Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Chapitre 1. De la découverte du site à la valorisation des résultats

Justine Guérin, Floriane Hélias, André Marguet, Sébastien Nieloud-Muller et Audrey Roche

Texte intégral

1.1. Circonstances de la découverte et recherches préliminaires (AM)

1Entre 1995 et 2001, sept campagnes de prospections subaquatiques ont été menées pour dresser la carte archéologique des gisements immergés dans les grands lacs savoyards (lacs d’Aiguebelette et du Bourget en Savoie, rive française du Léman et lac d’Annecy en Haute-Savoie). Cet inventaire systématique a renouvelé notre connaissance des stations palafittiques du Néolithique et de l’âge du Bronze. Les sites anciennement connus ont ainsi été revisités et les reconnaissances en plongée ont aussi permis la découverte de nombreux autres sites de ces périodes, inédits et souvent d’ampleur moindre. Par ailleurs, de nombreux emplacements des périodes historiques ont été mis en évidence dont un nombre significatif de gisements datés de la période romaine. Parmi ceux-ci, le site de Conjux, Pré-Nuaz, La Vacherie (le site n° 1 PNLV 1), découvert en 2000, a fait l’objet d’un petit décapage. Les bois et les mobiliers mis au jour sur une dizaine de m² ont été prélevés. Ils ont pu être datés et fournissent une fourchette chronologique précise remontant au second tiers du IIe siècle. Toutefois, en raison de la faible surface étudiée lors de cette campagne initiale, la fonction précise du site n’était pas assurée et d’autres investigations s’avéraient nécessaires pour en préciser l’architecture, la répartition et la chronologie.

1.1.1. Inventaire des gisements sous-lacustres des lacs préalpins

2L’histoire de la recherche sous-lacustre a fréquemment été écrite (Billaud, Marguet 1997 ; 2005 ; 2006a ; 2006d ; 2007). Plutôt que d’en reprendre une nouvelle fois la rétrospective historique, il semblait plus intéressant d’évoquer ici quelques repères significatifs, bien mieux connus des pré- et protohistoriens mais peut-être un peu moins des historiens.

3Depuis le milieu du XIXe siècle, des restes archéologiques immergés au bord des lacs savoyards sont identifiés. Ils appartiennent, pour l’essentiel, à d’anciens sites palafittiques préhistoriques, autrefois dénommés « cités lacustres », du Néolithique et de l’âge du Bronze. Dès leur découverte, ces sites particuliers, où sont encore préservés de nombreux pilotis, ont livré d’innombrables objets. Menées à partir de barques et à l’aide de pinces, ces « pêches aux antiquités » sont à l’origine des collections lacustres des principaux musées régionaux (Musée-château d’Annecy, Musée savoisien de Chambéry, Musée d’art et d’histoire de Genève).

4Dès cette époque, les premiers inventaires des stations lacustres ont été publiés (Rabut en 1864 ; Revon en 1878 ; Forel en 1904). Durant la première moitié du XXe siècle, l’intérêt pour les recherches lacustres régionales diminue. Il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour que l’observation in situ des sites anciennement repérés soit rendue possible avec le développement de la plongée en scaphandre. L’archéologie sous-lacustre va alors mettre au point ses techniques particulières d’intervention sous 2 à 5 m d’eau. En 1976, à l’occasion du IXe Congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques de Nice (UISPP), la liste des sites des lacs subalpins français est présentée de manière sommaire avec les premiers résultats obtenus par le radiocarbone : 42 gisements étaient recensés (Bocquet, Laurent 1976 ; fig. 2a).

Fig. 2a - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage par période chronologique avant les prospections (1976) ;

Fig. 2a - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage par période chronologique avant les prospections (1976) ;

5Mais jusqu’au début des années 1980, rares étaient les gisements pour lesquels des observations stratigraphiques avaient été réalisées. Avec la création du Centre national de recherches archéologiques subaquatiques (CNRAS) en 1980, organisme du Ministère de la Culture délocalisé à Annecy, qui deviendra l’antenne pour les eaux intérieures du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) en 1996, les recherches sont plus régulières et font l’objet de programmes. Dans le cadre de ses missions, celui-ci entreprend, avec l’aide ponctuelle de quelques équipes bénévoles, de revisiter les sites anciennement identifiés. Un état des lieux est alors réalisé et permet une prise de conscience du vrai potentiel de nos lacs. À ce propos, on se reportera utilement à l’exposé des problématiques archéologiques et environnementales, au catalogage des sites et aux différents référentiels (tableaux des dates radiocarbones et dendrochronologiques) réalisés durant les années 1980 à 1995 et présentés lors de la table ronde « Entretiens de Géoarchéologie » (Billaud, Marguet 1997). Mais, sur certains gisements, il est aussi fait le constat alarmant de dégradations d’origines naturelles ou anthropiques qu’il était indispensable de mieux cerner, d’autant que les études d’impact préalables aux projets d’aménagement des littoraux se multipliaient.

  • 1 Équipe d’archéologues-plongeurs composée de 2 salariés de l’Association pour les Fouilles Archéolog (...)

6Des sondages ayant montré le décalage entre des données bibliographiques qui mentionnaient des gisements mal conservés et des observations de terrain qui montraient des niveaux archéologiques bien préservés, il paraissait indispensable d’actualiser la documentation par l’établissement d’une carte archéologique des gisements immergés la plus exhaustive possible. Des prospections de la rive française du Léman (de 1995 à 1997), des lacs d’Aiguebelette (en 1998), du Bourget (en 1999 et 2000) et d’Annecy (en 2001) ont donc été réalisées. Menées en périodes hivernales pour profiter d’une meilleure visibilité en eaux froides et avec une équipe réduite pour diminuer les coûts salariaux et la logistique (responsable A. Marguet)1, les 41 communes riveraines des quatre grands lacs subalpins ont ainsi été prospectées (distance parcourue : 151,8 km en 89 semaines : Léman 54,9 km, Aiguebelette 16,0 km, Bourget 44,3 km, Annecy 36,6 km). En complément des opérations de terrain, la démarche volontariste d’analyses a permis l’acquisition des référentiels, notamment dendrochronologiques et sédimentaires : 1166 bois ont été prélevés (dont 746 sont analysés ; 414 sont intégrés à 86 séquences mesurées dont 38 sont datées en absolu) ; 38 datations par le radiocarbone ont été réalisées ; 345 carottes sédimentaires ont été décrites.

7Après ces prospections, les inventaires ont été largement augmentés, avec plus du doublement du nombre des gisements datés (fig. 2b et 2c). Au moins 47 emplacements du Néolithique (Aiguebelette 4, Bourget 9, Léman 22, Annecy 12) et 44 de l’âge du Bronze (Aiguebelette 2, Bourget 19, Léman 13, Annecy 10) sont recensés. Toutes périodes confondues, on compte alors 149 emplacements d’importance très inégale : gisements érodés seulement signalés par quelques matériaux pondéreux ; groupes de piquets d’aménagements des berges dont la fonction n’est pas toujours déterminée ; structures isolées de piquets organisés ; vastes champs de pilotis sur des habitats ; etc. Si les périodes classiquement mises en évidence du Néolithique final et du Bronze final sont les plus fréquemment rencontrées, il faut noter la confirmation des installations du Néolithique moyen (13 emplacements) et du Bronze ancien (4) mais aussi l’identification de vestiges de l’âge du Fer (13), des périodes antiques (15), médiévales (12) et d’époque moderne (11) que les inventaires anciens n’avaient pas véritablement mis en évidence. L’actualisation des inventaires par les données acquises lors des sondages ponctuels, des prospections et des évaluations programmées ont régulièrement fait l’objet de publication (Billaud, Marguet 2005 ; 2006b ; Billaud, Marguet 2007 ; Billaud 2019).

Fig. 2b - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage à partir des données bibliographiques et à la suite de l’élaboration de la carte archéologique (juin 2002) ;

Fig. 2b - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage à partir des données bibliographiques et à la suite de l’élaboration de la carte archéologique (juin 2002) ;

Fig. 2c - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Diagramme avant les prospections (1996) et après l’élaboration de la carte archéologique (2002).

Fig. 2c - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Diagramme avant les prospections (1996) et après l’élaboration de la carte archéologique (2002).

8Notre vision des habitats du Néolithique et de l’âge du Bronze, entre 4300 et 800 av. J.-C., est complètement renouvelée (référentiels dendrochronologiques, organisation architecturale, stratigraphies, contexte des mobiliers, taphonomie des vestiges, etc.) et, lors de la constitution du dossier de candidature « Sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes », ces données actualisées ont permis la hiérarchisation des vestiges de ces périodes et leur inscription au Patrimoine de l’Unesco. Ainsi, depuis le 27 juin 2011, neuf sites d’Aiguebelette, du Bourget, d’Annecy et de la rive française du Léman font partie des 111 sites remarquables de l’arc alpin récemment inscrits (Collectif 2009 ; Marguet 2012 ; Marguet A., Laroche C. 2015 ; Richard, Marguet, Piningre 2013).

1.1.2. Les gisements antiques des grands lacs savoyards

9Ces prospections ont permis d’identifier des mobiliers antiques isolés, essentiellement des fragments céramiques qui montrent la perduration des fréquentations riveraines, ainsi que des structures de piquets, souvent interprétables comme des consolidations des berges ou des aménagements liés aux pratiques de la pêche ou de la navigation (fig. 3). On citera ici les plus remarquables. Sur la rive française du Léman, les vestiges liés à une probable batellerie d’époque romaine sont identifiés. Dans l’état des connaissances, les embarcations de cette période ne sont pourtant pas connues. À Anthy-sur-Léman/Les Recorts, une soixantaine de pieux en chêne constituent un aménagement complexe avec débarcadère, estacade, jetée et appontement. Des bois y sont datés par la dendrochronologie de 110 à 41 av. J.-C. et de nombreuses monnaies augustéennes, en particulier des dupondius frappés à Lyon, Vienne et Nîmes, confirment la chronologie (Coquoz, Marguet 2003, 110-113). Ce gisement est à rapprocher des vestiges portuaires mis au jour sur la rive helvétique, sur le site contemporain de Genève/Les Rues-Basses. Un autre appontement, plus tardif, est également recensé sur cette rive, à Nernier/ Rue de la Tour. Il est daté par le radiocarbone de 1770±40 BP, soit +130+380 cal. AD (ARC. 1578) et précise un peu mieux notre connaissance sur la navigation lémanique (Marguet 2001, 128-137). Sur le lac d’Aiguebelette, en particulier à Lépin-le-Lac, on remarque des aménagements de maintien de la berge sur plus de 400 m de rivage (d’après les auteurs anciens, une voie secondaire reliant Aiguebelette à Aoste longeait cette rive sud). Si des bois de l’aménagement sont assez anciens (160 cal. BC-70 cal. AD), les mobiliers jetés comme des gravats pour consolider les rives couvrent plus largement toute l’Antiquité. De l’Antiquité tardive, période inconnue dans l’espace lacustre savoyard jusqu’aux récentes prospections, on peut citer les aménagements reconnus sur la rive nord de la grande île ; une palissade (légère protection de la berge ou pêcherie), des pieux et des madriers horizontaux, disposés de manière à constituer des sortes de caissons dont la fonction n’est pas connue, sont datés de 255-550 cal. AD (Marguet 2003, 96-110).

Fig. 3 - Carte des gisements sous-lacustres antiques recensés dans les grands lacs du domaine savoyard.

Fig. 3 - Carte des gisements sous-lacustres antiques recensés dans les grands lacs du domaine savoyard.

1.1.3. L’élaboration de la carte archéologique du lac du Bourget (1999-2000)

10L’histoire de la recherche sur les palafittes du Bourget s’étend sur plus de 165 ans. On en citera ici seulement quelques repères principaux, les références bibliographiques renvoyant à une énumération plus détaillée (Marguet 2004). L’existence de palafittes fut signalée pour la première fois en 1856, mis au jour lors des travaux de construction du chemin de fer de Culoz au mont Cenis (Chantre 1875-1876 : 170). En 1864, L. Rabut publie son Histoire des habitations lacustres de la Savoie, premier inventaire régional dans lequel il mentionne sept emplacements ayant livré des antiquités de l’âge du Bronze et quelques outils lithiques plus anciens (Rabut 1864 : 85-98). À partir de 1950, la plongée autonome va permettre l’observation in situ des gisements anciennement repérés. Les techniques particulières de l’archéologie sous-lacustre sont alors mises en œuvre, dès 1953-1954, par R. Laurent du Groupe de recherches archéologiques lyonnais (GRAL). Après l’arrêt des travaux de R. Laurent vers 1974, R. Castel du Centre d’archéologie lacustre d’Aix en Savoie (CALAS) poursuit les prospections ponctuelles.

11À partir de 1980, les recherches sont orientées vers l’inventaire et le diagnostic des sites ; elles sont menées par A. Marguet du CNRAS-DRASSM et Y. Billaud de l’Association pour la recherche et l’étude des occupations littorales lacustres (AREOLL). La fin des années 90 voit se poursuivre les prospections ponctuelles (J.- P. Gassani/CALAS). Dès 1997, des investigations plus poussées sont réalisées dans le cadre d’un programme d’évaluation des grandes stations Bronze final (responsable Y Billaud/DRASSM, Billaud 2018 ; 2019).

12Malgré des ramassages anciens qui avaient permis l’identification des populations littorales, des travaux ponctuels de prospection, des rattachements topographiques localisés et des sondages stratigraphiques d’évaluation qui précisaient nos connaissances dans les domaines chronologiques, culturels et paléoclimatiques, les bords du lac du Bourget n’avaient pas encore fait l’objet de recherches diachroniques menées sur la totalité de son littoral. C’est dans ce contexte, pour permettre l’actualisation de la documentation, qu’un inventaire systématique s’imposait. Dans le cadre de la poursuite de l’élaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres régionaux (une première campagne savoyarde avait été conduite en 1998 au lac d’Aiguebelette), une prospection systématique a été réalisée. Comme pour les campagnes précédemment menées, les objectifs principaux étaient le repérage et la localisation des stations découvertes au XIXe siècle, la prospection subaquatique de la plate-forme littorale faiblement immergée (on l’appelle la beine), du rivage actuel jusqu’à la rupture de pente (le mont), la délimitation des emprises archéologiques, le rattachement topographique de repères au système cadastral terrestre, l’évaluation de l’état de conservation des ensembles sédimentaires et la reconnaissance de la nature des fonds à l’aide de carottages, l’échantillonnage d’un nombre significatif de pilotis pour permettre le calage chronologique des gisements en datation absolue (par la dendrochronologie et le radiocarbone). Compte tenu des distances à parcourir (11 communes, 44,3 km.), ces travaux ont été programmés sur deux années (intervention du 25 janvier au 23 avril 1999 et du 24 janvier au 21 avril 2000).

