Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 3. Un patrimoine à rénover : Lyon du Xe à la fin du XIIe siècle

Texte intégral

1C’est le temps des « seigneuries ecclésiastiques » qui commence vers 950 et dure au-delà du XIIe siècle, jusqu’en 1320. L’évêque, depuis longtemps patronus de la ville, était devenu, avec Leidrade, le représentant de l’empereur. Avec les royaumes issus du démembrement de l’Empire carolingien, il acquit progressivement le pouvoir civil sur la ville mais Lyon, situé à l’écart des centres de pouvoir étatiques, ne joua plus de rôle politique majeur, sauf à de rares moments, comme à l’occasion des deux conciles du XIIIe siècle. Toutefois, l’archéologie confirme l’idée soutenue par les historiens que la ville se réveilla dès la seconde moitié du Xe siècle pour connaître ensuite un grand essor, du début du XIIe au milieu du XIVe siècle

3.1. Le dynamisme retrouvé de la seconde moitié du Xsiècle

3.1.1. Rappel historique

2L’éclatement de l’Empire carolingien suscita la création de royaumes indépendants dès le milieu du IXe siècle avec le royaume de Provence fondé par Boson (879‑880), avec le deuxième royaume de Provence fondé par son fils Louis l’Aveugle (890‑928) puis dirigé par Hughes d’Arles (928‑930) (Demotz 2012) (fig. 60). Avec le royaume de Bourgogne transjurane, la région connut un « temps d’équilibre » sous Conrad le Pacifique (943‑993), puis une période plus difficile sous Rodolphe III (993‑1032). Ce dernier s’appuya sur les pouvoirs religieux mais sans arriver à contenir les ambitions grandissantes des familles aristocratiques ainsi que les ambitions germaniques qui, à la mort du roi en 1032, provoquèrent le transfert de la région au Saint Empire Romain Germanique (Rubellin 2003 : 159‑164 ; Demotz 2012 :109‑134) (fig. 61).

Fig. 60 – Partage de l’Empire carolingien en 843 (Demotz 2012).

Fig. 60 – Partage de l’Empire carolingien en 843 (Demotz 2012).

Fig. 61 – Carte du royaume de Bourgogne au Xe-début du XIe siècle (Demotz 2012).

Fig. 61 – Carte du royaume de Bourgogne au Xe-début du XIe siècle (Demotz 2012).

3La documentation manque pour les Xe-XIe siècles, en particulier en raison des invasions hongroises de 935 et du probable pillage de l’abbaye de l’Île-Barbe ; les Hongrois pourraient également avoir provoqué la disparition de Saint-Laurent de Choulans, mais les niveaux de destruction ont disparu lors des premières fouilles d’A. Audin (Wuilleumier, Leroi-Gourhan, Audin 1949). Quant à l’insécurité due aux raids des Sarrasins sur les cols alpins, elle se prolongea jusqu’en 972 en déplaçant les flux commerciaux qui ne passent plus par Lyon mais par les cols du Jura.

4On doit toutefois reconnaître que la région a plutôt servi de refuge lors des invasions alors que les traditions et les structures carolingiennes se maintenaient grâce à un retour à la stabilité politique et au début de l’optimum climatique médiéval à partir du milieu du Xe siècle.

5L’archevêque restait un personnage de premier rang : d’abord par son rôle religieux, puisqu’il exerçait une sorte de primatie sur les Églises de Gaule, qu’il continuait souvent à présider les conciles régionaux et à contrôler les monastères de la ville et de la région comme les chapitres de la ville ensuite par sa richesse foncière puisqu’il possédait un millier de colonges. En tant que defensor civitatis, il fait partie des « auxiliaires du roi » et « sa charge épiscopale est considérée comme un honor au même titre que celle de comte » (Ganivet 2000 : 211). Certains ont joué un rôle politique : ainsi, Aurélien (875‑895) qui, à l’assemblée de Mantaille (879), contribua à l’élection comme roi, du duc Boson et, plus tard, à son sacre à Lyon et Alwala (895‑906) qui fut le précepteur de Louis l’Aveugle (Ganivet 2000 : 209‑242 ; Rubellin 2003 : 170‑177 ; Demotz 2018). Comme l’ont bien montré M. Rubellin et P. Ganivet, l’archevêque, faute de concurrent, régna, à partir du milieu du Xe siècle, presque sans partage sur la ville et se créa une véritable seigneurie ecclésiastique dotée d’une monnaie, d’une partie du fisc, d’un ost et capable d’attribuer des biens en bénéfices. Certes, on ne peut pas parler de principauté ecclésiastique ou de « théocratie épiscopale », l’archevêque continuant à dépendre du roi de Bourgogne qui a la mainmise sur les nominations épiscopales, mais le pouvoir central bourguignon est faible et le roi a besoin de l’appui de ses prélats qui, comme les deux Burchard, archevêques de Lyon (949‑957/959 ; 979‑1030/1031) appartiennent à la famille royale (Ganivet 2000 : 209). Toutefois, le pouvoir de l’archevêque se heurta à celui, grandissant, des titulaires du comté de Lyon, en particulier au début du Xe siècle les ducs d’Aquitaine Bernard Plantevelue et Guillaume le Pieux, bientôt remplacés par la dynastie locale des Artaud ; conflit qui aboutira à un partage territorial (Ganivet 2000 ; Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 63‑65 et 117‑119). En 1032, la ville de Lyon, comme le royaume de Bourgogne, fut intégrée à l’Empire mais l’empereur, après une première et vaine tentative, ne chercha pas à intervenir dans la région, par exemple en pesant sur l’élection des archevêques (Rubellin 2003 : 370‑376).

6Nous voudrions insister sur l’apport des données archéologiques pour mieux comprendre que le Xe siècle n’a pas été une période aussi noire que celle décrite par Raoul Glaber et même que la seconde moitié du Xe siècle aurait pu voir le début d’un renouveau que l’on avait tendance à ne placer qu’aux environs de l’an mil mais que des historiens comme P. Ganivet pour le Lyonnais et A. Guerreau pour le Mâconnais, situent en plein Xe siècle. En effet, on dispose de documents assez précis et nombreux pour analyser la reprise économique : l’évolution du nombre de chartes, l’afflux des dons et la multiplication des transferts de propriétés, indices de la mise en culture de terres nouvelles et l’évolution de la taille des parcelles (Ganivet 2000 ; Guerreau 2019).

7L’archéologie apporte une confirmation : la chapelle Saint-André de l’Île-Barbe fut construite (ou reconstruite) au Xe siècle, dès la seconde moitié du Xe siècle, des églises comme Saint-Irénée furent reconstruites et au XIe siècle, l’archevêque fit de même à Saint-Jean et se dota d’un nouveau palais. On note également une restructuration d’ensemble de la rive droite de la Saône entre, d’un côté le quartier épiscopal autour de son groupe épiscopal, de son cloître et du palais de l’évêque et de l’autre, selon l’hypothèse de B. Gauthiez et de H. Hours, le palais comtal (Gauthiez 1994 : 7 ; Hours 1988). S’il est difficile de situer avec précision dans le temps la création de bourgs neufs, on peut supposer qu’elle se place à cette époque : sur cette même rive droite, Bourgneuf au nord, et une extension de l’habitat au-delà de Saint-Georges au sud, à Saint-Just, où, en 932, l’archevêque Guy fit don des dîmes aux chanoines de Saint-Just-Saint-Irénée « dans la ville où sont construites ces églises et dans le lieu qui s’appelle Trion » (Wyss 2002 : 14), ce qui suggère l’existence d’un bourg. D’autres bourgs sont mentionnés dans la Presqu’île, au nord et en dehors de l’enceinte du burgus, le bourg de Senoa (de Seine), de Sancti Vincentii et de Canii (Saint-Vincent et Bourgchanin) (Guigue 1885‑1993 : I, 96). On peut même se demander si la présence de ces bourgs n’est pas à l’origine de la création de paroisses nouvelles comme le suggère le nom du bourg de Saint-Vincent.

3.1.2. Les édifices religieux : continuité ou disparition

8Les textes sont peu nombreux et peu parlants. Quelques diplômes concernent les monastères ou collèges de chanoines lyonnais comme celui de Saint-Just-Saint-Irénée où l’évêque Guy, nous l’avons vu, confirme aux chanoines des droits de dîme ; on sait aussi qu’au Xe siècle, les comtes du Forez se font inhumer à Saint-Irénée, Artaud I en 909, Artaud II en 993 qui procéda à d’importantes donations (Meynis 1880 : 52 ; Wyss 2005 : 14 et 19 ; Reynaud et al. 2012 : 226 ; Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 117‑126). Le poème qui attribue la construction de la première église à l’évêque Patiens représenté sur une mosaïque du chœur de la crypte et signalé lors de la visite de 1410 (AA SS, vol. 18, juin : 348) reste d’époque indéterminée même s’il a été considéré comme paléochrétien pour les uns, carolingien ou roman pour les autres. L’église est en partie reconstruite, en particulier la crypte et, à Saint-Just, une nécropole atteste la permanence de l’activité. Pour l’Île-Barbe, retenons qu’en 971, le roi Conrad confirme les biens de l’abbaye (Rubellin 2003 : 275) et que, d’après les données archéologiques, la chapelle Saint-André est construite ou reconstruite à cette époque. Pour Saint-Laurent de Choulans, on peut supposer une destruction suite à un passage hypothétique des Hongrois ou simplement en raison d’une vétusté due à une absence de travaux d’entretien.

3.1.2.1. La reconstruction de la crypte et de l’église haute de Saint-Irénée*

9La collégiale est à nouveau reconstruite : cette quatrième campagne est assez bien connue grâce aux vestiges archéologiques conservés en sous-sol et aux analyses archéologiques que nous avons menées et publiées à plusieurs reprises depuis les années 1980 (Reynaud 1998 : 175‑182 ; Reynaud et al. 2012 ; Reynaud, Collomb 2013). La nouvelle église est profondément remaniée dans sa partie orientale par la construction d’une crypte-halle dont les murs sont nettement désaxés par rapport à ceux de l’édifice précédent alors que l’église haute, également en partie reconstruite, est réduite de moitié par rapport à la précédente.

Données archéologiques

La crypte

10L’étude de la crypte a été rendue difficile par sa reconstruction en 1863 mais celle-ci a suivi assez scrupuleusement l’état ancien qui, par ailleurs, est mieux conservé à l’extérieur qu’à l’intérieur (Meynis 1880 : 93‑112 ; Wyss 2005 : 86‑90).

11À la fin de l’époque carolingienne, la crypte est donc profondément modifiée dans son plan et dans son élévation. Dans l’ancienne chaufferie, sont visibles les parties hautes du parement extérieur de la crypte, construites en appareil allongé (10 à 15 cm de haut sur 50 à 70 cm de long). De même, à l’intérieur, les modifications ne touchent que les parties hautes ou des détails de plan : par adjonction de pans coupés, l’abside devient elle aussi polygonale à l’intérieur (d’après A. Audin, dans un premier temps, seule la partie supérieure était à pans coupés) et est couverte par une voûte à arases de briques appuyée sur une corniche au profil simple ; la fenêtre d’axe qui ouvrait par un linteau à trois pans dans la paroi orientale et centrale de la voûte est conservée mais les pans coupés contribuent à une modification de l’ouverture intérieure des fenêtres (Audin 1959 ; Reynaud 1998 : 258‑253 ; Reynaud et al. 2012 : 232‑233).

12L’essentiel des modifications toucha les nefs. Si l’on considère que la restauration du XIXe siècle s’est inspirée de l’état ancien (les documents iconographiques du début du XIXe siècle ne permettent pas d’en douter), la crypte est désormais pourvue de trois nefs voûtées de 10 m sur 11 (fig. 62) mais la restauration a rendu pour l’instant impossible toute étude de ses murs latéraux qui étaient couverts d’enduits à tuileau et de ses voûtes où apparaissaient des arases de briques (Meynis 1880 : 220) ; des témoins attestent en effet que les voûtes de la crypte ont été conservées malgré la disparition d’au moins quatre colonnes lors du passage des protestants en 1562. Au-dessus des colonnes, les arcs, peut-être outrepassés si l’on en croit A. Steyert, étaient faits de claveaux de pierres et briques (Meynis 1880 : 95 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 231). On peut aussi estimer que la corniche de la nef centrale est en partie ancienne.

Fig. 62 – Saint-Irénée : plan de l’église dans son état 4 (Xe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 249, fig. 34, DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 62 – Saint-Irénée : plan de l’église dans son état 4 (Xe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 249, fig. 34, DAO O. Puel, SAVL).

13Le pavement des bas-côtés de la crypte a été partiellement conservé dans la restauration du XIXe siècle (Meynis 1880 : 95). Le dallage actuel reprend l’alternance de dalles de marbre taillées en losanges ou en octogones, de couleur blanche ou noire.

14On accède à la crypte par des descentes d’escalier qui adoptent désormais un tracé en U et se prolongent dans des couloirs latéraux le long des anciens murs gouttereaux. Les parties hautes du mur ouest des escaliers furent reconstruites en appareil allongé de calcaire blanc de Seyssel (de 0,70 m par 0,10 m à 0,30 m par 0,15 m) (fig. 63), de même type qu’à l’extérieur de la crypte (parties hautes). Dans le couloir nord, cet appareil allongé se prolonge en partie basse du mur sud sur 6,20 m. À l’entrée du couloir, quelques assises de ce parement reçoivent deux impostes simples – celle du sud est plus complexe – ainsi que des arcs outrepassés en claveaux réguliers de calcaire de Seyssel (arc de 0,67 m de profondeur lié au mortier de tuileau). Les anciennes portes ouvrant dans les murs gouttereaux nord et sud ont été remplacées par des fenêtres dont subsiste une partie de l’ébrasement également en pierre de Seyssel. Ces ouvertures destinées à l’éclairage des descentes d’escalier sont contemporaines des portes qui, en façade, donnaient accès aux couloirs nord et sud. Comme dans l’état précédent et comme le confirme le niveau de ces fenêtres, la voûte des descentes d’escalier était plus haute que l’actuelle et se trouvait à la hauteur de la voûte conservée au-dessus du palier central, en face de la porte de la crypte.

L’église haute

15L’hypothèse d’une réduction aux dimensions proches de l’actuel édifice repose sur l’aquarelle d’Hubert de Saint-Didier (1824), où l’on voit apparaître la façade ancienne de l’église (Wyss 2005 : fig. 170) (fig. 64). Nous avions d’abord supposé que l’église était encore de grande taille en raison des descentes d’escalier en U qui devaient se prolonger à l’abri des intempéries et donc dans une nef encore existante. Toutefois, l’hypothèse d’une réduction peut se combiner avec l’idée d’escalier ou de rampes débouchant dans une sorte d’atrium, sous les galeries de portiques dans le prolongement des anciennes nefs comme le suggère le document du XVIe siècle montrant la destruction de Saint-Just et de Saint-Irénée en 1562 (De Tristibus Galliae carmen, BML, fonds général, ms. 156) (fig. 64).

Fig. 64 – Saint-Irénée : façade occidentale avant 1824, aquarelle d’H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 2481.9).

Fig. 64 – Saint-Irénée : façade occidentale avant 1824, aquarelle d’H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 2481.9).

16L’église haute aurait eu trois nefs de quatre travées couvertes d’une charpente dont une nef centrale assez large. On ignore ce qu’est devenu le transept mais le chaînage de l’angle nord-est repéré lors de restaurations récentes dans le mur de la chapelle septentrionale est la preuve de l’existence de constructions anciennes dans ce secteur, peut-être de la chapelle mortuaire des comtes de Forez ou de Beaujeu qui pouvait occuper l’emplacement du bras nord de l’ancien transept ; la porte à claveaux de pierres et briques et extradossée de briques, repérée par A. Audin dans le mur du bas-côté nord de la crypte, pouvait alors ouvrir sur une chapelle basse, peut-être installée en dessous de la précédente. La même situation pouvait exister au sud où un pavement identique à celui de l’espace central fut détruit au XIXsiècle dans ce qui devait être la chapelle des chanoines ; chapelle datée du XIe siècle par D. Meynis, en raison de la présence de cette mosaïque (Meynis 1880 : 52) ; de même, le clocher moderne s’est inscrit précisément à l’intérieur du bras sud du transept comme si ce dernier, ou la chapelle qui lui avait succédé, était encore en partie visible. Des annexes auraient donc pu occuper les vestiges des anciens bras du transept. Seules des fouilles ou une étude du bâti de ce secteur apporteraient des renseignements plus précis.

Datation

17La datation des éléments que nous venons de décrire est difficile à établir. Le pavement ancien, partiellement conservé lors de la restauration du XIXe siècle, serait par son type très proche de celui de Santa Maria Foris Portas de Castelseprio (Lombardie) ; malheureusement, pour cet édifice et pour ses fresques, les spécialistes restent divisés entre une datation haute (VIe-début du VIIIe siècle) et une datation basse (VIIIe-Xe siècle). En s’appuyant sur les analyses de laboratoire effectuées, dans cette église, sur les sols en mortier de tuileau, situés sous le pavement (Brogiolo, Gelichi 1996 : 149‑158), on peut prendre parti pour une datation basse autour du Xe siècle, proche de celle d’édifices du XIe siècle comme à Aquilée (Italie) (Barral i Altet 1977 ; Reynaud et al. 2012 : 252). Cette datation tardive est appuyée par des comparaisons avec, en Allemagne, les pavements du massif occidental de la cathédrale de Paderborn (1009‑1015) ou de la crypte de la cathédrale de Magdebourg (1004‑1012) (Stiegemann, Kroker 2009 : 373‑375). Ces comparaisons suggèrent que le pavement de Saint-Irénée aurait été installé à la fin de l’époque carolingienne.

18Des comparaisons typologiques avec d’autres cryptes viennent à l’appui d’une datation basse : la crypte-halle de Saint-Irénée se rapproche de celles de la fin de l’époque carolingienne ou de l’époque ottonienne. En effet, c’est au milieu du Xe siècle que ce type de crypte s’épanouit en Allemagne à Gernrode ou Memleben, où les trois nefs sont bien individualisées, et, à la fin du siècle, à Paderborn, à Quedlimburg et à la cathédrale d’Hildesheim (Lobbedey 1998 ; Sapin 2014 : 119‑136).

19Alors que certaines données archéologiques, actuellement non accessibles, sont difficiles à dater comme la porte signalée par A. Audin dans le mur nord de la crypte et non visible, une datation basse est confirmée par les analyses en luminescence et archéomagnétisme qui ont situé l’arase supérieure de briques de la descente d’escalier vers 977 ± 70 ; mais avec une réponse sur une seule brique, on se retrouve dans la même situation que pour l’ouverture sud du VIIe siècle (Reynaud et al. 2012 : 235‑236).

20Une deuxième phase de travaux pourrait donc avoir eu lieu dans la seconde moitié du Xe siècle, époque où les textes nous indiquent que l’église est choisie de préférence à d’autres pour accueillir la sépulture de personnages importants et mentionnent des donations à la fin de ce même siècle. La crypte fut donc entièrement reconstruite et l’église haute, réduite au chœur de l’ancienne basilique, était peut-être prolongée à l’ouest par des portiques encadrant un atrium.

3.1.2.2. Saint-Just* : l’église et son environnement oriental, le mur d’enceinte du claustrum, la nécropole et les fosses-silos des Xe-XIe siècles

21Les textes sont absents pour le Xe siècle et, en raison de l’ampleur des destructions, les données archéologiques concernent surtout la nécropole des Xe-XIe siècles que nous traiterons d’un seul tenant, faute de datation précise.

L’église et son environnement oriental

22Pour le début de l’époque carolingienne, nous avons eu des difficultés à comprendre les modifications apportées à l’édifice sauf en ce qui concerne la construction d’une chapelle orientale et le maintien en activité des cryptes. Aux Xe-XIe siècles, le doublement des murs de la chapelle d’axe suggère des remaniements importants (fig. 48 et 49). Quelques renseignements sont fournis par les secteurs en creux. On peut supposer que les cryptes sont toujours utilisées aux extrémités du transept, où des niveaux d’occupation sont attestés jusqu’aux Xe-XIe siècle, et à l’annexe sud-est où de la céramique à décor ondé est signalée (US 1422), ainsi que de la commune grise à lèvre en bandeau associée à une monnaie du comte Hughes de Lyon (900‑911). L’église carolingienne est donc toujours en état de marche.

23D’importants remblais ont également été déposés le long de la pente en avant de la chapelle d’axe et à l’est du bâtiment méridional. Ils ont été conservés dans les intervalles laissés en place entre les chapelles rayonnantes du grand socle oriental de la construction suivante. Cette terre cendreuse, qui peut atteindre jusqu’à 1,50 m d’épaisseur, était également riche en ossements d’animaux et en céramique à fonds marqués (seconde moitié du Xsiècle-première moitié du XIe siècle) dans les parties hautes de la nécropole. Un ensemble base, colonne, chapiteau de 1,35 m de hauteur, trouvé dans des remblais et à fonction indéterminée pourrait appartenir à cette époque par la simplicité du décor de feuillage et le profil de la base (fig. 65).

Fig. 65 – Saint-Just : colonne et chapiteau (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 65 – Saint-Just : colonne et chapiteau (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS).

Le mur d’enceinte du claustrum

24On ne peut que supposer la présence d’un mur à l’est des tombes, faute d’avoir pu descendre un sondage assez bas. On remarque que les couches de remblais riches en fonds marqués qui suivaient la pente naturelle du terrain passent à l’horizontale comme si elles étaient retenues par une structure verticale (un mur de terrasse ou le mur d’une première enceinte). Comme dans ce secteur l’accumulation des remblais atteint 2 m, on placerait volontiers cette construction au cours du XIe siècle, ce qui viendrait à l’appui de l’hypothèse de B. Gauthiez qui place l’enceinte abbatiale assez tôt dans le temps (Gauthiez 1994 : 18).

La nécropole (fig. 66)

Fig. 66 – Saint-Just : coupe est-ouest vers le nord à l’est de la chapelle d’axe (nécropole) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 66 – Saint-Just : coupe est-ouest vers le nord à l’est de la chapelle d’axe (nécropole) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

25De nombreuses tombes ont été installées le long de la pente dans des niveaux riches en céramique à fonds marqués et 54 tombes ont été fouillées dans les secteurs non détruits par le socle roman et au-delà de ce socle. Nous l’avons vu, la nécropole s’appuyait à l’ouest sur la façade orientale de la chapelle d’axe ; chapelle détruite postérieurement dont l’emplacement est marqué par une fosse de démolition. Les tombes sont pour la plupart orientées et parfois superposées sur plusieurs niveaux.

26On distingue plusieurs types de tombes (fig. 67) : les coffres de dalles (6) souvent ovalaires (plus larges au centre qu’aux extrémités) que nous avons rattachés à la chapelle d’axe, des tombes à entourage de pierre irrégulier, les plus nombreuses (25), des tombes en pleine terre (19), des coffres de bois (5) calés par quatre pierres dressées, des tombes maçonnées (1) ; dans ce dernier cas, les parois sont faites de moellons de schistes recouverts de mortier et se rétrécissent à l’ouest au niveau de la tête ; le couvercle fait de trois dalles plates peut être recouvert de mortier.

Fig. 67a et b – Saint-Just : nécropole des XIe-XIIe siècles, coffres de dalles ovalaires (relevé et cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 67a et b – Saint-Just : nécropole des XIe-XIIe siècles, coffres de dalles ovalaires (relevé et cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 67a

27Les squelettes assez bien conservés, en decubitus dorsal, avaient les bras croisés sur le pubis (18 cas) ou parfois un bras sur le pubis et un bras sur la poitrine (5 cas) (un seulement avait les deux bras croisés sur la poitrine). Les corps de T 81‑41 et 42 avaient été inhumés en même temps (un homme et une femme). Trois tombes d’enfants sont signalées. Malheureusement aucune étude anthropologique n’a été entreprise.

28La chronologie relative entre les tombes n’apporte pas toujours de chronologie absolue, certains types de tombes se trouvant aussi bien dans les niveaux profonds que dans les niveaux bas. On remarque toutefois que les tombes maçonnées se situent dans les niveaux bas alors que les tombes en coffres de bois appartiennent plutôt aux niveaux hauts et sont les seules où du matériel céramique a été déposé.

29Les comparaisons avec les nécropoles alpines étudiées par M. Colardelle confirment une datation postcarolingienne : au XIe siècle, les coffres de dalles ovalaires correspondraient à une forme de transition vers les sépultures anthropomorphes de l’époque romane (Colardelle 1983 : 352). À Saint-Georges de Vienne, les fouilles de M. Jannet-Vallat ont mis au jour des tombes en dalles étroites et allongées datées des XIe-XIIe siècle (Jannet-Vallat 1995 ; Adjadj 2013 : 217‑218).

30Les couches supérieures du remblai, dans lesquelles s’inséraient les tombes, contenaient de la céramique à fonds marqués (milieu Xe-milieu XIe siècle) et deux monnaies carolingiennes (Louis le Pieux, 814‑840 et Charles le Chauve, 840‑866) qui fournissent une datation post quem. Certaines tombes étaient coupées par le grand socle roman du deuxième tiers du XIIe siècle qui fournit un terminus ante quem ; les plus récentes, en bas de la pente, étaient postérieures au socle roman. On peut donc situer la nécropole postérieurement à la chapelle d’axe, à l’entrelacs du IXe siècle et aux monnaies de la première moitié du IXe siècle et antérieurement au socle du premier chevet roman (deuxième tiers du XIIe siècle) et l’estimer contemporaine des vases à fonds marqués pour les tombes les plus récentes. Quelques tombes en bas de pente pourraient être contemporaines du premier chevet roman.

31L’existence d’une nécropole relativement importante à cette époque et non réservée aux seuls chanoines, comme le montre la présence de tombes d’enfants, vient confirmer un resserrement des tombes autour du lieu de culte et une certaine continuité dans l’habitat, dans le cadre d’un bourg extérieur à la ville.

Fosses-silos

32Cinq fosses-silos ont été creusées au niveau des constructions post-carolingiennes, nettement en dessous des niveaux romans : une au nord (sous l’annexe nord-est) et trois au sud-est de l’église, dont l’une en E34S (US 2065) recoupe des fosses d’origine romaine (fig. 68). De forme globulaire, d’un diamètre variant de 1,50 à 1,10 m et de 3 à 1,50 m de profondeur, elles renfermaient des couches alternées de terre brûlée et de cendres, des ossements d’animaux, des moellons et une abondance de céramique, dont des vases presque complets. Ces fosses ont été creusées soit pour l’extraction du loess soit pour servir de silos ; dans un deuxième temps, elles ont été utilisées comme dépotoirs. Elles ont pu servir un certain temps, voire plusieurs générations, et l’abondante céramique à fonds marqués date leur comblement de la seconde moitié du Xe et de la première moitié du XIe siècle. De semblables fosses-silos étaient fréquentes à cette époque à l’intérieur même des églises, comme nous l’avons constaté par exemple à Meysse (Ardèche) (Reynaud 1989b).

Fig. 68 – Saint-Just : plan des fosses-silos (E34S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 68 – Saint-Just : plan des fosses-silos (E34S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

3.1.2.3. Autres édifices : Saint-Pierre de Vaise, Saint-Épipoy, Saint-Vincent, Saint-Baudile, Saint-Martin de la Chana

33On évoquera seulement, faute de textes comme de documents archéologiques, l’existence possible d’autres églises.

Saint-Pierre de Vaise

34D’après le père Ménestrier mais sans preuves, les possessions de l’abbaye d’Ainay à Vaise remonteraient à l’époque de Conrad de Bourgogne et de l’archevêque Burchard (Ménestrier 1696 : 285). La lettre-testament de l’archevêque Halinard (1046‑1052) mentionne l’appartenance de l’église de Vaise à l’abbaye d’Ainay avec les terres que Rotbertus lui a accordées (PL 142, col. 1348B) (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).

Saint-Épipoy

35La chapelle, sans doute reconstruite à l’époque carolingienne, à proximité du tombeau de sainte Lucie appartenait dès la fin du Xe siècle à l’église métropolitaine de Lyon (CL, n° 18 ; Guigue, Guigue 1886 : 91).

Saint-Vincent

36À part l’emplacement, tout ce qui concerne cette église reste flou, aucune recherche archéologique récente n’ayant été menée sur le site (fig. 1, n° 26). Les textes, muets avant la fin du Xe siècle, sont ensuite difficiles à interpréter. D’après M.‑C. Guigue et à la suite de P. Bullioud et du père Ménestrier, un desservant est mentionné dans un texte de 984 à l’occasion de la procession des Rogations qui s’arrête à Saint-Vincent et à Saint-Irénée (Saint-Clair du Rhône) ce qui leur fait dire que « ces églises ne furent pas à l’origine de simples recluseries » (Guigue, Guigue 1886 : 90) ; mais la présence d’un recteur ne prouve pas pour autant l’existence d’une paroisse, même si l’on peut faire le lien avec la création du bourg de Saint-Vincent. Sur le Plan scénographique figure un petit édifice à nef unique, sans clocher et à chevet plat (?) : ce plan, s’il était confirmé pourrait fournir un indice pour une datation haute autour de l’an mil.

Saint-Baudile

37On ignore tout de l’emplacement de cette église qui, nous l’avons vu, se trouvait soit dans l’ager des Monts-d’Or (charte 202 du cartulaire de Savigny), peut-être sur la « voie de l’Océan » soit dans l’ager de Vaise (charte 201) (Bernard 1853 : II, 697‑698), peut-être en liaison avec la nécropole de la place Valmy avant de disparaître définitivement.

Saint-Martin de la Chana

38Faute de documentation, nous mentionnerons seulement la communauté de moniales ou de chanoinesses installée en amont de Bourgneuf à la Chana (fig. 1, n° 8). Pour M.‑C. Guigue, existait dès le Xe siècle un monastère de femmes sous la règle des Augustins ; règle qui en fait plutôt des chanoinesses (Guigue 1875 : 14‑15 ; Quartier Saint-Paul 2002 : 65). D’après P. Bullioud, les moines d’Ainay auraient récupéré, en 1369, de nombreux remplois romains de l’ancienne église et de l’hôpital de la Chana, ce qui constituerait un indice d’ancienneté (Bullioud 1647).

3.2. Le XIe siècle et la toute-puissance de l’archevêque

39Après de longs moments d’abandon dus au manque de financements, après des destructions dues à la vétusté des édifices ou aux guerres, les églises ont besoin de travaux de restauration ou d’une complète reconstruction. Des besoins nouveaux se font jour en lien avec une évolution de la liturgie, un renouveau du culte des reliques ou l’apparition de communautés nouvelles.

3.2.1. Le pouvoir politique, social et religieux

40Avec le royaume de Bourgogne, la ville fut intégrée au Saint Empire en 1032, mais sauf au tout début et à l’époque de Frédéric Barberousse, l’empereur ne chercha pas à intervenir : Lyon resta en effet à l’écart dans une situation « déphasée » (Rubellin 2003 : 359), car en marge des centres de pouvoir anciens et nouveaux, comme des grands conflits politiques et religieux qui secouèrent l’Europe occidentale, au moment de la Réforme grégorienne.

41L’archevêque bénéficiait toujours de pouvoirs multiples : pouvoir religieux et pouvoir politique, social, économique. Son pouvoir religieux s’accrut du titre honorifique de primat des Gaules, acquis en 1079 et Hughes de Die (1082‑1106) fut chargé par le pape d’appliquer la réforme grégorienne. L’archevêque fut à l’origine de la création de nouveaux chapitres, à Notre-Dame de la Platière vers 1080, à Fourvière en 1192. Signe d’une densification de l’habitat, des paroisses anciennes sont désormais mentionnées comme celle de Saint-Paul par l’archevêque Hughes de Die à la fin du XIe siècle, ou nouvelles comme celle de Notre-Dame de la Platière, paroisse créée aux dépens de celle de Saint-Pierre à l’époque de l’archevêque Gébuin (1077‑1082) (Guigue 1885‑1983 : I, 45‑48, n° 32 ; Chopin 2002 : 84‑85 ; Rubellin 2003 : 365‑368). Les archevêques ne furent pas toujours conservateurs : certains comme Guichard de Pontigny accueillirent favorablement le désir de réforme de Pierre Valdo qui fut pourtant condamné par son successeur Jean Bellesmains, puis par le pape Lucius III en 1184 (Rubellin 2003 : 455‑478), alors que les chanoines ne firent pas bon accueil aux idées réformatrices. Ils refusèrent de reprendre la vie commune et s’occupèrent plus de la gestion de leurs biens que de l’assistance aux pauvres (Rubellin in Pelletier et al. 2007 : 186‑187).

42L’archevêque, seigneur de la ville, se heurta très vite à l’opposition des comtes de Lyon et de Forez qui devinrent de plus en plus envahissants à partir des années 1020, au point qu’il dut partager avec eux le pouvoir sur la ville (Rubellin 2003 : 374‑376). Traditionnellement, les historiens s’appuyaient sur la charte de Tassin (1076) pour présenter le conflit entre l’archevêque et le comte du Forez. En fait, « l’accord de Tassin » est considéré comme un mythe, fruit d’une « construction historiographique » à partir de quelques faits avérés, comme pour l’Église le droit de frapper la monnaie au nom de saint Étienne monetam Sancto Stephano. Il faut attendre l’accord de 1167 pour avoir une idée précise de l’étendue du pouvoir temporel de l’archevêque (Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 174‑179 et 230‑235).

