Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Chapitre 2. Contexte géo-historique et archéologique

Sébastien Nieloud-Muller

Texte intégral

1Avant de se pencher sur les vestiges du site, il est important d’aborder le contexte géographique, historique et archéologique. La compréhension de son cadre est indispensable pour en comprendre la fonction. Dans un premier temps seront abordées les spécificités de son environnement physique et hydrographique. Il sera question de la formation du val du Bourget, avant de traiter de l’hydrosystème « Rhône – Marais de Chautagne – lac du Bourget » qui fait figure de complexe alluvial et hydrologique très original (Bravard 1981 : 28). Nous reviendrons sur la Savière, véritable trait d’union entre le lac et le Rhône. Le site ayant été découvert à quelques centaines de mètres de la rive à plus de trois mètres de profondeur, nous traiterons ensuite des variations du niveau du lac du Bourget dans l’Antiquité. Nous tenterons de restituer son contexte initial en déterminant s’il était immergé à la période romaine et à quelle distance il se trouvait de la rive. Cela permettra de présenter le site et ses principales composantes avant de traiter des vestiges qui y ont été identifiés. Enfin, la découverte du site a été l’occasion de faire un bilan des différentes données historiques et archéologiques concernant le lac du Bourget et plus particulièrement de la partie septentrionale de l’étendue d’eau.

2.1. Contexte orohydrographique

2Le lac du Bourget s’inscrit dans un contexte topographique accidenté qui résulte des mouvements tectoniques ainsi que des successifs épisodes glaciaires. Le site de Conjux se trouve au nord du lac, non loin de l’embouchure de la Savière, son exutoire naturel. Ce petit cours d’eau draine le marais de Chautagne avant de rejoindre le Rhône (fig. 34).

Fig. 34 - Le lac du Bourget vu depuis le massif du Grand Colombier situé au nord.

Fig. 34 - Le lac du Bourget vu depuis le massif du Grand Colombier situé au nord.

2.1.1. Le val du Bourget entre Alpes et Jura

3Le val du Bourget forme une large dépression entre les chaînons calcaires préalpins et jurassiens (fig. 35). Il procède de mouvements tectoniques complexes et d’épisodes glaciaires consécutifs. L’édifice montagneux alpin résulte d’abord de la collision entre les bordures de deux plaques continentales. Les contraintes horizontales exercées sont à l’origine de déformations qui se sont transmises jusqu’aux Préalpes et au Jura (Fontanel, Loup 1983 : 19-22).

Fig. 35 - Hydrogéologie simplifiée du val du Bourget.

Fig. 35 - Hydrogéologie simplifiée du val du Bourget.

4Les épisodes glaciaires du Quaternaire ainsi que les dynamiques d’érosion post glaciaires ont également contribué à modeler le val du Bourget. Les lignes de faiblesses structurales ont guidé les glaciers. Le passage de celui de l’Isère au sud et du Rhône vers le nord a érodé l’armature de calcaires durs et sa couverture molassique et il est à l’origine de la formation d’abondants dépôts morainiques (Vivian, Ricq-de-Bouard 1966).

5L’avant-pays savoyard se subdivise ainsi en petites unités territoriales constituées de plaines et de plateaux séparés par des chaînons calcaires orientés nord-sud qui, géologiquement et topographiquement, appartiennent au Jura. Certains, étroits, continus et très élevés, forment de véritables « lanières de moyenne montagne » souvent difficiles à franchir (Fontanel, Loup 1983 : 22 ; Loup 1991 : 3).

6Le val du Bourget, long corridor orienté nord-sud forme une longue vallée d’une soixantaine de kilomètres. Il comprend le vaste marais de Chautagne au nord, la dépression occupée par le lac du Bourget actuel au centre et le bassin chambérien au sud. Ce synclinal est encadré par deux anticlinaux jurassiens. Le chaînon de l’ouest porte successivement les noms de Mont Landard, La Charvaz ou Mont de La Charve, Mont du Chat et Montagne de L’Épine. Celui de l’est porte les noms de Gros Foug, Mont Clergeon, La Chambotte et Corsuet (Veyret 1945 ; Loup 1991 : 58-59).

7Le lac du Bourget occupe une dépression dont l’origine est avant tout tectonique, mais qui a par la suite été façonnée lors des grands épisodes glaciaires (Nicoud 2003 : 4-5). Il s’agit donc d’un lac hérité dont l’origine est glaciaire comme c’est le cas de la quasi-totalité des lacs de piémont, à l’image du Léman, du lac d’Annecy ou des grands lacs de l’Italie du Nord (Touchart 2000 : 134).

8Le lac du Bourget actuel correspond à un modeste lac résiduel. Vers -30 000, après la dernière période glaciaire du Würm, les glaciers ont définitivement fondu, laissant place au « dernier lac ». L’ensemble du val du Bourget est ainsi riche en matériaux lacustres décantés (Nicoud 1988). Au début de l’Holocène, il atteint son niveau le plus bas pour remonter lentement par la suite jusqu’à nous jours (Monjuvent, Nicoud 1987 ; Nicoud 2003 : 4-5).

2.1.2. Le Rhône et les marais de Chautagne et de Lavours

9D’une manière générale, le Haut-Rhône (210 km du Léman à la Saône) recoupe de biais les chaînons par des gorges étroites, comme le défilé de La Balme, mais également par de vastes plaines d’inondation (Bravard, Clémens 2008 : 36). En Chautagne (fig. 36), petit pays du Haut-Rhône entre les plis calcaires du Bugey et les premiers contreforts des Alpes en Savoie, le fleuve a comblé la cuvette de surcreusement glaciaire du Bourget contribuant à exhausser le lit du fleuve de 6 à 10 mètres (Bravard 1981 : 18 ; 1997 : 132).

Fig. 36 - Carte du lac du Bourget et du Haut-Rhône entre le défilé de Malarage et Seyssel.

Fig. 36 - Carte du lac du Bourget et du Haut-Rhône entre le défilé de Malarage et Seyssel.

10La vaste plaine qui se trouve dans le prolongement du lac a été favorable à une « métamorphose fluviale » qui a substitué un style en méandre à un style en tresse, puis à un profil longitudinal dynamique aujourd’hui contrôlé par un seuil (Bravard 1997 : 132 ; Bravard et al. 2002 : 211 ; fig. 37). Comme pour le Rhin, le Danube et d’autres fleuves, ces paysages étaient en constante évolution avant les grands travaux d’endiguement. Dans l’Antiquité, tout comme l’Isère, le Rhône présentait une physionomie avec une multitude de chenaux sinueux et ramifiés délimitant de nombreuses îles (Bravard 1981, fig. 13 : 37 et Bravard 1987 : 74-76, fig. 13 : 74 ; Bravard 1997 : 132 ; Bravard et al. 2002 : 209 ; 2008 : 103 ; Arnaud 2007).

Fig. 37 - Extrait de la Carte géométrique d’une partie du cours du Rhône depuis Genève jusqu’au confluent du Guyer pour servir à la limitation des États de France et de Savoie, levée en 1760 sous le commissariat du roi de France et du roi de Sardaigne (ADS, C625).

Fig. 37 - Extrait de la Carte géométrique d’une partie du cours du Rhône depuis Genève jusqu’au confluent du Guyer pour servir à la limitation des États de France et de Savoie, levée en 1760 sous le commissariat du roi de France et du roi de Sardaigne (ADS, C625).

11Cette vaste plaine sert de champ d’expansion des crues du Rhône. Le lit du fleuve possède des excroissances latérales formées par les vastes arrière-marais de Chautagne et de Lavours. Ces espaces marginaux sont favorables aux dépôts par suspension dans des ambiances lacustres ou fluvio-lacustres (Bravard 1997 : 132-133).

  • 1 « Une masse d’eau très considérable est emmagasinée dans le champ d’inondation et en particulier da (...)

12Au moment de la fonte des neiges et des glaces, le fleuve montait de plusieurs mètres et inondait alors la Chautagne plusieurs fois par an (Bravard 1987 : 74-76) ce qui permettait d’atténuer les importantes crues du fleuve (Cholley 1925 : 259 ; Bravard, Clémens 2008 : 36)1. Le lac, le marais de Chautagne, mais également le marais de Lavours, formaient alors une vaste plaine liquide continue. Dans ce paysage aquatique, seules émergeaient les buttes calcaires d’altitude modeste, nommées localement « molards » (Bravard 1981 : 11-12) sur lesquelles, ainsi que sur les coteaux, se concentraient les occupations humaines (fig. 36).

2.1.3. Caractéristiques hydrographiques du lac du Bourget

13Comme de nombreux lacs périmontagnards, le Bourget possède une forme oblongue caractéristique (Touchart 2000 : 81) et des dimensions importantes (fig. 38). Sa longueur est évaluée à 18 km et sa largeur à 3,5 km. Son périmètre est de près de 44 km, et il couvre une surface actuelle d’un peu moins de 45 km² (Balvay et al. 2002 : 5 ; Montuelle, Clémens 2015 : 10).

Fig. 38 - Bathymétrie du lac du Bourget (d’après carte IGN 1/25000, 3332OT).

Fig. 38 - Bathymétrie du lac du Bourget (d’après carte IGN 1/25000, 3332OT).

14La morphologie actuelle de la cuvette présente une forme de gouttière avec un fond relativement plat. Orienté nord-sud, de fortes pentes latérales l’encadrent à l’est et à l’ouest, et de larges beines de faible profondeur se déploient à ses extrémités (Beck 2004 : 26). Dans sa partie nord, le cap rocheux de Châtillon divise le lac en deux baies de tailles inégales.

15Comme beaucoup de lacs de surcreusements glaciaires (Touchart 2000 : 81), le Bourget est très profond. Si pendant longtemps des chiffres fantaisistes ont été rapportés, il est désormais acquis que sa profondeur maximale est de 146/147 m, pour une profondeur moyenne de l’ordre de 80/85 m (Balvay et al. 2002 : 5 ; Montuelle, Clémens 2015 : 10). Son volume est par ailleurs évalué à 3,6 milliards de m3 (Magnin 1904 : 18 ; Balvay et al. 2002 : 5).

  • 2 Hautes eaux nivales de printemps, minimum d’août à septembre, alimentation pluviale en novembre/déc (...)

16Le bassin versant du lac du Bourget couvre près de 560 km², mais peut également atteindre près de 4 600 km² dès que le Rhône alimente le lac par le canal de Savière (Balvay et al. 2002 : 9 ; fig. 39). Habituellement, le cours d’eau est en effet l’émissaire des eaux du lac, mais il en devient le tributaire lorsque le Rhône est en crue et qu’il se déverse dans le lac. En dehors du Rhône, le lac du Bourget est alimenté par une multitude d’affluents permanents de régime pluvio-nival (Bravard 1987 : 118-119)2. Le principal est la Leysse, au régime torrentiel, qui a formé un delta à l’angle sud-ouest de la nappe d’eau ; vient ensuite le Sierroz, au régime identique, qui a constitué un delta encore plus important au nord-est d’Aix-les-Bains. À eux deux ces affluents constituaient 98 % des apports d’eau au lac en 2008 (Balvay et al. 2002 : 11). Quelques ruisseaux complètent son alimentation, comme le Tillet, le Terret-Nû, ainsi que quelques résurgences comme la source de la Pierre-du-Quart et la source intermittente d’Hautecombe (Magnin 1904 : 18 ; Castel 2004 : 18).

Fig. 39 - Réseau hydrographique du bassin versant du lac du Bourget.

Fig. 39 - Réseau hydrographique du bassin versant du lac du Bourget.

2.1.4. Une nappe lacustre sujette à de multiples fluctuations

17Le niveau du lac présente une tendance transgressive qui doit être mise en relation avec l’exhaussement progressif du lit du Rhône (Magny 1990 : 27). Il a également connu de multiples fluctuations, ce qui a permis de fossiliser les traces d’occupations laissées par les communautés humaines vivant sur ses bords. En témoignent notamment les nombreuses stations lacustres du Néolithique et de l’âge du Bronze (Marguet 2004a : 66-69). Depuis 1985, le lac est artificiellement stabilisé à l’altitude de 231,5 mètres (Balvay et al. 2002 : 5). Autrefois, il était assujetti à des variations naturelles observables au gré des saisons et des années, ou bien à des échelles temporelles plus étendues.

18En fonction des saisons, les variations du niveau de la nappe pouvaient être importantes. À la fin du XVIe siècle, Alphone Delbène estimait que les variations pouvaient être de l’ordre de huit pieds, soit près de 2,4 m (Prieur 1989 : 27). Les amplitudes pouvaient atteindre 3 m dans les dernières décennies du XIXe siècle (Magnin 1904 : 18 ; Le Roux 1928 : 5). Beaucoup plus récemment, lors de variations extrêmes, les eaux se sont abaissées au maximum de 2,1 m entre 1962 et 1982 et de 1,1 m de 1984 à 2004 (Balvay et al. 2002 : 9).

19Les variations annuelles dépendaient quant à elles des apports plus ou moins importants de sédiments et d’une modification progressive des milieux. Depuis le Néolithique la remontée du niveau du lac a été évaluée à plus de 5 m au rythme d’une quinzaine de centimètres en moyenne par siècle (Bravard 1981 : 22-26 ; Bravard et al. 2002 : 211).

20Outre cet exhaussement continu, le lac a connu différentes variations directement corrélées aux oscillations climatiques. La situation pour la période romaine sera examinée plus précisément dans la partie suivante. Ces variations de niveau apparaissent plus marquées aux extrémités du lac dans les secteurs de faibles profondeurs où chaque amplitude immerge ou exonde de vastes zones. Ces transformations se doublent également, dans la partie nord du lac, de l’action érosive des vagues qui entraînent un recul progressif de la rive (cf. 2.2.4.2).

2.1.5. Le phénomène naturel d’inversion de l’écoulement de la Savière

21Ainsi le Rhône et lac du Bourget sont interdépendants et se régulent mutuellement. La Savière, petit cours d’eau de seulement 4,5 km, assure le lien entre le fleuve et le lac (fig. 36, 38, 39 et 40). La proximité du site de Conjux avec l’embouchure de l’émissaire invite à revenir sur sa nature et son fonctionnement.

Fig. 40 - La Savière dans son environnement.

Fig. 40 - La Savière dans son environnement.

22Bien que modeste dans ses dimensions, ce cours d’eau présente une caractéristique étonnante qui n’a pas manqué d’être relevée par certains observateurs éclairés. Il peut en effet s’écouler dans les deux sens. Dès la fin du XVIe siècle, Alphonse Delbène signalait « la rivière de Savière, navigable et très courte » qui « se jette aussitôt dans le Rhône » et « lorsque fondent les neiges et aux pluies d’automne, elle monte et reflue dans le lac » (Prieur 1989 : 26). Dans la première moitié du XIXe siècle, il est rapporté que « dans les grandes crues, les eaux du lac s’étendent jusqu’à la chaussée de Ruffieu, et l’écoulement du lac dans le Rhône des Portos (Portout) à Chanaz a si peu de courant qu’en temps ordinaire une forte averse qui fait enfler le Rhône, c’est celui-ci qui remonte le canal, dans le lac, qu’il trouble quelquefois, jusqu’à Hautecombe ; cependant il y a une petite pente, et il est facile de l’apprécier, lors des inondations, et que le lac, le Rhône et tous nos marais, ne font qu’une seule nappe d’eau » (ADS, Fonds sarde. Ruffieu 16.6, 1832, cité dans Bravard 1987, encart p. 78).

23Par la suite ce phénomène remarquable a retenu l’attention des spécialistes qui se sont intéressés au Rhône parmi lesquels Charles Gorceix (1919 : 5 et 23), Maurice Pardé (1925 : 204-205), Jean-Paul Bravard (1981 : 27-28 ; 1987 : 77-78, 124-125). Leurs travaux permettent de mettre en évidence le fonctionnement curieux de ce cours d’eau. D’une manière générale il apparaît que le lac s’écoule via la Savière vers le fleuve. En période de crue, le Rhône refoule son affluent et pénètre progressivement dans le lac. Il le fait ainsi monter et parfois déborder en apportant des millions de mètres cubes d’eau et en bloquant l’évacuation des apports des tributaires du lac (Bravard 1987 : 124-125).

24Au début du XXe siècle, le Rhône alimentait le lac environ 60 jours par an (Magnin 1904 : 18). Pendant l’été 1916, il s’écoula vers le Bourget sans interruption pendant près de 87 jours troublant alors l’extrémité septentrionale de l’étendue d’eau. Pendant 270 jours le lac s’est déversé dans le fleuve, pendant 6 jours le courant a été absent et pendant 87 jours le Rhône s’est déversé dans le lac (Gorceix 1919 : 23 ; Pardé 1925 : 204). Pour huit années placées entre 1909 et 1922, il s’est déversé environ 736 heures par an, soit près de 30 jours (Cholley 1925 : 256-258). Par la suite, cette durée s’est réduite puisqu’entre 1950 à 1969 un écoulement d’une même durée n’a été constaté qu’à une seule reprise (Bravard 1987 : 326). Plus récemment les travaux de régulation de la Compagnie Nationale du Rhône ont modifié la dynamique naturelle de cet écoulement alterné. Le fonctionnement reste le même dans son principe, mais les aménagements réalisés modifient les conditions de cette inversion (Bravard 1987 : 124, 242 et 326). Dernièrement, la durée de reflux a été quantifiée à 26 jours en 2008, 43 en 2007 et 100 jours en 2009 (Balvay et al. 2002 : 11).

