Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 5. Abandons, destructions, reconstructions d’édifices religieux et nouveaux espaces à urbaniser du XVIe au XIXe siècle

Texte intégral

1Du XVIe au XIXe siècle, la ville a connu l’âge d’or de la Renaissance et de grandes périodes de construction mais aussi de nombreux abandons ou destructions. Elle n’a guère été concernée par les recherches archéologiques, sauf à Saint-Irénée. Il nous a pourtant paru important d’envisager ces édifices et les édifices religieux de Lyon en général, de façon diachronique, en les replaçant dans l’évolution de la topographie urbaine et en examinant les raisons qui, au cours des siècles, et plus particulièrement au XIXsiècle, ont justifié les disparitions ou les reconstructions d’églises. Ainsi, l’histoire de Saint-Just s’arrêta tragiquement en 1562 sur une destruction quasi totale des élévations, alors que Saint-Étienne resta en service jusqu’à la Révolution et l’église abbatiale de l’Île-Barbe jusqu’après la chute de Napoléon, tandis que des vestiges de l’église Sainte-Croix furent conservés dans l’immeuble qui avait englobé l’élévation de plusieurs travées de la nef centrale, jusqu’à sa démolition définitive en 1974. Seuls subsistent encore la partie occidentale du bas-côté nord, dans l’immeuble situé à l’ouest de l’ancienne rue Mandelot, et un arc de la nef qui a été reconstitué à partir d’éléments anciens.

2Après la Révolution, la cathédrale retrouva ses fonctions d’origine, d’autres églises devenues paroissiales furent restaurées, comme Saint-Paul ou, le plus souvent, reconstruites, comme Saint-Pierre de Vaise, Saint-Georges ou encore Saint-Irénée ; dans ce dernier cas, seules les fondations de l’église primitive et la crypte orientale furent conservées. Un certain nombre d’églises d’origine ancienne, comme Notre-Dame de la Platière ou Saint-Pierre-le-Vieux, ou plus récentes comme les Jacobins, les Cordeliers de l’Observance, n’ont pas récupéré de fonctions paroissiales et ont disparu. Bien évidemment, nous ne traiterons pas des édifices religieux de l’époque moderne, sauf quand il s’agit de reconstructions d’édifices anciens, comme à Saint-Irénée.

5.1. La ville

3Du XVIe au XVIIIe siècle, la topographie urbaine changea peu, malgré les destructions de 1562 et l’extension de la ville vers le sud (Gutton 2000 : 35‑74). Au XIXe siècle, les limites de la ville se déplacèrent vers l’est et vers le sud, de nombreuses églises disparurent, certaines furent reconstruites, d’autres enfin furent construites dans les nouveaux quartiers dans un style néoroman ou néogothique dont le choix suscita de nombreuses controverses (Mathian 1994 ; Dufieux 2004). Dans la première moitié du XVIe siècle, à la suite de la grande période d’essor économique et de construction du dernier tiers du siècle précédent, Lyon était devenu le « deuxième œil de France et cœur de l’Europe » (Lyon Renaissance 2015) ou encore une des « capitales de l’Occident » (Gutton 2000 : 35). Pourtant, la Renaissance a laissé peu de traces dans l’architecture religieuse, car les constructions de nouvelles églises furent rares et surtout parce que les chapelles construites pour les Italiens ont totalement disparu. La période fut également marquée par les premières sécularisations de communautés monastiques comme celle de l’Île-Barbe en 1551 et par la disparition précoce d’églises qui, pour cette raison, ont été assez peu étudiées.

4C’est au cours de cette période que se produisirent de grands changements qui modifièrent grandement notre documentation. À côté des données archéologiques qui ne concernent qu’un nombre limité d’églises et des documents d’archives, trop souvent incomplets, nous disposons, à partir des années 1550, des renseignements fournis par les vues cavalières comme le Plan scénographique, la vue de Lyon par Georg Braun et Frans Hogenberg, publiée en 1572 dans les Civitates orbis terrarum et la Grande Vue de Simon Maupin (1625) puis par les plans géométraux à partir de celui de Claude Séraucourt (1735) (Grisard 1891 ; Forma urbis 1997). La vue la plus ancienne de Lyon signalée par B. Gauthiez, celle de la British Library, des années 1250, montre bien la distinction entre quartier épiscopal et Presqu’île. Le plan de Turin (1549) qui figure le tracé des fortifications de Lyon est assorti de quelques vignettes représentant, dans un dessin assez imprécis et à trop petite échelle, les églises de la ville (Archivio di Stato di Torino, BA. Ms. AM, vol. 3, 50v‑51 ; publié par N. Reveyron in Barbarin 2011 : 20).

5F.‑R. Cottin a étudié le passage des vues cavalières où la topographie urbaine est déformée pour obtenir une vision globale de la ville, aux plans géométraux des XVIIIe-XIXe siècles, qui, pourvus d’une échelle, sont plus conformes à la réalité et sont destinés à servir de base aux services de la voirie et à l’assiette de l’impôt foncier (Cottin 1997). J. Rossiaud a bien montré que le Plan scénographique correspondait à une évolution des mentalités et à une nouvelle perception de l’espace dues aux progrès de l’arpentage et à la science des fortifications qui font penser la ville comme « un espace précisément mesuré », qu’il faut mieux connaître et relever avec précision ; il a aussi montré que ces « portraits de ville sont chargés d’intentions » et sont aussi porteurs du rêve d’une cité qui se veut placée au centre de la Gaule et au cœur de l’Europe et dont le Consulat est soucieux de rénovation monumentale (Rossiaud 2012 : 61‑116). À la même époque se multiplient les cartes terristes et atlas des seigneuries urbaines (atlas de l’abbaye Saint-Pierre, d’Ainay, des chapitres de Saint-Nizier…).

6Ces documents sont assez exacts en ce qui concerne le nombre des maisons : 4 050 maisons figurent sur le Plan scénographique alors que les « nommées » en dénombrent 4 200 (Rossiaud 2012 : 77‑84). Ils ont l’avantage de ne négliger presque aucun édifice religieux (sauf peut-être Saint-Côme qui n’apparaît que sur le plan de Philippe Le Beau de 1607) et de représenter, par exemple, les églises des Mendiants, disparues depuis. Ils sont d’une fiabilité grandissante, et la différence est bien visible entre le Plan scénographique et la Grande Vue de Simon Maupin, avec un inconvénient : le point de vue est toujours le même, le spectateur regarde vers l’ouest et donc les façades des églises ne sont jamais représentées. Ainsi, le Plan scénographique du milieu du XVIe siècle figure l’église de Saint-Just disparue peu de temps après et suggère la présence d’un transept, mais l’abside est mal dessinée, comme un mur plat renforcé de contreforts ; dans ce cas, et comme le site a été fouillé, données archéologiques et vue en élévation se complètent. On remarque d’ailleurs que ce sont les absides qui sont les plus mal dessinées et qu’il est difficile de distinguer une abside semi-circulaire pourvue de contreforts d’une abside polygonale. À partir du plan de Simon Maupin, on pourrait déduire que la plupart des absides romanes et gothiques sont polygonales alors que les documents d’archives apportent parfois une précision indiscutable grâce à des représentations plus variées. Un plan du XVIIIe siècle comme celui de Claude Séraucourt permet de situer dans l’espace, et avec une certaine précision, les églises actuellement disparues mais alors encore existantes. Il faut également tenir compte des modifications apportées au cours des siècles et, dans ce domaine, la confrontation s’impose avec les documents d’archives. Quelques rares plans des XVIIe-XVIIIe siècles, par exemple ceux des Jacobins ou des Célestins, sont très précis mais ne fournissent pas de datation concernant les différentes parties des églises. Ils peuvent être complétés par les représentations de ces édifices, avant leur démolition ou en cours de démolition au XIXe siècle, que l’on trouve en particulier dans les peintures ou gravures d’Hubert de Saint-Didier ou de Paul Saint-Olive. Pour l’église de l’Observance, détruite peu après 1844, nous disposons d’un relevé précis et de nombreuses gravures alors que pour la chapelle de Saint-Côme, les archives sont quasiment inexistantes car elle n’a jamais attiré l’attention des artistes ou des historiens.

7Les plans parcellaires ou plans géométraux des XVIIIe et XIXe siècles sont bien présentés dans l’ouvrage des Archives municipales de Lyon (Forma urbis 1997), mais les plans cadastraux de la première moitié du XIXe siècle ne sont guère utiles sinon pour situer quelques églises tardivement détruites comme Saint-Pierre de Vaise. Trois « topographes » se sont attelés à la lourde tâche de reconstituer le tissu urbain : le voyer B. Vermorel (1814‑1885) qui, à partir des terriers et des documents d’assiette pour les impôts (les « nommées »), dressa le plan de la ville en 1350 (Forma urbis 1997 : pl. 2). Plus près de nous, B. Gauthiez a mis en pratique la méthode régressive pour élaborer le plan de Lyon vers 1745, c’est-à-dire avant les bouleversements de la fin du XVIIIe siècle (Gauthiez 1994) et, à partir de là, en remontant dans le temps, pour formuler des « hypothèses morphologiques » concernant les enceintes de la ville, les lotissements, et suivre l’évolution de la ville au cours des siècles. F.‑R. Cottin, associé à F. Loizy, utilisa les documents de construction, les délibérations de corps de métier, les travaux d’architectes pour reconstituer la ville vers 1750 et, grâce à l’échelle adoptée (1/500e), fournir des plans extrêmement précis et fiables des édifices.

8Entre les années 1460 et 1560, la population de Lyon, qui pendant la guerre de Cent Ans avait diminué de moitié, passa de moins de 10 000 à plus de 50 000 habitants pour retomber ensuite à quelque 35 000 habitants (fig. 187) (Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 255 ; Rossiaud 2012 : 13‑57). J. Rossiaud insiste sur les inégalités de cette société dont seules les élites ont droit à la culture et sur l’image que nous avons conservée de la ville qui est en fait une « image magnifiée […] couvrant d’un voile doré les blessures et les purulences urbaines » ainsi que sur les famines, les mortalités dues à la peste ou la violence des « rebeynes » (Rossiaud in Virassamynaïken 2015 : 24). La prospérité nouvelle est due à la grande activité provoquée par les quatre foires annuelles et par l’arrivée de marchands et de banquiers venus de toute l’Europe et donc par l’insertion de la ville dans l’économie européenne ; sans oublier les deux activités principales de l’imprimerie et de la Grande Fabrique, la soierie, qui au milieu du XVIe siècle occupent chacune un millier de travailleurs, dont de nombreux imprimeurs ou tisserands étrangers installés à Lyon (Durand, Gutton in Garrier 1987 : 157‑171 ; Rossiaud 2012 : 18 ; Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 263‑270). La population aurait donc quintuplé entre 1460 et 1540 pour atteindre entre 50 000 et 55 000 habitants avec de nombreux étrangers dont les Allemands, une centaine, et les Italiens, une quarantaine groupée en « nations », alors que la topographie urbaine restait inchangée. La densification du bâti continua à se faire au moyen de constructions à étages multiples et par la multiplication des immeubles sur une même surface mais le « côté Fourvière » reste plus riche que le « côté Rhône » (Gutton 2000 : 45‑48 ; Rossiaud 2012 : 22‑23). Les seules modifications profondes concernèrent l’extension de l’enceinte et de nouveaux lotissements. L’enceinte, préoccupation première du Consulat, ceinturait désormais la ville, englobait les remparts d’Ainay et se terminait au nord et à l’est, au XVIIe siècle, par le mur de Saint-Sébastien et le mur des bords du Rhône, constructions qui rendirent possible la démolition des remparts de la Lanterne (Terreaux) de 1551 à 1559.

