Version classiqueVersion mobile

La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle

 | 
Anne Baud
, 
Anne Schmitt

Chapitre 2. Approvisionnement et économie de la pierre

Texte intégral

1On ne peut distinguer la construction des châteaux et des églises dès lors qu’il s’agit d’architecture monumentale. Lorsque l’on évoque la question de l’approvisionnement en pierres en Haute-Savoie, on est tenté d’affirmer qu’à l’exemple de toutes les régions du monde, l’approvisionnement est le plus généralement local sauf dans le cas de chantiers édilitaires. Par ailleurs, on constate que parmi les roches disponibles, les constructeurs opèrent des choix spécifiques en fonction des structures à bâtir et des décors sculptés à réaliser.

2Parmi les édifices religieux, plusieurs églises présentent des caractéristiques architecturales communes. La région comprend, en effet, un grand nombre d’églises gothiques du XIIIe siècle dont on peut comparer le plan, le voûtement ou encore le décor sculpté. On peut citer en Haute-Savoie les églises à chevet plat de Meillerie, Évian, Mélan, Flérier, Sixt, Humilly, qui sont toutes éclairées à l’est par une baie en triplet. Ce courant architectural se poursuit au début du XIVe siècle avec l’édification de la prieurale de Contamine-sur-Arve qui possède un chevet plat ouvert, en revanche, par une grande baie à remplage. Plus tard, au XVe siècle, l’église des Cordeliers à Cluses reprend le système de la baie en triplet pour le mur oriental du sanctuaire.

3Des études comparatives peuvent être également menées sur les voûtements gothiques et modernes. Un premier groupe d’églises, construites entre le XIIe et le XIVe siècle, se caractérise par des voûtes d’ogive prenant appui sur des piliers engagés par l’intermédiaire de chapiteaux (Lieu, Bonlieu, Contamine-sur-Arve, Évian, Meillerie) ou reposant sur des consoles (Sainte-Marie d’Aulps, Mélan, Flérier). On remarque également une iconographie commune sur les clés de voûtes de ces édifices, qui bien souvent comportent un Christ en majesté. Un deuxième groupe plus tardif (XVe-XVIe siècle) présente des bâtiments couverts de voûtes d’ogives reposant en faisceaux sur des supports uniques (Moussy, Jussy, Mieussy, Ballaison, Saint-Maurice et Saint-Pierre d’Annecy, chapelle sud de l’abbatiale de Sixt). Ces choix techniques et stylistiques s’inscrivent clairement dans le développement et l’évolution de l’architecture monumentale que l’on suit au fil des vallées entre le XIIe et le XVIIe siècle.

4La construction des châteaux répond en premier lieu à des critères défensifs, et leur implantation rapide sur les hauteurs conditionne l’approvisionnement en pierres. Plus tard, au XVe siècle, l’édification de châteaux résidentiels, comme Ripaille, réalisée par Amédée VIII en des temps moins troublés, s’inscrit dans des choix plus idéologiques ou esthétiques que défensifs.

5Les analyses menées sur les sites de Haute-Savoie montrent une concordance étroite entre la géologie locale et les pierres utilisées dans l’architecture monumentale, qu’elle soit civile ou religieuse. Mais la nature de l’approvisionnement trahit parfois le statut privilégié du chantier : le cloître gothique de l’abbaye d’Abondance, par exemple, témoigne d’un apport exceptionnel de molasse dans une région qui en est dépourvue. Le choix des pierres peut être également lié à la rapidité d’exécution qu’exige l’état d’urgence : au Château-Neuf des Allinges, la nécessité de rehausser les murailles a très probablement orienté les constructeurs vers des carrières de proximité, propres à fournir rapidement la quantité de moellons requise.

6Comme c’est le cas dans de nombreuses régions, il ne subsiste aujourd’hui que peu de carrières anciennes : aucune ne peut être en effet datée de manière sûre du Moyen Âge, si ce n’est la carrière de Franclens près de Seyssel (Savay-Guerraz 1997) ou les carrières subaquatiques du lac Léman. Plusieurs sites d’extraction potentielle ont été en revanche identifiés sur le terrain et il est vraisemblable que certaines carrières modernes reprennent de plus anciennes, telles les carrières de calcaire de Meillerie, encore en activité ou les tufières de Saint-Jeoire, abandonnées depuis peu. Les carrières correspondant à l’exploitation moderne des calcaires durs appelés localement marbre sont mieux connues.

7Grâce aux comptes de châtellenie, nos connaissances sur l’approvisionnement en pierres durant le Moyen Âge bénéficient de sources textuelles qui fournissent de nombreux renseignements pour certains sites castraux. Cette documentation écrite, confrontée aux réalités archéologiques et géologiques du terrain, permet d’évaluer la diversité des carrières exploitées et d’entrevoir les moyens techniques et humains mis au service de l’extraction et du transport de la pierre ainsi que des autres matériaux de construction. Plusieurs sites évoqués par Matthieu de La Corbière sont renseignés par des comptes. Pour le château de Ternier (Saint-Julien-en-Genevois) par exemple, les matériaux provenaient d’un rayon de 3 à 12 km. La molasse était extraite dans diverses carrières situées entre 3 et 6 km du chantier : à Viry, à 4,5 km au sud-ouest, à Lancy à 5,5 km au nord-est, au bord de l’Aire à 3 km au nord et au pied du Salève à 6 km à l’est. Le calcaire provenait du Coin sous le Salève à 5,5 km à l’est, tandis que le tuf était extrait plus loin à Étrembières à 12 km au nord-est (La Corbière 2002, p. 456). La diversité des gisements et des natures de pierre renseigne également sur le marché des matériaux : s’ils sont le plus souvent achetés dans les mandements, ce n’est pas non plus systématique. D’autres critères interviennent comme la qualité de la roche souhaitée par le commanditaire et l’emplacement des carrières en activité.

8Les comptes de châtellenie procurent également des informations sur l’unité de mesure employée par les maîtres d’œuvre afin d’évaluer le plus justement les besoins financiers. Dans un souci d’efficacité et d’économie, les maîtres d’œuvre achètent la pierre selon les besoins car le coût de l’extraction est élevé (La Corbière 2002). Cette gestion des matériaux s’oppose à toute forme de stockage. On constate que, bien souvent, la commande de pierres à construire dans le comté de Savoie est effectuée en pieds ou en toises, en fonction des dimensions de mur prévues (Kersuzan 2000, 2001a et b). Dans la région voisine du Bugey, les études menées sur le château de Saint-Rambert mettent en évidence cette forme de comptabilité qui permet l’estimation de la main-d’œuvre et des ouvriers (Cattin 1990).

9Dans la vallée de l’Arve, les travaux de construction commandés par la comtesse de Savoie, Bonne de Bourbon, au château de Bonneville, s’expriment en toises et en pieds ; la somme payée correspond à un coût forfaitaire incluant les matériaux : la pierre, la chaux et le sable :

Libravit magistro Guillermo Vulhet de Foulaz, diocesis Bisonensis, lathomo, pro triginta quinque teysiis et quarte unius teysie muri per ipsum factis in dicto castro […] Item, et pro sex teysiis muri factis inter coquina et larderium […] et pro duabus aliis teysiis muri in una parte dictarum camerarum […] capienti pro qualibet teysia que continet undecem pedes ad solam, inclusis lapidibus calce arena pro premissis emptis cherreagiisque a locis remotis ad dictum castrum ; pro omnibus aliis ad premissa necessariis : VI fl. p. p. (Guilleré 2005, p. 30, Comptes de Jean de Liège, 5 mars-décembre 1385, Les comptes de la châtellenie de Bonneville).

Il a payé à maître Guillaume Vulhet de Foulaz, diocèse de Besançon, maçon, pour trente-cinq toises 1/4 de mur faites par lui dans ledit château […] Et pour six toises de mur faites entre la cuisine et le lardier […] et pour deux autres toises de mur dans une partie desdites chambres […] chaque toise mesurant onze pieds à partir de la base, inclus les pierres, la chaux et le sable pour lesdites, achetés et transportés depuis des lieux éloignés jusqu’audit château et pour toutes les autres choses nécessaires à cela : VI florins de petit poids.

10À la fin du XIVe siècle, au château d’Annecy, le maître d’œuvre se réfère à cette même unité de mesure : 500 pedum lapidum tufforum (Bruchet 1900, p. 318, Extrait des comptes des travaux exécutés au château d’Annecy sur l’ordre du pape Clément VI [1393‑1394]). On verra également qu’aux châteaux de Ripaille, de Bonneville et d’Annecy, la comptabilité des pierres de taille se fait par le comptage des blocs achetés et livrés :

… tresdecim milliariis octies centum quinquaginta quatuor lapidibus ad taillandum emptis a dictis perreriis per dictum Johannem de Orliaco… (Bruchet 1907, p. 294, n° 37, Preuve VI, 1371‑1374, Comptes de Jean d’Orlyé pour la construction du château de Ripaille).

… treize mille huit cent cinquante-quatre pierres de taille achetées auxdits tailleurs de pierre par ledit Jean d’Orlyé…

11Lorsqu’il s’agit de l’achat de pierres en vrac, le maître d’œuvre s’exprime en charretées (charratarum lapidum molassie, berrotatis grobarum tufforum). Pour évoquer ce type de chargement, le terme de « quarteron » est également utilisé : cette unité de mesure correspond au quart d’une entité qui reste difficilement évaluable aujourd’hui de manière concrète, si ce n’est éventuellement à l’aide de l’archéologie expérimentale.

12Une étude plus spécifique des ressources en pierres à partir des comptes de construction a pu être menée sur les châteaux de Bonneville, d’Annecy et de Ripaille permettant de mieux saisir l’économie de la pierre entre le XIVe et le XVsiècle. On note que la présence du lac Léman favorisait le transport des matériaux par bateau pour le château de Ripaille, introduisant le corps de métier des bateliers dans la gestion du chantier. Les autres châteaux, construits dans les terres, utilisaient le transport traditionnel du charroi tiré par des bêtes.

2.1. LES APPROVISIONNEMENTS MÉDIÉVAUX DU XIIe À LA FIN DU XVe SIÈCLE

13Quel que soit le projet architectural, la répartition des roches observées dans le bâti, implique une bonne connaissance de leurs qualités respectives. Du XIIe à la fin du XVe siècle, parmi toutes les roches disponibles, les constructeurs choisissent des pierres relativement tendres, comme la molasse et le tuf, lorsqu’il s’agit d’élever des parements en grand appareil ou l’ossature de l’édifice. Dans tous les cas, les soubassements sont taillés dans du calcaire dur.

2.1.1. LA QUESTION DES REMPLOIS

14L’approvisionnement en matériau de construction comprend également le remploi de pierres ou de bois. La récupération de pierres taillées constitue depuis l’Antiquité un matériau de choix prêt à l’emploi. Au Moyen Âge, il n’est pas rare de démanteler les édifices antiques afin de réemployer les pierres de taille dans les nouvelles élévations, comme en témoigne l’évolution architecturale des villes fondées durant l’Antiquité. On peut distinguer le remploi des pierres ne nécessitant aucune retaille et les pierres récupérées sur un bâtiment fournissant la matière première prête à être taillée. Le clocher roman de l’ancienne église d’Annecy-le-Vieux (fig. 76), le clocher de Lovagny (fig. 77), l’église de Flérier et sans doute celle de Peillonnex (fig. 78) présentent dans la partie inférieure des élévations des pierres calcaires d’origine antique. Dans la crypte de Saint-Hippolyte de Thonon, on a également repéré une pierre antique avec un trou de louve dans la base des murs de la salle romane. Contrairement aux constructeurs de la période antique, ceux du Moyen Âge n’exploitent que faiblement les gisements de calcaire dur et préfèrent récupérer des blocs déjà taillés et prêts à l’emploi. Ceux-ci sont placés dans des zones stratégiques de l’architecture comme dans la base des murs ou dans les chaînages d’angles. Parfois, une commande de pierres peut être effectuée auprès de fournisseurs établis plus lointainement. C’est ainsi que le commanditaire du prieuré de Ripaille fait venir du marbre de Saint-Maurice d’Agaune pour la construction de l’autel de la chapelle ; il s’agit probablement de pierres ornementales (marbre ou calcaire dur) récupéré sur les vestiges antiques ou tardo-antiques du site (Michel 1899). Cet usage se poursuit à l’époque moderne avec le remploi des pierres médiévales. Le logis abbatial de Sixt, par exemple, comprend dans sa phase moderne un grand nombre de remplois de chapiteaux, de fûts, de bases de colonnes, de tailloirs et de claveaux provenant sans doute du cloître médiéval de l’abbaye (fig. 79 et 80), détruit lors de l’incendie de 1680 (D’Agostino, Chauvin-Desfleurs 2013). Cette réutilisation de pierres taillées d’un édifice médiéval dans une construction moderne n’est pas exceptionnelle comme en témoigne l’exemple dauphinois du cloître de Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 2008).

Fig. 76 – Annecy-le-vieux, clocher de l’ancienne église paroissiale (cliché J. Serralongue).

Fig. 76 – Annecy-le-vieux, clocher de l’ancienne église paroissiale (cliché J. Serralongue).

Fig. 77 – Lovagny, remploi antique dans la base du clocher.

Fig. 77 – Lovagny, remploi antique dans la base du clocher.

Fig. 78 – Peillonnex, angle nord-ouest de la façade.

Fig. 78 – Peillonnex, angle nord-ouest de la façade.

Fig. 79 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).

Fig. 79 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).

Fig. 80 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).

Fig. 80 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).

15Les textes font peu état des remplois de pierres. Lors de la construction des forteresses du Genevois en 1353‑1354, il est cependant précisé que l’on acquiert une maison du bourg d’Arlod « afin d’en tirer la pierre » (La Corbière 2002, p. 459). En revanche, certaines pièces de bois (poutraisons, bardeaux, planches) sont très souvent réemployées, de même que les ferrures. Au château de Bonneville, par exemple, des consoles et des corbeaux de cheminée sont ainsi fabriqués dans de vieilles solives :

… que leunde et bocheti sunt de quercu facte de veteribus solonis remotis in aliquibus partibus dicti castri… (Guilleré 2005, p. 59).

… lesquels linteaux et corbeaux sont en chêne, faits avec de vieilles solives laissées dans quelques endroits dudit château…

2.1.2. L’ARCHITECTURE DE LA PLAINE LÉMANIQUE

16Sur la rive sud du Léman, on observe une plaine côtière et des plateaux légèrement plus élevés. Au nord-ouest du massif du Chablais, le plateau de Gavot domine le lac à 800‑900 m d’altitude. Il est constitué d’une accumulation de matériaux sous l’action des glaciers quaternaires. Le plateau domine par un talus d’une centaine de mètres une frange littorale qui va en se rétrécissant vers l’est et disparaît au niveau de Lugrin. À partir de Lugrin et jusqu’à Saint-Gingolph, les falaises calcaires abruptes plongent dans le lac et ne laissent qu’un rebord étroit entre Meillerie et Saint-Gingolph.

17À l’est de la Dranse, on observe des terrasses successives qui témoignent des étapes du recul glaciaire. À l’ouest, la topographie est plus plane. Entre Thonon et Sciez, la plaine monte doucement vers le Chablais. À l’ouest de Sciez, elle s’élargit progressivement, avec localement des collines dominant le paysage comme la colline de Ballaison. Au sud de Genève, la plaine s’élargit et quelques reliefs émergent : la colline des Allinges, le Vuache et le Salève. La plaine molassique s’étend ensuite vers le sud jusqu’à Annecy et l’Albanais.

2.1.2.1. Le bâti et la pierre

18Sur le rivage du lac Léman et dans le sillon molassique, l’analyse de l’architecture monumentale permet de constater l’emploi récurrent de la molasse dans les principaux éléments du bâti, comprenant l’ossature architecturale (piliers, arcs, ogives), la sculpture, l’encadrement des baies, ainsi que les installations liturgiques dans les édifices religieux. On observe cependant la mise en œuvre d’autres roches comme le tuf, le calcaire ou parfois le grès, que l’on peut mettre en relation avec la proximité des gisements, mais qui ont été également choisies pour leurs qualités respectives.

19Un des édifices les plus anciens de la région est la crypte de Saint-Hippolyte de Thonon qui remonte au XIIe siècle (Lassalle 1996). Elle est construite avec diverses roches utilisées en fonction de leurs propriétés physiques. La molasse et le tuf sont employés indifféremment dans les claveaux des arcades qui divisent les nefs selon une progression d’est en ouest. On retrouve ces mêmes pierres dans la construction des murs, mais sous la forme de tout-venant associé à des galets. Les colonnes et les chapiteaux, nécessitant une taille plus fine, sont en revanche exclusivement réalisés dans la molasse, alors que les arcs formerets et ceux des accès occidentaux, la fenestella ainsi que la voûte appareillée, sont en tuf (fig. 81 et 82).

Fig. 81 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte romane, chapiteau en molasse.

Fig. 81 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte romane, chapiteau en molasse.

Fig. 82 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte, nef centrale.

Fig. 82 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte, nef centrale.

20La répartition des pierres dans l’édifice semble se préciser progressivement. À l’exception de la tour-clocher de Brenthonne, seul élément subsistant de l’église, qui se caractérise par l’emploi exclusif de calcaire dur, les autres églises construites à proximité du Léman, entre le XIIIe et le XVe siècle, utilisent prioritairement la molasse. Dans la prieurale des augustiniens de Meillerie (XIIIe siècle) [fig. 83], la paroissiale d’Évian (XIIIe siècle), l’abbatiale cistercienne du Lieu (XIVe siècle) et les églises de Jussy et de Ballaison (fin XVe siècle), les éléments porteurs, les baies et la sculpture sont toujours en molasse (fig. 84).

Fig. 83 – Meillerie, prieuré, chevet de l’église et bâtiment conventuel.

Fig. 83 – Meillerie, prieuré, chevet de l’église et bâtiment conventuel.

Fig. 84 – Ballaison, Chevet de l’église.

Fig. 84 – Ballaison, Chevet de l’église.

21Il est plus surprenant de trouver la molasse employée à l’extérieur des bâtiments en raison de sa faible résistance au gel. La molasse est en effet repérable dans les chaînes d’angles, ainsi que dans les contreforts de l’abbaye du Lieu, de Jussy (fig. 85), de Ballaison et du chevet de l’église d’Évian. Les soubassements sont néanmoins constitués de dalles de calcaire urgonien, isolant le substrat des élévations en molasse et protégeant ainsi les structures des remontées capillaires.

Fig. 85 – Jussy, contrefort d’angle en molasse sur soubassement de calcaire.

Fig. 85 – Jussy, contrefort d’angle en molasse sur soubassement de calcaire.

22À l’église de Meillerie, les contreforts du chevet médiéval, situés à l’opposé des bâtiments conventuels, sont composés de pierres calcaires argilo-gréseux rouge. Cette roche peu poreuse a une bonne résistance au gel, aussi est-elle placée dans un endroit particulièrement sensible de l’élévation. Cette précaution se retrouve dans les bases des piédroits des portes du prieuré, taillées dans un grès grossier bien consolidé (fig. 86).

Fig. 86 – Meillerie, baies en molasse, piédroit en grès.

Fig. 86 – Meillerie, baies en molasse, piédroit en grès.

23Pour l’ensemble de ces édifices, les parements intérieurs ou extérieurs des murs sont construits avec deux types de matériaux. Le tout-venant représente le cas le plus fréquent pour les murs destinés à être enduits ; la molasse est réservée aux parements appareillés, comme le chevet d’Évian (parements extérieurs) ou encore le chœur liturgique de l’abbatiale du Lieu (parement intérieur). Selon la localisation des édifices, le tout-venant est composé de différentes pierres issues de l’environnement immédiat. Situées à proximité du lac, sur des terrains morainiques, les églises de Jussy, Thonon et du Lieu utilisent plus spécifiquement des galets polygéniques, tandis qu’à Meillerie les murs sont construits prioritairement avec de petits blocs calcaires simplement débités, en raison du voisinage de gisements importants (fig. 87). On constate d’ailleurs que durant la période médiévale, la pierre de Meillerie (calcaire gris et noir, siliceux du Lias) est utilisée avec parcimonie sous forme de pierre de taille dans la base des élévations ; ce choix s’explique par la dureté de la roche. En revanche, les éboulis de bas de falaise fournissent un tout-venant accessible et abondant.

Fig. 87 – Meillerie, Tour, tout-venant en « pierre de Meillerie », baie en tuf.

Fig. 87 – Meillerie, Tour, tout-venant en « pierre de Meillerie », baie en tuf.

Meillerie : description architecturale du prieuré et analyse des matériaux

Sidonie Bochaton
doctorante, Archéologie et Archéométrie (UMR 5138), MOM, Lyon

Le prieuré de Meillerie est situé en Chablais, entre la ville d’Évian-les-Bains et la frontière suisse, au pied du Chablais sous le massif des Mémises et sur la rive sud du Léman. Fondé vers 1130 par des seigneurs locaux, les Allinges et les Lugrin, le prieuré a dès l’origine des liens avec le Montjoux (actuelle congrégation du Grand-Saint-Bernard en Suisse), comme en témoigne un acte de 1154 visant à établir de bonnes relations entre les deux maisons. Le premier prieuré du XIIe siècle n’est pas connu, de même que son emplacement exact ; seules quelques mentions indirectes permettent de connaître l’existence d’une église et d’un bâtiment pour les religieux.

Vers 1220, les chanoines reçoivent de la part du comte de Savoie et des sires de Faucigny les droits de justice sur le territoire et les hommes de Meillerie, Lugrin, et très probablement Thollon. Dès lors, et comme l’expose très clairement une enquête menée en 1277 et conservée à Turina, les prieurs et les chanoines exercent la justice dans leur seigneurie. Cette donation semble avoir eu pour conséquence directe la reconstruction du prieuré : le prieur Pierre, qui devient prévôt du Montjoux en 1225, déclare dans la même enquête avoir posé la première pierre dans les fondations de la tour, véritable symbole du pouvoir des religieux.

Ce nouveau bâtiment est à l’image du nouveau statut seigneurial acquis par les chanoines. Construit au pied des rochers de Meillerie, il domine à la fois le village, la route du Simplon et le Léman. On a peine à deviner un monastère dans cet ensemble de bâtiments, flanqué d’une haute tour de défense. Le prieuré est composé de trois bâtiments : le logis des chanoines, la chapelle et une tour de défense reliée au reste du bâtiment par de hauts murs visibles sur les lithographies du début du XIXe siècle.

Aucune source médiévale ne renseigne le chantier de construction, mais l’origine de la majorité des pierres est locale. Meillerie a été rendu célèbre à l’époque industrielle pour ses importantes carrières de calcaire. Cette roche dure est utilisée massivement dans les maçonneries. Dans la tour, des blocs de gros modules forment une solide et profonde fondation et sont progressivement remplacés par de plus petits blocs disposés en boutisse et bloqués par des galets ou des déchets de taille. En revanche, les chaînages d’angle ainsi que les encadrements des ouvertures (portes, archères, latrines) sont entièrement construits en tuf, très probablement extrait dans les environs. Des gisements de tuf sont connus au-dessus de Meillerie sur le plateau des Mémises, ainsi que près du lac à Troubois, sur la route entre Lullin et Meillerie. Ce système de répartition du calcaire et du tuf est le même dans les murs de la chapelle prieurale et du logis.

À ces deux pierres s’ajoute la molasse, principalement utilisée dans la chapelle pour les éléments porteurs et les décors : remplage des baies ogivales et de la rose du chœur, colonnes d’angle et piliers, chapiteaux à motifs végétaux, ogives et clés de voûte finement sculptées. Les encadrements des ouvertures de même que les voûtes sont en tuf, les murs en calcaire. Dans le logis, la molasse est utilisée principalement pour les portes et les fenêtres, de même que du grès grossier, utilisé dans les caves pour les archères et les portes. Il n’existe pas d’affleurement de molasse à proximité directe, et celle de Saint-Gingolph n’est pas réputée de bonne qualité. Il est donc probable que l’approvisionnement se fait par le lac depuis les carrières des environs de Genève.

Au cours du XIIIe siècle, plusieurs prieurs de Meillerie sont élus prévôts du Montjoux et font du prieuré leur résidence principale, de même que le centre religieux et administratif de l’ordre. Mais après l’instauration de la Commende dans la première moitié du XVe siècle, Meillerie est délaissé au profit de la maison forte de Rives-sous-Thonon. Le prieuré fait, à l’époque moderne, l’objet de deux importantes campagnes de travaux. La première a lieu dans la première moitié du XVIIIe, avant la sécularisation du prieuré qui intervient en 1754, et la seconde dans la première moitié du XIXe siècle lorsque le logis est aménagé en cure et la chapelle prieurale transformée en église paroissiale. En 1825, un cahier des charges pour cet agrandissement est rédigéb. On constate une continuité dans le choix des matériaux et des techniques de construction. La « pierre de taille » et le tuf sont mentionnés dans ce document. Ce dernier, « vulgairement appelé corniole », est utilisé pour les encadrements de fenêtres et les voûtes, comme au XIIIe siècle. Les maçonneries sont composées de moellons disposés en boutisse, le blocage de « pierres d’éclat » et de mortier. La provenance des autres matériaux est plus précise : tuile de Marclaz (Thonon), chaux de Saint-Gingolph, gypse de Villeneuve et sable du Rhône ou de la Dranse.

a. Archivio storico dell’Ordine Mauriziano, Inventario 2, Territorii di Mellierée e Thonon, n° 1.
b. Fonds sarde, dossier « Thollon ».

