Desktop versionMobile version

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Conclusion

Full text

Des perspectives nouvelles apportées par l’archéologie

1L’église, souvent construite au cœur de la ville, porte encore plus que tout autre édifice les traces de son lointain passé. Les édifices religieux lyonnais ont été assez largement fouillés depuis le milieu du XXe siècle et la vocation de cet ouvrage réside essentiellement dans une présentation synthétique de l’apport de la recherche archéologique à la connaissance de ces monuments religieux.

2À Lyon, l’archéologie du Moyen Âge a été amorcée à Saint-Laurent de Choulans en 1947 par une formidable équipe composée de P. Wuilleumier, A. Leroi-Gourhan et A. Audin. Le mouvement continua sur sa lancée à Saint-Irénée avec A. Audin et C. Perrat avant de connaître un grand élan dans les années 1970 avec les fouilles de Saint-Just, du groupe épiscopal et à nouveau de Saint-Laurent de Choulans, pour retrouver vie ces dernières années avec les fouilles de Saint-Irénée et surtout de l’Île-Barbe. L’étude des nécropoles, associée à celle des basiliques funéraires suscita les premières recherches anthropologiques qui connurent récemment un regain d’activité avec les fouilles des quartiers de Vaise, de Trion et de la place Eugène-Wernert. L’archéologie du bâti a pris son essor avec l’étude de la cathédrale Saint-Jean, de Saint-Paul, de Saint-Nizier, de Saint-Martin d’Ainay et de Saint-Irénée. Dans le domaine de l’habitat, le renouveau prit deux formes différentes : les fouilles de sauvetage du métropolitain et des parkings souterrains apportèrent une meilleure connaissance des fondations de la maison urbaine, malgré la presque totale disparition des vestiges des périodes intermédiaires, due au creusement des caves médiévales et modernes ; puis l’archéologie du bâti, entreprise à Lyon dans le quartier Saint-Jean, et associée à l’étude des archives fournit une nouvelle documentation concernant cette période méconnue.

3La multiplication des constructions en centre-ville et la rénovation de quartiers anciens furent donc à l’origine de nombreuses fouilles de sauvetage comme à Saint-Just ou au groupe épiscopal de Lyon ; ces fouilles de sauvetage se transformèrent en fouilles programmées et permirent ainsi la création d’une équipe universitaire stable (université Lumière Lyon 2, URA puis ÉRA 26 du CNRS) capable de travailler plusieurs années de suite sur le même chantier et de pouvoir passer de la collecte des données à leur analyse et à une synthèse historique. La continuité est maintenant assurée par l’UMR 5138 « Archéométrie et Archéologie » du CNRS (Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux), par le Service régional de l’archéologie dépendant du ministère de la Culture et par le Service archéologique de la Ville de Lyon, un des plus importants de France. Enfin, ont été créées des entreprises archéologiques privées qui possèdent également des spécialistes de l’archéologie du bâti. La collaboration avec des historiens, avec des spécialistes des différents domaines de l’archéologie et des sciences dites « dures » a permis de replacer le monument et son environnement dans la longue durée.

Des églises en perpétuelle reconstruction dans un paysage urbain en perpétuel changement

4L’étude des archives et les données de l’archéologie ont également précisé l’idée admise depuis longtemps, mais pas toujours bien explicite, que le paysage lyonnais a beaucoup changé au cours des siècles. Entre le IIIe et le IVe siècle, les modifications ont été radicales, puis l’espace urbain est resté longtemps quasiment le même. Grâce à l’archéologie, le regard porté sur les transformations urbaines a aussi profondément évolué. Il y a encore quelques dizaines d’années, on énonçait clairement l’idée d’un déclin continu de la ville entre le IIIe et le VIIIe siècle. L’archéologie a apporté suffisamment d’éléments nouveaux pour changer notre vision des choses. La ville, réduite en surface mais fortifiée, semble active et prospère de la seconde moitié du Ve siècle à la fin du VIe ou même jusqu’au milieu du VIIe siècle. Le nombre et la qualité des édifices religieux construits à cette époque sont les témoins de ce que nous appellerons la « renaissance burgonde ». L’époque carolingienne fut également à Lyon une période de renouveau mais la ville n’a conservé que peu de vestiges de cette époque, dans le quartier Saint-Jean comme dans le burgus de la Presqu’île. La présence de quelques vestiges conservés en élévation (abside de Saint-Jean, mur gouttereau nord de Sainte-Croix) est le témoignage de l’action de l’évêque Leidrade. À partir du XIe siècle, la Presqu’île recommence à s’urbaniser et son essor sera favorisé par la construction ou reconstruction de ponts sur la Saône et sur le Rhône. Les reconstructions d’églises se multiplient, alors qu’après le XIIIe siècle, les édifices religieux, déjà très nombreux, ont peu varié à l’exception de l’installation des quatre grands ordres mendiants (mineurs, prêcheurs, carmes et augustins) à la périphérie de la ville. À partir du XIXe siècle, le cadre urbain a été en revanche complètement modifié. De nombreux édifices religieux ont disparu dans le centre historique : sur la rive droite de la Saône, quatre églises ont été conservées mais onze ont été détruites ainsi que quatre recluseries ; sur la Presqu’île, cinq églises ont été conservées et treize ont disparu, y compris là encore quatre recluseries. La ville a également évolué à travers la construction de nouveaux lieux de culte dans les quartiers récents.

