplement inutilisables.

69Cependant, lorsque l’on dispose d’objets complets, ces altérations manifestent une véritable attention à l’objet concerné. Il s’agit d’une opération techniquement complexe : « réaliser une perforation post cocturam sur une céramique sans risquer un bris général ou non maîtrisé nécessite une attention particulière et une technique éprouvée. Ce soin accordé à la perforation écarte l’idée d’un simple bris destructif destiné à mettre un récipient hors d’usage en interdisant toute possibilité de contenance même partielle » (Schmitt et al., 2010 : 309). Ce type d’intervention exclut l’hypothèse d’une simple mise au rebut et traduit une volonté d’abandonner l’objet en le conservant entier tout en lui retirant son usage premier et toute possibilité de réutilisation.

70Bien que ce type de mutilation apparaisse dans différents contextes et réponde à différentes fonctions (Loughton, Alberghi 2015), il est fréquent dans les contextes cultuels. Les parallèles sont innombrables et nous ne citerons que les exemples remarquables du Gué de Sciaux (Vienne) (Richard 1994 : 118) et du sanctuaire sommital du col de Ceyssat dans le secteur du Puy Lacroix (Puy-de-Dôme). Sur ce dernier, Jérôme Trescarte souligne des « traces indubitables de manipulations rituelles » et notamment des traces de perforations volontaires sur les fonds de pot et de cruche/bouilloire (Trescarte 2007 : 371). Les observations menées sur les récipients antiques associés aux passages à gué de la Grande Saône ont également permis de mettre en évidence de nombreuses perforations sur des récipients complets. Ces perforations présentaient une grande diversité de taille, de forme et de nombre (Nieloud-Muller 2011c : 88-90, 94 et 106-110 ; Dumont, Nieloud-Muller 2012 : 158-159). Elles ont enfin été également identifiées sur d’autres ensembles cultuels découverts en contexte lacustre (Nieloud-Muller 2019b : 455-457).

71Les arrachements sont également courants et ils ont été à de maintes fois observés en contexte cultuel (Tuffreau-Libre 1994 : 131, Richard 1994 : 118, Trescarte 2007 : 371-373, etc.). De même, il est possible d’imaginer que les cols des cruches à panse globulaire aient été tronqués. Il apparaît souvent que « les absences les plus fréquentes concernent d’abord l’ablation de l’intégralité de la partie supérieure des cruches […] s’accompagnant le plus souvent de l’anse » (Blaizot et al. 2009 : 47), comme cela a bien pu être mis en évidence dans le secteur du Puy Lacroix au col de Ceyssat (Trescarte 2007 : 374). Ce dernier exemple suffit à illustrer que plusieurs gestes peuvent parfois être pratiqués sur le même vase ou un même objet.

72Quant aux interprétations de ces pratiques, elles sont largement discutées. Bien que ce type d’altérations se rencontre dans d’autres contextes, il semble témoigner de gestes rituels. Déjà, au milieu du XIXe siècle, Jens Jacob Asmussen Worsaae soulignait la présence de nombreux objets complets et en très bon état dans les tourbières et anciennes étendues d’eau scandinaves, ainsi que de nombreuses mutilations volontaires qu’il interprétait déjà comme les traces de pratiques rituelles (Worsaae 1866-1871 : 62-67). Salomon Reinach s’opposait lui aussi aux explications trop prosaïques. En abordant la question sous l’angle anthropologique, il soulignait également le caractère systématique et religieux de ce type de pratiques (Reinach 1906 : 352-356). Malgré quelques travaux novateurs (Perraud 1974 : 7-16), il faudra véritablement attendre la fin du XXe siècle pour que les recherches sur la question se généralisent. Les observations sur les objets se sont multipliées et il est désormais attesté que ce type de mutilation est particulièrement répandu dans l’Antiquité dans les contextes rituels. Toutefois, les interprétations différent sensiblement : destruction partielle de l’objet avant son abandon, empêcher la récupération et la réutilisation des objets concernés, sacrifices d’un objet manufacturé, retrait de l’objet de la sphère profane.

73En conclusion, une multitude d’objets complets, ainsi que des objets présentant des traces d’altérations significatives, sont des indices potentiels d’objets ayant été utilisés dans le cadre de processus rituels. Ils semblent témoigner de pratiques courantes, bien que non systématiques.

4.2.3.3. La question du bris volontaire

  • 7 Les travaux de Matthieu Poux présentent les éléments permettant de distinguer le bris volontaire d’ (...)

74Outre ces altérations caractéristiques, nous ajouterons également qu’il est possible de reconnaître d’autres traces d’altération comme le « bris volontaire ». Elles sont toutefois plus difficiles à mettre en évidence dans le sens où il est délicat de distinguer ce qui relève d’un acte volontaire ou d’une cassure accidentelle7.

75Pour le site du lac du Bourget, certains récipients fragmentaires paraissent avoir été brisés et dispersés sur place (cf. 3.9.5.). Pour les céramiques fines, c’est le cas de gobelets de sigillée claire B (Desbat 52 et Desbat 66a ; fig. 168, n° 3 et n° 9 et fig. 200) dont les fragments se trouvaient dans l’emprise de la zone 1. C’est également le cas du gobelet en forme de calice en céramique à revêtement argileux dont les tessons ont aussi été mis au jour au sein de la partie nord de cette zone (fig. 177, n° 14). Les quelques fragments manquants se trouvent vraisemblablement dans les espaces qui n’ont pas été décapés.

76Quant aux récipients en céramique commune, ils sont beaucoup plus fragmentaires. La localisation des tessons de chaque récipient a permis de mettre en évidence différentes logiques dans leur déposition (fig. 200). Il apparaît tout d’abord que la répartition des fragments se fait au sein d’un même espace et recouvre dans son ensemble la partie septentrionale de la zone 1. Ensuite, la carte de répartition des restes de différents récipients atteste de nombreux recoupements. Cela permet d’individualiser différentes concentrations qui ne peuvent pas relever du hasard. Il n’est en effet pas permis d’expliquer la fragmentation par des chocs mécaniques survenus sous l’eau postérieurement à leur déposition ni d’imputer leur répartition au courant lacustre. De tels regroupements invitent à reconnaître l’existence de secteurs privilégiés pour les dépôts. Il semble que les tessons étaient dispersés dans des espaces bien définis à la suite de gestes intentionnels et il est possible de conclure qu’ils témoignent de pratiques relevant de « bris volontaires » ou de « bris rituels ». Ce type de pratique, mis en évidence notamment au col de Ceyssat (Trescarte 2007 : 371) est bien attesté en contexte funéraire (Blaizot et al. 2009 : 46), mais aussi en contexte cultuel (Tuffreau-libre 1994 : 131).

77Ainsi, qu’ils soient abandonnés complets, perforés ou mis en morceaux après leur dernière utilisation, ces récipients en céramiques étaient rendus inutilisables car ils ne pouvaient, pour l’essentiel, plus servir comme contenant en dehors du lieu de culte.

4.2.4. Pratiques sacrificielles et potentiels supports d’autels

78L’observation de la répartition des tessons de certains récipients permet de reconnaître l’existence de secteurs privilégiés pour les dépôts céramiques dans la zone nord de la zone 1. Il est d’autant plus intéressant de constater que, pour certains, il s’agit précisément des secteurs où ont été découverts des objets caractéristiques parfois en situation remarquable (cf. 3.9.6. ; fig. 201 et 202). Dans l’un de ces secteurs, la concentration de tessons de différents récipients était accompagnée du dépôt d’une monnaie sous un fond de pot ainsi que des fragments de brûle encens. Dans un autre, une concentration de fragments céramiques était associée à quelques monnaies, une coupelle en sigillée complète et graffitée, un fragment de lampe à huile et des restes de coquille de noix. Les logiques qui ressortent de ces dépôts interdisent d’y reconnaître un contexte de relégation. Au contraire, l’analyse de la répartition de tous les éléments témoigne qu’ils ont été utilisés, puis abandonnés sur place (cf. 3.9.).

4.2.4.1. Des témoins de pratiques sacrificielles ?

79S’il convient de ne pas tomber dans une forme d’excès en « faisant automatiquement de n’importe quel ossement animal provenant de l’espace du sanctuaire un reste de sacrifice » (Cazanove, Scheid 2003 : 4), plusieurs éléments autorisent à restituer de potentielles pratiques sacrificielles sur le site.

Des couteaux et des restes de faune

80Dans la partie nord de la zone 1 et plus précisément vers le centre de la zone a été découvert l’essentiel des restes de faune identifiés lors des décapages (cf. 3.7. et 3.9.1. ; fig. 189). Ils devaient être initialement plus nombreux puisque les éléments les plus légers ont en grande partie disparu du fait des faibles courants et des multiples variations du niveau du lac. Les restes présents sont dominés par les taxons de la triade domestique. Ces derniers ossements comportent des traces de découpe, voire des traces de feu, et plusieurs restes de porc appartiennent à des fœtus ou de très jeunes animaux. La faune sauvage pourrait renvoyer quant à elle à la présence d’animaux morts dans leur biotope.

  • 8 Un culter a été découvert lors des prospections qui avaient précédé la découverte du gisement. Il p (...)

81C’est du même secteur que proviennent deux couteaux (fig. 149, 155 et 186)8. Selon W.H. Manning (1985 : 122), ils correspondent au type de couteau le plus fréquemment représenté comme instrument de sacrifice sur le côté des autels. Ce n’est donc pas un hasard si de nombreux couteaux sont retrouvés en contextes cultuels. À titre d’exemple, on citera la présence d’un couteau dans l’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres (Eure-et-Loir) (Joly et al. 2010 : 187-188), ou encore sur le site du Gué de Sciaux (Vienne), au sein duquel un ou deux couteaux en fer ont été mis au jour presque systématiquement dans chaque fosse, quelquefois intacts ou ayant subi des fractionnements ou des pliures volontaires (Richard 1994 : 118 ; Eneau 2002 : 59-61, pl. 12-15 : 96-99 ; Bertrand 2018 : 290-291).

82À noter également la présence d’un couteau sensiblement équivalent représenté sur la frise d’imposte de l’arc d’Orange qui pourrait renvoyer à la sphère dionysiaque ou métroaque (Rolland 1977, 28-30). D’après les dimensions il se peut qu’il soit représenté dans ses proportions réelles (fig. 219). Ainsi, pour les objets de Conjux, rien ne s’oppose à les considérer comme des couteaux sacrificiels (clunacula) ou plus simplement des couteaux ayant servi dans le cadre de pratiques sacrificielles.

Fig. 219 - Couteau de la frise d’imposte de l’arc de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence).

Fig. 219 - Couteau de la frise d’imposte de l’arc de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence).

Emplacement de la frise d’imposte sur le plan et l’élévation de la voûte de l’arc, relevé de la frise d’imposte est (a) et détail de la frise (b) avec dimensions restituées du couteau (c). (D’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977, pl. II, III et XXI, n° 8).

Les pratiques sacrificielles en contexte lacustre

  • 9 Nous renvoyons aux notices du ThesCRA pour un aperçu des pratiques sacrificielles dans le monde gre (...)

83Dans l’Antiquité, le sacrifice animal est particulièrement répandu, qu’il s’agisse du monde celtique (Green 1995 : 133-135 ; Ross 1995 : 438-441) ou du monde gréco-romain (Mehl, Brulé 2008 ; Borgeaud, Prescendi 2014)9. Ces trente dernières années, nombreux ont été les travaux consacrés aux sacrifices dans le monde méditerranéen (Scheid 2000b : 618) ainsi qu’en Gaule. Une véritable archéologie du sacrifice s’est mise en place dans le but de tenter de restituer ces pratiques à partir de l’étude des restes osseux et de leur contexte (Lepetz, Van Andringa 2008a ; 2008b).

  • 10 Pour ce type de sacrifice, assez mal documenté, nous renvoyons aux travaux portant sur la mer (More (...)

84Dans le cadre des lacs, il est très fréquent d’identifier des restes osseux en relation à des pratiques rituelles diverses. D’une manière générale, les corpus de restes osseux présentent souvent un remarquable état de conservation en raison des conditions de ces milieux. Pour l’instant, en raison de l’hétérogénéité de la documentation, il faut se borner à souligner la présence quasi systématique de restes osseux et leur importance dans les corpus de vestiges identifiés. On soulignera seulement la présence d’éléments récurrents, essentiellement de la triade domestique (Prescendi 2014 : 33). En Gaule, le site de la Mer de Flines (Nord) a livré des milliers de monnaies et une quantité importante de restes osseux dont de nombreux crânes de cerfs, de buffles, de bœufs, etc. Des restes sont également signalés pour le lac Saint-Andéol (Lozère) et Grégoire de Tours fait mention de diverses offrandes dans les eaux, ainsi que des pratiques d’immolations d’animaux et de banquets (À la gloire des confesseurs, 2). Ces pratiques étant intimement mêlées, elles pourraient expliquer la présence de nombreux restes sur d’autres sites cultuels lacustres des sphères celtiques et méditerranéennes (Nieloud-Muller 2019b : 450-453). Outre le témoignage de Grégoire de Tours, ces pratiques sacrificielles dans l’environnement de lacs sont documentées par les sources textuelles antiques (Nieloud-Muller 2019b, textes n° 31, 43, 46, 47, 52, 57, 73, 74 et 83). Elles rapportent divers cas de figure sur le cadre et les modalités de ces sacrifices. Ils peuvent avoir lieu aux abords de l’étendue d’eau, au-dessus du lac, ou bien directement dans l’eau ce qui équivaut à un sacrifice par immersion, noyade ou précipitation10.

4.2.4.2. Des supports d’autels ?

85La présence de concentration de reliefs, de couteaux et de faune consommée montrant des traces de découpes permet de restituer des pratiques ayant eu lieu à hauteur des piquets et pieux en bois présents. Si des interventions directement à hauteur des eaux ont pu être identifiées, comme les monnaies placées sous les fonds de pots, il se dégage de l’organisation générale des vestiges que les concentrations de restes observés au niveau des sédiments peuvent être le reflet de l’existence de supports en élévation. La répartition des éléments n’indique pas de brassage mais traduit plutôt une logique qui pourrait s’expliquer par la présence de petites plateformes ou d’autels. À cet argument s’ajoutent les indices concernant l’usage du feu à hauteur du site et plus spécialement dans la partie septentrionale de la zone 1. Aux traces de coups de feu signalées sur les ossements se joignent quelques restes de charbons de bois et d’autres traces sur certains bois (cf. piquet n° 70) et un fragment de lampe à huile (n° 82).

86Si la présence de feu en contexte lacustre a de quoi étonner, il peut s’avérer nécessaire pour différents usages. Quant aux lampes, elles sont fréquentes dans les lieux de culte (Estienne 2008 ; Fauduet 2010 : 268 ; Malagoli 2016 : 162-167). La valeur symbolique de la flamme et par extension de l’objet qui la produit pourrait expliquer leur fréquente miniaturisation (Kiernan 2009, Rouzeau et al. 2016 : 151-162) ainsi que leur utilisation dans certaines pratiques magiques (Bouix 2012 : 113-115). En milieu lacustre des lampes à huile sont parfois découvertes dans des contextes spécifiques. Le cas du lac de Némi est sans doute le plus significatif. Des groupes de femmes venaient de Rome avec des flambeaux allumés et convergeaient vers le sanctuaire de Diane. Rendues près du lac, les flammes se reflétaient dans le miroir de l’étendue d’eau (Stace, Silves, III, 1, 52-60). Il est intéressant de souligner que de nombreuses lampes à huile ont été découvertes dans le lac dont l’étude traduit des actes de dépôts délibérés et répétés dans le temps (Diosono, Cinaglia 2016 : 462). Ces lampes à huile découvertes dans le lac ont pu servir dans le cadre de ces cérémonies et peuvent renvoyer aux lychnapsia (Salem 1937 ; Stern 1975 : 124-125) qui se célébraient d’ailleurs précisément à la même époque.

87Enfin, certaines sources textuelles montrent que la présence d’autels en contexte lacustre n’était pas rare. À Hiérapolis, dans le lac situé à peu de distance du sanctuaire de la déesse syrienne, il est question d’un autel où l’encens fume sans cesse (Lucien de Samosate, La déesse syrienne, 45-48). Il faut enfin mentionner un autel signalé à l’intérieur d’un lac anonyme des monts Nébrodes en Sicile (Solin, Polyhistor, V), ainsi que l’autel d’un lac lydien près duquel s’approchent les poissons sacrés où Varron sacrifie en personne (Varron, Économie rurale, III, 17, 4).

4.2.5. Communiquer avec les hommes, communiquer avec les dieux

4.2.5.1. Turibulum et oblation de l’encens

  • 11 L’appellation de « brûle-encens » paraît préférable à celle de « brûle-parfum » puisque turibulum e (...)
  • 12 Il s’agit le plus souvent d’une forme ouverte à panse basse, sur pied plus ou moins haut et présent (...)

88Outre la découverte de lampes à huile, il faut signaler la mise au jour de divers fragments d’un brûle-encens ou turibulum (fig. 173, n° 64)11. Ce type de récipient, répandu dans tout l’Empire du Ier au IVe siècle ap. J.-C., obéit partout aux mêmes schémas fondamentaux, notamment dans son décor – ondulations saillantes et incisions – et dans sa forme (Gavelle 1962 : 571-594)12. Ces caractéristiques morphologiques traduisent un certain formalisme religieux et permettent de reconnaître facilement les brûle-encens dans les corpus céramiques.

89Ces derniers peuvent être considérés comme spécifiques de la sphère rituelle et religieuse (Tuffreau-Libre 1994 : 128-129 ; Siebert 1999 : 27-31, 204-205 et 256-257 ; Tonio Hölscher, Günter Schörner, dans Hölscher, Krauskopf 2005 : 223-229). On les retrouve notamment dans la sphère domestique où ils devaient faire partie du laraire domestique (Bertin 2007 : 465-467 ; Joly 2007 : 108 ; Carrato 2009 : 675 ; Joly et al. 2010 : 165), ainsi que dans de nombreux sanctuaires (Fauduet 2010 : 185 ; Joly et al. 2010 : 168).

90D’après les sources textuelles et iconographiques, il est établi que l’oblation de l’encens était un acte essentiel de la religion romaine (Besnier 1919b : 552-553). Il était jeté sur la cendre chaude des autels ou bien consumé dans des récipients fabriqués spécialement à cet effet. En brûlant, il rependait une fumée épaisse et odorante. Comme pour la libation, c’est une entrée dans le monde du sacré. L’encens n’est pas une offrande mais il convie les dieux à participer aux cérémonies, c’est une invitation qui leur est faite (Huet et al. 2004 : 204-205 ; Huet 2008).

4.2.5.2. Tintinnabula et paysage sonore

91Dans le même secteur du site, deux clochettes en bronze ont été mises au jour sur le site (fig. 220). Ces tintinnabula se rencontrent très fréquemment en contexte cultuel (Alexandra Villing dans Hölscher, Krauskopf 2005 : 379-38 ; Vigié 2016). Elles peuvent être découvertes en grand nombre, comme sur le site du sanctuaire du clos du Château à Mandeure (Doubs) (Joly dans Barral 2007 : 390-395), mais sont la plupart du temps identifiées sur les sites cultuels par dizaines, voire quelques exemplaires seulement. À titre d’exemple, une clochette a été identifiée à Avenches (Suisse) dans la zone cultuelle des sanctuaires de Derrière la Tour, de la Grange et du Cigognier (Meylan Krause 2008 : 68-70, fig. 30, n° 2). Cette dernière, typologiquement identique à celle trouvée sur le site de Conjux, a été reconnue dans un dépôt votif avec une multitude de lampes et de vases de petits modules, dont un certain nombre s’apparentent morphologiquement à des brûle-encens (Meylan Krause 1997 : 26-30, fig. 4, 6 et 7).

Fig. 220 - Restitution de tintinnabula accrochés sur des piquets (Capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 220 - Restitution de tintinnabula accrochés sur des piquets (Capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

92La présence de clochettes en contexte cultuel peut s’expliquer en raison des vertus prophylactiques associées au son de l’airain. Guy Rachet (1962 : 97) souligne que le son du bronze a « une puissance purificatrice et prophylactique et il chasse les démons, c’est pourquoi les cérémonies antiques et les processions étaient accompagnées de bruits de cymbales et d’instruments à percussion ». C’est selon lui ce qui a poussé les chrétiens à faire l’usage de cloches et de clochettes dans le cadre liturgique.

  • 13 Il faut peut-être ici mentionner la découverte dans la zone 1 d’un talus de porc (Sus domesticus) ( (...)

93Les sources antiques évoquent la fonction de ces clochettes et plus largement du son du bronze. Pline, citant Varron, évoque des clochettes attachées à des chaînes lorsqu’il décrit le monumental tombeau du roi étrusque Porsina. Il souligne que le vent les agitait et portait au loin leurs tintements qu’il rapproche du son produit au sanctuaire de Dodone (Histoire naturelle, XXXVI, 92-93). Dans ce célèbre sanctuaire se trouvait notamment un chaudron en bronze dont le son avait une valeur protectrice. Il était produit par un fouet en bronze que tenait une statue. Les chaînes étaient armées d’osselets13 et lorsque le vent soufflait, elles frappaient le chaudron qui raisonnait longuement (Strabon, Géographie, VII, fragm. 4).

  • 14 Pour un aperçu de la richesse du dossier et des difficultés rencontrées pour restituer un « paysage (...)

94Il est admis depuis longtemps que, non seulement les clochettes de bronze ont été portées en tant qu’amulettes (Labatut 1877 : 258), mais qu’elles ont également été employées dans les cérémonies de certains cultes (Morillot 1888 ; Esperandieu 1919 : 342-343). Au-delà de leurs vertus protectrices, le son des clochettes, tout comme d’autres instruments de musique d’ailleurs, servait à attirer également l’attention des dieux et constituait un lien entre le monde des hommes et la sphère du divin (Jacquet 2013a : 26). Plus largement, l’utilisation de ces instruments rythmait les rituels et les moments clés des cérémonies religieuses (Vendries 2004 : 402-403). La musique était d’ailleurs omniprésente et elle accompagnait aussi bien les processions, les sacrifices que d’autres moments forts des cérémonies et parfois de nombreux musiciens étaient affectés aux cérémonies (Vendries 2004 ; Jacquet 2013b : 32-33)14.

95En contexte lacustre, plusieurs découvertes archéologiques ainsi que les sources textuelles témoignent de l’usage de certains de ces instruments (Nieloud-Muller 2019b : 430-432, textes n° 27, 56 et 73-75). Des clochettes ont par exemple été identifiées sur le site cultuel de l’étang des Jacobins au Mans (Chevet et al. 2014 : 150 et 157 ; Chevet 2016 : 21 et fig. 6, n° 9 : 23), à Lagole en Vénétie dont certaines du même type que celle découverte à Conjux (Gambacurta, Brustia 2001 : 262-269) et sur le site d’Oberdorla en Thuringe (Behm-Blancke et al. 2002, taf. 120), etc.

96Ces objets sont les seuls témoins d’un paysage sonore qui ne laisse pas d’autres traces matérielles. En dehors des divers sons produits dans le cadre de festivités à l’aide de ces instruments, des corps et sans doute de la voix (incantations, prières, chant), il faut également souligner la propagation importante des sons dans un environnement lacustre calme et libre de tout obstacle. Sur le site de Conjux, elles ont pu tomber involontairement ou bien être abandonnées dans les eaux après leur utilisation. Il est également envisageable qu’elles aient été initialement accrochées aux piquets (cf. 4.3.3.2. et 4.3.3.5.) ou bien qu’elles aient été abandonnées après leur utilisation.

4.2.5.3. Stylet (stilus) et fragment de pigment. Graver, écrire et figurer

97Comme pour la libation, l’oblation de l’encens ou la production de sons, la découverte d’un stylet (stilus) et d’un fragment de pigment pourrait également témoigner d’une volonté de communiquer avec le divin ou bien avec le groupe humain fréquentant le site.

98Si le stilus n’est pas en soi caractéristique des contextes cultuels, il renvoie directement à la pratique de l’écriture qui n’était pas absente des lieux de culte. C’est d’ailleurs ce qui pourrait expliquer leur présence fréquente dans les sanctuaires. Certains sont parfois inscrits et mutilés, comme celui du Landeron en Suisse (Hofmann-Rognon, 1998 : 26-27). D’autres ont été identifiés dans des fosses comme sur le site du Gué de Sciaux (Bertrand 2018 : 556-558) où ils ont pu être « utilisés pour des dédicaces votives puis enfouis par la suite » (Eneau 2002 : 61). Comme pour ces exemples, il est envisageable que le stylet de Conjux a pu servir à inscrire un message visant à commémorer un geste et/ou louer une divinité ou bien qu’il a été abandonné sur le site après son utilisation.

99De façon générale, la contraction ou l’exécution d’un vœu, la commémoration d’un sacrifice, la consécration d’un objet ou d’une offrande pouvaient prendre une multitude de formes et pouvaient être accompagnées d’un formulaire écrit (Veyne 1983 : 282-290). Le meilleur exemple est sans conteste le site savoyard de Chateauneuf, dont la cella nord du fanum a livré de nombreuses inscriptions gravées à la pointe dans un enduit rouge du IIIe style (Mermet 1993).

  • 15 Pline rapporte que les éclaireurs écrivaient à leurs commandants en gravant les lettres sur l’écorc (...)

100Sur le site de Conjux, le stylet a pu servir à graffiter certaines céramiques (fig. 177, n° 13b et 17) ou bien encore à graver le bois ou l’écorce tendre des piquets et des pieux, voire des éléments que les piquets supportaient15.

101Enfin, un fragment de pigment rouge pourrait témoigner d’une volonté de communiquer avec les autres dévots ou les divinités (cf. 3.8. ; fig. 186). Il s’agit d’ocre (argile riche en hématite) dont la présence dans l’emprise du site, à plusieurs centaines de mètres de la rive et précisément dans la zone la plus riche en matériel, n’apparaît pas fortuite. Elle pourrait témoigner d’un usage de la couleur pour la réalisation d’inscriptions ou de représentations figurées.

4.2.6. Une diversité de pratiques et de gestes

102L’examen exhaustif du corpus de mobilier découvert et le croisement de l’ensemble des données disponibles permettent de restituer un certain nombre de pratiques et de gestes (fig. 221). Cette restitution est facilitée par le très bon état de conservation des vestiges, mais également par le fait qu’ils sont, pour l’essentiel, en situation de dépôt primaire. Cette chance autorise à reconnaître certaines pratiques bien identifiées dans le monde romain, de supposer d’autres pratiques répandues telles que le sacrifice, mais également de caractériser des pratiques et des gestes méconnus et peu documentés.

Fig. 221 - Synthèse des différentes pratiques observées ou supposées dans les différentes zones du site.

Fig. 221 - Synthèse des différentes pratiques observées ou supposées dans les différentes zones du site.

4.3. Fonctions et usages des piquets et des pieux en bois

103Parmi les éléments découverts sur le site, les piquets et pieux en bois sont les plus nombreux. Ils prenaient vraisemblablement une part dans les pratiques qui ont pu être identifiées et celles qui peuvent être supposées. Toutefois, bien que l’on considère que le bois était largement utilisé dans l’Antiquité, les réflexions sur l’usage du bois dans les lieux de culte se heurtent à plusieurs difficultés. Cela s’explique tout d’abord par la fragilité du matériau. Les plantes ligneuses se développent et sont amenées à disparaître à plus ou moins long terme. Une fois coupées, elles cessent leur croissance et peuvent se conserver dans des contextes favorables (milieux très humides ou très secs). En dehors de ces conditions, les éléments en bois pourrissent et ne laissent que des traces fugaces. Ensuite, ils restent peu étudiés, notamment parce que dans nos sociétés l’usage du bois a été, en grande partie, remplacé par d’autres matériaux. Pour ces raisons, Francesca Diosono reconnaît qu’étudier le bois en tant qu’élément de la culture des sociétés anciennes est comme « essayer de donner corps à un fantasme » (2008 : 3). Enfin, il apparaît que les synthèses sur l’utilisation du bois dans l’Antiquité et notamment à la période romaine se focalisent principalement sur les caractéristiques techniques et son usage dans la construction.

104Sur le site de Conjux, les parties inférieures de piquets et pieux sont conservées dans les sédiments. Il s’agit de véritables archives et pour chacun des éléments prélevés nous disposons de nombreuses informations (cf. 3.1.1. ; fig. 81). Quelques bois sont également complets et ils s’apparentent à des mâts ce qui permet de restituer l’élévation d’une partie des autres piquets et pieux. De nombreuses questions demeurent concernant leur fonction. L’absence de parallèle archéologique direct nécessita de mobiliser des référents extérieurs à l’emprise des provinces gauloises, voire au cadre de la période romaine. Les sources textuelles et iconographiques apportent notamment des informations sur les usages variés du bois dans l’Antiquité et elles nourrissent les réflexions sur des usages et des pratiques méconnues. En complément, les témoignages ethnographiques, anciens ou actuels, donnent une image vivante permettant de prolonger les réflexions sur le sujet (cf. encart Parallèles ethnographiques eurasiens). Le rassemblement de cette matière dispersée, de nature variée, offre l’opportunité d’aborder des aspects de l’usage du bois dans les lieux de culte.

105Il sera tout d’abord question de la terminologie des piquets et pieux en bois dans la langue latine. Dans les sanctuaires, ils ont pu être utilisés pour des aménagements divers, ou bien en tant que marqueur de limites et de signalisation. Ils ont également pu être employés en tant que supports de divers éléments faisant partie du lieu de culte ou intervenant dans le cadre du processus rituel.

4.3.1. Morphologie, terminologie et usages

106Il apparaît que les éléments en bois découverts à Conjux correspondent à des piquets et des pieux de petite taille faiblement enfoncés dans les sédiments (fig. 85, 87 et 88). Alors que sur la plupart des sites archéologiques ces éléments ne sont documentés que par des structures en négatif, nous disposons, dans le cas présent, de restes tangibles et d’une masse d’informations importante pour chacun d’eux.

107Dans le langage courant, un pieu désigne un petit tronc brut ou un morceau de tronc refendu, droit et rigide, plus ou moins long et épais selon la destination souhaitée. Quant au piquet, il s’agit d’un petit pieu. Ils sont le plus fréquemment épointés à la base afin d’en faciliter l’enfoncement dans le sol ou les sédiments lacustres. En archéologie la distinction entre piquet et pieu s’établit en fonction du diamètre (cf. 3.1.3.4.).

  • 16 Les termes de pilotis et de palafitte sont étymologiquement apparentés à palus.

108Dans la langue latine, plusieurs termes pouvaient désigner ces éléments. Palus, par exemple, désignait un pieu, un poteau et plus généralement toute pièce de bois longiligne, épointé et planté dans le sol (Gaffiot 1934 : 1122)16. En ce sens le terme était très largement employé pour qualifier les pieux destinés à de nombreux usages, notamment dans la construction (Jacob 1904b : 1627-1628), pour le bornage des terres (Toutain 1919 ; Arnaud 2006 : 68-69) et en agronomie comme soutien de la vigne ou comme tuteur de plantes diverses. Les pali pouvaient aussi être employés comme support de trophée (Reinach 1919b : 516-517 ; fig. 222) ou plus malheureusement comme pilori auxquels étaient liés les condamnés (Saglio 1909b : 295). Il a pour diminutif paxillus qui désigne un piquet ou un petit pieu.

Fig. 222 - Essai de restitution du trophée sur palus de Décines, Métropole de Lyon (Ferber 2014, fig. 1b, p. 16 ; DAO F. Lauga).

Fig. 222 - Essai de restitution du trophée sur palus de Décines, Métropole de Lyon (Ferber 2014, fig. 1b, p. 16 ; DAO F. Lauga).

109Palus a pour équivalent stipes qui peut désigner également un pieu et un poteau ainsi qu’un bâton, mais également différentes parties de l’arbre comme le tronc ou une branche, voire l’arbre lui-même (Gaffiot 1934 : 1501). Il servait également à des usages nombreux et similaires. Le plus célèbre est sans doute le stipes crucis, montant vertical de la croix du supplice (Saglio 1887b : 1574-1575).

110D’autres termes témoignent de réalités sensiblement similaires. Le vallus désigne un pieu aiguisé pouvant servir à divers usages notamment pour la construction de palissade. Il peut aussi désigner un piquet servant à l’aménagement d’une barrière ou d’une clôture ou comme échalas pour le soutien de la vigne (Jardé 1919 ; Gaffiot 1934 : 1673). Une sudis désigne un épieu que l’on peut ficher en terre ainsi que la partie saillante d’un rocher ; c’est donc avant tout l’idée de pointe qui prédomine (Gaffiot 1934 : 1530). Le stilus, stylet pointu servant à écrire, peut qualifier également une tige pointue ou un épieu. Enfin, dans le domaine de la construction une pila peut désigner des éléments en bois comme une colonne, un pilier, une pile de pont ou de jetée à l’entrée d’un port.

111La richesse du vocabulaire témoigne de l’importance dans le monde romain du recours à des pièces de bois longilignes, taillées et plantées dans le sol, mais également de la diversité des usages qui en étaient faits.

112D’une manière générale, la matière naturelle du bois qui n’a pas encore été transformée par l’homme était nomée lignum (Jacob 1904a : 1242). Quant au bois d’œuvre, il prenait le nom de materies et, après abattage, il pouvait être laissé en grume, laissé brut ou écorcé (decorticare) ou bien être fendu (scindere, findere), équarri (dolare) ou scié (dissecare) en fonction de l’usage souhaité (Jacob 1904b : 1626-1627). En reprenant Théophraste, Pline, dans son Histoire naturelle (XVI, 188), distingue deux sortes de bois : les troncs laissés intacts et simplement écorcés, et les bois équarris à la hache, débarrassés de l’écorce, mais également de l’aubier sujet à la pourriture (André 1962 : 164). Dans le cas du site de Conjux, les éléments en bois sont de section complète et sont laissés ronds (rotunda) comme cela était fréquent pour les mâts et les poteaux. Ils ont a priori simplement été ébranchés et n’ont pas été écorcés. C’est du moins ce qu’il est possible de déduire des parties conservées des piquets et pieux et des quelques bois couchés complets découverts.

