Version classiqueVersion mobile

Un lieu de culte antique immergé

 | 
Sébastien Nieloud-Muller

Remerciements

Texte intégral

1La parution de ce volume est le résultat d’une entreprise collective. Elle n’aurait pu aboutir sans la participation de nombreux acteurs.

2Pour le suivi administratif et scientifique, ainsi que pour le soutien financier du ministère de la Culture, je tiens tout d’abord à remercier la conservatrice régionale de l’archéologie de la région Rhône-Alpes Anne Lebot-Helly et Jean-Pierre Legendre (conservateur au service régional de l’archéologie) qui ont accompagné activement ces recherches. Ma gratitude s’adresse également aux conservateurs régionaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Marie-Agnès Gaidon-Bunuel, Frédérik Letterlé et Karim Gernigon qui ont soutenu ce projet arrivé au stade de la préparation de la publication. Je remercie Marie-Pierre Feuillet, conservatrice en charge du département de la Savoie, Laure Devillard, ingénieure responsable de l’archéologie programmée pour sa disponibilité, son aide et son assistance, ainsi que Priscille Chapuis, Juliette Michel et Aurélie Monteil pour la prise en charge du mobilier découvert sur le site. Ce travail doit aussi beaucoup à Sylvie Crogiez-Petrequin, rapporteur à la Commission interrégionale de la recherche archéologique (CIRA), qui, au fil des années, a favorisé ces recherches par ses orientations et ses conseils.

3Les investigations de terrain doivent beaucoup aux agents du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) relevant du ministère de la Culture. J’en remercie son ancien directeur, Michel L’Hour, son directeur adjoint Frédéric Leroy et son secrétaire général Pierre-Gil Flory. Ma reconnaissance s’adresse à André Marguet, l’inventeur du site objet de cette monographie, pour sa confiance, son soutien sans réserve et son accompagnement tout au long de ces années. Je remercie également Annie Dumont pour son appui et ses encouragements à poursuivre dans la voie de l’archéologie des eaux intérieures. Ces recherches n’auraient pu être menées sans leur aide, ni celles d’Yves Billaud, des contrôleurs hyperbares, Raymond Sarrazin et Sébastien Legrand et des chargés de logistique, Étienne Champelovier, Éric Homo et Stéphane Durand.

4Ces recherches et cette publication n’existeraient pas sans le soutien entier du Conseil départemental de la Savoie, à commencer par l’équipe de la Conservation départementale et ses conservateurs, Françoise Ballet et Philippe Rafaelli, ainsi que l’accompagnement de Clément Mani, archéologue départemental et adjoint au chef de service. Il faut souligner l’engagement du Musée Savoisien dont je remercie la directrice, Marie-Anne Guérin, le directeur adjoint Sébastien Gosselin, ainsi que la responsable des collections archéologiques Audrey Roche, pour l’acquisition de l’ensemble du matériel mis au jour sur le site afin de consolider les collections romaines et pour leur intégration dans la future muséographie du musée. La stabilisation des objets, quelques études complémentaires, ainsi que les supports de valorisation ont été financés en grande partie grâce à son appui. Je salue le travail de Justine Guérin, pour son implication dans la scénographie des vestiges découverts pour les nouvelles salles du musée consacrées à la religion. Il convient enfin de rappeler l’apport de l’ensemble des agents des services des Archives départementales pour leur aide et leur orientation pour les recherches de documents écrits et cartographiques anciens.

