Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 4. Un patrimoine ancien à reconstruire et de nouveaux espaces à christianiser : la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle)

Texte intégral

1Nous passerons rapidement sur les changements politiques et rappellerons seulement qu’un changement majeur intervint lorsque les rois de France arrivèrent à incorporer dans le royaume de France Lyon, ville d’Empire et « seigneurie ecclésiastique ». Après la révolte des Lyonnais contre le pouvoir de l’archevêque, le roi Philippe III les prit sous sa garde en 1271. De 1307 à 1320, le roi de France installa son pouvoir sur la ville et l’archevêque dut également accepter l’octroi d’une charte communale et la création du Consulat (Charansonnet in Charansonnet et al. 2015 : 273‑275 ; Nadiras, Charansonnet in Charansonnet et al. 2015 : 311‑412).

2L’histoire religieuse connut trois événements marquants : la suppression de la fête des Merveilles en raison de l’insécurité, des famines et de l’hostilité des bourgeois trop peu concernés, en 1393, l’instauration du Pardon annuel de la Saint-Jean ou « Nouvelle Indulgence », suite au don de reliques du Précurseur par le duc de Berry et à la grande indulgence accordée par le pape Clément VII, enfin l’organisation de la procession fluviale de Lyon à l’Île-Barbe lors de la fête de l’Ascension qui attira de grands rassemblements populaires de 1467 à 1561 (Rossiaud 2012 : 440‑451 et 453‑454). Pour les périodes postérieures aux XIIe-XIIIe siècles, l’apport de l’archéologie du sous-sol devient mineur et cède la place à l’archéologie du bâti. Les fouilles des années 1970 ont seulement fourni des données inédites sur les transformations de Saint-Étienne, de Saint-Just et sur la reconstruction de Sainte-Croix. L’essentiel de notre contribution portera donc sur les transformations de Saint-Étienne et sur la reconstruction de Sainte-Croix.

3L’essor urbain se poursuivit tout au long du XIIIe siècle et pendant une partie du XIVe siècle avant le début du petit âge glaciaire (fig. 147). Grâce à la situation privilégiée de Lyon entre les foires de Champagne et l’Italie et grâce à la construction du pont sur le Rhône, la ville retrouva son rôle de carrefour et bénéficia d’une situation politique ambiguë dans une appartenance « fictive » à l’Empire. Des prélats comme Jean Bellemains (1183‑1193) et Renaud de Forez (1193‑1226) furent à la fois soucieux de la défense de leur ville et du bon état du patrimoine religieux (Galland 1994). On a même utilisé le terme « Seconde Rome », lorsque Lyon a accueilli les participants aux conciles de 1245 et de 1274. En fait, la ville bénéficia que temporairement de l’afflux des prélats et de leur suite.

Fig. 147 – Vue de Lyon, milieu du XVIe siècle, par J. d’Ogerolles (reproduction 1891) (AML, 5 Ph 21132).

Fig. 147 – Vue de Lyon, milieu du XVIe siècle, par J. d’Ogerolles (reproduction 1891) (AML, 5 Ph 21132).

4C’est également la grande époque de la reconstruction de l’habitat civil : on peut en avoir une idée assez précise pour la fin du XIVe siècle et plus tard pour le XVIe siècle, dans le quartier du « palais » (Saint-Jean) et dans la partie centrale de la Presqu’île par les archives de la fiscalité, par le rôle ou « Livre du Vaillant » ou par les « nommées » (Rossiaud 2012 : 145‑170 ; recherche en cours de B. Gauthiez). L’archéologie du bâti a également fortement contribué à améliorer la connaissance de l’habitat de ces périodes grâce à l’étude de nombreuses maisons menées essentiellement par le Service archéologique de la Ville de Lyon. Nous prendrons quatre exemples de l’évolution de l’habitat au cours de cette période, celui de la Manécanterie et de la Chamarerie, édifices étroitement reliés à la vie de l’Église, celui du n° 58 de la rue Saint-Jean, typique de l’habitat bourgeois des XVe-XVIe siècles et celui du palais des Gadagni, lié à l’aristocratie commerçante lyonnaise et internationale, dont l’étude a le mérite d’avoir été publiée. En 1390, neuf paroisses se partagent la ville : sur la rive droite Sainte-Croix, Saint-Romain, Saint-Pierre-le-Vieux, Saint-Paul et Saint-Georges, sur la rive gauche Saint-Nizier, Saint-Saturnin, Saint-Vincent, Notre-Dame de la Platière alors que Saint-Just, Saint-Irénée et Saint-Michel d’Ainay sont encore considérées comme en dehors de la ville (fig. 200 infra).

5Après les difficultés dues à la guerre de Cent Ans, la seconde moitié du XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle constituèrent une des grandes périodes de renouveau de la France dans tous les domaines et en particulier dans celui de la construction : la plupart des églises furent conservées, souvent agrandies et pourvues de chapelles latérales, certaines comme Saint-Étienne furent transformées, d’autres reconstruites comme Sainte-Croix. De nouvelles églises furent construites hors-les-murs, à la périphérie de la ville, au nord, les Cordeliers de l’Observance, les Augustins, les Carmes, au centre et au sud, les Cordeliers (Saint-Bonaventure), les Antonins, les Jacobins et les Célestins.

6Nous traiterons surtout de l’histoire de ces nouvelles églises et de leur rôle dans l’évolution de la topographie de la ville du XIIIe au XVe siècle, mais ces édifices, qui ont disparu et n’ont pas fait l’objet de fouilles archéologiques, sont difficiles à étudier dans le cadre de l’évolution de l’architecture gothique. Seule l’église Saint-Bonaventure, encore conservée et restaurée au XIXe siècle, ainsi que l’église de l’Observance pour laquelle on possède un relevé complet effectué au XIXe siècle, feront l’objet d’un encart ou d’une courte notice ; les églises des Jacobins et des Célestins bénéficient, quant à elles, d’un plan précis du XVIIIe siècle.

4.1. La topographie urbaine

7La ville se développa donc au nord comme au sud, sur la rive droite de la Saône et dans la Presqu’île, et les fortifications urbaines, mieux situées dans l’espace, connurent de profonds changements.

4.1.1. L’enceinte

8On passe d’une ville pratiquement ouverte et défendue seulement ponctuellement, à un programme ambitieux voire démesuré, concernant les deux grandes parties de la ville. Au départ, seuls certains secteurs auraient été défendus, le claustrum de Saint-Jean, comme nous l’avons vu, le cloître de Saint-Just et peut-être le bourg de Saint-Irénée, le « château » du chapitre de Fourvière et le cloître de Saint-Paul ainsi qu’une partie de la Presqu’île.

9Côté Saint-Jean, l’enceinte primitive fut sans doute restaurée, avec les portes de Ruer et de Confort qui ouvraient sur le Gourguillon et sur l’actuel chemin de Montauban, voir agrandie au XIIIe siècle avec de nouvelles portes à Bourgneuf au nord et à Saint-Georges au sud. Mais nous ne sommes pas d’accord, pour des raisons topographiques, avec l’hypothèse de B. Gauthiez qui suppose une enceinte à mi-pente de la colline (Gauthiez 1994 : 16‑18, fig. 9). En fait, le changement radical viendra de Renaud de Forez (1193‑1226), archevêque batailleur qui, au début du XIIIe siècle, se mit à l’abri de toute incursion ou révolte, en construisant une puissante forteresse à Pierre-Scize au nord de la ville. Soit ce château, isolé, servait seulement d’abri pour le prélat, tout en permettant de contrôler l’accès nord à la ville, soit pour pallier cet isolement, Renaud de Forez projetta d’utiliser les vestiges des anciennes murailles romaines ceinturant la colline pour obtenir une défense certes imparfaite mais rejoignant, au nord, son château, au sud le bourg fortifié de Saint-Irénée et le cloître fortifié de Saint-Just ce qui supposait également un mur descendant vers Saint-Georges (peut-être réalisé seulement plus tard). Un premier argument en faveur d’un lien entre le château de Pierre Scize et la restauration de l’enceinte romaine est fourni par le texte de 1359, où il est demandé à Jean de Remacin, maître de l’œuvre de Saint-Jean, de procéder à des travaux ou réparations aux murs existants de Saint-Irénée jusqu’au château de Pierre-Scize, ad murandum et reparandum in locis necessariis omnes muros, clausuras dicte civitatis inferius designatos (Gauthiez 1994, note 138 ; Guigue, Cartulaire municipal, n° 33 : 471‑472 et ADR, 12 G 106) ; un deuxième argument est fourni par la mise au jour, lors d’une fouille récemment menée dans le bastion de Loyasse, d’une tour ronde médiévale (SAVL, responsable J.‑P. Lascoux, 2015), celle qui, appelée demi-tour Rippant, figure sur tous les plans à partir du milieu du XVIe siècle et qui, non datée avec précision, pourrait, d’après les mortiers, remonter au XIIIe siècle. Cette tour était située sur le rebord du plateau au sud de l’échine de Loyasse et il suffisait d’une courte et nouvelle muraille pour faire le lien entre le château de Pierre-Scize et la vieille fortification romaine. Un troisième argument, fourni par des textes antérieurs à 1359, est en cours d’étude par B. Gauthiez. En tout cas, lors de la construction de l’enceinte de la Retraite à Saint-Just en 1359, on est sûr que l’enceinte médiévale de Lyon retrouve l’ancienne fortification romaine. À cette date, le mur nord de l’enceinte de Saint-Irénée et de Saint-Just perdit son rôle défensif, au profit d’un nouveau mur qui suivait le rebord du plateau de Fourvière de la porte du « Pont-Levys » à la porte de Trion, d’où les plaintes de l’archevêque et du chapitre qui déplorèrent l’abandon de Saint-Just situé en dehors de la nouvelle enceinte (Gauthiez 1994 : 24 ; ADR, 12 G 106). Il semble donc qu’une partie seulement des murailles ait été construite ex novo à cette époque, dont quelque 300 toises (585 m) par le clergé sur un total de 700 toises (1 230 m), ce qui voudrait dire que le reste de la muraille existait déjà. Les travaux se poursuivront dans la première moitié du XVIe siècle pour englober l’échine de Loyasse, la Croix-Rousse et la rive droite du Rhône.

10Un programme d’enceinte surdimensionnée concerne également la Presqu’île. Au nord, F. Artaud signale des restes d’une muraille médiévale de 5 à 6 pieds d’épaisseur, en particulier rue des Capucins et rue de la Vieille-Monnaie (Artaud 1846 : 87 et 206‑207). Nous suivrons donc l’hypothèse de B. Gauthiez qui envisage la construction d’une enceinte au pied de la Croix-Rousse (Gauthiez 1994 : 17‑18), avec, comme points forts, la porte de Saint-Marcel, mentionnée en 1206, clausuras et fossata que sunt a parte Sancti Marcelli et Capella Sancti Marcelli supra murum ipsius urbis (Gauthiez 1994 : 11). Sur un plan du tènement des dames de la Déserte, figure la porte Saint-Vincent construite avec des piédroits en grand appareil surmontés d’un arc en plein cintre ; d’après son type, elle serait soit d’époque romaine soit d’époque romane (BML, fonds général, 2394‑13). L’existence de cette première fortification n’est pas reconnue par S. Savay-Guerraz qui estime que des documents d’archives placent la porte Saint-Marcel aux Terreaux (Arlaud 2000 : 128‑131). B. Gauthiez suggère sa construction à l’époque de l’évêque Bellesmains, entre 1183 et 1193, mais l’époque de Renaud de Forez nous semble plus appropriée car plus éloignée de l’époque de la construction de l’enceinte du claustrum de Saint-Jean et contemporaine de la construction du château de Pierre Scize. Cette ligne de défense avancée est à la mesure d’une ambition démesurée puisqu’elle défendait les basses pentes inoccupées de la Croix-Rousse et constituait la limite sud des terres du sire de Beaujeu, avant l’acquisition du quartier par l’archevêque en 1308, les portes jouant le rôle de barrières de péage. Elle fut abandonnée lorsque, après la révolte de 1269, l’enceinte fut déplacée au niveau des Terreaux (enceinte bien visible en 1622 sur le plan de Mérian en contrebas de celle de la Croix-Rousse), ce qui était plus raisonnable et les ordres mendiants purent alors s’installer hors-les-murs, sur les basses pentes de la Croix-Rousse. Au sommet de ces pentes, un vieux fossé, vetera fossata, constituait les seuls vestiges d’un vaste programme de travaux édilitaires, peut-être du Haut Empire, dont nous verrions la preuve dans le tracé des « arêtes de poissons », galeries souterraines est-ouest qui attesteraient d’un prolongement de la ville romaine vers le nord (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 125 ; Bernot et al. 2013) ; mais ce fossé aurait pu aussi être creusé à la fin du XIIIe-début du XIVe siècle.

11Au sud de Saint-Nizier, on ignore l’emplacement exact de la muraille qui se trouvait peut-être au niveau de la rue Grenette et ouvrait par la « porte vieille », située pour B. Vermorel à l’intersection de la rue Grenette et de la rue de la Gerbe, c’est-à-dire à la limite des seigneuries de l’archevêché et de Saint-Pierre (ADR, 27 H 237 ; Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 247 ; plan de Vermorel, AML, 1 S 181/13) ; pour d’autres, elle longeait le mur sud de Saint-Nizier (peut-être un premier tracé suivi d’un déplacement de l’enceinte vers le sud). Les Cordeliers s’étaient donc installés hors-les-murs.

