Version classiqueVersion mobile

La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle

 | 
Anne Baud
, 
Anne Schmitt

Conclusion

Texte intégral

1En Haute-Savoie, les calcaires des différentes formations géologiques sont la principale ressource de la région, la plupart sont durs et massifs, certains siliceux, d’autres schisteux. La cartographie des bâtiments utilisant du calcaire montre une répartition sur tout le territoire de la Haute-Savoie (fig. 181). Les caractéristiques visuelles des pierres sont cependant assez difficiles à corréler précisément avec les gisements ; parfois le faciès urgonien a pu être identifié, comme à Annecy ou Cluses, ailleurs les calcaires blancs ou gris restent indéterminés. Omniprésent dans les Préalpes, le calcaire est utilisé à toutes les époques depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle. Alors que le calcaire dur est beaucoup employé en architecture monumentale pendant la période antique, on constate que les bâtisseurs du Moyen Âge l’ont choisi uniquement dans des éléments du bâti qui n’imposent pas une taille trop technique, comme la maçonnerie en tout-venant. Ils l’ont également utilisé aux endroits sensibles de la construction, sous forme de gros blocs dans les fondations et les soubassements. Il existe cependant des exceptions, comme la priorale de Peillonnex qui reçoit, à l’époque romane, une façade monumentale construite en grand appareil de calcaire blanc.

Fig. 181 – Emploi du calcaire dans les bâtiments médiévaux et modernes de Haute-Savoie.

Fig. 181 – Emploi du calcaire dans les bâtiments médiévaux et modernes de Haute-Savoie.

2Parmi les calcaires de la région, il faut citer les roches ornementales dites « marbres », qui correspondent à des calcaires très durs : une fois polis, ils sont considérés comme des marbres et en adoptent le nom. Ces roches, au même titre que les autres calcaires, ne sont guère exploitées au Moyen Âge pour l’architecture, ou uniquement de manière ponctuelle par exemple pour le mobilier liturgique. On peut sans doute attribuer ce désintérêt temporaire à la dureté des calcaires impliquant une extraction plus difficile et un travail de taille beaucoup plus long ayant d’évidentes conséquences sur le coût.

L’USAGE DES ROCHES TENDRES AU MOYEN ÂGE

3Le tuf et la molasse sont des roches locales aisément accessibles, tendres et faciles à extraire ; contrairement aux calcaires, elles sont largement utilisées dans l’architecture au cours du Moyen Âge. La cartographie des bâtiments utilisant la molasse, le tuf et la cargneule montre une nette distinction, entre la plaine molassique d’une part, où la molasse est employée massivement et le Chablais, et les vallées alpines d’autre part, où le tuf domine (fig. 182).

Fig. 182 – Emploi de la molasse, du tuf et de la cargneule dans les bâtiments médiévaux de Haute-Savoie.

Fig. 182 – Emploi de la molasse, du tuf et de la cargneule dans les bâtiments médiévaux de Haute-Savoie.

4Bien que ces roches tendres soient a priori de piètre qualité, les bâtisseurs n’hésitent pas à les utiliser dans les éléments porteurs. Les critères de choix d’utilisation tiennent toutefois compte des caractéristiques techniques des roches. Les constructeurs savent aussi compenser certains défauts ou optimiser la qualité de la construction en choisissant l’emplacement des pierres dans la structure du bâtiment ou en associant des pierres de qualités différentes.

5Malgré ses défauts (porosité, gélivité, fragilité, faible résistance à la compression) la molasse était appréciée des constructeurs car elle est disponible en grande quantité dans le sillon molassique, et relativement facile à extraire et à tailler. Elle est employée en tout-venant ou en pierre de taille pour les parements et pour l’ossature des bâtiments. Elle est également utilisée pour la sculpture pour la finesse de son grain. Enfin, les conduits de cheminées sont construits en molasse qui comporte des propriétés réfractaires. Connaissant la nature poreuse et gélive de cette roche, les maçons utilisent systématiquement des calcaires durs dans les fondations et les soubassements des élévations en molasse (murs, contreforts, piliers) pour empêcher les remontées d’eau par capillarité.

