Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Chapitre 3. Le matériel archéologique

Thierry Argant, François Blondel, Amaury Gilles, Catherine Lavier, Olivier Lempereur, Sébastien Nieloud-Muller, Stéphanie Roussel, Jean-Michel Treffort, Elsa Van Elslande, Hortense Bougherara et Marc-Antoine Jeanniot

Texte intégral

1Le site de Conjux se caractérise par la présence d’une multitude de piquets et de petits pieux dans l’environnement desquels se trouvait un matériel archéologique constitué d’objets et de restes organiques (fig. 76 et 77). En raison de l’isolement actuel du gisement et des conditions du milieu lacustre, les vestiges découverts présentent un excellent état de conservation ce qui offre de nombreuses possibilités pour la caractérisation et la compréhension de ce site.

Fig. 76 - Plan de répartition de l’ensemble des piquets et petits pieux et du matériel archéologique sur le site.

Fig. 76 - Plan de répartition de l’ensemble des piquets et petits pieux et du matériel archéologique sur le site.

Fig. 77 - Matériel archéologique découvert sur le site entre 2000 et 2015.

NR

NMI

Piquets et pieux en bois

439

439

Monnaies

122

122

Instrumentum

136

134

Céramiques

659

73

Terres cuites architecturales

31

10

Restes osseux

50

-

Autres ecofacts (bois et charbons, noix, etc.)

14

-

2Dans le cadre de ce chapitre, chaque catégorie de vestiges est étudiée indépendamment par différents spécialistes. La présentation débute par les restes de piquets et pieux en bois puisqu’ils sont numériquement les plus nombreux et qu’ils structurent l’ensemble du gisement. Leur très bon état de préservation permet de disposer de nombreuses informations souvent absentes des autres sites de la période romaine. Ces données fines favorisent la restitution de l’organisation du site et de son évolution au cours du temps. Suit la présentation d’un ensemble formé d’un piquet et d’une monnaie qui était fichée à l’intérieur, des autres monnaies, ainsi que de l’instrumentum, du mobilier céramique, des éléments de terres cuites architecturales, des restes de faune et d’un fragment de pigment.

3Le croisement de l’ensemble des données permet de mener une réflexion sur la répartition et l’association de ces éléments sur le site. Il montre notamment les liens entre les piquets et le matériel découvert, ainsi que des logiques de dépositions particulières. Ces observations favorisent la connaissance du fonctionnement du site et des pratiques qu’il abritait.

3.1. Les éléments en bois (SNM, coll. MAJ)

4En dépassant des couches sédimentaires, les piquets et pieux apparaissent comme les éléments les plus caractéristiques de structures immergées. Ce sont eux qui sont à l’origine de la découverte et de la reconnaissance du site de Conjux. En tant qu’éléments les plus visibles, ils forment une des composantes essentielles du site (fig. 6, 7 et 78).

Fig. 78 - Vue des piquets et pieux dépassant des sédiments.

Fig. 78 - Vue des piquets et pieux dépassant des sédiments.

3.1.1. Constitution du corpus, méthode et limite de l’étude

5La bonne conservation apparente des éléments en bois présents poussa à les étudier plus précisément. De nombreux éléments ont ainsi été prélevés pour former un corpus suffisamment représentatif. Ils ont par la suite été étudiés afin de répondre à certaines interrogations concernant leur usage et pour tenter de comprendre la destination et le fonctionnement du site.

6L’examen des éléments en bois a été mené après chaque opération de terrain, avec un certain décalage dû aux crédits alloués pour leurs études (fig. 79 ; cf. 1.3.2.2.5.). *

Fig. 79 - Données chiffrées concernant l’étude des éléments en bois prélevés sur le site.

2000

2012 (2000)

2012

2014

2015

2016

2017

Totaux

Bois déteminés

105

-

91

15

61

81

84

437

Bois mesurés

74

-

83

11

60

80

70

378

Chênes mesurés

71

-

83

11

60

80

70

375

Chênes datés

24

44

78

11

57

80

69

363

Chênes datés en absolu

24

44

78

9

57

80

69

361

7L’annualisation des prélèvements et des études apportait des éléments de réponse à des questionnements spécifiques, mais elle ne permettait pas d’embrasser de manière globale l’ensemble de ce corpus. La totalité des données a notamment été reprise dans le cadre d’un mémoire universitaire de Master 1 de Marc-Antoine Jeanniot (2018), suivi d’un bilan des données chiffrées réalisé par Stéphanie Roussel. La synthèse de ces travaux est présentée dans le présent chapitre.

8De nombreuses données scientifiques sont exploitables pour étudier ce corpus de bois. En raison de la spécificité même du site et des piquets et pieux, il a été nécessaire d’adapter notre méthode d’étude. Présentée en 2013 dans le cadre du colloque Sacrée Science !, cette méthode a permis d’édicter un certain nombre de critères à prendre en compte et à les croiser entre eux (Nieloud-Muller, Marguet 2018). L’approche choisie consista à retenir le maximum d’informations mobilisables sans se focaliser sur les seules données chronologiques (fig. 79 et 80). Les éléments en bois constituent des archives dont l’exploitation est susceptible d’apporter de nombreuses informations scientifiques utiles à la construction des interprétations (Arnold 1984).

Fig. 80 - Critères pris en compte pour l’étude des éléments en bois du site.

Fig. 80 - Critères pris en compte pour l’étude des éléments en bois du site.

Observations réalisées in situ et en post-fouille (a) et en laboratoire (b).

9Le premier critère est la localisation précise de chaque bois sur le site et concerne donc les 1405 éléments topographiés. Les critères suivants se rapportent aux observations morphologiques de l’ensemble des 439 bois prélevés. Il s’agit de leur forme générale, leur hauteur et leur profondeur d’enfouissement, leur diamètre, leur section (circulaire, fendu, refendu, etc.) et la présence de marques d’outils. Les autres critères ont été observés en laboratoire (Archéolabs). Ils se rapportent, entre autres, à l’identification anatomique des bois, réalisé sur 437 échantillons. Seuls les 375 chênes ont fait l’objet de mesures de largeur des cernes. Le dernier cerne de croissance a pu être observé sur près de 372 bois, parmi lesquels 370 ont pu être datés, dont 368 en absolu, avec une précision à l’année, voire à la saison près. Enfin, la détermination de la saison d’abattage concerne à la fois les chênes, ainsi que d’autres essences, soit 388 échantillons (fig. 104-116).

10Dans un second temps l’ensemble de ces critères a pu être mis en relation (fig. 81).

Fig. 81 - Données numériques relatives au corpus de bois, critères retenus et mises en relation pour l’analyse.

Fig. 81 - Données numériques relatives au corpus de bois, critères retenus et mises en relation pour l’analyse.

11Dans le but de répondre aux questionnements formulés, ces données brutes ont été croisées. Toutefois, elles ne sont pas toutes comparables entre elles en raison de leurs caractères intrinsèques et du nombre de bois concerné. Les observations sur la planimétrie générale du site peuvent par exemple être réalisées à partir de tous les bois topographiés, tandis qu’une réflexion sur l’évolution chronologique de l’implantation des bois ne peut être réalisée qu’à partir des chênes qui ont été datés. Cela oblige à hiérarchiser l’analyse en prenant garde à ne pas tout mettre sur le même plan.

12Il convient aussi de souligner que les bois prélevés et analysés ne correspondent qu’à un échantillonnage des piquets et pieux présents sur le gisement. Malgré tout, le grand nombre d’éléments prélevés nous assurent de la représentativité de ces résultats puisqu’il correspond à près d’un tiers des bois présents sur le site. Il faut enfin souligner des disparités entre les différentes zones du site qui doivent être pondérées pour être représentatives.

13Quoi qu’il en soit, les données disponibles pour les bois permettent de mener une étude fine de ce gisement archéologique pour en comprendre le développement et le fonctionnement.

3.1.2. Répartition planimétrique des bois et densité

14La topographie de l’ensemble des bois visibles a permis de localiser précisément 1405 éléments. Il s’agit des éléments visibles hors des sédiments ainsi que ceux qui ont été identifiés dans les zones dévasées. Leur répartition ne permet pas de caractériser des plans de constructions, mais autorise à individualiser trois zones principales dont la forme et la densité diffèrent (fig. 82).

Fig. 82 - Plan du site avec indications des trois zones principales.

Fig. 82 - Plan du site avec indications des trois zones principales.

15La première (zone 1, en bleu), à l’est, est constituée de 386 bois. Ils forment un amas désorganisé sensiblement circulaire d’un diamètre approximatif de 6 à 8 mètres. À première vue aucun plan cohérent ne se dégage de l’ensemble si ce n’est la présence de deux alignements à l’ouest de la zone. La densité apparaît assez importante et homogène (au sein du triangle n° 29, la densité est de près de 10 bois par m²).

16La seconde (zone 2, en rouge), à l’ouest, est numériquement la plus importante puisqu’elle rassemble 1006 piquets et pieux. La répartition des bois semble répondre à plus de logique. Il forme un plan pouvant être symétriquement subdivisé en différents secteurs morphologiquement semblables (fig. 83). De part et d’autre d’un espace central, où la concentration des bois apparaît particulièrement dense (au sein du triangle n° 15, la densité est de plus de 22 bois par m²), se développent vers le nord et vers le sud deux paires d’alignements de bois. Leur largeur est d’approximativement un mètre et ils sont séparés par un espace libre d’une largeur sensiblement équivalente. Les décapages menés dans la partie septentrionale attestent que les deux alignements nord se poursuivent, car l’essentiel des bois était dissimulé dans les couches sédimentaires superficielles plus épaisses vers la berge. Enfin, vers l’est et l’ouest d’autres secteurs, larges de 3 à 4 mètres, sont formés de bois à l’implantation beaucoup plus lâche.

Fig. 83 - Schéma d’implantation des piquets et pieux dans la zone 2.

Fig. 83 - Schéma d’implantation des piquets et pieux dans la zone 2.

17Quant à la troisième (zone 3, en vert), au nord, elle ne comprend que 13 bois. Constituée seulement de quelques piquets et pieux la densité apparaît très faible. Quelques alignements de bois doublés peuvent cependant s’observer.

18En l’absence de maçonneries, de palissades ou de fossés, c’est sur la seule répartition de ces bois qu’il faut se fonder pour comprendre la morphologie du site et en étudier les vestiges. Bien que la limite entre la zone 1 et la zone 2 ne soit pas clairement définie et puisse être discutée, elle ne contredit pas cette division en zones distinctes et une inégale répartition des bois entre elles (zone 1 : 21,7 % ; zone 2 : 71,6 % et zone 3 : 0,9 %). Ces différences du point de vue de la morphologie et de la densité traduisent des fonctions différentes.

3.1.3. Caractéristiques morphologiques

19Les observations morphologiques ont pu être réalisées sur l’ensemble des bois prélevés, soit 439 échantillons. Le nombre de bois prélevés est différent entre les différentes zones (fig. 84). La zone 1 est la mieux documentée en raison du nombre de bois prélevés lors de la découverte du site en 2000. Pour les deux autres zones, ils apparaissent suffisamment représentatifs d’un point de vue numérique.

Fig. 84 - Nombre et proportions de bois topographiés et prélevés par zone.

Zone 1

Zone 2

Zone 3

Total

Nb de bois topographiés

386

1006

13

1405

Nb de bois prélevés

184 + 21

249

4

439

Proportion de bois prélevés

48,19 %

24,75 %

30,77 %

31, 25 %

1 - Deux bois couchés ont été prélevés puis réimmergés.

3.1.3.1. Morphologie générale des éléments en bois

20Lors des interventions de terrain, les bois ont été topographiés soit en position verticale (1398 bois), soit en position horizontale (7 bois). Les premiers étaient en partie enfoncés dans les sédiments, tandis que les seconds étaient posés à plat dans le niveau vasard de surface (fig. 78).

21Les éléments verticaux, très largement majoritaires, correspondent à la partie inférieure de piquets ou de pieux, ou de petits baliveaux, encore en place dans les couches sédimentaires. Morphologiquement, ils se divisent en trois parties (fig. 85). La partie proximale, actuellement hors des sédiments, correspond au cône d’érosion, c’est-à-dire au segment du bois directement attaqué par les microorganismes et usé par les sédiments mobilisés. Les deux autres parties étaient conservées dans le niveau vasard de surface (limons sableux) et la craie lacustre (limons carbonatés). Il s’agit de la partie médiane, le plus souvent non travaillée, où la section du bois est complète et de l’extrémité distale, la pointe (ou la base), qui présente le plus souvent des marques de débitage.

Fig. 85 - Morphologie des bois debout.

Fig. 85 - Morphologie des bois debout.

22Quant aux éléments horizontaux, parfois dénommés « madriers », ils correspondent à des « bois couchés ». Tous ont été identifiés à l’est de la zone 1 dans un secteur a priori perturbé. Certains présentent la même morphologie que les éléments verticaux et correspondent très vraisemblablement à des piquets ou des pieux couchés très vite après leur implantation (fig. 86 et 87). D’autres se présentent comme des « baguettes » aux caractéristiques sensiblement identiques à des petits piquets (fig. 87a).

Fig. 86 - Bois couché M06.

Fig. 86 - Bois couché M06.

Fig. 87 - Morphologie et mesures des bois couchés découverts sur le site : M04, M05, M07 et M07. Déterminations et analyses dendrochronologiques : Archéolabs (ARC 00/R2527D et ARC 12/R3908D/3).

Fig. 87 - Morphologie et mesures des bois couchés découverts sur le site : M04, M05, M07 et M07. Déterminations et analyses dendrochronologiques : Archéolabs (ARC 00/R2527D et ARC 12/R3908D/3).

3.1.3.2. Élévation

23Bien que peu nombreux, les éléments horizontaux permettent de raisonner sur la longueur initiale et sur l’élévation des bois. Les éléments en chêne présentent un meilleur état de conservation et il apparaît important de se pencher plus longuement sur eux.

24Le bois M07 correspond à l’extrémité du bois M04 qui avait été prélevé en 2000 lors de la découverte du site. Bien qu’incomplets, ces deux segments accolés font 215,5 cm de longueur pour un diamètre de 4 cm à la base (fig. 87a). Ce bois de section complète ne présente aucune trace de coupe. Il est simplement élagué de ses branches et de ses rameaux. Malheureusement la base est absente et il est difficile d’estimer si elle était travaillée afin de faciliter la pénétration dans les sédiments. Il s’agit d’un chêne qui a été abattu pendant l’automne-hiver 152/153 ap. J.-C. et il correspond très vraisemblablement à la partie supérieure du piquet n° 54 qui se trouve seulement à une dizaine de cm de l’extrémité inférieure de ce bois. Le diamètre un peu plus large de ce piquet (6 cm) pourrait témoigner d’un piquet brisé en raison de sa fragilité et dont la partie inférieure serait restée dans les sédiments.

25Quant au bois M06, il correspond à l’extrémité du bois M05 qui avait également été prélevé en 2000. Joints, ces deux segments font 377 cm de longueur pour un diamètre de 14 cm à la base (fig. 87b). Il présente une base travaillée, un tronc de section complète, simplement élaguée de ses branches et de ses rameaux. La présence de son extrémité supérieure indique que ce pieu est complet. Si l’on ne connaît pas sa profondeur d’enfouissement, il est possible d’observer différentes marques d’altération. À la base s’observe une partie de l’aubier encore conservé, tandis que seul le duramen est préservé sur toute la partie supérieure du bois. Dans sa partie médiane, deux altérations sont à signaler par un amincissement du bois et par une couleur noire qui marque une détérioration plus importante. Il s’agit peut-être d’une altération due aux variations antiques de la nappe lacustre durant l’Antiquité. Il s’agit d’un chêne qui a été abattu pendant l’automne-hiver de l’année 163/164 ap. J.-C. et en ce sens il est contemporain d’autres bois présents dans son environnement, notamment le bois n° 48 qui se trouve à moins d’un mètre.

26La chronologie, la morphologie identique aux autres bois debout (diamètre, section) et les différentes altérations qu’ils présentent indiquent qu’il s’agit d’éléments plantés à l’origine verticalement dans les sédiments. En raison de leur état de conservation, ils ont dû être couchés quelques années, voire quelques décennies après leur mise en place sur le site.

27Quant aux autres bois, la situation apparaît différente. Les deux « baguettes » en aulne (M02 et M03) ne trouvent pas d’équivalents dans les piquets et pieux plantés dans ce secteur. À la différence des autres bois, elles ne devaient pas être enfoncées dans les sédiments, mais elles pouvaient être positionnées en élévation sur eux. Au-delà de ces quelques données, il est difficile d’aller plus loin sur l’apparence supérieure des bois. L’absence de tels éléments pour les zones 2 et 3 autorisent toutes les possibilités de restitution comme nous le verrons par la suite.

3.1.3.3. Profondeur d’enfouissement

28Outre la hauteur de ces bois, un certain nombre d’éléments autorisent à raisonner sur leur profondeur d’enfouissement dans les sédiments. Ce sont en tout 54 bois qui ont été extraits jusqu’à leur base.

29Deux cas apparaissent particulièrement significatifs (fig. 88 ; fig. 104-116). Le premier (n° 625) a été prélevé dans le but d’évaluer sa profondeur maximale d’enfouissement. Quant au second (n° 628), c’est en raison du caractère exceptionnel de la présence d’une monnaie à l’intérieur du piquet qu’il a été décidé de le prélever dans son intégralité. Ces profondeurs d’enfouissement étaient sensiblement identiques avec 23 cm pour le premier et 26 cm pour le second.

30Les autres ont été prélevés avec l’intégralité de leur section conservée dans la craie lacustre, car ils étaient très faiblement enfoncés dans les sédiments ou parce qu’ils n’offraient aucune résistance (fig. 88). La répartition de ces bois par zone apparaît significative. Dans la zone 1, seuls 5 bois sont concernés et ils apparaissent bien mieux ancrés que ceux de la zone 2 qui apparaissent beaucoup moins enfoncés avec 47 éléments prélevés. Ce rapport de 1 à 10 paraît significatif.

Fig. 88 - Exemple de faible profondeur d’enfouissement des piquets.

Fig. 88 - Exemple de faible profondeur d’enfouissement des piquets.

31D’une manière générale, la profondeur d’enfouissement doit répondre à deux exigences fondamentales qui correspondent à la stabilité verticale (résistance à la charge) et horizontale (résistance aux vents et aux poussées latérales) (Magny 1979, p. 7). Pour ce qui est de la zone 1 et de la zone 2, il en ressort que les bois n’étaient pas très profondément enfoncés dans les sédiments en comparaison d’autres sites. À l’inverse, ceux de la zone 3 sont apparus bien plus solidement ancrés.

3.1.3.4. Diamètre des bois

32Outre la faible profondeur d’enfouissement, le diamètre est également un indicateur de la solidité et de la fonction de ces piquets et pieux. Il apparaît que « plus le diamètre du pieu est grand et plus la surface sur laquelle s’exercent les contraintes de compression ou le frottement est grande, plus la stabilité est forte, et plus la stabilité du pieu est assurée » (Magny 1979, p. 7-8).

33Pour le site les diamètres ont été mesurés sur les 437 bois prélevés. À l’échelle du gisement, les diamètres vont de 3 à 15 cm pour un diamètre moyen de près de 6 cm (fig. 89).

Fig. 89 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux sans distinction de zones.

Fig. 89 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux sans distinction de zones.

34Une réflexion par zone présente de nouveau des différences significatives (fig. 90). Pour la zone 1, la moyenne est de 6,21 cm tandis que pour la zone 2 elle est de 5,79 cm. Si ces moyennes sont sensiblement similaires, le calcul de l’écart-type atteste d’une nette différence dans les modules des bois qui apparaissent très réguliers dans la zone 2 et beaucoup plus fluctuants pour la zone 1. Quant à la zone 3, le diamètre moyen est de 10,75. Bien que le nombre de bois soit réduit, il ressort clairement que les bois ont une largeur plus importante que dans les autres zones.

Fig. 90 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux par zone.

Fig. 90 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux par zone.

35Ainsi, à l’exception de la zone 3, la tendance générale correspond à des bois d’un petit module, oscillant principalement entre 4 et 8 cm. Ces petits diamètres observés contrastent avec d’autres sites lacustres, et notamment les habitats des grandes stations littorales préhistoriques pour lesquels le diamètre des pieux est généralement plus important.

3.1.3.5. Marques d’interventions anthropiques

36La quasi-totalité des bois prélevés présente une section complète. Seul le bois 1111 présente un demi-tronc refendu-épannelé et usé (fig. 91). Ce bois avait justement été prélevé en raison de son diamètre important et il est probable que sa fonction ait été différente des autres bois du site. À celui-ci s’ajoute le piquet 1026, de 5 cm de diamètre, qui se présente sous la forme d’un demi-tronc. Toutefois, une ambiguïté demeure sur le caractère volontaire de cette fracture.

Fig. 91 - Pieu équarri prélevé dans la zone 2 du site.

Fig. 91 - Pieu équarri prélevé dans la zone 2 du site.

37Quelques traces de coupes ont été observées à la base des bois qui ont été prélevés en entier (fig. 92a). Sur un peu plus d’une trentaine d’échantillons ont été vues des marques de taille exécutées à leur base soit lors de leur abattage, soit afin de faciliter leur pénétration dans les sédiments. Elles sont identiques entre les zones. Les bois prélevés n’ont pas été davantage travaillés et ils ont simplement été élagués de leurs branches et de leurs rameaux et aucune autre marque de coupe, de taille, d’épannelage, de débitage ou d’équarrissage n’est observable (fig. 92b). De plus, ces bois avaient aussi presque tous conservé leur écorce (fig. 92c). Elle a été observée sur le terrain, mais elle s’est la plupart du temps détachée lors des prélèvements. La présence de cette écorce signifie que le dernier cerne de croissance est conservé et que les bois ont été rapidement mis en œuvre sur le site après leur coupe. Enfin, il est signalé que certains, à l’exemple du piquet n° 70, présentaient des marques noires apparentées à des traces de combustion.

Fig. 92 - Exemples de traces de coupes à la base (a), d’ébranchage (b) et présence d’écorce (c) sur les piquets et pieux.

Fig. 92 - Exemples de traces de coupes à la base (a), d’ébranchage (b) et présence d’écorce (c) sur les piquets et pieux.

3.1.4. Essences forestières

38Les essences des 437 bois envoyés au laboratoire ont été déterminées (fig. 93a et 94). Avec 375 échantillons le chêne (Quercus sp.) est largement dominant (86 %). Viennent ensuite 40 hêtres (Fagus), 6 aulnes (Alnus), 5 pins (Pinus), 3 frênes (Fraxinus), 3 ormes (Ulmus), 1 sapin (Abies), 1 érable (Acer), 1 noisetier (Corylus), 1 cerisier ou merisier (Prunus avium) et 1 saule (Salix).

Fig. 93 - Diagrammes des proportions d’essences forestières des piquets et pieux pour l’ensemble du site (a) et pour les différentes zones (b) d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs (pour les couleurs de la légende se référer à la figure suivante).

Fig. 93 - Diagrammes des proportions d’essences forestières des piquets et pieux pour l’ensemble du site (a) et pour les différentes zones (b) d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs (pour les couleurs de la légende se référer à la figure suivante).

Fig. 94 - Répartition planimétrique des essences sur le site d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs. À noter que le choix des essences est très différent d’une zone à l’autre.

Fig. 94 - Répartition planimétrique des essences sur le site d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs. À noter que le choix des essences est très différent d’une zone à l’autre.

39Ce sont donc en tout 11 essences qui ont été utilisées sur le site. Toutefois, des différences nettes s’observent entre les différentes zones (fig. 93b). La zone 1 est composée de bois des 11 essences reconnues et regroupe l’essentiel des autres essences que le chêne. Cette grande diversité contraste avec la zone 2 qui n’est formée que de chênes à l’exception de 2 hêtres et d’1 aulne. Quant à la zone 3, aucun chêne n’est à signaler puisqu’elle est composée seulement de 2 ormes, 1 hêtre et 1 frêne. Malgré un très faible nombre de bois, elle se distingue très nettement de la zone 2 qui est pourtant toute proche.

3.1.5. Nombre de cernes et âge des bois

40Les différentes mesures réalisées en laboratoire ne concernent que les chênes, soit 375 échantillons. La zone 3 qui ne possède pas de bois de cette essence n’est donc pas prise en considération.

41Le décompte du nombre de cernes de la moelle à l’écorce d’un échantillon ne donne pas l’âge exact d’un arbre, mais elle permet de l’évaluer (Lambert, Durost 2010). Sur le corpus de chênes mesurés, le nombre de cernes est très variable, allant de 4 à 67 en fonction des échantillons, pour une moyenne de 14 cernes, soit une quinzaine d’années. Une différence s’observe aussi entre les deux zones principales (fig. 95). Dans la zone 1, l’amplitude est de 5 à 67 cernes pour une moyenne de 18. Dans la zone 2, l’amplitude est de 5 à 67 cernes pour une moyenne de 13. Ainsi dans la zone 2 les bois sont plus jeunes que dans la zone 1. Le calcul de l’écart-type montre également que le nombre de cernes, comme pour le diamètre, est beaucoup plus homogène dans la zone 2 que dans la zone 1. Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de bois très jeunes.

Fig. 95 - Histogramme de répartition des bois en fonction du nombre de cernes (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).

Fig. 95 - Histogramme de répartition des bois en fonction du nombre de cernes (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).

42Pour aller plus loin afin de déterminer si l’âge de ces bois a pu avoir une influence dans le choix de ces piquets et pieux, il a été décidé d’observer les correspondances entre le diamètre et le nombre de cernes (fig. 96). Ce rapport exprime les conditions de croissance des arbres dans lesquels interviennent différents paramètres : espèces, ensoleillement, espace disponible, types de sol, nutriments, etc. Pour mettre en évidence une tendance générale, le nombre de cernes a été divisé par le diamètre. Cela permet d’exprimer le nombre de cernes par cm pour chacun des échantillons. Il ressort que globalement, à l’échelle du site, les bois les plus minces ne font que quelques cernes et sont les plus jeunes. Inversement les bois les plus épais sont ceux qui possèdent le plus de cernes et sont donc les plus âgés. Toutefois des contre-exemples existent. Les deux valeurs extrêmes mettent en évidence un bois d’un diamètre de 7 cm n’ayant que 4 cernes (n° 1377) et un bois de 5 cm comportant 40 cernes (n° 76).

Fig. 96 - Rapport du nombre de cernes par cm par zone. Afin de faciliter la lecture comparative, le nombre de bois est exprimé en pourcentage (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).

Fig. 96 - Rapport du nombre de cernes par cm par zone. Afin de faciliter la lecture comparative, le nombre de bois est exprimé en pourcentage (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).

43À partir de ces calculs, des différences entre zones sont perceptibles. La croissance moyenne des bois est plus réduite pour la zone 1 (2,76 cernes par cm) que pour la zone 2 (2,23 cernes par cm) ce qui semble indiquer que les bois de cette dernière ont bénéficié de conditions plus favorables dans leur croissance. Le calcul de l’écart-type montre enfin une plus grande régularité dans la zone 2 que dans la zone 1. Dans la zone 2, la plus grande régularité de la taille du bois laisse ressortir que c’est davantage le diamètre des piquets qui comptait plus que leur âge.

3.1.6. Éléments de chronologie

44Parmi les 375 chênes analysés, seuls trois n’avaient pas conservé leur dernier cerne de croissance (n° 486, 951 et 1111). Ce dernier cerne a été observé sur les 372 autres, soit sur 99,2 % des échantillons. Il est complet sur 342 et incomplet sur 30 autres .

3.1.6.1. Phases et saisons d’abattage

45L’analyse des 375 chênes a été réalisée selon la méthode dendrochronologique traditionnelle fondée sur la comparaison visuelle des courbes de chaque bois sur table lumineuse. Les référentiels utilisés sont ceux du laboratoire Archéolabs et du Laboratoire Romand de Dendrochronologie (LRD) pour la période romaine en Savoie, en région Rhône-Alpes et en Suisse occidentale. À l’heure actuelle, cette méthode semble devenue secondaire dans le milieu de la dendrochronologie, mais elle apparaît particulièrement bien adaptée pour la datation de bois comptant moins de 50 cernes comme c’est le cas sur de nombreux sites lacustres (pour une description de cette méthode exigeante, se référer à Hurni et al. 2008).

46Sur les 375 chênes mesurés, 370 ont pu être datés, dont 368 à l’année près, soit 98,13 % de l’ensemble . Ils forment une séquence unique de 62 ans (8091CPN). 55 phases d’abattage ont été individualisées couvrant une période allant de 123 à 185 ap. J.-C. (fig. 97). Alors que nous ne raisonnons que sur un échantillon, quasiment toutes les années sont documentées par des coupes et des installations de piquets et de pieux sur le site. La mise en évidence d’un nombre aussi important de phases d’abattage pour une période de près de 6 décennies est très étonnante.

Fig. 97 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage toutes zones confondues.

Fig. 97 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage toutes zones confondues.

Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles les apports sont plus importants.

47Pour la période la plus ancienne, quelques bois sont implantés entre 123 et 129 ap. J.-C. Après, ils le sont sans interruption de 130 à 174 ap. J.-C. et l’essentiel des apports se fait pendant une quarantaine d’années entre 131 et 169 ap. J.-C. (87,7 % des bois). Le pic concerne une vingtaine d’années entre 140 et 159 ap. J.-C. (61,6 % des bois). Puis les apports sont de moins en moins importants de 170 à 185 avec toutefois des apports numériquement significatifs en 176 ap. J.-C.

48L’examen de la répartition de ces phases d’abattage par zone apporte quelques éléments de compréhension (fig. 98). Pour les années les plus anciennes, de 123 à 128, les apports se font uniquement dans la zone 2 et de 130 à 143 les apports sont plus nombreux dans cette zone. Par la suite, de 144 à 169 les implantations se font dans les deux zones. Ils sont d’abord plus importants dans la zone 2. La tendance s’inverse à partir de 154 ap. J.-C. Pour la dernière période, après 170, les apports sont plus réduits et sont en proportions relativement égales dans les deux zones.

Fig. 98 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage par zone.

Fig. 98 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage par zone.

Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles les apports sont plus importants.

49La saison d’abattage a été identifiée pour 388 échantillons , dont les chênes et d’autres essences (Quercus sp, Fagus, Alnus, Pinus, Fraxinus, Ulmus et Corylus). Une nette prédominance des coupes en automne-hiver a été observée, soit 319 bois (82,22 %), à cela il faut ajouter 9 bois coupés très certainement en automne et une part des 9 autres bois pour lesquels il n’a pas été possible de déterminer s’ils avaient été coupés en été ou en automne-hiver. Enfin, 27 bois ont été abattus en été (6,96 %) et 24 autres au printemps (6,19 %).

50La question de la saison est importante dans le sens où elle permet d’identifier une période privilégiée pour leur coupe et leur implantation sur le site. En ce sens il semble que c’est davantage en fin d’année, peut-être en automne que l’essentiel des bois était coupé. Pour affiner cette perception, il serait nécessaire de mieux connaître les caractéristiques de la région, mais également les conditions climatiques de l’époque.

51La répartition de ces saisons d’abattage apparaît sensiblement identique en proportion pour les deux zones principales. Rien ne semble se dégager des observations de leur répartition sur le site. Quant à la zone 3, qui n’est documentée que par quelques bois, il est à noter que tous les bois n’ont pas été coupés en automne-hiver comme c’est le cas pour les autres bois, mais 1 en été et 3 au printemps. Cela semble significatif et confirme une fois de plus la nette différence de cette zone avec les deux principales.

3.1.7. Développement chronologique de chaque zone

52Pour aller plus loin dans l’analyse, il a été décidé de mettre en relation la localisation et les phases d’abattages de chaque bois afin de modéliser l’évolution progressive de l’implantation des bois. Pour chaque année ont été observés les apports de bois, les relations aux bois des années antérieurs et la constitution progressive de secteurs. Pour plus de finesse, le vieillissement des bois a également été pris en compte. Les bois de plus de vingt ans ont été indiqués sur les calques comme ayant potentiellement disparu. Toute cette étape visait à élaborer un modèle dynamique du développement du site ce qui permettait d’avoir une compréhension plus précise des logiques d’implantation des bois sur un peu plus d’une soixantaine d’années (des modélisations interactives ont été réalisées afin de bien visualiser l’évolution du site et de chaque zone).

53Chaque année correspondant à un « état » il est impossible de figurer toutes les étapes de l’évolution du site. Pour faciliter la présentation de ces résultats, nous n’en présentons que les grandes lignes (fig. 99 à 101).

3.1.7.1. Évolution globale du site

54À l’échelle du site, le développement suit la logique mise en évidence précédemment à la lecture des proportions de bois analysé (fig. 97 et 99).

Fig. 99 - Grandes phases de développement du site d’après les phases d’abattage documentées.

Fig. 99 - Grandes phases de développement du site d’après les phases d’abattage documentées.

Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.

55De 123 à 129 ap. J.-C. tous les bois sont implantés au centre de la zone 2 qui apparaît dès lors comme le cœur originel du site, du moins d’après ce que nous percevons à partir de l’échantillonnage disponible (a). Dans les décennies qui suivent, les bois seront implantés en grand nombre dans ce secteur. De 130 à 143 les apports se font essentiellement dans la zone 2, dans le secteur central, mais également de manière isolée en marge des concentrations déjà existantes (b). Quant à la zone 1, les apports sont sporadiques. À partir de 144 les apports de bois sont très importants et sensiblement équivalents dans les deux zones (c). Ils concernent tous les secteurs pour lesquels nous disposons d’informations et se poursuivent jusqu’en 169. Il se dégage un processus de concentration et de densification. De 170 à 175 les implantations sont plus dispersées (d). De 176 à 179 les apports reprennent dans les deux zones dans les secteurs précédemment occupés (e). Enfin, après une interruption, deux bois sont implantés en 184 et 185 dans les deux zones (f).

3.1.7.2. Évolution de la zone 2. Un modèle concentrique

56L’observation du développement de chaque zone permet d’aller encore plus loin et d’affiner notre perception. La présentation en premier de la zone 2 semble plus pertinente dans le sens où elle paraît être la plus ancienne (fig. 100).

Fig. 100 - Grandes phases de développement de la zone 2 d’après les phases d’abattage documentées.

Fig. 100 - Grandes phases de développement de la zone 2 d’après les phases d’abattage documentées.

Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.

57Comme cela a été souligné précédemment, les apports de bois se font de 123 à 128 dans la zone centrale (a). Cela indique qu’il s’agit sans doute du cœur originel de la zone. De 131 à 170 s’observe une densification progressive des concentrations de bois pendant une quarantaine d’années (b). Ils concernent les alignements de bois au nord et au sud qui paraissent être formés très tôt. Pendant cette période quelques bois sont implantés dans les secteurs périphériques à l’est et à l’ouest. De 171 à 179 les apports sont beaucoup plus lâches (c). Ils se font principalement dans les secteurs où des bois étaient déjà implantés, surtout à l’ouest et au sud-ouest. Après une interruption des implantations de 4 ans (180-183), un dernier piquet est implanté en 184 à l’ouest de la zone (d).

58De cette analyse il ressort que le développement de la zone se fait sur un modèle concentrique. Cela ressort de l’implantation continue de piquets dans ce secteur, mais également par la répartition du mobilier, notamment des monnaies (cf. 3.8.). Les implantations dans les alignements, mais également dans les secteurs périphériques traduisent le souci de ménager des espaces libres afin d’accéder à la zone centrale qui fait l’objet des apports les plus importants.

3.1.7.3. Évolution de la zone 1. Un développement linéaire

59Le modèle de développement de la zone 1 est très différent de celui de la zone 2 (fig. 101).

Fig. 101 - Grandes phases de développement de la zone 1 d’après les phases d’abattage documentées.

Fig. 101 - Grandes phases de développement de la zone 1 d’après les phases d’abattage documentées.

Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.

60Sensiblement plus tardive que la zone 2, les premiers apports de bois se font entre 130 à 140 (a). Ils sont assez lâches alors que la zone 2 paraît déjà être bien structurée. Un regroupement clairsemé de piquets se forme dans la partie nord de la zone 1. Après une interruption de trois années (141-143), de nouveaux piquets et pieux sont implantés entre 144 et 147 dans la concentration nord et à l’ouest de la zone (b). À partir de 148 et jusqu’en 169, soit pendant plus de 20 ans l’espace vers l’est et vers le sud se densifient (c). Enfin, à partir de 170 les apports sont plus réduits et se font essentiellement dans la partie ouest et sud-ouest de la zone (d). Après une interruption de plusieurs années, un ultime piquet est implanté en 185 (e).

61Ainsi, en quelques années se forment progressivement plusieurs « pôles » de concentrations de bois. Comme pour la zone 2 la densification croissante de l’espace est manifeste. Mais contrairement au modèle concentrique de la zone 2, le développement de la zone 1 apparaît comme linéaire. On observe un glissement graduel du nord vers le sud. Comme dans le cas de la zone 2, la répartition des monnaies en fonction de leur date de frappe concorde avec ce modèle de développement (cf. 3.9.).

3.1.8. Observations complémentaires

62Outre la question de l’évolution planimétrique de l’implantation des bois il est possible d’observer l’évolution de certains critères dans le temps, par exemple le diamètre ou bien le nombre de cernes des bois.

63Pour le diamètre, on remarque des différences entre zones. Dans la zone 1, une grande homogénéité s’observe jusque vers l’année 160. Après, cela devient plus aléatoire et les diamètres apparaissent beaucoup plus irréguliers dans les modules. À l’inverse pour la zone 2, les diamètres des bois restent particulièrement constants au cours du temps (fig. 102). Cette observation est quasiment identique pour ce qui est du nombre de cernes des bois, à savoir une régularité jusque vers 160 et une homogénéité beaucoup plus importante dans la zone 2.

Fig. 102 - Evolution de certains paramètres dans le choix des bois au cours du temps (échantillon de 368 bois).

Fig. 102 - Evolution de certains paramètres dans le choix des bois au cours du temps (échantillon de 368 bois).

a – Rapport des diamètres en fonction des années ; b – Rapport entre les nombre de cernes et les années.

3.1.9. Un site singulier

64Du seul point de vue de l’étude des bois, le site PNLV 1 apparaît comme singulier à bien des égards.

65La répartition des piquets et des pieux se distingue des sites de la période romaine ou d’autres périodes qui se rencontrent le plus couramment en contexte lacustre. Du seul examen du plan il est impossible d’attribuer une fonction à ce site. Ces bois présentent également des caractéristiques spécifiques qui se distinguent d’autres sites lacustres. Ils sont très faiblement enfoncés dans les couches sédimentaires et s’apparentent pour certains à de grands mâts. De faibles diamètres pour l’essentiel, ils sont quasiment tous de sections complètes et ne présentent que quelques marques d’intervention anthropiques (ébranchage et traces de coupe à leur base). Quant au développement du site, il se fait par des apports de piquets et de pieux année après année pendant près de 6 décennies.

66Ce qui paraît en définitive le plus significatif concerne les différences marquées entre les trois zones principales reconnues. Qu’il s’agisse de leur plan, des caractéristiques morphologiques des bois qui les composent, du choix des essences, mais également de la chronologie de leur constitution ou bien de leur modèle de développement, de nombreux indices témoignent de zones aux spécificités propres. Ces différences sont vraisemblablement le reflet de fonctions variées.

67Toutes les recherches menées sur les bois du site ont permis de faire différentes avancées, notamment en ce qui concerne le développement du site. Il reste toutefois un grand nombre d’inconnues en raison des caractéristiques spécifiques de ce gisement archéologique particulier. L’examen de la relation de ces piquets et pieux avec le matériel découvert permet d’aller plus loin sur la compréhension de la fonction de ce site.

Fig. 103 - Guide de lecture des relevés des petits pieux. Pour la localisation de chaque piquet et pieux, se référer aux figures 18, 25 et 76.

Fig. 103 - Guide de lecture des relevés des petits pieux. Pour la localisation de chaque piquet et pieux, se référer aux figures 18, 25 et 76.

Fig. 104 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 20.

Fig. 104 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 20.

Fig. 105 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 27 et 28.

Fig. 105 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 27 et 28.

Fig. 106 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 28 et 29.

Fig. 106 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 28 et 29.

Fig. 107 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.

Fig. 107 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.

Fig. 108 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.

Fig. 108 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.

Fig. 109 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 30 et 30’.

Fig. 109 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 30 et 30’.

Fig. 110 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 4, 5, 6, 9 et 10.

Fig. 110 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 4, 5, 6, 9 et 10.

Fig. 111 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 14 et 15.

Fig. 111 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 14 et 15.

Fig. 112 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 15.

Fig. 112 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 15.

Fig. 113 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 15 et 16.

Fig. 113 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 15 et 16.

