Version classiqueVersion mobile

Organiser l’espace sacré au Moyen Âge

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Lexique

Texte intégral

1Ce lexique a été élaboré en commun par les membres du groupe de recherche sur la morphogenèse ecclésiale au Moyen Âge, non comme un vocabulaire exhaustif de l’architecture, ni même de l’architecture religieuse (il en existe par ailleurs). Il s’agit là d’une définition de termes qui nous ont posé des problèmes de traduction, d’interprétation ou de double emploi. La confusion des termes latins au Moyen Âge, l’abus de synonymes qui ne tiennent pas compte de l’étymologie ou de la datation, la spécialisation de certains termes aux XIXe et XXe siècles, la confusion de termes exprimant la fonction ou l’architecture, nous ont amené à proposer (en exprimant un certain parti pris tenant compte des usages anciens et des définitions contemporaines) une liste restreinte de définitions ; elles nous servent d’outils de description, d’analyse et d’interprétation – en somme le travail banal de l’archéologie.

2Monique ZANNETTACCI

ABSIDE

3L’étymologie (grec ἁψίς, ἁψῖδος, latin absis, apsis, absidis) fait référence à la courbe et à la voûte. Au Moyen Âge le sens est réservé à la courbe semi-circulaire (absida).

4Sens architectural : on nomme abside la partie semi-circulaire (ou polygonale par extension) de l’église située à l’opposé de l’entrée principale. Mais il peut aussi exister des absides ouvertes sur le transept. Lorsqu’une seconde abside remplace l’entrée principale, on parle de contre-abside. Lorsqu’il s’agit d’absides secondaires ouvrant sur le transept, sur les bas-côtés, sur l’abside principale ou sur un déambulatoire on parle d’absidioles.

5Viollet-le-Duc (Viollet-le-Duc 1854-1868) et Flipo (Flipo 1030) utilisent à tort le terme abside pour désigner cet espace lorsqu’il est terminé par un mur droit ; cette acception est contraire à l’étymologie ; on parlera alors de chevet plat.

6Abside est un terme descriptif, n’impliquant pas de fonction. En ce qui concerne la fonction, l’abside peut correspondre en tout ou en partie au sanctuaire et au presbyterium.

7Ne pas confondre abside et chœur.

8Voir Chevet.

AMBON

9Le terme grec (ἄμβων, ἄμβωνος) signifie sommet de montagne (ou bord de vase).

10C’est une petite chaire en pierre surélevée et découverte. Au nombre de deux, les ambons sont élevés de part et d’autre de l’entrée du chœur liturgique : un pour la lecture des Épîtres, un pour les Évangiles (à Saint-Clément de Rome, XIe-XIIe siècles, selon un dispositif du VIe siècle ; à Ravello, en Italie, ambon de l’Épître du début du XIIe siècle, ambon de l’Évangile en 1272 par Niccolò di Bartolomeo da Foggia).

11Le côté nord est le plus noble car c’est le côté où l’on chante l’Évangile ; le diacre est tourné vers le nord (qui dans les écritures saintes symbolise le côté des ténèbres). Le sous-diacre lit l’Épître au sud, tourné généralement vers l’autel.

12Il existe des cas d’ambon axial en avancée dans la nef (il est probable que l’officiant est tourné vers l’autel) : Aoste, Italie (Ve siècle) [Bonnet, Perinetti 1986], Saint-André-de-Rosans (Xe siècle), Digne (VIe-VIIe siècles) [Catalogue Digne 1989], Rezé (VIe siècle) [Pirault 2005].

13À partir du XIIe siècle les tribunes monastiques et le jubé tiennent lieu d’ambon.

ARC TRIOMPHAL

14Grand arc édifié dans l’axe directionnel du chevet de l’église. Il repose souvent sur une paire de colonnes ou de pilastres ; sa structure est surmontée d’un mur diaphragme. Dans l’architecture basilicale de l’Antiquité tardive, l’arc triomphal se définit – presque toujours – comme étant l’arc introduisant l’abside, qui est le lieu où se trouve la cathèdre (du pape ou de l’évêque). À cette époque, il est un des points centraux de l’organisation du décor : mosaïques, peintures, sculptures.