Fig. 187 – Plan de Lyon en 1735 (Séraucourt, AML, 1 S 10a).

Fig. 187 – Plan de Lyon en 1735 (Séraucourt, AML, 1 S 10a).

5.2. « La Renaissance, enfin »

9À la Renaissance, le changement de goût se manifesta, chez les Antiquaires, les humanistes et les historiens, par la recherche des « antiques », blocs inscrits ou médailles, par des spéculations sur les origines « grecques » de Lyon et par des voyages à Rome (Bruyère 2001 ; Bruyère, Lenoble 2018 ; Deswarte-Rosa in Lyon Renaissance 2015 : 68‑75). Il se traduisit également dans les domaines civil et religieux. Ainsi, la galerie sur trompes de la rue Juiverie (hôtel Bullioud), édifiée en 1536 par Philibert Delorme et conservée au fond d’une cour, revendiquait une inspiration classique (Bonnet-Saint-Georges 1993) qui se reconnaît également un peu plus tard dans la façade côté Saône du bâtiment de la Quarantaine, construit à ses frais par Thomas de Gadagne (1541‑1544) ; bien visible sur la Grande Vue de Simon Maupin, elle disparut au milieu du XIXe siècle.

10Dans le domaine religieux, l’apport de la Renaissance à Lyon est visible essentiellement dans l’inspiration antique du décor des chapelles accolées aux anciennes églises. Si les étrangers résidents sont en fait peu nombreux – quelques dizaines (Rossiaud 2012 : 21‑22) –, ils se font construire de magnifiques chapelles privées. Aux Jacobins, la chapelle des Florentins financée par Thomas de Gadagne en 1523 et disparue au début du XIXe siècle (n° 82 du plan de Ramette), est décrite par A. Clapasson : elle présentait des pilastres cannelés d’inspiration antique surmontés « d’entablements à ressaut » et un décor en une « espèce de marbre gris brun » (lithographie de la chapelle par A. Guindrand avant sa démolition) (Chomer, Pérez 1982 : 60) (fig. 188). La chapelle du Crucifix, construite sur le flanc nord, figure au n° 66 du plan de Ramette : elle ouvrait sur la nef par un arc en plein cintre reposant sur des pilastres cannelés, fruit d’une influence antique (Guindrand, ADR, fonds Galle, A 112, n° 23). La chapelle Panciatichi, fondée en 1517, figure sur un dessin aquarellé de 1688 où apparaissent, à l’entrée de la chapelle, deux pilastres simples et deux colonnes, surmontés de chapiteaux corinthiens, sous un arc en plein cintre surmonté du blason de la famille (fig. 189). Aux Cordeliers de l’Observance, la chapelle des Lucquois, construite après 1562, au sud-est du chœur, en particulier par les Bonvisi, manifestait tous les signes de l’architecture de la Renaissance avec ses pilastres cannelés en pierre de Tournus, ses corniches saillantes et ses quatre colonnes en marbre noir d’Italie, importées à grands frais. La lithographie de Chapuy et les coupes de A.‑M. Chenavard et A. Couchaud montrent bien ces chapiteaux corinthiens, le plafond à caissons, et les pilastres cannelés. D’après A. Clapasson, elle était une des plus belles de Lyon (Chomer, Pérez 1982 : 154‑157 ; Pavy 1836 : 31‑32) (fig. 190).

Fig. 188 – Les Jacobins : démolition de l’église, lithographie de Villain d’après Guindrand (ADR, fonds Galle, A 112, n° 23).

Fig. 188 – Les Jacobins : démolition de l’église, lithographie de Villain d’après Guindrand (ADR, fonds Galle, A 112, n° 23).

Fig. 189 – Les Jacobins : chapelle Panciatichi à Notre-Dame de Confort (Florence, Archivio di Stato, fonds Panciatichi-Ximenes d’Aragon, boîte II, n° 7).

Fig. 189 – Les Jacobins : chapelle Panciatichi à Notre-Dame de Confort (Florence, Archivio di Stato, fonds Panciatichi-Ximenes d’Aragon, boîte II, n° 7).

Fig. 190 – Les Cordeliers de l’Observance : chapelle des Lucquois (musées Gadagne, 55‑55-3).

Fig. 190 – Les Cordeliers de l’Observance : chapelle des Lucquois (musées Gadagne, 55‑55-3).
  • 1 Construite sur un ressaut du versant sud-ouest de la colline de Fourvière au-dessus de Saint-Laure (...)

11Cette inspiration antique se retrouve dans le nouveau porche en demi-rotonde surmonté d’une conque et conservé en façade de Saint-Nizier, œuvre de Jean Vallet (1579) faussement attribuée à Philibert Delorme (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 366‑367 ; Cottin in Bonnet-Saint-Georges 1993 : 81‑85). Pour le reste, on ne peut que constater l’absence de monuments majeurs pour ce demi-siècle pourtant d’une incroyable prospérité et d’une remarquable ouverture sur l’extérieur : les seules nouvelles églises ou chapelles sont celles des Minimes, construites au milieu du XVIe siècle, de Saint-Roch1 et des Chartreux après 1585. Cette dernière, qui fut elle aussi, par la suite, profondément modifiée, survécut comme église paroissiale, alors que la chapelle Saint-Roch a disparu. Par ailleurs, des églises sont partiellement reconstruites, comme Saint-Romain par Claude de Laurencin en 1560‑1561 (Meynis 1872 : 73‑74).

5.3. La prise de la ville en 1562

12La prise de la ville par le baron des Adrets provoqua la disparition de quelques églises. C’est le cas de l’église Saint-Just : ce secteur était le point faible des défenses de la ville et il faut bien reconnaître que la gestion économique et politique des chanoines et de l’archevêque n’était pas toujours appréciée des fidèles. Notre-Dame de la Saunerie, devenue Saint-Éloi au XVe siècle, avant la disparition de l’hôpital en 1503, fut démolie à coups de canons au cours du siège d’un poste de catholiques par les troupes protestantes. Il en fut de même pour Saint-Saturnin près de Saint-Pierre des Terreaux qui fut bientôt reconstruite, pour Saint-Côme (détruite en 1563 et remplacée par une maison) et pour Saint-Éloi. Parfois, seuls disparurent des bâtiments conventuels : le cloître de Saint-Paul fut rasé, l’église Saint-Laurent fut pillée, la tribune détruite et la chapelle Saint-Nicolas brûlée, les bâtiments conventuels de l’Observance furent détruits alors que les démolitions ne furent que partielles à Saint-Irénée, à Notre-Dame de Fourvière ou à la chapelle Saint-Jacquême (Krumenacker 2009 : 199‑204). Des actes de vandalisme furent perpétrés, comme la destruction de tombes vénérées, par exemple à Saint-Irénée, le pillage de tous les objets précieux, et partout les Huguenots s’acharnèrent contre les objets liturgiques et les reliques des saints ou des martyrs ; pillage parfois intéressé, comme dans le cas des objets liturgiques dont la vente pouvait servir à l’effort de guerre. Ils se jetèrent sur l’Île-Barbe où ils laissèrent la grande église en piteux état et Notre-Dame sans toit, brûlèrent les archives, pillèrent les trésors d’orfèvrerie et fondirent les cloches. Ils mirent à mal le cloître de l’église Saint-Martin d’Ainay dont ils brisèrent les autels, pillèrent Notre-Dame de la Platière et ses dépendances dont les chapelles de Marie-Madeleine, abattirent les cloches des Augustins dont ils emportèrent les grandes portes en noyer, et firent disparaître la riche bibliothèque (Meynis 1886 : 229‑239 ; Martin 1908‑1909 : vol. 2, 146‑147). À Saint-Nizier, les reliques furent dispersées, des chapelles furent détruites ainsi que les bâtiments du chapitre. Partout, ils brûlèrent les archives et les bibliothèques des établissements religieux. Pour le groupe épiscopal, les dégâts furent moindres : les églises Sainte-Croix et peut-être Saint-Jean, d’abord menacées de destruction, furent sauvées. À Saint-Jean, le jubé fut brisé ainsi que les sculptures des tympans de la façade occidentale ; un maçon fut chargé de transformer Sainte-Croix en temple réformé, et les protestants procédèrent alors à une remise en état des lieux (pavage du chœur et réfection des toitures). Le nouveau temple fut repeint « blanchi, jauni et grisé » (Krumenacker 2009 : 194).

13En contrepartie, le Consulat protestant commença l’application d’une politique « d’embellissement » par amélioration de la voirie, avec la construction du Chemin Neuf, de la rue de la Brêche qui traversa l’enceinte du cloître (fig. 191), de la rue Saint-Dominique à l’ouest du couvent des Jacobins, pour relier la place de Confort à la place Bellecour en projet, de la rue de La Barre et de la rue Bellecour (Krumenacker 2009 : 176), des places de Saint-Jean, de la Douane, de Saint-Paul, de la Fromagerie à l’est de Saint-Nizier, à l’emplacement d’églises ou de cimetières détruits.

Fig. 191 – Saint-Jean : destruction par le baron des Adrets en 1562 (De Tristibus Galliae carmen, BML, fonds général, ms. 156, f° 3).

Fig. 191 – Saint-Jean : destruction par le baron des Adrets en 1562 (De Tristibus Galliae carmen, BML, fonds général, ms. 156, f° 3).

14Après leur départ, les protestants subirent le contrecoup de la Saint-Barthélemy lors des « vêpres lyonnaises » des 31 août et 1er septembre 1572. Les reconstructions ou restaurations des églises détruites ou endommagées furent parfois rapides, comme à Saint-Just où les chanoines achetèrent un terrain rue des Farges à l’abri des murailles de la ville, et commencèrent la construction d’une nouvelle église dès 1564 : consacrée en 1591, l’église fut ensuite en partie reconstruite. L’archevêque Camille de Neufville acheva la restauration de Saint-Jean en 1619, y érigea un maître-autel, y plaça des reliques demandées au Pape. L’église Saint-Laurent, voisine de Saint-Paul, qui tombait en ruines après le passage des protestants, fut restaurée par les frères Mascrani qui, en 1635, accordèrent 3 000 livres (en fait 36 000) pour relever les murs et la voûte de l’église (Duplain, Giraud 1899 : 70‑71).

Les mutilations des sculptures de la façade de Saint-Jean

Nicolas Reveyron

La façade de la cathédrale de Lyon a été lourdement mutilée dans son œuvre sculptée, en deux temps : au XVIe siècle d’abord, après la prise de la ville par les troupes du baron des Adrets en 1562, ensuite au XVIIIe siècle, lorsque les chanoines de la cathédrale, pour effacer les dégâts antérieurs et faire disparaître des sculptures jugées « gothiques », ont fait marteler ce qui restait des figurations des tympans et des linteaux. Nous sommes renseignés sur ces événements soit par des récits – le De tristibus Gallliae carmen (fin du XVIe siècle), long poème dont une partie est consacrée aux destructions faites à Lyon, et par les archives de la cathédrale, notamment les délibérations capitulaires du XVIIIe siècle. On imagine à tort que dans un tel cas, la soldatesque ou une foule en furie s’est jetée sur les sculptures. Le fait est rare et ne dure, au pire, que le temps laissé à la fureur de s’épancher : l’ampleur de la tâche aurait tôt fait de lasser le bras des vandales. En réalité, la destruction des images est sous-traitée à des professionnels rétribués à cet effet, ce que confirment, à la cathédrale, les caractères régulier et systématique de l’ouvrage. De fait, la principale source de renseignement reste l’édifice lui-même. Pendant la campagne d’archéologie menée en 2011 sur la façade à l’occasion de sa restauration, a été mise en œuvre une archéologie de l’image, élaborée pour la circonstance et définie dans sa démarche, ses moyens et ses buts : retracer les phases du processus, analyser les moyens employés, comprendre l’intention du commanditaire et l’attitude des praticiens, restituer les programmes détruits.