Fig. 114 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 21, 22 et 23.

Fig. 114 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 21, 22 et 23.

Fig. 115 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25.

Fig. 115 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25.

Fig. 116 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25 et zone 3, triangle n° 2 et 4.

Fig. 116 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25 et zone 3, triangle n° 2 et 4.

3.2. Ensemble associant un piquet en bois et une monnaie (FB, CL, OL, SNM, SR)

68Parmi l’ensemble des bois plantés, topographiés et prélevés, un piquet présentait un intérêt particulier car une monnaie a été mise au jour à l’intérieur (fig. 104, n° 628). La rareté de ce type de découverte et la qualité de préservation du bois justifiaient une étude plus approfondie de l’ensemble. Les différentes analyses réalisées permettent de le dater, de comprendre comment la monnaie a été introduite dans le piquet, mais également de restituer l’enchaînement des gestes nécessaires à cette opération. La recherche de parallèles archéologiques favorise la compréhension de cette pratique et de sa signification.

3.2.1. De la découverte à la stabilisation

69Le piquet a été mis au jour lors de la dernière plongée de la campagne de l’année 2013 (fig. 117). Il s’agit d’une découverte fortuite effectuée dans le cadre du prélèvement d’une section pour son analyse dendroarchéologique. Lors de la coupe du bois, la scie égoïne a buté sur un élément très dur qui se trouvait à l’intérieur. Le piquet s’est alors cassé au niveau de la découpe laissant apparaître une monnaie. Face à cette découverte inattendue, il a été décidé de prélever la partie inférieure du bois alors encore fichée dans les sédiments.

Fig. 117 - Découverte fortuite de l’ensemble lors de la dernière plongée du dernier jour de la campagne.

Fig. 117 - Découverte fortuite de l’ensemble lors de la dernière plongée du dernier jour de la campagne.

70L’ensemble a fait l’objet d’un examen préliminaire, d’une description sommaire et d’un dessin, puis a été déposé en janvier 2014 au Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS – 8220). Au sein de cette structure, Rémi Brageu a réalisé des clichés photographiques, macrophotographiques et photogrammétriques. À partir de l’examen de l’objet et de cette documentation, Catherine Lavier a alors procédé à un premier examen (observations visuelles et micro-prélèvements pour identification anatomique).

71Stéphanie Roussel a ensuite réalisé la description métrologique et un dessin au point. En parallèle, Olivier Lempereur (HiSoMA – UMR 5189) a procédé à l’étude numismatique, en plusieurs étapes, car la monnaie était partiellement visible puisqu’elle était encore fichée dans le bois.

72Afin d’avancer sur l’étude de l’ensemble et d’enrichir le dossier, il a été décidé de faire des examens complémentaires. Un « clone numérique » a été réalisé par la société AlidaD en mars 2017 à l’aide d’un scanner AMETEK HandyScan 700 (fig. 118). En 2017, un échantillon du bois a été analysé par Christine Oberlin au Centre de Datation par le Radiocarbone de Lyon. Cette datation AMS a été réalisée dans le cadre du dispositif Artémis.

Fig. 118 - Modèle lasergrammétrique (AlidaD).

Fig. 118 - Modèle lasergrammétrique (AlidaD).

73Philippe Charlier a procédé quant à lui à un examen radiographique en avril 2018 au Centre Hospitalier Universitaire de la Pitié-Salpêtrière à Paris (Philips 128b). Un second modèle 3D a été réalisé par photogrammétrie en recourant à des moyens techniques plus élaborés. Il a été effectué en juin 2018 à l’Institut des Sciences du Calcul et des Données (ISCD) de Sorbonne Université par Nicolas Leys avec un appareil Canon EOS 1200D et un objectif Canon 50 mm f/1.8. Le traitement numérique a ensuite été réalisé à l’aide du logiciel Agisoft Metashape (fig. 119).

Fig. 119 - Modèle photogrammétrique. L’ensemble est manipulable en ligne sur le site Sketchfab.

Fig. 119 - Modèle photogrammétrique. L’ensemble est manipulable en ligne sur le site Sketchfab.

74À la fin de l’année 2018, le bois a été pris en charge par Arc-Nucleart, pour être stabilisé dans le but de le préserver et de l’exposer dans le cadre du nouveau parcours muséographique du musée Savoisien (cf. 1.4.). L’ensemble a alors fait l’objet de deux examens tomographiques à la Clinique Universitaire de Radiologie et d’Imagerie Médicale de Grenoble sur un scanner Siemens SOMATOM Definition Edge (fig. 120). Le premier a été réalisé lorsque la monnaie était encore en place et le second lorsque la monnaie a été retirée du bois. La pièce étant altérée, elle a été radiographiée en février 2019 au Centre de Restauration et d’Études Archéologiques Municipal de Vienne (CREAM) afin de faciliter son identification.

Fig. 120 - Images médicales exploitables à partir du logiciel Etiam Viewer Lite. Cela permet de lire à l’intérieur de l’objet.

Fig. 120 - Images médicales exploitables à partir du logiciel Etiam Viewer Lite. Cela permet de lire à l’intérieur de l’objet.

75L’analyse de ces différentes radiographies a été réalisée en 2020 par François Blondel (ArTeHiS – UMR 6298) afin de conforter les observations précédentes, de compter si possible le nombre de cernes, de déterminer la saison de collecte du piquet et d’appréhender le processus d’insertion de la monnaie dans le bois. En parallèle, une identification anatomique du piquet a été commanditée par le musée Savoisien et réalisée par Didier Pousset (2020).

76Toute cette documentation permet de mener une étude approfondie de cette découverte tout en constituant une somme d’archives pour d’autres potentielles études.

3.2.2. Localisation et contexte sédimentaire

77L’ensemble a été découvert au centre de la zone 1 dans un secteur dense en vestige archéologique (triangle n° 20, unité n° 2). Rien dans sa position ni dans la mise en œuvre du bois ne le distingue des autres piquets et pieux du site. Avant dévasage, le piquet ne dépassait que de 5,8 cm des limons sableux. La partie du bois présente dans ces sédiments vasards de surface était de 10,6 cm de hauteur. Ainsi, après le retrait de cette couche superficielle, la partie présente au-dessus du limon carbonaté ou « craie lacustre » faisait 16,4 cm. À l’inverse, la section fichée dans cette couche sédimentaire était de 26,1 cm. Le bois a ensuite été coupé pour prélèvement, quelques centimètres au-dessus de ce niveau de « craie ».

3.2.3. Description de l’ensemble

78L’ensemble est constitué d’un piquet en bois (n° 628) et d’une monnaie en métal (cat n° 17). Il est incomplet puisque la partie supérieure n’est plus conservée, sans doute en raison de l’érosion et des variations du niveau du lac. L’ensemble préservé mesure 42,5 cm de hauteur (fig. 121). Le cône d’érosion d’une hauteur de 3,4 cm témoigne de sa dégradation progressive par les microorganismes et les sédiments mobilisés (a). La partie médiane, non travaillée, est haute de 27,5 cm (b). Elle correspond à un brin à la section de forme ovale dont les dimensions oscillent entre 6,3 et 6,9 cm pour sa largeur et entre 5,1 et 6,1 cm dans son épaisseur. Quant à l’extrémité distale, elle est haute de 11,6 cm (c). Elle présente des marques de taille en biseau et la pointe (ou la base) est effilée pour n’atteindre plus que 2,1 cm. Le pieu a ensuite été scié transversalement dans la partie médio-distale pour réaliser une section en prévision d’une étude dendrochronologique. C’est cette action qui a permis de mettre en évidence une monnaie à l’intérieur du bois, à une hauteur de 29,4 cm de l’ensemble (d) et au centre du piquet (e).

Fig. 121 - Caractéristiques morphométriques de l’ensemble. Échelle 1/4.

Fig. 121 - Caractéristiques morphométriques de l’ensemble. Échelle 1/4.

3.2.3.1. Le piquet en bois

79L’examen dendrométrique du bois a permis d’aller plus loin sur les caractéristiques de ce piquet et de permettre de comprendre le processus d’insertion de la monnaie. D’un point de vue morphologique, le brin n’est pas parfaitement circulaire, plutôt de section ovale. Il comporte quelques départs de branches et une partie de son écorce est encore en place (fig. 122). À ce stade des différentes observations réalisées, il est encore impossible de déterminer s’il s’agit d’une jeune pousse sectionnée ou d’une branche d’un arbre plus important. La moelle relativement centrée et l’aspect rectiligne du brin ferait plutôt penser à la première hypothèse.

Fig. 122 - Piquet (n° 628) associé à une monnaie (n° 13.20.02.01). Échelle 1/2.

Fig. 122 - Piquet (n° 628) associé à une monnaie (n° 13.20.02.01). Échelle 1/2.

80Concernant les éventuelles actions anthropiques, il n’a pas été constaté de traces d’outils sur la surface au niveau de l’écorce. Outre la coupe récente effectuée lors de la fouille au niveau de la monnaie, aucune trace de coups, de percussions, de fentes provoquées ou de traces de feu n’est visible sur la surface du bois (fig. 123).

Fig. 123 - État initial du bois après extraction.

Fig. 123 - État initial du bois après extraction.

81Toutefois, la partie basse montre clairement des traces de coupes en biais du piquet : il n’a pas été coupé en plan transversal puis appointé (sur deux ou quatre faces comme on l’observe le plus couramment sur les pieux romains ; Blondel 2018, p. 272-277), mais il a été plus probablement sectionné, sans doute à l’aide d’un outil tranchant de type hache (ou réalisé à partir d’un outil tranchant équivalent), puis juste repris en biais selon un plan très incliné (fig. 124). La découpe en biais peut aussi être directement consécutive de la collecte du brin pour l’utiliser tel quel comme piquet. S’agissant d’un bois tendre, il n’a fallu que cinq à six coups portés de façon nette et franche. Cela suffisait également à le ficher dans le sol pour en assurer le maintien.

Fig. 124 - Traces de coupe et départ de branche à la base du piquet.

Fig. 124 - Traces de coupe et départ de branche à la base du piquet.

Anatomie du bois et essence

82Des micro-prélèvements ont été réalisés afin de pouvoir déterminer l’essence du piquet par micrographie du bois. Les clichés pris indiquaient assez clairement qu’il ne s’agissait pas d’un résineux, mais bien d’un feuillu et qu’il était possible de distinguer des accroissements annuels. Le nombre de cernes est d’environ 35 à 45 sur un rayon de moins de 4 cm soit une croissance moyenne inférieure à 1 mm par année (donc plutôt une croissance rapide). Cependant il faut également distinguer une différence entre les premiers cernes de croissance très minces au niveau de la moelle et des cernes larges pour au moins les dix derniers cernes de croissance, soit une croissance lente au début puis rapide. Les micro-prélèvements ont été réalisés selon les trois plans nécessaires à toute identification anatomique (Gale, Cutler 2000, Schweingruber 1990 a ; Schweingruber 1990b), soit un en transversal et deux selon le plan longitudinal : radial et tangentiel. Les micro-échantillons ont des tailles de l’ordre de 2 mm de côté pour 0,2 mm d’épaisseur.

83L’identification anatomique a été réalisée dans un premier temps par Catherine Lavier, puis révisé par Didier Pousset (2020). Les limites de cernes sont distinctes, mais moins évidentes au niveau de la moelle, du fait de cernes minces évoqués précédemment. Il est difficile de définir la couleur originale du bois à cause de sa conservation en milieu humide, mais probablement clair et il n’y a pas de distinction entre bois de cœur et aubier (l’aubier n’étant pas systématiquement visible sur toutes les essences). De plus s’agissant d’un brin, les cernes d’aubier peuvent être très majoritaires par rapport à ceux de bois de cœur. Les pores sont disséminés sur l’ensemble du cerne : c’est un bois à pores diffus présentant une zone semi-poreuse. Les pores sont isolés et plus ou moins regroupés par 2, 3 ou 4 surtout, sans disposition particulière. Bien que peu visible, la moelle est de forme triangulaire. Les rayons ligneux sont unisériés à multisériés (jusqu’à 20 cellules de 0,5 mm de large) avec un épaississement à la limite des cernes. Les rayons sont homogènes à légèrement hétérogènes. Ces observations permettent d’identifier du hêtre (Fagus Sylvatica) de manière certaine (fig. 125).

Fig. 125 - Piquet appointé en hêtre (Fagus silvatica).

Fig. 125 - Piquet appointé en hêtre (Fagus silvatica).

Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du bois ; caractéristiques principales du hêtre : bois à pores diffus, rayons ligneux unisériés à multisériés (jusqu’à 20 cellules, 0,5 mm de largeur), épaississement à la limite du cerne (Didier Pousset, inv. BRG001 et CJX0001).

Phase et saison d’abattage

84L’exploitation dendrochronologique du bois s’avère difficile pour plusieurs raisons.

85Tout d’abord, en raison du caractère exceptionnel de cette découverte, il est impossible de réaliser un chemin de lecture à l’aide d’une lame de rasoir. Les cernes très minces au niveau de la moelle ne permettent pas non plus des mesures à partir de photographie, même de haute définition. La mesure de la largeur des cernes ne peut donc se faire. Pour pallier cette difficulté, le modèle tomographique permet d’observer l’ensemble du bois sans intervention intrusive sur le bois.

86Ensuite, s’agissant de hêtre, il est plus difficile à dater que le chêne, mais pas impossible. De nombreux exemples de sites ont permis la datation de bois de hêtre sur des référentiels de chêne (Fraiture, Wetz 2019, p. 117-130). Cela peut également se faire par comparaison avec les séries dendrologiques des autres piquets et pieux en chêne du site. Il serait ainsi possible de tenter de le dater et de vérifier sa contemporanéité avec les autres bois du site.

87En l’absence de mesures de largeur de cernes réalisées directement sur le bois, l’intégralité du piquet a été scannée par tomographie. Le but était d’avoir une vision interne du bois afin, d’une part, de voir si l’on observe des indices concernant l’introduction de la monnaie dans le bois, et, d’autre part, pour en percevoir le potentiel dendrochronologique. Si concernant l’insertion de la monnaie, les vues par tomographie ont livré quelques informations, malgré le rayonnement de la monnaie avec les rayons X, il n’était par contre pas possible de comptabiliser le nombre précis de cernes et encore moins de les mesurer. En effet, la résolution ne permet pas d’avoir une vision suffisamment nette pour comptabiliser et mesurer les cernes trop minces au niveau de la moelle. Les derniers cernes de croissance sont en revanche bien visibles. Il serait possible d’obtenir une meilleure résolution à partir de microtomographie.

88En attendant, une datation radiocarbone a été effectuée par AMS sur un échantillon de quelques cernes situés au centre du bois. Le prélèvement a été réalisé sur la partie inférieure du bois (au niveau de sa moelle) dans un secteur altéré par l’utilisation de la scie égoïne utilisée lors de son prélèvement. Le résultat de cette analyse fourni un âge radiocarbone de 1950 +/- 30 BP (Lyon-14236(AcA-49944) ; fig. 126). L’âge calibré se situe entre 21 av. et 125 ap. J.-C. (95,4 % de probabilité), soit entre 21 et 11 av. J.-C. (2,6 % de probabilité) ou entre 2 av. J.-C. et 125 ap. J.-C. (92,8 % de probabilité).

Fig. 126 - Datation par le radiocarbone d’un cerne central du piquet (Lyon-14236(SacA-49944) : Âge radiocarbone : 1950 ± 30, estimation des intervalles de dates calibrées (2 sigma) : 21-11 BC et 2 BC-120 AD (probabilité de 95,4 %).

Fig. 126 - Datation par le radiocarbone d’un cerne central du piquet (Lyon-14236(SacA-49944) : Âge radiocarbone : 1950 ± 30, estimation des intervalles de dates calibrées (2 sigma) : 21-11 BC et 2 BC-120 AD (probabilité de 95,4 %).

89Quant à la saison de coupe, des micro-prélèvements ont été effectués pour la déterminer. Cependant dans l’attente d’une observation sur le piquet, l’analyse précise des nombreuses photographies de détail et des scans tomographiques permettent d’envisager un abattage de la jeune pousse en hêtre durant la période de repos du bois, soit entre l’automne et l’hiver. En effet, les derniers cernes de croissance étant relativement large, il a été possible de réaliser ces observations.

Placement de la monnaie dans le bois

90Dès la découverte, la question qui s’est immédiatement posée concernait la mise en place de la monnaie à l’intérieur du piquet. La pièce se trouvant au cœur du bois il était primordial de déterminer comment elle avait pu être introduite à l’intérieur.

91En raison même du contexte de découverte, il était assuré qu’elle avait été introduite à la suite d’une intervention humaine. Trois hypothèses ont alors été formulées. Dans un premier cas de figure, la monnaie aurait pu être placée sur le bois, qui en croissant aurait fait progressivement disparaître la pièce. Dans un second cas, le bois aurait pu être entaillé pour y positionner la pièce et aurait ensuite continué sa croissance emprisonnant également la pièce. Dans le troisième cas, la monnaie aurait pu être insérée directement dans le jeune arbre vivant ou bien quand le bois était vert, fraîchement coupé.

92Des traces de déformations sur le bois semblaient témoigner d’une intervention, mais les traces de coupe de la scie égoïne qui ont favorisé la découverte sont malheureusement venues altérer cette partie recelant potentiellement certaines informations. C’est pourquoi il a été décidé de procéder à des observations macroscopiques et microscopiques.

93L’examen de l’extérieur du piquet donne les premières indications. Le hêtre, comme d’autres essences de bois à pores diffus, est beaucoup moins dur que le chêne et les autres feuillus à zones poreuses (densité de 0,68 pour le hêtre, alors que le chêne a une densité entre 0,71 et 0,78). À sa coupe, il aurait donc été assez aisé de faire pénétrer la monnaie dans le tronc encore vert puisqu’il a été mis en place fraîchement coupé ; sinon, des fentes de retrait dues au séchage auraient été observées et le bois aurait perdu une partie de son écorce. Or aucune trace d’un enfoncement n’est visible sur l’écorce, ni d’un côté ni de l’autre du prolongement de la monnaie, ni de part et d’autre de celle-ci (fig. 127). Cependant ; il faut rester prudent sur ces dernières informations, car même si l’écorce est effectivement intacte dans le prolongement de la monnaie, l’autre extrémité est moins évidente du fait de l’arrachage de matière lors du découpage par sciage et de la cassure du piquet.

Fig. 127 - Absence de déformations dans le brin dans l’axe de la monnaie.

Fig. 127 - Absence de déformations dans le brin dans l’axe de la monnaie.

94Un autre critère touche au comportement du bois dans sa croissance. Si la pièce a été insérée dans l’arbre sur pied, un écrasement des fibres du bois le long de la pièce devrait être constaté. Pourtant, aucune déformation n’est à observer (fig. 128). De plus, les cernes et les rayons ligneux auraient présenté une déformation dans leur accroissement au niveau de l’insertion de la monnaie du fait de la cicatrisation du bois.

Fig. 128 - Absences de déformations dans le brin dans la partie inférieure du bois comportant le négatif de la monnaie.

Fig. 128 - Absences de déformations dans le brin dans la partie inférieure du bois comportant le négatif de la monnaie.

95De fait, il semblait que la pièce ait été apposée sur le bois et recouverte par son accroissement en diamètre. Pourtant l’examen radiographique réalisé à la Pitié-Salpêtrière a montré que le bois n’a pas poussé sur la pièce puisque des micro-fractures ont pu être observées (examen de Philippe Charlier, communication personnelle). De plus, dans ce cas de figure, les cernes de croissance auraient englobé la monnaie et présenteraient des accroissements nettement déformés. Il restait donc à retenir la seconde hypothèse, à savoir que la monnaie a été introduite par fracture du bois vivant. C’est ce que semble confirmer l’exploitation préliminaire du relevé tomographique qui laisse apparaître des marques aux abords de la monnaie, témoignant d’une intervention humaine dans son environnement.

3.2.3.2. Monnaie insérée dans le bois (OL)

96La monnaie découverte à l’intérieur du bois n’est pas aisée à identifier (cat n° 17). Son état de conservation est médiocre, avec une usure importante au revers, pour deux raisons.

97La première résulte d’une comparaison avec les autres pièces découvertes sur le site PLNV 1. Beaucoup sont usées, notamment les plus anciennes datant de la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C. et du tout début du IIe siècle, car elles ont été prélevées sur le stock monétaire en circulation au IIe siècle ap. J.-C. Il est ainsi très probable que la monnaie du bois date ainsi des années 60-110, ce qui fournit un premier indice chronologique. Elle était donc dégradée dès son installation dans le pieu.

98La deuxième raison est liée à sa dégradation et à son oxydation depuis sa mise au jour. La première photographie qui en a été prise indique qu’elle avait une patine homogène au moment de sa découverte, mais elle s’est très rapidement oxydée.

99Il semble néanmoins possible de l’identifier assez précisément à partir de quelques indices, qui se sont multipliés après l’extraction de la monnaie de son cadre végétal.

100La première idée, à partir d’une image fournie par un scanner numérique (fig. 129), était de voir dans cette pièce une monnaie de Domitien (81-96 ap. J.-C.).

Fig. 129 - Différentes captures de la monnaie.

Fig. 129 - Différentes captures de la monnaie.

a – Photographie quelques jours après la découverte (Duncan Le Cornu, LCD-photographer) ;
b – Lasergrammétrie (bras de mesure ScanArm Faro ; Rémi Brageu, LAMS – UMR 8220) ;
c – Lasergrammétrie (scanné avec AMETEK handy scan 700 – ALIDAD) ;
d – Photographie en mars 2017 (Olivier Lempereur, HiSoMA – UMR 5189) ;
e – Photogrammétrie en juin 2018 (Nicolas Leys, Rome et ses Renaissances – EA 4081 et ISCD) ;
f – Traitement graphique sur illustrator ;
g – Radiographie en février 2019 (CREAM).

101La comparaison des profils impériaux entre l’exemplaire de Conjux et d’autres monnaies de cet empereur pouvait laisser croire, notamment à cause de l’œil, du front, d’une partie de la chevelure et surtout de la forme du nez, que le prince représenté était Domitien. L’extraction de la monnaie a permis d’infirmer cette hypothèse (fig. 130). En effet, le cou ne correspond pas et est beaucoup trop fin et allongé pour permettre de reconnaître le frère de Titus dans le profil figurant sur le droit de la monnaie de Conjux. De plus, ce qui avait pu passer pour un nez assez proéminent est en réalité une concrétion. L’identification ne tient donc plus, même si cette concrétion recouvrant le nez peut quand même servir à la détermination de la monnaie.

Fig. 130 - Comparaison entre une image de scanner numérique de la monnaie du bois et deux asses de Domitien.

Fig. 130 - Comparaison entre une image de scanner numérique de la monnaie du bois et deux asses de Domitien.

a – Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale de France, FG 5430 [BNCMER III, p. 279, n° 290] ;
b – Vente Rauch 103, 23 mars 2017, lot n° 256).

102On distingue au droit les traces d’une couronne laurée (fig. 131), la masse est de 7,63 g, l’orientation des coins est à 6 h et son diamètre se situe entre 26 et 27 mm. Il s’agit donc d’un as de cuivre, comme la plupart des pièces découvertes sur le site.

Fig. 131 - As de Nerva, droits photographié sous différents éclairages. Asses de Nerva, droits (Solidus Numismatik, vente n° 19, 23 septembre 2017, lot 508 et Classical Numismatic Group, vente n° 90, 23 mai 2012, n° 1522).

Fig. 131 - As de Nerva, droits photographié sous différents éclairages. Asses de Nerva, droits (Solidus Numismatik, vente n° 19, 23 septembre 2017, lot 508 et Classical Numismatic Group, vente n° 90, 23 mai 2012, n° 1522).

103Le portrait n’est pas barbu et la chevelure est ondulée. Le cou est fin et long, voire presque décharné, pour s’élargir au niveau de la liaison avec le torse. La concrétion sur le nez n’est pas placée là par hasard : l’appendice nasal est visible dessous à lumière rasante, signe d’une taille assez importante.

104La légende n’est pas lisible. Des traces en subsistent, à partir desquelles on remarque que la césure n’est pas très importante. Quelques points juste derrière le pariétal appartiennent à la base de certains jambages comme des A ou des V.

105À partir de ces divers éléments, il est possible d’affirmer que la monnaie de bois est un as de Nerva (18 septembre 96-25/28 janvier 98), vieux sénateur au visage émacié, voire décharné, qui remplaça Domitien après son assassinat. Il est le seul empereur des deux premiers siècles après Jésus-Christ dont le portrait monétaire s’accorde avec celui de la monnaie du bois.

106Cette identification est confirmée par l’étude du revers (fig. 132). Celui-ci est particulièrement dégradé, quasi lisse, mais des éléments sont discernables et permettent d’affiner la description de la monnaie.

Fig. 132 - As de Nerva, revers photographié sous différents éclairages. As de Nerva, revers (Bertolami Fine Arts, vente n° 15, 27 avril 2015, lot 587).

Fig. 132 - As de Nerva, revers photographié sous différents éclairages. As de Nerva, revers (Bertolami Fine Arts, vente n° 15, 27 avril 2015, lot 587).

107On distingue en effet à l’exergue le S et une partie du C de (ex) S(enato) C(onsulto), lettres présentes sur toutes les monnaies de bronze et de cuivre dont la frappe est ordonnée « par décret du Sénat ».

108Une autre lettre, un C, est lisible à 2 h.

109Enfin, des courbes au centre du champ, bien visibles sur la partie gauche, représentent deux mains jointes.

110Le doute n’est alors plus permis. Il s’agit bien d’un as de Nerva au type des mains droites en train de se serrer et qu’accompagne à l’entour la légende Concordia Exercituum.

111Il existe plusieurs phases dans le monnayage de Nerva, chacune adoptant une légende de droit différente. Il n’est pas possible de préciser à laquelle appartient l’as du bois. C’est pourquoi nous donnons ici les différentes possibilités, avec les références correspondantes.

112Première possibilité : Nerva, as, atelier de Rome, 18 septembre 96-fin 96

D/ [IMP NERVA CAES A]VG – [P M TR P COS II P P]. Tête laurée de Nerva à droite.
R/ [CONCORDIA – EXER]C[ITVVM] (à l’entour) / S C
(à l’exergue). Deux mains jointes.

RIC II: 227, n° 53
BNCMER III: 328, n° 82
BMC III: 16, n° 95
Grenoble II/3: 92-93, n° 565

113Deuxième possibilité : Nerva, as, atelier de Rome, fin 96

D/ [IMP NERVA CAES A]VG – [P M TR P COS II DESIGN III P P].
Tête laurée de Nerva à droite.
R/ [CONCORDIA – EXER]C[ITVVM] (à l’entour) / S C
(à l’exergue). Deux mains jointes.

RIC II : 227, n° 69
BNCMER III : 329, nos 91-92
BMC III: 18, n° 99
Grenoble II/3: -

114Troisième possibilité : Nerva, as, atelier de Rome, 1er janvier 97-septembre 97

D/ [IMP NERVA CAES A]VG – [P M TR P COS III P P]. Tête laurée de Nerva à droite.
R/ [CONCORDIA – EXER]C[ITVVM] (à l’entour) / S C
(à l’exergue). Deux mains jointes.
RIC II, p. 228, n° 79
BNCMER III: 332, n° 115
BMC III : 23, n° 128
Grenoble II/3 : 96, nos 594-595

115Quatrième possibilité : Nerva, as, atelier de Rome, septembre 97-25/28 janvier 98

D/ [IMP NERVA CAES A]VG – [P M TR P II COS III P P]. Tête laurée de Nerva à droite.
R/ [CONCORDIA – EXER]C[ITVVM] (à l’entour) / S C
(à l’exergue). Deux mains jointes.

RIC II: 229, n° 95
BNCMER III: 333, n° 128
BMC III : 26, nos 141-142
Grenoble II/3 : -

3.2.4. Éléments d’interprétation

3.2.4.1. La datation de l’ensemble

116Bien qu’il ne soit pour l’instant pas possible de dater la coupe du bois à l’année près et à la saison près, les données chronologiques disponibles permettent de proposer une fourchette de datation.

117Tout d’abord, la totalité des chênes datés du site ont été coupés entre 123 et 185 ap. J.-C. Il est vraisemblable que la datation se situe entre ces deux dates et sans doute plus vers 123 que vers 185 car le piquet provient d’un secteur où les bois sont plus anciens. La datation radiocarbone réalisée sur des cernes correspondant aux jeunes années du piquet donne une date à placer entre 2 av. J.-C. et 125 ap. J.-C. avec 92,8 % de probabilité (fig. 126). Le prélèvement ayant été fait au niveau de la moelle il convient d’ajouter entre 20 et 25 ans correspondant au nombre de cernes du piquet ce qui donne une fourchette large entre 20 et 150 de notre ère.

118Quant à la monnaie, il s’agit d’un as de Nerva frappé entre la fin de l’année 96 et le début de l’année 98 ap. J.-C. Elle fournit donc un terminus post quem à la toute fin du Ier siècle. Toutefois entre sa frappe à Rome et son arrivée dans la région il faut ajouter quelques mois, sinon quelques années. Le fait qu’elle soit très usée indique qu’elle a sans doute eu une circulation longue avant d’être placée à l’intérieur du bois. Il reste à confronter la séquence dendrochronologique avec celles des chênes afin de tenter d’en déterminer la phase d’abattage (fig. 133).

Fig. 133 - Bilan des données chronologiques disponibles et proposition de datation de l’ensemble.

Fig. 133 - Bilan des données chronologiques disponibles et proposition de datation de l’ensemble.

119La mise en relation de ces données invite à placer la coupe de ce bois vraisemblablement entre 110 et 150 ap. J.-C.

3.2.4.2. La temporalité de l’opération

120L’étude de cet ensemble a permis d’identifier certains gestes et d’en proposer d’autres. Ils témoignent d’une véritable chaîne opératoire inscrite dans le temps long. Les principales étapes peuvent être reconstituées essentiellement à partir du parcours de la monnaie et des observations concernant le piquet (fig. 134).

Fig. 134 - Gestes potentiels et gestes identifiés témoignant d’une démarche réfléchie inscrite dans le temps long.

Fig. 134 - Gestes potentiels et gestes identifiés témoignant d’une démarche réfléchie inscrite dans le temps long.

121Tout d’abord, le piquet a commencé sa croissance sans la pièce de monnaie placée à l’intérieur. Au regard de la nature élaborée de l’opération, il n’est pas improbable qu’un petit baliveau ait été choisi bien avant l’introduction de la monnaie à l’intérieur. Il est également envisageable qu’il ait pu être planté précisément dans la perspective d’accueillir par la suite cette monnaie.

122Quelques années plus tard, la seconde étape a consisté à introduire la pièce au cœur même du bois. Les observations signalent que le bois a été entaillé puis refermé alors qu’il était encore vivant.

123Après quelques années supplémentaires, la troisième étape a concerné la coupe du bois à l’endroit où il a poussé. Par la suite il a été taillé à la base à l’aide d’un outil tranchant. Seulement quelques heures ou quelques jours après cette opération il a enfin été planté dans le lac dans l’environnement d’autres piquets préalablement installés. Ce délai très court est attesté par le fait qu’il a conservé une grande partie de sa fine écorce.

124La réalisation d’un relevé microtomographique permettra de déterminer la durée entre les différentes étapes pour se faire une idée plus précise de la séquence des gestes marquant les interventions sur cet ensemble.

3.2.4.3. Une démarche réfléchie et des gestes maîtrisés

125La temporalité de l’opération témoigne d’actions ne relevant pas du hasard, mais bien davantage de gestes maîtrisés inscrits dans un contexte précis et une démarche réfléchie.

126Bien que cet ensemble soit unique sur le site il a pu être rapproché d’autres monnaies également associées à des piquets de bois. Il est d’ailleurs intéressant de souligner qu’elles se trouvaient toutes au sein de la zone 1 dans un secteur concentrant des vestiges principalement datés du milieu du IIe siècle.

127Déjà lors de la découverte du site en 2000, au moment du prélèvement de deux piquets, deux monnaies avaient pu être découvertes. C’est le cas d’un as d’Antonin le Pieux frappé à Rome entre 145 et 161 ap. J.-C. (cat n° 54). Il était associé à un piquet en hêtre qui n’a malheureusement pas pu être daté (fig. 135a). Un autre as du même empereur, frappé à Rome entre 140 et 144 ap. J.-C. (cat n° 42), était quant à lui associé à un pieu en chêne (fig. 135b). Ce dernier a été coupé en automne/hiver 153-154 ap. J.-C. Dans les deux cas, il y a tout lieu de penser que ces monnaies ont été déposées in situ lors de l’implantation même des bois.

Fig. 135 - Monnaies découvertes en association avec des piquets au sein de la zone 1. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA.

Fig. 135 - Monnaies découvertes en association avec des piquets au sein de la zone 1. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA.

128Cela semble être confirmé par la découverte d’une autre monnaie en position verticale, directement accolée à un piquet (fig. 135c). Il s’agit cette fois-ci d’un as de Trajan daté entre le début de l’année 98 et la fin de l’année 99 (cat n° 19). Cette pièce était en association à un piquet en chêne coupé en automne/hiver 163-164 ap. J.-C.

129Lorsque les phases d’abattage des bois sont connues, il est possible de mesurer la période de circulation de ces monnaies (fig. 136). Dans le premier cas de figure la monnaie a circulé entre 9 et 14 années entre sa date de frappe et la date de son dépôt sur le site et dans un second cas elle a circulé entre 64 et 66 années. Quoi qu’il en soit de leur période de circulation, ces exemples attestent que la monnaie découverte à l’intérieur même d’un piquet ne correspond pas à une pratique isolée. Ils témoignent d’une association des bois avec les éléments mobiliers observés pas ailleurs sur le site (cf. 3.9.).

Fig. 136 - Circulation des monnaies associées à des piquets en bois. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA (dessins des bois : A. Marguet/DRASSM et S. Nieloud-Muller ; clichés O. Lempereur).

Fig. 136 - Circulation des monnaies associées à des piquets en bois. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA (dessins des bois : A. Marguet/DRASSM et S. Nieloud-Muller ; clichés O. Lempereur).

3.2.5. Vers l’explication d’une pratique

130L’ensemble étudié reflète un geste complexe qui est assurément l’expression de conceptions qu’il convient de tenter de déterminer pour comprendre le sens de cette pratique. Pour cela, il est nécessaire de le rapprocher d’autres découvertes archéologiques similaires. La recherche d’exemples équivalents associant une monnaie fichée à l’intérieur d’un élément en bois a été vaine.

131Malgré tout, des éléments mis au jour sur certains sites peuvent être mis en relation avec cet ensemble. Il s’agit d’exemples antiques significatifs. La considération d’exemples d’aires chrono-culturelles plus récentes favorise également nos réflexions sur cet ensemble. Il faut en effet souligner que lorsque l’on traite du bois nous sommes tributaires de la disparition quasi complète des bois hors des milieux imbibés.

3.2.5.1. Des découvertes sensiblement similaires au lac Léman

132Comme pour les deux asses d’Antonin le Pieux associés à des piquets du site de Conjux, trois monnaies ont été mises au jour lors du prélèvement d’un pieu sur le site du lieu-dit Les Recorts à Anthy-sur-Léman (Haute-Savoie). Il faisait partie de la structure I située au large et isolée des autres structures qui composent le site (fig. 137). De forme quadrangulaire (6 x 4,90 m), assez régulière et parallèle au rivage, elle était composée de dix pieux ayant pu supporter un platelage ou une construction en élévation. Trois bois ont été analysés et donnent des indications chronologiques concernant des phases d’abattage postérieures à -110, à -98 et -74. Toutes les monnaies découvertes sur le site se trouvaient associées à cette structure. Trois ont notamment été découvertes lors du prélèvement du pieu n° 10. Il s’agit d’un as républicain très dégradé daté du IIe siècle av. J.-C., un as de l’atelier de Lyon coupé en deux et daté vers 40-30 av. J.-C. et d’un dupondius de Nîmes daté de la toute fin du Ier siècle avant notre ère (étude Michel Amandry/BnF). En raison de la datation précoce de cette structure au regard des sites utilitaires proches, de son isolement, du soin mis pour son aménagement et de la concentration de monnaies associées, il a été proposé d’y reconnaître une structure à vocation cultuelle (Coquoz 1999 : 11-39 ; Coquoz, Marguet 2003 ; Nieloud-Muller 2019c : 420 ; Nieloud-Muller, Marguet, à paraître).

Fig. 137 - Anthy-sur-Léman, Les Recorts, plan du site et de la structure I (d’après Coquoz 1999, pl. II, fig. 2). Trois monnaies ont été découvertes au moment du retrait du pieu situé au nord-ouest de l’aménagement.

Fig. 137 - Anthy-sur-Léman, Les Recorts, plan du site et de la structure I (d’après Coquoz 1999, pl. II, fig. 2). Trois monnaies ont été découvertes au moment du retrait du pieu situé au nord-ouest de l’aménagement.

133Toujours pour le Léman, à l’extrémité orientale du lac une découverte quasi contemporaine a été faite à Villeneuve (canton de Vaud, Suisse). Il s’agit d’une statue en chêne haute de 125 cm provenant de la partie est du delta du Rhône (fig. 138). Le contexte précis n’est malheureusement pas connu. À l’occasion d’un nettoyage de l’objet, trois petites monnaies ont pu être identifiées coincées dans une fente sur le côté droit de la statue, à la hauteur du bras. Il s’agissait d’un quinaire figurant la déesse Roma et portant la légende KALETEDOY, d’une obole massaliote et d’une seconde obole trop dégradée pour en permettre l’identification. En raison de cette découverte, cette statue est interprétée comme étant celle d’une divinité fluviale ou lacustre (Wyss 1979 : 59-60 ; Poux 2019 : 228, 236 ; Curdy, Kaenel 2006 : 283-286).

Fig. 138 - La « divinité celtique » de Villeneuve (Vaud, Suisse). Statue vue de face et détail montrant l’ouverture ou se trouvaient les monnaies.

Fig. 138 - La « divinité celtique » de Villeneuve (Vaud, Suisse). Statue vue de face et détail montrant l’ouverture ou se trouvaient les monnaies.

134Ces deux exemples associés à celui de Conjux tendent à attester, pour une aire géographique relativement restreinte, une pratique plus fréquente que l’on aurait pu l’imaginer par le passé. Il conviendra désormais d’être vigilant lors de futures recherches sur d’autres sites immergés de la période romaine.

3.2.5.2. Le cas des monnaies de charpente d’embarcation

135Outre les exemples lémaniques, l’association de monnaies et d’éléments en bois dans l’Antiquité peut s’illustrer par les nombreux exemples de pièces placées dans la charpente d’embarcation. Cette pratique est bien documentée dans le monde romain pour la fin de la période républicaine et tout au long de la période impériale par la découverte de monnaies généralement placées dans la cavité d’emplanture de mâts (Parker 1992, catalogue n° 158, 186, 282, 302, 606, 819 et 874 ; Crawford 2003 : 74-75 ; Carlson 2007).

136Sur le site du chaland Arles Rhône 3 une monnaie a été découverte non pas associée au mât amovible, mais entre deux éléments en bois de la coque située à hauteur de la proue (Djaoui 2011 et Marlier et al. 2014 ; fig. 139). Il s’agissait d’un denier républicain de la gens Porcia au nom de C. Cato frappé en 123 av. J.-C. présentant différentes contremarques (croissant, croix ? et « M ») et placé dans l’ossature du navire au moment de sa construction au Ier siècle ap. J.-C. Cette monnaie ancienne devait avoir une valeur protectrice (Françoise 2014a ; 2014b).

Fig. 139 - Monnaie votive (a) découverte à la proue du chaland Arles-Rhône 3 (b). Elle se trouvait coincée entre deux pièces en bois de la coque.

Fig. 139 - Monnaie votive (a) découverte à la proue du chaland Arles-Rhône 3 (b). Elle se trouvait coincée entre deux pièces en bois de la coque.

137Dans le cas présent il s’agit d’un denier, mais la plupart du temps il s’agit essentiellement de petites monnaies et notamment d’asses (Carlson 2007 : 319 ; Françoise 2014a). Des exemples modernes et contemporains montrent que les monnaies doivent être en métal précieux, en or ou au moins en argent. Cependant, dans les faits la plupart des pièces étaient de cuivre ou de bronze (Henningsen 1965 : 207) .

138Si ces monnaies constituent des éléments chronologiques précieux, du moins en tant que terminus post quem, elles le sont également pour l’illustration de pratiques et de la valeur symbolique attachée à leur dépôt. D’une manière générale, il y a un consensus pour interpréter cette pratique comme relevant d’une pratique rituelle destinée à protéger l’embarcation et son équipage (Henningsen 1965 : 208 ; Françoise 2014a, etc.).