15Au Moyen Âge, son emplacement devient variable au sein de l’église ; il peut se situer à l’entrée de l’abside, mais aussi à la liaison entre la nef et le transept. Son positionnement n’est pas toujours facile à définir, en particulier dans les plans à travée droite précédant l’abside. Des éléments de mobilier sont associés à l’arc triomphal, tels que le tref, le crucifix et, parfois, les chancels. L’arc triomphal n’est alors pas systématiquement l’arc d’ouverture de l’abside ; il semble être en relation avec l’ouverture du sanctuaire.

ATRIUM

16L’étymologie grecque fait référence à l’air libre : αἴθριος, ον : adj. qui fait apparaître le ciel bleu, qui est sous le ciel bleu ; le terme latin atrium se limite à la cour (la partie qui reçoit l’influence du ciel). En ancien français, le terme aitre (ou aitrie, aitriee) désigne tout ce qui entoure l’église et bénéficie de son influence : portique, porche, parvis ; terrain près de l’église jouissant du droit d’asile, cimetière.

17L’atrium est une cour entourée de portiques, placée devant la façade antérieure ou sur un côté d’une église ; elle peut aussi faire la liaison entre deux églises. Cet espace de transition entre l’espace profane et l’espace sacré a pu recevoir différents usages. Pour Jean Guyon, l’origine est à chercher dans un modèle architectural ostentatoire, princier, du début du IVe siècle (basilique civile de Trèves et mausolée de Constantin) : « Il est vain de chercher dans les fonctions qu’elles ont remplies les particularités architecturales de ces différentes constructions, quand elles tirent leurs similitudes de leur commun caractère aulique. » (Guyon 2002.)

18Voir Parvis.

AUTEL

19Altare, du latin altus (haut), l’autel est dans l’église le centre vers quoi tout converge. Édicule élevé au-dessus de terre, en forme de table, c’est sur lui qu’est célébré le sacrifice eucharistique, sacrifice et repas, action sacrée par excellence du culte chrétien. Généralement en pierre, il est l’objet d’une consécration rituelle accomplie par l’évêque au cours de laquelle sont encastrées le plus souvent dans la partie supérieure (table) des reliques de martyrs, en souvenir de l’usage paléochrétien de célébrer sur les tombes des martyrs (comme le Christ, les martyrs ont versé leur sang). Tel est l’autel dit fixe.

20Si l’autel n’est pas en pierre, mais d’une autre matière, comme le bois, on y insère dans la table une pierre de dimension restreinte. Celle-ci a été consacrée par l’évêque et elle contient aussi des reliques des martyrs : c’est pourquoi on la désigne sous le nom d’autel portatif (Trésor de Conques).

21Autel majeur (maître-autel) et autels latéraux

22À l’origine, dans les églises constantiniennes, il n’y avait qu’un seul et unique autel, comme c’est encore l’usage dans les églises d’Orient. Toutefois, en Occident, probablement dès l’époque carolingienne, voire dès l’époque de Grégoire le Grand (590-604), en raison de la vénération des corps des martyrs et de la multiplication des messes dites privées ou basses, furent édifiés en dehors de l’autel principal (autel majeur ou encore maître-autel) d’autres autels latéraux, placés dans les diverses chapelles aménagées dans le pourtour de l’église et dans la nef (contre les piliers).

23Autel de la croix

24À partir du XIe siècle, dans les cathédrales et les églises de monastères dont le chœur était généralement fermé par une tribune ou un jubé, un autel destiné aux fidèles fut souvent placé devant la clôture du chœur. On a appelé cet autel l’autel de la croix, à cause de la croix placée au-dessus de cet autel ou sur le jubé. On y célébrait la messe destinée à des assistances nombreuses (dans un cadre paroissial, ou dans des circonstances exceptionnelles comme les couronnements royaux), tandis que la messe conventuelle, celle à laquelle devaient assister les chanoines ou les moines de chœur, était célébrée au maître-autel, dans le sanctuaire.

25Autel matutinal Ce terme n’a pas d’occurrence dans les textes anciens. Autel où l’on dit la messe du jour (les jours de fête, où l’on ne peut la célébrer au maître-autel). On y dit une messe basse du matin. C’est un autel de retro (autel du Saint-Sacrement), derrière le maître-autel. On y dit également la messe pour un saint empêché par la mobilité du calendrier liturgique lié au cycle de Pâques.

BANC PRESBYTÉRAL

26Banc, du germanique banki : banc courant autour de la chambre.

