Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 6. De la recherche des « Antiques » à l’archéologie monumentale et à l’archéologie du bâti

Texte intégral

1Cette étude des édifices religieux disparus n’a pu se faire que grâce à une longue lignée de précurseurs, « antiquaires », historiens et archéologues dont les premiers travaux qui remontent au XVIe siècle ont été récemment l’objet de la remarquable étude de G. Bruyère et M. Lenoble (Bruyère, Lenoble 2018). Certains ont vu l’intérêt de la recherche pour sauver la mémoire des monuments mais peu ont milité pour assurer la sauvegarde du patrimoine (Béghain, Kneubühler 2015 : 123‑124).

6.1. La redécouverte du patrimoine religieux lyonnais

2Grâce aux longues et anciennes recherches menées par des érudits de toute origine entre le XVIe et le XIXe siècle, la redécouverte du patrimoine religieux lyonnais remplaça progressivement un certain manque d’intérêt pour le passé.

6.1.1. Les « antiquaires » et les premiers historiens

3Aux XVIe et XVIIe siècles, les antiquaires de « L’inclyte et famosissime urbe de Lugdune » (Rabelais, Gargantua, chap. 1) et d’abord S. Champier et P. Sala, puis G. Du Choul, C. Bellièvre, G. Paradin et J. Spon se sont intéressés au « Lyon romain retrouvé ». Ils connaissaient les textes fondateurs de Sidoine Apollinaire et de Grégoire de Tours, ainsi que la liste de l’Obituaire qui met en parallèle des églises et des évêques constructeurs. Parmi eux G. Paradin a le mérite de citer ses sources. Leurs collections d’antiques, monnaies, médailles, inscriptions, sarcophages étaient remarquables (Bruyère 1993 ; Bruyère, Lenoble 2018 : 25‑40). Ils ont sauvé les Tables claudiennes en 1529, tandis que les archivistes rassemblaient des documents sur les anciennes églises de Lyon (Reynaud 1998 : 29‑39). J. Spon, qui a contribué à une meilleure connaissance de l’Antiquité grâce à son cabinet d’antiques et au rejet du mythe des origines, fut un des premiers à utiliser le terme « archéologie » pour traiter des Antiquités (Étienne, Mossière 1993 : 293). Quant au père Ménestrier, G. Bruyère le décrit prenant les mesures des élévations, des niveaux et des figures « de tout ce que Lyon pouvait posséder de vestiges antiques » (Bruyère 1993 : 96). Au milieu du XVIsiècle, le voyageur italien G. Symeoni a dessiné une vue cavalière de la ville où figurent des églises disparues, en particulier Saint-Just, qui apparaît également sur le Plan scénographique et qui, après sa destruction en 1562, n’est plus représentée, au siècle suivant, sur la Grande Vue et sur le plan de Simon Maupin ; il dessine également Saint-Michel d’Ainay dont c’est une des plus anciennes représentations avec celle du Plan scénographique. Il décrit les monuments lyonnais, en particulier la « naumachie » qu’il situe à la Croix-Rousse.

4Les antiquaires n’ont pas pour autant négligé les premières églises de la ville : ils ont, par exemple, lancé l’hypothèse que les colonnes de l’autel de Rome et d’Auguste auraient été réutilisées au transept de Saint-Martin d’Ainay (Du Choul 1555‑1556 : vol. 1, 247, repris par Paradin 1573 : 116 puis par Ménestrier 1696 ; Bruyère 1993 : 105). Ils ont aussi contribué à répandre un certain nombre d’idées fausses ou non prouvées : dans son ouvrage intitulé Les mazures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe… (1665‑1681), C. Le Laboureur faisait remonter les origines de l’abbaye au porte-lance Longin et J.‑B. de La Mure, dans son ouvrage sur la Chronique de l’abbaye d’Ainay (1885), en attribuait la fondation à saint Badoul dans les années 300 et assimilait l’église des Apôtres à Saint-Nizier (Reynaud 1998 : 29‑31). Le père Ménestrier élabora une histoire de la ville à partir des textes antiques et médiévaux ainsi qu’à partir des monuments, et fournit une liste détaillée des « Antiquités sacrées », où il aborde longuement le cas de l’autel d’Auguste qu’il situe à Ainay, et celui de la « naumachie » des pentes de la Croix-Rousse, alors qu’il situe l’amphithéâtre à Fourvière (Ménestrier 1696 : livre premier, XXIX et XXXI, et sixième dissertation, livre XII : 36‑37).

