Version classiqueVersion mobile

Organiser l’espace sacré au Moyen Âge

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Chapitre 2. L’occupation de l’espace ecclésial, les réseaux

Texte intégral

1L’espace ecclésial entretient des relations étroites avec les environnements naturel et humain. L’implantation d’une église, d’un monastère ou d’une cathédrale obéit à de nombreux paramètres liés à l’intégration d’un pouvoir spirituel ostensible dans les limites d’un territoire précis qui peut être défini dans ses configurations topographiques, dans la forme et l’organisation de l’occupation humaine. La région considérée par l’étude, recouvrant les entités administratives actuelles de Rhône-Alpes et d’Auvergne, intégrant aussi des sites de Bourgogne du Sud et de Provence, présente des situations très contrastées. La géographie physique révèle une grande diversité où se trouvent hautes et moyennes montagnes, plateaux et collines, séparés longitudinalement par trois plaines que constituent le bassin rhodanien, la vallée de la Loire et la dépression des Limagnes. C’est une région marquée dès l’Antiquité par une forte réalité urbaine parallèlement au développement du monde rural. Dans les contextes de relief accidenté du territoire considéré, les vallées offrent les possibilités de liens entre les différentes communautés. La circulation des hommes est d’autant facilitée que le réseau de voies de communication, pérenne, est ancien et d’importance. C’est aussi un vieux pays dont l’histoire consacrée signale les premiers actes d’héroïsme ou de prédication dans les débuts de la christianisation des Gaules.

2.1. LE SITE ECCLÉSIAL ET L’ENVIRONNEMENT HISTORIQUE

2.1.1. LE SITE MÉDIÉVAL ET L’HÉRITAGE ANTIQUE

2Les constructions religieuses médiévales ne s’implantent généralement pas sur des lieux sans histoire. D’anciennes constructions, la persistance du tissu urbain, la proximité de voies de communication sont autant d’éléments attractifs. Dans de nombreux exemples, celui de la plupart des cathédrales, la question ne se pose généralement pas de la pérennité du site. De même, à l’instar des lieux de culte épiscopaux, l’église rurale perpétue souvent un point d’ancrage du premier paysage chrétien. Cependant, notre perception de la continuité de l’occupation d’un site n’est pas évidente et bute sur de nombreux écueils. Le premier est vraisemblablement lié aux échelles d’investigation permises par l’archéologie et les sciences de la chronologie. Le second problème réside dans une juste prise en compte des changements importants de l’organisation du paysage humanisé qui marque le cours du Moyen Âge, et notamment la période placée entre le IXe et le XIIe siècle. La tendance est à une redéfinition des lieux d’habitation et de leurs relations avec, d’une part, ce qu’on pourrait appeler les lieux de pouvoirs, et, d’autre part, les finages dépendants. Dans ces conditions, il faudrait envisager que le nouveau paysage, où sont inclus les espaces ecclésiaux, a pu s’établir selon des géographies bien différentes de celles qui étaient en place antérieurement.

  • 10 La cité de Die supplante Luc-en-Diois en tant que ville principale des Voconces du nord dans une pé (...)

3Dans le cas des cathédrales, l’installation dans la ville de la fin de l’Antiquité et l’importance que revêt le siège épiscopal garantissent une continuité de l’occupation pendant toute la période médiévale. À de rares exceptions près, l’implantation s’établit dans des agglomérations occupées depuis l’Antiquité, le plus souvent des chefs-lieux de cités. Ainsi, les groupes épiscopaux, puis les cathédrales, de Die, Saint-Paul-Trois-Châteaux et Valence sont installés au sein de villes antiques. L’ensemble de Die est établi intra-muros dans ce qui fut la capitale religieuse Dea Augusta des Voconces10. Celle de Saint-Paul-Trois-Châteaux, d’abord installée intra-muros reprend le site d’une basilique funéraire accolée au rempart antique : la cathédrale romane est reconstruite à cheval sur ce dernier ; l’évêché est ici implanté dans l’ancienne cité d’Augusta Tricastinorum, capitale du peuple des Tricastini (Lert et al. 2009). À Valence, la cathédrale a pris place dans un quartier moins densément peuplé de la ville antique sur le rebord occidental de la terrasse alluviale de la rive gauche du Rhône, qu’elle domine d’une vingtaine de mètres. Elle est à l’intérieur des remparts de la colonie que Pline l’Ancien qualifie de colonia Valencia (Parron-Kontis, Tardieu 2006) fondée dans le courant du Ier siècle av. J.-C. dans le territoire des Segovellauni. À Lyon, l’implantation du groupe cathédral sur la rive droite de la Saône (fig. 17) fixe le nouveau noyau urbain après la désaffection du site de la ville antique tandis qu’à Vienne, le groupe cathédral est au centre de la ville antique, capitale de la cité des Allobroges. C’est dans l’antique Cularo, agglomération mentionnée au Ier siècle av. J.-C., sur la limite méridionale du territoire des Allobroges et élevée au rang de chef-lieu de cité dès la fin du IIIe siècle (Rémy, Jospin 2002 : 33-35), qu’a été établi, environ un siècle plus tard, le siège épiscopal de Grenoble. L’ensemble cathédral se compose aujourd’hui encore de deux églises juxtaposées, Notre-Dame et Saint-Hugues, qui, dans leur substance conservée des XIIe et XIIIe siècles, perpétuent un probable dispositif primitif de cathédrale double, auquel appartenaient un baptistère et des salles annexes dont les vestiges des IVe et Ve siècles ont été retrouvés en fouille (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998).

2.1.1.1. L’utilisation des sites antiques

4La région considérée comporte des cas de réaffectations chrétiennes de bâtiments antiques. Un des exemples les plus parlants est celui du temple d’Auguste et de Livie à Vienne, converti en église sous le nom de Notre-Dame-de-la-Vie. L’installation dans la cella d’un temple dédié à Mercure caractérise le prieuré d’Orcines, dans le Puy-de-Dôme. Nous connaissons par ailleurs plusieurs réutilisations de reliefs artificiels constitués de terrasses. L’église de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand apparaît installée sur une terrasse aménagée dans l’Antiquité. Le prieuré de Salt-en-Donzy, fondé vers 1018 à l’emplacement d’un établissement antique de source chaude, avec sanctuaire et thermes, est implanté sur une terrasse supportée par un mur de 2,60 m d’épaisseur. De même, à Saint-André-le-Haut à Vienne, l’abbaye est installée sur un système de terrasses traversées par des aqueducs (fig. 18). Sur le site de l’église Saint-André à Taxat-Senat, la présence de maçonneries gallo-romaines particulièrement larges peut laisser supposer que l’implantation du lieu de culte a bénéficié d’aménagements topographiques antérieurs, même si la continuité d’occupation n’est pas prouvée, en l’état actuel des données. La cathédrale du Puy-en-Velay est construite, elle aussi, en partie sur des aménagements qui s’apparentent à des terrasses antiques. En relation avec celles-ci, les vestiges d’un soubassement de type podium ont été mis au jour, ce qui confirme la monumentalité des constructions qui précédaient le lieu de culte chrétien. Enfin, il faut souligner que sur ce site, comme sur bien d’autres, les édifices médiévaux se sont sans conteste adaptés aux aménagements topographiques et aux constructions préexistantes, le plus souvent en en tirant le meilleur parti.

Fig. 17 – Lyon, groupe cathédral (cliché J. Tardieu).

Fig. 18 – Vienne, terrasses gallo-romaines de Saint-André-le-Haut, vue du chevet depuis le cimetière, gravure du XIXe siècle (Musée de Vienne).

Fig. 19 – Néris-les-Bains, mur nord d’origine antique de l’église Saint-Georges (cliché S. Liégard).

5Un exemple des plus remarquables est celui de Néris-les-Bains dont l’origine se trouve dans une agglomération thermale antique devenue siège d’un archidiaconé puis d’un archiprêtré du diocèse de Bourges. Le vicus possédait d’importantes constructions avec bâtiments publics et thermes (Liégard 1998 ; 2002). L’église de la ville est en partie constituée d’élévations préexistantes qui présentent des assises de petit appareil alternant avec des arases de briques (fig. 19). La datation de ces constructions antiques reste à préciser, tout comme leur nature exacte. Il a été écrit que l’église était bâtie sur une basilique, mais les vestiges mis au jour semblent davantage correspondre à ceux d’un ensemble thermal ; le sous-sol du lieu de culte renferme des traces de sols en mortier de tuileau, son parvis abrite les restes d’une construction semi-circulaire et un hypocauste a été observé dans son environnement. La présence d’un établissement de ce type sur les hauteurs expliquerait aussi la raison d’être d’un des deux aqueducs alimentant l’agglomération.

6Quoi qu’il en soit, la présence d’une importante nécropole mérovingienne à côté de ce lieu de culte plaide en faveur de la pérennité de l’occupation. L’église de Saint-Nectaire occupe le site d’un ancien sanctuaire païen où les sources thermales du Fredet avaient attiré un culte de diverses divinités des eaux. À Moingt, près de Montbrison, la correspondance entre les constructions de l’aile sud d’un petit prieuré casadéen et celles d’un établissement thermal antique de l’ancienne Aquae Segetae est aussi exceptionnelle (Thirion et al. 2011). La continuité de l’occupation paraît aussi probable à Varces, où l’église du XIe siècle est reconstruite sur une chapelle du VIIe siècle, elle-même mise en place sur un ancien site balnéaire (Plassot, Gabayet 1998). L’installation sur des thermes antiques caractérise aussi les églises de Montbrison-sur-Lez, de Saint-Martin d’Aime en Savoie (Tardieu 1983 ; Tardieu, Canal 1995 ; 1996-1997) ou la première abbatiale de Cruas.

7Au Ve siècle, l’église sud de Saint-Pierre d’Alba a repris les murs d’un bâtiment (public ? peut-être lié aux corporations) de plan quadrangulaire sur lequel on a seulement greffé un chevet carré. Au XIIe siècle, la nef unique de l’église paroissiale, dépendant d’une petite congrégation de chanoines réguliers, s’est, elle, installée sur l’emplacement de l’église paléochrétienne nord, l’un de ses murs se fondant sur un mur antique (Esquieu 1995 ; Esquieu, Lauxerois 1975 ; 1985) [fig. 20].

Fig. 20 – Alba, Saint-Pierre, plan des structures paléochrétiennes et médiévales (dessin Y. Esquieu).

8Sur le site de Chamalières dans le Puy-de-Dôme, la préexistence d’une villa a pu être démontrée par l’archéologie (Fourvel, Liégard 2003). Cette approche, en revanche, s’est révélée de peu d’apport pour ce qui concerne l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, alors que les textes attestent une occupation ecclésiale à partir du VIIe siècle. Le développement sur ce site, dès le haut Moyen Âge, de plusieurs lieux de culte est aussi – et peut-être surtout – à mettre en relation avec la proximité du chef-lieu de cité, Clermont-Ferrand. En effet, Chamalières appartenait durant l’Antiquité à une sorte de faubourg jalonné de nécropoles, de sanctuaires et d’édifices thermaux.

9Un cas de figure assez semblable – bien que l’agglomération soit beaucoup plus modeste – pourrait se dessiner pour l’église Saint-Georges de Bourbon-l’Archambault qui s’implante, certes sur des vestiges antiques, mais surtout dans un quartier de la périphérie du bourg antique. On retrouve encore cette configuration à Varennes-sur-Allier, pour l’église Saint-Pierre de Vouroux, aujourd’hui détruite, qui fut établie à la sortie septentrionale du vicus, probablement le long d’un axe de circulation majeur. Pour ces trois sites, la préexistence de constructions antiques – appartenant à une villa dans au moins un cas – est certaine ou probable, mais compte tenu de leur localisation en périphérie d’agglomérations antiques, il est aussi permis de se demander s’ils n’ont pas été fondés, en fait, sur des lieux d’inhumations privilégiées, à l’image d’une pratique largement répandue durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

10La même question se pose dans le cas de Châteauneuf-du-Rhône où une fouille menée par J.-Cl. Béal a montré que les importants vestiges antiques, identifiés auparavant comme un ensemble thermal appartenant à une agglomération secondaire, sont en fait ceux d’une très grande villa, dite « villa du Palais » installée dans l’emprise du cadastre B d’Orange. Cet ensemble thermal résulte en fait de la réorganisation générale du site au début du IVe siècle (Béal 1996 ; 1998 ; 2000). Sur ce même site du Palais est repéré un cimetière des IXe-XIIe siècles avec coffres de bois, apud ecclesiam, qui aurait été en partie emporté par la crue du ruisseau de Riaille vers la fin du XIe siècle. Il est de nouveau occupé à partir du XIIe siècle comme l’indiquerait la présence de céramiques de type « pegaus ». Ce cimetière fonctionne avec un prieuré médiéval Saint-Pierre, attesté dans les textes depuis le Xe siècle, qui aurait disparu au XIXe siècle. De l’ordre de saint Benoît, il était dans la dépendance de l’abbaye d’Ainay. L’emprise de ces installations médiévales n’est pas connue, les vestiges n’ayant pas été localisés avec certitude.

Fig. 21 – Saint-Romain-de-Jalionas, le Vernai (cliché R. Royet).

Fig. 22 – Saint-Romain-de-Jalionas, le Vernai, église IVe-Ve siècle (dessin et DAO R. Royet).

Fig. 23 – Sainte-Jalle, sept autels votifs dédiés aux Baginatiae (cliché J. Tardieu).

11L’église de Saint-Romain-de-Jalionas, au lieu-dit « Le Vernai », trouve rait son origine dans une chapelle du IVe siècle implantée dans une villa qui disparaît au Ve siècle (fig. 21). La liaison entre l’origine antique du site et le bâtiment médiéval est assurée par une nécropole (fig. 22), puis à l’époque mérovingienne, par un ensemble comportant nécropole, église et habitat, qui persiste à l’époque carolingienne, et enfin par une église du Xe siècle (Royet et al. 2006). Cruas est un autre exemple où l’on pourrait trouver une stricte continuité de l’occupation. Les fouilles ont en effet révélé une succession de constructions avec une villa, puis un mausolée, une église paléochrétienne, deux édifices carolingiens précédant les différents états de la reconstruction de l’abbatiale romane (Tardieu, Hartmann-Virnich 1996). À Sainte-Colombe-lès-Vienne, l’abbaye médiévale tire son origine d’une basilique funéraire établie au sein d’une nécropole de quelque 240 tombes, elle-même installée dans les ruines de plusieurs édifices antiques (thermes et domus) [Le Bot-Helly et al. 1983 ; Granier 2008 ; Helly 2006].

  • 11 Fouille programmée en cours depuis 2002, sous la direction d’Alain Badin de Montjoye.

12Notre-Dame-de-Beauvert à Sainte-Jalle, dans le bassin de l’Ennuye dominé par le mont Vanige (les Baronnies), est l’église paroissiale (Barruol 1981 : 329-335 ; 1997) d’un petit chef-lieu (Barruol 1975 : 282-284). Le site a livré de nombreuses inscriptions antiques attestant de l’existence au début du IIe s. en ces lieux d’un district gallo-romain secondaire (Barruol 1975 : 282-284), le pagus Baginensis (pays de la Vanige), l’un des douze pagi voconces énumérés par Pline. En 1999, sept autels votifs dédiés aux Baginatiae ont été découverts à côté de l’église romane (Lurol 2002 : 82-83 ; Desaye, Lurol, Mege 2000 : 178-193) [fig. 23], soigneusement rangés au fond d’une pièce (mausolée, sanctuaire ?). D’autres sondages ont révélé que cette église a été construite sur une vaste nécropole antique ou du haut Moyen Âge (Tardieu 2002a ; Ronco 2011) [fig. 24]. Ces découvertes récentes et non exploitées font de Sainte-Jalle un site de première importance, peut-être un vicus si l’on en croit la Vita Gallae virg. (Tardieu 2006). Dans l’Allier, le bourg d’Yzeure occupe l’emplacement d’une agglomération gallo-romaine à vocation potière. L’église du lieu se superpose, elle aussi, à une nécropole du haut Moyen Âge, témoin probable d’une église des premiers temps de la christianisation. Dans le monde monastique, le prieuré de Mauriac est fondé à partir de 818 sur une église Saint-Pierre attestée dès la période mérovingienne. Le bourg de Mauriac tirerait son origine d’une agglomération antique secondaire. Issoire, où est établi le monastère Saint-Austremoine depuis au moins le IXe siècle, était un vicus pourvu d’une église dès le deuxième quart du VIe siècle. Quant au prieuré de Moirans, fondé en 1016 et rattaché à l’abbaye de Cruas, il procède assuré ment d’une église rurale mérovingienne (deux épitaphes complètes et trois fragments ont été retrouvés sur le site), dont la création s’explique par l’importance de l’agglomération qui, dans l’Antiquité, constituait une station sur l’itinéraire reliant la cité de Vienne aux cols alpins (Morginum sur la Table de Peutinger) [Collectif Isère 1986 : 11, 16-17, 38]11.

13La mise en place d’une église peut procéder d’une véritable christianisation de lieux de culte païens. Au Val des Nymphes (La Garde-Adhémar), la christianisation d’un culte des eaux à la hauteur d’une résurgence (fig. 25) serait à l’origine de l’installation dans un vallon, d’une première église puis d’un prieuré (Reynaud 2002 : 100 ; Hernandez, Vaireaux 1995) [fig. 26].

Fig. 24 – Sainte-Jalle, nécropole antique et médiévale au sud de l’église (cliché J. Tardieu).

Fig. 25 – La Garde-Adhémar, le Val des Nymphes, site des sources (cliché J. Tardieu).

Fig. 26 – La Garde-Adhémar, site du Val des Nymphes, les édifices religieux de Saint-Martin (arasé) et Notre-Dame (dessin Fr. Vaireaux, DAO Y. Montmessin).

2.1.1.2. La question de la continuité

14Les recherches conduites sous la direction de J.-Fr. Reynaud (Reynaud 2002 : 102) ont permis de recenser plusieurs prieurés de la Drôme ayant pour caractéristique commune d’occuper un site de villa antique. Dans les cas d’Érôme (Blanc 1971 ; Passelac 2007) [fig. 27 et 28], de Fiancey, d’Hostun, d’Ourches et d’Upie, la continuité entre villa et prieuré paraît assurée.

15Les orientations atypiques, les désaxements des édifices, les anomalies observables dans les élévations de certaines parties des bâtiments sont parfois révélateurs de la continuité de l’occupation. Si la topographie naturelle peut expliquer ces phénomènes, ils peuvent aussi provenir des constructions antérieures ou des contraintes induites par d’anciennes maçonneries. Plusieurs sites en témoignent comme en Auvergne, certains présentant au moins deux églises anormalement orientées, comme la basilique Saint-Julien de Brioude ou la collégiale Saint-Étienne-de-Carlat. En Isère, à Saint-Martin-de-Miséré, l’église et l’ensemble des bâtiments du prieuré conventuel observaient une orientation sud-sud-est qui est celle de la plupart des parcelles dans cette partie de la vallée. Découvertes anciennes et sondages récents ont mis en évidence une importante occupation de ce secteur à la période gallo-romaine qui est, peut-être, à l’origine du parcellaire conservé jusqu’à nous. Dans l’Allier, les remplois de reliquats de maçonneries s’observent, semble-t-il, le plus souvent sur les sites les plus modestes qui, faute de moyens, n’ont pas fait l’objet de campagne de reconstruction totale. La petite église paroissiale Saint-André à Taxat-Senat illustre parfaitement ce cas de figure. Cet édifice présente, en effet, un désaxement flagrant et recèle de plus, à la base de l’élévation de son chevet, les vestiges de constructions antérieures sommairement dérasées.

