Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Remerciements

Texte intégral

1Nous tenons à remercier la Ville de Lyon par l’intermédiaire de son Service archéologique et de sa directrice, Anne Pariente, le ministère de la Culture par l’intermédiaire de la conservatrice du Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes Anne Le Bot-Helly puis Frédérik Letterlé, son successeur, et de Marie-Agnès Gaidon-Bunuel, qui ont soutenu, financièrement et avec persévérance, la mise au point du volume et surtout celle des documents qu’il a fallu numériser et harmoniser. Ce travail a été réalisé avec un maximum de cohérence malgré les difficultés dues au temps écoulé entre la réalisation des premiers dessins dans les années 1970 et les années 2016‑2017 (DAO effectués pour l’essentiel par Olivia Puel et terminés par Charlotte Ybard, avec des compléments par Ghislaine Macabéo). Il nous faut également remercier l’Association de liaison pour le patrimoine et l'archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) en particulier Vincente Voisin, qui s’occupa de la gestion des différentes interventions, et Élise Boucharlat qui fut notre référent et relecteur ; les autres relecteurs, Anne Pariente, Mark Heijmans, Michel Rubellin et Jean-Pierre Gutton, chacun dans sa spécialité, ainsi que l'équipe éditrice de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, en particulier Ingrid Berthelier et Catherine Cuvilly, qui prirent en charge la publication de l’ouvrage. Que soient également remerciés tous ceux qui ont aimablement accepté de fournir un encart, ainsi que les services d’archives (surtout les Archives municipales de Lyon et les Archives départementales du Rhône et de la Métropole) et les bibliothèques (Bibliothèque municipale de Lyon) qui ont fourni les documents indispensables à une bonne et adéquate illustration.

2Pour l’aspect scientifique, c’est grâce à Charles Bonnet que nous avons fait nos premiers pas en archéologie, c’est lui qui nous a conseillé depuis nos débuts à Saint-Germain d’Ambérieu et à Saint-Just et a continué jusqu’au bout à visiter nos chantiers et à prodiguer ses conseils au cours de multiples et passionnantes discussions, parfois en compagnie de Michel et Renée Colardelle et de Christian Sapin. Noël Duval a su, quant à lui, passer le temps nécessaire à améliorer le texte de ma thèse et je lui en suis profondément reconnaissant. C’est enfin grâce à Gilbert Franck, à Bernard Mandy et à Élisabeth Boucharlat qu’a été constituée l’ALSSAM (Association lyonnaise de sauvetage des sites archéologiques médiévaux) créée pour encadrer bénévoles et étudiants et qui, à l’époque, a été appelée à gérer des fonds accordés par la Ville de Lyon grâce à l’appui d’Amable Audin et de Louis Pradel, alors maire de la ville. Que soit enfin remercié Nicolas Reveyron à qui appartient l’idée de cet ouvrage.

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search