13Après ces deux campagnes, réalisées sur la totalité du rivage aussi bien dans les secteurs à large beine que sur les zones inexplorées plus abruptes, l’état des connaissances s’est amélioré (fig. 4). Quarante-deux gisements d’époques diverses sont identifiés sur le terrain et ont fait l’objet d’une première évaluation archéologique (repérage général, délimitation des emprises, installation d’un axe de référence, rattachement cadastral, repérage bathymétrique, topographie et échantillonnage de pilotis et de mobiliers archéologiques, carottages). Deux sites connus par les références bibliographiques anciennes ont été revisités et leur datation précisée par les analyses : Brison-Saint-Innocent/Sous Cotefort, SC1 et SC2, Mémars (habitat et palissade du Bronze final et aménagement protohistorique) ; Conjux/Marais de la Chatière, Le Port 1 et Le Port 2, Conjux-Port (habitats du Bronze final). Enfin se sont ajoutés vingt-trois gisements inédits (Néolithique 5, Bronze 5, Protohistoire 4, Antiquité 5, Moyen Âge 2, Moderne 1, indéterminé 1). Huit gisements avaient été identifiés en 1999 : Conjux/Marais de la Chatière, Rive 1 (habitat du Néolithique moyen) ; Conjux/Marais de la Chatière, Rive 2 (habitat du Néolithique final) ; Tresserve/Les Bourres (habitat du Néolithique final) ; Brison-Saint-Innocent/Chez les Berthets (habitat du Bronze final) ; Conjux/Marais de la Chatière, Rive 3 (habitat du Bronze final) ; Conjux/Le Viallier (aménagement protohistorique) ; Brison-Saint-Innocent/Join (pêcherie gallo-romaine ?) ; Brison-Saint-Innocent/Vérans (pêcherie non datée ?). Quinze autres ont été repérés en 2000 : La Chapelle-du-Mont-du-Chat/Le Communal du Lac, LCMC1 (habitat du Néolithique moyen) ; Brison-Saint-Innocent/Sous le Four, SLF1, Grésine (habitat du Néolithique récent/final) ; Conjux/Les Côtes, CLP3 (habitat du Bronze final) ; Conjux/Les Côtes, CLC1 (chemin et aménagement du Bronze final) ; Conjux/Les Côtes, CLC2 (chemin du Bronze final) ; Bourdeau/Le Biolet, BLB (habitat protohistorique ?) ; Conjux/Pré Nuaz, La Vacherie, PNLV2 (débarcadère protohistorique) ; Saint-Germain-la-Chambotte/Le Petit Tuf, SGPT (ponton protohistorique) ; La Chapelle-du-Mont-du-Chat/Le Communal du Lac, LCMC2 (pêcherie gallo-romaine) ; Conjux/Pré Nuaz, La Vacherie, PNLV1 (ponton gallo-romain) ; Saint-Germain-la-Chambotte/Challière, SGCC (ponton gallo-romain) ; Saint-Pierre-de-Curtille/Domaine d’Haute Combe, SPC2 (pêcherie gallo-romaine) ; Conjux/Pré Nuaz, La Vacherie, PNLV3 (aménagement de berge du haut Moyen Age) ; Brison-Saint-Innocent/Brison, BLO (pêcherie médiévale ?) ; Viviers-du-Lac/Terre Nue, VTN (pêcherie moderne ?). Voir les notices de ces opérations dans les Bilans scientifiques du DRASSM (Marguet 2002 ; 2003 et 2004).

Fig. 4 - Carte archéologique du lac du Bourget : localisation des principaux gisements sous-lacustres recensés (juin 2002). La datation et l’interprétation des différents gisements sont reportées.

Fig. 4 - Carte archéologique du lac du Bourget : localisation des principaux gisements sous-lacustres recensés (juin 2002). La datation et l’interprétation des différents gisements sont reportées.

1.1.4. Les gisements antiques du lac du Bourget

  • 2 Les publications des notices archéologiques les concernant ayant une vingtaine d’années et les supp (...)

14Dans le cadre de cette contribution, nous avons choisi de présenter les sites de la période romaine découverts dans le cadre des prospections (fig. 5)2. Les sites de Châtillon-Port 1, de Conjux 4 et de Portout seront décrits dans le cadre du chapitre suivant (cf. 2.3.4.3.).

Fig. 5 - Plan cadastral des sites identifiés dans la baie de Conjux. La position des axes et des triangles de prélèvements est reportée ainsi que leur profondeur.

Fig. 5 - Plan cadastral des sites identifiés dans la baie de Conjux. La position des axes et des triangles de prélèvements est reportée ainsi que leur profondeur.

1.1.4.1. Brison-Saint-Innocent, lieu-dit Join. Protohistoire/Antiquité (fig. 4, n° 8)

15Dans la partie médiane du lac, sur la rive orientale, la plate-forme littorale se rétrécit sensiblement à partir de la Pointe de l’Ardre. Sa largeur moyenne passe de 200 m à 100 m, avant de connaître, à environ 2 km au nord, un net changement d’orientation et un fort élargissement. C’est la baie de Grésine dans laquelle sont situés d’importants villages du Bronze final. Dans le prolongement de la colline d’alluvions glaciaires sur laquelle sont installés le village de Saint-Innocent et le hameau de Grésine, la beine présente une avancée triangulaire immergée qui sépare la grande cuvette lacustre et la baie. Un groupe de petits pieux a été repéré sur cette anomalie topographique. Les bois sont apparents sur les fonds limono-sableux parsemés de galets épars. Il s’agit du gisement de Brison-Saint-Innocent, Join. Un triangle de 5 m a été installé près de la rupture de pente, à environ 350 m du rivage (profondeur –6,6 m). Les bois topographiés et prélevés sont des petits pieux dispersés, sans organisation perceptible (4 chênes, 3 hêtres et 2 ormes). Les diamètres sont peu importants (moyenne 9 cm) et les cônes d’érosion peu marqués (moyenne 11 cm). Seuls les chênes ont été exploités en dendrochronologie. Compte tenu du faible nombre de cernes (de 17 à 26), ils n’ont pas pu être corrélés ni datés. Un calage par le radiocarbone a été fait sur les 17 cernes de l’échantillon n° 7 BIJ et donne le résultat suivant : 1980±40 BP, soit –95 cal. BC+125 cal. AD (ARC. 1992). Aucun mobilier archéologique n’a été mis au jour lors des dévasages, à l’exception de trois pierres à filet, à deux ou trois encoches, façonnées sur des galets de grès, de quartzite ou de schiste (poids 41 g, 272 g et 1155 g). Les carottages montrent seulement des limons laminés plus ou moins fins et n’apportent pas de renseignement significatif pour comprendre la fonction du gisement. Compte tenu de la position topographique des vestiges et de la nature des objets découverts, on pourrait raisonnablement penser à un aménagement dédié à une pratique halieutique au moins en activité durant l’époque antique (Marguet 2004 : 118-119).

1.1.4.2. La Chapelle-du-Mont-du-Chat, lieu-dit Le Communal du Lac. Antiquité (LCMC2, fig. 4, n° 14)

16Sur la rive occidentale, les versants sont abrupts et apparemment défavorables aux installations humaines (encore aujourd’hui ce littoral est qualifié de côte sauvage). Au pied du Mont de la Charvaz, dans cette partie du lac où le profil général de la berge s’accentue, et à environ 750 m au sud du site néolithique (LCMC1), un groupe peu important de petits pieux (21 piquets ont un diamètre inférieur à 9 cm, 17 pieux un diamètre de 10 à 12 cm) a été identifié sur une étroite plate-forme (largeur 8 m), en contrebas d’un talus assez raide de galets et de gros blocs. Très localisés et peu visibles en surface des sédiments vasards (les cônes d’érosion des pieux font à peine 10 cm), ces bois ont été prélevés dans un triangle de 5 m implanté sur la rupture de pente, à une vingtaine de mètres du rivage (profondeur -5,6 m). Compte tenu des essences et des faibles diamètres de ces bois : 1 aulne, 1 orme, 1 saule, 2 érables, 2 frênes et 27 hêtres (71,1 % pour cette dernière essence), seuls quatre chênes ont fait l’objet d’une étude dendrochronologique. Les 49 cernes de l’échantillon n° 21LCL ont été datés par le radiocarbone : 1910±40 BP, soit +1+225 cal. AD (ARC. 2059), ce qui a permis le calage absolu d’une courte séquence dendrochronologique de 55 ans (9001LCL) et la mise en évidence de phases d’abattage de trois échantillons en 163, 173 et 179 ap. J.-C. Les carottages réalisés sont négatifs et les dévasages n’ont pas livré de trouvailles de mobiliers, à l’exception de quelques rares fragments céramiques non significatifs. L’interprétation fonctionnelle de ce gisement n’est donc pas assurée ; il pourrait logiquement s’agir d’un emplacement d’époque gallo-romaine (2e moitié du IIe siècle ap. J.-C.) à mettre en relation avec une pratique saisonnière de la pêche (Marguet 2002 : 121).

1.1.4.3. Saint-Germain-la-Chambotte, lieu-dit Challière. Antiquité (SGCC, fig. 4, n° 35)

17En contrebas des versants escarpés du Mont de Corsuet, sur un élargissement de la beine de la rive orientale du lac, une petite concentration de piquets a été identifiée. Disposés perpendiculairement à la rive, à une quarantaine de mètres des enrochements qui supportent la route départementale et la ligne de chemin de fer, 10 petits pieux (diamètre de 10 à 12 cm) et 23 piquets (diamètre de 7 à 9 cm) ont été prélevés (profondeur -5,9 m). Dans un premier temps, sept petits chênes ont été analysés en dendrochronologie (les autres échantillons, 1 érable et 25 hêtres, n’ont pas été exploités). Compte tenu de la faible croissance des chênes analysés, de 9 à 31 cernes, aucune corrélation n’a pu être obtenue. L’échantillon n° 24SGC, de 15 cernes, a été daté par le radiocarbone et permet une première situation chronologique pour cet aménagement, vraisemblablement un ponton-débarcadère de l’époque gallo-romaine : 1875±40 BP, soit +30+230 cal. AD (ARC. 2065). Dans un second temps, une expertise dendrochronologique des hêtres a précisé cette chronologie. L’analyse a permis la constitution de trois courtes séquences non datées : référence 9001SGC de 63 ans à partir de 5 échantillons, référence 9002SGC de 34 ans à partir de 3 échantillons et 9003SGC de 39 ans à partir de 6 échantillons (analyses Archéolabs). Les échantillons n° 11 (33 cernes) et n° 32 (34 cernes), intégrés à la séquence 9001SGC, ont été datés par le radiocarbone : 1885±45 BP, soit +25+240 cal. AD (ARC. 2284). Ce résultat montre la contemporanéité des hêtres et des chênes qui constituent l’aménagement. À la suite de la datation obtenue par le radiocarbone, la reprise de l’étude dendrochronologique a permis la constitution d’une nouvelle séquence, référence 9004SGC de 48 ans à partir de 8 échantillons, maintenant datée en absolu ; elle se situe entre les années +96 et +143. La totalité des bois ayant conservé le dernier cerne de croissance, il est possible de mettre en évidence six phases d’abattage dans la première moitié du IIe siècle après J.-C., en 117/118, en 131/132, en 138/139, en 141/142, en 142/143 et en 143/144 (Marguet 2002 : 124-125 ; Marguet 2003 : 117).

1.1.4.4. Saint-Pierre-de-Curtille, lieu-dit Domaine d’Haute Combe. Antiquité (SPC2, fig. 4, n° 38)

18Sur la rive occidentale, dans les secteurs localisés au pied des versants abrupts du Mont de la Charvaz, les prospections ont mis en évidence, entre Le Communal du Lac (au sud) où la plate-forme est escarpée et étroite et La Pointe du Calvaire (au nord), sur une plate-forme qui a retrouvé un peu plus de largeur, une succession discontinue de petits groupes de piquets qui ponctuent le rebord de la beine (entre -4,4 et -6,4 m de profondeur). Un petit gisement est conservé en limite du tombant, à environ 25 mètres de la rive constituée de blocs accumulés au pied des rives pentues couvertes de forêts. Des petits pieux et des piquets sont apparents au pied d’un talus raide constitué de blocs et de galets (profondeur -4,9 m). Ils sont peu visibles (cônes d’érosion inférieurs à 10 cm de haut) dans une épaisse accumulation de coquilles de moules mortes (épaisseur 20 cm) qui recouvre les limons-crayeux. 37 bois ont été topographiés et prélevés dans une unité triangulaire de 10 m² (18 petits pieux et 19 piquets). Ils sont taillés dans des essences diverses (1 aulne, 1 frêne, 1 noisetier, 1 orme, 1 saule, 3 merisiers, 12 hêtres et 17 chênes). Seuls les chênes ont été étudiés en dendrochronologie (16 ont gardé le dernier cerne de croissance), ils ont permis la constitution d’une séquence de 97 ans, à partir de dix échantillons ; elle se situe entre les années +84 et +180 (9000SPC). Une dizaine de phases d’abattage sont mises en évidence entre les années 118 à 180 ap. J.-C. : une première période, avec huit phases d’abattage entre 118 et 138 et une seconde, avec deux phases d’abattage en 174 et 180. Un petit aménagement de la berge a donc été installé dans la première moitié du IIe siècle ap. J.-C. Au même emplacement, vraisemblablement sur des piquets encore visibles, d’autres petits pieux ont été réimplantés une trentaine d’années plus tard, dans la deuxième moitié du IIe siècle ap. J.-C. Mais pour quelle utilisation a-t-on érigé cet aménagement ? L’escarpement du littoral n’étant pas propice à une installation d’accostage, on peut penser à un aménagement lié à une activité saisonnière de la pêche (tous les bois datés ont été abattus en automne/hiver), sur un ponton par exemple (Marguet 2002 : 125-126).

1.1.5. Le secteur de la baie de Conjux

19Dans la baie de Conjux, trois gisements lacustres ont été identifiés à hauteur des lieux-dits de Pré-Nuaz et de La Vacherie (fig. 4, n° 32 à 34 et fig. 5).

1.1.5.1. Conjux, lieux-dits Pré Nuaz, La Vacherie. Protohistoire (PNLV2)

20À environ 150 mètres de la rive nord couverte par la roselière, des pieux sont disséminés, en rangées plus ou moins perceptibles, sur une emprise dont les limites ne sont pas encore précisées (profondeur -2,9 m). Pour permettre un premier rattachement cadastral de ce gisement, un axe longitudinal a été implanté (longueur totale 69 m, orientation N 320°), à une centaine de mètres du tombant situé à l’est (dans cette extrémité nord du lac, la plate-forme amorce un net changement de direction vers l’est). Après topographie, 5 très gros pieux ont été prélevés dans un triangle de 5 m implanté au milieu de l’axe longitudinal. Les cônes d’érosion sont très marqués (de 30 à 50 cm de haut) et les sections refendues des bois importantes (moyenne 27/20 cm). Leur répartition planimétrique montre deux paires de pieux espacés d’un mètre. Elles sont disposées en alignements parallèles (écartement 3,5 m), à la manière d’un ponton d’accostage. Le rôle de soutien de ces piliers à une éventuelle plate-forme semble évident. Il est en effet confirmé, sur deux d’entre eux, par la présence de deux petites mortaises verticales (hauteur 11 cm, largeur 4 cm, profondeur 5 cm, écartement 11 cm) alignées à la même hauteur (à une dizaine de centimètres sous la surface du sol actuel), pour recevoir l’assemblage de madriers horizontaux. L’étude dendrochronologique de ces chênes a permis la constitution d’une séquence de 145 ans, située entre les années -255 et -111 (Archéolabs 9001CLV). Elle intègre les cinq échantillons, souligne la contemporanéité des bois prélevés et met en évidence des phases d’abattage vers 112, en 111/110 et en 110 av. J.-C. Ces résultats, confrontés à l’organisation architecturale des vestiges, permettent d’y reconnaître l’implantation d’un ponton-débarcadère daté de La Tène finale, période alors inédite dans l’espace lacustre du Bourget (la solidité des bois utilisés fait naturellement penser à un aménagement en relation avec une activité de batellerie). Aucun niveau anthropique n’a été identifié dans les carottages réalisés à proximité de l’aménagement. Les dévasages ont permis la récupération d’une trentaine de fragments céramiques datables sans problème de cette période (Marguet 2002 : 123-124).