24Quels que soient les sites étudiés, les gisements locaux sont toujours favorisés : près de Thonon, les châteaux des Allinges, établis au sommet d’une crête de grès, sont construits avec le produit de l’extraction locale. On observe toutefois une certaine diversité dans l’approvisionnement en fonction des circonstances. Dans un premier temps, à Château-Vieux, la muraille est construite en petits blocs réguliers débités dans diverses roches avec une prédominance de grès, puis de chloritoschiste, gneiss, granites et quelques pierres calcaires sans doute issues des dépôts morainiques. Plus tard, les conflits opposant les Savoie et les Faucigny suscitent des travaux de consolidation des fortifications : alors qu’il faut renforcer au plus vite la défense, les pierres utilisées proviennent des affleurements de grès et de conglomérats de la colline des Allinges au plus près des châteaux, mais les moellons débités rapidement sont de modules plus divers et fournissent par conséquent des assises irrégulières (D’Agostino, Guffond 2010 ; 2012a ; 2012b) [fig. 88].

Fig. 88 – Château-Vieux des Allinges. Muraille en grès.

Fig. 88 – Château-Vieux des Allinges. Muraille en grès.

Carrières et construction aux châteaux d’Allinges

Laurent D’Agostino
HADES

Situés à quelques kilomètres de la rive sud du lac Léman, les châteaux d’Allinges sont bâtis sur la crête d’une colline à 700 m d’altitude, qui leur offre une position de contrôle sur le Chablais et le bassin lémanique entre Ballaison à l’ouest, Lausanne au nord, la Dent d’Oche à l’est et les monts d’Hermone au sud (D’Agostino, Guffond 2015). Un castrum tenu par la famille d’Allinges est mentionné pour la première fois en 1076. À la fin du XIIe siècle, un dédoublement dont ignore la cause, peut-être une forme de coseigneurie, aboutit à la formation de deux châteaux distincts. Répartis le long de la crête, Château-Neuf au sud-ouest dépendait autour de 1200 des comtes de Savoie, tandis que Château-Vieux au nord-est appartenait à la même période aux sires de Faucigny. Jusqu’en 1355, les deux châteaux sont l’un des théâtres de la guerre delphino-savoyarde, qui aboutit à l’abandon de Château-Vieux, tandis que Château-Neuf reste le siège de la châtellenie d’Allinges-Thonon jusqu’en 1703.

Les deux châteaux témoignent d’une relation étroite entre le milieu naturel qui les accueille, l’implantation des carrières de pierre et la construction. D’un point de vue géologiquea, la colline d’Allinges est un affleurement de grès conglomératique identifié comme le flysch du Gurnigel, dans lequel alternent des bancs fins et des blancs plus grossiers où sont visibles des nodules ou des blocs de roches plus dures (fig. 89). Cet affleurement de flysch, dans le prolongement de la colline de la Maladière à Perrignier, est entouré par les moraines du glacier du Rhône déposées au Pléistocène récent, constituées de matrices de sables et graviers, mais aussi de blocs de roches dures (chloritoschistes, gneiss, granites), ce dont témoignent d’imposants blocs erratiques conservés alentour, comme la Pierre à Passet par exemple.

Ces différents matériaux ont été mobilisés pour la construction des châteaux d’Allinges, que ce soit pour les fortifications ou les maisons de leurs bourgs castraux. Les constructions les plus anciennes attestées par la stratigraphie montrent l’utilisation privilégiée de matériaux sans doute disponibles à la surface même du sol au moment de l’aménagement du site. En effet, dans les courtines de la cour haute de Château-Vieux ou celles de son premier bourg au milieu du XIIe siècle (fig. 90), nombreux sont les blocs de roches métamorphiques provenant du cœur du massif alpin et transportés par le glacier : granites du Mont-Blanc, séricitoschistes du Grand-Saint-Bernard, orthogneiss des Aiguilles Rouges. Pourtant, les fondations des bâtiments sont presque toujours creusées dans le substrat de grès conglomératique, qui semble assez vite exploité sous forme de carrières, ne serait-ce que pour aménager des terrasses successives dans cet environnement pentu. À Château-Neuf, dès la seconde moitié du XIIe siècle, le grès est exploité et taillé pour l’appareil du chevet de la chapelle. Pourtant, malgré l’abondance de la pierre sur le site même des deux châteaux ou dans leur environnement proche, les aménagements architecturaux les plus complexes (arcs des portes des maisons ou arcs de décharge de la tourelle sur contrefort de Château-Vieux) nécessitent l’importation de tuf, sans doute plus facile à tailler que le grès local de qualité très inégale.

À partir du milieu du XIIIe siècle, la densité des constructions et les besoins en pierres pour renforcer les fortifications en pleine guerre delphino-savoyarde ont conduit à l’ouverture de grandes carrières à ciel ouvert. Les courtines de Château-Vieux, que ce soit au niveau de la cour haute dont le mur bouclier est renforcé par deux fois entre 1260 et 1290, puis au début du XIVe siècle, ou de la grande enceinte du bourg aménagée entre 1260 et 1280, sont à cette période bâties exclusivement en grès. Il en est de même à Château-Neuf au niveau du mur bouclier également autour de 1289‑1290 (Chauvin-Desfleurs 2013). En 1302‑1303, trois carrières au moins sont utilisées pour les constructions du comte de Savoieb, l’une au sud du côté des Monts d’Hermone, l’autre sous le château près d’une maison noble, la dernière du côté du village actuel, « sous le Saix » (c’est-à-dire sous la roche).

Outre la construction, il faut enfin signaler une exploitation sans doute intense du grès pour la fabrication de meules à grains, cinq sites d’extraction au moins étant identifiés à ce jour à la Maladière et sur le site même des châteaux d’Allinges, témoignant d’une multiplicité des usages de la pierre et des compétences des habitants.

a. Étude réalisée par Sylvain Coutterand, glaciologue, géomorphologue, membre associé EDYTEM, université de Savoie.
b. Archives départementales de la Savoie, SA 14783.

Fig. 89 – Bancs de grès conglomératique (flysch du Gurnigel) à la Maladière (Perrignier) [cliché L. D'Agostino].

Fig. 89 – Bancs de grès conglomératique (flysch du Gurnigel) à la Maladière (Perrignier) [cliché L. D'Agostino].

Fig. 90 – Allinges, courtine sud du premier bourg de Château-Vieux (seconde moitié du XIIe siècle), alternance de gros blocs erratiques issus de moraines glaciaires en soubassement et de blocs de grès (cliché L. D'Agostino).

Fig. 90 – Allinges, courtine sud du premier bourg de Château-Vieux (seconde moitié du XIIe siècle), alternance de gros blocs erratiques issus de moraines glaciaires en soubassement et de blocs de grès (cliché L. D'Agostino).

2.1.2.2. Le château de Ripaille. Approvisionnement en pierres d’après les comptes de châtellenie

25Le château résidentiel de Ripaille, reconstruit au XVe siècle sous Amédée VIII, est édifié avec les mêmes matériaux que ceux des églises du bord du Léman. Les observations ne peuvent porter aujourd’hui que sur les élévations extérieures car l’édifice a subi de très importantes restaurations à l’intérieur du bâtiment au cours du XIXe siècle (fig. 91). On constate néanmoins que les éléments d’architecture extérieurs, les chaînages d’angles et les parements sont réalisés en molasse, alors que les murs sont élevés en tout-venant avec un important apport de galets. Par ailleurs, les comptes de construction fournissent un grand nombre d’informations sur l’approvisionnement en pierres et l’organisation des tâches (Bruchet 1907). Ils concernent précisément différents chantiers qui se déroulent entre la fin du XIVe siècle et la première moitié du XVe. Il s’agit, dans un premier temps, des travaux que Bonne de Bourbon, épouse d’Amédée VI, mène au sein du château, puis des restaurations effectuées par Amédée VIII lorsqu’il fonde un prieuré de l’ordre des augustiniens et qu’il construit « le château des chevaliers de Ripaille ». Jean d’Orlyé est le maître d’œuvre des travaux d’Amédée VI. Jean de Liège dirige le chantier d’Amédée VIII lorsque celui-ci reprend la demeure de Ripaille. Peronnet du Pont, vice-châtelain de Thonon, est responsable des travaux exécutés dans le prieuré ; en revanche, le nom du maître d’œuvre n’est pas parvenu jusqu’à nous. Perrin Rolin succède à Peronnet du Pont lors de la construction « du château des chevaliers ».

Fig. 91 – Château de Ripaille.

Fig. 91 – Château de Ripaille.

26Le gros des approvisionnements en pierre concerne la molasse qui se fait à partir des rivages du Léman, impliquant un transport en bateau relayé par des charrois de la carrière au rivage et du rivage au chantier.

Les travaux du château de Ripaille entre 1371 et 1378 selon les comptes de Jean d’Orlyé (fig. 92)

Fig. 92 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean d’Orlyé.

Fig. 92 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean d’Orlyé.

27Les comptes de Jean d’Orlyé couvrent les années allant de 1371 à 1374 et de 1377 à 1378. Ils permettent de saisir avec beaucoup de précision la gestion du chantier tant humaine que matérielle. Peronnet Vionet du bourg de Moudon (Medunis, situé en Suisse, 20 km au nord-est de Lausanne) s’engage, auprès d’Antoine Champion, commissaire du comte, à apporter et gérer sur le chantier de Ripaille les pierres (omnes et singulos lapides), la chaux et le sable, selon les besoins des tailleurs de pierre (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 294, n° 34). Peronnet Vionet les fait venir de la rive du lac jusqu’au chantier ce qui implique un transport lacustre à partir d’un port situé soit sur le même rivage, soit sur la rive nord. Comme on l’a vu précédemment, un grand nombre de gisements et de carrières de molasse se trouvent sur le rivage du Léman entre Genève et Lausanne, comprenant également des carrières subaquatiques. Il faut sans doute entendre par singulos lapides des pierres non seulement préparées mais déjà taillées en carrière selon des modules et des formes précises.

  • 1 Informations transmises par Philippe Griot, tailleur de pierre à Cluny, dans le cadre du groupe de (...)

28À travers cette documentation comptable, on perçoit nettement le déroulement des tâches de la carrière au chantier en passant par le mode de transport, mettant ainsi en lumière la gestion de la pierre au Moyen Âge sur les rivages du Léman. Des questions subsistent cependant comme celles qui concernent le temps de séchage de la molasse avant son chargement. En effet, la molasse, comme tout grès, nécessite un certain temps de séchage avant d’être taillée, mais elle doit toutefois conserver une part d’humidité afin de ne pas être trop dure lors de son débitage1. La pierre de molasse est ici particulièrement humide, car les carrières sont dans la plupart des cas sublacustres ; par conséquent et pour des raisons de poids, on suppose que les pierres ne sont pas chargées immédiatement dans les barques : elles peuvent attendre plusieurs mois en carrière ou sur le rivage.

29Le transport des matériaux est assuré par des bateliers organisés en sociétés indépendantes situées dans les ports de Hermance et de Coppet. Le 24 septembre 1371, un millier de pierres est payé à maître Colin, tailleur de pierre de Genève (15 florins bon poids). Le transport de ces 1 000 pierres jusqu’à Ripaille est pris en charge par Jean et ses bateliers dont la société se situe à Hermance, mais les cinq navires prévus pour le transport viennent de Genève. Parmi eux, un navire transporte des pierres de piliers, lapidibus pilarium necessarios pro dictis domifici domus Rippaillie, impliquant un module spécifique et un travail de taille sur le lieu d’extraction et non sur le chantier de construction. Il s’agit peut-être des singulos lapides mentionnées plus haut (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 295, n° 41‑43), ou encore des piliers de la grande salle construite par Bonne de Bourbon (Bruchet 1907, p. 26). Le lieu d’approvisionnement n’est pas indiqué, mais plusieurs carrières de molasse situées à proximité de Genève sur les rives du Petit Lac étaient susceptibles de fournir la pierre : Vengeron, Chambésy, Coppet ou Cologny.

30Le 12 janvier 1374, Peronet Vionet, au nom de Jean d’Orlyé, paye deux carriers, Perrod Cru de Fribourg et Étienne de Coppet, pour l’extraction et la vente de 13 854 pierres à la carrière de Coppet (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 294, n° 37). Comme précédemment, la nature de la pierre n’est pas mentionnée, mais il s’agit de toute évidence de molasse. Coppet est un bourg médiéval, situé non loin du lieu-dit « Perrière » sur le rivage ouest du Léman (Bory 1998). La molasse est aisément accessible autour de Coppet, mais également sous une faible épaisseur d’eau sur le plateau peu profond qui longe les rives. On connaît l’activité des carrières de Coppet depuis au moins le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle. Les carriers et maçons travaillèrent au château du comte de Savoie à Versoix (Bory 1998, p. 60). Au moins trois carrières sublacustres existent entre Coppet et Céligny. Peronet paye Étienne Cochard bourgeois de Coppet, pour le chargement de 13 314 de ces pierres de taille (lapides taillie) de la carrière au rivage de Coppet. Il est bien spécifié que l’organisation du chargement est à la charge d’Étienne Cochard aussi bien pour les moyens que pour la durée. Les 540 pierres restantes seront à soustraire du coût si elles n’ont pas été charriées. Il s’agit d’un surplus qui peut néanmoins se révéler nécessaire en cours de chantier. La précision des chiffres indiqués est vraisemblablement justifiée par les mesures des murs à construire indiquées au préalable. En revanche, on ignore le module des blocs :

Libravit Stephano Cochardi, burgensi Copeti, charreanti 13314 lapides taillie de supradictis, a perreria de Copeto usque ad rippam lacus Copeti in pluribus et diversis particulis et multis mensibus […] Et sic restant qui non apparent charreati 540 lapides taillie qui vel eorum estimacio deducantur si charreati non reperiantur[…] (libravit) 5 florenos auri boni ponderis quorum singuli sex valent 5 franchi auri et 9 s. genevois… (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 295, n° 38).

Il a payé à Etienne Cochard, bourgeois de Coppet, qui a transporté 13 314 pierres de taille des travaux susdits, depuis la carrière de Coppet jusqu’à la rive du lac de Coppet, selon plusieurs et différentes notes de détail et pendant de nombreux mois […] Et il reste ainsi, qui n’ont pas été transportées, 540 pierres de taille, qu’on déduit – ou leur estimation – si elles n’apparaissent pas transportées […] (il a payé) 5 florins d’or de bon poids dont chacun vaut 5 francs d’or et 9 sous de genevois…

31À la même date, les bateliers de Coppet (nautis de Copeto) sont payés pour transporter 9324 de predictis lapidibus dans deux bateaux construits avec du bois de Credo et de Filier, d’une rive à l’autre du lac, de Coppet jusqu’à côté de Ripaille (211 florins or) [Bruchet 1907, Preuve VI, p. 295, n° 39]. Le toponyme de Credo est courant, mais il est difficile actuellement d’identifier un lieu précis ; de même pour Filier. Il est question d’une partie du chargement des 13 314 pierres acheminées au port par Étienne Cochard. De nouveaux gisements de molasse sont recherchés à Coppet. Le tailleur de pierre, dit Malaignie, est chargé d’ouvrir de nouvelles carrières (2 florins bon poids) au sud de Thonon, sous la maladrerie du pont Féterne (Fisterne) [Bruchet 1907, Preuve VI, p. 295, n° 45]. Il est possible qu’il s’agisse dans ce cas de cargneule car des gisements ont pu être repérés dans la Dranse et la confusion des termes, on l’a vu, est fréquente. Quoi qu’il en soit, le tuf et le sable proviennent de lieux proches de Ripaille. En 1371, un tailleur de pierre de Thonon, Aymmandi, doit aller chercher du tuf dans la carrière publique probablement située à Thonon, certam quantitatem tufforum […] in carreria publica, et en gérer le transport. Jean d’Orlyé paye le même tailleur de pierre pour l’approvisionnement en bon tuf marchand, unius miliarii tovorum bonorum mercabilium, qu’il doit apporter dans les 6 semaines à venir à raison de 25 florins or, bon poids. Puis il mentionne deux milles tufs à 14 florins. Ce tuf est pris à « la carrière de tuf » ou au port. Le coût total est de 53 florins (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 296, n° 47). Contrairement à la molasse, les comptes distinguent ainsi deux types de tuf : le bon tuf marchand, tovorum bonorum mercabilium, et les tombereaux de tuf livré en vrac : berrotatis grobarum tufforum ou plurimas quantitates lapidum tovorum, grobarum et millioni necessariorum in dictis domificiis domus Rippaillie (Bruchet 1907, Preuve VI, n° 46). Ce tuf acheté en très grande quantité est transporté de diverses manières par des bateliers, des charretiers, des bouviers et des hommes de charges. On peut supposer que le bon tuf marchand est destiné à la pierre d’appareil, tandis que le tuf en vrac est employé dans la construction des voûtes, dans la fourrure des murs ou encore comme tout-venant dans celle des parements. Des carrières de tuf sont mentionnées à Draillant (Drailleins) au sud de Thonon (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 300, n° 72) et à Larit que l’on ne peut localiser (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 303, n° 106). Mais le besoin en pierre est tel qu’il faut rechercher de nouvelles carrières de tuf (ou cargneule) au-delà de la Dranse :

Item, pro salario 20 hominum toverias perquirentium ultra Dranciam et discohoperientium 16 s. 3 d. geb. (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 303, n° 107‑108).

Pour le salaire de 20 hommes qui ont recherché des carrières de tuf au-delà de la Dranse et les ont découvertes (retiré la terre en surface) : 16 sous 3 deniers de genevois.

32La rivière offre également d’autres richesses naturelles telles que les galets et autres pierres qu’il faut rassembler sur le rivage avant le transport : colligentibus lapides in ripperia Drancie (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 303, n° 109). L’observation des murs de la terrasse du château montre qu’ils sont entièrement construits en galets, fourrures et parements (fig. 93). Ces galets peuvent provenir des terrasses glaciaires des rivages du Léman où ils se trouvent en abondance, mais également du lit de la Dranse. Près du lac, l’architecture monumentale emploie couramment ce matériau de proximité dans les élévations, comme c’est le cas de l’abbaye du Lieu (fig. 70), ou du château de Rouelbeau. Pour l’église d’Humilly, les galets mis en œuvre dans les murs ont été probablement été extraits des alluvions fluvio-glaciaires du Rhône.

Fig. 93 – Ripaille, mur de la terrasse, fourrure en galets.

Fig. 93 – Ripaille, mur de la terrasse, fourrure en galets.

33On peut noter que, si le bois provient des forêts environnantes, les produits manufacturés sont achetés en ville, à Lausanne ou à Genève. C’est ainsi que les charrettes et autres accessoires (brides, harnais, freins…) liés au transport des matériaux, sont fournis par des artisans citadins :

Libravit pro factura et precio dictorum trium charretorum novorum emptorum apud Lausannam manu Johanodi, charrotoni […] item pro precio 6 brigidarum, sive brides emptarum apud Gebennas a dicto Cristen, sellerio, pro 6 equis charretorum (3 franch.auri) ; item eidem Cristen, pro precio unius freni pro muleto, 1 florin boni ponderis (Bruchet 1907, Preuve VI, p. 303, n° 115‑116).

Il a payé pour la fabrication et le prix des dites trois charrettes neuves achetées à Lausanne par Johanod charretier […] et pour 6 harnachements ou brides achetés à Genève par ledit Cristen, sellier, pour 6 chevaux d’attelage (3 francs d’or) ; et au même Cristen pour le prix d’un mors pour mulet, 1 florin de bon poids.

Les comptes de Jean de Liège (1383‑1390) [fig. 94]

Fig. 94 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean de Liège.

Fig. 94 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean de Liège.

34Une vingtaine d’années plus tard, Bonne de Bourbon entreprend des travaux de charpenterie et de maçonnerie au château de Ripaille. Jean de Liège, maître charpentier, est chargé des travaux en même temps qu’il suit les reconstructions effectuées au château d’Annecy (Bruchet 1907, p. 337, Preuve XIX, 1383‑1390, Comptes de Jean de Liège, maître des travaux de charpenterie et de maçonneries entrepris pour Bonne de Bourbon). En 1386, la construction d’un grand four à chaux, nécessite un important approvisionnement en bois et pierres dont certaines, utilisées dans la construction des bouches du four, sont décrites comme des pierres vertes (lapides virides) :

Secuntur naute seu navaterii Thononii qui adduxerunt in navi a nemore dou Verney supra Thononium ad dictum rafurnum lapides virides ad faciendum 5 ora seu boches dicti rafurni et lapides a loco de Bret qui distat a dicto rafurno 5 leucis ad faciendum 5 votas dicti rafurni et pro replehendo dictum rafurnum… (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 339, n° 4‑5).

S’ensuivent les nautes ou bateliers de Thonon qui transportèrent en bateau depuis le bois du Verney au-dessus de Thonon jusqu’audit four à chaux les pierres vertes pour faire 5 bouches audit four et les pierres depuis le lieu de Bret qui est éloigné dudit four de 5 lieues, pour faire 5 voûtes audit four et pour remplir ledit four à chaux…

35Que doit-on entendre par lapides virides ? De prime abord, on aurait tendance à penser à des pierres de molasse, connues pour leur couleur verdâtre et souvent utilisées dans la construction des fours pour leurs qualités réfractaires. Mais dans ce cas pourquoi ne les mentionne-t-on pas sous le terme de lapidum molassie ? On sait que la construction de fours à chaux est effectuée à proximité du chantier de construction et que le transport des pierres destinées à l’ouvrage est assuré par les bateliers de Thonon, donc sur le lac Léman. Il existe un site nommé Bret au bord du Léman à côté de Saint-Gingolph qui pourrait correspondre à ce port d’embarquement car la distance jusqu’à Ripaille est d’une vingtaine de kilomètres soit cinq lieues. S’il ne s’agit pas de molasse, on peut envisager l’emploi de roches métamorphiques prélevées sur les blocs erratiques transportés par le glacier du Rhône.

36À l’instar des autres chantiers de Ripaille, la plupart des transports de pierres se fait en bateau sur le Léman et les bateliers d’Hermance et de Genève sont réquisitionnés à la demande de Bonne de Bourbon :

1386, 12 avril, Ripaille. – Mandement adressé par Bonne de Bourbon comtesse de Savoie, au châtelain d’Hermance, lui enjoignant de fournir, à la réquisition de Jean de Liège, charpentier, un ou plusieurs grands bateaux et les hommes d’Hermance, nécessaires pour la manœuvre, à peine d’une amende de 100 livres (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 342, n° 41).

1386, 12 avril, Ripaille. – Mandement adressé par Bonne de Bourbon comtesse de Savoie, au châtelain d’Hermance et au vidomne de Genève pour retenir deux grands navires d’Hermance et deux grands navires de Genève pour le transport de pierres destinées à Ripaille, promettant aux pilotes un bon salaire (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 342, n° 43).

37En mars 1386, Bonne de Bourbon commande une tour « au-dessus du clos de Ripaille, devant l’escalier qui va de la porte du clos de Ripaille du côté de Festerne ». La construction de cette tour implique une nouvelle commande en pierres de taille de molasse, ainsi clairement désignées dans le texte, depuis la carrière de Chambésy (Sambersier) :

Libravit Johanni Abberti de malagnie, in exonerationem precii 5000 lapidum molacie de taillia ab ipso emptarum in perreria subtus Sambersier… (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 343, n° 44).

Il a payé à Jean Abbert de Malagnie en remboursement du prix de 5 000 pierres de taille en molasse achetées par lui dans la carrière sous Chambésy…

38Un millier et demi de pierres sont, en effet, transportées par charrois de la carrière de Chambésy aux rives du lac (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 343, n° 44). Comme cette carrière est subaquatique, on suppose que le port est situé à quelques distances de la carrière nécessitant un chargement en charroi.

39Puis le batelier Jean de Montagnioz de Hermance charge ces pierres dans 7 navatis cum dimidia, à raison de 200 pierres pour le prix de 5 florins petit poids, y compris les dépenses, du rivage sous Vengeron jusqu’au rivage de Ripaille. Il faut bien sûr comprendre le transport de 7 charges et demie, ce qui sous entend très vraisemblablement 8 navires :

Libravit Johanni de Montagnyoz de Hermencia pro navigio seu portu dictorum lapidum a rippa lacus subtus Vengerons supra nave usque ad rippam lacus subtus Rippailliam videlicet unum milliarium cum dimidio, emptorum a dicto johanne Abberti, in 7 navatis cum dimidia portante qualibet navata 200 lapides, et pro qualibet navata precio 5 flor. parvi ponderis, inclusis expensis, 37 fl. dym […] parvi ponderis… (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 343, n° 47).

Il a payé à Jean de Montagnyoz d’Hermance pour le transport par eau desdites pierres, depuis la rive du lac sous Vengerons, sur le bateau jusqu’à la rive du lac sous Ripaille, c’est-à-dire un millier et demi, achetées audit Jean Abbert en sept charges et demie de bateau, chaque charge de bateau portant 200 pierres, et pour chaque charge au prix de 5 florins de petit poids, dépenses incluses, 37 florins et demi […] de petit poids…

40Maître Pierre de Fribourg, carrier, habitant de Coppet, fournit également un millier de pierres. (Bruchet 1907, p. 343, n° 44). Puis Jean de Liège paye le tailleur de pierre Jacques Vouchese pour une période de 66 jours à partir du 1er mai 1386 jusqu’au 22 juillet, afin que les pierres destinées à la construction de la tour soient débitées ou plus exactement amaigries en vue du transport dans les navires et les charrois. Cette information capitale montre que les pierres sont en partie taillées avant le transport selon une pratique courante : en carrière, on conserve juste un peu de « gras » sur la pierre, correspondant à 2 ou 3 cm, afin de protéger durant le chargement, les faces à dresser ou à sculpter. Jacques Vouchese est également responsable du transport sur le lac, ce qui laisse supposer qu’il s’agit peut-être d’un nouvel approvisionnement :

Que dicto tempore evenerunt, tam in minuendo dictos lapides de quibus superius mencio habetur ut essent leviores ad onerandum in navi et cherreandum removendo quod superfluum erat in eisdem ut levius et citius possent operari, quam in talliando de dictis lapidibus… (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 343, n° 49).