4.1.2. L’habitat

12Dans le quartier épiscopal, comme dans la Presqu’île, ce « village démesurément étendu » (Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 249), l’augmentation de la population alla de pair avec une densification de l’habitat, mais aussi avec la suppression progressive des jardins et avec des lotissements qui se multiplièrent surtout au-delà de l’enceinte et s’étendirent le long de la rue Mercière en direction du pont du Rhône, par exemple au Bourgchanin (rue Bellecordière actuelle) (André, Jacquin, Mandy 1985 ; Gauthiez 1994 : 26). Les archevêques et le chapitre gagnèrent également du terrain en aménageant les rives de la Saône, sur une bande d’une vingtaine de mètres de largeur entre la Platière et Saint-Vincent et à l’ouest de la rue Mercière ; du côté du Rhône, près du pont au sud de l’Hôtel-Dieu, des lotissements furent autorisés par les moines d’Ainay. B. Gauthiez estime que le développement de la ville se ralentit fortement avant le milieu du XIIIe siècle (Gauthiez 1994 : 22‑29) et avant que, dans un deuxième temps – mais guère avant le dernier tiers du XVe siècle –, la densification ne reprenne par doublement ou triplement des habitations sur une même parcelle, et par la multiplication des étages. De riches marchands, parfois d’origine italienne, parvinrent aussi à acheter plusieurs parcelles pour se faire construire des logements plus adaptés à leur fonction et à leur rang, aussi bien dans la Presqu’île, où la « nation florentine » fréquentait l’église des Jacobins (Carta 2015), que dans le quartier Saint-Jean (par exemple les Gadagni).

13La ville a su garder un quartier médiéval (fin XVe-début XVIsiècle) à peu près intact malgré les projets des urbanistes qui, au milieu du XXe siècle, envisageaient d’y faire passer des voies express (Mathian 1994 : II, 542‑555) mais nous éviterons de parler de quartier Renaissance car, nous le verrons, une grande partie des maisons conservées sont encore typiquement médiévales.

14Il est impossible d’avoir une idée précise des constructions antérieures qui ont disparu, on peut seulement supposer que ces anciennes masures, comme celles du haut Moyen Âge, pouvaient être en pisé ou en bois sur solins de pierre. Ce type de construction est attesté rue des Chartreux, rue Pierre-Audry, rue Tramassac, rue Monseigneur-Lavarenne, place Benoît-Crépu jusqu’à la fin de l’époque carolingienne et peut-être à l’Hôtel-Dieu ; le matériau utilisé étant alors le loess disponible, par exemple sur la colline de Fourvière, comme le montrent les fosses d’extraction, fouillées à Saint-Just au XIe siècle (voir plus haut 3.1.2.2). Un indice à l’appui de cette hypothèse est fourni, mais dans un contexte rural proche de Lyon, par la maison noble d’Écully, La Greysolière, construite fin du XVe-début du XVIe siècle, en pisé ; pour le bas Moyen Âge à Lyon, il faudrait attendre des confirmations archéologiques.

15Les fouilles de la rue Tramassac, l’étude du bâti de quelques maisons des XVe-XVIe siècles (rue Juiverie, rue Saint-Jean, rue Saint-Georges) et des musées Gadagne ont mis en évidence l’évolution du quartier Saint-Jean, pris au sens large de Saint-Paul à Saint-Georges. Grâce au succès des quatre foires annuelles et à partir du troisième quart du XVe siècle, le quartier évolua vers une densification de l’habitat. Les parcelles furent divisées et deux maisons en pierres de quatre à cinq étages, aux façades percées de nombreuses fenêtres, furent souvent construites sur la même parcelle, une sur la rue, l’autre sur la cour (Lavigne 1973). Les grandes familles des Le Viste, Laurencin, Bullioud, Thomassin, Pierrevive, Gadagne se firent construire de très belles demeures. Ce type d’habitat est encore relativement bien conservé, sur la rive droite de la Saône, mais a pratiquement disparu sur la rive gauche à la suite des grandes percées de l’époque de Napoléon III et des « curetages » de l’époque de Louis Pradel, maire de la ville de 1957 à 1976 (Mathian 1994 : II, 408‑415). On peut déplorer l’absence d’une étude d’ensemble que C. Arlaud avait commencée mais qui est restée inachevée.

16Pour illustrer ces propos par des données archéologiques, nous disposons des fouilles de la rue Tramassac, du n° 58 de la rue Saint-Jean, de l’hôtel des Gadagne (actuels musées Gadagne), de la Chamarerie, et des vestiges cachés du palais épiscopal du XVe siècle.

17• Rue Tramassac, les fouilles dirigées par C. Arlaud et J. Burnouf ont porté sur des maisons situées extra-muros, en bordure de l’axe majeur du quartier (rue Tramassac) et intra-muros sur la maison du doyenné qui connurent la même croissance entre le XIIe et le XVIIIe siècle ; ont également été retrouvées des portions du mur d’enceinte du claustrum. L’habitat se développa d’abord à l’intérieur de parcelles rectangulaires qui furent ensuite partagées dans le sens est-ouest pour que chaque parcelle ait un accès à la rue (parfois de 5 à 7 m de large), puis se densifia aux dépens des jardins, avec deux corps de bâtiments à deux ou trois étages, séparés par une cour pourvue d’un puits. Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’un escalier en vis fut construit pour desservir les maisons de la rue Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 52‑62). Ces constructions nouvelles privilégiaient les galets roulés et la pierre (gneiss et tout-venant) qui remplacèrent définitivement les anciennes constructions en pisé ou en galets roulés (Rossiaud 2012 : 24 ; Becker, Parron-Kontis, Savay-Guerraz 2006 : 88‑93).

18• Au n° 58 de la rue Saint-Jean, le même phénomène a été constaté par C. Arlaud et M. Monin qui ont pu réaliser, dans le cadre d’un travail universitaire et sous notre direction, des sondages dans la cour et étudier les élévations d’un immeuble en cours de rénovation (Arlaud, Monin 1983). Grâce aux documents du fonds Pointet et aux travaux de M. Lavigne (1973), on peut situer la première mention de cette maison au début du XVe siècle et une reconstruction en 1528, ainsi qu’un alignement de la façade en 1831‑1833. Les sondages et l’étude du bâti ont montré la possibilité d’une première construction, en arrière du jardin (cheminée arrondie et four extérieur), ainsi qu’un exhaussement correspondant à un demi-étage ou à un étage ; différents niveaux de toiture ont été repérés dans la maison avant, comme dans la maison arrière avec, en 1528, un surhaussement et la construction d’un escalier en vis desservant les deux maisons au moyen de galeries, de part et d’autre d’une cour réduite à un puits de lumière.

19• À l’hôtel des Gadagne, plus au nord, les fouilles et l’étude du bâti menées par I. Parron et C. Becker ont concerné « une grande maison patricienne », composée de plusieurs bâtiments, construits entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle sur une parcelle s’étendant jusqu’à la rue Saint-Jean, dans un secteur laissé longtemps à l’abandon puis occupé par une grange bâtie en galets roulés lutés à l’argile puis en galets et moellons de gneiss liés au mortier (Becker, Parron-Kontis, Savay-Guerraz 2006 : 82‑97). Au cours du XVe siècle, l’espace fut progressivement loti pour occuper les premières pentes de la colline de Fourvière. Le chantier reprit de la fin du XVe au milieu du XVIe siècle et l’étude de l’ensemble du site a montré que les Gadagne n’ont fait que réaménager des bâtiments déjà construits par la famille Pierrevive. Cette famille, qui s’était approprié l’îlot situé entre la montée Saint-Barthélemy et la rue Gadagne, avait agrandi ou surélevé les bâtiments existants et en avait construit de nouveaux autour d’une cour centrale (Becker, Parron-Kontis, Savay-Guerraz 2006 : 99‑120).

20• La Chamarerie. Après l’abandon de la vie communautaire par les chanoines au cours du XIVe siècle, des maisons affectées à un dignitaire sont construites à l’intérieur du claustrum (Picard 1994 : 279‑280) ; elles ont progressivement disparu à l’exception de la Chamarerie qui a fait l’objet d’études archéologiques concernant à la fois le sous-sol et l’élévation. Le palais épiscopal a été reconstruit à la fin du XVe siècle.

Des maisons romanes monumentalisées par le chamarier François d’Estaing (fig. 148)

Chantal Delomier, Olivia Puel

Localisée dans le quartier du Vieux-Lyon, à proximité de la cathédrale Saint-Jean, la maison du Chamarier est aujourd’hui admirée pour sa façade ciselée de style gothique flamboyant. Classée au titre des Monuments historiques depuis 1943, elle a fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques préventives, entre 2000 et 2006, et de recherches historiques, dans le cadre d’un projet d’aménagement, en 2014 (Arlaud, Rolland, Ruf 1990 ; Arlaud, Delomier 2004 ; Puel 2014). L’édifice actuel résulte, pour l’essentiel, des travaux réalisés à la charnière du XVe et du XVIe siècle par François d’Estaing, qui prend définitivement possession de l’office de la chamarerie en 1496, après l’éviction d’un candidat du chapitre. Un vaste escalier en vis, ouvert sur la cour, permet alors de réunir et de monumentaliser des édifices antérieurs. Les vestiges bâtis attribuables à l’époque romane correspondent, d’une part, à la clôture du quartier canonial, dont la construction intervient sous l’archiépiscopat de Guichard de Pontigny, dans le troisième quart du XIIe siècle, et, d’autre part, à deux maisons destinées à des chanoines et accolées contre ce mur préexistant, au cours du siècle suivant. Épais d’environ 2 m, le mur d’enceinte est conservé au nord de la maison du Chamarier, sur trois niveaux et sur une longueur de 22 m. Il reste méconnu à ce jour puisque seul son parement intérieur, largement affecté par des percements ultérieurs, a bénéficié d’une approche archéologique. D’après le Plan scénographique de la ville de Lyon (AML, 2 S, Atlas 3), levé vers 1550, la porte Froc, qui desservait le grand cloître, était vraisemblablement localisée à l’ouest, dans son prolongement direct.

La documentation relative aux maisons qui sont appuyées, dans un second temps, sur ce mur d’enceinte révèle une concordance remarquable entre les données historiques, provenant des actes de transmission de cette maison canoniale (ADR, 10 G 665 et 1004), et les résultats archéologiques. Une première maison, possiblement rectangulaire (15,60 x 7,40 m dans-œuvre), longeait la clôture au niveau des bâtiments arrière. Occupant une emprise au sol d’environ 115 m², elle possédait au moins un étage comme en atteste la présence d’une porte haute, dans le mur sud. Elle correspond sans doute à la maison principale qui est déjà citée dans le testament du doyen Milon de Vaux, en 1271, et qui pourrait remonter à la première moitié du XIIIe siècle. Une seconde maison, de plan similaire (15,40 x 7,80 m), était située à l’emplacement du bâtiment de façade. D’une surface équivalente de 120 m², elle possédait aussi un étage, accessible depuis une porte dans le mur est. Elle peut être identifiée à la nouvelle maison qui, d’après les actes de 1303, existait désormais là où, une génération plus tôt, il n’y avait qu’un espace non construit, ou un bâtiment ruiné. Elle serait donc postérieure, d’un demi-siècle environ, à la première maison. La présence de portes hautes dans les murs extérieurs de ces demeures suggère par ailleurs l’existence de galeries en bois, dont les vestiges potentiels ont probablement disparu lors des travaux de la fin du Moyen Âge. Ces deux bâtiments étaient en outre reliés par une construction intermédiaire, de dimensions plus réduites (9 x 6,80 m), attestant peut-être de leur réunion, dès cette époque, au sein d’un ensemble architectural cohérent. Peut-être faut-il y voir un signe annonciateur de la transformation de l’édifice en une maison de fonction réservée au chamarier ?

Fig. 148 – Chamarerie : états successifs (DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 148 – Chamarerie : états successifs (DAO O. Puel, SAVL).

21• Le palais épiscopal : la construction du XVe siècle est cachée derrière un « rhabillage » de la fin du XVIIIe et du XIXe siècle. Ce grand bâtiment diffère des hôtels particuliers : il double le palais précédent et s’élève en bord de Saône sur les berges de la rivière. Au XVe siècle et bien après l’occupation du château épiscopal de Pierre Scize par le roi de France, le cardinal de Bourbon fit agrandir le palais épiscopal en faisant construire une aile en bord de Saône, en couvrant d’une voûte la rue des Estrées et en installant un escalier en vis contre l’ancienne tour sud du premier palais. Cette construction dans le plus pur style gothique tardif est illustrée par le Plan scénographique, par le manuscrit de Pierre Sala « Complainte au dieu d’amour », et par la gravure de Cléric (fig. 149). Les anciennes ouvertures à croisée sont réapparues un moment, nous en avons été témoin, dans les années quatre-vingt, lors d’un nettoyage de la façade (sous la direction de J.‑G. Mortamet), mais sans étude archéologique.

Fig. 149 – Palais épiscopal au XVIe siècle, gravure de Cléric (doc. personnel).

Fig. 149 – Palais épiscopal au XVIe siècle, gravure de Cléric (doc. personnel).

22Cette architecture civile typique du quartier Saint-Jean, souvent qualifiée de renaissante et d’inspiration italienne, reste dans la plus pure tradition gothique. En fait, les galeries n’ont rien des fonctions sociales de la terrasse italienne et servent uniquement à relier les corps de bâtiments à l’escalier en vis. Nous l’avions déjà écrit en 1971 (Reynaud 1961) et ce thème, qui avait déjà été celui de A. Kleinclausz (Kleinclausz 1925 : 533), a été repris par H. Hours qui remarque, avec sagacité, que l’on « aura grand peine à trouver dans son architecture la marque de cette Renaissance italienne qui aurait remodelé la ville » (Hours 1988 : 9‑11). D. Bonnet-Saint-Georges, à son tour, insiste sur le rôle utilitaire de la galerie lyonnaise et considère que les nombreux Italiens résidant à Lyon y venaient pour faire des affaires et n’ont laissé aucune trace architecturale de leur passage, sinon en faisant construire par des maçons lyonnais de belles demeures dans la tradition lyonnaise, enfin que si les artistes italiens passaient par Lyon, ils travaillaient pour le roi dans la vallée de la Loire ou à Fontainebleau (Bonnet-Saint-Georges 1993 : 30 et 44). Maurice Scève donne la meilleure définition de ce que pouvait être l’influence antique, introduite par l’intermédiaire de l’Italie dans l’architecture civile, quand il décrit des demeures « authentiquement cornichées à la corinthe » dans son ouvrage sur l’entrée d’Henri II à Lyon en 1548 (cité par Rossiaud 2012 : 108). Le plus pur style de la Renaissance fut adopté, nous le verrons, par les architectes et sculpteurs des chapelles construites par les riches Italiens et dont la totale disparition nous a privés de tout un pan de notre patrimoine.