113Quant aux essences choisies, il s’agit principalement du chêne (Quercus) et du hêtre (Fagus). Dans ses Recherches sur les plantes, Théophraste rapportait que le chêne avait la réputation d’être absolument imputrescible et qu’il était utilisé pour les barques naviguant sur les lacs et les cours d’eau (V, 4, 3). Il reconnaît la même qualité au hêtre (V, 4, 4) qui était fréquemment mis en œuvre dans les structures immergées (Histoire naturelle, XVI, 218). En raison de leur excellente conservation sous l’eau, ces deux essences ont été très largement employées pour les pieux formant des structures ennoyées (Jacob 1904b : 1627 et 1628 ; Beauverie 1905 : 759 et 1325).

4.3.2. Aménagements et marqueurs visuels

4.3.2.1. Une absence de constructions

114La morphologie des bois et les essences forestières choisies à Conjux pourraient correspondre à des bois d’œuvres utilisées dans le cadre de constructions et d’aménagements de formes et de fonctions diverses. Le recours au bois d’œuvre en architecture était très important (Adam 1984 : 91-109 ; Lamouille et al. 2019) et notamment pour la réalisation de structures immergées. Dans ce cas, il s’agit le plus souvent d’aménagements de berges, de pontons, de ponts ou de structures permettant de franchir des zones marécageuses (trackways), etc.

115Ces différentes interprétations pourraient tout à fait convenir à un site immergé dans un secteur soumis à de nombreuses transformations (cf. 2.1.5. et 2.2.4.2.). Toutefois, il n’est pas possible de reconnaître les piquets et les pieux de la zone 1 et la zone 2 comme les restes d’une structure construite (cf. 4.1.3.). Le faible diamètre de la plupart des piquets et pieux et leur répartition interdisent de restituer une construction. Seuls les quelques alignements de bois de diamètres plus importants de la zone 3 pourraient correspondre à un aménagement bâti. Deux échantillons sur les quatre prélevés sont de l’orme (Ulmus) qui est quasiment absent du reste du site et qui a été fréquemment utilisé pour la réalisation de pieux immergés par ailleurs (Beauverie 1905 : 1325). Quant à la restitution de la morphologie de cette potentielle structure, il pourrait s’agir de l’extrémité d’un platelage ou d’un appontement. Malheureusement, aucun pieu n’a pu être daté. La présence de trois monnaies de Marc Aurèle pourrait indiquer qu’il s’agit d’un aménagement de la fin du IIe siècle de notre ère. Il serait contemporain de l’arrêt de l’implantation des piquets dans les autres zones, et il pourrait être lié à une transformation de l’écosystème lacustre à cette époque (cf. 2.2.4.1. et 4.6.2.).

116Dès lors, dans l’état de nos connaissances, il n’y avait apparemment pas de constructions dans les zones 1 et 2. Il ne faut pour autant pas exclure l’existence de petites structures ou d’aménagements plus légers.

4.3.2.2. Marqueur de limite et de signalisation

117Certains bois du site ont pu servir à marquer une limite. Sur le site de Conjux, des piquets ou pieux isolés en bordure de l’emprise du gisement ont pu servir à matérialiser l’extension du site. Dans le monde romain, les bornes artificielles (termini), en pierre ou en bois (lignei), de formes variables, étaient très courantes et elles servaient à délimiter des espaces de nature très différente (Toutain 1919). La depalatio consistait à planter des pieux pour le bornage ou lors d’autres opérations d’arpentage (Chouquer, Favory 1991 : 148 ; Arnaud 2006). La démarche était identique pour la matérialisation physique du templum (Gros 1996 : 208). En ce sens, il n’est pas impossible que le site de Conjux ait été entouré de pieux matérialisant en surface une séparation avec le reste de l’environnement lacustre. Il n’est pas non plus invraisemblable que certains pieux aient pu être réunis pour clôturer certains espaces plus réduits au sein du site.

118Plus à l’ouest, quelques pieux isolés ont été repérés dans l’axe de l’appontement PNLV 2 (cf. 2.3.4.4. ; fig. 223). Ils n’ont pas été prélevés et n’ont pas pu être datés, mais la découverte d’un gobelet Déchelette 72 permet de les associer au site. Ce type de production de sigillée de Gaule du Centre est contemporain des phases d’abattage des piquets et pieux du site PNLV 1. Il faut enfin souligner que ce petit récipient complet présentait d’évidentes marques d’arrachement volontaire à sa base.

Fig. 223 - Pieux isolés identifiés à l’est du site. À quelques mètres se trouvait un gobelet en céramique sigillée présentant des arrachements de fond.

Fig. 223 - Pieux isolés identifiés à l’est du site. À quelques mètres se trouvait un gobelet en céramique sigillée présentant des arrachements de fond.

119Certains piquets ou pieux ont pu également servir comme élément de signalisation. Par leur présence et les éléments qu’ils ont pu supporter, ils pouvaient indiquer le site ou certains secteurs du site. En contexte aquatique, l’usage du bois était fréquent pour la réalisation de repères visuels indiquant des obstacles exondés ou bien immergés dans des zones de faible profondeur (Neilson III 2002 : 249 ; Sangriso 2011 : 198-206). C’est en ce sens que la statue monumentale de Genève a été interprétée comme un signal ou un fanal à l’entrée du port à l’image des colonnes représentées sur la peinture figurant probablement un complexe portuaire de la baie de Pouzzoles (Blondel 1925 : 93 ; Haldimann 2002). Pour être facilement identifiables, ces marqueurs devaient se distinguer de leur environnement par le recours à des signes visuels clairs (couleurs, taille, éléments sculptés, etc.). Ainsi, lorsque Rutilius Namatianus rentre en Gaule, il traverse, près de Volterra, une étendue d’eau dénommée Vada pleine de hauts-fonds. Il précise que « l’entrée incertaine est indiquée par deux arbres, et une rangée de pieux enfoncée dans l’eau marque de chaque côté la limite ; sur ces pieux il est d’usage d’attacher de grands lauriers faciles à voir avec leurs rameaux et leur feuillage touffu ; de la sorte, malgré les herbes que produit un fond partout couvert de vase épaisse, le passage, gardant ses jalons fixes, reste nettement tracé » (Sur son retour, I, 453-462). Arrien témoigne également de piquets plantés de part et d’autre des bas-fonds d’une lagune afin d’empêcher aux navires de s’échouer (L’Inde, XLI, 2-4). La fonction de ces marqueurs rejoint celle des termini et comme eux ils pouvaient avoir une valeur symbolique particulière et être le cadre de pratiques rituelles (cf. 4.4.3.3. et 4.4.3.4.). Dans le cas du site de Conjux, localisé dans un secteur peu profond soumis à d’importantes transformations en raison des fluctuations du lac, certains piquets ou pieux plantés ont pu servir à marquer la présence du site. D’autres ont pu également distinguer des parties plus précises du site, peut-être les accès vers le centre de la zone 2.

4.3.2.3. Autels et édicules

120Enfin il a également été proposé que certains piquets ou pieux, ou ensembles de bois ont pu supporter des petites plates-formes ayant pu servir d’autel (fig. 224). La concentration anormale de matériel dans certains secteurs, dans l’environnement desquels se trouvait l’essentiel de la faune ainsi qu’un des couteaux, permet de proposer la restitution d’autels en élévation. Des textes font explicitement mention de sacrifices au-dessus des eaux de lacs tandis que d’autres témoignent de véritables autels à la surface de l’eau (cf. 4.2.4.2.). Ce type de structure a pu prendre différentes formes (fig. 225).

Fig. 224 - Hypothèse de restitution de supports d’autel dans la zone 1 du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 224 - Hypothèse de restitution de supports d’autel dans la zone 1 du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 225 - Quelques exemples de supports de plateformes d’autels ou d’édicules observées à partir des données ethnographiques.

Fig. 225 - Quelques exemples de supports de plateformes d’autels ou d’édicules observées à partir des données ethnographiques.

121Les parallèles archéologiques sont rares. Les autels du site d’Oberdorla (Thuringe, Allemagne) fournissent quelques exemples de structures végétales installées sur la rive du petit lac (Behm-Blancke et al. 2002, II : 94-212). Toutefois, ce sont les parallèles ethnographiques qui permettent de donner des images d’autels lacustres. En Birmanie, au lac Inlé, il existe des monastères construits sur pilotis. Une pagode est construite au centre du lac et accueille des images de Bouddha. Sur les rives du lac se trouvent des autels, soit au ras de l’eau, soit à hauteur de la berge, soit isolés sur l’eau. L’un d’eux est élevé à l’emplacement de vestiges immergés d’une construction plus ancienne associés à un récit légendaire. D’une manière générale, les autels peuvent être très simples : une simple tablette fixée à un poteau, un plateau juché sur quelques piquets, un petit édicule sur un pieu, etc. (Robinne 2000).

4.3.3. Les bois en tant que supports d’éléments intervenants dans le cadre du culte

122Si certains piquets et pieux ont pu servir de marqueur de limites ou bien de marqueurs visuels, voire de petites structures d’autels, il ressort de l’analyse de la répartition planimétrique et chronologique des bois du site de Conjux que, pour l’essentiel, il s’agissait d’éléments indépendants. La reconnaissance de mâts, ainsi qu’un nombre significatif de clous, permet de supposer que certains éléments matériels se trouvaient initialement accrochés en élévation sur ces grandes hampes.

123En raison de la disparition fréquente des bois et de l’attention tardive accordée à ce type de dispositif, les parallèles archéologiques s’avèrent peu nombreux. En revanche, les sources textuelles antiques et iconographiques regorgent d’exemples où sont accrochés toutes sortes d’éléments sur des poteaux, des piliers de bois, voire de simples piquets, mais également à des branches d’arbres. Le croisement des données disponibles montre toute la diversité des cas de figure et la diversité des éléments qui ont pu être accrochés, ce qui permet d’imaginer l’ampleur de ce qui a disparu.

4.3.3.1. Parallèles archéologiques

124Dans l’environnement des « sanctuaires des eaux » de Gaule romaine, il est souvent fait mention de la présence d’éléments en bois, ainsi que de pieux et de piquets. Ces vestiges témoignent pour une part de restes de constructions ou d’aménagement divers, à l’image des systèmes de barrage régulant les étendues d’eau du sanctuaire de Magny-Cours dans la Nièvre (Tisserand, Nouvel 2013 : 169-171 ; Vurpillot 2016, I : 250-252, II : 158-159). Pour ce dernier site, il a toutefois été envisagé que certains ex-voto découverts avaient pu être initialement accrochés à des poteaux à proximité de la retenue d’eau (Vurpillot 2016, II : 132). Quant au sanctuaire du gouffre de la forêt du Corgebin en Haute-Marne, il s’organise autour d’un puits artésien naturel soumis à d’importantes variations saisonnières (fig. 226). Un édicule au plan simple est construit dans un secteur préservé des remontées de la nappe d’eau. À ses abords se trouvaient différents pieux dont certains ont pu servir de supports pour des offrandes et des ex-voto (Thomas 2003 : 38 et 70-71 ; Vurpillot 2016, I : 250-252, II : 250).

Fig. 226 - Plan du sanctuaire du gouffre de la forêt de Corgebin à Brottes-Chaumont (d’après D. Vurpillot 2016, II, fig. 28, p. 253, d’après L. Thomas, 2003).

Fig. 226 - Plan du sanctuaire du gouffre de la forêt de Corgebin à Brottes-Chaumont (d’après D. Vurpillot 2016, II, fig. 28, p. 253, d’après L. Thomas, 2003).

125Sur le site de la Source des Roches à Chamalières dans le Puy-de-Dôme, près de vingt trous de poteaux sont signalés dans l’emprise de l’étendue d’eau (Romeuf, Dumontet 2000, fig. 2 : 21, fig. 8 et 9 : 26 ; fig. 227). Ils se trouvaient précisément à hauteur des résurgences dans le secteur le plus riche en éléments en bois. Certains ont pu servir de supports d’offrandes (Vurpillot 2016, I : 311) tandis que d’autres, groupés par petits ensembles de 3 ou 4 bois, ont pu servir de support à des éléments plus importants, ou bien à des petits autels ou édicules comme cela a pu être évoqué précédemment. Il faut enfin signaler les très nombreux piquets, fragments de piquets et de branches qui ont été découverts mêlés aux ex-voto. Quelques-uns, choisis au hasard, ont été présentés à titre d’exemple (Romeuf, Dumontet 2000, n° 1711-1725). Peu travaillés ou bruts, ils étaient de hauteur variable avec un diamètre oscillant entre 1,5 et 10 cm, pour une moyenne de 4,7 cm (fig. 228, a-f). Sur le site des Sources de la Seine (Côte-d’Or), quelques pieux et de nombreuses branches noueuses et branchages avec leur écorce étaient entremêlés aux statues et aux ex-voto anatomiques (Deyts 1983 : 47-48 et 128). Seuls quelques exemples ont été publiés faisant entre 19 à 37 cm de hauteur et de 2,5 à 3,5 cm de diamètre (fig. 228g).

Fig. 227 - Plan des vestiges du sanctuaire de Chamalières (d’après D. Vurpillot 2016, I, fig. 54, p. 252. d’après A.-M. Romeuf et M. Dumontet).

Fig. 227 - Plan des vestiges du sanctuaire de Chamalières (d’après D. Vurpillot 2016, I, fig. 54, p. 252. d’après A.-M. Romeuf et M. Dumontet).

Fig. 228 - Restes de piquets et de branches noueuses

Fig. 228 - Restes de piquets et de branches noueuses

a-f – Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) ;
g – Sources de la Seine (Côte-d’Or) (Deyts 1983, p. 128, pl. LXXIX, n° 308 ; inv. 75.2.147 ; Photo P. Bert).

126Les sanctuaires laténiens et romains de Gaule Belgique offrent également des parallèles intéressants. Les fouilles menées sur le site de Gournay-sur-Aronde (Oise) ont permis de mettre en évidence des empreintes évoquant la présence d’agglomérats de piquets (fig. 229). À l’intérieur de l’enclos, dans la zone nord de l’espace sacré, sur une surface d’environ 300 m², ont été observées des traces allongées en forme de branches et 173 petites taches circulaires de 5 à 10 cm de diamètre. La forme et la couleur de ces dernières sont interprétées comme les « traces fossiles de piquets et de branches qui étaient fichés dans le sol ou qui ont pu s’y enfoncer, une fois tombées de leur support ». Aucune organisation d’ensemble ne se dégage de leur répartition si ce n’est une possible clôture à l’ouest permettant d’individualiser cet espace. Il a été proposé d’y reconnaître un bois sacré artificialisé (Brunaux et al. 1985 : 92-93 ; Brunaux 1993 : 63 ; Brunaux 2006 : 170).

Fig. 229 - Plan du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Somme) et plan de la zone dite « tiers nord » avec nombreux trous de piquets (Brunaux 1993, fig. 1, n.p. et Brunaux et al. 1985, fig. 58, p. 93).

Fig. 229 - Plan du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Somme) et plan de la zone dite « tiers nord » avec nombreux trous de piquets (Brunaux 1993, fig. 1, n.p. et Brunaux et al. 1985, fig. 58, p. 93).

127Bien qu’il ne s’agisse pas d’un contexte de sanctuaire, la question d’un aménagement cultuel s’est posée pour le site de Billy-Berclau (Avenue de Sofia, Z.I. Artois-Flandres, Pas-de-Calais). Dans une dépression naturelle arrondie et fermée se trouvait un « tronc » oblique daté de la période romaine associé à plusieurs dizaines de petits trous de poteaux sans plan structuré. Le « tronc » était enfoncé sur une profondeur de 2,3 m dans une fosse recoupant des niveaux antérieurs et ne présentait pas de traces de fortes compressions. Quant aux négatifs de piquets, ils témoignent de la présence de bois décomposé remplacé par des comblements d’argiles. L’étude pédologique atteste que ces piquets avaient été initialement implantés sous une lame d’eau stagnante. La nature rituelle de cet aménagement a été proposée comme piste de réflexion (Fechner 2018 : 56-59, fig. 1 et 3).

128Enfin, il faut signaler le cas du sanctuaire de Blicquy (« Ville d’Anderlecht », Hainaut, Belgique) qui présente des traces de plus d’une centaine de fosses de poteaux datés du Ier siècle. Ils se trouvaient à l’intérieur du mur d’enceinte, à proximité de la cella, et aucun plan évident ne se dégage de leur répartition. Il s’agissait de troncs de très grandes tailles et l’étude des phénomènes d’oxydoréduction dans le fond des comblements indique une faible compression. Ces troncs auraient pu avoir un rôle de support destiné aux offrandes, celles-ci étant, soit attachées, soit suspendues, ou bien disposées directement sur la partie supérieure des troncs coupés à l’horizontale (Gillet et al. 2006 : 191-195 ; Fechner 2018 : 56 ; Gillet, Fechner 2018 : 173-186).

129Ces exemples archéologiques laissent deviner la présence fréquente de bois debout, de taille et de fonctions variables. Ces éléments ayant le plus souvent complètement disparu, leur identification se limite le plus souvent à la reconnaissance des négatifs laissés dans les couches sédimentaires. Il est difficile de tirer des conclusions de leur répartition qui ne présente pas de plan clair et facilement interprétable. La disparition quasi complète des bois ne permet pas d’aller plus loin pour comprendre la fonction de ces piquets et pieux.

130Les découvertes du site d’Oberdorla (Vogtei, Thuringe) permettent de combler ces lacunes puisqu’à l’inverse des autres sites, les éléments en bois sont abondants et dans un très bon état de préservation. Bien qu’extérieur à la Gaule, ce gisement constitue le parallèle le plus pertinent pour les vestiges du site du lac du Bourget. Découvert en 1948 lors de l’exploitation d’une tourbière, il a été fouillé méthodiquement entre 1957 à 1964 avant de faire l’objet d’une monographie (Behm-Blancke et al. 2002 ; Dušek 2002). Ces investigations ont permis de restituer le développement d’un lieu de culte (« opferplatz ») pendant plus d’un millénaire (VIe siècle av. J.-C. – Ve siècle ap. J.-C.). Pendant toute cette période, des aménagements se sont succédé dans l’environnement d’une étendue d’eau dont le niveau a fluctué au cours du temps (cf. 2.2.3.3.). Les vestiges identifiés se caractérisent principalement par des structures en bois associées à des éléments mobiliers renvoyant à des sacrifices et d’autres pratiques (fig. 230 et 231). Dans les contextes de la fin de la période laténienne et de la période romaine, le bois est largement utilisé. Il a notamment été employé pour la réalisation d’enclos, de cloisons et d’autels dont certains en forme d’embarcations. Certains ont pris la forme de très longs mâts servant de supports à des éléments de natures diverses, tandis que d’autres semblent avoir une valeur plus symbolique. Certains bois ont enfin été utilisés pour la réalisation de nombreuses statues ainsi que pour des baguettes et d’autres objets qui intervenaient dans les processus rituels. L’ensemble de ces vestiges étant en contexte il est permis de restituer l’organisation du site, mais également des pratiques liées à l’usage du bois dans le cadre du culte. Il en ressort une grande variété d’utilisation et une gestion raisonnée des ressources.

Fig. 230 - Découverte de nombreux éléments en bois enchevêtrés dans la tourbe sur le site d’Oberdorla, Thuringe (Sanden, Capelle 2002, fig. 27, p. 36).

Fig. 230 - Découverte de nombreux éléments en bois enchevêtrés dans la tourbe sur le site d’Oberdorla, Thuringe (Sanden, Capelle 2002, fig. 27, p. 36).

Fig. 231 - Reconstitutions hypothétiques de deux « sanctuaires » du site d’Oberdorla (Schmidt 2004, p. 19 ; dessins de l’auteur).

Fig. 231 - Reconstitutions hypothétiques de deux « sanctuaires » du site d’Oberdorla (Schmidt 2004, p. 19 ; dessins de l’auteur).

a – Ensemble de la fin de l’âge du fer situé au bord du lac avec un piège à poissons enterré (La 22) ;
b – Ensemble du début de la période impériale avec au centre deux piquets anthropomorphe, l’un en forme de fourche et l’autre ithyphallique. Au premier plan se trouvent d’autres « idoles ». L’ensemble se trouvait à une dizaine de mètres de la rive du lac (Panthéon I, FR 1, FR 2).

131Sur le site de franchissement de Wittemoor daté de la fin de la période laténienne, quelques pieux formaient peut-être une structure en forme de porte au-dessus du platelage du passage (fig. 232). De part et d’autre de ce chemin bâti se trouvaient des piquets et des pieux ronds cassés au-dessus du sol – et non pas pourris – pouvant être apparentés à de grands mâts qui présentent des traces de destruction délibérée (Hayen 1965 ; 1971 : 116 ; Brunning, McDermott 2013 : 369-370). Dans leur environnement se trouvaient des figures anthropomorphes et des baguettes en bois. D’autres parallèles pourraient enfin être trouvés dans l’abondante bibliographie concernant les « trackways » ainsi que dans celle concernant les remarquables découvertes effectuées dans les tourbières germano-scandinaves (Nieloud-Muller 2019b : 368-370 et 718-721).

Fig. 232 - Restitution du Trackway XLII(Jp) de Wittemoor (Basse-Saxe), daté entre 135 et 129 av. J.-C. (Hayen 1971, fig. 16, p. 117).

Fig. 232 - Restitution du Trackway XLII(Jp) de Wittemoor (Basse-Saxe), daté entre 135 et 129 av. J.-C. (Hayen 1971, fig. 16, p. 117).

132Si tous les exemples abordés permettent de documenter certains types de dispositifs faisant intervenir des piquets et des pieux qui peuvent être rapprochés des vestiges du site de Conjux, il reste à préciser quels types d’éléments pouvaient être accrochés sur ces bois. La considération des sources antiques, essentiellement iconographiques et textuelles, permet de formuler différentes hypothèses.

4.3.3.2. Les paysages « sacro-idylliques »

133Les nombreuses peintures de « paysages mythologiques » ou « paysages sacro-idylliques » offrent une image vivante de sanctuaires rustiques. Ces représentations, à l’atmosphère et au charme unique, obéissent à des conventions de représentations et à des règles d’agencement qui leur sont propres. Des motifs typiques apparaissent de manière récurrente et sont interchangeables dans l’organisation de chaque scène (Cazanove 1993 : 113 ; Croisille 2010 : 51). Il ne s’agit pas de représentations réalistes, mais de compositions formées de citations des éléments les plus signifiants de lieux de culte en milieu naturel.

134Dans ces paysages se rencontrent très fréquemment des arbres, des poteaux et colonnes sur lesquels sont accrochés divers éléments. Il existe également de simples bâtons et des piquets plantés dans le sol (Wyler 2017, § 26 ; Wyler, à paraître) et de longues hampes graciles sur lesquelles sont également accrochés des rubans et des objets (Cazanove 1993 : 118-119, fig. 8 ; Wyler 2017, § 19-22, fig. 8). Un petit tableau d’Herculanum montre, par exemple, devant un arbre couvert de petites bandelettes, une statue de Priape posée sur une structure sans doute en bois. Sur cette table repose une hampe dont l’extrémité est décorée de feuillages. Une torche repose quant à elle sur un autel où prennent place trois autres statues (fig. 233).

Fig. 233 - Paysage sacro-idyllique du milieu du Ier siècle ap. J.-C.découvert à Herculanum, sans contexte d’origine précis (Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 9244. Sur concession de la Soprintendenza per I Beni Archeologici di Napoli.

Fig. 233 - Paysage sacro-idyllique du milieu du Ier siècle ap. J.-C.découvert à Herculanum, sans contexte d’origine précis (Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 9244. Sur concession de la Soprintendenza per I Beni Archeologici di Napoli.

135Généralement, ces arbres ou ces éléments en bois coupés servent de support à toute sorte d’éléments comme des offrandes, de petits tableautins, des clochettes et de cymbales (Cazanove 1993 : 114-116), des petites hampes (pedum, thyrse), des patères et des outils divers (Saglio 1877 : 359-360 ; Francesco Marcattili, dans Torelli 2005 : 183-184). Dans certains cas une effigie de la divinité surmontait un pilier ou bien elle se trouvait placée dans l’arbre (cf. 4.4.3.5. et 4.4.4.2.).

136Les piquets et pieux du site de Conjux ont pu être associés à des éléments équivalents. Certains objets ont pu couler et se retrouver à la base des bois, tandis que les éléments plus fragiles ont pu disparaître sans laisser de traces in situ.

4.3.3.3. Couronnes, guirlandes, bandelettes et rubans

137D’après les sources mobilisées, il ressort que des éléments végétaux ou textiles étaient très fréquemment utilisés dans le cadre de différentes pratiques religieuses. Il s’agissait le plus couramment de couronnes, de guirlandes, de bandelettes et de rubans.

138L’usage des couronnes était particulièrement important dans le monde romain au point de faire l’objet d’une industrie et d’une littérature spécialisées. Elles étaient le plus fréquemment constituées de rameaux de simples feuillages, de plantes diverses, de fleurs et de fruits. Lors des cérémonies, les officiants et les victimes étaient couronnés, ainsi que certains objets sacerdotaux (Egger, Fournier 1887 : 1520-1537 ; Jacob 1904a : 1247-1252 ; Guillaume-Coirier 1999). Il faut signaler notamment la découverte d’une couronne végétale à Oberdorla dans un contexte de la fin de la période laténienne. Elle se trouvait à proximité de longues hampes sur une desquelles elle devait être accrochée initialement (Behm-Blancke 2003, II : 39-40 ; fig. 234).

Fig. 234 - Couronne en branches de saule de la fin de la période laténienne découverte sur le site d’Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002, pl. VIII, n° 3).

Fig. 234 - Couronne en branches de saule de la fin de la période laténienne découverte sur le site d’Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002, pl. VIII, n° 3).

139La guirlande de feuilles et de fleurs tressées (serta) était également très largement employée à la période romaine. Elle se distingue de la couronne par sa forme qui n’est plus circulaire et fermée. Elle pouvait aussi être suspendue à l’autel, sur les murs, entre les colonnes à la corniche des temples, sur des arbres, etc. (Leroux 1911 : 1258-1260 ; Belfiore 2010 : 341-351). Par exemple, dans la fable de Philémon et Baucis, Ovide rapporte l’existence d’un temple aux abords d’une étendue d’eau, dans l’environnement desquels se trouvaient deux troncs avec des guirlandes suspendues (Métamorphoses, VIII, 721-724).

  • 17 L’infula était également un bandeau de laine blanc ou rouge qui ornait les têtes des victimes et qu (...)
  • 18 Pour les sources antiques, cf. notamment les notes n° 5, 6 et 15 à 17, p. 953.
  • 19 Pour différents exemples ethnographiques d’accrochage de morceaux d’étoffes à des arbres, cf. Morti (...)

140Mais le plus couramment c’étaient des bandelettes et des rubans en tissu qui étaient accrochés à des arbres ou à des supports ligneux de taille variable (fig. 233). La richesse de la terminologie, les nombreuses représentations figurées, ainsi que l’interdiction formulée dans le Code théodosien (XVI, 10.12.2) d’attacher des bandes d’étoffe à un arbre, suffisent à témoigner de l’utilisation très commune de ces pièces d’étoffe. La vitta était par exemple une longue bande de laine, de couleur unie, blanche le plus souvent, rouge pourpre également, voire bleue, jaune ou verte. Elle pouvait être seule ou servir de lien et de maintien à d’autres éléments. Il s’agissait d’un élément important des cérémonies religieuses pour lesquelles elle pouvait être apposée sur les animaux destinés au sacrifice17, les offrandes et le mobilier liturgique (Graillot 1919 : 949-957). Elle pouvait également servir à délimiter l’espace sacré comme dans le cas du lac de Cotylia. Les habitants de la région « après l’avoir complètement entouré d’une ceinture de bandelettes, le gardent inviolé en ne permettant à personne d’approcher de l’eau » (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, I, 15, 1-2). Il n’est pas dit sur quels éléments étaient accrochés ces bandelettes, mais il est possible qu’il ait pu s’agir de piquets ou de pieux à l’image de ce qu’il est possible d’observer dans l’environnement de certains lacs sacrés d’Inde (cf. encart Parallèles ethnographiques eurasiens). Les sources témoignent enfin qu’il était fréquent dans la piété populaire d’attacher ces bandelettes à des arbres sacrés où elles pouvaient être nouées aux troncs ou être bien suspendues aux branches. Elles pouvaient être aussi liées à des piliers et des colonnes (Saglio 1877 : 359-360 ; Graillot 1919 : 95318 ; Cazanove 1993 ; Belfiore 2010 : 103-106)19.

141Dans un registre sensiblement identique, il est possible de citer la curieuse cérémonie lacustre au lac Tala (Lydie) consacré aux Nymphes. Dans le cadre de festivités annuelles, donnant lieu à des rassemblements et des sacrifices, un roseau, auquel est donné le titre de roi, était couronné de bandelettes dans le cadre de rites propitiatoires (Paradoxographe de Florence, Mirabilia de aquis, 43). Enfin, il existait un type de ruban ou de petit bandeau (taenia, lemniscus) qui s’enroulait autour de la couronne ou de la guirlande pour en assurer la tenue. Il pouvait être utilisé seul ou bien pour lier des éléments entre eux. En ce sens il n’est qu’une sorte de vitta de taille plus réduite. Ces rubans étaient le plus fréquemment en tissus, mais selon Pline ils auraient aussi été découpés dans l’écorce intérieure du tilleul (Saglio 1904 : 1099-1100 ; 1919 : 19-20).

4.3.3.4. Support d’écrits et de représentations

142Dans ces paysages, outre les guirlandes et les bandelettes, apparaissent fréquemment un titulus ou une tabula. Ces planchettes ou panneaux, de diverses tailles et principalement en bois, servaient de supports à des inscriptions ou des représentations. Paul Veyne rappelle à quel point « les Romains mettaient des pancartes partout et en toutes occasions » (1983 : 282). Elles servaient dans les sanctuaires pour la contraction ou l’exécution d’un vœu, pour commémorer un sacrifice, pour la consécration d’un objet ou d’une offrande.

143Les lieux de culte étaient également couverts d’inscriptions qui pouvaient prendre différentes formes, comme un simple libellé ou un graffite sur le mur du temple ou sous un portique, une tablette inscrite, un pinax, un autel, etc. (Veyne 1983 : 288 ; Cazanove 1993 : 124). Des tabulae suspendues dans les temples représentaient des scènes dramatiques ou des guérisons miraculeuses (Lafaye 1919b : 12). Les temples antiques étaient encombrés de ces tablettes, « au grand embarras du clergé, qui ne savait comment s’en débarrasser, et comment limiter l’ardeur des fidèles à des emplacements prévus à cet effet » (Veyne 1983 : 289-290).

144Il faut également signaler les très nombreuses « plaquettes » découvertes sur le site de la source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme). Certaines étaient très bien conservées (n° 1593-1650). L’une d’elles (n° 1593) présentait encore des traces de peintures avec la représentation d’un personnage en buste sur un fond blanc cassé tandis que d’autres avaient un trou de suspension (Romeuf, Dumontet 2000 : 25, 88-89 et notes n° 132 à 145 : 95-96 ; fig. 235, a-b). Il faut envisager que certaines ont pu être initialement fixées sur les pieux qui étaient plantés dans l’étendue d’eau. Sur le site des Sources de la Seine (Côte-d’Or), de nombreuses plaquettes ont été découvertes (Deyts 1983 : 126). Elles étaient quadrangulaires, aux contours irréguliers et d’épaisseur constante (entre 0.5 et 2 cm). De taille variable, elles étaient vraisemblablement décorées, mais seules quelques-unes présentent des détails discernables (fig. 235, c-e). L’une d’elles présente un décor de chevrons (c), tandis qu’une autre conserve quatre rivets maintenant une mince feuille de tôle gravée en partie préservée (e). Pour les inscriptions directement sur les enduits, l’exemple du site de Châteauneuf (Savoie) permet de se faire une idée de cette pratique (Mermet 1993).

Fig. 235 - Exemples de « plaquettes » 

Fig. 235 - Exemples de « plaquettes » 

a-b : Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) ;
c-e : Sources de la Seine (Côte-d’Or) conservées au musée archéologique de Dijon (Deyts 1983, p. 126, pl. LXXVII, n° 293, 295 et 298).

145La présence d’un stylet sur le site de Conjux a déjà permis d’évoquer la question de la pratique de l’écriture, tandis que la présence d’un fragment de pigment rouge celle de la peinture (cf. 3.8. et 4.2.5.3. ; fig. 179). L’essentiel des inscriptions était inscrit au pinceau avec de la couleur rouge ou noire sur des planchettes de bois blanchi (Lafaye 1919b : 12). Elle pourrait témoigner de l’usage de la couleur pour la réalisation d’inscriptions ou de représentations figurées.

4.3.3.5. Offrandes, oscilla et ex-voto

146Enfin, il est également possible que les mâts aient pu servir de support d’offrandes ou d’autres éléments intervenants dans le cadre du processus rituel. Pour le site de Conjux, c’est ce qui est supposé pour certaines monnaies puisque quelques-unes d’entre elles ont été découvertes à plat dans l’environnement de bois contemporains. Nous pensons qu’elles pouvaient se trouver à l’origine en hauteur en étant accrochées aux pieux ou aux piquets. Il peut en être de même des clochettes que l’on voit très fréquemment représentées accrochées à la ramure d’arbres dans les « paysages sacro-idylliques ».

147Ce peut être également le cas des oscilla. Ils désignent des petites figurations de divinités qui étaient suspendues également à des arbres ou entre les colonnes de portiques. L’essentiel était en bois, en écorce et autres végétaux, mais nous les connaissons surtout pour les exemples en marbre et en terre cuite qui se sont conservés dans le temps (Hild 1909 ; Loisy 1999).