Fig. 27 – Érôme, plan de l’église Notre-Dame-de-la-Mure et des vestiges antiques (d’après le plan d’A. Jakob, CNR 1970, et les relevés d’A. Blanc, 1971 ; DAO M. Passelac, CNRS, 2007).

Fig. 28 – Érôme, Notre-Dame-de-la-Mure, fouilles sur le chantier de la CNR (archives du SRA Rhône-Alpes).

16Des remplois architecturaux, d’impostes notamment, sont également présents dans les maçonneries du chevet roman.

17Pour d’autres sites, la continuité de l’occupation est plus délicate à établir. À Portes-lès-Valence, le prieuré Saint-Gervais est installé sur les ruines d’une villa gallo-romaine sans qu’il soit possible de déterminer s’il y a ou non hiatus dans l’occupation du site (Tarpin 2010). La même question se pose à Saint-Marcel-lès-Sauzet où un bâtiment à solin maçonné et mur d’adobe datant du Bas-Empire a été mis en évidence sous la priorale (Ferber 2000). En outre, un fragment d’autel paléochrétien a été retrouvé à proximité de l’église – le contexte archéologique n’est pas connu. Un travail finalisé en 1998 sur la carte archéologique du Canton de Grignan comportait un volet sur le rôle des prieurés dans l’histoire du paysage et des sociétés (Tardieu 1998b). L’étude a mis en évidence que leur implantation s’est faite soit à proximité d’oppida (Saint-Pierre de Taulignan et Saint-Marcel du Pègue notamment), soit dans les agglomérations secondaires devenues sièges de viguerie ou chef-lieu d’ager, soit encore sur une occupation antique de type villae (habitats dispersés sous forme de grands domaines) comme à Sainte-Anne du Pègue, Saint-Martin de Cordy à Grignan. Implantés dans la plaine, tels ceux de Saint-Pierre de Colonzelle, Saint-Maurice de Chantemerle-lès-Grignan, Saint-Bausille de Citelle à Montjoyer aux pieds du château de Montlucet, ces prieurés jouent alors un rôle attractif vis-à-vis de la population.

18À Ruoms, l’archéologie permet de retrouver les vestiges de thermes gallo-romains (Clément 2011). Si les fondations médiévales s’appuient sur les maçonneries antiques, il est difficile d’aller au-delà dans le lien chronologique. À Moingt, l’église Sainte-Eugénie est sur une platée maçonnée antique qui lui sert de fondation (Reynaud 2002 : 89-90). À Vagnas, au lieu-dit Le Monastier, le prieuré Saint-Pierre dépendant de l’abbaye de Cruas a été implanté, peut-être à l’époque carolingienne, à proximité des vestiges d’un habitat gallo-romain (villa ?), sur la voie Nîmes-Valence, que les structures médiévales semblent avoir réutilisé. La priorale rem ploie, dans les élévations des nefs, des murs antiques en grand appareil (mausolée ?) et dans sa construction romane, des blocs provenant du démantèlement d’un édifice gallo-romain. Les fondations des bâtiments conventuels réutilisent également des matériaux de construction antiques. Mais, là aussi, il existe des hiatus dans l’histoire du site ne permettant pas d’affirmer la continuité d’occupation (Tardieu 2013). La même prudence s’impose pour le prieuré de Marsat où des vestiges gallo-romains et du haut Moyen Âge ont été trouvés sous le logis prioral de l’époque moderne, bâti sur le cimetière médiéval, au nord de l’église (Phalip 2001).

19La situation est assez similaire lorsque l’on est en présence de dé cou vertes anciennes de constructions antiques faites à proximité de lieux de culte chrétiens. Les relations chronologiques et physiques entre les églises et les vestiges gallo-romains ne sont alors généralement pas connues. Néanmoins, l’hypothèse d’une continuité de l’occupation ne peut pas être totalement écartée. C’est le cas, par exemple, pour les sites de Châtel-de-Neuvre et du Montet, où la présence de vestiges antiques est bien attestée, mais leur nature exacte et leur datation restent à déterminer. De même pour l’église de Penol (Jospin 2010), établie sur des vestiges d’habitat anti que mis au jour en 1966-1967 et de celle de Mours-Saint-Eusèbe cons truite sur un établissement antique. La même prudence s’impose à l’égard de plusieurs sites d’Auvergne comme l’église de Chanet à Allanche, fondée en 924 en un lieu occupé dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, celle de Suc-de-Saussac à Yssingeaux, qui fait suite à un bâtiment rectangulaire contenant du mobilier antique et du haut Moyen Âge, ou encore l’ancienne église d’Aubière, qui reprend l’emplacement d’un édifice civil gallo-romain. On peut aussi citer l’église Saint-Don à Riom, élevée sur l’emplacement de deux bâtiments gallo-romains. L’église romane de Pouilly-lès-Feurs, celles de Saint-Pierre d’Alba et de Ruoms, celle encore de Thyez, constituent autant d’exemples d’implantation sur des sites occupés dans l’Antiquité ou le haut Moyen Âge, sans aucune assurance d’une continuité.

Fig. 29 – Marcilly-le-Châtel, remplois antiques en soubassement du mur sud du transept du prieuré (dessin Chr. Le Barrier).

20L’incertitude augmente encore lorsque les indices se résument à la présence dans les maçonneries médiévales de remplois antiques comme à Cournon-d’Auvergne, à Blyes, à Marcilly-le-Châtel (fig. 29), à Pommiers-en-Forez ou encore à Grâne.

2.1.2. PÉRENNITÉ DE L’OCCUPATION CHRÉTIENNE

21Pour nombre de sites, l’origine antique n’est pas nécessairement reconnue. En revanche, l’archéologie et, dans une moindre mesure, les textes attestent que la plupart des églises médiévales procèdent d’une continuité de lieux de culte chrétiens antérieurs (fig. 30) comme à Saint-Pierre d’Alba. À Marsat, une abside mise au jour lors de fouilles du cloître pourrait être celle d’une église dédiée à la Vierge, mentionnée par Grégoire de Tours et devenue siège d’un monastère probablement fondé au VIIe siècle. Une église baptismale paléochrétienne et une église du haut Moyen Âge se sont succédé à Meysse, avant la construction aux XIe et XIIe siècles de l’actuelle église (Reynaud 1989 ; 1995b). Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy (Parron, Reynaud 1992) comme celui de Saint-Rambert-sur-Loire occupe un site dont la fonction funéraire est attestée dès l’Antiquité tardive (Collectif Saint-Rambert 1992 ; Baud 1992) et l’actuelle église qui incorpore de nombreux remplois antiques montre en élévations les vestiges des édifices chrétiens précédents (VIIe-VIIIe siècles). À Chareil-Cintrat, le dernier chevet de l’église paroissiale s’implante dans une zone du cimetière qui renferme un niveau d’inhumations en sarcophages mérovingien. La découverte de trois maçonneries successives en limite orientale du chœur confirme aussi l’ancienneté de l’occupation ecclésiale de ce site dont la première église remonte au VIe ou VIIe siècle (Liégard, Fourvel 2005) [fig. 31]. À Creuzier-le-Vieux, les fouilles menées dans une cave attenante à l’église ont révélé la présence non seulement de sépultures mérovingiennes, mais aussi d’un édifice plus ancien (Dejean, Dejean 1999). À l’époque romane, l’église – qui est celle qui nous est parvenue – aurait été reconstruite un peu plus au sud, délaissant l’emplacement du bâtiment primitif qui semble pouvoir être interprété comme une première église. Enfin, à Salettes comme à Nantua, des fouilles dans l’église ont mis en évidence la présence des vestiges d’un édifice préroman. De manière plus discrète, la découverte d’artefacts dans une position erratique peut permettre d’envisager une ancienneté de l’occupation comme par exemple à Saint-Ostian, dans la campagne de Viviers, où les murs de la chapelle romane conservent en remploi des fragments de sarcophages et de plaques de chancel du haut Moyen Âge.

Fig. 30 – Lieux de culte du département de l’Allier associés à des nécropoles mérovingiennes (dessin S. Liégard et A. Maquet).

22Document non contestable, la charte de fondation signale l’existence dans la villa de Cluny d’une chapelle dédiée à Notre-Dame et à Saint-Pierre et d’un manse seigneurial. Jusqu’à 2010, il était difficile d’assurer comme a pu le faire K. J. Conant que les premiers moines s’étaient installés dans des bâtiments ayant appartenu au donateur. Les derniers travaux archéologiques dirigés par A. Baud et Ch. Sapin ont eu le mérite de clarifier cette question en mettant au jour une importante construction carolingienne qui ne serait autre que la demeure aristocratique. À Souvigny, la question de la première construction religieuse est tout aussi problématique : l’emplacement de l’église Saint-Pierre signalée dans la charte de donation du début du Xe siècle n’est pas connu. La mise au jour lors des fouilles d’une église antérieure aux premières églises monastiques assurées pose la question du contexte d’implantation des moines (Chevalier, Maquet 2003b ; Chevalier et al. 2007) [fig. 32].

23Au XIIIe siècle, une porte plus haute (à gauche) coupe la plateforme beaucoup plus bas et son linteau entaille le milieu des deux colonnes sur lesquelles il s’appuie. Cela pourrait correspondre à la restauration de l’archevêque Jean de Bernin (1217-†1266). À droite, une fenêtre plus haute à arc en ogive a conservé son rem plage gothique. Ce doit être la trace de la restauration de l’archevêque Pierre Palmier (1528-1554). Les colonnes sont taillées en biseau avec, au centre, une partie plane destinée à recevoir le vitrage, percée de trous de barlotières. Côté intérieur, l’ébrasement est piqueté pour accrocher un enduit. Les colonnes plus à l’est montrent une partie centrale bien plus étroite, accentuant la différence entre les baies romanes et gothiques.

Fig. 31 – Chareil-Cintrat, relevé des chevets successifs de l’église Saint-Blaise (dessin A. Fourvel).

Fig. 32 – Souvigny, priorale Saint-Pierre, restitution du plan carolingien (L. Fiocchi/Ambre UMR. ARTéHIS 5524, CNRS).

Notre-dame-de-la-vie à vienne ou le temple du forum transformé en église
(Monique Zannettacci)
En France, seules les villes de Vienne et Nîmes ont conservé le temple de leur forum antique ; dans les deux cas, cette conservation a été permise par la réutilisation en édifice religieux.
À Vienne, un acte du XI
e siècle nomme la paroisse « sanctae Mariae quae vocatur vetus » (« Sainte-Marie qui est appelée vieille »). Au XIIIe siècle, elle est appelée « midon sainti Mari la ves » (Madame Sainte-Marie la Vieille) ; la « Vieille » devint « la Vie ». Mais le nom de « Vieille » peut rappeler le caractère antique du bâtiment, ou servir à la distinguer de Notre-Dame-d’Outre-Gère, datée par l’archéologie du VIe siècle, ou de l’un des édifices du groupe cathédral ou encore de la chapelle plus tardive du palais épiscopal. La transformation du temple en église serait donc très précoce. Notre-Dame-de-la-Vie est le siège d’une paroisse petite en étendue mais riche ; elle est ancienne, mais ne figure pas parmi les étapes des grandes processions viennoises. Au XIIe siècle, une bulle du pape Alexandre III confirme sa possession à l’abbaye de dames de Saint-André-le-Haut de Vienne.
Deux restaurations sont connues : celles de l’archevêque Jean de Bernin au XIII
e siècle et de l’archevêque Pierre Palmier au XVIe siècle. Son évolution architecturale peut se restituer à partir de la documentation graphique viennoise. La porte du temple, devenue celle de l’église, s’est maintenue à l’est, le mur ouest romain étant conservé. Cette permanence est un argument en faveur de l’ancienneté de la transformation. Nous n’avons pas de description de l’intérieur : nous ne savons donc pas où se situait l’autel. Sur le cliché conservé dans les collections de la Médiathèque du Patrimoine (fig. 33), la face sud, est en cours de dégagement ; on y repère plusieurs styles.
À l’époque préromane ou romane (XII
e siècle), une première porte (à droite) étroite et assez basse, s’inscrit entre deux colonnes et son seuil ne coupe qu’une assise de la plateforme du temple. Trois fenêtres du XIIe siècle sont conservées à gauche.

Fig. 33 – Vienne, temple d’Auguste et de Livie, lecture archéologique de la façade sud du temple transformé en église (DAO M. Zannettacci à partir d’un cliché de la médiathèque du Patrimoine, « Temple d’Auguste et de Livie », Edouard Baldus, 1852).

Fig. 34 – Donzère, chapelle Saint-Benoît du cimetière, fouilles de Claude Boisse (cliché Cl. Boisse, archives du SRA Rhône-Alpes).

Fig. 35 – Le Monastier-sur-Gazeille, restitution des différents états de l’église Saint-Jean-Baptiste (dessin d’après P. Combes).

24Quand on ne dispose pas des données concrètes de l’archéologie et d’une interprétation rigoureuse de celles-ci, la question est plus difficile à aborder, et on doit souvent se contenter de l’apport des textes. On sait ainsi que dès le VIe siècle, le vicus de Riom est le siège d’une paroisse. L’église Saint-Amable – du nom d’un ancien prêtre du vicus – en partie romane, occupe l’emplacement d’un sanctuaire antérieur dédié à Saint-Bénigne qui, avec Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame, appartenait à un groupe paroissial primitif (Phalip 2001). Des travaux furent conduits sur le site au VIIe siècle, à l’initiative de l’évêque de Clermont, saint Gal. La première abbaye de Donzère, fondée entre 673 et 678 par Lambert, abbé de Fontenelle (Saint-Wandrille), se serait installée sur un oratoire qui succédait à une installation antique (vestiges d’hypocaustes), peut-être liée à la proche villa dite du Molard. Une fonction funéraire y est attestée dès le Ve siècle (fig. 34). Enfin, la tradition indique que l’abbatiale de La Chaise-Dieu est cons truite à l’emplacement d’une première église dont la titulature est celle des saints bolonais Vital et Agricol de la cathédrale de Clermont.

25Dans certains cas, l’archéologie confirme les données textuelles. Pour le prieuré de Salaise-sur-Sanne, les fouilles conduites dans l’actuelle église, datée du XIIe siècle, ont révélé un sol appartenant à un édifice contemporain du monastère, dont la fondation au IXe siècle est attestée par des textes et les vestiges mieux conservés d’une église des alentours de l’an mil (Reynaud 1992). Pour l’église Saint-Jean du Monastier-sur-Gazeille (Hettiger, Liégard 1992), le cartulaire de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier nous apprend qu’en 845, l’église Saint-Jean existait déjà. Les fouilles menées dans cet édifice ont permis de retrouver les fondations de quatre édifices successifs, dont les deux plus anciens sont probablement préromans (fig. 35).

2.1.3. L’ESPACE ECCLÉSIAL ET LA SÉPULTURE

26L’importance de la zone funéraire dans l’implantation ecclésiale est à souligner. Comme nous avons pu le voir avec un grand nombre de sites mentionnés plus haut, la tombe forme un relais essentiel permettant de percevoir la continuité de l’occupation entre l’Antiquité et le Moyen Âge (fig. 30).

27Dans le cas des nécropoles périurbaines, c’est la sépulture privilégiée qui constitue l’origine de l’occupation chrétienne. Le cas de Saint-Laurent de Grenoble (fig. coul. 5) est à cet égard remarquable : sur le site d’une antique nécropole chrétienne du IVe siècle, comprenant plusieurs mausolées, une grande église funéraire est construite au VIe siècle. Elle sera modifiée au VIIe siècle, reconstruite à la période carolingienne, puis au XIIe siècle, en tant qu’église d’un prieuré bénédictin fondé en 1012 (Colardelle 2008).

28La découverte de sépultures du haut Moyen Âge est un indice reconnu permettant d’admettre l’hypothèse de l’origine ancienne des lieux de culte. Parmi de nombreux exemples connus, nous nous attarderons sur les études récentes. L’église Saint-Romain retrouvée au-dessus du site du Val des Nymphes à La Garde-Adhémar (fig. 36) n’est pas attestée par les textes avant le XIIe siècle ; cependant, la découverte de sépultures mérovingiennes et d’une aire d’inhumation réservée aux enfants, postérieure au VIIe siècle, laisse soupçonner l’existence d’une église bien avant les premières références écrites (Hernandez, Vaireaux 1995). Il en va de même pour Saint-Germain-des-Fossés où une zone d’inhumation des VIe -VIIIe siècles a été identifiée au sud de l’église priorale (Corrocher, Lalle, Soulier 1999). Toujours dans l’Allier, les églises de Domérat, Gannat, Marigny ou Yzeure se sont révélées bâties sur des aires d’inhumation du haut Moyen Âge. Dans cette région, du fait des importantes productions de sarcophages en grès local, ce mode d’inhumation était particulièrement répandu dans les nécropoles mérovingiennes. Les recherches réalisées dans le cadre de deux projets collectifs (Liégard et al. 2008 ; Vergain et al. 2005) portant sur l’origine des paroisses et sur les sarcophages en grès démontrent qu’au moins une quarantaine d’églises de ce département sont édifiées sur des sites de nécropoles mérovingiennes (Vergain et al. 2005 : 126-127). Un constat similaire peut être établi à Vonnas et à Aix-les-Bains où la première mention de l’église ne date que de 1100, mais où la nécropole montre une continuité d’utilisation du haut Moyen Âge jusqu’aux XIIIe-XIVe siècles. En Isère, la découverte fortuite d’une nécropole à tombes en coffres de lauses des Xe-XIe siècles, sur la commune de Monteynard, a conduit à identifier le site comme celui d’une église primitive, transférée par la suite à quelques centaines de mètres de distance, sur le lieu de l’actuel cimetière, dans lequel se dressent les vestiges d’une église du milieu du XIIe siècle. Cette dernière a été le siège de la paroisse jusqu’au milieu du XIXe siècle (Collectif Isère 2006 : 61-62 ; Badin de Montjoye, Belmont 2008).

Fig. 36 – La Garde-Adhémar, site du Val des Nymphes, vestiges de l’église Saint-Romain (dessin Fr. Vaireaux, DAO Y. Montmessin).

29À Saint-Paul-Trois-Châteaux, des sépultures datées des Ve-VIe siècles, encore représentées par des sarcophages monolithes, ont été repérées au chevet de l’actuelle cathédrale (place de l’Hôpital) et dans la cour de l’hôtel de Ville. Un bâtiment édifié hors de l’enceinte antique et piégé sous le transept de l’actuelle cathédrale a fait évoquer la possible existence d’une ancienne basilique funéraire devenue siège de la cathédrale, sans doute à l’époque carolingienne (Vaireaux 2001 ; Lert et al. 2009, notices 23 et 24 : 88). À Colonzelle, la nécropole avec sarcophages, renfermant une inscription de Vetranus (VIe-VIIe siècle), est un élément clé de la continuité chronologique entre l’occupation gallo-romaine du site et la construction d’un bâtiment préroman à fonction funéraire ; son plan sera repris par l’église romane avec cependant un décalage d’orientation (Vaireaux 1993 ; 2002) [fig. 37].

