Version classiqueVersion mobile

Organiser l’espace sacré au Moyen Âge

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 4. L’espace ecclésial et les morts

Texte intégral

4.1. ACCUEIL DES MORTS

1Après les vivants, l’Église-institution accueille les morts en accordant un dernier sacrement aux mourants. L’église-bâtiment, qu’elle soit paroissiale, cathédrale ou monastique, accueille des sépultures toujours plus nombreuses, malgré les décrets qui s’y opposent. De manière imagée, cette entrée du mort dans l’église constitue la fin de « la pérégrination du défunt » entreprise depuis l’Antiquité tardive. Elle pose la question de la genèse du cimetière chrétien et celle du regard que porte la société sur la mort au cours du Moyen Âge. Si les sources textuelles et archéologiques permettent aujourd’hui de mieux cerner les derniers gestes qui entourent le défunt et la mort, elles contribuent également à restituer les différents lieux qui leur sont réservés dans ou à proximité de l’église et du claustrum.

2Selon la tradition romaine, les morts sont enterrés extra-muros ; il est interdit d’inhumer dans les lieux saints. Une relecture des textes anciens ainsi que les données de l’archéologie montrent que ces principes ont très vite disparu au profit d’une multiplication des tombes à l’intérieur des églises aussi bien funéraires que « paroissiales » (et même intra-muros pour les cités) [Reynaud 1996b]. Certes les morts restent, durant un temps, exclus de la ville : la règle (loi des XII tables) est sans cesse rappelée par les empereurs (Constitution impériale de 290, reprise par le Code Justinien 3, 44, 12), par les conciles comme celui de Braga en 561, par Grégoire le Grand dans ses Dialogues ou encore par les vies de saints comme celle de saint Vaast d’Arras rédigée par Jean de Bobbio vers 645. Mais déjà des exceptions sont prévues pour ceux dont la vie « est exempte de péchés » (Treffort 1996a : 27, 138-139 ; Concile de Braga, c. 18). Il n’est pas autorisé d’inhumer à l’intérieur d’un édifice religieux, par exemple ad sanctos, près d’une tombe de martyr (Duval 1988). La question est bien connue en Orient où les textes sont plus nombreux. L’édit impérial de 381 adressé au préfet de Constantinople, qui interdit les inhumations à l’intérieur en proscrivant l’ensevelissement dans les martyria, conduit les martyrs eux-mêmes à « s’insurger » indirectement contre le laxisme des évêques (Reynaud 1998 : 219). En Occident, Paulin de Nole pose la question à Augustin : « Est-il bon de se faire enterrer ad sanctos ? » Les conciles de Vaison en 492 puis de Braga répondent par la négative. La pratique est toutefois différente et il faut attendre l’époque carolingienne pour constater des changements d’attitudes vis-à-vis des morts et un retour à certaines interdictions, en particulier celle d’inhumer à l’intérieur des églises. Théodulphe d’Orléans (avant 813) s’oppose ainsi à « l’antique coutume d’ensevelir les morts dans l’église », mais, là encore, des exceptions sont admises pour les prêtres et les hommes justes (Treffort 1996a : 138-139). Ces prescriptions sont maintes fois réaffirmées au cours de différents conciles comme celui de Mayence (813 c. 52) [Hefele 1907, III-2 : 1138-1142] et celui de Mâcon (823). J.-Ch. Picard a bien montré pour l’Italie le souci des évêques d’obtenir une prière efficace pour le salut de leur âme, et le concile germanique de Tribur (895, c. 17) [Hefele 1907, IV-2 : 700] en arrive à considérer le siège épiscopal comme un lieu de sépulture idéal en raison des prières que l’on peut y obtenir (Picard 1988). Plus tard, le décret de Gratien (1140-1146) ne comporte que deux canons consacrés à l’inhumation dans l’église. Il reproduit le canon 3 du concile de Nantes (658) et le canon 52 du concile de Mayence qui tentent de limiter les privilèges. Cette nouvelle prescription est néanmoins la porte ouverte aux inhumations dans l’église. Les autres textes n’ont pas trait à la sépulture intra muros ecclesiae (Bernard 1933). Toutefois, pour être enterré dans une église, la permission de l’évêque ou du vicaire général est indispensable (synodes de Cognac en 1255, de Valence en 1262, d’Arras à la fin du XIIIe siècle, de Prague en 1349 et de Nantes en 1481). Mais cela ne semble pas représenter un obstacle majeur, puisqu’on recense grâce aux testaments – élections de sépultures – un grand nombre d’inhumations laïques dans les églises jusqu’au XVIe siècle. Cependant, certains édifices, comme l’église Saint-Paul de Lyon, ne semblent pas accueillir d’inhumations (Meynis 1872 : 27). Parfois le droit d’être enterré dans l’entrée de l’église (vestibule ou porche) ou dans le cloître est concédé à titre de fief. D’une manière générale – et sauf peut-être pour les sépultures privilégiées – lorsqu’il y a inhumation dans l’église, l’emplacement n’est pas précisé. On relève néanmoins certains interdits à propos des lieux les plus sacrés de l’église. En 1273, une prescription de l’évêque d’Angers interdit les inhumations dans le chœur, dans le sanctuaire, devant l’autel (Avril 1986). De même, en 1284, Guillaume Durand préconise l’éloignement de l’autel dans son Rational ou manuel des divins offices.

4.2. LES MORTS DE L’ANTIQUITÉ À L’AN MIL

3De l’Antiquité à l’an Mil, la place des morts en milieu urbain ou rural reste une question sensible à laquelle les textes conciliaires fournissent une réponse de nature juridique. Les faits, tels que nous les révèlent les recherches archéologiques, présentent cependant une réalité plus diverse.

4.2.1. INSTALLATION ET DÉVELOPPEMENT DE CIMETIÈRES CHRÉTIENS À PARTIR DE L’ANTIQUITÉ TARDIVE SUR DES NÉCROPOLES ANTIQUES

4De nombreux exemples issus des recherches archéologiques en Rhône-Alpes montrent la continuité d’utilisation des lieux funéraires, que ce soit en milieu urbain ou rural. Nous avons retenu quelques exemples significatifs et inédits ou en cours d’étude pour illustrer ce phénomène.

4.2.1.1. En milieu urbain

5Dans la ville antique de Vienne devenue vers 500, et très temporairement, l’une des capitales burgondes, le quartier de Saint-Romain-en-Gal est abandonné entre la fin du IIIe et la première moitié du IVe siècle. Une voie bordée de tombes en bâtière traverse la palestre des anciens thermes publics et un mausolée est élevé entre le milieu du IVe et la première moitié du Ve siècle (fig. 205). Il est réaménagé au Ve-VIe siècle et une mosaïque est posée sur le sol de la niche occidentale de la chapelle haute (fig. coul. 33). L. Brissaud et J.-L. Prisset n’excluent pas l’hypothèse de la transformation du mausolée en une église à crypte à partir du Ve siècle (Pôle archéologique du Rhône 2002 ; Prisset à paraître). Dans les tombes qui lui sont associées, les dépôts d’offrandes se raréfient aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif (seul le dépôt de monnaies reste une coutume vivace). Au VIIe siècle, le bâtiment est abandonné et arasé, bien que l’on continue d’enterrer dans les gravats, sans doute jusqu’au XIe siècle.

Fig. 205 – Site archéologique de Saint-Romain-en-Gal. Vue de l’angle nord-ouest de l’édifice funéraire établi sur les thermes des Lutteurs (cliché L. Brissaud, département du Rhône).

6À Grenoble, les tombes les plus anciennes mises au jour sur le site de Saint-Laurent remontent au IVe siècle (Colardelle 2008 : 102-117). Nous sommes là dans la nécropole suburbaine qui s’échelonnait sur la rive droite de l’Isère. Ce sont des sépultures riches abritées dans des mausolées de petites dimensions (3 x 4 m). Deux d’entre eux, mieux conservés, montrent que la tombe est posée sur le sol. L’un de ces deux édifices est conservé jusqu’à la naissance de la voûte décorée de peintures comme les murs de la chambre funéraire et son couloir d’accès. Le niveau de circulation contemporain a livré des foyers culinaires, vaisselles brisées et restes alimentaires confirmant la pratique de repas funéraires issue de la tradition religieuse romaine.

7Le début du Ve siècle voit la construction d’un ensemble monumental et complexe qui n’a pas d’équivalent en Gaule méridionale (Colardelle 2008 : 118-132). Il diffère des mausolées antérieurs par ses dimensions (12 m x 13 m), son organisation générale et ses aménagements. Sa prise en compte par les architectures postérieures montre l’importance qu’il a pour la jeune communauté chrétienne naissante et qu’il gardera au cours des siècles. L’édifice va attirer de nombreuses sépultures au détriment des autres secteurs de la nécropole.

8Une église funéraire est construite au début du VIe siècle, venant s’accoler au mur oriental du mausolée. C’est par ce mausolée qu’on entre dans l’église nouvellement construite. Elle est rehaussée au VIIe siècle, ce qui permet le voûtement des espaces en sous-sol. La crypte Saint-Oyand est dotée d’une colonnade au décor sculpté bien connu. Le grand mausolée primitif est décoré de peintures où l’on peut voir un canthare très semblable aux vases sculptés sur certains tailloirs de la crypte (Colardelle 2008 : 147-208).

9Au IXe siècle, les deux édifices sont englobés dans une vaste église à chœur et transept peu débordant, nef rectangulaire, contre-abside semi circulaire flanquée de deux chapelles latérales. Les circulations en sous-sol ne changent pas (Colardelle 2008 : 209-258). Par la charte de donation de 1012, les moines bénédictins prennent possession de cette église qu’ils ne modifieront pas avant le milieu du XIIe siècle (Colardelle 2008 : 259-289).

10Durant toute cette période (IVe-XIIe siècle), les tombes associées à chaque phase architecturale sont présentes à l’extérieur des édifices, mais aussi à l’intérieur. Ce sera le cas jusqu’au XVIIIe siècle inclus (fig. coul. 34).

4.2.1.2. En milieu rural

11À Salavas sur le site de la Gleizasse (fig. 206), les églises doubles de Saint-Jean et Saint-Julien sont construites à l’emplacement d’une nécropole antique (présence de sarcophages) et de l’Antiquité tardive (ainsi que l’attestent les tombes en bâtière datées du Ve siècle) [Helmling 1980-1982 ; 1983 ; 1999 ; Laforgue, Marcon, Robert 1971-1980]. Dans l’église Saint-Julien, les sépultures médiévales sont réparties entre l’extérieur (tombes à lauses, Xe-XIIIe siècle) et l’intérieur où elles sont moins nombreuses (tombes en pleine terre ou cercueil datées entre le XIIe, la fin du XVe et le début du XVIe siècle). Les inhumations sont essentiellement concentrées autour de Saint-Jean qui fait office d’église paroissiale : elles apparaissent au XIIe siècle et semblent contemporaines de la construction de l’abside. Elles sont alors exclusivement situées à l’extérieur de l’édifice, le cimetière se développant au chevet de l’église et dans la pente sur la nécropole antique. À trois exceptions près, les sépultures n’entrent dans l’église Saint-Jean qu’à partir de la fin du XVIe siècle. Sur les trente-huit sépultures fouillées, trois sont antérieures à la période moderne dont une, qui remployait un sarcophage à chrisme, située en avant du chœur. Néanmoins, les inhumations les plus nombreuses ont eu lieu dans le passage très étroit (15 x 2 m) qui sépare les deux églises et descend vers le cimetière.

4.2.1.3. En milieu monastique

12L’ancien site de l’abbaye de Donzère, fondée à l’époque mérovingienne et qui fait l’objet d’une nouvelle fondation à l’époque carolingienne (Boisse 1976), est également occupé par une nécro pole païenne de la fin de l’Antiquité (IVe-début Ve siècle). À un premier édifice est associée une nécropole (VIe-Xe siècle) qui se prolonge sous l’actuel cimetière (site de « Coupe-oreilles ») [fig. 207]. L’édifice est devenu chapelle cimétériale après le déplacement dans le bourg de l’abbaye réduite au rang de prieuré de Tournus en 887. Des tombes à lauses datées du XIIe siècle ont été dégagées dans la nef par Cl. Boisse en 1975-1976. À Vienne/Saint-Romain-en-Gal, un autre lieu d’inhumation a occupé le nord-est du site dans l’environnement proche de la basilique funéraire de Saint-Ferréol – ou martyrium de saint Ferréol – construite à l’endroit où l’évêque Mamert aurait découvert vers 470 le corps du martyr (IIIe siècle) et où s’est installé un monastère grinien (Reynaud 1978 ; 1995a). À Sainte-Colombe-lès-Vienne, une opération d’archéologie préventive a permis d’identifier un mausolée ou martyrium qui peut être à l’origine de l’église et de l’abbaye des Dames de Sainte-Colombe (Ramspeck 2005 ; Helly 2006). Ce site est situé explicitement ultra Rhodanum dans la Vita Clari rédigée à la fin de la période carolingienne qui sert de socle à tous les textes anciens. Le couvent est agrégé aux monastères griniens dont les effectifs atteindraient 400 religieux au VIIe siècle et 30 moniales sont alors dénombrées à Sainte-Colombe. Si ces chiffres apparaissent aujourd’hui surestimés, ils attestent cependant du dynamisme précoce de la vie régulière viennoise. Une fouille de sauvetage programmée place de l’Égalité, conduite par A. et B. Helly sur une surface totale de 2800 m2, a déjà permis de retrouver 240 tombes installées sur plusieurs édifices gallo-romains, domus et thermes, et datées du IVe siècle par la typologie des amphores et des dépôts funéraires (Le Bot-Helly et al. 1983 ; Helly 1986). Ainsi que l’avait pressenti l’auteur, il semblerait qu’« une tombe plus importante de la nécropole ait pu donner lieu à la construction d’une basilique funéraire qui aurait entraîné la construction du monastère à cet endroit » ; un mausolée ou un martyrium a effectivement été retrouvé dans une cave située à proximité immédiate de l’église. Ce martyrium, portant des traces d’un décor incisé et peint, est formé d’un couloir de direction est-ouest d’une longueur supérieure à 3 m pour une largeur de 1,60 m qui aboutit à une salle plus large (3 m) à l’ouest. L’hypothèse de la mise en place d’un premier lieu de culte directement issu de ce martyriun entre le Ve et le VIIe siècle paraît donc sérieusement renforcée.

Fig. 206 – Salavas, la Gleizasse, églises doubles de Saint-Jean et Saint-Julien (relevé et dessin J. Tardieu).

Fig. 207 – Donzère, fouille de Saint-Benoît (dessin Cl. Boisse).

4.2.2. VILLES : ENTRÉE DES MORTS DANS L’ESPACE URBANISÉ

13L’évolution des cités antiques n’est pas indifférente à notre sujet. L’hypothèse traditionnelle d’une réduction de l’espace habité et d’une fortification du noyau urbain reste d’actualité, même si l’on admet l’existence d’un habitat extra-muros. Des exceptions sont toutefois à prendre en compte, comme les cités non fortifiées ou plutôt celles où l’éventuel rempart n’a pas été retrouvé : c’est le cas de Vienne. À Lyon, la situation est rendue particulière en raison du déplacement de l’habitat dans la plaine. Exceptions encore, les cités méridionales pour lesquelles des travaux récents remettent en question les hypothèses traditionnelles d’un repliement en réduit défensif durant l’Antiquité tardive. Pour Cl. Raynaud, ce n’est que la forme de consommation de l’espace qui évolue. Ainsi, Marseille reste une grande métropole prospère jusqu’aux VIIe et VIIIe siècles et à Toulouse des palais sont construits dans ce qui est, au Ve siècle, la capitale des Wisigoths. Les espaces publics se réduisent : les fora sont peu à peu lotis pour être au VIe siècle occupés par un habitat auquel des activités artisanales sont liées, alors que le quartier épiscopal s’étend sur une grande partie de l’espace disponible. Citons pour exemple le cas de Genève (Bonnet, Reynaud 2000). On continue à inhumer dans les anciennes nécropoles, alors que les ruines des quartiers abandonnés sont réoccupées par des sépultures et des mausolées (exemples de Lyon et Vienne). Contrairement à d’autres liturgies moins perceptibles, les rites se développant autour de la mort et du défunt sont mieux connus. Les fouilles récentes en France comme en Italie ont montré que les tombes se rapprochent de l’habitat, pénétrant même intra-muros. Le plus souvent, c’est à proximité des cathédrales primitives que la découverte de sépultures témoigne d’une pratique funéraire précoce à l’intérieur de la cité. À Poitiers, par exemple, une petite nécropole a été fouillée non loin de la cathédrale où le territoire intra-muros semblait laisser beaucoup d’espace libre. À Autun, des sépultures d’enfants remontant au VIIIe siècle ont été retrouvées dans le cloître de la cathédrale. À Lyon, enfin, quelques tombes s’appuient contre le parement externe du mur des bords de Saône.

14Depuis quelques décennies, dans les régions étudiées ici, plusieurs grandes cités d’origine antique ont fait l’objet de recherches archéologiques qui ont considérablement éclairé le passage du paganisme au christianisme. Lyon et Grenoble offrent notamment des exemples particulièrement pertinents.

15À Lyon, les églises funéraires de Saint-Just, Saint-Irénée et Saint-Laurent sont aujourd’hui bien étudiées. En effet, les différents travaux réalisés dans les années 1970 donnent une idée précise du développement sur la colline des nécropoles chrétiennes de la cité entre le IVe et le VIe siècle (Reynaud 1998). Les autres lieux d’inhumation sont en revanche moins bien cernés, d’autant plus que la ville du haut Moyen Âge reste encore à définir. Les fouilles ont cependant montré que, du Ve au VIIe siècle, des tombes s’installent en périphérie de la ville, à proximité d’un habitat peut-être encore rural – rue Pierre Audry et rue des Chartreux – (Reynaud 1996b). La presqu’île pose problème : doit-on la considérer comme un ancien quartier partiellement abandonné ou comme partie intégrante de la ville ? Les travaux récents privilégieraient le premier cas, ce qui expliquerait la construction de basiliques funéraires comme Saint-Nizier et Saint-Martin-d’Ainay ainsi que la présence de tombes liées à un habitat « mité », mises au jour places des Célestins et des Terreaux.

16Si, au lieu qui deviendra Grenoble, l’existence d’une agglomération allobroge du nom de Cularo est révélée par les textes dès le Ier siècle av. J.-C., rien jusqu’ici n’a été découvert permettant de localiser les premiers lieux d’inhumation liés à celle-ci (Dangréaux 1986). C’est sur la rive gauche de l’Isère que l’archéologie a mis en évidence les plus anciens témoins d’une urbanisation, qui remonterait au Ier, voire au IIe siècle avant notre ère (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 28). C’est en cet endroit, précisément, que, pendant tout le premier millénaire et jusqu’au XIIe siècle encore, s’est concentré l’habitat, sans excéder les limites d’une puissante enceinte érigée à la fin du IIIe siècle. Exception faite de quelques tombes découvertes au XIXe siècle à l’entrée de la rue Saint-Jacques, c’est-à-dire hors les murs (Pilot 1854), dont la datation de la période gallo-romaine est rien moins que douteuse (Jospin 1989), c’est, jusqu’il y a peu, exclusivement sur la mince bande de terre de la rive droite, au pied du mont Rachais, qu’étaient connues les nécropoles suburbaines du Bas-Empire et du haut Moyen Âge (fig. 38 et 208) [Colardelle 2008 : 23-24, 101‑117]. Celles‑ci s’égrenaient sur près de deux kilomètres le long de la voie qui reliait Grenoble à Chambéry, Genève et les cols alpins au nord-est.

17La découverte, entre 1992 et 1994, d’une petite nécropole de 26 sujets, sur la rive gauche, est venue compliquer un schéma classique par trop exemplaire, tout en soulevant plus de questions qu’elle n’en a résolues (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 106-108). C’est sur une étroite banquette de terrain, entre le rempart antique et son fossé, que sont regroupées ces inhumations. Le mobilier associé et les types de sépultures invitent à une datation de la fin du IVe siècle ou du début du Ve siècle. Or des analyses par le radiocarbone ont révélé un écart de plus de cinq siècles entre celles situées le plus à l’ouest (IVe siècle) et celles de l’autre extrémité (IXe siècle). Ce résultat est d’autant plus surprenant que des caractères communs à toutes ces sépultures, comme un recrutement exclusif d’enfants et de jeunes femmes, une certaine fréquence des inhumations simultanées, des attitudes inhabituelles des corps, ont conduit les anthropologues à voir dans ces tombes un ensemble funéraire cohérent, lié à un épisode de catastrophe circonscrit dans un bref laps de temps (Blaizot 1998). Une autre question cruciale est celle du choix de l’emplacement de cette nécropole, au pied du rempart et à immédiate proximité d’une des deux portes monumentales qui donnaient accès à la ville. C’est, de toute évidence, mais pour des raisons certainement différentes comme le souci de prestige et de légitimation du pouvoir religieux, que la même proximité fut recherchée pour l’installation dès la fin du IVe siècle du groupe épiscopal, dont les bâtiments sont pour partie adossés au rempart, cette fois sur sa face interne. Sans doute l’implantation de ces tombes de l’Antiquité tardive se conforme-t-elle encore à l’usage ancien qui interdit aux défunts l’espace des vivants, les laissant « à la porte », mais il serait surprenant que la proximité des édifices cathédraux, immédiatement de l’autre côté du mur, ne soit pour rien dans le choix de leur regroupement.

Fig. 208 – Nécropoles et cimetières de Grenoble (IVe-XIe siècle) [conception : R. et M. Colardelle ; exécution : N. Esperguin, 1983].

18Les fouilles conduites par R. Colardelle sur le site funéraire suburbain de Saint-Laurent de Grenoble (fig. coul. 35) ont apporté des éléments décisifs pour la connaissance des pratiques et des rites funéraires dans leur évolution entre le IVe et le XVIIIe siècle et singulièrement pour la période du haut Moyen Âge qui nous occupe ici (Colardelle 2008). Mais ce sont les fouilles effectuées sous la direction de F. Baucheron, à partir de 1989, sur la place Notre-Dame, au-devant de la cathédrale, qui permettent d’identifier les toutes premières inhumations du cimetière paroissial (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 152-160). Ici, comme en bien d’autres endroits, ce n’est pas avant le XIe siècle, si l’on s’en rapporte à la typologie des tombes, que les morts font leur entrée dans la ville. On prendra garde, cependant, au fait que celui de Notre-Dame n’est pas, au Moyen Âge, le seul cimetière intra-muros. Une autre église paroissiale, Saint-Jean, probablement très ancienne déjà à l’époque de l’évêque saint Hugues (1080-1132), est elle aussi environnée d’un cimetière (Badin de Montjoye 1990 : 27).