Ceci eut lieu à ce moment, aussi bien en diminuant la taille des pierres dont il a été fait mention ci‑dessus afin qu’elles soient plus légères à charger sur le bateau et en déchargeant l’excédent pour qu’ils puissent mieux opérer, qu’en taillant lesdites pierres…

41La carrière de Morges (Morgie) est également mentionnée pour les pierres destinées aux anneaux et à la margelle d’un puits. La pierre de Morges est considérée comme plus dure que celle de Coppet. Morges, située 12 km à l’ouest de Lausanne, abrite encore aujourd’hui un hôtel de ville daté du XVIe siècle (Bissegger 1998), entièrement construit en moyen appareil de molasse rouge qui témoigne de la mise en œuvre de cette roche à la Renaissance :

… scidendo lapides de tallia pro 5 anuli dicti putei et margellis in summitate dicti putei ad 3 pedes de latitudine[…] fuerunt in perreria Morgie pro eo quo lapides dicte perrerie erant duriores lapidibus de Copeto… (Bruchet 1907, Preuve XX, p. 345, n° 61).

… coupant lesdites pierres de taille pour 5 anneaux dudit puits et les margelles au sommet dudit puits, de 3 pieds de large […] ils se rendirent dans la carrière de Morges parce que les pierres de ladite carrière étaient plus dures que celles de Copet…

Les travaux réalisés au prieuré de Ripaille (1409‑1412) selon les comptes de Peronnet du Pont (fig. 95)

Fig. 95 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Peronnet du Pont.

Fig. 95 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Peronnet du Pont.

42Les comptes de Peronnet du Pont qui concernent la construction du prieuré d’Amédée VIII font apparaître de nouveaux approvisionnements en molasse (Bruchet 1907, p. 43, Preuve LIV, Comptes de Peronnet du Pont, vice-châtelain de Thonon, relatif aux travaux exécutés dans le prieuré de Ripaille). Deux frères carriers, Jean et Henri Campo, fournissent 250 grosses pierres de molasse puis 50 autres pierres… Le maître d’œuvre fait appel aux bateliers François de Miguet, Mermet de Challes et Mermet Champurry d’Évian (Aquaria) pour le transport de 150 pierres sur leur bateau, du port de Coudrée jusqu’à Ripaille :

… adducendi super eorum navi unum centum cum dimidio lapidum a portu Coudree usque suchetum Rippallie (Bruchet 1907, p. 439, n° 13).

… apportant sur leurs bateaux un cent et demi de pierres depuis le port de Coudrée jusqu’au ruisseau de Ripaille.

43La mention de Coudrée ne permet pas de déterminer la carrière d’origine, mais on voit plus loin que Peronnet et Johanneto de Rolaz ont transporté en charroi les pierres de molasse qu’ils ont eux-mêmes taillées à la carrière de Sciez (Siez) et que 50 pierres destinées à la chapelle du château proviennent de Coudrée. Or le port se situe seulement à 2 km du village de Sciez, et les carrières de molasse ouvertes sur le flanc nord du mont de Boisy, les carrières de Prailles, sont situées au sud du village. Le transport de la molasse jusqu’au château de Ripaille était ainsi effectué soit en bateau sur le lac Léman, soit en charroi par la voie côtière sur une distance de 10 km.

44Pour les aménagements liturgiques de la chapelle du prieuré et plus particulièrement la construction des autels, le commanditaire souhaite acheter du marbre pour les tables d’autel. Comme il n’y a pas d’exploitation de marbre dans la région, il commande trois pierres de marbre à Jean Fonda, bourgeois et tailleur de pierre de Saint-Maurice d’Agaune. Ce dernier est chargé de préparer, sans doute transporter et poser les trois pierres dans la chapelle comtale :

Libravit Johanni Fonda, burgensi Sancti Mauricii Agaunensis, pro venditione 3 lapidum de Marbroz […] pro ipsis implecandis et ponendis in altaribus capelle domini Rippaillie […] 15 fl. p. p […] Johanni Fonda, de sancto Mauricio, lathomo… (Bruchet 1907, p. 446, n° 76 et 77).

Il a payé à Jean Fonda, bourgeois de Saint-Maurice d’Agaune, pour la vente de 3 pierres de Marboz […] pour les utiliser et placer dans les autels de la chapelle du seigneur à Ripaille […] 15 florins de petit poids […] Jean Fonda, de Saint-Maurice, maçon…

45Ce marbre provient sans doute de la récupération de matériaux antiques qui, depuis l’Antiquité tardive, constituent un gisement de choix à Saint-Maurice d’Agaune (Suisse) pour les constructions funéraires ou liturgiques de l’église abbatiale (Bourban 1897 ; 1916).

Les travaux au château des chevaliers de Ripaille (1433‑1434) d’après les comptes de Perrin Rolins (fig. 96)

Fig. 96 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Perrin Rollins.

Fig. 96 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Perrin Rollins.

46Les divers travaux du château des chevaliers de Ripaille sont dirigés par Perrin Rolins (Bruchet 1907, Preuve LIX, p. 468, Comptes de Perrin Rolin, maître des œuvres du château des chevaliers de Ripaille). Le chantier est de nouveau approvisionné en tuf et en molasse. Si les carrières de tuf ne sont pas précisément mentionnées, les ports du Léman dans lesquels les pierres sont débarquées sont indiqués : le 22 avril 1434, 2 000 tufs sont livrés au port des Abeuryoux subtus Glaus (Bruchet 1907, Preuve LIX, p. 468) qui doit correspondre au port actuel des Abériaux à Prangins, sur la rive nord du lac en face d’Yvoire. Le chargement des pierres dans ce port s’explique sans doute par la présence de gisements de tuf situés à proximité au nord du port (Begnins). La nécessité de s’approvisionner ailleurs qu’à Thonon peut s’expliquer par un besoin important de tuf, dans le cadre d’une commande spécifique. Plus loin, il est précisé que le tuf est destiné à l’aménagement des chemins desservant la demeure du doyen et la maison voisine. Puis, un autre chargement de toforum grossorum libratorum arrive par bateau dans le port de La Delmaz (Bruchet 1907, Preuve LIX, p. 469) qu’il est difficile en revanche de situer. Contrairement aux ports de Coppet, Coudrée, Évian et Thonon, les ports d’Abériaux et de la Delmaz n’apparaissent qu’une seule fois dans les textes et ne semblent pas constituer d’importantes installations portuaires.

47Le carrier Pierre Moryns fournit 2 500 pierres de molasse, dont le transport depuis la carrière jusqu’au port de Coppet est placé sous la responsabilité de Pierre et de ses associés. Ce chargement comprend 700 pierres plates qui sont employées à la construction des murs d’enceinte de Ripaille. Il a également affaire au même carrier pour ducentum et uno quarterono lapidum taillie ainsi que pour 4 pierres plates destinées aux fours de l’étuve de la demeure de Ripaille (Bruchet 1907, Preuve LIX, p. 469). Les pierres de molasse et les moellons sont chargés depuis les rives du lac, tant pour la construction de la tour que pour le « viret » (escalier) de la maison du doyen et ses cheminées.

48Outre cet approvisionnement en molasse, Perrin Rolins fait appel à de la main-d’œuvre pour de très nombreux transports de galets et de sable. Il paye, par exemple, 244 journées de transport au moyen de charrettes tirées par deux chevaux pour le chargement de galets depuis la rivière Dranse (lapides de chillo de Drancia) jusqu’à Ripaille, afin de construire les murs du fossé (122 florins). Plus loin sont indiquées 624 journées de transport et 92 journées pour charrier le sable : ad charreandum et adducendum arenam.

49Ces différents chantiers qui se déroulent sur une cinquantaine d’années à Ripaille mettent en évidence d’importantes quantités de molasse qui proviennent de plusieurs carrières situées autour du lac Léman. Aucune information n’est donnée sur leurs propriétaires, mais il semblerait que la qualité de la roche soit un critère déterminant dans le choix des gisements. Il est également indéniable que le transport en barque sur le lac facilite les livraisons jusqu’au château, justifiant les approvisionnements plus éloignés. C’est ainsi que les carrières situées sur les rives du Petit Lac, telles que Coppet, sont exploitées sur toute la durée des différents chantiers. Au XVe siècle, de nouvelles carrières sont citées comme celle de Sciez et de Morges. Pour cette dernière, c’est bien la qualité de la pierre qui justifie ce choix.

50Les ports urbains (Genève, Évian, Thonon, Hermance) sont les plus importants et possèdent leur propre batellerie. D’autres ports constituent probablement de simples lieux de chargements de matériaux pondéreux. Les pierres sont livrées en grandes quantités ; parfois il est indiqué qu’elles sont dégrossies avant le transport (Comptes de Jean de Liège 1383‑1390) ou bien déjà taillées dans leur forme (Comptes de Jean d’Orlyé 1371‑1378).

51Les roches mentionnées dans ces comptes (molasse, tuf et galets) correspondent aux pierres exploitées majoritairement dans les édifices du sillon molassique. À Ripaille, la molasse provient des rivages du lac Léman, d’abord autour de Coppet et Genève, puis à Morges, et Sciez. Est-ce l’épuisement de certains bancs de molasse ou la recherche de qualités particulières, le changement de commanditaire ou de propriétaire des carrières qui contraignent ainsi les constructeurs à diversifier leurs approvisionnements ? Nous ne possédons aucun élément de réponse. Cette roche est essentiellement destinée aux parements et aux éléments d’architecture comme les baies et les piliers. Le tuf est tiré de carrières plus proches du château qui se trouvent à Thonon ou à proximité de la Dranse ; le transport se fait alors par voies de terre ou par bateaux le long du rivage. Comme ailleurs, la nature de cette roche permet de l’employer en pierre de taille ou en tout-venant ; elle est particulièrement recherchée pour la construction des voûtes. Les galets sont transportés en charrettes entières depuis la rivière la Dranse : comme à l’abbaye du Lieu, au château de Rouelbeau, ils sont largement employés dans la maçonnerie des murs.

52On peut supposer que l’ensemble des édifices du bord du lac se fournit en molasse dans les mêmes carrières. Le prieuré des augustiniens de Meillerie bénéficiant d’un port a probablement recours aux carrières du Léman. C’est sans doute également le cas pour Thonon et Évian. Les autres édifices construits dans les terres peuvent bénéficier d’autres carrières plus proches.

2.1.3. L’ARCHITECTURE DU SILLON MOLASSIQUE

53À l’instar du bâti lémanique, les édifices du sillon molassique utilisent de la molasse dans l’architecture et plus particulièrement dans les éléments porteurs. Mais la construction sur le plateau savoyard traversé par le torrent des Usses se caractérise par un approvisionnement important en tuf.

54Seule l’église paroissiale d’Humilly, datée du XIIIe siècle et située non loin du lac, est construite sur le modèle des églises du bord du Léman : éléments porteurs, arcs, baies, contreforts, seuil, voûte et mobilier liturgique sont en effet réalisés dans la molasse extraite dans une des carrières voisines (fig. 97). Il existait, en effet, entre Viry et Humilly des carrières de molasse le long du ruisseau des Foges. Le toponyme « la Carrière » et les traces d’extraction encore visibles témoignent de cette exploitation probablement effectuée jusqu’à l’époque moderne (fig. 19). Les murs de l’église, construits en tout-venant, comportent des galets de moraine.

Fig. 97 – Humilly, baies en molasse.

Fig. 97 – Humilly, baies en molasse.

55Plus au sud dans le val des Usses, les constructeurs de l’abbaye de Bonlieu (seconde moitié du XIIe siècle) choisissent la molasse, plutôt que le tuf, pour les éléments architecturaux de l’église (fig. 98 et 99).

Fig. 98 – Bonlieu, mur en tuf, arc en molasse.

Fig. 98 – Bonlieu, mur en tuf, arc en molasse.

Fig. 99 – Abbaye de Bonlieu, portail ouest en molasse.

Fig. 99 – Abbaye de Bonlieu, portail ouest en molasse.

Abbaye cistercienne de Bonlieu : description architecturale et analyse des matériaux

Anne Baud, Anne Schmitt

L’abbaye cistercienne de Bonlieu est située à 20 km au nord-ouest d’Annecy dans le Val des Usses, à proximité du confluent entre les Grandes Usses et les Petites Usses. Le relief est peu escarpé, composé de collines et de petits plateaux, dominé par les montagnes du Mont de Musiège, de la Mandallaz et du Salève. Le monastère a été fondé à 400 m d’altitude sur un système de terrasses alluvionnaires emboîtées, planes et faiblement développées, recouvrant le substratum molassique.

Comme de nombreuses fondations cisterciennes, l’abbaye de Bonlieu n’est pas isolée. Elle est implantée le long d’un des axes les plus importants de la Savoie qui va de Seyssel à Genève en passant par Annecy. Cette route est empruntée dès l’époque gallo-romaine. Probablement fondée dans la deuxième moitié du XIIe siècle, l’abbaye est rattachée à Cîteaux ainsi que le confirme la bulle de Lucius III en 1184, puis à Hautecombe. Elle semble également liée à l’abbaye féminine du Betton (Savoie). D’importants dons sont rapidement accordés par la famille de Sallenôve, seigneurs locaux, qui choisissent d’élire sépulture dans l’église abbatiale. À partir de 1342, les Vidames de Chaumont s’y font également enterrer (Desforge 2004).

En 1535, l’abbaye accueille les clarisses de Genève chassées par les protestants. L’année suivante, les Bernois et les Genevois envahissent les États du duc de Savoie, pillent et saccagent à plusieurs reprises le monastère de Bonlieu. Entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe, deux incendies mettent un terme à la présence des moniales qui déménagent dans une maison « au faubourg de Bœuf » à Annecy. « Bonlieu des Champs » est alors quasiment abandonnée à l’exception d’une sœur converse et de deux servantes qui s’occupent du domaine. L’abbaye est finalement vendue en 1789 au curé de Sallenôve. Des bâtiments monastiques, il subsiste aujourd’hui l’église romane en partie détruite et l’aile occidentale des bâtiments conventuels, reconstruite à la Renaissance. Transformée en ferme, l’église est encore utilisée comme grange et seuls la nef et le transept, bien que largement modifiés, sont conservés.

L’église a été construite avec deux roches principales : le tuf et la molasse. Le tuf est employé sous la forme d’un moyen appareil pour les murs et pour le voûtement de la nef. La molasse est réservée aux supports intérieurs de l’abbatiale : colonnes engagées et consoles moulurées, arcs doubleaux et bandeaux supérieurs annonçant la naissance des voûtes. On retrouve la molasse dans le portail occidental (impostes richement moulurées et linteau) et dans les chaînes d’angles du transept. Si l’on admet que la molasse est prioritairement utilisée dans des parties nécessitant une modénature et une sculpture plus fines, on peut s’étonner qu’elle soit aussi employée à l’extérieur, en des points stratégiques du bâti, comme les chaînes d’angle. Toutefois, les contreforts de la nef, bien qu’intégralement arrachés, semblent avoir été construits en tuf. Les fenêtres se caractérisent par un arc extérieur taillé dans une pierre monolithe et par l’emploi conjugué du tuf et de la molasse. Si les baies du transept sont, en effet, intégralement construites en tuf (arcs, piédroits appareillés, ébrasements et cintres), celles de la nef possèdent les appuis et les arcs extérieurs en molasse.

Le bâtiment du prieuré est aujourd’hui en grande partie enduit. Les murs sont également construits en moyen appareil de tuf (fig. 100). À la base de l’angle sud, un arc en plein cintre composé de claveaux réguliers, ouvre sur des espaces actuellement inaccessibles. Les baies de l’étage supérieur sont en molasse, mais fortement remaniées à l’époque moderne, voire contemporaine. Au nord, deux fenêtres en molasse sont bien préservées : la première est une fenêtre à meneaux, surmontée d’une double accolade élégamment moulurée, la seconde plus modeste, est également agrémentée d’une accolade, mais de facture plus simple (fig. 101).

Les lieux d’approvisionnement en pierres ne semblent pas très éloignés de l’abbaye de Bonlieu. Au nord de la rivière des Usses, la montagne du Vuache est une source possible d’approvisionnement en calcaires et grès. Des affleurements de molasse gris clair (g3 et m1a) existent à proximité : au lieu-dit les Chenêts, au pied du château de Sallenoves et à 250 m au sud du lieu-dit Buidon, le long du cours des petites Usses. Par ailleurs, des gisements de tuf sont signalés à la base des collines de la rive ouest des Petites Usses.

Fig. 100 – Bonlieu, appareil en tuf.

Fig. 100 – Bonlieu, appareil en tuf.

Fig. 101 – Bonlieu, fenêtres.

Fig. 101 – Bonlieu, fenêtres.

56Bien que l’église de Contamine-Sarzin soit en grande partie reconstruite, les éléments gothiques subsistants, tels le portail (fig. 102) ou le mobilier liturgique, trahissent également l’emploi de la molasse ; la voûte du sanctuaire est en revanche édifiée en petit appareil de tuf.

Fig. 102 – Église de Contamine-Sarzin, portail ouest en molasse.

Fig. 102 – Église de Contamine-Sarzin, portail ouest en molasse.

57L’église de Desingy, fortement restaurée à l’époque moderne, a cependant conservé son chevet médiéval. Elle se distingue des exemples précédents par l’emploi dans son architecture d’un grès calcaire de couleur clair. La plupart des structures romanes et gothiques ainsi que l’appareil des murs sont taillés dans ce grès (fig. 103 et 104). Seules les ouvertures du clocher utilisent d’autres roches : alors que les baies du premier niveau emploient du tuf, les fenêtres géminées du deuxième étage, de facture plus fine, sont réalisées en molasse. L’environnement géologique local contient à la fois les deux roches, molasses et grès calcaires ; le choix des constructeurs s’est visiblement porté sur la roche la plus résistante.

Fig. 103 – Desingy, arcs et croisée d’ogive en grès.

Fig. 103 – Desingy, arcs et croisée d’ogive en grès.

Fig. 104 – Desingy, cul-de-lampe figuré en grès. Il s’agit peut-être de molasse.

Fig. 104 – Desingy, cul-de-lampe figuré en grès. Il s’agit peut-être de molasse.

L’église paroissiale de Desingy, architecture et approvisionnement en pierres

Anne Baud, Anne Schmitt

L’église, d’origine romane est relativement bien conservée, bien qu’elle ait reçu diverses modifications architecturales au cours des siècles. Elle est composée d’ouest en est, d’une nef unique à trois travées, primitivement charpentée puis remaniée à l’époque moderne avec l’ajout de voûtes d’arête. En effet, une observation attentive des élévations à partir des combles met en évidence sur le mur sud deux fenêtres primitives à ébrasement (1,40 m de haut pour 0,45 m d’ouverture). Le couvrement charpenté et peut-être plafonné était alors situé plus haut que le voûtement moderne. Ces remaniements ont impliqué l’ouverture de nouvelles baies plus basses.

La nef se poursuit par un transept greffé d’une abside. La travée sous clocher est déterminée par quatre arcades légèrement surbaissées reposant sur des piliers angulaires. Les voûtes d’ogives chanfreinées, construites à l’époque gothique, retombent maladroitement sur le bandeau roman couronnant les piliers. De part et d’autre de la travée, deux chapelles, également gothiques, se substituent probablement aux bras du premier transept débordant. La chapelle nord est couverte de voûtes d’ogives chanfreinées dont les nervures reposent sur des consoles d’angle sculptées de figures relativement pittoresques (bustes et figures humaines grimaçantes) remontant probablement au XVe siècle ; la clé de voûte est décorée d’une torsade circonscrite par une roue ornée de spires hélicoïdales. La travée ouvre sur une absidiole orientée. La chapelle sud est protégée par un voûtement d’ogives moulurées d’un cavet ; une seule console est ornée d’un masque grotesque et la clé de voûte porte les armes de la famille de Pelly ; une sacristie a très vraisemblablement remplacé l’absidiole primitive (Oursel 1990). Enfin, l’abside, voûtée d’un cul-de-four en plein cintre et éclairée par trois baies à double ébrasement, achève l’édifice.

Le clocher d’allure massive surmonte la croisée du transept. Il est accessible par un escalier extérieur situé dans l’angle sud-est de la nef ; une porte assure la liaison entre l’extrados du voûtement de la nef et l’intérieur du clocher ; les piédroits ont été repris à une période indéterminée. Le clocher est composé de deux niveaux : le premier étage est ouvert par trois baies en plein cintre ; au nord et au sud, les fenêtres donnent sur les combles des chapelles gothiques. Délimité par une moulure boudinée, le second étage est ouvert à l’est et l’ouest par deux baies géminées composées de deux arcs en plein cintre, séparées par une double colonnette. Ces dernières sont coiffées de chapiteaux à feuillages caractéristiques de la fin du XIIe siècle ou peut-être du début XIIIsiècle.

Les murs sont actuellement enduits, excepté la face ouest du clocher masquée par les combles de la nef. L’appareil est composé de gros moellons très soigneusement dressés et bien assisés, soulignés par des joints marqués à la truelle. On peut supposer que les élévations de la nef et de l’abside sont construites de la même manière. À l’extérieur, l’abside est confortée par un soubassement de pierre de taille formant un glacis de deux à trois assises. Le grand appareil est utilisé pour les éléments d’architecture : chaînages d’angle, baies, piliers, arcs.

Les moellons et la plupart des éléments d’architecture sont taillés dans un grès comparable à celui mis en œuvre dans le château de Clermont situé à quelques kilomètres de Desingy. Le grès est ainsi utilisé pour les structures romanes telles que les baies primitives visibles sous combles, les piliers de la croisée du transept et les arcades. Le soubassement de l’abside est également réalisé dans cette même roche dont l’appareil présente des traces de taille piquée. Il n’a pas été possible de vérifier la nature de la roche des chapiteaux qui peuvent être soit en grès, soit en molasse.

Les trois baies du premier niveau du clocher emploient du tuf, de même que les piédroits remaniés de la porte assurant la liaison entre le clocher et la nef. Au deuxième niveau du clocher, les baies géminées sont également construites en calcaire gréseux mais les colonnettes octogonales et sans doute les chapiteaux sont en molasse.

Que peut-on dire des approvisionnements en pierre ?

La molasse est omniprésente sous la couverture de moraines glaciaires. Elle peut s’observer à la faveur d’accidents topographiques comme dans la vallée des Usses. À 1 km environ de Desingy, en direction de l’est juste après Clennaz, un gisement de molasse est visible dans le talus de la route. Au sud-ouest, à 2 km, la formation molassique est entaillée par le ruisseau de Findreuse. Elle comprend des niveaux de différentes qualités. Ces gisements ont pu être exploités pour extraire les pierres utilisées dans les chapiteaux. Il est également possible que les carrières de molasse de Clermont, peu éloignées, aient également été sollicitées.

Au sud-ouest de Desingy, au bois du Mont, une carrière de calcaire abandonnée permet d’observer un front de taille imposant traversant les différents lits du calcaire urgonien. Certains bancs sont massifs, d’autres plus tendres et certains gréseux. Mais à 5 km environ vers le sud, il existe entre Droisy et Crempigny un affleurement de calcaire gréseux gris (g3, Oligocène supérieur). Il est décrit comme une « molasse calcaire très dure à grains fins, presque blanche » à Crempigny et une « molasse dure, de bonne qualité appelée grès » à Droisy (Mortillet 1858, p. 355). Cet affleurement a pu être exploité pour l’église de Desingy et le château de Regard à Clermont.

58Les châteaux et les maisons fortes que nous pouvons observer dans ce secteur géographique font appel aux mêmes approvisionnements locaux. Le château de Sallenôve, par exemple, situé à proximité immédiate de l’abbaye de Bonlieu, est construit entre le XIIIe et le XVIe siècle avec les mêmes pierres que l’abbatiale : le donjon est appareillé en tuf et molasse alors que la tour carrée est construite en tout-venant avec des chaînages de tuf ; le corps de logis, plus tardif, comprend également des baies en molasse (Havette 1976).

59Au-dessus des gorges du Fier, le château de Montrottier (fig. 105) se caractérise par une haute tour ronde du XIIIe siècle, élevée en moyen appareil de tuf (fig. 106), hormis les corbeaux à ressaut et la base construits en calcaire massif dur. La tour d’angle abrite un escalier hélicoïdal à limon suspendu, entièrement réalisé en molasse et daté du XIVe siècle. En face de Montrottier, le château de Pontverre dont il ne subsiste que quelques vestiges de muraille, semble être édifié prioritairement en calcaire et en tuf. À quelques kilomètres de là, les murs du clocher de l’église de Lovagny sont élevés avec du tout-venant composé de blocs de calcaire et de tuf. À la base de la tour, le mur présente un léger glacis comprenant plusieurs remplois antiques, comme nous l’avons évoqué précédemment (fig. 77). Au sommet, l’étage réservé à la chambre des cloches est construit en moyen appareil de tuf ; les baies géminées possèdent toutefois une colonnette centrale taillée dans un calcaire blanc. Les chaînages d’angle et tous les encadrements de baie sont en tuf, sauf une petite fenêtre en calcaire.

Fig. 105 – Château de Montrottier.

Fig. 105 – Château de Montrottier.

Fig. 106 – Château de Montrottier, tour ronde du XIIIe siècle en tuf.

Fig. 106 – Château de Montrottier, tour ronde du XIIIe siècle en tuf.

