Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 2. Un patrimoine à reconstruire : la renovatio carolingienne (VIIIe-IXe siècle)

Texte intégral

1Avec l’abandon de tout pouvoir politique et les séquelles de la peste et les luttes intestines entre les rois mérovingiens, après le passage des troupes arabo-musulmanes et franques, on ne s’étonnera pas du silence des textes et de la vacance prolongée du siège épiscopal, sans doute due surtout aux spoliations de biens ecclésiastiques par les armées franques (Rubellin in Garrier 1987 : 89). De récentes études portant sur l’analyse des carottes glaciaires ont montré que la période allant de 750 à 900 pouvait être considérée comme une des plus chaudes de l’histoire (Mc Cormick et al. 2007), condition favorable à la remise en état économique, politique et religieuse de l’Empire. Mais il fallut une quinzaine d’années à l’évêque Leidrade pour remettre la ville sur pied.

2La nouveauté pour l’historien vient de l’abondance des sources alors que l’apport de l’archéologie est plus faible que précédemment si l’on excepte les édifices religieux. Force est de constater que la renaissance, ou plutôt la mutation de Lyon, se fait dans un cadre imposé par le poids du passé, un cadre à peine remanié, celui d’une ville double. Même si elle ne dépasse pas trois à quatre générations, cette mutation touche la ville en profondeur et annonce l’avenir par le rôle grandissant de l’archevêque et des collèges de chanoines, par le rôle du commerce et par l’importance de la communauté juive (Reynaud 2019).

2.1. Une abondance de sources

3Si les données archéologiques sont parfois moins abondantes, les documents d’archives deviennent de plus en plus nombreux, surtout en ce qui concerne les édifices religieux.

2.1.1. Les sources écrites

4Certes, elles ne concernent guère la topographie urbaine, sauf à mentionner la chute du « forum de Trajan » (Annales lugdunenses, MGH, SS, I, 11 : 110), c’est-à-dire du rebord de la colline de Fourvière mais les édifices religieux situés intra ou extra-muros (églises du groupe épiscopal, basiliques funéraires ou collégiales) sont abondamment cités. Parmi ces documents, nous reviendrons sur la lettre et le bref de Leidrade qui décrivent les travaux de restauration des églises de Lyon ou les biens des chanoines, textes complétés par les Libri confraternitatum de la Reichenau qui nous renseignent sur le nombre des chanoines et évoquent par exemple les 52 chanoines cathédraux in domo Sancti Stephani canonici LII (Coville 1928 : 283‑288). Quelques traités et surtout les lettres d’Agobard, les poèmes de Florus, les martyrologes de Florus et d’Adon, des vies de saints, comme les Acta S. Annemundi, nous informent sur la vie de l’Église lyonnaise et fournissent accessoirement quelques éléments concernant les édifices (Rubellin 2003 : 133‑178). On apprend par exemple la création d’un chapitre réunissant les chanoines de Saint-Irénée et de Saint-Just (Guigue 1885‑1893 : I, 6‑8, n° 3, notice de 868). Quelques confirmations de biens concernent également les églises de Lyon, comme celle de Charles le Gros du 20 juin 885 en faveur de l’Église de Lyon, de Louis l’Aveugle du 18 mars 892 en faveur de Saint-Étienne qui mentionne l’église de Saint-Laurent de Choulans (Poupardin 1920 : 51‑54, n° 29) ou comme le diplôme de Louis le Pieux de 815 en faveur de l’Île-Barbe.

5L’analyse critique de ces sources a été reprise par M. Rubellin (Rubellin 2003) et par le groupe de la « Topographie chrétienne » (Beaujard et al. 1986 et Prévot, Gaillard, Gauthier 2014) : les avis restent partagés, par exemple sur la fiabilité d’Adon qui utiliserait des sources anciennes sans les réactualiser quand il évoque la fête des Miracles ou en créerait de toutes pièces, sur les poèmes de Florus qui concerneraient, pour les uns les églises du groupe épiscopal et, pour les autres, Saint-Irénée, autrefois Saint-Jean ; mais également sur les conclusions topographiques à tirer des textes d’Agobard sur les juifs.

De la fiabilité d’Adon, archevêque de Vienne

Nathanaël Nimmegeers

Adon naît vers 800, probablement dans une famille aristocratique du Gâtinais. Il entre comme oblat à Ferrières où il devient moine. Vers 840, il rejoint l’abbaye de Prüm où il reste une dizaine d’années. À la suite d’un mystérieux périple qui passe peut-être par Saint-Gall, l’Italie du Nord et Grenoble, il s’installe à Lyon vers 855 où il bénéficie sans doute de la protection de l’archevêque Remi (852‑875). Une tradition locale mal datée affirme qu’il devient curé de Saint-Romain. Aucune source fiable n’autorise à valider cette assertion. En revanche, il semble évident qu’Adon profite du dynamisme culturel lyonnais pour accéder à de nombreux manuscrits, fréquenter les meilleures bibliothèques et côtoyer de grands esprits, comme le diacre Florus (mort vers 860). Grâce à ces conditions de travail très favorables, il achève le martyrologe auquel il se consacre depuis quelques années. Le succès rapide de cette œuvre, tout autant que les critiques parfois virulentes qu’elle inspire, l’incite à en proposer rapidement une deuxième version (vers 859). Adon participe parallèlement à la valorisation de l’ancienne capitale des Gaules, en relation avec un milieu archiépiscopal qui entend exploiter à son profit la longue et prestigieuse histoire de l’Église de Lyon. Il décrit ainsi la fête des Miracles, instaurée pour commémorer les martyrs de 177. Par ailleurs, il réfute les assertions d’Hilduin de Saint-Denis lorsqu’il assimile le premier évêque de Paris à Denis l’Aréopagite.

C’est probablement cet investissement qui lui vaut d’obtenir le prestigieux et stratégique siège archiépiscopal de Vienne. Contre l’avis du comte Gérard (840‑879) mais fort du soutien conjoint de l’archevêque Remi et de son abbé Loup de Ferrières (840‑862), Adon succède ainsi à Agilmar (842‑859) en 860. Son ministère se déroule en trois phases. Jusqu’en 863, il découvre le milieu viennois et tisse des liens, notamment épistolaires, avec le pape Nicolas Ier (860‑867). De 863 à 870, il s’engage dans le jeu politique régional et travaille au renforcement de son autorité de métropolitain. À partir de 870, il se recentre sur Vienne. Il écrit alors une troisième version de son martyrologe, rédige sa célèbre Chronique et plusieurs vies de saints viennois. En outre, il fait ériger devant sa cathédrale une avant-nef dédiée au Sauveur et un Sépulcre imitant celui de Jérusalem. Cette œuvre considérable, aussi bien littéraire qu’édilitaire, vise à donner aux ambitions viennoises une légitimité historique et spirituelle. Adon cherche en effet à réaliser le vieux rêve d’Avit (495‑517) : faire de Vienne la capitale religieuse des régions situées à l’ouest des Alpes. Dans cette perspective, l’archevêque relativise méthodiquement et systématiquement ce dont il avait été l’un des plus ardents promoteurs, à savoir l’ancienneté et le prestige de Lyon.

Qu’il se trouve à Lyon ou à Vienne, Adon travaille de la même façon. Il utilise généralement un corpus de base réduit. Pour son martyrologe, il exploite celui de Florus et un passionnaire principal. Pour sa Chronique, il s’inspire largement de Bède. Ses récits hagiographiques s’inspirent de textes antérieurs. En outre, il fabrique des faux dès qu’il l’estime nécessaire. Ces méthodes lui ont valu les foudres de la critique érudite qui l’a volontiers présenté comme un faussaire doublé d’un compilateur au latin approximatif et à la culture limitée. Cette vision caricaturale doit être abandonnée. En effet, Adon maîtrise différents types d’expression littéraire. De plus, son œuvre historique et liturgique connaît, dès son vivant, un succès significatif. Quant à son érudition, elle est plus solide que celle de nombre de ses contemporains. En conséquence, il convient de voir en lui un intellectuel pragmatique et synthétique qui complète des ouvrages fonctionnels à l’aide de ressources immédiatement disponibles. S’il semble moins à l’aise que certains, comme Hincmar de Reims (845‑882) ou Heiric d’Auxerre (841‑876), avec les réflexions abstraites approfondies, il n’en est pas moins, au même titre qu’eux, une figure emblématique de la renaissance carolingienne (Nimmegeers 2014 ; Nimmegeers 2018).

6Enfin, on peut s’interroger sur la durée et la profondeur de la renaissance carolingienne à Lyon. Elle n’était guère connue que par les textes religieux mais l’on dispose maintenant de tout un arsenal de données sur les changements climatiques : l’optimum climatique carolingien qui est à son maximum entre 750 et 820, est bientôt perturbé par plusieurs éruptions volcaniques (McCormick et al. 2007). La belle unité de l’Empire s’effrite rapidement : des royaumes indépendants se créent, en Provence, avec le roi Boson (879) puis avec Louis l’Aveugle, les frontières ne sont plus défendues et les Vikings, comme les Hongrois ou les Sarrasins, parcourent l’Empire (Rubellin 2003 : 162).

2.1.2. Les sources archéologiques

7Les sources archéologiques diffèrent de celles des siècles précédents. D’abord on connaît assez mal l’habitat civil : les niveaux carolingiens ont souvent disparu lors du creusement des caves médiévales et modernes et la céramique carolingienne est encore assez mal caractérisée, malgré des progrès accomplis grâce à l’étude du mobilier de la rue des Chartreux (Ayala et al. 2003), du quartier Saint-Jean et de la Presqu’île (Horry 2000 ; Horry 2017 : 92‑93 ; Maccari-Poisson in Arlaud et al. 1994 : 93‑116) et de la céramique trouvée lors des fouilles exécutées sur le tracé du TGV Lyon-Marseille (Horry 2006). En effet, les archéologues manquent de marqueurs chronologiques et surtout de datations absolues, en particulier en raison du manque de productions céramiques « remarquables » ; la céramique peinte, caractéristique de l’époque carolingienne dans le nord de l’Empire, étant absente des chantiers lyonnais (type 2e génération) (Faure-Boucharlat 2001 : 56) et les pots à fonds bombés ne faisant qu’une timide apparition avant le début du Xe siècle, de même que les fonds marqués avant le milieu du même siècle. Ainsi, le chapitre sur la céramique médiévale et moderne de l’îlot Tramassac ne comporte aucune mention de céramique carolingienne (Maccari-Poisson in Arlaud et al. 1994 : 93‑116) et la période des VIIIe-Xe siècles constitue une lacune majeure dans la connaissance des céramiques médiévales de la région. On sait seulement qu’à partir du VIe siècle, la céramique à cuisson oxydante est progressivement abandonnée, que les productions deviennent régionales ou locales, que le répertoire typologique s’appauvrit à partir du VIIIe siècle en un vaisselier « simplifié » et qu’à l’exception de rares gobelets, les formes ouvertes disparaissent au profit des pots globulaires ou ollae à bord en bandeau triangulaire ou divergent et fond plat (Horry 2000 : 10‑18 ; Horry 2006 : 405 ; Horry 2017 : 92‑93). Les spécialistes hésitent donc entre une certaine continuité avec la céramique de l’époque précédente et une anticipation de l’époque suivante (Horry 2006 : 401 ; Horry 2017). D’où l’intérêt des datations par la dendrochronologie, le radiocarbone, la luminescence ou l’archéomagnétisme quand elles sont possibles (Faure-Boucharlat 2001 : 57‑59). Handicap supplémentaire, les sites d’habitat sont peu nombreux : ils se limitent intra-muros aux fouilles de la rue Tramassac, de l’îlot Clément V, de l’hôtel des Gadagne et, extra-muros, à celles de la place des Célestins et de la rue Pierre-Audry alors que les niveaux carolingiens sont absents de la fouille du parc Saint-Georges (Arlaud et al. 1994 ; 2000 ; Le Mer, Chomer 2007 ; Ayala 2013). Quant aux lieux de sépultures, ils se regroupent autour des anciennes basiliques funéraires après la disparition de la grande nécropole de la place Eugène-Wernert, tout en se dispersant pour s’installer à proximité de l’habitat (place des Célestins, rue Pierre-Audry, Hôtel-Dieu où les fouilles récentes sous la direction du SAVL ont mis au jour des sépultures du haut Moyen Âge).

8Les fouilles d’édifices religieux, plus riches pour ces périodes en raison d’une meilleure conservation des sites, concernent surtout les trois églises du groupe épiscopal. Leur analyse qui constitue l’essentiel de notre apport vient donc bien compléter notre précédent ouvrage (Reynaud 1998). À Saint-Jean, l’abside carolingienne est assez bien conservée, à Sainte-Croix, une élévation subsiste encore en place, ainsi que des éléments appartenant à la partie occidentale de Saint-Étienne, alors que le baptistère a probablement disparu. Pour les basiliques funéraires, le butin est plus maigre : rien à Saint-Laurent, peu de choses à Saint-Just et à Saint-Irénée avant, pour ce dernier exemple, la seconde moitié du Xe siècle.

2.2. Le cadre historique, social et économique

9La remise en état de la ville, son redressement matériel, spirituel et intellectuel fut l’œuvre de l’archevêque Leidrade, un familier de l’empereur qui s’appuyait sur les évêques considérés, avec les comtes, comme les auxiliaires du souverain et qui « participent dans leurs fonctions respectives, à l’exercice du ministère royal » (concile de Chalon 813) (Ganivet 2000 : 167).

2.2.1. Le passage des troupes arabo-musulmanes et franques

10Le passage à Lyon des troupes arabo-musulmanes entre 725 (ou 731) et 737 n’est suggéré que par Adon (Chronique, PL 123, col. 121‑122). On peut supposer que quelques églises suburbaines auraient été pillées à cette occasion mais la prise de Lyon n’est pas prouvée et aucune restauration fondamentale n’est signalée à Saint-Just ou à Saint-Irénée ; on peut aussi supposer que l’on aurait seulement craint le passage de ces troupes. Nous avons nous-même attribué un rôle important à la crainte de ces envahisseurs concernant le déplacement présumé de l’église des Apôtres (Saint-Pierre de Vaise) au début du VIIIe siècle. Pour M. Rubellin, plus grave a sans doute été le passage des troupes de Charles Martel, parti en 733 à la reconquête de la Bourgogne et de l’ancienne Narbonnaise et la confiscation des biens de l’Église au profit des guerriers francs (Rubellin in Garrier 1987 : 89 ; Rubellin 2003 : 136‑138). Résultat, la liste épiscopale s’interrompt : un seul évêque est connu entre 712 et 769, la ville paraît presque abandonnée et, d’après Leidrade, l’Église est, à son arrivée, en mauvais état tant pour ce qui est de ses clercs et de ses édifices (Coville 1928 : 283). Même sans tenir compte d’éventuelles incursions armées, on peut aussi admettre que les maisons comme les églises tombaient en ruines, faute d’entretien. Plus tard, dans les années 840, on pourra également évoquer des phénomènes naturels, comme l’effondrement d’une partie de la colline de Fourvière qui a dû provoquer des dégâts importants et d’éventuelles reconstructions.

2.2.2. L’archevêque Leidrade et la renovatio carolingienne

11L’Empire carolingien sut rétablir la paix et l’unité. La ville profita de l’action d’un grand archevêque, Leidrade, qui la reconstruisit en insistant sur les églises. Vue de loin, l’époque carolingienne apparaît donc comme une oasis de paix qui voit le retour d’une certaine prospérité et connaît un renouveau religieux et culturel. Dans ce contexte favorable, les archevêques de Lyon ont joué un grand rôle mais ils ont eu du mal à redonner son lustre à une ville sinistrée.