148Enfin, il a pu s’agir d’autres éléments en lien avec la contraction d’un vœu. La pratique du votum était très répandue dans tout le monde romain où elle apparaît très codifiée. Il s’agissait d’un contrat avec la divinité qui se matérialisait par la rédaction d’un formulaire et par une offrande en guise de remerciements pour service rendu : l’ex-voto. Si certains apparaissent stéréotypés comme les représentations anatomiques des sanctuaires des Roches et des sources de la Seine, la plupart prenaient des formes beaucoup plus simples : monnaies, offrandes, et pouvaient être souvent en matière périssable (en cire ou en terre notamment). Les ex-voto étaient accrochés partout. Ovide mentionne près du lac de Nemi que « le long des haies (saepes) pendent, à la manière d’un voile, des fils sur lesquels sont fixés de nombreux ex-voto, en témoignage de reconnaissance de la déesse » (Les Fastes, III, 267-268). L’emploi de saepes doit s’entendre comme ce qui entoure, ce qui enclôt un espace et le protège, il peut correspondre également à une enceinte ou une clôture faite d’arbustes ou bien de piquets ou de pieux.

4.3.3.6. Attacher, lier, nouer ou planter

149Dans la plupart des cas abordés, les éléments étaient accrochés directement sur des haies, aux troncs ou aux branches d’arbres vivants, voire sur des éléments en bois coupés (piliers, pieux ou piquets). Le texte d’Ovide atteste que certaines offrandes ou ex-voto pouvaient être accrochés à des liens plutôt qu’aux supports eux-mêmes. Dans le cas du site de Conjux, bien que les bois apparaissent pour l’essentiel comme des éléments autonomes, il ressort que des bois contemporains, voire issus du même arbre, étaient souvent implantés entre 2 et 3 mètres de distance les uns des autres. Ces piquets ont pu être reliés par un lien supportant des offrandes ou par d’autres éléments prenant part dans le cadre de certaines cérémonies (fig. 236). Ce lien pouvait être matérialisé par une bandelette d’étoffe, une corde ou un fil, voire par une baguette de bois à l’image de celles en aulne découvertes dans la zone 1. Un tel dispositif apparaît notamment sur une peinture murale découverte à Ostie (fig. 237). Un poteau, potentiellement en bois, sert de base à une statue de Diane. L’ensemble est encadré par deux hampes supportant deux torches. Un élément transversal fin relie ces deux mâts. Les enfants participants à une procession portent également de fins bâtons supportant des bustes de la déesse et des grappes de raisins (Stern 1975 : 121-125 ; Poux 2019, fig. 2 : 224).

Fig. 236 - Systèmes potentiels d’accrochage et d’assemblage des éléments sur les piquets du site.

Fig. 236 - Systèmes potentiels d’accrochage et d’assemblage des éléments sur les piquets du site.

Fig. 237 - Enfants offrant un sacrifice à Diane et procession ». Fresque de l’époque sévérienne découverte à Ostie. Long. 1,05 m, haut. 0,50 m. (Bibliothèque du Vatican, Rome, cliché : Anderson ; Andreae 1973, fig. 566, p. 446).

Fig. 237 - Enfants offrant un sacrifice à Diane et procession ». Fresque de l’époque sévérienne découverte à Ostie. Long. 1,05 m, haut. 0,50 m. (Bibliothèque du Vatican, Rome, cliché : Anderson ; Andreae 1973, fig. 566, p. 446).

150Si la bandelette pouvait être attachée seule, elle pouvait également servir à maintenir d’autres objets en élévation comme cela s’observe sur de nombreuses représentations. Il est également possible d’envisager que certains éléments ont pu être cousus à l’intérieur de ces pièces textiles comme les exemples ethnographiques le montrent pour certaines monnaies à l’intérieur des voiles d’embarcation (Henningsen 1965 : 207-209). Au milieu du XIXe siècle, Worsaae soulignait la présence dans d’anciennes étendues d’eau de l’usage de textiles, mais également de l’écorce, servant à l’origine à envelopper des offrandes (Worsaae 1866 : 64-65). Les éléments déposés, enveloppés ou non, ont pu être également accrochés par un clou. S’ils ont pu être fixés par ce même clou, l’opération a pu laisser des traces sur les objets concernés.

151Suspendre, attacher, lier, planter ; autant de gestes qui ont pu intervenir pour maintenir des éléments sur leur support. Ces interventions sont évidemment très difficiles à restituer mais les sources attestent que ces gestes étaient fréquents et familiers. Elles témoignent également de la dimension symbolique qui leur était attachée.

152Au-delà de la valeur associée à la bandelette, l’acte de la nouer était également chargé de sens. D’une manière générale, l’utilisation de bandelettes et de fils de diverses couleurs, ainsi que le marqueur symbolique du lien, étaient très importants dans les pratiques magico-religieuses dans le monde romain (Saglio 1909a : 88 ; Bouix 2012 : 122-123 et 131-132).

  • 20 Pour la Gaule romaine, le monde celtique et germanique cf. Jouet 2012 : 239. Les parallèles ethnogr (...)

153Dans le même ordre d’idée, l’action de planter un clou pouvait avoir la même portée symbolique. Dans le cas des tablettes de defixio ou d’envoûtement, des clous servaient à clouer l’élément mais l’acte de clouer prenait une valeur protectrice puisque, dans certain cas, il servait à fixer le message, voire à transpercer ou « clouer » une partie du corps de la personne ciblée (Lafaye 1919a : 4 ; Bouix 2012 : XIII). Ainsi, planter un clou était un acte auquel « une croyance générale attachait une idée de préservation, en même temps que l’on y voyait le symbole de ce qui était désormais nécessaire et irrémédiablement fixé » (Saglio 1887a : 1240). L’acte de fixer avec un clou ou l’acte de planter un clou semble avoir eu également une valeur prophylactique comme dans d’autres cultures (Delmas, Gruat 2006 : 24, fig. n° 4 : 25 ; cf. encart sur les « arbres engloutisseurs »)20.

  • 21 Apulée (Métamorphoses, III, 17, 5) et Lucien (Philopseudès, 17) rapportent également l’utilisation (...)
  • 22 Dans un autre contexte, Tite-Live rapporte une tradition ancestrale de « plantation du clou » qui s (...)

154D’autres sources latines font également mention de pratiques impliquant des clous. Pline l’Ancien mentionne par exemple la fabrication d’un phylactère pour se guérir de la fièvre quarte. Il fallait envelopper de laine un fragment de clou retiré d’une croix21 et se l’attacher autour du cou. Après la guérison il était nécessaire de le cacher dans une grotte où le soleil ne pénètre pas (Histoire naturelle, XXVIII, 46 et 63)22. Dans certains cas, on plantait un clou dans un arbre afin de le rendre inoffensif comme Pline le rapporte pour l’if (Histoire naturelle, XVI, 50-51 ; Jacob 1904a : 1251). S’il est le plus souvent difficile de reconnaître la valeur associée à ces clous, dans certains cas il est possible de les interpréter comme des clous ayant plus qu’une simple valeur fonctionnelle. Sur le site des thermes des Fontaine-Salées (Saint-Père-sous-Vézelay) par exemple, une cinquantaine de clous en fer, entièrement peints en rouge, ont été découverts et ont été interprétés comme des « clous votifs » (Louis 1938 : 299, fig. 37 : 298).

155Quant au site de Conjux, aucun clou de taille importante ne se trouve dans le corpus (cf. 3.4.2.3.). Au contraire, l’essentiel des clous est de petite taille ou de taille moyenne et ils n’ont pas pu servir dans le cadre de travaux de charpenterie ou de construction. En raison de leur longueur et de leur épaisseur, ils ont plus vraisemblablement été utilisés pour la fixation d’éléments fins et légers. Un de ces clous a d’ailleurs été découvert fiché dans un fragment de piquet. Plusieurs autres étaient coudés ou pliés. Les longueurs des tiges avant le rabat s’accordent bien avec les diamètres des piquets qui devaient être plus minces dans les parties supérieures. Pour autant, il ne faut pas exclure le fait que le geste d’installation et d’accrochage a pu constituer une étape dans le processus rituel. Ainsi l’acte de planter le clou, de fixer ou de nouer des éléments sur les piquets et pieux a pu être largement pratiqué. Il permet de percevoir différemment l’association de monnaies aux piquets et notamment l’intégration ou l’enfermement d’une monnaie à l’intérieur de l’un d’entre eux.

4.3.3.7. Des supports de torches

156Enfin, certains des grands mâts ont également pu servir de support pour des torches (fig. 238). La présence du feu est documentée sur le site (cf. 4.2.4.2.) et il était nécessaire, pour le maintenir, de l’éloigner de l’eau. Des supports en élévation ont pu servir à cet usage. La flamme servait à produire du feu, mais également de la lumière qui pouvait être utile dans le cadre de rites nocturnes.

Fig. 238 - Hypothèse de restitution de torches sur le site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 238 - Hypothèse de restitution de torches sur le site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

157La présence de torches apparaît fréquente en contexte cultuel (fig. 233 et 237). De nombreux restes ont été par exemple découverts sur le site d’Oberdorla, quelquefois non encore brûlés (Behm-Blancke 2002 : 20, 25, 255). Elles étaient essentiellement faites de bois de hêtre, de bouleau et de tilleul (Jacob 2002 : 32). Il faut enfin souligner la valeur symbolique associée aux torches elles-mêmes dans l’Antiquité gréco-romaine en tant qu’accessoire religieux et attribut divin. Elles sont souvent accompagnées de couronnes, de guirlandes ou de bandelettes qui contribuent à en souligner le caractère sacré. Cela explique leur utilisation dans le cadre de cérémonies religieuses et leur présence dans les lieux de culte (Pottier 1896 : 1027-1029).

Parallèles ethnographiques eurasiens

Au même titre que les données archéologiques, la documentation ethnographique atteste la richesse de l’utilisation du bois dans le cadre de cérémonies religieuses – individuelles et collectives – dans l’environnement de certaines étendues d’eau. Les exemples eurasiens choisis permettent d’enrichir les observations des vestiges lacunaires des sociétés anciennes. Ils offrent également l’opportunité d’étendre les réflexions sur les communautés humaines concernées par ces cultes, les motifs qui en sont à l’origine, ainsi que leur inscription dans un paysage religieux.

1. Le site russe de Kozmin Copse
Dans une région constellée d’étendues d’eau, en marge du district autonome de Nénétsie dans le nord de la Russie, se trouve le site cultuel de Kozmin Copse (Ovsyannikov, Terebikhin 1997 : 60-72). Il se situe dans une forêt de part et d’autre d’un cours d’eau entre deux vastes zones marécageuses et, plus précisément, dans un secteur étroit qui permettait de franchir la rivière (fig. 239, a).
En 1837, ce lieu sacré a été complètement détruit par le feu par des missionnaires qui en ont fait au préalable une description assez précise. Il était composé d’une centaine d’« idoles » taillées dans le bois, de tailles et de formes diverses auxquelles étaient accrochés près de deux milliers d’ornements divers (morceaux de tissus de diverses couleurs, peaux animales, boutons et diverses pièces métalliques). Des crânes et des bois de cerfs étaient également liés aux représentations anthropomorphes qui étaient de trois types : de grandes « idoles » avec des têtes rondes, d’autres, plus fines, d’une hauteur de près de deux mètres, tandis que les dernières étaient sculptées à même les troncs ou les souches d’arbres encore enracinées dans la terre. Les officiants utilisaient le bois de ce lieu pour la fabrication de leurs instruments de musique, tandis que les dévots avaient coutume d’abattre un petit sapin pour sculpter une « idole » qu’il conservait ensuite avec eux toute leur vie. Après l’incendie, le site a été consacré avec de l’eau bénite et une croix chrétienne a été érigée sur l’emprise du sanctuaire.
Cela n’a toutefois pas été suffisant puisque les anciennes pratiques ont repris a priori dès le milieu du XIXe siècle. Plus récemment, différentes observations ont été faites sur le site. Des restes d’offrandes ont été identifiés sur 242 arbres. Dans la partie sud du site, les objets ont été trouvés le plus souvent sur des sapins, tandis que dans la partie nord, la majorité était sur des bouleaux. L’essentiel était accroché entre la base des troncs et à une hauteur d’un peu plus de 2 mètres. Les trouvailles correspondent principalement à des bouts de tissu, rubans, sangles, cordes et ceintures. Un miroir, des bagues, des clochettes, et des disques décoratifs en cuivre ont également été observés (fig. 239, b). Ces instruments en bronze et en cuivre renvoyaient à un « code acoustique » qui avait une valeur spécifique dans la culture chamanique. À cela s’ajoutaient quelques objets industriels contemporains : poupées, théières, thermos, réveil, volant de tracteur, etc. Quelques crânes et bois de rennes étaient eux aussi suspendus aux arbres ou déposés à la base de leur tronc.
Le sanctuaire était situé en un lieu de passage obligé dans une zone marécageuse et à hauteur d’un point de franchissement de la rivière. Il marquait ainsi une ligne de démarcation, une frontière physique. Sa fréquentation était également conditionnée par le rythme des saisons qui impliquait différentes migrations et le passage d’un type d’activité économique à un autre (de l’élevage à la chasse). Ainsi, ce site incarne le lieu de transition par excellence dans le temps et dans l’espace. C’est en ce sens qu’il paraît avoir été un point de rencontre important entre les hommes et les dieux.

  • 23 Pour des exemples anciens, cf. Caruthers 1913 : 245-249. Il décrit notamment un ovoo à Cha-Kul cons (...)
  • 24 Douglas Carruthers rapporte avec beaucoup de détails une cérémonie autour d’un ovoo principal couve (...)
  • 25 La cascade d’Ulaantsutgalan est le cadre de pratiques similaires et chaque année un lingot d’argent (...)

2. Les ovoo de Mongolie
En Mongolie, une multitude de lieux de culte appelés ovoo marque le territoire et la relation au divin des communautés (Humphrey 1995 : 146-148 ; Sukhbaatar 2001 : 24-34 ; Davaa-Ochir 2008 : Lindskog 2016). Il s’agit d’empilements de pierres ou de bois, considérés comme le lieu de résidence d’une entité extrahumaine protectrice. Ces accumulations sont élevées dans l’environnement de lieux considérés comme sacrés (montagnes, cours d’eau, lacs) et leur localisation ne relève pas du hasard. Ils sont autant de marqueurs visuels qui signent la présence de l’homme dans un espace peu anthropisé et servent ainsi de point d’orientation aux voyageurs. Plus spécifiquement, ils se trouvent à des points de passage (col, ponts, gués) ou près d’éléments naturels remarquables (sources, cascades, etc.).
Matériellement, il s’agit de structures présentant des formes très variables allant du simple cairn à l’amoncellement de pierres et de bois plus complexe, voire simplement de structures en bois faites d’un pilier central, de pieux et de broussailles. Dans certains cas, ils peuvent être de formes coniques avec une petite chambre aménagée à l’intérieur. D’une manière générale, chacun ajoute une ou plusieurs pierres ou branches lors de son passage. À l’occasion de cérémonies saisonnières, faisant intervenir une communauté plus large, de nouvelles pierres et pièces de bois étaient ajoutées en masse, accompagnées de rubans, de drapeaux de prières, de crins de chevaux...23
Les rituels impliquent des circumambulations, des prières et des chants ainsi que des offrandes de nature variée : représentations en bois d’animaux, béquilles, monnaies, nourriture... Les reliefs des pratiques sacrificielles sont laissés sur place, ainsi que les récipients ayant servi dans le cadre de pratiques libatoires (lait de jument, vodka)24.
Ces cérémonies manifestent la relation entre ces communautés humaines et les entités divines auxquelles elles demandent le plus généralement protection, bonheur et prospérité : bonne santé pour ses membres et le bétail, défense contre les catastrophes naturelles, en particulier les sécheresses, et les fortes chutes de neige. Plus généralement, elles témoignent de la garantie du maintien de l’ordre du monde, de l’équilibre entre les hommes et leur environnement naturel.
Des ovoo sont aussi érigés sur les rives des rivières et sur les berges des lacs et ils apparaissent très fréquemment dans la dénomination des cours d’eau et des étendues d’eau, ainsi que des légendes qui s’y rapportent (Tatar 1976 : 12-14 ; Sukhbaatar 2001 : 31-33 ; Halemba 2006 : 169-171). Le lac Khövsgöl, le plus vaste et le plus profond de Mongolie, surnommée la « Perle bleue d’Asie », est considéré comme la « Mère du Monde ». Il est l’objet de mythes et sur ces rives se rencontrent des structures funéraires anciennes et divers lieux de cultes dont des ovoo (fig. 240). Son statut de lac sacré l’a longtemps protégé, mais il n’échappe plus aujourd’hui aux préjudices de la mondialisation (Giroir 2007 : 129-132 et 136-137). Au lac Terhiin, littéralement le lac Blanc, certaines familles offrent même, à l’occasion d’une cérémonie, un lingot de 50 lan d’argent, soit un peu moins de 2 kg. Le rituel consiste à utiliser une fronde pour le jeter à l’endroit le plus profond et le plus proche du milieu du lac où, selon une croyance partagée, se trouverait une éminence sacrée (Sukhbaatar 2001 : 27)25.

  • 26 Le gouvernement bhoutanais s’est par exemple alarmé de la menace pour la forêt du pays face au cons (...)

3. Cérémonies et drapeaux de prières de l’Inde contemporaine
En Inde, notamment, l’usage de drapeaux de prières est très courant afin de solliciter les faveurs des divinités liées aux montagnes, vallées, lacs et cours d’eau. Il s’agit de plusieurs petites pièces de tissus carrées ou triangulaires reliées par des cordes, installées entre deux arbres, le long des toits ou entre les colonnes d’un bâtiment. Ils peuvent être de forme rectangulaire et installées sur des piquets (darchok/darchor). Il s’agit alors de longues bannières de tissu, accrochées à des mâts, de trois à cinq mètres de haut, le plus communément plantés dans le sol ou fixés sur des points dominants. Il est très commun de voir des drapeaux de prières suspendus au passage des cols, au sommet des montagnes, au croisement des chemins, sur les toitures de bâtiments, sur les ponts, à l’extérieur des temples, autour des monastères et des sites de pèlerinage. Le bambou est privilégié, mais il est possible d’utiliser également des mâts d’autres essences de bois, ainsi que du métal ou du plastique (Clark 2002). Le bois reste cependant le matériau privilégié et la très forte demande dans certains pays est à l’origine de quelques inquiétudes sur le devenir des forêts26.
L’utilisation de ces mâts s’observe sur l’essentiel des lieux de culte et les sanctuaires lacustres n’y échappent pas. Le lac Khecheopalri par exemple est considéré comme l’étendue d’eau la plus sacrée du Sikkim Himalaya (Inde). Située à 1 700 mètres d’altitude, il s’agit d’un petit bassin de faible profondeur (7,2 mètres en moyenne). Il fait l’objet d’un pèlerinage très important et de deux grandes cérémonies annuelles. Le lac sert de cadre à de nombreux rituels traditionnels individuels et de rituels communautaires les jours de pleine et de nouvelle lune (fig. 241). Ils sont alors réalisés par les villageois et les pèlerins, assistés par les moines bouddhistes ou un prêtre hindou. Lors du festival de Bhumchu, la divinité du lac est adorée afin de maintenir la paix et l’harmonie dans le village pour l’année à venir. Les moines et la communauté locale exécutent pendant trois jours les rituels, tandis que les pèlerins placent généralement des drapeaux de prières, qui sont attachés à des mats de bambous ou de petits arbres tout autour du lac (Jain et al. 2004 : 291-302 ; Evershed, Fish 2006). Dans le même registre, le site du lac sacré de Yuksam ou Kartok, non loin du lac Khecheopalri, est également entouré de mâts sur la rive. Ils supportent des drapeaux de prières et leur base est immergée en fonction des saisons (fig. 242).

Ces trois exemples eurasiens témoignent du rapport entretenu entre les communautés humaines et leur environnement. Ils illustrent à la fois l’importance des espaces aquatiques dans les paysages religieux de ces populations, ainsi que les cérémonies et pratiques qui peuvent être liées à ces composantes naturelles remarquables considérées comme des espaces propices à la manifestation du divin.

Fig. 239 - Le site de Kozmin Copse dans la toundra de Kanin (district autonome de Nénétsie, Russie). De nombreux éléments sont suspendus aux arbres à certaines périodes de l’année (d’après Ovsyannikov, Terebikhin 1997, fig. 4.11, p. 61 et 4.14, p. 64).

Fig. 239 - Le site de Kozmin Copse dans la toundra de Kanin (district autonome de Nénétsie, Russie). De nombreux éléments sont suspendus aux arbres à certaines périodes de l’année (d’après Ovsyannikov, Terebikhin 1997, fig. 4.11, p. 61 et 4.14, p. 64).

Fig. 240 - Un ovoo sur les berges du lac Khövsgöl, province d’Hövsgöl, Mongolie. Il se trouve précisément entre la rive et le lac dans la zone de battement de la nappe lacustre.

Fig. 240 - Un ovoo sur les berges du lac Khövsgöl, province d’Hövsgöl, Mongolie. Il se trouve précisément entre la rive et le lac dans la zone de battement de la nappe lacustre.

Fig. 241 - Passerelle d’accès, mâts et drapeaux de prières, lac Kacheopalri, Sikkim, Inde (© Kothanda Srinivasan, 2009).

Fig. 241 - Passerelle d’accès, mâts et drapeaux de prières, lac Kacheopalri, Sikkim, Inde (© Kothanda Srinivasan, 2009).

Fig. 242 - Mâts et drapeaux de prières, Lac Kartok, Yuksom, Inde (© Jim Kasom, 2006).

Fig. 242 - Mâts et drapeaux de prières, Lac Kartok, Yuksom, Inde (© Jim Kasom, 2006).

4.4. Le bois dans les représentations et les pratiques religieuses Romaines

158Si un certain nombre d’éléments en bois découverts sur le site a pu être utilisé pour des besoins spécifiques en tant que structures sommaires ou en tant que supports d’éléments rentrant dans le cadre du culte (cf. 4.3.), il est également permis de penser que d’autres ont pu avoir une fonction plus symbolique. Le recours au bois ne se limitait sans doute pas à ses caractéristiques techniques ; il pouvait également relever de tout un système de croyances en lien avec le règne végétal et plus particulièrement avec les espèces ligneuses.

159Pour le site de Conjux, nous ne disposons que des parties inférieures d’éléments en bois enfoncés dans les sédiments. Les parties supérieures étant absentes, différentes hypothèses peuvent être formulées sur leur fonction au sein de ce lieu de culte. Les quelques éléments rassemblés enrichissent les réflexions concernant l’interprétation du site et ils pourront s’avérer utiles pour la compréhension d’autres découvertes, notamment pour les sites où seuls les négatifs de piquets et de pieux sont apparents.

160L’étude de ces vestiges en bois permet de questionner plus largement la présence et l’usage du bois dans les contextes rituels. Toutefois, interroger le rapport entre la sphère divine et le règne végétal – ainsi que la valeur symbolique attachée à la matière ligneuse – c’est se heurter à plusieurs difficultés. Pour l’essentiel, les végétaux disparaissent à plus ou moins long terme, tandis que le bois ne se conserve que dans des contextes spécifiques (cf. 4.3.). De fait, nos réflexions se fondent sur une matière archéologique très lacunaire. À cela s’ajoute un intérêt bien plus marqué pour les représentations figurées au détriment du reste des éléments en bois. Les références bibliographiques sont donc très abondantes concernant la statuaire et les ex-voto anatomiques mais elles se raréfient considérablement dès qu’il s’agit d’autres découvertes. Enfin, pour tenter de restituer les croyances des Anciens, ainsi que la place réservée aux végétaux dans leur imaginaire, il n’est pas possible de se restreindre aux seules données matérielles.

161Pour aborder la relation entre le monde des dieux et le « règne végétal », nous nous fonderons sur le croisement de différentes sources documentaires. Les sources archéologiques attestent d’un usage varié du bois et elles présentent de nombreuses analogies entre les contextes de découvertes. Les sources textuelles et iconographiques apportent de nombreuses informations sur le bois dans les contextes religieux. Le dossier est immense, la documentation abondante et d’une grande variété. Les sources relèvent de sphères chrono-culturelles très différentes et il sera pour l’essentiel question de sources de la période impériale, pour certaines contemporaines de la fréquentation du site de Conjux. Pour autant, des exemples de la fin de la période laténienne et de l’Antiquité tardive seront mobilisés à titre de comparaison. Enfin, la considération de certaines sources ethnographiques permettra d’alimenter la réflexion notamment sur les processus et les croyances liés à l’usage du bois dans les contextes cultuels dans d’autres cultures.

162Après le rappel de quelques données générales sur le rapport entre sphère végétale et sphère divine, et notamment du lien entre essences ligneuses et déités, il sera davantage question de l’usage du bois coupé et en particulier des éléments longitudinaux qui peuvent s’apparenter aux restes identifiés sur le site de Conjux. La présentation de la statuaire de bois, et en particulier des « piquets anthropomorphes » et « piliers hermaïques », amènera à questionner la forme des supports ainsi que la valeur attachée de la matière ligneuse de ces représentations figurées. Suivra une présentation des éléments en bois coupés et travaillés (troncs, baliveaux, branches et rameaux) pouvant intervenir dans le cadre de cérémonies religieuses ou de pratiques rituelles. Il sera ensuite question de quelques divinités qui pouvaient s’incarner dans certains arbres dont la coupe donnait lieu à de véritables dendrophories. Ces cérémonies intégrant des sacrifices d’espèces ligneuses témoignent de l’existence de confréries religieuses de « porteurs d’arbre » et d’une chaîne opératoire complexe. Toutes ces données illustrent le champ des possibles pour interpréter les vestiges découverts au lac du Bourget.

4.4.1. Le « règne végétal » et le divin

163Dans l’essentiel des cultures anciennes et contemporaines, le règne végétal occupe une place majeure dans les représentations et les croyances religieuses. Dans le monde gréco-romain, le lien entre le monde divin et les végétaux était très important (Brosse 1989). Les sources témoignent de l’importance de certaines espèces dans leurs représentations et leurs pratiques. Les dieux pouvaient être liés à des végétaux vivants que l’on peut diviser en trois catégories selon la classification de Théophraste (Recherches sur les plantes, I, 3, 1 ; fig. 243). Celui-ci opère une distinction entre les plantes herbacées et les espèces ligneuses qu’il divise entre arbres et arbrisseaux. Dans le monde romain, les plantes herbacées étaient liées à différents rites magico-religieux (Guillaume-Coirier 1992 ; Delgado 2012 ; Scheid 2011, etc.) et il en était de même pour les espèces ligneuses qui seront abordées dans cette partie.

Fig. 243 - Classification du « règne végétal » selon Théophrastre (Recherches sur les plantes, I, 3, 1). Elle aura une grande influence sur ses successeurs, notamment Pline, ainsi qu’à l’époque moderne dans les travaux concernant la classification du vivant.

Fig. 243 - Classification du « règne végétal » selon Théophrastre (Recherches sur les plantes, I, 3, 1). Elle aura une grande influence sur ses successeurs, notamment Pline, ainsi qu’à l’époque moderne dans les travaux concernant la classification du vivant.

164Pline l’Ancien soulignait le caractère organique de ces espèces qu’il assimilait aux corps des êtres animés : « le corps des arbres, comme celui de tous les autres êtres vivants, a une peau, du sang, de la chair, des nerfs, des veines, des os, de la mœlle » (Histoire naturelle, XVI, 181-186 ; Jacob 1904a : 1242, notes 2 à 5). Cette proximité se retrouve dans la terminologie latine employée pour désigner les différentes parties des arbres et des arbustes. Les dieux étaient associés à ces espèces ligneuses vivantes, puisqu’ils pouvaient évoluer dans des forêts, investir des bois qui leur étaient consacrés (Cazanove, Scheid 1993 ; Guiot, Morizot 2006 ; Luginbühl 2010) ainsi que des arbres ou des arbustes remarquables. Seuls ou bien groupés, ces derniers pouvaient servir de cadre à des cérémonies religieuses ou bien prendre part dans le cadre de pratiques rituelles. D’autres données témoignent que certaines déités restaient associées à la matière ligneuse une fois que l’arbre ou l’arbuste avait été coupé. Ainsi, un dieu ou une déesse peut être lié à un arbre vivant, mais également au bois qui en est issu après son abattage.

165Il est ainsi permis de distinguer différents types de plantes ligneuses en fonction de leur état, qu’elles soient vivantes, coupées – laissées brutes ou travaillées – voire imitées ou artificialisées (fig. 244). Les premières concernent les végétaux vivants à l’exemple des arbres remontant aux origines de Rome (Guillaume-Coirier 2012 ; Perrin-Macé 2015). Leurs vestiges étaient parfois conservés sous la forme de reliques (Turcan 2014 : 61, 93, etc.) et ils finissaient par disparaître ne laissant à l’archéologue que de maigres traces pour les identifier. Une fois coupés, ils pouvaient être employés dans le cadre de rituels et de cérémonies religieuses. Ils étaient alors laissés bruts, comme les arbres avec leur houppier qui étaient transportés en processions, exposées et décorées, tels que les arbres dressés dans la cour du temple de Hiérapolis (Lucien de Samosate, La Déesse syrienne, 49), ou bien des rameaux étaient tenus par des officiants ou servaient à d’autres usages. À l’inverse, une fois coupés, ils pouvaient être travaillés, en étant effeuillés, ébranchés, écorcés, voire peints et décorés. Ils servaient alors à la réalisation de piliers, de pieux et de piquets, de statues, ainsi que d’objets utilisés dans le cadre cérémoniel. Enfin, ces éléments ligneux peuvaient être imités en prenant la forme d’arbres, d’arbustes, de branches ou de feuilles artificialisés. Les exemples les plus célèbres sont sans doute les palmiers de bronze de Delphes et de Délos (Amandry 1947 ; Le Roy 1973) et les feuilles votives en bronze ou en argent reproduisant le feuillage ou les ramures d’arbres (Buzon 1999).

Fig. 244 - Les différentes « natures » de plantes ligneuses dont il est question dans les sources documentaires.

Fig. 244 - Les différentes « natures » de plantes ligneuses dont il est question dans les sources documentaires.

4.4.2. Essences ligneuses et essence divine

166En premier lieu, il apparaît que des essences spécifiques étaient associées à certaines divinités (Guillaume-Coirier 1992). Sur le site de Conjux, les 437 petits pieux prélevés ont fait l’objet d’une détermination de leur essence (cf. 3.1.4. ; fig. 93 et 94). Ce sont en tout 11 espèces qui sont documentées avec une très nette prédominance du chêne (Quercus) et du hêtre (Fagus) et une inégale répartition entre les zones. Si ces deux essences sont très utilisées pour les aménagements immergés (cf. 4.3.1.), il faut souligner la valeur symbolique qui leur est associée. Ces deux essences font partie de la liste des felices arbores rapportées par les auteurs latins. Il s’agit donc d’arbres favorables, propices et de bons augures (André 1964 : 36-37 ; Belfiore 2010 : 556). En ce sens, ils pouvaient être utilisés à diverses fins dans le cadre de pratiques religieuses. Il faut d’ailleurs souligner la proximité entre chêne et hêtre qui relèvent des fagacées, le hêtre étant parfois dénommé Quercus fagus (Delamarre 2018 : 64), tandis que les deux essences peuvent être présentées ensemble dans les anciens traités de botanique.

167Le chêne occupe une place importante dans les conceptions religieuses indo-européennes, notamment dans le monde celtique (Guyonvarc’h, Le Roux 1986 : 374 ; Brunaux 2000 : 56 et 136-137 ; Perrin 2006 : 90-92 ; Jouët 2012 : 226-227). Il apparaît même comme la représentation visible de la divinité selon Maxime de Tyr (Dissertationes, VIII, 8). Le chêne a également une grande importance dans les cultures méditerranéennes comme emblème de pouvoir et de longévité et il est présent dans de nombreux mythes (Belfiore 2010 : 237-243). Il est notamment lié aux origines de Rome (Guillaume-Coirier 1992 ; Perrin-Macé 2016 : 8-161) et d’après Pline, les arbres glandifères sont les plus vénérés par les Romains (Histoire naturelle, XVI, 7). Avant tout consacré au dieu souverain Jupiter, il peut également être lié à d’autres divinités telles que Dionysos/Bacchus ou de Pan.

168Le hêtre avait lui aussi une grande importance dans la religion romaine puisqu’il était également associé au dieu Jupiter. À Rome, sur l’Esquilin, un sacellum lui était consacré à l’emplacement du lucus Fagutalis (Pline, Histoire naturelle, XVI, 37 ; Meiggs 1982 : 219). Dans le territoire de Tusculum, un bois de hêtre était quant à lui consacré à Diane. L’un de ses arbres inspirait le beau-père de Néron qui l’embrassait et lui faisait des libations de vin (Pline, Histoire naturelle, XVI, 242). Le bois de hêtre était aussi utilisé pour la réalisation de coupes utilisées pour des sacrifices (Histoire naturelle, XVI, 185) et son écorce pour certains usages religieux sans qu’il soit précisé lesquels (Histoire naturelle, XVI, 35). La proximité entre Jupiter et le hêtre apparaît également dans la cité de Vienne à travers l’inscription de Morestel, découverte non loin du Rhône, à 30 km à l’est de Conjux. Cette stèle, datée de la seconde moitié du IIe siècle, fait référence à un Jupiter Baginas (ILN Vienne, II, 572). Dans la langue gauloise, bagos était le terme usité pour nommer le hêtre (Tamine 2012 ; Delamarre 2018 : 64) ce qui témoignerait du caractère indigène du dieu (Rémy 1994a : 52 Rémy 2013).

169À titre de comparaison, parmi les éléments en bois travaillés du site de Chamalières (cf. 4.3.3.1.), la grande majorité était en hêtre (90 %), puis en chêne (7 %), et dans une moindre mesure en frêne, châtaigner et sapin (Romeuf, Dumontet 2000 : 114). Ces proportions ne sont pourtant pas le reflet du couvert végétal environnant, le hêtre ne représentant que 2 % des pollens d’arbre (Prat, Cabanis 2006-2007, § 27). Cela traduit un choix volontaire du hêtre au détriment d’autres essences. Pour le site d’Oberdorla (cf. 4.3.3.1.), les quatre essences les plus utilisées correspondent au noisetier (23 %), au hêtre (16 %) à l’aubépine (14 %) et au chêne (11 %). Les statues et les éléments cultuels en bois étaient essentiellement faits de ces quatre essences, et, en proportion plus limitée, en frêne, érable, peuplier, charme, sureau et orme. Les charbons de bois sont essentiellement du hêtre (33 %) et du tilleul (31 %) (Jacob 2002 : 31-32). Ces essences sont regardées comme ayant une valeur symbolique et un pouvoir prophylactique éloignant le mauvais œil (Behm-Blancke et al., 2002 : 96-97).