60À l’est du sillon molassique, une microrégion se trouvant en limite du Chablais, offre les mêmes types de roches mais avec des approvisionnements certainement plus diversifiés grâce à sa position charnière entre deux aires géologiques. La commanderie de Moussy, fondée sur le flanc gauche de la moyenne vallée de l’Arve, est établie en limite ouest de la plaine des Rocailles (Bocquet, Talour 1996). Ici l’usage de la molasse est intensif dans les élévations de la nef romane et le chevet XVe siècle (fig. 107 et 108) ; seule la voûte du sanctuaire est réalisée en tuf. La molasse permet en effet un travail de sculpture assez poussé que l’on peut observer dans le portail roman, les modillons de la corniche, les remplages des baies gothiques et les ogives en faisceau du chœur architectural. Pour des raisons de solidité et de protection contre les remontées capillaires, le soubassement des murs et les contreforts gothiques sont bâtis avec de gros blocs de calcaire blanc urgonien comme à Évian. Les ressources en pierres sont rares dans les environs immédiats de la commanderie. Les alluvions glaciaires contiennent des galets calcaires ou quartziques qui n’ont pas été utilisés dans la construction. En revanche à la faveur du ruisseau de Chantemerle à 500 m à l’ouest de la chapelle affleurent les molasses du Chattien (g1-2MR) qui ont pu être exploitées au Moyen Âge. Par ailleurs, le contexte est favorable à la formation de tuf calcaire au contact des alluvions glaciaires. À La Roche-sur-Foron, à 5 km environ de Moussy, se trouve un lieu-dit, « la Tovasse », nom probablement révélateur d’une ancienne carrière de tuf.

Fig. 107 – Moussy, mur en molasse, contrefort en calcaire.

Fig. 107 – Moussy, mur en molasse, contrefort en calcaire.

Fig. 108 – Moussy, portail en molasse.

Fig. 108 – Moussy, portail en molasse.

61Au sud de Genève, l’église paroissiale d’Humilly est voisine des carrières de molasse du ruisseau des Foges qui fournit sans doute la pierre à construire. L’abbaye cistercienne du Lieu, voisine du Mont de Boisy, a pu être approvisionnée depuis ces proches carrières ou bien, protégée et dotée par les comtes de Savoie, elle pourrait avoir bénéficié du chantier de Ripaille et de son réseau d’approvisionnement des bords du lac Léman.

2.1.4. LES ABBAYES DU CHABLAIS

62La délimitation du Chablais peut varier selon que l’on s’intéresse aux limites historiques, géographiques ou géologiques. On appellera ici « Chablais » le massif français qui s’étend entre la vallée du Giffre et le lac Léman. Au nord, le massif est bordé par le lac Léman, à l’est, par la vallée de la Morge, puis la ligne de crête passant par les Cornettes de Bise forme une barrière naturelle entre le Chablais et la Suisse. Vers le sud, le massif est limité par la vallée du Giffre. À l’ouest, il s’achève sur les plateaux et la plaine péri-lémanique.

63D’un point de vue géologique, le Chablais fait partie des Préalpes. Il est essentiellement composé de flysch et de formations calcaires appartenant à différentes nappes de charriage venues se déposer sur les matériaux détritiques du sillon molassique périalpin. La géologie du massif est complexe en raison du glissement des nappes les unes sur les autres. Les grandes barres calcaires et les pentes raides résultent de différents plis et mouvements tectoniques ; les phénomènes d’érosion ont accentué l’encaissement des vallées des Dranses qui traversent successivement les trois nappes de charriage du Chablais : la nappe des préalpes médianes, la nappe de la Brèche, la nappe des Dranses.

64Cette géologie complexe offre une grande variété de matériaux de construction :

  • pierres de ramassage : galets et boulets des moraines, disponibles au fond des vallées glaciaires, éboulis au pied des falaises calcaires ;
  • tuf calcaire : ces dépôts liés aux sources d’eaux calcaires forment rarement des amas de dimensions suffisantes pour constituer des éléments cartographiables. Les gisements les plus importants s’observent dans la vallée du Risse : au sud d’Onnion, et entre Pont-du-Risse et Pont-du-Giffre en liaison avec les cailloutis de retrait ; à Plonnex (vallée du Giffre) à proximité du Trias basal de la nappe de la Brèche. Il existe également des gisements locaux en vallée d’Abondance et dans la vallée d’Aulps. Les confusions sont fréquentes entre le tuf et la cargneule du fait de leur aspect similaire ;
  • calcaires durs, blancs, gris ou noirs des niveaux jurassiques et crétacés ;
  • calcaires durs veinés, utilisés comme des marbres du fait de leur beau poli : marbres de La Vernaz ;
  • calcschistes rouges présentant des bancs plus ou moins marneux et certains sableux (couches rouges du Crétacé).

65De nature montagneuse et d’accès difficile, le Chablais est beaucoup moins densément peuplé que la région du sillon molassique. Il attire cependant certaines fondations religieuses qui au cours des XIe et XIIe siècles s’implantent dans les vallées de la Dranse et ses affluents, à proximité des chemins. Parmi ces établissements, on retiendra l’abbaye cistercienne de Sainte-Marie d’Aulps installée à 800 m d’altitude dans la partie médiane de la vallée de la Dranse de Morzine, l’abbaye augustinienne d’Abondance située à 920 m d’altitude à l’intersection des vallées de la Dranse d’Abondance et du torrent du Malève, et enfin la chartreuse de Vallon établie dans la vallée du Brévon. À l’exception d’Abondance, ces sites de montagne sont considérablement détruits, notamment la chartreuse de Vallon qui ne subsiste qu’à l’état de ruines.

66On constate que la molasse employée dans l’architecture de la région voisine est ici remplacée par le tuf. Si les trois abbayes recensées ne disposent pas exactement des mêmes ressources en pierre, le tuf est globalement employé dans les voûtes, les piliers, les arcs, les parements et la sculpture. A priori, la très faible résistance à la compression du tuf pourrait compromettre la stabilité des éléments porteurs mais sa légèreté compense largement cet inconvénient. De même, comme à Meillerie, l’usage d’un calcaire rouge, argileux et gréseux, à grain fin et surtout résistant au gel, provenant des niveaux de « couches rouges » du Crétacé de la nappe de la Brèche, est récurrent dans certains éléments architecturaux. On le retrouve dans les points stratégiques du bâti tels les seuils, les soubassements de murs et les parements exposés aux intempéries. En outre, contrairement à la région du sillon molassique et sans doute en raison de l’absence locale de molasse, des calcaires sont employés non plus uniquement comme soubassement de murs mais dans la construction des éléments architectoniques et dans les parements.

67Les abbatiales d’Aulps et d’Abondance, construites entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, ne présentent pas rigoureusement le même plan, mais sont toutes deux voûtées d’ogives. Sainte-Marie d’Aulps possède un plan de type bernardin composé d’une nef à trois vaisseaux, d’un transept débordant et d’un chevet formé d’un sanctuaire carré, flanqué de part et d’autre de deux chapelles à fond plat. L’élévation tripartite de la nef présente, au-dessus des grandes arcades, un faux triforium et des fenêtres hautes. À l’ouest, la façade est ouverte par un portail monumental. L’édifice était couvert de voûtes d’ogives, comme l’indiquent encore le départ des arcs et les clés de voûte actuellement déposés au sol (Baud, Tardieu 2010). Les constructeurs de l’église utilisent trois types de roches en fonction des exigences mécaniques et des besoins esthétiques. En premier lieu, le tuf fournit les pierres de taille nécessaires à la construction du parement extérieur de la façade et aux parements intérieurs de la nef principale comprenant le faux triforium et l’encadrement des baies. Le tuf fut sans doute extrait sur place lors des travaux de terrassement préalables à l’implantation de l’abbaye. C’est également dans cette roche que sont taillés les chapiteaux et les clefs de voûte conservés. On peut supposer que les voûtes aujourd’hui disparues étaient elles-mêmes construites en tuf. La deuxième roche utilisée provient, selon la terminologie locale, du niveau dit des « couches rouges ». Elle est utilisée dans les parties les plus exposées aux remontées d’eau et donc au gel, à savoir les ébrasements et les bases des colonnettes du portail ouest, les ressauts de fondation des piliers de la nef, l’angle nord-ouest de la façade (fig. 109), le mur nord du transept et les lavabos liturgiques. La carte géologique signale des affleurements de calcaires fins et calcaro-gréseux rouge (couches rouges) à proximité immédiate de l’abbaye. Le tunnel de la route de Thonon, situé à la sortie du village de Saint-Jean d’Aulps, est en effet creusé dans un massif de « couches rouges ». On aperçoit également des affleurements à Seytroux où l’on peut observer les variations de couleur de cette roche. Ces différents sites ont pu être exploités au Moyen Âge. Le troisième matériau provient probablement d’éboulis de falaise : il s’agit du « tout-venant » employé dans tous les parements qui ne sont pas élevés en grand appareil. Il est composé d’un mélange de calcaires, grès, schistes (roches de bordures alpines, issues de la série des flychs à helminthoïdes).

Fig. 109 – Abbatiale de Sainte-Marie d’Aulps, angle nord-ouest en calcshiste rouge (« couches rouges »).

Fig. 109 – Abbatiale de Sainte-Marie d’Aulps, angle nord-ouest en calcshiste rouge (« couches rouges »).

L’abbaye d’Abondance : une fondation prestigieuse

Anne Baud, Anne Schmitt

L’abbaye d’Abondance est une des plus importantes fondations augustiniennes de l’ancien diocèse de Genève. Sont conservés l’église abbatiale, qui fut tronquée de quelques travées au cours du XVIIe siècle, et un cloître rendu célèbre par ses fresques réalisées au cours du XVe siècle. C’est en 1043 que le seigneur Guy de Féternes transmet aux chanoines, par un acte de donation, tous ses droits et possessions dans la vallée d’Abondance, à l’exception du droit de chasse (Piccard 1904). La donation est confirmée à deux reprises en 1108 puis en 1170 par le comte Humbert III de Savoie (Piccard 1905). En 1108, le domaine d’Abondance comprend l’ensemble des terres limitées à l’est par le col de Morgins, au nord et au sud par la ligne de partage des eaux (cols de Bassachaux et de Tavaneuse) et à l’ouest au lieu-dit « les Portes » (le Pas d’Abondance). Vers 1139, l’abbaye adopte la règle de saint Augustin. Ponce de Faucigny intègre la communauté des augustiniens en 1130 et dirige l’abbaye de Sixt. Il est élu abbé de Notre-Dame d’Abondance en 1171. Entre le XIIe et le XIIIe siècle, l’abbaye est à son apogée : chanoines et comtes de Savoie se partagent les droits féodaux. Au XVe siècle, l’abbaye passe aux mains d’abbés commendataires. Le cloître est orné de peintures murales sous l’abbatiat de Guillaume de Lugrin (1412‑1435), qui joue un rôle important à la cour de Savoie, plus particulièrement sous Amédée VIII. Les fresques développent un programme iconographique autour du thème marial, mais il ne subsiste que six peintures sur les vingt d’origine. En 1475, les Valaisans occupent Abondance. En 1606, les cisterciens réformés de la communauté des feuillants prennent le relais des augustiniens. À l’instar de leurs prédécesseurs, ils partagent l’église abbatiale avec la paroisse et font élever, à l’avant du transept, un mur de séparation percé de deux portes pour les processions.

À partir du XVe siècle, les visites pastorales dénoncent à plusieurs reprises la vétusté de l’église et du cloître, dûe au manque d’entretien ou encore à de nombreux incendies (1440, 1633 et 1728). La visite pastorale de 1443 fait état des dégâts : « Toute la nef de l’église avec les basses nefs est en ruine jusqu’au fondement et la tour située à l’entrée de l’église est en ruine, également du côté nord, sur toute sa hauteur […] ordonné que la réparation des bâtiments de l’église soit faite le plus tôt possible et dans un délai de six années à partir de la prochaine fête de Pâques. » Les visites pastorales de 1471 et 1481 soulignent la nécessité de restaurer l’abbaye aussi bien d’un point de vue matériel que spirituel (Ferraro 2005). En 1633, un incendie ravage l’abbaye et endommage gravement les trois premières travées de la nef, qui seront reconstruites au XIXe siècle ; en 1728, la galerie nord du cloître est également détruite par le feu. Les moines quittent définitivement l’abbaye en 1761 (fig. 110).

L’abbaye d’Abondance comprend aujourd’hui deux importants ensembles architecturaux : l’église et le cloître. L’ancienne abbatiale présente un plan composé d’une nef unique réduite aujourd’hui à quatre travées, se poursuivant à l’est par un transept débordant et un déambulatoire à chapelles rayonnantes. Le chevet, ainsi que les deux premières travées de la nef, remonteraient à l’extrême fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, si l’on se fie à l’analyse stylistique des chapiteaux à palmettes. La façade et les deux premières travées occidentales sont reconstruites au XIXe siècle. L’église est entièrement couverte de voûtes d’ogive qui, à l’exception du rond-point, reposent sur des piliers à section carrée, flanqués de pilastres sans chapiteau. L’abside s’élève sur trois niveaux, divisés par deux bandeaux : arcades ouvrant sur les absidioles, niveau intermédiaire et baies hautes à double ébrasement. Les fenêtres hautes avec coursière évoquent les baies de la cathédrale de Lausanne (Ferraro 2005). Enfin les murs sont ornés de peintures en trompe-l’œil, œuvre de Jean-Pierre Casimir Vicario (1803‑1849).

Le cloître, entouré des bâtiments conventuels, est situé au sud de l’église. Restaurés au cours du XXe siècle, les clichés du fonds Mérimée montrent l’état désastreux du site à fin du XIXe siècle. Les remplages des arcades ont été intégralement détruits, excepté celui de la deuxième arcade de la galerie orientale, qui servit de modèle lors des restaurations. Les contreforts très dégradés ont été reconstruits sur les bases anciennes et les sols surhaussés. Le cloître aurait été construit entre 1330 et 1350 sous l’abbatiat de Jean IV. Les trois galeries conservées sont divisées en cinq travées carrées, voûtées d’ogives. Les nervures en amande retombent du côté du mur sur une console décorée de feuillages et, du côté du préau, sur un faisceau de huit colonnettes encadrant une colonne plus épaisse. Ces supports délimitent les arcades en tiers-point, richement décorées de deux ou trois arcades secondaires à remplages trilobés et rosaces supérieures. Le portail, placé à l’extrémité nord de la galerie ouest, est surmonté d’un tympan orné d’une Vierge en majesté portant l’enfant Jésus et écrasant le dragon. De part et d’autre de la porte, deux anges encensent Marie, tandis qu’au-dessus du trône de la Vierge, deux autres déposent une couronne sur sa tête. Contre les jambages de la porte, deux statues-colonnes, personnification de la Synagogue et de l’Église, représentent respectivement l’Ancien et le Nouveau Testament. Si l’église abbatiale emploie uniquement des matériaux locaux, le cloître, en raison de son programme décoratif et iconographique, est édifié en molasse (fig. 111).

Fig. 110 – Abondance, vue générale (cliché S. Bochaton).

Fig. 110 – Abondance, vue générale (cliché S. Bochaton).

Fig. 111 – Abondance, cloître, galerie orientale.

Fig. 111 – Abondance, cloître, galerie orientale.

68Alors que les bâtisseurs de l’abbatiale d’Abondance emploient du tout-venant (calcaires et tuf) dans l’élévation du chevet et du transept (fig. 112), ils utilisent exclusivement du tuf pour les murs de la nef, les voûtes et les encadrements de baies. Les parties du bâtiment les plus sollicitées, comme les contreforts, les chaînages d’angles, le ressaut de fondation et la corniche, sont réalisées dans un calcaire fin, lité, marneux et dur, de couleur rouge, comparable aux roches utilisées à la même période à Sainte-Marie d’Aulps. Cette roche affleure en aval d’Abondance dans les niveaux crétacés. Le socle du rond-point est, quant à lui, taillé dans un calcaire gris.

Fig. 112 – Abbatiale d’Abondance, chevet.

Fig. 112 – Abbatiale d’Abondance, chevet.

69Dans la première moitié du XIVe siècle, les augustiniens d’Abondance construisent un nouveau cloître (fig. 111) présentant d’élégantes arcades à remplages sculptés de rinceaux et un portail dédié à la Vierge entièrement exécutés dans la molasse. On peut noter le soin apporté aux supports des galeries pour lesquels les tailleurs de pierre ont exploité les blocs au maximum de leur capacité : ils ont en effet taillé dans un bloc unique chacune des bases composées des piliers de la galerie et une assise du contrefort correspondant au support. L’angle (côté galerie) qui fait jonction avec la colonne, est taillé de manière convexe. De la même manière, les sept chapiteaux surmontant chacun des piliers sont sculptés dans un bloc unique, lui-même associé à la dernière assise de la colonne centrale (fig. 113). Il n’y a certes que la molasse qui pouvait autoriser un travail de taille aussi complexe. Comme dans l’église abbatiale, les fondations du préau sont en calcaire gréseux protégeant les élévations des remontés capillaires. Si l’usage de la molasse est relativement surprenant dans cette région, il s’explique par la volonté de l’abbé Jean V de disposer d’un cloître finement sculpté. Ce projet impliquait nécessairement dans cette région, un approvisionnement de pierres tendres depuis des carrières plus éloignées.

Fig. 113 – Abondance, chapiteaux du cloître en molasse sur colonne en calcaire.

Fig. 113 – Abondance, chapiteaux du cloître en molasse sur colonne en calcaire.

70Aussi bien à Abondance qu’à Sainte-Marie d’Aulps, on constate que les calcschistes rouges des « couches rouges » sont exploités pour les éléments architecturaux les plus sollicités ou les plus exposés au gel comme les ressauts de fondation, les piscines liturgiques (Aulps, Abondance), le portail et les parements extérieurs nord les plus exposés (Aulps) [fig. 109]. Rappelons qu’au prieuré augustinien de Meillerie, situé en bordure du lac Léman sur le flanc nord du massif du Chablais, ce calcaire schisteux était aussi mis en œuvre dans les contreforts du chevet de l’église (fig. 68). Au village du Biot, à quelques kilomètres en aval de Sainte-Marie d’Aulps, on retrouve dans les élévations du clocher subsistant de l’ancienne église paroissiale une répartition de roches entièrement comparables à celle de l’abbatiale cistercienne (Devillechaise, Magdinier 2004a et 2004b).

71Contrairement aux deux autres sites, l’abbaye de Vallon, située un peu plus au sud, au pied du roc d’Enfer, utilise majoritairement dans sa construction, un calcaire fin et lité, comme l’indique l’analyse effectuée sur les quelques vestiges conservés. À côté d’une chapelle moderne, les ruines de maçonneries médiévales révèlent la présence ancienne d’un édifice soigneusement construit : des murs formés d’assises régulières de moellons s’élèvent sur 1 ou 2 m alors que les piédroits et les seuils étaient en pierres de taille. Des éléments de maçonneries, arrachées et abandonnées sur le site, révèlent l’emploi de tuf dans le voûtement. La chartreuse de Vallon dispose, à proximité immédiate, des affleurements des calcaires fins et calcschistes des « couches rouges » (CeR), mais également des calcaires gréseux des flyschs à helmintoïdes (cFH) et des calcaires massifs gris veinés de blanc du Malm (J5 n1). Cette proximité explique le choix des constructeurs qui ont préféré le calcaire au tuf pour les élévations. Par ailleurs, l’approvisionnement en tuf utilisé dans les voûtes devait être favorisé par le contexte géologique propice à la formation de tuffières, même s’il n’en a pas été repéré dans l’environnement proche des ruines.

2.1.5. LES VALLÉES DU GIFFRE ET DE L’ARVE

2.1.5.1. La vallée du Giffre

72Le Giffre prend sa source en amont de Sixt, près du cirque du Fer-à-Cheval, au pied du mont Ruan. Cette rivière longue de 32 km se jette dans l’Arve en aval de Marignier. Le Haut Giffre fait partie des massifs subalpins. La vallée glaciaire du Giffre entaille profondément le massif : le lit du torrent a une altitude moyenne assez modeste (750 m à Sixt), alors que les crêtes dépassent 3 000 m d’altitude (le Buet, les Dents du Midi). La vallée est sans issue vers l’amont où le cirque de Fer-à-Cheval et le cirque des Fonds sont dominés par les Aiguilles Rouges. Seuls des sentiers permettent de passer les cols vers la haute vallée du Rhône ou vers la vallée de l’Arve.

73La vallée du Giffre était partiellement desservie par une voie romaine. Au débouché de la vallée du Risse est située Saint-Jeoire (vallée du Giffre) à la bifurcation avec la route remontant le Risse. La présence de points de surveillance dans la vallée révèle l’existence d’anciennes routes. Le trajet se faisait probablement sur la rive gauche du Risse : visible sur le cadastre de 1790, la route provinciale entre Onnion et Thonon disparut au XIXe siècle lorsque fut créée la route départementale.

74L’étroite vallée du Giffre et son environnement immédiat accueillent plusieurs établissements religieux. Une abbaye des chanoines réguliers de Saint-Augustin est fondée à Sixt en 1140 par l’abbaye d’Abondance. Ponce de Faucigny en devient le premier abbé en 1144 et c’est sous l’abbatiat d’Henri II (1256‑1280) qu’est entreprise la construction de l’église paroissiale dans le prolongement occidental de l’abbatiale. Établie à 700 m d’altitude, elle est l’une des dernières implantations humaines avant d’aborder la haute montagne et se trouve de ce fait relativement isolée. Depuis Sixt, le chemin du col de Tenneverge (2 484 m) permet d’accéder à la haute vallée du Rhône, près de Martigny en Suisse, et au sud, un chemin muletier rejoint la vallée de l’Arve à Servoz par le col d’Anterne (2 257 m). En descendant la vallée, l’occupation du site de Samoëns est attestée depuis le haut Moyen Âge. Plus en aval, dans la moyenne vallée du Giffre, la chartreuse de femmes de Mélan, non loin de l’ancien bourg de Flérier, est fondée en 1285 dans une dépendance de la Maison de Faucigny.

Chartreuse Notre-Dame de Mélan (Taninges) : architecture des espaces liturgiques

Mathilde Duriez
doctorante, Archéologie et Archéométrie (UMR 5138), MOM, Lyon

La chartreuse Notre-Dame de Mélan se situe dans l’actuelle commune de Taninges dans la région historique du Faucigny (fig. 114). Une grande partie des bâtiments a disparu et ceux conservés présentent de nombreuses traces de remaniements et de restaurations. L’église médiévale, le cloître Renaissance et une partie de l’enceinte médiévale et moderne sont conservés. La chartreuse de Mélan fait partie de la catégorie la moins bien connue des implantations cartusiennes : celle des chartreuses de femmes. La chartreuse Notre-Dame de Mélan est fondée par Béatrice de Faucigny. La consécration de l’église a lieu le 28 décembre 1290 par l’évêque de Genève. À partir de cette date, Béatrice de Faucigny fait de la chartreuse le lieu de sépulture officiel des Faucigny en y transférant le corps de son fils Jean, décédé en 1282. L’installation des premières religieuses a lieu entre 1289 et 1292. Les bâtiments conventuels sont aménagés pour recevoir la communauté des femmes et celle des pères chartreux attachés au couvent.

L’église est sans doute le plus ancien bâtiment conservé du site actuel. Elle se compose d’un vaisseau unique divisé en cinq travées. L’église voûtée est renforcée à l’extérieur par des contreforts installés au niveau de chaque retombée de voûtes. Les constructeurs de la chartreuse de Mélan ont donc opté pour un plan qui s’inscrit dans la tradition cartusienne. L’église de Mélan ne possède que très peu d’aménagements liturgiques et ceux-ci font preuve d’une grande simplicité, en référence aux législations cartusiennes.

L’église de Mélan était aménagée selon des usages des monastères féminins mais également chartreux. Elle est divisée en deux parties grâce à des cloisons. Le sanctuaire est situé à l’est, au niveau de la cinquième travée et est surélevé d’un degré par rapport au reste du sol de l’église. Deux piscines liturgiques sont créées dans le mur gouttereau sud et une armoire dans le mur gouttereau nord tel que le prévoient les usages de l’ordre. Le chœur des pères chartreux est aménagé à proximité de ce sanctuaire au niveau de la quatrième travée. Le chœur des moniales s’étend dans la nef de l’église, des travées 1 à 3, avec des séparations secondaires installées afin d’isoler les moniales consacrées des converses et des données. Des accès particuliers et différenciés permettent à chaque communauté de parvenir, depuis leurs bâtiments conventuels à l’espace qui leur est destiné dans l’église. Au XIVe siècle, deux chapelles sont construites de part et d’autre du sanctuaire : en 1345, Humbert de Choley fait une donation à la chartreuse de Mélan pour la fondation d’une chapelle (nord) ; en 1374, le comte Amédée VI de Savoie fonde à son tour une chapelle pour le repos de l’âme de ses prédécesseurs (sud). Cette chapelle est décorée de peintures murales représentant les armoiries des comtes de Savoie.

Au XVIe siècle, l’abbaye subit un grave incendie, relativement bien documenté par les actes du chapitre général de l’ordre. Ce dernier se mobilise pour reconstruire et restaurer les bâtiments conventuels de la chartreuse. Seules l’église et les chapelles latérales ont résisté aux flammes. Les aménagements autour de ces dernières sont détruits ou restaurés. Un nouveau cloître est accolé à la façade occidentale de l’église. Les accès à l’église depuis les bâtiments conventuels de chaque communauté sont modifiés.

À la Révolution la chartreuse est fermée et les biens sont vendus. En 1803, la chartreuse est en grande partie rachetée par Marin Ducrey qui y fonde alors le collège de Mélan.

Fig. 114 – Chartreuse de Mélan, vue du nord-ouest.

Fig. 114 – Chartreuse de Mélan, vue du nord-ouest.