12Au début du IXe siècle, Leidrade, compagnon de Charlemagne, appliqua, de 799/800 à 816, les réformes voulues par le pouvoir central dans le domaine politique, social et religieux. En effet, si le comte a surtout pouvoir sur le Lyonnais, l’archevêque a le pouvoir sur la ville ; son diocèse devint une sorte de « diocèse-pilote » pour la préparation puis pour l’application des réformes de l’ordo regularis des moines ou de l’ordo canonicus, décidées à Aix-le-Chapelle en 816 (Kurdziel 2015 : 142). Leidrade faisait partie de l’École du Palais et était l’ami d’Alcuin, de Théodulf d’Orléans et de Benoît d’Aniane. Il s’occupa en priorité de réformer l’Église : on lui doit, entre autres, la création d’un collège de canonici cathédraux ou chargés du service liturgique d’autres églises, tous astreints à la vie commune, ainsi que la création d’un scriptorium et d’une école de chantres. Dans un deuxième temps, il s’attela à la restauration des édifices religieux de la ville mis à mal par plusieurs dizaines d’années d’abandon (Lettre à Charlemagne) (Coville 1928 : 283‑287 ; Rubellin 2003 : 148‑150 ; Rubellin 2016 : 15‑69). En 806, la cathédrale reçut des reliques de saint Cyprien de Carthage et d’autres saints africains (Rubellin 2003 : 167‑168). Leidrade répondit également à une enquête sur le baptême, lancée par Charlemagne en 811‑812 (Rubellin 2003 : 31‑52).

13Agobard (816‑840), son successeur, fut désigné par Leidrade dont il était le chorévêque. On connaît de lui 24 lettres ou traités. Le récent colloque tenu à Lyon, en septembre 2016, sur ce personnage important de la vie religieuse lyonnaise, a mis en évidence des doutes sur son pays d’origine mais a également permis de vérifier le grand nombre des manuscrits annotés de sa main (Bougard et al. 2019). Comme son prédécesseur, il souhaita réaliser le rêve de Charlemagne de « contribuer à l’édification ici-bas de la cité de Dieu » (Rubellin in Pelletier et al. 2007 : 155) et poursuivit son œuvre réformatrice dans le but d’unifier le peuple chrétien derrière son évêque et d’améliorer le niveau culturel et spirituel des clercs (Rubellin 2003 : 179‑222). Ainsi, vers 817‑822, il supplia Louis le Pieux d’abroger la loi Gombette pour que tous, y compris les anciens Burgondes, « soient régis par une seule loi », celle des Francs (Agobard, Adversus legem Gondobaldi) (Rubellin in Garrier 1987 : 91‑92). Se posa également le problème des juifs qui constituaient une population à part et étaient accusés de diviser la cité. Mais, attaqués par Agobard, ils furent soutenus par Louis le Pieux qui avait de la considération pour eux et leur accorda même vers 825 un statut particulier : ils dépendirent directement d’un magister judaeorum. En lien direct avec l’empereur, ils furent exempts de péage et obtinrent le changement du jour de marché du samedi à un autre jour de la semaine (Rubellin in Garrier 1987 : 94‑95). Agobard s’opposa également à Louis le Pieux à l’occasion des problèmes de succession, d’où son exil et son remplacement par Amalaire en 838. Amolon (841‑852) continua, avec le diacre Florus, la querelle à propos des juifs et ce dernier s’occupa surtout d’enrichir la bibliothèque de l’évêque et de faire travailler le scriptorium. Les évêques suivants participèrent activement à la vie politique régionale : Rémy (852‑875), archichapelain de Charles de Provence, s’occupa également de la vie religieuse en regroupant les chanoines de Saint-Just et de Saint-Irénée. Aurélien (875‑895) présida l’assemblée de Mantaille qui élut Boson et sans doute le sacra roi de Bourgogne à Lyon ; il restaura également l’abbaye de Saint-Martin d’Ainay et prit le titre de primat des Gaules. Alwala (895‑906) fut le précepteur de Louis, fils de Boson, plus tard roi d’Italie. Toutefois, malgré des dissensions internes à la lignée carolingienne et le partage de l’Empire en royaumes indépendants, cet âge d’or se prolongea sous le règne de Charles le Chauve et sans doute au-delà du milieu du IXe siècle. Pourtant, si la promotion religieuse et politique de la ville sous Leidrade se prolongea avec la tenue d’un grand concile réformateur en 829, Lyon ne profita guère par la suite de ces liens politico-religieux et ne retrouva jamais les fonctions de capitale, Toutefois, la ville aspira et réussit, en partie, à devenir « une capitale des arts et de la science » dont les plus remarquables manifestations furent la bibliothèque et le scriptorium épiscopaux qui connurent leur heure de gloire avec Florus ; Adon composa son Martyrologe à Lyon et plus tard, Maïeul étudia à l’Île-Barbe (Ganivet 2000 : 58‑75 ; Rubellin 2003 : 162).

2.2.3. Une économie urbaine dépendante du monde rural

14Si l’évêque est chargé par l’empereur de rétablir la bonne santé de la ville, l’économie urbaine est très dépendante des biens de l’Église en milieu urbain comme en milieu rural. Le premier souci des évêques et donc de Leidrade va être de se faire restituer les biens distribués aux fidèles de Charles Martel. Une vision précise de ces biens est fournie par le bref de Leidrade (Rubellin 2003 : 148‑152) : l’évêque Leidrade dispose de 727 colonges exploitées et de 33 colonges vacantes, les chorévêques Amalbertus, de 30 et 17 et Agobard, de 64 et 4, les chanoines de Saint-Étienne, de 83 et 50, les chanoines de Saint-Paul, de 22 et 21, les hôpitaux de Saint-Romain, de 22 et 10, de Saint-Genis, de 6 et 2, les moniales de Saint-Pierre des Terreaux, de 188 et 47, les moines de l’Île-Barbe, de 145 et 53. Même si certains supposent qu’il s’agit uniquement des possessions urbaines de l’Église de Lyon (Gauthiez 1994 : 14‑15), M. Rubellin insiste sur le « rôle prépondérant de l’évêque et des chorévêques Amalbertus et Agobard dans le processus de reconstruction des campagnes » puisqu’ils disposent de 57,4 % des terres mentionnées (Rubellin in Garrier 1987 : 94).

15De rares textes font apparaître d’autres activités : un marché hebdomadaire est connu à l’occasion de son transfert pour ne pas gêner le sabbat des juifs (Agobard, De insolentia Judaeorum). Le même Agobard se plaignait également des juifs qui pratiquaient le commerce des esclaves, parfois chrétiens, entre le nord et le sud de l’Europe. Il s’agissait donc bien d’un commerce international dont on ne connaît pas l’ampleur, mais ces juifs étaient présentés comme riches, influents et fournissant la cour en vêtements de luxe. Une autre mention d’activité commerçante est fournie par un acte de Louis le Pieux qui, en 816, exempte de péage les bateaux de l’Île-Barbe qui naviguaient sur le Rhône, la Saône et le Doubs (Rubellin 2003 : 254). On ignore pourtant quel était le quartier commerçant et quels ports étaient encore en activité alors que Lyon était pour un temps hors des circuits économiques est-ouest qui passaient désormais par le Valais et le Grand Saint-Bernard (Rubellin in Garrier 1987 : 85) comme on ignore tout des ponts pourtant nécessaires pour franchir le Rhône et surtout la Saône. Au VIe siècle, Grégoire de Tours signale une crue mémorable qui a pu provoquer la destruction partielle du pont sur la Saône, sans doute établi, nous l’avons vu, sur le rocher qui facilitait son installation. Une reconstruction du pont avec des tabliers de bois sur d’anciennes piles romaines est possible : la question se pose alors de savoir quel était le niveau technique des constructeurs et l’on doit avouer notre ignorance concernant d’éventuels ponts carolingiens. On connaît le pont de l’île de la Cité à Paris et les capitulaires mérovingiens et surtout carolingiens attestent un réel souci de l’entretien des routes et des ponts avec des agents comtaux chargés de l’entretien ou de la construction des ponts (Bruand 2002 : 41‑43). Un pont sur le Rhône paraît exclu, mais un bac ou un pont de bateaux peut être envisagé.

16Au milieu du IXe siècle, on constate un renouveau des passages par le Mont-Cenis qui est emprunté en particulier par les troupes franques ou par la dépouille mortelle de Charles le Chauve. Un fragment de maxillaire de camélidé dans les fouilles de la rue Tramassac (Arlaud et al. 1994 : 393) serait même le signe d’une ouverture sur le monde méditerranéen. Seules la céramique et l’activité de la construction pourraient nous renseigner sur la nature d’une économie à nouveau active, grâce aux besoins de la reconstruction et encore ouverte sur l’extérieur.

17Certains se posent la question « d’une éclipse carolingienne ? » (Faure-Boucharlat 2001 : 33‑34) en partant d’exemples comme Poncin (Ain) où le site est déserté dès la fin du VIIIe siècle (Faure-Boucharlat 2001 : 33) et comme d’autres sites où la continuité d’occupation ne peut être prouvée. À l’Albenc (Isère), un abandon partiel est notable entre deux étapes florissantes, mais il faut tenir compte de l’imprécision des critères de datation et de possible déplacement de l’habitat. En fait, l’optimum climatique des années 750‑900 a dû profiter à la région comme le montre la présence à Château-Gaillard (Ain) de grandes maisons à plan allongé et regroupées en un « proto-village » ; elles ont été datées de la fin du VIIIe au milieu du Xe siècle grâce au radiocarbone. É. Faure-Boucharlat situe donc la région lyonnaise dans un entre-deux entre la « déprise carolingienne » du sud de la France (Faure-Boucharlat 2001 : 34‑35) et la densification des « proto-villages » dans le Nord. La vision optimiste d’un optimum carolingien serait celle d’un monde rural en mutation comme l’ont montré les travaux d’A. Bouvier (Faure-Boucharlat 2001 : 37‑52) aux portes de Lyon, en Velin, où l’habitat aurait tendance à se regrouper autour des chefs-lieux d’ager, autour des églises anciennement ou nouvellement installées, mais les textes sont pratiquement muets avant le milieu du Xe siècle.

2.3. La topographie carolingienne : une ville close, une ville double

18La ville carolingienne reste une énigme pour les archéologues, par manque de critères de datation et de vestiges conservés (Reynaud 2019) (fig. 35).

Fig. 35 – Lyon : occupation carolingienne (VIIIe-Xe siècle) (E. Leroy, SAVL).

Fig. 35 – Lyon : occupation carolingienne (VIIIe-Xe siècle) (E. Leroy, SAVL).

2.3.1. Une ville close

19La première question à se poser est celle du maintien ou non d’une enceinte. Les textes semblent fournir une réponse positive. Grâce à G. Lucas, nous savons qu’en 736, les Annales Mettenses priores, écrites après 805, mentionnent la reddition de Lyon à Charles Martel qui mène campagne contre les Sarrasins dans la vallée du Rhône ; la cité y est qualifiée d’urbem munitissimam, « ville très bien fortifiée » (MGH, SS rer. Germ. In usum scol., 1905 : 28). Dans la Vie de Saint Germain d’Auxerre, achevée vers 874, le moine Héric (841‑876) évoque les murs de Lyon : « Sur ses flots calmes, la Saône qui disparaît dans le Rhône sous les remparts de la ville (sub moenibus) l’a porté [Germain] jusqu’aux hauteurs de Lyon » (Vie de saint Germain d’Auxerre, IV, 107‑110). Enfin, deux documents donnent quelques précisions topographiques : Charles le Gros, dans une donation au clergé de Saint-Étienne datée du 20 juin 885, localise précisément l’église Saint-Laurent : « Nous avons concédé à l’église du bienheureux martyr lyonnais Étienne […] églises et villas, ainsi que tout ce qui en dépend, situées dans le pagus de Lyon […] c’est-à-dire, à l’extérieur du mur de cette cité [foris murum ipsius civitatis], l’église de Saint-Laurent avec le petit domaine qui en dépend » (MGH, DRSK : n° 123, 195‑197) ; dans un document datable de 954 du cartulaire de l’Abbaye de Savigny, un lot de terre est situé foras muros Lugduni ciuitate, « à l’extérieur des remparts de Lyon » mais les confins bien précisés sont difficilement identifiables, à l’exception du ruisseau Charavay qui traverse Vaise (Bernard 1853 : 697, document 192). Quelques modifications ont pu être apportées autour de Saint-Paul et de Saint-Georges où s’installent des chanoines, peut-être sous la protection d’une extension des remparts (fig. 35). Dans la Presqu’île, nous l’avons vu, Saint-Nizier est peut-être intégrée à l’ancienne zone fortifiée dont le mur d’enceinte aurait été quelque peu déplacé pour constituer un burgus et dont subsiste plus tard le murus fractus à proximité de la Platière (Ganivet 2000 : 218). La ville reste close de remparts et l’on peut supposer que c’est le manque d’entretien des terrasses et du réseau d’égout, ou un tremblement de terre qui provoqua l’effondrement du rebord de la falaise de Fourvière (Annales lugdunenses, MGH, SS : 111). « La célèbre et insigne construction que l’on appelle le forum vieux s’écroula à Lyon […] il avait résisté depuis le temps de l’empereur Trajan » ; disparition qui pourrait avoir affaibli les défenses de la ville et provoqué de sérieux dommages dans la ville basse. Progressivement, la muraille antique a pu être abandonnée pour être remplacée par un fossé et une palissade couvrant un espace réduit du quartier Saint-Jean mais sans avoir laissé de traces visibles (Gauthiez 1994 : 5).

2.3.2. Une ville double

20Sous Leidrade, la ville est reconstruite mais M. Rubellin se refuse à parler de « ville nouvelle » (Rubellin in Pelletier et al. 2007 : 155). La rive droite de la Saône reste le quartier le plus important où la population se regroupe autour du groupe épiscopal. Si Agobard nous renseigne sur les activités des juifs dans le commerce à longue distance et mentionne un trafic nord-sud, on ignore où se trouve le quartier commerçant : Artaud signale la découverte de monnaies « carlovingiennes » dans le secteur de Saint-Nizier (rue Lanterne, ancienne rue de la Palme) (Artaud 1846 : 204) et si l’on suppose le maintien d’un passage sur la Saône, on peut suggérer que les commerçants s’étaient installés de part et d’autre du pont. On est désormais assuré de la présence des moniales de Saint-Pierre des Terreaux (lettre de Leidrade) et l’on peut supposer que Saint-Nizier a reçu les reliques des martyrs trop exposés à Vaise au pillage par les troupes de passage. En dehors de l’enceinte, le sud de la Presqu’île renaît avec la création (ou recréation) du monastère d’Ainay à côté de l’ancienne église Saint-Michel : quelques traces d’habitat subsistent aux Célestins comme vers Saint-Vincent, et des chemins mis au jour place des Célestins assuraient une liaison avec le sud et avec l’est de la Presqu’île, même si des dépôts d’inondation sont encore visibles (Arlaud 2000 : 109).

21La topographie ne change guère. Le cours de la Saône n’a pas varié et l’on peut supposer que, par manque d’entretien, les quais n’ont pas partout résisté aux crues conjuguées du Rhône et de la Saône. D’anciennes lones ont pu se rétablir au centre de la Presqu’île où des dépôts du haut Moyen Âge sont signalés place de la République et place des Célestins (Arlaud 2000 : 104 et 117) mais les fouilles de la place des Célestins ont montré la présence d’un habitat et d’une occupation permanente dans ce secteur. Le sud de la Presqu’île, à la même altitude que Saint-Pierre des Terreaux, restait à l’abri des inondations, d’où peut-être les mentions au Xe siècle d’insula que Athanacus vocatur (Bernard 1853 : II, 552, charte 3, XXVI).

