Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Introduction

Texte intégral

1L’histoire des édifices religieux, autrefois appelée « archéologie monumentale », a longtemps constitué une source irremplaçable pour comprendre certains aspects de l’histoire des faits religieux, de l’histoire urbaine et des techniques de construction (fig. 1). L’archéologie a maintenant une approche plus globale, mais l’église en tant qu’édifice chargé d’histoire reste un marqueur important de l’expression d’un sentiment religieux mais aussi de l’évolution urbaine médiévale et moderne comme de l’état de santé d’une économie par ses multiples reconstructions.

Fig. 1 – Localisation des lieux de culte (E. Leroy, SAVL).

Fig. 1 – Localisation des lieux de culte (E. Leroy, SAVL).

2Nous nous sommes posé plusieurs questions au sujet de ces églises disparues : quelle maîtrise technique supposait la construction d’une église et quelle fut l’influence des renaissances successives du goût pour l’Antiquité, quel a été le pouvoir d’attraction des anciens lieux de culte dans la naissance et dans l’évolution d’un quartier, pourquoi un si grand nombre d’églises à l’époque médiévale, en raison de quels critères religieux, esthétiques, économiques étaient implantées ces églises et pourquoi ont-elles disparu, pour la plupart, entre le XVIIe et le début du XIXe siècle ?

3Nous avons donc essayé de reconstituer, aux différentes époques, un tableau de la ville à partir de ses églises, de leur date de construction, de leur évolution et de leurs reconstructions, de montrer le rôle des évêques et des chanoines, des gouvernants, des grandes familles nobles et bourgeoises, des artisans. Il a fallu surmonter les difficultés inhérentes au sujet : les églises disparues n’ont pas toujours fait l’objet de recherches historiques ou de fouilles et, dans ce dernier cas, elles n’ont pas laissé de traces dans le paysage contemporain. Tout au plus peut-on tirer parti de quelques documents d’archives, malgré la disparition de la plupart d’entre eux en 1562 et à la Révolution, de quelques gravures ou peintures des XVIIe ou XVIIIe siècles, antérieurs à la démolition des édifices.

4Dans notre ouvrage Lugdunum christianum (Reynaud 1998), notre première approche des édifices religieux lyonnais reposait sur des opérations archéologiques des années 1970 et traitait uniquement des IVe-VIIIe siècles. Il nous faut maintenant aborder les périodes suivantes. Certes, le découpage chronologique par grandes périodes a l’inconvénient de présenter, parfois en plusieurs chapitres bien séparés les uns des autres, les grands édifices qui ont traversé les siècles mais il a aussi l’avantage de bien mettre en évidence l’apport de chaque période. Dans ce nouvel ouvrage et trente ans après, il nous a d’abord fallu revoir les premiers siècles de l’Église lyonnaise à la lumière d’hypothèses nouvelles qui portaient sur l’existence d’une enceinte réduite, d’un pont sur la Saône établi dès le départ sur le rocher du Change, sur une organisation polynucléaire de la ville, sur la constitution et les transformations du groupe épiscopal, sur la christianisation de l’espace par les basiliques funéraires ensuite transformées en collégiales. Ces hypothèses ont été proposées à la suite de fouilles nouvelles, comme celles de Saint-Irénée, ou d’identifications nouvelles, comme celle de la basilique des Apôtres, fondée sur une nouvelle étude de documents existants jusque-là mal interprétés et encore sujets à discussion.

5Nous proposons donc d’abord une vision renouvelée de l’Antiquité tardive à Lyon, avec comme point fort la période burgonde, et une approche plus nuancée de ce qui était considéré comme le déclin de la ville durant la période mérovingienne : nous préférons désormais parler de changements profonds comme le suggèrent l’installation de nouveaux sites d’habitat et la reconstruction de plusieurs églises au cours du VIIe siècle. Pour la période carolingienne, l’essentiel de notre documentation est constitué par la fouille du groupe épiscopal et par l’installation des chanoines dans la ville basse (Saint-Paul et Saint-Georges) comme dans la ville haute (Saint-Just, Saint-Irénée) ; ces transformations donnent une idée concrète du rôle de Leidrade, évêque réformateur, et de son action pour redonner vie à une ville qui avait connu, au VIIIe siècle, des moments difficiles. Nous avons également pu mener une étude plus synthétique des décors à entrelacs provenant de fouilles récentes ou anciennes. Les données archéologiques nous ont aidé à comprendre que la ville ne se réduit pas au quartier qui entoure la cathédrale et que l’existence du burgus de la Presqu’île suggère le maintien d’une activité commerçante, par ailleurs connue par les textes contemporains.

6Comme beaucoup d’historiens, nous considérons qu’une césure forte intervient au milieu du Xe siècle : à partir de ce moment, l’Occident connut un véritable renouveau qui dura jusqu’au début du XIVe siècle. Durant cette période, la plupart des églises ont été reconstruites, celles du groupe épiscopal mais aussi Saint-Irénée et Saint-Just. Puis les ordres mendiants installèrent leurs communautés extra-muros, dans des secteurs encore dépourvus d’habitat. Le décor de ces églises a également été renouvelé : grâce à des dessins anciens et à des recherches nouvelles menées – par d’autres – sur la question, nous pouvons maintenant proposer une vision plus synthétique des mosaïques du XIIe siècle, totalement disparues. Nous avons également essayé de rattacher nos découvertes à l’évolution de la sculpture romane lyonnaise. Après deux siècles de crise et la paix une fois retrouvée, la ville bénéficia d’un siècle de reprise économique (entre 1450 et 1550) et d’une renaissance religieuse, sociale, culturelle, urbanistique qui se traduisit à nouveau par des agrandissements (Saint-Étienne et Saint-Jean) et par des reconstructions (Sainte-Croix, Saint-Nizier). Les guerres de Religion furent à l’origine de nombreuses destructions, totales à Saint-Just, partielles à Saint-Jean et Saint-Irénée, comme dans de nombreuses églises lyonnaises, alors que les XVIIe et XVIIIe siècles virent s’épanouir un nouveau style plus classique. Les problèmes que l’Église dut affronter avant et pendant la Révolution ainsi qu’une sensible déchristianisation des habitants provoquèrent de nombreuses disparitions de communautés, alors qu’au XIXe siècle le renouveau démographique et religieux suscita la destruction d’églises trop longtemps laissées à l’abandon ou ayant perdu leurs fonctions d’origine mais aussi, parfois, leur restauration ou leur reconstruction sur place.

7Deux ouvrages traitent partiellement du même sujet mais bien évidemment de façon différente puisque ce volume a un support avant tout archéologique. Le premier, qui a pour titre Lyon disparu (1880‑1950), ne traite guère de la période médiévale (Chauvy 2010) alors que le deuxième concerne le patrimoine ancien et moderne de la ville (Béghain, Kneubühler 2015). Nous retiendrons que Patrice Béghain et Michel Kneubühler ont osé parler de vandalisme à propos de la politique lyonnaise du patrimoine, de l’indifférence des élites – mais cela pourrait s’appliquer à bien d’autres villes – ou de l’art d’accommoder les restes, et nous aurons à discuter du bien-fondé de ces reproches. Ces mêmes auteurs ont également donné une belle définition du patrimoine en montrant le passage « du sentiment du patrimoine à la conscience du patrimoine et à la pratique du patrimoine ». Il nous reviendra à la fin de cet ouvrage de faire le bilan de la recherche archéologique comme de la politique culturelle de la municipalité, appliquées aux édifices religieux médiévaux.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des lieux de culte (E. Leroy, SAVL).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/5475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 706k

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search