1.1.5.2. Conjux, lieux-dits Pré Nuaz, La Vacherie. Haut Moyen Âge (PNLV3)

21Un aménagement a été repéré à une centaine de mètres de la roselière (sur des indications de J.-P. Gassani/CALAS 1999). Des piquets et quelques petits pieux sont apparents en surface du sol sensiblement plus vaseux qu’en d’autres endroits de cette vaste baie (profondeur -2,6 m). Ils sont disposés en petits groupes morphologiquement différents et dessinent, de manière discontinue, de vagues alignements sensiblement parallèles au rivage actuel. Les différentes emprises sont difficiles à cerner, sans doute des groupes d’âges différents sont-ils partiellement imbriqués. À l’extrémité sud-est d’un axe implanté sur ces alignements (longueur totale 73 m, orientation N 300°), un triangle de 5 m a été installé sur un petit groupe de piquets à peine affleurants (les cônes d’érosion font 10 cm). Après les dévasages, 20 bois ont été topographiés dans cette surface. 11 piquets ont été prélevés, les plus petits diamètres ayant été laissés en place (9 piquets inférieurs à 7 cm). L’étude dendrochronologique a porté sur 6 chênes ; les autres piquets sont taillés dans des aulnes et n’ont pas été exploités. Compte tenu du nombre peu important de cernes, ces bois n’ont pu être corrélés. L’échantillon n° 13CPV (50 cernes) a fait l’objet d’un calage par le radiocarbone. L’âge obtenu le fait remonter au haut Moyen Âge, période peu représentée au lac du Bourget : 1370±40 BP, soit +575+765 cal. AD (ARC. 2058). Dans la répartition planimétrique de ces piquets, aucune disposition particulière ne permet de proposer une interprétation pour ce petit ensemble. Sa situation très proche du rivage pourrait éventuellement s’expliquer comme une ancienne protection de la berge implantée dans un secteur où les vents du sud peuvent être forts, soulevant des vagues importantes dont l’action érosive a pu être observée dans les carottages (Marguet 2002 : 124).

1.1.5.3. Conjux, lieux-dits Pré Nuaz, La Vacherie. Antiquité (PNLV1). Premiers travaux et premiers résultats

22Dans la partie la plus septentrionale de la baie, à une centaine de mètres du tombant (profondeur -3,5 m), plusieurs dizaines de petits piquets qui émergent à peine de la surface de la beine (les cônes d’érosion sont inférieurs à 10 cm) ont été découverts, le 22 février 2000, lors des déplacements des plongeurs (fig. 6a et 6b). Sur les franges orientales d’une emprise estimée à environ 400 m², un triangle de 5 m a été implanté puis nettoyé des sables et des limons vasards superficiels (du 23 au 31 mars 2000 ; fig. 7). De leur côté, les carottages réalisés dans ce secteur n’ont pas rencontré de niveaux anthropiques préservés. Dans cette unité, 125 bois ont été prélevés après topographie (fig. 8a et 8b) (6 pieux de diamètre 10 à 12 cm, 95 piquets de diamètre 3 à 9 cm, 3 baguettes horizontales, diamètre 5 à 7 cm et 1 madrier avec traces d’outil, diamètre 14 cm). La densité y est donc très importante (10 piquets/m²) mais leur répartition planimétrique semble aléatoire et n’aide pas à la compréhension fonctionnelle de l’aménagement. Si le faible diamètre des piquets ne va pas dans le sens d’un aménagement lié à la navigation (appontement ou débarcadère ?), leur nombre pourrait faire penser à un radier (d’une estacade ou d’une digue ?). Compte tenu des essences végétales représentées (1 cerisier, 1 érable, 1 frêne, 1 saule, 2 aulnes et 25 hêtres), seuls les chênes (71 échantillons) et les conifères (2 pins et 1 sapin) ont fait l’objet d’une étude dendrochronologique. Pour les chênes, cette analyse a permis la constitution de deux courtes séquences pour l’instant non datées : 9002CPN de 14 ans à partir de 4 échantillons et 9003CPN de 23 ans à partir de 2 échantillons. Une troisième séquence (Archéolabs 9001CPN), de 69 ans qui intègre 24 échantillons (22 piquets et 2 bois couchés), a néanmoins pu être datée en absolu ; elle se situe entre les années +101 et +169. La presque totalité des bois ayant conservé le dernier cerne de croissance (22 bois sur 24), il est possible de mettre en évidence 18 phases d’abattage, entre les années 148 et 169 ap. J.-C. Les mobiliers métalliques mis au jour sont bien conservés : des clous en fer de toutes tailles, un fer de gaffe à douille (longueur 22,2 cm, diamètre 4,5 cm), un talon de hampe à douille en fer (longueur 13,1 cm, diamètre 3 cm), un couteau à trancher à douille en fer portant une marque estampée près du dos (longueur 18,1 cm, largeur 7,6 cm, diamètre 1,3 cm), des petits hameçons sinueux en fil de fer et de bronze de section ronde (longueur de 2 à 3 cm), etc. ; ils se rattachent sans problème à cette période gallo-romaine et indiqueraient plutôt une activité halieutique (pêcherie ?). Mais ce sont surtout les monnaies qui confirment le mieux la datation proposée par la dendrochronologie. Il s’agit d’un lot homogène de dix-sept monnaies du Haut-Empire, principalement des as, dupondius ou sesterces frappés à Rome au milieu du IIe siècle ap. J.-C., c’est-à-dire parfaitement contemporaines des phases d’abattage actuellement reconnues : 2 monnaies d’Hadrien (frappées entre 117 et 138), 9 d’Antonin (frappées de 139 à 161), 3 de Faustine I sous Antonin (de 138 à 141) et 2 de Marc Aurèle (de 161 à 165). Seule une monnaie de Domitien César sous Vespasien est un peu plus ancienne, elle est datée de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. (frappée en 77/78) (expertise M. Amandry/BnF). Par ailleurs, de nombreux mobiliers céramiques ont été découverts lors des décapages : une douzaine de petits récipients sont complets et une quinzaine le sont archéologiquement ; ils sont globalement en accord avec ces dates, bien que leur positionnement typo-chronologique n’autorise pas le même degré de précision. Un examen rapide montre la forte représentation des céramiques régionales et locales où les petits gobelets ovoïdes à revêtement argileux dominent largement. Pour ce type, et dans les exemplaires complets, un module semble très fréquent : hauteur moyenne 9 à 10 cm, diamètre maximum de 9 à 10 cm, diamètre de l’ouverture entre 6 et 7 cm. De nombreux autres tessons appartiennent à des céramiques communes, grises ou rouges, d’usage courant (pichets, cruches, marmites à pied, etc.). Quelques fragments de céramique allobroge, dont un fond de pot ovoïde avec marque estampillée, sont aussi présents. Pour ce qui concerne l’interprétation fonctionnelle de cet emplacement, la question reste entière : la logique pencherait vers un aménagement lié à la pêche (ponton, piège à poissons ?) ou à la batellerie (débarcadère, jetée ?), mais la diversité des mobiliers découverts (nombreuses monnaies, types céramiques particuliers) ne permet pas d’écarter, pour le moment, le possible rôle cultuel de cet ensemble (lieu d’offrande au lac ?) (Marguet 2002 : 123)

Fig. 6a - Vue des piquets dépassant des sédiments vasards lors de la découverte du gisement en février-mars 2000.

Fig. 6a - Vue des piquets dépassant des sédiments vasards lors de la découverte du gisement en février-mars 2000.

Fig. 6b - Piquets et éléments de mobiliers visibles en surface au moment de la découverte du site en 2000.

Fig. 6b - Piquets et éléments de mobiliers visibles en surface au moment de la découverte du site en 2000.

Fig. 7 - Topographie des bois debout et couchés du gisement PNLV 1 le 27 mars 2000.

Fig. 7 - Topographie des bois debout et couchés du gisement PNLV 1 le 27 mars 2000.

Fig. 8 - Premiers résultats de l’analyse des vestiges prélevés sur le site.

Fig. 8 - Premiers résultats de l’analyse des vestiges prélevés sur le site.

a – Répartition planimétrique des piquets en bois et des mobilier prélevés à l’intérieur du sondage réalisé en 2000 ;
b – Diagramme dendrochronologique et évolution diachronique dans l’implantation des bois d’après les phases d’abattage alors connues.

23Compte tenu de l’unicité du gisement de PNLV1 pour notre compréhension de l’occupation antique du territoire, de son bon état apparent de conservation, de l’importance des matériels découverts lors du décapage initial, la question d’une étude complète des mobiliers a été posée. Des experts de ces périodes ont alors été sollicités (Colette Laroche, Joël Serralongue, Armand Desbat et Jean-Claude Béal) pour tenter d’en déterminer le cadre universitaire et de préciser les objectifs des prochaines investigations de terrain qui s’avéraient indispensables pour mieux saisir l’étendue des vestiges, la fonction du site et sa durée d’utilisation, l’origine des productions céramiques, etc.

1.2. Une aventure archéologique (avancement, questionnement, problématique) (SNM)

24Les résultats présentés dans cette publication sont le fruit de diverses interventions qui se sont étalées sur deux décennies. Près de dix ans se sont écoulés entre la découverte du gisement archéologique et la reprise des recherches sur le site, puis à nouveau dix années entre la reprise des investigations de terrain et cette publication.

25Dès la découverte du site en 2000, différentes données permettaient de mieux cerner les composantes et la chronologie du site (Marguet 2002, p. 123). Les premiers décapages et prélèvements avaient mis au jour des petits piquets et des mobiliers archéologiques, tandis que les études qui ont suivi avaient permis de définir une séquence chronologique cohérente et précise couvrant le second tiers du IIe siècle ap. J.-C. Toutefois, en raison de l’absence de plan reconnaissable et de l’importante densité de piquets présents sur une aussi faible surface, de nombreuses questions restèrent en suspens, notamment sur l’extension, la structuration et la fonction de ce site (cf. 1.1.5.3.).

26Pour autant la qualité et le très bon état de conservation des éléments disponibles suffisaient à témoigner de tout le potentiel du site. C’est en cela que la reprise des recherches sur le gisement constituait une bonne opportunité pour un jeune chercheur. Ces travaux ont permis d’aborder progressivement toute la chaîne opératoire de la démarche archéologique, de la formulation du projet à la valorisation des résultats. Cela a commencé par la réalisation d’un mémoire universitaire, suivi de cinq nouvelles opérations de terrain, prolongées par de nombreuses études spécialisées et la préparation de la monographie. En parallèle, une recherche doctorale a été menée dans le but de valoriser et d’enrichir les recherches menées à Conjux.

1.2.1. Un premier travail universitaire (2010)

27Dix ans après la découverte du site, la documentation disponible a été reprise dans le cadre d’un mémoire de Master 1. Ce travail, mené à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Jean-Claude Béal et le tutorat de Colette Laroche, avait pour objectif de reprendre l’étude du gisement en tentant d’aller plus loin dans l’analyse (Nieloud-Muller 2010). Les données correspondaient aux vestiges mobiliers découverts, à la documentation de terrain (plan de localisation à diverses échelles, évaluation d’emprise, relevés du secteur décapé, relevés de carottages sédimentologiques, planches des piquets et pieux prélevés, inventaires divers et photographies de terrain), ainsi qu’aux rapports d’études spécialisées (analyses dendroarchéologiques et étude numismatique). L’analyse et le croisement de ces éléments permirent d’apporter de nouvelles informations sur l’environnement du site, ses composantes matérielles et sa probable destination. Ces données préliminaires ont fait l’objet d’une contribution lors du congrès de la SFECAG pour ce qui relève des aspects céramiques (Nieloud-Muller 2011a) et d’une publication de synthèse plus générale, à l’occasion des contributions rassemblées en l’honneur d’André Marguet (Nieloud-Muller 2015).

28De cette étude il ressortait que le site n’était pas aussi isolé qu’il peut le paraître aujourd’hui. Il se trouvait à proximité d’un lieu stratégique, à la confluence d’une voie aquatique et d’une voie terrestre. Il devait être situé bien plus proche de la rive antique comme en témoigne la forte dynamique érosive constatée dans la partie septentrionale du lac et une remontée significative des eaux depuis la période romaine.

29À ce stade des recherches, ni la morphologie des bois ni leur organisation n’autorisaient à préciser la fonction du gisement (fig. 8b). Seules des singularités avaient alors été mises en évidence. Pourquoi tant de bois répartis sur une aussi faible surface (c. 10 bois/m²) ? Pourquoi recourir à dix essences distinctes pour une surface avoisinant les dix mètres carrés ? Pourquoi dix-sept dates d’abattage différentes réparties sur une courte séquence d’une vingtaine d’années ? Pourquoi avoir implanté ces petits bois sur le site presque tous les ans ? Mais ce qui paraissait encore plus étonnant concernait la répartition planimétrique des bois en fonction des phases d’abattage identifiées. Une progression linéaire dans l’implantation des bois était perceptible, mais il était à ce stade impossible d’expliquer le motif de cette évolution.

30L’examen des données concernant les bois apportait certes quelques informations, mais il menait à une impasse pour la compréhension de la fonction du site. L’étude du mobilier a permis d’avancer sur ce point. L’homogénéité du matériel – chronologique, typologique et fonctionnelle –, ainsi que la présence anormalement élevée d’objets complets et de mutilations volontaires ont tout de suite été mis en évidence. Cet assemblage ne s’accordait pas avec ce que l’on est en mesure de reconnaître comme reliefs de dépotoirs ou d’autres types de gisements couramment identifiés en milieu lacustre. En revanche, les analogies avec des ensembles relevant de la sphère religieuse menèrent à reconnaître les vestiges d’un site à vocation cultuelle.

31Cette interprétation souffrait toutefois de l’absence de parallèles archéologiques à mettre en regard. Il existait bien quelques éléments de comparaison dans la littérature archéologique concernant des traces de pratiques rituelles en milieu lacustre, mais aucun de ces gisements ne correspondait stricto sensu aux vestiges reconnus à Conjux. Il était donc nécessaire d’acquérir d’autres données sur le terrain et de poursuivre les recherches bibliographiques afin de tenter d’identifier d’éventuels sites similaires.

1.2.2. Cinq opérations archéologiques subaquatiques (2011-2015)

32Malgré ces avancées, de nombreuses questions restaient sans réponses. Seules de nouvelles interventions de terrain pouvaient être en mesure d’apporter d’autres éléments nécessaires à la compréhension du site. Les premières conclusions étaient fondées sur des données concernant une surface décapée de 10 m². Si l’étendue de la fenêtre ouverte restait faible, les vestiges disponibles (une centaine de piquets, mobiliers remarquables) suffisaient à témoigner du potentiel du site.

33Avant d’envisager un retour sur le terrain, il était important de s’assurer de la cohérence des vestiges et d’en évaluer la valeur scientifique. D’une manière très générale, les milieux subaquatiques restent méconnus et ils font souvent l’objet de suspicions quant à la qualité des données contextuelles. Les premières conclusions sur le site ont par exemple été contestées en raison de l’intervention reléguée à un simple « ramassage de surface » (Nieloud-Muller 2011). Il était d’autant plus nécessaire de questionner la qualité de ces mobiliers, d’autant plus qu’il n’était pas contenu dans une couche sédimentaire close. Les objets ont été découverts dispersés dans un niveau de surface de vase très volatile. Il s’agissait donc d’une forme de « dépôt » ouvert. En dépit de cela, tout un faisceau d’arguments autorisait à considérer les découvertes comme un échantillon scientifiquement valable. Ce point a précisément fait l’objet d’une présentation sur la nécessité de prendre en compte conjointement les mobiliers archéologiques et leur contexte dans la construction d’une interprétation, ainsi que les questions relatives à la mesure de la valeur scientifique de « dépôts » en milieu lacustre (Nieloud-Muller 2018a). La contemporanéité des éléments entre eux constituait un premier élément témoignant de la cohérence de l’ensemble. Il en était de même de la typologie et de la fonction des piquets et pieux ainsi que des éléments mobiliers qui venaient confirmer l’homogénéité du corpus.

34Pour aller plus loin, une réflexion a été menée afin de mesurer le potentiel académique, scientifique et patrimonial du site à travers les préconisations formulées et la grille d’évaluation proposée par John M. Coles (1988). Par la rareté des vestiges reconnus sur le site de Conjux, et l’absence de parallèle direct, les recherches engagées pouvaient avoir une dimension internationale. Il s’agissait a priori d’un site unique et suffisamment étendu pour que les recherches soient significatives. Les vestiges identifiés présentaient un excellent état de conservation et la proportion de vestiges organiques était importante. Enfin, il était envisageable de préserver une partie des vestiges in situ, d’en valoriser les résultats par diverses actions, tandis que le coût des opérations à mener paraissait peu élevé par rapport à son importance scientifique.

