Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Chapitre 1. Un espace à christianiser

Texte intégral

« Ville longue, assise sur Saône » (Charles Fontaine, Ode de l’antiquité et excellence de la ville de Lyon, 1774).

1Après la descente de la population vers la plaine et un ancrage sur la rive droite de la Saône, la ville, désormais réduite mais protégée par une nouvelle enceinte, changea radicalement de visage : les églises du groupe cathédral et les basiliques funéraires remplacèrent les temples intra et extra-muros et le monde des morts, toujours installé pour l’essentiel sur la colline de Fourvière, se christianisa.

1.1. Lugdunum du IIIe au milieu du Ve siècle

2Nos connaissances se sont précisées à partir des fouilles réalisées depuis les années 1970, études des édifices religieux, travaux du métro dans le quartier Saint-Jean, creusement des fosses destinées à abriter les parkings souterrains dans la Presqu’île, travaux du métro et mutations du quartier de Vaise et des recherches qui ont succédé aux chantiers.

1.1.1. Le site et l’espace urbain dans leur contexte historique

3Lyon a plus de deux mille ans d’histoire, pour certains vingt-cinq siècles. Le site naturel de la ville est constitué de deux collines séparées par une gorge profonde et étroite, d’une langue de terre inondable entre deux cours d’eau très différents, l’un le plus souvent calme et navigable, l’autre plus tempétueux et, au-delà à l’est, d’une plaine semée de quelques collines. Ce site a été choisi par l’homme pour des raisons politiques : il présentait à la fois des atouts, comme une grande variété de potentialités en fonction des besoins d’espace, de défense, de commerce ou d’industrie mais aussi des difficultés à surmonter comme la raideur des pentes ou la présence de cours d’eau à franchir. En fait, la ville s’est adaptée à un site qui n’avait rien de prédestiné, en fonction des besoins de chaque époque, et l’aménagement de ce site a pris en compte des facteurs politiques, religieux, sociaux et économiques.

4On est maintenant en mesure d’aborder la question du passage de la cité antique à la ville de l’Antiquité tardive, de tenter d’évaluer sa superficie et juger de son déclin puis de sa renaissance à l’époque burgonde. Si parler de la crise du IIIe siècle paraissait, il y a quelque temps, une mauvaise approche d’une situation complexe, il faut maintenant prendre en compte la grande épidémie des années 260 puis une détérioration du climat qualifiée de petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive, qui décima la population et encouragea les incursions barbares (Harper 2019 : 198‑223). Deux siècles plus tard la ville était en voie de redressement et si le panégyrique de Majorien décrit une ville en ruines – « Bétail, récoltes, colons, notre cité a tout perdu […] nous avons succombé sous les dévastations, sous l’incendie […] » (Sidoine Apollinaire : 50‑51), c’est que Sidoine Apollinaire veut montrer tout ce que le nouvel empereur a fait pour la ville qui, outre des problèmes politiques certains, a connu de profonds changements.

5La situation lyonnaise est particulière et P.‑A. Février l’a bien montré (Février 1980). Parmi les transformations majeures, rappelons que la population s’est déplacée de la colline de Fourvière vers la plaine de la Saône ; la Saône qui a abandonné un ancien bras au pied de la colline de Fourvière et dont les berges sont mieux connues grâce aux fouilles menées sur la rive droite autour de la cathédrale, place Benoît Crépu, aux Célestins sur la rive gauche et, plus récemment au parc Saint-Georges (Arlaud et al. 1994 ; Le Mer, Chomer 2007 : 444‑450, 363‑375 ; Ayala 2013). Ainsi, le quartier Saint-Jean a pu se constituer avec de nouveaux monuments, en particulier la cathédrale, et un habitat sans doute relativement dense car la ville n’est pas une coquille vide, une ville fantôme (« a ghost town ») mais une cité encore active.

6Dans la Presqu’île, qui n’est plus à l’abri des inondations, les berges de la rive gauche de la Saône se sont stabilisées (fouilles de l’îlot 24, de la rue de la Monnaie, de la place d’Albon). Les sites d’habitat répertoriés du IVe au VIIe siècle (fig. 2) montrent clairement que seul le quart nord-ouest de la Presqu’île est occupé à partir du bas de la Croix-Rousse (ZAC Saint-Vincent, place des Terreaux, rue de la Monnaie, place des Célestins) alors que le quartier d’Ainay, qui avait abrité des commerçants, des artisans et où de nombreuses mosaïques ont été mises au jour, semble partiellement abandonné et à nouveau localement exposé à des inondations, dont les dépôts ont été retrouvés rue Bourgelat (Bertrand, Leroy 2012). Les fouilles urbaines ont surtout montré une certaine densité d’habitat sur la rive droite de la Saône autour de la cathédrale (rue Tramassac, îlot Clément V, place Adolphe-Max) et un abandon partiel de la Presqu’île.

Fig. 2 – Occupation tardo-antique et alto-médiévale, IVe et Ve siècles (E. Leroy, SAVL).

Fig. 2 – Occupation tardo-antique et alto-médiévale, IVe et Ve siècles (E. Leroy, SAVL).

Le climat, les maladies et la chute de Rome, d’après Kyle Harper

Jean-François Reynaud

L’utilisation des documents fournis par l’analyse des carottes glaciaires du Groenland ou de l’état des glaciers alpins, de l’irradiation solaire, des cernes des arbres n’est pas nouvelle, mais l’historien américain a eu l’audace de proposer une nouvelle vision synthétique de l’histoire de l’Occident, à partir de ces outils scientifiques mais aussi à partir des documents anciens, comme les récits des contemporains concernant les maladies ou les famines (Harper 2019). Cette connaissance des variations climatiques, des éruptions volcaniques et des pandémies qui ont à plusieurs reprises décimé les populations, l’autorise à distinguer plusieurs grandes périodes :

– un optimum climatique des années 200 av. J.‑C. à 460 ap. J.‑C. Ce climat chaud et humide permit l’expansion de l’Empire romain, même si la période fut marquée, dans les années 160 de notre ère, par une épidémie et des difficultés dont l’Empire se releva difficilement ;

– une crise violente dans les années 260 due à « un agent pathogène inconnu », allié à une sévère sécheresse. Une nouvelle fois, l’Empire d’Occident se reconstruisit mais affaibli, il ne put résister à la poussée des peuples barbares ;

– un petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive de 450 à 750 ap. J.‑C., désastre climatique dû à une recrudescence volcanique qui causa un refroidissement intense et qui fut accompagné d’une épidémie de peste, « catastrophe biologique sans précédent » ;

– un optimum climatique carolingien de 750 à 900, époque qui connut des températures élevées malgré quelques éruptions volcaniques et qui fut suivie d’un rafraîchissement notable mais de courte durée de 900 à 950 (Mc Cormick et al. 2007) ;

– un optimum climatique médiéval (OCM) de 950 à 1100 ;

– un petit âge glaciaire médiéval et moderne de 1350/1400 à 1850/1900.

L’ouvrage de K. Harper a l’avantage de présenter le résultat de travaux jusque-là répartis dans des revues spécialisées et d’en tirer une synthèse ambitieuse. Il a réussi à montrer l’influence décisive des changements climatiques et des maladies pandémiques sur l’histoire de l’Occident dans une « interaction entre la nature, l’économie, la politique… ». D’autres chercheurs ont étudié l’optimum climatique de l’époque carolingienne, alors que l’on connaissait de longue date les effets conjugués de la peste et du début du petit âge glaciaire de la fin du Moyen Âge et des Temps modernes.

1.1.2. Une enceinte réduite

7Une question reste encore sujette à discussion, celle des limites de la ville et donc de sa superficie. La question est déjà difficile pour le Haut Empire puisque le tracé de l’enceinte romaine reste inconnu, à l’exception du secteur de la porte de Saint-Just récemment fouillée par M. Monin (Le Mer, Chomer 2007, carte : 184 et porte romaine : 257‑266 ; Monin, Dessaint 2015 ; Monin in Journées archéologiques 2016 : 9‑14 ; Monin 2018).

8Pour l’Antiquité tardive, époque où la ville haute est abandonnée, la possibilité d’une enceinte réduite s’appuie sur les textes et sur les données archéologiques (Reynaud et al. 2018) (fig. 3). Fallait-il rester hypercritique à la suite de P.‑A. Février et estimer que l’on n’en avait trouvé aucune trace (Février et al. 1986) ? Les textes suggèrent pourtant la présence de murs et de portes (Ammien Marcellin, XVI, 15, 4) puisqu’un siège de la ville est connu en 458 (Sidoine Apollinaire, Carmen, V) ; la Passion des saints Épipoy et Alexandre, dont la rédaction peut se placer au Ve siècle, évoque également l’existence d’un mur d’enceinte (septa murorum) (Passio SS. Epipodii et Alexandri). Grégoire de Tours mentionne la destruction des murs de la ville à la suite d’une crue conjuguée du Rhône et de la Saône (HF, V, 33). Deux hypothèses alors sont possibles : soit on considère que la défense est toujours assurée par les vestiges de l’enceinte romaine, seulement prolongée du rebord du plateau jusqu’à la Saône, soit on envisage une nouvelle construction. Pour la première hypothèse, le seul argument provient de la construction, au XIVe siècle, de l’enceinte médiévale en suivant, sur le plateau, le tracé supposé de l’enceinte romaine (voir plus loin 4.1.1). Pour la deuxième hypothèse, on peut reconsidérer l’idée d’un mur de défense, en bord de Saône, à la lumière des découvertes anciennes mentionnant des blocs romains en remploi sur une ligne allant de Saint-Paul à Saint-Georges, par exemple sous l’Hôtel du Gouverneur. C’est en sous-sol de cet édifice qu’ont été trouvés, en 1792, de nombreux blocs antiques inscrits (Artaud 1846 : 180‑181 ; Hours in Mélanges 1990 : 155‑168 ; Reynaud 2017a). À ces découvertes anciennes s’ajouteraient les vestiges trouvés dans la fouille du groupe épiscopal (fig. 4), mais également dans celles du palais de Justice et du parc Saint-Georges. Sur le second site, un mur nord-sud pourrait constituer le « troisième point d’attache d’une maçonnerie serpentant le long de la Saône » (Ayala 2007 : 11). Sur le troisième site, un mur fait de gros blocs et de petit appareil dont subsistent des pans entiers effondrés sur les berges de la rivière, viendrait en prolongement de celui dégagé en bordure du groupe cathédral (Reynaud 1998 : 57‑62 ; Le Mer, Chomer 2007 : 444‑450 ; Ayala 2013). Si une ligne de défense en bordure de la rivière peut emporter l’adhésion, reste à délimiter le tracé ouest de l’enceinte sans l’appui des textes et sans l’aide de l’archéologie, toutes traces d’un mur ancien ayant disparu. L’hypothèse ancienne de B. Vermorel, reprise par B. Gauthiez, d’une enceinte très réduite englobant le seul quartier Saint-Jean (Gauthiez 1994 : 4‑5) est contredite par les fouilles de l’îlot Tramassac et de l’hôtel des Gadagne où aucune trace de mur n’a été trouvée au pied de la colline. Nous proposons donc un tracé qui, au sud, partirait de Saint-Georges (fig. 1, n° 20), comme le montre la gravure d’Israël Silvestre reproduite par Mérian (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 399, fig. 381). La muraille monterait à Fourvière en s’appuyant sur les terrasses et les murs de l’Antiquaille, sur le quadrilatère de puissants murs retrouvés sous Fourvière (en particulier au sud, fouilles du SAVL 2018, direction C. Gaillard), sur les murs encore en élévation de l’Angélique ou « tour des païens » plus au nord (Cottin in Pelletier, Rossiaud 1990 : 356) ; la muraille redescendrait ensuite sur Saint-Paul (fig. 1, n° 10). La mention, aux XVIe-XVIIe siècles, de portes situées à mi-pente (portes de Confort et de Ruer) (ADR, 12 G 540 et 10G 683) pourrait être l’indice d’une enceinte courant non pas à flanc de colline sur des pentes trop fortes mais s’appuyant sur Fourvière avec des sorties vers le chemin de Montauban et vers le Gourguillon. Au sud, la question se pose de savoir si le site de l’église Saint-Georges se trouvait intra ou extra-muros : le caractère oblique du mur trouvé lors de la fouille du parking Saint-Georges ainsi que la désertion du site à partir du début du IVe siècle (Ayala 2013 : 408‑411) appuient la deuxième hypothèse mais la ville étant encore close à l’époque carolingienne, il est difficile d’envisager que l’église ait été construite extra-muros. Au nord, l’église Saint-Paul pourrait également avoir été installée intra-muros si l’on considère que, un peu plus au sud, la chapelle de l’hôpital de Childebert s’appuyait contre le mur d’enceinte des bords de Saône. Steyert faisait passer, sans preuves, l’enceinte entre Saint-Paul et sa voisine Saint-Laurent, cette dernière étant d’après lui en dehors de la ville (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 147). Tout dépend également de l’ancienneté de ces deux églises que l’on situerait définitivement intra-muros si l’on était assuré de leur installation dès l’époque mérovingienne.

Fig. 3 – Plan de Lyon avec enceinte réduite (fin du IIIe-début du IVe siècle) (DAO C. Frémiot de Mauroy).

Fig. 3 – Plan de Lyon avec enceinte réduite (fin du IIIe-début du IVe siècle) (DAO C. Frémiot de Mauroy).

Fig. 4 – Mur de l’enceinte réduite : site du groupe épiscopal (plan et coupe) (ÉRA 26 CNRS).

Fig. 4 – Mur de l’enceinte réduite : site du groupe épiscopal (plan et coupe) (ÉRA 26 CNRS).

9Si une telle enceinte a existé, la Presqu’île pourrait alors, conformément à l’hypothèse formulée par A. Desbat et J.‑P. Lascoux, posséder également ses propres murs (Desbat, Lascoux 1999 : 59). Le tracé que nous proposons s’appuie sur l’abondance de blocs de remplois dans le secteur nord de la Presqu’île, entre les Terreaux et Saint-Nizier, mais laisse de côté les basiliques funéraires de Saint-Nizier et de Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière) ainsi que les vestiges de l’amphithéâtre qui auraient pu servir de point d’appui, tout comme le mur, construit en gros blocs de remploi, trouvé montée de la Grande-Côte, car ce secteur était abandonné et occupé par des nécropoles de taille variable. L’ensemble, tel que nous l’avons proposé, pourrait être légèrement décalé vers le nord, pour tenir compte de la mention d’un quai, d’un port (ou plutôt d’un fossé) au sud de l’abbaye des moniales, rue du Plâtre (Artaud 1846 : 197‑198). Nous proposons également qu’il ait pu être traversé par une voie descendant de la Croix-Rousse (actuelle montée de la Grande Côte ou rue Terme) qui aurait ensuite rejoint le pont sur la Saône par la voie oblique de l’ancienne rue Saint-Côme. C’est à l’intérieur de cette petite enceinte qu’a été installé le couvent des Dames de Saint-Pierre et c’est la présence de ces murs qui aurait permis le maintien d’un burgus dans la Presqu’île à l’époque carolingienne (fig. 3) ; un murus fractus est encore mentionné aux XIe et XIIe siècles près de Notre-Dame de la Platière. Le mur des bords de Saône est daté par la céramique et par les monnaies de la fin du IIIe-début du IVe siècle (pour la céramique, voir les conclusions de C. Batigne, C. Brun, T. Silvino in Reynaud 2017a : 80‑81 ; Reynaud et al. 2018).

10Les grandes nécropoles de la colline continuaient à être utilisées alors que de petits regroupements de tombes sont connus quai Arloing, à Vaise, rue des Farges, à l’Antiquaille et peut-être au-dessus des théâtres ainsi qu’au pied de la Croix-Rousse. On peut donc considérer que les limites de la ville sont matérialisées par l’enceinte et que les nécropoles, avec leurs basiliques funéraires, sont installées dans le suburbium, soit une superficie enclose d’environ 40 ha dont 3,6 pour la Presqu’île.

1.1.3. Le premier pont sur la Saône

Fig. 5 – Variations du cours de la Saône et emplacement présumé du premier pont (pont du Change) (J.‑F. Reynaud ; DAO G. Macabéo, Inrap).

Fig. 5 – Variations du cours de la Saône et emplacement présumé du premier pont (pont du Change) (J.‑F. Reynaud ; DAO G. Macabéo, Inrap).

11L’emplacement du pont sur la Saône n’est pas mieux connu au Ier qu’au IVe siècle. Trois sites proches les uns des autres sont possibles : au droit de Saint-Paul, de Notre-Dame de la Platière ou de Saint-Nizier (Reynaud 2017b)(fig. 5).

12La topographie et la violence des crues rendent difficile l’implantation d’un pont vers Saint-Paul, au niveau du canyon creusé dans le socle granitique, alors qu’en aval du pont actuel de la Feuillée, le socle granitique apparaissait aux basses eaux sous le pont médiéval du Change (rente noble de Saint-Pierre ; Hours 1996 ; Pelletier 2002 ; Delfante, Pelletier 2009 : 56 et 70, plan de la compagnie Chapuis et plan de 1823).

13Il faut également prendre en compte les changements de lit de la rivière. Au cours du premier âge du Fer, la Saône longeait, totalement ou partiellement, le pied de la colline de Fourvière (Villedieu 1990 : 19‑21 et 195, fig. III) et le Rhône traversait la Presqu’île pour confluer d’abord vers la place d’Albon, puis vers Saint-Jean et enfin plus au sud. À partir du début et jusqu’au milieu du Ier siècle de notre ère, la Saône serait progressivement passée au-dessus du rocher du Change (Bravard et al. in Bravard, Prestreau 1997 : 188‑190) et au-dessus d’un ancien quai qui aurait protégé la rive droite de la Saône ; mur qui, d’après Spon et Symeoni, demeurait visible durant les basses eaux avant les dragages du XIXe siècle (Spon 1673 : 132 ; Artaud 1846 : 175). La pointe nord de l’île entre les deux bras qui se rejoignaient vers Saint-Georges, aurait donc pu servir d’appui à un premier pont. Puis, au cours de la première moitié du IIIe siècle (Villedieu 1990 : 21‑26 ; Arlaud et al. 1994 : 18‑39), la « Saône primitive », ou son bras occidental, se serait définitivement comblée. En aval, les deux rives auraient été stabilisées, à peu près à l’emplacement actuel où furent signalés des pieux et des blocs de calcaire de Seyssel (Ayala 2013 : 410‑411 ; Reynaud 2017b).

14Les données historiques et archéologiques concernant les anciens ponts manquent cruellement. Les données historiques sont absentes pour l’époque antique et les hypothèses formulées ont été acceptées sans véritables recherches malgré plusieurs ouvrages sur les ponts de Lyon (Hours 1996 ; Pelletier 2002). Pour l’Antiquité tardive, un texte de Grégoire de Tours mentionne un pont sur la Saône et une basilique proche ou plutôt la plus proche du fleuve ; mais l’auteur ne localise pas la ville (il pourrait s’agir de Chalon-sur-Saône mais une seule basilique funéraire y est connue sur la rive gauche de la rivière) alors qu’à Lyon, il connaît deux basiliques, Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière) et celle où saint Nizier sera inhumé (Grégoire de Tours, HF, IV, 36) (fig. 1, n° 30 et  33). L’archéologie ne fournit, nous l’avons vu, qu’une indication sur le comblement définitif du bras occidental dans la première moitié du IIIe siècle et des indications indirectes sur les voies descendant de la Croix-Rousse (montée des Carmélites) et de Fourvière (montée Saint-Barthélemy) dont la convergence a suggéré la présence d’un pont entre Saint-Paul et Saint-Vincent.

15Cette hypothèse fut longtemps celle des antiquisants à la suite d’A. Allmer et P. Dissard (1889‑1890 : vol. 3, 290). A. Audin et P. Wuilleumier n’ont fait que reprendre cette idée, et c’est là qu’ils figuraient le pont sur leurs divers plans de Lugdunum (Audin 1947 : fig.1 ; Wuilleumier 1953 : fig. 1). Cette hypothèse, qui n’a été discutée que brièvement par A. Desbat (Desbat 2011) est pourtant difficile à admettre, nous l’avons vu, en raison du canyon creusé dans le granite et de l’étroitesse du lit qui rend le courant encore plus violent lors des crues (on passe de 30 m3 lors des étiages à 3 200 m3 lors des crues centennales) (Voisin 2014 : 17‑18). Dans ce secteur, les recherches subaquatiques d’A. Lavocat n’ont permis d’identifier que des pieux appartenant à l’époque moderne (Lavocat 2011 : 11‑12 et 30) mais elles ont confirmé la difficulté qu’il y aurait eu à établir un pont là où le courant lors des hautes eaux est le plus fort et où les ponts ont été périodiquement détruits par des crues de la Saône.

16Une deuxième hypothèse fut avancée par A. Audin, celle d’un nouveau pont, à l’époque des royaumes barbares, entre Notre-Dame de la Platière et Notre-Dame de la Saunerie (Audin 1947 : 123‑128, fig. 4) ; un argument fort en faveur de cette hypothèse vient de la création en 549, par le roi franc Childebert, d’un hôpital avec une chapelle dédiée à Notre-Dame (sans doute Notre-Dame de la Saunerie) au débouché supposé d’un pont, sur la rive droite de la Saône en face de Notre-Dame de la Platière (fig. 1, n° 12) (Guigue 1874‑1875 :183-328). B. Gauthiez, suivi par G. Gardes, situe d’ailleurs dans ce secteur, vers l’an mil, le noyau de l’habitat de la Presqu’île médiévale (Gauthiez 1994 : 13‑14, fig. 2 et 4 ; Gardes 1998 : 26). Si l’existence d’un pont est possible à cet emplacement où l’affleurement rocheux pouvait se prolonger, cette hypothèse manque d’arguments historiques ou archéologiques (aucune trace de piles ou de pieux ne subsiste) et son seul point fort réside dans la présence de l’hôpital de Childebert.

17Une troisième hypothèse, celle d’un pont au droit de Saint-Nizier et à l’emplacement du pont médiéval, est confortée par plusieurs éléments déterminants : tout d’abord, la basilique située, d’après Grégoire de Tours, près d’un pont sur la Saône pourrait être celle de Saint-Nizier. C’est d’ailleurs là qu’A. Steyert plaçait le pont romain dont, en 1860, il dessina l’arc d’une pile découverte sur la rive droite de la Saône, quai Humbert (actuel quai Romain-Rolland). Il décrit cette pile comme « formée d’une double ligne de voussoirs très longs et très étroits […] très fréquents dans les constructions romaines » (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 279, légende de la fig. 325) ; voussoirs que l’on retrouve effectivement aux ponts romains de Ganagobie, du Pouzin, du pont de Barret et de Montbrizon-sur-Lez. De plus, le tracé oblique de la rue Saint-Côme pourrait s’expliquer par l’attraction du pont.

  • 1 Renseignement aimablement fourni par E. Bernot.

18Pourtant, plusieurs faits paraissent aller à l’encontre de l’existence d’un pont romain à cet emplacement : place d’Albon, la fouille menée par le Service archéologique de la Ville de Lyon n’a pas trouvé de fondations romaines à la première culée orientale du pont du Change mais a mis en évidence, au débouché oriental du pont, des structures romaines (mur et voie nord-sud, bassin et fontaine) des IIe-IIIe siècles et début du IVe siècle, ce qui semble exclure la présence d’un pont romain installé exactement au même emplacement que le pont médiéval (Bertrand, Leroy 2012 : 22 ; Bernot 2018). Les fouilles ont aussi montré que l’axe du pont correspondait à celui de la voirie romaine et ont confirmé qu’il ne débouchait pas dans l’axe de Saint-Nizier alors que l’on pourrait supposer que le pont médiéval aurait été attiré par la présence de la basilique. En fait, un élément majeur reste inexpliqué : la culée du pont mise au jour par les fouilles remonte au XIIIe siècle et repose directement sur le gravier du Rhône sans fondations plus anciennes, alors que le pont médiéval remonte au XIe siècle, tandis qu’à l’est ne subsiste aucun vestige des périodes situées entre le Ve et le XIe siècle1. On pourrait donc admettre l’hypothèse que les vestiges des ponts antérieurs ont disparu ou seraient à chercher ailleurs.

19La première mention d’un pont à Lyon, sans précision, n’apparaît qu’à l’occasion du meurtre de Gratien, rapporté par Socrate le Scolastique, avant 440 (Decourt, Lucas 1993 : 104). Parmi les très nombreux blocs inscrits retrouvés lors de la démolition du pont en 1842‑1843, le bloc le plus récent remonte à Septime Sévère (Le Mer, Chomer 2007 : 480‑485, n° 429/6) et A. Lavocat a repéré près de la première arche orientale un bloc provenant du sanctuaire fédéral des Trois Gaules (Lavocat 2011 : 31). Cela suggère une construction tardive et l’on pourrait donc envisager, à la fin du IIIe siècle, la première construction ou la reconstruction d’un pont qui aurait alors servi à transporter, du sanctuaire abandonné de la Croix-Rousse à la rive droite de la Saône, les gros blocs qui ont servi de fondations au mur d’enceinte (fin IIIe-début IVe siècle). Enfin et surtout, un trésor de monnaies burgondes trouvé lors de la démolition du pont (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 566 et 611) aurait été déposé avant 534 (date du décès de Godomar). Cette date tardive pourrait nous étonner mais on sait que le pont de Pavie fut reconstruit à l’époque de l’évêque Crispin I (451‑467), que le roi des Ostrogoths Théodoric reconstruisit le pont de Vérone en 493 et que les poteaux d’un pont des années 470 (entre 290 et 530) sont signalés à Avignon (Carru 1999 : 117). Enfin, des ponts existaient à l’époque mérovingienne sur la Moselle, à Maastricht, à Metz et sur la Loire à Orléans.

20On pourrait donc considérer que la topographie a déterminé l’emplacement d’un pont construit à l’époque romaine, d’abord sur le bras primitif au pied de la colline, puis agrandi vers l’est, peut-être un peu plus au nord ou au sud que le pont médiéval puis, restauré ou reconstruit à l’époque burgonde, avant 534, à un emplacement qui n’a plus varié au cours des âges.

21Quant au passage par le sud de la Presqu’île au débouché de la rue Sainte-Hélène (Audin 1956 : 72), il pourrait avoir été abandonné assez tôt, mais après la construction, au début du VIe siècle, de la basilique funéraire de Saint-Michel d’Ainay, au nord de l’ancienne voie romaine est-ouest (rue Sainte-Hélène actuelle) ; site peut-être encore relié à la rive droite de la Saône et à la rive gauche du Rhône par un pont ou par un bac (Poidebard 1907 : n° 5 et 7) ; l’emplacement de la basilique aurait donc été choisi en fonction d’un passage encore existant.

1.1.4. Une ville chrétienne en devenir : les premières églises

22Les premiers chrétiens se réunissaient chez des particuliers et les premières églises n’ont pu se construire qu’à partir de 313 (édit de Milan). La société était encore majoritairement païenne et l’Église ne s’affirme pas encore comme un pouvoir dominant. La première cathédrale lyonnaise, l’ecclesia, n’apparaît dans les textes qu’avec l’évêque Justus (saint Just) dans les années 380 (Justus 2, PCBE IV : 1089 ; Vita S. Justi) ; mais les premiers chrétiens étant connus à Lyon dès 177, on peut en supposer sa construction assez tôt dans le IVe siècle, en tout cas avant la fin du siècle.

23Nous connaissons assez bien la vie et le rôle de quelques grands évêques, comme Irénée à la fin du IIe siècle, Justus au IVe, Eucher puis Patiens au Ve siècle, Viventiole au début du VIe siècle, et leur rôle dans la création d’une véritable communauté chrétienne, dans la vie politique et dans la construction d’églises (Eucherius 2, PCBE IV : 653‑658 ; Patiens, PCBE IV : 1432‑1435 ; Viventiolus, PCBE IV : 1191‑1192) (Reynaud 1998 : 20‑21). Les textes nous permettent aussi d’appréhender l’essor du culte des martyrs et des saints, un des aspects fondamentaux de la nouvelle religiosité. B. Beaujard distingue plusieurs périodes et remarque que dans notre région comme plus au sud, le culte des martyrs semble précoce (Beaujard 2000 : 23‑114). À Lyon, le culte de saint Just se serait développé dès le début du Ve siècle, peu après la mort du saint évêque (avant 390) (Beaujard 2000 : 132‑133). Dans la seconde moitié du Ve siècle, les évêques devenus patrons de leur cité auraient cherché à mieux assurer l’unité et la cohésion de leur communauté en faisant la promotion de martyrs ou de saints locaux et en proposant des modèles aux fidèles, en christianisant l’espace suburbain par la construction de basiliques funéraires sur les anciennes nécropoles désormais de plus en plus occupées par des chrétiens (Reynaud et al. 2012 ; Reynaud 2014a ; 2014b). A. Dubreucq, qui fait de Lyon « une plaque tournante de l’influence lérinienne », a mis l’accent sur le rôle des évêques dans la création de communautés monastiques, sous l’influence des moines de Lérins, en particulier à l’Île-Barbe et plus loin à Condat (Dubreucq 2009 ; 2012) et nous ajouterons peut-être, à Ainay.

24Avec M.‑C. Isaïa, nous pouvons esquisser le portrait de l’évêque lyonnais idéal entre le IVe et le VIIe siècle (Isaïa 2014). À partir des nombreux textes contemporains, grâce à Sidoine Apollinaire et à Grégoire de Tours, grâce aux hagiographies commandées par les évêques eux-mêmes, l’évêque lyonnais idéal, souvent d’origine sénatoriale, est un bon pasteur, un généreux bâtisseur ; il est aussi le patron de la vie civique, le defensor civitatis et ses virtutes continuent à agir après sa mort. L’hagiographie épiscopale gauloise propose d’abord le modèle martinien dans un discours « d’autojustification », le moine évêque Martin devenant la référence et fournissant des « normes » et des « comportements » à imiter. Mais à Lyon, le modèle à suivre est plutôt celui des moines de Lérins, grâce aux liens étroits qui les unissent, au milieu du Ve siècle, à l’évêque Eucher. Puis les évêques s’inspirent des moines du Jura ou de Saint-Maurice d’Agaune ; plus tard, Loup, abbé de l’Île-Barbe, est consacré évêque de Lyon. Les récits de la vie de ces évêques, destinés à des publics divers, publics d’aristocrates ou de clercs, ou à des publics plus populaires, dressent le portrait de deux confesseurs, Justus et Nizier, et de deux « martyrs », Irénée et Ennemond. En effet, dès le Ve siècle, Irénée est présenté comme un martyr, comme un « continuateur des apôtres, un prédicateur de la foi et un témoin ». Son portrait est destiné à montrer que l’Église de Lyon a pour fondement le sang des martyrs alors que celui de Justus, qui se retire en Thébaïde après un meurtre commis près de sa cathédrale, est celui « d’un homme aux vertus monastiques », un homme simple, un homme de prière et donc à sa façon un témoin.