À Saint-Jean, le bûchage des sculptures sur ordre du pouvoir protestant, qui appliquait ainsi l’interdiction de représenter les créatures de Dieu, est aisément indentifiable : seules les parties charnelles – la tête et les mains – ont été touchées, comme on le voit aux quatre statues saillant au-dessus du portail nord, de part et d’autre du gable (état de destruction du XVIe siècle, sans intervention au XVIIIe siècle). Les pieds nus ont été curieusement épargnés, de même que les corps entièrement nus d’Adam et Ève, figurés dans cinq médaillons du portail central. Les destructions du XVIe siècle ont concerné toutes les sculptures : les médaillons des piédroits, les statues, qui, indépendantes du bâti, ont disparu, les statuettes des voussures et les scènes des tympans et des linteaux. Mais elles sont très inégales. Dans les médaillons, les têtes et les mains ont été soit lourdement martelées, soit effleurées par l’outil, parfois même épargnées, et dans le même médaillon, l’arche de Noé par exemple, les visages humains sont très détériorés, mais ceux des animaux ne sont perdus que pour trois bêtes sur neuf. Dans les voussures du portail central, les statuettes d’ange les plus hautes n’ont pas été touchées, parce qu’elles étaient mal accessibles au marteau du maçon et à l’œil du vérificateur. Pour les tympans latéraux, on ne sait rien, puisque tout vestige a été martelé deux siècles plus tard ; mais les restes de l’ange de l’annonce aux bergers tendent à prouver qu’on ne s’était attaqué qu’aux têtes et aux mains. Quant au tympan central, il n’en subsiste rien sans doute dès le XVIe siècle : l’absence totale de trace de destruction sur le parement de pierres de taille prouve que les figures, en ronde-bosse, étaient sculptées en atelier et assemblées sur les bandeaux du tympan.

Il est possible aujourd’hui de restituer une partie des programmes disparus. Les quatre voussures du portail central accueillent des anges (anges musiciens, thuriféraires, céroféraires et en prière), les trois voussures du portail sud, les prophètes (annonce de la venue du Christ) et celles du nord, les martyrs de Lyon (Pothin, Irénée, quelques martyrs de 177, saint Polycarpe, Thomas Becket…). Le portail central devait classiquement abriter le Jugement dernier (tympan et linteau). Dans le portail nord devaient se dérouler le jugement de saint Pierre (linteau) et son crucifiement (structure parlante des vestiges du tympan). Dans le portail sud étaient représentés, sur le linteau, l’annonciation, l’annonce aux bergers, l’adoration des rois-mages et l’adoration des bergers, et sur le tympan, la circoncision et le baptême du Christ (fig. 192 et 193).

Fig. 192a et b – Saint-Jean : destruction des sculptures du tympan du portail sud et reconstitution de l’iconographie (a : relevé et DAO : G. Macabéo ; b : N. Reveyron).

Fig. 192a et b – Saint-Jean : destruction des sculptures du tympan du portail sud et reconstitution de l’iconographie (a : relevé et DAO : G. Macabéo ; b : N. Reveyron).

Fig. 192a

Fig. 193 – Saint-Jean : anges des voussures du portail central (cliché N. Reveyron).

Fig. 193 – Saint-Jean : anges des voussures du portail central (cliché N. Reveyron).

5.4. Les transformations des XVIIe et XVIIIe siècles

15Après la grande crise de 1562, le catholicisme retrouva vigueur et visibilité avant de connaître de graves difficultés durant le siècle des Lumières.

5.4.1. Le renouveau religieux du XVIIsiècle et le « baroque » lyonnais

16Le renouveau religieux fut l’œuvre des prélats qui, « réformateurs convaincus », multiplièrent les ordonnances, visites pastorales et synodes. Le rôle des laïcs fut tout aussi important grâce à l’action des confréries qui s’efforcèrent d’instaurer un ordre moral dans une ville reconnue comme dévote. Le dévot qui agissait au sein des confréries, en particulier la compagnie du Saint-Sacrement, pour « construire le ciel sur la terre » et instaurer un véritable ordre moral, a été le « personnage majeur de la réforme catholique » (Gutton 2000 : 64‑68 et 68‑72 ; 2004 : 1‑37).

17Ce renouveau suscita de notables transformations des édifices religieux : l’installation du collège des Jésuites se fit aux dépens de quelques maisons, d’anciens cimetières des Jacobins, des Cordeliers, transformés en place alors que commençait l’aménagement du clos puis de la place Bellecour, dont les travaux s’étendirent sur plus d’un siècle. Les riches négociants s’installèrent désormais des Terreaux à Bellecour, la Presqu’île devenant le quartier le plus prisé de la ville (Richard in Reynaud et al. 2016 : 99‑104). Des ponts de bois relièrent les deux rives de la Saône, entre Bellecour et Saint-Jean, à Ainay au sud et à Vaise au nord (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 348‑372). Les archevêques réformateurs, comme Camille de Neufville de Villeroy (1653‑1693), firent de ce siècle une grande période de restauration religieuse. Aucun abandon d’église n’est signalé alors que de nombreuses congrégations furent créées : « Après 1630 […], Lyon possède neuf couvents d’hommes et onze de femmes » (Trénard, Bayard in Pelletier et al. 2007 : 522), par exemple les Visitandines qui s’installèrent à l’Antiquaille (Ducouret in Mornex, Ducouret, Faure 2003 : 27‑32). Les missions se multiplièrent, les confréries reprirent vie, la formation des prêtres fut améliorée et l’Église s’occupa de la scolarisation des enfants (Durand, Gutton in Garrier 1987 : 192‑203). C’est aussi à cette époque que le culte de la Vierge prit son essor à Fourvière, où le pèlerinage organisé par les échevins à partir de 1643 prit le pas sur celui de l’Île-Barbe. En contrepartie les anciennes communautés monastiques perdirent une grande partie de leur attrait : l’abbaye de Saint-Martin d’Ainay fut transformée en chapitre en 1684 et les bâtiments de la vie communautaire changèrent de fonction mais la sécularisation n’a pas toujours donné de bons résultats, comme à l’Île-Barbe où la vie des chanoines était loin d’être exemplaire (Faure-Jarosson in Gaillard 2017 : 83‑94).

18L’essentiel des transformations urbaines fut le fait de constructions civiles tout autant que religieuses qui marquent encore le paysage lyonnais : de 1647 à 1655, après la démolition de l’enceinte et des fossés de la Lanterne, Simon Maupin entreprit la construction d’un hôtel de ville digne de ce nom ; après l’incendie de 1674, c’est Robert de Cotte qui fut chargé des travaux alors que les constructions royales se limitèrent au palais de Roanne, remplacé plus tard par l’actuel palais de Justice.

19L’influence italienne ou parisienne se fit alors plus nettement sentir au collège des Jésuites dont la chapelle de la Trinité remonte aux années 1617‑1622, au couvent des Dames de Saint-Pierre reconstruit en un « long palais à l’italienne » (1655‑1686) (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 367), à la chapelle de l’Hôtel-Dieu, entre 1637 et 1655, à l’église des Chartreux (1590‑1604 et 1736‑1750), au nouveau portail nord des Jacobins (dessiné par Le Pautre et achevé en 1690). Par la suite, le changement de goût se manifesta essentiellement dans le décor classique, qui était la marque des architectes de cette époque, qui transformèrent des églises romanes en églises « baroques » : Saint-Paul fut d’abord dotée d’un portail d’ordre dorique en 1648 (Duplain, Giraud 1899 : 61‑62). En 1676‑1678, le sanctuaire de l’église Saint-Pierre des Terreaux fut décoré sur les dessins de Thomas Blanchet ; décor qui disparut au début du XIXe siècle avec la construction d’un nouveau chœur (Clapasson 1739 : 24 ; 1741 : 111‑114 ; Perrat 1935 : 129‑130 ; Galactéros-de Boissier 1991 : 155‑182) (fig. 194). Le chœur des Jacobins fut une nouvelle fois transformé à l’initiative d’Alexandre Orlandini, d’origine florentine, qui le dota également de nouveaux tableaux (Chomer, Pérez 1982 : 61). Quelques archevêques furent aussi de grands bâtisseurs, comme Camille de Neufville-Villeroy (1653‑1693) qui fit prolonger l’aile du palais épiscopal le long de la Saône (disparue à la Révolution).

Fig. 194 – Saint-Pierre des Terreaux : baroquisation de l’église (vue intérieure) (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 194 – Saint-Pierre des Terreaux : baroquisation de l’église (vue intérieure) (cliché J.‑F. Reynaud).

20Certains changements, plus discrets, disparaîtront, comme la tribune de Sainte-Croix ou celle de Saint-Bonaventure, comme le fronton de Saint-Nizier (fig. 195) ; de nombreux et vastes caveaux furent également construits à Sainte-Croix, à Saint-Nizier, à Saint-Martin d’Ainay, à Saint-Pierre des Terreaux et à Saint-Saturnin. Les portes furent pourvues de colonnes, de pilastres et de frontons en façade occidentale et septentrionale de Saint-Georges ou de Saint-Paul, comme la plupart des autels (Saint-Martin d’Ainay, Saint-Irénée, Saint-Jean). Le long du Rhône et au sud du pont, l’hôpital de la Charité fut installé sur un vaste espace après démolition de nombreuses maisons entre les années 1622 et 1655 (date de la construction du clocher). Plusieurs de ces réalisations figurent en vignette sur le plan de Séraucourt.

Fig. 195 – Saint-Nizier : façade à fronton néoclassique en 1839, gravure d’I. Silvestre, 1657 (musées Gadagne, N 3831).

Fig. 195 – Saint-Nizier : façade à fronton néoclassique en 1839, gravure d’I. Silvestre, 1657 (musées Gadagne, N 3831).

21L’église des Célestins fut agrandie en direction de la Saône en 1654 (Arlaud 2000 : 210). À partir de 1659, l’abbesse Anne d’Albert de Chaulnes fit démolir les vieilles masures et reconstruire le monastère sur un plan régulier dessiné par de La Valfrenière en réaction à la désorganisation précédente. Il s’agissait pour les nobles abbesses à la fois de montrer leur souci de réforme après les difficultés du début du XVIe siècle (Coville 1912 : 270‑272) et d’affirmer leur pouvoir, même au prix d’un fort endettement (Picot 1970 : 225‑226).

5.4.1.1. Saint-Irénée

22D’importants travaux furent effectués pour remédier aux destructions du XVIsiècle : les recherches sur le bâti menées en 2012 par le Service archéologique de la Ville de Lyon (dir. C. Becker) ont montré que les murs gouttereaux de la nef centrale n’appartenaient pas à la reconstruction du XIXe siècle mais à un édifice précédent dont les ouvertures présentaient les caractéristiques de l’architecture baroque ; reconstruction que l’on peut dater, d’après les documents d’archives, de la fin du XVIe siècle (fig. 196).

Fig. 196 – Saint-Irénée : ouverture baroque dans les murs gouttereaux de la nef centrale (cliché SAVL).

Fig. 196 – Saint-Irénée : ouverture baroque dans les murs gouttereaux de la nef centrale (cliché SAVL).

