Version classiqueVersion mobile

À la recherche d'un Lyon disparu

 | 
Jean-François Reynaud

Préface

Portrait de l’auteur en pionnier de l’archéologie médiévale

Nicolas Reveyron

Texte intégral

1En quelque endroit qu’il en fasse la lecture, Marcel Proust doit se réjouir du nouvel ouvrage que Jean-François Reynaud offre à ses lecteurs. Parti À la recherche d’un Lyon disparu, le professeur d’histoire de l’art et d’archéologie a suivi fouille à fouille la vie de ses édifices religieux médiévaux. Il en a restitué les âges, décrit les formes architecturales, analysé les ornements, décrypté les contextes culturels. Et enregistré la disparition massive, triste constat d’une perte irrémédiable. Irrémédiable ? Ce serait ignorer le pouvoir thaumaturge de l’archéologie. Comme Proust au bout de sa quête atteint Le temps retrouvé dans ses petits jours et ses grands moments – « puisqu’ils touchent simultanément, comme des géants plongés dans les années, à des époques si distantes, entre lesquelles tant de jours sont venus se placer » –, de même, l’auteur de ce volume nous donne à voir « Le Lyon retrouvé » dans les multiples visages d’une ville pluriséculaire et, comme la mer, toujours recommencée.

2C’est que l’écrivain et l’universitaire partagent la même démarche archéologique, celui-ci délibérément, celui-là, comme monsieur Jourdain : sans le savoir. Proust, dans Du côté de chez Swann, file une métaphore éclairante de cette herméneutique si particulière qui fait surgir des fragments résiduels du passé les formes accomplies des objets dont ils sont les vestiges :

Et comme dans le jeu où les Japonais s’amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d’eau, de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s’étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église, tout Combray et ses environs, tout cela prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé.

3À partir de l’angle arasé de murs tardo-antiques, de blocs épigraphes remployés ou conservés in situ, d’un arc alternant claveaux de brique et claveaux de calcaire, d’une ligne de maçonnerie qui suit sa logique, de la trace infime d’une porte démembrée, d’une lacune même de vestige… Jean-François Reynaud, lui, a fait s’épanouir sous la truelle et sur la planche à dessin les monuments majeurs d’une ville dont il a rétabli formes et prestige.

4Car ici tout est affaire de sensibilité. Celle du lecteur et celle du chercheur. Comme une œuvre d’art, comme un texte littéraire ou comme un morceau de musique, un objet archéologique (de l’artefact à l’architecture) est le résultat présent d’actions passées : les actions qui ont amené sa présence au monde, les actions qui l’ont transformé, les actions qui l’ont détruit. Or, si les gestes et les actes s’évanouissent, l’objet reste, comme une relique. Et ce passé qui renonce à s’effacer – il est bien présent sous nos yeux, riche de sa matière offerte aux analyses et fort de ses conséquences hic et nunc (c’est, dans la grammaire des temps, la définition même du passé composé) –, les sens nous y donnent accès, directement et pleinement. Comment ? Relisons dans Le temps retrouvé l’épisode où, dans la cour de l’hôtel de Guermantes, pour éviter d’être renversé par une voiture, Proust heurte des pavés inégaux :

Mais au moment où, me remettant d’aplomb, je posai mon pied sur un pavé qui était un peu moins élevé que le précédent, tout mon découragement s’évanouit devant la même félicité qu’à diverses époques de ma vie m’avait donnée la vue d’arbres que j’avais cru reconnaître dans une promenade en voiture autour de Balbec, la vue des clochers de Martinville, la saveur d’une madeleine trempée dans une infusion, tant d’autres sensations dont j’ai parlé et que les dernières œuvres de Vinteuil m’avaient paru synthétiser.

5Le mouvement du corps a mis en branle un processus psychique qui s’origine dans une pure sensation, née du fléchissement accidentel du pied, s’épanouit dans le subconscient et produit sans délai un effet concret : l’apaisement de l’auteur libéré de ses angoisses par des souvenirs encore muets. Ceux-ci remonteront plus tard à la conscience, sans autre utilité qu’une explicitation du phénomène. Leur formulation se construira comme un puzzle, avant de s’inscrire enfin dans un discours structuré.