139Quoi qu’il en soit cette pratique touche les usagers du milieu maritime et des eaux intérieures. Au-delà de la proximité formelle, elle présente d’autres similitudes avec la découverte lacustre de Conjux.

3.2.5.3. Les arbres à monnaies comme source de réflexion

140Il est également intéressant de souligner les liens possibles avec des pratiques concernant des arbres vivants existants ou ayant existé récemment.

141Le cas des arbres à monnaies (« coin-trees ») est en ce sens significatif (fig. 140 et 141). Peu après la découverte du piquet avec sa monnaie à Conjux nous avions rassemblé quelques-uns de ces arbres concernés par des pratiques d’enfoncement de monnaies pour les îles Britanniques (rapport 2013 : 47-48). Nous ne soupçonnions alors pas l’ampleur de cette pratique ni qu’une anthropologue, Ceri Houlbrook, consacrait son temps à étudier ce phénomène dans le cadre d’une recherche doctorale (Houlbrook 2018a et 2018b). Elle a remarquablement documenté cette pratique de dépôts cumulatifs visant à incruster des pièces de monnaie dans le tronc ou la souche d’un arbre. Pour la Grande-Bretagne et l’Irlande, elle a dénombré 40 sites concernant près de 200 arbres. Une fouille menée de 2011 à 2013 sur l’un de ces gisements a permis d’identifier plus de 160 000 pièces. La position de ces dernières autorise à modéliser l’histoire de ce site et la fréquence des dépôts. Ces travaux de terrain se sont doublés d’entretiens permettant de mieux appréhender le cadre, les modalités et le sens des gestes réalisés. Les motivations de ce rite apparaissent très diverses. Elles sont souvent vagues, mais elles s’inscrivent dans une dimension collective et souvent en lien avec des vœux et des souhaits. Enfin, si quelques pièces indiquent une intention préméditée, l’essentiel des dépôts apparaît comme spontané et ne relève pas d’un rituel planifié. En ce sens, ils se démarquent de la succession complexe de gestes identifiés sur l’ensemble du site de Conjux.

Fig. 140 - Les restes de l’« arbre à monnaie » de l’île Maree, Loch Maree (Northwest Highlands, Écosse). La reine Victoria mentionne dans son journal, à l’occasion de sa visite en 1877, avoir enfoncée une monnaie, probablement à son effigie d’ailleurs (MandyERush, janvier 2019).

Fig. 140 - Les restes de l’« arbre à monnaie » de l’île Maree, Loch Maree (Northwest Highlands, Écosse). La reine Victoria mentionne dans son journal, à l’occasion de sa visite en 1877, avoir enfoncée une monnaie, probablement à son effigie d’ailleurs (MandyERush, janvier 2019).

Fig. 141 - Un randonneur utilise un poteau garni de pièces de monnaies pour s’appuyer lors de sa descente du Mont Snowdon (Gwynedd, pays de Galles). Ce poteau sert autant de repère visuel que de soutien pour faciliter les déplacements.

Fig. 141 - Un randonneur utilise un poteau garni de pièces de monnaies pour s’appuyer lors de sa descente du Mont Snowdon (Gwynedd, pays de Galles). Ce poteau sert autant de repère visuel que de soutien pour faciliter les déplacements.

3.2.6. Conclusion

142L’ensemble des exemples présentés atteste que la découverte de Conjux n’est pas isolée. Bien que très différents d’un point de vue spatial ou chronologique, ils montrent également que nous sommes tributaires des données archéologiques et que nous n’avons d’autres choix que de raisonner sur une documentation partielle, qui s’amenuise à mesure que l’on remonte dans le temps.

143Quoi qu’il en soit, les exemples d’Anthy-sur-Léman et de Villeneuve témoignent que dans les grands lacs périalpins des Alpes occidentales, l’association de monnaies à des éléments en bois existait et devait être une pratique plus répandue que l’on pouvait le soupçonner. Si aucun parallèle direct n’a pu être établi avec la découverte de Conjux, les exemples cités permettent d’illustrer la diversité même des cas de figure rencontrés. Il peut s’agir de monnaies, mais également d’autres éléments qui ont la plupart du temps été associés volontairement à des éléments en bois, coupés et travaillés ou bien à des bois vivants. Dans certains cas ils ont pu être fichés ou enfoncés à l’intérieur du bois, cloués, noués, cousus ou plus simplement déposés.

144Dans tous les cas, il s’agit de gestes réfléchis qui ne relèvent pas du hasard. Qu’il s’agisse de pieux, de mâts ou de pièces d’embarcation, d’arbres vivants, l’introduction d’éléments métalliques relève de gestes codifiés. Plus que cela, ces exemples renvoient à des actions préméditées attachées au domaine du symbolique. Ils touchent également à des croyances diverses et, à des degrés variés, à la sphère du religieux.

145Dans tous les cas, la valeur symbolique attachée à la monnaie ou au métal, voire à d’autres éléments, se mêle à celle du bois (cf. 4.2., 4.3. et 4.4.). Ainsi, se cumulent les valeurs associées à des éléments manufacturés, métalliques, associés à des éléments organiques, qui peuvent ainsi prendre des sens différents en fonction des situations. Il est intéressant de souligner l’analogie entre tous ces éléments qui sont le plus souvent des éléments verticaux en bois fins et hauts (piquets, pieux, hampe, mât, arbre debout, etc.).

146Les exemples abordés ne permettent pas de comprendre le sens précis de la découverte de Conjux, mais nous mettent sur la voie d’une interprétation. Bien qu’unique à l’échelle du site, elle permet d’aller plus loin sur la compréhension de la position initiale des autres monnaies identifiées et sur la fonction potentielle des nombreux piquets du site. Bien plus que cela, ces exemples invitent à questionner les ensembles monétaires découverts sur les sites antiques qui ont pu être en partie initialement associés à des bois. Il convient désormais d’en rechercher les potentielles traces.

3.3. Étude des monnaies (OL)

3.3.1. Remarques générales

147Le site PNLV 1 a livré cent vingt monnaies, ainsi que deux autres objets fortement usés et déformés dont nous ne sommes pas certains qu’il s’agisse d’exemplaires supplémentaires (renvoi au catalogue et aux planches).

148Huit monnaies n’ont pu être identifiées qu’avec une précision toute relative (catalogue nos 113 à 120). Elles sont datées entre la fin du Ier siècle et la fin du IIe siècle ap. J.-C., et ne semblent pas devoir changer les conclusions présentées ci-dessous.

149Il reste ainsi à notre disposition cent douze monnaies antiques utilisables pour une étude complète. Nous avons adopté les coupures chronologiques proposées par Richard Reece pour l’Empire romain (Reece 1971 : 168), « car même si elles sont imparfaites comme toutes les coupures, elles ont l’avantage de bien faire apparaître l’ensemble de la masse monétaire en circulation et de permettre facilement des comparaisons de site à site et même de région à région pour essayer d’entrevoir des aires de circulation » (Amandry, Rémy 1995-1996 : 76 ; Rémy et al. 2006 : 163-164).

150Le matériel numismatique du site s’ordonne selon le tableau et le graphique suivants (fig. 142 et 143). La dernière monnaie identifiée datant de 315-316 ap. J.-C., il est inutile de faire figurer dans le tableau les dernières coupures de Richard Reece [13a à 16] classant les monnaies émises entre 317 et 408 après J.-C.) :

Fig. 142 - Tableau de répartition par règnes et par périodes définies par R. Reece de l’ensemble du matériel numismatique.

Coupures

Règnes

Nombre de monnaies par règne

Nombre de monnaies par coupure

1a (27-2 av. J.-C.)

Auguste (début)

-

-

1b (2 av. J.-C.-41 ap. J.-C.)

Auguste (fin), Tibère et Caligula

-

-

2a (41-54 ap. J.-C.)

Claude

1

1

2b (54-68 ap. J.-C.)

Néron

1

1

3 (69-96 ap. J.-C.)

Vespasien

2

14

Titus

2

Domitien

10

4 (96-117 ap. J.-C.)

Nerva

2

8

Trajan

6

5 (117-138 ap. J.-C.)

Hadrien

16

16

6 (138-161 ap. J.-C.)

Antonin le Pieux

31

31

7a (161-180 ap.J.-C.)

Marc Aurèle

29

29

7b (180-192 ap. J.-C.)

Commode

3

3

7a ou 7b

Marc Aurèle ou Commode

1

1

8 (193-222 ap. J.-C.)

Septime Sévère

1

2

Septime Sévère ou Caracalla

1

9a (222-238 ap. J.-C.)

Sévère Alexandre

1

1

9b (238-260 ap. J.-C.)

Gordien III

2

2

10 (260-275 ap. J.-C.)

Gallien

1

2

Claude II le Gothique

1

11 (275-294 ap. J.-C.)

-

-

12 (294-317 ap. J.-C.)

Constantin Ier

1

1

Total monnaies identifiées : 112

Monnaies indéterminées

8

Total monnaies identifiées et indéterminées : 120

Monnaies incertaines

2

Total monnaies identifiée, indéterminées et incertaines : 122

Fig. 143 - Graphique de répartition quantitative des monnaies de Conjux par périodes, du deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. au premier quart du IVe siècle ap. J.-C.

Fig. 143 - Graphique de répartition quantitative des monnaies de Conjux par périodes, du deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. au premier quart du IVe siècle ap. J.-C.

151Plusieurs constatations s’imposent si l’on prend en compte l’ensemble des monnaies du catalogue. Leur répartition chronologique peut être divisée en quatre phases :

  • une phase d’apport minime jusque dans les années 60 après J.-C. : deux monnaies,

  • un début d’apport relatif entre la dynastie des Flaviens et le règne d’Hadrien : trente-huit monnaies,

  • une arrivée importante de numéraire sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle : soixante monnaies identifiées

  • un décrochage brutal dès le règne de Commode jusqu’au début du IVe siècle : onze monnaies.

152Il convient évidemment d’être prudent dans le maniement de ces nombres, qui somme toute demeurent assez faibles : une grosse centaine de monnaies ne constituent qu’un prélèvement très modique de la masse monétaire en circulation. La nature même du site incite également à la défiance, car il semble que les monnaies déposées dans les sites cultuels finissaient par être récupérées afin de « particip[er] de fait à l’économie du sanctuaire » (Gruel 2015, 769 ; Golosetti 2019, 122). Cela a-t-il été le cas à Conjux ? Nous verrons plus bas que quelques monnaies présentent des traces de « démonétarisation » visant à empêcher leur remise en circulation. Est-ce à dire que l’échantillon étudié ici ne représente qu’un fragment de l’ensemble des pièces qui a pu être déposé dans les eaux du lac du Bourget ? C’est probable, mais nous ne pouvons en avoir la preuve et devons-nous contenter de monnaies qui ne sont peut-être pas le reflet fidèle des dépôts antiques. Il faut pourtant prendre en compte cette hypothèse.

153Les modalités de découvertes laissent penser que si des monnaies ont pu être jetées dans l’eau selon le phénomène bien connu de la iactatio stipis, il est certain que plusieurs d’entre elles ont été au contraire placées avec soin près ou sous des pots, voire en lien direct avec des pieux. Ces offrandes devaient être déposées par des particuliers et non par des groupes publics : la modicité des dépôts et en définitive leur faible quantité incitent à voir dans ces derniers des dons personnels et non collectifs. Les offrandes privées n’étaient en effet pas consacrées et pouvaient être récupérées par les autorités (Scheid 2003 : 87). Les monnaies découvertes semblant loin de représenter la totalité des pièces déposées, il faut imaginer que des ramassages avaient lieu régulièrement. Un élément peut corroborer cette supposition : l’examen approfondi des monnaies a montré que plusieurs d’entre elles avaient été chauffées avant d’être placées sur le site, les revers présentant un aspect déformé, avec des traces caractéristiques de métal fondu puis refroidi. Cette opération se distingue très bien sur les exemplaires nos11 (Domitien), 20 et 21 (Trajan), 56 (Antonin le Pieux) et 71 (Marc Aurèle), ainsi que sur la monnaie n° 13 (Domitien) : sur cette dernière, la manipulation a entraîné la déformation du flan (fig. 144).

Fig. 144 - Photographie de la tranche d’un dupondius de Domitien (cat n° 13).

Fig. 144 - Photographie de la tranche d’un dupondius de Domitien (cat n° 13).

154L’hypothèse la plus plausible est de voir dans ce phénomène un acte volontaire des fidèles afin d’empêcher la récupération des monnaies par d’autres personnes. Ainsi déformées et reconnaissables, les pièces ne pouvaient plus être utilisées pour leur fonction originelle et demeuraient à jamais des offrandes, ce qui confirmerait ainsi l’idée suivant laquelle les pièces récupérées ne représentent qu’une partie des dépôts antiques.

155Il faut enfin ne pas vouloir « trop en faire dire » aux monnaies.

156Une pièce circule plus ou moins longtemps entre le moment où elle est émise et celui où elle est perdue/déposée. Elle ne peut être un élément de datation absolue, mais seulement « un moyen de fournir un terminus post quem et de confirmer une datation proposée par d’autres types de matériels » (Rémy, Wiblé 1998 : 158), et ce d’autant plus dans un milieu aquatique où le fond meuble réduit les possibilités d’identifier des couches stratigraphiques. Nous avons néanmoins sur le site un cas exceptionnel d’association de monnaies avec des bois relativement bien datés, ce qui permet d’aller plus loin que la simple description du matériel numismatique (cf. 3.2.).

3.3.2. Lieux d’émission des monnaies

157Les monnaies du Haut-Empire découvertes sur le site et identifiées avec certitude ont toutes été frappées dans l’atelier de Rome. Ce constat est classique, même si on aurait pu penser, étant donnée la proximité géographique de Lyon, que la monnaie de Néron et certaines monnaies des Flaviens auraient pu être émises dans cette ville (Audra, Mathey 1992 : 32-33) .

158La multiplication des ateliers à partir du milieu du IIIe siècle ne se fait pas ressentir sur le site, mais l’extrême rareté des monnaies postérieures à l’époque sévérienne incite à considérer les chiffres avec prudence. Les deux sesterces de Gordien III (catalogue nos 108 et 109) proviennent classiquement de Rome, à l’instar des deux antoniniens de Gallien et Claude II (catalogue nos 110 et 111). Ce n’est qu’avec le nummus de Constantin Ier (catalogue n° 112), daté de 315-316 ap. J.-C., qu’apparaît une monnaie frappée ailleurs qu’à Rome, en l’occurrence Lyon. La moneta de Rome a donc fourni la quasi totalité du numéraire présent sur le site.

3.3.3. Les monnaies marginales des Julio-Claudiens

159Seules deux monnaies de Claude et Néron (catalogue nos1 et 2) datent des empereurs julio-claudiens. Cela ne représente que 1,78 % des monnaies identifiées, c’est-à-dire une proportion marginale. L’état d’usure particulièrement avancé de la monnaie n° 1 ne laisse d’ailleurs guère de doute quant à l’arrivée sur place des deux pièces : elles ont circulé plusieurs dizaines d’années avant de se retrouver sur les rives du lac du Bourget.

3.3.4. Les monnaies des Flaviens et les premières monnaies des Antonins

160Un constat identique peut être effectué au sujet des monnaies de l’époque flavienne (69-96 ap. J.-C.) : elles sont toutes émises à Rome et relativement usées, notamment les plus anciennes. La composition de ce groupe relève également d’une certaine évidence. Si Vespasien et Titus ne sont représentés que par deux exemplaires chacun (catalogue nos3 et 4 pour Vespasien ; catalogue nos5 et 6 pour Titus), Domitien l’est par dix monnaies (catalogue nos7 à 16). Les pièces les plus récentes de cette dynastie sont donc celles du dernier empereur, datant même pour celles qui ont pu être identifiées assez précisément de la dernière partie du règne, c’est-à-dire après 85 ap. J.-C.

161Les monnaies les plus anciennes sont ainsi plus rares. Les pièces des Flaviens ne représentent néanmoins que 11,67 % de l’ensemble des monnaies du site (12,5 % des monnaies identifiées). Additionnées aux pièces des Julio-Claudiens, nous remarquons que moins d’un sixième des trouvailles monétaires du site lacustre de Conjux sont antérieures à la dynastie des Antonins. Cela confirme les données fournies par les analyses dendrochronologiques, même si la circulation monétaire, mêlant des pièces de différents règnes, a permis à des monnaies du Ier siècle ap. J.-C. de se retrouver sur le site.

162Les monnaies des Antonins (toutes de l’atelier de Rome) sont extrêmement majoritaires parmi celles découvertes sur le site. Quatre-vingt-huit y ont été trouvées, sur cent douze identifiées, soit 78,57 % du lot. Néanmoins, la répartition quantitative par période indique que ce lot n’est pas homogène. En effet, les monnaies des premiers empereurs (Nerva, Trajan et Hadrien) sont moins nombreuses que celles des règnes postérieurs. Deux monnaies de Nerva (catalogue nos17-18), six de Trajan (catalogue nos19 à 24) et seize d’Hadrien (catalogue nos25 à 40, la dernière étant émise au nom de son premier césar Lucius Aelius) composent cet ensemble qui appelle à deux remarques :

  • pour les trois premiers Antonins, plus le règne est récent, plus le nombre de monnaies est important car il y a deux fois plus d’exemplaires d’Hadrien que de ceux de Nerva et Trajan réunis ;

  • cela peut en partie s’expliquer par la nature même du site. Le premier bois daté précisément remonte à 123 ap. J.-C., c’est-à-dire du début du règne d’Hadrien (117-138). Les monnaies émises à Rome ont bien entendu mis un certain temps avant d’arriver sur les bords du lac du Bourget, mais il n’est pas inintéressant de noter une corrélation entre l’implantation des premiers pieux sur le site et l’arrivée significative d’exemplaires d’Hadrien. Cette tendance va se poursuivre sous les empereurs suivants.

3.3.5. Le numéraire d’Antonin le Pieux et de Marc Aurèle : les dépôts les plus nombreux

163Les années 138-180 ap. J.-C. constituent la période durant laquelle le site PNLV 1 se développe et où l’apport du numéraire est le plus important. Le règne d’Antonin le Pieux est représenté par trente-et-une monnaies (vingt de l’empereur, huit de son épouse Faustine et trois de Marc Aurèle césar : catalogue nos41 à 71), soit 27,68 % de l’ensemble des monnaies identifiées, tandis que celui de Marc Aurèle l’est par vingt-neuf pièces (25,89 % des monnaies identifiées : treize de Marc Aurèle, deux de Lucius Verus, dix de Faustine II et quatre de Lucilla ; voir catalogue nos72 à 100). On remarque donc que les monnaies de ces deux règnes composent plus de la moitié des pièces du site (53,57 % du total des monnaies identifiées), avec, pour les quarante-deux années des périodes 6 et 7a définies plus haut, des apports annuels respectifs de 1,35 monnaie pour la période 6 et de 1,53 pour la période 7a. À titre de comparaison, les apports annuels pour ces deux périodes ne sont que de 0,56 et 0,15 dans le sanctuaire proche de Viuz-Faverges (Amandry, Rémy 1995-1996 : 80).

164Il faut être prudent pour interpréter la circulation monétaire des monnaies d’Antonin le Pieux et de Marc Aurèle, mais nous pouvons là aussi relever des signes concordant en comparant les monnaies aux autres marqueurs chronologiques que sont les datations céramiques mais surtout dendrochronologiques. Quelques-unes de ces monnaies du milieu et de la seconde moitié du IIe siècle sont relativement bien conservées, signe que leur circulation a été assez brève avant qu’elles ne soient déposées au pied des pieux. Un exemple caractéristique est celui d’un as d’Antonin (catalogue n° 42), daté des années 140-144, et découvert associé au pieu de chêne n° 32, abattu en 153/154. Il est probable que cette monnaie a été placée lors de l’installation du pieu, peu après la coupe de celui-ci. Dans ce cas, sa durée de circulation n’aurait été que de dix à quinze ans. Il n’est pourtant pas impossible que l’as ait été déposé plus tard, ce qui empêche de tirer des conclusions définitives, mais la corrélation entre les deux dates mérite d’être signalée. Néanmoins, la plupart des monnaies présente un degré d’usure avancé, ce qui indiquerait qu’elles ont été utilisées assez longtemps. Il n’y aurait rien d’étonnant à cela, ce phénomène d’utilisation sur une longue durée des bronzes de la dynastie antonine étant bien attesté en Narbonnaise : « En Occident, les séries monétaires trouvées en fouilles présentent un net hiatus pour la première moitié du IIIe siècle (193-260). Parfois, pour des sites de petite importance où la moisson numismatique est réduite, un vide complet sépare les bronzes des Antonins des billons dévalués de la période 260-275, sans que l’on puisse en déduire un abandon du site ou une contraction des échanges. […] Le fait est général : les abondantes frappes antonines suffisant à alimenter la circulation » (Estiot 1996 : 48 ; voir également Estiot 2002 : 30).

165C’est pourquoi la prudence s’impose. Si certaines monnaies d’Antonin le Pieux et Marc Aurèle sont très probablement arrivées sur le site en même temps que les pieux y étaient placés, il est tout à fait possible qu’une partie non négligeable d’entre elles ne s’y soit retrouvée que (beaucoup) plus tardivement.

3.3.6. De Commode au début du IVe siècle : des apports numéraires sporadiques

166Seules onze monnaies (catalogue nos101 à 112, à l’exception du dupondius ou as n° 104, qui peut dater soit du règne de Marc Aurèle, soit de celui de Commode) datent avec certitude de la grande période allant du règne de Commode (180-192) à celui de Constantin (306-337). On peut dès lors parler d’apport en numéraire frais sporadique, avec 0,07 monnaie par an.

167Il ne faut cependant pas penser, comme on vient de l’écrire, que le site ait été abandonné dès le début du règne de Commode. Les trois monnaies de ce règne correspondent à des dupondii ou des asses de Crispine (catalogue nos101 à 103), c’est-à-dire qu’elles ont été émises au début du règne entre 180 et 183 et pourraient être rapprochées des pièces de l’époque de Marc Aurèle. Mais le graphique de répartition des monnaies (fig. 143) indique clairement que quelques pièces arrivent régulièrement tout au long de l’époque sévérienne : un as de Septime Sévère, un dupondius ou as de Iulia Domna et un sesterce de Sévère Alexandre (catalogue nos105 à 107). Elles sont suivies par deux sesterces de Gordien III (catalogue nos108 et 109). La présence de ces trois derniers sesterces du deuxième quart du IIIe siècle est très intéressante car elle reflète une spécificité régionale. Nous avons vu plus haut que les monnaies de cette époque sont quasiment absentes des sites gaulois, les habitants ayant utilisé jusqu’au début des années 260 des monnaies frappées aux Ier et IIe siècles (Estiot 1996 : 48 ; 2002 : 30). Or, seule la région alpine échappe à cette généralité : plusieurs dépôts qui y ont été trouvés indiquent que l’approvisionnement en bronzes de la première moitié du IIIe siècle s’est effectué dans cette zone montagneuse de manière beaucoup plus continue et intense que dans le reste de la Gaule, même si les monnaies du IIe siècle servent là aussi de stock monétaire principal (Amandry, Hollard 1997 : 23). Ainsi, les trois sesterces de Sévère Alexandre et Gordien III du site s’inscrivent parfaitement dans cette particularité régionale.

168La présence des trois dernières monnaies identifiées, de Gallien, Claude II le Gothique et Constantin Ier (catalogue nos110 à 112), est plus difficile à expliquer. Sont-elles les témoignages du maintien d’une activité cultuelle sur le site dans la deuxième moitié du IIIe et au début du IVe siècle, ou bien proviennent-elles d’une autre activité (tombées d’embarcations naviguant sur le lac) ? Il est impossible de le dire en l’état actuel de nos connaissances.

3.3.7. La ventilation des espèces

169Un tableau récapitulatif permet de visualiser la répartition des monnaies découvertes sur le site suivant leurs dénominations.

170La première remarque concerne la présence d’une seule monnaie en argent (denier d’Hadrien, catalogue n° 25 ; fig. 145), les autres espèces trouvées lors des fouilles étant toutes en « bronze » (en réalité laiton/orichalque pour les sesterces et dupondii, et cuivre pour les asses). On peut dès lors s’interroger sur la valeur des offrandes, qui paraît avant tout être symbolique : placer une simple pièce devait paraître suffisant pour honorer la ou les divinités du lieu, ou bien pour souhaiter que le vœu prononcé soit accompli (phénomène déjà observé sur d’autres sites : Gruel 2015, 765).

Fig. 145 - Denier d’Hadrien identifié après restauration (catalogue n° 25) :

Fig. 145 - Denier d’Hadrien identifié après restauration (catalogue n° 25) :

a – Photographie avant restauration ;
b – Radiographie avant restauration ;
c – Photographie après restauration.

171Néanmoins, le faciès monétaire du site peut également s’expliquer sans surprise lorsqu’on le compare avec d’autres fouilles. Jusqu’à l’époque antonine, l’as est demeuré la dénomination monétaire la plus utilisée en Gaule. Un exemple local en est donné par les fouilles du col du Petit-Saint-Bernard : « les dénominations de bronze les plus lourdes (dupondii et sesterces) sont très peu documentées au Ier siècle et au début du IIe, puisque nous avons dénombré entre Auguste et la fin du règne de Trajan quinze asses, deux sesterces de Vespasien […] et un dupondius ( ?) d’imitation de Nîmes » (Rémy et al. 2006 : 164). Ce n’est qu’au fil du temps que les espèces les plus lourdes ont chassé les plus légères, probablement en raison de la hausse des prix : celle-ci nécessitait l’usage de monnaies plus adaptées comme les sesterces. Cette tendance clairement visible à Conjux se retrouve à Viuz-Faverges (Amandry, Rémy 1995-1996 : 80-81), Roanne (Rémy 1985 : 58), Nîmes intra-muros (Amandry 1996 : 104 ; l’évolution est moins nette pour Nîmes extra-muros, où sesterces et asses se rencontrent en nombre égal [Amandry 1996 : 107]), Sète-Barrou (Brenot, Christol, Freises 1974 : 587-588), Toulouse (Geneviève 2000 : 38-39), Montmaurin (Labrousse 1969 : 335-340)… pour des exemples gaulois, et entre autres au gué de Liri en Italie (Frier, Parker 1970 : 92, 95-100) pour un cas hors de la Gaule.

172Les deux explications ne sont toutefois pas opposées, d’autant que les données fournies pour les derniers Antonins par le tableau récapitulatif (fig. 146) incitent à les associer. Si les sesterces commencent à arriver sur le site en nombre plus significatif à partir du règne d’Antonin le Pieux, mais encore plus sous celui de Marc Aurèle, ils restent encore en proportion très inférieurs aux asses et dupondii : seules 9,67 % des monnaies d’Antonin et 20,69 % de celles frappées sous Marc Aurèle sont des sesterces. Il n’y a donc pas de « remplacement » par les sesterces des espèces légères, les monnaies des premiers Sévères (Septime Sévère et Caracalla) appartenant également à cette dernière catégorie. Les divisions du sesterce ont donc continué à être préférentiellement utilisées, outils d’une pratique religieuse qui axait plus la démarche sur le geste que sur la valeur même de l’offrande.

Fig. 146 - Tableau de répartition des monnaies découvertes sur le site suivant leurs dénominations.

Règnes
(début de l’Empire-
fin des années 250)

Répartition des monnaies par dénominations

Asses      

Dupondii      

asses ou
dupondii

sesterces      

deniers      

Claude

-

1

-

-

-

Néron

1

-

-

-

-

Vespasien

2

-

-

-

-

Titus

2

-

-

-

-

Domitien

5

3

1

1

-

Nerva

1

1

-

-

-

Trajan

3

3

-

-

-

Hadrien

9

1

4

1

1

Antonin le Pieux

16

2

101

3

-

Marc Aurèle

10

3

102

6

-

Commode

-

-

33

-

-

Marc Aurèle ou Commode

-

-

14

-

-

Septime Sévère

1

-

-

-

-

Septime Sévère ou Caracalla

-

-

15

-

-

Sévère Alexandre

-

-

-

1

-

Gordien III

-

-

-

2

-

Règnes indéterminés

1

-

6

1

-

Total

51

14

36

15

1

Règnes
(de Gallien à Constantin)

Répartition des monnaies par dénominations

Gallien

1 antoninien

Claude II le Gothique

1 antoninien

Constantin Ier

1 nummus

1. Toutes ces monnaies ont été émises pour Faustine Ier ou Marc Aurèle césar, et il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’asses ou de dupondii.
2. Toutes ces monnaies ont été émises pour Faustine II ou Lucilla, et il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’asses ou de dupondii.
3. Il s’agit uniquement de monnaies de Crispine, frappées entre 180 et 183.
4. Catalogue n° 105 : monnaie de Lucilla ou de Crispine.
5. Catalogue n° 107 : monnaie de Iulia Domna.

173C’est uniquement avec les monnaies de Sévère Alexandre et de Gordien III, datées de 225, 239 et 243-244 (catalogue nos107-109) que le sesterce devient la seule monnaie utilisée sur le site. Là aussi ce phénomène est classique, l’inflation ayant fait disparaître progressivement les dupondii et asses de la circulation monétaire à partir de la fin du IIe siècle (Amandry 1995 : 23 ; Audra 1997 : 15-16).

174Les trois monnaies les plus récentes, datées des règnes de Gallien, Claude II le Gothique et Constantin sont des antoniniens pour les deux premières, et un nummus au 1/96e de livre pour la dernière. Elles ne présentent aucune originalité digne d’être soulevée, s’inscrivant parfaitement parmi les espèces circulant en même temps qu’elles.

3.3.8. Conclusion

175Plusieurs points marquants méritent d’être dégagés de cette brève synthèse. Le premier concerne la constitution du numéraire découvert : l’absence de monnaie d’or et la présence d’une seule monnaie en argent indique que les dépôts avaient une fonction symbolique. L’essentiel était de faire un don, pas de laisser une offrande d’une valeur importante, en détériorant parfois légèrement la monnaie : elle restait lisible, mais impossible à récupérer pour être réinjectée dans le circuit économique. Le second aspect est purement numismatique. La présence de quelques bronzes du IIIe siècle confirme une fois de plus que la zone alpine a été moins touchée que le reste des provinces gauloises par la raréfaction des espèces neuves à cette période.

176Le dernier point porte enfin sur la relative concentration chronologique des découvertes monétaires. Principalement datées des règnes d’Hadrien, d’Antonin le Pieux et de Marc Aurèle, les pièces retrouvées dans les eaux du lac du Bourget témoignent du développement du site à partir du deuxième quart du IIe siècle et de son utilisation au moins jusqu’aux années 180/190. Néanmoins, la longue durée de circulation des monnaies de bronze en Gaule romaine, bien établie par les études de sites et de trésors, et la découverte d’exemplaires des Sévères et de Gordien III, incitent à penser que le site PLNV 1 aurait pu être utilisé comme lieu de culte jusqu’à une date avancée du IIIe, voire peut-être jusqu’au début du IVe siècle.

Catalogue des monnaies

  • 1 Clichés O. Lempereur. Les astérisques indiquent les monnaies illustrées dans les planches.

1771*1. 14.15.10.01
Claude, dupondius, Rome, 41-42

D / [TI CLAVDIVS] CAESAR A[VG P M TR P IMP]. Tête nue de Claude à gauche.
R / [CERES AVGVSTA] (à l’entour) / [S C] (à l’exergue). Cérès drapée et voilée assise à gauche sur un trône, tenant deux épis de la main droite et une longue torche transversale de la main gauche.

9,86 g ; 4 h

RIC I2 : 127, n° 94
BNCMER II : 98, nos 174-175
BMC I : 183, nos 136-137
Grenoble II/2 : 20, nos 536-540
von Kaenel 1986 : 122-124, Münztyp 58, nos 1519-1558

1782*. 12.20.22.01
Néron, Rome, as, 65 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 66 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)

D / [NERO CA]ESAR AVG [GERM IMP] ou [IMP NERO CA]ESAR AVG [GERM]. Tête laurée de Néron à droite.
R / S C (de part et d’autre dans le champ). Victoria drapée debout à gauche, posant la main droite sur un bouclier sur lequel est inscrit SPQR.

8,39 g ; 6 h

RIC I2 : 169, n° 312 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 171, n° 351 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)
BNCMER II : 163, n° 399 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 167, n° 424 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)
BMC II : 246-247, nos 241-244 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 247, nos 246-248 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)
Grenoble II/2 : 40, nos 700-702 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 42 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)
Mac Dowall 1979 : 179-180, nos 285-290 (légende NERO CAESAR AVG GERM IMP) ou 181, n° 296 (légende IMP NERO CAESAR AVG GERM)

1793*. 14.14.10.01
Vespasien, Rome, as, 69-79

D / [---VESP]ASIA[NVS ---]. Tête laurée de Vespasien à droite.
R / Légende illisible. Personnage debout.

6,45 g; 12 h

RIC II2/1: -

1804*. 00.29.01.02 (Inv.00.096)
Vespasien pour Domitien César, Rome, as, 77-78

D / [CAESAR] AVG F DOMITIANVS COS [V]. Tête laurée de Domitien à droite.
R / S C (de part et d’autre dans le champ). Spes drapée marchant à gauche, tenant une fleur de la main droite et soulevant un pan de sa robe de la main gauche.

7,27 g ; 6 h

RIC II2/1 : 134, n° 1053 variante (La seconde édition du Roman Imperial Coinage, volume II/1, ne recense que des asses avec une légende de droit CAESAR AVG F DOMITIAN COS V. C’est également le cas pour les catalogues de la Bibliothèque nationale de France et du British Museum. La première édition, sur la foi de l’ouvrage d’Henry Cohen, mentionnait pourtant un as avec une légende de droit CAESAR AVG F DOMITIANVS COS V, comme dans le cas de la monnaie de Conjux (RIC II : 99, n° 724). Deux exemplaires identiques à celle-ci sont conservés à la bibliothèque municipale de Grenoble.
BNCMER III : 181, n° 792 variante (Légende de droit : CAESAR AVG F DOMITIAN COS V)
BMC II : 177, n° ‡ variante (Légende de droit : CAESAR AVG F DOMITIAN COS V)
Grenoble II/3 : 45, nos 196-197

1815*. 13.20.19.19
Titus, Rome, as, 80-81

D / IMP [T CAES] VES[P AVG P M TR P COS VIII]. Tête laurée de Titus à droite.
R / S C (de part et d’autre dans le champ). Spes drapée marchant à gauche, tenant une fleur de la main droite et soulevant un pan de sa robe de la main gauche.

9,47 g ; 7 h

RIC II2/1 : 212, n° 237
BNCMER III : 226, n° 220
BMC II : 267, nos 214-216
Grenoble II/3 : 60, n° 324

1826*. 13.20.16.03
Titus, Rome, as, 80-81

D / IMP T CAES VESP AVG P M TR P COS [VIII]. Tête laurée de Titus à droite.
R / S C (de part et d’autre dans le champ). Spes drapée marchant à gauche, tenant une fleur de la main droite et soulevant un pan de sa robe de la main gauche.

8,71 g ; 6 h

RIC II2/1 : 212, n° 237
BNCMER III : 226, n° 220
BMC II : 267, nos 214-216
Grenoble II/3 : 60, n° 324

1837*. 12.20.22.03
Domitien, Rome, as, 85

D / IMP CAES DOMITIAN AVG GERM COS XI. Tête laurée de Domitien à droite, avec l’égide.
R / MONETA AVGVST (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Moneta drapée debout à gauche, tenant une balance de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

9,48 g ; 6 h

RIC II2/1 : 286, n° 303
BNCMER III : 285, n° 337
BMC II : 367, n° 314
Grenoble II/3 : 71, nos 408-409

1848*. 12.20.18.06
Domitien, Rome, dupondius, entre 85 et 87

D / IMP C[AES DOMI]T AVG GERM COS X[---]. Tête radiée de Domitien à droite, avec l’égide.
R / [FORTVNAE AVGVSTI] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant un gouvernail de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

9,40 g ; 6 h

RIC II2/1 : -

1859*. 13.20.04.03
Domitien, Rome, as, entre 85 et 89

D / [IMP CAES DOMIT AV]G GERM COS XI[---]. Tête laurée de Domitien à droite.
R / [FIDEI] PVBLICAE (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fides drapée debout à droite, tenant des épis de blé et un pavot de la main droite et un panier de fruits de la main gauche.

10,23 g ; 6 h

RIC II2/1 : 291, n° 379 ou 293, n° 414 (COS XI), ou 298, n° 486 (COS XII), ou 302, n° 542 (COS XIII) ou 310, n° 647 (COS XIIII)
BNCMER III : 289, n° 371 (COS XI), ou 295, n° 415 (COS XII) ou 297, n° 429 (COS XIII) ou 299, n° 451 (COS XIIII)
BMC II : 383, n° 385 (COS XII) ou 387, n° 399 (COS XIII) ou 390, n° * (COS XIIII)
Grenoble II/3 : 76, nos 437-438 (COS XIII) ou 80, n° 471 (COS XIIII)

18610*. 13.20.03.02
Domitien, Rome, dupondius, 87

D / [IMP CAES] DOMIT A[VG GERM COS] XIII CENS PER P P. Tête radiée de Domitien à droite.
R / [FOR]TV[N]AE AVGVSTI (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant une branche et un gouvernail sur un globe de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

6,66 g ; 7 h

RIC II2/1 : 302, n° 535
BNCMER III : 296, n° 428
BMC II : 386, n° 397 variante (Tête radiée avec égide à la base du cou au droit de la monnaie du British Museum.)
Grenoble II/3 : 75, n° 434 (description fautive, buste sans égide)

18711*. 12.28.02.02
Domitien, Rome, as, 87

D / IM[P CAES DOMIT AVG GER]M COS XIII [CENS PER P] P. Tête laurée de Domitien à droite, avec l’égide.
R / Légende illisible. Fruste.

7,38 g ; orientation indéterminée

RIC II2/1 : 302, n° 543 ou 545 ou 548 ou 551

18812*. 14.20.20.03
Domitien, Rome, as, entre 85 et 96

D/ IM[P CAES DOMIT AVG GERM ---]. Tête laurée de Domitien à droite.
R/ [VIRTVTI AVG]V[STI] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Virtus casquée et en habit militaire debout à droite, le pied gauche posé sur un casque, tenant une lance verticale de main droite et le parazonium de la main gauche.

7,01 g ; 5 h

RIC II2/1 : -

18913*. 13.20.20.04
Domitien, Rome, dupondius, entre 85 et 96

D / Légende illisible. Tête radiée de Domitien à droite.
R / [FORTVNAE] AVGVSTI (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant une branche et un gouvernail sur un globe de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

8,10 g ; 6 h

RIC II2/1 : -

19014*. 13.20.22.06
Domitien, Rome, dupondius ou as, entre 85 et 96

D / [---]. Tête radiée ou laurée de Domitien à droite.
R / [FORTVNAE AVGVSTI] (à l’entour) / [S] C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant une branche et un gouvernail sur un globe de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

9,33 g ; 6 h

RIC II2/1 : -

19115*. 14.20.24.01
Domitien, Rome, as, entre 85 et 96

D/ [IMP CAE]S DOMIT AVG GE[RM ---]. Tête laurée de Domitien à droite.
R/ [---] (à l’entour) / S [C] (de part et d’autre dans le champ). Personnage drapé debout.

9,46 g ; 5 h

RIC II2/1 : -

19216*. 14.15.14.07
Domitien, Rome, sesterce, entre 81 et 96

D/ Légende illisible. Tête laurée de Domitien à droite.
R/ Légende illisible. Personnage drapé assis à gauche.

18,45 g ; 6 h

RIC II2/1 : -

19317*. 13.20.02.01
Nerva, Rome, as, septembre 96-janvier 98

cf. 3.2. et fig. 104, n° 628 la notice spécifique à l’identification de cette monnaie.

19418*. 13.20.08.06
Nerva, Rome, dupondius, septembre 96-janvier 98

D / [IMP] NERVA [CAES AVG P M TR P --- P] P. Tête radiée de Nerva à droite.
R / [FORTVNA AVG]VST (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant un gouvernail de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

11,92 g ; 5 h

RIC II : 227, n° 61 ou 228, n° 75 ou 228, n° 84 ou 229, n° 99
BNCMER III : 327, nos 78-79 ou 328, n° 90 ou 331, n° 111 ou 333, n° 124
BMC III : 16, n° 93 ou 18, n° § ou 22, nos 122-124 ou 25, n° §
Grenoble II/3 : 96, nos 590-592

19519*. 14.20.23.01
Trajan, Rome, as, février 98-automne 99

D/ [IMP NERVA CA]ES TRAIAN AVG [GERM P M]. Tête laurée de Trajan à droite.
R/ [TR POT COS II] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Pietas drapée et voilée debout de face la tête à gauche, posant la main gauche sur sa poitrine et levant la main droite au-dessus d’un autel allumé placé à ses pieds.