Fig. 37 – Colonzelle, prieuré Saint-Pierre, plan des églises successives et des sondages (dessin, fond de plan, L. Vincent 1956 et Fr. Vaireaux 1994, DAO Y. Montmessin).

30L’église Sainte-Madeleine de Neussargues-Moissac, qui dans son état actuel remonte au XIIe siècle, a remplacé un édifice dédié à saint Hilaire, mentionné pour la première fois en 804. À défaut de vestiges de celui-ci, ce sont plusieurs sarcophages qui ont été découverts au pied des fondations de l’église, tandis qu’une aire d’inhumation d’époque mérovingienne est repérée à environ 300 m au sud.

31C’est le cas probablement aussi de l’église Saint-Jean-Baptiste de Poliénas, près de laquelle des tombes du haut Moyen Âge seraient à mettre en relation avec les vestiges supposés d’une église antérieure observés à la base du mur goutterot nord de la nef de l’église actuelle, datable du XIIe siècle (Ménard 1994).

2.2. LE SITE ECCLÉSIAL ET L’ENVIRONneMENT GÉOGRAPHIQUE

32Les conditions d’implantation du site ecclésial peuvent être déterminées par l’environnement géographique naturel et humain. S’installer en fond de vallée près d’un cours d’eau ou en montagne près des chemins de transhumance ne procède pas des mêmes choix et implique des contraintes différentes qui auront dans chaque cas une réponse adaptée.

2.2.1. IMPORTANCE DES VOIES DE communiCATION : LA ROUTE ET LA RIVIÈRE

33Les voies de communication, qu’elles soient routières ou fluviales, permettant la circulation des marchandises et des personnes, ont toujours été des lieux très propices à l’implantation. Moyens de pénétration dans les terres, participant au désenclavement de régions isolées par les reliefs, elles contribuent à la fixation de l’occupation. Elles favorisent par ailleurs la mise en place de réseaux de divers ordres économiques, communautaires, etc., et plus particulièrement pour le sujet qui nous intéresse, religieux.

2.2.1.1. La route

34Le réseau médiéval, tout comme le réseau antique, forme un élément d’attraction indéniable dans le cadre des peuplements et favorise les échanges entre des lieux de fonction ou de capacités économiques différentes.

35Dans la formation de l’espace ecclésial, l’existence d’un réseau routier revêt plus généralement une importance significative. L’usage persistant d’itinéraires antiques est à l’origine du maintien et souvent de la densification de l’habitat, au cours du Moyen Âge, et donc de la multiplication de lieux de culte, églises paroissiales et établissements monastiques. Sur la grande voie qui conduisait de l’Italie par les cols alpins vers les métropoles de Lyon et de Vienne, les localités de Moirans (Morginum) et de Tourdan (Turedunum, commune de Revel-Tourdan), l’une et l’autre siège d’un prieuré bénédictin au Moyen Âge, apparaissent sur la Table de Peutinger.

36Prolongeant l’usage antique, les bordures de voie offrent des possibilités d’implantation de zones funéraires qui sont plus ou moins simultanément en relation avec un édifice religieux. En bordure de la voie antique qui remontait sur sa rive droite la vallée de l’Isère, en direction de Chambéry, bordée de nécropoles dès la période du Bas-Empire au moins, s’est installée l’aire d’inhumation paléochrétienne (fig. 38), à l’origine du complexe funéraire puis du prieuré de Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 2008) [fig. 39].

Fig. 38 – Grenoble, situation des nécropoles suburbaines (Bas-Empire et haut Moyen Âge) [Colardelle 2008].

Fig. 39 – Grenoble, église Saint-Laurent (cliché Fr. Pattou).

37À Châtenoy-le-Royal, les fouilles et les prospections réalisées le long de la voie antique reliant Cabilodunum (Chalon-sur-Saône) à Augustodunum (Autun) ont permis de mettre en évidence, à proximité de tombes antiques, une nécropole du haut Moyen Âge au milieu de laquelle se trouve une petite chapelle. Le tracé très rectiligne de la voie a par la suite été détourné au profit d’un important enclos circulaire intégrant chapelle, cimetière et habitat. Des maisons à poteaux de bois sont établies en bordure de l’ancien axe antique à partir de cette période. À Alba-la-Romaine, le prieuré Saint-Martin est placé le long d’une nécropole romaine et le long d’une importante voie conduisant à Viviers, cité épiscopale depuis le Ve siècle.

38À Salavas, les églises doubles de Saint-Jean et Saint-Julien de la Gleizasse sont implantées à l’emplacement d’une nécropole antique et de l’Antiquité tardive, sur un site à mi-pente, bordée par la voie dite d’Antonin le Pieux (Helmling 1980-1982 ; 1983 ; 1999 ; Laforgue, Marcon, Robert 1971-1980). Celle-ci traverse à gué l’Ardèche en contrebas du site, puis elle emprunte sous la forme d’un colossal talus le chemin qui passe sous la Gleizasse. Dans le courant du haut Moyen Âge, une nécropole s’est installée dans les ruines d’une villa, à environ 250 m des églises, en bordure du chemin.

39Bien qu’attachés à l’esprit du désert, les monastères se situent souvent à proximité des grands axes de circulations. La proximité d’un axe viaire est par exemple attestée pour Cluny. Les textes signalent à plusieurs reprises la via antiqua ou la via strata dans les environs immédiats de l’abbaye (Rollier 2010b). A priori, des moines se seraient installés à proximité. Mais, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que l’attraction engendrée par un monastère en plein développement ait eu comme corollaire une modification du réseau routier au profit de l’abbaye. Selon la tradition, le prieuré de Paray-le-Monial serait lui aussi placé près d’une route de direction est-ouest (fig. coul. 6). Le cas de l’abbaye de Cruas apparaît plus clair : celle-ci est installée en bordure d’un important axe routier antique, la voie d’Antonin, bien connue par les milliaires qui la jalonnent. Sept d’entre eux sont répertoriés sur le territoire de Cruas (Tardieu 2001c). C’est le long de cette voie que l’abbaye développa une partie de son réseau prioral (Saint-Pierre de Vagnas, Saint-Étienne et Saint-Saturnin de Mélas, Saint-Jean-Baptiste de Meysse, etc.). Le prieuré Saint-Pierre de Vagnas est implanté à proximité de la voie allant de Nîmes à Valence sur la section Alba-Uzès-Nîmes (fig. coul. 7) associée au milliaire sud XXXIII (fig. 40) et milliaire XXXI, à la jonction des territoires des cités de Nîmes et d’Alba, dont les limites ne sont, dans ce secteur, pas parfaitement définies (Tardieu 2013). L’abbaye de Donzère, fondée au VIIe siècle puis reconstruite à l’époque carolingienne était implantée au sud du défilé de Donzère, à proximité d’un port antique et en un lieu de rupture de charge entre le fleuve et la voie. Il s’agit également d’un carrefour routier entre la voie d’Agrippa, et les réseaux transversaux qui se dirigeaient par le site de Novem-Craris carrefour antique du Logis de Berre, vers Le Pègue et la voie protohistorique. C’est aussi l’endroit où la voie d’Agrippa se scinde en deux sections : le tronçon principal passe par le col de Malataverne et un second emprunte plus à l’ouest le défilé de la Riaille entre les monts Malobret et Roucoule, pour rejoindre au nord du défilé de Donzère le site de Châteauneuf-du-Rhône et son pendant, la cité épiscopale de Viviers.

Fig. 40 – Vagnas, milliaire dit de la pierre plantée (cliché J. Tardieu).

40L’implantation de l’établissement hospitalier de Lamaids pourrait être directement liée à la présence d’une route antique reliant Autun à Limoges, dont le tracé a été reconnu par des prospections aériennes et par plusieurs interventions archéologiques récentes (Liégard, Fourvel 2004). Cette route, peut-être d’origine gauloise, est utilisée jusqu’à l’Antiquité tardive comme l’ont démontré des datations par le radiocarbone. Par la suite, elle ne semble pas avoir été abandonnée, puisqu’au Moyen Âge, elle est mention née comme chemin de pèlerinage. Pommiers-en-Forez, connu à partir de la fin du IXe siècle, est installé à proximité immédiate du croisement entre le grand chemin de Forez reliant Le Puy à Nevers et une voie transversale reliant Lyon à Clermont. Un pont du XIIIe siècle permet d’enjamber l’Aix directement en amont du confluent. Une borne milliaire, en remploi dans l’église monastique, atteste de l’antiquité de ces itinéraires. Les vestiges d’une ancienne voie romaine ont aussi été reconnus sous le porche de l’abbatiale Saint-Julien de Brioude.

41L’installation des prieurés du canton de Grignan le long des voies de communication est également liée à la préexistence d’un ancien réseau routier, comme à Saint-Martin de Cordy à Grignan qui est sur le tracé du cadastre B d’Orange et participe de ce fait aux échanges économiques (Tardieu 1998b).

42À Saint-Menoux, l’archéologie a permis de mettre au jour les restes d’une probable voirie du VIIIe siècle à quelques mètres du chevet de l’église abbatiale romane (Bruel et al. 2006) [fig. 41]. Mais en l’état actuel des connaissances sur l’histoire du site, il n’est pas certain qu’un lieu de culte ait existé dans cette partie du bourg dès le VIIIe siècle. La relation entre la voirie et l’église à l’époque romane ne peut pas non plus être précisée, car à partir du Xe siècle, la partie étudiée de cet axe laisse place à une nécropole. On peut raisonnablement penser que la voirie a dû être déplacée, mais aucun vestige ne confirme cette hypothèse. La relation entre le réseau viaire et l’espace ecclésial apparaît beaucoup plus facile à discerner dans la cité. Le site du groupe épiscopal puis de la cathédrale de Valence s’est développé intra-muros, le long du cardo qui traverse la cité antique. Les fouilles des années 1990 conduites sur la place Notre-Dame à Grenoble, ont montré que les premières installations du groupe cathédral, dans la seconde moitié du IVe siècle, se sont adossées à l’une des deux portes monumentales qui s’ouvraient dans l’enceinte urbaine de la fin du IIIe siècle. Certains des vestiges exhumés incitent à restituer une galerie à portique, entre les bâtiments du complexe épiscopal et la voie conduisant à la porte (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 58-60). Les vallées de montagne sont des lieux où se trouvent naturellement les voies de communication qui permettent la pénétration dans les massifs. La topographie très accidentée de ces régions réduit souvent les possibilités d’implantation aux espaces environ nant les chemins d’accès. L’église Saint-Romain de-Séez se rencontre sur la route du col du Petit-Saint-Bernard. Sainte-Marie-d’Aulps est installée en bordure de la Dranse et d’un chemin parallèle au cours d’eau (fig. coul. 8). Dans le diocèse de Clermont, le réseau des dépendances de Thiers/Ris possède une situation qui le rend indispensable dans les relations, tant externes au diocèse (route Clermont-Lyon) qu’internes, selon une direction nord/sud – une route relie d’ailleurs Thiers à Saint-Flour en passant par Sauxillanges et Brioude (Imberdis 1967 ; Maquet 2006). Certaines maisons semblent avoir la seule fonction d’étape, comme Arrones dans la vallée du Sichon qui est une voie de pénétration vers le diocèse de Lyon, à travers la montagne bourbonnaise. Avec les abbayes cisterciennes – dont l’implication à l’économie pastorale et à la transhumance n’est plus à démontrer (Tardieu 1986 ; 1988a) –, l’impression d’iso le ment et de solitude est forte ment atténuée par la grande fréquentation des chemins de transhumance, le long desquels les tablissements de ce type se sont implantés. On évoquera les exemples des fondations alpines comme Léoncel, Valcroissant ou Saint-Jean-d’Aulps.

Fig. 41 – Saint-Menoux, plan des vestiges mis au jour lors des fouilles réalisées aux abords de l’église (dessin A. Fourvel).

2.2.1.2. La rivière

43On connaît l’importance de la proximité d’un fleuve ou d’une rivière navigable dans le développement de certains des plus gros centres urbains – et donc religieux : Lyon, Vienne, Valence, mais aussi Grenoble, Chambéry, Annecy. À Valence, le groupe épiscopal puis l’actuelle cathédrale ont été installés sur la première terrasse würmienne qui domine le Rhône de quelques mètres. De nombreuses implantations favorisent la proximité du cours d’eau. Cela peut être attaché à une continuité de l’occupation, la rivière correspondant à un axe de communication emprunté de tout temps et ayant favorisé à des points précis de son lit (passage à gué, possibilité de zone portuaire) la mise en place d’occupations pérennes.

Les lieux de transbordements

44À l’image de la situation des abbayes de Donzère et de Cruas, des implantations religieuses se trouvent judicieusement situées sur la rivière à proximité de lieux de transbordements, souvent à l’origine ancienne, entre la voie fluviale et le réseau viaire. On s’arrêtera sur le cas du prieuré de Souvigny dans ses rapports avec la rivière d’Allier. Le port de La Ferté est situé sur l’Allier, cours d’eau sur lequel la navigation est pratiquée au moins depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, mais où les installations sont souvent temporaires (Mondanel 1975). La localisation traditionnellement reconnue pour cet établissement est La Ferté-Hauterive, sur la rive droite de l’Allier. C’est une source de revenus considérables (péages et autres droits) qui entre dans le temporel de Souvigny. Au XVIe siècle, N. de Nicolaÿ mentionne l’existence de ce port (« … et sur le fleuve d’Allier a un port à bateaux appelé le port de La Ferté qui s’acense au nom et profit du sieur prieur… » : de Nicolaÿ 1889) et celle d’un autre appelé port de la Corde en 1428 (« à un quart de lieue de La Ferté, le long d’Allier tirant à Varennes, il y a un bon village appelé Escherolles, estant par années de la paroisse de Saint-Gérand de Vau et de Saint-Loup… au droit duquel il y a un port à bateaux appelé le port de la Corde appartenant au sieur prieur de Souvigny et s’acense en son nom et à son profit à cause de son prieuré de La Ferté… » : Cote 1942). Un troisième port est mentionné dans une charte de juillet 1218 (« portum s. Maioli »), comme tenu en fief par Guillaume de Thianges d’Archambaud VIII (Monicat, Fournoux 1952, no 55 ; Maquet 2006). Ces ports n’apparaissent pas sur la carte de Cassini (feuilles de Moulins et Gannat), mais on remarque de nombreux méandres morts qui ont pu les abriter.

Recherche des possibilités hydrauliques

45La recherche des capacités hydrauliques du cours d’eau est une autre motivation ayant pu encourager les religieux à s’installer sur ses bords.

46La position de l’édifice près du cours d’eau peut prendre différentes configurations, parmi lesquelles le site de bord de rivière, celui de confluence et l’installation en fond de vallée. Une situation à flanc de coteau peut en partie entrer dans cette catégorie, dans la mesure où la construction religieuse est mise en place le long d’un affluent du drain coulant en fond de vallée. Elle se remarque en régions montagneuses où les vallées sont étroites et encaissées. L’abbaye de Sainte-Marie-d’Aulps correspond à ce cas de figure puisque les bâtiments monastiques sont à la fois implantés sur le flanc oriental de la vallée de la Dranse et au bord du Clénant, torrent qui se jette dans la rivière à 300 m à l’ouest des constructions et qui a fait l’objet d’aménagements permettant d’amener l’eau aux moulins et à l’abbaye (Rollier 2010a). Les cas d’installations de confluence sont nombreux chez les cisterciens, qui paraissent avoir nourri une prédilection pour les sites humides. Dans la Drôme, à 5 km à l’est de l’ancienne cité épiscopale de Die, l’abbaye de Valcroissant se trouve elle aussi installée à flanc de coteaux, mais à proximité du ruisseau homonyme et d’un de ses affluents. Le lit de la rivière principale a été endigué en protection des crues, cependant qu’un bief capturait une partie de ses eaux pour renforcer le débit du cours secondaire. Ce dernier était barré une première fois, pour alimenter le monastère, et une deuxième, pour actionner le moulin (Rollier 2010c). À quelques kilomètres de Montélimar, l’abbaye d’Aiguebelle profite de sa situation sur le flanc septentrional de la vallée de la Vence, pour utiliser les possibilités de deux affluents se jetant dans le drain principal, en amont et en aval des constructions cisterciennes. Cette implantation parti culière entre une rivière et deux de ses affluents est tout aussi remarquable pour l’abbaye de Chézery. Installés sur la rive orientale de la Valserine, les moines ont judicieusement utilisé deux torrents pour alimenter deux moulins hydrauliques (fig. 42), les viviers et les latrines monastiques. Dans le Puy-de-Dôme, à quinze kilomètres au sud-ouest d‘Issoire, l’abbaye de Mégemont est établie dans le lit mineur d’un affluent du ruisseau de Chassagne et sur le flanc sud de la vallée (fig. 43). La source de cet affluent a été canalisée et le talweg utilisé comme égout du monastère alors que le ruisseau de Chassagne alimente moulins et viviers. Le monastère de Léoncel apparaît dans une position assez semblable. En Haute-Savoie, la large vallée des Usses a permis l’implantation du monastère féminin de Bonlieu à proximité d’un torrent, appelé les Petites-Usses, qui se jette dans l’affluent du Rhône à 300 m au nord (Rollier 2010c).

Fig. 42 – L’abbaye de Chézery, canalisation monastique pour alimenter le moulin (cliché J. Tardieu).

Fig. 43 – Abbaye de Mègemont (cliché J. Tardieu).

Fig. 44 – Cruas, plan topographique du site sur le plan cadastral actuel (DAO R. Royet).

47Le site de bordure ou de confluence n’est pas une particularité cistercienne. Ce type d’implantation semble apparaître très tôt, comme en témoigne l’exemple de Notre-Dame-d’Outre-Gère à Vienne. En Ardèche, l’ancien monastère de Cruas était installé sur la rive droite du Rhône, à la confluence du ruisseau de Crûle et du fleuve (fig. 44). En Haute-Loire, l’abbaye de Blesle est fondée vers 850 à la confluence de la Voireuse et du Merdan.

48Dans le Lyonnais, l’abbaye bénédictine de Savigny se retrouve dans une position comparable entre le Trésoncle et l’un de ses affluents, la Font Porée, utilisé pour les besoins du monastère. Les remblaiements récents rendent peu visible le ruisseau à la hauteur du village. En revanche, son cours supérieur a fortement marqué le paysage en érodant les formations géologiques. La commune de Vagnas occupe la bordure sud du plateau crétacé, d’origine récifale ou corallienne, qui s’étend dans le sud-est du bas Vivarais et qui est coupé par les gorges de l’Ardèche (Tardieu 2013). Le site retenu pour l’implantation religieuse est celui d’un vallon où une source à débit permanent traverse une dépression argilo-calcaire qui porte aujourd’hui le toponyme « le Monastier ». Ce cours d’eau coule à l’ouest des parties occidentales de l’église, avant d’aller se jeter en contrebas dans le ruisseau du Rieusset, affluent de l’Ardèche. Dans le Puy-de-Dôme, Ennezat, placé entre les ruisseaux de l’Ambène et de la Morge, en est un autre exemple pour le Xe siècle. Sur la commune de Saint-Didier-la-Forêt, dans l’Allier, l’abbaye prémontrée de Saint-Gilbert (aussi appelée abbaye de Neuffonts) a été implantée au milieu du XIIe siècle, ex nihilo, sur la terrasse occidentale de l’Andelot, non loin d’une zone de confluence où plusieurs ruisseaux convergent. Cette disposition a été mise à profit pour exploiter les ressources hydriques locales, comme en témoignent les restes d’un bief, de plusieurs étangs et moulins dans l’environnement immédiat de l’ancienne abbaye. En Auvergne, le petit ermitage de Ménélée à Menat, installé entre Sioule et Bouble, témoigne du même choix d’implantation.

