Version classiqueVersion mobile

La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle

 | 
Anne Baud
, 
Anne Schmitt

Introduction

Texte intégral

  • 1 L. Blondel et R. Oursel ont travaillé entre 1950 et 1980 sur les sites monumentaux de la Haute-Savo (...)

1La Haute-Savoie correspond à la majeure partie de l’ancien diocèse de Genève du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle. Cette région au relief contrasté est composée de massifs alpins entaillés de profondes vallées. Alors qu’elle est limitée à l’ouest par la plaine du Rhône et au nord par le lac Léman, elle est dominée à l’est par le massif du Mont-Blanc. C’est en parcourant ce vaste territoire que l’on découvre au détour d’une vallée ou lors du franchissement d’un col les nombreuses abbayes et châteaux qui témoignent d’une histoire complexe. Bien que d’une très grande richesse, ce patrimoine haut-savoyard reste relativement méconnu malgré les études effectuées sur les châteaux par Louis Blondel, et sur les édifices religieux par Raymond Oursel1.

2Diverses études archéologiques ont cependant été réalisées au cours de ces vingt dernières années sur de grands sites comme les abbayes de Sainte-Marie d’Aulps, Sixt, Abondance et les châteaux des Allinges, de Clermont ou d’Annecy. Par ailleurs, un programme de coopération transfrontalière (AVER 2003‑2007) s’est attaché à revaloriser les anciens vestiges alpins. On peut également citer également les travaux plus récents de Marcel Grandjean (Grandjean 1995a, b et 2015).

3C’est à l’occasion de fouilles menées dans l’abbaye de Sainte-Marie d’Aulps qu’est née l’idée d’une démarche commune associant archéologie et géologie. L’objectif était de comprendre quels étaient les critères de choix pour les constructeurs du Moyen Âge et de l’époque moderne dès lors qu’ils devaient s’approvisionner en pierres. La question posée est en effet de savoir quelles ont été les roches utilisées dans la construction monumentale dans une région aux ressources nombreuses. La période retenue (XIIe-XVIIe) est suffisamment longue pour permettre de saisir l’évolution des approvisionnements et des choix techniques ou esthétiques.

4Une première prospection a permis d’identifier dans différentes zones de la région une quarantaine de sites propres à fournir les informations indispensables à la contextualisation des édifices : statut religieux ou laïc, environnement géographique et géologique. Si la confrontation des approches géologiques et archéologiques repose sur l’intégration de différentes échelles d’analyse, la problématique n’en est pas moins commune. Chaque édifice a fait l’objet d’une étude architecturale prenant en compte la nature des pierres et leur mise en œuvre. L’inventaire des ressources géologiques repose également sur des prospections visant à repérer les anciennes carrières ou affleurements exploitables.

5L’analyse des bâtiments effectuée au cours de cette étude s’est parfois appuyée sur des travaux menés dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive.

6Afin de mieux cerner l’organisation du chantier médiéval et moderne, l’exploitation des sources textuelles constitue un apport essentiel. Les comptes de châtellenie en particulier mettent en lumière la répartition des tâches depuis la commande jusqu’à la réception des matériaux sur le chantier, en passant par les différents modes de transport. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, à Annecy, Bonneville ou Ripaille, sont mentionnés les pierres, les lieux d’extraction et le type de transport. Pour Annecy et Ripaille, les comptes ont été transcrits par Max Bruchet au tout début du XXe siècle. Pour Bonneville, Christian Guilleré en a transcrit et traduit la totalité. Les comptes qui fournissent le plus d’informations exploitables dans le cadre de cette recherche appartiennent au château de Ripaille. Ils comprennent, en effet, une description détaillée de la nature et de l’origine des pierres et décrivent l’organisation des transports à partir des carrières. On peut cependant déplorer qu’aucune précision technique et pratique ne soit livrée : temps de séchage de la pierre, nature des outils, etc.

7L’étude présentée ici ne vise pas l’exhaustivité mais tente, à travers quelques exemples bien documentés, de dégager les grandes lignes de l’utilisation de la pierre, de son extraction à sa mise en œuvre, depuis le XIIe siècle jusqu’au XVIIe, en Haute-Savoie. Après un rappel du contexte historique qui permettra de mettre en évidence les principaux acteurs des grands chantiers monumentaux civils et religieux de la région, on présentera les caractéristiques géographique et géologique afin d’identifier les différentes roches utilisables pour la construction médiévale et moderne. À partir de ces exemples, se posera de manière plus globale la question de la circulation en montagne et du transport des matériaux.

8Nous proposons un découpage par microrégions, définies de la façon suivante : le rivage du Léman et le sillon molassique, le Chablais, la région d’Annecy et les vallées alpines de l’Arve et du Giffre. Il s’agit pour chacune de mener une double prospection sur l’architecture monumentale médiévale et moderne conservée, ainsi que sur les gisements et les carrières encore visibles.

Notes

1 L. Blondel et R. Oursel ont travaillé entre 1950 et 1980 sur les sites monumentaux de la Haute-Savoie. Voir bibliographie.

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search