43En 1157, Frédéric Barberousse s’intéressa à Lyon et accorda à l’archevêque Heraclius la Bulle d’or qui lui concédait avec les regalia tout pouvoir sur la ville, totum corpus civitatis Lugduni […] citra Ararim infra vel extra civitatem (Rubellin 2003 : 370‑376 ; Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 190‑197), simple reconnaissance d’un fait établi mais contesté par le comte de Forez qui s’empara de la ville en 1158 ou 1161/1162. Après une tentative de condominium en 1167, la question ne fut réglée qu’en 1173 avec Guichard de Pontigny qui procéda à un échange : le comte du Forez abandonnait tout pouvoir sur Lyon et le Lyonnais et l’archevêque toutes ses possessions en Forez. L’archevêque « est à nouveau le seul maître de la ville » (Rubellin 2003 : 376 ; Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 235‑242).

44D’après l’accord de 1167, le pouvoir temporel de l’archevêque s’étendait sur une assez grande surface, a croce beati Hirenei usque a crucem beati Sebastiani et a flumine Echaravi usque ad portem Veterem, de Vaise (ruisseau Charavay) à Saint-Irénée et de la Croix-Rousse (croix de Saint-Sébastien) au centre de la Presqu’île (la « porte vieille » était proche de la future église de Saint-Bonaventure) (Guigue 1885‑1893 : I, 79 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 339, fig. 332 ; Charansonnet et al. 2015 : 230‑235) (fig. 69). En effet, ces points remarquables et reconnaissables par tous, constituaient, pour P. Pouzet, les limites du projet de coseigneurie des archevêques et du comte de Lyon et pouvaient correspondre aux limites extérieures de l’ancien suburbium qui est, par exemple, mentionné pour Pierre Scize (Grégoire de Tours, GC, 63) (Pouzet in Kleinclausz 1939 : 166). Dans ce suburbium s’étaient installées, dès les Ve-VIIe siècles, de petites nécropoles ou des basiliques funéraires et Saint-Laurent de Choulans est dit hors les murs dans le diplôme de Charles le Gros de 885.

Fig. 69 – Plan de la ville de Lyon du XIe au XIVe siècle (J.‑F. Reynaud ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 69 – Plan de la ville de Lyon du XIe au XIVe siècle (J.‑F. Reynaud ; DAO C. Ybard, SAVL).

45J. Rossiaud remarque à juste titre que la situation citra Ararim précisée par la Bulle d’or est vue par les Impériaux et désigne le quartier Saint-Jean et non le burgus tout en soulignant le caractère inconsistant de la prétendue séparation entre royaume et empire dont les frontières ont varié au cours des siècles (Rossiaud 2012 : 300‑309 ; Rossiaud 2013 : 90‑95). Pourtant l’introduction de l’ouvrage sur Lyon entre Empire et Royaume reprend l’acception traditionnelle de la Saône séparant part du Royaume et part d’Empire, que l’on déduit d’un texte de Pierre le Vénérable et de l’attribution du péage de Trévoux (rive gauche de la Saône) par Henri VI « roi des Romains » et de Givors (rive droite du Rhône) par Philippe Auguste ; cette distinction d’usage courant entre le XIVe et le XVIIe siècle, alors même que le roi de France avait mis la main sur la totalité de la ville, est considérée, par le père Ménestrier, comme traditionnelle chez les mariniers qui fréquentaient les deux cours d’eau (Ménestrier 1696 : 14 ; Rossiaud 2012 : 302‑305 ; Charansonnet et al. 2015 : 15 et 1 ; Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 186‑188 et 197‑201 ; Parent, Dauphant in Charansonnet et al. 2015 : 415‑419).

46L’économie de type seigneuriale était également aux mains de l’archevêque, des chapitres et des abbayes (Hélary in Charansonnet et al. 2015 : 368‑369). La ville relevait de la directe des établissements ecclésiastiques lyonnais qui percevaient des redevances foncières sur les habitants alors que l’archevêque disposait de la seigneurie banale et exerçait les droits de justice et de battre monnaie. On peut même dire que son emprise sur la ville s’accrut de la mainmise sur les berges des cours d’eau qui furent déclarées terres épiscopales, dès les années 1170‑1180 (Gauthiez 1994 : 21‑22, fig. 13). Force est de constater que la seule donnée archéologique concernant une activité artisanale, peut-être un four, se situe dans la cour du palais Saint-Jean (Vicart, Kuntz 1997 : 2‑3).

  • 1 Construction d’abord en bois puis en bois et pierres entre la fin du XIIe et le XIVe siècle (Burno (...)

47L’autorité de l’archevêque se heurta alors au désir des bourgeois de bénéficier de quelques libertés. Cette bourgeoisie d’artisans et de commerçants avait profité de la construction (ou reconstruction), au XIe siècle, d’un pont sur la Saône et plus tard, au dernier tiers du XIIe siècle, d’un pont sur le Rhône indispensable pour participer à l’essor économique et aux échanges entre l’Italie et les foires de Champagne1. Cette entreprise difficile nécessita un accord avec l’abbaye d’Ainay, le financement par des dons, l’appel à des spécialistes comme les Frères du pont. Malgré ces progrès, la ville ne profita que tardivement du grand essor du monde occidental. Il fallut attendre la fin du XIIe et le premier tiers du XIIIe siècle pour voir se multiplier les lotissements dans la Presqu’île. Le commerce était encore local et reposait surtout sur l’achat de produits alimentaires, les péages ne mentionnant que de rares produits de provenance lointaine. Le commerce par voie d’eau était le plus important et les ports étaient nombreux sur la Saône. Face aux revendications des bourgeois, l’archevêque refusa toutes concessions comme si les restructurations carolingiennes avaient été suffisantes pour répondre aux problèmes. Les révoltes populaires ou rebeynes se multiplièrent plus tard, comme en 1208 et en 1269, et malgré la victoire finale de l’archevêque, les bourgeois enrichis obtiendront l’abandon de certaines taxes, moyennant des prêts à l’archevêque

3.2.2. La ville

48La ville proprement dite se réduisait au tracé de l’enceinte réduite, avec une surface construite qui occupait à peine la moitié de la superficie totale et qui excluait les bourgs neufs créés aux portes de la ville, au nord de la Presqu’île et à l’ouest à Saint-Irénée (fig. 69). La rive droite de la Saône était le secteur le plus densément construit avec un habitat qui s’étendait au sud, en aval de Saint-Georges et au nord à Bourgneuf, en amont de Saint-Paul où dès la fin du XIe siècle, les chanoines reçurent une fonction et un ressort paroissial (Duplain, Giraud 1899 : 25).

49Un des changements fondamentaux de la topographie urbaine fut apporté par la construction d’un pont sur la Saône, au droit de Saint-Nizier puis sur le Rhône nettement plus au sud. Commencé dans la première moitié du XIe siècle, le pont sur la Saône fut achevé sous l’archevêque Humbert avant 1079 (vers 1074 le custode Humbert finança la construction d’une arche) (Hours 1996 : 12 ; Cottin in Pelletier, Rossiaud 1990 : 355‑356). Si le choix de l’emplacement s’explique par la présence d’une table rocheuse au milieu de la Saône, par la proximité avec la basilique de Saint-Nizier et avec le quartier bourgeois du centre de la Presqu’île, nous estimons qu’il s’agit sans doute d’une reconstruction (voir 1.1.3).

3.2.3. Les édifices religieux

50Les textes concernant les édifices religieux deviennent un peu plus explicites alors que ceux-ci apparaissent, aux XVIe-XVIIIe siècles, sur les premières représentations gravées ou peintes. Les données archéologiques restent rares et ne concernent que le groupe épiscopal ou Saint-Irénée.

3.2.3.1. Le groupe épiscopal : les reconstructions du XIe siècle

51Elles sont connues par les textes qui commencent à concerner Sainte-Croix et par les données archéologiques qui portent surtout sur Saint-Étienne.

Les textes

52À l’église majeure maxima ecclesia sancti Johannis, une tour, sans doute un clocher-porche, fut élevée au début du XIe siècle par le doyen Fredaldus. Entre 1064 et 1083, le doyen Richo fit refaire le toit et consolider un mur qui menaçait de s’effondrer en le doublant d’un autre mur comme on le constate, par exemple, dans l’abside (Guigue, Laurent 1951 : 62, 70 ; Reynaud 1998 : 46). Il est difficile d’estimer l’étendue des travaux car, encore une fois, nos connaissances de cette première église romane détruite par la grande cathédrale gothique se limitent à l’abside et au chœur. À Saint-Étienne, les mentions de dons pour l’œuvre de l’autel sont nombreuses tout au long des XIe XIIe et XIIIe siècles. À Sainte-Croix, les dons se multiplièrent à partir de la fin du XIe siècle pour devenir plus importants dans la seconde moitié du XIIe siècle (Reynaud 1998 : 46).

Les données archéologiques : Saint-Jean*, Saint-Étienne* (l’église des chanoines), Sainte-Croix*, la Manécanterie, le palais épiscopal

53Les transformations majeures mises au jour par les fouilles concernent Saint-Étienne dont les fondations ont été presque intégralement retrouvées alors que pour Saint-Jean la reconstruction de l’abside constitue la seule trace connue d’une campagne de travaux sans doute plus étendue (fig. 70).

Fig. 70 – Groupe épiscopal : plan de l’état 5 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 70 – Groupe épiscopal : plan de l’état 5 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
Saint-Jean

54Le mur de l’abside carolingienne est encore conservé en élévation sur une assez grande longueur (fig. 37). Sans être reconstruit, il fut doublé à l’intérieur par un mur puissant (0,65 m d’épaisseur) conservé sur environ 0,50 m de hauteur et par un banc du clergé qui comprenait une banquette supérieure assez large (0,60 m) et haute (0,50 m), une banquette inférieure plus étroite (0,28 m) et plus basse (0,40 m) servant de repose-pieds. Le mur et ses deux banquettes sont faits de moellons irréguliers, souvent des remplois, liés par un mortier granuleux, peu résistant et légèrement rosâtre ; l’ensemble est couvert d’une épaisse couche de mortier rosâtre, lissé en surface. Comme on peut le constater dans la brèche creusée au milieu de l’abside, ces structures appartiennent à une même construction dont les fondations repérées sur plus d’un mètre de profondeur ont cassé le sol carolingien ; dans le sondage nord, les fondations de ce doublage reposent sur un bloc de choin à 165,05 m NGF.

55À l’extérieur, un niveau de chaux pourrait constituer un sol de travail à h = 165,81 m NGF. À l’intérieur, un sol en béton de tuileau est posé directement sur le sol carolingien (h = 167 m NGF). Une restauration de ce sol est visible au nord de l’abside, où un mortier clair a été posé pour rattraper le pendage du sol causé par la présence de l’égout romain, au centre de l’espace ; à l’ouest, ce sol a été cassé par la tranchée de fondation du chaînage gothique et des fragments du sol en béton sont tombés dans la fosse. L’emplacement du trône épiscopal ou cathèdre n’est visible qu’en négatif contre la paroi de l’abside mais la dalle de marbre décorée de peltes sur laquelle l’évêque posait les pieds subsiste encore. On ignore malheureusement tout du reste de l’église à l’exception de la travée voisine à l’ouest, fouillée en 1935 mais non accessible.

Saint-Étienne (l’église des chanoines)

56Dans l’Obituaire de l’Église de Lyon, les mentions de travaux sont nombreuses dès le début du XIe siècle : dons de Rollannus, Umbertus et Gaubertus ; au cours de la seconde moitié du siècle, dons de Rotbertus, d’autres dons concernent l’œuvre de l’autel ou les autels de Saint-Étienne, dons d’Antelmus et de Willelmus (Guigue, Laurent 1951 : 53, 54, 71, 104, 136 et 103 ; Reynaud 1998 : 46). On peut supposer que l’ancienne église a été détruite. Un plan de l’église relevé en 1791 par C. Percier lors d’un de ses passages à Lyon pendant son voyage de Rome à Paris et juste avant la destruction de l’église permet de reconstituer l’état ancien de l’édifice avec ses absidioles (l’abside principale a été modifiée au XVe siècle) et son transept (Bibliothèque de l’Institut, Réunion des musées nationaux, inventaire ms. 1010, f° 7 NUIV) (fig. 154 infra).

57À l’emplacement du baptistère, les fouilles ont mis au jour une église de petite taille (25 m par 17 m) et de plan centré, une des plus belles réussites de l’époque romane à Lyon, église qui fut ensuite agrandie vers l’ouest, à l’emplacement de la cathédrale primitive (fig. 71).

Fig. 71 – Saint-Étienne : plan de la nouvelle église dans son état 1 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 71 – Saint-Étienne : plan de la nouvelle église dans son état 1 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

58L’abside est assez bien conservée (5,60 m de longueur sur 3,20 à 3,30 m de largeur à l’extérieur) malgré une coupure par un égout d’est en ouest (fig. 72). Semi-circulaire à l’intérieur, elle se termine à l’est par un mur droit. En fondation, l’appareil est constitué de pierres d’angles assez allongées (0,55 à 1 m de longueur) ; au-dessus d’un ressaut marqué par des dalles creusées d’une rigole à h = 165,50 m NGF, le parement en appareil irrégulier, qui comporte des remplois en particulier un modillon mérovingien, est doté de chaînages d’angle en calcaire tendre. Le mur sud du chœur comportait dans sa partie supérieure de grandes dalles de choin remployées ; un banc de pierres réduisait sa largeur à 1 m alors qu’un massif renforçait la base sud de l’arc de l’abside ; des fragments de sol de mortier rosâtre peu compact sont conservés dans cette zone et présentent les traces de ressauts successifs (marches ?).

Fig. 72 – Saint-Étienne : relevé du mur est du chevet, parement est (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 72 – Saint-Étienne : relevé du mur est du chevet, parement est (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

59Les absidioles orientées peuvent être reconstituées grâce aux vestiges conservés du côté sud où un socle puissant sert de soubassement aux structures plus légères de l’absidiole (mur de 0,46 m d’épaisseur) dont la moitié sud du tracé semi-circulaire et de sa paroi nord est conservée sur une dizaine de centimètres de hauteur au-dessus du socle ; sur ce socle était inscrite en négatif la trace du dallage primitif de l’absidiole (h = 166,30 m NGF). L’angle de l’absidiole n’était pas renforcé de contreforts. Au nord, une fosse d’aisances a fait disparaître toute trace de l’absidiole mais on peut la reconstituer par symétrie. Le plan de C. Percier (1791) montre bien deux absidioles empâtées dans un mur plat et l’abbé Sachet en donne le vocable : à droite la chapelle Notre-Dame des Grâces et à gauche la chapelle Saint-Clément (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 45).

60Le transept, conservé presque intégralement en plan et partiellement en élévation, atteint environ 21 m de longueur sur environ 11,40 m de largeur (extra-muros) : construite au-dessus de fondations assez puissantes (1,60 m d’épaisseur), l’élévation ne subsiste que sur 0,85 m de hauteur. L’appareil qui présente des moellons de dimensions moyennes (0,20 m à 0,30 m par 0,15 m à 0,25 m), taillés au pic, est recouvert de joints assez couvrants (mortier blanc et dur) ; il est renforcé aux angles par des chaînages en moyen appareil de calcaire tendre aux joints épais. Au sud, les murs sont un peu moins puissants (1,40 et 0,60 m). À l’intérieur un banc de pierre longe les parois nord, sud et ouest du transept ; une base encore en place au-dessus de la banquette suggère un décor d’arcature et des massifs, semblables à ceux de l’est, renforcent la croisée du transept (fig. 73). À l’extérieur des contreforts sont placés aux angles et au centre des façades nord et sud (fig. 74). Une porte percée dans le bras sud du transept donnait accès à la cathédrale Saint-Jean (seuil à h = 166,35 m NGF) ; une autre porte dont ne subsiste que le piédroit ouest dans le mur nord du bras nord et qui ouvrait sur Sainte-Croix, a conservé une base en place – deux tores encadrant une gorge assez plate. Le seuil de la porte était à h = 166,66 m NGF et quelques dalles calcaires étaient encore accrochées à l’angle intérieur nord-ouest du transept à h = 165,75 m NGF. On ignore tout du voûtement mais le plan de C. Percier (1791) figure des voûtes d’arêtes sur les bras et sur la croisée du transept (fig. 154 infra).

Fig. 73 – Saint-Étienne : relevé du mur nord du bras nord du transept et du mur gouttereau nord de la nef (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 73 – Saint-Étienne : relevé du mur nord du bras nord du transept et du mur gouttereau nord de la nef (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 74 – Saint-Étienne : vue du contrefort nord-ouest du transept (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 74 – Saint-Étienne : vue du contrefort nord-ouest du transept (ÉRA 26 CNRS).

61La nef très courte (9 m de longueur et de même largeur que la croisée du transept) a pu être reconstituée à partir de l’extrémité ouest du mur nord, du mur sud mieux conservé (0,96 à 1 m d’épaisseur en élévation) et du parement nord du mur de façade. Un banc de 0,40 m de large borde l’intérieur des murs latéraux.

62Des éléments de corniche retrouvés en remploi comportent des cupules quadrilobées et des modillons à copeaux qui pourraient provenir de cet édifice (fig. 75). On en trouve à Lyon à Sainte-Blandine d’Ainay, datés du dernier tiers du XIe siècle (Parron et al. 2008 : 137‑138) et à l’Île-Barbe (musées Gadagne) (Reynaud 1995e : fig. 14). Ceux de Dijon en provenance de la chapelle Saint-Michel de Saint-Bénigne sont datés trop tardivement (Malone 2008 : 141‑142). D’autres éléments de corniche récupérés à proximité de Saint-Étienne (n° 640) peuvent être comparés à ceux de l’Île-Barbe avec les mêmes fleurons et les mêmes rinceaux (musées Gadagne) (Reynaud 1995e : fig. 13) (fig. 76).

Fig. 75 – Saint-Étienne : reconstitution de la corniche du toit (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 75 – Saint-Étienne : reconstitution de la corniche du toit (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 76 – Saint-Étienne : décor d’entrelacs (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 76 – Saint-Étienne : décor d’entrelacs (ÉRA 26 CNRS).

63Trois sondages ont permis de bien situer le porche construit à l’ouest de la nef (5,30 m par 5,30 m). Les murs sont légèrement obliques les uns par rapport aux autres et plus puissants que ceux du transept (1,70 m en fondation et 1,60 m en élévation).

Reconstitution (fig. 77)

Fig. 77 – Saint-Étienne : reconstitution de l’édifice (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 77 – Saint-Étienne : reconstitution de l’édifice (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

64On peut reconstituer trois absides empâtées dans des murs plats, un court transept dont les contreforts et le plan de 1791 laissent supposer un voûtement d’arêtes. Deux fenêtres pouvaient ouvrir sur chacune des façades du transept. Si l’on peut envisager pour l’abside orientale une voûte en cul-de-four et trois petites ouvertures (comme sur le recueil de la collection Marduel), l’extrémité occidentale pose question : on pourrait reconstituer un simple porche mais la puissance des fondations suggère plutôt un clocher-porche. Ce type de clocher se retrouvait déjà en façade de la cathédrale Saint-Jean à Lyon, à Saint-Martin d’Ainay, peut-être à Saint-Paul (Reveyron 2005 : 251‑259), à Saint-Pierre des Terreaux (anonyme Picornot, dessin du XVIIIe siècle ; Chomer, Pérez 1982 : 114) et à Saint-Nizier (voir plus bas).

Comparaison et datation

65Malheureusement, on dispose de peu d’éléments pour dater cet édifice : le chevet rectangulaire est fréquent dans les petites églises de l’an mil, comme à l’église de Salaise-sur-Sanne (38) (Reynaud 1992) datée par de la céramique à fonds marqués ou à la chapelle du château d’Albon (Poisson 1998). Le chevet plus élaboré à absidioles à chevet plat se retrouve également à Cluny II avant 981 (Baud, Sapin in Iogna-Prat et al. 2013 : 497‑516) et auparavant, mais dans une typologie différente, dans les églises de l’Antiquité tardive, comme Saint-Just et Saint-Laurent de Choulans (Reveyron 2001 : 27). Le plan cruciforme à courte nef est assez rare car peu adapté aux besoins d’une communauté importante. On le retrouverait plutôt dans un contexte baptismal dès l’époque paléochrétienne comme à Mariana et à Valence, dans ce dernier cas, le baptistère est transformé en église au XIe siècle par la possible adjonction d’absidioles et d’une abside de plan carré à l’extérieur (Parron 2006). L’église de Sankt-Mangen à Saint-Gall (Suisse), construite à l’époque de Salomon III, abbé de Saint-Gall (890‑920) et agrandie au XIe siècle autour de 1100 (Sennhauser 2003 : 164‑165), présente un noyau central de 8,7 m de côté à coupole sur trompes entouré sur ses quatre côtés de niches voûtées en berceau (après 993). Si l’on remonte dans le temps, le sacello du groupe épiscopal de Saint-Just de Trieste (Italie) qui possédait trois nefs et trois absides fermées par un mur plat (Caillet 1993 : 291 ; Sennhauser 2003) a été reconstitué selon un plan très proche de celui de Saint-Étienne. Le plan cruciforme de Saint-Étienne est aussi l’héritier des mausolées comme celui de Galla Placidia ou des petites églises cruciformes wisigothiques, comme en Espagne, Santa Maria de Melque, Sao Frutuoso de Montellos, Santa Comba de Bande ou Santa Maria de Lebena (Barral i Altet 1997) ; héritier également des chapelles annexes comme celle de Saint-Felix et Saint-Fortunat de Vicence (Italie). Plus près, dans le temps et dans l’espace, la chapelle Notre-Dame, annexe de Saint-Pierre de Vienne et reconstruite au XIIsiècle, offre des similitudes (Reynaud et al. 2016 : 60‑62). À Saint-Martin d’Ainay, le chevet présente des absidioles orientées à chevet plat greffées sur un transept mais avec une grande abside centrale semi-circulaire (Reynaud et al. 2016 : 60‑62).

66Ainsi, Saint-Étienne, par son type architectural appartiendrait encore à une tradition qui perdure au XIe siècle. Il faut tenir compte du matériel des tranchées de fondation où l’abondance de la céramique à fonds marqués confirmerait, même s’il peut s’agir de tessons provenant de couches plus anciennes, une construction du XIe siècle. On pourrait associer à cet édifice d’importants fragments de corniche, où alternent modillons à copeaux et cupules dont le type apparaît dans le premier tiers du XIe siècle mais est utilisé tout au long du siècle. On le connaît à Lyon à la chapelle Sainte-Blandine d’Ainay dans son état 2. Le profil des bases de colonnettes ainsi que les éléments récupérés de corniches interdisant toutefois une datation trop basse. Quant au baptistère de Valence, il ne fournit pas de date précise alors que les études récentes de Saint-Martin d’Ainay, qui ont conclu à l’homogénéité de l’édifice daté du début du XIIe siècle – hormis le clocher-porche – fournissent une datation ante quem (Parron et al. 2008 ; Reynaud et al. 2016 : 56‑57). Tous ces indices suggèrent une construction du troisième tiers du XIe siècle. Cet édifice de plan remarquable mais de petite dimension devait bien convenir à une communauté de chanoines d’une trentaine de personnes.

Sainte-Croix

67À la fin du XIe siècle et surtout dans la seconde moitié du XIIe siècle, les dons à l’église Sainte-Croix se font plus fréquents, dons d’Étienne de Rochetaillée, doyen de Saint-Étienne, et de Bernard de Sandrans (1165‑1180), mais les mentions de travaux restent peu nombreuses dans l’obituaire (Reynaud 1994) (fig. 70).

68L’église est reconstruite avec la même largeur. La faible épaisseur de ses murs prouve que l’église romane, qui utilise des structures mérovingiennes pour son mur sud, mérovingiennes et carolingiennes pour son mur nord, était encore charpentée. Seule l’abside était sans doute voûtée. Comme nous l’avons vu, les caves ont détruit une grande partie des vestiges mais l’abside mérovingienne était peut-être encadrée, en tout cas au sud, par le prolongement des murs gouttereaux jusqu’à l’ancien mur d’enceinte, encore conservé en élévation. Ces murs gouttereaux subsistent sur quelques mètres sous la rue Mandelot mais seul le mur sud (M3) a conservé quelques assises romanes en élévation, au-dessus des assises carolingiennes (entre h = 165,50 et 166,50 m NGF). Ce mur de 0,95 m à 1 m de largeur est construit en appareil irrégulier lié par un mortier clair et dur et sa paroi interne est recouverte d’un enduit. Sous l’ancienne rue Mandelot, le mur nord a été détruit jusqu’aux niveaux carolingiens mais, nous l’avons vu, ceux-ci sont conservés en élévation dans le garage de la rue Mandelot. Aucune trace de contrefort n’a été repérée. Ces murs nettement obliques suggèrent un élargissement de l’église de l’est vers l’ouest.

69En ce qui concerne une éventuelle subdivision en trois nefs, le problème reste le même qu’à l’époque carolingienne en raison du fort espacement des murs gouttereaux (17 m à l’intérieur des murs) et de l’absence de fondations de piliers qui auraient pu être détruits lors de la construction des bases gothiques.

70Sainte-Croix reste donc, par certains côtés, une église du haut Moyen Âge. On ignore si la reconstruction, que l’on datera sans précision de la seconde moitié ou du dernier quart du XIe siècle en raison de la récupération de structures carolingiennes, a été partielle ou totale.

71Les deux transformations majeures du quartier concernent les bâtiments canoniaux ainsi que le palais épiscopal, en partie conservés, alors que les textes restent muets sur le cloître.

La Manécanterie

72Une étude du bâti réalisée par M. Vialettes à l’occasion d’un premier nettoyage a permis de faire remonter la construction du mur ouest de l’édifice à la fin du XIe siècle (Vialettes 1995). La Manécanterie, qui fit d’abord fonction de réfectoire pour les chanoines puis de logement pour les clergeons, fut alors construite dans une architecture simple qui s’inspirait du premier art roman avec ses contreforts plats ou lésènes et ses arcatures. Au sud, elle s’appuya, contre le mur repris à l’époque carolingienne selon un axe oblique qui était sans doute aussi celui du cloître des chanoines (fig. 70).

Le palais épiscopal

73À l’occasion d’un colloque sur les palais épiscopaux, nous avons pu reprendre l’étude de celui de Lyon (Reynaud 2012 : 15‑27 ; Cottin 1992) (fig. 78). Malheureusement les vestiges anciens n’ont jamais fait l’objet d’une analyse archéologique, malgré une restauration des façades de l’édifice sur la Saône et sur la place Adolphe-Max. Avant 1076, l’archevêque Humbert construisit un palais renforcé de tours en bordure de Saône, domum episcopalem cum turribus aedificavit. Une grande aula était encadrée de deux tours bien visibles sur les gravures, dessins ou documents anciens (anonyme Fabricszy, XVIe siècle, Staatsgalerie de Stuttgart). D’importants vestiges en sont conservés : la tour sud qui a été englobée au XVe siècle dans un massif plus puissant, la tour nord qui a perdu une partie de son élévation, la salle centrale qui a été reconstruite au XVIe et au XIXe siècle. Significative est la présence de ces tours, signe de la puissance temporelle de l’évêque, que l’on retrouve dans de nombreuses constructions palatiales royales (Oviedo), princières (Zurich) et épiscopales (Valence, Autun, Beauvais). Significatif également est l’emplacement de ce palais qui s’appuyait contre l’enceinte primitive et empiétait sur les berges de la Saône tout en permettant à l’évêque un accès direct à son église ; on peut également se demander si l’enceinte n’avait pas été déjà légèrement déplacée pour agrandir l’espace réservé à l’archevêque.

Fig. 78a et b – Palais épiscopal : a : plan des différents états (rouge : XIe siècle ; ocre : XIIe-XIVe siècles ; jaune : XVe-XVe siècles) (F.‑R. Cottin, SAAL) ; b : vue du palais Saint-Jean, de la Nouvelle Manécanterie et de la cathédrale Saint-Jean, gravure H. Leymarie (AML, 1758W 108 ; la couleur ajoutée met en évidence les parties du XIe siècle).

Fig. 78a et b – Palais épiscopal : a : plan des différents états (rouge : XIe siècle ; ocre : XIIe-XIVe siècles ; jaune : XVe-XVe siècles) (F.‑R. Cottin, SAAL) ; b : vue du palais Saint-Jean, de la Nouvelle Manécanterie et de la cathédrale Saint-Jean, gravure H. Leymarie (AML, 1758W 108 ; la couleur ajoutée met en évidence les parties du XIe siècle).

Fig. 78a

3.2.3.2. Églises abbatiales, collégiales, paroissiales, chapelles, recluseries

74Nos fouilles ont surtout documenté les collégiales Saint-Just et Saint-Irénée. Nous nous contenterons donc de quelques rappels pour les autres sites en insistant sur l’abbatiale d’Ainay qui a fait l’objet à la fois de sondages et de recherches de notre part ainsi que d’études récentes.

Églises abbatiales : l’Île-Barbe (Saint-Martin et Saint-Loup, Saint-André), Saint-Martin d’Ainay, le clocher-porche vestige de l’église disparue du XIe siècle et la chapelle Sainte-Blandine, Saint-Pierre des Terreaux

L’Île-Barbe (Saint-Martin et Saint-Loup, Saint-André)

75Nous serons bref sur l’abbaye de l’Île-Barbe actuellement en cours d’étude par C. Gaillard (voir son encart sur la chapelle Saint-André), mais, comme nous nous sommes autrefois intéressé à la question, nous rappellerons quelques grands traits de l’histoire de l’abbaye et de l’église principale dédiée à Saint-Martin et Saint-Loup (Reynaud 1995d).

Les textes

76Après une destruction, plausible mais non prouvée, par les Hongrois, Conrad le Pacifique restaura la grande église. La « royale abbaye » fut honorée de chartes et de privilèges par les papes, archevêques, empereurs et rois. Les biens de l’abbaye, confirmés en 1183 par le pape Lucius III, se multiplièrent : terres cultivées par les moines eux-mêmes ou par des colons, églises, chapelles, prieurés dans le Forez, le Lyonnais, la Bresse, le Dauphiné, les Alpes et la Provence (Charpin-Feugerolles, Guigue 1885‑1893 : I, 12‑14 et 115‑120). Faute de confirmations archéologiques, on ne peut guère tenir compte de C. Le Laboureur qui, en 1665, attribue la construction de la grande église à l’abbé Eldebert (985) et celle de Notre-Dame à l’abbé Ogier en 1070 (Le Laboureur 1665‑1681 : I, 68) mais comme on ne peut pas non plus prouver qu’il a tort, il faut admette la possibilité, à cette époque, d’une reconstruction pour Saint-Martin et d’une première construction pour Notre-Dame. La plus ancienne représentation de l’île a été dessinée par l’anonyme Fabricszy au XVIe siècle (vue du sud) (Staatsgalerie Stuttgart) ; celle de Martellange en 1608 montre l’abbaye vue du sud (fig. 79). Dans les deux cas figurent assez clairement les trois églises de l’abbaye ; l’église Saint-Martin est encore représentée sur l’aquarelle de Grobon réalisée à l’occasion de la visite du pape Pie VII en 1805.

Fig. 79 – « Nostre-Dame de l’Ysle-Barbe, proche de Lion », par Martellange (1608) (BnF, cabinet Richelieu, réserve UB-9, boîte FT4).

Fig. 79 – « Nostre-Dame de l’Ysle-Barbe, proche de Lion », par Martellange (1608) (BnF, cabinet Richelieu, réserve UB-9, boîte FT4).
Les édifices

77À l’époque romane, le monastère comportait en effet trois lieux de culte (Gaillard in Reveyron, Puel, Gaillard 2013 : 149‑150). Seule l’église Notre-Dame est encore assez bien conservée puisque subsistent les murs gouttereaux nord et ouest de la nef, son chevet, son clocher (fig. 1, n° 4). Son étude, amorcée par l’architecte A. Cateland (Cateland 1936), a été reprise par C. Gaillard qui a pu, grâce à des recherches archéologiques, reconstituer plusieurs états de construction de l’église. On trouvera dans l’ouvrage de B. Voisin une description de l’édifice et des travaux récents de restauration (Voisin 2017 : 62‑65).