25Quant au phénomène en lui-même, il est progressif et se présente ainsi : « dans les premières heures de la montée des eaux, le fleuve bloque la vidange du lac du Bourget dont le niveau s’élève de quelques décimètres à Portout. Ensuite, le Rhône déverse des eaux troubles dans le lac ; le courant normal se rétablit dès que la décrue du Rhône commence, mais la vidange du lac est très longue » (Bravard 1987 : 124, d’après Cholley).

26Pour ce qui est de la saison concernée par cette inversion, Alphonse Delbène indiquait que c’est lors de la fonte des neiges et lors de la saison pluvieuse d’automne que le Rhône montait et refluait dans le lac (Prieur 1989 : 26). Cette inversion se produisait donc à deux reprises dans l’année à la fin du XVIe siècle. Les mesures de l’écoulement du lac au Rhône réalisées par André Cholley donnent des résultats différents (1925 : 257-258). Sur une période de huit années, il en conclut que les heures d’écoulement sont les plus nombreuses en juin et juillet et en décembre. Au printemps (février à mars), l’écoulement du lac au Rhône était normal en raison de la fonte des neiges et en automne les pluies donnaient l’avantage au lac.

2.2. Les fluctuations du lac du Bourget dans l’Antiquité

27Le paysage du carrefour structural de Culoz s’est métamorphosé au cours du temps en raison des apports sédimentaires continus du Rhône et des variations du lac du Bourget. Tenter de se représenter ces fluctuations à la période antique n’est pas une tâche facile, mais elle s’avère nécessaire pour restituer et comprendre l’environnement initial du site étudié. Cela implique de mobiliser les données issues des recherches en science de la terre et de les croiser avec les sources historiques et archéologiques.

28Afin d’amorcer cette réflexion, il est tout d’abord nécessaire de quitter le secteur géographique concerné en revenant sur les grandes lignes théoriques de l’évolution du climat de la période romaine et de l’Antiquité tardive. Ces recherches récentes montrent à quel point l’environnement n’est pas une toile de fond stable et inerte. Le climat est fluctuant, relève de processus locaux, et il a un impact important sur les communautés humaines (Harper 2019 : 49-50).

29Les milieux lacustres enregistrent les variations de leurs nappes. Si ces fluctuations sont aujourd’hui bien connues pour les périodes les plus anciennes, notamment pour le Néolithique et l’âge du Bronze (Magny 1992, 1993b, 1997 ; 2013 ; Magny et al. 2007), elles sont beaucoup moins bien documentées pour les périodes historiques et en particulier pour la période romaine. Dans ce chapitre seront rassemblées certaines données relatives à la restitution des grandes tendances des variations du niveau des lacs jurassiens et périalpins au cours de l’époque romaine et de l’Antiquité tardive. Les éléments concernant le lac du Bourget seront examinés plus en détail, grâce notamment à la présence de nombreux sites de cette période. L’intégration des données archéologiques permettra la perception de la dynamique du lac, notamment sur la chronologie et l’amplitude des fluctuations de la nappe d’eau pour la période concernée. Elles seront mises en relation avec les variations importantes reconnues pour d’autres lacs. Enfin, la réflexion se fera à l’échelle de la zone septentrionale du lac du Bourget. La considération des sites qui se trouvent dans l’environnement immédiat du site PNLV 1 permettra de mieux saisir sa distance par rapport à la rive dans l’Antiquité. La question essentielle étant de tenter de déterminer si le site était primitivement exondé ou bien s’il était immergé à la période romaine (Nieloud-Muller 2016).

2.2.1. Les changements climatiques de la période romaine

30À partir de l’étude et du croisement de nombreux indicateurs (proxy) il est désormais possible de restituer les grandes tendances des paléoclimats. Il s’agit essentiellement de données biologiques, physiques ou chimiques. Confrontées avec les sources textuelles et archéologiques, elles permettent de réfléchir sur la réception et les adaptations des communautés humaines confrontées à ces transformations.

  • 3 La séquence proposée ainsi que les exemples présentés sont tous issus de McCormick et al. 2012 et H (...)

31Les grandes étapes climatiques de la période romaine et de l’Antiquité tardive commencent à être aujourd’hui bien documentées (McCormick et al. 2012 ; Harper 2019 : 81-100 ; Maragritelli et al. 2020). Les recherches récentes montrent à quel point les possibilités sont infinies et tout le chemin qu’il reste à parcourir. Pour cette période, couvrant près d’un millénaire, trois grandes phases climatiques ont été individualisées (fig. 41)3. Il ne s’agit pas de phases qui s’enchaînent brutalement, mais plutôt de périodes qui se succèdent graduellement. Les manifestations et les conséquences de ces changements affectent de diverses manières les différentes régions qui forment l’Empire. Elles sont également traversées par des variations plus soudaines, de fréquences, d’amplitudes et de durées variables.

Fig. 41 - Les grandes phases climatiques de la période romaine à l’Antiquité tardive.

Fig. 41 - Les grandes phases climatiques de la période romaine à l’Antiquité tardive.

32La période couvrant les deux derniers siècles avant notre ère jusqu’au milieu du IIe siècle est connue sous le nom d’Optimum climatique romain (OCR). Elle succède à une période au climat froid et pluvieux et se caractérise par un climat stable, chaud et humide qui a été favorable à l’expansion romaine et à la formation d’un empire agraire très structuré. Les sources témoignent d’un environnement propice et avantageux. L’activité solaire est notamment plus importante et les glaciers alpins reculent, tandis que l’activité volcanique est réduite et l’humidité est beaucoup plus importante comme en témoignent notamment les fréquentes crues du Tibre et le haut niveau de la Mer Morte. En Égypte, Ptolémée rapportait qu’il pleuvait quasiment tous les mois à Alexandrie et les crues du Nil étaient régulières, contribuant à en faire le grenier à blé de Rome.

33Après cette période de stabilité, une ère de troubles climatiques s’amorce au IIe siècle. La rupture n’apparaît pas soudaine et semble intervenir dans la seconde moitié du siècle. Le changement de régime des crues du Nil à partir des années 150 pourrait témoigner de ces dérèglements. À l’OCR succède la Période de transition de l’Empire romain tardif qui se caractérise par un climat beaucoup plus instable. Cette période est également marquée par une succession de crises politiques, économiques et militaires. Le IIIe siècle apparaît beaucoup plus sec et froid. Il est marqué par une baisse des températures et des sécheresses extrêmes qui paraissent couvrir l’ensemble du siècle. Les évènements volcaniques sont beaucoup plus fréquents et la croissance des glaciers alpins reprend. La fin du IIIe siècle est marquée par une amélioration qui se traduit par une stabilisation du climat et une augmentation des températures. Elle s’accompagne d’un rebond démographique et d’une période plus favorable sur le plan politique (réformes de Dioclétien, puis de Constantin). Dans l’ensemble, les indicateurs révèlent que le climat du IVe siècle est plus humide et relativement stable.

34Un nouveau refroidissement intervient au milieu du Ve siècle amorçant le Petit Âge glaciaire de l’Antiquité tardive. L’instabilité climatique pourrait s’expliquer en partie par la reprise d’une activité volcanique aussi importante qu’au IIIe siècle. Le climat est marqué par une baisse des précipitations et redevient extrêmement sec. La situation semble perdurer pendant les deux siècles suivants.

2.2.2. Les fluctuations des lacs périalpins et jurassiens et du lac du Bourget

35Les grandes variations climatiques reconnues constituent la toile de fond qui se rapporte à l’ensemble de l’hémisphère nord, mais qui se traduit par des disparités en fonction de spécificités locales. L’observation des fluctuations des lacs périalpins et jurassiens et notamment du lac du Bourget permet de raisonner sur l’impact de ces tendances à une échelle plus réduite.

36L’analyse des archives sédimentaires menée par Michel Magny dans de nombreux lacs des domaines jurassien et alpin (fig. 42) a permis de restituer les grandes variations qu’ont connues ces étendues d’eau au cours du temps (Magny 1992 : 33 ; 1993a : 6-7 ; 1993b : 261 : 2001 ; 2013 : 1006-1007). Sur le plan paléolimnologique, ce travail a favorisé la mise en évidence des fluctuations lacustres du niveau des lacs qui se caractérisent par une alternance de phases transgressives (hausse) et régressives (baisse) pluriséculaires interrompues elles-mêmes par des épisodes secondaires (Magny 1992 : 32-33). Elles ne correspondent pas pour autant à des phases continues de hauts ou de bas niveaux, mais à des phases de plus forte fréquence de hauts ou bas niveaux, ce qui n’exclut pas à l’intérieur même de ces phases, des intervalles plus ou moins développés de niveaux d’eau inverses. Ces grandes tendances, reconnues à partir des données, peuvent se résumer ainsi :

La fin du Ier millénaire coïncide avec une régression constatée entre 388 av. J.-C. (lac de Pluvis) et 185 ap. J.-C (lac d’Annecy). Les dates obtenues dans d’autres lacs suggèrent qu’elle se développerait entre le IIIe siècle av. et le Ier siècle ap. J.-C. : entre 324 av. J.-C. et 14 ap. J.-C. au lac du Petit Maclu, aux deux derniers siècles avant notre ère au lac de Neuchâtel et vers le changement d’ère dans le lac de Bienne.
Cette régression est suivie par une courte transgression centrée sur le IIe siècle de notre ère (phase du Petit Maclu 1). Reconnue au lac du Petit Maclu, elle trouve une correspondance avec la remontée du Léman constatée à la fin du Ier et au IIe siècle ap. J.-C. ainsi que dans les crues du lac de Zürich au IIe siècle. Cette transgression a été identifiée également aux lacs de Cerin, de Morat et de Neuchâtel.
À la fin du IIe siècle ou au tout début du IIIe siècle s’amorce une phase régressive. Elle perdure jusqu’au VIIe siècle au lac de Petit Maclu. Cette phase est interrompue par un court épisode transgressif qui intervient après le IVe siècle au lac de Pluvis et entre 447 et 697 au lac du Petit Maclu.
Une seconde transgression (phase du Petit Maclu 2) survient entre 405 et 875 au lac de l’Abbaye ou entre 697 et 741 ap. J.-C. aux lacs du Val et du Petit Maclu, ainsi qu’aux lacs de Morat et de Neuchâtel.

Fig. 42 - Carte des principaux lacs des domaines alpin et jurassien mentionnés dans le texte.

Fig. 42 - Carte des principaux lacs des domaines alpin et jurassien mentionnés dans le texte.

37Des différences existent d’un lac à l’autre, notamment en raison de la documentation mobilisée et des datations radiocarbones fournissant des fourchettes chronologiques très larges. Pour autant, dans l’ensemble, il faut souligner l’accord, dans les grandes lignes, avec les grandes phases climatiques présentées précédemment.

38Pour le lac du Bourget, les travaux menés sur les sites de Conjux 4 et de Portout (fig. 3 et 4 ; cf. 2.3.4.) ont permis de reconstituer l’histoire des fluctuations du lac du Bourget du Néolithique à la période moderne, ainsi que l’évolution du couvert végétal local et régional (Magny-Richard 1985 ; Magny 1990 ; Richard 1990). Pour la période qui nous retient, plusieurs tendances ont été distinguées (fig. 43). La première correspond à une longue phase de transgression qui recouvre l’âge du Fer et le début de notre ère (phase 3). Elle est rythmée par des fluctuations secondaires qui auraient pu faire osciller la nappe lacustre entre les niveaux 229,5 et 230,5 m. À la fin de la période, soit avant le changement d’ère, une petite régression aurait pu ramener le lac vers la cote de 229,5 m (phase 3-4). Elle serait directement suivie par une crise qui se serait traduit par une remontée assez forte du niveau moyen du lac vers la cote de 231 m (phase 3-5). À la suite d’une nouvelle crise, une régression aurait amené le niveau du lac vers 229 m (phase 2), tandis qu’une dernière crise aurait entraîné une importante transgression du lac vers les cotes de 231,5-232 m (phase 1).

Fig. 43 - Tendances générales des fluctuations du lac du Bourget de la période laténienne à l’Antiquité tardive d’après les carottages sédimentologiques et les données archéologiques recueillies sur le site de Conjux 4.

Fig. 43 - Tendances générales des fluctuations du lac du Bourget de la période laténienne à l’Antiquité tardive d’après les carottages sédimentologiques et les données archéologiques recueillies sur le site de Conjux 4.

39Ces « propositions qui restent en partie aléatoires et que l’on qualifiera de vraisemblables » (Magny-Richard 1985 : 269) correspondent à des tendances. Malgré un mouvement général à l’exhaussement du niveau du lac qui doit être mis en relation avec la remontée progressive du lit du Rhône (Bravard 1981 : 182 Magny 1990 : 27), le lac est sujet à des variations importantes qui s’accordent en partie avec les variations des autres lacs des domaines circumalpin et jurassien.

40Plus récemment, la prise en considération des oscillations de la susceptibilité magnétique des matériaux d’une carotte sédimentaire d’une longueur de 9 mètres permet d’apporter de nouvelles données sur l’activité hydrologique du Haut-Rhône et les fluctuations du niveau du lac du Bourget (Arnaud et al. 2015). Ces oscillations apparaissent en accord avec les périodes de haut niveau des lacs définies par Michel Magny. La période romaine apparaît notamment comme une période de forte activité hydrologique bien marquée dans le signal. Il est par ailleurs souligné dans cette étude que le possible approfondissement de la Savière à la période romaine pour favoriser la navigation entre le lac et le Rhône a pu faciliter le reflux du Rhône vers le lac.

2.2.3. Le calage des variations grâce aux données archéologiques

41Le croisement des résultats des analyses sédimentologiques et des données archéologiques du lac du Bourget permet d’améliorer, pour la période considérée, la connaissance de ses fluctuations. Il autorise notamment à affiner la périodisation de ces variations tout en gardant à l’esprit qu’elles peuvent avoir plusieurs origines ainsi que des durées et des amplitudes très différentes (variations à long terme, saisonnières, apériodiques, voire marées lunaires).

2.2.3.1. Restituer les fluctuations lacustres à partir des données archéologiques

42Les gisements archéologiques des périodes historiques se trouvent le plus généralement dans l’environnement de la berge. Cette zone d’interface est particulièrement sensible aux variations de la nappe lacustre. Une hausse, même minime, fait immédiatement reculer la rive et transforme des zones hors d’eau en milieux imbibés. À l’inverse, une baisse diminue l’étendue de la nappe et mettra au sec des sites auparavant immergés.

43Pour tenter de déterminer l’évolution des limites de la berge et des niveaux moyens du lac au cours de l’Antiquité, il convient de prendre en compte tous les sites de cette période dans leurs multiples dimensions : nature et fonction, chronologie et position altimétrique (fig. 44).

Fig. 44 - Principaux paramètres archéologiques pris en compte pour la restitution des fluctuations lacustres.

Fig. 44 - Principaux paramètres archéologiques pris en compte pour la restitution des fluctuations lacustres.

44La fonction d’un gisement peut se déduire de sa morphologie, des éléments structurels qui le composent et des éléments matériels qui l’accompagnent (fig. 44a). Pour les périodes historiques, il est permis de distinguer sommairement les sites terrestres et les sites lacustres. Les premiers se trouvaient hors d’eau et à une distance plus ou moins importante du lac et pouvaient correspondre à différents types d’occupation. Les seconds, dans l’Antiquité, se trouvaient quasiment tous implantés sur les plates-formes littorales (beines), sous une faible hauteur d’eau et aux abords de la rive. Certains se trouvaient au large comme les brise-lames et les pêcheries, tandis que d’autres étaient directement en connexion avec la berge. Il pouvait alors s’agir de sites matérialisant la rive comme les aménagements de berges, ou bien de sites dont l’extrémité était en contact avec elle, comme les estacades, les appontements et les installations portuaires.

45Quant aux éléments chronologiques, ils apportent des informations sur la période d’implantation de ces sites, mais également sur leur durée d’occupation jusqu’à leur abandon (fig. 44b). Grâce aux données dendrochronologiques et à la présence d’un matériel archéologique standardisé qui évolue très rapidement, il est possible de disposer de datations précises fournissant une résolution temporelle fine. Les dates d’abattage de pieux et d’autres éléments structurels en bois fournissent un terminus post quem indiquant la période de mise en œuvre d’un aménagement, souvent à l’année près. La question des réemplois de bois plus anciens peut se poser et invite à la prudence (cf. 2.3.4.3.). D’éventuelles réfections, restaurations ou consolidations peuvent parfois être documentées. Elles témoignent de la durée d’utilisation de ces structures. L’analyse du matériel présent permet enfin d’évaluer la durée de fréquentation et d’usage d’un site jusqu’à son abandon.

46Après avoir déterminé la fonction d’un site et restitué sa chronologie, sa position altimétrique devient signifiante (fig. 44c). D’une manière très générale, s’il s’agit d’un site terrestre, le niveau du lac se trouvait plus bas. À l’inverse, pour un site lacustre, le niveau du lac se trouvait à la hauteur de la structure, et la profondeur de l’eau était plus ou moins importante en fonction de sa fonction.

47L’étude de chacun de ces sites permet de donner des repères sur la hauteur du niveau d’un lac à différentes périodes. Le croisement de toutes ces données invite à restituer la séquence de ces variations au cours du temps pour un seul et même lac. Il s’agit toutefois de tendances théoriques qui ne doivent pas faire oublier d’autres fluctuations, saisonnières ou plus occasionnelles.

2.2.3.2. Les fluctuations du lac du Bourget

48Depuis les études menées dans les années 80 sur les sites de Conjux 4 et de Portout, bien d’autres gisements antiques ont été découverts dans les lacs périalpins et au lac du Bourget (cf. 1.1.4 et 2.3.4). Les données concernant dix gisements, tous situés entre 225 et 231,5 m d’altitude, permettent d’avancer sur la compréhension des variations de la nappe du lac entre la conquête de la Transalpine et la conquête franque (fig. 45 et 46).