170Compte tenu de ces éléments, il est possible que le choix d’essences felices sur le site de Conjux ne relève pas du hasard. Il a pu être dicté par des considérations symboliques et par une potentielle relation à un dieu ou une déesse. Quoi qu’il en soit, il semble relever de règles suivies tout au long de l’implantation des bois sur le site, notamment dans la zone 2, où les piquets sont quasiment tous en chêne, à l’inverse des deux autres zones (fig. 93 et 94).

4.4.3. La statuaire de bois

171Dès la reprise des investigations sur le site de Conjux, il a été proposé de reconnaître dans les parties inférieures de certains piquets et pieux les bases de représentations anthropomorphes sculptées. De nombreuses sculptures en bois ont été découvertes dans l’occident européen et elles sont bien connues en raison des publications qui leur sont dédiées. Si l’on se penche le plus fréquemment sur leur style et sur l’identification des personnages et des attributs figurés, il est moins fréquent de questionner leur contexte de découverte, leurs caractéristiques techniques, ainsi que la nature du rapport entre le support en bois et la représentation sculptée.

172Les données archéologiques montrent des réalités très diverses, notamment dans la forme que pouvaient prendre ces représentations allant des simples piquets anthropomorphes, aux traits légèrement esquissés, jusqu’aux statues en ronde-bosse au réalisme plus ou moins affirmé. Quant aux sources textuelles et iconographiques, elles apportent de précieuses informations sur leur contexte et le processus de mise en œuvre de ces statues, de la coupe du bois à leur relégation, ainsi que sur leur fonction.

4.4.3.1. De nombreuses découvertes archéologiques

173Les exemples identifiés et présentés proviennent principalement de milieux imbibés où ils ont pu se conserver dans des conditions remarquables.

174Dans les territoires gaulois, les découvertes remontent à la période laténienne, voire à la fin de la période hallstattienne (Bonenfant, Guillaumet 1998 ; Blondel 2018, I : 600-604 ; Poux 2019). Ils sont issus de contextes très différents. La tête sculptée de la plage de l’Amélie à Soulac-sur-Mer (Gironde), datée entre le VIe et le IIIe siècle, provient d’un estran où elle était associée à une structure et quelques récipients. La statuette de Seurre (Côte-d’Or), datée de la fin du 1er âge du Fer a été découverte à hauteur d’un passage à gué de la Saône. D’autres exemples en chêne datent de la fin de la période laténienne, à l’image du « piquet anthropomorphe » de Rodez (Aveyron) découvert dans un puits (Gruat 1992 : 47-48 ; Gruat, Izac-Imbert 2007 : 872), de la statue de Bobigny (Seine-Saint-Denis) identifiée sur le site de La Vache à l’Aise (Marion et al. 2005 : 103), ou bien encore des Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), longue d’1,77 mètre (Dacko et al. 2020 : 19-21 ; Blondel et al. 2021). L’essentiel des statues de cette période se trouvait en situation remarquable : bordures de chemins, de carrefour, de franchissement de rivières où elles servaient en partie de marqueurs territoriaux (Blondel 2018, I : 600-604 ; Poux 2019 : 228).

175Toujours en Gaule, pour la période romaine, le corpus est principalement alimenté par deux sanctuaires majeurs découverts fortuitement à la même période (cf. 4.3.3.1. ; fig. 227). Celui des Sources de la Seine en Côte-d’Or a livré plusieurs centaines de sculptures de formes et de tailles variables, dont de nombreux ex-voto anatomiques (Deyts 1983 ; Vernou 2016), tandis que celui de la Source des Roches à Chamalières dans le Puy-de-Dôme a livré plusieurs milliers d’ex-voto anatomiques, dont un certain nombre de statues (Romeuf, Dumontet 2000). Ces découvertes sont datées pour l’essentiel entre la fin du Ier siècle av. J.-C. et la première moitié du Ier siècle de notre ère. D’autres sites ont livré, dans des proportions moindres, des statues en bois qui ont parfois disparu à l’image de celles du site lacustre de la Mer de Flines dans le département du Nord (Nieloud-Muller 2019b : 289-448). Il faut signaler enfin la découverte récente provenant du passage du Colerin à Bessans (Savoie) d’une statue d’une hauteur de 80 cm, datée du Haut-Empire (Thirault, Lafont 2020 : 20 ; Vernou 2022).

176Pour en revenir au contexte lacustre qui nous retient, il convient d’insister sur les découvertes du plateau suisse. Elles forment un corpus plus homogène, du point de vue du contexte de leur découverte, de leur chronologie et de leurs caractéristiques morphologiques (fig. 245). Elles proviennent de bords de lac et datent toutes de la fin de La Tène et de la période augustéenne (Brunetti 2001 ; Curdy, Kaenel 2006 : 283-286 ; Vernou 2016 : 551-553 ; Poux 2019). La plus célèbre est vraisemblablement la statue de Genève (cant. de Genève), identifiée dans l’ancien quartier portuaire de la ville. Elle mesure plus de 3 mètres de haut avec sa base qui lui permettait d’être fichée dans les sédiments lacustres (fig. 246). Si la statue de Genève a été trouvée à proximité de l’embouchure de l’exutoire du lac, la statue de Villeneuve (cant. de Vaud), plus petite, a quant à elle été découverte dans le contexte marécageux où le Rhône se jette dans l’étendue d’eau. Le nettoyage de cette statue très dégradée a permis d’identifier trois monnaies conservées dans les fentes du bois (cf. 3.2.5.1. ; fig. 138). Quasiment contemporaine, la statue d’Yverdon-les-Bains (cant. de Vaud), initialement fichée sur un pieu, a elle été aussi trouvée près de la rive, à proximité du lieu où la Thielle se jette dans le lac de Neuchâtel. Enfin plus au nord-est, près de l’exutoire du lac de Constance, à Eschentz (cant. de Thurgovie), une statue a été découverte soigneusement dissimulée dans une canalisation. Elle était sculptée au-dessus d’un tenon en bois d’une hauteur de 8 cm et d’une largeur de 5 cm. Ces statues représentent des personnages avec des caractéristiques récurrentes (socles, objets tenus dans les mains, tenues vestimentaires et traits du visage, chevelure...). Il s’agit vraisemblablement de figurations de divinités, a priori masculines, dont l’identité reste inconnue.

Fig. 245 - Représentations anthropomorphes en bois découverts sur le plateau suisse. Échelle 1/10e, à l’exception de la statue de Genève à l’échelle 1/20e. Statue de Genève (Musée d’art et d’histoire de Genève, inv. 4261), statue de Villeneuve (Wyss 1979, p. 58), statue d’Yverdon-les-Bains (Brunetti 2001, fig. 1, p. 24 ; MCAH Lausanne, Y. André, Baudry) et statue d’Eschenz (Bürgi 1978, fig. 15, p. 20 ; K. Keller).

Fig. 245 - Représentations anthropomorphes en bois découverts sur le plateau suisse. Échelle 1/10e, à l’exception de la statue de Genève à l’échelle 1/20e. Statue de Genève (Musée d’art et d’histoire de Genève, inv. 4261), statue de Villeneuve (Wyss 1979, p. 58), statue d’Yverdon-les-Bains (Brunetti 2001, fig. 1, p. 24 ; MCAH Lausanne, Y. André, Baudry) et statue d’Eschenz (Bürgi 1978, fig. 15, p. 20 ; K. Keller).

Fig. 246 - Hypothèses de restitution de la statue de Genève dans son contexte

Fig. 246 - Hypothèses de restitution de la statue de Genève dans son contexte

a – La statue à hauteur de la berge et des aménagements portuaires du Ier s. av. notre ère (Gallay 2006, fig. 297, p. 287, dessin d’André Houot).
b – Scène d’offrande où des dévots déposent des dons devant la statue dressée au-dessus de l’eau (Maquette de Marius Rappo, 1991, Musée national suisse, Zurich).

177Plus au nord, de nombreuses statues et piquets anthropomorphes ont été reconnus sur des sites de la sphère germano-scandinave (Capelle 1995 ; Sanden, Capelle 2002), à l’exemple des sites de Wittemoor et d’Oberdorla (cf. 4.3.3.1. ; fig. 230 et 231). Ce dernier a livré une quarantaine d’« idoles en bois » (Holzidolen), essentiellement dans les niveaux des périodes latenienne et romaine, auxquelles il faut ajouter une dizaine d’exemples plus hypothétiques. Il a ainsi livré plus d’exemples que tous les autres sites d’Europe du Nord réunis ce qui a permis à Gunther Behm-Blancke (2002 : 89-94) de dresser une typologie de piquets anthropomorphes qu’il distingue des rondes-bosses (fig. 247). Il les regroupe en cinq types :

  • Type I – Les statues de pieux (Pfahlidole) faites à partir d’un bois de section complète ou fendu longitudinalement, travaillé dans la partie supérieure et simplement équarri à la base. Elles pouvaient être marquées par la présence d’une vulve ou d’un phallus.

  • Type II – Les statues étagées (Stockidole) présentant une rupture franche marquant la présence d’une tête, mais sans représentation du visage.

  • Type III – Les statues fourches (Astgabelidole) faites d’un tronc qui se divise en deux branches servant à marquer les jambes. Elles peuvent avoir une tête et un visage marqué, et, dans certains cas, des bras. Il s’agit le plus souvent de figures féminines.

  • Type IV – Les statues chevrons (Kantholzidole) de section quadrangulaire. La tête est le plus souvent marquée et elles peuvent avoir des bras libres ou placés le long du buste.

  • Type V – Les statues de planches (Brettidole), plates, s’apparentent à des panneaux anthropomorphes. Elles ont le plus souvent une tête et elles peuvent avoir un cou, des traits du visage marqués, ainsi que d’autres caractéristiques morphologiques.

Fig. 247 - Typologie des « idoles de bois » découvertes sur les sites de la sphère germano-scandinave (d’après Behm-Blancke et al. 2012, fig. 33 à 38, p. 89-93)

Fig. 247 - Typologie des « idoles de bois » découvertes sur les sites de la sphère germano-scandinave (d’après Behm-Blancke et al. 2012, fig. 33 à 38, p. 89-93)

178Pour le site d’Oberdorla, il est possible d’observer une continuité formelle au cours des siècles, malgré les influences celtiques, puis romaines qui se devinent. Ce type de sculptures en bois subsistera dans le monde germano-scandinave (Capelle 1995 : 44-64) ainsi que dans le monde slave (Slupecki 1994).

4.4.3.2. La statuaire de bois de la fin de l’âge du Fer à la période romaine

179D’une manière très générale, le bois reste, dans l’imaginaire collectif, ainsi que dans une part de la littérature archéologique, associé à la culture celtique. Dans cette perspective, la statuaire de bois, aux traits sommaires, est souvent considérée comme relevant de traditions indigènes par opposition à la statuaire classique.

180Pour témoigner d’un lien privilégié entre les Celtes et les bois et d’une prédilection pour les statues au caractère fruste, on se réfère le plus souvent au célèbre texte de Lucain décrivant un bois sacré des environs de Marseille (La guerre civile, III, 399-426). Dans le contexte qui suit la guerre, César ordonna d’abattre ce bois où « les mornes statues de dieux sont sans art et se dressent, informes, sur des troncs coupés. La moisissure même et la pâleur qui apparaît sur les arbres pourris frappent de stupeur ; ce que l’on craint ainsi, ce ne sont pas les divinités dont une tradition sacrée a vulgarisé les traits ». Ce passage est le plus souvent pris comme preuve d’une appétence des peuples celtes pour les statues rustiques. Pour autant, bien que l’on puisse considérer un maintien de pratiques indigènes dans un secteur isolé de l’arrière-pays de la colonie grecque de Marseille, il ne faut pas non plus ignorer l’influence hellénique, puis romaine, sur le peuple ligure.

  • 27 Grégoire de Tours rapporte par exemple qu’au début du VIe siècle existait à Cologne un temple où l’ (...)

181Dans le même esprit, on a pendant longtemps considéré que les nombreuses statues de dévots ainsi que des ex-voto anatomiques des sanctuaires de Gaule centrale, dont les datations ne dépassent pas le milieu du Ier siècle de notre ère, relevaient d’une tradition purement gauloise, mais l’on s’accorde aujourd’hui pour reconnaître que leur apparition est liée à la conquête et n’est d’ailleurs pas spécifique à la Gaule. Cette pratique semble d’ailleurs perdurer tout au long de l’époque impériale jusque dans l’Antiquité tardive (Vurpillot, 2016 : 178-179)27.

182Si la réalisation de telles sculptures en bois semble bien ancrée dans le monde celtique et germano-scandinave, où les contextes s’avèrent très propices pour la conservation de ces vestiges organiques, elles étaient également courantes dans les cultures du bassin méditerranéen. Dans le monde grec, les sculptures en bois sont anciennes et largement répandues (Donohue 1988 ; 2012), à l’image notamment du petit kouros découvert dans le chantier de la Bourse à Marseille (Hermary 1997). Et il en était vraisemblablement de même dans le monde étrusque et latin (Kiernan 2020). À l’époque impériale, les idoles de bois faisaient figure d’Antiquité (Turcan 2014 : 61) et il en était de même en Grèce comme en témoigne Pausanias (Vincent 2003 ; Turcan 2014 : 40).

4.4.3.3. Les piquets ithyphalliques, piliers hermaïques et dieux termes

183Les sources textuelles et iconographiques de l’époque impériale font état de nombreuses statues en bois de facture très simple qui se trouvaient partout dans les campagnes le long des itinéraires et à hauteur des points marquants du paysage. Il s’agit généralement de personnages ithyphalliques, qui sont le plus fréquemment associés à Priape. Le recueil des Priapées en donne beaucoup d’exemples. Il témoigne de pratiques populaires de sculptures de bois à l’effigie du dieu, grossièrement dégrossi, le plus souvent d’une seule pièce et en bois de figuier, de saule, de peuplier, de chêne, voire de cyprès (Callebat 2012 : 82-83). Les attestations de Priape les mieux connues sont en marbre ou en bronze (LIMC, VIII : 1028-1044, n° 1-183), alors que les exemples les plus communs étaient le plus fréquemment en bois (Callebat 2012 : XII-XIII). Un texte tardif fait vraisemblablement référence à l’une de ces statues en Narbonnaise. Il désigne Pétrone qui « dans les jardins de Marseille fut un adorateur du tronc sacré (Sacri stipitis), digne de rivaliser avec le Priape de l’Hellespont » (Sidoine Apollinaire, Poèmes, XXIII, 155-157 ; cf. 4.3.1.).

184De la même manière, les représentations de statues ithyphalliques en bois apparaissent de manière récurrente dans les paysages idyllico-sacrés des cités vésuviennes (cf. 4.3.3.2. ; fig. 232 et 258), ainsi que sur d’autres supports (fig. 255). Les exemples se raréfient à partir de la période flavienne, mais quelques attestations plus récentes, en provenance notamment des provinces occidentales, figurent des personnages ithyphalliques. Sur la fresque de la villa romaine de Meikirch (cant. de Berne), datée de la fin du IIe siècle de notre ère, un des panneaux montre trois statues côte à côte (fig. 248). Il s’agit de base de piliers quadrangulaires supportant des bustes dont le phallus est matérialisé par une excroissance, tandis que les bras sont marqués par une barre transversale. La couleur et la forme de ces représentations indiquent qu’elles étaient taillées dans le bois (Fellmann 1992 : 257 et 370 ; Fuchs et al. 2004 : 114-118). Il s’agit très certainement de Priape. À la différence de son rôle de gardien des jardins, des vergers, et plus largement des cultures, qui ressort du recueil des Priapées, d’autres sources le présentent comme un marqueur de limite, en lien avec des franchissements et d’autres obstacles, mais également en tant que protecteur des pêcheurs et des navigateurs (fig. 277). En ce sens, la statue du dieu pouvait être qualifiée de palus (pieu), de terminus (borne), de contus (perche), de clavus (gouvernail)... (Trombetta 1999 : 106). Si l’on se fonde sur ces images et ces descriptions, ces statues présentent des formes variées et un caractère fruste. En ce sens, elles n’apparaissent pas très différentes des statues ithyphalliques contemporaines d’Oberdorla (fig. 247, type I et II, 252 et 258) ou bien d’autres exemples de la sphère germano-scandinave, ni même des exemples protohistoriques telles que celles de Seurre en Côte-d’Or ou bien de Broddenbjerg au Danemark (fig. 247, type III, droite).

Fig. 248 -Restitution du panneau représentant un personnage vêtu de vert devant trois piliers hermaïques, Meikirch (cant. de Berne) – Église 1977, Cryptoportique 15, Panneau 8, 110,5 x 125,5 cm (Fuchs et al. 2004, fig. 120, p. 115).

Fig. 248 -Restitution du panneau représentant un personnage vêtu de vert devant trois piliers hermaïques, Meikirch (cant. de Berne) – Église 1977, Cryptoportique 15, Panneau 8, 110,5 x 125,5 cm (Fuchs et al. 2004, fig. 120, p. 115).

185Certaines autres statues faisaient office de marqueurs territoriaux. C’est notamment le cas des dieux présidant aux bornes et aux délimitations de l’espace, dont l’apparence était sensiblement similaire. Ce type de bornes artificielles en bois était très fréquent et omniprésent dans le monde romain. Certaines d’entre elles étaient associées au dieu Hermès et prenaient la forme de piliers hermaïques dont les représentations stéréotypées resteront en vogue jusqu’à la fin de l’Antiquité. Comme pour les statues de Priape, les exemples les plus connus sont en pierre et en bronze (LIMC V, Hermès : 295-206 et 374-378, n° 9-187), mais l’essentiel devait être taillé dans le bois comme leur forme en témoigne. Il s’agissait d’un pieu ou d’un pilier équarri, fiché dans le sol ou bien maintenu par un tas de pierres. En cela, ils s’apparentent à d’autres statues de forme quadrangulaire et notamment aux « statues chevrons » des contrées nordiques (fig. 247, type IV, droite). Une traverse marquait la présence de bras et facilitait l’accrochage d’éléments dessus. Rehaussés de couleur, de vêtement ou d’autres attributs, ils servaient de points de repère dans le paysage et marquaient des limites. Ces représentations se trouvaient aux frontières, le long des chemins, à des carrefours, sur des places, au seuil des portes, etc. Comme Priape, Hermès était dépourvu de grand sanctuaire et il était l’objet de marques de dévotions à proximité de ses piliers lors d’un passage où lors de fêtes annuelles. Dieu populaire, il était un messager et guide, intercesseur entre le monde des hommes et le monde des dieux. Sur terre, il accompagnait les hommes dans leur voyage, surtout dans les passages difficiles.

186C’est également un Dieu de l’abondance et il est parfois donné comme le père de dieux rustiques tels que Pan et Priape. Il est assimilé à Mercure, divinité importante en Gaule (Migeon 2020) et tout particulièrement dans la cité de Vienne où il fait figure de dieu le plus populaire (Rémy 1994 : 179-204 ; 1999 : 33-34). Hermès est souvent associé à Dionysos, ce qui explique notamment pourquoi Dionysos était lui-même souvent figuré sous la forme d’un pilier hermaïque (LIMC III : 426-427 et 441-442, n° 31-43 et 161-175).

  • 28 Ces rituels peuvent laisser des traces diverses qu’il n’est pas toujours facile de caractériser, ma (...)

187Les bornes pouvaient également être des représentations des dieux termes. Le dieu Terminus était lui aussi le gardien des limites et il était fêté tout particulièrement lors des terminalia (Hild 1919). Il est présenté comme le fils de Jupiter ou bien il pouvait se confondre avec lui, ce dernier prenant dès lors l’épithète de Terminalis. Ce dieu revêtait des formes très diverses, allant du marqueur très sommaire au pilier hermaïque plus élaboré. C’est en partie ce qui fait interpréter certains piquets et bâtons plantés dans le sol des paysages « sacro-idylliques » comme des termini (Wyler 2017, § 19-21, fig. 10 ; à paraître). Comme pour d’autres divinités, ils étaient couverts de couronnes ou d’autres ornements et faisaient l’objet d’offrandes et de pratiques sacrificielles et libatoires (Toutain 1919 ; Hild 1919)28.

4.4.3.4. Une diversité de type statuaire

188L’ensemble des éléments présentés atteste de l’existence de statues en bois dans des aires chrono-culturelles variées et couvrant une période très longue. L’usage du bois pour la statuaire n’est pas spécifique du monde celtique, ou bien des zones non romanisées. Ces statues se rencontraient en Gaule indépendante, mais également en Gaule romaine, ainsi que dans le reste des provinces de l’Empire. Les lacunes de notre documentation ne sont sans doute que le reflet de phénomènes divers de conservation plutôt que de véritables disparités territoriales. Plus largement, il est permis de considérer leur existence comme commune en raison de l’abondance du matériau, de sa facilité à être sculpté et de son faible coût au regard d’autres matières.

189Le choix du bois se justifiait par ses caractéristiques techniques et économiques, mais vraisemblablement aussi par des considérations d’ordre symbolique. La valeur propitiatoire de certaines essences et leur association au monde du divin ont été très certainement déterminantes. Cela peut se déduire de certaines sources textuelles, ainsi que de parallèles ethnographiques qui rapportent que le choix de la matière ligneuse pour la réalisation de sculpture ne se faisait pas au hasard et relevait de règles spécifiques (Orliac 1990 ; Behm-Blancke et al. 2002 : 96-97). Si certains arbres vivants étaient perçus comme l’émanation des dieux, leur bois était préférentiellement utilisé après leur coupe, notamment pour la réalisation de sculptures, tandis que leurs branches, leurs fruits et leurs feuilles pouvaient être utilisés pour la confection d’éléments en rapport avec certaines cérémonies religieuses.

190Tous les exemples abordés montrent que les représentations anthropomorphes en bois pouvaient prendre des formes très différentes dans le monde romain. Il convient de sortir d’une perception évolutionniste selon laquelle on serait passé de sculptures très sommaires à des représentations plus réalistes. Il apparaît que ces différents types ont coexisté au cours du temps et seuls diffèrent leur contexte de réalisation et leur destination.

191Très sommairement, il est possible de distinguer cinq grands types de productions sculptées en bois.

192Tout d’abord doivent être distinguées les statues de divinités placées dans des édifices fermés et protégés. Fixes ou mobiles, elles pouvaient être présentées et déplacées en processions lors de certaines festivités. Elles peuvent être très élaborées ou bien présenter un aspect très brut à l’image de certains troncs considérés comme les simulacres de divinités (cf. 4.4.5.1.). Certaines de ces statues pouvaient également être placées à l’extérieur en des points remarquables du paysage à l’image de celles placées sur des colonnes (cf. 4.4.4.1.). D’autres pouvaient être sculptées à même les souches ou les restes de troncs d’arbres encore en place. De fait, elles étaient immobiles et leur durée de vie dépendait de l’état de pourrissement du bois. Elles sont à distinguer de la multitude de sculptures plus sommaires qui jalonnaient les itinéraires et marquaient des limites. Ces dernières étaient nécessairement fichées dans le sol et inamovibles et elles devaient fréquemment être remplacées en raison de la corruption du bois. Elles pouvaient prendre la forme d’un simple piquet marqué par quelques traits et/ou d’une caractéristique anatomique, ou présenter une forme plus élaborée. Ce type de marqueur se rencontre également en contexte aquatique pour indiquer la présence d’un franchissement, d’un haut-fond ou d’un obstacle à la navigation, pour matérialiser une ligne de rivage et, plus globalement, une interface entre la terre et l’eau (cf. 4.3.2.2.).

193Enfin, un dernier type rassemble les éléments liés à la pratique du votum. Il s’agissait de statues de dévots et de leurs proches, soit en pied, soit en buste, ou bien des membres de leurs corps. Ces productions relèvent d’une pratique codifiée, et elles seules peuvent être qualifiées d’ex-voto ou de sculptures votives. Elles relèvent d’un acte unique et étaient simplement déposées sur le sol, dans l’eau et étaient laissées in situ au sein d’un lieu de culte.

194Malgré des différences de forme, de nature et de fonction de ces représentations, parfois très sommaires, il ressort que le support et le bois étaient empreints d’une valeur symbolique. Le recours à la matière ligneuse, les essences sélectionnées, mais également la morphologie du tronc ou de la branche étaient parfois directement en relation avec la figure représentée.

195Compte tenu des éléments cités, il est permis de supposer que certaines des bases de piquets et de pieux du site de Conjux aient pu supporter des représentations anthropomorphes de tailles diverses. La logique mise en évidence dans le plan du site et dans son organisation amène à penser que ce type de sculptures pouvait se trouver précisément où les concentrations de piquets et de matériel sont les plus importantes (cf. 4.5.3.). Cela a pu concerner la zone 2, qui se développe sur un modèle concentrique, vraisemblablement autour d’un élément polarisant, où nous proposons de restituer une statue (fig. 269 et 270) et il en est de même dans différents secteurs de la zone 1.

4.4.4. Les éléments longitudinaux en bois en contexte cultuel

196Outre la statuaire, il apparaît que d’autres éléments en bois coupés et travaillés se trouvaient fréquemment dans les lieux de culte. Ils répondaient à différentes fonctions et ils ont pu entretenir une relation, à des degrés divers, avec le monde du divin. Ils n’ont souvent pas bénéficié de la même attention que la statuaire et il reste plus difficile à caractériser que les éléments présentant des traits anthropomorphes. Le rassemblement de ces données plus méconnues permet d’élargir la réflexion sur l’usage du bois dans les contextes religieux. Une classification sommaire invite, en fonction de la taille des éléments, à distinguer quatre grands types en plus de la statuaire (fig. 249).

Fig. 249 - Éléments en bois rencontrés fréquemment dans la sphère religieuse.

Fig. 249 - Éléments en bois rencontrés fréquemment dans la sphère religieuse.

197Les premiers, les plus volumineux, sont en principe fichés dans le sol. Il s’agit tout d’abord des piliers, poteaux et colonnes tirés de troncs, mais également des mâts, pieux, piquets issus de baliveaux ou de branches, voire d’arbrisseaux. Les seconds, plus légers, pouvaient être transportés par l’homme et n’étaient pas fixes. Il s’agit en l’occurrence de toute une série de bâtons, cannes, thyrses et baguettes, souvent obtenus à partir de branches ou de rameaux. Enfin, il existe un ensemble d’objets divers façonnés à partir du bois et dont l’usage entrait dans le cadre de certaines cérémonies.

4.4.4.1. Colonnes et piliers

198Les éléments les plus importants en taille correspondent aux colonnes et aux piliers. Ils présentent des parentés morphologiques et seule diffère leur section, qui est cylindrique pour les premiers et quadrangulaire pour les seconds.

199Élément emblématique de la construction, les recherches sur les colonnes concernent essentiellement leur usage dans la construction (Gargiani 2008) ainsi que le langage des ordres. Le latin columna dérive de racines indo-européennes traduisant l’idée de hauteur et de rotation (Pokorny 1959 : 544). De là découle la riche symbolique de la colonne liée avant tout aux concepts d’élévation, d’élancement, de sommet, ou bien de centre, de circularité, d’axe ou de pivot (Chevalier, Gheerbrant 1969 : 269-273). Dans le monde grec et romain, les colonnes étaient liées à l’architecture palatiale et religieuse, tandis que les colonnes isolées avaient souvent une fonction de monument commémoratif, honorifique ou religieux (Chipier 1887). Dans les récits mythiques et légendaires, la colonne apparaît comme un support qui incarne la solidité et la durabilité. En élevant vers le ciel, elle protège et rend inviolable ce qui s’y trouve. Elle incarne ainsi une limite verticale entre le haut et le bas, mais également une limite horizontale entre un avant et un après (Belfiore 2010 : 311-318). L’exemple des colonnes maritimes dans le monde celtique (Jouët 2012 : 244) et celui des colonnes d’Hercule dans le monde gréco-romain traduisent bien cette idée de délimitation. Ces conceptions se retrouvent dans le monde celte insulaire, à la fois dans les récits cosmogoniques faisant d’une grande colonne ou d’un pilier le soutien de la voûte céleste, de même que dans d’autres textes plus tardifs (Jouët 2012 : 137, 209-210 et 244-245 ; Perrin 2006 : 92). La colonne sous la forme d’un simple tronc servait à représenter et à qualifier certaines divinités. Ainsi chez les Coralles en Mysie, un simulacre de Jupiter prenait la forme d’un simple tronc : truncæ Jovis simulacra columnæ (Valerius Flaccus, Argonautiques, VI, 91). Il en est de même de Priape qui par sa forme est métaphoriquement qualifié de colonne (Priapées, 10 ; Martial, Épigrammes, VI, 49).

200La présence de pilier en bois se retrouve dans les traditions germaniques (Behm-Blancke et al. 2002 : 159-166), scandinaves (Sundqvist 2015 : 231-238) et préhébraïque (Day 1986 : 401-406 : Nardelli 2017 : 238, note n° 8), voire dans les « totems » plus caractéristiques d’autres aires chrono-culturelles (Barbeau 1960 ; Behm-Blancke et al. 2003 : 156-157 ; Jonaitis, Glass 2010). En raison de leur proximité morphologique, la symbolique du pilier recoupe très largement celle de la colonne.

  • 29 La présence de colonnes surmontées de divinités dans les Gaules apparaît fréquemment dans les récit (...)

201Pour la période impériale, les nombreuses sources iconographiques et les découvertes archéologiques témoignent de l’existence de colonnes isolées, seules ou bien surmontées de statues de divinités29. Les peintures des paysages sacro-idylliques présentent différents cas de figure avec l’association fréquente d’un arbre, d’une colonne ou d’un pilier, avec ou sans statue, et d’un autel (Croisille 2005 : 205-218). Aux fûts des colonnes étaient généralement accrochés des bandelettes et divers objets liés aux divinités concernées (cf. 4.3.3.2. ; fig. 233 et 258).

202Il faut également citer la série des colonnes de Jupiter, situées le plus souvent en milieu rural, dont celles du cavalier à l’anguipède, particulièrement répandu dans le nord-est des Gaules (Sterckx 1991-1995 ; Jouët 2012 : 89, 245, 487 et 584-585). Si les colonnes de Jupiter connues étaient le plus fréquemment en pierre, à l’image de la colonne Joux du Petit Saint-Bernard en Savoie, d’autres étaient très certainement en bois. Pour la cité de Vienne, un bon exemple se trouve dans le « sacrifice à Jupiter » représenté sur la mosaïque du « calendrier rustique » découverte à Saint-Romain-en-Gal et datée du début du IIIe siècle de notre ère (fig. 250). Ce tableau (XV) représente un arbre doublé d’une colonne surmontée d’une statue devant lequel se trouve un autel. De part et d’autre de ce dernier, deux personnages accomplissent un sacrifice (Lafaye 1892 : 337-338 ; Charles-Picard 1976 ; Lancha 1981 : 208-225, n° 368, pl. CVIII, CIX et CXVIa ; 1990 : 98-99 et 104-105, fig. 50 ; Faure-Brac 2006 : 470-472). Gilbert Charles-Picard (1976 : 132) souligne que si les proportions sont respectées, la colonne aurait des dimensions modestes (c. 1,6 m) de même que l’autel (c. 0,6 m) et la statue qui la surmonte (c. 0,8 m). Il souligne que ces dimensions sont identiques à celles de certaines colonnes en pierre de Jupiter connues par ailleurs. Dans le même ordre d’idées, le diamètre du fût qui apparaît assez régulier correspond à un dixième de la hauteur (c. 16 cm). Quant à sa couleur brune, qui contraste avec les tesselles plus claires de l’autel, elle pourrait indiquer qu’il s’agit d’une colonne en bois, de même que la statue à son sommet. Cet exemple viennois, contemporain du site de Conjux, représente une fête saisonnière dans un contexte rural.

Fig. 250 - Scène de sacrifice (panneau 15) de la mosaïque du « calendrier rustique » découverte à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), début du IIIe siècle ap. J.-C. (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye © RMN-Grand Palais, Michel Urtado).

Fig. 250 - Scène de sacrifice (panneau 15) de la mosaïque du « calendrier rustique » découverte à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), début du IIIe siècle ap. J.-C. (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye © RMN-Grand Palais, Michel Urtado).

4.4.4.2. Poteaux, pieux et piquets

203Généralement de taille plus réduite, les poteaux, pieux et piquets présentent une parenté formelle avec les colonnes et les piliers. Leur longueur et leur épaisseur dépendaient de leurs multiples usages (cf. 4.3.1.). En contexte cultuel, ils servaient fréquemment de support à différents éléments rentrant dans le processus rituel, mais ils pouvaient également revêtir une fonction plus symbolique, voire être considérés comme sacrés à l’image du sacri stipitis que vénérait Pétrone à Marseille, voire des effigies de divinités servant de marqueur de limites (cf. 4.4.3.3.).

204En tant que symbole, les pieux apparaissent dans les représentations figurées, mais également dans les sources textuelles. Dans les récits celtiques insulaires, ils servent d’armes, de pièges et de supports à des têtes coupées (Jouët 2012 : 70, 427, 496 et 805). Il existe une tradition de suspension de restes de faune et d’armes dans le monde celtique (Behm-Blancke et al. 2003 : 155-156) ainsi que dans le monde romain, notamment avec les trophées d’armes et la suspension de militaria et d’autres éléments (cf. 4.3.1. et 4.3.3.2. ; fig. 222).