6.1.2. Archéologues et érudits

5Au XIXe siècle et à partir des années 1940, cette recherche historique et ce nouveau goût pour l’art vont accompagner d’une nouvelle approche des monuments médiévaux par des peintres, des archivistes, des archéologues, des historiens d’art ou des architectes spécialistes du monument ; ces recherches vont déboucher sur une « archéologie monumentale », c’est-à-dire surtout une étude stylistique du monument et sur une professionnalisation de l’archéologie (Mathian 1994 : I, 597‑603 ; Bruyère, Lenoble 2018 : 50‑54).

6Un nouveau goût pour l’art médiéval va pousser de jeunes peintres comme Pierre Revoil et Fleury Richard, qui se passionnaient pour les « antiquités religieuses », à prendre conscience de leur « patrie lyonnaise » et des monuments religieux qu’ils mirent en scène sur leurs tableaux (Mathian 2007 : 92‑93). C’est également l’époque où, archéologues de terrain, érudits et personnalités comme F. Artaud, « antiquaire de la ville de Lyon », N.‑F. Cochard, archiviste départemental, A. Comarmond (1786‑1859), conservateur du Palais des Arts et inspecteur des monuments historiques, ou encore J. Bard, un des plus éminents rédacteurs de la Revue du Lyonnais, l’abbé Boué, C. Martin-Daussigny ou F. de Saint-Andéol commencèrent à considérer les anciennes églises comme des documents à comprendre, dans leur évolution et avec un esprit archéologique. Leurs études furent parfois menées sans précautions suffisantes : ainsi, le vicomte de Saint-Andéol, peu sérieux dans ses analyses et peu perspicace dans ses conclusions, voyait des baptistères partout, à Saint-Nizier à l’emplacement de l’ancienne crypte, à Saint-Irénée à l’emplacement du puits des martyrs (Saint-Andéol 1865). C. Martin-Daussigny qui eut le mérite de suivre attentivement les travaux sur le site de l’amphithéâtre, se pencha sur l’origine des églises lyonnaises, en particulier celles de Saint-Nizier (Martin-Daussigny 1853). L’abbé Boué, qui s’intéressait aux cryptes, prit la peine de décrire avec précision celle de Saint-Nizier, aujourd’hui disparue (Boué 1841).

7Malheureusement les données archéologiques furent souvent mal comprises : F. Artaud fit de l’amphithéâtre de la Croix-Rousse une naumachie (Artaud 1846 : 93) par une mauvaise interprétation des textes anciens, et nombreux furent ceux qui firent de Saint-Irénée, de l’église des Macchabées ou de Saint-Nizier la première cathédrale (Meynis 1880 : 35). Enfin, A. de Boissieu et l’abbé Florent Dumas se cramponnèrent à des traditions séculaires, refusèrent toute étude critique des textes et, par exemple, s’appuyèrent sur Grégoire de Tours pour situer l’amphithéâtre dans le quartier d’Ainay (Boissieu 1864 ; Dumas 1886).