Implantation sur des terrasses protégées des inondations

49Le site de vallée présente l’inconvénient de la proximité de la nappe aquifère et des crues de la rivière. Afin de remédier à cette difficulté majeure, les constructions sont généralement établies en léger surplomb sur des microreliefs correspondant souvent à des terrasses alluviales. L’abbaye de Cluny donne le cas particulièrement exceptionnel d’une installation sur un apport alluvial situé à la jonction entre la rivière Grosne et le ruisseau Médasson. La terrasse de constitution récente domine le lit majeur de la Grosne de près de 4 m (Rollier 2000b ; 2010b). À cinquante kilomètres plus à l’ouest, le prieuré clunisien de Paray-le-Monial, entre la Bourbince et le ruisseau de Survaux, se trouve dans une configuration très proche de celle de Cluny. Cependant, pour le monastère brionnais, la formation alluviale semble plus ancienne, apparemment antérieure à la période romaine (Rollier 2009b) [fig. coul. 10]. À l’exemple, d’ailleurs, de l’abbaye mère, les sites de confluence apparaissent souvent parmi les monastères de l’ecclesia cluniacensis : à Marcigny sur le ruisseau de Semur à proximité de la Loire, à Charlieu entre le Sornin et le Board, à Pommiers-en-Forez entre l’Aix et le Merdent. Le prieuré clunisien de Thiers est installé dans une situation similaire, à la fois de confluence et de terrasse alluviale. Il est situé au nord-est de l’actuel département du Puy-de-Dôme, à proximité des limites orientales du diocèse de Clermont. L’agglomération est donc installée au contact du massif des Bois Noirs (au nord), des monts du Forez (au sud) et au débouché des vallées de la Dore et de la Durolle, à une quinzaine de kilomètres avant leur confluence avec l’Allier.

Les « Isles de l’Esparvière », site d’implantation de l’abbaye de Saint-Ruf de Valence
(Rageau et al. 2010)
(Joëlle Tardieu)
L’abbaye de Saint-Ruf, chef d’ordre d’une importante congrégation de chanoines réguliers du XIIe siècle (Y. Veyrenche), transférée en 1158 à Valence depuis les faubourgs d’Avignon (A. Hartmann-Virnich), fut construite sur les bords de la plus basse terrasse du Rhône. Une journée d’études lui fut consacrée en 2010 (Rageau et al. 2010) : elle a mis en évidence les liens étroits qui existent entre les communautés de Rufiens et les sites de bord de fleuve à aménager.
La ville, construite sur des nappes de graviers drainants, non loin des pieds du Vercors, bénéficie d’une eau abondante. Située au lieu-dit « les îles » du quartier de l’Esparvière au sud de la cité de Valence, l’abbaye jouit de la proximité du fleuve et des nombreux cours d’eau qui viennent s’y jeter (J. Tardieu). Le secteur vendu par l’évêque valentinois Odon de Crussol aux chanoines pour leur implantation est à l’écart des divagations et des chenaux du fleuve ; l’église est fondée à proximité d’un ancien chenal, dans des dépôts vierges de limon fins et triés (I. Parron), issus d’épisodes humides temporaires et déposés à une époque récente, voire contemporaine de la construction. Le paysage en tresses, qui s’est mis en place entre le V
e et le VIIe siècle, subsiste avec des îlots et d’anciens bras entrecroisés. Mais le cours principal du Rhône s’est encaissé plus vers l’ouest (J.-L. Brochier).
Les documents cadastraux anciens, comme le plan et le registre Q 136 (1791), montrent un environnement anciennement drainé et agricole qui bénéficie de la présence abondante de l’eau que les chanoines ont su maîtriser et utiliser (Cl. Thomas)
[fig. coul. 9]. Chenaux et ruisseaux endigués, aménagements de canaux d’irrigation et de drainage, pompes de relevage et moulins au fil de l’eau organisent et structurent les terres proches de l’abbaye (J. Tardieu). Cette pratique et ce savoir-faire qui caractérisent les Rufiens se retrouvent sur d’autres sites étudiés comme celui de L’Isle-sous-Quirieu dans le Bas-Bugey à Serrières-de-Briord (E. Royet-Miesch et R. Royet).

Fig. 45 – Saint-Romain-en-Gal, église paroissiale (cliché J. Tardieu).

50L’église Saint-Symphorien dite du Moûtier, à l’origine du monastère clunisien, est située en contrebas de la ville actuelle, sur une hauteur, à environ 80 m au-dessus de la plaine. Le quartier du Moûtier est construit sur le cône de déjection de la Durolle et constitue une zone légèrement surélevée (quelques dizaines de mètres) par rapport à la plaine environnante, ce qui suffit pour placer ce terroir en position plus favorable. Pour l’abbaye de Donzère, sur la rive gauche du Rhône, dont il ne reste pas de vestiges attestés, deux sites sont retenus par les historiens. Celui du bourg, où se situe encore la priorale Saint-Philibert de la fin du XIIe siècle fait la quasi-unanimité. On préfèrera cependant retenir le site de plaine du cimetière. Celui-ci serait situé à proximité d’un ancien méandre du Rhône où se trouveraient les vestiges d’un port antique en relation avec la grande villa viticole du Molard. Dans son site bas probable, le monastère serait implanté sur la seconde terrasse alluviale du Rhône. Il s’agit de la terrasse würmienne dans laquelle le Rhône s’est peu à peu encaissé. Cette situation est aussi celle du monastère de Sainte-Colombe et de l’église paroissiale de Saint-Romain-en-Gal (fig. 45).

51Le prieuré clunisien de Ris est situé à quelques kilomètres à l’est de la confluence de l’Allier et de la Dore. Il occupe un ressaut (à environ 300 m d’altitude) dominant la vallée alluviale et se trouve sur le tracé d’une route allant vers Thiers, sans doute un chemin de crête qui suit la ligne de faille de Limagne, voie moins hasardeuse que la vallée inondable de l’Allier.

52Cette situation entre voie routière et fleuve peut être signalée pour deux sites de la vallée du Grésivaudan, au nord-est de Grenoble (Collectif Isère 1984 : 38-41). Placés l’un et l’autre sur la terrasse en pente douce qui s’abaisse jusqu’à l’Isère, ils occupent une position en net contrebas de la route principale qui remontait le cours de la rivière depuis Grenoble en direction de la Savoie – une route dont le tracé, au moins dans ce secteur, était peu ou prou fixé dès l’Antiquité. Le premier est celui de l’ancien prieuré de chanoines réguliers fondé par l’évêque de Grenoble, saint Hugues, dans les dernières années du XIe siècle : Saint-Martin-de-Miséré sur la commune de Montbonnot. La rive droite de l’Isère, avant les endiguements des périodes moderne et contemporaine, devait se trouver à moins de 500 m du monastère. Entre les deux, le dénivelé était seulement de quelque 20 à 25 m. Un petit torrent se jetant dans l’Isère longeait au nord les bâtiments conventuels. Ses eaux étaient encore utilisées au XVIIIe siècle pour la blanchisserie de l’établissement. L’autre site est celui de l’abbaye cistercienne des Ayes, sur la commune de Crolles, fondée au début des années 1140 par la dauphine Marguerite de Bourgogne. Comme à Saint-Martin-de-Miséré, la proximité de la route et celle de la rivière ont de toute évidence été recherchées.

53Le monastère casadéen de Saint-Robert-de-Cornillon (Collectif Isère 1992 : 57), sur la commune de Saint-Égrève, se trouvait dans une situation comparable à celle que l’on vient de décrire. Im médiatement en aval de la cluse de Grenoble, mais cette fois véritablement en fond de vallée, il occupe une position intermédiaire entre la route, qui tend de Grenoble vers Lyon et l’Isère, dans un élargissement de la mince plate-bande au pied du premier contrefort de la Chartreuse.

54À Grenoble, le prieuré bénédictin s’installe au début du XIe siècle dans l’église construite au début des années 800 (fig. 46). Installée dans la pente sur la rive droite de l’Isère à l’abri des crues, sa position ne fait que respecter celles des édifices antérieurs qu’elle englobe. La pente a facilité l’aménagement de cryptes à l’intérieur, nécessité la construction de murs de soutien de terrasses à l’extérieur et imposé une orientation sud-est - nord-ouest (Colardelle 2008 : 209-222) [fig. coul. 11].

Le cas de l’implantation de fond de vallée

55Une installation dans un fond de vallée nécessite normalement des aménagements préalables afin de prémunir les constructions des eaux stagnantes ou courantes qui rendent la zone du talweg peu favorable à la construction. Le site cistercien de Montpeyroux sur la commune de Puy-Guillaume en constitue un exemple. La première analyse signalerait que le lieu a été assaini avec le détournement de la rivière et des drainages avant la mise en place des constructions monastiques. L’eau de la rivière se sépare en deux bras qui vont longer selon des tracés rectilignes chaque bord de la vallée. Les moulins ont été mis en place dans le bief qui coule au nord du monastère.

  • 12 L’intérêt de cette dernière pour le lac et les possibilités offertes par la navigation s’affirme pa (...)

56Un exemple particulier d’installation de fond de vallée est fourni par le site bénédictin de Nantua : l’ancien monastère a été implanté à l’endroit où la Neyrolles se jette dans le lac. À l’image de ce dernier site, les berges d’un lac ont pu fournir une implantation favorable pour le prieuré du Bourget-du-Lac ou pour l’abbaye cistercienne de Hautecombe (fig. 47)12. L’île fournit un autre exemple d’installation dans le cours d’eau. Dans la région Rhône-Alpes, la plus ancienne de ces implantations se trouve sans nul doute à l’Île Barbe (fig. 48). Nous connaissons aussi le sort du prieuré de Grelonges dont l’île a été engloutie par les eaux de la Saône au début du XIVe siècle (Bouvard 2003 ; Bouvard, Astrade 2006).

57Le déplacement d’un site religieux vers un fond de vallée a pu se produire au cours du Moyen Âge. Ainsi en est-il de l’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice en Bugey dont le site primitif fut celui d’un prieuré clunisien, installé au XIe siècle près du village de Saint-Sulpice-le-Vieux (commune d’Hostiaz). Situé à 1000 m d’altitude dans un vallon étroit, ce site ne convint plus lorsque la communauté devint cistercienne. Vers 1147-1149, elle quitta l’emplacement de l’ancien prieuré pour s’installer dans une vallée plus large, bien pourvue en eau et située 200 m plus bas, à proximité de ce qui fut peut-être une maison forte. Ce lieu est depuis dénommé Saint-Sulpice en Bugey (Bru 1992) [fig. 49].

Fig. 46 – Grenoble, église Saint-Laurent, plan de l’église, construite dans les années 800, donnée aux moines bénédictins en 1012 (Colardelle 2008).

Fig. 47 – Saint-Pierre-de-Curtille, abbaye de Hautecombe dominant le lac du Bourget (cliché J. Tardieu).

Fig. 48 – Lyon, vestiges de l’abbaye de l’Île Barbe au bord de la Saône (cliché L. Miret).

Fig. 49 – Hostiaz, Saint-Sulpice en Bugey, ruines de l’abbatiale cistercienne (cliché J. Tardieu).

2.2.2. LE SITE DE HAUTEUR

58À l’opposé du site de vallée, l’installation sur des reliefs en position sommitale constitue un type d’implantation particulier, lié à divers impératifs. Elle profite des possibilités données par la région géographique constituée de forts reliefs.

2.2.2.1. Affirmation du pouvoir sur un territoire

59Le site de sommet confère un effet monumental au lieu de culte, dont la visibilité ainsi accentuée contribue à l’affirmation d’une mainmise sur le terroir. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que les établissements ainsi placés aient pris la suite d’un sanctuaire païen. Dans le Puy-de-Dôme, c’est le cas de la grande église priorale de Saint-Nectaire, bâtie sur le mont Cornadore. Ce type se rencontre assez fréquemment en Auvergne où les sommets ont été couramment utilisés pour mettre en valeur les lieux de culte. La cathédrale du Puy-en-Velay se trouve ainsi en situation élevée, sur un replat du versant sud du mont Corneil (fig. 50 et 51). Cette position culminante dans une agglomération s’observe aussi pour la cathédrale de Clermont-Ferrand.

60Le monde monastique présente lui aussi des sites établis sur les hauteurs. Le plus emblématique est peut-être l’abbaye de La Chaise-Dieu. À Saint-Menoux, dans l’Allier, l’ancienne abbatiale, installée au bord d’un plateau qui surplomb la vallée de l’Ours, se trouve au centre du bourg actuel, mais était en position dominante par rapport au bourg du haut Moyen Âge que la tradition place en contrebas. Si, dans le diocèse de Clermont, l’implantation des communautés clunisiennes reflète une volonté d’éviter les fonds de vallées, les sites de sommet à proprement parler sont l’exception. On ne peut guère citer que le prieuré de Saint-Flour, situé à l’extrême sud-ouest du diocèse, entre les monts du Cantal et la chaîne de la Margeride, à une centaine de kilomètres de la métropole épiscopale, sur un plateau d’origine volcanique, la Planèze. Le site est très impressionnant : à 880 m d’altitude, sur une table basaltique triangulaire reliée à la Planèze, il domine d’une centaine de mètres une petite rivière, l’Ander.

61Dans le contexte géographique moins accidenté du Mâconnais, les chefs-lieux de doyennés clunisiens se distinguent par la diversité de leurs implantations où l’on remarque des sites de hauteur (Saint-Hippolyte, Bezornay, Berzé-la-Ville, Mazille), cependant moins nombreux que les sites de vallée (Garrigou-Grandchamp, Guerreau, Salvèque 1999). La constitution des domaines est vraisemblablement un des éléments explicatifs de cette diversité de localisations mais également la constitution d’un réseau visible.

Fig. 50 – Le Puy-en-Velay, localisation des principaux lieux de culte médiévaux sur un fond de plan topographique de la ville (dessin S. Liégard).

Fig. 51 – Le Puy-en-Velay, vue de la ville depuis l’ouest (cliché S. Liégard).

Fig. 52 – Chantemerle-lès-Blés, prieuré Notre-Dame (cliché J. Tardieu).

Fig. 53 – Viviers, vue générale du site de la ville haute à l’entrée nord du défilé de Donzère (cliché J. Tardieu).

62Pour de simples églises rurales, sièges ou non de petits prieurés, la recherche d’un emplacement surélevé dans le paysage apparaît récurrente. On le constate pour plusieurs églises de l’Auvergne comme celles de Châtel-de-Neuvre, de Châtelperron, de Châtel-Montagne, du Montet ou de Quinssaines, de Saint-Myon et de Chassagne. À Chambles, le prieuré Sainte-Foy, attesté au XIe siècle, occupait le sommet d’une éminence dominant la Loire avant la construction d’un barrage. L’église paroissiale Saint-Julien de Chuyer, dans le Jarez, est implantée sur un promontoire rocheux du crêt de Baronnette, sur le versant oriental du Mont Pilat, au lieu-dit « Le Molard » (Tardieu 1990 ; Delomier-Thiollier 1991 ; Tardieu et al. 1990-1991). On citera encore l’église paroissiale Saint-André-de-Chavannes, à Val-de-Fier, édifiée sur un éperon rocheux qui surplombe les gorges du Fier et celle de Chantemerle-les-Blés, placée sur une butte près du village (fig. 52), ou le cas d’Alixan (fig. coul. 12) où l’église et le château construits sur une butte de molasse arasée dominent le village. En Bourgogne la position en hauteur du doyenné clunisien de Saint-Hippolyte le place stratégiquement en vue et surveillance aux alentours des autres possessions clunisiennes.

63L’installation de la cathédrale de Viviers sur une hauteur qui do mine le Rhône revêt évidemment une signification symbolique, témoignant de la force nouvelle du christianisme (fig. 53). La préoccupation militaire est venue bien plus tard, au XIIIe siècle et surtout durant la guerre de Cent Ans (Esquieu 1988).

Fig. 54 – Aiguilhe (Le Puy-en-Velay), la chapelle Saint-Michel (en haut) et la chapelle Saint-Clair (en bas à gauche) [cliché S. Liégard].

Fig. 55 – Saint-Romain-le-Puy, plan du prieuré (dessin G. Macabéo).

La dédicace archangélique et les sites perchés
(Alain Badin de Montjoye)
Parmi les sanctuaires établis sur des sites de hauteur, ceux dédiés à l’archange saint Michel constituent une catégorie particulière sur laquelle la recherche récente a produit de nouvelles approches (Baylé 2003). Les oratoires perchés du Mont Gargan, dans les Pouilles (fin du Ve siècle), du Mont Saint-Michel en Normandie (début du VIIIe siècle), celui encore de Saint-Michel-de-la-Cluse en piémont italien (fin Xe siècle) ont contribué à la définition d’un type monumental ancré dans le paysage.
Dans la région étudiée ici, plusieurs églises relèvent de ce type, au premier rang desquelles doit être citée celle de Saint-Michel d’Aiguilhe
(fig. 54), fondée vers la fin du Xe siècle. Dans le paysage volcanique du Puy-en-Velay, son installation au sommet d’un neck produit une puissante impression.
Établi non au sommet mais sur un replat, à mi-pente du petit mont du Connexe, le prieuré Saint-Michel-de-Connexe (Collectif Isère 1994 : 34-36)
[fig. coul. 13], fondé à la fin du XIe siècle, occupe un emplacement dominant, visible de très loin, au-dessus de la plaine de Champ-sur-Drac. La comparaison avec Saint-Michel d’Aiguilhe s’impose d’autant plus que c’est un plan très proche du sien que les vestiges du Connexe invitent à restituer, avec un chevet triconque. Dans les deux cas, situation éminente et forme architecturale sont en lien étroit avec la dédicace archangélique.
Quoiqu’elle soit sensiblement plus ancienne (entre le V
e et le VIIIe siècle) et dédiée à Saint-Romain, c’est toutefois à la même famille monumentale que l’on est tenté de rattacher l’église perchée de Saint-Romain-le-Puy, dans sa forme primitive triconque (fig. 55).

2.2.2.2. Le sommet comme fortification naturelle : espace ecclésial et site castral

64Les cas sont fréquents où l’implantation de l’édifice religieux tire profit d’une configuration propice à la fortification. De fait, position dominante et avantages défensifs sont souvent associés dans les critères de choix d’un emplacement.