25Sous la domination franque, le ton change : Grégoire de Tours dresse le portrait de son oncle Nizier comme celui d’un homme qui a su faire fructifier ses vertus, mais aussi d’un aristocrate proche du pouvoir, un intercesseur, puissant durant sa vie, et un thaumaturge, efficace après sa mort (Nicetius 5, PCBE IV : 1369‑1373). Au milieu du VIIe siècle, Ennemond, aristocrate élevé à la cour eut, au départ, de bons rapports avec le pouvoir mais son frère, comte de Lyon, fut assassiné près d’Orléans et lui-même, convoqué par la reine Bathilde, savait qu’il marchait au martyre. Par là même, il renouait avec la tradition lyonnaise et devenait un modèle.

26Et si « le bon pasteur est celui qui donne sa vie pour ses brebis » (Évangile selon saint Jean, chap. 10, 11), c’est aussi celui qui christianise l’espace, donne tout son pouvoir d’attraction au groupe épiscopal comme à la basilique et à la nécropole où il est inhumé et assure par là même l’installation d’une nouvelle topographie chrétienne.

1.1.4.1. La première ecclesia : Saint-Étienne et son baptistère*

27L’histoire du groupe épiscopal de Lyon est complexe et il nous faut revenir sur ses origines (fig. 6 et 7). À l’époque carolingienne, Leidrade mentionne deux églises, la maxima ecclesia (Saint-Jean) et Saint-Étienne (Coville 1928 : 283‑287). En 469, l’évêque Patiens fait construire l’ecclesia, qui deviendra l’église majeure sous le vocable de Jean-Baptiste. Cette dernière église est la première connue par les textes et nous en avions fait la cathédrale primitive, celle qui aurait été reconstruite à l’époque de Patiens, alors qu’il s’agissait en fait d’une deuxième église (Reynaud 1995b ; Reynaud 1998 : 190‑191). On peut également faire porter notre réflexion sur les origines de l’église de la communauté chrétienne à partir du baptistère. Nous le verrons, l’installation d’un baptistère dans un petit édifice thermal privé suggère que le premier lieu de culte aurait pu s’installer peu avant la paix de l’Église (313) dans ce que l’on appelle une domus ecclesiae.

Fig. 6 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin (1625) (musées Gadagne, N 857).

Fig. 6 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin (1625) (musées Gadagne, N 857).

Fig. 7 – Groupe épiscopal : plan des états 1 et 2 (IVe-Ve siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 7 – Groupe épiscopal : plan des états 1 et 2 (IVe-Ve siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Saint-Étienne

28Les historiens anciens avaient bien vu dans l’église Saint-Étienne, voisine de Saint-Jean, la cathédrale primitive (Coville 1928 : 458‑459 ; Vregille 1983 : 34‑35) (fig. 1, n° 16). Le vocable de Saint-Étienne paraissait d’autant plus clairement s’appliquer à la cathédrale primitive que le bâtiment, encore existant à la veille de la Révolution, était petit et ancien (Clapasson 1741 : 29). De plus, l’église était citée par la lettre de Leidrade à Charlemagne comme ecclesia sancti Stephani ; ce vocable était confirmé par le bref associé à cette lettre qui mentionne les 52 chanoines de Saint-Étienne – chapitre qui restera « le chapitre de Saint-Étienne », de même que le diocèse de Lyon restera « l’Église de saint Étienne » (Vregille 1983 : 34), que l’Église frappera monnaie au nom de saint Étienne monetam Sancto Stephano et que l’église Saint-Étienne est toujours citée la première (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 42) ; le diacre Florus, dans ses Carmina varia, écrit un poème dédié à l’autel de saint Étienne, patron de l’église (Carmen, IV) ; un diplôme de Louis l’Aveugle du 18 mars 892 mentionne une donation en faveur de Saint-Étienne (Poupardin 1920 : 51‑54, n° 29).

29Une réinterprétation des données archéologiques de notre fouille rue Saint-Étienne (Reynaud, Richard in Barbarin 2011 : 24‑36), nous a poussé à supposer que Patiens avait fait construire une nouvelle et grande église dédiée à Jean-Baptiste et avait réparé une église plus ancienne, donc celle qui était dédiée à Saint-Étienne (Sidoine Apollinaire, Ep., VI, 12). En effet, à l’ouest du baptistère et au nord-ouest de Saint-Jean, une structure puissante, construite en gros blocs de remploi liés par un mortier de tuileau (fig. 8), retrouvée à une profondeur équivalente à celle des blocs de fondation de l’abside de Saint-Jean (h = 164 m NGF) et installée dans des niveaux romains, pourrait remonter à l’Antiquité tardive ; on note une différence entre la partie ouest de ce mur dont les blocs sont régulièrement disposés et la partie est dont les blocs sont placés en oblique. Un mur perpendiculaire d’1 m d’épaisseur (mur 50) dont les fondations sont construites en gros blocs de remploi puis en moellons liés par un mortier de tuileau, situé à un niveau plus élevé, constitue un élément perpendiculaire ; il en est de même du mur (mur 54) construit 5 m plus à l’ouest. Un sol serait possible à peu près au même niveau que celui de Saint-Jean (h = 165 m NGF).

Fig. 8 – Saint-Étienne : plan et coupe des murs de l’état 1 (IVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 8 – Saint-Étienne : plan et coupe des murs de l’état 1 (IVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

30Faute de repères suffisants, on ne peut rattacher ces structures à aucun édifice, sauf à imaginer que ces murs appartenaient à une église construite entre le milieu du IVe et le début du Ve siècle. Cette église serait la cathédrale primitive qui aurait bientôt reçu le patronage de saint Étienne (après 415). Cette datation et toute tentative de reconstitution restent approximatives en raison de la trop faible surface fouillée entre les immeubles de la rue Saint-Étienne et la cathédrale Saint-Jean ; elle ne repose que sur des comparaisons avec des structures datées entre la fin du IIIe siècle et le Ve siècle, comme le mur des bords de Saône, l’abside du baptistère et l’abside de Saint-Jean. L’absence de tous vestiges contemporains et de trace d’abside semi-circulaire à l’est, à proximité du baptistère, suggère que cette église aurait été construite nettement plus à l’ouest et dans le même axe que le baptistère. La reconstitution que nous présentons n’a d’autre valeur qu’indicative et l’on pourrait aussi imaginer un édifice de plus grande taille. Le mur de gros blocs pourrait constituer le mur sud d’un chevet, peut-être même d’une abside outrepassée, qui se situerait au nord de la fouille et en partie sous l’immeuble voisin. Un chevet dont l’épaulement serait le mur perpendiculaire 54 est également possible. Le mur 50 pourrait appartenir à une barrière de chœur et la nef (ou les nefs) se développerait plus à l’ouest. Les prospections au radar effectuées place Saint-Jean ont mis en évidence des structures profondes (entre 2 et 4 m) : celles situées à partir de l’angle nord-ouest de Saint-Jean jusqu’au nord de la fontaine et obliques par rapport à la façade de Saint-Jean pourraient appartenir à des réseaux modernes et non à des structures de l’Antiquité tardive comme le supposait M. Lenoble (Lenoble 1996 : pl. 36, 48).

Le baptistère (fig. 7)

31Cet édifice, qui n’est pas mentionné avant l’obituaire du XIIe siècle, ecclesiam et baptisterium sancti Stephani (Guigue 1867 : 111‑112), est connu grâce aux fouilles des années 1970. Le baptistère de la seconde moitié du IVe siècle a été exhumé dans sa totalité avec, comme élément original, un chauffage par hypocauste et une forme simple qui subsista au cours des siècles alors que la cuve octogonale a été modifiée à plusieurs reprises : aux Ve-VIe siècles, on réduit les dimensions de la cuve mais on garde la construction primitive déjà ancienne et l’on modifie la salle nord.

32Les origines du baptistère sont complexes et délicates à appréhender. En effet, la cuve baptismale octogonale a été installée dans un édifice préexistant, une salle rectangulaire à chauffage par conduits rayonnants. Faute d’avoir trouvé des traces d’une première cuve baptismale, on ignore s’il s’agissait déjà d’un baptistère ou seulement d’une petite salle thermale privée. Dans le premier cas, l’installation du baptistère, et donc de la première cathédrale, aurait été très précoce (milieu du IVe siècle) et antérieure à la cuve octogonale contemporaine d’un chauffage par le sol et à la construction d’une petite abside à l’est (seconde moitié du IVe siècle). Dans le deuxième cas, l’installation d’un baptistère dans un édifice privé suggérerait que le premier lieu de culte s’était installé dès avant la paix de l’Église (313) dans une maison privée (domus ecclesiae).

33Après avoir affirmé que le vocable primitif du baptistère était celui de Saint-Étienne (Reynaud in Février et al. 1986 : 26), nous pensons maintenant qu’il pouvait plus traditionnellement être consacré à Jean-Baptiste.

1.1.4.2. La christianisation des nécropoles et les premières églises funéraires

34Sur la « Colline Sainte » (Monte sancto, Cartulaire lyonnais, n° 5, Xe siècle), les chrétiens se font inhumer à Saint-Irénée, en bordure ou parfois au cœur de l’ancienne nécropole de Trion (rue Appian). À Saint-Irénée, comme à Saint-Just, les tombes chrétiennes se regroupent autour des mausolées des saints martyrs ou confesseurs (fig. 1, n° 22, 23). Grégoire de Tours visite la crypte de l’évêque Helius (première moitié du IIIe siècle) (Grégoire de Tours, GC, 61) qui est le seul lieu de culte ancien non localisé mais que l’on situerait, en raison de son ancienneté, à proximité des anciennes nécropoles de Fourvière. À partir du Ve siècle, une basilique se construit à proximité ou au-dessus de la tombe vénérée pour accueillir les fidèles ou les défunts qui souhaitent une sépulture ad sanctos. Dans la première moitié du siècle, les premières basiliques étaient de plan simple comme à la première basilique de Saint-Just (Saint-Just I, à trois nefs et une abside) ; le plan devient plus complexe vers le milieu du siècle comme à la deuxième basilique de Saint-Just (Saint-Just II avec une abside polygonale, un transept, des salles souterraines voûtées, des portiques voire des cryptoportiques). Les élévations ont disparu sauf dans les salles construites en sous-sol ; le sol (également disparu) était à environ 250,80 m NGF et les vestiges ne dépassaient guère ce niveau (Reynaud 1998 : 231‑260 ; Reynaud 1995a : 271‑277).

1.1.4.3. Le monastère interamnis : la première abbaye d’Ainay ou de l’Île-Barbe ?

35C’est au confluent lyonnais lugdunensis interamnis que se déroule, vers 435 et au tout début de l’épiscopat d’Eucher, la rencontre entre Romain, futur abbé des pères du Jura et Sabinus, abbé du monastère situé « entre les deux fleuves » (Vita S. Romani : 11). On peut certes considérer « interamnis » comme un terme plus général désignant la ville même de Lyon (Vita S. Romani : 250‑251 ; Dubreucq 2009), mais cela ne change guère la situation car aucune autre abbaye d’hommes n’est mentionnée à cette époque. Pour ce monastère, on a le choix entre Ainay et l’Île-Barbe mais le terme « interamnis » suggère plutôt la Presqu’île située entre deux cours d’eau. Au XVIIe siècle, J.‑M. de La Mure s’appuya sur ce texte pour faire de Sabinus le deuxième abbé du premier monastère d’Ainay (La Mure 1671 : 44 ; Guigue 1885‑1893 : I, 67‑72). On remarquera à la suite d’A. Coville que le terme « interamnis » n’est jamais employé dans les documents concernant l’Île-Barbe alors qu’il l’est pour Ainay, que les listes des abbés de l’Île-Barbe ne mentionnent aucun Sabinus et que si l’abbaye d’Ainay avait été créée au IXe siècle « nous le saurions par des textes précis » (Coville 1928 : 514‑515).

36Rappelons d’abord sur quels arguments s’appuyait l’identification avec le monastère de l’Île-Barbe (fig. 1, n° 2, 3 et 4). On peut commencer par un argument a silentio : comme les historiens et nous-même, n’avions aucun indice d’une quelconque occupation humaine à Ainay à cette époque, alors que le monastère de l’Île-Barbe était mentionné par les textes dès le milieu du Ve siècle, nous avions admis que cette dernière abbaye avait abrité les moines susdits et leur abbé (Reynaud 1998 : 26 ; Rubellin 2003 : 265‑270 et 279‑288). L’argument le plus fort venait des liens étroits entre l’Île-Barbe, Condat et Agaune, illustrés par le fait que, en 515, on fait appel au monastère de l’Île-Barbe, associé à celui des pères du Jura, pour fournir des moines à Saint-Maurice d’Agaune alors qu’il n’est pas fait mention d’un autre monastère lyonnais (Dubreucq 2011), mais on pourrait expliquer ce choix par le fait que l’évêque de Lyon Viventiole avait d’abord été moine à Condat avec le rang de praepositus, et que logiquement, il avait fait appel à des moines de son ancien monastère.

37Examinons maintenant les arguments en faveur d’Ainay (Coville 1928 : 514‑515 ; Gerner 1968 : 28 et 211 ; Reynaud et al. 2016 : 19‑34) (fig. 1, n° 42). Tout d’abord, rappelons que la présence de moines est mentionnée à Lyon par Sidoine Apollinaire, à l’occasion du pèlerinage sur la tombe de saint Just (Ep., V, 17), que, d’après B. de Vregille, l’épitaphe d’un « abbé » du VIe siècle a été trouvée, en remploi, place de la Baleine (Vregille 1983 : 41), que, d’après sa Vita, un certain Attala (PCBE IV : 228) aurait été moine à Lyon au début du VIIe siècle avant de partir pour Lérins, Luxeuil et Bobbio (Dubreucq 2009 : 195‑196). On pourrait alors envisager l’existence de moines d’Ainay et même d’un abbé de ce monastère.

38Deux éléments nouveaux sont à placer en faveur du monastère de la Presqu’île. Le premier vient de la découverte par I. Parron et C. Becker d’un document de 1829 (plan de Ramée mentionné in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 146) (AMH, série 0080/146, f° doc. 3/045). Sur ce plan et sur le flanc nord de la basilique romane, figurent des sarcophages trapézoïdaux aux parois fines ; deux d’entre eux avaient été installés selon un axe nord-sud, dans un ancien bassin romain, peut-être le bassin décrit par Artaud (1846 : 161) ; d’autres sarcophages s’appuyaient à l’intérieur de murs désignés comme « romains » mais que leurs assises de briques pourraient tout aussi bien dater de l’Antiquité tardive ou de l’époque mérovingienne. On pourrait supposer soit que ces sarcophages s’appuyaient sur trois murs d’un espace de 4 m sur 23,70 m qui pourraient constituer le bas-côté nord d’une ancienne basilique, décalée de 4 m au nord par rapport à l’église romane et dont la façade occidentale n’aurait pas changé de place, soit que les fouilles avaient dégagé un portique latéral et dans ce cas l’emplacement de l’abbatiale primitive n’aurait guère été modifié. Enfin, certaines des structures « antiques » dégagées en 1885 sous Sainte-Blandine et dessinées par Monvenoux pourraient appartenir à une construction paléochrétienne dont le sol aurait été au niveau du sol de la crypte : pour A. Steyert, il s’agirait d’habitations mais une église est également possible (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 576 ; Chagny 1935 : 229). On a aussi l’assurance que ce quartier qui passait pour déserté ne l’était sans doute pas totalement : la présence de ces sarcophages est un indice sûr d’une certaine activité maintenue dans le sud de la Presqu’île alors que l’épitaphe d’un diacre mort en 540 trouvée en remploi dans le clocher pouvait avoir été transportée sur une assez grande distance (Le Blant 1856‑1865 : II, 555‑558, pl. 527). À proximité et avant 506 se construit la basilique funéraire de Saint-Michel d’Ainay, des mosaïques « tardives » sont signalées par F. Artaud et H. Stern (Artaud 1846 : 164 ; Stern 1964 : 217‑232), les fouilles récentes de la rue Jarente (Bertrand, Leroy 2012) ont livré quelques tessons de céramique mérovingienne, enfin une continuité dans le franchissement du Rhône et de la Saône est possible dans ce secteur, par exemple par un pont de bateaux ou par un bac (voir plus haut, 1.1.3). Rappelons également que les moines présents, en 469, pour la cérémonie anniversaire sur la tombe de saint Just (Sidoine Apollinaire, Ep., V, 17), viennent sans doute d’Ainay car l’on imagine mal des moines de l’Île-Barbe se déplaçant pour cette occasion.

39La deuxième nouveauté est fournie par les fouilles réalisées en 2014 au prieuré de Lémenc (Chambéry) (Ayala 2015). En effet J.‑M. de La Mure, en s’appuyant sur le missel de 1531, fait d’un certain Anselme un abbé d’Ainay qui aurait créé un monastère au Mont-Lémant en 546 (BML, n° 20730 Rés. ; Tricou 1977 ; Guigue 1885‑1893 : I, 80‑82). Le prieuré de Lémenc est connu pour la crypte en rotonde de son église datée du XIe siècle (Parron 1996) et par la donation du roi de Bourgogne transjurane Rodolphe III de ce prieuré à Ainay (Demotz in Charansonnet et al. 2015 : 110‑113) ; il s’agirait alors d’une restitution. Les sondages de diagnostic effectués à proximité de l’église ont mis au jour un édifice dont l’abside semi-circulaire a été augmentée, dans un deuxième temps, de trois absidioles outrepassées ; mais ils n’ont pu fournir de date précise pour cet édifice. On sait seulement qu’il a été installé postérieurement à des tombes gallo-romaines et à un contexte de l’Antiquité tardive, et qu’une villa carolingienne est mentionnée en 867. Certes le prieuré du VIIe siècle n’a pas été retrouvé mais l’abside mise au jour aurait pu appartenir à cet ensemble.

40On serait alors presque tenté de suivre J.‑M. de La Mure qui faisait de Sabinus un abbé du monastère d’hommes d’Ainay – le premier abbé du monasterium Interamnis pour l’Index abbatum Athanacensium – et d’Anselme le fondateur du monastère de Lémenc – fundavit monasterium Leucense (voir les recherches d’A. Dubreucq dans le cadre du programme coordonné de recherches sur l’Île-Barbe dirigé par C. Gaillard).

41Faute de fouilles récentes, cette hypothèse manque d’arguments définitifs. A. Dubreucq a mis l’accent sur le rôle des évêques, en particulier d’Eucher, dans la création de communautés monastiques (Eucherius 2, PCBE IV : 653‑658 ; Dubreucq 2009 ; 2012 ; Gaillard 2017 : 46‑47). En conséquence, il verrait volontiers Eucher fonder un monastère à Lyon même peu après son accession à l’épiscopat (vers 434) et avant 435, date du séjour de Romain à Lyon, ou encore son fils Salonius, bien avant le concile d’Orange de 441, où il signe comme évêque de Genève. On pourrait également se demander à la suite de A. Longnon et de B. Krusch, éditeur de Grégoire de Tours, si la basilique destinée à abriter les cendres des martyrs de Lyon n’aurait pas été construite sur le site du monastère (Vieillard-Troïekouroff 1976 : 146) (voir plus loin 1.2.2.2).

42À peu près au même moment aurait été fondé le monastère de l’Île-Barbe, peut-être par Eucher, d’après I. Wood et A. Dubreucq (programme coordonné de recherches sur l’Île-Barbe dirigé par C. Gaillard). Cette communauté monastique est mentionnée par Grégoire de Tours au début du Ve siècle (GC, 22). Le moine Maximus (PCBE IV) en fut peut-être l’abbé, avant de fonder son monastère à Chinon. L’île est actuellement rattachée à l’agglomération lyonnaise mais peut-on dire que les moines de l’Île-Barbe étaient lyonnais alors qu’ils vivaient à une dizaine de kilomètres au nord de Lyon ? Dans la tradition, ils faisaient partie de l’Église de Lyon et participaient par exemple à la fête des Merveilles, au cours de laquelle ils rejoignaient, à Vaise, la flottille des bateaux du clergé lyonnais qui descendait la Saône pour aborder à Ainay. Aucun vestige de cette époque n’a été repéré mais les recherches encore en cours de C. Gaillard ont permis des découvertes concernant les périodes plus récentes (Gaillard 2017).

2. Le renouveau burgonde

43Les Burgondes ont connu une histoire mouvementée entre leur départ de l’île de Bornholm, au milieu de la mer Baltique, et leur installation dans notre région (Escher 2006 ; Favrod, Escher 2012). Ils subirent une lourde défaite face à l’armée romaine d’Aetius et face aux Huns en 436‑437, et les survivants constituèrent un groupe de guerriers affaiblis mais qui avaient pris l’habitude de vivre ensemble, sous la conduite d’un même chef. C’est à eux que Rome – et parfois les cités elles-mêmes –, a fait appel, comme fédérés donc comme alliés : ils sont installés en 443 en Sapaudia (Suisse occidentale et Savoie), pour défendre l’est de la Gaule contre les Alamans et contre les Huns (à ce titre, ils ont participé à la victoire des Champs catalauniques en 451) et pour assurer la paix sociale (fig. 9).

Fig. 9 – Carte du royaume burgonde (Guyon, Heijmans 2013 : 72).

Fig. 9 – Carte du royaume burgonde (Guyon, Heijmans 2013 : 72).

44Une fois établis sur place, ils ont pu constater l’incapacité du pouvoir central romain. Le contrat personnel entre le roi burgonde et le général romain ayant été rompu par la mort d’Aetius puis de son successeur, la famille royale prit le pouvoir sur un plus vaste territoire entre 457 et 467 tout en restant théoriquement au service de l’empereur d’Occident puis d’Orient, comme le montrent les monnaies. Plus tard, les frontières méridionales ont varié entre la Durance et l’Isère en fonction des luttes contre les puissants Wisigoths et les Ostrogoths installés en Provence. En fait, deux rois se partageaient le royaume dont Genève fut la première « capitale » (pour certains, il faudrait parler de résidence plutôt que de capitale), puis Lyon la deuxième, au moment de la plus grande extension. Le roi le plus puissant fut Gondebaud (476‑516). Installé à Lyon, il entra en conflit avec son frère Godegisèle, roi de Genève qui se réfugia à Vienne, où il trouva la mort en 500. Gondebaud plaça sur le trône de Genève son fils Sigismond (505‑523) dont le frère et successeur Godomar fut vaincu par les Francs en 533.

1.2.1. Lugdunum, « capitale » burgonde

45On peut mesurer l’impact de la présence des rois burgondes à Lyon grâce à de nombreuses fouilles et à la possibilité d’affiner les datations qui permettent désormais d’attribuer certains sites aux Ve-VIe siècles (Reynaud 1982 ; Reynaud 1995c ; Reynaud 2012 ; Bonnet, Reynaud 2000). Les cités les plus favorisées sont alors les capitales comme Lyon et Genève qui abritent la cour et une partie de l’aristocratie burgonde et romaine, l’évêque et sa familia, des soldats, des artisans et des commerçants. À Lyon, Gondebaud disposait d’un praetorium, cité par Sidoine Apollinaire (Ep., IV, 20), d’une regia où furent accueillis les évêques du royaume en 499 (MGH, AA, VI, 2 : 163) et tout le monde se retrouvait au forum. Malheureusement, ces édifices sont impossibles à situer et il faut avouer notre ignorance. Certains ont pensé, en raison des importants vestiges signalés du XVIe au XIXe siècle, que le palais royal avait succédé au « palais de l’empereur » situé pour le père Ménestrier sur la colline de Fourvière (Ménestrier1696 : 15 et fig. 39A). Pour d’autres et à partir d’importants vestiges antiques, entrevus en 1760 et au début du XIXe siècle, mais non étudiés, le palais de l’empereur se trouvait entre la future basilique de Fourvière et le site de l’Angélique (Artaud 1846 : 7‑8) ; palais que les rois burgondes auraient pu occuper, puisqu’il aurait été englobé dans les murs de l’enceinte réduite. Toujours en raison de la présence de vestiges antiques, d’autres « antiquaires » l’ont localisé à l’Antiquaille où les fouilles récentes sous la direction de É. Hofmann n’ont mis au jour que les vestiges d’une belle demeure, située là encore intra-muros (Becker in Mornex, Ducouret, Faure 2003 : 20‑21 ; Hofmann 2018). Enfin, par la méthode régressive et à l’aide de textes tardifs, certains ont placé le palais royal au centre du quartier Saint-Jean actuel, soit à l’emplacement du palais de Roanne, au nord de la cathédrale, soit, à l’emplacement dit « du palais » sur la « rue du palais » (rue Saint-Jean actuelle) (Ménestrier1696 : livre second LIV ; Brühl 1975 ; Gauthiez 1994 : 5). H. Hours situe à cet endroit le « palais » des comtes de Forez aux Xe-XIe siècles (Hours in Mélanges 1990 : 163). Quant au forum, il ne pouvait s’installer que là où se trouvait un minimum de place. Dans le quartier Saint-Jean, s’il était de dimensions réduites, il aurait pu occuper le secteur où la distance entre le pied de la colline et la rivière est la plus grande et dans ce cas, la cathédrale Saint-Étienne puis le groupe épiscopal auraient été construits, comme à Aix-en-Provence, à proximité du forum. Alors qu’au nord de la Presqu’île, là où les antiquisants situent un possible forum provincial (Desbat 2016), l’espace était désormais trop restreint. Nous retiendrons donc l’hypothèse d’installations importantes dans le quartier Saint-Jean où auraient été réunies dans un même espace, les fonctions politiques, religieuses, sociales et commerciales.

46La ville était occupée par la cour, par l’administration et par quelques rhéteurs, artisans, commerçants. Une administration burgonde se superposait à l’ancienne administration et une remarquable équipe de légistes est attestée par l’œuvre législative des rois burgondes. Lyon disposait également d’un atelier monétaire dépendant du roi burgonde (Lafaurie 1972 ; Bastien 1980 ; Campagnolo 2012). On peut estimer que ces gestionnaires étaient encore assez nombreux et relativement aisés. Enfin, la cité garde pour un temps une partie de ses fonctions éducatives et un certain pouvoir d’attraction de la ville sur les élites. On trouve encore à Lyon des personnes qui parlent un latin presque classique et savent rédiger un texte convenablement (Reynaud in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 26). Mais Sidoine constate avec mélancolie, en s’adressant à Sapaudus (Ep., V, 10), que « peu de gens, aujourd’hui honorent les études ».

47La présence, à Lyon, de la cour et de la curie suppose qu’un certain nombre de dignitaires burgondes y avaient une domus et que l’aristocratie romaine y habitait au moins une partie de l’année : c’est ce que l’on peut tirer des lettres de Sidoine Apollinaire, qui possède une domus à Lyon et une villula suburbaine (Ep., II, 12, 48). Les fouilles n’ont pas mis au jour de grandes domus clairement identifiées mais les constructions de la place Adolphe-Max pourraient donner une idée de cet habitat assez luxueux (Villedieu 1990 : 29‑38). La capitale abritait donc au moins temporairement une clientèle aisée qui devait constituer un attrait certain pour les commerçants, en particulier pour les importations d’objets et de produits de luxe comme le vin de Gaza. Grégoire de Tours mentionne en effet un commerçant malhonnête qui coupe son vin avec de l’eau et les mêmes malversations de la part d’un sacristain de l’église Sainte-Marie (GC, 61). Cette clientèle aisée investissait aussi dans la construction d’édifices religieux. Un commerce à longue distance est suggéré par Sidoine Apollinaire qui décrit, pour l’ecclesia, des colonnes en marbre d’Aquitaine et nous avons trouvé en fouille, à l’extérieur du mur des bords de Saône et dans un contexte des IVe-Ve siècles, des dattes, bien évidemment importées.

1.2.1.1. Une ville polynucléaire dans son environnement : l’apport de l’archéologie

48Avant de présenter la ville proprement dite, il est bon de la replacer dans le cadre d’une cité qui ne peut survivre qu’en profitant des surplus du monde rural. Pour évaluer les échanges, la céramique est le marqueur idéal : les grands ateliers de production ne se situent pas en ville mais en milieu rural, à Portout en Savoie pour la céramique fine qui est exportée en Suisse, Lyonnais et Bourgogne ; dans la vallée du Rhône et en Provence, la production locale associée aux amphores africaines atteint le Lyonnais. Plus tard, la production de Sevrey (Saône-et-Loire) est vendue dans tout le bassin de la Saône et l’axe rhodanien reste largement ouvert aux produits méditerranéens. Au cours du VIe siècle, la production et la vente de céramique deviennent plus locales et le commerce à longue distance se raréfie (Ayala 2000 ; Faure-Boucharlat 2001 : 74‑75 ; Mani 2004).

49Pour les activités urbaines proprement dites, l’artisanat est difficile à saisir sauf en ce qui concerne la construction qui en est le marqueur le plus facile à appréhender et le plus significatif ; on pourrait lui associer le commerce sur le Rhône et surtout sur la Saône. La construction d’églises a transformé le paysage, et les fouilles ont montré qu’elle a dû constituer un énorme investissement : groupe épiscopal, basiliques funéraires multiples et remarquables, sans oublier le palais épiscopal où l’évêque vivait entouré de prêtres, d’artisans et de serviteurs, dans ce qui était devenu un véritable quartier à l’intérieur de la ville. Dans la seconde moitié du Ve siècle, le quartier Saint-Jean était constitué de nouveaux monuments, en particulier la cathédrale, associés à un habitat sans doute relativement dense : rue Tramassac, les constructions sont soignées et en petit appareil lié par du mortier, la voie nord-sud est réaménagée et un dépotoir d’épandage de boucherie est installé (période 4) (Arlaud et al. 1994 : 42‑43). Place Adolphe-Max, des thermes aménagés avec piscine et salles chauffées par conduits rayonnants perdurent, en tout cas jusqu’à la seconde moitié du Ve siècle, preuve du maintien en état d’équipements anciens (Villedieu 1990 : 38‑48) et de la conservation d’un certain niveau technique dans la construction. Les fouilles ont également mis au jour des demeures modestes par la superficie et par les matériaux utilisés (pierres et bois) ; elles laissent supposer la présence d’artisans et de petits commerçants.

50Le renouveau burgonde est toutefois limité dans l’espace et l’abandon de certains quartiers reprend au cours du Ve siècle : aucune trace d’un habitat de cette époque n’a été retrouvée au nord de la ville, lors des fouilles sous l’hôtel des Gadagne et de même au sud, au parc Saint-Georges ; au sud-est de la Presqu’île, le site du futur Hôtel-Dieu est également abandonné (Becker, Parron, Savay-Guerraz 2006 : 72‑73 ; Ayala 2013 : 408‑411 ; Ardoin et al. 2019).