10,40 g (avec concrétions) ; 5 h

RIC II : 273, n° 393
BNCMER IV : 38, n° 37
BMC III : 150, n° 725
MIR 14 : 213, n° 46[H]a
Grenoble II/4 : 21-22, n° 19

19620*. 12.20.18.04
Trajan, Rome, dupondius, automne 98-automne 99 (COS II) ou 1er janvier 100-automne 100 (COS III)

D / [IMP CAES] NERVA TRAIAN AVG GERM P M. Tête radiée de Trajan à droite.
R / [TR POT] COS [II ou III P P] (à l’entour) / [S C] (à l’exergue). Abundantia drapée assise à gauche sur une chaise formée de deux cornes d’abondance croisées et tenant un sceptre de la main droite.

10,31 g ; 6 h

RIC II : 273, n° 398 (COS II) ou 274, n° 411 (COS III)
BNCMER IV : 38, nos 35-36 (COS II) ou 43, n° 97 (COS III)
BMC III : 149, n° 719 (COS II) ou 152, nos 734-736 (COS III)
MIR 14 : 215, n° 49a (COS II) ou 223, n° 67a (COS III)
Grenoble II/4 : - (COS II) ou 23, nos 28-31 (COS III)

19721*. 13.20.14.10
Trajan, Rome, as, entre 98 et 103 (au vu du portrait)

D / IMP CAES NERVA TRAIAN [AVG GERM] P M. Tête laurée de Trajan à droite.
R / [---] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fruste.

10,62 g ; 6 h

RIC II : -

19822*. 12.20.17.06
Trajan, Rome, dupondius, entre 104/105 et 107

D / IMP CAE[S NERVAE TRAIANO] AVG GER DAC P M TR P CO[S V P P]. Tête radiée de Trajan à droite.
R / S P Q R [OPTIMO PRINC]IPI (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Pax drapée debout à gauche, mettant le feu de la main droite à l’aide d’une torche à un amoncellement d’armes et tenant une corne d’abondance de la main gauche.

10,39 g ; 6 h

RIC II : 280, n° 507
BNCMER IV : 82, n° 587
BMC III : 189, n° 892 variante (buste radié et drapé au droit de la monnaie du British Museum)
MIR 14 : 289-290, n° 201a
Grenoble II/4 : 43, n° 180

19923*. 13.20.14.04
Trajan, Rome, as, 114-116

D / [---]. Buste lauré de Trajan à droite, la poitrine nue, avec l’égide sur l’épaule gauche.
R / [SE]NATVS [POPVL]VS[QUE R]OMANVS (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout à gauche, tenant un caducée ailé de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

10,14 g ; 7 h

RIC II : -

20024*. 14.15.03.10
Trajan, Rome, dupondius, entre 102 et 117 (le portrait de l’empereur permet de dater la monnaie après l’année 102)

D/ Légende illisible. Tête radiée de Trajan à droite.
R/ Légende illisible. Fruste.

9,17 g ; orientation indéterminée

RIC II : -

20125*. 13.20.13.01
Hadrien, Rome, denier, 118

D/ IMP CAES TRAIAN HADRIANVS AVG. Buste lauré d’Hadrien à droite, avec draperie sur l’épaule gauche.
R/ P M T[R P] COS II (à l’entour) / AET AVG (de part et d’autre dans le champ). Aeternitas drapée debout à gauche, tenant la tête du Soleil de la main droite et la tête de la Lune de la main gauche.

2,83 g ; 6 h

RIC II2/3 : 88, n° 167
BMC III : 247, n° 57
Grenoble II/5 : 14, n° 6

20226*. 14.00.00.02
Hadrien, Rome, as, 118

  • 2 Le revers est quasi fruste, mais on distingue légèrement les deux vexilla. Le buste et le visage, r (...)

D/ [IMP CAES DIVI TRA PARTH F DIVI NER NEP TRAIANO HADRIANO AVG]. Buste lauré d’Hadrien à droite, avec draperie sur l’épaule gauche.
R/ [PONT MAX TR POT COS II] (à l’entour) / S C (à l’exergue). Aigle légionnaire entre deux vexilla2.

9,18 g ; 6 h

RIC II2/3 : 86, n° 157
BMC III : 401, n° 1119
Grenoble II/5 : 16, n° 25

20327*. 13.20.13.10
Hadrien, Rome, dupondius, entre 119 et le milieu de 120

D / [IM]P CA[ESAR TRAIANV]S HADRIANVS AVG [P M TR P COS III]. Buste radié d’Hadrien à droite, avec draperie sur l’épaule gauche
R / VIR[TV]TI AV[GVSTI] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Virtus casquée et en habit militaire debout à droite, le pied gauche sur un casque, tenant une lance verticale la pointe en bas de la main droite et un parazonium de la main gauche.

9,67 g ; 6 h

RIC II2/3 : 96, n° 280
BMC III : 422, nos1240-1241
Grenoble II/5 : -

20428*. 13.20.05.07
Hadrien, Rome, as, entre 128 et 129

D / [H]ADRIANVS AVGVSTVS P [P]. Tête laurée d’Hadrien à droite.
R / COS [I]II (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Salus drapée debout à droite, nourrissant un serpent qu’elle tient dans ses bras.

10,63 g ; 5 h

RIC II2/3 : 141, n° 975
BMC III : 448, n° 1380 variante (buste au droit lauré et drapé sur l’épaule gauche)
Grenoble II/5 : 39, n° 224 variante (buste au droit lauré et drapé sur l’épaule gauche)

20529*. 13.20.07.22
Hadrien, Rome, as, entre 128 et 138 (au vu du portrait)

D / Légende illisible. Tête laurée d’Hadrien à droite.
R / [FORTVNA ---] (à l’entour) / S [C](de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant un gouvernail de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

10,03 g ; 5 h

RIC II2/3 : -

20630*. 13.20.22.04
Hadrien, Rome, as, entre 129 et 130

D / [H]ADRIANVS AVGVSTVS. Buste lauré et drapé d’Hadrien à droite.
R / COS III P P CLE[M]E[NT]IA AVG (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Clementia drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

9,54 g ; 6 h

RIC II2/3 : 159, n° 1266
BMC III : 458, n° 1442
Grenoble II/5 : 60-61, nos 404-405 variantes (buste et tête différents au droit)

20731*. 13.20.19.21
Hadrien, Rome, as, entre 129 et 130

D / [HA]DRIANVS AVGVS[TVS]. Tête laurée d’Hadrien à droite, avec un pan de draperie sur l’épaule gauche.
R / COS III P P CLEMEN[TIA A]VG (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Clementia drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

9,54 g ; 6 h

RIC II2/3 : 159, n° 1263
BMC III : 458, n° 1440
Grenoble II/5 : 61, n° 405

20832*. 12.27.08.02
Hadrien, Rome, as, entre 133 et 135

D / [H]ADR[IANVS COS III P P]. Tête laurée d’Hadrien à droite.
R / [F]O[RTVNAE REDVCI] (à l’entour) / [S C] (à l’exergue). Hadrien en toge debout à droite, tenant un volumen de la main gauche et serrant la main de Fortuna drapée debout à gauche, tenant une corne d’abondance de la main gauche et s’appuyant sur un gouvernail posé sur un globe.

10,08 g ; 5 h

RIC II2/3 : 214, n° 2100
BMC III : 482, n° 1601
Grenoble II/5 : 48, n° 307

20933*. 14.15.01.01
Hadrien, Rome, sesterce, entre 137 et juillet 138

D/ [HADRI]ANVS AVG COS III P P. Tête laurée d’Hadrien à droite.
R/ AEQV[ITAS AVG] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Aequitas drapée debout à gauche, tenant une balance de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

16,48 g ; 5 h

RIC II2/3 : 232, n° 2370
BMC III : 465, nos 1481-1483
Grenoble II/5 : 41, nos 243-244

21034*. 00.29.02.01 (Inv.00.094)
Hadrien, Rome, as, entre 137 et juillet 138

D / HADRIANVS AVG COS III P P. Tête laurée d’Hadrien à droite.
R / SPES P R (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Spes drapée marchant à gauche, tenant une fleur de la main droite et soulevant un pan de sa robe de la main gauche.

8,60 g ; 6 h

RIC II2/3 : 236, 2433
BMC III : 486, n° 1624
Grenoble II/5 : 50, nos 322-323 variante (tête nue au droit sur les deux exemplaires de la bibliothèque municipale de Grenoble)

21135*. 12.27.09.04
Hadrien, Rome, as, entre 117 et 138

D / Légende illisible. Buste drapé (et cuirassé ?) et lauré d’Hadrien à droite.
R / [---] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Personnage féminin drapé assis à gauche et tenant une corne d’abondance de la main gauche.

7,67 g ; 6 h

RIC II2/3 : -

21236*. 12.27.08.04
Hadrien, Rome, as, entre 117 et 138

D / Légende illisible. Tête nue ou laurée d’Hadrien à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

8,63 g ; orientation indéterminée

RIC II2/3 : -

21337*. 00.29.24.01 (Inv.00.082)
Hadrien, Rome, dupondius ou as, entre 117 et 138

D / Légende illisible. Buste d’Hadrien à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

9,64 g ; orientation indéterminée

RIC II2/3 : -

21438*. 13.28.12.01
Hadrien, Rome, dupondius ou as, entre 117 et 138 (première partie du règne au vu du portrait)

D / Légende illisible. Buste nu (et drapé ?) d’Hadrien à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

8,67 g ; orientation indéterminée

RIC II2/3 : -

21539*. 14.15.16.03
Hadrien, Rome, dupondius ou as, entre 117 et 138

D/ Légende illisible. Tête nue d’Hadrien à droite.
R/ [---] (à l’entour) / S [C] (de part et d’autre dans le champ). Personnage debout.

8,01 g ; 6 h

RIC II2/3 : -

21640*. 14.15.05.08
Hadrien pour Lucius Aelius césar, Rome, dupondius ou as, 137

D/ [L AELIVS CAESAR]. Tête nue de Lucius Aelius césar à droite.
R/ [TR POT C]O[S II] (à l’entour) / [PAN]NO – NIA (de part et d’autre dans le champ) / [S] C (de part et d’autre dans le champ). Pannonia drapée et tourrelée debout de face la tête à gauche, tenant un vexillum de la main gauche et relevant un pan de sa robe de la main droit.

8,90 g ; 7 h

RIC II2/3 : 254, n° 2661
BMC III : 547, n° 1936
Grenoble II/5 : 69, n° 487

21741*. 00.09.03.01 (Inv.00.126)
Antonin le Pieux, Rome, sesterce, 139

D / ANTONINVS AVG PIVS P P. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / PHOE[NIC]E (à l’entour) / COS II (de part et d’autre dans le champ) / S C (de part et d’autre dans le champ). La Phénicie vêtue d’une tunique et tourrelée debout à gauche, le pied gauche posé sur une proue, tenant une couronne de la main droite et un sceptre court de la main gauche ; derrière elle, un palmier.

21,99 g ; 6 h

RIC III : 106, n° 587
BMC IV : 191, n° 1195
Grenoble II/6 : -

21842*. 00.29.06.04 (Inv.00.115)
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 140 et 144

D / ANTONINVS AVG PIVS [P P TR P] COS III. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / FELICITAS AVG (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout de face, la tête à gauche, tenant un caducée court de la main droite et une branche de la main gauche.

8,42 g ; 12 h

RIC III : 115, n° 679
BMC IV : 218, nos 1362-1364
Grenoble II/6 : 24, nos 82-83

21943*. 14.15.03.02
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 140 et 144

D/ [ANTONINVS AVG PI]VS P P TR P [CO]S III. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R/ [FELICI]TAS AVG (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout de face, la tête à gauche, tenant un caducée court de la main droite et une branche de la main gauche.

7,89 g ; 5 h

RIC III : 115, n° 679
BMC IV : 218, nos 1362-1364
Grenoble II/6 : 24, nos 82-83

22044*. 13.20.04.05
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 140 et 144

D / ANTONINVS A[VG PIVS] P P. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / TR POT COS III (à l’entour) / S C (à l’exergue). Instruments sacerdotaux : couteau, aspersoir, vase, lituus et simpulum.

11,69 g ; 1 h

RIC III : 117, n° 704(a)
BMC IV : 222, n° 1379
Grenoble II/6 : 26, nos 99-102

22145*. 14.15.10.04
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 143 et 144

D/ [ANTONINVS] AVG PIV[S P P TR P COS III]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R/ [IMPERATOR II] (à l’entour) / S C (à l’exergue). Louve debout à droite, allaitant Romulus et Rémus ; en-dessous, un bateau.

8,10 g ; 6 h

RIC III : 120, n° 734(a)
BMC IV : 219, n° 1365
Grenoble II/6 : -

22246*. 00.29.01.05 (Inv.00.099)
Antonin le Pieux, Rome, as, 10 décembre 148-9 décembre 149

D / ANTONINVS AVG [PIVS P] P TR P XII. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / [MVNIFI]CENTIA AVG (à l’entour) / COS IIII/S C (à l’exergue). Éléphant cuirassé marchant à droite.

8,94 g ; 12 h

RIC III : 134, n° 862(a)
BMC IV : 301, n° 1840
Grenoble II/6 : 40, nos 241-243

22347*. 14.14.04.01
Antonin le Pieux, Rome, as, 10 décembre 151-9 décembre 152

D/ [ANTONINVS AVG] PIVS P P TR P [XV]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R/ [SALVS] AVG COS IIII (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Salus drapée debout à gauche, nourrissant avec une patère dans la main droite un serpent enroulé autour d’un autel et tenant un long sceptre vertical de la main gauche.

7,12 g ; 12 h

RIC III : 138, n° 900a
BMC IV : 317, n° 1907 variante (l’as du British Museum présente au droit un buste lauré et drapé d’Antonin le Pieux. L’année 151-152 est la seule du règne de cet empereur durant laquelle des asses ont été émis avec ce revers au type de Salus et avec cette description. Sur la plupart des exemplaires où le droit figure une simple tête laurée, la mention du consulat se situe sur le revers à l’exergue [BMC IV : 317, nos 1904-1906], ce qui n’est pas le cas sur la monnaie de Conjux)
Grenoble II/6 :- (il existe un as proche dans le médaillier de la Bibliothèque municipale de Grenoble, avec COS IIII à l’exergue [Grenoble II/6 : 44, n° 269, voir explication à la référence précédente]

22448*. 00.20.01.01 (Inv.00.073)
Antonin le Pieux, Rome, as, 10 décembre 152-9 décembre 153

D / [ANTONINVS AVG PIVS P P TR P] XVI. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / ANNONA [AVG COS IIII] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Annona drapée debout de face, tenant un modius sur un cippe de la main droite et une branche de la main gauche ; à droite sur le sol, une corbeille de fruits.

10,16 g ; 11 h

RIC III : 139, n° 910
BMC IV : 322, n° *
Grenoble II/6 : -

22549*. 14.15.03.01
Antonin le Pieux, Rome, as, 10 décembre 154-9 décembre 155

D/ [ANTO]NINVS AVG PIVS P P TR P X[VIII]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R/ [FELI]CITAS COS II[II] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout de face, la tête à gauche, tenant un long caducée ailé vertical de la main droite et deux épis de blé de la main gauche tendue.

7,77 g ; 11 h

RIC III : 142, n° 937
BMC IV : 332, n° 1981
Grenoble II/6 : 47-48, nos 296-301

22650*. 12.27.09.03
Antonin le Pieux, Rome, dupondius, 10 décembre 155-9 décembre 156 (TR POT XIX) ou 10 décembre 156-9 décembre 157 (TR POT XX)

D / [ANTON]INVS AV[G] PIVS P P I[MP II]. Tête radiée d’Antonin le Pieux à droite.
R / TR POT [XIX ou XX COS IIII] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Providentia drapée debout à gauche, montrant de la main droite un globe et tenant un long sceptre vertical de la main gauche.

10,77 g ; 6 h

RIC III : 144, n° 953 (TR POT XIX) ou 146, n° 970 (TR POT XX)
BMC IV : 336, n° ‡ (TR POT XIX) ou 341, nos 2025 et 2027 (TR POT XX)
Grenoble II/6 : - (TR POT XIX) ou 50, n° 324 (TR POT XX)

22751*. 12.28.01.01
Antonin le Pieux, Rome, sesterce, 10 décembre 158-9 décembre 159

D / ANTONINVS AVG PIVS P P TR P XXII. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / TEMPLVM DIV AVG REST (à l’entour) / COS IIII (à l’exergue) / S C (de part et d’autre dans le champ). Temple octostyle sur un podium de deux marches ; à l’intérieur du temple, deux statues assises d’Auguste et de Livie ; dans le fronton et sur le toit, figures incertaines.

22,30 g ; 6 h

RIC III :149, n° 1004
BMC IV : 352, nos 2063-2066
Grenoble II/6 : 53, nos 345-347

22852*. 12.27.09.01
Antonin le Pieux, Rome, as, 10 décembre 160-9 décembre 161

D / ANTONINVS AVG PIVS P P. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / TR POT [X]X[II]II COS IIII (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Aeternitas ( ?) drapée debout à gauche, tenant un caducée de la main droite et un phénix sur un globe de la main gauche.

8,04 g ; 5 h

RIC III : 154, n° 1051
BMC IV : 363, nos 2115-2116
Grenoble II/6 : -

22953*. 00.28.02.02 (Inv. 00.101)
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 145 et 161

D / ANTONINVS AVG -PIVS P P TR P. Tête radiée d’Antonin le Pieux à droite.
R / HONORI AVG COS IIII (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Honos en toge debout à gauche, tenant une branche de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

12,99 g ; 12 h

RIC III : 128, n° 802
BMC IV : 280, n° 1738
Grenoble II/6 : 33, n° 166

23054*. 00.29.07.05 (Inv.00.113)
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 145 et 161

D / ANTONINVS AVG [PIVS P P TR P] COS IIII. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / S C (de part et d’autre dans le champ). Apollon drapé debout à gauche, tenant une patère de la main droite et une lyre de la main gauche.

10,14 g ; 12 h

RIC III : 130, n° 824(a)
BMC IV : 284, nos 1756-1757
Grenoble II/6 : -

23155*. 14.15.07.04
Antonin le Pieux, Rome, dupondius, entre 138 et 161

  • 3 Il est probable qu’il faille voir au revers Salus drapée debout à gauche, nourrissant avec une patè (...)

D/ [--- ? AN]TONINVS [---]. Tête radiée d’Antonin le Pieux à droite.
R/ [---] (à l’entour) / [S] C (de part et d’autre dans le champ). Personnage féminin drapé debout à gauche, tenant un objet indéterminé de la main droite3.

9,49 g ; 12 h

RIC III : -

23256*. 12.27.09.02
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 138 et 161

D / Légende illisible. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / Légende illisible. Fortuna drapée debout à gauche, tenant un gouvernail de la main droite.

9,60 g ; 6 h

RIC III : -

23357*. 00.19.01.01 (Inv.00.121)
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 138 et 161

D / Légende illisible. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / [---] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Personnage drapé debout à gauche, tenant un objet indéterminé (des épis ?) de la main droite.

8,67 g ; 6 h

RIC III : -

23458*. 12.25.09.02
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 138 et 161

D / [--- ANTONI]NVS [---]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / Légende illisible. Personnage debout.

7,80 g ; 11 h

RIC III : -

23559*. 00.29.18.01 (Inv.00.119)
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 138 et 161

D / [--- AN]TONINVS [---]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

7,51 g ; orientation indéterminée

RIC III : -

23660*. 13.20.05.24
Antonin le Pieux, Rome, as, entre 138 et 161

D / [ANT]ONINVS [---]. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite.
R / [---] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant une branche de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

7,15 g ; 12 h

RIC III : -

23761*. 00.29.03.03 (Inv.00.092)
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 138 et 141

D / [FAVSTI]NA AVG AN[TONINI AVG PII P P]. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / [VENERI AVGVSTAE] (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Vénus drapée debout à droite, relevant un pan de sa robe sur l’épaule gauche avec la main droite et tenant une pomme de la main gauche.

8,68 g ; 12 h

RIC III : 160, n° 1097
BMC IV : 175, n° 1132
Grenoble II/6 : -

23862*. 12.20.10.07
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / [DIVA FAVSTINA]. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / [AETERNITAS] (à l’entour) / S [C] (de part et d’autre dans le champ). Aeternitas drapée debout à gauche, tenant un phénix sur un globe de la main droite et relevant un pan sa robe de la main gauche.

5,80 g ; 6 h

RIC III : 166, n° 1157
BMC IV : 247, nos 1544-1547
Grenoble II/6 : 68, nos 494-495

23963*. 00.28.02.01 (Inv. 00.100)
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / DIVA FAVSTINA. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / AVGVSTA (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Cérès drapée debout à gauche, tenant une torche de la main droite et relevant un pan de sa robe de la main gauche.

9,97 g ; 12 h

RIC III : 167, n° 1176
BMC IV : 252, n° †
Grenoble II/6 : -

24064*. 13.20.05.09
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / DIVA FAV[ST]INA. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / [AVGV]STA (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Cérès drapée et voilée debout de face la tête à gauche, tenant une petite torche transversale allumée de la main droite, et un long sceptre vertical appuyé contre elle de la main gauche.

9,14 g ; 6 h

RIC III : 167, n° 1173a
BMC IV : 251, nos 1572-1574
Grenoble : II/6, -

24165*. 12.20.11.02
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / [DI]VA FAVSTI[NA]. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / [AVGV]ST[A] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Vesta drapée et voilée debout à gauche, tenant le palladium de la main droite et une longue torche verticale de la main gauche.

10,21 g ; 11 h

RIC III : 168, n° 1178
BMC IV : 252, n° 1581
Grenoble II/6 : 69, nos 505-506

24266*. 14.15.02.03
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, dupondius ou as, Rome, entre 141 et 161

D/ [DI]VA FAVS[T]I[NA]. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R/ AV[G]V[STA] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Vesta voilée et drapée debout à gauche, tenant le palladium de la main droite tendue et un long sceptre vertical de la main gauche.

6,41 g ; 6 h

RIC III : 168, n° 1179
BMC IV : 253, n° 1582
Grenoble II/6 : 71, n° 520

24367*. 12.27.08.03
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / DIVA FAVSTINA. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / [I]VNO (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Junon diadémée, drapée et voilée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

9,31 g ; 5 h

RIC III : 168, n° 1190
BMC IV : 255, nos 1596-1598
Grenoble II/6 : -

24468*. 00.29.01.03 (Inv.00.095)
Antonin le Pieux pour Faustine Ier, Rome, dupondius ou as, entre 141 et 161

D / Légende illisible. Buste drapé de Faustine I à droite ; divisés en quatre tresses sur les tempes, les cheveux ondulés sont rassemblés en une tresse unique qui va de l’arrière de la nuque vers le haut de la tête, où elle se termine en un petit chignon.
R / Légende illisible. Fruste.

9,05 g ; orientation indéterminée

RIC III : -

24569*. 14.15.25.01
Antonin le Pieux pour Marc Aurèle césar, Rome, dupondius ou as, 10 décembre 155-9 décembre 156

D/ [AVRELIVS C]AE[S ANTON AVG PII F]. Tête nue de Marc Aurèle à droite.
R/ [TR POT X] CO[S II] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fortuna drapée debout à gauche, tenant un gouvernail sur un globe de la main droite et relevant sa robe de la main gauche.

8,49 g ; 6 h

RIC III : 185, n° 1332
BMC IV : 338, n° §
Grenoble II/6 : -

24670*. 14.15.11.01
Antonin le Pieux pour Marc Aurèle césar, Rome, sesterce, 10 décembre 156-9 décembre 157 (TR POT XI) ou 10 décembre 157-9 décembre 158 (TR POT XII)

D/ [AVRELIV]S CAES ANT[ON AVG PII F]. Tête nue de Marc Aurèle à droite.
R/ TR POT X[I ou II COS II] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout à gauche, s’appuyant sur une colonne avec le coude gauche, tenant un caducée de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

20,73 g ; 5 h

RIC III : 186, n° 1337(a) (TR POT XI) ou 187, n° 1344 (TR POT XII)
BMC IV : 343, n° 2030 variante (TR POT XI, tête nue avec pan de draperie sur l’épaule gauche) ou 349, nos 2049-2050 (TR POT XII)
Grenoble II/6 : 81, n° 593 (TR POT XII)

24771*. 13.20.22.08
Antonin le Pieux pour Marc Aurèle césar, Rome, dupondius ou as, entre 140 et 161

D / AVRELIVS CAES[---]. Buste drapé et tête nue de Marc Aurèle à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

9,44 g ; orientation indéterminée

RIC III : -

24872*. 00.29.01.04 (Inv.00.098)
Marc Aurèle, Rome, as, 7 mars 161-9 décembre 161

D / IMP CAES M AVREL [ANTONINVS AVG P M]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R / CONCORD AVGVSTOR TR P XV (de part et d’autre dans le champ) / COS III (à l’exergue) / S C (de part et d’autre dans le champ). Marc Aurèle et Lucius Verus en toge debout face à face se serrant la main droite, Marc Aurèle tenant un rouleau dans la main gauche.

11,10 g ; 11 h

RIC III : 277, n° 802
BMC IV : 521, n° 854
MIR 18 : 96, n° 16-9/32
Grenoble II/7 : -

24973*. 14.15.05.02
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 163-9 décembre 164

D/ [M AV]REL ANTONINVS [AVG P M]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ TR P XVIII [IMP II COS III] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Victoire drapée marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite et une palme de la main gauche.

7,95 g ; 6 h

RIC III : 282, n° 881
BMC IV : 559, n° 1087 variante (légende de droit M ANTONINVS AVG P M sur l’exemplaire du British Museum)
MIR 18 : 104, n° 85-9/30
Grenoble II/7 : -

25074*. 00.29.14.01 (Inv.00.081)
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 163-9 décembre 164

D / M ANTONINVS AVG P M. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R / TR P XVIII IMP II COS III (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Victoire drapée marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite et une palme de la main gauche.

9,96 g ; 12 h

RIC III : 283, n° 884
BMC IV : 559, n° 1087
MIR 18 : 104, n° 85-9/30
Grenoble II/7 : -

25175*. 15.23.19.01
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 166-9 décembre 167

D/ [M ANTONI]NVS AVG [ARM PARTH MAX]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ [TR P XXI IMP IIII COS III] (à l’entour) / [VOTA] (à l’exergue) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Marc Aurèle voilé et en toge debout de face la tête à gauche, sacrifiant avec une patère dans la main droite au-dessus d’un autel tripode.

3,99 g ; 11 h

  • 4 La monnaie est usée, mais il n’existe d’après le MIR 18 dans le monnayage de Marc Aurèle qu’une seu (...)

RIC III : 289, n° 9514
BMC IV : 599, n° 1323
MIR 18 : 110, n° 154-9/30
Grenoble II/7 : 24, n° 79

25276*. 14.15.04.02
Marc Aurèle, Rome, dupondius, 10 décembre 170-9 décembre 171

D/ [IMP M ANTONINVS AVG TR P X]X[V]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ [VO]TA SUSCEP [DECENN II] (à l’entour) / CO[S III] (à l’exergue) / S C (de part et d’autre dans le champ). Marc Aurèle voilé et en toge debout à gauche, sacrifiant avec une patère dans la main droite au-dessus d’un autel tripode et tenant un rouleau de la main gauche.

10,19 g ; 12 h

RIC III : 294, n° 1018
BMC IV : 621, nos 1410-1411
MIR 18 : 120, n° 223-8/50
Grenoble II/7 : -

25377*. 15.02.06.01
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 170-9 décembre 171

D/ [M ANTONINVS AVG TR P XXV]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ [COS] I[II] (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Minerve marchant à droite, brandissant un javelot de la main droite et tenant un bouclier de la main gauche.

7,62 g ; 6 h

RIC III : 292, n° 991
BMC IV : 618, n° 1393
MIR 18 : 120, n° 207-9/30
Grenoble II/7 : -

25478*. 13.28.11.02
Marc Aurèle, Rome, sesterce, 10 décembre 172–9 décembre 173

D / [M A]NTONINVS AVG TR P XXVII. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R / VICT / GERMA / • / IMP VI / COS III / S C. Couronne de laurier ornée d’une gemme ovale entourant l’inscription.

22,98 g ; 11 h

RIC III : 300, n° 1090
BMC IV : 630, n° 1455
MIR 18 : 122, n° 263-6/30
Grenoble, II/7 : 35, nos 175-176 variante (GERM au lieu de GERMA dans la légende de revers)

25579*. 15.02.01.02
Marc Aurèle, Rome, sesterce, 10 décembre 172-9 décembre 173

D/ [M A]NTONINVS AVG TR P XX[VII]. Buste lauré, drapé et cuirassé de Marc Aurèle à droite, vu de trois quarts en arrière.
R/ [IMP VI COS III] (à l’entour) / [RE]LIG AVG (à l’exergue) / S C (de part et d’autre dans le champ). Mercure coiffé d’un pétase et vêtu d’une tunique debout à gauche sur un podium, dans un temple à quatre colonnes à chapiteaux en forme de tête humaines et à fronton cintré, tenant une bourse de la main droite et un caducée de la main gauche ; dans le tympan du temple, une tortue, un coq, un bélier, un caducée, un casque ailé et une bourse.

21,02 g ; 12 h

RIC III : 299, n° 1074
BMC IV : 629, n° 1448
MIR 18: 122, n° 258-6/37
Grenoble II/7 : 34, nos 166-167

25680*. 12.25.09.01
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 174-automne 175

D / M ANTONINVS AVG TR P XX[IX]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R / [IMP VII] (à l’entour) / S C (à l’exergue). Le Tibre allongé à gauche, la main droite posée sur un bateau et la main gauche posée sur une urne d’où sort le fleuve.

9,01 g ; 12 h

RIC III : 303, n° 1142
BMC IV : 638, n° 1499
MIR 18 : 124, n° 290-9/30
Grenoble II/7 : 38, nos 199-200

25781*. 15.02.03.01
Marc Aurèle, Rome, as, 10 décembre 175-9 décembre 176 (TR P XXX) ou 10 décembre 176-Automne 177 (TR P XXXI)

  • 5 La première légende était employée avec TR P XXX dans la légende de droit, la seconde avec TR P XXX (...)

D/ [M ANTONINVS AVG GERM SARM TR P XXX ou XXXI]. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ [IMP VIII COS III] PAX AET[ERNA AVG] ou [IMP VIII COS III P P] PAX AET[ERNA AVG]5 (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Pax drapée debout à gauche, tenant une corne d’abondance de la main gauche et allumant une pile d’armes avec une torche tenue de la main droite.

7,46 g ; 6 h

RIC III : 305, n° 1165 (TR P XXX) ou 308, n° 1202 (TR P XXXI)
BMC IV : 649, n° * (TR P XXX) ou 663, n° 1631 (TR P XXXI)
MIR 18 : 130, n° 358-9/30 (TR P XXX) ou 132, n° 375-9/30 (TR P XXXI)
Grenoble II/7 : - (TR P XXX) ou 44, n° 238 (TR P XXXI)

25882*. 14.14.17.01
Marc Aurèle, Rome, dupondius, 10 décembre 176-9 décembre 177

  • 6 Il n’est pas possible d’être plus précis dans la description du revers, et d’identifier quel captif (...)

D/ [M ANTONINVS AVG GERM] SARM TR P XX[XI]. Tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/ [IM]P [VIII COS III P P] (à l’entour) / [DE GERM ou DE SARM] (à l’exergue) / S C (de part et d’autre dans le champ). Trophée d’armes ; à sa base, deux captifs assis les mains dans le dos6.

11,26 g ; 11 h

RIC III : 306, nos 1179a ou 1181 (DE GERM à l’exergue), ou 306-307, nos 1186 ou 1188 (DE SARM à l’exergue)
BMC IV : 659-660, nos 1612-1613 (DE GERM à l’exergue) ou 660, n° 1614 (DE SARM à l’exergue)
MIR 18 : 132, n° 369-8/50 (DE GERM à l’exergue) ou 132, n° 372a-8/50 (DE SARM à l’exergue)
Grenoble II/7 : 43, nos 230-231 (DE GERM à l’exergue) ou - (DE SARM à l’exergue)

25983*. 14.15.03.06
Marc Aurèle, Rome, dupondius, entre 161 et 180

  • 7 Des lettres sont visibles à 10 h, mais sont impossibles à lire.

D/ Légende illisible7. Tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/ Légende illisible. Personnage drapé debout à gauche, tenant un objet indéterminé de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

10,81 g ; 5 h

RIC III : -

26084*. 14.15.05.06
Marc Aurèle, Rome, as, entre 161 et 180

D/ Légende illisible. Tête laurée de Marc Aurèle à droite.
R/ Légende illisible. Personnage drapé debout à gauche.

5,94 g ; 12 h

RIC III : -

26185*. 14.14.02.01
Lucius Verus, Rome, as, entre 161 et 169

D/ Légende illisible. Tête nue de Lucius Verus à droite.
R/ [--- COS] II (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Personnage drapé debout à gauche, tenant une corne d’abondance de la main gauche.

5,84 g ; 6 h

RIC III : -

26286*. 14.15.10.03
Lucius Verus, Rome, as, entre 161 et 169

  • 8 On distingue des lettres au revers mais il est impossible de les lire.

D/ Légende illisible. Tête nue de Lucius Verus à droite.
R/ Légende illisible (à l’entour)8 / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Personnage drapé debout à gauche.

7,26 g ; 5 h

RIC III : -

26387*. 14.15.14.06
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, sesterce, entre 161 et 176

D/ FAVSTINA AVGVS[TA]. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ FEC[VND] [A]VGVSTAE (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fecunditas drapée debout de face la tête à gauche, portant un enfant dans chaque bras ; de chaque côté, un enfant debout tourné vers elle, levant la main droite.

20,31 g ; 12 h

RIC III : 345, n° 1635
BMC IV : 530-531, nos 903-905
MIR 18 : 169, n° 10-6(a)
Grenoble II/7 : 65, nos 405-408

26488*. 14.15.06.01
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, sesterce, entre 161 et 176

D/ [FA]VSTINA AVGVS[TA]. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [HILARITAS] (à l’entour) / S [C] (de part et d’autre dans le champ). Hilaritas drapée debout à gauche, tenant une longue palme de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

17,64 g ; 6 h

RIC III : 345, n° 1642
BMC IV : 531-532, nos 911-913
MIR 18 : 169, n° 15-6(a)
Grenoble II/7 : 66, nos 417-422

26589*. 12.27.07.02
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, sesterce, entre 161 et 176

D / FAVSTINA AVGVSTA. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête, avec un bandeau de perles.
R / LAE[TI]TIA (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Laetitia drapée debout à gauche, tenant une couronne de la main droite et un long sceptre oblique de la main gauche.

20,16 g ; 6 h

RIC III : 346, n° 1654
BMC IV : 533, nos 924-926
MIR 18 : 169, n° 21-6(b)
Grenoble II/7 : 67, n° 436

26690*. 12.27.07.01
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 161 et 176

D / FAVSTINA [AVGVSTA]. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R / [C]E[RES] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Céres drapée et voilée assise à gauche sur une ciste, tenant deux épis de blé de la main droite et une petite torche allumée de la main gauche.

11,49 g ; 12 h

RIC III : 344, n° 1622
BMC IV : 538, n° 967
MIR 18 : 169, n° 3-7(c)
Grenoble II/7 : 69, n° 459

26791*. 12.28.01.03
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 161 et 176

D / FAVSTINA AVGVSTA. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R / [DIANA] LVCIFERA (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Diane drapée debout à droite, portant des deux mains une torche allumée.

9,28 g ; 12 h

RIC III : 344, n° 1632
BMC IV : 539, nos 974-975
MIR 18 : 169, n° 8-7(c)
Grenoble II/7 : 70, n° 465

26892*. 12.20.01.05
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 161 et 176

D / FAVSTINA AVGVSTA. Buste drapé et diadémé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R / FECVND A[VGVST]AE (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Fecunditas drapée debout à gauche entre deux petites filles, portant un enfant dans chaque bras.

10,70 g ; 5 h

RIC III : 345, n° 1636
BMC IV : 540, nos 977-979
MIR 18 : 169, n° 10-7(a)
Grenoble II/7 : 70, nos 466-467

26993*. 14.15.02.02
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 161 et 176

  • 9 Le Roman Imperial Coinage (sur la foi de l’ouvrage d’Henry Cohen - Description historique des monna (...)

D/ [FAVSTIN]A [AVGVSTA]. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [IVNO ou IVNONI REGINAE]9 (à l’entour) / [S] C (de part et d’autre dans le champ). Junon voilée et drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite tendue et un long sceptre vertical de la main gauche ; à ses pieds, un paon à gauche.

7,41 g ; 11 h

RIC III : 345, n° 1647 (légende de revers IVNO) ou 346, n° 1652 (légende de revers IVNONI REGINAE)
BMC IV : 541, nos 983-984 (légende de revers IVNO) ou 541, nos 985-986 (légende de revers IVNONI REGINAE)
MIR 18 : 169, nos 17-7(a) ou 17-7(b) (légende de revers IVNO), ou 169, nos 19-7(a) ou 19-7(b) (légende de revers IVNONI REGINAE)
Grenoble II/7 : 71, nos 471-473 (légende de revers IVNO) ou 71, nos 474-463 (légende de revers IVNONI REGINAE)

27094*. 14.20.11.01
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 161 et 176

D/ FAVSTINA AVGVSTA. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [IVN]O[NI REG]IN[AE] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Junon voilée et drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite tendue et un long sceptre vertical de la main gauche ; à ses pieds, un paon à gauche.

9,99 g ; 12 h

RIC III : 346, n° 1652
BMC IV : 541, nos 985-986
MIR 18 : 169, nos 19-7(a)
Grenoble II/7 : 71, nos 474-463

27195*. 14.15.03.04
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, sesterce, entre 176 et 180

D/ DIVA FAVSTINA PIA. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ CONS[ECR]A[TIO] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Trône décoré de palmes et d’un drap sur lequel est posé un sceptre transversal ; en-dessous, un paon de face, la tête à gauche, faisant la roue.

22,96 g ; 11 h

RIC III : 349, n° 1704
BMC IV : 654, n° 1577
MIR 18 : 169, n° 61-6/10
Grenoble II/7 : 74, n° 504

27296*. 15.23.16.01
Marc Aurèle pour Faustine II, Rome, dupondius ou as, entre 176 et 180

  • 10 On distingue quelques traces de lettres mais elles sont impossibles à identifier.

D/ DIVA FAVSTIN[A PIA]. Buste drapé de Faustine II à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ Légende illisible10. Fruste.

11,10 g ; orientation indéterminée

RIC III : -

27397*. 14.14.19.01
Marc Aurèle pour Lucilla, Rome, dupondius ou as, entre 164 et 169

D/ [LVCI]L[L]A AV[GVSTA]. Buste drapé de Lucilla à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [FEC]VN[DITAS] (à l’entour) / [S C] (à l’exergue). Fecunditas ou Lucilla drapée assise à gauche sur un trône, tendant la main droite vers un enfant debout à droite devant elle et levant la main droite.

7,59 g ; 6 h

RIC III : 352, n° 1739
BMC IV : 578-579, nos 1215-1216
MIR 18 : 172, n° 27-6(b)
Grenoble II/7 : 78, n° 545

27498*. 12.27.07.03
Marc Aurèle pour Lucilla, Rome, dupondius ou as, entre 164 et 169

D / LVC[ILL]AE AVG [ANTONINI AVG F]. Buste drapé de Lucilla à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R / [S]ALVS (à l’entour) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Salus drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche, nourrissant avec la patère un serpent enroulé autour d’un autel.

9,05 g ; 1 h

RIC III : 354, n° 1761
BMC IV : 574, n° 1186
MIR 18 : 171, n° 15-7(a)
Grenoble II/7 : 81, nos 588-589

27599*. 12.20.01.03
Marc Aurèle pour Lucilla, Rome, dupondius ou as, entre 164 et 169

D / LVCILLAE AVG ANTONINI AVG F. Buste drapé de Lucilla à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R / VE[N]VS (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Venus drapée debout à gauche, tenant une pomme de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

11,53 g ; 6 h

RIC III : 354, n° 1764
BMC IV : 574, n° 1189
MIR 18 : 171, n° 16-7(a)
Grenoble II/7 : -

276100*. 14.14.00.01 (tamis)
Marc Aurèle pour Lucilla, Rome, dupondius ou as, entre 164 et 169

D/ [LVCIL]LAE AVG [A]NTON[INI A]VG F. Buste drapé de Lucilla à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ V[ENVS] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Vénus drapée debout à gauche, tenant une pomme de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche.