5.4.1.2. Saint-Michel d’Ainay

23Après avoir été dotée d’un clocher en 1635, l’église fut agrandie en 1666 et pourvue d’une nouvelle abside à l’ouest pour accueillir les nouveaux paroissiens d’un quartier qui se peuplait (fig. 1, n° 41). Mais en 1690, l’archevêque prononça le transfert des services paroissiaux à Saint-Martin d’Ainay (Chagny 1935 : 348 ; Reynaud et al. 2016 : 24‑25). Les meilleurs plans sont ceux de l’Arsenal de 1738 et de la fin du siècle en provenance des archives du ministère de la Défense (château de Vincennes). Ils fournissent un plan précis de l’église dont les constructions vont bientôt disparaître ; plans dont tient compte F.‑R. Cottin (fig. 197). L’église atteindrait 20 m de large ce qui correspondrait à trois nefs (ADR, 11 G 419 ; Poidebard 1907). À l’ouest, la nouvelle abside à trois pans précède une travée de chœur assez longue ; les trois nefs s’étendaient sur trois travées ; à l’est, l’ancienne abside fut percée d’une porte et encadrée par deux espaces carrés. Achetée par la Ville en 1731 (Vingtrinier 1901b : 115), l’église était encore debout, d’après F. Artaud, dans les années 1770‑1780 (Artaud 1846 : 166). Au XIXe siècle, les plans d’alignement en vue du percement d’une rue dans le prolongement de la rue Sainte-Hélène conservent les traces de l’église sous la forme d’un îlot mentionné comme ruines (AML, 3 S 63, 2 S 269, 2 S 278).

Fig. 197 – Ainay : plan du quartier au milieu du XVIIIe siècle avec l’église Saint-Michel d’Ainay (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 197 – Ainay : plan du quartier au milieu du XVIIIe siècle avec l’église Saint-Michel d’Ainay (F.‑R. Cottin, SAAL).

5.4.2. De rares constructions nouvelles et de nombreux abandons au XVIIIe siècle

24La ville connut une grande période de prospérité durant le siècle des Lumières, mais l’époque fut difficile pour l’Église. Des édifices religieux furent restaurés ou reconstruits quand d’autres, assez nombreux, furent abandonnés.

5.4.2.1. Une période de prospérité

25Le XVIIIe siècle fut pour Lyon une grande période de prospérité. La reprise économique fut vigoureuse et l’industrie de la soierie assura un certain développement à une cité manufacturière active dont la population atteignait les 150 000 habitants en 1790 (Gutton 2000 : 68‑76). Les chantiers de construction se multiplièrent et la ville commença à se débarrasser de son corset de murailles le long du Rhône, au profit d’un quai, et à empiéter sur les berges du fleuve à Saint-Clair (immeubles de J.‑G. Soufflot au milieu du siècle). Les bords de Saône, de Saint-Vincent aux Augustins et plus en aval aux « remparts d’Ainay », furent également transformés par l’installation de quais ; on élargit les rues étroites du quartier Saint-Jean en alignant les façades en fonction d’un nouveau souci de l’intérêt général dont se préoccupa le Consulat. Dans le quartier du Change (rue Juiverie, rue du Bœuf), mais surtout dans la Presqu’île, les étroites parcelles des lotissements furent regroupées, les jardins disparurent pour laisser la place à des maisons plus spacieuses (rue Puits-Gaillot). De grosses opérations immobilières furent effectuées par les congrégations religieuses. À l’emplacement des jardins du couvent des Célestins, les religieux procédèrent à des aliénations de parcelles. Entre 1722 et 1724, puis après la disparition de la congrégation en 1784, la propriété fut restituée au roi de Sardaigne, également duc de Savoie, pour être finalement cédée en 1785 à A. Devouges qui, en 1789, chargea les architectes Morand et Colson de créer une sorte de Palais Royal (Pérez 1995 ; Arlaud 2000 : 256‑258). Au sud, l’ancien domaine d’Ainay continua à se lotir au profit d’hôtels particuliers, opérations immobilières menées par les abbés, comme l’abbé Vaubecour (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 348‑372). Un nouveau type de construction se généralisa et l’immeuble « bourgeois » qui rejetait désormais les plus pauvres, suscita une « ségrégation horizontale » (Zeller in Pelletier et al. 2007 : 598). Le Consulat se soucia également de l’approvisionnement de la ville en faisant installer le Grenier d’Abondance, en bord de Saône (1721‑1728) (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 350‑359 ; Lavigne 1973). De nouveaux ports furent également créés.

26Ainsi, l’activité urbaine se déplaçait vers le sud de la Presqu’île avec une timide ouverture vers l’est où, dès 1775, un pont de bois donnait accès à la plaine des Brotteaux. Mais les projets d’agrandissement de la ville au-delà d’Ainay (projet Perrache) ou de l’autre côté du Rhône aux Brotteaux (projet Morand) ne furent réalisés que plus tard en raison de fortes oppositions (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 355‑356), alors que la Croix-Rousse se couvrait de maisons hautes destinées à abriter les ateliers de canuts.

27Les constructions, assez rares au début du XVIIIe siècle, comme le portail monumental de l’Hôtel-Dieu, œuvre des Delamonce, se multiplièrent dans la seconde moitié du siècle et furent suffisamment nombreuses pour transformer le visage de la ville. On doit à J.‑G. Soufflot, le grand architecte lyonnais de cette seconde moitié du siècle, la nouvelle façade monumentale de l’Hôtel-Dieu à partir de 1741, le séminaire de Saint-Irénée, la rénovation de l’ancienne loge des marchands (1748‑1750), le rhabillage de l’aile du palais épiscopal en bord de Saône ainsi que la construction d’un premier théâtre, aujourd’hui disparu ; sur la rive droite du Rhône et au nord de la ville, son projet de lotissement connut un grand succès et les belles maisons à pilastres et frontons ornent encore l’actuel quai André-Lassagne. Un style sobre ou même sévère fut adopté par Marin Decrénice à la Nouvelle Manécanterie (1769‑1788) et au Grenier d’Abondance (1721‑1728).

5.4.2.2. Une Église en danger

28On pourrait croire qu’au XVIIIe siècle, les abandons et destructions d’églises sont dus à une crise religieuse. En fait J.‑D. Durand et J.‑P. Gutton s’interrogent et pensent qu’« il est difficile de savoir s’il faut parler de crise à propos de cette Église » (Durand, Gutton in Garrier 1987 : 202). Pour la première moitié du siècle, durant laquelle les effets de la Contre-Réforme se font encore sentir, ils insistent sur la bonne formation du clergé lyonnais, sur la « pratique sérieuse » des fidèles tenus en éveil par de nombreuses missions, sur la création de nouvelles petites communautés religieuses. Au milieu du XVIIIe siècle, on peut rappeler le rôle du cardinal de Tencin, grand évêque constructeur, et insister sur le renouveau du culte des confesseurs, des martyrs et du culte marial. La piété pour les anciens évêques ou martyrs, déjà vive au XVIIsiècle avec l’aménagement du « cachot » de saint Pothin, fut ranimée au XVIIIe siècle par certains membres du clergé sur le site de Saint-Just (fig. 198). Le culte marial continua à se développer à Fourvière bien après le « vœu des échevins » en 1643 et la consécration de la ville à la Vierge.

29Des changements importants apparurent plus tard à partir des années 1740‑1760 : l’ordre des Jésuites fut supprimé en 1773, en trente ans les couvents d’hommes perdirent 40 % de leurs effectifs, les couvents de femmes 30 % et de nombreux prieurés bénédictins furent transformés en chapitres nobles (Mathian in Bertin, Mathian 2008 : 25). De plus, les querelles au sujet du jansénisme, la multiplication des loges maçonniques avec leurs 1 500 affiliés et le progrès des Lumières menacèrent la cohésion de l’Église (Trénard, Bayard in Pelletier et al. 2007 : 530‑547).

Fig. 198 – Saint-Just : implantation de la chapelle de pèlerinage du XVIIIe siècle (DAO C. Ybard, ÉRA 26 CNRS, d’après AML, 12 G 522).

Fig. 198 – Saint-Just : implantation de la chapelle de pèlerinage du XVIIIe siècle (DAO C. Ybard, ÉRA 26 CNRS, d’après AML, 12 G 522).

5.4.3. Les édifices religieux

5.4.3.1. De nombreuses reconstructions ou aménagements intérieurs

30Des églises et des bâtiments conventuels furent reconstruits : des églises comme Saint-Saturnin après 1577, des bâtiments conventuels comme ceux des Célestins en 1746 ; Saint-Just intra-muros fut dotée d’une nouvelle façade en 1706 (voir les vignettes du plan de Séraucourt), alors que Saint-Irénée (voir infra) fut restaurée de façon plus radicale.

31Des changements de goût ou des modifications de la liturgie ont pu provoquer des destructions. À Saint-Paul, les chanoines firent bûcher les chapiteaux romans pour une « baroquisation » de l’église, puis l’architecte Marin Decrénice fit couvrir de stuc l’ensemble de l’église ; bien plus, en 1780, les chanoines détruisirent également le chœur roman pour agrandir l’espace mais aussi pour rendre la construction plus lumineuse et pour que les paroissiens puissent mieux voir les « augustes cérémonies dont la majesté est si propre à exciter et à ranimer la dévotion ainsi que la piété des fidèles » (Duplain, Giraud 1899 : 61‑62 ; Reveyron in Quartier Saint-Paul 2002 : 95‑96). Mais, c’est en raison de leur vétusté que les parties hautes du clocher de l’église Saint-Pierre des Terreaux disparurent en 1738 (Vingtrinier 1901b : 191) alors que l’église fut entièrement « baroquisée » (Chomer, Pérez 1982). La nef centrale fut pourvue de pilastres, corniches et frontons, l’abside primitive fut conservée mais le chœur de l’église fut agrandi et la tribune monastique installée à l’est, au-dessus des sacristies, par l’architecte A. Dégerando : le procès-verbal de la visite de l’architecte-voyer Denave le 15 frimaire an VI décrit le « semi-octogone » de l’abside et les pièces situées sous la grande tribune orientale (AML, 475 W 025), le plan de la rente noble montre bien les deux absides successives et le plan du début du XIXe siècle (AML, 3 S 1492) figure encore l’abside romane à pans coupés et les sacristies sous l’ancienne tribune. En 1755‑1756, l’église fut également dotée d’un nouveau clocher, encore visible au sud-est de l’édifice (ADR, 27 H 59 ; Perrat 1935 : 129‑130 ; Galactéros-de Boissier 1991 : 159) (fig. 194).

32Le renouveau du culte des martyrs et des saints fut à l’origine de la construction d’une chapelle d’environ 25 m de longueur sur 10 m de longueur sur le site de Saint-Just à l’emplacement de l’abside et du chœur de l’église romane disparue, sans doute là où nous avons trouvé une fosse importante comblée d’un remblai (ADR, 12 G 522) (fig. 198). Le renouveau du culte marial fut, en 1740, à l’origine de l’agrandissement vers l’est de la chapelle Sainte-Marie de Fourvière qui devint la nef de la nouvelle église (cinq travées également) alors que l’ancienne sacristie de Saint-Thomas devenait le chœur de cette église ; une tourelle d’escalier fut dressée entre les chevets des deux chapelles (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 1‑46 ; Reveyron in Durand et al. 2014, plan : 58).