5Grâce à l’archéologie, des perspectives nouvelles ont été ouvertes sur l’implantation et l’essor du christianisme. Ainsi, grâce aux textes assez nombreux et explicites à Lyon dès l’Antiquité tardive et grâce aux données nouvelles fournies par l’archéologie depuis le début des années 1970, il est possible de déployer un panorama de l’évolution de quelques églises lyonnaises emblématiques. Grâce aux études du sous-sol, on peut suivre les églises du groupe épiscopal du IVe siècle au début du XIXe siècle ; ces fouilles ont ensuite été relayées par une analyse d’ensemble de l’élévation extérieure de la cathédrale (N. Reveyron et G. Macabéo). On connaît le baptistère primitif où les Lyonnais furent baptisés pendant au moins quatre siècles. On peut envisager, mais avec difficulté, la création d’une première cathédrale peut-être dédiée à Saint-Étienne, puis d’une deuxième église, l’ecclesia, décrite par Sidoine Apollinaire en 469, connue par quelques blocs qui en situent l’abside à la croisée de l’actuel transept de Saint-Jean et désignée, plus tard, par Leidrade, et en raison de sa monumentalité, comme la maxima ecclesia, et enfin d’une troisième église dédiée à Sainte-Croix et construite, peut-être dès les VIe-VIIe siècles. Au IXe siècle, l’église consacrée à Saint-Jean fut reconstruite, le baptistère disparut et l’église Saint-Étienne, qui abritait désormais les chanoines, s’étendit vers l’est. Quelques hésitations demeurent, celles qui concernent la création et surtout l’extension de la domus ecclesiae, du quartier épiscopal, puis du quartier canonial. Au XIe siècle, le partage entre chanoines et archevêque était bien en place mais au dernier tiers du XIIe siècle, la création d’une enceinte claustrale et la reconstruction de la cathédrale Saint-Jean modifièrent l’allure d’un quartier qui ne changea guère jusqu’à la Révolution.

6Une meilleure connaissance des basiliques funéraires devenues églises monastiques ou collégiales, puis paroissiales, a apporté de solides arguments pour aborder la christianisation de l’espace urbain, à partir des IVe-Ve siècles et jusqu’à nos jours, à l’intérieur des nouveaux quartiers qui ont remplacé le suburbium. Grâce à ces connaissances nouvelles, on peut désormais envisager les pratiques funéraires et le culte des reliques sur la longue durée, du Ve au XIXe siècle. Certaines églises ont pu être suivies tout au long de leur histoire : à Saint-Just jusqu’à sa destruction totale en 1562, ou à Saint-Irénée, jusqu’à la reconstruction de 1824 qui n’a conservé que la crypte de l’ancienne église. Par chance, ces deux églises sont significatives de l’évolution des pratiques religieuses comme des traditions architecturales : à Saint-Irénée, par l’installation d’une crypte sous l’église haute, par sa transformation à la fin de l’époque carolingienne et par la diminution des dimensions de l’église ; au contraire, à Saint-Just, par l’agrandissement et la reconstruction de l’église à l’époque romane. À partir de ces données archéologiques et de l’idée que certaines églises paléochrétiennes ou carolingiennes subsistent encore au début du XIIe siècle, on peut également mieux comprendre certaines pratiques et les emprunts des églises entre elles. Le groupe épiscopal comme les églises abbatiales ou canoniales connurent maintes transformations aux époques romane, gothique et moderne. Les raisons en sont multiples : destructions dues aux désastres naturels, aux révoltes urbaines ou aux guerres de Religion, au mauvais entretien des édifices ou au vieillissement naturel, mais aussi aux nouveaux besoins du culte ou aux modifications de la liturgie comme aux changements de goût dans le domaine de l’architecture et du décor. On peut aussi évoquer cette « maladie de la pierre » qui atteint souvent des évêques désireux d’affirmer leur puissance ou soucieux d’avoir une église qui soit, par sa beauté, un hommage au Créateur.

