Version classiqueVersion mobile

La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle

 | 
Anne Baud
, 
Anne Schmitt

Chapitre 1. Cadre historique et géographique

Texte intégral

1L’origine et l’évolution des frontières de l’ancien diocèse de Genève sont intrinsèquement liées à l’organisation politique et économique de cette région alpine. Espace de circulation intense entre les différentes parties de l’Empire, la région, composée de massifs montagneux coupés de vallées et d’alpages, présente une très grande diversité géographique (fig. 1).

Fig. 1 – Carte géographique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève avec indication des sites étudiés.

Fig. 1 – Carte géographique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève avec indication des sites étudiés.

1.1. PRÉSENTATION HISTORIQUE

1.1.1. CONTEXTE POLITIQUE

2Durant le haut Moyen Âge, les Alpes restent à la marge du pouvoir central en raison de la difficulté des accès. Les souverains vivent en général fort loin des Alpes et en délèguent le gouvernement à des pouvoirs subordonnés. Il s’agit avant tout de maintenir le contrôle stratégique de ce lieu de passage, comme le montre bien Pierre Guichonnet : les cols, et notamment ceux du Mont-Cenis et du Grand-Saint-Bernard, donnent accès à l’Italie (Guichonnet 1980). Charlemagne est le premier souverain à unifier cette région de montagnes, mais cette unité est de courte durée : à la mort de Louis le Pieux, le traité de Verdun divise l’Empire en trois lots qui ne prennent que peu en compte des ensembles naturels, linguistiques et ethniques. Alors que la Francie occidentale revient à Charles le Chauve, Lothaire hérite de la Lotharingie (la majeure partie des Alpes comprenant les Alpes centrales et les Alpes occidentales, ainsi que le versant italien) et Louis le Germanique de la Francie orientale, ou Germanie (territoires situés outre Rhin). L’incohérence de ce partage entraîne la désagrégation du pouvoir qui passe entre les mains de vassaux. De cette redistribution émergent de nouveaux royaumes comme celui de Provence, qui recouvre une partie des Alpes du sud, et surtout celui de Bourgogne, avec à sa tête Rodolphe proclamé roi à Saint-Maurice d’Agaune en 888. Le royaume s’étend à toute la Bourgogne transjurane, le Jura, la vallée de la Saône, une partie de la vallée du Rhône.

3Après 1032, le royaume de Bourgogne est intégré dans le Saint-Empire romain germanique. Mais, à l’instar des autres régions, le pouvoir finit par se fragmenter, se régionaliser, jusqu’à devenir local. Sur le territoire étudié, ce sont d’une part les comtes d’Albon, les dauphins du Viennois, l’enclave du Faucigny qui tentent de contrôler la liaison entre la vallée du Rhône et l’Italie, puis d’autre part la Maison de Savoie qui étend son influence du côté du Mont-Cenis et du Grand-Saint-Bernard. Dans ce contexte politique des plus complexes, le pouvoir des évêques s’affermit : les prélats de Genève détiennent, dans l’ensemble du diocèse, des droits et des domaines fonciers qui ne cessent de se renforcer à partir de nouvelles fondations religieuses.

4Dès la deuxième moitié du XIIe siècle, ces mêmes territoires sont principalement soumis aux comtes et aux évêques de Genève mais aussi aux sires de Faucigny. On assiste ainsi à la formation de deux grandes seigneuries : Gex sur la rive droite du Rhône et Faucigny sur le cours de l’Arve. Les comtes de Savoie s’installent au nord-ouest du Petit Lac qui constitue la partie occidentale du lac Léman (La Corbière 2002). Les fortifications établies au sommet des montagnes contrôlent progressivement les cols, les vallées étroites et les péages. La complexité de ce cadre géopolitique se renforce au cours du XIIIe siècle avec toutefois une consolidation du comté de Savoie. Six grandes puissances s’affrontent et imposent les rouages de leurs états naissants (La Corbière 2000) : l’évêque de Genève, le comte de Genève, le comte de Savoie, le comte d’Albon et de Viennois (seigneurie de Faucigny), les sires de Gex et les sires de Vaud. Annecy devient capitale des comtes de Genève. Les comtes de Savoie prennent le pouvoir dans le Chablais et dans le pays de Vaud, où ils fédèrent les familles seigneuriales (Paravicini, Bagliani, Poudret 1989). Ils acquièrent et construisent un grand nombre de résidences autour du Léman comme Chillon, Coppet, Coudrée, Thonon, Évian, Ripaille… et fortifient les villes comme Yvoire (fig. 2 et 3). Pour des raisons stratégiques, ils prennent sous leur protection la Maison du Grand-Saint-Bernard située en haut des cols.

Fig. 2 – Le bourg d’Yvoire, entrée principale.

Fig. 2 – Le bourg d’Yvoire, entrée principale.

Fig. 3 – Château de Coudrée transformé en hôtel.

Fig. 3 – Château de Coudrée transformé en hôtel.

1.1.1.1. L’implantation du réseau castral

5Si l’on connaît bien l’organisation du réseau castral des Alpes, on ne dispose, en revanche, que de rares sources antérieures au XIIe siècle. Il semble que le Royaume de Bourgogne ne soit touché que tardivement par l’essor de la féodalité (Demotz 2001). Le plus grand nombre des forteresses du diocèse de Genève provient des affrontements du conflit delphino-savoyard. Cette campagne de fortifications qui s’achève au début du XIVe siècle participe à la mise en place d’un réseau castral composé de châteaux, de maisons fortes et de prieurés fortifiés (Meillerie). Matthieu de La Corbière a identifié et analysé les facteurs géopolitiques qui seraient à l’origine de trois vagues de fortifications (La Corbière 2002, p. 290). De l’an Mil au premier tiers du XIIe siècle, dix castra « genevois » sont issus de la guerre de succession au comté de Bourgogne : Versoix, Allinges-Vieux, Montfalcon, Bellerive, Faverges, Faucigny (fig. 4), La Roche, Cessens, Divonne et Duingt (fig. 5). Une deuxième vague de constructions serait à mettre en relation avec la succession du comte Amédée I de Genève : Cruseilles Chaumont, Hauteville, Mont-le-Vieux, Léaz, Genève dominant le quartier du Bourg-de-Four, Féternes et Aubonne. Puis une troisième vague proviendrait des guerres entre Genève et le Faucigny, et du conflit delphino-savoyard au XIIIe siècle : Allinges-Neuf, Gex, Viry, Annecy, l’Île à Genève, Épeisses, Châtillon, Bonne, La Corbière, Langin, Malval, Flumet.

Fig. 4 – Château de Faucigny.

Fig. 4 – Château de Faucigny.

Fig. 5 – Château de Duingt vu depuis l’abbaye de Talloires.

Fig. 5 – Château de Duingt vu depuis l’abbaye de Talloires.

1.1.1.2. Les XIVe et XVe siècles

6Les innovations du monde politique alpin de la fin du XIVe siècle au XVe compris tendent à centraliser le pouvoir dans un territoire homogène. Les derniers grands affrontements du XIVe aboutissent à établir des frontières durables au sud du lac Léman, entre le comté de Genève et celui de Savoie, ce dernier ayant annexé le Pays de Gex (1353) et le Faucigny (1359). Les limites seigneuriales qui ne sont autres que le lac, le Rhône et l’Arve deviennent, après le traité de Paris en 1355, des frontières d’État, malgré quelques enclaves (La Corbière 2002, p. 18). En 1401, le comte de Savoie devient le principal protagoniste lémanique : le comte de Genève, Odon, vend à Amédée VIII (1391‑1416), fils d’Amédée VII, le comté de Genève. Amédée VIII s’installe à Annecy en 1402. Il obtient la fidélité de nouveaux vassaux en 1405, mais il doit, quant à lui, fidélité à l’évêque de Genève (Demotz 2000). En 1416, l’empereur Sigismond érige le comté de Savoie en duché.

7Du règne d’Amédée VI à celui de son petit-fils Amédée VIII, la Maison de Savoie parvenue à son apogée est à l’origine de nombreux chantiers de construction ou de reconstruction de châteaux tels Annecy ou Bonneville (fig. 6 et 7).

Fig. 6 – Château d’Annecy vu depuis le lac.

Fig. 6 – Château d’Annecy vu depuis le lac.

Fig. 7 – Château de Bonneville.

Fig. 7 – Château de Bonneville.

1.1.1.3. XVIe siècle, rupture et mutation d’une société seigneuriale

8Le XVIe siècle marque un tournant important dans l’histoire de la Savoie, aussi bien en raison des mutations du monde politique et économique que des offensives bernoises dues à la Réforme. Alors que le monde s’ouvre, en effet, à la Renaissance, les Alpes semblent se refermer. Le déclin économique, social et militaire est essentiellement dû au glissement des négoces vers les pays occidentaux qui deviennent le centre des affaires (Guichonnet 1980, t. 2, p. 251). Par ailleurs, l’établissement de la Réforme et l’offensive bernoise en 1536 bouleversent l’ordre établi (La Corbière 2002) et précipitent la ruine des fortifications qui ont perdu toutes leurs fonctions militaires, rendues obsolètes par les progrès de l’artillerie (Devos 1995). Plus tard, au XVIIe siècle, elles servent uniquement de lieu de rassemblement aux troupes (Chaumont, Clermont, Annecy). Vétustes, elles ont également perdu leur fonction résidentielle, à l’exception d’un petit nombre d’entre elles, dont celle d’Annecy occupée par Charlotte d’Orléans et son fils Jacques (1536‑1539). Les autres logis comtaux sont en si mauvais état que plus personne n’y réside. La mission administrative des châteaux de l’apanage est souvent réduite à un rôle carcéral (Chaumont, Faucigny, Bonneville).

1.1.2. CONTEXTE RELIGIEUX

9L’ancien diocèse de Genève (IVe-XVIe siècle) correspond à un vaste territoire qui recouvre une grande partie du bassin du Léman, les vallées de l’Arve jusqu’au Mont-Blanc, celle du Rhône et toute la région des Préalpes françaises (fig. 8). L’Église joue très tôt un rôle religieux et politique, plus spécifiquement à travers les fondations monastiques. Souvent largement dotée, elle apparaît, entre le VIIIe et le XIIe siècle, comme l’élément stable face à un pouvoir central affaibli. Les initiatives les plus importantes proviennent d’abord des bénédictins, puis des cisterciens, des chartreux et enfin des augustiniens.

Fig. 8 – La vallée de l’Arve vue depuis Faucigny.

Fig. 8 – La vallée de l’Arve vue depuis Faucigny.

1.1.2.1. Les fondations monastiques

10L’évêque Guy de Faucigny (1083‑1119) favorise l’implantation bénédictine et plus spécifiquement clunisienne dans son évêché, cédant une trentaine de paroisses aux abbayes réformées de Saint-Oyend, de Joux et d’Ainay, ainsi qu’aux prieurés clunisiens de Saint-Victor de Genève, de Viuz-Faverges et de Contamine-sur-Arve (La Corbière 2002). À la suite de sa rencontre avec Rodolphe III et Humbert Ier, l’abbé Odilon (994‑1049) exerce un certain rayonnement spirituel et temporel sur la région. Le prieur de Chamonix administre une partie de la vallée de Chamonix, celui de Lémenc exerce un contrôle spirituel sur la cluse de Chambéry. Les clunisiens ne revendiquent toutefois aucune exclusivité : le prieuré de Talloires, par exemple, dépendant de l’abbaye de Savigny, possède également une forte influence autour du Léman.