4.1.3. Le burgus de la Presqu’île et le pont du Rhône

23On ne se pose plus la question de l’appartenance du burgus de la Presqu’île à la ville médiévale et la limite entre le « Royaume » et « l’Empire » que la tradition faisait passer autrefois au milieu du pont du Change n’a plus de sens après l’intégration de la ville au royaume de France, au début du XIVe siècle. Une autre différence de nature disparaîtrait entre le XIIe et le XIIIe siècle : la paroisse de Notre-Dame de la Platière (en tout cas sa partie nord) et celle de Saint-Vincent, qui étaient considérées comme situées en dehors de la ville, furent englobées dans la nouvelle enceinte, de même que les bourgs nouvellement créés, au nord de Notre-Dame de la Platière, comme le bourg de Seyna, acquis par le chapitre de Saint-Paul en 1207 et composé de 27 parcelles (Gauthiez 1994 : 24).

24S’il reste peu de maisons de la fin du Moyen Âge dans la Presqu’île, l’évolution de l’espace construit fut la conséquence, dès la fin du XIIIe siècle, de l’installation de nouveaux ordres religieux comme les ordres mendiants (fig. 150), bientôt suivis par la population. Ils occupèrent, sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse, les espaces laissés libres à l’extérieur des murs : Carmes (0,5 ha), Augustins (1 ha), Clarisses de la Déserte (6 ha) pour lesquelles il fallut ouvrir une porte dans le rempart. Au sud de l’enceinte ou à l’extrémité sud-ouest de la rue Mercière, ils profitèrent d’abord des terrains laissés libres, mais entravèrent ensuite la construction urbaine : implantation des Cordeliers en 1220 sur 1,4 ha, des Jacobins entre 1230‑1260 et à la fin du XIIIe-début du XIVe siècle (4 ha) et des Célestins (Gauthiez 1994 : 17). La première église des Cordeliers fut sans doute installée extra-muros, à l’extrémité de la rue Grenette, près de la « vieille porte » (mais on ignore l’emplacement exact de cette porte) et à proximité des berges du Rhône (fig. 1, n° 35) (Quesnel 2016 : 25‑26). Au centre de la Presqu’île, les frères Prêcheurs s’installèrent dans un secteur situé au sud des nouveaux lotissements et encore vierge de construction.

Fig. 150 – Tènements des ordres mendiants (Croix-Rousse) (M. Monin, SAVL).

Fig. 150 – Tènements des ordres mendiants (Croix-Rousse) (M. Monin, SAVL).

25Ce rapide essor des années 1180‑1230 fut en partie organisé, sur des terrains ecclésiastiques, par la collégiale Saint-Paul au nord, et par les archevêques au sud de Saint-Nizier où les lotissements étaient bien évidemment liés au franchissement du Rhône, par un bac d’abord, puis par un pont, peut-être en liaison avec la motte Béchevelin. Au nord, au débouché de la rue Confort, fut d’abord construit un pont en bois, pons antiquus, auquel succéda entre 1220 et 1265, un pont en pierre, pons novus, plus tard appellé pont de la Guillotère, dont la construction s’étendit jusqu’à la fin du XIVe siècle (Burnouf et al. 1991 : 29‑34, fig. 13). Le commerce fluvial s’organisa autour des nombreux ports qui donnaient accès à la Saône, alors bordée de maisons le pied dans l’eau : sur la rive droite et du sud au nord, le port Sablet étudié au cours des âges par G. Ayala (Ayala 2013 : 413‑415), les ports Saint-Jean et de Roanne au centre, de la Douane (ou Saint-Éloi) et de Saint-Paul au nord ; sur la rive gauche et du nord au sud, les ports de Saint-Vincent, de la Platière ou de la Pêcherie, de Chalamont et du Temple (Rossiaud 2007 : 617, fig. 14 ; Voisin 2010 : 43). Sur le Rhône, la navigation était plus difficile et le « port du Rhône » trouvait sa place près du pont, bientôt doublé par le port de la rue Neuve, centre d’approvisionnement d’un quartier en pleine expansion dans la seconde moitié du XVe siècle (Rossiaud 2012 : 197‑199).

4.2. Les édifices religieux : l’apport des fouilles des années 1970

26Pour le XIIIe siècle, l’apport des fouilles à la connaissance des édifices religieux disparus se limite à des travaux sur l’église de Saint-Étienne. Après la longue période d’insécurité de la guerre de Cent Ans, les églises furent restaurées, agrandies ou reconstruites, dans la seconde moitié du XVe siècle : c’est le cas du chevet de Saint-Étienne, aménagé par Amédée II de Talaru (1415‑1444) et de celui de Saint-Georges, alors que Sainte-Croix fut presque entièrement reconstruite au milieu du siècle comme l’ont montré les fouilles et l’étude des vestiges conservés en place.

27Les seules églises, nouvellement construites à cette époque, mais pour la plupart disparues, sont celles des ordres mendiants, comme les Cordeliers (Saint-Bonaventure), la seule conservée, et les Cordeliers de l’Observance ou les Frères prêcheurs (Jacobins), puis les Carmes, les Augustins et les Clarisses, sans oublier les Antonins, les moniales de la Chana alors que de multiples chapelles latérales, pour la plupart encore existantes, témoignent de la richesse retrouvée des particuliers, des corporations ou des grands : à Saint-Jean (chapelle des Bourbons), à Saint-Just (chapelle Josserand), à Saint-Martin d’Ainay (chapelle Saint-Michel construite au XVe siècle aux frais de l’infirmier de l’abbaye), à Saint-Pierre des Terreaux, à Saint-Nizier (par exemple chapelle de Barthélemy Buyer, 1486) et à Saint-Paul (chapelle des Fonts Baptismaux, fin du XVe-début du XVIe siècle et chapelle de Saint-François-Xavier) ; des églises furent également achevées, Saint-Nizier fut pourvue d’un clocher en façade (1460) et voûtée (fin du XVe-début du XVIe siècle).

4.2.1. Le groupe épiscopal : Saint-Étienne et Sainte-Croix

28Lors des deux conciles œcuméniques dont les séances se déroulèrent dans la cathédrale, encore inachevée, le pape Innocent IV accorda des indulgences pour la construction du pont du Rhône, de la cathédrale, de Saint-Just et de l’église des Frères prêcheurs. Les travaux se poursuivirent donc à la cathédrale Saint-Jean et les recherches menées depuis 1989, par N. Reveyron et G. Macabéo, sont en partie publiées (Reveyron, Macabéo in Barbarin 2011 : 44‑69) mais nous ne parlerons pas de Saint-Jean, encore aujourd’hui église cathédrale et encore en cours d’étude.

29Le groupe épiscopal compte toujours trois églises, auxquelles il faut ajouter Saint-Romain dont les fonctions paroissiales venaient doubler celles de Sainte-Croix (fig. 151 et 152) : l’archidiacre de Saint-Jean avait le titre de curé de Saint-Romain et nommait le chapelain. Outre le Plan scénographique, on connaît une représentation partielle de cette église que l’on devine à droite de la Nouvelle Manécanterie et dont on aperçoit, à l’ouest, un mur décoré d’arcatures ainsi qu’à l’est, un clocher (fig. 153) (anonyme Picornot, dessin postérieur à la construction de la Nouvelle Manécanterie qui débuta en 1767, et antérieur à la destruction de l’église peu après 1791 ; BML, ms. 5708, f° 21).

Fig. 151 – Groupe épiscopal : plan de l’état 8 (XVe-XVIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 151 – Groupe épiscopal : plan de l’état 8 (XVe-XVIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 152 – Groupe épiscopal (plan de Lyon au milieu du XVIIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 152 – Groupe épiscopal (plan de Lyon au milieu du XVIIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 153 – Façade de Saint-Jean, la Manécanterie et Saint-Romain (abside et clocher) (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f°21).

Fig. 153 – Façade de Saint-Jean, la Manécanterie et Saint-Romain (abside et clocher) (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f°21).

4.2.1.1. Saint-Étienne* : des aménagements du XIIIau XVe siècle

30L’obituaire de l’Église de Lyon mentionne des dons, parfois expressément destinés à l’œuvre de cette église, comme ceux de Petrus de Montelbrisone, de Willelmus de Sandre et de Willelmus Charpinelli ; au début du XIIIe siècle, le prêtre Rodolphus aurait reconstruit le chœur de l’église (Guigue, Laurent 1951 : 67, 73, 116, 133). Rothbuldus aurait, lui aussi, reconstruit l’église mais à une date non précisée au cours du XIIIe siècle, Rothbuldus ecclesiam sancti Stephani reedificavit, peut-être lors de la construction du passage vers Saint-Jean (Reynaud 1998 : 46). Le service était assuré par six prêtres et six clercs sous l’autorité du « Grand Custode de l’Église de Lyon ». On sait également que la tradition baptismale s’était maintenue, mais seuls les baptêmes des juifs et des musulmans se faisaient encore à Saint-Étienne dans le « vestibule où se tenaient les catéchumènes et où se faisait la réconciliation des pénitents » (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 46 ; Reynaud 1998 : 46).

31Une quatrième campagne, connue seulement par les textes et par les gravures ou plans anciens, puisque toute élévation a disparu, se situe au XVe siècle. L’archevêque de Talaru perça l’abside ancienne pour y installer de grandes verrières visibles sur le Plan scénographique, sur un document de la collection Marduel (AML, 1C 450 110, réserve) (fig. 154) et sur la gravure des musées Gadagne intitulée « Le triomphe d’une puissance tutélaire » représentant « l’Arrivée à Lyon du cardinal de Richelieu » (Barbarin 2011 : 369). Le plan de 1791 dessiné par C. Percier, juste avant la destruction de l’église (fig. 155), figure, à l’est, une abside grossièrement semi-circulaire à l’extérieur et creusée de trois sortes de niches à l’intérieur ; ce plan pourrait correspondre à ces travaux mais on peut douter de la fiabilité du dessin de l’abside dont les dimensions semblent exagérées par rapport aux fondations mises au jour en fouilles. On peut toutefois supposer que cette nouvelle abside était légèrement décalée vers l’ouest, comme le figure F.‑R. Cottin sur sa reconstitution, et que ces travaux avaient été effectués au-dessus des vestiges mis au jour et donc disparus (h = 166,30 m à 166,40 m NGF). On peut s’interroger sur le passage qui allait de Saint-Jean à Sainte-Croix et qui figure plaqué contre la partie ouest du transept alors qu’il était décalé vers l’ouest, au droit de la porte nord de la cathédrale. Peut-être s’agit-il de l’ambon, « espèce de tribune » signalé par A. Clapasson (Chomer, Pérez 1982 : 193). Faute d’en avoir trouvé la trace sur le terrain, là aussi sans doute en raison des destructions, on en ignore la nature comme la date d’installation. Ces incorrections dans le relevé sont minimes par rapport à celles de Saint-Irénée, où l’architecte dessine une façade plus large que les nefs, ou de Saint-Martin d’Ainay où le porche est représenté aussi large que l’église ; ce qui suggère que l’architecte prenait des notes rapides sur un carnet et reconstituait ensuite tant bien que mal la réalité.

Fig. 154 – Saint-Étienne : intérieur de l’abside (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).

Fig. 154 – Saint-Étienne : intérieur de l’abside (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).

Fig. 155 – Saint-Étienne : plan de l’église par C. Percier en 1791 (Bibliothèque de l’Institut, Réunion des musées nationaux, inv. Ms. 1010 f°7 NUIV).

Fig. 155 – Saint-Étienne : plan de l’église par C. Percier en 1791 (Bibliothèque de l’Institut, Réunion des musées nationaux, inv. Ms. 1010 f°7 NUIV).

Données archéologiques

32Les vestiges mis au jour attestent, en effet, de modifications importantes effectuées à l’ouest de l’église et confirmées par le plan de l’église de 1791, mais nous manquons d’arguments pour les dater avec précision. Au cours de la troisième campagne, la largeur des bas-côtés fut accrue en prenant sur l’épaisseur des murs. Le mur nord de la nef centrale fut réduit en largeur par dégrossissage de son parement externe, qui constitua désormais une sorte de banquette au-dessus de h = 166,20 m NGF et par disparition des colonnes engagées. On ne sait jusqu’où s’élevait cette structure, désormais de faible largeur, peut-être servait-elle uniquement d’appui pour les stalles des chanoines (fig. 107).

33De même, la paroi intérieure du mur gouttereau nord fut déplacée un peu plus au nord, pour agrandir l’espace. Moins épais en élévation que le précédent (1,05 m) et de construction hétérogène (gros blocs et petits moellons liés par un mortier gris clair granuleux), ce mur présente deux enduits successifs sur sa face interne, l’un à partir de h = 166,20 m NGF, l’autre à partir de h = 166,45 m NGF ; on peut y voir les niveaux probables de deux sols successifs, dont le deuxième était constitué de tomettes octogonales. Le bas-côté nord atteignait désormais 3 m de largeur.

34Plus à l’ouest, sous la rue Saint-Étienne, sont partiellement conservées les fondations d’un mur de 1,35 m de largeur, dont un élément présente le négatif d’une base de pilier de 0,90 m de largeur. On suppose que la façade n’a pas changé de place ce que confirme le plan de 1791 ; les dimensions de l’église n’ont donc pas varié.

