Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Introduction

Sébastien Nieloud-Muller

Texte intégral

Fig. 1 - Localisation du site de Conjux, du lac du Bourget et des grands lacs périalpins.

Fig. 1 - Localisation du site de Conjux, du lac du Bourget et des grands lacs périalpins.
  • 1 Une différence nette s’observe entre les vestiges antérieurs à la crise climatique du subatlantique (...)

1Dans l’imaginaire collectif, ainsi que pour bon nombre d’archéologues, les vestiges lacustres restent liés à la Préhistoire. Au début des années 90, Christian Goudineau soulignait, à propos de l’habitat fortifié de Colletière au lac de Paladru, à quel point la fouille subaquatique d’un site daté des périodes historiques pouvait paraître curieuse (Goudineau 1993 : 10). Près de 30 ans plus tard, le constat pourrait être identique tant le nombre de fouilles subaquatiques de sites lacustres, de l’âge du Fer à l’époque contemporaine, reste faible1. Ce n’est pourtant pas les gisements de ces périodes qui manquent et il convient aujourd’hui d’étudier et de valoriser ce patrimoine archéologique au grand potentiel scientifique.

2À la différence des grandes stations littorales préhistoriques, dont certaines sont aujourd’hui inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, les vestiges des périodes historiques ne correspondent pas, pour l’essentiel, à des sites d’habitat. Il s’agit le plus souvent d’occupations de nature variée, directement en lien avec les usages de l’espace lacustre et de ses ressources. Certains de ces gisements archéologiques s’interprètent facilement à l’image des aménagements de berges, des pêcheries, des pontons et des installations portuaires. À l’inverse, d’autres gisements, parce qu’ils diffèrent des vestiges auxquels nous sommes accoutumés, sont plus difficiles à appréhender. Ces derniers engendrent de nombreuses interrogations et leur étude permet d’améliorer la connaissance des sociétés du passé.

3Le cas le plus emblématique est sans aucun doute l’ensemble de gisements de La Tène, immergé à l’origine dans les eaux du lac de Neuchâtel. Dès la naissance de l’archéologie lacustre, ces vestiges nouveaux ont été reconnus comme très différents de ceux des autres stations littorales. Leur étude a alors largement contribué à affiner la chronologie de la période dite « celtique » en définissant l’âge du Fer et en particulier la période dite laténienne. Mais la particularité des vestiges découverts a fait l’objet de diverses interprétations et elles continuent à faire débat. Le cas du site médiéval de Colletière et de ses célèbres « chevaliers-paysans » de l’an Mil est également un bon exemple des apports de l’archéologie lacustre à la connaissance des sociétés anciennes. La caractérisation de cette occupation a permis d’améliorer significativement la connaissance d’une période méconnue en raison du caractère lacunaire des sources textuelles.

  • 2 Nom d’enregistrement qui lui a été donné lors de sa découverte en 2000, acronyme de Pré-Nuaz et de (...)

4Depuis, les prospections systématiques menées dans le cadre de l’inventaire des gisements lacustres des grands lacs périalpins français ont renouvelé nos connaissances (fig. 1). Elles ont permis d’améliorer la compréhension des stations littorales préhistoriques, mais également de découvrir une multitude de gisements des périodes plus récentes. Ce patrimoine remarquable au potentiel important n’a pour l’instant été qu’effleuré. L’étude de ces sites a été amorcée par l’examen des données concernant les sites antiques et en particulier par la reprise des opérations sur le site PNLV 1 localisé sur l’emprise lacustre de la commune de Conjux au bord du lac du Bourget2.

5La reconnaissance et la caractérisation de ces vestiges ont amené à documenter l’existence d’un exemple rare de lieu de culte romain immergé dans un lac. Ces restes, dans un état de conservation exceptionnel, correspondent à des centaines de piquets en bois dans l’environnement desquels se trouvaient des objets et des reliefs de pratiques rituelles. Le site a par la suite fait l’objet de fouilles programmées pendant cinq années qui ont été suivies par trois années d’études consacrées à l’ensemble des éléments matériels prélevés. Toutes ces recherches ont permis de restituer l’évolution, dans le temps et dans l’espace, d’un sanctuaire implanté près de la rive et fréquenté principalement au iie siècle de notre ère.

6La principale complexité de l’enquête résidait dans le manque de parallèles directs. Face à l’inconnu et devant les premières conclusions énoncées, ces travaux ont d’abord suscité méfiance, scepticisme, voire rejet, comme ce fut d’ailleurs le cas 30 ans plus tôt pour le site de Colletière (Goudineau 1993 : 11). L’absence d’exemples équivalents nécessitait de fonder la réflexion avant tout sur les données archéologiques sans modèles déterminants ni présupposés. Ce sont les résultats de cette étude, fruits des analyses et des travaux de nombreux contributeurs, qui sont présentés dans cette monographie découpée en quatre chapitres.