Une église abbatiale disparue mais connue par les textes et par l’iconographie

78De l’église principale dédiée à Saint-Martin et Saint-Loup, ne subsiste du XIe siècle que le mur sud du transept avec un décor d’arcs en mitre, et une petite partie de la façade occidentale (fig. 1, n° 3). Les recherches anciennes menées par A. Cateland (1936) (fig. 80), par M.‑M. Cottinet-Bouquet (Cottinet-Bouquet 1965) et une analyse des documents iconographiques anciens (Reynaud 1995e ; Mémoires de pierres 1995 : 33‑40) ont permis de reconstituer un édifice caractérisé par un chevet à absidioles échelonnées greffées sur un transept débordant, surmonté d’un clocher et par trois nefs. Nous ne disposons malheureusement pas de vues intérieures de la nef de l’église et la description de 1628 mentionnant des galeries suggère la présence de tribunes au-dessus des bas-côtés (Procès-verbal de visite, 1628, ADR, 10 G 3389, annexe 1.10). Une petite crypte, retrouvée grâce aux « fouilles » de L. Sarsay en 1884, abritait les nombreuses reliques que les moines s’enorgueillissaient de posséder dont le corps de sainte Anne, le Graal et le cor de Roland (fig. 81). Ce type d’édifice est caractéristique des églises romanes lyonnaises très influencées par les églises auvergnates – mais l’inverse est aussi possible – comme le montrent la présence supposée de tribunes et les arcs en mitre conservés du décor intérieur du transept et l’implantation d’un clocher à la croisée du transept est déjà le signe d’une évolution, comme à Saint-Martin d’Ainay.

Fig. 80a et b – Île-Barbe : coupes longitudinale et transversale de l’église abbatiale (musées Gadagne, fonds Cateland [9] 70.11.4, i, plan 22 et 20).

Fig. 80a et b – Île-Barbe : coupes longitudinale et transversale de l’église abbatiale (musées Gadagne, fonds Cateland [9] 70.11.4, i, plan 22 et 20).

Fig. 80a

Fig. 81 – Île-Barbe : plan de la crypte (musées Gadagne, fonds Cateland, [9] 70.11.4, i, plan 27).

Fig. 81 – Île-Barbe : plan de la crypte (musées Gadagne, fonds Cateland, [9] 70.11.4, i, plan 27).

79La salle du chapitre qui subsiste au sud du bras méridional du transept n’a malheureusement pas pu être étudiée par C. Gaillard. On doit donc se contenter des relevés d’A. Cateland qui dessine une construction rectangulaire, sans doute voûtée dans un deuxième temps. De la rue, on distingue à mi-hauteur d’anciens bas-reliefs qui ont été étudiés par M.‑M. Cottinet-Bouquet et datés du dernier quart du XIe siècle (Cottinet-Bouquet 1965 ; Cottinet-Bouquet 1973) ; d’autres bas-reliefs ainsi que des chapiteaux ont été récupérés par le musée historique de Lyon à diverses époques, parfois récemment lors de la démolition d’une maison de Vaise. Ils ont été étudiés par nous-même et par C. Becker (Mémoires de pierres 1995 : 51‑114). Les bas-reliefs sont remarquables par la variété des sujets : l’éléphant, le basilic, l’ours (fig. 82), des signes du Zodiaque et par la précision de la taille. Les chapiteaux ont pour l’essentiel un décor d’entrelacs qui les replacent dans le même contexte que les chapiteaux du cloître de Tournus, de l’église Saint-Pierre de Montmajour ou de la cathédrale du Puy ; quelques chapiteaux à décor d’entrelacs ornent actuellement le baptistère d’Ainay où ils ont été transférés au XIXe siècle (Reynaud, Aubert 1997 : 23‑24 ; Reynaud et al. 2016 : 110‑111) (fig. 83).

Fig. 82 – Île-Barbe : bas-relief de l’ours (musées Gadagne, dessin H.‑P. Auclair, ÉRA 26 CNRS).

Fig. 82 – Île-Barbe : bas-relief de l’ours (musées Gadagne, dessin H.‑P. Auclair, ÉRA 26 CNRS).

Fig. 83 – Île-Barbe : chapiteau du XIe siècle (déposé au baptistère de Saint-Martin d’Ainay) (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 83 – Île-Barbe : chapiteau du XIe siècle (déposé au baptistère de Saint-Martin d’Ainay) (cliché J.‑P. Gobillot).

La reconstruction de l’église Saint-André de l’Île-Barbe (an mil) (fig. 1, n° 2)

Charlotte Gaillard

L’église Saint-André de l’Île-Barbe a fait l’objet d’une reconstruction au Xe siècle (fig. 84, plan). La nef, longue de 11 m par 5,50 m de large, est flanquée d’un transept bas et très saillant de 12 m de long par 3,50 m de large. Le chevet, entièrement détruit, pourrait être restitué sous la forme d’une abside ou d’un chevet plat. Le tout était charpenté excepté peut-être le sanctuaire.

Les murs, épais de 0,70 m, sont construits en tout-venant de gneiss et de calcaire doré disposés par en endroit en assises obliques et pris dans un mortier de tuileau très grossier dont les charbons ont été datés du Xe sièclea. Ils présentent de nombreux remplois qui ont pu être récupérés de l’édifice antérieur : portes en plein cintre construites en calcaire de Seyssel, tailloirs en marbre remployés dans les chaînages, dalles de marbre blanc prises dans les fondations (fig. 85, élévation du mur sud).

Par la suite, le chevet a été remanié à la fin du XIIe siècle : deux petites absidioles, construites en moyen appareil de calcaire de Lucenay, ont été greffées sur les bras du transept. Un bâtiment semble établi plus au nord, mais les reconstructions, à partir du XVe siècle, en ont effacé la trace (fig. 86, état actuel).

a. Analyses réalisées au Centre de datation par radiocarbone de Lyon : Lyon-8947 : 1140 +/- 30 BP ; âge calibré : 783 AD-981 AD ; pic de probabilité : 870 AD-981 AD ; Lyon-8948 (GrA) : 1065 +/- 30 BP ; âge calibré : 897 AD-1021 AD.

Fig. 84 – Île-Barbe : élévation du mur sud de Saint-André (relevé É. Bayen, C. Gaillard, F. Pont ; DAO É. Bayen et G. Macabéo).

Fig. 84 – Île-Barbe : élévation du mur sud de Saint-André (relevé É. Bayen, C. Gaillard, F. Pont ; DAO É. Bayen et G. Macabéo).

Fig. 85 – Île-Barbe : détail du mur sud (cliché C. Gaillard).

Fig. 85 – Île-Barbe : détail du mur sud (cliché C. Gaillard).

Fig. 86 – Île-Barbe : Saint-André vue de l’est, avec l’absidiole nord (cliché C. Gaillard).

Fig. 86 – Île-Barbe : Saint-André vue de l’est, avec l’absidiole nord (cliché C. Gaillard).
Saint-Martin d’Ainay, le clocher-porche vestige de l’église disparue du XIe siècle et la chapelle Sainte-Blandine

80La partie sud de la Presqu’île occupée par l’abbaye d’Ainay reste mal connue et les bâtiments abbatiaux, comme les églises anciennes, ont presque intégralement disparu. L’abbaye est toujours sous la domination de l’archevêque et ses domaines s’étendent aussi bien vers le Forez, la Suisse, l’Italie et la vallée du Rhône ; elle dispose de 48 prieurés en 1250 (bulle d’Innocent IV) (Reynaud et al. 2016 : 27‑33).

81Il n’est pas question de reprendre l’étude de la basilique actuelle mais de tenter une reconstitution de l’église du XIe siècle et de la situer dans son contexte (fig. 1, n° 41 et fig. 87).

Fig. 87 – Saint-Martin d’Ainay : plan de l’état 3 du XIe siècle (Parron et al. 2008 : fig. 39).

Fig. 87 – Saint-Martin d’Ainay : plan de l’état 3 du XIe siècle (Parron et al. 2008 : fig. 39).
L’église Saint-Martin disparue et son clocher-porche

82On a de la peine à reconstituer l’église du XIe siècle dont ne subsiste que le clocher-porche. On peut toutefois supposer une église de dimension semblable à celle d’aujourd’hui puisque la façade était située en arrière du clocher-porche et que le mur sud devait être proche de la chapelle Sainte-Blandine. La question est de savoir si le clocher-porche s’est appuyé contre une église plus ancienne, voire carolingienne ou s’il faisait partie d’un nouveau programme. Dans les deux cas, l’existence d’une double colonnade et d’une couverture en charpente est probable.

83Légèrement oblique par rapport à l’église, le clocher-porche est le seul de cette époque encore presque intact, d’où l’intérêt d’une rapide description (fig. 88). Il est remarquable par les gros blocs de remploi de son rez-de-chaussée à mettre en relation avec la démolition d’un édifice romain (l’abbaye avait des propriétés à la Croix-Rousse à proximité de l’amphithéâtre) ou paléochrétien (peut-être l’ancienne église de Saint-Martin d’Ainay), par l’utilisation de la brique pour les ouvertures dans un décor de marqueterie de briques et par les pyramidons de son clocher qui appartiennent au paysage lyonnais ; particularités qui suggèrent des liens avec l’Auvergne ou le Velay et la persistance de l’influence antique dans les matériaux de construction (Reynaud, Aubert 1997 : 14‑15 ; Parron et al. 2008 : 138‑139). Le moyen appareil succédant au grand appareil des blocs de remplois paraît une nouveauté à Lyon : il est associé à la frise de bas-reliefs qui souligne les parties hautes du deuxième étage. L’antériorité du clocher-porche par rapport à l’église actuelle datée du premier tiers du XIIe siècle et l’utilisation de la brique suggèrent une datation du dernier tiers du XIe siècle (Reynaud, Aubert 1997 : 14‑15 ; Reynaud et al. 2016 : 49‑52), époque où les clochers-porches sont nombreux à Lyon.

Fig. 88 – Saint-Martin d’Ainay : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 88 – Saint-Martin d’Ainay : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).
Sainte-Blandine : une chapelle conservée mais défigurée (fig. 89)

Fig. 89 – Sainte-Blandine d’Ainay : vue intérieure avant restauration (aquarelle, musées Gadagne, inv. N 3335 1001).

Fig. 89 – Sainte-Blandine d’Ainay : vue intérieure avant restauration (aquarelle, musées Gadagne, inv. N 3335 1001).

84Cette chapelle est la seule survivante, pour cette époque, des chapelles constituant le groupe monastique d’Ainay et la seule, pour la ville de Lyon, qui serve encore au culte. Les documents la concernant sont rares et anciens et l’on ignore même le vocable qu’elle pouvait avoir à ce moment. Après les multiples transformations qui l’ont défigurée, il est difficile de restituer son état ancien (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 576 ; Chagny 1935 : 229 ; L’abbaye d’Ainay 1997 ; Parron et al. 2008).

85Cette petite chapelle, construite au sud de l’abbatiale, présente deux parties distinctes par leur orientation et par le matériau employé. Lors du nettoyage de l’église, l’analyse du bâti a bien montré que la partie orientale de l’édifice était la plus ancienne par l’appareil et par le mortier (Parron et al. 2008 : 136‑138). Dans un premier temps, la chapelle comprenait une courte nef de 8,50 m de long, un chevet carré et un appareil où alternent pierres et briques liées par un mortier de tuileau. Dans un deuxième temps, elle fut agrandie vers l’ouest et l’on distingue clairement un changement d’orientation dans les murs gouttereaux ; les murs sont également rehaussés de 1,60 m. Le chevet oriental est remanié : il est couvert d’un décor à incrustations de briques surmonté de modillons à copeaux alternant avec des soffites à cupules. Les archéologues datent ces remaniements, caractérisés par l’emploi de la brique, de la fin du XIe siècle (Parron et al. 2008 : 137‑138). On pourrait attribuer à cette dernière campagne, l’aménagement intérieur du chevet avec son décor d’arcature et de chapiteaux à entrelacs, proches par le style de ceux de l’église de Saint-Romain-le-Puy en Forez, ainsi que l’aménagement de la petite crypte peut-être destinée à recevoir des reliques des martyrs de 177 (fig. 90) (Reynaud, Aubert 1997 : 12‑13). Une datation basse pourrait toutefois paraître en contradiction avec la datation haute des chapiteaux de Saint-Romain-le-Puy : soit on accepte cette contradiction sans pouvoir la justifier autrement que par des remplois (Parron et al. 2008 : 137), soit on remonte au Xe siècle le premier état de la chapelle et au début du XIe le deuxième état (Carcel in Carcel, Parron, Reynaud 1992 : 49‑58), soit enfin, on considère que seuls les chapiteaux de la crypte et des arcs extérieurs de Saint-Romain-le-Puy remontent à l’époque de l’installation des moines d’Ainay sur le site et que les chapiteaux intérieurs de l’église forézienne appartiennent à un doublage des murs du chevet (Parron, Reynaud in Carcel, Parron, Reynaud 1992 : 44, fig. 27c) et sont donc plutôt de la fin du XIe siècle, ce qui est notre avis. La chapelle, nous le verrons a été profondément transformée au XIXe siècle (voir 5.5.4).

Fig. 90 – Sainte-Blandine d’Ainay : chevet, étude archéologique (jaune : état 1, violet : état 2 du XIe siècle) (Parron et al. 2008, fig. 37).

Fig. 90 – Sainte-Blandine d’Ainay : chevet, étude archéologique (jaune : état 1, violet : état 2 du XIe siècle) (Parron et al. 2008, fig. 37).
Saint-Pierre des Terreaux

86L’église des moniales fut sans doute, assez tôt, pourvue d’un clocher-porche associé à une nef unique.

87Le clocher-porche qui donne sur la rue devait être un des plus beaux de Lyon, si l’on en croit un dessin du XVIIIe siècle (anonyme Picornot, BML, ms. 5708) (fig. 134 infra). Le mur ouest du porche est construit en grand appareil de choin. Une analyse, malheureusement seulement visuelle de cette paroi, semble indiquer un changement d’appareil entre le rez-de-chaussée et l’étage (fig. 91). On remarque également que les deux contreforts, le portail ainsi que la petite fenêtre qui le surmonte sont plaqués ou insérés dans une structure préexistante ; de même Fernand de Saint-Andéol distinguait deux états dans le portail du clocher-porche qui, dans un premier temps, aurait comporté trois voussures avec remploi « de deux futs de colonnes antiques et deux fragments d’une corniche romaine… » (Saint-Andéol 1864 : 69‑77). Enfin, le dessin, réalisé avant la démolition des étages supérieurs du clocher, montre des arcs polylobés et des arcatures « lombardes », signes d’ancienneté. D’où l’idée d’un clocher-porche construit au XIe (ou au début du XIIe siècle) et qui aurait pu être accolé à l’église carolingienne, dont l’abside aurait pu se situer à la quatrième ou à la cinquième travée de la nef. Il aurait pu aussi avoir été construit en même temps qu’une nouvelle église, alors en début de construction et pourvue d’une nef de même largeur que l’actuelle (9,50 m) et d’environ 25 m de longueur ; église que l’on pourrait rapprocher de celle plus petite de Saint-Paul (7,50 m par 20 m). La porte romane (et non carolingienne) à décor d’écailles dont les traces subsistent dans le contrefort nord-ouest du transept suggère un bâtiment abbatial accolé à l’église, comme on le voit sur la Grande Vue de Simon Maupin.

Fig. 91 – Saint-Pierre des Terreaux : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 91 – Saint-Pierre des Terreaux : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).

Églises collégiales : Saint-Just*, Saint-Irénée*, Saint-Nicolas, Saint-Paul, Saint-Nizier, Notre-Dame de la Platière

88Les nombreuses collégiales furent restaurées et adaptées aux nouveaux besoins. Dans certains cas, comme à Saint-Irénée et Saint-Paul, on dispose de suffisamment d’éléments pour reconstituer les édifices disparus, dans d’autres cas, comme à Saint-Just, on doit se contenter des fondations retrouvées en fouilles, ailleurs encore on doit se contenter de quelques mentions et vues anciennes.

Saint-Just

89Les anciennes cryptes sont les seules à fournir quelques éléments concernant cette période. Les cryptes des extrémités du transept semblent être, un temps encore, utilisées avec des couches en place comportant de la céramique à fonds marqués : US 2506, 2407, 2509 et 3738, sous un niveau de chaux 3735 au nord et US 5305, 12008, 12021, 3223 également sous un sol de chaux à h = 248,70 m NGF au sud. Dans l’annexe sud-est, une sépulture est installée au-dessus de la couche de démolition et au-dessus d’un sarcophage paléochrétien dont ne subsiste que le couvercle, une fosse percée dans les couches profondes renferme de la céramique à fonds marqués (US 2047). Une zone basse subsiste donc à l’est du transept alors que la voûte de la galerie occidentale ou cryptoportique est percée et la galerie comblée par des remblais contenant des tessons à fonds marqués. Ces niveaux de la seconde moitié du Xe ou de la première moitié du XIe siècle suggèrent que l’église carolingienne est toujours utilisée jusqu’à un abandon que l’on peut situer au moment de la construction de l’église romane au XIIe siècle.

Saint-Irénée

90De nouvelles transformations, disparues au XIXe siècle, touchent cette fois la partie occidentale de l’église. Des documents figurés nous renseignent sur un changement notable de la façade de l’église qui fut alors prolongée à l’ouest par deux avant-corps et une galerie à arcades constituée d’une double série de trois niches, sans doute voûtées d’arêtes et séparées par des murets ; galerie qui perdure du XIe au début du XIXe siècle (d’après l’aquarelle d’Hubert de Saint-Didier peinte en 1824) (Wyss 2005 : fig. 48) (fig. 92).

Fig. 92 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 5 (XIe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 253, fig. 40, DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 92 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 5 (XIe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 253, fig. 40, DAO O. Puel, SAVL).

91Les couloirs d’accès à la crypte furent alors agrandis pour déboucher au niveau de la galerie occidentale mais il ne subsiste de cet ensemble que les parties basses du mur et le départ de deux arcs aux angles de l’élargissement des couloirs (fig. 63) ; cette galerie visible sur les gravures anciennes (destruction de Saint-Just et de Saint-Irénée en 1562, De Tristibus Galliae carmen) (fig. 93) et sur le lavis de J.‑M. Grobon, fut détruite en 1824 jusqu’au niveau du sol du XIXe siècle, si bien qu’elle ne figure pas sur l’aquarelle un peu plus tardive du même peintre Hubert de Saint-Didier, où seuls apparaissant les arcs d’entrée des descentes dans la crypte, au nord et au sud (Wyss 2005 : fig. 52).

Fig. 93 – Saint-Just, Saint-Irénée : destruction des églises en 1562 (BML, De tristibus Galliae carmen, fonds général, ms. 156, f° 4).

Fig. 93 – Saint-Just, Saint-Irénée : destruction des églises en 1562 (BML, De tristibus Galliae carmen, fonds général, ms. 156, f° 4).

92L’église haute conserverait son état ancien. La façade occidentale, telle qu’on la voit avec sa galerie et ses avant-corps sur le dessin à l’encre et sur les gravures d’avant 1824, serait antérieure à l’installation de la tombe de l’archevêque Gébuin (ou Jubin) en 1083 et remonterait au XIe siècle (Meynis 1880 : 53 ; Wyss 2005 : 20). Les portiques, visibles sur les documents anciens, auraient été raccourcis par l’installation des avant-corps.

Saint-Nicolas
  • 2 Nous avons travaillé uniquement à partir de photographies.

93Une crypte dédiée à Saint-Nicolas se trouvait autrefois sous la chapelle Saint-Antoine. Elle était située à l’intérieur de l’enceinte du bourg et à l’est de l’église Saint-Irénée, en haut de la pente mais en léger contrebas par rapport à l’église (fig. 1, n° 23). La chapelle, disparue en 1562, figure encore sur le Plan scénographique : on distingue son mur gouttereau nord percé de trois fenêtres. La crypte, qui fut épargnée, subsiste encore à l’est du calvaire mais, son accès étant interdit, peu de personnes la connaissent2.

94Cette crypte oubliée, dont l’axe diffère légèrement de celui de l’église voisine, comprend une salle rectangulaire séparée de l’abside par trois arcs perpendiculaires ; l’abside est percée d’une ouverture axiale à ébrasement unique. L’ensemble mesure 17,70 m par 6,50 m. Tous les murs sont couverts d’un enduit où l’on distingue la trace d’un faux appareil tardif ; enduit qui cache le parement des murs sauf à l’intérieur de la fenêtre d’axe. La voûte en plein cintre repose sur une corniche en saillie sur le nu du mur.

95Si l’on excepte les trois arcs construits en briques (avec utilisation de tiges en fer à la base des arcs), la porte bouchée du mur sud et l’accès par un escalier à l’ouest qui pourraient remonter à la restauration du début du XIXe siècle, l’édifice semble construit en un médiocre petit appareil. Seule la fenêtre d’axe peut être analysée avec une certaine précision : la partie supérieure de l’arc construit en briques pourrait appartenir à une restauration tardive alors que les piédroits sont en moyen appareil taillés à la polka et encadrés d’arases de briques ; on devine également des zones où le mortier est marqué au fer.

96S’il est impossible de dater la chapelle disparue, S. Wyss a fait le lien avec la consécration en 1153 d’un autel à saint Nicolas (construction, reconstruction, ou simplement d’une rénovation de l’autel ?) (Wyss et al. 2002 : 29). Pour la crypte, les éléments de datation sont très ténus mais le petit appareil, les arases de briques, le mortier marqué au fer, l’utilisation de la polka, l’ébrasement unique de la fenêtre pourraient appartenir à une construction des Xe-XIe siècles, époque où se répand le culte de saint Nicolas (signalé au Xsiècle à Savigny) (Gerner 1968 : 316, n. 144) mais le XIIsiècle est également possible.

Saint-Paul

97La collégiale connaît une certaine prospérité et ses fonctions paroissiales, peut-être d’abord localisées à Saint-Barthélemy, sont désormais attestées dans son annexe Saint-Laurent (fig. 1, n° 9 et 10). Au début du XIIe siècle, la paroisse s’accrut aux dépens de Notre-Dame de la Saunerie (Guigue 1875 : VI‑VII ; Duplain, Giraud 1899 : 25‑26) et ses limites jouxtèrent alors, au nord, celle de Saint-Pierre de Vaise, au sud celles de Sainte-Croix, à l’ouest celles de Saint-Just (fig. 200 infra).

98La collégiale, qui était alors intra-muros, était également close de murs et un cloître était accolé à l’église ; presque de plan carré (environ 25 à 30 m de côté), il était entouré de bâtiments canoniaux dont une salle capitulaire à son angle sud-est (Greppo 1762). Le premier état roman de Saint-Paul, que l’on pensait irrémédiablement disparu, est encore partiellement conservé dans les élévations de l’église actuelle mais n’est pas accessible au public. Il a été repéré dans les combles des bas-côtés et dans l’élévation des murs de la nef centrale au-dessus des grandes arcades ainsi qu’au revers du mur de façade. L’église du XIe siècle serait assez proche par ses dimensions de celle de Saint-Pierre des Terreaux.

Saint-Paul, l’église de l’an mil

Hervé Chopin, Nicolas Reveyron

Que reste-t-il des périodes les plus hautes ? Il est bien difficile de le dire, l’absence de fouille n’ayant pas permis de révéler ce passé occulté par les aménagements successifs. Cependant, certaines observations faites en 1998‑1999 puis durant les travaux de restauration de la façade en 2000‑2002 (Chopin 2002 ; Reveyron 2005) ont pu permettre de retrouver les murs de l’église antérieure à l’église romane de la fin du XIIe siècle-début du XIIIe siècle (fig. 94). Comme à la cathédrale, l’église neuve, prévue plus grande, a été édifiée autour de l’église vieille (vers l’an mil) : le sanctuaire et le transept ont été construits plus à l’est que le sanctuaire de l’an mil et les murs gouttereaux des nouveaux bas-côtés ont entouré la nef ancienne conservée, alors que le chantier avait été entamé à l’est. L’ancienne église aurait subsisté pendant les travaux de reconstruction, jusqu’au moment de la jonction entre ces deux parties, au niveau de la cinquième et dernière travée de la nef. Cette démarche a entraîné des déformations dans le plan de l’église du XIIe siècle. D’une part, les bas-côtés sont presque aussi larges que la nef (au lieu d’en valoir seulement la moitié) et la dernière travée de la nef (à l’est) dessine un trapèze, pour mettre en relation la large croisée du XIIe siècle avec l’ancienne nef, étroite. À la fin des travaux, les murs de la nef vieille, restée intacte, ont été percés pour l’installation des grandes arcades actuelles : au-dessus, dans les combles des bas-côtés du XIIe siècle, le mur de l’an mil a été conservé et laisse voir ses vieilles fenêtres, maintenant bouchées. Ces ouvertures en plein cintre, à ébrasement unique (1,60 m par 0,60 m), aux claveaux réguliers ouvraient dans un mur de 0,60 m d’épaisseur fait d’assises régulières de pierres calcaires bien dressées (0,30 à 0,20 m sur 0,15 à 0,10 m) (fig. 95) et appartenaient à un édifice de petite taille, à nef unique de quatre travées de 7 m de large, sans doute pourvu d’une abside orientale mais inconnue faute de fouilles dans le sous-sol (Reveyron in Quartier Saint-Paul 2002 : 150 ; Reveyron 2005 : 238‑242 et 259‑262).

Fig. 94 – Saint-Paul : plan (Xe-XIXe siècle) (Reveyron 2005 : fig. 143, DAO G. Macabéo).

Fig. 94 – Saint-Paul : plan (Xe-XIXe siècle) (Reveyron 2005 : fig. 143, DAO G. Macabéo).

Fig. 95 – Saint-Paul : fenêtre de l’église du XIe siècle (Reveyron 2005 : fig. 125).

Fig. 95 – Saint-Paul : fenêtre de l’église du XIe siècle (Reveyron 2005 : fig. 125).
Saint-Nizier

99Les textes restent trop discrets sur l’église comme sur la présence ou non de chanoines. F.‑R. Cottin suppose que l’église romane, moins longue que l’actuelle, ne comprenait que quatre à cinq travées et se terminait à l’ouest par un clocher-porche. Pour cela, il n’apporte que quelques rares arguments et s’appuie surtout sur une subvention du Consulat pour la construction en 1458 d’un nouveau clocher au nord-ouest de l’ancien dont la destruction n’intervient qu’en 1481 (Cottin 1994). On ajoutera qu’il pourrait figurer sur les sceaux de Lyon, en particulier sur celui de 1271 (Rossiaud 2012 : 326) ; ce clocher-porche serait, dans la tradition lyonnaise, à replacer au XIe siècle. L’église aurait eu une trentaine de mètres de longueur ce qui correspond bien à une tradition de l’Antiquité tardive.

Notre-Dame de la Platière

100Entre 1077 et 1082, l’archevêque Jubin fit donation de l’église et de ses dépendances aux chanoines de Saint-Ruf ; cette donation fut confirmée par Urbain II en 1095 qui situait l’église infra lugdunense donc extra-muros (fig. 19, n° 30). On ne sait rien de l’édifice contemporain qui fut sans doute reconstruit par les chanoines (Guigue 1885‑1893 : I, 23‑24 ; Martin 1908‑1909 : vol. 2, 141‑152).

Chapelles à statut indéterminé : Saint-Michel d’Ainay et une église située hors de la ville médiévale : Saint-Alban (Lyon 8e)

Saint-Michel d’Ainay

101Au XIe siècle, un prêtre nommé Gotbran, mort en 1039, reconstruisit l’église Saint-Michel (fig. 1, n° 41) (Sala 1520 : f° 63). A. Chagny suppose que l’église avait déjà le statut de paroissiale, ce qui en fait n’est pas assuré avant le début du XIIIe siècle, date où le territoire de la paroisse correspond à celui de la seigneurie d’Ainay (Chagny 1935 : 341‑350). On ne dispose de documents iconographiques sur cette église qu’à partir du milieu du XVIe siècle (voir plus bas 5.4.3.2) (Poidebard in Martin 1908‑1909 : vol. 1, 107).

Une église située hors de la ville médiévale : Saint-Alban (Lyon 8e)

102Par souci d’exhaustivité, nous décrivons brièvement cette église autrefois située dans le quartier actuel de Monplaisir, extension tardive de la ville en direction de l’ouest et dont le saint patron est soit le saint martyrisé en Angleterre en 263, soit le saint martyrisé à Mayence autour de 400. Cette église, déclassée dans le dernier tiers du XVIe siècle, fut détruite dans les années 1960 (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, fig. 192) (fig. 1, n° 43 et fig. 96). La présence de blocs de remploi, parfois inscrits, est signalée par J.‑B. Martin qui suggère que cette chapelle aurait été construite à l’emplacement d’un habitat romain (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 312). A. Steyert fait de Saint-Alban, qu’il date de la seconde moitié du XIe siècle, l’église paroissiale de Chaussagne, d’où proviendrait le bénitier de l’église de Saint-Louis de la Guillotière (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 353, fig. 350‑351). Également daté du XIe siècle, celui-ci présente, sur les flancs de la cuve et dans un style rudimentaire, un homme – le néophyte – qui écrase le « serpent infernal ».

Fig. 96 – Saint-Alban (8e) : façade de l’église et son ancien bénitier, actuellement à Saint-Louis de la Guillotière (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 353, fig. 350‑351).

Fig. 96 – Saint-Alban (8e) : façade de l’église et son ancien bénitier, actuellement à Saint-Louis de la Guillotière (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 353, fig. 350‑351).

3.2.4. Les éléments déplacés de la sculpture romane du XIe siècle à Lyon

103La sculpture des débuts de l’art roman est assez bien représentée à l’Île-Barbe sur le mur méridional de l’église de Saint-Martin et Saint-Loup, ainsi que sur le mur ouest de la salle du chapitre et par tous les chapiteaux et bas-reliefs récupérés dans les maisons de l’Île-Barbe ou de Vaise. Ceux du n° 36 du quai Arloing ont été achetés, en 1943, par B. Gros qui les a présentés dans le jardin de sa propriété à Saint-Didier, en particulier des bas-reliefs représentant les signes du Zodiaque dont cinq moulages ont été réalisés, en 1995, pour une exposition aux musées Gadagne (fig. 97 et 206 infra) (Mémoires de pierres 1995 : 9‑13, 51‑53 et 96‑98 ; Dufieux 2010). Les collections des musées Gadagne se sont plus récemment enrichies des vestiges récupérés dans la maison du n° 9 de la rue Roquette à Vaise, édifiée entre 1790 et 1824‑1828, où 98 pièces ont été récupérées, dont 21 chapiteaux et 7 bas-reliefs d’une grande qualité : un cancer, un ours, deux griffons dont on note les pattes et les oreilles qui dépassent du cadre, un éléphant qui s’ajoutent au daim et au lion du musée ou au Bucéphale encore en place (Mémoires de pierres 1995 : 96‑107). Quelques chapiteaux de l’Île-Barbe sont également déposés dans le baptistère de Saint-Martin d’Ainay. Des fragments de plaques de chancel à décor d’entrelacs ont été datés du XIe siècle par C. Becker, dans le catalogue des sculptures de l’Île-Barbe, à la suite de M.‑M. Cottinet-Bouquet (Cottinet-Bouquet 1965). On y trouve des entrelacs à deux brins et une technique de taille « qui abandonne ici le biseau au profit d’une taille plus arrondie et plus douce » (Mémoires de pierres 1995 : 75‑79). Sans qu’il soit nécessaire de reprendre l’étude de ces éléments sculptés, que nous avons publiés dans l’ouvrage sur l’abbaye d’Ainay (Mémoires de pierres 1995), il peut être utile d’en fournir les principales conclusions (Reynaud in Mémoires de pierres 1995 : 53‑69). Un bloc sculpté de palmettes et creusé de cupules trilobées est à rapprocher des corniches, encore en place, à la salle du chapitre de l’Île-Barbe et à Sainte-Blandine d’Ainay ou trouvées, en fouilles, sur le site de Saint-Étienne.

Fig. 97a, b et c – Île-Barbe : bas-reliefs de la balance, du basilic (clichés J.‑F. Greck, propriété privée) et du cancer (musées Gadagne, cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 97a, b et c – Île-Barbe : bas-reliefs de la balance, du basilic (clichés J.‑F. Greck, propriété privée) et du cancer (musées Gadagne, cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 97a

104L’entrelacs reste le motif de base du décor des chapiteaux du bras sud du transept de l’Île-Barbe mais il peut être combiné avec des palmettes et des tiges qui se garnissent de feuilles allongées et de fleurons. Ce décor très couvrant et parfois sans ordre apparent est traité par une taille en biseau, où le nœud d’entrelacs est percé d’un trou au trépan (fig. 98). Ce type de chapiteau a été étudié au cloître de Saint-Philibert de Tournus (premier quart du XIe siècle) (Saint-Jean Vitus 2002), à Conques où les chapiteaux des absidioles du transept et du déambulatoire sont antérieurs à 1065 (Bousquet 1973 ; Durliat 1990), à Saint-Pierre de Montmajour (milieu du XIe siècle), à la cathédrale du Puy (chapiteaux conservés au musée Crozatier, troisième quart du XIe siècle) (Fikry 1934 ; Durliat 1984). La figure humaine ou des motifs zoomorphes n’apparaissent que sur quelques chapiteaux comme les personnages, bras levés et assis sur des trônes, transférés au baptistère d’Ainay ou comme les oiseaux picorant du même lieu ou de la rue Roquette. Sur d’autres chapiteaux, l’entrelacs et la taille en biseau peuvent presque totalement céder la place à un décor de tiges et palmettes largement épanouies et retombant de part et d’autre d’une ligne verticale et s’associer à l’animal ou à la figure humaine comme à Saint-Benoît-sur Loire (après 1026) (Vergnole 1985 : 76‑80). Ces différents types de décor s’inscrivaient, pour l’entrelacs, dans une ambiance du Midi ou du Centre de la France ; quant à l’arbre-palmettes, il est surtout fréquent en Bourgogne et dans l’ouest de la France. Ces sculptures pourraient donc remonter au deuxième tiers du XIe siècle. Des chapiteaux d’un type assez différent décorent le clocher-porche de Saint-Martin d’Ainay. Alors que les bas-reliefs de l’étage sont encore proches de ceux de l’Île-Barbe, ceux de l’abside de Sainte-Blandine utilisent le motif de l’entrelacs et rappellent, nous l’avons vu, ceux de Saint-Romain-le-Puy (Reynaud, Aubert 1997 : 12‑14 ; Reynaud et al. 2016 : 53‑55).