9,06 g ; 6 h

RIC III : 354, n° 1764
BMC IV : 574, n° 1189
MIR 18 : 171, n° 16-7(a)
Grenoble II/7 : -

277101*. 12.23.03.01
Commode pour Crispine, Rome, dupondius ou as, entre 180 et 183

D / CRISPINA AVG[VSTA]. Buste drapé de Crispine à droite, les cheveux tressés en bandeau et ramenés en chignon bas derrière la tête.
R / [IVNO ou IVNO LVCINA ou IVNO REGINA] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Junon drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche ; à ses pieds à gauche, un paon.

9,52 g ; 12 h

RIC III : 443, voir nos679-682
BMC IV : 768-769, voir nos431-434
MIR 18 : 173, nos12-7(a)–13-7(a)
Grenoble II/8 : 53, voir nos272-274

278102*. 14.14.06.01
Commode pour Crispine, Rome, dupondius ou as, entre 180 et 183

D/ [CRISPINA] AV[GVSTA]. Buste drapé de Crispine à droite, les cheveux tressés en bandeau et ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [IVNO ou IVNO LVCINA ou IVNO REGINA] (à l’entour) / [S] C (de part et d’autre dans le champ). Junon drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche ; à ses pieds, un paon ?

10,38 g ; 10 h

RIC III : 443, voir nos679-682
BMC IV : 768-769, voir nos431-434
MIR 18 : 173, nos12-7(a)–13-7(a)
Grenoble II/8 : 53, voir nos272-274

279103*. 14.15.03.11
Commode pour Crispine, Rome, dupondius ou as, entre 180 et 183

D/ [C]R[ISPINA AVGVSTA]. Buste drapé de Crispine à droite, les cheveux tressés en bandeau et ramenés en chignon derrière la tête.
R/ [IVNO ou IVNO LVCINA ou IVNO REGINA] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Junon drapée debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un long sceptre vertical de la main gauche ; à ses pieds, un paon ?

9,36 ; 12 h

RIC III : 443, voir nos679-682
BMC IV : 768-769, voir nos431-434
MIR 18 : 173, nos12-7(a)–13-7(a)
Grenoble II/8 : 53, voir nos272-274

280104*. 14.15.05.07
Marc Aurèle pour Lucilla ou Commode pour Crispine, dupondius ou as, Rome, entre 164 et 169 (Lucilla) ou entre 180 et 183 (Crispine)

D/ Légende illisible. Buste drapé de Lucilla ou de Crispine à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête.
R/ Légende illisible. Personnage drapé debout.

4,90 g ; 5 h

RIC III : -

281105*. 14.15.04.03
Septime Sévère, Rome, as, 194

D/ [L S]EPT [SEV PERT AVG IMP II]. Tête laurée de Septime Sévère à droite.
R/ [DIS AVSPICIB TR P II] (à l’entour) / [COS II P P] (à l’exergue) / [S C] (de part et d’autre dans le champ). Hercule nu debout à gauche, s’appuyant avec la main droite sur la massue, la léonté posée sur son bras gauche ; derrière lui, dans le champ à droite, Bacchus nu debout à gauche, tenant une coupe de la main droite et le thyrse de la main gauche ; entre les deux, une panthère à gauche, la tête à droite.

6,81 g ; 6 h

RIC IV/1 : 182, n° 666
BMC V : 126, n° 501

282106*. 14.15.04.06
Septime Sévère ou Caracalla pour Iulia Domna, Rome, as ou dupondius, entre 202 et 217

D/ Légende illisible. Buste drapé de Iulia Domna à droite.
R/ Légende illisible. Fruste.

8,56 g ; orientation indéterminée

RIC IV/1 : -

283107*. 14.15.14.02
Sévère Alexandre, Rome, sesterce, 5e émission, 225

D/ IMP [CAES M AVR] SEV ALEXANDER AVG. Buste lauré, drapé et cuirassé de Sévère Alexandre à droite, vu de trois quarts en arrière.
R/ PONTIF MAX TR P IIII [C]OS P P (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Sévère Alexandre en habit militaire debout à gauche, tenant un globe de la main droite et une haste verticale la pointe en bas de la main gauche.

18,84 g ; 12 h

RIC IV/2 : 106, n° 439
BMC VI : 139, n° 255

  • 11 Les dates sont données d’après la chronologie établie par Francis Dieulafait et Daniel Schaad (Dieu (...)

284108*. 14.15.03.03
Gordien III, Rome, sesterce, 2e émission, juillet 239-fin 23911

D/ IMP CAES M ANT GORDIANVS AVG. Buste lauré, drapé et cuirassé de Gordien III à droite, vu de trois quarts en arrière.
R/ P M [T]R P [II] COS P [P] (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Gordien III voilé et en toge debout à gauche, sacrifiant avec une patère dans la main droite au-dessus d’un autel et tenant un sceptre court transversal de la main gauche.

21,05 g ; 11 h

RIC IV/3 : 45, n° 271

  • 12 Les dates sont données d’après la chronologie établie par Francis Dieulafait et Daniel Schaad (Dieu (...)

285109*. 14.15.05.01
Gordien III, Rome, sesterce, 5e émission, 243-24412

  • 13 Tréflage sur une partie de la légende.

D/ IMP GORDIANVS PIVS FEL AVG13. Buste lauré, drapé et cuirassé de Gordien III à droite, vu de trois quarts en arrière.
R/ [FEL]ICIT TEMPOR (à l’entour) / S C (de part et d’autre dans le champ). Felicitas drapée debout à gauche, tenant un long caducée vertical de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

15,71 g ; 12 h

RIC IV/3 : 51, n° 328a

286110*. 14.15.03.09
Gallien, Rome, antoninien, 5e émission dite du « 7e consulat », 6e officine, 266

D/ GALL[IENVS AVG]. Buste radié et cuirassé de Gallien à droite, vu de trois quarts en avant.
R/ [IO]V[IS STATOR]. Jupiter nu, le manteau accroché à l’épaule gauche, debout de face, la tête à droite, tenant un long sceptre vertical de la main droite et un foudre de la main gauche.

0,81 g (cassée sur les bords) ; 6 h

RIC V/1 : 149, n° 216
La Venèra I : 48, nos 2410-2415
Cunetio : 117, n° 1229
MIR 36 : 171, tableau 16, n° 611w

287111*. 14.15.25.02
Claude II le Gothique, Rome, antoninien, 1ere émission, 6e officine, septembre 268-fin 269

D/ [I]MP C CLAVDIVS AVG. Buste radié et cuirassé de Claude II le Gothique à droite.
R/ [AEQVIT]AS AVG. Aequitas drapéee debout à gauche, tenant une balance de la main droite et une corne d’abondance de la main gauche.

1,79 g ; 7 h

RIC V/1 : 212, n° 14
RIC online n° 219
La Venèra I : 85, nos 7089-7161
Cunetio : 134, n° 1976

288112*. 14.15.17.01
Constantin Ier, Lyon, nummus au 1/96e de livre, 315-début 316

D/ [IMP CO]NSTANTINVS AVG. Buste lauré et cuirassé de Constantin à droite, vu de trois quarts en avant.
R/ [SOLI IN]VI[C]TO COMITI (à l’entour) / A S (de part et d’autre dans le champ) / [PLG] (à l’exergue). Sol radié et nu debout à gauche, le manteau accroché sur l’épaule droite et passant sur l’épaule gauche, levant la main droite et tenant un globe de la main gauche.

1,72 g ; 6 h

RIC VII : 125, n° 53
Bastien 1980 : 259, n° 609 (86 ex.)

289113. 00.29.19.01 (Inv.00.084)
Domitien ( ?), Rome, as, entre 81 et 96 ( ?)

D / Légende illisible. Tête laurée (de Domitien ?) à droite.
R / Légende illisible. Fruste.

7,89 g ; orientation indéterminée

RIC : -

290114. 14.27.09.01
Hadrien ( ?), Rome, dupondius ou as, entre 117 et 138 ( ?)

D/ Légende illisible. Tête nue d’Hadrien ( ?) à droite.
R/ Légende illisible. Fruste.

6,89 g ; orientation indéterminée

RIC : -

291115. 14.15.03.05
Hadrien ( ?), Rome, dupondius ou as, entre 117 et 138 ( ?)

D/ Légende illisible. Buste drapé d’Hadrien ( ?) à droite.
R/ Légende illisible. Personnage debout ?

5,58 g ; orientation indéterminée

RIC : -

292116. 14.14.01.03
Personnage féminin (Faustine II, Lucilla ou Crispine), Rome, dupondius ou as, 2nde moitié du IIe siècle

  • 14 Des lettres sont visibles à 10 h, mais sont impossibles à lire.

D/ Légende illisible14. Buste drapé d’un personnage féminin à droite, les cheveux ramenés en chignon derrière la tête (au vu du profil et du chignon, il s’agirait peut-être d’une monnaie de Faustine II).
R/ Légende illisible. Personnage féminin drapé (Salus ?) assise à g., tenant un objet (une patère ?) de la main droite.

5,62 g ; 12 h

RIC III : -

293117. 14.20.10.01
Empereur indéterminé, Rome, sesterce

D/ Légende illisible. Fruste.
R/ Légende illisible. Fruste.

16,17 g (monnaie non nettoyée, recouverte de concrétions) ; orientation impossible à déterminer

RIC : -

294118. 14.15.03.08
Empereur indéterminé, Rome, dupondius ou as

D/ Légende illisible. Fruste.
R/ Légende illisible. Fruste.

6,77 g ; orientation indéterminée

RIC : -

295119. 14.15.06.04
Empereur indéterminé, Rome, dupondius ou as

D/ Légende illisible. Fruste.
R/ Légende illisible. Fruste.

7,13 g ; orientation indéterminée

RIC : -

296120. 14.14.01.02
Personnage féminin, Rome, dupondius ou as

D/ Légende illisible. Tête d’un personnage féminin à droite.
R/ Légende illisible. Fruste.

5,38 g ; orientation indéterminée

RIC : -

297121. 14.15.07.01
Monnaie antique ?

D/ Légende illisible. Fruste.
R/ Légende illisible. Fruste.

5,16 g ; orientation indéterminée

RIC ?

298122. 14.15.07.02
Monnaie antique ? bouton ?

D/ Légende illisible. Fruste.
R/ Légende illisible. Fruste.

2,10 g ; orientation indéterminée

RIC ?

3.4. L’instrumentum (SR)

3.4.1. Présentation du corpus

3.4.1.1. Caractéristiques générales

299Ce chapitre regroupe l’étude des artefacts en alliage cuivreux, fer, plomb et matériau minéral. Le corpus se compose de 136 restes pour un Nombre Minimum d’Individus (NMI) estimé à 134 objets, ce qui représente une masse d’un peu plus de 1,8 kg. La fragmentation du mobilier est donc très faible et s’explique notamment par le contexte de découverte des artefacts. Le milieu lacustre – où peu de perturbations post-dépositionnelles sont venues affecter le site – a facilité la conservation des objets.

300Concernant les matériaux, le mobilier en fer domine largement l’assemblage puisqu’il représente 86 % du corpus (fig. 147). Cette prépondérance s’explique en partie par la quantité de clous découverts sur le site. Quelques objets ont été qualifiés de « composites ». Il s’agit des artefacts associant deux métaux différents, à l’image de la clochette n° 4 fabriquée en fer et alliage cuivreux. Les couteaux en fer, qui ont préservé leur manche en bois, ont également été classés dans cette catégorie. D’autre part, les rares objets en plomb, ou en pierre, se rattachent à un seul domaine, celui de la chasse et de la pêche. Quant à la catégorie « autres », elle concerne un élément moderne en inox et un en céramique.

Fig. 147 - Présentation du corpus selon les matériaux utilisés.

Fig. 147 - Présentation du corpus selon les matériaux utilisés.

301Si plusieurs domaines fonctionnels ont été distingués, l’essentiel des éléments se rapporte à ceux de la clouterie et de la chasse et pêche avec respectivement 61 et 19 % du corpus. Les autres domaines sont très faiblement représentés. Enfin, les « indéterminés » regroupent 6 % du corpus (fig. 148).

Fig. 148 - Présentation du corpus selon les catégories fonctionnelles.

Fig. 148 - Présentation du corpus selon les catégories fonctionnelles.

3.4.1.2. Composition du corpus

302Durant les opérations de terrain, tous les éléments considérés comme des artefacts ont été récoltés. Il s’agit toutefois d’un site non stratifié et l’ensemble du matériel se trouvait dans la couche superficielle de sédiments vasards. De fait, il est délicat de proposer une datation de certains objets à partir du seul contexte. Néanmoins, la forte homogénéité des vestiges du site, notamment des piquets de bois, des monnaies et des céramiques, autorise à considérer la majorité de l’instrumentum présent comme appartenant à ce même ensemble. S’agissant d’un dépôt ouvert, il convient toutefois de garder à l’esprit que de potentiels prélèvements ont pu être effectués au cours du temps mais aussi que des éléments plus récents, ou plus anciens, peuvent apparaître dans le corpus. Le choix a été fait de présenter l’ensemble du matériel, même contemporain, qui illustre une autre histoire, celle des activités du lac du Bourget.

3.4.1.3. Méthodologie

303Au terme de chaque campagne, les objets ont été mesurés, décrits et dessinés. La description du corpus par domaines fonctionnels n’a pas semblé ici pertinente en raison du peu de représentativité des objets dans la grande majorité des catégories habituellement utilisées (Briand et al. 2013 : 17). Une présentation par type d’objets a donc été privilégiée en commençant par les éléments de la vie quotidienne pour lesquels il existe suffisamment de comparatifs archéologiques, iconographiques ou ethnologiques permettant ainsi de bien les interroger (fig. 155, n° 1-5). C’est aussi pourquoi la clouterie est traitée de façon privilégiée en raison du nombre d’éléments découverts sur le site et des questions qu’elle soulève sur son utilisation (fig. 158-160, n° 6-88). Nous poursuivrons avec les objets des autres catégories, documentés seulement par quelques éléments et pour lesquels les parallèles archéologiques ne suffisent pas à les restituer pertinemment au sein de l’occupation du site (fig. 168, n° 89-106). Nous terminerons par le matériel halieutique (fig. 162, n° 107-131).

3.4.2. Analyse typologique

3.4.2.1. Les couteaux

304Deux couteaux ont été découverts sur le site (fig. 149 et fig. 155, n° 1, 2). Dotés tous deux d’une large lame triangulaire au dos rectiligne, ils présentent le même système d’emmanchement fait d’un renfort vertical enveloppant le talon de la lame ; le tout étant maintenu par deux rivets. Un manche en bois vient s’insérer dans une douille à laquelle il est fixé par deux rivets positionnés en sens inverse . Si la confection est similaire entre les deux ustensiles, ils diffèrent toutefois dans leurs dimensions. Le couteau n° 2 est plus grand et son manche plus massif. Le fil de son tranchant est d’abord légèrement concave avant de s’effiler vers la pointe. Celui du couteau n° 1 est rectiligne puis remonte vers la pointe en formant une forte convexité. Ce dernier présente aussi la particularité d’être estampillé. Le cartouche rectangulaire se situe sur la partie centrale de la lame du couteau, à proximité du dos. L’inscription est malheureusement illisible (fig. 155, n° 1).

Fig. 149 - Différentes vues des couteaux : photographies et schémas interprétatifs des emmanchements. Éch. 1/3.

Fig. 149 - Différentes vues des couteaux : photographies et schémas interprétatifs des emmanchements. Éch. 1/3.

305En raison du très bon état de conservation, les couteaux ont pu être étudiés dans leur intégralité et des radiographies ont permis de bien visualiser leur système d’emmanchement (Roussel 2020). Le manche du couteau n° 2 a pu bénéficier en outre d’une analyse taxonomique démontrant l’utilisation du noyer (Juglans regia) pour sa confection (Pousset 2020 : 6 ; fig. 150), ainsi que d’une datation radiocarbone (Lyon-18002-GrM). Lors de leur découverte, l’ancienneté de ces deux outils s’est en effet posée à cause de la morphologie peu courante de leur emmanchement. Cette démarche a donc été entreprise afin de nous assurer de leur antiquité mais aussi pour déterminer si, ponctuellement, des artefacts récents étaient venus s’introduire au sein du site de Conjux. Leur contemporanéité avec les autres éléments du site a été confirmée avec un manche daté, en âge calibré, entre 22 et 206 ap. J.-C. (fig. 151).

Fig. 150 - Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du manche en noyer (Juglans regia) du couteau n° 2.

Fig. 150 - Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du manche en noyer (Juglans regia) du couteau n° 2.

Caractéristiques principales du noyer : bois à pores diffus dispersés isolément (accolés en files de 2 à 4 pores), rayons ligneux larges de 2-3 cellules, parfois unisériés, perforations uniques (Pousset 2020 : 6).

Fig. 151 - Détermination d’un âge C14 sur le manche en bois du couteau n° 2 et calibration du résultat (Centre de Datation par le Radiocarbone, Université Lyon 1).

Fig. 151 - Détermination d’un âge C14 sur le manche en bois du couteau n° 2 et calibration du résultat (Centre de Datation par le Radiocarbone, Université Lyon 1).

306Des découvertes archéologiques sont venues confirmer l’existence de tels couteaux durant tout le Haut-Empire. Deux proviennent de sépultures datées entre le milieu du Ier siècle et le début du IIe siècle. Le premier, similaire à l’exemplaire n° 2, provient d’une inhumation d’un homme adulte à Nîmes (Gard). Le corps a été déposé à plat ventre et le « couperet » en fer se trouvait à hauteur du bassin (Manniez 2016 : 161 ; Bel et al. 2016 : 337-340) (fig. 152a). Le second a été découvert à Béziers (Hérault) près de l’hémi-thorax gauche d’un défunt âgé entre 20 et 29 ans (Raux 2017 : 345, fig. 251) (fig. 152b).

Fig. 152 - Parallèles archéologiques de couteaux présentant un renfort vertical et une douille.

Fig. 152 - Parallèles archéologiques de couteaux présentant un renfort vertical et une douille.

a : 78, avenue Jean-Jaurès, Nîmes, Gard, sépulture 1185 [dessin : S. Lancelot, étude : Y. Manniez (Bel et al. 2016 : 339, fig. 325)] ;
b : La Vigne de Bioaux, Béziers, Hérault, sépulture 4405 [dessin et étude : S. Raux (Bel et al. 2017 : 496, fig. 424)] ;
c : ZAC du Vieux Port, Reims, Marne [dessin et étude : M. Brunet (Brunet 2016 : 1623, fig. 15)] ;
d : agglomération d’Ambrussum, Villetelle, Hérault, US 8096 (crédit photo : Y. Manniez) ;
e : site n° BMV.I/Laye/EA35857.2285, Beaumont-lès-Valence, Drôme (crédit photo : A. Gilles) ;
f : fouille ancienne, Saint-Romain-en-Gal, Rhône, contexte non identifié (© Musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal / photographie : P. Veyseyrre). Éch. 1/2.

307D’autres contextes archéologiques ont livré ce modèle de couteau. Une fouille préventive menée à Reims a permis, dans un remblai d’une rivière, de mettre au jour un spécimen bien conservé. Le remblai appartient à l’état 8 daté entre 215/220 et 240/245 ap. J.-C. (Brunet 2016 : 1623-1624, fig. 15) (fig. 152c). Un emmanchement par enserrement de la lame s’observe également sur un « tranchoir en fer » découvert récemment dans l’agglomération d’Ambrussum à Villetelle dans l’Hérault (Scrinzi 2017 : 55) (fig. 152d).

308Nous terminerons en citant deux parallèles trouvés hors contexte stratigraphique. Le premier provient de Beaumont-les-Valence (Drôme) où toutefois des vestiges gallo-romains sont mentionnés depuis le XIXe siècle. En mauvais état de conservation, l’auteur note que l’outil présente lui aussi un « renfort à la jonction entre la lame et la douille » (Gilles 2016 : 89) (fig. 152e). Le second exemple est exposé au musée de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) et proviendrait des fouilles anciennes de l’agglomération (fig. 152f).

309Une certaine diversité se remarque ainsi sur les pièces archéologiques tant dans la forme de la lame que les dimensions de l’outil. Celles-ci ont d’ailleurs été mises en exergue sur deux couteaux, celui de Béziers et de Reims, au regard notamment du faible diamètre de leur douille. Une forme miniaturisée a ainsi été avancée pour le couteau de Béziers (Raux 2017 : 345). Quant au système d’emmanchement, les rivets permettant la fixation du manche sur le talon de la lame ont été observés sur les couteaux de Conjux et de Saint-Romain-en-Gal alors qu’il n’en est pas fait mention pour les autres exemplaires. Pour celui de Béziers, l’emmanchement de la douille est « attaché à la lame par soudure de pattes de fixation perpendiculaire de 10 mm de large » (Bel et al. 2017 : 496).

310L’existence de ce modèle dès le Ier siècle est également illustrée par des représentations sur des monuments figurés qui offrent l’opportunité de questionner la fonctionnalité de ces couteaux. L’observation d’une lame triangulaire et d’une bande verticale au niveau du talon n’est effectivement pas rare et concerne des supports variés tels des monuments funéraires ou des édifices publics. Deux principales thématiques peuvent être distinguées.

311La première touche à l’activité bouchère. Sur un monument funéraire d’Aquilée, un couteau est accompagné d’autres ustensiles comme un hachoir et un crochet (CIL, V, 1379 ; Zimmer 1982 : 103-104, fig. 13 ; Lignereux, Peters 1996 : 51, fig. 9 ; Monteix 2008 : 173, fig. 2) (fig. 153-154, a). Sur le tympan d’Amiternum sont représentés un couteau, un billot, une hache et un couperet (Zimmer 1982 : 103, fig. 12 ; Lignereux, Peters 1996 : 51, fig. 8 ; Monteix 2008 : 174, fig. 4) (fig. 153-154, b). Un autel funéraire de Concordia Sagittaria montre, au côté de deux couteaux, une balance et ses poids, un jambon et de nouveau un couperet (Zimmer 1982 : 104-105, fig. 14 ; Lignereux, Peters 1996 : 51, fig. 10 ; Monteix 2008 : 174, fig. 3) (fig. 153-154, c). À noter que sur le relief d’Aquilée, on aperçoit distinctement les rivets permettant de fixer le système d’emmanchement (Monteix 2008 : 173).

Fig. 153 - Quelques représentations de couteaux avec un renfort vertical provenant de divers monuments figurés. Pour la description des monuments, cf. fig. 162.

Fig. 153 - Quelques représentations de couteaux avec un renfort vertical provenant de divers monuments figurés. Pour la description des monuments, cf. fig. 162.

Fig. 154

Fig. 154

a : autel funéraire de L. Sestilius Crescens, Aquilée, calcaire, Ier siècle, Museo Archeologico Nazionale di Aquileia, (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction régionale des musées de la Région Frioul-Vénétie-Julienne) ;
b : tympan d’Amiternum, calcaire, env. Ier siècle, Museo Nazionale d’Abruzzo, l’Aquila, inv. 100 (d’après Zimmer 1982 : 103, fig. 12) ;
c : autel funéraire de Concordia Sagittaria, calcaire gris, Ier-IIe siècle., Museo Nazional Concordiese, Portogruaro (d’après Brusin, Zovatto 1960 : 49, fig. 62) ;
d : temple de Vespasien, Rome, époque flavienne, Tabularium, Rome (d’après Siebert 1999 : pl. 5) ;
e : autel votif, Velabro, Rome, marbre, époque augustéenne (2-3 ap. J.-C.), Museo Capitolino, Rome, inv. 1909 (d’après Zimmer 1982 : 163, fig. 84) ;
f : autel funéraire d’Amemptus, marbre, époque claudienne, Musée du Louvre, Paris (crédit photo : S. Roussel) ;
g : autel funéraire, Panté di Provo, Nähe Trento, époque augusto-tibérienne, Trento, Prov. d’Arte, Sez. Archeologia (d’après Siebert 1999 : pl. 9b) ;
h : autel funéraire, tombe n° 29, Isola Sacra, Ostie, terre cuite, règne d’Hadrien à Antonin le Pieux, Museo Ostiense, Ostie (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction générale des musées du parc archéologique d’Ostia Antica) ;
i : stèle gravée, pierre indigène, fin de la République, Corso Granpriorato di Malta, Capua (d’après Zimmer 1982 : 195, fig. 137) ;
j : arc de Glanum, Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône, frise est de l’imposte, in-situ (d’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977 : pl. 21).

312Le deuxième thème est illustré par des représentations d’instruments sacrificiels isolés. Sur certains monuments, la panoplie sacerdotale peut être importante comme sur l’architrave du temple de Vespasien à Rome (Siebert 1999 : 80, pl. 5) (fig. 153-154, d). Si parfois la référence à un culte est assurée par une inscription comme sur l’autel votif de Velabro à Rome (Zimmer 1982 : 162-163, fig. 84) (fig. 153-154, e), d’autres monuments montrent seulement quelques instruments à l’exemple du monument funéraire d’Amemptus (Siebert 1999 : pl. 11a) (fig. 153-154, f), ou de l’autel votif de Trente (Siebert 1999 : pl. 9b) (fig. 153-154, g).

313Nous pouvons également mentionner d’autres représentations de couteaux qui ne sont pas rattachables de manière univoque aux deux thèmes susmentionnés. Sur un autel funéraire provenant d’une tombe de l’Isola Sacra à Ostie, un couteau – dont le renfort vertical n’est cependant pas clairement visible – est accroché au mur à côté d’autres outils comme une faucille, un couteau de vigneron ou un couperet. Cette représentation qui renvoie au travail du métal (Zimmer 1982 : 183, fig. 117) ne permet pas de déterminer l’usage ultérieur de ce couteau (fig. 153-154, h). Deux autres outils s’observent sur une stèle gravée provenant de Capoue et datée de la fin de la République (Zimmer 1982 : 195, fig. 137) (fig. 153-154, i). Enfin, six couteaux sont référencés sur la frise du passage de l’arc de Glanum dont l’un présente des similitudes avec nos exemplaires. Ils sont associés à des instruments de musiques tels des flûtes ou des cymbales et l’interprétation de l’ensemble semble renvoyer tant à la sphère militaire que religieuse (Rolland 1977 : 29-30, pl. 21) (fig. 153-154, j).

314Cette concordance entre des pièces archéologiques et des représentations figurées a déjà été soulignée par ailleurs (Monteix 2008 ; Joly et al. 2010 : 188). Dans l’iconographie, cette forme de couteau avec une large lame triangulaire terminée par un renfort vertical est donc souvent liée à la consommation d’un animal, que celle-ci se fasse dans une sphère profane ou cultuelle. Quant aux découvertes archéologiques, les contextes n’apportent pas d’éléments pouvant éclairer le domaine d’utilisation de ces outils. Tout au plus, elles nous montrent qu’ils pouvaient être un bien personnel accompagnant le défunt après sa mort.

315Certaines caractéristiques du couteau n° 2 semblent cependant le rapprocher d’une « feuille de boucher ». Sa taille, son poids (133 g), la morphologie de la lame confortent cette hypothèse. Grâce au dos rectiligne, le couteau pouvait occasionnellement être employé comme couperet (Kaurin 2008 : 528). Quant à la pointe, elle pouvait servir lors de découpes plus précises. La forme concave du fil dans la partie médiane et distale du fil pourrait refléter des affûtages successifs. Le couteau estampillé est plus difficile à appréhender d’un point de vue fonctionnel notamment à cause de la gracilité de son manche. Avec un diamètre maximal de la douille de 14 mm, sa manipulation ne paraît pas aisée pour des activités de boucherie. Il faut peut-être envisager pour ce couteau une autre fonction.

316Le faible nombre d’estampilles connues sur les couteaux en fer pourrait s’expliquer par l’oxydation importante que subit ce matériau une fois enfoui. En effet, ces outils sont rarement mentionnés comme porteurs de marques au contraire d’autres objets en alliage cuivreux comme la vaisselle, les strigiles ou les fibules. D’une manière générale, les objets très manipulés semblent avoir été privilégiés pour recevoir une estampille ; celle-ci servant alors de message publicitaire (Feugère 2004 : 53-54). Ce constat pourrait tout à fait concerner un ustensile comme le couteau et il est donc possible qu’ils aient été porteurs d’inscriptions plus couramment que le suggèrent les données sur les pièces archéologiques. Les mentions sont en effet rares et nous n’avons pu trouver que deux exemplaires présentant une estampille sur leur lame (Manning 1985 : 110-111, pl. 53, Q4 & Q11) . Nous pouvons également mentionner un canif trouvé sur le site de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) possédant, toujours sur la lame, une inscription damasquinée en lettres de laiton (Grapin, Sivignon 1994).

3.4.2.2. Les clochettes

317Deux clochettes ont été identifiées sur le site (fig. 155, n° 3, 4). La première est de forme pyramidale et possède, à sa base, quatre protubérances pouvant servir de supports. On la retrouve précocement sur des sanctuaires comme celui des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or). Sur ce site, 58 exemplaires ont été découverts dont 55 proviennent de l’enceinte même du sanctuaire. Notre exemplaire peut être rapproché du deuxième des types déterminés à partir de ces différents spécimens et provenant exclusivement du fanum (Pommeret 2001 : 368, fig. 4, 367, n° 28) ; il correspond également au type des « clochettes pyramidales » décrit par W. Nowakowski (1988 : 77-78, type B2). Un objet identique provient du site cultuel de Pupillin (Franche-Comté) et appartenait au premier état du fanum daté du début du Ier siècle par des monnaies augustéennes ; une seconde clochette et un couteau en fer accompagnaient cet ensemble (Lerat 1970 : 357, fig. 21).

Fig. 155 - Les deux couteaux, les deux clochettes et le stylet. Photographie estampille (éch. 1).

Fig. 155 - Les deux couteaux, les deux clochettes et le stylet. Photographie estampille (éch. 1).

318Ces découvertes situent son apparition dès l’époque augustéenne et ce modèle semble être resté à la mode jusqu’à la première moitié du IIIe siècle (Bŏzič 2005 : 317). Leur hauteur varie grandement puisque de petits exemplaires – dont celle de Conjux fait partie – s’opposent à des exemplaires pouvant atteindre 15 cm de hauteur (Nowakowski 1988 : 77). Elles ont de plus été réalisées dans tout l’Empire romain : un exemple similaire, légèrement plus grand, provient du site de Colchester en Angleterre (Crummy 1992 : 187, fig. 5.51, n° 1663), trois exemplaires pompéiens sont associés à un pendant de harnais et un chariot à deux roues (Allison 2006 : 110, pl. 44, n° 603) et de nombreuses découvertes sont à signaler en Europe de l’est (Nowakowski 1988).

319La seconde clochette, de forme carénée et aux parois légèrement obliques, est ornée de traits incisés concentriques et se termine par un dôme percé de ses quatre côtés. Le battant, en fer, est conservé. Elle se rapproche du type D de la classification proposée par W. Nowakowski qui se rencontre durant tout le Haut-Empire. Avec une hauteur de 14 mm, elle correspond aux exemplaires miniaturisés de ce type. Une clochette de forme conique mais dont l’élément de suspension est similaire a été mise au jour à Allonnes dans la Sarthe (Guiller 2007 : 36). D’autres exemples ont également été découverts sur le sanctuaire des Bolards à Nuits-Saint-Georges et correspondent au troisième type (Pommeret 2001 : 367-368, fig. 4, n° 30) ; d’autres proviennent de contextes funéraires (Castella et al. 1999 : 171, 403, n° 1794).

320Les contextes archéologiques des clochettes nous montrent que leur utilisation a été diverse. Les exemplaires de grande taille ont pu être accrochés autour du cou de certains animaux d’élevage notamment au moment de la transhumance pour les repérer et les identifier. Elles étaient également employées dans la vie quotidienne pour signaler l’ouverture ou la fermeture des thermes, des marchés ou même de certains jeux (Bŏzič 2005 : 315). Différentes découvertes attestent leur utilisation dans le harnachement des animaux de trait (Nowakowski 1988 : 82, Bŏzič 2005 : 315, Allison 2006 : 110). Dans ce cadre, le son produit par les clochettes devait aussi éloigner le « mauvais œil » pour protéger la monture et son cavalier (Schatkin 1978 : 158-159 dans Nowakowski 1988). Cette fonction protectrice expliquerait leur découverte au sein de certains lieux de culte notamment ceux liés à des divinités orientales. De nombreuses clochettes en bronze ont en effet été mises au jour dans les temples dédiés à Jupiter Dolichenus (Nowakowski 1988 : 82).

321Ce rôle s’étendait également aux enfants qui portaient des fabrications de petites dimensions comme amulettes ce qui expliquerait leur découverte fréquente dans des sépultures de jeunes individus (p. ex. Feugère, Bel 2002 : 153-154 ; Amrein et al. 1999 : 330 ; Jelski 1984). Leur découverte dans certaines tombes d’adultes signifie que ces derniers pouvaient également bénéficier de cette protection sans exclure pour autant une utilisation comme simple élément de parure. Enfin, parfois portées autour du cou ou accrochées directement sur le vêtement, elles étaient dans certains cas suspendues autour d’un bracelet comme l’attestent certaines découvertes archéologiques (Crummy 1995 : 38-39).

3.4.2.3. L’écriture

322L’écriture est représentée par un stylet en fer doté d’une longue pointe effilée (fig. 155, n° 5). Elle se prolonge par un épaississement rhombique qui facilitait la préhension et se poursuit par une bague rectangulaire aux bords arrondis présentant des incisions obliques sur tout le pourtour. Une rainure circulaire sur la tige complète le décor. L’autre extrémité est composée d’une spatule trapézoïdale « destinée à écraser la cire pour corriger une lettre ou un mot » (Bŏzič, Feugère 2004 : 28). La transition entre la tige et la spatule est marquée par un léger épaulement.

323La pointe losangique et l’épaulement formé entre celle-ci et la tige rapproche le stylet du groupe Q 68 défini par V. Schaltenbrand Obrecht sur le site suisse d’Augusta Raurica (2012 : 172-174). Ce groupe est daté de la fin du IIe jusqu’à la première moitié du IIIe siècle ap. J.-C. Cette attribution n’est toutefois pas certaine car, en prenant comme critère la forme renflée de la pointe et la fine rainure de la tige, notre exemplaire se rapprocherait alors du groupe H47 défini sur le même site (Schaltenbrand Obrecht 2012 : 152-153). L’auteure date ce groupe de la fin du Ier et du IIe siècle ap. J.-C. Un exemplaire à pointe biconique provient des collections du musée de Saintes (Feugère et al. 1992 : 48, n° 94).

324Témoins de l’alphabétisation de leur possesseur, ces instruments semblent avoir joué un rôle dans la mise en scène de la romanisation de certains personnages. Ils sont fréquents sur les sanctuaires où la question de leur possesseur, mais aussi leur rôle au sein d’un lieu de culte, se pose toujours (Bertrand 2018 : 556-558).

3.4.2.4. La clouterie

325Les clous sont au nombre de 73 auxquels 10 tiges peuvent être ajoutées (fig. 158-159, n° 6-88). La clouterie constitue ainsi le domaine le mieux représenté. Des clous sont fréquemment découverts sur les sites antiques. Ils étaient utilisés le plus souvent pour la construction/charpenterie ou la menuiserie. D’autres fonctions étaient néanmoins possibles comme la fixation ou la suspension.

Classification

326Comme les autres objets, les clous présentent un bon état de conservation. Sur les 73 spécimens inventoriés, 43 sont complets, 22 ne sont plus dotés de leur pointe et seulement 8 sont incomplets. La longueur moyenne des clous entiers (prise avec la tête) est de 57,15 mm (σ = 30,4).

327Une première analyse de la clouterie, faite à partir de différents critères (longueur, section de la tige, forme de la tête), avait permis de constater une certaine homogénéité du corpus avec deux grands ensembles : le premier contenant des clous de taille moyenne (longueur comprise entre 50 et 80 mm), une section de la tige autour de 3-4 mm et une tête généralement circulaire ; et le second groupe contenant de petits clous. Ce groupe semblait pouvoir être lui-même subdivisé en deux catégories distinctes : celle des clous mesurant autour de 20 mm de long et ceux nettement plus petits.

328Des études récentes sur plusieurs sites de la fin de l’âge du Fer ont proposé des classements se concentrant avant tout sur la longueur et la section de la tige (Guillaumet 2003 : 129-141 ; Blondel et al. 2018). Celles-ci ont permis l’établissement d’une classification des clous entiers avec quatre principaux types définis (Blondel et al. 2018 : 528-529) (fig. 156). Nous nous sommes appuyés sur ces données pour affiner notre premier classement (fig. 157).

Fig. 156 - Présentation succincte des typologies établies à partir des longueurs et des sections des tiges de clous sur plusieurs sites laténiens (d’après Blondel et al. 2018 : 529, fig. 5).

Nom

Longueur tige
(mm)

Section principale tige
(mm)

Utilisation(s)

Type 1

≤ 40

3

fines planchettes, liteaux

Type 2 var. a

41-65

4

planches

Type 2 var. b

66-85

5

planches

Type 3

86-110

5-6

utilisation multiple

Type 4 var. a

111-170

6-8

chevrons

Type 4 var. b

140-300

9-11

gros bois d’œuvre ou autre utilisation

Fig. 157- Classement typologique des clous (d’après Blondel et al. 2018).

Fig. 157- Classement typologique des clous (d’après Blondel et al. 2018).

329Seuls trois éléments peuvent être classés dans le gros œuvre (fig. 158, n° 6-8). Parmi les clous de taille moyenne, le type 3 et le type 2 (variante a et b ou indéterminée) sont majoritaires (n° 9-60). Ils correspondent à des utilisations multiples avec toutefois, pour le type 2, une prédilection de certains exemplaires pour la fixation de planches. Enfin, l’assortiment de petits clous serait à attribuer au type 1 (fig. 158 et 159, n° 64-78). Si certains peuvent avoir servi à fixer de fines planchettes, les exemplaires les plus petits ont pu servir notamment dans la décoration de l’ameublement.

Fig. 158 - Les clous de grande et moyenne dimension.

Fig. 158 - Les clous de grande et moyenne dimension.

Fig. 159 - Les clous de moyenne et petite dimension.

Fig. 159 - Les clous de moyenne et petite dimension.

330Trois clous (fig. 159, n° 61-63) ne trouvent pas de correspondance dans cette classification établie sur les sites laténiens. Caractérisés par une petite taille et une tête circulaire assez large, on les retrouve en revanche dans la typologie proposée par W. H. Manning (1985 : 135, type 7). Ces clous (typiquement romains ?) seraient associés au travail de tapisserie, plus particulièrement aux tissus d’ameublement.

Sur quelques traces d’usure et associations

331L’examen de certains clous a révélé des indices concernant leur(s) utilisation(s). Deux clous ont été trouvés associés à un autre objet en fer. La tige d’un clou (fig. 158, n° 9) était entourée d’une bague de métal assez large et formée d’une tôle repliée sur elle-même. Un second clou (fig. 158, n° 12) était, quant à lui, planté dans un fragment de piquet de bois. Il était également associé à un petit fragment de tôle convexe en fer, probablement incomplet. L’observation de sa tige a en outre permis d’observer, sur le premier tiers de sa longueur, une section circulaire. Celle-ci semble être la conséquence de l’usure de la tige comme nous l’indiquent les arêtes fortement émoussées dans cette partie du clou.

332D’autres clous avaient leur tige coudée ou pliée. Deux exemplaires présentent une tige à deux coudes (fig. 158, n° 6 et fig. 159, n° 46). Le premier coude intervient à 57 mm au-dessous de la tête pour le premier et à 38 mm pour le second. Les coudes du clou n° 6 forment un crochet. Les tiges des autres clous pliés forment majoritairement des angles obtus. Les clous n° 7, 15, 28, 34 et 35 sont coudés à respectivement 48, 27, 21, 18 et 45 mm de la tête. Seul le coude du clou n° 16 présente un angle aigu qui intervient à 50 mm de la tête. Les clous coudés sont dits rivets car ils étaient utilisés pour assembler deux pièces. La tige était enfoncée dans les pièces à assembler et son extrémité était repliée en un ou deux coudes pour assurer la fixation de l’ensemble (Blondel et al. 2018 : 532).

3.4.2.5. D’autres catégories fonctionnelles (fig. 160)

Fig. 160 - Les autres catégories fonctionnelles.

Fig. 160 - Les autres catégories fonctionnelles.

Les clous de chaussures

333Des clous de chaussures épars et présents de façon résiduelle illustrent le vêtement (n° 98-103). Les critères retenus pour leur identification ont été : une tête conique, avec un diamètre variant entre 10 et 15 mm, et une longueur du clou comprise entre 10 et 20 mm.