5Thomas Riethmuller et Pierre-Yves Borghese de la Direction départementale des territoires ont mis tout en œuvre pour faciliter nos interventions sur le terrain. Il en est de même des équipes de la Mairie de Conjux et notamment de son maire Claude Savignac, de sa secrétaire de mairie Jessica Ortiz et de son cantonnier Romain Clément. La mise à disposition de l’ancien chalet du port, ainsi que de deux places pour nos embarcations a favorisé les investigations sur le site. Je tiens à remercier en particulier Gisèle Coudurier, conseillère communale attachée à la culture, ainsi que Maurice Coudurier, pour leur soutien ainsi que pour le prêt gracieux de leur chalet au bord du lac durant nos opérations. Avant cela, la conduite des premières campagnes a été rendue possible à la faveur de l’équipe de la Mairie de Chanaz, notamment de son maire Yves Husson et de sa directrice du pôle Tourisme, Myriam Keller, qui nous ont fait bénéficier de tarifs défiant toute concurrence pour nous loger sur les rives du canal de Saviere ce qui facilitait notre accès direct au site.

6Je tiens à remercier Gilbert Pion, président d’honneur de l’Association départementale de recherches archéologiques en Savoie (ADRAS), ainsi que Françoise Ballet et Henri Barthélemy, les deux trésoriers qui ont eu en charge la gestion des crédits alloués à nos recherches. Ma gratitude s’adresse également à Colette Laroche et Vincente Voisin, la présidente et la directrice de l’Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) pour leur relecture et la mise en forme de ce volume, ainsi que l’ensemble des membres du conseil scientifique, des comités de rédaction et de lecture, ayant contribué à l’aboutissement de cette publication, sans oublier Jocelyn Laidebeur de la société de design graphique Buttermilk.

7Sur une idée initiale de Joël Serralongue, André Marguet m’a confié l’étude du site de Conjux dans le cadre d’une recherche de Master. Il m’a alors transmis très généreusement toute la documentation de fouille pour la réalisation de ce mémoire mené à l’Université Lumière ― Lyon 2 sous la direction de Jean-Claude Béal et le tutorat de Colette Laroche. J’ai pu poursuivre ces recherches en parallèle d’un doctorat à la faculté des Lettres de Sorbonne Université où j’ai été soutenu par Martine Joly, ainsi que par mes collègues de l’UFR d’Histoire de l’art et d’Archéologie, notamment Caroline Michel-d’Annoville, Emmanuelle Rosso et Gilles Sauron. À tous j’exprime ma reconnaissance pour leur accompagnement et leur encouragement à continuer les recherches sur ce site d’un grand intérêt scientifique.

8Quant aux campagnes de terrain, leur succès doit en grande partie à l’investissement des chefs d’opérations hyperbares successifs : Rémy Grebot, Christian Clavel, Jonathan Letuppe puis Agnès Philips. La progression des interventions subaquatiques doit aussi beaucoup à l’implication des autres archéologues-plongeurs : Agnès Stock, Eloïse Ligier, Eva Karali, Duncan le Cornu, Marine Chanas, Cyrielle Chassevent, Tiffany Kerschenmeyer, Sébastien Bachet et Julien Brunet dont la disparition précoce nous a affectée. Je tiens à saluer également les soutiens de la base terrestre qui ont patiemment géré le matériel et le mobilier ainsi que la documentation produite pendant la fouille : Manua Chazerand, Daniel Rodriguez Lopez et Morgane Pansu.

9Pour ce qui est de la logistique, nous avons pu bénéficier, jusqu’au départ à la retraite d’André Marguet, du matériel du DRASSM, notamment une embarcation, une motopompe et un compresseur. Les équipements de plongée nous ont en grande partie été prêtés par le club de plongée de l’ASPTT d’Annecy-le-Vieux dont je tiens à remercier le président Harold Dittmar, et surtout Christian Clavel qui m’a appris la plongée et s’est impliqué du début jusqu’à la fin pour les investigations menées à Conjux. Le reste du matériel d’intervention et une embarcation ont été mis à disposition par l’Association pour la recherche et l’étude en archéologie ponantaise (AREAP) dont je remercie le président Jonathan Letuppe.