4.2.3. AGGLOMÉRATIONS SECONDAIRES ET VILLAE

19Agglomérations secondaires et villae appartiennent à deux mondes différents : l’agglomération secondaire reproduit le modèle urbain où les tombes et les églises funéraires sont séparées de l’habitat. Mais il possède aussi très tôt une église baptismale entourée de tombes. La villa répond à d’autres critères : les tombes y sont familiales et se regroupent souvent autour du mausolée du maître. Dans un deuxième temps, l’habitat peut se transformer et les tombes recouvrir les anciens bâtiments abandonnés. Parfois encore, une chapelle ou une église succède au mausolée païen ; des églises, de fondation privée, se multiplient à l’époque carolingienne. On appelle aujourd’hui vicus un petit centre urbain non fortifié, regroupant une communauté d’habitants dont le statut est reconnu à partir d’inscriptions, de mentions sur les itinéraires antiques ou dans les sources textuelles mérovingiennes. Le castrum peut aussi abriter très tôt un lieu de culte.

20Dans l’Allier, S. Liégard a étudié plusieurs sites qui illustrent ces aspects. À Néris-les-Bains, des fouilles effectuées en 1966 à la suite d’un nivellement des abords nord-ouest de l’église Saint-Georges ont révélé la présence d’une nécropole du haut Moyen Âge sur au moins 1000 m2. Ces découvertes ont depuis été reprises et complétées, notamment à l’occasion de travaux en 1990 (Liégard 1998) [fig. 209]. L’étude typologique des sépultures conduit à penser que les premières inhumations (en coffres de briques, caissons et sarcophages) ont été implantées dans une zone précédemment bâtie, probablement dans le courant du VIe siècle, voire dès la fin du Ve siècle, alors que les nécropoles antiques situées à l’extérieur de l’agglomération devaient tomber en désuétude (Liégard 2002). Les inhumations médiévales se sont développées de manière extensive, les tombes (principalement en sarcophages) étant disposées en rangées assez régulières. La fin de l’occupation funéraire du site semble pouvoir être datée du VIIIe ou IXe siècle. On note alors une certaine désorganisation des sépultures (majoritairement en fosses et cercueils) et de nombreux recoupements caractéristiques, propres aux cimetières médiévaux urbains. À Yzeure, ancienne agglomération antique à vocation artisanale devenue siège d’un archiprêtré dans le diocèse d’Autun, les abords de l’église Saint-Pierre recèlent également les restes d’une nécropole du haut Moyen Âge qui n’est connue que par des observations ponctuelles réalisées à l’occasion de travaux (Liégard 1992). Les inhumations occupent là encore, une surface d’au moins 1000 m2. Cette nécropole renferme des sépultures en sarcophages, en coffres et en fosses qui s’organisent probablement en rangées. Ces inhumations se superposent à des vestiges d’activités artisanales gallo-romaines et sont elles-mêmes recouvertes par les maçonneries de l’église romane. Ces deux sites – tout comme ceux de Bourbon-l’Archambault et Varennes-sur-Allier, moins bien documentés – se trouvent encore aujourd’hui au cœur d’agglomérations. Ils illustrent des implantations précoces de nécropoles dans des zones qui n’ont jamais véritablement cessé d’être occupées depuis l’Antiquité. Ces mêmes espaces abritent aussi des lieux de culte, dont l’origine pourrait être ancienne, et autour desquels se sont succédé des cimetières jusqu’à une date très récente. La fondation ancienne des églises en question pourrait expliquer l’entrée de ces inhumations dans les agglomérations durant une période où l’on rencontre encore – même si localement les exemples sont très rares – des nécropoles en milieu rural, totalement isolées par rapport aux zones bâties et aux lieux de culte.

Fig. 209 – Néris-les-Bains, vue de la nécropole mérovingienne avant le réaménagement de la place de la République en 1990 (clichés S. Liégard).

  • 49 En 1999, lors d’une surveillance de travaux préalablement à l’installation du chauffage de l’église (...)
  • 50 Ces découvertes récentes, non exploitées, font de Sainte-Jalle, chef-lieu de pagus, un site de prem (...)

21Mentionnons également le cas de Sainte-Jalle, petit chef-lieu dans les Baronnies, qui a livré de nombreuses inscriptions antiques attestant l’existence au début du IIe siècle en ces lieux d’un district gallo-romain secondaire (Barruol 1975 : 282-284), le pagus Baginensis (pays de la Vanige), l’un des douze pagi voconces énumérés par Pline49. Au centre se trouve une église romane premièrement dédiée à sainte Marie et saint Jean puis à sainte Galle, la vierge valentinoise dont la famille était originaire du Bagenus vicus (Parron-Kontis, Tardieu 2006 : 81). Des sondages ont révélé que l’église romane, elle-même, remployant des plaques carolingiennes, est construite sur une vaste nécro pole antique qui perdure durant l’Antiquité tardive et peut-être le haut Moyen Âge50.

22À Briord (fig. 210), ancien vicus, la petite agglomération est dépourvue d’enceinte et les tombes sont réparties nettement autour de la basilique funéraire des Plantées. Un autre cimetière existait aussi à proximité de l’église (paroissiale ?) ; entre 100 et 200 m de là, ont été retrouvées des tombes à dalles et des inscriptions dont celles de deux prêtres. Mais, dans ce dernier cas, les fouilles n’ont pas été systématiques et les datations ne sont guère assurées (Gaillard de Sémainville 2003).

23Des critères archéologiques, comme des indices de luxe (thermes privés, décors de marbre, mosaïques) peuvent aider à différencier les vestiges d’une agglomération secondaire de ceux d’une villa (Leveau 2002). À travers eux, nombre de sites identifiés comme étant des vici sont réinterprétés aujourd’hui comme de grandes villae sur lesquelles devait vivre une population relativement importante. C’est notamment le cas de Châteauneuf-du-Rhône, agglomération pour laquelle l’identification et l’évolution sont aujourd’hui mieux cernées grâce à diverses interventions de terrain sous la direction de J.-Cl. Béal. Les premières traces d’occupation sont augustéennes, mais ce n’est que vers la fin du Ier siècle et le début du IIe siècle qu’une première villa est édifiée. Un nouvel ensemble beaucoup plus important lui succède vers la fin du IIIe et au IVe siècle. Au lieu-dit « La Labre », au sud-est des vestiges de la villa, une importante nécropole datable de la fin de l’époque antique (environ 120 tombes en amphores, sous tuiles ou en pleine terre et une dizaine de crémations organisées en rangées) ont été mises au jour en 2006 au cours d’une fouille sous la responsabilité d’E. Ferber (Ferber et al. 2006) [fig. 211].

Fig. 210 – Briord, plan de la basilique Saint-Maurice et de la nécropole (dessin R. Perraud).

Fig. 211 – Châteauneuf-du-Rhône, nécropole de Labre (cliché J. Tardieu).

Fig. 212 – Saint-Romain d’Albon, vestiges de la basilique funéraire (dessin J.-C. Liger, d’après A. Blanc).

24De la fin du IVe jusqu’au VIe siècle, les grands domaines antiques évoluent et l’espace est occupé différemment : d’une part, certaines villae doublent de surface et deviennent plus luxueuses ainsi que l’a montré la fouille de celle de Loupian (début du Ve siècle) ou encore celle de la Ramière (fin du IVe siècle) à Roquemaure (tracé du TGV Méditerranée). D’autre part, les ruines des villae qui semblent avoir été abandon nées dès le IIe siècle dans le Tricastin ou la basse vallée du Rhône sont de nouveau occupées jusqu’au VIIe siècle. Le grand domaine n’est plus habité par le maître, mais il fonctionne toujours sous forme de hameaux avec des masures et différentes installations artisanales (forges, fours de potiers et cuves). Dès lors, les parties abandonnées sont investies par les sépultures. Ces ensembles se perpétuent dans les villae de l’époque carolingienne ou donnent naissance à des villages accueillant l’église paroissiale. Les travaux de Cl. Raynaud à Lunel-Viel ont révélé un bel exemple de cette évolution (Raynaud 1990).

25L’exemple de Saint-Romain d’Albon ne manque pas d’intérêt. Sur un site fortement romanisé, des vestiges funéraires ont été découverts à proximité d’une villa du Haut-Empire présente encore durant l’époque mérovingienne et abandonnée au VIIe siècle (Bouvier 2005). À proximité de l’actuel cimetière, les fragments de trois épitaphes (467, 516 et 631) et des tombes, dont quatorze sarcophages paléochrétiens, ont été mis au jour dans les années 1875-1878 par le docteur Duc, ainsi qu’une petite basilique funéraire actuellement mal localisée (fig. 212). En outre, une église dédiée à saint Romain est attestée dans les textes à partir de 831 (ecclesiam sancti Romani martyris). Pour le chanoine Magnat, il s’agit de la villa gallo-romaine et mérovingienne d’Epaone, pos session de l’Église de Vienne, où s’est tenu le concile de 517 qui a réuni l’Église burgonde. Des sondages ouverts en 1975 sous la direction de J.-Fr. Reynaud n’ont pas permis de retrouver le plan du bâtiment décrit par le docteur Duc, mais seulement quelques murs est-ouest et nord-sud construits en galets et liés à l’argile (Reynaud, Helly, Vicherd 1975).

4.2.4. LA CHRISTIANISATION DES CAMPAGNES ET LES LIEUX FUNÉRAIRES

26Avant la réforme carolingienne, le choix du lieu de sépulture dépend de la famille. La tradition antique de la séparation entre habitat des vivants et zones des morts (Loi des XII tables) qui, aux premiers temps chrétiens, s’observe encore en milieu urbain, s’applique-t-elle également en milieu rural dans les secteurs de nouveau peuplement ? Les avis semblent partagés : la situation a en effet évolué depuis les grandes fouilles de cimetières mérovingiens en plein champ, recherches effectuées au XIXe siècle principalement par des amateurs de beaux objets qui ne s’occupaient nullement de l’habitat, par ailleurs difficile à localiser ou à situer en dehors de l’emprise de la zone étudiée. Certains historiens reprennent l’idée d’une séparation entre habitat et édifices religieux ou sépultures qui s’installent dans des zones inhospitalières (dépôt caillouteux d’un chenal ou gravière au creusement difficile et secteurs peu ou pas cultivables). Depuis quelques dizaines d’années, des fouilles plus complètes et d’avantage axées sur la recherche de l’habitat mettent en évidence aussi bien des groupes de maisons, dépourvues de sépultures, que des habitats associés à des tombes ; on retrouve là le même phénomène qu’en milieu urbain. Dans certains cas, un lieu de culte et un cimetière sont associés au nouvel habitat, les plus beaux exemples étant ceux de Séviac en Aquitaine et de Vandœuvres en Genevois. Il faut enfin tenir compte de la mobilité de l’habitat qui se déplace à l’intérieur d’un même espace avant d’être stabilisé par la présence d’un édifice de culte ou d’une fortification. Il faut également mentionner le cas d’églises baptismales auxquelles très tôt, comme à Meysse ou à Mélas, des tombes sont installées dans l’église. On est alors confronté au délicat problème de la naissance des paroisses et du cimetière chrétien puisque, pour beaucoup d’auteurs, le réseau paroissial ne se développe guère avant l’époque carolingienne (Delaplace 2005).

27Dans nos régions, certaines fouilles, même récentes, paraissent conforter l’idée traditionnelle de la séparation entre habitat et cimetière. Mais il faut admettre la possibilité d’un déplacement de cet habitat et bien souligner qu’il n’a pas fait l’objet de recherches systématiques. Le site « Les Combes », établi à 800 m du village d’Yvoire et des rives du lac Léman, renferme environ 120 tombes du haut Moyen Âge (Serralongue 1992 ; 1995 ; 1996 ; 1998). À l’origine, les alignements sépulcraux sont réguliers, avant d’être perturbés par l’intercalation ou la super position de nouvelles inhumations, puisque l’espace funéraire n’est pas agrandi (fig. 213, 214). Toutefois, seules les inhumations anciennes sont perturbées, ce qui dénote une connaissance parfaite de la nécropole de la part des fossoyeurs et l’existence de stèles ou autres marques de surface. Mais sur ce site, l’habitat contemporain de la zone funéraire n’a pu être à ce jour ni identifié ni recherché. Dans le cadre d’interventions de sauvetage, des nécropoles de ce type, datées des Ve et VIe siècles, ont également été étudiées dans le Velin, à l’est et au sud-est de Lyon (Marennes Saint-Fréjus, Meyzieu-La-Dent, Les Franchises à Janneyrias, Le Lac au Colombier-Saugnieu). Il faut toutefois noter le faible nombre de sépultures fouillées (entre 10 et 100) [Bouvier 2001a : 43].

Fig. 213 – Yvoire, nécropole en rangée « des Combes » (fin Ve-VIIIe siècle). Vue partielle des niveaux inférieurs montrant l’accumulation des fosses en pleine terre, en coffres de bois et en coffres de dalles et des masses de galets formant parfois un remplissage intermédiaire dans les fosses (ex. en bas, à droite) [cliché J. Serralongue, service archéologique CG74].

28Au sud de la région, la nécropole des Bérards à Châteaudouble s’inscrit également parmi les cimetières mérovingiens « en pleine campagne sans église ». Sur un site occupé dès le néolithique où la présence gallo-romaine est envisageable, s’installe, entre le Ve et le VIe siècle, une nécropole. Dans un premier temps, les tombes sont réunies par groupes selon de possibles distinctions sociales, religieuses et ethniques. Les sépultures habillées disparaissent dès la fin du VIe siècle alors qu’un souci de réunification des groupes guide l’organisation des tombes. Le site est abandonné autour des VIIIe et IXe siècles, peut-être lors de la création de la paroisse de Châteaudouble et de la fixation de l’habitat au lieu encore utilisé actuellement (Odiot, Feuillet 1984 ; Bizot 1985 ; Vaireaux 1987-1988).

Fig. 214 – Yvoire, nécropole « des Combes ». Vue partielle d’une rangée montrant la succession des inhumations au sein des rangées et des fosses. La sépulture en pleine terre S126 est coupée par la S125, toutes deux appartenant à la phase I (450-550 ap. J.-C.), la réduction 413 en résultant ; ces fosses sont à leur tour recoupées par la mise en place de coffres de dalles, celui à droite durant la phase II a (550-600 ap. J.-C.) et celui à gauche, peu après, durant la phase III (600-700 ap. J.-C.), l’un et l’autre réutilisés à quatre reprises pour des inhumations successives d’adultes et d’enfants (cliché. J. Serralongue, service archéologique CG74).

29Dans l’Allier, sur le tracé du contournement de Lapalisse, les fouilles préventives de 1996 ont permis d’étudier, sur 1000 m2, la partie nord-est d’une nécropole du haut Moyen Âge, aménagée en rangées dans une parcelle rectangulaire rigoureusement délimitée (Liégard, Fourvel 1997). Sur les 166 tombes mises au jour, seules 13 recelaient quelques restes osseux et 6 seulement ont livré du mobilier Ces éléments permettent de situer l’occupation de cette nécropole entre la fin du Ve siècle et le milieu du VIIe siècle. Bien que son environnement immédiat ne soit pas entièrement connu, elle se trouve à l’écart de zones d’habitation et, en l’état actuel des données, aucun lieu de culte ne peut lui être associé. L’église la plus proche qui peut avoir une origine mérovingienne se trouve à 2 km au nord-est, sur le site de Lubié (Corrocher 1994 : 24-28). Il s’agit d’une petite agglomération gallo-romaine à vocation potière dans les ruines de laquelle saint Lupicin, au Ve siècle, aurait établi un ermitage où il serait mort. Son corps aurait ensuite été transporté à Trezelles, village situé à 7,5 km au nord de Lubié, mais il est possible qu’un édifice de culte ait alors été implanté sur son lieu de séjour.

30D’autres nécropoles comparables ont pu être associées à des habitats fixés à peu de distance. Mais pour la zone sépulcrale en rangées des Grands Peupliers (Hières-sur-Amby) qui occupe une terrasse parallèle au cours actuel du Rhône à une quarantaine de kilomètres à l’est de Lyon, aucun édifice de culte n’a encore été trouvé (Porte, Buchet 1985 ; Royet 2011a). Le site du Recourbe à Château-Gaillard constitue une agglomération précocement structurée et composée d’unités d’exploitations (Faure-Boucharlat 2001a). La localité désertée autour de l’an Mil ne semble posséder ni lieu de culte ni sépulture. En revanche, plusieurs nécropoles contemporaines du site gravitent autour d’elle à Ambronay, aux lieux-dits Les Pierrailes et Rebatey, et à Château-Gaillard, au lieu-dit En Beauvoir. La nécropole Sur la côte à Ambronay et celle de Château-Gaillard ont été plus particulièrement étudiées ; datées des Ve et VIIIe siècles, elles sont abandonnées alors que l’agglomération du Recourbe connaît sa plus grande expansion.

31Les nécropoles communautaires témoignent de pratiques funéraires à l’opposé de l’inhumation ad sanctos. Toutefois, rien ne permet d’affirmer, à l’examen de la morphologie et de l’orientation des tombes, que le choix d’élire sépulture dans un cimetière sans église découle d’un degré moindre de christianisation, degré que par ailleurs rien ne permet d’évaluer. A contrario, on ne peut exclure que, par la présence de mobilier à motifs chrétiens, le facteur mode ait pu être prépondérant, sauf dans le cas de plaques-boucles reliquaires. Des tombes de typologie identique ont été découvertes à proximité de différents sanctuaires et du mobilier typiquement chrétien était associé à des sépultures des nécropoles sans église de Meyzieu-La-Dent (Monnier 1980 ; 1989 ; 1990), des Franchises à Janneyrias (plaques-boucles avec décors d’inspiration chrétienne), à Ambronay (Monnoyeur 1994 ; Gisclon 1998) et Château-Gaillard (bagues à monogramme chrétien). Ce mobilier permet d’envisager le caractère chrétien du défunt à défaut de celui de la nécropole.

32A. Bouvier s’interroge sur les raisons de ces nécropoles sans lieu de culte : « Faut-il y voir l’influence de la culture burgonde et plus largement germanique que refléterait la présence d’un crâne dé formé volontairement dans une des tombes fouillées à Meyzieu ? Faut-il évoquer le prolongement de pratiques galloromaines dans les modes d’inhumation, privilégiant la sépulture hors les murs ? » (Faure-Boucharlat 2001b.) J.-L. Gisclon note à Ambronay la forte influence gallo-romaine où l’apport « barbare n’apparaît pas, à l’inverse des nécropoles mâconnaises et jurassiennes qui renferment de nombreuses sépultures habillées et des armes ». L’habitat lié à ces zones funéraires demeure très mal connu, comme le lieu de culte qui pourrait lui être attaché (Alexandre-Bidon, Treffort 1993). Si ces nécropoles ont été associées à des églises ou des chapelles, cela a été rarement démontré. Il est néanmoins possible que ces dernières aient été en bois. Les textes suggèrent la présence de tels édifices, comme cette recommandation d’Hincmar de Reims qui stipule qu’en milieu rural chaque chapelle a « un atrium où les pauvres, qui ne peuvent porter leurs morts plus loin, pourront les ensevelir » (Hincmar de Reims 1990). L’archéologie atteste la présence de lieux de culte à vocation funéraire dans les nécropoles, selon l’exemple du petit édifice de bois de Sézégnin (Ve-VIIe siècle) dans le canton de Genève (Privati 1983 ; Terrier 1999).

33Des ensembles plus complexes comportant parfois habitat, cimetière et église ont également été mis au jour, comme à Portejoie en Normandie (Carré 1996) ou Serris en Île-de-France ; dans ce dernier cas, de petits groupes de tombes sont liés à l’habitat alors que celles, nombreuses, qui subsistent à l’époque carolingienne sont situées près de l’église. Contrairement aux nécropoles communautaires, les inhumations sont dispersées sur tout le site et regroupées par petites entités vraisemblablement familiales. Selon Fr. Blaizot et V. Savino le sanctuaire n’attire plus l’ensemble des sépultures comme c’était le cas en période d’évangilisation (Blaizot, Savino 2006). C. Treffort y voit une situation de transition, signe d’une hésitation entre la liberté du choix du lieu d’inhumation et la contrainte paroissiale de reposer dans le cimetière de l’église (Treffort 1996b). D’autres sites témoignent plus nettement du rapprochement de la zone funéraire vers l’espace des vivants. L’habitat fortifié de Larina, situé à l’est de Lyon, occupe le rebord du plateau calcaire de l’Isle Crémieu et domine d’une centaine de mètres les plaines du Rhône et de l’Ain. Son ancienneté remonte au néolithique, mais c’est surtout pendant le second âge du Fer que se développe l’oppidum avec la construction d’un grand rempart en pierres sèches long de 950 m (Porte 1983a ; 1983b ; 2011 ; Royet 2011b). Reconstruit plusieurs fois à l’époque mérovingienne (fig. 215), il enserre alors un habitat relativement élaboré, des bâtiments d’exploitation, des champs cultivés et surtout un important ensemble funéraire (fig. coul. 36) et religieux comprenant au moins deux nécropoles de tombes sous lauses (fig. coul. 37) dont l’une est associée à deux édifices que l’on peut interpréter comme une église et un mausolée du haut Moyen Âge (fig. coul. 38). Le site de Larina représente un nouveau type de domaine aristocratique dans lequel le bâti suit des schémas architecturaux d’origine gallo-romaine et inclut l’espace funéraire (fig. 216).