Fig. 45 - Carte des sites romains et tardo-antiques pris en considération pour la restitution des variations du niveau du lac du Bourget.

Fig. 45 - Carte des sites romains et tardo-antiques pris en considération pour la restitution des variations du niveau du lac du Bourget.

Fig. 46 - Mise en relation des tendances théoriques des variations limnimétriques du lac du Bourget (Magny, Richard 1985, p. 268) et des lacs alpins et jurassiens (Magny 1992, p. 33) avec les différents sites archéologiques du lac du Bourget. En bleu les sites lacustres, en vert les sites terrestres submergés par la remontée du niveau des eaux du lac.

Fig. 46 - Mise en relation des tendances théoriques des variations limnimétriques du lac du Bourget (Magny, Richard 1985, p. 268) et des lacs alpins et jurassiens (Magny 1992, p. 33) avec les différents sites archéologiques du lac du Bourget. En bleu les sites lacustres, en vert les sites terrestres submergés par la remontée du niveau des eaux du lac.

49Le site le plus ancien correspond à l’appontement PNLV 2 daté entre 112 et 110 av. J.-C. Situé à une profondeur de 228,6 m il nécessitait un tirant d’eau suffisant pour accoster avec une embarcation. Dès lors, la régression qui précède le changement d’ère et qui amène le lac vers la côte de 229,5 s’accorde avec une profondeur de près d’un mètre pour l’usage de ce ponton. L’examen préliminaire du matériel découvert (Amaury Gilles/ArAr — UMR 5138) atteste de la présence de mobilier gallo-romain et donc vraisemblablement d’une utilisation prolongée de l’ouvrage.

50Le gisement de Join, interprété comme une installation halieutique, est plus récent puisqu’il est daté entre 95 av. et 125 ap. J.-C. Il se trouve toutefois à une profondeur beaucoup plus importante (c. 225 m). La fourchette chronologique est malheureusement trop large, mais elle pourrait indiquer que la baisse du niveau du lac se soit poursuivie au Ier siècle, peut-être pour atteindre les 227 mètres si ce n’est plus. L’appontement PNLV 2 se serait alors retrouvé hors d’eau. Quant à la durée de cette baisse, elle s’étale peut-être tout au long du Ier siècle jusqu’au début du IIe siècle.

51Le IIe siècle est documenté par quatre gisements très bien calés chronologiquement grâce aux datations dendrochronologiques. Deux d’entre eux sont interprétés comme des installations halieutiques : Saint-Pierre-de-Curtille (SPC 2) daté de 118-138 et 174-180 et La-Chapelle-du-Mont-du-Chat (LCMC 2) daté de 163-179. Le gisement de Saint-Germain-la-Chambotte (SGCC) est interprété comme un débarcadère daté entre 117 et 143. Ces trois gisements se trouvent entre 225,7 et 226,6 m de profondeur. Moins profonds que le site de Join, ils pourraient témoigner d’une remontée du niveau lacustre qui serait alors à situer entre 227,5 et 228,5 m. Quant au site PNLV 1, il se trouve à l’altitude de 228,05 m. Il se caractérise par l’apport continu de bois dont les phases d’abattage s’échelonnent entre 123 et 185 de notre ère.

52Au IIIe siècle, le site PNLV 1 reste fréquenté comme l’atteste la présence de monnaies de cette période. L’absence d’autres sites contemporains témoigne d’une rupture qui peut être mise en relation avec la régression du niveau du lac dont le niveau serait à positionner aux alentours de 229 m.

53À la fin du IIIe siècle, cette régression semble profiter à l’implantation de deux sites. Le premier est le gisement immergé de Châtillon-Port 1 qui est précisément daté de 286-287. Il s’agit d’un alignement de pieux interprété comme une installation portuaire qui se trouve à 226,7 m. Le deuxième est le dépotoir de potiers de Conjux 4 qui a été vraisemblablement en activité entre 280 et 350. Situé précisément à 229 m, il était initialement hors d’eau ce qui invite à revoir légèrement à la baisse le niveau du lac pour cette période. La restitution d’un niveau entre 228 et 228,5 laisserait le site de Conjux 4 au sec et offrirait un tirant d’eau suffisant pour les embarcations du site de Châtillon-Port 1.

54Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un site lacustre, l’officine de potiers de Portout situé au bord de la Savière témoigne des variations du niveau du lac. Le site comporte un secteur terrestre dont le niveau le plus profond se trouve à 230,7 m et un secteur aquatique situé vers 229 m. Dans un premier temps il a été considéré que cette officine serait contemporaine de celle liée au dépotoir d’atelier de Conjux 4. Il est apparu en définitive que celle de Portout se substituait à elle en raison d’une remontée du niveau des eaux. Ainsi le site de Conjux 4 serait en activité de la seconde moitié du IIIe siècle au milieu du IVe siècle et aurait été ensuite relayé par celui de Portout au Ve siècle (Pernon et Pernon 1990 : 12-15, 62 et 66). Après 350 le niveau moyen du lac devait se trouver entre 229 et 230,5 m, soit à un niveau assez haut.

55Enfin, le site PNLV 3 est très largement daté entre 575 et 765. Situé à 228,9, il est interprété comme un renfort de berge qui témoigne de la remontée du niveau du lac et d’une volonté de stabiliser la rive.

56En définitive, il ressort que la plupart des sites étudiés étaient des sites lacustres déjà immergés à la période romaine ou l’Antiquité tardive. La remontée du niveau de l’eau les a rendus inutilisables et en même temps elle les a sauvegardés. D’autres sites étaient clairement terrestres à l’image de Conjux 4 qui a été submergé suite à une remontée de la nappe du lac. Quant au site de Portout, les niveaux les plus anciens sont aujourd’hui en dessous de la cote actuelle du lac, mais l’essentiel du site reste hors d’eau en raison de son altitude plus élevée.

57Ces différentes données permettent de rattacher les restes d’une voie immergée localisés entre 1,8 et 2 m de profondeur à une période ancienne (fig. 46). Ces vestiges se trouvaient en théorie à 229,5 ou 229,7 m. S’il s’agit bien d’une voie, elle devait se trouver hors d’eau et elle doit être antérieure au milieu de premier millénaire de notre ère. Il est possible qu’il puisse s’agir d’une section de voie romaine, peut-être antérieure.

2.2.3.3. Mise en relation avec d’autres lacs

58Ainsi les données disponibles pour le lac du Bourget permettent de reconstituer dans les grandes lignes les fluctuations du lac de la conquête de la Transalpine à la fin de l’Antiquité. Ces données peuvent être confrontées avec celles connues pour d’autres lacs.

59La matière n’est souvent pas suffisante pour mener une enquête aussi fine pour les autres lacs savoyards. Pour le lac d’Annecy, les recherches récentes permettent de restituer un lac au niveau assez haut aux premiers siècles de notre ère (Magny et al. 2021). Quant au lac d’Aiguebelette, alors que le nombre de gisements antiques identifiés paraît suffisant, les données radiocarbones ne sont pas assez précises pour aller très loin dans l’analyse (Marguet 2003a ; Nieloud-Muller 2019a). Il ressort simplement une tendance à l’exhaussement puisque les sites immergés de la fin du Ier siècle av. notre ère et du Haut-Empire atteignent les 4,5 m de profondeur alors que les sites du Bas-Empire et de l’Antiquité tardive se trouvent sous des hauteurs d’eau beaucoup plus réduites.

60Pour la période romaine, les recherches de ces dernières décennies ont favorisé la restitution des variations du niveau du Léman. Allain Gallay et Gilbert Kaenel (1981), à la suite d’autres auteurs, ont restitué une transgression du lac de plus de 3 m en dessus de l’actuel pour le Ier et le IIe siècle de notre ère, soit vers 375,6 m (Corboud 1997 : 23). Par la suite, l’examen d’une dizaine de sites situés entre 372 et 376 mètres a permis d’affiner la perception de ces fluctuations (Coquoz 1999 : 53-66 ; fig. 47). Ainsi, à la fin du IIe siècle avant notre ère, le niveau du lac devait être assez haut (374 m), tandis qu’il tend à diminuer dans la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. (372 m). Vers le changement d’ère, une transgression fait remonter la nappe à un niveau assez haut (374,5 m). Le lac ferait même l’objet d’une nouvelle hausse à la fin du Ier siècle (375 m) qui paraît se poursuivre dans le courant du IIe siècle. Enfin, au Bas-Empire, une régression ferait diminuer le niveau du lac (372 m). De façon générale il faut souligner la cohérence de ces tendances avec celles concernant le lac du Bourget. Seules les données concernant le Ier siècle ap. J.-C. apparaissent contradictoires.

Fig. 47 - Tendances générales des fluctuations du Léman de la conquête de la Transalpine au Bas-Empire d’après le croisement des données archéologiques et sédimentaires (d’après Coquoz 1999, p 63-64).

Fig. 47 - Tendances générales des fluctuations du Léman de la conquête de la Transalpine au Bas-Empire d’après le croisement des données archéologiques et sédimentaires (d’après Coquoz 1999, p 63-64).

61Pour ce qui est du lac de Neuchâtel, il semble faire l’objet d’une importante régression à la fin de l’âge du Fer suivi d’une transgression à la période romaine (Magny 1992 : 32-33 ; Magny et al. 2005 : 256). Le niveau du lac était au moins deux mètres plus bas à la période gauloise et d’un mètre plus bas à la période romaine (Schwab 1992 : 317 ; fig. 48). D’autres données semblent toutefois attester que le lac a connu plusieurs fluctuations au cours de la période romaine (Ramseyer 2013 : fig. 1, p. 17). Le lac de Morat paraît être aussi l’objet de multiples variations, notamment au IIe siècle de notre ère. Le creusement du canal d’Avenches vers 125 ap. J.-C. et les travaux suivants, ainsi que l’abandon rapide avant la fin du siècle, pourraient en témoigner (Bonnet 1982 : 127-130 ; Ramseyer 2013 : 18-20 ; Castella 2013 : 49-50).

Fig. 48 - Exhaussement du niveau du lac et évolution théorique de la limite de la rive de l’époque gauloise à nos jours à l’extrémité septentrionale du lac de Neuchâtel.

Fig. 48 - Exhaussement du niveau du lac et évolution théorique de la limite de la rive de l’époque gauloise à nos jours à l’extrémité septentrionale du lac de Neuchâtel.

62Quant au lac de Zürich, il semble que le niveau était haut à la fin de l’âge du Fer et plus bas à la période romaine (403,5 m), soit 2,5 m de moins que le niveau actuel. Au haut Moyen Âge il paraît avoir remonté de 4,5 m (208 m) par rapport au niveau antique (Wild 2008 : 4-6). Il semble toutefois qu’une transgression du lac au IIe siècle a remanié des couches contenant du mobilier antérieur (Magny 1993a : 7). Cela indique que la nappe d’eau a pu fluctuer tout au long de la période romaine.

63Pour le lac de Paladru, le niveau du lac est considéré comme bas du Ier au IIIe siècle (entre 1,5 à 2,5 m en dessous de la côte actuelle). Cette baisse a notamment permis l’occupation de la beine et des zones palustres proches qui semblent être désertées seulement au cours du IVe siècle. Plusieurs niveaux de tourbes et l’abandon des sites pourraient témoigner d’une remontée significative de la nappe lacustre à cette époque (Brochier, Druart 1993 : 57 ; Colardelle, Verdel 1993 : 361 ; Brochier et al. 2007 : 265). Quant au lac de Pluvis, seule une régression est constatée au IVe siècle grâce à la présence de traces d’occupations. Elle pourrait être associée à la baisse du niveau du Bourget à cette époque, mais il a été toutefois proposé que l’abaissement puisse être intentionnel (Borel et al. 1990 : 95 ; Belmont 1990 : 84 ; Magny 1993b : 271).

64Enfin dans un tout autre type de contexte, le site d’Oberdorla en Thuringe (Allemagne) a livré des vestiges dont la datation a permis de caler les variations de la nappe d’eau auxquelles ils sont associés (Behm-Blancke et al. 2002 : 27-28). Entre 600 et 400 av. J.-C. le climat semble sec et chaud et seules se rencontrent des mares de tailles variables et un étang marécageux avec des îles de tourbes (I). Après 400, un petit lac (unterer see) se forme à la suite d’un effondrement dans un contexte climatique chaud et humide (II). Entre 100 av. J.-C. et 100/150 de notre ère, le climat paraît sec et plus chaud et le lac se rétrécit. La ceinture de roseaux va alors bien au-delà de l’emprise de l’ancienne rive (III). Entre 100/150 et 200/250, le lac occupe une surface plus importante (oberer see), au point de recouvrir les installations de la période laténienne. Le climat est alors humide et frais (IV). Entre 200/250 et 375, le climat est également humide et frais et le lac se rétrécit à nouveau (V). Après 375 le lac est encore en eau, mais il est envahi de characée et tend à se combler (VI). Il finit par disparaître (VII) et devint une tourbière (VIII).

2.2.4. L’environnement du site de conjux PNLV1

65Au-delà des variations du lac du Bourget qui paraissent en accord avec certaines tendances observées pour le Léman et d’autres lacs, traitons à présent de l’environnement du site de Conjux.

2.2.4.1. Le site et les fluctuations du lac au IIe siècle

66Les multiples variations du lac sont à l’origine de transformations qui ont métamorphosé le paysage et en particulier l’anse nord du lac. À l’heure actuelle, le site apparaît comme isolé sur la plate-forme littorale, à plusieurs centaines de mètres de la rive, et à une profondeur de 3,5 m.

67L’analyse des vestiges a permis de distinguer deux principales phases chronologiques. La première se caractérise par l’apport continu de bois dont les phases d’abattage s’échelonnent entre 123 et 185 ap. J.-C., tandis que la seconde n’est documentée que par du matériel archéologique de la fin du IIe siècle et du IIIe siècle.

68Pour la première phase, l’examen des autres gisements du lac du Bourget du IIe siècle tend à restituer un niveau fluctuant à cette époque (fig. 49). Il est par exemple important de souligner que sur une période réduite de 7 années, 3 sites sont implantés dans le lac : Saint-Germain-la-Chambotte (SGCC) à partir de 117, Saint-Pierre-de-Curtille (SPC 2) à partir de 118 et PNLV 1 à partir de 123. Il en est de même pour la fin de l’implantation des bois avec l’arrêt simultané des apports à des dates très proches : La-Chapelle-du-Mont-du-Chat (LCMC 2) en 179, Saint-Pierre-de-Curtille (SPC 2) et PNLV 1 en 180 (deux ultimes piquets sont implantés en 184 et 185). Cette synchronie n’est assurément pas fortuite et pourrait témoigner de variations significatives à ces deux moments. Il faut enfin ajouter que les pics d’implantations des piquets et pieux sur le site PNLV 1 sont en décalage avec la chronologie des autres sites. Ils se font essentiellement entre 131 et 169 (87,7 %) avec une intensité plus forte entre 140 et 159 (61,6 %) (cf. 3.1.6.1). Ce décalage est peut-être à mettre en relation avec une remontée du niveau du lac.

Fig. 49 - Chronologie des gisements lacustres du IIe siècle de notre ère découverts au lac du Bourget. Pour le site PNLV 1, 87,7 % des piquets et des petits pieux ont été abattus entre 131 et 169 ap. J.-C. et 61,6 % entre 140 et 159 ap. J.-C.

Fig. 49 - Chronologie des gisements lacustres du IIe siècle de notre ère découverts au lac du Bourget. Pour le site PNLV 1, 87,7 % des piquets et des petits pieux ont été abattus entre 131 et 169 ap. J.-C. et 61,6 % entre 140 et 159 ap. J.-C.

69Ces différentes données pourraient relever de la courte phase transgressive du Petit Maclu 1 identifiée dans plusieurs lacs de l’arc alpin (cf. 2.2.2). Cette phase, reconnue également au lac du Bourget, peut révéler les variations importantes de la nappe lacustre qui ont pu être plus significatives au IIe siècle. Il faut également souligner le lien avec la fin de l’Optimum climatique romain au milieu du IIe siècle (cf. 2.2.1). Certains indicateurs sont manifestes à partir des années 150 et Kyle Harper a proposé que les premiers signes puissent remonter aux années 120 (2019 : 101). Quoi qu’il en soit, de nombreuses données historiques et archéologiques plaident en faveur de différentes perturbations hydrographiques à la même période (cf. 4.6.2.).

70Quant à la seconde phase chronologique du site PNLV 1, elle est marquée par une véritable rupture qui se traduit par l’arrêt complet de l’implantation de piquets et de pieux. Cette rupture très nette pourrait illustrer également un changement dans le niveau du lac, sans doute une baisse de la nappe d’eau au IIIe siècle dans un contexte climatique beaucoup plus sec et plus froid. L’absence de sites contemporains pourrait également aller dans le sens d’une régression et invite à questionner la position du site par rapport à la rive.

2.2.4.2. Un site proche de la rive sous une faible hauteur d’eau

71Les fluctuations de la nappe lacustre peuvent faire avancer ou reculer la rive de plusieurs dizaines, voire de centaines de mètres. Même minimes, elles peuvent être très marquées dans les secteurs où les plates-formes littorales sont les plus étendues.

72Pour raisonner sur l’emplacement de la rive aux IIe et IIIe siècles, il convient de se pencher sur les 3 gisements du secteur de Pré-Nuaz/La Vacherie (fig. 5 et 50). Si l’on admet une tendance à l’exhaussement de la nappe d’eau, il est étonnant de constater que le site PNLV 1 soit plus profond que le site proche PNLV 2, pourtant antérieur.