11Sous l’impulsion de la réforme grégorienne, des monastères d’autres obédiences sont fondés au XIIe siècle dans les hautes vallées, à la faveur de donations effectuées par les comtes de Genève et de Savoie, les sires de Faucigny et leurs vassaux (Carrier 2004). Outre le lac, considéré comme voie de communication majeure, les vallées des Dranses, de l’Arve et du Giffre permettent en effet la pénétration dans les massifs alpins. La topographie très accidentée de ces régions oblige cependant les constructeurs à établir les monastères à proximité des chemins d’accès. Excepté le cas des chartreux qui prônent une vie semi-érémitique, le désert monastique concerne davantage une disposition spirituelle que géographique et pour des raisons bien compréhensibles il existe peu de monastères installés au cœur de la montagne. Bien souvent, les alpages donnés aux établissements religieux bénéficient déjà d’exploitations agricoles et les moines contribuent largement au développement de l’économie montagnarde.

12Si les abbayes cisterciennes trouvent dans les vallées alpines le désert relatif nécessaire à la vie contemplative, elles doivent également leur existence aux importantes donations seigneuriales qui se trouvent à l’origine de toute fondation. L’abbaye Sainte-Marie d’Aulps (Saint-Jean-d’Aulps) est fondée à 800 m d’altitude dans le bassin médian de la vallée d’Aulps, dans le massif des Préalpes chablaisiennes (fig. 9). Issue d’une fondation primitive réalisée par d’anciens moines de Molesme, elle est affiliée à Clairvaux par l’entremise de saint Bernard (Delerce 2011) et devient rapidement une seigneurie monastique. L’abbaye du Lieu est fondée dans le bassin molassique non loin du lac Léman et de la colline des Allinges. Cette abbaye de femmes, protégée et dotée par la famille de Cervens (branche de Vernay) et par la Maison de Savoie (Tanner 1964) est rattachée à Tamié de 1443 à 1536. Bonlieu, autre abbaye féminine, est fondée dans le Val des Usses, au nord-ouest d’Annecy, à 400 m d’altitude (fig. 10). Rattachée à l’ordre de Cîteaux et plus directement à l’abbaye de Hautecombe, elle est largement dotée par une seigneurie locale, la famille de Sallenôve (Desforges 2004). Enfin, sous l’impulsion d’Amédée III (1103‑1148), l’abbaye de Hautecombe, fille d’Aulps, est reconstruite sur les rives du lac du Bourget anciennement nommé « lac de Châtillon ». Elle doit sa réputation et son développement au choix qu’ont fait les comtes de Savoie d’y élire sépulture.

Fig. 9 – La vallée d’Aulps.

Fig. 9 – La vallée d’Aulps.

Fig. 10 – Le site de l’abbaye de Bonlieu.

Fig. 10 – Le site de l’abbaye de Bonlieu.

13L’autre ordre monastique à caractère plus érémitique, qui se développe au début du XIIsiècle dans les Alpes, est naturellement celui des chartreux. Les moines édifient leurs monastères dans des lieux reculés et souvent sauvages, mais non loin d’un point d’eau. Les Faucigny soutiennent la plupart de ces fondations. L’ancienne chartreuse de Vallon est édifiée en 1138 au lieu-dit Génicot, au pied du Roc d’Enfer, entre Chablais et Faucigny. Vers 1150, Aimon Ier, seigneur de Faucigny, lui octroie des terres sur la rive gauche du Brevon et la nouvelle chartreuse devient rapidement une seigneurie. En 1151, c’est encore Aimon de Faucigny qui fonde la chartreuse du Reposoir dans la vallée du Béol. Le Reposoir bénéficie de la protection et des prodigalités de ses successeurs ainsi que de nombreuses donations aristocratiques. Les territoires possédés par la chartreuse s’étendent sur les anciennes paroisses de Scionzier et de Saint-Hippolyte, mais également à Magland, au Grand-Bornand, à Thônes et à Veyrier. Contrairement aux sites cisterciens, les lieux choisis pour l’implantation des chartreuses, comme Le Reposoir ou Vallon, semblent avoir été inhabités avant l’arrivée des religieux (fig. 11 et 12). Enfin, la chartreuse de Pomier est fondée en 1170 au pied du Salève sur la paroisse de Présilly, par Guillaume comte de Genève et de Vaud. Destinée aux femmes, la chartreuse de Mélan n’est pas soumise aux mêmes règles d’isolement. Fondée en 1285 dans la vallée du Giffre par Béatrice de Faucigny, elle est sur un axe de circulation emprunté depuis l’Antiquité mais se trouve surtout au sein du domaine familial.

Fig. 11 – Le site de la chartreuse de Vallon.

Fig. 11 – Le site de la chartreuse de Vallon.

Fig. 12 – La chartreuse du Reposoir.

Fig. 12 – La chartreuse du Reposoir.

14Les abbayes des chanoines réguliers forment l’autre volet des établissements religieux en Savoie, et non des moindres. L’abbaye d’Abondance est fondée avant 1108 à l’intersection des vallées formées par la Dranse et le torrent du Malève dans le Chablais. Dans le deuxième quart du XIIe siècle, l’abbaye adopte la règle de saint Augustin et jusqu’au XIIIe siècle, elle rayonne spirituellement et temporellement sur l’ensemble de la région : chanoines et comtes de Savoie se partagent les droits féodaux et le monastère fonde de nouveaux établissements de chanoines réguliers de saint Augustin. Abondance crée ainsi des abbayes comme Sixt en 1144. Située à 700 m d’altitude dans le fond de l’étroite vallée du Giffre qui débouche sur le cirque glaciaire du Fer-à-Cheval, celle-ci semble isolée de toute voie importante de circulation (fig. 13 et 14). Fondé également par Abondance en 1116, le prieuré d’Entremont se trouvait dans la vallée du Borne. En 1156, Amédée de Genève fait don de Peillonnex et ses dépendances à l’abbaye d’Abondance afin d’y établir un prieuré augustinien. C’est également sous cette même obédience qu’est placé l’ancien prieuré bénédictin de Viuz-Faverges situé au sud-est du lac d’Annecy. Lorsqu’en 1409 Amédée VIII réinvestit le château de Ripaille, il le transforme en un vaste prieuré fortifié qu’il confie aux chanoines réguliers en raison de son grand attachement à Saint-Maurice d’Agaune. Il faut également citer Filly aujourd’hui totalement détruit sur la commune de Sciez, probable fondation de Saint-Maurice.

Fig. 13 – Cirque du Fer-à-Cheval.

Fig. 13 – Cirque du Fer-à-Cheval.

Fig. 14 – La vallée du Giffre, abbaye de Sixt.

Fig. 14 – La vallée du Giffre, abbaye de Sixt.

15Enfin, un peu plus à l’est sur le lac Léman, le prieuré de Meillerie, issu du Grand-Saint-Bernard, est mentionné pour la première fois en 1133 (Quaglia 1961) ; à l’origine, il semble appartenir à la seigneurie de Montjoux, puis en 1220, il est lui-même érigé en seigneurie et se dote de fortifications (Bochaton 2012). Situé non loin de Saint-Gingolph, à proximité du lac Léman et dans un cirque rocheux naturel, il domine non seulement le bourg et son port, mais aussi le lac.

1.1.2.2. Le XVIe siècle, une période de crise

16Au XVIe siècle, les monastères sont touchés par les violentes offensives protestantes menées par les états voisins protestants. À partir de 1536, les Valaisans et les Bernois occupent le Chablais durant plusieurs décennies et détruisent un grand nombre d’édifices catholiques. Le prieuré de Meillerie est ainsi pillé une première fois, alors qu’il ne reste plus qu’un seul religieux, puis une seconde fois en 1589 (Coutaz, Feller-West, Gilomen-Schenkel 1997, p. 73). De même, l’abbaye des moniales cisterciennes de Bonlieu est saccagée à plusieurs reprises ; celle du Lieu est vendue en 1545 à une famille genevoise, à la suite des graves dommages causés par les Bernois à l’intérieur de l’église (Tanner 1964). Le prieuré augustinien de Peillonnex n’échappe pas à ces attaques qui causent la ruine de la communauté.

17En 1539, le prieuré de Contamine-sur-Arve est également détruit par les Bernois, excepté la prieurale ; les moines survivent dans des conditions déplorables en n’occupant plus que la partie orientale de l’église. En 1543, les chartreux de l’abbaye de Vallon, contraints d’abandonner leur monastère en grande partie saccagé, sont accueillis à Ripaille. Aujourd’hui, Vallon n’existe plus que par le témoignage de quelques maçonneries éparses et une chapelle moderne.

18Lorsque ce ne sont pas les Bernois qui sont à l’origine de la ruine des monastères, le relâchement de la règle, conjugué au climat délétère de la guerre de Cent Ans, entraîne bien souvent un délabrement moral et matériel des communautés : mal entretenues, les églises, aux murs lézardés et aux fenêtres démunies de vitrage, tombent en ruine (Binz 2006). De fréquents incendies sont signalés (Bonlieu, Abondance, Sixt). Cet état de crise profonde prend progressivement fin et François de Sales (1567‑1622) joue un rôle déterminant dans la restauration spirituelle de la région. Les feuillants remplacent les augustiniens d’Abondance et de Peillonnex (Gavard 1901), les clunisiens de Contamine-sur-Arve laissent leur place aux barnabites au début du XVIIe siècle (Bouchage 1889).

19Ce renouveau est concrètement perceptible grâce aux nombreux chantiers de reconstructions d’églises et de bâtiments religieux.

1.2. PRÉSENTATION GÉOGRAPHIQUE ET GÉOLOGIQUE

20Entre plaines et montagnes, l’ancien diocèse de Genève couvre une région géographique au relief très contrasté dominé par les Alpes internes et les massifs préalpins, et marquée par la vallée du Rhône et le lac Léman (fig. 1). Le sillon périalpin duquel émergent par endroits des fragments de massifs jurassiens est densément occupé ainsi que les vallées des différents torrents et rivières. Le relief s’élève d’ouest en est avec d’abord la vallée du Rhône, l’avant-pays savoyard (Genevois et Albanais), les plateaux (Gavot), les Préalpes calcaires (Chablais, Bornes, Bauges) et enfin le massif cristallin du mont Blanc.

21Les fortes pentes de ces montagnes jeunes peuvent être à l’origine de crues torrentielles, d’avalanches ou de mouvements de terrain. Le relief impose de choisir les voies de circulation en fonction de la pente et du danger. À cela s’ajoute la contrainte liée au climat : le froid s’accentue en altitude. Les vallées constituent donc des zones d’habitat et de circulation privilégiées : les trois Dranses en Chablais, les vallées est-ouest de l’Arve (fig. 8) et du Fier, la plaine genevoise au sud du Léman, la cluse d’Annecy occupée par le lac.