6Quiconque a fouillé a fait la même expérience sensible issue d’un mouvement, ici un geste technique. La truelle qui racle précautionneusement le sol renseigne le bras sur le degré de fermeté des couches qu’elle épuise. D’instinct, l’archéologue accélère la cadence, convaincu dans ses muscles qu’il n’y a rien là d’intéressant, ou bien ralentit le mouvement, dans le doute, ou bien encore retient la main, dans le sentiment informulé que la résistance opposée soudain au va-et-vient du fer trahit la présence d’un sol. Cette sensibilité, de fait, est moins un instinct que le fruit de l’expérience. La sensation ressentie par le corps trouve des échos dans cette vaste bibliothèque de souvenirs inarticulés qu’est la mémoire, lieu même de la performance sans laquelle la compétence reste vaine. Les comparaisons, latentes ou explicitées, et la connaissance intime du site entraînent une identification hypothétique que la poursuite de la recherche transformera en certitude et intégrera à un discours raisonné. En définitive, le titre de cet ouvrage l’affirme sans ambiguïté : comme l’histoire de l’art, comme les sciences littéraires ou la musicologie, l’archéologie appartient pleinement aux « sciences du sensible ».

7Aboutissement d’un demi-siècle de travail sur le terrain et dans les textes, À la recherche d’un Lyon disparu couronne une carrière exemplaire qui a fait de son auteur le père de l’archéologie médiévale à Lyon. Dans les années 1970, jeune agrégé d’histoire, Jean-François Reynaud s’est lancé dans la recherche archéologique comme on relève un défi. C’était l’époque encore où, suivant une axiologie d’un autre âge, l’archéologie passait pour une science auxiliaire, voire annexe de l’histoire, une pratique plus qu’une science, réduite à confirmer dans ses objets les théories extrapolées des sources écrites. Qui plus est, le Moyen Âge, de toute évidence, était exclu d’un domaine scientifique qui, depuis le XVIIIe siècle, se confondait avec l’Antiquité. Comme Michel de Boüard à Caen, son premier directeur de thèse, comme Noël Duval, son second directeur, spécialiste de l’architecture religieuse tardo-antique, comme Charles Bonnet à Genève, son maître, comme tous ceux avec qui il a travaillé sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge en Bourgogne, en Rhône-Alpes ou en Italie du Nord, Jean-François Reynaud s’est fait dès ses débuts l’ardent promoteur d’une archéologie médiévale alors en plein essor.

8À Lyon, le défi était de taille. La parure monumentale de la ville entre la fin de l’Empire romain et le début de la royauté capétienne était mal documentée, grevée d’incertitudes, truffée de légendes à l’apparence si convaincante que les guides touristiques du siècle dernier s’en faisaient toujours l’écho. De fouilles tardo-antiques, il n’y avait eu que la moitié sud de Saint-Laurent de Choulans, étudiée pendant l’aménagement de la montée éponyme. Et l’expression « patrimoine archéologique » n’avait pas encore intégré le vocabulaire technocratique ni interpellé les décideurs sur la préservation d’une richesse culturelle bien réelle – et prometteuses pour le tourisme. À une situation si défavorable, les jeunes archéologues de la région ont répondu par des stratégies hardies où le site de l’ancienne collégiale de Saint-Just a joué un rôle majeur. Intégrant dès lors l’archéologie, les opérations urbanistiques et les projets immobiliers se sont révélés profitables aux activités archéologiques. Jean-François Reynaud, saisissant l’opportunité de grands travaux sur des sites libres ou en voie d’être libérés, a pu ressusciter les principaux édifices religieux du Lyon médiéval, objets de sa thèse : Saint-Just, le groupe épiscopal, Saint-Laurent de Choulans, le rare vestige de Saint-Michel d’Ainay. Puis il a ouvert sa recherche sur d’autres horizons, à Vienne et à Saint-Romain-en-Gal qui ont retrouvé leur passé tardo-antique et haut médiéval, dans la Loire, en Ardèche ou dans l’Isère. Au fil du temps, ses problématiques archéologiques se sont développées, affinées, diversifiées, renouvelées, enrichies des découvertes les plus récentes à l’échelle de l’Europe. Le présent volume, véritable point d’orgue d’une production scientifique, en donne la mesure.

9Cette vaste entreprise heuristique n’aurait pas eu la même efficience, ni les résultats obtenus la même ampleur, sans la capacité de l’archéologue lyonnais à voir loin et anticiper les évolutions scientifiques. Jean-François Reynaud a souvent fait preuve d’audace, mais une audace tranquille, bonne travailleuse, sans esbroufe. Un trait de caractère qui l’a d’abord poussé à entreprendre des collaborations avec les pouvoirs publics, les services de l’État et les aménageurs, à organiser des fouilles d’envergure, à former les étudiants sur le terrain, à prendre en charge des bénévoles aussi brouillons que passionnés, à élaborer des actions avec les associations d’archéologie, à sensibiliser les élus à ces recherches, à communiquer avec le grand public, à travailler à la valorisation du patrimoine retrouvé. Qui l’a porté aussi vers la coopération avec les sciences exactes, amené à s’intéresser aux nouvelles démarches, incité à se préoccuper des technologies de pointe, engagé à promouvoir l’usage de l’informatique (ses anciens doctorants ont encore en mémoire la présentation du Micral dans le sous-sol de l’ÉRA 26). Et qui l’a déterminé à développer à l’université Lyon 2 l’archéologie du bâti, encore balbutiante.