Fig. 98 – Île-Barbe : chapiteau (ÉRA 26 CNRS, dessin H.‑P. Auclair).

Fig. 98 – Île-Barbe : chapiteau (ÉRA 26 CNRS, dessin H.‑P. Auclair).

105Dans son étude des panneaux de frise de l’Île-Barbe, M.‑M. Cottinet-Bouquet distinguait deux catégories de panneaux : les premiers, les plus archaïques ne dépassaient pas 0,25 m de hauteur, les seconds, d’un modelé plus souple et les plus récents, atteignaient 0,45 m (Cottinet-Bouquet 1943‑1945 ; 1965). L’auteur s’intéresse à l’iconographie, par exemple aux signes du Zodiaque ou aux animaux inconnus dans nos régions comme l’éléphant (fig. 99), elle s’interroge également sur l’emplacement de ces reliefs, placés en modillons comme dans les parties hautes de la salle du chapitre de l’Île-Barbe ou peut-être en frises superposées comme en façade des églises de Pavie. Elle établit des comparaisons avec ceux du clocher de Saint-Martin d’Ainay, de Sainte-Foy-lès-Lyon, de Saint-Restitut, de Saint-Rambert-sur-Loire ou de l’abside de Saint-Romain-le Puy. Elle conclut à l’existence de plusieurs ateliers qui auraient travaillé sur le chantier de l’Île-Barbe au cours du XIsiècle. Cette étude a été reprise par V. Lassalle et replacée dans un contexte régional (Mémoires de pierres 1995 : 61‑70). On peut ajouter que des plaques sculptées et des bas-reliefs se rencontrent également à la même époque dans la vallée de la Loire, par exemple à Saint-Benoît-sur-Loire, ou en Poitou comme à Saint-Hilaire de Poitiers. À Saint-Just, un ensemble monolithe et un chapiteau au décor simple, récupéré hors stratigraphie, peut être attribué à cette époque.

Fig. 99 – Île-Barbe : bas-relief de l’éléphant (musées Gadagne).

Fig. 99 – Île-Barbe : bas-relief de l’éléphant (musées Gadagne).

106Aucune église lyonnaise du XIe siècle n’est entièrement conservée. L’église Saint-Loup de l’Île-Barbe a malheureusement presque totalement disparu, la petite église canoniale de Saint-Étienne a, elle aussi, été rasée mais ses fondations et une partie de l’élévation ont été retrouvées en fouilles. Des aménagements, plus sommaires, ont été effectués à l’intérieur de l’abside de Saint-Jean ou en façade de Saint-Irénée et une chapelle Sainte-Blandine, dotée d’une petite crypte, fut construite au sud de Saint-Martin d’Ainay.

107Pour cette période, nous retiendrons, à Saint-Étienne, le chevet à trois absides terminées par un mur plat, souvenir des édifices de l’an mil, ainsi que son plan en croix grecque. On ignore si le choix de ce type de plan, plutôt réservé à des édifices funéraires, annexes de grandes églises, comme à Halberstadt ou Beromünster en Allemagne (Sennhauser 2013 : 539) provient du souci d’abriter les seuls chanoines ou d’une préoccupation esthétique mais ce sont, sans doute, des transformations internes au collège des chanoines, qui nécessitèrent la construction de la petite église qui leur était réservée.

108La présence de plusieurs clochers-porches, ceux de Saint-Martin d’Ainay, de Saint-Paul et sans doute de Saint-Pierre des Terreaux (il y en eut peut-être également un à la cathédrale Saint-Jean et à Saint-Nizier) attire l’attention sur le rôle majeur attribué à l’entrée des églises. Le grand appareil de leurs murs atteste une nouvelle utilisation des édifices antiques de Fourvière et de la Croix-Rousse comme carrière, phénomène qui va couvrir le XIe mais aussi le XIIe siècle.

3.3. Le XIIe siècle : les églises romanes entre tradition et modernité

109L’essor urbain se poursuit et s’accélère au XIIe siècle qui nous a laissé quelques-uns des plus beaux monuments romans de la ville.

3.3.1. La ville

110La ville se développe et s’étend au-delà de ses anciennes limites. L’enceinte réduite de l’époque paléochrétienne et carolingienne étant devenue obsolète, l’archevêque Guichard (1165‑1182) fit construire une enceinte autour du quartier épiscopal à un moment que l’on peut se situer après l’attaque de 1162. Elle englobait l’équivalent de la justice de l’archevêque, soit une surface d’environ 4 ha. Il en restait, au XIXe siècle, un assez long segment rue Tramassac (6 m de hauteur sur 1,65 m d’épaisseur encore partiellement en place en 1900 et partiellement détruit en 1896) (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 361, fig. 353 ; Vingtrinier 1901b : 47 ; Sachet 1914‑1918 : vol. 2, 598‑599) (fig. 69 et 152 infra). Nous en avons retrouvé en sondage une courte portion à l’ouest de la maison de Saint-Jean (Reynaud, Vicherd, Jacquin 1979). Les fouilles des rues Carriès et Tramassac ont mis au jour la section suivante, rue Jean-Carriès et de la rue Jean-Carriès à la rue Mourguet, sous la forme d’un mur double de 2 m d’épaisseur en petit appareil irrégulier « de facture assez grossière » qui venait s’appuyer contre la maison du Doyenné et comprenait une poterne ou porte de Tyait (Arlaud et al. 1994 : 56‑57, fig. 8, 10 et 40‑46). Au sud, les fouilles rue Monseigneur-Lavarenne, comme au nord les analyses d’O. Puel, ont montré des divergences d’appareil sur ce mur construit en gros blocs ou en petits et moyens moellons (Bernot et al. 2006 ; Puel 2014 : 64‑65). La Chamarerie s’appuie au nord contre le seul élément actuellement subsistant de ce mur (fig. 148 infra).

111D’autres petites enceintes furent construites à cette époque. En 1174 et à l’époque de la création de la collégiale dédiée à Sainte-Marie et à Thomas Becket, les terrasses romaines de Fourvière ont dû être transformées en une fortification pourvue de tours, in plateam in qua turris de collis fuerant, signalées par les textes (ADR, 10 G 1595). Les chanoines de Saint-Just entourèrent également, nous l’avons vu, leur monastère d’une enceinte fortifiée et un bourg fortifié se constitua autour de Saint-Irénée (Wyss et al. 2002 : 27‑31, fig. 17 ; voir plus haut 3.2.3.2). On ignore à partir de quand le cloître de Saint-Paul fut lui aussi clos de murs.

112Les berges de la Saône, qui dépendaient de la directe de l’évêque, furent également loties entre le XIe siècle, pour le palais épiscopal, et le début du XIIIe siècle. Sur la rive gauche de la Saône et au nord de l’actuelle rue d’Algérie, fut installé un lotissement (Gauthiez 1994 : 21‑22) qui dépendait des chanoines de Saint-Paul. Lors de la mise en service du nouveau pont sur la Saône, l’église de la Platière, propriété de l’archevêque jusqu’en 1092, fut cédée aux chanoines de Saint-Ruf par l’archevêque Gébuin (1077‑1082) ; une paroisse fut créée, ce qui provoqua un conflit de délimitation avec la paroisse de Saint-Pierre (1130‑1150) dans un secteur amené à se développer (Rubellin 2003 : 365‑368).

113La ville commence à changer, les lotissements se font plus nombreux et s’étendent dans la Presqu’île mais ce n’est qu’à la fin du XIIe-début du XIIIe siècle qu’une nouvelle enceinte fut construite pour englober les nouveaux quartiers au nord et au sud de la Presqu’île et que les habitants du burgus sont officiellement déclarés cives lugdunenses (Gauthiez 1994 : 14). Notons avec B. Gauthiez que des évêchés voisins et surtout de nombreuses abbayes dont Cluny, l’Île-Barbe, Saint-Claude possédaient des maisons urbaines qui leur permettaient de s’occuper sur place à la fois de questions religieuses et économiques (B. Gauthiez, conférence aux Amis de Saint-Martin d’Ainay le 6 février 2018).

114Commencé dans le dernier tiers du XIIe siècle, le pont sur le Rhône fut l’œuvre de plusieurs siècles et la rue Mercière qui reliait les deux ponts constitua alors « l’épine dorsale » de la Presqu’île (Burnouf et al. 1991 ; Pérez in Pelletier et al. 2007 : 351). Du terrain fut également gagné et loti sur la rive droite du Rhône.

115Des textes plus nombreux et plus précis traitent surtout du groupe épiscopal et d’Ainay. Nos fouilles ont concerné le groupe épiscopal, Saint-Just mais d’autres recherches archéologiques ont aussi porté sur les élévations de Saint-Irénée, de Saint-Paul et de l’Île-Barbe et ont retrouvé la trace des premières maisons canoniales, dont certaines ont fait l’objet d’une étude archéologique, comme la Chamarerie et la Manécanterie (C. Arlaud rue Tramassac ; G. Macabéo, C. Delomier, O. Puel à la Chamarerie ; M. Vialettes à la Manécanterie).

3.3.2. Le groupe épiscopal

116Le XIIe siècle constitue une période riche en transformations et féconde aussi bien dans le domaine de l’architecture que du décor mais qui reste toujours fidèle aux traditions lyonnaises. La complexité des réalisations et une meilleure conservation nous ont permis de présenter le groupe épiscopal et en particulier Saint-Étienne et Saint-Jean dans leurs deux états successifs du début et de la fin du siècle (fig. 100 et 101).

Fig. 100 – Groupe épiscopal : plan de l’état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 100 – Groupe épiscopal : plan de l’état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 101 – Groupe épiscopal : plan de l’état 7 (XIIIe-XIVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 101 – Groupe épiscopal : plan de l’état 7 (XIIIe-XIVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

3.3.2.1. L’abside de Saint-Jean*

117Au début du XIIe siècle, l’archevêque Gaucerand (1106‑1118) fait embellir l’abside de Saint-Jean de « pierres polies et précieuses » (Guigue, Laurent 1951 : 66). Cette fois encore, l’archéologie illustre les textes (fig. 37). Pour décorer le banc du clergé, Gaucerand a utilisé des plaques de marbre dont on a retrouvé des fragments encore en place contre la marche inférieure remplacée par une assise de pierres calcaires liées par un mortier blanc très fragile. En même temps que l’on surélevait la marche inférieure, on plaquait des dallettes de marbre contre sa paroi verticale et l’on ancrait solidement ce revêtement dans une rainure creusée jusqu’au sol de tuileau inférieur ; on la recouvrait ensuite d’un tapis de mosaïque, depuis l’abside jusqu’à la travée de chœur (fouilles de 1935‑1936) (Macé 1936 : 55‑61) (fig. 102). Au nord, la mosaïque a disparu et seule subsiste une couche de mortier rose qui venait se plaquer contre le dallage de marbre. Au sud, la mosaïque, mieux conservée au-dessus d’une mince couche de mortier gris, s’étend de la bordure sud de la crypte archéologique jusqu’au centre de l’abside. Cette mosaïque, où les réminiscences antiques sont nombreuses (voir la mosaïque du Bon Pasteur trouvée sous le baptistère d’Ainay), n’est donc que très partiellement conservée : une tresse suit le bord de l’hémicycle et contourne la base de la cathèdre, des fragments d’inscription et d’architecture subsistent au sud ; un petit fragment, remonté sur un socle de béton présente lui aussi des éléments d’inscription. Le fragment le plus important en dimensions (1,50 m par 2,60 m) était conservé sous la travée située à l’ouest de la crypte archéologique (actuellement à l’atelier de restauration de Saint-Romain-en-Gal) ; son décor à écailles et à damier est encadré de nattes.

Fig. 102 – Saint-Jean : relevé des mosaïques de l’abside (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 102 – Saint-Jean : relevé des mosaïques de l’abside (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

118Il est difficile de comparer ce décor à celui d’autres mosaïques de la même époque à Lyon, celle de Saint-Martin d’Ainay étant mal conservée et trop restaurée, celle de l’Île-Barbe étant réduite à un fragment et celle de Saint-Irénée ayant disparu au début du XIXe siècle. On peut seulement souligner la renaissance de cet art à Lyon et son maintien, tout au long du siècle, dans la vallée du Rhône en particulier (voir Ganagobie, Die, Rosans) (Barruol 2004). Cette mosaïque avait été considérée comme paléochrétienne (Macé 1936 : 56‑58), mais fort judicieusement, H. Stern a vu dans cette œuvre, et malgré les réminiscences antiques, un travail du début du XIIe siècle, ce qui correspond bien à l’époque de Gaucerand (Stern 1964 ; MH 114806, 114808, 114809 et 1148011 ; voir aussi Favreau, Michaud, Mora 1994 : 70, n° 5). On remarque la similitude dans la façon de représenter une ville entre la mosaïque de la cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux, datée du deuxième quart du XIIe siècle (Barruol 2004) et celle de Saint-Jean, un peu plus ancienne.

3.3.2.2. La crypte de Saint-Jean*

  • 3 Hypothèse suggérée par C. Bonnet.

119La présence de part et d’autre de l’abside romane de deux murs obliques, non fondés, parementés seulement à l’intérieur et posés directement sur le sol de tuileau ou sur les mosaïques, a longtemps été passée sous silence, faute d’interprétation plausible : l’abbé Macé suggère des sacristies latérales carolingiennes (Macé 1936 : 56). Tout s’éclaire si l’on suppose qu’une crypte, supportant un chœur surélevé, fut construite sans doute pour faciliter la vénération des reliques saintes, peut-être ce qui restait de celles de Cyprien reçues à l’époque de Charlemagne3. Un texte de 1173 mentionne des dons pour recouvrir les cryptes de Sainte-Croix et de Saint-Jean (Beyssac 1929 : 33) mais il pourrait s’agir des voûtes de ces églises (cryptae ayant le sens de couvertures voûtées). De cette crypte ne subsistent que les murs latéraux posés sur la mosaïque ; ces murs qui se raccordent, en oblique, au doublage de l’abside, ont également été repérés en 1935 dans la travée voisine. Le mur sud, à peu près intact, présente un appareil irrégulier et un mortier blanc ; il ne dépasse pas 0,50 m de largeur. L’écartement intérieur entre les deux murs était de 8,30 m. Une épaisse couche de mortier remplace l’assise de pierres de la marche inférieure et un enduit gris clair recouvre les parois verticales, laissant en creux la marque de la cathèdre de l’évêque.

120De subtiles traces du scellement, encore visibles au-dessus du sol en mortier de tuileau, fournissent l’emplacement de quelques-uns des piliers qui auraient supporté les voûtes de la crypte ; on peut alors reconstituer trois nefs étroites voûtées d’arêtes (8,20 à 8,40 m de large) qui supportaient un chœur surélevé d’environ 2 m si l’on suppose que l’on descendait de quelques marches (environ 1,40 m) pour accéder à la crypte, en raison déjà d’un premier rehaussement du sol de l’église alors que le sol de la crypte était resté au niveau roman (fig. 103). Seule une fouille complémentaire permettrait de situer la façade occidentale de cette crypte qui se développait sur plus de 7,50 m mais N. Reveyron suppose qu’elle était ornée d’une arcature et de sculptures (voir plus loin le paragraphe sur la Manécanterie).

Fig. 103 – Saint-Jean : plan et coupe de la crypte (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 103 – Saint-Jean : plan et coupe de la crypte (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

121La vie de cette crypte, construite postérieurement aux travaux de Gaucerand et sans précision dans la première moitié du XIIe siècle, fut de courte durée puisqu’elle disparut, quelques dizaines d’années, plus tard lors de l’extension de l’église vers l’est. De semblables chœurs, surélevés au-dessus de cryptes et prévus dans le plan d’origine, ont été construits, au XIe siècle, à l’abbaye de Cruas. Au milieu du XIIe siècle, une crypte, surélevée au-dessus du sol de la nef et du chœur, fut établie à la cathédrale Saint-Trophime d’Arles, pour rendre plus prestigieux le culte des reliques et insister sur les origines « apostoliques » de l’église de cette ville (Hartmann-Wirnich 2001) ; cette crypte a également disparu. On peut donc supposer, à Lyon au deuxième quart du XIIe siècle, un même souci de vénération des reliques, tout en laissant libre le chœur liturgique.

122Les murs de la crypte étaient légèrement obliques par rapport à ceux de la nef du XIIIe siècle, axe que l’on retrouve dans la galerie occidentale du cloître (actuelle chapelle des chanoines) et dans le mur ouest de la Manécanterie qui suivent l’orientation des édifices gallo-romains. Même si l’obliquité des murs de la crypte était plus faible que celle des galeries du cloître et des édifices situés au sud de la cathédrale, on doit en tenir compte et admettre que la cathédrale, antérieure aux années 1170, avait une orientation différente de celles de Saint-Étienne et de Sainte-Croix, soit en raison des difficultés de visée, soit en raison de la présence des murs de la nef ancienne. On retrouve cette orientation dans la première et la deuxième travée de la cathédrale qui pourraient avoir été construites alors que la nef était encore fermée par un mur provisoire (Reveyron 2005 : 104‑107).

123On peut s’interroger sur la phase suivante de construction qui connut, dans la seconde moitié du XIIe siècle, un exhaussement du sol de la cathédrale de plus de 2 mètres (la différence de niveau est bien visible dans la crypte archéologique dont la dalle de plafond est au niveau du sol du XIIIe siècle). On pourrait y voir soit le résultat d’un nouvel effondrement de la colline mais les sols des églises voisines, Sainte-Croix et Saint-Étienne, n’ont pas été surélevés soit le souci de se mettre à l’abri des inondations. On retrouve, dans le quartier, le même phénomène : entre le XIIIe et le XVe siècle, l’exhaussement progressif du sol provoqua la transformation en cave du rez-de-chaussée de certaines maisons du quartier Saint-Jean (Arlaud et al. 1994 : 26‑27 et 58).

3.3.2.3. Saint-Étienne*, l’agrandissement vers l’ouest

124Les mentions de dons à Saint-Étienne sont nombreuses, tout au long du XIIe siècle : pour la première moitié du siècle, on connaît les dons de Bertrannus, Rostannus, Stephanus Cordierus, Girinus, Tribertus. À partir du milieu du siècle, ces dons sont surtout destinés à la construction de l’église, du chœur, de la toiture qui est posée ou refaite entre 1185 et 1187 (Guigue, Laurent 1951 : 75, 59 et 81 ; Reynaud 1998 : 46). Un maintien des fonctions baptismales à Saint-Étienne est attesté jusqu’au XVIIIe siècle mais seulement pour les juifs et pour les musulmans convertis (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 45‑48).

125La petite église des chanoines fut agrandie par le percement de ses murs occidentaux pour permettre la communication avec les trois nefs que l’on construisait à l’ouest (fig. 104 à 107). Dans un premier temps, l’élévation des murs ouest des bras du transept fut détruite au-dessus des fondations à partir de 166 m NGF. Au nord de l’ancienne nef, un nouveau mur constitua le mur gouttereau des bas-côtés, dans le prolongement des murs latéraux des bras du transept ; le mur du bas-côté sud a été reconnu dans le sondage du porche de Saint-Jean. Un sol en mortier de tuileau est associé à ce mur à h = 165,75 m NGF au-dessus de remblais riches en céramique à fonds marqués. Plus à l’ouest, les murs nord et sud de la nef centrale ont chacun conservé des colonnes engagées qui devaient supporter un arc doubleau de la nef centrale et la retombée de deux des grandes arcades de la nef centrale (coupe transversale) ; celle-ci atteignait presque 6 m de largeur. Les bases encore en place diffèrent peu de celle de la porte nord du transept en revanche les tores sont plus aplatis et plus saillants alors que les bas-côtés ne dépassaient guère 2 m de largeur (fig. 108).

Fig. 104 – Saint-Étienne : plan de l’édifice dans son état 2 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 104 – Saint-Étienne : plan de l’édifice dans son état 2 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 105 – Saint-Étienne : angle nord-ouest du transept et mur 73bis (voir fig. 74) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 105 – Saint-Étienne : angle nord-ouest du transept et mur 73bis (voir fig. 74) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 106 – Saint-Étienne : coupe évolutive du bas-côté nord (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 106 – Saint-Étienne : coupe évolutive du bas-côté nord (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 107 – Saint-Étienne : plan du bas-côté nord (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 107 – Saint-Étienne : plan du bas-côté nord (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 108 – Saint-Étienne : relevé des bases de colonnes du pilier sud-est de la nef (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 108 – Saint-Étienne : relevé des bases de colonnes du pilier sud-est de la nef (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

126On pourrait donc, pour les nefs, reconstituer, à l’intérieur des murs à l’extrémité orientale, une largeur de 13 m pour une longueur totale de 20 m. Cette deuxième étape, mal connue, pourrait avoir suivi de peu la construction de l’église des chanoines : le matériel trouvé dans les niveaux contemporains, d’un type proche de la céramique à fonds marqués, le sol en mortier de tuileau pourraient être contemporains des remaniements de l’abside de Saint-Jean ; de même, le profil des bases se situe entre celui de la porte de l’église du XIe siècle, de Saint-Martin d’Ainay (début du XIIe siècle) et du nouveau chevet de Saint-Jean (1170‑1180). Cet état serait de toute façon antérieur aux années 1185‑1187, date de l’installation de la toiture. Le plan de cette église fourni par les données archéologiques est confirmé par le dessin réalisé en 1791 par l’architecte C. Percier qui, malgré l’absence d’échelle, confirme les dimensions, le nombre des nefs (trois) et surtout le nombre de travées (trois et non quatre comme nous l’avions pensé) mais sans figurer le type de voûtes (fig. 155 infra).

127À la même époque, la reconstruction de la cathédrale avance vers l’ouest où sont posées les fondations de la façade et des premiers contreforts (Reveyron in 1245‑1995 : 11‑13 ; Soubigou 2013) alors que seules les deux travées doubles orientales de la nef sont achevées au moment du concile de 1245.

3.3.2.4. Sainte-Croix

128Le texte énigmatique de 1173 qui mentionne des dons pour recouvrir les « cryptes » de Saint-Jean et de Sainte-Croix pourrait concerner les voûtes de l’église (Beyssac 1929 : 33) car aucune trace de crypte n’a été retrouvée, l’installation des caves ayant détruit le sous-sol de l’édifice. L’hypothèse du voûtement d’une église encore dans la tradition carolingienne paraît plus probable mais aucune vérification n’est possible puisqu’aucun vestige archéologique des parties hautes de l’église ne subsiste de cette époque. Si les fonctions paroissiales de l’église sont attestées au XIIIe siècle (voir plus loin), on ignore la date de leur apparition. La paroisse s’étendait au nord jusqu’à la place du Change (fig. 200 infra). Si l’on considère que la reconstruction du XVe siècle s’est effectuée sur des fondations anciennes et que le Grand plan de Simon Maupin restitue assez fidèlement l’édifice, le clocher de Sainte-Croix remonterait plutôt à l’époque romane qu’à l’époque gothique.

3.3.2.5. Saint-Romain

129À ces trois églises s’ajoute une quatrième, héritière de l’ancien hôpital carolingien devenu église paroissiale et pour laquelle on manque de documentation. La tradition légendaire rapportée entre 1525 et 1556 raconte que l’église fut construite là où arriva le flot du sang des martyrs depuis le lieu du martyre à la croix de Colle (Bellièvre 1846 : 39) et explique que, par respect pour ce souvenir, on interdisait les inhumations dans l’église. L’étendue de la paroisse était très restreinte. Une petite église à nef unique, abside orientale mais sans clocher, figure sur le Plan scénographique (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 47‑52) (fig. 1, n° 18). La mention d’une voûte en berceau lors d’une visite de l’église par l’architecte Toussaint Loyer en 1791 suggère que la reconstruction du XVIe siècle fut seulement partielle et laissa en place des éléments de l’église romane (Villedieu 1990 : 72‑74, 95).

3.3.2.6. Le cloître et la Manécanterie

130Parallèlement, les chanoines vont s’approprier la plus grande partie de l’espace disponible autour de la cathédrale (Picard 1994 : 271‑286). Aux bâtiments déjà construits par Leidrade s’ajoute un cloître dont la construction et le décor occupent, si l’on en croit les textes, la plus grande partie du XIIe siècle, du financement de la construction en 1106 à celui du décor peint en 1176 et au voûtement des galeries en 1190. Ces galeries romanes ont disparu, le cloître ayant été entièrement reconstruit entre 1420 et 1458 ; seule subsiste la galerie occidentale. L’archéologie du sous-sol n’a rien apporté de nouveau, faute de fouilles au sud de la cathédrale (Picard 1994 : 271‑286).

131Ne reste donc des bâtiments claustraux que la Manécanterie où sont visibles les traces de remaniements contemporains (Vialettes 1995 ; Reynaud in Pelletier et al. 2007 : 223). Il nous faut ici faire intervenir une hypothèse audacieuse mais plausible de N. Reveyron qui concerne la Manécanterie et la crypte de Saint-Jean (fig. 109). Elle fait des sculptures insérées dans la façade ouest de la Manécanterie, un remploi du décor du mur occidental de la crypte de Saint-Jean déplacé après la destruction de celle-ci lors de la reconstruction du chevet de la cathédrale, dans les années 1170‑1180. D’une chaire ou pulpitum installée au nord de ce mur proviendraient les petits arcs de la Manécanterie ainsi que les figures sculptées représentant l’aigle de Jean et un évangéliste ; les plus grands arcs seraient empruntés au décor du mur de la crypte. Le point fort de cette hypothèse vient de l’analyse de M. Vialettes qui avait constaté que le décor d’arcatures de la Manécanterie ne présentait pas le même mortier que le reste du mur (Vialettes 1995 : 59). Il réside également dans les dimensions reconstituées : environ 9 m pour le mur de la crypte et la même longueur pour les 8 arcs qui le décoraient et qui se trouveraient maintenant en façade de la Manécanterie. La date de ce décor correspond également au deuxième quart du XIIe siècle, date probable de la construction de cette crypte. Un étage fut ajouté au XVIIIe siècle.

Fig. 109 – Manécanterie : façade occidentale (XIIe siècle) (cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 109 – Manécanterie : façade occidentale (XIIe siècle) (cliché ÉRA 26 CNRS).

3.3.3. Les églises collégiales

132L’essor urbain est à l’origine de la création ou de la multiplication des paroisses. Des prieurés ou des collégiales ont pu alors obtenir des fonctions paroissiales ou plutôt celles-ci sont mentionnées pour la première fois, comme pour la paroisse de Saint-Nizier qui apparaît dans les textes en 1173 (Reveyron 2005 : 212) ou comme pour l’église Saint-Laurent (voisine de Saint-Paul) en 1251 (Guigue 1875 : 92‑93).

3.3.3.1. Saint-Irénée* : un tapis de mosaïques disparu

133L’église est toujours réduite à l’ancien chœur, lui-même subdivisé en trois nefs auxquelles deux absidioles romanes furent ajoutées à l’est (fig. 110). Seule l’absidiole nord a été conservée (fig. 111) ; l’absidiole sud est actuellement réduite à quelques traces visibles dans la fosse sud-est (Reynaud, Collomb 2013 : 470‑471). Un voûtement de la nef centrale, malgré sa grande largeur (près de 10 m) ainsi que des bas-côtés, est rendu possible et probable par les progrès de la technique. Au cours du XIIIe siècle, la porte occidentale fut reconstruite.

Fig. 110 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 110 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 111 – Saint-Irénée : absidiole nord (XIIe siècle) (Meynis 1880 : 103).

Fig. 111 – Saint-Irénée : absidiole nord (XIIe siècle) (Meynis 1880 : 103).

134L’église supérieure était couverte d’un tapis de mosaïque déjà décrit en 1573 par un G. Paradin « émerveillé du beau pavement fait d’œuvre mosaïque », dont il cite et traduit l’inscription et mentionné par D. Colonia (Paradin 1573 : 259‑260 ; Colonia 1701 : 42). D’après F. Artaud, ce pavement disparut à la fin du règne de Charles X (1830), mais l’archéologue lyonnais prit soin de le décrire, de le dater – sans doute trop haut (Xe-XIe siècle) – et d’en faire le relevé (Artaud 1835 : 68‑73, pl. XIII) (fig. 112). De l’est à l’ouest étaient figurés dans des médaillons les signes du Zodiaque, dont sept étaient encore presque intacts, puis dix-huit arcades ; pour les arts libéraux, deux figures seulement étaient conservées, sur les six arcades à l’origine, avec les noms inscrits au-dessus. On peut lire ou reconstituer la Grammaire, personnage assis, la Dialectique, personnage en toge, alors que ne reste que le nom de la Rhétorique ; l’ensemble était bordé d’un décor de quatrefeuilles, encadré ou non, par des médaillons ; au-dessous, et séparée par une bordure à motifs entrelacés, une rangée d’arcades portait la mention de Prudentia et Justicia puis s’étendait une nouvelle rangée d’arcs dont il ne reste que la mention de Sapientia. Puis un long texte invitait le fidèle à demander pardon car là reposent « Irénée et les dix-neuf mille martyrs » (Favreau, Michaud, Mora 1994 : 81‑82, n° 18) : le texte était encadré par deux personnages, coiffés d’une calotte, qui désignent le texte alors que du troisième personnage, situé au-dessous, ne subsiste qu’une calotte semblable à celle des deux autres surmontée d’un décor d’architecture. S. Wyss s’interroge sur les médaillons où alternent des figures des signes du Zodiaque (poissons) et des animaux qui appartiendraient à une évocation de la création (lions, oiseaux) (Wyss 2004).

Fig. 112 – Saint-Irénée : mosaïque de pavement disparue (XIIe siècle) (Artaud 1835 : pl. XIII).

Fig. 112 – Saint-Irénée : mosaïque de pavement disparue (XIIe siècle) (Artaud 1835 : pl. XIII).

135Dater cette mosaïque disparue est difficile. À Saint-Martin d’Ainay, comme à Saint-Irénée dans le premier tiers du XIIe siècle, la mosaïque joue le rôle d’un tapis de prière et le fidèle est invité à demander pardon (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 209‑210 ; Favreau, Michaud, Mora 1994 : 84‑85, n° 20). On y retrouve le même décor de quatrefeuilles dans un cercle mais à Saint-Martin (premier tiers du XIIe siècle), le dessin est plus grossier et les entrelacs, plus irréguliers. La mosaïque du déambulatoire de Saint-Philibert de Tournus représente les mêmes signes du Zodiaque, mais de façon légèrement différente, dans le décor, dans les bordures des médaillons, dans les petits trèfles qui encadrent les médaillons de gauche. À Tournus, le drapé du cavalier de Mai, plus élégant, et le réalisme des figures, plus net qu’à Saint-Irénée, nous mènerait assez tard dans le XIIe siècle (pour certains s’annonceraient des motifs de la seconde moitié ou de la fin du XIIe siècle) (Saint-Jean Vitus in Le décor retrouvé 2004 : 32‑54 et 190‑203). On serait donc tenté de situer ce pavement entre celui d’Ainay et celui de Tournus, donc plutôt dans le deuxième quart ou le deuxième tiers du siècle.

3.3.3.2. Saint-Just roman* : un édifice à la fois traditionnel et exemplaire

136La fouille a mis au jour les fondations de la grande basilique romane qui fut, un temps, l’église lyonnaise la plus admirable.

Les textes et les documents iconographiques

137Si les fondations du nouvel édifice ont dû être assez rapidement installées, la dernière grande campagne a pu s’étendre sur un certain laps de temps, peut-être un siècle, puisque des indulgences sont encore attribuées par le pape Innocent IV en 1245 (Guigue 1885‑1893 : I, 518, n° 420). Cette nouvelle construction, qui fut une des plus monumentales de la ville et une des plus visibles, au sommet de la colline, comme le montrent bien la vue de G. Symeoni (Symeoni 1559) (fig. 113) et le Plan scénographique du milieu du XVIe siècle (AML, 15165), fut détruite par les protestants en 1562. Il n’en reste que les fondations mais l’élévation peut se reconstituer, pour le plan, grâce aux données archéologiques, pour l’élévation grâce au procès-verbal de la destruction qui nous fournit les dimensions de l’édifice (Guigue 1879), grâce aux documents iconographiques et à la comparaison avec les cathédrales de Genève et de Lausanne.