22Cette configuration géographique présente des contraintes spécifiques liées principalement au relief mais offre aussi de nombreux avantages et des ressources variées qui vont déterminer les logiques des implantations humaines adaptées à l’exploitation de ces ressources.

1.2.1. CONTEXTE GÉOLOGIQUE

23L’histoire géologique de la région est complexe et surtout marquée par la surrection des Alpes durant l’ère tertiaire (Decrouez 1993, 1999, 2005).

24Le territoire couvert par l’ancien diocèse de Genève s’étend sur cinq grandes entités géologiques d’orientation générale nord-est - sud-ouest. Les zones suivantes se distinguent d’ouest en est :

  • Le Jura, massif calcaire qui s’étend en arc de cercle au nord-ouest des Alpes ;
  • Le sillon périalpin, qui s’étend du bassin genevois au Dauphiné, est constitué d’un substratum molassique recouvert de sédiments glaciaires et morainiques. Cette plaine est occupée au nord par le lac Léman ;
  • Les chaînons calcaires d’affinité jurassienne du Salève et du Vuache ;
  • Les Préalpes avec au nord le massif sédimentaire et métamorphique du Chablais constitué de terrains sédimentaires charriés, et au sud les massifs des Bornes et des Bauges ;
  • Le massif cristallin externe du mont Blanc et le massif métamorphique des Aiguilles Rouges.

25La principale source d’information sur le substrat reste la cartographie géologique de la France qui permet d’appréhender les lieux de provenance des matériaux de construction potentiels (fig. 15). Il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire géologique de la région mais bien d’identifier les ressources disponibles pour la construction. On trouve ainsi des roches meubles et des roches massives : sables et graviers, calcaires massifs et leurs éboulis, ardoises et schistes, granite, molasses et grès, gypse et dolomie. Cependant dans plusieurs édifices médiévaux, on remarque l’emploi fréquent de tuf calcaire ou travertin, et parfois de cargneule, roche de genèse et de composition différentes mais d’aspect similaire. Or ces roches sont rarement cartographiées par les géologues du fait de la petite superficie des gisements ; les recherches sur le terrain s’avèrent donc indispensables pour localiser les affleurements.

Fig. 15 – Carte géologique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève.

Fig. 15 – Carte géologique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève.

1.2.1.1. Le sillon molassique

26À l’ouest de l’arc alpin actuel s’étend une plaine qui était, durant l’ère tertiaire, tantôt marine, tantôt lagunaire, tantôt lacustre ; elle a été comblée par les matériaux détritiques provenant de l’érosion du massif alpin alors en cours de formation. Les matériaux d’altération (marnes, sables, grès et conglomérats) se sont accumulés sur des épaisseurs parfois très importantes. Ces formations sont regroupées par les géologues sous le terme de « molasse tertiaire » et font l’objet de nombreux débats tant sur leur mode de dépôt (marin, lacustre ou continental, selon les zones) que sur leur datation. La plaine molassique est en partie occupée par le lac Léman puis s’étend vers le sud. La molasse est généralement recouverte de sédiments glaciaires et fluvio-glaciaires déposés lors du retrait des glaciers quaternaires et ne s’observe donc qu’à la faveur de lits de cours d’eau encaissés, comme le Foron ou le Chéran, ou encore dans les zones où les dépôts morainiques sont absents, comme au mont de Boisy à l’est de Douvaine et en Suisse sur les bords du lac Léman entre Saint-Gingolph et le Bouveret.

1.2.1.2. Les chaînons jurassiens

27Au nord-ouest du diocèse de Genève les crêts du massif du Jura s’élèvent jusqu’à 1 600 m. Ils sont constitués de différents niveaux de calcaire et surmontés de calcaire urgonien. À l’est du Rhône, quelques reliefs émergent de la plaine molassique, chaînons calcaires d’origine jurassienne (Salève, montagne du Vuache…), chaînon charrié d’origine liguro-piémontaise (massif des Voirons) ou massifs gréseux (collines des Allinges).

28Le Salève est constitué de calcaires et marnes datés du Jurassique supérieur jusqu’à l’Oligocène. Les bancs de calcaires urgoniens ont été exploités comme pierre à bâtir. Le Vuache et le gros Foug comprennent des calcaires et marnes déposés du Jurassique au Crétacé.

1.2.1.3. Les Préalpes

29Le Chablais est un massif peu élevé, les altitudes variant de 1 500 à 2 000 m. Les sédiments déposés dans la mer alpine, du Trias à l’Oligocène, ont été fortement compressés et plissés du fait des mouvements tectoniques liés à la surrection des Alpes.

30Sur la rive sud du lac de Genève, les terrains molassiques sont chevauchés par les différentes nappes de charriage qui constituent le massif calcaire du Chablais. Les terrains essentiellement calcaires sont fortement plissés et marquent le paysage avec des falaises abruptes et des vallées encaissées. La tectonique est particulièrement complexe.

31D’ouest en est, différentes unités reposant sur la molasse ont été identifiées par les géologues. Les Préalpes inférieures (nappes ultra-helvétiques) comprennent une partie de la montagne des Voirons et les collines du Faucigny. À la base, une nappe de flysch schisteux d’âge éocène s’est renversée sur les molasses de l’avant-pays. On y trouve des lits de gypses, des calcaires, des calcaires marneux, des grès et conglomérats. La nappe de Gurnigel constituée de grès et conglomérats comprend quant à elle l’autre partie de la montagne des Voirons, les collines des Allinges et le Vouan. La nappe des Préalpes médianes, constituée d’un faisceau de plis affectant des formations calcaires et marno-calcaires, repose sur les précédentes. La pierre de Meillerie et le marbre de La Vernaz appartiennent à cette nappe. Ensuite, la nappe de la Brèche chevauche la précédente et comprend des couches de brèches calcaires et de schistes marno-calcaires. Enfin, la nappe supérieure des Préalpes comprend les formations de flysch à helminthoïdes de la nappe des Dranses et les calcaires schisteux et gréseux des Gets. On traverse ces nappes en remontant la vallée du Giffre ou encore les trois Dranses.

32Au sud du Chablais et de la vallée de l’Arve se trouve le massif des Bornes-Aravis. À l’ouest, le massif des Bornes constitué de hauts plateaux calcaires coupés de gorges. Ensuite la cuvette de Thônes constituée de Flysch formant des collines et à l’est la chaîne des Aravis dominée par le calcaire urgonien.

33Au sud-ouest de la trouée du lac d’Annecy, le massif préalpin des Bauges constitué également de calcaires s’étend d’Annecy à Chambéry.

1.2.1.4. Les massifs cristallins externes (Aiguilles Rouges et mont Blanc)

34Le cœur du massif alpin est essentiellement constitué de roches granitiques (catégorie de roches à laquelle appartient le « protogine » du mont Blanc) et de roches métamorphiques (gneiss, micaschistes, amphibolites…) qui forment les sommets.

1.2.1.5. Les sédiments glaciaires

35Les glaciers quaternaires ont mobilisé de grandes quantités de roches. Ainsi les galets alluviaux accumulés dans les lits des différents torrents ou dans les sédiments fluvioglaciaires sont de nature et d’origine très variées et reflètent la géologie de tout le bassin-versant. Par ailleurs, de nombreux blocs erratiques parfois de grande taille, de natures pétrographiques variées, ont été transportés par les glaciers jusque dans la plaine. Ainsi sur les pentes de la colline des Allinges on trouve des rochers de calcaire et de roches cristallines (fig. 16). On peut citer également à Ballaison le bloc de roche métamorphique dit « Pierre à Martin » vraisemblablement transporté par le glacier du Rhône depuis le Valais suisse (Saussure 1779, p. 249). De dimensions imposantes (7,30 m de haut, 9 m de long et 6 m de large), la pierre repose sur des sédiments glaciaires composés d’argiles et galets (fig. 17). À Reignier, la plaine des Rocailles est parsemée de blocs de calcaire urgonien apportés par un glacier. Dans une plaine où dominent les roches tendres, ces blocs erratiques de roches dures ont parfois été exploités pour des usages spécifiques.

Fig. 16 – Allinges, bloc erratique.

Fig. 16 – Allinges, bloc erratique.

Fig. 17 – Ballaison, bloc erratique dit « Pierre à Martin ».

Fig. 17 – Ballaison, bloc erratique dit « Pierre à Martin ».

1.2.2. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DES ROCHES

36Le contexte géologique est riche de roches aux propriétés très différentes. Il est important de bien connaître les différentes ressources locales et leurs caractéristiques techniques afin de comprendre les critères de choix d’approvisionnement qui peuvent parfois nécessiter l’organisation de transports de matériaux à longue distance.

37L’analyse pétrographique au microscope polarisant permet de déterminer la composition minéralogique d’une pierre et d’observer sa texture. À partir de ces informations il est possible de qualifier la nature géologique exacte de la roche. Si cette description pétrographique permet de faire le lien avec les informations de la carte géologique et donc d’identifier la formation à laquelle appartient l’échantillon, elle n’indique pas la provenance exacte de la pierre car cela supposerait que chaque affleurement ait des caractéristiques spécifiques et différentes de celles des gisements voisins. L’identification de la formation géologique aide à définir une aire de provenance possible dont l’étendue dépend du mode de dépôt et du relief.

38Les différentes roches peuvent également être caractérisées par leurs paramètres physiques. Cependant, les gisements comprennent généralement des bancs de qualités diverses en raison de leur nature pétrographique ou de leur degré de fracturation. Les mesures effectuées sur plusieurs pierres prélevées en des points différents d’une même carrière peuvent donc être très variables. Chaque pierre est unique et c’est le savoir-faire du tailleur de pierre et du maçon qui permettra d’utiliser la bonne pierre au bon endroit. Il n’a pas été possible de réaliser d’analyse sur les échantillons prélevés sur les monuments, en général trop petits pour permettre toute mesure physique. Certaines roches de Haute-Savoie ont cependant fait l’objet d’analyses par le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) ; ces données permettent de comparer les propriétés des pierres à bâtir (base de données Monumat, BRGM, et publication du Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement [CAUE] de Haute-Savoie). On rappellera ici quelques-unes des principales caractéristiques importantes pour évaluer l’adéquation d’une pierre à son usage dans une construction.

1.2.2.1. Masse volumique

39La caractéristique principale d’une roche est sa densité qui en termes physiques s’exprime par sa masse volumique. La masse volumique apparente reflète le degré de compacité du matériau et permet d’évaluer la masse pour un volume donné. La masse volumique correspond à la masse en kilogrammes d’1 m³ de pierre : 1 000 kg/m³ équivalent à une densité de 1. Sachant que les textures des roches et surtout leur porosité sont très variables, cette valeur donne une indication sur le degré de compacité de la pierre. Pour simplifier, plus la masse volumique est élevée, plus la pierre est compacte, plus elle est lourde.