65En Auvergne, la disposition la plus courante correspond à une extrémité de plateau dominant un méandre de rivière circulant dans une vallée encaissée. Par exemple, dans le département de l’Allier, les sites de Chantelle, Montcombroux-les-Mines et Verneuil-en-Bourbonnais se classent dans cette catégorie. Les trois sites sont occupés au moins depuis l’époque carolingienne et, pour deux d’entre eux, des textes nous renseignent sur la présence de lieux de culte au moins dès le Xe siècle. Dans la haute vallée de l’Allier, le monastère de Lavoûte-Chilhac occupe un site spectaculaire, à 460 m d’altitude dans un méandre accusé, au sud du diocèse de Clermont, non loin de celui du Puy. Le site de méandre permet une manifestation visuelle de la puissance de la communauté clunisienne. À Chassagne, l’église Saint-Germain, qui apparaît dans les textes à la fin du XIe siècle, occupe l’extrémité d’un éperon rocheux qui domine la vallée du ruisseau de Chassagne. Le site pourrait bien être celui d’une ancienne forteresse du haut Moyen Âge. Le prieuré de Montverdun est édifié (fig. 56), comme celui proche de Saint-Romain-le-Puy, sur un pic basaltique qui émerge dans la plaine du Forez. Dès le XIIe siècle, l’ensemble a été fortifié, au moyen d’une enceinte pourvue de tours. Le petit bourg de Saint-Donat-sur-l’Herbasse s’est constitué au pied et autour du prieuré de Saint-Donat, établi au sommet d’une éminence naturelle propice à la défense (fig. 57).

66L’implantation de lieux de culte sur des sites naturellement propices à la fortification a conduit parfois à l’instauration de modes particuliers de fonctionnement, associant église et château à l’intérieur d’un même système de fortification. À Crémieu, des deux collines qui enserrent la ville, l’une à l’ouest porte le château delphinal, l’autre à l’est un prieuré bénédictin sous le vocable de Saint-Hippolyte. Le prieuré et le relief naturel sur lequel celui-ci est juché sont inclus depuis le XIIIe ou le XIVe siècle dans le vaste système d’enceinte fortifiée du bourg. Une situation similaire s’observe à Léotoing, dont l’église Saint-Vincent est à l’intérieur de l’enceinte du château établi sur l’éperon barré qui domine la vallée de l’Alagnon.

Fig. 56 – Montverdun, le prieuré (cliché J. Tardieu).

67À Mazeyrat-Aurouze, l’église du prieuré Saint-Pierre fondé en 1078 occupe une petite éminence que domine le château d’Aubusson.

68Un autre exemple est celui de Mons, situé à 320 m d’altitude. Ce lieu apparaît pour la première fois dans la bulle de Grégoire V d’avril 998. L’église est localisée sur une plate-forme présentant un important dénivelé par rapport au secteur environnant. Cette particularité du relief signale-t-elle l’existence d’une ancienne motte castrale, à l’origine du toponyme ?

69En dehors de ces cas, l’archéologie révèle des situations assez comparables sur bien d’autres sites. À Saint-Menoux, les fouilles menées au sud-est de l’ancienne abbatiale ont permis de découvrir un vaste emmotement (fig. 58), occupé du XIe au XIIIe siècle, dont l’implantation semble postérieure à celle du bâtiment religieux autour duquel des inhumations ont été pratiquées durant le Xe siècle (Liégard, Fourvel 2006). Par la suite, au XIIe siècle, la construction du chevet roman de l’abbatiale paraît empiéter sur le fossé d’enceinte de cet emmotement. Cela traduit probablement les relations complexes qui devaient exister localement entre pouvoirs religieux et laïque, dans une zone géographique où plusieurs importants sites de pèlerinage se sont développés dans le berceau même de la maison de Bourbon. Plusieurs cas similaires, où motte castrale et église se côtoient de près, ont aussi été mis en exergue par les travaux de G. Fournier sur la Basse-Auvergne (Fournier 2002), notamment sur des sites qui sont également d’importants lieux de pèlerinage, comme Artonne où l’on vénérait les reliques de sainte Vitaline, et Issoire où se trouvait le tombeau de saint Austremoine.

Fig. 57 – Saint-Donat-sur-l’herbasse (cliché J. Tardieu).

Fig. 58 – Saint-Menoux, extrait du cadastre de 1832 (archives municipales de Saint-Menoux).

Fig. 59 – Gannat, relevé des vestiges découverts lors du diagnostic de 2002 au nord de l’église Sainte-Croix (dessin A. Fourvel).

70À Gannat, d’après l’étude du cadastre ancien, il est possible de supposer qu’une motte castrale ait pu exister à quelques dizaines de mètres au nord-ouest de l’église Sainte-Croix (Fournier 2002 : 130-134). Récemment, des sondages archéologiques effectués aux abords septentrionaux de cet édifice ont confirmé l’ancienneté de l’occupation du site par la découverte de sépultures du haut Moyen Âge (Liégard, Fourvel 2002b ; Maquet 2006). Ils ont aussi permis de découvrir les vestiges d’une construction monumentale de type donjon, dont les fondations avaient une largeur de près de 4,50 m. Cette construction, datable de la période romane, était pratiquement accolée au nord de l’église Sainte-Croix. À quelques mètres vers l’est, le bord d’un imposant fossé de fortification – peut-être antérieur – a aussi pu être reconnu. Il semble donc que l’on soit, là encore, en présence d’un site fortifié où église et « château » ont cohabité dans une même enceinte (fig. 59).

71Évoquons, pour finir, le cas du prieuré de Saint-Donat-sur-l’Herbasse (fig. 57), à la fois centre et point culminant d’un bourg. Enjeu d’une longue rivalité entre prélats de Vienne et de Grenoble, puis à partir du XIVe siècle, résidence appréciée par les dauphins et par les princes de la maison de Genève qui leur succédèrent dans la jouissance de la seigneurie de Saint-Donat, l’ensemble bâti, dont les parties conservées les plus anciennes ne sont pas antérieures à la fin du XIIe siècle, a pris des allures de forteresse qui lui ont valu, à la période moderne, l’appellation de « château » (Barruol 1992).

72Il convient de considérer à part les cas, moins fréquents et la plupart tardifs dans le Moyen Âge, de sites fortifiés convertis à un usage religieux. Un exemple en est fourni par Saint-Antoine-l’Abbaye : établi au voisinage immédiat de la motte seigneuriale de son fondateur, en un point élevé du paysage, le sanctuaire bâti pour abriter les reliques de saint Antoine l’Égyptien, a, dès les XIIe-XIIIe siècles, évincé la fonction castrale du site. Il fut d’abord prieuré bénédictin soumis à Montmajour, puis abbaye chef d’ordre des Antonins (Collectif Isère 1999 : 106-112). Trois autres cas peuvent être invoqués pour le Dauphiné, tous liés à la personne du dernier dauphin Humbert II : le couvent cistercien de Saint-Just-de-Claix, le palais delphinal de Beauvoir-en-Royans (Clavier 2009), le monastère des dominicaines installées dans l’ancien château comtal de Montfleury (commune de Corenc) [Bornecque 2000]. On signalera enfin la chapelle Saint-Bon, à Thonon-les-Bains, amé nagée dans une ancienne tour de guet.

La montagne comme « désert » spirituel
(Alain Badin de Montjoye)
Faute d’études récentes et suffisamment nombreuses pour apporter de nouveaux éclairages pour nos régions, on s’est déterminé ici à concentrer l’approche de la réalité monastique au seul monde bénédictin. On ne pouvait toutefois passer complètement sous silence l’un des ordres emblématiques de la France du sud-est, celui des Chartreux, dont la vocation spécifiquement montagnarde, à ses débuts, a produit un modèle inédit d’établissements résolument à l’écart du monde.
Dans les zones alpestres de l’ancien diocèse de Grenoble, les maisons de l’ordre fondé en 1084 par saint Bruno, du fait même de leur implantation en des sites d’altitude, ont dû adapter leurs dispositions architecturales à de fortes contraintes topographiques. C’est le cas, en premier lieu, du monastère de la Grande-Chartreuse, chef d’ordre (commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse) qui, au pied du flanc ouest du Grand-Som (2026 m), occupe un replat descendant d’est en ouest de 970 à 910 m d’altitude. Le grand cloître, autour duquel s’organise toute la vie érémitique et conventuelle, est bâti selon une orientation nord-est/sud-ouest perpendiculaire à la pente, tandis que l’église répond à une stricte orientation liturgique qui affecte également le petit cloître, le cloître des Officiers, le réfectoire et les cuisines attenantes (Collectif Isère 1992 : 55-57).
Des vestiges subsistent de l’ancienne Chartreuse des Écouges, fondée au début du XII
e siècle au cœur du plateau du Vercors, à 975 m d’altitude. Les plus distincts sont ceux de l’ancienne église dont les soubassements conservés appartiennent certainement à l’édifice solennel le ment consacré le 29 mai 1139. Des sondages réalisés en 2005 et 2006 ainsi que deux campagnes de prospection géophysique en 2007 et 2010 ont per mis de préciser le plan de l’église et les dispositions générales du monastère (Badin de Montjoye 2008a ; 2009a ; Badin de Montjoye, Belmont 2008). Avec l’église en position sensiblement décentrée, entourée à l’est du grand cloître et au sud du petit cloître, cet imposant ensemble établi sur un quadrilatère de quelque 7000 m² est presque stricte ment orienté perpendiculairement à la pente. L’examen des substructions a montré un savant dispositif d’aménagement de la déclivité, au moyen de terrasses délimitées par les principaux bâtiments conventuels.
Sans contact direct avec le reste du monde, le « désert » montagnard des Chartreux associe, dans sa conception, la quête spirituelle la plus austère aux savoir-faire les plus ingénieux de son temps
(fig. coul. 14).

73La Sainte-Chapelle de Vic-le-Comte constitue en la matière un exemple atypique puisque cet édifice est implanté à l’emplacement de l’ancien château comtal. Cette église renferme les caves troglodytiques du château dans son sous-sol (fig. 247). Une longue cave à vin voûtée se trouve aujourd’hui sous le chœur de l’édifice. Sa partie orientale a été cloisonnée et réutilisée en caveau, alors que sa partie occidentale subsiste encore dans son état d’abandon, tout comme un long couloir bordé d’alvéoles destinées au stockage qui se développe sous le bas-côté sud (Liégard 1991).

2.2.2.3. Une situation intermédiaire entre vallée et montagne : le replat et le coteau

74Exception faite de celles des Chartreux, très rares sont les maisons religieuses à s’être installées dans le cœur de la montagne. L’implantation du monastère de Chalais dans la commune de Voreppe est donc remarquable. Montagnard lui aussi par ses origines et probablement inspiré de saint Bruno, du moins à ses débuts, l’ordre bénédictin de Chalais a vite périclité et sa maison mère fut rattachée dès 1303 à sa puissante voisine, la Grande-Chartreuse. Les vestiges encore conservés de l’église sont bien cependant l’œuvre des bénédictins. Ils occupent en un lieu écarté à 940 m d’altitude, un replat de montagne (Collectif Isère 1982 : 40-43 ; Crosnier-Lecomte 1979-1980). À l’exception de quelques rares exemples, la préférence est allée majoritairement à des sites de hauteur moyenne, entre montagne et vallée.

75En Haute-Loire, dans la région où coule la Gazeille, la plupart des implantations ecclésiales se placent dans une zone de replat intermédiaire entre les plateaux basaltiques et la vallée encaissée où coule la rivière. Cette zone apparaît très favorable d’un point de vue hydrique puisqu’elle regroupe la plupart des sources de la région. Cette situation se trouve, par exemple, au Monastier-sur-Gazeille, aussi bien pour l’église paroissiale Saint-Jean que pour l’ensemble monastique Saint-Chaffre.

76Les reliefs de l’Auvergne offrent de nombreuses possibilités d’installations de cette sorte, dont le prieuré Saint-Pierre-et-Saint-Thymotée à Bredons (fig. 60), assis sur le replat d’un dyke qui porte le château, constitue un exemple des plus spectaculaires. On citera encore, pour le Vivarais, la chapelle Saint-Victoret, perchée à mi-hauteur du rocher Saint-Michel, à l’aplomb du défilé de Donzère (Esquieu 1981 ; 1988 : 21-22).

77C’est à 1 km environ à vol d’oiseau du ruisseau de Laval, sur un étroit replat, au pied du flanc sud d’une colline (qui plus tard portera le château) que l’abbaye de Saint-Chef a été établie dès le VIe siècle (fig. 61). L’église reconstruite aux XIe et XIIe siècles, orientée est-sud-est, a tout son flanc nord et son chevet engagés dans la pente et protégés, dès l’origine, par des murs de soutènement (reconstruits au XIXe siècle).

Fig. 60 – Bredons, façade occidentale de l’église romane (cliché C. Roux).

Fig. 61 – Saint-Chef, abbatiale, chevet engagé dans la colline (cliché A. Badin de Montjoye).

78Les communautés clunisiennes du diocèse de Clermont se sont fréquemment établies à mi-pente des coteaux, dans une volonté de complémentarité des espaces et des terroirs. Les fonds des vallées ont été évités, souvent malsains du fait de la présence de marécages ou exposés aux risques d’inondation. La situation, qui n’en reste pas moins en hauteur, assure la mainmise sur un temporel, mainmise dont l’expression est encore accentuée par le clocher de l’église, et qui rend manifeste la domination. À une trentaine de kilomètres de la métropole diocésaine, Sauxillanges l’expose bien, implanté à 440 m d’altitude et en surplomb par rapport à la vallée du ruisseau l’Eau-Mère, petit affluent de l’Allier. À Saint-Germain-des-Fossés, l’établissement religieux a été réalisé à mi-pente des collines dominant la rive droite de l’Allier (à environ 270 m d’altitude), à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Vichy. Il s’agit donc d’une installation à proximité de la rivière, mais en zone non inondable, sur une terrasse, et le site n’est pas sans rappeler celui de Ris. L’Allier est une rivière dont le cours a changé à plusieurs reprises au cours des siècles et l’étude des courbes de niveau laisse penser que son lit était plus proche du monastère au Moyen Âge. Navigable sur cette partie de son cours, cette rivière pouvait être franchie par un pont (Monicat, Fournoux 1952, no 12 ; Maquet 2006). Marsat, situé à quelques kilomètres au sud de Mozac, à environ 365 m d’altitude, et les dépendances du prieuré de Lavoûte-Chilhac sont autant d’exemples d’installations à flanc de coteau. Dans ce dernier cas, cependant, le relief accidenté de la région entraîne un fort cloisonnement du réseau. Les dix-huit établissements ou églises dépendant du prieuré de Lavoûte-Chilhac s’égrènent donc en rang serré dans la haute vallée de l’Allier. Avantage et inconvénient : le prieuré dispose d’une grande maîtrise sur un secteur précis, mais chacune des maisons ne peut, dans ce cas, disposer que d’un temporel restreint. On n’a pu (ou souhaité) éviter les inconvénients d’une zone restée longtemps marécageuse à Escurolles, établi à 300 m d’altitude à proximité de l’Andelot, petite rivière affluent de l’Allier.

2.3. LES NÉCESSAIRES ADAPTATIONS DE LA TOPOGRAPHIE

79Des contraintes d’ordre topographique, qu’elles émanent de dispositions strictement naturelles ou, au contraire, des apports successifs d’une longue occupation humaine, ont pu conduire à l’adoption de solutions architecturales inhabituelles.

80Afin de compenser des irrégularités parfois importantes imposées par la nature des sites, les constructeurs médiévaux ont dû avoir maintes fois recours à la réalisation de véritables ouvrages d’art.

81La topographie générale du lieu, où sont installés les bâtiments religieux, conditionne par ailleurs de manière sensible l’organisation des circulations : entre l’extérieur et la clôture, d’une part, à l’intérieur de la clôture, d’autre part. Enfin, la disposition d’un monastère ou d’un ensemble cathédral sur un relief accusé induit des circulations soumises aux pentes.

2.3.1. INSTALLATION EN TERRASSE

82La réalisation de terrasses artificielles précédant les constructions peut être une condition nécessaire à l’implantation. La mise en place de bâtiments sur des flancs de coteaux relativement pentus demande généralement de lourds travaux de terrassement. Situé dans les Préalpes chablaisiennes, dans la vallée de la Dranse, le monastère cistercien de Sainte-Marie-d’Aulps en offre un bon exemple (fig. 62). La pente relative ment forte qui descend vers la rivière a nécessité la mise en place d’importantes terrasses échelonnées permettant la construction des bâtiments monastiques (Rollier 2010a). L’abbaye cistercienne de Feniers, dans le Cantal, est dans une position très semblable à celle de l’abbaye savoyarde. Une semblable utilisation du relief a prévalu au prieuré de Montverdun. L’imposant soutènement du parvis de l’abbatiale de Saint-Antoine en Dauphiné forme un autre exemple de ces aménagements. Il est probable que dès l’origine, pour asseoir les bâtiments du prieuré conventuel de Saint-Michel-de-Connexe sur le replat de montagne qu’ils occupent, il a fallu élever de puissants murs de soutènement (fig. 63). Ceux qui aujourd’hui maintiennent la terrasse qui porte les ruines de l’église de la fin du XIe siècle, réalisés en bel appareil régulier de tuf à bossage, ne sont certainement pas antérieurs au XIIIe siècle.

Fig. 62 – Saint-Jean-d’Aulps, le site de l’abbaye à partir du cadastre actuel (dessin J. Laidebeur, conseil général de la Haute-Savoie).

Fig. 63 – Saint-Michel-de-Connexe, mur de soutènement (cliché A. Badin de Montjoye).

Fig. 64 – Plan topographique du site de Souvigny (dessin S. Liégard).

83La situation est proche pour le prieuré clunisien de Souvigny, installé sur le coteau dominant la rivière de la Queune (fig. 64). Le relief a rendu nécessaire l’aménagement de terrasses, tant sur le site monastique qu’en aval de celui-ci. Le pendage initial du terrain est d’orientation sud-est. Dans l’église abbatiale, l’inclinaison des sols trahit cette pente. Ainsi, le sol de l’avant-nef se trouvait plus élevé de plus d’un mètre que celui de la nef, lui-même étant en pente douce vers l’est. Quant à la surélévation de la partie orientale de l’édifice, celle-ci est artificielle et liée à la présence, sous le déambulatoire, d’une sorte de crypte annulaire dont la fonction exacte reste à définir. Le chœur et le déambulatoire sont accessibles par des séries de marches, selon une disposition très courante. Pour compenser le pendage nord-sud, d’autres aménagements ont été réalisés. Peu de terrassements ont été effectués du côté nord de l’abbatiale, alors que sa partie sud a été édifiée sur une zone qui a fait l’objet de remblaiements. Le plus souvent, ces derniers se présentent sous la forme d’apports de terrain naturel remanié, mais aussi parfois sous celle de couches de sables de grès qui correspondent très probablement aux déchets de taille de pierre provenant de phases de travaux. Dans les jardins situés au sud de l’ensemble abbatial, il faut également souligner la présence de deux aménagements successifs de murs de terrasse dont le premier pourrait aussi avoir eu une fonction de mur d’enceinte. Ces constructions ont permis, aussi bien à l’époque médiévale qu’à l’époque moderne, de compenser la pente naturelle du terrain et de créer des zones relativement planes susceptibles d’accueillir des bâtiments et des aires d’activités.