Fig. 113 – Vue de Lyon au milieu du XVIe siècle (Symeoni 1559, feuillet 1).

Fig. 113 – Vue de Lyon au milieu du XVIe siècle (Symeoni 1559, feuillet 1).

Les données archéologiques : un changement de programme en cours de construction

138À l’époque romane, l’église fut reconstruite en deux temps. Une première campagne établit un massif puissamment fondé et destinée à supporter un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes mais l’élévation de ce chevet n’a jamais été construite. Sur ce massif, et sans interruption dans la construction, s’établit une église à trois nefs, au transept saillant pourvu de quatre chapelles orientées, à l’abside semi-circulaire renforcée de contreforts. L’édifice peut être daté du deuxième tiers du XIIe siècle et est représenté avant sa disparition par le voyageur italien G. Symeoni et par le Plan scénographique qui précisent l’élévation des deux tours de façade.

Le projet de chevet à chapelles rayonnantes (fig. 114)

Fig. 114 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 4 et 5 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 114 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 4 et 5 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

139Le projet consistait à agrandir l’église vers l’est, à l’emplacement de la nécropole carolingienne tardive, alors que l’église ancienne était, dans un premier temps, conservée en place. On connaît les fondations du socle puissant qui dessine le plan d’un chevet à chapelles rayonnantes. La nouvelle construction comprend une fondation en semelle destinée à mieux répartir les charges. Cette grande masse de matériaux forme un bloc de 20 m par 40 m dont les fondations descendent très profondément, surtout à l’est où la base des murs n’a pas été atteinte dans un sondage à 5 m de profondeur. Dans une épaisse couche de dépotoir, une grande fosse a donc été creusée, à l’est de l’église carolingienne, où l’on a jeté pêle-mêle, mortier et moellons, en un énorme blocage qui n’est limité par aucun parement, sauf sur le pourtour est et dans la chapelle axiale (mur sud).

140L’énorme massif de fondation se terminait à l’est par trois demi-cercles de large rayon ; à l’intérieur, le socle disparaissait à l’emplacement supposé du déambulatoire et des cinq chapelles rayonnantes. Le plan des trois chapelles centrales peut donc être reconstitué avec précision. Chaque absidiole devait avoir une dimension moyenne de 6 m sur 4 m ; la chapelle d’axe était plus longue et atteignait 7 m. Des deux chapelles latérales, nous ne connaissons que le mur oriental. Au nord, le massif de blocage est coupé par le transept roman alors que les fondations de la chapelle méridionale se transforment sans interruption visible en fondations de la nouvelle église.

141Si l’on admet que l’élévation ne correspondait pas strictement au massif de fondation, on peut toutefois proposer qu’avait été projeté un chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes, typique des églises de pèlerinage ; mais, on ignore si les chapelles se terminaient par une abside semi-circulaire ou par un chevet plat. De même, on peut se poser la question de l’existence ou non d’une crypte sous l’église haute établie le long de la pente. On devrait exclure cette idée, car les sépultures de la nécropole carolingienne, laissées en place dans les chapelles rayonnantes, étaient conservées à un niveau trop élevé ; sauf à imaginer que l’on avait prévu de vider, dans un deuxième temps, l’intérieur de ces chapelles et que ce programme n’aurait pas été réalisé. Un nouveau transept était sans doute envisagé mais, dans un premier temps, on a utilisé le transept de l’église précédente.

142Les déambulatoires, fréquents dans le centre de la France sont plus rares dans nos régions et surtout dans la vallée du Rhône. Font exception, dans la vallée du Rhône, l’église de Champagne et la cathédrale de Valence (Saint-Jean 1970 ; Rolland 2006). À Saint-Maurice d’Agaune et à Saint-Philibert de Tournus, le chevet à déambulatoire est ancien (Xe-XIe siècle) (Antonini 2014 ; Sapin 2006 : 40‑47). Ce type de chevet connaît une plus grande vogue au XIIe siècle, avec les grands chantiers de Cluny et de Paray-le-Monial qui remontent à la fin du XIe-début du XIIe siècle (Sapin 2006 : 92‑133).

143En chronologie relative, le nouveau chevet est postérieur à la chapelle d’axe carolingienne dont il coupe les murs et postérieur aux remblais et à la nécropole des Xe-XIe siècles. Au sud, nous l’avons vu, on passe sans rupture du socle aux fondations de l’église romane dont nous discuterons bientôt la datation.

144On peut se demander pourquoi le chevet à chapelles rayonnantes n’a pas été achevé. Le manque d’argent ne semble pas être l’explication car le chapitre connaissait alors une période de prospérité et, nous l’avons vu, il n’y a pas eu d’interruption dans le chantier. Un changement de programme serait plus plausible, sans doute par la volonté d’un nouvel abbé plus conservateur et inquiet d’innovations par trop dérangeantes car contraires aux traditions lyonnaises.

L’église romane

145Si l’on doit admettre un refus d’ouverture aux idées nouvelles, on doit aussi reconnaître que le nouveau type de construction servit d’exemple dans toute la région. L’église romane est assez bien conservée en fondations : manquent seulement l’angle sud-est de l’église, le mur latéral sud et la moitié méridionale de la façade. Le quart nord-ouest pourrait être mieux préservé sous le jardin voisin, mais il a été impossible de fouiller ce secteur. Quelques rares éléments de l’élévation ont été épargnés lors des démolitions successives, mais sur une faible hauteur, comme la base d’un pilastre du collatéral sud et de la façade, ainsi que quelques assises du mur latéral nord.

146Dans un deuxième temps, la construction se poursuivit donc à l’ouest du socle. Au sud, les nouvelles fondations englobèrent les structures des anciennes basiliques funéraires ; au nord, il en a été de même mais les matériaux ont été récupérés et les murs anciens ont disparu. Sur le socle s’installa le nouveau chevet qui se distingue par sa masse imposante, son appareil et son mortier. On peut reconstituer un plan qui comprenait une abside semi-circulaire directement greffée sur un transept débordant (environ 38,50 m à l’extérieur en fondation) et décalé vers l’est par rapport à celui de l’Antiquité tardive, une nef centrale bordée de bas-côtés (au total 24 m de largeur), une façade occidentale située à 64 m de l’abside. L’axe des constructions n’a pas changé depuis l’époque romaine.

L’abside et le chœur

147De forme semi-circulaire, l’abside s’appuyait sur le lobe central du chevet précédent. Ses fondations étaient puissantes (3 m d’épaisseur) pour un diamètre extérieur de 13,30 m (12,5 m en élévation). Au nord, le rond-point de l’abside était renforcé d’un contrefort qui reposait en partie sur la semelle polylobée et se trouvait en partie en surplomb sur des remblais peu stables ; on peut supposer l’existence d’autres contreforts. L’abside, accolée à un chœur assez long (7 m en fondation), se détachait donc fortement au-dessus de la pente en bordure d’une haute terrasse.

Le transept

148Le nouveau transept, reconnu sur toute son étendue, atteignait 36,5 m de longueur sur 13,75 m de largeur à l’intérieur des murs. À l’est, il repose encore sur le socle, alors qu’à l’ouest il possède ses propres fondations qui sont même renforcées près des angles par des massifs de maçonnerie. La paroi orientale de la chapelle rayonnante méridionale se transforme, nous l’avons vu, sans solution de continuité, en fondation du transept roman. De puissants contreforts furent prévus pour renforcer les angles ouest ; à l’est, ce sont les absidioles qui contribuent à l’équilibre des masses. Les fondations des chapelles situées de part et d’autre de l’abside principale sont assez bien conservées, en particulier le tracé intérieur à pans coupés ; la place est suffisante pour une deuxième chapelle de chaque côté, au-dessus du socle ancien, mais les traces en ont disparu.

Les nefs

149La nef centrale était large de 8,50 m et longue de six travées inégales (de 6,50 à 7 m de largeur). Elle était bordée de bas-côtés de 5 m de largeur (au total 25,5 m de largeur à l’extérieur des murs). À partir de la cinquième travée, quelques vestiges sont conservés en élévation sur quelques dizaines de centimètres (fig. 115). Les murs gouttereaux des bas-côtés avaient 1 m de largeur, ils étaient couverts à l’intérieur d’un enduit blanc et étaient renforcés à l’extérieur par de puissants contreforts. À l’intérieur, des pilastres recevaient la retombée des voûtes et les traces d’un sol dallé subsistent autour des piliers à h = 251,85 m NGF. Ces pilastres dessinaient des piles cruciformes, comme l’indiquent les arrachements au-dessus des dalles.

150Au milieu de la nef, un mur nord-sud a, sans doute, constitué une barrière de chœur qui aurait séparé les chanoines des fidèles. Il serait antérieur à un caveau tardif (XIVe-XVe siècle) et, par son mortier, appartiendrait à un état roman.

151Apparemment simple, cette construction présente quelques anomalies : les faits les plus notables sont constitués par l’irrégularité des fondations des murs gouttereaux et l’inégal espacement des travées. Les fondations sont de largeur variable, surtout entre le nord et le sud, et les parements présentent des orientations diverses, sans doute pour mieux s’adapter à un passé millénaire et à des structures antérieures. Au sud, les fondations anciennes et en partie conservées, du collatéral et du portique paléochrétiens, ont servi de point d’appui pour les murs de l’église romane qui ont été installés entre les deux murs du portique dont elles occupent toute la largeur, soit 3,50 m. Au nord, où les murs anciens avaient totalement disparu, les fondations sont moins imposantes et ne dépassent pas 1,50 m alors qu’au niveau de l’ancienne crypte du bras sud du transept, le mur roman est très puissant et les fondations descendent très bas.

152L’inégal espacement des travées entre l’est et l’ouest et un coup de sabre dans les fondations du mur gouttereau sud, au niveau du mur est de la crypte de l’ancien transept, assorti à un changement dans les mortiers, suggèrent deux étapes dans la construction. Dans un premier temps, on aurait construit le chevet, tout en gardant intact l’ancien transept et les nefs, dans un deuxième temps on aurait détruit l’ancien transept et les travées orientales puis édifié les travées occidentales de la nef ; enfin la façade ancienne disparut au profit d’une nouvelle construction. En élévation, une travée plus large que les autres, de près de 9 m a dû être placée entre les deux campagnes de construction. On peut également supposer le passage d’une construction romane à une construction gothique, mais l’élévation de l’édifice nous reste inconnue.

153La crypte sud-ouest est toujours utilisée même si sa voûte a été percée par l’implantation du dernier pilier de la nef. On y accédait par un escalier nord-sud qui démarrait au sud de la deuxième travée de la nef.

La façade

154Elle a presque entièrement disparu, sauf, on le suppose, sous le chemin d’accès au chantier et sous le jardin voisin. Au sud, manque l’extrémité du bas-côté mais la limite de démolition permet d’en restituer le tracé ; à l’ouest, des vestiges de mortier sont encore plaqués contre des structures plus anciennes, restées en place ; quelques assises de la nouvelle façade subsistent à l’ouest de l’ancienne crypte sud-ouest, à l’extrémité du bas-côté sud, crypte qui restera d’ailleurs toujours accessible et où se trouvaient des reliques (procès-verbal de visite de 1288 et de 1410) (Guigue 1879). Au nord, et après une disparition totale sur 5 m de longueur, les fondations reprennent en élévation jusqu’au-dessus du niveau du sol primitif (h = 252,60 m ; sol à 251, 85 m NGF). Ces vestiges suggèrent que les fondations de la façade, très larges (2,80 m) et légèrement obliques dans leur implantation, ont été construites par paliers, en suivant la pente.

Le décor sculpté

155Aucun chapiteau n’est conservé en place. Seule subsiste une base de pilastre contre le mur gouttereau du bas-côté sud qui peut se situer en chronologie et que l’on peut comparer aux bases de l’extension de Saint-Étienne (fig. 115 et 116).

Fig. 115 – Saint-Just : relevé du mur gouttereau du bas-côté sud (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 115 – Saint-Just : relevé du mur gouttereau du bas-côté sud (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 116 – Relevé comparatif des bases romanes de Saint-Just, Saint-Jean, Saint-Martin d’Ainay (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 116 – Relevé comparatif des bases romanes de Saint-Just, Saint-Jean, Saint-Martin d’Ainay (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

156Deux chapiteaux de marbre provenant de Saint-Just ont été recueillis par le curé d’Ainay et installés dans la chapelle de la Vierge (Roux 1851) (fig. 117). Un chapiteau de ce type est reproduit dans « l’Histoire civile et consulaire de Lyon » du père Ménestrier (Ménestrier 1696 : 39, hors texte, dessin de Delamonce) (fig. 118). Il représente, sur deux faces, un aigle, ailes déployées au-dessus de feuillages qui dessinent une double collerette, décor qui rappellerait les chapiteaux à feuillages de Saint-André-le-Bas (milieu ou troisième quart du XIIe siècle). Sur le chapiteau d’Orphée de Saint-Pierre de Genève (quatrième période) figurent des oiseaux qui présentent le même caractère naturaliste que l’aigle de Saint-Just (Pauli 1988 : 35).

Fig. 117 – Saint-Just : chapiteaux en remploi à Saint-Martin d’Ainay (chapelle de la Vierge) (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 117 – Saint-Just : chapiteaux en remploi à Saint-Martin d’Ainay (chapelle de la Vierge) (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 118 – Saint-Just : chapiteau dessiné par F. Delamonce (Ménestrier 1696 : 39 B).

Fig. 118 – Saint-Just : chapiteau dessiné par F. Delamonce (Ménestrier 1696 : 39 B).

157Trois chapiteaux du musée des Beaux-Arts de Lyon proviendraient du quartier de Saint-Just. Le décor des feuilles d’acanthe suggérait à R. Jullian à la fois une influence provençale et une inspiration antique, par la souplesse des formes, par les larges feuilles qui s’épanouissent aux angles et se recourbent en crochets, par les bagues perlées qui lient les feuillages et par les perles qui décorent les tiges des rinceaux. Sur le troisième chapiteau des monstres s’affrontent et se dédoublent dans la tradition romane alliée à un certain naturalisme fréquent dans l’art rhodanien. Ces chapiteaux sont datés du milieu du XIIe siècle (Jullian 1945 : 11‑40). Enfin en 1912, Rogatien Le Nail récupéra une tête nimbée de Christ que la finesse des traits du visage, le modelé précis, l’ordonnance calme de la chevelure, les petites mèches soignées de la barbe rapprocheraient de la sculpture de la seconde moitié du XIIe siècle (Illustré du Sud-Est, 27 janvier 1942) (fig. 119). Le décor sculpté appartiendrait donc plutôt à la seconde moitié du XIIe siècle.

Fig. 119 – Saint-Just : tête de Christ, dessin de R. Le Nail (Illustré du Sud-Est, 27 janvier 1912, fondation Marius Berliet).

Fig. 119 – Saint-Just : tête de Christ, dessin de R. Le Nail (Illustré du Sud-Est, 27 janvier 1912, fondation Marius Berliet).

158Des sépultures en pleine terre ou des cercueils mis au jour à l’extérieur et au sud de l’église (h = 250,80 m NGF) peuvent être datés de la même époque par les « pégaus » placées dans les tombes ; ces petits vases en pâte noire de forme globulaire, à lèvre en bandeau externe, anse et fond plat présentaient des trous effectués après cuisson et destinés sans doute à faciliter la combustion de l’encens.

Comparaisons et reconstitution

159Le Plan scénographique du milieu du XVIe siècle vient compléter les données concernant le plan et l’élévation mais la fiabilité du dessin est contestable (fig. 120). En plan, tout concorde ; seule l’abside pourrait poser problème mais nous savons qu’elle est bien semi-circulaire et qu’elle est renforcée de contreforts. En élévation, le transept qui paraît plus bas que la nef, s’élève d’un seul tenant, sans étagement de toitures à l’est ni traces de clochers aux extrémités. La nef centrale est plus haute que les bas-côtés et la façade se termine par deux tours. Le dessin de G. Syméoni pourrait paraître contradictoire (Symeoni 1559) (fig. 113). On distingue bien les pans coupés de l’abside mais les deux tours qui sont représentées pourraient être soit celles de la façade soit des tours de transept. Si le dessin paraît plus fiable, l’interprétation en est difficile. Les experts chargés en 1562 d’estimer les dégâts causés par les protestants décrivent ainsi ce qui reste de la basilique « une belle église avec deux tours non parachevées et deux grands clochers » (ADR, 12 G 471). Les deux clochers étant en façade, les deux tours ne pourraient être qu’aux extrémités du transept. Les experts ajoutent, concernant la façade : « entre lesquels deux clochers, avait une belle galerie bien voustée faite à piliers ». La comparaison s’impose avec la cathédrale de Genève dont le plan et les dimensions sont très proches (Martin 1910‑1911 : 44, fig. 2). La superposition des deux plans montre un chœur de même largeur (22 m), un transept de même longueur mais plus large à Genève (15 m contre 13,75 m), des nefs plus larges (25,5 m contre 24 m) et plus longues (47 m contre 45 m) à Saint-Just. Partant des données iconographiques et de ces similitudes entre les deux églises, on peut essayer de reconstituer l’élévation de Saint-Just : une abside semi-circulaire, renforcée de quatre contreforts et greffée sur un chœur peu allongé ; cinq fenêtres peut-être sur deux niveaux pouvaient s’ouvrir entre les contreforts. On peut également reconstituer quatre chapelles orientées situées à l’est du transept ; de plan rectangulaire, elles se terminaient à l’intérieur soit par un chevet à trois pans soit par une abside semi-circulaire et un mur droit les fermait à l’est.

Fig. 120 – Saint-Just : reconstitution de l’édifice (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 120 – Saint-Just : reconstitution de l’édifice (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

160Pour le transept, on peut proposer deux niveaux de toitures, un niveau bas pour les chapelles orientales, un niveau haut pour le bras proprement dit. La présence de clochers aux extrémités est appuyée par l’implantation de deux massifs contre le mur ouest du transept. Les nefs étaient de hauteur inégale avec un éclairage direct. La présence de contreforts extérieurs et de pilastres intérieurs, la puissance des fondations indiquent clairement que l’église était voûtée. On peut supposer un berceau brisé pour la nef centrale et des voûtes d’arêtes sur les bas-côtés, mais il est aussi possible qu’à Saint-Just, comme à Saint-Jean, à Saint-Paul de Lyon, à Saint-Maurice et Saint-André-le-Bas de Vienne, la nef centrale ait été voûtée d’ogives dès la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. La façade harmonique était pourvue d’un narthex entre les deux tours et les sculptures trouvées par Rogatien Le Nail, entre 1903 et 1913, provenaient sans doute du porche.

161Des comparaisons significatives peuvent porter sur les ouvertures de l’abside et sur le type de chevet et de transept. Les deux niveaux de fenêtres de l’abside se retrouvent dès le deuxième quart du XIIe siècle, dans un contexte régional à Saint-Lazare d’Autun, puis après 1160 à la cathédrale de Genève et de Lausanne, enfin au chevet de la cathédrale Saint-Jean de Lyon (1170‑1180). En ce qui concerne le changement de plan, on trouve la même situation à la cathédrale de Lausanne où un chevet à déambulatoire annulaire a été prévu mais où le chantier a été modifié en cours de route dans un esprit plus traditionnel avec un transept à chapelles orientées rectangulaires surmontées de tours (Biaudet et al. 1975). Le transept ressemble d’assez près à celui de la cathédrale de Genève qui est pourvu de tours aux extrémités, comme également à Saint-Jean de Lyon. Le transept de Saint-Just pourrait même avoir inspiré celui de la cathédrale de Genève dont les dimensions sont très proches.

162Ce type de construction, fréquent dans la région, serait la manifestation de la résistance à l’esprit chartrain chère à J. Bony (Bony 1958) et du succès des Cisterciens qui essaiment à partir de Bonnevaux en Dauphiné et adoptent un type de transept à chapelles orientées, basses et englobées dans un mur plat, comme en Savoie à Hautecombe, au nord du lac Léman à Bonmont ou dans la région lyonnaise à la Bénisson-Dieu, avant le milieu du XIIe siècle. L’abside de Saint-Just ne s’inspire pas pour autant des chevets plats cisterciens (Dimier, Porcher, Surchamp 1962).

163La céramique commune grise provenant des remblais contemporains de l’église, où deux couches de loess encadrent une couche de terre brune (US 6003 à 6008 et 4321), est datée postérieurement au milieu du XIe siècle par l’absence de fonds marqués (sauf dans les tranchées de fondation), par la présence de lèvres très largement éversées vers l’extérieur, de traces de lissage et de bandes rapportées. Les piliers cruciformes et les bases de pilastres se situent également entre ceux d’Ainay et ceux de Saint-Jean ; ils font plus penser à l’architecture bourguignonne du deuxième quart du XIIe siècle, ou à l’architecture viennoise entre les années 1120 et 1150, qu’aux bases de pilastres de la cathédrale de Genève. Quant aux chapiteaux conservés à Ainay ou au musée des Beaux-Arts, ils seraient contemporains de ceux de Saint-André-le-Bas (milieu ou troisième tiers du XIIe siècle).

164Le changement de plan de la cathédrale de Lausanne se situe dans les années 1150‑1170 et la construction du transept à chapelles orientées rectangulaires qui a remplacé le chevet à déambulatoire était déjà bien avancée en 1173 (Stöckli in Biaudet et al. 1975 : 13‑30). À la cathédrale de Genève, le grand chantier du chevet qui fut, au XIe siècle, doté d’une rotonde fut arrêté « brutalement », dans le deuxième quart du XIIe siècle ; la construction d’une toute nouvelle église commença sous l’épiscopat d’Arducius de Faucigny (1135‑1185), à partir de 1160 selon C. Martin (Martin 1910‑1911 : 120‑121).

165Le type de transept et les rares vestiges du décor apparaissent comme postérieurs aux premiers édifices cisterciens. Faut-il pour autant voir dans la modification de plan qui s’inspire de la tradition cistercienne, l’influence du nouvel archevêque Guichard de Pontigny ? Certes les dates sont troublantes, l’archevêque, ancien abbé de Pontigny, prenant ses fonctions en 1167. Il faudrait alors faire commencer la construction du premier à un moment qui semble un peu tardif. Par ailleurs, M. Rubellin souligne que l’Église de Lyon est peu favorable aux Cisterciens (Rubellin 2003 : 423‑453) et N. Reveyron réfute une influence directe de Citeaux : un abbé cistercien chargé de fonctions épiscopales ayant l’obligation « d’abandonner, dans ses actes, l’éthique de son ancien ordre » et les réalisations architecturales du nouvel archevêque étant plutôt marquées, à la cathédrale, par une recherche du beau matériau (Reveyron in Quartier Saint-Paul 2002 : 152‑153).

166Si l’on place le début de la reconstruction de Saint-Just au milieu du XIIe siècle, la nouvelle église serait un peu antérieure à celle de Genève. C’est à cette époque, et dans un axe Lyon-Lausanne, que se produit un refus du chevet à chapelles rayonnantes, au profit de modèles différents, qu’il faudrait éviter de qualifier d’emblée de plus traditionnels, du seul fait qu’ils ne sont pas alignés sur le modèle des cathédrales de la France du Nord (Grandjean in Biaudet et al. 1975 : 72‑80). Le changement de programme reste toutefois significatif même si on ne peut en préciser la date et illustre bien l’influence régionale des nouvelles tendances architecturales, en partie seulement influencées par l’art cistercien.

167Les travaux ont dû s’étendre sur une assez longue période. La construction, commencée à l’est (socle du chevet), s’est poursuivie à l’ouest, en tout cas en fondations (différences de mortier, façade légèrement oblique). Les travaux ont pu être interrompus un certain temps et l’église n’être terminée qu’au cours du XIIIe siècle puisqu’en 1245, le pape Innocent IV accorda des indulgences pour l’achèvement des travaux (Guigue 1885‑1893 : I, 512, n° 420). Si l’on doit admettre un refus d’ouverture aux idées nouvelles, on doit reconnaître que le nouveau type de construction servit d’exemple dans toute la région.

Bâtiments conventuels

168Il n’en reste que l’amorce de deux murs. Au sud-ouest, un mur assez puissant qui se détache perpendiculairement à l’église (M8, à 60 m ouest) et dont la trace a été retrouvée sur une assez grande longueur, vers le sud (15 m) ; contemporain de l’église, il appartenait à l’ensemble conventuel et faisait sans doute partie du cloître, dont il aurait fermé la galerie occidentale (fig. 114 et 171 infra). Plus à l’est (42 m ouest), une semblable structure, prévue au moment de l’installation des fondations, n’est conservée que sur 1, 50 m de long vers le sud. D’après le plan du cloître, reconstitué par S. Wyss, la salle du chapitre était accolée au nouveau transept et le cloître, de petite taille, s’étendait à l’ouest du transept (Wyss et al. 2002 : 165, fig. 207) (fig. 121). Si l’on tient compte des deux murs déjà décrits, le cloître aurait eu, en fait, environ 20 m de côté, ce qui paraît plus logique. Plus au sud, les destructions avaient été plus profondes et la fouille de sauvetage, que nous avons pu mener, a été trop rapide pour que l’on puisse identifier les structures aperçues dans ce secteur, au-dessus de la nécropole de l’Antiquité tardive.

Fig. 121 – Saint-Just : reconstitution du cloître (Wyss et al. 2002 : 32‑33, fig. 17).

Fig. 121 – Saint-Just : reconstitution du cloître (Wyss et al. 2002 : 32‑33, fig. 17).

169Deux vestiges de moules à cloche ont été fouillés au sud-ouest du transept (30 et 31 m ouest), l’une de 1,20 m de diamètre (US 1645, 1646 à h = 250,40 m NGF), l’autre de 1,60 m (US 13928 à la même hauteur) (fig. 122) ; les fosses, qui coupaient des niveaux de sols à h = 251,80 m NGF (US 1650), étaient donc postérieures aux niveaux carolingiens. À partir de fragments de moules, T. Gonon a reconstitué une cloche de 1,20 m de diamètre qui pourrait être romane, peut-être du XIe siècle, comme les quelques cloches allemandes connues de cette époque. Pour cette datation haute, on peut s’appuyer sur le tracé très vertical de la robe et sur le « cerveau » d’un diamètre assez fort (Gonon 1996 : 99 ; 2010 : 72‑121).

Fig. 122 – Saint-Just : plan et coupe des moules de cloches (localisation GH4S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 122 – Saint-Just : plan et coupe des moules de cloches (localisation GH4S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Le mur d’enceinte et ses tours

170On peine à dater la construction de l’enceinte du monastère. Nous l’avons vu (3.1.2.2), une première construction, mais sans preuves, est possible dès le XIe siècle ; elle aurait pu être en bois mais associée à un mur maçonné à l’est. En fouilles, une structure circulaire d’un diamètre approximatif de 4,70 m a été reconnue à l’est du chantier comme une des tours de l’enceinte ; tour qui serait postérieure à l’église romane. On pourrait peut-être même la situer avant la construction de l’enceinte fortifiée du cloître Saint-Jean qui est postérieure à l’accord de 1173 et la faire remonter à l’époque où le conflit avec les comtes de Forez a dû amener le prélat à s’assurer un point fort proche de son palais épiscopal.

3.3.3.3. Saint-Paul et Saint-Laurent

171Comme beaucoup d’autres églises lyonnaises, Saint-Paul est reconstruite dans la seconde moitié du XIIe siècle, mais il ne reste rien des bâtiments canoniaux, des maisons canoniales et de l’enceinte qui fermait un claustrum et disposait d’une juridiction propre. Il ne reste également rien de l’église Saint-Laurent qui était reliée par un passage couvert à la collégiale.

Saint-Paul : une église romane mutilée (fig. 123 et 124)

Fig. 123 – Saint-Paul, Saint-Laurent, Saint-Vincent : plan (XIIe-XVIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 123 – Saint-Paul, Saint-Laurent, Saint-Vincent : plan (XIIe-XVIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).

Fig. 124 – Saint-Paul : métopes romanes remployées dans le mur des chapelles septentrionales (Reveyron 2005 : fig. 133 ; relevé et DAO G. Macabéo).

Fig. 124 – Saint-Paul : métopes romanes remployées dans le mur des chapelles septentrionales (Reveyron 2005 : fig. 133 ; relevé et DAO G. Macabéo).

172Saint-Paul, qui a subsisté comme église paroissiale, fait ici l’objet d’un simple rappel. Le chapitre de Saint-Paul occupe une place de choix, la deuxième après celui de Saint-Just dans la hiérarchie des collégiales (Chopin 2002 : 84‑85). Ses revenus sont améliorés par la concession, dans le cadre de la réforme grégorienne, de plusieurs paroisses de Dombes ou du Lyonnais par l’archevêque Hughes de Die, également légat pontifical (1082‑1106) (Guigue 1867 : 14). Des travaux sont mentionnés dans le clocher à la fin du XIIe siècle à la demande de Bernard de Miribel et du chancelier Tancrède, mort en 1199, qui aurait contribué à la construction et au décor du chœur (Guigue 1867 : 14, 53).

173La période romane tardive étant bien représentée à Saint-Paul et l’église étant bien étudiée, nous insisterons seulement sur les rapprochements architecturaux possibles avec l’église de Saint-Just (Reynaud 2007b : 225 ; Reveyron 2005 : 217‑266). L’église fut entièrement reconstruite selon un plan élaboré : un transept largement débordant et pourvu sur chaque bras de deux absidioles, trois nefs dont la partie orientale plus large présente, de chaque côté, des logis à l’étage, enfin un clocher-porche. L’abside, reconstruite au XVIIIe siècle, offrait dans son premier état, et selon la description du chanoine Greppo, une élévation à deux étages et pilastres cannelés, qui, nous l’avons vu, était peut-être celle de l’abside de Saint-Just (Greppo 1762). Parmi les éléments remarquables, notons les dimensions de l’église, très proches de celles de Saint-Just (transept de 33 m de longueur pour Saint-Paul et de 36,50 m pour Saint-Just ; nefs respectivement de 29 m et de 29 à 30 m de longueur) (Reynaud 2007b : 225) et le tracé à pans coupés des absidioles qui pourrait également reprendre le tracé de l’abside de Saint-Just II peut-être encore visible avant le milieu du XIIe siècle et que l’on retrouverait à Saint-Pierre-les-Nonnains. On peut se demander si les chanoines de Saint-Paul n’auraient pas voulu concurrencer ceux de Saint-Just en construisant une église aussi belle et même plus grande que la leur. Quand on sait que Saint-Just a été reconstruite à partir du milieu du XIIe siècle, on peut supposer une influence de la grande église de la colline sur la reconstruction de Saint-Paul, dans un souci de retour à l’antique bien analysé par N. Reveyron (Quartier Saint-Paul 2002 : 144‑145). Le cloître, qui s’étendait au sud et avait sans doute déjà perdu une partie de sa largeur lors du passage à l’église à trois nefs, en perdit encore lors de la construction de chapelles gothiques. L’état roman de l’église, « baroquisée » au XVIIIe siècle, a été reconstitué grâce à une étude approfondie du bâti.

Saint-Paul, l’église romane et son décor remployé

Hervé Chopin, Nicolas Reveyron

Les travaux de la fin du XVIIIe siècle ont complètement fait disparaître l’abside romane et les décorations qui l’ornaient, comme, d’ailleurs, les chapiteaux qui ornaient la nef et les bas-côtés ou les sculptures qui scandaient la coupole de la tour-lanterne. Cependant, grâce à la description faite par le chanoine Jean-Baptiste Greppo lors de son intervention à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon en 1762, peu avant ces travaux, celui-ci put figer ce décor roman qui, par certains traits, était assez semblable à celui de la cathédrale. Il la décrit comme une église remarquablement bien conservée, avec des éléments comme le porche qui avait certains traits similaires à celui de Saint-Étienne par sa composition (transcription intégrale dans Chopin 2000 : vol. 2, 77‑87), même si son entrée avait été transformée en 1648 par l’ajout d’un fronton et de colonnes doriques. Le chœur était scandé de pilastres et de colonnes sur deux niveaux. Les statues des apôtres animaient cet espace jusqu’à leur destruction en 1562 par les huguenots. Les chapiteaux étaient décorés « les uns par les feuilles d’acanthe sauvage, que d’autres nomment feuilles de persil, d’autres ont des visages d’hommes monstrueux, tels que les Grecs les employèrent après la défaite de Xerxès en haine et dérision des Perses, d’autres enfin ont des sphinxs et autres figures tels qu’elles ont été pratiquées par les Égyptiens ». Treize colonnes engagées, en marbres, structuraient le premier niveau de l’abside. Comme dans la cathédrale, un banc de pierre longeait sa courbe.