35Pour le reste de l’église, un puissant blocage, en pierres des Monts d’Or, est venu renforcer les bras du transept ; au nord, la présence d’un enduit suggère l’existence d’un passage couvert vers Sainte-Croix ou d’une chapelle latérale. Une barrière de chœur fut installée au-dessus de l’ancienne cuve baptismale. En dernier lieu, une réfection de sol porta sur l’ensemble de l’église désormais couverte d’un carrelage de tomettes hexagonales posées sur un mortier gris (h = 166,45 m NGF). On trouve aussi de grandes dalles calcaires, semblables à celles qui, sur le recueil de la collection Marduel, apparaissaient dans l’abside.

36L’abbé Sachet signale un « clocher du côté du vent », un vestibule « où se tenaient les catéchumènes et où se faisait la réconciliation des pénitents » ainsi qu’une chapelle Saint-Michel établie, avant 1350, à l’entrée « au-dessus des voûtes » (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 45‑47). Un narthex aurait prolongé l’église au-dessus des fondations anciennes, ce qui expliquerait que le mur carolingien occidental ait été reparementé d’un mortier grisâtre et le sol surhaussé. Si l’on en croit les gravures des XVIe-XVIIe siècles et le plan de 1791, l’église était précédée par une sorte de couloir de la largeur d’une travée puis par un porche de même largeur que l’église, qui arrivait au niveau de la façade de Saint-Jean et qui ouvrait par une porte centrale assez grande (De Tristibus Galliae carmen, BML, fonds général, ms. 156, f° 3) (fig. 155). On pourrait d’ailleurs s’interroger sur l’ancienneté de cette construction occidentale qui aurait pu s’installer au-dessus de l’ancienne façade de Saint-Étienne.

4.2.1.2. Sainte-Croix* : la reconstruction du XVe siècle

37À une date inconnue, mais antérieure à 1273 (première mention d’un custode, prêtre chargé du culte), Sainte-Croix devint église paroissiale (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 48 ; Picard 1994 : 280). L’église, dont le culte était assuré par deux custodes, chanoines de second rang, menaçait ruines en 1397 (ADR, 10 G 1810). Elle fut reconstruite, entre 1444 et 1452 (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 45‑48 ; ADR, 10 G 1600 et 1612), grâce à un financement de 300 florins du chapitre de Saint-Jean, par « maître Antonio Montringe lathomus », grâce aux revenus du « petit pardon » accordés pour deux ans par le chapitre et aux arriérés de plusieurs pensions (ADR, 10 G 1810). De nombreuses chapelles furent installées le long des bas-côtés et de nombreux autels furent adossés aux piliers de la nef (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 51‑54). La construction d’un portail sumptuosum, situé en avant de l’église (sans doute à l’ouest) et près de la grande voie, est signalée en 1531. Un plan du cimetière, qui s’étendait à l’est de l’église, fournit le dessin de l’abside polygonale et de l’amorce des bas-côtés (fig. 156).

Fig. 156 – Sainte-Croix : plan du chevet et du cimetière voisin (ADR, 1 B 6).

Fig. 156 – Sainte-Croix : plan du chevet et du cimetière voisin (ADR, 1 B 6).

38Avant leur démolition en 1974, nous avons retrouvé et fait relever les vestiges de l’église conservée en élévation, après la Révolution, à l’intérieur dans les immeubles construits entre Saint-Jean et le palais de Justice (fig. 6, 151 et 152). En partie repérés par l’abbé Sachet (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 64‑66 ; 1918 : 571), subsistaient en élévation, et presque jusqu’au sommet des murs, les piliers, les grandes arcades de deux travées de la nef ainsi que les parties latérales de l’abside polygonale avec des fenêtres hautes en lancettes (fig. 157, 158 et 210 infra). Des sépultures en coffres de bois, des caveaux maçonnés ainsi que des charniers occupaient le sous-sol de l’église. En 1983, les travaux d’élargissement de l’égout, installé en 1939 rue Mandelot, ont fourni le relevé de deux coupes transversales nord-sud (fig. 157).

Fig. 157 – Sainte-Croix : vue du chantier en 1977 (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 157 – Sainte-Croix : vue du chantier en 1977 (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 158 – Sainte-Croix : élévation du mur gouttereau nord en cours de démolition (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 158 – Sainte-Croix : élévation du mur gouttereau nord en cours de démolition (ÉRA 26 CNRS).

39Quelques vestiges de l’église également connus de A. Sachet sont encore conservés en élévation, à l’ouest de la rue Mandelot : dans un garage (maintenant chambre d’hôte) du 4, on pouvait encore voir les bases d’un pilier de la nef gothique, dans la cour du 39 de la rue Saint-Jean au rez-de-chaussée et à l’étage du même immeuble, sont reconnaissables les traces d’une travée supplémentaire, la terminaison du mur gouttereau nord et l’emplacement de la fenêtre de la première travée du bas-côté ; dans la cour du 6 de la rue Saint-Étienne, est conservée une partie de l’arc nord d’un porche de façade.

Données archéologiques

40Les fondations carolingiennes ou romanes furent renforcées, en conservant toujours des parties anciennes, en particulier au nord-ouest et à l’est.

Abside et chœur (fig. 159 à 162)

41Le plan du cimetière de Sainte-Croix, antérieur à la démolition de l’église, permet de reconstituer les cinq pans coupés de l’abside, dont seuls les deux pans coupés extrêmes étaient conservés en élévation. Avant la démolition des immeubles contenant les vestiges de l’église, la fouille a montré que le chevet avait été agrandi de plus de 2 m vers l’ouest, au-delà des grands blocs de calcaire du Midi. Un nouveau ressaut, à h = 165,70 NGF, fait passer les murs à 1,25 m d’épaisseur. Au-dessus des fondations s’élevait le mur à pans coupés de l’abside de 0,80 m d’épaisseur, renforcé de quatre contreforts d’assez forte saillie (0,90 m) ; une porte ouvrait vers le sud. Chaque pan coupé était percé de fenêtres de 2,20 m de largeur et 8,50 m de hauteur qui étaient divisées en deux lancettes par un meneau central, constitué d’éléments de faible section (0,20 m) et reliés entre eux par des tiges de plomb, formant tenons. Elles se terminaient par une petite rosace mais dans leur partie basse, elles avaient été obstruées par une maçonnerie destinée à recevoir les immenses tableaux qui apparaissent sur la peinture de la collection Marduel. La dernière travée à l’est était de dimensions plus réduites et se distinguait nettement des autres par son élévation, si l’on en croit le document du XVIIIe siècle comme les données archéologiques qui ont mis en évidence un arc de faible hauteur (4,50 m) au profil surbaissé. Les voûtes de l’abside et du chœur culminaient à plus de 16 m de hauteur. Sur le plan du groupe épiscopal, F.‑R. Cottin figure une porte à l’extrémité orientale du bas-côté sud et des chapelles latérales au sud comme au nord de l’église. Deux indices corroborent l’existence de ces chapelles : au sud, le plan du cimetière paroissial (ADR, 10 G 1681) et au nord, l’amorce d’un mur nord-sud plaqué contre le mur gouttereau au niveau de la rue Mandelot.

Fig. 159 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de l'abside (parements nord et sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 159 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de l'abside (parements nord et sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 160 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de l'abside (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 160 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de l'abside (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 161 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de la nef centrale (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 161 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de la nef centrale (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 162 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de la nef centrale (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 162 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de la nef centrale (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
Les nefs

42Seule la nef centrale était relativement bien conservée alors que les murs gouttereaux des collatéraux avaient été presque entièrement détruits : ne subsistaient que leur départ à l’est, de part et d’autre du chœur, un court segment sous la rue Mandelot (partie haute du mur avec un renfort intérieur) et, pour le mur gouttereau nord, une élévation dans un appartement au rez-de-chaussée et une grande arcade à l’étage avec la trace d’une fenêtre du bas-côté visible dans la cour du 39 de la rue Saint-Jean.

43La nef centrale avait été englobée dans un immeuble construit au XIXe siècle (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 64‑66). Nous avons pu procéder à un décapage systématique des murs et avons constaté que la sixième travée était en effet conservée en élévation, jusqu’au-dessus des fenêtres hautes, soit sur plus de 16 m de hauteur. Les piliers étaient distants d’environ 5 m et la nef avait 10 m de largeur ; leurs fondations, tantôt circulaires (2,90 m de diamètre) (deux d’entre elles sont encore visibles sur place), tantôt presque carrées (2,80 m à 2,40 m), étaient construites en appareil irrégulier et liées par un mortier gris ; elles se terminaient au niveau du sol à h = 166,40 m NGF. Les piliers en place à l’intérieur de l’immeuble avaient été bûchés latéralement, au nu des murs de l’entrepôt, mais les deux piliers, partiellement conservés dans le garage de la rue Mandelot, comportent encore les nombreuses moulures prismatiques des colonnes et colonnettes engagées, correspondant à la retombée des doubleaux et des ogives de la nef centrale et des bas-côtés. Ces bases ont permis de reconstituer le dessin des piliers (un des arcs a été reconstitué sur place avec quelques claveaux d’origine) (fig. 163). Les grandes arcades, nettement brisées et encore couvertes de leur peinture d’origine (polychromie de rouge, bleu, vert et jaune), s’élevaient à environ 8 m de hauteur (fig. 164). Les fenêtres de la nef étaient plus petites que celles de l’abside (4,80 m à 1,80 m). Les moulures des piliers se recourbant sans aucune interruption pour constituer les grandes arcades, la nef centrale ne comprenait donc aucun chapiteau. Seule trace de décor sculpté, un chapiteau à feuillage était conservé au-dessus de la sixième et dernière travée. Au-dessus des fenêtres apparaissait l’arrachement des arcs formerets qui supportaient, autrefois, la retombée des voûtes d’ogives, sans doute très simples et quadripartites, qui devaient culminer à 16,50 m.

Fig. 163 – Sainte-Croix : relevés de bases de colonne, au 4 rue Mandelot (archive ÉRA 26 CNRS).

Fig. 163 – Sainte-Croix : relevés de bases de colonne, au 4 rue Mandelot (archive ÉRA 26 CNRS).

Fig. 164 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef avec polychromie d’origine (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 164 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef avec polychromie d’origine (ÉRA 26 CNRS).

44Le mur gouttereau sud, conservé uniquement sous la rue Mandelot, était construit au-dessus du mur mérovingien, carolingien et roman et ses dernières assises supérieures étaient en petit appareil, lié par un mortier gris au sable fin (1 m d’épaisseur comme le mur roman) ; une dalle à h = 166,70 m NGF pourrait constituer les vestiges du seuil d’une porte, assurant la communication avec Saint-Étienne ; de grandes dalles calcaires du sol de l’église étaient conservées à l’intérieur de l’immeuble de la rue Mandelot. Par précaution, le mur gouttereau nord, construit en surplomb au-dessus de grandes dalles du mur carolingien, avait été repris en sous-œuvre (même mortier gris). Comme pour l’église romane, les murs n’étaient pas parallèles et convergeaient vers l’est. Sur le flanc nord de l’immeuble de la rue Mandelot, apparaît, sous le crépi moderne, la trace de la fenêtre du bas-côté de la première travée qui permet de situer les voûtes des bas-côtés à environ 8,50 m de hauteur.

Clocher

45L’emplacement de ce clocher, muet comme celui de Saint-Étienne, n’est pas assuré. Sur le Plan scénographique, A. Sachet et F.‑R. Cottin (SAAL) (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 57) le situent près de l’abside au nord de la travée aveugle que nous avons relevée (fig. 160). Une deuxième hypothèse, moins fiable, ferait du mur nord-sud, appuyé contre le mur gouttereau nord de l’église et reconnu sur 2 m de longueur, le mur est du clocher ; le mur nord serait encore visible au début de la rue Sainte-Croix avec une anomalie dans les niveaux supérieurs à environ 6 m de la rue Mandelot. Il s’agirait alors des parties hautes du clocher que l’on pourrait replacer au nord de la deuxième travée. C’est à cet emplacement qu’il figurerait sur la gravure de Simon Maupin, sur le plan de 1774 (AML, 2 S 540). Sa date de construction n’est pas connue mais sa représentation par Simon Maupin, assez précise, suggère une construction romane plus que gothique.

Jubé

46Un mur nord-sud dont les fondations sont construites en appareil irrégulier lié par un mortier gris atteint près de 2,60 m d’épaisseur (fig. 151) ; il est séparé en deux par un espace central non construit. Ces structures qui s’appuient contre les piliers de l’église pourraient appartenir par leur position centrale aux fondations d’un jubé, malheureusement non daté sinon comme postérieur à l’église du XVsiècle.

Façade occidentale et porche

47Dans la cour du n° 6 de la rue Saint-Étienne, un pilier mouluré et la moitié d’un arc nord-sud arcs encore apparents viennent confirmer l’emplacement d’un porche précédant la façade (fig. 165). Ce porche était encadré, en tout cas au nord et suivant le plan de 1774 (AML, 2 S 540), par une maison qui se retourne en façade sur la rue Saint-Jean et qui conserve la trace d’ouvertures des XVe-XVIe siècles.

Fig. 165 – Sainte-Croix : vestiges du porche dans la cour voisine (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 165 – Sainte-Croix : vestiges du porche dans la cour voisine (cliché J.‑P. Gobillot).
Reconstitution

48Grâce à ces vestiges et aux peintures de la collection Marduel (fig. 166), on peut reconstituer, avec fiabilité, une église très simple voire austère, à trois nefs et six travées prolongées par une abside polygonale à l’est et un porche à l’ouest (fig. 167) ; un jubé devait séparer les nefs en deux.

Fig. 166 – Sainte-Croix : vue intérieure au XVIIIe siècle (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).

Fig. 166 – Sainte-Croix : vue intérieure au XVIIIe siècle (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).

Fig. 167 – Sainte-Croix : reconstitution de l’édifice (XVe siècle) (DAO G. Macabéo).