22Les limites de la ville n’ont donc guère varié si l’on excepte l’intégration de quelques églises anciennes ou nouvelles. Pour le suburbium, peu de changements sont connus : le monastère de l’Île-Barbe au nord et l’église Saint-Laurent de Choulans au sud subsistent au bord de la Saône, ainsi que sur la colline les églises de Saint-Irénée et de Saint-Just alors qu’aucune trace d’habitat n’a été repérée à Vaise.

23Le burgus est bien situé dans la Presqu’île par la charte de Lothaire II (863) qui précise que les moniales de Saint-Pierre sont installées dans le burgus lugdunensis inter Ararim et Rodanum (MGH, DK : 415 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 146‑147) mais on peut s’interroger sur le sens du mot. La théorie ferait d’un bourg une nouvelle zone habitée, d’abord indépendante de la ville puis intégrée à celle-ci (Gerner 1968 : 26‑27). Dans l’aire septentrionale de l’ancien Empire romain s’était conservé, pour burgus, le sens d’agglomération fortifiée, alors que dans l’aire méridionale le terme pouvait désigner des réalités diverses : faubourg d’une cité, habitat né d’un monastère ou d’un château « bourg castral » (Mehu 2001 ; Gauward, Libera, Zink 2006 : 187). Pour Lyon, les textes sont difficiles à interpréter. Au VIIIe siècle, la Vita Boniti (BHL 1418) décrit les clercs auvergnats se rendant de l’abbaye Saint-Pierre des Terreaux dans la cité, pour voir l’évêque installé dans la même ville (in eadem urbem). D’après les Acta S. Annemundi (AA SS, septembre, VII : 682‑695) et d’après le martyrologe de Florus (IXe siècle) (IV Kal. Oct.) qui reprennent les mêmes termes, l’évêque martyr Ennemond reposait ad Sanctum Petrum (Saint-Pierre des Terreaux ?), église toujours clairement située en ville, in eadem urbe. À l’époque carolingienne, Leidrade restaura des édifices de la rive droite de la Saône mais également ceux de la rive gauche, au nord de la Presqu’île, sans apparemment faire de distinction. En 1167, la domination temporelle de l’évêque s’étendait sur les deux rives de la Saône : il faut attendre la fin du siècle pour que les habitants du burgus soient précisément déclarés cives lugdunenses (Gauthiez 1994 : 14) – mais ils l’étaient peut-être depuis toujours.

24Le burgus, qui était probablement fortifié, se distinguait physiquement de la cité dont il était séparé par la Saône et constituait, par son site et son histoire un quartier à part, une petite agglomération installée autour d’un pôle sacré (un monastère) et militaire. Faudrait-il alors distinguer, d’un côté la cité (civitas) rassemblée autour du groupe épiscopal (rive droite de la Saône), de l’autre le suburbium qui comprendrait Vaise au nord et le burgus (rive gauche) ? Le burgus carolingien aurait alors fait partie du suburbium de la cité comme le suggère P. Ganivet (Ganivet 2000 : 218).

25Les exemples les plus proches seraient celui de l’agglomération ou burgus sancti Martini de Tours, créée au IXe siècle autour de la collégiale Saint-Martin et du quartier canonial, et en opposition avec la cité de l’évêque (Galinié 2007 : 366 ; Marot 2013 : 221 et 223) et celui de Lausanne où la cité épiscopale était séparée par un ravin du burgus comtal (Demotz 2018 : 25). Pourtant, différence avec Lyon, le territoire seigneurial du burgus de Tours, qui fut fortifié au début du Xe siècle, jouissait de l’immunité.

26La dualité de la ville, caractéristique de Lyon à l’époque carolingienne, n’apparaît pas clairement sur la carte de l’habitat civil. Les constructions repérées sont rares mais cette carte a le défaut d’être le reflet de l’état actuel des fouilles avec, par exemple, peu de renseignements sur la ville intra-muros.

27Rive droite de la Saône et rue Tramassac (états 11‑12) (Arlaud et al. 1994 : 49‑50), les nouvelles constructions mises au jour disposent de sols en terre battue ou de dallage, alors que la voie a été repoussée plus à l’ouest au pied de la colline. La céramique, à majorité des vases à cuire en pâte grise, est caractérisée par une persistance des lèvres en bandeau « de la première génération » et par l’absence de fonds lenticulaires (Faure-Boucharlat 2001 : 381). Pour l’îlot Clément V, l’habitat de l’Antiquité tardive est abandonné aux Ve-VIe siècles mais plusieurs murs postérieurs constitués de schistes et de calcaire liés à la terre ne sont détruits qu’au XIIe siècle (Le Mer, Chomer 2007 : 443‑444) et le secteur du parking Saint-Georges est pratiquement abandonné (Ayala 2013 : 158‑159 et 411). Rive gauche et aux Célestins, la fouille a mis en évidence des chemins est-ouest et nord-sud, assez larges et bien empierrés, une épaisse couche d’occupation, de nombreuses fosses (56) d’extraction de matériaux ou dépotoirs ou encore fosses-silos qui remontent à une période située entre le début du VIIe et le début du IXe siècle ; enfin, ont été mis au jour des trous de poteaux (possibles vestiges de cabanes) et des bases de murs liés à la terre. L’abondance de la céramique a permis de distinguer trois ensembles dont le plus récent appartient à la période située entre la fin du VIIIe siècle et le Xe siècle (Arlaud 2000 : 108‑116).

28Quelques sites périurbains font le lien entre la ville et la campagne et affichent une continuité avec les périodes précédentes. Au 54 de la rue Pierre-Audry, qui descend de Trion à Vaise, l’état 4 est daté de la fin VIIIe-IXe siècle grâce aux analyses au radiocarbone, le matériel céramique étant difficile à identifier ; l’abandon est antérieur au milieu du Xe siècle (Faure-Boucharlat 2001 : 34 et 370‑397). À côté de constructions légères en bois (dépendances d’un habitat voisin), s’élève une bâtisse plus vaste et plus solidement construite avec des soubassements de pierre et des élévations de terre. La surface construite est doublée et comporte dorénavant une grande pièce, une nouvelle pièce au sud dont les sols ont été plusieurs fois rechargés ; des foyers, des trous de poteau, des fosses ont également été mis au jour. On serait en présence d’un « établissement résidentiel de qualité » doté d’un certain niveau de confort avec des bâtiments organisés autour d’une cour représentant au total environ 500 m2, d’une grande demeure à plan complexe qui constitue le meilleur exemple archéologique d’une « villa » carolingienne de la périphérie lyonnaise. Pour cet ensemble « plus proche des conditions rurales qu’urbaines » (Faure-Boucharlat 2001 : 371‑378 et 397), le choix du site aurait été fait en fonction de la présence de sources et de la proximité de la voie de l’Océan. La disparition de l’antique fonction funéraire du lieu avait rendu possible le développement de l’habitat d’ailleurs associé à de nouvelles inhumations.

29La population de la ville est difficile à évaluer faute de données précises mais on peut supposer une augmentation notable de la population en raison de l’optimum climatique, de l’absence d’épidémies, de la situation politique, économique et sociale. Si l’on ne tient compte que de la population « cléricale », on arrive à environ 500 personnes : 52 chanoines de la cathédrale, 25 pour Saint-Just et Saint-Irénée, 24 pour Saint-Paul, sans doute autant pour Saint-Nizier et Saint-Georges soit 150, il faudrait ajouter les 42 moniales de Saint-Pierre des Terreaux et les 100 moines de l’Île-Barbe ; on pourrait doubler ou tripler le chiffre global pour tenir compte de la familia de l’évêque et des serviteurs des chanoines et des moines. Au total et au maximum, un millier d’habitants seraient liés à l’Église. Il faudrait ajouter les foyers civils comprenant les commerçants dont les juifs et leurs serviteurs, les artisans, dont des monétaires, tous avec femmes et enfants sans oublier quelques militaires soit entre environ 2 500 et 3 000 personnes de plus. B. Gauthiez est plus pessimiste en ne proposant que 1 500 âmes (Gauthiez 1994 : 14‑15) mais nous proposons un total de 3 000 à 4 000 personnes, soit beaucoup moins que la ville médiévale qui comptait à son apogée 15 000 à 18 000 âmes, mais la superficie habitée était inférieure d’un tiers, surtout dans la Presqu’île, et l’habitat était clairsemé, sauf autour du groupe épiscopal, en partie occupé par des propriétés monastiques ou cléricales.

2.4. Les édifices religieux disparus

30Les édifices religieux sont connus à la fois par des textes et par des données archéologiques. En un demi-siècle, on peut dire que le paysage religieux a changé. La remise en état de la ville a été longue et l’on peut supposer, puisqu’il ne mentionne que celles-là, que Leidrade commença ses travaux en s’occupant des églises de la ville intra-muros. On peut imaginer sur la rive droite de la Saône un quartier épiscopal rénové, où s’amorce la division entre le claustrum des chanoines et le domaine de l’évêque et sur la rive gauche le burgus, qui englobe désormais les anciennes églises funéraires.

31Phénomène nouveau, les reliques pénètrent intra-muros avec la donation par Charlemagne des reliques de Cyprien, Sperat et Pantaléon qui seront d’abord placées derrière l’autel majeur de l’ecclesia (Carmina varia de Florus). De plus, la cité redevient un intense foyer de culture grâce à la présence de maîtres reconnus et le scriptorium de Lyon, « la plus ancienne école calligraphique de France », produit de nombreux ouvrages (Rubellin in Pelletier et al. 2007 : 162‑163). La richesse et la variété de la bibliothèque de Lyon, rassemblée par les évêques de la ville, servirent de base, durant cette période, à la renaissance de la culture régionale.

32Suivant les préceptes de l’institutio canonicorum mise en forme en 816, la réforme carolingienne eut pour effet de bien distinguer les canonici, ou clercs canoniques, des moines : le terme latin, qu’Émilie Kurdziel évite de traduire par « chanoine », car il désignerait l’ensemble des clercs désireux de vivre en communauté (dortoir et réfectoire commun) à l’intérieur d’une clôture, d’appliquer la réforme de la liturgie, de chanter les heures, de former les futurs clercs scholarii et de s’occuper des pauvres et des malades en créant un espace adapté ; elle suppose que cette réforme ne pouvait être appliquée que par des églises dotées de biens importants et suffisants pour entretenir décemment un personnel nombreux (offices de chantres, portier, cellerier…) (Kurdziel 2015 : 204‑205). Nous ajouterons que c’est à Lyon que l’on peut distinguer avec précision les canonici de l’église épiscopale, ceux des anciennes basiliques funéraires extra-muros et ceux d’églises « de rang secondaire » intra-muros. Pourtant, si nous sommes assez bien renseignés sur le nombre des chanoines lyonnais et sur leurs biens grâce au bref de Leidrade et aux Libri Confraternitatum, nous sommes mal renseignés sur leurs fonctions : les chanoines cathédraux devaient assister l’évêque dans ses fonctions liturgiques et administratives, les chanoines des collèges nouvellement créés ou seulement réformés, devaient eux aussi assurer la célébration des offices et chanter les heures. Malgré de nombreuses réticences (Dereine 1953), on pourrait aussi évoquer des responsabilités pastorales : on se replacerait alors mieux dans le cadre d’une possible augmentation de la population et d’une délégation, dès cette époque, de certaines fonctions de l’évêque, en ville comme à la campagne, et l’on comprendrait mieux les raisons de l’installation intra-muros de Saint-Paul et de Saint-Georges. Malheureusement, ces fonctions ne sont pas encore attestées : les textes restent muets sur le rôle des chanoines carolingiens dans la cura animorum mais E. Kurdziel suppose « qu’aux canonici incombaient en effet la pastorale et la cure des âmes » (Kurdziel 2015 : 167‑168, 180‑182, 231‑232 pour l’Italie) : ces fonctions ne seront assumées que plus tard à Saint-Just et à Saint-Irénée et ne seront clairement attestées qu’à l’époque de la réforme grégorienne.

33Les chanoines cathédraux furent sans doute créés par Leidrade au nombre de 52 (bref de Leidrade) et pourvus de nombreux biens ; l’évêque les installa dans un claustrum, ce qui suggère une clôture, où ils habitaient tous dans une même maison, in quo nonc omnes sub uno conclavi, manere noscuntur, maison dont on ignore la localisation, mais que l’on situerait plutôt au sud de la cathédrale, là où l’évêque dispose de place. Une des églises du groupe épiscopal leur était attribuée, mais s’ils étaient parfois désignés comme chanoines de Saint-Étienne et de Saint-Jean, ils apparaissent seulement comme chanoines de Saint-Étienne dans le Liber Confraternitatis de la Reichenau (MGH, Libri Confraternitatum… : 257‑259) (Vregille in Gadille 1983 : 34). On ignore où l’évêque installa sa domus ecclesiae qui comportait une maison à étage cum solario pour recevoir l’empereur (voir plus bas le chapitre sur la Manécanterie 3.2.3.1). Dans le domaine religieux, la spécificité liturgique de l’Église lyonnaise est renforcée, mais nous ne savons pas comment elle pouvait se concrétiser dans l’agencement des édifices religieux.

34Les anciennes basiliques funéraires sont désormais attribuées à des collèges de chanoines qui succèdent aux groupes informels de clercs déjà existants, comme à Saint-Nizier et à Saint-Just, alors qu’un même collège réunit les clercs de Saint-Irénée et de Saint-Just. L’ordo regularis est lui aussi réformé dans un souci d’unification et sous l’impulsion de Benoît d’Aniane. Les anciens monastères qui suivaient leur propre règle doivent suivre la règle bénédictine, comme à l’Île-Barbe, sous l’impulsion de moines venus de l’extérieur ; un monastère est recréé (ou créé ?) au sud de la Presqu’île, à Ainay.

2.4.1. Le groupe épiscopal, noyau dur de la renovatio carolingienne

35Le groupe épiscopal, connu par les textes et par l’archéologie, est toujours constitué de trois églises partiellement reconstruites mais le baptistère a disparu.

2.4.1.1. Rappel des textes

36Les textes sont à nouveau utilisables et mentionnent deux églises du groupe épiscopal : Saint-Jean considérée sans doute depuis Patiens comme la maxima ecclesia et Saint-Étienne, pour nous, la cathédrale primitive (Coville 1928 : 448‑456 ; Février et al. 1986 : 22‑26 ; Reynaud 2014a : 149).

37Écoutons Leidrade : […] maximam ecclesiam que est in honorem sancti Johannis Baptiste a novo operuerim et maceria ex parte erexerim, « j’ai ainsi recouvert à neuf la grande église de cette cite dédiée à saint Jean-Baptiste et j’ai relevé en partie les murs de clôture » ; ce terme « mur de clôture » (traduction Rubellin 2003 : 150) a le mérite de la neutralité. Une autre traduction soulignant le caractère ruiné de ces murs est plus probable et l’archéologue, sachant que la reconstruction, assurée pour l’abside, a pu toucher au moins partiellement le reste de l’église, pourrait suggérer le terme « murs gouttereaux » qui s’appliquerait mieux à une reconstruction de l’édifice ; cette traduction est approuvée par A. Dubreucq. Les travaux ont également concerné le décor décrit dans un poème de Florus (Carmina varia, col. 259) où il mentionne les reliques des martyrs Cyprien, Spérat et Pantaléon. Florus y oppose les parties basses de l’aula, dont l’autel est consacré à Jean-Baptiste et où ont été déposées des reliques des martyrs, et les parties hautes où un décor, de fresques ou de mosaïques, figure le Christ entouré du tétramorphe, l’Agneau, la Jérusalem céleste et les fleuves du Paradis ainsi que le baptême du Christ (Stern 1967 : 118‑119). Enfin, dans le poème Titulus altaris attribué à Agobard, Florus décrit un autel, sans doute celui de Saint-Jean, où avaient été employés des matériaux précieux comme l’or, l’argent et le cyprès odoriférant (MGH, Poetae Latini, II : 546). M.‑C. Isaïa insiste sur l’importance de ces reliques africaines qui faisait de la cathédrale « un monument narratif, avec une surenchère d’inscriptions et de symboles, d’ornements et de décorations » (Isaïa in Barbarin 2011 : 326).