  • 3 Pour le détail des travaux menés année après année, nous renvoyons au chapitre suivant, ainsi qu’à (...)

35Dès lors, tous les facteurs étaient rassemblés pour justifier de la reprise de nouvelles investigations de terrain. Ces travaux s’annonçaient prometteurs et cinq campagnes de terrain ont été menées entre 2011 et 2015. Le but principal était alors de recueillir le maximum d’informations pour tenter de mieux cerner l’organisation du site et son fonctionnement3. Pour commencer, les deux premières années ont été principalement consacrées à la précision des limites du site et à la caractérisation de sa morphologie générale. Tous les bois ont ensuite été localisés pour dresser un plan presque complet. En complément de ces travaux de topographie, deux sondages longitudinaux ont permis de localiser, puis de prélever plus d’une centaine de bois, ainsi que l’ensemble du mobilier archéologique en place. À partir de 2013 un programme de recherche plus ambitieux a été mis en oeuvre. Il s’agissait alors de réaliser des décapages extensifs tout en veillant à préserver la moitié de chaque zone pour de futures recherches dans le respect des prescriptions de la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique. À l’occasion de ces campagnes, il a été décidé d’insister davantage sur ces sondages afin de prélever d’autres éléments mobiliers et d’autres bois. Le but était avant tout de disposer de nouveaux éléments de datation et de multiplier les éléments matériels permettant de préciser la fonction même du site.

1.2.3. Ramassages et pillages

36Rétrospectivement, lors de la reprise des investigations il est apparu que le site avait très certainement fait l’objet de plusieurs prélèvements de la part de plongeurs aux intentions parfois guidées par des motifs qui s’éloignent des considérations scientifiques qui nous animent.

37Les photographies réalisées lors de l’identification du site en 2000 faisaient apparaître un certain nombre d’objets affleurants dans l’environnement en bois. Beaucoup d’éléments complets avaient alors été localisés et prélevés lors du décapage à l’occasion de prises de points topographiques. Il s’agissait essentiellement des objets en céramique. Pour les campagnes menées entre 2011 et 2015 les éléments affleurants étaient quasi inexistants. Un seul récipient complet, dissimulé sous une imbrex, a pu être mis au jour. À l’évidence des objets ont été prélevés sur le site très vraisemblablement entre 2000 et 2011, peut-être même après.

38En 2012, lors de la topographie des piquets et pieux, un tube topographique a été découvert (fig. 9). Ce dernier, planté verticalement dans les couches sédimentaires, semblait indiquer que le site était connu par le passé et qu’il avait pu faire l’objet de travaux subaquatiques préalables. Malheureusement il n’a pas été possible d’en retrouver la trace dans la bibliographie. Certaines archives permettent cependant d’attribuer ces recherches à l’équipe du Groupe de Recherches Archéologiques lacustres de Villeurbanne qui travaillait à hauteur de Conjux et notamment dans la baie de Portout dans les années soixante. Monsieur Andreoletti qui conduisait cette équipe possédait du mobilier gallo-romain en provenance de Conjux, tandis qu’un membre de cette équipe, Monsieur Raynaud avait quant à lui collecté de façon illicite du matériel gallo-romain et du bronze final qui n’a jamais pu être récupéré (Dumont 1997, p. 44).

Fig. 9 - Tube topographique découvert en 2012 sur le site.

Fig. 9 - Tube topographique découvert en 2012 sur le site.

39Il se peut qu’une partie de ce matériel provienne du centre de la zone 2, à l’ouest, du site découvert (fig. 10). La couche de surface de sédiments sableux vasards n’avait pas la même consistance ni la même épaisseur que sur le reste de la zone, ainsi que du reste du gisement. Elle semblait témoigner d’une intervention peu ancienne et c’est peut-être ce qui a fragilisé l’ancrage de certains bois dans ce secteur. De plus, seuls des petits éléments posés à plat ont été découverts et ils étaient plus abondants sous une grosse pierre. Ce qui a été interprété au départ comme un « dépôt » volontaire semble plutôt être le reflet de la richesse du mobilier dans cette zone avant ces probables prélèvements. Nous regrettons la disparition de ces données dont la valeur réside avant tout dans leur intérêt scientifique. Cette perte est irrémédiable pour la connaissance de ce site et des pratiques dont elles peuvent témoigner.

Fig. 10 - Plan du site avec indication des trois zones et localisation des secteurs décapé, ainsi que des transects de prélèvements des piquets et petits pieux.

Fig. 10 - Plan du site avec indication des trois zones et localisation des secteurs décapé, ainsi que des transects de prélèvements des piquets et petits pieux.

40Enfin, il n’est sans doute pas à exclure que d’autres éléments aient pu être prélevés à des périodes antérieures, notamment lorsque le niveau du lac était très bas. Ces récupérations passées laissent deviner que ce qui a été découvert sur le site dans le cadre des opérations récentes n’est qu’un échantillon partiel, de fait incomplet.

1.2.4. Un travail de doctorat mené en parallèle (2013-2019)

41À mesure que transparaissaient l’intérêt scientifique et le caractère exceptionnel de ce gisement a émergé l’idée d’approfondir et de valoriser ces recherches dans le cadre d’un travail de doctorat. Le projet de départ devait porter sur le site du lac du Bourget et plus largement sur l’identification et l’étude des vestiges de pratiques cultuelles en milieu lacustre pour la période romaine. Ce choix se justifiait par les travaux menés sur le site, mais également par l’absence d’étude sur le sujet, tant à l’échelle des provinces gauloises, que dans le reste du monde romain.

42Toutefois, il est très rapidement apparu qu’une part essentielle des données recueillies sur le site de Conjux ne pouvait trouver une place dans le cadre d’un manuscrit de thèse. Les données apparaissaient numériquement trop importantes et leur présentation exhaustive aurait été disproportionnée par rapport aux autres sites abordés. Pour ces derniers, la qualité de la documentation était très différente (fouilles anciennes, localisations souvent incertaines, éparpillement des collections, etc.). De fait, il a été décidé de traiter le site de Conjux sous forme de notice dans le cadre de la thèse, au même titre que les autres gisements considérés, et de réserver l’ensemble des données pour une publication monographique indépendante. Bien que leurs contenus et leurs objectifs soient différents, ces deux approches s’avéraient complémentaires.

43Cette recherche doctorale a abouti à la remise d’un manuscrit intitulé Les cultes des lacs en Gaule et dans le monde romain (IIe siècle av. – Ve siècle ap. J.-C.). Apports des sources archéologiques et textuelles, soutenu en 2019 à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université (Nieloud-Muller 2019). Elle aborde notamment la question des « lacs sacrés » qui est à l’origine de nombreux fantasmes et d’une abondante littérature depuis l’Antiquité (fig. 11). Le rassemblement et la relecture des sources textuelles et matérielles ont permis d’aborder sous un angle nouveau les pratiques rituelles en contexte lacustre. Il a ainsi été possible de préciser la structuration de ces espaces cultuels, leur intégration dans leur environnement physique et chronoculturel, les pratiques dont ils ont pu être le cadre, avant de tenter de restituer les croyances qui leur étaient attachées. Les mythes et les êtres surnaturels concernés s’avèrent divers, tout autant que les motifs témoignant de la manifestation du divin et de la sacralité de ces lacs. Bien au-delà des espaces lacustres, ce travail se présente comme un exemple de recherche concernant l’identification et la caractérisation des « sanctuaires naturels ».

Fig. 11 - « Cépion ravissant l’or de Toulouse ». Eau-forte de Sébastien Le Clerc, d’après le dessin de Jean-Pierre Rivals, vers 1682 (Musée Paul Dupuy, Inv. 3924). Cette illustration se fonde sur certaines sources antiques qui relatent le pillage des richesses de la ville de Toulouse qui se trouvaient en partie rassemblées dans des lacs sacrés.

Fig. 11 - « Cépion ravissant l’or de Toulouse ». Eau-forte de Sébastien Le Clerc, d’après le dessin de Jean-Pierre Rivals, vers 1682 (Musée Paul Dupuy, Inv. 3924). Cette illustration se fonde sur certaines sources antiques qui relatent le pillage des richesses de la ville de Toulouse qui se trouvaient en partie rassemblées dans des lacs sacrés.

44Pour ce qui est du site de Conjux, il aurait été loisible de se contenter de l’approche très synthétique contenue dans ce travail de thèse si le caractère unique et l’importance scientifique de ce gisement n’obligeaient pas à en publier toutes les données par ailleurs. Le choix d’une publication monographique se justifiait pour la présentation des travaux qui méritaient une meilleure visibilité. C’est le cas des développements relatifs à ce site spécifique, comme les détails de notre méthode d’intervention, des questions relatives au contexte archéologique, aux variations de la nappe lacustre du Bourget, aux réflexions approfondies sur la question de la fonction des bois, etc. Mais c’est surtout pour donner la juste place qui revient à toutes les études, conclusions et planches des différents spécialistes ayant travaillé sur le site. Il en est de même des différents mémoires de Master qui ont porté sur ces vestiges.

1.2.5. Recherches complémentaires (2016-2018) et élaboration de la monographie (2019-2020)

45Une grande part des études spécialisées a été réalisée au terme de chaque campagne de terrain. En complément, trois demandes d’aides à la publication (2016 à 2018) ont été déposées afin de poursuivre et d’achever les études concernant les données prélevées.

46Toutes ces études ont été menées par différents spécialistes. Certains ont pris en charge le mobilier archéologique. Les monnaies identifiées au moment de la découverte du site ont été étudiées par Michel Amandry (BnF/Département des monnaies, médailles et antiques), tandis que les séries suivantes ont été examinées par Olivier Lempereur (HiSoMA – UMR 5189). Le mobilier céramique a quant à lui été étudié par Amaury Gilles (ArAr – UMR 5138) pour l’Antiquité et par Jean-Michel Treffort (ArAr – UMR 5138) pour l’âge du Bronze. Enfin, le mobilier métallique a été étudié par Stéphanie Roussel.

47L’examen des vestiges organiques a nécessité de faire appel à d’autres compétences. Les éléments en bois ont été analysés par l’équipe du laboratoire Archéolabs. L’étude d’un piquet contenant une monnaie a été réalisée par François Blondel (ArtTeHiS – UMR 6298) avec quelques compléments par Catherine Lavier (C2RMF – CRH EHESS / Ministère de la Culture) et Didier Pousset (Laboratoire d’Expertise du Bois et de Datation par Dendrochronologie). Enfin, les restes de faune ont été étudiés par Thierry Argant (ArAr – UMR 5138) et un fragment de pigment par Elsa Van Elslande (LAMS – UMR 8220).

48D’autres spécialistes sont intervenus plus ponctuellement afin de répondre à des besoins techniques spécifiques ou pour avancer sur des points précis. En outre, différents travaux universitaires ont été menés sur les vestiges du site. Deux mémoires de Master 1 ont concerné le mobilier céramique (Rodriguez Lopez 2015 ; Perrin 2017) et un autre traitait des piquets et pieux en bois découverts (Jeanniot 2019).

49Le projet de monographie souhaité visait à présenter la synthèse exhaustive de l’ensemble de ces travaux et des réflexions menées sur ce site singulier. Dans ce but une demande d’Allocation de formation et de recherche du Ministère de la Culture a été allouée en 2018 pour la reprise de la documentation. Il était indispensable de synthétiser les différentes études, mais également de réviser toutes les conclusions intermédiaires formulées au travers de chaque rapport. Il était également nécessaire d’uniformiser les inventaires, les dessins et les planches dans le but d’homogénéiser la présentation de ces résultats. Cela nécessitait également d’entamer de nouvelles recherches documentaires afin d’approfondir les derniers questionnements laissés en suspens. Le caractère unique du site de Conjux, la spécificité des vestiges mis au jour, obligeaient à mobiliser une bibliographie spécifique. Enfin, l’été 2020 a été entièrement consacré à la rédaction et à la réalisation des illustrations du présent volume.

50En parallèle, la totalité du mobilier a été dévolue au Musée Savoisien. Il appartient à ses équipes de prendre en charge le traitement du mobilier et la valorisation des éléments matériels découverts (cf. 1.4).

1.3. Méthode d’intervention et déroulement des étapes de travail (SNM)

51Après avoir reconnu le potentiel académique, scientifique et patrimonial du site, il a été décidé de mener de nouvelles opérations archéologiques sur le terrain. La stratégie d’intervention mise en place se fondait sur nos expériences, sur les conseils avisés des archéologues spécialisés des eaux intérieures et sur les chapitres méthodologiques présents dans la bibliographie.

52Les méthodes d’investigations en contexte lacustre ont été élaborées principalement à l’occasion des recherches menées sur les nombreuses stations littorales préhistoriques du Néolithique et de l’âge du Bronze qui se trouvent dans la majorité des grands lacs périalpins. Pendant près d’un siècle, les recherches se sont limitées à des récupérations et à des « pêches aux Antiquités ». Ce n’est qu’à la faveur du développement du scaphandre autonome que se multiplient, à partir du milieu du XXe siècle, les interventions en immersion. Progressivement sont mises en place les techniques et les procédures qui vont aboutir à l’énonciation des Méthodes de fouilles en lac et en rivière (Bocquet et al. 1976) qui seront perfectionnées par la suite à l’occasion de diverses opérations (cf. notamment au chapitre 2 de l’ouvrage Archéologie des lacs et des cours d’eau (Dumont 2006, p. 29-58).

  • 4 Ce chapitre s’inspire du contenu de deux enseignements de Licence 3 dispensés à la Faculté des lett (...)

53C’est en grande partie sur ces principes méthodologiques, faciles à mettre en œuvre et peu coûteux, que nous nous sommes fondés pour la mise en place d’une stratégie d’intervention. Elle a été adaptée en fonction des caractéristiques du milieu, de la nature et de l’étendue des vestiges étudiés, ainsi que des problématiques spécifiques au site. Dans ce chapitre sont présentées les grandes lignes de la stratégie adoptée lors de la phase de terrain. Cela permet de saisir quels ont été les choix qui ont été faits et quelles ont été les principales étapes de l’intervention. La présentation des données chiffrées permet enfin de présenter la constitution des corpus de données au fur et à mesure de l’avancement des recherches4.

1.3.1. Démarches préparatoires

1.3.1.1. Délimitation d’emprise des vestiges visibles en surface

54Après avoir localisé le site au GPS et avoir matérialisé sa position à l’aide d’un corps-mort, il a été nécessaire de retrouver les tubes métalliques implantés dans l’eau lors de l’invention du site en 2000. Ils ont servi, dix ans après leur installation, de point de départ à l’ensemble des nouvelles investigations menées sur le site. D’après les observations réalisées au moment de la découverte, l’emprise du gisement avait été sommairement évaluée à près de 400 m² avec une extension se profilant davantage vers l’ouest (Marguet 2002, p. 123). À partir de cette première indication, la première étape a consisté à évaluer précisément l’emprise du site, afin de positionner un point zéro central et de développer la trame qui servirait à l’ensemble des travaux à venir.

55Pour cela une méthode simple a été utilisée (fig. 12). Le premier triangle installé a été repéré et matérialisé à l’aide d’une drisse de nylon. Depuis le sommet A qui se trouvait du côté du secteur où les vestiges semblaient les plus denses, différents caps ont été suivis à la boussole avec une cordelette. Espacés de 45°, ils étaient suivis jusqu’au dernier pieu visible. Un petit poids avec flotteur en surface était déposé cinq mètres au-delà du dernier pieu observé. Depuis la surface, huit corps-morts ont été positionnés à la place de ces flotteurs afin de matérialiser la zone d’intervention (fig. 13). Ce balisage de surface s’avérait indispensable pour faciliter le repérage du site ainsi que pour des questions de sécurité.

Fig. 12 - Délimitation préliminaire de l’emprise des vestiges et définition de la zone d’intervention.

Fig. 12 - Délimitation préliminaire de l’emprise des vestiges et définition de la zone d’intervention.

Fig. 13 - Le support ponton positionné à hauteur du site. L’emprise de l’intervention est délimitée en surface par des bouées pour des questions de sécurité.