27Dans les premières basiliques, un banc de pierre à un ou plusieurs degrés, appuyé contre le mur absidial de part et d’autre de la cathèdre, est destiné uniquement aux prêtres (équivalent du synthronos en Orient). On retrouve parfois ce dispositif dans des églises plus tardives, avec ou sans trône (cathédrales de Lyon et de Vienne au XIIe siècle, abbatiale de Cruas avant le XIIe siècle, et sans trône).

BASILIQUE

28L’étymologie grecque fait référence au roi (βασιλικὴ οἰκία – maison royale où l’on rend la justice, où l’on commerce). C’est un bâtiment civil romain (commerce dans les portiques inférieurs et salle de justice à l’étage).

29Dans un contexte chrétien c’est un édifice de culte construit à l’origine à l’écart du périmètre habité et lié à un cimetière, le terme ecclesia étant réservé à l’église de l’évêque.

30Au sens architectural, église à plusieurs vaisseaux allongés (trois ou cinq), le vaisseau central étant plus élevé que les autres, sans transept et pourvu d’une abside. Pour éviter toute confusion, préférer le terme de plan basilical.

31À l’époque moderne, le titre de basilique (associé à des privilèges) peut être attribué par le pape à des églises quel que soit leur statut (et leur plan).

CATHÈDRE

32Étymologie : latin cathedra, siège à haut dossier. La cathèdre, surélevée de plusieurs degrés, généralement en marbre, est réservée strictement au pape ou à l’évêque. C’est en fonction de la présence de ce siège que l’église de l’évêque s’est appelée cathédrale. Dans les premières églises, la cathèdre est appuyée au milieu du mur absidial. Vers le Xe siècle et selon les lieux et les liturgies, la cathèdre est déplacée (du côté de l’Épître) à côté de l’autel qui regarde l’abside. À partir du XIVe siècle (trône du pape à Avignon), le trône est appuyé au nord de l’abside (le pape assiste à la messe célébrée par l’évêque).

CHAIRE

33L’étymologie étant la même que pour cathèdre, il est préférable d’utiliser le terme cathèdre ou trône pour le siège de l’évêque et de réserver le terme chaire pour chaire à prêcher : tribune (avec ou sans abat-voix) située dans la nef, d’où le prêtre adresse sa prédication aux fidèles.

CHANCEL

34Du latin cancellus, barreau, balustrade. C’est une barrière liturgique relativement peu élevée située entre la partie de la nef réservée aux fidèles et le sanctuaire (ou le chœur). Elle est souvent ajourée et décorée. C’est la plus ancienne forme de clôture de chœur, en usage jusqu’au XVIe siècle, mais souvent remplacée à partir du XIIe siècle par la tribune ou le jubé.

CHAPELLE

35En latin capella, de capa, la cape : l’origine est la relique de la moitié de cape de saint Martin conservée à l’abbaye Saint-Martin de Tours, et d’où Hugues Capet tire aussi son nom (Favier 1993, v. chape, Hugues Capet). Ce terme d’origine française n’est pas utilisé dans les textes romains (entre le XIIe et le XIVe siècle) : pour les bâtiments on utilise oratorium ou sacellum, le terme capella semble importé du français et désigne plutôt une personne morale.

36La chapelle devint le lieu de culte réservé d’un palais royal, d’un château, par extension d’un palais épiscopal, à l’usage exclusif de l’évêque, ou d’une demeure privée. Cette chapelle peut être intégrée à la demeure ou indépendante.

37Le terme désigne aussi l’ensemble des clercs chargés du culte au palais royal, desservant la chapelle privée du pape, d’un évêque, d’un abbé, et aussi le groupe des chanteurs et musiciens.

38À partir du XIIIe siècle, c’est aussi un espace contenant un autel et constituant l’annexe d’une église : chapelles latérales, chapelles ouvertes sur le transept ou sur le déambulatoire (chapelles ou absidioles rayonnantes). Ces chapelles sont de fondation et d’usage privés (familles, confréries, corporations), avec en général une fonction funéraire ; si le fondateur n’entretient pas la chapelle, il peut en être dépossédé pour permettre une refondation.

39Ces lieux de culte n’ayant pas de statut paroissial, le terme s’applique aussi à d’autres lieux de culte en dehors des paroisses : chapelles d’hôpitaux, de cimetières, couvents de religieuses, sanctuaires secondaires des monastères, etc.