75Les églises de Sixt, Mélan et Flérier, construites au cours du XIIIe siècle, possèdent en commun un plan à chevet plat éclairé par des baies en triplet, ainsi que l’utilisation intensive du tuf dans l’ensemble de l’architecture, sculpture comprise. En dehors de l’usage quasi exclusif d’un grand appareil de tuf qui confère aux édifices une certaine monumentalité, on repère dès cette époque l’emploi du calcaire siliceux noir nommé localement « bleu-noir des Alpes » ou « noir de Sixt », pour les piscines liturgiques de Mélan ou des assises de soubassements de Flérier. Cette pierre très dure est clairement mieux adaptée à la fonction de lavabo que ne peut l’être le tuf et prévient également toute remontée capillaire dans les élévations. Dans la nef de l’église de Mélan (fig. 115), les ogives retombent sur des consoles sans ornement, taillées dans un calcaire jaune et procédant d’une restauration de la fin du XXe siècle. Le profil des ogives chanfreinées est comparable à celui de l’église de Flérier ; la modénature des arcs de la nef est identique à celle des chapelles. Les baies à double ébrasement possèdent un arc brisé à deux rouleaux. L’église et les chapelles mitoyennes du chevet sont intégralement construites en moyen appareil de tuf, qu’il s’agisse des éléments porteurs, des baies ou des parements. Les modules des pierres sont variables et fournissent des assises de hauteur inégale. À l’origine, la retombée des ogives était stuquée afin qu’un décor, relativement fin, puisse y être sculpté, ce que la qualité de la roche ne permettait pas. Au nord-est de la chapelle méridionale, un motif de larges feuilles est encore visible. On constate, par ailleurs, que les élévations sous combles, donc non visibles, sont montées en galets.

Fig. 115 – Mélan, chapelle nord, clé de voûte en tuf stuqué.

Fig. 115 – Mélan, chapelle nord, clé de voûte en tuf stuqué.

76L’abbaye de Sixt est aujourd’hui composée de deux bâtiments : l’église et la maison abbatiale. L’église présente une nef unique divisée en sept travées. Dès le XIVe siècle, elle est partagée en deux espaces distincts : alors que l’Est est réservé au sanctuaire et au chœur des chanoines, l’Ouest est consacré à la paroisse. En 1680, un important incendie détruit une grande partie du couvent ainsi que l’église paroissiale, soit la partie occidentale de l’église. Cette dernière est reconstruite entre 1682 et 1688 avec suppression du mur de séparation (Rannaud 1916, p. 266). La partie médiévale de l’édifice établie sur quatre travées, comprend un chevet plat ouvert par trois baies en lancette et un oculus, comparable à celui de Mélan. Les élévations affichent une certaine sobriété due en grande partie au choix du tuf pour la réalisation des éléments porteurs : dans la nef, les voûtes d’ogives reposent sur des colonnes engagées par l’intermédiaire de chapiteaux à palmettes ; dans le chœur, elles prennent appui sur des culs-de-lampe figurés rehaussés lors des restaurations récentes de peinture rouge (fig. 116). Au sud du chevet, une ancienne chapelle, aujourd’hui transformée en sacristie, ouvrait sur l’avant-chœur par deux arcs légèrement surbaissés.

Fig. 116 – Sixt, nef, culs-de-lampe figurés en tuf.

Fig. 116 – Sixt, nef, culs-de-lampe figurés en tuf.

Évolution de l’emploi des matériaux à l’abbaye de Sixt du XIIe au XVIIe siècle

Laurent D’Agostino
HADES

Les bâtiments de l’abbaye de Sixt, étudiés sous un angle archéologique depuis 2011 dans le cadre d’une étude préalable puis de fouilles préventives liées à leur restauration, sont désormais mieux connus, même si les origines médiévales de l’abbaye restent en partie à cerner. Les recherches témoignent de l’évolution de l’emploi des matériaux de construction, accompagnée par celle de l’outillage, depuis les origines de l’abbaye au milieu du XIIe siècle jusqu’à sa sécularisation à la fin du XVIIIe siècle.

Les constructions du XIIe siècle et du XIIIe siècle, reconnues dans l’aile sud des bâtiments conventuels et les fondations des galeries du cloître, sont presque exclusivement bâties avec des galets de calcaire et de marne aux faces planes et aux arêtes émoussées, issus de formations détritiques (moraines et till d’ablation d’origine glaciaires) identifiées à proximité immédiate de l’abbaye et du cours du Giffre. Les calcaires massifs sont parfois grossièrement équarris au pic ou à la broche, posant la question de leur provenance ; s’agit-il de blocs erratiques débités ou d’affleurements exploités en carrière ? Certains éléments plus soignés, comme l’arc en plein cintre d’une porte du bâtiment sud (fig. 117), sont taillés dans un tuf plus tendre.

Au niveau du cloître de Sixt, inconnu avant les fouilles, aucun élément sculpté n’est plus en place, mais les bases, colonnettes, chapiteaux et tailloirs en remploi permettent de restituer en partie ses décors (fig. 118) ; tous ces éléments sont façonnés dans un grès fin, autorisant un travail plus soigné. Ce grès de Taveyannaz, dont les affleurements sont situés dans des combes perchées à 2 000 m d’altitude entre Samoëns et Sixt (combe du Nant d’Ant et combe du Gers), n’a probablement pas été exploité en carrière, mais plus vraisemblablement sous la forme d’un débitage de blocs erratiques ou de chaos d’effondrement sur la rive sud du Giffre.

Si le grès de Taveyannaz n’a été utilisé que dans les constructions de la seconde moitié du XIIe siècle dans le cloître et peut-être dans un édifice de culte de la même période dont on ignore l’emplacement, le tuf, façonné à la laie et au ciseau, reste largement employé dans l’abbaye jusqu’à la fin du XVe siècle, comme en témoignent les portes et fenêtres à linteaux décorés d’arcs en accolade. Toutes les maçonneries restent toutefois bâties avec des galets de calcaire et de marne ou des blocs aux faces grossièrement rectifiées, témoignant encore des difficultés des bâtisseurs à tailler le calcaire massif noir, pourtant abondant à proximité de l’abbaye. Tout au plus voit-on apparaître l’emploi de très gros blocs de calcaire noir au niveau des chaînes d’angle, dont les faces sont rectifiées au pic ou à la broche et les arêtes au ciseau.

Ce n’est qu’à partir du milieu du XVIe siècle que le calcaire massif noir affleurant aux gorges des Tines, dit marbre de Sixt, commence à être taillé et employé en sculpture. Son utilisation dans la chapelle Saint-Jacques au sud de l’église est manifeste pour les colonnes engagées et les nervures des voûtes (fig. 119), de même que l’emploi de la boucharde pour le dressage des parements en association avec le ciseau pour les arêtes, mais les vestiges visibles restent mal datés. À Samoëns, le premier emploi de la boucharde est bien attesté dans le bas-côté sud de l’église ou dans une maison millésimée de 1567. Malgré tout, cet outil ne semble pas employé lors des travaux réalisés par l’abbé Humbert de Mouy entre 1620 et 1640, toutes les baies en calcaire noir semblant taillées à la gradine et au ciseau. À la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle, l’usage de la pierre de taille décline dans les bâtiments de l’abbaye, probablement du fait de problèmes financiers.

Fig. 117 – Sixt, porte romane du bâtiment sud, aux piédroits en calcaire et arc en tuf (cliché E. Chauvin-Desfleurs).

Fig. 117 – Sixt, porte romane du bâtiment sud, aux piédroits en calcaire et arc en tuf (cliché E. Chauvin-Desfleurs).

Fig. 118 – Sixt, chapiteau en remploi dans l'abbaye, provenant du cloître ou d'un édifice de culte roman, en grès de Taveyannaz (cliché L. D'Agostino).

Fig. 118 – Sixt, chapiteau en remploi dans l'abbaye, provenant du cloître ou d'un édifice de culte roman, en grès de Taveyannaz (cliché L. D'Agostino).

Fig. 119 – Sixt, colonnes engagées et nervures des voûtes de la chapelle Saint-Jacques, au sud de l'église de Sixt (cliché L. D'Agostino).

Fig. 119 – Sixt, colonnes engagées et nervures des voûtes de la chapelle Saint-Jacques, au sud de l'église de Sixt (cliché L. D'Agostino).

77Au nord de Saint-Jeoire, une concrétion importante de tuf a été exploitée jusqu’à la première guerre mondiale dans les gorges du Risse sous le hameau de Pouilly. Ce gisement important explique l’emploi intensif du tuf dans l’architecture monumentale du territoire. Le seul élément qui subsiste de l’ancienne église paroissiale du bourg de Saint-Jeoire est un clocher du XVIIIe siècle sur lequel a été déplacé l’ancien portail roman. Situé au confluent du Giffre et du Risse, l’édifice utilise majoritairement du tuf et du tout-venant dans ses élévations. Si les murs sont construits en tout-venant, le portail, composé d’une archivolte moulurée reposant sur des colonnettes à chapiteaux à palmettes, est taillé dans du tuf (fig. 120).

Fig. 120 – Saint-Jeoire, clocher de l’église médiévale, détail d’une baie, chapiteau en tuf.

Fig. 120 – Saint-Jeoire, clocher de l’église médiévale, détail d’une baie, chapiteau en tuf.

78Le clocher-porche de l’église paroissiale du bourg de Samoëns offre, en revanche, un exemple d’architecture en moyen appareil de cargneule (fig. 121) souvent confondue avec le tuf pour son aspect caverneux. Cette roche plus solide que le tuf est disponible à proximité du village.

Fig. 121 – Samoëns, porche de l’église, appareil de cargneule.

Fig. 121 – Samoëns, porche de l’église, appareil de cargneule.

2.1.5.2. La vallée de l’Arve

79La vallée de l’Arve a une direction générale est-ouest. Entre Contamine-sur-Arve et Bonneville, elle sépare les zones autochtones (Salève, bassins molassiques lémanique et savoyard) et allochtones des Préalpes du Chablais : elle correspond probablement à un accident tectonique majeur.

80L’Arve prend sa source au-dessus du village du Tour dans la vallée de Chamonix. C’est une rivière très abondante, alimentée par les torrents de montagne drainant les importantes précipitations qui arrosent les sommets alpins, notamment le massif du Mont-Blanc. Rivière au régime torrentiel et au débit particulièrement élevé à la fin du printemps, elle ne permet pas la navigation et a dû être canalisée en de nombreux points pour protéger les villages. L’Arve a pour affluents principaux le Giffre (à Marignier), le Borne (à Bonneville), la Menoge (à Bonne-sur-Menoge), puis contourne le Salève et se jette dans le Rhône à Genève, après quelques méandres dans la plaine lémanique.

81Au cours de son trajet, l’Arve traverse différents terrains. On rencontre en amont essentiellement des schistes, des grès calcaires ainsi que des calcaires marneux et, en aval, les molasses du Miocène de l’avant-pays. Le fond de la vallée est occupé par des sédiments glaciaires sablo-graveleux qui peuvent inclure des galets de grande taille. Les moraines glaciaires contiennent également des blocs erratiques parfois imposants, transportés par les glaciers quaternaires.

82La vallée de l’Arve est dominée par une série de fortifications, châteaux ou maisons fortes encore conservés en élévation : le château de Hautetour sur la commune de Saint-Gervais, le château de Sallanches et celui de Bonneville dans la moyenne vallée de l’Arve, ainsi que le château de Faucigny au débouché de la vallée sur la plaine de Genève. Enfin, le châtelet du Credoz et le château de Bellecombe sont implantés en marge du Faucigny, en bordure de la plaine des Rocailles. Bien que relativement nombreux, les établissements religieux, excepté les prieurés de Contamine-sur-Arve et de Peillonnex, ont été largement reconstruits et ne conservent que peu d’éléments médiévaux ou modernes. L’église des mendiants de Cluses et la chartreuse du Reposoir sont cependant des exemples remarquables de l’architecture des XVe et XVIe siècles.

83Les différentes roches utilisées dans l’architecture de la vallée de l’Arve mettent clairement en évidence la diversité des gisements exploitables. Concernant les bâtiments castraux les plus anciens, le château de Hautetour à Saint-Gervais se trouve en amont de la vallée, au pied du mont Blanc. L’implantation et l’évolution de la bâtisse sont tributaires de la topographie naturelle qui présente, à cet endroit, une très forte pente. Le château possède ainsi trois niveaux à l’ouest contre deux à l’est. Plusieurs phases de construction ont été déterminées entre le XIIIe et le XVIIe siècle (Feihl, Pedrucci-Maccio 2006). À partir du XVe siècle, l’emploi de la cargneule dans les encadrements des baies est systématique alors que les murs de la bâtisse et des tours sont composés de pierres de ramassage qui comprennent également cargneule et calcaire gris (fig. 122). Si le calcaire gris est présent dans les falaises avoisinantes, la cargneule affleure dans le lit du torrent du Bon Nant, sous le village.

Fig. 122 – Saint-Gervais, château de Hautetour, appareil des murs, cargneule et calcaire gris.

Fig. 122 – Saint-Gervais, château de Hautetour, appareil des murs, cargneule et calcaire gris.

Le château de Bonneville. Approvisionnement en pierres d’après les comptes de châtellenie (fig. 123)

Fig. 123 – Approvisionnements du chantier du château de Bonneville, d’après les comptes de Jean de Liège.

Fig. 123 – Approvisionnements du chantier du château de Bonneville, d’après les comptes de Jean de Liège.

84Le château de Bonneville est fondé par Béatrice de Faucigny en 1283 sur la rive de l’Arve, au pied des contreforts du Môle et en face du confluent du Borne et de l’Arve. Il est implanté à 450 m d’altitude sur un affleurement de grès calcaire qui fournit le gros de la pierre à bâtir. Abandonnée à l’époque moderne et transformée en prison pour femmes dès le XVIIe siècle, la bâtisse ne conserve qu’une partie de sa courtine méridionale et orientale, flanquée de deux tours angulaires (Raemy 2004, p. 177‑179). Outre la mise en œuvre du grès (fig. 124), l’unique baie géminée subsistante est en molasse, mais selon les comptes de construction, d’autres fenêtres aujourd’hui détruites étaient taillées dans cette même roche.

Fig. 124 – Château de Bonneville, appareil des murs en grès. Détail de la pierre et des joints structurés de caillasse.

Fig. 124 – Château de Bonneville, appareil des murs en grès. Détail de la pierre et des joints structurés de caillasse.

85Comme pour le château de Ripaille, les études sur Bonneville bénéficient de sources textuelles. Les comptes de châtellenie transcrits par Christian Guilleré décrivent, en effet, la nature des matériaux nécessaires au chantier de construction et donnent de précieuses indications sur les distances et les modes de transport employés (Guilleré 2005). Bien que le château ait été largement modifié à la suite de nombreuses restaurations, il reste actuellement une partie des murailles et deux tours d’origine. Une analyse sur les pierres mises en œuvre a pu être effectuée, parallèlement à l’analyse des textes.

86C’est à partir de son château de Ripaille que le 22 septembre 1385, Bonne de Bourbon, comtesse de Savoie, s’adresse aux châtelains de Hermance, Bonneville, Faucigny, châtelet du Credoz et à tous les autres châtelains, officiers et sujets pour demander des subsides ainsi que des charpentiers, des tailleurs de pierre, des manœuvriers, des chariots et des charrettes. Cette demande est renouvelée le 4 octobre suivant (Guilleré 2005, p. 24). Comme à Ripaille, le chantier concerne des travaux d’aménagements résidentiels : le pavement de l’accès à la haute cour où se trouve l’aula, l’agencement du corps de logis sur deux étages pour la famille comtale et la reconstruction des communs (cuisine, four, cave, lardier et écuries). Jean de Liège a la fonction de magistrum operum, latomie et carpentori fonction qu’il assure également à la même période au château de Ripaille. Là aussi, les comptes permettent d’identifier d’autres matériaux que la pierre, comme la chaux, le bois, le sable et les produits manufacturés, notamment les pièces de métal.

87Excepté le bois, transporté par radeaux sur l’Arve, les autres matériaux sont chargés sur des charrettes. Les comptes de châtellenie distinguent trois types de roches : « la pierre de Bonneville » la plus souvent mentionnée, le tuf et la molasse de provenance locale. Si ces deux dernières roches sont clairement identifiables, que doit-on entendre par « la pierre de Bonneville » ? Bien que la nature de la roche ne soit pas indiquée, l’observation géologique du site met en évidence d’importants gisements de grès molassiques sur lesquels a été implanté le château (g1B, grès de Bonneville). On constate que c’est avec cette même pierre que les murs de l’enceinte ont été élevés. Par ailleurs, des gisements de grès plus durs au lieu-dit « la Carrière » se situent à 3 km du château au-dessus d’Ayse. Différentes qualités de grès sont donc a priori à la disposition des constructeurs.

88À plusieurs reprises, Jean de Liège évoque l’achat, la gestion et le transport de « la pierre de Bonneville » auprès d’hommes tous originaires de la ville. Il paie ainsi à Pierre Passy 300 charretées de pierres :

… tercentum berrotatis lapidum […] existencium infra villa Boneville qualibet berrotata precio duorum denariorm monete, valent : 50 s. monete… (Guilleré 2005, p. 70).

… trois cents tombereaux de pierres […] se trouvant dans la ville de Bonneville, chaque tombereau au prix de deux deniers, soit 50 sous de monnaie…

89Il achète également 152 charretées à Jean Chiffier et Pierre Bochex et 30 charretées à François Cupillin (Guilleré 2005, p. 71). Puis 184 hommes sont engagés au moyen de corvées, pour extraire la pierre et la regrouper dans la ville avant de la transporter jusqu’au chantier du château :

… illis quibus date sunt tacherie deruendo lapides et congregando per villam Boneville ornerando currus lapides a dicta villa portantes ad castrum… (Guilleré 2005, p. 64).

… Ceux à qui a été donnée la tâche de démonter les pierres et de les rassembler dans la ville de Bonneville, chargeant les charrettes de pierres et les portant au château…

90Enfin il paye Pierre Pobalaz et pluribus alii pour 782 charges de pierres de la ville de Bonneville (Guilleré 2005, p. 72). La paroisse de Marigné, distante d’une lieue du château, fournit du tuf acheté à diverses personnes que Jean de Liège ne prend pas le soin de toutes nommer :

Libravit Iohanni Bissex, Petro Pavery et Iohanni de Thomex et pluribus aliis personis de parrochia Marrigniaci pro uno mille tuphorum… (Guilleré 2005, p. 66).

Il a payé à Jean Bissex, Pierre Pavery et Jean de Thomex et à plusieurs autres personnes de la paroisse de Marigny pour un millier de pierres de tuf…

91Le tuf est mentionné sous la forme de grandes quantités (barrotam ou quartoni) induisant davantage du tout-venant que des pierres de taille. Il est utilisé dans la construction de cheminées notamment celle de la chambre d’Amédée, fils du comte Amédée VI :

Libravit eidem magistro Guillermo predicto pro una chiminata facta in camera Amedei, filii dicti domini comitis, de tuphi, calce et arena et aliis materis… (Guilleré 2005, p. 38).

Il a payé audit maître Guillaume pour une cheminée faite dans la chambre d’Amédée fils dudit seigneur comte, en tuf, chaux et sable, et autres matériaux…

92Plus loin, on cite encore quatre cheminées dont la mitre est réalisée en tuf :

… qui tuphi implicati fuerunt ad faciendum quatuor epicotoria nova in dicto castro ad serviendum sex cameris noviter ibidem iuxta magnum murum antiquum a parte ville (Guilleré 2005, p. 66).

… ce tuf fut utilisé pour faire quatre cheminées neuves dans ledit château pour être utilisés dans six chambres nouvelles près de l’ancien grand mur du côté de la ville.

93La molasse, qu’il faut distinguer de la pierre de Bonneville, de nature plus grossière, fait également l’objet d’approvisionnements spécifiques. Elle est destinée selon les comptes de Jean de Liège à la construction de six fenêtres ouvertes dans le mur du vieux château, devant éclairer les nouvelles chambres donnant sur la ville. L’encadrement des baies nécessite probablement un travail de taille plus fin et la molasse est mieux adaptée à ces éléments d’architecture que ne peut l’être le calcaire gréseux.

Libravit Andree Meyna de Bossier in terra Gay et Iohanni Balli de eodem lathomis pro sex finestris factis in muro veteri dicti castri a parte ville de lapidibus molaciis et de tallia ad illuminandum sex cameras factas de novo iuxta dictum murum incluso cherreagio dictorum lapidum a loco ubi extrabuntur ad dictum castrum Boneville. Qui locus distat a dicto castro duabus leucis (Guilleré 2005, p. 53).

Il a payé à André Meyna de Bossier en terre de Gex et Jean Balli du même lieu, maçons, pour six fenêtres faites dans le vieux mur dudit château du côté de la ville, avec des pierres de molasse et des pierres de taille pour éclairer six chambres faites à neuf près dudit mur, compris le transport desdites pierres depuis le lieu où elles ont été extraites jusqu’audit château de Bonneville. Ce lieu est distant de deux lieues dudit château.

94Doit-on mettre en relation cette commande avec la baie subsistante dans la muraille méridionale ? L’unique fenêtre visible aujourd’hui est, en effet, taillée dans la molasse à l’exception des deux piédroits réalisés dans un calcaire blanc lors d’une probable restauration ultérieure (fig. 125). La situation convient à la description livrée par le texte et la typologie de la fenêtre avec remplage correspond à la période donnée. Dans ce cas, il ne s’agirait pas d’une fenêtre de chapelle ou de la grande salle comme cela a pu être suggéré, mais d’une fenêtre appartenant aux grandes chambres donnant sur la ville. La distance de deux lieux entre le château et la carrière de molasse nous entraîne à l’ouest de Bonneville dans le sillon molassique où se trouvent de nombreux affleurements de molasse permettant une potentielle extraction (fig. 123).

Fig. 125 – Château de Bonneville, fenêtre en molasse.

Fig. 125 – Château de Bonneville, fenêtre en molasse.

95Pour la fabrication du mortier indispensable à la maçonnerie, le maître d’œuvre fait venir de la chaux et du sable. La chaux est achetée au bourg de Scionzier distant de 2 lieues du château. Une quantité de 11 muids est payée une première fois à Jean Canon (Guilleré 2005, p. 43), puis un nouvel approvisionnement de 11 muids est réglé à Cheret et Jacquet François. Dans ce dernier cas, il est précisé que le transport n’a pu être fait en une journée car chaque charrette ne peut transporter que 4 hottes :

… pro adducendo et cherreando de dicta calce ad dictum castrum nisi semel, in die et in qualibet berrotata seu cherrotata depotare seu charreare propterquam quatuor octanas… (Guilleré 2005, p. 58).

… pour apporter et charrier une partie de ladite chaux audit château en un jour, et pour chaque tombereau ou charretée on transporte seulement quatre contenus d’une hotte…

96Une petite quantité de chaux de 10 hottes est également payée à Richard Maréchal de Bonneville (Guilleré 2005, p. 43). L’approvisionnement en sable est local, puisqu’il provient de la rivière de l’Arve qui longe Bonneville au sud :

Libravit Francisco de Costa de Bonavilla et Petro Placzar de Aysua pro cherreagio seu portu quadraginta modiorum arene ab aqua Araris usque ad dictum castrum… (Guilleré 2005, p. 63).

Il a payé à François de Costa de Bonneville et Pierre Placzar de Aysua pour le transport de quarante muids de sable pris dans le cours de l’Arve jusqu’audit château…

97Comme dans tous les chantiers importants, le bois est le matériau utilisé en plus grande quantité, notamment pour les charpentes, les planchers et les couvertures en tavaillons ou bardeaux. Il provient des forêts de la chartreuse du Reposoir au sud-est de Bonneville ou de Genève. Les forestiers du Reposoir fournissent des poutres sciées et préparées, des planches et des pannes de sapin achetées par douzaine. Les dimensions des bois sont systématiquement indiquées :

Libravit Nycodo Cheret pro precio trescedem duodenarum lonorum de sapino factorum et operatorum in dictis nemoribus domus repistorii quolibet lono XIII pedum de longitudine, II pedum de latudine… (Guilleré 2005, p. 62).

Il a payé à Nicod Cheret pour le prix de treize douzaines de planches de sapin faites dans lesdits bois de la maison du Reposoir, chaque planche ayant 13 pieds de long et 2 pieds de large…

98Les forêts du Reposoir étant situées en amont de Bonneville, le transport du bois est effectué par flottage sur l’Arve, depuis le rivage situé sous Rinaguier. Ce toponyme n’a toutefois pas été identifié.

Libravit aliunde dicto Petro Bues pro eo quod adduxit a rippa Araris subtus Rinaguier in uno razello quasdam fustas pro dicto castro per aquam Araris subtus dictum castrum : III s. (Guilleré 2005, p. 68).

Il a payé d’autre part audit Pierre Bues qui depuis la rive de l’Arve sous Rinaguier a apporté des bois pour ledit château en un radeau, par le cours de l’Arve jusque sous ledit château : 3 sous.

99Les bardeaux (ou tavaillons), qui nécessitent un travail précis afin d’obtenir des dimensions régulières, sont fabriqués à Genève ou à Nyon, ce qui implique un approvisionnement en bois autre que les forêts du Reposoir. De même que pour la pierre, le transport est effectué par de nombreux attelages depuis Genève, à raison de 2000 bardeaux par chargement. Parmi les transporteurs mentionnés, on voit que Jean de Liège a fait appel au même Pierre de Bue qui s’était occupé du transport des planches sur la rivière. La distance entre Genève et Bonneville par la vallée de l’Arve est de 28 km.

Libravit a dicto Pietro Bues pro salario sui currus cum duabus equabus pro uno viagio fuit apud Gebennam et adduxit a dicto loco ad dictum castrum de scindulis et lonis : 6 s. (Guilleré 2005, p. 69).

Il a payé audit Pierre Bues pour le salaire de sa charrette avec deux juments pour un voyage fait à Genève, et il en a rapporté jusqu’audit château des bardeaux et des planches : 6 sous.

100La demande en bois est telle que Genève fournit également des planches de sapin (3 douzaines et demie) :

Libravit, Andree Guerra, civi Cebenne, pro precio trium grossarum duodenarum cum dimidia lonorum de sapino ab ipso Gebenne emptorum… (Guilleré 2005, p. 57).

Il a payé à André Guerra, citoyen de Genève, pour prix de trois grosses douzaines et demie de planches de sapin achetées à Genève…

101Les dimensions sont encore précisément indiquées : 14 pieds pour la moitié et 12 pieds pour l’autre.

