Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Avant-propos

Texte intégral

1Le premier but de cet ouvrage était de compléter notre livre Lugdunum christianum. Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie et édifices religieux, 1998, et les derniers volumes de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule : des origines au milieu du VIIIe siècle. Quarante ans d’enquête (1972‑2012), 2014, t. XVI et t. XVII, dont la fourchette chronologique ne dépassait pas le VIIIe siècle (Reynaud 1998 ; 2014a) alors que les fouilles sont, par nature, diachroniques. Une suite s’imposait donc, pour comprendre l’évolution des églises médiévales lyonnaises, surtout quand les documents écrits n’apportent guère de renseignements sur la nature des édifices, en particulier à l’époque carolingienne et au début de l’époque romane.

2Pour bien appréhender ces édifices, nous avons cherché à dépasser le cadre strict de nos fouilles, en intégrant les données archéologiques dans une perspective plus large, celle des transformations de la ville sur la rive droite de la Saône, autour de Saint-Jean et dans la Presqu’île. Nous avions pensé, au départ, arrêter de façon symbolique nos chapitres de synthèse aux années 1180, époque de la reconstruction de la cathédrale Saint-Jean, alors que se renforçait le pouvoir seigneurial des archevêques de Lyon et que les grandes églises de la ville avaient déjà été reconstruites, de Saint-Martin d’Ainay à Saint-Just, de Saint-Paul à Saint-Pierre des Terreaux. Il nous aurait alors fallu traiter, dans une sorte d’appendice, la reconstruction de l’église Sainte-Croix et les modifications apportées à Saint-Étienne ou à Saint-Just. Après réflexion, il nous a paru bon de prolonger notre étude en analysant les destructions de ces mêmes églises, leur disparition totale ou leur reconstruction du XVIe au XIXe siècle. De plus, ces périodes moderne et contemporaine peuvent être considérées comme capitales dans le domaine des mentalités religieuses, de la réflexion sur la nature d’un art « chrétien » et de l’apparition de « l’archéologie monumentale » qui précéda l’archéologie du bâti. Toutefois, les archives devenant de plus en plus riches pour cette période, notre analyse s’est faite moins générale et les synthèses sur l’histoire de la ville plus brèves. Enfin le titre À la recherche du Lyon disparu. Vie et mort des églises médiévales (IVe-XXe siècle) nous a paru recouvrir l’ensemble des thèmes fournis par nos fouilles et par nos recherches, si l’on considère comme église médiévale disparue toute église détruite et non remplacée, mais aussi les premiers états d’une église encore existante, par exemple la cathédrale Saint-Jean ou Saint-Irénée à la fin du Ve siècle ; on notera qu’aucune des églises construites après 1562 n’a fait l’objet d’une destruction systématique.

3Nous avons demandé à d’autres auteurs des encarts sur quelques églises encore ouvertes au culte, comme Saint-Paul, Saint-Bonaventure et Saint-Nizier. Il nous a également fallu intégrer à cet ouvrage quelques recherches sur les églises disparues des ordres mendiants, frères prêcheurs dominicains (Jacobins), frères mineurs franciscains (Cordeliers), Carmes et Augustins, sœurs franciscaines (Clarisses) ou des ordres militaires sur lesquelles nous n’avions jamais fait porter nos travaux. Nous avons cependant laissé de côté le chœur roman et les nefs gothiques de Saint-Jean, encore en place et étudiés par Nicolas Reveyron, et n’avons traité que brièvement de l’abbaye de l’Île-Barbe, en cours d’étude par Charlotte Gaillard, qui nous a fourni deux encarts relatifs à ce site.

4La plupart des documents de fouilles ont été réalisés dans les années 1970 au sein de l’ÉRA 26 du CNRS, à l’exception des recherches sur Saint-Irénée, plus récentes. Les documents portant sur les années postérieures à l’an 800 n’ayant pas été publiés, il a fallu les numériser, les redessiner, souvent les modifier en raison d’hypothèses nouvelles et les harmoniser d’un site à l’autre. Ce travail a été réalisé grâce à des financements de la Ville de Lyon et du ministère de la Culture et de la Communication, qui ont été gérés par l’Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes. Olivia Puel a effectué ce travail dans le cadre du Service archéologique de la Ville de Lyon avec la collaboration de Charlotte Ybard. Que toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ces documents soient remerciés.

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search