CHEVET

40Étymologiquement, c’est la « tête » de l’église (caput). Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques utilise le terme caput pour désigner l’abside de la cathédrale et celui de parva capita pour les absidioles.

41Dans l’usage, terme général qui désigne les parties opposées à la façade principale de l’église. On distingue aujourd’hui plusieurs significations pour ce terme :

  • il peut se réduire à l’abside, dans le cas des premières basiliques chrétiennes ou plus tard des églises les plus simples, ou à un volume quadrangulaire (chevet plat). Il existe aussi des absides intérieures inscrites dans un chevet plat ;
  • tantôt il désigne toute la partie, rectiligne, circulaire ou polygonale, opposée à la façade » (Catholicisme). Dans ce cas, l’abside est une variété de chevet, le chevet plat en est une autre. On peut parler de chevet à abside ;
  • pour les architectures plus complexes, le terme de chevet désigne l’ensemble des parties opposées à la façade principale et liées au sanctuaire : abside, déambulatoire, absidioles, chœur, et même les absidioles ouvrant sur le transept (lorsque l’on parle de chevet à absidioles échelonnées dit parfois chevet bénédictin). C’est à tort que le Vocabulaire de l’architecture de l’Inventaire utilise en ce sens le mot chœur.

42Contrairement à l’usage actuel, le terme n’est pas réservé au dispositif intérieur.

CHŒUR

43Chorus vient du grec χορός dont le sens est identique à κύκλος, cercle (ainsi le chœur des anges) ; il désigne dans le théâtre grec la danse accompagnée de chants, le lieu où elle se produit, la troupe elle-même.

44Le terme sert d’abord « à désigner le groupe des chantres dans les offices liturgiques » (DACL). Pour ce qui est de la désignation d’un espace dans l’église, les définitions données le plus souvent sont des plus confuses et contradictoires. Le chœur est souvent assimilé au sanctuaire : « partie de l’église correspondant au sanctuaire » (DACL) ; « partie de l’église réservée aux clercs comprenant généralement le sanctuaire » (Pérouse de Montclos 1993). Le Vocabulaire de l’Inventaire en fait aussi un synonyme de chevet.

45Il convient de distinguer chœur liturgique et chœur architectural. Les meilleures définitions sont données par Catholicisme : « Le chœur est la partie de l’église où se tiennent les chantres et les membres du clergé qui assistent à l’office. Il est distinct du sanctuaire, où prennent place les officiants et leurs ministres, et de la nef mise à la disposition des fidèles. » Il faudrait préciser « de la partie de la nef », dans la mesure où une autre partie de la nef est souvent réservée au chœur liturgique. S’il s’agit bien du clergé qui « assiste à l’office » quand on évoque la messe, il faut aussi introduire la notion de clergé qui chante l’office lorsqu’il s’agit des heures monastiques. Pour ce qui est du chœur architectural, « le chœur est l’espace, souvent rectangulaire, qui s’étend entre l’abside ou chevet et le transept (s’il y en a un) ou la partie de la nef réservée aux fidèles d’autre part » (Catholicisme).

46En corrigeant ou précisant les définitions les meilleures, celles de Catholicisme, nous proposons les définitions suivantes :

47Chœur liturgique

48Partie de l’église où se tiennent les chantres et les membres du clergé qui assistent à la messe ou qui chantent les offices canoniaux ou monastiques.

49Chœur architectural

50Espace, souvent rectangulaire, qui s’étend entre l’abside ou chevet et le transept ou, s’il n’y a pas de transept, espace situé en avant de l’abside et qui se distingue de la nef par de nettes particularités architecturales ou ornementales.

51Il ne faut donc pas confondre chœur et abside ; si la notion de chœur est distincte de celle de sanctuaire, ce dernier peut se prolonger dans le chœur architectural lorsque l’autel est situé en avant de l’abside.

CLOÎTRE

52Étymologie : latin claustrum, clôture. Le terme peut désigner aussi bien l’ensemble du monastère qu’un seul bâtiment ; il est employé par les règlements religieux pour désigner la barrière séparant les religieux du monde.