Fig. 13 - Le support ponton positionné à hauteur du site. L’emprise de l’intervention est délimitée en surface par des bouées pour des questions de sécurité.

56Ces mesures permirent de délimiter l’emprise du gisement à partir des piquets et pieux visibles en surface. Le triangle décapé en 2000 était situé dans la partie orientale du site et le gisement s’étendait largement à l’ouest. En revanche, toute la partie nord du site échappa à ces premières observations, notamment en raison de l’écartement progressif des caps ouest et nord-ouest, ainsi que de l’épaisseur plus importante des sédiments vasards superficiels qui masquaient une partie des vestiges présents.

1.3.1.2. Mise en place d’un maillage de triangulation

57À partir des résultats de cette prospection visuelle, un maillage de triangulation a été installé sur l’emprise des vestiges apparents.

58Il s’agit d’une trame de triangles équilatéraux, de cinq mètres de côté, mis en place à l’aide de gabarits ou de cablettes métalliques. Après l’installation d’un premier triangle, l’ensemble du maillage est progressivement développé par déplacements successifs. Chaque sommet est alors matérialisé par un tube métallique en acier galvanisé qui reste en place dans les sédiments. Après retrait des gabarits ou cablettes, les côtés de chaque triangle sont remplacés par des cordelettes en nylon de couleur blanche. Ce système présente l’avantage d’être facile à mettre en œuvre dans l’eau contrairement à un carroyage.

59L’ensemble du maillage répond à une nomenclature rigoureuse (fig. 14). La première étape consiste à déterminer un point zéro qui sert de point de référence à l’ensemble de la numérotation. Il s’agit d’un système orthonormé et chaque sommet de triangle reçoit un numéro en fonction de sa position dans l’espace :

  • en unité impaire vers l’est (1, 3, 5, 7…) ;

  • en unité paire vers l’ouest (2, 4, 6, 8…) ;

  • en centaine impaire vers le nord (100, 300, 500, 700…) ;

  • et en centaine paire vers le sud (200, 400, 600, 800…).

Fig. 14 - Nomenclature de la trame de triangulation. Cf. figure suivante pour un exemple d’application sur le terrain.

Fig. 14 - Nomenclature de la trame de triangulation. Cf. figure suivante pour un exemple d’application sur le terrain.

60Chaque triangle est ainsi désigné par trois numéros de sommet qui permet de le localiser facilement dans le site (exemple 002-102-104). Bien qu’en apparence complexe, ce système apparaît extrêmement pratique (Colardelle, Verdel 1993, p. 31). Il présente notamment l’avantage de permettre aux plongeurs de se repérer dans l’eau (la numérotation augmente toujours à mesure que l’on s’éloigne du point zéro) et rationalise les travaux subaquatiques, ainsi que l’enregistrement des données.

61Pour le site de Conjux, le maillage a été développé à partir du triangle installé en 2000 (n° 29) lors de la découverte du site (fig. 15). Il n’est donc pas strictement orienté et présente un léger décalage par rapport au nord magnétique (la déviation d’angle est d’une vingtaine de degrés vers le nord). Il a été fait le choix de positionner le point zéro dans un secteur considéré comme central d’après les vestiges visibles. Ce point a été matérialisé par une bouée de couleur accrochée au tube galvanisé afin d’être clairement différencié des autres sommets de triangle. L’axe est-ouest passant par le point zéro a lui aussi été mis en évidence en tant qu’axe principal grâce à une cordelette de couleur.

Fig. 15 - Développement de la trame de triangulation sur le site de Conjux.

Fig. 15 - Développement de la trame de triangulation sur le site de Conjux.
  • 5 Soit 389,7 m², la surface d’un triangle équilatéral étant de 10,825 m².

62Ce sont en tout 36 triangles qui ont été implantés sur l’emprise des bois visibles. La numérotation des sommets de triangle suit la nomenclature traditionnellement employée. Pour plus de commodités un numéro a été attribué à chaque triangle. Cette numérotation continue, de 1 à n, part du nord au sud et de l’ouest à l’est (35 triangles ont été implantés en 2011 et un dernier, le triangle 30’, a été ajouté en 2015 lors de la dernière campagne de terrain). C’est donc une surface de près de 390 m² qui a été couverte5.

63Cette trame de triangulation a servi de cadre à l’ensemble des travaux menés par la suite sur le site (mesures de profondeur, carottages sédimentologiques, topographie des bois, dévasages, etc.).

1.3.1.3. Les carottages sédimentologiques

64La prospection visuelle de surface ne permet pas d’identifier les vestiges en partie dissimulés dans les couches sédimentaires. Afin de compléter l’évaluation de l’extension du site d’après les pieux apparents il a été décidé de procéder à une série de carottages sédimentologiques. Cela permettait de déterminer la nature et l’épaisseur des couches sédimentaires (sédiments vasards de surface, alluvions, limons carbonatés, etc.), avec la potentielle présence d’occupations antérieures matérialisées par l’existence de couches riches en matière organique dits « fumiers lacustres ».

65La méthode est relativement simple. À la manière des tarières utilisées en contexte terrestre, un tube en PVC, de 2 m de longueur et de 5 cm de diamètre, est enfoncé verticalement dans les sédiments. L’introduction dans les couches de craies, de limons et de sédiments organiques est facile. Une fois enfoncé, le tube avec son prélèvement est bouché hermétiquement grâce à un bouchon à vis. Une cordelette est ensuite accrochée à l’extrémité supérieure de la carotte et retirée depuis l’embarcation à la main ou en recourant à un palan mécanique. À terre ou en laboratoire la carotte peut être extrudée avec une barre en fer ou bien en disquant longitudinalement le tube PVC afin d’observer les couches sédimentaires conservées.

66Sur le site de Conjux, une vingtaine de carottages a été réalisée (fig. 16).

Fig. 16 - Localisation des carottages sédimentologiques réalisés sur le site.

Fig. 16 - Localisation des carottages sédimentologiques réalisés sur le site.

67Les premiers prélèvements réalisés lors de la découverte du site n’avaient pas permis de mettre en évidence de niveaux anthropiques préservés (Marguet 2002, p. 123). Ils avaient été effectués à hauteur du premier triangle implanté (C6 et C7). En complément, lors de la reprise des travaux, quatre nouveaux carottages ont été réalisés en suivant un axe est-ouest (C1 à C4). Ils confirmaient l’absence de couches organiques en profondeur. Pour affiner ces premières conclusions, d’autres carottages ont été réalisés en 2014 en suivant le même axe (C8 à C13), et en 2015 à l’ouest selon un axe nord-sud (C14 à C19), puis à l’est du site (C20 à C21). Le but était de couvrir l’ensemble des zones où la densité des vestiges apparaissait la plus dense. Par sécurité, deux carottes ont été réalisées afin de doubler les prélèvements.

1.3.2. Les opérations de fouilles

68La détermination de l’emprise du gisement et l’absence de couches sédimentaires en profondeur ont orienté la méthodologie de la suite des travaux à mener.

69Les vestiges immergés du site de Conjux peuvent s’apparenter aux stations lacustres préhistoriques où les couches archéologiques semblent complètement érodées. Ces gisements correspondent au modèle B de la typologie défini par Pierre Corboud et Christiane Pugin concernant les différents types de conservation des sites littoraux connus sur les rives des lacs de Neuchâtel, de Morat et du Léman (Corboud, Pugin 2006, p. 47-49 et fig. 2, p. 50). Sur ces sites, les pilotis sont en partie conservés et la couche archéologique a totalement disparu. La céramique – lorsqu’elle est conservée – est très érodée et le matériel lithique ou métallique est encore présent, piégé dans les empierrements. Les démarches relatives à la récupération et à la sauvegarde des données conservées consistent à étudier les bois afin de connaître la plupart des phases de construction, l’organisation du site, ainsi qu’à récolter le matériel encore conservé par unité de surface. Cette démarche vaut pour le site de Conjux, mais également pour l’essentiel des gisements des périodes historiques qui ont toujours été immergés. D’une manière générale il ne s’agit pas de sites stratifiés et les vestiges liés à leur fréquentation se répartissent essentiellement dans une couche de vase de surface.

70Pour le site de Conjux, il a donc été décidé de localiser soigneusement l’ensemble des vestiges. Dans un premier temps, tous les bois apparents ont été topographiés, puis des secteurs déterminés ont été décapés afin de localiser et relever les vestiges présents. Le mobilier archéologique était alors systématiquement prélevé et des secteurs ont été sélectionnés pour le prélèvement de piquets et de pieux.

1.3.2.1. Topographie des bois

71En se fondant sur le maillage implanté, la première opération a consisté à topographier l’ensemble des bois en recourant à la triangulation. La méthode est très simple, elle consiste à déterminer l’emplacement de chaque élément en bois par mesure depuis les trois sommets de chaque triangle. Concrètement, dans l’eau, le plongeur numérote en continu les éléments qu’il souhaite topographier (fig. 17). S’il s’agit d’un bois debout, il plante un clou avec une fiche plastique avec le numéro du bois écrit au marqueur indélébile au centre du piquet ou du pieu. C’est la tête de clou qui sert alors de point de référence pour la prise des mesures. Dans le cas des bois couchés, le numéro est planté ou attaché sensiblement au centre de l’élément et ce sont les deux extrémités qui sont ensuite mesurées. Les distances sont prises en centimètres à l’aide d’un décamètre ruban et les distances notées au fur et à mesure sur une ardoise en PVC.

Fig. 17 - Plongeur numérotant un piquet à topographier. À noter à droite et à gauche des bois déjà numérotés.

Fig. 17 - Plongeur numérotant un piquet à topographier. À noter à droite et à gauche des bois déjà numérotés.

72Hors de l’eau, les reports de ces mesures sont faits au compas sur des feuilles A4 au 1/25e. Ils permettent de restituer progressivement la répartition des bois de chaque triangle. Théoriquement deux mesures suffisent pour positionner chaque bois, mais la troisième sert de vérification. Cette méthode, simple à mettre en œuvre, permet de disposer du plan de chaque triangle, qui mis bout à bout rend possible la reconstitution du plan du gisement. Il est ainsi possible d’apprécier objectivement la planimétrie d’un site qu’il est difficile d’observer depuis la surface ou dans l’eau en raison d’une visibilité réduite et des déformations visuelles.

73La présence d’un très grand nombre de piquets et de pieux apparent hors des sédiments a nécessité le recours à cette méthode systématique. Ce sont en tout 1405 bois qui ont été topographiés au cours des cinq campagnes de terrain (fig. 18). À l’origine 105 bois avaient été localisés (dont 4 bois couchés) au sein d’un seul triangle. Les années suivantes la numérotation continue a été poursuivie. En 2011, 535 bois debout ont été positionnés au sein de 24 triangles et en 2012, 649 nouveaux bois pour 10 triangles (dont 3 bois couchés). Très rapidement le plan du site a pu être reconstitué. Les 116 derniers piquets et pieux ont été topographiés selon la même méthode, mais après dévasage car ils se trouvaient dissimulés dans les couches superficielles (62 en 2013, 19 en 2014 et 35 en 2015).

Fig. 18 - Synthèse des triangles topographiés avec reports des numéros de bois localisés en fonction des années de campagnes.

Fig. 18 - Synthèse des triangles topographiés avec reports des numéros de bois localisés en fonction des années de campagnes.

1.3.2.2. Dévasages, relevés et prélèvements

74La restitution du plan du site d’après les piquets et pieux visibles ne fournissait qu’une vision incomplète. D’autres bois étaient invisibles, soit parce qu’ils avaient disparu, soit parce qu’ils étaient couchés dans les sédiments vasards. Certains éléments affleurants indiquaient également que du mobilier archéologique se trouvait dans l’environnement de ces bois (fig. 6a et 6b). Afin de documenter ces vestiges, il était nécessaire de retirer cette couche de surface pour les localiser, les relever et les prélever.

Une subdivision en unités pour faciliter la progression de la fouille

75Si les triangles de 5 mètres de côté sont indispensables pour la topographie des bois, ils s’avèrent bien trop grands pour la progression des travaux de décapage. C’est afin de faciliter ces opérations que ces triangles ont été subdivisés à l’aide d’une cordelette en 25 unités d’un mètre de côté (fig. 19).

Fig. 19 - Principes généraux du découpage spatial pour les travaux de topographie, de décapages et de relevés (d’après Bocquet et al. 1976).

Fig. 19 - Principes généraux du découpage spatial pour les travaux de topographie, de décapages et de relevés (d’après Bocquet et al. 1976).

76Dans ce contexte, les triangles font alors office de structures intermédiaires aux unités qui constituent alors le module guidant la progression de la fouille. Ces unités étaient numérotées de 1 à 25 en partant du numéro de sommet le plus bas vers le sommet le plus élevé (seuls les triangles qui ont fait l’objet de décapages ont été subdivisés en unité métrique). Ces unités de faible surface (0,433 m²) peuvent être couvertes confortablement par un seul plongeur en une seule plongée.

La fouille à l’aide d’un aspirateur hydraulique

77Pour des raisons pratiques, la fouille s’est faite à l’aide d’un aspirateur hydraulique. Chaque plongeur pouvait ainsi dégager progressivement les vestiges dissimulés dans les sédiments vasards et les relever (fig. 20).

Fig. 20 - Plongeur en train de dégager les vestiges présents dans la couche vasarde de surface.

Fig. 20 - Plongeur en train de dégager les vestiges présents dans la couche vasarde de surface.

78La méthode est assez simple et répond aux mêmes principes que les opérations « terrestres ». Elle consiste à retirer un niveau en partant d’un bord pour progressivement dégager l’intégralité de l’unité. Le dégagement se fait à mains nues. Une simple « ventilation » peut suffire pour dégager les sédiments très volatils. Il est permis d’utiliser certains outils comme les truelles « langue de chat » en veillant bien à ne pas altérer les vestiges présents. L’aspirateur hydraulique permet la succion des sédiments ainsi dégagés et favorise le maintien d’une bonne visibilité de la zone de travail.

79Sur le site de Conjux, les secteurs à fouiller ont été choisis en fonction des secteurs où les bois étaient les plus nombreux et où le mobilier affleurant semblait le plus abondant. Ce sont en tout un peu plus de 100 m² (102,2 m²) qui ont été décapés. Cette surface correspond sensiblement au quart de l’emprise recouverte par le maillage de triangulation et au tiers de l’extension des vestiges reconnus (fig. 21). Il a été fait le choix de préserver la moitié de chaque zone pour les générations futures.

Fig. 21 - Plan de localisation des secteurs décapés.

Fig. 21 - Plan de localisation des secteurs décapés.

80Le sondage d’évaluation réalisé en 2000 avait été décapé complètement en continu, soit sur une surface de 10,83 m². En 2012 deux transects ont été réalisés à partir de ce triangle. Le premier est-ouest permettait d’embrasser les deux principales zones du site (41 unités couvertes, soit 17,75 m²) et le second nord-sud permettait de traverser de part en part la zone est (17 unités, soit 7,36 m²). En 2013 les décapages n’ont concerné que ce dernier secteur (32 unités, soit 13,86 m²), à l’inverse de 2014, année pour laquelle seul le secteur est a été investigué (50 unités, soit 21,65 m²). Enfin, en 2015, deux nouveaux transects ont été décapés. Le premier nord-sud permettait d’embrasser tout le secteur situé à l’ouest (36 unités, soit 15,59 m²), le second est-ouest tout le secteur situé au nord (29 unités, soit 12,56 m²). Enfin, un sondage complémentaire a été effectué à l’est (6 unités, soit 2,6 m²).

Le relevé des vestiges

81Le décapage a permis de mettre en évidence des vestiges conservés in situ. Il était ensuite nécessaire de les documenter par des relevés (localisation, dessin et photographie). En raison de la nature du site, il a été décidé de tout topographier afin de faciliter les réflexions sur leur répartition. Tous les éléments matériels soigneusement dégagés (objets manufacturés et écofacts) ont été numérotés, d’une unité à l’autre, en continu de 1 à n. Pour chaque élément était plantée une fiche jardin en plastique avec un numéro inscrit au marqueur indélébile. Les nouveaux piquets et pieux découverts dans les sédiments faisaient également l’objet d’une numérotation dans la continuité de celle engagée. Ils étaient ensuite triangulés lorsque toutes les unités d’un triangle avaient été dévasées.