8Dans le même temps, des archivistes faisaient avancer la connaissance et la critique des documents d’archives, en particulier M.‑C. Guigue qui étudia la fête des Merveilles, les recluseries et l’église de l’hôpital fondé par Childebert (Guigue 1876 ; Guigue, Guigue 1886) ; des historiens également, comme A. Coville qui publia un ouvrage remarquable et mal connu sur l’histoire religieuse de Lyon du Ve au IXe siècle (Coville 1928). La connaissance de la topographie religieuse de Lyon progressa grâce aux travaux de B. Vermorel, dans les années 1870‑1880 (Vermorel 1879), ceux d’A. Steyert dans les années 1890‑1900 (Steyert 1895‑1897) puis d’A. Kleinclausz (1925), d’A. Audin (1956), de B. Gauthiez (1994), de M. Rubellin (2003), de J. Rossiaud (2007) et enfin grâce aux longues discussions du séminaire de la « Topographie chrétienne des cités de la Gaule », entre 1972 et 2012 (Prévot, Gaillard, Gauthier 2014).

9Au XIXe, et plus encore au XXe siècle, furent publiées de bonnes monographies comme celle de D. Meynis sur Saint-Irénée (Meynis 1880), celle de l’abbé Chagny sur Saint-Martin d’Ainay (Chagny 1935) ; un architecte comme L. Bégule, avec l’aide de l’archiviste M.‑C. Guigue, étudia la cathédrale Saint-Jean en dépassant l’imagerie romantique (Bégule 1880), Rogatien Le Nail s’intéressa à Saint-Just entre 1903 et 1913 (Le Nail in Illustré du Sud-Est, 27 janvier 1912) ; des architectes eurent le mérite de relever des édifices, comme A.‑M. Chenavard aux Cordeliers de l’Observance (Chenavard, Couchaud 1846) et A. Cateland à l’Île-Barbe (Cateland 1936 et SAVL, 21B Q1).

10Le progrès des connaissances historiques ne constitua malheureusement pas un frein à la destruction d’édifices majeurs, comme celle des Cordeliers de l’Observance en 1845, celle de la crypte de Saint-Nizier en 1883 ou celle des vestiges de Sainte-Croix en 1974 (fig. 211). Dans un autre domaine, on est même arrivé parfois à un blocage des études, comme après les travaux de M.‑M. Cottinet-Bouquet à l’Île-Barbe, lacune heureusement comblée par les actuels travaux en cours de C. Gaillard.

Fig. 211 – Sainte-Croix : destruction de l’église en 1977 (cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 211 – Sainte-Croix : destruction de l’église en 1977 (cliché ÉRA 26 CNRS).

6.1.3. Les sociétés savantes

11Ce changement des mentalités avait été préparé de longue date par les érudits ou par les architectes formés à l’étude des monuments (Bruyère, Lenoble 2018 : 41‑72). Il fut encouragé par la multiplication des sociétés savantes parfois très anciennes, comme l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon fondée en 1700, ou plus récentes comme la Société littéraire, créée en 1807 et transformée en Société littéraire, historique et archéologique en 1871, qui publia ses communications essentiellement dans la Revue du Lyonnais de 1835 à 1901. La Société académique d’architecture de Lyon (SAAL), créée en 1830 par A.‑M. Chenavard et dix-neuf collègues, mais active seulement à partir de 1841, avait et a encore pour objectif de promouvoir la qualité de l’architecture et du milieu de vie et pour cela s’attacha à réhabiliter le métier d’architecte. Elle se dota en 1842 d’une commission des Antiquités chargée de rechercher et de relever les anciennes constructions comme le firent alors A.‑M. Chenavard et A. Couchaud pour les Cordeliers de l’Observance ; à côté de concours techniques, elle organisa des concours archéologiques avec comme sujets la maison du Chamarier, l’hôtel du Gouvernement, l’hôtel des Gadagne et pour but de proposer une reconstitution d’édifices disparus. Citons par exemple l’étude de l’église Saint-Paul et de ses dépendances (1899), puis celle des monuments de l’Île-Barbe, concours gagné par A. Cateland en 1902. Rogatien le Nail s’exerça, lui aussi, à la reconstitution d’églises disparues comme celle de Saint-Just, où il procéda même à des sondages, pour arriver à des documents qui concernèrent la plupart des églises anciennes de Lyon, comme Saint-Martin d’Ainay ou la cathédrale Saint-Jean. Il se préoccupa également de leur environnement qu’il tenta aussi de représenter dans des vues cavalières destinées à illustrer l’ouvrage de J.‑B. Martin sur les églises de Lyon (Martin 1908‑1909) (fig. 130). La Société des archéologues et des bibliophiles lyonnais se donna pour mission d’éclairer la municipalité sur l’acquisition des antiquités ; elle publia également des ouvrages d’histoire et d’archéologie lyonnaises et réimprima des ouvrages rares (Mathian 1994 : I, 81‑94 et 112‑130). Si certains clercs, comme F. Dumas, s’efforcèrent de maintenir, à tout prix, les « traditions » de l’Église (Dumas 1886), cette dernière se montra capable d’évoluer en créant, en 1900, le Bulletin historique et archéologique du diocèse de Lyon qui publia de nombreuses études. L’abbé J.‑B. Martin rédigea, en 1908‑1909, son Histoire des églises et chapelles de Lyon qui reste un ouvrage utile. Il faut également citer la publication d’inventaires de monuments dans le cadre du Comité d’archéologie créé en 1857 par l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon. Enfin, des ouvrages savants, surtout le Lyon souterrain de F. Artaud (1846), la Description historique de Lyon (1817), le Manuel d’archéologie sacrée burgondo-lyonnaise de J. Bard (1844) et l’Histoire monumentale de la ville de Lyon en huit volumes de J.‑B. Monfalcon (1866‑1869), mais aussi la multiplication des guides du voyageur, le Guide du voyageur et de l’amateur à Lyon (1826) par N.‑F. Cochard, le Lyon ancien et moderne de L. Boitel (1838‑1843), contribuèrent aux changements de mentalité et « à l’éducation des maîtres d’œuvre » (Dufieux 2004 : 52‑53).