102Les produits manufacturés complètent les achats indispensables à la finition du gros œuvre. Ils concernent deux types de matériaux : le métal et le verre. Dans les deux cas, les achats sont effectués auprès d’artisans installés en ville. Le verre est acheté à Perrod Pilichet à Genève. Il est destiné aux vitrages des fenêtres des chambres neuves et à ceux de la chapelle et de l’oratoire de la comtesse :

Libravit Perrodo Pilichet de Gebenna verreario pro verreiis ab ipso emptis positis in dicto castro (Guilleré 2005, p. 54).

Il a payé à Perrod Pilichet de Genève, verrier, pour des verrières qui lui ont été achetées et posées dans ledit château.

103Le fer est produit par Bartholomée, forgeron, habitant La Roche (La Roche-sur-Foron). Il est livré sous forme brute ou déjà forgé (cheville, marteau, épars garnis de gonds) :

Libravit Bartholomeo, fabro habitante Ruppis pro viginti quatuor libris ferri operatis de quibus facte sunt due esparres fretysses […] canillis ferri quibus clavellate dicte esparres […] martello ferri posito in dicta magna porta ad pulsandum ibidem super uno ferro lato ibidem posito […] item esparis ferri garniti seu munitis gonczonibus ferri (Guilleré 2005, p. 63).

Il a payé à Bartholomé, forgeron, habitant La Roche pour le travail de vingt-quatre livres de fer dont on a fait deux pentures et anneaux […] des chevilles avec lesquelles on a cloué lesdites pentures […] un heurtoir de fer placé sur ladite grande porte pour frapper sur une plaque de fer placée au même endroit […] aussi des pentures de fer garnies de gonds de fer.

104Amédée, familier et facteur de Nycod Chapel de Cruseilles, est également sollicité pour le prix de 3 000 clous forgés de fer noir (tachiarum nigrarum) pour fixer les planches dans les cloisons, les planchers et les épars des baies ; pour 1 500 clous forgés de fers blancs placés et utilisés sur les petits arcs des voûtes (archetis celorum) de deux chapelles neuves ; pour 3 douzaines de petits loquets (parvorum fresteriorum) destinés aux fenêtres à chevillettes des chambres (Guilleré 2005, p. 65).

Le châtelet du Credoz

105Le château connu sous le nom de « châtelet du Credoz » est construit entre Reignier et La Roche-sur-Foron, à 509 m d’altitude, sur un des rochers se trouvant sur le plateau « de la Rocaille » qui tire son nom de la grande profusion de blocs erratiques épars, essentiellement de calcaires urgoniens, sur les sédiments morainiques. L’ouvrage de Louis Blondel montre qu’en 1956, le donjon du châtelet du Credoz, bien que considérablement déparementé, se dressait au sommet d’une butte et qu’une importante muraille, construite en petit appareil, épousait la roche sur plusieurs dizaines de mètres (Blondel 1956). Aujourd’hui, la tour est à peine accessible à cause de la végétation et l’enceinte a quasiment disparu. Néanmoins, l’analyse de la base du donjon montre que l’ouvrage a été édifié avec soin. Les assises subsistantes sont composées d’un appareil de blocs calcaires de grandes dimensions de forme cintrée (fig. 126). Le blocage, rendu visible par le déparementage, est composé de caillasses calcaires liées avec du mortier solide structuré de nombreux petits galets.

Fig. 126 – Tour de Credoz, appareil de calcaire.

Fig. 126 – Tour de Credoz, appareil de calcaire.

Le château de Bellecombe

106À trois kilomètres au nord de cette fortification, le château de Bellecombe domine l’Arve et contrôle le chemin menant à Boringe où se trouvait autrefois un pont sur l’Arve. Construit à 454 m d’altitude sur un rocher allongé qui est en réalité un bloc erratique, à pic sur trois côtés, puis en versant incliné en direction de l’Arve, le château est ruiné depuis la fin du XVIe siècle. Il se composait d’un donjon aujourd’hui relativement bien conservé, avec une terrasse formant une enceinte au nord, à l’ouest et au sud, tandis qu’un bâtiment résidentiel était accolé à l’est. La tour dont le sommet a disparu mesure 25 m de haut et présente un plan quadrangulaire de 6 m de côté environ. On y accédait uniquement à partir du logement par une porte située à 7,60 m de haut (depuis le sol). À ce même niveau une fenêtre en plein cintre existait encore dans les années cinquante (Blondel 1956). Le logis est détruit : seule l’amorce des murs est encore visible. Le donjon est construit avec de petits blocs de calcaire fin que vient recouvrir à une période indéterminée un enduit décoré d’un faux appareil. Dans la partie haute, les chaînages d’angle sont taillés dans la molasse, alors qu’à la base ils sont réalisés en tuf à l’instar de la terrasse (fig. 127). Au sol, on trouve encore, gisant de manière éparse, des pierres de taille et des claveaux également en tuf. Dans cette zone, le glacier de l’Arve a abandonné de nombreux blocs erratiques de natures pétrographiques variées qui ont pu être exploités. La majorité des blocs sont des calcaires, comme on peut l’observer dans la plaine des Rocailles à environ 2 km au sud-ouest. La molasse est disponible dans l’environnement proche, des affleurements existent à Contamines-sur-Arve, Findrol et dans le cours de l’Arve, à Boringes et Arthaz. Les gisements de tuf les plus proches se situent à 10 km vers l’aval à Ambilly.

Fig. 127 – Tour de Bellecombe, chaînage d’angle en tuf.

Fig. 127 – Tour de Bellecombe, chaînage d’angle en tuf.

Le château de Faucigny

107Enfin le château de Faucigny, centre du lignage des sires du même nom, est élevé à 648 m d’altitude vers l’extrémité occidentale du Môle entre Bonne vers l’aval et Bonneville à 6 km en amont. Dominant le village actuel de Faucigny, le château se dressait sur un promontoire calcaire à 250 m au-dessus de la basse vallée de l’Arve. Malgré une histoire mouvementée, la fortification est restée entre les mains de la maison de Savoie. Son abandon à la fin du Moyen Âge a inévitablement entraîné sa ruine. En 1699, Victor Amédée II vend le château aux frères barnabites de la Sainte-Maison de Thonon. Dès la fin du XVIIIe siècle, il est utilisé comme carrière de pierres par les paysans. Des restaurations récentes ont permis de consolider les quelques maçonneries subsistantes mais ont définitivement gommé toute trace archéologique. En 1891, alors que les élévations étaient davantage conservées, l’abbé Gave fait une description détaillée du site (Bouchage, Gave 1891) que Louis Blondel reprend et complète ultérieurement à l’aide d’indications fournies par les comptes de châtellenie (Blondel 1956). Aujourd’hui, on constate que les mêmes techniques de construction ont été employées pour la « Tour de la reine » et le logis : un appareil de moellons en calcaire et en tuf, aux assises régulières. Si l’ensemble des pierres de taille ont été récupérées, la base d’un piédroit chanfreiné, dressé au ciseau droit, révèle le soin apporté aux éléments d’architecture (fig. 128). Selon l’abbé Gave, les blocs assurant les chaînages d’angle du donjon étaient également des pierres de taille en calcaire de grande dimension ; elles auraient été réemployées dans la construction du presbytère. Ce calcaire provient certainement des niveaux oxfordiens visibles dans la carrière en contrebas du site. Les murs subsistants de la poterne sont construits, au moins dans leur partie inférieure, en moyen appareil de molasse aux pierres rigoureusement ajustées (fig. 129). Les gisements les plus proches de molasse se situent à 2 km environ vers le nord à proximité de Contamine-sur-Arve.

Fig. 128 – Château de Faucigny, base de piédroit en calcaire.

Fig. 128 – Château de Faucigny, base de piédroit en calcaire.

Fig. 129 – Château de Faucigny, poterne, appareil de molasse.

Fig. 129 – Château de Faucigny, poterne, appareil de molasse.

Le prieuré de Contamine-sur-Arve

108En 1083, Guy de Faucigny, évêque de Genève, fait don à l’abbaye de Cluny de « l’église Sainte-Marie, sise en une localité dite Contamine » (Bouchage 1889). S’il ne fait aucun doute que ce premier prieuré participe à l’installation du réseau clunisien savoyard au cours du XIe siècle, nous ignorons tout de sa forme primitive. On sait que l’église prieurale est reconstruite en 1295 par Béatrice de Faucigny. Elle constitue un remarquable exemple d’architecture gothique. L’analyse porte uniquement sur la partie orientale de l’édifice puisque la nef a été détruite au XVIIe siècle. Ici, les approvisionnements sont davantage diversifiés : trois types de roche – molasse, tuf, calcaire – sont présents dans la construction de l’église. On constate une nouvelle fois que la molasse est utilisée pour l’ossature intérieure du bâtiment (fig. 130), ainsi que pour les baies, la sculpture et le mobilier liturgique. Si la proximité des gisements, à 100 m au nord-est du chevet, explique ce choix, la finesse de la pierre paraît encore une fois parfaitement adaptée à la sculpture, notamment celle du portail. Les murs gouttereaux sont édifiés avec du tout-venant, composé majoritairement de molasse mais aussi de calcaire et de tuf ; seuls les parements de la tourelle d’escalier présentent un moyen appareil de tuf (fig. 131). Les affleurements de calcaire les plus proches se situent dans les calcaires jurassiques de Faucigny. Aucun gisement de tuf n’est signalé à proximité immédiate, mais les affleurements de tuf de Saint-Jeoire se situent à une dizaine de kilomètres dans la vallée du Risse.

Fig. 130 – Contamine-sur-Arve, travée du sanctuaire.

Fig. 130 – Contamine-sur-Arve, travée du sanctuaire.

Fig. 131 – Contamine-sur-Arve, élévation sud, tourelle appareillée en tuf et contrefort en calcaire, molasse et tuf.

Fig. 131 – Contamine-sur-Arve, élévation sud, tourelle appareillée en tuf et contrefort en calcaire, molasse et tuf.

109Les contreforts sont élevés avec les trois types de pierres qui sont disposées, pour ces éléments de contrebutement, selon leurs qualités respectives. Montés en calcaire sur un tiers de leur hauteur, les contreforts se poursuivent en tuf sur la section la plus étroite avec insertion ponctuelle de quelques blocs de molasse (contrefort sud). Le calcaire est plus spécifiquement choisi pour le parement extérieur des contreforts nord, partie la plus exposée aux intempéries. Il est également placé dans le soubassement des élévations.

Le prieuré de Peillonnex

110Le prieuré de Peillonnex est également situé en limite du sillon molassique et du Chablais en retrait de la vallée de l’Arve, offrant aux bâtisseurs le choix de plusieurs carrières exploitables. Les pierres sont identiques à celles employées à l’église de Contamine-sur-Arve. L’église priorale présente un plan à nef unique et un couvrement en berceau continu. Le calcaire est largement utilisé dans l’édification de la façade et du chevet qui constituent les parties les plus monumentales du bâtiment. Lors de la construction de la façade, le calcaire a été mis en œuvre sous la forme d’un moyen appareil comprenant des assises assez irrégulières. Le contrefort d’angle septentrional s’inscrit dans le prolongement de l’élévation : il est composé de plusieurs blocs de grandes dimensions, possédant une fonction de chaînage (fig. 132). Toujours au nord, les contreforts de la nef et du chevet sont aussi édifiés en calcaire, soit entièrement, soit partiellement, mais avec des modules de pierre plus petits (fig. 133). Ce même calcaire est visible dans les appuis de toutes les fenêtres. À Peillonnex comme ailleurs, on réserve la molasse aux ouvrages nécessitant un travail de taille plus fin, notamment le portail aux impostes délicatement sculptées (fig. 134 et 135).

Fig. 132 – Peillonnex, élévation nord.

Fig. 132 – Peillonnex, élévation nord.

Fig. 133 – Peillonnex, chevet.

Fig. 133 – Peillonnex, chevet.

Fig. 134 – Priorale de Contamine-sur-Arve, chapiteaux sud du portail en molasse.

Fig. 134 – Priorale de Contamine-sur-Arve, chapiteaux sud du portail en molasse.

Fig. 135 – Priorale de Peillonnex, chapiteau nord du portail en molasse.

Fig. 135 – Priorale de Peillonnex, chapiteau nord du portail en molasse.

111Le parement du chevet, quant à lui, offre une variété de roches et de couleurs mettant en évidence un approvisionnement diversifié et une mise en œuvre raisonnée : alors que les murs et les contreforts sont construits en calcaire gris et jaune sur les deux tiers de leur hauteur, la molasse intervient dans le cintre des baies et au sommet des contreforts (fig. 133). L’usage des diverses roches procure à l’ensemble de l’élévation une véritable polychromie. Le tuf est peu utilisé à l’extérieur, sauf dans les baies de la nef et de la façade, mais il est en revanche exclusivement employé dans le voûtement de la nef en raison de sa légèreté. S’il n’y a pas de molasse à proximité immédiate de Peillonnex, il existe, on l’a vu, à Contamine-sur-Arve (2,8 km au sud-ouest) des affleurements aisément accessibles. Les ressources en calcaire les plus proches se situent à Faucigny où affleurent les calcaires jurassiques du Malm (j6‑n1). Les niveaux oxfordiens (j5N) composés de calcaires noduleux et de calcaires en bancs massifs à patine gris clair sont également présents à cet endroit. Le tuf n’est pas signalé sur le plateau, mais les carrières de Saint-Jeoire se trouvent à environ 6 km dans la vallée du Risse.

2.1.6. ANNECY ET LES BORDS DU LAC

112Le lac d’Annecy est un lac d’origine glaciaire situé entre le massif des Bornes, à l’est (mont Veyrier, calcaires et marnes) et le massif des Bauges, à l’ouest (Semnoz, calcaires). Annecy s’est implantée sur son côté nord, à proximité du déversoir du lac, le Thiou, qui se jette dans le Fier au nord-ouest de la ville. Le roc de Chère, constitué de calcaires et de grès, est une petite avancée rocheuse au bord du lac sur la rive est, qui domine le site de Talloires. Au sud-ouest, le prolongement des monts d’Entrevernes et du Taillefer, constitués de calcaires urgoniens massifs, forme un promontoire sur lequel s’est établi le château de Duingt (fig. 5). Au sud, après le Bout du Lac, la vallée se poursuit vers Faverges.

113La ville d’Annecy occupe un fond de vallée glaciaire et s’étend à l’extrémité septentrionale du lac, à une altitude moyenne de 450 m. Elle est limitée au sud-est par le lac contenu entre le mont Veyrier et le promontoire de la Puya et au sud par le Thiou, émissaire du lac qui coule vers l’ouest en bas du rocher du château. La ville actuelle est implantée sur les alluvions fluvio-glaciaires qui recouvrent la molasse aquitanienne. Celle-ci affleure dans le lit des cours d’eau et notamment à Cran et Brogny, le long du Fier, et à Seynod à proximité du Thiou. Le château est bâti sur un massif calcaire sur le flanc duquel se trouvaient les carrières.

  • 2 Dès le XIe siècle, le palais de l’Isle, de dimensions encore modestes, est construit intégralement (...)

114L’église des dominicains et le château sont deux exemples d’architecture monumentale bien conservés du Moyen Âge. Pour ces deux édifices, d’une part on retrouve un approvisionnement en pierres comparable à celui des bâtiments du sillon molassique, comme la molasse, le tuf et les galets, d’autre part la présence du Semnoz et l’exploitation précoce de carrières de calcaires à proximité du château offrent aux bâtisseurs la possibilité d’un approvisionnement de qualité2. L’ancienne église Saint-Dominique du couvent des dominicains, devenue église paroissiale au XIXe siècle, est aujourd’hui dédiée à saint Maurice, patron de la cité, en remplacement de l’ancienne paroissiale située autrefois à proximité du château. Implantée non loin du lac, au-dessus d’un canal du nom de « Saint-Dominique », elle a été fondée en 1422 par Jean de Brogny, évêque puis prélat pontifical d’Avignon (Oursel 1954b). Munie d’un profond chœur liturgique et d’une vaste nef à laquelle sont accolées des chapelles privées, l’église est édifiée en molasse pour tous les éléments porteurs et la sculpture, ainsi que pour les parements intérieurs et extérieurs du chevet (fig. 136 et 137). Les murs gouttereaux et la façade sont construits avec du tout-venant composé de molasse, de galets et de pierres calcaires grossièrement débités. Comme on l’a vu pour les églises d’Évian et de Moussy, le soubassement de tous les murs est constitué de pierres calcaires qui isolent les élévations des remontées d’eau, rendues particulièrement problématiques en raison de la présence du canal. Le calcaire est issu de différentes carrières ou, tout du moins, de différents bancs de couleur blanche ou ocre. On constate que les constructeurs privilégient le calcaire blanc, plus dur et à patine blanche homogène, pour les murs, les encadrements et les remplages des baies, les chaînages d’angle et les contreforts de la nef (fig. 138 et 139). En façade, les contreforts d’angle sont élevés avec des blocs très bien équarris, mais les bases taillées dans un calcaire ocre donnent actuellement des signes d’altération. Les contreforts du chevet sont intégralement construits en calcaire ocre.

Fig. 136 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), élévation sud.

Fig. 136 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), élévation sud.

Fig. 137 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chapelle sud (mur est).

Fig. 137 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chapelle sud (mur est).

Fig. 138 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chevet édifié en molasse.

Fig. 138 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chevet édifié en molasse.

Fig. 139 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), travée du sanctuaire.

Fig. 139 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), travée du sanctuaire.

L’église Saint-Maurice d’Annecy, ancienne église dominicaine dédiée à Saint-Dominique

Amélie Roger
doctorante, Archéologie et Archéométrie (UMR 5138), MOM, Lyon

Jusqu’à la Révolution, l’église Saint-Maurice d’Annecy est désignée sous le vocable de Saint-Dominique. Implantée à l’intérieur des murailles de la ville, elle faisait partie d’un ensemble conventuel dominicain aujourd’hui disparu. Orienté, le bâtiment présente un chevet très allongé de trois travées, bâti sur le canal Saint-Dominique et terminé par une abside polygonale. La nef de quatre travées s’ouvre par des arcs formerets sur les bas-côtés nord et sud. Un clocher, accolé au nord du chevet, est épaulé à l’ouest par l’escalier médiéval et par une sacristie contemporaine. L’ancien couvent quant à lui se développait au nord-est de l’église, sur la rive droite du canal. Réquisitionné à la Révolution, il a servi de haras nationaux puis de caserne, avant d’être détruit au XXe siècle pour laisser la place à des immeubles d’habitations. Aujourd’hui paroissiale, l’église Saint-Maurice est classée monument historique depuis 1956.

À partir de 1422, suite au souhait du pape nouvellement élu Martin V, et sur une avance de fonds du cardinal Jean Allarmet de Brognya, l’installation de dominicains à Annecy est réalisée. L’acte de fondation est signé le 2 mars 1422. Le 17 mai, le terrain dévolu à l’édification de l’église est offert par Jacques de Menthon-Dingy. Le procureur du cardinal de Brogny arrive cinq jours plus tard et les travaux commencent immédiatement. La construction prend du temps et, par manque d’argent, elle est considérablement ralentie à partir de 1426. L’église à nef unique est sacrée sans voûtes le 14 septembre 1445 en présence du duc de Savoie et de sa cour (Mercier 1878). En 1481, Mgr Claude Rupp, évêque du diocèse de Genève, effectue une visite pastorale à Annecy. Dans l’église des dominicains, il remarque l’absence de voûtes (Perron 1954). L’entreprise, sévèrement ralentie depuis quelques années par le manque de financement, est l’objet d’un regain d’intérêt dans la seconde moitié du XVe siècle. La générosité de divers bienfaiteurs permet l’agrandissement, l’embellissement et l’achèvement de l’église. Janus de Savoie, comte du Genevois et baron du Faucigny, et son épouse Hélène du Luxembourg délaissent peu à peu Genève pour Annecy. Après avoir confirmé les privilèges de nombreux monastères dans la région, ils s’intéressent aux dominicains. Le 23 mai 1478 ils érigent dans leur église une chapelle sous le vocable de Notre-Dame de Pitié et de Saint-Michelb. C’est là qu’ils seront inhumés. Par la suite, la famille de Luxembourg-Martigues continuera à être bienfaitrice du couvent. Par ailleurs, il semble que le couvrement temporaire du sanctuaire ait été remplacé par un voûtement grâce à la générosité du duc Charles Ier de Savoie et de sa femme Blanche de Montferrat. En 1491, le noble Jean Magnin de Cruseilles lance les travaux de voûtement (Perron 1954). De plus, par son testament daté du 8 juin 1493, il prévoit les fonds nécessaires à l’achèvement de ce couvrement, ordonne de faire poser ses armes sur toutes les retombées des voûtes, et institue les dominicains d’Annecy comme ses légataires universels. Le bas-côté sud accueille, en plus de celle de la famille de Savoie, deux autres chapelles offertes par la corporation des tailleurs et par la famille Lambert (fig. 140). Elles ont été édifiées entre 1478 et 1490. Au nord, quatre chapelles viennent compléter l’édifice. Elles sont érigées de manière concomitante, entre 1490 et 1507 (Roger 2014, p. 145), grâce aux donations des familles d’Alby, de Menthon-Lornay, de Viry, et de la corporation des cordonniers. Les dons de chaque famille et corporation sont matérialisés dans l’église par la présence de leurs blasons respectifs aux clefs des voûtes et aux naissances des nervures. Des actions collectives viennent peu à peu parachever l’église des prêcheurs. C’est le cas en 1554 lorsque la population fait dons et aumônes en grande quantité pour l’installation de l’orgue sur le jubéc. L’édification du bas-côté nord marque, après plus de 90 ans, l’achèvement de l’église Saint-Maurice telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Plus tard, après la Révolution, l’église devient paroissiale. Pendant très peu de temps puisqu’en 1793, elle est transformée en grenier à foin pour les troupes françaises, ce qui la sauve de la destruction. L’intérieur est dépouillé de tous ses ornements. Les pierres tombales armoriées sont brisées, les pierres d’autel emportées pour construire des balcons dans la ville, le mausolée des princes de Luxembourg est démoli. En 1794, le clocher est détruit, et les cloches fondues pour les besoins de la guerre. Deux ans plus tard, l’église est vendue à un citoyen qui la rétrocède à la commune pour l’établissement d’une grenette dans le bas-côté sud, que l’on sépare du reste de l’édifice par une cloison de bois. Le culte y est finalement rétabli en 1803, date à laquelle l’église de l’ancien couvent prend le nom de « Saint-Maurice », en souvenir de la paroissiale de la ville détruite par la Révolution.

a. Mémoire de la fondation du Couvent des Pères de St Dominique dans la ville d’Annecy, Archivio di Stato di Torino, in Materie ecclesiastiche, Regolari di là dai monti, mazzo 5, fasc. 1, Domenicani di Annecy, n. 1.
b. Archives départementales de la Haute-Savoie, Archives rétrocédées de Turin, Bénéfices au-delà des monts, paquet n° 2.
c. Archives départementales de la Haute-Savoie, E 446, f° 56.

Fig. 140 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), blason des tailleurs.

Fig. 140 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), blason des tailleurs.

2.1.6.1. Le château d’Annecy

115Édifié sur un massif de calcaire urgonien, le château d’Annecy est en grande partie élevé avec des pierres provenant du site même. En fouillant les barbacanes en avant de la façade occidentale, les archéologues ont mis au jour un front de taille de calcaire ocre et blanc (Crozier, Ziegler, Bénezet 2010).

116Au XIIIe siècle, le château d’Annecy est la résidence des comtes de Genève et la capitale du Genevois. Son occupation continue jusqu’au XVIIe siècle explique son évolution urbaine et architecturale. Le château est bien conservé et bénéficie de comptes de châtellenie. Il est ainsi possible de comparer les approvisionnements mentionnés dans les comptes avec les pierres employées dans les élévations. Si l’analyse des roches trahit l’exploitation des mêmes pierres, calcaire jaune et blanc, tuf et molasse, leur répartition dans les différents édifices varie en fonction des époques. Jusqu’au XVe siècle, le calcaire dur, nommé dans les textes petra dura ou lapis ruppis (Bruchet 1901), est utilisé dans de nombreux éléments d’architecture. Indépendamment des murs de la tour de la Reine réalisés en moellons ou en moyen appareil de calcaire dur dès le XIIe siècle, cette roche est essentiellement employée dans la construction des barbacanes (fig. 141), les chaînages d’angles, les corbeaux, les marches d’escalier et les linteaux de portes. On retrouve le calcaire dans certaines ouvertures à coussièges du « logis Perrière » en 1445) [fig. 142], ainsi que dans la base des murailles ou le parement du « logis Nemours ». Il est également utilisé en tout-venant dans l’ensemble des murs. Il faut attendre le XVIe siècle, pour que le calcaire soit taillé pour les parements du logis Nemours sous la forme d’un bel appareil de pierres de taille soigneusement dressé. La molasse est réservée à un grand nombre d’éléments d’architecture nécessitant une taille fine et précise, comme les colonnes, les encadrements de baies, les décors sculptés. On la retrouve également dans les parements de l’enceinte ouest (fig. 143), ou encore dans la construction de conduits de cheminées (fig. 144) et des plaques foyères pour sa qualité réfractaire.

Fig. 141 – Château d’Annecy, barbacanes en calcaire.

Fig. 141 – Château d’Annecy, barbacanes en calcaire.

Fig. 142 – Château d’Annecy, le « logis Perrière ».

Fig. 142 – Château d’Annecy, le « logis Perrière ».

Fig. 143 – Château d’Annecy, enceinte ouest en molasse.

Fig. 143 – Château d’Annecy, enceinte ouest en molasse.

Fig. 144 – Château d’Annecy, tour Saint-Paul, conduit de cheminée en molasse.

Fig. 144 – Château d’Annecy, tour Saint-Paul, conduit de cheminée en molasse.