1.2.2.2. Porosité

40La porosité peut être ouverte si les pores communiquent entre eux ou fermée dans le cas contraire. La taille des pores induit des comportements différents vis-à-vis de la circulation d’air ou d’eau dans la roche. La porosité ouverte est déterminée par la proportion de vides (pores) dans la pierre, reliés entre eux et donc accessibles à l’eau. Exprimée par un pourcentage en volume, elle représente le volume des pores ouverts par rapport au volume total de la pierre. Elle varie d’une valeur presque nulle, pour des granites par exemple, à des valeurs proches de 50 % pour des calcaires très tendres.

41Les roches ont la capacité de capter de l’eau dans leur réseau de pores par effet de capillarité. Dans la porosité proche de la surface de la pierre cette eau peut geler et provoquer des éclatements ou des desquamations.

1.2.2.3. Gélivité

42La gélivité caractérise la réaction d’une roche soumise à différents cycles de gel. Elle dépend de la perméabilité et de la capillarité de la roche ainsi que de la taille des pores. Plus une roche peut stocker d’eau plus elle est a priori gélive. L’eau en gelant va augmenter de volume et provoquer des dégâts dans la structure. Les roches à grain fin se fracturent en éclats anguleux, les roches schisteuses se délitent, les roches gréseuses se désagrègent en surface. Le tuf à porosité ouverte de grande taille n’est pas gélif car l’eau ne stagne pas dans les larges pores et s’évacue rapidement. La molasse à porosité fine est gélive car la pierre stocke l’eau qui va geler et provoquer des désordres. Les calcaires durs dans lesquels la porosité est très faible ne sont pas gélifs.

1.2.2.4. Résistance à la rupture, à la compression et à la traction

43Les pierres de construction subissent directement les effets de leur propre poids et de la charge des maçonneries qu’elles supportent. Le poids tend à écraser et compresser les pierres. La principale qualité des pierres de construction est donc de résister à cette pression sans se rompre.

44On mesure en laboratoire le poids maximal que peut supporter un échantillon sans se rompre. Cette valeur peut s’exprimer en kg/cm² ou en MPa (1 kg/cm² = 0,098 MPa). La résistance à la compression augmente avec le poids volumique.

45La société internationale de mécanique des roches répartit les matériaux en cinq classes de valeurs en fonction de leur résistance (tabl. 1).

Tabl. 1 : Ordre de grandeur de la résistance à la compression de différentes roches.

Résistance très élevée supérieure à 200 MPa Granite, quartzite
Élevée comprise entre 60 MPa et 200 MPa Granite, quartzite, marbre, calcaires marbriers
Moyenne comprise entre 20 MPa et 60 MPa Grès, molasse, calcaire
Faible comprise en 6 MPa et 20 MPa Marnes, calcaire
Très faible inférieure à 6 MPa Tuf calcaire

1.2.2.5. Caractéristiques de différents types de roches de Haute-Savoie

46La base de données Monumat fournit quelques valeurs de masse volumique et de résistance à la compression pour les roches comprises dans notre aire d’étude. Le Guide de la pierre en Haute-Savoie, édité par le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de Haute-Savoie en 1993, donne quelques mesures complémentaires (tabl. 2).

47La comparaison des valeurs de résistance à la compression met en évidence le fait que le tuf et la molasse présentent les plus faibles valeurs. Ainsi, le tuf employé couramment dans les arcs fait partie des matériaux qui ont la plus faible résistance mécanique. Cela peut paraître paradoxal mais cet inconvénient est fortement compensé par une masse volumique faible. Matériau peu résistant mais léger, le tuf est parfaitement adapté à la construction des voûtes. La molasse moyennement résistante (mais davantage que le tuf) est plus dense donc plus lourde. Elle a été préférentiellement utilisée pour les structures portantes.

48On remarque également que le calcaire urgonien – tant le faciès local du « noir de Sixt » que la pierre d’Annecy –, a des résistances à la compression supérieure au granite du mont Blanc.

Tabl. 2 : Caractéristiques physiques des différentes roches de Haute-Savoie classées dans l’ordre croissant de résistance à la compression.

Dénomination Description Masse volumique Résistance à la compression Source
Tuf de Saint-Jeoire Tuf calcaire gris jaunâtre à grain moyen caverneux 800 à 1 500 CAUE
1 431 41 à 51 kg/cm² (4‑5 MPa) Monumat
Molasse d’Aix-les-Bains Grès fin à ciment calcaire 2 279 224 à 245 kg/cm² (22 à 25 MPa) Monumat
Pierre de Cluses, carrière de Vergeaix Calcaire à pâte fine gris clair rosé 2 700 62 à 93 MPa Monumat
Pierre de Talloires, carrière de la Madeleine Calcaire compact gris foncé avec veines spathiques 2 681 79 à 120 MPa Monumat
Pierre de Cruseilles Calcaire compact blanc à grain fin, sublithographique, Crétacé inférieur 2 697 812 à 972 kg/cm² (80 à 95 MPa) CAUE
2 697 816 à 918 kg/cm² (80 à 90 MPa) Monumat
Pierre de Pontchy (en face de Bonneville, carrière de Dessy) Calcaire gris bleu pâle à grain moyen et serré, Crétacé inférieur 2 699 83 à 89 MPa Monumat
Grès d’Ayse Gris clair bleuâtre, micacé et argileux à grain très fin, Miocène 2 408 93 à 98 MPa Monumat
Grès calcaire de Saint-Cergues Grès siliceux calcarifère gris à grain fin 2 520 1 011 à 1 134 kg/cm² (99 à 111 MPa) CAUE
2 520 1 009 à 1 142 kg/cm² (99 à 112 MPa) Monumat
Protogine de Chamonix Protogine à grain moyen blanchâtre teinté de vert 2 574 83 à 97 MPa Monumat
Granite des Alpes, Reignier Protogine gris ou rosé à gros grains. Exploitation de blocs erratiques 2 655 113 MPa Monumat
Bleu noir des Alpes (Sixt) Calcaire siliceux noir ou gris foncé à grain fin et veines blanches 2 676 à 2 691 1 278 à 1 615 kg/cm² (125 à 158 MPa) CAUE
2 676 1 122 à 1 591 kg/cm² (110 à 156 MPa) Monumat
Pierre d’Annecy Calcaire coquillier, Crétacé supérieur, compact à grain fin, semi-cristallin, blanchâtre 2 685 1 224 kg/cm² (120 à 127 MPa) Monumat

1.2.3. LES ROCHES UTILISABLES POUR LA CONSTRUCTION

49L’identification des pierres mises en œuvre, essentiellement faite à partir d’études macroscopiques, a rencontré certaines incertitudes d’identification en raison de la patine et du traitement de surface de la pierre. Les prélèvements se sont souvent révélés impossibles en raison du statut actuel des bâtiments et l’état de leur conservation. Les études géologiques de terrain ont en revanche permis d’observer les roches dans leur contexte à la faveur de ruisseaux, de falaises ou de talus routiers. Parmi les carrières anciennement exploitées, un grand nombre ne peut être daté, excepté certains sites modernes, mieux documentés. Les cartes géologiques fournissent des informations détaillées sur les contextes mais peu de détails sur les différents faciès et la variabilité des aspects des roches, et donc peu de renseignements sur les pierres à bâtir. Quelques études anciennes ont cependant établi des inventaires des ressources de la région (Mortillet 1858, Moret 1925). D’autres renseignements peuvent être extraits du répertoire des carrières de pierres de taille exploitées en 1889 (Durand-Claye, Debray 1890). Plus récemment, en 1993, le conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement de Haute-Savoie a édité un ouvrage grand public sur la pierre (CAUE 1993). La synthèse de toutes ces données a permis d’établir une cartographie schématique des principales ressources utilisables.

50Les pierres utilisées dans les constructions médiévales de Haute-Savoie appartiennent à six grandes catégories : molasses et grès, calcaires, tufs calcaires (travertins), cargneules, roches métamorphiques alpines, roches cristallines. Les alluvions fluviales, lacustres ou glaciaires sont également une source importante de matière première (argile, sable et galets) de même que les blocs erratiques de différentes natures.

51Le calcaire est assurément le matériau le plus accessible et le plus abondant dans les massifs préalpins, il est exploitable en carrière ou par ramassage de blocs en pied de falaise. Dans le sillon périalpin c’est la molasse qui domine. Les affleurements de tuf sont dispersés et généralement de petite taille donc rarement cartographiés. La cargneule est le plus souvent associée au gypse dans les niveaux du trias. Les grès peuvent provenir de diverses formations. Les massifs granitiques et métamorphiques sont localisés au cœur du massif alpin.

1.2.3.1. La molasse

52La molasse est une roche sédimentaire détritique qui s’est formée en bordure des Alpes suite à l’accumulation de matériaux d’altération du massif alpin en cours de formation durant l’ère tertiaire (Charollais et al. 2007). Elle a pu se déposer en milieu marin, lacustre ou lagunaire et les géologues ont bien du mal à établir la stratigraphie des différents affleurements. La datation miocène est généralement admise mais les distinctions sont difficiles entre les différents étages (chattien, burdigalien, aquitanien). Les affleurements montrent fréquemment un litage sédimentaire parallèle et la granulométrie peut varier selon les lits. On observe dans certaines zones des stratifications entrecroisées ainsi que parfois des intercalations de poches de graviers ou des conglomérats.

53D’un point de vue pétrographique, c’est un grès constitué de grains de quartz subarrondis et de feldspaths altérés liés par un ciment calcaro-argileux micritique fréquemment teinté en vert par la présence de glauconie et de chlorite. Selon le degré d’oxydation la roche peut apparaître verte, grise, jaune ou même rougeâtre. La couleur est assez variable selon les lieux (Favre 1843, p. 110) : molasse rouge (Genève, mont de Boisy), verte (Chéran), bigarrée, grise (Lausanne). Du fait de la variabilité de la granulométrie, de la porosité, du degré de cristallisation du ciment calcaire et du litage plus ou moins prononcé, la qualité de la molasse est très variable selon les carrières.

Exploitation à la faveur des affleurements

54La molasse est présente partout dans le sillon molassique mais souvent masquée par les sédiments fluvio-glaciaires et les moraines quaternaires (fig. 18). Les qualités sont variables selon les zones et certaines carrières étaient plus réputées que d’autres. Il est impossible de recenser tous les affleurements existants, cependant la cartographie des principaux lieux d’extraction cités ou encore visibles permet de se rendre compte de l’étendue du gisement.

Fig. 18 – Carte schématique des affleurements de molasse, reconnus ou identifiés dans le sillon molassique.

Fig. 18 – Carte schématique des affleurements de molasse, reconnus ou identifiés dans le sillon molassique.

55Des carrières ont existé sur les rives de certains ruisseaux entaillant la formation : gorges du Sierroz au nord d’Aix-les-Bains, ruisseau des Foges à Viry (fig. 19), etc. Dans les environs immédiats de Genève, il existe des affleurements de molasse rouge (Favre 1843, p. 110). Mortillet signale que de la molasse est extraite au lieu-dit « la Perrière sur la Laire » – entre Viry et Veigy – pour approvisionner Genève (Mortillet 1858, p. 357) de même qu’à La Ravoire, au sud-est de Viry. Il signale également l’exploitation d’une molasse dure à grain fin à Archamps et à Verrières (ibid.). La molasse de cette région est donc assurément une ressource abondamment exploitée.