34Entre le VIIIe et le IXe siècle, les nécropoles rurales semblent abandonnées, qu’il y ait ou non présence d’un édifice de culte. On constate simultanément un important regroupement des sépultures autour d’autres églises. S’agit-il d’un mouvement qui révèlerait l’émergence de la paroisse ? La nouveauté au cours des VIIIe et IXe siècles réside en la pénétration du cimetière dans l’espace bâti ; en se rapprochant de l’église et en s’associant à celle-ci, le cimetière s’intègre à l’habitat. Une affirmation qu’il convient sans doute de nuancer d’après l’étude de Larina (Porte 1983b). Chacun possède sa nécropole proche de l’habitat mais sans édifice consacré. En revanche, tous les sites du haut Moyen Âge implantés sur des établissements gallo-romains ont, à côté de leur nécropole, une église dédiée à saint Étienne ou à saint Martin. Mais le phénomène de fusion entre les espaces des vivants et des morts est bel et bien engagé : C. Treffort montre comment, à partir du IXe siècle, les clercs carolingiens accordent à la tombe un intérêt plus grand et une nouvelle valeur en raison de sa fonction commémorative (Treffort 1996a). On assiste alors à un rapprochement de plus en plus fréquent entre lieu d’inhumation et édifice de culte, au cœur de l’espace habité. Comme l’a suggéré H. Galinié, on peut considérer que le phénomène de substitution du cimetière à la nécropole est révélateur du rapport de l’homme à ses défunts et plus exactement du vivant au cadavre (Galinié 1996). Dans le département de l’Allier, le regroupement des inhumations autour des zones habitées ou des lieux de culte semble être un phénomène beaucoup plus précoce. En effet, les recherches effectuées ces dernières années sur l’origine des paroisses, en croisant les données textuelles et archéologiques, conduisent à penser que, parmi les lieux de culte devenus paroisses, près d’une quarantaine aurait une origine mérovingienne probable et presque autant sont suspectés d’être de cette époque. Il faut préciser que la présence quasi systématique de sarcophages en grès mérovingiens (produits localement) constitue un bon indicateur, les découvertes de ces éléments funéraires étant très souvent rapportées même lorsqu’elles sont anciennes (Vergain et al. 2005 : 126-127 ; Liégard et al. 2008). Pour la période carolingienne, soixante-dix lieux de culte sont associés à des indices sérieux et l’existence d’une cinquantaine d’autres est suspectée. Cette zone, aux confins des diocèses de Bourges, Clermont, Nevers et Autun, semble donc avoir très tôt bénéficié d’un semis de lieux de culte – presque toujours associés à des nécropoles – qui est très probablement à l’origine de la fixation du réseau des paroisses, réseau dont la mise en place pourrait intervenir au début du haut Moyen Âge (fig. 217). Ces données indiquent, semble-t-il, que ce secteur a été christianisé précocement par rapport à d’autres régions du centre de la Gaule, sans que l’on puisse pour l’instant expliquer le phénomène.

Fig. 215 – Hières-sur-Amby (Annoisin-Chatelans, Isère), plan général du site de l’oppidum de Larina (DAO R. Royet).

Fig. 216 – Hières-sur-Amby, Larina, tombes à lauses du cimetière de la Motte après restauration (cliché R. Royet).

Fig. 217 – Paroisses d’origine altomédiévale dans le département de l’Allier (dessin S. Liégard et A. Maquet).

4.2.5. L’ESPACE ECCLÉSIAL ET LES MORTS : UNE ENTRÉE PROGRESSIVE DES MORTS À L’INTÉRIEUR DE L’ÉGLISE

35Malgré les interdictions, l’inhumation dans l’église-bâtiment se développe ponctuellement dès l’Antiquité tardive comme en témoignent certains exemples africains, telle l’épitaphe de la mère du diacre Tiberinus à Tipasa. En Gaule, le culte des saints évêques et martyrs inhumés dans des mausolées prend très vite de l’ampleur et l’on construit pour eux de grandes basiliques comme Saint-Just, Saint-Nizier et Saint-Irénée à Lyon ou Saint-Férréol à Vienne/Saint-Romain-en-Gal (fig. 218) [Reynaud 1978 ; 1995a ; 1998]. Les tombes se regroupent d’abord le long des murs de l’édifice ; puis on tolère la présence de personnages remarquables par la sainteté de leur vie, comme certains clercs ou d’autres évêques de la cité, dans des constructions annexes telles que des portiques (Saint-Just et Saint-Laurent-de-Choulans à Lyon) ou dans de petites salles funéraires accolées à l’édifice (fig. 219), selon l’exemple de l’« oratoire » Saint-Georges de Saint-Pierre de Vienne qui abrite la tombe de l’évêque Pantagathe (Jannet-Vallat 1987 ; 1995), ou bien ceux de Saint-Gervais de Genève et de Sous-le-Scex à Sion. Progressivement, les tombes envahissent l’intérieur de l’église, comme à Saint-Pierre de Vienne (fig. 220) ou Saint-Clément de Mâcon. Dans quelques cas seulement, comme à Saint-Georges de Vienne, l’archéologie permet de connaître l’identité des inhumés. C’est également le cas dans la basilique funéraire de Viviers (fig. 221) où une tombe axiale, qui occupe dès l’origine le centre de l’abside conserve l’encoche dans laquelle vient s’encastrer l’épitaphe de Paschase, prêtre dans cette église au cours du VIe siècle et disciple de saint Venance (Dupraz 1988 : 26-29 ; 1995). Cette tombe privilégiée a attiré trois autres sépultures. La première garde son épitaphe qui signale le repos d’Emeteria, femme pieuse (religiosa femina) de 83 ans. La seconde, étroitement associée à celle de Paschase, appartenait à un enfant. La troisième présente un négatif d’épitaphe qui paraît correspondre à celle de Severus, jeune lecteur de la cathédrale (fig. 222).

36Si l’on se réfère à Saint-Laurent d’Aoste, les tombes privilégiées sont regroupées dans un espace clos au centre de l’édifice, d’autres se répartissent dans les bras du transept (Bonnet, Perinetti 1986). Dans les églises lyonnaises Saint-Just, Saint-Irénée ou Saint-Nizier et à Saint-Laurent de Grenoble, des cryptes abritent des tombes d’évêques ou de saints, alors qu’à Genève des sépultures datées du Ve et du VIe siècle ont été mises au jour à l’intérieur de la cathédrale nord. Ainsi passe-t-on de l’église funéraire extra-muros à la cathédrale. À Aix-en-Provence, plusieurs tombes sous tuiles ont été retrouvées dans la nef de la cathédrale. Par comparaison, à Cologne, la chapelle funéraire d’une famille franque princière est implantée en plein cœur des édifices cathédraux. On note toutefois certaines réticences pour l’utilisation des absides. Il faut rappeler que la présence de tombes dans les églises urbaines a également été favorisée par le transfert de reliques intra-muros, importées très tôt comme à Rouen dans les années 500, puis un peu plus tard à Tours. Les reliques de saints locaux sont également déplacées pour plus de sécurité et souvent abritées dans des cryptes.

37Dans les églises rurales, encore trop peu fouillées de façon exhaustive, les situations paraissent très diverses : les interdictions seraient parfois suivies comme à Viuz-Faverges ou dans les églises espagnoles, tout du moins à l’origine (Ulbert 1978). Toutefois, la grande majorité des églises baptismales semble abriter de nombreuses tombes comme à Saint-Maximin (Guyon 2000). À Meysse, les premières inhumations ont lieu à l’extérieur de l’abside (fig. 223) et le long des murs goutterots, les morts bénéficiant, avant même la consécration du cimetière, de la sacralité du lieu (Lauwers 2005) ; à l’époque carolingienne, quelques tombes seulement sont placées à l’intérieur de l’édifice, peut-être dans des situations privilégiées (Reynaud 1989). Dans le canton de Genève, à Vuillonnex, les tombes entouraient également l’une des églises du groupe paroissial (Terrier 2005 : 76-77). Bien que sa fonction baptismale n’ait pu être prouvée par l’archéologie, l’église Saint-Jean-Baptiste du Monastier-sur-Gazeille appartient très probablement à cette catégorie (Hettiger et al. 1992). Lors de la fouille de l’édifice, près de 60 tombes ont été mises au jour à l’intérieur et presque autant ont été fouillées ou observées à l’extérieur (fig. 224). Au regard des ossements découverts dans l’édifice, il a été possible d’évaluer à 150 le nombre minimal d’inhumations effectuées dans celui-ci. Concernant le premier état du bâtiment, probablement carolingien, seules quatre inhumations situées à l’extérieur de la construction pourraient lui être contemporaines. Elles attestent la présence, dès cette période, d’un cimetière se développant autour du lieu de culte. Pour les deuxième et troisième états, datés respectivement du Xe-XIIe siècle et du XIIe-XIVe siècle, aucune indication n’a été recueillie sur la présence éventuelle de sépultures dans l’édifice, alors qu’à l’extérieur des tombes ont pu être datées de ces périodes. C’est probablement à partir du XIVe siècle que les sépultures font leur entrée massive dans l’église ; seule une dizaine d’entre elles remonteraient au Moyen Âge, les autres se rapportant à l’époque moderne, période durant laquelle plusieurs caveaux ont été aménagés dans la nef et dans des chapelles latérales nouvellement édifiées.

Fig. 218 – Vienne, Saint-Romain-en-Gal, plan schématique de l’église Saint-Ferréol (en hachures, la grande basilique paléochrétienne avec implantation des sarcophages ; en pointillés, la chapelle médiévale) [dessin URA 26, Lyon].

Fig. 219 – Lyon, Saint-Laurent-de-Choulans, sépultures dans les portiques et bas-côtés (cliché J. Tardieu).

Fig. 220 – Vienne, plan des fouilles de Saint-Pierre, 1860-1864 : synthèse du relevé des structures et du plan des sarcophages (dessin M. Janet-Vallat).

Fig. 221 – Viviers, basilique funéraire (relevé DAH Rhône-Alpes, A. Canal, C. Treffort et L. Pelletier).

Fig. 222 – Viviers, basilique funéraire, vue générale des sépultures dans l’abside (cliché J. Dupraz).

Fig. 223 – Meysse, sépulture le long de l’abside (cliché J. -Fr. Reynaud).

Fig. 224 – Répartition des sépultures mises au jour dans le sous-sol de l’église Saint-Jean du Monastiersur-Gazeille (dessin S. Hettiger).

38Les églises monastiques connaissent la même évolution sépulcrale que les églises paroissiales, à la nuance près que si ces fondations n’ont aucune fonction paroissiale, seuls les religieux, les ecclésiastiques ou les personnages de haut rang (donateurs) bénéficient de ce privilège. Par ailleurs doit être prise en compte l’évolution statutaire des édifices concernés par nos études. D’une manière générale, il semblerait qu’en milieu monastique les interdits relatifs aux inhumations aient été respectés plus longtemps qu’ailleurs, comme le montre, parmi différents exemples étudiés en Gaule, l’abbaye de Landévenec (Bardel, Perennec 2004). Fondation du haut Moyen Âge, l’abbaye n’autorise en effet aucune sépulture dans l’église, à l’exception des restes de saint Guénolé transférés dans le sanctuaire de l’abbatiale au cours de la seconde moitié du IXe siècle. À Cluny, selon Benoît Dumolin (XVIIIe siècle), seuls deux abbés auraient été ensevelis dans l’abbatiale au cours du Xe siècle : les abbés Bernon († en 926) et Aimard († en 963). Ce n’est que plus tard, lorsque la nouvelle abbatiale est construite par l’abbé Hugues de Semur à la fin du XIe siècle, que celle-ci va progressivement accueillir abbés et dignitaires de l’Église. Le phénomène est identique à l’abbaye de Cruas où les morts n’entrent dans l’abbatiale qu’aux époques romane puis gothique, et en faible nombre ; il s’agit unique ment de hauts personnages, abbés et aristocrates (fig. 225). L’époque carolingienne n’est représentée que par deux tombes (IXe-Xe siècles) installées dans des troncs évidés le long du mur goutterot sud, à l’extérieur de l’église.

39Dans la Loire, deux églises remontant aux périodes de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge offrent des cas de figure remarquables : à Saint-Rambert-sur-Loire, l’église Saint-Jean-Baptiste associée au prieuré bénédictin de Saint-Rambert (fig. coul. 39) dépendant de l’abbaye de l’Île Barbe à côté de Lyon, est mentionnée pour la première fois en 971 dans la charte de Conrad le Pacifique (Le Laboureur 1887 : 65). L’archéologie a cependant révélé l’existence d’un premier bâtiment funéraire daté du Ve siècle. De petites dimensions (10,40 m sur 6,80 m), l’édifice correspond probablement à une memoria peut-être attachée à un établissement primitif ou à une villa (Baud 1992). Les tombes, de direction nord-sud, toutes situées à l’extérieur, ne concernent que le côté sud du bâtiment. Toutefois, sur le modèle d’exemples antiques, on peut envisager la présence d’un ou plusieurs sarcophages à l’intérieur. Plus tard, l’édifice augmenté d’une abside à l’est devient probablement la chapelle funéraire du monastère, mais les inhumations sont toujours pratiquées à l’extérieur. Lorsque l’église acquiert le statut d’église paroissiale, sans doute au cours du XIe siècle, le cimetière se développe à l’ouest ; puis la nef s’ouvre progressivement aux morts jusqu’à la création d’un nouveau cimetière au XVIIIe siècle.

Fig. 225 – Cruas, tombeau d’Adhémar de Poitiers (cliché J.-J. Soumille).

40Saint-Romain-le-Puy constitue un autre cas (Parron, Reynaud 1992). À l’origine de l’ancienne priorale dépendant de l’abbaye d’Ainay à Lyon, se trouve un modeste édifice de plan triconque comprenant une série de trois tombes orientées : la première est située dans l’exèdre nord du bâtiment primitif, les deux autres dans la nef ; ici, l’une des deux présente une disposition nord-sud sans doute induite par la présence de l’ancien mur de façade. Toutes sont entaillées partiellement dans le rocher et aménagées avec des tegulae composant des coffres rectangulaires ou trapézoïdaux, selon la tradition antique. Pour les périodes postérieures, les sépultures sont peu nombreuses dans la nef : les deux premières, profondément creusées dans le rocher, sont placées dans la travée occidentale ; la troisième est située sous la poutre de gloire. À l’est, des sépultures d’enfants ont été découvertes dans la travée de chœur précédant la chapelle sud. La nature du substrat ne facilite pas les inhumations à l’intérieur de l’édifice : il faut soit creuser profondément une fosse dans la roche basaltique (nef et exèdres), soit aménager une fosse dans la maçonnerie des voûtes de la crypte. À l’extérieur, en revanche, sur le parvis occidental de l’église priorale, de nombreuses fosses sépulcrales ont été repérées.

Meysse et Salaise-sur-Sanne
(Jean-François Reynaud)
Les sites de Meysse et de Salaise-sur-Sanne sont tous deux des créations anciennes : le premier remonte à l’Antiquité tardive et le second à l’époque carolingienne. Fouillés de manière exhaustive, ils diffèrent par leur fonction : Meysse est une église baptismale dans la dépendance de l’évêque de Viviers ; Salaise-sur-Sanne est un prieuré de l’abbaye de Saint-Claude. Mais dans les deux cas l’église a une fonction paroissiale : une cuve baptismale a été trouvée à Meysse alors qu’à Salaise-sur-Sanne un curé est nommé par le prieur. À Meysse, deux tombes à coffre de tuiles ont été retrouvées au chevet de l’église (Ve -VIe siècle), mais aucune n’est présente à l’intérieur de l’édifice. On peut supposer qu’une nécropole s’étendait autour de l’église baptismale, les inhumations étant attirées par la présence du lieu de culte. À Salaise-sur-Sanne, les fragments d’une inscription funéraire chrétienne d’un sarcophage orné et d’un sarcophage trapézoïdal ont été mis au jour hors stratigraphie et pourraient provenir non pas du site, mais d’une villa voisine.
À l’époque carolingienne prise au sens large, la situation est contrastée : à Meysse, contrairement à la législation canonique, on constate plutôt la présence de tombes à l’intérieur de l’édifice ; par exemple quatre d’entre elles sont installées le long des murs latéraux, l’une condamnant même une porte ancienne. Mais les datations manquent de précision et ces sépultures pourraient appartenir à la fin de la période et correspondre à un moment où la législation n’est plus respectée. D’autres tombes plus tardives suivent la courbure extérieure de l’abside (datation en chronologie relative du niveau funéraire le plus profond). À Salaise-sur-Sanne, de rares inhumations ont été retrouvées à l’extérieur des églises successives : des tombes à entourage de galets sont en dehors de la première construction dont les murs, également en galets liés à l’argile, ont été datés du IX
e siècle (fig. 226) ; la petite église de l’an Mil semble épargnée par les tombes, alors que quelques sépultures ont été mises au jour à proximité.
À l’époque romane, les tombes se multiplient à l’intérieur et à l’extérieur des églises : à Meysse, plusieurs rangées d’inhumations superposées suivent la courbure extérieure de l’abside
(fig. 227) ou sont placées suivant des axes divergents comme les rayons d’une roue à partir du centre de l’abside ; d’autres se situent non seulement dans les nefs mais aussi contre le mur ouest de la façade, selon un axe nord-sud. Les sépultures semblent éviter le sanctuaire qui avait cependant déjà été fouillé avant l’intervention de l’équipe de l’université Lyon 2. Le cimetière se développe au nord de l’église, le sud étant occupé par des bâtiments anciens. À Salaise-sur-Sanne, quelques tombes s’installent dans la nef, mais surtout à l’extérieur de l’église et tout particulièrement contre la façade où un sarcophage mérovingien est remployé. Là encore, la partie orientale de l’église constitue un élément à part, occupée par une crypte qui n’a pu être fouillée. Le cimetière s’étend au sud de l’église, alors que les bâtiments prioraux sont construits au nord.
Pour la période moderne, on peut ajouter qu’à Meysse, des caveaux funéraires assez spacieux et couverts de dalles inscrites sont construits par des familles importantes au XVIII
e siècle à l’ouest de la barrière de chœur ; l’un d’eux semble appartenir à un prêtre. Une église moderne est construite au XIXe siècle et le cimetière de la « Vieille Église » est abandonné et transformé en une place. À Salaise-sur-Sanne, les tombes en cercueil se multiplient dans la nef sur plusieurs niveaux à partir du XIVe siècle, mais surtout au XVIIIe siècle dans une nef reconstruite et légèrement raccourcie. Une nouvelle église, édifiée assez loin au sud, donne naissance à l’agglomération actuelle et un nouveau cimetière est créé à l’écart des lieux de culte.

Fig. 226 – Salaise-sur-Sanne, sépultures (cliché J.-Fr. Reynaud).

Fig. 227 – Meysse, plan de l’église à l’époque romane ; inhumations (dessin J.-Fr. Reynaud, DAO Y. Montmessin).

4.3. LES MORTS DE L’AN MIL À LA FIN DU MOYEN ÂGE

41Au Moyen Âge, divers lieux consacrés sont réservés aux inhumations en fonction du statut des individus. Les laïcs se font prioritairement enterrer dans leur paroisse, mais, pour diverses raisons et souvent par privilèges, ils peuvent élire sépulture dans une abbaye ou un prieuré. Les cathédrales n’ont pas vocation à accueillir des inhumations, mais dès l’Antiquité tardive des tombes sont signalées dans la cathédrale nord de Genève et les cryptes de nombreuses églises épiscopales carolingiennes abritent des tombes ou des reliques de personnages vénérés. La multiplication des reliques à l’intérieur des églises a sans doute constitué un premier pas vers l’abandon des traditions antiques. Plus tard, les cloîtres canoniaux se transforment en cimetières destinés aux clercs puis aux laïcs. Quant aux monastères, ils possèdent plusieurs lieux d’inhumation dans l’enceinte monastique. S’ils sont prioritairement réservés aux religieux, certains sont destinés aux laïcs bienfaiteurs ou familiers (cloître de Viviers). Afin de mieux appréhender ces différents cas de figures, on retiendra quelques exemples considérés comme les plus caractéristiques.

Fig. 228 – Cluny, Saint-Maïeul, répartition des sépultures à partir du XIe siècle (DAO Y. Montmessin).

  • 51 Le sarcophage 18, de plan rectangulaire et de plus grande dimension, est dans une position quasi ax (...)

42L’église Saint-Maïeul à Cluny est probablement fondée au cours du Xe siècle, non loin de l’abbaye. Bien qu’elle possède une fonction paroissiale dès l’origine, celle-ci est officiellement établie autour de 1200, période à laquelle l’église se dote d’un clocher. À partir de là, les inhumations se multiplient rapidement à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice, sans que l’on sache si l’un des deux lieux est primitivement favorisé. Seul le sanctuaire est épargné par les inhumations (Bouvard 2013) [fig. 228]. L’abbaye Saint-André-le-Haut appartient, on l’a vu, aux premières fondations monastiques de Vienne. L’église est composée d’un chevet gothique et d’une nef romano-gothique (fig. 229). Les fouilles et l’analyse des élévations ont permis d’identifier une première église du XIe siècle, comprenant une crypte sous un sanctuaire à abside. Dans l’état actuel des recherches, on ne peut affirmer la présence de sépultures contemporaines de ce premier état à l’intérieur de l’église ; en revanche, de nombreuses tombes investissent la nef dès la fin du Moyen Âge, lorsque l’abbatiale s’ouvre à la paroisse. La basilique Saint-Martin d’Aime constitue un exemple plus complexe. Prieuré bénédictin dépendant de Saint-Michel-de-la-Cluse en Piémont à partir de 1226, il a été fouillé dans les années 1868-1878 par l’architecte E.-L. Borrel. De ces premiers travaux archéologiques, il ne subsiste qu’un relevé en plan réalisé par l’abbé Tremey, sur lequel figurent une trentaine de sépultures (fig. 230). En 1983, l’étude de J. Tardieu a mis en évidence une succession de structures antiques aménagées dans un espace thermal (milieu Ier-début IIe siècle), une première église datable de l’époque carolingienne et la basilique actuelle dont la construction remonte à la première moitié du XIe siècle. Les tombes anthropomorphes disposées tête-bêche, sont rassemblées dans trois secteurs qu’il convient de dissocier chronologiquement : deux séries sont installées dans l’emprise de ce qui a été identifié par E.-L. Borrel comme la cella d’un temple gallo-romain mais qui pourrait être interprétée comme un mausolée ; la première comprend les sarcophages 17 à 23 du plan de Borrel51 rassemblés dans l’angle nord-ouest de cet espace. La deuxième série, localisée dans la partie orientale du bâtiment, essentiellement au nord-est de l’entrée principale, se répartit de part et d’autre d’un mur nord-sud. Enfin, la troisième série est concentrée dans l’angle sud-ouest de la travée occidentale de la première église. Les sépultures sont regroupées dans une fosse creusée au sud de l’accès ouest et sont placées trois par trois de chaque côté d’un muret de séparation.

43Un autre cas est celui de l’église paroissiale de Saint-Pierre d’Alba, cons truite au XIIe siècle à l’emplacement d’une ancienne église funéraire et abandonnée sans doute lorsque le siège épiscopal fut transféré d’Alba à Viviers vers 475. Le plan primitif est composé d’une nef unique terminée par une abside. Au XIVe siècle, une chapelle latérale a été ajoutée au sud. L’église est détruite autour de 1587 par des bandes huguenotes. On continue toutefois à enterrer les défunts dans « le cimetière de Saint-Pierre » alors que le culte est transféré dans les murs du village. Les premières inhumations effectuées à l’intérieur de l’église ne sont pas antérieures au XIIIe siècle ; c’est dans la chapelle sud que les tombes sont les plus nombreuses.

Fig. 229 – Vienne, Saint-André-le-Haut (cliché A. Baud).