205Pour une réflexion sur l’usage des piquets et des pieux en contexte cultuel, c’est de nouveau sur le site d’Oberdorla qu’il faut se pencher. Les fouilles ont montré qu’ils étaient utilisés pour différents aménagements : clôtures et délimitation de secteurs cultuels, d’absides ou d’édicules, ainsi que pour la structure de foyers ou d’autels végétaux (Behm-Blancke et al. 2002 : 20-22 ; Dušek 2002 : 471-472). Toutefois, un certain nombre de piquets et de pieux, sans traits anthropomorphes, découverts quasiment systématiquement au sein des espaces cultuels aménagés près du lac, étaient utilisés pour certaines pratiques rituelles. Ils étaient souvent en lien avec des « idoles », des offrandes et des restes sacrificiels. Leur grand nombre a permis d’individualiser différents types en fonction de leur hauteur (Behm-Blancke et al. 2002 : 154-155). Sont notamment distingués les piquets et pieux faisant entre 1,5 et 3 mètres (kleine und mittelgroße « Kult- und Opferstange ») qui pouvaient être seuls ou groupés. Certains présentaient une perforation au sommet ou une incision divisant la section en longueur, voire de larges encoches creusées à la base. Un autre type rassemble l’essentiel des éléments en bois de plus de 4 mètres (große « Kult- und Opferstange ») qui s’apparentaient davantage à des poteaux. Une distinction est opérée pour les piquets et pieux supportant des crânes qui pouvaient être isolés ou bien être près d’autres bois debout (Träger des Opfertierschädels). Un autre type rassemble les pieux en forme de fourche (Gabelpfahl) présentant une unique section dans la partie inférieure et deux branches dans la partie supérieure. Pour l’essentiel ils servaient peut-être de supports aux éléments découverts dans leur environnement. Enfin, un type regroupe l’unique pieu très long comportant une perforation rectangulaire à son sommet (Überlange Lindenstange). Il s’agit d’un tronc fin en tilleul soigneusement écorcé (fig. 251). Il a été retrouvé seul, mais en liaison aux aménagements du IIIe siècle de notre ère où ont été découverts les restes d’une statue en bois d’influence romaine attribuée à la déesse Diane (fig. 247, type IV, droite).

Fig. 251 - Mât en tilleul de grande hauteur découvert sur le site d’Oberdorla (d’après Behm-Blancke et al. 2003, fig. 52, p. 155 et pl. 21, n° 4).

Fig. 251 - Mât en tilleul de grande hauteur découvert sur le site d’Oberdorla (d’après Behm-Blancke et al. 2003, fig. 52, p. 155 et pl. 21, n° 4).

206D’une manière générale, il apparaît que dans les lieux de culte certains pieux avaient une fonction de support, mais il possédait une dimension symbolique marquée, notamment parce qu’ils entraient directement dans les pratiques religieuses (offrandes, sacrifices, etc.). Ils s’inscrivaient dans le processus rituel et dans une succession de gestes. L’exemple d’Oberdorla et les parallèles ethnographiques montrent que ces piquets ont une parenté avec les statues et les piques anthropomorphes et qu’ils proviennent d’espaces boisés ou d’arbres identiques. Comme eux, ils n’étaient pas choisis au hasard, mais selon leur forme, leur essence, voire d’autres critères. À Oberdorla, pendant près d’un millénaire, des piquets et pieux seront plantés dans les sanctuaires du site près de l’étendue d’eau. Des changements majeurs d’ordre culturel affectent l’organisation des cultes, notamment la forme et le nombre de sanctuaires, de même que la nature et le genre des divinités. Mais l’usage du bois demeure pour les statues anthropomorphes ainsi que pour la multitude de piquets, pieux et poteaux qui les accompagnaient et étaient plantés sur les rives du lac.

4.4.4.3. Bâtons, baguettes, cannes, thyrses, caducées, lituus et instruments en bois

207Outre les éléments plantés dans le sol, d’autres éléments en bois plus fins pouvaient être liés à la sphère cultuelle. Il s’agit notamment des bâtons, des baguettes, des cannes et dérivés qui sont le plus souvent obtenus à partir de branches coupées et travaillées. Comme dans d’autres cultures, ils peuvent être liés à des pratiques magico-religieuses et divinatoires (Chevalier, Gheerbrant 1969 : 94-96, 110-112 et 153-155). Dans le monde celtique, différents récits montrent l’importance des bâtons. Le nom donné au prêtre en breton dériverait de Baculacus, soit littéralement le « porteur de bâton » (Jouët 2012 : 137-138). Dans le monde gréco-romain, les bâtons étaient des emblèmes de puissance, de pouvoir et de souveraineté (Belfiore 2010 : 113-117). Ils étaient portés par les souverains, juges et prêtres, soit par les représentants du pouvoir divin sur terre. Le lituus était à l’origine un bâton en bois sans nœud à l’extrémité supérieure recourbée et il était l’instrument augural par excellence (Thédenat 1904 ; cat. n° 44). Dans d’autres formes élaborées, certains bâtons étaient l’attribut de certaines divinités, comme pour le pedum (Saglio 1909c), le thyrse (cf. 4.4.5.2 ; fig. 233, 253 et 254) ou le caducée (Belfiore 2010 : 195-197).

208Quant aux baguettes, issues bien souvent des rameaux, elles partagent de nombreux points communs avec les bâtons. Elles sont des symboles de puissance et de clairvoyance, ce qui explique pourquoi elles sont fréquemment utilisées dans les rites de palomancie (Chevalier, Gheerbrant 1969 : 94-96). Pour le monde celtique et germanique, elles apparaissent dans les pratiques divinatoires des Germains (Tacite, La Germanie, X, 1). Les vestiges des sites d’Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002 : 20-22 et 111-120 ; fig. 263) et de Wittemoor (Hayen 1971), très bien préservés dans la tourbe, en sont les témoins matériels. Dans le monde gréco-romain, elles revêtent une symbolique liée au pouvoir et à la puissance, à la métamorphose et au monde divin (Belfiore 2010 : 97-101). L’existence de telles pratiques divinatoires à la période impériale n’est pas inconcevable dans le sens où elles sont documentées dans l’Antiquité tardive comme l’atteste l’interdiction formulée lors du Synode diocésain d’Auxerre (561-605) de recourir aux sorts « tirés des morceaux de bois ou de morceaux de pain » (c. 3 : Gaudemet, Basdevant 1989 : 489).

209À ces baguettes il faut ajouter toute une série d’objets en bois, notamment les récipients, les maillets et marteaux découverts à Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002 : 111-119 ; Dušek 2002 : 473), ou encore les mystérieux petits bâtons de bois étroits dont on se servait dans les cérémonies sacrées et que Festus nomme culticula (De la signification des mots, III).

4.4.4.4. Un canal entre les hommes et les dieux

210De ces quelques exemples, il ressort que les arbres coupés et transformés pouvaient se rencontrer sous des formes diverses en contexte cultuel. Bien qu’ils ne présentent pas de traits anthropomorphes, ces éléments peuvent être également en relation à des divinités, à leurs attributs ou aux cérémonies et aux croyances qui leur sont attachées. Ils présentent une parenté morphologique. Qu’il s’agisse de colonnes, de piliers, de pieux ou de piquets, de bâtons ou de baguettes, il s’agit d’éléments plantés – ou portés – à la verticale, présentant une base et une extrémité. De cette parenté formelle résulte une parenté symbolique.

211Les éléments fixes et plantés dans le sol incarnaient un point de tension entre une double limite. La première, horizontale, puisqu’ils étaient bien visibles et marquaient des points précis dans le paysage. Ils pouvaient indiquer un centre, un point de convergence, ou bien une délimitation, une frontière, un point de rupture entre un en deçà et un au-delà. La seconde, verticale, se faisait entre le haut et le bas. Ces éléments en bois élevaient et mettaient en évidence ce qu’ils supportaient. Ils assuraient une forme de prolongement ou de continuité entre le lieu où ils étaient fichés et la partie sommitale en forme de pointe ou supportant un élément. En ce sens, la section du bois opérait un lien direct entre le sous-sol, la surface de la terre et le ciel. Elle incarnait un point de contact, un canal, un vecteur ou un point de passage entre des espaces de nature différente.

212Des conceptions similaires peuvent se rencontrer pour les éléments en bois plus réduits qui étaient portés à la main. Ils apparaissaient souvent dotés d’une puissance qui était le prolongement de la main de ceux qui les portaient ou bien de la divinité à qui ils se rattachaient. Ils n’apparaissent pas comme des éléments puissants en eux-mêmes, mais comme le vecteur de la force et du pouvoir de celui qui l’utilise ou bien de la puissance du dieu qui s’y incarnait.

4.4.5. Divinités associées à la matière ligneuse, dendrophories et sacrifices d’arbre

213Les différents éléments présentés jusqu’à présent ont permis d’aborder le lien entre la matière ligneuse et le monde divin à travers l’exemple des espèces végétales, de la statuaire et de l’exploitation du bois dans les contextes religieux. Il en ressort que le bois n’est pas seulement utilisé pour ses caractéristiques techniques mais qu’il était également choisi en raison de croyances. Certains exemples permettent d’interroger la potentielle présence de divinités dans l’arbre, voire dans la matière ligneuse en elle-même. Il sera question des différentes divinités qui pouvaient s’incarner dans le bois et dont le culte s’est répandu dans tout l’Occident romain, ainsi que de différentes festivités mettant en scène la coupe, le transport et l’exposition de troncs d’arbre.

4.4.5.1. Silvain et le « dieu dans l’arbre »

214Une inscription de la fin du IIe ou du IIIe siècle, découverte à Aime (Savoie), pourrait témoigner de la présence de déités à l’intérieur même des arbres. Il s’agit d’un poème votif du procurateur-gouverneur des Alpes Graies adressé au dieu Silvain « qui est à demi caché dans le frêne sacré » (ILAlpes, I, 6 ; Rémy et al. 1996 : 91-92, fig. 27 ; Rémy 1998 : 49-51, n° 6 ; fig. 252). Il a été proposé d’y reconnaître la trace d’un concept d’une divinité résidant dans le tronc de l’arbre (Gricourt, Hollard 2010 : 44-47), voire d’une représentation du dieu Silvain insérée à l’intérieur de l’arbre (Sterckx 2000 : 76) à l’image de la statue en bois d’Artémis placée à l’intérieur d’un grand cèdre près d’Orchomène en Arcadie (Pausanias, Description de la Grèce, VIII, 13, 2). Le texte a été mis en relation avec une curieuse représentation de « dieu stylite » étudiée par Jacques Santrot (1986 : 224-226). Datée du IIe ou du IIIe siècle et provenant vraisemblablement du centre de la France, elle présente un personnage largement enfoncé à l’intérieur d’une colonne surmontée par un autre personnage (fig. 253).

Fig. 252 - Supplique au dieu Silvain. Inscription découverte à Aime (Savoie), CIL XII 103 (Prieur 1977, p. 135).

Fig. 252 - Supplique au dieu Silvain. Inscription découverte à Aime (Savoie), CIL XII 103 (Prieur 1977, p. 135).

Fig. 253 - « Dieu stylite » avec un personnage enfoncé à l’intérieur d’une colonne, hauteur : 9,3 cm (Santrot 1986, fig. 14, p. 225).

Fig. 253 - « Dieu stylite » avec un personnage enfoncé à l’intérieur d’une colonne, hauteur : 9,3 cm (Santrot 1986, fig. 14, p. 225).

215Silvain est une divinité protectrice des forêts, des bois, des vergers et des arbres en général et il semble tout particulièrement lié aux arbres marquant des limites de propriétés (Horace, Épodes, II, 17). Il avait pour attributs une serpe, une branche de pin, une souche ou un gourdin. Il était parfois qualifié de dendrophorus et un collège de dendrophores lui a dédicacé un autel. L’image du dieu pouvait être grossièrement taillée dans le bois ou bien faire l’objet de sculptures au réalisme plus marqué (LIMC VII : 763-773). Il ne disposait pas d’un culte officiel et il était célébré près des arbres qui lui étaient consacrés, le plus souvent sur des structures très sommaires (autel formé de pierres, mottes de gazon).

216Il a acquis une grande popularité, notamment dans les Apennins et en Gaule, et tout particulièrement en Narbonnaise (Dorcey 1992, carte 3 : 200-201). Il se rencontre dans la cité de Vienne et il apparaît dans le Bugey, dans une inscription à Silvain Auguste récemment découverte dans l’Ain, à Lhuis (Corna, Béal 2020), ainsi que sur une stèle en marbre découverte à Jongieux (Savoie), à seulement quelques kilomètres de Conjux (fig. 254). Il est figuré sur la face principale, tandis que les côtés sont chacun décorés d’un double thyrse orné de festons, rappelant le caractère dionysiaque du dieu (Wuilleumier 1943 : 147-149 ; Prieur 1978 : 31-32, Rémy et al. 1996 : 172 et fig. 112 : 173).

Fig. 254 - Bas-relief de Jongieux (Savoie) représentant Silvain sur la face principale et des doubles thyrses sur les faces latérales (Wuilleumier 1943, fig. 17 et 18, p. 148).

Fig. 254 - Bas-relief de Jongieux (Savoie) représentant Silvain sur la face principale et des doubles thyrses sur les faces latérales (Wuilleumier 1943, fig. 17 et 18, p. 148).

4.4.5.2. Dionysos/Bacchus et les « porteurs d’arbres »

217Dans le monde gréco-romain, le dieu Dionysos/Bacchus avait également un rapport étroit avec l’arbre et le bois (Jeanmaire 1951 : 12-18, 213-214 et 375-377 ; Robert 1977 : 82 et 84-85). Tout d’abord, il pouvait s’incarner à l’intérieur de la matière ligneuse. Certaines épithètes qu’il porte pourraient en témoigner : dendritès marque son statut de protecteur des arbres, tandis que celui d’endendros signifie littéralement « dans l’arbre » (Bezerra de Meneses 1963 ; Perrin 2006 : 90). Pausanias souligne que le dieu était honoré à Thèbes sous la forme d’un morceau de bois que l’on croyait tombé du ciel (Description de la Grèce, IX, 12, 4). Une inscription de Magnésie du Méandre (Turquie) rapporte quant à elle comment Dionysos s’est manifesté et a créé l’inquiétude. À la suite d’une tempête, le vent a brisé un platane dans lequel on découvrit un simulacre du dieu. Cette découverte prodigieuse poussa la communauté à consulter l’oracle de Delphes qui leur préconisa de l’accueillir et d’organiser son culte (Reinach 1890 : 356-360 ; Robert 1977 : 82 ; Jacottet 2005 : 193 ; Lebreton 2013 : 211). Rien n’est dit sur la nature et la forme de ce simulacre, pas plus que sur les rituels mis en place. Une source plus tardive pourrait également attester de la présence de Dionysos dans le bois. Dans L’erreur des religions païennes, Firmicus Maternus souligne que les païens avaient des cultes du bois et que le diable récupérait le symbolisme de la croix pour faire adorer Dionysos (XXI, 3-4 et XXVII, 1).

218Ce rapport entre le dieu et le bois se traduit dans d’autres représentations du dieu et notamment dans la forme qui lui était donnée. Les figurations les plus anciennes le présentent sous la forme d’un simple piquet ou pilier qui s’apparente au tronc d’arbre dans lequel il était censé résider (Berard, Bron 1990 ; LIMC III : 426-427, n° 38, 40, etc.). Il s’agissait le plus souvent d’un pieu, très grossièrement équarri, fiché en terre, voire d’une colonne, sur lesquels étaient accrochés des vêtements, un masque ainsi que divers de ses attributs, et un autel ou une petite table pouvaient également être placés devant le dieu (Lenormant 1877 : 626-627 ; Reinach 1890 : 356-357 ; LIMC III : 426-427, n° 33, 34, 37, etc.). Cette apparence explique l’épithète de stylos (pilier, colonne) qui lui était donnée. Dans l’important corpus de fresques de l’époque impériale, de nombreuses colonnes seules apparaissent avec des attributs de Dionysos. D’autres montrent des représentations du dieu sous la forme de statues sculptées en ronde bosse placées près de colonnes ou de piliers. Sur un balsamaire en verre de l’époque augustéenne, à droite d’un petit Priape portant un thyrse, le dieu Bacchus est figuré sous la forme d’un pieu habillé. Une bandelette est accrochée sur la branche qui dépasse de sa tête (LIMC III : 553, n° 172 ; fig. 255). Une représentation sensiblement similaire se trouve sur un vase conservé au musée de Besançon (Castan 1887). Enfin, sur le tableau central d’une paroi du cubiculum B de la villa de la Farnésine, Dionysos bébé apparaît juste devant une souche pouvant témoigner de sa proximité avec les arbres.

Fig. 255 - Bacchus et Priape sur le vase Torrita, Musée archéologique, Florence, époque augustéenne (Ersilia Caetani Lovatelli, Roma, Accademia dei Lincei, 1883).

Fig. 255 - Bacchus et Priape sur le vase Torrita, Musée archéologique, Florence, époque augustéenne (Ersilia Caetani Lovatelli, Roma, Accademia dei Lincei, 1883).

219Le masque du dieu ou les parties figurant des chaires de ses anciennes statues de bois étaient d’ordinaire peints en rouge vermillon (Lenormant 1877 : 626 ; Perrin 2006 : 90-91). Pausanias décrit notamment des statues de Dionysos, dont certaines en bois, couvertes de peinture rouge et il précise que tout ce qui était lié à son culte était enduit de cinabre (Description de la Grèce, II, 2, 6 et VII, 26, 11 ; Vincent 2015 : 62-63 et 65). Cette couleur, liée au vin et à la force vitale du sang, avait un pouvoir apotropaïque (Casadio 1984). Priape était également qualifié de ruber, ce terme faisant référence au rouge qui recouvrait la statue du dieu ou de son phallus (Priapées, 1.5 et 26.9). Cette couleur permettait de faciliter la visualisation de ses sculptures, mais elle revêtait également une fonction apotropaïque (Callebat 2012 : 63 et 151). Il faut également souligner le rapport avec la sève de l’arbre qui est chez Pline associé au sang humain (Histoire naturelle, XVI, 181).

220Enfin, ce rapport entre Dionysos/Bacchus et le bois s’incarne dans le thyrse, l’un des principaux attributs du dieu et de son thiase (fig. 233, 254 et 255). Il s’agit d’un rameau naturel ou artificiel garni de feuilles formant une touffe à l’extrémité qui avait également une valeur protectrice (Reinach 1912 ; 1919a). Il est composé d’une hampe – l’élément essentiel – supportant le plus généralement des feuillages de lierre et de vigne avec ses pampres, des pommes de pin à ses extrémités et différents rubans dont une partie servait à lier les éléments et l’autre flottait au vent. La valeur symbolique attachée aux bandelettes et aux nœuds venait rehausser le caractère sacré du thyrse (cf. 4.3.3.3. et 4.3.3.6.). D’autres éléments pouvaient y être accrochés comme des clochettes ou des tambourins. La hampe était constituée d’une branche ou d’un petit tronc dépouillé de sa ramure, ou bien d’un arbuste ébranché et étêté. Il pouvait s’agir de chêne (cf. 4.4.2.) ou plus communément de pin ou de roseau (Ferula communis L.) qui pouvait atteindre 3 à 4 m de longueur tout en restant solide et léger. De manière très générale, le pin et le sapin sont des symboles d’immortalité et de permanence de la vie végétative en raison de la persistance de leur feuillage et de l’incorruptibilité de leur résine (Chevalier, Gheerbrant 1969 : 760-761). Dans le monde gréco-romain, les conifères apparaissent dans de nombreux mythes et sont associés, voire consacrés, à différentes divinités, telles que Dionysos et Attis (Belfiore 2010 : 799-807 ; cf. 4.4.5.4.).

221Toujours à Magnésie du Méandre, il semble que Dionysos pouvait être l’objet de véritables dendrophories. Des porteurs d’arbres apparaissent notamment sur les revers de monnaies impériales (Robert 1977 : 77-82 et 84). Ils font apparaître un homme portant avec ses deux mains un petit arbre appuyé sur son épaule. L’arbre, avec ses racines et sa frondaison, apparaît jeune et fraîchement retiré de terre (fig. 256). Cette représentation renvoie à une description de Pausanias concernant la grotte d’Aulai (Description de la Grèce, X, 32, 6). Il rapporte que dans cet antre se trouvait une très ancienne statue d’Apollon qui donnait beaucoup de vigueur et de force. Ainsi, les « hommes sacrés » sautaient de précipices escarpés et de hauts rochers, déracinaient des arbres et cheminaient sur les plus hauts et étroits sentiers. Rien d’autre n’est dit sur les officiants, sur la nature et les modalités de ce curieux rituel (Robert 1977 : 77-82 ; Vincent 2015 : 69). Il faut enfin noter l’inscription de Thessalonique datée du IIIe siècle de notre ère mentionnant deux associations dionysiaques de porteurs d’arbres (Reinach 1912 : 30 ; Jaccottet 2003, n° 22 : 53-58 ; Falezza 2012 : 115 et 289). L’une d’elles regroupait les Dryophoroi, soit littéralement des « porteurs de chênes », tandis que l’autre rassemblait les Prinophoroi, soit « ceux qui portent la branche de chêne kermès » (Quercus coccifera, espèce d’arbustes de la famille des fagacées).

Fig. 256 - Monnaies de Magnésie du Méandre du cabinet des Médailles, BnF

Fig. 256 - Monnaies de Magnésie du Méandre du cabinet des Médailles, BnF

a. Gordien ;
b. Octacilia (Robert 1977, fig. 15, p. 78).

4.4.5.3. Osiris et la matière ligneuse

222À l’image de Dionysos, Osiris entretient une relation étroite avec les éléments végétaux et tout particulièrement avec les espèces ligneuses (Koemeth 1994). Cela ressort d’anciennes traditions et représentations qui existaient encore, sous d’autres formes, à la période romaine.

223Le dieu était par exemple assimilé au pilier-Djed, une sorte d’arbre ébranché ou de mât constitué de tiges végétales, voire d’un pieu taillé, dont la fonction et le sens font encore débat (Walle 1954 ; Koemeth 1994 : 130-133 ; Nardelli 2017 : 237-238). Certaines représentations montrent qu’il était transporté en procession avant d’être redressé et positionné à la verticale, parfois dans une barque, ce qui implique une cérémonie aquatique (Koemeth 1994 : 130-132). Il est généralement interprété comme une figuration de la colonne vertébrale du dieu ou d’un symbole de sa mort et de sa résurrection. Son redressement, ou son « érection », constituait une étape clef de ses mystères qui avait lieu en automne (Koemeth 1994 : 295-296). Le thème du « dieu dans l’arbre » témoigne également du lien entre Osiris et les espèces ligneuses. Le dieu est représenté devant ou dans un arbre buissonnant et, là encore, il reste difficile de déterminer s’il s’agit de la figuration de son essence divine ou bien de son effigie placée dans l’arbre (Koemeth 1994 : 135-164). Ces figurations témoignent des festivités célébrant la renaissance d’Osiris qui prenait alors place dans l’arbre sacré.

224Cette relation étroite ressort également d’autres sources où le dieu apparaît intimement lié au monde des arbres et plus généralement à la croissance des végétaux et au renouveau de la nature. Cette dimension agraire se traduit à travers son caractère chtonien et son assimilation à la crue du Nil, croyances qui se perpétuent jusqu’à la période romaine (Koemeth 1994 : 289-290 et 297). Sur le bas-relief de la porte d’Hadrien à Philae, Osiris apparaît comme un Dieu présent dans tous les arbres qui reverdissent grâce à son action (Koemeth 1994 : 154-157 et 162-164) et, à la même époque, Plutarque nous apprend qu’il incarne le pouvoir humidifiant dans son ensemble et qu’il est lié à la pluie et à l’écoulement de l’eau nécessaire à la germination (Isis et Osiris, 33).

225Il rapporte également une partie du mythe commun avec Isis (Isis et Osiris, 12-19). Seth, leur frère, a fait construire un sarcophage de la taille d’Osiris et le fait enfermer à l’intérieur avant de le jeter dans le Nil. Isis, en deuil, erre sans but et finit par apprendre que le sarcophage a échoué sur la côte à Byblos (15-16). Un arbre s’était développé autour et l’avait intégré dans la croissance de son tronc. Le roi local a fait couper cet arbre pour en faire une colonne sans s’apercevoir de la présence du sarcophage. Isis parvint à récupérer la colonne et le fait réapparaître avant de l’emporter avec elle. Les morceaux du fût restés à Byblos devinrent les reliques et l’objet d’un culte. Seth finit par remettre la main sur le corps d’Osiris et le fait couper en morceaux avant de les disperser. Isis le retrouve à nouveau et elle reconstitue le corps du dieu, à l’exception toutefois du phallus qui a été jeté dans le fleuve puis mangé par les poissons (18). Au IIe siècle de notre ère se racontait ce récit étiologique, montrant l’intégration d’un dieu à l’intérieur de l’arbre qui le vivifie. Il s’agissait d’un pin ou d’un cèdre ou peut-être d’une autre essence (Koemoth 1994 : 275-279 ; Dalix 2005 ; Servajean 2011 : 209-210).

226De ce mythe découlent les deux grandes fêtes d’Isis et d’Osiris. Ils étaient célébrés lors du Navigium Isidis qui avait lieu au printemps, et lors de l’Inuentio Osiridis qui se déroulait en automne (Turcan 1989 : 114-120).

227La première, le « Vaisseau d’Isis », célébrait la déesse à la recherche du corps d’Osiris (LIMC VII : 113, n° 31 ; fig. 257). Dans ses Métamorphoses (XI), Apulée dresse un portrait très vivant de ces festivités. Elles donnaient lieu à un cortège animé, suivi de fidèles portants des lampes, des torches et des cierges, suivi encore par les initiés et les officiants dont certains portaient des idoles des dieux isiaques et de la déesse elle-même. Arrivée au port, l’on chargeait une embarcation d’un grand nombre d’offrandes et l’on procédait à des libations sur les eaux. Ces festivités populaires célébraient également l’ouverture de la navigation, car Isis était considérée comme une protectrice des navigateurs (Rougé, 1975 : 208 ; Bricault 2006 : 101-112, 134-154). Elles se maintiendront tout au long de l’époque impériale et, au moins jusqu’au Ve, voire au VIe siècle (Bricault 2006 : 172-176).

Fig. 257 - Découverte et transport du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale du Sacrarium du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8929).

Fig. 257 - Découverte et transport du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale du Sacrarium du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8929).
  • 30 Quasiment à la même période, Rutilius Namatianus (Sur son retour, 373-376) mentionne une fête rusti (...)

228À l’inverse, la fête d’automne, qui avait lieu entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, commémorait l’« invention d’Osiris ». Il s’agit d’une période de deuil pendant laquelle était célébrée la « passion » du dieu (LIMC VII : 113-114, n° 32 ; fig. 258). Elle se matérialisait par le rite de l’Osiris végétant, allégorie de la renaissance et de la dimension agraire du dieu (Koemoth 1994 : 282-284 ; 290-291 ; Centrone 2009). Ce rituel se célébrait en Égypte, mais également dans l’occident romain comme en témoigne sa persistance dans les campagnes à une date tardive. Dans L’erreur des religions païennes (XXVII, 1-2), Firmicus Maternus rapporte une adaptation dans la péninsule italique de ce rite. Il est question de la coupe du tronc d’un pin qui est soigneusement évidé dans sa partie centrale et où l’on enfermait une figurine d’Osiris faite de grains30. Il établit un rapport avec d’autres cérémonies renouvelées tous les ans, notamment celle de l’Arbor intrat en apportant une précision concernant le tronc sur lequel était ficelée une statue d’Attis (cf. 4.4.5.4.). Il termine en ajoutant que les arbres liés au culte d’Osiris et d’Attis étaient brûlés au bout d’un an, lors du renouvellement des cérémonies.

Fig. 258 - Adoration du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale de l’Ecclesiasterion du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8570).

Fig. 258 - Adoration du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale de l’Ecclesiasterion du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8570).

229Ce rituel témoigne de l’importante diffusion des cultes isiaques dans l’ensemble du monde romain, en particulier à l’époque impériale. Ils sont bien documentés dans les provinces occidentales, notamment en Gaule où les témoins sont nombreux (Turcan 1989 : 100-103 ; Bricault 2011). Ce sont surtout le long du Rhône et du Rhin qu’est localisé l’essentiel des vestiges des cultes aux divinités égyptiennes (Duval 2002 : 104-106). Dans la vallée du Rhône, l’imagerie des médaillons d’applique atteste que les fêtes isiaques étaient populaires, notamment à Vienne (Lavagne 2011 : 59) où l’on rencontre un anubophore, officiant arborant un masque d’Anubis et placé en tête de la pompe du Navigium Isidis (Bricault 2001, p. 41-42. ILN Vienne, I, 112). Robert Turcan (1989 : 101) estime d’ailleurs que dans les grands ports fluviaux, les bateliers du Rhône et de la Saône devaient célébrer l’ouverture de la navigation au printemps et que l’Invention d’Osiris en automne devait également être largement célébrée. Plus proche du site de Conjux, son culte est attesté, dans le Bugey et dans le val du Bourget, notamment à Aix-Les-Bains, Isis étant considérée comme une « sainte patronne » en Savoie (Turcan 1981 : 60).

4.4.5.4. Attis et la cérémonie de l’Arbor intrat

230À l’image de Dionysos et d’Osiris, le dieu Attis apparaît lui aussi intimement lié aux arbres et il était également l’objet de dendrophories. Parèdre de la déesse Cybèle, une grande partie des cérémonies liées à son culte faisait intervenir un pin, soit parce qu’il correspondait à l’arbre sous lequel Attis s’était mutilé, soit plutôt parce qu’il était une incarnation du dieu lui-même suite à sa transformation par la Mère des Dieux (Pausanias, Description de la Grèce, V, 17, 5 ; Ovide, Fastes, IV, 223) : « Attis, aimé de Cybèle, a délaissé en lui sa forme d’homme et s’est endurci dans ce tronc [de pin] » (Ovide, Métamorphoses, X, 103-105).

231Le moment clef des longues festivités en l’honneur de la déesse (22 au 29 mars) mettait en scène cet arbre comme une représentation de la mort et de la renaissance du dieu, allégorie du cycle de la nature et de la croissance des végétaux. Au début du printemps, ces célébrations étaient précédées, le 15 mars, par la procession nommée Canna intrat, soit le défilé des porteurs de roseaux ou Cannophores. L’usage des roseaux était très important dans le monde romain et toute une économie était liée à leur exploitation (Robert 1982 : 334-361). Ils étaient également empreints d’une importante valeur symbolique, soit comme l’incarnation de divinités, telles Calamos ou Syrinx, ou bien comme attributs divins liés à Dionysos, voire de la personnification d’entités aquatiques (Belfiore 2010 : 858-861). Certains avaient des propriétés magiques et ils pouvaient être utilisés dans certains rituels magico-religieux (Bouix 2012 : 113-115). Il faut également rappeler cette curieuse cérémonie lacustre en l’honneur du « roi des roseaux » (cf. 4.3.3.3.) et l’importance de cette plante dans les rites relatifs au cycle de l’eau et notamment de la pluie. Les roseaux sont caractéristiques des milieux imbibés, faiblement immergés, tels que les bords des cours d’eau et des lacs. En ce sens, ils renvoient directement au contexte des origines, de l’enfance et des amours contrariés d’Attis (Decharme 1887 : 1685 ; Graillot 1912 : 117–118 ; Turcan 1989 : 50).

232Après un temps de pénitence, les festivités en l’honneur de Cybèle et d’Attis reprenaient pour plusieurs jours (Decharme 1887 : 1685-1686 ; Graillot 1912 : 120-140 ; Turcan 1989 : 51-54). Elles s’amorçaient par l’Arbor intrat, soit l’entrée de l’arbre (22 mars). Un bélier était sacrifié au pied d’un pin dans le bois sacré de la déesse. Le sang de la victime imprégnait ses racines et il était ensuite coupé avant la fin de la nuit. Quelques-unes de ses branches ou quelques rameaux étaient préservés. Il était entouré de bandelettes de laine de couleur pourpre et transporté par les dendrophores jusqu’au sanctuaire de la déesse au Palatin. Certains portaient des branches de l’arbre et d’autres des torches de pin. La procession était marquée par une profonde tristesse et par l’affliction des officiants et de la foule. Le pin était enfin exposé près du temple après que son tronc ait été entouré de bandelettes de laine pourpre et que ses branches aient été décorées de couronnes de fleurs de violette et de différents attributs d’Attis. Une représentation du Dieu était également accrochée sur le tronc, peut-être sculptée dans un morceau du même arbre. Après son entrée à Rome, les deux jours qui suivaient étaient marqués par les lamentations et le deuil (23 mars), puis par le « jour du Sang » avec lequel on aspergeait le pin et les autels (24 mars) avant de se terminer par l’ensevelissement de l’arbre. Les funérailles du pin, image d’Attis, étaient sans doute suivies d’une veillée. Le lendemain on proclamait la résurrection du dieu, ce qui donnait lieu à des réjouissances populaires (25 mars). Cette renaissance était marquée par le cortège triomphal de la déesse. Le jour suivant était consacré au repos (26 mars), puis le lendemain à la lavatio, soit la procession et le bain rituel de l’idole dans l’Almo, affluent du Tibre dans lequel on lavait également le char et le mobilier liturgique (27 Mars). Enfin, le cortège faisait demi-tour pour la ramener dans son sanctuaire. Ainsi s’achevait le cycle de mars en l’honneur de la déesse.