Fig. 167 – Sainte-Croix : reconstitution de l’édifice (XVe siècle) (DAO G. Macabéo).
Sépultures

49De nombreuses tombes sont venues couper le sol de tuileau de l’église carolingienne, sous la rue Mandelot. Un caveau, assez bien conservé, s’appuyait contre les fondations d’un pilier de la nef, à proximité du jubé (fig. 168). De 2,46 m de longueur sur 2 m de largeur (espace réduit par deux arcs latéraux qui supportaient une voûte) et 2 m de hauteur, il comportait un escalier qui assurait l’accès par le nord. Un petit voûtain, facile à construire et à détruire, pour faire passer un nouveau cercueil, fermait l’accès et servait de support à l’épitaphe. Son extrémité nord, retrouvée sous la rue Mandelot, atteste sa postériorité par rapport aux piliers gothiques. Un second caveau avait conservé un sol de tomettes et un petit escalier latéral. Ces caveaux, proches de ceux de Saint-Just, se situaient entre le XVe et le XVIe siècle.

Fig. 168 – Sainte-Croix : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (quatrième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 168 – Sainte-Croix : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (quatrième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

50L’église qui avait la fonction d’église paroissiale, avait donc, au milieu du XVe siècle, une longueur totale de 41,50 m et une largeur de 18,75 m à l’extérieur des murs ; un porche s’appuyait contre la façade occidentale. Il nous manque le dessin des voûtes et on ne connaît qu’un chapiteau de la partie orientale de l’édifice. L’absence presque totale de chapiteaux, le profil des arcs et les moulurations des piles, indique une période avancée du XVe siècle mais l’austérité d’ensemble est également le reflet d’un conservatisme certain et d’une ignorance presque totale du gothique flamboyant qui, peu après, s’épanouit dans la chapelle des Bourbons de la cathédrale Saint-Jean (1486). Le milieu du XVe siècle, date fournie par les textes, s’applique donc bien à l’édifice qui était encore partiellement conservé en élévation, avant sa démolition définitive en 1974.

4.2.2. Les églises collégiales

51Mis à part Saint-Nizier, rares sont les églises entièrement reconstruites. Les travaux concernent surtout l’achèvement de campagnes de construction (Saint-Jean, Saint-Just), des aménagements de chevets (Saint-Georges), des façades (Saint-Just) ou la construction de chapelles latérales. À Saint-Paul, l’église fut conservée et les chanoines se sont contentés de rhabiller l’édifice pour le mettre au goût du jour, de transformer le clocher-porche roman en un clocher gothique et d’ajouter de nombreuses chapelles.

4.2.2.1. Saint-Just* : l’église gothique

52Le XIIIe siècle constitue le siècle d’or du chapitre de Saint-Just. Les chanoines accueillent le pape Innocent IV lors du premier concile de Lyon en 1244 (12451995). En 1305, le pape Clément V se fit couronner à Saint-Just et c’est lors de la descente du Gourguillon que la suite du pontife fut affectée par l’écroulement d’un mur, au niveau de la place de Beauregard.

53On ne trouve guère d’indices laissant supposer une complète remise à neuf de l’église à l’époque gothique, mais les indulgences accordées par le pape Innocent IV en 1245, puis à plusieurs reprises par Alexandre IV, suggèrent une continuité dans les travaux (Guigue 1885‑1893 : I, n° 413, 420, 466, 467, 523‑526, 530). On peut considérer qu’à Saint-Just, comme à Saint-Jean ou à la cathédrale de Genève, les travaux se sont poursuivis pendant plusieurs générations, en particulier dans les parties hautes, qui ont dû être voûtées tardivement. On pourrait aussi envisager que, seules les premières travées et la façade ont pu, soit être construites à l’époque gothique, soit avoir été reprises. On constate en effet, nous l’avons vu, des changements de mortier à partir de la deuxième travée et, de même, tout près du niveau du sol de l’édifice, un changement dans les mortiers du mur de façade. Par ailleurs, un grand nombre de fragments sculptés, retrouvés dans les remblais de démolition par Rogatien Le Nail, appartiennent à la fin du Moyen Âge. En élévation, et sans doute surtout à l’ouest, mais aussi sur les flancs de l’église, les travaux se sont donc poursuivis tout au long du XIIIe siècle et la parure décorative s’est enrichie jusqu’à la destruction en 1562.

54Le procès-verbal des dommages a été effectué par les officiers du baron des Adrets : il comprend un inventaire du trésor et des bâtiments qui constitue un apport précieux pour la reconstitution de l’église (Guigue 1879). On peut en déduire que la façade était flanquée de deux tours carrées et était percée de cinq portes décorées de sculptures. L’iconographie de la porte centrale est précisée : le Christ avec l’Agneau à ses pieds et six grandes statues de chaque côté, au sud saint Épipoy, saint Jean l’Évangéliste, au nord saint Irénée et dans des niches saint Alexandre, saint Jean-Baptiste et saint Just, saints patrons que Saint-Just se partageait avec Saint-Irénée. Le chœur de l’église était garni de 86 stalles et la châsse de saint Just en albâtre reposait derrière l’autel sur quatre colonnes. Les reliques du saint avaient été relevées en 1292 par l’archevêque de Vienne. Parmi les nombreuses reliques, les plus célèbres étaient la rose d’or d’Innocent IV et le buste de saint Just, œuvre de Pierre de Vézelay en 1330 (Guigue 1879 ; Martin 1908‑1909 : vol. 1, 153‑154). La chapelle du Corps de Dieu avait été fondée en 1489, celle de la Croix peu avant et les archives conservent la trace de la construction d’une chapelle dans le cloître du « costé du vent et mydi » (ADR, 12G 470).

55À l’intérieur de l’église et au milieu de la quatrième travée, un mur nord-sud était suffisamment fondé pour supporter une structure en élévation. Un jubé traversait donc l’église, entre deux piliers de l’église romane. Comme il s’appuie sur les fondations d’un pilier roman et est postérieur à la barrière de chœur d’époque romane, qu’il englobe un caveau situé dans l’axe de l’église, on pourrait le situer entre le XVe et le XVIe siècle.

56Si au nord, une chapelle n’est que partiellement connue, nous avons eu la preuve de l’existence de deux chapelles latérales installées sur le flanc sud de l’église : le long de la quatrième travée, une chapelle, dont seules subsistent les fondations, est intégralement conservée en plan. Un indice de datation nous est fourni par un contrefort biais qui incite à placer cette chapelle aux XIVe-XVe siècles (fig. 26 et 171).

57À l’intérieur de l’église, une seule sépulture a été conservée entre les deux piliers du bras nord du transept. Le squelette reposait sur une fine couche de mortier et un « pégau » à glaçure plombifère, datable du XIIIsiècle, avait été déposé près de la tête du défunt. Plus significatifs et monumentaux sont les caveaux trouvés à l’intérieur et à l’extérieur de l’église. De plan rectangulaire (environ 2 m) de long sur 1,10 à 0,70 m de large, ils étaient couverts d’une dalle ou d’une voûte en général disparue.

58Le caveau, installé sous la troisième travée, a été construit à proximité d’un pilier roman. Assez vaste (2,25 m par 1,20 m et environ 1,30 m de profondeur), il se distinguait par l’amorce de sa voûte encore en place (amorces latérales faites de pierres posées en oblique) et par un escalier, d’accès assez raide, qui avait conservé deux marches et demie sur les quatre marches d’origine, très étroites (0,20 m) et très hautes (0,30 à 0,40 m), placées dans l’axe de sa longueur. Seul l’intérieur était parementé et couvert d’enduit ; le fond était constitué d’un mince radier lié par du mortier (fig. 169).

59Le caveau situé au sud de la quatrième travée (fig. 170) était du type le plus simple, rectangulaire, de près de 2 m de long et de 1,10 à 0,70 m de large. Construit en tranchée étroite, il ne présentait qu’un parement intérieur et l’épaisseur de ses parois variait de 20 à 30 cm. Le fond était recouvert de tomettes carrées d’environ 0,45 m de côté. L’accès se faisait par un petit escalier de quelques marches. On ignore tout de la couverture.

Fig. 169 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (troisième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 169 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (troisième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 170 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique au sud de l’église (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 170 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique au sud de l’église (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

60Les caveaux les plus intéressants ont été mis au jour à l’extérieur de l’église, entre la chapelle latérale sud et le grand mur perpendiculaire à l’église (fig. 171). On peut supposer qu’ils étaient protégés par une structure légère puisque l’espace qui les entourait était dallé. Ces deux caveaux situés côte à côte ont été construits en même temps. À partir d’un sol à h = 251,64 m NGF (un peu en contrebas du sol de l’église romane), le caveau méridional était profond de 1,40 m, long de 1,95 m et large de 1,15 m ; les deux caveaux s’évasaient en profondeur et étaient plus larges à la base qu’au sommet. Le caveau septentrional, mieux conservé, avait 1 m de largeur à l’ouverture et 1,40 m à sa base. Il était couvert d’une pierre tombale de 2 m de long qui portait deux inscriptions associées à deux blasons : à l’est, celle du défunt Philibert Josserand, notaire mort en 1406, et à l’ouest celle de Jean Josserand, chapelain mort en 1429 (fig. 171 et 172). La fouille du caveau réalisée par D. Bayrou a livré 13 squelettes allongés, les bras croisés sur la poitrine et sans doute inhumés dans des cercueils (grande quantité de clous) (Bayrou 1972), Les plus grands caveaux pouvaient donc abriter les sépultures de toute une famille et l’accès devait en être facilité par un escalier latéral ou axial.

Fig. 171 – Saint-Just : coupe du caveau Josserand avec sa situation (XVe siècle) (Bayrou 1972 ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 171 – Saint-Just : coupe du caveau Josserand avec sa situation (XVe siècle) (Bayrou 1972 ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 172 – Saint-Just : inscription funéraire de Josserand (1419) (Bayrou 1972).

Fig. 172 – Saint-Just : inscription funéraire de Josserand (1419) (Bayrou 1972).

61Le bâtiment construit au sud du transept (salle du chapitre ?) était toujours utilisé comme l’indique un sol de tomettes établi à h = 251,39 m NGF.

4.2.2.2. Saint-Georges

62Pour Saint-Georges, église reconstruite au XIXe siècle, nous ne disposons que de données textuelles et iconographiques : au XVe siècle, Louis Chamand, marchand d’Aigues-Mortes, légua 2 000 écus d’or au trésor de Rhodes, à charge d’y fonder une chapellenie, et en 1481 le pape Sixte IV confirma la dotation d’un chapelain perpétuel. En 1492 Humbert de Beauvoir, commandeur des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, passe « priffaict » avec Henri Bertrand pour restaurer l’église « fort ruineuse […] fort antique […] difforme […] pour abattre le presbytère (le chœur) […] le refaire tout neuf à cinq pans et quatre ogives […] retailler les piliers du chœur et de la nef […] voûter les deux allées […] des deux bas-côtés […] en chacune des allées cinq fenêtres » (ADR, 48 H 2789) (Tricou 1945 : 44‑50). L’abside, qui apparaît sur un document de la fin du XVIIe siècle, était éclairée de grandes lancettes (fig. 126) et le chœur aurait été pourvu de « curieux pendentifs », aujourd’hui disparus (Vachez 1887 : 62‑64). Dans l’ouvrage de L. Boitel, Lyon ancien et moderne, F.‑Z. Collombet, qui avait encore sous les yeux la partie orientale de l’édifice, mentionne ses clés pendantes et compare le sanctuaire gothique de Saint-Georges au chœur de Notre-Dame de Brou (ou plutôt de Bourg-en-Bresse) (Boitel 1838‑1843 : II, 78). Rogatien Le Nail restitue une petite église romane à trois nefs, un clocher-porche dont le dessin, faute de documents anciens, est discutable, mais aussi une abside gothique à grandes verrières surmontée d’un clocheton (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 387 ; Vingtrinier 1901b : 9). À partir du constat de Marcel Grandjean, historien genevois, et de l’hypothèse de Paul Cattin, ancien archiviste de l’Ain, que les églises de Notre-Dame de Bourg-en-Bresse et de Saint-Georges de Lyon, construites à la même époque, présentaient des absides similaires et étaient toutes deux pourvues de clés pendantes, nous avons pensé, en croisant nos données, qu’elles avaient eu le même architecte Bernard Henriet. Celui-ci, après avoir travaillé à Saint-Georges, vint en effet sur le chantier de l’église de Notre-Dame en 1509 (AM de Bourg-en-Bresse, BB 24) ; il fut aussi présent sur le chantier de l’église de Brou dont il dirigea les travaux à partir de 1512 en succédant à Jehan Pérréal (Archives du Nord, B 2225) (Charvet 1899 : 188 ; Audin, Vial 1918 : 488).

4.2.2.3. Saint-Nizier

63L’église romane ne fut remplacée qu’au cours du XVe siècle, par un édifice devenu le symbole de la ville bourgeoise, et donc capable de rivaliser avec toutes les autres églises de Lyon, comme le montre la Grande Vue de Simon Maupin qui nous aide également à situer les églises des pentes de la Croix-Rousse et de la Presqu’île (fig. 127 et 173).

Fig. 173 – Grande vue de Lyon par S. Maupin : les pentes de la Croix-Rousse et les Terreaux (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP, D 133, P. Clavel).

Fig. 173 – Grande vue de Lyon par S. Maupin : les pentes de la Croix-Rousse et les Terreaux (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP, D 133, P. Clavel).

64Pour ne pas laisser de côté la seule église conservée de la fin du Moyen Âge (fig. 174), nous rappelons que, paroissiale depuis 1173, elle aurait été incendiée en 1253 par les « Pauvres de Lyon » (Vaudois) mais cet évènement n’est pas référencé. Au XIIIe siècle, les chanoines disparaissent et les textes mentionnent, en 1251, le recteur et les clercs de l’église (Chopin in Reveyron 2005 : 212).

Fig. 174 – Saint-Nizier : plan de l’édifice à la fin du XVIIe siècle (Reveyron 2005 : 166, fig. 79).