5.4.3.2. De nombreux abandons dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

33Un certain renouveau religieux ou la volonté de certains responsables religieux peut avoir été à l’origine de reconstructions ou de transformations. Toutefois, les abandons furent plus fréquents que les reconstructions en raison de la diminution du nombre des religieux comme des changements de statut. Les réformes monastiques ont pu provoquer des destructions de bâtiments monastiques anciens destinés à être remplacés par de nouveaux bâtiments mieux adaptés mais les destructions d’églises furent plus rares. Saint-Michel d’Ainay, qui avait perdu ses fonctions paroissiales, servit de magasin avant d’être presque entièrement démolie par la construction de l’Arsenal (plans de l’Arsenal de 1738 et de la fin du siècle, AML, 3 S 63, 2 S 269 a et 2 S 278 ; ADR, 11 G 449‑450) (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 528, fig. 607). L’église Saint-Romain, jugée trop petite et tombant de vétusté, fut interdite au culte en 1743, à la demande du cardinal de Tencin, et ses fonctions paroissiales furent transférées à Saint-Pierre-le-Vieux ; elle fut ensuite occupée par l’auditoire de justice et ne fut démolie qu’après sa vente comme bien national en 1791 (Villedieu 1990 : 91‑104). Un peu plus tard, en 1778, fut supprimé le couvent des Célestins. Des congrégations disparurent, comme celle des Antonins dissoute par décret de Louis XVI. Les abandons se multiplièrent au XVIIIe siècle comme à Saint-Côme et Notre-Dame de la Platière (1791). Saint-Alban fut jugée trop vétuste et le service fut transféré à Sainte-Croix ; l’église vendue, dès le début du XVIe siècle et successivement à plusieurs particuliers, fut démolie en 1754 (Guigue 1880b). À l’Île-Barbe, la situation de l’abbaye était à nouveau déplorable en 1668, et une bulle du pape Benoît XIV, le 1er septembre 1741, porta la suppression du titre d’abbaye ; le monastère fut lui aussi transformé en chapitre et l’église en collégiale.

34À ces disparitions de congrégations s’ajoutèrent des changements dans la liturgie qui provoquèrent des transformations, mais de moindre importance. Si au XIIe siècle, le renouveau du culte des reliques provoqua parfois leur transfert intra-muros et la construction de cryptes, comme à la cathédrale, les cryptes furent ensuite abandonnées au profit de reliquaires placés sur des autels. Au XVIIe siècle, des constructions souterraines furent à nouveau envisagées, comme à l’Antiquaille où la supérieure des Visitandines crut avoir découvert le cachot de saint Pothin et fit aménager en crypte une sorte de grotte creusée dans le substrat rocheux (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 219‑230 ; Ducouret in Mornex, Ducouret, Faure 2003 : 23 et 130‑139). En contrepartie, des aménagements liturgiques importants, comme les jubés, commencèrent à disparaître, dès le XVIIIe siècle à Saint-Nizier (1746) et à Saint-Paul (1776), et le souci des chanoines d’obtenir un meilleur éclairage a pu être à l’origine de l’agrandissement des fenêtres et de la disparition des vitraux anciens de plusieurs églises, comme à Saint-Paul, Saint-Bonaventure et Saint-Irénée. En octobre 1780, J.‑A. Morand présente un plan d’embellissement du quartier Saint-Jean qui prévoit la destruction des églises Saint-Étienne et Sainte-Croix, jugées vétustes et inutiles (Cottin 1992 : 56).

5.4.3.3. Les données archéologiques

35Elles sont rares et ne concernent qu’un atelier de bronzier à Saint-Étienne, quelques aménagements intérieurs et le rhabillage extérieur du palais épiscopal. À l’est du chevet de Saint-Étienne, nous avons mis au jour les vestiges de trois moules de cloches sous la forme de cercles de pierres ou de briques liées à l’argile et les vestiges d’un four rectangulaire (1,80 m par 1 m et 1 m de hauteur), vestiges associés à de la céramique moderne. L’intérieur du four était rempli de fragments de briques et de remblais. La présence à cet endroit d’un four de bronzier et de fondations de moules de cloche s’explique par la proximité de la tour nord de Saint-Jean qui abritait et abrite encore les cloches de la primatiale (Haug in Barbarin 2011 : 281‑287). La présence de céramique moderne dans les niveaux voisins ainsi que des déchets de bronze et de verre (fig. 199) ne permet pas de dater avec précision cet atelier, mais la cote de la base de ces moules à 165,75 m NGF – moules qui étaient eux-mêmes enterrés – suppose un sol assez haut et donc assez récent.

Fig. 199 – Saint-Étienne : moules à cloche à l’est du chevet (XVIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 199 – Saint-Étienne : moules à cloche à l’est du chevet (XVIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

36La comparaison entre les dimensions des moules et les cloches encore existantes fournit des données intéressantes : le muret en quart de cercle d’un diamètre reconstitué de 1,20 m pourrait correspondre à la cloche « neufve » ou « carsin » fondue en 1671 et d’un diamètre de 1,08 m ; les deux segments opposés d’un cercle reconstitué d’environ 2 m de diamètre auraient servi à la fonte, en 1622, de la grosse cloche actuelle d’un diamètre de 2,19 m. Le cercle complet de 1,60 m de diamètre aurait supporté le moule de la cloche Gabrielle, fondue en 1805 et d’un diamètre de 1,62 m. Enfin, à partir de fragments de moule trouvés sur place, T. Gonon a reconstitué le profil typiquement gothique mais difficile à dater avec précision d’une quatrième cloche de 0,70 m de diamètre (XIVe-XVe siècle ou plus tardive) (Gonon 1996 : fig. 4c ; 2010 : 123‑166).

Sainte-Croix

37Deux fondations de piliers de faible diamètre qui viennent couper les tombes des XVIe-XVIIe siècles auraient supporté une tribune tardive installée en 1643 pour mieux « ouïr les sermons » (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 82). Entre la sixième et la septième travée de la nef centrale (à 38,50 m ouest), quelques assises peu fondées d’axe nord-sud, associées à quelques marches, pourraient correspondre à une barrière de chœur construite en « marbre de Suisse » et installée en 1774‑1776. La comparaison s’impose avec le document de la collection Marduel, qui présente l’intérieur de l’église après disparition du jubé rasé par les protestants en 1562, et avec la description de A. Clapasson qui signale d’importants travaux, effectués peu avant 1741, date de la publication de son ouvrage (Chomer, Pérez 1982 : 194) : il mentionne une nouvelle clôture, un lambris autour du sanctuaire et l’installation de trois grands tableaux sous les fenêtres du sanctuaire, tous travaux qui semblent liés à des besoins liturgiques (fig. 166).

38Les fonctions paroissiales de l’édifice expliquent la multiplication des inhumations d’abord à l’intérieur puis à l’extérieur de l’église. À l’intérieur et en 1678, le sous-sol de l’abside fut transformé en un vaste caveau (ADR, 10 G 1600) dont nous n’avons fouillé que la moitié septentrionale : les 23 défunts reposaient dans des cercueils qui s’étageaient sur plusieurs niveaux, de h = 163,40 à 164 m NGF. Plus à l’ouest et dans la nef, un vaste charnier de 3 m par 3 m et 2,40 m de profondeur fut installé au sud-est du jubé et postérieurement à la barrière de chœur. De nombreuses sépultures en cercueils découpaient le mortier de tuileau roman en fines lanières (fig. 39) et d’autres, qui recoupaient les tranchées de fondation des piliers gothiques, étaient disposées sur deux niveaux dont le niveau inférieur est daté de la première moitié du XVIIe siècle par la présence de monnaies de Marie des Dombes.

39Un cimetière ne fut installé qu’en 1681 à l’emplacement de la petite custoderie (ADR, 10 G 1689). Agrandi en 1750, il s’étendait du sud-est de l’église jusqu’au mur nord de la courette située au chevet de Saint-Étienne et certaines de ces tombes passaient au-dessus de l’ancien mur d’enceinte. Au total, une vingtaine de squelettes ont été fouillés ; les tombes suivaient deux orientations différentes, l’une presque nord-sud, l’autre de même axe que l’édifice, et la position des bras était très variable. Une dizaine d’autres tombes en cercueil ont été fouillées au sud du bas-côté méridional de l’église.

Le palais épiscopal

40Dans les années 1761, puis 1776‑1779 et d’abord à la demande du cardinal de Tencin, les architectes J.‑G. Soufflot et T. Loyer se sont contentés de rhabiller la façade du palais épiscopal dans un style néoclassique : la tour ronde fut supprimée ainsi que « l’agarite », et les fenêtres furent alignées ; ces travaux furent complétés au XIXe siècle par P.‑A. Chenavard en 1845‑1847 et T. Desjardins qui exhaussèrent le mur de la façade sur la Saône et établirent des frontons triangulaires aux fenêtres de l’étage noble (Cottin 1992 ; Dufieux 2004 ; Reynaud 2012 : 22‑23).

5.4.3.4. Les paroisses à la veille de la Révolution

41Pour bien comprendre le passage de la situation religieuse de l’Ancien Régime à celle du monde moderne, nous pouvons nous appuyer sur un tableau des anciennes paroisses vers 1750, sans oublier que la ville comptait également de nombreuses chapelles de confréries ainsi que trente-trois monastères et couvents, enfin que l’Église était propriétaire « du tiers de l’espace urbain » (Hours 2012). F.‑R. Cottin a cartographié les paroisses qui, à la veille de la Révolution, couvraient le territoire de la ville (fig. 200) : sur la rive droite de la Saône et du nord au sud, Saint-Paul-Saint-Laurent (du pont du Change à la porte de Vaise), Sainte-Croix (de l’église jusqu’au pont du Change), Saint-Pierre-le-Vieux (qui englobe une partie du groupe épiscopal après avoir incorporé la petite paroisse Saint-Romain), Saint-Georges, Fourvière, Saint-Just (qui couvre une grande partie de la colline), Saint-Irénée ; sur la rive gauche Saint-Vincent, Notre-Dame de la Platière, Saint-Pierre-Saint-Saturnin, Saint-Nizier, Saint-Martin d’Ainay. L’étendue de ces paroisses est le fruit d’une longue histoire : par exemple la paroisse de Saint-Just, très étendue sur le plateau de Fourvière, fut amputée au XIIIe siècle par la création de la paroisse de Saint-Thomas-Becket et Notre-Dame de Fourvière ou celle de la Platière qui, toute petite à l’origine, annexa la partie occidentale de celle de Saint-Pierre et s’agrandit vers le nord en suivant l’essor du quartier. La limite nord de la paroisse d’Ainay correspond à peu près à la directe de l’abbaye.

Fig. 200 – Plan des paroisses de Lyon à la veille de la Révolution (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 200 – Plan des paroisses de Lyon à la veille de la Révolution (F.‑R. Cottin, SAAL).

5.5. Destructions et reconstructions de la fin du XVIIIe et du XIXsiècle

42Le XIXe siècle est évoqué dans ce volume en raison des nombreuses disparitions d’église, en particulier la majorité des églises que nous avons fouillées et qui ne présentaient plus aucune structure ancienne visible en élévation, à l’exception de Saint-Irénée, seule église de Lyon à conserver des vestiges antérieurs à l’époque carolingienne avec Sainte-Croix. Il est donc intéressant d’examiner les raisons de la disparition ou de la conservation de ces anciennes églises lyonnaises dans une ville « recomposée » qui devient alors un « vaste chantier religieux » (Bertin, Mathian 2008 ; Dufieux 2002 : 37).