38Leidrade répare aussi la toiture de l’église Saint-Étienne : tegumentum de novo reparui. L’église Saint-Étienne est mentionnée dans le Liber confraternitatis de la Reichenau et le diacre Florus écrit également un poème dédié à l’autel de saint Étienne, patron de l’église (Florus, Carmina varia : col. 257‑258). Leidrade fait enfin construire un claustrum où les clercs demeurent tous dans une même maison. Depuis la révision des dates de construction du grand arc sud de la Manécanterie qui ne serait pas carolingien (voir plus haut), on ne peut plus affirmer que les parties anciennes de ce bâtiment appartenaient à la maison commune ou au palais construit pour Charlemagne mais, nous le verrons, les parties hautes du mur, au-dessus de l’arc inférieur, comportent manifestement des ouvertures dont les claveaux alternés de briques et de pierres suggèrent un édifice carolingien. Par ailleurs, vu l’ambiguïté du terme claustrum, on ne peut affirmer, en attendant des fouilles, que les bâtiments canoniaux, dont ne subsiste qu’un mur de la Manécanterie, étaient organisés autour d’un cloître à galerie (Picard 1994 : 271‑273).

39Enfin Leidrade ne dit rien d’un éventuel baptistère, peut-être disparu, ni de Sainte-Croix, alors que cette dernière église est attestée archéologiquement : on peut supposer que, plus récente, elle ne nécessitait pas encore de réparations urgentes.

2.4.1.2. Données archéologiques : Saint-Jean*, disparition du baptistère, Saint-Étienne*, Sainte-Croix*, le claustrum et les domus episcopales

40Une très faible partie de Saint-Jean et de Saint-Étienne a été fouillée dans les années soixante-dix (dir. J.‑F. Reynaud) : très partiellement pour l’abside de Saint-Jean et pour un mur de la nef de Saint-Étienne, alors que les données sur Sainte-Croix sont un peu plus étendues. Seule l’abside de Saint-Jean et une partie du mur gouttereau nord de Sainte-Croix sont partiellement conservées en élévation. Nos connaissances, encore sommaires, des édifices carolingiens se sont donc améliorées et les données archéologiques suggèrent l’abandon du baptistère et peut-être l’intégration du bâtiment à l’église Saint-Étienne (fig. 36).

Fig. 36 – Groupe épiscopal : plan de l’état 4 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 36 – Groupe épiscopal : plan de l’état 4 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Saint-Jean

41La maxima ecclesia sancti Johannis Baptistae, mentionnée par Leidrade dans sa lettre à Charlemagne (Coville 1928 : 283‑287), a sans doute hérité du vocable de l’ancien baptistère au moment de sa disparition (voir plus bas). Les données de l’archéologie restent limitées et nous ne connaissons toujours que l’abside reconstruite au même emplacement, au-dessus des niveaux du Ve et du VIIe siècle (fig. 37). Repérée en 1899 et en 1935, à l’emplacement de la croisée du transept actuel, l’abside a été à nouveau étudiée par nos soins grâce à quatre sondages effectués dans la crypte archéologique en 1975 et 1983 (Sachet 1914‑1918 ; Macé 1936 ; Reynaud 1998 : 78‑83).

Fig. 37 – Saint-Jean : plan et coupe de l’abside primitive (Ve-IXe-XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 37 – Saint-Jean : plan et coupe de l’abside primitive (Ve-IXe-XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

42Large de 0,86 m, le mur de l’hémicycle est désormais connu sur 9 m de longueur et sur 2,68 m de hauteur dont environ 1,70 m en élévation, mais une brèche a été creusée à peu près dans l’axe pour installer le chauffage après la découverte de l’abside à la fin du XIXe siècle. Un calcul approximatif de la courbure totale de l’abside donne un diamètre intérieur d’environ 13 m. Sur la coupe et sur l’élévation extérieure, on constate que le mur est construit en moellons irréguliers mais bien assisés : la liaison est faite par un mortier blanc à peine teinté de tuileau et aux joints légèrement couvrants. À l’intérieur, le parement est couvert d’un double enduit, l’un blanc, l’autre légèrement teinté de tuileau. Un trou de section carrée (0,17 m de côté), visible dans la partie sud du mur, a sans doute été laissé par la disparition d’une poutre destinée à raidir la structure à l’emplacement d’une anomalie provoquée dans le sous-sol par la présence, au milieu de l’abside, d’un égout romain de direction est-ouest. À cette époque appartient également un sol en mortier de tuileau qui couvre la totalité de l’espace étudié et surmonte des niveaux de chaux et de terre qui appartiendraient à des remblais carolingiens à partir de h = 165,60 m NGF. Ce sol comporte un radier de moellons et de galets liés par de l’argile puis par un mortier blanc avec en surface, une couche de mortier de tuileau bien lissée. Au sud le sol se situe à h = 166,80 à 166,90 m NGF, au nord, il s’est affaissé de près de 0,40 m. Nulle part la liaison n’est établie entre le sol et le mur de l’abside, le sol ayant été coupé par le doublage intérieur roman.

43Dans le sondage effectué à l’est de l’abside, le mur carolingien est posé sur le mur précédent à 165, 90 m ; aucun ressaut de fondation n’est visible à l’extérieur du mur où après une sorte de courte tranchée de fondation, se superposent des remblais contemporains de la construction et postérieurs. Le sondage effectué à l’ouest, près du mur de chaînage des fondations du transept de la cathédrale romane, montre un bloc du sol en mortier de tuileau affaissé lors de l’installation du chaînage postérieur (couche 3). Faute d’avoir fouillé le reste de l’église, on ne connaît toujours pas l’orientation précise de l’édifice, sans doute légèrement oblique par rapport à la cathédrale romano-gothique (voir plus bas).

44Grâce aux textes et à l’archéologie, on peut imaginer une cathédrale imposante par sa taille puisque, d’après le tracé de l’abside, la nef centrale pourrait avoir environ 13 m de large et une cathédrale remarquable par son décor de fresques (ou de mosaïques), décrit par Florus dans l’abside. Sa façade pourrait se situer au niveau de la deuxième travée actuelle si l’on tient compte des anomalies de l’élévation gothique et des modifications de la façade de Saint-Étienne.

45L’architecture carolingienne étant très mal connue dans la région, le mur de l’abside de la cathédrale servirait plutôt de référence pour retrouver d’éventuelles structures carolingiennes. Les comparaisons régionales les plus évidentes sont à faire avec le mur gouttereau nord de Sainte-Croix où l’on constate la même absence d’arases de briques, le même lissage de surface du sol de tuileau situé à un niveau proche de celui de Saint-Jean (165,75 m NGF à Sainte-Croix et 165,80 m à Saint-Jean) ; les murs de la partie occidentale de l’église Notre-Dame de l’abbaye de Savigny présentent les mêmes caractères (Puel 2019). Les dimensions impressionnantes de l’abside s’expliquent par celles de l’abside du Ve siècle sur laquelle elle s’appuie, alors qu’à Genève le mur primitif de l’abside de la cathédrale nord est renforcé par une structure puissante qui le double à l’extérieur (Bonnet 2012 : 144‑146).

46Une datation précise en chronologie absolue est impossible, les différentes couches en place ne contenant de bas en haut que de la sigillée claire du Ve siècle ; en chronologie relative, la reconstruction se situe entre le VIIe et le XIe siècle. Cette reconstruction assez radicale, qui a sans doute touché également les murs gouttereaux, clausuras, pourrait donc bien être attribuée à Leidrade (fin VIIIe-début IXe siècle) même si ses successeurs ont pu poursuivre son œuvre.

47Quelques fragments de barrière de chancel ont été récupérés lors des travaux anciens, dont celui qui figure dans l’ouvrage de Sachet (1914‑1918 : vol. 1, 38) et qui est sculpté sur les deux faces : d’un côté un décor de carrés associés à des rosaces et des hélices à pales et de l’autre seulement des hélices à pales ; ce type de décor rappelle un fragment (n° 681) provenant de la crypte de Saint-Irénée. N. Reveyron et G. Macabéo, lors des travaux de nettoyage et de restauration de la cathédrale, ont découvert dans les combles de la chapelle Saint-Pierre des fragments de barrière de chancel à décor d’entrelacs qui présentent des rinceaux d’hélices à pales semblables à ceux trouvés lors de l’installation du calorifère en 1899 (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 38 ; Macabéo, Reveyron 1996 : 353‑356 ; Reveyron in Barbarin 2011 : 57).

La disparition du baptistère

48La continuité d’occupation du baptistère pose problème. Deux indications textuelles nous incitent à penser que le baptistère de Lyon, à l’image de celui de Genève, a été abandonné à l’époque carolingienne. En effet, dans sa lettre à Charlemagne, Leidrade mentionne deux églises, l’une dédiée à Saint-Jean (et non un baptistère) et l’autre dédiée à Saint-Étienne (Coville 1928 : 283‑287). La réponse de Leidrade à l’enquête de Charlemagne sur les usages concernant le baptême indique clairement que si l’on pratique la triple immersion, elle s’applique essentiellement à des enfants (Rubellin 2003 : 31‑51) : de simples fonts baptismaux sont alors suffisants.

49Cet indice est appuyé par la présence d’une couche de démolition du baptistère et par le comblement de la cuve baptismale ; ces couches sont entamées par un muret aux parois liées par de l’argile qui délimite, à l’ouest du socle de la cuve, une zone dont le fond est garni de fragments de briques ou de tuiles. C’est au-dessus de ce niveau que des vases à fonds marqués ont été retournés comme pour un drainage de la zone (fig. 38). La cuve était donc abandonnée avant le milieu du Xe siècle, date de l’apparition de la céramique à fonds marqués et sans doute dès le début de l’époque carolingienne. Soit le baptistère avait disparu, soit le bâtiment avait changé de fonction et, nous allons le voir, avait été rattaché à Saint-Étienne.

Fig. 38 – Saint-Étienne : coupe est-ouest montrant l’abandon de la cuve (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 38 – Saint-Étienne : coupe est-ouest montrant l’abandon de la cuve (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Saint-Étienne

50Les données archéologiques, toujours très partielles, sont également difficiles à interpréter (fig. 7, 8 et 25) : à l’ouest de la rue Saint-Étienne et au droit de la façade gothique de Saint-Jean, le mur de gros blocs qui constituait les fondations de la partie orientale de la cathédrale primitive est modifié. Une structure qui dessine à l’intérieur un arc incurvé vers le sud, se termine à l’ouest par un mur droit dont l’appareil irrégulier, lié par un mortier de couleur orangé, est installé au-dessus de gros blocs, comme à la chapelle d’axe carolingienne de Saint-Just ; le sol (166,50 m NGF) est à peu près à la même hauteur que le sol carolingien de Saint-Jean et de Sainte-Croix. À partir de ces indices, on pourrait, au sud, reconstituer une tour de façade qui, par comparaison avec la cathédrale de Rouen, aurait été accompagnée d’une deuxième au nord. J. Le Maho a mis au jour, en 1987, des vestiges de constructions carolingiennes à l’ouest de l’église Saint-Étienne du groupe épiscopal, église affectée aux chanoines par l’archevêque Remedius avant 782. La façade occidentale fut alors dotée d’un avant-corps aux fondations puissantes (« grosses pierres de libage »), entouré de deux tourelles circulaires de 3,70 m de diamètre extérieur qui devaient desservir « un oratoire ou une tribune au-dessus de l’entrée » (Le Maho 1994 ; Le Maho in Sapin 2002 : 281‑295). De semblables tourelles d’escalier se retrouvent aussi plus tard (milieu du Xe-début du XIe siècle) dans les massifs occidentaux germaniques à Gernrode, Paderborn, Minden (Lobbedey in Sapin 2002 : 67‑75). À Lyon, les éléments observés suggèrent la période carolingienne, mais il est impossible de fournir plus de précision.

51Si la façade occidentale était à cet emplacement, c’est toute l’église qui aurait été très nettement déplacée vers l’est. Un mur nord-sud, repéré à l’angle nord-ouest du baptistère sur 6 m de longueur et construit en moellons irréguliers sur 0,80 m d’épaisseur, pourrait se situer entre le VIIe et le Xe siècle et donc appartenir à cette époque ainsi qu’une réfection de l’angle nord-est de celui-ci. Une hypothèse, certes fragile, ferait de l’ancien baptistère réaménagé le chevet de l’église Saint-Étienne dont les nefs auraient une trentaine de mètres de longueur pour environ 18 m de largeur entre Sainte-Croix et Saint-Jean.

Sainte-Croix

52Peut-être faute de réparations à effectuer au moment des travaux de Leidrade, l’église Sainte-Croix est ignorée des textes, sauf, nous l’avons vu, de la liste épiscopale tardive qui fait le lien entre l’évêque Arigius, mort en 615, et la troisième église du groupe épiscopal.

53L’église est partiellement connue en fondation sous l’ancienne rue Mandelot mais aussi en élévation dans la maison du n° 4 à l’ouest de la même rue et dans le prolongement du bas-côté nord. Les murs et les lambeaux de sol en mortier de tuileau qui ont été mis au jour déterminent une église dont la largeur, qui était déjà celle du VIIe siècle, a été conservée au XVe siècle (fig. 26, 36 et 39).

Fig. 39 – Sainte-Croix : sol de tuileau coupé par des sépultures tardives (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 39 – Sainte-Croix : sol de tuileau coupé par des sépultures tardives (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

54Sous la rue Mandelot, les modifications sont importantes : on peut supposer que le mur nord de l’église (mur 88) est reconstruit au-dessus des fondations mérovingiennes mais une reprise en sous-œuvre nous a interdit toute analyse des parties basses du mur (fig. 26). La partie haute de la semelle de fondation, qui atteint 0,90 à 1 m de largeur, est faite de blocs de choin remployés et placés transversalement : 5 dalles de 0,50 m de largeur sur 0,30 à 0,35 m d’épaisseur et jusqu’à 1,40 m de longueur ; la partie supérieure des dalles constitue un ressaut à 165,75 m NGF. Les blocs sont encore surmontés de deux ou trois assises de moellons irréguliers de 0,85 m de largeur liés par un mortier blanc et dur. Un enduit blanc recouvre la paroi intérieure.

55Au sud, trois à quatre assises de petits moellons (mur 3) pourraient appartenir à la construction carolingienne. Un sol à h = 165,70 m NGF est constitué d’un radier de moellons et de galets lié par un mortier gris surmonté d’une mince couche de tuileau lissé en surface de 1 à 2 cm ; un fragment décoré d’entrelacs était inclus dans le radier. Le sol était partiellement conservé dans les lacunes laissées par les tombes postérieures (fig. 39 et 42).