117On note ainsi que chaque roche est utilisée en fonction de ses qualités respectives de dureté et d’aspect de surface pour le calcaire urgonien, de facilité de taille, de finesse du grain et de résistance au feu pour la molasse. Celle-ci serait également préférée au calcaire pour l’édification de l’enceinte car elle pourrait avoir un rôle dans l’amortissement de l’impact des boulets (Bonhomme, Liboutet, Lanternier 2011). Les gisements de tuf, situés à l’ouest et au sud de la ville, fournissent la pierre destinée prioritairement aux voûtes.

118Comme pour Ripaille et Bonneville, les comptes de châtellenie d’Annecy transcrits par Max Bruchet fournissent des renseignements sur la gestion du chantier et plus précisément la localisation des carrières exploitées entre la fin du XIVe et le XVIe siècle. Certaines données peuvent éclairer les approvisionnements des autres chantiers de la ville pour la même époque, tels ceux de l’église des dominicains et de la cathédrale.

119En 1393, le pape Clément VII, fils d’Amédée III, fait exécuter des travaux au château d’Annecy. Les comptes sont tenus par Nicolas de Graveriis, chanoine de Narbonne. En 1401, le château entre dans le domaine de la Maison de Savoie : Amédée VIII entreprend des reconstructions entre 1403 et 1412, placées sous la direction d’Aymon Corviaux et de Guillaume Pellier d’Annecy. Corviaux a également la charge de travaux dans le château de Thonon. Les comptes mentionnent des carrières de calcaire (pierres à construire ou chaux) situées à proximité immédiate du château et des carrières de tuf ou de molasse un peu plus éloignées du chantier (fig. 145). Les carrières sont essentiellement citées à la fin du XIVe siècle à l’occasion des travaux effectués par le pape Clément VII. Nicolas de Graveriis indique un lieu d’extraction de calcaire, situé au pied de la tour Saint-Pierre nommée « tour du pommier » ou « de la pomme ». Plusieurs ouvriers, hommes et femmes, vont y travailler durant plusieurs jours à des tâches diverses. L’ouverture de la carrière et la fabrication du mortier constituent les tâches principales durant six jours. Trois femmes sont chargées du transport de la terre et des pierres pendant quatre jours, tandis que trois autres doivent porter l’eau destinée à la fabrication du mortier. Le sable mentionné pour la fabrication du mortier semble provenir de la carrière même :

Libravit dicto Girbais, Henrieto, P. Mokou dicto Saconay et Johanni Livroigne, qui sex diebus fuerunt tam in dicta perreria (existenti extra castrum ante turrim pomi) discoperiendo quam faciendo mesclam calcis et arene, cuilibet pro die 16 denarios, 40 solidos ; item 3 mulieribus qui 4 diebus fuerunt in dicta perreria portando terram et lapides pro die 8 denarios ; item 3 aliis mulieribus que 2 diebus portaverunt aquam faciendo dictam mesclam (calcis et arene) cuilibet pro die 8 denarios… (Bruchet 1900, p. 318, 1393‑1394, Extrait des comptes des travaux exécutés au château d’Annecy sur l’ordre du pape Clément VII).

Il a payé audit Girbais, à Henriet, P. Mokou dit Saconay et à Jean Livroigne qui pendant six jours ont découvert ladite carrière (qui se trouve à l’extérieur du château devant la tour du pommier) et fait le mélange de la chaux et du sable, prenant chacun par jour 16 deniers : 40 sous ; aussi 3 femmes qui pendant 4 jours ont porté dans ladite carrière la terre et les pierres, prenant 8 deniers par jour ; aussi 3 autres femmes qui pendant 2 jours ont porté l’eau pour faire ledit mélange (chaux et sable), prenant chacune 8 deniers par jour…

Fig 145 – Lieux d’approvisionnement du château d’Annecy, d’après les comptes de Nicolas de Graveriis.

Fig 145 – Lieux d’approvisionnement du château d’Annecy, d’après les comptes de Nicolas de Graveriis.

120Une autre commande est réalisée auprès de Jean dit le Poulpe, pour la taille d’un grand bassin en « pierre dure » dans la carrière située à l’arrière du château. Il s’agit sans doute de la carrière ouverte derrière le logis nommé « Perrière » situé à côté du lieu d’extraction. De là proviennent également les pierres destinées aux corbeaux et aux petits arcs de la tour neuve se trouvant devant l’aula.

Libravit […] pro 6 diebus quibus operabatur (Johannetus dictus le Poulpe) in cavando et eskarrando unum magnum bachassium dictum petre dure existentem longo tempore in Perreria retro castrum […] Libravit infrascriptis perreri ()s perreantibus in perreria retro castrum pro bochetis et archetis turris nove ante aulam (Bruchet 1901, p. 119).

Il a payé […] pour 6 jours pendant lesquels Jeannet dit le Poulpe a travaillé, creusant et équarrissant une grande bachasse (bassin de pierre) en pierre dure qui se trouvait depuis longtemps dans la carrière derrière le château […] Il a payé aux carriers souscrits qui ont extrait de la pierre dans la carrière derrière le château pour fabriquer les consoles et les arcs de la tour neuve devant la grande salle.

121La carrière « Perrière » exploitée sans doute depuis l’Antiquité, a donné son nom au faubourg voisin et à la montée qui, avec la « côte Saint-Maurice », se poursuit jusqu’à Sévrier (Coudray 2009). Le « clos Nemours » serait également exploité jusqu’à la fin du Moyen Âge. La « Puya », carrière de calcaire blanc, est mentionnée dans la première moitié du XVe siècle à propos d’un four à chaux (Ducis 1872). La molasse est extraite un peu plus loin comme l’indique la commande effectuée par Nicolas de Graveriis au carrier Jean dit le Bourguignon :

Libravit Johanni dicto le Bourgoignon, perrerio pro pretio 49 charratarum lapidum molassie per eum redditarum apud Crans et adductarum infra castrum Anissience pro operibus ipsius castri ad rationem cujuslibet charrate… (Bruchet 1900, p. 318).

Il a payé à Jean dit le Bourguignon, carrier, pour le prix de 49 charretées de pierres de molasse qu’il a apportées à Crans et qui ont été placées dans le château d’Annecy pour les travaux de ce château, à raison, pour chaque charretée…

122Ancien hameau, associé depuis 1860 à Gevrier à l’ouest d’Annecy, le site de Cran à la confluence du Thiou et du Fier, est implanté sur les alluvions glaciaires recouvrant la molasse qui affleure cependant sur les rives du Thiou. D’autres carrières ont été repérées aux Barattes (Annecy-le-Vieux), mais aussi à Seynod où se trouve un lieu-dit les Molasses (Coudray 2009). Le tuf est extrait dans la carrière appartenant à Pierre de Montouz. Celui-ci possède le château du Barioz situé près d’Argonnay (au nord d’Annecy) et le texte précise que le transporteur s’appelle Cochet d’Argonnay. Ainsi il y a tout lieu de croire que la carrière de tuf est située dans cette localité. Notons cependant qu’il existe aussi le toponyme de Monthoux à Nonglard, à l’ouest d’Annecy, où sont signalés des gisements de tuf.

123Le transport est réalisé en 50 charretées qui équivalent à 500 pieds de tuf. Une autre charretée est acheminée depuis Vieugy (Veugier) :

Libravit dicto Cochet de Argonnay, latomo, in emptione 500 pedum lapidum tufforum ascendentum ad 50 quadrigatas (charretés), quo reddere debet in perreria Petri de Montouz […] Libravit bulbucis infrascriptis, videlicet Thome Pugin, pro una charrata tuforum adducta de dicto loco de Veugier infra castrum Annissience… (Bruchet 1900, p. 318, 1393‑1394, Extrait des comptes des travaux exécutés au château d’Annecy sur l’ordre du pape Clément VI).

Il a payé audit Cochet d’Argonnay, maçon, pour l’achat de 500 pieds de pierres de tuf correspondant à 50 charretées, que Pierre de Montoux doit fournir dans la carrière […] Il a payé aux bouviers souscrits, c’est-à-dire Thomas Pugin, pour une charretée de pierres de tuf conduite depuis ledit lieu de Veugier jusque dans le château d’Annecy…

124Enfin le sable, utilisé pour la fabrication du mortier, provient ici des rivages du Fier d’où il est transporté jusqu’au pied du château :

In sablono extracto in rippa aque de Ciers […] et in charreagio dicte arene usque ad pedem castri (Bruchet 1900, p. 310, 1340‑1344, Extrait des comptes de la châtellenie d’Annecy relatifs à la construction du château après l’incendie du 26 avril 1340).

2.1.6.2. Les bords du lac d’Annecy

125Le lac d’Annecy est bordé de nombreux châteaux et de quelques fondations religieuses qui s’approvisionnent en pierre dans leur environnement immédiat. Sur la rive droite du lac, le prieuré savinien de Talloires, situé à 12 km d’Annecy, est limité au nord-ouest par le massif du Roc de Chère qui s’élève à 643 m et celui de la Tournette qui culmine à 2 353 m. Il ne subsiste rien de l’église, excepté des chapiteaux et des colonnettes en calcaire qui, étant réemployés ou conservés sur le site, témoignent d’une architecture romane aujourd’hui disparue (fig. 146). La maison prieurale est l’unique bâtiment subsistant du prieuré médiéval (Rochette, Tissot 2004). Elle comprend différentes phases d’aménagements qui montrent la relative diversité des approvisionnements en pierre mais qui sont toutes d’origine locale : le tuf réservé aux voûtements et à certains arcs, la molasse aux arcs doubleaux et aux fenêtres géminées (fig. 147). Un calcaire gris-noir veiné de blanc est employé dans la construction des portes et des bandeaux intérieurs. On retrouve cette même pierre dure dans la maçonnerie des murs sous la forme de petits blocs débités. Elle viendrait du massif de la Tournette et des carrières d’Angon, à quelques kilomètres au sud. Ce calcaire gris-noir prend un poli noir et par conséquent est appelé « marbre » de Doussard du nom d’une carrière en limite du bourg de Doussard.

Fig. 146 – Talloires, chapiteau provenant sans doute de l’église médiévale.

Fig. 146 – Talloires, chapiteau provenant sans doute de l’église médiévale.

Fig. 147 – Talloires, ancienne maison abbatiale.

Fig. 147 – Talloires, ancienne maison abbatiale.

126Plus au sud, dans la cluse entre le massif des Bauges et le massif des Bornes, l’ancien prieuré clunisien de Viuz-Faverges est situé à 490 m d’altitude. La trouée de Faverges, en continuité avec le lac d’Annecy, est à l’origine une vallée glaciaire dont le fond plat est constitué de sédiments alluviaux.

127L’église actuelle présente un chevet roman composé d’une travée de chœur architectural, surmontée d’un clocher reconstruit au XIXe siècle, et d’une abside romane. La nef de l’église a été remaniée entre 1827 et 1844, avec notamment l’ajout de bas-côtés. La travée de chœur est délimitée à l’intérieur, par quatre arcs à double rouleau en berceau brisé qui reposent sur des pilastres de même section. Les pilastres sont couronnés de chapiteaux comparables par leur style à ceux de Cléry, situé de l’autre côté du col de Tamié. Ils comportent un décor de feuillage à faible relief (motif de palme, feuilles à volutes spirées) formant une frise continue sous le bandeau. L’abside est éclairée par trois baies en plein cintre et à double ébrasement ; à l’extérieur, elle est dotée d’un mur bahut maçonné construit en moyen appareil et enveloppant des contreforts faiblement saillants. Des larmiers circonscrivent les cintres des baies et une corniche boudinée souligne le sommet de l’élévation. Si les murs sont construits en tout-venant, les contreforts et les baies sont édifiés en moyen appareil de tuf (fig. 148). Les larmiers, la corniche et les chapiteaux, de plus fine facture, utilisent la molasse (fig. 149) bien qu’une première étude ait suggéré l’utilisation d’un calcaire dur pour les chapiteaux (Oursel 1990).

Fig. 148 – Viuz-Faverges, baie appareillée en tuf du chevet.

Fig. 148 – Viuz-Faverges, baie appareillée en tuf du chevet.

Fig. 149 – Viuz-Faverges, chapiteaux en molasse des piliers engagés romans.

Fig. 149 – Viuz-Faverges, chapiteaux en molasse des piliers engagés romans.

128Le cloître a été totalement détruit. Plusieurs chapiteaux et bases de colonnes en calcaire blanc appartenant probablement aux anciennes galeries claustrales sont conservés dans le petit musée lapidaire. Le site étant dépourvu de molasse, on suppose que les approvisionnements se faisaient depuis les environs d’Annecy par le lac. Pour le tuf, le lieu-dit du Thovet situé à côté de l’église est particulièrement significatif de la présence de ce type de pierre sur place. La provenance exacte du calcaire n’a pas encore été déterminée.

2.2. LES XVIe ET XVIIe SIÈCLES : TRADITION ET RUPTURE

129Le XVIe siècle marque un tournant déterminant dans l’évolution de l’architecture monumentale, que l’on peut rattacher à divers facteurs historiques et stylistiques. Les fortifications subissent une mutation encore plus importante que celle des églises car le château de défense est abandonné dès la fin du Moyen Âge au profit du château résidentiel. Les programmes architecturaux s’établissent alors sur d’autres critères. La reconstruction des églises au cours de cette période, témoigne de l’influence du baroque italien. Selon l’exemple de l’église Saint-Hippolyte à Thonon, les constructeurs introduisent une nouvelle esthétique architecturale, plus raffinée, perceptible dans l’organisation des élévations, notamment des façades, et dans le choix des matériaux.

130L’usage des roches varie de manière notable. Le tuf, largement exploité durant le Moyen Âge dans le Chablais et la vallée du Giffre, semble définitivement abandonné, sauf dans les voûtements ou sous forme de moellons et de tout-venant. Sur les rivages du lac Léman et dans le sillon molassique, la molasse est encore beaucoup employée, notamment dans l’encadrement des baies et dans les chaînages d’angle, mais aussi en pierre d’appareil. Mais à partir du XVIe siècle, l’architecture se caractérise surtout par le retour des calcaires durs dans la construction des façades et des éléments architecturaux. La dureté du calcaire n’apparaît plus comme une contrainte technique mais au contraire, elle offre des possibilités que ni le tuf, ni la molasse ne pouvaient fournir. On a vu, en effet, que certains calcaires étaient localement nommés « marbre » lorsqu’ils étaient polis : le « marbre noir » ou « noir de Sixt » dans la vallée du Giffre, le « marbre rouge » et « marbre de La Vernaz » dans le Chablais, le « marbre de Doussard » sur les bords du lac d’Annecy (cf. 1.3.3.). Cette qualité esthétique que procure le polissage de la pierre dure est alors particulièrement recherchée par les commanditaires jusqu‘au XVIIIe siècle.

  • 3 Archives départementales de la Savoie, SA 3435. 4 B 127.

131Déjà ponctuellement utilisés au cours du Moyen Âge dans des éléments précis du bâti, comme les piscines liturgiques de l’église de Mélan taillées dans le « noir de Sixt », ou les encadrements de portes du prieuré de Talloires réalisées dans le « marbre de Doussard » (fig. 150), ces calcaires durs sont largement utilisés dans la construction des éléments porteurs et dans les installations liturgiques de Sixt (autel) ou de Cluses (bénitier monumental). Les sources textuelles modernes livrent certaines indications corroborant nos observations. En 1667, l’enquête sur une extraction irrégulière de matériaux à La Baume (vallée de la Dranse de Morzine), mentionne à « Urine, au pied de deux rochers appelés de Turchebise, des pierres toutes noires ressemblant à du marbre »3. Ces roches dures fournissent également les pierres de taille pour la construction des parements et des encadrements de baies monumentales, comme le montre l’exemple de la façade actuelle d’Abondance, élevée au XIXe siècle. Le calcaire urgonien majoritairement employé au Moyen Âge dans les soubassements et les contreforts des églises, connaît également un regain d’intérêt. À Annecy, la cathédrale et le « logis Nemours » du château, sont édifiés au XVIe siècle avec un bel appareil de calcaire urgonien conférant aux façades monumentalité et prestance. Dans les gros bourgs, comme La Roche-sur-Foron ou Cruseilles, les maisons bourgeoises (maison dite de Fésigny) suivent cette tendance architecturale et se dotent de prestigieuses façades en calcaire blanc (fig. 151 et 152).

Fig. 150 – Prieuré de Talloires, portes en marbre de Doussard.

Fig. 150 – Prieuré de Talloires, portes en marbre de Doussard.

Fig. 151  La Roche-sur-Foron, maison du XVIe siècle.

Fig. 151 – La Roche-sur-Foron, maison du XVIe siècle.

Fig. 152  Cruseilles.

Fig. 152 – Cruseilles.

2.2.1. LA MOLASSE, UNE EXPLOITATION CONTINUE

132Si la redécouverte du calcaire dur supprime l’emploi du tuf dans les élévations monumentales, la molasse reste une pierre largement utilisée jusqu’au début du XXe siècle sur les rives du lac Léman et dans le sillon molassique, comme en témoignent de nombreux bâtiments ruraux ou urbains. Les plus remarquables se situent sur les rivages du Léman, notamment dans les villes de Genève, Lausanne, Montreux (fig. 153) ou Évian. Mais on peut également citer, dans la plaine molassique, le bourg d’Alby-sur-Chéran daté des XVe-XVIe siècles (fig. 154), où la plupart des maisons sont construites en molasse, ressource locale abondante exploitable le long de la rivière.

Fig. 153 – Montreux (Suisse), immeuble d’habitation.

Fig. 153 – Montreux (Suisse), immeuble d’habitation.

Fig. 154 – Alby-sur-Chéran.

Fig. 154 – Alby-sur-Chéran.

133Le château résidentiel de Clermont est construit entre 1576 et 1580 par monseigneur Gallois de Regard, dans la région de l’Albanais, sur l’ancienne grande voie qui va de Chambéry à Genève. Située entre la vallée des Usses et celle du Fier à 690 m d’altitude, la résidence est édifiée directement sur un gisement de molasse (fig. 155). La roche de couleur grise à verdâtre, finement micacée, a été entaillée pour l’aménagement des salles basses et exploitée en carrières dont certains fronts de taille sont encore visibles (m1a). Le château est implanté à l’emplacement du plain-château des comtes de Genève, et assurait la transition entre le château médiéval et le bourg castral. Son plan est celui d’un quadrilatère irrégulier qui s’articule sur trois niveaux autour d’une cour intérieure : au nord se trouve le corps de logis, relié par des galeries aux angles sud-est et sud-ouest de la cour, à deux tours carrées. Selon les recherches archéologiques, toute la partie nord-ouest du logis serait ainsi antérieure au XVe siècle comme le suggèrent les irrégularités dans le parement extérieur (D’Agostino 2011). L’édification d’une nouvelle façade méridionale tournée vers la cour assure l’homogénéisation du corps de logis. Avec l’extension des bâtiments à l’est, les travaux de Gallois Regard aboutissent à un logis (35,70 x 16,50 / 18,00 m) issu des principes architecturaux et stylistiques de la Renaissance, observés en Italie. Les galeries permettant la circulation tout autour de la cour centrale, bien que largement restaurées, s’inspireraient des plans de Sebastiano Serlio pour Ancy-le-Franc (Bourgogne) et Poggio Reale (Naples, Italie). Élevées sur trois niveaux, ces galeries sont portées par une série de colonnes superposées, baguées par des corniches soulignant chaque niveau. Les travées déterminées par les supports sont couvertes d’arête. Au sud, le mur de façade relie en retrait deux tours de plan quadrangulaire avec en son centre, l’ouverture d’une porte monumentale comparable à la porte renaissance du château d’Anet, édifiée en 1552 par Philibert Delorme (Serralongue 2007) [fig. 156]. L’appareil à bossage et bagué résulte d’un travail de taille de pierre très soigné dans un grès molassique clair.

Fig. 155 – Château de Clermont, établi sur la molasse.

Fig. 155 – Château de Clermont, établi sur la molasse.

Fig. 156 – Château de Clermont, porte Renaissance.

Fig. 156 – Château de Clermont, porte Renaissance.

134La molasse est utilisée sous forme de moellons dans le parement des façades des anciens logis du XIVe siècle et du nouveau château XVIe (D’Agostino 2011). À l’instar de l’église de Desingy (XIVe siècle) située à proximité, le chantier moderne privilégie le grès molassique clair, pierre plus dure, pour la réalisation des éléments architecturaux : baies, arcs, escaliers, galeries, sculptures… (fig. 157). Placé dans l’angle nord-est, un escalier monumental est en revanche construit en calcaire blanc. Donnant accès au logis et aux galeries orientales, l’escalier composé de volées droites tournant autour d’un noyau carré constitue une nouveauté en Savoie. Les volées sont voûtées en berceau rampant tandis que les paliers sont couverts par des ogives surbaissées reposant, après avoir formé un coude, sur des consoles ornées de motifs géométriques. Les clés de voûte reprennent ce type de décor ou portent un blason (fig. 158). Ce dernier ouvrage s’oppose d’une certaine manière à l’escalier hélicoïdal en molasse du château de Montrottier, qui privilégiait un certain courant architectural de l’architecture gothique (fig. 159).

Fig. 157 – Château de Clermont, cour intérieure.

Fig. 157 – Château de Clermont, cour intérieure.

Fig. 158 – Château de Clermont, clé de voute, escalier à volée droite.

Fig. 158 – Château de Clermont, clé de voute, escalier à volée droite.

Fig. 159 – Château de Montrottier, escalier hélicoïdal.

Fig. 159 – Château de Montrottier, escalier hélicoïdal.

135À Clermont, outre le substrat exploité pour les besoins des travaux et formant le soubassement du bâti, deux fronts de taille successifs entaillant la molasse verte sont encore visibles au nord du fossé de l’ancien château. Il s’agit ici des formations de molasses miocènes composées de grès constitués de grains de quartz et feldspaths, solidarisés par un ciment calcaire contenant de la glauconie qui confère à la roche sa couleur verte. La roche est ici souvent massive, mais peu cohérente et sableuse en surface. Certains niveaux se débitent en plaquettes aisément exploitables pour la production des moellons. Par ailleurs, le grès utilisé dans l’élévation des galeries de la cour pourrait provenir d’un gisement voisin. En effet, au sud-ouest de Clermont, entre Droisy et Crempigny (environ 2 km), un affleurement de calcaire gréseux gris (g3, Oligocène supérieur) est décrit comme produisant une « molasse calcaire très dure à grains fins, presque blanche » à Crempigny et une « molasse dure, de bonne qualité appelée grès » à Droisy (Mortillet 1858, p. 355).

136En plus modeste, « la maison à galerie » qui jouxte l’église d’Humilly s’inscrit dans la mouvance stylistique du château de Clermont : sous l’influence de la Renaissance italienne, la façade orientale est agrémentée, au XVIe siècle, d’une galerie à balustrade intégralement réalisée en molasse (fig. 160). Comme c’est le cas d’Alby-sur-Chéran, l’usage de cette roche dans l’architecture monumentale s’explique fort bien par l’exploitation continue des carrières voisines.

Fig. 160 – Humilly, maison du hameau.

Fig. 160 – Humilly, maison du hameau.

2.2.2. LA RECHERCHE D’UNE ESTHÉTIQUE NOUVELLE ET L’EMPLOI DU CALCAIRE DUR

  • 4 Des fragments d’appuis et de piédroits sont actuellement déposés sur le mur dérasé de la chapelle s (...)

137L’occupation valaisanne à Sainte-Marie d’Aulps correspond à une série de remaniements qui affectent notamment le chevet de l’abbatiale, avec l’ouverture de portes dans les murs latéraux du sanctuaire donnant accès aux chapelles qui lui sont accolées. Si le seuil est taillé dans un calcschiste rouge provenant des « couches rouges » de la nappe de la Brèche, déjà exploitées au XIIe siècle, les piédroits sont construits dans un calcaire gris très dur qui correspond à un nouvel approvisionnement (fig. 161). De même, de nouvelles baies sont aménagées dans les murs4 : les moulures et les sculptures traduisent la volonté d’un décor assez raffiné peu envisageable dans le tuf ou le calcaire gréseux (fig. 162). Ces roches pourraient provenir des niveaux calcaires de la nappe de la Brèche : calcaires massifs (jm‑s) ou calcaires bréchiques (jmBr), disponibles sur les flancs de la pointe du Nanteau, au-dessus du hameau d’Essert-la-Pierre. Ce lieu est situé à 4 km de l’abbaye vers l’amont, dans la vallée de la Dranse de Morzine. Toutefois les anciens lieux d’extraction ne sont pas abandonnés, comme le montre le nouveau complexe d’accueil construit dans cette même phase de restauration moderne. La porterie emploie du tuf et du tout-venant, tandis que la construction de l’escalier à vis de l’hôtellerie est réalisée en calcschistes rouges sableux provenant des « couches rouges » (Baud, Tardieu 2010). Un siècle plus tard, la visite de Joseph de Bertrand, président ordinaire de la Chambre des comptes de Savoie, fait état en 1687 du chantier de la reconstruction du cloître dont les éléments d’architecture sont taillés dans la « pierre de roch », autrement dit dans un calcaire dur :

  • 5 Archives départementales de la Savoie, SA 3435. Archives camérales (fonds de l’ancienne Chambre des (...)

Nous avons treuve dans le cour 140 quartier de pierre de roch dont il y en a 52 de tailliés et prests a poser tant pour fenestres, portes que jambages, les massons travailliants actuellement a picquer les autres pour servir a retablir le dit ancien bastiment et c’est ensuitte d’un contract de prixfait qui leur en avoit esté donné par le feu abbé par contract du 29e aoust 1687, receu par M [aîtr] e Mudr5.

Fig. 161 – Sainte-Marie d’Aulps, jambage de baie XVIe siècle.

Fig. 161 – Sainte-Marie d’Aulps, jambage de baie XVIe siècle.

Fig. 162 – Sainte-Marie d’Aulps, élément d’architecture provenant du cloître moderne.

Fig. 162 – Sainte-Marie d’Aulps, élément d’architecture provenant du cloître moderne.