Équipement militaire

334Ce domaine se compose d’un talon de lance (ou pilum) obtenu par un simple enroulement de la tôle de fer sur elle-même formant une douille conique fermée à son extrémité la plus étroite (n° 95). Ces objets sont fréquents sur les sites militaires mais apparaissent également en contextes civils (Manning 1985 : 140 sqq. ; Desbat, Maza 2008 : 238, n° 6-8).

335Deux clous (n° 96, 97), de détermination incertaine, pourraient également renvoyer à la sphère militaire. La présence de globules concentriques sous leur tête est en effet une caractéristique des sandales de l’armée romaine et serait la signature de fabricae (Brouquier-Reddé, Deyber 2001 : 303-304). Les exemplaires de Conjux diffèrent toutefois des clous habituellement présentés dans la littérature. Le nombre important de globules, supérieur à 8, et leur position en marge de la tête ne correspondent pas à la typologie établie (Brouquier-Reddé, Deyber 2001 : 303). De plus, la forme de leur tête n’est pas conique. Sur le site de Corent (Puy-de-Dôme) ont été identifiés des clous militaires dotés de plus de 8 globules et provenant tous de niveaux gallo-romains (Demierre 2015 : 149, pl. 6, n° 15-19). Cela pourrait témoigner d’une diversité de ces clous plus grande que celle habituellement supposée.

336Cette absence de concordance typologique stricto sensu nous a obligé à chercher une possible autre fonction. Par exemple, les clous employés dans la construction d’embarcation peuvent aussi être dotés de petits globules sous la tête. Servant à l’assemblage de pièces de bois, ils facilitaient l’adhérence des clous sur la feuille de plomb utilisée pour protéger la coque (Feugère 2009 : 120-122). Cette interprétation n’est cependant pas plus assurée car les clous de navires sont majoritairement en bronze et le nombre de globules ne dépasserait pas, ici aussi, le nombre de huit. Par conséquent, peut-être faut-il voir dans ces clous une production locale ou une datation autre que l’époque romaine.

Indéterminés

337Quelques éléments n’ont pu être rattachés à un groupe fonctionnel. Il s’agit d’un fragment de tôle percée (n° 104) et d’un élément en pierre (n° 106) qui présente des bords travaillés. Celui-ci n’a pu être déterminé ni chronologiquement ni fonctionnellement. Sa forme est grossièrement anthropomorphe – mais il peut s’agir d’une interprétation abusive – et des résidus ont été observés à la surface de l’objet (concrétions ?). Le rétrécissement des deux bords pourrait s’apparenter à des encoches réalisées dans le but d’y nouer un lien. L’usure observée à cet endroit pourrait témoigner du passage d’une corde ce qui ferait de cet artefact un lest de filet. Ceux-ci pouvaient en effet avoir des formes diverses, leur fonction étant de prime abord de peser un certain poids . Divers éléments ont ainsi pu remplir ponctuellement cette fonction sans que l’on puisse pour autant proposer des comparaisons précises.

338D’autres objets ont été placés dans ce domaine car leur utilisation précise n’a pu être déterminée. Il s’agit d’une possible virole (n° 93) et d’un anneau plat déformé (n° 94).

Un vase miniature ? (Hortense Bougherara)

339Parmi les objets indéterminés se trouvait un élément énigmatique en céramique grise (fig. 160, n° 105 ; fig. 161). Il s’agit d’un artefact en céramique (détermination Louise Gomart, UMR 8215 – Trajectoires). Cet élément arrondi, fragmentaire, mesure un peu moins de 4 cm de diamètre et un peu plus de 3 cm de hauteur pour sa partie conservée. Cette céramique commune sombre à pâte grise est très fine et lisse avec très peu de dégraissants (intégration probable de mica). Il s’apparente à un petit vase, sans pied, à pâte lisse présentant quelques stries et altérations sur la panse. La paroi interne et le fond comprennent des résidus internes d’un mélange de dépôt carbonaté et de restes végétaux. Le bord est légèrement fragmenté. Il est difficile de déterminer si cet objet est complet ou bien s’il manque une partie, ce qui pourrait en faire un vase miniature ou bien un objet ovoïde complet.

Fig. 161- Artefact arrondi en céramique. Vase miniature ou ovoïde ?

Fig. 161- Artefact arrondi en céramique. Vase miniature ou ovoïde ?

3.4.2.6. Le matériel halieutique (fig. 162)

Fig. 162 - Le mobilier halieutique et balistique.

Fig. 162 - Le mobilier halieutique et balistique.

340La pêche à la ligne est illustrée par quinze hameçons (n° 107-121). Huit sont en fer, trois en alliage cuivreux, un en inox et trois n’ont pu être déterminés. Hormis deux exemplaires (n° 120, 121), tous se composent d’une tige filiforme et d’un unique crochet. Le point d’attache peut être simplement appointé (n° 107) ou replié pour former un anneau (n° 108-119). Le crochet de certains hameçons possède une barbelure (n° 115-120). L’hameçon n° 120, probablement contemporain, possède un anneau plat dans le prolongement de la tige et trois crochets. Cette forme en trident est encore utilisée de nos jours.

341À l’exception des exemplaires contemporains, il est difficile de dater ces objets qui ont peu évolué au fil du temps. En effet, de tels hameçons sont connus depuis l’âge du Bronze et l’utilisation de l’alliage cuivreux semble avoir perduré pour sa meilleure résistance à la corrosion mais aussi pour les reflets qu’il produit et qui attirent les poissons (Cleyet-Merle 1991 : 148).

342D’autres objets correspondent à des poids de filets (n° 124-126). Les encoches latérales, ainsi que la présence d’un surcreusement transversal, rappellent les galets encochés connus pour le Néolithique (Cleyet-Perle 1991 : 145) et qui perdurent jusqu’à l’époque médiévale. Nombreux sont les sondages réalisés dans le lac du Bourget qui ont livré des poids de filets (Marguet 2002 : 120, 125 et 126 ; Nieloud-Muller 2010 : 54). Quant à la petite plaque en plomb (n° 123), repliée sur elle-même, elle se rapproche des formes de lests de filets rencontrées durant l’Antiquité (Feugère 1992 : 144-145, fig. 8).

343La datation du fer de gaffe n’est pas certaine à cause de sa partie manquante (n° 127). Seule nous est parvenue une dent triangulaire au bout arrondi dans le prolongement de la douille. Cet outil est bien connu des bateliers et servait à de nombreux usages, pour se propulser, se tenir écarté des piles d’un pont ou se détourner des obstacles (Cagnat 1887 : 1495-1496 ; De Izarra 1993 : 160-161). Son extrémité pouvait être dotée d’une dent accompagnée d’un crochet nommé gaffe ou former une fourche faite de deux dents plus ou moins évasées (De Izarra 1993 : 160). Certains ont été mis au jour dans le lac du Bourget, sur le site de Conjux 4 (Castel 1974 : 22-23) ou dans l’environnement de Pré-Nuaz (Marguet 2002 : 126). Cet outil a connu une longue utilisation et on le rencontre encore à l’époque contemporaine parfois sous l’appellation de fers d’outiau. L’extrémité fourchue s’observe effectivement tant sur des exemplaires attribués au XIXe siècle (Serna 2010 : 163) que sur certaines pièces antiques (De Izarra 1993 : 160). La restitution d’une dent sur la partie manquante de notre exemplaire formerait une fourche très étroite. Il semblerait donc qu’il ait été doté à l’origine d’un crochet.

344Pour terminer, plusieurs objets se rattachent à la période contemporaine (fig. 162). La chasse moderne est représentée par différents éléments : trois billes en plomb (n° 128-130), dont une est clairement facettée, peuvent avoir servi comme munition pour le tir à la carabine. La pêche est illustrée au travers d’un hameçon triple doté d’une cuiller sur laquelle est inscrite la marque « LELEMAN » et qui sert à la pêche au lancer (n° 121). Un poids de filet, également récent, a été mis au jour (n° 122). Enfin, la présence d’une balle tirée probablement avec une 22 long rifle (C. Biets, communication personnelle) est un témoignage d’un autre type d’activités autour du lac pendant le XXe siècle (n° 131).

3.4.3. Discussions et conclusion

345Une certaine diversité se dégage dans l’assemblage des petits objets de Conjux bien que celle-ci doive être nuancée par le faible nombre d’individus représenté au sein de la grande majorité des catégories fonctionnelles. La clouterie et le matériel halieutique font toutefois exception et autorisent la présentation de divers éléments illustrant la variété de ces deux domaines.

346L’excellente conservation des objets a permis l’observation de certains détails relatifs aux techniques de fabrication ou aux décors. Ainsi, grâce à la bonne préservation du bois, des outils ont pu être étudiés dans leur intégralité structurelle, comme les couteaux n° 1 et 2. De même, l’absence de ce matériau sur certains objets qui auraient dû en être dotés pour être fonctionnels, tels le pilum n° 95 ou le fer de gaffe n° 127 trouvés sans leur manche, a suscité des interrogations. Que le bois se soit conservé de façon différentielle selon l’essence de l’arbre paraît peu probable, il pourrait donc s’agir de leur état originel lors de leur dépôt ou perte au sein du lac.

347Outre la qualité des artefacts qui nous sont parvenus, il faut aussi souligner qu’une majorité d’entre eux sont entiers. Les clochettes ont préservé leur battant et les lames des couteaux sont complètes. Certains objets font toutefois exception, comme le fer de gaffe qui, en plus de l’absence de son manche, est incomplet dans sa partie active. Et, si la conservation des hameçons est appréciable, quelques anneaux de suspension sont fragmentaires (fig. 162, n° 108, 109, 112 et 120). Certains clous ne sont plus dotés de leur pointe et rares sont ceux qui ne conservent plus que leur tête et le départ de la tige (cf. supra). Enfin, des éléments d’assemblages comme les agrafes de menuiserie (fig. 160, n° 90 et 91) sont également altérés. Cependant, la bonne intégrité de l’instrumentum dans son ensemble nous indique que son abandon au sein du lac n’a pas été précédé d’actions anthropiques visant à les altérer volontairement.

348L’étude du mobilier a également apporté quelques précisions chronologiques sur certaines catégories d’instrumentum grâce aux datations très précises apportées par les bois et les monnaies. Ainsi, l’utilisation du modèle de la clochette n° 3 (fig. 155), souvent associée à des niveaux précoces (cf. supra), est-elle confirmée, comme sur d’autres sites, au moins jusqu’au milieu du IIe siècle. Le stylet n° 5 (fig. 155), qui serait en usage à partir de la seconde moitié du IIe siècle, pourrait être légèrement antérieur à cause de la datation des pieux à proximité qui offrent un cadre chronologique s’étendant de 130 à 186 ap. J.-C. Cette antériorité avait d’ailleurs été suggérée par V. Schaltenbrand Obrecht dans son étude (2012 : 174).

349Enfin, les découvertes de plus en plus fréquentes de couteaux dotés d’un emmanchement par enserrement de la lame enrichissent les données sur cet outil polyvalent et continuent à nous prouver la grande diversité dont les artisans ont fait preuve dans sa confection. Le cadre chronologique fourni par les découvertes archéologiques et les monuments figurés, ainsi que la datation par carbone 14 réalisée sur le manche du couteau n° 2 (fig. 155), montrent que ce modèle est attesté dès le Ier siècle et pourrait avoir perduré au moins jusqu’au début du IIIe siècle. Nos recherches se sont concentrées sur la Gaule et si la majorité des découvertes provient de Gaule narbonnaise, celle de Reims montre cependant que le type s’est répandu sur un plus large territoire .

350La majorité du mobilier, notamment les couteaux, les clochettes et le stylet, provient de la zone 1, où la concentration en piquets de bois est la plus hétérogène, mais également la plus ancienne (fig. 76 et 82). Seuls les clous sont présents dans les deux zones. L’absence de concentration d’objets similaires dans la zone 2, témoigne-t-elle d’une évolution des pratiques cultuelles avec un abandon de certains objets au profit d’autres ? Elle pourrait aussi refléter une forme de sectorisation du lieu de culte avec des pratiques différentes d’un endroit à l’autre. Enfin, cette disparité pourrait également s’expliquer par des prélèvements récents effectués dans cette partie du site.

351Nous avons déjà souligné que la position des objets dans les couches superficielles n’autorisait pas une datation à partir du seul contexte. Les caractéristiques de certains objets les replacent sans difficulté dans des périodes récentes et indiquent donc qu’ils sont la conséquence d’une utilisation assidue du lac à toutes les époques. L’hétérogénéité chronologique du matériel halieutique en est le meilleur témoin. Certains éléments de pêche ont pu toutefois fonctionner avec le site, mais l’absence d’une datation assurée tout comme le faible nombre des individus ne permettent toutefois aucune affirmation. La pierre n° 106 (fig. 160), dont la fonction n’a pu être déterminée, pourrait également appartenir à une période récente.

352Hormis ces quelques apports récents, les autres artefacts sont clairement en lien avec le fonctionnement du site. Les analyses des vestiges ont très vite mené vers une interprétation cultuelle de l’occupation dans cette partie du lac, ce qui a engendré des questionnements spécifiques. Une des problématiques de l’étude de l’instrumentum associé à un lieu de culte est de catégoriser la ou les fonctions des artefacts (Bertrand et al. 2019). Tous n’ont en effet pas eu la même utilisation et si certains peuvent être qualifiés d’offrandes, d’autres renvoient à diverses activités comme des cérémonies quotidiennes ou ponctuelles, ou la gestion et l’entretien des lieux (Brand et al. 2019 : 81). Cette vision établie via l’étude de sanctuaires terrestres est difficilement applicable stricto sensu à un contexte comme celui de Conjux. L’accès par voie d’eau et l’absence de bâtiments construits excluent de facto la présence de certains types de mobiliers découverts abondamment dans les sanctuaires terrestres, comme certains outils utilisés pour l’entretien des voiries ou des constructions. Il en est de même pour les éléments d’assemblage utilisés dans la construction romaine. Le faible nombre d’exemplaires de clous associés au gros œuvre confirme d’ailleurs l’absence de structure construite sur le site.

353Quant à l’offrande et au don, bien qu’il s’agisse de pratiques centrales dans la religion romaine, leur mise en évidence en archéologie n’est pas aisée, principalement pour les objets usuels. En l’absence de l’observation explicite d’une accumulation d’un même type d’objet ou d’associations particulières entre des objets non spécifiques et d’autres dont la vocation cultuelle est sûre, la détermination de la consécration d’un objet est difficile (Rey-Vodoz 2006 : 222-223). De plus, l’environnement particulier du site a dû induire des gestes différents de ceux observables sur d’autres lieux de culte. Ainsi, les différents objets n’étaient associés à aucune structure destinée à les recueillir, aucun assemblage n’est apparu qui aurait permis de percevoir une intention et des rythmes de dépôt. Toutefois, quelques pistes de réflexion peuvent être proposées pour tenter de comprendre la place du petit mobilier au sein du site.

354Les couteaux de Conjux présentent des similitudes avec des pièces figurées sur des bas-reliefs représentant, d’une part, des accessoires de boucherie et, d’autre part, des instruments sacerdotaux (cf. 4.2.4.1.). Bien que des codes iconographiques aient pu intervenir dans ces représentations de couteaux (Monteix 2008 : 178), on constate la récurrence, sans être toutefois exclusive, de certains détails également observés sur nos exemplaires. L’étude de ces représentations sur les reliefs cultuels a amené A.V. Siebert à proposer l’utilisation d’au moins deux couteaux, morphologiquement différents, lors des rites sacrificiels. Un couteau à lame triangulaire large et courte pour la mise à mort de l’animal et un autre à lame longue pour sa découpe (Siebert 1999 : 82-83). Dans ce cadre, nos deux couteaux s’apparenteraient donc davantage à celui utilisé pour le sacrifice de l’animal. À l’époque romaine, c’est le cultrarius qui avait en charge de saigner l’animal par ponction ou par égorgement (Lignereux, Peters 1996 : 49). Cette ressemblance morphologique ne suffit cependant pas à assurer leur vocation exclusivement sacrificielle. Aucune marque distinctive d’abattage sur les restes fauniques n’a été observée mais une telle utilisation peut toutefois être supposée. Outre la mise à mort rituelle, ces couteaux ont également pu intervenir à d’autres occasions comme lors de pratiques de consommation collective de nourriture et de boisson. Quant à leur rejet au sein du lac, il pourrait avoir une valeur commémorative de l’acte religieux durant lequel ils ont été utilisés (Lepetz, Van Andringa 2018b : 17).

355Les deux clochettes peuvent aussi être appréhendées comme des objets utilisés à des fins liturgiques (cf. 4.2.5.2.). Le fonctionnement principal d’une clochette étant l’émission d’un son, il est envisageable qu’elles aient été suspendues hors de l’eau, directement sur les piquets ; les traces observées sur quelques clous corroboreraient d’ailleurs cette hypothèse. Leur faible nombre refléterait alors tout autant une utilisation marginale sur le site qu’une récupération importante – en vue d’un recyclage – de ces objets après son abandon.

356La fonction des stylets découverts sur les sanctuaires pose toujours question mais d’aucuns avancent l’hypothèse de leur utilisation pour l’expression de vœux écrits (Derks 1998 : 224). Dans ce cadre, l’utilisation des piquets de bois comme supports d’écrits serait une hypothèse à considérer (cf. 4.2.5.3. et 4.3.3.4.).

357Les autres objets du corpus sont plus difficiles à appréhender. Les éléments d’assemblage sont trop peu nombreux pour attester une construction. Seule la quantité de clous pourrait indiquer des ouvrages en bois assemblés mais nous avons vu que certains indices orientent plutôt vers une utilisation pour la suspension (cf. 4.3.4.). Le clou n° 12 (fig. 158) présente en effet des traces d’usure dans le premier tiers de sa tige. Découvert encore planté dans un piquet, nous avons proposé de voir dans cette usure la conséquence d’éléments suspendus à cette partie non enfoncée dans le bois. C’est une des fonctions bien connues du clou que la suspension et dans ce cas, toutes sortes de gabarits peuvent convenir, même les plus petits. Les « arbres à loques » encore fréquentés de nos jours nous montrent que de simples punaises conviennent pour fixer des tissus sur le tronc de l’arbre (fig. 163). Ainsi, les petits clous du site, assez nombreux, ont pu également avoir cette fonction et être enfoncés entièrement dans le piquet jusqu’à coincer l’élément à suspendre entre la tête du clou et la surface du bois. Pour les clous de taille moyenne, d’après les traces visibles sur leur tige, ils auraient été plantés dans le piquet, entre les deux tiers et la moitié de la longueur ; la tige non introduite servait alors à accrocher des éléments. Une autre technique est envisageable pour les plus grands spécimens, au regard des torsions observées sur les tiges. Elle impliquerait d’enfoncer le clou entièrement dans le bois, jusqu’à la tête, et de se servir de l’extrémité de la tige, alors ressortie du bois, comme crochet (fig. 164).

Fig. 163 - L’utilisation de punaises pour la fixation de tissus sur un « arbre à loques » encore fréquenté de nos jours (Pré d’Auge, Calvados).

Fig. 163 - L’utilisation de punaises pour la fixation de tissus sur un « arbre à loques » encore fréquenté de nos jours (Pré d’Auge, Calvados).

Fig. 164 - Restitution hypothétique de trois techniques d’utilisation des clous du site pour la suspension.

Fig. 164 - Restitution hypothétique de trois techniques d’utilisation des clous du site pour la suspension.

1 : tige de petite taille totalement enfoncée dans le bois ;
2 : tige de taille moyenne enfoncée partiellement pour utiliser la partie non introduite ;
3 : tige de grande taille traversant le piquet et utilisation de l’extrémité comme crochet.

3.5. Le mobilier céramique

358L’essentiel du mobilier céramique découvert sur le site date de la période romaine. Le matériel découvert en 2000 a fait l’objet d’une étude dans le cadre d’un mémoire universitaire suivi de deux publications (Nieloud-Muller 2010 ; 2011a et 2015), tandis que les mobiliers découverts lors des dernières campagnes de fouilles ont fait l’objet de deux autres mémoires (Rodríguez López 2014 ; Perrin 2017). L’étude d’Amaury Gilles reprend l’ensemble du mobilier mis au jour en incluant notamment le mobilier des dernières campagnes. Au matériel antique s’ajoutait un tesson d’un récipient du Bronze final dont l’étude a été confiée à Jean-Michel Treffort.

3.5.1. Un tesson du Bronze final (JMT)

359Le tesson, qui représente environ un quart du vase complet, permet d’en restituer le profil dans sa totalité (Fig. 165). Il s’agit d’une jatte à panse arrondie, relativement trapue, dont le diamètre maximal peut être évalué à une vingtaine de centimètres contre 18 à l’embouchure, sa hauteur totale étant comprise entre 12 et 13 centimètres. La pâte, uniformément brune, est fine, bien cuite et sonnante. Elle intègre un dégraissant minéral fin, surtout visible sur les parties érodées de la surface externe du tesson. La surface externe fait l’objet d’un lissage soigneux, voire d’un lustrage dans la partie supérieure du vase, sous le bord ; la surface interne est plus grossièrement apprêtée, avec de nombreuses traces subhorizontales de lissage à l’outil, essentiellement perceptibles dans sa partie supérieure.

Fig. 165 - Tesson du bronze final découvert au centre de la zone 2.

Fig. 165 - Tesson du bronze final découvert au centre de la zone 2.

360Sur la surface externe du vase, juste en dessous du point de segmentation externe, on note l’existence d’un « coup de feu ». Celui-ci marque une bande étroite au tracé irrégulier, en forme de vague, de couleur orangée dans sa partie supérieure et grise dans sa partie inférieure. Très ponctuellement, sur deux à trois centimètres de longueur, la zone grisée est affectée d’une légère boursouflure, qui pourrait s’expliquer par une surchauffe locale ayant produit une déformation de la pâte (début de vitrification ?). Deux arguments nous conduisent à rattacher préférentiellement ces stigmates à l’utilisation du vase à l’époque protohistorique, probablement dans un cadre domestique, plutôt qu’à sa cuisson initiale : d’une part, la fréquence élevée de ce type de trace au sein des corpus de céramique issus des habitats de la fin de l’âge du Bronze, et d’autre part l’aspect que présentent à l’époque les formes appartenant à cette catégorie dans leur état « neuf », en sortie d’atelier (finition soignée, surface extérieure uniformément lissée/lustrée et à dominante brune). Dans tous les cas, pour le tesson de Pré Nuaz - La Vacherie 1, l’événement responsable de cette surcuisson intervient avant le bris du vase, la bande altérée se prolongeant initialement bien au-delà des cassures.

361D’un point de vue strictement typologique, le tesson renvoie à une jatte à panse arrondie de module relativement trapu, à paroi fine, notamment dans sa partie supérieure. Elle présente un bord très épaissi dont la lèvre, extérieurement débordante, est marquée par un méplat horizontal biseauté intérieurement. à l’intérieur du vase, un ressaut net marque la transition entre les flancs et le fond.

362A priori banal, ce type de vase est tout à fait caractéristique du Bronze final IIIa, dont il constitue régionalement l’un des fossiles directeurs les plus facilement identifiable. Il est en effet totalement absent des ensembles les plus anciens de l’étape moyenne du Bronze final (Bronze final IIb), comme des grands ensembles de référence du Bronze final IIIb. Les importantes stratigraphies lacustres de Chens-sur-Léman / Tougues (Haute-Savoie) et terrestre du sondage SA5 de l’éperon de Saint-Alban à Creys-Mépieu (Isère) montrent bien son apparition au Bronze final IIIa, et sa disparition au Bronze final IIIb. On retrouve ainsi cette forme, dotée du même rebord épaissi à double biseau ou à biseau simple, dans le décapage 36 du sondage SA5 de Saint-Alban, mais pas dans les décapages postérieurs (Guillet et al. 1999, fig. 10) ; de même, à Tougues, la forme est absente de l’ensemble 3, présente dans l’ensemble 2 et à nouveau absente dans l’ensemble 1 (Billaud, Marguet 1992, fig. 22 à 24). Des formes strictement identiques ou apparentées sont présentes dans tous les ensembles régionaux tant soit peu étoffés du Bronze final IIIa, comme Simandre / Les Estournelles et La Plaine (Rhône : Thiériot 2005, fig. 6, n° 12 ; fig. 9, n° 2 et 3), ou Ouroux-sur-Saône (Saône-et-Loire : Dumont et al. 2012, fig. 2, n° 34). Sur le lac du Bourget même, non loin du site, une forme proche est attestée au sein du mobilier issu des ramassages effectués au XIXe siècle sur l’une des stations de Conjux (Kerouanton 2002, fig. 7, n° 5).

3.5.2. Le mobilier céramique antique (AG)

363Le mobilier céramique gallo-romain collecté sur le site PNLV1 représente 659 NR et 73 NMI et 103 NTI (fig. 166) On décrira ces objets par catégories techniques en débutant par la vaisselle de table, puis par les céramiques communes destinées à la réserve et aux préparations culinaires. Nous synthétiserons enfin les informations chronologiques et fonctionnelles apportées par ces vases.

Fig. 166 - Répartition quantitative du mobilier céramique antique par familles et catégories techniques en NR et NMI.

Famille

Catégorie

NR

NMI

NTI

Céramiques fines

Claire B

36

12

14

Grise fine

29

4

5

Non id.

6

1

2

Paroi fine

6

1

3

Tournée grise

9

3

3

Sigillée du Centre

3

2

3

Claire B mode B

1

1

1

Claire B ?

2

0

1

Sigillée gauloise

1

1

1

Total céramiques fines

93

25

33

Céramiques communes

Tournée grise

423

36

50

Claire calcaire

55

5

9

Tournée rouge

49

3

3

claire grossière

7

1

2

Kaolinitique

2

0

1

Terra Nigra ?

2

1

1

Non id.

1

0

0

Tournée grise grossière

5

0

0

Tournée rouge grossière

5

0

1

Total céramiques communes

549

46

67

Amphore

Hispanique

7

1

1

Lyon

8

0

0

Orientale

1

0

1

Total amphores

16

1

2

Total lampe

1

1

1

Total général

659

73

103

3.5.2.1. Céramiques fines

364Les céramiques fines apportent les données chronologiques les plus précises. Il s’agit pour l’essentiel de vase en sigillée claire B et à moindre raison en sigillée gauloise de mode C et à paroi fine. Une série d’objets en céramique grise fine a également été classée au sein des céramiques fines, même si typologiquement ces objets ne diffèrent pas d’une série de vases présentant une pâte plus grossière classée céramique commune tournée grise.

Les sigillées claires B

365La répartition typologique observée n’est pas très commune (fig. 167-169 ; nos 1-15). Tout d’abord, les vases sont tous des vases à boire. Le type Desbat 66 est le plus fréquent. Certains présentent un décor de strigiles à la barbotine, caractéristique des débuts de la production, sans doute entre 130 et 170 (Desbat 1988, p. 95). Cette datation s’appuie surtout sur leur absence des importants lots de la fin du IIe et du IIIe siècle étudiés à Lyon et plus largement en vallée du Rhône.

Fig. 167 - Inventaire typologique des sigillées claires B.

Forme

Type

N° inventaire

Dessin

Gobelet

Desbat 58

00.29.07.01 (1.1/Inv.00.074)

1

Gobelet ansé

Desbat 66

00.29.06.01 (1.2/Inv.0077)

2

Gobelet

Desbat 66 à strigile

00.29.00.01 (1.3/Inv.00.103.1)
13.20.08.14
13.20.12.10
13.20.13.08
13.20.20.05

3

Canthare

Desbat 66 var. à strigile

00.29.16.01 (1.4/Inv.00.080)

4

Gobelet

Desbat 51

00.29.03.01 (1.6/Inv.00.090)

5

Gobelet

Desbat 51

00.00.00.01 (1.5/Inv.00.012)

6

Gobelet

Desbat 62

00.29.07.02 (1.7/Inv.00.075)

7

Gobelet

Desbat 62

00.29.03.02 (1.10/Inv.00.089)

8

Gobelet

Desbat 62

00.29.00.02 (1.8/Inv.00.103.2)

9

Gobelet

Desbat 62 guilloché

00.29.09.01 (1.9/Inv.00.079)

10

Gobelet

ovoïde à l. déversée

15.30.01.09

11

Gobelet

surbaissé à dépressions

00.29.05.01 (1.11/Inv.00.085)

12

Gobelet

Desbat 66 ? Guilloché

14.19.10.01

13

Gobelet haut

tronconique à décor excisé

00.29.06.02 (1.12/00.117)
00.29.06.03 (1.12/00.086)
00.29.09.02 (1.12/00.078)
00.29.00.03 (1.12/00.103.3)
13.20.06.10
13.20.06.11 (2F)

14

plat

fond plat

00.29.00.08 (1.17/Inv. 00.103.8)

15

plat

fond plat

12.25.09.03

Non ill.

gobelet

tonneau ?

15.30’.03.21

Non ill.

gobelet

12.28.02.01

Non ill.

366Ici, on inventorie deux gobelets Desbat 51 (fig. 167 et 168). Ce type peu fréquent est référencé à Lyon dans le dépotoir B23 de la rue des Farges (Desbat 1980, cat. 150), ainsi qu’au clos de la Solitude, aussi bien dans les fouilles anciennes (Ibid. cat. nos 395-398, 401) que dans l’état V identifié lors de fouilles récentes (Batigne Vallet et al. 2014, fig. 26 nos 12-14). Ce dernier état est daté du second tiers du IIe siècle Enfin, on peut citer plusieurs exemplaires issus d’un contexte daté du milieu du IIe siècle dans l’établissement rural des Sausses F à Séguret (Vaucluse) (Meffre 1988, fig. 12 nos 24, 26, 38). Il est d’ailleurs intéressant de souligner que ce dernier site a fourni le seul parallèle probant de gobelet tronconique haut à décor excisé (fig. 169, no 14) (Meffre 1988, fig. 12 no 34). Ces vases se rapprochent d’exemplaires en verre incolore soufflé dans un moule de type AR 44 ou IN 13 (Rütti 1991 ; Foy et al. 2018) daté entre 70 et 150.

Fig. 168 - Sigillées claires B.

Fig. 168 - Sigillées claires B.

Fig. 169 - Sigillées claires B (n° 13 à 15) et autres céramiques fines (n° 16 à 29).

Fig. 169 - Sigillées claires B (n° 13 à 15) et autres céramiques fines (n° 16 à 29).

367Le type 58 (fig. 167 et 168, n° 1)est également une forme rare, semble-t-il spécifique des contextes du IIe siècle, mais les contextes ayant livré des exemplaires de ce type ont livré un mobilier couvrant toute la seconde moitié du IIe siècle : Lyon, rue des Farges B23, Rhône (Desbat 1980, cat. n° 149) ; Soyons, Dumazel, Ardèche (Gilles 2016, p. 497, fig. 489 n° 35) ; Valence, Salle des fêtes, Drôme (Gilles 2013, fig. 17 nos 8-9).

368La présence de plusieurs gobelets de type 62, lisse (fig. 168, nos 7-9), guilloché (fig. 168, no 10), cuits en mode A et B (fig. 168, no 8) est instructive, puisque ce type restait encore peu attesté en vallée du Rhône et par conséquent mal daté. Son absence de contextes constitués à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle ayant livré un mobilier abondant permettait de proposer une datation précoce pour ce type. Celle-ci est ici confirmée par son association avec les types 51 et 58. Un exemplaire était néanmoins déjà signalé dans un horizon daté du milieu du IIe siècle à Roquemaure, La Ramière (Gard) (Barberan 1997, vol. 3, fig. 9.13 no 7).

369Le gobelet ovoïde à lèvre déversée no 11 (fig. 168) pourrait se rapporter, sans certitude, à un gobelet de type 53 dont la chronologie est incertaine. Les rares parallèles pour ce type se concentrent durant la première moitié du IIIe siècle : Lyon, rue des Farges E4, Rhône (Desbat 1980, cat. nos 211, 213) ; Vienne, Quai Riondet, Isère (Godard 1995, fig. 16 n° 6) ; Rasteau, Les Fouquesses, Vaucluse (Meffre 1987).

370On ne détaillera pas les nombreux parallèles dont on dispose pour le type 66 qui apparaît dès le début de la production et est très courant durant la seconde moitié du IIe siècle, puis perdure durant le IIIe siècle. Ici, la variété des traitements appliqués à cette forme (fig. 168 et 169, nos 2-3, 13), et ses dérivées (fig. 168, no 4), est typique des débuts de la production, caractérisée par un faible degré de standardisation, un travail de tournassage souvent minutieux et la présence de décor à la barbotine et des revêtements orangés homogènes. Tout au plus peut-on signaler cette forme dans des contextes du second tiers du IIe siècle à Lyon, Externat Sainte-Marie (Batigne Vallet et al. 2014, fig. 26 n° 15) ; Hauts-de-Saint-Just, dépotoir A (Desbat 1980, cat. 38-39).

371Le fond guilloché no 13 (fig. 169) se rapporte selon toute vraisemblance à ce même type. Il comporte un graffito sur le bas de la panse.

372Un fond de plat (no 15) (fig. 169) reste d’identification moins sûre. Il pourrait appartenir à un plat de type Desbat 2 qui comporte fréquemment des gorges sur la face interne. Une petite lèvre cannelée très fragmentaire n’a pas été dessinée, ni formellement identifiée. Il pourrait s’agir d’un bord de gobelet en forme de tonneau de type 56.

Les autres céramiques fines (fig. 169, n° 16-29)

373Du même secteur que les sigillées claires B, proviennent un gobelet en sigillée (no 16) de type Déch. 72 / Lez. 102 lisse (Bet, Delor 2000) comportant des traces d’arrachage au niveau du pied, une coupelle Drag. 35 (no 17) comportant un graffito et un gobelet à bord vertical de type non identifié (no 18).

374Des éléments plus fragmentés sont ensuite référencés. Il s’agit d’une anse (no 19) de céramique à paroi fine hispanique ou inspirée du répertoire hispanique, défini par F. Mayet (Mayet 1975). On connaît ainsi des productions gauloises qu’il est souvent difficile de distinguer des productions hispaniques, comme c’est le cas dans l’atelier de Fos-sur-Mer. Les bols à deux anses restent néanmoins rares au sein du dépotoir de cet atelier (Rivet 2004, fig. 18 n° 30). Un bord (no 20) correspond au type Mayet XXXVII, ici en position résiduelle. Un fond se rapporte encore à une forme carénée non identifiée.

375Un dernier (no 21) est brulé et comporte des reliquats de revêtement argileux. Son identification reste plus incertaine même si l’on ne peut pas totalement écarter la possibilité qu’il s’agisse d’un gobelet en sigillée claire B.

376Plusieurs formes en céramique grise fine se rapprochent morphologiquement des pots à cuire et des jattes référencés parmi les céramiques communes. Toutefois, leur taille est ici bien inférieure. On peut les envisager comme des gobelets, voire des contenants de faible capacité et plus difficilement comme des pots miniatures. C’est la première hypothèse que nous privilégions.

377D’un point de vue morphologique, ces gobelets sont ovoïdes à lèvre déversée (nos 22-24), ou à col cylindrique court et lèvre déversée (no 25) ou encore à épaule carénée (nos 26-28).

378Mentionnons encore parmi la vaisselle de table, un bord en bourrelet appartenant à une coupe en luisante (n° 29) de type Lamb. 2/37 (Portout 27) ou Lamb. 1/3 (Portout 37). La datation tardive de ces types et la fragmentation de cet objet assurent qu’il n’appartient pas au même ensemble que les gobelets précédemment inventoriés.

3.5.2.2. Les céramiques communes

Les céramiques à pâte réfractaire (fig. 170-173 ; n° 30-71)

379La catégorie la mieux représentée est celle des céramiques tournées grises à pâte réfractaire. Le corpus est composé de types très courants et peu discriminants d’un point de vue typo-chronologique. Il s’agit de vases à épaule carénée (nos 30-42) ou à lèvre déversée (nos 43-48), à col cylindre et lèvre en bourrelet plus ou moins pendant (nos 49-52), à col côtelé (nos 53-55). Certains sont d’identification plus incertaine (nos 47-48). Il n’est pas toujours simple de déterminer la forme et l’usage de ces vases (fig. 170). Certains pourraient être des récipients surbaissés que l’on considère comme des jattes. Néanmoins, il faut rappeler que leurs diamètres excèdent rarement 12 cm.

Fig. 170 - Inventaire typologique des céramiques à pâte grise réfractaire.

Forme

Type/description

NMI

Dessin

Pot de petit module ou gobelet
diam < 10 cm

à épaule carénée

5

30, 31, 32, 33, 35

ovoïde à l. déversée

7

43, 44, 45, 46

à col cylindrique et lèvre en bourrelet pendant

1

52

Non id.

2

47, 48

à col côtelé

1

55

Total

16

Pot

à épaule carénée

8

34, 38, 40, 41, 42

à col cylindrique et lèvre en bourrelet pendant

4

50, 51

à col cotelé

2

53, 54

à col cylindrique et lèvre pendante allobroge

1

49

Non id.

1

-

Total

16

Jatte

à épaule carénée

3

36, 37, 39

Plat

à bord droit

1

63

Fonds isolés

0

56-61

Total général

36

Fig. 171 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.

Fig. 171 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.

Fig. 172 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.

Fig. 172 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.

Fig. 173 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire et céramiques kaolinithiques (n° 62 à 66), céramiques non calcaire cuite en mode A (n° 67 à 71).

Fig. 173 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire et céramiques kaolinithiques (n° 62 à 66), céramiques non calcaire cuite en mode A (n° 67 à 71).

380Pour les formes ovoïdes, une quantité importante de récipients possèdent un diamètre inférieur ou égal à 10 cm. La typologie reprend celle des ollae dont le diamètre oscille le plus souvent entre 12 et 14 cm. La fonction de ces objets reste incertaine. Étaient-ils destinés à la boisson ou s’agit-il de petit conteneur de stockage ? On privilégiera la première proposition, d’autant que certains ont fait l’objet d’un soin particulier : surface lissée (nos 35, 44), paroi parfois ornée de côtes verticales.

381Parmi les pots à cuire, un vase complet (no 49) comporte une estampille allobroge « M.B.P.F. ». Il s’agit d’une marque peu fréquente, représentée à seulement 3 exemplaires sur les 388 marques qui composent le corpus rassemblé par N. Cantin, C. Laroche et O. Leblanc (Cantin et al. 2009, 303). Cette marque a été retrouvée à Annecy, Les Ilettes (Haute-Savoie) sur deux patinae et à Aoste (Isère) sur une olla. M. B. P. renvoie vraisemblablement à des tria nomina et F. à Fecit. Aucune correspondance n’a été retrouvée dans les index des volumes des Inscriptions Latines de Narbonnaise traitant du territoire viennois. Les nuances observées entre ces diverses estampilles suggèrent l’utilisation de poinçons différents.

382Les fonds inventoriés sont généralement plats (nos 56-61). La panse d’un pot comporte une perforation volontaire (no 62) réalisée sous l’épaule. Un bord fragmentaire n’a pas été identifié (no 66). Un seul plat à cuire a été inventorié (no 63). Il possède un bord droit légèrement épaissi. Il s’agit d’un type très commun entre le Ier et la fin du IIe siècle(Leblanc 2007, 185, fig. 179).

383On note un fragment de col de bouilloire (no 65) en céramique kaolinitique (Batigne, Desbat 1996) importée de la moyenne vallée du Rhône où ces objets sont produits notamment dans l’atelier de Dieulefit (Goudineau 1977, forme 1). Un brûle-parfum comporte une pâte kaolinitique, mais son origine est différente. Sa pâte, lustrée et fine, se rapproche des vases en terra nigra sans pour autant qu’une origine précise puisse être proposée (no 64).

384Les céramiques à pâte non calcaire cuite en mode A sont plus rares. On note deux pots à col cylindrique et lèvre en bourrelet (nos 67-68). Ces pots sont assez courants dans les départements actuels de Savoie et Haute-Savoie où des parallèles sont répertoriés entre le milieu du Ier siècle à Séez et la fin du IIIe siècle, également à Séez et Annecy (Batigne Vallet dir. à paraître).

385Un troisième présente une lèvre épaissie (no 70). La pâte est très pâle. Il se rapproche d’un pot découvert dans un contexte funéraire à Aime daté entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (Batigne Vallet dir. à paraître, notice Aime, no 56). Un fragment de panse comportant un décor à la molette (no 71) se rapporte aux céramiques à pâte grossière répertoriées durant le IIIe siècle et le Ve siècle en domaine savoyard à Annecy, Thyez ou encore Gilly (Batigne Vallet dir. à paraître). Cet élément pourrait être postérieur aux formes les mieux conservées.