Fig. 40 – Sainte-Croix : relevé du mur gouttereau nord (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 40 – Sainte-Croix : relevé du mur gouttereau nord (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 41 – Sainte-Croix : élévation du mur nord (vue d’ensemble dans la maison et sa fondation sous la rue) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 41 – Sainte-Croix : élévation du mur nord (vue d’ensemble dans la maison et sa fondation sous la rue) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 42 – Sainte-Croix : entrelacs inséré dans le sol de tuileau (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 42 – Sainte-Croix : entrelacs inséré dans le sol de tuileau (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

56Dans la maison du n° 4 de l’ancienne rue Mandelot, nous avons pu fouiller une partie du sous-sol et décaper l’élévation du mur gouttereau nord qui a fait apparaître, au-dessus de fondations faîtes de blocs de remploi, un mur de moellons irréguliers percé d’une porte à arc de pierres et briques alternées (fig. 40 et 41). Au sud de la porte, le sondage a permis de faire le lien avec la fouille de la rue. En fondation, le mur repose sur des blocs en légère saillie vers l’intérieur, à h = 165,68 à 165,75 m NGF. Conservé en élévation sur toute la hauteur de la pièce, il atteint 0,84 m de largeur et est construit en petit appareil irrégulier (schiste, granite, calcaire) et régulièrement assisé. Le mortier est gris clair, légèrement teinté de tuileau et de dureté moyenne. La porte ancienne, bien liée au mur, est relativement grande (1,80 m de large pour 2,60 m de hauteur). Les piédroits sont en moellons irréguliers. L’arc est fait de claveaux de brique (0,32 m de longueur pour 0,05 m de large) et de calcaire blanc (pierre de Seyssel ou de Nîmes). Le piédroit occidental, le mieux conservé, présente une ouverture nettement outrepassée. Aucune trace d’arases de briques n’est visible sur la partie étudiée où le mur a été entaillé par l’ancrage de supports gothiques et par une petite porte de même époque. Un sol en mortier de tuileau situé à la hauteur du ressaut présente la même configuration que sous la rue voisine. Au-dessus du sol, une couche de terre noire peu épaisse (1 à 2 cm), tassée et feuilletée, évoque une occupation d’une certaine durée.

57En dehors de l’abside du VIIe siècle, on ne sait rien des structures situées à l’est de la rue Mandelot qui ont été détruites par les constructions romanes et nous n’avons pas pu fouiller plus à l’ouest.

58On s’interrogera sur l’absence de fondations correspondant aux stylobates ou aux piliers d’une éventuelle nef centrale : un stylobate continu est exclu mais de petites semelles de fondations d’éventuels piliers supportant de grandes arcades sont possibles à l’emplacement des fondations des piliers postérieurs. Certes, on peut imaginer que dès l’origine, l’église du VIIe siècle n’ait comporté qu’une nef, à l’instar de Saint-Pierre de Vienne ou de Saint-Maurice d’Agaune, mais ici la largeur de l’édifice atteindrait environ 17 m intra-muros, ce qui est beaucoup, mais encore dans les limites du possible. La tradition des églises à nef unique n’étant pas établie à Lyon aussi solidement qu’à Vienne, on serait tenté de reconstituer une église d’assez grande taille pourvue de trois nefs.

59On peut dater cette église de l’époque carolingienne d’après les fondations de blocs de remplois de dimensions plus réduites mais surtout disposées différemment de celles de l’époque paléochrétienne, d’après l’élévation en appareil irrégulier, d’après le type de mortier proche de celui de Saint-Just (chapelle d’axe) et de Saint-Jean, d’après le sol en mortier de tuileau et d’après l’arc outrepassé et composé d’une alternance de pierres et de briques ; type d’ouverture que l’on retrouve aux murs ouest et sud de l’église Sainte-Marie de Savigny (Puel 2013 : II, 586‑588). Des datations par luminescence et archéomagnétisme auraient été bienvenues mais la présence d’un fragment d’entrelacs dans le sol de tuileau interdit une époque antérieure à l’époque carolingienne (fig. 42). Enfin, le fait que Leidrade ne mentionne pas cette église dans sa lettre suggère que l’église a été reconstruite après la fin de son épiscopat, au cours du IXe siècle ou au plus tard au Xe siècle (Reynaud 1994).

Le claustrum et les domus episcopales

60Si un collège de chanoines et son claustrum ont été créés par Leidrade, on ignore tout ou presque, nous l’avons vu, des bâtiments canoniaux, de l’existence ou non d’un cloître à galerie, de l’emplacement de la maison commune et d’une probable clôture (Picard 1994 : 371‑373), mais nous pouvons examiner la possibilité d’un grand bâtiment disparu : réfectoire des chanoines ou auditoire de justice de l’évêque à partir de rares données textuelles et archéologiques

61Leidrade a reconstruit les domus episcopales, l’une en ruines, l’autre dotée d’un solarium (terrasse ?) pour recevoir l’empereur (Coville 1928 : 285). Le seul vestige supposé carolingien, trouvé à proximité de la cathédrale, est le mur sud de la Manécanterie qui est, en fait, la façade nord d’un édifice plusieurs fois restauré si l’on en croit les nombreuses ouvertures visibles en élévation mais il faut en distinguer les parties basses et les parties hautes. À sa base s’ouvrait un arc monumental à claveaux alternés de grandes briques et de pierres que nous supposons remonter aux VIe-VIIe siècles (voir 1.2.2.1) (Vialettes 1995) (fig. 43). Les parties hautes du mur construites au-dessus de cet arc présentent la trace de trois ouvertures caractérisées par une alternance de claveaux en pierre et en briques. Ces ouvertures ont été remplacées postérieurement par d’autres de même type, dont trois encore visibles en façade, mais placées un peu plus bas et dont l’appui devait être à environ 5 m de hauteur par rapport au sol actuel et le sommet de l’arc à 7 m. Une porte plus petite qui ouvrait vers le nord, présente, à l’extrémité sud de la galerie occidentale du cloître, la trace d’une alternance de claveaux de pierre et de brique. Malgré l’absence de toute étude concernant les parties hautes de ce mur, on peut supposer, d’après leur type, que ces ouvertures appartenaient à un grand bâtiment plusieurs fois remanié à l’époque carolingienne. On peut aussi envisager des ouvertures de l’état précédent remaniées à l’époque carolingienne.

Fig. 43 – Manécanterie : relevé du mur sud de l’actuelle Manécanterie, autrefois mur nord d’un ancien édifice est-ouest avec des ouvertures carolingiennes (à partir de la photogrammétrie réalisée par N. Morelle ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 43 – Manécanterie : relevé du mur sud de l’actuelle Manécanterie, autrefois mur nord d’un ancien édifice est-ouest avec des ouvertures carolingiennes (à partir de la photogrammétrie réalisée par N. Morelle ; DAO C. Ybard, SAVL).

62Pour bien saisir le rôle de ce mur, il faut bien comprendre qu’en le regardant, nous sommes, actuellement, à l’extérieur de la Manécanterie mais que nous serions, en remontant le temps, à l’intérieur d’un grand bâtiment orienté, situé plus au sud. Un examen attentif de la vue du quartier Saint-Jean par l’anonyme Fabriczy (peintre flamand Hendrick Gysmans) (XVIe siècle), de la gravure d’Israël Silvestre ou du fonds Picornot (fig. 153 infra), suggère en effet l’existence d’un bâtiment rectangulaire est-ouest qui s’élevait au sud de la Manécanterie (le mur sud de la Manécanterie serait le mur nord de ce bâtiment). Il était doté de deux niveaux et d’une façade occidentale à pignon au-dessus d’un oculus, de trois fenêtres et d’une porte centrale à l’étage auquel on accédait par un escalier à double volée ; la hauteur respective des toitures indique que ce bâtiment était plus haut que la Manécanterie voisine. Après sa disparition au XVIIIe siècle, lors de la construction de la Grande Manécanterie, seul le mur nord et ses ouvertures ont été conservés et sont encore visibles. À partir d’une reconstitution des bâtiments canoniaux effectuée par N. Mathian où figure un grand bâtiment est-ouest au sud du cloître reconstruit (Mathian 1992 : 60 et III, 5) (fig. 44), nous proposons que les chanoines aient surélevé des structures appartenant à un bâtiment ancien, qui aurait été une grande salle de réception de l’évêque avant de devenir un auditoire de justice, pour créer une grande salle destinée à la vie commune, réfectoire ou dortoir. Pour l’hypothèse d’une domus episcopalis, nous manquons d’arguments archéologiques.

Fig. 44 – Plan d’ensemble du « cloître » Saint-Jean avec l’auditoire de justice (in Mathian 1992 : 60).

Fig. 44 – Plan d’ensemble du « cloître » Saint-Jean avec l’auditoire de justice (in Mathian 1992 : 60).

63Un autre problème est de savoir si cette salle était adossée à un cloître à galerie. La place était disponible et le grand bâtiment rectangulaire pouvait s’adosser à une galerie. Un argument, certes insuffisant en l’absence de fouilles extensives dans le secteur, suggère l’existence d’une galerie dès une époque assez haute : la petite porte décrite plus haut (à droite sur l’élévation de la fig. 43) ouvrait autrefois sur un espace qui correspond à la seule galerie subsistante, qui certes remonte au XIVe siècle mais qui a dû succéder à une galerie romane et peut-être à une galerie carolingienne. Seules des fouilles et une véritable étude des élévations pourraient apporter des compléments de réponse.

2.4.2. D’autres églises possibles : Saint-Romain, Saint-Genis, Notre-Dame de la Saunerie

64Durant cette période, ces édifices qui ne sont mentionnés qu’une fois par des textes, ont disparu, ont changé de vocable ou de fonction et nous ignorons presque tout de leur aspect ancien.

2.4.2.1. Saint-Romain

65Situé au sud du groupe épiscopal, l’hôpital Saint-Romain est connu par le bref de Leidrade (fig. 1, n° 17) (Coville 1928 : 288), ad hospitale quoque sancti Romani, habet colonicas vestitas XXII. Il pouvait comprendre une chapelle, peut-être plus ancienne (voir plus haut 1.3.3.1) et reconstruite à cette époque (Gerner 1968 : 336). On pourrait rattacher sa création au rôle de charité et de soin des malades assumé par les chanoines.

2.4.2.2. Saint-Genis puis Saint-Barthélemy

66L’édifice était situé à proximité du rempart nord de la ville, près de l’intersection entre l’actuelle montée Saint-Barthélemy et le chemin de Montauban (fig. 1, n° 11).

67Un hôpital ou xenodochium dédié à Saint-Genis d’Arles est mentionné par le bref de Leidrade (Gerner 1968 : 305 ; Coville 1928 : 288), et ad hospitale Sancti Genesii habet colonicas vestitas VI. Vu la proximité topographique, on serait tenté de rattacher cet hôpital aux chanoines de Saint-Paul. Si l’on peut douter de fonctions paroissiales pour cette époque reculée, on pourrait être tenté de voir une évolution d’un statut hospitalier à la cura animorum dans le passage du vocable de Saint-Genis à Saint-Barthélemy, à l’époque d’Agobard qui avait des liens étroits avec l’évêque Barthélemy de Narbonne. M.‑C. Guigue utilise pour Saint-Genis le terme « église » avec « titre de paroisse » (mention d’une ecclesia Sancti Genesii de l’époque de l’évêque Rémy au milieu du IXe siècle) (Guigue 1867 : 176, n° 3 ; 1888 : 92‑112 ; Gerner 1968 : 29 et 321). Il semble en effet, d’après l’enquête menée par Simone Wyss, que l’évêque de Narbonne avait obtenu à Lipari des reliques de son saint patron et qu’il les avait largement distribuées, en particulier à Lyon (voir plus bas) (Wyss 2005 : 18). À condition qu’elles aient vraiment existé, les fonctions paroissiales disparaîtraient quand l’église Saint-Paul fut secondée par l’église Saint-Laurent, à son tour paroissiale pour ne plus abriter que l’obediencia Sancti Genesii qui comportait une recluserie sous le vocable de Saint-Barthélemy (Guigue, Guigue 1886 : 92‑112) et qui figure sur le Plan scénographique et sur la Grande Vue de Simon Maupin.

2.4.2.3. Notre-Dame de la Saunerie (ou de la Saônerie)

68Depuis la fondation de l’hôpital par Childebert en 549, les textes sont pratiquement muets sur l’ancienne chapelle dédiée à Notre-Dame (fig. 1, n° 12). D’après Guigue, l’hôpital desservi par des clercs semble avoir acquis son indépendance à la fin de l’époque carolingienne, avoir constitué une obéance dotée de nombreux biens et avoir obtenu des fonctions curiales avant d’être soumis au chapitre de Saint-Paul vers 1110 et constituer une obéance dotée de nombreux biens (Duplain, Giraud 1899 : 25‑26 ; Guigue 1874‑1875 : VI‑VII et 183‑328).

2.4.3. Le rôle des chanoines

69La grande innovation provient de la création de collégiales intra-muros comme celles de Saint-Georges et de Saint-Paul et la transformation des basiliques funéraires en collégiales. Les Libri confraternitatum mentionnent les chanoines des nombreuses églises collégiales de Lyon, y compris ceux de Saint-Nizier (une vingtaine cités vers 830) (Reveyron 2005 : 212).

70On ignore, nous l’avons vu, si les chanoines avaient des fonctions curiales mais un argument peut être trouvé dans le fait que, en 901, Egyl « notaire de Saint-Paul » serait le prêtre Egil de l’obituaire de Saint-Paul (Ganivet in Charansonnet et al. 2015 : 645).

2.4.3.1. Collégiales intra-muros : Saint-Paul et Saint-Georges

71Situer ces collégiales intra-muros suppose que l’on admette l’existence d’une enceinte réduite qui aurait, nous l’avons vu, englobé ces deux églises au moins à l’époque carolingienne.

Saint-Paul

72L’église est reconstruite mais il est impossible, faute de véritables fouilles, d’avoir une idée précise de ces travaux. Les textes sont assez clairs : le collège des chanoines compte 17 membres (bref de Leidrade) (Coville 1928 : 288). La toiture de l’église est refaite par Leidrade, de novo operta est. On ignore tout de l’église carolingienne et l’on hésite à attribuer à cette époque le sol en mortier de tuileau qui, d’après le chanoine Greppo, recouvrait toute la surface de l’église (archives de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, communication en 1762, ms. 81). La petite abside occidentale, signalée en 1835 sous le clocher-porche par A. Benoît, pourrait avoir été construite à cette époque. Quant aux mosaïques, dont nous ne connaissons pas le niveau, elles pourraient être romaines, carolingiennes ou romanes (Meynis 1883 : 22 ; Reynaud 1998 : 192 ; Martin 1908‑1909 : vol. 1, 174). L’ensemble devait comprendre des bâtiments pour la vie communautaire et être fermé d’un mur de clôture.

Saint-Georges

73Les données archéologiques sont muettes sur cette église reconstruite par Leidrade qui y installe des chanoines (Coville 1928 : 283‑287 et 523‑522). L’église est sans doute alors située intra-muros.

2.4.3.2. Basiliques funéraires devenues collégiales : Saint-Just*, Saint-Irénée*, Sainte-Marie (plus tard Notre-Dame de la Platière), Saint-Nizier

74Au cours du IXe siècle, les anciennes basiliques funéraires deviennent des collégiales mais, dans sa lettre, Leidrade les ignore et commence la restauration des lieux de culte par la ville intra-muros ; elles ne sont guère citées avant le milieu du siècle. Si de nouveaux bâtiments ont été construits à cette époque, ils n’ont laissé de traces qu’à Saint-Just.

Saint-Just

75Sous l’évêque Agobard, est mentionné un collège de chanoines commun avec Saint-Irénée dont le but est toujours d’assurer le culte des martyrs et des saints sans qu’il soit encore question de culte paroissial, la colline étant, nous l’avons vu, abandonnée (fig. 1, n° 22) (Guigue 1885‑1893 : I, 6‑8, n° 3). L’évêque Rémy restaure le monastère en 868, le temporel est reconstitué et le nombre des chanoines fixé à 14. Les textes restant dans une totale imprécision concernant les édifices, il nous reviendra donc d’évaluer l’ampleur des travaux réalisés par le chorévêque Audinus. La fouille a montré que la basilique a peut-être été reconstruite et en tout cas profondément transformée à l’ouest. Se rattachent à cette période une chapelle d’axe, à l’est de l’abside polygonale et un bâtiment au sud du transept. Une vaste nécropole, un peu plus récente, a pu être étudiée en liaison avec la chapelle d’axe.