84Au Monastier-sur-Gazeille, les églises abbatiales successives se sont développées à partir d’un édifice originel (fig. 35) et ont dû, de ce fait, s’adapter à la topographie. Dans la partie en amont de la zone, d’importants terrassements ont permis d’aménager des zones planes susceptibles d’accueillir les parties orientales des édifices. Toutefois, dans un dernier état, la pente naturelle du terrain a été mise à profit pour surélever le chœur de l’église. En revanche, vers l’aval, les constructeurs se sont contentés, au moins durant la dernière phase importante de construction (d’époque gothique), d’araser les bâtiments antérieurs et de rebâtir le nouvel édifice sur ces vestiges. Mais à la suite des différents tassements des terrains, des désordres considérables ont affecté les élévations de cette partie occidentale de la construction.

85La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon constitue aussi un exemple intéressant : l’extension à l’ouest se fait par la création d’une terrasse artificielle sur la berge et le lit de la Saône.

86Une autre solution consiste à étager les bâtiments en respectant peu ou prou le dénivelé. À Marnans, le prieuré conventuel de chanoines, établi au XIIe siècle, s’étage sur une pente régulière qui, du sud au nord, descend vers une rivière (fig. 65). Entre le sol de l’église et la galerie nord du cloître, le dénivelé est de plus de deux mètres, ce qui impliquerait que les galeries est et ouest aient été construites en gradins (Colardelle et al. 1983). Une situation comparable, plus contrastée encore, s’observe pour le prieuré de Pommiers-en-Forez. Le terrain en pente nord-sud impose un dénivelé qui atteint 4 m pour les 12 m séparant les constructions du prieuré et de l’église, entre celle-ci et l’aile sud du cloître.

Fig. 65 – Marnans, ancien prieuré. Église dans son site depuis le sud-est (cliché B. Roux, service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).

2.3.2. LES NIVELLEMENTS

87Au cours de leur histoire, certains édifices médiévaux ont vu leur environnement et leur aspect modifiés par d’importants travaux de nivellement.

88C’est le cas de l’abbaye de Cluny, érigée sur un relief englobant le lit majeur de la Grosne, deux terrasses alluviales successives et la base de la colline Saint-Maïeul, composée de marnes et de calcaires. L’important développement des constructions monastiques, à partir de la deuxième moitié du XIe siècle, a nécessité un profond aménagement du site impliquant, à l’est, des remblaiements sur la plaine alluviale et à l’ouest, le creusement des niveaux sédimentaires formant le pied de la colline (Rollier 2010a).

89À Ambierle, le parvis de l’église a été décaissé et nivelé au XVe siècle, à l’occasion de la construction de la façade gothique. À l’inverse, le terrain au sud-ouest de l’église a été relevé, à une période inconnue, par des apports naturels (ruissellement) et artificiels.

90Dans le département de l’Allier, plusieurs édifices semblent avoir été déchaussés comme à Cressanges, Lurcy-Lévis, Néris-les-Bains, Treban ou Tronget. Dans la plupart des cas, cette situation pro cède de nivellements réalisés récemment (au cours des XIXe et XXe siècles), soit à l’occasion du déplacement du cimetière qui entourait l’édifice, soit à l’occasion de travaux de réaménagement des abords du lieu de culte. C’est la purge du cimetière, vers le milieu du XIXe siècle, qui a placé le niveau du seuil de l’ancienne église de Moirans à une hauteur incongrue de 0,80 m au-dessus du sol.

2.3.3. DÉPLACEMENT DES ACCÈS

91Les contraintes topographiques peuvent aussi conduire à trouver des solutions alternatives permettant le bon fonctionnement de l’espace ecclésial comme l’établissement du cloître au nord de l’église. Les exemples auvergnats de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, de Marsat et de Menat ainsi que celui de Saint-Sulpice en Bugey en fournissent d’évidentes illustrations. Installée au pied d’une terrasse artificielle antique, sur un terrain en pente rapide du sud vers le nord, c’est très logiquement que l’abbatiale de Saint-André-le-Haut à Vienne a été bâtie en haut de pente, avec un cloître en contrebas sur son flanc nord (Baud, Parron, Zannettacci 2009 ; Baud, Zannettacci 2011). À Marnans, le cloître et l’ensemble des constructions régulières s’échelonnent sur la pente, du côté nord afin de donner à l’église un emplacement privilégié, en haut de pente, et lui épargner du même coup, pour partie au moins, les effets d’une extrême humidité.

92Cependant, des raisons plus conjoncturelles peuvent être à l’origine de cette disposition inusuelle. C’est probablement en raison de sa position au sud des principaux axes routiers, et donc des accès au monastère qu’empruntaient les visiteurs laïcs, que le cloître de Saint-Nizier-sous-Charlieu a été placé au nord.

93À Vagnas, les raisons sont d’une autre nature. Un fort désaxement du cloître et des bâtiments conventuels atteste l’écart chronologique avec la priorale (fig. 66). L’étude du bâti a montré l’existence d’une ouverture latérale ancienne dans le bras sud du transept de la priorale romane. Abandonnée à la fin du Moyen Âge, elle a été remployée dans un clocher annexe. Cette phase architecturale correspond à un épisode climatique pluvieux et torrentiel, qualifié de dérèglement hydraulique du « petit âge glaciaire », phénomène que l’on retrouve dans d’autres édifices régionaux comme dans l’abbaye-mère de Cruas. Dans ces deux établissements, le cloître roman qui devait se trouver au sud de la priorale a été recouvert par un colluvionnement important venant se bloquer contre l’église (Tardieu 2013).

Fig. 66 – Vagnas, plan général des vestiges du prieuré Saint-Pierre (plan F. Bréchon 1988, DAO Y. Montmessin).

2.3.4. MODIFICATION DES NIVEAUX DE SOLS

94Les sols intérieurs des édifices traduisent souvent la pente naturelle du terrain que les terrassements et autres aménagements topographiques ne suffisent pas toujours à effacer. À Saint-Laurent-de-Choulans de Lyon, le stylobate de la nef centrale est en légère pente et les gros blocs de fondation doivent être retaillés à l’horizontale au niveau de la base des colonnes (fig. 67) ; à Saint-Just, des salles souterraines voûtées à usage funéraire sont installées au départ de la pente ; à Saint-Irénée et d’après l’homélie 17 de l’évêque de Vienne Avit, le chœur surélevé s’oppose à la pente naturelle du terrain (Reynaud 1998 : 240-241). À Souvigny, le sol de l’ancienne abbatiale présente une pente orientale, faible, mais régulière de l’ordre de 4,5 %, qui permet de partiellement compenser une différence de niveau de sol extérieur. Au Puy-en-Velay, la plupart des sols dallés médiévaux de la cathédrale présentaient une pente vers l’ouest, d’environ 4 %, rattrapant en partie les importantes différences de niveaux des espaces environnant l’édifice.

Fig. 67 – Saint-Laurent-de-Choulans (cliché J. Tardieu).

95À l’église Saint-Patrocle de Colombier, l’exhaussement des niveaux de circulation extérieurs est de 1,10 m par rapport au sol de la nef du XIIe siècle. D’après la chronologie d’établissement des contre-forts, c’est vers la fin du Moyen Âge que ce remblaie ment aurait été effectué. À Paray-le-Monial et à Saint-André-le-Haut de Vienne, les multiples inhumations opérées à l’intérieur de l’église sont responsables de sensibles relèvements des niveaux de sol, alors qu’à Souvigny, ce sont des couches successives de jonchées, identifiées par la fouille.

96Un cas plus particulier est fourni par l’abbatiale de Cruas ; à partir du XIVe siècle celle-ci a subi de constantes et violentes inondations provoquées durant le « petit âge glaciaire » par les crues du proche ruisseau de Crûle. Ce dernier traversant les carrières de pierres a transporté des déchets de taille qui ont engorgé le site, ruinant le cloître et remplissant l’abbatiale. L’église alors en partie détruite suite à divers évènements politiques, les moines se sont déplacés vers le site haut, dit du « château des moines » ; la nef, comblée par les colluvionnements jusqu’au niveau de la tribune monastique et du portail occidental, a été peu à peu abandonnée. Les moines, impuissants devant l’ampleur de la tâche, ont renoncé à la vider et se sont contentés de niveler les remblais en étendant successivement des sols de chaux. Un carrelage de terre cuite a été installé à la fin des épisodes humides. Les incidences d’épisodes climatiques violents peuvent se retrouver sur d’autres sites comme à Grenoble où un sondage réalisé à l’intérieur de l’église Saint-Hugues a mis en évidence l’existence d’un dépôt d’inondation datable des premières années qui ont suivi la reconstruction de l’édifice, au début du XIIIe siècle (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 181). Au couvent des Augustins de Seyssel, plusieurs phases de transformation sont liées à des destructions causées par les inondations du Rhône.

2.4. LA CIRCULATION DES HOMMES

97Dans leur recherche de monumentalité et de mise en scène des accès, les constructeurs médiévaux se sont employés à tirer le meilleur parti des accidents du terrain. Cette recherche se traduit assez souvent par la présence d’un grand escalier occidental en avant de la façade de l’église. À la cathédrale du Puy-en-Velay, ce dispositif, exceptionnel par son ampleur, est pour une large part la reprise d’aménagements monumentaux antiques (fig. 12). On trouve de semblables exemples sur nombre d’autres sites, comme la cathédrale de Clermont-Ferrand, ou les abbatiales de La Chaise-Dieu, de Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille et de Saint-Menoux, pour ne citer que quelques sites auvergnats pour lesquels l’ancienneté des escaliers reste cependant à démontrer.

98Inversement, la morphologie naturelle du site de l’abbaye de Cluny a conduit à la création d’un escalier monumental plongeant vers le portail de l’avant-nef, qui place le visiteur arrivant devant l’abbatiale en situation de surplomb. Compte tenu de la configuration des différentes terrasses alluviales, il est plus que probable qu’il fallait tout autant emprunter un escalier pour accéder à la seconde abbatiale située en contrebas et construite à partir de 948. Il fallait aussi descendre dans la nef de l’église Saint-Polycarpe de Bourg-Saint-Andéol. Pour ce faire, un escalier a été installé dans la première travée de la nef après la porte occidentale. À Cruas, le monastère a été établi sur un cône alluvial en pente vers l’est. Là aussi, il fallait prendre un escalier placé après la porte permettant l’entrée dans l’abbatiale du XIIe siècle depuis l’ouest.

99Pareille disposition peut aussi se rencontrer en terrain plat, du fait de rehaussements successifs des sols extérieurs à l’église. La construction d’escaliers descendants est alors rendue nécessaire. Cette disposition est d’autant plus marquée que l’édifice est ancien et que son sol intérieur n’a pas été rehaussé. Elle se rencontre aussi bien dans des lieux de culte prestigieux, comme l’église Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, que dans des sanctuaires beaucoup plus modestes, comme l’église Saint-Blaise de Chareil-Cintrat. Dans ce dernier cas, les rehaussements responsables de la situation sont dus, d’une part, à la proximité de l’accès au château qui côtoyait le parvis de l’église et, d’autre part, à la présence du cimetière qui environnait celle-ci. Cette dernière explication vaut aussi pour l’ancienne église de Moirans : la façade du XIVe siècle ouvre sur une nef dont la hauteur du sol a été fixée au XIIe siècle.

100Dans le cas d’établissements dans des sites de vallée et plaine aux amplitudes altimétriques faibles tels Charlieu (fig. 68) ou Paray-le-Monial (fig. coul. 10), les conditions naturelles influent peu sur l’organisation des cheminements et la disposition des accès. L’impact lié à la configuration hydrologique des lieux, dans le cas de ces deux monastères, est cependant à prendre en compte, comme l’organisation générale du paysage humain au moment de l’implantation de tout établissement religieux, puis après celle-ci. Les transformations de ce paysage, qu’elles soient ou non liées à la présence des religieux, influent sur les relations spatiales de leur établissement avec son environnement. Les proximités de voies de communication, de gués ou de carrefours peuvent être des éléments déterminants pour l’emplacement des accès à l’en ceinte. L’abbatiale de Cruas est construite près d’un croisement routier entre une ancienne voie antique et un chemin menant vers le Rhône (fig. 44). Les tracés de deux importants chemins sont signalés près du prieuré clunisien de Pommiers-en-Forez.

Fig. 68 – Charlieu, vue générale de l’abbatiale (cliché V. Monnoyeur).

  • 13 Une opération préventive d’archéologie du bâti s’est déroulée sur cette chapelle en juin-juillet 20 (...)

101La présence de communautés de laïcs établies contre la clôture, sous la forme généralement de bourgs, implique une polarisation des accès, la zone d’accueil se trouvant de préférence du côté de la porte donnant sur la ville. Une porte donnant sur le bourg existait au nord-est de l’enceinte du monastère de Paray-le-Monial. Viviers disposait d’une porte monumentale (fig. 69) en avant de la cathédrale, surmontée d’une chapelle dédiée à saint Michel : elle permettait la liaison entre le quartier de la cathédrale et la ville (Esquieu, Guild 1996). La chapelle dite de l’évêque à Saint-Donat-sur-l’Herbasse offre aussi un exemple particulièrement suggestif et bien conservé de porte monumentale dont la solennité est renforcée par la présence en partie haute d’une chapelle dédiée à saint Michel (Thirion, Schricke 1974 ; Barruol 1992)13 [fig. 70]. Ce motif de l’entrée majeure (ici, celle de la clôture du prieuré) surmontée d’une chapelle archangélique, constitue un curieux rappel de dispositifs bien connus pour des périodes reculées, notamment l’époque carolingienne comme à Lorsch (Allemagne) ou à Saint-Riquier. Chapelle dynastique et mausolée des dauphins de Viennois fondée en 1228, la collégiale Saint-André de Grenoble ouvre au nord sur une place publique par un portail monumental orné de sculptures et peint, cependant qu’à l’ouest, un portail plus petit mais non moins orné constituait probablement l’entrée privée du prince et des dignitaires du chapitre. Les deux portes nord de Charlieu soulignent un axe de circulation passant dans l’enceinte, certes, mais en marge des bâtiments monastiques. La porte située au nord-est de l’enceinte débouche sur le bourg. Une différenciation dans les fonctions des deux accès du monastère est à souligner. La porte occidentale est attenante à l’aumônerie et à la chantrerie, alors que l’accès à la ville est proche d’un bâtiment appelé « prétoire » ou « audience » dont la fonction reste incertaine. S’agit-il d’un par loir, d’un auditoire de justice ou encore du loge ment des gardes surveillant la porte ? Les accès au monastère peuvent au cours du temps subir des transformations ou des suppressions comme à Pommiers où les fortifications de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe siècle provoquent une modification sensible des accès au cloître avec la condamnation de la porte sud. La circulation dans le prieuré ne se fait plus que par le bourg, dont l’accès est réglé par une porte fortifiée.

Fig. 69 – Viviers, porte monumentale surmontée de la chapelle Saint-Michel fermant le quartier de la cathédrale (cliché J. Tardieu).

Fig. 70 – Collégiale Saint-André de Grenoble, portail ouest ouvrant sur l’espace privé de l’hôtel urbain (cliché A. Badin de Montjoye).

Fig. 71 – Étoile-sur-Rhône, portail nord de la priorale, charte de franchise de 1244 (cliché J. Tardieu).

102Dans l’église paroissiale d’Étoile, l’accès principal se fait latéralement, sur le mur goutterot nord, afin de s’ouvrir sur l’axe principal nord-sud de la ville (Reynaud 1995c). Le portail nord, beaucoup plus monumental et orné que celui de l’entrée occidentale, précédé d’une imposante volée d’escalier, exhibe la charte de franchise des habitants (1244), gravée dans la pierre et insérée dans son tympan (fig. 71). Même disposition à la cathédrale Notre-Dame du Réal d’Embrun, où le portail latéral (portail du Réal) est précédé d’un auvent rajouté postérieurement dont les colonnettes reposent sur des lions accroupis, ou encore à Valréas (fig. 72).

103Dans le cas de Souvigny, la paroisse étant située dans le bas-côté nord de l’église priorale, les fidèles y accédaient par la porte nord, alors que les pèlerins utilisaient le portail ouest et que les moines entraient par le côté sud (fig. 73).

104Dans les églises paroissiales de Haute-Auvergne, les portails uniques ou principaux sont majoritairement à l’ouest, dans la partie nord-ouest de la région et au sud partout ailleurs (Roux 2004a). Le problème climatique ne semble pas être le facteur principal dans le choix d’ouvrir ces portails au sud. Il s’agit plutôt d’un facteur culturel puisque cette particularité peut être relevée essentiellement sur des édifices de petite et moyenne importance et dans un contexte culturel méridional tel que ceux de Guyenne, du Roussillon, des Alpes, du Brivadois ou du Velay : c’est le cas à l’église Saint-Jean du Monastier-sur-Gazeille.

105Les facteurs climatiques peuvent être aussi reconnus pour les églises du sud-est comme à Mornas (fig. 74), à Buis-les-Baronnies, Valréas (fig. 72) et à Cruas à l’époque paléo chrétienne, où les diverses ouvertures (portail, portes, fenêtres, etc.) au sud sont privilégiées par rapport à celles au nord, afin de lutter contre les effets du vent dominant, le mistral.

106Dans l’Allier, le portail monumental ouvert au sud de l’église de Chassenard fait figure d’exception. De ce côté, la proximité d’une croisée de chemins entre le Bourbonnais et le Brionnais par un gué sur la Loire peut expliquer cette monumentalisation de l’accès méridional de l’église.

Fig. 72 – Valréas, entrée latérale de l’église Notre-Dame de Nazareth (cliché J. Tardieu).

Fig. 73 – Souvigny, priorale Saint-Pierre, plan Souvigny 3 (milieu XIIe-3e quart du XIIe siècle) [L. Fiocchi/Ambre UMR. ARTéHIS 5524, CNRS].

Fig. 74 – Mornas, portail sud de Notre-Dame de Valromigier (cliché J. Tardieu).

Fig. 76 – La Garde-Adhémar, la contre-abside romane de l’église Saint-Michel (cliché J. Tardieu).

Fig. 75 – Valence, clocher-porche occidental de la cathédrale Saint-Apollinaire (cliché J. Tardieu).

107La cathédrale de Valence est implantée est-ouest en rebord de terrasse. Ses parties occidentales qui dominent la vallée du Rhône ne permettent pas une entrée monumentale, faute de place et de recul. C’est donc le clocher (reconstruit au XIXe siècle) qu’il a été décidé de dresser sur ces parties (fig. 75). À l’inverse, dans l’ancienne priorale de Saint-Jacques (ancien monastère de Saint-Ruf après la destruction de la maison-mère qui était située extra-muros, au bord du Rhône), c’est l’abside occidentée qui surplombe la vallée (la priorale s’ouvrait à l’est sur une voie parallèle au cardo, héritée du parcellaire antique) [Rageau et al. 2010]. De même, plus au sud, à La Garde-Adhémar, l’église possède une contre-abside romane à l’ouest en position similaire, affirmant ainsi le caractère sacré de l’édifice (fig. 76).