138L’abbaye d’Abondance subit de plus grandes modifications encore, à la suite de l’incendie qui ravage l’église et le cloître en 1633. La restauration de l’église fait appel à un approvisionnement en calcaire dur, rose veiné de blanc, qui dans les nouvelles travées de la nef se substitue au tuf utilisé au XIIIe siècle. La porte septentrionale (fig. 163) et certaines pierres d’angle du cloître sont taillées au rustique ou à la boucharde. Cette pierre nommée localement « marbre rose » est uniquement exploitée à l’époque moderne. Sa dureté et sa qualité esthétique sont particulièrement recherchées dès le XVIIe siècle dans les constructions religieuses ou publiques de tous types, telles que la chartreuse de Ripaille ou la fontaine publique de Thonon, placée devant la mairie.

  • 6 Archives Départementales de la Haute-Savoie, 4 FS 87.

139Plusieurs carrières modernes ont été identifiées : la « carrière de La Vernaz » (commune de La Vernaz), encore bien visible, est exploitée jusqu’au XXe siècle comme en témoignent de nombreuses constructions du village (fig. 164). Dans les Statistiques sur les manufactures, les productions industrielles et artisanales6, de 1822, les roches sont essentiellement caractérisées par leur couleur :

– marbre de première qualité à fond rouge à rouille veiné de blanc et un peu jaspé ;

– marbre de 2e qualité, fond blanc sale, traversé de filets gris et un peu de jaspe, avec nuance grisâtre ;

– marbre fond gris foncé, traversé de filets de jaspe moins foncé.

Fig. 163 – Abondance, portail nord.

Fig. 163 – Abondance, portail nord.

Fig. 164 – La Vernaz, maison du village. Chaînages d’angle réalisés dans le marbre de La Vernaz.

Fig. 164 – La Vernaz, maison du village. Chaînages d’angle réalisés dans le marbre de La Vernaz.

140Des carrières plus anciennes ont été recensées à Vailly et à Bellevaux. Au XIXe siècle, ces roches dures sont décrites avec précision selon les mêmes critères esthétiques :

  • 7 Archives Départementales de la Haute-Savoie, 16 L 6.

Il existe des rocs d’un marbre rouge pâle avec des veines blanches, l’on y trouve aussi des marbres blancs et d’autres de marbres noir serpentés en blanc7.

141Cette roche nommée également « rouge de Dranse » est actuellement destinée au concassage et à la fabrication de « granulats ».

142Dans la vallée du Giffre, les restaurations et les reconstructions qui interviennent à partir du XVIe siècle, sont le plus souvent effectuées en calcaire siliceux gris ou noir (« bleu-noir des Alpes » ou « noir de Sixt »). Cette pierre, utilisée très ponctuellement au cours du Moyen Âge, est presque exclusivement exploitée pour l’architecture monumentale des XVIe et XVIIsiècles.

143Les abbayes de Mélan et de Sixt, en grande partie ruinées par des incendies à l’époque moderne connaissent un renouveau stylistique lors des travaux de reconstruction. À Mélan, le cloître médiéval des moniales, détruit en 1528, est reconstruit peu de temps après dans le prolongement occidental de l’église (fig. 165). Les quatre galeries entourant le préau ont été conçues dans un style gothique tardif, caractéristique du pays savoyard, et réalisées dans un calcaire gris à petites veines blanches. Couvertes d’un voûtement quadripartite surbaissé, les ogives, taillées dans le tuf, retombent côté préau sur trois larges piliers appareillés en calcaire blanc et, côté murs, sur des consoles engagées en tuf. Les arcades ouvrant sur le préau enveloppent deux arcades secondaires en plein cintre et sans ornement, dont la retombée commune s’établit sur un massif à base et couronnement mouluré (fig. 166). Un portail de style flamboyant, construit entièrement en calcaire blanc, assure la liaison avec l’église. Le sol des galeries est quant à lui composé de dalles de calcaire noir et de schiste rouge. À la même époque, deux nouvelles portes, exécutées dans ce même calcaire dur, ont été réalisées dans les murs ouest des chapelles latérales de l’église, permettant un accès direct aux bâtiments conventuels. Au nord, la porte ouvrant à l’origine sur le bâtiment des moniales est surmontée d’un linteau décoré d’une accolade, tandis qu’au sud la porte donnant sur la communauté des pères, richement ornée d’une moulure torsadée, possède un linteau timbré de l’écu et de la couronne de Savoie (Oursel 1957). Les calcaires gris proviennent probablement des niveaux crétacés de faciès urgonien noir, qui affleurent vers l’amont à Samoëns et Sixt. On peut attribuer les schistes rouges employés dans le dallage aux différentes formations de la vallée susceptibles de fournir des roches de couleurs variables se débitant en plaques.

Fig. 165 – Mélan, cloître reconstruit au XVIe siècle.

Fig. 165 – Mélan, cloître reconstruit au XVIe siècle.

Fig. 166 – Mélan, mur bahut du cloître, détail des moulures.

Fig. 166 – Mélan, mur bahut du cloître, détail des moulures.
  • 8 La chapelle est actuellement transformée en sacristie.

144À l’abbaye de Sixt, l’incendie de 1680 détruit la partie de l’église destinée à la paroisse (Rannaud 1916). Celle-ci est reconstruite entre 1682 et 1688, avec suppression du mur de séparation. Bien que les murs soient enduits et les supports peu apparents, l’emploi du « noir des Alpes » dans les arcs des chapelles latérales, ainsi que dans le mobilier liturgique (autel et cuve baptismale) situé dans les chapelles nord, témoigne, comme à Mélan, d’une exploitation moderne des carrières voisines. Toutefois, la construction de la chapelle, sans doute au XVIe siècle, atteste de l’utilisation de cette roche avant la reconstruction de la nef8. Le « noir des Alpes » offre diverses possibilités esthétiques en fonction du traitement qu’effectuent les tailleurs sur la surface de la pierre. Le mausolée réalisé au XIXe siècle en hommage au premier abbé, Ponce de Faucigny (fig. 167), en est un bon exemple. Les moulures et les pinacles qui ornent le monument ainsi que le couvercle de la cuve ont été polis, conférant à la pierre un aspect lisse et noir, proche de celui du marbre. Le traitement de ces décors s’oppose à celui des autres parties laissées brutes, sans traitement de surface, qui de ce fait apparaissent grises.

Fig. 167 – Sixt, mausolée réalisé au XIXe siècle en hommage à l’abbé Ponce de Faucigny, en « noir de Sixt ».

Fig. 167 – Sixt, mausolée réalisé au XIXe siècle en hommage à l’abbé Ponce de Faucigny, en « noir de Sixt ».

145Dès le XVIe siècle, les tailleurs de pierre de la paroisse de Samoëns se regroupent, créant en 1659 une confrérie appelée « Les quatre couronnés ». La nef de l’église paroissiale est entièrement reconstruite entre le XVIe et le XVIIe siècle, et le calcaire noir est utilisé pour toute l’ossature de l’édifice. L’église présente trois larges vaisseaux qui s’achèvent à l’est par une abside à pans coupés. La nef, articulée par des colonnes engagées et couverte de voûtes d’arêtes, ouvre sur les bas-côtés par une série de grandes arcades en plein cintre. À l’ouest, le portail du clocher-porche est sculpté dans un calcaire blanc, comme les baies du chevet. Il comprend un décor très marqué par le style de la Renaissance, composé de colonnes torsadées ornées de besants ou de fleurettes (fig. 168). Les chapiteaux sont décorés de feuillages, de masques grotesques et d’angelots ailés. Les calcaires blancs pourraient provenir des bancs de calcaires sublithographiques du Crétacé à pâte fine et patine claire (c2‑5), qui affleurent sur le flanc ouest des Suets. Les piédroits de l’archivolte reposent sur deux lions stylophores remontant sans doute à la période médiévale. Les pierres présentent une ciselure périphérique et des traces de taille piquée, parfois « griffée », alors que le parement de la nef a été entièrement dressé à la boucharde.

Fig. 168 – Samoëns, colonnette du portail occidental, torsade et fleurettes.

Fig. 168 – Samoëns, colonnette du portail occidental, torsade et fleurettes.

146En remontant le Giffre, l’église de Mieussy constitue un édifice composite résultant d’ajouts successifs de chapelles privées qui s’alignent de part et d’autre de la nef, réalisés à partir de la fin du XVe siècle. Les constructeurs se sont approvisionnés en calcaire dur aussi bien pour l’appareil des murs et des contreforts (tout-venant et pierres de taille) que pour les portes et les fenêtres. Les ogives de la nef, retombant sur de minces colonnes, et les arcs d’ouverture des chapelles sont taillés dans un calcaire gris veiné de blanc, tandis que les bases prismatiques des supports ont été réalisées dans un calcaire rouge (fig. 169). La chapelle dédiée à sainte Catherine, fondée par la famille de Bellegarde, est construite dans un style gothique flamboyant particulièrement raffiné : les colonnes elliptiques à bases prismatiques et les nervures à tierceron sont sculptées dans un calcaire gris. Seul le chevet de l’église et certaines chapelles utilisent le tuf dans la construction des ogives, qui reposent néanmoins sur des culs-de-lampe en calcaire. À l’ouest, le portail entièrement sculpté dans un calcaire blanc au cours du premier tiers du XVIe siècle, s’inscrit lui aussi dans le renouveau stylistique de la Renaissance. Les calcaires utilisés dans les éléments porteurs de l’église ainsi que ceux du portail présentent des couleurs variables (gris, blanc) comparables à l’aspect des bancs du calcaire du Malm, visible dans la carrière d’Anthon à l’ouest de Mieussy.

Fig. 169 – Mieussy, nef de l’église, support d’ogive, base en calcaire rouge.

Fig. 169 – Mieussy, nef de l’église, support d’ogive, base en calcaire rouge.

147À la même époque, l’église de Mégevette, située dans une cuvette supérieure de la petite vallée du Risse, trahit l’emploi d’un calcaire siliceux gris veiné. Il ne reste quasiment rien de l’église médiévale consacrée en 1485, excepté une tour située au nord du chevet et peut-être la crypte cependant largement restaurée. Le rez-de-chaussée de la tour est occupé par une chapelle dédiée à la Vierge et couverte par une voûte d’ogive à clé circulaire et tombante, comparable à celles des chapelles de Mieussy.

148La chartreuse du Reposoir est située entre Cluses et le col de la Colombière, dans la chaîne des Aravis. Elle est fondée le 22 janvier 1151 dans la vallée du Béol par Aimon de Faucigny et ses deux frères, Arducius (évêque de Genève) et Rodolphe Allamand. Les bâtiments ont subi différentes phases de reconstruction dont la plus importante remonte au XVIIe siècle avec l’édification du grand cloître et de la cour d’honneur (fig. 170 et 171). L’église abbatiale et la chapelle provenant du château de Planaz sur la commune de Desingy (remontée en 1933 au nord du sanctuaire) sont datées du premier tiers du XVIe siècle, ainsi que la construction du petit cloître. Qualifié de gothique flamboyant, ce cloître est plus richement décoré que celui de Mélan. Il est formé de quatre galeries voûtées d’ogives, ouvertes sur le préau par une série de grandes arcades. Celles-ci sont subdivisées par un réseau secondaire de deux ou trois petits arcs polylobés et de remplages flamboyants. L’ensemble est construit en pierre calcaire dont l’origine est à rechercher dans les calcaires sublithographiques du Turonien-Santonien (Cs) qui affleurent dans le vallon du Reposoir. L’approvisionnement apparaît ici relativement homogène.

Fig. 170 – La chartreuse du Reposoir, portail d’entrée, détail du linteau inscrit.

Fig. 170 – La chartreuse du Reposoir, portail d’entrée, détail du linteau inscrit.

Fig. 171 – La chartreuse du Reposoir.

Fig. 171 – La chartreuse du Reposoir.

149Dans la vallée de l’Arve, les constructeurs semblent choisir des calcaires durs dès le XVe siècle, comme l’atteste le château des Rubins à Sallanches. Transformé aujourd’hui en musée, le château n’a pas encore fait l’objet d’une véritable analyse archéologique. Fondée au XIVsiècle, cette résidence seigneuriale est occupée jusqu’au XVIIIe siècle, et cette longue phase d’occupation génère des chantiers de construction qui modifient son faciès primitif. On observe toutefois, qu’à travers les siècles, les pierres utilisées dans l’architecture procèdent d’approvisionnements similaires. On note que le calcaire noir est employé pour la réalisation des éléments architecturaux – baies, escaliers, chaînages d’angle – ou celle des aménagements intérieurs comme les cheminées ou les corbeaux soutenant les poutres des plafonds (fig. 172). L’usure des passages répétés sur les marches des escaliers confère à la pierre un polissage comparable au « noir de Sixt ».

Fig. 172 – Sallanches, château des Rubins, exemple de fenêtre en calcaire noir.

Fig. 172 – Sallanches, château des Rubins, exemple de fenêtre en calcaire noir.

150À Cluses, le pape Paul II confirme le 15 juin 1471 l’érection du couvent des « frères mineurs conventuels » appelés aussi « frères mineurs de l’Observance Colettins ». Construit à l’extérieur du bourg, sous le roc de Chessy à la croisée des chemins venant de Thiez et de Scionzier, il ne demeure du couvent que l’église, rendue célèbre grâce à son bénitier monumental placé à son entrée (Letonnelier 1918) [fig. 173 et 174]. Précédé par un porche moderne, l’édifice est composé d’une large nef unique divisée en trois travées qui s’achèvent au nord par le chœur liturgique et le sanctuaire. La nef et le chevet sont couverts par une voûte en berceau brisé portée par des arcs doubleaux chanfreinés, dont les nervures retombent en pénétration dans les piliers sur le modèle de la chapelle sud de l’abbaye de Sixt et l’église de Ballaison. Les murs nord et sud sont ouverts par des baies en triplet. À l’ouest, se trouve la chapelle funéraire de la famille de Riddes. Tous les éléments architecturaux ainsi que le mobilier liturgique sont exécutés dans un calcaire dur et noir. L’usage de cette roche explique, comme à Samoëns, la sobriété du décor architectural. Les murs extérieurs sont contrebutés par des contreforts en grand appareil de calcaire blanc. De même, l’élévation présente un léger glacis composé de quatre assises d’un moyen appareil très soigneusement dressé, glacis qui se poursuit jusqu’au sommet avec des pierres plus grossièrement taillées. Seule la corniche placée sous le toit est taillée dans du tuf.

Fig. 173 – Cluses, mur nord de l’église Saint-Nicolas.

Fig. 173 – Cluses, mur nord de l’église Saint-Nicolas.

Fig. 174 – Cluses, église Saint-Nicolas, bénitier en calcaire noir, détail (cliché A. Roger).

Fig. 174 – Cluses, église Saint-Nicolas, bénitier en calcaire noir, détail (cliché A. Roger).

151À Annecy, on perçoit également une évolution au XVIe siècle dans l’utilisation des roches. L’église conventuelle des Cordeliers devient cathédrale subrogée du diocèse de Genève de 1538 à 1771. L’édifice, daté du XVIe siècle, présente une grande sobriété stylistique avec un plan basilical à trois vaisseaux et des élévations dépouillées de toute forme de sculpture. La nef principale est élevée sur deux niveaux composés de grandes arcades brisées et de baies ébrasées et trilobées. Les ogives du voûtement reposent en pénétration sur des colonnes engagées dans de larges piliers (fig. 175 et 176). Les bâtisseurs ont exclusivement utilisé du calcaire dans l’architecture (appareil, baies, supports) à l’exception des ogives construites en molasse à partir des premiers voussoirs. La façade de la cathédrale, consacrée en 1535, est élevée en grand appareil de calcaire blanc, comme celle du « logis Nemours » (fig. 177). La pierre de taille remplace les moellons, et le calcaire urgonien est largement employé dans le parement des édifices. Il résulte de cette mise en œuvre une monumentalité architecturale propre à l’architecture classique comme en témoigne aussi la façade de l’église de la Visitation.

Fig. 175 – Cathédrale d’Annecy, voûtes d’ogive.

Fig. 175 – Cathédrale d’Annecy, voûtes d’ogive.

Fig. 176 – Cathédrale d’Annecy, naissance des ogives en molasse.

Fig. 176 – Cathédrale d’Annecy, naissance des ogives en molasse.

Fig. 177 – Château d’Annecy, « logis Nemours ».

Fig. 177 – Château d’Annecy, « logis Nemours ».

152Non loin d’Annecy, les aménagements modernes de l’église de Viuz-Faverges correspondant à la construction d’une tribune emploient du « marbre de Doussard » dans la réalisation des colonnes. La même pierre est utilisée dans le nouveau tabernacle pour ses qualités esthétiques. Ce calcaire noir, dur, veiné de blanc et déjà observé dans l’architecture de Talloires, prend effectivement l’apparence du marbre lorsqu’il est poli (fig. 178). Il contribue à la monumentalisation des espaces et du mobilier liturgique.

Fig. 178 – Viuz-Faverges, tabernacle en marbre de Doussard.

Fig. 178 – Viuz-Faverges, tabernacle en marbre de Doussard.

153À partir du XVIe siècle, l’architecture monumentale comporte en effet des exigences stylistiques qui ne peuvent s’accommoder de l’usage de la molasse et surtout du tuf. Le calcaire dur alpin est employé dans les façades, sous la forme d’un bel appareil de pierres de taille ou dans le mobilier liturgique inspiré de la Renaissance italienne. Néanmoins, les bâtisseurs n’abandonnent pas l’usage de la molasse, qui s’inscrit à part entière dans une tradition architecturale lémanique. Outre les façades des maisons urbaines du sillon molassique, on continue à utiliser cette pierre dans des ouvrages nécessitant une charge pondérale plus faible et une finesse de taille, comme les ogives de Mieussy et celles de la cathédrale d’Annecy.

Notes

1 Informations transmises par Philippe Griot, tailleur de pierre à Cluny, dans le cadre du groupe de travail « Matériaux et techniques de construction, de l’Antiquité à la Révolution industrielle », dirigé par A. Baud et G. Charpentier à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (2011-2015).

2 Dès le XIe siècle, le palais de l’Isle, de dimensions encore modestes, est construit intégralement en calcaire.

3 Archives départementales de la Savoie, SA 3435. 4 B 127.

4 Des fragments d’appuis et de piédroits sont actuellement déposés sur le mur dérasé de la chapelle septentrionale. 

5 Archives départementales de la Savoie, SA 3435. Archives camérales (fonds de l’ancienne Chambre des comptes de Savoie), fol. 1r°‑45v°.

6 Archives Départementales de la Haute-Savoie, 4 FS 87.

7 Archives Départementales de la Haute-Savoie, 16 L 6.

8 La chapelle est actuellement transformée en sacristie.

Table des illustrations

Titre Fig. 76 – Annecy-le-vieux, clocher de l’ancienne église paroissiale (cliché J. Serralongue).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 77 – Lovagny, remploi antique dans la base du clocher.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 78 – Peillonnex, angle nord-ouest de la façade.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 79 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 80 – Sixt, maison abbatiale, mur nord, détail de la maçonnerie (cliché L. D'Agostino).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 81 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte romane, chapiteau en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 82 – Saint-Hippolyte de Thonon, crypte, nef centrale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 83 – Meillerie, prieuré, chevet de l’église et bâtiment conventuel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 84 – Ballaison, Chevet de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 85 – Jussy, contrefort d’angle en molasse sur soubassement de calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 86 – Meillerie, baies en molasse, piédroit en grès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 87 – Meillerie, Tour, tout-venant en « pierre de Meillerie », baie en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 88 – Château-Vieux des Allinges. Muraille en grès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Fig. 89 – Bancs de grès conglomératique (flysch du Gurnigel) à la Maladière (Perrignier) [cliché L. D'Agostino].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 90 – Allinges, courtine sud du premier bourg de Château-Vieux (seconde moitié du XIIe siècle), alternance de gros blocs erratiques issus de moraines glaciaires en soubassement et de blocs de grès (cliché L. D'Agostino).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 91 – Château de Ripaille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 92 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean d’Orlyé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 93 – Ripaille, mur de la terrasse, fourrure en galets.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 94 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Jean de Liège.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 95 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Peronnet du Pont.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 96 – Ripaille, lieux et approvisionnements cités dans les comptes de Perrin Rollins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 97 – Humilly, baies en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 98 – Bonlieu, mur en tuf, arc en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 99 – Abbaye de Bonlieu, portail ouest en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 100 – Bonlieu, appareil en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig. 101 – Bonlieu, fenêtres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 102 – Église de Contamine-Sarzin, portail ouest en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 103 – Desingy, arcs et croisée d’ogive en grès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Fig. 104 – Desingy, cul-de-lampe figuré en grès. Il s’agit peut-être de molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Fig. 105 – Château de Montrottier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 106 – Château de Montrottier, tour ronde du XIIIe siècle en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 107 – Moussy, mur en molasse, contrefort en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 108 – Moussy, portail en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 109 – Abbatiale de Sainte-Marie d’Aulps, angle nord-ouest en calcshiste rouge (« couches rouges »).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 110 – Abondance, vue générale (cliché S. Bochaton).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 111 – Abondance, cloître, galerie orientale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 112 – Abbatiale d’Abondance, chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 113 – Abondance, chapiteaux du cloître en molasse sur colonne en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 114 – Chartreuse de Mélan, vue du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 115 – Mélan, chapelle nord, clé de voûte en tuf stuqué.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 116 – Sixt, nef, culs-de-lampe figurés en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Fig. 117 – Sixt, porte romane du bâtiment sud, aux piédroits en calcaire et arc en tuf (cliché E. Chauvin-Desfleurs).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 118 – Sixt, chapiteau en remploi dans l'abbaye, provenant du cloître ou d'un édifice de culte roman, en grès de Taveyannaz (cliché L. D'Agostino).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 119 – Sixt, colonnes engagées et nervures des voûtes de la chapelle Saint-Jacques, au sud de l'église de Sixt (cliché L. D'Agostino).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 120 – Saint-Jeoire, clocher de l’église médiévale, détail d’une baie, chapiteau en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 121 – Samoëns, porche de l’église, appareil de cargneule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 122 – Saint-Gervais, château de Hautetour, appareil des murs, cargneule et calcaire gris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 123 – Approvisionnements du chantier du château de Bonneville, d’après les comptes de Jean de Liège.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 124 – Château de Bonneville, appareil des murs en grès. Détail de la pierre et des joints structurés de caillasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 125 – Château de Bonneville, fenêtre en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 126 – Tour de Credoz, appareil de calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Fig. 127 – Tour de Bellecombe, chaînage d’angle en tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 128 – Château de Faucigny, base de piédroit en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 129 – Château de Faucigny, poterne, appareil de molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 130 – Contamine-sur-Arve, travée du sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 131 – Contamine-sur-Arve, élévation sud, tourelle appareillée en tuf et contrefort en calcaire, molasse et tuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 132 – Peillonnex, élévation nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 133 – Peillonnex, chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 134 – Priorale de Contamine-sur-Arve, chapiteaux sud du portail en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 135 – Priorale de Peillonnex, chapiteau nord du portail en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 136 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), élévation sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 137 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chapelle sud (mur est).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 138 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), chevet édifié en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Fig. 139 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), travée du sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 140 – Annecy, Saint-Maurice (Saint-Dominique), blason des tailleurs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 141 – Château d’Annecy, barbacanes en calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 142 – Château d’Annecy, le « logis Perrière ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 143 – Château d’Annecy, enceinte ouest en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 144 – Château d’Annecy, tour Saint-Paul, conduit de cheminée en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig 145 – Lieux d’approvisionnement du château d’Annecy, d’après les comptes de Nicolas de Graveriis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 146 – Talloires, chapiteau provenant sans doute de l’église médiévale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 147 – Talloires, ancienne maison abbatiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 148 – Viuz-Faverges, baie appareillée en tuf du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 149 – Viuz-Faverges, chapiteaux en molasse des piliers engagés romans.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 150 – Prieuré de Talloires, portes en marbre de Doussard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 151  La Roche-sur-Foron, maison du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Fig. 152  Cruseilles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 153 – Montreux (Suisse), immeuble d’habitation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 154 – Alby-sur-Chéran.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 155 – Château de Clermont, établi sur la molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 156 – Château de Clermont, porte Renaissance.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 157 – Château de Clermont, cour intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 158 – Château de Clermont, clé de voute, escalier à volée droite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 159 – Château de Montrottier, escalier hélicoïdal.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 160 – Humilly, maison du hameau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 161 – Sainte-Marie d’Aulps, jambage de baie XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 162 – Sainte-Marie d’Aulps, élément d’architecture provenant du cloître moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 163 – Abondance, portail nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 164 – La Vernaz, maison du village. Chaînages d’angle réalisés dans le marbre de La Vernaz.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 165 – Mélan, cloître reconstruit au XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 166 – Mélan, mur bahut du cloître, détail des moulures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 167 – Sixt, mausolée réalisé au XIXe siècle en hommage à l’abbé Ponce de Faucigny, en « noir de Sixt ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 168 – Samoëns, colonnette du portail occidental, torsade et fleurettes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 169 – Mieussy, nef de l’église, support d’ogive, base en calcaire rouge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 170 – La chartreuse du Reposoir, portail d’entrée, détail du linteau inscrit.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 171 – La chartreuse du Reposoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-96.JPG
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Fig. 172 – Sallanches, château des Rubins, exemple de fenêtre en calcaire noir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Fig. 173 – Cluses, mur nord de l’église Saint-Nicolas.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 174 – Cluses, église Saint-Nicolas, bénitier en calcaire noir, détail (cliché A. Roger).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 175 – Cathédrale d’Annecy, voûtes d’ogive.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 176 – Cathédrale d’Annecy, naissance des ogives en molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Fig. 177 – Château d’Annecy, « logis Nemours ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 178 – Viuz-Faverges, tabernacle en marbre de Doussard.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4651/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search