4.3.1. Les lieux « privilégiés » à l’extérieur de l’église

44Il est depuis longtemps admis que, dans le cimetière qui se développe autour de l’église, des espaces sont réservés à des inhumations dites « privilégiées ». Il faut sans doute reconsidérer ou nuancer le terme « privilégié » en fonction des nombreux critères religieux, politiques et sociologiques inhérents à la période médiévale, d’autant que nous ignorons le plus souvent l’identité du défunt. L’archéologie, quoi qu’il en soit, révèle que les deux lieux particulièrement recherchés sont le parvis et le chevet.

4.3.1.1. Le parvis

45Très tôt, le parvis de l’église, situé traditionnellement à l’ouest, du côté du soleil couchant, est investi par de nombreuses tombes. On citera à ce propos les églises de Saint-Jean-Baptiste à Saint-Rambert-sur-Loire, de Saint-Julien à Moingt ou, plus tardivement, celle de Cruas, lorsque celle-ci devient paroissiale à la fin du XIIIe siècle (Tardieu 1993). L’organisation spatiale du cimetière est alors intimement liée à l’édifice consacré : les sépultures situées au plus près de la façade sont ainsi placées contre le mur et donc tournées soit vers le sud, soit vers le nord (fig. 231), alors que celles plus éloignées du mur sont orientées. À Cruas, la zone nord a toutefois été réservée, pour maintenir un accès axial à l’église. À Saint-Rambert-sur-Loire, des tombes « privilégiées » particulièrement bien construites (coffrages maçonnés anthropomorphes) étaient placées dès l’époque carolingienne contre le mur occidental et dans l’axe du sanctuaire (fig. 232). Cette position a été réutilisée par d’autres tombes au cours du Moyen Âge, impliquant une superposition rigoureuse des sépultures et des marques de surface (Baud 1992).

Fig. 230 – Aime en Tarentaise, relevé des fouilles de l’architecte E.-L. Borrel et de l’abbé Tremey (dessin d’archive de l’abbé Tremey).

46C’est souvent à l’occasion d’interventions urgentes que certains sites ont pu être étudiés. À Lurcy-Lévis, à la suite de travaux de terrassement en 2000, quelques-unes des sépultures qui occupent le parvis de l’église Saint-Martin ont été observées succinctement. Ces dernières sont disposées en rangées dans un espace de 4 m de largeur entre la façade de l’édifice et un mur qui lui était parallèle. L’une d’entre elles est accompagnée d’un dépôt funéraire, une cruche peinte dont la datation ne semble pas postérieure au XIIe siècle (Liégard 2000) [fig. 233]. À Néris-les-Bains, en 1990, et dans les mêmes conditions d’intervention, une trentaine de tombes en fosses et cercueils qui occupaient la partie centrale du parvis de l’église Saint-Georges ont été étudiées. Ce niveau sépulcral est associé à quelques réductions ainsi qu’à un sarcophage en grès taillé dans deux blocs architecturaux antiques remployés. Cinq sépultures sont accompagnées de dépôts funéraires qui consistent en de petits récipients glaçurés destinés à contenir de l’eau bénite et datables de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) [Liégard 1990].

Fig. 231 – Cruas, cimetière occidental (dessin M.-N. Baudrand, DAO C. Frémiot de Mauroy).

Fig. 232 – Saint-Jean-Baptiste à Saint-Rambert-sur-Loire, tombe comprenant un calice et une patène (dessin G. Macabéo).

Fig. 233 – Cruche médiévale utilisée comme dépôt funéraire dans une tombe d’adulte du cimetière de l’église Saint-Martin à Lurcy-Lévis (dessin S. Liégard).

Fig. 234 - Montverdun, sépultures du chevet (dessin Chr. Le Barrier, DAO C. Frémiot de Mauroy).

Fig. 235 – Cruas, nécropole orientale, tombes contre l’élévation de l’abside (cliché J. Tardieu).

4.3.1.2. Le chevet

47Le chevet constitue le second lieu d’inhumation « privilégiée ». À l’instar des tombes installées contre la façade de l’église, les sépultures placées au chevet se situaient tout contre le mur du sanctuaire et des chapelles voisines. À Meysse, par exemple, elles se répartissaient contre l’abside sur plusieurs rangées superposées suivant la courbure extérieure des murs. Dans le cimetière du prieuré du Montverdun, trois sarcophages portant sur le couvercle une croix de Malte (fig. 234) rayonnaient autour de la courbe de l’abside. À Saint-Maïeul de Cluny comme à l’abbaye de Cruas (Tardieu 1999 ; 2001b) [fig. 185, 235 et 236], les têtes des défunts ont été placées le plus près possible du mur ; certaines reposaient sur la maçonnerie du ressaut de fondation. Parmi les tombes de Saint-Maïeul, une sépulture s’appuyait contre le mur du sanctuaire, dans l’angle que forme l’épaulement nord-est de l’église (fig. 237). Cette inhumation possédait un coffre de pierre, tandis que les autres étaient en cercueil ou en pleine terre. L’église Saint-Jean-Baptiste (Saint-Rambert-sur-Loire) comprenait, au même emplacement la tombe d’un prêtre, remontant probablement au Xe siècle : un calice et une patène avaient été déposés contre le thorax du défunt (fig. 239).

Fig. 236 – Cruas, nécropole orientale (dessin J. Tardieu, DAO W. Widlak).

48Parvis et chevet ne sont certes pas les seuls lieux recherchés pour les tombes autour de l’église. À l’église double de la Gleizasse de Salavas, les inhumations se sont essentiellement regroupées dans l’espace ménagé entre les deux édifices (fig. 206). De même, à Cruas, les premières sépultures sont apparues à l’époque carolingienne, à l’extérieur, le long du mur goutterot sud.

4.3.2. LES LIEUX « PRIVILÉGIÉS » À L’INTÉRIEUR DE L’ÉGLISE

49Le plan de l’église est conforme aux besoins liturgiques dont dépend toute organisation funéraire. Différents lieux à l’intérieur de l’église sont ainsi réservés aux inhumations ; d’autres en sont exempts tels le sanctuaire ou l’abside, excepté néanmoins quelques tombes de personnalités dont la dignité sociale ou religieuse s’accorde avec les endroits les plus sacrés.

4.3.2.1. Les espaces d’accueil

50Les restaurations ou fouilles anciennes effectuées dans des églises ont souvent mis au jour, près de l’entrée, des ensembles de tombes ou des sépultures isolées. Mais, dans la grande majorité des cas, l’absence de documentation scientifique n’autorise aujourd’hui que de timides interprétations. Ainsi, à Saint-Menoux, la partie occidentale de l’abbatiale – communément appelée narthex – renferme les vestiges d’un aménagement souterrain interprété comme le caveau des abbesses, mais pouvant également correspondre à une ancienne crypte. La présence de ces substructions n’est connue que par des observations effectuées au XIXe siècle à l’occasion de travaux de restauration (Bruel et al. 2006 : 54-55, 87). Cet espace occidental est parfois qualifié dans les textes de « vieille église », de « vieux chœur » ou de « chœur des morts ». Sous l’Ancien Régime, les religieuses de l’abbaye y furent enterrées. Si on ne connaît pas l’origine funéraire de cet espace, il est probable que celle-ci soit ancienne et qu’elle puisse remonter à la construction de cette partie de l’édifice, soit au XIe siècle.

Fig. 237 – Cluny, Saint-Maïeul, inhumation contre l’épaulement extérieur nord-est du chevet de la première église (cliché A. Baud).

Fig. 238 – Cluny, sépulture no 4 de l’avant-nef, datée de 1464, avec branchages de noisetier (relevé P. Courtaud).

Les sépultures dans les espaces d’accueil de l’abbaye de Cluny
(Gilles Rollier)
Les travaux archéologiques menés dans l’avant-nef de la troisième église abbatiale de Cluny ont mis au jour douze sépultures (Rollier 1996a). Dix tombes étaient placées en avant du grand portail ; les deux dernières, près de l’angle que forment le mur de façade de la nef et le mur goutterot sud de l’avant-nef. Une autre fosse sépulcrale, pillée anciennement, a également été reconnue dans la nef de l’église juste après le seuil du portail latéral sud. L’étude anthropologique a permis d’attester la présence d’au moins deux femmes et trois enfants. Certaines tombes contenaient de la céramique glaçurée du XIIIe-XVe siècle, une bouterolle de fourreau d’arme blanche, une bague, etc. Les caractéristiques de cet ensemble funéraire semblent confirmer que la population inhumée était laïque. L’état de conservation des deux sépultures les plus pro fondes était particulièrement exceptionnel. Les conditions physico-chimiques liées à la présence d’une nappe aquifère dans des niveaux marneux ont favorisé la conservation des cercueils et de certains aménagements internes des sépultures. Dans la tombe la plus ancienne, datée par dendrochronologie des alentours de 1464, le défunt, installé dans un cercueil chevillé, était étendu en decubitus dorsal sur une litière de branches de noisetier (fig. 238) qui surélevait sa tête, toute sa partie droite, ainsi que son membre inférieur gauche. Plus d’une centaine de noyaux de prunelles a été par ailleurs retrouvée au niveau de la main gauche, peut-être disposée à l’origine dans un petit sac. À partir de l ‘ analyse, il semblerait que l’inhumation ait été différée par rapport au décès qui pourrait avoir eu lieu au milieu de l’été. La seconde, une des deux sépultures retrouvées dans l’angle sud-est de l’avant-nef, possédait un aménagement assez similaire, composé cette fois de gerbes de graminées et de coussins de foin. Les analyses anthropologiques ont conclu à un décalage chronologique entre le décès et l’inhumation qui sont survenus en deux lieux probablement éloignés. Le volume de masse végétale avait sans doute pour fonction de maintenir le corps dans le cercueil pendant son transport jusqu’au lieu de la sépulture. Ceci suppose que les personnes inhumées le furent loin de leur résidence, et peut-être même loin de leur paroisse. L’analyse de l’avant-nef a révélé d’autres restes humains, placés dans les premiers niveaux de trous de boulins du mur goutterot sud. Il s’agit uniquement de réductions composées d’os longs et d’os iliaques.
Les espaces que K.J. Conant avait identifiés comme l’avant-cour et la cour de l’abbaye se sont également avérés être des lieux d’inhumation. On y dénombre une vingtaine de tombes découvertes à l’occasion de travaux de voirie. Outre le cercueil mis au jour à proximité de l’entrée actuelle du cloître, une série d’inhumations a été découverte à l’ouest de l’ancienne hôtellerie du monastère, les « Écuries de Saint-Hugues ». Malheureusement, les indices actuels ne permettent pas de les identifier, ni de les dater précisément ou même d’envisager une éventuelle répartition. C’est, en effet, dans des conditions d’intervention pénibles que N. Roiné a mis en évidence un ensemble funéraire de dix-sept tombes qui se placent chronologiquement entre des alluvions couvrant le niveau gallo-romain et les premières installations monastiques correspondant, dans ce secteur, à des maçonneries des XI
e et XIIe siècles. Une partie du cimetière est clairement antérieure à la fin du XIe siècle, époque de la construction de l’ancienne hôtellerie. Le nombre des inhumations est probablement plus important et tous les âges y sont représentés. D’après les données de fouille, deux sépultures étaient associées à une architecture funéraire en pierre, de type « anthropomorphe ». Par ailleurs, à l’est de l’ancien ne hôtellerie, d’autres interventions d’urgence ont permis d’observer des sépultures en coffrage de bois qui apparaissent très proches des trois tombes dégagées dans la cour de la Congrégation (au nord de l’ancienne abbatiale de Cluny II) et datées par la dendrochronologie du Xe siècle.

4.3.2.2 Les morts dans la nef et le transept

51À l’intérieur de l’église, surtout si l’édifice a une fonction paroissiale, la nef constitue le lieu le plus approprié pour accueillir les inhumations en grand nombre.

52L’organisation de l’espace funéraire se complexifie au fur et à mesure des siècles avec la multiplication des sépultures. Outre les réductions, les nombreux ossuaires et quelques cas de pourrissoirs comme à Silvacane, tout espace libre est occupé par de nouvelles tombes. À Saint-André-le-Haut de Vienne, alors que la majorité des sépultures était orientée, certaines ont été placées nord-sud, non pour des motifs liturgiques, mais tout simplement par manque d’espace : la répartition des sépultures dans la nef répond souvent à une organisation spatiale aussi bien liturgique que fonctionnelle. Certaines églises offrent un schéma funéraire assez clair. À Saint-Avit de Carlat, par exemple, les inhumations orientées sont disposées en rangées qui tendent à s’éclaircir à proximité du sanctuaire. Mais, dans la plupart des cas, l’emplacement de l’autel conditionne la position des tombes.

53À Saint-André-le-Haut, deux sépultures « privilégiées » (XVe siècle) – l’une d’elles comprend une crosse abbatiale (fig. 239) – se situent à la limite de la nef et du sanctuaire, dans l’axe de l’autel. À Saint-Maïeul, la position des sépultures détermine un premier schéma funéraire répondant aux mêmes critères liturgiques : les inhumations sont établies sur trois files, chacune étant placée dans l’axe d’un autel du sanctuaire (fig. 228).

54Les fouilles effectuées à Paray-le-Monial (Rollier 2000a), ont également permis plusieurs observations sur l’organisation funéraire des églises successives. En premier lieu, la découverte de plusieurs fragments de sarcophages en grès induit la présence d’un cimetière du haut Moyen Âge dans l’environnement du site monastique. Cependant, les plus anciennes sépultures en place doivent être rattachées à la première église retrouvée en fouille et datée du début du XIe siècle : deux tombes sont installées au sud du mur goutterot de la nef ; une troisième est peut être située à l’intérieur du bâtiment. Les inhumations de la deuxième église sont réparties en fonction des installations liturgiques et des cheminements. Dans le transept, de très nombreuses tombes se trouvent dans la deuxième travée du bras nord, en face de la chapelle du transept, connue au XVIIe siècle pour être dédiée à saint Blaise. Les textes signaleraient l’affectation du lieu pour les sépultures de laïcs (Lemetayer 2000). L’autre lieu important d’inhumation s’établit sur l’espace de la nef avec une forte densité de tombes dans les deuxième et troisième travées du vaisseau central, devant l’autel construit en avant de la clôture de chœur. En outre, d’autres sépultures sont réparties, en particulier dans la première travée, le long d’un cheminement matérialisé par le pavement médiéval qui signale aux moines l’accès à la nef depuis une porte donnant sur le cloître, au sud. Dans la majorité des cas, les inhumations, chaulées, appartiennent à des religieux. Datées essentiellement de la période moderne, elles reprennent pour certaines l’emplacement de tombes de la fin du Moyen Âge qui n’étaient pas toutes masculines. Par comparaison avec le bras nord du transept et la nef, les sépultures restent rares dans le bras sud, la clôture de chœur et ses proximités. On dénombre quatre fosses dans la première travée nord du transept, deux autres vidées dans la chapelle nord. La clôture de chœur ne renferme que deux sépultures placées l’une derrière l’autre, dans l’axe des constructions. Dans le bras sud, la construction, en 1470, de la chapelle gothique avec un caveau destiné aux membres de la famille de Damas-Digoine marque une nouvelle affectation de cet espace proche du cloître et antérieurement dénué de fonction funéraire.

55Un autre exemple caractéristique est fourni par l’ancienne abbaye de Saint-Roman, devenue prieuré de Psalmodi en 1102. Le bas-côté nord de l’église est occupé par deux séries de tombes de périodes différentes. Il s’agit, d’une part, d’enfeus aménagés depuis la paroi nord jusque dans la partie occidentale de la nef. À ces enfeus couverts d’un cul-de-four parfois surmonté d’une croix correspond une lanterne des morts (fig. 240). Un second groupe de tombes, composées de cuves rectangulaires creusées dans le sol rocheux, occupe la quasi totalité du bas-côté nord. Alignées est-ouest, elles sont séparées d’une autre tombe nord-sud installée dans le bras nord du transept, à l’entrée de l’absidiole, par une longue engravure destinée à maintenir une barrière liturgique.

Fig. 239 – Vienne, Saint-André-le-Haut, sépulture avec crosse abbatiale (dessin G. Granier, DAO C. Frémiot de Mauroy).

Fig. 240 – Beaucaire, Saint-Roman, sépultures et lanterne des morts (cliché J. Tardieu).

56À Souvigny, c’est le bas-côté extérieur nord, réservé à la paroisse, qui accueille des inhumations. L’analyse des sépultures y a révélé une population paroissiale classique : individus d’âges variés, hommes, femmes et immatures. Le bas-côté intérieur, réservé aux moines, a livré en revanche une seule sépulture du bas Moyen Âge, ce qui indique une stricte séparation des espaces pendant une longue période. À Vagnas, le prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye de Cruas conserve dans la croisée du transept le tombeau dit du Vicomte Maubert, fondateur du monastère à l’époque carolingienne. Il s’agit d’un sarcophage monolithe et anthropomorphe occidenté, fermé par un couvercle en deux sections composé de remplois ; la pierre couvrant la partie supérieure de la cuve porte différents graffitis anciens et un décor d’entrelacs ; la partie inférieure est fermée par une dalle recoupée dans laquelle les inscriptions suivantes – tronquées – ont été incisées :… me fecit et l’avertissement du festin de Balthazar expliqué par le prophète Daniel (Daniel, 5) :… mane tezel fares (« pesé, compté, divisé »). Ce sarcophage a été enterré à l’entrée du bras nord du transept, au pied d’un mur (ou muret) qui ferme en partie ce dernier, tout en ménageant deux accès latéraux. Le couvercle inscrit n’était pas visible car il était masqué par le pavement du sol. Le muret, difficilement interprétable car maladroitement restauré, peut-être recouvert d’un décor peint, contribuait sans doute à l’organisation des circulations. Comme à Cruas, ce tom beau installé à l’intérieur du chœur monastique participait à la liturgie votive des moines en l’honneur du fondateur et bienfaiteur Maubert. Est-il à l’origine des quatre autres sépultures en fosse occupant la partie sud de la croisée du transept ? Une autre, également orientée, est installée à l’entrée de l’absidiole nord dans l’alandier d’un ancien moule à cloche (Tardieu 2013). À Cruas, à l’époque romane, alors qu’un vaste cimetière de laïcs se développe toujours à l’extérieur de l’église, deux sépultures ont trouvé place à l’intérieur. Délimitées par un cordon de pierres et orientées est-ouest, elles sont situées dans le bas-côté sud. L’un des deux personnages inhumés portait un grand volatile sur la poitrine (fouilles de R. Saint-Jean). À l’époque gothique, plusieurs tombeaux sont aménagés dans l’abbatiale : une petite cuve à panneaux sculptés et décor mural peint est installée contre le mur goutterot nord de la travée occidentale ; un gisant mitré (aujourd’hui conservé à Montélimar dans la collection Valentin-du-Cheylard) lui faisait pendant au sud. Ce dernier est à mettre en relation avec la scène funéraire datable des années 1342-1352 qui est conservée sur le mur goutterot sud de la travée occidentale. Enfin, le tombeau dit d’Adhémar de Poitiers (coffre des années 1330-1340 et gisant datable des années 1260-1350), récemment remonté à l’emplacement probable du précédent, se trouvait, selon les auteurs anciens, au milieu du chœur monastique (fig. 241). À partir du tout début du XIIIe siècle, les liens entre la famille des comtes de Poitiers-Valentinois et l’abbaye de Cruas deviennent très étroits (Tardieu 1993).

Fig. 241 – Cruas, tombeau d’Adhémar de Poitiers (cliché J.-J. Soumille).

Fig. 242 – Cluny, chapelle Saint-Martial dans le bras sud du grand transept, tombe de l’abbé Gauthier de Châlon enterré devant l’autel (dessin G. Macabéo).

57À Cluny, seuls les moines ayant accédé à une charge importante ou bien certains dignitaires de l’Église sont enterrés dans l’église abbatiale. L’abbé Gauthier de Châlon, par exemple, était enterré devant l’autel de la chapelle Saint-Martial qui occupe le bras sud du grand transept (fig. 242). Cette chapelle, qui a bénéficié de fouilles, avait une fonction essentiellement funéraire, à l’instar des nombreuses autres absidioles de l’abbatiale. Des officiers de l’abbaye, des hauts dignitaires de l’Église, ainsi que, plus tard, au XVIe siècle, les abbés commendataires Jacques et Geoffroy d’Amboise y ont été inhumés (Baud 1999).

  • 52 BnF ms. Clairambaud 640, f° 269 ; Perrot 2001 ; BM de Besançon, ms. 893, f° 71 bis v°.

58À Souvigny, enfin, Jean de Rochefort dit le Bâtard de Bourbon (mort en 1375) et sa femme Agnès de Challeu (morte en 1389) élisent sépulture dans le bas-côté externe sud, près du tombeau des saints abbés clunisiens Odilon et Maïeul. Ce tombeau à gisants subit le même sort que celui des abbés et disparaît à la Révolution. La fouille a toutefois mis au jour la maçonnerie de support du socle et le caveau sous-jacent. Celui-ci comporte de nombreux remplois romans, mais atteste d’une médiocre qualité de travail (mortier grumeleux et nombreux interstices qui ont facilité l’infiltration de l’eau et de la terre). Le contraste est net entre le visible, qui par sa richesse maintient le souvenir du défunt, et l’invisible, qui témoigne soit d’une volonté d’humilité, soit plus prosaïquement d’économie52.

4.3.2.3. Sanctuaires et sépultures

59Le sanctuaire, qu’il appartienne à une église paroissiale, à une cathédrale ou à une église monastique, est le plus souvent préservé de toute inhumation. On ne peut enterrer là où le corps et le sang du Christ sont consacrés. Tel est le cas de très nombreux édifices dont Saint-Jean-Baptiste de Saint-Rambert-sur-Loire, Saint-André-le-Haut de Vienne ou Saint-Pierre d’Alba. À Saint-Maïeul de Cluny, alors qu’un nouveau chevet beaucoup plus grand que le précédent, est construit à la fin du XIIe siècle à l’emplacement du premier, l’ancien sanctuaire conserve sa fonction liturgique et les sépultures se répartissent dans les chapelles voisines ; une réduction placée dans le sanctuaire contre le mur de chaînage atteste cependant du déplacement d’une sépulture probablement privilégiée (Baud 2013a). Dans la cathédrale du Puy-en-Velay, le chevet est toujours resté exempt de sépultures (Liégard, Fourvel 2002a). Est-ce en raison du rocher qui affleure dans cette partie de l’édifice ou bien pour des raisons purement liturgiques ? À la priorale de Saint-André-de-Rosans, c’est le chœur liturgique, délimité par la tribune monastique et les murs latéraux de la clôture, qui, contrairement à la nef, est entièrement exempt de sépultures (Esquieu 2010a). Par contre, à Viviers (Dupraz 1988 : 26-29 ; 1995), la basilique funéraire du VIe siècle est construite autour d’une tombe privilégiée qui occupe le centre de l’abside outre passée (fig. 243). Enfin, à Saint-Laurent de Grenoble, plus de 1500 tombes ont été mises au jour suivant quinze phases d’inhumation du IVe au XVIIIe siècle (fig. coul. 40).