76Pour mieux situer cette église dans l’espace, il faut rappeler les deux basiliques précédentes construites, sur le même emplacement, au-dessus d’un quartier romain artisanal abandonné : la première (début du Ve siècle) était composée de trois nefs et d’une abside semi-circulaire, la seconde, qui conservait les nefs anciennes, désormais entourées de portiques latéraux, se prolongeait vers l’est par un transept débordant et sur la pente par une abside polygonale ; des salles souterraines ou cryptes, situées aux extrémités du transept et à l’extrémité occidentale des bas-côtés avaient sans doute abrité les tombes des évêques de Lyon du Ve siècle (Reynaud 1998 : 87‑135).

Une nouvelle église ? (fig. 45 et 46)

Fig. 45 – Saint-Just : plan des vestiges toutes époques confondues (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 45 – Saint-Just : plan des vestiges toutes époques confondues (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 46 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 3 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 46 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 3 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

77L’église carolingienne reste mal connue, les structures carolingiennes ayant été laminées par l’église romane. L’édifice conserve en fondations beaucoup d’éléments anciens appartenant à l’église précédente (voir plus haut 1.2.2.2) mais on peut envisager des reprises de murs et d’importantes transformations au niveau du transept et de la nef : au-dessus de h = 250,65 m NGF, le chaînage de l’abside de Saint-Just II est repris par une structure qui comprend des briques placées en arêtes de poisson (fig. 47). On retrouve le même schéma au piédroit sud de la porte donnant accès à la crypte sud et dans l’amorce nord de la voûte de la crypte nord, structures que l’on placerait plutôt au IXe siècle, avec pour seul argument le fait qu’il s’agit des premières réfections après Saint-Just II et que les suivantes ont disparu. La porte d’accès à la crypte sud pourrait alors appartenir à cette époque, d’autant que sa position (h = 249,50 m NGF) correspond plus à des niveaux récents, voire carolingiens tardifs, qu’à des niveaux paléochrétiens. À la croisée du transept, deux murs, un au nord et un au sud, viennent relier les supports est et ouest de la croisée du transept. Le chaînage de la croisée du transept est doublé au nord et au sud d’un mur relativement épais (0,70 m de large et 1 m avec le ressaut de fondation). Ce mur renferme de nombreux remplois d’époque paléochrétienne. Plus à l’ouest, le chaînage de la nef centrale est également doublé mais par une structure de faible largeur qui ne comporte qu’un parement extérieur. Toute trace de doublage a disparu vers l’ouest et aucun vestige n’apparaît au sud. Un niveau de sol au-dessus de h = 251,10 m NGF est suggéré par la reprise de l’ancien chaînage de l’abside de la première basilique.

Fig. 47 – Saint-Just : relevé et coupe du mur de chaînage de l’abside (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 47 – Saint-Just : relevé et coupe du mur de chaînage de l’abside (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

78Les cryptes situées aux extrémités du transept paléochrétien continuent à être utilisées : plusieurs niveaux d’occupation peuvent être distingués sous le bras sud (entre 248 et 248,50 m NGF) et sous le bras nord antérieurement aux derniers niveaux d’occupation contenant de nombreux tessons de céramique à fonds marqués ; il en est de même pour l’annexe sud-est où de la céramique à décor ondé, peut-être carolingienne, a été récupérée (US 1422 antérieure à des niveaux riches en fonds marqués) : quant à la crypte sud-est, elle est en activité jusqu’à la destruction de l’édifice en 1562.

Un massif occidental ?

79Quelques structures occidentales appartiennent à l’époque carolingienne (fig. 46). À l’intérieur et à l’ouest de la nef, deux murs est-ouest, distants de 4,80 m, sont conservés sur 2,50 et 1,50 m de longueur. Construits en moellons irréguliers, liés par un mortier blanc assez dur, ces murs assez puissants (1 m d’épaisseur) mais peu fondés devaient se retourner vers le nord et vers le sud. On peut donc supposer une église dont les nefs avaient été réduites à 5 ou 6 travées et qui fut surtout transformée dans sa partie occidentale où se développe un espace indépendant, où les ailes prennent une grande importance (6 m de large sur 10 m de longueur) par rapport à un espace central plus réduit (5 m de largeur). Ces ailes englobaient les cryptes des extrémités des bas-côtés dont la continuité d’utilisation est également assurée (en tout cas au sud-est). Près de la façade romane, une couche de démolition qui renferme le même mortier suggère également des travaux encore plus à l’ouest.

80En chronologie relative, ces murs sont postérieurs à l’édifice paléochrétien et antérieurs à la construction romane. Le mur sud s’appuie sur des couches postérieures au chaînage sud de la nef de Saint-Just II et est cassé par les fondations d’un pilier roman. Par leur appareil et par leur mortier, ces murs sont contemporains de l’édifice installé au sud du transept et construit avant l’apparition de la céramique à fonds marqués. La comparaison avec les massifs occidentaux connus en Occident ne permet pas de préciser davantage la fourchette chronologique.

81Le développement de la partie occidentale de l’église est fréquent à l’époque carolingienne dans l’Europe du nord où s’élabore le massif occidental ou Westwerke. Consacré à des cultes funéraires ou à une liturgie pascale, il comportait en général une salle voûtée au rez-de-chaussée et une tribune à l’étage. L’exemple le plus parlant serait celui de la cathédrale de Reims où les deux murs, assez proches l’un de l’autre (distants d’environ 4 m), qui ont été mis au jour à l’ouest de l’église appartenaient à un massif occidental construit dans la première moitié du IXe siècle. S. Bacon-Berry et W. Berry ont procédé à un réexamen sur place des recherches archéologiques de H. Deneux sur la partie occidentale de la cathédrale. En s’appuyant également sur les documents de fouilles, ils ont conclu à l’existence d’un massif occidental de l’époque des évêques Ebbon (816‑835) et Hincmar (845‑882) ; massif constitué de « cinq vaisseaux d’égale largeur » sur une largeur totale de 15 m et qui s’étendait sur 3 travées à l’ouest de l’église (Reinhardt 1963 ; Pietri, Neiss in Pietri 2006 : 33‑38 ; Berry, Neiss 1997 ; Balcon, Berry in Sapin 2002 : 108‑126) ; à Minden en Allemagne, un massif occidental important mais plus tardif (première moitié du Xsiècle) comprend également deux fondations est-ouest distantes de 2 m au milieu d’un espace à cinq nefs (Oswald, Schaeffer, Sennhauser 1968 : 105‑106 et 219 ; Lobbedey in Sapin 2002 : 73, fig. 7). À Saint-Just, l’ampleur des démolitions ne permet pas d’aller plus loin dans l’interprétation et la différence essentielle avec Reims provient de l’implantation du massif occidental, situé à l’ouest de la façade pour Reims et à l’est de la façade pour Saint-Just. De même, une réduction est constatée à Saint-Irénée, comme ailleurs dans la partie méridionale de l’Empire ; régions trop éloignées des centres politiques et économiques de l’Europe du Nord où, au contraire, les nouveaux édifices se caractérisent par leur taille imposante.

Une chapelle d’axe

82Une chapelle d’axe, mal conservée, fut construite à l’est de l’abside (fig. 48 et 49) : il n’en subsiste que la partie occidentale des deux murs gouttereaux distants de 4 m et en place sur 3 m de longueur. On peut supposer une longueur d’environ 6 m en tenant compte des sépultures de la nécropole carolingienne qui s’appuyaient sur la façade orientale de l’édifice détruite lors de l’installation du chevet roman. D’épaisseur moyenne (0,75 m), ces murs sont liés par un mortier granuleux et dur, légèrement teinté de tuileau. Les fondations sont faites de gros blocs de choin de dimensions moyennes qui surmontent une assise de blocs plus petits, souvent moulurés. Au nord, un sarcophage monolithique rectangulaire et son couvercle en bâtière servent de fondation au mur ; l’inscription en grec d’Euteknios était gravée sur un de ces blocs. Ces blocs de fondation, qui pouvaient provenir du mur de clôture paléochrétien voisin, étaient recouverts de dalles de choin transversales qui dépassaient vers le sud pour constituer un ressaut au niveau du sol. Un sol en béton gris très résistant était partiellement conservé un mètre plus bas que celui de l’église (h = 250 m NGF) – ce qui pose un problème d’accès et une base de colonnette en place sur le ressaut des fondations du mur nord suggère l’existence d’un décor intérieur d’arcature. Dans un deuxième temps, à une époque indéterminée mais antérieure à la construction romane, les murs de la chapelle ont été doublés par des structures posées à l’intérieur sur le sol et sur le ressaut de fondation.

Fig. 48a et b – Saint-Just : relevé et photo du mur nord de la chapelle d’axe (DAO C. Ybard, SAVL ; cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 48a et b – Saint-Just : relevé et photo du mur nord de la chapelle d’axe (DAO C. Ybard, SAVL ; cliché ÉRA 26 CNRS).

Fig. 48a

Fig. 49 – Saint-Just : chapelle d’axe, coupe sud-nord vers l’ouest (secteur CD 1S, 1N) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 49 – Saint-Just : chapelle d’axe, coupe sud-nord vers l’ouest (secteur CD 1S, 1N) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

83On peut reconstituer une chapelle d’environ 8,50 m de longueur sur 5,50 m de largeur. La puissance des murs et la faible largeur de la nef suggèrent un voûtement de l’espace mais on ignore si elle se terminait à l’est par un mur plat ou par une petite abside.

84Cette chapelle orientale peut être comparée à ce que les Allemands appellent « Aussenkrypten », c’est-à-dire des constructions de dimensions restreintes, situées à l’extérieur de l’abside et destinées à agrandir l’espace disponible pour la vénération des reliques. On trouverait peut-être une construction de ce type, mais antérieure, à Saint-Nizier avec son oratoire trilobé ; la mieux connue est celle de Saint-Denis où une chapelle construite à l’est de l’abbatiale dans la première moitié du IXe siècle, comprenait, pour J. Formigé, une nef unique et une abside, alors que dans son état actuel, elle dispose de trois nefs (Crosby 1953 : 18‑20 ; Wyss 1966). En Allemagne, citons Werden avec un chevet plat, en Suisse les chapelles orientales des cathédrales de Lausanne et de Bâle (Sapin 2014 : 137‑140). À Saint-Germain d’Auxerre, une salle installée au VIe siècle, en contrebas de l’abside, renfermait de nombreuses sépultures ; l’accès devait se faire par l’extérieur (Sapin 2000 : 224‑227). À Saint-Irénée et à la même époque, un espace maintenant disparu (il n’en reste qu’une porte) ouvrait peut-être sur la crypte (voir plus bas). Toutes ces églises qui remontent à l’époque carolingienne, sont célèbres par leurs reliques et par les pèlerinages qu’elles ont suscités. Pour Saint-Denis, on peut mettre en relation la chapelle d’axe et la dotation de huit religieux chargés de la laus perennis pratiquée dans les monastères installés sur la tombe des martyrs comme à Saint-Maurice d’Agaune (Heitz 1980 : 165).

85Ces comparaisons régionales ou plus lointaines suggèrent qu’il en est de même à Lyon et que l’on peut donc supposer, à Saint-Just, une chapelle d’axe construite pour abriter les reliques du saint évêque, patron de l’église, ou d’autres saints et martyrs, ce qui était possible depuis l’union avec Saint-Irénée. Les dimensions de la chapelle d’axe de Saint-Just devaient s’approcher de celles de la première chapelle de Saint-Denis (pour J. Formigé, 11,90 m de longueur pour 4,50 m de largeur).

86Le matériel est rare : un chapiteau (n° 711) (fig. 50) a été trouvé au sud-est du chantier, dans une fosse-dépotoir (US 2065) remblayée avec des cendres et de la céramique à fonds marqués. Ce petit chapiteau (23 cm de côté et 19 cm de hauteur) en calcaire de Seyssel se divise en deux niveaux bien nets : au niveau inférieur, des feuillages très schématiques s’évasent en suivant la courbure de la corbeille ; au-dessus, deux branches s’enroulent aux extrémités de la corbeille. Une rosace s’inscrit au centre de l’abaque. Par sa simplicité, par le caractère architectural de sa composition, ce chapiteau s’apparente à des sculptures d’Italie du nord (Brescia) ou d’Italie centrale (Bomarzo) qui sont datées du début de l’époque carolingienne (Panazza, Tagliaferri 1966 : n° 108 à 116 ; Raspi Serra 1974 : n° 2, fig. V). La céramique de la fosse remonte à la seconde moitié du Xe ou à la première moitié du XIe siècle mais le chapiteau apparaît plutôt comme le dépôt d’un matériau ancien dans une fosse plus récente.

Fig. 50 – Saint-Just : chapiteau carolingien (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 50 – Saint-Just : chapiteau carolingien (ÉRA 26 CNRS).
Le bâtiment méridional

87Seul a pu être dégagé le départ de deux murs s’appuyant sur les angles du transept : ces murs assez puissants (0,90 m d’épaisseur), bien construits, sont en petit appareil assez régulier lié par un mortier très blanc, granuleux, assez dur et couvrant, qui rappelle celui de la chapelle d’axe (fig. 51). En raison de la pente du terrain, le mur oriental, fondé à grande profondeur, ne subsiste que dans sa partie basse (M 1617) sous une tranchée de démolition (fosse 1620) et d’épaisses couches de remblais s’appuient contre sa paroi occidentale (US 1648F, 1629, 1625, 163) ; le mur ouest (M 13904), moins profondément fondé, est conservé plus haut. Le sol devait se trouver à h = 249,80 m NGF, niveau proche de celui de la chapelle d’axe. Ce bâtiment, situé dans l’axe du transept, faisait sans doute partie des constructions destinées aux chanoines, peut-être une salle du chapitre. Le remblai contemporain de la construction (US 1629) qui contenait de la céramique commune noire, dont un vase à bec pincé et goulot droit, un décor à bande rapportée, un décor à la molette, deux lèvres éversées et deux autres en bandeau, mais sans fonds marqués, incite à placer cette construction avant le milieu du Xe siècle.

Fig. 51 – Saint-Just : relevé des murs de l’annexe sud (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 51 – Saint-Just : relevé des murs de l’annexe sud (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

88La datation de l’édifice carolingien reste donc approximative et repose surtout sur la chronologie relative et sur les textes : les transformations de l’ancienne église, comme de la chapelle, sont postérieures à Saint-Just II et antérieures à la nécropole voisine datée des Xe-XIe siècles et au chevet roman du XIIe siècle. Le type de construction avec des blocs placés transversalement se retrouve à l’église carolingienne de Sainte-Croix. Le matériel sculpté est rare. Les constructions de Saint-Denis (832), de Werden (840‑850), de Lausanne (852‑858) peuvent donc être mises en parallèle avec les travaux réalisés à Saint-Just par le chorévêque Auduin en 868.