Fig. 174 – Saint-Nizier : plan de l’édifice à la fin du XVIIe siècle (Reveyron 2005 : 166, fig. 79).

65En décembre 1251, sur le chemin du retour de Lyon à Rome, le pape Innocent IV accorda des indulgences aux fidèles venus prier à Saint-Nizier, sur la tombe de saint Ennemond (Les registres d’Innocent IV 1897 : 32). En 1306, l’archevêque Louis de Villars créa un collège de 16 chanoines et accorda des indulgences à ceux qui contribueraient à la construction de l’église. En 1308, lors d’une enquête destinée à éclaircir la question de l’emplacement du corps du saint, les chanoines prétendirent que leur église était la cathédrale primitive, qu’elle avait été ensuite placée sous le vocable des Apôtres et qu’ils possédaient le corps de saint Ennemond ; ils prétendirent enfin que leur église avait abrité le plus ancien culte à la Vierge. Lors du procès de 1456, le tombeau du saint était devant l’autel majeur (ADR, 27 H 32‑37 ; Chopin in Reveyron 2005 : 170).

66En fait, l’église fut d’abord l’objet de réparations : le sanctuaire fut réparé, au milieu du siècle, grâce aux dons de l’archevêque Henri de Villars, mais le pape Clément VII dut distribuer des indulgences pour le reconstruire après son effondrement ; N. Reveyron suggère que la chapelle sud du chœur conserve des traces de cette construction (Reveyron 2005 : 171‑174). Le reste de l’édifice dut attendre la fin des conflits locaux et nationaux.

67On ignore quand débutèrent les travaux de construction de la nouvelle église. Quant à son achèvement, l’autorisation donnée aux chanoines, en 1452, d’utiliser des « choins » en provenance de Fourvière (collia) pour les fondations de la tour nord, annonçait la fin prochaine du gros œuvre (ADR, 10 G 1810 ; Guigue 1880b : 5). On peut donc supposer que l’essentiel des parties basses de l’édifice remonte à la première moitié du XVe siècle comme le montrent encore les remplages des fenêtres basses de l’abside et la construction de chapelles qui débuta au milieu du XVsiècle.

68L’édifice, qui a traversé les siècles, a conservé un plan typiquement lyonnais qui pourrait d’ailleurs reprendre en partie le plan de la basilique primitive, dans la même progression qu’à Saint-Just, c’est ce que suggère la présence d’un transept débordant et de trois nefs, avec à l’est une abside simple greffée directement sur le transept, et englobant la chapelle funéraire devenue souterraine. À titre de comparaison encore, les remplages des voûtes à liernes et tiercerons apportent la preuve de la forte prégnance du gothique flamboyant en ce début du XVIe siècle.

4.3. Les églises des anciens et des nouveaux ordres religieux

69L’activité constructive des anciens ordres religieux n’a guère laissé de traces, si l’on excepte la construction de Saint-Bonaventure et de chapelles annexes. De nombreuses églises et bâtiments conventuels appartenant aux nouveaux ordres religieux, mendiants, hospitaliers, militaires furent construits et reconstruits entre le XIIIe et le XVe siècle avant d’être encore une fois reconstruits aux XVII‑XVIIIe siècles, pour finalement disparaître à la fin du XVIIIe siècle.

4.3.1. Les anciens ordres religieux

70Les anciens ordres religieux connaissent des moments difficiles accentués par la mise en commende. Au XVe siècle règne pourtant une certaine animation à l’abbaye de l’Île-Barbe, grâce à la procession fluviale qui y débarquait à l’occasion de la fête de l’Ascension et à la gloire du roi, preuve aussi du rôle de la rivière Saône dans l’histoire de la ville (Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 317‑318).

71Des chapelles annexes sont également construites comme, à l’Île-Barbe, la chapelle Saint-Jean-Baptiste, accolée au mur nord de la salle du chapitre (aujourd’hui propriété privée), ou comme à Saint-Pierre des Terreaux les chapelles Sainte-Anne (qui existe en 1339), Saint-Saturnin (commencée au XIIIe siècle, achevée au XIVe) (Picot 1970 : 65).

72À Saint-Martin d’Ainay, deux chapelles remontent au XVe siècle : la chapelle Notre-Dame-des-Anges aujourd’hui disparue et la chapelle Saint-Michel, encore conservée.

73La chapelle Notre-Dame-des-Anges ou du cloître, construite en 1497 et laissée à l’abandon après le passage des protestants, fut restaurée grâce au legs d’un prêtre. Un grand caveau y fut construit en 1766‑1767. Elle fut détruite en 1791 pour laisser la place à la rue du Puits-d’Ainay, puis rue Bayard et aujourd’hui rue Adélaïde-Perrin, du nom de la fondatrice de l’hospice des Incurables, construit au nord de l’église, à l’emplacement des anciens bâtiments abbatiaux.

74Située au nord-est de l’abbatiale, la chapelle actuellement dédiée à l’archange saint Michel aurait succédé, peut-être en 1107, si l’on en croit J.‑M. de La Mure, repris par Clapasson, à une chapelle consacrée par le pape Pascal II à la Conception de la Vierge (Chagny 1935 : 249‑255) ; on peut aussi n’envisager que la consécration d’un autel dédié, par le pape, à la Vierge. La chapelle actuelle construite dans la seconde moitié du XVe siècle, constitue un des rares vestiges du gothique flamboyant à Lyon (Reynaud et al. 2016 : 64‑65).

75Encore plus à l’ouest, le palais abbatial et, sur son flanc nord, sa chapelle, avaient été construits par l’abbé Théodore du Terrail (1461‑1505). Ce palais sans doute de belle taille et confortable abrita les abbés commendataires comme Camille de Villeroy, abbé et gouverneur de la ville et les rois de France en visite à Lyon (fig. 130) ; on en voit le plan sur la rente noble d’Ainay. Il disparut à la Révolution.

76Nous serons bref, faute de documentation, sur le monastère bénédictin de femmes installé en amont de Bourgneuf à la Chana (fig. 1, n° 8). Pour M.‑C. Guigue, la communauté sous la règle des Augustins fut transformée en monastère bénédictin à partir de 1377 ; on sait par le testament de l’archevêque Jean de Talaru (1392) « que de ses deniers », il éleva leur église ou plutôt reconstruisit un édifice peut-être détruit en 1369. Le monastère fut supprimé en 1482 par le cardinal de Bourbon et il n’en reste rien.

4.3.2. Les ordres nouveaux

77Le peu que l’on en sait nous aide à comprendre la topographie urbaine, puisque leurs églises se sont installées à l’extérieur de la ville : les Carmes, les Augustins et les Clarisses, au nord de la paroisse de Notre-Dame de la Platière ; les Cordeliers, les Jacobins et les Célestins, au sud de la ville où ils occupèrent une superficie importante pour englober les jardins nécessaires à leur subsistance (fig. 69 et 150).

78Les églises sauvées de la destruction, comme Saint-Bonaventure, l’église des Cordeliers, reconstruite au début du XIVe siècle, et les données fournies par les documents iconographiques, nous renseignent sur une architecture destinée à la prédication. B. Gauthiez pense également que les places dégagées en avant de leur façade avaient pour but de rassembler de grandes foules (Conférence aux Amis de Saint-Martin d’Ainay du 6 février 2018). Elles contribuent également, avec les églises disparues, comme les Cordeliers de l’Observance ou les Jacobins, à une meilleure appréciation de l’arrivée et de l’essor du gothique flamboyant qui s’épanouit à Lyon à la fin du XVe siècle.

4.3.2.1. Les Clarisses de la Déserte

79L’acte de fondation de 1304 installa, près de la porte Saint-Vincent et au lieu-dit la Déserte, des Clarisses qui accrurent leur patrimoine tout au long des XIVe et XVe siècles avant de passer en 1503 sous la règle de saint Benoît (fig. 1, n° 27 et fig. 173) (Cottin 1990). Le Plan scénographique et la Grande Vue de Simon Maupin représentent une église à nef unique de trois travées, pourvue d’un petit clocher au nord-ouest et terminée, à l’est, par un mur plat percé de trois lancettes et d’une petite rosace (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 323‑325 ; Cottin 1990). Les bâtiments conventuels furent reconstruits, au début du XVIIe siècle, par l’abbesse Marguerite de Quibly, mais l’église ne changea pas de plan (ADR, 1 Pl 112). Ayant été supprimé en 1790, le couvent fut partiellement détruit en 1813 et définitivement en 1902, mais un plan antérieur à la destruction figure encore deux galeries de cloître et le réfectoire (Chuzeville 1998 : 14).

4.3.2.2. Les Carmes

80Installés à Lyon, en 1291, au pied de la Croix-Rousse (rue Terme actuelle) et à proximité de l’hôpital Sainte-Catherine, les Carmes étendirent progressivement leur domaine avec l’appui du pape Clément V qui accorda une indulgence pour ceux qui visiteraient leur église (fig. 1, n° 29). L’église, commencée en 1310 et achevée en 1376, ressemblait, d’après J.‑B. Martin, à Saint-Bonaventure (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 374‑378). D’après P. Saint-Olive, les Carmes rebâtirent leur église, entre 1495 et 1496, sous le vocable de Notre-Dame du Mont-Carmel, église qui était le lieu de sépulture des Gênois ; d’autres travaux concernèrent les bâtiments conventuels, dont un cloître au nord (Saint-Olive 1864). Le Plan scénographique confirme la présence d’un clocher sur le flanc nord-est de l’église ; le dessin de Lyon vu depuis la colline de la Croix-Rousse par l’anonyme Fabriczy (Stuttgart, Staatsgalerie) et la Grande Vue de Simon Maupin (fig. 173) suggèrent une grande église à nef unique de cinq travées, terminée par une abside, soit polygonale soit semi-circulaire, et bordée de chapelles, prévues dès l’origine et ouvrant directement sur la nef, ce que confirmerait la gravure du XVIIe siècle, présentée par J.‑B. Martin. Certains bâtiments subsistèrent jusqu’au début du XXe siècle (fig. 175) ; un pilier isolé est encore visible place de la Paix.

Fig. 175 – Les Carmes avant la démolition de 1902 (La Construction lyonnaise, 1er septembre 1904).

Fig. 175 – Les Carmes avant la démolition de 1902 (La Construction lyonnaise, 1er septembre 1904).

4.3.2.3. Les Augustins

81Au milieu du XIIIe siècle, les Augustins furent installés au nord de Lyon et en bord de Saône par l’archevêque Philippe de Savoie, mais l’église, construite à cette époque, fut remaniée au début du XVIe siècle et reconstruite à partir de 1756. Le Plan scénographique et la Grande Vue de Simon Maupin représentent une église de cinq travées à nef unique terminée par une abside polygonale et flanquée au sud par un clocher à deux étages terminé par une flèche ; un cloître la bordait au sud (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 186‑197 ; Chomer, Pérez 1982 : 134‑135).

4.3.2.4. Les Célestins

82Les Célestins, congrégation confirmée à Lyon par le pape Grégoire X, se sont installés en 1407, à l’emplacement des Templiers (fig. 1, n° 37), sur un vaste tènement en bord de Saône et sur un terrain donné par le comte de Savoie Amédée VIII (Bertrand 2005 ; Gaulin in Charansonnet et al. 2015 : 460‑467). L’église, sous le vocable de l’Annonciation, figure sur la vue de Saint-Jean par l’anonyme Fabriczy où elle est surmontée d’un petit clocheton, comme sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin. Deux autres plans apportent des renseignements précis : ceux de l’inventaire des archives des Célestins par le père Peccolet en 1750 et surtout le plan détaillé de Morand signalé par M.‑F. Pérez (AML, 2 S MO 20/2 et BML, fonds Coste, 263, t. 2, f° 222‑223 ; Chomer, Pérez 1982 : 55‑57 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, fig. 294 ; Pérez 1995) (fig. 176). Des archives relativement abondantes ont été étudiées lors des fouilles des années 1982‑1990, qui ont mis au jour une partie de l’abside gothique (Arlaud 2000 : 201‑213) (fig. 177). L’ancienne chapelle des Templiers aurait été restaurée au début du XVe siècle et le chevet reconstruit au milieu du siècle (Arlaud 2000 : 203‑206). Au sud de l’église, le cloître aurait été reconstruit au début du XVIe siècle après un incendie. L’église n’est guère décrite par A. Clapasson qui la déclare d’un gothique des plus communs (Chomer, Pérez 1982 : 55‑57). Les divers documents d’archives permettent de la reconstituer, à la suite de Rogatien le Nail (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 24), comme une église assez grande (43 m par 11 m) et haute (14,70 m pour la voûte de l’abside), à nef unique de quatre travées à l’origine, flanquée au nord de chapelles, peut-être prévues dès la première construction et terminée par une abside polygonale ; la façade occidentale était pourvue d’une rose récupérée sur la façade médiévale. La fouille a confirmé le caractère polygonal de l’abside renforcée de puissants contreforts (Arlaud 2000 : 203‑206) (fig. 177).

Fig. 176 – Les Céléstins : plan Peccolet (1750) (BML, fonds Coste, 263, t. 2, f° 222‑223).

Fig. 176 – Les Céléstins : plan Peccolet (1750) (BML, fonds Coste, 263, t. 2, f° 222‑223).

Fig. 177 – Les Célestins : plan de fouilles (Arlaud 2000 : 205, fig. 100).

Fig. 177 – Les Célestins : plan de fouilles (Arlaud 2000 : 205, fig. 100).