82Toutes les pierres, les terres cuites architecturales, matériel archéologique et les éléments en bois ont ensuite été relevés grâce au recours à une grille à dessin triangulaire spécialement conçue pour ces opérations. Il s’agit d’un gabarit en aluminium de forme de triangulaire d’un mètre de côté, subdivisé par des cordelettes élastiques en 25 petits triangles de 20 cm. Les dessins avec notes étaient exécutés sur des ardoises en PVC à l’aide de crayons papier (fig. 22). Ils étaient réalisés à l’échelle 1/10e avec le report des numéros des éléments matériels et des bois. Les ardoises étaient ensuite scannées pour leur mise au net.

Fig. 22 - Plongeur relevant les vestiges à l’aide d’un gabarit métallique triangulaire.

Fig. 22 - Plongeur relevant les vestiges à l’aide d’un gabarit métallique triangulaire.

83Certains éléments par leur position ou leur rareté nécessitaient d’être photographiés. Toutefois les difficultés inhérentes à la photographie en milieu subaquatique n’ont pas toujours permis de couvrir autant que nous l’aurions souhaité les éléments lors des opérations de fouilles.

Prélèvement, description et gestion des éléments mobiliers

84Après avoir été relevés, les éléments mobiliers ont été prélevés pour étude. À l’intérieur des unités décapées, chaque élément a été soigneusement dégagé, photographié et/ou dessiné si son intérêt le nécessitait, puis remplacé par une fiche jardin avec un numéro. L’élément prélevé était ensuite mis dans un sac lesté comportant un numéro identique à celui de la fiche jardin utilisée. Le tout était ensuite déposé dans un seau. La numérotation utilisée, de 1 à n, était continue d’une unité à l’autre afin d’éviter les doublons, notamment lorsqu’un plongeur intervenait sur plusieurs unités à la suite. Le prélèvement des éléments mobiliers nécessite une bonne expérience de la fouille. Les mobiliers les plus solides peuvent être fragilisés par leur séjour prolongé dans l’eau. Quant aux éléments organiques, ils sont en principe les plus fragiles et il est parfois nécessaire de les prélever en motte.

85Dès l’arrivée à la base terrestre une personne se chargeait de vérifier les numéros de triangles et d’unités, ainsi que la correspondance entre les numéros présents sur les relevés et les numéros des objets présents dans les sacs. En cas de manque il était possible de rectifier tout de suite une information en demandant au plongeur ou en retournant sur le terrain. Après cela, tous ces éléments étaient triés et mis à sécher à l’ombre pour le mobilier céramique et métallique et laissé en eau pour les éléments organiques les plus sensibles.

86Une fois conditionné, le mobilier était tout de suite intégré à un inventaire préliminaire en suivant une nomenclature précise. Chaque numéro d’inventaire est alors composé de l’année de découverte, du numéro de triangle et du numéro de l’unité de découverte, ainsi que d’un numéro d’objet propre à l’unité concernée (ex. 14.15.03.02). Ces informations permettent de garder la trace de la localisation précise de l’objet et de faciliter les comparaisons entre les découvertes des différentes campagnes. Quant aux numéros d’inventaire des mobiliers découverts en 2000, ils ont été uniformisés selon ce procédé. Ce sont en tout 637 numéros d’inventaire qui ont été créés sur le terrain pour l’ensemble des campagnes (fig. 23).

Fig. 23 - Nombre d’éléments inventoriés pour chaque campagne de terrain..

2000

2012

2013

2014

2015

Totaux

Nombre de numéros
d’inventaire terrain

46

90

234

109

158

637

Prélèvement, description et gestion des éléments en bois

87Après numérotation et topographie, certains piquets et pieux ont été prélevés pour des examens complémentaires et des analyses dendroarchéologiques. La hauteur préservée des bois debout était mesurée et notée sur une ardoise et ils étaient ensuite coupés au niveau atteint par les décapages (fig. 24). La partie restée enfoncée constitue dès lors une archive conservée en place. Les bois qui ne présentaient aucune résistance ont été intégralement prélevés ce qui a notamment permis d’observer les traces de coupes à leur base. Quant aux bois couchés, ils étaient directement prélevés puisqu’ils n’étaient pas enfoncés dans les couches sédimentaires. Après leur examen, ils ont été réimmergés sur le site pour leur conservation.

Fig. 24 - Piquets et pieux numérotés juste avant leur prélèvement pour analyse.

Fig. 24 - Piquets et pieux numérotés juste avant leur prélèvement pour analyse.

88Dès réception des échantillons à la base terrestre, une personne se chargeait de comptabiliser le nombre de bois et de vérifier leur numérotation. Elle s’occupait également de leur conservation préventive en s’assurant qu’il était conditionné en humidité, avec de l’eau du lac, à l’abri de la lumière et de la chaleur. Une fiche descriptive avec un certain nombre d’informations était remplie pour chaque échantillon. Il s’agissait du numéro du bois, de sa localisation sur le site (triangle, unité), de la hauteur conservée hors sol après décapage et éventuellement de la profondeur d’enfouissement, de ses principales caractéristiques (description morphologique, diamètre, présence de marques d’intervention anthropique, présence de l’écorce, etc.). Un vocabulaire descriptif a été établi afin de faciliter les comparaisons entre les différents éléments. Enfin, un dessin schématique et des prises de vue photographique étaient effectués. Après cela, les échantillons étaient coupés pour obtenir une section à envoyer au laboratoire pour analyses dendroarchéologiques. La coupe se faisait en évitant la zone sommitale érodée, ainsi que l’ensemble des déformations liées au départ de branches, à des déficiences de croissance ou à certaines altérations. Ils étaient conditionnés en sac avec un peu d’eau et après vide d’air, puis soigneusement rangés.

89En raison de la fragilité de ces éléments organiques et du coût de revient des analyses à réaliser, il n’était pas envisageable de prélever tous les bois présents dans les espaces décapés. Si lors du sondage d’évaluation réalisé en 2000 tous les bois ont été échantillonnés, il a fallu procéder à des choix lors des campagnes suivantes. Quatre transects recoupant les différents secteurs du site ont été retenus pour faire l’objet de prélèvements (fig. 25). Deux étaient nord-sud (n° 1 et 3) et deux autres est-ouest (n° 2 et 4).

Fig. 25 - Plan de localisation des secteurs de prélèvement des piquets et pieux.

Fig. 25 - Plan de localisation des secteurs de prélèvement des piquets et pieux.

90Ce sont en tout 439 bois qui ont été prélevés au cours des opérations menées sur le site (fig. 26). Tous ont été déposés au laboratoire Archéolabs pour analyse à l’exception de deux bois couchés qui ont été réimmergés.

Fig. 26 - Nombre de bois debout prélevés pour chaque campagne de terrain.

2000

2011

2012

2013

2014

2015

Totaux

Bois topographiés

105

535

649

62

19

35

1405

Bois prélevés

105

-

138

12

49

135

439

Bois déposés pour analyse
(Archéolabs)

105

-

138

9 + 1*

49

135

437

*Piquet déposé au Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS - UMR 8220).

1.3.2.3. Prospection électromagnétique

91La découverte en 2013 d’une monnaie au cœur même d’un bois nécessita le recours à un détecteur de métal dans le cadre des deux dernières campagnes. L’ensemble des zones préalablement décapées a fait l’objet d’une prospection électromagnétique avec une attention toute particulière aux bois présents dans ces espaces (fig. 27).

Fig. 27 - Prospection électromagnétique réalisée après décapage sur les bois non prélevés.

Fig. 27 - Prospection électromagnétique réalisée après décapage sur les bois non prélevés.

92Pour chaque signal, une fiche jardin était positionnée dans les sédiments ou une fiche de type Styron était accrochée au bois concerné. Les positions de ces fiches étaient triangulées et reportées sur une ardoise. Après dévasage et inspection fine des bois, chaque élément, même insignifiant était mis dans le sachet au numéro correspondant à celui indiqué sur la fiche du point pris en considération.

93Pour les bois pour lesquels le signal était positif, ils devaient être prélevés dans leur intégralité, conditionnés immédiatement et conservés dans un espace frais et à l’abri de la lumière, dans l’attente d’un examen morphologique et radiographique. Malheureusement, ces prospections complémentaires n’ont donné aucun résultat positif. Tous les bois prélevés lors des campagnes antérieures ont été passés au détecteur, sans succès.

1.3.3. Traitement des données et élaboration des rapports d’opération

94Après la campagne de terrain, les données brutes étaient structurées et organisées dans le but de la préparation et de l’élaboration des rapports d’opération. La régularité et le systématisme des actions mises en œuvre favorisaient la bonne gestion de la documentation et des éléments matériels sur le terrain. Pour gagner du temps, il a été décidé de faire le maximum pendant les campagnes de fouilles ce qui évitait la perte d’informations.

95Après chaque campagne, le mobilier faisait l’objet d’un inventaire avec un nouveau marquage afin de vérifier que les numéros n’étaient pas erronés et afin d’éviter l’effacement des données inscrites. Les fiches de bois, les relevés scannés et les photographies numériques étaient ensuite inventoriés. Une partie de cette documentation faisait l’objet d’un traitement et d’une mise au net. En parallèle, les éléments matériels (mobiliers et écofacts) étaient déposés auprès de chaque spécialiste pour analyse. Une fois récupérés ils étaient entreposés au dépôt archéologique du département de la Savoie.

96L’ensemble des données était ensuite mis en relation et analysé et le rapport était rédigé dans la foulée, parfois quelques semaines après l’opération. Ce rapprochement avait l’avantage d’être fait à chaud, mais présentait plusieurs inconvénients. Il empêchait notamment d’avoir le recul nécessaire sur les données recueillies et il n’était pas toujours possible d’intégrer les études des spécialistes.

1.4. Du terrain au public. La valorisation des découvertes (AR, JG et FH, avec le concours du CREAM)

97Les opérations de terrain sur le site de Conjux ont pris fin en 2015. Une fois les rapports rédigés et la liste du mobilier arrêtée, la propriété du mobilier fut transférée de l’Etat vers le Département de la Savoie, à la demande de ce dernier. Après un avis positif en 2017 de la Commission scientifique régionale d’acquisition pour les musées et un vote majoritaire de l’assemblée départementale en 2018, le transfert fut acté par un arrêté de l’Etat en 2021.

98Fermé en 2014 pour travaux, le Musée Savoisien, musée départemental d’histoire et des cultures de la Savoie, a fait peau neuve. L’ancienne présentation des collections permanentes, issue de remaniements successifs mettant en scène les objets des périodes préhistoriques puis historiques dans l’ordre chronologique, du Néolithique à la Second Guerre mondiale laisse place à une muséographie thématique permettant au visiteur de confronter des collections de toutes périodes autour d’un même sujet. Permettre au visiteur de se représenter l’espace et le pouvoir, la religion, les aspects vestimentaires, l’alimentation, la relation à l’environnement, l’habitat, les voies de circulation et les migrations à travers les objets ethnographiques, historiques ou archéologiques sans distinction de discipline, tel est le challenge de cette refonte muséographique.

99Le projet de rénovation est également l’occasion de faire entrer dans les collections du musée des milliers d’objets conservés dans les dépôts de l’Etat depuis leur sortie de fouille. Le mobilier de Conjux est celui qui a bénéficié du délai le plus court entre la fin des fouilles et l’entrée du matériel au musée, afin de recevoir la protection du statut de « collection Musée de France », inaliénable et imprescriptible et d’être présenté dans le nouveau parcours de visite.

100Nous évoquerons ici le cheminement intellectuel et les différentes étapes qui ont été nécessaires à son intégration au parcours permanent du musée, et mettrons en perspective les choix de présentation et de restauration effectués en regard du projet général de l’établissement voté par les élus de la Ville de Chambéry et par le Département de la Savoie en 2010.

1.4.1. Place du site de Conjux au nouveau Musée Savoisien

1.4.1.1. Un site singulier fouillé récemment en renfort des collections romaines

101Le Musée Savoisien (musée départemental de l’histoire et des cultures de la Savoie) conserve environ cent mille objets, dont vingt mille archéologiques. Le point d’orgue des collections archéologiques est l’âge du Bronze final lacustre, avec cinq mille cinq cents objets, puis la période romaine, représentée par un peu moins de 5000 objets, soit un quart des collections archéologiques.

102La majeure partie des collections romaines sont entrées au musée dans les années 1970, suite aux nombreuses fouilles menées en Savoie (atelier de céramique de Portout, fanum de Châteauneuf, villae d’Arbin, de Cognin, Saint-Jean-de-la-Porte, des Marches, nécropole de Montmélian) et ont fait l’objet d’un catalogue en 1981. Parmi ces collections, petit instrumentum métallique, céramique, verre, lapidaire, monnaies et quelques pièces maîtresses comme les graffitis de Châteauneuf, la Vénus de Détrier et le caducée de Lémenc. Avec le site de Conjux, site fouillé depuis les années 2000 et seul site lacustre romain conservé dans sa totalité, le musée renouvelle son approche de l’archéologie. En effet, depuis le recrutement d’un archéologue en 2011, la politique d’acquisition archéologique consiste à demander la propriété de la totalité du produit des fouilles d’un même site et d’intégrer la totalité du mobilier à l’inventaire Musée de France, afin d’en assurer une protection scientifique intégrale.

1.4.1.2. Nuancer la représentation des cultes antiques au sein du parcours de visite

103Avant la fermeture en 2014, les collections romaines provenant de Savoie étaient présentées au rez-de-chaussée du musée, après les salles protohistoriques, au pied de l’escalier d’honneur menant aux salons modernes. Plus d’une centaine d’objets étaient réunis par thèmes dans une même salle dédiée à la période : alimentation, bijoux, pratiques funéraires, outils, lapidaire et cultes. Ce dernier était exclusivement représenté par le fanum de Châteauneuf et quelques petites statuettes de divinités.

104Le nouveau Musée Savoisien est thématique, afin de faire dialoguer entre elles les collections archéologiques et ethnographiques. Le parcours commence ainsi par la thématique « Pouvoir et territoire », qui présente dans l’ordre chronologique les grandes périodes de l’histoire alpine, du Paléolithique Supérieur à aujourd’hui. Le visiteur a ensuite le choix de l’ordre des thématiques. Dans la séquence « Populations et circulations », il découvre les traces archéologiques des déplacements d’objets ou de populations ainsi que les langues. Dans « S’habiller » sont abordés les techniques de fabrication, les provenances et les circuits commerciaux, ainsi que la question de la représentation liée au vêtement et à la parure. Dans la séquence « Ressources et alimentation », on s’attache à faire découvrir les ressources naturelles et leur utilisation : minerais, eau, forêt, anthropisation des paysages, agropastoralisme, exploitation de la pente, aliments… Dans la séquence « Habitat », l’on peut découvrir les problématiques de l’habitat en montagne, mais aussi les appartements bourgeois urbains. La partie « Croire » est quant à elle consacrée à l’histoire religieuse du territoire du Néolithique à aujourd’hui. La diversité des pratiques cultuelles et funéraires est présentée selon un séquençage chrono-thématique. La religion romaine et les cultes gallo-romains y sont abordés à travers l’exposition de statuettes de divinités et d’objets issus de deux sites d’exception, le sanctuaire gallo-romain de Châteauneuf et le site cultuel lacustre de Conjux. Les vitrines consacrées à ces sites sont prévues dans une salle dédiée aux pratiques cultuelles avant la christianisation du territoire. Si le site de Châteauneuf permet d’étudier l’implantation du culte officiel romain et le fonctionnement d’un temple, dont l’image est bien ancrée dans l’esprit des visiteurs, le site lacustre de Conjux permet d’aborder les cultes des eaux et de sortir des sentiers battus des sanctuaires de plan classique probablement moins connus du grand public. La présentation du site de Conjux dans le parcours de visite du futur musée renouvelle et nuance ainsi l’approche et les représentations des cultes gallo-romains sur le territoire.

