Version classiqueVersion mobile

Organiser l’espace sacré au Moyen Âge

 | 
Anne Baud
, 
Joëlle Tardieu

Introduction

Texte intégral

1L’Action Collective de Recherche (ACR) « Morphogenèse de l’espace ecclésial au Moyen Âge » a été l’occasion pour des chercheurs de l’interrégion Rhône-Alpes/Auvergne de mettre en commun des recherches, anciennes ou récentes, portant sur le lieu ecclésial et la liturgie. Le cadre géographique de cette étude englobe également la Bourgogne du sud avec le Clunisois et le Brionnais, ainsi que certains sites provençaux.

2Issus d’horizons divers, universités, collectivités territoriales, instituts de recherche privés, Institut national de recherches archéologiques préventives, mais aussi de formations complémentaires (archéologie, histoire de l’art et liturgie), les chercheurs de l’ACR, ont bénéficié au cours de nombreuses rencontres à Lyon, Clermont-Ferrand, Viviers, Vienne, Souvigny (fig. 1) ou Champagne-sur-Rhône, d’échanges fructueux, permettant de proposer à travers cet ouvrage une synthèse articulée autour de l’accueil du fidèle dans l’église. Nous entendons par « fidèle », le laïc, le clerc, le pèlerin ; cet accueil comprend naturellement le devenir du fidèle après la mort et donc la question des cimetières. L’objectif était de mettre en évidence la circulation individuelle et communautaire dans l’église, circulation intrinsèquement liée à l’organisation liturgique.

3Face à certaines incohérences – dues souvent à l’ancienneté des travaux – observées parmi les définitions des dictionnaires spécialisés de l’architecture religieuse, s’est à ce stade imposée la nécessité de revoir la terminologie concernant les différents lieux de l’église. Un nouveau glossaire a donc été élaboré, sur la base du vocabulaire liturgique et des recherches archéologiques récentes.

4La question portant sur l’église et la liturgie a bien sûr déjà été abordée par nos prédécesseurs, bien que le concept d’« espace liturgique » n’ait pas été intégré très tôt, dans les travaux des historiens de l’art et des archéologues, particulièrement en France. Il est impossible de faire état, de façon exhaustive, des études disponibles. C’est en 1963 que Carol Heitz publie ses recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l’époque carolingienne (Heitz 1963), soulignant toujours avec force l’importance des processions et des itinéraires liturgiques dans la conception architecturale des grandes abbatiales carolingiennes et post-carolingiennes. Mais ces travaux pionniers ne sont pas assimilés immédiatement. Jean Hubert, en 1977, reprend un article publié en 1952 sur les « cathédrales doubles et l’histoire de la liturgie ».

Fig. 1 – Sortie des membres de l’ACR à Souvigny (cliché J. Tardieu).

Fig. 2 – Colloque de Nantua (cliché J. Tardieu).

5Concernant les édifices gothiques, Anne Prache valorise la prise en compte de la liturgie dans les séminaires ouverts à ses doctorants. On peut également mentionner les travaux d’Hélène Toubert sur l’iconographie et la réforme grégorienne ou encore ceux d’Éric Palazzo sur les liens entre liturgie, lieux sacrés et société médiévale, de même que les études sur l’architecture religieuse d’Alain Erlande-Brandenburg (Hubert 1977b : 87-96 ; Prache, Avril 1979 ; Heitz 1987 ; Toubert 1990 ; Palazzo 2000a et b ; Erlande-Brandenburg 1999a). C’est néanmoins à partir de la dernière décennie du XXe siècle que ces thèmes de la spatialité, ou encore d’un espace social lié aux liturgies, retiennent principalement l’attention des chercheurs, en suscitant notamment un cycle de conférences sur le thème « Architecture et liturgie au Moyen Âge », en 1999 et 2000, à la Société française d’archéologie. Nous citerons enfin le colloque sur les espaces d’accueil dirigé par Christian Sapin (Sapin 2002). À propos des lieux funéraires, les travaux de Cécile Treffort et de Michel Lauwers ont permis de préciser l’origine du cimetière chrétien (Lauwers 2005 ; Treffort 1996b), tandis que plusieurs séminaires universitaires en archéologie médiévale ont mis en évidence la récurrence ou la spécificité de certains rites funéraires en relation avec les lieux ecclésiaux.

6Tout en ayant conscience de n’aborder que certains aspects de la question, et sans rechercher systématiquement l’exhaustivité, notre but était d’ouvrir certaines pistes et de renouveler des hypothèses. Dans cette perspective, un colloque international a eu lieu à Nantua dans l’Ain, en novembre 2006 (fig. 2), offrant un aperçu sur d’autres régions, dont la publication Espace ecclésial et liturgie a été assurée par la Maison de l’Orient à Lyon en 2010 (Baud 2010). À cette occasion, des panneaux ont été réalisés par les membres de l’ACR, rassemblés en une petite exposition qui a circulé dans l’interrégion.

  • 1 Ces sites, généralement issus de fouilles préventives ou programmées, n’ont pas fait l’objet d’une (...)