2.5. LA GESTION DE LA CIRCULATION DE L’EAU

108La circulation de l’eau dans le contexte de l’espace ecclésial peut s’avérer importante. Les techniques hydrauliques médiévales obéissent toutes à la contrainte de la gravité, qu’elles soient utilisées pour l’adduction, les évacuations ou le drainage. À cette obligation de respecter les conditions données par la physique et qui peuvent avoir des conséquences sur l’organisation du bâti, il faut ajouter d’autres préoccupations liées à la représentation de l’eau. De l’eau du second jour à l’eau de Jourdain, de l’eau bénite à l’eau servile, le liquide prend différentes acceptions qui évoluent en fonction du lieu et de la symbolique du geste. Pour un ensemble comme un monastère, les besoins d’évacuer ou de faire venir l’eau dans un espace relativement fermé trouvent diverses solutions qui sont adaptées à la topographie, à la fonction architecturale et au statut du religieux.

  • 14 « En été, la Rivière de Gère (rivière qui prend sa source à Bonnevaux pour se jeter dans le Rhône à (...)

109Les multiples utilisations de l’eau lui confèrent diverses formes. Elle se trouve très souvent citée dans les coutumiers clunisiens sous la forme d’eau bénite. Selon les coutumes de Cluny, le corps du moine défunt doit être lavé par les frères avec de l’eau chaude (Migne 1844-1864, t. 149, col. 773, Ulrich, liber secundus, XIII et XV). D’après les miracles d’Odilon, un certain nombre de cas de guérisons sont obtenus en baignant les yeux ou les membres malades avec de l’eau. On verse dans les oreilles du malade de l’eau avec laquelle on a lavé le corps du saint abbé, selon la procédure d’inhumation rapportée par Jotsald (Jotsald 1999). Cette eau avait été précieusement conservée en vue d’une telle utilisation. L’eau bénite est utilisée pour asperger les lieux claustraux lors des processions dominicales des moines clunisiens. De tels récits illustrent bien la part de sacralité attachée à l’élément liquide, employé dans l’accomplissement des rites et de la liturgie. À l’opposé, il y a l’eau se chargeant d’immondices, que l’on éloigne des lieux sanctifiés et que fréquente le moine dans la part triviale de la vie communautaire. Les règles et les coutumiers ne sont pas avares de renseignements sur le fonctionnement de la cuisine avec sa fontaine, sur l’utilisation de l’eau pour le nettoyage des sols et des différents ustensiles, sur le lavage des sous-vêtements dans des lavabos pouvant éventuellement être bien adaptés à l’utilisation qui en est faite (Migne 1844-1864, t. 149, col. 707, Ulrich, liber secundus, XIII et XV). L’eau des latrines forme l’extrême état d’un élément à qui l’on demande de transporter les fanges du corps, comme l’illustre « la vie du vénérable Amédée d’Hauterives, moine de Bonnevaux » en relatant le curage des immondices dans les cours de l’abbaye en temps de sécheresse (Dimier 1968)14. Si elle peut s’expliquer du point de vue de la topographie physique et de la circulation de l’eau au sein de la clôture, l’opposition géographique entre l’église et les latrines signe aussi une hiérarchisation des lieux, où se trouvera l’eau dans sa fonction la plus appropriée, qui s’attache à orienter le moine vers la voie de l’ange.

2.5.1. LES TOPONYMIES

110Les enquêtes relatives à la toponymie n’ont guère été conduites qu’en Auvergne. Dans le département de l’Allier, il faut mentionner l’ancienne paroisse d’Isle (commune d’Isle-et-Bardais) qui correspond à une implantation en zone palustre que certains auteurs n’hésitent pas à attribuer à la fondation d’un monastère au VIIe siècle. Il est vrai que les sites ecclésiaux implantés en milieu humide trouvent souvent leur origine dans une fondation monastique. Le site de l’abbaye de Septfonts (commune de Diou) entre dans cette catégorie. D’un point de vue hydrique, l’environnement de ce dernier présente d’ailleurs des caractéristiques assez comparables à celles du site d’Isle. Toujours dans le département de l’Allier, on peut également citer l’abbaye Saint-Gilbert à Saint-Didier-la-Forêt, aussi appelée Neuffonts, toponyme là encore caractéristique d’un environnement où l’eau est particulièrement présente. On citera, pour le Puy-de-Dôme, l’abbaye de Bellaigue (commune de Virlet). À Verneuil-en-Bourbonnais, l’ancienne église paroissiale (aujourd’hui désaffectée) est désignée du nom de Notre-Dame-sur-l’Eau. En revanche, ce toponyme n’est guère compréhensible, car il ne semble pas y avoir de source sur le site et la rivière coule beaucoup plus bas, au fond de la vallée. On peut se demander s’il n’y a pas eu une déformation de Notre-Dame-sur-le-Haut, par exemple, ce qui serait beaucoup plus en rapport avec la disposition du site.

2.5.2. LES UTILISATIONS

111Dans l’espace ecclésial, l’eau peut être utilisée à diverses fins. Elle dispose d’un rôle important dans la liturgie. Mais elle sert aussi de manière plus triviale au quotidien pour les besoins de la boisson.

Fig. 77 – Aleyrac, abbatiale Notre-Dame-la-Brune (cliché J. Tardieu).

Fig. 78 – Aleyrac, abbatiale Notre-Dame-la-Brune, façade occidentale (cliché J. Tardieu).

2.5.2.1. La fontaine sacrée

112Dans le département de l’Allier, les recensements réalisés par M. Piboule ont permis d’identifier près de 150 sources, dont plus d’une centaine anciennement sanctifiées (Piboule 2000). Près de la moitié de ces points d’eau sont censés avoir des vertus curatives. Quelques autres sont en rapport avec des rites liés à la fécondité, au mariage, à la pluie ou encore à la protection des biens. L’importance des rites associés à ces sources explique probablement que nombre d’entre elles furent christianisées.

113Dans le Puy-de-Dôme, on connaît plusieurs fontaines associées à des lieux de culte : à Saint-Cirgues de Clermont-Ferrand se trouvait la fontaine d’Abraham, fondateur du monastère au Ve siècle. La fontaine Saint-Ferréol est située à 2 km de Saint-Julien de Brioude sur la route qui y conduit depuis Clermont. On trouve aussi la fontaine Saint-Martial à Nohanent, associée à une chapelle. La fontaine Saint-Martin, qui existait sur le chemin du Puy-d’Aubière, est représentée au XVe siècle sur l’armorial de Guillaume Revel (Laffont 2011).

114La présence d’une source sur le site même d’un lieu de culte est un autre cas de figure que l’on rencontre parfois, comme à la chapelle Saint-Rémy de Saint-Sauvier. C’est aussi très probable ment la volonté de christianiser une source, objet sans doute d’une vénération plus ancienne, qui est à l’origine de la fondation de ce petit sanctuaire placé sous le double vocable de Saint-Jean et Sainte-Marie-Madeleine. L’eau sourd au sud de l’église sous une niche. Elle est réputée guérir les maladies oculaires, les rhumatismes et les paralysies. Un pèlerinage y avait lieu tous les 24 juin. La priorale d’Aleyrac, église d’un prieuré bénédictin de femmes dépendant de l’Île Barbe à Lyon (Rouquette 1974, notice 2 : 30-33 ; Tavernier 1992 ; Hartmann-Virnich 1996a), est construite au bord d’un vallon (fig. 77) et sur une source aménagée renommée comme curative pour les maladies de peau. La déclivité et la présence de la source ont nécessité d’importantes substructions dans les parties occidentales qui dominent le vallon. En effet, la travée occidentale de la nef (second quart ou tiers du XIIe siècle) s’ouvre par un portail surplombant le vide. On devait donc accéder à l’église par une passerelle (fig. 78). À l’intérieur, il n’y a plus de sol correspondant à cette première travée. Ouverte sur deux niveaux, celle-ci abrite 3 m en contrebas la source aménagée qui s’écoule du nord au sud. On y accède de plain-pied depuis l’extérieur par une porte percée dans les parties basses du mur goutterot sud. Le reste de la nef repose sur le rocher. Dans la nef, il faudrait restituer depuis la porte occidentale un plancher de bois installé sur des ressauts ménagés dans les murs goutterots. Une fontaine miraculeuse aurait existé à Domérat, dans la crypte du XIe siècle existant sous le chœur de l’église paroissiale. Aujourd’hui, aucune trace de fontaine ou de puits ne subsiste. On y vénérait Notre-Damede-la-Râche et l’eau qu’elle recelait avait la vertu de soigner les maladies de peau dont la lèpre, ce qui est probablement en relation avec l’implantation d’une léproserie au XIIe siècle, à environ 2 km au nord-est du bourg de Domérat.

  • 15 Dans ce dernier cas, daté de la deuxième moitié du XIIe siècle, on peut véritablement parler d’égli (...)

115L’église paroissiale de Chaussan, dédiée à Saint-Jean-Baptiste, est mentionnée en 1228 (Tardieu 1995). Elle dépendait du chapitre de Saint-Just de Lyon. Construite sur des vestiges entre autres du IIe siècle ap. J.-C., l’église aurait brûlé vers 1362 et, profanée, aurait fait l’objet d’une réconciliation en 1365. Partiellement reconstruite au XVe siècle, agrandie en 1669, et très restaurée vers 1830, les parties romanes sont malgré cela encore lisibles. Sa particularité est d’être construite autour d’un puits que la tradition attribue à l’époque gauloise. Il faisait l’objet d’un pèlerinage annuel le 29 août, fête de la Décollation de Jean-Baptiste, et il passait pour guérir de la surdité. Il existe plusieurs exemples de puits intégrés dans une église, comme à la cathédrale de Chartres, Saint-Martin de Vendôme, Saint-Quiriace de Provins, la cathédrale de Coutance, l’église fortifiée des Saintes-Maries-de-la-Mer qui contient de l’eau douce, ou encore la Ferté-Villeneuil15. À Chaussan, le puits est situé en haut de l’allée centrale de la nef, en avant du chœur, à la croisée du transept (fig. 79). Lorsque le dallage a été refait, il a été obturé par une dalle de pierre des carrières du Mouillon percée d’un orifice de puisage. La margelle est perdue. Le captage (7,50 m de hauteur) présente un profil en forme de cloche (diamètre maximum 1,95 m) et se compose d’une cheminée cylindrique appareillée sur 1,40 m de hauteur et d’un fond évidé dans le terrain naturel (gneiss) : il se remplit par infiltration. Un autre puits est signalé au XIXe siècle sous le montant gauche du grand portail de l’église paroissiale voisine de Saint-Pierre de Mornant. Ces puits font partie avec d’autres d’une série localisée sur un fil d’eau courante. En Auvergne, on citera les puits des cryptes de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, de Saint-Saturnin et de Mozac ; le puits et la fontaine qui coule dans la nef de Notre-Dame-des-Fers d’Orcival, ainsi que celui creusé à proximité d’un caveau à Plauzat ; à Nohanent, un puits capte des sources qui coulent sous l’église ; enfin à Saint-Julien de Brioude ce sont des sources de proximité qui sont puisées.

Fig. 79 – Chaussan, église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (dessin J. Tardieu, d’après Chassagneux).

2.5.2.2. L’eau du baptême

  • 16 D’ailleurs, dans un dernier état, cette rigole fut obturée lors d’une réfection de l’enduit interne

116Les diverses fouilles réalisées dans la région considérée ont permis l’analyse de plusieurs lieux de baptême, comme à Lyon, Grenoble, Valence, Roanne (fig. 80), Brioude ou le Puy-en-Velay. À l’instar des baptistères étudiés dans d’autres régions christianisées, ces sites ont été des lieux de modifications successives. Le passage progressif du baptême par immersion au baptême par infusion a eu comme grande conséquence l’abandon de systèmes d’adduction souvent complexes. Le baptistère de Lyon était alimenté par une conduite de plomb dont l’eau pouvait provenir du réseau urbain d’amenée d’eau. L’évacuation s’effectuait grâce à un système élaboré de deux conduites également en plomb (Reynaud 1998). De même, à Grenoble, comme à Valence (Parron-Kontis 2006), une conduite en plomb alimentait la cuve baptismale (Baucheron, Gabayet, Badin de Montjoye 1998 : 86-87). À Meysse, l’église baptismale de l’époque paléochrétienne comportait une cuve aménagée au cœur d’une grande abside (fig. 81), et au-dessus d’une fosse remplie de galets identifiée comme un puisard mais dépourvue de toute arrivée d’eau (Reynaud 1989 ; 1995b). Pour le Puy-en-Velay, les fouilles réalisées dans l’église Saint-Jean et la découverte d’une cuve centrale ne comportant toutefois aucun système d’adduction ou d’évacuation d’eau ont confirmé la fonction baptismale de l’édifice et son ancienneté (VIe siècle) ; dans le sanctuaire de la cathédrale, la structure hexagonale, surmontée d’un ciborium, qui a été mise au jour a été interprétée comme des fonts baptismaux du IXe siècle (fig. 82). Aucun système d’alimentation n’était associé à cette structure, l’eau baptismale étant probablement disposée dans une vasque au centre de cet édicule. Ce n’est donc pas la présence d’eau qui a conditionné la mise en place de ce dispositif, mais plus vraisemblablement l’affectation liturgique de l’espace qui l’abritait. Il faut souligner qu’à sa base se trouvait une rigole d’évacuation d’eau qui donnait sur le dallage environnant. Les écoulements de liquide ne devaient pas être très importants, sinon une véritable canalisation aurait alors été aménagée16. Initialement, cette construction se trouvait dans un espace occidental, attenant probable ment à l’église cathédrale de l’époque. Par la suite, la reconstruction de la cathédrale au Xe siècle, avec extension vers l’ouest, a entraîné son intégration. Ces supposés fonts baptismaux se trouvaient dans la nef, contre la clôture du sanctuaire, à un emplacement où ils ont subsisté, semble-t-il, jusqu’au XIIIe siècle. C’est d’ailleurs à partir de cette date que la proche église Saint-Jean est mention née dans les textes comme baptistère. Il est donc possible qu’il y ait eu un déplacement du lieu de baptême probablement motivé par des raisons liturgiques et non par une disponibilité de l’eau, celle-ci pouvant très bien être apportée de l’extérieur pour remplir les fonts baptismaux (Liégard, Fourvel 2002b).

Fig. 80 – Roanne, fouille du baptistère (cliché M.-A. Guédon-Bunuel).

Fig. 81 – Meysse, église baptismale, abside (cliché J. Tardieu).

Fig. 82 – Le Puy-en-Velay, fonts baptismaux carolingiens mis au jour dans la cathédrale Notre-Dame (cliché S. Liégard).

2.5.2.3. L’alimentation en eau

117Si l’alimentation en eau peut être liée à des installations liturgiques comme le baptistère, elle peut également être attachée à des usages plus quotidiens.

118Les sondages archéologiques effectués dans l’angle sud-ouest du cloître de Souvigny ont mis au jour des vestiges : ils correspondent à un muret curviligne lié par un mortier de tuileau et pourraient être en relation avec un point d’eau. Néanmoins, l’état de conservation de cette structure ne permet pas une identification fiable (fig. 83). En revanche, un des murs de l’église du monastère était percé d’un petit conduit voûté en berceau par lequel passait vraisemblablement une conduite d’eau (Chevalier, Maquet 2003b ; Chevalier et al. 2007). Un dispositif similaire a été remarqué à Cluny lors des fouilles effectuées à l’emplacement de l’ancienne salle du chapitre. Dans ce cas, la conduite qui passait à cet endroit pouvait alimenter, depuis le cloître, une fontaine située dans l’environnement de l’infirmerie des moines. La largeur du canal laisse la place à un ensemble composé d’un tuyau d’adduction et d’un petit égout permettant de récupérer les eaux de fontaine, dispositif qu’il a été permis d’apprécier lors des fouilles de la cuisine monastique de Tournus (Saint-Jean Vitus à paraître). Dans ces différents exemples, des fontaines et notamment le lavabo du cloître n’ont pas été mis en évidence. Ce n’est peut-être pas le cas à Charlieu où, en 1992, dans le jardin du cloître, une tranchée de canalisation d’eau a été découverte avec à la perpendiculaire une autre de même type. Ce système hydraulique complexe appartiendrait éventuellement à un lavabo des alentours de l’an Mil. À Saint-Germain-des-Fossés, l’alimentation en eau était fournie au moyen de fontaines. À Menat, une fontaine à jet paraît avoir existé dans le cloître, dont l’eau provenait du captage de la source de Fontuade. Le cloître de Léoncel possédait un lavabo dont l’emplacement est perdu. En revanche, l’existence de cette fontaine est attestée grâce aux deux vasques monolithes (une grande et une petite qui pouvaient être superposées), actuellement conservées dans deux exploitations agricoles de la commune.

Fig. 83 – Souvigny, canalisation médiévale avec et sans sa couverture de dalles, rue du Chapeau-Rouge (cliché M. Bertrand).

Fig. 84 – Saint-Pierre-de-Curtille, puits dans le cloître de l’abbaye d’Hautecombe (cliché J. Tardieu).

119Outre les alimentations par conduite sous pression, le système du puits apparaît courant. À Souvigny, au centre du cloître gothique, un sondage archéologique a mis au jour un creusement de 2,80 m de profondeur qui atteste de la présence probable d’un puits circulaire de 1,20 m de diamètre récupéré et comblé à une époque semble-t-il assez récente (Hettiger 1993). La tranchée de fondation du puits du cloître, antérieure au mur bahut de la galerie ouest datable des XIe -XIIe siècles, a pu être observée à Charlieu. À la période gothique, le puits est consolidé et surhaussé. Une structure assise sur quatre piliers est installée pour le couvrir. Deux autres bases de pilier ont été retrouvées entre le puits et la galerie sud, indiquant peut-être l’existence d’un passage couvert pour atteindre le point d’eau. À Ménat, ce sont deux puits qui alimentaient l’abbaye en eau, l’un dans la cour du château abbatial, l’autre dans le cloître, à l’angle nord-ouest. À Pouilly-lès-Feurs, le prieuré s’ordonne autour d’un quadrilatère centré sur un puits (Reynaud 2002 : 150). Dans l’abbaye cistercienne d’Hautecombe, le puits occupe l’angle sud-est du cloître (fig. 84).

Fig. 85 – La Bénisson-Dieu, margelle du puits du cloître (cliché J. Tardieu).

120L’abbaye cistercienne de La Bénisson-Dieu possédait dans son cloître, aujourd’hui totalement disparu, un puits qui a été fouillé (Tardieu, Christophe 1986). Le cuvelage est en briquettes de remploi (XVIIe siècle ?) sur une hauteur d’1,68 m. Cette maçonnerie repose à sa base sur une couronne circulaire en bois (0,32 m d’épaisseur et 0,21 m de hauteur) formée de trois segments courbes de même dimension (selon la technique dite du « rouet »), le tout reposant sur le sable du terrain naturel. Il était couronné d’une haute margelle formée d’un anneau de granite monolithe (diamètre supérieur 1,46 m, ouverture de 0,98 m) qui pourrait avoir appartenu à un puits plus ancien. Légèrement évasée, cette margelle a été taillée en quatre phases, ce qui lui donne la forme d’un anneau irrégulier (fig. 85).