7Le conservatisme social et politique d’une ville qui demeure jusqu’au XIIIe siècle sous la domination de son évêque explique le conservatisme des constructeurs dont nous retiendrons plusieurs exemples fournis par les fouilles ou par les édifices encore conservés. Pour l’époque romane, sont typiquement lyonnais la double colonnade et les nefs charpentées de Saint-Martin d’Ainay, l’utilisation de la brique dans une tradition antiquisante à Saint-Martin d’Ainay, à Saint-Paul et à Saint-Pierre des Terreaux et même à Saint-Jean, mais aussi et surtout le rejet du chevet à déambulatoire et les chapelles rayonnantes. On peut aussi considérer que l’église majeure du XIe siècle était Saint-Martin et Saint-Loup de l’Île-Barbe, et peut-être la cathédrale Saint-Jean, mais cette dernière nous reste pratiquement inconnue pour cette période, alors qu’au XIIe siècle et avant la reconstruction de Saint-Jean, la plus grande et la plus belle église était Saint-Just qui, comme la basilique de Fourvière actuellement, dominait la ville, alors que Saint-Martin d’Ainay restait une église modeste aux spécificités bien affirmées. Quant au gothique classique, celui du XIIIe siècle, il est surtout représenté à Lyon par la cathédrale Saint-Jean qui n’a pas toujours inspiré le même enthousiasme que les grandes cathédrales du nord de la France. On retiendra, pour cette période, l’utilisation des voûtes d’ogives sexpartites à Saint-Jean et le retard à adopter le style flamboyant, encore inconnu à Sainte-Croix, au milieu du XVsiècle.

Une archéologie en phase avec les travaux sur les monuments historiques

8Le deuxième apport de l’archéologie concerne la conservation et la restauration du patrimoine. La disparition des églises majeures de Lyon et le manque de considération pour celles qui subsistaient expliquent l’absence des églises lyonnaises dans les grandes études du XIXe siècle, aussi bien pour l’époque romane que pour l’époque gothique, et le désarroi des architectes du même siècle à la recherche de modèles pour leurs nouvelles constructions néoromanes ou néogothiques. La situation a bien changé : les archéologues spécialistes du bâti participent de plus en plus aux études préalables à la restauration des monuments historiques ou à la présentation de certains sites archéologiques (Parron-Kontis, Reveyron 2005). Grâce à une prise de conscience par la population et par les élus de la nécessité d’étudier notre passé et parfois de conserver notre patrimoine, la décision d’améliorer la connaissance de l’édifice a eu souvent pour origine un projet de restauration et de mise en valeur. L’étude des élévations mise en œuvre en amont d’une restauration a pour but une meilleure approche du monument et doit fournir une image du développement architectural indispensable pour faire un choix raisonné de restauration. L’étude du monument doit aussi assurer la transmission du savoir aux scientifiques comme aux passionnés (Bonnet, Reynaud 2014), avec pour ambition de faire comprendre la complexité d’une histoire qui ne se limite pas au bâti chrétien.

9Quand elle est possible, la présentation des vestiges du sous-sol exige un effort réciproque des archéologues, des architectes et des administrations concernées pour faire aboutir un projet difficile à réaliser et coûteux. On peut y parvenir, comme cela a été prouvé à Lyon, au jardin archéologique en plein air installé au nord de la cathédrale, où, pour leur conservation et pour une meilleure compréhension, les murs anciens ont été consolidés, rehaussés de plusieurs assises ou encore reconstitués. Un arc ancien de Sainte-Croix a été remonté à son emplacement d’origine et une cage de verre protectrice installée au-dessus de la cuve baptismale ; malheureusement ce site, très fréquenté par les touristes, est l’objet d’actes fréquents de vandalisme et souffre d’un manque d’entretien (fig. 215). À Saint-Laurent de Choulans, la présentation du site a été achevée pour le Congrès international d’archéologie chrétienne de 1986, puis sa lisibilité améliorée en vue de visites (fig. 216). Là encore, des problèmes de vandalisme en ont rendu l’accès difficile. Il fallut également trouver un type de couverture adéquat au site et aux vestiges, ce qui avait été prévu pour Saint-Just dont le site devait être couvert d’une vaste charpente protectrice destinée à une bonne conservation des vestiges. C’est seulement plus tard et après l’abandon de ce premier projet que fut aménagé une sorte de parc archéologique avec seulement une reconstitution en plan des différents édifices ; présentation qui avait mal vieilli et qui dut être reprise et améliorée en 2019. Dans le cas d’une crypte archéologique comme celle de la cathédrale Saint-Jean, la difficulté provint de l’assainissement et de la ventilation du site mais également de l’accès, car une seule entrée fut réalisée sur les deux prévues, ce qui rend les visites difficiles.