Fig. 50 - Schéma d’organisation et chronologie des gisements des lieux-dits Pré-Nuaz/La Vacherie (PNLV) dans la baie de Portout.

Fig. 50 - Schéma d’organisation et chronologie des gisements des lieux-dits Pré-Nuaz/La Vacherie (PNLV) dans la baie de Portout.

73Le site PNLV 2 de la fin du IIe siècle avant notre ère correspond à un appontement et devait se trouver en connexion avec la berge. De la même manière le site PNLV 3, de l’Antiquité tardive est interprété comme étant un aménagement de berge qui, de fait, devait matérialiser la berge à cette époque. Ainsi, à plusieurs siècles d’intervalles, à des périodes où le niveau d’eau était relativement haut, la limite de la rive se trouvait à plusieurs centaines de mètres de la rive actuelle.

74Ce recul de la berge est dû à la fois à une remontée du niveau du lac, mais également à la forte dynamique érosive constatée dans ce secteur. C’est essentiellement le courant et les vents du sud qui entraînent la formation de vagues qui viennent peu à peu grignoter la rive. Cette dynamique a été mise en évidence dans les carottages sédimentologiques effectués sur le site PNLV 2 (Marguet 2002 : 124). Cette disparition progressive par l’action de l’eau est également documentée par les documents cartographiques modernes à l’image de la mappe sarde sur laquelle toutes les parcelles en connexion avec le lac présentent un profil dentelé (ADS, mappe n° 203, vue générale, C 2666 ; fig. 51). Encore au début du XXe siècle on rapportait que dans ce secteur du lac « les bords, rongés par la vague, reculent chaque année dans le marais » (Magnin 1904 : 21) ce que confirment les plus anciennes photographies aériennes du secteur (fig. 52). C’est peut-être d’ailleurs dans le but de se prémunir contre l’action des vagues que la palissade ou le brise-lame du Cul-du-Bois à Châtillon a été construit, sans doute en 1515-1516 (Castel 2004 : 120-132 ; cf. 2.3.3.2.2. ; fig. 66).

Fig. 51 - Le secteur de la baie de Portout sur la Mappe sarde de 1728. Conjux, vue générale, mappe n° 203, copie de 1732, extrait de la vue générale (C 2666).

Fig. 51 - Le secteur de la baie de Portout sur la Mappe sarde de 1728. Conjux, vue générale, mappe n° 203, copie de 1732, extrait de la vue générale (C 2666).

Fig. 52 - Photographie aérienne de la baie de Conjux et de l’embouchure de l’exutoire de la Savière.

Fig. 52 - Photographie aérienne de la baie de Conjux et de l’embouchure de l’exutoire de la Savière.

75Même en admettant un niveau du lac haut pour les IIe et IIIe siècles, la rive aurait été plus proche du site qu’elle ne l’est actuellement. En restituant un niveau du lac plus bas (228,5 m), le site se serait retrouvé immergé sous un demi-mètre d’eau. À l’inverse, en restituant un niveau encore plus bas (227,5 m), il se serait trouvé hors d’eau à quelques dizaines de mètres de la rive. Il aurait été alors dans un secteur imbibé soumis aux variations saisonnières du lac et aux vagues dont la hauteur est habituellement évaluée entre 50 cm et 1 m (Coquoz 1999, 57-58).

2.2.4.3. L’apport des carottages et des observations de terrain

76D’après les réflexions comparatives, il apparaît que le site PNLV 1 se trouvait à proximité de la rive aux IIe et IIIe siècles. Les données sédimentologiques et les observations réalisées sur le site, ainsi que sur les piquets et pieux en bois, permettent d’apporter des précisions sur ce point.

77Les vestiges s’étendent sur plusieurs centaines de mètres carrés. Les mesures de profondeurs faites à l’aide d’un profondimètre montrent un très faible dénivelé entre les extrémités du site, soit moins d’une dizaine de centimètres.

78Toutes les carottes analysées ne laissaient pas apparaître de niveaux organiques dans les couches les plus profondes. Les séquences présentent une succession de limons carbonatés « laminés » et la présence d’un fin niveau gris foncé argileux. Ces strates illustrent les variations du niveau du lac et l’absence en profondeur de niveaux anthropiques sur l’emprise des carottages effectués. Au-dessus de ces couches stériles de « craies lacustres » se trouvait un niveau très volatile correspondant au « mort-terrain » (fig. 53 et 55a). Ce niveau de surface est constitué d’argile grise, de sédiments sableux vasards, d’éléments végétaux et d’oncolithes (concrétions carbonatées à dépôts concentriques). Il semble ainsi caractériser une zone proche de la rive où la hauteur d’eau est le plus souvent faible (Magny 2006 : 74-75).

Fig. 53 - Observations sédimentaires.

Fig. 53 - Observations sédimentaires.

79C’est dans ce niveau de surface que se trouvait l’ensemble des apports anthropiques de pierres, d’objets manufacturés et de restes organiques découverts lors des décapages. Observé sur tout le site, il était seulement de quelques centimètres d’épaisseur, mais augmentait sensiblement vers le nord en direction de la rive. L’épaisseur devenant importante, un bon nombre de bois étaient dissimulés dans cette couche sédimentaire et ce n’est que lors du dévasage que nous avons pu les mettre au jour (fig. 54 et 55b). Lors des décapages ce niveau était soigneusement fouillé et la limite était donnée par l’apparition des couches de craies, vierges de matériel archéologique et d’inclusions.

Fig. 54 - Alignement de la zone 2 dans la partie nord-ouest du site, vu depuis l’est.

Fig. 54 - Alignement de la zone 2 dans la partie nord-ouest du site, vu depuis l’est.

80À l’extrémité orientale du site, une séquence différente a été identifiée (fig. 55c). Ce secteur diffère des autres, car il n’y a pas de piquets ou de pieux à cet endroit. La séquence se caractérise par une succession de fins niveaux témoignant des différentes variations du lac. C’est notamment dans la couche centrale, présentant de nombreux végétaux et de restes de malacofaune, que se trouvaient concentrés les mobiliers mis au jour.

Fig. 55 - Observations stratigraphiques.

Fig. 55 - Observations stratigraphiques.

81Aucun véritable dépôt d’alluvions n’a été identifié à l’échelle du site. Cela semble indiquer que le secteur documenté s’est toujours trouvé en dehors de l’emprise des crues du Rhône et qu’il ne se trouvait pas directement à l’extrémité du canal de Savière. Des observations similaires ont été faites pour le site de Conjux 4 et plus récemment lors d’un sondage réalisé sur la berge (Pernon 1998 : 4-5). Le site se trouvait donc à l’abri des courants les plus importants du fleuve lorsqu’il refluait dans le lac (cf. 2.3.4.3.).

82Enfin, il a été envisagé que le site ait été érodé et que les couches supérieures aient pu disparaître. Toutefois, plusieurs éléments invitent à considérer qu’il s’agit bel et bien du niveau antique. Tout d’abord le matériel mis au jour apparaît dans un excellent état de conservation, qu’il s’agisse des éléments céramiques, visibles en surface ou de ceux protégés dans la vase, ou bien de la plupart des éléments métalliques. Les mobiliers les plus lourds se sont vraisemblablement enfoncés dans les sédiments et ont ainsi être protégés, tandis que les éléments les plus légers sont quasiment absents. Seuls des petits tessons de céramiques fines, de la faune consommée et d’autres éléments organiques se trouvaient piégés, le plus souvent sous des éléments plus volumineux. Le reste semble avoir disparu en raison de leur poids réduit et de l’action des faibles courants. Il en est de même pour les parties supérieures des piquets et des pieux qui ne sont pas conservées à hauteur du site. Seuls les éléments en bois volumineux étaient préservés sur le site.

83Il faut ajouter que la répartition même du mobilier manifeste l’absence de perturbations significatives, mais surtout que certains éléments témoignent d’interventions in situ. La présence de deux monnaies situées sous des fonds de pot retourné atteste notamment d’une opération à hauteur et sur le fond du gisement (cf. 3.9.8.). Enfin, le peu d’altérations observées sur les éléments mobiliers fait écho à l’excellente conservation des bois. La préservation quasi systématique de l’écorce semble confirmer que ces bois ont toujours été en milieu imbibé et n’ont pas été perturbés.

2.3. Contexte historique et archéologique

84Entre Alpes et Jura, le val du Bourget offre une ouverture dans l’avant-pays savoyard tandis que le réseau hydrographique facilite les circulations et les implantations humaines. Pour la période romaine, ce secteur semble être à proximité de la frontière de la province au carrefour de différents axes de communication (Haut Rhône et val du Bourget). La considération des sources historiques et les données archéologiques disponibles permet de replacer le site de Conjux dans le cadre des limites et du réseau viaire de la cité de Vienne.

85Il sera d’abord question de la localisation du site au sein de la province de Narbonnaise, de la cité de Vienne et de son pagus d’appartenance. Nous nous pencherons ensuite sur la Chautagne et le lac du Bourget, avant de traiter plus en détail de la partie septentrionale du lac et de l’environnement immédiat du site.

2.3.1. Province et cité

2.3.1.1. Transalpine, Narbonnaise et Viennoise

86À partir de la fin du IIe siècle av. notre ère, le val du Bourget faisait partie des territoires transalpins conquis par Rome. Ces nouvelles possessions s’étendaient des Pyrénées aux Alpes en intégrant la vallée du Rhône, jusqu’au Léman (fig. 56). Si le long de la côte, ces conquêtes permettaient d’assurer une connexion directe entre la Gaule Cisalpine et l’Hispanie, la maîtrise de la vallée du Rhône permettait une pénétration vers la Gaule intérieure et la Germanie via le val de Saône ou le plateau suisse (Barruol 2004 : 116-118).

Fig. 56 - Emprise de la Transalpine et de la Narbonnaise avec précisions des limites de la cité des Allobroges.

Fig. 56 - Emprise de la Transalpine et de la Narbonnaise avec précisions des limites de la cité des Allobroges.

87L’ensemble de la Gaule Transalpine est élevé au rang de province de la République romaine vers 70 av. J.-C. puis prend le nom de Gaule Narbonnaise à la fin de notre ère sous le règne d’Auguste (Barruol 2004 : 116-118). La fin du IIIe siècle est marquée par les incursions barbares entre 260 et 280, notamment l’invasion alamannique de 259-260 et les invasions franque et alamannique de 275-276 (Pelletier 2001 : 21-22). Sous le règne de l’empereur Dioclétien ou dans les premières années du règne de Constantin s’observe un nouveau découpage des provinces (Christol 2010). La Narbonnaise apparaît alors divisée en trois provinces, respectivement la Narbonnaise première, Narbonnaise deuxième et la Viennoise. Au siècle suivant, la Viennoise est à son tour divisée en deux provinces (la Viennoise première avec Vienne pour capitale et la Viennoise seconde avec Arles pour capitale).

2.3.1.2. Des Allobroges aux Burgondes

88À la fin de l’âge du Fer et à la période romaine, le lac du Bourget, de même que les autres grands lacs savoyards, faisait partie des possessions allobroges (fig. 57). Dans le contexte de la conquête de la Transalpine, ce peuple a perdu son indépendance à la suite de plusieurs défaites au cours de l’année 121 av. J.-C. Sa vaste cité - qui avait pour capitale Solonion dont l’emplacement n’est pas connu, mais qui correspond probablement au site de Vienne - a sans doute conservé en grande partie les limites de l’ancien territoire celtique. La cité, l’une des plus vastes de Gaule, occupait alors la partie septentrionale de la nouvelle province de Transalpine, soit tout l’espace compris entre les cours du Rhône et de l’Isère et les sommets alpins (Rémy 1970 ; Rémy 1996 : 54-55 ; Pelletier 2001 : 26-27 ; Rémy 2002).

Fig. 57 - Emprise de la cité de Vienne (d’après Rémy 2002, p. 97).

Fig. 57 - Emprise de la cité de Vienne (d’après Rémy 2002, p. 97).

89Si dans les grandes lignes ces limites sont admises, un point très discuté concerne les possessions des Allobroges sur la rive droite du Rhône. César mentionne des propriétés appartenant à ce peuple outre Rhône qui ont été ravagées par le passage des Helvètes (BG, 1, 11, 5). Pour Bernard Rémy, ces possessions devaient être de faibles étendues et pouvaient se situer entre Genève et le défilé de l’Écluse ou bien entre Bellegarde et Culoz sans exclure la possession de plusieurs têtes de pont plus en aval (Rémy 2000 : 59). Si cet état de fait remonte au milieu du 1er siècle av. J.-C., rien ne permet de dire que les Allobroges aient conservé ces terres par la suite (Pelletier 2001 : 26-27 ; Rémy 2000 : 60). En raison des caractéristiques différentes observées dans les corpus épigraphiques de part et d’autre du Rhône, il serait étonnant de reconnaître l’existence d’un territoire viennois au-delà du Rhône à l’époque impériale. Peut-être que le secteur situé aujourd’hui entre l’antique cours du Rhône au sud et le canal de dérivation du fleuve au nord faisait partie de ces possessions.

90Quoi qu’il en soit, les Allobroges demeurèrent fidèles à Rome tout au long de la conquête césarienne et, malgré quelques révoltes, se romanisèrent rapidement. La fondation, au plus tard en 36 av. J.-C., d’une colonie de droit latin à Vienne, favorisa les élites allobroges, nommées par la suite Viennenses dans les sources impériales. Vienne a été ensuite élevée au rang de colonie romaine, puis a reçu, avant l’époque sévérienne, le privilège du droit italique. Cette situation perdure jusqu’à la réorganisation administrative de Dioclétien qui se traduit par le morcellement de la cité de Vienne avec la promotion de Grenoble et de Genève au rang de cités, avant la création de la province de Viennoise (Rémy 1996 : 55-57 ; Rémy 2002 : 173 et 177 ; Christol 2010). Au Bas-Empire, la crise sociale et la dégradation progressive des structures administratives contribuent largement au morcellement et au resserrement du pouvoir politique. Dans ce contexte, le problème des invasions est contenu pour un temps grâce à la fédération des Burgondes. Le Bourget est intégré à l’aire territoriale qui leur est concédée en 443. Il le reste jusqu’en 534, date à laquelle leur royaume est divisé à la suite de l’invasion des rois francs (Raffaelli 1996 : 71-75).

2.3.1.3. Circulations et découpage territorial au sein de la cité

91La cité est structurée entre des voies d’eau et d’importants axes routiers jalonnés de relais. Ces axes reprennent pour l’essentiel des tracés plus anciens guidés en particulier par la topographie. Ils sont documentés par les sources textuelles, les itinéraires routiers (fig. 58), des témoignages épigraphiques et des vestiges d’aménagements (Prieur 1983 : 185-187 ; Pelletier 2001 : 29-32 ; Barruol, Dupraz 2004 : 76 ; fig. 60). Le réseau routier partant de Vienna (Vienne) favorisait les échanges avec le nord via Lugdunum (Lyon) et le val de Saône, mais également avec le sud, par Valentia (Valence) où plusieurs ramifications permettaient de rejoindre le delta du Rhône ou les Alpes Maritimes. De Vienne, deux autres axes se dirigeaient vers l’est et vers la plaine du Pô. Le premier, au sud, par Cularo (Grenoble) et le col du Mont-Genèvre et le second, au nord, par Augustum (Aoste) et le col du Petit-Saint-Bernard. D’Aoste, un autre itinéraire doublait le cours du Rhône en direction de Genava (Genève) via Etanna (Yenne ?) et Condate (Seyssel). Il menait au plateau suisse et à la vallée du Rhin et après avoir contourné le Léman, il permettait de franchir les Alpes en passant par le col du Grand-Saint-Bernard. Cette voie passait certainement dans la partie nord du lac du Bourget, non loin du site de Conjux.

Fig. 58 - Table de Peutinger, extrait du segment III.

Fig. 58 - Table de Peutinger, extrait du segment III.

92La Viennoise était organisée en fonction du cadre officiel de la cité et divisée en cantons ruraux (pagi). Pour la cité de Vienne, l’épigraphie fait connaître quatre, peut-être cinq ou six pagi. Il y avait un pagus Ati[—] à Grenoble, un pagus Vale[rius ?] vers Conflans, un pagus Oct[—] à Aoste, un pagus Dia[nensis ?] mentionné à Hauteville et Seyssel et peut-être un pagus Viennet (onimagensis) dans le secteur de Belley-Vieu-Briord, du moins si l’on reconnaît cette portion de territoire comme faisant partie intégrante de la cité de Vienne. Un dernier pourrait être le pagus Apollin(aris ?) en fonction de la lecture faite de l’inscription. Bien que les limites de ces pagi restent très hypothétiques, ils recouvrent des terroirs naturels et pourraient conserver les traces d’anciennes divisions territoriales allobroges (Pelletier 2001 : 28 ; Rémy 2002 ; Tarpin 2002). Ces pagi possédaient un chef-lieu ainsi que d’autres agglomérations. Ces vici sont connus par les itinéraires routiers, l’épigraphie et l’archéologie. Ils étaient pour la plupart situés le long de grands axes de communication qui favorisaient leur croissance économique et leur développement (Rémy 2002 : 177-178).