89Quelques tombes étaient contemporaines de la chapelle d’axe (fig. 52 et 53) : en particulier des coffres de dalles anthropomorphes (plus larges au centre qu’aux extrémités), accolés au nord de la chapelle d’axe parmi lesquelles la tombe T 82 dont seule subsiste la moitié ouest (la moitié orientale ayant disparu lors de la construction du chœur roman) ; la paroi nord est faite de deux blocs dressés dont l’un présentait un décor d’entrelacs sur sa face interne (fig. 58 infra). La tombe d’enfant T 84 appartiendrait à ce même type ainsi que quatre autres tombes installées contre la fondation du mur sud : T 1, la plus haute (h = 249,80 m NGF), dont la paroi nord était constituée d’une rangée de pierres irrégulières élargies au niveau du bassin, T 81‑1 (h = 249,50 m NGF) ; la tombe maçonnée T 81‑5, la plus profonde (h = 249 m NGF), pourrait être antérieure à la chapelle. La présence d’entrelacs et le lien avec la chapelle d’axe suggèrent pour ces tombes une datation du milieu du IXe siècle ou du Xsiècle. En raison de l’arasement du site, seules quelques rares autres tombes ont été conservées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’église.

Fig. 52 – Saint-Just : relevé des sépultures au sud de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 52 – Saint-Just : relevé des sépultures au sud de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 53 – Saint-Just : relevé des sépultures au nord de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 53 – Saint-Just : relevé des sépultures au nord de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Saint-Irénée

90Les probables travaux effectués au IXe siècle dans cette église n’ont guère laissé de trace si l’on excepte les vestiges de la barrière de chancel. Nous reprenons ici une partie de la description que l’on peut trouver dans notre article de la Revue Archéologique de l’Est (Reynaud et al. 2012 : 248‑253).

Rappel des textes

91Saint-Irénée est mentionné dans le martyrologe de l’Anonyme lyonnais qui reprend les termes de la Passio (Dubois, Renaud 1984). Dans son martyrologe, Florus s’inspire de Grégoire de Tours pour sa description de la crypte (PL 94) et Adon fournit une précision importante : la basilique était consacrée à Saint-Jean-Baptiste (vocable qui curieusement deviendra Saint-Jean-l’Évangéliste à l’époque moderne) (PL 123). Des chanoines apparaissent dans les Libri confraternitatum dès les années 830. À la même époque, l’évêque de Narbonne, qui avait obtenu des reliques de saint Barthélemy, fit don de la mâchoire de son saint patron à l’église Saint-Irénée (récit de la translation des reliques en Gaule par un clerc lyonnais) (Vaticanus reginensis, 466) ; les reliques furent placées dans un autel élevé au-dessus du « puits des martyrs » (Wyss 2005 : 18).

92En 868, des donations faites par le chorévêque Audinus sont confirmées par l’archevêque Rémy (852‑875) qui restaure l’église « réduite à l’état de ruines » (Guigue 1895‑1893 : I, 6‑8, n° 3) mais on ignore la nature et l’étendue de ces restaurations.

Éléments carolingiens

93Quelques éléments de décor ou d’architecture peuvent être attribués à cette époque : des plaques de chancel à décor d’entrelacs retrouvées au XIXe siècle à l’ouest de l’église et conservées dans le couloir d’accès à la crypte ou aux musées Gadagne. En particulier, le n° 681 qui présente un décor de rinceau à hélices à pales surmonté d’une frise de palmettes avec un dessin ferme et un modelé précis et qui peut être rapproché du fragment représenté dans l’ouvrage de Sachet (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 28), élément malheureusement disparu.

94L’ouverture d’axe relevée lors des travaux d’A. Audin en 1959 dans le mur oriental, à l’intérieur de la crypte, comprenait un linteau à trois pans que l’on retrouve dans les manuscrits enluminés contemporains (fig. 54) ; cette porte pouvait ouvrir sur une chapelle extérieure disparue à une époque indéterminée, semblable à la chapelle d’axe de Saint-Just (voir plus haut) et aux Aussenkrypten germaniques ou suisses. Une autre porte signalée dans le mur nord de la crypte actuelle, décrite comme surmontée d’un arc à claveaux alternés « habillée à l’extrados par d’autres briques », est difficile à dater avec précision (Audin, Perrat 1959 ; fonds Amable Audin, AML ; Reynaud et al. 2012 : 233, 252, fig. 38).

Fig. 54 – Saint-Irénée : fenêtre d’axe (IXe siècle) (étude A. Audin, archives personnelles).

Fig. 54 – Saint-Irénée : fenêtre d’axe (IXe siècle) (étude A. Audin, archives personnelles).
Reconstitution

95Les textes et de nombreux fragments de dalles à décor d’entrelacs attestent une ou plusieurs campagnes carolingiennes. Une première campagne dont ne subsiste aucune trace archéologique, si l’on excepte les éléments de décor, concernerait, sans que l’on en connaisse l’ampleur, une restauration de l’édifice et surtout une rénovation du décor liturgique que l’on situerait à l’époque de la reconstruction de l’évêque Rémy, mentionnée par les textes au milieu du IXe siècle. Puis la collégiale connut sans doute de nombreuses difficultés dues à un manque d’entretien.

Sainte-Marie (plus tard Notre-Dame de la Platière)

96Après la reconstruction de Saint-Nizier, Leidrade mentionne celle de Sainte-Marie : Similiter ecclesiam Sancte Mariae (Coville 1928 : 285). Les textes relient l’église aux moniales de Saint-Pierre des Terreaux, comme si, dans la seconde moitié du IXe siècle, elle était rattachée à l’abbaye voisine, monasterio sancti Petri seu ecclesiae sanctae Mariae (MGH, DK : 415 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 146). Il est probable que l’accord de 863 passé dans l’église, sanctae Mariae semper virginis, entre Louis l’Aveugle et Lothaire, l’ait été dans l’église restaurée par Leidrade. Plus tard, l’archevêque Guy ou Guido (mort en 948) aurait donné mille sous pour une église Notre-Dame (Meynis 1872 : 75‑77 ; Guigue 1867 : 27). Les données archéologiques sont muettes sur cette ancienne église funéraire (fig. 1, n° 29) qui deviendra, au XIe siècle, Notre-Dame de la Platière.

Saint-Nizier

97Leidrade reconstruisit l’église, ecclesiam quoque Sancti Nicetii de novo etiam raedificavi (Coville 1928 : 285) qui deviendra collégiale d’après la mention des Libri confraternitatum (MGH, Libri confraternitatum : 257‑259).

2.4.4. Les monastères

98Les anciens monastères sont réformés par Leidrade, en particulier celui de l’Île-Barbe et suivent désormais la règle bénédictine. Un nouveau monastère est recréé (ou créé ?) à Ainay, au sud de la Presqu’île.

2.4.4.1. Le monastère de l’Île-Barbe

99Nous passerons rapidement sur les textes bien étudiés par M. Rubellin (Rubellin 2003 : 265‑276) et sur les recherches archéologiques de C. Gaillard menées en 2016 et 2017 ; elles ont fait l’objet d’une thèse soutenue en 2016 mais n’ont été que partiellement publiées (Gaillard 2013 ; Gaillard 2017 : 95‑110). Leidrade fait réformer le monastère de l’Île-Barbe par Benoît d’Aniane. Louis le Pieux accorde un diplôme concernant les biens du monastère, reconnaissance renouvelée par Charles de Provence qui, en 861, accorde l’immunité mais aussi la dépendance de l’abbaye matérialisée par le versement à l’évêque une redevance d’une livre d’argent par an (Rubellin 2003 : 254 ; Rubellin in Charansonnet et al. 2015 : 47‑49).

100On ne connaît aucune structure carolingienne en place mais on peut supposer qu’existaient plusieurs autres chapelles dont la chapelle Saint-André à la pointe de l’île, à côté de la grande église dont Leidrade a refait la toiture, ut tecta de novo fierent, ainsi que certains murs depuis les fondations, et aliqua de maceriis a fundamentis erigerentur. Seuls quelques éléments de décor sont conservés dans l’île ou dans les musées lyonnais. Aux musées Gadagne, des éléments de plaques de chancel ont été décrits par M.‑M. Cottinet : très fragmentaires, ils sont décorés de rubans à trois ou quatre brins (Cottinet-Bouquet 1943‑1945 ; Reynaud 1995e). Le musée des Beaux-Arts possède, provenant de l’Île-Barbe, la plaque avant d’un ambon couvert d’un décor d’entrelacs à trois brins encadrant une croix elle-même décorée d’entrelacs et, au registre inférieur, deux oiseaux qui picorent des grappes de raisin (fig. 55) ; décor où se mêlent les influences paléochrétiennes (comme les oiseaux et la grappe de raisin) et les influences carolingiennes (voir plus bas 2.5).

Fig. 55 – Île-Barbe : fragment d’ambon carolingien (musée des Beaux-Arts de Lyon, H 583, cliché A. Basset, MBA).

Fig. 55 – Île-Barbe : fragment d’ambon carolingien (musée des Beaux-Arts de Lyon, H 583, cliché A. Basset, MBA).

2.4.4.2. Le monastère des moniales de Saint-Pierre des Terreaux

101L’église et le monastère sont restaurés par l’évêque Leidrade à partir des fondations, a fundamentis tam ecclesias quam domum restauravi ; d’après les Libri confraternitatum, l’abbaye comptait alors 32 moniales et 42 vers 830 (Coville 1928 : 295‑296 et 287). Charles de Provence, mort à Lyon en 863, fut inhumé en l’église Saint-Pierre ; c’est également à cette date que les reliques des saints Eusèbe et Pontien passent par Lyon et sont vénérées en particulier à l’église des moniales (Poupardin 1901 : 32 ; Picot 1970 : 24 ; Analecta Bollandiana 1883 : II, 368‑377 ; BHL 2747). Peu d’éléments appartiennent à une église antérieure à l’époque romane : lors du congrès de 1935, nous l’avons vu, seules sont mentionnées deux fondations de murs parallèles en lits alternés de briques et de pierres de petit appareil, visibles dans l’ancien caveau sous la nef de l’église actuelle « à 1 m en avant des dosserets des piliers », soit environ 7,50 m à l’extérieur des murs (Perrat 1935). Comme pour une éventuelle construction mérovingienne, soit l’église aurait eu environ 7,50 m de largeur pour une longueur inconnue mais qui ne devait guère dépasser 20 m et l’on serait alors en droit de se demander s’il s’agissait bien de l’église majeure du monastère, soit l’édifice aurait été de plus grande taille et seules les fondations de la nef centrale auraient été dégagées ; dans ce cas, l’église aurait eu trois nefs et des dimensions comparables à celles des autres églises lyonnaises (environ 19 m de largeur par une trentaine de mètres de longueur). Ces vestiges pourraient aussi être carolingiens : il nous faut reconnaître qu’ils sont impossibles à dater sinon dans une fourchette large entre le VIIe et le XIe siècle. On ne sait rien des bâtiments de l’ancienne abbaye. Une église, Saint-Saturnin, s’élevait au sud de Saint-Pierre, peut-être dès le VIIIe siècle : la Vita Boniti la mentionne à tort sous le vocable de Saint-Étienne (Beaujard et al. 1986 : 34). Si la présence de plusieurs lieux de culte paraît normale dans une fondation monastique du haut Moyen Âge, on peut s’interroger sur les fonctions de cette église : des fonctions funéraires sont possibles dès cette époque (elles sont attestées plus tard). On pourrait aussi supposer que l’ancien quartier fortifié de la Presqu’île avait besoin d’une église pour la cura animorum mais l’existence de la paroisse Saint-Pierre n’est pas attestée avant la fin du XIe siècle.

2.4.4.3. Le monastère de Saint-Martin d’Ainay

102C’est indirectement et à partir de la mention de la fondation du prieuré de Saint-Benoît de Cessieu par l’abbé Aurélien, avec l’approbation du roi Charles de Provence et l’octroi de nombreux privilèges (fondation confirmée en 859), que l’on peut déduire l’existence de l’abbaye de Saint-Martin d’Ainay, bientôt sous la dépendance de l’évêque de Lyon ; il s’agit d’une restauration car elle avait été abandonnée par ses moines (Chagny 1935 : 24‑27 ; Rubellin 2003 : 277‑294) (fig. 1, n° 42). Aucun vestige de cette époque n’est conservé sinon peut-être les restes d’une mosaïque située à 0,40 m sous la mosaïque romane et à 1 m au-dessus des mosaïques romaines. Ces vestiges sont signalés par l’abbé Boué dans sa note sur les mosaïques découvertes sous le maître-autel et qui auraient appartenu à « la basilique primitive » (Boué 1852). Si le mur qui figure sur le plan de Ramée en 1829 remonte bien au VIe siècle et s’il subsiste au IXe siècle, l’église restait décalée vers le nord. On peut aussi envisager que le clocher-porche du XIe siècle se soit accolé à une église située à l’emplacement de l’actuelle, ce que confirmerait la situation des mosaïques.

2.5. Le décor sculpté : les entrelacs carolingiens (fouilles anciennes et récentes)

103Nous proposons ici un rappel des découvertes anciennes effectuées dans les églises de Lyon et déposées aux musées Gadagne, au musée des Beaux-Arts ou à Saint-Irénée dans le couloir d’accès à la crypte (4 fragments), parfois complétées de découvertes récentes comme au groupe épiscopal (5 fragments), à Saint-Just (8 fragments), à Saint-Irénée (11 fragments) ; au total 76 fragments à décor d’entrelacs, le plus souvent de petite taille, sauf ceux qui sont en remploi dans les murs de la cathédrale. Une communication récente, mais non encore publiée, d’A. Flammin et de J. Crochat au colloque de Metz sur le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains (27‑29 avril 2017) a mis en évidence un atelier qui aurait sculpté les chancels de Saint-Jean et de Saint-Irénée ; on trouve en effet dans les vestiges de ces deux chancels les mêmes motifs d’hélice à pales, de fleurons et de volutes. Des comparaisons régionales seront également faites avec les sculptures de Vienne et de Savigny et, plus lointaines, avec les entrelacs de Provence, d’Italie et de Suisse en particulier avec Müstair pour le début de l’époque carolingienne (775‑790) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : vol. 1, 208‑209).

104Nous nous contenterons d’une description des fragments de chancel de grande taille trouvés en remploi dans le mur nord du chevet de la cathédrale Saint-Jean, de l’ambon de l’Île-Barbe et de quelques éléments trouvés en fouilles et significatifs par leur type.

105Plusieurs fragments du chancel de la cathédrale sont visibles dans les combles de la chapelle Saint-Pierre dont les maçonneries remontent aux années 1190 (Reveyron in Barbarin 2011 : 57) (fig. 56). Le plus grand (1,63 m par 11 cm d’épaisseur et une profondeur de sculpture de 10 à 15 mm) présente un décor de rinceaux à quatre pales d’hélices sur deux rangées (une de 6 et l’autre de 2) avec une partie de bordure conservée ; deux autres plus petits (environ 1 m par 11 cm d’épaisseur et 10 mm de profondeur de la sculpture) étaient couverts l’un et l’autre d’un réseau de tresses décrit comme un double entrelacs de rubans à trois brins (cercles bouclés par deux nœuds contenant les nœuds d’un second ensemble perpendiculaire au premier). Le travail est fin et le modelé, précis.

Fig. 56 – Saint-Jean : entrelacs en remploi au-dessus du triforium (d’après N. Reveyron in Barbarin 2011 : 57, DAO G. Macabéo).

Fig. 56 – Saint-Jean : entrelacs en remploi au-dessus du triforium (d’après N. Reveyron in Barbarin 2011 : 57, DAO G. Macabéo).

106L’ambon en provenance de l’Île-Barbe (musée des Beaux-Arts) (Jullian 1945 : 6‑7 ; Mémoires de pierres 1995 : 74) (fig. 55) mérite également notre attention par son matériau et par son décor. Cette plaque cintrée en marbre de Carrare (hauteur 64 cm, largeur 56 cm, épaisseur 12 cm) est subdivisée en quatre panneaux carrés à peu près intacts, limités par des bandeaux d’entrelacs à trois brins ; deux autres panneaux ne subsistent qu’à l’état de fragments. Les deux panneaux inférieurs comportent un oiseau picorant une grappe de raisin. Le dessin est un peu maladroit surtout pour les pattes énormes et les détails (plumes, yeux) qui sont simplement gravés ; de même un trait gravé souligne la silhouette de l’animal.