Les chapelles gothiques greffées sur les bas-côtés du XIIe siècle, et qui appartiennent toutes à l’art gothique flamboyant (XVe-XVIe siècle), sont surmontées, à l’extérieur, d’un magnifique décor roman composé de modillons (corbeaux de pierre portant l’avancée du toit) et de métopes (dalles sculptées logées entre les modillons). Les modillons sont superbement sculptés, dans le style antiquisant qui caractérise l’art lyonnais dans le dernier tiers du XIIe siècle : têtes animales, têtes humaines, têtes monstrueuses, signes du Zodiaque… Quant aux métopes, elles offrent des décors de feuillages très travaillés (fig. 124). Cette disposition n’est pas exceptionnelle : on constate à la cathédrale de Vienne (Isère) une semblable migration de très beaux décors romans sur les chapelles latérales.

D’où proviennent ces chefs-d’œuvre, plus vieux que les murs qui les portent de trois siècles ? Il peut s’agir des décors sommitaux des bas-côtés, réinstallés sur les chapelles au moment de leur construction : ils auraient été démontés à chaque chantier, puis replacés sur le nouveau bâti. Les dimensions concordent, mais ce n’est pas une preuve : cela vient du fait que les chapelles ont la même longueur que les travées correspondantes des bas-côtés. Une objection : avant la transformation des toitures au XIXe siècle (depuis, elles couvrent d’un seul tenant bas-côté et chapelles), le haut des murs des collatéraux restait visible.

Il peut s’agir aussi des décors sommitaux des murs gouttereaux de la nef : la logique ornementale voudrait que ce soit la nef qui ait reçu un somptueux décor, plutôt que les bas-côtés. Au XVIIe ou au XVIIIe siècle, ils ont été rehaussés, pour porter une charpente montée beaucoup plus haut que l’ancienne, avant qu’au XIXe siècle, on les rabaisse, sans pour autant leur rendre leur hauteur d’origine. De fait, sur le mur nord, du côté ouest, on distingue encore les traces de ce décor de modillons et de métopes. L’installation sur les chapelles des décors de la nef est peut-être consécutive des travaux du XVIIe-XVIIIe ou du XIXe siècle. Le dernier avatar du décor de métope appartient au XIXe siècle : pour retrouver l’aspect roman de l’église du XIIe siècle, les restaurateurs ont moulé un certain nombre de métopes romanes pour les reproduire au sommet des murs gouttereaux de la nef, qui venaient d’être rehaussés.

Fig. 125a et b – Saint-Georges : dessin du XVIIe siècle montrant le chevet reconstruit au XVe siècle et plan de l’église et de la commanderie (ADR, 48 H 2789, p. 59‑60).

Fig. 125a et b – Saint-Georges : dessin du XVIIe siècle montrant le chevet reconstruit au XVe siècle et plan de l’église et de la commanderie (ADR, 48 H 2789, p. 59‑60).

Fig. 125a

Saint-Laurent : une église disparue

174L’église Saint-Laurent, disparue à la Révolution, n’a jamais fait l’objet d’une étude exhaustive (fig. 124, fig. 1, n° 9). Construite au nord de l’église Saint-Paul, comme Saint-Saturnin à côté de Saint-Pierre des Terreaux, l’église Saint-Laurent, qui avait des fonctions paroissiales, n’est pas mentionnée avant 1251. Le chamarier et le chapitre font alors effectuer, pour un montant de 100 livres, des réparations à un édifice déjà existant (Guigue 1875 : 92‑93, appendice n° XXVI, pro reparanda et aedificanda ecclesia sancti Laurenti ; Duplain, Giraud 1899 : 69). L’église apparaît clairement sur le Plan scénographique, au milieu du XVIe siècle, et sur la Grande Vue de Simon Maupin comme une église à nef unique assez longue prolongée par une abside à trois pans à l’est ; le plan de Séraucourt, plus précis, indique que l’abside est semi-circulaire et vient au niveau du bras nord du transept de Saint-Paul, soit environ 40 m de longueur et 14 m de largeur ; dimension proposée également par A. Cateland et F.‑R. Cottin.

175Une église double a pu fonctionner, dès les temps les plus reculés, comme Saint-Saturnin associée à Saint-Pierre des Terreaux (voir plus haut 2.4.4.2), en tout cas dès l’époque romane, mais seules des fouilles pourraient préciser la date de construction du premier édifice. Un grand cimetière s’étendait au nord de l’église Saint-Laurent.

3.3.3.4. Saint-Georges

176Si comme Saint-Paul, Saint-Georges n’a jamais fait l’objet d’une fouille exhaustive, on peut cependant reconstituer le plan de l’église. Le dessin très imprécis du Plan scénographique suggère l’existence d’absidioles et d’un clocher-porche. L’absidiole nord est encore visible sur une élévation et un plan des années 1689‑1704 ce qui signifie que le bras nord du transept était alors conservé (ADR, 48 H 2789) (fig. 125). Le dessin de la façade de l’église de ce même document atteste une église à trois nefs, surmontée d’un clocher à l’ouest (fig. 201 et 202 infra), comme d’ailleurs, si l’on regarde bien, les reconstitutions de Rogatien le Nail. Un beau clocher-porche apparaît sur le plan de Turin de 1549, sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin, clocher qui disparaît avant la fin du XVIIe siècle (il est absent du dessin de la façade ADR, 48 H 2789).

177Une visite du sous-sol du chevet de l’église permet de vérifier l’existence des fondations de l’absidiole nord. D. Meynis signale qu’en creusant les fondations, des nefs furent découvertes, à 2 m de profondeur et contre la façade de l’église, deux bases de pilastres « de style roman » distantes de 3 à 4 m, ainsi que le mur nord de l’église de 1 m d’épaisseur et des structures appartenant à plusieurs édifices « antérieurs à l’église » (Meynis 1872 : 117).

3.3.3.5. Notre-Dame de la Platière

178La collégiale reçut des fonctions curiales, sans doute sous l’archevêque Josserand (1106‑1118) ou peu avant et vers 1130‑1150, l’archevêque de Lyon dut prendre parti sur le conflit qui opposait les chanoines de l’église et les moniales de Saint-Pierre à propos de la délimitation de la paroisse avec celle de Saint-Pierre (Rubellin 2003 : 366‑368). L’importance du culte marial à la Platière est attestée, en 1245, par une cérémonie présidée par le pape Innocent IV à l’occasion de la création d’une octave de la fête de la Nativité qui continua à être célébrée jusqu’au XVIIIe siècle.

179L’église fut sans doute reconstruite peu après l’installation des chanoines de Saint-Ruf : les seuls éléments visibles sur le Plan scénographique sont le clocher qui, par ses pyramidions, offre une ressemblance nette avec Saint-Martin d’Ainay et l’abside où l’on devine un décor d’arcatures lombardes qui suggèrent une datation de la fin du XIe siècle ou du premier tiers du XIIe siècle. La Grande Vue de Simon Maupin montre une église à nef unique de six travées flanquées de plusieurs chapelles, un clocher à la croisée d’un transept peu débordant, où M. Pothier dans sa reconstitution de l’église situe à juste titre une coupole sur trompes, peut-être une absidiole au sud (blog « Lyon en 1750 ») ; l’abside, décrite comme semi-circulaire lors de sa démolition « avec des ouvertures en plein cintre rappelant le XIe siècle », est donc bien d’époque romane (Saint-Olive 1868 : 68) ; le cloître s’élevait au nord. Le plan de Séraucourt, les cartes terristes du XVIIIe siècle et un plan d’alignement du XIXe siècle suggèrent un édifice dont la longueur égalait la moitié de Saint-Nizier : environ 38 m de long sur 20 m de largeur ; largeur inhabituelle pour une nef unique, et peut-être due à la présence de chapelles latérales (fig. 126).

Fig. 126 – Notre-Dame de la Platière au XVIIe siècle (d’après L. Sarsay, musées Gadagne, N 3512.1).

Fig. 126 – Notre-Dame de la Platière au XVIIe siècle (d’après L. Sarsay, musées Gadagne, N 3512.1).

3.3.4. Les églises monastiques

180Les églises monastiques apparaissent clairement sur la Grande Vue de Simon Maupin (fig. 127). Nous n’insisterons pas sur l’église abbatiale Saint-Martin d’Ainay, sauvée après la Révolution, mais nous mentionnerons l’intervention archéologique pratiquée dans la chapelle Sainte-Blandine ; seul le cloître disparu fera l’objet d’une courte étude. Comme pour Saint-Bonaventure ou Saint-Paul, un encart fera le point sur l’état des questions et surtout sur l’étude exhaustive du bâti extérieur de l’église abbatiale récemment effectuée par I. Parron et C. Becker, à l’occasion d’un nettoyage de l’édifice. Pour l’Île-Barbe, nous présenterons, succinctement, les travaux de C. Gaillard alors que Saint-Pierre des Terreaux n’a pas fait l’objet de recherches récentes.

Fig. 127 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin : centre de la Presqu’île (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP D 130).

Fig. 127 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin : centre de la Presqu’île (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP D 130).

3.3.4.1. Saint-Martin d’Ainay

181Nous avons publié trois ouvrages sur l’église Saint-Martin et organisé avec F. Richard et les Amis de Saint-Martin d’Ainay un colloque sur l’abbaye d’Ainay qui nous a amené à mieux situer cet édifice dans l’histoire des églises lyonnaises. Au cours de ce colloque, la présentation des recherches effectuées pour la restauration de l’édifice a remis en cause certaines hypothèses (Parron et al. 2008 ; Reynaud et al. 2016).

Un groupe monastique

182Comme à l’Île-Barbe, les moines disposaient de plusieurs églises (fig. 1, n° 42) : la grande abbatiale dédiée à Saint-Martin et deux chapelles, Sainte-Blandine au sud, Saint-Pierre au nord (fig. 128). Ces trois vocables ont une histoire : Saint-Martin suggère un édifice ancien et viendrait à l’appui d’une fondation précoce, carolingienne ou paléochrétienne. Le culte de sainte Blandine demande une nouvelle approche. Soit il serait lié à un renouveau tardif du culte des martyrs, relancé par l’archevêque soucieux de contrecarrer les prétentions du clergé de Saint-Nizier dans une chapelle dont le vocable primitif est inconnu (Rubellin 2003 : 285‑286) ; à cet effet, les moines prétendirent posséder un sac contenant des cendres des martyrs de 177 et la pierre où Pothin aurait reposé sa tête en prison. Soit il serait lié à la présence à Ainay d’un culte ancien des martyrs de 177 et dans ce cas, pour la seconde chapelle, le vocable de Saint-Pierre, saint patron le plus prisé des Lyonnais avec rien moins que quatre églises, serait hérité du vocable primitif des Saints-Apôtres (voir au chap. 1.2.2.2, Saint-Pierre de Vaise ou Saint-Pierre d’Ainay, ancienne église des Apôtres). On rejoindrait alors les anciennes traditions reprises de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle et que B. Beaujard considère comme une des hypothèses possibles, mais impossibles à prouver (Grégoire de Tours, GM, 1885, réed. 1969 : 72, n. 2, Vieillard-Troïkouroff 1976 : 146 ; Beaujard in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 59).

Fig. 128 – Saint-Martin d’Ainay : plan d’ensemble (Reynaud et al. 2016 : 56).

Fig. 128 – Saint-Martin d’Ainay : plan d’ensemble (Reynaud et al. 2016 : 56).

Le voûtement de la chapelle Sainte-Blandine

183Nous n’avons procédé avec A. Baud qu’à une courte intervention archéologique dans la chapelle Sainte-Blandine (Reynaud 1997) qui a mis en évidence de profondes transformations dès l’époque romane. Les murs gouttereaux ont en effet été doublés à l’intérieur pour supporter une voûte en berceau contrebutée à l’extérieur par des contreforts.

Saint-Pierre : une chapelle à moitié disparue

184À l’occasion de la restauration de l’église, C. Becker et I. Parron ont également analysé les vestiges de la chapelle Saint-Pierre, greffée à l’est du même bras du transept ; ces vestiges sont un peu plus récents que la grande église, la chapelle ayant été consacrée en 1146. Elle comportait une nef assez longue, comme le suggèrent le plan terrier de 1750 et la description, en 1859, lors de sa démolition, d’une abside située à l’est de la rue nouvellement percée (actuelle rue Adélaïde-Perrin) : « Son abside, convertie en atelier, est ajourée de trois baies cintrées pratiquées sous des arcatures à colonnettes assez élégantes ; sa voûte est en demi-coupole […] le tout porte les caractères du premier XIIe siècle » (Soultrait 1859 : 39). Des figures d’apôtres, provenant de cette chapelle, sont présentées aux musées Gadagne (Lassalle 1976).

Des mosaïques enfin reconstituées

185Les mosaïques qui, comme des tapis, entouraient l’autel, ont été relevées par l’abbé Boué en 1852 et par A. Steyert en 1854 (voir le chapitre de synthèse sur les mosaïques romanes, 3.3.10). Ces dessins sont suffisamment précis pour reconstituer la figure du pape Pascal II (Boué 1852 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 293, fig. 286 ; Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : fig. 62, 63) (fig. 129). Ce décor de mosaïque, daté de l’époque de l’évêque Gaucerand (avant 1118), ou de ses successeurs immédiats, n’est pas propre à Saint-Martin, on le retrouve à Saint-Jean, et peut-être à l’Île-Barbe, plus tard à Saint-Irénée mais il est le seul avec celui de Saint-Jean à être daté ; la fourchette reste assez large, qui pourrait aller jusque dans les années 1120 (Reveyron in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 110). À la suite de F. Artaud, A. Steyert a également relevé un fragment de mosaïque dans la chapelle Sainte-Blandine (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 290).

Fig. 129 – Saint-Martin d’Ainay : mosaïque du chœur (dessin d’A. Steyert en 1854 in A. Allmer, Inscriptions de Lyon et environs, bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, ms. 341).

Fig. 129 – Saint-Martin d’Ainay : mosaïque du chœur (dessin d’A. Steyert en 1854 in A. Allmer, Inscriptions de Lyon et environs, bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, ms. 341).

Un cloître disparu

186Une idée assez précise de l’état des lieux peut être obtenue à partir du Plan scénographique (vers 1550) et pour le XVIIIe siècle par le plan de la rente noble d’Ainay (ADR, 11 G 450). Si l’abbé Chagny ne s’est guère intéressé à la question et si les documents d’archives nous manquent (Chagny 1935 : 3), on peut s’appuyer sur la reconstitution et sur le plan de Rogatien Le Nail (utilisée par le plan en relief déposé dans la chapelle Saint-Joseph) (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 92‑103 ; Reynaud in Reynaud et al. 2016 : 66‑68). L’ensemble était clos de murs au nord et à l’ouest et se terminait au sud par le pré d’Ainay. La porte « claustrale » donnait accès à l’abbaye au niveau de la « voûte d’Ainay ».

187Le cloître avait été installé au nord de l’abbatiale. On y accédait depuis l’église par une porte ouverte dans le bas-côté nord, fermée puis retrouvée au XIXe siècle et à l’ouest par une porte monumentale, qui, encore en place au début du XIXe siècle, présentait un arc brisé qui encadrait un petit tympan à arcature manifestement remployé (peut-être le tympan de la Décollation de Jean-Baptiste) au-dessus de pilastres romans (gravure de A. Guindrand 1823, BML, fonds Coste, 400). D’après G. Paradin, qui décrit le cloître avant sa destruction par les protestants (Paradin 1573 : 116), les piliers étaient en marbre et les chapiteaux étaient décorés de feuilles d’acanthes et de volutes dont deux en marbre qui seraient alors encore visibles dans le jardin du presbytère. Lors de la visite du grand prieur de Cluny en 1604, le cloître, la salle capitulaire, le dortoir et le réfectoire étaient « ruinés et démolis ». Rogatien Le Nail propose une reconstitution du cloître au milieu du XVe siècle avec des galeries de six arcades (fig. 130) : il représente à l’est, après la chapelle Saint-Michel et un couloir menant à Saint-Pierre, la chapelle Notre-Dame des Anges ou du cloître, construite en 1497 et la salle du chapitre, au nord le réfectoire surmonté du dortoir, à l’ouest la dapiferie et des écoles (AML, fonds Chagny, 76 II 49). A. Chagny reconstitue, quant à lui, des galeries à arcades en plein cintre, 8 au nord et au sud et 12 à l’est et à l’ouest, ce qui paraît difficilement compatible avec la longueur de la nef, décorées de chapiteaux à feuillages non historiés. Le cloître abritait de nombreuses sépultures.

Fig. 130 – Saint-Martin d’Ainay : restitution du cloître par R. Le Nail (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 103).

Fig. 130 – Saint-Martin d’Ainay : restitution du cloître par R. Le Nail (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 103).

188L’analyse des élévations a également mis en évidence les vestiges d’une salle capitulaire d’époque romane dans le prolongement du bras nord du transept ; élément d’autant plus intéressant qu’il constitue le seul vestige de cet ordre conservé à Lyon, avec la salle capitulaire de l’Île-Barbe (Parron et al. 2008). Les archéologues ont pu reconstituer la salle du chapitre à partir des parties basses de ses murs est et ouest, rares vestiges demeurés en place (fig. 131). À l’ouest, le mur conservé sur près de 9 m de longueur en fondations est percé de trois arcs en plein cintre et d’une porte plus tardive (XVe siècle). L’intrados de l’arcature centrale est encore peint de figures géométriques et d’un chien qui remonteraient au XIIIe ou au début du XIVe siècle (Parron et al. 2008 : 142‑143). La salle du chapitre a été modifiée lors de la construction de la chapelle Saint-Michel.

Fig. 131 – Saint-Martin d’Ainay : vestiges de la salle du chapitre (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 131 – Saint-Martin d’Ainay : vestiges de la salle du chapitre (cliché J.‑P. Gobillot).

L’abbatiale de Saint-Martin d’Ainay : une construction dans la tradition lyonnaise

Jean-François Reynaud

Ce court développement a pour but de mieux situer les décors disparus et de mieux comprendre des églises disparues comme Notre-Dame de la Platière, dont le clocher-porche était très proche de celui de Saint-Martin d’Ainay.

L’orientation de la nouvelle église diffère sensiblement de celle du clocher-porche et de la chapelle Sainte-Blandine. Même si la construction est homogène, deux parties tout à fait différentes s’opposent, de l’est à l’ouest. À l’ouest, les trois nefs séparées par une double colonnade étaient couvertes d’un toit à charpente en bâtière, signe d’archaïsme qui suggère une influence paléochrétienne ou carolingienne, inspirée de basiliques de ces époques, comme celle de Saint-Just peut-être alors encore conservée en élévation (Reynaud in L’abbaye d’Ainay 1997 : 16). La croisée du transept repose sur quatre colonnes qui, depuis le XVIe siècle (Du Choul 1555‑1556, repris par Paradin 1573 et Ménestrier 1696) sont considérées comme provenant de l’autel de Rome et d’Auguste, établi sur les pentes de la Croix-Rousse, mais que l’on situa très tôt dans le quartier d’Ainay (Le Febvre 1627 : 62 ; La Mure 1885 ; Boissieu 1864). Le chevet reflète une autre inspiration : le plan comprend un transept à peine débordant et dominé par une coupole sur trompes sur lequel se greffent deux absidioles à chevet plat, une courte travée de chœur et une grande abside semi-circulaire ; la construction de cette partie est voûtée. Ce type de chevet s’inspire encore des chevets du XIe siècle comme celui de Saint-Étienne et se compare à celui d’autres églises plus lointaines comme la cathédrale de Paderborn (Allemagne) (Lobbedey 1990 : 18‑32). Plus typique du début du XIIe siècle est la coupole surmontée d’une tour-lanterne que l’on retrouve à Saint-Philibert de Tournus dans les années 1120 (Saint-Jean Vitus 2019 : 115) et à la cathédrale de Puy (Reynaud, Aubert 1997 : 16‑18). L’étude archéologique effectuée à l’occasion de la restauration de l’édifice a mis en évidence l’unité de la construction de la grande église, en particulier dans l’élévation de l’abside centrale (Parron et al. 2008 : 139‑140), mais une reprise, visible dans l’arcature intérieure des absidioles et dans l’installation des piédroits supportant les bas-reliefs de l’entrée du chœur, suggère la possibilité de travaux concernant les élévations et le décor qui pourraient être postérieurs à 1107 (Reynaud, Aubert 1997 : 17).

Le décor est également significatif : si les chapiteaux du clocher-porche et des fenêtres de l’abside restent, nous l’avons vu, dans la tradition du XIe siècle, les bas-reliefs de l’entrée du chœur sont plus récents et présentent avec les médaillons de l’abside un résumé de la foi de l’époque ; ils annoncent aussi des liens avec l’Italie du Nord (Reveyron in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 101‑110 ; Lassalle in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 111‑132). Une nouvelle interprétation des symboles suggérée par ce décor a récemment été présentée (Bryon in Reynaud et al. 2017 : 82‑95). Enfin et surtout, une nouvelle étude du décor de mosaïque qui entourait l’autel et a été progressivement détruit (voir plus loin 3.3.10) a confirmé la bénédiction de ce dernier par le pape Pascal II en 1107 (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 203‑228). Le poids du passé se fait encore lourdement sentir sur l’architecture mais un décor riche en signification commence à envahir le sanctuaire de l’édifice. L’église abbatiale d’Ainay constitue donc un jalon important dans l’évolution de l’architecture et du décor des églises de Lyon au début du XIIe siècle.

3.3.4.2. L’Île-Barbe

189Les constructions du XIIe siècle sont suffisamment bien conservées pour avoir fait l’objet d’une nouvelle étude de la part de C. Gaillard dont les fouilles ont surtout apporté des nouveautés sur la chapelle Saint-André, à la pointe de l’île (chapelle disparue ou en partie englobée dans des constructions modernes), sur l’église Notre-Dame en partie conservée et sur le cloître ; ces études sont en cours de publication (fig. 132).

Fig. 132 – Île-Barbe : plan d’ensemble de l’abbaye (DAO C. Gaillard).

Fig. 132 – Île-Barbe : plan d’ensemble de l’abbaye (DAO C. Gaillard).

Notre-Dame : une église en partie détruite

190Les liens avec l’Église lyonnaise se renforcèrent au XIIe siècle et l’église Notre-Dame devint le centre d’un pèlerinage à l’occasion des quatre grandes fêtes mariales (fig. 1, n° 4 et fig. 133). À cet effet, l’église fut entourée, au nord et à l’ouest, de galeries destinées à l’accueil des pèlerins : la galerie nord a fait l’objet de fouilles qui ont permis de retrouver le sol primitif à 1,50 m plus bas que le sol actuel. La présence de quelques chapiteaux à décor gravé et incrusté, proches de Saint-Pierre ou de Saint-Jean, date ces ajouts du dernier tiers du XIIe siècle (Gaillard 2013 :149‑150 et étude en cours). Ces fouilles ont également mis au jour les fondations du mur nord de l’église et quelques éléments d’un mur qui pourrait appartenir à un édifice plus ancien et plus court, peut-être celui de l’abbé Ogier (1070).

Fig. 133 – Île-Barbe : l’église Notre-Dame et le Châtelard par I. Silvestre (musées Gadagne, N 3831. 2).

Fig. 133 – Île-Barbe : l’église Notre-Dame et le Châtelard par I. Silvestre (musées Gadagne, N 3831. 2).

191L’église postérieure n’a pas disparu, à l’exception de son mur sud, mais sa nef a été transformée en jardin. Elle a conservé son abside, son clocher en petit appareil au-dessus de la travée de chœur voûtée en berceau ; ce plan rappelle celui de nombreuses églises de Dombes, comme Buellas, Charnoz, Condeyssiat, Etables, Montracol, Relevant, Saint-André-sur-Vieux-Jonc à la différence près que, dans l’Ain, la travée de chœur est surmontée d’une coupole sur trompes qui supportait autrefois un clocher, sauf à Saint-André-sur-Vieux-Jonc et à Condeyssiat, où la travée de chœur est couverte d’un berceau (Reynaud 1967). L’étude du bâti a été l’occasion de sondages sur la voûte et les murs gouttereaux de la travée de chœur et de la découverte de fresques romanes (décapage et étude par F. Cremer, restauratrice).

Le Châtelard

192Cette sorte de maison-forte, construite sur le point culminant de l’île, renferme la chapelle romane Sainte-Madeleine, transformée en salon d’habitation, où furent dégagées des fresques à l’iconographie d’influence byzantine (saints et saintes du désert Thaïs, Zozime et Marie l’Égyptienne) et dans le style de la fin du XIIsiècle (Cottinet-Bouquet 1979 : 69‑71).

Saint-André

193Au début du XIXe siècle, F. Artaud avait vu « des tombes, taillées dans le roc, suivant la forme humaine, de manière que la tête de l’une correspondait aux pieds de l’autre ; ainsi de suite […] des débris de mosaïque chrétienne, des chapiteaux en marbre […] des tronçons de colonnes de granit » (Artaud 1846 : 126) ; ces tombes rappellent les tombes romanes de Saint-Georges près de Saint-Pierre à Vienne. Les quelques fragments de mosaïque représentaient les signes du Zodiaque.

194Grâce à des sondages effectués à l’extérieur du chevet de la chapelle et à l’intérieur de la nef et à une étude de l’élévation des murs de l’édifice, C. Gaillard a pu reconstituer la transformation du transept de l’église du XIe siècle par adjonction d’absidioles orientées (fig. 85 et 86). Malheureusement, l’abside principale de cette chapelle n’a pas été retrouvée ; on peut toutefois supposer une abside semi-circulaire.

Le cloître et les bâtiments abbatiaux disparus

195Construit au sud de l’abbatiale, le cloître monastique a disparu sous les coups portés par les protestants, mais aussi en raison de la sécularisation du monastère et de l’abandon de la vie communautaire. Il n’en reste que la salle capitulaire (propriété privée) et le mur de la galerie sud, contre lequel se sont plaqués des enfeux romans et gothiques et où s’ouvrait la porte de l’ancien réfectoire, encore dotée d’un tympan roman (voir plus loin 3.3.10) ; dans ce secteur également, C. Gaillard a pu procéder à des fouilles.

196Le décor sculpté d’époque romane, qui a presque entièrement disparu, était riche et varié : restent en place les portails de Notre-Dame (propriétés privées), la porte du cloître ornée d’un Christ triomphant, alors que la « couronne » dite de Charlemagne est conservée aux musées Gadagne (en fait manteau de cheminée semi-circulaire décoré) et qu’un chapiteau provenant soit du cloître soit de la salle du chapitre, sert actuellement de bénitier à l’église de Saint-Rambert (voir plus loin 3.3.10).

3.3.4.3. Saint-Pierre des Terreaux et Saint-Saturnin

197Seule l’église Saint-Pierre, baroquisée puis transformée en salle des sculptures du musée des Beaux-Arts, est partiellement conservée mais elle est d’approche difficile, cachée qu’elle est derrière un décor baroque, alors que l’église Saint-Saturnin a complètement disparu.

Saint-Saturnin

198Accolée au sud de l’église abbatiale et mentionnée dès le début du VIIIe siècle, elle aurait été reconstruite au XIIIe siècle et achevée au XIVe siècle ; elle avait alors des fonctions curiales (Picot 1970 : 69). Elle est connue par les plans anciens : Plan scénographique, plan de Séraucourt (1735) et celui de la rente noble de Saint-Pierre, ainsi que par une vue des façades des deux églises jumelles (Chomer, Pérez 1982 : 114 ; anonyme Picornot, BML, ms. 5708) (fig. 16 et 134). À partir de ces documents, on peut reconstituer une église à nef unique, de petites dimensions, soit, en longueur environ la moitié de Saint-Pierre. Les plans cités suggèrent un chevet plat, que l’on retrouve chez Simon Maupin et Claude Séraucourt alors que B. Vermorel dans son plan topographique historique de la ville de Lyon ajoute une abside semi-circulaire. Un procès-verbal de visite du XVIIIe siècle mentionne un caveau voûté d’ogives, en forme de crypte, sous chacune des deux églises. Celui de Saint-Saturnin, où les prêtres de la paroisse élisaient sépulture et qui est qualifié de « cryptoportique », aurait eu environ 25 m de long sur quatre travées et 8 m de large, ce qui donne une idée des dimensions de l’édifice ; celui sous Saint-Pierre, un peu plus petit n’avait que trois travées (Picot 1970 : 70‑71).

Fig. 134 – Saint-Pierre des Terreaux et Saint-Saturnin au XVIIIe siècle (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 18).

Fig. 134 – Saint-Pierre des Terreaux et Saint-Saturnin au XVIIIe siècle (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 18).

Saint-Pierre des Terreaux : une église « baroquisée »

199Les textes concernant l’ancienne église des moniales sont rares, mais on sait que l’archevêque Guichard de Pontigny (1165‑1182) demanda aux Lyonnais d’accueillir généreusement les quêteurs envoyés par l’abbesse de Saint-Pierre « pour recueillir des dons pour restaurer de manière suffisamment convenable cette église menaçant ruine du fait de sa trop grande vétusté » (Guigue 1885‑1893 : I, 68‑69 cité par Rubellin 2003 : 491). Le Plan scénographique montre bien le transept débordant, l’abside polygonale et les absidioles semi-circulaires, ainsi que quelques bâtiments abbatiaux proches de l’église. La Grande Vue de Simon Maupin confirme la présence d’une nef unique, d’un transept bas et d’une abside polygonale ; le clocher-porche encore pourvu de deux étages est décalé vers le nord.

200L’intérieur de l’église a été entièrement transformé au XVIIe siècle, en particulier le chevet, mais d’après les plans anciens et à partir d’une rapide analyse de l’état actuel, on peut reconstituer le plan de l’église romane qui se composait d’une nef unique de 5 travées (9,50 m de largeur sur 31,50 m de longueur), d’un transept saillant et bas (18,20 m par 6 m), doté de deux absidioles et d’une abside disparue, greffée directement sur la croisée du transept et éclairée par de grandes fenêtres « au-dessus d’un soubassement à double degré ». D’après un mémoire de A. Clapasson qui écrit qu’en 1739 le chœur de l’église avait été agrandi mais que les parties basses de l’ancienne abside avaient été conservées, ce que montre un plan du début du XIXe siècle (AML, 3 S 1493), on est assuré que l’abside romane était polygonale à cinq pans (Chomer, Pérez 1982 : 24‑31) (fig. 135 et 194 infra). Un unique chapiteau roman (masque crachant des feuillages) se niche au sud-est du pilier méridional de la croisée. Comme à Saint-Nizier, l’autel majeur était dédié à saint Ennemond dont les moniales prétendaient posséder le « chef ». Les absidioles, qui devaient être semi-circulaires, si l’on en croit le Plan scénographique, ont été reconstruites au XIXsiècle, sauf l’arc d’entrée de l’absidiole nord, qui remonte à l’époque gothique ou au XVIe siècle. Visible sur quelques mètres seulement, le mur gouttereau nord présente, à l’ouest et dans les parties basses, un parement où alternent des assises de moyen appareil très régulier et taillé à la laye et des arases de brique (fig. 136), technique que l’on retrouve à Saint-Paul et à la cathédrale Saint-Jean (au niveau du triforium et au-dessus de la chapelle Saint-Pierre) et qui rappelle les appareils antiques ou paléochrétiens. Au niveau des fenêtres, le parement est uniquement en moyen appareil et l’arc de la fenêtre, visible à l’entrée actuelle de la salle des sculptures, reposait sur de fines colonettes octogonales (les chapiteaux ont disparu) alors qu’une autre fenêtre toujours au nord a conservé des chapiteaux proches de ceux du porche (Perrat 1935).

Fig. 135 – Saint-Pierre des Terreaux : plan de l’église du XIIe au XIXe siècle (fond de plan, Monuments historiques, AML, 3 S 1493, et plan Picot 1970 : 134, mise en œuvre J.‑F. Reynaud et DAO G. Macabéo).

Fig. 135 – Saint-Pierre des Terreaux : plan de l’église du XIIe au XIXe siècle (fond de plan, Monuments historiques, AML, 3 S 1493, et plan Picot 1970 : 134, mise en œuvre J.‑F. Reynaud et DAO G. Macabéo).

Fig. 136 – Saint-Pierre des Terreaux : vue du mur nord (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 136 – Saint-Pierre des Terreaux : vue du mur nord (cliché J.‑F. Reynaud).

201Le rez-de-chaussée du porche, pratiquement intact, a conservé ses deux portails romans où transparaît une forte influence antique qui révèle un XIIe siècle avancé. Pour N. Reveyron, l’influence de l’Antiquité manifeste dans l’architecture comme dans le décor signe le caractère « archéologique » de la Renaissance lyonnaise du XIIe siècle (Reveyron in Bertin, Reveyron, Reynaud 2010 : 17‑18).

Les bâtiments abbatiaux

202D’après le procès-verbal de visite de 1503‑1504, ils s’étendaient au nord de l’église et comportaient des édifices destinés à la vie communautaire, comme un dortoir et un réfectoire non utilisés, et un logis abbatial ainsi que de petits « hôtels » entourés de jardins (BML, fonds Coste, n° 299, étudié par Coville 1912) ; ils figurent sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin.

3.3.5. Les églises priorales et paroissiales

203Faute d’études sérieuses, ces églises, pour la plupart détruites à la Révolution, ont disparu de la mémoire patrimoniale des Lyonnais sauf quand elles se rappellent à notre souvenir par des noms de rues ou de places, comme la montée Saint-Barthélemy, la place Saint-Vincent ou la place des Jacobins.