Fig. 243 – Viviers, basilique funéraire, sépultures privilégiées dans l’abside (cliché J. Dupraz).

60On ne cesse d’inhumer dans les églises successives jusqu’au XVIIIe siècle. Plusieurs textes en témoignent dont celui du 27 juin 1713 à propos de l’inhumation du secrétaire à la Chambre des comptes dans la « grotte située au pied de l’église », à savoir la salle hypogée du mausolée construit au début du Ve siècle (Colardelle 2008 : 343-344).

61On constate néanmoins qu’au cours des siècles la législation n’est plus respectée à la lettre et que les exceptions qui se confondent avec les sépultures « privilégiées » se multiplient. Le cas des sépultures royales ou princières est évidemment spécifique. Il est mis en lumière à la cathédrale de Rouen par les travaux de J. Le Maho et C. Niel (Le Maho, Niel 2004). Les tombeaux des comtes de Champagne Henri Ier et Thibaut III se dressent vers la fin du XIIe siècle au milieu du chœur de la collégiale Saint-Étienne de Troyes ; ancienne chapelle palatine, celle-ci a été fondée par Henri Ier afin que les chanoines prient pour l’âme des défunts de la dynastie (Lamauvinière 2010). Au XIIIe siècle, Thibaut IV de Champagne, aussi roi de Navarre, est inhumé à la cathédrale de Pampelune, sans doute dans le chœur. Quant à Marie de France, régente du comté de Champagne de 1181 à 1197, elle fait installer son tombeau à Saint-Étienne de Meaux, entre deux piliers du rond-point. À Fontevraud, D. Prigent souligne que le sanctuaire de l’abbatiale n’a livré que quatre sépultures d’origine médiévale : le fondateur, deux évêques de Poitiers et un abbé ou un évêque (Prigent 2004). Plus tard, en l’église paroissiale d’Angers, la tombe de Jacques Camus († 1495), conseiller des rois Charles VII, Louis XI et Charles VIII, est placée devant le grand autel. Fr. Comte souligne à ce propos l’assouplissement de la législation synodale (statuts de Nicolas Gellent) qui interdit d’enterrer des laïcs devant le grand autel ou dans le chœur, à moins qu’il ne s’agisse du patron, du fondateur ou de l’héritier du fondateur (Comte 2004).

  • 53 P. Ganivet a démontré que cette date correspondait à la depositio à Brioude, Guillaume étant mort l (...)

62Les églises des régions concernées par notre étude confirment les mêmes tendances. Des inhumations ad sanctos, ancrées dans l’ancienne tradition, s’observent très tôt. Il en est ainsi du fondateur de Cluny, Guillaume le Pieux, qui est inhumé le 6 juillet 917 à Brioude53 auprès du tombeau de saint Julien, le plus grand saint d’Auvergne depuis l’époque de Grégoire de Tours (Beaujard 2000). Dans l’ancienne abbaye de Saint-Roman, une tombe axiale, rupestre et anthropomorphe, dite de saint Roman, a été creusée à l’entrée de l’abside. À son pied, une rainure dans le socle rocheux suggère la présence d’une barrière de chancel qui, fermant l’abside, isolait la tombe. Vers le sud, à l’emplacement de l’engravure, un trou pourrait correspondre à l’implantation d’un gond pour un portillon (fig. 181). Ces aménagements confirmeraient que l’accès à cette tombe « privilégiée » et à la chapelle axiale, dite cella primitive (à l’arrière de l’abside), était réglementé. À Néris-les-Bains, les fouilles exécutées en 1921 dans l’église Saint-Georges ont révélé la présence, devant l’autel et en limite occidentale du sanctuaire, de deux sarcophages retrouvés sans couvercle et ne contenant plus aucune inhumation (Prou, Deshoulières 1922 : 29-30). Il s’agit très probablement de sépultures privilégiées remployant des sarcophages mérovingiens ; de nombreux exemplaires similaires ont été retrouvés en 1966, dans une nécropole du haut Moyen Âge située au nord-ouest de l’église. De même, à Broût-Vernet, les fouilles de 1974 ont mis au jour, derrière l’autel du sanctuaire, un sarcophage mérovingien remployé probablement pour abriter le corps de « saint Magerand » d’après l’inscription qui lui est associée. Ce personnage a été identifié à Théobald Majoran, sieur d’Escolles, qui, vers 1070, aurait fondé le prieuré de Broût et fait construire le sanctuaire de l’église. Cas exemplaire, celui de Cluny où, au XIIe siècle, deux abbés sont inhumés dans le chevet : la tombe de l’abbé Hugues de Semur, mort en 1109, se trouvait derrière l’autel matutinal et celle de Pierre le Vénérable, mort en 1156, était près de la chapelle Saint-Jacques. À La Chaise-Dieu, l’abbé Guillaume de Torrent est enterré en 1175 à l’intérieur de l’église consacrée en 1050, dans « la voulte des morts » située entre le grand autel (majeur) et la chapelle Notre-Dame. L’un de ses successeurs, Albert de Molède, décédé en 1282, est également inhumé en haut de la grande église, à proximité de l’autel Notre-Dame. À l’abbaye de Bellaigue, maison bénédictine devenue cistercienne en 1136, l’église sert de chapelle funéraire aux Bourbons (Archambaud VIII mort en 1248).

63On retrouve des cas analogues à la chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez, fondée vers 1280 par Béatrix de la Tour, veuve de Guillaume de Roussillon, seigneur d’Annonay. Elle y a été enterrée vers 1306-1307 à la droite de l’autel principal (Vachez 1904). Un illustre bienfaiteur de la chartreuse, Thibaud de Vassalieu, archidiacre de Lyon, est sans doute inhumé dans le sanctuaire, à gauche de l’autel. Les murs sont décorés de quatre peintures murales (fig. coul. 41) et d’une épitaphe. Les trois premières peintures rappellent le souvenir de sa mort et de ses funérailles en 1327, tandis que la plus importante représente la Crucifixion.

  • 54 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 3 G suppl. 33, a-c : une tombe de cuivre.
  • 55 BnF, ms. français 32811-32812, f° 41.
  • 56 Pour des comparaisons voir Chancel-Bardelot 1995.

64À Clermont-Ferrand, selon Jean Savaron, Aubert Aycelin est inhumé en 1328 « au côté dextre de l’autel » de la cathédrale (Savaron 1662) tandis que l’évêque Martin de Charpaignes, dit Gouge, est enterré en 1444 à l’entrée du sanctuaire : « son image est sculptée au naturel et une tombe d’airain bien ouvré le couvre ». Jacques de Comborn fut, quant à lui, inhumé dans le chœur en 1474. La présence d’autres tombes dans cet espace consacré par la liturgie eucharistique est également attestée dans les coutumes et cérémonies effectuées dans le chœur de l’église par les chanoines54. Enfin, Jacques Audigier, historiographe du roi, mentionne dans sa Description de la cathédrale le « sépulcre de deux évêques avec leurs effigies entre deux piliers aux deux côtés du chœur »55. Ces différentes sépultures ont dû perturber les structures et notamment le remplissage de la crypte dans des proportions qu’il n’est pas aisé actuellement de déterminer. La mémoire de la crypte, comblée vers 1270-1280, et des sépultures semble s’être perdue très rapide ment au profit des châsses reliquaires, sur ou à proximité de l’autel majeur, et du cérémonial qui se déroulait dans la cathédrale autour des « tombes de cuivre » du sanctuaire et de la nef56 ; ces nombreux tombeaux de la cathédrale gothique généraient une liturgie ambulatoire.

65On évoquera la tombe de Dom Geoffroy Chollet, inhumé à Souvigny devant le maître-autel en 1454. Ce prieur représente un personnage-clé pour Souvigny, où il réalise d’importants travaux qui contribuent à donner à la priorale son aspect actuel. Il reprend les parties hautes de l’église et le chœur, démolit la galilée, reconstruit la façade en avant des tours romanes (fig. 97), puis édifie l’armoire aux reliques (fig. coul. 3).

66Enfin, on doit également citer le cas d’inhumations dont la position à l’intérieur du sanctuaire est due à l’évolution du site ou bien à des circonstances particulières. À Chuyer, par exemple, trois tombes rupestres localisées dans l’abside appartiennent à un cimetière primitif établi avant la construction de l’église (Tardieu 1990) [fig. 244]. Un cas semblable est fourni par l’ancienne église priorale de Moirans, dans laquelle les fouilles archéologiques ont fait apparaître, sous la travée de chœur précédant l’abside, plusieurs inhumations en sarcophages d’époque mérovingienne (Badin de Montjoye 2009b ; 2013) [fig. 245, 246]. À Saint-André-de-Rosans, si des inhumations eurent lieu dans l’abside avant l’achèvement des travaux (fig. 147), ce fut en tout cas avant la pose de la mosaïque et de l’autel (Esquieu 2010b). Un ossuaire était en effet situé en partie sous l’autel, dans un caisson composé de minces plaques de lauses. Il était composé de deux crânes entiers, de fragments d’au moins dix autres crânes et d’ossements de toutes sortes. Cette réduction est intervenue en cours de chantier puisque le caisson a été aménagé à partir d’une couche de travail. Ces ossements proviennent probablement de sépultures bouleversées par la construction des fondations de la nouvelle église. Par ailleurs, à proximité de l’axe de l’abside et en partie sous l’autel, une tombe a été mise au jour sous le niveau de travail mentionné plus haut. Le défunt est entouré de planches maintenues en partie par des pierres de calage. L’examen de la colonne vertébrale permet de remarquer un déplacement de vertèbres, d’origine traumatique (fracture de la colonne vertébrale au niveau dorsolombaire et disjonction des deux segments) et dû à un choc direct. On peut s’interroger sur l’identité de ce personnage mort accidentellement au cours du chantier et inhumé au milieu de la nouvelle abside : un ouvrier ? le maître d’œuvre ? Une autre sépulture, sans caractérisation spéciale, a été pratiquée à la même période au nord de l’abside (Esquieu 2010a).

Fig. 244 – Chuyer, abside romane et sépultures (dessin M.-N. Baudrand et J. Tardieu).

Fig. 245 – Moirans, ancienne église Saint-Pierre, fouille de la travée de chœur (cliché A. Badin de Montjoye).

Fig. 246 – Moirans, ancienne église Saint-Pierre, fouille de la travée de chœur (relevé A. Badin de Montjoye, DAO P.-Y. Carron ; service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).

67Fondée dans la seconde moitié du XIIe siècle, à l’intérieur de l’ancien château comtal, la Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte présente un cas de figure particulier (Liégard 1991) illustrant cependant la pratique encore vivace de la sépulture privilégiée liée au sanctuaire.

La Sainte-Chapelle à Vic-le-Comte
(Sophie Liégard)
La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte présente un cas de figure atypique (fig. 247). Cet édifice a été construit dans le courant de la première moitié du XVIe siècle par Jean Stuart, duc d’Albany, et Anne de la Tour son épouse, descendante de Saint Louis et petite fille de Jean de Bourbon-Vendôme, qui sont les derniers représentants du fief des Latour auquel fut rattaché le comté d’Auvergne au XVe siècle. Cet édifice abritait plusieurs reliques de la Passion, aujourd’hui disparues, ainsi qu’un fragment de la Sainte Couronne d’épines donnée par Saint Louis aux comtes d’Auvergne. À l’extérieur de l’édifice, d’anciennes portions de baies sont encore visibles dans l’élévation méridionale du chœur. Ces ouvertures, qui pourraient dater du XIIIe siècle, attestent qu’une partie des élévations de l’ancienne chapelle castrale des comtes d’Auvergne a été reprise au XVIe siècle, à l’occasion de la construction de la Sainte-Chapelle. En 1840, cet édifice de quatre travées fut agrandi vers l’ouest par l’adjonction d’une nef de cinq travées. De fait, ce bâtiment empiète sur l’emprise du château comtal, dont il ne subsiste que de très rares vestiges bâtis. L’église abrite dans son sous-sol des aménagements initialement liés à la partie résidentielle de la forteresse. En effet, le chœur se superpose à une cave à vin voûtée, en partie creusée dans le rocher, alors que sous la nef se développent des espaces troglodytiques, à l’origine voués à la conservation de denrées, qui se présentent sous la forme d’un couloir bordé d’alvéoles, aujourd’hui muré vers l’ouest. La partie orientale de la cave à vin a elle aussi été murée afin d’être réutilisée en caveau. On accédait à cet es pace par un escalier débouchant dans le fond du sanctuaire. Le caractère privilégié des sépultures que renferme ce lieu est indéniable, même si, à l’heure actuelle ces inhumations n’ont pas été identifiées. Certains pensent que, parmi les restes osseux conservés pourraient se trouver ceux des fondateurs de cette sainte chapelle, Anne de la Tour et Jean Stuart, morts entre 1524 et 1536 (Liégard 1991).

Fig. 247 – Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), plan des aménagements troglodytiques existant dans le sous-sol de la Sainte-Chapelle (dessin S. Liégard).

4.3.3. LES INHUMATIONS D’ENFANTS

68Alors que la mortalité infantile est très importante au Moyen Âge, il est extrêmement difficile de percevoir les règles qui prévalent à cette époque concernant les cimetières d’enfants. Difficiles à distinguer de celles des périnataux qui, n’ayant pu recevoir le sacrement du baptême, sont enterrés à part, les sépultures d’enfants sont parfois regroupées dans des lieux spécifiques. À Saint-André-de-Rosans, durant une période antérieure au XIIe siècle, des inhumations de périnataux étaient regroupées au sud, devant la deuxième chapelle, alors que les tombes d’enfants plus âgés se trouvaient du même côté de l’église mais dans la nef. À Monlet, tout comme au Monastier-sur-Gazeille, les périnataux étaient enterrés contre le mur nord de l’église alors que les nourrissons de la paroisse de Saint-Rambert-sur-Loire étaient enterrés dans l’église, au sud-ouest de la nef. À Saint-Romain-le-Puy, elles étaient rassemblées dans la travée précédant l’exèdre sud. À la Commanderie de Saint-Jean-la-Chevalerie, c’est la troisième travée de la nef qui rassemblait une forte proportion d’immatures. Quant à la chapelle castrale, puis paroissiale, d’Yssingeaux, fondée au Xe siècle, elle était entièrement réservée aux immatures.

Fig. 248 – Viviers, « chapelle » Saint-Victoret (dessin Y. Esquieu).

69Parmi ces exemples, le cas de l’ancienne « chapelle » Saint-Victoret (Antiquité tardive) mérite d’être développé (Esquieu 1981). Le site est celui d’une chapelle située au sud de Viviers, isolée sur un replat perché à mi-hauteur du rocher Saint-Michel, à l’aplomb du défilé de Donzère (fig. 248). De cette chapelle détruite au moment des guerres de Religion, rien n’était visible avant la fouille. Elle se compose d’une nef unique de deux travées longue de 8,30 m et large de 3,30 m, terminée par une abside de même largeur. Dans la nef ont été mises au jour quelques sépultures regroupées autour d’un sarcophage contenant sans doute un corps saint. Le sarcophage comporte une cuve monolithe en calcaire présentant un rétrécissement au pied et un couvercle constitué de deux dalles. Il contenait un squelette d’âge adulte, daté par analyse du radiocarbone de 400-610. On peut ainsi dater la chapelle elle-même dont l’implantation est visiblement liée à la présence de ce corps. Plusieurs sépultures sont appuyées contre le sarcophage, dont un certain nombre d’enfants. La tombe 2, par exemple, comprend la réduction du squelette d’un enfant sous des fragments de tegulae formant un couvercle en demi-bâtière. La tombe 1 est celle d’un enfant sans entourage, superposée à la sépulture précédente. Comme dans la tombe 2, des fragments de verre fin proviennent d’une ampoule placée dans la sépulture. La tombe 5 est composée d’une inhumation d’enfant sous des tegulae sans doute disposées en bâtière. La tombe 6, sous un couvercle composé de trois tegulae se recouvrant partiellement, abrite sans doute l’inhumation d’un enfant. Enfin la tombe 10, située à proximité de la précédente, probablement recouverte de tegulae, est creusée dans le rocher au pied du mur sud de la chapelle. Il s’agit de la seule tombe d’adulte de la série. Ne possédant aucune mention de cette chapelle avant le récit de sa destruction, on ignore malheureusement l’identité du défunt placé dans le sarcophage et qui semble avoir attiré ces quelques sépultures, essentiellement d’enfants. Y a-t-il eu un pèlerinage local sur ce site ? Deux autres sépultures d’adultes, creusées dans la partie ouest de la nef (tombes 7 et 8) et aménagées en coffres de pierres, semblent nettement plus tardives (XIIe-XIIIe siècle ?). Toujours à Viviers, la tombe privilégiée, contemporaine de la construction de la basilique a attiré de nombreuses sépultures dont celles d’enfants (fig. 249). Celle de Severus, jeune lecteur de la cathédrale, a été identifiée par son épitaphe. Une autre, postérieure à la première et contenant un corps d’enfant installé dans un fût de colonne évidé, est étroitement associée à l’installation de l’autel.

Fig. 249 – Viviers, basilique funéraire, sépultures d’enfants autour de l’autel (cliché J. Dupraz).

70À Grenoble, c’est à l’extérieur des églises Notre-Dame et Saint-Hugues, qui composent le groupe cathédral dès le XIIe siècle, qu’une aire d’inhumation est réservée aux enfants (fig. 250). La surface ainsi utilisée se trouve à l’extérieur des limites du cimetière paroissial, dans le renfoncement formé par la façade de Saint-Hugues et le clocher-porche de Notre-Dame. Attestées au XVIe siècle, ces limites ont dû être fixées dès le XIIIe siècle si on considère la disposition des bâtiments élevés à cette époque qui formaient le palais épiscopal. C’est en fait une partie de la basse-cour du palais contiguë au cimetière qui a reçu cette affectation funéraire particulière. Dans l’étroit espace fouillé, l’identification d’éléments de chronologie permet d’esquisser une évolution de l’usage funéraire entre le XIIe et le XVe siècle. Ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle et plus précisément après la reconstruction des églises et des bâtiments de la résidence épiscopale que l’es pace considéré a été affecté à l’inhumation des enfants. En relation stratigraphique avec des vestiges maçonnés de cette période, 17 sur les 48 sépultures d’enfants rencontrées constituent une séquence continue de superpositions, les plus récentes paraissant avoir été entamées par la mise en place des fondations de deux chapelles familiales du milieu du XVe siècle.

Fig. 250 – Grenoble, cathédrale Notre-Dame, sépultures d’enfants (conception A. Badin de Montjoye, réalisation P.-Y. Carron ; service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).

71Cinq tombes antérieures aux constructions du XIIIe siècle montrent une configuration différente du cimetière primitif. Ce sont toutes des sépultures de sujets matures dont certaines, en coffres maçonnés anthropomorphes, peuvent être datées du XIIe siècle. Parmi les sépultures les plus récentes, bouleversées par la construction des chapelles du XVe siècle, deux seulement sont celles d’adultes, tandis que quatre autres, également d’adultes, ont été mises en place après achèvement des chapelles. C’est donc probablement au cours du XVe siècle que l’espace a cessé d’être exclusivement affecté à l’inhumation des enfants.

72Des exemples modernes complètent cette approche. À l’église Saint-Marc de Souvigny, les nombreuses sépultures d’enfants sont regroupées dans la partie nord-ouest de l’édifice, autour d’un massif de maçonnerie susceptible d’avoir supporté des fonts baptismaux ; ce même massif renferme le remploi d’une pierre tombale de sépulture d’enfant de section triangulaire et décorée d’une croix (Liégard 1995) [fig. 251]. À Chareil-Cintrat, c’est dans la chapelle nord jouxtant le sanctuaire qu’ont été repérées plusieurs fosses sépulcrales d’enfants en bas âge (Liégard, Fourvel 2005). La fouille de l’une d’entre elles a livré un dépôt funéraire constitué d’un bol à oreille (ou écuelle des morts) datable de la période moderne (fig. coul. 42) [Pic, Vertet 1965]. À l’extérieur de l’édifice, les investigations limitées autour de ce chevet ont mis en évidence une concentration de sépultures d’enfants au sud-est du chevet pour les phases les plus récentes du cimetière.

Fig. 251 – Souvigny, église Saint-Marc, pierre tombale médiévale d’enfant, découvertes en remploi dans les fondations des fonts baptis maux (cliché S. Liégard).

4.4. CHAPELLES FUNÉRAIRES PRIVÉES

73On ne peut aborder les lieux funéraires dans et hors de l’église sans évoquer la question des chapelles funéraires, qu’il s’agisse de fondations privées ou de chapelles monastiques à fonction funéraire.

4.4.1. LES CHAPELLES DANS L’ÉGLISE

74L’idée que les fruits de la messe doivent entraîner la délivrance des âmes du purgatoire est ancrée dans l’Église. Très tôt se multiplient les messes funéraires avec inscription sur les obituaires des noms des défunts qui ont fait des donations ou fondé des anniversaires pro remedio anime. La célébration doit être assurée par la communauté en un lieu qui n’est pas spécifié par le donateur et qui trouve sa place dans les nefs, les cryptes ou les transepts. Mais, en raison du grand nombre de messes dites pour les morts et afin de ne pas gêner le déroulement des offices, ces lieux de célébration sont isolés du corps de l’église (voir le rôle des massifs occidentaux). D’autre part, devant les abus que la multiplication des messes funéraires engendre, des conciles rappellent que les prêtres ne doivent pas célébrer plus d’une messe par jour.