386Une marmite tripode à col et lèvre en bourrelet pendant (n69) est en revanche un objet originaire de la moyenne vallée du Rhône, et peut-être de la région de Valence où ce type est répertorié dans l’atelier de Saint-Péray – Grimpeloup (Ardèche) (Roux 1991, nos 61-68, 71 ; Gilles 2016, 289, fig. 321) et sur de nombreux sites de consommation (Bonnet 2002, fig. 21 nos 8-9 ; Gilles 2016, 488-489, no 9).

Commune claire (fig. 174, n° 72-79)

Fig. 174 - Céramiques communes claires (n° 72 à 79), amphores (n° 80 et 81) et lampe à huile (n° 82).

Fig. 174 - Céramiques communes claires (n° 72 à 79), amphores (n° 80 et 81) et lampe à huile (n° 82).

387Un pot à provision à bord en bandeau et lèvre aplati (no 72) complet a été recueilli. Ce pot, dérivé du type Haltern 62, est vraisemblablement destiné à la conserve de denrées. Cette variante apparaît à la fin du Ier s., période à laquelle il est notamment produit dans l’atelier de la rue du Chapeau Rouge à Vaise (Rhône) (Desbat et al. 2006). Cette officine a livré une série morphologiquement proche de cet exemplaire. Des objets similaires sont également répertoriés dans les fouilles du Rhône en Arles (Long et al. 2009, 584, fig. 14 nos 59-61). Ces exemplaires se distinguent par un fond annulaire contrairement à la plupart des occurrences régionales.

388Un fond (no 73) et une anse (no 79) pourraient se rapporter à d’autres exemplaires. Le fond semble découpé au niveau du départ de l’anse.

389Une cruche à lèvre chanfreinée (no 74) comporte un fond perforé. Ce type est référencé parmi les productions de la rue Trénel à Sainte-Colombe-Les-Vienne (Rhône) (Gilles 2015, 102, pl. 2 no 43 ; Batigne Vallet dir. à paraître) et à Vaise, Rue Cottin (Barreto et al. 2005, fig. 13 no 6).

390Deux fonds (nos 76-77) appartiennent à des cruches. Une amphorette (n° 78) vient augmenter l’effectif des productions originaires de moyenne vallée du Rhône. Ce type est en effet produit au sein de l’atelier de Saint-Péray – Grimpeloup et connaît une large diffusion couvrant une aire géographique similaire à celle des vases en sigillée claire B. Des exemplaires sont ainsi référencés à Annecy (Haute-Savoie), Lyon (Rhône), Vienne (Isère), Saint-Romain-en-Gal (Rhône), Tourdan (Isère), Arles (Bouches-du-Rhône), Lunel-Viel (Hérault), Marseille (Bouches-du-Rhône), Toulon et Grans (Var) (Gilles 2016, 285, 534 et note 746). Le contenu de ces amphorettes reste cependant incertain. Deux d’entre elles comportent des inscriptions peintes renvoyant de manière contradictoire à « l’orge des Cavares », ou à du Liquamen (Liou, Morel 1977 ; Liou et al. 1987, L17).

391On note également un bord fragmentaire de cruche à lèvre en bandeau mouluré (no 74), type qui apparaît à l’époque augustéenne et est encore utilisé durant le IIe siècle. Il faut encore signaler un bord très fragmentaire de mortier à collerette et à lèvre en bourrelet dont le type est daté entre le milieu du Ier siècle et le IIIe siècle.

3.5.2.3. Autres (fig. 174, n° 80-82)

392De rares fragments se rapportent à des amphores. Un bord appartient à un conteneur hispanique Dr. 7 ou 8 (no 80) produit dans la baie de Cadiz (Bernal Casasola 2009, 666, fig. 3 nos 1-2). Six fragments de panses sont originaires de la vallée du Guadalquivir et appartiennent à une ou des amphores de type Dr. 20. Une anse de section circulaire à pâte beige sableuse n’a pas été identifiée (no 81).

393Un fragment de lampe à volutes simple ou double vient compléter cet inventaire (no 82).

3.5.2.4. Chronologie et faciès

394La typologie des objets présentés ici permet de proposer une datation durant les décennies centrales du IIe siècle (140-170), probablement durant le troisième quart de ce siècle. Cette proposition s’appuie sur la présence d’un gobelet Déch. 72/Lez. 102 et sur les types en sigillées claires B qui appartiennent au répertoire précoce.

395Le gobelet Déch. 72 est produit durant la phase 7 de Lezoux datée entre la seconde moitié du IIe siècle et le premier tiers du IIIe siècle (Bet, Delor 2000). Sa production pourrait débuter après 140/150 (Delage 2010, 124). Il s’agit ici d’un exemplaire lisse de petite dimension correspondant aux productions du milieu du IIe siècle (140-170 ?) (Delage 2003, p. 185) qui se distingue donc des exemplaires à décor excisé ou encore décorés à la barbotine que l’on observe plus tardivement. Ce type devient prépondérant à partir des années 170 (Batigne Vallet, Delage 2016, 362). Un ensemble clos de Saint-Romain-en-Gal, désormais daté autour de 200 (Reynolds et al. 2011, 26-27), a livré un exemplaire lisse de grand module (Leblanc, Desbat 1992, fig. 4 no 4).

396Il faut rappeler que le faciès des décennies centrales du IIe siècle reste assez mal connu en région Rhône-Alpes, faute d’ensemble clos constitué à cette période. Les vases produits à partir de cette époque sont le plus souvent observés dans les niveaux d’abandon constitués entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle.

397Ici, le corpus des sigillées claires B est d’un grand intérêt, car original. En effet, il est constitué des formes et décors caractéristiques attribués aux débuts de cette production (130-170), période encore assez mal cernée. Cette céramique connaît une diffusion importante à l’échelle de la vallée du Rhône à partir de la fin IIe siècle et surtout durant le IIIe siècle. Les types représentés sont soit inédits soit réduits à quelques exemplaires seulement. Ce lot se différencie nettement des importants assemblages datés de la fin du IIe siècle et du début du IIIe siècle où l’on note un net souci de standardisation de la production. Parmi le répertoire des gobelets, le type 68 est omniprésent. La présence du seul type 66 et ses dérivés ici conforte donc une datation avant la fin du IIe siècle.

398D’un point de vue chronologique, une approche plus fine n’est pas possible avec la céramique. Ici l’intérêt est de disposer d’une importante série de monnaies et de datation dendrochronologique qui permettent de discuter la chronologie des formes et des catégories représentées. Ainsi, l’hypothèse d’une apparition de la céramique allobroge vers le milieu du IIe siècle (Cantin et al. 2009) trouve une confirmation dans le lot du Lac du Bourget, tout comme la chronologie des formes précoces en sigillées claires B. On situe approximativement vers 170 la transformation du répertoire de la sigillée claire B. Cette date a été ainsi proposée comme terminus ante quem pour les types produits durant la première phase de production dans le « Dicocer », mais il faut sans doute ne pas l’utiliser de manière trop stricte puisque qu’il est toujours difficile d’évaluer combien de temps un vase a été utilisé.

399Toujours est-il que l’ensemble du lot présente une datation très cohérente avec les données fournies par les analyses dendrochronologiques et numismatiques (cf. infra). L’amphorette en pâte claire calcaire, bien attestée dans les contextes de la fin du IIe et durant le IIIe siècle, aurait pu nous aiguiller vers une datation plus tardive, mais nous préférons voir dans ce contexte un indice de la production de cette forme dès le milieu ou le troisième quart du IIe siècle. Il en va de même pour la marmite à col et lèvre retombante tripode en commune tournée rouge dont on peut désormais aisément remonter la datation proposée par les auteurs du Dicocer (Meffre, Raynaud 1993). On dispose désormais de données supplémentaires. Ce type a été référencé en Arles, place Jean-Baptiste Massillon dans un contexte de la première moitié du IIe siècle (Duperron 2014, fig. 453 no 1).

400D’un point de vue fonctionnel, le mobilier présente un assemblage atypique, très différent des faciès de consommation relevés en contexte domestique (fig. 175). On observe très nettement une surreprésentation des gobelets au sein des céramiques fines. Ainsi, les coupes Drag. 37 en sigillée ou Desbat 8 en sigillée claire B, qui accompagnent régulièrement les gobelets référencés ici, sont absentes.

Fig. 175 - Répartition du mobilier céramique par forme, en NMI et NTI.

Forme

NMI

NTI

Gobelet

22

25

Pot ou Gobelet

17

19

Pot

20

32

Cruche

2

4

Pot à provision

1

2

Jatte

3

3

Coupelle

1

1

Marmite tripode

1

1

Brûle-Parfum

1

1

Mortier

1

1

Plat

0

2

Plat à cuire

1

1

Amphorette

1

1

Bouilloire

0

1

Non id.

0

6

Total général

71

100

401À ces gobelets, il faut également rajouter une série de vases à épaule carénée ou à lèvre éversée de petit module pour lesquels on peut hésiter sur l’attribution de la fonction. Les pots de module standard, entre 12 et 14 cm de diamètre, courants sur les sites de consommation, sont moins présents. Les plats à cuire sont également très mal représentés. Il y a donc une sélection de formes bien spécifique, plus comparable aux contextes cultuels qu’aux contextes domestiques. Les mutilations observées sur plusieurs de ces objets (cf. infra) vont également dans ce sens. On peut encore s’étonner de la forte représentation de vases issus des ateliers de la moyenne vallée du Rhône, que ce soit pour les céramiques fines ou communes, pour un secteur aussi excentré de la zone de diffusion principale de ces ateliers.

3.6. Terres cuites architecturales (SNM)

402Outre les récipients céramiques, des fragments de terres cuites architecturales étaient également présents sur le site. Ce type de matériel a fait l’objet de nombreuses études ces vingt dernières années. Un examen des éléments recueillis sur le site apportent des informations chronologiques et permet de raisonner sur les motifs de leur présence.

3.6.1. Remarques préliminaires

403À l’occasion des différentes investigations engagées sur le site, quelques fragments de terre cuite architecturale ont été mis au jour lors des décapages. Seuls les éléments les plus volumineux ou possédant des formes significatives ont été prélevés.

404Le corpus d’étude est constitué de 31 fragments, représentant au minimum 10 individus (fig. 176). Les tegulae présentent 5 profils d’encoche avant différents, les imbrices 4 angles, ce qui permet d’individualiser a minima 2 individus. Quant aux fragments de tubulure, ils appartiennent à 1 seul objet complet, tandis que les fragments de briques attestent de la présence de 2 individus.

Fig. 176 - Quantification des terres cuites architecturales découvertes sur le site.

NR

NMI

Tegulae

9

5

Imbrices

3

2

Tubuli

4

1

Briques

12

2

Indéterminés

3

0

31

10

405Malgré un nombre de restes assez réduit, le corpus a l’intérêt d’être composé d’un nombre significatif d’éléments complets, comme c’est également le cas pour d’autres catégories de matériel (récipients céramiques, objets métalliques manufacturés, etc.). Il est important de le souligner dans le sens où dans d’autres types de contextes archéologiques, il est souvent difficile de disposer d’objets entiers favorisant les études métrologiques de ces productions.

406À l’échelle du gisement, nous chercherons dans un premier temps de définir la typologie des éléments présents. L’utilisation de moules et de standards permettent de normaliser les productions et d’en déterminer facilement les types, d’autant plus s’ils sont complets. Puis nous tenterons de les dater en nous fondant sur les travaux les plus récents. Enfin, en prenant en compte la nature même du site, nous raisonnerons sur la fonction des terres cuites architecturales dans les dépôts mis au jour.

407Pour ce qui est de la terminologie descriptive et des critères de mesures du matériel de couverture en terre cuite, c’est essentiellement à l’étude de Benjamin Clément concernant ce type de mobilier pour la Gaule du Centre-Est que nous avons recouru (Clément 2013). Quant aux mobiliers plus caractéristiques des installations thermales, nous avons utilisé l’ouvrage d’Alain Bouet concernant les matériaux de construction présents dans les thermes de Narbonnaise (Bouet 1999).

3.6.2. Le corpus

408Seront tour à tour présentés : les éléments de couverture, les éléments spécifiques des hypocaustes et les briques (fig. 177).

Fig. 177 - Terres cuites architecturales.

Fig. 177 - Terres cuites architecturales.

3.6.2.1. Les matériaux de couverture

409Les matériaux de couverture concernent les tuiles plates (tegulae) et les tuiles courbes (imbrices).

Les tegulae

410Les fragments de tegulae sont les plus représentés (fig. 177).

411Une première tegula est complète (n° 1). Longue de 44,2 cm, elle a une largeur de 31,7 cm et une épaisseur de 2 cm, pour un poids total de 6271 g. Elle possède une gorge esquissée et les différentes mesures prises du rebord et des encoches permettent de l’associer au type F (c. 180-210 ap. J.-C.). Il en est de même pour une seconde tuile plate conservée dans toute sa partie antérieure (n° 2). Cette dernière mesure 30,8 cm de large et possède l’essentiel des caractéristiques du type F. À noter également sur cet objet la présence de plusieurs marques digitées.

412Une troisième tegula est conservée sur tout son profil droit (n° 3). Elle présente une longueur de 44,5 m de longueur et une gorge esquissée. Les différentes caractéristiques du rebord et des encoches permettent de l’associer aux types F ou G, mais la présence d’un décrochement exclut qu’il puisse s’agir du type G. toutefois l’importance du décrochement mesuré (1,4 cm) semble être une caractéristique du type E, chronologiquement antérieur. La situation est identique pour deux autres tegulae. La première est conservée sur tout son profil gauche (n° 4). Sa longueur est de 45 cm et elle possède toutes les caractéristiques du type F avec une largeur de décrochement caractéristique du type E. La seconde est quant à elle conservée seulement dans sa partie antérieure et relève également au type F ou E (n° 5). Une encoche pourrait appartenir à cette tuile (n° 6).

413Pour ces quelques tegulae le rattachement à un type précis n’est pas très évident. Ces dernières possèdent toutes une gorge esquissée, une largeur de rebord inférieure à 3 cm et une encoche avant ne dépassant pas les 7,2 cm de longueur. Elles peuvent donc être des types F ou G, mais la présence systématique d’un décrochement permet de les rattacher avec plus de précision au type F (c. 180-210 ap. J.-C.). Toutefois, l’importance de ce décrochement sur ces tegulae (de 1 à 1,4 cm) semble davantage une des caractéristiques du type E (c. 70-180 ap. J.-C.). Il est donc pour l’instant impossible de se prononcer entre un type au l’autre et il convient donc de retenir une chronologie large pour ces éléments de couverture (c. 70 et 210 ap. J.-C.). Quant aux longueurs et aux largeurs, lorsqu’elles ont pu être mesurées, elles s’accordent bien avec les productions tardives des types E, F ou G, allant dans le sens d’une diminution dans le temps de la taille des tegulae (Clément 2013, p. 93).

414Les deux sites les plus proches dont les matériaux de couverture ont fait l’objet d’une étude sont tous les deux situés au bord du Léman. Il s’agit des sites de villae du Parc de la Grange à Genève (Clément 2013, p. 155-156) et de la Route de l’Église à Massongy (Clément 2013, p. 174). Les terres cuites architecturales du premier appartiennent à des phases de construction ne dépassant pas le changement d’ère, tandis que pour le second site, deux lots proviennent d’un état augusto-tibérien et d’un état daté aux alentours des IIIe/IVe siècles de notre ère. Ainsi, outre l’éloignement effectif de ces deux sites par rapport au lac du Bourget, il convient également de souligner un hiatus chronologique couvrant quasiment tout le Haut-Empire (Clément 2003, fig. 190, p. 176). Le territoire allobroge apparaît vide si l’on excepte les exemples précédemment cités du Genevois, ainsi que les sites des abords du Rhône aux abords de Lyon et de Vienne. Il serait nécessaire de poursuivre cette dynamique notamment pour étudier la diffusion des lieux de productions et des circuits de diffusion dans l’avant-pays savoyard.

Les imbrices

415Les imbrices sont représentées par trois éléments (fig. 177). Une première imbrex est complète (n° 7). Elle mesure 42 cm de longueur pour un poids total de 2843 g. Le bord supérieur mesure 18,5 de largeur pour une hauteur de 8,2 cm et une épaisseur de 2 cm. Le bord inférieur mesure quant à lui 14,6 cm de largeur, 6,8 cm de hauteur, pour une épaisseur de 1,5 cm. L’extrémité d’une seconde est conservée, mais il est difficile de déterminer s’il s’agit du bord supérieur ou inférieur (n° 8). Un dernier fragment peu significatif est à mentionner (n° 9).

416Pour les imbrices, malgré les recherches récentes, il n’a pas été possible de mettre en évidence pour l’instant une évolution aussi marquée que pour les tegulae. Cela pourrait s’expliquer en partie par la simplicité des procédés de fabrication et par l’importante fragmentation de ces éléments (Clément 2013, p. 26 et 93).

3.6.2.2. Le matériel d’hypocauste

417Les éléments spécifiques des hypocaustes sont représentés par des briques et par un tubulus (fig. 177).

Briques

418Une brique carrée complète a été découverte dans la zone 1 (n° 10). Il s’agit d’une brique plate proche du carré, d’une longueur de 23,8 cm, pour une largeur de 23,2 cm et une épaisseur de 4,2 cm. Très courantes dans les provinces des Gaules et notamment en Gaule Narbonnaise, ces briques carrées sont des carreaux de pilae formant le corps des pilettes (Bouet 1999, p. 142). Elles sont rarement exactement carrées comme l’ont montré de nombreux auteurs (Goulpeau 1988, p. 101 ; Bouet 1999, p. 147 ; Bontron 2013, p. 299) et leurs dimensions varient de 17,5 à 24 cm de côté. Les épaisseurs sont également très fluctuantes puisqu’elles oscillent entre 3 et 6 cm, la moyenne tournant toutefois autour de 4, 5 cm (Bouet 1999, p. 147 et 151). Ces données correspondent sensiblement aux dimensions des briques de pilae d’hypocauste découvertes dans l’ouest des Pays de la Loire. Ces dernières avoisinent les 20 cm de côtés, pour des épaisseurs habituellement rencontrées de 40 à 45 mm (Nauleau 2013, fig. 11, p. 16). Quant à la chronologie, il apparaît que les briques carrées sont utilisées durant toute l’époque romaine et il semble pour l’instant impossible de distinguer une période où elles auraient été moins employées (Bouet 1999, p. 151).

419On mentionnera également la présence de gros fragments de terre cuite architecturale mal cuits, à la teinte verdâtre, appartenant à une même brique (n° 11). Malgré l’assemblage de ces éléments, seule la mesure d’un seul côté a pu être déterminée (29,7 cm). Il n’est dès lors pas possible de déterminer s’il s’agit d’une brique carrée, ou bien d’une brique rectangulaire. On notera toutefois que cette mesure correspond sensiblement à un module de briques carrées mis au jour en Narbonnaise. C’est par exemple le cas pour les pilettes du caldarium de l’état 2 des Thermes B du site d’Albigny-Condion à Seyssel en Haute-Savoie (Bouet 1999, p. 140). Ajoutons également que son épaisseur est de 4,3 cm ce qui s’approche des épaisseurs de briques de pilettes classiquement enregistrées.

Tubulus

420Une tubulure complète a été identifiée lors de la dernière campagne de fouilles (n° 12). Il s’agit d’un tubulus rectangulaire étroit, dont la hauteur (45,5/45,7 cm) est beaucoup plus importante que la largeur (14,5/14,8 cm). Sa profondeur est de 8,8/9,1 cm pour une épaisseur de 0,8/0,9 cm. Les deux faces latérales sont chacune percée d’une fenestrella rectangulaire de 5,5 sur 2,3 cm située approximativement au centre de la tubulure. Ces ouvertures permettaient une circulation de l’air chaud entre les différentes colonnes de tubuli pour une meilleure diffusion latérale de la chaleur (Nauleau 2013, § 81). La face avant et la face arrière présentent des motifs peignés qui facilitaient l’adhérence aux mortiers et aux enduits. Il a été réalisé par quatre passages d’un peigne de seize dents dont l’écartement est sensiblement identique (~3,5/4 mm). Les spécificités des peignes sont telles qu’il est facile de les individualiser, ce qui offre d’intéressantes perspectives de recherches (Bontron 2013, p. 306).

421Les tubuli sont très fréquents dans la Gaule du Sud et la cité des Allobroges apparaît comme une zone particulièrement pourvue. De nombreux restes de tubuli ont été découverts, notamment sur des sites de Savoie, de Haute-Savoie, mais également dans l’environnement de Genève (Bouet 1998, p. 41-47 et 63). Malheureusement, pour l’ensemble de ces sites, seules des données métriques sont disponibles pour un élément découvert lors des fouilles de la villa du Thovey à Faverges. Il s’agit d’un tubulus portant la marque Clarianac mis au jour dans un contexte du IIe siècle. Sa hauteur était de 46 cm, sa largeur de 15,5 cm, pour une profondeur de 9 cm (Bouet 1998, p. 42). Il faut souligner la proximité de ce module avec celui de la tubulure découverte au lac du Bourget dans un contexte chronologiquement contemporain.

422Quant à la chronologie de ces éléments, il apparaît que les tubuli sont présents en Narbonnaise dès la période augustéenne. Il s’observe un accroissement net de l’épaisseur de la paroi des tubuli entre le Ier et le Ve siècle. Ainsi, les exemples du milieu du Ier siècle (voire de la première moitié du siècle) et de l’époque flavienne tournent autour de 1 à 1,2 cm et ce serait au IIe siècle qu’une augmentation progressive se manifesterait pour atteindre 1, 4/1, 5 cm dans la première moitié du IIIe siècle et terminer à 1,7/2 cm au début du IVe, voire plus encore au Ve siècle (Bouet 1999, p. 66-67). En se fondant sur ce critère, la tubulure découverte sur le site de Conjux aurait pu être produite entre le Ier et le IIe siècle.

3.6.2.3. Autres éléments matériels

423Quelques autres éléments sans formes caractéristiques ont été prélevés sur le site. Leur forme et leur épaisseur invitent pour deux d’entre eux, à les considérer comme des fragments de tegulae (n° 13, 14 et 15). Enfin, il faut mentionner la présence sur le site d’un clou en T (fig. 160, n° 89). Ce type de clous, largement répandu, servait principalement à maintenir les tegulae mammatae et les tubuli sur les parois (Bouet 1999, p. 13 et 39).

3.6.3. Examen du corpus

3.6.3.1. Typologie et chronologie des productions

424La standardisation des productions des terres cuites architecturales facilite la caractérisation typologique des éléments découverts. Dans le cas du site de Conjux, ces identifications ont été favorisées par la présence de plusieurs éléments complets.

425Il s’agit de matériel de couverture (tegulae et imbrices) et de matériel d’hypocauste (carreau de pilae et tubulus). En théorie, la fabrication des matériaux de construction est prévue pour un usage prédéterminé. Cependant, les détournements de matériaux neufs sont nombreux, tout comme les réutilisations. Cela semble être le cas également sur le site ; le faible nombre d’éléments découverts, tout comme la nature lacustre du gisement, excluent la présence d’une couverture tégulaire. Il faut également rappeler que les piquets étaient trop fragiles pour supporter une structure pondéreuse (cf. 3.1.3.3.). Quant au tubulus et au carreau de pilae, ils ne témoignent pas non plus de la présence d’un hypocauste à hauteur du site. Tout au plus, il est possible de considérer l’existence de ce type d’aménagement dans l’environnement du gisement, peut-être dans les proches villae dont les indices laissent deviner la présence aux abords des rives du lac (cf. 2.3.4.).

426Tout porte à considérer qu’il s’agit d’éléments récupérés ou « recyclés », apportés dans un second temps sur le site. Malgré une certaine homogénéité typologique des tegulae, des différences métrologiques significatives attestent qu’il s’agit de productions différentes. Certaines semblent appartenir au type F (c. 180-210 ap. J.-C.), tandis que d’autres peuvent être rapprochées indifféremment des types E et F (c. 70-210 ap. J. C.). Quant aux autres mobiliers, le tubulus pourrait être daté du Ier ou du IIe siècle et il n’est pas possible de donner aux imbrices et aux briques de datation plus précise que celle du cadre de la période romaine.

427Pour l’étude des tegulae, l’impossibilité de trancher entre un type ou un autre est sans doute le reflet de productions propres au secteur géographique et à la fourchette chronologique qui nous concerne.

3.6.3.2. Répartition planimétrique et fonction des terres cuites architecturales sur le site

428Outre les questions d’ordre typo-chronologique, il est intéressant d’observer la répartition de ces éléments sur le site. Tout d’abord, il apparaît que les restes de terres cuites architecturales ont été découverts précisément dans les zones où les concentrations de bois et de mobilier sont les plus importantes (fig. 76 et 183). Ensuite, les collages attestent que les fragments rattachables à un même objet proviennent de la même zone. Ces derniers peuvent être quelquefois en connexion, comme s’ils avaient été cassés sur place, tandis que d’autres peuvent se trouver plus éloignés. Dans la zone 1, par exemple, les fragments d’une tegula (n° 1) et de la tubulure (n° 12) se trouvaient quasiment en connexion ce qui indique qu’ils ont sans doute été brisés au moment de leurs dépôts ou juste après. Cela ne paraît pas être le cas de la brique fragmentaire dont plusieurs fragments ont été retrouvés éparpillés au sein de la zone (n° 11). Pour la zone 2, le cas est identique pour deux fragments d’une tegula (n° 7 et 8), voire de trois (n° 9), qui ont été retrouvés éparpillés au cœur de la zone. Dans la partie septentrionale de cette même zone, deux autres fragments d’une tuile plate appartenant au même objet se trouvaient éloignés de quelques dizaines de centimètres (n° 4). Ces observations apportent des éléments sur des bris différenciés qui peuvent être soit le fruit de bris volontaires, soit d’une évolution taphonomique .

429Tous les éléments soulignés précédemment nous aident à comprendre le rôle que l’on a pu assigner au matériel tégulaire et d’hypocauste dans les pratiques identifiées sur le site. Plusieurs de ces terres cuites architecturales ont été découvertes en situation particulière, en lien avec d’autres mobiliers remarquables (récipient complet en céramique fine, monnaies, etc.).

430En reprenant le plan de répartition, on remarque une proximité entre ces terres cuites architecturales, les bois et les autres mobiliers (cf. 3.9.1. et 3.9.6.).

431Dans le cas de la zone 2, tous les fragments étaient isolés à l’exception toutefois du fragment n° 5 (type E ou F, c. 70-210 AD) qui se trouvait sous une lourde pierre et qui était associé avec d’autres mobiliers (fig. 206). Quant à la zone 1, certains fragments se trouvaient également isolés, mais un nombre significatif était associé à d’autres éléments. Lors des décapages, il a été possible de mettre en évidence que certains recouvraient des éléments de mobiliers.

3.6.4. Conclusion

432Malgré un corpus réduit, l’ensemble de terre cuite architecturale du site de Conjux présente un assortiment varié de productions, dont une part significative d’éléments complets. De fait, il a été facile d’en définir la typologie et de mettre en évidence, grâce aux données métrologiques, qu’ils s’agissaient de productions différentes. Ces dernières sont difficiles à dater, à l’exception des tegulae qui couvrent pour l’essentiel une large fourchette chronologique (c. 70-210 AD), sensiblement contemporaine de la fréquentation du site.

433Il apparaît que ces terres cuites architecturales ont été récupérées dans d’autres contextes. Ce n’est donc que dans un second temps qu’elles se sont retrouvées sur le gisement. De fait, il s’agit de mobiliers plus anciens que les dépôts qui les accompagnent. La comparaison de l’ensemble des données chronologiques est particulièrement instructive. Elles permettent d’apporter des éléments de chronologie relative utile à la datation de ces productions céramiques.

434Tous les éléments découverts étaient en relation avec les autres vestiges. Certains pouvaient être seuls, tandis que d’autres se trouvaient dans les espaces où les bois et les autres objets étaient les plus nombreux et dans des zones privilégiées pour les dépôts. Lorsqu’elles étaient directement liées à d’autres objets, elles ont pu servir à les contenir, voir à les dissimuler en les recouvrant.

435Malgré les maigres données disponibles pour la région et la période qui nous concernent, ces connaissances pourront être affinées à mesure que progresseront les études sur ce type de matériel. Malgré les initiatives récentes, l’essentiel de la cité des Allobroges apparaît encore très mal documentée. Comme cela a récemment été souligné, des ateliers de terres cuites architecturales sont connus en région Rhône-Alpes, mais ils restent mal appréhendés (Laroche 2015, p. 265). À l’échelle de la cité, il semblerait opportun de progresser dans les études des matériaux de couvertures et des terres cuites architecturales, notamment de l’arrière-pays viennois, où une forte concentration d’ateliers de tuiliers a été remarquée (Chamoux 2008). Des structures de production et des ratés de cuissons sont à signaler sur la rive sud du lac d’Aiguebelette (Nieloud-Muller 2019a) et il n’est pas improbable que les ateliers de l’anse nord du Bourget aient pu produire également du matériel tégulaire. Enfin, le matériel d’hypocauste apparaît particulièrement riche au sein des territoires savoyards et du Dauphiné (Bouet 1999, p. 63).

3.7. Étude de la faune (ThA)

436La faune recueillie à l’occasion des différentes opérations de fouille subaquatique réalisées sur le site de Conjux – PNLV 1 représente un corpus relativement limité, pesant au total 245 g. (fig. 178). Le matériau osseux préservé présente une coloration marron caractéristique des ossements conservés dans un milieu constamment humide et a tendance à se déliter au séchage. La plus forte concentration de restes se trouve dans les secteurs des triangles n° 29 et 30’. Une partie conséquente de ce mobilier apparaît en outre roulé, témoignant de déplacements sur le fond à un moment donné.

Fig. 178 - Nombre de restes osseux et dentaires par taxon et par triangle de fouille (NR : nombre de restes).

Taxon/triangle

2

15

20

28

29

30’

NRt

Bos taurus

-

-

-

-

2

1

3

Ruminant

1

-

-

-

-

-

1

Caprinae

-

-

-

-

5

-

5

Sus domesticus

-

-

3

1

6

3

13

Cervus elaphus

-

-

-

-

2

-

2

Castor fiber

-

-

-

1

1

-

2

Anatidae

-

-

-

-

1

1

2

Fulica atra

-

1

-

-

1

-

2

Poisson

-

-

-

-

-

1

1

NR déterminé

1

1

3

2

18

6

31

Mammifère grande taille

-

-

1

-

-

1

2

Mammifère taille moyenne

-

-

2

-

-

3

5

indéterminé

-

-

-

-

9

3

12

NR total

1

1

6

2

27

13

50

437La liste de faune comprend huit taxons dominés par la triade domestique, qui représente à elle seule 71 % du NRd. Le porc (Sus domesticus) domine largement, suivi des caprinés. Le bœuf (Bos taurus) demeure très discret. Le cortège sauvage apparaît relativement diversifié avec notamment plusieurs taxons inféodés au milieu aquatique, comme le castor (Castor fiber), un ou deux anatidés, le foulque macroule (Fulica atra) et un poisson indéterminable. Le cerf (Cervus elaphus), enfin, signale la proximité des milieux boisés. Les restes indéterminés se répartissent dans les mêmes proportions entre de rares animaux de grande taille et une majorité de taille moyenne.

438Les traces de découpe sont nombreuses sur les os de la triade domestique et des vertèbres de bœuf et de caprinés présentent notamment un plan de coupe sagittal, qui renvoie à un traitement boucher. Enfin, plusieurs éléments de porc notamment évoquent des fœtus ou de très jeunes animaux, ce qui semble signaler la proximité des lieux d’élevage.

439Les os d’oiseaux aquatiques et de castor pourraient renvoyer soit l’image de l’exploitation cynégétique de la faune de bord du lac, soit la présence d’animaux morts naturellement dans leur biotope. Le castor est représenté par deux dents isolées. Parmi les anatidés, un coracoïde gauche atteint une taille compatible avec le canard colvert (Anas platyrhynchos) ou au fuligule morillon (Aythya fuligula), tandis qu’un second coracoïde présente une taille plus faible, à rapprocher des canards de petite taille.

440On retrouve là un spectre de faune très proche de celui de l’habitat de Portout, notamment pour la faune sauvage, au sein de laquelle le cerf, le castor et les oiseaux sauvages apparaissent dominants (Olive 1990 : 37). En ce qui concerne la triade domestique, l’image renvoyée évoque davantage le site terrestre de Portout 1, dont la faune est considérée correspondre au résultat du balayage de surfaces habitées, donc à des déchets de consommation. Le bœuf est en effet davantage présent sur le site de Portout 2, lieu d’évacuation des déchets de boucherie et de préparation (ibid.). Dans tous les cas, le porc fait figure d’espèce principale, tandis que les Caprinae demeurent très discrets. La seule espèce qui fait vraiment défaut à PNLV est la poule, qui pourtant représente 4,8 % du NRd à Portout, mais dans un contexte plus tardif. En règle générale, cette espèce voit sa part augmenter au cours de l’Antiquité, tant pour l’alimentation des vivants que dans le cadre des offrandes funéraires.

441Au final, si l’on estime que tous ces restes de faune sont contemporains de l’occupation antique, ils témoignent pour l’essentiel d’activités de consommation, en lien avec un probable habitat riverain. Ils nous renvoient également à la possible exploitation de la faune sauvage dans ce même cadre domestique, et témoignent plus sûrement de la biodiversité des bords du lac.

3.8. Fragment de pigment (EVE)

442Sur le site a été découvert un fragment de pigment rouge (fig. 179). Il a été étudié dans un premier temps avec une loupe binoculaire (Leica EZ4HD). Un petit échantillon de poudre, récupéré dans le sachet contenant ce fragment, a été observé sous microscope optique équipé d’un système d’observation par fluorescence afin de mettre en évidence la présence éventuelle de matière organique. Les analyses ont alors été conduites avec différents instruments, en fonction de la nature des informations recherchées. La spectroscopie infrarouge à transformer de Fourier (IRTF) permet l’identification de certaines matières organiques ou inorganiques et la Diffraction des Rayons X (DRX) permet l’identification des phases cristallines.

Fig. 179 - Le fragment de pigment rouge (A) recto et (B) verso.

Fig. 179 - Le fragment de pigment rouge (A) recto et (B) verso.

443L’échantillon est très homogène lorsqu’on l’observe à grossissement important sous microscope optique (fig. 180). Il s’agit d’un pigment rouge orangé avec reflets métalliques. Les grains composant la poudre sont très fins. L’échantillon n’émet aucune fluorescence sous éclairage UV. Il s’agit donc d’un composé exclusivement inorganique non sensible aux rayonnements UV.

Fig. 180 - Observation sous microscope optique de poudre prélevée à l’intérieur du sachet Minigrip contenant le fragment de pigment.

Fig. 180 - Observation sous microscope optique de poudre prélevée à l’intérieur du sachet Minigrip contenant le fragment de pigment.

444Cette information est confirmée par l’analyse par Infra-rouge (IRTF) où aucune phase organique n’est détectée (fig. 181). Seule la présence d’une phase argileuse est mise en évidence par cette technique.

Fig. 181 - Spectre IRTF (mode ATR) d’un échantillon de poudre rouge, caractéristique d’une argile.

Fig. 181 - Spectre IRTF (mode ATR) d’un échantillon de poudre rouge, caractéristique d’une argile.

445Enfin, l’analyse par Diffraction des Rayons X (DRX) permet d’identifier les phases cristallines en présence, à savoir du quartz (SiO2) ainsi que de l’hématite (Fe203) (fig. 182). Ces deux minéraux, couramment associés dans la nature, sont présents dans les ocres ou terres rouges.

Fig. 182 - Diffractogramme du fragment de pigment en analyse directe, sans prélèvement (mode réflexion).

Fig. 182 - Diffractogramme du fragment de pigment en analyse directe, sans prélèvement (mode réflexion).

446En conclusion ce fragment de pigment s’avère être exclusivement inorganique. Plus précisément il s’agit d’ocre rouge, à savoir une argile riche en hématite. Ce dernier composé est un oxyde de fer (Fe2O3) rouge qui confère au pigment son fort pouvoir colorant.

3.9. Répartition planimétrique et chronologique des vestiges (SNM)

447Au terme de l’analyse individuelle de tous les éléments, il est possible de rassembler toutes ces données dans une réflexion globale sur l’association de ces vestiges entre eux et sur leur répartition spatio-temporelle à l’échelle du site.

3.9.1. Répartition des vestiges par catégories fonctionnelles

448La répartition des piquets et des pieux, ainsi que celle des autres éléments matériels, attestent de relations entre ces éléments (fig. 183). Dans les secteurs où les bois sont absents, il n’y a quasiment pas de matériel. À l’inverse, les concentrations d’objets, de pierres, de terres cuites architecturales et de restes organiques se trouvent là où la densité des bois est la plus importante.

Fig. 183 - Plan de répartition de l’ensemble du mobilier et des piquets et petits pieux.

Fig. 183 - Plan de répartition de l’ensemble du mobilier et des piquets et petits pieux.

449Les proportions et la nature du matériel sont différentes entre les zones. Le mobilier céramique est le plus abondant dans la zone 1, mais il se fait plus rare dans la zone 2 et dans la zone 3 (fig. 184). La répartition de la céramique fine est encore plus significative, car elle se concentre dans la zone 1 et n’est quasiment pas documentée pour les autres zones. Au sein de la zone 1 le matériel céramique se concentre dans la partie est et n’a pas été observé lors des dévasages vers l’ouest.

Fig. 184 - Plan de répartition des céramiques.

Fig. 184 - Plan de répartition des céramiques.

450Les monnaies se concentrent également dans les secteurs où les bois sont les plus nombreux (fig. 185). Elles ont été identifiées dans les trois zones principales du site et sont absentes de la zone 1bis. Dans la zone 1, elles couvrent l’ensemble de l’espace, mais elles sont plus abondantes dans la partie nord. Dans la zone 2, elles se rencontrent principalement dans la partie centrale. Dans la zone 3, elles se trouvent près des pieux, mais en raison de leur faible nombre aucune tendance ne peut être observée.

Fig. 185 - Plan de répartition des monnaies.

Fig. 185 - Plan de répartition des monnaies.

451Le mobilier métallique et lithique se trouve essentiellement dans l’environnement des piquets et pieux (fig. 186). On observe toutefois certains éléments isolés hors de l’emprise des bois. Dans la zone 1, le matériel se rencontre dans toute la zone, tandis que dans la zone 2 il se concentre principalement dans la zone centrale.

Fig. 186 - Plan de répartition du mobilier métallique et lithique. Objets manufacturés à l’échelle 1/5e.

Fig. 186 - Plan de répartition du mobilier métallique et lithique. Objets manufacturés à l’échelle 1/5e.

452L’observation de la répartition de ces objets par catégorie fonctionnelle apporte quelques informations supplémentaires. Tout d’abord les objets manufacturés les plus élaborés (clochettes, couteaux et style) ont tous été découverts à hauteur de la zone 1. Quant aux clous, ils se rencontrent principalement dans les secteurs où les bois sont les plus nombreux (fig. 187). Ils se répartissent sur l’essentiel de la surface de la zone 1, mais se font plus rares dans la partie sud-ouest. Dans la zone 1bis, il y a également quelques clous. Dans la zone 2, les clous se trouvent dans la partie centrale de la zone. À l’inverse, ils sont absents de la zone 3. Enfin, il faut signaler la présence de clous de chaussures qui ne proviennent que de la zone 1, plus précisément dans les secteurs où les concentrations de matériel sont les plus importantes et où ont été découvertes les traces de dépôts nécessitant une intervention à hauteur des sédiments (cf. 3.9.6.).

Fig. 187 - Plan de répartition des clous.

Fig. 187 - Plan de répartition des clous.

453Enfin, pour ce qui est du matériel halieutique et balistique, il se concentre dans l’environnement des piquets et des pieux (fig. 188). Pour le matériel lié à la pêche, il faut souligner qu’il est difficile de distinguer ce qui a été abandonné volontairement sur le site de ce qui a été perdu. Les vestiges immergés sont appréciés des poissons ce qui n’échappe pas aux pécheurs. De plus, la présence de piquets et de pieux favorise l’accrochage des lignes et des hameçons. Il faut toutefois relever que certains hameçons associés à des tessons ont été vraisemblablement déposés intentionnellement.

Fig. 188 - Plan de répartition du matériel halieutique et balistique.

Fig. 188 - Plan de répartition du matériel halieutique et balistique.

454Quant aux éléments organiques, et plus particulièrement de la faune, ils se concentrent dans la zone 1 et davantage dans sa partie sud-ouest (fig. 189). Sur 50 restes osseux et dentaires, 48 proviennent de la zone 1, soit 96 %. Une seule dent de ruminant a été découverte dans la zone 3, tandis que dans la zone 2 seul un humérus de foulque macroule (Fulica atra) a été identifié. La présence d’une dent de ruminant témoigne assurément d’un apport anthropique, mais la présence de la foulque n’est pas étonnante dans ce contexte. À noter enfin la présence de restes de noix, tous identifiés dans la zone 1, et d’un fragment de pigment qui provient du même secteur.