6La superposition de la carte de l’emprise du sillon périalpin, dans lequel la molasse est omniprésente même si elle est généralement recouverte de sédiments fluviaux ou glaciaires, et de la localisation des bâtiments qui l’utilisent, montre qu’en dehors du sillon molassique peu de bâtiments emploient cette roche (fig. 183). Talloires et Viuz-Faverges, plus éloignés des gisements, ont pu être approvisionnés grâce au lac d’Annecy ; la molasse utilisée à Évian, Ripaille ou Meillerie, établis au bord du Léman, est transportée par voie lacustre. L’abbaye d’Abondance, isolée au cœur du Chablais, constitue au XIVe siècle un exemple unique de transport de molasse, depuis sans doute le lac Léman par la vallée de la Dranse. Il s’agit dans ce cas d’une commande de prestige qui se manifeste à travers un cloître entièrement orné de sculptures fines dans une région montagneuse démunie de roche tendre.

Fig. 183 – Localisation du sillon molassique et des affleurements de molasse repérés, avec indication des bâtiments employant de la molasse.

Fig. 183 – Localisation du sillon molassique et des affleurements de molasse repérés, avec indication des bâtiments employant de la molasse.

7Les gisements de tuf sont nombreux mais, contrairement à la molasse, très localisés et peu étendus. On en trouve dans le massif du Chablais, dans les vallées du Giffre et de l’Arve, mais il en existe aussi ponctuellement dans le sillon molassique. La comparaison des ressources en tuf avec l’emplacement des bâtiments l’utilisant indique que l’approvisionnement peut généralement se faire à partir de carrières locales et ne nécessite pas un transport sur de longues distances (fig. 184). Seule une importante commande peut justifier le recours de carrières plus lointaines, comme c’est le cas d’Amédée VIII au début du XVe siècle, qui fait venir les matériaux de la rive opposée du lac pour le château de Ripaille.

Fig. 184 – Localisation des gisements de tufs repérés et indication des bâtiments médiévaux employant du tuf.

Fig. 184 – Localisation des gisements de tufs repérés et indication des bâtiments médiévaux employant du tuf.

8Le tuf est tendre, caverneux et a une résistance à la compression particulièrement faible (tabl. 2, chap. 1). Mais, celle-ci est compensée par la légèreté de la roche, que les bâtisseurs utilisent essentiellement dans la construction des voûtes. Il est également employé en pierre de taille dans les élévations et parfois même pour la sculpture, lorsque les édifices utilisent majoritairement cette roche (Mélan, Jouars, Sixt, Sainte-Marie d’Aulps). Le tuf, peu sensible aux échanges d’eau, est en revanche moins résistant à la compression que la molasse. Les élévations reposent sur un socle composé de pierres dures comme à l’abbatiale Sainte-Marie d’Aulps ou au clocher du Biot, dont les murs prennent appui sur une assise de calcschiste rouge. Par ailleurs, les constructeurs de Samoëns savent différencier les qualités du tuf et de la cargneule puisqu’ils choisissent prioritairement cette dernière roche plus résistante. À Saint-Gervais, la seule ressource de proximité est la cargneule qui affleure dans le torrent du Bonant, aussi a-t-elle été abondamment employée dans le bâti médiéval.

9Lorsque le tuf et la molasse sont utilisés dans un même bâtiment, on observe un choix d’usage très clair. Le tuf est mis en œuvre dans les voûtes en raison de sa légèreté ou encore dans les parements ; la molasse, plus résistante et permettant un travail de taille plus fin, est employée dans l’ossature de l’édifice, les baies et la sculpture. À Bonlieu, par exemple, les parements et la voûte sont en tuf tandis que les piliers et les ogives sont en molasse ; à Peillonnex, la voûte est en tuf et la molasse est réservée aux baies, aux voussures et aux sculptures du portail ; à Évian, les éléments porteurs de l’église sont également en molasse alors que le tuf est destiné aux murs de la tourelle de l’escalier.

LES ROCHES PEU UTILISÉES AU MOYEN ÂGE

10Les autres pierres disponibles sont finalement peu utilisées pour la construction. Les galets (calcaire dur, quartzites, roches vertes…) ou boulets (terme suisse) sont prioritairement mis en œuvre dans le bâti de la plaine lémanique, où les sédiments morainiques et fluvio-glaciaires sont particulièrement abondants. Ils sont employés bruts essentiellement dans les maçonneries (Humilly, abbaye du Lieu, mur de terrasse du château de Ripaille). Le grès est rare dans la construction, sauf dans les châteaux des Allinges, édifiés directement sur les gisements. L’église paroissiale de Desingy emploie également un grès clair que l’on retrouve plus tard au château de Clermont. On remarque un emploi ponctuel de grès grossier à Meillerie, pour la base des portes, elles-mêmes construites en molasse. Il est vrai que les caractéristiques physiques des grès de la région ne permettent pas d’obtenir de belles pierres de taille.