53Le plan adressé à l’abbé de Saint-Gall après le concile d’Aix-la-Chapelle (816-817), montre la forme d’un grand espace ouvert délimité par l’église, le dortoir, le réfectoire et le cellier. Cet usage architectural se fixe en Occident, mais reste ignoré dans l’Orient orthodoxe, malgré des prototypes syriens (église Saints-Serge-et-Bacchus d’Umm es-Sutab, datée de 489 par une inscription) [Pressouyre 2002]. En Occident, le cloître de l’abbaye n’a pas de stricte définition liturgique, d’où la diversité des vocations, du nombre (un ou deux), des formes et des emplacements. C’est généralement une cour rectangulaire, entourée d’une galerie couverte à un ou deux niveaux, qui permet la circulation entre les principaux bâtiments monastiques.

54Les premiers cloîtres d’Occident semblent avoir été des galeries de bois, mais, dès le VIIIe siècle, des constructions en pierre les remplacent. En 782, dans la Vita de saint Benoît d’Aniane, est fait mention d’un cloître novo opere (une mise en œuvre nouvelle). Saint Odilon de Cluny (994-1049) laisse de marbre un cloître qu’il avait trouvé de bois. Cette architecture de pierre permet le décor sculpté et peint, dès la fin du XIe et le début du XIIe siècle dans le sud de la France (Conques en 1097-1110, Saint-Pons-de-Thomières [Hérault] fin XIe siècle). Saint Bernard en condamne le luxe et la fantaisie (Apologie à Guillaume de Saint-Thierry). De l’Apologie date le début de la querelle sur les fonctions, formes et décors du cloître, mais dès la fin du XIIe siècle l’opposition entre l’esthétique cistercienne et l’esthétique clunisienne tend à s’abolir.

55Quant aux cloîtres cathédraux, le terme claustrum désigne le quartier des chanoines autour de la cathédrale, sans que la clôture soit toujours matérialisée par une enceinte ; et si c’est le cas, souvent la clôture n’est pas rigoureuse et s’ouvre en bien des points sur le reste de la ville (Esquieu 1992a : 95-99).

CONFESSION

56Le mot latin confessio, équivalent du grec μαρτύριον a le sens abstrait de « témoignage ». Par extension, dans les premières basiliques, le terme désigne le lieu où un chrétien a subi le martyre, ou le lieu peu éloigné où il a été inhumé, puis le tombeau du martyr situé sous l’autel et enfin l’autel lui-même (DACL) ainsi que « la crypte catacombaire où se trouvent ensemble la crypte et l’autel » (Catholicisme).

CRYPTE

57Du grec κρυπτός : caché.

58Espace le plus souvent situé sous l’abside ou l’ensemble du chevet (transept compris), la crypte abrite les reliques d’un ou plusieurs saints et l’autel dédié à ce culte. Elle procède probablement des premières confessions.

DÉAMBULATOIRE

59Du latin deambulare, marcher de long en large.

60C’est un couloir annulaire qui contourne le sanctuaire, sans communication avec celui-ci. Il permet les déploiements processionnels de la liturgie, la circulation des fidèles, et, le cas échéant, l’accès aux chapelles rayonnantes.

ÉGLISE

61Du grec ἐκκλησία, assemblée.

62Assemblée des fidèles baptisés ; et, par extension, lieu sacré de réunion de ces fidèles ; aussi, terme utilisé dès saint Paul pour la communauté de tous les chrétiens.

EXÈDRE

63Du grec ἐξέδρα, lieu de réunion muni de sièges, à l’extérieur ou à l’extrémité d’un bâtiment.

64Cette étymologie invite à n’utiliser ce terme que pour désigner l’abside munie d’un banc presbytéral. C’est donc à tort que certains auteurs l’emploient comme synonyme de niche.