51Se pose alors la question de l’alimentation en eau. Pour A. Audin, elle ne peut plus se faire sur la colline par les anciens aqueducs (Audin 1979 : 262‑265) et la ville basse ne pouvait s’approvisionner que par des puits, ce qui n’est guère dans la tradition romaine (Bernot et al. 2013). C’est pourquoi, il faut évoquer l’hypothèse du père Ménestrier et de F. Artaud (Ménestrier1696 : 36 ; Artaud 1846 : 88, 205, 210), reprise par G.‑M. Delorme, A. Steyert, F. Gabut, P. Perceveaux, N. Nugier (Delorme 1760 ; Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 568‑569 ; Gabut 1889 ; 1896 ; Perceveaux 1980 ; Nugier 1995 : 134‑135), d’un double conduit souterrain, dont on retrouve encore des traces à Neyron et à Crépieux-la-Pape en bordure de l’actuel canal de Miribel et qui aurait amené dans la Presqu’île les eaux du Rhône, des sources de la Côtière ou de la petite rivière la Sereine. Ces conduits étaient datés de l’époque burgonde ou mérovingienne en raison des moellons décorées de stries utilisés pour leur construction, type d’appareil connu à Saint-Irénée. Ils ont été visités aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles entre Neyron et Saint-Clair mais l’absence de mortier de tuileau et donc d’étanchéité a rendu difficile leur interprétation comme des conduits d’aqueduc. Il est pourtant difficile d’imaginer un autre emploi et on pourrait envisager qu’ils n’aient jamais été terminés. Des sondages effectués en 2017 à Crépieux-la-Pape par Stéphane Gaillot (SAVL) ont vérifié que le radier était fait d’argile compacte et non de mortier de tuileau et qu’il n’y avait pas trace de dépôts calcaires (Gaillot 2018). Une autre étude menée par Tony Silvino a apporté un élément décisif : la datation du conduit entre le milieu du Ier siècle avant notre ère et le milieu du Ier siècle après notre ère (49 av.-72 ap. J.‑C.) (Silvino 2019). Contemporain des galeries en arêtes de poisson de la Croix-Rousse, il ne peut donc appartenir à l’époque burgonde.

52On ignore toujours s’il y avait un quartier burgonde. On pourrait le situer sur la colline de Fourvière, à proximité des prétendus vestiges du « palais impérial », mais les découvertes dans ce secteur sont trop anciennes pour être prises en compte. A. Steyert s’appuyait sur la toponymie et considérait, comme d’autres encore récemment, que les toponymes en « -ange » ou « -ing » étaient d’origine burgonde et donc que la villa de Flacanges, mentionnée dans l’Obituaire de l’Église de Lyon (Guigue 1867 : 17), pouvait servir à situer le quartier burgonde puisque le toponyme serait passé de Flecking (le replat) à Flacanges puis à Antiquaille (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 572) ; mais l’on peut douter de la fiabilité de cette évolution sémantique et le site de l’Angélique (près de la tour métallique de Fourvière) irait tout aussi bien. Les nécropoles ne fournissent guère d’informations sur la présence d’une population venue du Nord : par exemple, l’inscription, trouvée à Saint-Irénée, de Saraga mort en 510, a été considérée comme burgonde par A. Steyert (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 585) et comme gauloise par B. de Vregille (Vregille 1983 : 46) ; elle ne peut donc servir à prouver une installation burgonde sur la colline près d’un hypothétique palais royal. Par ailleurs rien n’indique l’existence d’un établissement burgonde en dehors de la ville, semblable à celui de Carouge près de Genève (Bonnet, Reynaud 2000 : 257, fig. 5).

53Dans la Presqu’île, nous l’avons vu, seul le quart nord-ouest était partiellement occupé à partir du bas de la colline de la Croix-Rousse avec des traces sporadiques au sud où pourtant l’abandon n’a sans doute pas été total puisqu’une basilique funéraire, dédiée à Saint-Michel, et peut-être un monastère, y fut construite et que l’on peut supposer, à l’ouest, le maintien d’un franchissement du Rhône.

54La ville s’est donc réduite mais elle reste importante en surface : on arrive à un total d’un peu plus d’une quarantaine d’hectares partagés entre 36 ha pour la ville basse de la rive droite de la Saône et son extension à Fourvière et 3,6 ha pour le nord de la Presqu’île, soit, si l’on adopte le chiffre traditionnellement admis de 100 à 130 habitants par hectare, entre 3 500 et 4 500 habitants.

55Si l’on envisage une cité polynucléaire, un troisième site doit être évoqué, celui de Vaise, malgré de nombreuses difficultés, par exemple de savoir si un habitat y subsiste à cette époque et quelle était la nature de ce quartier périphérique : faisait-il partie intégrante de la ville ou constituait-il une petite agglomération secondaire ? (Dumas, Blaizot 2016 : 98‑100). On peut attester la continuité de fonctionnement de la « voie de l’Océan » et, à proximité, la présence d’occupations du haut Moyen Âge (Delaval et al. 1995 : 67) comme la reprise de la fréquentation (amphore de Gaza) de la maison aux Xenia jusqu’au milieu du IVou au Ve siècle (Delaval et al. 1995 : 122). Le maintien partiel d’un habitat reste possible à Chapeau Rouge aux VIe-VIIIsiècles (Le Mer, Chomer 2007 : 742) et, plus au nord-ouest, vers la place Valmy, où la nécropole en partie fouillée devait être associée à un probable habitat. Dans certains secteurs, un abandon est supposé dès la fin du IVe-début du Ve siècle (Aubin et al. 1999 : 22) comme à Charavay où un atelier de potier, installé début IVe-milieu IVe siècle, est fréquenté jusqu’à la fin du IVe-début du Ve siècle puis abandonné. D’autres secteurs sont occupés par des nécropoles de part et d’autre du promontoire de Loyasse, par exemple à l’est sur la rive droite de la Saône, quai Arloing, au niveau de l’Observance et sous l’ancienne école vétérinaire, où trois sarcophages de plomb des IIIe-IVe siècles sont signalés (Delaval et al. 1995 : 34, 209‑254 ; Tranoy 1995) et à l’est, sous l’ancienne usine Rhodiaceta et à Chapeau Rouge avec 22 tombes des VIe-VIIe siècles (Le Mer, Chomer 2007 : 741‑743 ; Bouvard 2016).

56Le quartier pourrait faire partie intégrante de la ville, le site étant à l’origine d’un premier secteur urbanisé, bien avant la fondation de la cité ; à l’époque d’Auguste, il a même offert des possibilités d’extension à une ville qui manquait de place. À l’appui de cette hypothèse, la ville était, aux Xe et XIIe siècles, limitée au nord par le ruisseau Charavay (acte de 954 et 1157) (Guigue 1885‑1893 : I, 93). Pourtant, des textes anciens classent cette zone dans le suburbium (Grégoire de Tours, GC, 60‑64, 2 : 335) ; la charte n° 200 de l’abbaye de Savigny place l’église Saint-Baudile in suburbio et des textes plus récents placent les limites de la ville au Bourgneuf près de Saint-Paul. Une petite agglomération indépendante ou vicus a donc été envisagée mais ce terme est refusé faute d’une inscription à l’appui de cette hypothèse (Dumas, Blaizot 2016 : 98‑100) ; on notera toutefois qu’existe, au Xe siècle, un ager vesiacensis qui aurait pu prendre la suite du vicus (cartulaire de Savigny, charte n° 201).

57Enfin, la situation topographique exceptionnelle de Vaise en bord de Saône en faisait un lieu de transit et de rupture de charge pour le transport fluvial vers Choulans par la ville haute, et la véritable « porte nord de Lyon ». Sans doute faut-il y restituer un gué et un port, peut-être un port des nautes, hypothèse suggérée par les nombreuses épitaphes trouvées à Vaise (Delaval et al. 1995 : 272‑280), avec des activités artisanales ; mais celles-ci ne sont attestées qu’aux IIIe-IVe siècles et l’on manque de données pour les siècles suivants.

58Lugdunum serait donc bien, comme Genève (Bonnet, Reynaud 2000), une ville polynucléaire, dont la colonne vertébrale était constituée par la Saône. Si à Genève, les Burgondes étaient installés à Carouge aux portes de la ville, on ignore s’il existait un quartier burgonde à Lyon ou si l’assimilation remarquable de ce peuple aux coutumes romaines avait favorisé une implantation dispersée. L’archéologie funéraire ne fournit pas de réponse à cette question mais offre quelques renseignements sur la population de l’époque. Dans les années 1970, des études anthropologiques ont été effectuées par P. Bernard et M.‑C. Sannejean pour la nécropole fouillée au sud de Saint-Just (Bernard, Sannejean 1973) et dans les années 1980 par M. Auclair pour la nécropole de Saint-Just - Saint-Irénée (place Eugène-Wernert), située un peu plus au sud et datée des IVe-Ve siècles (Auclair 1988 ; Auclair, Reynaud in Mélanges 1990 : 22). Cette dernière recherche, qui a porté sur 170 individus, enfants et adultes provenant des 176 tombes fouillées, a été effectuée selon des méthodes qui, si elles étaient fines à l’époque, sont maintenant obsolètes. On peut en retenir une moyenne d’âge au moment du décès de 45 à 55 ans pour les hommes et de 40 à 49 ans pour les femmes, une mortalité infantile forte, surtout sur les moins de 5 ans et une espérance de vie entre 24 et 34 ans (deux enfants sur trois n’atteignent pas l’âge adulte). La population est de taille moyenne (165,7 cm pour les hommes avec une assez forte proportion de grands adultes de 170‑175 cm) et souffre parfois d’arthrose. L’état dentaire est médiocre, les caries nombreuses et l’usure des dents est forte. La nécropole de Saint-Just a livré deux crânes déformés, autrefois attribués à des populations burgondes ou assimilées. La comparaison avec la nécropole romaine de la Favorite a mis en évidence un certain nombre de ressemblances dans la morphologie et des différences dans les conditions de vie qui seraient meilleures aux IVe-Ve siècles qu’aux Ier-IIIe siècles (Rouzic et al. 2017).

1.2.1.2. Le roi burgonde, l’évêque bâtisseur d’église et le nouveau paysage urbain

59Des années 465 à 535, Lyon, devenue une des « capitales » du royaume burgonde, se dota sans doute d’une cathédrale arienne, soit en occupant un édifice existant soit en construisant une nouvelle église. Les textes mentionnent un clergé arien sacerdotalis et sacerdotes (Avit, Ep., 30), et un évêque arien : en effet l’évêque Étienne de Lyon demanda à Avit, évêque de Vienne, au moment de la conversion de Sigismond, s’il était possible d’élever aux dignités ecclésiastiques un évêque hérétique (peut-être celui de Lyon ?) (Avit, Ep., 58 ; Avitus, PCBE IV : 242‑263). Les lettres à caractère théologique du même Avit témoignent de ses efforts pour convertir le roi arien Gondebaud (Ep., 4, 6, 30), mais n’évoquent pas l’existence d’une probable cathédrale arienne de Lyon (Coville 1928 : 439‑440). Toutefois la lettre 77, où Avit regrette l’absence de Sigismond qui fêtait Pâques avec son père Gondebaud, suggère que le roi arien assistait aux cérémonies pascales à Lyon, donc dans la cathédrale arienne (Shanzer, Wood 2002 : 236‑237 ; Nimmegeers 2014 : 54). On sait également que, grâce aux bonnes relations des évêques Patiens et Étienne avec le roi Gondebaud, Lyon profita des générosités du roi arien : ainsi Avit signale le don d’un lustre par Gondebaud pour une église catholique, sans doute Saint-Irénée (Homilia XXIV ; Perrat, Audin 1957 : 433‑451). On peut également rappeler pour mémoire la tradition rapportée par une bulle du pape Martin V promulguée en 1420 et reprise par Symphorien Champier, d’une fondation de la cathédrale par les « rois de Bourgogne » (Reveyron in Barbarin 2011 : 292).

60L’évêque de Lyon, comme nous l’avons vu, est un grand personnage qui, patronus ou defensor de la ville, appartient souvent à l’aristocratie gallo-romaine de la région (Isaïa 2014). Une de ses principales missions est de construire et d’assurer la dédicace des églises qui doivent assurer la christianisation de l’espace urbain comme du suburbium. Parmi les plus notables de ces évêques bâtisseurs, figure Patiens (449‑494), qui fit construire l’ecclesia inaugurée en 469 (Sidoine Apollinaire, Ep., II, 10), tout en construisant ou restaurant d’autres églises dont peut-être Saint-Irénée. La cause la plus évidente de la construction ou de la reconstruction d’édifices religieux est l’accroissement du nombre des fidèles comme des membres du clergé et l’Antiquité tardive (Ve-VIe siècle) constitue, dans ce domaine, une période privilégiée. La deuxième cause est le souci de l’évêque de maintenir son patrimoine en état, voire de le reconstruire en raison de sa vétusté. Ce phénomène est attesté par des textes anciens ou modernes : comme l’homélie d’Avit pour le baptistère de Vienne (Homilia in restauratione baptisterii) qui justifie la reconstruction du baptistère en raison de son mauvais état. On pourrait d’ailleurs évoquer à ce sujet des phénomènes naturels comme le tremblement de terre qui atteint Vienne vers 473 et qui aurait pu affecter la solidité du baptistère (la Vita Aviti mentionne des fissures). Des raisons d’ordre esthétique ou technique sont mises en avant dans le texte de Sidoine Apollinaire (Ep., VI, 12) qui loue l’évêque Patiens « des embellissements » qu’il a apportés à son église et se demande « ce qui vaut mieux des nouveaux bâtiments qui s’élèvent ou des anciens qu’on a réparés » (Apollinarius, 4, PCBE IV : 163‑166). Avit nous fait comprendre, dans un autre texte, la conception qu’avait un évêque contemporain de l’église idéale en décrivant, autour de 500, une église sans doute funéraire et dédiée aux Saints-Apôtres (Ep., 50) (Avit de Vienne, Lettres : 111‑114). Alors qu’il n’a pu assister à la dédicace de l’église construite par le dux Arigius, il imagine la scène comme s’il était présent : les orateurs louent le grand œuvre, examinent les superstructures de l’édifice, attribuent à son constructeur l’élégance de son décor ou de ses ornements comme le grand sacrifice financier rendu nécessaire par la construction, louent les proportions harmonieuses de ses dimensions, sa taille, la hauteur de son toit, la solidité de ses fondations. Ces orateurs sont capables de « polir de louanges » les revêtements de marbre, de vanter la lumière du jour collectée et enfermée par la main de l’homme, ainsi que la lumière reflétée par les métaux précieux, et toute cette pompe est destinée à louer les reliques. Bref, cette église établie pour abriter des reliques est harmonieuse dans ses proportions et construite en matériaux nobles, elle est décorée avec goût, donc chère. Pour Avit, dans cette lettre et dans l’homélie XXIV, comme pour Sidoine Apollinaire dans sa description de l’ecclesia de Lyon (Ep., II, 10), ce qui compte, c’est l’orientation, la lumière, le scintillement des mosaïques, des caissons dorés du plafond ou des tuiles (qui pouvaient être en plomb et au départ resplendissantes), le luxe des matériaux comparés à des gemmes, les placages de marbre ou les remplois de gros blocs antiques, les mosaïques, l’or des caissons du plafond, le poli du marbre, la multiplicité des espaces, enfin l’élégance et l’harmonie des proportions sont également essentielles. On peut raisonnablement penser qu’ils se sont inspirés d’Eusèbe de Césarée dont les descriptions, plus anciennes, utilisent les mêmes critères pour évoquer la beauté de l’église de Tyr (Histoire ecclésiastique, X, IV, 42‑43).

61Enfin, des cérémonies sont organisées pour la dédicace d’édifices majeurs comme l’ecclesia de Lyon, la basilique de Saint-Just ou de Saint-Pierre (église des Apôtres ?). À ces occasions, des poèmes furent inscrits de part et d’autre de l’autel de l’ecclesia, dont celui de Sidoine Apollinaire qui décrit longuement l’édifice. Fauste de Riez prononça un discours à cette occasion (Ep., II, 9 et 10) ; Avit fit de même à Saint-Irénée et à Saint-Michel d’Ainay (Homilia, XXIV ; Ep., 50).

62Surtout les évêques vont devoir apporter des réponses à des besoins nouveaux.

63Intra-muros, l’évêque doit faire construire des édifices spécialisés d’où la constitution d’un groupe épiscopal et du quartier épiscopal qui comprend l’église de l’évêque, celle des catéchumènes, peut-être même des édifices funéraires, des salles d’apparat et des lieux d’accueil pour les pauvres (xenodochium). À Lyon, on compte bientôt trois églises pour le groupe épiscopal (fig. 1, n° 16, 17, 15) : église Saint-Étienne, patron du diocèse, Saint-Jean (l’église existe dès 469), puis Sainte-Croix (VIe-VIIe siècle). La description de l’ecclesia par Sidoine Apollinaire permet de reconstituer une église semblable à celles de Ravenne avec un décor de mosaïques, de dalles, de colonnes de marbre et un triple portique (Sidoine Apollinaire, Ep., II, 10 ; Reynaud 1998 : 44‑45 ; Reynaud, Richard in Barbarin 2011 : 24‑41) ; la salle de réception chauffée, au nord du baptistère et antérieure à Sainte-Croix, appartenait sans doute à la domus ecclesiae.

64Extra-muros, l’évêque contribue à l’essor du culte des martyrs et des saints régionaux, en particulier des saints évêques, destiné à assurer la cohésion de la communauté. Phénomène intéressant, c’est l’évêque de Vienne Avit qui prononce le sermon de dédicace d’au moins deux basiliques lyonnaises, une dédiée à Saint-Michel, l’autre à Saint-Jean (Saint-Irénée) (Reydellet 2016). Sidoine Apollinaire va en pèlerinage sur la tombe de saint Just et prie avec les Lyonnais dans l’« immense » basilique (Ep., V, 17). Grégoire de Tours (GM, 48) mentionne une basilique construite pour abriter les cendres des martyrs de Lyon et dont l’emplacement a fait couler beaucoup d’encre (Reynaud 2015), ainsi qu’une crypte à Saint-Irénée (alors Saint-Jean) (Reynaud 1998 : 26 et 176 ; 2012 ; Reynaud, Collomb 2013). Des cultes nouveaux sont également attestés ainsi que des demandes de reliques extérieures comme celles de la Vraie Croix (Avit, Ep., 20, 25) ou de saint Pierre (Ep., 29).

65À Lyon, le culte des saints évêques prit son essor avec des espaces spécialisés prévus pour la vénération des reliques. Les cryptes apparaissent dès le Ve siècle mais avec des variantes : à Saint-Just, des salles souterraines isolées sont installées aux extrémités du transept et des nefs avec un accès parfois difficile (fig. 1, n° 23), à Saint-Irénée, une crypte, sans doute de vastes dimensions, est établie sous l’abside, le transept et la partie ouest de la nef (fig. 1, n° 22). À Saint-Nizier un mausolée trilobé avait sans doute été installé en hors-œuvre et non en sous-sol de l’église (fig. 1, n° 33). À Saint-Pierre de Vienne, au contraire, c’est la multiplication des annexes à l’est de l’édifice qui répond à ces mêmes besoins : des chapelles funéraires comme celle de Saint-Georges sont construites, une au nord-est (tombe de l’évêque Pantagathe, milieu du VIe siècle) et peut-être une autre au sud-est dont on suppose qu’elle aurait été prévue pour abriter les reliques de l’évêque Didier, martyr du VIIe siècle (Reynaud 2014a).

66Des réponses spécifiques durent être données aux nouveaux besoins d’espace en raison de cultes nouveaux, des grandes cérémonies anniversaires, des processions comme les Rogations mais les réponses ont été variables d’une ville à l’autre : à Lyon, les grandes églises comme Saint-Just, Saint-Laurent, Saint-Irénée disposent de trois nefs et d’un transept (fig. 1, n° 22, 24, 23). À Vienne, à Saint-Ferréol, à Saint-Romain-en-Gal (comme plus tard aux églises Saint-André-le-Bas et Saint-André-le-Haut) et à l’exception de Notre-Dame d’Outre-Gère, c’est la nef unique qui l’emporte.

67Une meilleure compréhension des édifices religieux a donc été fournie par les fouilles des années 1970‑1980 à Saint-Just, à Saint-Jean et à Saint-Laurent de Choulans, par les analyses du bâti ancien de Saint-Irénée après décapage de ses murs et, tout récemment (2012), par les fouilles sur le parvis et au nord de cette dernière église, qui ont apporté de nouvelles données.

1.2.2. Une architecture monumentale remarquable

68Le paysage urbain a changé. Aux temples ont succédé les églises. La ville est désormais dominée par de grands édifices religieux : intra-muros, un groupe épiscopal reconstruit et dédoublé, extra-muros, des basiliques funéraires installées au départ des grandes voies vers l’extérieur de la ville, sur la « Colline sainte » (Fourvière), à Vaise et sur la Presqu’île.

1.2.2.1. Un groupe épiscopal en perpétuelle évolution : l’ecclesia* (plus tard Saint-Jean), la cathédrale arienne, la domus ecclesiae

69Une des difficultés rencontrées réside dans l’interprétation de la liste épiscopale de Bologne concernant les évêques bâtisseurs. On sait que cette liste figure dans l’Obituaire de la cathédrale de Lyon, manuscrit rédigé dans la première moitié du XIIIe siècle et conservé aujourd’hui à la Bibliothèque de l’université de Bologne (manuscrit 925). Elle reprend, en la prolongeant et en ajoutant des notices pour certains évêques, celle qu’Hugues de Flavigny avait insérée dans sa Chronique à la fin du XIe siècle, en utilisant probablement la liste dite d’Autun, plus ancienne (IXe siècle) et dépourvue de notice. Pour nous, son principal intérêt réside dans les notes qui relient certaines églises à certains évêques : Saint-Étienne et son baptistère à Alpinus, l’église des Apôtres à Eucher, Saint-Paul, Sainte-Eulalie et le monastère des Terreaux à Sacerdos, Sainte-Croix, et Saint-Just à Arigius. Elle a été analysée par A. Coville qui a remarqué certaines erreurs – par exemple que les fils d’Eucher n’ont pas été évêques de Lyon –, mais qui a considéré les additions concernant les églises, certes postérieures aux deux premières listes, comme « précieuses » (Coville 1928 : 242‑248). Pour C. Perrat, ces notes avaient été empruntées à des documents anciens comme le cartulaire perdu de Saint-Just et de Saint-Irénée (Perrat 1962). Les auteurs de La topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle ont estimé qu’elles n’ont pas de caractère d’ancienneté « car elles ne figurent pas sur les exemplaires plus anciens de la liste épiscopale » (Beaujard et al. 1986 : 20, AK). Fort de ce rejet, nous n’en avons pas tenu compte… et pourtant quand on met en parallèle les dates proposées en fonction des données archéologiques, on peut se demander si ces notes n’appartiennent pas à une tradition ancienne. En effet, dans certains cas, les datations proposées pourraient correspondre à la réalité comme l’attribution de l’église cathédrale Saint-Étienne et de son baptistère à Alpinus (fin du IVsiècle) ou celle de Sainte-Croix à Arigius (début du VIIe siècle) ; on remarquera que la dédicace de Saint-Étienne au 15 septembre est également le jour de la fête de saint Alpinus. L’église des Apôtres est rattachée à l’évêque Eucher (milieu du Ve siècle), ce qui serait possible si l’on attribuait certains sermons de l’Eusebius Gallicanus à Eucher et non à Fauste de Riez comme nous l’avons fait en suivant B. Beaujard (Faustus 1, PCBE IV : 734‑744 ; Beaujard 2000 : 133) ; il faudrait alors rajeunir quelque peu la construction de la basilique de Saint-Pierre de Vaise mais une dédicace par Avit autour de 500 est également possible. La fondation de Saint-Paul et de Saint-Georges est attribuée à l’évêque Sacerdos qui est présent au concile de Paris en 551/552. Pour Saint-Paul, on peut seulement arguer du fait que Leidrade, au début du IXe siècle, restaura une église existante, qualifiée de domus, ce qui n’est guère éclairant et que son clergé dispose d’une barque lors de la fête des Merveilles, privilège réservé aux églises les plus anciennes. Quant à l’église Saint-Georges, elle existait plus sûrement avant l’époque carolingienne puisque Leidrade fit exécuter des travaux à l’église qui aurait succédé au monastère de Sainte-Eulalie, lui-même connu par cette unique mention. La liste attribue enfin la fondation du monastère des Terreaux à Sacerdos, mais d’autres traditions font intervenir saint Ennemond et les données archéologiques sont alors trop succinctes pour pouvoir trancher.

70À l’époque de Patiens et en 469, le groupe épiscopal comportait au nord-ouest l’église Saint-Étienne et son baptistère au nord-est, et l’église Saint-Jean au sud.

Saint-Étienne et le baptistère

71En fait, la communauté chrétienne de Lugdunum, la plus ancienne de Gaule, a dû se doter très tôt d’une ecclesia, église de l’évêque et de la communauté, et d’un baptistère, installés en bord de Saône, artère vitale de la nouvelle ville ; s’ajoutent bientôt une deuxième et plus tard une troisième église constituant un groupe épiscopal qui s’est conservé avec des changements notables jusqu’à la Révolution. La présence d’un groupe épiscopal à Lyon n’est pas originale mais c’est à Lyon que, très tôt en France, on a eu la preuve archéologique de l’existence de plusieurs édifices autour de la cathédrale (Reynaud 1998 : 44‑86 ; 2014a) (fig. 7).

Saint-Jean

72L’évêque Patiens fait donc construire une nouvelle et grande église dont la dédicace est l’occasion de la rédaction de poèmes dont celui que rédige Sidoine Apollinaire (Ep., II, 10) (fig. 1, n° 17). Le poète situe l’église en bord de Saône et décrit une église orientée dont l’intérieur était décoré de mosaïques et pourvu d’un plafond en caissons dorés. À l’extérieur elle était soit entourée, comme à Saint-Laurent de Choulans, d’un triple portique pourvu de colonnes en marbre d’Aquitaine et précédée par un atrium, soit le triple portique s’appuyait contre la façade de l’église et était prolongé par un atrium dont l’espace central (campum medium) devait constituer la forêt de pierres que décrit le poème, soit enfin, et nous privilégions cette hypothèse, un atrium à triple portique était précédé de portiques nord-sud qui constituaient une entrée monumentale comme à Saint-Laurent de Milan. Nous n’insisterons pas sur cette lettre maintes fois commentée depuis le XVIe siècle (Picard 1989 ; Reynaud 1998 : 44‑45 ; Reynaud, Richard in Barbarin 2011 : 32). On ignore le vocable primitif de cette église cathédrale et Saint-Jean conviendrait mieux à un baptistère : on peut seulement supposer que lors de la disparition du baptistère au début de l’époque carolingienne, le vocable du baptistère est passé à celui de la maxima ecclesia sancti Johanni Baptistae.

73Les travaux de 1935 ont confirmé la présence d’une abside ancienne sous le transept de la cathédrale actuelle (fig. 7 et 37 infra). En 1971, nous avons pu effectuer des sondages à l’est et à l’ouest de cette abside découverte en 1893 et dégagée en 1935 (Sachet 1914‑1918 : vol. 1, 64‑66 ; Macé 1936 ; Reynaud 1998 : 50‑52). Nous avons pu descendre assez profondément le long de la paroi extérieure de l’abside (sondage de 1,50 m par 1,10 m sur 2,80 m de profondeur) et découvrir des fondations profondes construites en grands blocs de remplois. Ces éléments suggèrent une fondation puissante dont on ne connaît qu’une toute petite partie d’où l’impossibilité de donner un diamètre précis pour cette abside même si l’abside carolingienne qui lui a succédé avait un diamètre intérieur d’environ 13 m. Un niveau de sol est possible vers h = 165 m NGF. Ce type de construction est semblable à ce que l’on connaît de Saint-Irénée et de Saint-Laurent de Choulans (Reynaud 1998 : 150‑161 ; Reynaud et al. 2012 : 238‑241) et correspondrait donc bien à la date de la dédicace de 469. Nous ne connaissons malheureusement ni la largeur ni la longueur de l’édifice, qui devait dépasser en importance les deux églises contemporaines de Saint-Irénée et de Saint-Laurent de Choulans (30 m de longueur et 19 m de largeur pour les trois nefs). Le mur, reconnu sous le porche nord de Saint-Jean, sur 1,20 m de longueur et 0,85 m de largeur, pourrait par son appareil irrégulier, par son mortier et surtout par son niveau (h = 1,65 m) remonter à l’Antiquité tardive et éventuellement constituer le mur de la galerie nord du triple portique dont parle Sidoine Apollinaire. On ignore si l’église comportait un transept, mais la place aurait manqué pour un transept très débordant.

74Un atrium est possible à l’ouest, sous la place qui existe au moins depuis le XVIe siècle, d’après les gravures anciennes (fig. 191 infra). De nouvelles prospections au radar ont été effectuées en 2017 dans le cadre d’une étude sur la cathédrale Saint-Jean (dir. G. Macabéo et N. Reveyron) et les résultats, en cours d’analyse, suggèrent en effet la présence d’un édifice rectangulaire qui pourrait correspondre à l’atrium occidental de la cathédrale.

La cathédrale arienne

75Quant à la cathédrale arienne, elle est ignorée des textes. Si l’on peut supposer son existence à Lyon, « capitale » d’un royaume dirigé par des rois ariens, on ne possède guère d’indices concernant sa localisation. On peut supposer qu’elle se trouvait intra-muros et peut-être à proximité de la cathédrale primitive comme à Vienne (Grégoire de Tours, HF, II, 33 : 80‑83). À Barcelone, l’évêque arien aurait pris la place de l’évêque catholique et l’église dite wisigothique a été installée au sud de la cathédrale ; l’église de Saint-Just située à proximité serait devenue la cathédrale catholique (Beltrán de Heredia Bercero 2013 : 16‑118). Ce transfert paraît difficile à Lyon où le métropolitain jouissait d’un grand pouvoir moral et spirituel. Certes, on pourrait envisager que l’évêque ait occupé une église du groupe épiscopal, par exemple Saint-Étienne, la plus proche du palais royal ; c’est du moins l’hypothèse de D. de Colonia qui en fait « la chapelle royale des anciens roys bourguignons-vandales » (Colonia 1728‑1730 : I, 50) mais le retour au clergé catholique aurait donné lieu à une cérémonie que personne ne mentionne. Saint-Pierre-le-Vieux (voir 3.3.5.2), église située, comme à Barcelone, intra-muros et à proximité du groupe épiscopal catholique mais en dehors du quartier épiscopal, aurait plus facilement pu servir de cathédrale pour les ariens.

76Cette petite église (fig. 1, n° 19), située au sud de la cathédrale, n’a jamais fait l’objet d’une véritable étude. Sa construction est impossible à dater faute de textes et de données archéologiques. H. Gerner situe, sans arguments, sa fondation « au moins aux temps mérovingiens » (Gerner 1968 : 29 et 296). L’église était peut-être ancienne mais son origine reste inconnue, même si J. Vingtrinier s’appuie sans doute sur un ancien inventaire des reliques (XIIIe-XIVe siècle) qui mentionne un saint Pérégrin, premier chapelain de l’église pour faire remonter sa construction à l’évêque Patiens (il pourrait aussi s’agir du premier évêque et martyr d’Auxerre au milieu du IIIe siècle). On doit ajouter que lors de la démolition de l’église au XIXe siècle, de nombreux blocs de remploi, dont deux blocs gallo-romains inscrits, ont été récupérés, ce qui pourrait être un signe d’ancienneté (Vingtrinier 1901b : 57‑58 ; Le Mer, Chomer 2007 : 442), mais l’enceinte réduite était proche.