10Dans les années 1990, à l’époque des grands débats sur la réalité même de cette nouvelle branche de l’archéologie, où l’on pouvait encore s’entendre dire : « l’archéologie du bâti, ça n’existe pas, tu fais comme tout le monde, tu regardes les portes bouchées et les fenêtres repercées », Jean-François Reynaud n’a pas hésité à saisir au bond la chance que lui offraient les programmes de réhabilitation du Vieux Lyon et de restauration des monuments historiques. Il a lancé des opérations novatrices sur des maisons médiévales et modernes, introduit l’archéologie dans la restauration monumentale, associé étroitement archéologie du bâti et archéologie sédimentaire. Le bilan est impressionnant, qui couvre un millénaire d’histoire architecturale et intéresse une géographie large, mais structurée sur l’héritage longtemps fécond du vieux royaume burgonde et de ses successeurs. Citons les églises viennoises de Saint-André-le-Bas, de Saint-Pierre et de Saint-Georges, celle de Saint-Romain-en-Gal en face de Vienne, le prieuré de Saint-Romain-le-Puy dans le Forez, donné à Saint-Martin d’Ainay, celui de Salaise-sur-Sanne fondé au IXe siècle en pays Roussillonnais par les moines de Condat (Saint-Claude), Saint-Jean-Baptiste de Meysse en Vivarais, et, tout dernièrement, Saint-Irénée de Lyon, la reprise d’un vieux chantier.

11À la recherche d’un Lyon disparu s’est nourri de toute la science accumulée par l’archéologue lyonnais durant sa vie professionnelle. Au cours de sa carrière, Jean-François Reynaud a en effet élaboré différents axes de recherche que suit encore aujourd’hui l’équipe des archéologues médiévistes du laboratoire ArAr (UMR 5138) du CNRS : la typologie et l’évolution des édifices religieux du IVe au XVe siècle, l’architecture religieuse et la ville, l’organisation de l’espace ecclésial et les pratiques liturgiques, les nécropoles et les usages funéraires, l’architecture des ordres séculiers et réguliers. Si l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge ont formé ce creuset originel où tout s’est mis en place, Jean-François Reynaud a accordé un intérêt grandissant au monde monastique, des fondations urbaines aux Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, titre du volume qu’il a publié dans les DARA en 2002. Il a, dans ce domaine-ci, encore innové en s’intéressant tout particulièrement au monachisme féminin, resté longtemps aux marges de l’histoire et dans les limbes de l’archéologie.

12L’ouvrage, remarquable synthèse scientifique, renouvelle profondément les connaissances sur le Lyon du long Moyen Âge. Au carrefour de grands axes de circulation européens, structurée par ses deux fleuves et ses deux collines, la ville haut médiévale a retrouvé son premier pont sur la Saône, son enceinte réduite, une partie de son réseau viaire, son héritage paléochrétien augmenté d’une cathédrale arienne, d’un xenodochium et des premiers monastères, quelques habitats et de nouveaux lieux d’inhumation. Elle a récupéré l’actuel quartier de Vaise dont l’archéologie n’a cessé de reculer l’origine et de revaloriser le rôle dans la genèse de l’espace urbain. Elle s’est découverte polynucléaire, intégrant, comme Genève, sa voisine, le groupe des villes de formation complexe. Quelques chapitres plus loin, le Lyon du Moyen Âge central fait revivre ses monuments, pour la plupart aujourd’hui disparus, depuis la cathédrale, les grandes collégiales et les puissantes abbayes, jusqu’aux plus humbles recluseries, pôles méconnus de la vie populaire. Heureuse surprise née d’une belle ouverture d’esprit, l’ouvrage continue son récit avec les lourdes transformations du patrimoine médiéval aux Temps modernes, puis sa disparition massive sous les coups de la Révolution et du second Empire, sa reconstitution moyenâgeuse par les savants, les artistes et les collectionneurs romantiques, enfin sa restitution scientifique par l’archéologie contemporaine. Saluons le souci qu’a eu l’auteur de mettre ainsi cette histoire dans la perspective de notre présent. Il nous donne à voir ce Lyon ressuscité « tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change ».

© Alpara, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search