Fig. 19 – Viry, traces d’extraction de molasse dans le ruisseau des Foges.

Fig. 19 – Viry, traces d’extraction de molasse dans le ruisseau des Foges.

56Dans la vallée de l’Arve, la molasse affleure à Vetraz dans la Menoge ainsi qu’à Arthaz dans un coude de l’Arve (Mortillet 1858, p. 364). Au sud de Thonon, les affleurements de molasse rouge du mont de Boisy au sud de Sciez constituent une ressource importante avec des bancs de qualités différentes, plus argileux ou plus gréseux selon les niveaux (carte géologique de Douvaine, voir Vial, Conrad, Charollais 1989). Les molasses de Massongy « très estimées » à grain fin et durcissant à l’air étaient probablement extraites des flancs du mont de Boisy à Prailles (Mortillet 1858, p. 375) comme en témoignent encore des fronts de tailles visibles dans les anciennes carrières (fig. 20).

Fig. 20 – Prailles, ancien front de taille sur le flanc nord du mont de Boisy.

Fig. 20 – Prailles, ancien front de taille sur le flanc nord du mont de Boisy.

57Des affleurements de molasse sont visibles aux environs d’Annecy, le long du Fier à Cran (ibid., p. 23 ; G. de Mortillet considère cette molasse comme médiocre) et Seynod, ainsi qu’en Albanais, le long du Chéran (fig. 21), ou dans la plaine du Foron (carrière de Tournevent au sud de La Roche-sur-Foron). À Rumilly, deux carrières étaient exploitées « selon les besoins » (ibid., p. 354). Entre Droisy et Crempigny, on trouve une molasse très dure à grain fin, presque blanche, « très employée pour les marches d’escalier » (ibid., p. 355).

Fig. 21 – Alby-sur-Chéran, le Chéran entaillant la molasse.

Fig. 21 – Alby-sur-Chéran, le Chéran entaillant la molasse.

58Le château de Clermont est bâti directement sur la molasse qui a été entaillée pour construire les caves et rectifiée pour s’aligner avec le parement des murs (fig. 22). Au nord du château actuel, derrière les ruines du château médiéval, il est encore possible d’observer des affleurements de molasse portant des traces d’outils, sans que l’on puisse toutefois dater les travaux d’extraction (fig. 23).

Fig. 22 – Clermont, la molasse du soubassement du château.

Fig. 22 – Clermont, la molasse du soubassement du château.

Fig. 23 – Clermont, affleurement de molasse au nord du château médiéval.

Fig. 23 – Clermont, affleurement de molasse au nord du château médiéval.

Les carrières de molasse du lac Léman

59Des carrières de molasse ont été exploitées dans le lac Léman sur le rebord molassique peu profond, le long des rives ouest et est, dans le secteur du Petit Lac (Amberger et al. 1976 ; Decrouez 1993 ; Decrouez 2012a ; Pittard, Septfontaine s. d.) [fig. 24].

Fig. 24 – Lac Léman, carte du Petit Lac et localisation des affleurements de molasse et des carrières lacustres.

Fig. 24 – Lac Léman, carte du Petit Lac et localisation des affleurements de molasse et des carrières lacustres.

60En 1702, Addison, voyageur anglais, a observé les carrières en cours d’exploitation (Addison 1902, p. 230). Il signale près de Genève des carrières de pierres sous le lac et décrit des fosses ménageant un muret empêchant l’eau de pénétrer dans la zone d’extraction. Il note également l’avantage de pouvoir directement charger les pierres sur les bateaux.

61Avant la construction du barrage, le niveau du lac présentait de fortes variations de niveau en fonction des saisons. Il était beaucoup plus bas en hiver, où il atteignait 370 m, permettant ainsi à la molasse d’affleurer sous une faible épaisseur d’eau. Lors des basses eaux, l’accès aux carrières pouvait presque se faire à pied sec ; en période de hautes eaux, la construction de batardeaux permettait de retenir l’eau et de continuer à exploiter la roche.

62À Chambésy, deux toponymes au bord du lac évoquent ces carrières : « Grande Perrière » et « Petite Perrière ». Juste au sud de la Petite Perrière, se trouve la carrière du Reposoir (Schroeder 1958, p. 82 ; Simond 2014, vidéo de plongée). L’exploitation en gradins ainsi que les traits de scie et les points d’ancrage des batardeaux, destinés à contenir l’eau, ont été analysés à l’occasion des plongées effectuées en 1971 sur ce site. Cette exploration a également permis de suivre le bord de l’affleurement de molasse vers le large et d’y repérer des anneaux en métal qui devaient servir à amarrer les bateaux lors des basses eaux. Vengeron est cité dans les comptes du château de Ripaille pour l’approvisionnement en molasse. Ces carrières répertoriées dans la base de données géologique suisse (Carrières sous-lacustres, Géotope suisse, n° 304) entament la molasse rouge de Genève datée du Chattien (Charollais 2007, Decrouez 2012a). L’épaisseur de cette formation molassique oscille entre 250 et 1 000 m.

63Les carrières sous-lacustres ont été exploitées de la fin du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle. La pierre extraite a servi à construire de nombreux bâtiments à Genève, parmi lesquels on peut citer la cathédrale Saint-Pierre, la face occidentale de l’Hôtel de Ville ainsi que plusieurs maisons de la place du Bourg-de-Four. La Carte géologique de la Suisse montre les limites du plateau côtier de molasse au large de Chambésy sur la rive ouest, où il atteint 280 m de large, et de Cologny sur la rive est où il ne semble pas dépasser 30 m de large. Les traces de ces carrières sous-lacustres sont visibles sur les photographies aériennes publiées sur Google Earth : Chambésy et Vengeron sur la rive ouest du lac, Cologny sur la rive est ; ainsi que plus au nord à Coppet, Founex et Céligny (fig. 25 à 34). Dans chacun de ces sites on peut observer les traces de découpes rectilignes et les bords des différentes fosses ainsi que la limite du plateau molassique.

Fig. 25 – Photographie aérienne du littoral du Léman au niveau de Chambésy et Cologny (Suisse) [image Google Earth, 2013].

Fig. 25 – Photographie aérienne du littoral du Léman au niveau de Chambésy et Cologny (Suisse) [image Google Earth, 2013].

Fig. 26 – Chambésy, zone médiane (image Google Earth, 2013).

Fig. 26 – Chambésy, zone médiane (image Google Earth, 2013).

Fig. 27 – Chambésy, zone sud (image Google Earth, 2013).

Fig. 27 – Chambésy, zone sud (image Google Earth, 2013).

Fig. 28 – Chambésy, zone nord (image Google Earth, 2013).

Fig. 28 – Chambésy, zone nord (image Google Earth, 2013).

Fig. 29 – Photographie aérienne du littoral du Léman à Coppet (image Google Earth, 2013).

Fig. 29 – Photographie aérienne du littoral du Léman à Coppet (image Google Earth, 2013).

Fig. 30 – Coppet (image Google Earth, 2013).

Fig. 30 – Coppet (image Google Earth, 2013).

Fig. 31 – Founex (image Google Earth, 2013).

Fig. 31 – Founex (image Google Earth, 2013).

Fig. 32 – Céligny (image Google Earth, 2013).

Fig. 32 – Céligny (image Google Earth, 2013).

Fig. 33 – Cologny, partie nord (image Google Earth, 2013).

Fig. 33 – Cologny, partie nord (image Google Earth, 2013).

Fig. 34 – Cologny, partie sud (image Google Earth, 2013).

Fig. 34 – Cologny, partie sud (image Google Earth, 2013).

64À Lausanne, les carrières de molasse grise sont exploitées dans la ville dès l’époque romaine et très utilisées au Moyen Âge ; elles sont aujourd’hui remblayées pour la plupart. Il existait, là aussi, des extractions dans le lac. Plus à l’ouest, à Morges, on extrayait une molasse rouge réputée de qualité.

65Ainsi l’exploitation des molasses autour du lac, facilitée par la possibilité du transport direct par bateau, représente une ressource économique importante.

La pêche miraculeuse de Konrad Witz (fig. 35)

Anne Schmitt

Au musée d’Art et d’histoire de Genève, la peinture de Konrad Witz intitulée La pêche miraculeuse, datée de 1444, représente une vue du Petit Lac avec de nombreux détails sur la ville de Genève et les paysages alentour (Deuchler 1986 ; Elsig, Menz, Witz 2013). En bas à gauche du tableau, au premier plan, la transparence de l’eau laisse apparaître une roche découpée à angles droits et bords nets. Parfois interprétés comme des carrières d’argile (Broillet 1997, p. 52), les fronts de taille visibles en transparence sous le niveau des eaux correspondent plutôt à des négatifs d’extraction de blocs de molasse. Les contours sont en effet très droits et nets, ce qui est impossible à réaliser dans de l’argile où les carrières ont toujours des reliefs très mous, surtout dans l’eau. Le réalisme de la représentation du paysage de la baie de Genève, de la ville et des montagnes environnantes, conduit à penser que le même soin a été apporté à tous les détails et que nous avons donc bien là une représentation des carrières de molasse. Par ailleurs dans la partie supérieure, à droite du tableau, on distingue nettement les fronts de taille d’une carrière de calcaire sur les pentes du Salève dominant Genève.

Fig. 35 – Konrad Witz, La pêche miraculeuse ou appel de saint Pierre, 1444, retable de la cathédrale Saint-Pierre de Genève, musée d’Art et d’Histoire de Genève, © Musées d'art et d'histoire, Ville de Genève, cliché Fl. Bevilacqua.

Fig. 35 – Konrad Witz, La pêche miraculeuse ou appel de saint Pierre, 1444, retable de la cathédrale Saint-Pierre de Genève, musée d’Art et d’Histoire de Genève, © Musées d'art et d'histoire, Ville de Genève, cliché Fl. Bevilacqua.

Caractéristiques techniques de la molasse

66Les études en lame mince d’échantillons prélevés sur différents affleurements de molasse permettent de déterminer qu’il s’agit d’un grès quartzo-feldspathique glauconieux à ciment de calcaire micritique. Le cortège minéralogique comprend des grains de quartz et de feldspaths, ainsi que de la chlorite, des micas (biotite et muscovite) et des petits grains de glauconie mêlés à la matrice calcaire. Les grains sont assez anguleux et la granulométrie très variable selon les affleurements et les différents lits ou poches. À Faucigny, la granulométrie des grains de quartz anguleux est relativement grossière (fig. 36). À Contamine-sur-Arve, les grains sont plus fins et dans le même affleurement on trouve deux granulométries différentes (fig. 37 à 39). À Moussy, Rouelbeau et Clermont la taille des grains est moyenne alors qu’à Desingy elle est particulièrement fine (fig. 40 à 43).