43Les raisons de ces transformations ou de ces disparitions sont multiples : d’abord la vétusté ou les destructions violentes par les guerres, par des incendies ou par le vandalisme des protestants ou des révolutionnaires, la nécessité pour les évêques ou les abbés d’agrandir leurs églises pour mieux accueillir les fidèles, leur souci de mettre leurs églises au goût du jour en adaptant l’édifice à des besoins liturgique nouveaux ou à des ambitions esthétiques nouvelles. Enfin, des changements de statuts au moment de la Révolution et la vente des biens de l’Église puis la rechristianisation du XIXe siècle ont également provoqué des disparitions et des reconstructions. Ce chapitre est donc destiné à mieux saisir le destin des anciennes églises de Lyon, surtout après les grands bouleversements de la Révolution, pour lesquelles G. Chomer parlait d’une « sidérante évaporation du patrimoine » et A. Guillon d’un « torrent de vandalisme » avec 70 églises détruites sur une centaine (Mathian 2007 : 85) (voir le plan de Lyon religieux en 1850 par E. Reynard).

5.5.1. Maintien ou remise en état du patrimoine

44Des incendies ont pu rendre nécessaires des restaurations ou reconstructions ou susciter des abandons : en 1744, les bâtiments conventuels des Célestins furent détruits par un incendie et bientôt reconstruits avec une grande façade classique (vignette du plan de Séraucourt) ; l’église Saint-Laurent au nord de Saint-Paul, dévastée par un incendie en 1790, fut rapidement démolie, également en raison de la transformation de l’église Saint-Paul en église paroissiale. Des destructions ont pu aussi avoir été provoquées par la guerre ou par l’iconoclasme et le vandalisme des hommes. Ainsi, le siège de Lyon, en 1793, causa-t-il quelques dégâts aux voûtes de Saint-Nizier et à la toiture de Saint-Irénée (Mathian 1994 : I, 65). Enfin, plus près de nous, la destruction des ponts de Lyon dynamités par l’armée allemande en 1944 fut à l’origine de la disparition des vitraux de la chapelle des Bourbons, qui n’avaient pas été mis en caisse.

45Les évêques, les abbés ou les conseils de Fabrique eurent également à gérer le grand âge des édifices religieux et à décider soit de démolir une église en raison de sa vétusté ce qui fut une des causes de l’abandon de Saint-Michel d’Ainay, soit de maintenir leur patrimoine en état en le réparant, soit encore de le reconstruire. Ainsi l’église des Augustins fut détruite en 1755 et reconstruite peu après. Au début du XIXe siècle et après un long moment de quasi-abandon, les conseils de Fabrique discutèrent longuement du sort à venir de certaines églises, comme Saint-Martin d’Ainay, entre l’abandon, la restauration ou la reconstruction (Reynaud 1997 : 23). À Saint-Paul, la situation fut jugée catastrophique par Mérimée et l’état du malade, désespéré : « cette église tombe en ruines, son toit est lézardé de toutes parts ; il est probable qu’on sera forcé de la démolir », ce qui ne fut pas le cas (Duplain, Giraud 1899 : 62‑63 ; Mathian 1994 : I, 223). Certaines églises furent entièrement reconstruites, comme Saint-Georges : en 1829, la façade fut refaite par J. Pollet dans un style néoclassique mais, à partir de 1844, P. Bossan remplaça la vieille église par un édifice néogothique en commençant par le chevet et le bras nord du transept puis en continuant avec le bras sud et les nefs (Vachez 1887 : 62‑63) (fig. 201‑202). En 1860, E. Vingtrinier représente le chevet de l’église, en cours de reconstruction, alors que les nefs anciennes sont encore conservées (Vingtrinier 1901b : 70). Il faudra attendre la démolition de la commanderie pour pouvoir terminer la partie occidentale de l’église (Tricou 1945 : 51‑52). L’église de Saint-Pierre de Vaise, déjà déclarée en mauvais état en 1780, avait un temps abrité le culte de la Raison. Les fabriciens songèrent d’abord à un déplacement de l’église mais, à partir de 1845, T. Desjardins installa, à côté de l’ancien prieuré et sur l’ancienne église, une construction néoromane (BML, fonds Coste, 116017). À Saint-Irénée, où la restauration fut plus ancienne, c’est encore un style néoclassique qui fut adopté, mais en gardant la crypte ancienne après une restauration radicale et en conservant, après modifications, les anciens murs gouttereaux de l’église haute (Reynaud et al. 2012 ; Collomb, Reynaud 2013).

Fig. 201 – Saint-Georges en cours de reconstruction (1844‑1859) (Vingtrinier 1901b : 70).

Fig. 201 – Saint-Georges en cours de reconstruction (1844‑1859) (Vingtrinier 1901b : 70).

Fig. 202 – Saint-Georges : démolition de l’ancienne nef (1869‑1895) (J. Drevet, Le Lyon de nos pères).

Fig. 202 – Saint-Georges : démolition de l’ancienne nef (1869‑1895) (J. Drevet, Le Lyon de nos pères).

5.5.2. La Révolution et les changements de statut

46En 1791, les églises furent déclarées biens nationaux et furent mises en vente en 1792. Les décrets des 4 et 6 août 1792 supprimèrent les congrégations religieuses. L’iconoclasme et le désir de faire disparaître toutes les traces de la féodalité et des superstitions causèrent d’importants dégâts aux églises lyonnaises. Les changements de statuts provoquèrent soit un abandon des lieux de culte, soit des transformations parfois majeures : on passa d’une centaine d’églises avant la Révolution à neuf au début du XIXe siècle (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Louis ex-Saint-Augustin et futur Saint-Vincent, Saint-Pierre des Terreaux, Saint-Paul, Saint-Georges, Saint-Martin d’Ainay, Saint-Irénée et Saint-Just) (Bertin, Mathian 2008 : 17). La cathédrale fut sauvée de la destruction par sa transformation en temple de la Raison sous la direction du peintre P.‑H. Hennequin et fut destinée aux cérémonies civiques, d’où la disparition du jubé dès 1791 (Soubigou 2013 : 3 et 39). Le 5 avril 1792, les anciennes églises Saint-Étienne et Sainte-Croix, dépourvues de toutes fonctions religieuses, furent divisées en six lots en vue de créer de nouvelles rues qui isoleraient la cathédrale, mais leur destruction ne commencera qu’en 1799 ; à cette date, subsiste encore « l’ancien vestibule, la nef et le bas-côté sud de l’église Saint-Étienne. Le propriétaire d’une partie de l’église Sainte-Croix réclame un plan d’alignement pour faire construire les deux immeubles qui seront élevés peu après » (Mathian 2005 ; Bertin, Mathian 2008 : 19‑20 ; AML, 321 WP 181). Certaines églises furent transformées en entrepôts, comme Saint-Martin d’Ainay ; Saint-Bonaventure abrita un manège et une écurie. L’église des Jacobins, affectée au culte constitutionnel sous le vocable de Saint-Pothin, fut transformée en remise puis abrita un temps la préfecture du Rhône, avant d’être détruite (mais seulement en 1822), malgré de vives réclamations de certains Lyonnais qui dénoncèrent un acte de vandalisme (fig. 203) (Mathian 1994 : I, 163‑165 ; Dufieux 2015 : 38‑40 ; 2016 : 95‑101) ; seuls vestiges conservés, des éléments du portail sont visibles au n° 4 de la rue Sully (Carta in Lyon Rennaissance 2015 : 225, cat. 161 et p. 204‑209) et les bâtiments conventuels abritèrent également la préfecture (Martin 1862 : 58‑64 ; plan général et géométral de Lyon par L.‑B. Coillet (1814) in Delfante, Pelletier 2009 : 64‑65). La petite église de Saint-Pierre-le-Vieux fut vendue comme bien national en 1792 et transformée en logements (fig. 204 et 205) avant d’être détruite en 1866 (Meynis 1872 : 75 ; Vingtrinier 1901b : 57‑58). À l’emplacement du couvent de la Déserte qui fut détruit en 1813 fut créé le jardin des Plantes (Mathian 2005 : 231). Notre-Dame de la Platière, prieuré de Saint-Ruf, fut fermée au culte en 1791, les biens du prieuré furent vendus en trois lots et l’église fut progressivement démolie. D’après Cochard, l’essentiel de l’église avait dû disparaître avant 1819 car, à cette date, « il ne reste plus aucun vestige de ce prieuré » (Cochard 1817). En fait subsistaient encore en 1868 « des traces d’une muraille semi-circulaire (l’abside) et de petites ouvertures en plein cintre rappelant le XIe siècle » (Saint-Olive 1868 : 35 et 70), les dernières traces de l’église ne disparaissant qu’en 1869 avec la démolition de l’abside romane (angle de la rue Lanterne et de la rue de la Platière). En 1901 étaient encore visibles une tour d’escalier et des restes d’anciens bâtiments (Vingtrinier 1901b : 197).

Fig. 203 – Les Jacobins : démolition de l’église (ADR, est. Coste 444).

Fig. 203 – Les Jacobins : démolition de l’église (ADR, est. Coste 444).

Fig. 204 – Saint-Pierre-le-Vieux en 1866 : façade occidentale et façade nord (BML, album P. Saint-Olive, fonds Coste, ms. 138).

Fig. 204 – Saint-Pierre-le-Vieux en 1866 : façade occidentale et façade nord (BML, album P. Saint-Olive, fonds Coste, ms. 138).

Fig. 205 – Saint-Pierre-le-Vieux : lithographie d’après P. Saint-Olive (musées Gadagne, N 3013.4).

Fig. 205 – Saint-Pierre-le-Vieux : lithographie d’après P. Saint-Olive (musées Gadagne, N 3013.4).

47Certaines églises furent utilisées comme carrière : ainsi à l’Île-Barbe, où les sept églises ou chapelles et la totalité de l’île furent vendues comme bien national. La Révolution puis l’Empire transformèrent en carrière de pierres partiellement l’église Notre-Dame et totalement le cloître et la grande église ; les pierres furent vendues au plus offrant en particulier aux entrepreneurs, pour construire les maisons de Vaise (36 quai Arloing et 9 rue Roquette). Des éléments romans, souvent des sculptures du plus grand intérêt se retrouvèrent éparpillés et utilisés en réemploi, à Vaise, à Saint-Rambert ; elles furent aussi achetées par les musées ou par des particuliers, comme par un amateur d’art de Saint-Didier (Mémoires de pierres 1995 : 51‑114) (fig. 206). Les bâtiments abbatiaux disparurent, mis à part la salle du chapitre et la maison-forte du Châtelard. Les bâtiments abbatiaux d’Ainay, à l’abandon depuis la sécularisation, furent également détruits, alors que ceux des moniales des Terreaux furent sauvés grâce à leur transformation, d’abord en école de dessin et en Bourse, puis en Museum et enfin en palais des Arts en 1806. Dès 1803, l’ancienne église Saint-Pierre, qui servit longtemps de dépôt, retrouva des fonctions paroissiales, alors que l’église Saint-Saturnin, jugée inutile, fut vendue dès 1791 (AML, 475 Wp 023). La plupart des églises des ordres mendiants disparurent, sauf celle des Cordeliers qui devint paroissiale après avoir servi d’écurie. Les recluseries et les chapelles furent abandonnées, comme Saint-Côme près de Saint-Nizier.

Fig. 206 – Île-Barbe : sculptures présentes chez un particulier à Saint-Didier-au-Mont-d’Or (cliché J.‑F. Greck).

Fig. 206 – Île-Barbe : sculptures présentes chez un particulier à Saint-Didier-au-Mont-d’Or (cliché J.‑F. Greck).

