Version classiqueVersion mobile

La construction monumentale en Haute-Savoie du XIIe au XVIIe siècle

 | 
Anne Baud
, 
Anne Schmitt

Préface

Joël Serralongue

Texte intégral

1Les bâtiments, piliers de cette enquête, sont parfois exceptionnels mais le plus souvent modestes. Tout un chacun les côtoie au quotidien sans se poser de questions, au même titre que les paysages dans lesquels ils s’insèrent. Tout au plus, il se satisfera de leur présence, du plaisir qu’il ressent à vivre à leur côté ou de passer à leur proximité mais s’insurgera s’ils sont menacés et au pire souffrira de leur absence s’ils sont amenés à disparaître.

2Cet ouvrage a pour objet d’éclairer ces édifices, en leur donnant plus de sens et de réalité historique et physique, en identifiant et caractérisant leurs matériaux de construction et de parure. Il s’agit de ne plus voir un monument selon ses masses et ses volumes, ses ensembles et ses détails, ses façades et ses toitures mais de pénétrer ses divers éléments afin de les faire parler. On recherche ainsi les origines des matériaux et les commanditaires. On tente d'expliciter le choix des matériaux et les phasages de construction.

3Cette étude propose de réunir en un seul ouvrage des édifices dispersés sur un territoire géographique et géologique d’une grande diversité, soumis durant les quelques siècles concernés à diverses entités politiques et religieuses : les évêques de Genève, les comtes puis ducs de Savoie, les comtes de Genève, les sires de Faucigny et leurs multiples vassaux sans compter une dizaine d’abbayes et plusieurs dizaines de prieurés.

4Quelle aventure de pouvoir participer à une telle enquête en mettant à disposition des auteures ce que l'on a accumulé comme images et témoignages au fil d'une carrière dans un territoire bien connu et ô combien complexe !

  • Il fallait chercher des édifices religieux des mondes séculiers et réguliers, mais également des bâtiments civils, des maisons urbaines, des maisons fortes ou des châteaux, en ruine ou encore occupés ;
  • il fallait sélectionner des édifices aux matériaux encore visibles et non masqués derrière des enduits, qu’ils soient anciens ou répondent à une « mode » récente de restauration.

5Ainsi, des centaines de kilomètres ont été parcourus dans les vallées du Rhône, du Fier, des Usses, de l’Arve, des Dranses, du Chéran, du Giffre, sur les rives des lacs Léman, d’Annecy et du Bourget, dans les massifs des Bauges, des Bornes, du Salève, du Vuache, des Aravis et du Mont-Blanc, dévoilant la diversité des matériaux à disposition et mis en œuvre dans un territoire où le spectre géologique est d’une très grande richesse.

  • Parcourir ces vallées parfois larges et agrestes ou encore densément peuplées et industrialisées, parfois étroites et hostiles, jalonnées parfois d'oratoires destinés à protéger ceux l'empruntant ou témoignant d'accidents depuis bien longtemps oubliés, passer de l'une à l'autre par des cols ouvrant sur de nouveaux paysages, sur des parcellaires les structurant différemment, sur des bâtis usant de matériaux différents ;
  • emprunter des routes au plus près des rivières, taillées dans le rocher, parfois en encorbellement, franchir des rivières sur des ouvrages modestes ou colossaux témoignant des savoir-faire des agents-voyers de l'Ancien régime puis de leurs successeurs ;
  • revenir à des carrières, à des zones d’extraction déjà vues ou partir à leur recherche dans des lieux improbables : en bord de route – Sixt et Annecy, en zones boisées – Massongy, Sciez, Mont des Princes ou Viry, modeste rivière serpentant dans une forêt où les fronts de taille en constituent dorénavant les berges abruptes ;
  • avoir le plaisir de découvrir des sites inconnus, ou de les redécouvrir – un serrement au cœur – après plusieurs années d’absence, dans l’inquiétude de les voir dégradés, dévastés, trop restaurés ou remaniés.

6De nos jours, la restauration des édifices anciens, qu’ils soient classés ou non monuments historiques, si elle se fait dans le respect – comme il se doit dans un pays où Prosper Mérimée a attiré l’attention des élites, des décideurs et des populations locales sur le patrimoine monumental de la France dès le milieu du XIXe siècle – rend indispensable d’aller rechercher les matériaux nécessaires : calcaire, pourtant si abondant dans nos massifs, tuf et molasse, cette dernière remplacée le plus souvent par du grès, en dehors des Savoie, dans l’Ain au plus près, mais également dans l’Allier ou parfois même en Alsace. On ne peut s’empêcher de signaler, bien que les couvertures ne soient pas évoquées dans cet ouvrage, le cas de l’ardoise, utilisée dans nombre de couvertures d’édifices savoyards depuis la première moitié du XVIIIe siècle, suite à la mise en exploitation de la richesse du sous-sol de Morzine. Près de 300 ans plus tard, après l’abandon des ardoisières de la vallée de Chamonix, celles de Morzine ne peuvent satisfaire que de modestes commandes contraignant les chantiers de restauration à s’approvisionner, après l’épuisement de celles d’Anjou et de la Belgique, en Espagne mais le plus souvent au Brésil, au Canada ou même en Chine. Ces transports en porte-conteneurs participent, sans nul doute, à des désordres dont on subit désormais les conséquences désastreuses sans compter que ces matériaux n’offrent pas toujours les conditions requises sous nos climats.

7À vos étonnement, délectation et réflexion.

Auteur

Archéologue

© Alpara, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search