Fig. 36 – Faucigny, R305. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 36 – Faucigny, R305. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 37 – Contamine-sur-Arve, R321. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 37 – Contamine-sur-Arve, R321. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 38 – Contamine-sur-Arve, R322. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 38 – Contamine-sur-Arve, R322. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 39 – Contamine-sur-Arve, R323. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 39 – Contamine-sur-Arve, R323. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 40 – Moussy, R384. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 40 – Moussy, R384. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 41 – Rouelbeau, R385. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 41 – Rouelbeau, R385. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 42 – Clermont, R398. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 42 – Clermont, R398. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 43 – Desingy, R402. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 43 – Desingy, R402. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

67Les propriétés de la molasse en font une roche appréciée. Elle est légère et facile à tailler au moment de son extraction (Risler 1894, p. 14 ; Boule 1907, p. 174). Cette roche tendre et poreuse était assez facile à extraire et nécessitait un long séchage avant d’être utilisée. Le grain est fin, ce qui permettait de réaliser des éléments architecturaux complexes et des sculptures fines. La couleur variable selon les zones peut conduire à rechercher spécifiquement une carrière, par exemple la molasse rouge de Morges (en Suisse sur la rive nord du lac Léman). La dureté intervient également dans les critères de choix.

68La molasse a cependant un défaut majeur, le ciment calcaire est peu cristallisé et s’altère donc facilement lorsqu’il est soumis aux intempéries et surtout au gel. La roche est finement poreuse et absorbe de l’eau par capillarité. Les échanges sont lents, l’eau est stockée dans les pores et donc susceptible de geler. La glace fait éclater le joint entre la matrice calcaire et les grains qui se dissocient. La pierre se désagrège soit par desquamation soit par esquilles (Risler 1894). Pour les sculptures, cette altération est catastrophique, car les décors s’émoussent et perdent leur lisibilité. Les travaux de restauration des monuments suisses ont conduit à des recherches de carrières afin d’extraire des blocs de remplacement, mais aussi à la mise au point de différents modes de consolidation (Zehnder 1984).

69Les mesures physiques réalisées sur la molasse d’Aix-les-Bains donnent une masse volumique de 2 279 kg/m3 et une résistance à la compression de 22 à 25 MPa (soit 224 à 245 kg/cm²) ce qui correspond à une résistance moyenne (base Monumat, BRGM). Dans la construction les pierres sont généralement posées en lit afin de minimiser l’ascension d’eau par capillarité. De plus, les maçons ont tenu compte de cet inconvénient en construisant les murs de molasse sur des soubassements en calcaire dur qui permettent d’isoler efficacement la molasse des remontées d’eau du sous-sol. La résistance à la compression assez faible de la molasse est compensée par sa relative légèreté. C’est donc un bon matériau de construction même pour les arcs.

70Par ailleurs, la molasse a des propriétés réfractaires du fait de sa forte teneur en quartz. Elle est communément employée pour des conduits de cheminées et des fours. Cet emploi est étonnant, car on pourrait penser que le ciment calcaire se transforme en chaux au contact du feu provoquant une desquamation de la roche. Or le feu a plutôt un effet durcisseur et les pierres résistent très bien aux chauffages répétés.

1.2.3.2. Le calcaire

71Les formations calcaires sont particulièrement abondantes dans la région et constituent l’ossature même des massifs du Chablais, du Salève et du Semnoz. Aisément repérable dans le paysage où il forme parfois des falaises imposantes, le calcaire affleure en de très nombreux points, il est donc difficile de proposer une cartographie simple des ressources. Il a été exploité abondamment dans des carrières à ciel ouvert. Beaucoup sont aujourd’hui abandonnées mais restent visibles dans le paysage, d’autres ont été comblées. Cependant les affleurements naturels sont nombreux à la faveur des vallées ou des talus routiers, il est donc possible d’observer aisément la plupart des différents faciès.

72Les pierres d’éboulis au pied des falaises fournissent le tout-venant et l’ouverture de carrières permet l’exploitation de bancs d’épaisseurs et de qualités variables. La fracturation naturelle de la roche permet de dégager des pierres dont les dimensions sont cependant limitées par l’épaisseur des bancs, la fréquence et l’orientation des fractures. Si les bancs massifs sont recherchés pour la qualité des pierres de taille, la dureté de la roche rend l’extraction parfois difficile.

73Les qualités sont très diverses : pierre blanche de Franclens ou Seyssel (carrières au bord du Rhône exploitées depuis l’époque romaine), calcaire compact jaunâtre utilisé comme pierre de construction à Moye (Mortillet 1858, p. 355), calcaire urgonien blanc ou ocre du Semnoz (fig. 44), calcaire siliceux gris à Meillerie, visible à la carrière des étalins (fig. 45), calcaire noir dur à Sixt à la carrière des Tines, etc. Les gisements de calcaire massif se situent essentiellement dans les terrains d’âge secondaire, notamment dans la barre urgonienne (sommet du Crétacé inférieur), le Néocomien (calcaire jaune-gris), le Malm (Jurassique supérieur) et les calcaires du Dogger et du Lias (calcaire gris à niveaux siliceux de Meillerie). Il existe d’autres formations pouvant fournir des moellons de calcaire dur, comme le calcaire blanc sublithographique de Cruseilles, le calcaire noir de Giez (Purbeckien, Jurassique supérieur) et le calcaire marmoréen brun noir de l’Oxfordien de Doussard.

Fig. 44 – Sommet du Semnoz, affleurement du calcaire de faciès urgonien.

Fig. 44 – Sommet du Semnoz, affleurement du calcaire de faciès urgonien.

Fig. 45 – Meillerie, carrière des Étalins, calcaire gris siliceux du Lias.

Fig. 45 – Meillerie, carrière des Étalins, calcaire gris siliceux du Lias.

74Le calcaire urgonien est la formation géologique la plus marquante du paysage en Haute-Savoie ; il appartient au Crétacé. La définition du faciès et l’attribution stratigraphique de l’urgonien font l’objet de débats géologiques qu’il ne nous appartient pas de traiter ici (Arnaud, Arnaud-Vanneau 1991). Calcaire fin, très compact et de grande dureté (fig. 46 et 47), il présente une cassure esquilleuse car la matrice est bien cristallisée. Il contient des fossiles nombreux : foraminifères et fragments de coquilles (fig. 48 et 49). Les calcaires urgoniens (n4-5) forment les falaises claires mal litées des sommets et reposent généralement sur un talus marneux du Crétacé inférieur (carte géologique Annecy-Ugine, voir Doudoux et al. 1992). Les bancs sont épais, massifs et résistants, avec certains niveaux marneux qui forment des vires dans les falaises. Ce calcaire est généralement clair à patine grisâtre : on distingue l’urgonien jaune et l’urgonien blanc (fig. 50).

Fig. 46 – Château d’Annecy, aspect de surface d’une pierre de calcaire urgonien.

Fig. 46 – Château d’Annecy, aspect de surface d’une pierre de calcaire urgonien.

Fig. 47 – Château d’Annecy, logis Nemours, mur en calcaire urgonien adapté au substrat de calcaire urgonien.

Fig. 47 – Château d’Annecy, logis Nemours, mur en calcaire urgonien adapté au substrat de calcaire urgonien.

Fig. 48 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R390. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 48 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R390. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 49 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R 391. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 49 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R 391. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 50 – Annecy, palais de l’Isle, calcaire urgonien blanc et ocre.

Fig. 50 – Annecy, palais de l’Isle, calcaire urgonien blanc et ocre.

75La montagne du Semnoz est constituée de calcaire et couronnée par une falaise du faciès urgonien (fig. 44). Ce banc dur et épais a été exploité dans la partie nord du Semnoz ; il a fait la réputation de la pierre d’Annecy. Des carrières existaient dans la ville même qui garde des noms de rue significatifs : la « côte Perrière » et la « rue Perrière », sous le château côté est, en contrebas de la « tour Perrière ». Il existait également des exploitations aux Balmettes, vallon à l’ouest du château, dans l’Urgonien daté du Valanginien. On exploitait un beau calcaire blanc à la Puya (flanc nord-est du Semnoz), au crêt du Maure (partie nord du Semnoz), alors qu’au sud de Sévrier, le calcaire du Crétacé supérieur était utilisé comme pierre à chaux (Moret 1925, p. 154). Il faut cependant noter que le calcaire urgonien est difficile à extraire du fait de sa compacité et de l’épaisseur parfois importante des bancs.

76Le calcaire urgonien est plus foncé vers l’est, ainsi le « noir de Sixt », calcaire sombre et très dur est communément considéré comme un marbre. Il a été exploité à Samoëns sur les flancs des Suets au lieu-dit « les Fontaines », et dans le défilé des Tines qui mène à Sixt. À Magland, dans la vallée de l’Arve en amont de Cluses, le calcaire urgonien est gris bleu.

1.2.3.3. Les grès

77Il existe dans la région plusieurs gisements importants de grès essentiellement dans la nappe de Gurnigel en limite du Chablais.

78La colline des Allinges sur laquelle se sont implantés les châteaux et sa voisine de la Maladière sont des affleurements des grès et poudingues de la série du Vouan (e5c‑6 ; fig. 51 et 52). Selon les niveaux, le grès est fin ou plus grossier (fig. 53). L’observation au microscope polarisant montre que les grains de quartz sont bien engrenés et solidaires ce qui confère une bonne résistance à la pierre (fig. 54). Le grès est utilisé pour la construction du château, mais également pour l’extraction de pierres de meules, au niveau du château et sur la colline de la Maladière (fig. 55).

Fig. 51 – Allinges, affleurement devant l’entrée de Château-Neuf.

Fig. 51 – Allinges, affleurement devant l’entrée de Château-Neuf.

Fig. 52 – Allinges, détail de l’afflreurement de grès et conglomérat.

Fig. 52 – Allinges, détail de l’afflreurement de grès et conglomérat.

Fig. 53 – Allinges, vue macroscopique d’un grès.

Fig. 53 – Allinges, vue macroscopique d’un grès.

Fig. 54 – Allinges, R 394, grès. Vue au microscope en lumière polarisée-analysée, 40 x (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 54 – Allinges, R 394, grès. Vue au microscope en lumière polarisée-analysée, 40 x (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 55 – Allinges, carrière de meules sous Château-Vieux.

Fig. 55 – Allinges, carrière de meules sous Château-Vieux.

79Les grès des Voirons (c‑eG) appartiennent à la même série que ceux des Allinges. Ils sont constitués par une alternance de bancs conglomératiques, gréseux et marneux, d’épaisseurs variables. (Jan du Chène, Gorin, Van Stuijvenberg 1975). Ces grès ont été exploités pour la fabrication de pierres meulières à Fillinges, à la Grand’Gueule, à la Molière à Vachat, à la Meulière Longue et à Saint-André-de-Boëge. Les prospections réalisées sur le mont Vouan ont permis de localiser quelque 65 chantiers d’extraction (Belmont 2012).

80À Bonneville, le substrat est constitué de molasse gréseuse marine d’âge rupélien sur la partie basse. Ce grès à ciment calcaire de Bonneville affleure dans la ville et notamment sous le château où il apparaît lité (fig. 56). Les faciès les plus fins ont été exploités dans différentes carrières (Mortillet 1858, p. 365). À environ 600 mètres d’altitude apparaissent les formations gréseuses de la nappe des Préalpes médianes dominée par le Môle. Elles contiennent essentiellement des niveaux gréseux difficiles à distinguer de la molasse sous-jacente. Au-dessus d’Ayse, une carrière existe encore au lieu-dit « La Carrière ». L’exploitation est dans une propriété privée mais les murs le long de la route sont construits avec des blocs extraits de la carrière sur lesquels on peut observer aisément les litages et les traces de taille. La pierre est un grès à grain fin de couleur gris clair à reflets bleus. Essentiellement quartzeux, il contient des micas et le ciment est calcaro-argileux.