7Organiser l’espace sacré au Moyen Âge rassemble de nombreuses données régionales portant sur des sites connus, ou parfaitement ignorés1. En raison de la diversité régionale du groupe de travail et de la spécialisation de chacun, certaines questions ou certains secteurs géographiques paraîtront probablement plus développés que d’autres. Ceci traduit la richesse, mais également les limites, d’une publication fondée sur la base d’une réflexion collective et en cours. Par souci d’efficacité et considérant l’étendue du sujet, des choix ont été effectués. D’un point de vue chronologique, la période du Xe-XIIIe siècle a été favorisée, sans pour autant exclure les siècles précédents ou postérieurs, notamment pour la question funéraire qui recouvre une période plus large allant de l’Antiquité tardive jusqu’au XVe siècle inclus. Pour des raisons légitimées par le choix des édifices étudiés, certains ordres religieux – tels les mendiants, les chartreux et les augustiniens – n’ont pas été retenus, sauf pour des besoins comparatifs, dans le chapitre sur l’implantation des sites. La cathédrale, la collégiale et la paroissiale dépendent des ordres séculiers ; l’abbatiale et la priorale sont liées par la règle de saint Benoît. Ces établissements religieux trouvent leur cohérence dans le déploiement spatial et liturgique, depuis la réforme carolingienne jusqu’aux développements spécifiques de la réforme grégorienne.

8Le plan choisi ici correspond à divers critères. D’une part, il s’adosse étroitement à notre propos, la place du fidèle dans l’église, et d’autre part, il est tributaire de l’historique de nos travaux au cours de ces dernières années. Réunie une première fois en 2003, l’ACR a eu la chance d’accueillir l’abbé Franck Quoëx † spécialisé dans la liturgie médiévale. Ses nombreux exposés sur l’organisation primitive de la liturgie à Rome selon l’Ordo romanus primus ont éclairé notre perception de l’articulation et de la fonction des lieux sacrés dans l’église. Sa disparition brutale et précoce nous a privés d’une synthèse particulièrement attendue. Nous remercions Alain Rauwel d’avoir accepté de rédiger, à partir de notes prises par Monique Zannettacci lors de ses interventions orales, la première partie du chapitre introductif de cet ouvrage, que nous présentons en hommage à Franck Quoëx. Nous l’avons complété par une première synthèse sur le pèlerinage et la question des reliques (origine et développement) dans nos régions très tôt christianisées.

9L’ouvrage se déroule par la suite en fonction des étapes parcourues par le fidèle, de l’implantation du bâtiment à la progression dans le lieu sacré, depuis le porche ou le cloître jusqu’au sanctuaire. Si pour l’ensemble des questions abordées (circulations, mobilier liturgique, décors pariétaux), le lieu ecclésial choisi est celui de l’église, ce n’est pas le cas pour les morts qui, traités dans un cadre chronologique plus large, débordent également le cadre de l’église, avec le cimetière paroissial ou monastique.

10La première partie traite de la topographie des lieux ecclésiaux. Plusieurs aspects ont été abordés : le premier concerne l’occupation avant la fondation religieuse, au cours de l’Antiquité ou du haut Moyen Âge, dans la continuité de l’occupation humaine, ou bien au contraire, comme mode de conquête du désert selon l’exemple cistercien. Les cas diffèrent également en fonction des diversités géographiques de nos régions, importance des montagnes, proximité des voies de circulations et des points d’eau.

11La seconde partie est consacrée à l’église comme lieu d’accueil du fidèle laïc, religieux ou clerc, depuis le porche jusqu’au sanctuaire. Cette progression à l’intérieur de l’église prend en compte l’organisation liturgique du lieu sacré, à travers la mise en place d’un mobilier spécifique et d’une ornementation sculptée ou peinte, intégrée aux élévations.

12La troisième partie concerne les morts en milieu ecclésial. Elle a permis de faire le point sur l’apport des nombreuses fouilles régionales depuis plus de vingt ans, générant de très nombreux exemples paroissiaux ou monastiques.

13Organiser l’espace sacré au Moyen Âge procède d’une écriture collective avec une implication plus soutenue des coordinateurs auxquels fut confiée la tâche délicate de reprendre les apports des uns et des autres, selon un plan relevant d’une décision collégiale. Parmi les encarts placés dans la deuxième partie, certains ont été écrits par des doctorants de l’université de Clermont-Ferrand et de l’université Lumière Lyon 2, en raison de leur recherche étroitement associée au thème de l’ACR.

14L’exercice rigoureux de cette mise en commun de nos travaux a enfin permis de mener plus loin certaines recherches qui, bien souvent, n’avaient pu être qu’abordées dans le cadre de découvertes ponctuelles.

Notes

1 Ces sites, généralement issus de fouilles préventives ou programmées, n’ont pas fait l’objet d’une publication scientifique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sortie des membres de l’ACR à Souvigny (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 2 – Colloque de Nantua (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/3829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Alpara, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search