105Mais avant de parvenir jusqu’aux vitrines muséales, le mobilier a fait l’objet d’une restauration, en particulier pour les objets en bois gorgés d’eau et les métaux.

1.4.2. Traitements de conservation et de restauration des bois gorgés d’eau

1.4.2.1. Dégradations caractéristiques des bois gorgés d’eau

106La fouille d’un site subaquatique réserve bien souvent la découverte d’artefacts en matière organique (cuir, bois, textile, vannerie, cordage etc.…). Le site de Conjux en est un parfait exemple avec la mise au jour de nombreux vestiges en bois.

107Le bois se compose essentiellement de cellulose, d’hémicellulose et de lignine ; bien que biodégradable, il peut se conserver longtemps s’il est rapidement abandonné dans un milieu aqueux stable. En effet, l’eau protège le bois de nombreux facteurs de dégradation tel que l’oxygène de l’air, les cycles climatiques saisonniers, les champignons, les insectes xylophages ou encore les UV. Néanmoins, un objet en bois qui sombre au fond d’un lac subit une dégradation chimique lente et complexe, qui est fonction du type de sédiments qui le recouvrent, de la qualité de l’eau, de la présence de métaux à proximité, de l’essence du bois et de toute une série de facteurs biologiques et physico chimiques qui influencent la conservation de l’objet. Les sédiments qui se déposent sur l’objet le protègent de l’érosion mais ils ne peuvent empêcher le travail des bactéries et de l’eau qui, insidieusement, dégradent la cellulose du bois pour ne laisser au fil des siècles d’enfouissement, qu’un fragile réseau de lignine. Ce phénomène, appelé aussi « érosion bactérienne », favorise en effet l’hydrolyse de la cellulose et permet sa dissolution lente, progressive, mais effective dans l’eau. L’eau remplace alors la cellulose au sein même des parois cellulaires et l’on parle alors de bois gorgé d’eau (un bois très dégradé peut contenir jusqu’à 60-80 % massiques d’eau).

108À ce stade de dégradation, le bois a perdu toutes ses propriétés mécaniques, notamment sa rigidité ; le matériau devient mou et spongieux. Si le bois est sorti de son contexte aqueux et commence à sécher à l’air libre, il en résulte une déformation irréversible de son volume.

109Les déformations sont générées à la fois par du retrait de fibre et par de l’affaissement cellulaire. Dans ce dernier cas, la résistance mécanique des parois cellulaires est tellement faible qu’elle n’est plus capable de supporter les forces capillaires exercées sur le bois par l’évaporation de l’eau. La structure poreuse du bois s’effondre sur elle-même en se densifiant (fig. 28). Ce phénomène est, de loin, le plus destructeur car il est irréversible et peut entraîner la perte de plus de 50 % du volume de l’objet initial ; l’objet est alors perdu. C’est en raison de cette extrême sensibilité des bois gorgés d’eau au séchage non contrôlé que les archéologues se doivent de maintenir en permanence les objets en bois à l’état humide dès leur prélèvement.

Fig. 28 - Dégradations caractéristiques des bois gorgés d’eau.

Fig. 28 - Dégradations caractéristiques des bois gorgés d’eau.

a. Cellules et bois gorgé d’eau ; b. Cellules et bois séché à l’air sans contrôle (ARC-Nucleart).

1.4.2.2. Traitements adaptés aux bois gorgés d’eau

110Les chimistes et les conservateurs-restaurateurs, de tous pays, ont mis plusieurs décennies avant de parvenir à élaborer une méthode de stabilisation des bois gorgés d’eau efficace. Actuellement, seuls quelques laboratoires spécialisés sont capables de stabiliser ce type de matériaux. Le traitement le plus utilisé, vise à remplacer l’eau des cellules par un polymère consolidant soluble dans l’eau : le polyéthylène glycol (PEG).L’imprégnation du bois par du polyéthylène glycol dure environ 8 mois, au cours desquels, la concentration en PEG est progressivement augmentée jusqu’à 30 % (fig. 29). Durant cette phase, le PEG va progressivement et partiellement remplacer l’eau au sein du bois par diffusion du polymère à partir du bain vers l’objet grâce à un gradient de concentration qui s’établit.

Fig. 29 - Cuves d’imprégnation au polyéthylène glycol (ARC-Nucleart).

Fig. 29 - Cuves d’imprégnation au polyéthylène glycol (ARC-Nucleart).

111Les objets imprégnés de PEG sont ensuite placés dans un lyophilisateur et séchés pendant plusieurs jours (fig. 30). La lyophilisation se base sur le principe physique de la sublimation. L’objet, imprégné de polyéthylène glycol est tout d’abord congelé à -30°c puis un vide partiel est fait autour de lui pour transformer l’eau figée sous forme de glace, en vapeur d’eau, sans passer par la phase liquide. La glace, considérée comme un solide indéformable, empêche l’affaissement de la structure poreuse du bois sur elle-même pendant toute la phase de séchage. Par ailleurs, comme l’eau n’est plus en phase liquide durant toute la phase de séchage, il n’y a donc plus de forces capillaires capables de provoquer de l’effondrement cellulaire. Le PEG, piégé dans le bois, perd son solvant (l’eau) et se solidifie, ce qui permet de consolider la structure fragile du bois en fin de séchage.

Fig. 30 - Lyophilisateur (ARC-Nucleart).

Fig. 30 - Lyophilisateur (ARC-Nucleart).

1.4.2.3. Problématiques particulières des objets composites

112Deux objets en bois provenant du site de Conjux ont été sélectionnés pour être conservés et présentés au public du fait de leur intérêt scientifique et culturel. L’objet le plus intrigant est un fragment de pieu renfermant une monnaie en alliage cuivreux (fig. 31). Le second objet est un couperet en alliage ferreux ayant conservé une petite partie de son manche en bois (fig. 32). Ces deux objets, associant bois et métaux sont qualifiés d’objets composites car ils se composent de matériaux de nature différente : le métal (minéral) et le bois (organique). Le problème particulier posé par les objets composites vient du fait que les nécessités de traitement des différents matériaux sont parfois incompatibles entre elles et que les traitements de restauration nécessitent l’intervention de différents spécialistes. Le principal inconvénient est que le PEG, utilisé pour l’imprégnation du bois, est corrosif pour les métaux. Dans le cas des objets de Conjux, ce problème a rapidement été résolu car les éléments métalliques des deux objets ont pu être facilement dissociés des parties organiques.

Fig. 31 - Pieu avec monnaie avant traitement (ARC-Nucleart).

Fig. 31 - Pieu avec monnaie avant traitement (ARC-Nucleart).

Fig. 32 - Couperet avec son manche en bois, avant et après traitement (CREAM).

Fig. 32 - Couperet avec son manche en bois, avant et après traitement (CREAM).

113La pièce de monnaie du pieu ainsi que la lame du couperet ont été confiés à un laboratoire spécialisé (le CREAM de Vienne) qui a procédé à la stabilisation des métaux ainsi qu’à leur restauration. Les parties en bois ont été traitées, séparément, à ARC-Nucléart (Grenoble). Outre la présence de métal, le manche du couperet présentait un défi supplémentaire. En effet l’oxydation de la lame a entraîné la diffusion d’oxydes de fer dans le bois. Ces oxydes de fer, sous l’effet de bactéries anaérobies présentes dans les sédiments se transforment souvent en sulfures de fer. Or, les objets contaminés par les sulfures de fer (pyrite) posent de graves problèmes de conservation et il n’existe, à ce jour, aucun traitement totalement efficace.

114En effet, après séchage du bois, les sulfures de fer peuvent s’oxyder au contact de l’air et de l’humidité ambiante. Cette oxydation se traduit par la formation d’acide sulfurique qui ronge le bois et son consolidant ainsi que par la formation de sels sulfatés qui brisent et déforment les fibres du bois. Ce processus peut aller, dans certain cas, jusqu’ à la destruction totale de l’objet.

115Des analyses par diffraction des rayons X (DRX), permettant d’étudier les différentes phases de matériaux cristallins, et une observation au microscope électronique à balayage (MEB) et des images en électrons secondaires (EDS) ont confirmé la présence de sulfures de fer au sein du manche de couperet. Afin de minimiser le risque d’acidification, un pré-traitement expérimental de « dépyritisation » par bain d’oxydant chimique a été tenté sur le manche. La petite taille de l’objet ne permettant pas de multiplier les analyses de contrôle qui sont destructives, le succès de cette intervention est difficile à évaluer et ne peut être garanti. Néanmoins, un essai d’analyse non destructive par fluorescence X portative (XRD-XRF, réalisée gracieusement par le CNRS), a montré que le bois après traitement de « dépyritisation » était très peu minéralisé et aucun sulfure de fer n’a été détecté. Les résultats de cette analyse sont encourageants mais ils sont à prendre avec prudence car les zones analysées peuvent ne pas être représentatives de l’ensemble du bois. Ce traitement de « dépyritisation » a été renforcé par l’ajout de sébacate de disodium dans le bain d’imprégnation de polyéthylène glycol. Le sébacate de disodium est un composé chimique en cours d’étude qui semble passiver les sulfures de fer.

116Le manche en bois devant être remonté avec la lame de fer, le traitement PEG/lyophilisation a été complété, par une imprégnation de résine styrène-polyester. Cette résine est particulièrement adaptée aux objets associant bois et métal car elle est hydrophobe et permet de protéger, à long terme, le métal de l’hygroscopicité du polyéthylène glycol. L’imprégnation de résine styrène-polyester est appelé traitement « Nucléart mixte » et il consiste à plonger le bois (après son imprégnation de polyéthylène glycol et séchage) dans une cuve de styrène-polyester, puis à faire un vide pression pour faire pénétrer la résine au cœur du bois. Après imprégnation, l’objet est bombardé de rayons gamma qui polymérisent la résine. L’objet en ressort considérablement renforcé et beaucoup mieux protégé contre les variations d’humidité relative. Toutes ces mesures de précaution seront pérennisées par le contrôle strict du climat dans lequel sera conservé cet objet.

117Après le traitement du bois et du métal, les opérations de restauration à proprement parler peuvent débuter. En effet, les objets devant être exposés au sein du parcours permanent du Musée Savoisien, il était nécessaire de les rendre présentables et lisibles pour le public sans toutefois compromettre leur valeur scientifique ni gommer les traces de leur histoire matérielle. Les différents principes déontologiques formulés depuis la charte de Venise fixent le cadre d’intervention que le conservateur-restaurateur se doit de respecter. Les principes majeurs de la discipline sont les suivants : l’intégrité, la pérennité et l’accessibilité des biens. Pour ce faire, les interventions de conservation-restauration doivent être justifiées et un diagnostic précis doit être réalisé avant toute intervention. La stabilité et la compatibilité (chimique, mécanique et optique) des matériaux employés doit être assurée, afin de garantir une bonne adéquation, à long terme, entre l’objet et les matériaux ajoutés. La réversibilité des interventions doit être visée et idéalement, ce qui est fait doit pouvoir être défait sans que l’objet originel n’en soit affecté. La lisibilité et la visibilité des interventions doivent permettre d’éviter toute falsification ou confusion entre l’objet et sa restauration. Enfin, l’intervention doit être minimale car aucune opération n’est jamais totalement dénuée de conséquences. C’est donc dans le respect de cette déontologie que les objets de Conjux ont été restaurés. Le manche du couperet a été remis en place dans la douille de la lame grâce à un procédé de collage/bouchage utilisant des résines stables et réversibles. Le métal, quant à lui, a été nettoyé mécaniquement des oxydes de fer qui se sont déposés sur sa surface d’origine. La douille, très fragile, a été consolidée par un doublage partiel en tissu de verre, renforcé par de la résine époxy teintée ; puis le métal a été protégé par un vernis acrylique. L’écorce du pieu contenant la monnaie était particulièrement fragile : il a été nécessaire de la consolider par ajout de résine acrylique (stable et réversible). La monnaie a été nettoyée mécaniquement sous loupe binoculaire. Un traitement de stabilisation des chlorures par bain de benzotriazole a été fait puis un vernis acrylique a été posé sur la pièce.

118La multiplicité des interventions nécessaires à la conservation des bois gorgés d’eau de Conjux met bien en évidence la complexité de leur problématique. L’état de dégradation, la géométrie de l’objet initial, son milieu d’enfouissement, la présence d’autres matériaux suscitent des questions relatives au choix des traitements de conservation, aux choix des interventions de restauration, ainsi qu’aux préconisations de conservation préventives, et ce, dans le respect d’une déontologie stricte de conservation du patrimoine.

119Ce sont autant d’interrogations auxquelles les réponses se font au cas par cas, après une analyse poussée des objets, et cela dans la globalité d’un projet intégrant également la muséographie des objets au sein du musée rénové.

1.4.3. Traitements de conservation et de restauration des objets métalliques

120Le mobilier métallique a également fait l’objet d’une restauration par le CREAM (Centre de Restauration et d’Études Archéologiques Municipal de Vienne). Il s’agit de 8 objets en fer et de la clochette en alliage cuivreux. Ces opérations de restauration ont pour objectifs la stabilisation des éventuelles dégradations en cours mais aussi une lisibilité pour le public.

121Là aussi, les restaurateurs agissent en respectant le code déontologique de l’ICOM :

  • réversibilité des traitements

  • compatibilité des matériaux ajoutés avec le matériau d’origine et entre les différents matériaux employés

  • principe d’intervention minimum, seules les opérations nécessaires seront exécutées

  • stabilité et inertie chimique des matériaux

  • lisibilité des interventions

122Les objets avaient été radiographiés en 2014 lors de l’étude du mobilier pour préciser le diagnostic et révéler le degré de minéralisation ou de conservation du métal. Les méthodes de stabilisation des ferreux visent à extraire des ions chlorures responsables d’une corrosion active. Cette stabilisation est presque toujours indispensable pour les ferreux issus de contextes terrestres et a fortiori quand il subsiste un noyau métallique.

123Dans le cas présent, les objets présentent des dépôts masquant la surface d’origine en couche assez mince, de couleur grise avec parfois des oxydes de fer. Ce faciès de corrosion est caractéristique des milieux d’enfouissement subaquatique et évoque de la pyrite, sulfure de fer qui se forme dans les milieux anaérobies. Les objets ne présentent pas de signes de corrosion active par chlorures tels que soulèvement de la surface d’origine ou écaillage profond en cours. Ils sont de plus très minces et donc minéralisés en profondeur. Il n’est donc pas nécessaire d’envisager une stabilisation au sulfite alcalin en vue d’une déchloruration. Le stylet, plus métallique, ne sera pas traité non plus en raison du risque de perte de surface d’origine, qui comporte des lignes gravées. Les écailles détachées ne concernent que la couche de corrosion située au-dessus de la surface d’origine.

124En ce qui concerne les ferreux, il s’agit ici de retrouver la surface d’origine des objets, qui est plus ou moins masquée par des dépôts de sédiments et de la corrosion. La difficulté réside ici dans l’élimination de la corrosion. En effet la pyrite se caractérise par une relative compacité et une liaison plus ou moins forte avec la surface d’origine, qui est souvent friable. Il faut donc procéder à un nettoyage délicat, sous loupe binoculaire, au scalpel et brossettes. Le microsablage aux billes de verre, habituellement très efficace pour le dégagement des ferreux, ne peut être employé dans ce cas-là, en raison de la grande fragilité mécanique de la surface d’origine. Des infiltrations de résine acrylique ont lieu pendant le nettoyage pour consolider ce qui doit être sauvegardé.

125En ce qui concerne la clochette en alliage cuivreux, cet objet est associé à un fragment en fer, très mince, peut-être le battant. La première intervention consiste à rechercher une possible connexion entre les deux. Puis le nettoyage est effectué mécaniquement : microsablage à la grenaille végétale, scalpel, brossettes douces. La stabilisation d’un cuivreux passe par une immersion dans du benzotriazole, inhibiteur de corrosion (solution à 3 % dans un mélange 50/50 d’eau et d’alcool). L’objet est ensuite rincé à l’éthanol et séché.