Fig. 189 - Plan de répartition de la faune et des éléments organiques.

Fig. 189 - Plan de répartition de la faune et des éléments organiques.

455L’examen de la répartition du matériel favorise la mise en évidence des disparités importantes d’une zone à l’autre. Elles traduisent vraisemblablement des fonctions différentes de ces espaces.

3.9.2. Répartition chronologique des vestiges

456Au-delà de la répartition planimétrique des éléments matériels par catégorie fonctionnelle, la prise en compte des éléments chronologiques permet de mieux percevoir l’évolution de la fréquentation du site. Les datations obtenues confirment des liens directs entre les piquets et pieux et le matériel archéologique.

457Les piquets et pieux sont implantés entre 123 et 185 ap. J. C. La présence de l’écorce implique que ces bois ont été plantés rapidement après leur coupe. Bien qu’il ne s’agisse que d’un échantillon, le nombre de dates absolues apparaît suffisamment représentatif pour restituer la chronologie du site et son évolution au cours du temps (cf. 3.1.7.).

458Le matériel du premier siècle se concentre dans la zone 1. Il s’agit notamment d’un tesson de paroi fine de Bétique et de monnaies julio-claudiennes et flaviennes. Pour cette même période, seules deux monnaies des julio-claudiens ont été découvertes dans la zone 2. Le fragment de céramique, sans doute « résiduel », et les monnaies ne semblent pas témoigner d’une occupation antérieure du Ier siècle. Pour ce qui est du matériel du IIe siècle, il se retrouve dans les trois zones. Une rupture semble intervenir à la fin du siècle qui se signale par l’arrêt d’apports de piquets et de pieux ainsi que de l’arrêt d’apports de matériels dans la zone 1. Quant aux mobiliers postérieurs à 185 ap. J.-C., ils se concentrent uniquement sur la zone 2 et plus particulièrement dans sa partie centrale. Il s’agit notamment d’une amphorette courante dans les contextes du IIIe siècle, d’un tesson de céramique à revêtement argileux sans doute issu du proche atelier de Conjux 4 dont l’activité courre entre 250 et 400, ainsi que de toutes les monnaies postérieures au règne de Marc Aurèle.

459En ne prenant en compte que les données numismatiques, on observe clairement des différences chronologiques entre les 3 zones (fig. 190).

Fig. 190 - Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.

Fig. 190 - Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.

460Si les phases d’abattage donnent la zone 2 comme sensiblement antérieure à la zone 1, l’abondance des monnaies du début de la période antonine pourrait laisser penser que la zone 1 est plus ancienne. Toutefois en raison de la circulation prolongée de certaines monnaies il n’est pas possible de l’affirmer. Quoi qu’il en soit, à quelques années près, ces deux zones paraissent contemporaines et elles fonctionnent simultanément tout au long du IIe siècle. Quant à la zone 3, elle pourrait être plus tardive et dater de la seconde moitié, voire de la fin du IIe siècle. Enfin, pour le IIIe siècle seule la zone 2 est concernée par des monnaies, peut-être même jusqu’au tout début du IVe siècle.

3.9.3. Des logiques de dépositions différentes

461En observant la répartition du numéraire par zone et par empereur, il est possible de mettre en évidence des logiques de dépositions progressives et des disparités entre les zones. La localisation de toutes les monnaies en fonction de leur date de frappe se fait en gardant bien à l’esprit qu’elles ont pu circuler pendant quelques années, voire quelques décennies avant d’être abandonnées sur le site. D’ailleurs, dans deux cas leur durée de circulation a pu être évaluée (cf. 3.2.3.3.).

462L’analyse de la distribution des monnaies de la zone 1 permet d’affirmer qu’il s’agit d’apports successifs (fig. 191). Les monnaies les plus anciennes se concentrent dans la partie nord de la zone. C’est le cas des monnaies julio-claudiennes, flaviennes et de celles des premiers antonins Nerva et Trajan. Les frappes de l’époque d’Hadrien et d’Antonin le Pieux se rencontrent sur toute l’emprise de la zone, tandis que celles de Marc Aurèle se concentrent dans la partie nord-ouest de la zone. Cette progression correspond sensiblement au glissement mis en évidence pour les bois d’après l’analyse de la répartition des phases d’abattage (cf. 1.2.1. et 3.1.7.3.).

Fig. 191 - Plan de répartition des monnaies de la zone 1 par périodes.

Fig. 191 - Plan de répartition des monnaies de la zone 1 par périodes.

463En ce qui concerne la zone 2, la répartition des monnaies favorise également la perception de l’évolution des dépôts (fig. 192). Les rares monnaies antérieures au règne d’Hadrien sont rassemblées au sud de la partie centrale de la zone où la concentration de bois est de loin la plus importante. Celles de cet empereur se trouvent globalement dans ce secteur central. Les monnaies frappées sous Antonin se rencontrent également dans l’environnement de cette concentration, mais plus éparses dans la zone. Il en est de même en ce qui concerne les frappes de Marc Aurèle et de Lucius Verrus. La majeure partie se trouve dans la zone centrale tandis que d’autres pièces se rencontrent vers le sud-est de la zone. Dans ce secteur se trouvent également les monnaies de l’Empereur Commode. Les monnaies postérieures, à l’exception d’une pièce de Claude II le Gothique se rencontrent de nouveau au milieu de la concentration des bois. C’est le cas de trois monnaies sévériennes toutes rassemblées, de trois autres des empereurs de l’anarchie militaire, elles-mêmes toutes proches, et du nummus de Constantin. Ainsi, quelle que soit la période considérée, il y a apparemment une volonté manifeste d’abandonner sa monnaie au cœur même de la zone. À la différence de la zone 1, il n’y a pas de progression linéaire, mais des dépôts s’opérant sur un modèle concentrique. Il faut enfin souligner que ce modèle se rapproche de celui mis en évidence à partir de la répartition des phases d’abattage des bois (cf. 3.1.7.3.).

Fig. 192 - Plan de répartition des monnaies de la zone 2 par périodes. Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.

Fig. 192 - Plan de répartition des monnaies de la zone 2 par périodes. Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.

464Quant à la zone 3, elle n’est documentée que par trois monnaies contemporaines datées du règne de Marc Aurèle (fig. 193). Cette synchronie paraît significative. Il est dommage de ne pas disposer de datations dendrochronologiques (absences de chêne dans les bois prélevés) qui auraient permis de comprendre si les piquets et pieux étaient contemporains et s’ils ont été mis en œuvre dans la seconde moitié du IIe siècle de notre ère.

Fig. 193 - Plan de répartition des monnaies de la zone 3 par périodes.

Fig. 193 - Plan de répartition des monnaies de la zone 3 par périodes.

3.9.4. Des rapports étroits entre les piquets et les mobiliers

465Afin de percevoir plus finement les modalités de dépositions des mobiliers sur le site, il était nécessaire de raisonner sur des espaces plus réduits que les trop larges zones. Toutefois, en l’absence de délimitation verticale (couche stratigraphique) et horizontale (maçonnerie, palissade, fossé, etc.), il était difficile de délimiter différents secteurs.

466Pour mener cette étude et individualiser certains espaces, il a donc fallu tout d’abord partir des datations absolues des phases d’abattage des piquets et pieux. Cela permit d’effectuer des regroupements en fonction de la chronologie précise des bois. Dans un second temps, les datations des mobiliers ont été comparées à celles des piquets. Dès lors il a été possible de questionner les relations planimétriques et chronologiques que ces éléments ont pu entretenir entre eux. Pour les mobiliers, seuls les éléments bien datés ont été pris en considération, notamment les monnaies et les céramiques fines. À titre indicatif sont signalés les éléments céramiques et métalliques significatifs dont la chronologie est moins précise. Le contexte permet notamment d’apporter des éléments de datations pour ces éléments.

467Ces comparaisons ont été plus riches pour la zone 1 pour laquelle le mobilier est beaucoup plus abondant que dans les autres zones (fig. 194). Plusieurs secteurs regroupant des bois dont les phases d’abattage couvrent une période d’une quinzaine à une vingtaine d’années ont été individualisés . Quant aux éléments mobiliers pris en considération, ils apparaissent soit antérieurs, soit contemporains des piquets et des pieux. En principe les monnaies précèdent de quelques années, voire de quelques décennies, les phases d’abattage connues des bois. Quant aux céramiques, elles sont produites à la même période que les bois ont été coupés. Ainsi, il ressort que ce matériel a très certainement été déposé en même temps que l’implantation des petits pieux.

Fig. 194 - Schéma de la zone 1 avec localisation des différents regroupements présentés. Ces regroupements ont été faits à partir des datations absolues des phases d’abattage des petits pieux.

Fig. 194 - Schéma de la zone 1 avec localisation des différents regroupements présentés. Ces regroupements ont été faits à partir des datations absolues des phases d’abattage des petits pieux.

468À titre d’exemple, dans un premier ensemble (n° 1) les bois sont quasiment tous datés entre 136 et 149 (fig. 195). Les dates de frappes des six monnaies découvertes à leurs abords sont antérieures à l’implantation des piquets et pieux. Il a également livré un stilus dans un excellent état de conservation.

Fig. 195 - Regroupement n° 1.

Fig. 195 - Regroupement n° 1.

469Pour un deuxième ensemble (n° 2) les bois sont tous datés entre 148 et 161 (fig. 196). Les cinq monnaies ont été frappées antérieurement ou à la même époque que l’implantation des bois. Les fragments et les gobelets entiers de sigillée claire B sont quant à eux tous produits sensiblement à la même période. À noter également la présence d’une clochette qui a conservé son battant, ainsi que d’un couteau lui aussi dans un remarquable état de conservation (manche en noyer dont la datation est à placer entre 22 et 206 ap. J.-C. ; cf. 3.4.2.1.).

Fig. 196 - Regroupement n° 2 .

Fig. 196 - Regroupement n° 2 .

470Dans un troisième ensemble (n° 3), quasiment contemporain, la logique est identique (fig. 197). Les piquets et pieux sont tous datés entre 148 et 167. Les cinq monnaies ont été frappées antérieurement ou à la même époque que la pose des bois. Pour la céramique, on notera la cohérence des datations des sigillées claires B avec la fourchette chronologique des petits pieux de cet ensemble. À noter également la présence de restes d’un brûle-encens, d’un gobelet en céramique à revêtement argileux et de deux récipients en céramique commune claire. Le premier est un pot entier et le second une petite cruche globulaire qui présente une perforation sur le fond.

Fig. 197 - Regroupement n° 3.

Fig. 197 - Regroupement n° 3.

471Dans un quatrième ensemble (n° 4) se rencontrent l’essentiel des piquets et des mobiliers les plus récents (fig. 198). Il s’agit pour les bois, ceux dont les phases d’abattage s’étendent de 168 à 179, ainsi que le piquet le plus récent de la zone daté de 185. Ce secteur, très pauvre en céramique, concentre un grand nombre de monnaies et notamment les plus récentes, à savoir un grand nombre d’émissions datées de l’époque d’Antonin le Pieux mais surtout la quasi-totalité des monnaies frappées sous le règne de Marc Aurèle de la zone (fig. 190). À noter que c’est également à proximité du pieu le plus récent que se trouve les restes d’un pot en céramique allobroge dont la production est considérée comme démarrant dans la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C. (Laroche 2003, p. 203).

Fig. 198 - Regroupement n° 4.

Fig. 198 - Regroupement n° 4.

472L’ensemble de ces éléments se trouve dans un secteur comprenant également des piquets et des mobiliers plus anciens qui peuvent être regroupés en deux subdivisions. La première (a) (fig. 198), à l’ouest, rassemble quelques bois datés entre 145 et 148 dans l’environnement desquels se trouvent des monnaies, quelques monnaies antérieures et contemporaines de l’époque d’Hadrien et d’Antonin le Pieux, ainsi que quelques monnaies postérieures frappées sous le règne de Marc Aurèle. Dans la seconde (b) (fig. 198), plus à l’est, se trouvent quelques bois datés entre 149 et 160, implantés simultanément aux ensembles n° 2 et 3. Dans l’environnement de ces derniers ont été prélevées des monnaies des règnes de Domitien, Hadrien, Antonin, soit des émissions antérieures ou bien contemporaines des phases d’abattage, mais également des monnaies postérieures de Marc Aurèle et de sa famille.

473Contrairement aux autres ensembles, celui-ci montre les difficultés liées à la réoccupation de ce secteur (cf. 3.1.7.3. ; fig. 103). Il est dès lors difficile de reconnaître à quelles périodes les monnaies ont pu être déposées, surtout pour ce qui relève des émissions les plus anciennes.

474Enfin, dans un cinquième ensemble (n° 5), situé le plus au sud, les bois datés ont été coupés entre 172 et 176 (fig. 199). Les deux monnaies les plus proches ont été frappées sous les règnes d’Hadrien et de Marc Aurèle.

Fig. 199 - Regroupement n° 5.

Fig. 199 - Regroupement n° 5.

475Quant à la zone 2, le rapport entre les dates d’abattage et les dates de frappes des monnaies n’apparaît pas aussi clair que dans la zone 1. Le raisonnement est rendu beaucoup plus complexe par la concentration de bois et de mobiliers au centre de la zone, ce qui rend difficile la définition d’ensembles chronologiquement indépendants. Il faut également ajouter une différence chronologique entre les datations des bois qui ne dépassent pas la fin du IIe siècle alors que les dépôts monétaires semblent se poursuivre au IIIe siècle, voire jusqu’au début du IVe siècle. Cette concentration dans la partie centrale de la zone et l’éparpillement des monnaies traduit un modèle de déposition différent que celui de la zone 1 et de potentiels rites de jet. Quant à la zone 3, la documentation n’est pas suffisante pour mener un examen similaire.

3.9.5. Répartition des éléments céramiques dans la zone 1

476Outre ce lien planimétrique et chronologique entre les bois et les mobiliers, il est possible de raisonner sur la distribution des tessons de récipients en céramique commune. Une réflexion sur la répartition des fragments de certains récipients permet de restituer les modalités de dépositions au sein de la zone 1. En raison de l’importance du morcellement de certains récipients et de leur dispersion sur le site, la démarche consistait à déterminer s’ils s’étaient brisés en place ou bien s’ils avaient été cassés avant d’être rejetés à certains endroits. À partir de l’examen de la répartition des tessons de plusieurs récipients et des recoupements pouvant exister entre les fragments de ces objets, différentes remarques peuvent être formulées.

477Tout d’abord, il apparaît que leur répartition se fait au sein d’un même espace et recouvre dans son ensemble la même surface (fig. 184). Nous manquons d’indication en ce qui concerne les quelques tessons découverts au sud, notamment dans l’emprise du triangle décapé lors de la découverte du site en 2000. Il semble toutefois que l’essentiel provenait de la partie nord de ce triangle.

478Pour certains récipients très fragmentés, de nombreuses liaisons s’observent ce qui permet d’individualiser différents espaces de recoupements. Par exemple pour un gobelet de sigillée claire B (fig. 168, n° 3), deux céramiques perforées (fig. 172, n° 56 et n° 62) et un pot en céramique commune sombre rouge (fig. 173, n° 67), quatre secteurs peuvent être reconnus (fig. 200). Ils sont bien délimités et rassemblent les tessons de trois, voire des quatre récipients pris en compte. Ces recoupements s’observent aussi avec les fragments d’autres céramiques.

479Une telle répartition ne peut relever du hasard. Il n’est en effet pas permis d’expliquer la fragmentation par des chocs mécaniques survenus sous l’eau postérieurement à leur déposition ni d’imputer leur répartition au courant lacustre.

480De tels regroupements, mis en évidence à partir de la répartition de ces objets favorise l’identification de zones de dépôts privilégiés.

481Il est d’autant plus intéressant de constater que c’est dans ces secteurs que d’autres éléments significatifs ont été découverts. Dans le cas du secteur A se trouvaient bien d’autres fragments de céramique, quelques monnaies, dont une sous un fond de pot (fig. 169, n° 29), des fragments de brûle encens (fig. 173, n° 64), une tegula complète (fig. 177, n° 1). Dans le secteur B a été découverte une coupelle en sigillée complète (fig. 169, n° 17). À proximité immédiate se trouvaient de nombreux fragments de céramiques, ainsi que des monnaies (cat. n° 13 et 31), un fragment de lampe à huile (fig. 174, n° 82) et des restes de coques de noix. Un gros fragment de tegula accompagnait ces éléments (fig. 177, n° 2). Pour le secteur C, il faut signaler la présence d’un couperet complet (fig. 149 et 155, n° 2) et d’une clochette en bronze (fig. 155, n° 3). Enfin dans le secteur D il faut mentionner la présence de monnaies (cat. n° 8, 20 et 22) et d’un stylet (fig. 155, n° 5).

482Cette concentration de tessons de récipients différents et d’éléments impliquant notamment l’usage du feu, ou bien d’objets dont on peut s’étonner de la présence en contexte lacustre, invitent à se demander s’il existait des éléments en élévation qui pourraient être à l’origine de ces concentrations de mobiliers à des endroits précis.

3.9.6. Des dépositions singulières

483La plupart du temps les éléments mobiliers sont simplement posés sur la couche sédimentaire stérile de craie lacustre et seule l’analyse de leur distribution sur le site permet d’avancer sur les modalités de leur déposition.

484Concernant les monnaies, il est à présent établi qu’elles étaient liées aux piquets et pieux pour la zone 1. En raison de leur répartition planimétrique, elles ont dû être déposées à hauteur de ces bois, soit au moment de leur implantation, soit elles se trouvaient en élévation et ont chuté à la suite de la dégradation des piquets. Elles sont pour l’essentiel posées à plat à proximité des piquets et pieux contemporains (fig. 207). Dans quelques cas, la position de quelques pièces permettait d’attester une relation indiscutable avec certains piquets et petits pieux (cf. 3.2.3.3. ; fig. 121-122 et 135-136). Dans la zone 1, il semble exclu qu’elles aient été jetées de loin. À l’inverse, la répartition des monnaies de la zone 2 pourrait témoigner de pratiques de jets.

485À ces associations, il convient d’ajouter la découverte de différentes monnaies en situation particulière. Deux monnaies se trouvaient sous des fonds de récipients en céramique retournés. C’est le cas d’une monnaie (fig. 201, n° 29) qui se trouvait sous un fond retourné de céramique, qui était lui-même recouvert par une tuile complète, mais brisée (fig. 177, n° 1). À proximité, une autre monnaie (fig. 201 n° 6) a également été retrouvée sous un fond de céramique. Lors des décapages, il a été possible de mettre en évidence que certaines terres cuites architecturales recouvraient des éléments de mobiliers. C’est notamment le cas d’une monnaie (cat. n° 13) placée avec une coupelle en céramique sigillée graffitée complète retournée (fig. 169, n° 17) sous une imbrex quasi intacte (fig. 177, n° 7).

Fig. 200 - Répartition planimétrique des fragments de quelques récipients découverts dans la zone 1.

Fig. 200 - Répartition planimétrique des fragments de quelques récipients découverts dans la zone 1.

Fig. 201 - Monnaies découvertes sous des fonds de pots en céramique commune.

Fig. 201 - Monnaies découvertes sous des fonds de pots en céramique commune.

Fig. 202 - Tubulure (n° 12) découverte accolée à un piquet en bois. Elle contenait quelques éléments mobiliers et des restes organiques. À noter sur la photographie la présence d’un fond de pot mutilé.

Fig. 202 - Tubulure (n° 12) découverte accolée à un piquet en bois. Elle contenait quelques éléments mobiliers et des restes organiques. À noter sur la photographie la présence d’un fond de pot mutilé.

486Il est à noter que tous ces « ensembles » se trouvaient rassemblés à l’ouest de la zone 1, essentiellement en marge des concentrations de bois. Seul le piquet contenant une monnaie était implanté au cœur de la zone. Ces quelques observations permettent d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’associations fortuites, mais de dépôts volontaires qui ont dû pour certains nécessiter une intervention in situ directement à hauteur du niveau de craie lacustre.

487Il convient enfin de noter des dépôts particuliers qui apparaissent comme volontaires. C’est le cas de deux tessons découverts dans un fond de gobelet en céramique fine et graffitée (fig. 169, n° 13) et d’une tubulure (fig. 177, n° 12) contenant un mélange de matériel très fragmentaire et de restes organiques (fig. 202). L’association de cet ensemble remarquable reste toutefois difficile à interpréter.

488Dans un autre cas, une lourde pierre recouvrait un certain nombre de pièces et d’autres mobiliers (fig. 206), dont un fragment de tegula (fig. 177 ; n° 5), un fragment de céramique commune et de cinq monnaies, antonines pour l’essentiel : un as ou dupondius d’Hadrien, frappé entre 117-138 (cat. n° 39), un as d’Antonin le Pieux, daté entre 154-155 (cat. n° 49), un dupondius de Marc Aurèle, daté entre 161-180 (cat. n° 83) et un sesterce, Faustine II divinisée, frappé sous Marc Aurèle entre 176-180 (cat. n° 95). À cela s’ajoute un sesterce de Gordien III, daté du début de l’année 239 (cat. n° 108). Cela indique que cette pierre n’a pas pu se trouver à cet endroit avant le dépôt de cette dernière monnaie. Il pourrait s’agir d’une ancre ou d’un simple corps-mort apporté plus tardivement sur le site. Toutefois, sa présence au cœur même de la zone ne semble pas fortuite.

3.10. Un site et des pratiques à interpréter

489Les études spécialisées menées sur les différentes catégories de vestiges découverts attestent le caractère singulier du site de Conjux.

490Les caractéristiques des centaines de petits pieux, implantés tous les ans sur le site, leurs spécificités et leur répartition, diffèrent des modèles auxquels nous sommes habitués et échappent à toute explication rationnelle immédiate. La présence de nombreuses monnaies, d’un nombre significatif d’objets entiers (céramiques, éléments manufacturés) et de provenances diverses, atteste également un assemblage particulier qui contraste avec ce que l’on est susceptible de rencontrer sur des sites de consommation. À cet ensemble s’ajoutent des restes de faune montrant des traces de coupe et de passage sur le feu, des restes de coquilles de noix et un fragment de pigment. Leur présence questionne sur leur usage au sein de ce gisement.

491Le croisement de l’ensemble des données et une réflexion sur leur répartition dans le temps et dans l’espace, permettent au terme de l’analyse de mettre en évidence une organisation cohérente. Tout concourt à reconnaître des règles qui ont guidé l’implantation de ces centaines de piquets et des reliefs associés. Il reste à tenter de les restituer en recourant à différents parallèles et référents afin de mieux comprendre la fonction de ce site, ainsi que le sens des pratiques qu’il abritait.

Notes

1 Clichés O. Lempereur. Les astérisques indiquent les monnaies illustrées dans les planches.

2 Le revers est quasi fruste, mais on distingue légèrement les deux vexilla. Le buste et le visage, ressemblant à celui de Trajan et caractéristique des toutes premières monnaies d’Hadrien, ne laissent pas de doute quant à l’identification de la monnaie : ce revers est le seul figuré sur les asses d’Hadrien avec ce type de buste.

3 Il est probable qu’il faille voir au revers Salus drapée debout à gauche, nourrissant avec une patère tenue de la main droite un serpent enroulé autour d’un autel. On semble distinguer en effet l’autel et une partie du serpent à gauche dans le champ. Cette identification n’est néanmoins pas assurée.

4 La monnaie est usée, mais il n’existe d’après le MIR 18 dans le monnayage de Marc Aurèle qu’une seule référence pour un as avec une césure dans la légende de droit [ANTONI]NVS AVG -˗ [---] et un revers où l’on distingue un personnage debout à gauche tenant une patère de la main droite. Nous pouvons ainsi parfaitement répertorier la monnaie.

5 La première légende était employée avec TR P XXX dans la légende de droit, la seconde avec TR P XXXI (toujours dans la légende de droit).

6 Il n’est pas possible d’être plus précis dans la description du revers, et d’identifier quel captif est un homme et lequel est une femme.

7 Des lettres sont visibles à 10 h, mais sont impossibles à lire.

8 On distingue des lettres au revers mais il est impossible de les lire.

9 Le Roman Imperial Coinage (sur la foi de l’ouvrage d’Henry Cohen - Description historique des monnaies frappées sous l’Empire romain, III, De Marc Aurèle à Albin [161 à 197 après J.-C. ], Paris, 1883 : 147, n° 130) recense un as avec la légende de revers IVNO REGINA (RIC III : 345, n° 1648). Ce type n’a cependant pas été retrouvé par Wolfgang Szaivert (MIR 18 : 304, « 1648 ; Typ unbelegt »).

10 On distingue quelques traces de lettres mais elles sont impossibles à identifier.

11 Les dates sont données d’après la chronologie établie par Francis Dieulafait et Daniel Schaad (Dieulafait, Schaad 1992 : 162).

12 Les dates sont données d’après la chronologie établie par Francis Dieulafait et Daniel Schaad (Dieulafait, Schaad 1992 : 163).

13 Tréflage sur une partie de la légende.

14 Des lettres sont visibles à 10 h, mais sont impossibles à lire.

Table des illustrations

Titre Fig. 76 - Plan de répartition de l’ensemble des piquets et petits pieux et du matériel archéologique sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 78 - Vue des piquets et pieux dépassant des sédiments.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 80 - Critères pris en compte pour l’étude des éléments en bois du site.
Légende Observations réalisées in situ et en post-fouille (a) et en laboratoire (b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 81 - Données numériques relatives au corpus de bois, critères retenus et mises en relation pour l’analyse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 82 - Plan du site avec indications des trois zones principales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 83 - Schéma d’implantation des piquets et pieux dans la zone 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 85 - Morphologie des bois debout.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 86 - Bois couché M06.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 87 - Morphologie et mesures des bois couchés découverts sur le site : M04, M05, M07 et M07. Déterminations et analyses dendrochronologiques : Archéolabs (ARC 00/R2527D et ARC 12/R3908D/3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 88 - Exemple de faible profondeur d’enfouissement des piquets.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 89 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux sans distinction de zones.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 90 - Histogramme des diamètres des piquets et pieux par zone.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 91 - Pieu équarri prélevé dans la zone 2 du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 92 - Exemples de traces de coupes à la base (a), d’ébranchage (b) et présence d’écorce (c) sur les piquets et pieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 93 - Diagrammes des proportions d’essences forestières des piquets et pieux pour l’ensemble du site (a) et pour les différentes zones (b) d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs (pour les couleurs de la légende se référer à la figure suivante).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 94 - Répartition planimétrique des essences sur le site d’après les déterminations du laboratoire Archéolabs. À noter que le choix des essences est très différent d’une zone à l’autre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 95 - Histogramme de répartition des bois en fonction du nombre de cernes (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 96 - Rapport du nombre de cernes par cm par zone. Afin de faciliter la lecture comparative, le nombre de bois est exprimé en pourcentage (d’après les mesures du laboratoire Archéolabs).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 97 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage toutes zones confondues.
Légende Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles les apports sont plus importants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 98 - Répartition du nombre de bois par phases d’abattage par zone.
Légende Les années indiquées en gris clair ne sont pas documentées par des apports de bois. À l’inverse, les années en gras correspondent aux années pour lesquelles les apports sont plus importants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 99 - Grandes phases de développement du site d’après les phases d’abattage documentées.
Légende Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 100 - Grandes phases de développement de la zone 2 d’après les phases d’abattage documentées.
Légende Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 101 - Grandes phases de développement de la zone 1 d’après les phases d’abattage documentées.
Légende Pour plus de clarté, seuls les bois implantés dans la période d’intervalle considérée sont représentés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 102 - Evolution de certains paramètres dans le choix des bois au cours du temps (échantillon de 368 bois).
Légende a – Rapport des diamètres en fonction des années ; b – Rapport entre les nombre de cernes et les années.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 103 - Guide de lecture des relevés des petits pieux. Pour la localisation de chaque piquet et pieux, se référer aux figures 18, 25 et 76.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 104 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 20.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 105 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 27 et 28.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 106 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 28 et 29.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 107 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 108 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangle n° 29.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 109 - Piquets et petits pieux de la zone 1, triangles n° 20, 30 et 30’.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 110 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 4, 5, 6, 9 et 10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 111 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 14 et 15.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 112 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 15.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 113 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 15 et 16.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 114 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangles n° 21, 22 et 23.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 115 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 116 - Piquets et petits pieux de la zone 2, triangle n° 25 et zone 3, triangle n° 2 et 4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 117 - Découverte fortuite de l’ensemble lors de la dernière plongée du dernier jour de la campagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 118 - Modèle lasergrammétrique (AlidaD).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 119 - Modèle photogrammétrique. L’ensemble est manipulable en ligne sur le site Sketchfab.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 120 - Images médicales exploitables à partir du logiciel Etiam Viewer Lite. Cela permet de lire à l’intérieur de l’objet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 121 - Caractéristiques morphométriques de l’ensemble. Échelle 1/4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 122 - Piquet (n° 628) associé à une monnaie (n° 13.20.02.01). Échelle 1/2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 123 - État initial du bois après extraction.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 124 - Traces de coupe et départ de branche à la base du piquet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 125 - Piquet appointé en hêtre (Fagus silvatica).
Légende Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du bois ; caractéristiques principales du hêtre : bois à pores diffus, rayons ligneux unisériés à multisériés (jusqu’à 20 cellules, 0,5 mm de largeur), épaississement à la limite du cerne (Didier Pousset, inv. BRG001 et CJX0001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 126 - Datation par le radiocarbone d’un cerne central du piquet (Lyon-14236(SacA-49944) : Âge radiocarbone : 1950 ± 30, estimation des intervalles de dates calibrées (2 sigma) : 21-11 BC et 2 BC-120 AD (probabilité de 95,4 %).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 127 - Absence de déformations dans le brin dans l’axe de la monnaie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 128 - Absences de déformations dans le brin dans la partie inférieure du bois comportant le négatif de la monnaie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 129 - Différentes captures de la monnaie.
Légende a – Photographie quelques jours après la découverte (Duncan Le Cornu, LCD-photographer) ; b – Lasergrammétrie (bras de mesure ScanArm Faro ; Rémi Brageu, LAMS – UMR 8220) ; c – Lasergrammétrie (scanné avec AMETEK handy scan 700 – ALIDAD) ; d – Photographie en mars 2017 (Olivier Lempereur, HiSoMA – UMR 5189) ; e – Photogrammétrie en juin 2018 (Nicolas Leys, Rome et ses Renaissances – EA 4081 et ISCD) ; f – Traitement graphique sur illustrator ; g – Radiographie en février 2019 (CREAM).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 130 - Comparaison entre une image de scanner numérique de la monnaie du bois et deux asses de Domitien.
Légende a – Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale de France, FG 5430 [BNCMER III, p. 279, n° 290] ; b – Vente Rauch 103, 23 mars 2017, lot n° 256).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 131 - As de Nerva, droits photographié sous différents éclairages. Asses de Nerva, droits (Solidus Numismatik, vente n° 19, 23 septembre 2017, lot 508 et Classical Numismatic Group, vente n° 90, 23 mai 2012, n° 1522).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 132 - As de Nerva, revers photographié sous différents éclairages. As de Nerva, revers (Bertolami Fine Arts, vente n° 15, 27 avril 2015, lot 587).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 133 - Bilan des données chronologiques disponibles et proposition de datation de l’ensemble.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 134 - Gestes potentiels et gestes identifiés témoignant d’une démarche réfléchie inscrite dans le temps long.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 135 - Monnaies découvertes en association avec des piquets au sein de la zone 1. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 136 - Circulation des monnaies associées à des piquets en bois. D’après analyses dendrochronologiques du laboratoire Archéolabs (réf. ARC 12/R3827D/1) et identifications numismatiques d’O. L’empereur/UMR 5189 – HISoMA (dessins des bois : A. Marguet/DRASSM et S. Nieloud-Muller ; clichés O. Lempereur).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 137 - Anthy-sur-Léman, Les Recorts, plan du site et de la structure I (d’après Coquoz 1999, pl. II, fig. 2). Trois monnaies ont été découvertes au moment du retrait du pieu situé au nord-ouest de l’aménagement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 138 - La « divinité celtique » de Villeneuve (Vaud, Suisse). Statue vue de face et détail montrant l’ouverture ou se trouvaient les monnaies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 139 - Monnaie votive (a) découverte à la proue du chaland Arles-Rhône 3 (b). Elle se trouvait coincée entre deux pièces en bois de la coque.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 140 - Les restes de l’« arbre à monnaie » de l’île Maree, Loch Maree (Northwest Highlands, Écosse). La reine Victoria mentionne dans son journal, à l’occasion de sa visite en 1877, avoir enfoncée une monnaie, probablement à son effigie d’ailleurs (MandyERush, janvier 2019).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 141 - Un randonneur utilise un poteau garni de pièces de monnaies pour s’appuyer lors de sa descente du Mont Snowdon (Gwynedd, pays de Galles). Ce poteau sert autant de repère visuel que de soutien pour faciliter les déplacements.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 143 - Graphique de répartition quantitative des monnaies de Conjux par périodes, du deuxième quart du Ier siècle ap. J.-C. au premier quart du IVe siècle ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 144 - Photographie de la tranche d’un dupondius de Domitien (cat n° 13).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 145 - Denier d’Hadrien identifié après restauration (catalogue n° 25) :
Légende a – Photographie avant restauration ; b – Radiographie avant restauration ; c – Photographie après restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 147 - Présentation du corpus selon les matériaux utilisés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 148 - Présentation du corpus selon les catégories fonctionnelles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 149 - Différentes vues des couteaux : photographies et schémas interprétatifs des emmanchements. Éch. 1/3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 150 - Coupes microscopiques (plan transversal, plan tangentiel et plan radial) du manche en noyer (Juglans regia) du couteau n° 2.
Légende Caractéristiques principales du noyer : bois à pores diffus dispersés isolément (accolés en files de 2 à 4 pores), rayons ligneux larges de 2-3 cellules, parfois unisériés, perforations uniques (Pousset 2020 : 6).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 151 - Détermination d’un âge C14 sur le manche en bois du couteau n° 2 et calibration du résultat (Centre de Datation par le Radiocarbone, Université Lyon 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 152 - Parallèles archéologiques de couteaux présentant un renfort vertical et une douille.
Crédits a : 78, avenue Jean-Jaurès, Nîmes, Gard, sépulture 1185 [dessin : S. Lancelot, étude : Y. Manniez (Bel et al. 2016 : 339, fig. 325)] ; b : La Vigne de Bioaux, Béziers, Hérault, sépulture 4405 [dessin et étude : S. Raux (Bel et al. 2017 : 496, fig. 424)] ; c : ZAC du Vieux Port, Reims, Marne [dessin et étude : M. Brunet (Brunet 2016 : 1623, fig. 15)] ; d : agglomération d’Ambrussum, Villetelle, Hérault, US 8096 (crédit photo : Y. Manniez) ; e : site n° BMV.I/Laye/EA35857.2285, Beaumont-lès-Valence, Drôme (crédit photo : A. Gilles) ; f : fouille ancienne, Saint-Romain-en-Gal, Rhône, contexte non identifié (© Musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal / photographie : P. Veyseyrre). Éch. 1/2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Fig. 153 - Quelques représentations de couteaux avec un renfort vertical provenant de divers monuments figurés. Pour la description des monuments, cf. fig. 162.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 154
Légende a : autel funéraire de L. Sestilius Crescens, Aquilée, calcaire, Ier siècle, Museo Archeologico Nazionale di Aquileia, (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction régionale des musées de la Région Frioul-Vénétie-Julienne) ; b : tympan d’Amiternum, calcaire, env. Ier siècle, Museo Nazionale d’Abruzzo, l’Aquila, inv. 100 (d’après Zimmer 1982 : 103, fig. 12) ; c : autel funéraire de Concordia Sagittaria, calcaire gris, Ier-IIe siècle., Museo Nazional Concordiese, Portogruaro (d’après Brusin, Zovatto 1960 : 49, fig. 62) ; d : temple de Vespasien, Rome, époque flavienne, Tabularium, Rome (d’après Siebert 1999 : pl. 5) ; e : autel votif, Velabro, Rome, marbre, époque augustéenne (2-3 ap. J.-C.), Museo Capitolino, Rome, inv. 1909 (d’après Zimmer 1982 : 163, fig. 84) ; f : autel funéraire d’Amemptus, marbre, époque claudienne, Musée du Louvre, Paris (crédit photo : S. Roussel) ; g : autel funéraire, Panté di Provo, Nähe Trento, époque augusto-tibérienne, Trento, Prov. d’Arte, Sez. Archeologia (d’après Siebert 1999 : pl. 9b) ; h : autel funéraire, tombe n° 29, Isola Sacra, Ostie, terre cuite, règne d’Hadrien à Antonin le Pieux, Museo Ostiense, Ostie (avec l’aimable autorisation du Ministère du Patrimoine, des Affaires Culturelles et du Tourisme, Direction générale des musées du parc archéologique d’Ostia Antica) ; i : stèle gravée, pierre indigène, fin de la République, Corso Granpriorato di Malta, Capua (d’après Zimmer 1982 : 195, fig. 137) ; j : arc de Glanum, Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône, frise est de l’imposte, in-situ (d’après les relevés d’architecture et dessins de J. Bruchet dans Rolland 1977 : pl. 21).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 155 - Les deux couteaux, les deux clochettes et le stylet. Photographie estampille (éch. 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 157- Classement typologique des clous (d’après Blondel et al. 2018).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 158 - Les clous de grande et moyenne dimension.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 159 - Les clous de moyenne et petite dimension.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 160 - Les autres catégories fonctionnelles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 161- Artefact arrondi en céramique. Vase miniature ou ovoïde ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 162 - Le mobilier halieutique et balistique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 163 - L’utilisation de punaises pour la fixation de tissus sur un « arbre à loques » encore fréquenté de nos jours (Pré d’Auge, Calvados).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 164 - Restitution hypothétique de trois techniques d’utilisation des clous du site pour la suspension.
Légende 1 : tige de petite taille totalement enfoncée dans le bois ; 2 : tige de taille moyenne enfoncée partiellement pour utiliser la partie non introduite ; 3 : tige de grande taille traversant le piquet et utilisation de l’extrémité comme crochet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 165 - Tesson du bronze final découvert au centre de la zone 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 168 - Sigillées claires B.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 169 - Sigillées claires B (n° 13 à 15) et autres céramiques fines (n° 16 à 29).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 171 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 172 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 173 - Céramiques tournées grises à pâte réfractaire et céramiques kaolinithiques (n° 62 à 66), céramiques non calcaire cuite en mode A (n° 67 à 71).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 174 - Céramiques communes claires (n° 72 à 79), amphores (n° 80 et 81) et lampe à huile (n° 82).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 177 - Terres cuites architecturales.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 179 - Le fragment de pigment rouge (A) recto et (B) verso.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 180 - Observation sous microscope optique de poudre prélevée à l’intérieur du sachet Minigrip contenant le fragment de pigment.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 181 - Spectre IRTF (mode ATR) d’un échantillon de poudre rouge, caractéristique d’une argile.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 182 - Diffractogramme du fragment de pigment en analyse directe, sans prélèvement (mode réflexion).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 183 - Plan de répartition de l’ensemble du mobilier et des piquets et petits pieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 184 - Plan de répartition des céramiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 185 - Plan de répartition des monnaies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 186 - Plan de répartition du mobilier métallique et lithique. Objets manufacturés à l’échelle 1/5e.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 187 - Plan de répartition des clous.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 188 - Plan de répartition du matériel halieutique et balistique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 189 - Plan de répartition de la faune et des éléments organiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 190 - Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 191 - Plan de répartition des monnaies de la zone 1 par périodes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 192 - Plan de répartition des monnaies de la zone 2 par périodes. Quantification et répartition chronologique des monnaies par zone.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 193 - Plan de répartition des monnaies de la zone 3 par périodes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 194 - Schéma de la zone 1 avec localisation des différents regroupements présentés. Ces regroupements ont été faits à partir des datations absolues des phases d’abattage des petits pieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 195 - Regroupement n° 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 196 - Regroupement n° 2 .
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 197 - Regroupement n° 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 198 - Regroupement n° 4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Titre Fig. 199 - Regroupement n° 5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 200 - Répartition planimétrique des fragments de quelques récipients découverts dans la zone 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 201 - Monnaies découvertes sous des fonds de pots en céramique commune.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 202 - Tubulure (n° 12) découverte accolée à un piquet en bois. Elle contenait quelques éléments mobiliers et des restes organiques. À noter sur la photographie la présence d’un fond de pot mutilé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6698/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search