La domus ecclesiae

77Les nombreuses fouilles réalisées dans le quartier Saint-Jean posent également le problème de la domus ecclesiae, la maison de l’évêque (Reynaud 2012). Ce terme est ambigu. Les textes mentionnent souvent la camera ou chambre de l’évêque, sa chapelle ou son oratoire, mais d’autres bâtiments sont probables car l’évêque était à la tête d’une vaste familia qui comptait un certain nombre de prêtres et de clercs, d’une administration ecclésiastique importante dont le rôle était prédominant dans les œuvres caritatives. Pour accueillir les visiteurs, il fallait des salles de réception, il fallait loger tout ce monde et nourrir la familia comme les pauvres, ce qui supposait de vastes greniers. Pour d’autres villes, les textes mentionnent parfois des salles à manger, des bains, des hospices ou xenodochia (Balcon-Berry et al. 2012). Si à Genève et grâce aux fouilles, on a une idée assez précise du quartier épiscopal durant l’Antiquité tardive (Bonnet 1986 ; 2009 : 160‑164), à Lyon on n’en connaît guère l’étendue. Toutefois, les archéologues ont mis au jour des bâtiments bien construits qui auraient pu appartenir au quartier épiscopal : ils sont en effet situés dans un rayon d’une centaine de mètres au sud-est de la cathédrale et dans un quartier qui a été profondément restructuré à cette époque (Ve siècle) : constructions qui comportaient des thermes et une cour à péristyle au sud (place Adolphe-Max) (Villedieu 1990 : 49, 111), une zone artisanale et un édifice monumental à l’ouest (rues Tramassac et Carriès) (Arlaud et al. 1994 : 88). Sans oublier la grande salle de réception chauffée par conduits rayonnants que nous avons mise au jour sous l’église Sainte-Croix (23 m x 14 m) ; dimensions fournies par les conduits rayonnants, comme on en trouve à Genève, où un décor de mosaïque a même été conservé (Bonnet 1989). Récemment encore, on supposait que la Manécanterie, avec son arc à claveaux de briques et de pierres alternées extradossé de deux rangs de briques sur sa paroi nord (fig. 10 et 54 infra), constituait une des maisons épiscopales construites au IXe siècle par Leidrade mais une datation en thermoluminescence et archéomagnétisme en remonterait la construction entre le IIIe et le Ve siècle, à moins que les briques ne soient des remplois (réunion « GDRE Terres cuites architecturales » à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les 7 et 8 novembre 2011, résultats provisoires et jamais confirmés communiqués par P. Guibert). Pour les parties basses de l’édifice, on remarque que les briques et les claveaux de l’arc ont un module de 51 cm, soit une coudée correspondant à un pied de 34 cm que l’on situerait entre le VIe et le VIIe siècle (Guerreau 2012) avec un sol à h = 165,80 m NGF, niveau voisin du deuxième ressaut de fondation de l’abside de Saint-Jean et donc d’époque burgonde tardive ou peut-être franque. L’axe de ce mur sud de la Manécanterie a sans doute une origine antique qui explique la différence d’orientation entre Saint-Étienne et Saint-Jean ; orientation que l’on retrouve pour certains murs des édifices antiques mis au jour place Adolphe-Max (mur 46, 62, 50, 52, 55) (Villedieu 1990 : pl. VI‑IX ; Reynaud 1998 : fig. 163). Enfin cette structure constituait le mur nord d’un édifice disparu : en effet, l’extrados de l’arc qui ouvrait au nord était doté de deux rangs de briques visibles dans la salle du trésor et dans les caves, alors qu’il n’y en a aucun du côté sud. L’entrée se faisait donc par le nord, du côté le plus décoré (fig. 10).

Fig. 10 – Manécanterie : mur sud, vu du nord, et porte de l’état 1 (DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 10 – Manécanterie : mur sud, vu du nord, et porte de l’état 1 (DAO C. Ybard, SAVL).

78On peut donc soit admettre que le quartier épiscopal connaît à Lyon, comme à Genève, une extension maximale dès les Ve-VIe siècles, qui correspondra plus tard au domaine de la justice canoniale ou à celle de l’enceinte du XIIe siècle (Reynaud 2009 : 27), soit se contenter d’affirmer que l’on ignore tout de la fonction des bâtiments mis au jour dans ce quartier.

1.2.2.2. La christianisation du suburbium et le culte des reliques : un plan « lyonnais » d’églises à transept (Saint-Just*, Saint-Irénée*, Saint-Laurent de Choulans*) et des constructions monumentales

79Sur la « Colline sainte », les chrétiens continuent à se faire enterrer entre Saint-Irénée et Saint-Just, en bordure de l’actuelle montée de Choulans. En 2015 et 2016 (Inrap, direction E. Ferber), des centaines de sépultures (839) ont été fouillées, qui se situent entre le IVe et le VIe siècle et adoptent la même typologie que celle de la nécropole proche de la basilique de Saint-Just (voir plus bas : 1.3.2). La longévité du site semble liée à la présence des basiliques funéraires de Saint-Just et de Saint-Irénée, alors que la population s’était installée dans la plaine et l’on note la totale absence de matériel métallique que l’on pourrait associer à des populations germaniques. À côté de ces grandes nécropoles ont été mises au jour, rue des Farges, une trentaine de tombes en fosse, en coffre de dalles ainsi que trois sarcophages rectangulaires et plusieurs sarcophages trapézoïdaux qui ont été datés de la fin du Ve-début du VIe siècle (Desbat 1984 : 34‑35 ; Le Mer, Chomer 2007 : 589) ; d’autres, plus ou moins importantes, se créent aux portes de la ville basse à Choulans, à Vaise, au nord de la Presqu’île, au départ des grandes voies ou au débouché du ou des ponts sur la Saône. E. Bouvard et E. Leroy ont cartographié la permanence et les déplacements de ce « paysage funéraire » lyonnais (Bouvard, Leroy in Gaultier, Dietrich, Corrochano 2015 : 37‑44).

80Dans la seconde moitié du Ve et le premier tiers du VIe siècle, des basiliques funéraires se construisent sur ces nécropoles. Le même schéma se retrouve à Saint-Irénée et à Saint-Laurent de Choulans (fig. 1, n° 23, 24) : trois nefs, transept débordant avec une abside très puissante et semi-circulaire à Saint-Laurent et, au contraire, réduite à Saint-Irénée. La présence d’un transept débordant et à croisée dans les trois basiliques funéraires fouillées ou étudiées à Lyon montre que le transept était plus répandu en Gaule qu’on ne le pensait autrefois et était peut-être surmonté d’une tour à Saint-Just II et à Saint-Laurent : certains, comme Charles Bonnet, vont jusqu’à parler de « plan lyonnais » (fig. 11). On peut se demander si un même architecte n’a pas construit Saint-Irénée et Saint-Laurent de Choulans dont les dimensions sont strictement les mêmes, à l’exception de l’abside. De même, les cryptes ne semblent pas exceptionnelles puisqu’on les retrouve à Saint-Just II et surtout à Saint-Irénée où elles occupaient, si l’on en croit Avit, une grande surface au début du VIe siècle et où elles étaient, au VIIe siècle, accessibles par des escaliers en U (Reynaud 1998 : 240‑244 ; Reynaud et al. 2012 ; Reynaud, Collomb 2013).

Fig. 11 – Saint-Irénée : plan de l’état 2b (seconde moitié du Ve siècle) (Reynaud et al. 2012 : 237, fig. 16, DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 11 – Saint-Irénée : plan de l’état 2b (seconde moitié du Ve siècle) (Reynaud et al. 2012 : 237, fig. 16, DAO O. Puel, SAVL).

81Dans la première moitié du Ve siècle, on peut encore trouver des murs de faible épaisseur, souvent faits de remplois de moellons gallo-romains agrémentés parfois d’appareils en arêtes de poisson comme à Saint-Just (portique occidental). À partir de la seconde moitié du Ve jusqu’au VIIe siècle, les maçonneries deviennent plus puissantes, les murs sont fondés à l’aide de gros blocs de remplois comme dans les assises inférieures de l’abside de Saint-Jean (469), dans les fondations de l’abside de Saint-Laurent de Choulans qui comportent trois assises de gros blocs et dans les chaînages d’angle de la nef qui présentent une même superposition de gros blocs. Cette disposition se retrouve aussi aux angles du mausolée E fouillé par A. Audin au nord de Saint-Irénée et encore à l’angle des murs trouvés par le même archéologue près de Saint-Pierre de Vaise (Audin 1959 ; 1966). Les élévations, rarement conservées, peuvent être partiellement en gros blocs comme à Saint-Irénée I, dont les murs gouttereaux de la nef sont datés de la seconde moitié du Ve siècle et à Saint-Irénée II (murs de l’abside polygonale de la crypte datés de la première moitié du VIIe siècle). Ces monuments religieux de prestige conservent donc la tradition romaine de construire en maçonnerie de pierres liées par du mortier (Reynaud 1998 : 223‑229). La basilique de Saint-Laurent, par la puissance de ses structures comparables à celles de la cathédrale Saint-Jean ou de Saint-Irénée, est un bon exemple des constructions d’époque burgonde de la fin Ve-début VIe siècle à Lyon.

Les dimensions des églises et quelques données de métrologie

Jean-François Reynaud

Les dimensions de Saint-Laurent de Choulans sont comparables à celles de la cathédrale de Clermont construite dans les années 470 par l’évêque Namatius et à celles de la basilique de Saint-Martin de Tours reconstruite par l’évêque Perpetuus dans les mêmes années (avant 488‑489). Ces deux dernières églises n’ont pas fait l’objet de fouilles exhaustives mais Grégoire de Tours fournit leurs dimensions en pieds (HF, II, 16 et HF, II, 14). Le problème est donc de savoir de quel pied il s’agit. La réponse est fournie par le même évêque de Tours qui donne les dimensions de la muraille de Dijon : il en évalue l’épaisseur à 15 pieds, ce qui correspond aux 4,30 m de la muraille identifiée en fouilles (HF, III, 19 ; Beaujard et al. 1986 : 59). Il utilise donc le pied de 0,34 m qui, d’après A. Guerreau, est habituel à l’époque franque : cet historien dont la métrologie est une des spécialités s’est en effet intéressé aux dimensions des églises de Lyon (Guerreau 2012) et nous avons pu compléter cette étude à la lumière de nos fouilles. Pour les églises lyonnaises, A. Guerreau distingue, à juste titre, l’utilisation de trois pieds différents : le pied romain traditionnel de 0,29 m, puis le pied « drusien » de 0,34 m, autre valeur du pied romain que l’on trouve, par exemple dans les cryptoportiques de Saint-André-le-Bas à Vienne, puis à nouveau le pied romain de 0,29 m à l’époque carolingienne et enfin le pied médiéval de 0,32 m. Nous avons pu situer autour des années 450 la date du passage du pied romain traditionnel au pied drusien. À Saint-Laurent, construction de la fin Ve-début VIe siècle, la longueur totale intérieure est de 42,20 m (soit 124 pieds drusiens) mais 47,70 m avec le portique occidental (soit 140 pieds) et la largeur de 15,80 m ou 21 m avec les portiques (soit 46 et 62 pieds). On constate que la basilique lyonnaise est de taille comparable aux mesures fournies par Grégoire de Tours (HF, II, 16 et 14) : pour la cathédrale de Clermont, 150 pieds de long, soit 51 m, et 60 pieds de large, soit 18 m et pour la basilique Saint-Martin de Tours, 160 pieds de long soit 54,40 m et 60 pieds de large, soit 20,40 m ; quant aux hauteurs de murs, nous les avions estimées à 14,40 m à Saint-Laurent de Choulans, ce qui se rapproche des 45 pieds, soit 15,30 m de Saint-Martin de Tours. Si l’on ne dispose guère de plans complets pour l’époque carolingienne à Lyon, on peut situer le passage au pied de 0,32 m dans la seconde moitié du Xe siècle à Saint-Irénée, où la longueur de la crypte est de 11 m, soit 34 pieds. On peut le vérifier au XIe siècle à Saint-Étienne où la nef et l’abside ont une largeur ou une ouverture de 3,25 m, soit 10 pieds et le transept 15 m de long, soit 44 pieds et l’on retrouve les mêmes valeurs à Saint-Martin et à Saint-Loup de l’Île-Barbe. Au XIIe siècle, le transept de Saint-Paul atteint 32 m de long, soit 100 pieds, celui de Saint-Just 36,80 m, soit 108 pieds et les nefs 24 m de large, soit 70 pieds.

Saint-Irénée* (autrefois Saint-Jean), une troisième église d’époque burgonde (fig. 12)

Fig. 12 – Saint-Irénée : relevé du mur nord (seconde moitié du Ve siècle et XIXe siècle) (J.‑F. Reynaud ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 12 – Saint-Irénée : relevé du mur nord (seconde moitié du Ve siècle et XIXe siècle) (J.‑F. Reynaud ; DAO O. Puel, SAVL).

82Ce long développement trouve sa justification dans les recherches récentes que nous avons menées sur cette église (fig. 1, n° 23). En 30 ans d’efforts soutenus, des réponses à certaines de nos questions ont été fournies par des décapages des murs de l’église et des bâtiments adjacents, par des fouilles que nous avons menées à l’ouest et au nord de l’église, par des analyses en thermoluminescence et archéomagnétisme réalisées sur les briques de la descente d’escalier nord et de la fenêtre nord (Reynaud et al. 2012 ; Reynaud, Collomb 2013).

83De nombreux textes anciens, souvent sujets à discussion, mentionnent l’église de Saint-Irénée qui compte parmi les plus vénérables de Lyon et dont le vocable primitif était, d’après Adon, celui de Saint-Jean (PL 123). L’homélie 55 du recueil d’Eusebius Gallicanus concernant les martyrs Épipode et Alexandre serait, pour B. Beaujard, l’œuvre de Fauste de Riez qui, avec l’évêque Patiens, en aurait donc fait la promotion en les considérant comme les « défenseurs de la cité » (Beaujard 2000 : 133). Mais on ignore tout de l’origine de ces deux martyrs et pourquoi ils sont inhumés dans la même basilique qu’Irénée alors que ce dernier n’était pas encore considéré comme martyr au début du VIIe siècle (Reynaud et al. 2012 : 226). Entre 500 et 514, l’évêque de Vienne Avit prononça le sermon de dédicace d’une l’église supérieure qui surmontait une église inférieure de grande taille (Homilia, XXIV). À la suite de A. Steyert (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 570), de C. Perrat, d’A. Audin (1957 : 433‑451) et de B. Beaujard (2000 : 348‑349) mais contrairement à R. Colardelle (2008 : 158‑162), nous estimons que cette église se trouvait à Lyon et que l’évêque décrit Saint-Irénée comme une église où « le septénaire » (nefs de sept travées ?) s’oppose à un espace transversal (transept ?), où le chœur est surélevé (« les parties les plus élevées où se trouve l’autel étant séparées du niveau inférieur par un léger surhaussement »), où une église inférieure de grande taille est pourvue de piliers et voûtée « au moyen de ceux-ci (ces supports), les maçonneries surgissant du sol s’élancent jusqu’au faîte sans être coupées par aucune poutraison » (Reynaud 2014a : 152‑153). Les passions d’Alexandre, d’Épipode et d’Irénée, les écrits de Grégoire de Tours, indiquent clairement qu’Irénée fut enterré sous l’autel, entouré d’Alexandre et d’Épipode dans la crypte de Saint-Jean (plus tard Saint-Irénée). L’attribution de la construction à l’évêque Patiens ne repose que sur un poème retrouvé en 1410 et dont la date de rédaction est controversée mais la construction de la basilique a pu commencer sous son épiscopat.

84En fait, ne subsistent de l’ancienne basilique funéraire de Saint-Irénée que la base des murs gouttereaux de la nef construits en gros blocs de « choin » de remploi et percés au nord et au sud de portes monumentales, ainsi que l’abside et les murs de la crypte avec ses escaliers d’accès. Au départ, seule la crypte a fait l’objet de recherches archéologiques dont celles d’A. Audin (Audin, Perrat 1959) qui découvrit sous le chœur une abside semi-circulaire. S. Wyss, B. Bourrust et A. Degors ont tenté une reconstitution des états anciens de la construction (Wyss 2005). Avant 1986 et depuis 2006‑2007, nous avons analysé les vestiges anciens, effectué des relevés et nous nous sommes reposé la question de savoir quels éléments de la crypte appartenaient à l’époque burgondo-mérovingienne. En 2012, nous avons pu confirmer certaines hypothèses grâce à des fouilles menées en façade occidentale et au nord de l’église (Reynaud et al. 2012 ; Reynaud, Collomb 2013) (fig. 11).

85Établir une chronologie crédible avait été le but de notre première étude, mais la datation des techniques de construction comme les arases de briques, les ouvertures à claveaux de briques et de pierres ou encore les escaliers en U de la crypte restait délicate et flottait entre le Ve et le Xe siècle. Des analyses (P. Guibert (dir.), UMR 5060) effectuées par les laboratoires de thermoluminescence de Bordeaux (P. Guibert (dir.) et A. Bouvier) et d’archéomagnétisme de Rennes (P. Lanos (dir.) et S. Dufresne) ont fourni des résultats suffisants pour proposer plusieurs états de construction (Reynaud et al. 2012 : 235‑236).

86Le plus méridional des mausolées découverts par A. Audin au nord de l’édifice (mausolée D) pourrait constituer le premier état des constructions chrétiennes et avoir abrité les dépouilles du saint évêque (Audin 1959 : 12‑14 ; Reynaud, Collomb 2013 : 454‑458).

87À un second état appartiendraient les murs gouttereaux de la grande basilique funéraire. Dans ces murs, construits en grands blocs de remploi et distants de 19 m (fig. 12), s’ouvraient des portes nord et sud au linteau en bâtière fait de briques et pierres alternées. La façade occidentale a pu être située grâce aux fouilles de 2012 et grâce à des travaux anciens effectués au sud-ouest et au nord du parvis (Reynaud, Collomb 2013 : 459‑469) (fig. 13). On peut donc, comme à Saint-Laurent, reconstituer trois nefs de 19 m de large sur 29 ou 30 m de long, subdivisées en sept travées ce qui correspondrait à la description d’Avit. Ces dimensions impressionnantes, qui sont à mettre en rapport avec le culte des trois « martyrs », semblent presque normales à Lyon (Saint-Just et à Saint-Laurent de Choulans) comme à Vienne (Saint-Pierre, Saint-Ferréol et Notre-Dame d’Outre-Gère) (fig. 14).

Fig. 13 – Saint-Irénée : fouilles au nord de l’église (2012) (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 13 – Saint-Irénée : fouilles au nord de l’église (2012) (cliché J.‑F. Reynaud).

Fig. 14 – Plan comparé des basiliques lyonnaises (Reynaud et al. 2012 : 242, DAO M. Drost, C. Ybard, SAVL).

Fig. 14 – Plan comparé des basiliques lyonnaises (Reynaud et al. 2012 : 242, DAO M. Drost, C. Ybard, SAVL).

88À l’est et au départ de la pente, une petite abside (Audin, Perrat 1959) ainsi qu’un grand transept s’ajoutaient aux sept travées des nefs : l’abside était peut-être polygonale à l’extérieur si l’on tient compte de l’état suivant ; la profondeur de ses fondations s’expliquerait par la présence d’une crypte. Le grand transept débordant atteindrait près de 30 m de longueur en fondation sur environ 11 m de large et serait le troisième connu à Lyon pour l’Antiquité tardive. Pour la crypte, les données sont plus réduites : on peut soit reconstituer deux portes d’entrée de plain-pied avec la nef et un escalier situé dans l’axe des portes, ce qui a l’inconvénient de placer très haut le sol du chevet au-dessus de la crypte, soit supposer des accès latéraux non identifiés mais possibles aux extrémités du transept comme dans la basilique de Gaza (Elter 2012). La crypte comporterait alors une salle rectangulaire centrale voûtée d’environ 11,80 m par 6 m, largeur peut-être réduite à 5 m par des arcs latéraux, assez proche de celle de Saint-Laurent de Grenoble. Nous ignorons tout du reste de la crypte mais selon la description d’Avit évoquant une église inférieure aussi importante que l’église supérieure, la crypte aurait pu s’étendre sous une partie des bras du transept comme à Saint-Just II mais avec des salles plus grandes et reliées entre elles (8,50 m par 5 m) ainsi qu’à l’est de la nef. L’existence d’une église inférieure pose la question des plus anciennes cryptes : dans son ouvrage incontournable sur les cryptes, C. Sapin n’explicite pas clairement la différence entre une église inférieure et une crypte (Sapin 2014 : 35 et 302) ; cette différence pourrait simplement provenir des dimensions, la fonction restant la même celle d’un espace réservé au culte des reliques.

89Une datation de la seconde moitié du Ve siècle est fournie par les données textuelles, archéométriques et archéologiques : par les analyses des briques de la porte nord (datées de 456 ± 116) et par la typologie des murs construits en gros blocs de remplois. On retrouve ces blocs à Saint-Laurent de Choulans et à Saint-Pierre de Vaise pour Lyon, à Saint-Ferréol pour Vienne, églises qui appartiennent à la seconde moitié du Ve-début du VIe siècle.

90On est donc en droit de considérer que le texte d’Avit s’applique parfaitement à Saint-Irénée où sept travées (le « septénaire ») et un transept sont probables. La construction a pu se faire en plusieurs temps, être initiée par Patiens entre 450 et 475, puis poursuivie par ses successeurs jusqu’à l’époque d’Avit (entre 500 et 515) (Avitus 2, PCBE IV : 242‑263). On pourrait même aller plus loin et supposer que c’est pour cette église qu’Avit, lorsqu’il se rend à Lyon à l’occasion de la dédicace d’une basilique, peut-être en 515, prononce une homélie, même si le vocable n’est pas mentionné (Ep., 57). À cet état appartiendraient également les niveaux inférieurs et moyens de la nécropole fouillés par A. Audin et par nous-même ainsi que de nombreuses épitaphes retrouvées au XIXe siècle (fig. 14) (Audin 1959 : 19‑24 ; Reynaud, Collomb 2013).

Les églises funéraires disparues : Saint-Michel d’Ainay, Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière), Saint-Côme, Saint-Nizier, Saint-Pierre de Vaise ou Saint-Pierre d’Ainay, ancienne église des Apôtres ?

91Malgré l’absence de nouvelles fouilles mais grâce à une relecture des textes et des données archéologiques, nous pouvons proposer de nouvelles hypothèses concernant plusieurs églises urbaines et suburbaines. La connaissance des monuments religieux peut en effet être améliorée grâce à l’étude des spolia de la fin du IIIe au VIIe siècle remployés dans la construction de la cathédrale et des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon. Ces blocs de remploi, si nombreux dans les fondations, peuvent même servir de marqueur pour retrouver des édifices religieux disparus de l’Antiquité tardive.

92À la fin du IIIe siècle, des monuments comme le temple de Fourvière et le sanctuaire fédéral de la Croix-Rousse sont détruits et servent de carrière pour la construction de l’enceinte réduite (Reynaud 2017a ; Reynaud et al. 2018). Dès le milieu du IVe siècle, les temples deviennent des coquilles vides dans les régions le plus tôt christianisées et l’édit de Constance (356‑357) ordonne la fin des sacrifices et la fermeture des temples (Code théodosien, IX). En 398, il devient possible de donner des bâtiments en ruine (Code théodosien, XV). L’espace des temples est privatisé mais la construction d’églises se fait encore sur des sites « neutres » jusqu’à la fin du Ve siècle. Le point culminant est atteint en 435 quand Théodose II ordonne la destruction des temples qui subsistent (Kaplan 2001).

93Différents types de spolia sont utilisés pour les matériaux de construction de l’enceinte réduite et des édifices de culte. La récupération de briques antiques a été prouvée par les analyses de thermoluminescence effectuées à Saint-Irénée sur les claveaux des portes nord et sud, sur ceux des fenêtres nord et sud, ainsi que sur les arases des descentes d’escalier (Reynaud et al. 2012 : 235‑236). La récupération de gros blocs de choin, inscrits ou pas, provenant des monuments funéraires de la Presqu’île, est notable dans les fondations du mur des bords de Saône (fin du IIIe-début du IVe siècle) (fig. 4) (Reynaud 1998 : 56‑62), des absides du baptistère (fin IVe siècle) et de Saint-Jean (469) (fig. 8 et 37), de Saint-Laurent de Choulans (fin Ve-début VIe siècle), de Saint-Irénée I (seconde moitié du Ve siècle) et II (troisième tiers du Ve siècle), du mausolée F de Saint-Irénée (Ve-VIsiècle). En revanche, de tels blocs de remploi sont absents à Saint-Just dans les murs de la première moitié du Vsiècle, mais apparaissent dans les fondations de la nouvelle abside polygonale établie sur la pente (Reynaud 1998 : 66‑76, 78‑83, 150‑158, 179‑182). Cela se vérifie également, nous allons le voir, pour plusieurs églises détruites au XIXe siècle.

Saint-Michel d’Ainay

94On peut s’appuyer sur l’épitaphe de la reine Carétène relevée par J. Spon au XVIIe siècle (note manuscrite dans Spon 1673) et sur la Vita Marcelli, publiée en 1984 par F. Dolbeau, pour attribuer à la reine Carétène la fondation d’une église dédiée à l’archange saint Michel et dédicacée par Avit de Vienne (Prévot in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 61‑72) (fig. 1, n° 41). Carétène aurait construit cette basilique presque en bordure de la Saône et peut-être au débouché d’un franchissement de la Saône qui aurait perduré. Elle est mentionnée au Xe siècle à l’occasion du passage des reliques d’Eusèbe et Pontien en 863 (Analecta Bollandiana 1883 : II, 368‑377 ; BHL 2747). L’église médiévale agrandie au XVIIe siècle, désaffectée au XVIIIe siècle, mais d’après F. Artaud (Artaud 1846 : 166) encore existante dans les années 1770‑1780, est bien située dans l’espace par les plans anciens et sur le cadastre moderne par A. Steyert (fig. 15 et 198) ou encore par A. Sachet : elle se trouvait à l’emplacement de l’ancienne rue Saint-Martin devenue rue Clotilde-Bizolon (plan terriste, ADR, 11 G 449‑450) (Steyert 1884 : 46 ; Sachet 1914‑1918 : vol. 2, 223 ; Chagny 1935 : 341‑350 ; Février et al. 1986 : 31 ; Le Mer, Chomer 2007 : 390‑393 ; Prévot in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 61‑72).

Fig. 15 – Saint-Michel d’Ainay : situation et reconstitution du plan (Steyert 1884 : 46).

Fig. 15 – Saint-Michel d’Ainay : situation et reconstitution du plan (Steyert 1884 : 46).

95F. Artaud (1846 : 166) mentionne et situe des murs anciens, romains ou ayant appartenu « au monastère Saint-Michel » dégagés à 9 ou 10 pieds de profondeur. Il déclare surtout avoir reconnu, au début de la rue Saint-Martin, les fondations de l’église faites de gros blocs de choin qui reposaient parfois sur des blocs de granite « qui ont servi au pavé des Romains ». A. de Boissieu relate qu’en 1829, en creusant les fondations de la maison Martin, les ouvriers mirent au jour un chapiteau, des bas-reliefs, deux bases de statues ainsi que des blocs de choin et qu’en 1847, il avait été témoin de la démolition rue Saint-Martin (au n° 9 pour Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 248‑249) d’un mur « qui n’avait pas moins de deux mètres d’épaisseur » où se trouvaient engagés quatre énormes tronçons de colonnes (75 cm de diamètre) et quatre blocs inscrits, dont un resté en place sous l’immeuble situé à l’angle nord de la rue Saint-Martin et de la place Saint-Michel (Boissieu 1864 : 68) ; un tombeau de marbre a été découvert dans l’ancien cimetière ainsi que l’épitaphe de deux femmes dont l’une datée de 552 (Le Mer, Chomer 2007 : 386‑387 et 390‑393).

  • 2 Ces matériaux ont servi au milieu du XIXe siècle à la construction de l’église de Saint-Trivier-de (...)

96Les blocs en place vus par F. Artaud devaient appartenir aux fondations de l’édifice construit avant 506 (décès de la reine Carétène), ce qui correspond bien à la typologie des murs de la fin du Ve siècle, mais, à notre grand regret, nous ne disposons d’aucun relevé. Pour permettre une attribution plus précise, il serait nécessaire que le gros mur nord vu par A. de Boissieu soit mieux situé dans l’espace et dans le temps : certes, un mur doté de fondation de 2 m de large est envisageable pour un édifice assez exceptionnel, par exemple pour une abside ; pour A. Steyert, il s’agirait plutôt du mur d’enceinte de l’abbaye qui serait alors d’une épaisseur exceptionnelle (voir son plan mais plus à l’est)2. À l’exception d’un petit bloc orné d’un fleuron, le sondage effectué par nos soins en 1972 a été décevant, faute d’avoir pu descendre au-delà du niveau atteint par la tranchée d’installation de conduits électriques (0,80 m de profondeur) (Reynaud 1972).

Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière)

97La basilica Sanctae Mariae (plus tard Notre-Dame de la Platière), mentionnée par Grégoire de Tours (GC, 64) juste après la basilique de Saint-Nizier, n’est ni située ni datée avec précision (Beaujard et al. 1986 : 33) (fig. 1, n° 30). Dans un autre texte de Grégoire de Tours (HF, IV, 36, MGH, SRM, I, 1, 168) déjà cité, apparaît une basilique située près d’un pont sur la Saône qui pourrait être soit l’église Saint-Nizier, soit l’église Notre-Dame, si l’on suppose – à notre avis à tort – qu’elle se trouvait au débouché même du premier franchissement de la Saône (hypothèse soutenue par B. Gauthiez) (1994 : 13‑14). Le site était d’autant plus favorable que la basilique était longée à l’est par une voie antique nord-sud (vestiges de canalisation rue de la Platière) susceptible de se raccorder à la voie du Rhin ou du Léman qui reste un axe important au Moyen Âge (Le Mer, Chomer 2007 : 336‑337). D’autres comme M. Rubellin (Rubellin 2003 : 150, n. 6 de la lettre de Leidrade) ont hésité entre Notre-Dame de la Saunerie, chapelle de l’hôpital fondé par Childebert et Notre-Dame de la Platière mais le caractère funéraire de la basilique signalé par Grégoire de Tours exclut, à notre avis, la chapelle de l’hôpital. La solution est apportée, nous le verrons (3.2.3.2), par un diplôme de 863 qui associe Sainte-Marie au monastère voisin de Saint-Pierre-les-Nonnains.

98Des arguments apportés par l’archéologie viennent à l’appui du choix de Notre-Dame de la Platière que l’on situe avec précision car l’église figure encore sur les plans du XVIIIe siècle (fig. 16). C’est à l’occasion de sa destruction, au XIXsiècle que furent découverts de nombreux blocs inscrits provenant de monuments funéraires initialement regroupés près de l’amphithéâtre proche (Richard 1992) ou encore un sarcophage (Artaud 1846 : 199, n. 2). Certains blocs de ces blocs peuvent avoir été trouvés dans les fondations de l’ancienne église, rue de la Platière (n° 7) (Allmer, Dissard 1889‑1890 : vol. 3, 199‑201, n° 275). On pourrait également rattacher à l’église les blocs récupérés à proximité, en remploi dans les immeubles de la rue Lanterne (ancienne rue de L’enfant qui pisse) (Allmer, Dissard 1889‑1890 : vol. 3, 468), au numéro 12 de la rue (421‑425, n° 86) ou encore à l’est (ancienne rue de la Palme) dans des murs antiques ou médiévaux. Quant au « dallage » retrouvé en place rue Lanterne à 1,50 m sous le sol actuel, il n’est qu’approximativement situé « presque en face du n° 28, côté nord de la rue » et « entre la maison évangéliste et le n° 12 de la rue Lanterne » (Mémoires de l’Académie impériale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 2e série, classe des lettres, 13, 1866‑1869, séance du 2 août 1867 : 355‑356 ; Allmer, Dissard 1889‑1890 : vol. 2, 59‑61, n° 111 ; Le Mer, Chomer 2007 : 336‑338). Il aurait appartenu à un mur d’enceinte longeant la rive gauche de la Saône. De nombreux blocs gallo-romains ont été retrouvés à proximité et la probabilité est forte de voir, dans certains d’entre eux, les vestiges des fondations anciennes de Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière).