ÉVOLUTION DES APPROVISIONNEMENTS À PARTIR DE L’ÉPOQUE MODERNE

11C’est à partir du XVIe siècle que l’on utilise systématiquement, dans le bâti, des roches calcaires plus dures. Employées ponctuellement par les constructeurs du Moyen Âge, elles fournissent dès lors, pierres de taille, ogives et sculptures. Elles se substituent entièrement au tuf dans le Chablais et dans les vallées de l’Arve et du Giffre, excepté pour la construction des voûtes. Le marbre de Doussard est mis en œuvre à Talloires et à Viuz-Faverge, le « noir de Sixt » à Samoëns, Flérier, Sixt et Mélan ; le calcaire de La Vernaz est employé dans l’abbatiale d’Abondance au XVIIe siècle (fig. 181). Ces différentes roches sont taillées et polies afin de suggérer l’apparence des marbres italiens.

12À la même période, les bâtisseurs du sillon molassique continuent d’exploiter la molasse pour l’architecture des maisons, et plus particulièrement pour la construction des chaînages d’angles et des baies, comme à Alby-sur-Chéran, mais aussi dans des structures monumentales nécessitant une taille élaborée, tel l’escalier hélicoïdal du château de Montrottier. Au château de Clermont, pourtant construit sur un affleurement de molasse, le maître d’œuvre s’approvisionne à 3 km au sud-ouest afin de trouver un grès molassique clair de meilleure qualité. L’usage en continu de la molasse depuis le Moyen Âge n’exclut pas, dans un souci certes ostentatoire, l’utilisation du calcaire dans les façades du bâti urbain, comme à Cruseilles ou à La Roche-sur-Foron.

13Comme pour la période précédente, le tuf reste employé ponctuellement dans l’architecture et également des ouvrages spécifiques comme des fours à pain, du fait de sa relative résistance au feu.

14Les granites sont très peu employés ; ils ont apparemment été surtout exploités pour des aménagements spécifiques tels que pierres de lavoirs, fontaines, etc. Les schistes, pouvant fournir des dalles assez fines, ont été spécifiquement taillés pour des sols comme dans le cloître de Mélan.

15La recherche d’une esthétique architecturale, entre Renaissance italienne et Classicisme français, constitue de toute évidence une rupture avec l’architecture médiévale. La dureté du calcaire n’autorise que peu de sculptures et convient aux grandes surfaces lisses dépouillées de décor. Il faut sans doute également envisager des aspects plus techniques à cette mise en œuvre tardive. Les calcaires urgoniens blancs, ocres ou noirs selon les zones, forment des bancs massifs et épais qui rendent l’extraction difficile. Le travail de cette pierre dure nécessite d’autres savoir-faire, que l’on pourrait éventuellement associer à l’arrivée de tailleurs de pierre italiens. Leur venue dans les vallées savoyardes est attestée à partir du XVIIIe siècle, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils n’aient pas collaboré auparavant aux chantiers savoyards. Quoi qu’il en soit, il faut deux fois plus de temps pour tailler une pierre calcaire qu’une pierre de molasse. Le choix du calcaire dur répond avant tout à des critères esthétiques et justifie le coût élevé du chantier.

16Cette enquête sur l’architecture monumentale de la Haute-Savoie a permis de mettre en évidence des pratiques de construction utilisant de façon rationnelle les ressources géologiques du territoire. Elle renouvelle l’approche d’un patrimoine construit en milieu montagnard et nous invite à poursuivre de semblables prospections dans d’autres régions voisines.

Table des illustrations

Titre Fig. 181 – Emploi du calcaire dans les bâtiments médiévaux et modernes de Haute-Savoie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 182 – Emploi de la molasse, du tuf et de la cargneule dans les bâtiments médiévaux de Haute-Savoie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 183 – Localisation du sillon molassique et des affleurements de molasse repérés, avec indication des bâtiments employant de la molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 184 – Localisation des gisements de tufs repérés et indication des bâtiments médiévaux employant du tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search