3.3.5.1. Les églises priorales

204On ignore, par exemple, que l’abbaye d’Ainay possédait deux prieurés à l’intérieur du périmètre actuel de Lyon : Saint-Sébastien et Saint-Pierre de Vaise.

Saint-Sébastien

205Ce prieuré d’Ainay, confirmé en 1153 par le pape Eugène III, est supprimé en 1251 par l’évêque d’Albano, légat du pape Innocent IV, qui réunit les dotations à la manse abbatiale (Guigue 1885‑1893 : I, 91). Il présentait, avec ses trois absides, toutes les caractéristiques d’une église romane ; plan confirmé par F.‑R. Cottin qui dessine trois chapelles greffées sur l’hémicycle de l’abside. Un dessin de l’anonyme Picornot (exécuté avant la démolition de l’édifice entre 1793 et 1797) représente, à l’ouest de l’église, un clocher et des murs, crénelés sans doute tardivement (fig. 1, n° 25 ; voir aussi fig. 137 ; anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 03 ; Picornot 1936 : 11‑14 ; Cottin : SAAL, plan de Lyon vers 1750). Si des travaux furent effectués par le desservant Jehan de Séverac (1665‑1701), c’est aussi à cette époque que la chapelle fut abandonnée au monastère voisin des religieuses de Sainte-Élisabeth.

Fig. 137 – Saint-Sébastien (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 3).

Fig. 137 – Saint-Sébastien (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 3).

Saint-Pierre de Vaise

206Cet autre prieuré d’Ainay, qui remonterait à la fin de l’époque carolingienne, serait mentionné, en 1193, comme une simple chapelle, qui faisait partie de l’obéance des Mont-d’Or (cartulaire d’Ainay charte n° 34 ; Niepce 1892 : 76 ; Reynaud et al. 2016 : 42‑43). Le clocher de cette église, qui subsiste au début du XIXe siècle, pourrait appartenir à l’église romane, avec ses deux ouvertures en plein cintre sur un étage. Pour l’architecte Falconnet qui visita l’église avant sa démolition, l’abside daterait du « Bas-Empire, » ce qui suggère, si l’on interprète bien la mention, une construction d’époque romane (Guillon, Rérolle 2014 : 8) (fig. 138). A. Steyert signale la présence d’un chapiteau roman représentant saint Pierre, aujourd’hui disparu (voir plus loin 3.3.10) (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).

Fig. 138 – Saint-Pierre de Vaise : vue du chevet au XVIIIe siècle (BML, réserve est., 152.769, t. 1, f° 139, pl. 265).

Fig. 138 – Saint-Pierre de Vaise : vue du chevet au XVIIIe siècle (BML, réserve est., 152.769, t. 1, f° 139, pl. 265).

Saint-Barthélemy

207L’ancien xenodochium a été remplacé, en 1153, par un prieuré d’Ainay (supprimé en 1251). Il n’en reste aucune trace.

3.3.5.2. Les églises paroissiales

208Aucune de ces églises n’a fait l’objet de véritable étude. Comme elles ont par ailleurs disparu et que les archives sont pratiquement inexistantes, il nous est difficile d’apporter du nouveau.

Saint-Pierre-le-Vieux

209Cette église était située au sud du groupe épiscopal (fig. 1, n° 19), mais au-delà de la justice de l’évêque et un cimetière lui était associé à l’ouest. Les rares mentions concernent des élections de sépultures et des chapelains mais le premier chapelain, un certain Pérégrin dont les reliques étaient vénérées à Saint-Just, n’est pas situé dans le temps (Guigue 1867 : 17‑18 ; Martin 1908‑1909 : vol. 2, 52‑58). D’après D. Meynis, l’église, avant sa destruction, aurait eu 24 m de long sur 12 m de large et trois nefs prolongées à l’est par un puissant clocher, ce que semblent confirmer les vues de Saint-Olive (1866) (fig. 204 et 205 infra) malgré le plan de Lyon de Joubert (1773) (AML, 1 S 090 et 3 S 1205) et la reconstitution de Rogation le Nail qui suggèrent une petite nef unique ; à l’est, un bâtiment important, qui figure déjà sur le Plan scénographique, suppose une transformation du chœur dès le XVIe siècle. Trois portes sont visibles sur les gravures antérieures à la démolition : une classique à l’ouest, une gothique du XIIIe-XIVe siècle au nord et la dernière, de style flamboyant, ouvrant sur l’ancienne rue Talaru au sud (Artaud 1846 : 174‑175 ; Meynis 1872 : 75 ; Vingtrinier 1901b : 57‑60). L’église est connue pour avoir abrité les tombeaux des Bellièvre, des Laurencin, des Bullioud ; ces derniers firent reconstruire le chœur (Vachez 1866 : 6‑7). Il ne reste de cette construction, détruite en 1866, que six colonnettes en marbre blanc installées dans l’abside de la chapelle Saint-Joseph à Ainay (Meynis 1872 : 75 ; Mathian 1994 : I, 297). D’après F. Artaud, un élément de marbre du portail a été sauvé de la destruction et se trouvait autrefois au palais Saint-Pierre sous l’arcade XVI. Il s’agit du bas-relief roman actuellement aux musées Gadagne et signalé autrefois au-dessus du portail. Gravés dans la pierre, figurent un édifice surmonté d’un grand dôme, saint Pierre, un certain Guillaume, à genoux et présenté par une inscription comme l’auteur du monument, peut-être l’archidiacre de Saint-Jean qui aurait pu être en charge de Saint-Pierre-le-Vieux et qui est connu à la fin du XIIe siècle (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 53).

3.3.6. Les chapelles : Notre-Dame de la Saunerie, Saint-Alban, Saint-Laurent de Choulans*, Notre-Dame et Saint-Thomas-Becket de Fourvière, Saint-Jacquême, Saint-Marcel

210La plupart de ces chapelles ont entièrement disparu.

3.3.6.1. Notre-Dame de la Saunerie

211Au XVe siècle, l’église passait pour remonter aux temps très anciens ce qui correspond soit l’époque mérovingienne soit l’époque romane mais on ignore tout de son état roman (fig. 1, n° 11) : le Plan scénographique et la Grande Vue de Simon Maupin suggèrent une petite construction à nef unique, clocher au sud et abside au nord, comme si l’édifice s’appuyait contre une structure nord-sud qui pourrait être le rempart du Bas-Empire ; elle fut démolie par les protestants en 1562 (Guigue 1876 : 136‑138 ; Duplain, Giraud 1899 : 25).

3.3.6.2. Saint-Alban

212Située dans le quartier Saint-Jean, entre la muraille nord du claustrum et le palais de Roanne, la chapelle Saint-Alban apparaît pour la première fois dans la donation de l’édifice par l’archevêque Pierre à Odon Ier, abbé de Saint-Claude en 1137 ou 1138. La chapelle existait peut-être au XIe siècle (Guigue 1880b) (fig. 1, n° 14). Les liens avec le chapitre cathédral, qui y célébraient la messe le jour de la fête patronale, restaient forts et les custodes de Sainte-Croix y enseignaient le catéchisme aux enfants du quartier. Un mur est-ouest mis au jour lors d’un sondage de diagnostic dans la cour sud-est du palais de Justice pourrait correspondre au mur sud de la chapelle ; une sépulture était accolée à ce mur (Ayala 2007 : 5 et 11). La chapelle qui figure sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin, surmontée d’un clocher élancé (fig. 7), était un petit édifice (environ 20 m par 5 m) à nef unique voûtée d’arêtes et à abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Selon le Plan scénographique, cette dernière était peut-être encadrée de deux absidioles ou par des chapelles latérales et, d’après son emplacement, on peut supposer qu’elle était installée dans une ancienne tour de l’enceinte réduite. Le portail occidental était en plein cintre et un clocher dominait, au nord, un ensemble agrandi de trois chapelles. Un petit cimetière s’étendait en façade occidentale. En raison de sa vétusté, la chapelle fut détruite en 1753 (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 62).

3.3.6.3. Saint-Laurent de Choulans

213À l’emplacement de l’ancienne basilique funéraire, une chapelle dépendant de Saint-Irénée figure sur le Plan scénographique, sur la Grande Vue de Simon Maupin ainsi que sur un plan du XVIIIe siècle avec ses dimensions et son orientation (AML, 3 S 230) (fig. 139 et 140). Elle ne disposait alors que d’une nef unique et d’une petite abside semi-circulaire (Reynaud 1998 : 140). Elle disparut définitivement au XIXe siècle mais nous avons pu retrouver son emplacement sur le site à partir de traces laissées par ses fondations, encore inscrites en creux dans les murs des Ve-VIe siècles.

Fig. 139 – Saint-Laurent de Choulans : site de la Quarantaine et chapelle romane (AML, 1 S 108).

Fig. 139 – Saint-Laurent de Choulans : site de la Quarantaine et chapelle romane (AML, 1 S 108).

Fig. 140 – Saint-Laurent de Choulans : localisation de la chapelle romane à l’emplacement de la basilique paléochrétienne (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 140 – Saint-Laurent de Choulans : localisation de la chapelle romane à l’emplacement de la basilique paléochrétienne (ÉRA 26 CNRS).

3.3.6.4. Sainte-Marie et Saint-Thomas-Becket de Fourvière : une chapelle médiévale disparue

214Nous nous attarderons sur cet édifice, autrefois formé de deux chapelles : en effet, la chapelle Saint-Thomas-Becket a presque entièrement disparu et la chapelle Notre-Dame a été presque entièrement reconstruite (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 1‑46 ; Hardoin-Fugier 1996 : 1‑29) (fig. 1, n° 13). Une étude récente a fait le point sur l’histoire de l’édifice (Reveyron in Durand et al. 2014 : 16‑19 et 34‑48) (fig. 141).

Fig. 141 – Notre-Dame de Fourvière : tableau perdu du XVIIe siècle (Chomer, Pérez 1982 :170 ; l’image a été inversée).

Fig. 141 – Notre-Dame de Fourvière : tableau perdu du XVIIe siècle (Chomer, Pérez 1982 :170 ; l’image a été inversée).

215À l’époque romaine, le rebord du plateau était couronné de monuments imposants, sans doute un ou plusieurs temples plutôt qu’un forum (Le Mer, Chomer 2007 : 513‑523 ; Fellague in Durand et al. 2014 : 26‑33) ; ces monuments furent sans doute partiellement détruits au début du IIIe siècle et lors de l’effondrement de la colline à l’époque carolingienne, puis réutilisés lors de la construction de l’enceinte réduite. Des traces de fortifications figurent sur les vues anciennes dont les murs dessinent un quadrilatère. Le mur sud de cette petite enceinte sur lequel s’appuient les maisons canoniales mentionnées sur le Plan scénographique, correspondrait au mur romain retrouvé récemment (fouilles du SAVL dirigées par C. Gaillard). Des tours sont mentionnées au XIIe siècle : un plan de Sainte-Marie-Perrin comprend les fondations d’une tour ronde assez puissante de 8,20 m de diamètre située au nord-ouest de la chapelle Saint-Thomas (Archives du musée de Fourvière) et décrite par D. Meynis comme celle du « gueyte » de Fourvière chargé de sonner le réveil ou le couvre-feu (Meynis 1884 : 10‑12).

216La chapelle sous le vocable de Notre-Dame, créée en 1174, fut, en 1192, transformée en collégiale sous le vocable de la Vierge et de Thomas Becket, par l’archevêque Jean de Bellemains d’origine anglaise et ami de l’archevêque de Cantorbéry ; elle fut pourvue d’un chapitre qui compta bientôt neuf chanoines, dont le prévôt était dignitaire du chapitre cathédral. La paroisse nouvellement créée fut constituée par prélèvement sur celle de Saint-Just qui s’étendait sur le plateau (Chopin in Charansonnet et al. 2015 : 245‑251).

217Le Plan scénographique, la Grande Vue de Simon Maupin, un tableau perdu du XVIIe siècle (Chomer, Pérez 1982 : 170, document présenté à l’envers) et la vue de Cléric (1719) représentent, sur un quadrilatère fortifié, la chapelle Saint-Thomas, flanquée de son clocher au sud-ouest et de sa tour Bayète au nord-ouest ainsi que les maisons canoniales au sud ; une aquarelle du XIXe siècle montre, vu de l’ouest, le portail roman de Saint-Thomas et le grand clocher de Sainte-Marie au sud (Reveyron in Durand et al. 2014 : 44). Une estampe anonyme, antérieure à 1849 et vue du sud, précise les deux étages du clocher, dont le deuxième était percé de deux fenêtres jumelles sur sa face sud et dessine un deuxième clocher, au-dessus du chevet, avec un étage percé de deux ouvertures, côté sud (Martin 1998 : 23). Le plan de Sainte-Marie Perrin présente l’état des deux chapelles avant 1872.

218L’église dédiée à saint Thomas Becket a presque entièrement disparu : elle était étroite (7,40 m) et longue (38 m). On peut s’appuyer sur un cliché de l’intérieur de la chapelle, antérieur à sa démolition en 1897‑1899, qui présente un édifice encore roman pourvu d’une nef de cinq travées voûtées en berceau brisé et renforcée de doubleaux. Elle était précédée d’un porche voûté d’arêtes et terminée, à l’est, par une travée droite ou une abside qui sera remplacée par l’actuelle chapelle gothique Saint-Thomas ; au sud-ouest de la nef s’élevait un puissant clocher dont le rez-de-chaussée abritait la chapelle de la Vierge. On peut s’interroger sur la réelle configuration des lieux : en effet la photographie (Fondation de Fourvière) fait reposer la voûte sur des piliers carrés à simples tailloirs qui supportent des arcs latéraux ; ces arcs suggèrent l’existence de bas-côtés plutôt que de chapelles latérales. On peut donc hésiter entre une église à nef unique et une église à trois nefs. De cet ensemble ne subsistent que les deux chapiteaux romans de l’ancienne porte occidentale, qui présentent la même facture que ceux du porche de Saint-Pierre des Terreaux (troisième tiers du XIIe siècle) et que ceux du chevet de Saint-Jean avec une corbeille élancée et une base bulbeuse (voir l’église vue de l’ouest in Durand et al. 2014 : 38)

3.3.6.5. Saint-Jacquême

219Il n’existe pas d’études récentes concernant cette chapelle disparue après sa vente comme bien national en 1791. Elle abrita les séances des assemblées consulaires (mentionnées en 1300) et la confrérie des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle et de Notre-Dame de Montserrat (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 359‑361 ; Vingtrinier 1901b : 185‑187) (fig. 1, n° 34 et fig. 142). Située à l’angle sud-ouest de Saint-Nizier mais entourée de maisons, elle figure sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin. Même si elle n’est pas mentionnée avant la donation, en 1222, du terrain et d’un fonds destinés à la construction de la chapelle par Gaspard Chaponay, M. de Valous l’estime antérieure au XIe siècle, en raison – peu valable – d’une orientation oblique par rapport à Saint-Nizier (Valous 1881 : 13). Elle était constituée d’une nef unique de trois travées sur environ 20 m de longueur et était terminée par une abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four ; un clocher-peigne abritait une seule cloche (AML, fonds Cottin, 5 Ph 42774 ; Valous 1881 : pièce justificative n° 24, description en 1647). Un document tardif montre, sur la façade nord un portail dont les chapiteaux semblent romans (ADR, 44 J 801 ; Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 300). Au milieu du XVe siècle, elle fut pourvue d’une fenêtre au-dessus du portail et, au début du XVIe siècle, elle fut remaniée par les Chaponay qui la surmontèrent d’une balustrade affichant un gothique flamboyant (ADR, 44 J 801 ; Rossiaud in Pelletier et al. 2007 : 300). La reconstitution d’A. Steyert la présente comme une chapelle romane partiellement transformée à la fin de l’époque gothique (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 511, fig. 522).

Fig. 142 – Saint-Jacquême : élévation (début XVIe siècle) (ADR, 44 J 801).

Fig. 142 – Saint-Jacquême : élévation (début XVIe siècle) (ADR, 44 J 801).

3.3.6.6. Saint-Marcel

220En 1184 sont confirmés les biens des chanoines de la Platière, propriétaires de cette chapelle (CL, n° 53 : 77 ; Rubellin 2003 : 384, note 54). La porte Saint-Marcel de l’enceinte nord de la ville figure sur quelques documents anciens (BML, fonds général, ms. 2394‑13) mais on ignore si la chapelle se trouvait au-dessus de la porte ou à proximité.

3.3.7. Les recluseries : Saint-Épipoy, Saint-Clair-du-Rhône, Saint-Vincent et la maladrerie de la Madeleine

221Onze petits établissements ou recluseries, constitués d’un édifice composé d’une à deux pièces, accueillaient un reclus ou une recluse qui, séparés du monde et faisant vœu de pauvreté, dépendaient d’une communauté ou d’une paroisse. Installées près d’un oratoire ou d’une chapelle (fig. 1, n° 21, n° 7), elles sont bien situées dans l’espace mais restent mal connues. M.‑C. Guigue place, à partir de textes, leur apogée entre le XIe et le XIIIe siècle (Guigue, Guigue 1886 : 73‑117 ; Martin 1908‑1909 : vol. 1, 183‑185). Certaines ont pu succéder à des fondations anciennes : la recluserie de Saint-Barthélemy (fig. 1, n° 11) a pu remplacer un ancien xenodochium, devenu prieuré d’Ainay en 1153 et supprimé en 1251 ; celle de Saint-Vincent (fig. 1, n° 25) aurait succédé à une ancienne construction funéraire puis paroissiale (?). Certaines, situées près des portes de la ville, pourraient être datées d’après la construction de l’enceinte, mais la date de celle-ci n’est pas toujours connue : la recluserie de Sainte-Marie-Madeleine et la chapelle Saint-Épipoy (fig. 1, n° 7).

222Construite vers Pierre Scize, à l’emplacement du tombeau de sainte Lucie, elle est appelée, en 1189, ecclesia sancti Epipodii et est cédée par les chanoines de Saint-Jean à ceux de Saint-Paul, à la condition qu’ils y assurent le service divin (Guigue, Guigue 1886 : 91). C’est là que se rendaient, en procession, la veille de la fête patronale, les chanoines de la cathédrale et les desservants de Saint-Étienne et de Sainte-Croix qui chantaient des psaumes dans le cimetière. À partir d’une continuité du service divin et de la présence d’un cimetière, M.‑C. Guigue suppose une église paroissiale pour desservir le Bourgneuf (Guigue, Guigue 1886 : 91). À la fin du XIIIe siècle et sous l’archevêque Jean Bellesmains (1182‑1193), il est fait mention d’une recluse : la chapelle est alors affectée à la recluserie qui figure sur le Plan scénographique au milieu du XVIe siècle. À l’aide de descriptions rédigées lors de la vente comme bien national, plus tard de celles des érudits et en s’appuyant sur les gravures du XIXe siècle, on peut situer les édifices disparus et reconstituer leur dernier état. Ainsi, à Saint-Épipoy, en bord de Saône et vers le rocher de Pierre Scize, la vente de 1791 décrit quatre corps de bâtiments et une grande cour ; en 1835, l’abbé Pavy signale la cellule du reclus dont la façade est percée d’un « portail élégant arqué en ogive » et « un corps de bâtiment assez grand qui servait de chapelle » (Giraud 1900 : 31‑32 ; Quartier Saint-Paul 2002 : 59). Ces bâtiments existaient encore au milieu du XIXsiècle et P. Saint-Olive a retrouvé une sorte de caveau avec un cippe romain à l’emplacement de la chapelle qu’il situe au 19 du quai Pierre Scize en arrière des maisons construites au pied de la colline (Saint-Olive 1873 : 199).

3.3.7.1. La chapelle de Saint-Clair-du-Rhône (Sainte-Blandine, Saint-Irénée)

223Au bord du Rhône, sur le lieu où, d’après A. Audin, les cendres des martyrs auraient été jetées dans le fleuve, fut sans doute construite, une chapelle ou église, au vocable de Sainte-Blandine puis de Saint-Irénée qui deviendra Saint-Clair du Rhône ou du Griffon (Audin 1965 : 184). Un sarcophage romain et une épitaphe sont signalés par Symeoni et par A. Allmer et P. Dissard près de la chapelle (BML, fonds Coste, ms. 41 ; Allmer, Dissard 1889‑1890 : vol. 3, 456‑457 et 468‑470). Au XIIIe siècle, elle avait à sa tête un recteur et était une des stations où s’arrêtaient, depuis des temps immémoriaux, lors des Rogations, les reliques des saints ; elle était accompagnée d’une recluserie (Saint-Olive 1873 : 79‑80, 90). Inconnue des édiles, elle n’a malheureusement pas bénéficié de fouilles lors de la construction du tunnel de la Croix-Rousse.

3.3.7.2. La chapelle Saint-Vincent (fig. 1, n° 25)

224L’église ou chapelle Saint-Vincent est, dorénavant, assez bien documentée. Au XIIe siècle, elle fait partie de l’obédience de Saint-Paul, au même titre que Saint-Épipoy ou Notre-Dame de la Saunerie et la chasse des reliques des saints s’y arrêtait lors de la procession des Rogations. La mention de prêtres suggère à M.‑C. Guigue l’existence de droits curiaux en rapport avec l’essor d’un quartier à l’origine extra-muros, au nord de la Presqu’île ; une recluse est signalée au milieu du XIVe siècle (Guigue 1885‑1893 : I, 55‑56 ; 1888 : 87‑90). Vermorel signale, sans preuves, que l’église a été reconstruite en 1585 par le chapitre de Saint-Paul (ADR, fonds Vermorel, 3 II 22 : 252). La petite église, qui n’est pas orientée, figure sur le Plan scénographique et sur le plan de Turin. Pour le XVIIIe siècle, F.‑R. Cottin la reconstitue avec une abside semi-circulaire et trois courtes nefs (23 m par 18 m) qui pourraient partiellement remonter à l’époque médiévale (voir fig. 124, rive gauche de la Saône).

3.3.7.3. La maladrerie de la Madeleine (fig. 1, n° 44)

225On ignore les origines de la maladrerie de la Madeleine, située dans le quartier de la Guillotière au débouché du pont du Rhône mais sa fondation pourrait être ancienne si l’on en croit le document photographique représenté dans l’ouvrage de J.‑B. Martin sur les églises de Lyon : l’ouverture étroite au linteau monolithe et le petit appareil feraient penser à un édifice roman (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 383).

3.3.8. Saint-Rambert (Lyon 9e) : ancienne église du bourg abbatial de l’Île-Barbe, autrefois située hors de la ville

226Par souci d’exhaustivité, nous décrivons brièvement cette église disparue au milieu du XIXe siècle.

227Avant d’être rattachée à Lyon en 1963, la commune de Saint-Rambert possédait une petite église paroissiale d’époque romane qui figure sur l’atlas de plans du mandement de l’Île-Barbe de 1785 (ADR, 10 G 3279), avant sa destruction entre 1841 et 1843 (fig. 1, n° 1 et fig. 143). Dédiée dans un premier temps aux saints Nicolas, Minerve et Éléazar (bulle pontificale de 1183, ADR, 10 G 3126) puis à Saint-Rambert avant 1224, elle est décrite, en 1844, par Z. Collombet : elle comprenait une nef unique charpentée, percée de trois fenêtres et précédée au sud d’un porche surmonté d’un auvent et une abside semi-circulaire (Niepce 1890 : 389‑390 ; musées Gadagne, inv. N 3229 3 ; BML, fonds Coste, est. 865). Son tympan orné du Tétramorphe est remployé au-dessus de la porte sud de la nouvelle église, alors que l’ancien autel avec ses bas-reliefs de l’Annonciation et de la Visitation de style « naïf », a été placé dans la nouvelle absidiole sud. Le bénitier transféré dans la nouvelle église a été creusé dans un ancien chapiteau en marbre, provenant du cloître de l’Île-Barbe, où figure un ange planant dans les cieux (Reynaud in Mémoires de pierres 1995 : 46‑49) (fig. 146 infra).

Fig. 143 – Saint-Rambert : vue de l’ancienne église (BML, fonds Coste, est. 865).

Fig. 143 – Saint-Rambert : vue de l’ancienne église (BML, fonds Coste, est. 865).

228Une chapelle sous le vocable de Saint-Lazare ou de Saint-Nicolas, située au nord du bourg, est également décrite, en 1844, par Z. Collombet (fig. 1, n° 1) (Niepce 1890 : 368‑372 ; Reynaud in Mémoires de pierres 1955 : 48) : représentée schématiquement sur les plans du XVIIIe et du début du XIXe siècle (ADR, 10 G 3279 et 3 P 1048), elle comprenait une nef de 9 m, un chœur de 4 m et une abside en cul-de-four surmontée d’un clocher-peigne qui figurent sur le dessin conservé aux musées Gadagne (inv. N 3016. 3) ; mais les vestiges ayant disparu ainsi que les archives, on ignore l’époque précise de construction de cette chapelle que l’on pourrait toutefois situer, d’après ce document, à l’époque romane.

3.3.9. Une architecture romane « lyonnaise »

229L’époque romane est donc assez bien représentée à Lyon. Certes, les destructions des XVIe et XIXe siècles ont été nombreuses, mais nous avons pu retrouver en fouilles plusieurs de ces églises : églises du groupe épiscopal, collégiales reconstruites ou restaurées à cette époque et pourvues de bâtiments indispensables à la vie commune des chanoines ; salles du chapitre, réfectoires, dortoirs… regroupés autour d’un cloître construit au moins à partir au début du XIIe siècle mais dont il ne reste que deux vestiges de cette époque. La réforme monastique a été à l’origine de la reconstruction de l’église principale de l’Île-Barbe et de l’installation d’un cloître, sans que l’on ait encore de renseignements archéologiques exhaustifs sur ces modifications.

230Comme nous l’avons montré dans l’histoire de Lyon (Reynaud in Pelletier, Rossiaud 1990 : 335‑347), comme l’a aussi montré N. Reveyron (Quartier Saint-Paul 2002 : 142‑143), l’art roman oscille, à Lyon, entre tradition et modernité : tradition paléochrétienne ou carolingienne tout d’abord, avec le maintien à Saint-Martin d’Ainay de colonnades ou le retour à des absides ou à des absidioles polygonales comme à Saint-Pierre-les-Nonnains, à Saint-Paul, avec l’utilisation d’arases de briques à Saint-Paul, Saint-Jean ou à Saint-Pierre-les-Nonnains. N. Reveyron parle de « maçonneries à la romaine » inspirées des monuments antiques encore visibles et insiste sur la signification des remplois de bas-reliefs ou d’inscriptions placés intentionnellement dans les murs de Saint-Paul, de Saint-Pierre des Terreaux, de Saint-Martin d’Ainay et interprétés comme des références aux premiers temps de l’Église (Reveyron in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 101‑110). Les arcs en mitre des sarcophages paléochrétiens, repris dans les églises auvergnates ont également inspiré les constructeurs de l’Île-Barbe. Des traditions carolingiennes et du premier art roman sont notables, avec le chevet plat des absidioles de Saint-Étienne et de Saint-Martin d’Ainay et avec les clochers-porches de Saint-Martin d’Ainay, de Saint-Paul, de Saint-Pierre des Terreaux et peut-être de Saint-Jean, de Saint-Georges et de Saint-Nizier.

231Plusieurs types d’édifices peuvent être distingués : de petites églises simples, semblables aux églises rurales (nef unique, parfois une travée de chœur et abside) comme à Notre-Dame de l’Île-Barbe à la première église de Saint-Paul. Un plan, un peu plus élaboré, ajoute un transept et des absidioles comme à Saint-Pierre des Terreaux et à Notre-Dame de la Platière, peut-être par agrandissement d’un édifice primitif à nef unique. Le plan le plus complexe comprend trois nefs, un transept, une abside et des absidioles comme à Saint-Georges et à Saint-Martin d’Ainay ; le plan en croix grecque de Saint-Étienne constituant un unicum. Si les absidioles se terminent parfois par un mur plat comme à Saint-Étienne ou Ainay, elles sont souvent semi-circulaires comme à Saint-Georges. Elles peuvent aussi être polygonales comme à Saint-Paul alors que les absides principales sont semi-circulaires comme à Saint-Martin d’Ainay et à Saint-Just ou polygonales, comme à Saint-Pierre, si l’on en croit les vues anciennes. Si d’une façon générale à l’époque romane, les chœurs s’allongent en fonction d’un accroissement du nombre des clercs, ce n’est pas vraiment le cas à Lyon où le chœur est de dimension réduite à Saint-Martin d’Ainay ou à Saint-Just avant de prendre, mais plus tard, de l’ampleur à la cathédrale Saint-Jean avec sa double travée de chœur. De même, la multiplication des messes privées rend nécessaire la construction de chapelles annexes souvent greffées sur un déambulatoire, comme dans les églises dites de pèlerinage, mais force est de constater l’absence de déambulatoire à Lyon, alors que le nombre de reliques possédées par les églises lyonnaises était impressionnant, citons par exemple le « saint Graal » et des reliques de sainte Anne à l’Île-Barbe, celles de saint Cyprien ou de saint Jean-Baptiste à Saint-Jean, de saint Ennemond à Saint-Nizier et Saint-Pierre des Terreaux, des martyrs de 177 à Saint-Nizier et à Ainay. La seule tentative de chevet à déambulatoire fut amorcée à Saint-Just mais ne fut pas entièrement réalisée. Ce retour à la tradition apparaît également dans la construction d’une crypte à Saint-Jean avant la reconstruction du chevet de la cathédrale dans les années 1170‑1180, alors qu’ailleurs les cryptes étaient abandonnées et les reliques transférées dans des chasses proches de l’autel majeur, comme cela a sans doute été le cas à Saint-Nizier pour les tombes des évêques de Lyon, tous considérés comme saints.

232Le chevet des églises lyonnaises évolua toutefois : si à Saint-Pierre-les-Nonnains, à Saint-Georges et à Saint-Martin d’Ainay, deux chapelles orientales sont greffées sur le transept, à Saint-Just et à Saint-Paul, on arrive à quatre chapelles sur un type proche du modèle cistercien, ce qui est à peu près, pour le nombre des chapelles, l’équivalent d’un chevet à chapelles rayonnantes. Il en fut de même pour la partie occidentale de l’église mise en valeur au XIe siècle par la présence monumentale d’un clocher-porche qui fut souvent conservé alors que l’on ne trouve pas traces d’avant-nef. En ce qui concerne les clochers, l’art roman lyonnais fit, au XIe siècle, preuve d’originalité avec le clocher à pyramidions d’Ainay, auquel on pourrait associer celui de Notre-Dame de la Platière, mais le clocher lyonnais le plus typique est représenté par le clocher de croisée très simple des églises abbatiales d’Ainay et de l’Île-Barbe. Autre innovation, celle des tours installées aux extrémités des bras du transept de la cathédrale Saint-Jean et peut-être aussi à Saint-Just, comme aux cathédrales d’Aoste et de Genève ou encore à l’église de Champagne (Ardèche). Il ne reste malheureusement rien des cloîtres romans des abbayes de l’Île-Barbe ou d’Ainay sinon une salle capitulaire, intacte pour la première, alors qu’une seule arcature de la seconde est encore conservée.

233Les églises paroissiales, collégiales et monastiques étaient pourvues d’un cimetière situé, en fonction de la topographie, à l’est du chevet comme à Sainte-Croix, Saint-Paul, Saint-Nizier, au nord comme à Saint-Georges, à l’ouest comme à Saint-Pierre-le-Vieux ou à Saint-Saturnin. On enterrait également des moines ou des chanoines, mais aussi parfois des laïcs, dans les salles du chapitre, dans les galeries de cloître (Saint-Martin et Saint-Loup).

3.3.10. Les églises romanes et leur décor disparu (ou retrouvé)

234La plupart des églises romanes de Lyon ont disparu et avec elles des fragments sculptés, comme ceux que l’on peut encore récupérer dans les maisons de Vaise, construites, au début du XIXe siècle, avec des matériaux provenant de l’Île-Barbe. Les mosaïques n’ont pas résisté à l’usure due aux passages des fidèles, à une fragilité inhérente à leur nature même et aux dégâts causés par les guerres. Un décor peint est mentionné dans l’obiit de l’évêque Gaucerand qui fit peindre la chapelle Sainte-Marie de la cathédrale majeure et sa domus (palais épiscopal) (Guigue 1867 : 27). Ce type de décor a totalement disparu, sauf à l’Île-Barbe où des fresques ont été mises au jour dans la chapelle du Châtelard, point culminant de l’île, et où d’autres fresques viennent d’être découvertes dans le chœur de l’église Notre-Dame (étude en cours).