Fig. 16 – Le centre de la Presqu’île au XVIIIe siècle (rente noble de Saint-Pierre : plan terriste, ADR, 11 G 449‑450).

Fig. 16 – Le centre de la Presqu’île au XVIIIe siècle (rente noble de Saint-Pierre : plan terriste, ADR, 11 G 449‑450).

Saint-Côme

99Cette chapelle était située entre Saint-Pierre-les-Nonnains et Saint-Nizier (fig. 1, n° 32). Bien répertoriée par les documents anciens (fig. 16) (rente noble de Saint-Pierre, ADR, 11 G 449‑450, en bas à droite du plan), elle est représentée sur le plan de Lyon de Braun et Hogenberg, publié en 1572 et sur celui de Philippe Le Beau de 1607, sur les plans des XVIIIe et début XIXe siècles comme le plan de Séraucourt, et sur les restitutions de Lyon en 1350 et en 1750 réalisées par B. Vermorel et par F.‑R. Cottin (Vermorel in Forma urbis 1997 : pl. 2/1 ; Cottin, Loisy, in Forma urbis 1997 : pl. 11/3). À son emplacement et lors du percement de la rue Chenavard en 1849, ont été mis au jour de nombreux blocs antiques de remplois, parfois inscrits, et même un mur de gros blocs (Le Mer, Chomer 2007 : 339‑340).

100Sur la rente noble de Saint-Pierre, l’église a 40 pieds de long, soit 13,6 m, et 18 pieds de large, soit 5,10 m. En 1741, A. Clapasson juge la chapelle « d’une haute antiquité » et surtout on y voit des colonnes dont les chapiteaux en marbre sont « presque d’ordre corinthien » (Chomer, Pérez 1982 : 114) – peut-être parce qu’ils datent de l’Antiquité tardive. Le vocable présente l’intérêt de remonter à l’Antiquité tardive (Gerner 1968 : 327). On imaginerait donc une église ancienne, transformée en chapelle dépendant des moniales de Saint-Pierre qui y assistaient à la messe du matin ou aux vêpres. Un prêtre est mentionné vers 1195 (Guigue 1885‑1893 : I, 98, n° 71).

Saint-Nizier

101Les origines de cette basilique funéraire, tôt dédiée à Saint-Nizier, sont discutées et suscitent de nombreuses questions (fig. 1, n° 33).

Les traditions

102Les traditions affirmées par les historiens lyonnais, et pour certains jusqu’au milieu du XXe siècle, faisaient de Saint-Nizier la première cathédrale de Lyon. Ils s’appuyaient sur la lettre de Sidoine Apollinaire qui situe l’ecclesia en bord de Saône (Ep., II) ; elle aurait ensuite été transférée à Saint-Irénée puis à son emplacement actuel. La réponse à cette première question a été fournie par la découverte du baptistère au nord de la cathédrale Saint-Jean (Reynaud 1998 : 61‑76).

103Les érudits lyonnais et parisiens se disputent depuis le XVIe siècle pour déterminer le lieu où les chrétiens auraient souffert le martyre (Athanaco pour Grégoire de Tours, GM, 48) et pour savoir où se trouvait l’église des Apôtres qui abritait les cendres des martyrs de 177. De nombreux historiens pensaient que les martyrs avaient souffert « du côté d’Ainay » et donc que l’amphithéâtre se trouvait au sud de la Presqu’île. La réponse à cette question a été fournie par la découverte de la dédicace de l’amphithéâtre à la Croix-Rousse. Ces cendres, miraculeusement recueillies dans les eaux du Rhône, auraient été déposées dans l’oratoire de Pothin, c’est-à-dire à Saint-Nizier, « église des Apôtres », point d’arrivée du cortège fluvial lors de la fête des Merveilles. Nos érudits se sont appuyés sur Adon, qui suggère que la fête se terminait par la messe solennelle dans une église qui, dédiée aux Saints-Apôtres, pourrait fournir en retour un sac de cendres à Ainay (Guigue 1885‑1893 : I, 21 et 41‑48 ; Quentin 1908 : 132 ; Dubois, Renaud 1984, col. 279) ; un texte moins connu et rappelé par A. Dubreucq dans sa conférence aux Amis de Saint-Martin d’Ainay du 29 janvier 2019 est celui de la translation des reliques des saints Eusèbe et Pontien, qui, en 863, sont présentées dans l’église des Apôtres (Analecta Bollandiana 1883 : II, 370 ; BHL 2747) ; malheureusement cette église n’est pas située. L’hypothèse que Saint-Nizier était bien l’église des Martyrs ou des Apôtres était donc admise (Reynaud 1998 : 196‑197 ; Rubellin 2003 : 151, n. 50 ; Rossiaud 2008 : 37 ; Reynaud et al. 2012). Nous verrons dans ce chapitre pourquoi le vocable de Saint-Pierre ne pouvait s’appliquer à Saint-Nizier et nous soutiendrons plus loin l’hypothèse d’un autre emplacement pour l’église des Apôtres, celui de Saint-Pierre de Vaise ou celui de Saint-Pierre d’Ainay.

104Enfin, les chanoines de Saint-Nizier prétendaient posséder les reliques de l’évêque Ennemond en s’appuyant sur les textes qui situaient la tombe de l’évêque dans une église Saint-Pierre (ou des Apôtres). Après un long procès qui, en 1252, reconnut d’abord les droits des moniales, ils eurent finalement gain de cause en 1308 et 1322, même si les chanoines de la cathédrale et les rédacteurs du procès-verbal, qui avaient des doutes, demandèrent une enquête pour savoir si Saint-Nizier était bien l’église des Apôtres, ad inquirandum utrum ecclesia Sancti Nicetii ecclesia Apostolorum habeatur (Guigue 1880a : 155 ; Chopin in Reveyron 2005 : 170) (voir plus bas le chapitre sur Saint-Pierre des Terreaux en 2.4.4).

105Leur victoire ne prouve rien car deux arguments peuvent être avancés à l’encontre d’un vocable Saint-Pierre qui aurait précédé celui de Saint-Nizier : tout d’abord Austrégésile, avant d’être nommé évêque de Bourges fut, d’après sa première vita (BHL 839), qui remonterait plutôt à la seconde moitié du VIIe siècle qu’au IXe siècle, d’abord prêtre et abbé de la basilica sancti Nicetii (et non de Saint-Pierre) (Vita Austrigisili : 191 ; Austrigisilus, PCBE IV : 302‑305). On sait également que le patronage de l’évêque Nizier s’était imposé dès avant l’époque d’Adon puisque Leidrade restaura l’ecclesia Sancti Nicetii où les Libri Confraternitatum signalaient 24 chanoines (Coville 1928 : 285) alors que la Vita Wilfridi, au début du VIIIe siècle, situe la tombe d’Ennemond dans l’église Saint-Pierre et non à Saint-Nizier. On doit se résigner à ignorer le vocable primitif de la basilique avant qu’il soit, très tôt supplanté par celui du saint évêque.

106Pour bien comprendre ces questions complexes, à la fois religieuses, sociales et politiques, il est nécessaire de les replacer dans leur contexte du début du XIVe siècle. M. Powell a bien montré que les clercs et les bourgeois de Saint-Nizier avaient alors une double ambition (Powell 1997) : s’affirmer contre l’archevêque et contre le chapitre cathédral, et pour cela ils réclamaient des droits civils tout en mettant en avant la primauté de leur église où ils s’étaient installés au milieu du XIIIe siècle. Dès le début du siècle, les habitants ont cherché à secouer la tutelle de l’autorité ecclésiastique, en se soulevant en 1208 contre Renaud de Forez, en 1269 contre le chapitre cathédral, au début du XIVe siècle contre la fête des Merveilles, mise en scène du pouvoir de l’archevêque, qui ne disparut qu’en 1393 (Rubellin in Pelletier et al. 2007 : 210‑213 ; Rossiaud in Pelletier et al. : 316‑317). Il leur fallait aussi donner un passé glorieux à leur église, faire admettre sa primauté puisqu’elle aurait abrité la vénérable « crypte » de Pothin, le siège de la première cathédrale, le premier culte de la Vierge et la basilique funéraire, où les cendres des martyrs, puis les reliques d’Ennemond, étaient vénérées ; autant de forgeries que le pape Innocent IV va avaliser en 1251 par deux indulgences, bientôt suivi de l’archevêque Louis de Villars par les indulgences de 1303 et 1307 et par la création d’un collège de chanoines en 1306. Compte tenu de ces aspects politico-religieux très tardifs, il nous paraît difficile de considérer Saint-Nizier comme la primitive église ses Apôtres.

La basilique funéraire

107Grâce à quelques documents anciens (procès de 1308), on peut situer la construction de la basilique avant le début du VIe siècle, puisqu’à ce moment les évêques de Lyon commencent à y élire sépulture. On sait que le premier évêque inhumé dans l’église était Rusticus, mort en 501, ce qui fournit une datation ante quem pour la construction de la basilique. Leurs épitaphes étaient réparties dans des chapelles autour de l’abside majeure et l’évêque Nizier s’est fait inhumer en 573 dans une église qu’il n’avait pas fait construire lui-même et qui rapidement changea de vocable (Beaujard et al. 1986 : 32‑33). Le culte des saints évêques ne fut pas à l’origine de l’installation d’une communauté monastique puisque la basilique était desservie, nous l’avons vu, par des clercs dont Austrigisilus, prêtre qualifié d’abbas dans sa vita la plus ancienne (BHL 839), rédigée au VIIe siècle (Beaujard et al. 1986 : 32 ; PCBE IV : 302‑305).

108Le sous-sol de la basilique funéraire de Saint-Nizier a été perturbé par la construction d’une vaste crypte ou caveau des chanoines qui, en 1755, occupa toute la nef centrale et, plus tard en 1883, par la destruction de la crypte orientale. De plus, il n’a malheureusement jamais été l’objet de fouilles. De l’état ancien et jusqu’à la fin du XIXe siècle ne subsistait qu’une crypte polylobée, de petite taille et prévue pour n’abriter que quelques tombes d’évêques qui y étaient encore installées en 1308 (fig. 17). La forme trilobée est connue par des descriptions anciennes (procès-verbal de visite de 1308, in Guigue 1880a : 155) et par des relevés du XIXe siècles (Steyert in Meynis 1886 : 510 ; C. A. Benoit in Reveyron 2005 : 163-167 ; Boué 1841). Le dessin est original et rappelle la crypte de Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 2008 : 163‑167). À l’origine, il s’agissait sans doute d’une sorte de mausolée de petite taille (absidioles de 2,50 m d’ouverture et carré central de 4 m de côté pour une longueur nord-sud maximum de 6 m) construit à l’est de la basilique et ensuite englobé dans la construction gothique : en effet, le sol de la crypte (donc du mausolée) était à 3,20 m sous le sol de l’église actuelle. C. Martin-Daussigny donne la même profondeur pour le sol romain (10 pieds sous le niveau actuel) ; il remarque aussi, avec justesse, que creuser une crypte dans ce secteur serait impossible, en raison de la nappe phréatique (Martin-Daussigny 1853 : 25).

Fig. 17a et b – Saint-Nizier : plan et coupe de la crypte (ADR, A 3PL 489).

Fig. 17a et b – Saint-Nizier : plan et coupe de la crypte (ADR, A 3PL 489).

Fig. 17a

109Pour la basilique primitive, on peut, mais sans preuves, imaginer une abside située sous la croisée du transept actuel : voir le plan de A. Steyert (Steyert 1895‑1897 : I, 575) où le couloir semi-circulaire a pu être installé à l’intérieur de l’abside ancienne (celle-ci a pu être précédée par un transept, comme la plupart des basiliques funéraires lyonnaises). Malheureusement les archives archéologiques sont donc muettes et la seule mention de vestiges anciens se trouve dans l’ouvrage de F. Artaud qui signale des vestiges de l’église primitive, sans doute dans le grand caveau central, « dont on voit encore des restes de murailles de façon romaine, sur lesquels sont assis les piliers des voûtes » (Artaud 1846 : 205) ; on pourrait alors envisager une nef d’environ 12 m de largeur, soit l’équivalent de la nef centrale de la cathédrale Saint-Jean. Un autre indice peut être fourni par l’ancien clocher-porche qui aurait été construit au niveau de la deuxième travée de la nef centrale en avant de la façade primitive (voir plus loin 4.2.2 et Cottin 1994, plan p. 4). On pourrait donc supposer que cette nef avait une trentaine de mètres de longueur, soit les dimensions des basiliques funéraires lyonnaises alors que, en tenant compte de la présence de la crypte polylobée à l’est, la place pourrait manquer pour un transept. Par ailleurs les fouilles récentes ont montré que l’axe de la basilique est perpendiculaire à celui de la voie nord-sud mise au jour place d’Albon ; voie abandonnée à la fin du IIe siècle mais dont le tracé sera repris par la rue Mercière, légèrement décalée vers l’est (Bernot 2018 : 37), ce qui suggère une fondation ancienne pour la basilique funéraire. On remarque toutefois que si son axe est sensiblement le même que celui du pont du Change, la basilique est décalée vers le sud, comme si son emplacement était plus déterminé par la présence d’une zone funéraire installée au sud de la petite enceinte que par le débouché du pont.

Saint-Pierre de Vaise ou Saint-Pierre d’Ainay, ancienne église des Apôtres ?

110Nous présentons deux hypothèses : celle que Saint-Pierre de Vaise était l’ancienne église des Apôtres (Reynaud in Archives et Architecture 2015 : 51‑60 ; Reynaud in Prévot, Gaillard, Gauthier 2014 : vol. 1, 155‑156) (fig. 18 et fig. 1, n° 5) mais également celle qui fut autrefois défendue par B. Longnon ou B. Krusch, qui situeraient à Ainay l’église où l’on vénérait les cendres des martyrs (Vieillard-Troïekouroff 1976 : 146). Ces hypothèses reposent sur une relecture des textes et sur une nouvelle interprétation de données archéologiques anciennes.

Fig. 18 – Vaise en 1789 (AML, 1 S 103).

Fig. 18 – Vaise en 1789 (AML, 1 S 103).
Des textes difficiles à interpréter
  • 3 On ne sait rien de l’ancienneté de Saint-Pierre-le-Vieux située au sud de la cathédrale et qui, in (...)

111La lettre des chrétiens de Vienne et de Lyon, transmise par Eusèbe de Césarée, était connue mais, faute de reliques, le souvenir de 177 s’était estompé ou avait même disparu. Il fallut attendre le Ve siècle pour voir le culte des martyrs connaître un renouveau soit avec Eucher, soit avec Fauste de Riez qui, présent à Lyon en 469 pour la dédicace de l’ecclesia, pourrait bien être l’auteur d’un sermon sur sainte Blandine (recueil dit d’Eusebius Gallicanus, textes rassemblés au début du VIe siècle) ; comme l’auteur déplore que les cendres des martyrs aient été englouties par l’eau, on peut supposer qu’il n’y avait alors, faute de reliques, aucun édifice consacré à ce culte (Beaujard in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 57). Grégoire de Tours, nous l’avons vu, signale la construction d’une église pour abriter les cendres des martyrs, miraculeusement récupérées dans le Rhône mais sans indication de lieu (GM, 48). Le culte des martyrs se maintient à l’époque carolingienne et le martyrologe d’Adon mentionne une descente de la Saône en bateau et une église des Apôtres où les cendres des martyrs étaient vénérées et où était célébrée une messe (Dubois, Renaud 1984 : 2 juin, 182). Pour ne rien laisser de côté, signalons que Saint-Pierre est le vocable de la basilica sublimis construite grâce à l’action du dux Arigius autour de l’année 500, peut-être à Lyon (Genève est exclu, Arigius étant un soutien inconditionnel de Gondebaud) (Avit, Ep., 50 ; Shanzer, Wood 2002 : 326‑330). Les Acta s. Aunemundi précisent que le frère du saint évêque, préfet de Lyon, avait été inhumé dans l’église des Apôtres basilica Apostolorum vel quadraginta octo martyrum (AA SS, septembre, VII : 695) ; la Vita Wilfridi, une source anglaise du début du VIIIe siècle, raconte que Wilfrid fut reçu à Lyon par l’évêque Delphinus (autre nom d’Ennemond d’après les Acta Sanctorum) et situe sa tombe à l’église des Apôtres mais sans plus de précision (MGH, SRM, VI, 193‑200 ; Coville 1928 : 369‑370). Les Acta Sanctorum placent la tombe de l’évêque Ennemond dans l’église sancti Petri Apostoli et attribuent à l’évêque une donation pour l’entretien des pauvres dans cette église qui pourrait être la même église, puisque le vocable de Saint-Pierre succède traditionnellement à celui des Saints-Apôtres (AA SS, septembre, VII : 696). D’autres textes mentionnent cette église des Apôtres sans apporter de localisation définitive, comme le récit de la translation des reliques d’Eusèbe et de Pontien en 863 (Analecta Bollandiana 1883 : II, 370 ; BHL 2747) mais on sait qu’elles étaient vénérées dans l’église des moniales. On restera prudent sur la liste épiscopale tardive de Bologne qui fait le lien entre l’évêque Eucher et la basilique des Apôtres et sur l’affirmation de l’obituaire de Bologne (XIIIe siècle) qui fait reposer Ennemond ad Sanctum Petrum cytra Ararim, donc dans une église de la rive droite de la Saône : en effet la mention « cytra Ararim » ne figure pas dans le manuscrit le plus ancien celui de la Tour-du-Pin qui ne signale qu’une église Saint-Pierre, sans précision (AA SS, septembre, VII, 677 ; Condamin, Vanel 1902 : 90)3.

112C’est B. Beaujard qui, dans sa communication sur Grégoire de Tours à Lyon, suggéra, à la suite de M. Vieillard-Troïekouroff, que Grégoire distinguait l’église des martyrs (ou église des Apôtres) et celle où fut inhumé son oncle Nizier, alors que les textes contemporains ne mentionnent jamais la présence de cendres des martyrs dans cette basilique (Vieillard-Troïekouroff 1976 : 148 ; Beaujard in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 59). Pour l’église des Martyrs ou des Apôtres, il faudrait donc chercher une église autre que Saint-Nizier, une église disparue ou reconstruite.

Saint-Pierre de Vaise, « basilique » funéraire puis église paroissiale

113Les arguments en faveur de l’église Saint-Pierre de Vaise nous ont paru significatifs (Reynaud in Archives et architecture 2015 : 51‑60). Cette église est inconnue des historiens de l’Antiquité tardive mais les données historiques et archéologiques paraissent assez pertinentes pour en faire l’église où étaient vénérées les cendres des martyrs. Au IXe siècle, le texte d’Adon montre bien que le point de départ de la fête des Miracles puis des Merveilles était en amont de la ville, sans doute dès avant l’époque carolingienne (Rossiaud in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 37‑39) ; les documents plus récents précisent que le cortège fluvial se formait à Vaise où les archéologues supposent l’existence d’un port (Delaval et al. 1995 : 280).

114Il ne subsiste aucun vestige de l’église romane Saint-Pierre de Vaise qui disparut au milieu du XIXe siècle au profit d’une église néoromane. L’édifice du XVIIIe siècle est évoqué, dans les années 1780, dans un mémoire des fabriciens contre leur curé qui décrit le mauvais état de l’église « trop petite pour contenir le nombre de ses paroissiens » et mentionne le maître-autel réalisé en 1771 ainsi que le pavage, la table de communion et la chaire installés en 1769 (AML, fonds Coste, 110 798‑800 : 1‑39). Le compte rendu de sa démolition atteste la présence de vestiges anciens. Nous disposons de quelques lignes d’A. Comarmond, inspecteur des Monuments historiques du Rhône et de l’Ardèche, qui suivit l’affaire de près et qui, dans sa lettre à son ministre de tutelle en date du 17 mai 1845, déclare : « On a abattu une ancienne église de style byzantin du 10e au 11e siècle qui dépendait d’un ancien monastère de bénédictins. Vers la fin de 1844, on commença à creuser les fondations de l’église actuellement en construction et l’on y découvrit les inscriptions dont je viens de vous parler. Aujourd’hui, on a repris ces travaux et dans les deux premiers jours de cette semaine, on a retiré, en démolissant les fondations de la vieille église, deux vastes tombes en calcaire jurassique, portant chacune sur le devant, une inscription funéraire en l’honneur des défunts qu’elle renfermait. De plus, on a retiré une large pierre de même genre sur laquelle est gravée une double inscription en l’honneur d’un sevir augustal et de son épouse, plus encore de nombreux débris d’autres inscriptions mutilées. Visitant souvent ces travaux, je viens vous affirmer que toute la partie basse des fondations de cette ancienne église a été entièrement construite de débris romains, que c’est une riche mine archéologique à exploiter et qui recèle peut-être des trésors archéologiques […] non seulement les inscriptions y abondent, mais encore on y rencontre des débris de colonnes, de statues, de bas-reliefs, des pierres de très grandes dimensions, chargées de moulures et une foule d’autres fragments qui attestent qu’on pourrait faire des fouilles fructueuses et des découvertes certaines pour la science et l’art » (Comarmond 1846 : 2).

115On pourrait penser que ces blocs avaient été utilisés pour la construction de l’église romane mais la découverte en 1964 de l’angle nord-ouest d’un grand édifice, au nord-ouest de la façade de l’église du XIXe siècle, a changé la donne (Audin 1966 ; Le Mer, Chomer 2007 : 723‑728). C’est à l’occasion de travaux de modification de la voirie à l’angle nord-ouest de l’église Saint-Pierre et de l’installation d’un égout dans ce qui est devenu la place Vanderpole (ancienne montée de la Carrière) qu’en 1964 A. Audin mit au jour un angle monumental de murs construits en blocs de calcaire jurassique (« choin ») ou de calcaire du Midi (désigné comme molasse), parfois inscrits et donc en remploi (fig. 19 et 20). Trois relevés effectués à cette occasion (plan de situation, vestiges en plan et en élévation) donnent une bonne idée des découvertes : ces blocs s’étagent sur quatre assises de hauteur en fondation (2,50 m de haut) et une en élévation (0,60 m de hauteur, 3,30 et 4,50 m de longueur, 1,25 m de largeur en fondation et 0,95 m en élévation) ; certains blocs atteignent même 2,25 m sur 1,35 m. L’élévation conservée était encore recouverte à l’intérieur par un enduit au mortier de tuileau destiné à recevoir un placage de marbre ; sur le plan, deux tombes sont esquissées au crayon, une à l’intérieur, une à l’extérieur et des rapports mentionnent ces deux tombes faites de « grandes écailles schisteuses » (grandes dalles minces) (BML, fonds Audin, carton 1).

Fig. 19 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : plan des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).

Fig. 19 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : plan des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).

Fig. 20 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : élévation des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).

Fig. 20 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : élévation des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).

116À partir des deux plans de fouilles, il est possible de bien situer ces murs dans l’espace à quelques dizaines de mètres de la « voie de l’Océan », ce qui laisserait la place à un vaste atrium mais il est impossible de reconstituer le plan de l’édifice et même difficile de préciser son axe qui pouvait être le même que celui de l’église actuelle ou être plus oblique (plus tournée vers le sud-est). Le cadastre de 1950 antérieur à la destruction des maisons construites à l’ouest de l’église, elles-mêmes antérieures à l’édifice du milieu du XIXe siècle, suggère pour l’habitat un axe légèrement oblique par rapport à celui de l’église actuelle (fig. 21).

Fig. 21 – Saint-Pierre de Vaise : situation des vestiges de la basilique primitive (J.‑F. Reynaud ; DAO E. Bouvard, SAVL).

Fig. 21 – Saint-Pierre de Vaise : situation des vestiges de la basilique primitive (J.‑F. Reynaud ; DAO E. Bouvard, SAVL).

117Ces blocs et ces murs en place devaient en fait appartenir non pas à un mausolée mais à une grande basilique funéraire qui, par comparaison avec Saint-Laurent de Choulans et Saint-Irénée, pourrait remonter aux Ve-VIe siècles ; cette date correspond à la proposition de B. Beaujard pour la construction de l’église des Apôtres (Beaujard 2008 : 57‑59). La liste épiscopale de l’obituaire du XIIIe siècle rattache cette église à l’évêque Eucher (milieu du Ve siècle), mais cette liste, qui rajeunirait la construction au milieu du siècle, est considérée, comme trop tardive (Beaujard et al. 1986 : 20, AK).

Des objections sans fondement
  • 4 Nous remercions Pierre Ganivet pour son aide concernant le cartulaire de Savigny.

118Pour écarter certaines objections, il nous faut tout d’abord dénoncer une erreur et revenir sur le texte d’Adon. Contrairement à ce qu’a fait croire A. Steyert (Steyert 1895‑1897 : vol. 2, 356, légende de la fig. 357), l’église de Vaise dédiée à Saint-Pierre était sans doute distincte aux Xe-XIe siècles de celle dédiée à Saint-Baudile. A. Steyert affirme que l’église de Vaise était sous le vocable de Saint-Baudile et fait le lien avec les reliques du saint qui « relevées en 878, ayant été transférées dans le diocèse d’Auxerre, passèrent à Lyon cette même année ». Depuis cette remarque, les historiens lyonnais, en particulier A. Kleinclausz (Kleinclausz 1925 : 360‑361), datent l’église de 878. L’origine de cette hypothèse présentée comme une certitude est à trouver dans le Petit cartulaire d’Ainay édité par A. Bernard à la suite du cartulaire de Savigny (Bernard 1853 : II, 697‑698) dont des chartes placent en effet une église sous ce vocable, tantôt dans l’ager de Vaise (charte 201), tantôt dans l’ager des Monts d’Or (charte 202)4 mais en distinguant la terre de Saint-Baudile de celle de Saint-Pierre (charte 192) alors que l’église de Vaise apparaît dans les textes avec le vocable de Saint-Pierre dès le milieu du XIe siècle (Guigue 1867 : 123). Un doute plane donc sur l’emplacement de Saint-Baudile et l’on peut supposer la présence de deux églises peu éloignées, l’une Saint-Pierre, d’origine funéraire, devenue plus tard prieuré de Saint-Martin d’Ainay, l’autre Saint-Baudile, disparue, peut-être d’origine plus récente et située, soit près de la nécropole fouillée place Valmy, soit plus loin mais en bordure de la voie de l’Océan et au pied du versant de la cuvette, là où les fouilles de la rue Auguste-Isaac ont mis au jour des traces d’habitat et quelques tombes.

119Si l’on est en droit d’assimiler église des Apôtres et église Saint-Pierre de Vaise, si l’on peut admettre que Saint-Nizier n’a jamais eu le vocable de Saint-Pierre (Saints-Apôtres), il faut expliquer l’apparente contradiction avec le texte d’Adon. On pourrait supposer que l’église Saint-Pierre de Vaise avait à l’origine, comme le suggèrent les deux textes analysés plus haut, le vocable des Saints-Apôtres (ensuite transformé en Saint-Pierre) mais que les Lyonnais, craignant des incursions sarrasines, auraient, au début du VIIIe siècle, transféré les reliques à Saint-Nizier, église plus centrale et plus facile à défendre, pour laquelle Adon utiliserait, au milieu du IXe siècle, le vocable de l’église d’origine, celui mentionné par ses sources, alors que le vocable de Saint-Nizier l’avait déjà emporté depuis longtemps (voir l’encart sur Adon en 2.1.2) ; le texte de l’évêque de Vienne aurait été pris en compte dès le Xe siècle dans le récit qui relate la translation des reliques d’Eusèbe et de Pontien et sa vénération à Lyon dans une église des Apôtres (Analecta Bollandiana 1883 : II, 370 ; BHL 2747). Les reliques d’Ennemond auraient pu également être transférées à cette époque. Notons que Saint-Nizier reçoit le clergé lyonnais mais ne participe pas à la procession, soit parce que le corps des chanoines mentionné à l’époque carolingienne avait été recréé trop récemment (Rossiaud in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 43), soit parce que la basilique funéraire n’existait pas encore lors de la création de la fête des Miracles.

L’église funéraire et la fête des Miracles

120On peut s’interroger sur le choix d’une église funéraire construite si loin du centre et en trouver une triple explication : les évêques de Lyon, désireux de relancer le culte des martyrs, auraient pu le faire sur le site de l’amphithéâtre mais ils ont préféré organiser une procession fluviale qui permette de parcourir la cité d’un suburbium à l’autre, de Vaise au sud de la Presqu’île, avec comme point de départ une basilique commémorative, dans un site privilégié, avec un lien ténu avec les martyrs puisque le lieu de l’arrestation des martyrs Épipode et Alexandre était situé extra-muros dans le vicus, près de Pierre Scize, donc à Vaise (Passio SS. Epipodii et Alexandri ; Decourt, Lucas 1993 : 136‑137). La basilique était également située sur une voie qui ne disposait pas encore de lieu de culte alors que l’homélie XXIV d’Avit mentionne les saints portiers des basiliques funéraires du suburbium considérés comme les gardiens de la ville (Perrat, Audin 1957 : 433‑451). Chaque voie avait sa basilique et saint Pierre étant le gardien par excellence, l’église des Apôtres serait donc la gardienne de la voie de l’Océan et au point de départ d’un cortège fluvial dont on peut admirer l’originalité et pour laquelle on ne dispose guère de comparaisons.

121La comparaison avec Venise ne tient pas : certains historiens de la Renaissance comme G. Paradin évoquaient le bateau de l’évêque appelé Bucentaure (Paradin 1573 : 200) mais J. Rossiaud a montré la part d’invention dans les différentes descriptions des cérémonies, en particulier l’influence de la fête nautique vénitienne (Rossiaud in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 45‑46). M.‑C. Guigue supposait que la fête des Merveilles aurait pour origine la christianisation de la fête antique de la Fortune virile, déesse, qui avait son temple à Lyon et qui était la protectrice de l’assemblée des Trois Gaules. Malheureusement l’emplacement de son temple reste inconnu même si Artaud signale la découverte d’un autel dédié à Jupiter et à la Fortune dans le quartier de Saint-Nizier (Artaud 1846 : 204). À Rome, un cortège fluvial se déplaçait sur le Tibre jusqu’au temple de la déesse (Guigue, Guigue 1886 : 187). Les cortèges fluviaux restent rares mais J. Rossiaud a écrit de belles pages sur la « sacralité du Rhône » et sur les multiples dévotions qui jalonnaient son cours (Rossiaud 2007 : 343‑347). Il faut aussi rappeler que les Viennois qui, à l’origine, faisaient partie de la même Église que les Lyonnais et avaient également subi le martyre en 177, avaient aussi leur fête fluviale. On peut toutefois douter de son ancienneté car elle n’est mentionnée qu’à partir du XIIIe siècle (Cavard 1975 : 59‑73).