4.4.1.1. Fonctions et usages

75La chapelle (est-ce la capella mentionnée dans les textes du XIIe siècle ?) en tant qu’institution, qui se signale souvent par une architecture particulière et individualisée, va répondre à ce besoin grandissant ; mais cette institution et le terme de capella sont en fait une réalité à différents niveaux et la terminologie diversifiée dans les textes pour un même bâtiment ne recoupe pas cette même réalité au Moyen Âge. Fondées par des familles, des corporations ou des confréries (fig. coul. 43), elles ne sont pas à usage liturgique et, à partir de la fin du XIIe siècle, elles affirment leur caractère privé : par leur statut, elles reprennent d’une part les prières pour les morts qui étaient dites dans l’église, et marquent d’autre part une évolution de la piété privée en individualisant la prière, tout en l’associant à la sépulture familiale. En effet, dans le dernier tiers du XIIe siècle et pendant le siècle suivant, ces messes à intentions privées changent de caractère lorsqu’elles s’inscrivent dans le cadre de la fondation de chapellenies. Celles-ci sont dues à la volonté de riches personnages ou à celle de plusieurs membres d’une même famille qui unissent leurs efforts financiers pour élever un autel ou construire une chapelle, l’orner, l’entretenir et financer un ou plusieurs prêtres chargés des célébrations. Il faut des moyens importants pour fonder une chapelle, mais aussi des liens étroits avec le clergé de l’église choisie ou avec le milieu canonial d’une cathédrale. Sur quarante-cinq fondations connues à la cathédrale d’Autun, cinq seulement se font sans l’implication d’un chanoine de ce chapitre. Les chapelles élevées à la cathédrale d’Aix-en-Provence le sont par des archevêques. Les fondations à la cathédrale de Viviers sont dues à des chanoines.

76C’est l’institution d’un chapelain qui accompagne le plus souvent la fondation d’une chapellenie. Cependant, il peut y en avoir plusieurs (cinq à la cathédrale d’Autun) ; dans ce cas, le règlement peut prévoir qu’ils constituent une sorte de communauté religieuse en réduction, avec récitation des heures, comme cela se pratique dans les communautés canoniales. Le premier chapelain est désigné par le fondateur ; pour ses successeurs, la collation revient en général à l’Église (plus rarement aux héritiers). Auprès des cathédrales, c’est le chapitre qui gère les fondations, administre les biens, paye les chapelains. Toutefois, il peut arriver que la fondation se fasse sans création de chapelain : le service est alors prévu d’une autre façon, les messes étant par exemple célébrées à tour de rôle par les chanoines (cas de la cathédrale d’Autun pour des fondations des XVe et XVIe siècles). Le chapelain doit célébrer sur l’autel au moins quelques messes par semaine, parfois une par jour.

77En dehors de nos régions, l’apparition des chapellenies semble précoce à la cathédrale de Tournai puisqu’elle débute au moment de la consécration de l’édifice roman en 1171. À la cathédrale de Gérone, trois fondations sont attestées au XIIe siècle. C’est cependant au XIIIe siècle, puis au XIVe, que le mouvement prend de l’ampleur et se généralise. Vingt-quatre fondations sont attestées à la cathédrale de Gérone au XIIIe siècle, soixante et une au XIVe siècle. C’est justement la multiplication des fondations privées qui semble être à l’origine de la reconstruction de cette cathédrale, l’édifice roman se révélant incapable de contenir les autels rendus nécessaires par le développement de la piété privée. La première fondation de chapelle dans la cathédrale d’Autun est datée de 1253 ; huit autels y sont fondés dans la seconde moitié du siècle (cinq chapelles dans Saint-Nazaire, trois à Saint-Jean-de-la-Grotte) ; dix-huit autels nouveaux sont attestés pour le XIVe siècle. Dans la première église des Jacobins de Toulouse (1230-1235), il n’existe aucune chapelle ; lors de l’adjonction d’un plus grand chevet (1244-1253), une couronne de chapelles est apparue entre les contreforts, les blasons des familles toulousaines qui les identifient témoignant bien du caractère privé de ces constructions. Cette apparition fait sans doute suite à la bulle d’Innocent IV autorisant, en 1244, les Prêcheurs à enterrer dans leurs églises.

4.4.1.2. Résistances au phénomène

78Certaines églises semblent résister à ce mode d’organisation des chapelles privées si l’on considère leur apparition très tardive. À titre d’exemple, le chapitre de Saint-Lazare d’Autun ne consent à leur construction qu’à partir de 1400, lorsqu’il n’existe plus d’emplacements disponibles pour de nouveaux autels ; la rangée de chapelles bâties contre la façade est ne date que de la première moitié du XVIe siècle. À Aix-en-Provence, les chapelles de l’église Saint-Jean-de-Malte ne sont pas prévues dans la construction des années 1270 ; la première, celle d’Hélion de Villeneuve, date des environs de 1330, les autres du XVIIe siècle seulement. Dans la cathédrale de la même ville, la première chapelle est fondée contre le bras nord du transept par l’archevêque Armand de Narcès (mort en 1348), la seconde, qui lui est contiguë, plus de cent ans plus tard par l’archevêque Olivier de Pennart (mort en 1484). Aucune chapelle n’est ajoutée à la cathédrale d’Angers.

4.4.2. TYPOLOGIE DES CHAPELLES FUNÉRAIRES

79Ces chapelles privées accueillent la sépulture du fondateur et de sa famille. Passé outre la vieille interdiction d’inhumer dans les églises, les fondateurs d’églises ayant obtenu ce droit, ceux des chapelles vont bénéficier du même privilège. Sur le plan matériel, ces fondations prennent des aspects divers : la présence des morts dans les édifices de culte, signalée par des pierres tombales puis par des monuments funéraires, s’exprime, dans les derniers siècles du Moyen Âge, de manière plus spectaculaire encore, dans de très belles réalisations architecturales : les chapelles funéraires, édifiées contre les bas-côtés. Elle pourra également prendre la forme d’un édifice autonome, strictement réservé au culte familial.

4.4.2.1. Réutilisation et privatisation d’espaces plus anciens

80Une ancienne chapelle affectée précédemment à un autre usage peut également être réutilisée. C’est par exemple le cas des anciennes chapelles rayonnantes ou de celles qui s’ouvrent sur les bras du transept qui peuvent changer de fonction et se « privatiser ». À l’instar de Saint-Lazare d’Autun, la première fondation dans la cathédrale de Viviers, vers 1250, est faite dans l’une des chapelles rayonnantes romanes ; une seconde chapelle est agrandie pour une autre fondation effectuée par un chanoine en 1362. Une chapelle peut également être aménagée dans les bras du transept comme les études du bâti l’ont démontré à Saint-André-de-Rosans, Saint-Pierre de Montélimar ou à Vagnas (fig. 252), où un mur de refend monté en remplois est plaqué contre la pile sud-est de la croisée du transept. Il referme ainsi le bras en aménageant une chapelle latérale. Des encoches latérales laissent supposer que son accès peut être fermé. La fouille a livré trois sépultures, dont deux orientées est-ouest. Un emmarchement aménagé dans l’angle sud-est du bras sud, permet d’accéder à l’absidiole très largement surélevée par le décaissement des sols et dont l’affectation a manifestement changé (Tardieu 2013).

Fig. 252 – Vagnas, Le « Monastier », chapelle aménagée tardivement dans le bras sud du transept (cliché J. Tardieu).

4.4.2.2. Constructions nouvelles, ajoutées ou intégrées au projet

81Une chapelle nouvelle peut être annexée à l’église, soit autour du chevet, soit sur le transept, soit encore et surtout le long des nefs. Ces adjonctions sont alors édifiées au fur et à mesure des fondations – ce qui leur donne un aspect hétéroclite –, ou bien prévues globalement au moment de la construction ou reconstruction de l’église, comme à Saint-Antoine en Viennois. Dans la cathédrale de Vienne, les chapelles se greffent sur les murs goutterots en même temps que l’agrandissement gothique et Renaissance. Perçant les élévations de la nef romane, les chapelles relèvent toutes du même projet, même si elles ne sont pas toutes affectées lors de leur construction. Il s’agit alors d’un « lotissement » dont chaque partie est prise en charge a posteriori par les fondateurs. À la cathédrale de Viviers, deux chapelles rayonnantes gothiques sont insérées entre les chapelles romanes du chevet vers 1347 et au milieu du XVe siècle.

82Par comparaison, aux Jacobins de Toulouse, des chapelles sont d’abord établies entre les contreforts de l’abside au moment de la construction de celle-ci ; puis, vers 1390, les murs de la nef sont percés pour l’installation de chapelles qui prolongent celles du chevet. En Provence, en Languedoc et en Catalogne, les églises bâties de neuf de la fin du XIIIe au XVe siècle le sont avec leur bordure de chapelles toutes semblables, alignées le long des murs goutterots, entre les contreforts, à raison d’une par travée. Citons pour exemples Saint-Didier et les Célestins d’Avignon, Montfavet, la cathédrale de Carpentras, Saint-Laurent de Salon, Saint-Vincent et Saint-Michel de Carcassonne, Saint-Martin de Limoux, les églises des Carmes et des Dominicains à Perpignan, ou la collégiale de Manresa en Catalogne. Toutes ces chapelles s’élèvent à mi-hauteur de l’église. La cathédrale d’Albi est ceinturée de vingt-neuf chapelles, cinq autour de l’abside, les autres de part et d’autre de la nef et montant jusqu’à la voûte de celle-ci. En Catalogne, la dimension considérable des travées de certaines églises permet de loger deux ou trois chapelles entre deux contreforts successifs : c’est le cas à la cathédrale de Gérone ou à Sainte-Marie-de-la-Mer de Barcelone. Les ordres mendiants en Italie accordent une préférence aux chapelles de transept et reprennent le plan dit « bernardin » : deux chapelles sur chaque bras dans les petites églises, trois ou quatre chez les Franciscains et les Dominicains de Sienne et jusqu’à cinq à Santa Croce de Florence.

83Les exemples ne manquent pas dans nos régions. À Nantua, le 23 mars 1418, les religieux accordent droit de sépulture au noble Humbert d’Aurillac, sa femme et et à leurs descendants dans une chapelle que celui-ci doit construire dans l’église conventuelle à côté de la grande porte, à gauche en entrant. Reconstruite en 1522 par Jean de la Forest, la chapelle Notre-Dame-de-Pitié, puis Sainte-Anne (fig. 253), est à deux niveaux avec une salle haute et une chapelle basse. Une autre chapelle a été construite contre le transept où Pierre de la Forest (1482-1502) « fonda et fit bâtir » une chapelle funéraire dédiée aux saints Pierre et Christophe et à sainte Luce.

84À Souvigny, le bas-côté extérieur sud connaît de nombreux aménagements de chapelles funéraires pour des familles de notables locaux à partir du XIVe siècle. En 1383, les frères Jean et Étienne d’Entragues reçoivent l’autorisation d’édifier dans le bas-côté sud une chapelle pour y être enterrés. Élevée en l’honneur de saint Jean-Baptiste, cette dernière est fermée par une clôture de bois ou de pierre. Les chapelles funéraires des ducs de Bourbonnais sont aménagées au XVe siècle, d’abord dans le bras sud (« chapelle vieille ») [fig. 254], puis dans le bras nord du transept occidental (« chapelle neuve »). La localisation de la tombe de Louis II a connu des errances avant son établissement dans la « chapelle vieille » en 1410. En effet, le premier souhait du duc est que sa tombe soit installée dans le chœur monastique, mais les moines ont tergiversé devant cette atteinte et l’encombrement engendré par un grand monument. Les inhumations se sont poursuivies dans les deux chapelles qui accueillent de nombreux membres de la famille ducale. Outre Louis II, la « chapelle vieille » renferme le corps de son épouse Anne dauphine d’Auvergne. La « chapelle neuve », édifiée vers 1450 pour Jean Ier et sa femme, Marie de Berry, accueille également leur fils Charles Ier et sa femme Agnès de Bourgogne. En 1503, ils sont rejoints par Pierre II, puis par sa fille Suzanne (épouse du connétable de Bourbon) en 1521, et enfin par sa femme, Anne de France, en 1522 (fig. 255). De même, mademoiselle de Tours, fille légitimée de Louis XIV et de Madame de Montespan, y est inhumée en 1681. Le dernier inhumé fut, en 1934, le prince Sixte de Bourbon-Parme, frère de la dernière impératrice d’Autriche-Hongrie, Zita. Dans l’église Saint-Maïeul de Cluny, deux chapelles ont été aménagées au sud de la nef. La première, fondée au XIVe siècle, est dédiée à saint Maïeul, la seconde, placée sous le vocable de Notre-Dame-du-Scapulaire (fig. 256), est fondée en 1438 par Jean Germain, évêque de Châlon-sur-Saône. Si la première a été détruite, son arc d’ouverture reste cependant lisible sur l’élévation intérieure. La seconde est bien conservée mais condamnée du côté de la nef.

85La fouille de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste du Monastier-sur-Gazeille permet de déterminer que les quatre chapelles latérales de cet édifice ont toutes été bâties après le XIVe siècle. Trois d’entre elles renferment des sépultures en cercueil ou en caveau que l’on est tenté de mettre en relation avec les familles auxquelles ces chapelles sont associées, même si l’archéologie n’a pas permis de confirmer cette hypothèse.

86À Lyon, l’étude conjointe de quatre églises médiévales – la cathédrale Saint-Jean, les collégiales Saint-Nizier et Saint-Paul ainsi que l’église franciscaine de Saint-Bonaventure –, fait apparaître, dans ce domaine, diverses formes d’organisation spatiale.

Fig. 253 – Nantua, chapelle Sainte-Anne (cliché A. Baud).

Fig. 254 – Souvigny, église Saint-Paul-et-Saint-Pierre, « chapelle vieille », les gisants (cliché J.-P. Gobillot).

Fig. 255 – Souvigny, église Saint-Paul-et-Saint-Pierre, « chapelle neuve », vue générale (cliché J.-P. Gobillot).

Fig. 256 – Cluny, chapelle Notre-Dame-du-Scapulaire de l’ancienne église Saint-Maïeul (cliché J.-P. Gobillot).

Les morts et l’architecture religieuse : exemples lyonnais
(Nicolas Reveyron)
Le caractère habituellement anarchique des implantations, induit par le projet très personnel des commanditaires, fait parfois place à une plus grande régularité des constructions. À la cathédrale et à Saint-Paul de Lyon, l’emprise au sol des chapelles varie considérablement et la succession des volumes forme des creux et des saillies : l’ampleur des chapelles est directement proportionnelle au statut des commanditaires. À Saint-Bonaventure, au contraire, les murs goutterots des chapelles, construites successivement, s’alignent tant bien que mal, s’ancrant dans les contreforts biais des chapelles plus anciennes. À Saint-Nizier, au contraire, l’ensemble des chapelles nord a été programmé dès l’origine. La multiplication de ces petits édifices somptuaires s’est heurtée aux bâtiments canoniaux qui occupaient les espaces latéraux. C’est le cloître qui a été le plus directement touché. Dans le monde canonial, l’abandon très précoce de la vie commune a fait de la galerie appuyée contre l’église un terrain systématiquement sacrifié.
À la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, les chapelles funéraires flanquant les bas-côtés ont été construites principalement durant le XV
e siècle, les deux dernières, au nord, datant du règne de Louis XIII. La reconstruction du cloître a été entre prise en 1419 et en 1458, dans la galerie orientale, celle du chapitre et du trésor. La première chapelle est celle du Saint-Sépulcre, longue de deux travées, que Philippe de Thurey (1389-1415) se fait construire à partir de 1401 sur la galerie nord du cloître, présentée comme une place dépendant du réfectoire. Peu avant sa mort, dans les années 1480, le cardinal Charles de Bourbon (1444-1488) commence l’érection de sa chapelle funéraire, également longue de deux travées. Les travaux, poursuivis par son frère, le duc Pierre II, sont abandonnés en 1508. Cette chapelle est contiguë par l’ouest à celle de Philippe de Thurey. Elle occupe donc aussi l’emplacement de la galerie nord du cloître. Mais, dans la galerie ouest, qui subsiste toujours, le traitement architectural de la travée nord, qui servait d’entrée sur l’espace claustral, prouve soit que la galerie nord avait été totalement démolie au début du XVe siècle, soit qu’on avait prévu déjà de ne pas la reconstruire. En tout état de cause, il avait été décidé que cet espace flanquant le côté sud de la cathédrale serait gelé et devait rester libre pour la construction d’autres chapelles latérales.
À Saint-Nizier, le bas-côté nord, long de six travées, est flanqué de cinq chapelles latérales (dont une de deux travées, la chapelle le plus à l’est). Elles constituent un ensemble architecturalement homogène, fermé par un mur unique et rectiligne, pratiquement dépourvu de césure verticale (trace d’une seule harpe d’attente entre la chapelle le plus à l’ouest et les quatre autres chapelles). L’analyse archéologique des escaliers du transept montre que l’organisation spatiale des chapelles nord appartenait au projet originel. Les parties hautes de Saint-Nizier sont desservies par deux escaliers construits asymétriquement contre le mur ouest du transept : l’un a été logé dans l’angle formé par le transept et le collatéral sud, localisation la plus courante pour ce type d’aménagement ; l’autre, près de l’angle nord-ouest du transept, position beaucoup plus rare. Au nord, ce décalage a permis de dégager un espace libre pour la chapelle orientale du collatéral, dont le mur oriental est le mur même du transept. L’escalier, implanté dès les débuts du chantier, a donc été volontairement installé dans l’angle formé par le transept et la chapelle. Au sud, en revanche, le terrain était occupé par le cloître canonial qui s’appuyait contre le mur goutterot sud de la collégiale. Construites entre le XV
e et le XVIIe siècle, les chapelles ouvrant sur le bas-côté sud ont remplacé progressivement la galerie nord du cloître. Les césures encadrant les arcades des chapelles indiquent que le mur goutterot du collatéral a été systématiquement percé et que, par voie de conséquence, l’érection des chapelles n’avait pas été planifiée.
Comprises dans le chantier général de l’église, les chapelles ont donc été construites en même temps que la travée correspondante du collatéral, puis attribuées à des familles ou des confréries. Dans la région, cette organisation est attestée à la cathédrale de Vienne, dont les chapelles latérales, tardives, allongent un mur goutterot unique et dépourvu de contrefort tout le long des bas-côtés, élevés entre le XII
e et le XVe siècle. Le chantier du Duomo de Milan, très documenté, fournit un modèle de ce type d’organisation : dans le premier projet, antérieur à celui de Nicolas de Bonaventure (1389-1390), la nef était, selon Patrick Boucheron, formée de trois vaisseaux séparés par les chapelles gentilices, sur le modèle de la chartreuse de Pavie ; ainsi intégrées d’emblée à la structure de la cathédrale, elles devenaient aussi un intéressant organe de contrebutement interne.

4.4.2.3. Chapelles cimétériales et funéraires

87L’institution d’une chapelle à vocation uniquement funéraire n’est pas impliquée par la présence de l’église elle-même et un autel peut être élevé dans une chapelle pour assurer, d’une part, la dévotion privée et, d’autre part, accueillir les cérémonies liées à la présence de l’espace sépulcral.

88Pour ces chapelles, il n’y a pas de plan type et toutes les solutions peuvent coexister. Les plans centrés, en référence bien sûr au Saint-Sépulcre, sont les plus fréquents et certainement les plus anciens, comme à Cluny et à Montmajour où, dans ce dernier cas, subsiste une chapelle romane dédiée à la Sainte-Croix, placée au milieu d’un espace funéraire composé de tombes creusées dans le rocher [fig. 257]. On verra toutefois plus loin le cas des chapelles monastiques.

89À ces édifices sont souvent associés des espaces funéraires, comme dans l’actuelle église paroissiale Sainte-Croix de la Baume-de-Transit, construite dans le dernier tiers du XIIe siècle (fig. 258). Son plan, à l’origine centré et quadrilobé, a été retrouvé au cours de fouilles menées lors de la restauration de ses sols en 1984 (Tardieu 1984). Cet édifice enserre un large caveau qui occupe tout l’espace central et contient encore trois corps richement habillés et exposés côte à côte sur des tréteaux. Mais ces constructions peuvent être également isolées comme le Saint-Sépulcre de Saint-Restitut (fig. 259), chapelle de plan hexagonal édifiée au bout d’un éperon rocheux, face à la vallée du Rhône, par l’évêque de Saint-Paul, Guillaume Adhémar de Monteil, à son retour de Terre Sainte (1505-1507). Ces architectures à plan centré quadrilobé reprennent le dispositif d’élévation classique d’un mausolée-tour sépulcral, et sont conçus et décorés comme une abside : leurs élévations sont rythmées d’arcatures aveugles qui retombent sur des colonnettes à chapiteaux corinthisants ; l’espace central est couvert d’une coupole octogonale montée sur trompes ornées de la figure des quatre vivants.

Fig. 257 – Beaucaire, abbaye de Montmajour, chapelle funéraire (cliché J. Tardieu).

Fig. 258 – La Baume-de-Transit, relevé de l’édifice funéraire tétraconque (dessin J. Tardieu et A. Canal).

90Ces chapelles cimétériales sont souvent associées à une église paroissiale selon l’exemple de Querqueville en Normandie. Elles peuvent être l’héritage à l’époque médiévale de fondations privées antérieures, comme au Chambon-sur-Lac, où la chapelle cimétériale située à côté de l’église paroissiale devient par la suite un lieu de culte secondaire. Cette chapelle funéraire du XIIe siècle est dotée d’un plan centré évoquant les ossuaires plus tardifs : plan circulaire, porte dotée d’un avant-corps rectangulaire, décor roman classique et chapiteau d’Abraham. Vic-le-Comte possédait une église Saint-Pierre, disparue, qui était séparée de celle dédiée à saint Jean-Baptiste par un cimetière. Les deux édifices sont romans et la chapelle, à plan centré circulaire, est surmontée d’une lanterne des morts. Placée au milieu du cimetière, elle semble avoir eu la fonction d’ossuaire. Enfin, la commune d’Aiguilhe (Le Puy-en-Velay) est dotée d’une chapelle Saint-Michel placée, on l’a vu, sur un neck volcanique, et d’un cimetière qui possède une chapelle dédiée à saint Clair. Ces édifices romans pourraient être l’avatar d’églises plus anciennes qui présentent des espaces identiques : un chœur, un presbyterium et parfois un autel. C’est le cas de la chapelle Saint-Benoît de Donzère (fig. 34, 207 et 133) qui, elle, n’est pas de plan centré.