93Le réseau de voies terrestres se doublait d’un réseau hydrographique particulièrement dense qui facilitait les circulations et les échanges (Broise 1975 : 171-176). Le Rhône apparaît comme l’artère principale de ce réseau (Christol, Fiches 1999 : 144-147) et c’est à proximité immédiate de cette voie d’eau que se rencontraient les villes les plus importantes comme Genève à l’exutoire du Léman, Seyssel, Aoste et Vienne. L’Isère baignait également d’autres agglomérations comme Gilly, Chateauneuf et surtout Grenoble. En dehors des grands cours d’eau, la particularité de la cité de Vienne est de concentrer un certain nombre de grands lacs : Paladru, Aiguebelette, Bourget, Annecy et Léman en position frontalière (fig. 1 et 57). L’importance de ce dernier dans l’Antiquité apparaît dans les sources littéraires, épigraphiques, archéologiques, mais également iconographiques (Coquoz 1999 ; 2000 ; Tarpin et al. 1999). Les vestiges de l’époque romaine découverts dans l’environnement du lac d’Aiguebelette témoignent également du passage d’une voie au sud du lac (Nieloud-Muller 2019a ; Perruchon-Monge 2021 ; Nieloud-Muller, Perruchon-Monge 2021).

2.3.2. L’environnement du lac du Bourget dans l’Antiquité

94Au sein de la cité de Vienne, le bassin bourgetin et les abords du lac du Bourget concentrent un certain nombre d’occupations antiques.

2.3.2.1. Les sources historiques

95Le lac du Bourget n’apparaît pas explicitement dans les sources historiques, mais plusieurs textes pourraient faire référence à l’étendue d’eau et à son environnement proche (Nieloud-Muller 2021 : 64-65).

96Au IIIe siècle av. J.-C., Apollonios de Rhodes, poète épique et directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, fait cheminer les Argonautes dans les Alpes (fig. 59). Ils suivent d’abord le Pô, puis le Rhône avec lequel il est censé confluer. Ils traversent ensuite « les lacs tempétueux qui s’étendent à l’infini sur le territoire des Celtes », puis, après s’être vraisemblablement aventurés sur le Rhin, ils rebroussent chemin et suivent le cours du Rhône en direction de la Méditerranée (Argonautiques, IV, 627-649). Bien que le texte contienne des imprécisions, en raison notamment de références fabuleuses mêlées à des observations géographiques vagues, il témoigne indirectement du secteur étudié.

Fig. 59 - Itinéraire mythique des Argonautes suivant le récit d’Apollonios de Rhodes (d’après Delage 1930, carte III, hors texte) et localisation hypothétique du marais Accion.

Fig. 59 - Itinéraire mythique des Argonautes suivant le récit d’Apollonios de Rhodes (d’après Delage 1930, carte III, hors texte) et localisation hypothétique du marais Accion.

97Dans la première moitié du XXe siècle, Émile Delage a consacré sa thèse aux aspects géographiques dans l’œuvre d’Apollonios et il s’est longuement attardé sur les différentes positions formulées concernant l’itinéraire de la nef Argo dans ce passage de l’épopée (1930 : 224-236). Il reconnaît que la description est confuse et qu’il est impossible de restituer un itinéraire précis. Il souligne que les secteurs de vallées et de piémonts, ainsi que les cols, s’avèrent beaucoup mieux connus que les zones d’altitude. C’est en partie ce qui explique que les fleuves soient présentés comme communiquant entre eux. Le Rhône est ainsi considéré comme un fleuve à trois bras : le Rhône proprement dit se jette dans la Méditerranée, Le Rhin dans l’Océan et le Pô dans l’Adriatique. Ce découpage n’apparaît pas complètement fantaisiste si l’on considère que ces fleuves, ou bien certains de leurs principaux affluents, prennent leurs sources sur le massif du Saint-Gothard à quelques kilomètres seulement les uns des autres (Rubat, Borel 2009 : 249-250).

98Quant aux lacs, Apollonios semble rassembler l’ensemble des grandes étendues d’Italie du Nord, de Suisse et de France (Delage 1930 : 229 ; Chevallier 1980 : 10). Même si ces lacs ne sont pas clairement nommés, la descente du Rhône implique de franchir le Léman, mais également de passer à proximité du lac du Bourget, lié au Rhône par la Savière (cf. 2.3.3.2.).

99Le secteur qui nous retient pourrait être plus clairement nommé dans l’Ora maritima, poème archaïsant du poète latin Avienus. Dans cette description des côtes maritimes de la péninsule ibérique à Marseille se trouve un excursus sur le Rhône faisant apparaître une succession de plans d’eau liés au fleuve (Les rivages maritimes, 679-684 ; Guillaumin, Bernard 2021, p. LXIV, 173-178 et 188).

Il s’étend ensuite en dix […]
†…† par le retour des flots, une étendue d’eau lourde,
disent la plupart des auteurs. Il pénètre ensuite
dans un vaste marais, qu’une vieille tradition grecque
a nommé Accion, et pousse ses eaux impétueuses
à travers l’étendue du plan d’eau ;
(traduction J.-B. Guillaumin et G. Bernard 2021)

100Ainsi, le fleuve paraît traverser une étendue d’eau (stagnum) avant de pénétrer un vaste marais (palus) nommé Accion. La localisation de ce dernier a fait l’objet de très nombreux commentaires et de propositions diverses. Beaucoup reconnaissent que ce passage décrit une réalité hydrographique du Haut-Rhône. Pour certains, cette palus correspondrait au lac Léman (Desjardins 1876 : 159 ; Ihm 1893 : 140 ; Delage 1930 : 228), tandis que pour d’autres elle pourrait davantage faire référence à l’ensemble formé plus en aval par les marais de Lavours et de Chautagne. C’est du moins la position défendue par André Berthelot qui a proposé qu’il puisse s’agir « des marais qui prolongent au nord le lac du Bourget […] fraction de ce lac comblée par les alluvions du Rhône » (1934 : 126-127 et carte p. 56), idée reprise ensuite dans Le Rhône dans l’Antiquité par Jules Van Ooteghem (1947 : 587). Ce secteur apparaît aujourd’hui encore comme un des derniers grands marais continentaux de l’Europe de l’Ouest. Cette proposition paraît également plus en adéquation avec la définition même de la palus qui renvoie davantage à un contexte palustre que lacustre. La mention du fleuve poussant « ses eaux impétueuses » à travers l’étendue d’un plan d’eau (stagnum) pourrait traduire la difficulté du Rhône à se frayer un chemin dans ce secteur au drainage complexe, ou bien faire référence à l’introduction du Rhône dans le lac du Bourget. Avant les travaux d’endiguements de ces deux derniers siècles, le phénomène était fréquent et l’ensemble de la zone pouvait se transformer en vaste plaine liquide formant alors une continuité entre le lac et le fleuve (cf. 2.1.2. ; fig. 36).

101L’idée d’un immense lac faisait également reconnaître à Johannès Pallière une mention indirecte du lac du Bourget dans l’œuvre d’Ammien Marcelin (Histoire, XV, XI, 16-17). Au milieu du IVe siècle, il décrit une succession de grandes étendues de marais qui se répartissaient au-delà de la perte du Rhône. C’est ainsi que « parvenu dans le nord du val du Bourget en mars ou en avril, il [a] contemplé la vaste plaine liquide apportée par une crue du Rhône, comme il arrive souvent à cette époque de l’année, réunissant, sans solution de continuité, le marais de Chautagne au lac » (Pallière 1995 ; 2003 : 65). À cette époque, le niveau moyen du lac devait d’ailleurs être assez haut puisqu’il a sans doute poussé à l’abandon du site de Conjux installé proche de la berge (cf. 2.2.3.2.).

102Bien que succincte, la mention de « lacs celtes » par Apollonios de Rhodes et d’autres auteurs atteste que les lacs formaient dès une époque reculée une composante essentielle des paysages du domaine circumalpin. Quant aux témoignages quasiment contemporains d’Avénius et d’Ammien Marcelin, ils pourraient refléter une réalité hydrographique largement oubliée depuis la régulation récente du lac et des importants travaux d’endiguements du Rhône.

103Quant au nom que porte actuellement le lac, il est attesté à partir du début du XIVe siècle sous la forme de Lacus de Burgeto par emprunt à la localité de Burgeto (Le Bourget-du-Lac) située sur la rive sud du lac et où se trouvait un prieuré clunisien. Dans les sources antérieures des XIIe et XIIIe siècles, il apparaît sous la forme de laci de Castillione, par référence au hameau et au château de la seigneurie de Châtillon située à l’extrémité nord du lac (Gros 1935 : 74-75 et 117 ; Prieur 1989 : 28). Ces dénominations témoignent des luttes pour l’appropriation et le contrôle du lac à l’époque médiévale, mais ne permettent pas d’identifier le nom du lac pour les périodes plus anciennes.

2.3.2.2. Les circulations dans le bassin bourgetin

104Le bassin bourgetin est encadré par deux puissants chaînons orientés nord-sud qui constituent des difficultés pour les communications d’est en ouest dans l’Avant-Pays savoyard (Loup 1991 : 3). Ces deux chaînons devaient pourtant être traversés par les deux grandes voies transrégionales partant du carrefour d’Augustum (Aoste). Bien que mentionnés sur la table de Peutinger, le tracé de ces voies et la localisation des deux relais d’étapes après Aoste posent toujours quelques problèmes (fig. 58 et 60).

Fig. 60 - Le bassin bourgetin dans son environnement orohydrographique avec report du réseau viaire restitué et des agglomérations et stations routières antiques.

Fig. 60 - Le bassin bourgetin dans son environnement orohydrographique avec report du réseau viaire restitué et des agglomérations et stations routières antiques.

105Pour la voie menant à Genève, la localisation précise d’Etanna n’est pas assurée. Les propositions convergent pour reconnaître le bourg de Yenne ou le hameau d’Étain situé sur la même commune. Les données archéologiques à mettre en regard sont encore maigres (Rémy et al. 1996 : 212-214), mais les découvertes récentes apporteront sans doute de nouvelles données. Quant à la voie menant au Petit Saint-Bernard, elle passait au sud du lac. La reconnaissance de son tracé est loin d’être assurée et le débat sur l’attribution de la station de Labisco à Lépin-le-Lac ou bien aux Échelles n’est pas tranché (Prieur 1983 : 185-203 ; Barthélémy 1997 : 85-88 ; Bertrandy 2005 ; etc.). Un bilan documentaire, des relevés LiDAR et de nouvelles recherches de terrain en cours pourraient apporter de nouveaux éléments sur l’existence d’une voie et d’une occupation romaine significative dans l’environnement de Lépin-le-Lac (Nieloud-Muller 2019a ; Perruchon-Monge 2021 ; Nieloud-Muller, Perruchon-Monge 2021).

106Quoi qu’il en soit ces deux voies encadraient le lac du Bourget à ses extrémités nord et sud. Elles étaient liées par une voie transversale secondaire partant de Lemincum (Chambéry). Celle-ci joignait directement Etanna (Yenne ?) par le col du Chat où les vestiges d’un sanctuaire ont été reconnus (Lagier-Bruno, Pernon 1973 ; Rémy et al. 1996 : 139-140). Toujours au départ de Lemincum un autre axe a pu exister afin de rejoindre Condate (Seyssel) par Aquae (Aix-les-Bains) en passant par le col de la Chambotte, puis en longeant la rive gauche du Rhône.

107Le réseau hydrographique complétait et concurrençait ce réseau de voies terrestres. L’importance du Rhône a déjà été abordée, mais celle du Bourget ne l’a pas encore été. Il semble en effet que le lac ait été volontiers emprunté afin de doubler des itinéraires terrestres aventureux. D’une manière générale les lacs sont des espaces de circulation très fréquentés permettant des gains de temps considérables (Serralongue 2015 : 183) et le lac du Bourget était utilisé comme voie de transport et d’échange et il devait, à l’instar du Léman, avoir ses propres bateliers (Broise 1975 : 174). Cela est d’autant plus probable que seul le lac du Bourget est relié au Rhône — et par extension à la méditerranée — par une voie navigable continue. En effet, les émissaires qui assurent l’écoulement des eaux du lac d’Annecy et du lac d’Aiguebelette sont des torrents coupés de chutes, tandis que pour le Léman, la navigation était interrompue par les « pertes du Rhône » à hauteur de Bellegarde. Le Bourget avait encore une batellerie florissante au XIXe siècle, dont le déclin a été amorcé, comme partout ailleurs, par l’arrivée de la vapeur avant d’être à son tour quasiment éradiqué par le développement du chemin de fer (Izarra 1993 : 17).

108Le couloir du val du Bourget a également pu servir de voie de portage entre l’Isère et le Rhône, deux cours d’eau connus par des corporations de ratiarii (Prieur 1983 : 203 ; Berchem 1978 : 142-143). Il a été proposé que les Ratiarii superiores du Léman auraient pu s’occuper du trafic en amont des Pertes du Rhône, et se charger du portage entre Seyssel et Genève, ou bien sur le Haut-Rhône (ILN Vienne, 838). Les Ratiarii Voludnienses auraient quant à eux pu se charger du trafic sur une portion de l’Isère et prendre en charge le portage des marchandises à travers le bassin bourgetin (ILN Vienne, 520). La commune de Saint-Jean de la Porte où a été découverte cette inscription s’inscrit dans une longue série de toponymes antiques et modernes attachés à des lieux de rupture de charge et pourrait être le souvenir d’un ancien portus (Berchem 1978 : 143) ou bien d’un portorium, impôt en relation avec un droit de passage ou un droit de portage (Prieur 1983 : 203). La localisation et le toponyme de Portout au point de rencontre entre l’extrémité nord du lac du Bourget et l’entrée du canal de Savière pourraient témoigner également de l’existence d’un ancien portus (cf. 2.3.4.2).

  • 4 La durée du voyage entre Seyssel et Lyon via le Rhône a été évaluée à 14h (Dufournet 1968, p. 141, (...)

109Si l’emprunt des vallées et de son prolongement lacustre pouvait se comprendre pour le transport de marchandises et notamment de matières pondéreuses, il pouvait se justifier également pour le transport de personnes. Il n’existe pas d’attestations antiques du passage par le Bourget, mais les témoignages des voyageurs des époques médiévale et moderne assurent que l’on privilégiait souvent la voie du lac pour ensuite gagner le Rhône. Cela dispensait l’ascension de cols difficile d’accès et permettait de gagner Lyon plus rapidement (Bruchet 1908 : 15, 27, 95 et 203 ; Huart 1939). Ainsi, le pape Innocent IV se rendit, en novembre 1244, du Piémont à Lyon par la Maurienne et Chambéry, puis par le Rhône en empruntant le canal de Savières. Il ne faut pas douter que les circulations et les échanges étaient ainsi détournés par le lac, puis par le Rhône également à l’époque romaine. Pour les voyageurs arrivant depuis le nord, ils pouvaient également emprunter la voie navigable du Rhône depuis Seyssel vers le sud et Grenoble par le Bourget ou bien continuer vers Lyon par le Rhône (Berchem 1978 : 141 ; Dufournet 1993 : 12)4.

110Il faut enfin ajouter que plusieurs gisements lacustres antiques pourraient être destinés à faciliter les circulations de biens et de personnes dans l’environnement du lac. Il faut notamment citer le site PNLV 2 à Conjux situé au débouché de la Savière, ou bien le site de Saint-Germain-La-Chambotte (SGCC) situé juste avant le promontoire abrupt du Châtelard en contrebas des versants escarpés du Mont de Corsuet (Marguet 2002 : 123-124 ; cf. 1.1.4.3 et 1.1.5.1).

2.3.2.3. L’organisation administrative et le lac

111Si les divisions administratives locales en pagi sont connues en Savoie par différentes inscriptions, il est quasiment impossible d’en déterminer les limites précises. Michel Tarpin a bien mis en évidence que pour la partie orientale de la cité, seuls le Genevois et la région du lac du Bourget ne sont pas documentés (2002 : 101). Étant donné que les pagi recouvraient le plus fréquemment des terroirs naturels, la question est de savoir si le secteur du lac du Bourget était rattaché à un pagus indépendant ou bien s’il dépendait d’un pagus identifié. Il est à ce jour impossible d’y répondre. Il apparaît seulement que lors du morcellement de la cité de Vienne, suite à la réforme de Dioclétien, le lac a probablement été divisé en deux. Les territoires à l’est du lac auraient été rattachés à la cité de Genève tandis que le reste devait relever de la nouvelle cité de Grenoble (Rémy 1996 : 57 ; By et al. 2017 : 70-71, fig. 15). Pierre Broise voyait dans le nom du mont Landard et dans le lieu-dit « La Fin » au nord d’Aix-Les-Bains deux toponymes caractéristiques qui permettraient de tracer une limite transversale au milieu du lac (Broise 1974 : 36-42).

112En l’absence de données épigraphiques, il est difficile de restituer l’existence d’un pagus indépendant. Tout semble dépendre de l’importance que l’on peut reconnaître à Aquae, la seule agglomération antique proche du lac (fig. 60). Son statut de vicus est documenté par deux inscriptions mentionnant les Vicani Aquenses (ILN Vienne, 665 et 666), tandis que la richesse du corpus épigraphique préservé atteste d’un espace d’expression des élites. L’une d’elles atteste d’une organisation administrative locale constituée de dix représentants (decemlecti), de propriétaires terriens (possessores) et de patrons (patroni) (Rémy 2002 : 176-178). La parure monumentale encore visible témoigne de l’importance de cette agglomération, mais le débat reste ouvert sur son statut. D’après la nature des vestiges découverts et conservés, notamment des thermes, il semble que le vicus d’Aquae était avant tout une station thermale et un centre religieux (Rémy 2002 : 178). Il a été proposé qu’il pourrait correspondre à une agglomération double, présentant un espace sacré lié aux vertus curatives de ses eaux, associé à un bourg à caractère rural (Leveau et al. 2005-2006 : 100-101). L’ensemble aurait été organisé autour d’un espace thermal qui représentait une source importante de revenus, liée aux villégiatures de l’élite de la cité et à sa fréquentation par de nombreux curistes (Segard 2009 : 54-56). Il a également été proposé de reconnaître aux abords de l’espace thermal, un espace funéraire où se manifestait la puissance des notables viennois qui investissaient dans le vicus et dans le val du Bourget (Leveau 2007 : 285). Il serait alors composé de monumenta comme l’arc de Campanus, interprété en ce sens comme un arc funéraire daté du IIe siècle et du « temple de Diane » qui pourrait correspondre à un monument funéraire du type des « temples-tombeaux » dont la mode se développe au IIe siècle (Leveau et al. 2005-2006 : 88-93).