121Au chevet de la cathédrale du Puy-en-Velay, il existe une citerne piriforme dont l’origine pourrait remonter à l’Antiquité. En effet, l’emprise de cet aménagement souterrain (de près de 4 m de profondeur) se trouve en partie sous le mur du chevet de l’église, indice plaidant en faveur de son antériorité. Dans le mur du chevet de la cathédrale, juste au-dessus de la margelle de puits couronnant cette citerne, une inscription latine vante les vertus médicinales de cette eau qui provenait probablement à l’origine de toitures de bâtiments : « Par l’action divine cette fontaine sert de remède aux malades. Elle leur vient en aide gratuitement lorsque la science d’Hippocrate s’avère impuissante. » (Cubizolles 2005 : 68). La monumentalité de cette inscription (5,20 x 0,60 m) est certainement en rapport avec l’importance accordée à ce point d’eau qui devait être le siège de rites à vocation curative. Il faut souligner que d’autres citernes assez comparables sont conservées dans la ville haute du Puy, notamment dans les sous-sols des bâtiments de l’évêché, mais a priori, on ne prête pas à ces dernières de vertus similaires. Des citernes existaient également dans les abbayes de Charlieu et de Boscodon.

Fig. 86 – Saint-Jean-d’Aulps, l’abbaye Sainte-Marie-d’Aulps entre le bief et les moulins (dessin G. Rollier).

2.5.2.4. L’eau du moulin et du vivier

122L’implantation de certains monastères est manifestement condition née par les ressources hydriques disponibles localement. L’abbaye Saint-Gilbert de Saint-Didier-la-Forêt illustre parfaite ment ce cas de figure. Localisée non loin d’une zone de confluence de plusieurs ruisseaux avec la rivière de l’Andelot, cette abbaye était environnée de nombreux étangs aménagés sur le cours des ruisseaux, de plusieurs moulins et aussi probablement d’un bief dérivant une partie des eaux de l’Andelot vers l’abbaye. Dans cette région, la rivière la plus importante, l’Allier, est réputée pour ses crues violentes et son régime irrégulier, ce qui la rend peu apte habituellement à ce type d’exploitation. Les moulins sur son cours sont peu abondants et s’installent plus volontiers sur les petits affluents. La charte de fondation de Sauxillanges (Sx. 13, Doniol 1864) en mentionne cinq installés sur l’Eau‑Mère. On constate aussi la présence de nombreux étangs et biefs. Un canal est encore aménagé entre 1685 et 1755 ; il semble succéder à des ouvrages plus anciens de même nature. Les moines de Cluny vont modifier complètement la physionomie de la vallée au droit de celle-ci entre le Xe siècle et le XIIIe siècle : ils installent deux digues et plusieurs dérivations afin, d’une part, de se protéger des crues de la Grosne, et, d’autre part, de faire tourner plusieurs roues hydrauliques dont celles du moulin abbatial construit dans la tour des Moulins. À l’abbaye de Sainte-Marie-d’Aulps, le moulin monastique est installé dans un ancien cours asséché du Glénant, longeant la bordure sud du cloître, et dont l’alimentation est permise par un bief issu en amont d’un affluent du torrent (Rollier 2010a) [fig. 86].

123Plusieurs abbayes cisterciennes de Rhône-Alpes ont conservé en plus ou moins bon état leurs étangs. Ce sont ceux en batterie de Saint-Sulpice en Bugey, Chézery et Bonnevaux. Pour Saint-Sulpice, le site retenu est celui d’un fond de vallon, aujourd’hui composé de trois étangs artificiels aménagés en amont des bâtiments. Un ruisseau allant du sud au nord a été détourné sous l’impulsion des cisterciens, par trois barrages successifs, en un canal de dérivation qui se dirige vers un moulin. Une chute d’eau alimentait une forge et le ruisseau.

2.5.3. LA LUTTE CONTRE LES EAUX

124La lutte contre les eaux de ruissellement ou de nappe peut conduire à des aménagements qui, bien que peu visibles, peuvent être d’ampleur. Les sites présentant une configuration en terrasse sont souvent confrontés à des problèmes d’humidité comme pour le chevet de l’église Saint-Jean du Monastier-sur-Gazeille qui se trouve encaissé dans la zone amont du site. De fait, l’édifice devait être relativement humide, ce que confirme le bon état général de conservation des cercueils en bois des inhumations découvertes à l’intérieur. Ces observations tendent aussi à indiquer que, jusqu’à une date récente, le drainage de l’édifice devait être inexistant ou inefficace. Il faut d’ailleurs noter que les seuls vestiges de drains mis au jour semblent dater du XIXe siècle (Hettiger et al. 1992 : 18). Néanmoins, l’ampleur de ceux-ci reflète bien l’importance des arrivées d’eau et les problèmes que cette situation a pu engendrer. Pour le prieuré d’Ambierle, l’implantation des édifices à mi-pente d’une colline granitique a entraîné des problèmes de ruissellement : il a fallu les diriger de manière à éviter l’inondation des bâtiments proches. Cela a nécessité la mise en place de quatre canalisations d’évacuation d’eau d’époque moderne dont : un canal maçonné se dirigeant vers un puits englobé dans le deuxième contrefort en partant de l’ouest, une canalisation en céramique se dirigeant vers le premier caniveau et sur le parvis, en avant de la façade de l’église, une galerie souterraine de type collecteur. Ces aménagements, qui ont perturbé les niveaux médiévaux, ont peut-être fait disparaître les traces de dispositifs de même nature mais plus anciens.

Fig. 87 – Marnans, caniveau maçonné, aile nord des bâtiments réguliers du prieuré (cliché A. Badin de Montjoye).

125À Saint-Chef, la question de l’évacuation des eaux semble avoir été prise très tôt en compte. L’espace pour le chevet de l’abbatiale a été gagné sur le pied d’une pente entraînant des ruissellements permanents (fig. 61). Des sondages effectués en 1999 ont per mis d’observer le haut des maçonneries de la crypte établie dès l’origine sous l’abside principale, et de reconnaître, construit en appui contre elles, un caniveau très soigneusement aménagé et cou vert en lauses (Badin de Montjoye 2000). Quoiqu’aucune preuve archéologique sûre n’ait pu en être établie, il semblerait que ce dispositif soit contemporain de la construction même de la crypte. À Marnans, où l’ancien couvent de chanoines était établi au pied d’une colline morainique, les fouilles ont montré que les systèmes de canalisation et de drainage des eaux de ruissellement ont été multipliés tout au long de la période d’occupation du site, certaines conduites traversant même les murs. Nul doute que l’humidité, comme encore aujourd’hui dans l’église, ait posé aux habitants de l’endroit un problème incessant (fig. 87).

126Le lieu du cloître du couvent franciscain de Charrière à Châteauneuf-de-Galaure semble avoir été drainé antérieurement à la construction du cloître. En effet, un caniveau maçonné et couvert qui passe sous la pile de l’angle nord-est du cloître se dirige sous l’aile nord, la ruelle puis le réfectoire, pour ressortir sous ce dernier construit à l’aplomb de la vallée de la Galaure.

127Le site de Souvigny renferme dans son sous-sol un vaste réseau de canalisations destinées à drainer les eaux issues des secteurs situés en amont de l’abbaye vers l’aval et notamment vers la vallée de la Queune. Les différentes interventions menées ces vingt dernières années ont révélé la présence de trois principaux types de conduites. Les plus modestes, qui sembleraient dater du Moyen Âge, sont des aménagements composés simplement de tuiles juxtaposées. La deuxième catégorie correspond à des constructions constituées d’un fond, de deux murets et d’un système de couverture à base de dalles de pierre. Certaines semblent être contemporaines de collecteurs plus imposants, véritables canalisations maçonnées voûtées dont les dimensions internes peuvent dépasser le mètre. Ces deux derniers types d’aménagements appartiennent pour la plupart à un réseau d’évacuation d’eau construit durant les époques moderne et contemporaine. Ils reprennent peut-être en partie des portions de canalisations plus anciennes telles que celles récemment découvertes aux abords du château. La complexité de ce réseau est liée à l’importante imperméabilité du sous-sol. Ce dernier, de nature argileuse, présente par ailleurs l’avantage de favoriser la conservation des matériaux organiques comme les végétaux et les bois entre autres.

128Les investigations archéologiques menées sur le site de l’abbaye de Saint-Gilbert à Saint-Didier-la-Forêt n’ont pas permis d’apporter d’informations véritablement exploitables. On peut simplement signaler la découverte des restes d’une canalisation maçonnée qui passait sous la salle capitulaire et qui pourrait témoigner de l’existence d’un ancien système d’évacuation d’eau ou de drainage. Toutefois, aucun vestige de drain n’était conservé en périphérie de la salle capitulaire, secteur qui a fait l’objet de terrassements réalisés sous surveillance archéologique. Dans l’abbaye Saint-Pierre de Mauriac, les moines ont construit un drain le long de la salle capitulaire. Le drainage de l’église de Léoncel en 1997, a permis de retrouver les traces d’anciens réseaux hydrauliques en avant de la façade occidentale de l’abbatiale (Tardieu 1997). Diverses opérations archéologiques ont aussi permis la mise en évidence de dispositifs d’assainissement comme à Charlieu, Saint-Nizier-sous-Charlieu, Saint-Julien de Brioude, à la cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux, au couvent des minimes de Beauregard-l’Évêque, ou encore dans l’église Saint-Loup de Billom.

129Le site de Cluny offre un cas précis et intéressant, montrant une adaptation rapide d’un système de drainage insuffisant en véritable système de captage des eaux de ruissellement et de nappe. Un ensemble de petits conduits qui peuvent être maçonnés dans le sommet des fondations, elles-mêmes drainantes, est remplacé au niveau de la façade romane et de l’avant-nef par un important réseau ramifié d’égouts permettant de rejeter les eaux de ruissellement et de la nappe sous pression aussi bien au sud, dans un égout embranché sur l’évacuation générale du monastère, qu’au nord de l’église dans un fossé puis, au XVIIIe siècle, dans un égout maçonné (Rollier 2010b).

Notes

10 La cité de Die supplante Luc-en-Diois en tant que ville principale des Voconces du nord dans une période comprise entre 69 de notre ère et le IIIe siècle.

11 Fouille programmée en cours depuis 2002, sous la direction d’Alain Badin de Montjoye.

12 L’intérêt de cette dernière pour le lac et les possibilités offertes par la navigation s’affirme par l’existence, dès la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, d’un édifice proche communément appelé « grange batelière » ou « grange d’eau » qui permet au rez-de-chaussée d’apponter des barques dans un abri fermé et de stocker à l’étage.

13 Une opération préventive d’archéologie du bâti s’est déroulée sur cette chapelle en juin-juillet 2011 (SA Archeodunum) sous la responsabilité d’E. Boissard.

14 « En été, la Rivière de Gère (rivière qui prend sa source à Bonnevaux pour se jeter dans le Rhône à Vienne), à moitié desséchée par les ardeurs du soleil, n’était plus capable d’entraîner les ordures des égouts et que l’odeur nauséabonde qui s’exhalait sans cesse de ces tas d’immondices était très funeste à la santé des habitants, après Sexte, alors que selon la coutume de l’Ordre, les moines reposaient au dortoir, le très saint Amédée, revêtu de son scapulaire, s’introduisait sous les latrines, et avec une pioche il rassemblait les eaux en un ruisseau, par le moyen duquel, dispersant peu à peu avec une pelle les monceaux d’ordures et toutes les immondices à l’odeur fétide, il nettoyait, autant qu’il était possible, cet affreux cloaque. »

15 Dans ce dernier cas, daté de la deuxième moitié du XIIe siècle, on peut véritablement parler d’église-fontaine.

16 D’ailleurs, dans un dernier état, cette rigole fut obturée lors d’une réfection de l’enduit interne.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 – Lyon, groupe cathédral (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 18 – Vienne, terrasses gallo-romaines de Saint-André-le-Haut, vue du chevet depuis le cimetière, gravure du XIXe siècle (Musée de Vienne).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 19 – Néris-les-Bains, mur nord d’origine antique de l’église Saint-Georges (cliché S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 20 – Alba, Saint-Pierre, plan des structures paléochrétiennes et médiévales (dessin Y. Esquieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 21 – Saint-Romain-de-Jalionas, le Vernai (cliché R. Royet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 22 – Saint-Romain-de-Jalionas, le Vernai, église IVe-Ve siècle (dessin et DAO R. Royet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 23 – Sainte-Jalle, sept autels votifs dédiés aux Baginatiae (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 24 – Sainte-Jalle, nécropole antique et médiévale au sud de l’église (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 25 – La Garde-Adhémar, le Val des Nymphes, site des sources (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 26 – La Garde-Adhémar, site du Val des Nymphes, les édifices religieux de Saint-Martin (arasé) et Notre-Dame (dessin Fr. Vaireaux, DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 27 – Érôme, plan de l’église Notre-Dame-de-la-Mure et des vestiges antiques (d’après le plan d’A. Jakob, CNR 1970, et les relevés d’A. Blanc, 1971 ; DAO M. Passelac, CNRS, 2007).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 28 – Érôme, Notre-Dame-de-la-Mure, fouilles sur le chantier de la CNR (archives du SRA Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 29 – Marcilly-le-Châtel, remplois antiques en soubassement du mur sud du transept du prieuré (dessin Chr. Le Barrier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 30 – Lieux de culte du département de l’Allier associés à des nécropoles mérovingiennes (dessin S. Liégard et A. Maquet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 31 – Chareil-Cintrat, relevé des chevets successifs de l’église Saint-Blaise (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 32 – Souvigny, priorale Saint-Pierre, restitution du plan carolingien (L. Fiocchi/Ambre UMR. ARTéHIS 5524, CNRS).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 33 – Vienne, temple d’Auguste et de Livie, lecture archéologique de la façade sud du temple transformé en église (DAO M. Zannettacci à partir d’un cliché de la médiathèque du Patrimoine, « Temple d’Auguste et de Livie », Edouard Baldus, 1852).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 34 – Donzère, chapelle Saint-Benoît du cimetière, fouilles de Claude Boisse (cliché Cl. Boisse, archives du SRA Rhône-Alpes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 35 – Le Monastier-sur-Gazeille, restitution des différents états de l’église Saint-Jean-Baptiste (dessin d’après P. Combes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 36 – La Garde-Adhémar, site du Val des Nymphes, vestiges de l’église Saint-Romain (dessin Fr. Vaireaux, DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 37 – Colonzelle, prieuré Saint-Pierre, plan des églises successives et des sondages (dessin, fond de plan, L. Vincent 1956 et Fr. Vaireaux 1994, DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 38 – Grenoble, situation des nécropoles suburbaines (Bas-Empire et haut Moyen Âge) [Colardelle 2008].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 39 – Grenoble, église Saint-Laurent (cliché Fr. Pattou).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 40 – Vagnas, milliaire dit de la pierre plantée (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 41 – Saint-Menoux, plan des vestiges mis au jour lors des fouilles réalisées aux abords de l’église (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 42 – L’abbaye de Chézery, canalisation monastique pour alimenter le moulin (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 43 – Abbaye de Mègemont (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 44 – Cruas, plan topographique du site sur le plan cadastral actuel (DAO R. Royet).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 45 – Saint-Romain-en-Gal, église paroissiale (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 46 – Grenoble, église Saint-Laurent, plan de l’église, construite dans les années 800, donnée aux moines bénédictins en 1012 (Colardelle 2008).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 47 – Saint-Pierre-de-Curtille, abbaye de Hautecombe dominant le lac du Bourget (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 48 – Lyon, vestiges de l’abbaye de l’Île Barbe au bord de la Saône (cliché L. Miret).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 49 – Hostiaz, Saint-Sulpice en Bugey, ruines de l’abbatiale cistercienne (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 50 – Le Puy-en-Velay, localisation des principaux lieux de culte médiévaux sur un fond de plan topographique de la ville (dessin S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 51 – Le Puy-en-Velay, vue de la ville depuis l’ouest (cliché S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 52 – Chantemerle-lès-Blés, prieuré Notre-Dame (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 53 – Viviers, vue générale du site de la ville haute à l’entrée nord du défilé de Donzère (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 54 – Aiguilhe (Le Puy-en-Velay), la chapelle Saint-Michel (en haut) et la chapelle Saint-Clair (en bas à gauche) [cliché S. Liégard].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 55 – Saint-Romain-le-Puy, plan du prieuré (dessin G. Macabéo).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 56 – Montverdun, le prieuré (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 57 – Saint-Donat-sur-l’herbasse (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 58 – Saint-Menoux, extrait du cadastre de 1832 (archives municipales de Saint-Menoux).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 59 – Gannat, relevé des vestiges découverts lors du diagnostic de 2002 au nord de l’église Sainte-Croix (dessin A. Fourvel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 60 – Bredons, façade occidentale de l’église romane (cliché C. Roux).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 61 – Saint-Chef, abbatiale, chevet engagé dans la colline (cliché A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 62 – Saint-Jean-d’Aulps, le site de l’abbaye à partir du cadastre actuel (dessin J. Laidebeur, conseil général de la Haute-Savoie).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 63 – Saint-Michel-de-Connexe, mur de soutènement (cliché A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 64 – Plan topographique du site de Souvigny (dessin S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 65 – Marnans, ancien prieuré. Église dans son site depuis le sud-est (cliché B. Roux, service du Patrimoine culturel, conseil général de l’Isère).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 66 – Vagnas, plan général des vestiges du prieuré Saint-Pierre (plan F. Bréchon 1988, DAO Y. Montmessin).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 67 – Saint-Laurent-de-Choulans (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 68 – Charlieu, vue générale de l’abbatiale (cliché V. Monnoyeur).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 69 – Viviers, porte monumentale surmontée de la chapelle Saint-Michel fermant le quartier de la cathédrale (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 70 – Collégiale Saint-André de Grenoble, portail ouest ouvrant sur l’espace privé de l’hôtel urbain (cliché A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 71 – Étoile-sur-Rhône, portail nord de la priorale, charte de franchise de 1244 (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 72 – Valréas, entrée latérale de l’église Notre-Dame de Nazareth (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 73 – Souvigny, priorale Saint-Pierre, plan Souvigny 3 (milieu XIIe-3e quart du XIIe siècle) [L. Fiocchi/Ambre UMR. ARTéHIS 5524, CNRS].
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 74 – Mornas, portail sud de Notre-Dame de Valromigier (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 76 – La Garde-Adhémar, la contre-abside romane de l’église Saint-Michel (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 75 – Valence, clocher-porche occidental de la cathédrale Saint-Apollinaire (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 77 – Aleyrac, abbatiale Notre-Dame-la-Brune (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 78 – Aleyrac, abbatiale Notre-Dame-la-Brune, façade occidentale (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 79 – Chaussan, église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (dessin J. Tardieu, d’après Chassagneux).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 80 – Roanne, fouille du baptistère (cliché M.-A. Guédon-Bunuel).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 81 – Meysse, église baptismale, abside (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 82 – Le Puy-en-Velay, fonts baptismaux carolingiens mis au jour dans la cathédrale Notre-Dame (cliché S. Liégard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 83 – Souvigny, canalisation médiévale avec et sans sa couverture de dalles, rue du Chapeau-Rouge (cliché M. Bertrand).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 84 – Saint-Pierre-de-Curtille, puits dans le cloître de l’abbaye d’Hautecombe (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 85 – La Bénisson-Dieu, margelle du puits du cloître (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 86 – Saint-Jean-d’Aulps, l’abbaye Sainte-Marie-d’Aulps entre le bief et les moulins (dessin G. Rollier).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 87 – Marnans, caniveau maçonné, aile nord des bâtiments réguliers du prieuré (cliché A. Badin de Montjoye).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3831/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search