Fig. 56 – Bonneville, soubassement du château.

Fig. 56 – Bonneville, soubassement du château.

81Au-dessus de Samoëns et de Sixt, les formations éocènes comprennent des niveaux gréseux assez clairs et de grain fin (grès de Samoëns et grès de Taveyannaz).

1.2.3.4. Le tuf calcaire ou travertin

82Roche légère et résistante, le tuf calcaire, également appelé travertin, est utilisé comme matériau de construction dans de nombreuses régions depuis l’Antiquité (Blot, Paicheler 1991).

83Les tufs calcaires se forment par précipitation chimique du calcaire dissous dans l’eau. Les eaux chargées de calcaire perdent leur gaz carbonique au griffon de la source, ce qui provoque le dépôt de calcite sur les débris végétaux emprisonnant des brindilles, des mousses, des feuilles, etc. Au cours du temps, la croissance continue des dépôts calcaires peut former des encroûtements importants. La décomposition des végétaux, emprisonnés dans le calcaire, produit une roche très poreuse dans laquelle restent visibles les traces des végétaux en négatif (fig. 57 et 58). Il en résulte une pierre tendre fréquemment pulvérulente, facile à extraire et à travailler. Si le tuf se taille très bien, il se désagrège cependant facilement et présente un aspect caverneux peu esthétique. En revanche sa porosité large et ouverte qui pénètre en profondeur, le rend léger et peu sensible au gel car l’eau n’est pas stockée dans la roche.

Fig. 57 – Meillerie, tuf calcaire.

Fig. 57 – Meillerie, tuf calcaire.

Fig. 58 – Saint-Jean-d’Aulps, tuf calcaire.

Fig. 58 – Saint-Jean-d’Aulps, tuf calcaire.

Gisements de tuf (fig. 59)

Fig. 59 – Carte schématique des affleurements de tufs repérés et de quelques affleurements de cargneule.

Fig. 59 – Carte schématique des affleurements de tufs repérés et de quelques affleurements de cargneule.

84En Savoie et Haute-Savoie, les tufs des sources calcaires rarement cartographiés sont pourtant fréquents et connus (Le Roux 1904). Les affleurements sont en général d’étendue trop faible pour figurer sur les cartes géologiques ce qui rend impossible la cartographie exhaustive de tous les gisements. Les tufs se forment de façon privilégiée au pied des affleurements calcaires au point de source, entre les calcaires et des formations moins perméables sous-jacentes ou au contact des formations glaciaires argilo-sableuses. Dans le sillon molassique, les gisements de tuf se forment localement au contact entre les massifs calcaires et les alluvions glaciaires recouvrant la molasse.

85Les tufs sont connus et généralement signalés dans la description géographique des communes. De plus, certains toponymes permettent de repérer des affleurements : « les Tufs », « la Touvière », « le Thovet », « le Touvet », « le Thovey », « le Thou », « la Tovasse », « la Tovassière »… (Marteaux 1915 ; Marteaux 1918, p. 151). Il faut cependant pondérer cet indice car dans les Alpes, le terme de patois « tova » peut désigner aussi bien du tuf calcaire que de la cargneule, roche d’aspect similaire mais de genèse très différente.

86Des tufs sont signalés en de nombreux points du territoire : à Étrembières (sous le nom de « greube »), dans la vallée des Usses au ravin de la Caille, en Albanais, dans la vallée du Giffre et à Pouilly, au-dessus de Saint-Jeoire-en-Faucigny ou encore à proximité de Meillerie. Il existe également un encroûtement de tuf sur le bord de la Dranse à Reyvroz (Mortillet 1858, p. 376).

87Au nord de Saint-Jeoire, sous le hameau de Pouilly (fig. 60 et 61), dans la pente au-dessus des gorges du Risse, une masse de tuf affleure depuis le plateau jusqu’au torrent, sur une épaisseur de 50 à 60 m (Necker 1841, p. 215). La source pétrifiante à l’origine du dépôt a un débit de 120 l/s et la roche a emprisonné végétaux et insectes (Le Roux 1904, p. 265). Ces tufs, très abondants, étaient exploités pour les besoins locaux et transportés jusqu’à Genève (Mortillet 1858, p. 374). La carrière a été exploitée jusqu’à la première guerre mondiale. La pierre était alors découpée à la scie, grâce à un cours d’eau alimentant une turbine électrique (Broise 1986, p. 286).

Fig. 60 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.

Fig. 60 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.

Fig. 61 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.

Fig. 61 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.

88Aux alentours de Meillerie, trois affleurements de tuf de taille importante sont signalés sur la carte géologique, deux d’entre eux dans les pentes sous le plateau des Mémises surplombant Meillerie, et un autre à Troubois, près du lac, a été entaillé lors de la construction de la route entre Lullin et Meillerie (Necker 1841, p. 215).

89Dans la vallée du Giffre, aux alentours de Taninges, il existe deux hameaux aux toponymes significatifs : « les Tufs » et « le Thou » où les encroûtements de calcaire sont visibles aux abords de ruisseaux. En outre, un affleurement est signalé sur la carte géologique dans les pentes, au-dessus de Plonnex.

90En Albanais, territoire haut-savoyard situé entre le lac d’Annecy et le lac du Bourget, des tufs sont signalés à Vieugy, au sud d’Annecy (Bruchet 1901), à Mathonnex (« crêt de la Tovière »), à Chapeiry (cascade de tuf dite « le Voile de la mariée »), à Alby-sur-Chéran (lieu-dit la Touvière).

Caractéristiques techniques des tufs calcaires

91D’un point de vue pétrographique, le tuf est un calcaire micritique. Son mode de formation, par précipitation chimique au griffon d’une source d’eau chargée en calcite, entraîne l’inclusion de végétaux qui, en pourrissant, laissent place à des pores de grande taille (fig. 62 à 64).

Fig. 62 – Faucigny, R304. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 62 – Faucigny, R304. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 63 – Saint-Jean-d’Aulps, R318. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 63 – Saint-Jean-d’Aulps, R318. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 64 – Flérier, R324. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 64 – Flérier, R324. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

92Les mesures physiques réalisées sur le tuf de Pouilly (au-dessus de Saint-Jeoire) donnent une masse volumique qui varie de 800 à 1 500 kg/m3 et une résistance à la compression de 4 à 5 MPa soit 41 à 51 kg/cm², ce qui correspond à une résistance particulièrement faible (base Monumat, BRGM). Cette faible résistance du tuf est compensée par sa faible masse. Relativement aisée à tailler et à mettre en œuvre, sa légèreté est un avantage pour la construction de voûtes et d’arc qui, plus légers, engendrent moins de forces sur les supports. C’est donc finalement un bon matériau de construction même dans les éléments porteurs.

93Les calculs de stabilité des voûtes peuvent être fort complexes mais ce principe de compensation de la faible résistance mécanique par la faible masse des pierres est connu des architectes et figure dans le Manuel ou guide de ceux qui veulent bâtir de Lecoy en 1830 justement pour le cas du tuf (Lecoy 1830, p. 131) :

Avant d’aller plus loin dans la recherche de l’objet dont il s’agit, il est bon d’être prévenu que la résistance des corps de même nature, est, en général, proportionnée à leurs poids ; ce qui est constaté par un grand nombre d’expériences, tant sur les bois que sur la brique, les pierres, les marbres, etc. ; d’où il suit qu’avec de la pierre tendre, telle que celle de tuf, qui pèse environ 120 livres le pied cube, on peut construire des voûtes d’une grande étendue, sans avoir lieu d’appréhender que cette pierre s’écrase sous la charge, par la raison que la résistance étant proportionnée à peu près à la pesanteur spécifique, la charge ou compression des premiers voussoirs diminue précisément dans le rapport de cette même pesanteur.

1.2.3.5. La cargneule (ou cornieule en Suisse)

94Les cargneules sont des roches sédimentaires carbonatées dolomitiques caractérisées par un aspect vacuolaire et des cloisons très dures. Ce sont des roches hétérogènes souvent bréchiques, c’est-à-dire formées de fragments de roches anguleux cimentés par une matrice calcaire.

95La porosité est importante, l’aspect caverneux est dû aux vacuoles irrégulières, de grande taille et séparées par des cloisons géométriques constituées de calcite dure formant un réseau tridimensionnel plus résistant (fig. 65). La couleur varie du gris au jaune-brun à rouille comme on peut l’observer dans le lit du ruisseau de la Valentine à Verchaix (fig. 66). Cette roche se forme en contexte dolomitique et est souvent associée à des gypses. La circulation d’eau chargée en gypse provoque une dissolution sélective de la dolomite d’où l’aspect caverneux en surface. Les cargneules peuvent également se former par agglomération d’éléments anguleux de nature variée (dolomites, calcaires, marbres…) dans une matrice constituée d’un ciment de calcaire jaunâtre. Selon leur mode de formation les cargneules sont des roches hétérogènes et de qualités très différentes.

Fig. 65 – Samoëns, pierre de cargneule dans le mur du clocher.

Fig. 65 – Samoëns, pierre de cargneule dans le mur du clocher.

Fig. 66 – Verchaix, lieu-dit la Charrière, ruisseau de la Valentine, cargneule.

Fig. 66 – Verchaix, lieu-dit la Charrière, ruisseau de la Valentine, cargneule.

96Les gisements de cargneule sont fréquemment associés au Trias (Arnaud et al. 1976 ; Debelmas, Gidon, Kerckhove 1978). Ils sont cartographiés dans la haute vallée du Giffre, entre Taninges et Sixt, ainsi qu’à Saint-Gervais, sous le village dans le cours du Bonnant, affluent de l’Arve (Messines du Sourbier 1938, p. 420). Dans le piémont des Dranses du Chablais, les trois collines triasiques à l’ouest de Vinzier sont des cargneules (Croset 1954). Celles-ci affleurent également dans les gorges de la Dranse sous Féternes. On note également des affleurements dans les hauteurs de Saint-Gingolph ainsi qu’entre Saint-Gingolph et le Bouveret au-dessus de la route côtière.

97L’aspect vacuolaire et la couleur, assez similaires à ce que l’on observe pour les tufs calcaires, conduit parfois à confondre le tuf et la cargneule qui pourtant n’ont pas la même origine géologique. En Haute-Savoie, le terme de tuf est employé indifféremment pour les tufs calcaires et les cargneules et parfois le terme de cornieule est employé pour du tuf. La confusion est constante et dans certains cas, sans examen, il est difficile de trancher.

Le Tovasset est la dernière forte montée du col du Bon Homme. On l’appelle de ce nom parce que les gens du pays, de même que de Saussure, ont pris la cargneule pour du tuf, et que le tuf se nomme tovet en patois (Favre 1867, p. 561).