113Bien que proche de l’étendue d’eau, le centre monumental d’Aix se situe à plus d’un kilomètre de la rive du lac. C’est avant tout la présence de résurgences qui semble avoir présidé à l’implantation du site et dans une moindre mesure un éloignement de l’étendue d’eau pour se protéger de ses variations, ainsi que des crues répétées du Sierroz. Il faut noter une situation proche avec le site de Boutae qui a été implanté loin de la berge peut-être pour se protéger des variations et des crues du lac d’Annecy. Le port se trouvait quant à lui au bord du Thiou à l’exutoire du lac. À Aix-les-Bains, le port est traditionnellement placé au lieu-dit Puer. Les recherches subaquatiques menées au Grand Port n’ont malheureusement pas livré de vestiges antiques à l’exception toutefois d’un sesterce, peut-être de Gordien III (Marguet 1993 : 146).

114Quoi qu’il en soit du statut d’Aquae et de son rapport au lac, il apparaît que l’agglomération disposait d’un « véritable arrière-pays ». Les témoins les plus évocateurs sont les vestiges de villae de riches allobroges, véritables « gentlem[e]n farmer[s] » qui exploitaient les ressources agricoles des environs du vicus (Le Glay 1975 : 267 ; Rémy 1998 : 87-90). De même, les « rives du lac du Bourget étaient favorables au développement d’activités lucratives, commerciales ou artisanales » (Leveau et al. 2005 : 97-98). Les vestiges archéologiques identifiés tout autour du lac attestent une occupation particulièrement dense (fig. 61). Elle se justifiait par l’exploitation des ressources agropastorales, l’exploitation du milieu lacustre et de tous les avantages que permet le lac en termes d’échanges (Mermet 1996 : 61-65 ; Segard 2009 : 56 et 98 ; fig. 62, p. 99).

Fig. 61 - Carte d’occupation du sol dans l’environnement du lac du Bourget.

Fig. 61 - Carte d’occupation du sol dans l’environnement du lac du Bourget.

115On ne peut non plus oublier comme facteur déterminant l’avantage des microclimats et l’attrait des élites romaines pour les paysages lacustres (Brogiolo 1997 ; Lafon 2001 : 267-268 et 447-450 ; Segard 2009 : 98-99 ; Leveau 2011 : 430).

2.3.3. Les circulations dans la partie septentrionale du Bourget

116Il semble que la partie septentrionale du Bourget a été favorisée par son ouverture sur le Rhône et sans doute par le passage de la voie impériale Vienne/Genève. Pour ce secteur correspondant à l’environnement du site lacustre de Conjux seront abordées plus précisément la localisation potentielle de la voie impériale et les données concernant la voie d’eau de la Savière.

2.3.3.1. Le passage de la voie impériale

  • 5 Sans remettre en cause l’existence de cette voie, reconnue comme un « itinéraire bis », il a été pl (...)

117Le débat sur l’itinéraire de la voie impériale entre Etanna (Yenne ?) et Condate (Seyssel) se fonde sur plusieurs propositions (fig. 60 et 62). Pour ce trajet, on s’accorde généralement à reconnaître un passage empruntant la rive gauche du Rhône5. Si l’on admet que la station d’Etanna se rattache à Yenne, la voie devait passer par ce bourg routier et portuaire en bordure du Rhône avant de gagner Lucey. À partir de ce point, deux itinéraires sont proposés. Le premier, passe aux pieds des coteaux pour rejoindre Chanaz, puis les bords du Rhône jusqu’à Condate. Le second grimpe dans la dépression du mont Landard, par Saint-Pierre-de-Curtille pour gagner Conjux, Châtillon, puis Condate en contrebas du mont Clergeon.

Fig. 62 - Localisation restituée de la voie impériale dans le secteur septentrional du lac du Bourget (d’après Dufournet 1965).

Fig. 62 - Localisation restituée de la voie impériale dans le secteur septentrional du lac du Bourget (d’après Dufournet 1965).

118Paul Dufournet s’est longuement penché sur toutes les possibilités de ce tracé sans se limiter à une hypothèse en particulier (Dufournet 1965 : 56-63). Il admettait que « de Chanaz à Lucey, sur la rive gauche [du Rhône], la montagne bordait étroitement le fleuve sans laisser place à une voie latérale » (Dufournet 1973 : 71). Le verrou de la côte du Rhône ne laissait guère de place pour le passage d’une voie et cet obstacle n’a été franchi qu’au milieu du XIXe siècle (Beguet et al. 2004 : 9 ; fig. 63 et 65). Il concluait donc que la voie antique ne pouvait se trouver que sur le plateau dominant du Mont Landard (Dufournet 1973 : 71). Après avoir traversé le mont, pour se rendre à Châtillon depuis Conjux, deux itinéraires possibles ont été envisagés. Le premier, terrestre, redescendait vers Portout, puis traversait le marais, les premières hauteurs de Châtillon, suivi d’un nouveau passage en zone marécageuse afin d’atteindre la route en contrebas de mont Clergeon et où se trouvait une possible voie grimpant à Saint-Pierre-de-Curtille et se dirigeant vers Albinum et Aquae (fig. 60 et 61). Le second itinéraire consistait à traverser le lac en ligne droite à l’aide d’une embarcation.

Fig. 63 - « Route de Vions à Culoz – Le Rhône » (Photographie Grimal, Chambéry, 2636, avant 1929). Ce cliché donne une idée des difficultés de circulation aux abords du Rhône dans ce secteur.

Fig. 63 - « Route de Vions à Culoz – Le Rhône » (Photographie Grimal, Chambéry, 2636, avant 1929). Ce cliché donne une idée des difficultés de circulation aux abords du Rhône dans ce secteur.

119La présence de marécages était un écueil que l’on pourrait penser majeur pour l’implantation d’une voie, or, différents exemples montrent que cet obstacle pouvait être franchi malgré tout. Dès la protohistoire, les voies pouvaient être installées en milieu semi-humide (Pétrequin 1984 : 296) et à la période romaine, les ingénieurs contournent les vastes marécages pour épargner les remblais coûteux, mais lorsque cela s’avérait nécessaire de faire traverser une voie dans une région inondable on n’hésitait pas à recourir à d’importants travaux (Chevallier 1964 : 13). Or, la voie entre Vienne et Genève était un itinéraire majeur puisqu’elle reliait les deux villes les plus importantes de la cité. Outre cet aspect, cet itinéraire terrestre retenu comme le plus probable est celui dont les tronçons en zone marécageuse sont les plus courts. Bien qu’il nécessite l’ascension du mont Landard, il a l’avantage de ne pas nécessiter de franchissements du Rhône, de mettre la voie à l’abri des fréquentes crues du fleuve et d’éviter de trop longs tronçons dans les secteurs fréquemment détrempés.

120D’un point de vue archéologique, la répartition des découvertes archéologiques réalisées à Lucey, au lieu-dit La Côte à Saint-Pierre-de-Curtille, ainsi qu’à Conjux et au hameau de Portout, atteste de la présence d’occupations romaines sur cet itinéraire (Rémy et al. 1996, 137-139, 149-150 ; 152—153 et 176-177). De plus, une voie immergée a été identifiée dans les eaux du lac (cf. 2.2.3.2.). Raymond Castel rapporte que « certains pêcheurs de la baie de Conjux nous ont signalé à plusieurs reprises qu’ils pouvaient voir nettement dans l’eau, quand les eaux étaient favorables, une sorte d’alignement de « dalles » ou de pierres « comme s’il y avait une voie ancienne », devant la plage actuelle de Conjux et passant dans le site étudié de Conjux 4 pour se diriger vers Portout, au nord » (Castel 2004 : 109). À la suite d’observations de terrain, il ajoutait qu’« il y a effectivement trace d’un chemin ou d’un passage à travers les roseaux qui bordent le lac, entre Conjux et Portout : sol damé, pierres disposées comme pour constituer une murette, ou un dallage, etc. » puis termine en précisant que l’examen n’a pas été poursuivi en raison de restriction d’autorisations et de moyens financiers réduits (Castel 1975, n. p.). Daniel Rattaire signale également, d’après les travaux du Groupe de recherches archéologiques lacustres de Villeurbanne, un « dallage de plusieurs mètres à environ 1,8 m de profondeur » (Dumont 1997 : 44).

121Paul Dufournet faisait de Chanaz « un port de tous les temps, au débouché du canal de Savière, commandant presque toute la navigation sur le lac du Bourget » (Dufournet 1973 : 71). Toutefois aucune découverte antique significative n’a été faite dans le bourg (Rémy, et al. 1996 : 137-139). L’observation du parcellaire de Chanaz montre à quel point les rives du fleuve ont été bouleversées par les travaux de la Compagnie Nationale du Rhône. Si le village eut une vocation portuaire à la période romaine, il est aujourd’hui vain d’en rechercher les traces. Il existait peut-être une voie longeant la Savière entre Conjux à Chanaz (Dufournet 1965 : 59), dont la continuité offrait un passage sur le Rhône vers le marais de Lavours qui est dominé par le molard éponyme (Dufournet 1973 : 71) et où des vestiges de la période romaine ont d’ailleurs été découverts.

122Un peu plus au nord, à Vions, une anomalie longitudinale pouvant correspondre à une portion de voie a été reconnue en 1925 dans une peupleraie. Dallé selon les dires locaux, et baptisé « voie romaine » par ses inventeurs (Dufournet 1965 : 58), ce tronçon a fait l’objet d’un repérage aérien et d’un contrôle au sol (Pernon 1978 : 47 ; fig. 64). Enfouie près de 2 mètres en dessous du niveau du marais (Magny 1990 : 27), elle se trouve à la même altitude que l’établissement portuaire reconnu à 2,5 km en aval de Condate. Il s’agit d’une bande large de 8 mètres, mise en évidence sur 65 mètres et bordée de fossés, qu’il « reste [encore] à vérifier par sondages » (Pernon 1978 : 47) et qui pourrait bien correspondre à un niveau de circulation antique (Jacques Pernon, communication personnelle).

Fig. 64 - Photographie aérienne de l’anomalie longitudinale observée dans la peupleraie du marais de Chautagne (lieu-dit Au Rubilla, parcelle n° 377 ; cliché réalisé le 3 mai 1978 à 11h30 par un pilote de l’ancienne base militaire du Bourget).

Fig. 64 - Photographie aérienne de l’anomalie longitudinale observée dans la peupleraie du marais de Chautagne (lieu-dit Au Rubilla, parcelle n° 377 ; cliché réalisé le 3 mai 1978 à 11h30 par un pilote de l’ancienne base militaire du Bourget).

123Quoi qu’il en soit, ces deux potentiels tronçons de voies restent non datés et doivent, dans l’attente de sondages d’évaluation, être considérés avec prudence. Malgré tout, l’orientation de l’anomalie de Vions, pointant vers Portout, permet de proposer un autre itinéraire probable. Il est en effet possible que ces indices de portions de voies, reconnues comme dallées, aient pu faire l’objet d’un seul et même tracé à l’époque où le marais de Chautagne était favorable à leur implantation. Des recherches sont en cours afin de tenter de caractériser et de dater ces aménagements par l’identification de vestiges tangibles.

124Le passage de la voie impériale dans la partie nord du lac imposait nécessairement la traversée de la Savière. Le franchissement de ce cours d’eau ne présentait pas les mêmes difficultés que celui du Rhône et devait vraisemblablement se faire à hauteur de Portout.

2.3.3.2. La Savière. Trait d’union entre le lac du Bourget et le Rhône

125Bien que modeste par sa taille, la Savière apparaît comme un cours d’eau majeur en tant que voie navigable facilitant les circulations et les échanges entre le bassin bourgetin et le bassin rhodanien (fig. 35-40, 51 et 52, 60-62). Avant de traiter des découvertes archéologiques faites à ses abords, il semble utile de revenir sur les documents d’archives et les traditions légendaires, sur la question de ses origines et de son aménagement.

Sources historiques, cartographiques et récits légendaires

126La Savière est nommée dans différents documents d’archives (Perroud 1922). La plus ancienne dénomination remonte à la fin du Xe siècle en tant qu’aqua que vocatur Saveria. D’autres suivent sous la forme d’aqua Saveria (1025), d’usque ad lacum et usque Saveriam (1209), de Burgeto per lacum et Saveriam (1297), etc. Dans un document de 1391 elle est qualifiée d’émissaire du lac du Bourget : in introitu Saverie exeuntis de lacu Burgeti (Pernon 1978 : 46). Elle apparaît sous la forme fluvius Savir dans le Description de la Savoie d’Alphonse Delbène (Dufour 1860 : 31 ; Prieur 1989 : 26).

127Nombreux sont les textes médiévaux attestant que la Savière constituait une limite territoriale et qu’elle était l’objet d’un droit de péage en raison des marchandises qui y transitaient. Les cartes anciennes témoignent également de son importance (fig. 65). Le réseau hydrographique est marqué par la présence systématique du Rhône et de ses multiples îles. Le Bourget apparaît le plus souvent et toujours accompagné de la Savière. Les vastes zones marécageuses sont davantage marquées sur les cartes les plus récentes. À différentes échelles, le Rhône et la Savière marquent des limites territoriales qui évoluent en fonction des époques. Pour le nord du lac, les localités les plus fréquemment signalées sont Châtillon, qui avait autrefois donné son nom au lac (cf. 2.3.2.1), Chanaz en bordure du Rhône et en position frontalière, ainsi que le Molard de Vions où se trouvait un prieuré de chanoines réguliers de Saint-Agustin transformé en commanderie (Masse 1912 : 437-462). Outre Conjux, les lieux-dits de Portout et du Port du Loup où il était possible de franchir la Savière sont également signalés (cf. 2.3.4.2).

Fig. 65 - Extraits de cartes anciennes (ADS 73)

Fig. 65 - Extraits de cartes anciennes (ADS 73)

a – Description du duché de Savoie, copie en italien de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Paolo de Forlani, Venise, 1562).
b – Savoie et Bourgogne, réduction de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Abraham Ortelius, Anvers, 1570).
c – Duché de La Savoie (Jodocus Hondius, Amsterdam, 1630).
d – La Savoye divisée en ses grandes parties (Pierre du Val, Paris, 1677).
e – Les duchés de Savoye, de Genevois, de Chablais… (Hubert Jaillot, Paris, 1699).
f – Carte générale de la France, dite « Carte de Cassini », n° 118, feuille 63 (César-François Cassini, Paris 1759-1762).
g – Sans titre (Andrew Dury, St Martin’s-Lane, Londres, 1765).
h – Atlas National de France, n° 85. Départements du Mont-Blanc et du Léman (Chanlaire, Dumez, Paris, 1806)
i – Carte de la France, dite carte d’État-Major. Section de Chambéry, partie sud-est (Dépôt de la Guerre, 1866).
j – Carte de la France dressée par ordre du ministère de l’intérieur. Arrondissement de Chambéry (Hachette, Paris, 1907).

Les origines légendaires de la Savière

Il ressort de certaines légendes que ce sont les fées qui auraient creusé la Savière (Joisten 2009 : 501). Le recours au thème des « fées constructrices » est particulièrement courant pour justifier de la présence de sites naturels remarquables ou d’aménagements anciens, voire de vestiges archéologiques. C’est le cas de la station lacustre du Roselet à Duingt au lac d’Annecy qui était reconnu alors, dans les traditions populaires locales, comme les vestiges d’un pont inachevé construit par des fées (Nieloud-Muller 2021 : 72).
Une autre légende rapporte qu’une châtelaine du château de Châtillon refusait les propositions des seigneurs des alentours, mais s’était éprise d’un insensible damoiseau du Bugey. Pour aller à sa rencontre rapidement en échappant à la surveillance de son père, elle creusa elle-même le canal et seulement en quelques jours avec l’aide de sa femme de chambre. L’eau du lac qui « éprouvait un vif désir de se joindre au plus tôt à celle du Rhône » contribua au succès de l’opération. Le canal finit par réunir les deux ondes et en même temps rapprocha les amoureux. Le gentilhomme du Bugey finit par succomber face à cette immense preuve d’amour et le père de la châtelaine en tira bénéfice en instaurant un droit de péage sur le canal (Dessaix 1875 : 271-274 ; Mozzani 2014 : 1221). Il existe quelques variantes de cette légende comme celle rapportée en 1929 par Arnold van Gennep. Une « princesse de Lavaur (Lavours en Bugey) l’aurait fait faire pour communiquer avec son amant, qui habitait Chambéry » (cité dans Joisten 2009 : 501). D’autres rapportent qu’il aurait été aménagé « sur les ordres et pour la distraction d’une demoiselle de Savière envoyée par la Cour d’Italie où elle était trop peu sage, au château de Lavours (en face de Chanaz) dans l’Ain » ou bien « un riche seigneur du Bugey l’aurait fait creuser ou approfondir pour se rendre par voie d’eau à un château riverain du lac du Bourget où il faisait de fréquentes visites » (Brocard et al. 1984 : 360). Une dernière légende attribue à Yolande de France, Régente en 1470, l’idée d’un canal navigable reliant le Bourget au Rhône, mais des comptes de péage antérieurs de deux siècles invalident cette hypothèse (Brocard et al. 1984 : 360).
Bien que nous n’en ayons pas la trace, d’autres récits légendaires, formés à partir de l’observation des caractéristiques naturelles du cours d’eau, ont pu également exister dans l’Antiquité.