7Le premier touche au cadre dans lequel s’inscrivent ces recherches, de la découverte du site à la valorisation des vestiges. Le site a été mis au jour lors des prospections-inventaires qui ont permis d’identifier l’essentiel des sites antiques aujourd’hui connus dans les grands lacs périalpins français. Les premiers résultats obtenus lors de la découverte du gisement ont été complétés par la reprise des investigations sur le terrain, puis dans le cadre d’une recherche doctorale portant sur les lieux de cultes lacustres en Gaule et dans le monde romain. Sur le terrain, la nature du site et de ses vestiges a nécessité la mise en place d’une stratégie d’intervention spécifique afin de répondre à des enjeux et des objectifs précis. Ces travaux se sont poursuivis par différentes études spécialisées, ainsi que par le traitement et la valorisation des vestiges pour leur présentation au grand public.

8Le second chapitre traite du contexte géohistorique du site. Il prend place dans un environnement orographique et hydrographique particulier qui semble déterminant pour expliquer son implantation à cet endroit. Il est également question des variations du niveau du lac du Bourget au cours du temps afin de mieux percevoir l’environnement et les caractéristiques du site dans l’Antiquité. Pour la période romaine, le site s’insère dans la cité de Vienne et de ses subdivisions, et il s’appréhende en regard du réseau de circulation terrestre et aquatique. Il se trouve plus précisément au carrefour de deux artères importantes qui ont favorisé l’implantation des communautés humaines dans le secteur comme en témoigne la multitude des découvertes archéologiques.

9Après le cadre et le contexte, le troisième chapitre porte sur les vestiges matériels identifiés sur le site. Les contextes lacustres offrent les conditions favorables à une conservation remarquable des éléments organiques, notamment en bois. Ainsi, la présentation débute par les centaines de piquets et de petits pieux topographiés, dont une grande partie a été prélevée et analysée. L’un d’eux fait l’objet d’une présentation détaillée en raison de la découverte d’une monnaie en alliage cuivreux à l’intérieur. Suit la présentation des autres pièces identifiées, puis de l’instrumentum qui regroupe des éléments divers, dont certains objets dans un excellent état de préservation. Le mobilier céramique est quant à lui composé d’un nombre significatif de récipients entiers ou comportant des traces de mutilations volontaires. Les terres cuites architecturales identifiées en faible nombre se distinguent également par la présence d’éléments complets. Les restes osseux témoignent de la présence de faune domestique et sauvage. Enfin, l’ensemble des éléments matériels est rassemblé dans une réflexion commune sur leur répartition spatiale et temporelle à hauteur du site. L’analyse permet de mettre en évidence qu’il s’agit de dépôts progressifs, in situ et en position primaire.

10Le quatrième chapitre rassemble les éléments de synthèse, formulés à partir de l’ensemble des données disponibles, mises en regard de référents externes. L’analyse permet de restituer qu’il s’agit d’un gisement unique et homogène présentant des zones distinctes aux caractéristiques spécifiques et dont les vestiges mobiliers renvoient à la sphère religieuse. L’examen plus approfondi du matériel autorise à caractériser différentes pratiques rituelles connues en Gaule romaine ou d’autres plus méconnues. La question de l’interprétation de très nombreux piquets en bois fait l’objet d’un développement à part en raison de la rareté de ce type de vestiges et des différentes possibilités qui peuvent être proposées quant à leurs usages. Il est ensuite question de l’organisation du culte, de la communauté humaine concernée, des circulations au sein du site et de l’inscription des cérémonies dans le temps calendaire. Enfin, ce sont les motifs pouvant être à l’origine du lieu de culte qui sont abordés. Les raisons peuvent se trouver dans la localisation même du site à l’interface entre la terre et l’eau, ou bien dans les caractéristiques naturelles et les transformations du milieu dans lequel il s’inscrit.

11Cet ouvrage est le résultat des recherches menées sur un exemple rare de sanctuaire lacustre. Il s’agit à ce jour du seul site fouillé parmi les sites romains présents dans les lacs périalpins du territoire. Ce bilan invite à interroger, avec un regard neuf, l’épineuse notion de « dépôts en milieux humides » et plus largement celle des rapports des communautés humaines à l’eau. Il est également un exemple d’étude concernant la reconnaissance de la matérialité des lieux de culte en milieu naturel. Plus encore, cette recherche laisse entrevoir l’ampleur de ce qu’il nous reste à découvrir pour enrichir notre perception des paysages religieux du monde romain.

Notes

1 Une différence nette s’observe entre les vestiges antérieurs à la crise climatique du subatlantique. Les premiers sont pour l’essentiel des stations littorales submergées par une remontée des nappes, tandis que les seconds correspondent principalement à des sites implantés dans les eaux du lac dès leur origine.

2 Nom d’enregistrement qui lui a été donné lors de sa découverte en 2000, acronyme de Pré-Nuaz et de La Vacherie, les deux lieux-dits de la rive les plus proches du site, suivi du numéro de gisement.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation du site de Conjux, du lac du Bourget et des grands lacs périalpins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/6611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search