122Les processions terrestres sont plus anciennes comme la procession des Rogations qui traversait la ville. Dans son homélie VI, Avit nous dit que, un peu avant 473, l’évêque de Vienne, Mamert, fixa la prière de la première procession des Rogations dans une basilique qui était alors plus proche vicinior des murs de la cité. Il faut considérer que les événements mentionnés dans ce texte se déroulent en deux temps : dans un premier temps, Mamert n’envisage qu’un circuit court partant de la ville close et peut-être même de la cathédrale jusqu’à une basilique proche des remparts, donc peut-être Saint-Pierre, avant de proposer un circuit long qui pourrait aller jusqu’à Saint-Ferréol et donc traverser une bonne partie de la ville (Reynaud 2014a). De même à Rome lors du rituel de l’adventus, le pape était accueilli hors de la ville par les fidèles regroupés selon le sexe, l’âge, la fonction au sein de la hiérachie ecclésiale et conduit en procession solennelle jusqu’au cœur de la cité ; procession qui constituait une « mise en scène de l’unité organique du corps social romain » et qui, décrite par Grégoire le Grand (590‑604), remontait à la plus haute Antiquité et rappelait l’accueil du souverain victorieux (Iogna-Prat 2006 : 186‑188).

123L’hypothèse qui fait de Saint-Pierre de Vaise l’église des Apôtres ne résoud pas tous les problèmes, elle a cependant l’avantage de mettre l’accent sur le rôle de Vaise, limite nord du suburbium, comme point de départ de la procession fluviale avec une église funéraire sous le vocable de Saint-Pierre.

Saint-Pierre d’Ainay

124Si A. Longnon et B. Krusch, éditeurs de Grégoire de Tours, situaient à Ainay la basilique destinée à abriter les cendres des martyrs de Lyon, ils n’en fournissent pas de preuves, ils ne faisaient que suivre une tradition (Grégoire de Tours, GM, éd. Krusch 1969 : 72, n. 2 ; Longnon 1878 : 198‑199). En effet dès le XVIe siècle, les historiens lyonnais s’appuyant sur Grégoire de Tours ont situé, bien évidemment à tort, le temple de Rome et d’Auguste ainsi que l’amphithéâtre au confluent, et ont insisté sur la présence de reliques des martyrs à Ainay, dont celles de sainte Blandine et un sac de cendres « provenant de l’église des Apôtres ». Au XVIIe siècle, J.‑M. de La Mure affirmait que les cendres des martyrs recueillies dans le Rhône étaient vénérées à Ainay, dans l’église des Quarante-Huit-Martyrs et de Saint-Pothin, et considérait le Sabinus de la rencontre avec saint Romain comme le deuxième abbé du monastère, successeur de saint Badulphe et fondateur d’une église dédiée à Saint-Pierre (La Mure 1885). Cet abbé Badulphe n’est pas mentionné avant le missel de 1531, et l’ensemble de ces traditions est considéré par M. Rubellin comme légendaire et tardif (Rubellin 2003 : 282‑288). Pourtant, si l’on accepte que l’église des Apôtres n’était pas à Saint-Nizier et si l’on tient compte des nouveaux documents qui rendent plausible l’existence d’un premier monastère à Ainay, ces traditions doivent être réexaminées. Par exemple le fait qu’existe encore la partie occidentale d’une chapelle Saint-Pierre située au nord est de l’abbatiale, suggère que cette chapelle aurait pu succéder à une église plus ancienne, voire à celle dont les vestiges sont dessinés sur le plan de Ramée en 1829. Si le passage de la fête des Merveilles par Ainay peut être considéré comme la preuve de la domination de l’évêque sur l’ensemble de la ville (hypothèse reprise par M. Rubellin), on peut également l’expliquer par la présence en ces lieux de l’ancienne église des Apôtres. Si, du XIIe au XIVe siècle, la messe solennelle se déroule à Saint-Nizier, on peut supposer que, l’abbaye ayant disparu à la suite d’inondations ou du passage des Sarrasins, la célébration avait logiquement été transférée à Saint-Nizier, dans un secteur mieux défendu.

125L’église des Apôtres aurait donc pu se trouver soit à Ainay, soit à Saint-Pierre de Vaise.

Des monuments d’époque indéterminée : Saint-Vincent et le tombeau de sainte Lucie (plus tard Saint-Épipoy)

Saint-Vincent

126Là où une échine rocheuse repousse la Saône vers le sud, sont signalées des tombes « en pierre du temps du christianisme… » dont une tombe « mérovingienne » (Artaud 1846 : 178) (fig. 1, n° 26). En 1835, les ruines de la basilique Saint-Vincent auraient été trouvées au-dessus de vestiges romains, de sarcophages et d’une couche d’incendie de la fin des IIIe-IVsiècles mais il est impossible de dater ces vestiges (Le Mer, Chomer 2007 : 324). L’église qui fut construite au nord de son emplacement actuel et en dehors de la porte Saint-Vincent n’est pas mentionnée avant le Xe siècle : toutefois si l’évêque de Vienne, Avit, fête à Lyon la Saint-Vincent le 22 janvier (année inconnue), c’est peut-être qu’il existait une église sous ce vocable (Avit, Ep., 79).

Le tombeau de sainte Lucie (plus tard Saint-Épipoy)

127Une chapelle située sur la rive droite de la Saône, dans le suburbium, fut construite à une date indéterminée, à l’emplacement du tombeau de sainte Lucie qui aurait ramassé la chaussure de saint Épipoy abandonnée lors de son arrestation près d’une fontaine miraculeuse (Grégoire de Tours, GC, 63 ; Passio SS. Epipodii et Alexandri) (fig. 1, n° 7). La tombe de Lucie a été le support d’un culte dès avant la fin du VIe siècle, alors que le corps du saint reposait à Saint-Irénée (Grégoire de Tours, GM, 49).

128La comparaison entre les textes et les données de l’archéologie a permis d’avancer sur la connaissance de basiliques disparues comme Saint-Michel d’Ainay ou Notre-Dame de la Platière, ou d’églises partiellement conservées comme Saint-Irénée. Pour Vaise, nous avons formulé l’hypothèse d’un lieu de culte de l’Antiquité tardive signalé par la présence de gros blocs récupérés au XIXsiècle. Certes des questions subsistent, car on continue d’utiliser de gros blocs de remploi à l’époque carolingienne à Sainte-Croix et à la chapelle d’axe de Saint-Just, mais ces blocs sont de dimensions plus réduites. Les spolia connaissent également une recrudescence à l’époque romane pour la construction de l’abside de Saint-Jean et du clocher-porche de Saint-Martin d’Ainay et de Saint-Pierre des Terreaux. C’est la preuve qu’il y avait encore des monuments romains à disposition et qu’il faut imaginer une démolition de ces édifices en plusieurs phases. Il reste beaucoup à faire, en particulier pour bien situer les lieux où ces blocs ont été découverts, mais aussi pour préciser leur provenance qui fournirait la date de destruction parfois précoce de ces monuments antiques. Reste encore à obtenir de nouveaux documents pour pouvoir situer l’ancienne église des Apôtres.

Les monastères de l’Île-Barbe et d’Ainay

129Les communautés monastiques établies dans le « désert », c’est-à-dire à l’écart du monde, sont rares dans la région : on ne peut citer que celles des pères du Jura dans la forêt jurassienne à Saint-Claude et celle de l’Île-Barbe ; mais le sud de la Presqu’île, éloigné d’une cité désormais réduite, pouvait également être considéré comme propice à une installation monastique. À Lyon même, dans les limites de la ville antique, deux monastères posent question : le premier monastère d’homme, peut-être situé à Ainay, nous l’avons vu, et le premier monastère de femmes, fondé, nous le verrons, plutôt au VIIe siècle à l’époque franque qu’à l’époque burgonde.

L’Île-Barbe

130Cette communauté monastique est mentionnée par Grégoire de Tours (GC, 22). On y pratique la laus perennis ou adoration perpétuelle dès avant 515, date de l’envoi de moines de Lyon à Agaune. Les moines de Lyon avaient des liens avec les communautés de Tours, de Lérins ou du Jura : d’après la tradition rapportée par Grégoire de Tours, Maximus, saint Mexme de Chinon, disciple de saint Martin, est en visite à Lyon mais aucun vestige de cette époque n’a été repéré si l’on excepte une inscription paléochrétienne trouvée devant la porte du cloître (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 591, fig. 769 ; Vieillard-Troïekouroff 1976 : 126).

Le monastère d’Ainay

131Si l’on continue à suivre J.‑M. de La Mure, le monastère « interamnis », que nous appellerons désormais abbaye d’Ainay, poursuit son expansion et crée une dépendance à Lémenc près de Chambéry (voir plus haut 1.1.4.3). On ne peut que regretter la disparition des archives en 1562 qui nous prive de documents anciens mais on pourrait lier la disparition de l’abbaye à des causes matérielles comme la grande crue de 580, signalée par Grégoire de Tours (HF, V, 33), à des causes politiques comme le passage des troupes arabo-musulmanes et franques au VIIIe siècle.

132La connaissance de Lyon dans l’Antiquité tardive a progressé : on connaît mieux ses limites, sans doute celle d’une enceinte réduite protégeant la ville basse à partir d’un point fort à Fourvière ainsi que la partie nord de la Presqu’île. Les fouilles ont apporté des connaissances nouvelles sur ses maisons, ses ports, dont celui de Saint-Georges (plus tard port Sablet), son artisanat et son commerce. En quelques siècles, les évêques de Lyon ont donc transformé la ville en un espace christianisé dominé par ses édifices religieux : le groupe épiscopal dont l’église principale reste à fouiller, les basiliques funéraires dont trois ont été fouillées ou étudiées, alors que trois autres n’ont pas fait l’objet de recherches récentes sur le terrain, dont celle de Vaise. À Lyon, comme à Vienne, les basiliques funéraires semblent souvent situées au débouché d’un pont comme Sainte-Marie (Notre-Dame de la Platière) ou Saint-Nizier, ou au départ d’une voie comme Saint-Just ou Saint-Pierre de Vaise.

133Dans une ville comme Lyon, qui associe fonctions politiques et fonctions religieuses, de nombreux facteurs incitent à évoquer une renaissance à l’époque burgonde qui s’étend de la seconde moitié du Ve jusqu’au début du VIe siècle. Elle est clairement illustrée par la qualité architecturale des constructions, caractérisée à Lyon par de grandes basiliques à transept, parfois à cryptes : les églises de Saint-Laurent de Choulans et de Saint-Irénée pourraient bien être l’œuvre d’un même architecte.

134L’étude des édifices religieux de Lyon et de Vienne nous a montré que chaque ville a donné une réponse différente aux besoins nouveaux créés par la christianisation de la population, par l’évolution de la liturgie et par le culte des reliques : églises à trois nefs à Lyon, à nef unique à Vienne, églises à transept à Lyon et nefs continues jusqu’à l’abside à Vienne, cryptes à Lyon. Pour expliquer ces différences d’une ville à l’autre, on peut certes évoquer la piste d’une interprétation doctrinale et symbolique des monuments évoqués. Les évêques auraient alors choisi les plans en fonction de leurs préférences théologiques ou symboliques. Mais les trois nefs, de même que le transept, ont l’avantage de fournir plus d’espace. Les besoins d’espaces nouveaux sont également évidents dans le cadre des cérémonies funéraires. À la suite de C. Bonnet et de R. Perinetti, on parlerait plus volontiers de modèles multiples qui se constituent à cette époque. Ainsi à Aoste, les quatre édifices funéraires construits aux portes de la ville sont tous différents mais avec une prédominance de la nef unique (Bonnet, Perinetti 2004 : 179 ; Reynaud 2014b). Parfois, une première construction a pu servir de modèle comme à Saint-Just de Lyon où la première église a déjà trois nefs et où la deuxième dispose, dès le milieu du Ve siècle, d’un grand transept et de cryptes. Saint-Irénée, un peu plus tardive, reprend ce plan à trois nefs, crypte et transept alors que la crypte manque à Saint-Laurent de Choulans (Reynaud et al. 2012 : 242 et 255) ; une troisième crypte, celle de l’évêque Hélie, est mentionnée par Grégoire de Tours (GC, 61).

1.3. Lugdunum sous les Francs du VIe au VIIIe siècle

135Mal connue, cette période difficile est souvent décrite comme une phase de déclin. Déjà en 1989, nous attirions l’attention sur la continuité entre la ville antique et la ville mérovingienne (Reynaud in Goudineau, Guilaine 1989) mais l’idée d’une ville qui aurait perdu l’essentiel de ses activités continue à susciter des interrogations (Guillaume in Dupuy 2017 : 36‑37). L’apport de l’archéologie peut nous aider à mieux faire la part de ce qui subsiste du dynamisme de la période précédente et de la nature du déclin progressif de la ville.

1.3.1. Le contexte politique, social et économique

136Aux VIe-VIIe siècles, la ville perdit ses fonctions de capitale alors que le centre de gravité des royaumes francs se situait nettement au nord. Les seuls renseignements un tant soit peu précis concernent les évêques et sont fournis par les vies de saints (Vita Nicetii in Beaujard et al. 1986 : 19 ; Vita Annemundi in Coville 1928 : 376‑401), par les écrits de Grégoire de Tours et par les épitaphes longtemps conservées dans la crypte de Saint-Nizier. Grégoire, historien des Francs et de l’Église, neveu de l’évêque Nizier, séjourna à Lyon avant de devenir évêque de Tours et son témoignage peut être considéré comme fiable même s’il est parfois biaisé pour des raisons politiques.

137L’évêque restait le seul pouvoir stable. En tant que métropolitains, les évêques de Lyon semblaient avoir conservé une certaine prééminence et autorité sur leurs suffragants (Pietri, Heijmans 2013). Ils appartenaient souvent à l’aristocratie gallo-romaine comme Nizier, Aetherius et Sacerdos, ou avaient occupé avant leur épiscopat de hautes fonctions publiques comme le même Aetherius et Rusticus (Aetherius, PCBE IV : 61‑62 ; Rusticus, 12, PCBE IV : 1666 ; Sacerdos, PCBE IV : 1674‑1676) ou Ennemond. Ils contribuaient, par leur bibliothèque et par leur scriptorium, au maintien d’une culture classique et d’une certaine forme d’art, en particulier par l’enluminure de manuscrits. D’autres comme Viventiole et Loup avaient dû abandonner la vie monastique (Viventiolus, PCBE IV : 1990‑1996 ; Lupus, 5, PCBE IV : 1208‑1210). La plupart furent considérés comme saints : à sa mort, en 583, Nizier fut enterré dans l’église qui prendra son nom et son culte se développa rapidement. Certains comme Sacerdos (mort en 552), Nizier (553‑573) et Arigius (603‑615), conseiller de la reine Brunehaut, étaient bien en cour auprès des rois mérovingiens et à l’époque du roi Gontran (concile de Mâcon II en 585), le métropolitain de Lyon présidait les conciles nationaux (Dubreucq 2009 : 202). Lyon connut aussi en l’évêque Ennemond, tué sur ordre de la reine Bathilde avant 658, un martyr politique et tardif, et l’emplacement de sa tombe a fait couler beaucoup d’encre (Kleinclausz 1939 : 80‑86 ; Coville 1928 : 352‑365 et 366‑416 ; Isaïa in Gaillard 2014 : 120‑130).

138On considérait autrefois que les années 560‑580 marquaient les débuts du déclin de Lyon avec des difficultés majeures qui frappèrent la ville, comme la fameuse crue et la peste décrites par Grégoire de Tours (HF, IV, 33 et 31‑32). Il faut maintenant tenir compte des théories qui voient non seulement dans la peste mais également dans les péjorations climatiques d’un petit âge glaciaire, l’origine de difficultés majeures (Harper 2019 : 287‑361). Face à cette vision pessimiste mais réaliste de la situation, on pourrait dans une vision plus nuancée envisager que ces fléaux touchèrent moins l’Occident que l’Orient et que ce déclin fut au moins relatif à Lyon. Certes, il se manifesta par des modifications plus ou moins profondes dans l’habitat qui devint de plus en plus clairsemé, et dans le commerce qui devint de plus en plus régional ou même local, mais il faut éviter d’accepter sans critique la vision pessimiste transmise par l’évêque de Tours, et de faire un lien trop direct entre les événements politiques et l’évolution de la société. Au VIe siècle et au début du VIIe siècle, quelques évêques encore proches du pouvoir sont réputés pour avoir fait construire des églises, comme Arigius qui présida le concile de Paris de 614 et plus tard Ennemond (mort en 658), qui était proche de Clovis II et frère du comte de Lyon. On peut ainsi évoquer la fondation, en 549, d’un xenodochium, ou hôpital, par le roi Childebert et sa femme Ultrogothe, destiné au soin des malades et à l’accueil des pèlerins, et preuve de l’intérêt porté par le pouvoir à une ville récemment intégrée ; il est d’ailleurs spécifié que l’établissement ne pourra être transféré à l’évêque (concile d’Orléans 549, canon 15). La reconstruction de Saint-Irénée et des travaux importants au groupe épiscopal sont également significatifs ; ces mentions ne concernent que des églises puisque les archives conservées sont presque exclusivement religieuses. Il semble même que l’évêque ait, par moments, procédé à des émissions monétaires : ainsi, sous Lambertus, sont frappées des monnaies estampillées LUG (trésor de Cimiez). On peut aussi se reposer la question du franchissement de la Saône : le pont aurait pu être détruit par la grande crue dont parle Grégoire de Tours, puis reconstruit toujours sur l’affleurement rocheux, soit assez rapidement, soit à l’époque carolingienne. Cette reconstruction serait bien adaptée à une extension de l’enceinte vers le sud – possible mais non prouvée – et mettrait l’accent sur la basilique de Saint-Nizier, lieu de sépulture des évêques ; il en est de même à Vienne où le lien est évident entre les ponts et les basiliques funéraires (Brissaud 2011). Cette hypothèse supposerait un niveau technique intact des constructeurs mais qui sait construire une église peut aussi être capable d’ancrer un pont sur un substrat rocheux apparent aux basses eaux. Des données archéologiques sur ce pont pourraient être bientôt fournies par la fouille de la place d’Albon et du quai Saint-Antoine.

139Enfin, il faut bien admettre qu’à partir de la seconde moitié du VIIe siècle, la situation se dégrade nettement pour des raisons tout aussi locales que générales. Ce changement progressif du Ve au VIIe siècle concerne également l’artisanat céramique et le commerce. À la fin du Ve et au début du VIe siècle, les formes fermées des ollae deviennent dominantes (bord en bandeau de la première et de la deuxième génération). La production des ateliers de Sevrey en Bourgogne se vend dans tout le bassin de la Saône, mais Lyon importerait plutôt des productions en pâte bistre d’origine régionale (Beaujolais et val de Saône) qui se généralisent entre le VIIe et le VIIIe siècle (Faure-Boucharlat 2001 : 74‑75 ; Mani 2004). Enfin, même si quelques fragments d’amphores africaines viennent à l’appui de l’hypothèse d’un maintien des importations par le port de Marseille, et si la fouille d’une épave mérovingienne à Fos-sur-Mer a montré la persistance du commerce maritime transméditerranéen (amphores africaines Key VIII A, spatheia, amphores de Méditerranée orientale, sigillée claire D africaine Hayes 108‑109) (Perrin in Dupuy 2017 : 74‑79 ; Jezégou 1998), l’évolution mène à une régionalisation progressive de la production avec des transformations plus radicales au milieu du VIIe siècle (Ayala 1997 : 93‑95).

140Le dynamisme de la ville dépend aussi du dynamisme de la campagne : celui-ci n’est pas atteint. On pourrait même trouver des signes encourageants dans l’apparition de nouveaux sites actifs aux VI‑VIIe siècles à proximité de Lyon (Faure-Boucharlat 2001 : 30‑33). Si à Poncin, on assiste aux « dernières péripéties d’une villa rurale » avec des constructions plus modestes en pierres sèches, de nombreuses fosses, des fours et des foyers, à Beynost deux unités agricoles sont occupées surtout au VIIe siècle et à l’Albenc (fin Ve-début VIe siècle), des bâtiments en pierre, bois et terre organisés autour d’une cour se construisent sur un habitat antérieur ; à Château-Gaillard (fin du Ve-VIe siècle), à Trévoux (Corcelles) (seconde moitié du VIe siècle) apparaissent des constructions légères en fonds de cabanes, parfois riches en matériel. Les productions céramiques étrangères disparaissent en particulier dans les sites ruraux, sauf à Poncin, communauté plus riche, où elles subsistent jusqu’à la fin du VIsiècle (Faure-Boucharlat 2001 : 74‑75). D’autres sites plus récemment fouillés comme à Pommiers, Anse (Dame Blanche), Villette d’Anthon et Colombier-Saugnieu attestent également d’une continuité du IVe au VIIe siècle avec des structures parfois maçonnées ou de petits bâtiments semi-excavés (Gilles et al. 2017).

1.3.2. Le monde des vivants et le monde des morts

141C’est dans l’habitat que l’évolution est la plus nette, même si la cartographie comparée des sites connus des IV‑Ve siècles et de ceux du VIe-VIIe siècles (fig. 22) montre que le nombre des sites reste à peu près stable. Ces cartes sont le reflet de l’activité archéologique car rares sont les maisons fouillées pour cette époque. On devra donc nuancer le constat archéologique selon les quartiers et selon la période et avouer notre ignorance quant à l’implantation, sans doute assez réduite, des Francs intra-muros. Le seul indice, nous le verrons, vient de l’onomastique et de l’anthropologie funéraire Dans le suburbium et même si d’autres activités sont connues ou supposées, comme le pastoralisme ou le jardinage, nos connaissances concernent surtout les nécropoles.

Fig. 22 – Lyon : occupation alto-médiévale (VIe-VIIe siècle) (E. Leroy, SAVL).

Fig. 22 – Lyon : occupation alto-médiévale (VIe-VIIe siècle) (E. Leroy, SAVL).

1.3.2.1. Le monde des vivants

142Dans le quartier Saint-Jean, l’habitat commence à se transformer, assez tôt au cours du VIe siècle : place Adolphe-Max, on constate la disparition progressive des thermes publics et des salles chauffées (Villedieu 1990 : 44‑46) et la grande domus, proche encore de la tradition romaine avec des portiques et des pièces chauffées par hypocauste, laisse la place à de petites salles chauffées par un simple foyer ; rue Tramassac, un abandon partiel est également noté (Arlaud et al. 1994 : 40‑44) mais un nouveau bâtiment est construit en appareil irrégulier lié par un mauvais mortier, avec un sol en mortier blanc et la voie réaménagée se maintiendra en activité jusqu’au IXe siècle (Arlaud et al. 1994 : 43‑44). Le passage de la grande domus à des habitats plus réduits en surface suggère même une trame urbaine qui se densifierait au VIe siècle (Arlaud et al. 1994 : 46). À proximité de la cathédrale, l’étude de la maison du Chamarier a mis en évidence la possibilité d’une construction du haut Moyen Âge (mur de pierres liées à l’argile ou solin surmonté de pisé et fosse cuvelée en bois) (Le Mer, Chomer 2007 : 469). Il faut encore nuancer ces remarques. Ainsi, à l’hôtel des Gadagne, les archéologues estiment que le site est abandonné au début du Ve siècle ; toutefois, les remblais de l’abandon sont riches en matériel – indice d’une fréquentation proche – et un habitat voisin est attesté par une fosse livrant du matériel de la fin VIe-début VIIe siècle (Becker, Parron, Savay-Guerraz 2006 : 73). Il en serait de même à l’îlot Clément V, où seules des fosses sont connues pour le VIe siècle (Le Mer, Chomer 2007 : 443‑444).

143Les changements majeurs ne se produisent que plus tard, dans la seconde moitié du VIIe et au VIIIe siècle en particulier dans le quartier Saint-Jean où les fouilles ont été les plus denses. Si l’habitat se maintient, c’est sous forme d’unités d’habitation précaires, de bâtiments de petites dimensions et selon un mode d’occupation lâche. Rue Tramassac, des murs en appareil irrégulier (moellons et galets), liés à la terre et un foyer sont datés des VIIe-VIIIe siècles (Arlaud et al. 1994 : 48‑49) ; un abandon partiel du site semble n’intervenir qu’entre le VIIe et le VIIIe siècle. Place Adolphe-Max, l’habitat se dégrade à partir du VIIe siècle sans subir de modifications importantes sinon par la présence de nombreuses fosses et d’un four à chaux (Villedieu 1990 : 51‑52). Certains secteurs sont même délaissés jusque dans le quartier Saint-Jean, par exemple sur le site de l’hôtel des Gadagne dont l’abandon ne fait aucun doute au VIIe siècle (Becker, Parron, Savay-Guerraz 2006 : 72‑74), ainsi qu’à l’îlot Clément V où sont signalées des « terres noires » (Le Mer, Chomer 2007 : 443‑444).

144Dans la Presqu’île, l’habitat est de plus en plus clairsemé et les « terres noires » plus fréquentes, même si l’identification de ce phénomène n’est pas toujours attestée dans le cas de fouilles anciennes. La zone méridionale connaît une hydrologie accrue, « des balayages de crues du Rhône traversent la Presqu’île et déposent des limons à l’est du site » (Arlaud et al. 1994 : 122). Quelques espaces limités seraient encore occupés surtout au nord-ouest, alors qu’au sud on peut supposer que les crues ont provoqué de graves dommages aux édifices, par exemple à Ainay, ce qui expliquerait la disparition assez rapide de l’éventuelle abbaye ; aux Célestins, une certaine continuité d’occupation est attestée au VIIe siècle, par des bases de murs en pierres liées à l’argile et par des structures légères repérées grâce à des trous de poteaux : petites constructions en bois ou fonds de cabanes contemporaines d’un chemin est-ouest. Ils sont associés à des fosses et à des couches de terres brunes très organiques (Arlaud 2000 : 108‑116). Plus au nord et place des Terreaux, subsistent quelques traces d’un habitat précaire avec des sols en terre battue et en dallage, bientôt également transformé en jardins ou en pacages, signe de ruralisation de l’ancien espace urbain (Le Mer, Chomer 2007 : 443‑444). À ce jour, aucune fouille ne permet de connaître le secteur situé entre les Terreaux et Saint-Nizier.

145Finalement, il est légitime de se demander si l’on peut encore parler d’habitat urbain dans la Presqu’île, où les seuls points forts sont constitués par les basiliques funéraires. Dans la surface restreinte de la petite enceinte, on pourrait toutefois supposer que le déclin de l’habitat est en partie compensé par l’installation des moniales et que, au début du VIIIsiècle, face au danger des incursions hostiles venues du sud comme du nord, l’enceinte ait pu s’agrandir pour englober la basilique funéraire de Saint-Nizier alors que Notre-Dame de la Platière est encore dite extra-muros en 1095 (donation d’Urbain II) infra lugdunense et in suburbio Lugdunensis civitatis. Des établissements extra-muros sont connus dans un contexte de type plus rural qu’urbain (Ayala et al. 2003 : 45‑55), toujours en lien avec la voirie antique. À la Croix-Rousse, rue des Chartreux, les toitures sont encore en tuiles mais des transformations plus radicales apparaissent : les maisons restent « solides en matériaux lourds » avec des fondations sur solins de pierre liées à l’argile, des sols en terre battue, parfois des murs en pisé et des foyers posés à même le sol (Ayala et al. 2003). Bien exposés au midi, les bâtiments auraient eu une vocation agricole (vigne, céréales, élevage). La datation par le radiocarbone sur les os et les charbons de bois indiquent une occupation au milieu du VIIe siècle et un abandon à la fin du VIIe ou au début du VIIIe siècle. Il en est de même rue Pierre-Audry où, à la fin du VIIe-début du VIIIe siècle, les murs sont également construits en pisé, avec des poteaux de bois sur solins de pierres.

146Cette « valorisation de la périphérie lyonnaise » est également sensible à Vaise-Gorge de Loup sur des sites nouveaux ou abandonnés depuis longtemps et réoccupés, suite au changement de vocation du quartier. À Gorge de Loup nord, au pied du versant, au débouché du thalweg et le long d’un tronçon de la voie antique qui continue à être fréquentée, des maçonneries puissantes liées à l’argile, des sols en terre damée et sans doute des élévations en pisé, se situent dans une fourchette large de datation entre le Ve et le VIIIe siècle (plutôt le VIIe siècle ?) ; à Gorge de Loup sud (Faure-Boucharlat 2001 : 31‑32, 398‑406 et 407‑410) sont installées des canalisations en bois, de nombreuses fosses et quelques assises en galets et moellons, sans mortier. Place Valmy, au nord, un mur d’enclos est construit en galets de dalles de schistes disposées en arêtes de poisson.

1.3.2.2. Le monde des morts

147Les grandes basiliques funéraires continuent à assurer le culte des martyrs et des saints. On peut même supposer que des clercs (et non des moines) sous la direction d’un abbé en avaient la responsabilité : à Saint-Just, des clercs prennent en charge le culte des saints à l’époque de Sidoine Apollinaire et un certain Viventius aurait été abbas monasterii sancti Justi (Beaujard et al. 1986 : 27 et 28) et d’après sa vita, Austregisilus est au début du VIIe siècle et avant d’être nommé évêque de Bourges, signalé comme prêtre et « abbé » de Saint-Nizier (Vita Austrigisili, MGH, SRM, IV : 188‑208 ; BHL 840). Les grandes nécropoles de Saint-Just et de Saint-Irénée ne semblent pas abandonnées comme l’a montré la fouille récente de la nécropole de la place Eugène-Wernert où plus de 800 tombes ont été fouillées (Inrap, dir. E. Ferber ; Rouzic in Journées archéologiques 2016 : 49‑53). Cet espace funéraire est mis en place au cours de la première moitié du IVe siècle, puis les basiliques funéraires de Saint-Just et Saint-Irénée sont érigées à partir de la première moitié du Ve siècle. La densification des sépultures observée au nord de la zone 4 pourrait alors être liée à l’édification de la basilique de Saint-Just, qui représenterait un pôle d’attraction dans l’espace funéraire. Leur persistance jusqu’au milieu du VIe siècle pourrait correspondre au maintien d’une partie de la population intra-muros sur les pentes entre Fourvière et le quartier Saint-Jean, au caractère sacré de la « colline sainte », et leur abandon correspondrait à l’essor de la nécropole de Saint-Laurent de Choulans en bord de Saône.

Un vaste espace funéraire aux IVe-VIe siècles, au sud de la place Eugène-Wernert à Lyon (5e)

Mikaël Rouzic, Ivy Thomson, Jean-Luc Gisclon, Emmanuel Ferber

L’occupation archéologique majeure est constituée d’un important espace funéraire, abordé sur une emprise de 2 474 m², qui a livré 838 sépultures réparties dans trois zones de fouilles, dont deux zones principales : la zone 3 de 1 143 m² avec 279 sépultures et la zone 4 de 1 065 m² avec 536 sépultures (fig. 23).

31 datations par radiocarbone ont été effectuées sur des individus liés à différents types de sépultures et placent une bonne partie des sépultures à l’Antiquité tardive, tandis que d’autres sont datées du début du haut Moyen Âge, jusqu’au milieu du VIe siècle.