233L’expansion du culte de Cybèle s’est faite par les ports, mais également dans l’arrière-pays, dans les secteurs montagnards (Turcan 1989 : 61-62 et 64-66). Les Gaules furent notamment une terre d’élection pour son culte comme en témoigne le nombre d’autels tauroboliques qui est bien plus élevé que dans aucune autre région de l’Empire. L’autel de Périgueux, daté entre 180 et 250, est un bon exemple de la diffusion de son culte et de l’imagerie métroaque (fig. 259). Sur la face latérale de droite se trouve un pin supportant des attributs de Cybèle et d’Attis. Le tronc de l’arbre sort littéralement du buste du dieu (Esperandieu, 2, 1267 ; Turcan 1989 : 67, pl. VI ; ILA Pétrucores, 9 ; CCCA, V, n° 420). Il faut signaler une potentielle représentation de la dendophorie d’Attis sur les fûts de colonnes récemment découverts à Clermont-Ferrand (Clémençon, Arnaud 2017 ; 2021). Le culte est bien attesté dans toute la vallée du Rhône et dans les Alpes occidentales (Turcan 1972 ; Jourdain-Annequin 2005 : 207-209), notamment au sein de la cité de Vienne, dans le chef-lieu, ainsi que dans le reste de son territoire (fig. 260). Trois attestations de collèges de dendrophores sont mentionnées au sein de la cité (ILN Vienne, I, 29, 83 et 111 ; Haeperen 2012 : 56). Plus proche du site qui nous retient, il faut mentionner l’importance du culte en rive droite du Rhône, notamment dans le secteur de Belley et de Vieu, respectivement à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau du site de Conjux. Un dendrophore est mentionné à Vieu, tandis que Belley semble avoir été un haut foyer du culte (Turcan 1972 : 98-100 ; ILAin 55, 56 et 106 ; Jourdain-Annequin 2005 : 207-209 ; Buisson 2017 : 137, 140 et 357). Dans le val du Bourget, à Conjux même, a été découvert un monument contemporain du site que nous étudions (fig. 73). Il ne s’agit pas d’un autel, mais plutôt d’un piédestal (Turcan 1972 : 98-99 et 128-129, pl. XXIX ; 1981 : 60-61 ; 1989 : 66).

Fig. 259 - Attis et Cybèle en Gaule.

Fig. 259 - Attis et Cybèle en Gaule.

a – Dessin d’après le relief en marbre aujourd’hui perdu, Les Pennes, Bouches-du-Rhône ;
b - Face latérale de l’autel taurobolique en calcaire de Périgueux, Dordogne.

Fig. 260 - Le culte de Cybèle et d’Attis dans la cité de Vienne et ses abords (d’après F. Derksen-Janssens 1972, dans Turcan 1972, hors texte et Derksen-Janssens 1983 dans CCCA, V, fig. 11, p. 84).

Fig. 260 - Le culte de Cybèle et d’Attis dans la cité de Vienne et ses abords (d’après F. Derksen-Janssens 1972, dans Turcan 1972, hors texte et Derksen-Janssens 1983 dans CCCA, V, fig. 11, p. 84).

4.4.5.5. Des dieux associés au cycle de saisons et au domaine aquatique

234Les principales divinités telles que Dionysos, Osiris et Attis, présentent de nombreux points communs et sont pour certaines apparentées.

235Les mythes et les cultes de Dionysos et d’Osiris présentent des similitudes qui attestent de leur progressive assimilation (Kometh 1994 : 297 ; Coulon 2013 : 177-181). Hérodote soulignait déjà que Dionysos était associé à Osiris (Histoires, Livre II – Euterpe, 156) et ce lien s’affirmera davantage à l’époque hellénistique. Plutarque rappelle encore au IIe siècle qu’ils ne font qu’un (Isis et Osiris, 34-35). Dans le même ordre d’idée, Osiris a été assimilé à Attis, tout comme Isis à Cybèle. Dionysos regroupait d’autres divinités autour de lui tels que Silvain ou Hermès, considéré parfois comme le père de Pan et de Priape. Très souvent présent dans l’environnement du dieu, ce dernier est d’ailleurs parfois qualifié de thyrse en raison de sa morphologie (Priapées, 9, 11).

236Dionysos, Osiris et Attis entretiennent un lien privilégié avec le bois et plus largement avec l’ensemble du règne végétal puisqu’ils peuvent être tous les trois considérés comme des divinités liés à la régénérescence de la nature et au cycle des saisons (c’est également le cas de Mithra qui est lié aux végétaux et qui est quelque fois représenté près ou dans un arbre (cf. Vermaseren 1963 : 74, fig. 14-15 ; Turcan 1993 : 48, 89, 96, 98, 101, 149, pl. 6). Ce sont des divinités agraires et les processions d’arbres qui les concernent illustrent ce cycle naturel et la renaissance des végétaux. Ces sacrifices d’arbres peuvent s’apparenter à une métaphore de la vie et de la mort qui touche l’ensemble des êtres animés et des hommes. Selon Firmicus Maternus, Coré, la fille de Déméter – elle-même assimilée à Isis – faisait également l’objet de dendrophories (L’erreur des religions païennes, XXVII, 2).

  • 31 Il entretient également une relation directe avec l’eau (Gricourt, Hollard 2010 : 93-96) et en Gaul (...)

237Les arbres sacrifiés à ces divinités ont été détruits et les représentations de ces cérémonies sont quasiment inexistantes. Paradoxalement, c’est en contexte celtique que l’on peut trouver une potentielle scène de dendrophorie (fig. 261). Sur le célèbre chaudron de Gundenstrup, Cernunnos apparaît comme un maître de la nature et de son cycle. Il est considéré comme un dispensateur de richesses et plus généralement comme une figure de renouvellement et de renaissance (Lacroix 2007 : 98-102 ; Jouët 2012 : 214) et en ce sens, il est considéré comme un équivalent de Dionysos (Gricourt, Hollard 2010)31.

Fig. 261 - Chaudron de Gundestrup. Intérieur, plaque 2 (Musée national du Danemark, Copenhague).

Fig. 261 - Chaudron de Gundestrup. Intérieur, plaque 2 (Musée national du Danemark, Copenhague).

238Quoi qu’il en soit, il ressort également que les dieux cités entretenaient tous un rapport privilégié avec le monde chtonien, et tout particulièrement avec les eaux menant au monde souterrain. Plutarque souligne que Dionysos était considéré comme le seigneur de l’élément humide (Isis et Osiris, 34) et c’est en cela qu’il est fréquemment associé aux zones palustres (Chatelain 2007 : 404) et aux espaces lacustres (Nieloud-Muller 2019b : 509 et 686-687). Les Mystères du dieu étaient célébrés au bord du lac Alcyonien qu’il avait emprunté pour se rendre aux Enfers (Pausanias, Description de la Grèce, II, Argolide, 37, 5-6) et il fallait l’évoquer du fond des eaux par le son de la trompe (Plutarque, Isis et Osiris, 35). Osiris incarne également le pouvoir humidifiant dans son ensemble et il descendait sous terre pour se régénérer au contact de l’Océan primordial. Il est lié à la pluie, à la crue du Nil qui favorise l’agriculture (Isis et Osiris, 34, 364 D ; Wild 1981, 89-99) et à certains lacs (Koemeth 1994 : 291 ; Coulon 2013 : 172-173 ; Nieloud-Muller 2019b : 509 et 696-697). Il est en relation, ainsi que Dionysos, à l’île flottante du vaste lac du sanctuaire de Bouto (Hérodote, Histoires, Livre II – Euterpe, 156) et ses Mystères se célébraient en partie sur des lacs sacrés, dont celui du sanctuaire de Saïs (Hérodote, Histoires, Livre II – Euterpe, 170-171). Il faut également mentionner la proximité d’Isis avec l’eau et l’existence de probable Lychnapsia en son honneur qui devait se célébrer dans l’environnement du lac de Nemi (cf. 4.2.4.2 ; Nieloud-Muller 2019b : 435). Le culte de Cybèle est bien documenté près des lacs et des sources et dans les stations thermales où elle restait intimement en relation à l’eau (Turcan 1989 : 61-62 et 64-66), tandis qu’Attis est également associé à l’eau par sa filiation, son enfance et ses relations amoureuses (cf. 4.4.5.4).

4.4.5.6. Les dendrophores et les sacrifices d’arbres

239Ces données rassemblées attestent que les dendrophories ou processions de porteurs d’arbres étaient relativement courantes. Elles étaient même communes à Dionysos et à Déméter chez la plupart des Grecs si l’on croit Strabon (Géographie, X, 3, 10). Dans l’ensemble du monde romain, les dendrophores sont connus par de nombreuses inscriptions, couvrant une période allant de 79 à la fin du IIIe siècle (Paris 1892 ; Salamito 1987). Pendant longtemps, on a considéré qu’il s’agissait d’un collège mixte, à la fois professionnel et religieux. Toutefois, un réexamen du dossier ne permet pas de reconnaître que ces « porteurs d’arbres » relevaient d’une association de professionnels du bois. Au contraire, il confirme un lien systématique avec le culte de la Mère des dieux en Gaule (Haeperen 2012 : 56). Un haut-relief découvert à Bordeaux est traditionnellement considéré comme une représentation de dendrophores (fig. 262). Dans une composition dynamique, plusieurs hommes déplacent un tronc qui semble fraîchement abattu comme le suggère la présence d’une souche et de deux arbres signifiant un contexte forestier (Esperandieu, 2, 1096 ; Valensi 1969 : 79-80, n° 46). Toutefois, rien dans la composition ne renvoie à la sphère religieuse, ni dans la tenue, ni dans les attitudes et le traitement de l’arbre, ni dans la séquence reproduite. Il s’agit peut-être d’une représentation de bûcherons au travail plus que de celle de la coupe d’un pin pour la cérémonie de l’Arbor intrat.

Fig. 262 - Haut-relief dit des « dendrophores » (Valensi 1969, n° 46).

Fig. 262 - Haut-relief dit des « dendrophores » (Valensi 1969, n° 46).

240Le lien étroit entre les travailleurs du bois et le domaine du religieux ne doit pas être exclu pour autant comme cela ressort de différentes représentations. Un petit autel du musée du Capitole (n° 3417) présente côte à côte des outils relatifs aux métiers du bois avec des instruments liturgiques, notamment un lituus et un couteau avec un emmanchement avec garde (Gummerus 1913 : 101, fig. 20 ; Adam 1984 : 96, fig. 203 ; fig. 154, e). Il faut également citer la curieuse fresque de Pompéi (VI, 7, 8-9) aujourd’hui au musée archéologique de Naples (n° 8991) sur laquelle il est possible de voir une procession de charpentier portant un ferculum où se trouve Dédale, dieu considéré par les anciens comme un protecteur des sculpteurs et des travailleurs du bois (PPM IV : 389-391 ; Adam 1984 : 99, fig. 214).

241Les exemples de dendrophories abordés impliquent de véritables sacrifices d’arbre qui exigent quelques précautions rituelles. L’essentiel de ces arbres a disparu puisqu’ils semblent avoir été brûlés tandis que les autres ont sans doute pourris. C’est de nouveau au domaine celtique et germanique qu’il faut recourir pour rencontrer de possibles exemples matériels de telles pratiques. Serge Lewuillon a rassemblé quelques éléments intéressants relatifs à un culte du bois en Gaule et de potentielles traces de sacrifices d’arbres et de ses dérivées (communication personnelle). Ils pouvaient notamment se traduire par un enfouissement intentionnel de troncs ou de pieux dans une fosse ou dans un puits qui pourraient correspondre aux « poteaux sacrés » ou « poteaux d’orientation » signalés dans la littérature archéologique, mais également aux poteaux mentionnés dans les textes insulaires (cf. notamment les poteaux de Bobd dans la geste de Cuchulainn). Les exemples archéologiques rassemblés montrent que la durée d’ouverture des fosses était réduite, que leur environnement était vierge et qu’elles ne contenaient que le tronc ébranché. D’autres exemples pourraient renvoyer à des pratiques similaires (cf. 4.3.3.1.) à l’image des restes d’un chêne dégradé qui ont été récupérés et soigneusement déposés dans l’un des sanctuaires du site d’Oberdorla (Behm Blancke et al. 2002 : 25 et 96 ; fig. 263).

Fig. 263 - Restes d’un tronc en chêne découverts au sein du sanctuaire La I du sanctuaire d’Oberdorla. Ils se trouvaient au sein d’une structure en forme d’embarcation où ont été découverts notamment des baguettes (Kultstäbe ; en noir sur le plan), plusieurs pieux rituels et un piquet anthropomorphe (Behm-Blancke et al. 2002, pl. 39, c).

Fig. 263 - Restes d’un tronc en chêne découverts au sein du sanctuaire La I du sanctuaire d’Oberdorla. Ils se trouvaient au sein d’une structure en forme d’embarcation où ont été découverts notamment des baguettes (Kultstäbe ; en noir sur le plan), plusieurs pieux rituels et un piquet anthropomorphe (Behm-Blancke et al. 2002, pl. 39, c).

Arbres et mâts de mai

La coupe, le transport et l’exposition de troncs d’arbres se rapprochent des traditions, répandues dans une grande partie de l’Europe, de l’élévation des arbres ou des mâts de mai (Sebillot 1906 : 401-402 ; Van Gennep 1949 : 1187-1194 ; Behm Blancke et al. 2002 : 259-263 ; fig. 264). Ces festivités, au caractère agraire marqué, étaient liées à la croissance de la végétation et elles s’inscrivaient dans le calendrier des travaux agricoles. On plantait alors des croix en bois dans les champs et l’on procédait à la coupe et à l’arrachage d’un arbre ou de branches feuillues afin de célébrer le retour du printemps. Ces traditions s’avèrent anciennes et sont documentées à partir du Moyen Âge central. Plus tard, en 1579 lors du concile de Milan, une interdiction est formulée afin d’arrêter de « couper des arbres avec leurs branches, de les promener dans les rues et les carrefours des villes, des bourgs et des villages, de les planter ensuite avec des cérémonies folles et ridicules » (cité dans Van Gennep 1949 : 1191).
Les arbres et mâts de mai étaient généralement coupés par un groupe de jeunes hommes en suivant des règles précises. Ils étaient choisis selon certains critères (forme et caractéristique, caractère magico-religieux associé à l’essence, etc.) et en fonction des terroirs et du lieu où ils devaient être exposés. Ils étaient ensuite portés en procession, puis placés dans un espace symbolique de la communauté (centre de village, lieux de convergences, carrefours routiers, voire près de sites mémoriels associés à des traditions légendaires : peintures ou gravures rupestres, sépultures, ruines. Toute la communauté participait ensuite à des cérémonies diverses autour de l’arbre ou du mât (danses, rondes, banquets).
Pour l’essentiel il s’agissait d’arbres dont les ramures étaient ornées ou bien, le plus souvent, de mâts formés à partir d’un tronc ébranché et écorcé. Günter Behm Blancke (2002 : 259-260) a dressé une liste des principaux types qu’il a pu rencontrer en Thuringe (fig. 265). Pour l’essentiel on préservait la cime de certains troncs ou bien on y accrochait un petit buisson artificiel. D’autres mâts étaient couronnés et enguirlandés et le sommet était décoré de différents éléments : rubans, drapeaux, girouette, etc. Une petite traverse pouvait former une croix permettant de faciliter l’accrochage de ces éléments. Ces mâts étaient souvent peints de couleurs vives.
Les arbres n’étaient pas destinés à prendre racine et pour l’essentiel ils étaient remplacés. Ils pouvaient être retirés une semaine après leur mise en place ou bien l’année suivante, tandis que d’autres pouvaient être changés après cinq ou sept ans. Dans ce cas de figure, seule la partie sommitale était renouvelée tous les ans. Certains étaient réemployés dans des constructions communautaires ou pour d’autres usages, tandis que les mâts les plus élaborés étaient souvent réutilisés au fil des années.

Fig. 264 - L’arbre de mai en Dauphiné, carte postale ancienne (VII, 20 – Fernand Nathan, Paris, n° 170).

Fig. 264 - L’arbre de mai en Dauphiné, carte postale ancienne (VII, 20 – Fernand Nathan, Paris, n° 170).

Fig. 265 - Mâts de mai. Parallèles ethnographiques (Behm-Blancke et al. 2002, fig. 52, p. 155).

Fig. 265 - Mâts de mai. Parallèles ethnographiques (Behm-Blancke et al. 2002, fig. 52, p. 155).

4.4.5.7. Des processus cérémoniels complexes

242Bien qu’ils présentent des différences d’une communauté à l’autre, les exemples de processions d’arbres abordés présentent des similitudes dans leur déroulement et leur signification. Elles témoignent de règles et de processus complexes, inscrits dans le temps long et impliquant différents espaces (fig. 266). D’un point de vue temporel, les cérémonies se déroulaient souvent suivant une succession d’étapes bien caractérisées :

  • La première consiste à prélever un arbre – plus rarement plusieurs – choisi au préalable, le plus fréquemment en le coupant, voire en l’arrachant, plus rarement en récupérant les restes d’un arbre tombé naturellement ou bien marqué par un prodige. Cette étape était précédée de quelques précautions rituelles et la base de l’arbre pouvait faire l’objet de sacrifices et de libations.

  • L’arbre était ensuite préparé. Il était soit laissé intact avec sa ramure et son feuillage ou bien débarrassé d’une partie ou de la totalité de son houppier, voire écorcé pour être transformé en mât. L’arbre pouvait ensuite être décoré avant son déplacement avec notamment l’ajout de la figure de la déité concernée.

  • L’arbre ou le mât était ensuite transporté, le plus souvent en procession, par des officiants ou les membres de collèges spécialisés. Les parties retirées (branches, feuillage, écorce) étaient sans doute récupérées et exploitées pour différents usages rentrant dans le cadre des rituels. Le cheminement de l’arbre ou du mât était plus ou moins long et il faisait l’objet de différentes étapes pouvant donner lieu à des rituels.

  • Au terme de son parcours, arrivé à son lieu de destination, l’arbre ou le mât était préparé et décoré préalablement à son élévation. Le lieu choisi était un espace communautaire, le plus souvent un sanctuaire.

  • Une fois prêt, l’arbre ou le mât était érigé. Ce redressement semble avoir été un moment rituel important dans l’essentiel des exemples abordés. Il restait ensuite exposé pendant une période plus ou moins longue et il était l’objet de différentes attentions : lamentations, danses, sacrifices, offrandes, etc.

  • Au terme de cette exposition, l’arbre ou le mât était déposé, soit pour être enfoui ou inhumé provisoirement, soit démonté.

  • Enfin, il était relégué, soit par en enfouissement définitif, soit par une destruction par le feu, ou bien il était réutilisé comme relique.

Fig. 266 - Restitution schématique des principales étapes de la chaîne opératoire des dendrophories.

Fig. 266 - Restitution schématique des principales étapes de la chaîne opératoire des dendrophories.

243L’ensemble du processus était généralement inscrit dans le calendrier liturgique et il se répétait à des échéances régulières, le plus souvent tous les ans, suivant le cycle des saisons. C’est lors de ce renouvellement que l’arbre ou le mât était remplacé.

4.4.6. Des dendrophories aux piquets du site de Conjux

244Malgré des données hétérogènes et lacunaires, les quelques éléments rassemblés dans le cadre de ce chapitre démontrent que l’usage du bois était très commun dans les lieux de culte. Bien que nous ne raisonnions que sur des données incomplètes, il est permis de considérer que le bois était omniprésent et que son usage ne se limitait pas à des considérations pratiques. Il était certes utilisé pour ses caractéristiques techniques dans la construction et pour les travaux de menuiserie, mais il était également employé pour la réalisation d’éléments rentrant, à des degrés divers, dans le cadre de processus cérémoniels.

245Le recours à la matière ligneuse pouvait se justifier par son faible coût, son abondante disponibilité et sa facilité de taille et de mise en œuvre ainsi que pour la valeur symbolique associée à certaines espèces, la forme de certains troncs ou branches, voire parce qu’il s’agissait d’arbres singuliers ou à la croissance anormale.

246Ces données permettent enfin d’élargir la réflexion concernant la multitude de restes d’éléments en bois du site de Conjux. À ce jour, il ne reste que les bases de piquets ou de pieux, associés à des reliefs rituels. Ils ont en partie pu servir de support (cf. 4.2.4., 4.3.2.3. et 4.3.3.), mais il serait toutefois dommage de les reléguer à ce seul aspect utilitaire pour appréhender les motifs de leur présence sur ce site de culte, notamment car leur manipulation témoigne d’une succession de gestes qui ont pu être dictés par des règles relevant d’un système de croyances.

247Tout d’abord, le choix des bois du site procède d’une sélection raisonnée qui a pu être mise en évidence à travers l’analyse de tous les échantillons prélevés (cf. 4.1.2. ; fig. 204). Ils provenaient vraisemblablement de la même zone écologique et devaient être sélectionnés soigneusement selon des critères prédéfinis. Il s’agissait essentiellement de chêne et dans une moindre mesure de hêtre, deux essences apparentées et considérées comme felices (cf. 4.4.2.). Sur le site ne se rencontrent pas des pieux équarris ou des piquets issus de plusieurs grands arbres, mais des centaines de petits troncs de quelques centimètres de diamètre. S’il s’agit de baliveaux, il faut considérer que plus d’un millier de petits chênes et de hêtres ont été coupés pour être plantés sur le site. Ces coupes massives apparaissent comme un non-sens pour la croissance de ces arbres et pour la « gestion durable » d’en ensemble forestier. Il est permis de supposer que ces multiples petits arbres ont été coupés pour une pratique pouvant être qualifiée de « sacrifice ».

248Ces piquets et petits pieux ont dû être préparés et transformés juste après leur coupe. Les exemples montrent qu’ils n’ont pas été traînés sur le sol et qu’ils ont été rapidement mis en œuvre puisqu’ils ont conservé leur écorce. D’après les parties observables, ils ont été débarrassés de leurs branches, du moins dans leur partie inférieure. S’ils ont été marqués, décorés, peints (en rouge ?), ou sculptés, cela a dû se faire avant leur implantation sur le site. Certains ont pu servir de support à des représentations figurées ou à des petites structures, tandis que d’autres ont vraisemblablement servi de supports à des éléments rentrant dans le cadre du culte. Il est difficile de savoir si l’accrochage ou la fixation des éléments dessus (cf. 4.3.3.6.) intervenait avant ou après l’installation des piquets ou pieux dans l’eau. Seule la présence d’une monnaie à l’intérieur d’un piquet et de monnaies accolées à d’autres bois laisse penser à une intervention préalable à leur installation dans le lac (cf. 3.2.).

249Une étape essentielle semble avoir été l’implantation et le redressement de ces éléments en bois à même le site. L’opération devait se faire selon certaines règles et participait sans doute de la succession de gestes rituels. Ils ont pu accompagner certaines offrandes, sacrifices et libations et les reliefs de ces pratiques pouvaient se trouver accrochés en élévation sur eux. Ils ont également pu servir de marqueur rituel afin de commémorer le geste, ou bien porter une trace qui en marquait le souvenir.

250Il n’est pas non plus impensable de considérer que l’implantation de ces piquets ait été le rituel principal. En ce sens, les objets découverts auraient pu accompagner cette pratique. Les monnaies mises au jour en association à des piquets pourraient être considérées comme les témoins de « rites d’installation » ou de « rites d’implantation » à l’image des multiples dépôts découverts dans des fosses d’implantation de pieux (Beilke-Voigt 2007, 99-118) et des monnaies de mâts d’embarcations. Il s’agirait d’une sorte de précaution avant l’installation d’un piquet. Les découvertes de Conjux ainsi que celles d’Anthy-sur-Léman pourraient aller dans le sens d’une pratique courante (cf. 3.2.5.1. ; fig. 137). Il faut espérer que la fouille des négatifs d’autres piquets et pieux livreront d’autres exemples.

251Comment serait-il possible d’interpréter un tel rituel d’implantation ? La dimension symbolique de la démarche peut en partie s’expliquer par la dimension verticale de ces éléments et la volonté de faire communiquer différents espaces entre eux (fig. 267). Leur base pénétrait le sol, et notamment le fond du lac. Une partie de leur section traversait la nappe d’eau puis une autre se trouvait à l’air libre. C’est à l’interface du fond du lac que les monnaies en lien avec les piquets se trouvaient et que les dépôts in situ ont été identifiés. Il y a très peu d’informations pour ce qui relève des parties supérieures, mais il n’est pas impossible que certains des éléments accrochés sur ces piquets et pieux l’aient été à l’interface entre l’eau et l’air. Enfin la partie sommitale pouvait supporter d’autres éléments bien visibles (statues, couronnes, etc.). Ainsi, les piquets et pieux garantissaient peut-être une communication entre le haut et le bas, en assurant un canal entre les sphères chtoniennes (terrestre et aquatique) et ouraniennes. En ce sens, il est possible qu’ils servaient à s’adresser à une divinité liée au monde souterrain, et, dans le cas présent, en relation à l’espace lacustre.

Fig. 267 - Un pieu planté en milieu aquatique recoupe trois milieux différents et deux interfaces.

Fig. 267 - Un pieu planté en milieu aquatique recoupe trois milieux différents et deux interfaces.

4.5. Organisation et fonctionnement du lieu de culte

252L’ensemble des mobiliers et des éléments en bois découverts sur le site forme les vestiges indissociables d’un lieu de culte de l’époque impériale. Le matériel témoigne de pratiques rituelles et les restes ligneux de pratiques diverses pouvant aller du simple élément de support d’autels ou de statues, voire de mâts ou bien de marqueur d’offrandes. Il ne reste que les bases de ces éléments en bois et il est malheureusement impossible d’être catégorique sur la forme de leur élévation et sur leur fonction. Toutes les combinaisons sont possibles.

253Au-delà de ces considérations sur les pratiques, il est permis d’aller plus loin dans la compréhension de l’organisation et du fonctionnement du site. Un examen plus approfondi des vestiges permet de raisonner sur le caractère communautaire du culte, son inscription dans le temps calendaire, la morphologie du lieu de culte et les circulations à ses abords. Cela permet enfin d’entrevoir que le site fonctionnait avec son environnement et qu’il pouvait faire partie d’un réseau de lieux de culte plus vaste à l’échelle du lac du Bourget et du Haut-Rhône.

4.5.1. Un lieu de culte communautaire

254Les vestiges découverts sur le site témoignent de pratiques inscrites dans un cadre communautaire. Cela peut être déduit des objets identifiés, notamment des monnaies et des récipients en céramique. Il s’agit toujours de mêmes formes, répondant à une même fonction, qui se traduit par une sélection délibérée ou du moins raisonnée et partagée. Cela se perçoit également dans la morphologie et la taille des piquets et pieux découverts puisque ces derniers ont une forme et un diamètre quasiment identiques.

255Cette homogénéité d’ensemble paraît correspondre à des pratiques individuelles mais qui relèvent tout de même du cadre collectif. Ils sont à la fois le reflet de pratiques spécifiques, mais également les témoins d’un rapport mimétique aux gestes d’autres dévots. À cela s’ajoute le fait que les apports de piquets et de pieux et les reliefs de pratiques rituelles sont progressifs. Ils s’inscrivent dans une fourchette chronologique large et la logique qui précède la sélection de ces éléments semble se maintenir au cours du temps.

256L’essentiel des lieux de culte lacustres, du monde romain, pour lesquels les données étaient suffisantes, présente également des vestiges témoignant de pratiques codifiées inscrites dans le temps long. Les sources textuelles, quant à elles, laissent deviner des cultes concernant des communautés variées à l’échelle du pagus, de la civitas ou d’entités territoriales plus larges (Nieloud-Muller 2019b : 469-473). Les cérémonies dont il est question font intervenir une communauté de fidèles, mais également les officiants. Il est ainsi parfois question de prêtres, de sacrifiants et de musiciens. Dans le cadre du site de Conjux, il est possible que les cérémonies ont été encadrées par un personnel spécialisé, ce qui n’empêche pas une fréquentation et d’autres pratiques en dehors de ces festivités.

  • 32 Il peut apparaître seul voire être groupé ou bien être associé à d’autres éléments renvoyant à la s (...)

257Quant aux dévots, il s’agit très certainement de riverains ou bien des membres des corps de métiers empruntant le canal et évoluant sur le lac (fig. 268). En ce sens, il pourrait s’agir de pêcheurs, d’après la présence de nombreux hameçons dont quelques-uns ont vraisemblablement été déposés volontairement. Il pourrait aussi s’agir de bateliers en raison de l’analogie entre la pratique visant à associer des monnaies à des piquets en bois et les pièces déposées en connexion avec des mâts ou d’autres éléments du gréement ou de l’architecture d’une embarcation. Il faut noter la présence d’un osselet, dont le motif apparaît comme le plus représenté sur le jas d’ancre en raison de sa valeur protectrice (Queyrel 1987 ; Fenet 2016 : 133 ; 326-346 ; cf. 4.2.5.2.)32. Compte tenu des éléments rapportés précédemment concernant la mise en œuvre du bois, il est également possible d’envisager que ce site a pu toucher une corporation liée au travail ou au flottage du bois.

Fig. 268 - Évocation de dévots et d’officiants sur la beine aux abords du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 268 - Évocation de dévots et d’officiants sur la beine aux abords du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

258Quoi qu’il en soit, ces vestiges ne semblent pas traduire des actes isolés, mais semblent être le reflet de pratiques collectives témoignant d’un culte organisé et régulier.

4.5.2. Temporalité

259D’une manière générale, l’archéologue est accoutumé à raisonner sur des échelles temporelles longues, de l’ordre des siècles, voire des décennies. Les analyses dendrochronologiques permettent de disposer de données plus fines et de définir la période de mise en œuvre d’un élément. Par extension, il est possible de mettre en évidence le développement d’un site. Dans le cas de celui de Conjux, la quasi-totalité des piquets et pieux possédait encore le dernier cerne de croissance ce qui a permis de les dater à l’année et à la saison près. Il est ainsi possible de restituer avec précision l’évolution de l’implantation des éléments en bois sur le site année après année, ainsi que les saisons concernées (cf. 3.1.7. : fig. 99 à 101). Ces quasi-instantanés permettent d’aller plus loin sur la compréhension du fonctionnement du site et la temporalité du culte qu’il accueillait. Les données chronologiques témoignent de pratiques ancrées, régulières, rythmées par les cycles saisonniers.

260Tout d’abord, les apports de bois sur le site, entre 123 et 185, apparaissent annualisés et témoignent de pratiques établies et constantes pendant plusieurs générations (fig. 97, 98 et 203). Au cours de cette période, la proximité et la contemporanéité des mobiliers découverts permettent de penser qu’ils ont été déposés en même temps que les piquets et les pieux. À partir de 185, l’arrêt des implantations ne signifie pas pour autant une désaffection des lieux. La zone 1 est sans doute délaissée puisqu’aucune monnaie postérieure au règne de Marc-Aurèle n’a été identifiée. À l’inverse la zone 2 concentre à elle seule toutes les monnaies émises à partir du règne de Commode. Cela pourrait s’expliquer par une transformation des conceptions symboliques à l’origine du culte ou par une modification du niveau du lac (cf. 2.2.2. à 2.2.4.).

  • 33 Cf. également le commentaire de Jacques André (1962 : 164) dans la traduction du livre XVI.

261Cette annualisation autorise à imaginer des cérémonies ou festivités collectives régulières rythmées par les saisons. Cela peut trouver une confirmation dans les saisons d’abattage identifiées qui sont en très grande majorité de l’automne-hiver. Cette période correspond à la période de repos ou de dormance des bois, traditionnellement privilégiée pour la coupe de nombreuses essences comme le rapporte notamment Pline (Histoire naturelle, XVI, 188)33. Toutefois, les bois avaient conservé leur écorce ce qui indique qu’ils ont été implantés dans les eaux à la même période. Il est possible que ce moment ait un rapport avec le culte lui-même et soit à l’origine de l’instauration d’un culte à cet endroit. Il pourrait s’agir soit d’une manifestation soudaine dont on perpétue le souvenir, ou bien d’un culte en relation avec les transformations du milieu en fonction des saisons (cf. 4.4.5.5.).

262Les sources textuelles font état de cérémonies lacustres régulières et annualisées à dates fixes, inscrites dans le calendrier liturgique (Nieloud-Muller 2019 : 473-478). Dans la plupart des cas, les cérémonies pouvaient durer plusieurs jours à l’image de celles du lac des Gabales qui se déroulaient sur quatre jours (Grégoire de Tours, Liber in gloria confessorum, 2) et certains moments forts des festivités avaient lieu la nuit. Le cas du lac de Nemi est éclairant puisque les sources rapportent des processions en torches jusqu’au sanctuaire. Parvenu près du lac, les flammes finissaient par se refléter dans le miroir d’eau (Stace, Silves, III, 1, 52-60). L’image n’est pas seulement poétique et il faut signaler les nombreuses lampes à huile qui ont été découvertes dans les eaux du lac et qui traduisent des actes de dépôts délibérés et répétés dans le temps (Diosono, Cinaglia 2016 : 462). On soulignera le parallèle avec les traditions répandues dans le monde gréco-romain et en particulier les lychnapsia célébrant la naissance d’Isis qui avait lieu précisément au même moment que les festivités de Diane à Nemi (Salem 1937 ; Stern 1975 : 124-125). Dans le cas du site de Conjux, il n’est pas possible de postuler de la durée des cérémonies mais des festivités nocturnes sont tout à fait envisageables par la présence du feu attesté par plusieurs éléments sur le site. Il faut souligner la présence fréquente des torches dans le corpus de peintures romaines (cf. 4.3.3.2., fig. 233 et 237), la présence de torches sur le site d’Oberdorla (Behm-Blancke 2002 : 21 et 26 ; Jacob 2002 : 32) et d’une manière générale la valeur symbolique attachée à la torche en tant qu’accessoire religieux et d’attribut divin (Pottier 1896 : 1028).

4.5.3. Structuration du site et des pratiques

263Les caractéristiques des bois et leur répartition sur le site, ainsi que celle des mobiliers, témoignent d’un site à l’organisation structurée, divisé en différentes zones qui répondent vraisemblablement à des fonctions différentes (fig. 83 et 270).

Fig. 269 - Principales caractéristiques des zones du site et propositions de restitution.

Fig. 269 - Principales caractéristiques des zones du site et propositions de restitution.

Fig. 270 - Proposition de restitution d’une statue au centre de la zone 2 (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

Fig. 270 - Proposition de restitution d’une statue au centre de la zone 2 (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).

264La zone 2 apparaît comme la zone la plus importante du site. D’après les données disponibles, elle est antérieure à la zone 1 et les dépôts se poursuivront après l’abandon de la zone. L’implantation des bois se fait principalement selon un modèle concentrique et il en est de même du matériel, essentiellement des monnaies qui se trouvent dans la partie centrale de la zone. Ces deux éléments convergent pour reconnaître l’existence d’un élément polarisant dans ce secteur. Il a pu prendre la forme d’un autel, d’un mât de taille plus importante ou bien d’une hampe sur laquelle était fixé un élément insigne ou bien une statue (fig. 270). En ce sens, un pieu nettement plus grand se distinguait de la multitude de petits piquets de la zone 2 (cf. 3.1.3.4. ; fig. 90). Il s’agissait d’un chêne faisant 15 cm de diamètre dans sa partie préservée (n° 951). Il est daté sans précision entre 160 et 163 ap. J.-C. en l’absence de l’écorce (fig. 111). Rien ne le distingue des autres éléments en bois de la chronologie et il n’est pas plus ancien que les autres bois.