128Ces sources n’indiquent pas qu’il s’agit d’un cours d’eau aménagé par l’homme. L’idée de la « construction » d’un canal apparaît toutefois dans les différentes légendes concernant la voie d’eau (encart : Les origines légendaires de la Savière). Bien que ces récits relèvent de traditions « populaires » recueillies à l’époque contemporaine, ils traduisent l’idée que le cours d’eau est en partie artificiel. Il a dû être en partie aménagé, du moins stabilisé, endigué, ou dragué, et ce bien avant le surcreusement et les travaux du XIXe siècle pour les besoins de la navigation à vapeur (Brocard et al. 1984 : 360). Bien que les lieux et les personnages soient interchangeables dans les récits, ils se fondent quasiment tous sur l’idée d’une voie de communication entre le lac et ses abords et les contrées situées au-delà du Rhône. Quant au terme actuel de « canal », il peut tout à la fois s’expliquer par l’idée d’une voie d’eau aménagée par l’homme, que par l’idée d’un cours d’eau reliant deux bassins hydrographiques différents, impression renforcée par l’observation de l’inversion de son écoulement (cf. 2.1.5.).

Données archéologiques et évolution du tracé

129Quoi qu’il en soit de ces légendes, les données historiques attestent que dès la fin du Xe siècle une voie d’eau portant le nom de Saveria existait. Pour aller plus loin et questionner son antériorité, il est possible de mobiliser les données archéologiques et toponymiques.

130Il a été estimé que le chenal aurait été « inauguré » avec certitude au moins à l’âge du Bronze final (Pallière 2003 : 229-230), mais Christine et Jacques Pernon (1990 : 21), rappellent, avec raison, que pour les périodes les plus anciennes « l’existence d’un chenal aménagé ou d’une régulation quelconque reste pour l’instant indémontrée ». Les opérations menées sur le site de Portout au bord de la Savière ont permis de recueillir un certain nombre d’informations sur l’existence de l’exutoire (Pernon, Pernon 1990 : 20-22 ; Pernon 2004 : 229). Un élément en bois daté du Néolithique final a été découvert sur le site, mais il s’agit très vraisemblablement d’un bois flotté. À l’inverse une couche de débris organiques contenant un madrier daté du VIIe siècle av. J.-C. et de la céramique contemporaine ont été identifiés. Ils attestent que le cours d’eau existait dès la période protohistorique et qu’il drainait déjà le marais de Chautagne. Enfin, la présence d’une officine de potier témoigne de la présence de la voie d’eau au Bas-Empire.

131Le profil et le degré d’anthropisation du cours d’eau restent encore indéterminés. Quant à son tracé, il a pu varier de nombreuses fois jusqu’à la fixation de son contour suite à son endiguement récent. L’observation de cartes anciennes n’apporte pas d’éléments significatifs et l’examen du cadastre actuel laisse simplement apparaître quelques méandres fossiles (Nieloud-Muller 2010 : 11 et fig. 16 à 19 : 88-89). Raymond Castel a émis l’hypothèse d’un lit antique de la Savière rejoignant le lac par le lieu-dit Pré-Nuaz (fig. 66). Toutefois, lors d’un récent sondage effectué à Portout, l’absence de mollusques dans le comblement ne va pas dans le sens d’un méandre fossile (Pernon 2002, n. p.). De plus, les couches épaisses de « craie lacustre » repérées entre les niveaux néolithiques et de la période romaine observées sur le site de Conjux 4 semblent indiquer que le site se trouvait hors de portée des alluvionnements du Rhône (Magny, Richard 1985 : 257). Le canal devait probablement évoluer plus à l’est, mais seules des recherches sédimentologiques plus approfondies pourraient répondre à cette question.

Fig. 66 - Proposition d’évolution de l’embouchure de la Savière.

Fig. 66 - Proposition d’évolution de l’embouchure de la Savière.

L’apport de l’hydronymie

132En second lieu, les recherches toponymiques semblent témoigner d’une origine très ancienne de la voie d’eau. Pour Adolphe Gros le toponyme serait « certainement un nom de lieu tiré du nom d’homme Saverius ou Savarius » signalé dans certains documents du XIIe au XIVe siècle (Gros 1935 : 443). Charles Marteaux le fait dériver du celtique Savaria, formé du préfixe de Sava avec le suffixe — arios, — aria. Il envisage aussi une origine latine formée de la racine sap, renvoyant à « une idée de saveur d’un liquide qui a de l’odeur », et associée au suffixe — aria (Marteaux 1943 : 232). Soulignant une double étymologie liée aux notions d’odeur et de tranquillité, Jacques Pernon reconnaît que l’une et l’autre de ces notations conviennent bien à une rivière s’écoulant à travers un marais (Pernon 1978 : 47). D’autres retiennent l’idée de force d’après les analogies avec des termes relevant de l’armement, ou bien l’idée de creux, voire de sève dans le sens de fluide qui fait croître (Riquet 1982 : 4-6).

  • 6 Exemple de rivus Saverius petite rivière dans l’Oisans (Isère).
  • 7 Exemples de la commune de Savières (Aube) qui se trouve le long d’anciens méandres de la Seine (Den (...)

133Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un hydronyme assez répandu dont il existe d’autres occurrences dans le domaine savoyard (Marteaux 1943 : 232)6, en France (Gros 1935 : 443)7 et dans le reste de l’Europe (Riquet 1982 : 4-6). Il s’agit le plus souvent d’hydronymes tirés de la racine de sav— sur lequel auraient été formés les Save, Sèvre et Séveraisse (Brunet 2016 : 273).

134Charles Marteaux (1943) avait déjà mis en évidence l’ancienneté des hydronymes en Savoie et il est désormais admis que ceux remontant au gaulois sont très nombreux dans la région alpine (Germi, Bessat 2004 : 110). Des exemples antiques permettent de reconnaître l’ancienneté d’un ancien radical sav(o)- ou sav(a) — dans certains hydronymes. Selon Raymond Riquet, les hydronymes issus de cet ancien radical sont assez fréquents et certains pourraient même remonter à la fin de l’âge du Bronze (Riquet 1982 : 6). Ces hydronymes sont d’ailleurs tellement répandus qu’ils ont fait l’objet d’études spécifiques (fig. 67). Leur origine a été attribuée à une classe de langue ancienne remontant à une racine indo-européenne et comme exemple très significatif d’une « hydronymie paléoeuropéenne » (Udolph 2003 ; Udolph, Bodé 2010 : 99-101).

Fig. 67 - Le nom de la Save et ses équivalents en Europe (d’après Udolph, Bodé, 2010, Carte 3, p. 100).

Fig. 67 - Le nom de la Save et ses équivalents en Europe (d’après Udolph, Bodé, 2010, Carte 3, p. 100).

135Pour l’Antiquité, ils peuvent être mis en relation avec l’actuelle Save, affluent du Danube qui est cité notamment par Strabon (Géographie, IV, 6, 10 et VII, 5, 2) et par Pline (Histoire naturelle, III, 147) qui mentionne également la Savonne, fleuve de Campanie (Histoire naturelle, III, 61). Il faut enfin mentionner Savus, divinité fluviale mentionnée dans plusieurs sources antiques (cf. 4.6.3.).

2.3.4. Les occupations antiques du secteur nord du lac

136L’importance du secteur nord du lac peut également se déduire de l’ensemble des occupations présentes, et ce dès le Néolithique et l’âge du Bronze, comme en témoignent les grandes stations lacustres identifiées (Marguet 2004a ; Treffort 2015). La période romaine est également bien documentée par différentes données. Les analyses palynologiques réalisées dans le secteur attestent que dans l’Antiquité les limites de la « forêt lointaine » ont été repoussées et que l’espace défriché s’est considérablement agrandi. L’extension des cultures et des prairies indique un peuplement important et une exploitation des terroirs organisée et soutenue (Magny-Richard 1985 : 275-276 ; Richard 1990 : 31). Les nombreux vestiges archéologiques attestent également d’une occupation relativement dense de ce secteur à la période romaine (fig. 68). Il est parfois possible de mettre en relation ces sites avec les évènements qui ont marqué le peuple des Allobroges.

Fig. 68 - Occupation du sol et découvertes archéologiques dans la partie septentrionale du lac du Bourget.

Fig. 68 - Occupation du sol et découvertes archéologiques dans la partie septentrionale du lac du Bourget.

2.3.4.1. Le rocher de Châtillon et la surveillance du lac

137À l’est tout d’abord, la baie de Châtillon, abritée des vents, disposait d’un accès aisé au lac et offrait des conditions favorables aux implantations humaines (fig. 69). Le Rocher de Châtillon constituait un poste d’observation privilégié sur une partie du marais de Chautagne, mais également sur le lac qui est visible dans toute sa longueur depuis ce point. Il a pu dès l’Antiquité faire l’objet d’un aménagement destiné au contrôle des flux entre le bassin bourgetin et le Rhône. Ainsi pourrait s’expliquer l’étymologie de Châtillon, qui peut dériver de castellum ou de castrum (Brunet 2016 : 31). Sur le massif rocheux, des sépultures contenant des céramiques antiques ont été découvertes dans la deuxième moitié du XIXe siècle (Rémy et al. 1996 : 149).

Fig. 69 - Châtillon sur la Mappe sarde de 1728. Chindrieux, extrait de la vue 4, mappe n° 198, copie de 1732 (C 2616).

Fig. 69 - Châtillon sur la Mappe sarde de 1728. Chindrieux, extrait de la vue 4, mappe n° 198, copie de 1732 (C 2616).

138En contrebas, dans les eaux du lac, à une vingtaine de mètres du rocher, se trouvent 134 pieux de chêne alignés sur une longueur de 78 m (fig. 70). Il s’agit du site de Châtillon Port 1 (Châtillon II) dont les phases d’abattage reconnues permettent de dater l’ouvrage des années 286/287 ap. J.-C. (Pallière 1995 ; Castel 2004 : 143). Il pourrait s’agir d’une installation portuaire en lien avec l’occupation présente sur le rocher et il est tentant d’y reconnaître un aménagement en lien avec la redéfinition territoriale de Dioclétien (Nieloud-Muller 2019c : 78-79 ; Nieloud-Muller, Marguet, à paraître).

Fig. 70 - Plan du site de Châtillon Port 1 ou Châtillon II, commune de Chindrieux (d’après Castel 2004, p. 142), avec report des datations dendrochronologiques.

Fig. 70 - Plan du site de Châtillon Port 1 ou Châtillon II, commune de Chindrieux (d’après Castel 2004, p. 142), avec report des datations dendrochronologiques.

139Plus à l’est, dans la baie, Laurent Rabut (1864, 1869) rapporte la découverte d’une céramique gallo-romaine de type allobroge signée Severinus. Il cite aussi un tumulus contenant divers objets et des céramiques romaines à proximité de la station lacustre du Bronze final du lieu-dit Les Rosières et présume qu’il s’agissait là d’un habitat antique (Castel 2004 : 145). Les prospections menées en 1995 n’ont pas permis d’identifier de structure, mais la découverte de monnaies contemporaines des phases d’abattage des pieux du site de Châtillon-Port indique une très probable occupation du Bas-Empire dans ce secteur (Castel 2004 : 146). À noter également la présence de vestiges gallo-romains « à proximité du Pont-Noir de chemin de fer » sans autres précisions (Dumont 1997 : 44).

2.3.4.2. Portout. Un portus ou portorium au nord du lac

140À l’ouest d’une zone marécageuse se trouvent le hameau de Portout et le village de Conjux (fig. 51, 52, 65, 68 et 71). Dans ce secteur les implantations ont été favorisées par un climat très clément. Il est en effet régulièrement balayé par le vent d’est en toute saison, ainsi que par la bise en hiver, tout en étant relativement abrité et peu soumis à des flux violents, même en cas d’orage (Pernon, Pernon 1990 : 19). Le hameau n’est pas attesté dans les textes médiévaux (Pernon, Pernon 1990 : 22 et Gros 1935 : 369), mais de nombreuses hypothèses ont été formulées quant à l’origine du toponyme. Il pourrait s’agir de la variante d’une forme plus ancienne prenant le sens de port (Gros 1935 : 369) et « l’origine du nom de Portout, portus, était pleinement justifiée par sa triple acception de port, de passage et d’entrepôt » (Castel 1994 : 57-58). Plus nuancés, Christine et Jacques Pernon (1990 : 22) estiment que le lieu-dit Portout « peut s’expliquer comme dérivé de port au sens de point d’embarquement, mais le sens de pont ou de passage serait également acceptable ». Comme pour le point de rupture de charge de Saint-Jean-de-la-Porte, il pourrait témoigner d’un ancien portorium. Le mot qui désigne « un droit de passage (portus), un impôt de transport sur la circulation des marchandises, recouvre non seulement la notion de douane (taxe à la frontière), mais aussi celles d’octroi (à l’entrée d’une ville) et de péage (de voie ou de pont) » (Chevallier 1997 : 279). La position de Portout ne rend pas improbable l’hypothèse d’un péage. Perçu aux points de passages obligés et en lien étroit avec le réseau de communication, il aurait pu s’agir de prélèvements sur la voie Vienne-Genève au moment de son franchissement sur la Savière, par un pont ou un bac, ou bien de prélèvements effectués sur les marchandises transitant du lac du Bourget vers le Rhône par la voie d’eau.

Fig. 71 - Cliché ancien de Conjux avec au loin la baie de Portout.

Fig. 71 - Cliché ancien de Conjux avec au loin la baie de Portout.

141Outre ces insolubles questions toponymiques, l’ancienneté du lieu est attestée par la présence de vestiges archéologiques significatifs. En 1974 une officine de potier a été identifiée à Portout au bord de la Savière. Elle a été fouillée entre 1976 et 1987 sous la direction de Jacques Pernon, avec l’assistance de Daniel Rataire et du C.N.R.A.S. pour ce qui relevait de la partie subaquatique. L’atelier a dû fonctionner de la fin du IVe au premier quart du Ve siècle et produisait en quantité industrielle des céramiques à revêtements argileux. La facture ancienne de quelques céramiques n’exclut pas l’hypothèse d’un premier stade d’exploitation antérieur (Pernon 2004 : 229-231). Différents éléments matériels, associés entre autres à des éléments de construction (tubuli, fragments de marbre, etc.), à de la céramique sigillée des ateliers de Moselle et à des amphores vinaires, permettant d’envisager la présence d’une villa à proximité de l’officine (Pernon et Pernon 1990 : 87-89 ; Rémy et al. 1996 : 138-139). L’identification d’émissions monétaires des trois premiers siècles de notre ère (Jacquin 1990 : 94-95) et l’existence d’un matériel « résiduel » témoignent d’une occupation plus ancienne (Pernon et Pernon 1990 : 87-89). Il s’agit entre autres d’une garniture d’étui en bronze ajouré, signé AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANVS, issu d’un atelier de Baden dans le canton d’Argovie (Suisse), daté de la deuxième moitié du IIe siècle, d’une statuette du dieu Mercure datant probablement du IIe ou IIIe siècle, d’une intaille. (fig. 72). Il est à noter également dans la phase II la présence d’un pieu (n° III) daté de 160 ap. J.-C. par une datation radiocarbone corrigée par un examen dendrochronologique (CRG-129 : 1850 ± 64 ans BP). Le décalage de ce pieu par rapport à l’ensemble de la structure, sa très mauvaise conservation invite à l’interpréter comme le témoin d’une occupation antérieure (Pernon et Pernon 1990 : 72-73 ; fig. 25, 27 et 46).

Fig. 72 - « Matériel résiduel » de Portout. Garniture d’étui en Bronze ajouré, signé AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANUS F(ecit)

Fig. 72 - « Matériel résiduel » de Portout. Garniture d’étui en Bronze ajouré, signé AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANUS F(ecit)

(a), statuette de Mercure en bronze plein
(b) et intaille en pâte de verre bleu représentant Dionysos ou Bonus Eventus
(c) (Pernon et Pernon 1990, fig. 39, 39bis et 40, p. 88, fig. 41, p. 89).

142Enfin, bien qu’il soit situé sur l’emprise de la commune de Conjux d’autres vestiges témoignent d’une occupation sans doute contemporaine de l’atelier de Portout. Il s’agit de traces d’aménagements associées à des restes céramiques et de tegulae (Pernon 1997 : 4-5).

2.3.4.3. Les occupations antiques de Conjux

143Outre les traces d’une éventuelle voie antique immergée, d’autres vestiges ont été découverts dans l’environnement de la commune de Conjux plus au sud. En 1965, à hauteur du lieu-dit La Châtière, Raymond Castel a identifié une deuxième officine de potier entièrement recouverte par les dépôts vasards du lac (site de Conjux 4). Cette découverte pourrait correspondre à « l’ouvrage assez important », reconnu par L. Rabut en 1864 (Rémy et al. 1996 : 152). Ayant fonctionné entre la seconde moitié du IIIe et la première moitié du IVe siècle (Pernon et Pernon 1990 : 66 ; Castel 2004 : 102-113), cet atelier est contemporain de la structure et des monnaies trouvées dans la baie de Châtillon. Il semble avoir été abandonné au profit de l’officine de Portout, vraisemblablement suite à une remontée du niveau des eaux du lac. Ces « officines du lac » situées dans l’anse nord-ouest du Bourget sont considérées comme complémentaires dans leurs productions (Pernon et Pernon 1990 : 11-13).