6.2. L’archéologie au service de la restauration des édifices

12Dans une ville devenue un vaste chantier, « les connaissances tirées de l’archéologie monumentale trouvent leur application la mieux justifiée et la plus utile dans les travaux de restaurations ou de restitutions où la science et la pratique s’allient étroitement » (George 1899 cité par Mathian 1994 : I, 129). Au début du XIXe siècle, quand il fallut restaurer ou reconstruire les églises laissées à l’abandon, le premier rôle revint aux architectes en charge des édifices diocésains puis, à partir de 1848, aux architectes diocésains nommés par l’évêque ou par le préfet. Les architectes lyonnais formés à l’architecture classique redécouvrirent, avec difficulté, l’architecture médiévale et contribuèrent à susciter un retour au passé antique, roman ou gothique. A.‑M. Chenavard (1787‑1883), architecte du département du Rhône et architecte diocésain qui apprit beaucoup au cours de ses voyages en Italie et en Grèce et dont l’enseignement et les nombreuses publications eurent une grande influence, resta dans la tradition classique et collabora avec l’archéologue F. Artaud pour dresser la carte d’un Lyon antique reconstitué, ou plutôt rêvé (Dufieux 2016 : 193‑211). Son successeur, J. Pollet (1785‑1839), féru d’art roman, fut à juste titre critiqué pour ses restaurations « archéologiques » à Saint-Nizier et à Saint-Martin d’Ainay dont il dota la façade de créneaux, heureusement détruits peu après (fig. 212). C.‑A. Benoît (1794‑1876) dirigea lui aussi la restauration de nombreuses églises lyonnaises dont Saint-Paul, Saint-Nizier et Saint-Martin d’Ainay. Ces architectes appliquèrent leur science nouvelle en essayant de rétablir des monuments romans dans leur état d’origine, mais sans hésiter à ajouter des décors incongrus ou des annexes dans un style néoroman ou néogothique, et surtout en construisant de nombreuses églises néoromanes ou néogothiques.

Fig. 212 – Saint-Martin d’Ainay : travaux de restauration par J. Pollet en 1830 (BML, fonds Coste, est. 401).

Fig. 212 – Saint-Martin d’Ainay : travaux de restauration par J. Pollet en 1830 (BML, fonds Coste, est. 401).