48Le concordat de 1801 et l’action du cardinal Fesch contribuèrent à sauver un certain nombre d’églises, comme la cathédrale Saint-Jean. La transformation d’églises monastiques ou canoniales en églises paroissiales, comme Saint-Martin d’Ainay, Saint-Irénée ou Saint-Pierre des Terreaux, exigea des aménagements internes que décidèrent, en 1802, les maires de la ville, après avoir établi un état des réparations indispensables (Dufieux 2015). À Saint-Pierre des Terreaux, de 1825 à 1827, Louis-Cécile Flachéron, architecte de la ville, fit disparaître la tribune orientale désormais inutile, réduisit le chœur aux dimensions actuelles et le décora de colonnes cannelées monumentales, détruisit les murs de refend entre les chapelles, qui furent transformées en bas-côtés, et reconstruisit l’abside et l’absidiole méridionale dans leur état actuel (ordre de paiement des travaux du 20 mai 1828, AML, 475 Wp 023 ; « paiement de 10 006 francs à M. Flachéron pour bases et chapiteaux », avril 1826, archives diocésaines, 69 PI 505, f° 66). L’église désaffectée en 1907 ne fut intégrée au musée qu’au début des années 1930 par le conservateur R. Jullian. Ces sauvetages n’empêchèrent pas les disparitions d’édifices parfois remarquables dans une indifférence quasi générale et en raison d’une « priorité donnée au développement à court terme » et à la volonté « de la classe dominante de tirer de l’espace urbain un maximum de profit » (Béghain, Kneubühler 2015 : 121).

5.5.3. Le renouveau religieux, l’accroissement du nombre des fidèles et les transformations de la liturgie au XIXe siècle

49Le renouveau religieux fut d’abord dirigé par le cardinal Fesch qui, nous l’avons vu, s’occupa du sauvetage du patrimoine religieux avant de collectionner les tableaux et d’en garnir les églises. Au milieu du siècle, le cardinal de Bonald fut également très actif dans le domaine de la construction, qu’il marqua de son influence en faisant nommer P. Bossan puis T. Desjardins directeurs des travaux de la cathédrale. Prélat légitimiste et ultramontain, il introduisit le missel romain et fit installer un orgue à la cathédrale.

50L’accroissement du nombre des fidèles et des membres du clergé fut une des causes les plus évidentes de reconstruction. Au XIXe siècle, l’augmentation de la population urbaine alla de pair avec une rechristianisation active. De 1800 à la fin du siècle, grâce à la révolution industrielle, à la banque et à la prospérité de la Fabrique, la population urbaine lyonnaise passa de 110 000 à 460 000 habitants et investit de nouveaux quartiers (Cayez in Pelletier et al. 2007 : 669‑680 ; Dufieux 2004 : 21). Si, dans les anciens quartiers, de nombreuses églises disparurent, les églises maintenues en activité eurent désormais un plus grand nombre de fidèles ; de nouvelles paroisses furent créées dans les nouveaux quartiers et leur nombre, passé de 14 à 9, remonta à 31 en 1870 (Dufieux 2004 : 41‑42). Il devint alors nécessaire d’agrandir l’espace disponible dans les anciennes églises, par exemple en aménageant des tribunes à Saint-Martin d’Ainay, en construisant un nouveau chœur à Saint-Irénée et à Saint-Pierre des Terreaux ou en démolissant et en reconstruisant Saint-Georges et Saint-Pierre de Vaise, en style néogothique ou néoroman.

51De profonds changements dans la liturgie et dans le culte rendirent également nécessaires l’abandon de certaines pratiques mais surtout des constructions nouvelles. En 1808, de nouvelles pratiques amorcés dès le XVIIIe siècle amenèrent les grands vicaires du diocèse, et contre l’avis des architectes, à démolir le jubé de la nouvelle église de Saint-Just (Dufieux 2015 : 46). Les constructions souterraines bénéficièrent d’un retour en grâce, en particulier grâce à l’impulsion donnée par J. Bard. À l’Antiquaille, la crypte aménagée en l’honneur de saint Pothin fut agrandie en 1886‑1887 pour permettre l’accès aux pèlerins et décorée de mosaïques illustrant la vie de Pothin et des martyrs lyonnais (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 219‑230 ; Mornex, Ducouret, Faure 2003 : 130‑139). À Sainte-Blandine d’Ainay, la petite crypte romane fut décorée de fresques par le peintre Frénet (fig. 207) (Reynaud et al. 2016 : 114‑115) et à Saint-Irénée un décor de motifs géométriques et de caissons fut peint par A. Deruelle (décor recouvert d’un enduit lors des restaurations de 1957 et retrouvé en 2014) (fig. 208). À Saint-Nizier, la vénérable crypte fut détruite pour être agrandie, et sur les nouveaux murs un décor de mosaïques illustra la vie des martyrs lyonnais. À Saint-Martin d’Ainay, une crypte fut établie à l’extérieur de l’abside romane. Les clochers bénéficièrent également de cette sollicitude : à Fourvière, le clocher qui avait été reconstruit en 1622 le fut une nouvelle fois en 1849 pour atteindre son état actuel, alors que la nef de la chapelle Saint-Thomas fut détruite en 1897‑1899 pour laisser de l’espace à la nouvelle basilique (Reveyron in Durand et al. 2014 : 58, plan). Des modifications purent également toucher les aménagements liturgiques, comme les autels qui furent souvent déplacés.

Fig. 207 – Ainay : crypte de la chapelle Sainte-Blandine, peintures de Frénet (disparues) (Régnier 2002).

Fig. 207 – Ainay : crypte de la chapelle Sainte-Blandine, peintures de Frénet (disparues) (Régnier 2002).

Fig. 208 – Saint-Irénée : projet de décor peint pour la restauration de la crypte (ADR, 42 J).

Fig. 208 – Saint-Irénée : projet de décor peint pour la restauration de la crypte (ADR, 42 J).

52Plus tard, en réaction à l’action du cardinal Fesch, les Lyonnais estimèrent nécessaire de partir en quête des origines de l’Église de Lyon et de ses particularités liturgiques (Dufieux 2004 : 29‑30). Ainsi dans un esprit de résistance à la généralisation de la liturgie romaine, l’abbé Marduel souhaita rétablir l’ancienne liturgie lyonnaise à la cathédrale Saint-Jean : l’autel, qui avait été installé au milieu du transept en 1791, fut replacé plus à l’est à son emplacement d’origine et la cathèdre fut rétablie au fond et au centre de l’abside. Dans la même optique, on rechercha également une architecture sobre et sans tabernacle, débarrassée du mobilier néogothique, et l’on s’opposera plus tard à l’installation d’orgues ; mais ces travaux ne seront réalisés qu’en 1935 (Mathian 1994 : I, 246‑260 et 286‑284 ; Dufieux in Barbarin 2011 : 85).

5.5.4. Destructions ou transformations

53Pendant la période concordataire, les curés de paroisse, qui avaient la fonction de maîtres d’ouvrage, choisirent de restaurer ou de reconstruire leur église. Ils participèrent avec les architectes à l’élaboration des plans et eurent la charge de réunir les fonds qui provenaient de la générosité des fidèles et des subventions gouvernementales. Quand ils avaient un sens esthétique accompagné de connaissances artistiques, leur influence fut bénéfique, mais, comme le remarque P. Dufieux, ni les curés ni les architectes n’avaient une formation susceptible de leur faire apprécier l’art médiéval. Quant aux artistes lyonnais, ils avaient participé au début du siècle au « rêve troubadour », fascinés qu’ils étaient par le décor flamboyant de la chapelle des Bourbons de la cathédrale Saint-Jean ou par la basilique de Brou. Le passage du rêve aux réalisations fut, un peu plus tard, l’œuvre de P. Bossan qui eut la charge de reconstruire l’église Saint-Georges ou d’installer la stalle épiscopale en bois de la cathédrale (Dufieux 2004 ; Dufieux in Barbarin 2011 : 76‑80 et 87 ; conférence « Le rêve gothique d’Antoine-Marie Chenavard » du 7 novembre 2017 à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon).

54Ainsi, des curés ou des fabriciens, par manque de connaissances archéologiques et de goût artistique, envisagèrent sans état d’âme de détruire les rares témoins de l’époque romane à Lyon, comme le clocher-porche de l’église de Saint-Martin d’Ainay ou même la totalité de l’église de Saint-Pierre des Terreaux, « jugée trop petite et incommode » (Mathian 1994 : I, 20) ; à Saint-Irénée, les mosaïques déjà dégradées par les troupes du baron des Adrets, puis lors du siège de Lyon en 1793, furent détruites par les fabriciens qui, à la fin du règne de Charles X (donc peu avant 1838), firent daller le sol de l’église ; à cette occasion F. Artaud s’élève « contre les destructions et les réparations de mauvais goût qui ont lieu dans les églises par ordre des fabriciens ou des curés » (Artaud 1835 : 72, note). Cette carence était si vraie qu’Arcisse de Caumont, vers 1820, demanda aux évêques de France de faire donner des cours d’archéologie chrétienne dans les séminaires (Artaud 1835 : 135). Si ces projets ne furent pas toujours réalisés, la destruction des églises de l’Observance et des Jacobins fut peut-être facilitée par leur architecture d’un gothique tardif, jugé par certains comme l’expression d’un art décadent (Dufieux 2016 : 111‑136).

55Autre difficulté, le manque d’édifices considérés comme majeurs à l’échelle nationale poussa les architectes lyonnais à chercher à imprimer leur marque sur les édifices existants, quitte à les transformer sans scrupule en corrigeant leurs « défauts », en établissant une unité de style ou en idéalisant certaines singularités. Des projets furent même élaborés, mais heureusement non réalisés, pour surmonter de flèches les tours du transept de la cathédrale (Dufieux 2004 : 124‑125 ; Dufieux in Barbarin 2011 : 80‑81).

56Il ne faut pas négliger les besoins d’un urbanisme géré autrefois par le consulat de la ville, qui édicta dès 1680 des mesures générales d’alignement, mesures qui furent poursuivies aux XVIIIe et XIXe siècles (Pérez in Pelletier et al. 2007 : 350). Le couvent des Jacobins fut « sacrifié aux préoccupations urbaines » pour ouvrir l’espace et créer des places et celui des Cordeliers de l’Observance pour construire l’école vétérinaire, malgré l’opposition de A. Comarmond ; heureusement, A.‑M. Chenavard prit la précaution de faire le relevé intégral de l’église, qui ne disparut qu’après 1844 (Mathian 1994 : I, 69, 166‑170 ; Dufieux 2016 : 103‑108). De même, les couvents des pentes de la Croix-Rousse, comme celui de la Déserte, laissèrent place à des lotissements et au Jardin des plantes (à partir de 1796) (Mathian in Zins 2005 : 231). Vendues comme bien national, Saint-Étienne et Sainte-Croix furent détruites pour améliorer la circulation et rendre la cathédrale plus visible. Plus tard, la transformation radicale de la ville sous le Second Empire toucha peu les édifices religieux, sinon par le souci de les mettre en valeur en détruisant les immeubles voisins, comme à Saint-Bonaventure et à Saint-Nizier.