  • 34 Ces pièges chronologiques sont fréquents en archéologie. Parfois, c’est à des bois très anciens, vo (...)

265L’idée d’une statue ou d’un autel a été écartée. Toutefois Günter Behm-Blancke (2002 : 97) a montré que sur le site d’Oberdorla les statues de bois étaient fréquemment remplacées et certains parallèles ethnographiques montrent d’ailleurs que les cérémonies de remplacement étaient espacées de 7 ou de 9 ans34. Il est donc permis d’imaginer que par sa taille et sa position, il s’agit des restes d’un élément important du site. S’il s’agit d’une statue, elle devait probablement regarder en direction du lac comme c’est le cas de certaines idoles en bois et installations destinées à les recevoir du site d’Oberdorla (Behm-Blancke 2002 : 67). La prédominance de la zone 2 ressort également dans les caractéristiques des piquets et pieux qui sont très régulières (cf. 4.1.2.1.). Cette uniformité semble définie par l’existence de règles – conditionnées par la nature du culte ? – qui orientent le choix des bois. Quoi qu’il en soit, cette régularité se maintient au cours du temps.

266À l’inverse, la zone 1 paraît plus secondaire. Elle est fréquentée moins longtemps et elle présente un mode de développement différent qui se fait sur un modèle linéaire allant du sud vers le nord autour de différents pôles. C’est précisément dans l’environnement de ces derniers que se trouve la concentration de matériel la plus importante avec des reliefs beaucoup plus diversifiés que dans la zone 2 : récipients céramiques, fragments de lampe à huile et de brûle encens, couteaux, clochettes, styles, etc. Il est possible que ces pôles aient pu être accompagnés de petits autels ou d’éléments éminents comme des mâts ou des représentations anthropomorphes (cf. 4.2.4.2. ; fig. 224). Quoi qu’il en soit, le développement et le déplacement de ces secteurs de concentrations pourraient être en partie liés au vieillissement et à la dégradation progressive des piquets en bois (c. 20 ans). Ainsi, dans cette zone les gestes rituels s’exerçaient dans plusieurs secteurs et ne sont pas sans rappeler l’organisation des différentes structures à l’intérieur de certains enclos du site d’Oberdorla de la même période (fig. 231).

267Contrairement à la zone 2, l’implantation des bois apparaît beaucoup plus lâche et les caractéristiques des bois très diversifiées. L’hétérogénéité de l’ensemble permet de penser que les règles étaient beaucoup moins codifiées et plus libres que dans la zone 2. Il s’agit peut-être d’une zone où les vestiges témoignent d’une expression plus individuelle. Cela pourrait expliquer les différences de traitement dans l’association des monnaies aux piquets. Il faut enfin souligner qu’avec le temps les critères de choix des piquets et des pieux sont de moins en moins réguliers contrairement aux éléments en bois de la zone 2.

268Des observations plus précises permettent d’aller encore plus loin et de mettre en évidence un modèle théorique de développement des pôles de la zone 1 (fig. 271). D’une manière générale, les évolutions identifiées se caractérisaient par une tendance à la concentration et il apparaît que les nouvelles implantations se faisaient à proximité des bois installés précédemment, eux-mêmes plantés près d’éléments polarisants (autels ou statues ?). Autrement dit, ils sont implantés dans des espaces libres à peu de distance des groupements d’éléments en bois déjà existants. Au départ, un, puis plusieurs bois sont plantés, d’autres sont ensuite mis en œuvre dans l’environnement immédiat de ces premiers bois. Le plus souvent des bois de mêmes années sont installés les uns à côté des autres et les bois des années suivantes sont implantés à proximité immédiate de ceux des années précédentes.

Fig. 271 - Modèles théoriques présidant à l’implantation des piquets en bois d’après les observations réalisées à partir de leur localisation et des différentes phases d’abattage connues.

Fig. 271 - Modèles théoriques présidant à l’implantation des piquets en bois d’après les observations réalisées à partir de leur localisation et des différentes phases d’abattage connues.

269Dans presque tous les cas, ils sont positionnés au centre ou bien en périphérie des concentrations déjà existantes. Le suivi de l’implantation des bois montre qu’ils sont implantés en fonction des possibilités d’accès aux autres bois. Une fois qu’un secteur arrivait à saturation et qu’il n’y a plus aucune possibilité d’y accéder, une nouvelle concentration se faisait ailleurs. Cela s’observe aussi dans la zone 2. L’implantation proche de bois de même année ou quasiment contemporains a été mise en évidence. Il apparaît que l’on garde en mémoire les bois qui ont été installés l’année ou les années précédentes. Cela apparaît très clairement et peut se justifier par la présence d’éléments prééminents, voire de l’aspect des bois les plus récents ou des éléments qui se trouvaient dessus.

270Quant à la zone 3, interprétée comme une possible plate-forme d’accès, elle semble aménagée à la fin du IIe siècle, au moment où la zone 1 est délaissée. Située à proximité de la zone 2 elle paraît témoigner de l’importance de cette dernière, mais également d’un potentiel changement de l’écosystème lacustre (une vraisemblable remontée de la nappe d’eau à la fin du IIe siècle de notre ère).

4.5.4. Accessibilité et déplacements

271L’emplacement du site en bord de lac et sa division en plusieurs zones amènent à questionner les déplacements dans son environnement. À l’origine, le niveau du lac était beaucoup plus bas et le site était beaucoup plus proche de la berge. Il se trouvait vraisemblablement dans la zone d’interface de la rive qui pouvait être soumise aux fluctuations saisonnières de la nappe d’eau. Ce secteur de bord de lac, tantôt immergé, tantôt imbibé, et vraisemblablement envahi de végétation, rendait les abords du site difficilement praticables.

272L’accès au site se faisait sans doute à pied comme en témoignent les clous de chaussures découverts (fig. 272). Ils proviennent uniquement de la zone 1 et plus précisément des secteurs où les concentrations de matériel sont les plus importantes et où ont été découvertes les traces de dépôts nécessitant une intervention à hauteur des sédiments (cf. 3.9.6. ; fig. 201 et 202). Quant à la zone 2, on observe une véritable volonté de ménager des espaces pour accéder au centre qui ne pouvait être accessible qu’à pied. Toutefois, aucun clou de chaussures n’a été identifié ce qui peut être interprété de différentes manières. Il est possible tout d’abord que des planches aient permis de faciliter l’accès au secteur central, véritable épicentre de la zone. Il est également possible que la zone ait été réservée à quelques personnes. Il faudrait alors concevoir une bipartition du site entre une zone principale, bien organisée et accessible à un nombre réduit de personnes (officiants ?) et une zone proche, à l’organisation moins régulée et destinée aux marques de dévotions individuelles. Il n’est pas non plus à exclure que des précautions religieuses aient pu impliquer de retirer ses chaussures pour accéder au cœur de la zone 2.

Fig. 272 - Accessibilité aux deux zones principales. Un écartement théorique de 50 à 60 cm, permettant à une personne de passer entre deux piquets, a été pris en compte.

Fig. 272 - Accessibilité aux deux zones principales. Un écartement théorique de 50 à 60 cm, permettant à une personne de passer entre deux piquets, a été pris en compte.

273Quoi qu’il en soit, planter un piquet dans des secteurs encombrés ne pouvait se faire que de main d’homme et difficilement depuis une embarcation. L’opération ne devait pas être très complexe en raison de la taille observée à la base des bois debout et de leur très faible profondeur d’enfoncement. Le site a également pu être abordé à l’aide d’une embarcation légère venant du lac depuis le sud ou arrivant sur l’étendue d’eau depuis le nord via l’embouchure de la Savière. À l’approche du site, il était possible de descendre pour la réalisation des rituels. Dans le cas de cérémonies collectives, il faut envisager une complémentarité des cheminements vers le site et des mobilités au sein de ce dernier.

274À partir de 185, s’observe l’arrêt de l’implantation des piquets et pieux sur le site et les monnaies sont peut-être jetées depuis une potentielle plate-forme située au nord-ouest (zone 3). Toutes les monnaies découvertes dans le centre de la zone 2 semblent avoir été jetées et il n’y a plus d’exemples de monnaies ou d’autres objets déposés directement à hauteur des piquets.

4.5.5. L’arbre qui cache la forêt. Un lieu de culte intégré à un ensemble plus vaste

275Les pistes de réflexion concernant la fonction des éléments ligneux permettent de supposer que le site était en lien avec un espace boisé. Ainsi, le site semi-immergé ne serait qu’une partie d’un ensemble cultuel plus vaste impliquant un bois – vraisemblablement sacré – d’où proviendrait l’ensemble des éléments en bois ayant été mis en œuvre sur le site (fig. 273). Il est difficile de préciser sa distance par rapport au lac et seules les espèces découvertes donnent des indications sur la nature de leur écosystème forestier d’origine. Quoi qu’il en soit, il est permis de supposer que ce bois était également le cadre de pratiques rituelles. Cela apparaît pour le piquet dans lequel se trouvait une monnaie. Cet exemple atteste d’une pratique raisonnée, inscrite dans le temps long et impliquant plusieurs gestes. Son implantation dans le lac ne constitue que l’ultime opération concernant l’ensemble, ce qui suggère que ce culte impliquait d’autres espaces que le site identifié sur la berge lacustre.

Fig. 273 - Le site, le lac et un bois sont indissociables et devaient être interdépendants.

Fig. 273 - Le site, le lac et un bois sont indissociables et devaient être interdépendants.

276Les recherches menées sur le site d’Oberdorla ont montré que les sanctuaires, le lac et le bois formaient un ensemble unitaire et interdépendant (Behm-Blancke et al. 2002, fig. 39 : 96). C’est également ce que l’on peut déduire des recherches concernant les processions d’arbres qui impliquent différents espaces plus ou moins lointains (fig. 266). Elles montrent des cérémonies complexes impliquant un cheminement entre le lieu initial où l’arbre est coupé jusqu’à son lieu d’installation et d’exposition.

4.5.6. Circumambulation et circumnavigation lacustres

277En ce sens, le site de Conjux ne pourrait correspondre qu’à une seule des étapes d’un parcours plus large. Cela impliquait une convergence depuis l’habitat vers les différents espaces intégrés dans une séquence cérémonielle. Ces déplacements ont pu se faire par voie de terre ou par voie d’eau, voire d’une conjonction des deux.

278Par exemple, plusieurs textes antiques font mention de rites circumambulatoires témoignant de cheminements sur la rive de lacs de taille importante (Nieloud-Muller 2019b : 481-482). Bien qu’il concerne une période ancienne et une aire géographique lointaine, le témoignage d’Hérodote concernant le lac Triton est éclairant (Histoires, IV, 178-180). Il rapporte que les deux peuples habitant près du lac, qui faisait office de frontière, tournaient autour lors de festivités annuelles en l’honneur de la déesse Minerve. Solin rapporte une pratique similaire au lac Hylas en Bithynie, observée encore à son époque, soit au IIIe ou IVe siècle de notre ère (Polyhistor, XLII, 2). Les données ethnographiques offrent l’illustration de ce type de pratiques qui nécessite parfois plusieurs jours et qui est marqué par différentes stations.

279Le site a également pu être une étape d’une procession fluvio-lacustre intégrant une partie du lac et du Haut-Rhône. Ce type de cortège nautique n’est pas documenté par les sources textuelles antiques pour les lacs, à l’inverse des espaces fluvio-maritimes comme la Tiberina descensio (Champeaux, 1982 : 300, ; Berlan Bajard 2006 : 340-341) et le Navigium Isidis (cf. 4.4.5.3.). À l’inverse, les témoignages ethnographiques offrent de nombreux exemples de processions lacustres. L’exemple du lac Inlé (Birmanie) montre bien la structuration complexe de cérémonies interethniques dans un paysage religieux construit et partagé par différentes communautés (Robinne 2000). Il illustre comment le lac est intégré dans leurs festivités, en montrant la diversité et la complémentarité des lieux de culte, aussi bien terrestres que lacustres.

280D’une manière très générale, les grands lacs forment des espaces frontaliers (Pondaven 1972 ; Touchart 2007), mais ils étaient également des points de convergence pour les communautés vivant sur ses bords. Cela a bien été montré dans le cas du lac de Côme (Lucchetti, Siri 1995) et Jean-Claude Vernex n’hésite pas à parler de « culture lacustre » (1998 : 13). Le lac du Bourget, coupé en deux en raison de vastes falaises latérales, a longtemps fait office de frontière (cf. 2.3.2.). C’est ce qui explique qu’il sera divisé en deux lors du fractionnement de la cité de Vienne en plusieurs cités indépendantes à la fin du IIIe siècle de notre ère. Une dualité nord-sud s’observera par la suite pour la maîtrise du lac. Ouvert sur le Rhône, le lac est un espace essentiel pour les mobilités des biens et des personnes au sein du val du Bourget. Dans ce secteur, les circulations par la voie d’eau ont sans doute été aussi importantes que par le réseau de voies terrestres. En ce sens le lac était partagé et il faisait partie de l’espace vécu des communautés installées sur ses rives.

281Il n’est ainsi pas impossible qu’une procession fluvio-lacustre intégrant une partie du Haut Rhône et/ou le lac du Bourget ait pu exister dans le but de les unir. Pour le Bourget, l’intégration du site et du lac dans une perspective plus large permet d’imaginer une circumnavigation, impliquant diverses étapes et des cheminements vers les sanctuaires situés aux bords du lac (fig. 274). Elle pouvait concerner tout d’abord l’exutoire du lac et l’embouchure de la Savière avec le site de Conjux, mais également Hautecombe où une inscription à une divinité auguste a été découverte (ILN Vienne, III, 634) et où se trouvait sur la rive un lieu de culte du haut Moyen-Âge qui est peut-être antérieur (Rémy et al. 1996 : 200-201). Une autre étape pouvait concerner le Bourget-du-Lac et notamment l’embouchure de la Leysse, le principal tributaire du lac. Des inscriptions mentionnant un culte à Mercure sont aujourd’hui encastrées dans le mur de la crypte de l’église qui se trouve à seulement quelques dizaines de mètres du cours d’eau (ILN Vienne, III, 642-643). Le Bourget-du-Lac se trouve sur l’itinéraire menant au col du Chat où se trouvait un sanctuaire de Mercure (ILN Vienne, III, 627-628). Le bourg d’Aix-les-Bains semble avoir été un centre cultuel très important avec ses sources, son temple et son bois sacré (ILN Vienne, III, 660-664 et 666-667) et un sanctuaire se trouvait non loin à Brison-Saint-Innocent (ILN Vienne, III, 693-696).

Fig. 274 - Les différents indices de lieux de culte répartis tout autour du lac invitent à restituer un « paysage religieux » bourgetin dont le site de Conjux n’était peut-être qu’une composante.

Fig. 274 - Les différents indices de lieux de culte répartis tout autour du lac invitent à restituer un « paysage religieux » bourgetin dont le site de Conjux n’était peut-être qu’une composante.

4.6. Aux origines du lieu de culte

282Les vestiges et leur répartition permettent de comprendre l’organisation et le fonctionnement du site dans le temps et dans l’espace. Ils attestent de l’existence d’un lieu conservant les reliefs de pratiques témoignant d’un point de contact entre le monde des hommes et le monde des dieux.

283Il paraît avoir été le lieu d’une épiphanie toujours renouvelée pendant la durée de fréquentation du site. Pour autant, quel élément a pu être reconnu comme une manifestation du divin à cet endroit ? Pour y répondre, il est nécessaire de s’éloigner des vestiges et de se pencher à nouveau sur l’environnement du site et les métamorphoses qu’il a pu connaître au cours de la période romaine. Cela permet de formuler quelques éléments de réflexions sur les conceptions symboliques et les motivations des communautés humaines pouvant justifier de l’instauration d’un culte en ce lieu.

284Elles trouvent peut-être leurs sources dans le cadre spécifique du site qui apparaît comme un secteur d’interfaces, dans les perturbations climatiques et ses conséquences au IIe siècle de notre ère, ou bien dans le phénomène remarquable d’inversion du cours de la Savière. Ces motifs ne s’excluent pas et peuvent être complémentaires.

4.6.1. Un cadre paysager en constante mutation

285Le site se trouve à l’extrémité nord du lac, sur la beine lacustre peu profonde à proximité de la rive antique et de l’embouchure du canal de la Savière (cf. 2.1.5. et 2.3.3.2. ; fig. 40, 51, 52, 65 et 66). Au premier abord cette position paraît assez banale, mais elle s’avère être déterminante pour en comprendre l’origine.

4.6.1.1. Un secteur d’interface

286D’une manière générale, l’espace lacustre se caractérise par différentes dimensions. La dimension verticale concerne les fluctuations du niveau du lac qui se perçoivent le plus nettement sur les bords du lac et encore davantage dans les zones de faibles profondeurs. La dimension horizontale correspond à l’extension de l’étendue d’eau qui varie en fonction de ces variations qui font inévitablement avancer ou reculer la rive. Quant à la dimension transversale, elle correspond au point de passage entre l’espace lacustre et l’espace terrestre, mais également aux possibilités de franchissement à hauteur de l’exutoire. Enfin s’ajoute une dimension temporelle qui traduit l’évolution de l’ensemble de l’écosystème lacustre des lacs au cours du temps.

287Ces différentes dimensions sont particulièrement bien perceptibles dans l’environnement de l’exutoire des lacs. Le cas du site de Conjux, à l’entrée du Bourget, en est un bon exemple (fig. 275). Il se trouve dans une zone peu profonde où les variations du niveau des eaux sont très visibles. La proximité de la rive et de l’exutoire favorisait les circulations et les implantations humaines comme en témoignent un certain nombre de sites (cf. 2.3.4. ; fig. 68). Dans ce secteur se concentraient les flux en provenance du lac ou du Rhône, mais également de ceux empruntant le réseau routier avec la voie qui devait se trouver sur la berge et qui franchissait la Savière à cette hauteur. Les données archéologiques disponibles traduisent l’importance stratégique de ce secteur au cours du temps.

Fig. 275 - Secteur septentrional du lac du Bourget avec l’embouchure actuelle de la Savière. Vue depuis le sud-est. Dans sa configuration actuelle, le site se trouve à 3,5 m de profondeur et à plusieurs centaines de mètres de la rive.

Fig. 275 - Secteur septentrional du lac du Bourget avec l’embouchure actuelle de la Savière. Vue depuis le sud-est. Dans sa configuration actuelle, le site se trouve à 3,5 m de profondeur et à plusieurs centaines de mètres de la rive.

288Cela vaut pour le lac du Bourget, mais également pour beaucoup d’autres grands lacs. Il faut souligner le parallèle avec le site de La Tène à l’embouchure de La Thielle, l’exutoire naturel du lac de Neuchâtel (fig. 276). Les occupations de différentes périodes se concentrent à hauteur de l’embouchure de l’exutoire du lac qui est soumis à de nombreuses transformations. Elles se caractérisent par plusieurs franchissements et par des occupations de natures diverses, dont un très probable trophée d’armes de l’extrême fin du IIIe siècle avant notre ère (Lejars 2013).

Fig. 276 - Tracé de La Thielle au XIXe siècle avec localisation des paléochenaux de La Tène et du Pré de la Mottaz (d’après Ph. Zuppinger, Laténium).

Fig. 276 - Tracé de La Thielle au XIXe siècle avec localisation des paléochenaux de La Tène et du Pré de la Mottaz (d’après Ph. Zuppinger, Laténium).
  • 35 Ils ne sont toutefois pas les seuls espaces concernés par des vestiges relevant de la sphère religi (...)

289Les secteurs d’exutoires, mais aussi des tributaires, sont souvent investis par les communautés humaines et en tant qu’espaces vécus, ils peuvent également posséder des occupations ou des traces relevant de la sphère religieuse35. Le cas des statues en bois du territoire suisse apparaît éclairant (cf. 4.4.3.1.). Pour le Léman, celle de Genève provient du port situé à proximité de l’émissaire et celle de Villeneuve a été récupérée dans le secteur marécageux formé par les apports du Rhône. Pour le lac de Neuchâtel, la statue d’Yverdon provient de la proximité de la rive, non loin du lieu où la Thielle se jette dans le lac. Celle d’Eschenz était couchée au fond d’un canal à proximité de l’exutoire de l’Untersee du lac de Constance par où le Rhin poursuit son cours.

290Cela vaut également pour certains sanctuaires antiques qui ont été découverts à proximité d’exutoires des lacs suisses (Nieloud-Muller, à paraître), à l’image du temple d’Allmendingen au lac de Thoune (Cramatte 2008 : 275 ; Martin-Kilcher, Schatzmann 2009, 2010) ou bien encore celui de Hüttenböschen à l’embouchure du Wallensee (Laur-Belart 1963 ; Paradowski 2013 : 18-21).

291Le site de Conjux se trouve sur la beine lacustre de faible profondeur, non loin de la limite du tombant (fig. 38), soit dans un espace de transition. Il existe un texte de Solin qui mentionne l’existence, dans un lac des monts Nébrodes en Sicile, un autel (ara) qui sépare les eaux peu profondes des eaux profondes qu’il est défendu de toucher et de sonder (Polyhistor, V). Dans la plupart des lacs avec beines, cette division s’observe dans la couleur de l’eau qui apparaît beaucoup plus sombre dans les secteurs où le fond n’est pas perceptible.

4.6.1.2. Marqueur physique et symbolique

292Le site se trouve ainsi dans un secteur d’interface entre eau et terre, entre des eaux où le fond est visible et l’abyme invisible. Il marque ainsi le point de tension entre différents espaces et il apparaît autant comme un marqueur physique et symbolique de cet espace de transition.

  • 36 À l’heure actuelle, l’entrée du chenal navigable n’est pas clairement perceptible et elle est marqu (...)
  • 37 À titre de comparaisons, il faut mentionner les pieux ou structures supportant des petits oratoires (...)

293Le site a d’abord pu avoir une fonction utilitaire dans un paysage de bord de lac envahi par la végétation. En arrivant du lac depuis le sud, l’anse nord du lac apparaît comme une ligne ininterrompue d’arbres et d’espèces évoluant en milieu imbibé dans laquelle il est impossible de distinguer nettement l’embouchure de la Savière36. La présence d’un site en élévation en avant de la rive, avec de possibles rubans colorés ou d’autres éléments se distinguant de leur environnement pouvait servir de marqueur visuel facilitant la reconnaissance de la zone portuaire qui se trouvait à ses abords et l’entrée du cours d’eau. C’est le rôle qui peut également être suggéré pour les pieux isolés de diamètres plus importants (fig. 223), voire de certaines statues précédemment évoquées (cf. 4.3.3.1.)37.

294Une même fonction peut être proposée pour le site d’Anthy-sur-Léman (fig. 137). La structure, de forme quadrangulaire (6 x 4,90 m) est isolée de la berge, composée de 10 pieux très faiblement enfoncés dans les sédiments où toutes les monnaies du site ont été découvertes. Il a été avancé de l’interpréter comme une structure cultuelle et il est possible qu’elle ait pu servir en partie à signaler la présence de l’estacade et de l’appontement qui se trouvait juste à côté (cf. 3.2.5.1.).

295En plus de sa fonction visuelle, le site de Conjux a pu revêtir une valeur symbolique aux yeux des communautés évoluant aux bords ou sur les eaux du lac. Les pêcheurs et bateliers naviguant sur l’étendue d’eau passaient à côté et ils ont pu procéder à différents rites. Si les risques associés paraissent minimes par rapport à ceux du milieu marin, la navigation sur les grands lacs n’était pas sans danger comme en témoignent notamment les violentes tempêtes pouvant se lever sur le lac du Bourget, sur le Léman ou bien sur le lac de Garde (Virgile, Georgiques, II, 159-164). Ainsi, avant de s’aventurer sur le lac ou en allant en direction du Rhône, il est possible que les pêcheurs ou bateliers se plaçaient sous la protection de la divinité protectrice des ondes où ils évoluaient, ou sous celle de la divinité tutélaire de leurs activités. Les acteurs du commerce lacustre et fluvial devaient être soumis à des rites de recommandation à leur départ, mais également de remerciements à leur arrivée (Izarra, 1993 : 232-235). Ces pratiques rituelles, bien documentées pour le monde maritime (Rougé 1975 : 209 ; Fenet 2016) ne concernent pas que les milieux aquatiques mais touchent l’ensemble des voyageurs (Sury 1994 : 169). Le gobelet d’Avenches montre bien ces pratiques rituelles de pêcheurs et de bateliers et, dans ce cas, leurs dévotions s’adressaient à Pan et à Priape (fig. 277). Il est intéressant de souligner que les gestes des dévots se font depuis leur embarcation ce qui implique une proximité de l’effigie divine près des eaux (Duvauchelle 2001).

Fig. 277 - Gobelet en argent découvert à Avenches. Coupe et déroulement graphique (Duvauchelle 2001, fig. 1, p. 260).

Fig. 277 - Gobelet en argent découvert à Avenches. Coupe et déroulement graphique (Duvauchelle 2001, fig. 1, p. 260).

296La plupart de ces dévotions, sans doute très fréquentes, n’ont pas laissé beaucoup de traces. Elles ont pu être doublées par des cérémonies plus collectives nécessitant un accès au site pour des pratiques plus complexes, mais également pour l’entretien du lieu de culte soumis aux éléments. Il est possible que ces festivités aient célébré l’ouverture de la navigation à l’image du Navigium Isidis (le navire d’Isis) relatée par Apulée (Les métamorphoses, XI, 16). Après une longue procession, une foule bruyante et énergique chargeait un bateau de vases remplis d’aromates et de diverses offrandes, puis versait sur les flots, en guise de libations, du lait caillé ou de la bouillie au lait (cf. 4.4.5.3.).

4.6.1.3. Limite entre la sphère humaine et divine

297La symbolique attachée au site peut trouver une explication dans sa localisation. Il s’agit d’un milieu instable, changeant, qui se métamorphose au gré des saisons et qui évolue d’année en année. C’est l’espace liminal par excellence.

298Ces espaces imprécis, pour lesquels il est difficile de saisir où se situe véritablement la limite entre terre et eau, sont fréquemment associés à des lieux de culte. Il est souvent fait état de secteurs marécageux dans l’environnement de bois sacrés qui matérialisent une zone de limite, de confins (Cazanove 1993 : 124, avec bibliographie en notes 124 et 125). Les espaces marécageux entretiennent un lien avec le religieux ; ils apparaissent dans de nombreux récits mythiques et ils se trouvent dans l’environnement de certains sanctuaires celtiques, romains (Traina 1988 : 120-124) et grecs (Chatelain 2007). La présence d’une zone marécageuse à près 50 m de l’enclos de Gournay-sur-Aronde ne semble pas étrangère à l’implantation du site à cet endroit (Brunaux 2000 : 91 et 93) et il en est de même pour le sanctuaire de Blicquy (Gillet, Fechner 2018 : 185) et bien d’autres lieux de culte. Le cas d’Oberdorla est en ce sens significatif puisque les enclos et les « idoles » de bois se trouvent à proximité immédiate de la berge du lac (Behm-Blancke et al. 2003). Les parallèles ethnographiques montrent que dans cet espace sont fréquemment implantés des sites religieux (cf. encart Parallèles ethnographiques eurasiens).

299Il faut ajouter que le lac en lui-même entretient un rapport marqué avec la liminalité et le monde souterrain (Nieloud-Muller 2019 : 119-123 et 515-519). Les lacs d’une profondeur prodigieuse sont considérés comme des abymes sans fond et des entrées vers l’Autre Monde. Il en est ainsi de tous les lacus qui se forment à partir d’eau provenant des entrailles de la terre. De même, la límnê entretient un rapport direct avec limen, soit la limite, la frontière et le seuil et avec limen, le port, point de contact entre un monde aquatique et un monde terrestre. Le lac – comme le port – apparaît comme un espace de limite, entre ce qui se trouve dessus la surface et ce qui se trouve dessous, et entre un espace aquatique et un espace terrestre. Il s’agit de l’espace intermédiaire par excellence, un point de passage marquant une transition.

4.6.2. Irrégularités climatiques et variations du niveau du lac au IIe siècle

300Outre la localisation du site, il se peut que l’origine du site soit à rattacher aux variations saisonnières ou aux perturbations hydrographiques constatées au IIe siècle de notre ère.

301Avant la régulation artificielle du lac du Bourget, il était soumis à des fluctuations saisonnières très importantes, dont l’amplitude pouvait atteindre 3 m, si ce n’est plus dans les cas les plus extrêmes (cf. 2.2.). L’annualisation des apports de bois et le caractère saisonnier mis en évidence pourraient être en relation avec ces variations du niveau de la nappe d’eau qui pouvaient avoir un impact très important pour cette aire géographique. Lorsque le Rhône était en crue il refluait vers le lac et pouvait même déborder du canal et submerger l’ensemble de l’hydrosystème formé du lac et de son exutoire, du fleuve et de ses arrières-marais. Ainsi se formait un immense lac duquel n’émergeaient que les arbres et les mollards qui devenaient alors de vastes îles (fig. 36). Dans cette situation, il est possible qu’une partie du site de Conjux ait pu dépasser de la nappe d’eau et rester visible.

  • 38 « L’Empereur César Lucius Aurelius Verus Auguste, titulaire de sa troisième puissance tribunitienne (...)
  • 39 « Pour le salut et la sauvegarde et la victoire de l’empereur César Marcus Aurelius Commode Antonin (...)

302Le culte dont il était question pouvait s’adresser à une divinité agissant sur ces variations et le débit de l’eau. Si ce culte a pu avoir pour but de garantir le bon fonctionnement du lac et la régularité de ses variations, il a pu également être lié à des perturbations plus irrégulières lors de sa période de fréquentation. Il ressort en effet que le IIe siècle de notre ère apparaît comme une période de forte irrégularité climatique (cf. 2.2.4.1.). Les analyses épigraphiques et archéologiques attestent de perturbations hydrologiques en Savoie à la même époque. Il y a presque quarante ans déjà, Michel Provost avait insisté sur ce point en dressant une liste non exhaustive de ces données dans un article précurseur intitulé L’homme et les fluctuations climatiques en Gaule dans la deuxième moitié du IIe siècle ap. J.-C. (1984). Dans le cas de la Savoie, il cite notamment deux inscriptions faisant mention de dégâts causés par le débordement de l’Isère (Rémy 2008). Sur la première, datée de 163 ap. J.-C., les Ceutrones de Bourg-Saint-Maurice y remercient l’empereur Lucius Verus d’avoir remis en état, après endiguement, les routes et quelques monuments publics (ILAlpes Graies 54 ; CIL, XII, 107 ; Rémy et al., 1996 : 164)38. Sur la seconde, retrouvée à Gilly-sur-Isère et dédiée à l’empereur Commode en 184 ap. J.-C., est mentionnée une inondation importante dans la Combe de Savoie, entre Aime et Grenoble (ILN Vienne, II, 536 ; CIL, XII, 2143 ; Rémy et al., 1996 : 131)39. Toujours en Savoie, des crues importantes de l’Isère sont également attestées pour la même période sur la commune d’Aime (Feuillet 2004 : 217) et sur le site des Boissons à Châteauneuf (Olive 1979 : 14). Ces témoignages, corrélés avec d’autres sources, permettent de constater que c’est sur « l’ensemble du territoire de la Gaule romaine qu’ont été notés des phénomènes d’inondations entraînant des abandons temporaires ou définitifs d’habitat » et il apparaît que les cours d’eau qui sont en relation avec des glaciers bien alimentés ont été les plus touchés (Provost 1984 : 75). Or, comme l’Isère, le Rhône prend lui aussi sa source dans les Alpes et grossi de ses eaux, il alimente le Léman, puis le lac du Bourget.

303Les analyses sédimentaires montrent très justement que cette période semble correspondre à une courte phase transgressive, dite phase du Petit Maclu 1, qui couvre le IIe siècle (cf. 2.2.2.). Le Léman connaît une transgression à la fin du Ier siècle ap. J.-C. et au cours du IIe siècle ap. J.-C. au même titre que le lac de Zurich. Cette phase a aussi été reconnue pour le lac du Bourget. Les profondeurs variables des différents gisements mis en œuvre dans le lac au IIe siècle permettent de déduire un niveau très fluctuant à cette période (fig. 49). Il a été proposé de reconnaître un changement important entre 117 et 123 ap. J.-C. puisque 3 sites sont implantés dans le lac pendant cette courte période. Il faut souligner que le milieu du IIe siècle est considéré comme la période de fin de l’optimum climatique romain (fig. 41) et que les premiers signes de dérèglements pourraient remonter aux années 120 (Harper 2019 : 101).

304Enfin, il faut mentionner le cas du lieu de culte de l’île, aujourd’hui disparue, de Grosser Hafner qui se trouvait à proximité de l’exutoire du lac de Zurich (fig. 278). Il est interprété comme un sanctuaire en raison de sa situation insulaire, de sa forme circulaire et du matériel – essentiellement des monnaies – qui a été découvert dans son environnement. Le bâtiment, constitué de solides pieux en chêne profondément enfoncés dans les sédiments, a été édifié sous le règne d’Hadrien, plus précisément en 122 de notre ère d’après les analyses dendrochronologiques (Eberschweiler, Käch 2006). La contemporanéité avec le site PNLV 1, dont la date la plus ancienne remonte à 123, ne résulte assurément pas du hasard et pourrait témoigner de perturbations touchant ce lac à cette période. Un rapprochement est aussi permis avec le creusement du canal pour le port d’Avenches au lac de Morat vers 125 (Ramseyer 2013 : 18-20) et qui sera abandonné, sans doute avant la fin du IIe siècle (Bonnet 1982 : 130 ; Castella 2013 : 52-54).