13Après la révolution de 1848 fut mis en place un véritable service des architectes diocésains qui, désormais nommés par le ministre, dépendaient de la commission des Monuments historiques et étaient chargés d’une circonscription territoriale. C’est l’administration des Cultes qui avait la maîtrise d’ouvrage (Dufieux 2004 : 73‑82). Leur plus éminent représentant fut Antoine dit Tony Desjardins (1814‑1882), architecte de la cathédrale de 1849 à 1882, architecte en chef de la ville de Lyon de 1854 à 1870, membre de l’Académie de Lyon, correspondant de l’Institut. Il restaura ou construisit de nombreuses églises dans la région et, à Lyon, s’occupa surtout de la cathédrale où, pour rétablir une prétendue vérité historique, il transforma la toiture basse des nefs en une toiture à pente raide, à l’image des cathédrales du nord de la France (1855‑1861) (Mathian 1995 : I, 89‑90 ; Dufieux 2004 : 74 ; Barbarin 2011 : 80‑82) (fig. 213). Son fils Paul Desjardins, qui devint inspecteur des édifices diocésains en 1882, inspecteur des Monuments historiques puis architecte des Bâtiments de France, ne fut jamais nommé architecte diocésain.

Fig. 213 – Saint-Jean : crête du toit, vue nord-ouest (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, MH0099062, cliché P. Gélis).

Fig. 213 – Saint-Jean : crête du toit, vue nord-ouest (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, MH0099062, cliché P. Gélis).

14La protection des monuments fut également assurée par le classement de certains édifices lyonnais comme monuments historiques, ce qui eut le mérite d’attirer l’attention dès 1840 sur des églises comme Saint-Nizier, Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Martin d’Ainay, auxquelles s’ajoutèrent en 1862 Saint-Jean, Saint-Irénée et la Manécanterie. La création du corps des architectes en chef joua alors un grand rôle pour assurer la qualité des travaux. Les architectes des Monuments historiques devinrent alors architectes diocésains, mais l’époque des grands travaux était révolue depuis les années 1880. Après 1905, le service des édifices diocésains passa à la direction des Beaux-Arts et des Monuments historiques. Parmi les architectes en chef dont l’action dans la restauration des églises lyonnaises fut prépondérante, citons L. Mortamet qui, en 1931, remplaça L. Benoît, son fils J.‑G. Mortamet qui lui succéda de 1973 à 1981 et mit en place le jardin archéologique de la cathédrale. P. Gélis (1887‑1975) joua un rôle important, en particulier à la cathédrale Saint-Jean, avec le rétablissement d’une toiture basse et le déplacement de l’autel à son emplacement primitif (Dufieux 2004 : 118‑119). D. Repellin (1982‑2013) dirigea les chantiers de restauration de la cathédrale et de Saint-Martin d’Ainay.

6.3. L’archéologie de terrain : vers une archéologie globale et pérenne

15Si, au XVIIe siècle, J. Spon comme C.‑F. Ménestrier peuvent être considérés comme de bons connaisseurs du passé lyonnais et si, au XVIIIe siècle, la construction d’une chapelle sur le site des basiliques de Saint-Just ou la démolition de Saint-Michel d’Ainay, de Saint-Romain ou de Saint-Alban furent l’occasion de découvertes de blocs inscrits, l’archéologie de terrain ne commença, à Lyon, qu’au début du XIXe siècle, avec F. Artaud (1767‑1839) qui, dessinateur en soie et autodidacte, devint directeur du musée et de l’école des Beaux-Arts de Lyon (Artaud 1818 ; 1846 ; Bruyère 2010‑2011 ; Bruyère, Lenoble 2018 : 44‑76). En plus de ses fouilles à l’amphithéâtre, il visita tous les chantiers de construction et de démolition qui étaient alors nombreux à Saint-Étienne, à l’Île-Barbe, à Saint-Michel d’Ainay, à Notre-Dame de la Platière, à Saint-Côme, et restitua ses observations dans son Lyon souterrain (1846). Il eut également le mérite de relever les mosaïques de Saint-Irénée avant leur démolition ainsi que celles de Saint-Martin d’Ainay avant des restaurations abusives et erronées ; de même N.‑F. Cochard sauva des blocs inscrits lors de la démolition de l’église Saint-Étienne (Bruyère 2001 : 35).