10Pour les recherches sur les vestiges mis au jour, je tiens à souligner l’investissement de tous les chercheurs qui m’ont fait confiance et qui ont pris de leur temps pour les étudier. Je les remercie pour leur soutien et pour la qualité de leurs analyses qu’ils ont synthétisées pour cet ouvrage : Thierry Argant pour la faune, François Blondel, Christian Dormoy et Catherine Lavier pour les éléments en bois, Amaury Gilles et Jean-Michel Treffort pour la céramique, Olivier Lempereur, qui à la suite de Michel Amandry, a poursuivi l’étude des monnaies, Stephanie Roussel pour l’instrumentum, Elsa Van Elslande pour l’analyse d’un fragment de pigment et, enfin, Hortense Bougherara pour l’observation d’un récipient miniature. Ces recherches ont en outre bénéficié des apports des mémoires de Master 1 portant sur la céramique antique de Daniel Rodriguez Lopez (Université Lumière-Lyon 2) et de Coralie Perrin (Université Paris-Sorbonne), ainsi que de celui de Marc-Antoine Jeanniot (Université Paris-Sorbonne) concernant les piquets en bois du site.

11Pour les analyses et les observations sur les vestiges, il convient de louer les travaux menés par Gilles Durbet de la société AlidaD, Nicolas Leys (ISCD), Christine Oberlin (Centre de datation par le Radiocarbone), Didier Pousset, Justine Papillon (MATEIS), Francine Roussel-Dherbey (CMTC-INP Grenoble), Remi Brageu (LAMS), Philippe Charlier (Musée du quai Branly — Jacques Chirac) et l’équipe de la Clinique universitaire de Radiologie et d’Imagerie médicale du Centre hospitalier universitaire de Grenoble. Cela vaut également pour la restauration des éléments découverts et de l’ensemble des équipes du Centre de Restauration et d’Études Archéologiques Municipal de Vienne (CREAM) et d’Arc Nucleart et en particulier Bernard Maugiron et Floriane Hélias.

12La qualité de l’illustration de l’ouvrage revient à l’apport de photographes professionnels, à commencer par Stéphane Bourgeaud-Lignot pour ses clichés des objets ainsi que ses formations personnalisées aux logiciels de DAO/PAO. Elle revient ensuite à Duncan le Cornu et Rémi Masson pour leurs prises de vues subaquatiques, ainsi qu’à l’ensemble des personnes ayant autorisé l’utilisation gracieuse de leurs photographies pour cette publication, notamment Daniel Dekens, Sylvain Felten, Mourad El Amouri, David Djaoui, Sabrina Marlier, Ceri Houlbrook, Veronique Rey-Vodoz, les Archives départementales de la Savoie, La Casquette productions et le Musée Savoisien, sans oublier les auteurs des clichés libres de droits qui participent activement à la science ouverte.

13Ce travail a été enrichi par les informations, les remarques et les conseils de Françoise Ballet, Cécile Batigne, Jean-Claude Béal, Christine Bonnet, Armand Desbat, Raphaël Golosetti, Christine et Jacques Pernon, Franck Perrin, Matthieu Poux, Pierre-Jérôme Rey, Gilles Sauron et de tant d’autres. Il a enfin bénéficié des relectures attentives de Colette Laroche et Sylvie Crogiez-Petrequin, ainsi que de celles d’Élise Boucharlat et Élise Nectoux.

14L’aboutissement de cette publication doit beaucoup à Denis Fantin pour son soutien indéfectible et sa générosité, aux amis d’Annecy, Jacques Bouchet, Christian Clavel, Ludovic Guillet et Florence Ménard, aux amis ayant partagé les satisfactions et les difficultés de l’expérience doctorale, Emmanuel Baudouin, Sidonie Bochaton et Corentin Biets. Il doit enfin à ma famille et, en premier lieu, à mon frère jumeau Julien, mon père Christian, qui nous a entre autres aidé à fabriquer du matériel d’intervention subaquatique, et à ma mère Jocelyne.

15À tous ceux qui se sont investis pour le bon déroulement des recherches de terrain, l’étude et la valorisation des données obtenues, je renouvelle mon immense gratitude.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search