57Enfin, des raisons politiques ont également pu entrer en ligne de compte, le lien étant parfois étroit entre renouveau religieux et politique légitimiste. Dans cette nouvelle approche apparue dans le contexte de renouveau religieux du XIXe siècle se situe l’idée du monument conçu comme « le corps martyrisé des églises […] considéré comme une relique précieuse », l’idée que « de ces ruines nationales […] jaillit une ferveur historique et archéologique […] liant le renouveau catholique à la nostalgie du passé » et enfin que « la cathédrale rêvée par les zélateurs du gothique devait apporter ordre social et politique » (Dufieux 2004 : 115). Certains pensaient que face aux désordres révolutionnaires, seule l’Église pouvait assurer le calme et l’ordre public. Les reconstructions d’églises s’inscrivirent donc dans une époque et dans un cadre politique précis et furent programmées comme un retour à un passé disparu. Ce retour à un art roman ou gothique idéalisé put également être considéré comme la recherche d’une affirmation de puissance, comme la matérialisation d’un « rêve de grandeur », voire de patriotisme, au même titre que la disparition de tout ce qui nuisait à l’unité de style du monument. Au milieu du XIXe siècle, le cardinal de Bonald, amateur d’arts et d’antiquités chrétiennes, appuya ou suscita « une vague de construction comme le diocèse n’en avait jamais connu » et son goût le porta vers le néogothique dont il favorisa la diffusion, car il était, pour lui et pour les membres de l’Institut catholique de Lyon, comme P. Bossan, T. Desjardins, J. Frénet, J. Fabisch et E. Thibaud, « l’art du renouveau chrétien » (Bruyère in Barbarin 2011 : 272‑274). Il envoya des circulaires aux curés concernant l’entretien des édifices cultuels et critiqua même en 1838 les restaurations maladroites ou les « mutilations » d’édifices.

58À cette idéologie politique s’ajoutaient la rivalité avec Paris et le souhait d’une décentralisation. Le style de la nouvelle basilique de Fourvière fut plus tard perçu comme l’expression de l’ultramontanisme et du légitimisme tout autant que comme le « symbole d’une renaissance provinciale » et d’une décentralisation artistique. À la cathédrale, le rétablissement de l’autel dans son état ancien devait traduire les efforts des archéologues et des architectes pour forger une identité lyonnaise et l’émergence d’un sentiment régional alors qu’à la même époque, les Parisiens cherchaient à créer un art national (Dufieux 2004 : 156 et 263).

5.5.4.1. L’exemple de Saint-Irénée* : une église jugée vétuste et une paroisse en plein essor

59L’église, qui avait servi de fenil pendant la Révolution et était en mauvais état, dut être reconstruite. En 1824, le porche fut démoli, une nouvelle façade fut construite (Reynaud et al. 2012). En 1825, un devis pour un plafond en plâtre signale que l’église a été agrandie de 12 pieds en façade occidentale (ADR, 16 G, fonds Saint-Irénée, 1825). D’autres travaux furent réalisés en 1828‑1830 par les architectes L.‑C. Flachéron, C.-H. Piraud (architecte diocésain) et C.‑A. Benoît, qui ont transformé le reste de l’église en conservant toutefois les structures anciennes et ont agrandi l’espace disponible en déplaçant le chœur vers l’est au-dessus d’une nouvelle crypte (Wyss 2005 : 84) (ADR, 16 G, fonds Saint-Irénée, 1828 et 1830). La crypte ancienne fut peu touchée. D. Meynis signala simplement qu’en 1824, on transforma la fenêtre d’axe de la crypte en passage vers la salle des catéchismes située plus à l’est (Meynis 1880 : 94‑95).

60Les travaux de restauration de la crypte ancienne, jugée trop vétuste, furent réalisés par T. Desjardins en 1863 (Wyss 2005 : 86‑87 et 96‑97). En 1861, des demandes de subventions concernèrent la rectification des fenêtres « faites à une date peu ancienne pour éclairer cette partie de l’édifice » (AML, sous-série 2 M 200, 475 Wp 22, Saint-Irénée) : des colonnes de granite rouge furent installées à la place des anciennes piles. Une remarque de l’historien A. Steyert suggère même que les arcs étaient de profil outrepassé avant restauration « le porte-à-faux des arcs sur les colonnes… a été implacablement supprimé, comme une imperfection notable du plus désagréable aspect » (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 149). Dans les bas-côtés furent gardées des portions de pavement ancien fait d’hexagones et de triangles de marbre noirs et blancs (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 149, fig. 137, dessin de Monvenoux), alors que des « fragments de pavé antique en tout semblables à ceux du sanctuaire principal » furent détruits dans la chapelle du Midi (Meynis 1880 : 100). La porte d’entrée à la crypte fut reconstruite et l’on retrouva dans le renfoncement qui lui fait face un sarcophage trapézoïdal, sans doute celui qui abrita la dépouille du comte Arthaud en 1494 (Meynis 1880 : 107). En 1868, la voûte du chœur de la crypte en partie effondrée, après la chute de la voûte de l’église supérieure au-dessus de l’autel majeur, fut reconstruite en tuf (ADR, 16 G, fonds Saint-Irénée).

5.5.4.2. Saint-Jean, installation d’un calorifère

61En 1899, un calorifère installé dans le sous-sol de Saint-Jean passa au travers du mur de l’abside de la cathédrale primitive (fig. 209) et peu après, mais avant 1914, un égout installé au centre de la rue Saint-Étienne traversa l’abside de l’ancienne église et la cuve baptismale ; travaux effectués sans aucun respect pour les vestiges anciens.

Fig. 209 – Saint-Jean : fouilles de l’abside en 1935 (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, Société des archives photographiques d'art et d'histoire, MH0114810).

Fig. 209 – Saint-Jean : fouilles de l’abside en 1935 (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, Société des archives photographiques d'art et d'histoire, MH0114810).

5.5.4.3. Saint-Étienne et Sainte-Croix : construction d’immeubles à leur emplacement

62L’immeuble construit, au début du XIXe siècle, sur sa partie nord, à l’emplacement de l’église Saint-Étienne devait comporter une cave qui, heureusement, n’a pas été réalisée, alors qu’au sud, la cave d’une autre maison a été installée en suivant les murs du bras sud du transept, d’où des dommages réduits, alors qu’une fosse d’aisances a fait disparaître l’absidiole nord de l’église romane. L’immeuble construit sans doute un peu plus tard à l’emplacement de Sainte-Croix engloba deux travées de la nef centrale conservées en élévation jusqu’au-dessus des fenêtres hautes et son mur oriental s’appuya sur les fondations de l’abside (fig. 210), mais une fosse d’aisances et des caves, situées de part et d’autre de la nef centrale, ont détruit tous les vestiges anciens. L’égout, installé en 1939 rue Mandelot, a été élargi en 1983, ce qui a rendu possible de nouvelles investigations. En 1974, les immeubles construits au nord de Saint-Jean ainsi que les vestiges encore en élévation de Sainte-Croix furent démolis pour agrandir le palais de Justice.

Fig. 210 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef relevées dans un immeuble de la rue Mandelot (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 66).

Fig. 210 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef relevées dans un immeuble de la rue Mandelot (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 66).

63À Saint-Just, le terrain où s’élevait autrefois l’église fut acheté en 1904 par les pères Minimes qui y construisirent une école. En 1924, le syndicat ecclésiastique hérita du terrain qu’il revendit en 1970 à une société immobilière qui envisageait la construction de trois immeubles (Reynaud 1998 : 92).

64Pour terminer sur ces destructions, il faut toutefois remarquer que subsistent quelques vestiges des bâtiments monastiques, certes bien cachés et difficiles à approcher : signalons le cloître moderne des Augustins dans la cour de l’ancien lycée de la Martinière, et celui des Célestins dans la cour de l’immeuble du quai des Célestins qui appartient à la reconstruction du XVIIIe siècle (conférence de B. Gauthiez aux Amis de Saint-Martin d’Ainay le 6 février 2018 ; Pérez 1995).

Notes

1 Construite sur un ressaut du versant sud-ouest de la colline de Fourvière au-dessus de Saint-Laurent de Choulans, la chapelle Saint-Roch rappelle les moments noirs de la Grande Peste mais elle fut construite plus tardivement à la suite d’un vœu du Consulat lors d’un réveil de l’épidémie en 1577 et 1581 sur un terrain dépendant autrefois de Saint-Irénée (J.-P.-X. Bidauld, Vue du quai des Étroits, musées Gadagne, SN 590 ; Martin 1908‑1909 : vol. 1, 281-286 ; Vingtrinier 1901a). Petit édifice constitué d’une nef rectangulaire d’environ 13 m par 5,50 m et d’un chevet à trois pans qui abritait la sacristie, la chapelle devint un lieu de pèlerinage fréquenté en particulier au début du XVIIe siècle et fut agrandie en 1644 sur les plans de Simon Maupin avant que le Consulat ne mette Lyon sous le patronage de Notre-Dame de Fourvière. Elle fut vendue en 1796 comme bien national et détruite en 1807.

Table des illustrations

Titre Fig. 187 – Plan de Lyon en 1735 (Séraucourt, AML, 1 S 10a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 188 – Les Jacobins : démolition de l’église, lithographie de Villain d’après Guindrand (ADR, fonds Galle, A 112, n° 23).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 189 – Les Jacobins : chapelle Panciatichi à Notre-Dame de Confort (Florence, Archivio di Stato, fonds Panciatichi-Ximenes d’Aragon, boîte II, n° 7).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 190 – Les Cordeliers de l’Observance : chapelle des Lucquois (musées Gadagne, 55‑55-3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 191 – Saint-Jean : destruction par le baron des Adrets en 1562 (De Tristibus Galliae carmen, BML, fonds général, ms. 156, f° 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 192a et b – Saint-Jean : destruction des sculptures du tympan du portail sud et reconstitution de l’iconographie (a : relevé et DAO : G. Macabéo ; b : N. Reveyron).
Légende Fig. 192a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre  
Légende Fig. 192b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 193 – Saint-Jean : anges des voussures du portail central (cliché N. Reveyron).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 194 – Saint-Pierre des Terreaux : baroquisation de l’église (vue intérieure) (cliché J.‑F. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Fig. 195 – Saint-Nizier : façade à fronton néoclassique en 1839, gravure d’I. Silvestre, 1657 (musées Gadagne, N 3831).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 196 – Saint-Irénée : ouverture baroque dans les murs gouttereaux de la nef centrale (cliché SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 197 – Ainay : plan du quartier au milieu du XVIIIe siècle avec l’église Saint-Michel d’Ainay (F.‑R. Cottin, SAAL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 198 – Saint-Just : implantation de la chapelle de pèlerinage du XVIIIe siècle (DAO C. Ybard, ÉRA 26 CNRS, d’après AML, 12 G 522).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 199 – Saint-Étienne : moules à cloche à l’est du chevet (XVIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 200 – Plan des paroisses de Lyon à la veille de la Révolution (F.‑R. Cottin, SAAL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 201 – Saint-Georges en cours de reconstruction (1844‑1859) (Vingtrinier 1901b : 70).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Fig. 202 – Saint-Georges : démolition de l’ancienne nef (1869‑1895) (J. Drevet, Le Lyon de nos pères).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 203 – Les Jacobins : démolition de l’église (ADR, est. Coste 444).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 204 – Saint-Pierre-le-Vieux en 1866 : façade occidentale et façade nord (BML, album P. Saint-Olive, fonds Coste, ms. 138).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 205 – Saint-Pierre-le-Vieux : lithographie d’après P. Saint-Olive (musées Gadagne, N 3013.4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 206 – Île-Barbe : sculptures présentes chez un particulier à Saint-Didier-au-Mont-d’Or (cliché J.‑F. Greck).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 207 – Ainay : crypte de la chapelle Sainte-Blandine, peintures de Frénet (disparues) (Régnier 2002).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 208 – Saint-Irénée : projet de décor peint pour la restauration de la crypte (ADR, 42 J).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 209 – Saint-Jean : fouilles de l’abside en 1935 (ministère de la Culture-Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, Société des archives photographiques d'art et d'histoire, MH0114810).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Fig. 210 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef relevées dans un immeuble de la rue Mandelot (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 66).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5500/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search