16Puis s’estompa le goût pour une recherche techniquement sérieuse sur les édifices antiques comme sur les édifices religieux chrétiens. Si les recherches sur l’amphithéâtre se poursuivirent au milieu du siècle par une observation attentive et des relevés précis des vestiges mis au jour, on déplore l’absence de véritables fouilles et de conservation de ces mêmes vestiges : en 1854 et en 1860 fut en effet installé un énorme réservoir puis organisé le passage du funiculaire au cœur même du site. À Saint-Just et avant 1830, la construction du pensionnat des demoiselles Reynaud à l’emplacement de l’ancien cloître ne donna lieu à aucune recherche. Heureusement les vestiges des églises situés sous la cour de l’école ne furent pas touchés par les travaux consécutifs à l’installation de l’archiconfrérie Notre-Dame-des-Victoires et de constructions importantes au sud du terrain, ni par ceux de l’institution Notre-Dame-des-Minimes de 1910 à 1969 (Wyss et al. 2002 : 84‑87). On ne peut guère parler d’archéologie avec les travaux en sous-sol de Saint-Paul où furent mis au jour « des restes de mosaïques, des fondations en maçonnerie romaine… » (Duplain, Giraud 1899 : 63) ou, nous l’avons vu, à Saint-Jean où l’on fit passer, en 1899, sans réflexion appropriée, un conduit de chauffage au travers de vestiges anciens. Plus tard, mais avant 1914, lorsqu’un égout coupa les murs anciens de l’abside de Saint-Étienne et la cuve du baptistère, on se contenta d’un croquis qui figure dans l’ouvrage de A. Sachet (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 4 et 28) et qui fut repris par J. Hubert dans son plan du groupe épiscopal de Lyon (Hubert, Porcher, Volbach 1968 : 298, fig. 344). Ce croquis situait l’abside à l’intersection de la rue Saint-Étienne et de la rue Mandelot et c’est là que nous avons effectué nos premiers sondages, bien sûr infructueux, puisque les murs signalés se trouvaient plus à l’est. En 1884, les sondages de L. Sarsay à Saint-Martin de l’Île-Barbe ont fourni un plan de l’église et de sa crypte mais on ne peut pas vraiment parler de recherches archéologiques (Cateland 1936 ; Reynaud in Mémoires de pierres 1995 : 38‑39). À Saint-Laurent de Choulans, le site, alors tombé dans l’oubli, fut partiellement et par hasard conservé sous l’impasse Saint-Clair-du-Port, alors que la partie méridionale de l’église était recouverte par les remblais d’installation de la montée de Choulans dans les années 1858‑1860 (Reynaud 1998 : 138‑139).

17Les choses changent quand, en 1935, à l’occasion de la venue à Lyon du Congrès archéologique de France, et pour retrouver le « chef » de saint Irénée censé avoir été déposé dans un caveau derrière l’autel de la cathédrale, furent dégagés les vestiges de l’ancienne abside de Saint-Jean (fig. 209) (Soubigou 2013 : 57). Les conclusions de ces travaux, malheureusement fautives puisque l’on crut alors avoir découvert l’abside décrite par Sidoine Apollinaire, furent rapidement portées à la connaissance du public par A. Macé et par M. Aubert, à l’occasion du Congrès de Lyon en 1936 (Aubert 1936 ; Macé 1936). Il faut toutefois attendre A. Audin pour voir s’effectuer les premières véritables fouilles d’édifices religieux à Saint-Laurent de Choulans (fig. 214), à Saint-Irénée et à Saint-Pierre de Vaise (Wuilleumier, Leroi-Gourhan, Audin 1949 ; Audin, Perrat 1959 ; Audin 1959 ; Audin 1966), recherches que nous avons poursuivies dans les années 1970 avec les chantiers de Saint-Just, du groupe épiscopal, de Saint-Laurent de Choulans et terminées en 2012 avec les fouilles effectuées en collaboration avec C. Collomb, au nord et à l’ouest de Saint-Irénée.