235Les tapis de mosaïques ont presque partout disparu, comme à Saint-Irénée, à l’Île-Barbe ou à Saint-Étienne où le père Ménestrier signalait un pavé « à la mosaïque » (Ménestrier 1696 : 543) et où A. Clapasson a également vu « les restes d’un pavé de mosaïque », non daté (Clapasson 1741 : 29). Quelques fragments sont encore conservés in situ à la cathédrale Saint-Jean alors qu’ils ont été déplacés à Saint-Martin d’Ainay. Dans cette dernière église comme à Saint-Irénée, les pavements de mosaïques ont fait l’objet de relevés assez précis avant leur disparition. À Saint-Martin d’Ainay, ces mosaïques ornaient le chœur et l’abside où elles entouraient l’autel ; elles furent malheureusement endommagées lors de la réfection de l’autel, au XIXe siècle (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 203‑228) (fig. 129) ; la chapelle Sainte-Blandine avait également été ornée de mosaïques de pavement (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 290). À Saint-Irénée (fig. 112), elles recouvraient la totalité de l’église qui avait été réduite, à l’époque romane, aux dimensions de l’ancien chœur (environ 4,5 m par 9 m) ; elles étaient déjà très abîmées au début du XIXe siècle, lors de la transformation de l’église en entrepôt, quand elles furent relevées par F. Artaud (Artaud 1818 ; 1835 : pl. XIII). À Saint-Paul, des mosaïques, non datées également, sont signalées par A. Benoît à l’occasion des restaurations de 1835 (Meynis 1883 : 22).

236Les motifs peuvent être inspirés de l’Antiquité romaine ou tardive comme la bordure en tresse de l’abside primitive de la cathédrale, motifs qui ont été à l’origine d’une interprétation haute de cette mosaïque. D’autres motifs présentés à l’intérieur de médaillons ou d’arcatures, déjà à cette époque reculée, sont devenus traditionnels à l’époque romane, de même que les tours ou murailles crénelées représentant la Jérusalem céleste ; des motifs carolingiens sont également utilisés comme les entrelacs, les quatrefeuilles de l’abside de Saint-Martin d’Ainay ou les bordures de Saint-Irénée.

237Dans deux cas, les thèmes sont clairement identifiés. Si à Saint-Martin d’Ainay, A. Chagny voyait, dans la mosaïque entourant l’autel, l’image de l’évêque Gaucerand, tout le monde avait sous les yeux, au XVIIe siècle et jusqu’en 1793, la mosaïque où figurait le nom du pape Pascal II (Ménestrier 1696 : 56 ; Colonia 1701 : 42 ; Cochard 1817 : 50 ; Artaud 1835 : 73‑74 ; Boué 1852). La découverte, par J. Guillemain, de relevés antérieurs au déplacement de l’autel, a confirmé l’hypothèse de la consécration de l’autel par le pape en 1007, dans le cadre de son voyage en France et de son souci de faire appliquer la réforme grégorienne (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 208‑217). Cette découverte a également permis de mieux comprendre la mauvaise qualité des restaurations du personnage central installé postérieurement dans la chapelle Sainte-Blandine et qui désormais tient une maquette dans ses bras.

238À Saint-Irénée, les vestiges étaient encore assez complets au début du XIXe siècle et les relevés de F. Artaud, assez précis pour distinguer des signes du Zodiaque dans des médaillons, peut-être associés aux animaux de la Création (Artaud 1818 et 1835 : 68‑73 ; Wyss 2004, fig. 1 et 2) ainsi que la représentation sous arcades des vertus associées aux sciences du trivium et du quadrivium. À Saint-Jean, en raison du mauvais état de conservation, on peut seulement supposer que la tour, qui a été préservée au sud, était en rapport avec la Jérusalem céleste comme à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Le décor retrouvé 2004 : 128‑131) (fig. 103). De l’Île-Barbe provient le fragment de mosaïque présenté aux musées Gadagne mais F. Artaud aurait vu, dans les débris de Saint-Loup, les restes d’un décor représentant les signes du Zodiaque (Artaud 1835 : 73).

239La datation de ces œuvres est relativement aisée pour les mosaïques d’Ainay et de Saint-Jean : elles remonteraient au premier tiers du siècle, à l’époque de Gaucerand qui, abbé d’Ainay (à partir d’au moins 1099), fit reconstruire l’église Saint-Martin, dédicacée en 1107 par Pascal II (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 222‑226) ; devenu évêque de Lyon (1107‑1118), Gaucerand fit restaurer l’abside de Saint-Jean. Le tapis de mosaïque de Saint-Martin d’Ainay comme celui de l’abside de Saint-Jean peuvent donc avoir été réalisés dans le premier quart du siècle (Guillemain in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 218‑226).

240Une datation précise des mosaïques de Saint-Irénée est plus difficile à établir car les comparaisons avec d’autres signes du Zodiaque ne sont pas déterminantes. Nous l’avons vu, on peut s’accorder sur le fait que les mosaïques de Saint-Irénée sont postérieures à celles d’Ainay et se rapprocheraient plus de celles de Saint-Paul-Trois-Châteaux ce qui conviendrait à une datation postérieure à la construction et donc au deuxième quart du XIIe siècle (Le décor retrouvé 2004 : 128‑131). Quant au rapprochement avec les mosaïques du déambulatoire de Tournus, il ne fournit pas de date précise, les spécialistes n’étant pas d’accord entre eux et les datations variant, pour Tournus, entre le deuxième quart du XIIe et le début du XIIIe siècle, avec une majorité qui s’affirme pour les années 1200 et une ambiance proche du gothique (Le décor retrouvé 2004 : 190‑2003). De même, les reconstructions de l’église de Saint-Irénée ne nous aident guère : si la galerie occidentale est installée au XIe siècle, l’absidiole nord remonterait plutôt, par la qualité de l’appareil, à la seconde moitié du XIIe siècle. Pour rester prudent, nous placerions les mosaïques de Saint-Irénée dans le deuxième tiers du XIIe siècle.

241On peut donc conclure à un renouveau de l’art de la mosaïque que l’on constate en particulier dans tout le sud-est de la France, dans la vallée du Rhône et la vallée de la Saône (Barruol 2004). On l’apprécierait mieux s’il était encore en place. Les chapiteaux, ou éléments de portails, n’apparaissent guère dans le matériel de fouilles, les murs des églises disparues ayant été rasés quelques centimètres au-dessus des fondations ; ce chapitre sera donc bref. C’est à peine si à Saint-Étienne, deux bases de colonnes ont été trouvées en place et si un chapiteau a été recueilli dans des déblais récents ; il en est de même à Saint-Just, où subsistent quelques bases de l’église romane et où quelques chapiteaux ont été récupérés. À Saint-Irénée, les vestiges de l’église romane sont réduits à l’absidiole nord où les consoles, au départ de l’arc du cul-de-four sont ornées de feuillages de médiocre qualité. Nous ajouterons à cet inventaire très partiel, deux chapiteaux de Saint-Pierre de Vaise, inventoriés par A. Steyert et signalés par L. Niepce dans son livre sur les environs de l’Île-Barbe, mais introuvables aujourd’hui : ils représentaient l’évasion de saint Pierre et le même saint avec « un religieux portant sur son bras une petite église ». A. Steyert donne une photographie des deux faces du premier chapiteau, qui servait alors de bénitier à l’église, avec saint Pierre en prison, un soldat et l’ange venu le délivrer (fig. 144) ; l’adaptation au cadre et la qualité du drapé annoncent le deuxième tiers du XIIe siècle. Il mentionne également un autre chapiteau, autrefois conservé à Vaise, dans la propriété de M. Neaud soit rue de la Conciergerie, soit chemin des Grenouilles (actuelle rue du Docteur-Horand), représentant le donateur d’une église (Niepce 1892 : 84 et 114‑119 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).

Fig. 144 – Saint-Pierre de Vaise : chapiteaux romans (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).

Fig. 144 – Saint-Pierre de Vaise : chapiteaux romans (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).

Un portail disparu, un tympan restauré : le tympan de la Décollation de saint Jean-Baptiste à Saint-Martin d’Ainay (fig. 145)

Jean-François Reynaud

Ce tympan faisait sans doute partie du portail oriental du cloître d’Ainay, aujourd’hui disparu mais visible sur des gravures du début du XIXe siècle où l’on remarque un petit tympan à décor d’arcatures, lui-même remployé (Reynaud et al. 2016, gravure de Guidrand : 110).

Ce tympan, autrefois placé à l’extérieur du baptistère où il a été remplacé par un moulage, est actuellement scellé à l’entrée nord de l’église. De dimensions réduites (115 cm par 62 cm), il est constitué d’un assemblage de trois blocs, où, malgré le mauvais état de la pierre, on distingue encore, au registre supérieur et sous un dais, les tables du festin organisé par le roi Hérode. Celui-ci, assis sur un siège à l’antique, se sert dans un plat de la main droite et désigne Salomé de la main gauche ; à sa gauche se tient non Hérodiade mais un personnage au costume masculin, barbu (d’après la Légende dorée Hérode est accompagné de dignitaires). Salomé, debout en avant de la table, porte une robe à très longues manches ; ses coudes écartés et ses poings sur les hanches suggèrent un mouvement de danse. À gauche, deux personnages, dont le bourreau reconnaissable à son poignard, qui regarde vers la droite, et Hérodiade, petite et portant une robe longue, apportent la tête du précurseur dans un récipient à paroi lisse ; à droite trois convives sont assis à une deuxième table couverte d’aliments. On note le soin apporté par le sculpteur aux détails de la vaisselle et des aliments comme, par ailleurs, aux cheveux, aux barbes, aux vêtements et aux bijoux. Au registre inférieur, le corps du Baptiste est tiré d’une prison : de la main droite, le bourreau tranche la tête du Précurseur d’un coup d’épée. À gauche, deux personnages portent la tête du martyr alors qu’à droite, quatre disciples déposent son corps entouré d’un linceul dans un sarcophage ou un lit funéraire ; ceux du fond, la main à hauteur de la joue sont en pleurs. Au-dessus, apparaît la main de Dieu qui sort des nuées, curieusement décorées de feuillages. À droite, côté du paradis, un ange emporte sur ses mains cachées par un linge sacré l’âme du défunt sous la forme d’un petit personnage nu. À gauche, côté de l’enfer, est assis un diable doté d’une grosse tête et d’oreilles d’animal, avec au-dessus un arbuste à décor de feuillage.

On peut s’interroger sur l’iconographie de ce tympan qui ferait le lien avec la cathédrale Saint-Jean dont l’évêque était souvent abbé d’Ainay : il raconte l’histoire de Jean-Baptiste que l’on retrouve sculpté à l’entrée du chœur et dont le trésor de l’abbaye possédait des reliques (un doigt). Quant à la mise en œuvre, on peut estimer que la partie centrale sur deux registres, cintrée seulement au sommet, se suffirait à elle-même et que l’on aurait ensuite rajouté les blocs latéraux dont le bloc de gauche, prévu pour cet emplacement et le bloc de droite qui aurait été recoupé mais les trois blocs auraient été sculptés par un même atelier si l’on en croit le dessin des visages et des drapés.

Avant sa restauration, cette œuvre était considérée comme archaïsante voire « dégénérée » : têtes disproportionnées et souvent vues de face, bas du corps vu de profil avec des pieds placés l’un devant l’autre, drapés schématiques, attitudes raides. Elle a été datée du milieu du XIIe siècle, en raison de la robe à longues manches de Salomé (Chagny 1935 : 247 ; Lassalle in L’abbaye d’Ainay 1997 : 83‑84). En fait, les ressemblances avec les sculptures de l’église voisine feraient plutôt admettre le caractère encore archaïque de cette sculpture que l’on pourrait dater du début du XIIe siècle : le travail de la pierre est proche de la taille d’épargne (creux de 5 à 7 cm et surface assez plane), les personnages ont des drapés en bourrelets, des yeux percés au trépan, des barbes et des cheveux qui ne diffèrent guère de ceux des bas-reliefs de l’entrée du chœur de la basilique (en particulier la figure du Précurseur), les ailes de l’ange ressemblent à celles de l’archange Gabriel et le décor de torsade se retrouve sur certains chapiteaux des bas-côtés ; manquent toutefois la recherche du modelé, la finesse des détails, la variété des attitudes qui font la grande qualité des sculptures de l’intérieur de l’églisea.

a. Nous remercions M.-T. Camus pour son aide précieuse.

Fig. 145 – Saint-Martin d’Ainay : tympan de la Décollation de Jean-Baptiste (cliché J.‑P. Gobillot).

Fig. 145 – Saint-Martin d’Ainay : tympan de la Décollation de Jean-Baptiste (cliché J.‑P. Gobillot).
  • 4 Hypothèse formulée oralement au cours d’une rencontre à Tournus, le 28 septembre 2019.

242D’autres sculptures tardivement sauvées de la destruction proviendraient de l’ancienne chapelle Saint-Pierre d’Ainay : cinq statues-colonnes de 0,80 à 0,90 m de haut, représentant des apôtres ont été recueillies lors de « fouilles » menées dans l’ancien hospice des Incurables, construit à l’emplacement de l’ancien cloître. V. Lassalle les rapproche du portail sud de l’abbaye de Charlieu et les date du 3e quart du XIIe siècle (Lassalle 1976 ; Becker in L’abbaye d’Ainay 1997 : 104‑106). Pour N. Stratford, c’est l’atelier lyonnais qui aurait réalisé le chef-d’œuvre de Charlieu4.

243Ces vestiges sont importants pour une connaissance exhaustive de la sculpture du groupe monastique : les éléments majeurs restent l’abside de Saint-Martin d’Ainay qui présente encore le premier véritable programme iconographique d’une région plutôt tournée vers l’Italie (Lassalle in L’abbaye d’Ainay 1997 : 63‑89 ; Lassalle in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 111‑132 ; Bryon in Reynaud et al. 2016 : 83‑95) alors qu’à la fin du siècle, l’abside de la cathédrale Saint-Jean, le porche de Saint-Pierre des Terreaux et de la chapelle de Fourvière, conservent des chapiteaux à la corbeille élancée et des personnages au réalisme inspiré de l’antique (Reveyron in Barbarin 2011 : 146‑150). Les chapiteaux des galeries accolées à l’église Notre-Dame de l’Île-Barbe et ceux qui sont déposés aux musées Gadagne sont également d’un grand intérêt, par une ouverture sur d’autres régions plus méridionales.

244Quant au pilier des prophètes, il constitue le seul vestige probable du cloître disparu de la grande église auquel il faut associer son chapiteau transporté dans l’église de Saint-Rambert l’Île-Barbe, où il a été creusé pour servir de bénitier (fig. 146) : sur le pilier, Abraham s’apprête à sacrifier Isaac et sur le chapiteau, l’ange en plein vol retient la main du prophète. Victor Lassalle a très justement insisté sur l’influence languedocienne visible dans les plis au « relief peu accusé », dans le traitement de l’aile de l’ange, des feuilles d’acanthe du chapiteau comme dans les visages des autres prophètes, mieux conservés mais usés par une exposition aux intempéries ; l’influence antique est également sensible dans les boucles des cheveux de l’ange et dans le visage au menton puissant d’Isaac (Lassalle 1958). On trouverait d’ailleurs, dans la galerie nord de Notre-Dame, d’autres chapiteaux typiquement languedociens. Cette influence se retrouve au porche et au chœur de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où, depuis le nettoyage des sculptures et des vitraux, on perçoit mieux les rapprochements possibles avec ce grand chantier du milieu du siècle, qui a rassemblé les meilleurs des artistes de l’époque, dispersés ensuite pour travailler sur d’autres chantiers (Plagnieux 2015). On doit reconnaître la qualité de cette œuvre dans l’adaptation au cadre, dans la variété d’attitudes des personnages et apprécier comme l’a bien vu V. Lassalle, une « personnalité artistique vigoureuse », sans doute venue de l’extérieur, attirée par l’activité intense du foyer artistique lyonnais ou régional du troisième quart du XIIe siècle ; foyer bien illustré par les sculptures de l’abside de Saint-Jean, du porche de Saint-Pierre des Terreaux ou à la même époque de Saint-Pierre de Genève.

Fig. 146 – Île-Barbe : bénitier de l’église de Saint-Rambert et pilier des prophètes (musées Gadagne) (photographie du bénitier et montage J.‑P. Gobillot).

Fig. 146 – Île-Barbe : bénitier de l’église de Saint-Rambert et pilier des prophètes (musées Gadagne) (photographie du bénitier et montage J.‑P. Gobillot).

245Le tympan encore en place du réfectoire disparu de l’Île-Barbe et celui de l’ancienne église de Saint-Rambert, remployé dans la nouvelle église, constituent de rares vestiges de l’époque romane. Sur le premier qui pourrait dater de la première moitié du XIIe siècle, la sculpture est associée à une double inscription, le Christ « lumière du monde » foule aux pieds l’aspic, le basilic, le lion et le dragon (Favreau 2005). Sur le second, conservé après un bûchage radical et un transfert au sud de la nouvelle église construite au XIXe siècle, on peut reconstituer un Christ en majesté entouré de deux anges et de deux évangélistes, les deux autres évangélistes figurant sur les culots du linteau. Le bas-relief provenant de Saint-Paul et situé par J. Spon « à l’entrée du cloître, à main droite » (Spon 1673 : 35), représente le Christ entre saint Pierre et saint Paul, accompagné d’un petit personnage à genoux ; maintenant présenté aux musées Gadagne, il peut être considéré, par la finesse, la souplesse du modelé et par l’aisance des attitudes, comme une réussite de l’art roman lyonnais.

246Ces sculptures et les inscriptions des tympans, des pavements ou des mosaïques de pavement fournissent de précieux renseignements sur la spiritualité monastique que nous rappellerons à la suite de R. Favreau et de J. Guillemain. À Saint-Martin d’Ainay comme à Saint-Irénée ou à Saint-Jean, les mosaïques qui ornaient le sanctuaire constituent des tapis de prière, dont les inscriptions véhiculent un message (Guillemain 2002). Elles doivent être replacées dans le contexte de la réforme grégorienne, du rôle du pape face au pouvoir de l’empereur, d’une nouvelle conception de la nature du Christ, de Dieu et des sacrements. Comme nous l’avons vu, elles ont malheureusement presque intégralement disparu. À Ainay, la représentation du pape et l’inscription qui l’accompagne se replacent aisément dans la symbolique grégorienne : un pape, Pascal II, consécrateur et protecteur de l’église (aedem sacram), qui, assis sur un trône, tient un sceptre de la main gauche et affirme donc la suprématie de l’autorité pontificale face au pouvoir de l’empereur.

247Ces mosaïques comme les sculptures conservées évoquent un Christ lumière du monde, Agneau divin et vainqueur de la mort : « Je suis la lumière du monde » (Jn 8, 12) formule l’inscription du tympan de l’Île-Barbe et le chapiteau du tétramorphe du chevet de Saint-Martin d’Ainay avec l’inscription ESLM (ego sum lux mundi). Le Christ est surtout représenté à Ainay sous la forme de l’Agneau divin, animal du sacrifice, aux pilastres de l’abside, sur le chapiteau de Jean-Baptiste dont le philactère porte la mention Ecce Agnus Dei et sans doute sur un fragment mal renseigné de la mosaïque de pavement où figuraient peut-être des « animaux mystiques » comme l’agneau et le pélican. Le Christ est aussi représenté au tympan de l’Île-Barbe comme le vainqueur du mal et de la mort. Il écrase les forces du mal : l’aspic, le basilic et le dragon comme dans le verset 13 du psaume 91 (90) commenté par Augustin. Dans le second vers de l’inscription, le lion est associé au Christ de la résurrection. Saint Bernard et Honorius d’Autun consacrent des sermons au psaume 91 et opposent les vertus aux forces du mal ; vertus qui figuraient dans le chœur de Saint-Irénée. Pour R. Favreau, trois thèmes sont évoqués au tympan de l’Île-Barbe « carême, passion et résurrection… » (Favreau 2005).

248Dieu est le maître du ciel et des constellations, d’après les signes du Zodiaque qui ornaient le chœur de Saint-Irénée. Il est le maître du temps : « Je suis l’alpha et l’oméga » (Apocalypse, 1, 8) trouve-t-on écrit sur un bas-relief de l’entrée du chœur d’Ainay. C’est aussi un Dieu qui pardonne et qui donne la vie. L’accès à Dieu est direct grâce aux sacrements, comme le montrent les inscriptions sacramentaires d’Ainay et de Saint-Irénée qui décrivent une véritable liturgie pénitentielle. À Ainay était inscrit sur la partie gauche du pavement : « Ici fléchis le genou, ici, qui que tu sois, toi qui implore le pardon. Ici est la paix, ici est la vie, ici est le salut, ici tu es sanctifié » ; texte que l’on peut mettre en rapport avec le meurtre d’Abel et saint Michel terrassant le dragon et qui était placée sur l’itinéraire emprunté par les moines allant du cloître à l’église par la porte nord. La même injonction figurait à Saint-Irénée : « En entrant dans ces lieux vénérables, frappe-toi la poitrine, demande pardon en gémissant, mêle tes larmes à tes prières ». Le pardon donne accès à l’eucharistie : à Ainay, il est écrit sur le pavement de droite : « Ici le pain devient la chair du Christ ». L’accès à Dieu est également possible par la connaissance et par les arts libéraux du trivium et du quadrivium, étape préalable à l’étude de la théologie et de l’Écriture, qui figuraient dans le chœur de Saint-Irénée.

249Enfin, on peut faire le lien entre la symbolique sacrificielle d’Ainay et le culte des martyrs : lors de la fête des Merveilles et en sortant de l’église, on chantait le Miserere, un des sept psaumes de la pénitence (Ps. 50). Le culte des martyrs est également présent à Saint-Irénée : « Ici reposent les compagnons de l’évêque Irénée […] victimes d’une mort cruelle, ils jouissent maintenant de la lumière du Christ », mais le martyre restait une possibilité exceptionnelle d’accéder au Royaume.

250Le décor sculpté des églises romanes lyonnaises a malheureusement beaucoup souffert de multiples destructions. Il devait pourtant être d’une grande richesse et diversité si l’on en croit ce qui subsiste, pour le premier tiers du XIIe siècle à Saint-Martin d’Ainay, pour le dernier tiers du siècle à Saint-Jean (surtout les magnifiques têtes à la retombée des ogives des chapelles orientales) ou au porche de Saint-Pierre-les-Nonnains qui a conservé ses deux portails romans ; l’un, à l’entrée de l’église, surmonté d’une archivolte polylobée ornée de médaillons sculptés de masques, l’autre à l’entrée du porche avec sa triple voussure aux claveaux polychromes. Les chapiteaux aux corbeilles élancées et à base bulbeuse, les têtes et les pilastres cannelés attestent d’une forte influence antique sensible également à la chapelle Notre-Dame et Saint-Thomas-Becket de Fourvière.

Notes

1 Construction d’abord en bois puis en bois et pierres entre la fin du XIIe et le XIVe siècle (Burnouf et al. 1991).

2 Nous avons travaillé uniquement à partir de photographies.

3 Hypothèse suggérée par C. Bonnet.

4 Hypothèse formulée oralement au cours d’une rencontre à Tournus, le 28 septembre 2019.

Table des illustrations

Titre Fig. 60 – Partage de l’Empire carolingien en 843 (Demotz 2012).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 61 – Carte du royaume de Bourgogne au Xe-début du XIe siècle (Demotz 2012).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 62 – Saint-Irénée : plan de l’église dans son état 4 (Xe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 249, fig. 34, DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 64 – Saint-Irénée : façade occidentale avant 1824, aquarelle d’H. de Saint-Didier (musées Gadagne, N 2481.9).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 65 – Saint-Just : colonne et chapiteau (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 66 – Saint-Just : coupe est-ouest vers le nord à l’est de la chapelle d’axe (nécropole) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 67a et b – Saint-Just : nécropole des XIe-XIIe siècles, coffres de dalles ovalaires (relevé et cliché ÉRA 26 CNRS).
Légende Fig. 67a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre  
Légende Fig. 67b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 68 – Saint-Just : plan des fosses-silos (E34S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 69 – Plan de la ville de Lyon du XIe au XIVe siècle (J.‑F. Reynaud ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 70 – Groupe épiscopal : plan de l’état 5 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 71 – Saint-Étienne : plan de la nouvelle église dans son état 1 (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 72 – Saint-Étienne : relevé du mur est du chevet, parement est (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. 73 – Saint-Étienne : relevé du mur nord du bras nord du transept et du mur gouttereau nord de la nef (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 74 – Saint-Étienne : vue du contrefort nord-ouest du transept (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 75 – Saint-Étienne : reconstitution de la corniche du toit (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 76 – Saint-Étienne : décor d’entrelacs (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 77 – Saint-Étienne : reconstitution de l’édifice (XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 78a et b – Palais épiscopal : a : plan des différents états (rouge : XIe siècle ; ocre : XIIe-XIVe siècles ; jaune : XVe-XVe siècles) (F.‑R. Cottin, SAAL) ; b : vue du palais Saint-Jean, de la Nouvelle Manécanterie et de la cathédrale Saint-Jean, gravure H. Leymarie (AML, 1758W 108 ; la couleur ajoutée met en évidence les parties du XIe siècle).
Légende Fig. 78a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre  
Légende Fig. 78b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Titre Fig. 79 – « Nostre-Dame de l’Ysle-Barbe, proche de Lion », par Martellange (1608) (BnF, cabinet Richelieu, réserve UB-9, boîte FT4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 80a et b – Île-Barbe : coupes longitudinale et transversale de l’église abbatiale (musées Gadagne, fonds Cateland [9] 70.11.4, i, plan 22 et 20).
Légende Fig. 80a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre  
Légende Fig. 80b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Titre Fig. 81 – Île-Barbe : plan de la crypte (musées Gadagne, fonds Cateland, [9] 70.11.4, i, plan 27).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Titre Fig. 82 – Île-Barbe : bas-relief de l’ours (musées Gadagne, dessin H.‑P. Auclair, ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 83 – Île-Barbe : chapiteau du XIe siècle (déposé au baptistère de Saint-Martin d’Ainay) (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 84 – Île-Barbe : élévation du mur sud de Saint-André (relevé É. Bayen, C. Gaillard, F. Pont ; DAO É. Bayen et G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 85 – Île-Barbe : détail du mur sud (cliché C. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 86 – Île-Barbe : Saint-André vue de l’est, avec l’absidiole nord (cliché C. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 87 – Saint-Martin d’Ainay : plan de l’état 3 du XIe siècle (Parron et al. 2008 : fig. 39).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 88 – Saint-Martin d’Ainay : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Fig. 89 – Sainte-Blandine d’Ainay : vue intérieure avant restauration (aquarelle, musées Gadagne, inv. N 3335 1001).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Fig. 90 – Sainte-Blandine d’Ainay : chevet, étude archéologique (jaune : état 1, violet : état 2 du XIe siècle) (Parron et al. 2008, fig. 37).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 91 – Saint-Pierre des Terreaux : le clocher-porche (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre Fig. 92 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 5 (XIe siècle) (Reynaud et al. 2012 : 253, fig. 40, DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 93 – Saint-Just, Saint-Irénée : destruction des églises en 1562 (BML, De tristibus Galliae carmen, fonds général, ms. 156, f° 4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Titre Fig. 94 – Saint-Paul : plan (Xe-XIXe siècle) (Reveyron 2005 : fig. 143, DAO G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 95 – Saint-Paul : fenêtre de l’église du XIe siècle (Reveyron 2005 : fig. 125).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 96 – Saint-Alban (8e) : façade de l’église et son ancien bénitier, actuellement à Saint-Louis de la Guillotière (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 353, fig. 350‑351).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre Fig. 97a, b et c – Île-Barbe : bas-reliefs de la balance, du basilic (clichés J.‑F. Greck, propriété privée) et du cancer (musées Gadagne, cliché J.‑F. Reynaud).
Légende Fig. 97a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre  
Légende Fig. 97b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre  
Légende Fig. 97c
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 98 – Île-Barbe : chapiteau (ÉRA 26 CNRS, dessin H.‑P. Auclair).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 99 – Île-Barbe : bas-relief de l’éléphant (musées Gadagne).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 100 – Groupe épiscopal : plan de l’état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Fig. 101 – Groupe épiscopal : plan de l’état 7 (XIIIe-XIVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 102 – Saint-Jean : relevé des mosaïques de l’abside (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 103 – Saint-Jean : plan et coupe de la crypte (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 104 – Saint-Étienne : plan de l’édifice dans son état 2 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 105 – Saint-Étienne : angle nord-ouest du transept et mur 73bis (voir fig. 74) (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 106 – Saint-Étienne : coupe évolutive du bas-côté nord (XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 107 – Saint-Étienne : plan du bas-côté nord (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 108 – Saint-Étienne : relevé des bases de colonnes du pilier sud-est de la nef (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 109 – Manécanterie : façade occidentale (XIIe siècle) (cliché ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
Titre Fig. 110 – Saint-Irénée : plan de l’édifice dans son état 6 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 111 – Saint-Irénée : absidiole nord (XIIe siècle) (Meynis 1880 : 103).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 112 – Saint-Irénée : mosaïque de pavement disparue (XIIe siècle) (Artaud 1835 : pl. XIII).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 113 – Vue de Lyon au milieu du XVIe siècle (Symeoni 1559, feuillet 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 114 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 4 et 5 (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 115 – Saint-Just : relevé du mur gouttereau du bas-côté sud (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Fig. 116 – Relevé comparatif des bases romanes de Saint-Just, Saint-Jean, Saint-Martin d’Ainay (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 117 – Saint-Just : chapiteaux en remploi à Saint-Martin d’Ainay (chapelle de la Vierge) (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 118 – Saint-Just : chapiteau dessiné par F. Delamonce (Ménestrier 1696 : 39 B).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Titre Fig. 119 – Saint-Just : tête de Christ, dessin de R. Le Nail (Illustré du Sud-Est, 27 janvier 1912, fondation Marius Berliet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 120 – Saint-Just : reconstitution de l’édifice (XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Titre Fig. 121 – Saint-Just : reconstitution du cloître (Wyss et al. 2002 : 32‑33, fig. 17).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 122 – Saint-Just : plan et coupe des moules de cloches (localisation GH4S) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 123 – Saint-Paul, Saint-Laurent, Saint-Vincent : plan (XIIe-XVIIe siècle) (F.‑R. Cottin, SAAL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 124 – Saint-Paul : métopes romanes remployées dans le mur des chapelles septentrionales (Reveyron 2005 : fig. 133 ; relevé et DAO G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 125a et b – Saint-Georges : dessin du XVIIe siècle montrant le chevet reconstruit au XVe siècle et plan de l’église et de la commanderie (ADR, 48 H 2789, p. 59‑60).
Légende Fig. 125a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre  
Légende Fig. 125b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 126 – Notre-Dame de la Platière au XVIIe siècle (d’après L. Sarsay, musées Gadagne, N 3512.1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 127 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin : centre de la Presqu’île (musées Gadagne, N 857, cliché CRDP D 130).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 128 – Saint-Martin d’Ainay : plan d’ensemble (Reynaud et al. 2016 : 56).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 129 – Saint-Martin d’Ainay : mosaïque du chœur (dessin d’A. Steyert en 1854 in A. Allmer, Inscriptions de Lyon et environs, bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, ms. 341).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 130 – Saint-Martin d’Ainay : restitution du cloître par R. Le Nail (Martin 1908‑1909 : vol. 2, 103).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 131 – Saint-Martin d’Ainay : vestiges de la salle du chapitre (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
Titre Fig. 132 – Île-Barbe : plan d’ensemble de l’abbaye (DAO C. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 133 – Île-Barbe : l’église Notre-Dame et le Châtelard par I. Silvestre (musées Gadagne, N 3831. 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 134 – Saint-Pierre des Terreaux et Saint-Saturnin au XVIIIe siècle (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 18).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Titre Fig. 135 – Saint-Pierre des Terreaux : plan de l’église du XIIe au XIXe siècle (fond de plan, Monuments historiques, AML, 3 S 1493, et plan Picot 1970 : 134, mise en œuvre J.‑F. Reynaud et DAO G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 136 – Saint-Pierre des Terreaux : vue du mur nord (cliché J.‑F. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 137 – Saint-Sébastien (anonyme Picornot, BML, ms. 5708, f° 3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 138 – Saint-Pierre de Vaise : vue du chevet au XVIIIe siècle (BML, réserve est., 152.769, t. 1, f° 139, pl. 265).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 139 – Saint-Laurent de Choulans : site de la Quarantaine et chapelle romane (AML, 1 S 108).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 140 – Saint-Laurent de Choulans : localisation de la chapelle romane à l’emplacement de la basilique paléochrétienne (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 141 – Notre-Dame de Fourvière : tableau perdu du XVIIe siècle (Chomer, Pérez 1982 :170 ; l’image a été inversée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 142 – Saint-Jacquême : élévation (début XVIe siècle) (ADR, 44 J 801).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Titre Fig. 143 – Saint-Rambert : vue de l’ancienne église (BML, fonds Coste, est. 865).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 144 – Saint-Pierre de Vaise : chapiteaux romans (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 145 – Saint-Martin d’Ainay : tympan de la Décollation de Jean-Baptiste (cliché J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Fig. 146 – Île-Barbe : bénitier de l’église de Saint-Rambert et pilier des prophètes (musées Gadagne) (photographie du bénitier et montage J.‑P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5490/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search