Fig. 215 – Jardin archéologique de la cathédrale ; au premier plan, une grande arcade de la nef de Sainte-Croix (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 215 – Jardin archéologique de la cathédrale ; au premier plan, une grande arcade de la nef de Sainte-Croix (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 216 – Saint-Laurent Choulans : état actuel du site (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 216 – Saint-Laurent Choulans : état actuel du site (cliché J.‑F. Reynaud).

10Les difficultés rencontrées sont multiples pour assurer la transmission des connaissances acquises, pour mettre en valeur ces sites « de forte teneur identitaire », pour les faire reconnaître comme tels par la collectivité ; les qualités et les défauts des expériences menées à Saint-Just ou au jardin archéologique de la cathédrale ont été mis en évidence et ce qui était devenu à Saint-Just un « simple square » a été amélioré par une présentation plus agréable et plus pédagogique du site en 2018 (fig. 217) ; dans les deux cas subsistent les difficultés d’une présentation en plein air. À Saint-Laurent de Choulans, la protection du site a été assurée par la construction d’un abri mais l’éloignement – relatif – du centre et les rares moments d’ouverture au public rebutent les visiteurs (Faure-Boucharlat 2013). Depuis ces remarques, des solutions ont été trouvées par le gestionnaire du site (Lugdunum - Musée et théâtre romains), pour organiser des visites mensuelles ou à la demande.

Fig. 217 – Site archéologique de Saint-Just rénové, vue d’ensemble des fondations des églises (Métropole de Lyon, Lugdunum - Musée et théâtres romains, cliché M. Jallais).

Fig. 217 – Site archéologique de Saint-Just rénové, vue d’ensemble des fondations des églises (Métropole de Lyon, Lugdunum - Musée et théâtres romains, cliché M. Jallais).

11L’heure des synthèses est-elle venue ? Cet ouvrage sur les églises médiévales disparues de Lyon complétera le Lugdunum Christianum de 1998, une synthèse est en cours sur les chanoines de Lyon et sur leurs collégiales (H. Chopin). Après le bel ouvrage historique et archéologique sur la cathédrale Saint-Jean (Barbarin 2011) et la monographie sur Saint-Bonaventure (Quesnel 2016), d’autres études monographiques sont encore nécessaires, par exemple sur Saint-Pierre des Terreaux, alors qu’une publication est en préparation sur Saint-Nizier. Après la soutenance de la thèse de C. Gaillard sur l’abbaye de l’Île-Barbe (Gaillard 2016) et sa future publication, seules de nouvelles recherches rendront possible une synthèse sur les abbayes lyonnaises, sans pour autant négliger les ordres mendiants dont les constructions, presque toutes disparues, sont encore mal documentées. Les nécropoles antiques de Lyon ont fait l’objet de nombreux articles et d’une thèse de doctorat (Tranoy 1995), mais il manque une publication d’ensemble sur les nécropoles de l’Antiquité tardive. La céramique est maintenant mieux connue, avec toutefois un certain flou pour l’époque carolingienne, et l’on attend encore une synthèse sur l’habitat.

12Terminons par le plaisir que nous avons eu de constater que les programmes de restauration à la cathédrale Saint-Jean, à Saint-Nizier, à Saint-Martin d’Ainay et à Saint-Paul avaient été, et sont encore, accompagnés d’une étude archéologique et que le site de l’Île-Barbe fait l’objet d’une étude de longue haleine et fructueuse, même si elle n’est pas encore exhaustive. Il nous reste à formuler un triple vœu : que l’on puisse fouiller à l’intérieur de la cathédrale où les niveaux anciens atteignent trois mètres d’épaisseur sous le sol actuel, étude indispensable pour mieux connaître les origines du groupe épiscopal et donc de la première communauté chrétienne de la ville ; que l’on puisse également fouiller ou prospecter les abords de l’église Saint-Pierre à Vaise pour mieux retrouver les traces de la grande basilique funéraire d’où partait la procession de la fête des Merveilles ; et terminer l’étude de l’Île-Barbe par une fouille à l’emplacement de l’église de Saint-Martin et Saint-Loup.

List of illustrations

Title Fig. 215 – Jardin archéologique de la cathédrale ; au premier plan, une grande arcade de la nef de Sainte-Croix (cliché J.‑F. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5510/img-1.JPG
File image/jpeg, 1,2M
Title Fig. 216 – Saint-Laurent Choulans : état actuel du site (cliché J.‑F. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5510/img-2.jpg
File image/jpeg, 2,2M
Title Fig. 217 – Site archéologique de Saint-Just rénové, vue d’ensemble des fondations des églises (Métropole de Lyon, Lugdunum - Musée et théâtres romains, cliché M. Jallais).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5510/img-3.jpg
File image/jpeg, 978k

© Alpara, 2021

OpenEdition Books License

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search