Fig. 278 - Zürich, Grosser Hafner. Plan d’ensemble avec courbes bathymétriques et localisation des interventions

Fig. 278 - Zürich, Grosser Hafner. Plan d’ensemble avec courbes bathymétriques et localisation des interventions

(a). Au centre de l’île se trouve le « temple » gallo-romain
(b) dans l’environnement duquel ont été découvertes des monnaies romaines
(c) (d’après Primas, Ruof 1981, pl. hors texte et Eberschweiler, Käch 2006, fig. 9, p. 252 et fig. 25, p. 264).

305Les apports sur le site PNLV 1 se poursuivent sur plusieurs décennies du deuxième siècle avec une intensité plus forte entre 131 et 169 (87,7 %) et un pic des dépôts entre 140 et 159 (61,6 %). Quant à l’arrêt des dépôts, ils se font en quelques années vers 180 (deux ultimes implantations en 184 et 185) et il en est de même pour deux autres sites du lac. Il a été proposé que ces jalons chronologiques et l’intensité des apports de bois pouvaient correspondre à d’autres fluctuations du lac.

Fig. 279 - Schéma de l’inversion saisonnière du cours de la Savière.

Fig. 279 - Schéma de l’inversion saisonnière du cours de la Savière.

L’inversion de l’écoulement des cours d’eau dans le monde

Le Bahr Youssouf, bras occidental du Nil d’une vingtaine de kilomètres, liait le fleuve au lac Moeris et pouvait s’inverser périodiquement. C’est également le cas de la Thielle qui s’écoule normalement du lac de Neuchâtel vers le lac de Bienne (fig. 276), mais dont le cours pouvait s’inverser complètement de manière naturelle (elle peut aujourd’hui être artificiellement et exceptionnellement inversée dans la cadre de festivités ou de rencontres culturelles et sportives).
Le cas du Tonlé Sap au Cambodge mérite une attention particulière. Il comprend un cours d’eau d’une centaine de kilomètres et un lac du même nom. Leurs eaux se déversent une partie de l’année dans le Mékong, mais lorsque le fleuve est en crue il reflue vers le lac dont il devient le tributaire. Il est important également parce que l’inversion saisonnière de son cours constitue le moment central d’une longue « fête des eaux » (Bon Om Touk). Elle se déroule principalement à Phnom Penh, au lieu de confluence, plus précisément au moment de l’inversion du cours des eaux à la fin du mois d’octobre (fig. 280). Les attestations les plus anciennes remontent au XVIIe siècle, mais les descriptions les plus complètes remontent à la fin du XIXe et au XXe siècle. Une communauté nombreuse se rassemble sur les berges pour les cérémonies qui durent plusieurs jours. Elle donne lieu à des courses nautiques, des chants et prières diverses, d’une rupture d’un cordon ou d’une courroie, des libations sur l’eau, des dépôts d’embarcations miniatures illuminées, des distributions de monnaie au peuple. La rupture de la courroie matérialise la croyance du pouvoir du dieu des eaux de libérer l’écoulement. Les deux morceaux sont ensuite récupérés, pliés puis suspendus aux branches d’un arbre situé dans un sanctuaire (Moura 1883 : 189-195 ; Leclère 1904 ; Pierdet 2005).

Fig. 280 - La fête de Bon Om Touk, festival des eaux qui a lieu au Cambodge au moment de l’inversion complète du cours du Tonlé Sap (Leighton Thomas, novembre 2015).

Fig. 280 - La fête de Bon Om Touk, festival des eaux qui a lieu au Cambodge au moment de l’inversion complète du cours du Tonlé Sap (Leighton Thomas, novembre 2015).

4.6.3. L’inversion saisonnière de la Savière

306Enfin, l’inversion saisonnière de l’écoulement de la Savière n’est peut-être pas étrangère à la présence d’un lieu de culte à son embouchure. Ce modeste cours d’eau assure la jonction entre le lac et le Rhône qui fonctionnent comme des vases communicants s’autorégulant en fonction des saisons (fig. 279). Il s’agit aujourd’hui d’un canal artificiel, mais c’est avant tout un cours d’eau sans source. L’inversion complète de l’écoulement d’un cours d’eau est une particularité rare du globe (cf. encart L’inversion de lécoulement des cours d’eau dans le monde). André Cholley (1925 : 256) estime que ce phénomène n’est pas propre au Bourget, citant deux autres affluents du Rhône en amont, les Usses et l’Arve. Pourtant, ce phénomène de regonfle apparaît bien différent de l’inversion complète d’une rivière sur l’ensemble de son cours.

  • 40 Pour les périodes les plus récentes, cette particularité est l’objet de plusieurs récits légendaire (...)

307La curiosité hydrologique de l’inversion de la Savière a assurément été remarquée par les communautés l’empruntant ou vivant à ses abords. La rareté du phénomène a pu être considérée à la période romaine comme une curiosité naturelle au même titre que d’autres mirabilia lacustres40. La pénétration du Rhône dans le lac était à l’origine d’un changement de l’écoulement perceptible en surface par le courant, mais également par un changement de couleur en raison d’une charge sédimentaire bien différente (fig. 279).

308Plus que cela, il est important de mentionner que le site se trouve au contact de deux bassins versants et plus largement entre les Alpes et le Jura (cf. 2.1.1. ; fig. 35). L’inversion du cours des eaux a pu être le phénomène remarquable marquant cette interface et la convergence entre différentes entités géohydrographiques.

309Les phénomènes d’intermittence et d’inversion, en rupture avec l’écoulement normal d’un cours d’eau, qui étaient généralement attribués à l’action de puissances extrahumaines, retenaient la curiosité des Anciens. Hécate, qui ne possède pas de mythes proprement dits pouvait influer, entre autres pouvoirs, sur le flux de l’eau. La magicienne Médée invoque aussi Hécate et parle aux airs, aux vents, aux montagnes, aux fleuves et aux lacs et elle a notamment le pouvoir de faire remonter les fleuves à leurs sources. Ces actions étaient considérées comme un dérèglement de l’ordre naturel. Elles peuvent être attribuées à des magiciennes qui ont le pouvoir d’inverser le cours d’une rivière, de les faire s’écouler en sens inverse jusqu’au lieu de leur naissance ou jusqu’à la cime des arbres (Bouix 2012 : 201-207). La magicienne Angitia a par exemple le pouvoir d’arrêter le cours des fleuves de ses cris stridents (Silius Italicus, La guerre punique, VIII, 498-501). Elle demeurait dans un bois sacré qui se trouvait aux bords du lac Fucin et elle devait assurément agir sur les tributaires du lac et de fait, sur la régulation du niveau de la nappe d’eau.

310Pour terminer, il est important de souligner le potentiel lien entre la Savière issue d’un hydronyme très ancien (cf. 2.3.3.2. ; fig. 67 et 81) et le dieu Savus (fig. 281). Il s’agit d’une divinité topique liée à la Save, affluent de la rive droite qui se jette dans le Danube à Belgrade (Strabon, Géographie, IV, 6, 10 ; VII, 5, 2 ; Pline, Histoire naturelle, III, 128) et qu’empruntèrent les légendaires Argonautes (Sénac 1965 : 458 ; Vian 1987 : 255 ; fig. 59). Le dieu Savus était vénéré tout au long du cours de la rivière et dans son bassin versant comme en témoignent les découvertes d’une defixio et d’autels destinés à la protection des voyageurs et des usagers de la rivière recherchant la protection du dieu pour favoriser leurs entreprises (Llanza et Simon 2008 ; Šašel Kos 1994, 2009 ; Knezović 2010 ; Rendić-Miočević 2012). Savus - au même titre que les dieux et déesses en lien avec le bois et les espaces lacustres - apparaît comme un bon candidat pour l’attribution de la divinité célébrée sur le site de Conjux.

Fig. 281 - Autel du dieu Savus trouvé dans le lit de la Save. Probablement du IIe siècle de notre ère, CIL III 3896 (Šašel-Kos 1994, n° 11, p. 101 ; Musée national de Ljubljana).

Fig. 281 - Autel du dieu Savus trouvé dans le lit de la Save. Probablement du IIe siècle de notre ère, CIL III 3896 (Šašel-Kos 1994, n° 11, p. 101 ; Musée national de Ljubljana).

Notes

1 Aucune occupation postérieure ne semble avoir provoqué de perturbations ou de dégradations majeures à hauteur du site. Seuls quelques apports sont à signaler : les inévitables bouteilles en verre et autres boîtes de conserve, ainsi que du matériel halieutique contemporain que l’on retrouve partout dans le fond du lac et en particulier sur les gisements archéologiques que les poissons apprécient.

2 À titre de comparaison, pour l’ensemble des stations littorales de Clairvaux (Jura), le diamètre des pieux est de 15 cm en moyenne, tandis que les observations sur l’enfoncement des bois donnent des mesures variant entre 2 à 4 mètres (Magny 1979 : 7-9).

3 Dans la plupart des cas, entre la date de frappe de la monnaie et son dépôt, la fourchette chronologique était assez courte, quelques décennies tout au plus.

4 Proverbe québécois.

5 Pour une énumération des dépôts en nombre nous renvoyons à la bibliographie, ainsi qu’à nos premiers travaux universitaires (Nieloud-Muller 2010 : 46-48, 2011 : 105-106). Cf. également les données rassemblées dans la SFECAG 2015.

6 Pour les céramiques fines, le gobelet en sigillée (déch. 72) découvert à quelques mètres à l’ouest du site présente une succession d’arrachements du fond (cf. 4.3.2.1. ; fig. 223).

7 Les travaux de Matthieu Poux présentent les éléments permettant de distinguer le bris volontaire d’une fragmentation naturelle ou accidentelle (Poux 2004 : 29-32).

8 Un culter a été découvert lors des prospections qui avaient précédé la découverte du gisement. Il provient de la zone 1, mais il n’a pas pu être positionné avec précision.

9 Nous renvoyons aux notices du ThesCRA pour un aperçu des pratiques sacrificielles dans le monde grec (Hermany, Leguilloux 2004) et le monde romain (Huet et al. 2004).

10 Pour ce type de sacrifice, assez mal documenté, nous renvoyons aux travaux portant sur la mer (Morelli 1959, p. 98-99 ; Robertson 2005 ; Fenet 2016, etc.).

11 L’appellation de « brûle-encens » paraît préférable à celle de « brûle-parfum » puisque turibulum est directement dérivé de tus qui signifie encens (Besnier 1919a : 542 ; 1919b : 552-553).

12 Il s’agit le plus souvent d’une forme ouverte à panse basse, sur pied plus ou moins haut et présentant la plupart du temps une lèvre avec des encoches réalisées avant cuisson (Bertin 2007 : 465 ; Carrato 2009 : 672).

13 Il faut peut-être ici mentionner la découverte dans la zone 1 d’un talus de porc (Sus domesticus) (cf. 3.7.). Outre leur utilisation dans le cadre du jeu des osselets, l’astragale conjurait le mauvais œil et pouvait servir dans le cadre de diverses pratiques divinatoires (Labatut 1877 : 254 ; Lafaye 1919c : 30-31) et il pouvait être également offert à une divinité (Anthologie palatine, VI, 309). Quant au rapport entre mantique et jet dans l’eau, Annick Fenet (2016 : 330) rapporte un passage de Suétone où Tibère jette dans l’eau des « talos aureos » dans le cadre d’une consultation (Vie des douze Césars, Tibère, 14). Quoi qu’il en soit, on se contentera de souligner la potentielle valeur religieuse de l’astragale et son association à la sphère des navigateurs.

14 Pour un aperçu de la richesse du dossier et des difficultés rencontrées pour restituer un « paysage sonore » cérémoniel malgré l’abondance de sources, notamment textuelles et iconographiques, nous renvoyons à l’ouvrage Chanter les dieux, Musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine (Brulé, Vendries 2015).

15 Pline rapporte que les éclaireurs écrivaient à leurs commandants en gravant les lettres sur l’écorce fraîche (Histoire Naturelle, XVI, 35). En raison de la fragilité des supports, les découvertes archéologiques antiques sont rarissimes. L’exemple des correspondances gravées sur écorce à l’aide d’un stylet à Novgorod fournit une bonne illustration de cette pratique et des documents qui ont disparu par ailleurs (Vodoff 1966 : 193-208).

16 Les termes de pilotis et de palafitte sont étymologiquement apparentés à palus.

17 L’infula était également un bandeau de laine blanc ou rouge qui ornait les têtes des victimes et qui explique qu’il soit souvent confondu avec d’autres bandelettes et les guirlandes (Fougères 1900 : 515-516).

18 Pour les sources antiques, cf. notamment les notes n° 5, 6 et 15 à 17, p. 953.

19 Pour différents exemples ethnographiques d’accrochage de morceaux d’étoffes à des arbres, cf. Mortillet 1889.

20 Pour la Gaule romaine, le monde celtique et germanique cf. Jouet 2012 : 239. Les parallèles ethnographiques sont particulièrement nombreux. Voir en particulier les exemples cités dans Les clous votifs (Zaborowski 1919), ainsi que la multitude d’exemples cités dans le Folk-lore de France de Paul Sébillot et tout particulièrement les « clous de conjuration » jetés dans les fontaines et les bassins de source (II, 1905 : 292-294), ainsi que la transmission du mal aux arbres par la ligature et la plantation de clous (III, 1906, 413-414) ou encore les clous et les épingles fichés dans les arbres (III, 1906 : 423-425). Pour les arbres à clous cf. en complément Marchant 2013.

21 Apulée (Métamorphoses, III, 17, 5) et Lucien (Philopseudès, 17) rapportent également l’utilisation de clous de croix dans le cadre de pratiques magiques.

22 Dans un autre contexte, Tite-Live rapporte une tradition ancestrale de « plantation du clou » qui servait à compter le nombre des années et qui se pratiquait à Volsinies ainsi que dans le temple de Jupiter capitolin à Rome (Histoire romaine, VII, 3, 5-8).

23 Pour des exemples anciens, cf. Caruthers 1913 : 245-249. Il décrit notamment un ovoo à Cha-Kul construit sur un gros tronc d’arbre mort considéré comme sacré. Non loin de lui se trouvaient de nombreux « poteaux votifs » élevés devant une grotte qui contenaient des peintures rupestres.

24 Douglas Carruthers rapporte avec beaucoup de détails une cérémonie autour d’un ovoo principal couvert de branches et des poteaux de mélèzes décorés de bandes de tissu blanc, entourés par des structures secondaires faites de broussailles et des poteaux. Le plus grand était couvert d’une multitude d’offrandes : disques d’argile inscrits, animaux en bois sculptés dans le bois, nourriture, etc. (1913 : 246-247).

25 La cascade d’Ulaantsutgalan est le cadre de pratiques similaires et chaque année un lingot d’argent de 20 lan, soit près de 750 g, est jeté dans ses eaux (Sukhbaatar 2001 : 27).

26 Le gouvernement bhoutanais s’est par exemple alarmé de la menace pour la forêt du pays face au constat de l’abattage de milliers de jeunes arbres chaque année pour faire des poteaux servant de support aux drapeaux de prières. Entre juin 2007 et juin 2008, 60 178 arbres ont ainsi été coupés pour satisfaire à la demande, car le réemploi d’anciens mâts est déconseillé par les moines bouddhistes. À ce rythme, la majeure partie de la forêt bhoutanaise pourrait disparaître en quelques décennies (BBC News, 11 septembre 2009).

27 Grégoire de Tours rapporte par exemple qu’au début du VIe siècle existait à Cologne un temple où l’on adorait des idoles et où l’on déposait des membres sculptés en bois qui représentaient ceux où l’on souffrait de quelques douleurs (Vie des Pères, VI). Un peu plus tard, dans la seconde moitié du VIe siècle, à l’occasion du synode diocésain d’Auxerre (ch. 3), il est question d’un interdit « de s’acquitter de vœux parmi les fourrés, ni au pied des arbres sacrés, ni près des sources », ainsi que « de fabriquer des objets sculptés : soit un pied, soit un bonhomme de bois » (Gaudemet, Basdevant 1989 : 489). Cela prouve le maintien de traditions des ex-voto que l’église aura du mal à réprimer, tout comme la réalisation de sculptures anthropomorphes en bois.

28 Ces rituels peuvent laisser des traces diverses qu’il n’est pas toujours facile de caractériser, mais les recherches récentes menées en Narbonnaise apportent des informations éclairantes sur la variété et la matérialité de ce type de pratiques (Mauné 1994 ; Jung 2013 : 88-89 ; Landry 2016).

29 La présence de colonnes surmontées de divinités dans les Gaules apparaît fréquemment dans les récits relatant les opérations de christianisation et en particulier lors de la destruction d’idoles païennes (Santrot 1986 : 227 ; Jouët 2012 : 137 ; 245 et 671).

30 Quasiment à la même période, Rutilius Namatianus (Sur son retour, 373-376) mentionne une fête rustique dans les carrefours des campagnes sans donner davantage de précisions.

31 Il entretient également une relation directe avec l’eau (Gricourt, Hollard 2010 : 93-96) et en Gaule il a pu être présent dans l’environnement de certains lacs (Nieloud-Muller 2019b : 498-499 et 521).

32 Il peut apparaître seul voire être groupé ou bien être associé à d’autres éléments renvoyant à la sphère divine : coquillages, caducée, clé, lampe, couronne, etc. (Fenet 2016, catalogue D1-D43, D68-D81 et D84-D93).

33 Cf. également le commentaire de Jacques André (1962 : 164) dans la traduction du livre XVI.

34 Ces pièges chronologiques sont fréquents en archéologie. Parfois, c’est à des bois très anciens, voire des bois fossiles – auxquels on a pu accorder une valeur particulière – que l’on recourait pour la réalisation de statues. Il peut y avoir de fait un décalage entre la datation de la matière ligneuse et la période où celle-ci a été sculptée. Cela invite à une certaine prudence dans l’interprétation de la datation de certaines découvertes. Il en est de même des remplois sur certaines structures lacustres. Il est possible de se tromper d’un millénaire, sinon plus, en ne faisant qu’un seul pieu sur un gisement. La situation vaut également pour les monnaies de mâts que l’on utilise souvent pour dater une épave. Pourtant ces monnaies sont souvent choisies justement pour leur ancienneté.

35 Ils ne sont toutefois pas les seuls espaces concernés par des vestiges relevant de la sphère religieuse puisque d’autres espaces peuvent être concernés comme les sources, les îles et presqu’îles par exemple (Nieloud-Muller 2019b : 403-404 et 503-543).

36 À l’heure actuelle, l’entrée du chenal navigable n’est pas clairement perceptible et elle est marquée par des pieux massifs peints en vert clair qui contraste avec la végétation proche tout en se fondant dans leur environnement.

37 À titre de comparaisons, il faut mentionner les pieux ou structures supportant des petits oratoires, dédiés à la vierge ou à d’autres saintes et saints, sous la protection desquels se plaçent les bateliers et qui indiquent la présence de hauts-fonds.

38 « L’Empereur César Lucius Aurelius Verus Auguste, titulaire de sa troisième puissance tribunitienne, consul pour la deuxième fois, a restauré, à ses frais, dans le territoire des Ceutrons les routes emportées par la violence des torrents, après avoir repoussé les cours d’eau et les avoir ramenés dans leur lit naturel en leur opposant des digues en de nombreux endroits ; de même (il a restauré) les ponts, les temples et les bains » (10 décembre 162-9 décembre 163).

39 « Pour le salut et la sauvegarde et la victoire de l’empereur César Marcus Aurelius Commode Antoninus Auguste, Pieux, vainqueur des Sarmates, très grand vainqueur des Germains, vainqueur des Bretons, [...] (emportés) par la violence du fleuve..., après avoir détourné les eaux et les avoir ramenées dans leur lit... ».

40 Pour les périodes les plus récentes, cette particularité est l’objet de plusieurs récits légendaires (cf. 2.3.3.2.).

Table des illustrations

Titre Fig. 203 - Synthèse des données chronologiques disponibles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 204 - Synthèse des données avec caractéristiques principales de chaque zone.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 205 - Hypothèses de restitution de la plateforme supposée de la zone 3 du site. À noter que dans le cas de l’hypothèse 2, l’appontement pointerait sur le centre de la zone 2. Il serait dans l’axe de la rive actuelle et antique et parallèle à l’appontement du site PNLV 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 206 - Fragment de tegula (n° 5), de monnaies (n° 49, 83, 95, 108 et 115) et un fragment d’amphore découverts sous une pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 207 - Exemple de monnaies découvertes seules et à plat sous les sédiments vasards superficiels.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 208 - Piquet en hêtre dans lequel une monnaie a été introduite.
Légende a – Restitution possible du geste d’introduction de la pièce ; b – L’ensemble après la découverte de la monnaie lors du prélèvement du bois (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien. Restitution du bois et de sa monnaie d’après modèle photogrammétrique : Nicolas Leys).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 209 - Exemples de troncs monétaires modernes et contemporains de Suisse et de France.
Légende a – Samoëns (Haute-Savoie), 16-17e siècles (droits réservés) ; b – Localisation précise inconnue, 17e siècle (droits réservés) ; c – Béhuard (Maine-et-Loire), sans datation (Llann Wé² 2013) ; d – Sierre (Valais), période contemporaine (Jean-Louis Pitteloud, 2020).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 210 - L’invention de la statue de Notre-Dame-de-Beauchêne (carte postale ancienne, 10866, Éditions Artistiques Raymond Bergevin, La Rochelle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 211 - L’« arbre rond » de Beugin (Pas-de-Calais). Le tronc de ce Sycomore contenait, à 4 m de hauteur, une statue de la vierge d’une vingtaine de cm, protégée par un grillage, lui-même incorporé dans les cernes du bois. Ce vieil arbre s’est rompu en octobre 2019 (Daniel Dekens).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 212 - Partie du tronc du Tilleul cloué de Gilly (Charleroi, Hainaut, Belgique ; Chalon 1912, hors-texte).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 213 - Arbres à loques de Madron, Cornwall, Angleterre (Jim Champion, août 2007, CC BY-SA 4.0)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 214 - Gobelets en céramique fine.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 215 - Monnaies altérées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 216 - Perforations sur des pots en céramique commune sombre noire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 217 - Restitution de la perforation d’une céramique (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 218 - Perforations sur le fond de récipients en céramique commune claire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Fig. 219 - Couteau de la frise d’imposte de l’arc de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence).
Légende Emplacement de la frise d’imposte sur le plan et l’élévation de la voûte de l’arc, relevé de la frise d’imposte est (a) et détail de la frise (b) avec dimensions restituées du couteau (c). (D’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977, pl. II, III et XXI, n° 8).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 220 - Restitution de tintinnabula accrochés sur des piquets (Capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 221 - Synthèse des différentes pratiques observées ou supposées dans les différentes zones du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 222 - Essai de restitution du trophée sur palus de Décines, Métropole de Lyon (Ferber 2014, fig. 1b, p. 16 ; DAO F. Lauga).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 223 - Pieux isolés identifiés à l’est du site. À quelques mètres se trouvait un gobelet en céramique sigillée présentant des arrachements de fond.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 224 - Hypothèse de restitution de supports d’autel dans la zone 1 du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 225 - Quelques exemples de supports de plateformes d’autels ou d’édicules observées à partir des données ethnographiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 226 - Plan du sanctuaire du gouffre de la forêt de Corgebin à Brottes-Chaumont (d’après D. Vurpillot 2016, II, fig. 28, p. 253, d’après L. Thomas, 2003).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 227 - Plan des vestiges du sanctuaire de Chamalières (d’après D. Vurpillot 2016, I, fig. 54, p. 252. d’après A.-M. Romeuf et M. Dumontet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 228 - Restes de piquets et de branches noueuses
Légende a-f – Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) ; g – Sources de la Seine (Côte-d’Or) (Deyts 1983, p. 128, pl. LXXIX, n° 308 ; inv. 75.2.147 ; Photo P. Bert).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 229 - Plan du sanctuaire de Gournay-sur-Aronde (Somme) et plan de la zone dite « tiers nord » avec nombreux trous de piquets (Brunaux 1993, fig. 1, n.p. et Brunaux et al. 1985, fig. 58, p. 93).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 230 - Découverte de nombreux éléments en bois enchevêtrés dans la tourbe sur le site d’Oberdorla, Thuringe (Sanden, Capelle 2002, fig. 27, p. 36).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 231 - Reconstitutions hypothétiques de deux « sanctuaires » du site d’Oberdorla (Schmidt 2004, p. 19 ; dessins de l’auteur).
Légende a – Ensemble de la fin de l’âge du fer situé au bord du lac avec un piège à poissons enterré (La 22) ; b – Ensemble du début de la période impériale avec au centre deux piquets anthropomorphe, l’un en forme de fourche et l’autre ithyphallique. Au premier plan se trouvent d’autres « idoles ». L’ensemble se trouvait à une dizaine de mètres de la rive du lac (Panthéon I, FR 1, FR 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 232 - Restitution du Trackway XLII(Jp) de Wittemoor (Basse-Saxe), daté entre 135 et 129 av. J.-C. (Hayen 1971, fig. 16, p. 117).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 233 - Paysage sacro-idyllique du milieu du Ier siècle ap. J.-C.découvert à Herculanum, sans contexte d’origine précis (Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 9244. Sur concession de la Soprintendenza per I Beni Archeologici di Napoli.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 234 - Couronne en branches de saule de la fin de la période laténienne découverte sur le site d’Oberdorla (Behm-Blancke et al. 2002, pl. VIII, n° 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 235 - Exemples de « plaquettes » 
Légende a-b : Source des Roches à Chamalières (Puy-de-Dôme) conservés au musée Bargoin (d’après catalogue sur cédérom Romeuf, Dumontet 2000 ; crédits photographiques M. Levasseur et P. Dubois / Faculté des lettres de Clermont-Ferrand) ; c-e : Sources de la Seine (Côte-d’Or) conservées au musée archéologique de Dijon (Deyts 1983, p. 126, pl. LXXVII, n° 293, 295 et 298).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 236 - Systèmes potentiels d’accrochage et d’assemblage des éléments sur les piquets du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 237 - Enfants offrant un sacrifice à Diane et procession ». Fresque de l’époque sévérienne découverte à Ostie. Long. 1,05 m, haut. 0,50 m. (Bibliothèque du Vatican, Rome, cliché : Anderson ; Andreae 1973, fig. 566, p. 446).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 238 - Hypothèse de restitution de torches sur le site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 239 - Le site de Kozmin Copse dans la toundra de Kanin (district autonome de Nénétsie, Russie). De nombreux éléments sont suspendus aux arbres à certaines périodes de l’année (d’après Ovsyannikov, Terebikhin 1997, fig. 4.11, p. 61 et 4.14, p. 64).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 240 - Un ovoo sur les berges du lac Khövsgöl, province d’Hövsgöl, Mongolie. Il se trouve précisément entre la rive et le lac dans la zone de battement de la nappe lacustre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 241 - Passerelle d’accès, mâts et drapeaux de prières, lac Kacheopalri, Sikkim, Inde (© Kothanda Srinivasan, 2009).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 242 - Mâts et drapeaux de prières, Lac Kartok, Yuksom, Inde (© Jim Kasom, 2006).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 243 - Classification du « règne végétal » selon Théophrastre (Recherches sur les plantes, I, 3, 1). Elle aura une grande influence sur ses successeurs, notamment Pline, ainsi qu’à l’époque moderne dans les travaux concernant la classification du vivant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 244 - Les différentes « natures » de plantes ligneuses dont il est question dans les sources documentaires.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 245 - Représentations anthropomorphes en bois découverts sur le plateau suisse. Échelle 1/10e, à l’exception de la statue de Genève à l’échelle 1/20e. Statue de Genève (Musée d’art et d’histoire de Genève, inv. 4261), statue de Villeneuve (Wyss 1979, p. 58), statue d’Yverdon-les-Bains (Brunetti 2001, fig. 1, p. 24 ; MCAH Lausanne, Y. André, Baudry) et statue d’Eschenz (Bürgi 1978, fig. 15, p. 20 ; K. Keller).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 246 - Hypothèses de restitution de la statue de Genève dans son contexte
Légende a – La statue à hauteur de la berge et des aménagements portuaires du Ier s. av. notre ère (Gallay 2006, fig. 297, p. 287, dessin d’André Houot). b – Scène d’offrande où des dévots déposent des dons devant la statue dressée au-dessus de l’eau (Maquette de Marius Rappo, 1991, Musée national suisse, Zurich).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 247 - Typologie des « idoles de bois » découvertes sur les sites de la sphère germano-scandinave (d’après Behm-Blancke et al. 2012, fig. 33 à 38, p. 89-93)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 248 -Restitution du panneau représentant un personnage vêtu de vert devant trois piliers hermaïques, Meikirch (cant. de Berne) – Église 1977, Cryptoportique 15, Panneau 8, 110,5 x 125,5 cm (Fuchs et al. 2004, fig. 120, p. 115).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 249 - Éléments en bois rencontrés fréquemment dans la sphère religieuse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 250 - Scène de sacrifice (panneau 15) de la mosaïque du « calendrier rustique » découverte à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), début du IIIe siècle ap. J.-C. (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye © RMN-Grand Palais, Michel Urtado).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 251 - Mât en tilleul de grande hauteur découvert sur le site d’Oberdorla (d’après Behm-Blancke et al. 2003, fig. 52, p. 155 et pl. 21, n° 4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 252 - Supplique au dieu Silvain. Inscription découverte à Aime (Savoie), CIL XII 103 (Prieur 1977, p. 135).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 253 - « Dieu stylite » avec un personnage enfoncé à l’intérieur d’une colonne, hauteur : 9,3 cm (Santrot 1986, fig. 14, p. 225).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 254 - Bas-relief de Jongieux (Savoie) représentant Silvain sur la face principale et des doubles thyrses sur les faces latérales (Wuilleumier 1943, fig. 17 et 18, p. 148).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 255 - Bacchus et Priape sur le vase Torrita, Musée archéologique, Florence, époque augustéenne (Ersilia Caetani Lovatelli, Roma, Accademia dei Lincei, 1883).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 256 - Monnaies de Magnésie du Méandre du cabinet des Médailles, BnF
Légende a. Gordien ; b. Octacilia (Robert 1977, fig. 15, p. 78).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 257 - Découverte et transport du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale du Sacrarium du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8929).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 258 - Adoration du corps d’Osiris, Pompéi, peinture murale de l’Ecclesiasterion du temple d’Isis (Naples, Musée National, n° 8570).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 259 - Attis et Cybèle en Gaule.
Légende a – Dessin d’après le relief en marbre aujourd’hui perdu, Les Pennes, Bouches-du-Rhône ; b - Face latérale de l’autel taurobolique en calcaire de Périgueux, Dordogne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 260 - Le culte de Cybèle et d’Attis dans la cité de Vienne et ses abords (d’après F. Derksen-Janssens 1972, dans Turcan 1972, hors texte et Derksen-Janssens 1983 dans CCCA, V, fig. 11, p. 84).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 261 - Chaudron de Gundestrup. Intérieur, plaque 2 (Musée national du Danemark, Copenhague).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 262 - Haut-relief dit des « dendrophores » (Valensi 1969, n° 46).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 263 - Restes d’un tronc en chêne découverts au sein du sanctuaire La I du sanctuaire d’Oberdorla. Ils se trouvaient au sein d’une structure en forme d’embarcation où ont été découverts notamment des baguettes (Kultstäbe ; en noir sur le plan), plusieurs pieux rituels et un piquet anthropomorphe (Behm-Blancke et al. 2002, pl. 39, c).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 264 - L’arbre de mai en Dauphiné, carte postale ancienne (VII, 20 – Fernand Nathan, Paris, n° 170).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 265 - Mâts de mai. Parallèles ethnographiques (Behm-Blancke et al. 2002, fig. 52, p. 155).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 266 - Restitution schématique des principales étapes de la chaîne opératoire des dendrophories.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 267 - Un pieu planté en milieu aquatique recoupe trois milieux différents et deux interfaces.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 268 - Évocation de dévots et d’officiants sur la beine aux abords du site (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 269 - Principales caractéristiques des zones du site et propositions de restitution.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 270 - Proposition de restitution d’une statue au centre de la zone 2 (capture d’écran du film d’animation sur le site : modélisation 3D : Mickaël Gaujoux, © Vox Historiae/La Casquette Productions/Musée Savoisien).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Fig. 271 - Modèles théoriques présidant à l’implantation des piquets en bois d’après les observations réalisées à partir de leur localisation et des différentes phases d’abattage connues.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 272 - Accessibilité aux deux zones principales. Un écartement théorique de 50 à 60 cm, permettant à une personne de passer entre deux piquets, a été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 273 - Le site, le lac et un bois sont indissociables et devaient être interdépendants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 274 - Les différents indices de lieux de culte répartis tout autour du lac invitent à restituer un « paysage religieux » bourgetin dont le site de Conjux n’était peut-être qu’une composante.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 275 - Secteur septentrional du lac du Bourget avec l’embouchure actuelle de la Savière. Vue depuis le sud-est. Dans sa configuration actuelle, le site se trouve à 3,5 m de profondeur et à plusieurs centaines de mètres de la rive.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 276 - Tracé de La Thielle au XIXe siècle avec localisation des paléochenaux de La Tène et du Pré de la Mottaz (d’après Ph. Zuppinger, Laténium).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 277 - Gobelet en argent découvert à Avenches. Coupe et déroulement graphique (Duvauchelle 2001, fig. 1, p. 260).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 278 - Zürich, Grosser Hafner. Plan d’ensemble avec courbes bathymétriques et localisation des interventions
Légende (a). Au centre de l’île se trouve le « temple » gallo-romain (b) dans l’environnement duquel ont été découvertes des monnaies romaines (c) (d’après Primas, Ruof 1981, pl. hors texte et Eberschweiler, Käch 2006, fig. 9, p. 252 et fig. 25, p. 264).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 279 - Schéma de l’inversion saisonnière du cours de la Savière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 280 - La fête de Bon Om Touk, festival des eaux qui a lieu au Cambodge au moment de l’inversion complète du cours du Tonlé Sap (Leighton Thomas, novembre 2015).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Titre Fig. 281 - Autel du dieu Savus trouvé dans le lit de la Save. Probablement du IIe siècle de notre ère, CIL III 3896 (Šašel-Kos 1994, n° 11, p. 101 ; Musée national de Ljubljana).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6735/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search