2.5.1. Typologie et comparaisons

107Il faudrait d’abord classer les décors pour les intégrer dans une typologie précise. Faute de pouvoir s’appuyer sur un catalogue, nous nous contenterons de quelques types de décor, parmi les plus significatifs (fig. 57).

2.5.1.1. Rinceau à pales d’hélices

108Les fragments de chancel trouvés à Saint-Jean (dessin de Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 28) (fig. 57c) et ceux qui sont encore conservés en remploi dans les combles de la cathédrale, ainsi que le n° 681 de Saint-Irénée, présentent le même décor. On le trouve dans le Sud-Est à Fréjus, à Vaison, à Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence, à Cimiez et à Vintimille dans un contexte de la fin du VIIIe siècle (Buis 1975 : fig. 101) ainsi qu’à Müstair (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 64, 69, 82, 91 et 117), à Sirmium (765‑774), à Novigrad (quatrième quart du VIIIe siècle), à Bologne (789‑814 et 827) et à Schanis (814‑823) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : II, 495, pl. 17) et pour être complet, également un peu plus tard en Italie à Castel S. Elia, à Rome, à Sainte-Marie-Majeure à l’époque de Grégoire IV (827‑844) (Ermini Pani 1974 : 147, pl. CII, 170 ; 261, pl. CCLI, 420). Contrairement aux inventeurs, nous estimons donc que ces entrelacs sont typiques de l’époque carolingienne et pourraient très bien appartenir à l’époque de Leidrade (fin du VIIIe-début du IXe siècle) (voir plus bas).

Fig. 57a, b et c – a et b : Saint-Étienne : deux reliefs au motif de la croix (clichés : ERA 26 CNRS) ; c : Saint-Jean : entrelacs carolingiens (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 28).

Fig. 57a, b et c – a et b : Saint-Étienne : deux reliefs au motif de la croix (clichés : ERA 26 CNRS) ; c : Saint-Jean : entrelacs carolingiens (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 28).

Fig. 57 – a

 

 

Fig. 57 – b

 

 

Fig. 57 – c

2.5.1.2. Torsades liées au losange

109Ce décor est connu à Sainte-Croix (n° 570, 561, 654) et existe aussi à Saint-Just à Lyon, au revers d’un fragment sculpté d’une croix pattée. On retrouve ce type à Vienne (38) (n° 672, réserves du musée), à Albenga, à Saint-Apollinaire in Classe à Ravenne et à Ferentillo dans la première moitié du IXe siècle. Ce motif peut se rattacher à des groupes datés du début du IXe siècle comme le tombeau du baptistère d’Albenga, le ciborium de Saint-Apollinaire in Classe (806‑816) ou de Saint-Sauveur de Turin (818‑827). Il est également proche d’ensembles plus tardifs comme à Compagnano di Roma, Castel S. Elia qui remonteraient tous deux à l’époque de Grégoire IV (827‑844) ou à Ferentillo (milieu du IXe siècle).

2.5.1.3. Croix pattée

110Le motif de la croix pattée apparaît sur des fragments de chancel trouvés à Saint-Just (n° 531) et à Saint-Irénée, à Saint-Étienne où la croix s’inscrit dans un motif quadrangulaire (fig. 57b) que l’on retrouve sur un fragment de chancel de Saint-Pierre de Vienne. Il est fréquent dès la fin du VIIIe siècle comme à Sainte-Marie in Cosmedin (772‑775) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 39) ou à Cortona et à Müstair (quatrième quart du VIIIe siècle) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 27, 229 et II, 403, 472, 473) et se prolonge assez tardivement à Rome (Quatre Couronnés) comme à Leprignano (847‑855 et 858‑867). À Bobbio comme à Müstair, la croix peut être inscrite dans un carré (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 14‑82).

111Pour l’ambon de l’Île-Barbe, les comparaisons s’imposent avec celui de Saint-Maurice d’Agaune ; à Romainmôtier, l’ambon que fit exécuter l’abbé Gudinus, peut-être au milieu du VIIIe siècle, présente une grande croix latine aux extrémités pattées avec un décor de palmettes et d’entrelacs (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 195). Pour les motifs de carrés entourés d’entrelacs en réseau, les références sont à trouver à Echternach (avant le milieu du VIIIe siècle), à Sancta Maria in Valle de Cividale, Müstair (775‑790), Aquilée, Bobbio, Sirmium (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 13, 14, 229 et 239 ; Dupuy 2017 : 60 et 115).

2.5.1.4. Cercles liés à des losanges

112Ces motifs sont connus au groupe cathédral (n° 691‑675). Ils apparaissent au début du IXe siècle à Saint-Sauveur de Turin (818‑827), au deuxième quart du siècle à S. Saba de Rome, à Compagnono di Roma, à Castel S. Elia ou à Ferentillo (Corpus VI : 214‑215, pl. CXII, 136 ; VII, 4, pl. XLV, 114c ; VIII : 146‑147, pl. CI, 169 ; II : 31‑32, pl. XIIIa ; II : 31‑32, pl. XIIIa).

2.5.1.5. Animaux et végétaux

113Ils décorent l’ambon de l’Île-Barbe : les paons se retrouvent à Sainte-Marie in Cosmedin (772‑795), à Cortona (quatrième quart du IXsiècle), à la catacombe de Saint-Alexandre (fin du VIIIe-début du IXe siècle) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 27, 39 et 250) où le dessin et le modelé semblent encore maladroits. Quant aux animaux, on les retrouve au ciborium de Novigrad (quatrième quart du VIIIe siècle), au chancel du patriarche Maxence de la basilique d’Aquilée (811‑838), à Müstair (775‑790), où le griffon a un dessin élégant et des serres dessinées comme celles de l’ambon (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 13, 33 et 173). Les grappes de raisin, aux grains bien marqués, entourés d’une enveloppe nette, sont également sculptées sur un fragment de Saint-Étienne (fig. 57a), Sainte-Croix et Saint-Irénée (respectivement fig. 59b et c infra) et sur le ciborium de Saint-Apollinaire in Classe de Ravenne (806‑810) (Roth-Rubi, Sennhauser 2015 : I, 36). Des fleurs à quatre ou cinq pétales décoraient des fragments de Saint-Just (n° 530) (fig. 58) et de Saint-Irénée.

Fig. 58 – Saint-Just : entrelacs carolingiens (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 58 – Saint-Just : entrelacs carolingiens (ÉRA 26 CNRS).

2.5.2. Reconstitution

114Il est difficile d’extrapoler des reconstitutions de barrières de chœur à partir d’éléments trop partiels. On peut toutefois, à Saint-Jean comme à Saint-Irénée, supposer un puissant chancel décoré de motifs typiques de l’époque carolingienne comme le quatrefeuilles lié à un cercle et la torsade liée au losange. Pour l’Île-Barbe, on ignore de quel édifice provient l’ambon, même si l’on peut supposer qu’il se situait le long de la barrière de chancel de l’abbatiale.

2.5.3. Datation

115La datation des entrelacs carolingiens reste d’autant plus incertaine que les données historiques ne font pas mention des aménagements liturgiques. Ainsi, nous l’avons vu, le groupe épiscopal (cathédrale Saint-Jean), ainsi que l’église principale de l’Île-Barbe furent restaurés au début du IXe siècle par l’archevêque Leidrade qui, en évidence, s’occupa également des aménagements liturgiques mais d’autres interventions purent avoir lieu au cours du VIIIe siècle puis au milieu du IXe siècle sous le chorévêque Remy, comme à Saint-Just et à Saint-Irénée.

116Au premier abord, il est difficile de distinguer les travaux des environs de l’an 800 de ceux du milieu du siècle. Tout au plus peut-on remarquer une évolution vers une plus grande précision du dessin et du modelé. Mais la typologie des formes est maintenant bien établie et de nombreux éléments comparatifs sont datés avec précision : de grands progrès ont été réalisés depuis les années 1970 et les travaux de M. Buis sur la Provence (1975), grâce à des inventaires réalisés surtout en Italie et en Suisse, avec récemment les deux volumes de K. Roth-Rubi et H.‑R. Sennhauser sur les entrelacs de Müstair (Roth-Rubi, Sennhauser 2015).

117Le début du IXe siècle peut convenir au réseau à pales d’hélice de la plaque de chancel en remploi dans les combles de Saint-Jean et donc également de la plaque de Saint-Irénée ; le fragment de chancel à deux faces de Saint-Jean peut avoir été exécuté une génération plus tard que les œuvres précédentes en raison de la qualité du dessin et par comparaisons avec Sirmium, Novigrad, Schanis. Les rares entrelacs retrouvés aux XIXe et XXe siècles ont la particularité de présenter un décor à rinceau d’hélices à pales que l’on retrouve dans le Sud-Est à Fréjus, à Vaison, à Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence, à Cimiez et à Vintimille dans un contexte de la fin du VIIIe siècle ou un peu plus tard en Italie à Sainte-Marie-Majeure (Rome) (827‑844). La croix grecque pattée de Saint-Just suggère les mêmes comparaisons que l’ambon de l’Île-Barbe mais l’utilisation de ce motif se prolonge aussi plus tard et le milieu du IXe siècle pourrait être choisi, pour Saint-Just, en raison des données historiques de préférence à une date précoce. Il en est de même pour le quatrefeuilles lié au cercle trouvé à Sainte-Croix (fig. 59), mais l’on peut hésiter entre le début ou le milieu du siècle puisque, pour cette église, nous ne disposons d’aucune donnée historique et les comparaisons ne fournissent pas de fourchettes précises : on trouve ce motif tout aussi bien dans des contextes précoces (fin du VIIIe siècle) comme à Aix, Fréjus, Vintimille que dans des contextes plus tardifs comme à Flavigny où le pilier orné d’entrelacs est daté de l’installation des reliques en 864 (Buis 1975 : 152, 211 et 225), ou à Saint-Jean de Latran et Rivoli du milieu ou du troisième tiers du IXe siècle (Corpus VII, 3 : 107‑109, pl. XX, 43 ; VI : 155‑156, pl. LXVI). Les cercles liés à des losanges (n° 691‑675) sont datés, au Saint-Sauveur de Turin des années 818‑827 et à la même époque à S. Saba, à S. Campagnano di Roma, à Castel S. Elia ou à S. Pietro à Ferentillo.

Fig. 59a, b et c – Sainte-Croix, Saint-Irénée : entrelacs carolingiens (a et b : ÉRA 26 CNRS ; c : Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 154).

Fig. 59a, b et c – Sainte-Croix, Saint-Irénée : entrelacs carolingiens (a et b : ÉRA 26 CNRS ; c : Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 154).

Fig. 59a

118Ainsi plusieurs éléments de chancel, en particulier ceux de la cathédrale et de Saint-Irénée, pourraient remonter à la fin VIIIe-début IXe siècle à la fois pour des raisons historiques et par comparaison avec des œuvres italiennes ou suisses : il en est de même pour l’ambon de l’Île-Barbe, grâce à des comparaisons avec Cividale, Aquilée, Sainte-Marie in Cosmedin, Cortona, Müstair. Les données historiques ou archéologiques attestent d’une reconstruction de Saint-Jean et de l’abbatiale de l’Île-Barbe, églises que l’on peut dater sans précision entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle mais il faudrait également supposer un renouvellement du décor de Saint-Irénée alors que les textes sont muets. D’autres œuvres pourraient se placer au milieu du IXe siècle pour des raisons historiques et par comparaisons avec des œuvres plutôt tardives.

2.5.4. Conclusion sur la construction et le décor des églises carolingiennes

119Grâce à l’action de ses évêques, Lyon a donc connu, sous les Carolingiens, une grande époque dans le domaine religieux et culturel. Les églises ont été rénovées, mais, malheureusement, aucune des églises fouillées n’est connue dans sa totalité : à peine quelques éléments d’élévation ont pu être identifiés à Saint-Jean et à Sainte-Croix. Il est donc impossible de fournir une typologie des plans ou des élévations et on peut seulement suggérer, en élévation, l’utilisation d’un petit appareil irrégulier sans arases de briques, sur des fondations où persiste le remploi de gros blocs, alors que l’usage de la brique se maintient dans les claveaux des fenêtres, mais aussi des portes, dont le profil peut être outrepassé. Toute trace de décor en place a disparu : seuls les textes suggèrent la présence de mosaïques ou de fresques mais, au vu des fragments de chancel conservés, on peut affirmer que les barrières de chœur ont été refaites.

Table des illustrations

Titre Fig. 35 – Lyon : occupation carolingienne (VIIIe-Xe siècle) (E. Leroy, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 36 – Groupe épiscopal : plan de l’état 4 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 37 – Saint-Jean : plan et coupe de l’abside primitive (Ve-IXe-XIe-XIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 38 – Saint-Étienne : coupe est-ouest montrant l’abandon de la cuve (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 39 – Sainte-Croix : sol de tuileau coupé par des sépultures tardives (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 40 – Sainte-Croix : relevé du mur gouttereau nord (parement nord) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 41 – Sainte-Croix : élévation du mur nord (vue d’ensemble dans la maison et sa fondation sous la rue) (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 42 – Sainte-Croix : entrelacs inséré dans le sol de tuileau (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 43 – Manécanterie : relevé du mur sud de l’actuelle Manécanterie, autrefois mur nord d’un ancien édifice est-ouest avec des ouvertures carolingiennes (à partir de la photogrammétrie réalisée par N. Morelle ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 44 – Plan d’ensemble du « cloître » Saint-Jean avec l’auditoire de justice (in Mathian 1992 : 60).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Titre Fig. 45 – Saint-Just : plan des vestiges toutes époques confondues (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Fig. 46 – Saint-Just : plan de l’édifice dans son état 3 (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Titre Fig. 47 – Saint-Just : relevé et coupe du mur de chaînage de l’abside (IXe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Fig. 48a et b – Saint-Just : relevé et photo du mur nord de la chapelle d’axe (DAO C. Ybard, SAVL ; cliché ÉRA 26 CNRS).
Légende Fig. 48a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre  
Légende Fig. 48b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 49 – Saint-Just : chapelle d’axe, coupe sud-nord vers l’ouest (secteur CD 1S, 1N) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre Fig. 50 – Saint-Just : chapiteau carolingien (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 51 – Saint-Just : relevé des murs de l’annexe sud (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 52 – Saint-Just : relevé des sépultures au sud de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Titre Fig. 53 – Saint-Just : relevé des sépultures au nord de la chapelle d’axe (Xe-XIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 54 – Saint-Irénée : fenêtre d’axe (IXe siècle) (étude A. Audin, archives personnelles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 55 – Île-Barbe : fragment d’ambon carolingien (musée des Beaux-Arts de Lyon, H 583, cliché A. Basset, MBA).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 56 – Saint-Jean : entrelacs en remploi au-dessus du triforium (d’après N. Reveyron in Barbarin 2011 : 57, DAO G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 57a, b et c – a et b : Saint-Étienne : deux reliefs au motif de la croix (clichés : ERA 26 CNRS) ; c : Saint-Jean : entrelacs carolingiens (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 28).
Légende Fig. 57 – a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre  
Légende Fig. 57 – b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre  
Légende Fig. 57 – c
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 58 – Saint-Just : entrelacs carolingiens (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 59a, b et c – Sainte-Croix, Saint-Irénée : entrelacs carolingiens (a et b : ÉRA 26 CNRS ; c : Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 154).
Légende Fig. 59a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre  
Légende Fig. 59b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre  
Légende Fig. 59c
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5485/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 761k

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search