Version classiqueVersion mobile

L’entreprise minière de Brandes (XIe-XIVe siècles). Huez, Oisans (Isère)

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre

Chapitre 2. L’agglomération de Brandes : une cité ouvrière

Marie-Christine Bailly-Maître

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Moyen Âge, l’attrait pour les minerais précieux, en particulier ceux qui contiennent de l’argent, peut engendrer la naissance de véritables agglomérations dont certaines peuvent se comparer aux villes-fantômes de l’Ouest américain au moment de la ruée vers l’or au XIXe siècle (Bailly-Maître 2004). L’agglomération minière de Brandes fait partie de ce processus.

2.1. Le Moyen Âge et la naissance des villes minières

Plusieurs exemples éclairent cette réalité, en France ou à l’étranger ; aussi avant d’aborder l’agglomération ouvrière qu’à été Brandes, il convient de dire quelques mots sur ces différents cas. Toutes ces villes minières ne sont cependant pas aussi bien connues que Brandes, soit parce que les sites sont encore occupés de nos jours, soit parce que leur étude archéologique ou historique n’a pas encore été engagée.

Pour rester dans les Alpes du Dauphiné, l’histoire du bourg actuel de l’Argentière-La Bessée est assez significatif. On l’a vu, le dauphin, présent en Briançonnais...

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search