Fig. 214 – Saint-Laurent de Choulans : fouilles d’A. Audin, novembre 1947 (cliché de l’équipe de fouille, archives personnelles).

Fig. 214 – Saint-Laurent de Choulans : fouilles d’A. Audin, novembre 1947 (cliché de l’équipe de fouille, archives personnelles).

18Une nouvelle génération d’archéologues médiévistes s’est appuyée sur les méthodes d’analyse mises au point par nos voisins germaniques, helvétiques ou italiens qui pratiquaient une approche globale de l’édifice et étudiaient le sous-sol comme l’élévation des édifices religieux médiévaux (Bonnet, Reynaud 2014) ; la spécificité de ce type d’archéologie résidant « dans l’analyse scientifique du bâti, dans sa matérialité depuis les indices laissés par le chantier de construction et les diverses transformations jusqu’aux matériaux et aux savoir-faire » (Parron-Kontis, Reveyron 2005 : 7). Le passage à l’archéologie du bâti se fit à Lyon dans les années 1970 ; il en fut de même à Vienne et à Grenoble. Des remises en état et des décapages furent l’occasion d’analyses du bâti effectuées par les archéologues en collaboration avec les architectes en chef, à Lyon d’abord avec J.‑G. Mortamet puis avec D. Repellin, comme à la cathédrale Saint-Jean, à Saint-Étienne et à Sainte-Croix (fouilles que nous avons dirigées), à Saint-Irénée (dir. J.‑F. Reynaud et C. Collomb) ou encore à Sainte-Blandine d’Ainay (dir. J.‑F. Reynaud et A. Baud), à Saint-Nizier et à Saint-Paul (dir. N. Reveyron et G. Macabéo) et à Saint-Martin d’Ainay (dir. C. Becker, I. Parron, E. Bouticourt, E. Stankov), plus récemment à l’Île-Barbe (dir. C. Gaillard). Le succès de cette politique est bien évidemment subordonné à une véritable collaboration entre les différents services du même ministère.

19En exergue à cette dernière partie et à la suite de P. Béghain et M. Kneubühler (Béghain, Kneubühler 2015), faut-il stigmatiser les Lyonnais pour leur « vandalisme » et leur indifférence à l’égard des trésors du passé ou faut-il insister sur la naissance d’un « sentiment du patrimoine », bientôt suivi d’une « conscience du patrimoine » et enfin d’une « pratique du patrimoine » où la recherche archéologique peut jouer un rôle majeur ? On peut déplorer le rôle négatif de certains édiles mais on ne doit pas oublier leur soutien à l’archéologie et rappeler que le Service archéologique de la ville est le plus important de France. On peut déplorer la disparition de quartiers anciens jugés « insalubres » mais reconnaître que les Lyonnais ont su faire inscrire leur ville au Patrimoine mondial de l’humanité. On peut déplorer la perte ancienne d’un tiers des vestiges de l’amphithéâtre romain mais être fier du musée archéologique installé sur le site antique de la ville… et estimer que la balance peut être considérée comme équilibrée.

Table des illustrations

Titre Fig. 211 – Sainte-Croix : destruction de l’église en 1977 (cliché ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 212 – Saint-Martin d’Ainay : travaux de restauration par J. Pollet en 1830 (BML, fonds Coste, est. 401).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 213 – Saint-Jean : crête du toit, vue nord-ouest (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, MH0099062, cliché P. Gélis).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 214 – Saint-Laurent de Choulans : fouilles d’A. Audin, novembre 1947 (cliché de l’équipe de fouille, archives personnelles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 495k

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search