4.3.2.5. Les Jacobins ou Notre-Dame de Confort

83Consacrée par le pape Innocent IV en 1251 après des travaux commencés en 1244, elle fut reconstruite dans sa partie orientale, à partir de 1466, grâce à un financement par les Florentins (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 41‑50 ; Chomer, Pérez 1982 : 58‑65 ; Carta 2015) (fig. 1, n° 38 et fig. 178). À la suite d’A. Clapasson, les chercheurs italiens ont reconstitué une curieuse évolution de l’édifice : les Jacobins auraient hérité de la chapelle de Notre-Dame de Confort, d’axe nord-sud, ou « basse-église », qui serait devenue l’avant-nef de la grande église et dont ils auraient, à grands frais, refait la voûte ; au XVe siècle aurait été édifiée la grande église à trois nefs de cinq travées dont la plus orientale, qui constituait le chœur de l’église, était plus allongée que les autres et était fermée d’un jubé de marbre, œuvre des Florentins. Le XVIe siècle aurait vu la construction puis la destruction des chapelles latérales ainsi que la réfection du grand chœur (Chomer, Pérez 1982 : 58‑65 ; Gadille 1983 : 109 ; Iacono, Furone 1999).

Fig. 178 – Les Jacobins : plan Ramette (1709) (ADR, 3H/92/1).

Fig. 178 – Les Jacobins : plan Ramette (1709) (ADR, 3H/92/1).

84En fait la prétendue chapelle primitive n’est aucunement attestée et le père Ramette la considère à juste titre comme le « vestibule » de la première église (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 45) mais il est difficile de savoir quand cette église a été reconstruite et quelles ont été les parties concernées. Si l’on se contente des documents et si l’on examine les gravures de l’église en cours de démolition, comme la lithographie de Villain, il est évident que les chapiteaux au sommet des piliers, de même que les ogives de la nef centrale, appartiennent au gothique classique, peut-être à la première construction du XIIIe siècle (fig. 179 et 203 infra). L’église présentait des nefs spacieuses et élevées dont le plan et les dimensions auraient été proches de celles du premier état des Cordeliers. La partie orientale aurait été reconstruite et agrandie par les Florentins dans le dernier tiers du XVe siècle, avec comme terminus l’édification du clocher achevé à la fin du siècle (le bronze destiné aux cloches ayant été fourni par Charles VIII en 1495) (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 41‑46). Cette partie orientale de l’édifice évoque bien la fin du Moyen Âge avec ses contreforts élancés et les remplages des fenêtres hautes au tracé flamboyant. L’édifice figure avec précision sur la gravure de Lallemand (1785), sur la Grande Vue de Simon Maupin et sur le plan du père Ramette, dressé au début du XVIIIe siècle (1709) (fig. 178) (Delfante, Pelletier 2009 : 34‑35 ; Martin 1908‑1909 : vol. 1, 45). Faute de documents précisant la nature des travaux effectués par les Florentins, il est toutefois difficile d’en apprécier l’ampleur et la qualité. On peut seulement estimer qu’ils ont fait appel à des artisans locaux qui ont œuvré dans le style alors en usage à Lyon, le gothique flamboyant. Les chapelles du début du XVIe siècle, qui présentent tous les caractères de la Renaissance, seront évoquées dans le chapitre suivant.

Fig. 179 – Les Jacobins en démolition (début du XIXe siècle) : vue intérieure par H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 3224.11).

Fig. 179 – Les Jacobins en démolition (début du XIXe siècle) : vue intérieure par H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 3224.11).

4.3.2.6. Les Cordeliers (Saint-Bonaventure)

85On ne peut qu’être bref pour l’église Saint-Bonaventure (fig. 1, n° 34), la seule église des Mendiants encore conservée et qui a fait récemment l’objet d’une nouvelle étude (Quesnel 2016). La tombe de saint Bonaventure, général de l’ordre, mort à Lyon en 1274 (canonisé en 1482), attira très vite les pèlerins et l’église dut être reconstruite. Les travaux de cette seconde église commencèrent, en 1327, par le chevet et se prolongèrent par les nefs et la façade (Quesnel 2016 : 26‑31). Orientée nord-sud, sans doute pour des raisons topographiques, l’église, de grande taille, est typique des édifices franciscains par la simplicité d’une architecture dépourvue de transept et qui comporte une abside polygonale et trois nefs de neuf travées voûtées d’ogives quadripartites, un éclairage direct de la nef centrale et des chapiteaux aux formes géométriques simples ; au cours des XVe-XVIe siècles, des chapelles latérales ainsi qu’une tribune à l’ouest furent rajoutées par les confréries de corporations. Terminé en 1388, le sanctuaire fut construit au sud des trois nefs qui ne comportaient que cinq travées à l’origine (l’église n’est pas orientée) ; au XVe siècle, l’église fut agrandie de trois travées ; la façade, œuvre de Simon de Rovedis (1469‑1471) fut dédicacée en 1482. L’édifice atteignait alors 75 m de longueur et 18 m de hauteur. Il fut agrandi par des chapelles latérales construites aux XVIe et XVIIe siècles (plan et coupe de C. Cochet en 1797 in Chomer, Pérez 1982 : 78). Au début du XIXe siècle, l’église fut sauvée par sa transformation en église paroissiale mais le clos de Saint-Bonaventure disparut. Il comprenait, entre le Rhône et le chevet de l’église, un cloître et des bâtiments monastiques (réfectoire, dortoir, cuisine, infirmerie, chapelle des Confalons, jardins) ; l’ensemble, à l’origine clos de murs, est bien visible sur le Plan scénographique (Quesnel 2016 : 25‑26 et 44‑47).

4.3.2.7. Les Cordeliers de l’Observance

86Les réformateurs de l’ordre des Cordeliers fondèrent l’église de l’Observance, sur un terrain situé en bord de Saône et acheté, en 1492, à l’hôpital voisin des Deux-Amants. La première pierre de Notre-Dame-des-Anges fut posée par Charles VIII et Anne de Bretagne en 1493 (fig. 1, n° 6). L’édifice, qui fut achevé en 1496, présentait lui aussi, comme Saint-Bonaventure, faute de place entre la colline et la rivière, la particularité de ne pas être orienté (Pavy 1836 : 9‑10 ; Chenavard, Couchaud 1846 ; Guigue, Cartulaire municipal : 148 ; Niepce 1892 : 57‑58) (fig. 180 à 183). Le plan Roche et surtout les dessins d’A.‑M. Chenavard et A. Couchaud fournissent un relevé précis de l’église, de ses chapelles et du cloître au nord de l’église : la nef unique de 52,40 m de long sur 14,60 m de largeur à l’extérieur était épaulée, à l’est, par des chapelles latérales et par des arcs-boutants ; elle était voûtée d’ogives « en étoile » avec liernes et tiercerons, et dominée, à l’ouest, par un petit clocher près du chœur ; au sud, l’abside à trois pans était éclairée par des fenêtres aux remplages de style flamboyant, en forme de fleur de lys dans la chapelle d’axe (Hubert de Saint-Didier, musées Gadagne, N 2481.1 et N 2481.4). À l’ouest et au pied de la colline s’étendait un cloître bien visible sur certaines gravures, sur un tableau d’Hubert de Saint-Didier (musées Gadagne, N 3224 14) et de Fleury Richard (musée des Beaux-Arts de Lyon) (fig. 180).

Fig. 180 – Les Cordeliers de l’Observance : vue du cloître au début du XIXe siècle (tableau de F. Richard, musée des Beaux-Arts de Lyon, inv. 1988‑4-III‑12, cliché RMN, R.-G. Ojeda).

Fig. 180 – Les Cordeliers de l’Observance : vue du cloître au début du XIXe siècle (tableau de F. Richard, musée des Beaux-Arts de Lyon, inv. 1988‑4-III‑12, cliché RMN, R.-G. Ojeda).

Fig. 181a, b et c – Les Cordeliers de l’Observance : plan, coupe et élévation (Chenavard, Couchaud 1846 : pl. 4, 1, 3).

Fig. 181a, b et c – Les Cordeliers de l’Observance : plan, coupe et élévation (Chenavard, Couchaud 1846 : pl. 4, 1, 3).

Fig. 181a

Fig. 182 – Les Cordeliers de l’Observance : vue extérieure (Voyage pittoresque, 1824, BML, fonds Coste, est. 200).

Fig. 182 – Les Cordeliers de l’Observance : vue extérieure (Voyage pittoresque, 1824, BML, fonds Coste, est. 200).

Fig. 183 – Les Cordeliers de l’Observance : vue intérieure (H. de Saint-Didier, musées Gadagne, N 2481.1).

Fig. 183 – Les Cordeliers de l’Observance : vue intérieure (H. de Saint-Didier, musées Gadagne, N 2481.1).

4.4. Églises paroissiales et chapelles

87Des églises comme Notre-Dame de la Platière sont à la fois collégiales et paroissiales ; Saint-Laurent est l’église paroissiale associée à Saint-Paul, comme Saint-Saturnin à Saint-Pierre des Terreaux. À l’exception de la chapelle de Fourvière, ces édifices n’ont guère laissé de traces et ne sont connus que par des textes et par des documents iconographiques.

4.4.1. Saint-Michel d’Ainay

88L’église obtint des fonctions curiales, dans les années 1220, avec des limites paroissiales qui correspondaient à la seigneurie de l’abbaye d’Ainay (Chagny 1935 : 341‑350) (fig. 1, n° 41). Elle figure sur le Plan scénographique avec une abside percée de trois fenêtres et une nef unique ; sur la vue de G. Symeoni, elle paraît surmontée d’une sorte de coupole assez élevée (Symeoni 1559).

4.4.2. Saint-Pierre de Vaise

89En 1293, l’église du prieuré avait le titre de paroissiale (Charpin-Feugerolles, Guigue 1885 ; Guigue 1885‑1893 : II, 208, n° 27) (fig. 1, n° 5). D’après P. Bullioud, repris par L. Niepce, elle aurait été reconstruite en 1369 par les moines d’Ainay à l’époque de l’abbé Guillaume d’Oncieux, avec de nombreux remplois romains de l’ancienne église et de l’hôpital de la Chana, mais on peut se demander si P. Bullioud, qui ne cite pas ses sources, est fiable (Bullioud 1647 ; Niepce 1892 : 78‑81). Les moines se partageaient, avec le chapitre cathédral, le territoire de Vaise : les moines étant sans doute installés autour de l’église et le chapitre au-delà du ruisseau Charavay, dans ce qui constituait une partie de l’obéance des Monts d’Or, peut-être là où se trouvait l’ancienne église Saint-Baudile. Selon T. Ogier, l’église fut reconstruite et agrandie en 1625 pour mieux accueillir une population grandissante et comme il affirme au moment de la démolition de l’église en 1853, que les bas-côtés avaient été « élevés dans des temps postérieurs » (à la construction primitive), on peut supposer qu’à l’origine l’église était à nef unique (Ogier 1856 : 64). Les bâtiments du prieuré et, en particulier, une tourelle d’escalier, sans doute de la fin du XVe ou du XVIe siècle, figurent encore sur une ancienne photographie (fig. 184) et sont décrits dans le bref de vente comme bien national de 1791 (Niepce 1892 : 79‑83). M.‑A. Guillon et M. Rérolle ont pu reconstituer le plan de l’église au début du XIXe siècle à partir du cadastre de 1828 (ADR, 3 P 1054) (fig. 185) et d’un plan antérieur à la démolition (pourvu d’une échelle métrique), et à partir d’une description de 1842 par l’architecte Falconnet (Guillon, Rérolle 2014 : 8‑9). On pourrait distinguer sur le dessin de P. Saint-Olive (musées Gadagne, 152769), une abside semi-circulaire renforcée de deux contreforts, un chœur assez long surmonté d’un clocher très simple, peut-être romans, et les trois nefs de 25 m par 25 m dont les piliers étaient disposés de façon irrégulière, peut-être plus récentes.

Fig. 184 – Saint-Pierre de Vaise : vestiges du prieuré au milieu du XIXe siècle (musées Gadagne, A 28 N 4248).

Fig. 184 – Saint-Pierre de Vaise : vestiges du prieuré au milieu du XIXe siècle (musées Gadagne, A 28 N 4248).

Fig. 185 – Saint-Pierre de Vaise : plan de l’église (cadastre de 1828, ADR, 3 P 1054).

Fig. 185 – Saint-Pierre de Vaise : plan de l’église (cadastre de 1828, ADR, 3 P 1054).

4.4.3. Notre-Dame et Saint-Thomas-Becket

90À Fourvière, le chœur actuel de Saint-Thomas-Becket, d’axe nord-sud, conserve la travée orientale de l’ancienne église, couverte d’une voûte d’ogives portée par des chapiteaux à feuillages des XIV‑XVe siècles ; la travée située sous le clocher occidental de la chapelle Notre-Dame présente le même type de voûtement. Un clocher étroit et élancé, la « tour Bayète », fut construit pour abriter la cloche qui sonnait la fermeture des portes de la ville (fig. 1, n° 13) (Reveyron in Durand et al. 2014 : 34‑48 et Chomer, Pérez 1982 : 170).

4.4.4. Chapelles du pont du Rhône

91Deux chapelles disparues furent fondées à l’entrée ouest du pont du Rhône pour sacraliser le pont et protéger les passants (Rossiaud in Archives et architecture 2015 : 61‑74) : celle du Saint-Esprit fut construite vers 1385, sans doute par Jacques de Beaujeu, maître de l’œuvre de la cathédrale, pour laquelle fut créée une confrérie du Saint-Esprit et à laquelle le pape Clément VII accorda des indulgences (fig. 1, n° 40). J. Rossiaud la localise en aval de la porte fortifiée d’entrée du pont, côté ouest. Plus monumentale et plus ancienne, la chapelle Saint-Nicolas, située au même endroit mais en amont, abritait les « riveyrands » lyonnais. Le service était assuré par les frères mendiants. Les deux chapelles sont bien visibles sur le Plan scénographique, sur la Grande Vue de Simon Maupin et surtout sur la vue de Mérian. La chapelle Saint-Nicolas était très modeste par rapport à celle du Saint-Esprit, qu’Israël Silvestre grave comme un édifice à nef unique de trois travées, dominé par un clocher carré.