ICONOSTASE

65L’iconostase byzantine est une extension assez tardive (XIVe-XVe siècles), d’origine russe, des barrières du chœur (cancelli, de là cancel ou chancel) qui, dès l’époque constantinienne, tant en Orient qu’en Occident, ont toujours séparé le chœur et le sanctuaire de la nef. L’iconostase est une cloison élevée portant de nombreuses icônes, d’où son nom. Elle répond à une intention symbolique : dévoiler aux yeux des fidèles le monde spirituel avec lequel ils entrent en contact lors de la célébration des mystères accomplie par les prêtres dans le secret du sanctuaire. L’iconostase comporte trois ouvertures : celle du milieu est fermée par un rideau et par une porte à double battant (les portes saintes ou portes royales), sur laquelle on représente généralement l’annonciation et les quatre évangélistes, car la porte centrale figure la bonne nouvelle. Les portes saintes sont réservées exclusivement aux ministres supérieurs durant les cortèges solennels de la liturgie. Les deux ouvertures latérales, du nord et du sud, servent au passage des autres ministres et représentent les portes du paradis terrestre fermées depuis le péché originel. Du côté sud se trouve l’image du Christ, du côté nord celle de la Mère de Dieu. Les icônes des apôtres, des docteurs, des martyrs et du saint patron de l’église sont fixées sur les côtés et au-dessus des portes.

JUBÉ

66Le jubé a été ainsi nommé à cause du Jube, domne, benedicere, qu’on y chante, de jubere, ordonner.

67Clôture monumentale séparant le chœur liturgique de la partie de la nef destinée aux fidèles. Cette clôture est surmontée d’une tribune à laquelle on accède par des escaliers. Elle réunit les fonctions du chancel, des ambons et du tref. Le terme est utilisé pour les périodes gothiques et Renaissance ; pour le XIIe siècle, où cette réalité apparaît, on utilise plutôt le terme de tribune.

NEF

68Du grec ωαῦς, νέως, du latin navis, is : le navire.

69Les Constitutions apostoliques assimilent les fidèles aux passagers d’un navire, l’évêque commandant, les diacres « debout feront l’office des matelots qui manœuvrent le vaisseau » (cité dans Mortet 1911 : 207). C’est une image qui depuis les premiers temps du christianisme assimile l’église à un navire.

70La distinction entre nef et vaisseau proposée par Pérouse de Montclos ne semble pas fondée par rapport à l’usage médiéval et moderne. Le Guide du Pèlerin parle de navis major pour la nef centrale et de ala, aile, pour les collatéraux. Il est d’usage aujourd’hui de parler d’édifice à nef unique, trois ou cinq nefs (Viollet-le-Duc par ex.), mais aussi de nef à trois ou plusieurs vaisseaux.

71Voir Vaisseau.

ORATOIRE

72Du latin oratorium, de orare : prier.

73Petit bâtiment ou petite pièce dépendant d’une église ou d’un édifice civil où l’on se retire pour faire oraison : l’oratoire se distingue de la chapelle par le fait qu’il n’a pas d’autel consacré.

74Cette petite pièce est généralement réservée à l’usage d’une personne ou d’un petit nombre de personnes et est ouverte de façon que l’on puisse voir le maître-autel (définition : Pérouse de Montclos 1993).

PARVIS

75Du latin paradisus, en bas latin paravisus : paradis.

76Le « paradis » est à l’origine l’atrium devant Saint-Pierre de Rome. Plus tard (début IXe siècle) on retrouve ce terme sur le plan de Saint-Gall (devant l’abside ouest). À l’abbaye San Pietro al Monte (Civate, Italie), au XIe siècle, l’espace architectural (avec des peintures des quatre fleuves du paradis) reprend cette disposition de Saint-Gall.

77Pour Viollet-le-Duc, à partir de la fin du XIIe siècle, le parvis des cathédrale est un lieu ouvert, borné « par des ouvrages à claire-voie », et « réservé à la juridiction épiscopale ».

PRESBYTERIUM

78Du grec πρεσβυτέριον, ου : conseil des anciens.

79Le sens premier est celui d’un « collège de prêtres » (Ducange 1736). « Le presbyterium d’une église est constitué par l’ensemble des prêtres qui coopèrent à la charge pastorale de cette église » (Catholicisme).

80Ducange donne aussi au terme un sens architectural : « Pars ecclesiae in qua presbyteri consistunt et sacrae liturgiae vacant ». Le terme presbyterium, largement utilisé aujourd’hui par les archéologues qui décrivent les monuments de l’Antiquité chrétienne (il n’est cependant pas mentionné dans le DACL !), l’est peu par les spécialistes des époques ultérieures en France. On en usait cependant largement à ce moment. Si certains assimilent presbyterium et sanctuaire, d’autres les distinguent. Lorsque les prêtres célébrants et les diacres opéraient derrière l’autel, face au peuple, le presbyterium occupait l’espace situé entre le maître-autel et la courbe absidiale et ce mur pouvait être doublé d’un banc presbytéral. Lorsque les ministres du culte prennent place en avant de l’autel, le presbyterium de ce fait se déplace à cet endroit, qui correspond à l’emplacement du chœur architectural.