126Les objets sont ensuite protégés en surface et marqués, comme l’oblige la loi Musées. La protection de surface est réalisée par application de résine Paraloïd B72 à 3 % dans l’acétone. Le marquage est inscrit à la plume avec de la peinture acrylique blanche ou de l’encre noire -selon la couleur du fond -dans un cartouche de Paraloïd dilué à 5 %.

1.4.4. De l’entrée des collections au musée à leur valorisation

1.4.4.1. Sélection des objets

127Après l’acquisition sur le plan juridique, le mobilier n’est dans un premier temps pas récupéré par le musée dans sa totalité : certaines pièces sont encore à l’étude, d’autres en stabilisation. Un premier travail de repérage dans l’inventaire et dans les rapports de fouilles est alors effectué en interne par les agents du musée et le responsable d’opération afin d’évaluer les objets les plus pertinents pour présenter la singularité du site. Au cours de cette sélection, le choix s’est porté sur les objets relatifs au culte antique sur la période concernée (2e moitié du IIe siècle et début du IIIe siècle). Les objets halieutiques et le mobilier plus récent découverts sur le site n’ont pas été retenus pour des raisons de médiation et de muséographie. Parmi les objets non cultuels, les hameçons et les poids de filets de pêche seront néanmoins exposés dans la partie « Ressources et alimentation ». La taille de la vitrine permet de présenter un échantillon du mobilier, sans toutefois permettre un fac-similé d’implantation des pieux ou des autels. La totalité du mobilier ne pouvant être exposée, des choix ont dû être opérés tout en cherchant à mettre en valeur la diversité des gestes cultuels mis en évidence par l’étude des objets (implantation des piquets, jet de monnaies, dépôt et mutilation de céramiques, sacrifices, pratique de l’écriture).

128Pour cela, nous nous sommes appuyés sur les caractéristiques du site : deux zones distinctes à représenter à parts égales, ayant livré des centaines de pieux, plus de 120 monnaies, des céramiques fines entières et des céramiques mutilées, ainsi que des vestiges de sacrifices (ossements et couteaux) et des objets que l’on retrouve souvent dans les sanctuaires (clochettes, style). Les pieux n’ayant pas été conservés, il n’a donc pas été possible d’envisager leur présentation, à l’exception du bois-monnaie, stabilisé.

129En ce qui concerne les monnaies, nous avons choisi de montrer la variété des empereurs afin de rendre compte de l’étendue chronologique de l’occupation du site (Domitien, Hadrien, Antonin, Faustine, Marc-Aurèle, Néron, Trajan, Faustine II, Lucilla). En termes de scénographie, nous avons au départ imaginé répartir l’ensemble des monnaies sur le plancher de la vitrine afin d’évoquer leur répartition au fond de l’eau ; l’écueil est de ne pas faire ressembler l’ensemble à un trésor, ni de tomber dans la collection numismatique. De plus, il est à noter que parmi ces monnaies, certaines sont très lisibles, bien conservées et signifiantes pour le site. D’autres ont été chauffées, probablement dans le cadre d’un rituel. Ces monnaies mises en exergue feront l’objet d’un discours particulier.

130Un choix permettant d’apprécier la variété des céramiques a été effectué parmi les récipients complets et parmi les récipients mutilés. Les objets manufacturés en lien avec le culte (couteaux, style, clochettes, objet ovoïde, clous) sont intégralement présentés car peu nombreux ; les couteaux ont été mis en rapport avec les restes osseux d’animaux sacrifiés (faunes domestique et sauvage d’individus jeunes). Les clous sont présentés pour témoigner de l’accrochage d’objets aux pieux.

131Enfin, un ensemble singulier est présenté : l’association tuile/pot/monnaie. Toutefois, la tuile brisée étant trop grande pour la vitrine, nous n’en présentons qu’une moitié. Afin de faire comprendre au public la superposition de ces éléments mais de lui permettre de voir ceux situés en-dessous, il a été choisi de restituer leur superposition avec un décalage pour chaque élément, façon « stratigraphie visible en coupe ». Pour les céramiques mutilées sur leur partie inférieure ou sous leur pied, l’enjeu est de les présenter renversée afin de bien percevoir les perforations.

132Enfin, en ce qui concerne le « bois-monnaie », nous avons fait le choix de présenter la monnaie à sa place dans le bois stabilisé, en la séparant du bois par une mousse protectrice, afin que le visiteur puisse admirer l’ensemble. Ceci suppose de ne pas avoir accès à la lecture de la monnaie, mais nous avons considéré que ce qui était utile ici était l’objet « bois-monnaie » en tant que tel dans l’explication du culte, et non une approche numismatique, qui n’aurait d’ailleurs pas nécessité une stabilisation du pieu.

1.4.4.2 Scénographie et supports de médiation

133C’est la scénographe Adeline Rispal qui a donné le ton de l’aspect esthétique des nouvelles salles. Dans la droite ligne du rapport sur les musées du XXIe siècle, elle imagine un musée de style « Fab Lab », tiers-lieu moderne et inventif, connecté et participatif : des tables de manipulation (pour les reconstitutions et éléments de médiation), des cartels détachables, d’autres à enrichir par le public, de la réalité augmentée, une touchothèque, du tissage collectif…

134Par ailleurs, la diversité des supports de médiation est privilégiée : cartel d’une dizaine de lignes pour le site lui-même, cartels plus courts pour entrer dans le détail des objets et film d’animation restituant le culte antique. Le parti pris de ce film produit par La Casquette Productions et réalisé par Vox Historiae sous la direction des agents du musée et du responsable d’opération est d’évoquer le culte singulier qui prenait place sur la berge de Conjux sur un écran de 22 pouces en moins de cinq minutes, dans un style hyperréaliste de type jeu vidéo contemporain, à fort pouvoir immersif (fig. 33). Le film présente d’abord le lac du Bourget à l’Antiquité et le principe de l’inversion de la Savière, puis le site et ses centaines de piquets arborant clochettes, tituli et rubans. Le spectateur découvre le site tel qu’il fonctionnait au 2e siècle, avec ses pieux et les restes de sacrifices au fond de l’eau (céramiques, ossements, fruits, monnaies) et assiste à diverses scènes de culte (jet de monnaies, insertion d’une monnaie dans un arbre). Le scénario met en scène l’officiant en train d’agir, les fidèles se trouvant sur la berge, afin de tenir compte de la notion antique de sanctuaire. Le film est réalisé en 3 dimensions, à l’exception du détail de certains gestes, réalisés en 2 D. Il est à noter que les pieux ont été rigoureusement implantés selon le relevé de terrain et que les objets présentés dans le film sont des reproductions numériques du mobilier effectivement découvert. Ce film a fait partie de la sélection officielle 2022 du festival international du film d’archéologie d’Amiens.

Fig. 33 - Extraits du film d’animation réalisé pour le parcours muséographique du Musée Savoisien.

Fig. 33 - Extraits du film d’animation réalisé pour le parcours muséographique du Musée Savoisien.

1.4.5. Une acquisition destinée à être présentée, mais pas seulement…

135In fine, c’est donc plus d’une cinquantaine d’objets issus du site qui sont présentés au public, dans une mise en scène renouvelée. Le reste du mobilier, lui aussi entré en collection « musée de France » est consultable en réserve sur rendez-vous pour les chercheurs qui en font la demande. La présence de ce site singulier au sein du parcours permanent du musée enrichit sans conteste la vision que peut avoir le visiteur des cultes antiques. Elle montre aussi que l’on peut drastiquement réduire le temps entre la fin d’une fouille et la présentation muséale du mobilier, études et restaurations incluses.

1.5. Conclusion (SNM)

136Dans le cadre des prospections archéologiques subaquatiques menées de 1995 à 2001 sur les beines des grands lacs périalpins, de nombreux gisements archéologiques ont été découverts (dir. André Marguet). Ces opérations ont permis de documenter des périodes méconnues en complément de la connaissance des grandes stations littorales du Néolithique et de l’âge du Bronze. Pour la période romaine, ce sont près de quinze sites qui sont désormais connus et qui mériteraient de faire l’objet d’une étude conjointe pour mieux comprendre les occupations antiques de ces lacs dans l’Antiquité.

137L’étude du site de Conjux est le fruit d’un long processus. Il semble avoir été découvert anciennement et avoir été l’objet de recherches, mais il n’a pas été possible d’en retrouver la trace dans les archives. C’est en 2000, dans le cadre des prospections conduites sous la direction d’André Marguet qu’il a été mis au jour et étudié. L’analyse des données recueillies permettait de conclure qu’il s’agissait d’un site du IIe siècle dont l’emprise couvrait plusieurs centaines de mètres carrés. Le caractère singulier de l’assemblage du mobilier ne permit pas de définir la nature précise du site, mais l’hypothèse d’un lieu de culte a pu être formulée. Ce n’est que dix ans plus tard lors d’une recherche universitaire que les études ont repris. Elles se sont poursuivies par de nouvelles investigations de terrain qui ont conforté l’interprétation en tant que lieu de culte. Ces travaux ont permis d’amorcer une recherche doctorale sur la question des sanctuaires lacustres et des lacs sacrés en Gaule et dans le monde romain.

138Les interventions sur le site se sont déroulées selon des méthodes éprouvées par des décennies de recherches dans les grands lacs des arcs alpin et jurassien. Elles ont toutefois été adaptées en raison des caractéristiques spécifiques du site. Il a par exemple été fait le choix de positionner l’ensemble des éléments matériels identifiés. Plusieurs centaines de bois ont été prélevés, ainsi que tous les mobiliers présents dans les secteurs ayant fait l’objet d’un décapage. Des carottes sédimentologiques ont permis de compléter la connaissance de l’environnement du gisement et de son extension. L’analyse de toutes ces données contribue à restituer la nature du site et améliore la compréhension de son fonctionnement au cours du temps.

139Après l’arrêt des opérations de terrain et la fin des études spécialisées, les éléments les plus remarquables ont été stabilisés et restaurés dans le but de leur présentation au public dans la nouvelle muséographie du Musée Savoisien. À cette occasion, une scénographie a été créée pour le site. Un film d’animation a également été commandé par le musée afin de montrer notre démarche archéologique et nos interprétations, ainsi qu’une partie des vestiges aujourd’hui immergés et invisibles. Ce support permet enfin de présenter de manière synthétique le contexte géohistorique du site, sa morphologie et les pratiques dont il était le cadre, soit l’essentiel des conclusions formulées dans les chapitres qui suivent.

Notes

1 Équipe d’archéologues-plongeurs composée de 2 salariés de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN), Stéphane Brousse (CDD/Méditerranée) et Olivier Simonin (CDI/Grand-Est) et d’un agent de la Sous-Direction de l’Archéologie, André Marguet (SDA/DRASSM).

2 Les publications des notices archéologiques les concernant ayant une vingtaine d’années et les supports n’ayant pas forcément connu une très large diffusion, leur description reprend très largement les lignes de ces comptes-rendus.

3 Pour le détail des travaux menés année après année, nous renvoyons au chapitre suivant, ainsi qu’à l’ensemble des rapports d’opérations déposés et consultables dans le fonds documentaire du Service régional de l’archéologie de la région Auvergne-Rhône-Alpes et aux Archives départementales de la Savoie.

4 Ce chapitre s’inspire du contenu de deux enseignements de Licence 3 dispensés à la Faculté des lettres de Sorbonne Université sur les méthodes d’intervention en milieu lacustre. Un premier d’Archéologie de terrain consacré à la chaîne opératoire de la démarche archéologique et un second d’Archéologie et milieux consacré plus spécifiquement à l’Archéologie des lacs et des cours d’eau.

5 Soit 389,7 m², la surface d’un triangle équilatéral étant de 10,825 m².

Table des illustrations

Titre Fig. 2a - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage par période chronologique avant les prospections (1976) ;
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 2b - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Tableau de chiffrage à partir des données bibliographiques et à la suite de l’élaboration de la carte archéologique (juin 2002) ;
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 2c - Nombre de gisements et d’emplacements sous-lacustres recensés en Rhône-Alpes dans les lacs périalpins français. Diagramme avant les prospections (1996) et après l’élaboration de la carte archéologique (2002).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 3 - Carte des gisements sous-lacustres antiques recensés dans les grands lacs du domaine savoyard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 4 - Carte archéologique du lac du Bourget : localisation des principaux gisements sous-lacustres recensés (juin 2002). La datation et l’interprétation des différents gisements sont reportées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 - Plan cadastral des sites identifiés dans la baie de Conjux. La position des axes et des triangles de prélèvements est reportée ainsi que leur profondeur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 6a - Vue des piquets dépassant des sédiments vasards lors de la découverte du gisement en février-mars 2000.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6b - Piquets et éléments de mobiliers visibles en surface au moment de la découverte du site en 2000.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 7 - Topographie des bois debout et couchés du gisement PNLV 1 le 27 mars 2000.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Fig. 8 - Premiers résultats de l’analyse des vestiges prélevés sur le site.
Légende a – Répartition planimétrique des piquets en bois et des mobilier prélevés à l’intérieur du sondage réalisé en 2000 ; b – Diagramme dendrochronologique et évolution diachronique dans l’implantation des bois d’après les phases d’abattage alors connues.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Fig. 9 - Tube topographique découvert en 2012 sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 10 - Plan du site avec indication des trois zones et localisation des secteurs décapé, ainsi que des transects de prélèvements des piquets et petits pieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 11 - « Cépion ravissant l’or de Toulouse ». Eau-forte de Sébastien Le Clerc, d’après le dessin de Jean-Pierre Rivals, vers 1682 (Musée Paul Dupuy, Inv. 3924). Cette illustration se fonde sur certaines sources antiques qui relatent le pillage des richesses de la ville de Toulouse qui se trouvaient en partie rassemblées dans des lacs sacrés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 12 - Délimitation préliminaire de l’emprise des vestiges et définition de la zone d’intervention.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 13 - Le support ponton positionné à hauteur du site. L’emprise de l’intervention est délimitée en surface par des bouées pour des questions de sécurité.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 861k
Titre Fig. 14 - Nomenclature de la trame de triangulation. Cf. figure suivante pour un exemple d’application sur le terrain.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 15 - Développement de la trame de triangulation sur le site de Conjux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 16 - Localisation des carottages sédimentologiques réalisés sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 17 - Plongeur numérotant un piquet à topographier. À noter à droite et à gauche des bois déjà numérotés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Titre Fig. 18 - Synthèse des triangles topographiés avec reports des numéros de bois localisés en fonction des années de campagnes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 19 - Principes généraux du découpage spatial pour les travaux de topographie, de décapages et de relevés (d’après Bocquet et al. 1976).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 20 - Plongeur en train de dégager les vestiges présents dans la couche vasarde de surface.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 21 - Plan de localisation des secteurs décapés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Titre Fig. 22 - Plongeur relevant les vestiges à l’aide d’un gabarit métallique triangulaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 24 - Piquets et pieux numérotés juste avant leur prélèvement pour analyse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Fig. 25 - Plan de localisation des secteurs de prélèvement des piquets et pieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 27 - Prospection électromagnétique réalisée après décapage sur les bois non prélevés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 28 - Dégradations caractéristiques des bois gorgés d’eau.
Légende a. Cellules et bois gorgé d’eau ; b. Cellules et bois séché à l’air sans contrôle (ARC-Nucleart).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Fig. 29 - Cuves d’imprégnation au polyéthylène glycol (ARC-Nucleart).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 30 - Lyophilisateur (ARC-Nucleart).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 31 - Pieu avec monnaie avant traitement (ARC-Nucleart).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Fig. 32 - Couperet avec son manche en bois, avant et après traitement (CREAM).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Titre Fig. 33 - Extraits du film d’animation réalisé pour le parcours muséographique du Musée Savoisien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6618/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search