Des éléments de mobilier, déposés ou portés, ont été mis au jour dans environ 7 % des sépultures. La datation de ces éléments semble s’accorder avec les résultats des analyses au radiocarbone, dans un intervalle courant du IVe au VIe siècle. À l’exception d’amphores ayant servi de réceptacle à de très jeunes défunts, aucune céramique n’a été déposée dans les tombes. Ainsi, la céramique mise au jour sur le site n’est pas directement liée à l’occupation funéraire ; elle est souvent résiduelle ou postérieure aux sépultures. La datation de la céramique ne dépasse pas le VIIe siècle : les éléments les plus tardifs sont principalement liés à un habitat daté des VIe-VIIe siècle, qui investit une bonne partie des deux principales zones fouillées, après l’abandon de l’espace funéraire.

L’étude biologique a porté sur 817 squelettes. L’échantillon étudié est constitué de 238 sujets immatures pour 515 adultes et 64 sujets de format adulte, c’est-à-dire adolescents ou adultes. Ainsi, les individus immatures représentent environ 30 % de l’échantillon, contre environ 70 % de sujets adultes. Cela peut signifier que les tombes d’enfants sont sous-représentées à l’échelle du site. Or la répartition des sujets immatures par classe d’âge montre que ceux-ci sont globalement bien répartis, à l’exception de ceux, largement déficitaires, qui sont décédés avant leur première année. Par conséquent, ce sont surtout ces très jeunes sujets – représentant une part importante des décès dans les populations du passé – qui manquent dans l’espace funéraire étudié. Concernant le sexe des adultes, il y a 56 % d’hommes pour 44 % de femmes, une centaine d’individus demeurant de sexe indéterminé ; la gent masculine semble donc légèrement surreprésentée.

Dans l’emprise de la fouille, la répartition des sépultures n’est pas homogène. En effet, des différences significatives sont mises en évidence dans la densité des sépultures. Ainsi, au sein de la zone 3 sont recensées 279 sépultures pour 1 143 m², soit 0,24 sépulture par m², tandis que dans la zone 4, 536 d’entre elles sont réparties sur à peine 1 065 m², soit 0,5 sépulture par m². Un facteur supérieur à 2 sépare les deux zones principales de fouille. De plus, la densité s’amoindrit en zone 1, vers le sud, où les inhumations finissent par s’arrêter, alors qu’en zone 3 les sépultures ne se répartissent pratiquement que sur un niveau, rarement deux à trois niveaux. Au contraire, la densification des inhumations s’accentue en zone 4, à mesure que l’on se rapproche de l’ancienne basilique de Saint-Just vers le nord, la limite de la zone 4 se trouvant à 106 m de celle-ci. Dans cette partie la plus septentrionale du site, les inhumations s’étagent jusqu’à quatre niveaux distincts. Au sein d’une même phase d’inhumation, les sépultures semblent disposées suivant des alignements, alors que les chevauchements et les recoupements sont relativement limités, même s’ils existent dans l’espace où la densité des inhumations est importante. Cela implique vraisemblablement des marquages de surface, allant du simple monticule de terre, à des stèles comme celles retrouvées en position secondaire lors de cette opération.

Fig. 23 – Nécropole de la place Eugène-Wernert (M. Rouzic, Inrap, E. Bouvard, SAVL).

Fig. 23 – Nécropole de la place Eugène-Wernert (M. Rouzic, Inrap, E. Bouvard, SAVL).

148À l’intérieur de la basilique de Saint-Just, on peine à distinguer des tombes de cette époque en raison de démolitions profondes jusqu’en dessous des sols et du choix fait par les évêques à partir du début du VIe siècle, de se faire inhumer à Saint-Nizier. À Saint-Irénée, l’intérieur de l’église n’a pas été fouillé et le sondage réalisé par nous-même et par C. Collomb, en façade de l’édifice actuel et donc à l’intérieur des anciennes nefs, a montré des arrachements de murs ou des récupérations de tombes mais rien n’avait été laissé en place. À l’extérieur et au nord, le niveau supérieur des tombes repérées par A. Audin a été daté de la première moitié du VIe siècle et quelques sarcophages périphériques adoptent un type mérovingien à cuve trapézoïdale (Audin 1959 : 19‑26). Dans le sondage que nous avons effectué au nord de l’église, le niveau supérieur comportait également des sarcophages trapézoïdaux (Reynaud, Collomb 2013 : 469). En revanche, les sarcophages trapézoïdaux ou en demi-cuves accolées et les inscriptions tardives étaient nombreux à Saint-Laurent de Choulans, à l’intérieur de l’église dans le collatéral nord (4 sarcophages et 18 tombes maçonnées trapézoïdales) et dans le portique nord (10 sarcophages trapézoïdaux et 9 sarcophages en demi-cuves accolées) comme au nord dans la petite nécropole voisine de la basilique (Reynaud 1998 : 162‑173). De nombreuses inscriptions funéraires récupérées en 1947 et en 1975‑1976 ont été datées par la graphie soignée, par le type de formulaire et par les mentions de post-consulat de la fin du VIe pour les plus anciennes et du VIIe siècle pour la plupart (Descombes, Reynaud 1978 : 284‑301).

149De petites nécropoles ont également été fouillées : sur le site de la nécropole romaine de la Favorite et rue Appian, une petite nécropole de 49 tombes fouillées en 2015 (seconde moitié du IVe-début du Ve siècle) (dir. T. Silvino) qui sont de même type que celles installées parfois à Saint-Just, dans un ancien quartier artisanal abandonné ; à l’Antiquaille, quelques tombes datées entre le VIIe et le IXe siècle scellent l’abandon d’un cardo mineur.

L’îlot central de l’Antiquaille à Lyon (69005) : des sépultures du haut Moyen Âge au milieu des vestiges de la ville antique (fig. 24)

Emma Bouvard, Étienne Hofmann

La fouille préventive (2011‑2012) de « l’îlot central » de l’Antiquaille a mis au jour deux vastes et luxueuses domus, installées dès l’époque augustéenne à l’est d’un cardo mal conservé mais bien identifié par le collecteur qui courait sous sa surface (Hofmann, Bouvard 2013 ; Hofmann 2018). Ces habitats sont bâtis sur deux terrasses (déclinant du nord au sud) et conservent dans l’ensemble, malgré des modifications internes, leur organisation générale. Seule l’implantation d’un bâtiment à abside à l’architecture monumentale au IIe siècle après J.‑C., fait exception. Cette construction est sise à l’extrémité occidentale de la terrasse basse et ouvre sur la voie par le biais d’un portique monumental. Il s’agit de toute évidence d’un bâtiment public, vraisemblablement cultuel, bien que sa fonction exacte ne soit pas déterminée à ce jour. Malgré l’empiétement de cet édifice sur la terrasse basse, les deux domus sont occupées jusque dans le courant du IIIe siècle, après quoi le site est progressivement abandonné et ses bâtiments laissés à la déprédation des hommes et de la végétation.

Après un hiatus de 300 à 400 ans qu’aucune découverte archéologique n’illustre, neuf structures du haut Moyen Âge contenant des restes humains ont été mises au jour sur le site de l’Antiquaille. Ce petit ensemble funéraire inattendu s’implante dans le cardo de grosses dalles de granit sus-cité, entre les années 610 et 820 selon les datations au radiocarbone (C14). Les fosses sépulcrales sont regroupées en façade du portique bordant le bâtiment absidal dont il est fait mention précédemment, l’un et l’autre désaffectés et ruinés.

Les sépultures présentent globalement une typologie homogène. Il s’agit d’inhumations primaires individuelles en coffrages mixtes constitués entre autres de blocs de réemplois antiques. L’une des sépultures revêt un caractère remarquable du fait de la présence d’un poignard déposé à l’avant du pubis et entre les mains d’un sujet de sexe féminin. Les postures des défunts restent assez stéréotypées. Ils reposent allongés sur le dos, tête au nord, pieds au sud.

Cet ensemble alto-médiéval a priori isolé et circonscrit n’est pas le premier mis au jour à Lyon (Arlaud 2000 ; Ayala et al. 2003 ; Bouvard, Ardouin 2017). Toutefois ce type de regroupement funéraire de faible densité reste assez rare et dispersé au sein de la ville. La découverte d’une sépulture féminine armée constitue un unicum sur le territoire concerné de Lyon.

Fig. 24 – L’îlot central de l’Antiquaille : sépultures du haut Moyen Âge implantées au sein des vestiges de la ville antique (E. Bouvard, SAVL, É. Hofmann, SAVL).

Fig. 24 – L’îlot central de l’Antiquaille : sépultures du haut Moyen Âge implantées au sein des vestiges de la ville antique (E. Bouvard, SAVL, É. Hofmann, SAVL).

150Au nord de la Presqu’île, quelques tombes « mérovingiennes » sont signalées près de l’église Saint-Vincent, dont les origines restent obscures (Artaud 1846 : 178) alors que la nécropole des pentes de la Croix-Rousse, rue de l’Annonciade, comprenait 16 tombes du Bas Empire de type très divers (cercueils cloués, coffres avec calage) et trois amphores africaines (Le Mer, Chomer 2007 : 285). À Vaise, place Valmy, une nécropole de taille moyenne (47 sépultures) et de type assez simple (tombes en cercueils de bois) est bien datée des VIe-VIIe siècles par du matériel trouvé dans les tombes (Le Mer, Chomer 2007 : 777‑779). Au nord de la nécropole, un ensemble funéraire de 6 inhumations en coffrage de pierres renfermant un cercueil de bois est daté du milieu du VIIe siècle et succède, dans ce secteur et après une interruption, à une nécropole plus ancienne des IIIe-IVsiècles. Ce site pourrait être identifié comme le lieu de sépulture des habitants de la petite agglomération qui aurait succédé au quartier antique dans un contexte d’habitat rural. Toujours à Vaise, une fibule « cruciforme » à trois digitations serait d’origine thuringienne (?).

151Autre phénomène remarquable, les tombes se rapprochent des maisons tout en restant extra-muros (Ayala et al. 2003 : 47‑51 ; Blaizot, Savino 2006). Aux Célestins, deux sépultures en coffre maçonné sont contemporaines d’une céramique abondante du haut Moyen Âge avec des ensembles des VIe-VIIe et des VIIe-VIIIe siècles (Arlaud 2000 : 106). À la Croix-Rousse, rue des Chartreux, six sépultures du VIIe siècle sont installées dans des coffres de pierres alors que deux d’entre elles comportent un coffre de bois à l’intérieur du coffrage de pierres (Ayala et al. 2003 : 47‑56). Ces sépultures, construites et parfois maçonnées, seraient plutôt de type urbain. Place des Terreaux, les deux tombes fouillées sont de datation incertaine. Enfin, un habitat ancien comme à Saint-Laurent de Choulans (IVe-Ve siècle) (Reynaud 1998 : 149) peut avoir été lié aux nécropoles ou leur avoir succédé comme à la nécropole de la place Eugène-Wernert, dans la seconde moitié du VIe siècle et peut-être dans un contexte autre que funéraire, encore à déterminer.

1.3.3. Les édifices religieux

152Grâce à l’archéologie, nous savons que la plupart des édifices fouillés ont été reconstruits, partiellement ou entièrement, alors que quelques rares édifices nouveaux ont été construits.

1.3.3.1. Un groupe épiscopal enfin constitué

153Malgré les difficultés du moment, les constructions ou reconstructions ne connurent pas de répit et le groupe épiscopal se trouva définitivement constitué avec trois églises, Saint-Étienne, toujours très partiellement dégagée, Saint-Jean où l’abside est reconstruite, Sainte-Croix, la nouvelle et troisième église et un baptistère (fig. 8, 25 et 151 infra). Les travaux se poursuivirent et furent encore importants même s’ils n’ont laissé que de faibles traces. C’est le cas pour la reconstruction de l’abside de Saint-Jean et pour le baptistère, dont seule la cuve subit de notables transformations. Quant à Sainte-Croix, une nouvelle étude de l’appareil de l’abside et des comparaisons avec les édifices contemporains nous ont incité à revoir totalement sa date de construction : l’abside appartiendrait également à l’église mérovingienne. Rappelons que les vocables de Saint-Étienne et de Saint-Jean ne sont connus qu’à partir de l’époque carolingienne alors que Sainte-Croix n’est pas mentionnée avant le XIIe siècle. Des doutes subsistent quant à l’ancienneté d’une quatrième église, Saint-Romain, et seuls les textes mentionnent la domus ecclesiae.

Fig. 25 – Groupe épiscopal : plan de l’état 3 (VIe-VIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 25 – Groupe épiscopal : plan de l’état 3 (VIe-VIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Saint-Étienne

154À l’époque mérovingienne (VIe-VIIe siècle), les fouilles n’ont fourni aucun élément nouveau sur l’église Saint-Étienne.

Saint-Jean

155L’abside de l’ecclesia est reconstruite avec de petits moellons à « taille décorative » (Reynaud 1998 : 66 et 78) (fig. 37 infra) – comme à Saint-Irénée et Saint-Laurent de Choulans (voir plus bas 1.3.3.2) – et liés par un mortier de tuileau. Le sondage réalisé au nord de la « crypte archéologique » a mis au jour la paroi intérieure de l’abside qui présente également un léger ressaut (h = 165,42 m NGF) avant un nouveau changement de mortier (h = 165,82 m NGF). L’abside avait donc bien les mêmes dimensions que dans son état antérieur et, nous le verrons, postérieur. Des couches de chaux et de mortier blanc légèrement teinté de tuileau alternant avec des cailloutis pourraient constituer des niveaux de travail (ou de sols) à l’intérieur de l’abside (hauteur située entre 165,46 m et 165,50 m NGF). On ne peut fournir de date précise à cette construction qui même si elle était limitée à la partie orientale de l’église supposerait une reconstruction totale de l’abside et serait en tout cas postérieure à la construction de Patiens (469) et antérieure à l’époque carolingienne.

Le baptistère

156Le bâtiment ne subit que des modifications de détail. La cuve du baptistère est encore une fois modifiée ainsi que le système d’évacuation de l’eau qui se fait désormais par des canalisations en auges de pierres (Reynaud 1998 : 83). L’angle nord-est de la salle est également reconstruit.

Sainte-Croix

157On pourrait mettre le vocable de la Sainte-Croix en rapport avec le souci de l’évêque Avit d’obtenir du pape des reliques de la Vraie Croix (Avit, Ep., 20 et 25) (Shanzer, Wood 2002 : 154‑156). L’Église de Lyon aurait pu en obtenir un peu plus tard des fragments qui auraient assuré la promotion du culte de la croix et le choix du vocable. Il est également difficile d’admettre que le site soit resté inoccupé pendant plusieurs siècles après la disparition de la grande salle chauffée.

158La première église Sainte-Croix reste mal connue (deux fragments de murs et quelques lambeaux de sol) et la date oscille entre le VIe et le VIIe siècle. On peut reconstituer un édifice de grande taille dont l’abside aurait pu être construite à la fin du VIe-début du VIIe siècle, à l’est d’un édifice mérovingien préexistant (fig. 25 et fig. 1, n° 15). On pourrait imaginer un atrium à l’ouest de l’église.

Mur gouttereau sud

159Le même mortier de tuileau que celui de l’état mérovingien de Saint-Jean se retrouve dans les trois assises les plus profondes retrouvées sous le mur (M3) qui est considéré comme le gouttereau sud de l’église mérovingienne de Sainte-Croix (fig. 26). Son épaisseur de 1,10 m est compatible avec celle de l’abside et comparable à celle des murs gouttereaux de Saint-Laurent de Choulans et la hauteur du ressaut de fondation à h = 165,19 m NGF est proche de celle des seuils de l’abside. Un sol en liaison probable avec ce mur est conservé sur de faibles surfaces, sous le sol de tuileau carolingien (rue Mandelot). Par ailleurs, au nord-ouest de l’abside, un mur nord-sud (M74), lié dans sa partie supérieure par du mortier de tuileau et conservé sur à peine 1 m de long, pourrait constituer la fondation d’une barrière de chœur.

Fig. 26 – Sainte-Croix et Saint-Étienne : coupe nord-sud ancienne rue Mandelot, murs gouttereaux, fondations des piliers et sols (VIe-VIIe siècle et XVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 26 – Sainte-Croix et Saint-Étienne : coupe nord-sud ancienne rue Mandelot, murs gouttereaux, fondations des piliers et sols (VIe-VIIe siècle et XVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
Mur gouttereau nord

160Son étude a été rendue difficile en raison d’une reprise en sous-œuvre, mais sa présence en arrière de la reprise est attestée.

Abside

161Les caves des immeubles du XIXe siècle ont détruit une grande partie des vestiges mais l’abside est la partie la mieux conservée (fig. 27) : de grande taille et de forme semi-circulaire, mais d’un tracé irrégulier, elle est en forme de poire à l’intérieur, alors que des pans coupés sont possibles à l’extérieur, en particulier au sud. Elle atteint 12 m de diamètre extérieur (8 m à l’intérieur) et ses fondations de grande épaisseur passent de 2,80 m à la base, à 2,15 m puis 1,80 m par trois ressauts successifs. La construction est faite de moellons irréguliers d’assez petite taille mais l’assise qui constitue le ressaut du mur est en général plus importante ; un appareil de gros blocs de calcaire du Midi traverse le mur de part en part au niveau de l’arc triomphal et présente les mêmes ressauts que le reste de l’abside ; on remarque l’emploi assez systématique d’arases de briques ainsi que quelques remplois de pierres (calcaire de Seyssel) à « taille décorative ». On pourrait penser que ces ressauts appartiennent à des époques différentes mais l’appareil (appareil irrégulier et arases de briques irrégulières) et les mortiers sont homogènes, si l’on excepte les parties hautes au nord (mortier clair et très dur, sable de gros grain). Le mur de l’abside, qui n’était pas lié aux structures des extrémités des bas-côtés, était épaulé de contreforts (1,35 m de largeur et plus de 2 m de longueur), ce qui suggère une couverture voûtée.

Fig. 27 – Sainte-Croix : relevé des fondations de l’abside (parement intérieur) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 27 – Sainte-Croix : relevé des fondations de l’abside (parement intérieur) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).

162Nous avions estimé et publié qu’il s’agissait d’une structure romane en raison de l’épaisseur des murs et de la présence de contreforts (Reynaud, Richard in Barbarin 2011 : 41). Pourtant, plusieurs indices nous incitent à réinterpréter cette datation : la tranchée de fondation profonde de l’abside n’a livré pratiquement que de la céramique gallo-romaine, pas forcément résiduelle (Zone SC 14, couches 103 et 1005), essentiellement de la commune claire orangée, de la commune rouge, 1 tesson de DSP grise, 3 tessons d’amphore gauloise et une lèvre en bandeau indéterminée et impossible à dater avec précision du VIIe ou du XIe siècle. Le niveau présumé du sol de l’abside fourni par les seuils entre les contreforts à h = 165,25 m NGF est proche de celui du ressaut de fondation du mur gouttereau sud de Sainte-Croix à h = 165,19 m NGF et de l’état mérovingien de Saint-Jean à h = 165,42 m NGF. Des rapprochements avec Saint-Laurent de Choulans sont suggérés par le diamètre de l’abside (8 m de diamètre intérieur), l’épaisseur des murs (de 1,90 à 2 m en fondations) et la présence de contreforts très différents des contreforts romans (1,30 m de largeur) : les arases de briques et l’appareil décoratif se retrouvent au porche du portique nord de Saint-Laurent (VIe-VIIe siècle) et à Saint-Irénée (état 3, seconde moitié du VIIe siècle).

163Un puits mis au jour entre le mur d’enceinte de la fin du IIIe siècle et le mur de l’abside présentait deux margelles, l’une percée dans un bloc circulaire en calcaire tendre et l’autre dans un bloc de choin rectangulaire dont les bordures en saillie et moulurées provenaient peut-être d’un ancien pressoir. Le niveau de la margelle la plus ancienne (h = 165,25 m NGF) est le même que celui du passage entre les contreforts. Ce puits a été comblé en dépotoir et contenait essentiellement de la sigillée. Certes, ce puits ne date pas l’abside voisine, mais la similitude des niveaux respectifs constitue un argument pour faire le lien entre les deux.

164Un petit indice supplémentaire est fourni par le plan du cimetière de Sainte-Croix (fin du XVIIIe siècle) (fig. 156 infra) qui indique au sud-est de l’église un sarcophage trapézoïdal mérovingien, peut-être en place et dégagé à l’occasion des premiers travaux de démolition de l’église ; sarcophage à mettre en lien avec l’église voisine de Sainte-Croix dont la vocation funéraire se confirmerait.

165Les arguments fournis par le matériel céramique de la tranchée de fondation, par les niveaux de sol et par l’appareil nous semblent suffisants pour proposer une datation entre le VIe et le VIIe siècle. Comme le mortier (beige lié par un sable à gros grains) est différent de celui du mur sud et comme les gros blocs de remploi ne constituent pas l’essentiel de la fondation, on peut considérer que l’on a affaire à une deuxième campagne de construction.

166Ce schéma serait proche de l’évolution du groupe épiscopal de Genève qui comporte d’abord deux églises (milieu et fin du IVe siècle), puis une troisième à fonction funéraire, à la fin de l’époque mérovingienne (fin du VIIe-VIIIe siècle) (Bonnet 1993 : 56‑74 ; 2012 : 131‑147) ; fonction funéraire que l’on peut rattacher à Lyon au culte des reliques de la Sainte Croix. Aux VIIe-VIIIe siècles, l’abside centrale de la troisième église était également dotée d’une grande abside renforcée de contreforts (9 m de diamètre intérieur) ; l’abside de l’église nord était également de grande taille et pourvue de deux contreforts ainsi que de deux puissants massifs au départ de l’arc triomphal (10 m à l’intérieur) (Bonnet 2009‑2012 : II, 131‑146, fig. 60‑64). La similitude est également frappante avec la basilique de Saint-Maurice d’Agaune (quatrième église de la fin du VIe siècle dont l’abside de grande taille se greffe sur la nef ancienne). L’abside fut reconstruite plus à l’est sur un tracé de plus grand diamètre, semi-circulaire irrégulier à l’intérieur et polygonal à l’extérieur (12 m à l’extérieur et 8 m à l’intérieur) avec des murs de 2 m d’épaisseur renforcés de trois contreforts étroits et longs. Ces dimensions sont celles de l’abside de Sainte-Croix où l’on pourrait aussi envisager quelques pans coupés. Comme à l’église nord de la cathédrale de Genève et comme à Sainte-Croix, la nouvelle église s’adapte aux murs de la nef ancienne, en particulier au mur nord pour atteindre 35 m de longueur et 15 à 19 m de largeur à l’intérieur (15 à 18,5 m de largeur et 38 m de longueur pour Sainte-Croix si l’on considère que la façade du XVe siècle serait à peu près à l’emplacement de l’ancienne). A. Antonini suppose une nef unique à Agaune, ce qui serait également probable pour Sainte-Croix où l’on n’a pas trouvé de traces de supports (Antonini in Andenmatten, Ripart, Mariaux 2015 : 59‑109, fig. p. 78 et 93). Enfin, nous l’avons déjà dit, la liste épiscopale du début du XIIIe siècle a été considérée comme trop tardive pour refléter des faits historiques (Beaujard et al. 1986 : 20, AK) mais on ne peut manquer d’être interpellé par la coïncidence entre les données archéologiques qui situeraient la construction de l’église Sainte-Croix aux VIe-VIIe siècle et l’attribution par la liste épiscopale de l’église Sainte-Croix à l’évêque Arigius, mort en 615.

Le quartier épiscopal : la domus ecclesiae et Saint-Romain

167Les textes nous renseignent aussi sur la maison de l’évêque qui est mentionnée dans la Vita sancti Nicetii (MGH, SRM, III : 521‑524) : le saint y apparaît au cours d’un incendie et rend la vue à deux femmes aveugles. Priscus, successeur de Nizier, y procède à des réparations et à une surélévation (Grégoire de Tours, HF, IV) (Beaujard et al. 1986 : 26). Les données archéologiques restent difficiles à interpréter et l’on ignore où se trouvait la maison de l’évêque, si elle continuait à occuper un vaste espace au nord comme au sud du groupe épiscopal et si elle comprenait déjà une quatrième église (Saint-Romain).

168Cette église Saint-Romain, voisine de Saint-Jean au sud, est très mal connue et les fouilles de l’avenue Adolphe-Max n’ont fait que longer son mur gouttereau nord (fig. 1, n° 19). En 1673, J. Spon mentionne l’inscription de Fredaldus et de sa femme, fondateurs du « temple » dédié à saint Romain martyr, qui figurait au-dessus de la porte ouest de l’église (Spon 1673 : 33‑34) ; il estime d’après le caractère des lettres que cette inscription, et donc la construction de l’église, remonte au Ve ou au VIe siècle, mais F. Villedieu suppose qu’il s’agit d’un pastiche comparable aux faux réalisés à Vienne aux XVIe et XVIIe siècles. En bordure de la fouille, un lambeau de terrain en place et la présence de blocs de remploi rendent cette datation haute possible mais fragile car Saint-Romain ne fait son apparition dans les textes comme hôpital qu’à l’époque carolingienne (bref de Leidrade) sans que l’on sache s’il comportait une église dès l’origine (Coville 1928 : 287‑292 ; Villedieu 1990 : 70‑78 ; Le Mer, Chomer 2007 : 457).

1.3.3.2. Saint-Irénée* : une basilique funéraire plusieurs fois reconstruite

169Postérieurement à l’époque burgonde, la basilique funéraire de Saint-Irénée a surtout été transformée dans sa partie orientale (Reynaud et al. 2012 ; Reynaud, Collomb 2013) (fig. 28). On peut envisager que la première abside ait été presque entièrement détruite, pour être reconstruite selon un plan polygonal et dans des proportions plus importantes que l’ancienne, grâce à l’élargissement des murs. Seules les parties basses et moyennes du mur oriental de la crypte appartiendraient à cet état et seraient contemporaines de l’installation d’une église supérieure actuellement disparue. L’appareil est fait de gros blocs de « choin » et de pierre du Midi, où s’intercalent quelques briques en arases discontinues dans les parties basses et quelques pierres à « taille décorative » en moyen appareil allongé de calcaire de Seyssel.

Fig. 28 – Saint-Irénée : plan de l’état 3 (première moitié du VIIe siècle) (DAO C. Ybard, SAVL).

Fig. 28 – Saint-Irénée : plan de l’état 3 (première moitié du VIIe siècle) (DAO C. Ybard, SAVL).

170Les fenêtres, d’abord assez larges (2 m), furent rapidement réduites (1,40 m) et surmontées d’arcs à claveaux de pierres et de briques alternées au-dessus d’impostes dont le profil simple était semblable à celui de la porte d’entrée dans la crypte (fig. 29). Ces ouvertures ne pouvaient fonctionner qu’avec l’état rectangulaire de l’intérieur du chevet et un niveau de sol plus bas que le précédent (fig. 30). Les recherches d’A. Audin ont en effet montré qu’à l’intérieur, l’abside était rectangulaire (4 m sur 3,60 m) et voûtée en berceau (Audin 1959).

Fig. 29 – Saint-Irénée : fenêtre sud (cliché SAVL).

Fig. 29 – Saint-Irénée : fenêtre sud (cliché SAVL).

Fig. 30 – Saint-Irénée : coupe est-ouest de la crypte (Reynaud et al. 2012 : 247, fig. 33, DAO O. Puel, C. Ybard, SAVL).

Fig. 30 – Saint-Irénée : coupe est-ouest de la crypte (Reynaud et al. 2012 : 247, fig. 33, DAO O. Puel, C. Ybard, SAVL).

171D’importantes modifications apparaissent dans les accès à la crypte : à partir des anciennes portes ouvrant dans les murs gouttereaux, des descentes d’escalier donnent accès à une porte unique et plus basse percée dans le mur occidental de la crypte (fig. 31). Les piédroits de cette porte présentent un appareil moyen à « taille décorative » (stries gravées) : ce type de taille se retrouve aux angles des parties basse et moyenne du mur ouest de la descente d’escalier où des pierres étroites et allongées à décor de chevrons et de losanges sont associées à des arases de briques et à un appareil irrégulier. Le sol de la crypte est plus bas et le chœur surélevé recouvre désormais les escaliers. On peut supposer que le plan d’ensemble de l’église reste le même, mais on ignore tout des élévations.

Fig. 31 – Saint-Irénée : relevé du mur nord de la descente d’escalier (DAO O. Puel, SAVL).

Fig. 31 – Saint-Irénée : relevé du mur nord de la descente d’escalier (DAO O. Puel, SAVL).

La pierre dite de Seyssel

Jean-François Reynaud

En aval de Genève, le calcaire urgonien, à faciès crayeux (crétacé inférieur) et de forte épaisseur, a été profondément entaillé par le Rhône et apparaît sous la forme de falaises de part et d’autre du fleuve. Il a été exploité, durant l’Antiquité en aval des pertes du Rhône, en limite amont de la navigation et à nouveau à partir du XVIIe siècle (en aval du barrage actuel de Génissiat). La carrière de Franclens sur la rive gauche du haut Rhône (Haute-Savoie) présentait l’avantage d’être de plain-pied avec la rive du fleuve et de permettre de charger le matériau directement dans des bateaux ; elle a été étudiée de façon approfondie par H. Savay-Guerraz (Savay-Guerraz 1985 : 139‑145). Cette pierre tendre fut utilisée en même temps que la pierre du Midi, pour l’architecture et pour la sculpture antiques (Savay-Guerraz 1985 ; Savay-Guerraz in Ayala 2013 : 325). Elle est signalée dans les monuments suivants :

– place de Fourvière, à l’emplacement présumé d’un temple, avec une « quarantaine de blocs de pierre de taille de Seyssel » (Le Mer, Chomer 2007 : 517) ;

– dans le premier état de l’amphithéâtre et le bloc de la dédicace (début du Ier siècle de notre ère) (Savay-Guerraz 1985 : 160) ;

– dans deux des cinq mausolées de Trion (Savay-Guerraz 1985 : 159) ;

– dans le portique construit au pied de l’Odéon (Savay-Guerraz 1985 : 161) et daté du règne d’Hadrien ;

– dans la fouille du parc Saint-Georges où ont été retrouvés les blocs parfois inscrits provenant d’un temple du Ier siècle (éléments de corniche, blocs de frise, fûts de colonnes cannelées) (Ayala 2013 : 308‑325) ;

– dans le mur des bords de Saône (mur oriental), vestige de l’enceinte réduite (Saint-Jean) (fin IIIe-début IVe siècle) ;

– dans les édifices religieux de l’Antiquité tardive (abside de Saint-Jean, porche de Saint-Laurent, descentes d’escaliers de Saint-Irénée) ainsi que pour des sarcophages.

Quelques maisons ou édifices publics l’utilisent également : on doit signaler la présence de moellons dans les bases du portique et le mur des thermes, dans les piliers proches des thermes de la place Adolphe-Max (fin IVe-début Ve siècle) où F. Villedieu décrit également des tailles en chevrons (Savay-Guerraz 1985 : 161 ; Villedieu 1990 : 35), rue des Farges, avec des chutes de sciage et des éclats de taille (première moitié du Ier siècle) et à Vienne, à la maison des dieux Océans (Ier et IIe siècles) (Savay-Guerraz 1985 : 161‑162).