1.2.3.6. Les « couches rouges »

98Les « couches rouges », présentes uniquement dans le massif du Chablais, appartiennent aux niveaux crétacés de la nappe de la Brèche. Elles sont entaillées par les trois Dranses et l’on trouve donc des affleurements dans les trois vallées. Elles comprennent essentiellement des calcaires argileux roses et des calcschistes à galets mous beiges (fig. 67). Certains niveaux plus détritiques de calcschistes gréseux sont plus rouges et plus massifs. Les affleurements montrent également des fissures emplies de calcite formant des veines blanches. La texture est fine et la porosité faible, ce qui rend la roche non gélive. Le litage naturel de la roche permet d’extraire aisément des blocs de faible épaisseur (fig. 68) mais certains bancs plus massifs fournissent des pierres de grand appareil (fig. 69).

Fig. 67 – Affleurement des « couches rouges » sur la route de Seytroux.

Fig. 67 – Affleurement des « couches rouges » sur la route de Seytroux.

Fig. 68 – Meillerie, contrefort nord contenant des pierres de calcshiste rouge des « couches rouges ».

Fig. 68 – Meillerie, contrefort nord contenant des pierres de calcshiste rouge des « couches rouges ».

Fig. 69 – Abondance, contrefort en calcschiste rouge des « couches rouges ».

Fig. 69 – Abondance, contrefort en calcschiste rouge des « couches rouges ».

1.2.3.7. Les galets

99Matériaux utilisés dans de nombreuses constructions en tout-venant dans les murs ou en fondation, les galets (appelés « boulets » en Suisse) sont présents en abondance dans les sédiments torrentiels et fluvioglaciaires de la plaine lémanique et surtout dans les moraines glaciaires. Au château de Rouelbeau, canton de Genève en Suisse, cette ressource locale a été largement utilisée dans les murs. L’abbaye du Lieu présente également un très bon exemple de cet usage dans la construction des murs (fig. 70).

Fig. 70 – Abbatiale du Lieu, galets, mur gouttereau sud.

Fig. 70 – Abbatiale du Lieu, galets, mur gouttereau sud.

100Les galets peuvent être de nature pétrographique très variable selon leur origine, et sont le reflet de toutes les roches présentes dans le bassin-versant du glacier ou de la rivière concernée.

1.2.3.8. Les « marbres »

101Les gisements de roches dites « marbre » sont peu nombreux ; de plus la dénomination « marbre » est parfois employée à tort pour des calcaires durs non métamorphisés. Ainsi le marbre « noir de Sixt » est simplement un niveau de calcaire dur bien cristallisé appartenant au Crétacé (n4-5, calcaire en grande partie de faciès urgonien). Observé en lame mince au microscope polarisant, il montre une texture non orientée avec des bioclastes cimentés par de la calcite (fig. 71). Une carrière en activité dans le défilé des Tines à l’entrée de Sixt permet de bien observer la roche traversée par endroits par de petites veines blanches (fig. 72). La chapelle nord de l’église de Sixt est bâtie sur un bloc éboulé (fig. 73).

Fig. 71 – Sixt, calcaire noir de la carrière des Tines, R 306. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 71 – Sixt, calcaire noir de la carrière des Tines, R 306. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).

Fig. 72 – Sixt, carrière des Tines, calcaire noir de Sixt.

Fig. 72 – Sixt, carrière des Tines, calcaire noir de Sixt.

Fig. 73 – Sixt, église, bloc de calcaire noir intégré dans le mur.

Fig. 73 – Sixt, église, bloc de calcaire noir intégré dans le mur.

102Le marbre gris-rose à veines de calcite blanche de La Vernaz parfois appelé « rouge des Dranses » est en fait un calcaire du Jurassique (J5 Argovien). La carrière est encore visible dans les bois sur les pentes dans la montée entre Bioge et La Vernaz (fig. 74). Certaines zones de la carrière produisent une pierre avec des tons verts. La couleur la plus recherchée est le rouge-acajou. Selon les bancs, la texture est noduleuse ou compacte. Le gisement était exploité dans une carrière à ciel ouvert et il l’est encore ponctuellement en fonction de la demande. Au village de La Vernaz, un oratoire daté de 1761 est réalisé en marbre rose à veines blanches (fig. 75). C’est apparemment la plus ancienne attestation de l’utilisation de ce gisement mais il a pu être exploité antérieurement. D’autres carrières sont également signalées dans la même formation géologique à Vailly et Bellevaux.

Fig. 74 – Carrière de La Vernaz, marbre rose.

Fig. 74 – Carrière de La Vernaz, marbre rose.

Fig. 75 – La Vernaz, oratoire.

Fig. 75 – La Vernaz, oratoire.

103Le marbre de Doussard est un calcaire noir veiné de blanc appartenant à l’Oxfordien (J5-8a, Jurassique supérieur, Oxfordien moyen - Kimméridgien inférieur). Il affleure à l’est de Doussard et le long du lac d’Annecy entre Doussard et Talloires, il était exploité en carrière à Angon.

1.2.3.9. Les granites

104Les granites ont été exploités essentiellement au XIXe siècle par les « granitiers » ou « graniteurs » italiens établis à Chamonix, Combloux, Cordon et Domancy. Les granites, encore qualifiés de « protogines », sont présents essentiellement dans le massif du Mont-Blanc. Leur extraction est difficile car c’est une roche massive très dure. La texture est grenue et le cortège minéralogique comprend du quartz, des phénocristaux de feldspaths potassiques et de petits micas noirs. Lorsque le feldspath est altéré, ainsi que la biotite qui se transforme alors en chlorite, la roche prend une teinte verdâtre. La roche n’est cependant pas parfaitement homogène ; elle comprend des enclaves de magma basique qui apparaissent plus sombres. Ces « crapauds » constituent des points de faiblesse de la roche.

105Des blocs erratiques de granite et des galets et boulets se rencontrent dans tous les alluvions morainiques depuis les hautes vallées alpines jusqu’au lac Léman. Les anciennes carrières de Chamonix (au-dessus du hameau des Bois) sont en fait une exploitation des blocs erratiques charriés par l’ancien glacier du Mont-Blanc qui se sont déposés sur place à la fonte de la glace. La carrière de Combloux est également un chaos de blocs erratiques (Berger-Sabatel 2007).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte géographique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève avec indication des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 2 – Le bourg d’Yvoire, entrée principale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 3 – Château de Coudrée transformé en hôtel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 4 – Château de Faucigny.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Titre Fig. 5 – Château de Duingt vu depuis l’abbaye de Talloires.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 6 – Château d’Annecy vu depuis le lac.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 7 – Château de Bonneville.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 8 – La vallée de l’Arve vue depuis Faucigny.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 9 – La vallée d’Aulps.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 10 – Le site de l’abbaye de Bonlieu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 11 – Le site de la chartreuse de Vallon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 12 – La chartreuse du Reposoir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 13 – Cirque du Fer-à-Cheval.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 14 – La vallée du Giffre, abbaye de Sixt.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 15 – Carte géologique simplifiée de l’ancien diocèse de Genève.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 16 – Allinges, bloc erratique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Fig. 17 – Ballaison, bloc erratique dit « Pierre à Martin ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 18 – Carte schématique des affleurements de molasse, reconnus ou identifiés dans le sillon molassique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 19 – Viry, traces d’extraction de molasse dans le ruisseau des Foges.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 20 – Prailles, ancien front de taille sur le flanc nord du mont de Boisy.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 21 – Alby-sur-Chéran, le Chéran entaillant la molasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 22 – Clermont, la molasse du soubassement du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 23 – Clermont, affleurement de molasse au nord du château médiéval.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 24 – Lac Léman, carte du Petit Lac et localisation des affleurements de molasse et des carrières lacustres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 25 – Photographie aérienne du littoral du Léman au niveau de Chambésy et Cologny (Suisse) [image Google Earth, 2013].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Fig. 26 – Chambésy, zone médiane (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 27 – Chambésy, zone sud (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 28 – Chambésy, zone nord (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 29 – Photographie aérienne du littoral du Léman à Coppet (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 30 – Coppet (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 31 – Founex (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 32 – Céligny (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 33 – Cologny, partie nord (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 34 – Cologny, partie sud (image Google Earth, 2013).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 35 – Konrad Witz, La pêche miraculeuse ou appel de saint Pierre, 1444, retable de la cathédrale Saint-Pierre de Genève, musée d’Art et d’Histoire de Genève, © Musées d'art et d'histoire, Ville de Genève, cliché Fl. Bevilacqua.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 36 – Faucigny, R305. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Fig. 37 – Contamine-sur-Arve, R321. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Fig. 38 – Contamine-sur-Arve, R322. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 39 – Contamine-sur-Arve, R323. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 40 – Moussy, R384. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 41 – Rouelbeau, R385. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 42 – Clermont, R398. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 43 – Desingy, R402. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Fig. 44 – Sommet du Semnoz, affleurement du calcaire de faciès urgonien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Fig. 45 – Meillerie, carrière des Étalins, calcaire gris siliceux du Lias.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 46 – Château d’Annecy, aspect de surface d’une pierre de calcaire urgonien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 47 – Château d’Annecy, logis Nemours, mur en calcaire urgonien adapté au substrat de calcaire urgonien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Fig. 48 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R390. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 49 – Calcaire urgonien du Semnoz, Sainte-Catherine, R 391. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 50 – Annecy, palais de l’Isle, calcaire urgonien blanc et ocre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 51 – Allinges, affleurement devant l’entrée de Château-Neuf.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 52 – Allinges, détail de l’afflreurement de grès et conglomérat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 53 – Allinges, vue macroscopique d’un grès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Titre Fig. 54 – Allinges, R 394, grès. Vue au microscope en lumière polarisée-analysée, 40 x (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Fig. 55 – Allinges, carrière de meules sous Château-Vieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 56 – Bonneville, soubassement du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Fig. 57 – Meillerie, tuf calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 58 – Saint-Jean-d’Aulps, tuf calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 59 – Carte schématique des affleurements de tufs repérés et de quelques affleurements de cargneule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 60 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Fig. 61 – Pouilly, Saint-Jeoire, affleurement de tuf calcaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 62 – Faucigny, R304. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 63 – Saint-Jean-d’Aulps, R318. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 64 – Flérier, R324. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée d’un fragment de tuf (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Fig. 65 – Samoëns, pierre de cargneule dans le mur du clocher.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 66 – Verchaix, lieu-dit la Charrière, ruisseau de la Valentine, cargneule.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 67 – Affleurement des « couches rouges » sur la route de Seytroux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Fig. 68 – Meillerie, contrefort nord contenant des pierres de calcshiste rouge des « couches rouges ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 69 – Abondance, contrefort en calcschiste rouge des « couches rouges ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Fig. 70 – Abbatiale du Lieu, galets, mur gouttereau sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 71 – Sixt, calcaire noir de la carrière des Tines, R 306. Photographie au microscope polarisant en lumière polarisée-analysée (la barre d’échelle correspond à 1 mm).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 72 – Sixt, carrière des Tines, calcaire noir de Sixt.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 73 – Sixt, église, bloc de calcaire noir intégré dans le mur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 74 – Carrière de La Vernaz, marbre rose.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 75 – La Vernaz, oratoire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/4645/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search