4.5. LA PLACE DES MORTS EN MILIEU CLAUSTRAL

91Les monastères possèdent en général plusieurs cimetières dont certains sont réservés aux laïcs. Selon une tradition avérée dès l’époque carolingienne, un premier cimetière s’implante au chevet de l’église, soit au nord, soit au sud, en fonction de la position du cloître. C’est par l’exemple de Cluny qu’il convient d’introduire ce paragraphe, tant la question des morts se situe au cœur de l’histoire clunisienne et de son développement spirituel et matériel. C’est vers 1030, en effet, que l’abbé Odilon institue la fête de la commémoration des morts à la date du 2 novembre. Dans la liturgie clunisienne, les morts font déjà l’objet d’une attention particulière : de la commémoration collective en usage dans les abbayes bénédictines, Cluny institue la commémoration individuelle. Outre les messes dites pour les clunisiens inscrits dans l’obituaire, puis dans le nécrologe des communautés sœurs, de nombreuses messes privées sont célébrées pour les défunts laïcs. En échange d’une ou plusieurs terres, beaucoup ont confié le salut de leur âme à la prière des moines. Ainsi, dès la fondation de Cluny, en 910, les chartes recensent des laïcs enterrés au sein même de l’abbaye. Entre la fin du Xe siècle et la première moitié du XIe siècle, sous les abbatiats de Maïeul et Odilon, le phénomène s’accentue considérablement, mettant en évidence la spécialisation des clunisiens dans la gestion des morts. Il faut préciser que la présence de saint Pierre à travers l’acte de donation et l’arrivée de ses reliques à la fin du Xe siècle exercent une forte attraction : beaucoup souhaitent alors être enterrés « auprès de saint Pierre », « vers saint Pierre » ou « dans le cimetière de saint Pierre ». C’est ainsi que plusieurs générations de moines et de laïcs sont enterrées à Cluny, dans des espaces qui leur sont consacrés.

Fig. 259 – Saint-Restitut, chapelle du Saint-Sépulcre (cliché J. Tardieu).

92Peu cités dans les textes, très partiellement retrouvés à l’occasion des fouilles, l’emplacement et l’organisation des cimetières dans l’abbaye posent de nombreuses questions. Les recherches archéologiques permettent de faire régulièrement le point sur la répartition des tombes dans le monastère (Baud 2000 ; Baud, Sapin 2010). Mais déjà, à lui seul, le plan anonyme dressé vers 1700 (fig. 260) témoigne d’une permanence de la tradition carolingienne évoquée plus haut, avec la présence au milieu du cimetière monastique, situé à l’est de l’abbatiale, d’une petite chapelle triconque connue sous le nom de chapelle du cimetière. Par ailleurs la chapelle dédiée à la Vierge, située entre le cimetière et l’infirmerie, constitue à l’abbaye de Cluny, profondément imprégnée de piété mariale, le lieu où le moine va passer de vie à trépas. Cette chapelle qui se retrouve dans un grand nombre de prieurés clunisiens communique directement avec la salle capitulaire et fait l’objet de nombreuses processions monastiques.

  • 57 Traduction de M. Zannettacci.

Les chapelles monastiques à fonction funéraire de l’abbaye de Cluny
(Anne Baud)
L’abbaye de Cluny, comme un grand nombre d’établissements bénédictins, possède à l’intérieur même de ses murs des chapelles indépendantes, aux fonctions plus ou moins bien identifiées. Elles s’insèrent dans l’organisation architecturale du monastère par le biais des circulations communautaires. Parmi celles-ci, on peut citer la chapelle du Saint-Sépulcre connue grâce au plan anonyme (1700) [fig. 260]. De plan triconque, elle est strictement orientée et située au nord-est de l’abbatiale à l’emplacement du cimetière monastique. Fondée probablement au Xe siècle, la chapelle est mentionnée à la fin du XIe siècle dans le coutumier de Bernard à propos de l’enterrement des moines. À l’époque moderne, elle est connue sous le nom de « chapelle du cimetière ». Elle est probablement associée à l’origine au premier cimetière monastique dont les inhumations du Xe siècle retrouvées dans la cour de la Congrégation constituent la limite septentrionale.
La chapelle Notre-Dame possède, parmi ses fonctions, un rôle funéraire particulièrement important que l’on perçoit à travers la description des très nombreuses processions monastiques qui rythment la vie liturgique des moines. Deux états de l’église ont été mis au jour ; le deuxième état correspond globalement à la chapelle représentée sur le plan anonyme (longue nef unique avec chevet tripartite), tandis que le premier bâtiment retrouvé lors des dernières fouilles, de dimension plus modeste, est composé d’une petite nef unique avec abside. Si l’on estime que « Sainte-Marie de l’infirmerie » est bien dédicacée par Odon, le futur pape Urbain II, en 1085, on peut supposer, d’après les recherches archéologiques, que la première chapelle était présente dès la fin du X
e siècle. Située au sud-est du chevet, à proximité de l’infirmerie et du cimetière, l’église mariale possède, à l’instar de nombreuses chapelles clunisiennes (Paray-le-Monial [Reveyron 2010c], Souvigny, Charlieu, Marcigny, Polirone, Saint-Martin-des-Champs), une communication avec la salle capitulaire, impliquant une circulation ritualisée entre ces deux lieux ainsi que le signalent plusieurs passages du Liber Tramitis, coutumier du premier tiers du XIe siècle. La chapelle y est mentionnée le plus souvent sous le terme d’oratoire, mais également de basilique et d’église. Elle est destinée aux offices des malades et des mourants : c’est là que les malades suivent les offices et assistent à la messe dans la mesure de leurs possibilités physiques. C’est également à Sainte-Marie que les moines prient pour les morts : « Quand ils vont à la basilique Sainte-Marie, aussitôt qu’ils commencent les psaumes pour les défunts et qu’ils se prosternent devant les affligés (tribulantibus) » (LT 176 : 248). À propos de l’onction des malades, on précise encore qu’ils doivent aller dans l’oratoire Sainte-Marie en chantant cinq psaumes pour les défunts (LT 193 : 269). À la mort d’un religieux, le défunt doit être lavé, habillé et déposé sur une civière à l’autel de l’église Sainte-Marie dont les cloches sonnent en premier. Là, il est parfumé et la communauté récite des oraisons à son attention (LT 195.2 : 274). Après la grand’messe, le corps est enseveli. Le rédacteur du Liber Tramitis précise que, souvent, on voit « dans le même jour, un frère finir dans cette lumière et passer dans le Christ et aussi dans cette église même exhaler son esprit » (LT 191.1 : 264)57.

Fig. 260 – Cluny, plan anonyme (repris par M.-N. Baudrand).

La chapelle de l’abbé Déodel dans l’abbatiale de Cruas
(Joëlle Tardieu)
À Cruas, Jean de Merle de Rebé (1524-1542), abbé commendataire, se fait édifier une petite chapelle gothique. Il s’agit d’une annexe de plan carré d’une quinzaine de mètres de côté qui vient se greffer sur le bras sud du transept, au sud de l’absidiole. Elle est voûtée d’ogives avec, à la clef, les armoiries de l’abbé. Le démontage de cette chapelle lors des travaux de restauration du chevet de l’abbatiale en 2000 ont montré qu’il n’y avait pas de sépulture dans son sous-sol. Par contre, en dessous du niveau de sol, une niche a été aménagée dans le parement du mur du transept par l’enlèvement d’un ou deux blocs de pierre. Cette cavité contenait des ossements, dont une calotte crânienne. Ce pourrait être les restes de l’abbé commendataire Étienne Déodel, évêque de Grasse, qui meurt en 1586 de la peste, peu après l’attaque de l’abbaye par les protestants. En effet, dans son ouvrage, le chanoine De Bane relate comment son oncle Pierre Déodel, petit-neveu de l’abbé Étienne et moine à Cruas, devenu en 1610 « sacrystain… fait tirer les ossements dudit Evesque… et les fait porter dans l’abbaye, fit bastir l’autel st pierre, sous lequel il fit mettre et enseyvelir les dits ossements ». Grâce à l’état des bâtiments dépendant de l’abbaye de Cruas dressé en 1724 (André 1958), il semblerait que la chapelle Saint-Pierre et la chapelle funéraire de l’abbé Rebé soient la même. Pour Pierre Déodel, cette réinhumation à l’intérieur de l’abbatiale lave de son infamie la mort de l’abbé survenue au cours d’une période très troublée (peste et guerres de Religion) et son inhumation hâtive et sans aucune marque de respect après son abandon par les moines terrorisés qui s’étaient alors retranchés dans le château qui surplombe l’abbaye.

Fig. 261 – Souvigny, types de tombes en usage au Xe siècle : cercueils monoxyles et coffrages en bâtière (dessin A. Fourvel).

93À Souvigny, les fouilles ont permis de localiser plusieurs zones sépulcrales anciennes. Les contenants en bois étant souvent conservés, il a été possible de réaliser une série d’analyses dendrochronologiques sur des coffrages et des cercueils monoxyles (fig. 261). Ainsi, des sépultures du Xe siècle ont été identifiées au nord de l’église priorale, à l’ouest et au sud de la place Aristide Briand, dans la cour du prieuré et dans le cloître. Les fouilles dans le bas-côté nord de l’église priorale ont, elles aussi, mis au jour des sépultures qui présentent des caractéristiques similaires. De fait, on constate que les premières zones d’inhumation couvrent une surface très importante correspondant aux abords nord, ouest et sud de l’ensemble ecclésial. Cette dispersion des sépultures carolingiennes a aussi été constatée sur le proche site de Saint-Menoux où des tombes, remontant très probablement à la période carolingienne, ont été retrouvées au sud-est et à l’est de l’église abbatiale (Bruel et al. 2006 : 67-70).

  • 58 BM de Moulins ms. 13. L’original du Livre des anniversaires est un manuscrit sur parchemin comporta (...)
  • 59 BnF, N.A.F. 3602, Dom Hilaire Tripperet, Mémoires pour servir à l’histoire du prieuré Saint-Pierre (...)
  • 60 BnF, N.A.F. 3602 : 104.
  • 61 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 5 H 52, 278.
  • 62 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1 G 991, fol. 26 : 1636 ; et 1 G 1011, fol. 22 : 1643. Les (...)

94Pour des périodes plus récentes, sur le site du prieuré clunisien de Souvigny, si l’on en croit le Livre des anniversaires rédigé à la demande du prieur Geoffroy Chollet au XVe siècle, il y a également plusieurs cimetières : « le 2 juin, office plein pour tous les fidèles reposant dans les cimetières du monastère »58. L’un d’entre eux est situé à partir du XIIe siècle au nord de la priorale. Auparavant, des inhumations très denses prennent place le long du mur goutterot nord de la nef du XIe siècle. Des sépultures sont aussi connues au sud de l’église sans que l’on puisse préciser s’il s’agit réellement d’un cimetière. Enfin, les fouilles de 2006 ont montré qu’un espace funéraire existaient aussi aux XIVe et XVe siècles dans le bas-côté nord extrême de la priorale. En effet, lorsque l’église monastique possède une fonction paroissiale, l’espace cimétérial est alors partagé entre les moines et les laïcs : être considéré comme un moine et être inhumé dans un des cimetières monastiques permet au défunt d’espérer limiter les effets pervers de sa vie terrestre (Iogna-Prat 2002). Les individus qui bénéficient de ce privilège intègrent alors la parenté spirituelle, qui rejoint souvent, dans le cloître, la parenté physique. Durant tout le Moyen Âge, la priorale de Souvigny est l’objet d’un partage entre différentes catégories : paroissiens, pèlerins et moines. C’est ainsi que vers 1060-1071 l’évêque Robert de Chartres est inhumé devant l’autel de la paroisse, « l’autel Saint-Nicolas »59. En 1454-1455, cet autel est attesté dans le bas-côté nord de la priorale. Dom Tripperet60 évoque un conflit portant sur les droits de sépulture en 1457 et il mentionne que « le corps doit être rapporté dans l’église du prieuré et déposé à la paroisse »61. L’autel de Saint-Nicolas, dont l’empreinte du socle maçonné a été dégagée en 2006, apparaît dans les dessins du manuscrit de Tripperet dans la dernière travée occidentale du bas-côté nord. Mais, au XVIIe siècle (et peut-être antérieurement), un certain nombre de fonctions ont été transférées dans l’église Notre-Dame alors dénommée « de Grâce alias Saint-Marc », en particulier le baptême et la conservation du Saint Sacrement « pour la commodité des religieux »62. Cette répartition des espaces pro ve nant du dédoublement statutaire se rencontre également dans d’autres dépendances clunisiennes comme Sauxillanges ou Charlieu.

95À Charlieu, la fouille de 1926 a mis au jour des sépultures autour du chevet, en particulier contre l’absidiole nord (Brassart 1927). D’autres sondages effectués en 1998 ont mis en évidence un secteur privilégié autour du chevet et le long du collatéral nord ; la forte concentration de sépultures ainsi que la présence d’ossuaires témoignent de la tradition d’inhumer en ce lieu précis. Les tombes, dans les limites des sondages, semblent antérieures au XIIIe siècle ou de cette période. Dans l’extension du cimetière qui se développe au nord de l’abbatiale, l’aire sépulcrale ne se limite pas au pourtour de l’église, mais se déploie sur tout l’espace ouvert qui s’étend au nord de celle-ci (50 x 20 m, soit environ 1000 m ²). La surveillance archéologique effectuée au moment du décapage de la place en 1998 a confirmé la présence d’inhumations orientées.

96Dans l’abbaye bénédictine de Cruas, le cimetière médiéval est aujourd’hui reconnu en plusieurs points (Tardieu, Deransart, Baudrand 1987 ; Tardieu 1993 ; Brouillaud, Tardieu 1996 ; Tardieu 1998a ; Tardieu 2000b). Il est partiellement pérennisé par un cimetière moderne et contemporain attenant à l’église et utilisé jusqu’en 1870. Il a été en partie fouillé en liaison avec les travaux de restauration de l’abbatiale qu’il entoure sur trois côtés. Le cimetière occidental se prolongeait vers le sud-ouest, sous les bâtiments monastiques modernes. Dans l’actuel bourg, des travaux anciens de voirie ont livré au dire des terrassiers, de « nombreux ossements ». Le cimetière se poursuit donc vers l’ouest, sous le village moderne, vers la vallée de Crûle, le village ancien et la voie antique (fig. 44). Au chevet de l’abbatiale, le cimetière fouillé se développait au niveau des ouvertures de la crypte (fig. 185, 236). Il semble ici être antérieur à celui de la zone occidentale qui, en revanche, fut utilisée plus longtemps. Il se poursuit au nord de l’abbatiale jusqu’au bras nord du transept où des sépultures médiévales ont été mises au jour sur trois niveaux.

97À la cathédrale de Viviers, un cimetière s’étendait hors du cloître, à l’est de la salle capitulaire, mais il n’a été que très partiellement fouillé. La présence d’au moins 28 sépultures a pu être déterminée pour la période la plus ancienne (fin XIIe-XIIIe siècle), et celle de 102 sépultures pour la période suivante. Les études anthropologiques menées sur 26 squelettes du dernier groupe ont montré qu’il s’agissait d’une population composée d’hommes à 38,1 %, de femmes à 28,6 % et d’enfants à 33,3 %. La forte mortalité parmi les sujets d’âge mûr et l’importance de la mortalité infantile indiquent que la population inhumée dans ce cimetière était moins protégée que celle qui était enterrée au même moment dans le cloître, ce qui laisse entendre qu’il s’agit plutôt d’habitants de la ville basse que de membres de la familia du chapitre.

4.5.1. LE CLOÎTRE

98Les bâtiments de vie des monastères, des cathédrales ou des collégiales s’articulent autour d’un ou plusieurs cloîtres. Ces lieux constituent, la plupart du temps, des espaces funéraires importants aussi bien pour les religieux que pour les laïcs. Les galeries sont, semble-t-il, prioritairement utilisées, comme ce fut le cas à l’abbaye de Savigny ou à Charlieu. À La Bénisson-Dieu, par exemple, le suivi archéologique du drainage périphérique a permis de fouiller, dans l’endroit présumé de la galerie nord du cloître deux tombes en fosse, taillées dans le terrain naturel sableux, orientées est-ouest et datables par chronologie relative de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle. Religieux ou laïcs ? on peut se poser la question (Tardieu 1991). Par ailleurs, ces cimetières ne sont pas exclusivement réservés aux hommes, puis qu’on y retrouve des femmes et des enfants. À Souvigny, le cas de la comtesse Ermengarde présente une double particularité car il s’agit d’une inhumation de personnage laïc en milieu monastique et non dans le cimetière spécifique et qui plus est d’une femme. Il y a donc là l’idée d’une certaine transgression, même si Cluny a reçu en 1024 de Jean XIX le droit d’accueillir toute personne qui cherche une sépulture. Cependant, il ne s’agit pas de n’importe quelle femme : Ermengarde de Bourbon ou de Saint-Maurice apparaît à plusieurs reprises dans notre documentation et semble avoir laissé un souvenir marquant. Elle a, selon le Livre des anniversaires, fait d’importantes donations : la maison de Saint-Maurice, le port de La Ferté sur l’Allier et des ornements liturgiques, dont une croix d’or, deux candélabres en argent et deux tissus pourpres. À ce titre, elle peut bénéficier d’une sépulture privilégiée, même si le tombeau familial se trouve dans l’église de Souvigny.

99À Charlieu, un sondage archéologique effectué dans la partie nord de la galerie orientale a permis de mettre au jour plusieurs tombes. En raison de la proximité de l’église, cet emplacement est vraisemblablement considéré comme privilégié (Monnoyeur 1998). Les premières inhumations, maçonnées et tournées vers le sud, en direction de la porte desservant l’abbatiale, sont antérieures à la galerie du cloître roman, et datent peut-être de l’an Mil. Trois autres inhumations ont été installées dans la galerie romane. Maçonnées, elles sont également tournées vers le sud. Enfin, trois tombes orientées en cercueil, ont été placées au centre de la galerie gothique qui s’est substituée à la précédente. Deux d’entre elles renfermaient les corps d’immatures, voire de périnataux. Bien que les autres galeries du cloître n’aient pas fait l’objet d’une fouille aussi poussée, on sait néanmoins qu’un caveau est installé dans la galerie sud, à l’est de la porte du réfectoire ; il a été vidé de son contenu, à l’exception de quelques os épars. À priori, il ne semble pas que l’on ait utilisé le préau comme lieu d’inhumation, ce qui n’est pas le cas de nombreux établissements religieux comme Savigny et Saint-Laurent du Puy-en-Velay (fig. 262), ou bien encore dans différents cloîtres cathédraux comme ceux du Puy, de Viviers ou de Valence (Parron-Kontis, Chopin 2006).

100À Pommiers-en-Forez, une aire d’inhumation a été retrouvée en 2004 dans le jardin du cloître lors d’une intervention d’archéologie préventive (Delomier 2004). La pente du terrain naturel vers le sud a été identifiée avec précision, ainsi que les cheminements d’axe nord-sud reliant l’église et le premier prieuré (placé à 12 m de distance et à 4 m en contrebas) et le processus de comblement du jardin du cloître. La stratigraphie apparue dans le quart sud-ouest du cloître a livré les vestiges d’un cimetière remontant aux alentours du XIe siècle ; la toute première zone de fréquentation du site est recouverte pas une petite succession de remblais contenant du mobilier céramique datable de cette période. Puis le terrain aplani reçut des inhumations, dont une sépulture en pleine terre, orientée et en très bon état de conservation. Le défunt, probablement enserré dans un linceul, reposait en decubitus dorsal, la tête calée par des pierres. De même, des pierres et des galets posés sur le squelette et en périphérie suggèrent la présence d’éléments de calage d’une couverture en bois. Cinq autres sépultures ont été retrouvées partiellement, en raison de leur emplacement en dehors des limites du sondage, mais aussi de leur perturbation due à la construction de murs plus récents. Elles présentaient des caractéristiques typologiques similaires, comme les pierres de calage et des traces de décomposition de bois. La construction d’un mur d’axe nord-sud scelle la zone sépulcrale vers les XIIe et XIIIe siècles, en même temps qu’elle permet de séparer deux espaces à l’air libre : un jardin suspendu à l’est et un cheminement entre l’église priorale et le prieuré placé en contrebas.

Fig. 262 – Le Puy-en-Velay, Saint-Laurent, répartition des sépultures mises au jour dans le cloître (dessin A. Fourvel).

101À Viviers, après l’abandon de la vie communautaire par les chanoines au XIIIe siècle, le cloître est devenu le cimetière parois sial. À l’origine, de nombreuses sépultures avaient été disposées par rapport au cloître canonial, soit à l’intérieur de celui-ci, soit à l’extérieur du côté est. Bien que la fouille n’ait pas été exhaustive, l’étude des inhumations de la moitié nord du cloître, galeries comprises, a permis d’analyser l’évolution des espaces funéraires. Dans un premier temps (fin XIIe-XIIIe siècle), les inhumations (en coffres de pierres ou en pleine terre) ont surtout été pratiquées dans la partie nord de la galerie ouest (12 sépultures) et dans l’angle nord-ouest du préau (15 sépultures). La galerie nord a été peu utilisée (4 sépultures), la galerie orientale encore moins (1 sépulture). La période suivante (fin XIIIe-XIVe siècle) est marquée par l’abandon du cloître en tant que centre de la vie communautaire et par sa destruction partielle ; toutefois sa fonction funéraire est maintenue. C’est la galerie nord qui, cette fois, regroupe le plus grand nombre d’inhumations (41 ont été fouillées, 6 d’entre elles se superposant à l’intérieur d’un caveau funéraire) tandis que 5 sépultures ont été mises au jour dans la galerie ouest, 6 dans la galerie orientale, sachant qu’une faible portion de ces galeries a été fouillée. Dans les deux parties du préau qui ont été fouillées, on compte 24 sépultures. Au XVIIe siècle, le chanoine De Bane rapporte, en décrivant cette portion du quartier, que la partie de l’ancien cloître située à l’est du puits du chapitre est le cimetière des choriers, la partie occidentale étant réservée à l’aumône. Au Moyen Âge, le cloître est-il un espace réservé aux sépultures de clercs ? Pas seulement. L’analyse anthropologique de 10 inhumations pour la période fin XIIe-XIIIe siècle témoigne de la présence d’au moins quatre individus de sexe féminin. Pour la période suivante (fin XIIIe-XIVe siècle), 21 squelettes ont été étudiés : on note le nombre relativement élevé d’enfants (9, dont l’un de six à douze mois, les autres âgés de six à quatorze ans) ; les adultes se répartissent en 10 individus de sexe masculin, deux seulement de sexe féminin. Pour cette époque, il est possible que le cimetière du cloître ait été réservé avant tout à des clercs (les choriers comme le rapporte le chanoine De Bane au XVIIe siècle), les enfants pouvant être des clergeons (pour ceux qui ont plus de neuf ans, soit 5 individus sur 9). Les plus petits et les rares femmes pouvaient être des membres de la familia du chapitre (Esquieu, Leenhardt, Vallauri 1988).