144Dans la chapelle de la commune, lors de la démolition du maître-autel en 1945, ont été mis au jour un autel funéraire et un autel métroaque (Rémy et al. 1996 : 152-153 ; fig. 73). Robert Turcan date ce dernier de la fin du IIe siècle (1981 : 60). D’autres vestiges non localisés ont été signalés à Conjux, des pierres tombales ou encore des « débris de mosaïques retrouvés dans les champs par des habitants » (Castel 2004 : 109).

Fig. 73 - Autel métroaque de Conjux.

Fig. 73 - Autel métroaque de Conjux.

2.3.4.4. Les occupations lacustres de Pré-Nuaz/La Vacherie

145Enfin, dans les eaux du lac au large de Portout, non loin de l’embouchure du canal de la Savière, ont été découverts trois gisements archéologiques (fig. 68 et 74). Ces derniers ont été tour à tour dénommés d’après l’acronyme des deux lieux-dits présents sur la berge, Pré-Nuaz et La Vacherie, suivi d’un numéro de gisements (cf. 1.1.5). Ils sont ici présentés en suivant un ordre chronologique.

Fig. 74 - Emprise des sites PNLV dans la baie de Conjux avec report des courbes bathymétriques.

Fig. 74 - Emprise des sites PNLV dans la baie de Conjux avec report des courbes bathymétriques.

146Les analyses dendrochronologiques du gisement PNLV 2 permettent de dater l’ouvrage de la fin du IIe siècle av. J.-C. (fig. 75). Les phases d’abattage s’échelonnent entre 112 et 111/110 av. J.-C. (Archéolabs 9001CLV) tandis que d’autres remontent à la fin de l’âge du Bronze. Une partie du matériel recueilli aux abords des bois est en accord avec une datation remontant à la période romaine et certains éléments indiquent une utilisation sans doute prolongée de l’ouvrage. Les alignements de pieux massifs, clairement perceptibles sur une longueur globale de 70 m, correspondent à un aménagement en relation avec une activité de batellerie (Marguet 2002 : 124 ; Gassani 2004). La construction de cette structure au lendemain de la conquête de la Transalpine mérite d’être soulignée, d’autant plus qu’elle est sensiblement contemporaine des premières installations portuaires de Genève (Bonnet et al. 1989 : 4-9). La mise en œuvre de structures importantes à l’exutoire de deux grands lacs des nouveaux territoires conquis relève assurément d’une volonté de maîtrise de ces points de passage stratégiques (Nieloud-Muller 2019c : 78-81 ; Nieloud-Muller, Marguet, à paraître).

Fig. 75 - Plan du site de Pré-Nuaz, La Vacherie, site n° 2

Fig. 75 - Plan du site de Pré-Nuaz, La Vacherie, site n° 2

(d’après Gassani 2004), avec report des datations dendrochronologiques (c. = circa).

147À 50 mètres au sud de cet appontement se trouve le site PNLV 1 qui a fait l’objet des recherches présentées dans le cadre de cet ouvrage. Il s’agit d’un site dont la chronologie couvre principalement le IIe siècle ap. J.-C., mais également tout le IIIe siècle jusqu’au tout début du IVe siècle (Marguet 2002 : 123 ; Nieloud-Muller 2008). Quelques pieux isolés ont été reconnus à une dizaine de mètres à l’est. Ils se trouvent dans l’axe du site PNLV 2.

148Enfin, à une dizaine de mètres au nord du site PNLV 2 se trouve le site PNLV 3. Il est daté de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge par une analyse radiocarbone (1370 ± 40 BP, 575-765 cal AD). Ce gisement se caractérise par une multitude de pieux formant de vagues alignements sensiblement parallèles au rivage actuel. Il est interprété comme une ancienne protection de la berge (Marguet 2002 : 124 ; Gassani 2004). La poursuite de la topographie des pieux permettrait de préciser l’emprise du site et éventuellement de tenter d’individualiser spatialement différents ensembles. Il serait également judicieux d’effectuer quelques dévasages pour en préciser la période d’installation et d’utilisation, mais également pour affiner la compréhension de sa fonction.

149Une part de cet aménagement de berge était constituée de pieux de l’âge du Bronze. En raison de leur position altimétrique sur la beine et de leur appartenance à un même programme, il s’agit probablement de bois réemployés vraisemblablement prélevés sur les stations lacustres contemporaines situées dans la partie septentrionale du lac. Il en est de même pour le site de Châtillon Port 1 (Châtillon II) où deux pieux de l’âge du Bronze se trouvaient entre l’alignement de pieux de la fin du IIIe siècle et la falaise. Quant au gisement PNLV 2, les bois de l’âge du Bronze se trouvent les plus proches de la rive. Il serait loisible de conclure qu’un aménagement remontant à cette époque a été complété à la fin du second siècle avant notre ère. Toutefois, l’ensemble forme une structure homogène et il y a tout lieu de penser qu’elle réponde à un seul et même programme. De plus, la position altimétrique de l’ensemble va dans le sens d’une structure plus récente. Il s’agit très certainement de bois de récupération (cf. 2.2.3.1).

2.4. Conclusion

150L’avant-pays savoyard se caractérise par la présence de chaînons jurassiens qui forment des obstacles pour les circulations. La percée effectuée par le glacier du Rhône a créé une ouverture transversale faisant du carrefour structural de Culoz un nœud important pour les communications entre le val du Bourget et le Haut-Rhône, et plus largement entre le plateau suisse, les cols alpins et la vallée du Rhône.

151Dans ce secteur s’étend un très vaste marais (palus Accion ?), traversé tant bien que mal par le fleuve. Le lac se déversait dans le Rhône par l’intermédiaire de la Savière, son exutoire naturel. Le sens du courant pouvait périodiquement s’inverser lorsque le fleuve était en crue. Il pénétrait alors dans le lac et il arrivait fréquemment qu’il déborde, submergeant l’ensemble du marais et formant une vaste plaine liquide dans la continuité du lac.

152Le site étudié se trouve plus précisément à l’embouchure de la Saviere dans la partie nord du lac du Bourget. Ce point d’accès au lac était soumis à de nombreuses transformations en raison des fluctuations du niveau des eaux. Pour l’Antiquité, le croisement des données archéologiques et paléoenvironnementales témoigne que la nappe d’eau semble avoir connu des oscillations importantes. Ces résultats mériteraient d’être comparés avec ceux des autres lacs des domaines alpin et jurassien. Il faut rappeler, à la suite de Denis Ramseyer (2013 : 18), qu’il n’existe toujours pas de travaux de synthèse sur les fluctuations des niveaux des lacs à la période romaine.

153Plus spécifiquement pour les IIe et IIIe siècles, période de fonctionnement du site, le lac du Bourget paraît être l’objet d’une succession de fluctuations qui se traduit par l’implantation de différents aménagements dans la zone d’interface entre la terre et l’eau. Le Bourget était plus bas de plusieurs mètres par rapport au niveau actuel et le site se trouvait alors bien plus proche de la rive, sous une faible hauteur d’eau ou du moins en milieu imbibé.

154Les chaînons jurassiens séparaient la cité de Vienne en deux. Depuis Aoste deux voies importantes du territoire passaient au sud et au nord du lac, la première pour pour gagner le col du Petit Saint-Bernard et la plaine du Pô et la seconde pour gagner Genève et le plateau suisse. Cette dernière voie doublait le Rhône et devait se trouver en rive gauche du fleuve. À hauteur du Bourget, elle devait nécessiter un franchissement de la Savière, peut-être à hauteur de Portout. Ainsi, l’ensemble du secteur nord du lac a pu être favorisé par le croisement d’une voie terrestre et aquatique.

155Les occupations documentées par l’archéologie témoignent de l’attractivité de ce secteur au cours du temps et en particulier dans l’Antiquité. Si les bords de l’eau ont été recherchés, les coteaux et les buttes calcaires dénommés localement molards, ont également été investis par les communautés. Les aménagements identifiés sont de natures diverses et relèvent de l’habitat, de l’artisanat, d’infrastructures (consolidation de la berge, appontement et installation portuaire), du domaine funéraire et de la sphère cultuelle. La reprise des recherches de terrain sur ces différents gisements permettra d’affiner notre compréhension des occupations de ce secteur de la conquête de la Transalpine à la fin de l’Antiquité.

Notes

1 « Une masse d’eau très considérable est emmagasinée dans le champ d’inondation et en particulier dans le lac du Bourget, 95 millions de m3 en mai 1858 et bien plus en janvier 1910 et décembre 1918. Le niveau du lac a atteint de ce fait 3,72 m au-dessus du plus bas étiage connu, le 21 janvier 1910 et 3,60 m le 25 décembre 1918. En 1856, la rétention de l’eau dans le lac du Bourget aurait diminué la crue de près de 60 cm le maximum à Lyon » (Pardé 1925 p. 46-48). Sans l’existence du lac, il a été évalué que les crues s’élèveraient de 50 cm à 1 m à Lyon. En novembre 1950 le niveau du lac s’éleva de 1,62 m ce qui correspond à une rétention de près de plus de 80 millions de mètres cubes, dont un tiers correspondait apports du Rhône et deux tiers aux affluents du lac (Bravard 1981 : 27)

2 Hautes eaux nivales de printemps, minimum d’août à septembre, alimentation pluviale en novembre/décembre et minimum secondaire au cœur de l’hiver.

3 La séquence proposée ainsi que les exemples présentés sont tous issus de McCormick et al. 2012 et Harper 2019, p. 81-100.

4 La durée du voyage entre Seyssel et Lyon via le Rhône a été évaluée à 14h (Dufournet 1968, p. 141, note n° 2). En prenant en compte un lit antique et plus changeant, mais « également les multiples difficultés que la navigation présentait avant les travaux de régulation du fleuve, ce chiffre doit nécessaire être augmenté. Il n’empêche que le gain de temps, mais surtout d’énergie est sans égal ».

5 Sans remettre en cause l’existence de cette voie, reconnue comme un « itinéraire bis », il a été plus récemment proposé de reconnaître qu’une grande partie du tracé de la voie principale entre Augustum/Aoste et Condate/Seyssel se faisait en rive droite (Kaminski 2012). Ce postulat se fonde principalement sur l’examen de la Table de Peutinger, pourtant jugé par l’auteur lui-même comme un document imprécis. De plus, un tel tracé imposerait plusieurs franchissements du Rhône et il ne résout pas le passage du vaste marais de Lavours. Il existait toutefois bien une voie partant d’Aoste vers le nord qui devait remonter le fleuve vers Peyrieu, puis vers Belley (Buisson, Mélo 2017, p. 88 et fig. 16).

6 Exemple de rivus Saverius petite rivière dans l’Oisans (Isère).

7 Exemples de la commune de Savières (Aube) qui se trouve le long d’anciens méandres de la Seine (Denis Fantin, communication personnelle).

Table des illustrations

Titre Fig. 34 - Le lac du Bourget vu depuis le massif du Grand Colombier situé au nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 35 - Hydrogéologie simplifiée du val du Bourget.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 36 - Carte du lac du Bourget et du Haut-Rhône entre le défilé de Malarage et Seyssel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 37 - Extrait de la Carte géométrique d’une partie du cours du Rhône depuis Genève jusqu’au confluent du Guyer pour servir à la limitation des États de France et de Savoie, levée en 1760 sous le commissariat du roi de France et du roi de Sardaigne (ADS, C625).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 38 - Bathymétrie du lac du Bourget (d’après carte IGN 1/25000, 3332OT).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3M
Titre Fig. 39 - Réseau hydrographique du bassin versant du lac du Bourget.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 40 - La Savière dans son environnement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 41 - Les grandes phases climatiques de la période romaine à l’Antiquité tardive.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 42 - Carte des principaux lacs des domaines alpin et jurassien mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 43 - Tendances générales des fluctuations du lac du Bourget de la période laténienne à l’Antiquité tardive d’après les carottages sédimentologiques et les données archéologiques recueillies sur le site de Conjux 4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 44 - Principaux paramètres archéologiques pris en compte pour la restitution des fluctuations lacustres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 45 - Carte des sites romains et tardo-antiques pris en considération pour la restitution des variations du niveau du lac du Bourget.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 46 - Mise en relation des tendances théoriques des variations limnimétriques du lac du Bourget (Magny, Richard 1985, p. 268) et des lacs alpins et jurassiens (Magny 1992, p. 33) avec les différents sites archéologiques du lac du Bourget. En bleu les sites lacustres, en vert les sites terrestres submergés par la remontée du niveau des eaux du lac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 47 - Tendances générales des fluctuations du Léman de la conquête de la Transalpine au Bas-Empire d’après le croisement des données archéologiques et sédimentaires (d’après Coquoz 1999, p 63-64).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 48 - Exhaussement du niveau du lac et évolution théorique de la limite de la rive de l’époque gauloise à nos jours à l’extrémité septentrionale du lac de Neuchâtel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 49 - Chronologie des gisements lacustres du IIe siècle de notre ère découverts au lac du Bourget. Pour le site PNLV 1, 87,7 % des piquets et des petits pieux ont été abattus entre 131 et 169 ap. J.-C. et 61,6 % entre 140 et 159 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 50 - Schéma d’organisation et chronologie des gisements des lieux-dits Pré-Nuaz/La Vacherie (PNLV) dans la baie de Portout.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 51 - Le secteur de la baie de Portout sur la Mappe sarde de 1728. Conjux, vue générale, mappe n° 203, copie de 1732, extrait de la vue générale (C 2666).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 52 - Photographie aérienne de la baie de Conjux et de l’embouchure de l’exutoire de la Savière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 53 - Observations sédimentaires.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 54 - Alignement de la zone 2 dans la partie nord-ouest du site, vu depuis l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 55 - Observations stratigraphiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 56 - Emprise de la Transalpine et de la Narbonnaise avec précisions des limites de la cité des Allobroges.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 57 - Emprise de la cité de Vienne (d’après Rémy 2002, p. 97).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. 58 - Table de Peutinger, extrait du segment III.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 59 - Itinéraire mythique des Argonautes suivant le récit d’Apollonios de Rhodes (d’après Delage 1930, carte III, hors texte) et localisation hypothétique du marais Accion.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 60 - Le bassin bourgetin dans son environnement orohydrographique avec report du réseau viaire restitué et des agglomérations et stations routières antiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 61 - Carte d’occupation du sol dans l’environnement du lac du Bourget.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 62 - Localisation restituée de la voie impériale dans le secteur septentrional du lac du Bourget (d’après Dufournet 1965).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 63 - « Route de Vions à Culoz – Le Rhône » (Photographie Grimal, Chambéry, 2636, avant 1929). Ce cliché donne une idée des difficultés de circulation aux abords du Rhône dans ce secteur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 64 - Photographie aérienne de l’anomalie longitudinale observée dans la peupleraie du marais de Chautagne (lieu-dit Au Rubilla, parcelle n° 377 ; cliché réalisé le 3 mai 1978 à 11h30 par un pilote de l’ancienne base militaire du Bourget).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 65 - Extraits de cartes anciennes (ADS 73)
Légende a – Description du duché de Savoie, copie en italien de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Paolo de Forlani, Venise, 1562).b – Savoie et Bourgogne, réduction de l’original de Gilles Boileau de Bouillon (Abraham Ortelius, Anvers, 1570).c – Duché de La Savoie (Jodocus Hondius, Amsterdam, 1630).d – La Savoye divisée en ses grandes parties (Pierre du Val, Paris, 1677). e – Les duchés de Savoye, de Genevois, de Chablais… (Hubert Jaillot, Paris, 1699).f – Carte générale de la France, dite « Carte de Cassini », n° 118, feuille 63 (César-François Cassini, Paris 1759-1762).g – Sans titre (Andrew Dury, St Martin’s-Lane, Londres, 1765).h – Atlas National de France, n° 85. Départements du Mont-Blanc et du Léman (Chanlaire, Dumez, Paris, 1806)i – Carte de la France, dite carte d’État-Major. Section de Chambéry, partie sud-est (Dépôt de la Guerre, 1866).j – Carte de la France dressée par ordre du ministère de l’intérieur. Arrondissement de Chambéry (Hachette, Paris, 1907).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Fig. 66 - Proposition d’évolution de l’embouchure de la Savière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 67 - Le nom de la Save et ses équivalents en Europe (d’après Udolph, Bodé, 2010, Carte 3, p. 100).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 68 - Occupation du sol et découvertes archéologiques dans la partie septentrionale du lac du Bourget.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 69 - Châtillon sur la Mappe sarde de 1728. Chindrieux, extrait de la vue 4, mappe n° 198, copie de 1732 (C 2616).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 70 - Plan du site de Châtillon Port 1 ou Châtillon II, commune de Chindrieux (d’après Castel 2004, p. 142), avec report des datations dendrochronologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 71 - Cliché ancien de Conjux avec au loin la baie de Portout.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 72 - « Matériel résiduel » de Portout. Garniture d’étui en Bronze ajouré, signé AQVIS HE(lveticis) GEMELLIANUS F(ecit)
Légende (a), statuette de Mercure en bronze plein (b) et intaille en pâte de verre bleu représentant Dionysos ou Bonus Eventus (c) (Pernon et Pernon 1990, fig. 39, 39bis et 40, p. 88, fig. 41, p. 89).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 73 - Autel métroaque de Conjux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 74 - Emprise des sites PNLV dans la baie de Conjux avec report des courbes bathymétriques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 75 - Plan du site de Pré-Nuaz, La Vacherie, site n° 2
Légende (d’après Gassani 2004), avec report des datations dendrochronologiques (c. = circa).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6635/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search