SACRISTIE, SECRETARIUM

81Le secretarium est la sacristie, vestiaire annexé à l’église. Le terme grec est παστοφόριον : salle des vêtements sacrés.

82À Saint-Pierre de Rome, le secretarium est une chapelle donnant sur l’entrée de la nef : le clergé se dirige ensuite en procession jusqu’à l’autel.

83Quand la sacristie n’était pas intégrée au monument lui-même, elle pouvait prendre place dans des bâtiments annexes attenant à l’église et qui ont disparu.

SANCTUAIRE

84Du latin sanctuarium, de sanctus : saint.

85Le sanctuaire désigne la partie de l’église où se trouve l’autel.

TRANSEPT

86Mot composé au XVIe siècle, de trans : au-delà, et saepire : enclore.

87Corps transversal formant une croix avec la nef. Pour Pierre Gros, ce plan « appartient à l’architecture aulique : il offre une solution satisfaisante au problème de la circulation des sujets, des dignitaires ou des fidèles autour d’un trône, d’un autel ou d’un reliquaire. C’est seulement ensuite, lorsque le schéma planimétrique se sera définitivement imposé dans les basiliques et églises chrétiennes, qu’il se chargera, en raison de son aspect cruciforme, de la signification symbolique que l’on sait » (Gros 2002).

88La première mention de plan cruciforme est la cathédrale de Milan élevée par saint Ambroise vers 380. La clôture du chœur peut être placée dans le transept ; les bras du transept peuvent être annexés au chœur des chantres. La symbolique de la croix est développée par Bernard d’Angers au début du XIe siècle.

TREF

89Du latin trabs, trabis, f. : poutre.

90Tref ou poutre de gloire, portant notamment un crucifix, placée transversalement dans le vaisseau central, et marquant généralement l’entrée du chœur liturgique.

TRIBUNE

91Du bas latin tribuna, dérivé de tribunal : siège surélevé de l’empereur ou du magistrat dans l’Antiquité romaine, puis siège royal. Chez Grégoire de Tours, le mot apparaît synonyme de pulpitum : plateforme surélevée ou ambon, d’où se fait la lecture de l’Évangile « aux yeux du peuple ». Par extension, le mot a été employé pour désigner l’abside de l’église ou le presbyterium. Ces différentes acceptions, recensées dans le dictionnaire de Niermeyer (Niermeyer 1993) et qui reprennent celles fournies par Ducange et Viollet-le-Duc, sont aujourd’hui tombées en désuétude.

92Dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture, Viollet-le-Duc étend la notion de tribune à « toute partie élevée au-dessus du sol » : tribunes de fond de transept, de jubé, d’orgues, de l’horloge, seigneuriale, etc. ; à quoi il faudrait ajouter : tribune monastique. La tribune de jubé, dans les cathédrales et les églises monastiques, peut porter l’autel de la Sainte-Croix qui était aussi celui de la paroisse. Quant à la tribune au revers de la façade, surplombant la porte d’entrée, son existence précède de longtemps l’usage d’y établir des orgues. Dès le Moyen Âge, on y trouve disposés des autels, souvent patronnés par des confréries de pénitents.

93Le DACL ne mentionne les tribunes qu’entendues au sens d’espaces de circulation au-dessus des bas-côtés, ouverts par des baies sur le volume de la nef centrale. Cette acception est celle communément utilisée pour la description des grandes basiliques dites de pèlerinage où cette galerie de circulation surmontant les bas-côtés se retourne dans les bras de transept et le déambulatoire. L’assimilation faite par Viollet-le-Duc entre tribunes de bas-côtés et triforium n’est plus admise aujourd’hui. L’éventuel usage liturgique des tribunes des bas-côtés n’est pas toujours connu ; dans certaines églises elles ont pu abriter le trésor (par ex. en Auvergne).

TRÔNE

94Voir Cathèdre

VAISSEAU

95Du latin vasculum, i : petit vase, bas latin vascellum, i : petit vase, ruche, vaisselle. Le terme est employé dans les textes médiévaux pour la forme du couvrement de la nef.

96Voir Nef.

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search