102L’utilisation du cloître des chanoines comme lieu d’inhumation est bien attestée pour le Moyen Âge à Grenoble. Le témoignage tardif (début du XVIIIe siècle) de Guy Allard permet de situer dans la galerie ouest les monuments funéraires des deux derniers dauphins de la première race : Guigues IV († 1142) et Guigues V († 1162) [David 1939 : 60]. Sa description, cependant, ne permet pas de déterminer si ce qu’il a vu correspond aux tombes elles-mêmes ou à de simples monuments commémoratifs. L’archéologie, en revanche, a amené la découverte, sous la galerie orientale – la seule qui soit conservée aujourd’hui dans une forme architecturale du XIIIe siècle, de six sépultures en coffres faits de dalles sur chant ou maçonnés. Orientées selon l’axe de la galerie, tête au sud, ces tombes témoignent toutes de la pratique de l’inhumation dans le cloître. Certaines d’entre elles peuvent remonter au XIIe siècle, et attesteraient l’existence, dès cette époque, d’un cloître au même emplacement.

Fig. 263 – Mazan-l’Abbaye, cloître de l’abbaye cistercienne, enfeux dans l’aile nord, le long du mur gouttereau sud (cliché J. Tardieu).

103Des enfeus peuvent également être appuyés dans le cloître contre le mur goutterot de l’église. C’est le cas à l’abbaye cistercienne de Mazan (fig. 263), au prieuré de Montverdun ou à l’abbaye de Cruas. À Mazan, deux enfeus ont été fouillés en 1974 : ils renfermaient plusieurs individus orientés (dont une femme, un adolescent et un homme âgé dont seul subsistait le crâne transpercé d’une lance). Plus tard, les enfeus ont servi d’ossuaires (Saint-Jean, Peylhard 1975).

104Les sondages effectués dans le cloître du couvent des dominicains de Saint-Laurent du Puy-en-Velay – dont la construction se rapporte aux XIIIe et XIVe siècles – ont permis de découvrir plusieurs aménagements atypiques. D’une part, il s’agit de deux coffres sépulcraux maçonnés (assimilables à des caveaux) aménagés dans les fondations des arcades des galeries est et ouest du cloître. Ils contiennent de nombreux ossements humains appartenant à des inhumations successives. Il est possible d’imaginer que ces aménagements étaient fermés par des éléments permettant leur repérage et leur réouverture (pierres tombales, gisants ?). Leur localisation, sous des arcs, rappelle la disposition des enfeus dont l’usage est courant à cette période. D’autre part, il convient de signaler que la base d’un des piliers de l’église donnant dans la galerie sud du cloître abrite un ossuaire voûté accessible depuis le cloître par un panneau amovible. Cet ossuaire, qui n’a pas été fouillé, contient un grand nombre d’ossements humains. Ceux-ci proviennent peut-être de sépultures antérieures au XIIIe siècle qui auraient été perturbées lors de la construction des bâtiments gothiques, à moins qu’il ne s’agisse de réductions plus récentes (Liégard, Fourvel 2003).

Le cloître de la cathédrale de Valence
(Isabelle Parron)
L’ensemble épiscopal primitif de Valence – dont on connaît aujourd’hui le baptistère Saint-Étienne, la demeure de l’évêque et une chapelle – est modifié au cours du XIe siècle au profit de la construction d’une cathédrale plus vaste et mieux adaptée aux nouvelles exigences liturgiques. L’église cathédrale est implantée au nord de l’ancienne église Saint-Étienne. Cette dernière subit des modifications importantes et voit son statut évoluer vers celui d’une église réservée aux chanoines. Au nord se développe le cloître canonial, à l’est l’église Notre-Dame-la-Ronde, qui est mentionnée dès le XIIIe siècle. La demeure de l’évêque est construite au sud des églises et est reliée par une série de galeries voûtées à l’église Saint-Étienne et à la cathédrale Saint-Apollinaire. Plusieurs fouilles et sondages archéologiques ont permis, depuis les années 2000, d’aborder l’organisation de l’espace funéraire.
La fouille de l’ancien cloître canonial, situé sous l’actuelle place du Pendentif, et celle de la place des Ormeaux ont apporté quelques données nouvelles, même si elles restent lacunaires, sur l’espace des morts associé à cet ensemble cathédral (Parron-Kontis, Chopin, Gabayet 2006). Si l’on regarde dans un premier temps les mentions fournies par la documentation textuelle, on constate que trois lieux d’inhumation sont désignés. La dénomination « cimetière de l’église Saint-Apollinaire » s’applique à l’espace qui se développait au chevet de l’église Saint-Apollinaire, entre les églises Saint-Étienne et Notre-Dame-la-Ronde : il s’agit des espaces situés aujourd’hui sur la place des Clercs et celle des Ormeaux. On trouve aussi mention du « cimetière petit ». Ce terme désigne le cimetière qui se développait autour de l’église paroissiale Saint-Jean, située plus au nord dans la ville ancienne. Ce n’est que de façon ponctuelle, dans des textes du XV
e siècle, que des inhumations sont indiquées dans le cloître canonial. Ces mentions se rapportent à l’inhumation de clercs ou de personnalités valentinoises. Le chanoine Perrot proposait, dans sa monographie sur la cathédrale, une utilisation précoce du cloître comme espace funéraire : il fait coïncider la construction de l’arcosolium, conservé sous l’unique départ d’arc de la galerie orientale et piégé par le porche du XVIIIe siècle, avec la mort de l’évêque Jean en 1146 (fig. 264). Ce type d’aménagement témoigne de l’honneur particulier fait au défunt ; à Angers, par exemple, l’évêque Ulger, mort en 1148, passe pour être inhumé sous un arc, dans un sarcophage, donnant à la fois dans la nef et dans le cloître. Or, l’analyse de l’élévation subsistante (cet arcosolium est aménagé dans la partie inférieure du bras nord du transept) indique clairement que la construction de la voûte d’ogives est antérieure à l’installation dudit arcosolium. Cette tombe a donc été aménagée en totalité au XIVe ou XVe siècle. Peut-il alors s’agir de la tombe de l’évêque Jean ? Aucun texte pour l’heure ne permet de confirmer cette hypothèse. Il est vrai que l’on sait peu de chose sur l’emplacement du tombeau des évêques. Une récente intervention de diagnostic conduite par M. Goy aurait peut-être permis de mettre au jour un caveau dans le bras nord du transept (Goy, Rigaud 2005). Les informations issues de cette courte opération permettront toutefois de reposer la question de la géographie des inhumations à l’intérieur de la cathédrale.
Le caveau funéraire le plus important est sans conteste le Pendentif, érigé au centre même du cloître dans la première moitié du XVI
e siècle, vers 1548. Ainsi dénommé par le type de voûtement adopté (fig. 265), ce caveau reprend dans les parties basses un plan centré peut-être plus ancien : quatre renfoncements à fond plat s’ouvrent sur un espace central de plan carré. Il abrite les sépultures de la famille du chanoine Nicolas Mistral. À l’ouest de l’aile sud du cloître ont été repérés les escaliers de descente à un caveau. Les caractéristiques morphologiques de cette structure ne permettent pas de lui attribuer une datation précise. On sait cependant qu’il est antérieur au démontage du cloître en 1611, puisque des fragments d’ogives et des fragments de pierres chanfreinées ont été mis au jour dans le comblement des escaliers. Il s’agit peut-être d’une construction contemporaine du Pendentif, mais elle peut aussi être antérieure. Pour la période moderne, on ne mentionne quasiment jamais le lieu du cloître comme site possible d’inhumation. En revanche, le « cimetière de la place des Clercs » est toujours indiqué. Les investigations conduites sur le secteur oriental de l’ensemble cathédral (place des Clercs et place des Ormeaux) ont confirmé qu’il avait été entièrement décaissé au XIXe siècle (de plus de 1 m selon A. Blanc). Seules quelques rares inhumations en coffre ont été mises au jour sur la place des Ormeaux. L’architecture de ces tombes les rapproche de structures appartenant au XIIe ou XIIIe siècle. En revanche, sur l’usage du cloître, rien n’est mentionné dans les textes des périodes tardives. Pourtant, la fouille a montré qu’on avait utilisé intensivement cet espace aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est vrai que, dès le XIIIe siècle, les chanoines ont abandonné le cloître canonial comme lieu de résidence au profit de maisons individuelles. À l’époque moderne, il n’est pas rare de voir le cloître transformé en cimetière des pauvres. Par exemple, à Carpentras, il devient cimetière des pauvres à partir du XVIIe siècle. Il est tentant de proposer une telle fonction pour l’ancien cloître de Valence. Il semble donc que l’on ait un glissement du cimetière paroissial.
La place des Clercs et la place des Ormeaux ont sans doute vu leur statut évoluer. L’église Notre-Dame-la-Ronde est détruite en 1567 ; elle est remplacée par des habitations : un corps de garde est installé au rez-de-chaussée de l’immeuble. La place des Clercs est transformée en véritable espace ouvert. On peut enfin s’interroger sur la réelle application de l’interdiction d’inhumer à l’intérieur des villes qui est édictée sous Louis XVI en 1776. Ce décret n’est peut-être pas totalement respecté dans le cas des inhumations d’enfants. En effet, ces dernières constituent une grande partie des sépultures découvertes dans la partie supérieure de la zone cimétériale et sont parfois associées à du mobilier du XIX
e siècle.

Fig. 264 – Valence, cloître de la cathédrale, arcosolium présumé de l’évêque Jean, mort en 1146 (cliché J. Tardieu).

Fig. 265 – Valence, cloître de la cathédrale, Pendentif (cliché J. Tardieu).

4.5.2. LA SALLE CAPITULAIRE

105Parmi les lieux d’inhumation en milieu claustral, la salle capitulaire constitue certainement un espace privilégié, comme l’attestent de nombreuses fouilles effectuées en ce lieu. À Cluny, selon les textes, deux abbés y sont enterrés. À Viviers, les fouilles pratiquées dans la partie nord de la salle capitulaire ont permis de mettre au jour plusieurs tombes remontant au moins à la fin du XIIIe siècle. On estime à 25 le nombre minimum des inhumations pour la fin du XIIIe et le XIVe siècle. D’après les études anthropologiques réalisées sur quelques sujets, les inhumés étaient des hommes âgés entre 50 et 70 ans. On peut supposer que cet espace est réservé aux sépultures d’ecclésiastiques, sans doute des chanoines. Dans l’abbaye cistercienne de La Bénisson-Dieu, plusieurs tombes occupent l’espace devant correspondre à la salle capitulaire ; deux d’entre elles, signalées par une pierre tumulaire, étaient celles d’abbés : il s’agit de Bernardus, huitième abbé du monastère, mort en 1231 (fig. 266), et de Jean II, décédé en 1360 (Tardieu 1991) [fig. 267]. Dans la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Gilbert à Saint-Didier-la-Forêt, établissement de l’ordre des Prémontrés fondé en 1151, la réfection du sol a permis de découvrir une unique sépulture « privilégiée » à côté du pilier septentrional de cette salle (fig. 268). Le squelette, tête à l’ouest, a été déposé dans un sarcophage trapézoïdal en grès mérovingien rem ployé sans couvercle. Plusieurs textes mentionnent qu’Étienne, quatrième abbé du monastère, a été inhumé dans le chapitre. Son décès peut être situé vers 1200. Comme il s’agit de la seule mention d’inhumation au sein du chapitre, il est probable que cette sépulture soit la sienne (Liégard, Fourvel 2000).

106Au Puy-en-Velay, les bâtiments canoniaux du groupe cathédral renferment de nombreuses pierres tombales de la période gothique qui attestent de la pratique d’inhumation dans le cloître ou dans la salle capitulaire à la fin du Moyen Âge. Aujourd’hui exposés contre le mur oriental de la salle capitulaire, ces éléments sculptés renseignent sur l’identité des défunts auxquels ils étaient associés. Il s’agit pour la plupart de chanoines, ce qui indique le caractère privilégié des inhumations qui étaient pratiquées dans cette partie du quartier cathédral (Baral i Altet 2000 : 72-79).

Fig. 266 – La Bénisson-Dieu, abbaye cistercienne, emplacement présumé de la salle capitulaire, pierre tombale de Bernardus, huitième abbé du monastère, mort en 1231 (dessin J. Tardieu).

Fig. 268 – Saint-Didier-la-Forêt, plan de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Gilbert ; localisation du sarcophage découvert dans la salle capitulaire de l’ancienne abbaye Saint-Gilbert à Saint-Didier-la-Forêt (dessin A. Fourvel).

Fig. 267 – La Bénisson-Dieu, abbaye cistercienne, emplacement présumé de la salle capitulaire, pierre tombale de Jean II, décédé en 1360 (dessin J. Tardieu).

Notes

49 En 1999, lors d’une surveillance de travaux préalablement à l’installation du chauffage de l’église, sept autels votifs dédiés aux Baginatiae ont été découverts, soigneusement rangés au fond d’une pièce (mausolée, sanctuaire ?) [Lurol 2002 : 82-83 ; Desaye, Lurol, Mege 2000].

50 Ces découvertes récentes, non exploitées, font de Sainte-Jalle, chef-lieu de pagus, un site de première importance, peut-être un vicus si l’on en croit la Vita Gallae virg. (Tardieu 2002a ; Ronco 2011).

51 Le sarcophage 18, de plan rectangulaire et de plus grande dimension, est dans une position quasi axiale.

52 BnF ms. Clairambaud 640, f° 269 ; Perrot 2001 ; BM de Besançon, ms. 893, f° 71 bis v°.

53 P. Ganivet a démontré que cette date correspondait à la depositio à Brioude, Guillaume étant mort le 28 juin à Lyon (Ganivet 2000 : 138, note 54).

54 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 3 G suppl. 33, a-c : une tombe de cuivre.

55 BnF, ms. français 32811-32812, f° 41.

56 Pour des comparaisons voir Chancel-Bardelot 1995.

57 Traduction de M. Zannettacci.

58 BM de Moulins ms. 13. L’original du Livre des anniversaires est un manuscrit sur parchemin comportant 63 feuillets avec une foliotation qui va jusqu’à 67.

59 BnF, N.A.F. 3602, Dom Hilaire Tripperet, Mémoires pour servir à l’histoire du prieuré Saint-Pierre - Saint-Paul de Souvigny, p. 25.

60 BnF, N.A.F. 3602 : 104.

61 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 5 H 52, 278.

62 Archives départementales du Puy-de-Dôme, 1 G 991, fol. 26 : 1636 ; et 1 G 1011, fol. 22 : 1643. Les fonts baptismaux sont revenus dans la priorale après la Révolution.

Table des illustrations

Légende Fig. 205 – Site archéologique de Saint-Romain-en-Gal. Vue de l’angle nord-ouest de l’édifice funéraire établi sur les thermes des Lutteurs (cliché L. Brissaud, département du Rhône).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 206 – Salavas, la Gleizasse, églises doubles de Saint-Jean et Saint-Julien (relevé et dessin J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 207 – Donzère, fouille de Saint-Benoît (dessin Cl. Boisse).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 208 – Nécropoles et cimetières de Grenoble (IVe-XIe siècle) [conception : R. et M. Colardelle ; exécution : N. Esperguin, 1983].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 209 – Néris-les-Bains, vue de la nécropole mérovingienne avant le réaménagement de la place de la République en 1990 (clichés S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 210 – Briord, plan de la basilique Saint-Maurice et de la nécropole (dessin R. Perraud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 211 – Châteauneuf-du-Rhône, nécropole de Labre (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 212 – Saint-Romain d’Albon, vestiges de la basilique funéraire (dessin J.-C. Liger, d’après A. Blanc).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 213 – Yvoire, nécropole en rangée « des Combes » (fin Ve-VIIIe siècle). Vue partielle des niveaux inférieurs montrant l’accumulation des fosses en pleine terre, en coffres de bois et en coffres de dalles et des masses de galets formant parfois un remplissage intermédiaire dans les fosses (ex. en bas, à droite) [cliché J. Serralongue, service archéologique CG74].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 214 – Yvoire, nécropole « des Combes ». Vue partielle d’une rangée montrant la succession des inhumations au sein des rangées et des fosses. La sépulture en pleine terre S126 est coupée par la S125, toutes deux appartenant à la phase I (450-550 ap. J.-C.), la réduction 413 en résultant ; ces fosses sont à leur tour recoupées par la mise en place de coffres de dalles, celui à droite durant la phase II a (550-600 ap. J.-C.) et celui à gauche, peu après, durant la phase III (600-700 ap. J.-C.), l’un et l’autre réutilisés à quatre reprises pour des inhumations successives d’adultes et d’enfants (cliché. J. Serralongue, service archéologique CG74).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 215 – Hières-sur-Amby (Annoisin-Chatelans, Isère), plan général du site de l’oppidum de Larina (DAO R. Royet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 216 – Hières-sur-Amby, Larina, tombes à lauses du cimetière de la Motte après restauration (cliché R. Royet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 217 – Paroisses d’origine altomédiévale dans le département de l’Allier (dessin S. Liégard et A. Maquet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 218 – Vienne, Saint-Romain-en-Gal, plan schématique de l’église Saint-Ferréol (en hachures, la grande basilique paléochrétienne avec implantation des sarcophages ; en pointillés, la chapelle médiévale) [dessin URA 26, Lyon].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 219 – Lyon, Saint-Laurent-de-Choulans, sépultures dans les portiques et bas-côtés (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 220 – Vienne, plan des fouilles de Saint-Pierre, 1860-1864 : synthèse du relevé des structures et du plan des sarcophages (dessin M. Janet-Vallat).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 221 – Viviers, basilique funéraire (relevé DAH Rhône-Alpes, A. Canal, C. Treffort et L. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 222 – Viviers, basilique funéraire, vue générale des sépultures dans l’abside (cliché J. Dupraz).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 223 – Meysse, sépulture le long de l’abside (cliché J. -Fr. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 224 – Répartition des sépultures mises au jour dans le sous-sol de l’église Saint-Jean du Monastiersur-Gazeille (dessin S. Hettiger).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 225 – Cruas, tombeau d’Adhémar de Poitiers (cliché J.-J. Soumille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 226 – Salaise-sur-Sanne, sépultures (cliché J.-Fr. Reynaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 227 – Meysse, plan de l’église à l’époque romane ; inhumations (dessin J.-Fr. Reynaud, DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 228 – Cluny, Saint-Maïeul, répartition des sépultures à partir du XIe siècle (DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 229 – Vienne, Saint-André-le-Haut (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 230 – Aime en Tarentaise, relevé des fouilles de l’architecte E.-L. Borrel et de l’abbé Tremey (dessin d’archive de l’abbé Tremey).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 231 – Cruas, cimetière occidental (dessin M.-N. Baudrand, DAO C. Frémiot de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 232 – Saint-Jean-Baptiste à Saint-Rambert-sur-Loire, tombe comprenant un calice et une patène (dessin G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 233 – Cruche médiévale utilisée comme dépôt funéraire dans une tombe d’adulte du cimetière de l’église Saint-Martin à Lurcy-Lévis (dessin S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 234 - Montverdun, sépultures du chevet (dessin Chr. Le Barrier, DAO C. Frémiot de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 235 – Cruas, nécropole orientale, tombes contre l’élévation de l’abside (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 236 – Cruas, nécropole orientale (dessin J. Tardieu, DAO W. Widlak).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 237 – Cluny, Saint-Maïeul, inhumation contre l’épaulement extérieur nord-est du chevet de la première église (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 238 – Cluny, sépulture no 4 de l’avant-nef, datée de 1464, avec branchages de noisetier (relevé P. Courtaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 239 – Vienne, Saint-André-le-Haut, sépulture avec crosse abbatiale (dessin G. Granier, DAO C. Frémiot de Mauroy).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 240 – Beaucaire, Saint-Roman, sépultures et lanterne des morts (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 241 – Cruas, tombeau d’Adhémar de Poitiers (cliché J.-J. Soumille).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 242 – Cluny, chapelle Saint-Martial dans le bras sud du grand transept, tombe de l’abbé Gauthier de Châlon enterré devant l’autel (dessin G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 243 – Viviers, basilique funéraire, sépultures privilégiées dans l’abside (cliché J. Dupraz).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 244 – Chuyer, abside romane et sépultures (dessin M.-N. Baudrand et J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 245 – Moirans, ancienne église Saint-Pierre, fouille de la travée de chœur (cliché A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 246 – Moirans, ancienne église Saint-Pierre, fouille de la travée de chœur (relevé A. Badin de Montjoye, DAO P.-Y. Carron ; service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 247 – Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), plan des aménagements troglodytiques existant dans le sous-sol de la Sainte-Chapelle (dessin S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 248 – Viviers, « chapelle » Saint-Victoret (dessin Y. Esquieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 249 – Viviers, basilique funéraire, sépultures d’enfants autour de l’autel (cliché J. Dupraz).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 250 – Grenoble, cathédrale Notre-Dame, sépultures d’enfants (conception A. Badin de Montjoye, réalisation P.-Y. Carron ; service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 251 – Souvigny, église Saint-Marc, pierre tombale médiévale d’enfant, découvertes en remploi dans les fondations des fonts baptis maux (cliché S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 252 – Vagnas, Le « Monastier », chapelle aménagée tardivement dans le bras sud du transept (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 253 – Nantua, chapelle Sainte-Anne (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 254 – Souvigny, église Saint-Paul-et-Saint-Pierre, « chapelle vieille », les gisants (cliché J.-P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 255 – Souvigny, église Saint-Paul-et-Saint-Pierre, « chapelle neuve », vue générale (cliché J.-P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 256 – Cluny, chapelle Notre-Dame-du-Scapulaire de l’ancienne église Saint-Maïeul (cliché J.-P. Gobillot).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 257 – Beaucaire, abbaye de Montmajour, chapelle funéraire (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 258 – La Baume-de-Transit, relevé de l’édifice funéraire tétraconque (dessin J. Tardieu et A. Canal).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 259 – Saint-Restitut, chapelle du Saint-Sépulcre (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 260 – Cluny, plan anonyme (repris par M.-N. Baudrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 261 – Souvigny, types de tombes en usage au Xe siècle : cercueils monoxyles et coffrages en bâtière (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 262 – Le Puy-en-Velay, Saint-Laurent, répartition des sépultures mises au jour dans le cloître (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 263 – Mazan-l’Abbaye, cloître de l’abbaye cistercienne, enfeux dans l’aile nord, le long du mur gouttereau sud (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 264 – Valence, cloître de la cathédrale, arcosolium présumé de l’évêque Jean, mort en 1146 (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 265 – Valence, cloître de la cathédrale, Pendentif (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 266 – La Bénisson-Dieu, abbaye cistercienne, emplacement présumé de la salle capitulaire, pierre tombale de Bernardus, huitième abbé du monastère, mort en 1231 (dessin J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 268 – Saint-Didier-la-Forêt, plan de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Gilbert ; localisation du sarcophage découvert dans la salle capitulaire de l’ancienne abbaye Saint-Gilbert à Saint-Didier-la-Forêt (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 267 – La Bénisson-Dieu, abbaye cistercienne, emplacement présumé de la salle capitulaire, pierre tombale de Jean II, décédé en 1360 (dessin J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3833/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search