Deux questions se posent alors : les carrières du haut Rhône sont-elles toujours exploitées durant l’Antiquité tardive et quelle est la fonction de la taille en chevrons du moyen appareil de Saint-Irénée ?

Après une étude approfondie complétée par des sondages, H. Savay-Guerraz conclut, mais avec prudence, que la carrière de Franclens a été exploitée du Ier au IIe siècle et que l’exhaussement du lit du fleuve a pu arrêter son utilisation avant une reprise qui s’est poursuivie au-dessus de remblais importants dont la surélévation permettaient de découper le plafond de la caverne (Savay-Guerraz 1985) ; reprise de l’exploitation dont on trouve des mentions dès le XVIIe siècle pour la chapelle des Confalon à Saint-Bonaventure, à l’abbaye de Saint-Pierre des Terreaux, aux portails des Jacobins et de Sainte-Marie-des-Chaînes (renseignements aimablement communiqués par B. Faure-Jarosson).

Une confirmation peut être fournie par les sites archéologiques lyonnais. Si à Saint-Jean, des blocs non inscrits et de moyens modules constituent le mur de la fin du IIIe-début du IVe siècle contre lequel s’appuie le mur d’enceinte de la ville réduite mais sans que l’on ait la preuve de remplois (Reynaud 2017a), à Saint-Georges, les gros blocs (jusqu’à 1,70 m de longueur) du mur des bords de Saône sont parfois inscrits et ont donc été remployés au IVe siècle (Fellague et Bérard in Ayala 2013 : 308‑325). On a donc là un argument en faveur de remplois provenant de monuments détruits dès la fin du IIIe siècle.

Pour la deuxième question, la taille en chevrons a été utilisée en abondance à Saint-Irénée, par exemple dans la descente d’escalier des couloirs d’accès à la crypte ; quelques moellons de ce type ont été retrouvés dans l’abside de Saint-Jean (état mérovingien), dans le porche du portique de Saint-Laurent de Choulans (postérieur à la basilique) (Reynaud 1998 : 159 et 78) et dans la chapelle Saint-André de l’Île-Barbe (voir plus bas 3.2.3.2). À Saint-Irénée, A. Audin a trouvé le long des murs de l’église des déchets de taille pour la confection de sarcophages ou pour la construction de l’église (première moitié du VIIe siècle) (AML, fonds A. Audin ; Audin 1959 ; Reynaud et al. 2012). On peut donc supposer que l’on disposait encore de gros blocs en tout cas pour les sarcophages.

Plus que d’une « taille décorative », il faudrait penser à des stries destinées à maintenir en place un enduit, comme on le voit très bien aux thermes antiques de Cluny à Paris ; les moellons incisés de Saint-Irénée ou de la place Adolphe-Max proviendraient donc également de la récupération d’édifices antiques construits en petit appareil. Il s’agirait là encore de remplois provenant cette fois non de fondations mais d’élévation d’édifices, sans doute moins monumentaux que dans les cas précédents (Reynaud et al. 2012 : 243‑248 ; 2013 : 469‑470). Une taille décorative de même type apparaît sur une construction installée en bordure de l’ancien cours du Rhône (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 568‑569) et récemment datée entre la fin du Ier siècle avant notre ère et la première moitié du Ier siècle après (Silvino 2019). Sinon il faudrait supposer une découpe de gros blocs et, dans ce deuxième temps, des incisions techniques.

On aurait donc des carrières exploitées aux Ier et IIsiècles de notre ère pour la construction de monuments et d’habitats ; édifices qui furent abandonnés au cours du IIIe siècle et utilisés comme carrière pour construire le mur occidental de l’enceinte réduite de Lyon (fin du IIIe-début du IVe siècle) et plus tard pour construire l’élévation des églises mérovingiennes ainsi que quelques maisons.

172La datation de cet état de Saint-Irénée s’est appuyée sur des comparaisons avec d’autres édifices présentant des arases de briques : arases de l’abside de Saint-Ferréol de Vienne (seconde moitié du Ve siècle) (Reynaud 1978 : 44‑51), des murs gouttereaux de l’église paroissiale de Saint-Romain-en-Gal (dernier quart du Ve siècle) (Reynaud 2014a), de la phase 7 de Saint-Laurent de Grenoble (à partir de 600) (Colardelle 2008 : 179‑208). Une même datation est proposée pour l’appareil décoratif signalé au porche nord de Saint-Laurent de Choulans (Reynaud 1998 : 127 et 160) mais aussi à l’état 2 de l’abside de Saint-Jean (VIe-VIIe siècle) (Reynaud 1998 : 66, 78), comme pour les descentes d’escalier vers la crypte qui se retrouvent à Saint-Laurent de Grenoble (début du VIe siècle et VIIe siècle avec des arases de briques) (Colardelle 2008 : 156). L’abside polygonale assez différente de celle de Saint-Just rappelle celle de San Cugat del Vallès à Barcelone (fin du VIe-première moitié du VIIsiècle), mais, dans ce dernier cas, avec une forme outrepassée à l’intérieur (Godoy Fernández 1995 : 207‑212) et celle du troisième état de Saint-Germain d’Auxerre, datée entre le VIe et le VIIIe siècle (Sapin 2000 : 228‑236). La plupart de ces comparaisons ne fournissent qu’une fourchette très large. Plus précises sont les analyses de luminescence qui ont daté les briques de la fenêtre sud de la crypte de Saint-Irénée de 627 ± 70 et la partie moyenne du mur ouest des escaliers des années 643 ± 77, ce qui est concordant, même si pour la fenêtre sud une seule brique a donné des résultats utilisables, les autres étant des remplois. Deux évêques auraient pu procéder à ces travaux : Arigius (évêque entre 603 et 614/626) ou Ennemond, très influent au milieu du siècle (Coville 1928 : 352‑365 et 366‑416 ; Kleinclausz 1939 : vol. 1, 85‑86).

173À cet état appartiendraient les sépultures regroupées ad sanctos après l’abandon de la nécropole de la place Eugène-Wernert dont le mausolée F installé au nord de l’église entre les mausolées C et E avec sa crypte inférieure qui présente également des moellons en calcaire de Seyssel à « taille décorative ». On peut y rattacher la couche supérieure de sépultures de la nécropole voisine au nord (demi-cuves accolées et sarcophages de molasse grise ou trapézoïdaux à l’intérieur) ainsi que les dernières épitaphes (Audin 1959).

1.3.3.3. Les premiers monastères : du nouveau sur l’Île-Barbe et des origines incertaines pour les moniales de Sainte-Eulalie et de Saint-Pierre des Terreaux

174Des données archéologiques nouvelles (fouilles et recherches de C. Gaillard) ont renouvelé les connaissances sur l’Île-Barbe alors que l’on reste dans le flou concernant les origines des moniales de Sainte-Eulalie et de Saint-Pierre des Terreaux et sans nouvelles de l’abbaye d’Ainay qui a pu disparaître, emportée par des crues violentes.

Du nouveau sur le monastère de l’Île-Barbe

175Jusqu’à ces dernières années, seuls les textes fournissaient quelques données assurant l’ancienneté de l’abbaye : outre l’envoi de moines en 515 pour contribuer à la fondation de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune, le texte le plus connu est celui de Grégoire de Tours qui mentionne le séjour à Lyon d’un certain Maximus traditionnellement considéré comme le saint Mexme de Chinon, disciple de saint Martin de Tours (Grégoire de Tours, GC, 22) (Rubellin 2003 : 264‑274) mais C. Le Laboureur fait de Maxime un abbé du monastère contemporain d’Eucher, hypothèse reprise par L. Pietri, M. Heijmans et A. Dubreucq (Le Laboureur 1665‑1681 : I, 21 ; Niepce 1890 : 46 ; Maximus, 2, PCBE IV : 1294‑1295). On considère également que Loup a été abbé de l’Île-Barbe, avant de devenir évêque de Lyon et être présent au concile d’Orléans de 538 (Lupus, PCBE IV : 1208‑1210).

176La situation a évolué depuis les fouilles et le doctorat de C. Gaillard (Gaillard 2016) (fig. 32). L’ancienneté de ce monastère très lié à l’Église de Lyon vient donc de recevoir une confirmation archéologique : à la pointe de l’île, les fouilles ont mis au jour deux séries de sarcophages trapézoïdaux datables des VIe-VIIe siècles, à l’intérieur du salon de la maison installée dans ce qui deviendra la nef d’une petite église de l’an mil dédiée à Saint-André (voir plus bas 3.2.3.2) ; des tombes en coffre de dalles aux parois minces ont également été fouillées à proximité (fig. 33). Au début du XIXe siècle et à l’occasion de travaux à la pointe de l’île, F. Artaud avait déjà vu des « tombes chrétiennes », sans doute des sarcophages trapézoïdaux mérovingiens (6 pieds de long, 2 pieds à la tête et un pied à l’opposé, la place de la tête étant creusée) (Artaud, notes manuscrites, Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon : 97).

Fig. 32 – Île-Barbe : plan de l’île (1785) (ADR, 10 G 3279).

Fig. 32 – Île-Barbe : plan de l’île (1785) (ADR, 10 G 3279).

Fig. 33 – Île-Barbe : plan de la chapelle Saint-André (DAO C. Gaillard).

Fig. 33 – Île-Barbe : plan de la chapelle Saint-André (DAO C. Gaillard).

177On pourrait donc supposer un mausolée ou une chapelle funéraire destinée, comme plus tard à la Novalaise, à abriter les tombes des abbés du monastère, mais aucune trace de murs n’a été retrouvée sous la chapelle de l’an mil. On pourrait également envisager un édifice de plus grandes dimensions, comme l’étaient les autres basiliques funéraires lyonnaises, mais les limites trop réduites du sondage n’ont pas permis cette vérification. Même si les autres édifices, qui ne sont pas encore signalés par les textes, n’ont pas été fouillés de façon systématique, la recherche archéologique a confirmé le caractère précoce d’une dissémination et d’une spécialisation des lieux de culte dans l’espace réduit de l’île.

L’église Saint-André, le site aux Ve-VIIe siècles (fig. 1, n° 2)

Charlotte Gaillard

La propriété Saint-André et Sainte-Anne, située sur la pointe orientale de l’Île-Barbe, a fait l’objet en 2011‑2012 d’une restauration des enduits extérieurs et des sols intérieurs, ainsi que d’une rénovation des réseaux. Les opérations de fouille archéologique préventive, menées en collaboration avec l’Inrap, le SAVL, le SRA et le laboratoire Arar (UMR 5138) du CNRS, ont permis de mettre au jour une occupation remontant à l’Âge du bronze final ainsi que les vestiges de l’église Saint-André, appartenant au monastère Saint-Martin de l’Île-Barbe et établie sur l’île depuis le début du Ve sièclea.

Les bâtiments ont été implantés sur un éperon rocheux, progressivement terrassé à partir du Moyen Âge central, qui constitue une contrainte topographique forte. Mais le site, en surplomb de la rivière, offre un bon abri aux crues épisodiques qui ont pu marquer l’île.

Épargnées par les aménagements médiévaux et modernes, onze sépultures alto-médiévales ont été mises au jour, creusées dans les niveaux protohistoriques ou directement dans le rocher (fig. 33). Deux types de contenant ont été utilisés : six cuves de sarcophage monolithiques de forme trapézoïdale, dont une taillée dans du grès molassique et cinq dans du calcaire blanc très tendre ; cinq coffres de dalles débités dans des calcaires locaux (calcaire coquillier ou à entroques), et de forme rectangulaire ou trapézoïdale, liaisonnés au mortier de tuileau. Les sépultures 10 et 11 appartiennent au type dit bourguignon-champenois et portent un décor en stries horizontales, dont les limites sont marquées par des bandes de réserve. Les tombes adoptent des dimensions homogènes pour les structures trapézoïdales (2 m par 0,45 et 0,60 m de large), mais plus hétérogènes pour les deux contenants rectangulaires (1,80 et 2 m de long, 0,60 et 0,80 m de large). La plupart d’entre elles n’ont pas pu être fouillées ou ont été perturbées par des aménagements postérieurs. L’étude anthropologique menée sur la sépulture 1 a déterminé qu’il s’agissait d’un adulte de sexe indéterminé, allongé sur le dos et les bras étendus le long du corps. Il a été daté par radiocarbone entre 531 et 636 ap. J.‑C.b. La découverte d’une boucle d’ardillon, travaillée à l’os de seiche, plaide en faveur d’une inhumation habillée ; cependant, le haut du squelette a subi quelques perturbations, révélant la spoliation de la tombe dans une phase ultérieure (absence du crâne). La seconde sépulture (SP 5) avait fait l’objet d’une réduction. Les ossements appartenaient au squelette incomplet d’un individu adulte d’âge moyen et de sexe masculin, qui a été daté par radiocarbone entre 408 et 542 ap. J.‑C.c.

L’analyse de l’organisation générale des tombes sur le site, notamment l’orientation et les altitudes des contenants, a conduit à émettre l’hypothèse qu’un petit édicule était associé à cette zone funéraire. Les tombes 10 à 16 révèlent en effet un alignement nord-est sud-ouest et sont contenues dans la nef de l’église carolingienne. De plus le rocher et les niveaux protohistoriques, qui sont très nettement creusés sur les côtés pour installer les contenants, ont en revanche été épargnés au centre mettant alors en lumière une allée centrale. Un petit édifice de 5 m par 10 m de long pourrait ainsi prendre place sur l’éperon rocheux, antérieur à l’église Saint-André attestée archéologiquement à partir du Xe siècle. D’après les travaux menés à plus grande échelle sur l’ensemble du monastère, cette petite église funéraire appartenait à un complexe monastique plus vaste inscrit sur une bonne partie de l’île.

a. Ces recherches se sont déroulées dans le cadre d’une thèse en archéologie médiévale soutenue en 2016 : C. Gaillard, L’abbaye de l’Île-Barbe, Ve-XIIIe siècle. Topographie et archéologie d’une fondation monastique insulaire, thèse en archéologie médiévale, université Lumière Lyon 2, 2016. Elles s’inscrivent dans la suite du travail de restitution proposé par Jean-François Reynaud dans un catalogue d’exposition des sculptures de l’Île-Barbe en 1995 : Reynaud 1995d.
b. Analyse réalisée au Centre de datation par radiocarbone de Lyon : Lyon-10625 (sac A 35313) : 1360 +/- 30 BP ; âge calibré : 615 AD-763 AD ; pic de probabilité : 615 AD-694 AD.
c. Analyse réalisée au Centre de datation par radiocarbone de Lyon : Lyon-15979 : 505 +/- 30 BP ; âge calibré : 436 AD-636 AD ; pic de probabilité : 531 AD-636 AD.

Fig. 34a et b – Saint-Georges : chapiteaux (Musée gallo-romain, inv. 2000.0.0051 et 2000.0.0068).

Fig. 34a et b – Saint-Georges : chapiteaux (Musée gallo-romain, inv. 2000.0.0051 et 2000.0.0068).

Fig. 34a

Des origines incertaines pour les moniales de Sainte-Eulalie et de Saint-Pierre des Terreaux

178Deux monastères de femmes sont mentionnés, mais leur origine reste imprécise.

Monastère de femmes de Sainte-Eulalie

179L’existence d’un monastère qui, sous le vocable de Sainte-Eulalie, aurait pu soit précéder celui des Terreaux soit lui être contemporain, n’est connue que par l’interprétation de la lettre de l’évêque Leidrade, qui ferait succéder l’église Saint-Georges au monastère de femmes de Sainte-Eulalie et par le lien qui, d’après la liste épiscopale de l’obituaire de Bologne, rattacherait Sainte-Eulalie à l’évêque Sacerdos (fig. 1, n° 20). Cette liste est considérée comme trop tardive pour fournir un argument définitif mais, nous le verrons, les données archéologiques rendent possible, à Saint-Georges, une église antérieure à l’époque carolingienne. Les indices sont fragiles mais il pourrait y avoir eu, à Lyon, deux monastères de femmes avant l’époque carolingienne : le monastère de Sainte-Eulalie, tôt disparu et celui de Saint-Pierre des Terreaux (Coville 1928 : 244, 283‑288 et 521‑522 ; Rubellin in Pelletier, Rossiaud 1990 : 282 ; Beaujard et al. 1986 : 34).

Les moniales de Saint-Pierre des Terreaux

180L’abbaye des Dames de Saint-Pierre, située au nord de la Presqu’île, passait pour l’un des plus anciens couvents de Gaule, mais les archives du monastère ont été pillées en 1562 (fig. 1, n° 31). Les indices de l’existence d’un ancien monastère de femmes restent flous : Grégoire de Tours raconte l’histoire d’une moniale, puellam de monasterio lugduninse, enlevée par le comte Eulalius, mais la localisation de ce monastère reste inconnue (HF, X, 8 : 490) ; quant à la Carusa religiosa (PCBE IV : 429) mentionnée par une inscription, l’on ignore où celle-ci mena une vie de pénitence jusqu’à sa mort en 520 (Steyert 1895‑1897 : vol. 1, 602, fig. 776). Seul indice, l’épitaphe fut trouvée rue de la Cage qui allait de la rue Lanterne aux Terreaux.

181S’il est probable que le monastère de moniales des Terreaux existait dès le milieu du VIIsiècle, on manque de preuves pour l’affirmer et ses origines restent discutées. Il nous faut tout d’abord, avec M. Rubellin, rejeter l’hypothèse de J. Favrod qui s’appuyait sur un document du Xe siècle pour dater de l’année 500 la fondation du monastère par le roi burgonde Godegisilus (Rubellin in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 73‑90). La tradition a attribué aux évêques Sacerdos et Ennemond la fondation du monastère. Sacerdos est présent au concile d’Orléans en 549, mais la liste de l’Obituaire de la cathédrale qui lui attribue la fondation de Sainte-Eulalie, ainsi que les Acta sanctorum qui le désignent comme le restaurateur du monastère des Terreaux, peuvent être considérés comme trop tardifs pour être pris en compte (AA SS, VII : 73 ; Beaujard et al. 1986 : 20). Pourtant, plusieurs faits doivent être rappelés : d’abord la fondation, au début du VIe siècle, des monastères de femmes d’Arles par saint Césaire et de Vienne par saint Léonien, ensuite la fondation, par l’évêque d’Arles Aurélien (542‑551), d’un deuxième monastère de femmes à Arles au milieu du VIe siècle ; cette dernière création est d’autant plus intéressante qu’Aurélien était le fils de Sacerdos et avait, comme son père, l’appui du roi franc Childebert (Biarne et al. 1986 : 13). Même si cela reste une pure hypothèse, on peut supposer qu’Aurélien aurait pu suivre l’exemple de son père et alors estimer qu’une fondation lyonnaise est possible dès le milieu du VIe siècle. Quant à Ennemond, mort entre 660 et 664, les moniales ont toujours affirmé que l’évêque avait fondé leur monastère et les historiens anciens, comme G. Paradin, les ont suivis (Paradin 1573 : 92‑94) : elle prend sens quand on sait que, d’après les Acta S. Annemundi rédigés au Xe siècle, à partir d’un document mérovingien authentique (AA SS, septembre, VII : 682‑695) et d’après le martyrologe de Florus (IXe siècle) (IV Kal. Oct.) qui reprend les mêmes termes, l’évêque martyr reposait à Saint-Pierre in eadem urbe, scilicet ad Sanctum Petrum, donc plutôt chez les moniales ou à Saint-Pierre de Vaise que chez les chanoines de Saint-Nizier. Mais la querelle entre les moniales de Saint‑Pierre et ces mêmes chanoines a contribué à rendre presque impossible toute réponse claire concernant le rôle de cet évêque dont les deux protagonistes prétendaient posséder la dépouille (Rubellin in Reynaud, Richard, Amis de Saint-Martin d’Ainay 2008 : 73‑90). Si nous avons éventuellement le choix entre Sacerdos et Ennemond – avec une préférence pour le premier –, il faut reconnaître que l’existence du monastère n’est assurée qu’au début du VIIIe siècle par la Vita Boniti et en 739, à l’époque de la mort du saint, par l’échange de biens avec le monastère de la Novalaise (AA SS, janvier, II : 1075) ; cette Vita mentionne à tort une église Saint-Étienne, sans doute l’église Saint-Saturnin, qui s’élevait au sud de l’église Saint-Pierre et deviendra plus tard paroissiale.

L’église

182On ignore tout de la première église des moniales. Quelques claveaux allongés, en pierre tendre (pierre de Seyssel ?), pourraient avoir été remployés dans le bouchage de la fenêtre nord visible à l’entrée de la salle des sculptures de l’actuel musée des Beaux-Arts, installée à l’intérieur de l’ancienne église Saint-Pierre. On pourrait aussi, attribuer à une église de l’époque mérovingienne, deux murs espacés de 7 m et mis au jour « récemment » d’après C. Perrat (sans doute avant 1934, date de l’installation du musée lapidaire dans la chapelle) dans le sous-sol de l’ancienne église, mais avec pour seul argument la présence d’arases de briques (Perrat 1935). On pourrait alors envisager soit une église à nef unique de très petite taille, soit une église à trois nefs de douze à quinze mètres de large au total, dimensions mieux adaptées aux constructions de l’époque. Mais il s’agit d’hypothèses actuellement non vérifiables et ces vestiges pourraient tout aussi bien être carolingiens. Un autre indice doit être mis en avant : le remploi de nombreux blocs de choin, inscrits ou non, dans les murs de l’église romane ou « à côté du grand autel » ou encore servant de support à l’autel ancien (CIL XIII, n° 1686, 1695, 1678, 1669) (Le Mer, Chomer 2007 : 334‑335), dont deux bases de statues provenant du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, suggère la présence d’un édifice (église ?) dont les fondations auraient été construites en gros blocs de remploi, comme nous l’avons vu pour les églises des Ve-VIIe siècles.

1.3.3.4. Xenodochium ou hôpital de Childebert

183Fondé pour le soin aux malades et l’accueil des pèlerins (concile d’Orléans de 549, canon 15), cet hôpital comportait une chapelle dédiée à Notre-Dame, que Guigue situe au débouché ouest du pont sur la Saône (fig. 1, n° 12 ; Guigue 1876 : 136‑138 ; Prévot, Gaillard, Gauthier 2014, vol. 2 : 391‑392). L’église Saint-Éloi qui lui a succédé et qui apparaît sur le plan Scénograpique était mal orientée (axe nord-sud), comme si elle avait été construite, faute de place, contre le mur de l’enceinte réduite, à l’intérieur ou à l’extérieur de celui-ci.

1.3.3.5. De l’ancienneté douteuse de Saint-Paul et de Saint-Georges

184On évoquera simplement, faute de preuves, la possibilité que ces églises, qui furent restaurées par Leidrade, existaient avant l’époque carolingienne.

Saint-Paul

185La fondation de Saint-Paul est attribuée par la liste épiscopale de l’Obituaire de la cathédrale de Lyon à l’évêque Sacerdos (milieu du VIe siècle), mais, nous l’avons vu, la fiabilité de ce texte est discutable (Beaujard et al. 1986 : 20, AK et 34) (fig. 1, n° 10). On peut seulement arguer du fait que lors de la procession fluviale de la fête des Merveilles, figure le bateau de Saint-Paul en même temps que celui de Saint-Jean, de Saint-Just, d’Ainay et de l’Île-Barbe (Guigue, Guigue 1886 : 162) et que Leidrade, au début du IXe siècle, restaura une église existante, qualifiée de domus, ce qui n’est guère éclairant faute de données archéologiques. Par ailleurs, on pourrait se demander quelle fonction avait cet édifice situé au nord de la ville avant la création des chanoines.

Saint-Georges

186Leidrade fit également exécuter des travaux à l’église alors dédiée à Saint-Georges qui aurait succédé au monastère de Sainte-Eulalie. Malheureusement, si le chevet de l’église romane est bien visible dans les caves, à l’est de l’église actuelle, on ne sait rien, ou presque rien, de l’église carolingienne comme d’une éventuelle église antérieure. Quatre éléments doivent toutefois être pris en compte : la mention d’une abbaye de femmes, l’ancienneté du vocable, des éléments de décor et un mur est-ouest.

  • la lettre de Leidrade suggère que l’église Saint-Georges a succédé à un monastère de femmes sous le vocable de Sainte-Eulalie ;
  • le vocable de Saint-Georges apparut en Gaule à l’époque de Childebert qui, en 547, rapporta d’Espagne les reliques de la sainte et aurait pu en faire don à l’évêque Sacerdos ;
  • trois chapiteaux en marbre « du Bas Empire » mérovingiens, découverts en 1845 en creusant les fondations de la nouvelle abside, sont conservés au musée gallo-romain (fig. 34) (Comarmond 1846‑1854 : 266, n° 411 ; 340, n° 572‑573 ; n° des réserves 2000.0.0051 et 2000.0.0068) ainsi que des « fragments de marbre et de mosaïques, des tronçons de colonnettes de porphyre trouvés dans le sol » en creusant les fondations des nefs reconstruites en 1869 (Meynis 1872 : 117) ;
  • un mur est-ouest repéré au nord de l’église sur plus de 10 m de longueur, légèrement oblique par rapport à l’édifice voisin et dont le parement sud était recouvert d’un mortier de tuileau, avait été identifié comme romain par A. Audin en 1962 (Le Mer, Chomer 2007 : 442). Pourtant, sa situation à 3 m de profondeur sous le sol actuel (soit environ h = 166 m NGF) le placerait nettement au-dessus des niveaux romains du Haut-Empire (plutôt à h = 164 m NGF sous le parc Saint-Georges) : par ailleurs, ce mur conservait des dalles de la voie voisine, ce qui suggère au moins une réfection de cette voie. Si l’on manque de preuves pour considérer ce mur comme faisant partie d’une église ancienne, la présence à l’emplacement de l’église médiévale de ces deux chapiteaux, que l’on pourrait, par leur décor et leur technique de taille, tout aussi bien dater de l’époque mérovingienne, nous paraît constituer un indice assez fort pour envisager l’hypothèse d’une église construite entre le VIe et le VIIe siècle. Là encore se poserait la question de la fonction de l’édifice.

187Les constructions ou reconstructions de la seconde moitié du VIe et de la première moitié du VIIe siècle tendraient à prouver que la situation politique et économique de la cité était moins mauvaise que le suggérait la vision par trop pessimiste de Grégoire de Tours à la fin du siècle précédent et que le déclin de la population était relatif comme le montrent les fouilles de la nécropole de la montée de Choulans. Pourtant, il est indéniable que la qualité de l’habitat se dégrade et que le sud de la Presqu’île est abandonné. Les fonctions politiques et administratives de la cité n’étant plus mentionnées par les textes, seules restent apparentes les fonctions religieuses, puisque l’on ne sait rien des fonctions artisanales et commerciales. Ce repli de la ville aura pour conséquence, entre autres, le transfert des reliques intra-muros.

Notes

1 Renseignement aimablement fourni par E. Bernot.

2 Ces matériaux ont servi au milieu du XIXe siècle à la construction de l’église de Saint-Trivier-de-Courtes (Ain).

3 On ne sait rien de l’ancienneté de Saint-Pierre-le-Vieux située au sud de la cathédrale et qui, intra-muros, ne pouvait, à l’origine, accueillir des tombes même de personnages importants ; Les Acta Sanctorum distinguent cette église de celle de Saint-Pierre-les-Nonnains (AA SS, septembre, VII).

4 Nous remercions Pierre Ganivet pour son aide concernant le cartulaire de Savigny.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Occupation tardo-antique et alto-médiévale, IVe et Ve siècles (E. Leroy, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Plan de Lyon avec enceinte réduite (fin du IIIe-début du IVe siècle) (DAO C. Frémiot de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 – Mur de l’enceinte réduite : site du groupe épiscopal (plan et coupe) (ÉRA 26 CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Fig. 5 – Variations du cours de la Saône et emplacement présumé du premier pont (pont du Change) (J.‑F. Reynaud ; DAO G. Macabéo, Inrap).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 6 – Grande Vue de Lyon par S. Maupin (1625) (musées Gadagne, N 857).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 7 – Groupe épiscopal : plan des états 1 et 2 (IVe-Ve siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 8 – Saint-Étienne : plan et coupe des murs de l’état 1 (IVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Fig. 9 – Carte du royaume burgonde (Guyon, Heijmans 2013 : 72).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 10 – Manécanterie : mur sud, vu du nord, et porte de l’état 1 (DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 11 – Saint-Irénée : plan de l’état 2b (seconde moitié du Ve siècle) (Reynaud et al. 2012 : 237, fig. 16, DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 12 – Saint-Irénée : relevé du mur nord (seconde moitié du Ve siècle et XIXe siècle) (J.‑F. Reynaud ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Fig. 13 – Saint-Irénée : fouilles au nord de l’église (2012) (cliché J.‑F. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 – Plan comparé des basiliques lyonnaises (Reynaud et al. 2012 : 242, DAO M. Drost, C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 15 – Saint-Michel d’Ainay : situation et reconstitution du plan (Steyert 1884 : 46).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Fig. 16 – Le centre de la Presqu’île au XVIIIe siècle (rente noble de Saint-Pierre : plan terriste, ADR, 11 G 449‑450).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 17a et b – Saint-Nizier : plan et coupe de la crypte (ADR, A 3PL 489).
Légende Fig. 17a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre  
Légende Fig. 17b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 18 – Vaise en 1789 (AML, 1 S 103).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 19 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : plan des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 20 – Fouilles d’A. Audin près de Saint-Pierre de Vaise : élévation des vestiges (Lugdunum Musée et théâtres romains, fonds A. Audin, carton 1, Vaise).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 21 – Saint-Pierre de Vaise : situation des vestiges de la basilique primitive (J.‑F. Reynaud ; DAO E. Bouvard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 22 – Lyon : occupation alto-médiévale (VIe-VIIe siècle) (E. Leroy, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 23 – Nécropole de la place Eugène-Wernert (M. Rouzic, Inrap, E. Bouvard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 24 – L’îlot central de l’Antiquaille : sépultures du haut Moyen Âge implantées au sein des vestiges de la ville antique (E. Bouvard, SAVL, É. Hofmann, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 25 – Groupe épiscopal : plan de l’état 3 (VIe-VIIe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 26 – Sainte-Croix et Saint-Étienne : coupe nord-sud ancienne rue Mandelot, murs gouttereaux, fondations des piliers et sols (VIe-VIIe siècle et XVe siècle) (ÉRA 26 CNRS ; DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 27 – Sainte-Croix : relevé des fondations de l’abside (parement intérieur) (ÉRA 26 CNRS ; DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 28 – Saint-Irénée : plan de l’état 3 (première moitié du VIIe siècle) (DAO C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 29 – Saint-Irénée : fenêtre sud (cliché SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 30 – Saint-Irénée : coupe est-ouest de la crypte (Reynaud et al. 2012 : 247, fig. 33, DAO O. Puel, C. Ybard, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 31 – Saint-Irénée : relevé du mur nord de la descente d’escalier (DAO O. Puel, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 831k
Titre Fig. 32 – Île-Barbe : plan de l’île (1785) (ADR, 10 G 3279).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 33 – Île-Barbe : plan de la chapelle Saint-André (DAO C. Gaillard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 34a et b – Saint-Georges : chapiteaux (Musée gallo-romain, inv. 2000.0.0051 et 2000.0.0068).
Légende Fig. 34a
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre  
Légende Fig. 34b
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5480/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 884k

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search