4.5. Ordres militaires et hôpitaux

92Les ordres militaires n’ont guère laissé de traces : les Templiers, installés sur la rive droite de la Saône, furent bientôt remplacés par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui firent reconstruire leur commanderie à la fin du XVsiècle (fig. 1, n° 37) ; ils utilisaient, comme chapelle, l’église Saint-Georges qui disposait également des fonctions curiales.

93Nous n’aborderons que rapidement les hôpitaux, hospices et maladreries installés aux portes de la ville comme ceux des Deux-Amants, de Saint-Irénée et de Saint-Just. Ces établissements, bien que soumis à l’autorité archiépiscopale et bénéficiant des dons de l’Église, n’appartenaient au départ à aucun ordre religieux, comme l’hôpital Sainte-Catherine, construit sur le bas de la pente de la Croix-Rousse ; en revanche, celui des « Contracts », qui soignait le « mal des Ardents », appartenait aux Antonins, l’hôpital du « Pont du Rhône » et la maladrerie de la Madeleine à l’abbaye de Hautecombe depuis le début du XIVe siècle, celui de la Chana et celui de Notre-Dame de la Saunerie (Saint-Éloi depuis le XVe siècle) au chapitre de Saint-Paul (fig. 1, n° 44, 8 et 12).

4.5.1. Saint-Martin de la Chana

94Saint-Martin de la Chana, au nord de Bourgneuf (fig. 1, n° 8), chapelle d’un monastère bénédictin de femmes jusqu’en 1482 puis d’un hôpital, existait encore au début du XIXe siècle avant d’être détruite en 1840 comme le montrent clairement le Plan scénographique et la gravure de N. Fonville : une annexe au nord, peut-être la recluserie, ouvrait sur la rue par un portail gothique et plus au sud, un bâtiment aux fenêtres en plein cintre dont les plus petites pourraient être romanes et appartenir à la chapelle, était alors transformé en écurie (Guigue 1875 : 14‑15 ; Martin 1908‑1909 : vol. 2, 308 et 309 [gravure de N. Fonville] ; Quartier Saint-Paul 2002 : 65).

95Nous laisserons de côté l’hôpital de la Charité construit au début du XVIIe siècle (Pouzet in Kleinclausz 1939 : 132‑134) mais nous consacrerons quelques lignes aux Antonins, sur la rive gauche de la Saône et surtout à l’Hôtel-Dieu.

4.5.2. Les Antonins

96Les Antonins constituaient un cas un peu à part (fig. 1, n° 36). Confrérie laïque à l’origine, ils furent, en 1218, érigés en ordre religieux hospitalier par le pape Honorius III puis en chanoines réguliers de Saint-Augustin, dépendant de l’abbaye Saint-Antoine en Dauphiné, où l’on soignait les malades atteints du « mal des Ardents ». À Lyon, ils s’installèrent dès 1246, d’abord près de Saint-Georges sur les quais de Saône (bulle d’Innocent IV), puis ils héritèrent, en 1280 des biens de l’hôpital de Saint-André, entre la Saône et le sud de la rue Mercière (Martin 1908‑1909 : vol. 1, 269‑275 ; vol. 2, 280) où subsiste encore une salle voûtée, seul vestige de cet établissement.

97L’église, telle qu’elle figure sur le Plan scénographique, paraît très simple avec une nef unique et une abside semi-circulaire, alors que le plan tardif des archives départementales dessine une église de trois travées, à nef unique bordée de chapelles et chœur carré ainsi qu’un cloître au nord (ADR, fonds Galle, A 112, n° 23 ; Chomer, Pérez 1982 : 76). La Grande Vue de Simon Maupin, exécutée peu avant la reconstruction de l’église en 1644‑1651, montre également un petit édifice à nef unique. Les Antonins furent dissous, sur ordre de Louis XVI, et leurs biens attribués aux chevaliers de Malte. La chapelle du couvent a été transformée en théâtre.

4.5.3. L’Hôtel-Dieu

98L’hôpital du pont du Rhône fut concédé par l’archevêque à l’abbaye de Chassagne en 1334 mais aucune trace de ce premier état n’a été trouvée lors des fouilles récentes menées par le Service archéologique de la Ville de Lyon (2015‑2016). Acheté par la ville en 1478, il fut reconstruit pour devenir l’Hôtel-Dieu, capable d’accueillir, dans son « grand corps », un grand nombre de malades qui étaient soignés par des religieuses (fig. 1, n° 39). Cet édifice rectangulaire (65 m par 20 m) et percé de fenêtres hautes, est bien visible sur le Plan scénographique des années 1550 et sur la Grande Vue de Simon Maupin de 1625. Il était divisé en deux travées, l’une réservée aux hommes, l’autre aux femmes, et incluait à l’ouest une chapelle dont le petit clocher, était situé au sud-ouest. Il correspondrait à la lithographie de 1847 (H. Gaillard, musée des Hospices civils de Lyon ; musées Gadagne, inv. 9.52.28) qui reconstitue, comme plus tard R. Le Nail (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 281), un bâtiment ancien pourvu de grandes ouvertures latérales (fig. 186) (Cottin 2003 : 199‑204 ; Cottin 2012 ; Mathian in Archives et architecture 2015 : 111‑137).

Fig. 186 – Hôtel-Dieu : vue extérieure au début du XVIe siècle (reconstitution de 1847 par H. Gaillard, musées Gadagne, 9.52.28).

Fig. 186 – Hôtel-Dieu : vue extérieure au début du XVIe siècle (reconstitution de 1847 par H. Gaillard, musées Gadagne, 9.52.28).

99À quelques mètres au nord de l’église commencée en 1637, les archéologues ont pu étudier, sur presque toute sa longueur et hauteur, le mur septentrional de la grande salle contre lequel s’est appuyée l’aile sud du nouvel hôpital en forme de croix grecque, construit entre 1622 et 1631. Il a conservé de grandes (environ 3,50 m de haut) et simples ouvertures gothiques mises en évidence par l’analyse du bâti effectuée à l’occasion des travaux de rénovation du site (analyse par O. Puel, SAVL). Au nord ont été trouvées des traces de la galerie de cloître qui servait de « promenoir et de charnier » (Marchand et al. 2014 : 11‑14) ainsi qu’une voie est-ouest (rue Serpillière dans l’axe de la rue Confort).

100Ces quelques rares données concernant les églises lyonnaises du bas Moyen Âge sont suffisantes pour avoir une idée de l’évolution de ces édifices et parfois de leur reconstruction, dans un paysage que l’on pourrait qualifier archéologiquement de dévasté par les transformations du XIXsiècle. On retient de ces quelques exemples que les églises des XIIIe-XVe siècles pouvaient être de petite taille, dimensions adaptées à l’importance des communautés, mais qui pouvaient aussi refléter un refus de toute ostentation. La surface utile fut souvent agrandie par la construction de multiples chapelles latérales. Par ailleurs, n’ayant pas la charge de paroisses, ces communautés pouvaient, au moins au début, se contenter d’édifices modestes. On peut toutefois distinguer plusieurs catégories : des églises de dimensions moyennes, pourvues d’une nef unique de trois à cinq travées, comme celles des Célestins et des Augustins ; des églises à nef unique mais de plus grandes dimensions, comme celles de l’Observance et des Carmes, qui constituent un groupe d’édifices bien représenté chez les Mendiants, celui d’une nef unique bordée de chapelles prévues dès l’origine. Deux églises de plus grande taille et à trois nefs, comme celles des Jacobins et des Cordeliers, appartenaient à des communautés plus dynamiques et plus influentes. Quelques églises étaient dotées d’un clocher latéral situé près du chœur, comme aux Cordeliers, aux Augustins, aux Carmes et aux Jacobins. Rien ne subsiste des cloîtres et des bâtiments conventuels. Situés soit au nord soit au sud de l’église, ils ont été le plus souvent reconstruits à l’époque moderne – comme celui des Carmes rebâti en 1679 par Camille de Neufville –, puis détruits à la Révolution, sauf ceux des Célestins et des Augustins (B. Gauthiez, conférence aux Amis de Saint-Martin d’Ainay le 6 février 2018) ; les autres ne sont connus que par quelques documents d’archives (plan des Jacobins, des Célestins, des Cordeliers et des Cordeliers de l’Observance, couvent de la Déserte).

101En ce qui concerne le style, nous avons constaté un certain retard dans l’adoption du gothique flamboyant. Ce style, à la fois élégant et fleuri, est encore visible à la chapelle Saint-Michel de Saint-Martin d’Ainay (avant 1485), à la chapelle des Bourbons de la cathédrale Saint-Jean (fin du XVe siècle), dans les chapelles de Saint-Bonaventure, au clocher et à la chapelle Du Peyrat (1495) de Saint-Paul, à Saint-Nizier dans les voûtes à liernes et tiercerons installées à partir de 1502 et dans les chapelles latérales. Absent dans la reconstruction de Sainte-Croix au milieu du XVe siècle, ce style nouveau s’était épanoui au cours du dernier tiers du siècle : à partir 1471 avec l’agrandissement de Saint-Bonaventure, puis peut-être avec le chœur des Jacobins et surtout avec la construction, à la fin du siècle, de l’église de l’Observance, fondation royale, entièrement construite de 1493 à 1496. Le plan des nouvelles églises adapté aux prêches, le goût pour un dessin complexe des ogives, pour les clés pendantes et pour les grandes lancettes est typique de l’époque (chapelle des Bourbons et chevet de Saint-Georges). Les architectes lyonnais furent alors en contact avec les architectes parisiens ou flamands. Parmi eux, Bernard Henriet mériterait une étude pour son travail à Saint-Georges de Lyon et à Notre-Dame de Bourg-en-Bresse.

Table des illustrations

Titre Fig. 147 – Vue de Lyon, milieu du XVIe siècle, par J. d’Ogerolles (reproduction 1891) (AML, 5 Ph 21132).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 148 – Chamarerie : états successifs (DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 149 – Palais épiscopal au XVIe siècle, gravure de Cléric (doc. personnel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 150 – Tènements des ordres mendiants (Croix-Rousse) (M. Monin, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 151 – Groupe épiscopal : plan de l’état 8 (XVe-XVIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 152 – Groupe épiscopal (plan de Lyon au milieu du XVIIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 153 – Façade de Saint-Jean, la Manécanterie et Saint-Romain (abside et clocher) (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f°21).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 154 – Saint-Étienne : intérieur de l’abside (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 155 – Saint-Étienne : plan de l’église par C. Percier en 1791 (Bibliothèque de l’Institut, Réunion des musées nationaux, inv. Ms. 1010 f°7 NUIV).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Titre Fig. 156 – Sainte-Croix : plan du chevet et du cimetière voisin (ADR, 1 B 6).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 157 – Sainte-Croix : vue du chantier en 1977 (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 158 – Sainte-Croix : élévation du mur gouttereau nord en cours de démolition (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 159 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de l'abside (parements nord et sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Fig. 160 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de l'abside (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 161 – Sainte-Croix : relevé du mur sud de la nef centrale (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 162 – Sainte-Croix : relevé du mur nord de la nef centrale (parement sud) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 163 – Sainte-Croix : relevés de bases de colonne, au 4 rue Mandelot (archive ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 164 – Sainte-Croix : grandes arcades de la nef avec polychromie d’origine (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 165 – Sainte-Croix : vestiges du porche dans la cour voisine (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 166 – Sainte-Croix : vue intérieure au XVIIIe siècle (dessin, collection Marduel, AML, 1C 450 110, réserve, cliché G. Bernasconi).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 167 – Sainte-Croix : reconstitution de l’édifice (XVe siècle) (DAO G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 168 – Sainte-Croix : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (quatrième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Fig. 169 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique de la nef centrale (troisième travée) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 170 – Saint-Just : plan et coupe du caveau gothique au sud de l’église (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Titre Fig. 171 – Saint-Just : coupe du caveau Josserand avec sa situation (XVe siècle) (Bayrou 1972 ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 172 – Saint-Just : inscription funéraire de Josserand (1419) (Bayrou 1972).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 803k
Titre Fig. 173 – Grande vue de Lyon par S. Maupin : les pentes de la Croix-Rousse et les Terreaux (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP, D 133, P. Clavel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 174 – Saint-Nizier : plan de l’édifice à la fin du XVIIe siècle (Reveyron 2005 : 166, fig. 79).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 175 – Les Carmes avant la démolition de 1902 (La Construction lyonnaise, 1er septembre 1904).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 176 – Les Céléstins : plan Peccolet (1750) (BML, fonds Coste, 263, t. 2, f° 222‑223).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M
Titre Fig. 177 – Les Célestins : plan de fouilles (Arlaud 2000 : 205, fig. 100).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 178 – Les Jacobins : plan Ramette (1709) (ADR, 3H/92/1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 179 – Les Jacobins en démolition (début du XIXe siècle) : vue intérieure par H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 3224.11).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 180 – Les Cordeliers de l’Observance : vue du cloître au début du XIXe siècle (tableau de F. Richard, musée des Beaux-Arts de Lyon, inv. 1988‑4-III‑12, cliché RMN, R.-G. Ojeda).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 181a, b et c – Les Cordeliers de l’Observance : plan, coupe et élévation (Chenavard, Couchaud 1846 : pl. 4, 1, 3).
Légende Fig. 181a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre  
Légende Fig. 181b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre  
Légende Fig. 181c
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 182 – Les Cordeliers de l’Observance : vue extérieure (Voyage pittoresque, 1824, BML, fonds Coste, est. 200).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 183 – Les Cordeliers de l’Observance : vue intérieure (H. de Saint-Didier, musées Gadagne, N 2481.1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 184 – Saint-Pierre de Vaise : vestiges du prieuré au milieu du XIXe siècle (musées Gadagne, A 28 N 4248).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 185 – Saint-Pierre de Vaise : plan de l’église (cadastre de 1828, ADR, 3 P 1054).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 186 – Hôtel-Dieu : vue extérieure au début du XVIe siècle (reconstitution de 1847 par H. Gaillard, musées Gadagne, 9.52.28).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5495/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search